Version classiqueVersion mobile

Les jardins du Carrousel (Paris)

 | 
Paul Van Ossel

Partie III. Le Carrousel devient palais

Chapitre 9. Les aménagements des Temps modernes et de l’époque contemporaine (xviiexixe s.)

9 Improvements in modem and contemporary times (17th‑19th centuries)9 Umgestaltungen der frühen und späten Neuzeit (17. ‑19. Jh.)

Résumé

L’apport des fouilles à la connaissance du quartier aux Temps modernes est moins important. On retiendra surtout la découverte des bâtiments élevés durant la Régence dans la cour des Suisses et abritant des infrastructures domestiques du château des Tuileries. Il n’en subsistait que de maigres restes, isolés les uns des autres, sans relation organique. Leur intérêt tient principalement à leur destinée historique et aux réalités sociales qu’ils permettent de saisir. Ils fournissent aussi trois ensembles clos, bien circonscrits dans le temps et riches en matériel, qui présentent un intérêt évident pour l’étude de la vaisselle du xviiie s. La mise en évidence des fondations sur poteaux de l’ancienne poste du Louvre, au xixe s., assure un lien avec l’époque contemporaine.

Texte intégral

9.1 Les xviie et xviiie s.

1Les vestiges des xviie et xviiie s. appartiennent à trois ensembles bien distincts. Le premier se rattache principalement aux grands hôtels (hôtel de Warin‑Beringhem, hôtel de Chevreuse‑Longueville, etc.) bâtis autour de la place du Carrousel et le long de la nouvelle rue Saint‑Nicaise à partir des années 1613‑1616, après le démantèlement de l’enceinte urbaine et le lotissement des terrains ainsi récupérés (plan viiiC). Le deuxième correspond à la surélévation du mur de contrescarpe et à la construction d’un égout voûté dans le remblai du fossé comblé de l’enceinte urbaine (plan viii, D). Ces vestiges ont déjà été abordés dans le chapitre précédent. Le troisième ensemble, enfin, comprend divers bâtiments élevés au xviiie s. devant le château des Tuileries lors de la création de la Cour royale et des cours des Suisses (plan viii, A) et des Princes (plan viii, B). Seuls les logis de la cour des Suisses méritent une attention plus particulière et sont décrits ici.

9.1.1 Les logis de la cour des Suisses

2plan viii, a

3Les vestiges apparus dans la partie N.‑O. du site furent rapidement identifiés comme faisant partie des bâtiments bordant autrefois la cour des Suisses et abritant des infrastructures domestiques du château des Tuileries. Ces bâtiments ne nous sont parvenus que sous la forme de maigres restes, isolés les uns des autres, sans relation organique. Ils appartiennent à deux ensembles. Le premier et le plus important est un long corps de logis (îlot bâti), perpendiculaire au château des Tuileries, construit à partir des années 1715‑1722 et formant la séparation entre la cour des Suisses et la Cour royale. Le deuxième est constitué d’un ensemble de constructions accolées aux murs des jardins des hôtels particuliers bâtis sur la rue du Faubourg‑Saint‑Honoré et bordant la cour des Suisses au nord.

PLAN VIII – Plan général des vestiges du XVIIIe s. : A logis de la cour des Suisses ; B bâti dans la cour des Princes ; C bâti des hôtels autour de la place du Carrousel (cf. § 9.1 p. 334‑337).

DAO P. Pihuit/Afan, d’ap. FJC.

4Du premier corps de bâtiments, appelé communément les casernes des gardes suisses, les fouilles ont mis au jour une cave, deux puits et trois fosses d’aisances. Des constructions fermant la cour des Suisses vers le nord ne furent retrouvés que l’arrière d’une cour et quelques murs épars, délimitant une autre petite cour, au fond de laquelle furent aménagées deux latrines.

9.1.2 Les vestiges

5plan ix

6Les plus significatifs appartiennent aux casernes des gardes suisses. Ils constituent une suite d’appartements, de dépendances, de corps de garde et d’habitations de fonction, dont les différents occupants ont pu être identifiés plus précisément grâce à une étude de Mathieu Couty (1991), réalisée à partir du fonds d’archives des « Bâtiments du Roi » et des plans conservés aux Archives nationales (entre autres, plan Dupré de 1738).

PLAN IX – Les logis de la cour des Suisses, a d’après le plan des « Cours du Gouvernement et des Suisses du palais des Thuilleries avec les dépendances », publié chez Dupré en 1738 (AN VA 5951) ; b identification des logis d’après M. Couty, avec superposition des vestiges archéologiques retrouvés : A pavillon des officiers suisses ; B dépendances de Mme Bontemps ; C logis des officiers des Invalides ; D corps de garde oriental ; E logis Tarlet‑Dubois ; F logis Valton‑Gosselin‑Duparc ; G logis de M. de Chérisey ; H écurie et remise Tarlet (avant‑corps de garde) ; I logis Bourlet ; J cuisines et communs de Mme Bontemps.

DAO P. Pihuit/Afan, d’ap. FJC.

9.1.2.1 La cave de la dépendance de Mme Bontemps

7plan viii, no 1 ; plan ix, b ; fig. 265

8Les vestiges de la cave se trouvent à l’ouest du corps de bâtiments. C’est un vaste sous‑sol de plan rectangulaire, à l’exception d’un chevet à pans coupés formant une saillie au N.‑O. L’organisation de l’espace est simple : deux salles séparées par un couloir médian, dans lequel débouche un escalier au sud. La construction est soignée. Les murs, de type mixte, se composent de deux parements de moyen appareil et d’un blocage. Les pierres de parement sont des moellons de calcaire équarris, dont seule la face visible est dressée. Les joints maigres de mortier de chaux ont une épaisseur régulière d’1 cm environ. Les murs extérieurs sont directement plaqués contre les parois de terre du creusement ouvert aux dimensions de la cave. Ils reposent sur une fondation formant une semelle légèrement débordante. Les murs de refend sont moins épais. Leur construction est du même type, bien que le blocage soit pratiquement absent.

FIG. 265 – Vue générale de la cave de Mme Bontemps.

Cliché FJC.

