Version classiqueVersion mobile

Les jardins du Carrousel (Paris)

 | 
Paul Van Ossel

Postface

Christian Goudineau

Texte intégral

1Avant tout, ce livre raconte une histoire. Celle d’un petit coin de Paris (à peine trois hectares sur la dizaine de milliers que compte aujourd’hui la capitale) qui, après des débuts tranquilles, fut mêlé à des épisodes retentissants. Dès l’origine, il se recommandait par sa situation, à proximité de la Seine mais à l’abri de ses crues, et par une qualité de sol propice aux cultures et aux pâturages. On comprend donc que, après quelques fréquentations paléolithiques, il ait pu attirer relativement tôt des agriculteurs‑éleveurs du Néolithique, ce qui fait de lui le siège de la plus ancienne implantation connue sur factuel territoire parisien. Ladite implantation n’inaugurait pas pour autant une occupation pérenne, loin de là ; de longues périodes d’abandon séparent les phases durant lesquelles de modestes exploitations agricoles cultivèrent quelques champs, élevèrent quelque bétail, nourrissant ainsi les groupes sûrement restreints qui se fixèrent sur le site à quatre reprises : au milieu du Ve millénaire, au début du ier, au ive s. av. J.‑C. et enfin aux environs du changement d’ère.

2Tout change avec la création et le développement de la Lutèce gallo‑romaine –à quelques centaines de mètres vers l’est. Le « boom » édilitaire suscite une gigantesque demande en matériaux de construction. Pour l’architecture privée, les besoins consistent avant tout en bois et en torchis : aussi, pendant plusieurs décennies, le terrain sert‑il de carrière à limon. Puis, les techniques évoluant, les modes changeant, les moyens financiers s’accroissant probablement, les immeubles en maçonnerie supplantent les édifices à pans de bois. La carrière cesse ses activités dans le courant du iie s., et la zone retrouve sa vocation agricole. Mais l’emprise de Lutèce ne se relâche pas pour autant : ce suburbium est organisé en parcelles délimitées par des fossés dont l’orientation répond à la trame viaire de la ville. Phénomène encore plus étonnant : ce parcellaire survit au Bas‑Empire, à la fin de l’Antiquité, et il subsiste encore en pleine période carolingienne, les fossés faisant l’objet d’entretiens ou de recreusements constants. Comme quoi, quels qu’aient été les avatars connus par Lutèce, sa proche couronne continuait d’être cultivée.

3Avec le ixe s., s’ouvre une phase de silence. Tout témoignage archéologique disparaît, et ce jusqu’au xive s. Mais alors, l’histoire va se précipiter, les vestiges se multiplier, et, de surcroît, les archives se mettre à parler.

4Or donc, lorsque nous retrouvons notre terrain au xive s., les sources historiques permettent de bien le replacer. Au nord, se trouve le domaine de l’hospice des Quinze‑Vingts fondé par Saint Louis au siècle précédent. À l’ouest, des tuileries. À l’est, le clos dit de la Petite Bretagne. Restent un manoir et des terres, propriétés d’abord d’Ernoult de la Haute‑Maison, puis d’un « grand » de France, Pierre des Essarts, entre 1316 (au plus tard) et 1349, année où la peste l’emporta. De ses terres, les fouilles ont retrouvé quelques limites parcellaires. Du manoir, en dépit de l’arasement, ont resurgi la disposition –trois corps de bâtiments en U autour d’une cour ouvrant sur la Seine–, des dispositifs architecturaux –une grande salle rectangulaire à piliers, un escalier à vis flanquant hors œuvre l’aile septentrionale, une vaste cave– et une extraordinaire collection d’enduits peints.

