Version classiqueVersion mobile

Les jardins du Carrousel (Paris)

 | 
Paul Van Ossel

Partie II. Le Carrousel englobé par la ville

Chapitre 7. La croissance d’une ville : les tuileries parisiennes du faubourg Saint‑Honoré

7 Das Wachstum einer Stadt: die pariser Ziegeleien des faubourg Saint‑Honoré

7 Growth of a city: the Parisian tile Works in the Faubourg Saint Honoré

Bruno Dufaÿ

Résumé

La plus grande partie d’une vaste zone artisanale suburbaine, active du Moyen Âge à la Renaissance, a été fouillée dans la partie sud des actuels jardins du Carrousel. Ce secteur, étroitement spécialisé, était composé de plusieurs tuileries juxtaposées dont on peut suivre l’évolution et les transformations sur la longue durée, au gré du développement et des récessions de la capitale. L’excellent état des vestiges a permis aussi de retracer avec précision la chaîne de fabrication des tuiles, avec toutes les infrastructures correspondantes : trop souvent en effet les fouilles d’ateliers se limitent à celles des fours. En outre, grâce aux archives, la plupart des tuileries ont pu être identifiées.

Texte intégral

7.1 Introduction

1En 1985, Jean Chapelot pouvait regretter en parlant des tuileries que « nous ne connaiss[i]ons actuellement aucune installation de ce genre en France » (Chapelot 1987a : 176). Les fouilles menées d’août 1985 à mars 1987 sur le futur emplacement du laboratoire de recherche des Musées de France permirent de pallier cette lacune par l’exploration d’un ensemble incomparable d’installations artisanales complètes, qui s’échelonnent du milieu du xiiie s. à la fin du xvie s. La chronique des fouilles de la revue Archéologie médiévale témoigne de la découverte, depuis cette date, de divers fours de tuiliers voire, en Bourgogne, d’un atelier quasi complet sur une surface d’environ 3 500 m2 (Charlier 1994) ; mais les ateliers parisiens, par leur ampleur (8 500 m2), demeurent une source de première importance (fig. 210).

FIG. 210 – Plan général des vestiges du XIIIe au XIXe s. fouillés en 1985‑1986 dans le secteur VDI/DMF des jardins du Carrousel.

Dessin B. Dufaÿ/SADY.

2Au‑delà de la révélation d’un pan méconnu de l’histoire de Paris, ce fut l’occasion pour la première fois d’étudier concrètement les installations et les techniques des tuiliers médiévaux et de la Renaissance. Cette longue période permit aussi de mettre en évidence des évolutions, liées à l’histoire de la ville comme à celle des techniques. Malheureusement, les circonstances matérielles de l’opération n’ont pas permis d’assurer à cet ensemble l’étude qu’il méritait : le présent chapitre n’est donc que le canevas d’une recherche qui n’est pas totalement aboutie.

7.2 Les tuiliers au pied du mur : une activité soumise aux aléas du temps

7.2.1 Seconde moitié du xiiie‑début du xive s. : un essor interrompu

7.2.1.1 Identification des tuileries d’après les archives

3La zone qui nous intéresse était totalement hors les murs de Paris jusqu’à ce que soit donnée à la ville une nouvelle enceinte, hâtivement établie par Étienne Marcel en 1356, puis reprise par Charles V une dizaine d’années plus tard (cf. supra chap. 5). Toutefois, les tuileries resteront hors la ville, regroupées davantage vers l’ouest (fig. 211) : cet artisanat polluant et à risque ne pouvait bien sûr se situer dans l’agglomération elle‑même.

FIG. 211 – Schéma de localisation des trois tuileries de la seconde moitié du XIIIe s.

DAO M.-C. Gaffory d’ap. B. Dufaÿ/SADY.

  • 1 « [...] Nous notons qu’en notre présence le nommé Almaricus, tuilier, assure que lui‑même avait et (...)

4Les tuileries sont attestées faubourg Saint‑Honoré depuis 1274. Trois sont mentionnées par le cartulaire de l’Hôtel‑Dieu, dans une phrase assez vague mais qui, recoupée avec les témoignages archéologiques, permet d’en proposer la localisation précise : « [...] Notum facimus quod in nostra presentia constitutus Almaricus tegularius assuerit quod ipse habebat et possidebat quamdam tegulariam sitam Parisius extra muras, versus ecclesiam Sancti Thome de Lupera, super Secanam, inter alias tegularias ibidem existentes, contiguam ex una parte tegularie que fuit quondam defuncti Johannis Hendardi, civis parisiensis, et tegularie que fuit quondam defuncti Thome dicti le Tacheur, ex altera, in censiva domini parisiensis Episcopi, que tegularia fuit quondam defuncti Roberti dicit Belles fratris, et quam tegulariam cum totis suis pertinenciis idem Almaricus receperat ab executoribus testamenti dicti defuncti Roberti [...] »1 (Brièle, Coyecque 1984 : n° 765 ; Berty 1866 : 325‑326). De ce texte, nous pouvons conclure que les tuileries étaient déjà implantées depuis un certain temps dans le secteur : deux ont déjà eu un propriétaire, défunt en 1274 ; le tuilier Amaury, qui fait l’objet de la sentence, tenait lui‑même sa tuilerie en héritage d’un certain Robert, dit Beau‑Frère ; peut‑être faut‑il faire remonter leur installation au milieu du siècle ?

5Les fouilles récentes n’ont fait découvrir qu’une seule tuilerie pour laquelle le mobilier céramique associé permet d’envisager qu’elle date de la seconde moitié du xiiie s. : la St 52.6. En outre, la dernière cuisson de sa première phase (elle en compte deux) a été datée de la fin du xiiie s. par archéomagnétisme (analyse faite par Mme Bucur, laboratoire de Géomagnétisme de Saint‑Maur, CNRS).

6Cependant, un autre four, repéré lors de la reconstruction de la salle des États du palais du Louvre au xixe s., est sûrement ancien. Il se trouve en effet très proche de l’enceinte de Charles V, sous ses défenses avancées : il est donc antérieur aux travaux de fortification (Berty 1868 : 46‑47 ; four attribué par erreur à Bernard Palissy, cf. Dufaÿ et al. 1987 : 34 et note 7), et sans doute aussi au manoir d’Ernoul de la Haute‑Maison, attesté dans ce secteur depuis 1309 (mais avec des limites imprécises, cf. supra chap. 4). Cette tuilerie était la plus orientale, la plus proche de Paris ; aucune trace d’artisanat céramique n’a été retrouvée dans les fouilles de la cour Napoléon.

7Quelle était la troisième tuilerie mentionnée par le document de 1274 ? Ce texte indique que celle d’Amaury était entre deux autres, celles de Thomas le Tacheur et de Jean Hendard. Ces deux personnages étant morts à cette époque, nous ne savons pas dans quel état était leurs exploitations, mais elles étaient suffisamment présentes pour constituer un point de repère topographique. Aucune tuilerie entre celle de la salle des États, la plus à l’est, et la St 52.6 ne peut dater du xiiie s. La St 52.6 doit donc être la tuilerie d’Amaury. Il est impossible de déterminer de quel côté de cette dernière se trouvaient respectivement celles de Thomas et de Jean, mais l’une des deux devait être la tuilerie de la salle des États. Il faut donc chercher la troisième à l’opposé de celle‑ci par rapport à la St 52.6.

8Aucune tuilerie trouvée dans les fouilles récentes ne convient, d’un point de vue stratigraphique ou par le mobilier associé : il est probable qu’il s’agit plutôt de celle dont le four a été repéré en 1861 presque au droit du pavillon de Flore, à environ 14 m au nord de la Grande galerie du Louvre (Berty 1868 : 48). Ce four fut également attribué à Bernard Palissy, mais ses caractères morphologiques comme l’absence de trouvailles palisséennes aux abords invitent à le considérer comme tuilier. Il est orienté E.‑O., c’est‑à‑dire de la même manière que la St 52.6. Cette pratique, qui ne sera plus reprise pour des fours de cette ampleur, est peut‑être un indice de contemporanéité ; il est d’ailleurs à peu près dans le même alignement.

7.2.1.2 La plus ancienne tuilerie fouillée : la St 52.6

9Il s’agit donc selon toute vraisemblance de celle d’Amaury, comme il vient d’être démontré. Cette tuilerie est centrée sur le four St 52.6, dans la partie S.‑O. de la fouille (fig. 212‑214). Deux phases d’évolution ont pu être repérées. Une précision de vocabulaire s’impose ici : les phases qui vont être décrites correspondent à une complète réorganisation de l’espace de la tuilerie, ou au moins à la reconstruction du four, et non à de simples réparations. Chaque phase peut comprendre en effet plusieurs réparations. Les réfections ou reconstructions sont plus ou moins importantes mais représentent toujours un arasement total ou presque des maçonneries de tuiles (parois intérieures du laboratoire, arcs de sole, alandiers), et la reconstruction, parfois complète, de la chemise de pierre qui entoure le laboratoire. En outre, dans bien des cas, l’orientation du four change, ce qui nécessite le creusement d’une nouvelle aire de chauffe.

FIG. 212 – Schéma de l’évolution de la tuilerie centrée sur le four St 52.6, attribuée à Amaury (milieu du XIIIe‑début du XIVe s.) : a phase I ; b phase II.

DAO M.-C. Gaffory d’ap. B. Dufaÿ/SADY

FIG. 213 – Plan et coupes du four St 52.6, attribué à Amaury (milieu du XIIIe‑début du XIVe s.).

Dessin Cl. Vibert-Guigue.

FIG. 214 – Vue d’ensemble du four de tuilier St 52.6, depuis le sud.

Cliché CNL

Phase I

10Dans son premier état (F 52.42), le four est de plan carré de 3,20 m de côté dans œuvre, à deux alandiers précédés d’une aire de chauffe simplement creusée dans le sable. Celle‑ci s’ouvre vers la Seine, donc vers le bas de la pente (6 % à cet endroit, alors qu’elle devient négligeable quelques mètres plus loin) ; le four est par conséquent encastré plus profondément dans le sol. Cette manière de faire avait deux avantages : rendre l’accès à faire de chauffe plus aisé (il y avait un mètre de moins de hauteur pour y descendre) et favoriser la solidité et l’isolation thermique de la chambre de chauffe et du laboratoire.

11Les ratés de cuisson sont répandus derrière le four jusqu’à buter contre lui, en une large nappe (61074 et 61093). Un autre épandage se trouve au bord de faire de chauffe, sur son côté gauche. On a le sentiment qu’était appliquée la loi du moindre effort, les rejets se faisant le plus près possible, l’essentiel étant que l’accès à l’aire de chauffe (ici par le sud et l’est) et au four (par l’est) soit maintenu.

12On peut sans doute relier à ce premier état de la tuilerie les traces partielles d’un petit bâtiment (F 52.70). Il n’est pas calé stratigraphiquement par rapport au four lui‑même, mais il est sous une autre construction attribuée au deuxième état de la tuilerie (F 61.7 et F 61.9). Sa fonction est indéterminée, malgré la présence d’une couche d’occupation très cendreuse et pleine de céramique commune très fragmentée, sans doute par piétinement (local de repos des tuiliers, à une dizaine de mètres du four ?). Les bâtiments de fabrication et de stockage n’ont pas été retrouvés dans la surface fouillée et devaient se trouver plus proches du fleuve. Les limites de cette première tuilerie sont très hypothétiques :
– au nord, un mur (52191), auquel ne correspond ni sol construit ni couche d’occupation digne de ce nom, est conservé sur une cinquantaine de centimètres de haut : il peut constituer la clôture de ce côté. Il était arasé en tout cas quand une nouvelle tuilerie s’implantera dans ce secteur, après que la parcelle aura été remise en culture. Sa profondeur de fondation (faible : 0,10 à 0,15 m, ce ne devait pas être un mur porteur) s’accorde avec le niveau du sol de l’époque ;
– à l’est et à l’ouest, les limites sont très incertaines : à l’est, ce peut être l’alignement du bâtiment F 52.70 et de la fosse qui servira à jeter la démolition du premier état du four (cf. infra phase II) ; il n’y a pas de traces d’artisanat tuilier au‑delà de cette limite ; là pouvait aussi courir le chemin d’accès à la tuilerie. À l’ouest, il est proposé de la fixer également à l’arrêt des traces d’artisanat ;
– au sud, il est vraisemblable que le terrain de la tuilerie descendait jusqu’à la Seine, de façon à favoriser les chargements fluviaux.

Phase II

13Quelque temps après, cette tuilerie subit des remaniements assez importants. Le four fut changé d’orientation (F 52.41) : le laboratoire étant maintenu à la même place, les alandiers et l’aire de chauffe furent aménagés à l’ouest. Les débris de l’ancien four furent enfouis dans une fosse creusée à côté de l’ancienne aire de chauffe ; ces deux excavations furent recouvertes de terre végétale, de façon à créer un sol plus propre et à compenser un peu la pente du terrain.

14Les ratés de cuisson (61063 et 61065) furent encore rejetés à proximité du four, au nord, mais un peu plus loin, de façon à ménager une circulation menant à la porte d’un bâtiment (F 61.7 et F 61.9). À un moment donné, une tranchée (F 61.20) rattrapait peut‑être une descente d’eau verticale à l’angle N.‑O. du bâtiment. Une fosse rectangulaire, encore partiellement dallée de calcaire d’environ 4 x 2 m et profonde de 0,60 m, était aménagée à l’extrémité de la construction et servait sans doute de bassin de marchage de l’argile (F 52.72). Les autres installations ne sont pas davantage connues que pour la phase I et ont dû rester dans le même secteur.

7.2.2 Une phase de transition : déplacement de l’artisanat vers l’ouest

15Vers le début du xive s., presque toute cette zone fut remise en culture. Une couche de terre végétale épaisse d’une cinquantaine de centimètres (52261, 52443, 61033) fut rapportée sur ce qui restait des fours, bâtiments et dépotoirs ; bien que cette terre ait été érodée par la suite (il nous en reste 0,20 à 0,30 m d’épaisseur), le bas de plusieurs semelles de labours a pu être observé par endroits.

16Une clôture partagea un moment cet espace, avec une porte (légers fossés avec une interruption). Cette limite perdura jusque tard dans le xvie s. ; les deux secteurs ainsi séparés eurent des destinées différentes peu après cette première clôture : toute la partie orientale connut en effet une recharge de terre végétale, également d’une cinquantaine de centimètres. Il est tentant de voir dans cet épisode une conséquence de l’occupation du secteur par le manoir d’Ernoul de la Haute‑Maison, puis de Pierre des Essarts, à partir du début de 1309 et jusqu’à la construction de l’enceinte de Charles V (cf. supra chap. 4). Plus particulièrement, l’acte de 1309 fait obligation à Ernoul « d’améliorer la terre » qu’il prend à cens (cf. supra chap. 4, note 30).

17Toutefois, les tuileries ne disparurent pas du faubourg Saint‑Honoré dans la première moitié du xive s. Seules les deux tuileries orientales n’ont pas dû coexister avec le manoir des Essarts : celle de la salle des États et celle à laquelle appartenaient les fours de la St 52.6. En revanche, la tuilerie occidentale, trouvée en 1861, est en dehors des limites du manoir. De fait, l’angle S.‑O. de la fouille n’a pas révélé cette phase de remise en culture, et des sols de plâtre vus en coupe peuvent avoir fait partie de cette tuilerie. C’est sans doute aussi de cette époque que date une tuilerie installée nettement plus à l’ouest, dans le jardin des Tuileries, qui n’a pas été fouillée mais qui est recouverte par une voirie du xive s. (information P.‑J. Trombetta).

7.2.3 Les tuileries du dernier tiers du xive s. et la régression du xve s.

18Après la mort de Pierre des Essarts (1349) ou la construction de l’enceinte (1366), la vocation artisanale du secteur reprit une nouvelle importance, avec à nouveau trois tuileries attestées par les textes dans les années 1370‑1373 (fig. 215). Il est intéressant de noter qu’à partir de cette période, la trame parcellaire du secteur change. Depuis l’époque romaine au moins, l’occupation du sol s’organisait par rapport à la Seine, dans une trame orthogonale perpendiculaire au fleuve ; le château de Philippe Auguste y est inséré. Cela sera encore le cas au bas Moyen Âge, mais avec un décalage d’environ trois degrés (Bonis et al. 1987).

FIG. 215 – Schéma de situation des tuileries vers 1400.

DAO M.-C. Gaffory d’ap. B. Dufaÿ/SADY.

19Cette nouvelle orientation correspond à celle de l’enceinte de Charles V : elle a dû entraîner un remodelage des parcelles, les nouveaux bornages se faisant à partir d’elle, en particulier ceux du lotissement par les Quinze‑Vingts d’une partie de leur clos, vers 1390‑1392. Les tuileries des années 1370 sont encore orientées selon l’ancienne trame : le schéma s’infléchit à la phase IV de celle de Guiot de Moucy, datée du premier quart du xve s. (cf. infra § 7.2.3.1). Toutes les grandes tuileries du xvie s. seront calées sur le nouveau cadastre, à quelques survivances près. Ce sera enfin le cas du château des Tuileries : il ne sera donc pas parallèle au Louvre ancien, ce qui posera des problèmes à tous les architectes chargés dans le futur de réunir les deux palais...

7.2.3.1 La tuilerie de Guiot de Moucy

Identification

20Le censier de l’Évêché donne en 1373 trois tuileries dans le secteur du Carrousel. L’une est celle de Guillaume ou Guiot de Moucy (Berty 1866 : 326‑327) ; elle est encore mentionnée dans le censier de 1399. Elle avait auparavant appartenu à quelqu’un dont le nom ne nous à pas été conservé. On sait, par une sentence rendue contre Guillaume le 6 juillet 1370, le condamnant à relever le mur mitoyen entre le clos des Quinze‑Vingts et « un clos ou une pièce de terre, qui croit estre et estoit audit Guillaume, estant et assis derrières une tuillerie et maison que il avaoit devers la rivière de Saine, oultre la dite bastide Saint Honnoré », qu’elle tenait au nord au « clos rural » des Quinze‑Vingts et au sud à la Seine. On sait aussi par le même texte que le clos de Moucy avait été amputé « de certaine quantité et grant partie » par la construction de l’enceinte de Charles V ; c’est donc la plus orientale de cette époque, et elle devait tenir au chemin le long des fossés.

21Il faut l’identifier probablement avec la St 52.1. Rien ne s’y oppose d’un point de vue stratigraphique, et la céramique de l’aire de chauffe de la première phase convient tout à fait pour la seconde moitié du xive s., avec l’apparition d’un peu de grès du Beauvaisis parmi la céramique parisienne habituelle ; et c’est la tuilerie la plus orientale de cette époque. Pas moins de six phases ont pu être observées, sans compter les réfections partielles du four entre chacune des reconstructions complètes (fig. 216‑218).

FIG. 216 – Schéma de l’évolution de la tuilerie centrée sur le four St 52.1, attribuée à Guiot de Moucy (vers 1356 ou 1365‑67) : a phase I ; b phase II ; c phase III ; d phase IV ; e phase V ; f phase VI.

DAO M.-C. Gaffory d’ap. B. Dufaÿ/SADY.

FIG. 217 Plan du Four St 52.1.

Dessin Cl. Vibert-Guigue

FIG. 218 – Vue d’ensemble, depuis le sud, du dernier état du four de tuilier St 52.1 attribué à Guiot de Moucy.

Cliché CNL

Phase I

22Le premier four (F 52.68) de Guiot de Moucy est dans la même situation topographique que celui d’Amaury : faire de chauffe est creusée vers la Seine, mais l’ensemble est situé un peu plus haut sur le replat. C’est également un four carré à deux alandiers, de dimensions pratiquement identiques.

23Le dépotoir principal est à quelques mètres au nord du four ; il ne s’agit pas d’un épandage, mais d’une fosse oblongue (8 x 4 m) creusée dans le sable, d’une profondeur d’un bon mètre (F 52.30). Cette fosse, outre les ratés de cuisson de tuiles et d’objets en pâte à tuile, a reçu les rejets de démolition de ce premier état du four. Une petite fosse remplie de fragments de tuiles se trouve également à quelque 12 m à l’ouest du four. Noter enfin deux tranchées peu profondes, contenant notamment des rebuts d’objets en pâte à tuile.

24Aucun bâtiment lié à ce four n’a été découvert dans l’emprise de la fouille ; comme pour la tuilerie d’Amaury, il faut les imaginer plus bas vers la Seine. En revanche, nous sont connues quelques structures excavées de petite taille, qui sont probablement des installations liées au stockage ou au traitement de l’argile (F 52.37, F 52.54, F 52.71) (cf. infra § 7.3.1). Il est difficile de les rattacher à l’un ou l’autre état de la tuilerie : les propositions faites sur les plans de phase sont donc hypothétiques.

25Une maison peut sans doute être rattachée à cette tuilerie, proche de l’enceinte urbaine (Gaucher et al. 1992 : 26‑27). Elle est stratigraphiquement postérieure à l’état II des fortifications, celles de Charles V construites à partir de 1366 ; ses niveaux d’occupation les plus anciens contiennent de la céramique du xive s. Il n’en a été fouillé qu’un angle, révélant la présence d’une cave et de plusieurs phases d’occupation. Au xve s., quand elle a été détruite par la construction des défenses avancées durant l’état III de l’enceinte (cf. § 5.4.3.2), elle était incluse dans faire d’exploitation de la tuilerie. En effet, des épandages de tuiles couronnent cette démolition et se trouvent mêlés aux premiers remblais du talus défensif.

Phase II

26Le four a été refait entièrement une fois, sur le même plan (F 52.64). Une deuxième fosse dépotoir, plus grande (F 52.29), a été creusée à côté de la précédente, un peu plus près du four. Pour ce qui est des bâtiments ou des installations liées au traitement de l’argile, les mêmes commentaires sont à faire que pour la phase I.

Phase III

27La phase III inaugure des changements importants dans l’organisation de la tuilerie : le four (F 52.49) est retourné vers le nord, mais reste construit selon le même principe. Une fosse étroite et longue a été creusée le long du côté ouest du four et a servi à recueillir la démolition du four précédent (53533) ; elle continue de servir pour les ratés de cuisson, mais s’avère trop petite, puisque les épandages de tuiles ont largement débordé cet espace (52374).

