Version classiqueVersion mobile

Les jardins du Carrousel (Paris)

 | 
Paul Van Ossel

Partie II. Le Carrousel englobé par la ville

Chapitre 6. La croissance d’une ville : création et développement d’un quartier du faubourg Saint‑Honoré

6 Das Wachstum einer Stadt: Gründung und Entwicklung eines Viertels des faubourg Saint Honoré

6 Growth of a city: creation and development of a quarter in the Faubourg Saint Honoré district

Résumé

La construction de l’enceinte urbaine a entraîné l’émergence d’un nouveau faubourg devant ses murs. Les maisons élevées sur la « voyrie des fossez » appartiennent à un lotissement régulier créé à l’emplacement d’un domaine de l’hôpital des Quinze‑Vingts, scindé en deux par l’enceinte. Témoin de l’extension de la ville au bas Moyen Âge et de l’urbanisation des faubourgs, ce quartier s’est développé par morcellement au xve s. Jusqu’au xvie s., il constitue l’extension maximale de Paris vers l’ouest. Plusieurs parcelles ont été totalement dégagées. Chacune comprend, du moins dans son état final (première moitié du xvie s.), un habitat ou un atelier sur rue, une cour abritant des dépendances et un jardin à l’arrière, relié à la rue par un étroit passage.

Texte intégral

6.1 Topographie du quartier

6.1.1 Origine du quartier

1fig. 145

  • 1 Archives des Quinze‑Vingts, 3547.
  • 2 Archives des Quinze‑Vingts, 3547.
  • 3 La maison à l’angle, dite du Cheval Blanc en 1424 ou maison de la Poterie (Arch. des Quinze‑Vingts, (...)
  • 4 Mentionnée en 1556 et citée par Berty 1866 : 278 ; cf. aussi Beaufils 1990.

2La création et le développement d’un faubourg devant les fortifications de Paris, entre la porte Saint‑Honoré et la Seine, découle directement des bouleversements parcellaires entraînés par la construction de la nouvelle ceinture défensive. Celle‑ci scinde en deux un domaine de quarante‑deux arpents (14,7 ha), propriété de l’hôpital des Quinze‑Vingts. Le tracé du nouvel ouvrage passe à travers le jardin des Aveugles et sépare ainsi l’hôpital de son domaine cultivable. La congrégation décide alors, vers 1390, de bailler à rente une partie de ce vaste clos situé au‑delà de l’enceinte, en lots de deux à trois arpents. Parmi ceux‑ci, une unité de trois arpents (10,5 ha), « faisant l’encoignure du faubourg Saint‑Honoré et du chemin des fossés »1, est baillée à Richart Dubuisson, où, en 1402, il construit « une maison et tuilerie »2. C’est sans doute cette tuilerie qui donnera le nom de « clos ou maison de la Poterie » à ce lot (Beaufils 1990 : 10). Entre 1407 et 1432 (Berty 1866 : 278‑279), le lot est à son tour divisé. Le mouvement de morcellement est alors double : d’est en ouest, avec deux parcelles3 le long du chemin du Roule, la future rue du Faubourg‑Saint‑Honoré, et du sud vers le nord, avec sept parcelles le long de la « voyrie sur les fossez »4. En 1442, six de ces unités sont bâties, les autres restent occupées par des jardins (Berty 1866 : 278‑279). Entre 1513 et 1530, six parcelles sont créées au nord des sept premières, dans les terrains de la « maison de la Poterie », puis après 1530, encore cinq nouvelles (Beaufils 1990 : 14). À cette date, le parcellaire est fixé dans ses grandes lignes et se compose de vingt propriétés réparties le long du chemin bordant les fossés. Ce sont les maisons que l’on peut voir sur les anciens plans perspectifs de Paris, comme ceux de Braun ou de Truschet et Hoyau (fig. 131).

3Ce quartier correspond à l’extension maximale de la ville à l’ouest au xvie s. Il est en partie rasé en 1566‑1567, lorsque Catherine de Médicis acquit les terrains nécessaires pour la construction du château des Tuileries (Berty 1868 ; Caron 1882 : 4‑5), puis il est fossilisé par l’aménagement de ses jardins. Les transformations des xviiie et xixe s. n’affectent guère le sous‑sol. Cela explique le bon état général des vestiges malgré la légèreté de l’architecture et la qualité souvent médiocre des matériaux de construction.

FIG. 145 – Schéma du parcellaire vers le milieu du xive s. entre le chemin du Roule (actuellement rue Saint‑Honoré) et la Seine, au‑delà de l’enceinte de Philippe Auguste. L’emprise des fouilles des jardins du Carrousel est figurée en grisé. 1 jardin des Quinze‑Vingts ; 2 clos des Quinze‑Vingts ; 3 lot de Richart Dubuisson ; 4 hôpital des Quinze‑Vingts ; 5 clos de la Petite Bretagne ; 6, 7 manoir et jardin.

Dessin FJC

6.1.2 Éléments de topographie générale

6.1.2.1 Les axes de circulation

  • 5 Ses caractéristiques et son évolution sont présentées avec les défenses avancées des fortifications (...)

4Le quartier s’inscrit dans un espace défini par trois axes de circulation. Au nord passe le chemin du Roule, future rue du Faubourg‑Saint‑Honoré. Au sud, le long de la Seine, un chemin de berge borde les tuileries qui constituent la limite méridionale du faubourg. À l’est, longeant l’enceinte urbaine, un chemin de desserte relie les deux précédents. Ce chemin, retrouvé lors des fouilles5, est bien attesté dans les sources d’archives, où il est désigné sous l’appellation de : « chemin par lequel l’on va de ladicte porte Saint‑Honoré à la rivière de Seine, lequel chemin est entre les fossez de la ville et ladicte couture des Quinze‑Vingts » (1402), « chemin près les fossez de Paris » (1421), « rue des Fossez » (1439), « chemin des fossez, qui va de la bastide Saint‑Honoré aux tuilleries et à Saine » (1440), « chemin au lonc des fossez » (1443), « chaussée et chemyn tendant [...] à la rivière de Seyne et aux thuilleries » (1550), « voyrie sur les fossez » (1556), « rue [...] allant à la rivière de Seyne » (1597), « chemin tendant de la porte Saint‑Honoré au pallais des Thuilleries » (1609) (Berty 1866 : 278‑279). Depuis la Seine, ce chemin longeait d’abord « le clos des tuileries » et ses dépendances, puis les maisons construites sur le terrain du clos des Quinze‑Vingts. Pour autant qu’il soit possible de les localiser, les huit parcelles dégagées dans les fouilles sont situées approximativement au centre de la rue (cf. infra § 6.4.6).

6.1.2.2 Le parcellaire

5fig. 146 ; plan v

6Chemin du Roule, rue des fossés et chemin de berge déterminent l’agencement des parcelles dans l’îlot. Au nord, les maisons et jardins sont alignés sur la rue Saint‑Honoré (Berty 1866) ; au sud, les parcelles sont perpendiculaires au chemin de berge de Seine (cf. infra chap. 7), tandis qu’au centre, elles sont orientées sur le chemin de desserte. À l’ouest, les parcelles desservies par le chemin « sur les fossés » sont délimitées par un mur d’orientation N.‑S. (M. 1), construit au fur et à mesure du lotissement. Ce mur constitue une limite forte dans la topographie du quartier. Retrouvé sur plus de 90 m, il marque la séparation entre le faubourg et les terrains de culture qui s’étendent au‑delà.

PLAN V – Plan général des vestiges du xvie s. (DMF, jardins du Carrousel et pavillon des États).

DAO P. Pihuit/Afan, d’ap. FJC

7Les parcelles présentent un plan plus trapézoïdal que rectangulaire, en raison du désaxement du mur M. 1 par rapport à la rue longeant l’enceinte urbaine. Le dégagement de huit d’entre elles permet d’affirmer qu’il s’agit de lots réguliers, larges de 7 ou 14 m environ pour une longueur variant de 50 à 56 m, soit des unités longilignes d’environ 700 à 750 m2. Le dessin des parcelles est conforme à l’urbanisme de l’époque (Boudon 1983), avec la maison et parfois la cour situées sur rue, ainsi que la disposition allongée des jardins à l’arrière (fig. 146). Leur construction, à l’intérieur de ce premier lotissement, s’effectue du nord vers le sud. Chaque parcelle est entourée de murs maçonnés. Le mur limite septentrional appartient à la parcelle précédente et trois autres murs sont construits pour la nouvelle.

FIG. 146 – Plan général du faubourg et numérotation des parcelles : 1237 parcelles reconnues ; 4568 parcelles supposées. Les étoiles indiquent l’emplacement des squelettes de suidés découverts en connexion anatomique.

Dessin FJC

8Deux parcelles, toutes périodes confondues, ont été fouillées complètement (3 et 7) ; les autres ne l’ont été que partiellement (1, 2, 4, 5, 6 et 8). Seules les deux premières ont fait l’objet d’une étude diachronique détaillée. Les parcelles 1 et 2 servent d’appoint aux deux précédentes, en raison des éléments complémentaires qu’elles apportent.

6.2 Organisation interne des parcelles

6.2.1 La parcelle 3

9fig. 147 ; fig. 149

10Cette parcelle est de forme trapézoïdale de 55,50 m de long sur 14,50 m de large. Elle est construite à partir du dernier tiers du xve s. et connaît quatre états de construction.

FIG. 147 – Plan général par état de la parcelle no 3 : 1 fosses à compost ou latrines ; 2 extraction de limon ; (avec localisation de la coupe E.‑O. cf. fig. 148).

Dessin FJC

6.2.1.1 État I : limitations de la parcelle

11Le premier état se traduit par le creusement de fosses liées à la construction des murs, par le rehaussement du terrain à l’aide de recharges de limon et de sable, par la construction des murs de clôture et par des traces d’occupation mal définies dans la partie orientale de la parcelle. Une obole de 1467 situe cet état encore au xve s.

Creusement de fosses

12Dans la partie orientale de la parcelle, cinq fosses en pleine terre sont comblées de moellons de plâtre, de sable et de silex. Trois sont ovales, une est circulaire et la dernière est rectangulaire. Elles sont de petite taille, entre 1 et 1,80 m de longueur, pour une largeur de 0,60 à 1,20 m. Leur profondeur s’échelonne entre 0,15 et 0,35 m. Aucune singularité de position, de forme, de taille ou de remplissage ne permet une quelconque identification. D’après leurs comblements, elles ne semblent pas avoir servi de dépotoir. D’autres fosses en pleine terre, situées au centre de la parcelle, sont de forme ovale ou circulaire. Elles se recoupent les unes les autres. Leur profondeur varie de 1,10 à 1,75 m. Une seule présente un remplissage organique. Les autres ont sans doute été utilisées pour l’extraction de limon (un volume d’environ 43 m3). Elles ont été comblées rapidement après leur utilisation. Légèrement postérieures au groupe précédent, d’après le matériel céramique, ces fosses sont certainement à mettre en relation avec la construction des premiers bâtiments.

Rehaussement du sol et construction des murs limites de parcelle

13Après le remblaiement des fosses, le terrain est rehaussé par un apport de terre limoneuse. Un mince filet de plâtre (fig. 148, no 1) témoigne de la construction simultanée des murs de clôture de la parcelle. Ces derniers, d’une largeur de 0,40 m, sont construits à l’aide de moellons de plâtre de petits modules (0,10 x 0,15 m), de pierres calcaires et quelquefois de gypse, liés au limon brun ou au plâtre. La construction varie selon les tronçons en fonction de la plus ou moins grande quantité de moellons calcaires. Les murs sont peu fondés et ne dépassent généralement pas 0,30 m de profondeur. Le nombre d’assises retrouvées est faible. Seul le tronçon central du mur septentrional est conservé sur une hauteur de 1,20 m. L’élévation était faite avec les mêmes matériaux, comme le montre un effondrement du mur M. 1 au niveau des parcelles 4 et 5. Ces premiers travaux sont postérieurs à 1467, comme l’indique une obole tournois de Louis XI, émise après cette date (tabl. xi, no 32).

FIG. 148 – Coupe E.‑O. dans la cour (a) et les bâtiments domestiques (b) : 1 filet de plâtre ; 2 remblai d’aménagement du jardin ; 3 premier sol de la cour ; 45 plots de la galerie 1 ; 6 plot de la galerie 2 ; 7 deuxième sol de la cour (limon noir) ; 8 tranchée de fondation ; 9 façade ouest du corps de logis ; 10 escalier ; 11 mur est de la pièce L ; 12 mur ouest de la pièce L ; 13 fosse F 24/25 dans la pièce N ; 14 mur séparant les pièces M et N ; 1516 cloisons divisant les pièces M et N ; 17 mur détruit.

TABL. XI – Monnaies et objets monétiformes provenant des parcelles du faubourg.

Traces ténues d’activité dans l’angle S.‑E. de la parcelle

14Dans l’angle S.‑E. de la parcelle, des lambeaux de couches superposées, de 1 cm d’épaisseur chacune, attestent une occupation des lieux. Une première couche de plâtre pourrait résulter de la construction des murs de clôture. Elle est surmontée d’une deuxième, de matière organique, puis d’une troisième, de limon, fortement rubéfiée, de couleur lie‑de‑vin, indiquant la proximité d’un foyer. Ces lambeaux de couches suggèrent aussi une première activité artisanale qui apparaît plus clairement dans l’état suivant. Mais, ils sont très fragmentaires et isolés. Leur datation est également imprécise : un seul tesson de céramique en provient.

6.2.1.2 État II : un bâti à deux corps sur cour

15fig. 147

16Dans le deuxième état, la parcelle se partage entre un jardin à l’ouest et un corps d’habitation à l’est. Ce dernier comprend, en limite avec le jardin, un bâtiment occupant toute la largeur de la parcelle, une cour bordée au nord par une galerie et, à l’est, en façade, une construction abritant une activité artisanale. Cet état est daté de la fin du xve s.

Le corps de logis

17Le corps de logis (fig. 149) est bâti au milieu de la parcelle. Il est formé de deux murs parallèles, à l’est (c) et à l’ouest (b), allant du mur de clôture nord au mur méridional (037). Une portion plus large de ce dernier constitue le murpignon méridional. L’espace intérieur est divisé en son centre par un mur de refend (e). Au N.‑E., un décrochement forme une saillie par rapport à la façade orientale. Long de 13,50 m et large de 5,30 m, le bâtiment est composé de deux pièces, l’une (A) d’environ 32 m2 et la seconde (B) de 37 m2. Il possédait certainement une ou même deux portes ouvrant à l’est sur la cour et une autre à l’ouest pour communiquer avec le jardin. Les murs sont construits essentiellement en moellons de plâtre disposés en assises irrégulières et liés à l’aide de limon brun. La couverture est faite de tuiles plates.

FIG. 149 – Plan par état de la partie habitation de la parcelleo3.

Dessin FJC

18Un filet de nodules de plâtre recouvrant la terre végétale, au nord du mur(e), est le témoin de la phase de construction. Seul un sol de plâtre qui exhausse le niveau d’origine de 0,20 m dans la partie sud de la pièce méridionale (B) correspond à cette première construction.

19Au centre de la pièce nord, une fosse en pleine terre (a), de forme approximativement rectangulaire (2,30 x 1,90 m), contient une couche de matières organiques. Cette fosse très largement arasée subsiste sur une profondeur de 4 cm. Son pourtour, non recouvert de matière organique, était peut‑être constitué d’éléments aujourd’hui disparus, comme des planches de bois par exemple. Sa position au centre de la pièce nord laisse subsister un doute sur sa contemporanéité avec le bâtiment, mais aucun élément ne permet de l’attribuer à un autre état.

Le bâti artisanal en façade

20En façade, le long du « chemin des Fossés », sur 14 m de longueur et 3 m de largeur, un bâtiment étroit est subdivisé en 4 ou peut‑être 5 pièces (C, D, E, F et G). Dans une deuxième phase, seules subsistent les trois pièces sud (C, D et E), mesurant respectivement 11,7 m2, 5,1 m2 et 5,7 m2. Dans les trois pièces, le sol est constitué de limon de couleur ocre, dont la partie supérieure est charbonneuse. Un jeton du Dauphiné ou imitation de Nuremberg, daté entre 1490 et 1550, y a été trouvé (tabl. xi, no 50). La toiture, couverte de tuiles, est vraisemblablement en appentis contre le mur de façade.

21La pièce sud (C) abrite une structure de combustion (g) avec un foyer secondaire (f), plus petit. Constituée de trois parois, elle forme un espace rectangulaire de 1,70 x 1,20 m, ouvert à l’ouest. Ses murs sont composés de moellons de plâtre, liés à la terre et leur face interne est recouverte d’un enduit noirci par endroits par les flammes et la suie. Une couche charbonneuse recouvre le sol. Elle renferme quelques objets métalliques, notamment une hache (fig. 150). Le foyer (f), installé dans l’angle formé par la structure de combustion et le mur de parcelle méridional, apparaît comme une cuvette ovale de 0,80 m de long et 0,50 m de large pour 0,10 à 0,15 m de profondeur. Dans la partie orientale, une zone circulaire de 0,35 m de diamètre, plus profonde de 8 à 10 cm, peut être identifiée à un creuset. La cuvette est bordée à l’est, par une rangée de tuiles fragmentées, posées sur une couche de limon jaune (fig. 151).

FIG.150 – Parcelle no 3, états II‑III : hache provenant de l’alandier sud (F 21).

Cliché FJC

FIG. 151 – Parcelle no 3, états II‑III : foyer f (F 21).

Cliché FJC

22Dans la partie sud de la cour, à proximité de la structure de combustion, le sol en plâtre est recouvert de couches charbonneuses contenant de nombreux objets métalliques (lames en fer, boucles, épingles, ferrets d’aiguillette, fragment de plomb). Neuf trous de piquets (n) matérialisent sans doute un auvent de 2,30 x 1,70 m, destiné à abriter la personne travaillant au foyer. Une zone très charbonneuse de 1,30 x 0,60 m, contre le mur de parcelle sud, marque sans doute l’emplacement des vidanges de foyer (o). L’auvent (n) disparaît ensuite et une couche de limon rubéfié, de même superficie, est étendue sur cet espace (fig. 152).

FIG. 152 – Parcelle no 3, états II‑III : la cour recouverte de plâtre et le bâtiment artisanal sur rue. À l’avant‑plan, le foyer f (F 21).

Cliché FJC

23La structure de combustion s’apparente aux alandiers découverts dans les parcelles 7 et 8 (cf. infra § 6.2.2.3, Le corps de logis occidental ; 6.2.2.4, Le bâtiment PP’ ; 6.2.2.5, Le bâtiment P) et dont l’état de conservation est meilleur. La pièce C, qui abrite la structure de combustion (g), rappelle par son plan l’espace en « U » observé dans la parcelle 8 (fig. 207). Cette pièce a pu abriter un four domestique dont seule la partie inférieure a été trouvée (cf. infra § 6.4.5.4).

La galerie reliant le corps de logis et le bâti sur rue

24Le bâti sur rue et le corps de logis sont réunis par une galerie (H), supportée par trois plots maçonnés (p, q et r), de 0,30 à 0,60 m de côté. Distants de 2 et 3,50 m, ils forment un espace couvert de 8 m de long et 2,50 m de large, dans le prolongement de la pièce en saillie du corps de logis (fig. 149, état II). Ils sont construits en pierres calcaires, tuiles et moellons de plâtre liés au plâtre. La galerie est fermée à l’est par une cloison (u). L’espace au nord du bâti en façade (correspondant aux anciennes pièces G et F) est recouvert d’un sol de plâtre prolongeant celui de la cour (fig. 152). Deux plots en plâtre, scellés dans le sol (s et t), pourraient correspondre à un aménagement (cloisonnement) établi dans l’axe du bâtiment en façade. L’entrée de la parcelle n’est pas localisée. Logiquement, elle doit se situer du côté de l’espace F/G, mais toute trace d’accès a disparu lors de l’édification du mur de façade à l’état IV (cf. infra § 6.2.1.4).

La cour

25Les différentes constructions définissent un espace ouvert (I) –une cour– mesurant 14 x 13,50 m, recouvert d’un sol de plâtre. Une couche d’occupation grise contient de nombreux tessons de céramique écrasés sur place. Dans l’angle N.‑E., elle est composée de résidus organiques (végétaux).

26Un puits à eau (F 23) est situé au milieu de la cour. Il est édifié en moellons de gypse liés au plâtre, reposant sur un cuvelage en bois. Son diamètre intérieur est de 1 m et l’épaisseur de son muraillement est de 0,30 m (fig. 153).

FIG. 153 – Parcelle no 3, états II‑III : puits F 23.

Cliché FJC

Le jardin

27Le jardin, semblable durant deux phases d’occupation, est présenté dans l’état IV (cf. infra § 6.2.1.3, Le jardin).

6.2.1.3 État III : modifications internes

28fig. 149

29Durant cet état, des transformations affectent l’habitation mais ne modifient en rien l’organisation générale de la parcelle. Celle‑ci comprend toujours un bâti en façade, un logis à l’arrière et une galerie, le tout encadrant une cour avec un puits. De nouvelles cloisons fractionnent le logis et la cour est recouverte par un nouveau sol. Dans le bâtiment en façade, un second four est construit et un muret vient compléter le dispositif du premier, dans la partie méridionale de l’édifice. Les trois espaces évoluent indépendamment les uns des autres, aussi sont regroupées dans cet état toutes les modifications intervenues avant le changement complet de l’état suivant. Ce troisième état peut être daté du début du xvie s.

Le corps de logis arrière

30Le bâtiment subit des modifications dans son organisation interne. Le mur central est abattu et deux, puis trois cloisons (c, d, e, f, g) fractionnent l’espace. La cloison septentrionale (c) est construite quelque temps après les autres. Trois, puis quatre pièces de plan irrégulier sont ainsi définies : deux principales (A et C) et deux petites (B et D), dont l’une (B) est vraisemblablement un couloir. Un trou de poteau (a) au sud de la cloison méridionale et un autre (b) contre la cloison nord (fig. 154) appartiennent sans doute à des aménagements intérieurs.

FIG. 154 – Parcelle no 3, états II‑III : murets délimitant le bâti arrière, recoupés (à l’avant‑plan) par les murs de l’état IV.

Cliché FJC

31Les sols sont constitués de matériaux différents et de plusieurs recharges : un sol de terre noire dans la pièce nord (A + B), alors non divisée par la cloison (c) ; une couche de moellons de plâtre et de sable jaune‑vert, puis un niveau de sable dans la pièce C ; enfin, le sol en place dans la pièce D. Dans un aménagement ultérieur, un sol de plâtre rehausse le niveau de la pièce B d’une dizaine de centimètres et la pièce C est recouverte de deux recharges successives de terre limoneuse noire. Aucun élément ne permet de déterminer la fonction des différentes pièces de ce bâtiment.

Le bâti en façade et les deux structures de combustion/fours

32Dans l’angle N.‑E. de la parcelle, une pièce (J), abritant une nouvelle structure de combustion (I), est construite. Parallèlement, le four (j) est complété par un muret occidental (k) et un escalier (i).

33La structure de combustion nord (1) est composée, comme la précédente, d’un espace rectangulaire de 2,20 x 0,90 m entouré par trois murets, que l’on peut interpréter comme étant un alandier (fig. 155). Il est ouvert au sud. Le dispositif s’insère dans une pièce (J) en « U », fermée au sud par deux murets transversaux, à l’est par une cloison (m) et à l’ouest par le mur de limite de parcelle (M. 2), L’ensemble mesure 2,35 x 2,50 m environ. Tous les murs de cette structure sont en plâtre, sauf la cloison (m) qui comporte des moellons calcaires. Un denier parisis de Louis XI, émis entre 1476 et 1483, a été trouvé dans sa maçonnerie (tabl. xi, no 43). Les cloisons de l’alandier sont lissées à l’intérieur. Les niveaux d’occupation sont constitués de deux couches, l’une grise charbonneuse et l’autre très cendreuse. Cette dernière a livré de nombreux objets métalliques, dont une houe ou herminette (fig. 156) et un cerclage en fer, ainsi qu’un denier tournois de Charles VII à Louis XII (1436‑1514) (tabl. xino 42). Une autre couche charbonneuse, recouvrant un niveau de sable et atteignant une épaisseur de 0,30 m, a été observée dans la partie sud de la structure seulement.

FIG. 155 – Parcelle no 3, états II‑III : l’alandier nord F 22.

Cliché FJC

FIG. 156 – Parcelle no 3, états II‑III : herminette provenant de l’alandier nord F 22.

Cliché FJC

34La structure de combustion au sud (j) n’étant plus accessible à cause du rehaussement du sol de la cour, un escalier (i) et un muret (k) ont été rajoutés, empiétant sur la cour. Leur construction augmente légèrement la superficie de la pièce de travail. L’escalier permet l’accès direct à la cour. Constitué de trois marches, il est en moellons de plâtre liés au sable vert. Il est long de 0,90 m et large de 0,50 m pour une hauteur de 0,45 m. Les degrés sont profonds de 0,10 à 0,20 m et hauts de 0,20 m. Le sommet de l’escalier dépasse d’environ 0,50 m le niveau du sol de la cour, mais une telle différence de niveau se retrouve aussi ailleurs dans les parcelles (cf. infra § 6.2.2). La pièce en « U » s’inscrit dans l’angle S.‑E. de la parcelle (E). La cloison qui la sépare de la pièce (F) a été en grande partie récupérée. L’occupation est matérialisée par une couche charbonneuse, épaisse de 0,10 m au maximum. Elle a livré quelques objets métalliques, telles une lame et une plaque en fer.