51356. Les Anglais remportent la bataille de Poitiers. S’ouvre une période agitée. Le roi Jean le Bon est prisonnier à Londres. Au dauphin Charles, qui assure la régence, s’oppose le prévôt des marchands, Etienne Marcel, appuyé par ses milices. Ledit prévôt engage la construction d’une nouvelle enceinte. Ici, la petite histoire rejoint la grande : on soupçonne Marcel d’avoir choisi cet emplacement d’abord pour des desseins politiques (il s’agissait moins de défendre la capitale que d’isoler le Louvre et le roi) et ensuite parce que, gendre de Pierre des Essarts, il avait mal supporté que son beau‑père léguât son manoir et ses terres à Robert de Lorris, son beau‑frère, qui plus est proche du roi ! Marcel fit donc raser le manoir pour le bien du royaume, et engagea les travaux dont ne subsistent que de vastes creusements. Deux ans plus tard, en 1358, s’étant emparé du Louvre avec une troupe armée, le prévôt allait ouvrir aux Anglais les portes de Paris lorsqu’il fut tué par un bourgeois fidèle à la couronne. Charles put reprendre les rênes du pouvoir. C’est à partir de 1365 qu’il engagea la construction de ce qu’on appellerait l’« enceinte de Charles V », bien qu’elle ne fût achevée que vers 1420 par Charles VI.

6Avec cet ouvrage, voici qu’apparaît une défense d’un nouveau type, celle qui s’adapte au développement de l’artillerie, celle qui tente de parer aux destructions massives dont sont capables les nouveaux engins –comme on l’avait vu, en 1358, à Amiens, victime de son premier « bombardement ». La muraille cède désormais la place au rempart, un rempart qui s’étend, en profondeur, sur près de 80 m, opposant à l’assaillant deux énormes levées de terre séparées par un vaste fossé en eau. Au cours des deux siècles qui suivent, l’ouvrage va évoluer. D’abord, en raison des nécessités qui lui sont propres : il faut soit le consolider (ainsi, on arme l’escarpe et la contrescarpe de puissants murs maçonnés), soit l’améliorer (on modifie les défenses avancées), soit l’adapter (on construit une plate‑forme de tir). Mais joue également le fait que le rempart est, par définition, au contact de la ville, qu’il doit tenir compte de ses exigences et générer le moins de nuisances possibles : d’où les réfections apportées aux cheminements qui le desservent, d’où la construction d’un grand égout au fond du fossé.

7Paradoxalement, l’édification de l’enceinte ne s’accompagna pas de la constitution, au pied de ses défenses avancées, d’un vaste no man’s land. On vit, au contraire, l’habitat gagner peu à peu cette zone extérieure. Le mouvement, il est vrai, ne se fit qu’avec lenteur, comme si l’on avait attendu d’être sûr que les risques seraient minimes. Toujours est‑il qu’au cours du xve s. et durant les deux premiers tiers du xvie s., voit le jour puis se développe une sorte de quartier –on a envie de dire un « lotissement » au sens actuel du terme. Aucun rapport avec les manoirs du xive s. : de petites parcelles s’alignent côte à côte, présentant en enfilade une cour, une maisonnette en plâtre et un jardin. Là, vivent surtout de petites gens, jardiniers et maraîchers côtoyant volaillers ou éleveurs de porcs à la petite semaine, le boulanger voisinant avec le plâtrier, et l’on soupçonne une faune de récupérateurs en tous genres depuis le chiffonnier jusqu’au ferrailleur ou au réparateur, du revendeur de chaussures retapées au marchand de vêtements d’occasion. Pourtant, ne voyons pas là une « zone » plus ou moins pouilleuse. Ces gens‑là ne sont pas des miséreux : s’ils vivent de petits métiers, ils n’en connaissent pas moins un minimum d’aisance.

8Ce « lotissement » n’atteignait pas la Seine. Il s’arrêtait, au sud, en bordure d’un vaste terrain à l’organisation moins stricte où s’entremêlaient des champs, des terrains vagues, quelques maisons et des tuileries, installées là depuis la seconde moitié du xiiie s. Les archives révèlent les noms de leurs propriétaires, depuis Robert, dit Beau‑Frère, jusqu’à Jehan aux Bœufs, en passant par maître Arnault L’Huillier. L’une des dernières va être occupée par un certain... Bernard Palissy.

91563. Catherine de Médicis fête à la fois sa 45e année et la fin de sa régence : Charles IX, son second fils, vient d’être déclaré majeur. L’année précédente, le duc de Guise a tué ou grièvement blessé à Vassy près d’un millier de protestants, et ce massacre ouvre sinistrement les guerres de Religion, Désireuse de quitter le Louvre, la reine mère décide de se faire construire un château agrémenté d’un superbe jardin. Le maître d’œuvre sera l’architecte qui a conçu Chenonceaux et Anet, Philibert de l’Orme. Palissy réalisera une grotte pour agrémenter le jardin. S’engagent à la fois les procédures d’expropriation, faciles au sud, plus longues au nord, et les travaux.