28L’accès au four par le nord a pu contribuer à déplacer vers ce côté certains bâtiments de la tuilerie : c’est sans doute à cette phase que peut être rattaché l’angle d’un bâtiment aux murs assez minces, non fouillé et donc de destination inconnue, qui se dressait à une douzaine de mètres au N.‑E. du four (F 67.8). Un petit bassin carré constitue toujours l’installation‑type de traitement de l’argile (F 52.46).

Phase IV

29À cette phase les changements continuent et transforment la physionomie générale de la tuilerie ; les équipements se modifient. Le four est refait sur le même modèle (F 52.50) ; toutefois, une innovation apparaît au niveau de l’aire de chauffe. Toujours creusée dans le sable, elle est complétée par une petite construction en dur, sorte de guérite carrée, partiellement en sous‑sol (F 52.18), qui a dû servir d’abri et de repos au chauffeur pendant les cuissons. Ce dispositif équipera toutes les grandes tuileries du xvie s., mais nous en avons là une préfiguration, dès sans doute le premier quart du xve s. (cf. infra § 7.3.3.1).

30Cet édicule dépassait le niveau du sol puisqu’une canalisation (F 52.36) devait récupérer les eaux de sa toiture pour la conduire à un bassin rectangulaire réservé au traitement de l’argile (F 52.39). Ce bassin, aux parois faites pour partie de tuiles et pour partie de moellons de calcaire non équarris, était alimenté par une autre canalisation (F 52.38), qui devait aussi récupérer l’eau d’une toiture. Ce bâtiment n’est plus guère repérable que par une petite portion d’une tranchée de récupération de mur, et surtout par le fait que la canalisation F 52.38 forme un angle droit qui en ménage l’emprise en négatif ; cet angle constitue le point haut d’où devait descendre un tuyau vertical.

31Une série de petites fosses profondes de 1 à 2 m sont alignées le long du chemin menant au bâtiment F 67.8. Elles ont dû servir de dépotoir à cette phase ainsi que, peut‑être déjà, des zones plus éloignées de la tuilerie à l’est ou au nord (cf. infra phases V et VI).

Phase V

32La phase V correspond à une reconstruction du four (F 52.52) au même endroit. À cette phase appartient aussi la reconstruction du bâtiment au nord de la tuilerie (F 67.10), dans un angle formé par des murs de la clôture qui s’en détachent à l’ouest et au sud. Le bassin construit à la phase IV continue d’être utilisé.

33La zone de dépotoirs était sans doute située hors de la tuilerie stricto sensu, selon une habitude qui sera largement reprise par la suite : à l’est du four et du bâtiment nord, à un endroit qui a été presque entièrement recreusé au début du xviie s. (carrière de sable pour la construction de la contrescarpe du jardin de Claude Mollet, en 1601‑1602) (cf. infra § 8.2.1) ; une petite fosse et une faible portion d’une plus grande subsistent au nord du creusement.

Phase VI

34La phase VI voit non seulement la construction d’un dernier four (F 52.9), mais celle de la première aire de chauffe entièrement maçonnée en cave sur le site, comme cela sera la règle au xvie s. On y accédait par un escalier situé dans l’angle N.‑E. La dernière réfection de ce four ne fut pas suivie d’utilisation, car les carreaux du sol ont été retrouvés crus : l’interruption définitive de l’activité de la tuilerie de Guiot de Moucy dut être d’une certaine brutalité.

35Les dépotoirs se sont alors déplacés vers le N.‑O. (F 67.3), aux abords du four de Clément de Moucy alors abandonné, qui était situé immédiatement au nord (cf. infra § 7.2.3.2). L’analyse de la succession des fosses dans le temps permet d’observer que ce sont d’abord les secteurs les plus proches du four qui ont été utilisés.

36Enfin, c’est sans doute à cette dernière phase qu’il convient de situer la construction d’une maison (St 67.2), juste au nord du four, à l’emplacement de l’ancien petit bâtiment d’exploitation. Il existe peu d’indices pour dater cette construction qui n’a pas été vraiment fouillée. Son occupation n’est connue que par une latrine, qui contenait seulement des dépôts liés à l’atelier de Palissy. Toutefois, la grande zone de dépotoirs qui s’étendra au nord et à l’ouest à partir du deuxième quart ou du deuxième tiers du xve s. (cf. infra § 7.2.5.2) tient manifestement compte de sa présence : elle existait donc avant son extension. On ne peut non plus être sûr qu’elle était liée à la tuilerie, mais sa situation topographique invite à le penser. Elle vint remplacer sans doute la maison édifiée plus à l’est, disparue lors de la construction des défenses avancées de l’état III de l’enceinte ; cette zone en travaux servit un bref moment de dépotoir pour les tuiliers (cf. supra phase I).

Les limites de la tuilerie de Guiot de Moucy

37La limite nord était déjà en place à la phase III, dès la construction du bâtiment nord. À l’est, elle n’est perceptible qu’à la phase V, quand l’angle N.‑E. est matérialisé par un bâtiment et les murs de clôture qui s’en détachent. Le bâtiment F 52.39, plus au sud, s’aligne également sur cet axe. Mais il pouvait ne s’agir que d’une partition interne du clos Moucy, car la maison du tuilier était au pied de l’enceinte. Cette limite sera sans doute plus prégnante à partir du moment où la tuilerie se regroupera, vers le début du xve s., avec la construction d’une nouvelle maison venant remplacer celle de l’enceinte (phase VI).

38Du côté ouest, l’exploitation doit avoir repris la clôture repérée à la phase rurale (cf. supra § 7.2.2), épousant le décrochement de la parcelle de la tuilerie occidentale. On ne voit pas exactement comment elle était matérialisée, mais la rupture stratigraphique apparue au début du xive s. perdure et l’indique sans ambiguïté. Enfin, du côté sud, elle touchait au chemin longeant la Seine, comme semble l’indiquer le texte des archives des Quinze‑Vingts.

Repères chronologiques

39Quelles sont les données chronologiques dont nous disposons pour dater les six phases de la tuilerie de Guiot de Moucy ? Elle est, on l’a vu, attestée par les archives en 1370. À quand pouvait‑elle remonter ?

40Comme le peu de céramique retrouvée dans les couches d’occupation de l’aire de chauffe ne nous indique rien d’autre que le xive s., c’est vers des indices stratigraphiques et topographiques qu’il faut nous tourner. Elle est installée dans une couche de terre végétale (52266) rapportée sur celle qui devait dater du temps d’Ernoul de la Haute‑Maison puis de Pierre des Essarts (de 1309 à 1349) (cf. supra § 7.2.2). Cette recharge suit une limite parcellaire dont l’orientation est celle de la nouvelle enceinte de Paris, dont la direction n’a pu naître qu’à partir de 1366 (cf. supra § 7.2.3). Enfin, la maison de la tuilerie est également postérieure à l’enceinte, sur les défenses avancées de laquelle elle empiète.

41Par ailleurs, si l’on sait que le clos de Guiot de Moucy a été amputé par la construction de cette enceinte, rien ne nous est dit d’une tuilerie avant cette date ; seuls des murs de clôture ont été touchés par les démolitions (Berty 1866 : 327). On se rappelle en outre que cette tuilerie avait appartenu à quelqu’un d’autre avant Guiot, mais qu’il la tenait en 1370. Elle a donc dû être créée peu après 1366 et changer de mains presque immédiatement.

42Elle est toujours attestée par les censiers de 1373 et 1399, mais nous ne savons pas relier les phases retrouvées à de telles mentions. Indiquons simplement l’apparition d’un peu de grès du Beauvaisis dans les dépotoirs associés, à partir de la phase II La phase VI doit débuter vers le début du xve s., si l’on considère comme assurée la date de construction de la maison St 67.2 (cf. supra phase VI).

43Enfin, il faut essayer de déterminer la date de cessation de son activité. Comme tous les fours, son dernier état, abandonné, a servi de dépotoir : un lot important de céramique commune y a été retrouvé, ainsi qu’une monnaie de Charles VI (1385‑1411). La céramique nous oriente vers une date plus tardive dans le xve s., au moins le deuxième tiers (Monnet 1986). Les six fours de Guiot de Moucy (et successeurs...) auraient donc fonctionné pendant une petite centaine d’années, des années 1366‑1367 aux années 1450, ce qui fait une moyenne de 14 ans par four (ou par phase).

7.2.3.2 La tuilerie de Clément de Moucy

Identification

44Cette tuilerie est signalée par le censier de l’Évêché pour l’année 1373 (puis en 1399) : « la tuillerie que tient Clément de Moucy (nous ignorons les éventuels rapports de parenté entre Guiot et Clément de Moucy, NDA), qui fu à la Marcelle, que l’en dit la Tour quarrée » (Berty 1866 : 326). Si l’on suit l’ordre donné par les censiers, elle jouxtait à l’est la tuilerie de Guiot de Moucy et à l’ouest celle d’Étienne Muète, qui touchait aux Quinze‑Vingts.

45La tuilerie centrée sur le four St 67.1 est celle qui répond le mieux à ces critères (fig. 219, 220). Nous ne connaissons la céramique associée que pour l’abandon de ce four, au début du xve s. : il n’y a rien d’invraisemblable à ce qu’elle ait existé depuis 40 ans. Topographiquement, elle jouxte la tuilerie de Guiot plutôt par le sud, et non par l’est comme l’indique le texte. Mais si l’on considère le clos Moucy, et non simplement la tuilerie, elle était à l’est de ce dernier, car il s’étendait vers le nord jusqu’aux parcelles loties par les Quinze‑Vingts vers 1390. Si la tuilerie de Muète est bien centrée sur les fours de la St 52.9 (cf. infra § 7.2.3.3), elle la jouxte par l’ouest. Vers le nord, elle ne devait pas aller jusqu’aux Quinze‑Vingts, puisque elle est absente d’un texte de 1371 qui énumère les propriétés auxquelles ce clos attenait par le sud (Berty 1866 : 327). Deux phases assez différentes l’une de l’autre ont pu être mises en évidence.

FIG. 219 – Plan coupes d four St 67.1 attribué à Cléme de Moucy (vers 1360‑début du XVe s.).

Dessin Cl. Vibert-Guigue.

FIG. 220 – Schéma de l’évolution de la tuilerie centrée sur le four St 67.1, attribuée à Clément de Moucy (vers 1360‑début du XVe s.) : a phase I ; b phase II.

DAO M.-C. Gaffory d’ap. B. Dufaÿ/SADY

Phase I

46Le four (F 67.14) est d’un type distinct de ceux qui ont été présentés jusqu’ici (fig. 221‑223) : le laboratoire est rectangulaire et non plus carré, précédé d’un seul alandier trapézoïdal tourné vers le nord, assez allongé et construit en sape ; l’aire de chauffe est classiquement creusée dans le sable. Ses dimensions sont également plus modestes : 1,95 x 2,70 m dans œuvre pour le laboratoire. Toutefois, il est possible que cette faible superficie ait été compensée par une grande hauteur, ce qui expliquerait qu’on fait appelé « la tour carrée » et aussi que des parois en pierres prennent le relais des parois de tuiles à partir d’une certaine hauteur : celles‑ci ne sont guère résistantes dès lors qu’elles ne sont plus contrebutées par le terrain encaissant. Ce four ne connaîtra qu’une seule construction, mais, naturellement, des réparations et rechapages partiels.

FIG. 221 – Vue d’ensemble, depuis le sud, du laboratoire et de la chambre de chauffe du four de tuilier St 67.1 attribué à Clément de Moucy (phase I).

Cliché CNL

FIG. 222 – Vue de côté, après enlèvement du terrain encaissant du four de tuilier St 67.1 attribué à Clément de Moucy (phase I).

Cliché CNL

FIG. 223 – Four de tuilier St 67.1 attribué à Clément de Moucy : aire de chauffe et entrée de l’alandier du four de la phase I et petit four latéral de la phase II.

Cliché CNL

47La zone de rejets est incertaine ; en effet, le terrain à l’est du four est perturbé par de grands creusements, la carrière du début du xviie s. et une grande excavation carrée à la fonction indéterminée, encore plus récente. Le four et ses abords immédiats furent d’ailleurs voués aux dépotoirs de toute sorte dès la première moitié du xve s. (cf. infra § 7.2.5.2), et les fosses ne nous ont laissé aucune trace des niveaux d’occupation contemporains de la tuilerie de Clément de Moucy. Toutefois, une fosse creusée à une vingtaine de mètres au nord du four a fait office de dépotoir de tuiles et de démolition de four et contient des éléments de construction spécifiques aux fours anciens (carreaux et entretoises, cf. infra § 7.3.3.1), dont elle est par conséquent contemporaine.

48Un lambeau de bâtiment peut aussi être rattaché à cette tuilerie, mur mince auquel s’accroche un sol de plâtre (67259).

Phase II

49Au début du xve s. cette tuilerie fut abandonnée : le four fut partiellement remblayé, et son emprise commença de se transformer en terrain vague. On y creusa de nombreuses fosses, sans doute d’extraction de sable. Elles furent ensuite remplies de gravats de démolition, de déchets de tuileries, voire de forge (mais jamais de rejets domestiques) ; cela demeura l’utilisation du secteur jusqu’au milieu du xvie s.

50Toutefois, une tentative de reprise d’activité eut lieu peu de temps après l’abandon du four. L’aire de chauffe fut réaménagée, un mur construit à l’ouest, pour contenir les gravats divers qui devaient s’amonceler à cet endroit (il est mieux parementé du côté du four). Un petit four d’un type particulier fut aménagé dans les remblais qui commençaient à envahir faire de chauffe (F 67.9) (fig. 223) : il est rectangulaire, à deux alandiers très courts, et les arcs de sa sole ont une curieuse forme en dos d’âne. La meilleure hypothèse d’utilisation de ce four est qu’il ait servi à fabriquer des éléments de mobilier domestique en pâte à tuile (réchauffoirs, cuviers, etc.), notamment, compte tenu de la forme de sa sole, des objets cylindriques qui pouvaient y être avantageusement calés.

51Il ne s’agit sûrement pas d’un four de potier ordinaire, les fouilles du Carrousel n’ayant livré aucun raté de cuisson de céramique médiévale commune ; la spécialisation des tuiliers était telle que leurs seules incursions dans un autre domaine se limita à des objets grossiers réalisés en pâte à tuile non tournée. On le verra, d’autres petits fours de ce genre (sauf la sole) ont été construits au xve s. sur le site : s’agit‑il d’une tentative de diversification de la production (cf. infra § 7.3.4) ?

52Quoi qu’il en soit, l’abandon définitif ne tarda pas : les remblais de comblement de l’ensemble des deux fours contiennent en effet une quantité importante de céramique du début du xve s. (Monnet 1986).

7.2.3.3 La tuilerie d’Estienne Muète

53Les censiers de 1373 et 1399 mentionnent une tuilerie dont le nom a disparu, située entre celle de Clément de Moucy et le clos Maudole (qui se trouvait à l’ouest de la zone fouillée). D’autre part, le texte de 1371 énumérant les propriétés jouxtant par le sud le clos des Quinze‑Vingts intercale la propriété d’Estienne Muète entre celles de Guiot de Moucy et de Jehan Maudole. Il est très probable que le nom manquant dans les censiers ait été celui de Muète.

54La tuilerie de Clément de Moucy étant identifiée à la St 67.1, la St 52.9 convient parfaitement pour le four de celle de Muète (fig. 224‑227). Elle se situe en effet à la fois entre les tuileries de Guiot et Clément de Moucy, et le clos Maudole, ce qui rend compte de tous les textes.

FIG. 224 – Schéma de l’évolution de la tuilerie centrée sur le four St 52.9, attribuée à Estienne Muète (vers 1360‑début du XVe s.) : a phase I ; b phase II (avec four circulaire St 52.8).

DAO M.-C. Gaffory d’ap. B. Dufaÿ/SADY

FIG. 225 – Le four St 52.9 vu depuis l’alandier, après démontage du four circulaire et de la paroi nord.

Dessin Cl. Vibert-Guigue.

FIG. 226 – Le four St 52.9 : détail de la paroi sud.

Cliché CNL

FIG. 227 – Plan et coupe du four St 52.9 attribué à Estienne Muète (vers 1360‑début du XVe s.).

Dessin Cl. Vibert-Guigue.

55Comme pour la tuilerie de Clément de Moucy, deux phases assez différentes l’une de l’autre ont pu être décelées, correspondant à des changements d’activité selon une dynamique comparable : une tuilerie essayant de diversifier sa production, voire d’y substituer une production différente.

Phase I

56La tuilerie d’Estienne Muète commença avec un four (St 52.9) du même type que celui de Clément de Moucy (rectangulaire à un alandier), de dimensions analogues ; l’aire de chauffe creusée dans le sable était tournée vers l’est. Comme celui de Clément, il subit des réparations, mais pas de reconstruction.

57Cette installation succéda à la phase de remise en culture héritée de l’époque de Pierre des Essarts : par‑dessus la terre végétale se trouve une couche de sable (52150 et 52753) qui doit résulter du rejet des creusements nécessités par la construction du four et de quelques fosses dépotoirs ; elle a pu aussi, du même coup, servir à assainir le terrain et favoriser le séchage des tuiles sur cet espace.

58La zone de dépotoirs (F 52.33) a partiellement disparu vers l’ouest lors de la construction du château des Tuileries, et peut‑être vers le nord à cause des dépotoirs profonds du xvie s. Pour ce qui nous en reste, elle regroupe des tranchées étroites et peu profondes (quelques dizaines de centimètres). L’organisation en plan de ces dépotoirs laisse entrevoir des divisions internes et des circulations dans la tuilerie : à part le plus ancien, ils s’alignent le long d’une limite E.‑O., qui doit correspondre à une clôture assez légère pour ne pas avoir laissé de traces. Celle‑ci est franchie par une porte dont subsistent les deux bases en pierre et plâtre pour des montants latéraux (52381 et 52382) ; les dépotoirs s’arrêtent à ce niveau et le sable 52150 présente des traces d’usure dans cet axe, signe d’un passage fréquent.

59Une fosse parfaitement cylindrique est creusée à une vingtaine de mètres au sud‑ouest du four ; elle possède un diamètre de 1,80 m et une profondeur de 2,20 m, et fut remblayée en une fois (ce remblaiement contient une monnaie des années 1304‑1337) ; sa forme fait penser au creusement d’un puits qui n’aurait pas été mené à terme.

60Les bâtiments n’ont guère pu être observés, un est attesté par un sol de plâtre vu dans la coupe sud du chantier. De même, définir les limites de la tuilerie d’Estienne Muète est hasardeux : elle était mitoyenne à l’est de celle de Guiot de Moucy, au sud elle devait descendre jusqu’à la Seine ; au nord, le clos Muète touchait aux Quinze‑Vingts, mais nous ne connaissons pas les limites de la tuilerie proprement dite. À l’ouest, cette limite a disparu lors de la construction du château des Tuileries : c’était celle du clos Maudole.

Phase II

61Cette tuilerie est encore attestée par le censier de 1399. Elle a dû péricliter au début du xve s., comme l’indique un peu de céramique trouvée dans les remblais de comblement du four. Toute activité ne cessa pas, néanmoins : un four circulaire de 2,10 m de diamètre fut construit à la place de l’alandier du précédent (St 52.8) (fig. 228). Ce four, qui a connu deux états, n’a pas été un four de potier, puisque, comme il a déjà été dit, aucun raté de cuisson de céramique commune n’a été retrouvé dans les fouilles. Sa forme circulaire et son volume relativement important invitent à en faire un outil privilégié de production d’objets en pâte à tuile, dont le module est en général assez gros et la forme approximativement cylindrique ou ovoïde.

FIG. 228 – Plan du four circulaire St 52.8, tuilerie attribuée à Estienne Muète (début du XVe s.) : a plan ; b axonométrie ; c restitution axonométrique.

62Toutefois, les dépotoirs pouvant correspondre à cette activité sont peu nombreux (deux), si du moins tous ont été conservés. Ils affectent la même morphologie que ceux de la phase précédente et sont situés à proximité immédiate du four. Ils ne contiennent que minoritairement des déchets d’objets en pâte à tuile, joints à des vidanges de four, de l’argile crue et des tuiles (dont il est difficile de préciser si elles proviennent de parois de four ou non, et/ou si elles sont en rejet primaire ou secondaire).

63On ne peut dater avec précision l’avortement de cette tentative de changement d’activité, puisque la structure du four circulaire fut transformée en cage d’escalier pour desservir le four de la nouvelle tuilerie qui s’implanta par la suite : on ne dispose donc pas de remblai de comblement qui aurait pu contenir du matériel utile à l’établissement de notre chronologie.

64La période d’implantation de cette nouvelle tuilerie n’est guère plus aisée à préciser, faute de matériel datant ; il ne semble pas toutefois y avoir eu de rupture d’occupation notable. Aussi est‑ce par convention, parce que l’organisation de l’espace et les infrastructures sont très différentes à partir de la phase suivante, et qu’on peut observer ensuite une évolution sans heurt jusqu’à la fin du xvie s., que cette nouvelle tuilerie sera présentée dans le paragraphe suivant (7.2.4), même s’il est clair qu’elle est née avant.

7.2.4 Les grandes tuileries du xvie s.

7.2.4.1 Identification des tuileries d’après les archives

65Il faut attendre l’année 1530 pour que les textes nous renseignent à nouveau sur les tuileries de ce secteur ; à cette date, trois exploitations sont attestées par le censier de l’Évêché : celles de Maître Arnault l’Huillier, de Jehan aux Beufz et d’Aubin Poullart ou Goullard (Berty 1866 : 330). Or, trois tuileries justement sont connues par les fouilles pour cette époque ; essayons donc de les nommer (fig. 229). Les textes fournissent assez d’éléments topographiques pour proposer une identification des vestiges. Nous savons qu’Aubin Poullard et Jehan aux Beufz étaient mitoyens et séparés par un chemin ou une ruelle, et que la tuilerie de Jehan s’étendait entre ce chemin et l’angle formé par celui de Paris à Saint‑Cloud, longeant la Seine, et l’enceinte. La tuilerie de Jehan aux Beufz est donc facile à repérer : c’est une de celles qui a été découverte en 1865 par Berty (celle du milieu), dont nous avons pu fouiller une partie (entrée du four et hangar) (St 52.30 ; Berty 1868 : 46‑47 ; four attribué par erreur à Palissy).

