Version classiqueVersion mobile

Les jardins du Carrousel (Paris)

 | 
Paul Van Ossel

Partie II. Le Carrousel englobé par la ville

Chapitre 5. L’enceinte urbaine et sa place dans l’évolution de l’architecture militaire médiévale

5 Die Stadtmauer und ihr Platz in der Entwicklung der mittelalterlichen Militärarchitektur

5 The city walls and their place in the evolution of medieval military architecture

Nicolas Faucherre

Résumé

L’enceinte urbaine dite de « Charles V » a été dégagée sur une longueur de près de 200 m. L’ouvrage, large de 90 m, est essentiellement construit en terre. Il comprend à l’origine un rempart de terre et un ou deux (?) fossés en eau, précédés par deux fossés secs et une levée de terre. L’ensemble est transformé une première fois au xve s. par le remaniement des défenses avancées, puis une seconde fois au xvie s. par la construction des murs d’escarpe et de contrescarpe et d’une plate‑forme de tir, venant flanquer le fossé en eau. L’analyse dendrochronologique des longrines de chêne posées à la base des murs permet de situer leur construction après 1505‑1509. L’étude de cet ouvrage révèle les innovations qui touchent la fortification des villes au début de la guerre de Cent Ans. Les modifications ultérieures et en particulier l’application du système polygonal témoignent du même souci d’adaptation aux progrès de la poliorcétique.

Texte intégral

5.1 Introduction

1Les fouilles des jardins du Carrousel ont permis d’étudier un tronçon de l’enceinte dite de Charles V. Quatrième enceinte de Paris (fig. 88, no 4) après celle de l’époque gallo‑romaine (fin du iiie s.), celle du xe s. et celle de Philippe Auguste (fin du xiie s.‑début du xiiie s.), elle a pour la première fois pu être appréhendée en élévation.

FIG. 88 ‒ Carte schématique des enceintes de Paris : 1 enceinte romaine ; 2 enceinte du haut Moyen Âge, tracé hypothétique ; 3 enceinte de Philippe Auguste ; 4 enceinte de Charles V ; 5 enceinte bastionnée.

Dessin Chr. Hochstrasser

  • 1 Un doute subsiste sur l’ampleur et la nature réelles des travaux effectués à l’instigation d’Étienn (...)

2Les grandes lignes de son histoire sont connues. On sait qu’elle a été construite à l’initiative d’Étienne Marcel, prévôt des marchands de 1355 à 1358, qui fit, semble‑t‑il, creuser à partir de 1356 des fossés et édifier un rempart1. Abandonnés à sa mort, les travaux furent repris à partir de 1365 par Charles V et durèrent environ 30 ans (Poupardin 1963 : 70). Ils ne seront complètement achevés que vers 1420, sous Charles VI (Bonnardot 1852 : 17). Cette fortification a été utilisée jusqu’en 1635, après quoi elle fut abandonnée au profit de l’enceinte bastionnée reportée plus à l’ouest. Sa configuration restait toutefois énigmatique. En effet, il n’en existe plus de portion en élévation, comme c’est le cas pour l’enceinte de Philippe Auguste, et les représentations iconographiques existantes sont souvent discordantes et parfois fantaisistes.

3Cette enceinte n’a été construite que sur la rive droite de la Seine, de la tour de Bois en aval (près du Louvre) à la tour de Billy en amont (près de la Bastille). Son tracé est bien connu pour être resté marqué dans le tissu urbain : au‑delà du Palais‑Royal, il correspond au tracé des rues d’Aboukir et du Mail, puis à celui des actuels grands boulevards situés entre les portes Saint‑Denis, Saint‑Martin, du Temple et Saint‑Antoine.

4La partie fouillée est située à l’extrémité occidentale du périmètre fortifié, entre la tour de Bois et la porte Saint‑Honoré, à une distance d’environ 120 m de la Seine.

5.2 Topographie et paysage du xive s. antérieur aux fortifications

5.2.1 Microtopographie

5La topographie des lieux ne présente pas d’obstacle particulier pour l’implantation de la fortification. Seul le bourrelet allongé bordant la Seine forme une « barrière » perpendiculaire, sur laquelle l’ouvrage vient s’appuyer. L’exploitation de la carrière gallo‑romaine (cf. supra § 3.1.3) a certes entraîné la formation d’une faible dépression et accentué la pente, mais elle n’a pas fondamentalement modifié le relief. Tout au plus a‑t‑elle permis, grâce au surcreusement, de conserver la base des remparts de terre de la fortification urbaine.

6La connaissance du sol ancien et de son relief montre que l’emplacement du fossé n’a pas été choisi à cause de réalités physiques. L’étude pédo‑sédimentaire (cf. supra chap. 2) révèle que les niveaux de graviers et de limons, de part et d’autre du fossé, sont horizontaux. Aucun pendage n’a pu être observé rendant invraisemblable l’existence d’un éventuel talweg aboutissant à la Seine (Trombetta 1987 : 22).

5.2.2 Éléments du paysage

7Le tronçon fouillé de l’enceinte est situé environ à 350 m à l’ouest de celle de Philippe Auguste. Hormis des maisons bâties le long de la rue Saint‑Honoré, la nouvelle enceinte enferme un secteur peu urbanisé dans lequel les jardins et les vergers dominent. Quelques grandes propriétés sont désormais intégrées à la ville close, comme l’hôpital des Quinze‑Vingts, les écoles Saint‑Thomas et Saint‑Nicolas, le manoir de la Petite Bretagne et surtout le château du Louvre, transformé en résidence royale à la même époque. Au‑delà de l’enceinte s’étendent de vastes domaines, comme par exemple un clos de quarante‑deux arpents environ, dépendant du fief de l’Évêché.

8La rareté des vestiges antérieurs à l’enceinte ou contemporains de celle‑ci (plan iii) confirme le caractère rural de la zone, malgré un bon état de conservation des niveaux de cette période. En effet, une couche de terre arable occupe pratiquement toute la surface du terrain, à l’exception de rares zones bâties, comme le manoir du xive s. (cf. supra chap. 4), démantelé pour les besoins de la fortification.

PLAN III ‒ Plan général des vestiges médiévaux antérieurs à l’enceinte de Charles V : A manoir ; B fossés parcellaires ; C tuilerie de Guiot de Moucy ; D emprise du fossé de la future enceinte urbaine.

DAO P. Pihuit/Afan, d’ap. FJC

9Excepté ce manoir, au moins deux limites parcellaires sont antérieures aux fortifications et plus particulièrement aux défenses avancées. La première est un fossé attesté sur 14,50 m de longueur dans la partie nord du site (F 11 sur plan iii et dépliant). Conservé sur une trentaine de centimètres de profondeur seulement, il est à fond plat. Son comblement date du xive s. La seconde est un mur (F 25) conservé sous la forme de deux tronçons discontinus dans la partie méridionale du site (cf. supra § 4.3). Cette limite matérialise certainement l’extrémité occidentale du domaine du manoir du xive s. (plan iii, F 25).

dépliant ‒ Coupe E.-O. à travers l’enceinte : a première fortification (?) (XIVe s.) ; b couche de terre arable (XIVe s.) ; c le rempart de terre (XIVe s.) ; d le chemin du rempart (XIVe-XVe s.) ; e défenses avancées (e1 = XIVB, e2 = XVA, e3 = XVD) ; f le fossé du XVIe s. ; g mur d’escarpe du XVIe s. ; h mur de contrescarpe du XVIe s. ; i égout dans le fossé (XVIe s.) ; j comblement du fossé (début du XVIIe s.) ; k mur de soutènement du jardin des Tuileries (1601) ; I égout moderne (XVIIe ou XVIIIe s.) ; m égout moderne (XIXe s.).

Dessin FJC

TABL. IX ‒ Monnaies et objets monétiformes de l’enceinte urbaine (cf. dépliant).

TABL. IX (fin) ‒ Monnaies et objets monétiformes de l’enceinte urbaine.

10Seuls quelques vestiges isolés ont été repérés dans ce paysage : ce sont deux fosses en pleine terre dont une recoupe le mur parcellaire précité et quelques lambeaux de niveaux d’occupation dans la partie nord du site, sous le rempart de terre.

11L’horizon de limon brun‑gris (dépliant, b, cf. § 5.2.2), présent sur presque toute la surface du site, est chargé en apports anthropiques (tessons de céramique et de verre, ossements, charbons de bois, coquilles...). La formation de cet horizon est postérieure à l’époque romaine, comme l’indique l’absence de mottes de limon brun‑gris au fond des structures de cette époque. Sous le rempart, la couche de limon gris, épaisse de 0,20‑0,25 m et parfaitement plane, épouse la pente générale du terrain (fig. 91b). Elle contient une multitude de fragments de charbons de bois, ainsi que de très nombreux tessons de céramique, datables du milieu du xive s, (cf. infra § 5.8 et fig. 121, nos 1‑19). Les quelques monnaies trouvées dans cette couche n’apportent pas d’élément de datation précis (tabl. ix, nos 21‑23, cf. § 5.2.2). L’étude des macrorestes végétaux suggère un phénomène de fertilisation des champs à l’aide de cendres provenant de foyers (Moulins 1991 : 151). L’analyse palynologique révèle en grande majorité des herbacées : le spectre pollinique est nettement dominé par les Chénopodiacées, suivies par les Poacées, les liguliflores, puis les Céréales (Leroyer, Allenet 1991 : 117, 132). La confrontation de ces résultats avec ceux de la cour Napoléon permet de formuler l’hypothèse d’une constitution de l’horizon brun‑gris par « épandage du remplissage de fosses d’aisances comme fumure » ou par « la culture préférentielle de chénopodiacées au xive s. » (épinards ou blettes, par exemple) (Leroyer, Allenet 1991 : 120). La présence de charbons de bois comme l’abondance de tessons de céramique très fragmentés confortent la première hypothèse.

12Ce niveau de terre arable ne se présente pas sur tout le site de la même façon, Sous les défenses avancées, il apparaît sous la forme de deux couches de couleur et de densité en matériel différentes (fig. 93, f). Sous le futur château des Tuileries, la couche est également différente de celle étudiée sous le rempart, par sa densité en artefacts. C’est une couche analogue qui a été repérée dans la zone des ateliers de tuiliers, où sa mise en place date du début du xive s. et correspond à une phase de remise en culture du secteur (cf. infra § 7.1.2).

5.3 État I : une première fortification ?

13plan iv, 1 ; dépliant, a  (cf. §5.2.2); fig. 89

14Parmi les vestiges antérieurs à l’enceinte urbaine, un vaste creusement (F 16), découvert dans l’angle N.‑E. du site, sous le rempart de terre du xive s., retient l’attention. Il se présente sous la forme d’une grande tranchée, large de 12,70 m et découverte sur 25 m de longueur. Seule l’extrémité sud est connue, au nord elle se poursuit en dehors de l’emprise du chantier. Sa profondeur maximale atteint 4 m sous le niveau du sol d’origine.

15Deux phases d’aménagement ont été distinguées. Dans un premier temps (fig. 89, phase 1 ; dépliant, a1, cf. § 5.2.2) est creusée une tranchée aux parois verticales, d’une profondeur d’ 1,50 m à 1,70 m, sur une largeur de 12,70 m. Trois gros trous de poteau dans le fond témoignent d’un aménagement qui n’a été que partiellement reconnu. Les parois latérales du creusement sont entaillées chacune d’au moins une encoche. Une tuile verticale, disposée au fond de l’une d’elles, paraît avoir servi de calage à un élément enfoncé horizontalement dans la paroi. La nature du dispositif demeure cependant incertaine. Ce sont peut‑être les restes d’un système de levage ou d’une palissade.

PLAN IV ‒ Plan général des vestiges de l’enceinte urbaine.

DAO P. Pihuit/Afan, d’ap. FJC

FIG. 89 ‒ Schéma d’évolution des défenses urbaines.

Dessin FJC

16Dans un second temps (fig. 89, phase 2 ; dépliant, a1, cf . § 5.2.2), après la récupération des poteaux, la partie médiane du creusement est reprise sur une largeur de 8,40 m et une profondeur de 3 m, atteignant les niveaux de sables et graviers du sous‑sol. Ce travail a ménagé deux paliers de part et d’autre de l’excavation (1,80 m de large à l’est ; 2,50 m à l’ouest) qui ont sans doute servi à évacuer les terres extraites du creusement. Les parois de la nouvelle tranchée et son extrémité méridionale sont obliques, le fond est plat.

17Une couche très fine, litée, noire et organique en tapisse le fond (fig. 90). L’analyse des parasites (Bouchet 1991 : 167), des pollens (Leroyer, Allenet 1991 : 117) et des macrorestes végétaux (Moulins 1991 : 149) l’identifient comme un dépôt d’excréments notamment de monogastriques (porc, homme et chien) et de ruminants (ovin, bovin, caprin). L’absence de traces de blindage des parois, constituées à cette profondeur de sables et de graviers, comme l’absence de traces d’érosion tendent à prouver que l’existence de cette tranchée a été brève.

FIG. 90 ‒ Coupe dans le remplissage du grand creusement (fossé inachevé ?) antérieur au rempart de terre de l’enceinte de Charles V.

Cliché FJC

18Le comblement général du creusement a été rapide. Il se fait à l’aide des matériaux extraits lors du creusement. Cette opération paraît avoir été interrompue par des intempéries (violents orages ?), puisque des traces de stagnation d’eau, de boue, puis des glissements de remblais provenant des paliers latéraux ont été observés dans le comblement qui reprend ensuite pour être mené à bien.

19Ce dernier a livré un mobilier peu abondant ; de la céramique, quelques fragments de fer et d’alliage cuivreux, une semelle et un lacet en cuir, une écuelle en bois, le tout dans un bon état de conservation en raison de l’humidité du sédiment encaissant. La céramique associée à cet ensemble indique clairement que creusements et comblements ont eu lieu dans le courant du xive s., et plus vraisemblablement vers le milieu du siècle (cf. infra § 5.8 et fig. 121, nos 20‑25). Cela se passe en tout cas avant la mise en place d’un rempart de terre, élément constitutif de la fortification de Charles V. Le vaste creusement est ensuite recouvert par la couche arable (dépliant, b, cf. § 5.2.2) que l’on trouve partout sur le site. L’homogénéisation de cette dernière avec le remblai supérieur du comblement implique nécessairement que le site a été abandonné pendant quelques années et livré à une utilisation agricole.

  • 2 Le passage d’une lettre du Roi de 1385, indique que les Quinze‑Vingts ont joui d’un jardin jusqu’en (...)

20Comment interpréter ces travaux ? Les observations, limitées à une partie seulement de la structure, sont insuffisantes pour répondre définitivement. Les sources écrites permettent de savoir qu’ils ont été effectués dans ce qui est alors le jardin de l’hôpital des Quinze‑Vingts, exproprié dès 13562 pour la construction des fortifications. Reste à savoir si ces travaux ont lieu avant ou après cette expropriation, c’est‑à‑dire si l’interprétation qui doit en être faite se rattache à un aménagement ordonné par la communauté ou bien s’il s’agit des traces des premières fortifications, entamées sur ordre d’Étienne Marcel dans les années 1356‑1358.

21La forme générale de l’excavation, ses dimensions et sa profondeur ne s’opposent certes pas à cette dernière interprétation. Le mode de creusement, accompagné du rejet des terres extraites sur les deux côtés, se retrouve aussi dans la construction de l’enceinte entreprise un peu plus tard (cf. infra § 5.4.1). L’absence de blindage indique que la structure n’a pas été remplie d’eau, ce que l’analyse des insectes confirme (Desender 1991 : 143). Elle n’a pas non plus dû rester ouverte très longtemps. Certes, elle ne se poursuit pas jusqu’à la Seine et est limitée vers le sud ‒par le manoir de Pierre des Essarts ?– mais on sait aussi que les travaux d’Étienne Marcel sont restés inachevés. Le dépôt excrémentiel dans le fond du creusement n’aide pas à l’interprétation, car il est probablement un rejet secondaire. Les dimensions très vastes du creusement, l’absence d’aménagement des parois ou de la partie supérieure ne sont pas favorables à une utilisation directe en tant que fosse d’aisances. Il faut plutôt voir en cette couche des rejets de vidange de fosses, dont l’origine la plus proche et la plus vraisemblable est la communauté des Quinze‑Vingts. À ce stade, on ne peut aller plus loin dans l’interprétation en raison de l’emprise trop réduite de la découverte.

5.4 États II et III : les fortifications des xive et xve s.

22plan iv, cf. § 5.3 ; fig. 89 ; dépliant, cf. § 5.2.2

23Les fortifications du xive s. comprennent d’est en ouest, c’est‑à‑dire de la ville vers la campagne, un rempart de terre, un fossé en eau et des défenses avancées. À ces éléments défensifs s’ajoutent deux chemins (à vocation militaire ou civile ?), l’un à l’intérieur, l’autre à l’extérieur de la ville.

5.4.1 Le rempart de terre

24plan iv, no 4 cf. § 5.3 ; dépliant, c, cf. § 5.2.2

25Le rempart de terre, large de 28 m, est érigé partout sur la couche arable (dépliant, b, cf. § 5.2.2). Son mode de constitution a pu être correctement appréhendé grâce à deux « banquettes témoins » respectivement de 4 et 16 m de large. Son extrémité orientale est attestée par des couches de graviers qui constituent la partie inférieure des dépôts alluvionnaires, stabilisés par une couche de limon brun permettant l’installation du chemin arrière (cf. infra § 5.4.2).

26La levée de terre est constituée de deux séries de remblais au moins, séparées par un niveau de sol. La première série présente un pendage O.‑E. et reproduit à l’horizontale la stratification du sous‑sol naturel (fig. 91). Du fossé vers la ville, on trouve successivement une couche de limons gris, riche en charbons de bois, de nature identique à la couche arable qu’elle recouvre ; des couches de limon brun ; puis de limons brun et jaune mélangés et enfin des couches essentiellement constituées de limon jaune. Ce premier agencement constitue une levée de terre d’une vingtaine de mètres de large, qui s’élève régulièrement vers l’est jusqu’à une hauteur maximale conservée d’1,70 m. La mise en place progressive de ces couches a entraîné la formation d’un sol matérialisé par une fine couche de sédiment ou le tassement des couches inférieures.

FIG. 91 ‒ Coupe E.‑O. dans la levée de terre : a couches inclinées de la levée de terre ; b couche de terre arable du XIVe s. ; c comblement de la carrière romaine.

Cliché FJC

  • 3 Le fossé, comme la levée de terre, est approximativement de 28 m de large. Sans tenir compte des sé (...)

27La deuxième série surélève la première d’au moins 0,50 m. Les nombreux remaniements ne permettent plus d’en évaluer la hauteur d’origine3. Elle est composée soit de limons brun et jaune, qui présentent un pendage E.‑O. et donc inverse du premier, soit de sable et de graviers déposés horizontalement. Sur 8 m du côté oriental de la levée de terre, le sol n’existe pas et les remblais, composés principalement de sables et de graviers, dépassent la hauteur atteinte par les dépôts précédents. Ces derniers remblais, partiellement conservés, servaient vraisemblablement à clore la première série, tout en amorçant la seconde. En effet, il est probable que les constructeurs les ont délibérément élevés plus haut que le niveau de sol, afin de commencer la nouvelle série de remblais qui se superpose à la première.

28La nature des sédiments identique à ceux des dépôts alluvionnaires et leur stratigraphie inversée, observées sur toute l’étendue du rempart de terre, montrent que sa construction et le creusement du fossé sont contemporains. Les sédiments enlevés du fossé étaient directement réutilisés pour la levée de terre. Ce constat est conforté par la présence de quatre « marches », d’une largeur maximale d’1 m et d’une hauteur variant de 0,13 à 0,35 m, creusées dans le talus du rempart. Des transformations postérieures en ont détruit la partie basse. Lors de la mise en place de la deuxième série de remblais, les marches ont été réparées avec une recharge de limon. Cette couche est à son tour recouverte d’un fin lit de sable et de graviers, qui marque peut‑être sa phase d’abandon. Cet aménagement devait faciliter le transport et la manutention des sédiments extraits du fossé lors de la construction de la levée de terre.

29L’observation des coupes permet de proposer un mode de construction du rempart. Les matériaux extraits du fossé ne sont pas étalés en nappe régulière sur toute l’emprise du rempart, mais accumulés, au fur et à mesure, en travées plus ou moins parallèles. Chaque nouvelle charge était portée à l’est de la précédente, en suivant un tracé approximativement rectiligne. Ce cheminement, utilisé pour toute la largeur de la levée de terre, a pour conséquence la création des sols précédemment décrits. Cette disposition est sûrement le reflet du travail d’équipes distinctes et de points d’évacuation, tels des cheminements de planches ou des chèvres disposés tout au long du chantier. L’espace existant entre deux travées était comblé au fur et à mesure de l’avancement des travaux. De nombreuses irrégularités ont été observées, tant dans l’alternance des différents sédiments que dans la largeur des tas. Ceci laisse penser que la construction était régie par un minimum de moyens humains et matériels plutôt que par une organisation préétablie et stricte.

30Les sédiments de la levée de terre de l’enceinte ont enfin pu être stabilisés par des mottes d’herbe arrachées à la surface de la couche arable comme le suggèrent de petites ondulations régulières, de 0,15 à 0,20 m de large et d’1 à 2 cm de profondeur, remarquées sous le rempart de terre.

31Trois monnaies royales de Philippe VI (2 mai 1328 ‒ janvier 1341) et de Jean II le Bon (22 juillet 1352 ‒ 24 novembre 1352 ; 23 novembre 1356 – 7 février 1358), ainsi qu’une pièce fruste ont été découvertes dans les niveaux de limons et fournissent le terminus post quem de 1356/1358 (tabl. ix, nos 38‑41, cf. § 5.2.2). La céramique retrouvée dans la levée de terre est datée du milieu du xive s. (cf. infra § 5.8 et fig. 122, nos 1‑30). La majeure partie de cette céramique provient en réalité de la couche de « terre arable », remaniée lors de la construction, cependant les quelques tessons qui ont pu provenir d’ailleurs sont parfaitement contemporains et confirment la fourchette chronologique.

5.4.2 Le chemin du rempart

32plan iv, no 7, cf. § 5.3 ; dépliant, d, cf. § 5.2.2; fig. 92

33Lors des travaux de construction du rempart de terre, un chemin courant à sa base est mis en place du côté de la ville. Malgré les nombreuses lacunes, le tracé général de ce chemin a pu être restitué sur environ 130 m de long. Il a été utilisé d’une façon assez intense, marquée par de nombreuses recharges et réfections qui entraînent un élargissement progressif de son assiette. Il semble présenter de légères déviations tout au long de son tracé, qui reflètent sans doute l’irrégularité du talus du rempart de terre.

FIG. 92 ‒ Extrémité orientale du rempart de terre et chemin du XIVe s. Les exhaussements et élargissements progressifs sont bien visibles.

Cliché FJC

34Le niveau le plus ancien (dépliant, d1, cf. § 5.2.2), daté par la céramique du milieu du xive s. (fig. 123, nos 1‑30), est constitué de couches de graviers et de gravats compactés, plus ou moins mélangées à du limon brun‑gris. Ce premier état de circulation, dans lequel le passage de charrois a laissé des ornières de 5 à 15 cm de profondeur, s’établit sur la couche arable, Bien que tronqué par des constructions postérieures, on peut penser qu’il atteignait au plus 2,50 m de large. Des coulées de limons brun et jaune, provoquées par une légère érosion du talus du rempart de terre, se mêlent aux premiers niveaux de circulation.

35Une première réfection (dépliant, d2, cf. § 5.2.2) est matérialisée par l’apport d’une quinzaine de centimètres environ de limon et de gravats, qui exhaussent le niveau de circulation en l’élargissant. Il atteint alors 7 m environ. Une nouvelle recharge de gravats très compactés et de limon, d’une dizaine de centimètres d’épaisseur, marque ensuite la volonté d’assainir ce chemin et d’obtenir un niveau de circulation plan. L’assiette s’élargit ainsi encore, pour atteindre 8 m par endroits. Aucune trace d’ornières n’a été observée dans ces couches.

36Une couche de boue très tassée marque l’utilisation suivante du chemin (dépliant, d3, cf. § 5.2.2). Elle est recouverte par un nouvel éboulement du talus, par un assainissement du terrain constitué de sable et de graviers puis par une nouvelle couche de boue associée à de profondes ornières. Ce dernier niveau de circulation est large de 8,80 m. Un remblai de gravats irrégulier recouvre ce dernier niveau (dépliant, d4, cf. § 5.2.2) sur lequel le passage de charrois a provoqué la formation d’une nouvelle couche de boue, mélangée à du plâtre. Un épais remblai de gravats plâtreux dans lequel aucune trace de circulation n’a été observée recouvre enfin cette dernière surface.

37La céramique issue de ces couches est homogène et indique que ces nombreuses recharges qui exhaussent le chemin en l’élargissant progressivement se succèdent très rapidement. Les trois premières étapes ont livré de la céramique datée du milieu du xive s. Un gros du comté de Rethel, frappé entre 1346 et 1384, provient des recharges élargissant le chemin jusqu’à 8 m (tabl. ix, no 36, cf. § 5.2.2). Les autres monnaies n’apportent aucune indication supplémentaire (tabl. ix, nos 27‑29). Seules les couches postérieures à la quatrième étape sont plus récentes et datées vers la fin du xive s. par quelques tessons, dont un pied de marmite (fig. 123, no 21).

5.4.3 Les défenses avancées

38fig. 93

  • 4 Cette présentation repose sur les observations faites en deux points éloignés, l’un se trouvant à l (...)

39Le système défensif côté campagne consiste en des ouvrages avancés, également en terre. Plusieurs états successifs ont été mis en évidence4.

FIG. 93 ‒ Coupe à travers les défenses avancées ; a fossé occidental ; b levée état II (XVe s.) ; c chemin sur le fossé ; d levée de terre état I (XIVe s.) ; e fossé médian ; f terre arable milieu XIVe s.

Cliché FJC

5 .4.3.1 Une première conception (état II)

40Le premier agencement des défenses avancées comprend, d’est en ouest, une levée de terre, un chemin et un fossé sec (dépliant, e1 cf. § 5.2.2; fig. 89, phases 3‑4).

Une première levée de terre

41Après, semble‑t‑il, un faible arasement du terrain, une levée de terre est mise en place. Elle est composée au nord de couches horizontales de graviers et de mottes de limons brun et jaune, mélangées à du charbon de bois et à des résidus de construction (dont du plâtre à la base) et au sud (fig. 94a, no 1) de couches de limon jaune contenant quelques mottes de limon brun présentant un fort pendage E.‑O.