10Le projet initial ne fut que partiellement concrétisé. De l’Orme avait conçu un château à trois ailes : à l’ouest, une aile centrale à pavillons d’angle (orientée nord‑sud) et deux ailes latérales (ouest‑est) en retour vers l’enceinte. Il fallut rapidement revenir sur l’implantation des ailes latérales, puis y renoncer définitivement. Raisons économiques (difficultés financières), politiques (les guerres de Religion battent leur plein), artistiques (de l’Orme, mort en 1570, est remplacé par Jehan Brillant) ? On ne sait. Toujours est‑il que, lorsque les travaux s’arrêtent en 1572 (à la suite, fut‑il dit, d’une prédiction néfaste : la reine écoutait ses voyants), seule est sortie de terre l’aile principale qui surplombe, vers la campagne, le vaste jardin avec ses parterres strictement ordonnés, son labyrinthe de cyprès, sa fontaine monumentale et la grotte ornée par Palissy. Catherine de Médicis n’y habita jamais, se contentant d’user du palais pour ses réceptions et de jouir des charmes du jardin, tandis qu’elle se faisait construire une nouvelle résidence, près de Saint‑Eustache. Quelques années après sa mort, on se décida à donner un aspect plus reluisant au vaste espace abandonné qui s’étendait entre le château et la ville : ainsi naquit le jardin Neuf, qu’on étendit jusqu’au mur de contrescarpe de la vieille enceinte qui lui servit de soutènement. Peu après, le reste de l’ouvrage est démonté ou nivelé, toute trace en disparaît : Paris se fie à sa nouvelle enceinte bastionnée pour garder son flanc nord‑ouest.

11L’histoire ne s’arrête pas là, mais ce n’est plus aux archéologues de l’écrire ou de l’éclairer, même s’ils ont retrouvé quelques dépendances des grands hôtels qui se construisirent, au nord de la rue Saint‑Nicaise, après le démantèlement de l’enceinte de Charles V. Sur l’évolution du palais des Tuileries, sur les différents travaux qu’il connut depuis le règne d’Henri III jusqu’à sa destruction au cours de la « semaine sanglante » de mai 1871, sur sa progressive intégration au Louvre, les renseignements sont à chercher ailleurs. Pourtant, comment ne pas ressentir une certaine fascination lorsque l’on peut toucher du doigt les traces laissées dans les sous‑sols des logis de la cour des Suisses par l’incendie du 10 août 1792, allumé par les gendarmes du roi passés du côté des insurgés et qui voulaient obliger par le feu les gardes suisses à quitter leurs positions ? La prise du château restera symbolisée à jamais par les coups qu’un sabre a laissés sur la tête noircie d’une statue en terre cuite...

12Toute fouille narre une histoire, le plus souvent modeste et anonyme. Les fouilles des jardins du Carrousel font revivre de petits champs potagers, des arrière‑cours où se vautrent un ou deux porcs et où caquettent quelques poules, de minuscules baraques en bois, en torchis ou en plâtre, les ateliers de tuiliers ou de pauvres artisans. Et puis, elles ressuscitent d’orgueilleux manoirs, une enceinte urbaine de la fin du Moyen Âge parmi les plus impressionnantes que l’on connaisse, les vestiges de l’ambitieux projet rêvé par une reine de France et conçu par un architecte fameux. Privilège d’une opération d’archéologie urbaine et d’un lieu magique. Ce survol représente une première lecture, ou plutôt le premier degré de la lecture. Un squelette auquel manquent les muscles, les nerfs et la chair. L’un des auteurs écrit que « les fouilles ont redonné vie et substance à ces artisans dont l’activité n’a transmis à la mémoire du plus grand nombre qu’un simple toponyme pour un jardin public : le jardin des Tuileries ». Le propos peut être généralisé : vie et substance ont été redonnées à beaucoup de ceux qui ont fréquenté ces lieux et qui les ont marqués.

