Version classiqueVersion mobile

Les jardins du Carrousel (Paris)

 | 
Paul Van Ossel

Partie I. Le Carrousel avant Paris

Chapitre 4. Le Moyen Âge avant la ville : un manoir périurbain du xive s

4 Das Mittelalter vor der Stadt: ein Herrensitz des 14. Jh. am Stadtrand

4 The Middle Ages prior to the city: a peri‑urban manor of the 14th century

Marie‑Claude Léonelli

Résumé

Les premières traces d’une occupation médiévale du site apparaissent au xive s. À cette époque appartiennent les restes d’un bâtiment résidentiel, arasé vers 1360 pour faire place à la nouvelle enceinte urbaine. Son plan présente trois corps de bâtiments disposés autour d’une cour ouverte vers le sud. Malgré les destructions, différents indices témoignent du caractère de ce manoir, situé alors dans la proche banlieue. La découverte la plus spectaculaire est un important ensemble de peintures murales sur plâtre, provenant de l’édifice. La qualité des décors figurés et géométriques, la variété et la vivacité des coloris, les comparaisons qu’ils autorisent avec d’autres ensembles en France et en Italie montrent l’importance du commanditaire, que la présence de motifs héraldiques suggère de rapprocher d’un entourage princier ou royal. La confrontation avec les sources d’archives permet de proposer l’identification de ce manoir avec celui ayant appartenu un temps à Pierre des Essarts.

Texte intégral

4.1 Introduction

1Les restes d’une demeure périurbaine du xive s. ont été mis au jour dans la partie S.‑E, du site, sous l’ancienne place du Carrousel, aux pieds des actuels pavillons Mollien et de la Trémoille (plan III, A).

PLAN III ‒ Plan général des vestiges médiévaux antérieurs à l’enceinte de Charles V : A manoir ; B fossés parcellaires ; C tuilerie de Guiot de Moucy ; D emprise du fossé de la future enceinte urbaine.

DAO P. Pihuit/Afan, d’ap. FJC

2Construit sur le bourrelet alluvial en bordure de Seine, l’édifice occupe un point culminant, à 33,60 m ngf (fig. 72). Vers le sud, il domine directement le fleuve et le chemin sur berge le longeant. Vers le nord, le versant naturel en pente douce a été accentué par la dépression locale provoquée par l’extraction de limon à l’époque romaine.

FIG. 72 ‒ Coupe N.‑S. du bourrelet de la Seine à la hauteur du manoir : a niveau actuel de la Seine ; b étiage de 1719 ; c crue de 1658.

Dessin FJC

3Les maçonneries sont dérasées sous les niveaux de sols et les fondations sont très souvent récupérées. Seuls subsistent quelques tronçons de murs, les tranchées de récupération comblées de débris divers et les aménagements souterrains. Ce mauvais état de conservation résulte de la construction de l’enceinte urbaine dans la seconde moitié du xive s. Située sur le tracé de cette dernière, la bâtisse est détruite pour faire place au nouvel ouvrage défensif. Son emplacement est recouvert en grande partie par les terres accumulées pour la construction du rempart et par un chemin longeant son piétement. D’autres destructions sont provoquées par des constructions élevées à cet endroit durant les Temps modernes. Les plus anciennes remontent au xvie s. et appartiennent à une extension du clos de la Petite Bretagne. Les constructions qui ont occasionné le plus de dégâts sont celles de l’hôtel de Warin (plus tard hôtel de Beringhem), datées des xviie et xviiie s. Toute la partie occidentale de la zone fouillée a été profondément terrassée pour l’établissement de plusieurs caves, alignées sur le mur d’escarpe de l’enceinte. Enfin, les travaux du Grand Louvre, en 1986, ont entraîné de nouvelles destructions. La pose d’un collecteur d’égout et l’installation d’une centrale à béton ont complètement perturbé les parties centrale et orientale de la zone, jusqu’alors épargnées.

4.2 Description et chronologie

4Le plan d’ensemble de la demeure est incomplet. De nombreuses incertitudes subsistent et la restitution reste largement hypothétique. Le bâti présente une disposition en U, comprenant trois corps de bâtiment disposés autour d’une cour (IV) ouverte au sud, vers la Seine (fig. 7374). Le premier bâtiment (I), à l’ouest, est orienté N.‑S. ; le deuxième (II), au nord, est orienté E.‑O. Les perturbations modernes ne permettent plus de savoir si ces deux corps de bâtiment étaient indépendants ou non. Un troisième ensemble de constructions, à l’est, se rattache au deuxième et lui est perpendiculaire. Il constitue une aile orientale (III), dont la disposition est plus difficile à comprendre.

FIG. 73 ‒ Plan des vestiges du manoir : a bâti en bois ; b fondations en pierre ; c tranchées de récupération.

Dessin FJC.

FIG. 74 ‒ Plan masse restitué du rez‑de‑chaussée du manoir.

Dessin FJC.

4.2.1 Le corps de bâtiment occidental (I)

5Le corps de bâtiment occidental comprend une vaste pièce rectangulaire, une fosse d’aisances accolée au nord et une construction quadrangulaire, ajoutée tardivement.

4.2.1.1 Une grande salle rectangulaire ou une galerie sous arcades

6Le plan de cette construction, conservée sur une largeur de 7,50 m et sur une longueur de 16 m, reste incomplet ; seules subsistent ses limites occidentales (F 8) et septentrionales (F 7).

7À l’intérieur, l’espace est divisé par des bases de piliers maçonnées de forme à peu près quadrangulaire (0,70 à 0,85 m de côté). La répartition au sol de ces fondations n’est pas parfaitement régulière. Elles sont installées à une distance moyenne de 3,60 m du mur ouest, vraisemblablement au milieu de la pièce, et sont séparées les unes des autres de 3 m environ. L’état de conservation est tel qu’il est impossible de savoir avec certitude si le mur ouest est contemporain des piliers, bien que leur construction similaire et leur alignement concordant soient des indices suffisants pour le supposer. Ces éléments permettent deux reconstitutions différentes. Soit une vaste salle, large de 10 m peut‑être et longue d’au moins 16 m, divisée en deux nefs, comprenant au moins quatre travées. Soit une galerie couverte sur arcades, large de 5 m et d’une superficie moitié moindre (cf. infra § 4.7).

  • 1 Datée à tort de la seconde moitié du xive s. dans Van Ossel 1991 : 215. La céramique à pâte rouge e (...)

8La construction peut être datée de la première moitié du xive s. par un petit lot de céramique1 trouvé dans la tranchée de fondation du mur F 7.

4.2.1.2 Une fosse d’aisances

9Le bâtiment I possède, à son extrémité nord, une structure enterrée (F 6) de forme quadrangulaire, mesurant 3,50 x 4,30 m. Elle est profonde de 3,60 m et recouverte par une voûte en plein cintre. Les murs ne sont conservés que sur les quatre ou cinq assises inférieures, faites de moellons calcaires liés indifféremment au plâtre ou au limon. Chaînés et parementés, ils sont enduits de plâtre. La poussée des terres a provoqué une forte déformation des parois, bombées vers l’intérieur de la structure.

10Un lit de sable d’assainissement et une couche de matière organique tapissant le fond permettent d’identifier clairement une fosse d’aisances. Un cône de déjection, encore visible contre le mur sud, indique l’emplacement d’un conduit de chute placé contre le mur nord du corps de bâtiment I. L’étude parasitologique fournit quelques indications sur les conditions d’hygiène de l’époque (Bouchet 1991 : 167). Le sédiment, riche en faune parasitaire (Trichuris sp., Ascaris sp., Taenia sp., Fasciola hepatica), montre que les habitants souffraient aussi, outre des deux maladies très courantes que sont la Trichocéphalose et l’Ascaridiose, de Fasciolose et de Taeniasis. La Fasciolose est liée à la consommation de cresson mal lavé et pollué par les fientes surtout de moutons et de bovins. Le développement du Taeniasis est étroitement lié aux habitudes alimentaires et à la consommation de plats à base de viande crue ou de viscères insuffisamment cuits.

  • 2 Considérés dans un premier temps ‒mais à tort‒ comme des fragments de porcelaine chinoise, ces frag (...)

11Ce niveau de matière organique a livré une quantité de mobilier relativement importante (os, verre, fer et alliage cuivreux). Plus exceptionnels, malgré leur petite taille, sont quelques fragments d’une coupelle (?) en verre coloré à l’étain, d’un blanc opalin2. L’ensemble est daté du milieu du xive s. par la céramique (cf. infra § 4.5.1).

12Sous le sable tapissant le fond, une petite cuvette de plan circulaire (0,80 m de diamètre), comblée de matière organique, peut être considérée comme l’unique témoin d’une phase d’utilisation antérieure.

4.2.1.3 Structures accolées à la fosse F 6

13À l’extérieur de F 6 se trouvent deux fosses en pleine terre. Leur lien avec la fosse d’aisances n’a pu être mis en évidence. Elles sont bordées au sud par une tranchée de récupération d’un mur, elle‑même recoupée par F 6. Seul le second creusement (F 16), mesurant 1,40 x 2 m dans sa plus grande longueur et profond de 0,40 m, présente un certain intérêt en raison de l’abondant ensemble de céramiques qu’il a livré (cf. infra § 4.5.1).

14Ces deux fosses sont recoupées par l’adjonction de deux murs perpendiculaires. Chaînés dans l’angle N.‑O., ils délimitent un espace quadrangulaire, ouvert vers le sud et légèrement désaxé par rapport aux autres constructions du corps de bâtiment occidental (F 9). La fonction de cet aménagement est difficile à déterminer, en l’absence de niveaux d’occupation conservés.

4.2.2 Le corps de bâtiment nord (II)

  • 3 Par commodité, le terme de cave, plus neutre et utilisé dans son acceptation moderne de pièce soute (...)

15Les restes du corps de bâtiment septentrional se composent d’un mur de façade (F 2) flanqué d’un escalier hors œuvre, du mur (F 4) formant la façade arrière de l’édifice et d’une vaste cave3 (F 14) (fig. 73, 75).

FIG. 75 ‒ Vue générale des vestiges du corps de logis du manoir. À l’avant‑plan, l’escalier hors œuvre. À l’arrière‑plan, la cave comblée d’enduits peints après décapage.

Cliché FJC.

16L’extrémité occidentale du bâtiment est détruite par un collecteur récent. Tout au plus peut‑on supposer que l’édifice ne devait pas se prolonger beaucoup, étant donnée la position du bâtiment I. À moins que les deux corps n’aient été liés.

17Le mur oriental de la cave F 14 doit correspondre à la limite du bâtiment II D’autre part, la faible largeur du mur F 5 et sa situation à 1,50 m à l’est de la cave permettent de l’interpréter comme un mur de clôture. L’emprise minimale du bâtiment peut donc être estimée à 102 m2 (12,20 x 8,50 m).

4.2.2.1 La cave

18fig. 76, 77

19La vaste cave (F 14), située à l’extrémité orientale du corps de logis septentrional, occupe environ la moitié de sa surface. Ce sous‑sol se compose d’une pièce rectangulaire (9 x 5,50 m) contre laquelle sont greffés, au nord, un appendice carré (2 x 2 m) et, dans l’angle S.‑E., un escalier (F 11). La profondeur conservée est de 2,60 m. Lors de la destruction, l’ensemble a fait l’objet d’une récupération massive, mais incomplète, épargnant les murs et les voûtes de la partie orientale. Le sol ne subsiste que sous la forme de lambeaux en plâtre damé, installés directement sur les graviers à 29,80 m ngf. Ce sol n’a livré aucun matériel.

FIG. 76 ‒ La cave du manoir vue de l’ouest.

Cliché FJC.

FIG. 77 ‒ La cave vue du sud. À l’avant‑plan à gauche, les fondations de l’escalier hors œuvre.

Dessin et cliché FJC.

20L’accès à la cave se fait par un escalier droit à une volée (F 11), large de 2 m (fig. 78). Celui‑ci est voûté en berceau incliné en plein cintre, sauf à l’intersection avec le berceau longitudinal de la cave, où la voûte forme une arête. Dix marches, de 0,20 m de hauteur, sont conservées en négatif entre les murs de cage. Elles ont été récupérées presque en totalité et seuls restent les radiers de plâtre des deux marches supérieures. L’escalier débouche dans le corps de bâtiment oriental de la demeure.

FIG. 78 ‒ Élévation du mur de la cage d’escalier de la cave.

Dessin FJC.

21La cave est divisée en deux parties distinctes : une grande salle rectangulaire (« nef ») au nord (8,20 x 2,50 m) et quatre petits espaces (« bas‑côtés ») au sud (2 x 1,30 m). La subdivision de l’espace est matérialisée au sol par des piles rectangulaires (0,82 x 0,36 m), conservées sur 0,50 m de hauteur et placées à intervalles réguliers de 1,25 à 1,30 m. Celles‑ci supportent les retombées des voûtes. La « nef » est couverte d’un unique berceau longitudinal voûté en plein cintre, tandis que les « bas‑côtés » sud sont vraisemblablement couverts chacun par un berceau transversal (N.‑S.). La disposition originale des quatre petites logettes n’est pas sans évoquer un aménagement destiné à recevoir des barriques de vin. Aucun autre indice ne vient toutefois à l’appui de cette supposition. La cave et son annexe septentrionale ne possèdent pas de fondations. Les murs, larges de 0,40 m et d’une qualité remarquable, sont installés à même le sol naturel, constitué de lits de sables et graviers.

22Une porte large de 0,60 m donne accès à l’annexe, mesurant 2 m de côté. Sa construction est particulièrement soignée : les murs sont élevés en grandes pierres calcaires assisées, liées au plâtre et localement au limon. Le sol, contrairement à celui de la pièce principale de la cave, est en plâtre lissé.

23Les murs de la cave sont en moyen appareil. Les pierres de taille calcaires qui forment leur parement sont parfois brettelées en oblique. Elles sont disposées en assises régulières de hauteur variable (de 0,25 à 0,30 m). Les joints, beurrés au plâtre, exceptionnellement au mortier de chaux, ne dépassent pas 2 cm d’épaisseur. La même qualité de construction caractérise la voûte, avec néanmoins quelques particularités. D’une part, la hauteur des assises est plus petite au sommet de la voûte qu’à la base ; d’autre part, la qualité du joint varie en fonction du liant utilisé. Ceux de plâtre sont plutôt dégueulants, ceux de mortier sont beurrés.

24La majorité des moellons des voûtes portent des marques incisées ou tracées en gris (crayon ou mine de plomb). Elles sont situées sur l’intrados de la voûte de la pièce centrale, sur le berceau du couloir et sur le berceau rampant de l’escalier (fig. 78, 79). Deux groupes peuvent être distingués : les signes affectant un seul moellon et ceux débordant sur plusieurs assises, donc postérieurs à la mise en place des claveaux. Les marques répertoriées sont des séries de un à quatre traits parallèles, des cercles, des losanges ou des « alpha ».

FIG. 79 ‒ Développé de l’intrados de la voûte de la cave.

Dessin FJC.

