Version classiqueVersion mobile

Les jardins du Carrousel (Paris)

 | 
Paul Van Ossel

Partie I. Le Carrousel avant Paris

Chapitre 3. L’occupation gallo‑romaine et du haut Moyen Âge

3 Die Besiedlung der gallo römischen Zeit und des Frühmittelalters

3 Occupation during the Gallo‑Roman period and the Early Middle Ages

Résumé

À la fin de l’âge du Fer, un petit enclos quadrangulaire est implanté sur le bourrelet alluvial. Son existence paraît avoir été brève. Dès le début du Ier s. de notre ère, une carrière d’extraction de limon est ouverte et s’étend progressivement sur plus de 4 ha, couvrant aussi la cour Napoléon. Son étude a mis en évidence les modalités de son exploitation. Au ive s., les terrains sont rendus à la culture. Un parcellaire associé à un petit habitat marque ce changement d’utilisation du site. L’habitat comprend deux bâtiments et quelques aménagements sur poteaux de bois. Son abandon peut être situé après le début du ve s. Dans la cour Napoléon, de nombreux indices suggèrent l’existence d’un habitat similaire, dont l’occupation se prolonge durant le haut Moyen Âge. Le réseau parcellaire est matérialisé par des fossés secs. La juxtaposition de plusieurs tracés et les multiples recreusements suggèrent une longue utilisation du système, ce que confirme l’étude de la faune et du mobilier archéologique. L’absence de témoins postérieurs au ixe s. suggère alors l’abandon du parcellaire.

Texte intégral

3.1 Introduction

1L'occupation des berges de la Seine à l'époque gallo-romaine et durant le haut Moyen Âge est bien attestée (plan II). Une installation précoce est marquée par un enclos quadrangulaire, peut-être à vocation agricole. Quelques structures en creux et un puits, qui lui succèdent immédiatement, indiquent son remplacement au ie s. par un habitat dont il reste malheureusement peu de traces. Dès cette époque, l'ouverture d'une vaste carrière d'extraction de limon témoigne de l'exploitation prolongée du site pour ses ressources naturelles. Après le comblement de la carrière, un ensemble de fossés est creusé sur tout le site, marquant la mise en place d'un parcellaire et traduisant la reconversion des terrains ainsi récupérés. Cette phase tardive s’accompagne de la fondation d’un habitat comprenant deux bâtiments, un petit grenier sur poteaux et une palissade.

PLAN II ‒ Plan général des vestiges antiques et du haut Moyen Âge dans la cour Napoléon et les jardins du Carrousel (fouilles 1983‑1991).

DAO P. Pihuit/Afan, d’ap. FJC

2Tous les vestiges sont inscrits dans les limons de débordement du Tardiglaciaire, formant le substrat naturel du site. La conservation des vestiges antiques dépend donc directement de celle des limons. Or, des secteurs complets du site ont été entièrement détruits par les structures médiévales et modernes. D’autres étaient moins fortement entamés. Le plan de conservation des limons fait apparaître ces énormes lacunes, morcelant les structures de l’occupation (fig. 39). Cette situation est pourtant moins grave que celle qui prévalait dans les terrains voisins de la cour Napoléon. Ainsi, le taux de conservation des limons dans le secteur des jardins du Carrousel était de 48 % ; dans celui de la DMF/VDI, il n’était que de 27 % (Chartrain 1990 : fig. 1 et 2).

FIG. 39 ‒ Plan général des vestiges antiques et du haut Moyen Âge des jardins du Carrousel (fouilles 1989‑1991), avec indication des numéros de structures. En tramé, l’emprise de la carrière.

Dessin FJC

3L’occupation des berges de la Seine à l’époque gallo‑romaine et durant le haut Moyen Âge est bien attestée (plan II). Une installation précoce est marquée par un enclos quadrangulaire, peut‑être à vocation agricole. Quelques structures en creux et un puits, qui lui succèdent immédiatement, indiquent son remplacement au ier s. par un habitat dont il reste malheureusement peu de traces. Dès cette époque, l’ouverture d’une vaste carrière d’extraction de limon témoigne de l’exploitation prolongée du site pour ses ressources naturelles. Après le comblement de la carrière, un ensemble de fossés est creusé sur tout le site, marquant la mise en place d’un parcellaire et traduisant la reconversion

3.2 Les vestiges d’occupation

3.2.1 Un enclos de La Tène finale et de l’époque augustéenne

  • 1 Les orientations sont indiquées en degrés à partir du nord vers l’est (sens des aiguilles d’une mon (...)

4Localisé sur le faible relief en bordure de la Seine, un enclos quadrangulaire marque le début de l’occupation continue du site (plan ii, A). Il fut exploré dans sa majeure partie par A. Chartrain, lors des fouilles de la DMF/VDI (Chartrain 1990). Un dernier tronçon de fossé, long de 14 m environ, a été dégagé lors des fouilles des jardins du Carrousel (fig. 40). Orienté N.‑S. avec un angle de 5o50’1, il complète le plan de l’enclos et met en évidence son tracé plus trapézoïdal que quadrangulaire, de 50 à 60 m de côté. Sa conservation est inégale, en raison des multiples destructions modernes. Le profil complet est préservé seulement dans la partie nord : sa partie supérieure n’est pas perceptible, mais le devient à partir de la transition entre le limon brun et le limon jaune, à environ 0,50 m sous la surface du sol « préurbain ». La profondeur varie entre 1 et 1,20 m, soit une moyenne estimée d’1,70 m à partir du sommet des limons brun‑gris (33,57 NGF). La largeur est comprise entre 2 et 2,60 m selon la profondeur du creusement.