35Comme dans l’état II, les fours qui surmontent ces structures ne sont pas conservés. Ils ont été arasés par la construction de la maison au milieu du xvie s. Les pièces centrales (F et G) du bâtiment en façade ne semblent pas subir de modifications.

La cour

36Le niveau de plâtre de la cour et la série de plots de la galerie de l’état II disparaissent sous un remblai de terre limoneuse noire, d’une épaisseur de 0,15 à 0,20 m, recouvrant toute la surface de la cour (fig. 157). Il contenait du matériel ferreux et osseux, ainsi que deux monnaies : un liard au Dauphin de Louis XI à Louis XII (1461‑1514) et un denier parisis de Charles VII (1427‑1461) (tabl. xi, nos 38, 39). La partie s.‑E. de la cour est plus charbonneuse, manifestement en raison de l’activité persistante du four (j). Une monnaie fruste (xvexvie s.) et un jeton de la fin du xve‑début du xvie s. (tabl. xi, nos 47, 48) ont été trouvés dans ce contexte.

FIG. 157 – Parcelle no 3, états II‑III : la cour recouverte de terre noire et les restes du bâti artisanal sur rue, recoupés par les fondations de la maison (état IV).

Cliché FJC

37Ainsi exhaussé, le nouveau sol de la cour se trouve à un niveau supérieur à celui des bâtiments, entraînant une transformation des accès aux pièces et alandiers du bâti en façade.

La galerie H

38fig. 149, état III

39La galerie de l’état antérieur est abattue et une nouvelle est reconstruite. Comprenant deux plots (p et r), de facture et de dimensions très similaires aux anciens plots, cette nouvelle galerie est plus courte que la précédente et ne dépasse pas 5 m de long, sa largeur restant inchangée.

Le jardin

40Le jardin, limité à l’ouest par le corps de logis, occupe toute la partie occidentale de la parcelle (fig. 147, état III), Il est long de 31,40 m au nord et 28,50 m au sud et large de 13,50 m. Il est formé de terre végétale riche dans sa partie supérieure en charbons de bois, cendres et tessons de céramique. Une obole tournois de Louis XI (frappée de 1467 à 1483) provient de cette couche (tabl. xi, no 37).

41L’utilisation de cet espace reste imprécise. L’hypothèse d’un jardin potager semble la plus vraisemblable, mais rien ne permet d’exclure d’autres types de cultures ou même une pâture. Les seuls éléments observés sont des racines pourries d’arbustes, plus ou moins régulièrement espacées contre le mur de clôture méridional. Leur état de conservation n’a pas permis de déterminer s’il s’agissait de pieds de vigne, d’arbres fruitiers en espalier ou d’autres espèces.

42Dans la partie N.‑E. du jardin, une petite structure constituée de poteaux pourrait être un abri à bêtes ou une remise (F 31).

43Les vestiges les plus répandus sont des fosses. Vingt ont été creusées dans le jardin. Deux appartiennent au deuxième état (F 4 et F 8) et seize au troisième état (F 32, 33, 34, 19, 20, 10, 28, 14, 6, 5, 13, 12, 11, 15, 16 et 7) La fosse F 24/25 appartient à l’un ou à l’autre état.

44L’analyse de leur remplissage fait apparaître trois utilisations principales.
● Les plus nombreuses ont été creusées pour extraire du limon entrant dans la composition du pisé utilisé pour la construction des bâtiments. Les fosses sont profondes de 1,50 à 1,70 m et atteignent les niveaux de graviers. Le fond de la fosse centrale (F 13) est parfaitement circulaire, les autres sont ovales. Comme dans l’état I, ces creusements présentent la particularité de s’imbriquer les uns dans les autres, témoignant ainsi d’une activité ponctuelle, mais étalée dans le temps. L’emprise totale des creusements mesure 9 m de long pour une largeur de 1,50 à 2,80 m selon les endroits. Des emmarchements observés aux extrémités sont sans doute destinés à faciliter le travail. Après quoi, le remblaiement des fosses s’est fait en une seule fois avec des limons bruns et des gravats (F 5, 11, 12, 13, 8).
● Plusieurs autres sont des fosses à compost dans lesquelles a été trouvé un niveau organique (F 4, 6, 7, 19, 20). Leur fonction est déterminée par les analyses effectuées dans des fosses du dernier état (cf. infra § 6.2.1.4, Le jardin du milieu du xvie s.), qui présentent les mêmes caractéristiques.

45● Une dernière enfin (F 24/25) est peut‑être une latrine. Située dans l’angle N.‑O. du jardin, à proximité immédiate du bâtiment central, elle mesure 3,40 m de long sur 2 m de large, pour une profondeur de 1,60 m au maximum. Ses bords présentent deux emmarchements et son fond est plat. Elle a été nivelée en deux temps. Deux niveaux de matières organiques entrecoupés de sable font penser à l’assainissement d’une latrine. Ensuite, plusieurs recharges successives de limons jaunes et bruns sont déposées pour compenser les affaissements provoqués par la perte de volume de matières organiques.

46Toutes ces fosses sont recouvertes de terre végétale, riche en charbons de bois, sur une épaisseur de 0,30 à 0,50 m.

6.2.1.4 État IV : une nouvelle organisation de la parcelle

47fig. 147 ; fig. 158

48Avec cet état, la disposition de la parcelle change radicalement. Tous les éléments constituant l’état précédent sont détruits, les murs récupérés totalement ou partiellement. Dans l’ancien corps de logis, seuls un tronçon du mur occidental et le mur central sont conservés. Le puits est dérasé et rebouché. La disposition de la parcelle est maintenant tripartite : une maison en façade, une cour en « T » encadrée par des bâtiments et un jardin à l’arrière.

FIG. 158 – Vue générale de la parcelle no 3. État IV, de la seconde moitié du XVIe s., avec la maison au premier plan, puis la cour, les appentis et, au fond, le jardin.

Cliché FJC

La maison fig. 159

49La reconstruction a été menée en une seule fois, même si différents indices montrent qu’on a maintenu certaines parties anciennes et même utilisé les fours le plus longtemps possible. L’édification de la maison a d’abord été entreprise, permettant aux habitants d’occuper l’ancien corps de logis, celui‑ci n’étant abattu qu’une fois la maison achevée. La maison, de plan rectangulaire, est située désormais en front de rue et mesure 12,50 m de long pour 9 m de large. Ses murs méridional et oriental sont les murs de limite de parcelle. Un passage (F) large de 1,60 m, aménagé entre le mur septentrional de la maison et le mur de limite de parcelle, relie directement la cour intérieure à l’extérieur.

FIG. 159 – Plan de détail de la maison (état IV) de la parcelle no 3.

Cliché FJC

Construction des murs extérieurs de la maison

50Seules les fondations de la maison subsistent, sauf pour les murs nord et ouest dont la première assise de l’élévation est conservée. Larges de 0,60 m, les fondations sont profondes de 0,85 à 0,95 m pour le mur nord, de 1,30 à 1,80 m pour les autres. Elles sont bâties en moellons calcaires de grandes dimensions (0,20 x 0,50 m) parfois équarris, parfois ébauchés, disposés en appareil irrégulier et liés au plâtre. Les murs ne sont pas chaînés.

51L’élévation du mur occidental est séparée des fondations par un enduit plâtreux. La première assise, moins large que les fondations (0,40 m), est formée de trois blocs de pierre de taille en calcaire, longs respectivement de 0,60 m, 0,70 m et 0,76 m, larges de 0,40 m et hauts de 0,50 m, distants de 3 m. Cet aménagement constitue vraisemblablement le soubassement d’un pan de bois alternant avec de puissants poteaux supportés par des dés et un hourdis compose essentiellement de plâtre (fig. 158). L’intervalle entre deux blocs est comblé de petites pierres noyées dans du plâtre, sauf 1 m de part et d’autre du bloc central comblé de limon sur 5 cm de hauteur. L’élévation du mur septentrional, le long du passage, moins large également que ses fondations, est aussi soulignée par un enduit plâtreux disposé en bandeau sur le parement externe. Les matériaux et leur mise en œuvre sont identiques à ceux des fondations.

52Sur le sol de la cour, la phase de construction se traduit par de fines couches de poussière de calcaire provenant de la taille des pierres et de leur ajustement, ainsi que par des endroits piétines, des traces de feu et des recharges limoneuses.

Destruction du bâti précédent et remblaiement de l’espace intérieur

53L’espace délimité par les murs extérieurs de la maison est alors exhaussé d’une quarantaine de centimètres par la mise en place d’un remblai, recouvert à son tour de couches de cendres et de charbons de bois. Ces rejets suggèrent fortement la poursuite de l’utilisation des deux fours pendant la durée des travaux de construction. Un niveau plâtreux semble marquer une zone de gâchage du plâtre. L’ancien bâtiment en façade et les fours de l’état III sont détruits et remblayés avec leurs propres matériaux (limon rubéfié, moellons de plâtre, tuiles, limon jaune), constituant la partie supérieure d’un remblai, épais de 0,20 m, qui recouvre toute la superficie intérieure de la maison en construction. Un blanc à la couronne de Charles VII‑Charles VIII (émis de 1436 à 1514) (tabl. xi, no 41) provient de cette couche. Le sol de la maison, installé sur ce remblai, se compose d’un radier ou hérisson et d’une chape de plâtre lissé étendue par‑dessus. Le radier, de 5 cm d’épaisseur environ, est constitué de moellons de plâtre, de calcaire, de tuiles, de céramiques noyés dans du plâtre. Dès la construction du radier, l’organisation interne de la maison est prévue : les cloisons ont des fondations en plâtre de la même largeur que leur élévation (fig. 160). La face supérieure de ces fondations est soigneusement lissée, afin de faciliter la pose des cloisons. Le sol en plâtre est épais de 5 cm environ et sa surface est plane. Un denier tournois de Charles VII (1436‑1447) y a été découvert (tabl. xi, no 40). Des dénivelées allant jusqu’à 4 cm ont été observées entre les différentes pièces de la maison. Elles proviennent peut‑être de réparations de parties abîmées ou de tassements. Des traces au sol marquent des réfections postérieures ou des aménagements : trous de piquets (k) ou traces circulaires (j). D’autres, constituées de traits parallèles distants de 0,10 m environ et de longueurs diverses, pourraient correspondre à des coffrages utilisés lors de la construction ou encore, lorsqu’ils longent les murs, à des aménagements tels que banquettes ou coffres situés le long des parois.

FIG. 160 – Parcelle no 3, maison de l’état IV : sol en plâtre et départ de cloison.

54Le rez‑de‑chaussée est divisé en cinq espaces : trois pièces approximativement rectangulaires de 22,25 m2, 21 m2 et 12,5 m2 (A, B, D), une pièce en « L » (C) de 40 m2 et une autre (E) de 2,40 m2 donnant sur la cour, à l’arrière. Les cloisons qui les délimitent sont partiellement conservées. Larges de 0,10 à 0,20 m, elles sont composées d’une armature de poteaux en bois de section rectangulaire (0,20 x 0,10 m) et d’entretoises constituant des compartiments rectangulaires de 0,60 à 0,70 m de large et 0,90 m de haut, hourdés de plâtre. L’un de ces panneaux a été retrouvé sur le sol de la maison (fig. 161).

FIG. 161 – Parcelle no 3, maison de l’état IV : fragment de cloison tombé sur place.

55Des cloisonnements ont été réalisés au moyen de poteaux posés sur des dés de pierre (h) scellés dans le sol, comme c’est le cas dans la pièce B (3 dés) (fig. 162) et dans la pièce C (1 dé) (i). Les calages de la pièce B sont entourés de plâtre. L’état de conservation des cloisons ne permet pas de se Faire une idée complète de la circulation interne. Il est certain que les deux pièces A et B sont reliées par une porte (c) de 0,75 m de large, marquée par un poteau mieux fondé (poteau d’huisserie ?).

FIG. 162 – Parcelle no 3, maison de l’état IV : cloisons et poteaux dans la pièce B.

Cliché FJC

56Deux portes donnent sur la cour arrière. L’une, certaine, est située au nord et s’ouvre sur la pièce A. Le seuil (f) est composé de rangées de carreaux de terre cuite scellés dans le sol de plâtre. La dénivelée entre la cour et l’habitation, provoquée par le fort exhaussement du rez‑de‑chaussée, nécessite la construction d’un escalier au droit de chaque porte. Celui de la porte nord (g) est conservé. Maçonné en pierres calcaires et en plâtre, il présente trois degrés, un emmarchement de 0,60 m et un giron de 0,20 m (fig. 163). La seconde porte, plus hypothétique, s’ouvrait vraisemblablement sur la petite pièce E. L’hypothèse d’une cage d’escalier a été envisagée mais rejetée à cause de la petite taille de la pièce. L’escalier qui permettait l’accès a été détruit par un bâtiment en briques du xixe s.

FIG. 163 – Parcelle no 3, maison de l’état IV : restes de l’escalier extérieur dans la cour.

57Au moins deux pièces sont équipées d’une cheminée. La première (a), dans la pièce B, mesure 0,80 m de large et sa longueur conservée est de 0,70 m. Son âtre, construit contre le mur oriental, est constitué de carreaux de terre cuite de 0,20 x 0,20 m et de 1,5 cm d’épaisseur, posés à plat et noyés dans le sol de plâtre. Le jambage mesure 0,15 m de large. Le soubassement de la seconde cheminée (b), dans la pièce C, est composé de pierres calcaires, de pavés de grès, de carreaux de terre cuite et de plâtre. Elle s’appuie sur le mur méridional et est longue de 1,90 m pour une largeur de 0,40 à 0,50 m avec une avancée centrale de 0,40 x 0,35 m. Dans la pièce B, un massif rectangulaire (d) de 0,90 m de long et 0,55 m de large, pour une hauteur de 0,20 m.est appuyé contre le mur septentrional. Formé d’un blocage de moellons de plâtre, de calcaire et de limon, il est enduit en plâtre sur ses trois faces visibles. Il constitue sans doute davantage les restes d’un évier que ceux d’une autre cheminée.

Bâtiments de la cour, puits et puisard

58fig. 149, État IV ; fig. 164

Organisation de la cour

59La cour, à laquelle on accède directement depuis la rue par le passage (F) mais aussi de la maison par deux escaliers, affecte la forme d’un « T », long de 19,50 m. Elle est fermée à l’ouest par un mur séparant la partie habitée du jardin. Au centre de ce mur, large de 0,40 m et de très mauvaise facture, se situe un puits (F 3), utilisable aussi bien côté cour, que côté jardin. Une porte, vraisemblablement située sur le côté sud du puits, devait permettre la circulation entre la cour et le jardin. Le sol de la cour est recouvert de différentes couches limoneuses et sableuses. Il n’était pas pavé et n’était pas non plus uniforme d’un bout à l’autre. Le puits P (F 3), de 1 m de diamètre interne, est construit en moellons de plâtre et calcaires liés au plâtre. Son mur a 0,30 m d’épaisseur. La face interne du parement est recouverte d’un enduit de plâtre. Un coffrage en planches de bois verticales a servi à l’édification du mur. Ses planches sont datées, par la dendrochronologie, d’environ 1505 (Lambert, Lavier 1991 : 4). Un puisard (G), de 2,80 x 3,40 m, composé de quatre murs de gros moellons de calcaire ébauchés larges de 0,40 m, est situé au milieu de la cour où il collectait les eaux de ruissellement. Son très mauvais état de conservation empêche de connaître son mode de couverture, voûte ou plancher, ainsi que le dispositif de collecte des eaux (tuyau de canalisation). Son utilisation a entraîné la formation d’un dépôt sédimentaire gras qui a colmaté le fond (fig. 165).

FIG. 164 – Vue générale de la parcelle no 3 depuis le jardin : à l’avant‑plan, fosses recoupées par une des tranchées de fondation du château des Tuileries ; à l’arrière‑plan, vestiges des bâtis sur rue.

Cliché FJC

FIG. 165 – Parcelle no 3, cour de l’état IV : le puisard G.

Cliché FJC

60La cour est encadrée au nord et au sud par deux bâtiments symétriques, mesurant 13 m de long et 3,40 m de large. Les murs externes, conservés sur 0,50 m de hauteur environ, sont en moyen appareil, non assisés, non chaînés et très légèrement fondés. Ils sont élevés avec des moellons calcaires et de plâtre liés au limon brun, sauf la partie centrale du mur de façade du bâtiment sud. Celle‑ci, reprenant un tronçon de mur du corps de logis de l’état précédent, est constituée de moellons de plâtre uniquement (fig. 166). Les bâtiments sont en appentis, appuyés sur le mur de parcelle, et couverts de tuiles plates non vernissées. À l’intérieur de chaque bâtiment, des murs de refend divisent l’espace en trois pièces de superficie inégale : deux de 4,50 x 3 m et une de 3 x 3 m. L’accès se fait généralement par une porte percée dans le mur de façade. Trois seuils de 0,60 m de large, dont l’un possède encore un gond en fer, marquent leur emplacement. L’accès à la pièce H se fait par une porte large de 0,60 m, aménagée dans le mur de refend avec la pièce J. Certaines pièces sont légèrement excavées (pièce M dans un premier temps, pièce H), tandis que d’autres sont de plain‑pied (pièces K et L). Dans les pièces L et M, les murs sont recouverts d’un enduit de plâtre correspondant aux derniers sols des pièces. Trois pièces (N, M, K) sont encore subdivisées par des cloisons, larges de 0,10 à 0,20 m, construites en moellons de plâtre avec quelques pierres calcaires. La cloison de la pièce M présente, au‑dessus d’un solin en plâtre, une élévation en torchis ou pisé. Sa liaison avec les murs est effectuée par deux chevilles en os fixées dans la paroi.

FIG. 166 – Parcelle no 3, appentis bordant la cour de l’état IV : vue générale des pièces K (à l’avant‑plan), J et H.

Cliché FJC

Occupation
  • 6 Renseignement inédit de F. Bouchet.

61L’utilisation de chacune de ces pièces, parfois difficile à déterminer, semble très différente.
● Le sol de la pièce K est formé de limon mêlé à des silex de rivière et à des résidus organiques (végétaux), ce qui donne un aspect bien tassé et une couleur gris‑vert (fig. 167). Son utilisation pourrait être celle d’une cuisine.
● Le sol de la pièce J est composé de terre mélangée à de la matière organique.
● Dans la pièce H, le sol est d’abord constitué du limon en place, qui présente des traces de piétinement. Des trous de piquet et deux dépressions d’une vingtaine de centimètres dans les deux angles méridionaux matérialisent une division de l’espace en deux parties, au moyen d’une cloison en bois. Dans la partie nord de la pièce, il a été trouvé une grande quantité d’ossements de poissons et d’oiseaux, très fragmentés, manifestement en raison d’un intense piétinement. Après cette première occupation, le sol est réaménagé. La partie nord de la pièce est rehaussée par une couche plâtreuse, et un alignement de tuiles posées à plat contre le mur sert de soubassement à une auge en plâtre (fig. 168). Le reste du sol de la pièce est fait de limon mélangé à des moellons de plâtre, des matières organiques et une grande quantité de céramique. Un demi‑gros anglais d’Henri VIII (1530‑1544) a été trouvé dans cette couche (tabl. xi, no 21). Tout porte à croire que cette pièce est une porcherie : les sols piétinés et le cloisonnement, puis l’auge en plâtre laissent supposer qu’on a pu abriter là des animaux. La détermination de l’animal est précisée par la présence de parasites de porc dans les sédiments6. Des squelettes de porcs entiers (dont des fœtus) retrouvés dans les fosses du jardin (F 1 et F 2) renforcent l’hypothèse d’un élevage de porcs dans la parcelle (cf. infra § 6.4.5.1).
● Le sol de la pièce L, d’une dizaine de centimètres d’épaisseur, est fait de limon rubéfié. La couche d’occupation contient quelques fragments de pisé. Sa destination est inconnue.
● Dans la pièce M, dans un premier temps, le sol est constitué de recharges de terre noire contenant des nodules de plâtre. Une cloison fractionne ensuite l’espace en deux parties égales et d’autres recharges sont disposées de part et d’autre (fig. 169). Dans un troisième temps, la séparation est abattue et le sol est constitué de limon mélangé à des matières organiques. Le seuil aménagé dans le mur correspond à ce dernier sol.
● Dans la pièce N, une cloison scinde l’espace en deux parties, aux sols distincts. À l’ouest, le sol est fait de limon cendreux, d’une dizaine de centimètres d’épaisseur ; un denier tournois de Charles VII à François Ier (entre 1436 et 1540) a été trouvé dans cette couche (tabl. xi, no 36). Dans la partie orientale, des recharges successives de limon sont destinées à compenser les affaissements du sous‑sol dus à la présence de la fosse F 24/25 (cf. supra § 6.2.1.3, Le jardin).

FIG. 167 – Parcelle no 3, appentis bordant la cour de l’état IV : détail du sol de la pièce K.

Cliché FJC

FIG. 168 – Parcelle no 3, appentis bordant la cour de l’état IV : deuxième sol de la pièce H.

Cliché FJC

FIG. 169 – Parcelle no 3, appentis bordant la cour de l’état IV : sol de la pièce M.

Cliché FJC

62Ces bâtiments aux sols de terre abritaient différentes activités dont une est reconnue (élevage de porcs) et une seconde est supposée (cuisine). Pour les autres pièces, rien ne permet de préciser leurs fonctions, mais on peut admettre qu’elles devaient servir de remise, atelier et autres annexes domestiques, ne laissant guère de traces archéologiquement perceptibles.

Le jardin du milieu du xvie s.

63fig. 147 ; fig. 164

64Deux fosses seulement appartiennent à cet état. Elles sont situées au sud du jardin, l’une à côté de l’autre. Elles sont toutes deux à bords droits, à fond plat, et ont la même profondeur, soit 2,70 m. La fosse F 1 (fig. 170) est carrée et mesure 2,10 m de côté. La fosse F 2 est rectangulaire, de 3,10 m de long sur 2,70 m de large. Leur creusement a certainement été entrepris pour l’extraction de matériaux (environ 35 m3 de terre). Elles ont ensuite servi à recueillir du compost. Les analyses parasitologiques effectuées dans les matières organiques ont été négatives et permettent de rejeter toute hypothèse de latrine (Bouchet 1991 : 166). En revanche, la présence de nombreux taxons d’herbacés, décelés par la palynologie (Leroyer, Allenet 1991 : 115‑116), indique qu’il s’agit de végétaux mis en compost. Les végétaux ayant perdu de leur volume, les creusements ont été utilisées ensuite comme dépotoir. Un squelette de truie a été trouvé dans la couche de matières organiques de la fosse F 2 (cf. infra § 6.4.5.1) (fig. 171).

FIG. 170 – Parcelle no 3, jardin de l’état IV : fosses F 2 (à gauche) et F 1, recoupée par une des tranchées de fondation du château des Tuileries.

Cliché FJC

FIG. 171 – Parcelle no 3, jardin de l’état IV : squelette de truie dans la fosse F 2.

Cliché FJC

6.2.1.5 Destruction de la parcelle

65La parcelle fait partie des terrains annexés au domaine de Catherine de Médicis, entre 1564 et 1567, pour la construction du château des Tuileries. L’une des tranchées de l’aile nord du château conçu par l’architecte Philibert de l’Orme traverse le jardin de la parcelle, sans atteindre l’habitation. La maison a ainsi pu être occupée durant la construction du château (jusqu’en 1567), la destruction des bâtiments étant effective en 1568 (cf. infra chap. 8).

6.2.2 La parcelle 7

66La parcelle 7, d’une superficie de 800 m2, se compose de deux parties (fig. 146). La première correspond à une habitation et une cour donnant sur le « chemin des fossés » à l’est. La seconde, à l’ouest du bâti, est un vaste jardin. Au cours des temps, chacun de ces secteurs voit sa superficie se modifier en fonction de divers aménagements. L’évolution chronologique est perceptible à travers différentes modifications survenues sur une courte durée, entre la fin du xve s. et le troisième quart du xvie s., soit un peu moins d’un siècle. Six états ont pu être distingués. Les monnaies et la céramique trouvées dans les niveaux de construction, d’occupation et de destruction permettent de préciser la chronologie absolue de chaque état (tabl. xii).

TABL. XII – États et chronologie des parcelles nos 3 et 7.

67La parcelle, de forme à peu près rectangulaire et orientée E.‑ O., est délimitée par quatre murs inégalement conservés (fig. 172). Au nord, les murs 049 et 252 sont mitoyens avec la parcelle 8. À l’est, le mur de façade 939 borde le « chemin sur les fossés ». Au sud, la limite est matérialisée par un mur conservé en quelques endroits seulement. Le jardin est fermé à l’ouest par le mur parcellaire M. 1, dont il ne subsiste à cet endroit qu’un tronçon de 3,80 m de longueur. L’espace reste sans changement durant les trois premiers états. Avec l’état IV, la réorganisation des bâtiments implique un léger déplacement vers le nord du mur parcellaire méridional. La surface est alors rétrécie au profit de la parcelle mitoyenne 6.