25Dans la « nef », les moellons de l’intrados de la voûte ne portent pas tous des marques. En revanche, le même signe est parfois répété sur plusieurs blocs d’une même assise. Ces traits incisés semblent répartis approximativement en fonction de la hauteur des assises :
‒ assise sans marque ou à 1 trait : 9 à 12 cm ;
‒ assise à 2 traits : 10 à 12 cm ;
‒ assise à 3 traits : 12 à 16 cm ;
‒ assise à 4 traits : 10 à 16 cm. Seules deux assises, de 26 cm de hauteur, sont marquées par un seul trait, mais ce dernier est tracé au crayon ou à la mine de plomb et non incisé. Il est donc de nature différente et ne s’intègre probablement pas dans le même système. Les deux assises au faîte de la voûte portent des marques tracées en noir : celle vers le nord montre un cercle et celle vers le sud un « alpha ». Enfin, le parement de l’intrados présente au faîte de la voûte un losange incisé, couvrant deux claveaux (fig. 79).

26La disposition de tous ces traits incisés est difficilement compréhensible. La seule régularité évidente réside dans la répétition d’un même signe par assise. Le berceau du couloir possède le même type de marques, traits incisés et « alpha » inscrits, mais sans la répartition observée précédemment. En effet, une même assise comporte à la fois des moellons à deux ou trois traits. Enfin, le berceau rampant de l’escalier est marqué de trois traits gravés, seulement sur la première assise de la voûte.

4.2.2.2 L’escalier hors œuvre (F 1)

27Un escalier à vis hors œuvre, accolé dans l’angle des murs F 2 et F 25, atteste l’existence d’au moins un étage. Son plan est circulaire (4,10 m de diamètre externe), sauf au nord où la fondation est tronquée pour s’aligner sur le mur F 4. La vis est fondée sur un noyau central, constitué d’un dé calcaire de 0,70 m de côté.

4.2.3 Le corps de bâtiment oriental (III)

28L’existence d’un corps de bâtiment oriental est certaine, malgré sa destruction presque totale. Il forme une aile assez étroite (5 m), longue d’au moins 14,60 m, fermant la cour vers l’est. Il est limité à l’ouest par un mur de façade (F 25), appuyé contre l’escalier hors œuvre. L’escalier de la cave débouche dans cette aile, qui renferme aussi une fosse d’aisances (F 22) à son extrémité méridionale (fig. 80). Cette dernière a été retrouvée dans un état de conservation remarquable, avec sa voûte presque complète et le conduit d’écoulement qui la traverse encore en place. C’est une construction carrée de 2,55 m de côté et de 3,35 m de profondeur sous voûte, élevée en moellons calcaires de petites dimensions, disposés en assises irrégulières. Le liant est indifféremment du plâtre ou du limon. L’ensemble, murs et voûte, est construit de manière identique et revêtu d’un enduit de plâtre lissé. Le conduit d’écoulement (0,46 x 0,50 m), construit en petits moellons de plâtre, se trouve dans l’angle N.‑E. de la voûte. Il est enduit de plâtre lissé.

FIG. 80 ‒ La fosse d’aisances F 22 et son conduit d’écoulement.

Dessin FJC.

29Un premier dépôt organique au fond de la structure résulte de son utilisation, datée par la céramique du milieu du xive s. (cf. infra § 4.5.1). La présence de quelques restes de grenouille rousse et d’une couleuvre à collier dans ce niveau peut être considérée comme accidentelle, ou comme un rejet volontaire par l’homme (Bailon 1991 : 278). Après son remblaiement lors de la destruction du manoir, cette fosse d’aisances fut réutilisée aux xve et xvie s., comme l’attestent d’autres couches de matière organique. Des monnaies de Charles VI (1393‑1417), Louis XI (1464‑1476), Louis XII (1498‑1514), Charles VIII (1488‑1498) et Henri III (1587) proviennent de ces niveaux d’utilisation tardifs (cf. infra § 4.5.2, tabl. vii, nos 2, 4‑6, 9).

4.2.4 Les installations de service

30Des structures de service rejetées de part et d’autre des corps de bâtiments complètent le plan de cette résidence périurbaine. Elles comprennent un puits, creusé au nord du logis septentrional et un puisard, construit dans la cour, contre le mur F 25 du corps de bâtiment oriental.

31Le puits F 23 est isolé. Son diamètre maximal externe est d’1,70 m, son ouverture interne d’1 m. Sa profondeur est d’environ 6 m, par rapport au niveau de décapage (32,50 m ngf). Le parement est construit en moellons calcaires ébauchés, de dimensions moyennes, disposés sans agencement particulier et liés au plâtre, du moins dans sa partie supérieure. La couche de fond n’a révélé que peu de mobilier, quelques os, des tuiles et de la céramique.

32Accolé au mur de façade de l’aile orientale (F 25), dans la cour, se trouve un puisard (F 15) de 3,15 x 3 m et de 2,30 m de profondeur, sous voûte. Cette structure n’a pu être fouillée complètement, car elle a été retrouvée comblée de béton. Les observations se sont limitées à la face externe du mur ouest et au dégagement du fond. La paroi est faite de moellons calcaires ébauchés, de petites et moyennes dimensions, liés au plâtre. Malgré l’irrégularité des assises, leur disposition est ordonnée. Trois arrêts de lit sur le nu du parement permettent de distinguer autant d’étapes dans la construction. La même irrégularité peut être remarquée dans les dimensions du mur. Il est moins long (2,70 m) à la base qu’au sommet, où il atteint 3,05 m de longueur.

33Seuls quelques restes du canal d’écoulement en pierres ont été observés sur le fond. La faible quantité de mobilier et la petite taille des objets, trouvés dans la couche d’utilisation, montrent qu’il s’agit bien d’un puisard, daté par la céramique du milieu du xive s. (cf. infra § 4.5.1). Quelques graines sauvages mais aussi d’orge et de seigle reflètent sans doute davantage le milieu rural environnant que la consommation de ses habitants (Moulins 1991 : 149, 151).

4.2.5 Une construction en bois indéterminée

34Quelques éléments d’une construction en bois ont été observés immédiatement au nord du logis (fig. 73, a). La relation chronologique entre les deux ensembles n’est pas certaine. Seule la tranchée de fondation d’un puits maçonné (F 23) recoupe les vestiges en bois, mais rien n’assure qu’il ait été creusé en même temps que la demeure. Ils ont fort bien pu fonctionner conjointement.

35La construction en bois se présente sous la forme de deux petites tranchées parallèles, orientées E.‑O. (F 26 et F 13), fermées à l’est par une troisième (F 27), perpendiculaire. Le plan est partiel en raison des limites de fouille. Les vestiges associent poteaux et tranchée de fondation. Cette combinaison suggère une construction sur sablières basses (en bois) ou sur solins dans lesquels des poteaux en bois verticaux sont maintenus. L’identification de la structure est impossible.

4.3 Les limites parcellaires

36La demeure est limitée à l’est par un mur d’orientation N.‑S. (F 5), conservé uniquement au nord de la zone fouillée (fig. 73). Plus étroit (0,60 m) que les fondations de la demeure, il ne correspond guère à un mur porteur. Une interprétation comme mur parcellaire est vraisemblable, même s’il n’a pas été découvert dans la partie sud de l’aire fouillée. À environ 86 m à l’ouest de la limite parcellaire F 5, un second mur (F 25), mal conservé, a été repéré sous la forme de deux tronçons discontinus de 6,40 m et de 2,80 m de longueur et de moins de 0,10 m de profondeur (plan iii). Mesurant environ 0,60 m de large, il est isolé et peut être interprété comme un mur de clôture. Il est composé de petits moellons calcaires ou de plâtre, liés au limon. Sa nature, sa situation sous la levée de terre des défenses avancées, ainsi que les quelques tessons du xive s. découverts dans les fondations permettent vraisemblablement de le rattacher aux rares éléments constitutifs du paysage de cette époque. Il peut matérialiser la limite occidentale de la demeure.

4.4 La destruction du manoir

37La démolition de la demeure est radicale. Les bâtiments sont dérasés et les matériaux réutilisables sont systématiquement récupérés. Ceci explique le petit nombre de moellons, de pierres de taille et d’éléments de couverture retrouvés. Le plâtre, non récupérable, domine en revanche largement parmi les gravats de démolition. C’est à cette occasion que la cave fut comblée avec du sable, du limon et de nombreux fragments de peintures murales (cf. infra § 4.6). Une monnaie de Jean II le Bon émise entre 1355 et 1357, trouvée dans le comblement de la cave, fournit un terminus post quem pour cette démolition (cf. infra § 4.5.2, tabl. vii, no 8).

38C’est manifestement la construction de l’enceinte urbaine, dans la seconde moitié du xive s., qui a nécessité la destruction du manoir, situé sur le tracé du nouvel ouvrage. Ses restes sont recouverts en grande partie par le rempart de terre et le chemin qui le longe. Seule son extrémité orientale est épargnée par l’emprise de la fortification. Ce dernier emplacement est à nouveau bâti à partir du xvie s. La construction d’une cave, d’un puits, d’un mur de clôture, le creusement de plusieurs fosses, mais aussi la réutilisation de l’ancienne fosse d’aisances F 22, où des couches de matières organiques recouvrent les niveaux du xive s., appartiennent à cette phase récente.

.4.5 Le mobilier archéologique

4.5.1 La céramique

4.5.1.1 Présentation générale

39Les niveaux du manoir ont fourni 3 157 tessons de céramique qui forment un lot homogène daté du xive s. Quatre contextes seulement ‒trois fosses dépotoirs et un remblai de cave‒ ont livré des quantités de céramique suffisamment significatives (2 641 tessons représentant plus d’une centaine d’individus par structure) pour affiner la datation.

La fosse en pleine terre F 16 (fig. 81, nos 1‑10)

40Cet ensemble, le plus important quantitativement, a livré 1 101 tessons, représentant 10,6 kg de céramique. 48 vases sont archéologiquement complets. Quelques fragments de tuiles et de carreaux glaçurés verts en pâte claire, de briques en pâte rougeâtre et de carreaux en pâte rouge à décor d’engobe blanc et de glaçure verte complètent la série.

FIG. 81 ‒ Céramiques du milieu du XIVe s. du manoir : fosse F 16. Sauf le 6, en grès du Beauvaisis, tous les autres objets sont en pâte sableuse francilienne. Le 7 est une tasse « très décorée ».

Dessin Chr. Hochstrasser.

La fosse d’aisances F 6 (fig. 82, nos 1‑4)

41Elle contient 815 tessons ou 4,2 kg de céramique. 32 vases, incomplets, ont pu être reconstitués.

La fosse d’aisances F 22 (fig. 82, no 9)

42Elle a livré 241 tessons. Seuls 6 vases ont pu être reconstitués.

Le remblai de la cave F 14 (fig. 82, nos 5‑8)

43De ce remblai proviennent 484 tessons (2 kg de céramique), dont 16 sont résiduels (gallo‑romains et protohistoriques). Au total, une cinquantaine d’exemplaires ont été répertoriés. Leur caractère extrêmement fragmentaire s’explique par la nature du contexte : un remblai de destruction. On a pesé également 2 kg de carreaux en pâte claire glaçurés verts et en pâte rouge à décor d’engobe blanc et de glaçure jaune, ainsi que des tuiles et des briques.

FIG. 82 ‒ Céramiques du milieu du XIVe s. du manoir : 1‑4 fosse d’aisances F 6 ; 5‑8 cave F 14 et 9 fosse d’aisances F 22. Sauf le 2, en grès du Beauvaisis, le 3 en pâte blanche calcaire et le 5 en pâte sableuse rouge de Dourdan, tous les autres sont en pâte sableuse francilienne.

Dessin Chr. Hochstrasser.

44À l’analyse, ces quatre ensembles se sont révélés d’une grande homogénéité, caractérisée par des groupes de pâtes et des types de formes étroitement comparables. Dès lors, il est apparu préférable de privilégier une analyse globale de la céramique, par groupe de production, plutôt que d’opter pour une présentation par ensemble clos.

45Les groupes de pâtes identifiés sur le site sont à peu près communs à tous les contextes. Plus des trois quarts des tessons ont une origine francilienne. Malgré l’importante fragmentation, la qualité et l’homogénéité des ensembles ont permis de dresser un répertoire des formes significatif pour l’ensemble des niveaux du xive s. sur le site. L’estimation du nombre de récipients est donnée en NMI, calculé à partir des bords et des fonds.

4.5.1.2 Les productions locales

46tabl. v, vi

Les pâtes sableuses franciliennes (SF 1 et SF 2)

47Les pâtes franciliennes sont extrêmement siliceuses. Elles sont constituées d’une argile sparnacienne mêlée de sable dit de Fontainebleau (Échallier, Bonnet 1989). Le classement proposé est fondé sur l’observation macroscopique des pâtes. Toutefois, ces critères ne suffisent pas pour déterminer des groupes techniques. De fait, le groupe des pâtes claires, de couleur crème (SF 1), qui caractérise la quasi‑totalité des céramiques franciliennes du xive s., réunit probablement les productions de plusieurs ateliers. Dans le manoir, les productions franciliennes (SF 1 et SF 2) représentent plus de 90 % des approvisionnements (tabl. v). Mais un quart des tessons a cependant une surface beige rosé, ce qui permet d’établir une subdivision dans le groupe principal. Ce groupe de pâtes (SF 2) a été observé également dans les ensembles de la cour Napoléon, en particulier parmi le matériel issu d’une fosse dépotoir installée dans les communs du château du Louvre (Ravoire 1985b). En plus de la différence de couleur, ces pâtes semblent contenir des quartz plus fins que dans certaines pâtes claires du groupe SF 1. Mis à part cette distinction, aucune différence d’ordre typologique ne peut être décelée entre les récipients des deux groupes : mêmes formes, même traitement des surfaces des vases. Ils peuvent être décorés (glaçure et peinture) ou non.

TABL. V ‒ Répartition des productions de céramique dans les principaux contextes du XIVe s. (manoir et enceinte urbaine), en pourcentages sur le nombre de tessons. DA défense avancée.

48L’examen des revêtements permet de noter toutefois quelques différences significatives entre les quatre ensembles. Les récipients sans revêtement sont peu nombreux dans les fosses F 22 et F 6 (7,5 % et 5,8 %), plus nombreux dans le remblai F 14 (26 %) et surtout dans la fosse F 16 (48,6 %). Les récipients peints sont bien représentés dans F 16 (31 %), F 14 (40,3 %) et F 6 (49,7 %) et surtout dans F 22 (84,2 %). Les récipients glaçurés verts sont plus nombreux que ceux glaçurés jaunes dans F 6, F 22 et F 14. En revanche, c’est l’inverse qui se produit dans F 16 (glaçure jaune : 16 % ; glaçure verte : 3 %). Fort peu de tessons à décor engobé figurent dans le groupe des pâtes glaçurées jaunes. Seule une tasse provenant de F 16, avec une glaçure sur engobe rouge et motifs à la barbotine, peut être classée parmi la céramique de style « très décoré » (fig. 81, no 7).

49Les formes principales (vases de cuisson, vases à liquides) sont fonctionnelles, liées à la cuisine et surtout au service de la table (tabl. vi) (Ravoire 1985a ; 1992a).

TABL. VI ‒ Présence ou absence des types céramiques dans les principaux contextes du XIXe s. (manoir et enceinte urbaine).