FIG. 94a, b coupes à travers le fossé oriental ou médian des défenses avancées, dans la partie sud des jardins du Carrousel : 1 première levée de terre (seconde moitié du xive s.) ; 2 comblement primaire du fossé (seconde moitié du XIVe s.) ; 3 dépôt de limon brun ; 4 nouvelle levée de terre du XVe s. Positionnement des coupes, cf. plan IV, §. 5.3.

Dessin FJC

42La levée de terre atteint 0,80 à 1,20 m de hauteur. Comme la surface supérieure ne présente pas d’arasement, il est probable quelle soit conservée sur toute sa hauteur. Sa largeur jusqu’au fossé, observée seulement au sud, est de 20 à 21 m environ. La présence de graviers dans la levée indique quelle a été édifiée comme le rempart de terre en même temps qu’est creusé le grand fossé en eau. Seul ce dernier est en effet assez profond pour atteindre les niveaux de graviers. La céramique découverte dans cette levée de terre (cf. infra § 5.8 et fig. 124, nos 1‑6) peut être datée globalement du milieu du xive s.

Un fossé à l’ouest

43Contemporain ou postérieur de peu de temps, un fossé sec est associé à cette levée de terre (Fig. 89, phase 3). De direction N.‑S., il présente un profil en « V ». Sa largeur varie selon les endroits de 2 à 3,20 m, et sa profondeur d’1,25 à 2 m. Ce fossé évolue rapidement. Des dépôts provenant de l’érosion des parois, notamment de la paroi orientale qui est la plus exposée aux intempéries, se sont accumulés au fond dès son ouverture. D’autres s’ajoutent tout au long de son utilisation. L’activité des lombrics, observée dans ces deux dépôts successifs, laisse supposer que le fossé est resté ouvert un certain temps avant son comblement définitif qui intervient lors de la transformation radicale du système de défenses avancées (cf. infra § 5.4.3.2). Le comblement primaire peut être daté du milieu du xive s. par la céramique. Le comblement définitif est du dernier quart du xive s. (fig. 124, nos 7‑15). La seule pièce de monnaie est fruste et n’apporte aucune indication chronologique (tabl. ix, no 19, cf. § 5.2.2).

Un chemin

44Un chemin, établi entre la levée de terre et le fossé occidental, suit rigoureusement le tracé de ce dernier et ne peut appartenir qu’aux premiers aménagements, mais sans que l’on sache s’il s’agit d’un chemin provisoire aménagé pour les travaux de fortification ou s’il participe pleinement au système défensif. Ce chemin, large de 6 m environ, présente un premier niveau d’ornières directement installé dans le limon naturel (fig. 95 ; plan ivno 2, cf. § 5.3). Il est ensuite recouvert par des recharges de plâtre, de graviers et de fragments de tuiles mélangés à du limon qui portent à leur tour des ornières profondes de 0,30 à 0,60 m, ainsi que de très nombreuses empreintes de sabots (fig. 96). Ces ornières, larges de 0,10 à 0,15 m, présentent un espacement d’1,10 à 0,80 m. La céramique issue de leur comblement est datée du milieu du xive s. (cf. infra § 5.8) (non illustré).

FIG. 95 ‒ Vue des défenses avancées : fossé médian, chemin et fossé occidental (état II).

Cliché FJC

FIG. 96 ‒ Traces de sabots marquant l’utilisation du chemin entre les deux fossés des défenses avancées (état II).

Cliché FJC

Un fossé médian

  • 5 Obstacle constitué de pieux plantés horizontalement dans les parois d’un fossé.

45Ce dispositif de défense est modifié une première fois par le creusement d’un nouveau fossé sec à l’est du premier (fig. 89, phase 4). Les tracés des deux fossés ne sont pas parallèles puisque distants de 12 m au nord et de 8 m au sud. Le nouveau fossé coupe l’extrémité occidentale de la levée de terre. Il présente un profil en « V ». Sa largeur au sommet de la levée de terre varie de 3 à 3,70 m et sa profondeur d’1,70 à 2,40 m. L’altitude de son fond, plus élevée au sud qu’au nord, montre qu’il suit le relief du terrain naturel. Au sud, le talus de la levée de terre est renforcé par endroits par une couche de limon brun qui a livré de la céramique datée du xive s. Au nord, des trous de poteau attestent un aménagement au moins partiel du fossé. Deux de ces creusements sont situés en vis‑à‑vis, en oblique dans les parois. L’un d’entre eux possède encore au fond un calage constitué d’éclats de calcaires et de déchets de plâtre, ainsi que quelques tessons de céramique du xive s. Un autre trou de poteau a été observé dans la paroi occidentale du fossé, à 2 m au sud des précédents. Quelle était leur fonction ? S’agit‑il d’un aménagement provisoire, lié au creusement du fossé, ou bien d’un dispositif supplémentaire de défense de type fraise5 ?

46On retrouve au fond du fossé un premier remplissage naturel peu épais (moins de 0,10 m), puis un comblement volontaire composé de limons brun et jaune mêlés à de fines inclusions de plâtre. Ce fossé fait l’objet, dans la partie nord du site, d’un recreusement. Le profil est toujours le même, il est toutefois plus large (4 m) et moins profond que précédemment (2 m). Ici encore, l’érosion des parois se marque par de fines couches litées. Après cette réfection, ce fossé ne semble plus avoir été utilisé que pendant une courte durée, car aucune activité biologique n’affecte ses parois.

47La céramique (cf. infra § 5.8 et fig. 124, nos 16‑22) permet de dater le remplissage primaire du fossé du milieu du xive s. au nord et, de façon moins précise, du xive s. au sud.

  • 6 Gauchet, Granchon et Trombetta (Gauchet et al. 1992) associent ce fossé à une première phase d’occu (...)

48Ce fossé médian a été observé aussi à l’extrémité méridionale du site, dans la fouille réalisée en 1992 au pied du pavillon des États (fossé F 8) (Gauchet et al. 1992 : 24‑25). Il s’estompe toutefois progressivement pour disparaître vers le sud, en raison de la pente du terrain6. Cet élément des défenses avancées primitives est recouvert par la suite par une aire d’exploitation et un petit bâtiment d’un atelier de tuilier, sans doute celui de Guiot de Moucy (cf. infra § 7.1.3.1). Ni le fossé occidental ni la levée de terre primitive n’ont été observés dans ce secteur du site.

5.4.3.2 Transformation radicale des défenses avancées (état III)

49Une nouvelle conception des défenses avancées succède à la première organisation. Le système associant une levée de terre et un, puis deux fossés, est abandonné. La transformation se fait en deux temps (dépliant, e2, cf. § 5.2.2; fig. 89, phase 5 ; plan iv, nos 5‑6, cf. § 5.3).

50Le fossé médian est tout d’abord comblé entièrement par un gros remblai dont la constitution évoque la stratigraphie inversée du terrain naturel. La présence de gravier dans ce remblai permet d’envisager qu’il est déposé en même temps que des travaux sont effectués dans le fossé. Le pendage E.‑O. des couches allant dans le sens de cette hypothèse. Ce remblai recouvre également la levée de terre et une partie du chemin. La céramique trouvée dans ces couches date du milieu du xive s.

51Un second remblai recouvre ensuite le premier, en même temps qu’il comble définitivement le fossé occidental et qu’il rehausse considérablement le chemin. Cette nouvelle levée de terre (F 13) est haute d’1,50 m et large d’au moins 12,50 m. Son extension orientale n’est pas connue, ni d’ailleurs son articulation avec le grand fossé, en raison des perturbations occasionnées par la construction d’un mur de soutènement sur la contrescarpe, en 1601 (dépliant, k, cf. § 5.2.2) (cf. infra § 8.2.1) et d’un égout moderne (dépliant, m, cf. § 5.2.2). Une succession de surfaces damées, déformées par des dizaines d’ornières, larges de 8 à 14 cm, pouvant atteindre 0,30 m de profondeur (fig. 97), vraisemblablement provoquées par le passage répété des charrois, forment un nouveau chemin sur la levée de terre. La céramique provenant de ces niveaux date de la seconde moitié du xive s. et du premier quart du xve s. (fig. 125, nos 1‑14). Les monnaies (tabl. ix, nos 6‑7, 10‑12, 17 et 20, cf. § 5.2.2) n’apportent que peu d’indications : seul un denier parisis de Charles VI (1385‑1389) (no 7) fournit un terminus post quem.

FIG. 97 ‒ Traces de charroi sur la levée de terre (état III) des défenses avancées.

Cliché FJC

52Il s’agit vraisemblablement du chemin dont il est fait mention dans les sources écrites depuis 1402 et qui passe entre les défenses de la ville et le clos des Quinze‑Vingts (Berty 1866 : 278). Ce chemin dessert des parcelles qui lui sont perpendiculaires (cf. infra chap. 6). Les murs limitant le bâti du côté des défenses sont immédiatement postérieurs à l’aménagement du chemin en bas du talus.

  • 7 D’après la céramique, datée de la seconde moitié du xve s., cet aménagement serait assez tardif. To (...)

53En contrebas de cet espace de circulation se trouve une zone plane au‑dessus de l’ancien fossé occidental (fig. 98), dont l’utilisation est manifestement liée au faubourg. Au droit de la parcelle no 8 (cf. infra § 6.2.2 et fig. 146), l’aménagement de cette aire horizontale entraîne le recreusement du pied du talus (dépliant, cf. § 5.2.2 ; fig. 93). En d’autres endroits, le talus n’est pas recreusé mais en revanche renforcé par une couche argilo‑limoneuse grise, très compactée, d’une dizaine de centimètres d’épaisseur7.

FIG. 98 ‒ Talus de la levée de terre des défenses avancées (état III), chemin au pied du talus et mur parcellaire M 2 du faubourg.

Cliché FJC

54Sur la zone plane devant la parcelle 7 a été fouillée une succession de remblais contenant pour certains des fragments de plâtre et pour d’autres des dépôts organiques, situés plus particulièrement au pied du talus. Les fragments de plâtre évoquent des débris de destruction et correspondent sans doute à l’une ou l’autre phase de travaux dans les parcelles. Les dépôts organiques évoquent des rejets domestiques, pareillement en provenance des parcelles. Cet endroit semble donc avoir servi de dépotoir pour l’habitation voisine. La conséquence est en tout cas clairement perceptible. La succession des rejets exhausse considérablement le niveau du terrain et entraîne des modifications inévitables dans l’aménagement des accès à la maison (états I et III) (cf. infra § 6.2.2.3).

55L’extension de la nouvelle levée de terre a pu être suivie jusqu’à l’extrémité méridionale du site, dans la fouille réalisée en 1992 au pied du pavillon des États (Gauchet et al. 1992 : 36‑37). Les mêmes couches pentues de sable et de graviers forment une levée d’une largeur de 16,40 m devant le mur de contrescarpe. À cet endroit, l’état II des défenses avancées se superpose aux niveaux d’occupation de la tuilerie de Guiot de Moucy (cf. infra § 7.1.3.1). La destruction du petit bâtiment de la tuilerie fut brutale et son comblement effectué lors de l’édification de la levée de terre, les sables et graviers se superposant aux déchets de tuiles. L’empiétement des tuileries sur le domaine public est dès lors enrayé et les limites de celles‑ci sont rétablies à leur emplacement d’origine.

5.4.4 Le(s) fossé(s) en eau

56L’existence d’un grand fossé en eau au moins, dès le xive s., ne fait guère de doute, Malheureusement, les remaniements successifs de l’enceinte entre sa construction au xive s. et son abandon au xviie s. ont fait disparaître la plupart des vestiges de cette époque. Seule une partie du profil originel du bord oriental du fossé est conservée par endroits sous les remblais modernes (dépliant, cf. § 5.2.2). L’observation de deux coupes montre clairement que la couche arable, le comblement de la carrière gallo‑romaine et les sables et graviers du sous‑sol ont été entaillés en biais, selon une pente d’environ 35o, correspondant au talus du rempart de terre.

57Le profil du fossé du côté ouest, vers les défenses avancées, est beaucoup moins bien assuré. Il semble que le creusement et le remplissage de limon jaune et brun, observés à l’arrière de la tranchée de fondation du mur de contrescarpe, puissent être interprétés comme un vestige du profil occidental du fossé (fig. 99).

FIG. 99 ‒ Le talus de la contrescarpe derrière le mur de soutènement du petit jardin des Tuileries (1601).

Cliché FJC

  • 8 Cette largeur, inhabituelle pour un unique fossé, rend possible l’existence d’un double fossé. Cert (...)

58Entre ces deux profils s’étend une zone de 28 m, qui pourrait correspondre à la largeur originelle du fossé. Dans cet intervalle très vaste, y avait‑il un ou deux fossés ? Aucun indice archéologique ne permet de répondre à cette question8. Le réaménagement au xvie s. a fait disparaître toute trace du fond du fossé antérieur (cf. infra § 5.5.3), à l’exception de mottes de vase trouvées dans la tranchée de fondation du mur d’escarpe du xvie s. Il empêche aussi de comprendre pourquoi le tracé des défenses avancées et celui du fossé du xvie s. ne sont pas parallèles.

5.5 État IV : les fortifications au xvie s.

59plan iv, no 8  cf. § 5.3; fig. 89, phase 6

60Les fortifications de Paris subissent au xvie s. d’importantes transformations destinées à renforcer l’efficacité du rempart de terre, du fossé et des défenses avancées. Les travaux se caractérisent par le recreusement du fossé et la construction de puissants murs d’escarpe et de contrescarpe. L’escarpe est pourvue d’une plate‑forme de tir, située approximativement à mi‑distance entre la Seine et la porte Saint‑Honoré (fig. 100).

FIG. 100 ‒ Vue générale des murs d’escarpe (a) et de contrescarpe (b), de la vase (c) à moitié enlevée du fossé, d’une petite partie de la levée de terre du rempart (d), d’un premier égout (e) retrouvé sous la vase et sous un égout plus moderne (f) et du mur parcellaire M 5 (g).

Cliché FJC.

61À cette époque, les défenses avancées n’existent plus en tant que telles. Seule subsiste la large levée de terre que deux remblais successifs (dépliant. e3, cf. § 5.2.2) ont encore exhaussée dans le dernier quart du xve s. (fig. 151, nos 1‑3), recouvrant en même temps la zone basse au pied des maisons du faubourg, alors en pleine extension. La fouille de ce secteur soulève toutefois un problème qui n’a pas été résolu : celui de l’évolution du chemin « sur les remparts », pourtant clairement attesté par les sources écrites du xvie s. Contrairement aux niveaux de circulation du xve s., marqués par des traces incontestables (ornières, recharges, empreintes de sabots), ceux du xvie s. n’ont pas été observés. Un problème similaire existe à propos du chemin qui longe le rempart de terre côté ville. Aucun état du xvie s. n’a été retrouvé, alors que les sources écrites semblent indiquer que la levée de terre a toujours un rôle défensif à cette époque (cf. infra § 5.12.2).

62Toujours dans le courant du xvie s., une nouvelle modification est apportée au fossé. Un égout (plan iv, no 9 ; dépliant, i ; fig. 89) est construit, puis modifié, le long du mur de contrescarpe. Pour son aménagement ou pour un simple entretien, il est d’autre part certain que le fossé est curé.

5.5.1 Les murs d’escarpe et de contrescarpe

63dépliant, g, h, cf. § 5.2.2 ; fig. 89, phase 6

64Ces murs ont été dégagés sur une longueur de 170 m environ. L’étude de leur construction repose en grande partie sur deux coupes réalisées à travers la maçonnerie. La direction générale de ces murs est rectiligne, leur construction est très soignée. Ils résultent manifestement d’un même programme architectural car le parti adopté pour leur construction est identique. Cette homogénéité se traduit par l’utilisation en fondation de longrines en chêne, par la structure interne des murs et par la taille des pierres de parement, qui présentent toutes un chanfrein comparable.

65Ces analogies n’empêchent toutefois pas quelques différences, notamment dans l’épaisseur et la hauteur de fondation des murs, dans les dimensions des longrines de bois, dans le parallélisme approximatif des deux murs, dans l’hétérogénéité des modules des blocs de parement et de la hauteur des assises d’un mur à l’autre, et enfin dans les marques lapidaires. En raison de ces variations, on ne peut être tout à fait certain de la parfaite contemporanéité des deux murs. Il est impossible d’affirmer si leur construction est simultanée ou décalée, et dans ce cas quel mur précède l’autre.

66L’analyse détaillée des murs permet de conclure à leur édification en deux étapes majeures (fig. 101). Toutes deux comprennent un bourrage massif et un blocage appareillé. Ces deux étapes de construction n’ont pas pu être observées au niveau de la plate‑forme, celle‑ci n’ayant pas été suffisamment dégagée lors des terrassements. Elles n’apparaissent pas non plus sur les parements qui présentent une grande homogénéité. C’est pourquoi les observations concernant l’épaisseur des murs, la plate‑forme et le parement sont présentées séparément.

FIG. 101 ‒ Coupes des murs d’escarpe et de contrescarpe : 1 première étape ; 2 première étape bis ; 3 deuxième étape ; 4 deuxième étape bis ; 5 troisième étape (début XVIIe s.) ; 6 longrine en bois ; 7 graviers ; 8 socle rocheux.

Dessin FJC.

5.5.1.1 Construction des murs : première étape

67Le parti adopté pour l’installation des deux murs est identique (fig. 101, no 1). De part et d’autre du fossé, les talus du rempart et des défenses avancées du xive s. sont retaillés pour recevoir les fondations.

  • 9 La topographie du toit calcaire a pu être restituée grâce à la carte de l’Atlas géologique de la vi (...)

68Côté ville, le fond de la tranchée de fondation atteint localement le toit calcaire, qui a, à l’emplacement des jardins du Carrousel, une forme de dôme dont le sommet se situe dans la partie nord du site9. Rien ne permet toutefois de penser que les bâtisseurs ont recherché la roche pour asseoir leur construction. Il est au contraire vraisemblable qu’ils ne connaissaient pas au préalable la nature du sous‑sol et qu’ils ont concilié les impératifs de la construction avec ceux du terrain. C’est pourquoi la roche a été entaillée de quelques centimètres (0,25 m au maximum) quand c’était nécessaire. Côté campagne, la tranchée de fondation du mur de contrescarpe est moins profonde : elle n’affleure le toit calcaire qu’en un seul point, sans jamais l’entailler.

  • 10 Nous tenons à remercier chaleureusement M. Denis Rolland pour ses indications précieuses sur la tec (...)

69Des longrines en bois longitudinales sont ensuite posées dans les tranchées (fig. 102). Présentes uniquement sous les parements des murs, elles en constituent la semelle de stabi lité10. Pour répartir les charges et pouvoir régler leur pose, les longrines sont toujours séparées du toit calcaire par un lit de graviers peu épais. En deux endroits seulement, sous le mur d’escarpe, elles font défaut et sont remplacées par des moellons moins épais qu’elles. C’est le cas à l’emplacement de la coupe illustrée (fig. 101).

FIG. 102 ‒ Détail du parement de l’escarpe à l’angle nord de la plate‑forme. À la base, on remarque les longrines en chêne.

Cliché FJC

70Les longrines n’ont pas les mêmes dimensions sous les deux murs. Elles ont approximativement 8 m de long sous l’escarpe et 5 m sous la contrescarpe où elles sont également plus fines. Elles sont rectilignes, à l’exception de celles situées sous la plate‑forme du mur d’escarpe, qui sont mises en forme pour accueillir la construction courbe et donner la direction générale de la maçonnerie qu’elles supportent (fig. 103, no 4).

FIG. 103 ‒ Plan de la plate‑forme du mur d’escarpe : 1 arête centrale ; 2 arête longitudinale nord ; 3 gouttière nord ; 4 longrines ; 5 arête longitudinale sud ; 6 lits de pose ; 7 dalle avec lit d’attente ; 8 égout moderne.

Dessin FJC.

71Un premier lit de blocs à peine équarris repose sur les longrines. Probablement pour en affiner l’horizontalité, des petites pierres de calage ont été placées localement entre ces blocs et les longrines. Les altitudes relevées à la base du mur d’escarpe montrent une légère pente de 2 mm/m du nord au sud. Pour le mur de contrescarpe, la fondation semble un peu plus régulière. Alors que la partie inférieure de cette première assise reste non taillée, la partie supérieure est dressée, de manière à affiner la direction du parement. Parfois hésitante, celle‑ci n’apparaît véritablement régulière qu’à la deuxième ou troisième assise. Les légers rattrapages de direction observés au niveau des deux premières assises, qui n’ont par ailleurs aucune incidence sur la régularité générale des murs, pourraient être expliqués par la difficulté du travail dans l’eau stagnante des fonds de fouille.

72Les murs, larges à la base de 3,60 m pour l’escarpe et de 2,50 m pour la contrescarpe, comprennent un parement sur douve et un blocage composé de moellons et d’éclats calcaires ainsi que de rognons de silex, noyés dans un mortier de chaux, de sable et de gravillons, très dur (fig. 104). Une analyse chimique des mortiers, confiée à M. Dufournier du CRAM à l’université de Caen, n’a pas apporté d’informations supplémentaires sur leur composition ; il semble que tous les mortiers utilisés lors des différentes étapes de construction aient des propriétés équivalentes. Leur trop faible teneur en argile indique que ce ne sont pas des mortiers hydrauliques.

FIG. 104 ‒ Coupe E.‑O. à travers le mur d’escarpe. À l’emplacement de la coupe, le mur repose directement sur le socle rocheux et ne nécessite pas de longrine en chêne.

Cliché FJC.

73Pour le montage de l’ensemble, il semble que le parement a d’abord été posé afin de servir de coffrage, puis que le blocage, constitué d’une masse compacte, a été déversé entre le parement et le bord de la tranchée de fondation. Dans le cas de l’escarpe, ce procédé est utilisé pour la première étape de construction. Pour la contrescarpe, le blocage est coulé dans la tranchée de fondation sur une hauteur d’ 1 m environ : au‑dessus, la face ouest, grossièrement parementée, laisse subsister entre le mur et le bord de la tranchée un vide comblé de limons.

74Un arrêt dans la construction se situe au niveau de la septième assise du parement de l’escarpe et de la cinquième du mur de contrescarpe (fig. 101). Aucune interprétation satisfaisante n’a pu être proposée pour cet arrêt bien horizontal. La construction reprend ensuite selon le même procédé (première étape bis), mais avec un mortier caractérisé par l’absence de silex dans sa charge. Le blocage arrière des deux murs est assisé.

75Pour l’escarpe, il ne reste de la maçonnerie que trois assises de parement sur fossé. Le blocage est en retrait d’une vingtaine de centimètres par rapport à la partie basse, laissant un vide comblé par du limon. Le léger décrochement de limon, observé uniquement en coupe, au niveau de l’arrêt de construction séparant la maçonnerie, peut avoir été provoqué par un effondrement de la paroi de la tranchée. Pour la contrescarpe, il ne reste de la maçonnerie qu’un seul bloc de parement sur fossé. Le blocage est légèrement débordant à l’arrière, par rapport à la partie basse. Au niveau de l’arrêt de construction constaté plus haut, la tranchée de fondation marque un épaulement, large d’ 1,60 m.

76Le sommet de cet ensemble, tel qu’il a été observé, correspond à un arasement et localement (sur le mur d’escarpe) à une destruction du blocage en forme de cuvette, provoqués par l’installation d’un nouvel état du mur (cf. infra § 5.5.1.2). Le négatif d’un bloc de parement ainsi que la tranchée de fondation qui monte plus haut que le blocage confirment l’hypothèse d’une destruction partielle de ce premier état. Cette reprise de travail paraît exister sur toute la longueur, mais l’altitude de l’arasement oscille légèrement. Le niveau de l’arrêt supérieur du mur de contrescarpe varie également.

5.5.1.2 Construction des murs : deuxième étape et deuxième étape bis

77Cette deuxième étape se distingue de la première par trois différences essentielles, communes aux deux murs (fig. 101, nos 3, 4). La face arrière des blocages n’est plus assisée et présente différents profils selon les endroits. Au nord, elle est en débord par rapport à la maçonnerie de la première étape. Les tranchées de fondation sont aussi nettement plus évasées et recoupent les comblements des tranchées de fondation de la première étape. Enfin, la nature du mortier est plus fine et moins dense.

78Cette seconde étape est la poursuite de la construction du mur, puisque les parements, seuls éléments destinés à être visibles, ont les mêmes caractéristiques que précédemment :
‒ un module et une taille des pierres semblables ;
‒ des marques lapidaires similaires ;
‒ un fruit des murs à peu près constant de l’ordre de 8 % pour l’escarpe et de 10 à 11 % pour la contrescarpe.

79Cette étape de construction comprend les quatre assises supérieures des parements de l’escarpe et de la contrescarpe. Les blocages arrière ne sont pas partout homogènes ; une différence de mortier permet d’y voir des reprises ponctuelles (deuxième étape bis).

  • 11 Le ressaut inférieur, qui est le sommet de la fondation débordante, se situe à une altitude variabl (...)
  • 12 La largeur du mur de contrescarpe, constante sur l’ensemble de l’élévation, est de l’ordre de 2,50  (...)

80Le mur d’escarpe n’est pas conservé partout à la même hauteur. L’absence de traces d’arrachement, l’apparente finition de la maçonnerie et le recouvrement par les remblais du comblement final du fossé suggèrent que l’altitude maximale du blocage visible en un endroit était le niveau supérieur du mur. Trois ressauts assisés11 répartis sur le blocage arrière de la maçonnerie, qui est alors parementé, réduisent l’épaisseur du mur12. Ces ressauts correspondent à la base de la levée de terre (cf. supra § 5.4.1) et soit ils marquent l’élévation du mur, soit ils constituent un simple parement de propreté, recouvert par les terres du talus. Il est certain qu’au‑dessous de ce niveau, le blocage se trouvait en fondation et n’était, par conséquent, pas visible.

5.5.1.3 La plate‑forme

81La plate‑forme fait partie intégrante du mur d’escarpe (fig. 100, 103). De forme oblongue, elle constitue une excroissance de 3,80 m par rapport au nu de la partie rectiligne du mur auquel elle est liée par deux contrecourbes. Sa surface supérieure est constituée d’un dallage et d’un blocage arrière. Son plan n’est pas symétrique. Elle est contemporaine de la partie rectiligne du mur puisque aucune rupture dans la construction n’est visible et qu’au contraire le parement comme le blocage sont identiques.

