Version classiqueVersion mobile

Les jardins du Carrousel (Paris)

 | 
Paul Van Ossel

Résumé

Texte intégral

1Introduction

2Les fouilles conduites à l’emplacement des jardins du Carrousel en 1989 et 1990 ont permis d’explorer plus de 3 ha au cœur de Paris. Constituant la dernière étape de l’opération archéologique du Grand Louvre, après la Cour carrée et la cour Napoléon, ces fouilles ont amené la découverte de vestiges s’échelonnant du Néolithique jusqu’au xixe s.

3Partie I – Le Carrousel avant Paris

41 Le site ancien : pédologie et environnement

5L’étude pédologique des faciès limoneux du site constitue une condition pour la compréhension des vestiges. L’examen macromorphologique du sol et sa variabilité sur le site ont été confrontés aux observations micromorphologiques et aux résultats des analyses physicochimiques. L’ensemble des informations permet de proposer une restitution du paysage pédologique et topographique avant l’installation humaine, d’évaluer la valeur agricole du sol et de caractériser l’anthropisation progressive du site jusqu’aux transformations radicales de la fin du xvie s. L’existence d’un bourrelet alluvial en bordure du fleuve a joué un rôle déterminant dans l’occupation du secteur.

62 Les occupations pré- et protohistoriques

7Les plus anciens témoins découverts appartiennent au Néolithique (culture de Cerny). Aucune structure d’habitat n’a été mise en évidence, mais les quelques fosses contenant du torchis brûlé et un mobilier lithique et céramique abondant attestent la présence d’un habitat proche. L’occupation protohistorique, mieux définie, est matérialisée par des structures en bois, des fosses et plusieurs silos (certains riches en matériel), datant de l’âge du Bronze final et de La Tène ancienne. Dès cette époque, les données environnementales et archéologiques suggèrent une anthropisation marquée du paysage accompagnée d’une mise en culture.

83 L’occupation gallo-romaine et du haut Moyen-Âge

9À la fin de l’âge du Fer, un petit enclos quadrangulaire est implanté sur le bourrelet alluvial. Son existence paraît avoir été brève. Dès le début du ier s. de notre ère, une carrière d’extraction de limon est ouverte et s’étend progressivement sur plus de 4 ha, couvrant aussi la cour Napoléon. Son étude a mis en évidence les modalités de son exploitation. Au ive s., les terrains sont rendus à la culture. Un parcellaire associé à un petit habitat marque ce changement d’utilisation du site. L’habitat comprend deux bâtiments et quelques aménagements sur poteaux de bois. Son abandon peut être situé après le début du ve s. Dans la cour Napoléon, de nombreux indices suggèrent l’existence d’un habitat similaire, dont l’occupation se prolonge durant le haut Moyen Âge. Le réseau parcellaire est matérialisé par des fossés secs. La juxtaposition de plusieurs tracés et les multiples recreusements suggèrent une longue utilisation du système, ce que confirme l’étude de la faune et du mobilier archéologique. L’absence de témoins postérieurs au ixe s. suggère alors l’abandon du parcellaire.

104 Le Moyen Âge avant la ville : un manoir périurbain du xive s.

11Les premières traces d’une occupation médiévale du site apparaissent au xive s. À cette époque appartiennent les restes d’un bâtiment résidentiel, arasé vers 1360 pour faire place à la nouvelle enceinte urbaine. Son plan présente trois corps de bâtiments disposés autour d’une cour ouverte vers le sud. Malgré les destructions, différents indices témoignent du caractère de ce manoir, situé alors dans la proche banlieue. La découverte la plus spectaculaire est un important ensemble de peintures murales sur plâtre, provenant de l’édifice. La qualité des décors figurés et géométriques, la variété et la vivacité des coloris, les comparaisons qu’ils autorisent avec d’autres ensembles en France et en Italie montrent l’importance du commanditaire, que la présence de motifs héraldiques suggère de rapprocher d’un entourage princier ou royal. La confrontation avec les sources d’archives permet de proposer l’identification de ce manoir avec celui ayant appartenu un temps à Pierre des Essarts.