TABL. VI ‒ (suite)

Les vases de cuisson4

L’oule

50Cette forme fermée dépourvue d’anse est peu fréquente au xive s. Les deux tessons retrouvés sont probablement des éléments résiduels. On distingue deux types :
‒ le type 1 « à bandeau haut » (Oul 1), dont un fragment a été trouvé dans la cave F 14 ;
‒ le type 2 « à bord triangulaire court » (Oul 2), dont un fragment provient de la fosse F 22. Des exemplaires comparables sont datés du début du xive s. à Saint‑Denis (Meyer‑Rodrigues 1992 : 73).

Le coquemar

51Le pot à une anse ou coquemar est très fréquent au xive s. en lle‑de‑France. Seule la fosse F 6 a livré ce récipient (12 à 18 vases) ; en revanche, il est quasiment absent dans les autres fosses. On distingue quatre types :
‒ le type 1 « à bord droit » (Coq 1) (Ravoire, Monnet 1992 : 49 ; Nicourt 1986 : 109, forme C 13 a). Un seul exemplaire a été découvert dans la fosse F 16 (fig. 81no 8). Le bord est légèrement rentrant. Sa surface est très brûlée. Il porte un décor traditionnel de flammules peintes. Ce type de vase a été retrouvé en grande quantité à Paris, à Saint‑Denis, à Meaux, où il est daté du xive s. (Nicourt 1986 : 77 ; Ravoire, Monnet 1992 : 49 ; Orssaud 1992 ; Meyer‑Rodrigues, Orssaud 1995 : 64). Toutefois, cette forme semble plus spécifique de la première moitié de ce siècle ;
‒ le type 2 « à bord à méplat » (Coq 2) (Nicourt 1986 : 109, forme C 13 b et C 15 a) (fig. 82no 1). La fosse F 6 et la cave F 14 en ont livré. On retrouve ce type de coquemar également à Paris, à Saint‑Denis et à Meaux, mais dans des contextes de la seconde moitié du xive s. Ces récipients sont décorés de flammules peintes ;
‒ le type 3 « à bord éversé en bandeau » (Coq 3) (Nicourt 1986 : 109, forme C 15 b) (fig. 82no 8). C’est également dans la fosse F 6 et la cave F 14 que ce type de récipient a été retrouvé. Les quelques exemplaires reconnus sont très fragmentaires. Cette forme est fréquente dans les niveaux tardifs des ensembles clos du xive s. de la cour Napoléon (Ravoire, Monnet 1992). À Meaux, une fosse dépotoir et un ramassage de rebuts de fabrication dans un four de potier, datés de la seconde moitié du xive s., ont livré des coquemars de ce type (Orssaud 1992 : 136, pl. 4, nos 46‑53 et 139, pl. 5, nos 40‑43) ;
‒ le type 4 « à bord éversé biseauté » (Coq 4). Cette forme n’a été trouvée que dans la cave F 14. Tout comme la forme 3, elle est assez tardive. De nombreux coquemars tripodes présentant un bord similaire sont connus à Beauvais (Oise), dans un dépotoir daté de la seconde moitié du xive s. ou du début du xve s. (Frichet‑Colzy 1991 : 104).

La marmite (fig. 82, no 9)

52Ce récipient se caractérise par une grosse panse globulaire, un bord éversé à gorge interne (qui permet la pose d’un couvercle), un fond plat et deux anses rondes pleines opposées. Deux séries d’incisions sont exécutées avant la fixation des anses en haut et au milieu de la panse. Le décor est composé de groupes de flammules peintes croisées, particulièrement fréquent sur les vases fermés de grosse capacité (coquemar et surtout cruche). Deux vases de ce type ont été trouvés dans la cave F 14.

53Cette forme n’est pas attestée en Ile‑de‑France. Seules les cruches tardives, c’est‑à‑dire à bord rentrant (Cru 2), sont munies de ce genre d’anse ronde. Un pot muni de deux anses rondes s’en rapproche également. Il provient de Saint‑Denis, d’un contexte du début du xve s. (Meyer‑Rodrigues 1992 : 125).

Les vases à liquide
Le pichet

54Le type 1 est « élancé à bec pincé et anse plate » (Pic 1) (fig. 81, no 3). Cette forme, connue dès le xie s., présente au xiiie s. et dans la première moitié du xive s. un col cylindrique distinct de la panse ovoïde, ainsi qu’une base dégagée et courte. L’anse, plate à bandeau, s’accroche dans la plupart des cas sur la lèvre qui est le plus souvent munie d’un bec verseur pincé. Un fragment a été trouvé dans la fosse F 16. De nombreux exemplaires sont connus à Paris, cour Napoléon (Ravoire, Monnet 1992 : 46), ainsi qu’à Chelles (Coxall 1994 : 158, 159).

55Le type 2 est « élancé à anse ronde » (Pic 2) (Ravoire, Monnet 1992 : 43 ; Nicourt 1986 : 115, forme A 16 d) (fig. 82no 4). Cette forme de pichet sans bec verseur, à col haut tronconique et panse ovoïde ou globulaire, est largement répandue aux xiiie et xive s. en Île‑de‑France. Elle est toujours glaçurée et porte un décor d’éléments rajoutés et estampés. Mis à part un individu dans la fosse F 6, datable de la première moitié du xive s., et quelques tessons à décor de pastilles estampées (fig. 82, no 6), cette forme est absente dans les ensembles du manoir.

56Le type 3 est de forme « balustre » (Nicourt 1986 : 116, forme A 18 b) (Pic 3) (fig. 81no 9). Le pichet de forme balustre trouvé dans la fosse F 16 porte une glaçure jaune sur la panse et le col, ainsi qu’un décor à la molette appliqué horizontalement (motif en arête de poisson), caractéristique de ce type de forme. À Paris, la fosse de la rue Soufflot en a livré plusieurs exemplaires (Nicourt 1986 : 229), tout comme les fosses 2 (niveau 2), 1 (niveau 2), 8 (niveau 4) de la cour Napoléon du Louvre (Ravoire, Monnet 1992 : 56).

La cruche

57Le type 1 est « à bec pincé » (Cru 1). Cette forme est présente en un seul exemplaire très fragmentaire dans la fosse F 16. Elle est assez courante dans les ensembles parisiens de la première moitié du xive s. (Ravoire, Monnet 1992 : 56).

58Le type 2 est « à col convexe et bord rentrant » (Cru 2) (fig. 81, no 10). Cette forme, à grosse anse ronde, est présente dans les fosses F 6, F 16 et F 22. Elle est connue à Paris dans la fosse 8 (niveau 5) de la cour Napoléon (Ravoire 1992a : 123, no 58), ainsi que dans la fosse 2 du parvis de Notre‑Dame, datée du xve s. (Nicourt 1986 : 239, pl. 104, no 10).

La tasse
  • 5 La datation de l’ensemble à la fin du xive s. proposée par les auteurs, ne repose que sur l’analyse (...)

59Trois types sont attestés :
‒ le type 1 « à bord droit » (Tas 1). Cette tasse n’est présente qu’en un exemplaire, glaçuré jaune, très incomplet, découvert dans la fosse F 16 ;
‒ le type 2 « polylobé » (Tas 2). Cette petite tasse à bords à lobes n’a été découverte qu’en deux exemplaires, fragmentaires, glaçurés jaune, dans la fosse F 16 et dans la cave F 14. Cette forme est très répandue dans les contextes franciliens du xiiie s. et de la première moitié du xive s., comme par exemple à l’abbaye de Maubuisson (Durey‑Blary 1993 : 95 et sq.) ;
‒ le type 3 « quadrilobé » (Tas 3) (fig. 81no 7). Cette tasse à quatre lobes est d’un modèle peu courant en Île‑de‑France. Un seul exemplaire a été trouvé, presque complet, dans la fosse d’aisances F 6. Son ornementation de style « très décoré » polychrome est composée à l’intérieur d’une glaçure verte couvrante et à l’extérieur d’un filet de barbotine en forme de fleurons posé sur une couche d’engobe rouge, le tout recouvert d’une glaçure plombifère incolore. Ce motif de décor végétal à fleuron se retrouve sur plusieurs pichets de Maubuisson (Durey‑Blary 1993 : 72, 86). Il confère à cette pièce un caractère remarquable. Deux exemplaires presque identiques, datés du milieu du xive s., proviennent des fouilles de Saint‑Denis (Meyer‑Rodrigues 1992 : 166, no 108) et de Chelles (Coxall 1994 : 133, 163). Un autre a été trouvé à Noyon (Oise) (Bernard, Talon 1989 : 194‑195)5.

La coupelle

60Ce récipient, peu fréquent dans les ensembles contemporains, est attesté par deux types :
‒ le type 1 « à bord replié à section triangulaire » (Cou 1) (fig. 81no 4). Cette forme est présente en un exemplaire dans la fosse F 16 ;
‒ la forme 2 « à bord rentrant arrondi » (Cou 2) (fig. 81, no 5). Cinq exemplaires ont été retrouvés dans la fosse F 16.

Le poêlon

61Deux types sont attestés :
‒ le type 1 « à bord replié à section triangulaire » (Poe 1) (Ravoire, Monnet 1992 : 51) (fig. 81no 2). Cette forme, fréquente dans la plupart des contextes franciliens du xive s., est présente dans la fosse d’aisances F 6 et surtout dans la fosse F 16, où au moins vingt exemplaires, dont quatre de petite capacité, ont été mis au jour. Plusieurs, en particulier les plus petits, ont l’intérieur couvert d’une glaçure jaune ; les autres en sont dépourvus ;
‒ le type 2 « à bord rentrant arrondi » (Poe 2) (Ravoire, Monnet 1992 : 51) (fig. 81no 1). Ce type est présent dans les fosses F 6, F 16 et dans la cave F 14, en faible quantité toutefois. Seuls 5 % des poêlons issus des fosses du xive s. de la cour Napoléon ont un bord de ce type. Ils appartiennent tous aux phases les plus récentes des remplissages (Ravoire, Monnet 1992 : 50‑51). Tous ces exemplaires sont couverts intérieurement d’une glaçure jaune, sauf un qui porte une glaçure verte.

La jatte

62Cette large forme ouverte est proche du poêlon mais s’en distingue par des parois rectilignes, un fond plus large et la présence d’anses verticales ou horizontales.

63Le type 1 « à bord triangulaire » (Jat 1). Un fragment glaçuré jaune provient de la fosse F 16. Cette forme a été trouvée à Chelles (Coxall 1994 : 162) et à Maubuisson (Durey‑Blary 1993 : 35).

La pâte sableuse francilienne SF 3

64Les vases en pâte épaisse (5‑6 mm), également de couleur beige rosé, forment un troisième groupe de pâte francilienne (SF 3). Celle‑ci, très proche de celle du groupe 2, est plus épaisse avec un cœur généralement gris ou noir. Les formes spécifiques dans ce groupe sont le réchaud portatif et le couvercle. Un seul fragment, appartenant à un réchaud, identifiable par son bord très éversé, a été trouvé dans la tranchée de fondation du mur F 7. En revanche, de nombreux exemplaires proviennent de la terre arable et du rempart de l’enceinte urbaine (cf. infra § 5.2.2 et 5.4.1). La fosse F 6 a livré également un ravier à plusieurs compartiments, non tourné.

La pâte sableuse francilienne SF 4

65Le quatrième groupe de pâte francilienne (SF 4) se définit par une pâte fine, claire ou beige rouge. Sa surface rouge orangé est obtenue par une glaçure incolore posée sur la pâte préalablement engobée ou sur la pâte de couleur beige rouge. Dans ce dernier cas, la présence d’un engobe n’est pas toujours décelable. Cette production est mal connue. La seule forme identifiée est une tasse à bord droit (Tas 1), qui provient de la cave F 14. Ce sont d’ailleurs presque exclusivement des fragments de tasses qui ont été trouvés dans les autres contextes contemporains du manoir. D’autres exemplaires ont été découverts à Paris, cour Napoléon, dans des fosses du xive s. (Ravoire 1992a : notices nos 111, 112).

La pâte sableuse francilienne SF 5

66Le cinquième groupe est celui des pâtes à tuile, c’est‑à‑dire des pâtes non épurées dans lesquelles se trouvent de nombreuses et grosses inclusions, notamment des pyrites de fer. Un fragment de cuvier, vase de grande capacité, à décor de flammules peintes, a été trouvé dans le remblai de la cave F 14, ainsi que dans la tranchée de fondation du mur F 7.

La pâte sableuse rouge de type « Dourdan » (SD)

67Cette pâte très fine et très riche en silice est attribuable aux productions de la région de Dourdan (Bourgeau 1987). Un fragment de pichet a été trouvé dans la cave F 14, mais aussi dans la tranchée de fondation du mur F 7 (fig 82no 5). Cette production n’a pas été diffusée à Paris, comme l’atteste le caractère sporadique des découvertes. Ainsi, sur les huit ensembles du xive s. de la cour Napoléon, deux seulement ont livré un seul individu chacun (Ravoire, Monnet 1992 : 41).

4.5.1.3 Les productions non locales

La céramique à pâte blanche (CBL)

  • 6 Observations faites en 1986 lors d’une visite au dépôt archéologique municipal de la ville de Rouen (...)

68Cette catégorie se caractérise par une pâte peu sableuse, de couleur blanche, recouverte de manière ponctuelle d’une glaçure verte mouchetée. La seule forme identifiée est un coquemar à bord en bandeau saillant, à panse globulaire et à fond légèrement lenticulaire, dont un exemplaire a été trouvé dans la cave F 14 et un autre dans la fosse F 6 (fig. 82no 3). Deux coquemars appartenant à ce groupe de céramique ont été mis au jour dans deux fosses dépotoirs du xive s. de la cour Napoléon (Ravoire, Monnet 1992 : 55). Dans l’Oise, à Noyon, des coquemars à bord en bandeau en pâte blanche ont été trouvés dans un contexte du xive s. ; toutefois, les anses de section ronde et la pâte, légèrement granuleuse, indiquent qu’il s’agit d’une production différente (Bernard, Talon 1989 : 194‑195). D’autres céramiques assez semblables ont été identifiées en Normandie6.

Le grès gris du Beauvaisis (GB)

69Ce groupe représente 1,5 % des tessons des fosses F 16 et F 6, 2,6 % de la cave F 14 et 3,7 % de la fosse F 22. La seule forme rencontrée est le godet (fig. 81no 6 ; fig. 82no 2) de type 141,1 de Morisson, daté par ce dernier de la seconde moitié du xive s. (Morisson 1970‑1971 : pl. 12 et 16). La fosse de la rue Soufflot (Nicourt 1986 : 228), ainsi que les fosses 1 (niveau 1), 2 (niveau 2) et 8 (niveau 4) de la cour Napoléon ont livré également des grès semblables (Ravoire, Monnet 1992 : 56).

Le grès normand (GN)

70Seul un tesson, à pâte brun foncé et de faible épaisseur (1 mm), a été trouvé dans la fosse F 16. Il s’apparente à un godet, mais certainement pas à un sinot, pot à beurre à paroi épaisse qui apparaît systématiquement dans les contextes parisiens dans le dernier quart du xve s. Des tessons analogues ont été observés dans les niveaux les plus récents de trois des huit fosses dépotoirs de la cour Napoléon (Ravoire, Monnet 1992 : 56).