82L’observation de la surface et de l’arrière du mur a permis de comprendre le principe d’édification. Tout d’abord, le contour de la plate‑forme est donné par le mur qui tout en adoptant une forme courbe, et non plus rectiligne, garde une même épaisseur. Ensuite, le dallage du sommet comme la maçonnerie arrière de la plate‑forme sont installés assez superficiellement sur le terrain naturel, qui à cet endroit est constitué de sable et de graviers. Enfin, la maçonnerie arrière est construite de manière à récupérer l’alignement donné par l’arrière du mur rectiligne. C’est le point de raccordement, particulièrement négligé, des maçonneries qui a permis de saisir le mode de construction utilisé. L’installation en cuvette de la maçonnerie arrière, qui repose sur une seule assise de pierre de taille, tend enfin à prouver que la construction n’est pas pleine en fondation, mais plutôt creuse.

83Une partie du dallage de la plate‑forme est conservée en place, elle est constituée de trois ensembles de dalles, toutes taillées à la laye. On distingue (fig. 105) :
‒ les dalles de bordure, présentant sur une partie de leur surface un lit d’attente ;
‒ les dalles centrales, déterminant l’axe de la plate‑forme et présentant une arête en leur centre, constituant le point haut de la partie dallée. Conservées au nombre de trois, elles sont de forme rectangulaire et de dimensions à peu près constantes (0,87 x 0,62 m) ;
‒ les dalles centrales, de formes plus variées, disposées parallèlement les unes par rapport aux autres au sud de l’arête, et en rayon au nord. Cette différence s’explique par la dissymétrie de la surface dallée, répondant à celle de la plate‑forme. Toutes sont parfaitement ajustées et liées au mortier. L’épaisseur des joints peut atteindre 3 cm.

FIG. 105a vue générale du dallage de la plate‑forme ; b et c vues sur l’arête centrale du dallage.

Dessin et cliché FJC

84La surface du dallage ne présente pas de traces d’usure, ce qui tend à prouver que la plate‑forme a peu ou pas été utilisée.

85Des aménagements pour l’évacuation des eaux sont constitués par :
‒ une double pente N.‑S. à partir de l’arête centrale (fig. 103, no 1) ;
‒ une double pente E.‑O. dans la partie nord (fig. 103, no 2) et l’amorce d’une pente E.‑O. dans la partie sud (fig. 103, no 5), conduisant l’eau de ruissellement vers des gouttières. Seule la gouttière nord (fig. 103, no 3) est conservée près du point de chaînage de la plate‑forme avec la partie rectiligne du mur, mais une seconde gouttière peut être restituée, selon toute vraisemblance, au sud. Ces aménagements laissent penser que la plate‑forme est à ciel ouvert, ou du moins qu’elle peut être recouverte d’eau lors de crues.

86Aux endroits les mieux conservés, des lits de pose étaient visibles sur le pourtour du dallage (fig. 103, no 6). Ils se situent à une altitude comprise entre 28,80 et 28,90 m. Au nord, ceux‑ci n’ont été observés qu’au niveau de la gouttière et à l’arrière de la plate‑forme sur toute la longueur de l’espace dallé. Ce qui en subsiste est suffisant pour déterminer une aire de circulation dissymétrique, d’une surface de 40 m2 avec une limite arrière plus inclinée au sud qu’au nord. Les lits de pose forment un rebord de 3 cm par rapport à la surface de circulation des dalles, peut‑être pour maintenir les joints hors d’eau lors de pluies courantes.

87Une dalle visible à l’avant de la plate‑forme (fig. 103, no 7) ainsi que celles qui constituent la gouttière offrent sur toute leur surface un lit d’attente. Ceci permet de restituer avec vraisemblance un parapet sur douve d’environ 1,40 m de large. À l’arrière de l’aire dallée, les lits d’attente correspondent sans doute à un autre parapet. La plate‑forme était‑elle couverte ? Son état de conservation ne permet pas de répondre avec certitude, même si la présence d’une voûte est vraisemblable (cf. infra § 5.12.2).

88De même, aucune trace d’aménagement particulier permettant l’accès à la plate‑forme n’a été repérée.

5.5.1.4 Les parements

89Les parements des murs d’escarpe et de contrescarpe (fig. 106) ne peuvent être étudiés que partiellement. Seules les trois premières assises de la contrescarpe sont conservées. Les deux suivantes ont été soit entaillées profondément, soit remplacées pour la pose d’un égout postérieur. Les observations portent donc principalement sur le parement du mur d’escarpe, beaucoup mieux préservé.

FIG. 106a mur d’escarpe : plan, profil et relevé partiel de l’élévation ; b mur de contrescarpe : plan, profil et relevé partiel de l’élévation ; en tramé, les corbeaux de soutènement des balcons du jardin des Tuileries (1601).

Dessin et cliché FJC

90Les murs, en moyen appareil réglé, sont élevés en pierres de taille calcaires, posées en panneresse, taillées au pic et à la laye. La plupart des blocs présentent en parement une face taillée légèrement oblique résultant du procédé de montage. En effet, il semble que pour la construction, les blocs ont été disposés en gradins, leur partie inférieure a été laissée verticale sur un quart de la hauteur (soit environ 7 cm) puis la partie haute a été taillée de manière à rejoindre la base de l’assise supérieure. C’est cette méthode de travail qui donne au parement son fruit.

91Le module le plus courant des blocs varie entre 0,84 et 0,99 m de longueur, pour une hauteur moyenne de 0,30 m. La largeur varie de 0,50 à 0,70 m. Les blocs de la base de chaque étape du mur semblent plus larges que ceux du sommet. Certaines pierres de taille ont jusqu’à 1,40 m de long, ce qui témoigne de la bonne qualité du banc de calcaire exploité.

92Les joints de lits sont rectilignes, creux et ont une épaisseur comprise entre 1 et 4 cm. De petites cales de tuiles et de pierres, identiques à celles déjà observées au niveau des longrines (cf. supra § 5.5.1.1), peuvent être introduites dans les joints. Au sud de la plate‑forme, des cales en bois de section carrée de 4 cm de côté ont été observées entre la première et la deuxième assise. Elles se situent aux extrémités de blocs.

93Le parement de la plate‑forme n’offre pas de rupture par rapport au reste du mur. La transition entre les deux parties, courbe et rectiligne, se fait par des pierres d’angle. Le montage de la plate‑forme s’est fait manifestement en lits. Sa forme a, dans un premier temps, été donnée par les longrines, mais comme il l’a déjà été noté, d’une manière approximative (cf. supra § 5.5.1.1). Puis, dans un second temps la courbure est donnée par la taille de la partie supérieure de la première assise. Les suivantes sont installées suivant le principe énoncé pour le mur rectiligne. Une des pierres d’angle du parement offre dans sa partie haute un chanfrein qui se poursuit sous la gouttière. Conservée sur deux blocs, cette moulure devait initialement border l’ensemble de la plate‑forme. Le profil général de cette dernière est légèrement différent du mur rectiligne, puisqu’il possède à sa base, un empattement taluté et non le simple fruit précédemment évoqué. Une treizième et dernière assise, conservée localement au nord de la plate‑forme, n’est plus en place.

94Environ trois cents marques lapidaires ont été relevées, tant sur le mur d’escarpe que sur celui de contrescarpe (fig. 107). Elles sont globalement plus nombreuses sur l’escarpe, où elles ont été relevées sur toute la hauteur de l’élévation, que sur la contrescarpe. Sur cette dernière, elles apparaissent, malgré les lacunes dans le parement déjà évoquées, concentrées principalement sur les deux assises inférieures. Une trentaine de marques différentes ont été observées. Elles sont de deux sortes : les unes sont gravées dans la pierre et apparaissent donc en creux (fig. 108) ; les autres, plus rares, sont dessinées à la mine noire. L’association de marques (taillées ou dessinées) et de traits est assez fréquente. Quelques marques gravées ont été soulignées à la mine, notamment sur l’escarpe. Malgré leur parenté, les marques ne sont pas identiques sur l’escarpe et sur la contrescarpe. Certaines sont regroupées par tronçons sur le mur d’escarpe, alors qu’elles semblent plutôt disposées en lits sur le mur de contrescarpe. Leur répartition n’a pas été étudiée davantage. Une analyse plus poussée devrait apporter des informations concernant le mode de montage du mur (présence de marques particulières et toujours regroupées).

FIG. 107 ‒ Marques lapidaires : 1 mur d’escarpe ; 2 mur de contrescarpe ; 3 mur de soutènement du jardin des Tuileries (1601) ; 4 mur M 6 dans le fossé.

Dessin FJC

FIG. 108 ‒ Marque lapidaire gravée sur un des blocs de l’escarpe.

Cliché FJC

5.5.1.5 Datation des murs

95La construction de l’escarpe, de la contrescarpe et de la plate‑forme est datée par la dendrochronologie des longrines de chêne utilisées dans leurs fondations (Lambert, Lavier 1991 ; 1994). Les datations absolues des derniers cernes conservés s’échelonnent de façon homogène et certaine entre 1469 et 1493 pour l’escarpe (ainsi que la plate‑forme) et entre 1456 et 1485 pour la contrescarpe. Comme aucun bois n’a fourni de cambium, ces dates ne constituent que des termini post quem assez grossiers qui doivent être affinés par la méthode d’estimation des rares aubiers conservés de manière à proposer des périodes probables d’abattage. Les calculs permettent de situer celles‑ci après 1505 pour l’escarpe. D’autres calculs, incluant l’hypothèse d’un délai de 0 à 5 ans entre le moment où le bois est abattu et celui où il est utilisé, tendent à proposer une date de construction de la contrescarpe avant 1509. Toutefois, ces datations reposent sur plusieurs hypothèses (contemporanéité de la construction des deux murs, contemporanéité de l’abattage des arbres, utilisation rapide des bois) et une probabilité (l’aubier comprend en général entre 10 et 40 cernes) ; ils sont donc susceptibles d’être discutés à l’aune d’autres indices chronologiques.

96Aucun autre élément d’ordre strictement archéologique ne peut être avancé pour confirmer cette datation. La vase dans le fossé fournit au mieux un terminus ante quem pour son utilisation et encore, sans tenir compte des nombreux curages attestés dans les sources de l’époque (Bouquet 1771 : 266). Le (re)creusement du fossé et des tranchées de fondation a d’autre part fait disparaître la plupart des niveaux antérieurs et ceux qui subsistent n’ont pas livré de témoins utilisables. En revanche, les archives fournissent des renseignements précis et les murs (surtout la plate‑forme) peuvent être replacés aisément dans l’évolution de l’architecture militaire du début du xvie s. (cf. infra § 5.12.2).

5.5.2 L’égout dans le fond du fossé

97plan iv, no 9, cf. § 5.3; dépliant, i cf. § 5.2.2 ; fig. 109 ; fig. 89, phase 7

5.5.2.1 Présentation

98Lors des terrassements du fossé, une structure parallèle à la contrescarpe est apparue, affleurant localement le sommet de la vase. Comprenant un mur et un sol dallé, cette construction a été observée sur 90 m de long. Au nord, elle se prolonge au‑delà des limites du chantier ; vers le sud, elle s’interrompt brutalement. Formant manifestement un canal, cette structure a été interprétée comme un égout aménagé au fond du fossé et appuyé contre le mur de contrescarpe (fig. 110). Au cours de son utilisation, elle a subi un réaménagement significatif.

5.5.2.2 Disposition initiale

99Dans un premier temps, le mur est continu (fig. 109, B). Dans la partie septentrionale et jusqu’à hauteur de la plate‑forme de l’escarpe, il repose dans les sables et graviers ; au sud, il repose directement sur le toit calcaire. Dans cette partie méridionale, le mur comprend une base, réalisée en blocage de moellons grossièrement équarris mêlés à quelques pierres de taille, le tout lié au mortier de sable chargé en silex. Cette base formait‑elle un radier continu jusqu’au mur de contrescarpe ? L’irrégularité du massif (d’une largeur variant d’1,50 à 2 m) le suggère, mais les destructions postérieures ne permettent plus d’en être assuré. Sur cette base, le mur plus étroit (de 0,70 à 1,20 m) est constitué d’un blocage irrégulier et d’un parement interne en pierres de taille calcaires. Le liant est un mortier de sable, sans adjonction de silex. Ce mur, construit en moyen appareil et parfaitement réglé, se situe à une distance constante de 2,80 m environ du mur de contrescarpe. Le sol n’y est pas conservé, mais des traces d’arrachage sont visibles. Dans la partie nord, il est constitué de dalles calcaires soigneusement jointoyées, qui recouvrent tout l’espace jusqu’au mur de contrescarpe. Ce sol présente une pente globalement régulière de 0,3 % vers la Seine.

FIG. 109 ‒ L’égout dans le fossé de l’enceinte urbaine : A schéma de situation des vestiges ; B plans de la disposition initiale et du réaménagement de l’égout, avec positionnement des coupes a, b et c ; C coupes a, b et c à travers l’égout (1 mur de contrescarpe, 2 comblement de vase, 3 dépôt d’utilisation, 4 mur et sol de l’égout).

Dessin FJC et Chr. Hochstrasser

FIG. 110 ‒ Vue générale du mur (M 6) de l’égout dans le fossé. À l’arrière‑plan, le mur bouchant le conduit.

Cliché FJC

100Dans la partie septentrionale, la base n’existe pas ; le mur et le sol de l’égout sont directement installés sur les sables et graviers. Le mur est conservé sur une hauteur maximale d’ 1,60 m au‑dessus du dallage, soit cinq assises.

101Les pierres de taille présentent en parement les mêmes caractéristiques que celles des murs d’escarpe et de contrescarpe, bien que la taille légèrement oblique ne réponde pas à la nécessité d’un fruit. Elles portent également des marques lapidaires (fig. 107) qui ne sont toutefois pas rigoureusement identiques à celles de l’escarpe et de la contrescarpe. Quarante‑quatre marques ont été relevées sur l’ensemble du tronçon dégagé. Il en existe sur presque tous les blocs, y compris sur ceux qui sont noyés dans le blocage. Des cercles, des marteaux ou des lettres sont le plus souvent représentés.

102Dans la partie méridionale de l’égout, le dallage n’est pas conservé, mais il en subsiste des traces d’arrachement au sommet de la base. À l’extrémité méridionale de l’égout, le dégagement de la face externe du mur a permis de mettre au jour, sur une dizaine de mètres de longueur, des éléments de bois : trois planches appliquées contre quatre pieux reposant sur le toit calcaire (fig. 111).

FIG. 111 ‒ Coffrage en bois sur la face orientale du mur (M 6) de l’égout.

Cliché FJC.

  • 13 Une autre interprétation possible est celle d’un dispositif servant à compenser les forces exercées (...)

103Deux des planches présentent à de multiples endroits des restes de chevilles qui permettent de penser qu’il s’agit de planches qui étaient assemblées et qui ont été coupées pour leur récupération. L’une d’elles était prise dans la maçonnerie. Ces vestiges correspondent certainement aux restes d’un caisson étanche, nécessaire à la construction de l’égout pour retenir la vase, si ce n’est l’eau du fossé13.

104La datation de cet égout repose uniquement sur l’étude dendrochronologique des bois du coffrage (Lambert, Lavier 1991 : 4‑5). Celle‑ci révèle que les bois ont été abattus au plus tôt en 1534, soit une trentaine d’années plus tard que ceux utilisés pour la construction des murs d’escarpe et de contrescarpe. Ces éléments de bois étant des éléments de récupération, la construction de l’égout est certainement plus récente que le terminus post quem de 1534.

5.5.2.3 Réaménagement significatif

105Dans un deuxième temps, le fonctionnement de l’égout est modifié (fig. 109, B). Un mur grossier est construit en travers du canal et ferme son débouché vers la Seine (fig. 112). Ce mur repose partiellement sur de la vase, d’où un affaissement de la maçonnerie et une fissure, visible sur presque toute l’élévation.

FIG. 112 ‒ Exutoire de l’égout (état II).

Dessin et cliché FJC

106Un nouvel exutoire est aménagé vers l’intérieur du fossé. À cet effet, deux ouvertures, larges de 0,60 m environ, sont percées à travers le mur, à hauteur d’un axe marqué par la plate‑forme de l’escarpe, juste devant le mur fermant le canal. Les percements résultent de l’enlèvement d’un bloc du parement par assise, sur toute la hauteur de l’élévation conservée. Leur encadrement est ainsi extrêmement irrégulier. Au débouché de cet exutoire et sur une longueur de 4 m environ, le sol de moellons et la base ont été détruits, ménageant une sorte de puits perdu.

107L’aménagement de cette nouvelle issue dans le fossé a entraîné l’abandon et la destruction de l’égout au‑delà du bouchon. L’extrémité méridionale de ce mur indique clairement un arrachement et une destruction de l’égout, dont on peut penser qu’il se poursuivait à l’origine jusqu’à la Seine.

108Comment expliquer ce réaménagement et le choix de cet endroit ? Il est possible que le débouché latéral dans le fossé réponde à un problème de reflux de la Seine dans l’égout, tel qu’il était primitivement conçu. L’emplacement de ce nouveau débouché coïncide avec un approfondissement important du fond du fossé (cf. infra § 5.5.3.1) et suffit sans doute à expliquer sa localisation. Ce second état semble être également accompagné d’un curage, du fossé.

5.5.2.4 Les niveaux d’utilisation de l’égout

109Sur son dallage se sont accumulés de fins dépôts de limons et de sables gris orangé qui résultent de son utilisation. Ces couches sont de nature très différente de la vase qui comble le fossé. Un mobilier composé d’ossements, de céramique, de quelques éléments métalliques (cuillères) et de verre (verres à pied) a été trouvé principalement dans le comblement du puits perdu. La céramique est globalement datée de la seconde moitié xvie s. et du premier tiers du xviie s. Seul le matériel provenant du canal aurait pu permettre de dater chacune des phases, mais la fouille n’a pas permis de distinguer dans ces dépôts les deux états de l’égout. L’analyse pratiquée dans les dépôts lités a révélé l’absence de cladocères, indiquant un milieu privé de lumière, ou toxique (Ponséro 1991 : 37).

5.5.2.5 Un égout couvert ?

110La question de sa couverture se pose. Dans la partie nord du fossé, l’ancrage d’une voûte dans le mur de contrescarpe a été nettement observé. Elle était masquée par la maçonnerie d’un égout moderne du xviie ou du xviiie s. (dépliant, 1, cf. § 5.2.2), qui a repris le tracé du conduit antérieur. Cette saignée est soit le départ d’une voûte couvrant le premier égout, soit une première voûte de celui du xviie s. Le problème de la couverture du premier égout reste entier.

5.5.3 Le fossé en eau

111plan iv, no 8 cf. § 5.3 ; dépliant, f, cf. § 5.2.2

5.5.3.1 Description

112Les dimensions du fossé sont données par l’axe des murs d’escarpe et de contrescarpe. Leur tracé n’étant pas parfaitement parallèle, la largeur du fossé est plus importante au nord du site qu’au sud (de 28,75 à 27,25 m).

113Le fossé est creusé dans les dépôts alluvionnaires du lit de la Seine. Son fond est constitué par le substrat calcaire ou par les cailloutis périglaciaires qui le recouvrent. Le fond du fossé est irrégulier, il présente une légère pente vers la Seine. Au droit de la plate‑forme du mur d’escarpe, le profil longitudinal présente une rupture très nette, plongeant de 26 à 24,80 m ngf sur 5 m. Le talus ainsi formé divise le fossé en deux secteurs : au nord une zone relativement plane et au sud une zone surcreusée, affectant la forme d’un chenal, laissant subsister une banquette contre le mur d’escarpe.

114Plusieurs observations attestent que le profil particulier du fossé au droit de la plate‑forme est tout à fait voulu. En effet, c’est à ce même niveau que furent observés :
– la transition entre la partie méridionale de la fondation de l’égout où le mur est installé sur la roche calcaire, et la partie septentrionale où sa base repose sur les sables et graviers alluviaux ;
– l’aménagement du nouvel exutoire lors de son réaménagement (cf. supra § 5.5.2.3).

115Le décrochement se trouve à environ 225 m de la Seine. Correspond‑il à l’endroit où le reflux de la Seine se fait moins sentir ? C’est déjà l’hypothèse formulée à propos du réaménagement de l’égout, mais il n’y a aucune certitude.

5.5.3.2 Fonctionnement

116Le fossé de l’enceinte urbaine était en eau, comme l’indique l’épaisse couche de vase qui tapisse son fond (fig. 113). Cet envasement est postérieur à la construction des murs d’escarpe et de contrescarpe. Il l’est également au second état de l’égout du xvie s. (cf. supra § 5.5.2.3), car la vase qui recouvre la destruction de l’extrémité sud de l’égout présente les mêmes séquences de déposition que celle du fossé proprement dit. Il correspond donc seulement à la dernière phase d’utilisation du fossé, c’est‑à‑dire à celle qui précède immédiatement l’abandon du système défensif et le comblement général du fossé.

FIG. 113 – Coupes dans la vase du fossé.

Cliché FJC

117L’alimentation du fossé devait se faire directement par la Seine. Le processus de sédimentation, de type décantation, est homogène dans l’espace et durant toute la période de fonctionnement (Macé 1991 : 20). Il est caractérisé par un litage régulier de couches noires, vertes, bleues et grises (fig. 114). Les dépôts observés représentent un envasement d’une soixantaine d’années au maximum (de 1570 à 1630 ; cf. infra § 5.5.3.4). Leur épaisseur atteignant jusqu’à 1,20 m, la sédimentation a pu être de 2 cm par an, ce qui est très rapide.

FIG. 114 – Vue de détail de la base de la vase, avec sédimentation en lits horizontaux.

Cliché FJC

118L’épaisseur de la vase varie de 0,50 à 1,30 m, en fonction des irrégularités du fond. Les épaisseurs les plus faibles se situent dans la partie nord du fossé. La sédimentation de la vase peut être divisée en deux ensembles : une partie inférieure, d’une teinte claire (bleu, vert) et une partie sommitale, riche en matière organique voire tourbeuse, plus foncée. Dans cette dernière, l’accumulation de matière organique et en particulier de débris végétaux domine, tandis que dans la partie inférieure, l’accumulation de matière minérale constitue le processus dominant. Le litage est plus dense à la base de la sédimentation qu’au sommet, ce qui laisse supposer que les sédiments se sont déposés moins vite mais régulièrement au début et plus vite mais irrégulièrement ensuite. Partout, le litage est remarquablement bien conservé. L’absence de traces de piétinement a été observée, alors même que le sédiment était encore apte, au moment de sa découverte, à enregistrer ce genre de perturbations.

119Les sédiments ont été trouvés dans un état de réduction complète. Une très forte odeur de décomposition de matière organique (H2S) émanait de la vase lors des terrassements.

120Les analyses des restes de micro‑organismes présents dans la vase confirment la distinction qu’il convient de faire entre la partie sommitale et la partie inférieure de la vase. L’étude des cladocères indique que le fossé a été rapidement envahi par la végétation aquatique (Ponséro 1991 : 39). Les herbiers étaient plus diversifiés au départ (présence d’hydrophytes et d’hélophytes) que par la suite puisqu’il ne subsiste plus que les hélophytes (végétation aquatique de type roselière). Cette analyse révèle un milieu relativement riche en matière organique et en sels nutritifs (nitrates et phosphates). Une teneur importante en sels est mise en évidence par l’étude des diatomées (Gasse, Gell 1991 : 23). L’hypothèse la plus vraisemblable est le déversement local de substances salées, les produits de nettoyage des cuirs par exemple (cf. infra), responsables d’augmentations passagères de la salinité. Dans un milieu de ce type, les peuplements de poissons devaient être peu importants, voire nuis (Ponséro 1991 : 39). Cette observation, valable uniquement pour le fossé du xviexviie s., tranche avec les mentions de poissons et l’affermage de pêcheries dans les fossés, surtout au xve s. (Félibien, Lobineau 1725, t. V : 818 ; Bouquet 1771 : 200‑201 ; Bonnardot 1852 : 131 ; Poupardin 1963 : 171‑174). Peut‑être faut‑il voir dans l’évolution du milieu aquatique du fossé une conséquence de la (re)construction des batardeaux à la tour de Bois et à la porte Saint‑Honoré (prévu en 1512) (Poupardin 1963 : 171).

121Les sédiments du fond du fossé n’ont jamais été asséchés totalement, Cette observation n’exclut pourtant pas une absence temporaire d’eau au‑dessus des sédiments. Même si la baisse de la nappe phréatique mettait de temps en temps le sommet de la vase à nu, celle‑ci devait rester suffisamment humide pour empêcher la genèse d’un réseau de dessiccation, en raison de la capillarité, de la capacité de rétention d’eau du sédiment et des précipitations climatiques.

  • 14 La hauteur de la nappe phréatique peut être évaluée d’après le niveau d’étiage de la Seine relevé e (...)

122Sur toute la longueur dégagée, deux assises du mur d’escarpe étaient complètement rongées (fig. 100). Une telle altération est manifestement due aux effets du gel, faisant éclater les pierres dans la zone capillaire. La zone effritée, parfaitement horizontale, est relativement épaisse et se situe entre 26,65 et 27,70 m ngf. On dispose donc ici d’un enregistrement des niveaux de l’eau dans le fossé, au moins en hiver. Cette bande fournit le niveau moyen de l’eau dans le fossé, du moins par temps de gel14.

123L’analyse des cladocères montre que la hauteur d’eau dans le fossé était relativement faible et ne dépassait pas 1,50 m (Ponséro 1991 : 39). Les éléments botaniques trouvés dans le fossé proviennent surtout de plantes aquatiques ou semi‑aquatiques. Celles‑ci témoignent d’un environnement propre et bien oxygéné. Elles semblent indiquer qu’il y avait en permanence de l’eau au fond du fossé. Le niveau supérieur de l’eau devait baisser de temps en temps, ce qui explique que les restes provenant de la séquence supérieure de la vase soient moins bien conservés (Moulins 1991 : 152).

  • 15 Ils ont été déposés avec les trois squelettes les plus complets, au laboratoire d’Anatomie comparée (...)

124Le mobilier archéologique trouvé dans la vase est composé de céramique (cf. infra § 5.9 et fig. 127‑129), de verrerie, de monnaies (tabl. ix, nos 1‑4, cf. § 5.3), de petit mobilier métallique (épingle, cuillères, bille, bracelet), de tissus, d’objets en cuir et en bois (baquet, plat, écuelle, jeu de boules, planches travaillées) (fig. 115, 116), ainsi que de nombreux ossements et quatre chiens en connexion anatomique15.