FIG. 229 – Schéma de localisation des tuileries vers 1530.

DAO M.-C. Gaffory d’ap. B. Dufaÿ/SADY.

66Les deux autres tuileries fouillées sont mitoyennes de celle de Jehan aux Beufz, l’une au nord et l’autre à l’ouest, et toutes deux sans doute séparées par un chemin : il faut donc un autre indice pour aider à choisir entre l’un ou l’autre patronyme. Le censier de 1530 précise que le « chemin par lequel on va à Sainct‑Cloud » passe « entre [dans] la thuillerie de Maître Arnault l’Huillier » : on peut supposer que celle‑ci avait un débouché vers la Seine, et que le chemin longeant le fleuve la traversait de ce fait. La tuilerie de Maître l’Huillier devait donc correspondre à la St 52.5. Par déduction, la tuilerie la plus au nord de notre zone, la St 68.1, devait être celle d’Aubin Poullart.

7.2.4.2 La tuilerie de Maître Arnault l’Huillier

Phase I

67La tuilerie de Maître l’Huillier (fig. 230‑236) a donc succédé à celle d’Estienne Muète, sans bien sûr que nous puissions dater ce changement de propriétaire (on parlera par commodité de la « tuilerie de l’Huillier » dès cette époque, bien que ce patronyme ne soit attesté qu’en 1530). Cette nouvelle occupation a commencé par un réaménagement complet de la zone. Des murs vinrent enclore l’espace réservé à la tuilerie : ils ont été retrouvés à l’ouest (52048) et au nord. À l’est, la limite avec la tuilerie de Guiot de Moucy fut conservée, et peut‑être matérialisée par un mur (52755 et 52756) qui sera repris dans le hangar de la phase II ; l’angle N.‑E., toutefois, respecte la zone de dépotoirs. Au sud, elle devait descendre jusqu’à la Seine, comme il ressort du censier de 1530.

FIG. 230 – Schéma de l’évolution de la tuilerie centrée sur le grand four St 52.5, attribuée à Maître l’Huillier (vers 1440‑50‑vers 1575‑80) : a phase I ; b phase II ; c phases III et IV ; d phase V.

DAO M.-C. Gaffory d’ap. B. Dufaÿ/SADY.

FIG. 231 Plan du grand four St 52.5.

Dessin Cl. Vibert-Guigue.

FIG. 232 Coupe e élévation d grand four St 52.5.

Dessin Cl. Vibert-Guigue.

FIG. 233 – Vue axonométrique du grand four St 52.5.

Dessin Cl. Vibert-Guigue.

FIG. 234 – Vue axonométrique restituée du grand four St 52.5.

Dessin Cl. Vibert-Guigue

FIG. 235 – Coupes élévations restituées du grand four St 52.5.

Dessin Cl. Vibert-Guigue

FIG. 236 – Vue d’ensemble du grand four St 52.5, avec les fours St 52.8 et 52.9 en cours de fouille.

Cliché CNL

68Le terrain fut recouvert de plusieurs couches de tuiles, de gravats et de terre, afin de diminuer un peu la pente vers le fleuve : elles sont de plus en plus épaisses au fur et à mesure que l’on descend. Ces couches ont sans doute au début été prélevées dans la zone de dépotoirs voisins ; puis elles furent la conséquence de l’activité même de la tuilerie, car ces épandages successifs ne cesseront plus.

69Le four (F 52.74 de la St 52.5) est du type classique, qui était déjà celui du dernier état de la tuilerie de Guiot de Moucy : presque carré, à deux alandiers tournés vers le nord, précédé d’une aire de chauffe qui est encore simplement creusée dans le sable. L’ancien four circulaire fut intégré au dispositif. Toutefois, l’escalier de plâtre qui y sera aménagé ultérieurement n’existait pas à cette première phase ; y avait‑il un escalier de bois, ou servait‑il d’abri au chauffeur, sur le modèle de la petite construction carrée installée sur le côté de l’aire de chauffe du four voisin de Guiot de Moucy ?

70Trois bâtiments ont été édifiés pour la tuilerie. L’un (F 52.53) s’aligne sur le four, immédiatement à l’ouest ; cette proximité, sa taille assez modeste, son plan rectangulaire et ses murs peu épais invitent à en faire un local technique, peut‑être réservé au façonnage des tuiles ; son sol n’est malheureusement pas conservé. Le long du mur de clôture ouest est adossée une construction allongée (F 52.57), composée d’une sorte de galerie ouverte et d’une partie fermée : il est probable qu’il s’agissait d’un espace de stockage et de séchage.

71Le dernier (F 52.14), juste au sud du four, ne nous est parvenu que partiellement ; sa construction est plus soignée, un contrefort renforce son angle N.‑E., une porte est percée dans le mur nord, et un sol de plâtre y était aménagé. Il n’est pas impossible qu’il faille y voir une maison, plutôt qu’un local strictement d’exploitation. Toutefois, cette construction ne dura guère ; avant la fin du siècle, elle était en ruine, mais une partie des murs encore debout servit à caler un petit four (F 52.6) (fig. 237, 238).

FIG. 237 – Plan et coupe du four St 52.6.

Dessin Cl. Vibert-Guigue.

FIG. 238 – Le petit four F 52.6, vu de l’aire de chauffe.

Cliché CNL

72Ce four, d’un volume équivalent à celui qui s’était greffé sur le four de la tuilerie de Clément de Moucy au début du siècle, possédait un seul alandier tourné vers l’est, précédé d’une petite aire de chauffe. Probablement faut‑il voir dans une telle installation un four d’appoint permettant de cuire à la demande des pièces domestiques en pâte à tuile, sans avoir à mettre en route le grand four.

73Enfin, une zone fut dévolue aux dépotoirs dans la partie nord de la tuilerie, juste à la sortie de l’aire de chauffe. La forme particulière de la fosse F 67.27 conduit à l’idée qu’une clôture a déterminé ce quasi‑angle droit, au N.‑E. : cela vient renforcer l’hypothèse que la zone voisine de dépotoirs ne faisait pas partie de la tuilerie de Maître l’Huillier.

Phase II

74En revanche, dès la seconde phase, la tuilerie s’agrandit en récupérant de l’espace tant sur cette zone de dépotoirs que sur la tuilerie de Guiot de Moucy, qui venait de cesser son activité. Elle put installer ainsi un nouveau four (F 52.56 de la St 52.5) à l’opposé du précédent, et s’adjoindre un hangar de séchage digne de ce nom (F 52.34 de la St 52.3), à deux nefs et pourvu d’un puits (F 52.17), venant remplacer l’appentis F 52.57 de la phase précédente.

75Le four était un peu plus petit, mais du même type. L’aire de chauffe fut aménagée en une grande cave maçonnée dont la partie juste devant les alandiers devait être couverte ; le four précédent fut soigneusement démoli pour que les tuiliers disposent d’un maximum de place (13,50 m entre les alandiers et le mur du fond). Un escalier à vis en plâtre fut construit dans le four circulaire pour ménager un accès commode à cette cave.

76La même zone continua d’être dévolue aux dépotoirs, qui finirent par occuper toute la place ; comme à la phase précédente, c’étaient des fosses assez grandes (jusqu’à 8 m de diamètre) et profondes (jusqu’à 2,80 m). Leur disposition et leurs rapports stratigraphiques permettent de comprendre la manière dont l’espace fut peu à peu colonisé par ces fosses, toujours à partir du même point. Cet accès à la zone des dépotoirs est à l’emplacement de la porte du début du siècle, dont les bases ont été signalées supra § 7.2.3.3). Sans doute même cette zone finit‑elle par être insuffisante, et une excavation rectangulaire fut creusée dans la cour de la tuilerie pour servir un temps de dépotoir (F 52.74).

77Comme à la phase précédente, un petit four d’appoint fut installé (F 52.11), cette fois‑ci en s’appuyant sur la paroi de l’ancien four, en profitant de sa brèche de chargement. C’est un four rectangulaire à un alandier tourné vers le sud, précédé d’une petite aire de chauffe. C’est l’attestation la plus tardive de cette pratique : à partir de cette époque (fin du xve s.), la spécialisation des tuiliers sera totale.

78Il se peut qu’à ce moment la tuilerie se soit également adjugée l’ancienne maison de la tuilerie de Guiot de Moucy, ce qui expliquerait l’abandon de celle située au sud du four (F 52.14). Toutefois, il existe une autre maison, un peu au N.‑O. de la tuilerie, dont une partie a été vue lors d’un sondage sur le palais des Tuileries, et qui peut dater du xive ou du xve s.

Phase III

79Le four fut à nouveau installé au sud de l’aire de chauffe (F 52.75) ; comme à la phase précédente, le four abandonné fut soigneusement détruit et son emplacement incorporé à l’aire de chauffe. Il sera reconstruit une autre fois au même endroit (F 52.76). Un refuge pour le chauffeur (F 52.73) fut édifié en même temps que fut largement reprise la maçonnerie de la cave.

80Le hangar fut également transformé (F 52.13) pour servir au façonnage des tuiles et non plus seulement à leur séchage (cf. infra § 7.3.2.3) ; simultanément disparaissait le petit bâtiment rectangulaire qui jouxtait le four. L’espace de séchage devenant alors insuffisant, un long portique en « L » fut construit dans l’angle N.‑O. de la tuilerie (F 52.84).

81La zone de dépotoirs à l’intérieur de la tuilerie étant saturée, les tuiliers de Maître l’Huillier se tournèrent tout naturellement vers l’espace voisin de la tuilerie abandonnée de Guiot de Moucy, qui servit à partir de ce moment de zone de dépotoirs (F 52.23). Ce sont cinq très grandes fosses (jusqu’à 9,50 m de diamètre pour 3,70 m de profondeur), remplies depuis le chemin qui les bordait par l’ouest et par le nord. Les plus anciennes (52089 et 52101) sont juste le long de ce chemin, les plus récentes (52129, 52100 et 52128) étant forcément rejetées vers l’est.

82C’est peut‑être à cette phase de « colonisation » de l’ancienne tuilerie de Guiot de Moucy (ou à celle d’avant ?) qu’il convient de rattacher un grand bassin de marchage soigneusement construit (St 52.7). Il sera utilisé jusqu’à la fin, pour servir ensuite de dépotoir à gravats en provenance de l’atelier de Palissy.

Phase IV

83La dernière phase de la tuilerie correspond à une troisième reconstruction du four (F 52.5) au même endroit, mais surtout à une modification importante dans l’organisation des hangars.

84Un nouveau hangar, orienté E.‑O., à trois nefs, fut construit à la place du portique en L (F 52.27). Parallèlement, l’ancien hangar fut agrandi et profondément remanié (F 52.12 et F 52.55). Deux espaces furent aménagés au lieu des quatre nefs antérieures, la partie ouest étant utilisée comme atelier de taille du marbre, comme en témoigne la grande quantité de déchets de taille et de sciage de ce matériau. Il est donc probable que ces remaniements soient liés au chantier du château des Tuileries, et que le hangar F 52.27 ait été construit pour remplacer l’ancien, soustrait à l’artisanat tuilier par sa nouvelle affectation.

85En 1563 avait en effet débuté le chantier du château, mais toute la zone n’avait pas d’un coup été dévolue à la construction royale, notamment à cause de difficultés d’acquisitions foncières. La tuilerie de Maître l’Huillier continua de fonctionner aux marges du chantier palatial, sur un espace à peine resserré, comme, on le verra, celle de Jehan aux Beufz, tandis que Bernard Palissy installait en 1566‑ 1567 son atelier dans une troisième tuilerie, désaffectée (celle d’Aubin Poullart, cf. Dufaÿ et al. 1987 : 34 et infra § 7.2.4.3).

86La zone de dépotoirs (F 52.23) continua d’être celle située de l’autre côté du chemin, à l’emplacement de l’ancienne tuilerie de Guiot de Moucy.

Repères chronologiques

87Nous ne connaissons ni la date ni les modalités de l’acquisition de la tuilerie centrée sur le four St 52.5 par Maître l’Huillier. Simplement, dans les premières décennies du xve s., on assiste à une renaissance de ce qui avait été la tuilerie d’Estienne Muète. Il est probable que l’exploitation voisine de Guiot de Moucy fonctionnait encore ; en tout cas, ce n’est que dans sa deuxième phase que celle de l’Huillier s’étendra vers l’est, empiétant sur celle de Moucy qui deviendra une zone de dépotoirs et de traitement de l’argile. Or la céramique trouvée dans le comblement du four de Moucy a permis d’en dater l’abandon des années 1450. L’autre repère chronologique est l’apparition de la céramique à engobe rouge, vers la fin du xve s. Les premiers niveaux de la tuilerie de l’Huillier en sont totalement dépourvus et recèlent au contraire de la céramique à pâte sableuse flammulée ou glaçurée, plus franchement médiévale.

88La première phase de la tuilerie dite de Maître l’Huillier pourrait donc se situer vers les années 1430. La deuxième voit son extension aux dépens de celle de Moucy, donc après l’abandon de cette dernière, et correspond à la datation fournie par le matériel du four de Moucy transformé en dépotoir domestique : elle peut débuter vers 1450. Nous n’avons pas d’indices pour caler la troisième phase. Il est assuré en revanche que la dernière est postérieure à l’arrivée de Bernard Palissy sur le site, en 1566 ou 1567 : des débris de ses productions ont été trouvés sous le sol de plâtre du dernier état du hangar St 52.3, de même que sous celui du hangar E.‑O.F 52.27. C’est aussi à cette date que le hangar a été transformé en « astellier de taille du marbre ». L’attestation archéologique de cet atelier est en effet à rapprocher d’un texte de juin 1567 qui en fait mention, sans toutefois le localiser (Caron 1882 : 8).

89L’abandon de la tuilerie ne peut être daté avec précision. Les remblais de démolition ne contiennent qu’un témoignage monétaire d’une faible utilité : deux jetons de Nuremberg, dont le plus identifiable est un jeton de Hans Schultes frappé entre 1553 et 1584 (Trombetta 1991 : no 321). Il est sûr que la construction du palais de Catherine de Médicis n’entraîna pas tout de suite le départ des tuileries, en tout cas de celle de Maître l’Huillier puisque, notamment, Palissy était déjà installé qu’elle fonctionnait encore.

90L’activité de la tuilerie qui était à Maître l’Huillier en 1530 s’étendit donc des années 1430 à 1570‑1580, soit une durée de 140 à 150 ans. Quatre phases d’inégale durée y ont été repérées, la dernière étant assez courte.

7.2.4.3 La tuilerie d’Aubin Poullart

91La tuilerie la plus septentrionale de la zone était centrée sur le four St 68.1 dont nous avons vu qu’on pouvait l’identifier avec celui d’Aubin Poullart (fig. 239‑244). Ce four n’a pas été fouillé complètement, mais simplement vidé des remblais liés à son abandon et à la réutilisation de l’aire de chauffe par Bernard Palissy. En effet, il a été conservé in situ dans le cadre de l’aménagement du laboratoire de recherche des Musées de France pour être rendu accessible au public. De ce fait, nous ne pouvons être assurés du nombre exact de phases qu’il a pu connaître, faute de l’avoir démonté ; cependant, trois ont été observées, avant sa récupération par Palissy.

FIG. 239 – Schéma de l’évolution de la tuilerie centrée sur le grand four St 68.1, attribuée à Aubin Poullart (fin du XVe s.‑vers 1566‑1567) : a phase I ; b phase II ; c phases III.

DAO M.-C. Gaffory d’ap. B. Dufaÿ/SADY.

FIG. 240 Plan du grand four St 68.1.

Dessin Cl. Vibert-Guigue

FIG. 241 – Coupes et élévations restituées du grand four St 68.1.

Dessin Cl. Vibert-Guigue

FIG. 242 – Vue axonométrique du grand four St 68.1.

Dessin Cl. Vibert-Guigue

FIG. 243 – Vue d’ensemble du grand four St 68.1, attribué à Aubin Poullart.

Cliché CNL

FIG. 244 – Grand four St 68.1 : détail du chargement de tuiles resté en place.

Cliché CNL

Phase I

92Le four (F 68.2 de la St 68.1) de la première phase est un four à deux alandiers, tourné vers le nord. L’aire de chauffe est simplement creusée dans le sable, mais un local maçonné pour le chauffeur est greffé sur le côté ouest, comme dans l’avant‑dernière phase de la tuilerie de Guiot de Moucy et peut‑être la première de celle de Maître l’Huillier.

93Cette similitude peut nous aider à dater la naissance de la tuilerie de Poullart. En effet, l’absence de fouilles nous a privé de matériel datant ; seul un tesson, peut‑être du xve s., a été retrouvé dans le remplissage d’un trou de poteau postérieur à ce premier état du four. En l’absence d’indices plus clairs, je propose de dater cette tuilerie de la seconde moitié du xve s., peut‑être du troisième quart.

94Nous ne savons rien des bâtiments d’exploitation qui l’accompagnaient, à la fois par manque de fouilles et parce qu’une partie a pu disparaître dans la grande carrière de sable du début du xviie s. Seul un bassin de marchage dallé situé à l’est de la tuilerie a été fouillé par l’équipe de P. Van Ossel, mais sa construction n’est pas datée et son remplissage d’abandon contenait de la céramique palisséenne.

95Une maison (St 66.3) est attestée dès le début. Il nous en reste une cave voûtée où l’on accédait par un escalier à l’est ; un soupirail venait l’éclairer et permettre de déverser des marchandises (fig. 245). Une latrine maçonnée (F 66.24), creusée dans la cour, venait compléter cette unité. Seule la latrine est datable : de la céramique de la seconde moitié du xve s. se trouve dans son remblai de construction.

FIG. 245 – La cave de la maison de la tuilerie de Poullart.

Cliché CNL

96Pour ce qui est des dépotoirs, s’ils n’ont pas disparu dans la carrière de sable, c’est sans doute la zone de terrain vague voisine qui a été utilisée.

Phase II

97Le four fut sans doute reconstruit, et faire de chauffe totalement réaménagée : elle devint une cave maçonnée où l’on accédait par un escalier. Un refuge voûté, pour le chauffeur, fut aménagé à l’opposé du précédent. Les autres installations de la tuilerie ne sont pas mieux connues. Toutefois, la zone de dépotoirs s’étendait sans doute dès ce moment vers le N.‑E. (fosses des deuxième et troisième quarts du xvie s. en bordure du chemin le long des fossés).

Phase III

98À la dernière phase (reconnue), le four sud fut abandonné au profit de l’extrémité nord de faire de chauffe : le four fut reconstruit à cet endroit, et faire de chauffe fortement remaniée sur son côté ouest. Le mur fut refait avec des contreforts destinés à maintenir la poussée des terres, à moins qu’il ne s’agisse du soubassement d’un hangar jouxtant le four à l’ouest (?), qui aurait disparu dans un creusement du xixe s. qui s’étend maintenant à cet endroit. La zone de dépotoirs est toujours au N.‑E., mais nous n’avons pas d’informations sur les autres installations de la tuilerie.

99De même, ses limites sont conjecturales. Celle du sud est connue par les textes et les fouilles, c’est le chemin qui la sépare de celle de Jehan aux Beufz. À l’ouest, elle devait jouxter la zone de dépotoirs. À l’est, elle touchait peut‑être au chemin le long des remparts. Au nord enfin, elle est tout à fait incertaine, mais pouvait s’étendre jusqu’aux maisons du lotissement Dubuisson.

100L’abandon de l’activité tuilière doit se situer vers le milieu du xvie s., comme en témoigne la céramique contenue dans les remblais de comblement. Quand Bernard Palissy vint s’installer dans le secteur en 1566, il se servit de l’aire de chauffe comme d’une cave de stockage, notamment pour un ensemble de moules de plâtre (dans le refuge du chauffeur). Les alandiers du four furent détruits pour faire de la place, et un gros pilier vint contrebuter la paroi nord, qui avait tendance à s’affaisser vers l’intérieur. L’aire de chauffe fut couverte et un soupirail vint l’éclairer sur le côté est. La maison subit également des modifications dues à l’établissement des hangars et des fours de Palissy : son escalier d’accès à la cave fut aménagé à l’opposé du précédent, condamné par la présence d’un hangar.

7.2.4.4 La tuilerie de Jehan aux Beujz

101La tuilerie la moins bien connue est celle de Jehan aux Beufz (aux Bœufs) (fig. 246, 247) : une partie du hangar et de l’habitat en a été fouillée en 1985‑1987, mais en plusieurs fois, au gré d’extensions impromptues de la fouille ; ce qui restait du four dégagé par Berty au xixe s. a été rapidement exploré à la fin de l’opération, et seule la structure a pu être observée, tout l’environnement archéologique ayant été terrassé sans précaution (fig. 248). Enfin, l’ensemble a été perturbé par une fontaine de Bernard Palissy et des caves du xviiie s. (corps des Gardes Français) (cf. infra chap. 9).

FIG. 246 – Schéma de l’évolution de la tuilerie centrée sur le four St 52.30, attribuée à Jehan aux Beufz (fin du xve s. [?]‑vers 1570) : a phase I ; b phase Il ; c phase III.

DAO B. Dufaÿ/SADY et FJC

FIG. 247 – Plan et coupe du four St 52.30.

Dessin Cl. Vibert-Guigue

FIG. 248 – Les restes du four fouillé par Berty au xixe s. au pied de la salle des États (St 52.30).

Cliché CNL.

102La fouille du four (St 52.30) se limita à celle de l’avant des alandiers et d’une partie de l’aire de chauffe ; une seule phase de construction a été mise en évidence, mais il est clair qu’il a pu y en avoir d’autres. C’est un four de type classique à deux alandiers, dirigés vers le nord. Il est précédé d’une aire de chauffe qui ne semble pas avoir été maçonnée ; elle était néanmoins flanquée d’un refuge pour le chauffeur, du côté ouest.