FIG. 40 ‒ Plan et coupes du tronçon du fossé de l’enclos augustéen (St 38) fouillé en 1989‑1991.

Dessin FJC.

5Le fond du fossé est en légère pente (environ 1,5 %) vers le sud. Le creusement présente un profil en « V » avec des parois relativement irrégulières et un fond en cuvette (fig. 41). Aucune trace de poteau n’a été remarquée et rien ne permet de supposer que ce fossé était aménagé.

FIG. 41 ‒ Fossé de l’enclos augustéen.

Cliché FJC

6Le remplissage primaire, meuble, composé de limons mélangés, tapisse le fond et les parois avec un aspect dissymétrique nettement visible du côté oriental. Cette observation suggère l’existence d’un talus intérieur, hypothèse déjà proposée (Chartrain 1990 : 8). Le remplissage secondaire est formé par des limons brun clair, homogènes et compacts, contenant une petite fibule de La Tène (fig. 42), une écrasante proportion (93 %) de céramique protohistorique et un peu de mobilier gallo‑romain précoce. Ce dernier, comprenant un peu de céramique « noire à pâte rouge » (NPR) et un unique éclat de sigillée de Gaule du Sud ou du Centre, marque l’abandon du fossé à l’époque augustéenne. Ces données confirment la datation proposée antérieurement (Chartrain 1990 : note 15). Un potin, peut‑être attribuable aux Sénons (cf. infra, catalogue des monnaies § 3.6.1.1, no 7), des pieds balustres en terra nigra et NPR, ainsi que de la terra rubra accompagnent des céramiques principalement modelées de La Tène finale. La dispersion des tessons de NPR sur toute la hauteur du remplissage est l’indice d’un comblement rapide et donc d’une utilisation brève.

FIG. 42 ‒ Fibule en fer de La Tène III provenant de l’enclos.

Dessin Chr. Hochstrasser.

  • 2 Fouilles de la Commission du Vieux Paris.

7Hormis une fosse, aucun vestige d’habitat n’est signalé à l’intérieur de l’enclos. Seule une sépulture de nourrisson avec gobelet et écuelle, aménagée à l’extérieur de l’enclos, tout près de l’angle N.‑O., lui est sans doute associée (Chartrain 1990 : 8). Toutefois, l’ampleur des perturbations est telle que cette absence n’est pas significative. À défaut de structures bâties, le mobilier archéologique fournit un indice ‒certes faible d’un habitat. La céramique, et principalement les fragments de vases de stockage non tournés, complète bien l’éventail des rejets domestiques (scories de fer, creuset, plaque de foyer, décharges cendreuses, céramique culinaire et faune dominée par le bœuf, puis les ovi‑caprins) déjà signalés par A. Chartrain, mais ne permet pas d’aller plus loin dans l’interprétation de la structure. Celle‑ ci, plus vraisemblablement agraire (Buchsenschutz, Méniel 1994) que religieuse (Buchsenschutz, Olivier 1989) ou militaire (Buchsenschutz 1984 ; Audouze, Buchsenschutz 1989), doit être envisagée aussi en relation avec l’occupation précoce des abords de Paris. La présence d’un enclos similaire sur la montagne Sainte‑Geneviève, rue Pierre‑et‑Marie‑Curie (Marquis 1990)2, montre que celui des jardins du Carrousel n’est pas isolé dans la topographie parisienne.

3.2.2 Les plus anciens vestiges d’habitat gallo‑romain

8Les témoins peu spectaculaires d’un habitat précoce ont été découverts sur la zone haute du site. Ce sont un puits, des fosses de rejets domestiques, des fosses d’extraction de limon et quelques trous de poteau. La plupart ont été trouvés groupés sous les restes d’un des bâtiments tardifs (cf. infra § 3.2.5.2), où ils sont étroitement imbriqués les uns dans les autres. La position stratigraphique de ces nombreux creusements permet d’établir la séquence chronologique durant laquelle ils ont été réalisés. Les premiers sont exclusivement des fosses d’extraction de limon ; les trous de poteau sont creusés ensuite. Une fois remblayés, ils sont recoupés par les fosses de rejets domestiques. Le puits se trouve à une dizaine de mètres de distance vers le sud.

3.2.2.1 Le puits (F 54)

  • 3 Fouilles du pavillon des États (1992). Direction : service régional de [’Archéologie d’Île‑de‑Franc (...)

9Partiellement récupéré dans sa partie supérieure, le puits3 présente un cuvelage circulaire composé de blocs de meulière grossièrement taillés (fig. 43). Son diamètre au niveau d’apparition est d’1 m, mais il se réduit progressivement et n’est que de 0,82 m à la base. Comme c’est habituellement le cas pour ce genre de construction, les blocs sont accolés contre la paroi du creusement et sont montés sans liant. La base du puits repose sur un fond sableux, légèrement concave, à 28,20 m ngf (hauteur maximale conservée : 3,90 m). Les dernières pierres sont posées directement sur le sable, sans traces d’aménagement spécifique. Une fine couche de vase litée confirme que le puits a bien été utilisé. L’absence de mobilier archéologique ou de couche organique sur le fond peut témoigner d’un curage survenu peu de temps avant l’abandon définitif ou d’une période d’utilisation courte. Le puits fut ensuite rebouché sur toute sa hauteur avec un sédiment limoneux homogène et meuble. L’absence de stratigraphie indique un comblement rapide et intentionnel. Celui‑ci contenait un mobilier peu abondant. Quelques silex et fragments de céramique protohistorique sont manifestement résiduels, tandis que la majorité des témoins datent du ier s. et sont contemporains de l’utilisation.