9L’escalier de pierre, qui débouche dans le couloir central, s’appuie contre le mur de refend occidental. Cet escalier droit donnait sans doute directement dans une petite cour dont les plans d’époque nous indiquent l’existence au rez‑de‑chaussée.

10Le sol de la cave est en terre battue, recouvert d’une couche de sable. Tout comme les murs (fig. 266), ce sol portait les traces de l’intense incendie qui a détruit le sous‑sol et la maison qui le surmontait. Quelques restes effondrés de cloisons en briques, posées directement sur le sol, matérialisent peut‑être des casiers à bouteilles. Le sol de cette cave était tapissé de tessons de bouteilles fondues et éclatées sous l’effet de la chaleur. L’hypothèse d’une cave à vins peut raisonnablement être avancée.

FIG. 266 – Parements de la cave de Mme Bontemps éclatés sous l’effet d’un feu violent.

Cliché FJC.

11Deux fosses d’aisances étaient creusées dans les angles S.‑E. et N.‑O. de la cave. Leur emplacement était clairement indiqué par la présence d’un canal de chute et d’une trappe de vidange, visible dans le sol de la cave. Comme la cave, les fosses d’aisances présentent une construction soignée. Celle qui est au S.‑E. possède un plan rectangulaire avec des angles arrondis. Un enduit de plâtre recouvrait la voûte, dans laquelle se trouvait une trappe de vidange. Fermée par une dalle de calcaire, elle était toujours scellée, indiquant par là que la structure n’avait encore jamais été curée. Une couche de matières organiques décomposées, plus épaisse sous l’orifice du canal de chute, emplissait la fosse d’aisances et contenait un abondant mobilier archéologique, rejeté par les utilisateurs des latrines de la maison. Les dimensions et la construction de la fosse d’aisances au N.‑O. sont sensiblement identiques à celles de la précédente. Seule la forme du tuyau de chute (fig. 267) différait quelque peu. Construit comme un soupirail dans l’épaisseur du mur, il est vraisemblable qu’il devait communiquer avec une latrine située à côté du bâtiment. Cette fosse non plus n’avait encore jamais été curée au moment de sa destruction (trappe de vidange scellée). La même couche de matières organiques décomposées tapissait le fond de la structure. Ici encore, de nombreux objets furent découverts dans le cône de déjections sous le tuyau de chute.

FIG. 267 – Tuyau de chute de la fosse d’aisances N.‑O. de la cave de Mme Bontemps.

Cliché FJC.

9.1.2.2 La fosse d’aisances du logis Valton‑Duparc‑Gosselin

12plan viii, no 2 ; plan ix, f

13Cette fosse d’aisances présente une construction soignée (fig. 254, au centre). Son plan est rectangulaire. Un enduit de plâtre recouvrait la voûte et les deux assises supérieures des murs. L’accès à la fosse se faisait par une trappe de vidange aménagée dans la voûte et fermée par une dalle de calcaire scellée. Le tuyau de chute était ménagé dans l’angle S.‑O. de la fosse. Ce dernier est en céramique, glaçuré vert à l’intérieur. Une épaisse couche de matières organiques décomposées emplissait la fosse d’aisances, particulièrement au droit du tuyau de chute (fig. 268). Dans ce cas encore, elle a livré un abondant mobilier archéologique.

FIG. 268 – Fosse d’aisances du logis Valton‑Duparc‑Gosselin.

9.1.2.3 Puits à eau et vestiges divers

14Deux puits construits au cours du xviiie s. ont été découverts à l’intérieur de ce corps de bâtiment séparant les deux cours. Fort semblables, ils sont tous les deux de plan ovale (plan viii, nos 3, 4). Cette forme est due, au moins pour l’un d’eux, à une mitoyenneté et donc à la nécessité de desservir deux résidences distinctes. Leurs dimensions intérieures atteignent 1 m de large et 1,30 m de long. Les parements réguliers d’environ 0,30 m de largeur sont constitués de moellons équarris de 0,20 à 0,90 m de longueur, dont la face visible est taillée en arc de cercle. Ils forment des assises régulières de 0,30 m de hauteur. Du mortier de chaux mais également des crampons de fer maintiennent les blocs entre eux. Les maçonneries reposent sur un cuvelage de bois composé de pièces de 0,13 m d’épaisseur, assemblées entre elles et taillées en arc de cercle pour épouser parfaitement l’élipse du plan. La profondeur du puits mitoyen (no 3) était d’au moins 6 m et atteignait l’altitude de 24,15 m NGF. Dans son comblement fut découverte une tête en terre cuite (fig. Z), brisée lors de la destruction finale (cf. infra).

FIG. Z’ – Bourdalou en faïence à décor polychrome signé Paul Hannong (milieu XVIIIe s.) (cf. § 9.1.3.4)

Cliché FJC

15Quelques maigres vestiges de construction appartiennent vraisemblablement aux mêmes logis, en raison de leur situation. Ce sont deux fonds de bassin (ou de fosse d’aisances ?) (plan viii, nos 56) et un autre fond de fosse d’aisances. Les deux bassins sont de forme rectangulaire. Leurs murs sont construits en moellons de calcaire et l’un d’eux au moins est pourvu d’un dallage de pierres calcaires (no 5). Le doute subsiste pour le second, mais ses restes étaient très mal conservés. Le fond de fosse d’aisances maçonnée (plan viii, no 7), mesurant 2,40 x 2,60 m (dimensions externes), est constitué d’un mur en moellons de calcaire et de plâtre, ainsi que d’un dallage de pavés de grès. Une couche de matières organiques tapissait le fond, plus épaisse le long des murs (environ 0,40 m) et plus mince au centre. Cette fosse d’aisances recoupe la tranchée (m) du second projet de l’aile nord du château des Tuileries (cf. supra § 8.1.4). Tous ces vestiges ont pu être datés du xviiie s. par les éléments de mobilier qu’ils ont livrés.