103La zone de dépotoirs n’est guère connue : quelques fosses au N.‑O., d’autres simplement observées à l’est, peut‑être également au sud.

104Plusieurs bâtiments ont fait partie de cette tuilerie. À un moment donné, une maison sur cave était bâtie au N.‑O. (St 52.11), le long du chemin qui la séparait de l’exploitation d’Aubin Poullart. Elle ne date sans doute pas du début de la tuilerie, car elle vient recouper des fosses‑dépotoirs de tuiles. D’autre part, elle ne survécut pas lors de la dernière période, car un hangar fut construit en partie par‑dessus.

105Ce hangar (St 52.10), de très grande taille (au moins 36 m de long), a connu deux phases d’aménagement, toutes deux postérieures à l’arrivée de Palissy sur le site. Il a été précédé par une construction plus légère, partiellement en bois sur sablière basse et solins de pierre, qui a connu sans doute au moins deux étapes mais qui n’a pas été fouillée totalement (St 62.1 et F 52.25). Les couches antérieures à son premier état sont d’un xve s. bien installé. Enfin, c’est probablement aux débuts de la tuilerie qu’il faut également attribuer un bâtiment d’exploitation rectangulaire, au N.‑O. de la tuilerie (F 66.21) ; il a été remblayé à la fin du xve ou au début du xvie s.

106Il est donc vraisemblable que la tuilerie qui était à Jehan aux Beufz en 1530 ait démarré son activité dans la seconde moitié du xve s., peut‑être vers la fin de ce siècle. Elle ne fut abandonnée que tardivement, puisque deux phases de hangar sont postérieures à 1566‑1567 ; elle fut remblayée en même temps que toute cette zone, après 1584, comme l’atteste un denier tournois d’Henri III, frappé à cette date, trouvé sur le sol du hangar de l’atelier de Palissy, immédiatement au nord. Toutefois, son activité a dû cesser avant, vers 1570‑1571 au plus tard : en effet, le hangar est recoupé au nord par l’installation d’une fontaine attribuée à l’équipe de Palissy, et celui‑ci ne se réinstalla pas à cet endroit au retour de son exil de Sedan, vers 1575 (Dufaÿ et al. 1987 : 36). On peut donc raisonnablement attribuer environ un siècle de fonctionnement à cette tuilerie.

7.2.5 Entre les tuileries : chemins, parcelles cultivées et terrains vagues

7.2.5.1 La voirie

107L’artisanat tuilier suppose évidemment une bonne desserte, constituée de chemins suffisamment solides pour supporter des transports pondéreux. Malheureusement la voirie n’a guère été retrouvée, car sans doute disparue avec les couches supérieures du terrain. En effet, la zone des tuileries constituait une légère terrasse à l’abri des inondations, mise à profit de façon continue par l’occupation humaine, depuis l’époque néolithique jusqu’aux tuiliers (cf. supra chap. 1 à 4) ; les aménagements de jardin et de cour liés au palais des Tuileries ont mis l’ensemble du secteur au même niveau, arasant la partie centrale et remblayant les parties méridionales et septentrionales des jardins du Carrousel.

108La partie sud demeura à vocation artisanale alors que la zone dans l’axe du château était immédiatement transformée en jardin. La démolition des tuileries, l’agrandissement du jardin par Claude Mollet et les chantiers d’extension du palais ont bouleversé considérablement le sous‑sol (énormes remblais et fosses de gravats, carrières d’extraction de sable...). Les niveaux de sol médiévaux et du xvie s. ne sont plus conservés au nord de la tuilerie de Maître l’Huillier et de l’atelier de Palissy.

109Seule une portion de voirie a été identifiée dans la coupe sud de la fouille. Il s’agit d’un ensemble microstratifié de couches de sable et de gravier, avec des couches d’occupation boueuses et cendreuses, dans lesquelles il semble qu’on puisse lire des traces d’ornières. L’ensemble mesure 0,20 à 0,25 m d’épaisseur, pour une largeur conservée de 3,80 m. La position stratigraphique de cette voirie correspond à la phase 4 de la tuilerie de Guiot de Moucy, vers la fin du xive ou le début du xve s. (fig. 215). Les autres indices de voirie sont donc d’ordre topographique (alignements de structures) ou fonctionnels (nécessité d’accès vers la Seine, aux fours et aux bâtiments). L’analyse permet ainsi de proposer un schéma simple de voiries, à base d’une trame orthogonale.

110Le réseau des chemins N.‑S. devait être en place dès le xiiie s., pour desservir les tuileries implantées en bord de Seine. On imagine aisément une succession de chemins prenant naissance sur celui qui bordait le fleuve, environ tous les 40 m (fig. 211). Le moins hypothétique est celui qui menait à la tuilerie d’Amaury, attesté plus tard (phases I‑III de la tuilerie de Guiot de Moucy) ; il constituait aussi probablement la limite orientale de cette tuilerie. À partir de la phase IV de la tuilerie de Guiot, il fut légèrement décalé vers l’ouest dans sa partie sud, pour mieux répondre à l’organisation interne de la tuilerie : son emplacement est donné par la coupe sud de la fouille et par l’analyse de la répartition des vestiges jusqu’au xvie s. inclus. Il fut coupé lors de la construction de la maison St 67.2, qui s’installa au carrefour entre ce chemin et le chemin E.‑O. (cf. supra § 7.2.3.1, phase VI). Ces chemins N.‑S. étaient apparemment étroitement liés aux tuileries. Aucun ne traverse entièrement la zone pour rejoindre au nord le chemin du Roule ; peut‑être l’un seulement allait‑il jusqu’au clos rural des Quinze‑Vingts, comme le suggère l’alignement des dépotoirs au nord de la tuilerie de Clément de Moucy.

111Un chemin E.‑O. doit également être restitué : il est dit « traversant entre les thuilleries de Aubin Poullart et [...] Jehan aux Beufz » dans le censier de 1530 (cf. supra § 7.2.4.1). Il devait être un peu plus haut que le sol de cette dernière, aussi le mur nord de son hangar était‑il prolongé vers l’ouest pour en retenir les terres. Enfin, une phase tardive de l’atelier de Palissy empiétera dessus (Dufaÿ et al. 1987 : 36). Sa date d’apparition est indéfinie ; il ne s’impose pas dans la topographie du xiiie s. ; par contre, il est possible qu’il remonte à la seconde moitié du xive s., lorsque l’enceinte eut engendré une nouvelle trame de l’occupation de l’espace.

7.2.5.2 L’occupation du terrain : cultures et terrains vagues

112L’ensemble de la zone comprise entre les terrains des Quinze‑Vingts et la Seine n’était pas entièrement voué à l’artisanat tuilier : cette spécialisation totale n’aura lieu qu’au cours du xvie s., et encore dans la partie sud uniquement. C’est d’ailleurs pourquoi le château de Catherine de Médicis a été bâti d’abord entre les Quinze‑Vingts et les tuiliers, dans l’espace le plus indéfini de ce secteur. Les textes, comme le censier de 1530, mentionnent parfois ensemble « maisons, jardins, vignes et thuilleries ». Il se peut d’ailleurs que ces espaces aient été exploités par les tuiliers eux‑mêmes, tant pour leur propre subsistance que comme activité économique complémentaire (petit maraîchage).

113La fouille a montré que deux types d’espaces interstitiels subsistaient entre (ou dans) les tuileries : espaces cultivés et terrains vagues à vocation de dépotoir. Une de ces phases de culture a été mise en évidence pour la première moitié du xive s. (cf. supra § 7.2.2) ; d’autres l’ont été pour des périodes plus tardives : phases IV à VI de la tuilerie de Guiot de Moucy, et pendant toute la durée de celle de Jehan aux Beufz semble‑t‑il ; enfin, tout ce qui était hors de l’emprise des tuileries devait être mis en culture selon des modalités diverses, avant que certaines parties soient transformées en dépotoir.

114Chaque tuilerie dispose d’une zone de rejet, nous l’avons vu. Mais à partir du deuxième quart ou du deuxième tiers du xve s., tout un secteur devint terrain vague voué aux dépotoirs, et pas seulement à l’usage des tuiliers. Cette zone naquit sur l’emprise de la tuilerie de Clément de Moucy abandonnée, et s’étendit ensuite vers l’ouest. Les deux tiers environ des fosses, qui s’échelonnent jusqu’au milieu du xvie s., ne paraissent pas directement liées au tuiliers : elles sont remplies de gravats de démolition ; les tuiles y portent souvent des traces de mortier de chaux ou de plâtre, donc d’utilisation en contexte architectural et non de production ou de construction de four. On y trouve également des déchets d’artisanat métallurgique (en particulier dans le F 67.5), qui n’est aucunement attesté dans la zone des tuileries ; les rejets organiques sont en revanche totalement absents. Vers le milieu du xvie s., une autre de ces zones, plus petite, s’étendit le long du chemin des remparts, au N.‑E. de la tuilerie d’Aubin Poullart.

115À partir du milieu du xve s. environ, la taille des fosses a tendance à s’accroître, mais il n’est pas sûr que cela corresponde seulement à une augmentation de la production. En effet, il est vraisemblable que ces fosses étaient le résultat de l’exploitation du sable pour la construction des fours, mais peut‑être surtout pour la fabrication du mortier pour la construction à Paris ; en particulier, il paraît significatif qu’aucune d’entre elles n’entame la couche de gravier alluvial qui se trouve sous le sable, dont la construction de l’époque n’avait pas l’usage, car le béton n’était pas employé. Dans ce contexte, la reprise de l’essor urbain après 1450 a pu favoriser le rôle de « carrière » de ce secteur.

7.3 Les tuileries : étude des outils de production selon la chaîne opératoire

116Après avoir examiné chacune des tuileries dans sa globalité, il convient de reprendre l’étude des différents types d’installation pour eux‑mêmes. L’ordre de présentation le plus logique est de suivre le déroulement de la chaîne opératoire, qui mène de l’argile brute à la tuile terminée.

7.3.1 Le traitement de l’argile

117Nous ne connaissons pas les carrières (« terriers » ou « glaisières ») où s’approvisionnaient les tuiliers ; chercher à les identifier est difficile, car si nous avons pu faire quelques prélèvements d’argile crue, il est impossible aujourd’hui de retrouver les filons exploités au Moyen Âge, à cause de l’urbanisation intense des environs de Paris. D’une façon générale, l’argile restée crue sur le site est une argile grise très plastique. Après l’avoir identifiée, on pourrait en pointer les affleurements sur la carte géologique, sans que cela aboutisse à autre chose qu’à l’affirmation tautologique qu’on extrayait l’argile où il y en avait. Brongniart (1844) cite quelques gisements qui auraient fourni les potiers parisiens : ils sont tous à l’ouest ou au sud de Paris, les argiles et marnes grises à noires se trouvant à Arcueil, Gentilly, Auteuil et Vaugirard ; il est probable que les mêmes filons étaient exploités par les tuiliers.

118Après extraction, l’argile subit un certain nombre de transformations qui la rendent propre à être façonnée. Ce traitement est d’autant plus poussé que le matériau doit être fin. La pâte à tuile est relativement grossière ; d’après Duhamel du Monceau, elle n’est mise ni à pourrir ni à décanter, traitements lourds permettant d’obtenir une argile fine et homogène pour fabriquer de la vaisselle ; aussi les ouvrages des potiers sont‑ils plus fatigants que ceux des tuiliers, « qui travaillent peu la terre » (Duhamel du Monceau 1763 : 4‑5). Toutefois, de nombreux textes médiévaux font état d’un pourrissement de la terre pendant l’hiver. Les tuiles du faubourg Saint‑Honoré contiennent de nombreuses impuretés, de dimensions parfois importantes (plusieurs millimètres). Les plus visibles sont les grains de calcaire transformés en chaux, qui font écailler ou « feuiller » la tuile, ainsi que les pyrites, qui laissent des taches noires plus ou moins boursouflées à la surface.

119Après un éventuel pourrissage, l’argile crue est donc sans doute essentiellement pétrie, afin d’éliminer les impuretés les plus grosses, de l’homogénéiser et de l’amener à la plasticité voulue pour être moulée. Il ne semble pas que la pâte ait été dégraissée.

120Duhamel du Monceau comme Brongniart décrivent précisément le pétrissage ou marchage, dit encore corroyage. Leurs descriptions doivent pouvoir s’appliquer aux pratiques des tuiliers du bas Moyen Âge et de la Renaissance. Il s’agit de mettre l’argile extraite dans des bassins peu profonds (bassins de marchage), sur une épaisseur d’une trentaine de centimètres. Ensuite, on ajoute de l’eau et un ouvrier piétine la terre, la hache et la retourne avec une pelle ou une bêche ; elle était ainsi « bien conrée [corroyée] et bien marchiée de piet, d’iauwe [d’eau] et d’escoupe [de bêche] » (mention du xive s. ; Dupont 1986 : 34). La terre est alors « preste à mectre en moule » (1479, Les Clayes ; Notariat Limay 1479‑1482). Ces bassins doivent donc être peu profonds, aptes à recevoir de l’eau, et pouvoir résister au marchage et surtout aux coups donnés avec le fer des bêches retournant l’argile ou découpant les mottes (fig. 249).

FIG. 249 – Plan de divers bassins de marchage de l’argile : a F 52.37 ; b F 52.46 ; c F 52.39, avec les canalisations F 52.36 et F 52.38 ; d St 52.7.

Dessin Cl. Vibert-Guigue.

121Un ensemble retrouvé en fouille correspond idéalement à ces critères : c’est la St 52.7 (fig. 250). Ce grand bassin double a été construit dans la première moitié du xvie s. pour la tuilerie de Maître l’Huillier. Il a subi plusieurs remaniements allant dans le sens d’une conception plus robuste et fonctionnelle, en particulier en ce qui concerne le fond : d’abord en plâtre (F 52.47), il fut ensuite refait en dalles de calcaire irrégulières liées au plâtre (F 52.46), pour finir par un beau dallage de calcaire dur (liais) épais d’une quinzaine de centimètres, aux joints beurrés à l’argile, capable de supporter toutes les agressions d’un pétrissage répété et d’une découpe intensive des mottes d’argile (F 52.43). La largeur des murs médian et sud invite à y voir des sortes de « quais » favorisant la circulation d’ouvriers avec des petites charrettes, des paniers ou des brancards, destinés à amener l’argile brute et à emmener vers l’atelier l’argile pétrie.

FIG. 250 – Le bassin de marchage de l’argile F 52.7 (première moitié du XVIes.) ; à gauche, le four de tuilier St 52.1, antérieur.

Cliché CNL

122Les installations antérieures sont toutes plus petites mais reprennent le même schéma : un bassin peu profond dont le sol dallé était capable d’encaisser les chocs du pétrissage et du découpage des mottes, et aux parois maçonnées épaisses ; il y subsistait parfois de l’argile crue (fig. 251). La qualité des matériaux mis en œuvre explique peut‑être qu’ils aient été largement récupérés, voire qu’ils ne nous soient parvenus que sous la forme d’une fosse rectangulaire (ainsi le F 52.54). Toutefois, ces fosses n’ont peut‑être jamais été maçonnées, mais revêtues de planches de bois, comme cela est attesté en Gaule romaine (Le Ny 1993) et dans la Bourgogne médiévale, par les textes (« les fosses d’ais pour quoroyer la terre », Chapelot 1986 : 26) et l’archéologie (Charlier 1994 : 304).

FIG. 251 – Le bassin de marchage de l’argile F 52.37 (fin du XIVe s.‑début du xve s.).

Cliché CNL

123Le dernier bassin de marchage de la tuilerie de Guiot de Moucy est le seul pourvu d’une alimentation en eau (F 52.39), par deux canalisations aboutissant à son côté le plus large, maçonné en pierre. Ces canalisations (F 52.36 et F 52.38), dont il ne reste plus que les fourreaux faits de tuiles plates recouvertes de tuiles faîtières, devaient acheminer l’eau de pluie récupérée du toit du local du chauffeur du four voisin et de celui du bâtiment qui sans doute abritait ce bassin. Un tel dispositif paraît attesté pour la tuilerie de Montbard (Côte‑d’Or) en 1354, où l’on installe des « chanlates pour gitier aigue du degoust du toit en la fosse » (Chapelot 1986 : 28). Il faut noter d’ailleurs à ce propos qu’il n’y avait pas de puits dans les tuileries parisiennes apparemment jusqu’au milieu du xve s., et uniquement dans la tuilerie de Maître l’Huillier ; l’eau devait principalement provenir de la Seine.

124L’évolution de ces structures de bassin concerne essentiellement leur taille : de 8 m2 à l’apogée des tuileries de la fin du xiiie s. ou du début du xive s., ils régressent à moins de 3 m2 à la fin du xive s., pour finir par la grande installation de deux bassins de 25 m2 chacun au xvie s.

7.3.2 La fabrication des tuiles

7.3.2.1 Le moulage des tuiles

125Les tuiles étaient moulées : la fouille n’a permis la découverte d’aucun outil lié à cette phase de la production. Elle ne peut donc être reconstituée que par l’étude des traces sur les tuiles elles‑mêmes, celle des aménagements de l’atelier et l’apport ethnographique, ancien ou actuel.

126Le principe de base de la fabrication des tuiles plates à crochet est simple : des mottes de pâte sont tassées dans un moule en bois (« molle de bos » en Flandres au xive s., Dupont 1986 : 36) ou en fer constitué d’un simple cadre, posé sur une table préalablement sablée pour éviter l’adhérence de l’argile. Cette table était appelée « establie » en Bourgogne au xive s. (Chapelot 1986 : 26) et « estaulie » en Flandre à la même époque (Dupont 1986 : 34). Ce qui dépasse est raclé (avec un outil d’ailleurs appelé « racle » en Sologne, Bongiu 1990 : 21 ; « escoupe de fier à planer » en Flandres), puis la tuile est détourée, et les bavures qui en résultent sont repliées contre la surface et grossièrement lissées. Le châssis ôté, un crochet de suspension est façonné avec le pouce, la tuile est glissée sur une palette de bois et mise à sécher en plein air, avant d’être stockée sous un hangar en attendant la cuisson.

127Ce premier séchage en plein air, souvent sur une aire sablée, est attesté aussi bien par les auteurs anciens que par les tuiliers traditionnels ; une telle aire a été retrouvée à Soirans‑Fouffrans (Charlier 1994 : 304‑305), et la cour de la tuilerie d’Estienne Muète était pareillement sablée (cf. supra § 7.2.3.3). Il avait pour but de rendre les tuiles suffisamment dures pour qu’elles puissent être stockées en lits superposés dans les hangars, sans se déformer. Il fallait entre un mois et demi et deux mois de séchage en tout, suivant les conditions climatiques. Cette étape du séchage à plat n’est aujourd’hui plus nécessaire, car les tuiles plates sont extrudées et non moulées, dans une pâte beaucoup plus sèche qu’autrefois.

128Toutes ces opérations sont clairement visibles si l’on examine les tuiles. La face supérieure est lisse, avec les traces de la raclette, tandis que la face inférieure est granuleuse d’avoir été sur le sable puis posée par terre ; des traces de brins d’herbe sont parfois visibles. Des empreintes de pattes de chien ou de chat attestent également le séchage à plat en plein air, alors que la pâte était assez molle. Dans certains cas, on peut observer que la tuile a été faite de plusieurs paquets de terre tassés successivement dans le moule. La tranche porte les traces du détourage, avec un outil qui paraît dentelé dans certains cas.

129Un ou deux trous de suspension sont également percés avec un outil pointu et carré (sans doute un simple clou), au moment du moulage. Comme la tuile est encore posée sur l’établi, l’outil ne peut la percer de part en part ; le trou est même parfois invisible quand on retourne la tuile. Cette dépouille, devenue dure après la cuisson, pouvait occasionner le bris de la tuile quand le couvreur voulait achever le trou (Duhamel du Monceau 1763 : 9). Les tuiles à deux trous de suspension sont plus tardives que celles qui n’en possèdent qu’un, elles apparaissent dans les contextes du xvie s.

7.3.2.2 Dimensions et types de tuiles

130Il est difficile de faire des statistiques significatives sur les dimensions des tuiles produites dans les ateliers du faubourg Saint‑Honoré : rarissimes sont celles pour lesquelles nous connaissons à la fois la longueur et la largeur ; très peu de longueurs sont d’ailleurs conservées. En effet, les tuiles qui ont servi à bâtir les fours ont été volontairement retaillées approximativement en carré ; dans les dépotoirs, le taux de fractionnement est considérable, et le remontage aurait été une entreprise démesurée. Pour la typologie, on pourra se reporter aux tuiles néerlandaises du xive s., curieusement très semblables à celles de Paris pour la même époque (Janssen 1986 : 80‑85), ou aux exemples bourguignons de Soirans‑Fouffrans, plus différents et un peu plus tardifs (Charlier 1994).

131La largeur augmente au cours du temps : de 17,5‑19 cm du milieu du xiiie au début du xve s., on passe au xvie s. à une fourchette comprise entre 18,5 et 21 cm. Cette tendance se poursuivra d’ailleurs, puisqu’au xviiie s. les tuiles parisiennes (« grand moule ») mesurent de 21,6 à 24,3 cm de largeur (Duhamel du Monceau 1763 : 9). En termes de pouces (si l’on admet une unité constante à environ 2,7 cm sur toute la période), on passe de 6,5‑7 pouces à 7‑8, puis à 8‑9 pouces. Nous ne connaissons la longueur des tuiles que pour le xvie s. : elle est alors comprise entre 30 et 34 cm, soit approximativement 1 pied (entre 11 et 12,5 pouces ; 1 pied = 12 pouces). Au xviiie s., cette longueur sera en principe stabilisée à 12 pouces : on constate un alourdissement des proportions, puisque parallèlement la largeur s’est accrue. Au xvie s., la tuile mesurait donc 7 à 8 pouces de large sur 11 à 12,5 pouces de long, sans doute idéalement 8 x 12 pouces, soit une proportion de 3 x 4. L’épaisseur enfin varie entre 1,1 et 1,7 cm, sans qu’il y ait de lien apparent ni avec le temps ni avec les autres dimensions de la tuile ; la plupart tourne autour d’un demi‑pouce (1,35 cm).