FIG. 43 ‒ Plan et coupes des puits découverts au pied du pavillon des États (extrait de Gauchet et al. 1992).

3.2.2.2 Les fosses d’extraction de limon

10Quatre fosses d’extraction de limon se trouvent sous le bâtiment tardif A (F 117, F 112, F 118 et F 114) (fig. 44). Leur identification repose sur une comparaison de leur remplissage avec les remblais de la carrière : limon brun et limon jaune, mélangés ou non, avec très peu d’artefacts (cf. infra § 3.2.3.1).

FIG. 44 ‒ Ensemble de fosses et trous de poteaux appartenant à l’occupation du Ier s. ap. J.‑C.

Dessin FJC.

3.2.2.3 Trous de poteau

11Deux trous de poteau isolés constituent une phase intermédiaire entre les fosses d’extraction et les fosses domestiques. Le premier, de forme ovale (F 113), avec un remplissage de limon brun foncé, a livré un peu de matériel (faune, silex brûlé et tessons de céramique). Le second (F 116) est comblé de limon brun homogène et ne contient que peu de céramique.

3.2.2.4 Les fosses de rejets domestiques

12Elles sont au nombre de cinq (fig. 44) : trois (F 109, F 111 et F 115) sous le bâtiment oriental (A), une (F 105) sous le bâtiment occidental (B) et la dernière (F 4) isolée. Plusieurs recoupent des fosses d’extraction. Leurs remplissages ont livré un mobilier daté du ier s., en particulier la fosse F 109 dont la céramique comprend quelques fragments des premières productions de Lezoux et de La Graufesenque, ainsi qu’un tesson de sigillée italique. La fosse F 4, fortement perturbée par des creusements plus récents, renfermait aussi de nombreux matériaux de construction (tuiles, pierres, plaques d’argile peu ou pas cuites et torchis), seuls témoins d’un habitat qui n’a pas laissé d’autres traces. Il a aussi été trouvé dans cette fosse un mobilier céramique très abondant, principalement de la seconde moitié du ier s. et du début du iie s. (fig. 45‑47, tabl. II). Une grande quantité de mobilier, provenant sans aucun doute de cette fosse, a été découverte dans le remplissage des fosses médiévales qui l’ont recoupée.

FIG. 45 ‒ Céramiques de la fosse de rejets F 4 du Ier s. : 1‑5 terre sigillée ; 6‑16 cruches et amphores.

Dessin Chr. Hochstrasser

FIG. 46 – Céramiques de la fosse de rejets F 4 du Ier s. ; 1‑17 céramique commune.

Dessin Chr. Hochstrasser

FIG. 47 – Céramiques de la fosse de rejets F 4 du Ier s. : 1‑12 céramique commune.

Dessin Chr. Hochstrasser.

TABL. II – La céramique dans les différents contextes d’occupation antique et du haut Moyen Âge : comptages par lieu de découverte.

13Même si de véritables constructions appartenant à un habitat clairement identifié font défaut, tout indique qu’une implantation humaine, sans doute peu importante se situe à proximité. D’après la céramique, elle peut être datée entre le début du ier s. et le début du iie s. La présence de céramique sigillée (entre autres des assiettes et coupes) et de quelques céramiques fines (NPR, terra rubra et terra nigra) indique un habitat. Les rejets cendreux dans les fosses renforcent cette caractérisation. La variété des ossements et des espèces rencontrées (porc, bœuf, mouton et chèvre surtout, mais aussi cheval, chien, oiseaux et poissons), notamment dans deux des fosses de rejets domestiques, étaie également cette interprétation. Le nombre relativement important d’amphores, d’amphorettes et de récipients à provisions souligne l’importance du stockage dans cet habitat.

14Un lien chronologique existe entre cette occupation et l’enclos augustéen, dans la mesure où la céramique la plus récente du fossé de l’enclos est contemporaine de la céramique la plus ancienne de l’habitat. Le comblement des fossés de l’enclos paraît ainsi coïncider avec l’aménagement d’un petit établissement contigu.

3.2.3 L’extraction de limon de la période romaine

15plan ii, e

16Une vaste zone d’extraction de limon couvre environ 65 % de la surface explorée dans les fouilles du Louvre. Son identification n’a été rendue possible que grâce à l’étude pédologique et à des décapages successifs, menés sur de grandes surfaces jusqu’à l’apparition des limons jaunes, permettant ainsi de reconnaître un phénomène à la fois étendu et cohérent. Les traces observées n’autorisent pas une identification immédiate des vestiges, qui apparaissent comme une multitude de fosses imbriquées les unes dans les autres (fig. 48). La lecture individuelle des creusements est quasi impossible : leurs contours disparaissent progressivement, se fondant dans le substrat, même lors de décapages plus profonds. L’association des fosses ne présente pas de plan ou de forme claire. Les recoupements suivent un schéma d’autant plus difficile à déterminer que les creusements ne sont pas définis individuellement et ne semblent pas obéir à une logique locale. Cette difficulté à isoler les composantes de l’extraction et du remblaiement se manifeste aussi lors du relevé des coupes stratigraphiques (fig. 49). L’aspect irrégulier, voire chaotique, des creusements et des remplissages prend une forme caractéristique et répétitive qui permet d’identifier le phénomène d’extraction et constitue le principal critère de reconnaissance de la carrière. Les effondrements et comblements rapides sans apport de matériaux extérieurs, l’absence de traces d’occupation et la succession de creusements en sape jalonnent ainsi une activité d’extraction de terre mieux connue sur les sites protohistoriques que sur ceux des époques romaine ou médiévale (Léman 1977). Par ses dimensions, cette carrière s’apparente à une exploitation à ciel ouvert. L’absence du faciès jaune lité dans les refus d’extraction servant de remblais identifie sans aucun doute le matériau recherché.