9.1.2.4 Les constructions fermant la cour des Suisses au nord

16Ces vestiges correspondent à la partie méridionale d’un groupe de bâtiments bordant au nord la cour des Suisses et accolés aux hôtels d’Armagnac et de La Vallière. L’un est une structure circulaire, en pierres sèches, voûtée en coupole (plan viii, no 10), deux autres sont des murs qui délimitent une grande pièce quadrangulaire pavée à l’ouest (plan viii, no 8) et un ensemble plus complexe de deux pièces à l’est (plan viii, no 9) ; le dernier est une salle rectangulaire, également dallée, située à quelques dizaines de mètres à l’est (plan viii, no 11).

17La construction no 8 correspond sans doute à un fond de cave, appartenant à un bâtiment édifié contre le mur du jardin de l’hôtel d’Armagnac. La construction est soignée. La pièce, mesurant intérieurement environ 3,70 x 4,60 m, est dallée de pavés en grès. Un seuil est aménagé dans le mur à ce niveau. Sur les pavés, des traces de scellements métalliques non identifiés sont visibles. La très fine couche d’occupation qui recouvrait la pièce ne permet pas d’établir plus précisément la fonction de cette construction. Dans une seconde phase d’occupation, deux tonneaux de latrines de diamètres légèrement différents (0,85 m pour celui se trouvant le plus au nord, 0,90 m pour l’autre) sont implantés dans l’angle S‑O. de la pièce. L’ensemble est installé sur un remblai qui couvre la totalité de la pièce no 8. Un aménagement de pierres assure la stabilité des tonneaux. La couche d’utilisation, riche en matières organiques, comprend un pot de chambre et ne laisse aucun doute quant à leur fonction : il s’agit bien d’un « retrait ». La structure no 9, qui lui est contiguë, a aussi connu plusieurs modifications, dont l’installation d’un escalier intérieur, lui‑même bâti sur une fosse au remplissage organique et datée de la fin du xvie‑début du xviie s. À l’est, et placée en biais par rapport à tous les autres vestiges du logis des Suisses, se trouve une autre salle rectangulaire dallée (plan viii, no 1), semblable à la précédente. Ici encore, il s’agit sans doute d’un fond de cave. Trois de ses côtés sont bien conservés ; le quatrième, au sud, est partiellement arasé. Une niche carrée s’ouvre sur le côté N.‑E. Aucune trace d’accès n’a été découverte. Sans doute se faisait‑il au moyen d’un escalier en bois. Cet ensemble recoupait le four de la parcelle no 6 du faubourg (cf. supra § 6.4.5.4).

9.1.3 Datation et interprétation

9.1.3.1 Construction et occupation

18La datation des constructions édifiées dans la cour des Suisses repose davantage sur les données historiques que sur les vestiges mobiliers découverts dans leurs ruines. Au contraire, un des intérêts des découvertes est de fournir des éléments de datation historique fiables à un ensemble de mobilier archéologique riche et varié, provenant principalement des fosses d’aisances.

19Les lignes générales de l’histoire des logis de la cour des Suisses sont connues. Ils furent construits à partir de 1715, date à laquelle Louis XV quitta le château de Versailles pour venir résider à Paris, au château des Tuileries. La place manquait toutefois pour loger la Cour et la nombreuse domesticité et il fallut édifier rapidement de nouvelles infrastructures. L’activité de construction se poursuivit durant toute la Régence, jusqu’au retour du roi Louis XV à Versailles, en 1722. À cette date l’essentiel des bâtiments devait être achevé. Bien que le retour de la Cour à Versailles ait interrompu les travaux, des transformations et des modifications, voire des adjonctions, il est vrai rarement importantes, continuèrent d’être apportées à ces bâtiments. L’étude détaillée des archives des « Bâtiments du Roi » (Couty 1991) révèle les innombrables et incessantes réfections, rendues indispensables aussi par la médiocre qualité des matériaux utilisés dans la construction. Soufflot en personne vint à plusieurs reprises constater la nécessité des opérations d’entretien ou de réfection. En 1785‑1786 encore, peu de temps avant la Révolution, le marquis de Champcenetz, gouverneur du château des Tuileries, entreprit de nombreuses démarches auprès du comte d’Angivillers, surintendant des bâtiments du roi, pour obtenir la reconstruction de ces logis et des casernes qu’ils renfermaient.

20Les fouilles ne permettent pas de dater avec précision les restes des différentes habitations retrouvées. Aucun élément de datation n’a été découvert dans les couches de construction. Aussi rien n’autorise à affirmer la stricte contemporanéité des vestiges. L’importance des dépôts de matières organiques dans les fosses d’aisances permet‑elle d’estimer la durée d’utilisation de ces dernières ? Ce n’est même pas certain. Sans doute la couche de matières organiques déposée dans la fosse d’aisances du logis Valton‑Duparc‑Gosselin est‑elle plus importante que celles des fosses d’aisances de la cave de la dépendance de Mme Bontemps ; sans doute les trappes de vidanges étaient‑elles encore scellées d’origine dans les deux cas. Mais la différence de dépôt peut être seulement le signe d’un emploi autre. Seule l’utilisation de ces retraits est bien datée grâce à l’abondant mobilier qu’ils renfermaient (cf. infra § 9.1.3.4).

21L’analyse des documents d’archives et des plans conservés aux Archives nationales permet en revanche d’affiner les datations des différents corps de construction. Les vestiges du sous‑sol retrouvé lors des fouilles sont ceux d’une dépendance de Mme Bontemps, veuve du gouverneur du château des Tuileries. Les dimensions de la cave correspondent aux murs porteurs du corps de logis, qui se dessine parfaitement sur le plan Dupré de 1738 (plan ix, B). Ce bâtiment comprend quatre cours au rez‑de‑chaussée, dont deux séparent le bâti dans le sens E.‑O. Deux autres, plus petites, se trouvent dans l’angle S.‑E. du bâti. Dans ces deux dernières, le plan de 1738 montre des retraits ou latrines : deux s’ouvrant sur le logis de Mme Bontemps, le troisième sur le pavillon des officiers suisses, à l’est.

  • 1 AN, pièce 01 1682, 510, citée par Couty 1991 : 25.