132Les différences entre ces modèles de tuile sont donc assez réduites : on n’a pas constaté l’existence d’un grand et d’un petit moule, comme ils sont attestés au xviiie s. Mais d’autre part, le nombre des moules paraît important, puisque les dimensions sont très diverses à l’intérieur des fourchettes évoquées.

133Cette variété de moules est peut‑être le signe de l’individualisme des tuiliers, chacun ayant son propre moule ; peut‑être aussi dans certains cas d’une volonté de tricher par rapport à des dimensions fixées : gagner un quart de pouce par tuile pouvait s’avérer rentable sur le nombre produit. Ces irrégularités par rapport à une norme expliquent peut‑être pourquoi, en 1567, les couvreurs obtinrent le droit de venir contrôler la dimension et la qualité des tuiles dans les ateliers eux‑mêmes, comme l’indique un règlement de Charles IX, repris dans l’ordonnance de Police générale du Royaume d’Henri III, en 1577 : « Les tuilliers seront tenus faire et cuire les tuilles bien et deuement et proufitablement [...] ; et remettront le moule de ladite tuille, pour sa longueur, largeur et espoisseur, au volume et forme ancienne [...]. Et seront les tuilles subjectes à la visitation par les maistres couvreurs jusques au dedans des tuilleries, sur peine de confiscation de ladite marchandise et d’amende arbitraire[...]. »

134De leur côté, les statuts de la communauté des Maîtres couvreurs de la Ville de Paris, modifiés en juillet 1566 par lettre‑patente de Charles IX (les premiers datant de 1327), précisent à l’article 15 que la production des tuileries « sera veue, visitée et comptée par lesdicts jurez [il y avait quatre jurés couvreurs], pour après en faire leur rapport au procureur du Roy de la bonté ou de la mauvaiseté d’icelle [...] » (Cimber, Danjou 1836 : 219‑220). À Provins en 1500, l’échantillon de référence est garanti par une inscription, rédigée conjointement par les « maistres couvreurs et thuilliers ordinaires » (Boisset 1972 : 40) ; à Manosque au xve s., on fournit au tuilier le moule qu’il doit respecter au moment de la signature de l’acte d’arrentement (Amouric 1989 : 21). À la fin de ce même siècle à Mons (Flandre), l’office du « rewardage des tuiles et briques » est créé pour assurer le contrôle de la qualité et des normes (Dupont 1986 : 38). Tous ces contrôles n’empêchaient pas que les clients se garantissaient par contrat, stipulant que la tuile devait être « bonne, loyale et marchande » (formule habituelle au xve s. ; Chapelot 1987b ; 201 ; Notariat Limay 1479‑1482).

135Les tuileries ne produisaient pas que de la tuile plate, même si celles‑ci constituaient l’écrasante majorité de cette production. Dans le seul dépotoir qui ait fait l’objet d’un ramassage et d’un comptage intégral, la proportion de tuiles plates s’établit à 86 % (en poids) (52352, dépotoir 52356 dépendant de la première phase de la tuilerie de Guiot de Moucy, seconde moitié du xive s.).

136La tuile faîtière forme quantitativement la deuxième production, mais très loin derrière ; ainsi aux Clayes en 1482, les « festières » sont fabriquées à raison de deux pour mille tuiles plates (Notariat Limay 1479‑1482). Il s’agit de plaques quasiment carrées fabriquées comme les tuiles plates, puis formées sur des moules en bois. L’un des côtés mesure 41 cm (15 pouces), l’autre oscille entre 42,5 et 44 cm. Elles ne sont pas hémicylindriques mais plutôt pliées, avec une arête plus ou moins prononcée. Légèrement coniques pour s’emboîter les unes dans les autres, cet évasement n’est pas régulier mais accentué, sans doute à la main, dans les 6‑9 derniers centimètres. La plupart est décorée d’un ou plusieurs « boutons », petites galettes de terre rajoutées au sommet, le plus souvent plates, mais parfois modelées ou incisées sommairement. Ce type de décor est bien attesté en France du Nord, depuis la Bourgogne jusqu’en Flandre (Janssen 1986 : 84 ; Charlier 1994 : 324‑325).

137Enfin, en beaucoup moins grand nombre, il faut noter la production :
– de tuiles gironnées, pour les toits coniques, ou peut‑être aussi pour servir d’arêtière sur des toits en croupe ;
– de tuiles de rive, à l’angle droit bien marqué ;
– de chatières (rares fragments qui apparaissent à partir du dernier tiers du xive s.).

138Cette énumération épuise la production des tuileries destinées aux toitures : on n’a retrouvé en particulier aucune trace d’épis de faîtage. Il convient de noter également que les tuiliers n’ont fabriqué ni briques ni carreaux de sol ; la production d’éléments de ce genre (carreaux et éléments d’arcs de sole) a été réservée à la construction des fours eux‑mêmes, et encore seulement jusqu’au xve s. Ils se sont par contre temporairement employés, on le verra, à produire des éléments de vaisselle domestique grossière : cuviers, réchauffoirs, couvre‑feu (cf. infra § 7.3.4.2)... Cette spécialisation a été notée pour la Bourgogne, mais n’existait pas en Provence (Chapelot 1987b : 200). Enfin, ils ne firent pas de chaux, comme cela est attesté ailleurs (par exemple Chapelot 1987b : 196 ; Amouric 1989 : 30 ; Notariat Limay 1479‑1482). Ces particularités sont dues peut‑être à la nature de l’architecture parisienne : la brique n’est pas usitée à cette époque, et le plâtre est un matériau plus couramment employé que la chaux.

7.3.2.3 Les locaux d’exploitation

139L’intérêt des fouilles des jardins du Carrousel est d’avoir mis en évidence non seulement les fours des tuileries, mais aussi, ce qui est plus rare dans les fouilles d’atelier (de quelque époque que ce soit, d’ailleurs), l’ensemble des installations. Bâtiments, hangars, et même espaces vides, permettent de se faire une idée de l’organisation du travail. La principale limite à cette analyse reste le fait que les parcelles occupées par les tuileries ont été amputées de leur débouché vers la Seine au cours des temps. Cela est particulièrement dommageable pour les plus anciennes, plus proches du fleuve.

140C’est donc peut‑être une lacune dans notre documentation qui fait constater l’absence de hangars de séchage et de stockage des tuiles jusque dans la seconde moitié du xve s. (phase II de la tuilerie de Maître l’Huillier). Toutefois Odette Chapelot constate la même absence dans sa documentation bourguignonne aux xiiie et xive s., à une exception près (« grant hale » de Juilly‑sur‑Sarce, dans l’Aube, en 1388), sans pouvoir l’expliquer (Chapelot 1986 : 26) ; il n’y en a pas d’ailleurs non plus à Soirans‑Fouffrans, pour les xvexviie s. (Charlier 1994 : 305, 314‑315, qui fait l’hypothèse d’un bâtiment disparu en matériaux périssables).

141Jusqu’au milieu du xve s. les bâtiments repérés sont de petite taille (de 15 m2 à peut‑être une quarantaine) et paraissent fermés (ou du moins ne pas avoir de structure à claire‑voie évidente). Leurs murs (ou solins), en moellons non équarris liés au plâtre, souvent enduits à l’intérieur, sont étroits, et il n’est pas vraisemblable qu’ils aient comporté un étage. Malheureusement, leur état fragmentaire et/ou l’absence de fouille fine de ces structures ne permettent pas de conclure avec certitude sur leur usage.

142Leur sol est de terre battue ou de plâtre, souvent recouvert d’une couche d’occupation composée de cendres et d’argile crue. Dans deux cas, ils sont à proximité immédiate, ou même englobent sans doute un bassin de marchage de l’argile. Il est donc vraisemblable qu’il s’agissait des locaux de fabrication des tuiles. Dans certains cas, l’abondance de céramique domestique piétinée sur place (oules, coquemars, pichets) indique peut‑être que les tuiliers y prenaient aussi leur repas.

143Quoi qu’il en soit, à partir de la seconde moitié du xve s., un type de construction devient unique et polyvalent : le hangar de grande taille, à plusieurs nefs et au sol de plâtre. La toiture était à deux pans, qui descendaient vraisemblablement très bas vers le sol, comme le sont encore les hangars de séchage traditionnels visibles dans les campagnes d’Île‑de‑France. Ce dispositif permettait d’éviter les bâtiments trop hauts bien que fort larges, et économisait des murs gouttereaux de toute façon inutiles, remplacés par des claires‑voies favorisant l’aération. Ces hangars sont à deux ou trois nefs ; dans certains cas, celles‑ci sont doublées d’une sorte de couloir latéral, ou bien les nefs sont cloisonnées (marques sur le sol du hangar F 52.27 de la tuilerie de l’Huillier par exemple). D’une façon générale, on assiste à une complexification des espaces, qui traduit probablement leur spécialisation croissante.

144Enfin, ces hangars jouxtent le four lui‑même, afin probablement de profiter de sa chaleur pour favoriser le séchage des tuiles. Cette disposition sera reprise à l’époque moderne : elle n’est pas constante et elle est parfois signalée comme particulièrement rationnelle (Bongiu 1990 : 22) ; on voit que les tuiliers parisiens étaient à la pointe du progrès.

145Deux hangars ont pu être suffisamment étudiés pour que l’on puisse suivre cette évolution : celui de la tuilerie de Jehan aux Beufz et l’un de ceux de la tuilerie de Maître l’Huillier. C’est ce dernier que l’on présentera, car le plus évocateur de cette évolution (fig. 230, 233‑235).

146Dans sa première version, dans la seconde moitié du xve s., c’est une simple construction à deux nefs (F 52.34). Une file de quatre poteaux supporte la panne faîtière, très légèrement décalée vers l’ouest. Son sol n’a pas été conservé, détruit par un léger surcreusement à la phase suivante (il n’en reste qu’une couche de sable tassé, qui pouvait constituer un niveau de préparation). Ce hangar est largement ouvert sur l’extérieur : à l’ouest, la claire‑voie est totale, assurant à la fois un accès commode et une ventilation parfaite. Au nord, une ouverture occupe presque la moitié du mur pignon : elle devait permettre le transbordement commode des tuiles séchées vers le four, qui à ce moment était à l’extrémité nord de l’aire de chauffe. La disposition des murs sud et ouest n’est pas connue. Enfin, il est probable que le puits situé dans l’angle sud‑est du hangar ait été creusé dès ce moment. Le bâtiment fut ultérieurement modifié de fond en comble (F 52.13). La file de poteaux centrale fut conservée, mais le nombre des nefs fut doublé. En effet, une sorte de couloir fut créé à l’est par la pose d’une cloison maçonnée ; cet espace contenait le puits et était de niveau avec le sol extérieur, ce qui n’était pas le cas des trois autres nefs. Le côté nord fut fermé, puisque le four se trouvait à nouveau au sud de l’aire de chauffe : le chargement des tuiles se faisait alors par le N.‑O. du hangar, et l’on détruisit à cet effet une partie du mur ancien (52756) qui bordait à cet endroit le premier four.

147Ces nefs ont été créées par l’implantation d’une file de poteaux supplémentaire ; d’autre part, la paroi ouest du hangar a été modifiée : la ligne de poteaux a été remplacée par un mur en moellons non équarris, apte à contenir la poussée des remblais (vidanges de four, dépotoirs de tuiles et démolitions de fours) qui se sont accumulés dans la cour de la tuilerie, au sud du four. Or le niveau du sol du hangar, refait en plâtre, non seulement n’a pas suivi le rehaussement du sol extérieur mais s’est même trouvé légèrement inférieur à celui de l’état précédent.

148Comment interpréter cette dénivellation, d’environ 80 cm, manifestement maintenue à dessein ? En analysant les traces de support laissées sur le sol du bâtiment, je propose que trois tables de moulage aient été dressées contre la paroi ouest. Le sol du hangar étant en contrebas, le plateau de ces tables se trouvait de niveau avec celui de la cour. Dès qu’une tuile était moulée, il était alors aisé de la faire glisser sur une palette tenue par un ouvrier à l’extérieur, qui la mettait immédiatement à sécher dans la cour. Cela suppose bien sûr des ouvertures dans le mur, qui n’ont pu être repérées étant donné son arasement.

149Ce hangar devait donc essentiellement servir au façonnage, et il remplaça le petit bâtiment F 52.53 de la phase précédente ; la nef centrale était un lieu de passage, comme l’atteste l’affaissement et l’usure du sol. Il ne restait guère de place pour le séchage des tuiles, surtout si l’espace oriental, où était situé le puits et dont le sol n’était pas plâtré, était une annexe à vocation de stockage, du bois par exemple. C’est pourquoi les tuiliers furent amenés à édifier un long auvent en « L », sur les côtés ouest et nord de leur exploitation (F 52.84).

7.3.3 La cuisson (fours et dépotoirs)

7.3.3.1 Typologie et modes de construction des fours

Généralités

150Les fours de tuilier des jardins du Carrousel sont globalement similaires, mais de nombreuses différences de détails apparaissent selon leur date de construction et leur taille. Ce sont tous des fours verticaux, presque carrés ou plus franchement rectangulaires, comprenant un ou deux foyers voûtés (alandiers) débordant vers l’avant et suivis d’une chambre de chauffe au‑dessus de laquelle se trouve une sole formée de cintres de briques ou de tuiles, dans le prolongement du ou des alandiers. Les tuiles sont empilées sur cette sole, dans un laboratoire formant lui‑même cheminée. Les fours sont en outre précédés d’une zone de travail (aire de chauffe), creusée dans le sol, et qui peut être maçonnée.

151La question du voûtement ou d’une quelconque couverture fixe de ces fours n’est pas entièrement résolue. Aucune trace archéologique n’en a été observée. Elle n’est d’ailleurs nullement nécessaire à leur fonctionnement, comme l’attestent des exemples ethnographiques. Il suffisait de couvrir le dernier rang de tuiles d’un lit de tuiles, cassées ou non, pour assurer la protection du chargement, tout en permettant l’évacuation des gaz, ou, plus simplement encore, de basculer le dernier rang de tuiles, posées de chant, au moment du grand feu. La cheminée en pierre reposant sur un laboratoire à arcades en tiers‑point du four de la tuilerie cistercienne de Commelles (Oise) est exceptionnelle pour l’époque (xiiie s.), et son architecture me paraît plutôt s’apparenter à celle des lavabos claustraux (Blary 1989). Ce mode de fonctionnement semble le plus probable pour nos tuileries ; il est attesté par exemple à Manosque au xve s., le locataire d’une tuilerie étant autorisé à utiliser les tuiles qu’il trouvera sur place pour couvrir son four (Amouric 1989 : 28). Il nous a d’ailleurs été donné d’assister à une cuisson de tuiles se déroulant ainsi, à Bezanleu (Seine‑et‑Marne, près de Nemours) ; la température monte sans problème jusqu’à 1 250 °C, pour un volume de 64 m3. Cette tuilerie, inscrite à l’Inventaire supplémentaire des Monuments historiques, est la dernière à cuire entièrement au bois ses produits, dans un four du xixe s., de type gallo‑romain (Louvet 1991).

152Le nombre d’alandiers devait être lié à la dimension des fours ; les plus petits n’en ont qu’un seul, les plus gros en ont deux. Ces dimensions varient considérablement, d’environ 4 à 16 m2. Leur volume est plus difficile à évaluer, puisque leur hauteur n’est pas connue. Si l’on estime leur hauteur égale au côté du four, ce qui paraît classique, on obtient des capacités qui vont d’une dizaine de m3 à près de 65 m3. Les formats ne sont pas standardisés : il n’y a pas deux fours identiques, en particulier parce qu’ils sont reconstruits les uns dans les autres, tantôt s’emboîtant plus ou moins comme des poupées russes, tantôt détruisant totalement le précédent.

153Au‑delà de la forme (quasi carrée à deux alandiers ou rectangulaire à un alandier), la principale différence entre les fours tient à la présence ou à l’absence dans leur construction d’éléments spécialement façonnés pour eux. À partir du milieu du xve s. en effet, les fours sont essentiellement fabriqués en tuile ordinaire (totalement dès le milieu du xvie s.), le plus souvent cassée pour être réduite à un carré. On peut penser d’ailleurs que nombre de ratés de cuisson étaient ainsi recyclés : dans deux ou trois cas, nous avons retrouvé des tuiles insuffisamment cuites dans des portions de paroi assez reculées pour n’avoir pas subi de recuisson (dans les St 52.1 et 52.5).

154Dans les fours les plus anciens, le sol et les cintres de la sole sont faits de briques de différentes sortes, adaptées à leur emploi. Le sol est tapissé de carreaux de 20 cm de côté, épais de 1,5 à 2 cm. Au contraire, les sols des fours récents sont faits de tuiles alignées de chant, parfois légèrement inclinées, ou simplement d’argile. On a des raisons de penser d’ailleurs que ces éléments n’étaient pas cuits avant leur intégration dans les fours, mais qu’ils cuisaient en place avec la première charge de tuiles. En effet, le sol du dernier état du four St 52.1 avait gardé ses carreaux non cuits : il semble que cette dernière réfection ne fut jamais suivie d’utilisation (analyse par le laboratoire de recherche des Musées de France, 04/06/1986). La même observation a été faite dans un four de Soirans‑Fouffrans, daté d’environ 1420, où le sol refait n’a jamais servi (Charlier 1994 : 307).

La sole

155Les fours ne possèdent pas de sole pleine, juste perforée par des carneaux, mais une « grille » constituée par le sommet d’arcs parallèles, perpendiculaires à l’axe de l’alandier. S’il y a deux alandiers, il y a deux systèmes parallèles d’arcs de sole. Ils sont entretoisés pour éviter qu’ils ne versent l’un sur l’autre. Les écoinçons subsistant entre l’arc et la paroi sont bourrés avec des tuiles et de l’argile pour créer une surface horizontale où repose la charge. L’espacement des arcs doit bien sûr être inférieur à la longueur d’une tuile ; les tuiles sont posées de chant sur la longueur, comme le montre en particulier un reste de chargement en place dans le dernier four d’Aubin Poullart. Ce système présente l’avantage de permettre le franchissement de portées importantes et donc de construire des grands fours, et d’être aisément réparable : un arc peut s’effondrer sans entraîner le reste de la sole avec lui.

156Dans les fours anciens, les arcs sont constitués de briques carrées épaisses de 3 à 4 cm ; deux de leurs angles sont abattus, de façon à former un semblant d’arc doubleau en forme de boudin, permettant aux gaz de mieux circuler. Ces briques ont leurs deux faces parallèles : pour qu’elles se comportent comme des claveaux, une de ces faces est creusée d’entailles triangulaires destinées à favoriser l’adhérence de l’épais mortier d’argile qui les lie. Les entretoises sont faites de briques munies de deux tenons latéraux, ou en forme de « T », qui s’emboîtent dans des mortaises ménagées dans les arcs. Dans une première phase du four St 52.9 et dans le four St 67.1, ce dispositif était même renforcé par une ligne de carreaux d’entretoise en partie basse des écoinçons.

157Les arcs des fours récents au contraire sont faits simplement de tuiles, tenues ensemble par le même mortier d’argile ; en outre, la paroi du laboratoire opposée aux alandiers est plus épaisse dans sa partie inférieure, formant une saillie pour appuyer le chargement. Les entremises sont plus sommaires mais plus nombreuses, constituées d’un morceau de tuile en saillie, emboîté dans un arc et s’appuyant simplement sur l’autre.

158Différents modes de liaison des arcs aux parois ont été adoptés : ils sont soit engravés, soit simplement appuyés contre la paroi, soit posés sur une saillie continue de la paroi et engravés. Les parois qui reçoivent les arcs peuvent être plus épaisses que les autres, afin de mieux contenir leur poussée (par exemple dans la St 67.1). Plusieurs dispositifs peuvent être utilisés dans un même four, comme dans le premier four d’Amaury où les arcs sont engravés d’un côté et simplement appuyés à la paroi de l’autre (F 52.42). Il faut noter que les arcs construits en tuiles sont toujours profondément encastrés, ce qui compense leur manque de solidité intrinsèque. Dans le cas des fours à deux alandiers, les arcs reposent dans l’axe du four sur une murette centrale.

159Les fours construits avec des éléments spécifiques donnent une impression de solidité et de fabrication soignée ; ils s’inscrivent dans l’évolution constatée ailleurs de l’usage de plus en plus systématique de la terre cuite architecturale dans les fours, à partir du xiiie s. (Chapelot 1987a : 168). Ceux qui sont uniquement en tuiles paraissent plus bâclés et sont propres au xvie s. C’est pourquoi sans doute ils ont été refaits plus souvent, les tuiliers préférant peut‑être un investissement moindre pour des fours plus grands : le coût du façonnage d’éléments spécifiques en nombre important risquait de dépasser celui d’une reconstruction avec des matériaux de récupération. Toutefois, les entretoises moulées spécialement sont le dispositif qui a subsisté le plus longtemps : il est encore attesté dans la première moitié du xvie s. (F. 52.75 de la tuilerie de Maître l’Huillier).

Le laboratoire

160Les parois des fours sont toujours en tuiles ; la seule exception concerne le four de Clément de Moucy (St 67.1), dont la partie haute du laboratoire était en moellons calcaires grossièrement équarris liés au plâtre. Il est certain qu’il s’agissait de la paroi du four elle‑même, et non d’une chemise d’une paroi de tuiles disparue : les pierres portent des traces de chauffe. Les tuiliers, comme les potiers, évitent d’habitude les parois de pierre, qui éclatent au feu, abîment la charge et se détruisent rapidement. Cette anomalie était peut‑être justifiée par la grande hauteur qu’aurait eue ce four, si c’est bien celui qui était nommé « la tour quarrée » (cf. supra § 7.2.3.2).

161Pour les fours les plus gros, une chemise en moellons calcaires tout venant liés au plâtre, à la terre ou à l’argile entoure la paroi de tuiles à partir d’une certaine hauteur et devait se prolonger au‑dessus du sol : les tuiles ne sont guère résistantes dès lors qu’elles ne sont plus contrebutées par le terrain encaissant. Des contreforts viennent renforcer cette chemise dans la St 52.5. Dans de nombreux cas, les parois de tuiles ne sont pas chaînées entre elles ; plus qu’une maladresse, on peut y voir le souci de rendre les parois indépendantes les unes des autres : en cas d’affaissement de l’une d’elles, les autres ne seront pas entraînées dans la chute et la réparation sera plus facile. Ceci est par exemple très net dans la tuilerie d’Aubin Goullart : la paroi sud a versé, mais elle n’a pas arraché les deux parois auxquelles elle se raccordait (en revanche, il a fallu que Bernard Palissy fasse construire un contrefort pour en empêcher la chute définitive dans la cave qu’il avait récupérée).