FIG. 48 – La carrière : vue d’ensemble des effets de comblement au décapage.

Cliché FJC

FIG. 49 – Coupe stratigraphique à travers le comblement de la carrière : l’aspect chaotique des sédiments de remplissage apparaît clairement.

Cliché FJC

3.2.3.1 Description pédostratigraphique du comblement

17Le comblement de la carrière est composé principalement de sédiments provenant de l’horizon brun, trouvés le plus souvent directement au‑dessus des graviers dans une position aberrante naturellement. De l’horizon jaune ne subsistent que des lambeaux éparpillés de place en place. Dans sa partie inférieure, ce remblai est souvent grossièrement stratifié, parfois fortement tassé. Il comprend aussi la présence de mottes de limon brun foncé, provenant manifestement de la surface avant extraction. Ces sédiments piégés sont très riches en malacofaune : entre 4 000 et 5 300 individus pour 10 l de sédiment (Rodriguez 1991).

18Au‑dessus de ce comblement, l’horizon brun clair homogène est présent, comme dans les secteurs épargnés par l’exploitation. Sa genèse est donc postérieure à la fermeture de la carrière et son homogénéisation à celui des fossés parcellaires.

3.2.3.2 Description morphologique de la carrière

19Les remblais observés constituent l’état final de l’évolution de la structure. Ceci explique que les parties les mieux préservées sont localisées dans les marges de l’exploitation, là où l’extraction n’a pas été systématique. Les formes des creusements sont irrégulières et multiples. Néanmoins, elles peuvent être regroupées en trois grandes catégories : des fosses individuelles ; des fronts de taille linéaires, courbes ou rectilignes ; des fosses multiples et successives pouvant atteindre l’aspect d’une extraction à ciel ouvert.

Les fosses individuelles

20Pour la plupart, il s’agit de creusements de plan circulaire ou ovale plus ou moins régulier atteignant rarement la limite des graviers, remblayés avec des limons bruns. Ces fosses d’extraction ont été surtout localisées dans les marges ou près des zones sans prélèvement systématique du limon. Cependant, elles peuvent aussi avoir été épargnées occasionnellement dans des zones fortement exploitées.

21L’exemple le plus spectaculaire est une fosse en forme de cloche (fig. 50) avec, à la base, un terrassement en sape des parois d’environ 0,40 m. Deux étapes sont perceptibles. La première comprend le creusement de la fosse circulaire d’environ 2,20 m de diamètre avec un début de comblement en cône (terres effondrées et piétinées avec alternance de limons bruns et jaunes). La deuxième étape correspond à un développement en sape à la base, recoupant légèrement le premier remblaiement. Le comblement final de la fosse ne renferme pratiquement pas de mobilier. Un autre exemple caractéristique présente quatre fonds de fosse circulaires alignés et peu profonds, traduisant sans doute la présence de puits d’extraction qui n’ont pas été développés en sape.

FIG. 50 – La carrière : front de taille en cloche.

Cliché FJC

Les fronts de taille linéaires

22Observées en quelques points du site, ces traces linéaires apparaissent dans le limon jaune sous la forme de bandes de couleur brun sombre associées à des sédiments mélangés, Leur largeur moyenne est d’ 1,10 m et peuvent atteindre jusqu’à 2,50 m. Ces traces peuvent correspondre à une exploitation en tranchée, dont une des parois est creusée en sape, les limons bruns laissés sur place marquant localement les limites de l’extraction.

Les fosses multiples et successives

23Ce type de creusement est le plus fréquent. Il traduit un développement continu des creusements de la carrière. Ces fosses d’extraction correspondent à une poursuite de l’exploitation à partir d’un noyau principal (fosses isolées ou front de taille). Elles peuvent prendre une forme relativement régulière (« en chou‑fleur », « en grappe ») (fig. 51), notamment aux marges de l’exploitation où elles sont le plus visibles. Les coupes réalisées à l’intérieur de ce système montrent que le prélèvement s’interrompt dès qu’il atteint le niveau de graviers, ne le dépassant occasionnellement que de quelques centimètres. Elles indiquent aussi que l’extraction se développe ensuite à la périphérie, créant ainsi de nouveaux points de départ de l’exploitation.

FIG. 51 – La carrière : fosses d’extraction multiples en « chou‑fleur ». Au premier plan, fossé parcellaire recoupant le comblement de la carrière.

Cliché FJC

3.2.3.3 Dynamique et modes d’extraction

24Les creusements sont remblayés progressivement par effondrement et comblement volontaire. La présence de lentilles intermédiaires, tassées, permet de distinguer des niveaux de sol d’activité au‑dessus des premiers niveaux de comblement. Ces remblais, formés de limons bruns généralement homogènes, proviennent de l’effondrement du surplomb des sapes. Ces éboulements peuvent garder l’aspect d’un dépôt naturel mais avec une modification du pendage. Le sommet du comblement est fortement homogénéisé par l’activité biologique.