FIG. 115 – Mobilier en bois et en métal du fossé (fin XVIe‑début XVIIe s.) : 1 manche (?) en bois ; 2 bouchon de tonneau en bois ; 3 boule pleine en bois (élément de jeu ? flotteur de filet de pêche ?) ; 4 manche de couteau en bois avec rivets en métal ; 5‑7 pièces en bois indéterminées ; 8 cuiller en métal (cuivre) ; 9 écuelle en bois ; 10 plat en bois.

Dessin NucléART, sauf n° 8 FJC

FIG. 116 – Baquet en bois trouvé dans la vase du fossé (fin XVIe‑début XVIIe s.).

Dessin et cliché NucléART

125La série des cuirs (Groenman van Waateringe 1991) comprend principalement des restes de chaussures, mais aussi des fragments de sacs, de bourses (?), de fourreaux de couteau ou d’épée, de lanières, ainsi que différentes pièces appartenant à des vêtements ou à des pièces d’équipement difficilement identifiables. Parmi celles‑ci, on relèvera une douzaine de fragments appartenant vraisemblablement à une housse de mousquet, longue d’ 1,60 m environ, restaurée et identifiée par M. Giffault de l’atelier régional de conservation NucléART (fig. 117). Tous ces objets et particulièrement les chaussures, typologiquement peu variées, s’accordent bien avec ce que l’on connaît en Europe dans la seconde moitié du xvie s. et au début du xviie s. L’ensemble dégage une impression de pauvreté, motivée par la quasi‑absence de décoration, les nombreuses traces de réparations, l’utilisation de pièces usagées, de cuirs de qualité inférieure et l’usure générale des objets. C’est en particulier le cas de la housse de mousquet, abandonnée après avoir beaucoup servi, puis réutilisée en réserve de découpes de cuir pour effectuer des réparations.

FIG. 117 – Housse de mousquet en cuir provenant de la vase dans le fossé de l’enceinte urbaine : proposition d’assemblage et pièces diverses non replacées.

Dessin et cliché NucléART

  • 16 En raison de son intérêt particulier, cette étude, complétant celle réalisée précédemment (Desrosie (...)

126Une impression comparable ressort de l’étude des tissus, réalisée par S. Desrosiers16. Par leur usure généralisée et leurs coupes très particulières, de nombreux fragments évoquent des chutes de tailleur ou de fripier. La série rassemblée comprend 219 textiles. Les fibres sont exclusivement animales. Les 22 tissus en laine ont une armure toile ou sergé 2 lie 2. Un exemple mélangé (chaîne soie et trame laine) révèle une armure sergé 2 lie 1. Enfin, les 197 exemples en soie présentent une plus grande diversité avec 12 fils, 127 étoffes tissées (97 unis, 10 façonnés, 20 velours et peluches unis ou ciselés), 1 tricot et 57 rubans et articles de passementerie. Un loup en velours de soie constituant probablement une pièce unique pour la période considérée (fig. R), une bourse et un pourpoint (ou une jaquette), très fragmentaires, sont les seuls objets identifiés. D’autres textiles ont appartenu à des vêtements ou à des accessoires à cause de leur nature (boutons, aiguillettes), de leur forme (col), de la présence de crevés ou de galons appliqués, ou bien parce que leur décor imite de telles applications. Les décors des soieries permettent de proposer une datation vers 1580‑ 1620, correspondant avec celle de la vase dans le fossé. Étant donné qu’un certain nombre de pièces sont très usées, on peut penser que le dépôt s’est fait tardivement, entre l’extrême fin du xvie s. et 1613, date de début du comblement du fossé.

FIG. R – Fragment de loup en velours brun provenant de la vase dans le fossé de l’enceinte urbaine (fin XVIedébut XVIIe s.) : il est rapiécé en haut à droite avec un autre velours un peu plus clair, doublé de taffetas fin beige, avec un ruban droit décorant son bord inférieur et un autre ayant servi d’attache. Dimensions 15,4 x 20,6 cm (cf. § 5.5.3.2).

Cliché FJC.

127L’abondance toute relative de ce mobilier ne permet pas d’envisager que le fossé ait servi de lieu de rejet systématique, même au moment de son abandon. Les rejets ont dû être occasionnels. D’une manière générale, le fossé était très propre. Le même constat ressort de l’analyse des parasites. La vase ne contient aucune trace de pollution fécale (Bouchet 1991 : 167). Seule la présence du rat peut être soupçonnée, ce qui n’étonnera pas dans ce type de milieu.

5.5.3.3 Traces de curage

128Des traces de curage ont été observées en deux endroits. À l’endroit du décrochement, un fin lit de sables et graviers, issus des sédiments fluviatiles sous‑jacents, sépare deux niveaux de vase litée ; il semble donc qu’il s’agisse de dépôts comblant un précédent fossé, imparfaitement nettoyé au cours d’un curage. Ces dépôts primaires reproduisent un profil de fossé très semblable à celui de l’état suivant.

129Plus haut dans le fossé, une couche, ponctuellement observée à l’intérieur du dépôt principal de vase, pourrait être un autre résidu de curage. Constituée de sable grossier, cette couche s’accompagne de lits de sédiments qui semblent interrompus, ce qui n’est pas habituel. Dans toutes les autres coupes, en effet, les observations ont permis de montrer que les lits de vase suivent le fond du fossé même lorsqu’il présente de grandes irrégularités. Un curage partiel, de la partie supérieure des sédiments uniquement, pourrait expliquer l’amputation de certaines couches et la formation de ce lit de sable (Macé 1991 : 17).

5.5.3.4 Datation

130Stratigraphiquement, l’envasement est postérieur au réaménagement de l’égout, soit assez tard dans le xvie s. Le mobilier découvert dans la vase résulte d’une collecte arbitraire et ne provient pas de couches déterminées, à quelques rares exceptions près. Cependant, il est assez homogène et fournit des informations supplémentaires. Un jeton de Nuremberg frappé vers 1550 et un jeton royal de Henri II, frappé en 1558 (tabl. ix, nos 2‑3). La verrerie, comme les tissus et les cuirs datent de la fin du xvie s. et du début du xviie s. La céramique confirme cette fourchette chronologique.

5.6 État V : aménagements du début du xviie s.

131fig. 89, phase 8 ; dépliant, k, cf. § 5.2.2

132Au début du xviie s., d’ultimes aménagements sont réalisés sur le fossé (état V). Ceux‑ci comprennent principalement la construction, sur le mur de contrescarpe, d’un mur de soutènement pour les terres du petit jardin des Tuileries (fig. 101, no 5 ; fig. 118). Cet état, réalisé lorsque les fortifications n’avaient plus de fonction militaire, est cité ici pour mémoire et est développé plus loin (cf. infra § 8.2.1).

FIG. 118 – Détail du plan de Paris, par Mérian (1615) : le secteur entre la porte Saint‑Honoré et la tour de Bois. Sur cette vue, le fossé est encore ouvert ; on distingue aussi les balcons du petit jardin des Tuileries, construits en surplomb sur le fossé.

Cliché BHVP

5.7 La disparition des fortifications

133Les fortifications n’ont pas disparu en une seule fois. Au contraire, leur destruction s’est étalée dans le temps, sans qu’il soit toutefois possible d’en préciser la durée. Trois grandes étapes au moins ont pu être déterminées : un démontage partiel du mur d’escarpe, associé peut‑être à l’arasement du rempart de terre, une phase intermédiaire avec indices de construction et le comblement final du fossé, entraînant la disparition des murs de fortification.

5.7.1 L’arasement du rempart de terre et l’abandon du chemin

134L’abandon du chemin est marqué par l’apport d’un épais remblai conservé sur 0,30 à 0,60 m de haut. Composé de sédiments similaires à ceux qui constituent la levée de terre, il provient probablement de son arasement effectué lors d’un régalage généralisé du terrain.

5.7.2 La destruction des murs

135En plusieurs endroits, un démontage partiel du parement du mur d’escarpe a été observé. Hormis l’assise déplacée au nord de la plate‑forme et déjà évoquée (cf. supra § 5.5.1.4), des blocs de parement ont été retrouvés dans deux sondages effectués à la base du rempart de terre où ils se trouvaient dans des remblais datés du xvie s. (fig. 119).

FIG. 119 – Le démontage du mur d’escarpe. Blocs de parement démontés au‑dessus de la plate‑forme.

136D’autres blocs de parement mais aussi des moellons de blocage ont été découverts dans la vase, au pied de la plate‑forme et tout au long de l’escarpe. Une autre pierre de taille (0,68 x 0,15x 0,15 m environ) se trouve au milieu du fossé. La plupart des pierres sont tombées directement au pied du mur ; d’autres en sont un peu éloignées (jusqu’à 3 m environ). L’étude de la céramique permet de dater toutes ces couches de la fin du xvie s. et du premier quart du xviie s.

5.7.3 Le comblement du fossé

137dépliant, j, cf. § 5.2.2

138Le fossé a été comblé systématiquement, depuis la ville. Ce comblement, constitué de remblais de gravats variés, a entraîné la disparition définitive des murs ; il a provoqué aussi d’importantes perturbations dans la partie sommitale de la vase, déplacée par la compression et repoussée vers le mur de contrescarpe (fig. 120).

FIG. 120 – Lits de vase perturbés, sans doute par de fortes pressions exercées lors du comblement du fossé.

Cliché FJC

139De nombreuses monnaies proviennent des niveaux correspondant à la destruction de l’enceinte urbaine ou à la construction de nouveaux bâtiments gagnés sur les fossés (tabl. ix, nos 24‑25, 30‑35, 37, 45‑49, 54, 57‑62, cf. § 5.3).

5.8 La céramique des xive et xve s. issue des fortifications

5.8.1 Présentation générale

140La céramique provenant des défenses urbaines comprend quatre ensembles principaux, topographiquement distincts : la couche arable, le rempart de terre, le chemin au pied du rempart et les défenses avancées.

141Les niveaux de terre arable sous le rempart de terre et sous les levées de terre ont livré plus de 2 500 tessons de taille moyenne (environ 4 cm2) (fig. 121, nos 1‑19) ; les plus nombreux se trouvant sous le rempart (13,4 kg, soit 1 832 tessons, contre 4 kg, soit 908 tessons).

FIG. 121 – Céramiques du milieu du XIVe s. de l’enceinte urbaine : 1‑13 terre arable sous le rempart ; 14‑19 terre arable sous les défenses avancées ; 20‑25 grand creusement F 16 sous le rempart. Sauf le no 13, en pâte blanche, tous les autres tessons sont en pâte sableuse francilienne.

Dessin Chr. Hochstrasser et F. Renel.

  • 17 Les niveaux supérieurs des limons bruns et jaunes mélangés résultent des terres issues du recreusem (...)

142Les terres composant le premier état du rempart17 ont livré environ 8 500 tessons représentant un poids de 45,7 kg. Ceux‑ci confirment que le rempart a été érigé avec la même terre arable car les mêmes productions s’y rencontrent dans des proportions équivalentes (tabl. v, cf. § 4.5.1.2).

143La céramique issue du chemin au pied du rempart n’est pas très abondante. Aucune différence typochronologique n’a été observée pour les trois premiers niveaux stratifiés du chemin. Seul le quatrième niveau s’est révélé moins homogène. Du côté des défenses avancées, la céramique présente de notables distinctions selon les secteurs fouillés au nord et au sud. Au nord, les tessons sont plus abondants (11,4 kg contre 4,2 kg) et les productions sont plus variées. Ce sont les mêmes que celles retrouvées dans les niveaux de terre arable. En revanche, au sud les productions sont plus dissemblables. Ces remblais contiennent en particulier une certaine quantité de fragments de tuiles vernissées et aussi une part élevée de tessons résiduels gallo‑romains et protohistoriques, de même que des carreaux engobés qui n’existent pas au nord.

1.8.2 Les céramiques

5.8.2.1 Les pâtes sableuses franciliennes

144La plupart des formes et types en pâte sableuse SF 1 ou SF 2 présents dans les ensembles du manoir ont été retrouvés aussi dans la terre arable et le rempart, ainsi que dans les défenses avancées (tableau vi, cf. § 4.5.1.2). Ce sont :
– coquemars 1 (
fig. 121, no 20 ; fig. 122, no 1 ; fig. 123, nos 1, 6, 8 ? ; fig. 124, nos 2, 16, 17),
– coquemars 2 (
fig. 121, nos 1, 14 ; fig. 122, no 2 ; fig. 123, no 7 ; fig. 124, no 1),
– coquemars 3 (
fig. 121, nos 4, 15 ; fig. 122, no 6 ; fig. 123, no 11 ; fig. 124, nos 7, 10 ; fig. 125, nos 1, 2),
– coquemars 4 (
fig. 121, no 7 ; fig. 123, nos 13, 15, 17) ;
– pichets 2 (
fig. 121, nos 16, 24 ; fig. 122, nos 3, 7 ; fig. 123, nos2, 3 ; fig. 124, nos 4, 8) ;
– pichets 3 (
fig. 121, no 2) ;
– cruches 2 (
fig. 121, nos 8, 17) ;
– jattes 1 (
fig. 121, no 12 ; fig. 124, no 11) ;
– poêlons 1 (
fig. 121, nos 18, 22), poêlons 2 (fig. 121, no 11 ; fig. 122, no 11 ; fig. 123, no 12 ; fig. 126, no 12) ;
– coupelles 2 (
fig. 121, no 19) ;
– tasses 2 (
fig. 121, no 21 ; fig. 125, no 13).

FIG. 122 – Céramiques du milieu du XIVe s. du rempart de terre F 17 de l’enceinte urbaine : 1‑1517 pâte sableuse francilienne ; 16 pâte blanche calcaire ; 18‑19 pâte rouge de Dourdan ; 20‑26 grès du Beauvaisis ; 27‑30 grès rhénan.

Dessin Chr. Hochstrasser.

FIG. 123 – Céramiques du milieu et de la seconde moitié du XIVe s. du chemin des remparts . 1‑19 pâte sableuse francilienne ; 20 pâte rouge de Dourdan ; 21 pâte sableuse engobée ; 22‑27 grès du Beauvaisis ; 28 carreau estampé, glaçuré et engobé ; 29‑30 carreaux glaçurés et engobés.

Dessin Chr. Hochstrasser.

FIG. 124 – Céramiques du milieu et de la seconde moitié du XIVe s. des défenses avancées (états I‑II) : 1‑6 levée de terre ; 7‑15 fossé occidental ; 16‑22 fossé médian. 1‑1116‑19 pâte sableuse francilienne ; 1320 grès du Beauvaisis ; 1421 grès rhénan ; 15 pâte sableuse engobée ; 12 carreau estampé, glaçuré et engobé.

Dessin Chr. Hochstrasser et F. Renel.

145Les réchauds et leurs couvercles en pâte francilienne SF 3 sont également présents en grande quantité dans le rempart de terre, dans la terre arable (fig. 121, no 23 ; fig. 122, nos 15, 17 ; fig. 123, nos 18, 19 ; fig. 124, no 6), de même que des tasses et des pichets en pâte sableuse glaçurée jaune avec engobe (SF 4) (fig. 121, no 25 ; fig. 124, no 5). Cette production est particulièrement bien représentée dans le rempart de terre (avec 107 tessons) et dans la voirie (avec 47 tessons).

146Les nouvelles formes sont :
– la jatte 2 « à face latérale externe concave » (fig. 121, no 10 ; fig. 122, nos 10, 13) ;
– la jatte 3 « à bord en gouttière » (fig. 126, 19) ;
– la bouteille globulaire (fig. 122, no 4 ; fig. 123, nos 9, 10) ;
– le pot à bord en gouttière (fig. 121, no 9 ; fig. 122, no 12) ;
– la lampe à huile sur pied (Lefèvre, Meyer 1988 : 87, 88, 101 : type C4) (fig. 122, no 8 ; fig. 125, no 9). Ce type est daté entre la seconde moitié du xiiie s. et les premières décennies du xve s. ;
– un couvre‑braise (fig. 125, no 11) ;
– une chaufferette (fig. 125, no 3) ;
– une poêle (fig. 123, no 16) ;
– quelques formes entièrement glaçurées vertes : des couvercles (fig. 122, no 9 ; fig. 124, no 9) et des gourdes (fig. 122, no 5 ; fig. 121, no 3).

FIG. 125 – Céramiques en pâte sableuse francilienne de la seconde moitié du XIVe s. et du premier quart du XVe s. des défenses avancées (état III). Nouvelle levée de terre F 13.

Dessin Chr. Hochstrasser et F. Renel.

147Deux fragments de vases (?) de style « très décoré », représentant une Vierge couronnée, ont été trouvés l’un dans le rempart (fig. 122, no 14), l’autre dans le comblement du fossé de la seconde levée de terre (fig. 125, no 14). L’expression et le modelé de ces deux Vierges couronnées dénotent deux manières très différentes. La première évoque l’attitude des Vierges de la fin du xiiie s. tandis que la seconde, plus expressive, est à l’image de la statuaire des Vierges à l’enfant de l’époque de Charles V (Baron 1981).

5.8.2.2 Les pâtes sableuses franciliennes beige clair à rosé (SF 7)

148Ces pâtes sont caractéristiques de la seconde moitié du xve s. Assez épaisses (3 à 4 mm), elles sont couvertes d’une glaçure verte, plus rarement jaune. Quelques récipients, comme des coquemars ou des cruches, sont peints et quelques autres n’ont pas de revêtement. Ces productions apparaissent dans les niveaux correspondant à l’abandon des défenses avancées. La forme la plus notable est le coquemar « à bord légèrement éversé » (Coq 6) (fig. 126, nos 1, 4). On trouve également des pichets (fig. 126, nos 10, 11), des faisselles (fig. 126, nos 13 ?, 14), des oules ou chevrettes (fig. 126, nos 5, 6), des anses et bouchons festonnés (fig. 126, nos 7, 16), des couvercles (fig. 126, no 8).

FIG. 126 – Céramiques du dernier quart du XVe s. provenant des dernières modifications des défenses avancées (cf. dépliant, e3, § 5.5.5) : 1, 4‑16, 18‑19 pâte sableuse francilienne ; 2, 3, 17 grès du Beauvaisis.

Dessin Chr. Hochstrasser et F. Renel

5‑8.2.3 Les pâtes sableuses franciliennes claires à engobe rouge foncé (SF 6)

149Ce groupe, encore mal connu, n’est représenté que par une forme : la marmite tripode à anses rondes coudées. Couvert d’un engobe rouge foncé et d’une glaçure interne et/ou externe jaune ou verte, ce récipient n’a été trouvé sur le site qu’en peu d’exemplaires dans le rempart de terre (fig. 122, no 10), dans le dernier niveau du chemin (fig. 123, no 21) et dans le comblement du fossé ouest des défenses avancées (fig. 124, no 15), mais en de nombreux exemplaires dans le second état des défenses avancées (fig. 125, nos 5‑8 ; fig. 126, nos 9, 18).

150Une marmite de forme identique a été trouvée dans le niveau supérieur d’une des fosses de la cour Napoléon (Ravoire, Monnet 1992 : 40 et note 85). Toutefois, sa pâte brune indique qu’elle provenait de Flandre, où cette forme, le grapen, imitant les chaudrons métalliques, est très répandue. D’autres marmites tripodes en pâte sableuse claire engobée ont été trouvées en Île‑de‑France, mais dans des contextes du dernier quart du xve s., par exemple à Chevreuse et à Paris (Ravoire 1997). Si ces marmites tripodes sont connues au bas Moyen Âge dans le nord de la France, elles apparaissent ici pour la première fois dans des contextes de la fin du xive s.

5.8.2.4 Les pâtes sableuses rouges de Dourdan (SRD) et calcaires blanches glaçurées (CBL)

151Présentes dans le manoir, on les retrouve en grande quantité dans la terre arable et le rempart. Ce sont :
– les pichets en pâte rouge de Dourdan (SRD) (fig. 122, nos 18‑19) ;
– les coquemars de type 3 en pâte blanche (CBL) (fig. 121, no 13 ; fig. 122, no 16).

5.8.2.5 Les pâtes sableuses rouges glaçurées (SRG)

  • 18 Information orale du Pr M. Bur.
  • 19 Information orale de Mme N. Meyer‑Rodrigues.
  • 20 Un pichet a été trouvé dans une fosse, associé à une monnaie du début du xive s.

152Cette pâte fine sableuse rouge, couverte d’une glaçure plombifère épaisse brillante, trouverait son origine dans la région de Bar‑le‑Duc, où de nombreux vases ont une pâte similaire18. Cette production a été identifiée (5 tessons) dans les niveaux inférieurs de la voirie, ainsi que dans le remblai de la levée de terre du xve s. (état III) avec une tasse (fig. 125, no 10). Deux pichets appartenant à cette production sont connus par ailleurs : l’un à Paris, cour Napoléon, dans une fosse datée de la seconde moitié du xive s. (Ravoire, Monnet 1992 : 41), l’autre à Saint‑Denis, dans une fosse datée de la fin du xive s.19 D’autres productions de ce type ont été trouvées dans la Marne à Châlons‑en‑Champagne et à Troyes (Lenoble et al, 1987 : 65)20.

5.8.2.6 Les grès gris du Beauvaisis

153À côté des godets de type 141 de Morisson, figurent des godets tronconiques de type 121, des tasses de type 142 et également, en plus faible quantité, des gourdes et des pichets (fig. 122, nos 20‑26 ; fig. 123, nos 22‑27 ; fig. 124, nos 13, 20). La forme de ces derniers peut être comparée à celle de pichets découverts dans un dépotoir daté de la seconde moitié du xive‑début du xve s. à Beauvais (Frichet‑Colzy 1991 : 99), en particulier par le type de bord à extrémité carrée ou triangulaire et à anse pleine repliée. Godets et tasses, de types identiques, ont été trouvés dans les niveaux tardifs de deux fosses dépotoirs de la cour Napoléon ; le pichet apparaissant dans un niveau encore postérieur, daté vers la fin du xive s. (Ravoire, Monnet 1992 : 54).

154Dans les niveaux d’abandon se trouvent des pichets à col cannelé du xve s. (fig. 126, no 2), à décor appliqué estampé (fig. 126, no 3) et un couvercle (fig. 126, no 17), dans le comblement du fossé ouest un pichet à anse à ergot. Les gourdes plates « à anses horizontales » (fig. 122, no 20) et les gourdes à suspendre à petits podes, connues habituellement en Île‑de‑France au xve s., apparaissent ici dans des contextes plus anciens, du milieu et de la seconde moitié du xive s. (rempart, comblement du fossé ouest des défenses avancées et deuxième levée de terre des défenses avancées).

5.8.2.7 Les grès rhénans

  • 21 Identification de M.F. Verhaeghe.

155Des tessons de grès rhénans, en pâte grise fine glaçurée sur les deux faces, proviennent de la terre arable, sous le rempart (fig. 122, nos 27‑30) et dans le comblement du fossé ouest (fig. 124, 14, 21). Ils représentent moins d’1 % des effectifs dans ces deux contextes (tabl. v, cf. § 4.5.1.2). Deux tessons d’une « coupe à anse » en grès rouge de Langerwehe21 ont également été découverts. Cette forme est connue dans les fouilles de Southampton, où elle est datée vers 1350 (Platt, Coleman‑Smith 1975). De nombreux autres sites d’Angleterre et des Pays‑Bas en ont également livré (Hurst et al. 1986 : 188). Quant aux tessons en grès gris glaçurés, ils appartiennent à de petites tasses, formes également fabriquées dans le Beauvaisis, ou ils appartiennent à la forme 142 de Morisson, placée par ce dernier dans sa première période, c’est‑à‑dire la seconde moitié du xive s. (Morisson 1970‑1971 : pl. 12 et 16). L’attribution au centre de production le plus important de l’époque, Siegburg, n’est pas assurée dans la mesure où les tasses du xive s. provenant de ce centre ne semblent pas avoir été glaçurées (Hurst et al. 1986 : 177).

5.8.3 La céramique de l’enceinte : intérêt et interprétation

156La céramique retrouvée dans les niveaux de terre arable, dans le système défensif (en particulier au nord), forme un ensemble homogène (fig. 121) et en tout point comparable à celui du manoir. La construction du système défensif s’est faite avec les terres trouvées sur place. Il ne fait aucun doute que le niveau de terre arable a été formé avant l’édification du rempart, donc avant 1365. Il serait tentant, comme le suggère B. Dufaÿ (cf. infra § 7.1.2), d’expliquer ces niveaux par la mise en culture générale du secteur par les occupants du manoir. Or, si tel était le cas, c’est l’occupation du manoir qu’il faudrait replacer à cette période. Ce serait également reporter l’apparition du grès du Beauvaisis et du grès normand avant la seconde moitié du xive s.

157L’homogénéité des formes et des productions suggère une même origine pour ces céramiques. On pourrait penser à la destruction du manoir ou au curage d’une ou l’autre de ses fosses d’aisances. Or, aucune fosse à rejet suffisamment grande n’a été observée dans le manoir. Une autre origine peut être envisagée. Les seuls grands dépotoirs susceptibles de livrer de très grandes quantités de vaisselle sont, à notre connaissance, ceux d’établissements rassemblant d’importantes communautés humaines, en particulier les abbayes. Des exemples comme Maubuisson (Durey‑Blary 1993) ou Chelles (Ravoire 1994) illustrent bien ce phénomène. Il ne serait alors pas surprenant que cet ensemble de céramiques provienne du curage d’une grande fosse d’aisances de l’hôpital. Ce curage aurait été rendu nécessaire pour l’amendement des 42 arpents de terre, qui dès 1342 appartiennent aux Quinze‑Vingts (cf. supra § 4.7). Le niveau de terre arable sous les terres accumulées du rempart trouve là une explication parfaitement plausible. Les céramiques du manoir et des premières fortifications peuvent donc être datées, en tenant compte des termini monétaires, du milieu du xive s. Le comblement du fossé occidental et la nouvelle levée de terre peuvent être datés de la seconde moitié du xive s., du moins pour son tronçon septentrional. La dernière étape du chemin du rempart peut être également datée de la seconde moitié du xive s. Les niveaux d’occupation qui suivent l’abandon du système défensif datent de la fin du xve s. Ils sont contemporains des premiers états des maisons installées sur les parcelles voisines.

5.9 La céramique du xvie s. et du début du xviie s. issue des fortifications

158Plusieurs contextes ont livré de la céramique post‑médiévale. Toutefois, seul le grand fossé de l’enceinte a livré un ensemble suffisamment significatif quantitativement et qualitativement (fig. 127‑129). Celui‑ci représente seulement un échantillonnage du mobilier rejeté dans le fossé. Seuls les vases les plus complets ont été recueillis lors des terrassements sous surveillance du fond du fossé. Toutefois, l’ensemble cadre bien avec ce que l’on connaît de la céramique dans la seconde moitié du xvie s. et au début du xviie s. en Île‑de‑France et en particulier à Paris. Tel quel, ce lot peut être comparé avec ceux des parcelles (cf. infra § 6.3.2) ou des terres utilisées pour l’aménagement du petit jardin des Tuileries (cf. infra § 8.2 et 8.2.2).