4.5.4.1 Conclusion

  • 7 C’est dans ces deux niveaux qu’apparaissent le grès du Beauvaisis et le grès normand, d’où les data (...)
  • 8 Bien que le numéraire indique le début du xive s., l’interprétation archéologique penche plutôt pou (...)
  • 9 Ce dépôt s’est accumulé sur plusieurs années. Cependant, ce sont les niveaux les plus récents qui o (...)
  • 10 Ce dépotoir était situé dans le clos des Jacobins. Or celui‑ci a été détruit à partir de 1358 pour (...)

71L’analyse fait apparaître l’homogénéité des quatre ensembles de céramique du manoir et donc leur probable contemporanéité. La monnaie de Jean II le Bon, provenant du comblement de la cave, fournit un premier élément de datation. D’autres sont apportés par les comparaisons. Une demi‑douzaine d’ensembles franciliens offrent de bons parallèles avec ceux du manoir. Ce sont :
‒ le dépotoir no 8 de la cour Napoléon, et plus particulièrement les dernières phases de son remplissage (niveaux 5 et 6)7 datées par des monnaies et des jetons du milieu du xive s. (Ravoire, Monnet 1992 : 29‑31) ;
‒ le dépotoir no 2 de la cour Napoléon, dont le remplissage est daté de la première moitié du xive s. (Ravoire, Monnet 1992 : 56)8 ;
‒ le dépotoir no 5 de la cour Napoléon, dont la dernière phase du remplissage est datée après 1365 par deux monnaies de Charles V9 ;
‒ le dépotoir de la rue Soufflot, qui a cessé d’être utilisé après 135810 ;
‒ les niveaux de comblement inférieurs de la cave St. 202 de l’abbaye de Chelles, datés du xive s. en raison de la présence des formes Coq 1, Poe 1 et 2, mais surtout d’une tasse « très décorée » (Tas 3) (Coxall 1994 : 154) ;
‒ le dépotoir de l’abbaye de Maubuisson, daté de la première moitié du xive s.

72Ces comparaisons replacent la datation des ensembles céramiques du manoir durant la première moitié et le milieu du xive s. (jusque vers 1365). À l’exception d’un bord d’oule en bandeau, aucun tesson du manoir ne date du début du xive s. En revanche, la céramique correspond parfaitement à celle des derniers niveaux du remplissage de la fosse no 8 de la cour Napoléon, accumulés vers 1350‑1365, ainsi qu’à celle de la fosse de la rue Soufflot, antérieure à 1358. L’absence de certaines nouvelles formes en grès, comme la coupelle et le pichet qui apparaissent dans des contextes plus récents de la cour Napoléon (fosse no 5, postérieure à 1365), tend à confirmer cette datation vers le milieu du xive s. Les petits fragments de coupelle en verre coloré à l’étain (cf. supra § 4.2.1.2), dont un exemplaire complet est connu au château de Parthenay (Deux‑Sèvres) dans un contexte contemporain, datent de cette même période, ce qui ne peut que renforcer cette datation (Cavailles 1992 : 133, 135).

  • 11 Les quelques mentions dans les sources écrites apparaissent en effet dans la dernière décennie du x (...)
  • 12 Si les premières productions semblent remonter au début du xive s., ce n’est que dans le deuxième q (...)
  • 13 À Maubuisson : 47 poêlons, ce qui représente 27 % de la totalité des formes (Durey‑Blary 1993 : 41) (...)

73En conséquence, c’est vers le milieu et non vers la fin11 du xive s. qu’il faut faire remonter la diffusion du grès normand et du grès du Beauvaisis en Île‑de‑France. Cette datation concorde dès lors mieux avec celle, placée vers 1325‑1350, des grès rhénans de Siegburg, dont les productions sont très proches de celles du Beauvaisis12. La céramique du manoir se révèle être ainsi un jalon particulièrement important pour la connaissance de la céramique du xive s. en Île‑de‑France. L’intérêt de ces ensembles ne se limite pas à la chronologie. Quelques éléments d’interprétation sociale et culturelle peuvent être abordés. La répartition fonctionnelle des récipients montre que les pièces destinées à la table occupent une place prépondérante (par exemple F 16, tabl. vi). Cette même caractéristique se retrouve dans deux dépotoirs du château de Chevreuse (Trombetta 1983), dans celui de l’abbaye de Maubuisson (Durey‑Blary 1993), ainsi que dans la fosse no 2 de la cour Napoléon, qui fait partie des communs du château du Louvre (Ravoire 1985b ; Ravoire, Monnet 1992). Les dépotoirs du Louvre et de Maubuisson ont livré chacun une très grande quantité de poêlons, tout comme la fosse F 1613. Or, dans la plupart des fosses de rejet de cette époque, ce sont les récipients culinaires qui dominent. Le nombre élevé de récipients réservés à la table pourrait bien être révélateur d’un habitat de qualité.

74Si, à l’exception de la tasse de la fosse F 6, la vaisselle polychrome dite « très décorée » est quasiment absente du manoir, c’est peut‑être parce que cette production est remplacée par le grès du Beauvaisis (Ravoire 1992a : 109, 111). M. Chami (1963 : 88) signale un inventaire du roi de France Charles VI, daté de 1399, qui mentionne un « godet de terre de Beauvais garny d’argent ». Par ailleurs, J. Nicourt (1986 : 350) cite un autre texte daté de 1363 « godet de Beauvais garny d’argent ». Ces deux textes montrent que dans le dernier tiers du xive s., la céramique du Beauvaisis bénéficie d’un prestige certain, indépendamment du sertissage d’orfèvrerie qui renforce son caractère luxueux. La diffusion de ce produit nouveau devait être encore limitée dans la seconde moitié du xive s. F. Verhaeghe a fait la même constatation pour les grès de Siegburg dans les Flandres (Verhaeghe 1987 : 209). Or, des godets en grès du Beauvaisis sont présents dans tous les niveaux d’occupation et de destruction du manoir. Par leur abondance, ces objets suggèrent que le manoir a pu appartenir à une personne de qualité.

4.5.2 Les monnaies

75Les monnaies (tabl. vii) correspondant aux phases de construction et d’utilisation du manoir sont extrêmement rares. Une seule (no 8), trouvée dans les couches de destruction de la cave, est identifiée comme un denier (?) du règne de Jean le Bon et peut être datée avec précision. Les autres (nos 3 et 7) sont frustes et n’apportent malheureusement aucune précision pour la chronologie des vestiges.

TABL. VII ‒ Monnaies et objets monétiformes du manoir.

  • 14 Ou plutôt de bordeau, pour employer le terme médiéval. Cf. François Villon : « En ce bordeau où nou (...)
  • 15 Pensons aux jetons de dancing « Bon pour une danse », utilisés rue de Lappe (à Paris) jusqu’à l’aub (...)

76Parmi les objets monétiformes qui peuvent être rattachés à l’occupation du xive s., un méreau en plomb (no 10) présente un intérêt particulier. Cet objet, qui peut être interprété comme un méreau de lupanar, a été trouvé à proximité de la cave, dans l’emprise du corps de logis, mais dans un contexte stratigraphique perturbé. L’avers présente une sirène‑poisson se regardant dans un miroir, coiffée d’un chignon et d’un petit chapeau rond. Au revers apparaît un écu géométrique constitué de deux triangles posés en pal. L’interprétation comme méreau de lupanar14 s’appuie sur deux postulats et une analyse iconographique. Les postulats sont les suivants :
‒ les méreaux sont des objets monétaires qui sont soit des reçus de paiement, soit des bons servant à obtenir une somme d’argent, des objets ou une prestation quelconque. Cette opinion est acceptée par la plupart des auteurs ayant traité du sujet (par exemple Blanchet, Dieudonné 1930 : 511 et sq. ; Labrot 1989 : 80‑95). Elle s’appuie sur des textes et sur la pérennité de la coutume jusqu’au xxe s.15 ;
‒ les figurations sur les méreaux ont une signification. Elles sont le signe et le symbole d’une activité, d’une action, d’un métier, etc. Cette opinion est généralement admise sans discussion, s’appuyant sur l’emprise symbolique constante de toutes les figurations médiévales.

77Dans cette optique, la représentation de ce méreau conduit directement aux activités liées à la galanterie. Le miroir, symbole de Vénus, est attaché à l’image de la prostituée, soit de façon symbolique comme magna meretrix ou Babylone, mère de toutes les prostituées (par exemple sur la tapisserie de l’Apocalypse d’Angers), soit de façon réaliste (Friedmann 1977 : 68‑73). La sirène, archétype de la femme trompeuse, héritera rapidement du miroir, souvent accompagné du peigne et de la profession symbolisée par ces objets (Friedmann 1977 : 74‑76 ; Gaignebet, Lajoux 1985 : 146‑149). Le miroir peut aussi renvoyer directement au maquillage dont on sait qu’il est lié durant tout le Moyen Âge à l’exercice de la luxure (Polo de Beaulieu 1991). On peut donc envisager l’utilisation de ce méreau dans une maison de tolérance, où, acquis auprès de la caissière centralisatrice, il était ensuite remis au personnel actif, servant à la fois à signaler que la consommation était payée et à rémunérer ensuite le personnel vraisemblablement payé à la tâche.

78Le reste du matériel monétiforme (nos 2, 4‑6, 9) correspond aux phases de réutilisation des xve et xvie s. de la fosse d’aisances F 22.

4.5.3 La verrerie

  • 16 Ces comptages ne rendent pas compte de la quantité de verre retrouvée, mais seulement du nombre de (...)

79La verrerie est peu abondante et, de manière générale, très fragmentée (fig. 83, tabl. viii)16. Les pièces les plus significatives appartiennent surtout aux services à boire (verres à pied, flacons), bien connus dans les ensembles du bas Moyen Âge (par exemple Barrera 1987 ; 1989 ; 1990 ; Verrerie de l’Est 1990... ; Bourger, Cabart 1991). Seuls les fragments d’un verre bleu, à pied à goutte (fig. 83, no 9), ainsi que trois tessons de verre plat peint, décorés de feuillages (fig. 83, nos 1‑3) méritent une mention particulière. Les fragments de vitrail constituent les uniques témoins du décor des fenêtres et indiquent la qualité de la demeure.

FIG. 83 ‒ Objets en verre du manoir (cf. tabl. VIII),

Dessin F. Renel.

TABL. VIII ‒ Verrerie du manoir, par lieu de découverte. Comptages indiqués en NMI. Le premier chiffre indique le nombre d’individus portant une marque d’empontillage ou pontil ; entre parenthèses est indiqué le nombre d’individus sans pontil, dont on peut croire qu’ils s’ajoutent aux premiers.

4.6 Les peintures murales

80avec la collaboration de m.‑c. léonelli

4.6.1 Contexte

81La découverte majeure dans le manoir est certainement l’important ensemble de fragments de peintures murales trouvé principalement dans la cave (F 14) du corps de bâtiment septentrional (II). Après la récupération des matériaux, celle‑ci est comblée par environ 180 m3 de remblais. Rejetés pêle‑mêle et mélangés à d’autres débris de construction, les enduits peints constituent une part importante du comblement (environ 50 m3). Aucun ordre n’apparaît dans la disposition des fragments et des éléments appartenant à des décors différents sont mêlés les uns aux autres.

  • 17 Le travail est mené par A. Navecth‑Domin en collaboration avec M.‑Cl. Léonelli et R. Bougrain‑Dubou (...)

82L’abondance des fragments permet un remontage, au moins partiel, des décors et apporte des renseignements sur l’architecture des bâtiments grâce aux traces visibles sur les revers des plaques d’enduit. La présentation de cet ensemble exceptionnel reste provisoire, car il est actuellement toujours en cours de remontage et d’étude17. La variété des motifs permet d’affirmer que les fragments appartiennent aux décors de plusieurs salles, mais sans pouvoir préciser de quelle partie de la demeure ils proviennent. La richesse du décor, la variété du répertoire figuré, les éléments de scènes historiées, le soin dans le rendu des motifs en font un ensemble de qualité certaine.

4.6.2 Technique picturale

4.6.2.1 Supports et enduits

83Les décors sont peints sur plâtre mêlé de sable et de petits fragments de charbons de bois. Une charge de petits moellons calcaires ou de fragments de tuiles est ajoutée, principalement pour l’ébauche des éléments architectoniques en relief. Des plaques ou des tiges en fer sont noyées dans le support, particulièrement dans des éléments d’angle. Il ne s’agit pas d’éléments raidisseurs, mais plutôt de raccords entre deux blocs. Dans plusieurs cas, des morceaux d’enduits peints sont mêlés au support, indiquant par là le réemploi partiel d’un revêtement antérieur détruit.

  • 18 Analyses effectuées en 1990 par l’institut français de restauration des œuvres d’art (IFROA, J. Phi (...)

84La technique picturale est difficile à déterminer, en l’état actuel des analyses. Certains pigments semblent pris dans la masse, mais une technique a fresco paraît peu vraisemblable. Les analyses18 ont certes révélé la présence de chaux, mais à un taux si bas qu’elle peut provenir du calcaire contenu dans le support et non de la carbonatation des pigments dans l’enduit. Ces analyses avaient aussi pour but d’identifier les pigments et les liants. Trop partielles, elles n’ont pas apporté de réponses définitives, ni pour les uns ni pour les autres.

85À ces données s’ajoutent les observations faites lors du nettoyage des fragments. Aucun support spécifique pour la peinture n’a été remarqué. De manière générale, on ne distingue pas les couches successives de plâtre. Par endroits, une couche d’enduit de 5 mm d’épaisseur environ, portant la peinture, peut être observée sur une surface déjà lissée. Cette particularité résulte vraisemblablement des propriétés techniques du plâtre, qui provoque un amalgame des différentes couches d’enduit.

86Plusieurs hypothèses peuvent être émises pour expliquer la technique picturale : écrasement de la surface ou ajout d’un lait, par exemple. La première possibilité consiste à écraser la surface encore humide de façon à dégager une surface lisse pour que les pigments puissent adhérer. Selon la seconde hypothèse, l’ajout d’un lait, contenant souvent de la chaux, permet de réhumidifier une surface trop sèche et favorise ainsi l’adhérence de la peinture au support. Ces techniques peuvent être utilisées conjointement sur une même paroi, peut‑être en fonction de la difficulté d’exécution du décor ou de l’accessibilité de la paroi à peindre.

4.6.2.2 Couleurs

87La gamme des couleurs utilisées comprend du gris, du noir, du blanc, des ocres jaunes, orangés et rouges, des bruns, du bleu et un vert kaki. Qualité et conservation ne sont pas égales. Certaines couleurs sont fragiles, surtout le beige et le bleu. D’autres (le bleu et celle des fleurs de lys) sont presque totalement effacées, sans que le phénomène soit pour autant généralisé. Ce mauvais état de conservation est dû à une usure naturelle des peintures sur les murs, mais aussi aux conditions d’enfouissement.

  • 19 Analyses réalisées en 1990 par le LRMF (J.‑P. Rioux) et en 1991 par le CRETOA.