25Une des coupes illustre clairement l’évolution de l’extraction, du comblement et du sens de progression de la carrière. L’aspect général des creusements offre une forme de vagues. Les fosses observées (fig. Ca, b, c, d, e) atteignent la limite du niveau de gravier sans toutefois l’entamer. Des plages relativement importantes de limons jaunes lités (fig. Cf) sont épargnées par les recoupements des fosses. La progression des creusements vers l’ouest est perceptible dans le pendage des remblais inférieurs, ainsi que par l’existence de fines couches de limons jaunes (fig. Cg) qui scellent les phases de remblaiements des extractions antérieures. Ces niveaux peuvent correspondre à des surfaces de travail avant la reprise de l’exploitation et après l’effondrement partiel des parois (fig. 52).

FIG. CEn haut : grande coupe E.‑O. à travers la carrière, faisant apparaître les multiples phases d’extraction. En bas : schéma.

FIG. 52 – La carrière : vue de détail d’effondrements de fronts de taille.

Cliché FJC.

26L’interprétation permet de proposer un schéma d’extraction en sape (fig. 53) : le front, commencé par des fronts de taille et/ou des fosses isolées (fig. 53, a) se développe en sapes successives (fig. 53, b‑g), après une phase d’abandon (fig. 53, h) l’exploitation reprend (fig. 53, i). Ce schéma d’extraction limite le déplacement du limon brun, inexploité, et évite l’élimination de la couverture végétale (enlèvement de souches, etc.).

FIG. 53 – Schéma d’extraction des limons jaunes dans la carrière : creusements en sape, effondrements et rejets en arrière des déblais.

Dessin Chr. Hochstrasser.

3.2.3.4 Emprise et caractéristiques de l’exploitation

Extension et limites

27plan ii

  • 4 Les limons présentent les mêmes caractéristiques que ceux extraits.
  • 5 Fouilles du SRA d’Île‑de‑France. Responsables : P.‑J. Trombetta et F. Joulian.
  • 6 Cette reconnaissance a été réalisée avec l’autorisation et l’aide de P.‑J. Trombetta, au SRA d’Île‑ (...)

28Seules les limites au nord et au S.‑E. de la carrière ont été observées en fouille. Elles apparaissent comme une dernière ligne ou une série de creusements remblayés, généralement isolés du « corps » de la carrière par une bande de limon jaune non exploité. Elles marquent visiblement l’extension maximale de la carrière, dans un secteur où aucune contrainte technique ou parcellaire ne limite son développement. Ce n’est pas le cas au S.‑E., où l’interruption de l’exploitation coïncide avec l’apparition d’un banc de graviers intercalé dans le faciès limoneux. Au S.‑O., il semble que seule la présence de l’habitat ait limité l’exploitation, car aucune raison technique ne la justifie4. Vers l’est et le N.‑E., les limites de la carrière n’ont pas été observées. Son extension a été reconnue en revanche dans l’angle S.‑O. de la cour Marly5. Elle a aussi été localisée dans la cour Napoléon, grâce à l’étude de la documentation graphique et photographique6. La présence de creusements liés à l’extraction de limon avait certes déjà été remarquée, mais les observations n’avaient pu aboutir à la reconnaissance d’un phénomène général en raison de l’exiguïté et de la discontinuité des surfaces épargnées par les vestiges plus récents. La localisation des zones d’extraction incontestables a été possible par la recherche de critères de reconnaissance : mêmes profils, mêmes creusements, mêmes notations dans les fiches d’enregistrement (comme, par exemple, la difficulté de suivre les limites, l’imbrication incompréhensible des remblais, les effets de sape, etc.). L’emprise de la carrière peut être estimée au minimum à 3,8 ha, dont 2,1 ha à l’emplacement des jardins du Carrousel.

Sens de progression

29Les grandes coupes N.‑S. indiquent un sens de progression préférentiel vers le nord, tandis que la majorité des coupes E.‑O. présentent des creusements évoluant vers l’ouest. Cette double orientation tend à indiquer une exploitation s’éloignant de la Seine et de la ville. Néanmoins, l’existence de sapes dirigées vers l’est, observées dans une des coupes au moins, empêche de proposer une progression unique pour l’ensemble de la structure.

Des lacunes importantes dans l’exploitation

30L’exploitation n’est d’ailleurs pas systématique. Ainsi, certaines zones, comme autour de l’arc du Carrousel, sont entièrement terrassées, alors que d’autres, au contact des deux opérations archéologiques, conservent localement des séquences sédimentaires complètes. La diversité de formes d’extraction, comme les fronts de taille et les poches multiples dans une même zone, ainsi que l’existence de zones lacunaires plus ou moins importantes suggèrent des phases d’interruption dans l’exploitation.

Estimation du volume extrait

31Le volume prélevé peut être estimé à partir de l’étude des coupes. Trente d’entre elles ont permis d’établir les courbes à partir desquelles ont été réalisées les estimations. La répartition des coupes est liée aux disponibilités du terrain. Le taux de prélèvement définit l’intensité de l’extraction dans une zone déterminée et est significatif à une vaste échelle. En moyenne, une épaisseur de sédiment d’ 1,44 m a été prélevée par mètre linéaire de coupe, ce qui permet d’évaluer l’extraction à 30 000 m3 sur l’ensemble de l’emprise des jardins du Carrousel. À titre indicatif et en étendant ces valeurs moyennes à l’ensemble des 3,8 ha reconnus, le prélèvement total peut être estimé à environ 58 000 m3 de limon, soit approximativement 87 000 tonnes.