22Le même plan de 1738 permet d’attribuer la deuxième fosse d’aisances découverte en fouille (plan viii, no 4 ; plan IXF) au logis qu’occupe d’abord le sieur Valton, sergent aux gardes françaises entre 1754 et 1771, puis que se partageaient la famille Gosselin et monsieur Duparc à partir de 1780. Cette fosse d’aisances est certainement antérieure à 1788. Le 15 mai de cette année le sieur Duparc se plaint au comte d’Angivillers des inconvénients que provoque l’usage commun d’une seule fosse d’aisances pour les deux familles : « Les gardes robes (les pots de chambre), qui y sont apportés de chez M. Gosselin sont très incommodes, attendu qu’il faut passer contre ma salle et le garde‑manger »1. Le puits mitoyen (plan viii, no 11) existe lui aussi déjà en 1738. Il figure sur le plan publié chez Dupré, mais mal orienté. En 1779, il fit l’objet d’un litige entre le marquis de Chérisey, aide‑major des gardes‑corps du roi, et le sieur Gosselin, inspecteur au château, qui se partageaient l’usage du puits. Ce dernier fut utilisé jusqu’au 10 août 1792, date à laquelle il fut comblé avec des débris de l’incendie.

9.1.3.2 La destruction des logis

  • 2 Document conservé dans les manuscrits de la collection Charavay, à la BHVP. Renseignement aimableme (...)

23La caserne des Suisses est détruite par un incendie lors de la prise du palais des Tuileries, le 10 août 1792. Les péripéties qui ont accompagné l’événement sont bien connues. Arrivés vers dix heures et demie sur la place du Carrousel et les lieux adjacents, le peuple, Marseillais en tête, se dirige vers la Cour royale et le château. Une tentative de fraternisation s’achève sur une fusillade qui couche environ deux cents hommes et provoque le repli de la population. « Les Suisses ne cessaient de fussiler du dedans de leurs casernes, où ils se cachaient après coup pour recharger leurs fusils tout à l’aise [...] Enfin [...] la cavalerie de la gendarmerie nationale [...] accourt sans hésiter, fond sur les casernes avec impétuosité, et y met le feu [...] » (Révolution de Paris, no 161 du 4 au 11 août 1792). Le « Procès‑verbal ou rapport de l’incendie des Tuileries le 10 août 1792 [...] déposé au chef‑lieu des Gardes Pompes »2 relate avec minutie les circonstances de la disparition des logis de la cour des Suisses. Le feu est mis vers 10 h 30 du matin. À 11 h 30, les pompiers du Palais‑Royal et ceux des Tuileries se rendent sur place, accompagnés d’un détachement de la Garde nationale. Ils sont cependant repoussés et obligés de se replier, en abandonnant du matériel sur place. À 14 h 30, les pompiers reviennent et peuvent s’attaquer au feu. À nouveau, ils sont agressés et l’un d’eux manque même recevoir un coup de sabre. Du côté des logis de la cour des Suisses, le feu est rapidement éteint, alors qu’il continue à progresser du côté de la cour des Princes. Dans le courant de l’après‑midi du 10 août, le feu est à nouveau mis aux bâtiments, les pompiers molestés et leur matériel détérioré. L’incendie a pu être maîtrisé vers 19 h, mais vers minuit le feu est bouté pour la troisième fois. C’est alors que les corps de nombreux gardes suisses sont brûlés. Enfin, le feu est définitivement maîtrisé vers 2 h 30 du matin, le 11 août. Près de 3000 m2 de bâtiments ont été réduits en cendres. La violence de l’incendie, rallumé à plusieurs reprises, explique pourquoi les murs de la cave de Mme Bontemps portent de telles traces de feu, faisant même éclater les pierres. Les bouteilles brisées et fondues qui jonchaient le sol par centaines, mêlées à des débris de vaisselle et de charpente calcinés, illustrent également l’intensité de l’incendie. La tête en terre cuite portant des traces de coups (de sabre ?) témoigne de son côté de la violence de l’événement (fig. Z).

FIG. Z – Tête en terre cuite brisée et brûlée, trouvée dans le puits commun des logis Tarlet et Valton. Sur la joue, des marques de coups (de sabre ?).

9.1.3.3 Intérêt de la découverte

24En soi, ces maigres vestiges ne présentent qu’une importance très relative. Leur intérêt tient davantage dans leur destinée historique et dans les réalités socio‑économiques qu’ils permettent de saisir. La découverte des restes calcinés des bâtiments de la cour des Suisses a livré un témoignage archéologique saisissant d’un des événements majeurs de l’histoire de France : la chute de la royauté le 10 août 1792. Au‑delà de cet apport somme toute anecdotique, la confrontation des témoins archéologiques et des sources historiques débouche sur l’étude d’un aspect peu connu de la vie royale : la domesticité du roi et ses conditions de vie dans la seconde moitié du xviiie s. Les logis des Suisses abritaient deux corps de garde et plusieurs logements, attribués à différents officiers ou domestiques du roi, ainsi qu’à leurs familles. La promiscuité et l’entassement des appartements, les difficultés matérielles dues aux mauvais état des constructions, aux restaurations et aux transformations continuelles, mais aussi parfois l’obligation de partager son logement avec des nouveaux venus, caractérisent la vie des occupants dont tous n’étaient pas de condition modeste.

9.1.3.4 Mobilier des fosses d’aisances des logis des Suisses

25De nombreux objets de la vie quotidienne ont été recueillis dans les fosses d’aisances des logis des Suisses. L’identité des propriétaires du mobilier est bien établie, même si, d’après sa situation, la fosse creusée sous l’angle S.‑E. de la cave Bontemps a pu être utilisée aussi par les officiers des gardes suisses occupant le logis voisin. L’abondant mobilier rejeté dans ces différents contextes fournit des ensembles de référence bien datés pour le xviiie s., d’autant plus que le scellement des trappes de visite et l’absence de curage offre toutes les garanties d’homogénéité. Seul le mobilier en céramique provenant des deux fosses d’aisances (F1 et F2) de la cave de la dépendance de Mme Bontemps est présenté ici.

26La variété des objets est grande et à côté d’objets de qualité voisinent des objets plus modestes. Afin de ne pas alourdir le texte, la présentation de la céramique et de la verrerie est commune aux trois ensembles, mais les objets sont regroupés par fosse d’aisances sur les illustrations.