FIG. 127 – Fossé de l’enceinte urbaine. Céramiques de la seconde moitié du XVIes. et du début du XVIIes. : 1‑13 pâte sableuse francilienne.

Dessin Chr. Hochstrasser

FIG. 128 – Fossé de l’enceinte urbaine. Céramiques de la seconde moitié du XVIes. et du début du XVIIes. : 1‑12 grès du Beauvaisis.

Dessin Chr. Hochstrasser

FIG. 129 – Fossé de l’enceinte urbaine. Céramiques de la seconde moitié du XVIes. et du début du XVIIes. : 1‑9 pâte fine blanche du Beauvaisis ; 10 faïence en camaïeu bleu ; 1113 faïence blanche ; 12 grès rhénan ; 14‑16 pâte sableuse francilienne.

Dessin Chr. Hochstrasser

159Ce mobilier est présenté ici de façon synthétique sous forme d’un tableau (tabl. x). La classification par groupe de production utilisée ici fait référence à une étude plus globale présentée dans le cadre d’une thèse de doctorat soutenue à l’université de Paris I‑Sorbonne en 1997 (Ravoire 1997). Les productions appartiennent principalement au groupe des sableuses franciliennes (SF) avec 53 % du total des comptages, ensuite viennent les importations du Beauvaisis (29 %) et dans une moindre mesure les grès normands (10 %), ainsi que les faïences (2,5 %). Les grès rhénans et les porcelaines sont peu nombreux et représentent chacun moins d’1 % du total. Environ 3,5 % des tessons n’entrent pas dans cette classification et n’ont pu être déterminés.

TABL. X – Céramiques du XVIe s. trouvées dans la vase du fossé de l’enceinte urbaine.

5.10 Les monnaies issues des fortifications

160L’ensemble présente une série bien individualisée constituée de monnaies royales du xive s., depuis Philippe IV jusqu’au règne de Jean II le Bon (5 monnaies) (tabl. ix, nos 13, 17, 38, 41 et 63, cf. § 5.2.2). On signalera encore une monnaie de Louis III de Rethel (no 36) et deux plateaux d’une balance de changeur, attribuables également au xive s. (nos10 et 12).

161Le reste du cortège monétaire indique une chronologie longue étalée sur deux siècles et demi. Il se compose de monnaies royales et d’un jeton pour le xve s., de nombreux jetons (de Nuremberg surtout) et de quelques monnaies pour le xvie s. et, enfin, d’une petite série de doubles tournois en cuivre royaux et féodaux pour le début du xviie s.

5.11 Synthèse des données de fouilles

  • 22 Ce fait constitue sans doute la raison principale de la disparition quasi totale de l’enceinte. D’a (...)
  • 23 Cette largeur est celle relevée dans le secteur nord du chantier archéologique. Des observations po (...)

162Les fouilles de l’enceinte urbaine à l’emplacement des jardins du Carrousel ont apporté des données nouvelles sur un système défensif qui restait, à l’exception peut‑être des portes (Sous les pavés... 1989 ; Le Hallé 1986), assez mal connu. Elles ont révélé toute l’ampleur de la fortification, qui s’étendait sur une largeur insoupçonnée de près de 90 m. Elles ont aussi révélé les détails complexes de son évolution, de sa construction et de son organisation. Telle qu’elle est apparue, l’enceinte résulte d’aménagements successifs des xive, xve et xvie s. (fig. 130). Cet ensemble a peut‑être été précédé par un embryon de défense, resté inachevé, mais ceci reste une hypothèse de travail qui doit être vérifiée à l’occasion de travaux futurs. L’enceinte est principalement un ouvrage en terre22. Elle comprend à l’origine un rempart de terre mesurant 28 m de large23, associé à son négatif, un (ou deux ?) grand fossé en eau. Côté campagne, elle est renforcée par un, puis deux fossés secs, un chemin et une levée de terre. La hauteur du rempart n’est pas connue, même si on peut sans doute la déduire des pentes de ses talus, reconnaissables en quelques points. Aucune trace d’une muraille n’a été retrouvée à son sommet, ce qui n’est pas étonnant étant donné l’arasement important des vestiges.

FIG. 130 – Axonométries restituées des défenses urbaines : a XIVe s. (vers 1380), la présence de deux fossés à l’emplacement du grand fossé du XVIe s. est une hypothèse ; b XVIe s. (vers 1530).

DAO Ph. Dangles

163Les éléments de datation archéologique correspondent relativement bien avec les données historiques. Les monnaies fournissent un terminus post quem de 1358 pour son édification. La céramique trouvée dans les terres du rempart comme dans la levée des défenses avancées date de la seconde moitié du xive s., mais, dans l’état actuel des connaissances, il est difficile de trancher avec certitude entre le troisième et dernier quart de ce siècle. L’ensemble de la céramique, trouvée dans les divers contextes de l’enceinte et ceux immédiatement antérieurs (terre arable, tranchée sous le rempart, fossés parcellaires et fosses), date globalement du milieu du xive s. La présence de vases en grès dans ces couches pose sans doute davantage la question de l’apparition de ces productions sur le marché parisien que celle de la datation de l’enceinte. Un autre élément de chronologie relative réside dans l’enfouissement, sous les terres du rempart, des ruines de la demeure découverte dans la partie méridionale du site.

164Au xve s. les défenses avancées de l’enceinte sont remaniées. Le système associant une levée de terre et deux fossés est abandonné et remplacé par une levée unique et plus large. La céramique la plus récente trouvée dans ce contexte date du premier quart du xve s.

  • 24 Ces murs et la plate‑forme sont conservés et intégrés à l’aménagement des nouveaux espaces souterra (...)

165L’enceinte est transformée une seconde fois au début du xvie s. par la construction des puissants murs d’escarpe et de contrescarpe24. Le premier est pourvu d’une plate‑forme saillante venant flanquer le grand fossé en eau, large de 27 à 29 m et profond de 7 m. La datation archéologique de ces transformations est apportée par l’étude dendrochronologique des longrines de chêne posées à la base des murs. Elles fournissent un terminus post quem pour leur construction, ainsi que celle de la plate‑forme d’artillerie flanquant le fond du fossé, de 1505‑1509.

166L’analyse des maçonneries des murs d’escarpe et de contrescarpe révèle plusieurs étapes de construction, avec au moins une reprise partielle et vraisemblablement des arrêts, plus ou moins longs. Une des particularités du fossé est d’avoir reçu, à une date postérieure à 1534 (date dendrochronologique) mais impossible à préciser davantage, un égout construit contre le mur de contrescarpe. Au cours de son existence, il a été raccourci et son fonctionnement a été modifié, peut‑être en raison de problèmes de reflux de la Seine dans son conduit. Ces travaux semblent aussi avoir été accompagnés d’un curage. L’envasement du fossé, postérieur au deuxième état de l’égout, date de la dernière phase d’utilisation du fossé (fin du xvie‑début du xviie s.), comme le confirme aussi le mobilier varié trouvé dans ses niveaux. Son fonctionnement et le processus de sédimentation ont pu être précisés grâce à plusieurs analyses de laboratoire. Hauteur et fluctuation de l’eau, caractéristiques et évolution du milieu sont maintenant relativement bien connus.

167Enfin, l’arasement du rempart de terre, la destruction des murs et le comblement du fossé ont été documentés. Ces travaux ont entraîné des terrassements considérables qu’on peut situer dans le premier quart du xviie s. Par les sources d’archives, on sait que l’arasement du rempart de terre et le comblement du grand fossé débutent dès les années 1613‑ 1616 et s’accompagnent de brevets de jouissance des terrains à prendre sur leur emplacement (Bouquet 1771 : 260‑261). Il faut attendre la troisième décennie du xviie s. pour que l’enceinte soit complètement détruite et remplacée par une enceinte bastionnée, projetée et commencée depuis 1536.

5.12 L’apport de l’enceinte à l’histoire de la fortification urbaine

168n. faucherre

169Les fouilles réalisées dans les jardins du Carrousel entre 1989 et 1990 ont permis de reconnaître une portion conséquente (200 m) de l’enceinte de Paris sur la rive droite. Elles constituent à cet égard une première en France ; en effet, ne se contentant pas de dégager les habituels courtine et fossé mais prenant en compte tous les reliefs de terre rencontrés, des archéologues ont révélé une enceinte du bas Moyen Âge dans toute son organisation en profondeur et dans toutes ses strates de transformations successives.

170L’histoire de l’architecture militaire est aujourd’hui encore imprégnée de la certitude que la ville n’innove pas par rapport au château dans l’évolution de la défense ; on se contente donc d’analyser la seule fortification castrale dont l’enceinte urbaine ne serait que le strict reflet. A contrario, cette fouille apporte, comme nous allons le voir, la démonstration éclatante que le renouveau, dans la lutte sans pitié que se sont joués dans la période de transition à l’artillerie à poudre le projectile et la cuirasse, vint non d’une aristocratie vite dépassée par le coût et la technologie des nouvelles formes du combat, mais bien des communautés des « bonnes villes » en symbiose avec le roi ou le prince, dont le dynamisme fit des enceintes les véritables laboratoires de l’architecture de guerre.

171Déjà, dans l’expérimentation de l’artillerie à feu, ces communautés urbaines intégraient en leur sein les seuls artisans capables de travailler le fer et le bronze (Benoit 1988 ; 1991) ; c’est donc bien dans les villes que furent réalisés les progrès fondamentaux qui permirent de passer « du canon qui explose au canon qui fait brèche » (Ritter 1974). Pourquoi alors avoir si longtemps sous‑estimé leur capacité à formuler la réplique à cette invention révolutionnaire ?

172En matière de défense, on le sait depuis la formulation du système bastionné par les ingénieurs italiens dans le deuxième quart du xvie s., le progrès tient avant tout au recours à la terre damée, seul obstacle capable de résister au projectile propulsé par la poudre noire, ainsi qu’au défilement (enterrement) général des ouvrages de défense active pour permettre de pratiquer des tirs rasants sur le terrain extérieur et de sauvegarder leurs organes de flanquement du fossé jusqu’à l’assaut. On est alors passé, en quelques années, d’une fortification verticale, la muraille, à une fortification horizontale, le rempart.

173Comme nous allons le voir, ce recours à la terre comme obstacle était d’un usage très répandu dans les villes longtemps avant que l’artillerie à feu ne le rende impératif. Les enquêtes systématiques lancées depuis trente ans sur les mottes castrales ont montré que, jusque très avant dans le Moyen Âge, la majorité des châteaux accordaient une place prédominante à la terre dans leur défense. Désormais, nous ne pourrons plus envisager le phénomène sans tenir compte également de son omniprésence dans le paysage urbain du xive s.

174À cet égard, rendre à la fortification de terre une place aussi prééminente en France dans le cours du Moyen Âge pour la défense des villes permet de rétablir le jalon manquant pour une continuité des pratiques entre, d’une part, le rempart préhistorique, la fortification celte et le retranchement romain, qui ont majoritairement recours au bois et à la terre pour constituer l’obstacle, et, d’autre part, le bastion remparé de Vauban inspiré de la pratique des ingénieurs hollandais –où la maçonnerie défilée dans le fossé n’est là que pour éviter que la masse de terre ne reprenne sa pente d’équilibre– et la tranchée provisoire de la Grande Guerre, qui ont souligné son impérieux usage tactique comme bouclier contre l’arme à feu.

175Fondée par Étienne Marcel, mais en travaux jusqu’aux années 1420, l’enceinte dite de Charles V a sans cesse été transformée au cours de son utilisation pour finir par constituer, au milieu du xvie s., un obstacle formidable de 90 m de profondeur, composé d’une levée de terre d’une trentaine de mètres de large et d’une quinzaine de mètres de haut (depuis le fond du fossé) contrebutée par un épais mur d’escarpe, d’un fossé en eau de calibre identique, d’un mur de contrescarpe enfin, précédé d’un large chemin‑couvert. Limitant délibérément l’analyse aux seules courtines du front de terre, à l’exclusion des portes et des fronts fluviaux reconnus antérieurement (Bonnardot 1852), nous examinerons successivement les deux phases principales de constitution de cette enceinte dans le secteur des jardins du Carrousel, pour mieux dégager les spécificités et les comparaisons inhérentes à chaque étape de sa vie active.

5.12.1 Une terrée et un dodâne ; la fortification de Paris sous Charles V, un unicum au xive s.?

176La fouille des jardins du Carrousel a permis, pour la première fois à Paris, de connaître de façon concrète le rempart de l’enceinte dite de Charles V. Seules avaient été reconnues antérieurement ses principales portes (Saint‑Honoré, Saint‑Denis, Saint‑Martin) et ses courtines bordant la Seine en amont et en aval, qui assuraient la jonction avec l’enceinte de Philippe Auguste. Contrairement à cette clôture des années 1200, dont de nombreux vestiges maçonnés jalonnent toujours le tracé, cette enceinte de rive droite, dans laquelle Paris devait vivre pendant trois siècles, a disparu sans laisser d’autres traces parcellaires que, sur ses deux tiers orientaux, l’emprise des grands boulevards. Cette disparition si totale du paysage urbain, l’absence non moins totale de rencontre de ses vestiges maçonnés dans les nombreuses excavations qui l’ont pourtant traversée n’ont pas empêché l’ensemble des auteurs qui font évoquée de la restituer sous forme d’une haute courtine cantonnée de tours quadrangulaires.

177Il est donc fondamental, d’une part, de caractériser ce qu’elle fut dans le secteur du Louvre, d’autre part, de voir si l’on peut étendre ces observations à l’ensemble du périmètre fortifié, enfin d’envisager si d’autres enceintes contemporaines possèdent les mêmes caractères structurels, pour mieux en mesurer l’originalité à l’aune de la fortification urbaine du moment.

178Avant tout, un premier constat s’impose : l’enceinte est implantée en plein champ, sans que dans ce secteur, un quelconque relief ou dépression ne justifie son assiette. Nonobstant, l’arasement, lors de la mise en place de la terrée du rempart, d’un manoir rural acquis quelques années plus tôt par le puissant Pierre des Essarts autorise à suggérer la malice d’Étienne Marcel, son gendre, qui aurait choisi délibérément en 1358 d’implanter l’enceinte sur cet héritage qui lui avait échappé en 1349 au profit de son beau‑frère et ennemi, le trop proche du roi Robert de Lorris (cf. supra § 4.7).

179Cette enceinte lâche, érigée à plusieurs centaines de mètres en avant de celle de Philippe Auguste pour épouser la courbure de l’ancien bras nord de la Seine, ne vient donc pas envelopper a posteriori une urbanisation extra muras, mais uniquement quelques abbayes périurbaines et surtout le Louvre ; dans ce dernier cas en effet, comment ne pas penser également à une volonté délibérée d’Étienne Marcel d’envelopper la résidence royale pour que le roi soit prisonnier de ses milices. Douze ans plus tard, la mise en place de la Bastille, seule porte de l’enceinte tenue par une garnison royale et conduisant justement à la nouvelle résidence de Charles V à Vincennes, devait remédier à cet état de fait (Faucherre 1989 ; Mesqui 1989).

180Il est évident que cette volonté de tailler en plein drap, qui fut certainement le fait du prévôt des marchands, s’explique avant tout par l’emprise au sol que l’on comptait donner au nouveau périmètre : exproprier une bande de 90 m de large en zone bâtie aurait été financièrement impossible pour la ville de Paris. La seule solution était donc de s’implanter en terrain vierge, même si cela entraînait un surcoût en cubage de terres déplacées et un étirement du périmètre préjudiciable à la défense. Cela expliquerait pourquoi le périmètre ne fut pas agrandi en rive gauche, secteur qui n’avait pas connu l’explosion urbaine de la rive droite et où l’enceinte de Philippe Auguste devait servir de limite à la ville jusqu’à Louis XIV. À cet égard, l’enceinte neuve ne fut pas implantée en liaison directe avec les menaces : en 1346, les troupes d’Édouard III s’étaient dirigées vers Paris en venant de l’ouest, mais par la rive gauche.

181Au‑delà, la capacité défensive d’une ville ne réside pas tant dans la puissance de ses ouvrages que dans le nombre et la résolution de ses citoyens. À cet égard, l’étirement de son enceinte n’est pas en soi préjudiciable à sa défense, alors qu’il handicape l’assaillant obligé d’en faire un blocus étanche. Ainsi note Froissard à propos de Nantes : « La cité est grande [...] Si ne la peut pas le seigneur roi de France tout environner, car trop y faudrait de peuples pour qui voudrait le faire » (Chevalier 1982 : 115).

182Dans le cadre ainsi tracé, la mise en valeur par la fouille, sur 25 m de longueur, d’un vaste creusement parallèle au fossé mais pris sous la terrée du rempart (état I) soulève une question (cf. supra § 5.3). Faut‑il y voir un premier fossé entrepris par Étienne Marcel entre 1356 et 1358 ? C’est probable, d’autant que la fouille a montré qu’il emploie la même technique de terrassement par paliers que le grand fossé. Mais pourquoi alors aurait‑il été abandonné avant son achèvement ? Et surtout comment expliquer que la surface de son comblement ait ensuite été labourée quelque temps avant d’être recouverte par la terrée du rempart ? Placé à 20 m en retrait du grand fossé, correspondrait‑il à un arrière‑fossé qui aurait été mal implanté dans l’évaluation de l’emprise au sol de la terrée du rempart ? Seule l’identification de la poursuite de son tracé plus au nord permettrait de trancher.

  • 25 Bibliothèque nationale de France, manuscrits français 21717, cité par Poupardin 1963.

183Les sources de la construction de l’enceinte, mieux cernées grâce au savant travail de récolement réalisé par Claire Tissot‑Poupardin (Poupardin 1963), permettent de suivre approximativement la chronologie du chantier. On sait par Sauvai (Sauval 1724 : 38) (citant des comptes disparus) qu’en 1358, Étienne Marcel et quatre échevins confient à dix‑huit bourgeois le soin de conduire les travaux des fossés ; Jacques et Nicolas le Flamand, Jean de l’Isle le Jeune et Jacques du Chastel ont la charge du secteur compris entre la tour de Bois et la porte Saint‑Denis. L’année suivante, le dauphin concède aux bourgeois la pêche du poisson dans le fossé, ce qui pourrait signifier qu’il est achevé de creuser dans certains secteurs. En 1366‑1368, on creuse les arrière‑fossés entre l’écluse des Barres et l’écluse des Tuileries (Sauval 1724 : 124). En 1367, Charles V visite le chantier avec les magistrats de la ville et donne aux ouvriers cinquante francs or (Leroux de Lincy 1852 : 766). Le 13 mai 1370, Hugues Aubriot fait travailler des pionniers à la poursuite des travaux25. Entre 1369 et 1371, les comptes de Philippe d’Assy et de Simon Gaucher font mention « des nouveaux murs du devant du Louvre [...] et des murs du faubourg Saint‑Antoine jusqu’au Louvre ». Au dire de Félibien, l’enceinte, dont le chantier aurait duré 27 ans, est achevée en 1383 (Poupardin 1963 : 70).

5.12.1.1 Le rempart de terre

184La levée de terre retrouvée dans les jardins du Carrousel, probablement arasée jusqu’aux deux tiers de sa hauteur, mais sans maçonnerie apparente dans son état primitif, a créé une surprise. Il convient de mieux cerner sa réalité avant de tenter de l’interpréter.

  • 26 Comptes du domaine de la ville de Paris, t. I, col. 17‑18 (1424‑1425) et col. 194‑197 (1440‑1441).

185Les observations faites dans les jardins du Carrousel sont corroborées par les sources et les fouilles. Dans la première moitié du xve s., le front de l’enceinte concerné par la fouille, compris entre la tour de Bois et la porte Saint‑Honoré, distantes d’environ 375 m, est simplement dominé par une petite « loge » couverte de tuiles et par une « maison à terrasse »26. L’ensemble du périmètre en rive droite est ainsi occupé par des maisons à terrasse, dont certaines sont louées à des particuliers par la ville. Toutes ces guérites qui occupent le sommet du rempart ne se ressemblent pas ; certaines sont en pierre, d’autres en plâtre, couvertes de tuiles ou en terrasse ; leurs dimensions intérieures varient de 23 x 5,60 m à 8 x 2 m (Poupardin 1963 : 147‑148). Elles semblent servir d’abri aux guetteurs en temps de guerre, aux mauvais garçons en temps de paix, et sont accessibles par des escaliers depuis la ville. Sans pouvoir préjuger de leur capacité défensive, il semble évident que ces ouvrages n’ont aucun flanquement sur les fossés. Ces guérites sont reliées entre elles par une courtine continue enduite ou maçonnée au plâtre, de faible épaisseur puisqu’on y pratique des brèches en 1513 (Bouquet 1771 : 263 et sq.).

186Le plan de Truschet et Hoyau vers 1550 (fig. 131) figure l’enceinte sous la forme d’une énorme levée de terre couronnée d’un parapet à meurtrières auquel sont adossés des bâtiments rectangulaires couverts de tuile ou d’une plate‑forme ; à la hauteur de l’hôtel des Tournelles, la représentation d’un homme sur le rempart permet de garantir que le chemin de ronde du mur est constitué par la terrée (fig. 132). La même figuration d’une terrée énorme couronnée d’un parapet, sur l’intérieur duquel s’adossent des guérites, est reprise sur un plan de 1559.

FIG. 131 – Détail du plan de Truschet et Hoyau : le secteur entre la porte Saint‑Honoré et la tour de Bois. On distingue, à la base du rempart, un mur en grand appareil qui correspond selon toute vraisemblance au mur d’escarpe construit au début du XVIe s.

Cliché BHVP

FIG. 132 – Détail du plan de Truschet et Hoyau : le secteur correspondant à l’actuel boulevard Beaumarchais.

Cliché CNMHS

  • 27 Comptes du domaine de la ville de Paris, t. I, f° 106 v° (7 juin 1554).

187Les informations recueillies dans la fouille des jardins du Carrousel se confirment ailleurs sur le tracé de l’enceinte en rive droite. Lors de la construction de l’escarpe devant l’Arsenal en 1554, une visite du chantier signale qu’« ung pan de mur d’une guérite estant sur le rempart de terre d’entre le grant boullevert [de la tour de Billy] et la bastille estoit en péril émynent »27. Félibien précise qu’escarpe et contrescarpe « estoient tous revestuz de pieux, de claies, de fascines ou de gazon » (Félibien, Lobineau 1725 : 65).

188Au moment du siège de 1590, l’ingénieur italien Pigafetta décrit précisément cette enceinte transformée au xvie s. : « Il (Paris) n’est plus protégé que par de larges fossés et des terre‑pleins élevés et démesurés de grandeur, produits par les immondices de la ville qu’on y décharge chaque jour depuis très longtemps. De distance en distance, des buttes de pierre font saillie sur ces terre‑pleins et devaient servir selon l’ancien projet à construire des boulevards semblables aux autres. En haut de ce genre de fortifications que les Français appellent rempart se trouve un mur continu et assez léger, avec des meurtrières pour tirer sur l’assaillant. L’artillerie ne peut utilement battre ces terre‑pleins à cause de leur grosseur, l’ennemi peut difficilement les escalader et il n’y a aucun moyen de les détruire par la mine, l’eau des fossés y mettant obstacle » (Pigafetta 1876 : 33‑34).

189Les mêmes informations concernant la décharge des immondices sur le rempart se répètent au xvie s. : en 1568, il est fait défense de décharger en dehors des remparts. Les édiles craignent en effet que les monceaux (ou « voiries ») placés devant les portes ne servent à l’ennemi de cavalier d’artillerie pour battre la ville, comme cela s’était vu lors du simulacre de siège bourguignon en 1465.

  • 28 Journal d’un bourgeois de Paris, p. 243 et Chronique de Charles VII, éd. Vallet de Veriville, t. I  (...)
  • 29 Journal de Jean de Maupoint, 1437‑1469, MSHP, 1877, t. IV : 55.

190Lors de l’attaque de Jeanne d’Arc en 1429, le rempart est couvert de canons ; Jean Chartier indique même que les Français devaient se protéger « derriere icelle grant bute [...] car plus prés ne se pouvoient tenir pour les canons et couleuvrines qu’ils [les assiégés] tiroient sans cesse »28. Pareillement, en 1465, les comtes de Charolais et de Saint‑Paul firent « porter sur les diz murs grant quantite de vesseaulz a vin emplis de terre et les diz murs largement garnis de bonne artillerie »29. Au xve s., la terrée constitue donc un excellent support pour le déploiement de l’artillerie en batterie, ce que n’aurait évidemment pas pu offrir une courtine à chemin de ronde étroit.

191L’observation de terrain corrobore l’impression donnée par les textes. La grande profondeur des portes traversant le rempart en tunnel est un bon indice de leur association à une terrée. La porte Saint‑Honoré reconnue par Berty en 1866 mesurait 18,50 m de longueur ; la bastide Saint‑Denis, qui a été rencontrée en fouille à trois reprises, était de 22 m de longueur ; aucun arrachement des courtines adjacentes n’en a jamais été repéré (Le Hallé 1986 : 65).

192Boulevard Beaumarchais, le rempart est toujours en place : les maisons qui le bordent de part et d’autre, à l’est vers la rue Amelot, comme à l’ouest vers les rues des Tournelles et des Arquebusiers, ouvrent sur le boulevard par leur premier étage, soit 4 m plus haut que sur les rues adjacentes. Le creusement de la ligne no 8 du métro n’a pas rencontré de maçonnerie dans cette terrée ; le mur épais de 4,20 m découvert en 1926 face à la rue Saint‑Gilles correspond à cet égard à un bastion rajouté à la Renaissance (Fleury 1971 : notice 786). La dilution totale du rempart dans le parcellaire après la démolition de l’enceinte au xviie s. montre bien que la maçonnerie du parapet était fondée au‑dessus du niveau du sol de la ville et a donc disparu dans le comblement du fossé avec la terrée.

  • 30 – Pour ne citer que le plus récent (Le Hallé 1986 : 77). Un seul auteur signale que dès 1357 (sic), (...)

193En somme, contrairement aux dires de tous les auteurs qui affirment que l’enceinte était constituée d’une muraille flanquée de tours30, on peut désormais extrapoler les observations faites aux jardins du Carrousel pour restituer l’enceinte de la rive droite comme une levée de terre couronnée d’un parapet maçonné fondé en hauteur dans la terrée (fig. 133).