88Les analyses réalisées sur les pigments font apparaître une origine minérale ou végétale19. Deux rouges ont été étudiés. Le premier, un rouge vif, est vraisemblablement un vermillon, cinabre naturel ou pigment fabriqué. Il contient aussi une quantité notable de plomb, qui peut être l’indice de la présence de minium, parfois mêlé au vermillon pour en diminuer le prix. Le second est un ocre‑rouge constitué d’hématite. Le jaune est aussi un pigment minéral, obtenu avec des terres ou des ocres colorés par des oxydes de fer. De la même façon, un orangé clair est fait d’ocre‑rouge. Le noir et le gris, qui peuvent contenir des traces d’oxydes de fer, sont des pigments d’origine végétale constitués de charbons de bois broyés plus ou moins finement. Le vert‑kaki est fait d’un mélange d’ocre‑jaune et de charbons de bois. Enfin, deux bleus ont été analysés. L’un est un bleu de smalt, sombre et proche du gris ; l’autre est composé de cristaux d’azurite broyés de façon assez grossière, pour que la couleur garde son intensité. La présence de malachite dans l’azurite montre que ce pigment n’est pas fabriqué, mais utilisé à l’état naturel.

4.6.3 Différents décors

4.6.3.1 Motifs figuratifs

89L’observation détaillée des fragments polychromes lors du nettoyage et quelques remontages ont permis de les classer (au moins dans un premier temps) en une dizaine de types.

Visages

90Deux visages humains seulement ont été identifiés. Traités de manière très différente, ils restent toujours isolés et ne peuvent être rattachés à aucun décor. Le premier fragment montre un personnage barbu, vu de face et dessiné en brun sur un fond ocre (fig. D). Un trait rouge souligne la lèvre supérieure de la bouche. Le second personnage, vu de profil à gauche, apparaît en blanc, cerné de larges traits noirs sur un fond rouge (fig. E). Une main est visible, mais sa position demeure incertaine.

FIG. D ‒ Peinture murale du manoir du XIVe s. : visage de face.

Cliché FJC

FIG. E ‒ Peinture murale du manoir du XIVe s. : visage de profil.

Cliché FJC

Personnage sur fond de végétation

91Le remontage permet de comprendre le décor (fig. F). Il représente un personnage féminin, habillé d’une robe rouge sur un fond de végétation. La figure semble assise, le bras droit tendu vers un tronc d’arbre. La manche est peinte en gris, les plis et godets de la robe en noir. Un des godets suit un tracé préparatoire incisé. Aux pieds du personnage, vers la droite de l’ensemble reconstitué, une masse circulaire est représentée en blanc, cernée de noir, avec un motif indéterminé de couleur jaune au milieu. La végétation apparaît sur un fond ocre jaune. Celle‑ci comprend des troncs et des branches d’arbres, en gris‑blanc, cernés de noir, entre lesquels s’enroulent des petites tiges rouges. Celles‑ci s’achèvent soit par une fleur à corolle campaniforme, soit par une fleurette à trois pétales. Une moulure à chanfrein double, dont la fonction paraît plus décorative qu’architecturale, traverse verticalement le décor et le partage en deux secteurs. À sa gauche, se trouvent les fleurs à corolle campaniforme et à droite, celles à trois pétales. Ce type d’alternance de motifs décoratifs est fréquent dans la peinture murale médiévale, dès lors qu’il existe un compartimentage des parois (Deschamps, Thibout 1963 : 224, château de Saint‑Floret, Puy‑de‑Dôme).

FIG. F ‒ Peinture murale du manoir du XIVe s. : personnage féminin sur fond de végétation ; a enduit peint ; b relevé graphique (au 1/10).

Cliché FJC et dessin école d’Art d’Avignon.

Chevaux

92Une tête de cheval, vue de profil, est représentée sur un fond de quadrillage, peut‑être un treillage (fig. G). Longue de 12 cm et large à l’encolure de 8 cm, elle est dessinée en jaune et brun avec des rehauts de blanc dans la crinière et dans l’œil. Le treillage apparaît sur fond gris‑kaki ; la couleur est difficile à déterminer dans la mesure où il peut s’agir d’une altération des pigments. Les brins entrelacés du treillis (alternance de traits noir‑jaune‑rouge‑noir) délimitent des rectangles, larges de 4 cm et longs de 10 cm au moins. Un ensemble de onze fragments pourrait se rattacher à une autre représentation de cheval (fig. H), peint en blanc et cerné de noir sur un fond ocre‑jaune. Un tracé brun, sous‑jacent au trait noir, est peut‑être un tracé préparatoire. L’interprétation de ce dessin est encore incertaine. Si cheval il y a, il serait plus grand que nature (largeur de l’encolure : 48 cm ; hauteur totale : 86 cm ; longueur de la tête : 80 cm). Le fond est parsemé de boules blanches auxquelles un croissant rouge donne du relief. Ce motif est présent sur de nombreux fragments.

FIG. G ‒ Peinture murale du manoir du XIVe s. : tête de cheval.

Cliché FJC.

FIG. H ‒ Peinture murale du manoir du XIVe s. : encolure de cheval (?) ; a enduit peint ; b relevé graphique (au 1/15).

Cliché FJC et dessin école d’Art d’Avignon

Arcature à pinacle

93Ce fragment présente une arcature et un pinacle gothiques à bourgeons, dessinés d’un trait sûr, en noir, gris et brun sur un fond ocre‑jaune (fig. I).

FIG. I ‒ Peinture murale du manoir du XIVe s. : arcature à pinacle et choux.

Cliché FJC

Inscription peinte

94Un fragment, isolé à ce jour, porte trois lettres d’une inscription, peinte en noir sur fond jaune. Celle‑ci semble contemporaine de la peinture et non postérieure comme le sont les nombreux graffitis retrouvés.

Végétation, arbres

95D’autres enduits représentent une végétation sur fond ocre‑jaune (fig. J). Certains fragments ont pu être associés à un autre décor grâce au remontage. Des angles présentent sur une face les motifs de végétation et sur l’autre le décor géométrique « tapis de quadrilobes bordé d’une bande florale » (cf. infra § 4.6.3.2). La position et l’orientation des motifs évoquent l’ornementation d’un manteau de cheminée (fig. K ; fig. 84). Mais rien ne permet de dire quel décor occupe la place privilégiée au‑dessus du foyer. Le feuillage des arbres est rendu de manière très stylisée par une masse circulaire noire, dont le pourtour est parfois festonné pour évoquer des feuilles. Le croissant rouge inséré dans un disque blanc, décrit plus haut, est associé à ce décor.

FIG. J ‒ Peinture murale du manoir du XIVe : branches d’arbres.

Cliché FJC

FIG. K ‒ Relevé en couleur d’un fond de végétation, incluant les fragments illustrés fig. J. À droite, bordure à fleurs bleues et quadrilobe appartenant au décor d’un manteau de cheminée.

Dessin école d’Art d’Avignon.

FIG. 84 ‒ Proposition de positionnement dans l’espace : manteau de cheminée.

Dessin Chr. Hochstrasser.

4.6.3.2 Décors géométriques

Étoiles bleues

96Ce décor est constitué d’un semis d’étoiles bleues à cœur rouge, sur un fond ocre‑jaune. Les étoiles, à six branches, sont tracées de manière très nette ; elles ont sans doute été peintes au pochoir. Un remontage partiel a montré une distance d’environ 18 cm entre deux étoiles.

Losanges et motifs héraldiques

  • 20 Vers 1300‑1301, l’écu des ducs de Bourgogne figure dans la longue frise héraldique du château de Ra (...)

97D’assez nombreux fragments appartiennent manifestement à un même ensemble (fig. L, M). Le schéma décoratif de base, répété selon un mode qui n’a pas encore pu être établi, oppose par la pointe deux losanges reliés par un disque rouge au centre surchargé en blanc (fig. M, 1). Les losanges, fermement enlevés sur un fond blanc par un trait noir, sont alternativement occupés par deux blasons. Le premier a d’abord été peint d’une sous‑ couche grise, puis recouvert d’un bleu franc mais très inégalement conservé ; le champ est semé de fleurs de lys héraldiques, dont seule la silhouette se distingue, la couleur d’origine ayant disparu (fig. M2). Il s’agit des armes de France. Le second blason comporte une bordure rouge orangé, encadrant des bandes alternativement jaunes, couleur toujours bien conservée, et blanches ou bleues ; un examen attentif montre que le blanc (le plâtre en réalité) n’apparaît que là où le bleu d’origine est tombé (fig. M3). Compte tenu des pigments disponibles au moment de la réalisation et de leur altération aujourd’hui, ce blason semble donc pouvoir se lire « bandé d’or et d’azur de six pièces, à bordure de gueules », ce qui correspond à l’écu dit de « Bourgogne ancien », porté par cette maison ducale au xive s.20 Dans les espaces laissés vides entre les losanges, on a rapidement tracé en rouge un motif floral très stylisé, formé de deux pétales évasés ; certaines tiges sont rehaussées de feuilles beige très clair, négatif vraisemblable d’une couleur disparue, dont le contour polylobé évoque celui des feuilles de chêne (fig. M, 4).

FIG. L ‒ Peinture murale du manoir du XIVe s. : proposition de restitution des entrevous peints à motifs héraldiques.

Cliché FJC

FIG. M ‒ Peinture murale du manoir du XIVe s. : fragments des entrevous peints à motifs héraldiques.

Cliché FJC

  • 21 Le blason de Louis, comte d’Évreux (mort en 1319), demi‑frère de Philippe le Bel, a lui aussi pris (...)

98Certains losanges armoriés viennent buter contre une bordure également à motifs héraldiques (fig. N). Des traits noirs délimitent des demi‑losanges, encadrés de triangles plus petits. Ces derniers font apparaître, en noir sur fond blanc, des « mouchetures d’hermines ». Elles pourraient évoquer le blason « d’hermine plain » adopté par le duc de Bretagne en 1316 (Pastoureau 1979 : 184). Les demi‑losanges sont timbrés d’une fleur de lys sur fond gris‑bleu, mais ici l’écu est brisé par une petite bande componée rouge, blanc, rouge. Sous une forme condensée, car habituellement l’écu est « semé de fleurs de lys sans nombre », il semble s’agir des armes du comte d’Évreux, « de France au bâton componé de gueules et d’argent, brochant sur le tout »21.

FIG. N ‒ Peinture murale du manoir du XIVe s. : motifs héraldiques. En haut, demi‑losange timbré d’une fleur de lys et brisé d’une bande componée, encadré de triangles avec mouchetures d’hermines ; en bas, losange semé de fleurs de lys.

Cliché FJC

99Plusieurs des fragments portant ce décor présentent une surface légèrement incurvée ; ils pourraient être des éléments de plafond ou, plus précisément, d’entrevous de plâtre peint, entre deux solives. La largeur uniforme de ces fragments, la présence de ruptures parfaitement rectilignes dans le support et, dans le décor, de sortes d’encoches pouvant correspondre à une poutraison, confortent cette hypothèse. Un même système de couvrement, combinant solives laissées apparentes et petits berceaux longitudinaux de plâtre, est visible à la tour Ferrande de Pernes‑les‑Fontaines (Vaucluse), sur deux étages superposés. Dans la pièce décorée de scènes historiées se poursuivant sur les quatre parois (Deschamps, Thibout 1963 : 233 ; Didier 1990), les entrevous n’ont pas été peints ; au‑dessous, alors que les murs sont recouverts d’un faux appareil polychrome, les entrevous sont recoupés par des faux joints au pinceau et décorés d’étoiles et de fleurs de lys. Tous ces décors sont datés de la dernière décennie du xiiie s. Dans la livrée du cardinal de Montfavet, à quelques kilomètres d’Avignon, vers 1340, le même principe est encore adopté, mais les poutres sont plus espacées et les voûtains de plâtre, toujours incurvés, offrent des proportions beaucoup plus vastes qu’à Pernes et qu’au manoir des jardins du Carrousel.

Décor de paroi : réseau de quadrilobes et trompe‑l’œil

100La paroi est recouverte d’un fond jaune, rempli de petits rinceaux bruns, sur lequel un entrelacs noir dessine des quadrilobes (fig. O, P). Les intersections sont soulignées d’un nœud noir, au cœur rouge. Les brins de l’entrelacs sont figurés par un filet noir, doublé de traits plus fins, alternativement brun d’un côté et gris de l’autre. Au centre des quadrilobes s’inscrit un motif floral, assez élaboré, sur fond blanc. D’un cœur brun‑rouge en forme de marguerite, sortent de petites tiges à fleurs dont le calice rose orangé est entouré de pétales bleus. Des feuilles simples, dessinées en beige, remplissent le motif. Au‑dessus du réseau de quadrilobes règne une frise kaki et noire, constituée en alternance de demi‑cercles noirs sur un fond vert‑kaki ou inversement. Le haut de la paroi est orné d’un décor complexe, en trompe l’œil, figurant des petites arcatures à caissons (en noir sur un fond orangé) sur des modillons vus en perspective. Le dessin est préparé par un tracé incisé, au moins pour les modillons et les fonds des arcades. La gamme de couleurs comprend des gris de tonalités différentes. Cette ornementation a été observée sur différentes parties architecturales (cloisons, ébrasements, arcs ou angles) de la demeure.

FIG. O ‒ Peinture murale du manoir du XIVe s. : proposition de restitution de la paroi avec quadrilobes et trompe‑l’œil.

Dessin Bissière Lebreton

FIG. P ‒ Peinture murale du manoir du XIVe s. : éléments de la paroi avec quadrilobes et trompe‑l’œil.

Cliché FJC

101Ces trompe‑l’œil architecturaux utilisés comme bordures, pour séparer des registres ou pour souligner l’ouverture d’un arc, sont une des caractéristiques essentielles des décors muraux réalisés à Rome à la fin du xiiie s. (Benton 1993). Les corniches feintes du bras gauche du transept de l’église Santa Maria Maggiore (Benton 1993 : fig. 8a) sont les plus proches de celles du manoir des jardins du Carrousel, par un traitement identique des écoinçons, marqués par un jeu de couleurs formant trois triangles inclus l’un dans l’autre. Au‑delà des Alpes, sur l’actuel territoire français, ces corniches en trompe l’œil se trouvent à Avignon, dans deux pièces de l’étage supérieur de la livrée du cardinal Annibal Ceccano (Léonelli 1990 : 45‑46) et dans la chapelle du manoir normand de Mesnil‑sous‑Jumièges (Subes‑Picot 1993 : 361) parfois interprété comme le logis des hôtes de la grande abbaye bénédictine. Dans ce décor, les modillons soutiennent comme à Paris des petits arcs ; à Avignon c’est une architrave rectiligne selon une formule également très employée à Rome aux alentours de 1300. Partout, la gamme des gris, ponctués de rouge, fournit les effets de relief. Des procédés analogues, mais ponctuels, s’observent dans l’enluminure parisienne du deuxième quart du xive s. (Léonelli 1994 : 41) avec la même opposition de couleur qu’au manoir du Carrousel, orange‑noir, pour ombrer le caissonage des arcatures. Les frises architectoniques ne sont pas employées seules : dans une des salles de la livrée Ceccano, elles surmontent, comme dans le manoir parisien, un tapis de quadrilobes sur fond jaune clair.

Tapis de quadrilobes bordé d’une bande florale

102Ce décor est peint sur un fond rouge, décoré de petites fleurs noires à feuilles bleues. Il est constitué d’un tapis de quadrilobes noirs, cernés de filets jaunes et noirs, réunis par des nœuds blancs (fig. Q). Il est limité par une bordure horizontale de fleurs à pétales bleus et à calice orangé, dessinées sur un fond noir. Le bleu, pigment fragile, a disparu sur la plupart d’entre elles. Les remontages effectués à ce jour permettent de penser que ce décor occupe un emplacement particulier. Les nombreux angles constituent une arête forcément de biais, ceci en raison de la lecture du motif. Cette ornementation pourrait décorer un manteau de cheminée (fig. 84). Ce même principe de décoration existe au château de Farcheville (Essonne), vers 1304, où une frise décorative avec scènes historiées fait le tour de la pièce (Di Mattéo, Lablaude 1989).