27La céramique constitue le lot le plus important. Toute une série de vases de nuit en faïence blanche ou décorée retient l’attention (Ravoire 1993) (fig. 278nos 1‑5 ; fig. 269 ; fig. 270nos 23). L’un d’entre eux, de forme ovale, est un superbe bourdalou avec un décor de petit feu polychrome à motifs de bouquet de fleurs fines, provenant de la manufacture de Strasbourg et signé Paul Hannong (1754‑1760) (marque « PH » sur le fond, au revers) (fig. 271 ; fig. Z’ ). Un second bourdalou, trouvé dans la même fosse d’aisances, témoigne d’un travail moins soigné (fig. 272). Au service de toilette appartiennent aussi un bidet en faïence blanche à décor bleu grand feu, portant au revers la marque de série « 3 P », une tinette de latrine, pièce qu’il est rare de rencontrer dans les fosses dépotoirs (fig. 278no 11), un plat à barbe produit à La Rochelle ou dans le Nivernais (fig. 275no 4) et de nombreux plats à onguents (fig. 274, nos 2‑6 ; fig. 278, nos 6‑10).

FIG. 269 – Fosse d’aisances nord‑ouest (F 1) du logis de Mme Bontemps : pot de chambre en faïence à décor polychrome, milieu du XVIIIe s.

Dessin Chr. Hochstrasser

FIG. 270 – Fosse d’aisances nord‑ouest (F 1) du logis de Mme Bontemps : céramiques du milieu du XVIIIe s. : 1 tèle en pâte commune ; 23 pot de chambre en faïence ; 45 assiettes en porcelaine dure de Meissen, décor à l’osier ; 6 cruche en grès du Beauvaisis ; 7 caquelon en pâte commune.

Dessin Chr. Hochstrasser

FIG. 271 – Fosse d’aisances nord‑ouest (F 1) du logis de Mme Bontemps : bourdalou en faïence à décor polychrome signé Paul Hannong, milieu du XVIIIe s.

Dessin Chr. Hochstrasser

FIG. 272 – Fosse d’aisances nord‑ouest (F 1) du logis de Mme Bontemps : bourdalou en faïence à décor polychrome, milieu du XVIIIe s. s.

Dessin Chr. Hochstrasser

28Le service de la table est représenté par plusieurs pichets en faïence et surtout en porcelaine qui témoignent de l’essor de ces productions au xviiie s., en remplacement des vaisselles en métal précieux dont la fonte fut ordonnée par Louis XIV à partir de 1689. Davantage que des faïences, c’est la qualité des porcelaines qui dénote le rang élevé des occupants des logis. Deux assiettes en porcelaine dure portent sur l’aile un décor en relief imitant une fine vannerie d’osier alternant avec un bâtonnet (fig. 270nos45). Au revers de ces pièces, une marque en bleu à l’épée croisée indique une provenance de la manufacture de Meissen, en Rhénanie.

29Une assiette de faïence, présentant un décor de grand feu avec fleurs et feuillages polychromes (rouge, vert, bleu) et filet orange (fig. 273no 1), provient de La Rochelle où des faïenceries sont attestées de 1722 à 1728, ou du Nivernais où un nouveau centre de production est créé vers 1752. La grande similitude entre les productions nivernaise et rochelaise rend difficile en effet l’identification d’une pièce courante, non marquée et hâtivement décorée.

30Plusieurs autres assiettes sont en faïence blanche. Celles dites « calotte » sont d’un usage courant (fig. 273no 2 ; fig. 275, nos 235), tandis que celles en faïence fine sont plus raffinées (fig. 277nos 23). Toujours parmi la faïence, relevons encore un plat ovoïde et godroné de couleur blanche (fig. 274no 1), deux pichets à décor de grand feu, l’un à motif de lambrequin polychrome (fig. 275no 1), l’autre à décor floral (fig. 273no 3), ainsi que deux pichets en simple faïence blanche (fig. 273nos 45), tous très répandus au xviiie s. Enfin, un large récipient cylindrique semble être un rafraîchissoir (fig. 274no 9).

FIG. 273 – Fosse d’aisances nord‑ouest (F 1) du logis de Mme Bontemps : céramiques du milieu du xviiie s. : 1 assiette en faïence à décor polychrome, La Rochelle ou région de Nevers ? 2 assiette « calotte » en faïence ; 3 pichet en faïence à décor polychrome ; 45 pichets en faïence.

FIG. 274 – Fosse d’aisances nord‑ouest (F 1) du logis de Mme Bontemps : céramiques du milieu du XVIIIe s. : 1 plat ovoïde et godronné en faïence ; 2‑5 pots de conservation cylindriques en faïence ; 6 pot à anse en faïence ; 78 marabouts en faïence « Cul‑noir » ; 9 rafraîchissoir en faïence blanche.

FIG. 275 – Fosse d’aisances sud‑est (F 2) du logis de Mme Bontemps : céramiques du milieu et de la seconde moitié du XVIIIe s. : 1 pichet en faïence à décor polychrome ; 23 et 5 assiettes « calottes » en faïence ; 4 plat à barbe en faïence polychrome, La Rochelle (?).

Dessin Chr. Hochstrasser

31Un service « Cabaret » en porcelaine tendre, comprenant huit pièces (fig. 276nos 3‑57) marquées en bleu au cor de chasse avec parfois un « P » (la marque de peintre), provient de la manufacture de Chantilly. Occasionnellement la marque est en creux sous couverte (marque de mouleur). C’est un décor de grand feu au motif d’inspiration chinoise en camaïeu bleu cobalt et glaçure plombifère. Ces pièces appartiennent à la seconde période de la production de cet atelier (1752‑1760). Deux tasses (fig. 276nos 12) et une soucoupe (fig. 276no 6) en porcelaine dure présentent des décors typiques des productions commercialisées par la Compagnie des Indes.