FIG. 133 – Plan de l’extension de la ville devant la porte Saint‑Denis au profit du couvent des Filles‑Dieu (27‑2‑1562), 3 septembre 1559 (parchemin 62 x 84 cm, détail).

Cliché AN, S-6626

5.12.1.2 Fossés et dodâne

194Sauvai le premier a bien souligné la spécificité de l’enceinte : « Philippe‑Auguste et ses prédécesseurs firent des murailles sans fossés, et tout au contraire qu’à celle‑ci, Marcel avec ceux de Paris, et Charles V firent des fossés sans muraille, n’ayant pas le désir de faire tous les deux en même temps » (Sauval 1724, t. I : 41).

195Le fossé de l’enceinte de Charles V, implanté sur une partie de son tracé au centre des zones submersibles de l’ancien bras mort de la Seine (Rouleau 1983 : cartes I, II et IV), semble avoir été en eau sur tout son périmètre. Drainant vers la Seine des eaux stagnantes, enveloppant une levée de terre formant digue pour protéger le bâti intra muros, il eut certainement à cet égard un rôle essentiel d’assainissement pour le lotissement du Marais (Rouleau 1989 : 21), du Temple et de la rue Montorgueil. Creusé jusqu’à 26 m ngf dans des terrains affleurant primitivement à 30 m, il nécessita un surcreusement dans le seul secteur formant seuil à 33 m ngf, celui de la porte Montmartre (carrefour rue d’Aboukir), où il pourrait n’avoir pas été en eau en permanence.

196La largeur considérable atteinte par le fossé trouvé en fouille pose un problème. Une largeur de 28 m pour un fossé non revêtu est en effet peu fréquente pour le Moyen Âge, période durant laquelle la majorité des fossés sont larges de 12 à 20 m. À la même époque, Noyon porte péniblement la largeur de son fossé à 24 m ; seul Vincennes atteint 28 m de large pour ses petits côtés, avec contrescarpe revêtue ; dans aucune enceinte urbaine, la contrescarpe n’est revêtue en raison de son coût.

  • 31 Révélation d’une enceinte de terre grâce aux sources anglaises par Jones 1994.

197Dans l’examen du fossé dans son état du xive s., la principale hypothèse à envisager sera donc l’existence d’une levée de terre en son sein, le dodâne, destinée à réguler les eaux et à dédoubler l’obstacle, qui recouperait donc ce grand fossé créé au xvie s. en deux fossés d’inégale largeur. Le dodâne, comme nous le verrons plus bas dans les comparaisons, est un organe inédit dont la famille typologique reste à explorer. Il est pourtant une spécificité absolue des enceintes urbaines de plaine à fossé en eau dans la seconde moitié du xive s. en Europe. Ce dodâne, dans les différentes acceptions des textes, est un ouvrage de génie hydraulique permettant la régulation du débit des eaux dans le fossé ; à cet égard, il est toujours pris entre deux eaux dont les nappes peuvent être à des hauteurs différentes et sert apparemment aussi à cloisonner les concessions de viviers des différentes pêcheries du fossé. Il n’est pas automatiquement présent sur tous les fronts et ne ceinture pas nécessairement l’ensemble de la place. Il ne semble pas constituer à proprement parler une défense active et sa structure est très variable : le « dodasnes » est un mur de brique à Soignies en 1506, de pierre à Chièvres, une levée de terre gazonnée à Aire‑sur‑la‑Lys (fig. 134), une terrée plantée d’une haie à Lisieux31 et Évreux (Plaisse 1988 : 88), un « dox d’asne » de terre et de bois à Provins, un « dodâne » de terre ou de grès à Lille.

FIG. 134 – Plan d’Aire‑sur‑la‑Lys par Deventer, vers 1560. Le dodâne au milieu du fossé se distingue nettement. Fac‑similé XIXes.

Cliché N. Faucherre/Univ.

  • 32 Archives nationales, Z1h 719, cité par Poupardin 1963 : 173,
  • 33 Archives nationales, KK 413, f° 400 v°, cité par Poupardin 1963 : 170.

198À Paris, sur l’enceinte de la rive droite, plusieurs mentions permettent de certifier l’existence de dodânes dans les fossés en eau. Pour exemple, en 1470, les poissons se sont enfuits à cause de la rupture « du dos d’asne et chaussee d’iceulx fosses quant les grandes eaux sont venues »32. À l’est (tour de Billy) comme à l’ouest (tour de Bois), l’existence de deux fossés en eau séparés par un dodâne est confirmée également par la présence, perçant le batardeau séparant le fossé de la Seine, de deux vannes d’écoulement distinctes : « pour III journees de charpenterie employées a lever les deux bondes qui tiennent l’eau es fosses de la tour de Bois, lesquelles ont ete levees pour donner air au poisson estant soulz les glaces et apres ce avoir ravalees lesdites bondes et icelles mises en leurs pieux »33.

  • 34 Journal de Clément de Fauquemberge, 1429, t. II : 322, cité par Poupardin 1963 : 164. Cette mention (...)

199Pareillement, lors de la tentative d’assaut de Jeanne d’Arc vers la porte Saint‑Honoré, le 8 septembre 1429, le chroniqueur Guillaume Sanguin raconte que les Français avaient apporté des chariots de gravats pour combler les fossés. Clément de Fauquemberge précise que les assaillants « portant longues bourrees et fagos descendirent et se bouterent es premiers fossés esquels point n’avoit d’eaue et getterent les‑ dictes bourrees et fagos dedens l’autre fossé prochain des murs esquelz avoit grant eaue »34. Il est possible en vérité que le premier fossé ait été sec à cause de la période estivale ou, plus probablement, qu’il ait été délibérément asséché par les défenseurs pour amener toute l’eau disponible vers le second fossé.

  • 35 BHVP, fonds Vacquer, D 66 (ms 243), f° 80 et 89.
  • 36 Le Livre de raison de Nicolas Versois, cité par Poupardin 1963 : 164.

200En effet, les indications de Dumolin et Sauval (Poupardin 1963 : 161) suggèrent que le premier fossé était large d’environ 16 m et profond de 6 m, le second large d’environ 9 m et profond de 4 m. Or, les coupes du fossé en eau (niveau d’eau : 28,40 m ngf) données par Théodore Vacquer au niveau de la butte des Moulins (fig. 135) et de la porte Saint‑Honoré35 montrent que le dodâne est une simple levée de terre culminant à 32 m ngf et séparant en deux parties inégales un fossé de 30 à 40 m de large ; ainsi, l’avant‑fossé n’est en eau qu’en hiver mais le dodâne lui‑même peut donc être totalement submergé lors des crues de la Seine. En effet, tout concourt à laisser penser que le batardeau de la tour de Bois, permettant d’inonder les fossés grâce à l’eau du fleuve, était submergé lors des crues. Un chroniqueur raconte ainsi qu’en 1525, « ung jour de dimanche, en mars, tomba une nuict une maison tout joignant a la porte Sainct Honnore ou furent tuez cinq ou six personnes, [...] et la riviere estant au fondement fust cause d’un tel meschief »36.

FIG. 135 – Coupes à travers les fossés de l’enceinte urbaine, par Vacquer : a devant la butte des Moulins ; b place du Théâtre‑Français.

BHVP, Fonds Vacquer, D 66 (MS 243) f° 89

  • 37 Registres du bureau de la ville, t. I, 1513 : 198.

201La disparition du dodâne dans le grand fossé n’est pas formellement attestée par les sources dans le secteur des jardins du Carrousel ; lors du revêtement de l’escarpe et de la contrescarpe au début du xvie s., on réclamait en 1513 « d’approfondir et eslargir les fossez de la ville, en iceulx faire entrer et passer ung bras d’eaue de la riviere de Seine [...] tellement que tousjours y ait trois piez d’eaue vive, quelque temps de basses eaues qu’il puist estre »37. Entre la tour de Bois et la porte Saint‑Honoré, ces travaux de « pionnage, granoyement et vuidange » étaient en cours en 1518 (Bouquet 1771 : 265). En 1525, Anne de Montmorency réclamait encore « qu’on fortifiast la ville par dedens, que des deux fossés on en fist qu’un et qu’on jettast la terre du costé de la ville » (Félibien, Lobineau 1725, t. II : 962).

  • 38 BNF, manuscrits français 11732, f° 7 v° (14 avril 1553) et 14.
  • 39 AN, Q1 1107‑1512, cité par Poupardin 1963 : 170.

202Cette destruction du dodâne est en revanche attestée sans équivoque possible pour le secteur équivalent de la tour de Billy, qui fait pendant à la tour de Bois. Lors de la construction des bastions et du recreusement des fossés du front oriental de l’enceinte en 1553, il est spécifié : « Et premierement fault vuider et oster le dos d’asne estant de présent dedens les fossez de ladite ville [...] ensemble voider et enfoncer lesdits fossez jusques à l’eaue [...] et faire dresser le tallut et douve desdits fossés. » Pareillement, pour la vidange des fossés, il est nécessaire de faire des ponts volants de bois « pour porter les terres qui sont au dosdane des fossez de lad. ville sur les rempars et platte formes qu’il convient faire »38. Le revêtement en maçonnerie de l’escarpe et de la contrescarpe et le surcreusement du fossé, grâce à la suppression du dodâne, permettent ainsi d’élargir le fossé de treize toises quatre pieds à seize toises quatre pieds39.

203D’autre part, tout indique que les deux fossés avancés en « V » trouvés en fouille ne peuvent correspondre au dodâne et à l’avant‑fossé signalés par les textes, d’une part parce que les fossés exhumés n’ont jamais pu être en eau, d’autre part parce que, d’après la céramique retrouvée dans leur comblement, ils étaient déjà remblayés lors du siège de Jeanne d’Arc en 1429, moment où un avant‑fossé est dûment mentionné. Ce faisceau d’indices concordants semble donc plaider en faveur d’un dodâne au fond du grand fossé, disparu seulement dans le premier quart du xvie s. En conséquence, il faut tenir pour très probable que la fortification primitive était à quatre fossés successifs dont au moins un, celui du corps de place, inondé en permanence.

204Large de 90 m environ, cette organisation en profondeur a évolué dans le temps, puisque le fossé en « V » intermédiaire a été creusé dans une seconde phase. Quoi qu’il en soit, aucun indice a priori ne permet de dire si ces défenses avancées sont de simples obstacles sans crête de feu, simplement battus depuis le corps de place (l’un au moins, le dodâne que j’ai restitué dans le grand fossé [fig. 130], a une fonction hydraulique unique, puisque les coupes de Vacquer suggèrent qu’il est submersible, défilé par la contrescarpe et n’a donc pas d’action sur le terrain extérieur), ou bien au contraire si elles sont des ouvrages de défense active porteurs de personnel, ce qu’on désigne à la période moderne comme le chemin couvert.

205Plusieurs arguments font pencher vers la première hypothèse. D’une part, l’absence totale de liaison retranchée avec le corps de place, qui interdit de s’y réfugier ou de pratiquer les sorties offensives, condamne à mort les défenseurs de ces lignes lors de leur chute, De plus, le fossé extérieur, qui a été creusé en premier, n’est associé ni à une levée de terre intérieure ni à une palissade dont les trous de pieu auraient été repérés, mais à un simple cheminement charretier longitudinal. Enfin et surtout, le profil de ces deux fossés présente une escarpe en pente douce et une contrescarpe très raide, ce qui est contraire au principe du vallum romain qui offre la pente la plus verticale face à l’ennemi ; cet adoucissement de la pente des fossés vers le corps de place est un indice assez sûr de la volonté d’en révéler le fond depuis le sommet du rempart de terre, garantissant le fait qu’ils ne sont que des obstacles passifs commandés et battus depuis l’enceinte.

5.12.1.3 Les comparaisons avec l’enceinte de Charles V

206Pour mieux comprendre le contexte dans lequel cette enceinte a été construite et modifiée, il convient de passer en revue les enceintes contemporaines connues par les textes, l’iconographie ou les fouilles récentes. Du plus lointain au plus proche, j’ai tenté de concentrer les exemples dans la seconde moitié du xive s., pour mieux mettre en avant les spécificités de la période qui précède immédiatement la fulgurante montée en puissance de l’artillerie dans l’art des sièges. Comme nous allons le voir, l’enquête s’est révélée à la hauteur de la découverte, mais la profusion de la documentation m’a obligé à faire des choix géographiques qui ne rendent donc pas compte de l’exhaustivité du phénomène que j’ai voulu mettre en avant ; la Normandie par exemple, avec entre autres Rouen et Évreux qui sont publiées, mais également de bonnes villes royales comme Beauvais, Tours et Chartres auraient pu faire l’objet de notices ci‑dessous. Une seule remarque pourtant : la Bretagne, désormais bien connue grâce aux travaux de Jean‑Pierre Leguay, est totalement étrangère à la typologie mise en avant aux jardins du Carrousel (Leguay 1981 : 167‑190).

Pays‑Bas méridionaux

207L’étude des ouvrages de terre a connu depuis 1945 un essor remarquable, mais qui ne porte que sur les mottes et les enceintes castrales. Très rares sont ceux qui admettent aujourd’hui l’existence d’enceintes urbaines élevées en terre ou dont l’ossature est en terre. Michel de Waha a montré en 1983 que toutes les villes du comté de Hainaut se défendent principalement par des levées de terre, que la maçonnerie s’y limite initialement aux portes et ne se développe, selon les cas, que dans la seconde moitié du xive s. (Waha 1983).

208À cet égard, la comparaison avec les enceintes urbaines du Hainaut belge, si sûrement étudiées collectivement en 1983 (Les enceintes... 1983), se révèle particulièrement fructueuse. La grande majorité d’entre elles, dont Ath (1359‑1377), ont été relevées et agrandies dans le dernier tiers du xive s. sous forme d’un anneau de terre entouré d’eau, au sein duquel les portes seules, formant de vastes rectangles noyés dans les terrées, sont maçonnées.

209L’enceinte de Binche (Waha, Revelard 1983 : 127‑128), qui subsiste en grande partie, a certainement été étendue à partir de 1358. Couronnée d’un parapet maçonné crénelé fondé sur arceaux, elle est principalement constituée d’une levée de terre, en pente douce vers la ville pour faciliter l’accès au chemin de ronde, garnie de haies d’épineux dans ses pentes extérieures ; les mentions de coupes de fagots et de bois indiquent qu’elle était plantée. Comme à Paris et au Rœulx, la présence de guérites de bois de 3 x 3 m servant de postes de guet est signalée.

210Pareillement, la ville de Soignies (Bavay 1983b : 141‑148) a été entourée en 1365 d’une levée de terre associée à un vaste fossé en eau servant de vivier à poisson, dont la mise en place a entraîné de nombreuses expropriations de bâti. Entre 1422 et 1466, la palissade qui coiffe cette terrée sera progressivement remplacée par une courtine de pierre percée de canonnières et fondée sur arceaux directement dans la terrée pour ne pas avoir à battre des pieux dans l’eau. Les premières tours de pierre ne viendront la renforcer qu’en 1440. Auparavant, seules des guérites de bois assurent sur le chemin de ronde la surveillance entre les portes. Comme à Paris, la terrée est associée à deux cheminements périphériques, le premier à l’intérieur du rempart utilisé pour le charroi des pierres, le second à l’extérieur, bordant la contrescarpe des fossés et reconnecté au réseau rural antérieur. Au cours du xve s., les interdits réitérés du crieur communal de porter les ordures sur les terrées montrent assez que la pratique était alors généralisée.

211Saint‑Ghislain (Van Overstraeten 1983) s’entoure d’une levée de terre à deux fossés en eau à partir de 1366, encore bien visible deux siècles plus tard sur le plan de Deventer. Le bourg du Rœulx (Bavay 1983a), quant à lui, a conservé une vaste portion de son rempart de terre, dressé dans la seconde moitié du xive s., qui atteint encore dix mètres de hauteur par rapport au fond du fossé. Pareillement, avant son habillage en pierre à partir de 1346, l’enceinte communale de Mons (Pierard, Van Mol 1983 ; Pierard 1980) est édifiée sous forme de « tierrées », dûment mentionnées en 1358, précédées de deux fossés en eau mis en place entre 1290 et 1308 ; à cette dernière date, pêcherie des fossés et pâture sur les terrées rapportent déjà des revenus à la ville.

212L’enceinte de Chièvres (Waha, Dugnoille 1983) se met en place de 1365 à 1388 avec palissade, chemin de rondes fasciné et guérites de bois chauffables. Les seuls ouvrages de pierre sont les portes, qu’on enduit latéralement de mortier pour créer une couche imperméable à l’humidité des terrées. Vers 1436, un simple parapet maçonné sans chemin de ronde vient remplacer la palissade sur la terrée.

213Le même constat pourrait être dressé pour les villes de Flandre et de Brabant. L’étude très fine, tant philologique qu’archéologique, réalisée par Michel de Waha (Waha 1984) sur la description de l’enceinte de Bruges par Monetarius en 1494, lui permet d’aboutir à des conclusions très neuves sur cette enceinte. Une traduction plus sûre du document –« Bruges est implantée selon un plan concentrique. Aux environs des portes de la cité, elle possède sur certaines portées un mur de brique très puissant, tandis qu’ailleurs elle offre un grand rempart de terre sur tout le circuit duquel il y a au moins 30 ou 40 moulins à vent, et au‑delà de ce rempart large et compact, elle présente un double fossé humide, profond et large ; toutes ces choses rendent la place très forte »– permet à l’auteur de restituer « un système organisé en profondeur de manière remarquable accumulant, en les étalant, les obstacles et les protections. Nous aurions ainsi un exemple très précoce d’une conception défensive que l’on tient pour caractéristique de la fortification bastionnée, ce qui amènerait à revoir de manière fondamentale les origines de celle‑ci et en particulier le rôle éminent qu’on y reconnaît aux ingénieurs italiens ».

214Cette enceinte est explicitement mentionnée comme faite de « terraulz et sablons » en 1337. Un remarquable tronçon de cette enceinte, exclusivement composée d’une imposante levée de terre et précédée d’un vaste fossé en eau, s’est conservé entre la porte Sainte‑Croix et le canal de Bruges à Damme. À Lille, grâce aux travaux essentiels de Gilles Blieck, l’étude des sources (Blieck, Vanderstraeten 1988) a été recoupée par des observations de terrain (Blieck 1990 ; 1991 ; 1992), garantissant la réalité de l’enceinte du xive s. Sur les fronts nord, assis dans les bras marécageux de la Deule, les « mures de terre » sont couronnés par des « estequis » (palissades) ; au contraire, sur les fronts méridionaux fondés dans la craie, la terrée est surmontée dans le courant du xive s. par un parapet crénelé en brique pourvu d’« archieres » et de « feniestres de defense » en bois, tandis que des « dodanes » viennent maintenir les fossés en eau (fig. 136, 137). Ces dodânes sont des ouvrages de terre et de grès dédoublant les fossés pour régulariser et maintenir le débit des eaux.

FIG. 136 – Lille : détail d’une vue cavalière dressée entre 1618 et 1620 figurant la terrée du rempart avec son parapet.

Cliché Archives générales du Royaume, Bruxelles

FIG. 137 – Lille : tentative de restitution d’une partie de l’enceinte de la ville au XIVe s. d’après les fouilles, place Rihour et rue des Fossés, par G. Blieck.

Dessin R. Vidal et N. Vasseur.

215Les fouilles ont magistralement corroboré ces mentions d’archives. Place Rihour, la terrée de 20 m de large et 7 m de haut au maximum (talus à 30o) est surmontée au xive s. d’un parapet en brique fondé sur des piles réunies par des arcs en plein cintre ; rue des Fossés, la terrée sert en même temps de digue contre les débordements du fossé avant d’être renforcée par un mur d’escarpe en brique contreforté sur les deux faces, puis, après sa ruine, par un parapet fondé sur arcs qui devait protéger le chemin de ronde de la terrée. À Maastricht (Pays‑Bas), une évolution similaire à celle de Lille a été constatée sur la rive gauche de la Meuse (Moreau 1979), mais aussi sur la rive droite lors de la fouille du site Céramique à Wyck (Panhuysen et al. 1992 ; 1993) : avant son dédoublement vers l’extérieur au xve s., la terrée fossoyée a été surmontée d’une courtine flanquée de tours en 1318, elle aussi fondée sur arcs. Les images anciennes (fig. 138) indiquent que de nombreux fronts de l’enceinte étaient constitués de cette façon (Moreau 1979 : 45, fig. 18).

FIG. 138 – Maastricht, site Sphinx Céramique. Restitution isométrique des cinq principales phases de construction de l’enceinte médiévale : A vers 1300 ; B 1318 ; C XVe s. ; D 1551‑1579 ; E vers 1600.

DAO Stadsdienst voor archeologie, Mastricht

216L’iconographie elle‑même vient confirmer ce constat : les villes des Pays‑Bas méridionaux ont été représentées avant les travaux de Vauban par le peintre Van der Meulen lors de la prise de ces villes par les troupes de Louis XIV ; beaucoup de ces vues cavalières confirment l’importance des terrées dans la défense, non seulement pour les ouvrages avancés mais aussi pour les corps de place où elles sont systématiquement couronnées aux deux tiers de leur élévation par des fraises (rangée de pieux placés horizontalement ou légèrement inclinés pour empêcher l’escalade) (Starcky 1988 : catal. no 74).

Angleterre

  • 40 Rapport de fouille récent par le York Archeological Trust (non consulté), confirmant les dégagement (...)

217À York, la fouille de plusieurs portions de l’enceinte a permis de comprendre le processus de mise en place de la terrée couronnée d’un parapet à contreforts qui subsiste sur les fronts N.‑E. et sud de la ville40 : la terrée actuelle est le résultat d’un rechargement en plusieurs étapes depuis le substrat romain jusqu’au xive s., moment de l’érection de la courtine maçonnée.

218À Calais (Colvin 1963 : 447), dix ans après la prise de la ville, Édouard III fait creuser sur les fronts terrestres, de 1355 à 1357, un deuxième fossé en eau avec une levée de terre doublant la muraille, sous la conduite de deux maîtres maçons flamands, l’un de Bruges et l’autre de Nieuport. Un petit mur est construit sur la contrescarpe pour empêcher que le sable ne vienne dans les fossés. Les habitants sont tenus de déverser leurs ordures sur le talus du fossé.

Bourgogne

219À Chalon‑sur‑Saône, les deux principaux faubourgs à l’extérieur de l’enceinte du Bas‑Empire, celui de Saint‑Jean à l’ouest et celui de la Massonière à l’est, sont entourés d’un fossé et de « bars » (palissades) en 1362 ; le premier pourrait avoir été précédé d’un avant‑fossé. Ils ne sont revêtus de pierre, à l’initiative du duc Philippe le Bon, qu’à partir de 1466 (Gras 1943).

220À Dijon, l’enceinte de la ville est entièrement restaurée à partir de 1358 (Richard 1946). Il semble qu’on crée alors derrière la muraille, comme à Beaune, un terre‑plein sur lequel on aménage un chemin de 4 m de large, dont la mise en place entraîne de nombreuses expropriations intra muros. Le rempart est alors couronné d’un « guellandiis » (galerie de bois ?) et de guérites de bois d’un entretien incessant, les « eschiffes, breteches et chaffauts », qui palliaient le trop petit nombre de tours. On travaillait encore en 1368‑1371 au creusement de deux lignes de fossés avancés, les « dos d’asne ou terreaux ».

Champagne

  • 41 Visite des murs en 1491, publiée dans Guilbert 1974.

221L’enceinte de Châlons‑en‑Champagne –dont le périmètre, largement surdimensionné en fonction d’une prévision de croissance optimiste, se fixe dans le premier tiers du xiiie s.– présente la particularité, exceptionnelle au regard de l’histoire des fortifications urbaines, d’avoir été diminuée sur son front occidental, dans un secteur qui n’avait pas été loti et s’était trouvé exposé lors de l’attaque des Anglo‑Navarrais en 1359 (Ravaux 1980). Un nouveau bras de la Marne est alors creusé intra muros pour matérialiser le nouveau fossé ; la portion d’enceinte neuve qui s’élève alors sur 500 m de long, avec les encouragements réitérés de Charles V (lettres patentes de 1366 à 1373), semble caractérisée primitivement par une masse de terre élevée, soutenue à la base par un mur armé de « batailles » (crénelage) mais non flanqué de tours, simplement défendu par des « chasteaux et bastides de bois » aux passages d’eau et aux portes41. La mise en place d’un chemin intra muros à la base des remparts fit l’objet à partir de 1370 d’une opposition farouche de l’évêque et du chapitre, menacés dans leurs terrains (Grignon 1889).

222À Reims, l’enceinte entreprise en 1209 sur ordre de Philippe Auguste semble n’avoir consisté qu’en un fossé et un rempart de terre (Desportes 1979 : 526‑527) ; c’est seulement en 1357‑1358 que la construction fut réactivée et achevée, comme en témoigne une inscription du 19 septembre 1358 qui en fait foi (Boussinecq, Laurent 1933, t. I : 398). Des portions considérables du périmètre ne furent jamais flanqués de saillants. L’enceinte était précédée de « doubles fossez » et d’éléments détachés, les « avants pitz » (Collet 1992 : 37, 59). Ce rempart, dont la masse conséquente est encore en place au N.‑E. de la ville, sera renforcé de « terrasses » couronnant les « adossemens » au début du xvie s.

223À Troyes (Collet 1991 : 19‑27), l’enceinte est reconstruite en pierre entre 1358 et 1388 ; en 1367, le roi accorde une aide « pour ce que en la plus grant partie elle estoit close de paliz ». Dans le même temps se mettent en place, sur les fronts non inondés, des « faulx fossez » franchis par de fausses portes.

224À Provins (Mesqui 1979 : 24), les travaux d’amélioration de l’enceinte du xiiie s. démarrent en 1358. En 1367‑1368, la ville fait creuser des « arrière‑fossés » autour de la ville basse ; ceux qui devaient être en eau avaient 6,60 m de large pour 2 m de profondeur, les secs environ 12 x 3 m. Mais en 1452, il subsistait toujours des « vieux murs de terre » qu’on remplaçait progressivement par des courtines maçonnées.

France

225De très nombreuses mentions concernent des ouvrages de terre réalisés sur ou devant les enceintes pendant la première moitié de la guerre de Cent Ans. Par exemple, la ville de Saint‑Jean‑d’Angély, dont « l’ancienne clausure » est signalée en 1313, était entourée de « retranchements faits d’amas de terre, élevés en forme d’arcs » (Blomme 1988). La dilution totale de cette enceinte dans le bâti, qui n’en a laissé subsister aucune trace, même parcellaire, est la meilleure preuve de l’absence de point dur dans ses composantes.