162Des arcs de tuile parcourent ces parois (pour la partie conservée, en général un, parfois deux superposés, ainsi dans le F 52.5 de la St 52.5) : leur fonction pourrait être de décharge, mais il est plus probable qu’ils servaient à répartir les poussées exercées vers le haut par la dilatation de la partie basse de la paroi, plus proche des hautes températures ; ce dispositif s’observe d’ailleurs dans des grandes cheminées de maisons rurales traditionnelles. Cette fonction de joint de dilatation est plus vraisemblable que celle d’arc de décharge : en effet, ceux‑ci ne prennent que rarement, et mal, appui dans les parois latérales ; seul celui qui est surmonté d’une paroi en pierre paraît jouer ce rôle (St 67.1), il est d’ailleurs ogival alors que les autres sont très plats.

163Dans le dernier état de la St 52.5, deux cavités d’environ 10 x 15 cm s’ouvrent respectivement dans les parois est et nord. Elles sont à la même hauteur mais ne se font donc pas face ; leur mode de construction, avec des tuiles de chant dans la partie basse, indique qu’un effort devait s’exercer vers le bas, qui aurait risqué d’écraser des tuiles posées à plat. On pense à une poutraison dont le rôle aurait été de faciliter le chargement (plate‑forme pour une chèvre, palier intermédiaire ?).

Les alandiers

164Le foyer des fours est toujours un tunnel en avant de la chambre de chauffe et du laboratoire. Il y en a deux si la dimension du four le nécessite. Ils sont construits comme le reste des fours en tuiles récupérées, sans doute revêtus d’un lutage d’argile, disparu dans la plupart des cas. Leur plan au sol est légèrement trapézoïdal, le côté le plus étroit vers l’extérieur constituant la gueule même du four. Celle‑ci est précédée d’une sorte de marche ou banquette, en tuiles, en briques ou même parfois en pierres, qui sépare bien le four du sol de l’aire de chauffe. Les alandiers sont protégés mécaniquement et thermiquement par un tas de charge en tuiles émiettées ; dans un cas même, il a été creusé en sape dans le terrain naturel, ce qui est la meilleure garantie de solidité (St. 67.1). Dans les fours les plus récents à aire de chauffe maçonnée, ils sont en outre surmontés d’une voûte en plein cintre.

165Les alandiers sont assez longs par rapport à la chambre de chauffe, sans doute pour favoriser le tirage : ces fours sont en effet enterrés, ce qui pouvait constituer un obstacle à la circulation de l’air. Les proportions sont variables : les fours à un alandier possèdent un tunnel presque aussi long que le four lui‑même (80 %), de 55 à 65 % pour les fours à deux alandiers ; la tendance est à l’allongement au xvie s., ce qui renvoie à l’augmentation de la capacité des fours.

L’aire de chauffe

166Jusque vers le milieu du xve s., les aires de chauffe sont de simples fosses, aisément creusées dans le sable. Puis elles deviennent de véritables caves maçonnées, dans lesquelles on descendait par un escalier droit aménagé dans un angle à l’opposé du four (seule exception, l’escalier à vis de la St 52.5, à proximité du four, mais c’est parce qu’il y a eu réutilisation d’un four circulaire situé à cet endroit). Le dernier four de la tuilerie de Guiot de Moucy est celui qui inaugure ce système, dans la première moitié du xve s. (F 52.9 de la St 52.1).

167Ces aires de chauffe étaient‑elles couvertes ? Nous n’avons aucun des sols correspondant à celles qui étaient simplement creusées dans le sable ; dans ce qui nous en est resté, aucune trace de poteau ne permet d’envisager un abri. Quand elles étaient maçonnées, la question est plus complexe : diverses naissances d’arc ou des pilastres obligent à poser la question, du moins pour les St 52.5 et 68.1 (rien de tel en effet n’a pu être observé sur la St 52.1, les murs ayant été trop arasés). En premier lieu, la zone au‑dessus des alandiers était voûtée en berceau : la naissance d’arc doubleau ou même de la voûte est encore perceptible. Pour le dernier état de la tuilerie d’Aubin Poullart, elle est même presque entièrement conservée. Ainsi la partie la plus vulnérable des fours était‑elle mieux protégée, sans doute, des intempéries et donc des chocs thermiques ; peut‑être cette voûte jouait‑elle aussi un rôle dans la dynamique des flux d’air ?

168Des pilastres rectangulaires engagés dans la maçonnerie sont aussi présents à certains endroits : supportaient‑ils des poutres horizontales pour une couverture en bois ? C’est peu probable en fait ; ils auraient été inutiles, ces poutres ayant aussi bien pu être encastrées dans l’épaisseur des murs, bien suffisante. D’autre part, ils sont toujours d’un seul côté, sans le symétrique que l’on attendrait. Enfin, il est nécessaire que l’aire de chauffe soit ouverte, afin de pouvoir y descendre commodément le bois de chauffe, voire le jeter au fur et à mesure de la cuisson. Plus qu’à des pilastres donc, il faut sans doute penser à des contreforts contrebutant la poussée des terres derrière les murs. C’est particulièrement net dans le cas de la St 52.5 : le contrefort est placé au droit d’un grand dépotoir de tuiles antérieur à cette aire de chauffe, très instable, contrairement au terrain naturel, et qui devait exercer une forte poussée sur le mur.

169L’aire de chauffe est souvent munie d’une sorte de diverticule maçonné, que l’aire de chauffe soit elle‑même maçonnée ou non. La première apparition de ce dispositif date de la phase IV de la tuilerie de Guiot de Moucy, dès le premier quart du xve s. Voûtés et dotés d’un sol de plâtre, alors même que les aires de chauffe n’en possèdent jamais, ils sont disposés juste en avant et sur le côté du four. Il faut y voir sans doute un abri pour le chauffeur, tant contre la chaleur excessive rayonnant du four que contre les intempéries (dispositif identique et à la fonction parfaitement attestée à la tuilerie de Bezanleu).

170Enfin, quelques aménagements ont été repérés dans certaines des aires de chauffe : petits placards creusés dans l’épaisseur des murs (St 52.5 et 68.1) ; auge de pierre, récipients de céramique ou de bois placés dans le sol, au débouché des alandiers, sur le côté (mêmes structures, premier état de chacune, alors que faire de chauffe n’était pas encore maçonnée). Il est possible que ces récipients aient contenu de l’eau destinée à rafraîchir le fer des ringards et les « fourques de fier » (Dupont 1986 : 36) utilisés pour la conduite du feu.

Quelques points de comparaison

171Les fours parisiens s’inscrivent‑ils dans une typologie classique et une tradition avérée ? La documentation la plus abondante concerne la période gallo‑romaine, mais elle n’est pas toujours d’excellente qualité (Le Ny 1988). Les témoignages de la période médiévale sont beaucoup plus rares, même si des fouilles récentes viennent régulièrement augmenter le nombre des fours connus (cf. bibliographie dans Blary 1989 ; cf. aussi : Lassure, Lassure 1975 ; Manière 1981 ; Burnouf 1986 ; Pressouyre, Kinder 1990 : 106, 110, 238 ; Fabre‑Dupont, Régaldo‑Saint‑Blancard 1991 ; Mordant et al. 1991‑1992 ; Desachy 1992 ; Charlier 1994 ; ainsi que les chroniques de la revue Archéologie médiévale). Quant à ceux du haut Moyen Âge, qui pourraient nous aider à faire la liaison, ils sont totalement inconnus ; seuls en effet quelques fours de potier ont été fouillés, dont la morphologie comme la taille sont très différentes.

172L’analogie des fours parisiens, et médiévaux en général, avec les fours gallo‑romains est patente. Il s’agit de fours rectangulaires à sole supportée par des arcs, à un ou deux alandiers : la technologie à laquelle ils correspondent ne changera qu’avec l’invention des fours à charbon de terre, au xixe s. Cet invariant technologique entraîne donc une constante typologique forte et ces structures ont atteint un point d’équilibre et d’adéquation à leur rôle, qui a rendu inutile toute innovation.

173C’est donc dans une série homogène que s’inscrivent nos fours : à Danbury (Essex) (xiiexive s.) comme à Clarendon Palace (Wiltshire) (vers 1240‑1244), ou à Commelles (Oise) (aux xiiiexive s.) comme à Vauclair (Aisne) (fin xve–début xvie s.), ou encore à Soirans‑Fouffrans (Côte‑d’Or) (xvexviie s.), le système est le même et les différences touchent des points de détail qui ne sont pas significatifs.

7.3.3.2 Le fonctionnement des fours

La cuisson

174D’une façon générale, on peut considérer que ces fours sont bien construits et constituent des outils parfaitement adaptés à leur fonction. Les ratés de cuisson caractéristiques sont finalement assez rares, et les dépotoirs recueillaient semble‑t‑il surtout les gravats résultant de la démolition des fours ; en particulier, les « moutons » –ces ensembles de tuiles collées ensemble par une chauffe excessive, ici accompagnés de coulures accidentelles de glaçure verte due sans doute à la fonte de cendres– sont rarissimes. On retrouve d’ailleurs parfois des taches ou même des aplats de glaçure sur les tuiles, mais aucune production de tuile vernissée n’est attestée. Les principaux accidents de cuisson devaient être la fissuration, voire le bris, dus autant à des problèmes de cuisson que de pâte : grains de calcaire et pyrites pouvaient en effet occasionner de tels méfaits (cf. supra § 7.3.1).

175La provenance des matériaux retrouvés dans un dépotoir n’est pas facile à déterminer : les surcuits peuvent résulter d’un réemploi dans la construction d’un four, et il n’est pas toujours aisé de déceler « l’effet de paroi » laissé sur la tuile (surcuisson d’un seul côté, avec un effet de dégradé : plus on s’éloigne de l’intérieur du four, moins naturellement la tuile est surcuite). D’autre part, l’énormité des dépotoirs rendait les comptages précis très difficiles ; on y a renoncé après avoir constaté la marge d’incertitude qu’entraînaient ces difficultés d’identification.

176Un seul dépotoir a donc fait l’objet d’un ramassage et d’un comptage intégral (US 52352, dépotoir 52356 dépendant de la première phase de la tuilerie de Guiot de Moucy, seconde moitié du xive s.). La provenance des tuiles y a été identifiée avec certitude pour un tiers seulement de la quantité globale : 88 % de celles‑ci viennent de la démolition des fours. Pour les deux tiers restant, il est probable que l’essentiel soit aussi de la démolition ; leur extrême fragmentation fait songer au résultat d’un bris volontaire par la pioche. Il est significatif qu’aucune tuile entière (même fendue ou voilée), et excessivement peu de tuiles archéologiquement complètes (aucune dans les niveaux du xvie s.) n’ait été retrouvée dans ces dépotoirs.

177À l’inverse, les tuiles insuffisamment cuites étaient peut‑être plus nombreuses : cela est difficile à estimer, puisqu’elles pouvaient éventuellement être remises à cuire. Toutefois, certaines ont été utilisées dans les parois de four ; quand c’est à un emplacement trop éloigné de la chaleur elles n’ont pas recuit, ce qui a permis cette observation.

178En l’absence d’analyses, la température de ces fours ne peut qu’être estimée grossièrement : quasiment pas de vitrification des parois, pratiquement pas de « moutons », des tuiles sous‑cuites, jamais grésées. On peut en déduire une température modérée, autour de 900° C probablement. Leur régime devait être classique pour des fours de ce type : préchauffage pour en chasser l’humidité, puis lente montée en température (« petit feu »), puis cuisson proprement dite (« grand feu »). Ensuite les ouvertures sont bouchées, et s’ensuit un lent refroidissement. Suivant la taille des fours, cela était plus ou moins rapide, mais durait de toutes façons plusieurs jours et plusieurs nuits.

179Ces cuissons se faisaient en mode oxydant : les tuiles sont rosées, parfois beiges, généralement assez claires, ce qui correspond à l’argile grise peu chargée en oxydes de fer. Certaines ont le cœur gris, ce qui indique une conduite de la cuisson plus heurtée, avec des phases réductrices et une réoxydation partielle en fin de cuisson. Ceci est surtout le fait des fournées médiévales, les tuiles du xvie s. étant généralement oxydées dans la masse et globalement mieux cuites.

180L’orientation par rapport aux vents dominants est normalement une donnée cruciale pour le tirage des fours et la conduite de la cuisson ; Françoise Le Ny a pu constater pour l’Antiquité que la très grande majorité des fours étaient placés contre les vents dominants (Le Ny 1988 : 26‑27). Cette règle n’est pas totalement respectée à Paris, où ils s’insèrent d’abord dans un parcellaire. Ceux qui sont N.‑S. s’orientent tantôt vers le sud, tantôt vers le nord. Et ceux qui sont orientés E.‑O., donc dans le sens des vents dominants, ont leurs alandiers aussi bien à l’est qu’à l’ouest. Toutefois il convient d’observer qu’un seul four possède ses alandiers ouverts aux vents dominants, c’est le petit four à sole en dos d’âne de la St 67.1. Mais il est protégé par un haut mur qui bordait l’aire de chauffe à l’ouest. Il est donc probable que la relativement grande profondeur où ces fours sont enterrés ait rendu moins importante cette contrainte de l’orientation, mais que, néanmoins, on évitait toujours que les vents dominants puissent s’engouffrer directement dans les foyers. Des prélèvements à fin d’analyse anthracologique ont été effectués, mais les analyses n’ont pas été réalisées. On ne peut donc rien dire sur les essences de bois employées comme combustible, ni leur âge ou la saison de leur coupe.

Réfections et durée des fours

181On n’a pas non plus compté les cuissons, les couches d’occupation ne fournissant pas les séquences de cendres alternées telles qu’a pu les exploiter Jacques Thiriot pour les fours de potier du Bas‑Rhône (Thiriot 1986). Dans certains cas, les aires de chauffe comportent des séries de couches de cendre et de sédiments liés au non usage (sable, boue, démolition de four...). Il serait hasardeux toutefois de considérer que nous avons là tous les témoins des cuissons successives, des nettoyages ayant pu les faire disparaître.

182En tout état de cause, le maximum devait être une dizaine de cuissons annuelles, compte tenu de leur durée et des réparations à faire entre chaque. Les exemples ethnographiques et historiques font plutôt état de quatre à huit cuissons par an : six fournées en seize mois (1399‑1400) pour le four de Montcenis en Saône‑et‑Loire, avec une production de 50 000 tuiles, ce qui est considéré comme important et répondait à une demande urgente (Chapelot 1987b : 196), quatre à huit fournées de briques par an à Mons dans la seconde moitié du xive s. (Dupont 1986 : 39). En 1910, la tuilerie de Bezanleu à son apogée avait cinq fours en activité et pouvait faire 48 « grands feux » dans l’année, soit une moyenne de 9,6 par four ; le rythme actuel est d’environ six fournées par an (Louvet 1991 : 21).

183La durée d’un four dépend de la solidité de sa construction et de son rythme d’utilisation ; faute de connaître ce dernier, nous n’avons que des idées générales résultant de la chronologie du site, telle qu’elle a été établie ci‑dessus. Nous n’avons donc que des moyennes, mais celles‑ci sont assez homogènes : 25 à 30 ans, soit une génération (n’est‑ce qu’une coïncidence ?). Le four de Guiot de Moucy semble avoir été reconstruit sur un rythme plus rapide, tous les 14 ans environ ; est‑ce parce qu’il est le premier à avoir expérimenté des solutions techniques nouvelles, sur des fours de taille inusitée pour l’époque ? Quant aux deux derniers fours de la tuilerie de Maître l’Huillier, ils se sont succédé très rapidement, peut‑être en moins de dix ans. Cela peut renvoyer à une utilisation intensive de fours très grands et hâtivement construits, donc peu solides.

184Ces reconstructions sont plus ou moins complètes. Si elles concernent toujours la totalité des parois de tuile, la chemise de pierre est diversement réparée, suivant son état ou les dégâts occasionnés par la démolition des parois de tuile. On n’a jamais en revanche un simple doublement des parois, qui sans doute n’aurait pas tenu et d’autre part aurait amené à des fours de plus en plus petits. Inversement, ils ne sont jamais refaits à l’identique, sans que l’on puisse interpréter les variations de dimensions autrement que par les nécessités techniques de la démolition et de la reconstruction, qu’une étude fine mettrait en évidence. L’évolution de la St 52.5 est à cet égard exemplaire. Les quatre fours du côté sud sont tous différents ; ce n’est jamais la même dimension qui est modifiée (longueur ou largeur) ; le dernier état est sensiblement plus petit que les autres.

185Entre les reconstructions, ces fours connaissent évidemment des réfections, qui touchent logiquement les parties les plus exposées au feu (les alandiers, en particulier le devant, avec la banquette qui fait le lien avec le sol de faire de chauffe, les sols, notamment au débouché de l’alandier, là où la chauffe était maximale et où le ringard tapait lorsqu’on débraisait) et/ou aux contraintes mécaniques (les arcs de sole). Elles peuvent être partielles ou plus radicales : on refait entièrement un niveau de sol, ou on remplace quelques carreaux par d’autres ou un simple bourrage d’argile ; on répare un arc de sole, ou on la remplace totalement, comme dans la St 52.9 (four attribué à Estienne Muète).

186À titre de comparaison, le four de Juilly‑sur‑Sarce (Aube) est refait une première fois en 1376 après quatre ans d’utilisation continue ; dix ans après, il faut reconstruire les arcs ; deux ans après, l’entrée de l’alandier. Pour celui d’Aix‑en‑Othe, en Champagne : 1397, réparation des arcs ; 1401, réfection de l’alandier ; 1404, 1407, 1408, 1412, réfections des arcs (Chapelot 1986 : 29‑30). À Mons, le four est réparé en 1355, 1356, 1363, 1370, en 1379 un nouveau est reconstruit, réparé et agrandi en 1382 et 1391 (Dupont 1986 : 35). Entre 1400 et 1440, le four 25 de la tuilerie de Soirans‑Fouffrans est reconstruit une fois et connaît quatre réfections (Charlier 1994 : 306‑309, 332).

187Enfin, on peut risquer quelques données sur le mode d’enfournement des tuiles. Il se faisait par une ouverture ménagée dans une paroi et rebouchée avant chaque cuisson, ou simplement par‑dessus ; la faiblesse des vestiges au‑dessus du sol ne permet pas de le préciser, sauf dans le cas du four F 52.74 de la St 52.9, où la chemise en pierre possède une brèche au sud du four. Les tuiles étaient forcément posées de chant, afin de ne pas s’écraser, et c’était aussi semble‑t‑il la méthode la plus classique d’enfournement des carreaux (Carette, Derœux 1985 ; Charlier 1994 : 328) ; mais Duhamel du Monceau évoque plusieurs procédés possibles. La chance a voulu qu’il nous reste une partie d’un de ces chargements, dans le four St 68.1. Les tuiles sont disposées en chevrons ; il est possible d’ailleurs qu’elles n’aient pas été récupérées parce qu’elles constituaient un « rang martyr », qui permet de créer une sorte de sole mobile par‑dessus les arcs.

Quelques données quantitatives sur la production

188À partir de ces données, on s’est essayé à tirer quelques éléments quantitatifs concernant la production. Si l’on restitue au four St. 68.1 une hauteur de 3 m au‑dessus du niveau de la sole (1,80 m de hauteur conservée, une superficie de 2,60 x 2,25 m), chaque cuisson devait fournir environ 8 000 tuiles, pour une capacité de 18,6 m3 (il a été compté 72 tuiles pour un rang ; un lit comportait 8 rangs ; avec une hauteur de 3 m, on pouvait empiler 14 rangs [tuiles de 21 cm de large] ; le total est donc de 8 064 tuiles). On peut estimer ainsi le nombre de mètres carrés qu’il était possible de couvrir : à raison d’environ 45 tuiles par mètre carré, cela suffit pour 180 m2 de toiture, c’est‑à‑dire celle d’une maison de 100 m2 avec un toit en bâtière incliné à 55° (avec un recouvrement aux deux tiers de tuiles de 34 cm de long et de 21 cm de large, il faut 9 rangées de 5 tuiles pour couvrir 1,07 m2). Si l’on transpose ce calcul au plus grand des fours du xvie s. (F 52.75), et en lui restituant 4 m au‑dessus de la sole (2 m de hauteur conservée, 3,80 x 4,25 m de superficie), on obtient 28 000 tuiles, pour une capacité de 64,6 m3 ; et donc 620 m2 de toiture, soit près de 3,5 maisons du même genre.

189Ces capacités rangent les grands fours du xvie s. parmi les plus importants connus, ce qui se conçoit aisément vu l’ampleur des débouchés ; ils retrouvaient les dimensions des plus grands exemples antiques. Ainsi le four de Mâcon, daté du début du xvie s., mesurait 4 x 3,80 m, soit une sole de 15,2 m2 (Archéologie médiévale, chronique des fouilles, 21, 1991 : 399). Il s’agit là aussi d’un four périurbain dont le débouché était constitué par une ville en pleine expansion, à tel point d’ailleurs qu’elle rejoignit ce secteur, et le four fut intégré dans les structures d’habitat dès le milieu du xvie s.