FIG. Q ‒ Peinture murale du manoir du XIVe s. : tapis de quadrilobes bordé d’une bande florale.

Cliché FJC

Graffitis

103Une vingtaine de graffitis ont été repérés à ce jour. Ils représentent un poisson, un double cercle incisé, des cercles sécants, trois inscriptions non déchiffrées, une fleur de lys dans un écu, un dé, etc. (fig. 85).

FIG. 85 ‒ Graffitis sur fragments d’enduits peints : 1‑9 inscriptions ; 10‑13 motifs figuratifs ; en pointillés, limites de champ.

Dessin Chr. Hochstrasser

4.6.3.3 Éléments architectoniques

104Les fragments de peinture découverts ne recouvraient pas seulement les murs et les plafonds, mais aussi les éléments architecturaux constituant l’ossature de la demeure. Des ébrasements en plein cintre appartiennent à des portes, des fenêtres ou des placards. L’un d’eux, d’une ouverture de 0,75 m, est accolé à une poutre large de 0,40 m environ, formant un linteau. Ce dernier est peint en gris et recouvert par un quadrilobe du même type que celui associé au décor en trompe l’œil (fig. 86a, 87a). Ce même décor de quadrilobes recouvre un fragment d’un large ébrasement de porte ou de fenêtre (fig. 86b). Un chapiteau pyramidal engagé, dont seul subsiste le tailloir, est peint uniformément en rouge (fig. 87b).

FIG. 86 ‒ Éléments architecturaux en plâtre peint : a arc accolé à une poutre (ébrasement ou linteau) ; b ébrasement de porte ou de fenêtre.

Dessin FJC

FIG. 87 ‒ Éléments architecturaux en plâtre peint : a arc peint ; b chapiteau engagé.

Dessin FJC

105D’autres éléments participent vraisemblablement à l’architecture intérieure des salles ou au compartimentage du décor peint. Ce sont principalement des moulures ou colonnettes polygonales, peintes partiellement en rouge. Quelques‑unes portent des graffitis.

4.7 Architecture et place du manoir dans le paysage parisien du xive s.

106La connaissance de cette demeure est certes lacunaire. Les carences de la documentation archéologique laissent de nombreuses questions en suspens. Des données élémentaires, comme les dimensions complètes des bâtiments, manquent totalement. Pourtant, il est possible de se faire une certaine idée de leur élévation à partir de leur plan et de leur disposition, des matériaux utilisés et des quelques fragments d’architecture retrouvés. L’étude des peintures murales apporte des compléments significatifs.

107Les trois corps de bâtiments entourent une cour qui s’ouvre vers la Seine. Ils occupent une position éminente, dont leur disposition tire pleinement parti. Le logis s’ouvre en fond de cour ; il est bordé de part et d’autre par deux ailes à l’architecture très différente. L’ensemble s’étend sur un espace d’au moins 1 000 m2, dont 350 m2 environ sont bâtis.

108Le bâtiment occidental occupe manifestement une place privilégiée dans le manoir, quelle que soit sa restitution. Les bases de piliers centraux suggèrent deux possibilités de couvertures : soit une voûte en pierre, soit une charpente en bois. La première ne permet pas de préciser quel type de voûtement était utilisé : berceaux longitudinaux ou transversaux, voûtes d’arêtes ou d’ogives. Plusieurs hypothèses sont envisageables. Celle d’une voûte d’arêtes ou d’ogives à quatre quartiers de 3,50 m de côté correspondrait peut‑être mieux à la relative légèreté de la structure de la construction. Un chapiteau d’angle engagé en plâtre, peint en rouge, découvert dans le remblai de la cave du bâtiment II, trouverait ici sa place, pour autant qu’il provienne du bâtiment I. La charpente, seconde possibilité, est envisageable selon des techniques différentes. Le bâtiment possède‑t‑il un étage ? La question reste sans réponse. Aucune trace d’escalier n’a été observée, à moins d’interpréter les deux murs en équerre, élevés à l’arrière contre la fosse d’aisances, comme des murs de cage.

109Le corps de logis est installé au‑dessus d’une cave, totalement enterrée et occupant la moitié environ de l’emprise de l’édifice. La qualité de ce sous‑sol, voûté de berceaux longitudinaux et transversaux, suggère un bâtiment de belle allure. La façade tournée vers la Seine est flanquée d’un escalier à vis hors œuvre formant tourelle. L’existence d’au moins un étage est ainsi formellement assurée. La solidité des fondations en permet davantage. L’existence d’un étage implique également celle d’un comble sous charpente. La belle largeur du logis peut être soulignée. Avec ses 8,50 m, elle se situe dans la moyenne supérieure des manoirs normands et bretons du bas Moyen Âge (Mignot, Chatenet 1993 : 72 ; Benoit‑Cattin 1990 : 33‑41). Davantage peut‑être que la longueur, la largeur a des implications financières, car elle conditionne la taille des poutres et nécessite des arbres plus gros, donc plus chers car plus rares.

110Enfin, le bâtiment oriental forme une aile plus étroite, mais ses fondations sont aussi solides que celles du logis auquel il est rattaché. L’escalier d’angle permet d’envisager un étage sur cette aile.

111Les matériaux utilisés dans la construction et les peintures murales offrent un complément précieux pour l’analyse architecturale. Les murs extérieurs sont manifestement élevés en pierres de taille. Un moellon en calcaire massif, retrouvé dans la cave du logis, est recouvert sur une de ses faces par un enduit peint peu épais (2 à 5 cm), appartenant à l’ensemble des tapis de quadrilobes couvrant les parois. Cet exemple demeure unique, en raison de la récupération systématique des moellons calcaires lors de la destruction. Il montre pourtant de façon claire qu’une partie au moins des murs sont élevés en matériaux de qualité.

112Le plâtre occupe une place particulière dans la construction du manoir. Il est utilisé comme liant dans la réalisation des enduits muraux, et même pour la fabrication de petits moellons taillés directement dans la masse. Des éléments architecturaux, parfois de grandes dimensions comme des arcs ou des chapiteaux engagés, sont entièrement réalisés dans ce matériau, chargé alors de débris divers pour assurer une meilleure solidité. L’abondante utilisation du plâtre s’explique par la présence de nombreuses carrières de gypse près de Paris et par la facilité de sa mise en œuvre (Roux 1973 : 176 ; Pomerol, Feugueur 1986 : 24, 37).

113Une architecture sur armature de bois, parfaitement envisageable à cette époque, n’est pas confirmée par l’étude des revers des fragments d’enduits. Les nombreuses empreintes interprétées dans un premier temps comme des négatifs de bois sont en réalité des marques de raclage entre deux couches de plâtre. Seules les empreintes relevées sur les fragments appartenant à l’ensemble des losanges armoriés sont liées à une armature de bois d’un plafond. Des vides de section quadrangulaire sont présents sur le revers du décor comme dans la bordure. À ce jour, aucun fragment ne peut être attribué à une voûte.

114La majeure partie des enduits peints appartient à des cloisons intérieures. Les deux faces opposées des fragments sont planes et lisses, parfois peintes sur les deux côtés. Aucune trace au sol ne subsiste de ces cloisons, en raison de l’absence évidente de fondation. Seules les peintures permettent donc de savoir que le logis (au minimum 100 m2 au sol) est subdivisé en pièces distinctes. Ses parois sont rythmées par des moulures ou colonnettes polygonales, ainsi que par de nombreuses ouvertures dont les fragments d’enduit peint offrent le témoignage.

115Les parois intérieures sont revêtues d’un décor peint recouvrant aussi divers aménagements (placard, cheminées, ébrasements de fenêtres, portes, niches...), fréquents dans les demeures de cette époque (Mignot‑Chatenet 1993 : 70‑84), Quelques indices laissent penser que la peinture ne se limite pas aux pièces. En effet, certains ébrasements sont peints sur trois faces, voire davantage pour les éléments plus complexes. Si l’on pouvait démontrer qu’ils appartiennent à des fenêtres, cela prouverait que la polychromie s’étendait aussi en façade. À quel type de demeure correspondent ces restes ? L’ampleur du plan d’ensemble, la superficie des corps de logis, la présence d’un escalier à vis et ses dimensions, le choix des matériaux de construction et la facture soignée de la cave, ainsi que le répertoire élaboré du décor peint en font une résidence de qualité, très vraisemblablement patricienne. Les godets en grès du Beauvaisis, la tasse polychrome de style « très décoré », ainsi que les fragments de vitrail et de verre coloré à l’étain suggèrent aussi un milieu de qualité, bien que de tels indices doivent être utilisés avec prudence. Sa situation périphérique, en dehors de la « commune clôture » édifiée par Philippe Auguste, identifie sans conteste la demeure des jardins du Carrousel à une de ces maisons des champs (Viollet le Duc 1864 : 300) bâties aux abords immédiats de la ville ou plus exactement, dans ce cas, à l’ombre du château royal du Louvre, distant de 300 m. Comme pour bien d’autres manoirs, la proximité immédiate de la rivière a joué un rôle dans le choix du site.

116De tels ensembles résidentiels sont bien attestés dans l’architecture civile du Moyen Âge finissant, bien qu’ils n’aient guère été étudiés. Les comparaisons précises sont peu nombreuses, surtout pour le xive s. Les destructions de la guerre de Cent Ans ont fait disparaître quantité de manoirs, particulièrement exposés pendant ce conflit séculaire.

117Avec sa cave, son rez‑de‑chaussée, au moins un étage et un comble sous charpente, le logis des jardins du Carrousel est comparable à la plupart de ses semblables français du bas Moyen Âge. La présence d’un escalier à vis hors œuvre le distingue nettement du type « à salle de plain pied sous charpente », connu en Angleterre sous le nom de hall‑houses, très répandu dans les régions voisines de l’Île‑de‑France, du xiiie s. au milieu du xve s, (Mignot, Chatenet 1993 : 103 et sq. ; Benoit‑Cattin 1990). Par rapport à ce type plus ancien, le manoir des jardins du Carrousel marque une évolution, qui transparaît nettement dans certaines de ses composantes architecturales.

118La cour occupe une place importante dans l’ordonnance générale des lieux. Autour d’elle s’organisent les trois corps de bâtiments qu’elle contribue à mettre en valeur. Son plan en « U » est fréquent dans l’architecture manoriale. La relative exiguïté de la cour (13 m de largeur dans l’hypothèse d’une salle à deux nefs ; 18 m dans celle d’un bâtiment [I] à galerie sous arcades) étonne d’autant plus qu’aucune contrainte parcellaire ne semble s’exercer. Le confinement des différents corps de logis apparaît plutôt comme un trait typiquement urbain. Le rejet du manoir contre le mur de parcelle oriental (F 5) accentue encore cette impression de tassement.

119La construction du logis sur un sous‑sol voûté est bien attestée dans l’architecture civile dès le xie ou le xiie s. (Pitte 1994). À partir de la fin du xiiie s., ces pièces sont le plus souvent totalement enterrées et pratiquement aveugles sinon par l’escalier et les éventuels soupiraux aménagés dans les parois. On notera aussi qu’au xive s., le sous‑sol n’occupe plus comme auparavant la superficie totale du bâtiment qui le surmonte.

120L’escalier à vis hors œuvre, logé dans une tourelle accolée au logis principal, fait également partie du paysage architectural de l’Île‑de‑France gothique. Plusieurs exemples sont répertoriés (Whiteley 1985), encore que la plupart soient situés dans des résidences seigneuriales beaucoup plus importantes. Dans l’architecture civile urbaine, l’escalier à vis est attesté dès le xiie s., mais il est alors souvent intégré dans l’épaisseur des murs, plus rarement légèrement saillant (Pitte 1994 : 270). L’escalier à vis hors œuvre, connu seulement de façon sporadique aux xiie et xiiie s., se répand surtout au xive s. et devient courant au xve s. (Viollet Le Duc 1864 : 275, 309‑313 ; Garrigou‑Grandchamp 1992 : 87). En Normandie, son apparition au xive s. constitue un des traits distinctifs qui modifient radicalement l’aspect des manoirs (Benoit‑Cattin 1990 : 41). En Bretagne, la formule semble définitivement établie aux alentours des années 1400 (Mignot, Chatenet 1993 : 140).

  • 22 Renseignement de M. Pierre Garrigou‑Grandchamp.
  • 23 Ainsi la « grande salle » de l’hôtel de Bourbon (Nan Rosenfeld 1994 : 209), celle de Jean sans Peur (...)

121L’identification du bâtiment I reste problématique en l’absence de vestiges suffisamment complets. L’hypothèse d’un édifice rectangulaire à deux nefs est la plus simple et repose sur une symétrie du plan. La présence de la fondation F 7, unique vestige du mur de pignon nord, vient conforter l’interprétation. Dans le cas présent, deux fonctions opposées peuvent être envisagées : une grange ou une salle d’apparat. La présence de granges parmi les annexes des manoirs est fréquemment attestée dans les sources écrites des xiiie et xive s. (Heliot 1955 ; Desportes 1979 : 465‑466, 469‑470 ; Saint‑Denis 1994 : 368, 375)22. Toutefois, l’existence d’une fosse d’aisances à l’arrière du bâtiment indique plutôt un lieu de vie et rend donc cette interprétation peu crédible. Celle d’une salle d’apparat à deux nefs est plus vraisemblable. De telles constructions sont connues dans l’architecture civile du Moyen Âge et elles ont souvent des dimensions plus grandes que celles de ce manoir23. Le fait que cette salle soit détachée du logis principal cadre bien avec la disposition encore lâche des corps de bâtiments des résidences urbaines du xive s. (Nan Rosenfeld 1994 : 215).

  • 24 On complétera la vue cavalière dessinée dans la « Censive du chapitre de Saint‑Germain l’Auxerrois  (...)
  • 25 Hôtel du 22, rue Bretonneau, connu par un dessin de Pugin (1847). Cet hôtel, daté de la fin du xve  (...)