13Honneur aux éponymes, à ces tuiliers auxquels les archives associent des noms sans que l’on sache si ce sont ceux de propriétaires, de tenanciers ou de salariés, tous les cas étant possibles. Robert dit Beau‑Frère, Thomas le Tacheur ont‑ils eux‑mêmes travaillé l’argile, dirigé une fabrique ? Mystère. Supposons‑le, et imaginons‑les, en ce milieu du xiiie s., s’installant avec d’autres en bord de Seine, à l’écart de la ville qui ne peut supporter l’« infection » de leurs installations. L’endroit est occupé par des champs et des terrains vagues. On aménage des chemins menant au fleuve –par lequel arrivent les énormes chargements de bois nécessaires à la chauffe. Nos tuiliers organisent leurs parcelles : bâtiments de fabrication et de stockage, aires de séchage, zones de rebut, mais aussi petits champs ou jardins potagers, avec de‑ci, de‑là quelques vignes. Deux ou trois générations d’intense activité, puis survient la crise : récession économique, guerre de Cent Ans, Peste noire, tout se conjugue, et les effets s’en font durement sentir jusque dans les années 1350‑1360. Nouvel essor d’une trentaine d’années dans des terrains remodelés, et nouvelle récession due cette fois à la guerre civile opposant Armagnacs et Bourguignons. Se produit alors la « grande reprise » des dernières années du xve s., les toits de Paris abandonnant le chaume et le bardeau pour se couvrir de tuiles, et, au sein d’un cadastre rénové, orienté selon l’enceinte de Charles V, se développent les « grandes » tuileries qui ne cesseront leurs activités que de par la volonté de la reine Catherine. Donc, trois siècles fort agités, traversés par des crises comme par des transformations du paysage. De ces lustres d’existence, les fouilles ont pu mettre en lumière aussi bien les permanences que les évolutions ou les modifications. Le pourrissage de l’argile, puis son pétrissage (« marchage », « corroyage ») dans des fosses et des bassins dont la superficie s’accroît au fil du temps. Le moulage des tuiles dans des formes à bois, l’accroissement de leur largeur, la variété –l’irrégularité– des moules qui provoque l’instauration de procédures de contrôle. Les installations de séchage et de stockage, d’abord diverses, qui se « standardisent » sous la forme d’un grand hangar, au sol de plâtre et à plusieurs nefs, recouvert d’un toit à deux pans. Les fours, soigneusement construits mais dont les dispositifs évoluent, et dont la durée de vie correspond en gros à une génération humaine. Selon leur taille, ils fournissent de 4 000 à 28 000 tuiles par cuisson, ce dernier chiffre correspondant à la couverture de près de quatre maisons de 100 m2 ! Et n’oublions pas les fours plus petits destinés à la cuisson d’autres objets : réchauds, cuviers, éléments de poêles, lèchefrites, etc. Bref, l’archéologie restitue les vestiges d’un outil de production imposant, complexe –donc coûteux– et les témoignages d’un savoir‑faire élevé. Rien d’étonnant à ce que, dans le « rôle général des métiers » qui accompagne un édit de 1581, les tuiliers soient classés au premier rang des corps du bâtiment.

14Sauter des tuileries médiévales à la carrière de limon gallo‑romaine n’a évidemment aucun sens : les premières fabriquaient à partir d’une argile venue d’ailleurs, la seconde n’a servi que de lieu d’extraction, sans structure de transformation, le pisé, les briques d’adobe, les tuiles –et sans doute d’autres objets encore– étant façonnés en d’autres lieux. Tant pis pour l’arbitraire, admettons l’association d’idées. Cette carrière est passionnante. D’abord par les quantités extraites : 58 000 m3/ 80 000 tonnes. Pour en prendre la mesure, comparons ces chiffres aux estimations récemment proposées pour une domus de 1 500 m2 au sol, essentiellement édifiée à pans de bois : pour tous les aménagements nécessitant l’emploi de l’argile (crue ou cuite), il a été proposé, comme hypothèse haute, environ 1 500 tonnes. La carrière aurait donc pu, au minimum, assurer la construction de cinq ou six hectares de bâtiments d’au moins un étage. Bien sûr, le raisonnement est acrobatique et ne tient pas compte de l’étalement chronologique, mais il donne une idée, s’agissant de Lutèce dont le développement ne dépassa jamais la cinquantaine d’hectares (et encore !), tous espaces confondus. Mais plus intéressante encore me paraît la constatation selon laquelle ladite carrière ne fut pas exploitée de manière continue et systématique, mais fut plutôt l’objet d’« une activité occasionnelle ou plus précisément à la demande ». Ne touche‑t‑on pas là du doigt une caractéristique de l’organisation des corps du bâtiment lors de la première phase de la romanisation : petits artisans plutôt que « grosses entreprises » ? En revanche, on sait que l’adoption de la maçonnerie, de l’opus caementicium avec son nucleus et ses parements standardisés (le « petit appareil »), imposa l’emploi d’une abondante main‑d’œuvre non spécialisée et le recours à des méthodes rigoureuses d’organisation du travail. Or, ces changements se produisent en Gaule intérieure vers la fin du Ier s. et au début du IIe, période d’abandon progressif de la carrière : comment plaider pour une simple coïncidence ? La carrière se lie donc avec force au développement de la première Lutèce romaine, elle retrace un contexte socio‑économique qui ne dura qu’un temps, celui pendant lequel on préféra utiliser le limon pour construire plutôt que pour cultiver.