FIG. 172 – Parcelle no 7, plan général. Extension du bâti et localisation des fosses dans le jardin : a bâti de l’état I ; b bâti des états II et III ; c bâti des états IV à VI.

Cliché FJC

6.2.2.1 État I : la première maison

68fig. 173, a

69Le premier état comprend un bâtiment principal (A), une cour (B), un puits (C) et un jardin. L’évolution de ce dernier est décrite plus loin (cf. infra § 6.2.2.7). La surface bâtie ne représente alors que 7 x 4,80 m, soit 33,6 m2.

FIG. 173 – Parcelle no 7, plan de l’habitation : a état I ; b état II ; c état III ; d état IV ; e état V ; f état VI.

Dessin FJC

Le bâtiment A

70Le bâtiment A est calé dans l’angle N.‑E. de la parcelle dont il reprend les limites. Ce bâtiment quadrangulaire a une superficie proche de 24 m2 (6 x 3,90 m). L’accès à la maison se fait par une porte (a), percée dans le mur oriental, donnant sur le « chemin des fossés ». Son seuil est à une altitude de 32,40 m ngf, celle du terrain devant la maison est à 31,60 m. Cette différence implique l’existence de quelques marches pour communiquer avec la rue. Une seconde porte (b), ouverte dans le mur occidental, permet de se rendre de l’habitation au jardin et/ou à la cour.

71L’espace intérieur du bâti est divisé en deux parties égales, de 3 m de large chacune, par une cloison orientée N.‑S. La communication entre les deux pièces se fait par deux portes situées l’une au nord (c) et l’autre au sud (d). Cette dernière présentait encore au moment de la découverte un fragment de chambranle fixé contre le mur méridional. La pièce orientale est aussi séparée en deux parties inégales par une cloison en plâtre de direction E.‑O. La communication entre les deux espaces se fait par une ouverture située dans la partie occidentale de la cloison.

La cour B

72La cour s’étend au sud de la maison. Elle est en partie recouverte de dalles calcaires irrégulières, épaisses d’environ 5 cm, polies en surface et posées directement sur le limon naturel. Le reste de la cour est constitué d’un sol tassé, de couleur blanchâtre. L’état de conservation des vestiges ne permet pas de savoir s’il existait ou non un accès direct entre le « chemin des fossés » et la cour. La céramique des couches d’occupation de la cour est homogène et permet de dater son utilisation de la fin du xve s. Un jeton de Nuremberg, frappé entre 1490 et 1550 (tabl. xi, no 70), fournit un élément de chronologie supplémentaire.

73Un puits (C) est creusé dans la cour, devant le bâtiment. D’un diamètre de 0,90 m, il atteint une profondeur totale de 3,70 m, à 27 m ngf. Le parement, large d’environ 0,20 m, est monté sur un bâti quadrangulaire constitué de quatre bois droits de section carrée, non jointifs (fig. 174). Il est de très mauvaise facture, en moellons non équarris de calcaire et de plâtre liés avec du sable. Sa surface interne est enduite de plâtre. Son remplissage, constitué des mêmes matériaux mêlés à du limon, correspond vraisemblablement à l’effondrement du parement. L’absence de trace d’utilisation et le peu de mobilier archéologique semblent indiquer que ce puits n’a jamais fonctionné. La mauvaise qualité de sa construction pourrait bien être à l’origine de son abandon. Une datation dendrochronologique, réalisée par le laboratoire de Chrono‑Écologie de Besançon sur une poutre sans aubier du bâti de fondation (Lambert, Lavier 1991 : 4), a permis de situer l’abattage après 1503. Le puits est ensuite comblé, après récupération partielle des matériaux de construction. Le remblai est daté par un jeton de Nuremberg anonyme (1490‑1550) (tabl. xi, nos 67‑68) et par de la céramique du dernier quart du xve s. et du premier quart du xvie s. En raison du léger décalage chronologique existant entre le mobilier du puits et les niveaux de sol de la cour, il est vraisemblable que ce puits est légèrement postérieur à la maison (état Ib, tabl. xii).

FIG. 174 – Parcelle no 7 : parements du puits C (F 13), état Ib.

Cliché FJC

6.2.2.2 État II : un plan en « L » autour d’une cour

74fig. 173, b ; fig. 175

75Le bâti connaît des transformations notoires. Le bâtiment A est conservé, mais sa distribution interne est légèrement modifiée. Un nouveau corps de logis, perpendiculaire au premier, est ajouté à l’ouest, d’où un plan en « L » autour d’une cour (B) (fig. 176).

FIG. 175 – Parcelle no 7, état II : vue générale des vestiges vus de l’est ; à l’avant‑plan, les pièces E, F et G ; à l’arrière‑plan à gauche, la pièce A et l’escalier hors œuvre D.

Cliché FJC

FIG. 176 – Parcelle no 7, état II : vestiges d’une séquence de réfection de la parcelle.

Cliché FJC

Le bâtiment A

Organisation interne

76Des modifications dans la circulation intérieure apparaissent à cet état, La porte méridionale (d) est obturée avec du plâtre pour installer un petit foyer (f) (fig. 177). Ce foyer est composé d’un âtre et d’un contrecœur, tous deux construits en tuiles posées à plat. Une petite cuvette remplie de charbon de bois et de cendres, ainsi que du limon gris orangé mêlé de cendres témoignent de son utilisation. Des restes carbonisés de froment y furent trouvés (Moulins 1991 : 149). Simultanément, des remblais sont rapportés de chaque côté de la cloison médiane déjà existante afin d’installer un sol de plâtre.

FIG. 177 – Parcelle no 7, état II : être et contrecœur d’un petit foyer.

Cliché FJC

Nouvelle distribution de l’espace

77L’ensemble de ces aménagements (cloisons, portes et foyer) est ensuite détruit pour la création d’une nouvelle pièce unique. Le sol est recouvert de plâtre lissé. Dans l’angle N.‑ E. de la pièce, une cheminée (g) est construite en tuiles posées de chant. Le contrecœur est adossé au mur nord, tandis que l’âtre est pris dans la structure même du sol (fig. 178).

FIG. 178 – Parcelle no 7, état II : âtre et contrecœur d’une cheminée et petit foyer maçonné.

Cliché FJC

78Durant ces trois séquences de construction, la porte (a) donnant sur la rue est toujours utilisée. Son seuil est légèrement plus haut (de 0,10 à 0,15 m) que le sol de plâtre de cette pièce.

79L’occupation du bâtiment A est marquée par une couche grisâtre et cendreuse, pauvre en artefacts (rares fragments de céramique, d’os et des petits objets en alliages cuivreux), couvrant le sol de plâtre. Un hardi de Charles VIII‑François Ier, daté de 1488‑1540 (tabl. xino 69), a été trouvé dans cette couche.

Le corps de logis N.‑S. (E, F, G)

80Un nouveau corps de logis, d’orientation N.‑S. (14,80 x 4 m) est ajouté au bâti A. Perpendiculaire à celui‑ci, il empiète sur le jardin. Il est fermé à l’ouest par un mur mal conservé, séparant désormais l’habitation du jardin. Ce bâti est divisé en trois pièces (E, F et G) par deux murs de refend E.‑O. Ce corps de logis est en réalité l’aboutissement d’une succession d’aménagements. Les pièces ont été ajoutées les unes aux autres, entraînant la construction progressive du mur occidental. L’état de conservation et la rapidité de la fouille ne permettent toutefois pas de connaître la chronologie détaillée de ces transformations successives.

La pièce nord (E)

81D’une superficie de 11 m2, elle communique directement avec le bâtiment A par la porte (b). L’ouverture est marquée par une pierre de seuil retrouvée sur le sol de la pièce. Ce dernier est constitué de dalles de plâtre de dimensions et de formes irrégulières, ainsi que de tuiles posées sur un remblai de limon (fig. 179).

FIG. 179 – Parcelle no 7, état II : sol de dalles de plâtre et tuiles de la pièce E.

La pièce médiane (F)

82D’une surface de 10,75 m2, elle est partagée en deux parties inégales par un mur de refend. L’espace le plus étroit, à l’est, correspond sans doute à un couloir (1 m de large) donnant accès à la pièce F. Aucune communication avec la pièce E n’a été observée.

83La pièce est partagée en deux par une cloison (h) (fig. 180), formée par une armature de poteaux de bois rectangulaires maintenue dans un solin de plâtre de 0,20 m de large. Une monnaie de Jean Ier du Portugal (1383‑1433) a été trouvée sous cette cloison (tabl. xi, no 71). Deux sols sont installés de part et d’autre de cette limite. Leurs radiers, de nature limoneuse, sont semblables ; en revanche, leurs revêtements sont différents. Au nord de la cloison (h), le sol est composé de grandes dalles quadrangulaires calcaires, constituant aussi le dallage du couloir. Au sud, il n’existe qu’un sol en plâtre lissé, partiellement conservé. Le seul aménagement découvert sur ces sols est une rigole, de 1 m de long et de 0,30 m de large, en plâtre lissé, appuyée contre la paroi nord de la cloison. La couche d’occupation mise au jour sur le sol de dalles est de même nature que celle du bâtiment A.

FIG. 180 – Parcelle no 7, état II : cloison sur armature de poteaux (h) et sols en plâtre lissé de la pièce F.

Cliché FJC

La pièce sud (G)

84Cette pièce, d’une superficie proche de 20 m2, est mal connue. Ni sol ni aménagement ne sont conservés. Sa limite orientale est constituée par un mur et deux bases de piliers ou poteaux, étroitement imbriqués, dont la chronologie relative est difficile à établir. Deux hypothèses sont envisageables. Soit les bases sont antérieures au mur et constituent les supports d’une superstructure de préau s’ouvrant sur la cour ; soit elles sont contemporaines du mur et, dans ce cas, elles ont servi de contreforts d’angle à la pièce.

L’escalier à vis (D)

85Un escalier à vis hors œuvre est construit dans l’angle formé par le bâti A et la pièce F. Il recouvre partiellement le puits (C) de l’état I. La fondation de l’escalier est composée de trois murs chaînés. Le quatrième, appartenant au bâti A, est repris en sous‑œuvre pour asseoir plus solidement l’escalier. Les quatre fondations, de largeur variable (entre 0,35 et 0,80 m), sont plaquées contre les parois d’une excavation quadrangulaire, profonde de 1,20 m et mesurant 3 x 2,60 m au maximum. En son centre est construit un massif de 0,35 x 0,45 m, constituant la fondation de la vis (fig. 181). Une fois comblée avec des restes plâtreux issus des travaux de construction, l’excavation est recouverte d’une fine couche de plâtre coulé, parfaitement horizontale (fig. 182), dans laquelle est gravée l’épure de l’escalier. Le tracé préparatoire, incisé, permet de restituer l’agencement et les dimensions des marches rayonnantes. La longueur de ces dernières est de 0,80 m, le petit côté du giron triangulaire (le collet) mesure 0,06 m et le grand (la queue) 0,38 m. Le diamètre de la vis est de 0,30 m.

FIG. 181 – Parcelle no 7, état II : fondations de l’escalier à vis D et noyau de la vis centrale.

Cliché FJC

FIG. 182 – Parcelle no 7, état II : épure incisée de l’escalier à vis D.

Cliché FJC

86La construction de cet escalier à vis prouve l’existence d’au moins un étage. Deux négatifs de poteau matérialisent sans doute des réfections de l’escalier. L’un d’eux, installé dans un calage de plâtre, est situé dans l’angle S.‑O. de la cage. Sa situation suggère une consolidation ponctuelle, nécessitée par le tassement du remblai du puits sous‑jacent. Aucun indice ne permet d’assurer que ces deux poteaux ont fonctionné ensemble pour soutenir l’escalier.

La cour B

87Un sol constitué de limon mélangé à de la poussière de calcaire couvre la cour à l’ouest et au S.‑O. Cette poussière est plus dense autour de l’escalier à vis, où elle se confond avec faire de travail autour du noyau de l’escalier (cf. supra).

Destruction du bâtiment

88Les murs porteurs du bâti A sont dérasés et laissent subsister quelques assises qui serviront à leur tour de fondation aux nouvelles élévations. Tous les murs intérieurs du corps de logis sont détruits et recouverts par des limons. Seuls les murs septentrional et oriental de la maison sont conservés, sans doute parce qu’ils constituent les limites parcellaires. Les remblais de destruction de l’état II forment les soubassements des constructions postérieures (état III).

6.2.2.3 État III : reconstruction sur le même plan en « L »

89fig. 173, c

90La reconstruction des bâtiments est totale, mais la disposition générale reste la même que précédemment. L’ensemble est de meilleure facture et constitue un tout plus homogène. Cette reconstruction augmente la superficie bâtie de 6 m2.

Le bâtiment H

91Les quelques assises du bâtiment A laissées en place servent de base à la construction d’un nouveau bâti H, d’une superficie de 25 m2. Aucune cloison ou mur de refend ne divise cette construction. Dans l’angle N.‑O., un petit four (j) est aménagé au‑dessus de l’âtre de la cheminée (g) (fig. 183). De forme quadrangulaire, ce four est constitué d’un massif de pierres calcaires maçonnées au plâtre. Le mur méridional est percé d’une porte donnant sur la cage d’un nouvel escalier à vis (I). La porte (a) ouvrant sur la rue est condamnée, sans doute en raison de l’exhaussement de terrain provoqué par des rejets domestiques incessants (cf. supra § 5.4.3.2). Son bouchage est masqué par un épais enduit de plâtre à l’intérieur (fig. 184) et par un autre plus fin à l’extérieur. Enfin, une recharge de limon jaune recouvre la destruction des cloisons de l’état II Elle permet de niveler les irrégularités du terrain avant la mise en place d’un nouveau sol de plâtre. Des couches cendreuses ou limoneuses, contemporaines de l’utilisation des foyers, marquent l’occupation de cet espace.

FIG. 183 – Parcelle no 7 : vue générale de la pièce H ; à l’arrière‑plan, le four.

Cliché FJC

FIG. 184 – Parcelle no 7, état III : bouchage de la porte de la pièce H donnant sur le chemin longeant les fossés.

Cliché FJC

Le corps de logis occidental

92Le corps de logis N.‑S. est élargi de 1 m. Sa superficie atteint désormais 72,5 m2. Il est composé de deux pièces (L et J), séparées par une mince cloison construite sur les premières assises du mur de l’ancienne pièce (E).

La pièce nord (J, J’)

93Cette pièce de 13 m2 (3,5 x 3,8 m) jouxte le bâtiment H, auquel elle est reliée par une structure de combustion (k) construite à l’emplacement de l’ancienne porte (b) (fig. 185). Cette structure déborde dans la pièce H, du fait semble‑t‑il de l’existence antérieure du petit four (j) dans l’angle N.‑O. de la pièce (cf. supra, Le bâtiment H). Large de 1 m et longue de 1,70 m, ses parois et sa couverture, d’une épaisseur de 0,10 m, sont édifiées d’un seul tenant en petits moellons calcaires liés et lissés au plâtre. Les pierres utilisées dans sa construction, un calcaire à milioles (Delépine 1991 : 135), ont été complètement altérées par l’intensité du feu. L’installation est presque complète, seule une partie de la couverture est détruite, sans qu’il soit possible de préciser s’il s’agit d’une ouverture ou d’un effondrement.

FIG. 185 – Parcelle no 7, état III : four J’ et alandier k installés dans la pièce J.

Cliché FJC

94Autour de la structure de combustion, un muret en fer à cheval délimite un espace clos J’ (environ 2,50 x 2,40 m). Le sol de cet espace est en plâtre compacté et une porte (z) est aménagée au sud, contre le mur du bâtiment H. Malgré la présence d’épaisses couches de charbon de bois trouvées à l’intérieur de la structure k, rien ne permet d’affirmer l’existence d’un four, attesté de façon certaine à l’état suivant (cf. infra § 6.2.2.4, Le bâtiment P, P’).

La pièce sud (L)

95De forme rectangulaire (42 m2), elle est limitée par le mur du jardin à l’ouest et par le mur parcellaire au sud. Seule la fermeture orientale est reconstruite. Elle est attestée par trois fragments de murs.

L’escalier à vis I

96Un nouvel escalier à vis, légèrement décalé vers l’est, est élevé dans l’angle des deux bâtiments L et H. Un muret avec un retour d’angle, puis un remblai servent de fondation. Un sol de plâtre lissé (4 m2), dans lequel est gravée l’épure, recouvre cette dernière. Une vis en plâtre, de 0,20 m de diamètre, est située au centre de ce sol. Les départs des rayons des marches sont encore visibles sur le noyau de la vis. Sur le sol, l’épure marque la division de la surface en quartiers égaux, mais aussi l’emplacement des murs, peu épais, de la cage d’escalier. Cette dernière, complètement détruite, n’est plus attestée que par des tranchées de récupération. La présence, dans le mur sud, de la porte contemporaine de cet escalier à vis précise le double rôle de cet appendice hors œuvre, à la fois cage d’escalier et vestibule.

La cour B

97La construction de l’escalier à vis s’accompagne de l’installation d’un sol, rechargé à plusieurs reprises, dans la cour. Dans son état final, il est recouvert de fines dalles calcaires. Un denier tournois de Charles VI de 1389‑1417 (tabl. xi, no 66) provient du premier niveau de sol.

Destruction

98Le corps de logis occidental est détruit et remblayé pour servir de substruction à un nouveau bâtiment (N, état IV). Les remblais recouvrent les restes du mur oriental. La cloison séparant les pièces L et J est supprimée. La cage d’escalier à vis est abattue et les matériaux de construction sont récupérés.

6.2.2.4 État IV : un nouveau plan à deux corps de bâtiments parallèles

99fig. 173, d

100Deux modifications importantes caractérisent cet état : une augmentation notable de la surface occupée par le bâti et la cour au détriment du jardin et un changement radical de la disposition des corps de bâtiment les uns par rapport aux autres. Le plan en « L » est remplacé par deux corps de bâtiments parallèles, situés de part et d’autre d’une cour. Ces modifications entraînent le recul du mur arrière du bâti et un nouvel empiétement sur le jardin.

101Cet état et ceux qui lui succèdent (V et VI) constituent un ensemble cohérent du point de vue de l’évolution architecturale et sont sans doute très rapprochés dans le temps (milieu du xvie s.). Une certaine évolution chronologique apparaît pourtant dans la céramique (cf. infra § 6.3.2) : les datations absolues –et largement théoriques– proposées dans le tableau xii veulent seulement rendre compte de ce phénomène.

Le bâtiment H

102Il ne subit pas de modification majeure. Seule une cloison, orientée N.‑S., prend appui sur l’âtre (g). Les enduits muraux de la pièce sont refaits (fig. 186c). Leur démontage a mis en évidence des traces de raclage effectuées pour faciliter l’adhérence du nouvel enduit. Des lambeaux de sol et des petits trous de piquet sont les seuls indices de l’occupation dans le bâtiment. Ils ont livré quelques céramiques, quelques os et des objets en alliage cuivreux : une boucle, une épingle et une plaque. Une nouvelle cage d’escalier (M) est reconstruite à l’emplacement de la précédente. Un sol de plâtre lissé, remontant le long des murs, recouvre soigneusement la moitié orientale de la surface. Cet espace conserve sans doute sa double fonction de vestibule et de cage d’escalier.

FIG. 186 – Parcelle no 7, élévations intérieures des murs de la pièce H.

Le bâtiment P, P’

103L’emplacement J et J’ est réaménagé (P et P’). Sa superficie est portée à 22,5 m2. La limite occidentale du nouvel espace P est matérialisée par un mur plus large, appartenant à la pièce R (cf. infra). Le bâtiment est fermé au sud par un mur (219) situé dans le prolongement du bâtiment H. Ce mur est percé d’une porte (p) ouvrant sur la cour. Il est recouvert, à l’extérieur, d’un enduit de plâtre.

104Une autre transformation importante consiste en la construction d’un grand four circulaire à l’emplacement de l’alandier, dont l’ouverture est maintenue. La porte (z) est condamnée. L’espace intérieur est ainsi complètement fermé. Sur le sol de plâtre de l’état III, un remblai constitue le soubassement du four. Celui‑ci est réalisé à l’aide de tuiles posées à plat les unes sur les autres et liées par de l’argile. Seules les premières assises sont conservées, mais il est clair qu’il était voûté. Les niveaux de sole ou les traces d’utilisation n’existent plus ; ils ont vraisemblablement été détruits par les aménagements postérieurs.

105À partir de l’état IV, de nombreux restes de sols et de recharges ont été relevés dans la cour, au sud du mur 219. Leur extension est mal connue en raison de perturbations postérieures. Leur mise en phase est également difficile à établir, car ils n’ont pas de liens stratigraphiques directs avec le four auquel ils se rapportent, hormis l’une des recharges liée à la destruction de l’alandier.

Le corps de bâtiment R

106Un nouveau bâtiment (R) est construit à l’ouest, dans le prolongement du bâtiment H. Il s’appuie contre le mur séparant le jardin du bâti. Le mur septentrional reprend un tronçon du mur parcellaire.

Le corps de logis sud

107Un nouveau corps de logis est construit face aux bâtiments précédents. Limité au nord par le mur 160, il s’appuie contre le mur parcellaire méridional, partiellement reconstruit. Sa surface conservée est de 38,5 m2. Il est impossible de savoir s’il se prolongeait jusqu’au mur de façade sur le « chemin des fossés », du fait de destructions postérieures importantes. Le bâtiment est composé d’un rez‑de‑chaussée, matérialisé seulement par deux dalles calcaires à son extrémité orientale, et de deux espaces en sous‑sol occupant l’extrémité occidentale de ce dernier.

108Une cave (T), de 5 m2, est adossée au mur 248, séparant le jardin du bâti (fig. 187). Ses murs, revêtus d’un même enduit de plâtre lissé, mesurent 0,30 m de large et sont construits en moellons de calcaire, de gypse ou de plâtre. L’appareil est monté en assises de 0,30 m de haut, liées de façon irrégulière, au sable ou au mortier. Un contre‑mur (306), épais de 0,20 m, a été construit contre le mur 248. Dans l’angle N.‑O., un escalier droit de quatre marches, recouvertes d’un enduit de plâtre lissé, permet d’accéder à ce sous‑sol. Des négatifs de 10 x 8 cm environ ont été retrouvés à l’avant des marches. Il pourrait s’agir des nez de marche constitués par des planches en bois. Deux sols, à base de limon et plâtre mêlés, recouvrent le fond de la cave et témoignent de réfections.

FIG. 187 – Parcelle no 7, états III‑VI : cave T.

Cliché FJC

109À l’est de cette cave se trouve une autre structure excavée (N), mesurant 4,50 x 3 m hors œuvre et conservée sur une profondeur de 1,34 m (fig. 188). Ses murs, en moellons de gypse et de calcaire de dimensions irrégulières, sont liés par une grande quantité de plâtre, ultérieurement lissé et recouvert d’un autre enduit. Ils sont installés dans des tranchées de fondation peu profondes, équivalentes à la hauteur d’une assise. Au fond de la structure, une couche très fine de matière organique, riche en mobilier (céramiques, verres, métaux et os), couvre toute la surface. L’analyse parasitologique de cette couche organique suggère la présence de gallinacés (Bouchet 1991 : 166). La découverte, dans ce même niveau, de nombreux ossements de petite taille de poissons (hareng, ablette) et présentant des altérations semblables à celles que l’on peut observer sur des os de poisson mastiqués, digérés, puis déjectés, évoque à son tour de la nourriture pour animaux (Sternberg 1991 : 182). L’hypothèse d’un abri pour animaux (volailles ou petit bétail ?) a été avancée mais ne paraît pas très crédible en raison de sa situation en sous‑sol. Aucun moyen d’accès n’a par ailleurs été retrouvé. Une autre interprétation possible est celle d’un espace destiné à contenir du fumier.

FIG. 188 – Parcelle no 7, états III‑VI : cave N au sol partiellement recouvert de matières organiques.

Cliché FJC

La cour B

110Une demi‑douzaine de sols construits et des couches d’occupations, qui se succèdent sans doute très rapidement, exhaussent à nouveau le niveau de la cour. D’autres sols encore viennent contre les murets du vestibule. Il est difficile de lier chronologiquement tous ces aménagements successifs aux différentes transformations qui affectent le bâti. Ils finissent en tout cas par constituer une surface homogène. Par ailleurs, un massif (o) avec un petit poteau dans un angle est aménagé contre le mur méridional du bâtiment H. Cette maçonnerie présente une surface plane, rehaussée de 0,20 m par rapport au sol de la cour. Elle n’est que partiellement conservée et toute la partie orientale vers la rue a été détruite. Toutefois, ces indices suffisent pour suggérer la présence d’un petit auvent le long de la façade du bâtiment H.