226Mais la comparaison la plus évidente et la plus forte s’impose avec l’enceinte urbaine de Saint‑Denis, connue uniquement par les sources (Wyss 1996). En 1356, l’abbé autorise les habitants à clore la ville d’une enceinte en leur abandonnant le revenu de la pêche dans les fossés ; en avril 1358, le dauphin Charles ordonne au prévôt de Paris de procéder aux expropriations de maisons extra muras pour l’achèvement de cette enceinte, ordre réitéré en 1370 ; l’abbé Guy de Monceaux prétend avoir lui‑même réalisé une triple enceinte de palissades en bois, qui pourrait ne concerner que le secteur de l’abbaye. Le plan de 1575 (fig. 139), recoupé par d’autres sources, montre une enceinte très largement surdimensionnée par rapport au bâti, percée de cinq massives tours‑portes, non flanquée de tours et précédée de deux fossés en eau ; la levée de terre couronnée d’un parapet percé de meurtrières est précédée d’un « dos d’âne » palissadé.

FIG. 139 – Vue en perspective de l’enceinte de Saint‑Denis en 1575 (extrait de « Pourtraict de la ville de Sainct Denis en France », Belleforest, 1575).

Cliché M. Wyss/Serv. archéo. de Saint-Denis.

227Concernant l’enceinte fouillée dans les jardins du Carrousel et son apport, il convient de conclure dans trois directions, l’aspect politique et financier, l’aspect tactique et enfin l’aspect technique. Comme l’a montré Albert Rigaudière (1985 : 19‑22), c’est devant les cuisants revers du début de la guerre de Cent Ans que le pouvoir royal ordonne la restauration des fortifications urbaines à travers tout le royaume. La multitude des villes, dont Poitiers en 1346, tombées sans coup férir à l’occasion d’une chevauchée anglaise et livrées à un pillage en règle, résonnait dans toutes les mémoires.

228En 1356, un an après la reprise des hostilités entre Jean le Bon d’une part, Édouard III et son allié Charles le Mauvais de l’autre, l’anéantissement de l’armée royale à Poitiers livre le pays aux troupes anglo‑navarraises. La situation politique se dégrade brutalement à partir de 1358, avec la Jacquerie et la multiplication des chevauchées anglaises, sur la Champagne et le Bassin parisien notamment ; Amiens, bombardée par l’artillerie du roi de Navarre, est livrée au pillage cette année‑là. Cette tension soudaine, qui dura jusqu’à la paix de Brétigny en 1360, engendra une véritable panique au sein des populations urbaines, laïques et ecclésiastiques. Cette « Grande Peur » fit renaître d’une façon spectaculaire l’activité de fortification urbaine, encouragée par le roi de France ; par l’ordonnance du 14 mai 1358, le régent Charles décide que toutes les forteresses seront placées sous contrôle royal ; par celle de Sens du 19 juillet 1367, Charles V somme ses bonnes villes de réparer leurs fortifications (Delisle 1874 : passim).

229Dans ce cadre, il convient de souligner un aspect essentiel : pour la première fois, les villes sont maîtres d’ouvrage, ce qui signifie que les commissaires royaux ne décident plus des travaux à réaliser. Le roi consent aux villes la levée d’impôt sur la châtellenie pour ces travaux, mais ses représentants n’exercent plus qu’un droit de contrôle. C’est donc à partir de cette époque seulement que l’on commence à posséder des comptes urbains pour les fortifications. La fortification urbaine change alors de nature, les villes ne se cloisonnant plus en fonction d’une « géostratégie » programmée depuis Paris, comme sous Philippe Auguste, mais selon des réflexes d’autodéfense qui lui font changer la nature du programme. À cet égard, la frénésie des travaux développés dans les années 1356‑1360 est dictée par un véritable délire obsidional collectif qui justifie l’énormité des masses de terre déplacées par corvée.

  • 42 Un cas particulièrement révélateur de la signature épigraphique apposée sur la portion d’enceinte à (...)

230Comme évoqué plus haut, la place prédominante accordée à la terre dans la défense des châteaux féodaux, jusque très avant dans le Moyen Âge, n’est plus à démontrer. L’enquête menée ici montre bien que, dans les périodes troublées où l’initiative de la fortification est abandonnée par la puissance publique aux villes elles‑mêmes, où l’argent est rare et où l’urgence concentre sur les seules portes les vertus prophylactiques de l’ostentation (Contamine 1978 : 46), les villes elles‑mêmes ont eu un recours exclusif à ce matériau élémentaire et facile à mettre en œuvre par des manœuvres incompétents et gratuits employés dans le cadre des corvées (Rigaudière 1985 : 35‑36). Le recours à la corvée, en mettant à contribution non seulement les citadins, mais aussi les ruraux des villages environnants à trois ou quatre lieues à la ronde –dont la mise à disposition de manœuvres garantissait aux communautés de pouvoir trouver refuge dans la ville close en cas d’alerte42– est également une explication de cet emploi de la terre. De toute évidence, le coût, la technicité, la difficulté d’approvisionnement et la concentration des compétences de l’ouvrage maçonné le rejetait aux périodes de paix.

231Il aurait bien sûr été intéressant de comparer les coûts relatifs d’une enceinte en terre et d’une enceinte en pierre, mais les données fournies par Rigaudière sont trop aléatoires pour aboutir à une conclusion. Tout juste notera‑t‑on sous toute réserve que le coût de construction de l’enceinte en terre de Saint‑Jean‑d’Angély représente le tiers de son budget annuel, alors qu’il en représente environ les trois quarts dans la reconstruction en pierre de l’enceinte de Lisieux de 1426 à 1446 (Rigaudière 1985 : 88, 93).

232Pour la construction de leur enceinte, les villes se comportent comme les autres corps sociaux pratiquant la fortification ; quand le danger semble loin, on veut du symbolique et de l’ostentatoire –grosses tours et portes triomphales magnifiant la réussite des communautés au même titre que leurs cathédrales– parce que les fortifications en pierre sont les seules à avoir valeur de puissance dans le langage de la symbolique ; le roi a alors le plus grand mal à leur imposer de faire efficace (Chevalier 1982 : 54, 125).

233Dans le troisième quart du xive s., le danger était si omniprésent que l’efficacité seule semble avoir primé. Il ne faut pas considérer pour autant que ces enceintes étaient conçues par les villes comme des fortifications de campagne provisoires. À partir du xve s., le revêtement généralisé de ces terrées par une escarpe de pierre –qui a précisément fait croire jusqu’à aujourd’hui que la terre était venue matelasser la muraille a posteriori alors que c’était le contraire qui était vrai– montre un souci d’entretien face à l’affaiblissement constant des terrées par l’eau des fossés.

234Au demeurant, on ne peut en aucun cas considérer l’absence de murs et de tours en pierre comme la marque d’un retard technique ou bien comme l’indice d’une pauvreté de la ville, que récusent les comptes conservés. Sur le plan tactique, ce regain des terrées pourrait au contraire bien correspondre à une première adaptation à l’artillerie –qu’elle soit mécanique ou à poudre– les vastes plates‑formes offrant à la fois l’espace pour le déploiement des engins et des tubes, contrairement aux fragiles terrasses de tours et chemins de ronde de courtines, et l’obstacle meuble et élastique dans lequel s’enfonce le boulet sans faire de dégâts, contrairement à la maçonnerie se disloquant à l’impact.

235Comme en témoignent à la fois l’organisation en profondeur de l’enceinte des jardins du Carrousel et les nombreuses mentions de démolitions massives de maisons dans les faubourgs extra muras des bonnes villes en prévision des sièges, les engins sont désormais capables d’envoyer des projectiles à 200 m des murs ; la défense est donc obligée d’accumuler les obstacles en avant du fossé du corps de place pour empêcher l’approche et le maintien des assaillants et de leur artillerie. Parallèlement, les progrès balistiques exigent que le rempart soit de plus en plus épais et de plus en plus élevé, non seulement pour permettre d’y déployer les engins de la défense en révélant le terrain extérieur, mais aussi pour éloigner des impacts et former bouclier pour protéger les maisons de la ville ; la surprise créée par le bombardement d’Amiens par Charles le Mauvais en 1358, à l’occasion duquel de très nombreuses maisons urbaines placées aux abords de la muraille furent détruites, ne fut certainement pas étrangère à cette nouvelle conception en profondeur des défenses.

236Incidemment, notons que cette extension de la zone non aedificandi autour des villes en fonction de l’augmentation des portées d’artillerie, qui ira croissante jusqu’au xvie s., va finir par constituer un phénomène nouveau, qu’André Guillerme qualifie de barrière écologique (Guillerme 1983 : 127) ; la ville désormais coupée du plat pays va constituer une sorte d’isolat à l’intérieur duquel se développent périodiquement les épidémies.

  • 43 PISAN (Christine de). — Le livre des fais et bonnes meurs du sage roy Charles V, éd. s. Solente, So (...)

237Vers 1410, Christine de Pisan résume bien les moyens pour s’emparer d’une place : après avoir envisagé les moyens d’assécher le fossé et de protéger le camps des assaillants par des palis, « on doit commencier l’assault par trait et par drechier eschieles, par miner et faire vois dessoubz terre, par engins et mangonneaux et canons, qui fort trayent, par edifices et engins, que on meine jusques aux murs »43. Ainsi, le rôle de l’avant‑fossé s’explique parfaitement dans le cadre de la défense encore rapprochée qu’on pratiquait jusqu’au début du xve s. : c’était un obstacle de plus pour ralentir la progression de l’assaillant et de ses machines roulantes, pour lui interdire le recours à des galeries de mine boisées creusées trop près de la surface et pour laisser le temps aux défenseurs de courir au rempart en cas d’attaque brusquée.

238Mais avec la progression rapide de l’artillerie à poudre à boulet métallique dans le courant du xve s., liée à sa capacité révolutionnaire de pratiquer des tirs rasants, le combat s’éloigne ; on est brusquement capable de superposer des coups au but en tir tendu jusqu’à 80 m, De plus, ces fossés avancés offraient subitement à l’assaillant des positions de batterie à couvert tout trouvé. En effet, dans une période où la seule solution pour progresser vers le fossé consiste désormais pour l’assaillant à pratiquer des tranchées en zigzag (Faucherre 1992, t 1 : 30‑35), lui offrir une tranchée toute prête sur la contrescarpe, parallèle au front attaqué de surcroît, aurait relevé du masochisme ! Désormais, un obstacle n’est utile que s’il est battu par le feu de la défense ; les abords du fossé doivent impérativement être reprofilés en pente douce pour être entièrement révélés et battus en tir rasant depuis le corps de place ; ils formeront désormais le glacis.

  • 44 « Le plus neccessaire est de remplir et condempner le second fossé tant du rem parti ment des premi (...)

239À cet égard, le comblement des avant‑fossés pour créer un glacis en faible pente vers l’extérieur afin de dégager le découvert des tirs depuis le corps de place semble systématique dans le courant du xve s. À Dijon, en 1461, le maître de l’artillerie ducale François de Surienne, dit l’Aragonais, réclame le comblement des deux avant‑fossés créés par la ville en 136844. Le magistrat fait donc établir en 1471 un glacis à leur place. L’avenir devait lui donner raison, car ce sont les fossés des faubourgs, que l’on avait négligé de combler, qui permettront aux Suisses d’asseoir leurs batteries pour bombarder Dijon en 1513. À Troyes, au moment des troubles de 1431, le rôle des « faulx fossez » est remis en question ; le conseil décide « de remplir des faulx fossez pour doubte des sieges ». Ainsi, à Dijon comme à Troyes, il faut donc considérer que les fossés avancés ont connu une évolution similaire à celle de l’enceinte de Paris dans le secteur des jardins du Carrousel. C’est aussi le cas à Lille en 1471.

240En effet, la fouille a mis en valeur un comblement en deux étapes des défenses avancées (état III). Aux alentours des années 1400, les deux fossés sont successivement remblayés pour servir de cheminement charretier, comme en témoignent de nombreuses ornières ; ce cheminement sert apparemment pour la desserte du réseau rural extra muros, comme à Soignies. Dans le dernier quart du xve s. enfin, le chemin est supprimé et le terrain est reprofilé pour être battu par les tirs venus du sommet du rempart.

  • 45 Cette « turcie » était large de 5 m au sommet et constituée de gazon sur ses flancs et de graviers (...)

241Sur le plan technique, il convient de souligner avec force que l’usage des terrées est fréquemment associé à un terrain marécageux, comme Gilles Blieck a pu l’observer précisément à deux reprises dans le cas de Lille : les fronts de l’enceinte humides et insalubres étaient constitués d’une terrée, alors que les fronts secs, où le bon sol peut facilement être atteint en battant des pieux, étaient construits en pierre. Cette adéquation parfaite marais/terrée/douve en eau s’explique aisément par le surcoût induit en milieu humide par des fondations maçonnées sur pieux battus ou en semelle épaissie. De plus, à la facilité de construire en terre dans un terrain marécageux s’ajoute le rôle essentiel d’assainissement pour le lotissement intra muros, la terrée permettant à la fois de collecter les eaux stagnantes dans le fossé et de constituer une digue contre les crues éventuelles. Ce dernier phénomène est particulièrement révélateur à la fin du xive s. à Tours, où l’idée d’utiliser la terrée pour l’enceinte semble être venue de la mise en place d’une digue protégeant la ville des débordements de la Loire45.

242Les exemples mentionnés dans le nord montrent à satiété que les fondations sur arc sont légions (fig. 140), que ce soit dans le sol naturel marécageux, ce qui s’explique aisément par la volonté de diminuer le nombre de pieux à battre, mais aussi dans le sommet ou dans la pente de la terrée, ce qui semble constituer un moyen de réduire les risques de déversement dans ces sols non stabilisés. Dans la majorité des cas rencontrés en fouille ou conservés, la fondation sur arcades enfouies dans la terrée se trouve nettement surélevée par rapport aux niveaux de sols intra muros, ce qui explique que toute trace de mur disparaisse lors des démantèlements. Ces enceintes offraient donc une accumulation d’obstacles suffisante –avant‑fossés, fossé en eau, talus, palissade ou parapet maçonné– pour ne pas avoir un besoin impératif de tours de flanquement, dont il aurait été impossible de dégager des flancs actifs sur toute l’élévation, compte tenu de la pente de la terrée et de la verticalité nécessaire du mur. La plasticité même de la terre impose ces tracés lâches, l’enceinte formant dans la majorité des cas un anneau au sein duquel il aurait été délicat de ménager des angles saillants sur lesquels asseoir des tours.

243Si elles ne sont pas revêtues de pierre, mais simplement coiffées d’une palissade ou d’un parapet (fig. 141), ces terrées disparaissent lors des démantèlements sans laisser de trace parcellaire forte contre lesquelles aurait pu s’appuyer le lotissement ultérieur, Ce critère, que nous avons souligné plus haut pour Paris devant la multitude des traces de l’enceinte de Philippe Auguste et l’absence totale de celle de Charles V, devrait servir de fil conducteur pour la compréhension d’une foule d’enceintes construites ou remaniées par Charles V en Île‑de‑France, dont il ne reste rien et dont on ne sait rien des structures : Lagny, Meaux, Melun, Montereau, Noyon, Poissy, Pontoise, Soissons.

FIG. 140 – Bruxelles : courtine sur arcades primitivement semi‑enterrée dans un rempart disparu.

Clliché M. de Waha/Univ.

FIG. 141 – Coupe sur le rempart d’Hesdin.

Cliché N. Faucherre/Univ.

  • 46 Seul Alain Salamagne, dans un article très contesté, s’interroge sur les nombreuses courtines qu’on (...)

244Il convient également de s’interroger sur le fait de savoir pourquoi ces terrées innombrables sont passées totalement inaperçues dans l’historiographie des enceintes urbaines46. Jusqu’à aujourd’hui, on considérait que les terrées rencontrées dans les fortifications urbaines ne pouvaient être que postérieures au xvie s., période qui voit le remparement systématique des enceintes médiévales pour constituer des matelas résistant à l’artillerie à feu. Dorénavant, la plus grande prudence devra être de mise dans l’interprétation de ces terrées dont on peut envisager a priori qu’elles sont mises en place avant l’escarpe maçonnée.

245Il convient enfin de noter le décalage structurel énorme entre ces enceintes de terre et la production royale et papale contemporaine : à Vincennes, en Avignon, mais aussi à Sisteron, à Périgueux ou à Cahots, des enceintes sont créées au même moment qui magnifient la seule verticalité du mur. Pareillement, on dispose pour l’Auvergne du formidable panorama de villes closes offert par l’armorial de Revel ; contre toute attente, la moindre bourgade s’y offre dans l’appareil défensif le plus traditionnel, sans l’once d’une terrée ou d’un palis (Fournier 1973). La leçon de ces carences s’impose : seules de très grandes villes directement mêlées au théâtre des opérations pouvaient se permettre d’abandonner les murailles pour une modernité qu’elles n’avaient pas encore décelé ; en revanche, elles étaient les premières à avoir compris que leur puissance militaire réelle devait si peu aux murs et tant à l’ardeur des hommes qui les garnissent.

5.12.2 Les transformations du xvie s. : l’application du système polygonal

246Les murs d’escarpe et de contrescarpe sont parfaitement documentés par les sources, que recoupent les datations archéométriques et la typologie. Je me contenterai donc de résumer les preuves archivistiques abondantes qui renseignent le chantier avant d’expliquer les raisons des formes et de remettre en contexte ces transformations.

247Déjà en 1503, les couronnements de la porte Saint‑Honoré avaient été refaits en pierre de Saint‑Leu d’Esserent, tandis qu’on reconstruisait « le grand mur ou sont les canonnieres du coté de la Seine » (Poupardin 1963 : 127). Dès 1512, le cardinal du Bellay « feist dilligence de faire rempars foissez et bastillons », et il fut décidé « d’aprofondir les fossez de la ville, en iceulx faire entrer et passer un bras de la riviere » (Poupardin 1963 : 167). Dans le devis général du 23 mars 1513 (Registres du bureau de la ville, t. I, 1513 : 198), après avoir demandé que les fossés secs en rive gauche soient mis au gabarit des autres, la ville réclame de faire « bons et larges rempares de terre jusques a dix ou douze toises sur la haulteur du hault des avant‑murs qui y sont de présent, et qu’il n’est point de meilleure muraille que lesd. terres ; aussi ad ce que l’on y puisse charrier et tourner les pièces d’artillerie et y aller a pié et à cheval la lance au poing, se mestier est, pour la deffence d’iceulx murs, et au moyen de lad. haulteur sera la ville moins batable ». De même, il faudra « faire par voye dedans iceulx murs des cannonieres qui seront voultees par dessoubz lesd. rempares pour batre dedans les fossez, et en faisant les euvres se deviseront en quel lieu et de quelle sorte ». S’étant rendu sur les lieux et ayant décidé de commencer l’entreprise de vidange des fossés par la tour de Bois, le bureau de la ville réclame de « faire de porte en porte ung bastardeau pour retenir les eaux des sources d’iceulx fossés d’au dessouz la porte St Honoré » et de démolir le batardeau de la tour de Bois « car par avant il servoit pour retenir l’eaue esd. fossez pour ce que la riviere n’y entroit que des haultes eaues ».

248Le registre des réparations et fortifications de la ville de 1513 à 1515 (Bouquet 1771 : 263 et sq.) confirme que les travaux furent scrupuleusement exécutés dès le mois d’avril suivant. Un carrier vend ainsi 76 quartiers de pierre pour des « œuvres de maçonnerie ordonnées estre faictes de costé et d’autre le long des talus des fossez de laditte ville pour la fortification d’icelle, a commencer à la tour de Bois, et tirant contremont à la porte Saint Honoré ». Deux nacelles de chaux sont livrées à la tour de Bois, par où sont entrepris les travaux, tandis qu’une autre est cuite sur place « au fourneau de laditte ville sur la douve des fossez, devant la tour de Bois », comme l’attestent des paiements à des marchands de bois et la livraison de 72 charretées de moellon et de 90 « mosles de bois ».

249Dans le même temps, un maçon et une plâtrière sont payés pour reboucher « les bresches et troux qui avoient esté faicts es murailles [...] pour avoir plus court et aisé passaige aux manœuvres qui ont besogné à la vidange et eslargissement des fossez [...], lesquelles vidanges ont esté portées dans laditte ville le long des murailles pour y servir de rempart et fortifications ». Ce texte nous apporte deux informations précieuses : la première est qu’on avait percé en plusieurs endroits le parapet couronnant la terrée pour donner passage aux manoeuvres transportant les terres du fossé au rempart, et que ce parapet était refait ou enduit au plâtre ; la seconde est que ces terres ont été déposées derrière la terrée et non dessus, ce qui suggère que le chemin à la base du rempart est alors condamné pour permettre l’épaississement, et donc probablement l’élévation, de la terrée (prévue dans le devis pour culminer à 24 m).

250Un maçon est également payé pour détruire un batardeau de pierre prolongeant le boulevard de la tour de Bois (qui contrebutait probablement les terres de la tranche du dodâne) et pour réutiliser les matériaux à dresser la contrescarpe. Un charpentier le remplaçera par un batardeau de bois de 7 à 8 toises de long dans les années suivantes.

251Entre 1516 et 1518, trois pionniers sont payés pour la continuation du creusement des fondations du mur d’escarpe, tandis que le fossé est curé de façon à conserver une profondeur minimale d’1 m d’eau. Deux manœuvres fondent dans le même temps le mur d’escarpe de 10 pieds de large, À la fin de ce compte, les commissaires parlent de « rempart et platte‑formes, afin d’aller et venir en seureté » à faire entre les portes. De 1532 à 1533, ce sont les prisonniers du Châtelet qui sont employés à approfondir les fossés du même secteur.

252Ces renseignements indiquent donc en toute certitude que les murs d’escarpe et de contrescarpe ont été fondés au printemps 1513, en même temps qu’on tirait les terres du fossé. Les dates d’abattage des bois de la semelle de fondation, entre 1505 et 1509, données par la dendrochronologie peuvent donc être retenues sans risque. Le chantier ne semble pas avoir été déclenché par les événements dramatiques de l’année 1513, puisque le devis qui le programme est du mois de mars, la défaite de Guinegatte du 16 août, la prise de Thérouanne du 23, et le siège de Dijon par les Suisses du 7 septembre.

253Ces murs d’escarpe et de contrescarpe fondés sur longrines de bois et ancrés dans les talus de part et d’autre sont arasés à des hauteurs variables. Contrairement aux fortifications bastionnées, ils ne sont pas contrefortés dans la terrée. Les deux murs en vis‑à‑vis présentent un léger ressaut à certaines assises, qui permet de taluter légèrement la face des murs. Ils rappellent dans leur mise en œuvre la courtine construite en 1553 sur le front de l’Arsenal (actuellement quai du boulevard Bourdon).

254Comme l’indique le devis, l’escarpe est mise en place non pas tant pour éviter le déversement du talus de la terrée dans le fossé, mais bien pour monter la terrée jusqu’à la hauteur considérable de 20 ou 24 m de haut tout en n’augmentant pas trop l’emprise au sol. L’escarpe est donc là à la fois pour éviter aux terres de reprendre leur pente d’équilibre, pour valoriser l’obstacle et pour empêcher l’affouillement de la base du talus par les eaux du fossé.

255L’ouvrage saillant qui flanque ce mur d’escarpe semble correspondre à l’un de ceux que du Bellay appelle des « bastillons », ce que le bureau de la ville appelle des « cannonieres qui seront voultées par dessoubz lesd. rempares pour batre dedans les fossez », ce que les commissaires de 1516 appellent des « platte‑formes » à construire entre les portes. Les critères qui le caractérisent sont :
– une implantation en milieu de courtine, semble‑t‑il à équidistance entre la porte Saint‑Honoré et la tour de Bois (environ 200 m) pour assurer un croisement de feux correct ;
– un tracé caractérisé par une face curviligne débordant de 3,80 m par rapport à l’alignement des courtines, à peine marquée d’une ébauche d’éperon au saillant, et par deux flancs en légère contre‑courbe, pour offrir une ligne de feux flanquants le plus à la perpendiculaire des courtines (largeur à la racine : 13,50 m) ;
– un profil marqué par une terrasse dallée en éventail placée à 4 m au‑dessus du fond de fossé et à 5 m en contrebas de la contrescarpe.

256Le rétrécissement de la gargouille d’écoulement en flanc droit à l’endroit où elle s’engageait sous le parapet permet de restituer l’épaisseur de ce dernier : environ 1,40 m. La présence de cette gargouille vers laquelle convergent les écoulements suggère soit que la plate‑forme était à ciel ouvert, soit plutôt qu’elle pouvait être recouverte par l’eau lors des crues. Aucun indice ne permet de restituer son accès depuis la terrée du rempart, ni son système de couvrement. Mais, sur l’arrière, un léger rebord dans les dalles et la largeur de la souche du mur arasé suggèrent que l’ouvrage avait un mur de gorge lui permettant d’être couvert d’une voûte.

257Le critère essentiel est que l’ouvrage est défilé par la contrescarpe, ce qui signifie que l’assaillant placé sur le terrain extérieur ne le voit pas et ne peut donc pas l’atteindre en tir direct. Cet ouvrage n’a d’action que flanquante dans le fossé et ne rentre donc en jeu dans le siège que lors de l’assaut, lorsque l’assaillant entreprend la descente au fossé. À cet égard, le parapet devait être plus épais en tête et percé d’embrasures uniquement dans les flancs.

258L’ouvrage apparaît donc comme étant une caponnière (le terme médiéval est moineau) de milieu de courtine (fig. 142) ; à cet égard, il faut considérer qu’il était nécessairement couvert d’un blindage de pierre, car l’absence de protection haute du personnel dominé de 5 m par la contrescarpe l’exposait considérablement au feu adverse. Il répond donc exactement à la définition donnée par le bureau de la ville de canonnières voûtées pour battre les fossés. Il faut considérer à cet égard, compte tenu du caractère aléatoire des trois désignations, qu’aucune n’est le fait de militaires expérimentés.

FIG. 142 – Moineau (caponnière) hémisphérique du front de la Seille à Metz, vers 1520.

Cliché N. Faucherre/Univ.