15Le limon, les limons : que de fois n’en aurons‑nous pas entendu parler durant les fouilles ! Horizons brun, jaune, brun‑jaune, brun‑gris, brun‑brun (et j’en passe), plus d’un visiteur aura pensé en son for intérieur que les archéologues nourrissaient une idée fixe. Pourtant, aujourd’hui, il apparaît clairement que les études de toutes sortes consacrées à ces limons détenaient la clé de l’interprétation du site depuis ses origines jusqu’à la constitution du rempart de Charles V. Qu’apprenons‑nous ? Que ce dépôt est de nature alluviale, qu’il s’est formé à la fin de la dernière glaciation, et que, une fois le site hors d’eau, dans un environnement de grande prairie, s’est constitué un sol propice à la culture intensive tant des céréales que des espèces maraîchères, excellent aussi pour les pâtures. Cependant, un tel sol s’épuise vite sans amendement, ce qui explique le caractère sporadique des occupations protohistoriques. En revanche, le taux élevé de phosphates dans les terres qui ont comblé la carrière romaine prouve que la remise en culture fut précédée par une fertilisation systématique. Merci aux pédologues et à tous ceux qui étudient nos amis escargots, limaces, taupes ou lombrics !

16Par deux fois, donc, le site a appartenu à ce que l’on peut appeler la proche ceinture urbaine : entre le iie et le ixe s. ap. J.‑C., puis pendant les deux siècles qui ont suivi la construction du rempart de Charles V. Dans les deux cas, se posent des questions sur la nature de l’occupation et sur la qualité des habitants. Pour les périodes antique et mérovingienne, l’analyse se fonde non seulement sur la pédologie –nous venons d’évoquer le sol et ses amendements– mais aussi sur l’existence d’un parcellaire serré. La double vocation de ce secteur (cultures maraîchères, pacages de moutons), la modestie des parcelles, la rareté des bâtiments, tout cela renvoie à la théorie de la town zone, la « ceinture nourricière » composée de petits terrains placés dans la juridiction de la ville et cultivés par ses habitants, qui s’y rendent autant que de nécessaire depuis leur domicile urbain. Cette interprétation revêt une importance non négligeable, car elle implique que le modèle médiéval serait applicable à des époques plus anciennes ; d’autre part, la continuité observée pendant six ou sept siècles impliquerait l’exploitation continue de ces parcelles par les citoyens de Lutèce puis de Paris en dépit de tous les avatars connus par leur ville. Mais alors pourquoi l’interruption brutale au ixe s.? L’hypothèse proposée par les auteurs –un changement de pratique culturale– est l’une des pistes possibles au sein d’une problématique neuve dont l’avenir démontrera la fécondité.