111Un nouveau puits (O) est installé au milieu de la cour, à égale distance des deux corps de bâtiments. Il est construit dans une tranchée de fondation remblayée par du limon. Au fond, à 25,59 m ngf, le cuvelage est composé de quatre pièces de chêne en quart de cercle (fig. 189). Chacun des bois comprend un tenon et une mortaise. Au‑dessus du cuvelage, le parement est construit avec des moellons calcaires liés au plâtre, disposés en appareil régulier. La construction de ce puits est difficile à dater, car le lien avec les vestiges environnants n’est assuré que par la récupération du haut du parement. En revanche, la datation dendrochronologique établie par le laboratoire de Chrono‑Écologie de Besançon (Lambert, Lavier 1991 : 4) situe l’abattage de ces bois entre 1505 et 1513. Il existe certainement dans l’état IV, sans que l’on puisse exclure formellement sa présence dès l’état III. Cette hypothèse est cependant très peu vraisemblable, car le mur ouest du corps de logis (L, état III) (fig. 173c) semble recoupé par le creusement du puits. Le peu de restes d’insectes trouvés dans cette couche semble indiquer qu’il n’a pas été en fonction longtemps, ou alors qu’il n’était pas accessible aux insectes (Desender 1991 : 143).

FIG. 189 – Parcelle no 7, états III‑VI : puits O, cuvelage en pierre reposant sur un bâti en bois.

Cliché FJC

6.2.2.5 État V : reconstruction du four circulaire

112fig. 173, e

113Cet état ne présente pas de modifications majeures dans l’organisation du bâti. Seul, le four situé dans l’aile septentrionale est totalement détruit, puis reconstruit.

Le bâtiment H

114Dans le bâtiment H, la cloison est abattue (fig. 183). Une vaste recharge, constituée de fragments de tuiles et de limon rubéfié issus de la destruction du premier four, exhausse le sol de 0,20 m. D’autre part, le bouchage de la partie inférieure de la porte sud s’accompagne de la pose d’un nouveau seuil (m), à une trentaine de centimètres au‑dessus du sol du vestibule (M). Pour compenser cette différence, les habitants sont dans l’obligation d’installer une marche dans le vestibule et de construire un escalier d’au moins trois marches dans le bâtiment H. De ce dispositif ne subsiste qu’une trace sur le bouchage de la porte, témoin incontestable de la première contremarche (fig. 186, a). L’escalier fut arraché lors de l’obstruction de la porte, pour la construction du futur escalier (état VI).

Le bâtiment P

115Un nouveau four (U) (fig. 190), de forme circulaire (3 m de diamètre), est élevé au même emplacement que le précédent. Des remblais sont apportés pour égaliser le sol de l’espace P’, recouvrant à la fois le mur semi‑circulaire de P’ et l’ancien alandier (k). Sur cette surface aplanie, la coupole du four est réalisée en tuiles liées par de l’argile. Posées d’abord à l’horizontale, elles sont ensuite mises de chant et progressivement inclinées afin de dessiner la courbure de la voûte. Les tuiles sont de largeur variable (entre 0,10 et 0,19 m), mais de longueur presque constante (21,5 cm). La hauteur présumée de la voûte est de 1,60 m. La coupole était sans doute identique à celle d’un autre four, découvert dans la parcelle 6 (non décrit). Entre le mur circulaire servant de soubassement au four et la voûte, un bourrage de tuiles concassées et de plâtre est ajouté, vraisemblablement pour empêcher les pertes de chaleur. À l’intérieur du four, des recharges de limons successives de 2 à 10 cm d’épaisseur sont rapportées. Les nombreuses cuissons ont rubéfié la sole sur une épaisseur de 1 à 3 cm. Le four s’ouvre à l’est dans la pièce H (fig. 186, b). À un moment de son utilisation, correspondant à la troisième sole, quatre grandes tuiles horizontales, larges de 0,60 m, ont constitué le seuil de l’ouverture du four. L’ancien alandier (k), sous‑jacent au four, reste ouvert et accessible depuis le bâtiment H, mais il ne fonctionne apparemment plus alors, car il ne communique pas avec les soles situées au‑dessus. Deux petits fours sont accolés contre l’ouverture du four (U). Le premier (r), de forme légèrement circulaire et mesurant 0,96 sur 0,60 m, est installé contre le mur parcellaire nord, en hauteur (fig. 173, e). Il est placé au‑dessus d’un second four (j), aménagé au niveau du sol du bâtiment. Trois petits trous ronds percés dans le fond du four (r) permettent à la chaleur dégagée par le four (j) de circuler, soit pour conserver au chaud de la nourriture, soit pour la cuire. Derrière le four, un radier de tuiles recouvert d’un sol de plâtre constitue un passage ou un couloir dans la continuité de la porte (p). Peut‑être permet‑il un accès vers la parcelle nord ?

FIG. 190 – Vue générale des parcelles no 8 (au premier plan), no 7 (au centre) et no 6 (au dernier plan), en cours de fouille, vues du nord.

Cliché FJC

116Des négatifs de poutres sont visibles sur la face occidentale du mur séparant les pièces H et P. Ils indiquent sans doute l’emplacement d’éléments porteurs de la toiture recouvrant la pièce P et le four à pain (U). Cet aménagement ne se rattache à aucun état de façon précise. Il peut appartenir déjà à la construction du mur de l’état III, mais aussi être plus récent.

La cour B

117L’exhaussement du niveau de la cour nécessite la mise en place d’un escalier (q) pour accéder directement de la cour au vestibule (M) (fig. 173, e). Constitué d’une succession de couches de plâtre, il est relativement fragile, ce qui explique sans doute les multiples réfections (bouchage de trous, réfection d’enduit...) qu’il a connues. Les marches, au nombre de cinq, ont un giron très large par rapport à leur hauteur. Elles sont manifestement construites pour palier les différences de niveaux résultant des recharges successives de la cour. Dans l’angle N.‑O. de la deuxième marche, un fer de porte est ancré dans le plâtre. L’emplacement initial de cette dernière est aussi marqué par une rainure. La cage d’escalier/vestibule (M) était donc fermée.

6.2.2.6 État VI : nouvelles distributions

118fig. 173, f

119L’accès au bâtiment H est entièrement modifié et l’escalier/vestibule M supprimé. Par ailleurs, un petit ajout (S) est accolé au bâtiment R. L’état de conservation ne permet pas de comprendre parfaitement la nouvelle organisation, mais certaines transformations ont pu être appréhendées.

120À force d’exhausser la cour avec des recharges successives, la pièce H est à demi enterrée. L’accès par le sud, qui perdurait depuis l’état III, est condamné. Désormais, il se fait par l’ouest à l’aide d’un escalier (y). La porte (m) est bouchée et transformée en placard(s), recouvert à l’intérieur d’un enduit. L’escalier (y) communique avec un passage ou corridor aménagé sur un remblai de plâtras, rehaussant de 1,20 m environ l’espace resté vacant entre le four U et le mur méridional de la pièce P. Un liard de Louis XI (1467‑1483) a été trouvé dans ce niveau de rehaussement (tabl. xi, no 65). La présence continue de ce remblai, obturant les trous de boulins pour la charpente, implique la destruction de la toiture (cf. supra § 6.2.2.5, Le bâtiment P). Ce passage P indique l’existence d’un étage, ou plus précisément d’un demi‑étage, au‑dessus du four. Ces modifications entraînent‑elles la disparition du ou des étages du bâtiment H, ou seulement un changement dans leur mode d’accès ? Rien ne permet de répondre. L’escalier (y) est construit en pierres calcaires et tuiles, liées au plâtre (fig. 183). La maçonnerie, revêtue d’un enduit de plâtre lissé, prend une forme incurvée sous les marches et laisse ainsi un espace libre sous l’escalier (fig. 186a). Six marches ont été retrouvées (giron de 0,30 m, emmarchement de 0,80 m et hauteur de 0,25 m environ).

121L’aile septentrionale est agrandie par l’adjonction de deux pièces (S) –réunies ultérieurement en une seule– au sud du bâtiment R. De forme rectangulaire, cet ajout mesure 5,60 m de long sur 2 m de large. Son angle S.‑E. s’appuie sur la margelle du puits O, toujours en utilisation. Les vestiges étant arasés au niveau des fondations, toutes traces de sols ou d’ouvertures ont disparu. Dans la cour, la principale modification est la pose d’un pavage, couvrant une partie au moins de l’espace.

6.2.2.7 Le jardin et les fosses

122fig. 172

123La superficie du jardin diminue avec les transformations du bâti. Selon les états, elle varie de 632 m2 (état I) à 570 m2 (états II et III), puis 492 m2 (états IV, V et VI). Durant le premier état, la superficie du jardin est impossible à déterminer, en l’absence de mur de séparation. Sauf exception, l’absence de relation stratigraphique entre les vestiges d’occupation dans le jardin et le bâti empêche de lier les premiers aux différentes phases chronologiques du second. Plusieurs structures en creux sont dispersées dans cet espace, sans faire apparaître d’organisation particulière.

La fosse d’aisances tonneau (i) (état II)

124Dans l’angle formé par le mur parcellaire sud et le mur séparatif ouest, se trouve le négatif d’une fosse d’aisances tonneau (1,10 m de diamètre et 0,15 m de profondeur). Elle est remblayée par du limon stérile. Sa construction peut avoir lieu dès l’état II et elle peut avoir été utilisée jusqu’à la fin de l’état III.

Une structure excavée (F 47)

125Il s’agit d’un creusement en pleine terre de forme rectangulaire (4,40 x 1,40 m), isolé au fond du jardin. Trois marches, également creusées dans le limon, permettent l’accès dans l’angle S.‑E. Son étroitesse est remarquable. Sa fonction est indéterminée. Il pourrait s’agir d’un abri de jardin ou d’une petite cave liée à des pratiques culturales. Elle est remblayée dans la première moitié du xvie s.

Les fosses avec dépôt organique

126La fosse F 79 est située à proximité de l’habitat. De forme oblongue et peu profonde, elle contenait une couche organique qui a livré un mobilier daté de la seconde moitié du xve s. La fosse F 71, la plus proche de l’habitat, se situe au nord du jardin. Son remplissage consiste en couches de sable jaune, de limon sableux et, au fond, une couche de matière organique cendreuse. Elle a livré de la céramique du xvie s., associée à un mobilier résiduel des xive et xve s. La fosse F 46, située au fond du jardin, à proximité de la petite cave F 47, est tronquée par les fondations d’un bâtiment de poste du xixe s. (cf. infra § 9.2). De forme irrégulière, elle est remblayée par des couches de gravats et des cendres. Une couche de matières organiques tapissait le fond. Le mobilier est daté du xvie s.

Les fosses d’extraction de limon

127Quatre fosses (F 44, F 45, F 43 et F 81) sont remplies par du limon et de nombreux fragments de plâtre, ainsi que par quelques cendres mêlées de charbons de bois. Toutes sont datées du xvie s. et ont vraisemblablement servi pour l’extraction du limon nécessaire aux constructions.

La fosse aux ossements de chevaux (F 4)

128La forme circulaire (2 m de diamètre) et la profondeur (3,20 m) de ce creusement font penser à un puits démonté. Son remplissage correspond à une utilisation tout à fait différente. Un remblai de limon gris était déposé sur le fond. Ce dernier est daté du dernier quart du xve s. et de la première moitié du xvie s. Sur ce remblai inférieur vient une accumulation considérable d’ossements de chevaux, sur une hauteur de 2 m environ (cf. infra § 6.4.5.3). Enfin, le comblement supérieur est composé de limon gris et de nombreux fragments de matériaux de construction (plâtras, tuiles). La céramique provenant de ce dernier niveau date de la première moitié et du milieu du xvie s.

129Plusieurs autres fosses sont creusées principalement dans le bâti et à proximité de celui‑ci (fig. 172, e, t, u, x, v, w). Leurs comblements apportent peu d’informations sur leur fonction et le mobilier qu’elles ont livré n’est guère caractéristique (os, céramiques, objets divers en alliage cuivreux, fragments de fer, etc.). Les fosses x, v et w peuvent être rattachées aux états I ou II d’après la céramique qu’elles ont livré.

6.2.2.8 Destruction de la parcelle

130La parcelle fait manifestement partie des terrains annexés dans le nouveau domaine du château des Tuileries. Sans doute ne dispose‑t‑on pas d’une preuve aussi évidente que les tranchées de fondation du château traversant la parcelle 3, mais d’autres indices permettent de conclure dans ce sens. En effet, la céramique des niveaux les plus récents date du troisième quart du xvie s., tout comme dans les autres parcelles fouillées. La céramique de la fin du xvie s. est en revanche totalement absente. D’autre part, le terrain est inclus dans l’aménagement du jardin au début du xviie s. (cf. infra § 8.2).

6.2.3 La parcelle 1

131fig. 191, 192 ; fig. 146

132La partie reconnue de cette parcelle correspond à l’extrémité occidentale du jardin, limité par le grand mur parcellaire M. 1. Les vestiges découverts sont des calages de poteau, des fosses en pleine terre et un petit édifice excavé.

FIG. 191 – Parcelle no 1 : a calages de poteaux ; b fosses et structure excavée F 7.

Dessin FJC

FIG. 192 – Parcelle no 1 : vue générale du jardin de l’ouest.

Cliché FJC

6.2.3.1 Structure en bois

133Une structure de bois assez vaste occupe presque tout l’espace dégagé (fig. 191, a). Elle comprend une douzaine de poteaux disposés régulièrement. Un premier alignement de six négatifs de poteaux se trouve à 1,50 m et parallèle au mur de parcelle nord. Leur construction est hétérogène : le poteau le plus à l’ouest a été enfoncé sans creusement préalable et il n’en subsiste que la trace (0,14 m de côté) de la pièce en bois décomposée en place. Le trou de poteau suivant, proche du premier, est signalé uniquement par quelques blocs calcaires servant de calage. Les trois autres négatifs, distants les uns des autres de 3,90 m, sont plus élaborés : après creusement et installation du poteau, un calage de pierre est mis en place et consolidé par du plâtre coulé. Deux d’entre eux possèdent une section carrée de 0,14 m de côté, tandis que le troisième présente une section rectangulaire (0,18 x 0,10 m). Le dernier calage de cet alignement souligne davantage un piquet ou un petit poteau rectangulaire. À 3,60 m plus au sud, un deuxième alignement, parallèle au premier, est matérialisé par deux calages en plâtre de forme rectangulaire (0,24 x 0,10 m et 0,06 x 0,18 m). Ces deux poteaux sont implantés en face des troisième et quatrième calages de la rangée nord. Ils se trouvent aussi à 1,60 m du mur parcellaire sud, plaçant ainsi la structure en bois au centre de la parcelle. Quatre autres calages, placés à égales distances des deux alignements extérieurs, délimitent une structure rectangulaire plus petite de 1,30 x 1,40 m.

134Bien qu’organisés avec soin dans l’espace, ces négatifs et calages de poteau présentent des sections très irrégulières et ne semblent pas constituer une construction très élaborée, ni particulièrement solide. Aucun niveau de sol ni vestige d’aménagement intérieur n’a été retrouvé : ni poutre décomposée ou brûlée, ni trace de plancher, ni fragments de pisé, de torchis ou autre matériau utilisé pour les parois ou la couverture. Cette absence suggère des parois en matériaux périssables ou pas de parois du tout. Il reste difficile d’identifier cette structure qui doit appartenir à un aménagement de jardin (treille, échalas, espalier, tonnelle, gloriette, etc.). Elle est visiblement liée à des traces de passage le long du mur de parcelle nord. Celles‑ci se marquent par une cuvette allongée entre ce mur et l’alignement des poteaux. Le tassement de terrain a nécessité par endroits plusieurs recharges de limon mélangé à du sable et des blocs de plâtre.

6.2.3.2 Les fosses en pleine terre

135Une douzaine de fosses se trouvent dans cette partie du jardin (fig. 191, b). Certaines sont apparues immédiatement après le premier décapage (F 3, F 5, F 11, F 19 et F 25) ; les autres ont été mises au jour après un second décapage, à 0,25 m sous le premier niveau (F 26, F 27, 446, 448, 452, 465). Comme dans les autres parcelles, la nature différente des remplissages permet de déterminer leur fonction. Les plus simples, constituées par un creusement et un remplissage unique sans dépôt de matière organique (F 25, F 27, 446, 448 et 465) peuvent être interprétées comme des trous d’extraction de limon, comblés rapidement et en une fois après prélèvement du matériau recherché. Une autre (452), caractérisée par l’absence de comblement organique et par des remblais riches en céramique et restes osseux, a été utilisée manifestement comme dépotoir. Les autres fosses (F 3, F 5, F 11 et F 26) contiennent de la matière organique. De forme circulaire ou rectangulaire, leur profondeur varie de 0,30 m (F 26) à 2,80 m (F 3). Leur remplissage est homogène (F 26) ou hétérogène (F 3, F 5 et F 11). Cette différence n’est pas due à une variation de la durée du remblaiement : elle correspond au remblaiement initial, suivi (ou non) de recharges destinées à régaler la surface suite aux tassements du comblement. La très faible quantité de mobilier céramique, osseux ou métallique présente dans ces couches organiques indique qu’il s’agit plutôt de compost ou d’aisances que de fosses dépotoirs.

6.2.3.3 La structure excavée F 7

136Mesurant 3,50 m de longueur et 2,60 m de largeur, cette structure est profonde d’environ 1 m (fig. 193). Elle s’appuie au nord contre le mur de parcelle et recoupe au sud la fosse F 11. Le mur de clôture, très grossièrement construit avec des petits moellons de plâtre liés au limon, est repris en sous‑œuvre au niveau de F 7, en raison des risques d’affaissement suite au creusement. La disposition des moellons montre que le principe de l’arc de décharge a été utilisé : un premier percement est effectué à quelques centimètres du bas du mur et jusqu’au niveau du sol, en forme de demi‑cercle, puis est comblé par des moellons. Après un nouvel enlèvement des blocs entre le haut du cercle et le bas de l’ancien mur, la jonction est établie de manière à supporter les forces. Enfin, de part et d’autre et sur toute la surface nécessaire, sont effectués de nouveaux percements eux‑mêmes remplis de moellons, jusqu’au comblement de la surface entière. Ce système évite la réfection du mur préexistant. Quatre trous circulaires sont creusés dans les parois verticales de l’excavation, deux à l’est (310, 311) et deux à l’ouest (308, 309) (fig. 193). Ils sont les témoins d’un aménagement, peut‑être un plancher supporté par deux poutres se croisant en leur milieu, assemblées à mi‑bois ou simplement parallèles. Un lambeau de sol d’occupation subsistait sur le fond du creusement. Il recouvrait quatre négatifs de poteau sans organisation particulière et dont la fonction est inconnue (299, 300, 301 et 302). La fosse a été comblée par divers remblais, eux‑mêmes recouverts, après des tassements successifs, d’un sol dont il ne reste que quelques vestiges.

FIG. 193 – Parcelle no 1 : fosse F 7 aménagée dans le jardin ; a plan ; b élévation du mur repris en sous‑œuvre.

Dessin FJC

137La chronologie de certaines fosses peut être déterminée : F 7 (deuxième quart du xvie s., d’après la céramique) recoupe F 11 qui entame F 5 ; F 26 est antérieure à F 27, mais toutes deux datent sans doute de la fin du xve s. d’après la céramique. De même, le creusement 465 recoupe 412. Cependant, aucun niveau uniforme d’occupation n’a été remarqué, empêchant de connaître le lien qui unit ces différents creusements. Ainsi, la relation entre les fosses, l’excavation F 7 et la structure en bois est difficile à établir. Aucun calage de poteau n’a été observé dans le remblaiement des fosses. Seuls la céramique et le recoupement des niveaux de passage le long du mur parcellaire nord par F 7 permettent de penser que celle‑ci est postérieure à la structure en bois formant un aménagement de jardin.

6.2.4 La parcelle 2

138fig. 194

139La partie de la parcelle qui a pu être fouillée correspond grosso modo à la moitié nord d’un bâti et au jardin. Ses dimensions sont approximativement de 6,70 x 54,20 m (soit 7,45 x 55,20 m hors tout).

FIG. 194 – Parcelle no 2 : plan général.

6.2.4.1 Le jardin

140Comme dans la parcelle 1, des calages de poteau et un ensemble de fosses en pleine terre rythment l’organisation du jardin qui a révélé aussi plusieurs squelettes de suidés en connexion anatomique. Il comprend aussi une latrine‑tonneau (F 8), accolée au mur de séparation entre le jardin et le bâti.

Les calages de poteau

141Trois calages en plâtre (217, 218, 219), approximativement alignés dans l’axe de la parcelle, la divisent en deux parties égales. L’espace séparant ces supports est irrégulier : 5,30 m entre 217 et 218 ; 6 m entre 218 et 219. Le poteau 217 se trouve à 8,60 m du mur du fond de la parcelle. Les calages, de forme carrée (0,40 x 0,40 m), sont construits à l’aide de moellons calcaires et de plâtre : le mieux conservé (218) présente le négatif d’un poteau rectangulaire de 0,20 x 0,14 m.

Les fosses

142Comme dans la parcelle voisine, des fosses non visibles dans un premier temps sont apparues à la suite d’un deuxième décapage. La même distinction parmi les fosses en pleine terre a pu être établie. Le premier type regroupe celles sans matières organiques dans le comblement (F 1, F 15 et F 17, US 450, 454, 458) ; la majorité d’entre elles sont de petites dimensions, de faible profondeur. Leurs fonds enta ment indifféremment les limons bruns (F 1, F 17, 450, 454), l’interface des limons bruns et des limons jaunes (F 15) ou même les limons jaunes (458). Il s’agit certainement de creusements destinés à l’extraction du limon. Les autres fosses contiennent toutes de la matière organique (F 2, F 12, F 24, 456). Leur profondeur varie de 0,35 m (456) à 2 m (F 2), leur forme peut être carrée, rectangulaire ou circulaire. En raison de la faible quantité d’artefacts retrouvés dans leur comblement, ces structures semblent être des fosses à compost plutôt que des dépotoirs ou des fosses d’aisances.

143Pas moins de 32 squelettes de suidés, dont 22 jeunes de moins de 6 mois, ont été enterrés dans le jardin (fig. 146). Proches de la surface, ils étaient en mauvais état et les trous dans lesquels ils ont été déposés n’ont été que rarement retrouvés (cf. infra § 6.4.5.1).

La latrine‑tonneau F 8

144La latrine est aménagée dans l’angle N.‑E. du jardin, contre le mur de l’habitation (fig. 195, 196). Elle comprend des superstructures en plâtre, sous lesquelles se trouve un tonneau servant de fosse d’aisances. Seul le négatif du tonneau, installé dans un creusement, a été retrouvé. Trois remplissages témoignent de l’utilisation de la structure. Le premier, à la base, destiné au filtrage de la latrine, est constitué de terre argilo‑sableuse verte et s’est révélé stérile en artefacts ; le second recèle des blocs de minerais de fer et plusieurs céramiques dont un coquemar intact de la première moitié du xvie s. ; enfin, le troisième, directement sous la couche de destruction, est composé de matières organiques.

FIG. 195 – Parcelle no 2, la latrine‑tonneau F8 : a plan ; b murets et lunette.

FIG. 196 – Parcelle no 2 : fosse de la latrine‑tonneau F  8.

145Directement sur le tonneau sont posés un gros conduit rectangulaire en plâtre (071) et un fragment d’une dalle de siège, également en plâtre, placée contre le mur de parcelle. Un autre fragment, appartenant probablement à la même dalle, a été retrouvé dans le remblai de destruction comblant le tonneau.

146Les superstructures de cette installation étaient relativement bien conservées. Elles comprennent deux murets de plâtre le plus petit (073), orienté N.‑S., est appuyé contre le mur parcellaire (048) ; le plus grand (072), orienté E.‑O., prend appui sur un autre mur perpendiculaire (089). Ces quatre murs délimitent un espace rectangulaire dont les dimensions intérieures sont de 1 x 0,80 m. À l’ouest s’ouvre une porte étroite donnant accès à la latrine. Une feuillure dans le muret (073) marque l’emplacement de la bâtée de la porte.

6.2.4.2 Le bâti

147La compréhension du bâti est rendue difficile par les limites d’emprise de la fouille qui le coupent en biais. Seul le côté nord, occupé par des espaces de circulation, a été dégagé complètement. Une division tripartite, comparable à celle de la parcelle 3 dans ses états anciens, est pourtant vraisemblable, au moins dans son état final. Entre le mur 089 à l’ouest et le mur 136/137 à l’est se trouvent diverses constructions, dont un grand dépotoir maçonné (F 10). Une porte percée dans le mur 136/137 donne accès à un deuxième espace, bordé au nord et à l’est par un passage. Enfin, la troisième partie, en façade, comprend une construction dont seuls le mur nord et un petit tronçon du mur ouest sont connus. Elle aussi est bordée au nord par un passage.

148Les fonctions respectives des différentes constructions sont délicates à déterminer. À titre d’hypothèse et pour faciliter la description, on peut considérer que le bâti en façade est un logis de petites dimensions (environ 5 x 5 m au rez‑de‑chaussée). L’espace médian, comprenant un puits dans son état final, correspond peut‑être à une cour largement occupée par des mangeoires. Enfin, la jonction avec le jardin est assurée par un bâti annexe, comprenant entre autres des installations de service (aisances). Ces trois parties ont connu chacune plusieurs phases de construction, regroupées en quatre états.