32Les caractéristiques du matériau extrait sont proches des normes utilisées dans la construction de terre actuelle, moyennant l’ajout d’une fraction de sable (Doat et al. 1983 : 172) (fig. 54). L’hypothèse d’une utilisation comme matériau de construction (torchis, pisé, tuiles, etc.) est donc très vraisemblable.

FIG. 54 – Comparaison des courbes granulométriques du site des jardins du Carrousel avec le fuseau limite de la brique compressée. 1 courbe granulométrique du limon du site (POP 1‑1‑52) ; 2 courbe granulométrique idéale de la brique compressée ; en tramé fuseau limite de la brique compressée.

Dessin FJC

Exploitation continue ou discontinue ?

33Les formes d’extraction, avec les nombreuses lacunes et les successions d’activité rencontrées, suggèrent une exploitation discontinue. L’abandon de certains fronts de taille est visible. Le développement irrégulier de l’extraction semble néanmoins se faire par aires d’exploitation plus ou moins étendues.

3.2.3.5 Témoins du fonctionnement de la carrière

Restes d’abris de chantier ?

34Aucun bâtiment d’exploitation n’a été découvert dans la carrière. Seuls les restes d’un petit solin, long d’ 1,20 m et large de 0,30 m, comprenant trois assises de blocs de gypse liés au limon, ainsi que quelques blocs de gypse dans une des fosses d’extraction pourraient indiquer la présence d’abris de chantiers sommaires. Dispersés sur une surface restreinte (10 m2 environ), ces débris ne présentent aucune organisation reconnaissable. En l’absence de tout autre indice, l’hypothèse demeure donc fragile.

Traces d’outillage

35La compréhension du mode d’extraction a été complétée par la reconnaissance de traces d’outillage, marquant le fond de la carrière. Une vingtaine d’encoches en demi‑lune, mesurant environ 0,14 m de longueur, ont été observées sur une petite surface (4 m2 environ) (fig. 55). En coupe, elles se présentent comme autant d’entailles obliques d’environ 0,03 m de côté et témoignent de l’utilisation d’un outillage tranchant, comme la bêche ou la pioche. Un fer de pioche très émoussé a été découvert dans les remblais de la carrière (fig. 56).

FIG. 55 – Traces de coups de pioche au fond de la carrière : a vue en plan ; b vue en coupe.

Dessin FJC

FIG. 56 – Fer de pioche retrouvé dans le comblement de la carrière.

Dessin Chr. Hochstrasser.

Un squelette dans la carrière

36Des restes en connexion d’un squelette d’adulte de sexe masculin, gisant en décubitus ventral, ont été trouvés dans la masse des remblais de la carrière. Il n’en subsistait que quelques côtes, les deux avant‑bras, un fragment d’humérus, les différents éléments du bassin, ainsi que les fémurs, qui ont été perturbés par une des tranchées de l’aile nord du château des Tuileries (cf. infra chap. 8). L’étude anthropologique rend peu vraisemblable l’hypothèse d’une inhumation installée hâtivement (Courtaud 1991 : 175). Le défunt était couché sur le ventre, le bras gauche tendu avec la paume de la main sur le sol ; l’autre bras était fléchi, la main en pronation sous le bassin. La jambe gauche était pliée et légèrement relevée, tandis que la jambe droite formait un angle droit avec l’axe du corps et passait sous la jambe gauche. L’hypothèse d’un accident est en revanche confortée par la situation du squelette, enseveli dans un sédiment brun caractéristique des effondrements de sapes.

3.2.3.6 Datation

37Le mobilier trouvé dans la carrière comprend un important ensemble de fragments de céramique pré‑ et protohistorique, provenant des limons de surface effondrés et piégés dans le comblement. Ceux‑ci sont peu significatifs pour dater l’exploitation. La céramique gallo‑romaine, commune et sigillée, date presque exclusivement du ier s. et seuls quelques témoins peuvent être datés du début du iie s. À partir de ces éléments, on peut affirmer que la carrière date du Haut‑Empire, et plus vraisemblablement qu’elle fut ouverte et exploitée au ier s.

38La durée de l’exploitation ne peut être définie avec certitude. La quasi‑absence de matériel des iie et iiie s. tend à démontrer que la carrière n’est plus en activité à cette période. Elle est en tout cas abandonnée quand le parcellaire est mis en place. Les témoins du Bas‑Empire, du haut Moyen Âge et de l’époque médiévale peuvent être considérés comme intrusifs, en raison de leur faible pourcentage. Ils marquent la remise en culture de l’espace récupéré.

39L’exploitation est chronologiquement liée à l’occupation précoce. Bien qu’en quantité nettement réduite, la céramique gallo‑romaine provenant du comblement de la carrière est contemporaine de celle de l’habitat. Les mêmes types de mobilier se retrouvent. Il est donc très tentant d’associer ces deux structures. Habitat et carrière paraissent alors constituer deux facettes différentes d’une même occupation du site, à une époque déterminée.

3.2.4 Le parcellaire

40plan ii, b

41Les restes d’un parcellaire ont été observés sur toute l’étendue du site. Il se présente sous la forme de fossés secs, généralement peu profonds et relativement étroits, creusés dans le limon brun et remblayés par ces mêmes sédiments (fig. 57a‑d).