17Le quartier, le « lotissement » périurbain au‑delà de l’enceinte de Charles V possède évidemment une configuration toute différente, même si l’on retrouve des parcelles en jardins potagers avec leurs fosses à compost, les espaliers pour vignes ou arbres fruitiers, et aussi des témoignages de l’élevage –cette fois de porcs. Désormais, chaque parcelle est entourée de murs maçonnés et, surtout, elle comprend, outre la cour et le jardin, un corps de logis : la « ceinture » est habitée, et parfois par des familles qui n’ont rien de médiocre –pensons à celles qui possédaient des albarelles de majolique originaires de Valence et des coupes de Faenza. Cuisines, cheminées, puits, dépotoirs et parfois latrines illustrent un certain degré de « confort ». Certes, les jardins ne sont pas là pour l’agrément mais pour la subsistance, la viande ne fait que rarement son apparition sur les tables et l’on doute que les porcs élevés dans les cours aient fini dans l’assiette de leurs maîtres ; quant au poisson, la morue, le maquereau et le hareng ne laissent aucune place à ceux que l’on mange à la Cour ou chez les bourgeois : ne cherchons ni turbot ni esturgeon ! De même, les palais de bœuf préparés dans l’une des parcelles prenaient sûrement le chemin d’autres salles à manger, où ils seraient dégustés en croquettes ou confits –miam ! Il faut donc imaginer nombre d’habitants de ce quartier travaillant pour les marchés, où ils vendent quartiers de viande, charcuteries, pains, légumes, voire quelques plats préparés, tandis que d’autres équarrissent des chevaux afin de prélever les os qui serviront à des artisans spécialisés. Voilà ce qu’on saurait –et c’est beaucoup– si la fouille du fossé du rempart n’avait apporté un lot d’objets ou de fragments, jetés ou perdus, attestant d’autres activités encore : nettoyage du cuir, répartition d’équipements et d’ustensiles divers, rafistolage de vêtements, etc. Aux portes de Paris, se presse tout un monde directement en prise sur la ville, travaillant pour elle. On est loin de la « ceinture nourricière » cultivée par et pour les gens de Lutèce et dépourvue d’habitat permanent : ici, une vie intense a laissé ses traces.

18Voilà beaucoup de données neuves, passionnantes ou pittoresques. Mais rappelons une évidence : il y a dix ans, ce qui agitait le monde des historiens et des historiens d’art, c’était la perspective des recherches portant sur l’enceinte de Charles V et sur le château des Tuileries. Les enjeux n’étaient pas minces. Pour l’enceinte, les renseignements assez énigmatiques que livraient les archives ne s’accordaient guère avec la restitution proposée par la plupart des études et des dessins, celle d’une haute muraille flanquée de tours quadrangulaires. Pour le château, une polémique entourait l’existence (ou la non‑existence) d’un projet initial de Philibert de l’Orme : les dessins qui le représentaient dans le livre d’Androuet du Cerceau Les Plus Excellents Bastiments de France (1579) correspondaient‑ils à une réalité (avortée) ou bien ne représentaient‑ils que les conceptions d’Androuet lui‑même ? Dans les deux cas, la fouille a apporté ce qu’on attendait d’elle. Bien mieux, elle a permis de reprendre les documents écrits ou figurés et... de les faire parler, de les comprendre. Non, l’enceinte de Charles V ne consistait pas en une muraille, mais en levées de terre séparées par un vaste fossé –les archives précisent qu’il comportait un dodane– et le mur figuré sur les dessins ou les plans cavaliers était celui de l’escarpe construite au début du xvie s. Oui, Philibert de l’Orme conçut un projet ambitieux qui ne se réalisa pas, et ce n’est pas non plus celui que dessina Androuet ! On comprend qu’un historien salue la fouille du rempart comme « une première en France », révélant « une enceinte du bas Moyen Âge dans toute son organisation en profondeur et dans toutes ses strates successives », permettant d’apprécier, « dans de très grandes villes directement liées au théâtre des opérations » les avancées technologiques en matière de défense passive : voilà que ces « terrées » que l’on jugeait postérieures au xvie s. doivent être considérablement vieillies et qu’il faut revoir toute l’historiographie des fortifications urbaines ! De même, un historien d’art souligne l’importance des découvertes pour le château : une chose était de croire à l’existence d’un projet initial (une cour et ses ailes latérales), une autre était de penser « que les fondations de ces ailes avaient été effectivement commencées et que l’architecte avait même modifié leur emplacement en cours de travaux », constatations qui, s’ajoutant aux dessins d’Androuet du Cerceau, prouvent la succession rapide de trois projets : un château‑villa (du type de Saint‑Germain‑en‑Laye), puis une simple villa (celle qui vit le jour) et enfin un palais royal double, idéal (celui que dessina du Cerceau, qui tenta peut‑être la reine Catherine et Henri III sans que suite lui fut donnée).