L’état I

149fig. 197, a

150Dès le premier état, la disposition générale de la parcelle paraît fixée. À l’arrière, le bâti annexe comprend la construction indéterminée F 6 et le grand dépotoir maçonné F 10. Ce dernier présente un plan semi‑circulaire avec un bord rectiligne perpendiculaire au mur 089 (fig. 198). Sa fonction est assurée par comparaison avec d’autres structures similaires sur la cour Napoléon, malgré un remplissage pauvre en mobilier céramique et osseux. Dans l’espace central, vraisemblablement la cour, un vaste aménagement (F 14), indéterminé car non fouillé, est bordé au nord et à l’est par un espace non dallé.

FIG. 197 – Parcelle no 2 : a état I ; b état II ; c état III ; d état IV.

FIG. 198 – Parcelle no 2 : vue de la fosse dépotoir F 10.

L’état II

151fig. 197, b

152Ce deuxième état comprend principalement des aménagements dans le bâti annexe. L’espace compris entre le dépotoir F 10, le mur de parcelle 048 et le mur 089 est fermé par deux petits murets (440 et 373), délimitant une pièce rectangulaire. Huit négatifs de planches, témoins vraisemblables d’un plancher de bois, sont marqués dans les parements de ces maçonneries. Un troisième petit muret (374), accolé au mur parcellaire 048, a dû faire partie de la même installation. Un deuxième aménagement consiste en l’installation d’une latrine‑tonneau (F 20), placée devant F 6. Sa mise en place est précédée d’un creusement de 2 m de côté environ. À 1 m de profondeur, cette fosse est réduite à 1,50 m de côté, créant ainsi une banquette sur les côtés nord et est qui sert à stocker les limons extraits. Dans sa partie la plus profonde, le creusement est comblé par une grande quantité de crânes de bœuf (cf. infra § 6.4.5.2). Par‑dessus est installé un tonneau, calé par un remblai limoneux hétérogène. Une couche de terre végétale incluant des charbons de bois, des tessons de céramique et de nombreux ossements d’animaux témoigne de son utilisation. Des lambeaux d’un sol de plâtre ont été retrouvés aux abords de cette latrine et dans la « cour ».

L’état III

153fig. 197, c

154Cet état est caractérisé par une modification importante de l’espace. Le dépotoir F 10 et la latrine F 20 sont abandonnés et remplacés par un nouveau bâti, accolé au mur méridional de la parcelle. Vers le nord, plusieurs radiers de préparation et un dallage de pavés de grès constituent le sol d’une petite cour à ciel ouvert, au milieu de laquelle est installée une nouvelle latrine‑tonneau (F 21). Mal conservée, il ne reste de cette dernière que le négatif du tonneau et des fragments de bois fossilisés. Son comblement argilo‑sableux révèle deux remplissages successifs.

155Le nouveau bâti est délimité vers le nord par un mur (F 18), orienté E.‑O. Il s’appuie contre F 6, traverse la fosse maçonnée F 10 et sans doute aussi le mur 089. Il est prolongé vers l’ouest par une structure maçonnée (F 23) qui lui est vraisemblablement associée. Ce mur, large de 0,40 m et conservé sur une hauteur de 0,70 m, est constitué de moellons de calcaire, de grès et de plâtre, liés au plâtre et à la terre. Le tassement des couches de matières organiques dans l’ancien dépotoir a provoqué l’affaissement partiel du mur F 18 et sa fracture en trois tronçons. Les couches accolées à ses parements, ainsi piégées, fournissent des informations sur l’occupation du bâti. Une série de sols évoquent l’intérieur d’une pièce d’habitation, ce que confirme la présence d’un enduit sur le parement interne de ce mur.

156La structure F 23, mesurant 2,14 x 1,64 m, est délimitée par deux murets de plâtre et présente un sol, également de plâtre, rehaussé dans une étape ultérieure. Sa fonction n’est pas clairement identifiée.

L’état IV

157fig. 197, d

158Cet état se traduit par l’installation d’un nouveau dallage (044 et 062) dans la petite cour devant le bâti annexe, après récupération du premier (fig. 199). Constitué de pavés de grès, il subsiste sur une étendue assez importante et recouvre la latrine F 21 qui est abandonnée. Dans la cour formant la partie médiane du bâti, l’aménagement F 14 est modifié par la construction de mangeoires (F 22), faites de tuiles et de plâtre. Une succession de recharges et de sols témoignent de leur intense utilisation, mais aussi de leur fragilité. Elles sont délaissées et recouvertes de remblais cendreux avant même le remblaiement général de la parcelle.

FIG. 199 – Parcelle no 2 : vestiges du sol pavé, état IV.

6.2.5 Destruction des parcelles 1 et 2

159Situées entre les deux ailes latérales du nouveau château des Tuileries (cf. infra chap. 8), ces deux parcelles furent rasées lors des travaux de construction entrepris par Philibert de l’Orme. Leur destinée est identique à celle de la parcelle 3, qu’elles bordent au sud.

6.3 Mobilier des parcelles

6.3.1 Les monnaies

160Du point de vue strictement numismatique, la série monétaire (tabl. xi) des parcelles est constituée de deux ensembles distincts qui se succèdent dans le temps. Le premier comprend principalement des monnaies centrées autour des règnes de Charles VII et de Louis XI, couvrant toute la seconde moitié du xve s. Le second est constitué surtout de jetons de Nuremberg de type classique et couvre l’ensemble du xvie s.

161Pour chacun de ces ensembles, on peut noter la présence d’une monnaie étrangère, catégorie assez rarement représentée dans les ensembles de monnaies de fouilles : il s’agit d’un solde portugais de Jean Ier (1383‑1433) (no 35) et d’un demi‑gros d’Henri VIII d’Angleterre (1530‑1544) (no 44).

6.3.2 La vaisselle en terre cuite

162La fouille des parcelles a livré une très grande quantité de céramique. Les contextes de découverte sont de nature variable : niveaux d’occupation, sols, couches de destructions, remplissages de dépotoirs ou de fosses diverses dispersés dans les jardins ou entre les annexes des maisons. Tous ces contextes sont quantifiés, mais tous ne sont pas étudiés de la même manière compte tenu du temps et des moyens d’investigation disponibles. Parmi les quatre fouillées, seule la parcelle 7 est étudiée en détail. Toutefois, la céramique des parcelles 1, 2 et 3 sert d’appoint lorsqu’un complément d’information original le justifie. La parcelle 7 apparaît représentative des trois autres, même si le nombre d’états marquant l’évolution du bâti n’est pas identique partout.

163La céramique recueillie représente une masse d’environ 70 kg. Sa répartition par couche est inégale dans chacun des états (tabl. xiii). Tous les tessons sont pesés et sont triés par couche stratigraphique et par production. Les statistiques présentées sont basées sur le poids des tessons. Les résultats obtenus à partir d’un comptage par tesson sont toutefois sensiblement équivalents, comme cela a déjà été observé par ailleurs (Brooks 1987 : 116).

TABL. XIII – Répartition des productions de céramique dans les différents états du bâti de la parcelle no 7. GBg grès Beauvaisis gris ; GBaz grès Beauvaisis à glaçure azurée ; Faï. E. faïence espagnole ; GI. B « plommures » ; GN grès normand ; Rés. résiduelle.

  • 7 Dans le cadre de cette publication, la présentation se limite aux productions et aux principales fo (...)

164Provenant principalement des niveaux d’occupation ou de destruction, la céramique est en général très fragmentée et lacunaire. Les fouilles n’ont pas révélé de grands dépotoirs comme dans les maisons situées dans la ville, c’est‑à‑dire de l’autre côté du fossé de l’enceinte urbaine, dans la cour Napoléon (Bonis 1987). Seules quelques fosses d’aisances installées dans les jardins, ainsi que le comblement de puits ou de petites caves, ont livré quelques vases complets7.

6.3.2.1 La céramique francilienne

Les pâtes

165La céramique francilienne constitue près de 80 % de la vaisselle rencontrée dans la parcelle 7, sauf à l’état III où elle atteint environ 90 %. La part des vaisselles importées, à peu près constante, est de l’ordre de 20 %.

166Deux grands groupes de pâtes se distinguent :
– groupe SF 7 : pâtes à parois assez fines, de couleur beige clair à beige rosé. L’usage de glaçure verte, et plus rarement jaune, est généralisé. Ce groupe a été mis en évidence dans la phase d’abandon des défenses avancées datée du dernier quart du xve s. (cf. supra § 5.8.2.2). La part de la vaisselle flammulée est marginale dans tous les états (moins de 1 %). Les pâtes non glaçurées sont aussi peu nombreuses ;
– groupe SF 8 : pâtes à parois épaisses, de couleur beige clair, beige rosé ou beige orangé, avec une couche très liquide d’engobe rouge. L’usage de glaçure verte est également généralisé dans ce groupe.
– groupe SF 9 : pâtes comme SF 8, mais sans engobe ni glaçure.

  • 8 La céramique résiduelle du xive s. a été écartée du calcul des pourcentages. À l’exception de l’éta (...)

167La part de chaque groupe dans les différents contextes est représentée dans le tableau xiii. Des évolutions significatives peuvent être observées dans les six états d’occupation de la maison de la parcelle 78.

168Le groupe SF 7 est fortement représenté dans les trois premiers états. Dans l’état I, il représente près de 73 % de l’ensemble de la céramique. Ce taux chute à 57 % dans l’état II pour remonter à 68,7 % dans l’état III. La véritable coupure se fait à partir de l’état IV, où ce groupe ne totalise plus que 16,8 % des effectifs. Le taux ne cessera de diminuer jusque dans l’état VI.

169Le groupe SF 8 est très faiblement représenté dans l’état I (3,2 %). Il passe brutalement à 31,9 % à partir de l’état II Dans l’état III, le taux baisse un peu. À partir de l’état 4, il progresse de manière importante, puisqu’il représente désormais 59 % des effectifs. Il progresse régulièrement dans les états V et VI jusqu’à atteindre 67,4 %.

170C’est à partir de l’état IV, qui correspond au deuxième quart du xvie s., que l’on perçoit les changements les plus notables au sein des productions franciliennes, avec un phénomène d’engobage de la quasi‑totalité des formes.

La vaisselle d’usage

171La vaisselle locale est majoritairement culinaire et accessoirement liée au service de la table. Elle est, sauf exception, toujours glaçurée. Les seuls récipients flammulés, marginaux dans les états I à IV de la parcelle 7 et absents ensuite, sont des pots à cuire et des pichets. Les céramiques glaçurées jaunes, avec et sans engobe, sont peu répandues et présentes seulement dans les premiers états de la maison. En Île‑de‑France, la vaisselle est glaçurée en vert à partir de la fin du xve s., et ce jusqu’au xviiie s.

Les vases pour la cuisson

172Le pot à une anse ou coquemar. Ce récipient à panse ovoïde, bord court, anse plate incurvée s’accrochant sur le bord est le plus répandu. Il est présent dans tous les contextes de toutes les parcelles et toujours en quantité. Une glaçure vert foncé est disposée en tache et parfois en large coulure sur la face opposée à l’anse. Les exemplaires les plus anciens, retrouvés dans les états I à III de la parcelle 7 (type 1), ont un bord avec une gorge interne peu marquée (fig. 200, nos 5, 16, 17). Dans les autres états, les formes ont un bord plus vertical et épaissi avec une gorge interne très marquée (type 2) (fig. 201, no 1 ; fig. 202, no 10).

FIG. 200 – Céramiques de la parcelle no 7 : 1‑3 état I ; 4‑13 état II ; 19 état III ; 14‑18 état IV. Pâte sableuse francilienne, sauf 319 en faïence espagnole et 10111318 en grès du Beauvaisis.

FIG. 201 – Céramiques de la parcelle no 7, état V : pâte sableuse francilienne sauf 23 pâte fine blanche glaçurée du Beauvaisis et 7 grès du Beauvaisis.

173Le pot tripode. Il présente la particularité d’être muni de pieds d’environ 5 cm de haut. Ces vases sont plus stables que les coquemars et ils assurent une meilleure conductibilité de la chaleur. Le système de préhension est une nouveauté, car il associe un tenon à une anse verticale. Le pot à cuire tripode est entièrement glaçuré intérieurement et de larges coulures sont visibles sur l’extérieur. Ce récipient est présent en quantité limitée uniquement dans le dernier état des différentes parcelles. Il a un bord en bandeau nettement distinct de la panse (type 1) (fig. 202, no 9). La forme perdure aux xviie et xviiie s. avec un bandeau solidaire de la panse (type 2), ainsi dans le fossé de l’enceinte urbaine (cf. supra § 5.9, tabl. x).

FIG. 202 – Céramiques de la parcelle no 7, état VI : 7, 9, 10, 12 pâte sableuse francilienne sauf 1‑3, 5, 8 grès du Beauvaisis et 4, 6, 11 pâte fine blanche glaçurée du Beauvaisis.

174Le poêlon. Très répandu déjà au xive s., ce récipient est connu durant tout le xve s. et disparaît au début du xvie s. Dans sa version du xve s. il présente une panse rectiligne, un fond plus ou moins lenticulaire, un bord débordant avec verseur et manche creux. Seul l’état I de la parcelle 7 en a livré (fig. 200, no 1). Des exemplaires similaires sont connus dans des contextes de la fin du xve s. à Paris (Nicourt 1986 : 242, Pl. 107, fouilles du Parvis Notre‑Dame, fosse 2 ; Ravoire 1992a : 93, notice 47, fouilles de la cour Napoléon) ou encore au château de Chevreuse (Ravoire 1997).

La vaisselle pour la préparation

175Il s’agit de formes larges et assez basses, entièrement glaçurées en vert à l’intérieur. Ces récipients sont peu nombreux dans les parcelles.

176La terrine. C’est un récipient à fond large et panse presque rectiligne. Le type 1, muni de tenons, est connu dès la fin du xve s. On le trouve ainsi dans les états I et II de la parcelle 7 (fig. 200, no 9). Il apparaît avec un bord plus développé dans l’état IV de cette parcelle (type 2) (non illustré). La tèle. Cette forme non glaçurée apparaît dès l’état III de la parcelle 7 (fig. 200, no 14),

La vaisselle de table

177Les formes de la table destinées à la consommation sont peu variées et apparaissent en assez faible quantité.

178Le plat. Cette large forme ouverte basse à bord à marli apparaît dès l’état II de la parcelle 7 (fig. 200, no 7 ; fig. 201, no 4).

179L’écuelle. Ce récipient à panse convexe est muni de tenons. Très répandu en lle‑de‑France dès le début du xvie s., il existe également au xviie s. On le trouve dans la parcelle 7 à partir de l’état IV (fig. 200, no 15 ; fig. 201, no 9).

180Le réchauffoir. Ce récipient, destiné à tenir les plats au chaud sur la table, se présente sous la forme d’un bassin sur piédouche, glaçuré vert intérieurement. Sur le bord sont fixés trois tenons verticaux. Il existe des formes avec un manche de préhension et d’autres avec des tenons. Le réchauffoir apparaît dans la parcelle 7, mais en faible quantité, à partir de l’état IV (fig. 201, nos 61011).

181Le pichet. Cette forme, peu fréquente sur le site, n’est connue que dans l’état II de la parcelle 7 avec un col tronconique cannelé (fig. 200, no 6).

Autres récipients domestiques

182Le pot de chambre. Ce récipient entièrement glaçuré, à panse basse et anse de section ovale, généralement complétée par un petit tenon vertical, n’existe pas avant le milieu du xvie s. : état V de la parcelle 7 (fig. 201, no 5 ; fig. 202, no 12).

183La lampe à huile. Cet objet est présent dans la parcelle 7 dans tous les états, mais en faible quantité (fig. 201, no 8). Cette forme est connue à Paris (Ravoire 1991) et en Île‑de‑France, par exemple à Saint‑Denis (Lefèvre, Meyer 1988) ou à Vincennes (Chapelot 1991) dès le début du xvie s., et couvre tout le siècle sans variations notables.

184Certains pots et objets, qui ne rentrent pas dans les catégories fonctionnelles précédentes, ne sont jamais glaçurés.

185Le couvercle. Ceux à boutons se rencontrent dans de nombreux contextes des parcelles et durant toute la période de leur occupation. Ceux en pâte à tuile (cf. infra § 7.2.4.2), avec décor incisé et anse festonnée, n’ont été retrouvés que dans le premier état de la parcelle 7 (fig. 200, no 12).

186Le pot de fleurs. Cette forme haute à ouverture très large et profil tronconique est très répandue. Le fond n’est pas percé. Le type le plus ancien, à bord débordant arrondi, est attesté dès les premiers états de la maison 7 (fig. 200, no 4). Le type tardif, à bord épaissi, se trouve dans des niveaux de la seconde moitié du xvie s. dans d’autres contextes du site (dans le fossé par exemple, cf. supra § 5.9).

187Les coupelles, dont la fonction reste encore énigmatique, sont présentes en très faible quantité dans le dernier état de la parcelle 7 (fig. 202no 7). Pourtant, ce récipient est attesté en grande quantité dans plusieurs ensembles parisiens de la seconde moitié du xvie s. (Ravoire 1991 ; 1997).

La vaisselle francilienne « très décorée »

188Une production très particulière a été fabriquée en Île‑de‑France dès la dernière décennie du xve s. jusque dans le troisième quart du xvie s. (Ravoire 1997). Elle consiste en l’utilisation de plusieurs techniques décoratives, comme le modelage et l’estampage, pour obtenir des compositions figuratives (visages humains ou têtes d’animaux entre des éléments végétaux) à la manière des grotesques. La recherche de polychromie est visible. Aux glaçurés vertes et jaunes, les potiers ajoutent l’engobe rouge. Encore peu connue, cette production singulière est attestée dans les états III et surtout V de la parcelle 7. Un fragment de vase orné d’un joueur de fifre et de tambour installé à califourchon sur un autre personnage agenouillé (fig. 200, no 2) peut être rapproché de la cantoria de Luca della Robbia, datée de 1431‑1438 (Homo Lechner 1991 : 430).

6.3.2.2 La céramique du Beauvaisis

Les grès

189Les grès du Beauvaisis sont assez bien représentés dans les parcelles. La couleur de la pâte est grise et comporte souvent des zones plus brunes. Quelques formes sont en pâte jaune orangé, mais elles ont été trouvées uniquement dans les états tardifs de la parcelle 7. Dans le premier état de cette parcelle, la part du grès est assez élevée avec 16 %. Ce taux chute ensuite dans les états II et III pour remonter notablement dans l’état IV. Elle diminue ensuite jusqu’à atteindre près de 11 % dans l’état VI. Quelques grès à glaçure azurée (La céramique du Beauvaisis... 1973) ont été reconnus dans les états I, IV et V. Entre la fin du xve s. et le milieu du xvie s., la part du grès du Beauvaisis dans l’équipement domestique a plus que doublé par rapport au xive s.

La vaisselle de table

190Les godets, petits pots à boire, très répandus au xve s., ne sont signalés que dans le premier état de la parcelle 7.

  • 9 Type 112 de J. Morisson, qu’il date de la seconde moitié du xve s. (Morisson 1970‑1971 : 64, pl. 6)
  • 10 Type 114 de J. Morisson qu’il date de la seconde moitié du xve s. (Morisson 1970‑1971 : 64, pl. 6).

191La coupelle est une petite forme à pied étroit, large panse rectiligne ou convexe, bord en bandeau et fond ombiliqué. Elle existe déjà au xve s. À la fin de ce siècle, elle présente une panse rectiligne, avec une base dégagée et un bord haut9. C’est ce type qui est présent dès le premier état de la parcelle 7 (fig. 200, no 10). Une de ces coupelles possède un bord festonné et le fond d’une autre porte une glaçure azurée. Ultérieurement, à partir de l’état III de la parcelle 7, la panse devient convexe, le bord et la base plus courts10 (fig. 200, no 18 ; fig. 201, no 7).

192Le pichet. C’est le récipient en grès le plus répandu. Le type 1, avec un col haut tronconique légèrement cannelé (fig. 200, no 13), est datable de la première moitié du xvie s. Il est connu dès le premier état de la parcelle 7. Le type 2, à haut col cylindrique et cannelure supérieure (fig. 202, no 5), est attesté à partir du milieu du xvie s.

193Le biberon, caractérisé par un col tronconique et un fin bec verseur tubulaire, est présent dans l’état II de la parcelle 7 (fig. 200, no 8).

194La gourde « crapaud ». Ce gros récipient est destiné au transport des liquides. Il présente un plan de pose parallèle au goulot (gourde horizontale) et est muni de deux ou quatre anses horizontales ou verticales. Cet objet est très répandu dans la plupart des contextes franciliens du xvie s. De fait, les parcelles en ont livré de nombreux fragments dans tous les états des parcelles (non illustrés).

195Le coquemar en grès est peu fréquent en Île‑de‑France et n’apparaît dans la parcelle 7 qu’à l’état VI (fig. 202, no 2).

Les vases de conservation et de stockage

196Les vases de conservation apparaissent à partir de l’état VI de la parcelle 7. Il s’agit de récipients de petite capacité, présentant un bord en bourrelet qui facilite l’obturation : albarelle (fig. 202, nos 3, 8) et pilulier (fig. 202, no 1).

Les plommures

197Un grand nombre de « plommures », terme qui désignait au xvie s. la céramique à glaçure au plomb, en terre fine blanche du Beauvaisis (La céramique du Beauvaisis... 1973), ont été découvertes dans les derniers états des parcelles, où elles représentent 9 % des effectifs (parcelle 7). La date d’apparition de ces productions est donc désormais bien fixée au milieu du xvie s. (Ravoire 1994b : 75 ; 1997). Deux catégories de vaisselle ont été fabriquées : l’une, simplement glaçurée, correspond à des récipients utilitaires ; l’autre, à décor sophistiqué, correspond à des récipients d’apparat. La première comprend essentiellement des pichets (fig. 202no 4) et des coquemars verseurs glaçurés verts (fig. 202no 11). La seconde catégorie peut être divisée à son tour en deux types :
– la vaisselle à décor appliqué moulé. Ces objets sont peu nombreux. Ce sont surtout des réchauffoirs. Une pièce bien conservée, glaçurée jaune et marron, à décor de croisillons estampés sur la panse, provient du dernier état de la parcelle 3 (fig. 203, no 1) ;
– la vaisselle à décor gravé. Les productions à décor gravé a sgraffiato sur simple et double engobe sont principalement des plats (fig. 201, nos 23). Un plat dans la parcelle 2 porte sur son marli la devise « règne droit na point » (fig. 203, no 2). Parmi les autres formes, on note une albarelle découverte dans l’état V de la parcelle 7 (fig. 202, no 6).

6.3.2.3 La céramique glaçurée à l’étain : la faïence

198La rareté des trouvailles de faïence en Île‑de‑France, et plus largement en France du Nord, pour le xvie s. confère une signification particulière aux nombreux fragments découverts sur le site. Ces derniers ont deux origines : l’Espagne et l’Italie.

Les faïences espagnoles

199Largement distribuées dans le monde méditerranéen dès le xive s. (Amigues, Mesquida Garcia 1993 : 6), les faïences espagnoles apparaissent massivement en Europe du Nord‑Ouest au xve s. Ce sont les productions originaires de Valence, près de Barcelone, qui sont les plus largement distribuées. De nombreuses fouilles en Angleterre (Hurst 1977 ; Platt, Coleman‑Smith 1975 : 28‑29, 171 et sq.), en Irlande (Meenan 1992 : 186‑201), aux Pays‑Bas (Hurst, Neal 1982 : 99 et sq.) ou en Belgique (Hurst, Neal 1982 : 97 et sq. ; Hillewaert 1988 : 127‑129) en ont livré. Ce sont principalement des plats, des écuelles et des albarelles. Dans le nord de la France, les découvertes sont moins nombreuses : Lille (Blieck 1985) et Paris (Ravoire 1991 ; 1997) sont parmi les rares villes qui en ont livré. À titre d’exemple, un plat en faïence de Valence a été retrouvé dans la cour Napoléon du Louvre, dans la maison d’un fabricant de graisse (Ravoire 1992b : 61‑63). Une pâte fine rose et plus encore le décor, aux motifs d’inspiration végétale et géométrique réalisés en bleu et marron sur une couche d’émail blanc, recouvert à son tour d’un lustre métallique cuivré, caractérisent ces productions.

200Deux fonds de plats proviennent de la parcelle 7. Le premier, trouvé dans l’état I, est une forme classique à fond concave (fig. 200, no 3), datée du xve s. (Lerma et al. 1986 : 191, 203). Son décor, un motif de fleur de brion inscrite dans une étoile à cinq branches, appartient au style dit « mature », daté entre 1425 et 1475 (Hurst et al. 1986 : 42 et sq.). Le second, un plat à fond annulaire portant un motif de carrés emboîtés, appartient à la même période bien, que sa base annulaire soit typique des formes produites entre 1375 et 1425 (Hurst et al. 1986 : 42) (fig. 200, no 19). Ce tesson a été trouvé dans l’état III du bâtiment de la parcelle 7. Sept fragments d’albarelles ont été trouvés dans les niveaux supérieurs de la parcelle 2, en association avec des « sgraffiato » du Beauvaisis. Tous ont comme décor la grappe de raisin, motif très utilisé, particulièrement sur les vases fermés tels que les pichets ou les albarelles. Deux individus appartiennent à la phase dite « mature » (fig. 203, nos 34). Deux autres ont un décor extrêmement stylisé qui peut être rattaché à la phase tardive de la production, entre le dernier quart du xve s. et le xvie s. (Hurst, Neal 1982 : 83 ; Hurst et al. 1986 : 45) (non illustré).