FIG. 57 – Fossés parcellaires : a apparition des fossés parcellaires au décapage ; b fossé parcellaire après la fouille (St 28) ; c fossés parcellaires après la fouille : au premier plan, St 21 recoupé par St 22 et St 42‑43 (d’époque moderne), à l’arrière‑plan, St 24 et 25 (d’époque médiévale) ; d fossé parcellaire St 36 après la fouille.

Dessin et cliché FJC

  • 7 Renseignement inédit P.‑J. Trombetta.

42Une quinzaine de fossés ont été observés, dont douze sont attribuables à la période gallo‑romaine. Ils se répartissent sur l’ensemble du site, à l’exception peut‑être du secteur N.‑O. où aucun vestige n’a été mis en évidence. Par ses caractéristiques morphologiques, ce réseau se rattache aux fossés découverts dans les fouilles de la cour Napoléon et DMF/VDI. La continuité des tracés se vérifie notamment pour deux des fossés occidentaux qui se raccordent vers le sud avec deux fossés de la zone de la DMF/VDI. Enfin, des fouilles récentes menées à l’emplacement des actuels jardins des Tuileries ont montré que le réseau se poursuit vers l’ouest7.

43Les conditions particulières du contexte urbain expliquent que le canevas dessiné par les fossés parcellaires est très incomplet. Seuls des tronçons de longueur variable ont été observés. Partout, il y a solution de continuité entre les fossés. Hormis un fossé formant un angle droit à l’ouest et un recoupement perpendiculaire à l’est, le plan des vestiges ne permet pas de dresser une cartographie complète des parcelles. Mais les lignes directrices du réseau, grosso modo régulier, orienté N.‑S./E.‑O., avec une légère déclinaison vers le N.‑E./S.‑O. (environ 21o E.), sont aisément repérables. Cette orientation globale doit être cependant nuancée par l’extrême variabilité des tracés, qui présentent localement des ondulations, surtout sur les longues distances, ou des tracés légèrement infléchis.

44Les caractéristiques principales des fossés sont rassemblées dans un tableau synoptique (tabl. iii). Leur profondeur, estimée à partir de la restitution du relief après le comblement de la carrière, est faible. Les profils conservés, qui ne matérialisent que le dernier état du creusement avant le remplissage, sont majoritairement des cuvettes à fond plat et aux bords évasés (sept cas). Cependant, il s’agit d’une géné ralisation à partir des tronçons principaux. En effet, les creusements sont irréguliers et peuvent varier dans un même tronçon d’un profil en cuvette aux bords évasés à un profil en « V », parfois dissymétrique (fig. 58, 59). Cette variabilité des creusements témoigne d’un entretien incessant et de recreusements successifs, mais aussi d’une érosion inégale des parois. Ce phénomène est particulièrement bien visible dans les trois tronçons dont le fond est dédoublé.

TABL. III – Caractéristiques des fossés parcellaires antiques et du haut Moyen Âge.
* estimation de la profondeur à partir du niveau supérieur des limons bruns.

FIG. 58 – Types de profils des fossés parcellaires : a en cuvette ; b dissymétrique ; c en « V » ; d dédoublement des fonds.

Dessin Chr. Hochstrasser

FIG. 59 – Exemple de variations de profils sur un même tracé : fossé St 30 (section F9). En vignette, plan du fossé et positionnement des coupes.

Dessin FJC et Chr. Hochstrasser

45Cette pérennité des limites parcellaires se traduit dès lors aussi par le redoublement des marques au sol. Les fossés suivent localement des axes parallèles, puis se recoupent après infléchissement de leur tracé (fig. 60).

FIG. 60 –Recoupement des fossés parcellaires St 30 et 31.

Dessin et cliché FJC

46Bien que la majorité des fossés présentent une faible pente, d’1 % vers l’est et vers le nord, correspondant au sens du terrain après l’exploitation de la carrière, la fonction de drainage peut être écartée. Le nombre de changements de pente observés dans un même tronçon exclut toute possibilité d’écoulement. Cette absence d’évacuation est confirmée par l’existence de croûtes de battance dans le remplissage d’un des fossés, témoignant d’une stagnation localisée d’eau, par exemple après de fortes pluies. Les fossés comprennent en général un remplissage homogène de limons brun clair, devenant plus tachetés de jaune à proximité du fond et des parois. Ce remplissage est issu directement du substrat dans lequel les fossés sont creusés. La profonde homogénéisation des remblais n’a jamais permis de distinguer différentes phases de recreusement.

  • 8 Sauf peut‑être le fossé 23, à l’extrémité occidentale et extérieur à la carrière, caractérisé par l (...)