122L’hypothèse d’une galerie ou d’un portique sous arcades supportant éventuellement un logis est une autre possibilité qui ne peut être écartée sans discussion. La largeur et l’entre‑colonnement conviennent dans cette perspective. L’alignement du pilier nord du bâtiment I et du mur de façade du logis II peut même faire penser à un retour d’angle en « L ». Ce type d’aménagement est attesté fréquemment dans les sources écrites et il fait manifestement partie du paysage architectural du bas Moyen Âge, même s’il est fort mal connu, faute de vestiges conservés. Plusieurs grandes demeures parisiennes de la seconde moitié du xive s., comme l’hôtel de Saint‑Pol (1361‑1380), celui de Bourbon (1390‑1413) et celui de Clisson (1371‑1407), possédaient de semblables galeries ou portiques sur arcades (Nan Rosenfeld 1994). Le manoir de Teilliers‑sous‑Saint‑Galmier, illustré dans l’Armorial de Guillaume Revel (fin du xive‑début du xve s.) présente aussi une telle galerie (Nan Rosenfeld 1994 : 211). L’exemple de l’hôtel de Bourbon à Paris, mieux connu grâce à une iconographie plus abondante, permet de préciser la disposition de ces portiques, parfois surmontés d’une galerie (sans arcades) occupant tout l’espace du logis construit au‑dessus d’eux (Nan Rosenfeld 1994 : 209‑210)24. À cette époque, le portique sous arcades paraît répondre à la nécessité de relier différents corps de logis disposés de façon encore bien lâche. Plus tard semble‑t‑il et certainement à partir du milieu du xve s., les portiques et galeries superposés ne relient plus nécessairement deux corps de logis, mais forment une des ailes latérales des demeures : par exemple à l’hôtel de Cluny (1456‑1485) à Paris, ou encore à celui de Jacques Coeur (1443‑1453) à Bourges, pour ne citer que les plus célèbres (Nan Rosenfeld 1994 : 212‑214 ; Viollet le Duc 1864 : 276‑281, 284‑287). D’autres galeries, moins prestigieuses et plus récentes (fin xvevxve s.), sont connues à Paris (Nan Rosenfeld 1994 : 214‑215), mais aussi à Tours25 (Guillaume, Toulier 1983 : 15 et fig. 21‑22) ou en Bretagne par exemple (Mignot, Chatenet 1993 : 206). Dans l’hypothèse d’une galerie sous arcades, le manoir des jardins du Carrousel constituerait un exemple très précoce d’un plan mieux connu à partir du xve s. Est‑ce envisageable ?

123Quelle que soit l’hypothèse retenue, elle dénote une monumentalisation significative du manoir et confère au bâtiment un caractère d’apparat manifeste.

124L’aile orientale, vraisemblablement réservée aux communs comme le suggère le voisinage du puisard et d’une fosse d’aisances, comprend peut‑être aussi les cuisines. Leur éloignement dans une aile distincte, néanmoins reliée au corps de logis, prend en tout cas place dans une évolution connue (Levalet 1978).

  • 26 En Bretagne, la moitié des manoirs en possèdent au début du xve s. et les deux tiers environ à la f (...)

125L’existence de deux fosses d’aisances, d’un puisard et d’un puits témoigne d’un souci de salubrité évident dans des domaines aussi variés que l’hygiène du corps, la propreté de l’environnement et le choix de l’eau de consommation. La situation des aisances à l’extrémité de l’aile des communs et à l’arrière du bâtiment d’apparat répond sans doute à un souhait d’isolement bien compréhensible, mais aussi à la préoccupation de mettre à la disposition des habitants un nombre suffisant d’installations de confort, qui mettront du temps à se généraliser dans les manoirs du bas Moyen Âge26. L’aménagement contemporain de plusieurs fosses à fond perdu dans les parcelles médiévales de la cour Napoléon montre que les mesures de salubrité dans le manoir ne sont pas une exception (Monnet 1992 : 17). Il ne faut pourtant pas idéaliser la réalité. Les analyses parasitologiques révèlent de sérieux défauts d’hygiène, du moins telle qu’elle est conçue aujourd’hui.

126Le décor peint se démarque des peintures contemporaines, sans présenter toutefois une qualité exceptionnelle. Dans l’état actuel des remontages, les grandes scènes historiées sont peu nombreuses, limitées peut‑être au manteau d’une cheminée. Encore faut‑il tenir compte de la probable disparition de certaines surfaces peintes. Il est frappant de voir la mollesse du tracé de certains quadrilobes, leur absence de similitude et le caractère approximatif de leur juxtaposition et de leur jonction. Ailleurs, aussi bien dans le domaine royal, sur les parois de la chapelle de Farcheville (Di Mattéo, Lablaude 1989 : 76) que dans le Midi où les décors de ce type sont conservés en plus grand nombre ‒à Avignon, dans la tour des étuves du palais des Papes ou à l’étage de la maison du Maréchal de la Cour ; à Montpellier, aux murs de la maison de la rue des Sœurs‑Noires‒ la régularité et la géométrisation des schémas de construction des décors couvrants s’imposent au premier regard et facilitent les reconstitutions (Sournia, Vayssettes 1991 : 169). Cependant, les peintures du manoir des jardins du Carrousel se signalent par la vivacité de certains coloris (le bleu des pétales de fleurs, l’orange et le brique), la rareté de certains tons (le vert‑kaki). Mais si en d’autres lieux la gamme est aujourd’hui plus éteinte, moins contrastée, peut‑être est‑ce seulement dû à des conditions de conservation différentes. On peut remarquer la prépondérance, en nombre de fragments d’enduit peint, des fonds ocre‑jaune clair, aussi bien pour les décors figurés (personnages, chevaux, végétation) que pour plusieurs motifs décoratifs. Sur l’ensemble du territoire français, cette couleur de fond est très usitée au xive s., mais la plupart du temps elle ne porte, tracées en blanc à la règle, que des coupes de faux appareils. Ces dernières constituent, pour les édifices civils aussi bien que religieux, et partout, le type de revêtement le plus fréquent ; leur absence totale dans le manoir parisien n’en est que plus notable. Les éléments de plafond peint à motifs héraldiques renvoient directement à un exemple comparable, mais un peu plus récent (seconde moitié du xive s.) et avec des étoiles au lieu des hermines, découvert dans la salle d’apparat de la cour des Archidiacres à Metz (Brunella et al. 1988 : 55‑56).

  • 27 Dans cette région, on peut aussi observer, comme à Avignon, la simplification du trompe‑l’œil archi (...)

127Entre tous, l’élément le plus remarquable est celui de la frise de petites arcatures supportées par des modillons vus de biais. Héritier de la tradition de la peinture romaine antique, particulièrement usité à la fin du xiiie s. dans le « milieu romain » de la cour pontificale (c’est‑à‑dire, à Rome même, dans ses environs et sur tous les chantiers où le pape envoie travailler ses équipes, comme à Assise), ce motif a traversé les Alpes. Son utilisation à Avignon, vers 1340, n’étonne pas, à cause de la présence sur place de nombreux peintres italiens. Les voies de pénétration qui l’ont introduit dans le domaine royal restent plus mystérieuses. Repérés d’abord dans l’œuvre de l’enlumineur Jean Pucelle, à partir de 1325, les corbeaux saillants placés en oblique et les faux reliefs du caissonage des arcatures ont été interprétés comme une tentative de représentation de la troisième dimension, pas toujours cohérente. Coup sur coup, les découvertes récentes des jardins du Carrousel et de Mesnil‑sous‑Jumièges replacent ces motifs, comme en Italie, dans un cadre monumental, par leur emploi en frise continue au sommet des parois. Il paraît logique de penser que cette formule a gagné la Normandie27 depuis Paris. Les premières études du décor de Mesnil‑sous‑Jumièges tentent de placer son exécution dans le deuxième quart du xive s. ; Pucelle et son successeur Jean le Noir ont employé le procédé décrit ci‑dessus au cours de la période 1325‑1340. Il n’est pas exclu que les peintures du manoir parisien soient antérieures, car plus proches typologiquement de la source romaine. Quelle que soit leur date, ces motifs montrent l’appartenance du commanditaire au milieu courtois, le premier certainement à avoir adopté ces formules transalpines nouvelles et savantes.

128Peut‑on dater plus précisément le manoir ? Sa destruction ne soulève guère de problèmes. Elle est avec certitude postérieure à 1355‑1357, comme l’indique la monnaie de Jean II découverte dans le remblai comblant la cave ; elle est aussi antérieure au rempart de terre des fortifications, édifié à partir de 1366 (cf. infra chap. 5). En revanche, l’origine et l’évolution éventuelle du manoir sont plus malaisées à retracer. Le seul contexte de construction conservé (la tranchée de fondation F 7) permet de dater le bâtiment I de la première moitié du xive s., sans autre précision. Mais cette datation ne peut être généralisée à l’ensemble des bâtiments. Toute la difficulté est de savoir si le manoir forme un ensemble homogène ou s’il est le résultat de transformations successives. Plusieurs éléments tendent à privilégier cette dernière hypothèse : le puits F 23 est postérieur au bâti de bois, le mur F 9 coupe les fosses en pleine terre F 16, le mur occidental F 25 du corps de bâtiment III vient se greffer sur l’escalier à vis F 1, l’embrasure d’une ouverture est modifiée, des cloisons ou des murets sont construits avec des résidus de parois peintes noyées dans la masse. De son côté, le rendu différent des deux visages peints suggère peut‑être aussi une différence chronologique, sinon artistique. Autant l’un (fig. D) se rattache encore à la peinture de la fin du xiiie s., autant l’autre (fig. E), caractérisé par une vue de profil et un tracé souligné à grands traits, se rapproche de l’art du milieu du xive s. On le constate, les indices d’une évolution architecturale sont nombreux. L’ampleur des transformations et leur chronologie restent toutefois inconnues.

129Le mobilier n’apporte guère de précisions supplémentaires. À l’exception du lot provenant de la fondation F 7, tous les ensembles de céramique sont homogènes, quel que soit le contexte (occupation ou destruction) et sont datés globalement du milieu du xive s. Manifestement, les témoins matériels ne couvrent pas toute la durée d’occupation du manoir et illustrent surtout sa dernière phase d’occupation.

  • 28 Le blason aux quatre quartiers est certainement celui de Charles d’Évreux, roi de Navarre en 1349.

130Les peintures offrent des perspectives plus intéressantes. D’une manière générale, elles trouvent leurs meilleurs parallèles dans des constructions réparties dans le temps entre la fin du xiiie s. et le milieu du xive s., mais ne permettent pas de resserrer davantage la fourchette chronologique. Tous les motifs décoratifs employés ont une longue durée d’utilisation, de même que les schémas de construction qui les relient entre eux. Les motifs historiés se révèlent trop fragmentaires ou trop usés pour fonder une analyse stylistique. Les motifs héraldiques peints constituent en revanche un des indices les plus sûrs pour dater les peintures, voire pour identifier le cercle auquel se rattache son commanditaire (fig. L, N). Le lys des armes de France, la fleur de lys brisée par une bande componée blanc, rouge, blanc, de même que l’écu dit de « Bourgogne ancien » renvoient à un entourage royal ou princier. L’hermine évoque inévitablement « l’hermine plain » adoptée en 1316 par le duc de Bretagne, mais rien n’assure que ce motif ne figure pas également sur d’autres blasons moins prestigieux. La présence de l’écu d’Évreux pourrait constituer un terminus ante quem et dater l’exécution de ce décor d’avant 1328. Il est probable en effet que dès cette date, quand à la mort de Charles IV les Navarrais reconnaissent comme souverains Philippe III comte d’Évreux et Jeanne II de Navarre son épouse (Mirot 1948 : 169), le comte devenu roi écartèle son blason et porte désormais au 1 et au 4 de Navarre, et au 2 et au 3 d’Évreux28. Quoi qu’il en soit, tous ces motifs héraldiques, rassemblés sur une même paroi, désignent davantage le cercle auquel le commanditaire manifeste son rattachement que le commanditaire lui‑même (Léonelli à paraître).

131L’étude des sources historiques permet de situer cet ensemble dans la topographie parisienne. Au xive s., ce secteur périphérique de la ville se partage entre la « couture l’Évêque », vaste domaine agricole de 42 arpents 3 quartiers, l’hôpital et le jardin des Quinze‑Vingts, le manoir et le clos de la Petite Bretagne, un autre manoir, des pièces de terres mal définies et un artisanat de tuiles.

  • 29 Lettres Royaux de juillet 1385, archives des Quinze‑Vingts, liasse 306. D’autres documents plus réc (...)

132L’hospice des Quinze‑Vingts, fondé vers 1254 par Saint Louis, est bien localisé. Il occupe un terrain le long du chemin de Roule ‒actuelle rue Saint‑Honoré‒ à hauteur de factuelle place du Théâtre‑Français, Le clos de la Petite Bretagne, vaste domaine attesté depuis le xiie s., se situe entre le chemin de berge de la Seine et l’hôpital des Quinze‑Vingts. Les limites occidentales de la Petite Bretagne et de l’hôpital des Quinze‑Vingts forment un axe rectiligne N.‑S. depuis le chemin de Roule vers la Seine29.

  • 30 L’acte de 1309 et celui de 1342 apportent aussi un beau témoignage des activités agricoles qui cara (...)

133Le second manoir appartient en 1309 à un certain Ernoult de la Haute‑Maison, comme l’apprend un acte d’acensement conservé dans le cartulaire de Notre‑Dame de Paris (Berty 1866 : 285‑286). Il est racheté avant 1316 par Pierre des Essarts (Guérard 1850, t. III : 232, cité par Berty 1866 : 280), personnage très connu de l’entourage royal, anobli en 1320 (Gazelles 1965 ; 1972 : 108‑109, 219‑220). Pierre des Essarts le possède certainement encore en 1342. En effet, dans un acte daté de la veille de la Trinité de cette année (archives des Quinze‑Vingts, liasse 306), il fait don à la congrégation des aveugles du clos de 42 arpents qu’il avait acheté jadis à Ernoult de la Haute‑Maison en même temps que son manoir. Toutefois, Pierre des Essarts prend soin de préciser qu’il ne sera pas tenu de condamner le portail qui sépare son « hostel des tuileries » dudit clos30. Cette clause particulière semble indiquer qu’il garde la propriété de son hôtel, peut‑être jusqu’à sa mort (de la peste) en 1349. La destinée du manoir après 1342 est imprécise. Sans doute est‑il inclus dans la difficile succession de Pierre des Essarts et est‑il passé avec les autres biens de ce dernier dans le patrimoine de Robert de Lorris en 1354 (Gazelles 1972 : 285‑289).

134Ces sources permettent de localiser ce manoir à l’ouest du clos de la Petite Bretagne, au sud de la propriété des Quinze‑Vingts et à l’est des tuileries. L’acte d’acensement du 24 mai 1309 à Ernoult de la Haute‑Maison situe son « manoir ou meson près des tuileries, tenant d’un côté à la maison de Pierre de Bonoil et au jardin de Jehan Courbeul [propriétés situées dans le secteur des tuiliers, n. d. a.], aboutissant par derrière à la meson et jardin des Aveugles en la censive dudist évesque » (Guérard 1850, t. III : 84, cité par Berty 1866 : 280). La limite sud n’est pas indiquée, mais il s’agit vraisemblablement du chemin de Seine. Cette localisation est corroborée par un passage des Lettres Royaux de juillet 1385 (archives des Quinze‑Vingts, liasse 306) qui permet de fixer le jardin potager des Quinze‑Vingts entre l’hospice royal et le clos de la Petite Bretagne à l’est, le clos « qui jadis fu feu Pierre des Essarts » et les tuileries au sud, un mur de clôture allant des tuileries jusqu’au chemin de Roule à l’ouest et, enfin, ce même chemin au nord.

135Les vestiges correspondent à cette situation. La confrontation des sources archéologiques et historiques fait apparaître une coïncidence entre l’emplacement d’un manoir détruit entre 1355 et 1366 et une parcelle dont on peut suivre les mutations successives entre 1309 et 1342.

  • 31 Les historiens de la peinture médiévale savent que les commandes sont passées en fonction d’un cale (...)