La faïence italienne ou italianisante

201Quelques tessons de faïence italianisante à décor polychrome, aussi appelée majolique, ont été retrouvés sur le site. La pâte est beige clair et l’émail est d’un blanc laiteux. Cette vaisselle provient des parcelles 2 et 3.

202Un fragment de coupe à décor ornemental dit à « œil de plume de paon » –bleu foncé, orange, vert d’eau, jaune d’or, blanc– provient du remplissage supérieur d’un dépotoir (F 10) de la parcelle 2 (fig. S). Ce comblement a eu lieu à la fin de la seconde période d’occupation de la parcelle, sans doute vers 1535. Ce type de décor est très en vogue dans le premier quart du xvie s. (Giacometti 1961 : 58). Il a été produit principalement en Ombrie, à Sienne et à Deruta (Giacometti 1974 : 130 et sq.) mais également à Caffagiolo près de Florence (Giacometti 1961 : 50, 58) et probablement dans d’autres ateliers italiens comme Faenza.

FIG. S – Fragment de coupe à décor ornemental dit à « œil de plume de paon » (premier quart du XVIes.) trouvé sur la parcelle no 2 (cf. § 6.3.2.3).

  • 11 Un tesson trouvé dans le comblement d’un puits et un autre dans le niveau de sol de la porcherie ap (...)

203Plusieurs fragments de piluliers portant un même type de décor d’inspiration végétale proviennent de l’état le plus tardif de l’occupation de la maison de la parcelle 311, daté du milieu du xvie s. Ce décor est constitué de guirlandes de feuillages exécutées en bleu et de fleurons dont l’intérieur, ainsi que de larges bandes horizontales, sont peints en jaune sur le fond blanc (fig. 203, no 5). La forme de ces récipients ainsi que le décor de rinceaux fleuris sur la panse et la ligne de bâtonnets obliques sur l’épaulement, entre deux lignes bleues, évoquent les productions de Faenza des années 1520‑1525, mais on ne peut exclure Anvers ou Lyon. Toutefois, ce motif se retrouve encore dans des productions plus tardives, par exemple sur un pot de conservation vénitien daté des années 1560‑1570 (Wilson 1987 : 110). Des récipients comparables ont été trouvés dans les niveaux d’épandages près du château des Tuileries (cf. infra § 8.2.2).

FIG. 203 – Céramiques des parcelles nos 2 (2‑4) et 3 (1, 5) ; 12 pâte fine blanche glaçurée du Beauvaisis, 34 faïence espagnole et 5 majolique.

6.3.2.4 La céramique bas‑normande

204Cette céramique (non illustrée) est un grès de couleur brun sombre à tendance bleutée ou rougeâtre. Dans la maison de la parcelle 7, la proportion de grès basnormand est inférieure à 4 %, sauf dans le premier état, où ce taux est exceptionnellement élevé pour la période (6,3 %). Cette céramique correspond à une forme tout à fait particulière : le pot à transporter le beurre ou sinot. La forme la plus couramment rencontrée est très haute et cylindrique. Elle est munie d’une anse plate repliée et d’un bord débordant aplati. Des fragments de tels récipients ont été trouvés dans tous les niveaux d’occupation de la maison de la parcelle 7.

6.3.2.5 Interprétation

205Les nombreuses céramiques retrouvées dans les parcelles permettent de se faire une idée plus précise de la qualité de la vaisselle et des formes utilisées dans la première moitié du xvie s. La terre cuite francilienne et la vaisselle du Beauvaisis sont omniprésentes. C’est en particulier le cas des grès, en vogue à cette époque et offrant au consommateur un éventail complet de gourdes, pichets et coupelles. Le Ménagier de Paris à la fin du xive s. recommandait déjà l’utilisation du grès pour le service des boissons et les fouilles des jardins du Carrousel ont montré qu’il était présent à Paris dès le milieu de ce siècle (cf. supra § 5.8.2.6 et 5.8.2.7). On note aussi l’apparition de pots de conservation (albarelles) dans les derniers états de toutes les parcelles.

206Face à cet engouement pour le grès, les potiers franciliens ont néanmoins continué à produire des vases à liquide, mais en faible quantité. En revanche, ils ont développé les formes ouvertes destinées à la table et à la préparation des aliments. Écuelles et assiettes font ainsi leur apparition dans les parcelles dans les premières décennies du xvie s. Malgré l’apparition de ces formes nouvelles, la vaisselle culinaire reste la plus fréquente, avec ses batteries de pots à cuire. À côté de celle‑ci se trouvent des pots de fleurs, jetés –après usage– en grand nombre dans les dépotoirs et les fosses d’aisances creusés dans les jardins. La vaisselle francilienne de qualité est aussi présente dans les parcelles (ainsi le plat aux musiciens de la parcelle 7), mais elle demeure tout à fait marginale.

207La découverte de plusieurs récipients en faïence provenant de la région de Valence dans les premiers états de la parcelle 7, mais également dans la parcelle 2, témoigne de la diffusion de ce type de vaisselle dans des milieux populaires à partir de la fin du xve s. et du début du xvie s. En revanche, la faïence italienne est pratiquement absente, sauf dans les parcelles 2 et 3. Cette dernière se distingue par ailleurs des autres par la qualité du bâti dans son dernier état (cf. supra § 6.2.1.4). Cependant, la faiblesse de l’échantillon –deux ou peut‑être trois vases– invite à rester prudent sur la qualité des occupants. Ce goût des utilisateurs pour la vaisselle ornementale se manifeste également par la possession de vaisselle en pâte fine blanche du Beauvaisis ou « plommures », en particulier celle à décor gravé que l’on retrouve dans les derniers états de toutes les parcelles.

6.4 Les parcelles, leurs habitants et leurs activités

208Les maisons élevées dans les parcelles furent systématiquement détruites lors de la construction du château des Tuileries. Les matériaux utilisables ont dû faire l’objet d’une récupération méthodique. Pourtant, les informations recueillies sur le mode de vie et les activités de leurs habitants sont abondantes. Les données archéologiques, multiples et variées, permettent de comprendre l’organisation et l’évolution architecturale des parcelles, des structures artisanales et des installations du quotidien. Le mobilier découvert dans les maisons et les jardins revêt une importance égale. L’étude de la faune apporte une contribution significative pour saisir certaines des conditions de vie et des activités artisanales ou agricoles de la population du quartier. L’apport des objets en céramique, en métal ou en os à la constitution de ce dossier documentaire n’est pas négligeable non plus ; son abondance n’a toutefois pas permis de l’exploiter aussi exhaustivement qu’il était souhaitable. Certains types d’objets, tels les instruments sonores (Homo‑Lechner 1994), mettent en lumière quelques aspects particuliers, sinon anecdotiques, de la vie quotidienne dans les parcelles.

209Les objets trouvés dans le grand fossé en eau de l’enceinte urbaine complètent utilement la documentation disponible. Bordant le quartier à l’est, ce fossé a servi de dépotoir. Les objets, plus particulièrement ceux en cuir et en tissu (cf. supra § 5.5.3.2), témoignent de l’activité de certains des habitants à la fin du xvie s. et au début du xviie s., à une époque où subsistent seulement les parcelles situées au nord du nouveau domaine des Tuileries.

210Enfin, les sources d’archives apportent des renseignements d’un ordre différent sur ce faubourg parisien (Beaufils 1990). La possibilité de confronter les informations qu’elles livrent avec celles de l’archéologie constitue un des intérêts de ce dossier. Documents d’archives et données archéologiques apportent, sur la même réalité, deux témoignages qui gardent leurs spécificités et qu’il n’est pas possible de fusionner en un seul. La façon dont ils se complètent réciproquement permet néanmoins de dresser un tableau vivant et coloré de la destinée de ce quartier embryonnaire, englouti rapidement par le développement urbain.

6.4.1 Les parcelles

211Le lotissement est caractérisé par la simplicité, la régularité et la grande uniformité de son parcellaire. Les parcelles, longues et étroites, sont établies selon un module défini de 7 ou 14 m de largeur pour une longueur de plus de 50 m. Ces largeurs sont conformes à ce que l’on connaît dans plusieurs autres grands lotissements, plus récents, du milieu du xvie s. Les chiffres donnés par F. Boudon sont de 10 m à l’hôtel de Bourgogne, de 8 m aux Halles, de 6 à 12 m à l’hôtel de Flandre, de 15,60 m à la couture Sainte‑Catherine, de 16 m à l’hôtel Barbette (Boudon 1983 : 23). Très peu de temps après leur création, ces lotissements sont redécoupés et diversifiés de telle façon qu’aucun ne garde longtemps sa physionomie d’origine. Cette évolution tranche avec la destinée des parcelles de la « rue sur les fossés », dont le dessin demeure inchangé tout au long de leur existence. C’est d’ailleurs dans sa brièveté que réside sans doute l’explication du phénomène. En soixante‑dix ans environ, cette partie du quartier n’a pas pu évoluer suffisamment pour modifier substantiellement son organisation. C’est là un des traits les plus originaux de la découverte.

212À l’intérieur de chaque parcelle, les différentes parties s’organisent dans une succession imposée par le dessin longiligne des unités. Cour, corps de logis et jardin s’échelonnent selon un axe répétitif. Cette particularité se retrouve par exemple aussi dans le lotissement de Sainte‑Catherine (Babelon 1983) et paraît courant à l’époque.

6.4.2 Le bâti : différences et similitudes

213Le bâti du quartier est en évolution constante. En moins d’un siècle, de nombreuses modifications le transforment peu à peu. Chaque parcelle connaît de multiples états : quatre dans les parcelles 2 et 3, six dans la parcelle 7. Les transformations continuelles sont rendues nécessaires par la piètre qualité des matériaux et des constructions (puits, four, escaliers...), mais aussi par une volonté de modifier l’agencement de l’espace.

214Ces modifications aboutissent à des reconstructions intégrales, qui transforment parfois complètement l’organisation des lieux. Ainsi, la parcelle 3, qui comprend à l’origine un bâtiment d’habitation placé en son centre et un bâtiment à usage artisanal en façade sur rue, est remplacé par une maison sur rue et des annexes autour d’une cour. De même, dans la parcelle 7, le bâtiment A constitue le noyau central de l’habitation, autour duquel viennent se greffer d’autres corps de bâtiments, modifiant progressivement la disposition des bâtis tout en augmentant considérablement leur emprise.

215Une des caractéristiques de la construction est le remploi systématique de la plupart des matériaux lors des réaménagements successifs. Les sols sont refaits par de multiples recharges, entraînant des exhaussements importants des niveaux. La fonction des pièces peut rarement être déterminée avec certitude, hormis celles qui abritent des fours ou foyers.

216Au‑delà d’une similitude générée par l’emploi de techniques et de matériaux de construction largement partagés, les différences entre les parcelles sont importantes et marquent vraisemblablement aussi une différence de niveau social entre les propriétaires. Se laisser abuser par l’usage omniprésent du plâtre, du limon et de la tuile serait une erreur et ne rendrait pas compte des caractéristiques propres de chaque propriété, de chaque maison aux divers stades de leur évolution. La comparaison entre les parcelles 3 et 7 est à ce titre éloquente. La qualité de la maison de la parcelle 3, dans son quatrième état, la distingue nettement de son homologue de la parcelle 7. Le soin avec lequel elle fut réalisée apparaît dans la rigueur et la simplicité de son plan, conçu comme un ensemble hiérarchisé ; il se reflète aussi dans le choix et la mise en œuvre de ses matériaux de construction. Par ses dimensions, elle devait être assez imposante. Le rejet des locaux de service à l’arrière, dans la cour, est significatif, tout comme leur disposition symétrique et le souci de perspective que trahit la position du puits au centre du mur séparant le jardin du bâti. L’importance de ce dernier, qui couvre une superficie plus grande que le jardin, est une autre caractéristique de cette propriété dans son dernier état. La découverte de quelques fragments d’une albarelle en majolique de la première moitié du xvie s. dans les niveaux d’occupation et de destruction de cette maison trahit, d’une certaine façon, le niveau de richesse de ses occupants.

217Dans la parcelle 7 en revanche, la disposition et la répartition des bâtiments sont tout autres. En dépit d’un développement continu, le corps de logis reste de dimensions modestes et étroitement mêlé aux annexes. La qualité de la construction est aussi nettement moins bonne. Les ajouts successifs, les reprises et les nombreux réaménagements sont des signes manifestes de cet état de choses. Les sols sont rehaussés plusieurs fois, occasionnant des dénivelées de plus en plus importantes entre les différentes pièces, nécessitant inévitablement la construction de marches d’accès. Dans l’état final, les communications entre les différentes pièces ne devaient pas être très aisées !

218Quelles que soient la qualité de leur construction et la finition de leur agencement intérieur, toutes les maisons offrent à leurs habitants un niveau de confort concrétisé par un certain nombre d’infrastructures. Elles sont alimentées en eau par un puits. Dans la parcelle 3, un drainage des eaux pluviales est même assuré par un puisard au centre de la cour. Elles possèdent au moins une cheminée, même trois pour la maison de la parcelle 3. Leurs sols sont en plâtre lissé, plutôt qu’en terre battue. Les parcelles 2 et 7 possèdent chacune une latrine‑tonneau, située dans le jardin. Curieusement, la parcelle 3 n’en possède probablement que durant l’état III (cf. supra § 6.2.1.3, Le jardin). En tout cas, aucune n’a été retrouvée dans la belle maison de l’état IV. L’évacuation des ordures se faisait dans des fosses à compost ou des dépotoirs creusés dans le jardin. La parcelle 2 possède même un grand dépotoir maçonné prévu à cet effet. La gestion des ordures, bien reconnue dans les maisons et parcelles sous la cour Napoléon (Monnet 1992), est attestée pareillement dans le faubourg. Des cuisines devaient se trouver dans les bâtiments annexes. Dans la parcelle 3, le sol compacté de la pièce K peut le laisser supposer. Enfin, l’existence d’un jardin, même de petites dimensions, est aussi signe d’un certain confort. A contrario, le petit nombre de caves maçonnées (parcelles 7 et 8) doit être souligné. C’est là un point qui distingue les maisons du faubourg de celles fouillées intra muros.

219Le développement croissant du bâti est un autre indice à prendre en considération. En un peu moins d’un siècle, toutes les habitations s’agrandissent peu ou prou. Cette évolution traduit sans doute un enrichissement et une certaine progression sociale, qu’il convient toutefois de mesurer à l’aide d’autres critères.

6.4.3 Les jardins

220L’utilisation des jardins est assez mal connue, alors même que les structures archéologiques sont relativement nombreuses, en majorité liées à l’extraction de matériaux ou à l’élimination des déchets (compost, aisances, dépotoirs).

221Toutes les parcelles contiennent au moins quelques creusements résultant de l’extraction du limon nécessaire à la fabrication du pisé employé dans la construction. Ces trous se reconnaissent aisément, malgré des dimensions et des profondeurs variables. Aucun ne dépasse toutefois le niveau de gravier situé sous le limon jaune. Les imbrications des fosses de la parcelle 3 sont comparables à celles qui caractérisent la carrière gallo‑romaine (cf. supra § 3.2.3) et suggèrent également un travail réalisé « à la demande ». Les emmarchements dans certaines d’entre elles renforcent l’interprétation. Enfin, l’homogénéité du remplissage montre qu’elles ont été remblayées en une fois.

222Les fosses contenant des matières organiques sont également typiques de l’occupation des jardins. Certaines (F 24/25 de la parcelle 3) peuvent sans doute être identifiées à des aisances par les couches de sable répandues à titre d’assainissement entre les couches organiques. Mais dans la majorité des cas, seules les analyses parasitologiques et palynologiques permettent de distinguer celles qui servent de compost de celles qui sont des latrines. La présence de nombreuses herbacées et l’absence de parasites sont les critères principaux pour identifier une fosse à compost. Toutes sont caractérisées par la faible quantité de mobilier dans les couches organiques. Leur comblement se fait parfois en plusieurs fois, en raison des tassements dus aux piétinements et à la décomposition des matières organiques. Selon leur origine, celles‑ci perdent effectivement entre 50 et 90 % de leur volume. Ceci explique pourquoi plusieurs de ces fosses ont servi, dans un deuxième temps, de dépotoir domestique. Les couches correspondant à cette utilisation livrent alors un mobilier important et varié (céramique, faune, objets métalliques, verrerie, etc.) et ne contiennent pas de matières organiques. On retrouve dans toutes ces différences les principales caractéristiques mises en évidence pour les grandes structures de rejets domestiques de la cour Napoléon (Monnet 1992 : 28, notes 57, 58).

223La fonction des autres fosses est souvent plus hypothétique. Ainsi en va‑t‑il de la petite « cave » F 47 de la parcelle 7, dont les superstructures, qui pourraient sans doute préciser l’utilisation, font totalement défaut. La présence de quelques marches d’accès n’est pourtant pas un hasard et répond certainement à un besoin très concret mais indéterminé.

224D’autres vestiges participent également à l’utilisation des jardins. C’est le cas de tous les trous de poteau, seuls vestiges de structures plus ou moins complexes dans le fond des jardins des parcelles 1 et 2. Elles font penser à des aménagements de jardin, à l’architecture légère, dont l’existence est attestée par une abondante iconographie (par exemple Higounet‑Nadal 1989 ; Bourin 1990). L’absence de comparaisons ne permet toutefois pas de déterminer précisément leur rôle. L’association d’une rangée de poteaux assez forts (0,14 m de côté en moyenne) et des traces de passage répété le long du mur nord de la parcelle 1 évoque une petite allée, délimitée côté jardin par une séparation en bois, que l’on ne peut concrétiser davantage. L’hypothèse d’une tonnelle est envisageable aussi, même si elle est moins vraisemblable en l’absence de traces de supports contre le mur de parcelle. Mais rien n’interdit non plus de voir dans la disposition des poteaux la trace d’espaliers entre lesquels sont tendus des fils (ou un lattis) permettant de palisser les branches d’arbres fruitiers ou de vignes.

225La présence de racines pourries, non identifiables, le long des murs de clôture des parcelles 1, 2 et 3 est un autre indice de la présence de vignes ou d’arbres fruitiers. Les jardins servaient certainement aussi de potager, comme l’indiquent les fosses à compost et l’épaisse couche de terre végétale enrichie de rejets de foyers, couvrant tout l’espace derrière les bâtis. Le soin et la rapidité avec laquelle les différents creusements furent rebouchés et recouverts de terre montrent bien le souci de libérer l’espace pour la culture (comme pour l’élevage).

226De tels jardins nécessitent un généreux approvisionnement en eau pour l’arrosage des plantations, comme pour l’abreuvement des animaux. En l’absence d’autre système d’adduction, des puits sont indispensables. Toutes les parcelles en sont effectivement pourvues, mais leur situation dans le bâti indique qu’ils sont davantage liés à la consommation des hommes qu’au jardin. Seule la parcelle 3 (état IV) possède un puits mitoyen pouvant être utilisé directement depuis le jardin.

227Le principal obstacle rencontré pour connaître ces jardins réside dans la difficulté d’établir de façon satisfaisante une chronologie –même relative– de leur utilisation. Élevage et horticulture sont attestés dans une même parcelle, comme dans les jardins 1 et 2, qui ont livré le plus grand nombre de restes de suidés et les traces les plus explicites d’aménagements horticoles. Les deux activités peuvent se succéder, mais aussi coexister si l’élevage se cantonne à la cour. Mais comment le prouver ? La question reste sans réponse. Les quelques relations stratigraphiques observées invitent à privilégier plutôt l’idée de changements de destination. La mobilité des propriétaires dont les sources écrites gardent le témoignage va dans le même sens (cf. infra § 6.4.5).

228L’image que donnent ces jardins vivriers est en tous cas très différente des jardins d’agrément du bas Moyen Âge et de la Renaissance (Zadora‑Rio 1982 ; 1986). La disposition des lieux reflète une gestion utilitaire d’un espace qui reste mesuré, même dans une zone périphérique comme celle‑ci. Comparé aux chiffres rassemblés par A. Higounet‑Nadal (Higounet‑Nadal 1989 : 127‑129), les superficies des jardins dégagés lors des fouilles apparaissent plutôt réduites. Celui de la parcelle 2 dépasse à peine les 200 m2. Celui de la parcelle 3 fait le double (404 m2) dans les premiers états et est un peu plus petit dans l’état IV (350 m2), lorsque le bâti prend une importance plus grande. La même observation peut être faite pour la parcelle 7, où le jardin se rétrécit (de 632 à 492 m2) à mesure que le bâti s’étend.

6.4.4 La consommation carnée

6.4.4.1 Présentation de l’ensemble

229Les restes osseux d’animaux, collectés dans les habitats, les cours et les jardins de quatre des parcelles du faubourg (parcelles 1, 2, 3 et 7) sont très nombreux : au total, 44 643 fragments. Environ un tiers d’entre eux n’a pas été examiné (selon les parcelles, 33 à 40 %), car il provient de remblais dont l’origine ou la constitution sont trop hétérogènes pour motiver l’étude d’un mobilier non daté. Il reste cependant une quantité suffisamment importante, 29 964 ossements, pour fonder une analyse et espérer des informations intéressantes sur les coutumes alimentaires des habitants d’un faubourg parisien des xve s. et xvie s. Pourtant, une fois ces milliers d’ossements répartis entre les différents lieux de trouvaille de chaque parcelle, le nombre de pièces devient insuffisant. Seules quelques unités stratigraphiques comptabilisent plus d’une centaine de restes. Même après regroupement de couches, les résultats restent décevants. Ainsi, les restes osseux animaux sont partout présents mais en petit nombre, et la pauvreté de certaines couches est confirmée par tamisage. De plus, il n’a pas été découvert de dépotoirs de rejets domestiques riches en mobilier archéologique et l’exhaustivité des fouilles permet d’exclure qu’il y en ait eu.

230Cette situation soulève diverses questions. Tout d’abord, d’ordre méthodologique ; les comptages, les pourcentages et l’estimation du nombre minimum d’individus, fondés sur des totaux peu élevés, sont délicats à analyser. D’autre part, les informations disponibles pour la zootechnie et l’ostéométrie sont minces. Enfin, les résultats obtenus n’apportent pas de résultats convaincants sur les habitudes alimentaires des occupants, mais témoignent bien davantage de leur faible consommation de viande. Cette constatation entraîne de nouvelles interrogations. Les habitants qui ont occupé sans interruption les parcelles durant environ soixante‑dix ans étaient‑ils pauvres au point de ne manger de la viande que de manière exceptionnelle ? Les bâtiments et les divers aménagements des parcelles sont‑ils des habitations ou seulement des lieux de travail ? En effet, les seules structures ayant livré de très nombreux ossements sont deux dépotoirs d’artisanat, non représentatifs de la consommation carnée des habitants des parcelles.

6.4.4.2 La viande

231Le nombre d’ossements des quatre espèces domestiques consommées –bœuf, chèvre, mouton et porc– varie fortement selon les parcelles (tabl. xiv). La parcelle 1 est un cas particulier, car seul le jardin a été fouillé, expliquant le faible total général. En nombre de restes, ceux du mouton et de la chèvre sont les mieux représentés. Non loin derrière se trouve le bœuf, puis, en troisième position, le porc. Il en est de même d’après l’estimation du nombre minimum d’individus qui est largement plus important pour le mouton. Le rapport en poids de viande vient toutefois tempérer ces résultats. En effet, un bœuf donne sept à dix fois plus de viande qu’un mouton, et un porc, deux à trois fois plus. Ainsi, le bœuf domine largement dans l’alimentation carnée des habitants : sa viande est deux à trois fois plus consommée que celle du mouton. Il reste cependant indéniable que ce dernier a une place importante dans les habitudes culinaires. Le poulet et l’oie, de même que le poisson, sont un complément carné non négligeable. Les traces de débitage, de découpe, de décharnement et de carbonisation sont nombreuses et identiques à celles observées sur les ossements découverts dans les couches d’épandage voisines de la fin du xvie s. (Rodet‑Belarbi 1991 : 240) (cf. infra § 8.2.2.1). Il y a donc effectivement des indices de traitement et de consommation de certains animaux, mais cette dernière était peu importante.

TABL. XIV – La faune des parcelles : résultats généraux (comptages en nombre de restes par espèce).

232Le pourcentage d’animaux sauvages est très faible. Des ossements de cerf sont présents uniquement dans la parcelle 7, tandis que des restes de lièvre et de lapin ont été découverts dans les parcelles 3 et 7. Le chien, l’âne et le cheval (ou la mule), ponctuellement représentés, n’ont pas été consommés.