19Les historiens de l’art ont reçu deux autres beaux cadeaux : des pièces issues de l’atelier de Bernard Palissy qui viennent compléter la collection provenant de la cour Napoléon (on souhaite une publication qui ne tarde pas trop), et le manoir du xive s. avec ses vestiges architecturaux et ses décors peints (qui méritent une étude complète en dépit et en raison de leur abondance : 50 m3 !). De telles trouvailles permettent de diagnostiquer une architecture à la pointe de la nouveauté et le transfert à Paris d’ornementations originaires de la cour pontificale. Les motifs héraldiques montrent que le maître des lieux –Pierre des Essarts– outre son appartenance au milieu « courtois », affichait sa qualité de membre de l’entourage royal. Du coup, prennent tout leur sens les quelque 3 000 tessons de céramique, parce qu’ils révèlent un lot important de vaisselle de table, notamment des pièces de grande qualité. De même, on voit que ces hauts personnages nourrissaient le souci de la salubrité : puits pour l’alimentation en eau, puisard pour l’assainissement, fosses d’aisances aussi bien dans le bâtiment d’apparat que dans l’aile des communs, les manoirs de cette époque et du siècle suivant sont le plus souvent avares de telles installations. Souci de salubrité, oui, mais insuffisant : l’examen des fosses d’aisances a permis aux spécialistes de la parasitologie de nous apprendre que les gens de Pierre des Essarts ne se lavaient pas suffisamment les mains, qu’ils ne nettoyaient pas assez le cresson et les légumes, qu’ils auraient dû cuire davantage la viande et les abats – bref, qu’ils avaient des vers intestinaux et souffraient de plusieurs affections dont les noms se terminent en ‑ose !

20On n’en finirait pas d’énumérer comme je le fais, pêle‑mêle, les enseignements que procurent et ces fouilles et ce livre. Oui, le fossé de l’enceinte était en eau, mais le niveau n’en était guère élevé (pas plus d’un mètre et demi) et la salinité prouve qu’à proximité on travaillait le cuir. Les longrines de bois qui armaient les fondations du mur d’escarpe ont été faites avec des chênes abattus vers 1505‑1509 –et voilà qu’un registre et un devis datent ces fondations du printemps de 1513 ! Les vaisselles de grès normand et de grès du Beauvaisis ont gagné les marchés parisiens beaucoup plus tôt qu’on ne le pensait, dès le milieu du xive s., et, de même, c’est au milieu du xvie s. qu’apparaissent les fameuses « plommures », les céramiques blanches à glaçure au plomb, elles aussi originaires du Beauvaisis. Quant aux témoins de l’occupation néolithique, ils apportent un éclairage nouveau sur la constitution de ce qu’on appelle la « culture de Cerny », ultime régionalisation de la culture rubanée, et donc enclos funéraires monumentaux (« de type Passy ») attestent une toute nouvelle stratification sociale, avec forte hiérarchisation. Or, voici que les fosses des Tuileries montrent, tout au nord du Bassin parisien, et pour la première fois en milieu clos, la présence d’un groupe qui réunit une double tradition : à la filiation danubienne s’ajoutent des influences méridionales –une clé pour comprendre l’évolution qui a mené au Cerny ? Ainsi, nous sommes revenus à l’aube de notre histoire ! Restons‑en là avant que l’épuisement ne nous gagne.

21Dans ce livre, on le voit, chacun trouve à nourrir ses propres centres d’intérêt. Et si l’on est curieux, il n’est guère de chapitres où l’on ne puisse découvertes et enrichissements. Toujours, l’histoire est présente, avec ses problématiques, tandis que l’archéologie déploie la panoplie de ses méthodes, des plus solidement ancrées jusqu’aux plus récentes. Le lecteur le moins averti aura compris très vite les exigences que réclamait une telle entreprise : définir dès le début une stratégie, opérer des choix sans cesse renouvelés, conjuguer la rigueur et la souplesse, La fouille est allée jusqu’à son terme : un ouvrage de synthèse. Ceux qui savent combien de difficultés il faut surmonter pour y parvenir n’épargneront ni les félicitations ni les remerciements à l’intention de l’équipe et de celui qui l’a recrutée et dirigée. Tous méritaient la confiance qui leur fut accordée, ils ont été dignes de ce grand site.

22Collège de France

23Mars 1997

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search