190Ils ont été précédés de quelques fours déjà imposants pour le Moyen Âge : les grands fours de Guiot de Moucy devaient produire environ 15 000 tuiles, et leur superficie n’est comparable qu’à celle de fours médiévaux exceptionnels, comme celui du xiiie s. de l’abbaye cistercienne de Chaalis, à Commelles (3,75 x 3,80 m) (Blary 1989), ou certains fours d’ateliers ducaux de Bourgogne, cuisant jusqu’à 20 000 tuiles (Chapelot 1986 : 27). L’atelier, sans doute ducal, de Soirans‑Fouffrans comportait un four exceptionnel pour la fin du xive s. : à trois alandiers et d’une superficie de 3,85 x 5,60 m, il contenait sans doute plus de 36 000 tuiles dans un volume estimé à 82 m3 (Charlier 1994 : 316‑317). Les autres fours médiévaux des jardins du Carrousel, dont la capacité devait s’étager entre une dizaine et une trentaine de mètres cubes, devaient produire des fournées de 4 000 à 12 000 tuiles environ. Ils semblent se situer dans une bonne moyenne, si on se réfère à quelques exemples donnés par les sources ou l’archéologie : le four de Danbury mesure 4,40 m2 (Drury, Pratt 1975), la moyenne des fours bourguignons se tenait entre 9 000 et 11 000 tuiles (Chapelot 1986 : 27), et les fours de Soirans‑Fouffrans (à part le grand à trois alandiers) cuisaient entre 2 200 et 14 000 tuiles, pour des superficies de 3,30 à 9,50 m2 (Charlier 1994). Encore au début du xvie s. d’ailleurs, le four de l’abbaye de Vauclair (Aisne) ne mesure que 5,70 m2 (Groupe « Source » 1975), et en 1516, la tuilerie appartenant à l’abbaye de Saint‑Germain‑des‑Prés à Dammartin‑en‑Serve (Yvelines) produit dans l’année seulement 8 900 tuiles, 10 100 briques et 6 600 carreaux (Grimaud 1991 : 16). En 1614, le four d’Aniane, en Provence, avait une capacité de 8 000 tuiles (Vayssettes 1987 : 210). À titre de comparaison, la tuilerie de Saint‑Martin‑des‑Champs (Yvelines) produisait 450 000 tuiles par an en 1833, et les tuileries de Mantes‑la‑Ville et de Limay (Yvelines), appartenant au même propriétaire, produisaient annuellement cinq millions de tuiles à elles deux en 1899 (Grimaud 1991 : 27, 41). Avec huit cuissons, les grandes tuileries du xvie s. pouvaient fabriquer environ 220 000 tuiles par an.

7.3.4 Les fours de petites dimensions

7.3.4.1 Des fours de potier ?

191Outre ceux dont il vient d’être question, d’autres fours existent sur le site qui sont de dimensions bien plus réduites. En effet, les fours de tuiliers évoqués peuvent se classer en deux catégories de taille : grosso modo, de 4 à 9 m2, et de 13 à 16 m2, ceux‑ci étant les plus récents. Ceux dont il va être maintenant question ont une sole d’une superficie de 1,50 m2 seulement pour les fours rectangulaires, et de 3,50 m2 pour le four circulaire. Trois sont rectangulaires ; l’un, accolé au four de la phase II de la tuilerie de Maître l’Huillier (F 52.11), est trop détruit pour qu’il soit possible d’en signaler autre chose que l’existence. Les deux autres par contre sont en bon état de conservation, et sont assez différents.

192Le plus ancien est le F 67.9 de la St 67.1, c’est‑à‑dire appartenant à la tuilerie attribuée à Clément de Moucy, vers la fin du xive ou le début du xve s. (fig. 219, 223). Il a été installé perpendiculairement au four de tuilier, alors désaffecté (mais qui était utilisé pour mettre à l’abri l’argile crue préparée, comme en témoignent des pains retrouvés sous l’alandier). Il ne mesure qu’1,30 x 1,10 m dans œuvre et possède pourtant deux petits alandiers. Ceux‑ci faisaient saillie dans l’ancienne aire de chauffe, calés dans les remblais qui commençaient à l’envahir ; ils étaient recouverts par un dallage de blocs de calcaire plats mais sommairement taillés. Les parois de tuiles étaient chaînées dans le terrain naturel encaissant par des rangées d’entretoises en « T » formant boutisse, sans doute récupérées du four de tuilier voisin. Les arcs de la sole étaient en tuiles soigneusement lutées à l’argile, surtout sur le dessus, et reliés par des entretoises simplement constituées de morceaux de tuile. L’extrados de ces arcs étant nu, ils forment une sole en dos d’âne.

193L’ensemble de ces dispositions est tout à fait original, aussi bien sur le site que, semble‑t‑il, d’une façon générale. Il est clair qu’un tel four n’est pas adapté à la cuisson des tuiles ; en l’absence de dépotoir associé, on ne peut que conjecturer son usage. La seule autre production attestée aux Tuileries est celle d’objets domestiques en pâte à tuile, évoqués ci‑dessous. Il est probable que ce four servit à les cuire, la sole en dos d’âne permettant peut‑être de caler commodément des grosses formes cylindriques.

194L’autre four rectangulaire (F 52.6) est un peu plus tardif (fig. 237, 238) ; comme le F 52.11, il fait partie de la tuilerie de Maître l’Huillier, où il apparaît à la phase I, vers le milieu du xve s. Son laboratoire mesure 1,40 x 1,05 m dans œuvre ; son unique alandier est presque aussi long, avec 1,10 m. Son extrados est couronné d’une structure circulaire en tuiles, comme pour caler un vase (diam. 0,65 m). Chambre de chauffe et alandier étaient dallés de carreaux en terre cuite, et les quatre arcs de sole étaient montés avec des briques spéciales aux angles inférieurs abattus, comme cela a déjà été décrit pour certains fours de tuilier. En avant, une petite aire de chauffe était simplement creusée dans le sable, un peu consolidée sur le côté sud par une paroi de tuiles, à l’entrée du foyer. De par sa forme rectangulaire, avec une sole horizontale, ce four aurait pu convenir à la cuisson de tuiles ; toutefois, sa faible capacité invite à en faire, sinon un four de secours pour cuire quelques centaines de tuiles sans avoir à lancer le grand four, un four destiné à la production des objets de pâte à tuile évoqués ci‑dessous.

195Le dernier four atypique du site des Tuileries est un four circulaire de 2,10 m de diamètre, réutilisé comme cage d’un escalier à vis desservant les fours de la tuilerie de Maître l’Huillier (St 52.8). Il est antérieur à ceux‑ci et a été rattaché à la tuilerie d’Estienne Muète, sur l’alandier du four de laquelle il s’installe ; il peut dater du début du xve s. Il a connu deux états, dont l’un a pu être restitué grâce aux traces de chauffe différenciées sur la paroi. D’une part, celle‑ci est surcuite dans sa totalité ; d’autre part se lit la trace de six arcs, mais non engravés (sauf les deux arcs extrêmes), simplement construits à l’intérieur du cylindre de brique chemisé de pierre qui constituait le corps du four, et reposant sur des banquettes latérales de faible hauteur. Il faut donc considérer qu’il y eut deux phases dans ce four. La sole du premier état n’est pas connue, ni son type de support. Il s’agissait vraisemblablement d’un pilier central, seul dispositif qui a pu ne pas laisser de traces, le sol du four ayant été totalement détruit lors de l’aménagement de l’escalier. Dans une deuxième phase, des arcs ont été rajoutés, sans toucher à la paroi ; ils ont d’ailleurs été facilement démontés lors de la transformation du four en escalier.

196Les considérations émises à propos des autres fours de ce chapitre valent pour celui‑ci, peu adapté à la cuisson de tuiles ; on imagine plus volontiers qu’il a servi à celle d’objets domestiques en pâte à tuile. De tels fours sont en effet rarissimes pour la cuisson des tuiles au Moyen Âge. Plusieurs fours circulaires pour la brique et la tuile canal, datés sans précision des années 1330 à 1450, ont été retrouvés en Haute‑Garonne (commune du Fousseret) (Manière 1981) ; ils mesurent entre 1,80 et 2,60 m de diamètre, et sont comparables à celui des Tuileries. Ce cas peut s’expliquer par une permanence locale : en effet, tous les fours circulaires de tuilier de l’époque gallo‑romaine sont concentrés en Aquitaine et en Narbonnaise (Le Ny 1988 : 46‑47).

197On avait donc, entre la fin du xive et le milieu du xve s., une série de fours, qui ne sont pas de tuilier, mais qui ne sont pas non plus de potier stricto sensu dans la mesure où leur production n’était pas tournée. Dans le cas de la tuilerie de Maître l’Huillier, ils servaient de complément au grand four. Inversement, les grands fours ont pu cuire marginalement des objets en pâte à tuile ; cela est probable dans la tuilerie de Guiot de Moucy, pour le dernier tiers du xive s., puisque des ratés de cuisson d’une telle production ont été retrouvés dans les dépotoirs de la phase I, alors qu’il n’y avait pas de petit four. On peut donc proposer l’idée qu’à une époque de récession économique et urbaine les tuiliers ont cherché à diversifier leur production, voire à la modifier. Quand l’activité reprit peu à peu, vers le milieu du xve s., les petits fours ne furent plus qu’un appoint pour produire une marchandise achetée sans doute encore par une clientèle traditionnelle.

198La diffusion de ces productions semble d’ailleurs avoir été très limitée et se heurta sûrement à l’hostilité des potiers véritables. Les trois quarts des objets de ce genre recensés en Île‑de‑France proviennent du site de production. Les seuls sites d’utilisation qui en ont livré à ce jour sont situés à proximité immédiate des tuileries : cour Napoléon et jardins du Carrousel. Seuls deux fragments de cuviers tronconiques peints ont été découverts dans le manoir capétien de Vincennes, sous un four domestique daté de la fin du xive s. (information orale C. Carrière‑Desbois). À part cela, aucun objet en pâte à tuile n’a été observé dans des contextes franciliens du xve ou du xvie s.

7.3.4.2 La production des objets en pâte à tuile

199avec la collaboration de f. ravoire

200Cette production, qui n’a donc pas été répertoriée par Jacques Nicourt dans son travail sur les céramiques médiévales parisiennes (Nicourt 1986), n’a pas été étudiée dans le détail ; toutefois, il est possible d’en présenter une première analyse, fondée tant sur les ratés de cuisson que sur les trouvailles de la cour Napoléon (fig. 252 ; fig. T et U).

FIG. 252 – Objets en pâte à tuile : 1 brasero à bande appliquée digitée ; 2 cuvier cylindrique à bande ; 3 réchauffoir de table peint ; 4 couvercle à anse en panier ; 5 cuvier tronconique peint ; 6, 7 cuviers tronçoniques ; 8 couvercle peint à ouverture centrale ; 9 couvercle à bouton festonné et décor incisé ; 10 couvercle à anse en panier festonnée ; 11 cuvier convexe peint ; 12 cuvier cylindrique.

Dessin P. Laforest/SADY

201Le répertoire est assez limité et concerne essentiellement des objets destinés à aller au feu, ou à supporter eux‑mêmes le feu. Mis à part un réchaud de table, de forme assez proche du réchaud fabriqué en céramique commune, les autres récipients (cuviers, couvercles, couvre‑feux) n’offrent pas de comparaisons immédiates avec ces productions mais plutôt avec des récipients en bois ou en métal, propres aux activités domestiques.

202Directement liés aux foyers sont les couvre‑feux, sortes de couvercles en forme de quart de sphère placés le long du contrecœur de la cheminée et destinés à protéger les braises pour la nuit ; ils sont munis de deux tenons de préhension latéraux (Tieghem et al. 1989). Ces auteurs signalent deux types de couvre‑feux : en cloche, destiné à recouvrir les braises d’un foyer central, attesté dès le xiie s., et en quart de sphère, pour les cheminées. Celui‑ci est plus tardif et apparaît au xve s., ce qui correspond à la production parisienne. D’autres éléments paraissent liés à des poêles de chauffage ou de cuisine : tiroirs ayant peut‑être servi de cendrier, galettes circulaires interprétées comme des bouchons de tirage, destinés à couvrir plus ou moins les orifices des poêles. Mesurant de 0,15 à 0,25 m de diamètre, ils ont un tenon de préhension semi‑circulaire ou triangulaire, parfois plat, le plus souvent perforé, sans doute de façon à pouvoir être manipulés au moyen d’un crochet métallique ; en contexte de consommation, ils portent d’importantes traces de feu. Il est peu probable qu’il s’agisse de couvercles de pots, car ce répertoire existe par ailleurs dans une céramique plus fine ; inversement, il n’y a pas de pots en pâte à tuile qui pourraient leur correspondre. Il a d’ailleurs été aussi retrouvé de rares exemplaires de couvercles rectangulaires aux angles arrondis, et même de demi‑couvercles.

203Autre production bien attestée, les réchauffoirs ou braseros biconiques, composés de deux cônes inversés, la partie basse comportant une ou deux ouvertures en plein cintre pour y glisser la braise. La partie haute est courte, éversée. Une bande de pâte festonnée est rajoutée entre les deux parties, sur la face externe. Ces socles permettaient de maintenir au chaud des marmites ou des cuviers, leur diamètre variant de 0,20 à 0,30 m environ. Certains sont peints, d’autres non.

204Enfin, en vaisselle à strictement parler, trois types seulement : un réchaud de table, des lèchefrites, et surtout des cuviers de tailles diverses, dont certains munis d’un orifice d’écoulement en partie basse. Le réchaud est unique en son genre : il est fabriqué à la manière des réchauds de table en pâte commune et est entièrement tournassé. L’intérieur et une partie de l’extérieur sont peints en rouge. La forme des tenons est obtenue par un évidement de la paroi. Il a été trouvé dans un contexte daté de la fin du xve s. et peut être rapproché de deux réchauds de table à décor polychrome appliqué trouvés à Paris dans un contexte contemporain (inédit, fouilles de l’hôtel Saint‑Aignan à Paris, direction P.‑J. Trombetta).

205Le cuvier, ou seille, est un récipient de terre ou de bois de grandes dimensions, à bords moyens, droits ou évasés, muni souvent dans sa partie inférieure d’un trou d’évacuation (Chastel, Salet 1984 : 356 ; Brongniart 1844 : 390‑393). Nos exemplaires sont assez petits, leur diamètre oscille autour de 0,40 m mais leur usage comme baquet ne peut être exclu. De facture très grossière, ces cuviers apparaissent cour Napoléon dès la première moitié du xive s. et sont de trois types :
– tronconiques, ils sont connus en plusieurs modules (0,20 m, 0,34 m, 0,41 m de diamètre d’ouverture, soit, grosso modo, une demi‑coudée, un pied et une coudée de diamètre) ;
– à panse convexe, ressemblant à un tonnelet, montée au colombin. Plus rares, ils sont connus pour deux modules, de 0,31 et 0,40 m ;
– cylindriques, le bord est simplement repris et aplani sur sa face supérieure et peut être débordant ou non. Ils n’ont pas de tenon de préhension mais peuvent être munis d’un bec verseur appliqué à un trou percé en haut de la paroi. Ce sont de petits modèles (deux modules connus, 0,18 et 0,23 m de diamètre), qui les apparentent plus à des pots à tout faire, voire à des saloirs (Chastel, Salet 1984 : 284), qu’à des cuviers.

206Enfin, signalons un objet peu courant, sorte de couvercle percé d’un large trou central surmonté d’un manchon cylindrique flanqué de deux anses. Il pourrait s’agir d’un couvercle à baratte, l’orifice étant destiné à laisser passer et maintenir l’agitateur vertical en bois (Chastel, Salet 1984 : 2).

207Il est normal que la plupart de ces objets aient été fabriqués en pâte à tuile, réfractaire et résistante au feu. Ce sont généralement de grandes formes, façonnées selon des techniques peu sophistiquées : colombin, plaques soudées entre elles et tournassées, ou encore simplement par modelage.

208Bien que sommairement, la majorité de cette production est décorée ; on peut distinguer trois types de décor :
– un décor peint rouge‑orangé, à base de flammules. Celles‑ci peuvent être entrecroisées ou parallèles (elles sont alors verticales), faites au peigne, en forme de virgules, de mouchetures, en arêtes de poisson ;
– des digitations, imprimées dans la pâte directement (bords, anses) ou sur des bandes rapportées. Les bords et les préhensoirs des réchauffoirs sont souvent digités, ainsi que les anses des bouchons de tirage ; on affectionnait pour les cuviers les décors de bandes appliques digitées, disposées verticalement autour du vase ;
– des incisions, uniques ou au peigne (3 dents), et des guillochis, nettement plus rares, paraissent réservés aux bouchons de tirage, dont ils peuvent décorer le dessus ou l’anse ; quelques‑uns portent des traces de glaçure verte, qui paraît accidentelle, comme sur certaines tuiles.

7.4 Conclusion et discussion

209L’importance de la surface fouillée a permis de connaître la plus grande partie et de comprendre l’organisation et le développement d’un quartier suburbain à vocation artisanale très spécialisée. Seul nous a manqué le lien avec la Seine, détruit par la construction du palais du Louvre et celle (malheureusement plus récente) de la voie sur berge. Toutefois, il n’a pas été possible de pousser l’exploration aussi loin que nous l’aurions souhaité ; en particulier, l’étude fine des espaces interstitiels (jardins, chemins, cours) ainsi que celle du site peu avant et juste après l’installation des tuiliers sont très lacunaires.

210Pour ce qui est des fours, nous nous sommes efforcés d’obtenir une vision fine de leur évolution et des techniques de fabrication et, par‑delà, des modes de cuisson et de la production. En effet, pour aller au‑delà de certaines banalités, il est nécessaire non seulement de vider les fours, mais aussi de les démonter intégralement. Cet effort n’a pu porter tous ses fruits, car la masse importante de documentation qui en est issue n’a pu être exploitée autant qu’il l’aurait fallu.

211Du temps a aussi manqué pour l’étude : la céramique et le mobilier n’ont été analysés que comme repères chronologiques ; une étude historique complète n’a pu être menée, replaçant les tuiliers parisiens dans le contexte plus général de la capitale, et des tuiliers médiévaux et de la Renaissance. On trouvera cependant ci‑dessous quelques réflexions sur ces sujets.

7.4.1 Évolution artisanale et évolution urbaine

212On peut en premier lieu tenter un résumé de l’histoire du site, en relation avec celle du développement de Paris. Vers le milieu du xiiie s., les tuiliers s’installent au bord de la Seine, au‑delà du Louvre. Ils occupent des parcelles allongées perpendiculaires au fleuve ; les fours sont construits au niveau de la rupture de pente entre la berge basse et une légère terrasse à l’abri des inondations ; les dépotoirs sont en fond de parcelle. Ce secteur est alors entièrement rural, réparti entre quelques grands propriétaires. Cette zone n’a pas été choisie pour ses matières premières (ni argile ni bois), mais sans doute parce que celles‑ci provenaient en majorité de l’ouest parisien, par voie fluviale au moins pour le bois (Favier 1975).

213De toute façon, les tuileries devaient s’installer hors les murs, car il s’agissait d’une activité polluante « qui donnoit une infection à la ville qui causait beaucoup de malladies » (à Fréjus au xvie s. [Amouric, Landure 1985 : 305] ; une gêne souvent évoquée dans les procès médiévaux [Alexandre‑Bidon 1986]), et à risque pour une ville encore construite en majorité en bois. En 1274, le cartulaire de l’Hôtel‑Dieu et les fouilles attestent trois tuileries, dont les fours sont de bonnes dimensions. En 1292, vingt‑deux tuiliers sont inscrits sur le rôle de la taille (Fagniez 1877 : 19).

214Cet artisanat apparemment prospère semble ralentir, peut‑être dès la fin du xiiie s. On ne sait si les propriétaires, défunts en 1274, ont été remplacés ; c’est peu probable car si le texte signale des personnes décédées, c’est sans doute qu’il n’y a pas eu de succession, et donc de vivant à citer. Se décalant vers l’ouest, une tuilerie, sans doute deux, survivent. Ernoul de la Haute‑Maison récupère à son profit la plus grande partie du secteur, qu’il remet en culture ; il y édifie un manoir attesté dès 1309. Le rôle de la taille pour 1300 donne neuf tuiliers seulement, soit presque trois fois moins (Fagniez 1877). Il faut probablement relier cette récession à la crise économique qui sévit depuis le début du siècle et qui s’est amplifiée avec le début de la guerre de Cent Ans et la Peste noire. Paris ne reprend son essor que dans les années 1370, et pour notre secteur, la reconstruction du Louvre et de l’enceinte urbaine par Charles V eut un effet moteur sensible (Bonis et al. 1987 : 115).

215Cette nouvelle expansion fut accompagnée par une renaissance des tuileries : trois sont à nouveau mentionnées par les textes en 1373 (censier de l’Évêché). Elles se sont installées, après la construction de la nouvelle enceinte de Paris, franchement sur la terrasse hors d’eau, un peu plus au nord que celles du xiiie s. ; l’une ne touche même à la Seine que par l’intermédiaire d’un chemin. Les fours sont plus petits qu’à l’époque précédente, à l’exception notable de celui de la tuilerie de Guiot de Moucy. En outre, plus au nord, à l’angle de la rue du Faubourg‑Saint‑Honoré et du chemin le long des fossés, un dénommé Richart Dubuisson crée une tuilerie en 1402, qui n’est connue que par les archives des Quinze‑Vingts (cf. supra § 6.1.1).

216Cette prospérité relative ne dura guère et la guerre civile secoua la capitale : une deuxième phase de récession s’observe, saisie tant par les textes que par les fouilles de la cour Napoléon, dès le début du xve s. (Bonis et al. 1987 : 115 ; Trombetta 1987 : 34). Là encore, nos tuileries subissent le contrecoup. L’une disparaît alors totalement (celle de Clément de Moucy), malgré un effort de réorientation de sa production vers les objets domestiques en pâte à tuile. Celle de Guiot de Moucy, manifestement dynamique, se maintient avec un certain succès (grands fours, aire de chauffe maçonnée, construction de deux maisons successives, la première empiétant sur l’enceinte...) jusque dans les années 1450. Enfin, celle d’Estienne Muète parvient à « faire la soudure », avec une reconversion réussie, grâce peut‑être à son four circulaire d’une certaine importance, qui lui permet de tenir en produisant des objets en pâte à tuile à côté de sa production ordinaire. Quant à celle de Dubuisson, elle semble avoir eu une existence éphémère : le terrain correspondant (dit « clos de la Poterie » et non de la Tuilerie) est divisé dès 1407 ; en 1442, il n’y a plus que des lots bâtis ou occupés par des jardins (cf. supra chap. 6).