6.4.4.3 Le poisson

233La consommation de poisson est bien attestée dans les parcelles du faubourg (Sternberg 1991 : 181‑184). Sauf cas particuliers, il est délicat de proposer des données chiffrées sur l’importance des espèces consommées. La taille et la fragilité des os sont telles que seul un tamisage est vraiment en mesure de fournir une image fiable de l’ichtyo‑faune. Or, une telle démarche n’a été possible qu’exceptionnellement. Toutefois, la dispersion et la variété des restes de poisson recueillis dans les parcelles 2, 3 et 7 sont suffisantes pour admettre leur valeur d’échantillonnage et pour reconnaître l’importance du poisson dans l’alimentation des habitants.

234Les espèces reconnues se partagent inégalement entre les poissons de mer et les poissons d’eau douce. Les premiers dominent très nettement, avec la morue (Gadus morhua L.), les pleuronectidés ou poissons plats (Solea vulgaris Q ou sole ; Limanda limanda L. ou limande ; Pleuronectes platessa L ou plie ou carrelet), le maquereau (Scomber sp.), ainsi que le hareng (Clupea harengus L.), la raie (Rajidé sp.), le merlu (Merluccius merluccius L.), le merlan (Merlangius merlangus L.) et l’ablette (Albumus alburnus L.). Les poissons d’eau douce sont le brochet (Esox lucius L.) et la carpe (Cyprinus carpio L.) auxquels s’ajoute un poisson ubiquiste : l’anguille (Anguilla anguilla L.).

235Les espèces marines comme celles d’eau douce sont toutes couramment consommées à Paris au xvie s. (Mollat 1987). En particulier, la morue et le hareng rencontrent un succès important dans l’alimentation quotidienne, le plus souvent sous forme de chair salée ou fumée. Le nombre relativement grand de restes de poissons plats, auxquels il faut ajouter les quelques restes de poissons d’eau douce, indiquent pourtant que le poisson frais n’est pas absent de la table des habitants. L’étude de certains contextes spécifiques, comme le sous‑sol N de la parcelle 7 ou l’abri à cochons H de la parcelle 3 (état IV), ne modifie guère cette appréciation d’ensemble, sinon par des variations dans l’importance des espèces reconnues, Seules les traces de mastication et de digestion observées sur les os du sous‑sol N de la parcelle 7 semblent indiquer que le poisson a pu servir aussi à l’alimentation animale (cf. supra § 6.2.2.4, Le corps de logis sud).

236L’image dominante est donc celle d’une consommation humaine et plus particulièrement d’une population au niveau gastronomique assez moyen. L’absence d’espèces « nobles » ou simplement prisées, comme l’esturgeon, le saumon, le turbot ou la vive, est significative. En revanche, il convient de ne pas oublier que le poisson, même salé, reste une denrée chère, en tous cas plus chère que la viande (Sternberg 1991 : 190).

6.4.5 Les activités dans le faubourg

6.4.5.1 L’élevage dans les parcelles

237Les ossements animaux ne reflètent pas uniquement la faible consommation carnée des occupants de ce quartier. Ils témoignent aussi de trois types d’activités pratiquées en ces lieux : élevage de porcins principalement dans les parcelles 1, 2 et 3, préparation culinaire dans la parcelle 2 et équarrissage de chevaux dans la parcelle 7.

238L’élevage de suidés dans les cours et les jardins des parcelles 1, 2, 3, 6 et 9 (fig. 146) est révélé par la présence de dix‑neuf squelettes de suidés adultes mis au jour en connexion anatomique et souvent associés à des petits (soixante‑deux individus) (tabl. xv). Parfois ils sont accompagnés de restes culinaires. Leur contexte de découverte est varié. De profondeurs diverses, neuf des fosses sont creusées en pleine terre, une est maçonnée et deux autres sont des fosses d’aisances‑ tonneaux. Cinq autres suidés, trouvés dans le jardin de la parcelle 2, sont à moins de 0,20 m du niveau de circulation (fig. 204). Ils ont certainement été jetés dans des excavations, mais leur creusement était imperceptible à la fouille. Seuls deux squelettes ont été mis au jour dans des remblais, tous les autres ont été découverts dans des niveaux d’occupation. La forme, la profondeur et le degré d’arasement de la fosse dans laquelle les squelettes ont été déposés ont une influence directe sur l’état de conservation des ossements et des connexions anatomiques. Ceux enfouis à fleur de terre sont incomplets. Leur état de conservation est mauvais, leur surface est altérée et très souvent de couleur blanche. De plus, des perturbations telles que l’inversion d’orientation des côtes ou des os des membres non jointifs aux articulations ont été remarquées à plusieurs reprises. En revanche, dans les fosses, les squelettes sont complets et les ossements très bien conservés.

FIG. 204 – Parcelle no 1 : squelette d’un porc posé sur la terre à jardin.

TABL. XV – La faune des parcelles : squelettes de suidés en connexion anatomique, tableau récapitulatif.

239Dans la majorité des cas, chaque fosse ne contient qu’un seul animal. Il existe, néanmoins, deux exceptions. L’une concerne la fosse découverte derrière la parcelle 2 (fig. 146, 205) : elle a livré un porc, quatre truies adultes et de nombreux fœtus, jetés les uns sur les autres et retrouvés enchevêtrés. L’autre, située à l’extrémité ouest du jardin de la parcelle 2 (F 2), renfermait deux animaux dont une femelle avec ses petits.

FIG. 205 – Parcelle no 9 : squelettes de truies jetés pêle‑mêle dans une fosse (F 2).

240Les suidés sont généralement en position couchée sur le côté, les pattes allongées normalement, en hyperextension ou repliées sous le ventre. Une truie a été découverte sur le dos, les os des pattes mêlés à ceux de la cage thoracique suite à l’affaissement du squelette lors de la décomposition organique. Les porcs et les truies n’ont pas été retrouvés en nombre égal. Trois mâles et sept femelles, dont six étaient pleines au moment de leur mort, ont été dénombrés. Enfin, an moins trois des quatre truies découvertes dans la fosse de la parcelle 9 étaient pleines. Pour la quatrième, il est difficile de le certifier en raison du tassement des sédiments, ces derniers ont entraîné vers le fond une partie des ossements de foetus portés par la femelle située juste au‑dessus. Les individus morts entre un et deux ans et les adultes de plus de quatre ans sont les plus nombreux. Aucun des trois mâles n’a dépassé l’âge de deux ans tandis que les femelles sont les sujets les plus âgés.

241Soixante‑deux squelettes de fœtus, cochons de lait et porcelets ont été mis au jour (Prummel 1987). Il a été remarqué sur le terrain que dans une même portée, les fœtus sont de corpulence très diverse. Pour les quinze très jeunes individus isolés mis au jour, il n’a pas toujours été possible de différencier les fœtus des cochons de lait. Les quelques mesures prises sur les os longs n’ont pas permis de lever le doute pour certains d’entre eux.

242Ces animaux ont sans doute été victimes d’une maladie endémique. Plusieurs constatations vont dans ce sens. Tout d’abord, la présence de truies pleines au moment de leur mort et la disparité des âges évoquent un phénomène extérieur brutal et non contrôlé. D’autre part, aucun des restes osseux ne porte de traces de dépeçage, de découpe ou de décharnement. Rien n’a donc été récupéré sur les animaux : ni la peau ni la viande. Ceci est confirmé par l’anomalie du squelette de truie découverte dans la parcelle 3 (F 2). Le bas du dos présentait une courbure peu naturelle expliquée par le dépôt en force de l’animal en chair dans une fosse au fond trop étroit ; le dos et les pattes ont alors subi une forte pression entraînant une fracture de la 13e vertèbre thoracique (fig. 206). Enfin, le contexte très varié des découvertes, l’absence de traces d’effondrement de parois et la multiplicité des aménagements effectués à différentes périodes d’occupation dans les cours et les jardins renforcent cette hypothèse. Par exemple, l’un des squelettes a été découvert dans l’angle sud du jardin de la parcelle 2, sous un sol de plâtre aménagé quelque temps plus tard dans le même espace.

FIG. 206 – Parcelle no 3 : squelette de truie dont la colonne vertébrale fut brisée pour être ensevelie.

243Dans ces parcelles habitées de manière ininterrompue durant environ soixante‑dix ans, de nombreuses phases d’occupation (modifications du plan des maisons, aménagements des cours...) ont été reconnues. Mais il n’a pas été possible d’associer à ces différentes phases les fosses des jardins ainsi privées de toute chronologie relative. Rien ne permet d’assurer que toutes ces structures sont contemporaines. De ce fait même, il reste une inconnue : combien d’animaux sont élevés en même temps dans une seule parcelle ? Un, deux, trois ou plus ? La seule donnée archéologique disponible est la découverte des cinq suidés de la parcelle 9 jetés ensemble dans une même fosse, évoquant l’élevage d’au moins un mâle et quatre femelles durant la même période. La mort accidentelle des dix‑neuf adultes et les soixante deux très jeunes individus a été une perte sèche.

6.4.5.2 Préparations alimentaires

244L’une des activités artisanales pratiquées par les occupants de la parcelle 2 concerne une préparation culinaire (Rodet‑Belarbi 1993 : 11‑14). Elle a été reconnue grâce à ses déchets retrouvés dans la parcelle 2 (F 20) : 2 572 fragments de crânes de bœuf jetés pêle‑mêle sur environ 1 m d’épaisseur et accompagnés de quelques restes culinaires, tessons de céramique, nodules ferreux, etc. (cf. supra § 6.2.4.2, L’état II). La forte fragmentation des crânes a rendu obligatoire un tri effectué en deux temps : tout d’abord les pièces identifiées et individualisables ont été isolées et comptées, puis les autres fragments ont été quantifiés à partir de leur poids et de leur volume. Ce tri a mis en évidence la présence ou l’absence des pièces osseuses appartenant au crâne. Ainsi, les chevilles osseuses, la partie supérieure des os frontaux, les os nasaux, les mandibules et les os hyoïdes sont totalement manquants. Les os temporaux et les os occipitaux ne sont représentés que par quelques fragments. Ce dépôt est donc principalement composé de maxillaires, d’os palatins, d’os zygomatiques, d’os incisifs et de dents isolées. Le nombre minimal d’individus, fondé sur la présence des maxillaires droits portant la troisième molaire, indique l’existence d’au moins 545 bœufs, dont la majorité a été abattue entre quatre et huit ans. La sélection des pièces anatomiques ainsi que les traces de découpe évoquent la préparation des palais de bœuf. Mets de choix au xvie s., et ce jusqu’au xviiie s., de nombreuses recettes sont indiquées dans les livres de cuisine de ces époques : « Palais de bœuf confit à groseilles et ciboules » (Livre fort excellent de cuisine... 1542 : 202), « Croquettes de palais de bœuf » (La Cuisinière bourgeoise 1793 : 31). La préparation de ces palais de bœuf était un travail spécialisé. Les milliers de fragments de crânes évoquent non pas leur consommation par les occupants de la parcelle 2, mais leur préparation en vue d’une commercialisation. Les données recueillies sont trop ponctuelles pour permettre la reconstitution exacte des différentes étapes du travail. Cependant, compte tenu de la diversité et de la spécialisation des petits métiers à l’époque (Audoin 1989 : 15‑18), mais aussi de l’absence des mandibules, des os hyoïdes et des parties supérieures des crânes dans le comblement de F 20, il est possible que l’approvisionnement se faisait dans une ou plusieurs boucheries. Différents « spécialistes » prélevaient en effet sur les têtes les éléments que chacun apprêtait puis revendait ensuite : cervelles, joues, langues et enfin palais. Ce dépotoir de palais de bœuf n’est pas unique en son genre. Quatre fosses mises au jour lors des fouilles de la cour Napoléon, datées pour l’une d’entre elles du dernier tiers du xve s. et pour les trois autres du xvie s. (Méniel, Arbogast 1989 : 429, 431, 434, 440‑441), contenaient des fragments osseux similaires représentant au total près de 600 bœufs tués préférentiellement vers leur cinquième année.

6.4.5.3 L’artisanat de l’os

245Les occupants de la parcelle 7 se livraient à la récupération de certains os longs d’équidés réformés. En effet, la fosse F 4, située dans le jardin (cf. supra § 6.2.2.7, La fosse aux ossements de chevaux), contenait 6296 ossements d’animaux dont 99 % attribués aux équidés (Rodet‑Belarbi 1993 : 15), empilés sur plus de 2 m de hauteur. Peu de sédiment et de mobilier archéologique les accompagnaient. Les os du bassin indiquent au moins 68 individus ; les os longs en évoquent tout au plus une demi‑douzaine. En revanche, les crânes, les côtes et les vertèbres donnent des résultats moyens : entre 22 et 50 équidés selon les restes considérés. La répartition anatomique met en évidence un déficit important des scapulas ainsi que des os des pattes.

246Cette sélection des pièces osseuses correspond à la recherche de matière première pour le travail de l’os. Dans un premier temps, l’animal est assommé à l’aide d’un merlin et saigné, puis la peau est prélevée ; enfin, il est débité pour permettre la récupération des scapulas et des os longs, particulièrement des radius et des métacarpes. La carcasse équarrie est rejetée dans une fosse, ce traitement ayant comme unique but de prélever de la matière première et non la viande. D’autres exemples de dépôts d’ossements de chevaux datés du xve s. sont connus, comme à Beauvais par exemple (Lepetz 1991 : 278). On y retrouve les mêmes caractéristiques : au moins 70 individus sont représentés –estimation fondée sur le nombre d’os coxaux– dont la plupart sont âgés, certaines pièces osseuses ont été prélevées... De tels dépôts correspondent à la première étape de l’artisanat de l’os –abattage, équarrissage d’équidés réformés, récupération des os utilisés et rejet des carcasses– et sont un nouveau témoin de la partition du travail à cette époque. L’étape finale est illustrée par la découverte lors des fouilles de la cour Napoléon de déchets et de chutes de cet artisanat (Méniel, Arbogast 1989 : 425‑428).

247Si le cadre et l’activité auxquels se rattachent ces ossements d’équidés ont pu être déterminés, il subsiste plusieurs interrogations. Le lieu où ont été traités ces animaux n’a pas pu être identifié : aucune installation particulière n’a été mise au jour dans le jardin ni dans la cour de la maison. D’autre part, il semble difficile de déterminer sur combien de temps s’est déroulé l’abattage de cette soixantaine d’équidés et combien d’individus ont travaillé à l’équarrissage : est‑ce l’activité d’un seul homme ou d’un groupement de personnes à l’échelle d’un îlot d’habitation, sur un ou deux mois, voire une ou plusieurs années ? La seule donnée archéologique à notre disposition est le bon état de conservation des parois de la fosse où aucune trace d’effritement n’a été relevée, suggérant un rebouchage rapide. Quel était le circuit commercial permettant l’achat de bêtes réformées, leur traitement dans une cour de maison, puis la vente de la peau, et enfin celle des pièces osseuses intéressant un patenôtrier ou un tabletier ? Toutes ces questions demeurent sans réponse. Quoiqu’il en soit, les occupants des parcelles de ce faubourg élèvent des porcs dans les cours et les jardins, préparent des palais de bœuf ou équarrissent les chevaux, mais consomment très peu de viande.

6.4.5.4 Les fours

  • 12 Le peu d’attention accordée par les archéologues à ce type d’équipement domestique de base –et donc (...)

248Un autre témoignage des multiples activités pratiquées dans les parcelles est fourni par une série de fours de grandes dimensions. Ceux‑ci posent toutefois d’abord un problème d’interprétation en raison de l’état de conservation dans lequel ils nous sont parvenus. L’analyse stratigraphique conduit formellement à distinguer deux types : le premier comprend des structures à alandiers ; le second, de grands fours circulaires, qui remplaceraient aussi les premiers. Toutefois, il apparaît plus vraisemblable de penser que les alandiers sont la partie inférieure d’un four circulaire dont ils font partie. L’exactitude oblige néanmoins à présenter les deux parties séparément12.

249Les alandiers sont des constructions rectangulaires, de 2 m de long sur 1 m de large environ. Trois se trouvent dans la parcelle 3 (un à l’état II, deux à l’état III) ; un autre dans la parcelle 7 (états III et IV) et le dernier dans la parcelle 8 (état primitif). Ils se présentent comme une sorte de canal de chauffe, ouvert sur un des petits côtés. Les parois sont faites de matériaux grossiers, liés au plâtre et recouverts d’un enduit de la même matière. Ces alandiers s’inscrivent et sont partiellement engagés dans une pièce de dimensions réduites qui possède ainsi un plan en « U » (parcelles 3 et 8) ou en fer à cheval (parcelle 7). L’intérieur de ces pièces est recouvert d’un sol en plâtre lissé (parcelle 8) (fig. 207) ou d’un simple sol en terre.

FIG. 207 – Parcelle no 8 : structure de combustion entourée d’un sol de plâtre, installée dans une pièce fermée.

250L’ouverture se trouve dans une aire de travail, aménagée dans une pièce voisine (parcelles 7 et 8) ou directement dans la cour (parcelle 3, alandier j). Un petit foyer circulaire est plaqué généralement contre l’ouverture. Les traces de combustion et de suie sur les parois de l’alandier attestent de leur utilisation, de même que les couches de cendres et de charbon de bois qui tapissent son fond (fig. 207).

251Les canaux de chauffe sont généralement détruits, sauf un (parcelle 7) (fig. 183) qui avait encore une partie de sa couverture, réalisée en plâtre comme les parois. Aucune ouverture n’apparaît, mais les lacunes dans la couverture ne permettent malheureusement pas d’en être absolument certain. De ce fait, le fonctionnement de la structure reste imprécis. L’association d’un alandier et d’un espace clos tout autour n’est pas sans évoquer certaines installations de fumage (ou de séchage) de l’antiquité romaine (Morris 1979 ; Lame et al. 1987 ; Van Ossel 1992 : 125‑142). Toutefois, l’absence de traces évidentes d’ouverture dans les parois de l’alandier ne plaide pas en faveur d’une telle fonction.

252Peu d’éléments aident à préciser la fonction de ces structures. Le mobilier mis au jour (céramique, verre, lame ou nodules de fer, épingle en alliage cuivreux et os) n’est d’aucun secours. La hache et l’herminette en fer trouvées dans les structures de combustion de la parcelle 3 sont des outils destinés au travail du bois (Noël, Bocquet 1987). Les analyses archéobotaniques et anthracologiques n’ont donné aucun résultat déterminant dans ce sens. Enfin, la faible quantité d’ossements animaux jetés dans les fosses et l’absence de traces de découpe caractéristiques ne permettent pas d’affirmer la présence d’un travail de préparation de la viande. Quant au petit foyer extérieur, il a pu avoir plusieurs utilisations qui ont bénéficié de la présence de braises et de la chaleur du four : cuisson des aliments, lessive (pour laquelle la cendre est utilisée comme savon) et éventuellement activité métallurgique, des scories étant dispersées dans les niveaux d’occupation et de destruction.

253Les grands fours circulaires appartiennent clairement à un type connu, qualifié généralement de four domestique. Les fouilles ont permis d’en dégager trois, dans les parcelles 6, 7 et 8. Ils présentent un plan circulaire d’environ 3 m de diamètre. Les parois sont constituées de tuiles posées à l’horizontale sur une dizaine de centimètres de hauteur, puis de chant et progressivement inclinées pour dessiner la courbure de la voûte formant un tout avec les parois. Le liant est l’argile, rubéfiée par les cuissons. À l’intérieur, des recharges de limon, épaisses de 2 à 10 cm, également rubéfiées, forment la sole soigneusement lissée. L’ouverture est marquée par deux grosses pierres cubiques formant l’encadrement de la gueule du four. Aucune trace de fermeture, métallique par exemple, n’a été observée.

254Dans les parcelles 7 et 8, ces fours sont édifiés au‑dessus des alandiers. Il est possible que ce soit aussi le cas dans la parcelle 3. Peu d’indices permettent de savoir si ces fours ont fonctionné en même temps que les structures qu’ils recouvrent. Dans la parcelle 8, l’ouverture de l’alandier est bouchée par un muret lors de la construction du four circulaire. Dans la parcelle 7, l’alandier sert manifestement de réceptacle pour les braises et les cendres sorties du four. Les petits foyers, accompagnant déjà les alandiers, continuent à être utilisés. L’analyse anthracologique des charbons de bois provenant d’un des fours (parcelle 8) met en évidence la multiplicité des essences employées, parmi lesquelles les bois durs (chêne, hêtre et charme) prédominent (Solari, Thiébault 1991 : 49‑50, 55). En revanche, les bois blancs (peuplier, aulne, bouleau, saule...) sont peu abondants.

  • 13 Documentation inédite.

255C’est par comparaison avec des fours de l’époque contemporaine que l’on est amené à associer l’alandier au four circulaire qui le surmonte. La présence d’un cendrier sous la sole est habituelle et accompagne les notices de montage des fours de boulangers traditionnels13. Les prélèvements effectués sur la sole en vue d’une étude archéomagnétique ont montré que la température de chauffe n’excède pas quelques centaines de degrés (Bucur 1991 : 177), ce qui est le cas des fours à pain. La répartition des fours (un par parcelle), leur densité (regroupés dans trois parcelles contiguës) et leur taille impressionnante sont autant d’éléments qui déterminent une interprétation comme fours de boulangerie. Il est difficile alors de ne pas établir un lien avec les nombreuses mentions de boulangers dans les sources écrites (cf. infra § 6.4.6). Cette interprétation est renforcée dans la parcelle 6 par l’association d’un four et d’un système de plots supportant sans doute un plancher surélevé, donc peut‑être un lieu de stockage (fig. 208).

FIG. 208 – Parcelle no 8 : plots d’un plancher surélevé.

256La préparation et la vente d’aliments constitue ainsi une activité importante des habitants du faubourg. Celle‑ci est à mettre en parallèle avec la préparation de palais de bœuf en vue de leur commercialisation dans la parcelle 2 (cf. supra § 6.4.5.2).

6.4.6 Les sources écrites : un éclairage complémentaire

  • 14 Pour des raisons de facilité et pour éviter toute confusion, les parcelles révélées par les sources (...)

257Le parcellaire de cette partie du faubourg Saint‑Honoré au xvie s. est assez bien connu. Les censiers, terriers et ensaisinements de l’Évêché (Archives nationales, séries S* et S), les archives des Quinze‑Vingts et de nombreux actes du minutier central des notaires (MCN) de Paris permettent de restituer l’ordre de succession des propriétés (Beaufils 1990) (tabl. xvi). À partir de 1530, une vingtaine de parcelles s’échelonnent le long du chemin « sur les fossés » et se partagent le terrain depuis la rue Saint‑Honoré jusqu’au clos occupé par les tuiliers (fig. 209). Quelques‑unes possèdent des noms qui permettent de les identifier14 : maison de la « Poterie », ultérieurement du « Cornet d’Or », à l’angle de la rue Saint‑Honoré et du chemin sur les fossés (A) ; maison de l’« Étoile » (B), de la « Salamandre » (C), au « Nom de Jésus » (E), des « Trois Rois » (I), de l’« Arbalète » (M), à l’« Image Notre Dame » (P). La plupart sont toutefois anonymes.

TABL. XVI – Les parcelles du faubourg au xvie s. d’après les archives : tableau des occupants (d’ap. Beaufils 1990). Symboles :  = héritiers ; Ω = veuve ; P = propriétaire ; H = occupant ; bdp = bourgeois de Paris.

FIG. 209 – Schéma d’organisation du faubourg devant l’enceinte urbaine, d’après les données historique ; m mainson.

258Ces sources apportent de nombreuses précisions sur ces parcelles et leurs habitants. Le bâti est qualifié en général de « maison », parfois de « petite maison » (B) ou de « maisonnette » (G) et dans de rares cas de « maison à deux corps d’hôtel » (J, K). Les matériaux de construction cités sont le plâtre et les moellons (de pierre) (H). Les mentions de puits (parfois mitoyens) (J, K) et d’« appentis d’aizements » ou de « lieulx » (H) dans le jardin renvoient directement aux découvertes faites par exemple dans la parcelle 2 (cf. supra § 6.2.4.1), même si les maisons concernées par ces mentions se trouvent davantage vers le nord, du côté de la rue Saint‑Honoré. Parmi les dépendances sont mentionnés des aménagements aussi divers que des cours (H, T), des « étables à pourceaux » (J, K) et un colombier (I). L’existence d’un jardin est signalée explicitement pour la moitié des parcelles (A, G, H, J, K, M, N, P, Q, R et T). Certains sont plantés de vignes ; deux d’entre eux sont qualifiés de « jardin de treilles » (G, H). Une seule maison est décrite avec un peu plus de précisions (T) dans un inventaire après décès de 1526 : c’est une construction manifestement peu élevée, comprenant une chambre au rez‑de‑chaussée, une chambre au‑dessus et un grenier (MCN, CXXII, 1081).

259La population qui apparaît dans les sources est de condition modeste. Dès le premier abord, on est frappé par le grand nombre des noms et la variété des métiers qui se succèdent durant le siècle, signe d’une mobilité perceptible sans doute davantage dans l’occupation que dans la propriété des maisons. La principale difficulté est de savoir qui demeure effectivement dans le quartier. Certains sont clairement désignés comme locataires et on peut admettre qu’ils habitent effectivement sur place. Mais les plus nombreux sont propriétaires et tous n’habitent manifestement pas là. Les plus aisés ont la qualité de maître, suivi de leur profession : « maître jardinier (M), maître boulanger, maître poulaillier ». La majorité sont des gens de métier sans qualité et sont désignés directement par leur profession : « laboureurs, laboureurs‑maraîchers », marchands (« marchands en général, marchands aux halles »), ainsi que drapier (H) et plâtrier (F). II y a aussi des gens beaucoup plus modestes, comme une vendeuse aux Halles (O) ou un valet (C). Les inventaires après décès du minutier central révèlent encore la présence d’un « garnissent et fourbisseur d’épées », d’un peintre, d’un cordier (Beaufils 1990 : III–IV). Ces derniers ainsi qu’un « sergent à verge » sont rassemblés à proximité de la porte Saint‑Honoré, où se concentrent les ateliers d’artisans.