136Peut‑on aller plus loin et préciser à quel propriétaire attribuer la construction du manoir et ‒plus déterminant peut‑être‒ la réalisation des peintures murales ?31 L’archéologie ne permet pas de dater la construction du manoir et l’étude des sources historiques n’apporte pas davantage de précisions. Le remontage et l’étude des peintures ne sont pas suffisamment avancés pour apporter des réponses définitives, même si les motifs héraldiques et le trompe‑l’œil architectural renvoient à l’entourage royal. Inutile, dès lors, de solliciter davantage la documentation disponible en l’état.

137L’intérêt du manoir dépasse pourtant largement ces questions. La révélation d’un ensemble résidentiel périurbain, la qualité de son agencement et de son décor, les comparaisons multiples qu’ils autorisent sont autant d’apports significatifs à la connaissance de l’architecture civile du bas Moyen Âge. Il est aussi le dernier avatar de la longue histoire rurale de ce secteur du Louvre. Par ses liens avec l’enceinte urbaine, il constitue le pivot autour duquel s’articule l’évolution passée et ultérieure du site.

Notes

1 Datée à tort de la seconde moitié du xive s. dans Van Ossel 1991 : 215. La céramique à pâte rouge et glaçure jaune provenant de l’est de la France apparaît dans le dépotoir de Maubuisson, daté de la première moitié du xive s. L’absence de grès du Beauvaisis parmi les tessons de cet ensemble confirme cette datation.

2 Considérés dans un premier temps ‒mais à tort‒ comme des fragments de porcelaine chinoise, ces fragments ont été identifiés grâce à l’analyse réalisée par le laboratoire de recherche du musée du Louvre (A. Bouquillon et G. Querré).

3 Par commodité, le terme de cave, plus neutre et utilisé dans son acceptation moderne de pièce souterraine, est préféré aux termes de « cellier » ou de « salle‑basse », dont l’usage dans les sources écrites et la fonction connaissent une évolution dépassant l’objet de cette publication.

4 Cette fonction est attestée par des traces ou des dépôts de suie sur les parois et par des dépôts calcaires à l’intérieur des récipients.

5 La datation de l’ensemble à la fin du xive s. proposée par les auteurs, ne repose que sur l’analyse céramologique et paraît trop basse. L’absence de grès du Beauvaisis, la forme assez trapue des pichets, la présence d’oule à bandeau haut suggèrent plutôt une datation dans la première moitié du xive s.

6 Observations faites en 1986 lors d’une visite au dépôt archéologique municipal de la ville de Rouen dirigé par P. Halbout. Des niveaux du xive s. au château de Caen ont livré des formes qui semblent assez proches (Leenhardt 1987 : 69, type 15).

7 C’est dans ces deux niveaux qu’apparaissent le grès du Beauvaisis et le grès normand, d’où les datations plutôt basses données à l’époque. Le niveau 5 est celui dans lequel se trouvent les types Cru 2, Poe 2, Coq 2 et également les godets en grès du Beauvaisis. Ce niveau était jusqu’alors daté dans le dernier quart du xive s. Le niveau 6 est celui où apparaissent les types Cou 2, Coq 3 et également le grès normand. Il était daté de la fin du xive et du début du xve s.

8 Bien que le numéraire indique le début du xive s., l’interprétation archéologique penche plutôt pour les années 1330‑1335 (Ravoire, Monnet 1992 : 29).

9 Ce dépôt s’est accumulé sur plusieurs années. Cependant, ce sont les niveaux les plus récents qui offrent le plus de parenté (Ravoire, Monnet 1992 : 29).

10 Ce dépotoir était situé dans le clos des Jacobins. Or celui‑ci a été détruit à partir de 1358 pour laisser la place aux travaux d’élargissement du fossé de l’enceinte par Charles V (Nicourt 1986 : 77).

11 Les quelques mentions dans les sources écrites apparaissent en effet dans la dernière décennie du xive s. En particulier, Le Ménagierde Paris souligne, en 1393, le caractère non poreux des terres de Beauvais.

12 Si les premières productions semblent remonter au début du xive s., ce n’est que dans le deuxième quart de ce siècle que leur présence est réellement attestée (Verhaeghe 1987 : 205 ; 1988 : 102 ; Hurst et al. 1986 : 176). En Angleterre, les grès de Siegburg et de Langerweghe (cf. infra) sont signalés dans quelques contextes du xive s. (Mc Carthy, Brooks 1988 : 113).

13 À Maubuisson : 47 poêlons, ce qui représente 27 % de la totalité des formes (Durey‑Blary 1993 : 41). La fosse F 16 a livré 26 poêlons, soit 54 % de la totalité des formes.

14 Ou plutôt de bordeau, pour employer le terme médiéval. Cf. François Villon : « En ce bordeau où nous tenons notre estat » (Ballade de Villon et de la grosse Margot).

15 Pensons aux jetons de dancing « Bon pour une danse », utilisés rue de Lappe (à Paris) jusqu’à l’aube de la dernière guerre.

16 Ces comptages ne rendent pas compte de la quantité de verre retrouvée, mais seulement du nombre de formes. La présence de verre plat est uniquement notée.

17 Le travail est mené par A. Navecth‑Domin en collaboration avec M.‑Cl. Léonelli et R. Bougrain‑Dubourg (école des Beaux‑Arts d’Avignon).

18 Analyses effectuées en 1990 par l’institut français de restauration des œuvres d’art (IFROA, J. Philippon) et le laboratoire de recherche des Musées de France (LRMF, J.‑P. Rioux) et en 1991 par le Centre régional d’étude et de traitement des œuvres d’art (CRETOA).

19 Analyses réalisées en 1990 par le LRMF (J.‑P. Rioux) et en 1991 par le CRETOA.

20 Vers 1300‑1301, l’écu des ducs de Bourgogne figure dans la longue frise héraldique du château de Ravel dans le Puy‑de‑Dôme (Deschamps, Thibout 1963 : 214). À l’aube du xive s. également, ce blason apparaît parmi ceux qui timbrent les tentes représentées sur un fragment des peintures murales de la maison forte de Cruet (Fernex de Mongex, Richard 1990 : 152) ; des autres blasons, certains ont été réellement portés (maisons de Savoie et de Champagne), d’autres semblent relever de la fantaisie du peintre.

21 Le blason de Louis, comte d’Évreux (mort en 1319), demi‑frère de Philippe le Bel, a lui aussi pris place parmi la cinquantaine d’écus peints dans la grande salle du château de Ravel (Deschamps, Thibout 1963 : 213).

22 Renseignement de M. Pierre Garrigou‑Grandchamp.

23 Ainsi la « grande salle » de l’hôtel de Bourbon (Nan Rosenfeld 1994 : 209), celle de Jean sans Peur à l’hôtel d’Artois, toutes deux de la fin du xive‑début du xve s. (Mesqui 1988 : 269).

24 On complétera la vue cavalière dessinée dans la « Censive du chapitre de Saint‑Germain l’Auxerrois », vers 1150, par la restitution du plan masse de cet hôtel illustrée dans Boudon et al. 1977 : 188, fig. 250, ainsi que par une restitution en vue cavalière illustrée dans l’ouvrage de J.‑R. Pitte (Pitte 1993 : 51).

25 Hôtel du 22, rue Bretonneau, connu par un dessin de Pugin (1847). Cet hôtel, daté de la fin du xve s., présente un logis sur arcades en retour d’aile.

26 En Bretagne, la moitié des manoirs en possèdent au début du xve s. et les deux tiers environ à la fin du xve s. (Mignot, Chatenet 1993 : 99 et sq.).

27 Dans cette région, on peut aussi observer, comme à Avignon, la simplification du trompe‑l’œil architectural : des abouts de fausses poutres portant ombre se trouvent sous le départ de la voûte de la chapelle de Farcheville et dans le bâtiment longeant le côté sud du cloître de l’abbaye de Longues‑sur‑Mer (Calvados). Le processus de dégradation des formes ne correspond pas toujours à une évolution chronologique.

28 Le blason aux quatre quartiers est certainement celui de Charles d’Évreux, roi de Navarre en 1349.

29 Lettres Royaux de juillet 1385, archives des Quinze‑Vingts, liasse 306. D’autres documents plus récents précisent d’ailleurs explicitement que le clos de la Petite Bretagne tient à l’ouest aux fortifications de la ville, élevées à l’emplacement de notre manoir (Berty 1866 : 80).

30 L’acte de 1309 et celui de 1342 apportent aussi un beau témoignage des activités agricoles qui caractérisent un domaine manorial du bas Moyen Âge, même proche d’une ville. Résidence et terres cultivées sont étroitement liées et, dans le cas présent, c’est un portail qui matérialise ce lien. L’acte d’acensement de 1309 fait d’ailleurs obligation à Ernoult « d’améliorer la terre » de l’ancienne couture l’Évêque qu’il prend en cens. En 1342, le don de Pierre des Essarts a pour effet de dissocier le manoir du domaine agricole.

31 Les historiens de la peinture médiévale savent que les commandes sont passées en fonction d’un calendrier et de circonstances qui ne doivent rien au hasard. Dans le cas de l’habitation civile, le décor peut être réalisé soit dans la foulée de la construction, soit à l’occasion d’un événement familial (réception, mariage...). Ces deux possibilités sont également envisageables pour le manoir des jardins du Carrousel. Dans l’hypothèse d’un événement marquant la vie privée de Pierre des Essarts, on pourrait penser à son anoblissement en 1320. Celui‑ci aurait alors voulu enjoliver son cadre de vie et manifester à travers les allusions héraldiques du décor la reconnaissance qu’il éprouvait envers ses protecteurs.

Table des illustrations

Légende PLAN III ‒ Plan général des vestiges médiévaux antérieurs à l’enceinte de Charles V : A manoir ; B fossés parcellaires ; C tuilerie de Guiot de Moucy ; D emprise du fossé de la future enceinte urbaine.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45065/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende FIG. 72 ‒ Coupe N.‑S. du bourrelet de la Seine à la hauteur du manoir : a niveau actuel de la Seine ; b étiage de 1719 ; c crue de 1658.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45065/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende FIG. 73 ‒ Plan des vestiges du manoir : a bâti en bois ; b fondations en pierre ; c tranchées de récupération.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45065/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende FIG. 74 ‒ Plan masse restitué du rez‑de‑chaussée du manoir.
Crédits Dessin FJC.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45065/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende FIG. 75 ‒ Vue générale des vestiges du corps de logis du manoir. À l’avant‑plan, l’escalier hors œuvre. À l’arrière‑plan, la cave comblée d’enduits peints après décapage.
Crédits Cliché FJC.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45065/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende FIG. 76 ‒ La cave du manoir vue de l’ouest.
Crédits Cliché FJC.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45065/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Crédits FIG. 77 ‒ La cave vue du sud. À l’avant‑plan à gauche, les fondations de l’escalier hors œuvre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45065/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende FIG. 78 ‒ Élévation du mur de la cage d’escalier de la cave.
Crédits Dessin FJC.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45065/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende FIG. 79 ‒ Développé de l’intrados de la voûte de la cave.
Crédits Dessin FJC.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45065/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende FIG. 80 ‒ La fosse d’aisances F 22 et son conduit d’écoulement.
Crédits Dessin FJC.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45065/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende FIG. 81 ‒ Céramiques du milieu du XIVe s. du manoir : fosse F 16. Sauf le 6, en grès du Beauvaisis, tous les autres objets sont en pâte sableuse francilienne. Le 7 est une tasse « très décorée ».
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45065/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende FIG. 82 ‒ Céramiques du milieu du XIVe s. du manoir : 1‑4 fosse d’aisances F 6 ; 5‑8 cave F 14 et 9 fosse d’aisances F 22. Sauf le 2, en grès du Beauvaisis, le 3 en pâte blanche calcaire et le 5 en pâte sableuse rouge de Dourdan, tous les autres sont en pâte sableuse francilienne.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45065/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende TABL. V ‒ Répartition des productions de céramique dans les principaux contextes du XIVe s. (manoir et enceinte urbaine), en pourcentages sur le nombre de tessons. DA défense avancée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45065/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende TABL. VI ‒ Présence ou absence des types céramiques dans les principaux contextes du XIXe s. (manoir et enceinte urbaine).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45065/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende TABL. VI ‒ (suite)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45065/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende TABL. VII ‒ Monnaies et objets monétiformes du manoir.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45065/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Légende FIG. 83 ‒ Objets en verre du manoir (cf. tabl. VIII),
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45065/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende TABL. VIII ‒ Verrerie du manoir, par lieu de découverte. Comptages indiqués en NMI. Le premier chiffre indique le nombre d’individus portant une marque d’empontillage ou pontil ; entre parenthèses est indiqué le nombre d’individus sans pontil, dont on peut croire qu’ils s’ajoutent aux premiers.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45065/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Légende FIG. D ‒ Peinture murale du manoir du XIVe s. : visage de face.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45065/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende FIG. E ‒ Peinture murale du manoir du XIVe s. : visage de profil.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45065/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende FIG. F ‒ Peinture murale du manoir du XIVe s. : personnage féminin sur fond de végétation ; a enduit peint ; b relevé graphique (au 1/10).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45065/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende FIG. G ‒ Peinture murale du manoir du XIVe s. : tête de cheval.
Crédits Cliché FJC.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45065/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende FIG. H ‒ Peinture murale du manoir du XIVe s. : encolure de cheval (?) ; a enduit peint ; b relevé graphique (au 1/15).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45065/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende FIG. I ‒ Peinture murale du manoir du XIVe s. : arcature à pinacle et choux.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45065/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende FIG. J ‒ Peinture murale du manoir du XIVe : branches d’arbres.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45065/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende FIG. K ‒ Relevé en couleur d’un fond de végétation, incluant les fragments illustrés fig. J. À droite, bordure à fleurs bleues et quadrilobe appartenant au décor d’un manteau de cheminée.
Crédits Dessin école d’Art d’Avignon.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45065/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 84 ‒ Proposition de positionnement dans l’espace : manteau de cheminée.
Crédits Dessin Chr. Hochstrasser.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45065/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. L ‒ Peinture murale du manoir du XIVe s. : proposition de restitution des entrevous peints à motifs héraldiques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45065/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende FIG. M ‒ Peinture murale du manoir du XIVe s. : fragments des entrevous peints à motifs héraldiques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45065/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende FIG. N ‒ Peinture murale du manoir du XIVe s. : motifs héraldiques. En haut, demi‑losange timbré d’une fleur de lys et brisé d’une bande componée, encadré de triangles avec mouchetures d’hermines ; en bas, losange semé de fleurs de lys.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45065/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. O ‒ Peinture murale du manoir du XIVe s. : proposition de restitution de la paroi avec quadrilobes et trompe‑l’œil.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45065/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende FIG. P ‒ Peinture murale du manoir du XIVe s. : éléments de la paroi avec quadrilobes et trompe‑l’œil.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45065/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. Q ‒ Peinture murale du manoir du XIVe s. : tapis de quadrilobes bordé d’une bande florale.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45065/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende FIG. 85 ‒ Graffitis sur fragments d’enduits peints : 1‑9 inscriptions ; 10‑13 motifs figuratifs ; en pointillés, limites de champ.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45065/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende FIG. 86 ‒ Éléments architecturaux en plâtre peint : a arc accolé à une poutre (ébrasement ou linteau) ; b ébrasement de porte ou de fenêtre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45065/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende FIG. 87 ‒ Éléments architecturaux en plâtre peint : a arc peint ; b chapiteau engagé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45065/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 35k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search