FIG. 276 – Fosse d’aisances sud‑est (F 2) du logis de Mme Bontemps : céramiques du milieu et de la seconde moitié du XVIIIe s. : 1 tasse en porcelaine dure à décor bleu ; 2 tasse en porcelaine dure à décor polychrome, de la Compagnie des Indes (?) ; 3457 bols et soucoupes en porcelaine tendre, service « Cabaret », décor au chinois en camaïeu bleu, Chantilly (1752‑1760), avec marques ; 6 soucoupe en porcelaine dure.

Dessin Chr. Hochstrasser

32La vaisselle domestique comprend des pièces en faïence « cul‑noir », ainsi que des récipients en grès et en pâte commune. La faïence « cul‑noir », très utilisée à partir du début du xviiie s., est représentée par trois marabouts (fig. 274nos7, 8 ; fig. 277no 4) et un couvercle (fig. 277no 1). Les grès sont principalement diverses pièces du Beauvaisis, dont des pichets et des cruches (fig. 270no 6 ; fig. 279no 1). Un pichet, en grès gris à décor au bleu de cobalt, glaçuré au sel (fig. 279no 2), trouve son origine en Rhénanie. La céramique en pâte commune est peu importante. On trouve un couvercle glaçuré (fig. 279no 6), une soucoupe (fig. 279no 7), une assiette (fig. 279no 8), deux pots de fleurs (fig. 279, nos 35), une tèle (fig. 270, no 1) et un caquelon glaçuré (fig. 270, no 7). Seul un pot en pâte fine glaçurée jaune n’appartient pas à la région (fig. 279, no 4).

FIG. 277 – Fosse d’aisances sud‑est (F 2) du logis de Mme Bontemps : céramiques du milieu et de la seconde moitié du XVIIIe s. : 1 couvercle en faïence « cul‑noir » ; 23 assiettes en faïence fine ; 4 marabout en faïence « cul‑noir ».

Dessin Chr. Hochstrasser

FIG. 278 – Fosse d’aisances sud‑est (F 2) du logis de Mme Bontemps : céramiques du milieu et de la seconde moitié du XVIIIe s. : 1 pot de chambre en faïence à décor bleu ; 2‑5 pots de chambre en faïence ; 6‑10 pots de conservation en faïence ; 11 pot de latrine en faïence.

Dessin Chr. Hochstrasser

FIG. 279 – Fosse d’aisances sud‑est (F 2) du logis de Mme Bontemps : céramiques du milieu et de la seconde moitié du XVIIIe s. : 1 cruche en grès du Beauvaisis ; 2 pichet en grès à décor bleu de cobalt et glaçure salifère, Westerwald (?) ; 35 pots de fleurs en pâte commune ; 4 pot en pâte non locale ; 6 couvercle en pâte commune glaçurée ; 7 soucoupe en pâte commune ; 8 assiette en pâte commune glaçurée.

Dessin Chr. Hochstrasser

33La verrerie est également abondante. Elle comprend des bouteilles à vin, gobelets et verres à boire, des fioles à encre, des plats en verre taillé, etc. La plupart des bouteilles à vin proviennent de la cave de Mme Bontemps. Plusieurs sont caractérisées par un long goulot dont l’extrémité à cordon permettait de maintenir un bouchon en liège par un muselet de fer quand il s’agissait de vin pétillant. Certaines de ces bouteilles étaient agrémentées d’un blason : probablement les armes du propriétaire.

34De nombreux cachets ou fragments de cachets de cire proviennent de la couche organique qui tapisse le fond des fosses d’aisances. Trouvés, comme le reste du mobilier, exactement sous le tuyau de chute, ils devaient adhérer à des lettres qui furent jetées dans les commodités. Le papier a bien entendu disparu. Les exemplaires les mieux conservés ont été soumis à Mme Dallas‑Garrigue, alors conservateur du service des Sceaux (Archives de France), à qui nous devons les identifications ci‑après. Parmi les cachets de la fosse d’aisances S.‑E. de la cave de Mme Bontemps, se trouvent (seuls les cachets identifiés sont repris ici) :
– deux cachets de municipalité. Le premier, postérieur à 1789 et antérieur au 10 août 1792, porte un écu sur lequel on lit les mots LA LOI/ET/LE ROI entre trois fleurs de lis. L’écu lui‑même est entouré de branches fleuries. De la légende, il ne reste que les lettres... MUNICIPALITE DE... Sur l’autre fragment, on lit... MUNICIP... ;
– un petit cachet portant un écu ovale à une couleuvre supporté par des rameaux. Cette couleuvre correspond aux armes des Colbert. L’écu ovale permet de dater ce sceau du xviiie s., mais les éléments parahéraldiques (couronne, supports...) ayant quasiment disparu, il est impossible d’identifier le personnage ;
– un cachet bien conservé portant un écu écartelé aux 1 et 4 de gueules à la bande d’argent chargée de 3F de sable ; aux 2 et 3 de gueules au lion d’or à la bande d’azur brochant le tout. Ces armoiries appartiennent à la famille Félix de Muy. Cet écu est entouré des ordres du roi. Or, au xviiie s., Louis Nicolas Victor de Félix, comte de Muy, est le seul membre de cette famille à porter depuis 1764 ces décorations. Ce même personnage fut maréchal de France en 1775. De la fosse d’aisances du logis Valton‑Duparc‑Gosselin proviennent :
– un cachet d’Adrien‑Maurice, duc de Noailles (1698‑1766). Écu ovale de gueules à la bande d’or, timbré d’une couronne, entouré des colliers des ordres du roi, brochant sur deux bâtons de maréchal posés en sautoir, le tout sur un manteau ;
– un cachet de Charles‑Elis, marquis de Ferrières (?). Écu d’azur à trois pommes de pin d’or, supporté par deux lévriers et timbré d’une couronne et d’un heaume à lambrequins ;
– un cachet non identifié (Trimond de Puymichel ?). Écartelé, aux 1 et 4 d’argent à trois cannettes, aux 2 et 3 d’azur à la cloche d’argent accompagnée en chef d’une croisette fleurdelisée d’or ;
– un cachet de la famille Chauvelin. Écu ovale d’azur à un chou et arraché au serpent s’enroulant et engoulant un chou, timbré d’une couronne et supporté à dextre par Ève et à senestre par Adam (cachet identifié par P.‑G. Girault, chargé de mission aux archives départementales du Cher) ; 
– un cachet du ministre Charles‑Alexandre de Calonne. Écu d’azur à trois aigles éployés (d’or). Au franc‑quartier d’argent chargé d’un lion (de sable), timbré d’une couronne et entouré des colliers des ordres du roi ;
– un cachet royal. Écu ovale d’azur à trois fleurs de lis d’or, entouré des colliers des ordres du roi ;
– deux cachet de Louis Phélypeaux, marquis, puis duc de La Vrillière. Écu écartelé, aux 1 et 4 d’azur semé de quintefeuilles d’or, du franc‑quartier d’hermines (Phelypeaux), aux 2 et 3 d’or à trois maillets de sinople (Mailly) ;
– un cachet d’un régiment royal (fragment) (?). On ne voit plus que la couronne fleurdelisée et fermée et les mots de la légende ...LE ROYAL R (EGIMENT)...(?) ;
– un cachet de Philippe‑Henri, marquis de Ségur. Écu écartelé, aux 1 et 4 au lion, aux 2 et 3 d’argent plein, entouré des colliers des ordres. Philippe‑Henri devint chevalier de l’ordre du Saint‑Esprit en 1767. Sur ce cachet, il semble qu’il n’y ait pas les bâtons de maréchal en sautoir derrière l’écu. Il serait donc antérieur à 1783, date à laquelle le marquis de Ségur reçut ce titre.