12Partie II – Le Carrousel englobé par la ville

135 L’enceinte urbaine et sa place dans l’évolution de l’architecture militaire médiévale

14L’enceinte urbaine dite de « Charles V » a été dégagée sur une longueur de près de 200 m. L’ouvrage, large de 90 m, est essentiellement construit en terre. Il comprend à l’origine un rempart de terre et un ou deux (?) fossés en eau, précédés par deux fossés secs et une levée de terre. L’ensemble est transformé une première fois au xve s. par le remaniement des défenses avancées, puis une seconde fois au xvie s. par la construction des murs d’escarpe et de contrescarpe et d’une plate-forme de tir, venant flanquer le fossé en eau. L’analyse dendrochronologique des longrines de chêne posées à la base des murs permet de situer leur construction après 1505-1509. L’étude de cet ouvrage révèle les innovations qui touchent la fortification des villes au début de la guerre de Cent Ans. Les modifications ultérieures et en particulier l’application du système polygonal témoignent du même souci d’adaptation aux progrès de la poliorcétique.

156 La croissance d’une ville : création et développement d’un quartier du faubourg Saint‑Honoré

16La construction de l’enceinte urbaine a entraîné l’émergence d’un nouveau faubourg devant ses murs. Les maisons élevées sur la « voyrie des fossez » appartiennent à un lotissement régulier créé à l’emplacement d’un domaine de l’hôpital des Quinze-Vingts, scindé en deux par l’enceinte. Témoin de l’extension de la ville au bas Moyen Âge et de l’urbanisation des faubourgs, ce quartier s’est développé par morcellement au xve s. Jusqu’au xvie s., il constitue l’extension maximale de Paris vers l’ouest. Plusieurs parcelles ont été totalement dégagées. Chacune comprend, du moins dans son état final (première moitié du xvie s.), un habitat ou un atelier sur rue, une cour abritant des dépendances et un jardin à l’arrière, relié à la rue par un étroit passage.

177 La croissance d’une ville : les tuileries parisiennes du faubourg Saint‑Honoré

18La plus grande partie d’une vaste zone artisanale suburbaine, active du Moyen Âge à la Renaissance, a été fouillée dans la partie sud des actuels jardins du Carrousel. Ce secteur, étroitement spécialisé, était composé de plusieurs tuileries juxtaposées dont on peut suivre l’évolution et les transformations sur la longue durée, au gré du développement et des récessions de la capitale. L’excellent état des vestiges a permis aussi de retracer avec précision la chaîne de fabrication des tuiles, avec toutes les infrastructures correspondantes : trop souvent en effet les fouilles d’ateliers se limitent à celles des fours. En outre, grâce aux archives, la plupart des tuileries ont pu être identifiées.

19Partie III – Le Carrousel devient palais

208 Le domaine des Tuileries dans la seconde moitié du xvie s.

21Durant la seconde moitié du xvie s., le site subit de profonds changements consécutifs à la construction du château des Tuileries. Plusieurs parcelles du faubourg sont arasées, tandis que le terrain est remblayé pour l’aménagement des jardins. Celui-ci entraîne à son tour la construction d’un haut mur de soutènement prenant appui sur l’ancien mur de contrescarpe. L’apport le plus significatif concerne le château des Tuileries. Le dégagement des fondations des ailes latérales permet dorénavant de préciser le plan initial du château, constitué d’une aile principale et de deux corps en retour d’équerre. Ce projet, conçu dans les années 1564-1570 par l’architecte Philibert de l’Orme, ne fut sans doute jamais mené à son terme, mais l’image grandiose que nous en a donnée J. Androuet du Cerceau en 1579 dans ses Plus Excellents Bastiments de France n’est pas entièrement inventée.

229 Les aménagements de Temps modernes et de l’époque contemporaine (xviie-xixe s.)

23L’apport des fouilles à la connaissance du quartier aux Temps modernes est moins important. On retiendra surtout la découverte des bâtiments élevés durant la Régence dans la cour des Suisses et abritant des infrastructures domestiques du château des Tuileries. Il n’en subsistait que de maigres restes, isolés les uns des autres, sans relation organique. Leur intérêt tient principalement à leur destinée historique et aux réalités sociales qu’ils permettent de saisir. Ils fournissent aussi trois ensembles clos, bien circonscrits dans le temps et riches en matériel, qui présentent un intérêt évident pour l’étude de la vaisselle du xviiie s. La mise en évidence des fondations sur poteaux de l’ancienne poste du Louvre, au xixe s., assure un lien avec l’époque contemporaine.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search