259Dans le principe induit par la caponnière, il y a séparation dans des organes distincts entre tirs d’action lointaine et tirs de défense rapprochée ; ainsi, l’action lointaine pour contrebattre les travaux d’approche de l’ennemi est assurée par la crête de feu du rempart, qui aligne une puissance de feu d’action strictement frontale considérable ; la caponnière ne rentre en jeu que lors du franchissement du fossé, ayant conservé intactes ses défenses jusqu’à ce moment. Ce système de fortification s’appelle le système polygonal (fig. 143) ; il se distingue radicalement du système bastionné au sein duquel tous les tirs, lointains et rapprochés, sont assurés depuis le même ouvrage et par les mêmes crêtes de feu. Le système polygonal a connu une première heure de gloire entre 1470 et 1540, dans la période de transition à l’artillerie, avant précisément que l’élaboration du bastion, vers 1535, ne le supplante (fig. 144). Il reviendra à l’honneur à la fin du xixe s. lorsque la puissance de feu de l’artillerie rayée entraînera la mort du système bastionné.

FIG. 143 – Schéma perspectif d’un système polygonal des années 1520 au château de Bridoré (Indre‑et‑Loire) : caponnière d’angle défilée par la contrescarpe et associée à une fausse‑braie (d’après : Ces forteresses autour desquelles s’est bâtie la France. In Vauban, Bulletin de liaison du Génie, no 20, août 1968, p. 29). :

Dessin FJC d’ap. Ph. Truttmann

FIG. 144 – Turin, construction d’une citadelle : a ensemble ; bc détails des terrassements avec hottes et brouettes pour la construction d’un front bastionné. Turin, archivio di Stato. Atlas Architettura militare, vol. IV, fol. 1.

  • 47 – Pour un essai d’inventaire, voir Salamagne 1992 : 241‑281 et Faucherre 1992 ; 129‑160.

260Pour l’heure, le moineau constitue un palliatif à moindres frais pour remplacer les tours, trop fragiles dans leurs couronnements, pour la défense du fossé. La mode du moineau de pierre est très fréquente dans les premières décennies du xvie s., mais celui‑ci adopte une très grande variété de tracé d’un ouvrage à l’autre47. Ceux de Blaye, de Bodrum (Turquie) et de Rhodes (Faucherre 1990 : 60‑64) sont allongés, les moineaux bretons comme ceux de Metz sont plutôt arrondis. Un des derniers moineaux construit est justement celui qui fut mis en place sur le front de l’Arsenal en 1553 (Faucherre, Collet 1989 : 89).

261Ainsi, l’ampleur du programme réalisé ou abandonné en cours dans ce secteur occidental de l’enceinte de Paris –un rempart à l’escarpe partiellement revêtue s’élevant à 20 ou 24 m de hauteur, combinant ses feux d’action lointaine à un coffre casematé de flanquement strict du fossé –montre assez la grande adaptabilité de la terrée primitive et le caractère très performant de la fortification parisienne dans ses deux périodes de constitution.

Notes

1 Un doute subsiste sur l’ampleur et la nature réelles des travaux effectués à l’instigation d’Étienne Marcel (renseignement de M. J. Favier ; voir aussi A. Erlande‑Brandebourg, in Sous les pavés... 1989 : 25). D’après Le Hallé 1986 : 61, « il est vraisemblable qu’on se contenta d’abord de creuser des fossés palissadés avec quelques ouvrages fortifiés aux portes ».

2 Le passage d’une lettre du Roi de 1385, indique que les Quinze‑Vingts ont joui d’un jardin jusqu’en 1356, année où l’on fit les fossés de la forteresse de Paris : « Affermans que, des le commencement de leur fondation (les Aveugles), et depuis continuellement jusques apres la bataille de Poitiers qui fu l’an grace M CCC LVI, ou temps que l’en fist les fossés de la forteresse de Paris, ilz avoient esté toujours propriétaires, joy et usé paisiblement de un jardin peuplé d’arbre fruis portans, et pour leur gouvernement de fruis et potages... ». Archives des Quinze‑Vingts, liasse 306.

3 Le fossé, comme la levée de terre, est approximativement de 28 m de large. Sans tenir compte des sédiments utilisés pour les défenses avancées et si seuls les matériaux extraits du fossé servent à l’édification du rempart de terre, sa hauteur n’est pas supérieure à la profondeur du fossé. Le fossé retrouvé est celui de la fin du xvie s., voire du début du xviie s. Il est, dans ce dernier état, profond au maximum de 7,10 m au sud et de 5,70 m au nord. Le fossé du xive s. était peut‑être aussi profond, mais plus vraisemblablement moins. La levée de terre n’a donc en aucun cas pu excéder ces valeurs.

4 Cette présentation repose sur les observations faites en deux points éloignés, l’un se trouvant à l’extrémité nord de la fouille, l’autre à son extrémité sud. Des variations existent entre ces deux endroits ; ceux‑ci seront donc précisés dans le texte chaque fois que cela s’avère nécessaire.

5 Obstacle constitué de pieux plantés horizontalement dans les parois d’un fossé.

6 Gauchet, Granchon et Trombetta (Gauchet et al. 1992) associent ce fossé à une première phase d’occupation des tuiliers, chronologiquement imprécise (xiiexve s.). Il se trouve pourtant très exactement dans l’axe du fossé médian fouillé quelques mètres au nord. La ligne de poteaux bordant ce fossé à l’ouest matérialise peut‑être la limite des tuileries à cette époque, ou un dispositif des défenses avancées non observé ailleurs.

7 D’après la céramique, datée de la seconde moitié du xve s., cet aménagement serait assez tardif. Toutefois un doute subsiste.

8 Cette largeur, inhabituelle pour un unique fossé, rend possible l’existence d’un double fossé. Certaines sources semblent aller dans ce sens. Dans le récit de l’assaut de Paris par Jeanne d’Arc, on indique que les soldats avaient pris le boulevard de terre battue et franchi le fossé sec, qu’ils avaient comblé avec des fascines, mais il restait à franchir le fossé en eau et la muraille (Favier 1980 : 505 ; Bonnardot 1852 : 132). Toutefois, cette attaque se passa près de la porte Saint‑Honoré et il pouvait exister dans ce secteur des défenses supplémentaires.

9 La topographie du toit calcaire a pu être restituée grâce à la carte de l’Atlas géologique de la ville de Paris (Préfecture de la Seine 1967,1/5000) et aux sondages commandés par l’EPGL, qui nous a permis d’utiliser sa documentation.

10 Nous tenons à remercier chaleureusement M. Denis Rolland pour ses indications précieuses sur la technique de pose des longrines de bois.

11 Le ressaut inférieur, qui est le sommet de la fondation débordante, se situe à une altitude variable, mais ayant pour maximum 28,74 m. Les deux suivants sont à des altitudes plus constantes, respectivement à 29,00 et 29,20 m.

12 La largeur du mur de contrescarpe, constante sur l’ensemble de l’élévation, est de l’ordre de 2,50 m.

13 Une autre interprétation possible est celle d’un dispositif servant à compenser les forces exercées par la voûte de l’égout. Cette hypothèse n’a pas été retenue en raison de la mauvaise qualité du dispositif.

14 La hauteur de la nappe phréatique peut être évaluée d’après le niveau d’étiage de la Seine relevé en 1719 sur le pont de Tournelle à 24,75 m (d’après une crue de la Seine mentionnée dans les textes en 1658 comme ayant atteint 33,33 m) et enfin d’après les puits des xvie et xviie s. fouillés dans la cour Napoléon, dont le fond est entre 24,2 et 26,9 m. Elle devait exister, sur le site, à un niveau moyen minimal de 25‑26 m.

15 Ils ont été déposés avec les trois squelettes les plus complets, au laboratoire d’Anatomie comparée du Museum national d’histoire naturelle à Paris (responsable : M. Tragnier).

16 En raison de son intérêt particulier, cette étude, complétant celle réalisée précédemment (Desrosiers, Moore 1991), sera publiée dans un support spécialisé.

17 Les niveaux supérieurs des limons bruns et jaunes mélangés résultent des terres issues du recreusement du fossé au début du xvie s. Les tessons retrouvés datent de cette époque, accompagnés toutefois de nombreux tessons résiduels du xive s.

18 Information orale du Pr M. Bur.

19 Information orale de Mme N. Meyer‑Rodrigues.

20 Un pichet a été trouvé dans une fosse, associé à une monnaie du début du xive s.

21 Identification de M.F. Verhaeghe.

22 Ce fait constitue sans doute la raison principale de la disparition quasi totale de l’enceinte. D’autant plus que sur le site des jardins du Carrousel, la conservation partielle du rempart de terre est due à la présence d’une cuvette résultant de l’ouverture d’une carrière à l’époque romaine.

23 Cette largeur est celle relevée dans le secteur nord du chantier archéologique. Des observations ponctuelles faites en d’autres endroits du terrain montrent que cette largeur varie quelque peu.

24 Ces murs et la plate‑forme sont conservés et intégrés à l’aménagement des nouveaux espaces souterrains.

25 Bibliothèque nationale de France, manuscrits français 21717, cité par Poupardin 1963.

26 Comptes du domaine de la ville de Paris, t. I, col. 17‑18 (1424‑1425) et col. 194‑197 (1440‑1441).

27 Comptes du domaine de la ville de Paris, t. I, f° 106 v° (7 juin 1554).

28 Journal d’un bourgeois de Paris, p. 243 et Chronique de Charles VII, éd. Vallet de Veriville, t. I : 86‑87, cités par Poupardin 1963 : 76.

29 Journal de Jean de Maupoint, 1437‑1469, MSHP, 1877, t. IV : 55.

30 – Pour ne citer que le plus récent (Le Hallé 1986 : 77). Un seul auteur signale que dès 1357 (sic), Charles V aurait fait consolider une partie de l’enceinte de Paris en la matelassant avec des terres (Rocolle 1973 : 171).

31 Révélation d’une enceinte de terre grâce aux sources anglaises par Jones 1994.

32 Archives nationales, Z1h 719, cité par Poupardin 1963 : 173,

33 Archives nationales, KK 413, f° 400 v°, cité par Poupardin 1963 : 170.

34 Journal de Clément de Fauquemberge, 1429, t. II : 322, cité par Poupardin 1963 : 164. Cette mention essentielle correspond à un secteur non localisé au nord ou au sud de la porte Saint‑Honoré ; l’action ne peut pas se placer aux abords immédiats de la porte, dont la bastille avancée en maçonnerie était alors en place, avec vraisemblablement un fossé en eau particulier (pour la structure des bastilles devant les portes, voir Faucherre 1989 : 41‑ 45).

35 BHVP, fonds Vacquer, D 66 (ms 243), f° 80 et 89.

36 Le Livre de raison de Nicolas Versois, cité par Poupardin 1963 : 164.

37 Registres du bureau de la ville, t. I, 1513 : 198.

38 BNF, manuscrits français 11732, f° 7 v° (14 avril 1553) et 14.

39 AN, Q1 1107‑1512, cité par Poupardin 1963 : 170.

40 Rapport de fouille récent par le York Archeological Trust (non consulté), confirmant les dégagements entrepris depuis 1925, cités par Turner 1971 : 110‑115 et fig. 13.

41 Visite des murs en 1491, publiée dans Guilbert 1974.

42 Un cas particulièrement révélateur de la signature épigraphique apposée sur la portion d’enceinte à leur charge par des villageois est signalé lors de la reconstruction de l’enceinte de Châlons‑sur‑Marne au xive s. (Berland s.d.)

43 PISAN (Christine de). — Le livre des fais et bonnes meurs du sage roy Charles V, éd. s. Solente, Soc. de l’Hist. de Fr., t. I, 1836 : 230, cité par Salamagne 1993 : 65.

44 « Le plus neccessaire est de remplir et condempner le second fossé tant du rem parti ment des premiers fossez que rabatre les douhes qui respondent sur le chemin et ordonner que les curees de la ville y soient mises tellement que la douhe dehors desdictz fossez se treuve en pente tellement que les ennemis ne s’y puissent targer » ; archives municipales de Dijon, H 131 (Richard 1944 : 42).

45 Cette « turcie » était large de 5 m au sommet et constituée de gazon sur ses flancs et de graviers au‑dessus (Chevalier 1975 : 54).

46 Seul Alain Salamagne, dans un article très contesté, s’interroge sur les nombreuses courtines qu’on matelasse de terre par l’intérieur au début du xve s. (Salamagne 1986).

47 – Pour un essai d’inventaire, voir Salamagne 1992 : 241‑281 et Faucherre 1992 ; 129‑160.

Table des illustrations

Légende FIG. 88 ‒ Carte schématique des enceintes de Paris : 1 enceinte romaine ; 2 enceinte du haut Moyen Âge, tracé hypothétique ; 3 enceinte de Philippe Auguste ; 4 enceinte de Charles V ; 5 enceinte bastionnée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende PLAN III ‒ Plan général des vestiges médiévaux antérieurs à l’enceinte de Charles V : A manoir ; B fossés parcellaires ; C tuilerie de Guiot de Moucy ; D emprise du fossé de la future enceinte urbaine.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende dépliant ‒ Coupe E.-O. à travers l’enceinte : a première fortification (?) (XIVe s.) ; b couche de terre arable (XIVe s.) ; c le rempart de terre (XIVe s.) ; d le chemin du rempart (XIVe-XVe s.) ; e défenses avancées (e1 = XIVB, e2 = XVA, e3 = XVD) ; f le fossé du XVIe s. ; g mur d’escarpe du XVIe s. ; h mur de contrescarpe du XVIe s. ; i égout dans le fossé (XVIe s.) ; j comblement du fossé (début du XVIIe s.) ; k mur de soutènement du jardin des Tuileries (1601) ; I égout moderne (XVIIe ou XVIIIe s.) ; m égout moderne (XIXe s.).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 289k
Légende TABL. IX ‒ Monnaies et objets monétiformes de l’enceinte urbaine (cf. dépliant).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 395k
Légende TABL. IX (fin) ‒ Monnaies et objets monétiformes de l’enceinte urbaine.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 786k
Légende PLAN IV ‒ Plan général des vestiges de l’enceinte urbaine.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende FIG. 89 ‒ Schéma d’évolution des défenses urbaines.
Crédits Dessin FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende FIG. 90 ‒ Coupe dans le remplissage du grand creusement (fossé inachevé ?) antérieur au rempart de terre de l’enceinte de Charles V.
Crédits Cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende FIG. 91 ‒ Coupe E.‑O. dans la levée de terre : a couches inclinées de la levée de terre ; b couche de terre arable du XIVe s. ; c comblement de la carrière romaine.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende FIG. 92 ‒ Extrémité orientale du rempart de terre et chemin du XIVe s. Les exhaussements et élargissements progressifs sont bien visibles.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende FIG. 93 ‒ Coupe à travers les défenses avancées ; a fossé occidental ; b levée état II (XVe s.) ; c chemin sur le fossé ; d levée de terre état I (XIVe s.) ; e fossé médian ; f terre arable milieu XIVe s.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende FIG. 94a, b coupes à travers le fossé oriental ou médian des défenses avancées, dans la partie sud des jardins du Carrousel : 1 première levée de terre (seconde moitié du xive s.) ; 2 comblement primaire du fossé (seconde moitié du XIVe s.) ; 3 dépôt de limon brun ; 4 nouvelle levée de terre du XVe s. Positionnement des coupes, cf. plan IV, §. 5.3.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende FIG. 95 ‒ Vue des défenses avancées : fossé médian, chemin et fossé occidental (état II).
Crédits Cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende FIG. 96 ‒ Traces de sabots marquant l’utilisation du chemin entre les deux fossés des défenses avancées (état II).
Crédits Cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende FIG. 97 ‒ Traces de charroi sur la levée de terre (état III) des défenses avancées.
Crédits Cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende FIG. 98 ‒ Talus de la levée de terre des défenses avancées (état III), chemin au pied du talus et mur parcellaire M 2 du faubourg.
Crédits Cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende FIG. 99 ‒ Le talus de la contrescarpe derrière le mur de soutènement du petit jardin des Tuileries (1601).
Crédits Cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende FIG. 100 ‒ Vue générale des murs d’escarpe (a) et de contrescarpe (b), de la vase (c) à moitié enlevée du fossé, d’une petite partie de la levée de terre du rempart (d), d’un premier égout (e) retrouvé sous la vase et sous un égout plus moderne (f) et du mur parcellaire M 5 (g).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende FIG. 101 ‒ Coupes des murs d’escarpe et de contrescarpe : 1 première étape ; 2 première étape bis ; 3 deuxième étape ; 4 deuxième étape bis ; 5 troisième étape (début XVIIe s.) ; 6 longrine en bois ; 7 graviers ; 8 socle rocheux.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende FIG. 102 ‒ Détail du parement de l’escarpe à l’angle nord de la plate‑forme. À la base, on remarque les longrines en chêne.
Crédits Cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende FIG. 103 ‒ Plan de la plate‑forme du mur d’escarpe : 1 arête centrale ; 2 arête longitudinale nord ; 3 gouttière nord ; 4 longrines ; 5 arête longitudinale sud ; 6 lits de pose ; 7 dalle avec lit d’attente ; 8 égout moderne.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende FIG. 104 ‒ Coupe E.‑O. à travers le mur d’escarpe. À l’emplacement de la coupe, le mur repose directement sur le socle rocheux et ne nécessite pas de longrine en chêne.
Crédits Cliché FJC.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende FIG. 105a vue générale du dallage de la plate‑forme ; b et c vues sur l’arête centrale du dallage.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende FIG. 106a mur d’escarpe : plan, profil et relevé partiel de l’élévation ; b mur de contrescarpe : plan, profil et relevé partiel de l’élévation ; en tramé, les corbeaux de soutènement des balcons du jardin des Tuileries (1601).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Légende FIG. 107 ‒ Marques lapidaires : 1 mur d’escarpe ; 2 mur de contrescarpe ; 3 mur de soutènement du jardin des Tuileries (1601) ; 4 mur M 6 dans le fossé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende FIG. 108 ‒ Marque lapidaire gravée sur un des blocs de l’escarpe.
Crédits Cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende FIG. 109 ‒ L’égout dans le fossé de l’enceinte urbaine : A schéma de situation des vestiges ; B plans de la disposition initiale et du réaménagement de l’égout, avec positionnement des coupes a, b et c ; C coupes a, b et c à travers l’égout (1 mur de contrescarpe, 2 comblement de vase, 3 dépôt d’utilisation, 4 mur et sol de l’égout).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende FIG. 110 ‒ Vue générale du mur (M 6) de l’égout dans le fossé. À l’arrière‑plan, le mur bouchant le conduit.
Crédits Cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende FIG. 111 ‒ Coffrage en bois sur la face orientale du mur (M 6) de l’égout.
Crédits Cliché FJC.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende FIG. 112 ‒ Exutoire de l’égout (état II).
Crédits Dessin et cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende FIG. 113 – Coupes dans la vase du fossé.
Crédits Cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Légende FIG. 114 – Vue de détail de la base de la vase, avec sédimentation en lits horizontaux.
Crédits Cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende FIG. 115 – Mobilier en bois et en métal du fossé (fin XVIe‑début XVIIe s.) : 1 manche (?) en bois ; 2 bouchon de tonneau en bois ; 3 boule pleine en bois (élément de jeu ? flotteur de filet de pêche ?) ; 4 manche de couteau en bois avec rivets en métal ; 5‑7 pièces en bois indéterminées ; 8 cuiller en métal (cuivre) ; 9 écuelle en bois ; 10 plat en bois.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Légende FIG. 116 – Baquet en bois trouvé dans la vase du fossé (fin XVIe‑début XVIIe s.).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende FIG. 117 – Housse de mousquet en cuir provenant de la vase dans le fossé de l’enceinte urbaine : proposition d’assemblage et pièces diverses non replacées.
Crédits Dessin et cliché NucléART
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende FIG. R – Fragment de loup en velours brun provenant de la vase dans le fossé de l’enceinte urbaine (fin XVIe‑début XVIIe s.) : il est rapiécé en haut à droite avec un autre velours un peu plus clair, doublé de taffetas fin beige, avec un ruban droit décorant son bord inférieur et un autre ayant servi d’attache. Dimensions 15,4 x 20,6 cm (cf. § 5.5.3.2).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 118 – Détail du plan de Paris, par Mérian (1615) : le secteur entre la porte Saint‑Honoré et la tour de Bois. Sur cette vue, le fossé est encore ouvert ; on distingue aussi les balcons du petit jardin des Tuileries, construits en surplomb sur le fossé.
Crédits Cliché BHVP
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende FIG. 119 – Le démontage du mur d’escarpe. Blocs de parement démontés au‑dessus de la plate‑forme.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende FIG. 120 – Lits de vase perturbés, sans doute par de fortes pressions exercées lors du comblement du fossé.
Crédits Cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende FIG. 121 – Céramiques du milieu du XIVe s. de l’enceinte urbaine : 1‑13 terre arable sous le rempart ; 14‑19 terre arable sous les défenses avancées ; 20‑25 grand creusement F 16 sous le rempart. Sauf le no 13, en pâte blanche, tous les autres tessons sont en pâte sableuse francilienne.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende FIG. 122 – Céramiques du milieu du XIVe s. du rempart de terre F 17 de l’enceinte urbaine : 1‑1517 pâte sableuse francilienne ; 16 pâte blanche calcaire ; 18‑19 pâte rouge de Dourdan ; 20‑26 grès du Beauvaisis ; 27‑30 grès rhénan.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Légende FIG. 123 – Céramiques du milieu et de la seconde moitié du XIVe s. du chemin des remparts . 1‑19 pâte sableuse francilienne ; 20 pâte rouge de Dourdan ; 21 pâte sableuse engobée ; 22‑27 grès du Beauvaisis ; 28 carreau estampé, glaçuré et engobé ; 29‑30 carreaux glaçurés et engobés.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende FIG. 124 – Céramiques du milieu et de la seconde moitié du XIVe s. des défenses avancées (états I‑II) : 1‑6 levée de terre ; 7‑15 fossé occidental ; 16‑22 fossé médian. 1‑1116‑19 pâte sableuse francilienne ; 1320 grès du Beauvaisis ; 1421 grès rhénan ; 15 pâte sableuse engobée ; 12 carreau estampé, glaçuré et engobé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende FIG. 125 – Céramiques en pâte sableuse francilienne de la seconde moitié du XIVe s. et du premier quart du XVe s. des défenses avancées (état III). Nouvelle levée de terre F 13.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende FIG. 126 – Céramiques du dernier quart du XVe s. provenant des dernières modifications des défenses avancées (cf. dépliant, e3, § 5.5.5) : 1, 4‑16, 18‑19 pâte sableuse francilienne ; 2, 3, 17 grès du Beauvaisis.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende FIG. 127 – Fossé de l’enceinte urbaine. Céramiques de la seconde moitié du XVIes. et du début du XVIIes. : 1‑13 pâte sableuse francilienne.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende FIG. 128 – Fossé de l’enceinte urbaine. Céramiques de la seconde moitié du XVIes. et du début du XVIIes. : 1‑12 grès du Beauvaisis.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende FIG. 129 – Fossé de l’enceinte urbaine. Céramiques de la seconde moitié du XVIes. et du début du XVIIes. : 1‑9 pâte fine blanche du Beauvaisis ; 10 faïence en camaïeu bleu ; 1113 faïence blanche ; 12 grès rhénan ; 14‑16 pâte sableuse francilienne.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende TABL. X – Céramiques du XVIe s. trouvées dans la vase du fossé de l’enceinte urbaine.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Légende FIG. 130 – Axonométries restituées des défenses urbaines : a XIVe s. (vers 1380), la présence de deux fossés à l’emplacement du grand fossé du XVIe s. est une hypothèse ; b XVIe s. (vers 1530).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende FIG. 131 – Détail du plan de Truschet et Hoyau : le secteur entre la porte Saint‑Honoré et la tour de Bois. On distingue, à la base du rempart, un mur en grand appareil qui correspond selon toute vraisemblance au mur d’escarpe construit au début du XVIe s.
Crédits Cliché BHVP
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende FIG. 132 – Détail du plan de Truschet et Hoyau : le secteur correspondant à l’actuel boulevard Beaumarchais.
Crédits Cliché CNMHS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende FIG. 133 – Plan de l’extension de la ville devant la porte Saint‑Denis au profit du couvent des Filles‑Dieu (27‑2‑1562), 3 septembre 1559 (parchemin 62 x 84 cm, détail).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Légende FIG. 134 – Plan d’Aire‑sur‑la‑Lys par Deventer, vers 1560. Le dodâne au milieu du fossé se distingue nettement. Fac‑similé XIXes.
Crédits Cliché N. Faucherre/Univ.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende FIG. 135 – Coupes à travers les fossés de l’enceinte urbaine, par Vacquer : a devant la butte des Moulins ; b place du Théâtre‑Français.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende FIG. 136 – Lille : détail d’une vue cavalière dressée entre 1618 et 1620 figurant la terrée du rempart avec son parapet.
Crédits Cliché Archives générales du Royaume, Bruxelles
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende FIG. 137 – Lille : tentative de restitution d’une partie de l’enceinte de la ville au XIVe s. d’après les fouilles, place Rihour et rue des Fossés, par G. Blieck.
Crédits Dessin R. Vidal et N. Vasseur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende FIG. 138 – Maastricht, site Sphinx Céramique. Restitution isométrique des cinq principales phases de construction de l’enceinte médiévale : A vers 1300 ; B 1318 ; C XVe s. ; D 1551‑1579 ; E vers 1600.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende FIG. 139 – Vue en perspective de l’enceinte de Saint‑Denis en 1575 (extrait de « Pourtraict de la ville de Sainct Denis en France », Belleforest, 1575).
Crédits Cliché M. Wyss/Serv. archéo. de Saint-Denis.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Légende FIG. 140 – Bruxelles : courtine sur arcades primitivement semi‑enterrée dans un rempart disparu.
Crédits Clliché M. de Waha/Univ.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende FIG. 141 – Coupe sur le rempart d’Hesdin.
Crédits Cliché N. Faucherre/Univ.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende FIG. 142 – Moineau (caponnière) hémisphérique du front de la Seille à Metz, vers 1520.
Crédits Cliché N. Faucherre/Univ.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende FIG. 143 – Schéma perspectif d’un système polygonal des années 1520 au château de Bridoré (Indre‑et‑Loire) : caponnière d’angle défilée par la contrescarpe et associée à une fausse‑braie (d’après : Ces forteresses autour desquelles s’est bâtie la France. In Vauban, Bulletin de liaison du Génie, no 20, août 1968, p. 29). :
Crédits Dessin FJC d’ap. Ph. Truttmann
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende FIG. 144 – Turin, construction d’une citadelle : a ensemble ; bc détails des terrassements avec hottes et brouettes pour la construction d’un front bastionné. Turin, archivio di Stato. Atlas Architettura militare, vol. IV, fol. 1.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45080/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 197k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search