35Les quelques pièces datées, comme les faïences de Strasbourg, de La Rochelle ou de Nevers et les porcelaines de Meissen ou de Chantilly, ont presque toutes été fabriquées vers le milieu du xviiie s. ou dans la décennie qui suit. Mais leur rejet dans les fosses d’aisances est certainement quelque peu postérieur. De leur côté, les cachets de cire attestent une utilisation des fosses d’aisances dans la seconde moitié du xviiie s. Celui d’Adrien‑Maurice de Noailles est antérieur à 1766, date de sa mort ; celui de Louis Nicolas Victor Félix de Muy doit être daté entre 1764 et 1775 ; celui de Philippe‑Henri de Ségur est antérieur à 1783. Toutefois la présence de deux cachets de municipalité (1789‑1792) indique que les fosses d’aisances furent utilisées jusqu’à leur destruction lors de la journée dramatique du 10 août 1792.

9.2 Le xixe s.

36Les vestiges du xixe s., découverts sur le site des jardins du Carrousel, n’ont pas été fouillés, ni relevés. Seules les fondations d’un imposant bâtiment provisoire des postes méritent une brève mention, en raison des traces curieuses qu’elles ont laissées dans le sol.

Les fondations de la poste centrale de la cour des Tuileries

37À l’extrémité nord du chantier archéologique, dix‑sept trous parfaitement circulaires et formant un réseau régulier sont apparus lors des décapages (fig. 280). Mesurant environ 1 m de diamètre, ils sont comblés de sable et de gravats divers. Les fonds sont généralement plats, sauf dans quelques cas où ils forment une cuvette. La profondeur de deux d’entre eux a été relevée : l’un se trouve à 3,55 m et l’autre à 4,75 m sous le niveau actuel du jardin (34,70 m ngf). Malgré des lacunes, leur alignement est manifeste. Leur position stratigraphique (recoupant les niveaux des Temps modernes) et quelques fragments de céramique, dont un pot portant l’inscription « Brillant BEL Breveté SGDG FOURGAULT », permettent de dater ces structures de l’époque contemporaine.

FIG. 280 – La poste à la fin du XIXes. et le mur des grilles du château des Tuileries. Les points pochés correspondent aux fondations circulaires de la poste provisoire, retrouvées lors des fouilles.

Dessin FJC

38Ce réseau de trous peut être identifié comme étant les fondations d’un hôtel des postes provisoire, construit dans la partie nord de la cour du château des Tuileries, quelques années après la Commune, en attendant que fut achevé le bâtiment actuel des Postes, rue du Louvre. Les Archives nationales conservent un dossier sur le bâtiment qui fut élevé à cet emplacement (AN, série VA‑126). Ce dossier comprend l’ensemble des propositions d’implantation, ainsi que le projet retenu (plans et élévations), avec une implantation parallèle à l’actuel musée des Arts décoratifs. Le plan (fig. 281) fut dressé le 29 décembre 1879 par l’architecte Julien Guadet, premier grand prix de Rome (1864) et professeur de théorie de l’architecture à l’École des beaux‑arts. Il a été vu et approuvé par le directeur des Bâtiments civils et Palais nationaux le 12 janvier 1880.

FIG. 281 – Localisation de la poste provisoire sur le site du Carrousel. Plan d’origine accompagnant le projet.

Cliché AN VA 126.

39Les plans permettent de se faire une idée de la taille de ce bâtiment provisoire, qui se développe sur plus de 200 m de long et 40 m de large, sauf à l’extrémité ouest, où il est plus étroit pour échapper au palais des Tuileries. Il comprend 15 travées E.‑O. et 5 travées N.‑S., pour une surface totale d’environ 7 500 m2. La structure métallique est très simple et permet une disposition intérieure particulièrement souple. La poste centrale est représentée sur un tableau de Guiseppe de Nittis, daté de 1882, conservé au musée d’Orsay (renseignement E. Jacquin).

40Avec ces vestiges, auxquels on ajoutera encore le mur supportant la grille du château des Tuileries (fig. 280), posée par P. Fontaine en 1801, et le réseau d’égouts et de citernes utilisé jusque dans les derniers jours précédant les fouilles, s’achève la longue évocation des interventions humaines qui ont laissé leur empreinte dans le sol du Louvre.

Notes

1 AN, pièce 01 1682, 510, citée par Couty 1991 : 25.

2 Document conservé dans les manuscrits de la collection Charavay, à la BHVP. Renseignement aimablement communiqué par M. Couty. Sur ces événements, voir aussi Couty 1988 : 239‑261.