  • 15 AN, MC, XXXVI, 9 : 14 octobre 1532, défunte Marguerite Duval, femme de Jean Galloys ; AN, MC, CXXII (...)
  • 16 Parcelle et structure non décrites dans cette publication.

260Le corps de métier des boulangers est certainement le mieux représenté dans le quartier. Le censier de 1530 mentionne deux boulangers demeurant chemin des Fossés (M et R) ; celui de 1575 en cite trois (C, D et E). La famille Duguy, boulangers de père en fils, est citée durant tout le xvie s. parmi les propriétaires des maisons situées au nord de la rue, vers la porte Saint‑Honoré (A, B, C, D, E, F et G). E. Beaufils a repéré aussi les inventaires après décès de deux marchands boulangers demeurant « au faubourg de Paris, hors la porte Saint‑Honoré », dont l’un « chemin sur les fossés »15 (Beaufils 1990 : 4‑5). Ces documents décrivent dans le détail le matériel professionnel possédé par les défunts : il y est question du fournil avec son équipement, « d’une charrette à deux roues ferrées servant à mener pain », de greniers dans lesquels sont entreposées les réserves de blé, de froment, de blé méteil et de son. Mais ces inventaires apprennent aussi que les défunts engraissent des porcs, qui sont vendus « au marché de Paris », et qu’ils possèdent une bassecour composée de poules, de coqs et de canards. L’image se surimpose singulièrement à l’acquis des fouilles archéologiques. Les fours circulaires dans les parcelles 6, 7 et 8 peuvent être mis en relation avec la présence de boulangers dans le quartier. La mention d’un grenier renvoie au dispositif supportant un plancher surélevé dans la parcelle 616 (fig. 207) ; celle de boulangers engraissant leurs porcs fait écho aux indices d’élevage de porcins dans les parcelles 2, 3 et 4 (cf. supra § 6.4.5.1). Il est dès lors fort regrettable que ces deux inventaires n’apportent aucune précision topographique permettant de localiser exactement les maisons habitées par les défunts ; elles pourraient bien correspondre à certaines des maisons retrouvées.

261Tout indique donc une population homogène de niveau social moyen, vivant de petits métiers, mais pas pauvre pour autant. Certains, en particulier les boulangers, ont une certaine aisance, puisqu’ils sont le plus souvent propriétaires de leur maison et possèdent parfois en plus des propriétés dans les environs de Paris. Ils forment ce niveau inférieur de la petite bourgeoisie parisienne que R. Mousnier a défini pour les xviie et xviiie s. (Mousnier 1976 : 33‑40).

262Peut‑on identifier les parcelles retrouvées lors des fouilles à partir de ces sources ? La démarche a été tentée, mais n’aboutit pas à des résultats convaincants. On sait que vingt parcelles sont alignées entre l’angle de la rue Saint‑Honoré et le clos des tuiliers, mais les sources ne donnent aucune mesure, aucune indication chiffrée. En particulier, la largeur de chaque parcelle n’est pas connue. En revanche, les données archéologiques mettent en évidence une métrologie régulière, dont l’unité de base est 7 ou 14 m.

263Outre les problèmes de mesures, se pose la question de la localisation précise des limites topographiques du quartier, en particulier au nord et au sud. L’angle de la rue Saint‑Honoré au xvie s. n’est connu qu’avec une précision très relative ; il peut être mesuré sur le plan Berty par rapport à la limite sud du quartier, c’est‑à‑dire celle des tuileries parisiennes. La distance est d’environ 210‑215 m, ce qui correspond à 15 parcelles de 14 m de largeur (ou à 30 de 7 m de largeur). L’existence de parcelles de largeur variable explique manifestement le décalage entre les 20 parcelles attestées par les archives et les 15 ou 30 parcelles que la longueur de la rue permet de placer.

264La limite du clos des tuiliers peut être située à quelques mètres près, grâce à la. répartition des vestiges des ateliers (cf. infra § 7.2.4.3, La tuilerie d’Aubin Poullart). Elle correspond à l’axe du mur nord de l’aile méridionale du projet de Philibert de l’Orme (cf. infra chap. 8). Il y a environ 70 m entre cette limite et la parcelle 1. Cette distance permet de situer 5 parcelles de 14 m (ou 10 de 7 m). Il est dès lors évident que les parcelles fouillées ne se situent pas au sud de la série, mais bien quelque part au centre.

  • 17 Selon le nombre de parcelles se partageant l’espace au sud de celles fouillées, l’identification de (...)
  • 18 Dans cette hypothèse, la parcelle 7 pourrait être identifiée comme étant la parcelle H.

265D’autre part, on sait que les 12 parcelles au sud furent annexées en 1566 par Catherine de Médicis pour la construction de son nouveau château des Tuileries. Si on admet l’existence de 5 parcelles (chiffre théorique) au sud de celles qui ont été fouillées, ces dernières doivent nécessairement correspondre aux autres terrains annexés par la reine mère. Ceci cadre avec les données des fouilles, puisque les parcelles 3 et 4 sont effectivement traversées par les fondations de l’aile nord du château. Toutefois, cela ne permet pas de faire coïncider avec précision les parcelles connues par les archives et celles mises au jour. L’incertitude sur le nombre exact de parcelles situées au sud de celles fouillées l’interdit17. Un indice supplémentaire permet peut‑être d’aller un peu plus loin. Les fouilles ont révélé un fossé à fond plat que la stratigraphie associe sans aucun doute à la construction du château des Tuileries (cf. infra § 8.1.6.2) (plan VI, r). Le tracé de ce fossé coïncide avec la limite nord du château primitif et aussi avec celle de nos parcelles 6 et 7 (plan V). Faut‑il y voir une délimitation parcellaire bornant les terrains annexés par la reine mère ? C’est possible. La limite entre les parcelles 6 et 7 pourrait alors coïncider aussi avec celle des parcelles annexées par la reine mère18. Toutefois, les parcelles 7 et 8 furent toutes deux incluses dans l’aménagement du petit jardin des Tuileries à partir de 1601, comme l’indiquent sans contestation possible l’extension du mur de soutènement de ce jardin vers le nord (plan VI) et les épandages.

  • 19 L’étude de la céramique étend l’occupation de l’ensemble des parcelles fouillées jusque vers le mil (...)

266Aussi stimulant soit‑il, le jeu des hypothèses ne permet pas de privilégier l’une ou l’autre solution. Le seul point à peu près assuré est que les parcelles fouillées correspondent aux terrains annexés par la reine mère et que, de toute évidence, ce sont plutôt celles qui forment la partie nord du nouveau domaine. On ne manquera d’ailleurs pas de noter que les renseignements fournis par les archives sur les propriétaires ou les occupants des maisons ne coïncident qu’imparfaitement avec les différentes hypothèses retenues19.

6.5 Conclusion

267Un des intérêts de l’opération a été d’étudier un de ces quartiers participant à la conquête des espaces suburbains qui marque ce siècle de croissance urbaine (1460‑1560), succédant à la longue épreuve de la guerre de Cent Ans (Babelon 1986 : 195). Le débordement de la vieille ceinture fortifiée, le lotissement de grands domaines, le recul de la campagne, la prolifération des constructions privées et la rapidité des transformations, mais aussi l’affaiblissement de la vertu défensive du rempart, dont le pied disparaît littéralement sous les maisons, sont des phénomènes qui accompagnent cet essor. Un autre des intérêts de l’opération a été de dévoiler la disposition primitive des parcelles, avant que les inévitables transformations accompagnant toute vie urbaine n’en altèrent le plan d’origine.

268Les résultats des fouilles montrent un quartier très vivant, abritant une population d’un niveau social moyen, aux activités variées. Les différents métiers qui y étaient pratiqués, les animaux élevés dans les parcelles devaient entraîner un va‑et‑vient permanent. Les mouvements proviennent aussi des changements de propriétaires, qui modifient l’agencement des bâtiments et introduisent de nouvelles activités dans leurs parcelles et des reconstructions ou réparations occasionnées par l’emploi de matériaux fragiles.

269La bonne conservation des vestiges sous les terres du petit jardin du château des Tuileries a permis de mieux connaître un faubourg des xve et xvie s., son évolution et son organisation en parcelles régulières, elles‑mêmes divisées entre un jardin, une habitation et des locaux de service. Des données abondantes et précises ont été rassemblées sur le bâti de cette époque, ainsi que sur les activités pratiquées dans les parcelles, avec notamment l’existence de fours à pain aux portes de Paris. Bien sûr, la fouille est partielle –nous ne connaissons pas tout le lotissement– et des incertitudes ne permettent pas d’établir le lien entre la liste des propriétaires, les métiers attestés par les sources manuscrites et les données archéologiques. Enfin, peu d’indices permettent de préciser l’élévation des différents bâtiments de ce faubourg et de s’en faire une image plus précise. Il n’en demeure pas moins que la somme d’informations réunies permet de dresser un tableau très vivant de l’activité et de l’évolution d’un faubourg parisien à la fin du Moyen Âge et au début des Temps modernes. Cette synthèse n’ambitionne pas d’être exhaustive. L’abondance de la documentation réunie autorise de nouvelles recherches sur des aspects de l’archéologie de ce quartier qui ne sont pas abordées ici.

Notes

1 Archives des Quinze‑Vingts, 3547.

2 Archives des Quinze‑Vingts, 3547.

3 La maison à l’angle, dite du Cheval Blanc en 1424 ou maison de la Poterie (Arch. des Quinze‑Vingts, 3548‑3556) et, contiguë à celle‑ci, la maison dite du Pavillon en 1443.

4 Mentionnée en 1556 et citée par Berty 1866 : 278 ; cf. aussi Beaufils 1990.

5 Ses caractéristiques et son évolution sont présentées avec les défenses avancées des fortifications urbaines (cfsupra chap. 5), auxquelles ce chemin est étroitement lié.

6 Renseignement inédit de F. Bouchet.

7 Dans le cadre de cette publication, la présentation se limite aux productions et aux principales formes de récipients trouvées dans les bâtis des parcelles, de façon à préciser leur apport chronologique. Une étude plus complète, incluant aussi une analyse spatiale de la céramique dans l’ensemble des maisons, appentis et jardins, reste à faire. Comme pour la céramique postmédiévale de l’enceinte urbaine (cfsupra § 5.9), la classification par groupe de production et la typologie utilisées ici font référence à une étude plus globale présentée dans le cadre d’une thèse de doctorat soutenue à l’université de Paris I en 1997 (Ravoire 1997).

8 La céramique résiduelle du xive s. a été écartée du calcul des pourcentages. À l’exception de l’état I, où la vaisselle résiduelle atteint près de 5 % des effectifs, dans les autres états, elle tourne autour de 1 et 2 %.

9 Type 112 de J. Morisson, qu’il date de la seconde moitié du xve s. (Morisson 1970‑1971 : 64, pl. 6).

10 Type 114 de J. Morisson qu’il date de la seconde moitié du xve s. (Morisson 1970‑1971 : 64, pl. 6).

11 Un tesson trouvé dans le comblement d’un puits et un autre dans le niveau de sol de la porcherie appartiennent au même vase. Un troisième fragment, retrouvé dans les niveaux de jardin, pourrait également en faire partie. Deux autres tessons, l’un à décor vert et l’autre à décor jaune, peuvent être rattachés à cette même production ornementale. Ils proviennent des niveaux de destruction de la parcelle.

12 Le peu d’attention accordée par les archéologues à ce type d’équipement domestique de base –et donc le manque de comparaisons– constitue un autre obstacle à leur compréhension. Des fours sont découverts régulièrement lors des fouilles urbaines en France, comme l’attestent les annuaires du Centre national d’archéologie urbaine (Tours). Mais ils ne sont en général ni décrits ni datés précisément. Peu nombreuses aussi sont les études qui leur sont consacrées spécifiquement (par exemple Leymarios 1980, Pesez 1986).

13 Documentation inédite.

14 Pour des raisons de facilité et pour éviter toute confusion, les parcelles révélées par les sources d’archives sont désignées par des lettres (de A à T). Les parcelles fouillées portent le numéro d’ordre attribué pour la description (de 1 à 8).

15 AN, MC, XXXVI, 9 : 14 octobre 1532, défunte Marguerite Duval, femme de Jean Galloys ; AN, MC, CXXII, 1339 : 20 novembre 1544, défunts Guillaume Thibault et Jeanne Lebrun sa femme, à la requête de leur voisin aussi marchand‑boulanger et tuteur des enfants mineurs.

16 Parcelle et structure non décrites dans cette publication.

17 Selon le nombre de parcelles se partageant l’espace au sud de celles fouillées, l’identification de ces dernières avec la liste donnée par les archives varie bien évidemment. Il ne nous a pas échappé que dans l’hypothèse de cinq parcelles (chiffre théorique retenu dans nos calculs), les deux maisons les plus importantes (nos3 et 7) correspondent aussi avec les deux parcelles désignées dans les censiers par un nom (les Trois Rois et l’Arbalète) et que les trois parcelles mal définies (nos 4, 5 et 6) qui les séparent correspondent effectivement à trois parcelles étroitement liées entre elles dans les archives (J, K et L).

18 Dans cette hypothèse, la parcelle 7 pourrait être identifiée comme étant la parcelle H.

19 L’étude de la céramique étend l’occupation de l’ensemble des parcelles fouillées jusque vers le milieu ou la seconde moitié du xvie s. Elle ne permet cependant pas de distinguer des ensembles qui seraient antérieurs ou postérieurs à 1568, date de la destruction des maisons acquises par Catherine de Médicis.

Table des illustrations

Légende FIG. 145 – Schéma du parcellaire vers le milieu du xive s. entre le chemin du Roule (actuellement rue Saint‑Honoré) et la Seine, au‑delà de l’enceinte de Philippe Auguste. L’emprise des fouilles des jardins du Carrousel est figurée en grisé. 1 jardin des Quinze‑Vingts ; 2 clos des Quinze‑Vingts ; 3 lot de Richart Dubuisson ; 4 hôpital des Quinze‑Vingts ; 5 clos de la Petite Bretagne ; 6, 7 manoir et jardin.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende PLAN V – Plan général des vestiges du xvie s. (DMF, jardins du Carrousel et pavillon des États).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende FIG. 146 – Plan général du faubourg et numérotation des parcelles : 1237 parcelles reconnues ; 4568 parcelles supposées. Les étoiles indiquent l’emplacement des squelettes de suidés découverts en connexion anatomique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende FIG. 147 – Plan général par état de la parcelle no 3 : 1 fosses à compost ou latrines ; 2 extraction de limon ; (avec localisation de la coupe E.‑O. cf. fig. 148).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende FIG. 148 – Coupe E.‑O. dans la cour (a) et les bâtiments domestiques (b) : 1 filet de plâtre ; 2 remblai d’aménagement du jardin ; 3 premier sol de la cour ; 45 plots de la galerie 1 ; 6 plot de la galerie 2 ; 7 deuxième sol de la cour (limon noir) ; 8 tranchée de fondation ; 9 façade ouest du corps de logis ; 10 escalier ; 11 mur est de la pièce L ; 12 mur ouest de la pièce L ; 13 fosse F 24/25 dans la pièce N ; 14 mur séparant les pièces M et N ; 1516 cloisons divisant les pièces M et N ; 17 mur détruit.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende TABL. XI – Monnaies et objets monétiformes provenant des parcelles du faubourg.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 958k
Légende FIG. 149 – Plan par état de la partie habitation de la parcelleo3.
Crédits Dessin FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende FIG.150 – Parcelle no 3, états II‑III : hache provenant de l’alandier sud (F 21).
Crédits Cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende FIG. 151 – Parcelle no 3, états II‑III : foyer f (F 21).
Crédits Cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende FIG. 152 – Parcelle no 3, états II‑III : la cour recouverte de plâtre et le bâtiment artisanal sur rue. À l’avant‑plan, le foyer f (F 21).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende FIG. 153 – Parcelle no 3, états II‑III : puits F 23.
Crédits Cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende FIG. 154 – Parcelle no 3, états II‑III : murets délimitant le bâti arrière, recoupés (à l’avant‑plan) par les murs de l’état IV.
Crédits Cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende FIG. 155 – Parcelle no 3, états II‑III : l’alandier nord F 22.
Crédits Cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende FIG. 156 – Parcelle no 3, états II‑III : herminette provenant de l’alandier nord F 22.
Crédits Cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende FIG. 157 – Parcelle no 3, états II‑III : la cour recouverte de terre noire et les restes du bâti artisanal sur rue, recoupés par les fondations de la maison (état IV).
Crédits Cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende FIG. 158 – Vue générale de la parcelle no 3. État IV, de la seconde moitié du XVIe s., avec la maison au premier plan, puis la cour, les appentis et, au fond, le jardin.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende FIG. 159 – Plan de détail de la maison (état IV) de la parcelle no 3.
Crédits Cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende FIG. 160 – Parcelle no 3, maison de l’état IV : sol en plâtre et départ de cloison.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende FIG. 161 – Parcelle no 3, maison de l’état IV : fragment de cloison tombé sur place.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende FIG. 162 – Parcelle no 3, maison de l’état IV : cloisons et poteaux dans la pièce B.
Crédits Cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende FIG. 163 – Parcelle no 3, maison de l’état IV : restes de l’escalier extérieur dans la cour.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende FIG. 164 – Vue générale de la parcelle no 3 depuis le jardin : à l’avant‑plan, fosses recoupées par une des tranchées de fondation du château des Tuileries ; à l’arrière‑plan, vestiges des bâtis sur rue.
Crédits Cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende FIG. 165 – Parcelle no 3, cour de l’état IV : le puisard G.
Crédits Cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende FIG. 166 – Parcelle no 3, appentis bordant la cour de l’état IV : vue générale des pièces K (à l’avant‑plan), J et H.
Crédits Cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende FIG. 167 – Parcelle no 3, appentis bordant la cour de l’état IV : détail du sol de la pièce K.
Crédits Cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende FIG. 168 – Parcelle no 3, appentis bordant la cour de l’état IV : deuxième sol de la pièce H.
Crédits Cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende FIG. 169 – Parcelle no 3, appentis bordant la cour de l’état IV : sol de la pièce M.
Crédits Cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende FIG. 170 – Parcelle no 3, jardin de l’état IV : fosses F 2 (à gauche) et F 1, recoupée par une des tranchées de fondation du château des Tuileries.
Crédits Cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende FIG. 171 – Parcelle no 3, jardin de l’état IV : squelette de truie dans la fosse F 2.
Crédits Cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende TABL. XII – États et chronologie des parcelles nos 3 et 7.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 555k
Légende FIG. 172 – Parcelle no 7, plan général. Extension du bâti et localisation des fosses dans le jardin : a bâti de l’état I ; b bâti des états II et III ; c bâti des états IV à VI.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende FIG. 173 – Parcelle no 7, plan de l’habitation : a état I ; b état II ; c état III ; d état IV ; e état V ; f état VI.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende FIG. 174 – Parcelle no 7 : parements du puits C (F 13), état Ib.
Crédits Cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende FIG. 175 – Parcelle no 7, état II : vue générale des vestiges vus de l’est ; à l’avant‑plan, les pièces E, F et G ; à l’arrière‑plan à gauche, la pièce A et l’escalier hors œuvre D.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende FIG. 176 – Parcelle no 7, état II : vestiges d’une séquence de réfection de la parcelle.
Crédits Cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende FIG. 177 – Parcelle no 7, état II : être et contrecœur d’un petit foyer.
Crédits Cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende FIG. 178 – Parcelle no 7, état II : âtre et contrecœur d’une cheminée et petit foyer maçonné.
Crédits Cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende FIG. 179 – Parcelle no 7, état II : sol de dalles de plâtre et tuiles de la pièce E.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende FIG. 180 – Parcelle no 7, état II : cloison sur armature de poteaux (h) et sols en plâtre lissé de la pièce F.
Crédits Cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende FIG. 181 – Parcelle no 7, état II : fondations de l’escalier à vis D et noyau de la vis centrale.
Crédits Cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende FIG. 182 – Parcelle no 7, état II : épure incisée de l’escalier à vis D.
Crédits Cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende FIG. 183 – Parcelle no 7 : vue générale de la pièce H ; à l’arrière‑plan, le four.
Crédits Cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende FIG. 184 – Parcelle no 7, état III : bouchage de la porte de la pièce H donnant sur le chemin longeant les fossés.
Crédits Cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende FIG. 185 – Parcelle no 7, état III : four J’ et alandier k installés dans la pièce J.
Crédits Cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende FIG. 186 – Parcelle no 7, élévations intérieures des murs de la pièce H.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende FIG. 187 – Parcelle no 7, états III‑VI : cave T.
Crédits Cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende FIG. 188 – Parcelle no 7, états III‑VI : cave N au sol partiellement recouvert de matières organiques.
Crédits Cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende FIG. 189 – Parcelle no 7, états III‑VI : puits O, cuvelage en pierre reposant sur un bâti en bois.
Crédits Cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende FIG. 190 – Vue générale des parcelles no 8 (au premier plan), no 7 (au centre) et no 6 (au dernier plan), en cours de fouille, vues du nord.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende FIG. 191 – Parcelle no 1 : a calages de poteaux ; b fosses et structure excavée F 7.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende FIG. 192 – Parcelle no 1 : vue générale du jardin de l’ouest.
Crédits Cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende FIG. 193 – Parcelle no 1 : fosse F 7 aménagée dans le jardin ; a plan ; b élévation du mur repris en sous‑œuvre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende FIG. 194 – Parcelle no 2 : plan général.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende FIG. 195 – Parcelle no 2, la latrine‑tonneau F8 : a plan ; b murets et lunette.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende FIG. 196 – Parcelle no 2 : fosse de la latrine‑tonneau F  8.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 197 – Parcelle no 2 : a état I ; b état II ; c état III ; d état IV.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende FIG. 198 – Parcelle no 2 : vue de la fosse dépotoir F 10.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende FIG. 199 – Parcelle no 2 : vestiges du sol pavé, état IV.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende TABL. XIII – Répartition des productions de céramique dans les différents états du bâti de la parcelle no 7. GBg grès Beauvaisis gris ; GBaz grès Beauvaisis à glaçure azurée ; Faï. E. faïence espagnole ; GI. B « plommures » ; GN grès normand ; Rés. résiduelle.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. 200 – Céramiques de la parcelle no 7 : 1‑3 état I ; 4‑13 état II ; 19 état III ; 14‑18 état IV. Pâte sableuse francilienne, sauf 319 en faïence espagnole et 10111318 en grès du Beauvaisis.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende FIG. 201 – Céramiques de la parcelle no 7, état V : pâte sableuse francilienne sauf 23 pâte fine blanche glaçurée du Beauvaisis et 7 grès du Beauvaisis.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende FIG. 202 – Céramiques de la parcelle no 7, état VI : 7, 9, 10, 12 pâte sableuse francilienne sauf 1‑3, 5, 8 grès du Beauvaisis et 4, 6, 11 pâte fine blanche glaçurée du Beauvaisis.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende FIG. S – Fragment de coupe à décor ornemental dit à « œil de plume de paon » (premier quart du XVIes.) trouvé sur la parcelle no 2 (cf. § 6.3.2.3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende FIG. 203 – Céramiques des parcelles nos 2 (2‑4) et 3 (1, 5) ; 12 pâte fine blanche glaçurée du Beauvaisis, 34 faïence espagnole et 5 majolique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Légende TABL. XIV – La faune des parcelles : résultats généraux (comptages en nombre de restes par espèce).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende FIG. 204 – Parcelle no 1 : squelette d’un porc posé sur la terre à jardin.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende TABL. XV – La faune des parcelles : squelettes de suidés en connexion anatomique, tableau récapitulatif.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Légende FIG. 205 – Parcelle no 9 : squelettes de truies jetés pêle‑mêle dans une fosse (F 2).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende FIG. 206 – Parcelle no 3 : squelette de truie dont la colonne vertébrale fut brisée pour être ensevelie.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende FIG. 207 – Parcelle no 8 : structure de combustion entourée d’un sol de plâtre, installée dans une pièce fermée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende FIG. 208 – Parcelle no 8 : plots d’un plancher surélevé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende TABL. XVI – Les parcelles du faubourg au xvie s. d’après les archives : tableau des occupants (d’ap. Beaufils 1990). Symboles :  = héritiers ; Ω = veuve ; P = propriétaire ; H = occupant ; bdp = bourgeois de Paris.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende FIG. 209 – Schéma d’organisation du faubourg devant l’enceinte urbaine, d’après les données historique ; m mainson.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45085/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 64k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search