217Ce n’est qu’en 1530 que les textes nous renseignent à nouveau sur les tuileries de ce qui est devenu le faubourg Saint‑Honoré : trois sont encore attestées à cette date et ont été retrouvées par les fouilles. Celle de Maître l’Huillier, qui a succédé à celle qui fut à Estienne Muète, continuera jusque dans la seconde moitié du xve s. à produire en appoint des objets en pâte à tuile, grâce à des petits fours juxtaposés aux grands. Celle d’Aubin Poullart a pris naissance dans la seconde moitié du xve s., peut‑être dans le troisième quart, comme celle de Jehan aux Beufz.

218Avec ces tuileries, la production atteint un autre ordre de grandeur : outre la reprise économique sensible dès les années 1460 (Babelon 1986), la toiture en tuiles tend à remplacer de plus en plus les couvertures en chaume ou en bardeau, avant d’être relayée au siècle suivant par l’ardoise. Auparavant, seuls les bâtiments ecclésiastiques ou seigneuriaux impliquaient une importante consommation de tuiles, y compris en milieu rural (églises et abbayes, châteaux et maisons fortes). L’essor des tuileries périurbaines est un phénomène général à cette époque (voir le cas de Mâcon cité supra), mais particulièrement net pour Paris, et précoce puisqu’il remonte aux dernières décennies du xve s., alors qu’il faudra par exemple attendre le début du xviie s. dans le Loiret (Bongiu 1990 : 17‑18).

219Ce n’est pas cette fois une crise économique qui met fin à l’activité des tuiliers, mais un changement radical de l’urbanisme parisien : la reine Catherine de Médicis jette son dévolu sur cette zone pour s’y faire construire un palais, à partir de 1564. Les tuiliers doivent partir. Toutefois ceci ne s’est pas fait très rapidement ; si, dès 1567 sans doute, Bernard Palissy récupéra les locaux de la tuilerie désaffectée, anciennement d’Aubin Poullart (Dufaÿ et al. 1987 : 34), celles qui avaient été à Jehan aux Beufz et à Maître l’Huillier ne cessèrent leur activité qu’après l’arrivée de Palissy, peut‑être même seulement dans les années 1575‑1580. Il se peut d’ailleurs qu’il ait fallu une ordonnance de Police générale du Royaume donnée par Henri III en 1577 (art. 15), qui enjoint aux tuiliers de quitter Paris, pour que ceux‑ci quittent le secteur (Cimber, Danjou 1836 : 220). Du reste, on se souvenait encore suffisamment en 1603 des tuileries de Jehan aux Beufz et d’Aubin Poullart pour que leur existence soit un point de repère dans le censier de cette date (Berty 1866 : 331).

7.4.2 Quel statut pour les tuiliers ?

220Ces cadres posés, savons‑nous qui étaient les tuiliers, et comment ils étaient organisés ? Malheureusement, les quelques recherches qui ont pu être faites montrent que la profession n’était pas structurée. Elle n’a pas laissé de traces dans des archives d’accès facile, comme les réglementations et les statuts des corporations (même constatation faite pour la Provence par Amouric [1989 : 28‑29] qui l’explique par le caractère saisonnier de l’activité et la mobilité des individus). En outre, le « cas parisien » est sans doute spécifique, ce qui rend peu pertinentes les comparaisons avec des tuileries rurales, dans une économie souvent bien documentée de petits bourgs, de seigneuries laïques ou ecclésiastiques (Chapelot 1986 ; 1987b ; Lohrmann 1986 ; Amouric 1989). Une plongée dans le Minutier central des notaires serait peut‑être fructueuse, dans la mesure où il apparaît que de nombreuses tuileries étaient tenues à bail ou à ferme.

221Quelques noms nous sont connus, par des cartulaires ou des censiers. On a vu qu’on pouvait relier ces patronymes à des tuileries. Mais nous ne savons guère qui étaient ceux qui les portaient : propriétaires, tenanciers, voire simples salariés, étaient‑ils les tuiliers stricto sensu ou ceux dont la tuilerie dépendait juridiquement ? Les expressions employées pour désigner le lien du tuilier et de son exploitation sont variées : « qui fuit Johannis Hendardi... », « qui estoit audit Guillaume... », « que tient Clément de Moucy, qui fu à la Marcelle... », « la thuillerie de Aubin Poullart... », « Jehan aux Bœufs avoir faict faire une thuillerie... ».

222La formule « que tient Clément de Moucy » renvoie plutôt à un tenancier. Mais on a plus souvent le sentiment que les personnages mentionnés sont des propriétaires. C’est clair pour Amaury en 1274 : « tegularius [...] quod ipse habebat et possidebat quamdam tegulariam » ; mais peut‑être le pronom « ipse » (lui‑même) et le redoublement des verbes (« habebat et possidebat ») signale‑t‑il justement le caractère exceptionnel de la chose. C’est moins net pour les autres, mais c’est Guiot de Moucy qui doit refaire la clôture mitoyenne des Quinze‑Vingts, c’est Jehan aux Beufz qui fait faire une tuilerie : ce sont des charges qui incombent à un propriétaire (sur la notion d’investissement, cf. Dupont 1986 et Chapelot 1987b). Mais étaient‑ils aussi les tuiliers, les artisans eux‑mêmes ? Puisqu’ils travaillaient dans une censive épiscopale, quel était leur rapport avec la seigneurie ecclésiastique ? Des maçons, des couvreurs ou des bourgeois de Paris ont‑ils investi dans les tuileries, comme ceux de Dijon ou de Chalon au xve s. (Chapelot 1987b) ; ou des « laboureurs », comme ceux des campagnes de l’ouest parisien à la même époque (Notariat Limay 1479‑1482) ? En tout cas, aucune organisation communale n’est manifeste, comme cela fut le cas en Saintonge (Chapelot 1987a : 172‑173), en Provence (Amouric 1989) ou dans les Flandres (Dupont 1986).

223Les tuiliers sont connus à Paris en tant qu’individus depuis 1274, mais ils n’apparaissent pas dans le Livre des Métiers d’Étienne Boileau au xiiie s. (Lespinasse, Bonnardot 1879), et ne sont pas organisés en corporation. Au contraire des couvreurs et des potiers de terre, ils ne sont pas non plus rangés dans les 61 métiers « à bannière » définis par Louis XI en 1467, qui doivent s’organiser pour la garde de Paris (Lespinasse 1886 : 53‑60). Ils ne sont mentionnés comme groupe professionnel qu’à la fin du xvie s., dans un contexte général de réorganisation des métiers parisiens, impulsé en 1560 par Charles IX. Cet effort aboutit notamment à la publication en 1581 d’un édit qui porte en annexe le « rôle général des métiers », où ceux‑ci sont pour la première fois répartis en cinq classes. Les tuiliers y apparaissent dans la troisième (les « médiocres »), avec les charpentiers, les menuisiers, les plombiers et les plâtriers. Il n’y a pas de métier du bâtiment mieux classé ; le couvreur n’est qu’au quatrième rang, avec les maçons, les paveurs et les tailleurs de pierre. Quant aux potiers de terre, ils sont relégués au cinquième rang (Lespinasse 1886 : 84‑96).

224Les tuiliers parisiens constituaient donc apparemment une certaine élite dans leur domaine, du moins à cette époque ; il est vrai que leur savoir‑faire était réel, leur outil de production complexe et coûteux (Amouric, Démians d’Archim‑ baud 1987 ; Chapelot 1987b). Toutefois, leur petit nombre et leur spécialisation peuvent avoir empêché l’émergence d’une corporation. Cinq hommes paraissent avoir suffi à faire tourner la tuilerie des Clayes dans les années 1480. De plus, une certaine division du travail en trois catégories transparaît dans les textes (non parisiens) : les ouvriers chargés de l’approvisionnement en matière première et du traitement de la terre, les tuiliers eux‑mêmes, et les maçons qui construisent ou réparent les fours (Notariat Limay 1479‑1482).

225On ne sait pas comment les tuiliers parisiens étaient structurés : groupes familiaux ou non, maîtres et apprentis (l’appellation de « Maître » l’Huillier s’inscrit‑elle dans ce contexte ?), mobilité ou stabilité des équipes... Ils semblent en tous cas n’avoir résidé que tardivement sur place, et encore certainement pas tous, puisqu’une seule maison par tuilerie est attestée, à partir du milieu du xve s. Les rôles de taille pour la fin du xiiie et le début du xive s. montrent que les tuiliers habitaient aussi ailleurs dans Paris.

226Nous n’avons pas d’indication précise sur le fait de savoir si les tuiliers étaient saisonniers et polyvalents, ou non. C’est un fait connu dans le monde rural que potiers et tuiliers travaillent à la « belle » saison, et de nombreux textes nous les montrent également cultivateurs, ou maçons, voire tisserands ou portiers (Amouric 1989 ; Chapelot 1986 ; 1987b). Encore ne faut‑il pas confondre le fait que l’activité tuilière soit soumise à un rythme saisonnier et le fait que les tuiliers ne travailleraient qu’à certaines saisons. Chaque saison avait ses tâches spécifiques : il est plus facile de sécher et de cuire quand il fait beau, on laisse l’argile pourrir pendant l’hiver, on coupe le bois à l’automne, etc. On voit bien en suivant le calendrier des briquetiers de Mons que ceux‑ci travaillaient à plein temps, même s’ils ne cuisaient que d’avril à novembre (Dupont 1986 : 39). Par ailleurs, l’intermittence de l’activité pouvait aussi avoir des raisons commerciales, les débouchés médiocres en milieu rural ou de petites agglomérations étant soumis à d’importants aléas.

227De ce dernier point de vue, on peut penser que la présence d’un marché très important entraînait une demande à peu près constante, aux variations près que nous avons cru déceler dans l’ampleur de la production ; mais ces oscillations devaient s’étaler dans le temps et sont finalement assez faibles. La fouille n’a pas mis en évidence d’abandon de la zone, à part un épisode au début du xive s., mais qui signale plutôt un décalage vers l’ouest qu’un véritable abandon. En revanche, les textes comme la fouille attestent la présence de jardins et de vignes ; mais leur taille modeste interdit d’y voir davantage qu’une pratique de subsistance, au mieux un petit complément de maraîchage sur un sol idéal pour ce type d’activité (cf. chap. 1 et 3) ; on ne saurait parler de « tuiliers‑paysans ».

228Quant aux aspects techniques, ils ne sont déterminants que dans une certaine mesure. La cuisson dans des fours du type de ceux qui ont été fouillés est parfaitement possible lorsqu’il pleut ou qu’il neige, comme nous l’avons constaté à Bezanleu. Le séchage des tuiles devait être favorisé par la position des hangars de séchage au contact des fours, ce qui permettait de profiter de leur chaleur. Il est donc possible de considérer que les tuiliers parisiens travaillaient à peu près constamment, sans être exagérément soumis au rythme des saisons.

229Leur organisation commerciale n’est pas facile à saisir non plus. Leur approvisionnement en matière première n’a pas laissé de traces évidentes dans des actes ou des procès, ni dans des règlements, peut‑être parce qu’ils s’en occupaient directement. Aucun bois pour les tuiliers n’apparaît notamment dans les registres de la Compagnie française, qui avait le monopole du commerce fluvial d’aval pour les marchands non parisiens (« forains »), étudiés pour les années 1449‑1467. C’est parce que les parisiens s’approvisionnaient directement en charbon de bois, et les potiers en argile, qu’on ne voit pas apparaître dans ces registres de transaction concernant ces matériaux (Favier 1975 ; 113).

230D’autre part, leur production n’est pas une marchandise ordinaire, étant donné les délais de fabrication et la nécessité de remplir les fours : le travail devait se faire essentiellement sur commande, comme cela apparaît dans les textes étudiés pour d’autres régions de France. II n’y avait donc pas de marché où les tuiliers allaient exposer leurs produits, comme les potiers, ni a fortiori de colportage possible : la tuile est à enlever sur place (clause très souvent mentionnée dans les contrats, Notariat Limay 1479‑1482). Le commanditaire devait être celui qui construisait ou refaisait son toit ; ou le couvreur, en tout cas à partir de la seconde moitié du xvie s., et c’est pourquoi, comme il était responsable de la qualité de la toiture, il obtint le droit d’aller contrôler les tuiles sur leur lieu de fabrication (cf. supra § 7.3.2.1).

231Tuiliers et couvreurs avaient intérêt à maîtriser le mieux possible un circuit de vente court. Aussi la lutte contre les intermédiaires (les « regratiers ») fut‑elle constante. Déjà en 1351, Jean II promulgue une Ordonnance qui précise que « nul ne pourra acheter à Paris pour revendre, tuille ne quarreaulx, sur peine de perdre les tuilles et quarreaulx, et d’amende arbitraire » (Lespinasse 1886 : 37). Est‑ce pour cela que deux « marchands thuilliers » habitant à Saint‑Germain‑des‑Prés sont obligés d’aller trafiquer aux Clayes‑sous‑Bois (Yvelines) (Notariat Limay 1479‑1482) ? Ce contrôle s’exerçait aussi sur les approvisionnements externes, car les tuiliers parisiens ne suffisaient pas à la demande, et du reste ne fabriquaient pas de carreaux. La lettre patente de Charles IX, en 1566, précise ainsi : « Que toutes denrées servant audict mestier [de couvreur], assavoir ardoises, thuilles, clous et lattes, et goustières, tiendra port trois jours durant, ainsi qu’ilz ont accous‑ tumé de tous temps, et suivant l’ordonnance de ladicte ville [Paris], afin que les bourgeois d’icelle en puissent avoir pour leur argent, sans qu’ilz soient contraintz de les surachepter et passer par les mains des regratiers d’icelles marchandises » (Cimber, Danjou 1836 : 391).

232Peu nombreux, absents de chaînes commerciales longues, s’approvisionnant directement en matières premières et travaillant à la commande, les marchandises enlevées sur place, les tuiliers n’ont pas laissé de traces significatives dans les archives, à moins peut‑être d’un gros travail dans des documents très dispersés. Les fouilles ont donc redonné vie et substance à ces artisans dont l’activité n’a transmis à la mémoire du plus grand nombre qu’un simple toponyme pour un jardin public : le jardin des Tuileries.

Notes

1 « [...] Nous notons qu’en notre présence le nommé Almaricus, tuilier, assure que lui‑même avait et possédait certaine tuilerie située à Paris extra muros, vers l’église Saint‑Thomas du Louvre, au‑dessus de la Seine, entre les autres tuileries existantes au même endroit, touchant d’une part à la tuilerie qui fut jadis au défunt Jean Hendard, citoyen de Paris, et d’autre part à la tuilerie qui fut jadis au défunt Thomas dit le Tacheur, dans la censive de notre seigneur l’Evêque de Paris, tuilerie qui fut jadis au défunt Robert dit Beau‑Frère, et que ce même Almaric reçut en héritage, avec toutes ses dépendances, dudit défunt Robert [...] »

Table des illustrations

Légende FIG. 210 – Plan général des vestiges du XIIIe au XIXe s. fouillés en 1985‑1986 dans le secteur VDI/DMF des jardins du Carrousel.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45090/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Légende FIG. 211 – Schéma de localisation des trois tuileries de la seconde moitié du XIIIe s.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45090/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende FIG. 212 – Schéma de l’évolution de la tuilerie centrée sur le four St 52.6, attribuée à Amaury (milieu du XIIIe‑début du XIVe s.) : a phase I ; b phase II.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45090/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 213 – Plan et coupes du four St 52.6, attribué à Amaury (milieu du XIIIe‑début du XIVe s.).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45090/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende FIG. 214 – Vue d’ensemble du four de tuilier St 52.6, depuis le sud.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45090/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende FIG. 215 – Schéma de situation des tuileries vers 1400.
Crédits DAO M.-C. Gaffory d’ap. B. Dufaÿ/SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45090/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende FIG. 216 – Schéma de l’évolution de la tuilerie centrée sur le four St 52.1, attribuée à Guiot de Moucy (vers 1356 ou 1365‑67) : a phase I ; b phase II ; c phase III ; d phase IV ; e phase V ; f phase VI.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45090/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende FIG. 217 – Plan du Four St 52.1.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45090/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende FIG. 218 – Vue d’ensemble, depuis le sud, du dernier état du four de tuilier St 52.1 attribué à Guiot de Moucy.
Crédits Cliché CNL
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45090/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende FIG. 219 – Plan coupes d four St 67.1 attribué à Cléme de Moucy (vers 1360‑début du XVe s.).
Crédits Dessin Cl. Vibert-Guigue.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45090/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende FIG. 220 – Schéma de l’évolution de la tuilerie centrée sur le four St 67.1, attribuée à Clément de Moucy (vers 1360‑début du XVe s.) : a phase I ; b phase II.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45090/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende FIG. 221 – Vue d’ensemble, depuis le sud, du laboratoire et de la chambre de chauffe du four de tuilier St 67.1 attribué à Clément de Moucy (phase I).
Crédits Cliché CNL
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45090/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende FIG. 222 – Vue de côté, après enlèvement du terrain encaissant du four de tuilier St 67.1 attribué à Clément de Moucy (phase I).
Crédits Cliché CNL
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45090/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende FIG. 223 – Four de tuilier St 67.1 attribué à Clément de Moucy : aire de chauffe et entrée de l’alandier du four de la phase I et petit four latéral de la phase II.
Crédits Cliché CNL
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45090/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende FIG. 224 – Schéma de l’évolution de la tuilerie centrée sur le four St 52.9, attribuée à Estienne Muète (vers 1360‑début du XVe s.) : a phase I ; b phase II (avec four circulaire St 52.8).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45090/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende FIG. 225 – Le four St 52.9 vu depuis l’alandier, après démontage du four circulaire et de la paroi nord.
Crédits Dessin Cl. Vibert-Guigue.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45090/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende FIG. 226 – Le four St 52.9 : détail de la paroi sud.
Crédits Cliché CNL
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45090/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende FIG. 227 – Plan et coupe du four St 52.9 attribué à Estienne Muète (vers 1360‑début du XVe s.).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45090/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende FIG. 228 – Plan du four circulaire St 52.8, tuilerie attribuée à Estienne Muète (début du XVe s.) : a plan ; b axonométrie ; c restitution axonométrique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45090/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende FIG. 229 – Schéma de localisation des tuileries vers 1530.
Crédits DAO M.-C. Gaffory d’ap. B. Dufaÿ/SADY.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45090/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende FIG. 230 – Schéma de l’évolution de la tuilerie centrée sur le grand four St 52.5, attribuée à Maître l’Huillier (vers 1440‑50‑vers 1575‑80) : a phase I ; b phase II ; c phases III et IV ; d phase V.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45090/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende FIG. 231 – Plan du grand four St 52.5.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45090/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende FIG. 232 – Coupe e élévation d grand four St 52.5.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45090/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Légende FIG. 233 – Vue axonométrique du grand four St 52.5.
Crédits Dessin Cl. Vibert-Guigue.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45090/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Légende FIG. 234 – Vue axonométrique restituée du grand four St 52.5.
Crédits Dessin Cl. Vibert-Guigue
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45090/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende FIG. 235 – Coupes élévations restituées du grand four St 52.5.
Crédits Dessin Cl. Vibert-Guigue
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45090/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Légende FIG. 236 – Vue d’ensemble du grand four St 52.5, avec les fours St 52.8 et 52.9 en cours de fouille.
Crédits Cliché CNL
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45090/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende FIG. 237 – Plan et coupe du four St 52.6.
Crédits Dessin Cl. Vibert-Guigue.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45090/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende FIG. 238 – Le petit four F 52.6, vu de l’aire de chauffe.
Crédits Cliché CNL
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45090/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende FIG. 239 – Schéma de l’évolution de la tuilerie centrée sur le grand four St 68.1, attribuée à Aubin Poullart (fin du XVe s.‑vers 1566‑1567) : a phase I ; b phase II ; c phases III.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45090/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende FIG. 240 – Plan du grand four St 68.1.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45090/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende FIG. 241 – Coupes et élévations restituées du grand four St 68.1.
Crédits Dessin Cl. Vibert-Guigue
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45090/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende FIG. 242 – Vue axonométrique du grand four St 68.1.
Crédits Dessin Cl. Vibert-Guigue
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45090/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende FIG. 243 – Vue d’ensemble du grand four St 68.1, attribué à Aubin Poullart.
Crédits Cliché CNL
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45090/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende FIG. 244 – Grand four St 68.1 : détail du chargement de tuiles resté en place.
Crédits Cliché CNL
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45090/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende FIG. 245 – La cave de la maison de la tuilerie de Poullart.
Crédits Cliché CNL
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45090/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende FIG. 246 – Schéma de l’évolution de la tuilerie centrée sur le four St 52.30, attribuée à Jehan aux Beufz (fin du xve s. [?]‑vers 1570) : a phase I ; b phase Il ; c phase III.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45090/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende FIG. 247 – Plan et coupe du four St 52.30.
Crédits Dessin Cl. Vibert-Guigue
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45090/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende FIG. 248 – Les restes du four fouillé par Berty au xixe s. au pied de la salle des États (St 52.30).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45090/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende FIG. 249 – Plan de divers bassins de marchage de l’argile : a F 52.37 ; b F 52.46 ; c F 52.39, avec les canalisations F 52.36 et F 52.38 ; d St 52.7.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45090/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende FIG. 250 – Le bassin de marchage de l’argile F 52.7 (première moitié du XVIes.) ; à gauche, le four de tuilier St 52.1, antérieur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45090/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende FIG. 251 – Le bassin de marchage de l’argile F 52.37 (fin du XIVe s.‑début du xve s.).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45090/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende FIG. 252 – Objets en pâte à tuile : 1 brasero à bande appliquée digitée ; 2 cuvier cylindrique à bande ; 3 réchauffoir de table peint ; 4 couvercle à anse en panier ; 5 cuvier tronconique peint ; 6, 7 cuviers tronçoniques ; 8 couvercle peint à ouverture centrale ; 9 couvercle à bouton festonné et décor incisé ; 10 couvercle à anse en panier festonnée ; 11 cuvier convexe peint ; 12 cuvier cylindrique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45090/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 110k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search