Table des illustrations

Légende PLAN VIII – Plan général des vestiges du XVIIIe s. : A logis de la cour des Suisses ; B bâti dans la cour des Princes ; C bâti des hôtels autour de la place du Carrousel (cf. § 9.1 p. 334‑337).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45115/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende PLAN IX – Les logis de la cour des Suisses, a d’après le plan des « Cours du Gouvernement et des Suisses du palais des Thuilleries avec les dépendances », publié chez Dupré en 1738 (AN VA 5951) ; b identification des logis d’après M. Couty, avec superposition des vestiges archéologiques retrouvés : A pavillon des officiers suisses ; B dépendances de Mme Bontemps ; C logis des officiers des Invalides ; D corps de garde oriental ; E logis Tarlet‑Dubois ; F logis Valton‑Gosselin‑Duparc ; G logis de M. de Chérisey ; H écurie et remise Tarlet (avant‑corps de garde) ; I logis Bourlet ; J cuisines et communs de Mme Bontemps.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45115/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende FIG. 265 – Vue générale de la cave de Mme Bontemps.
Crédits Cliché FJC.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45115/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende FIG. 266 – Parements de la cave de Mme Bontemps éclatés sous l’effet d’un feu violent.
Crédits Cliché FJC.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45115/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende FIG. 267 – Tuyau de chute de la fosse d’aisances N.‑O. de la cave de Mme Bontemps.
Crédits Cliché FJC.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45115/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende FIG. 268 – Fosse d’aisances du logis Valton‑Duparc‑Gosselin.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45115/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende FIG. Z’ – Bourdalou en faïence à décor polychrome signé Paul Hannong (milieu XVIIIe s.) (cf. § 9.1.3.4)
Crédits Cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45115/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 8,1k
Légende FIG. Z – Tête en terre cuite brisée et brûlée, trouvée dans le puits commun des logis Tarlet et Valton. Sur la joue, des marques de coups (de sabre ?).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45115/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende FIG. 269 – Fosse d’aisances nord‑ouest (F 1) du logis de Mme Bontemps : pot de chambre en faïence à décor polychrome, milieu du XVIIIe s.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45115/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende FIG. 270 – Fosse d’aisances nord‑ouest (F 1) du logis de Mme Bontemps : céramiques du milieu du XVIIIe s. : 1 tèle en pâte commune ; 23 pot de chambre en faïence ; 45 assiettes en porcelaine dure de Meissen, décor à l’osier ; 6 cruche en grès du Beauvaisis ; 7 caquelon en pâte commune.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45115/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende FIG. 271 – Fosse d’aisances nord‑ouest (F 1) du logis de Mme Bontemps : bourdalou en faïence à décor polychrome signé Paul Hannong, milieu du XVIIIe s.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45115/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende FIG. 272 – Fosse d’aisances nord‑ouest (F 1) du logis de Mme Bontemps : bourdalou en faïence à décor polychrome, milieu du XVIIIe s. s.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45115/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende FIG. 273 – Fosse d’aisances nord‑ouest (F 1) du logis de Mme Bontemps : céramiques du milieu du xviiie s. : 1 assiette en faïence à décor polychrome, La Rochelle ou région de Nevers ? 2 assiette « calotte » en faïence ; 3 pichet en faïence à décor polychrome ; 45 pichets en faïence.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45115/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende FIG. 274 – Fosse d’aisances nord‑ouest (F 1) du logis de Mme Bontemps : céramiques du milieu du XVIIIe s. : 1 plat ovoïde et godronné en faïence ; 2‑5 pots de conservation cylindriques en faïence ; 6 pot à anse en faïence ; 78 marabouts en faïence « Cul‑noir » ; 9 rafraîchissoir en faïence blanche.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45115/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende FIG. 275 – Fosse d’aisances sud‑est (F 2) du logis de Mme Bontemps : céramiques du milieu et de la seconde moitié du XVIIIe s. : 1 pichet en faïence à décor polychrome ; 23 et 5 assiettes « calottes » en faïence ; 4 plat à barbe en faïence polychrome, La Rochelle (?).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45115/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Légende FIG. 276 – Fosse d’aisances sud‑est (F 2) du logis de Mme Bontemps : céramiques du milieu et de la seconde moitié du XVIIIe s. : 1 tasse en porcelaine dure à décor bleu ; 2 tasse en porcelaine dure à décor polychrome, de la Compagnie des Indes (?) ; 3457 bols et soucoupes en porcelaine tendre, service « Cabaret », décor au chinois en camaïeu bleu, Chantilly (1752‑1760), avec marques ; 6 soucoupe en porcelaine dure.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45115/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Légende FIG. 277 – Fosse d’aisances sud‑est (F 2) du logis de Mme Bontemps : céramiques du milieu et de la seconde moitié du XVIIIe s. : 1 couvercle en faïence « cul‑noir » ; 23 assiettes en faïence fine ; 4 marabout en faïence « cul‑noir ».
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45115/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende FIG. 278 – Fosse d’aisances sud‑est (F 2) du logis de Mme Bontemps : céramiques du milieu et de la seconde moitié du XVIIIe s. : 1 pot de chambre en faïence à décor bleu ; 2‑5 pots de chambre en faïence ; 6‑10 pots de conservation en faïence ; 11 pot de latrine en faïence.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45115/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende FIG. 279 – Fosse d’aisances sud‑est (F 2) du logis de Mme Bontemps : céramiques du milieu et de la seconde moitié du XVIIIe s. : 1 cruche en grès du Beauvaisis ; 2 pichet en grès à décor bleu de cobalt et glaçure salifère, Westerwald (?) ; 35 pots de fleurs en pâte commune ; 4 pot en pâte non locale ; 6 couvercle en pâte commune glaçurée ; 7 soucoupe en pâte commune ; 8 assiette en pâte commune glaçurée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45115/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende FIG. 280 – La poste à la fin du XIXes. et le mur des grilles du château des Tuileries. Les points pochés correspondent aux fondations circulaires de la poste provisoire, retrouvées lors des fouilles.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45115/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende FIG. 281 – Localisation de la poste provisoire sur le site du Carrousel. Plan d’origine accompagnant le projet.
Crédits Cliché AN VA 126.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45115/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 183k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search