47La datation des fossés parcellaires est dès lors particulièrement délicate à déterminer. Le mobilier contenu dans les remplissages est mélangé (tabl. ii). Ils contiennent toujours une proportion variable de petits tessons roulés de l’époque protohistorique, véritable « parasite » dans l’ensemble des structures de l’Antiquité et du haut Moyen Âge. Leur origine est connue et ils n’interviennent donc pas pour la datation, d’autant que la majorité des fossés recoupe le comblement de la carrière, postérieure au début du iie s. Ces recoupements suffisent sans doute aussi pour expliquer la présence de céramique du ier s. dans le parcellaire. L’absence de tessons nettement caractéristiques des iie et iiie s. reflète une situation généralisée sur le site. À l’exception de quelques tessons médiévaux, le mobilier datable appartient en grande majorité au Bas‑Empire et au haut Moyen Âge (fig. 61). Il est constitué de tessons de céramique, avec de la sigillée d’Argonne lisse et décorée à la molette, de la céramique granuleuse et de la céramique du viie s., dont certains fragments avec décor à la molette. Ces fossés ont livré aussi des quantités variables de tuiles, ainsi que quelques monnaies : un antoninien de Claude II, un Ae‑3 de Constantin I et un Ae‑3 de Valentinien I dans le comblement du fossé St 30 (cf. infra § 3.6.2.1 nos 16, 37 et 53), un Ae‑4 de Gratien provenant du fossé St 31 (cf. infra § 3.6.2.1 no 60), deux monnaies frustes du ive s. dans le remplissage du fossé St 36 (cf. infra § 3.6.2.1 nos78‑79) et un Ae‑4 d’Arcadius (388‑395) issu du comblement inférieur du fossé St. 26 (cf. infra § 3.6.2.1 no 66). Aucune différence nette n’apparaît dans les séries de mobilier d’un fossé à l’autre et rien ne permet de les dater individuellement de façon plus précise8. Tout indique que les témoins sont révélateurs seulement de la période d’utilisation du réseau parcellaire. Cette limite inhérente aux contextes de découvertes empêche dès lors de savoir aussi si tous les fossés sont contemporains, ce qui paraît douteux à cause des dédoublements de certains d’entre eux.

FIG. 61 – Céramiques issues des fossés parcellaires : 1‑7 fossé St 30 ; 8‑12 fossé St 31 ; 13 fossé St 32 ; 14 fossé St 34.

Dessin Chr. Hochstrasser

3.2.5 L’habitat des iiie et ive s.

48fig. 39 ; plan ii, c

49Les vestiges d’un habitat des iiie et ive s. ont été mis au jour dans la partie méridionale du site. Cet habitat s’élevait au même emplacement que les occupations antérieures. Topographiquement, il est situé sur la zone haute bordant la Seine, dont il occupe le point le plus élevé. Ces vestiges sont mal conservés, en raison des destructions après abandon et surtout des nombreuses perturbations postérieures. Le plan d’ensemble est donc partiel : il comprend les restes de deux bâtiments contigus à fondations de pierres, une petite structure en bois à quatre poteaux et quelques trous de poteau alignés formant une clôture (fig. 62). Un deuxième puits à eau, creusé dans le versant vers la Seine, appartient peut‑être à cet habitat.

FIG. 62 – Plan de la zone d’habitat antique dans le secteur S.‑O. des jardins du Carrousel.

Dessin FJC et Chr. Hochstrasser

50Les vestiges sont dispersés sur une surface de 1 100 m2 et leur extension est difficile à circonscrire. Vers le nord, les limites du chantier interdisent toute observation, mais aucune trace n’a été observée au‑delà du terre‑plein préservé autour de l’arc du Carrousel. Vers l’est, les niveaux antiques sont détruits sur plus de 50 m de large ; aucune trace d’habitat ne fut toutefois repérée à l’est de l’enceinte. Vers le sud, la présence de fosses‑dépotoirs du xvie s. et les limites du chantier empêchent toute observation. Une extension de l’habitat dans cette direction impliquerait la présence de constructions sur le versant vers la berge de la Seine. Seul le deuxième puits est localisé dans ce secteur. C’est uniquement vers l’ouest que l’extension de l’implantation peut être délimitée avec certitude. Les fouilles de la DMF/VDI n’ont révélé aucun reste d’habitat. En revanche, un fossé parcellaire du ive s., orienté N.‑S., est une limite nette fixant son extension (Chartrain 1990 : 13). Le comble‑ ment de ce fossé a livré aussi une grande quantité de tuiles, qu’il est logique de lier à l’habitat voisin.

3.2.5.1 Le puits (F 55)

51La construction de ce puits (fig. 43) est très semblable à celle du premier (cf. supra § 3.2.2.1). Son cuvelage, également récupéré dans sa partie supérieure, présente les mêmes caractéristiques techniques (utilisation de blocs de meulière et assemblage à sec). Le fond du puits se trouve au niveau du sable, à une profondeur de 29,14 m ngf. Il est donc moins profond que le précédent (1 m environ). Aucune trace d’oxydoréduction ne témoigne d’une quelconque utilisation. Il est possible qu’il n’ait jamais atteint la nappe phréatique et que la construction ait été arrêtée avant son achèvement. Il fut d’ailleurs rapidement comblé de graviers et de sable, légèrement limoneux, correspondant sans doute aux déblais de creusement et à l’effondrement des parois. De grosses pierres de démolition sont mêlées dans ce remblai, qui a livré aussi une sculpture en ronde bosse (fig. 63) représentant un phallus plus grand que nature. La face arrière du bloc, en calcaire coquillier et d’une longueur totale de 35,5 cm, est grossièrement équarrie, sans doute pour faciliter sa fixation dans un mur. À mi‑hauteur du remplissage, un ensemble de céramiques permet de dater l’abandon au plus tôt à la fin du iie s. ou au début du iiie s.

FIG. 63 – Bloc sculpté représentant un phallus, découvert dans le comblement du puits F 55.

Cliché P.-J. Trombetta/SRA Île-de-France

3.2.5.2 Le bâtiment A

52De cet édifice rectangulaire, orienté N.‑S., ne subsiste que l’angle S.‑E. (fig. 62A). Sa largeur peut toutefois être estimée à 6 m environ ; sa longueur demeure inconnue. Il se présente sous la forme de deux tranchées de fondation, dont les matériaux furent récupérés après l’abandon (fig. 64). Elles encadrent une cave de dimensions réduites (2 x 2 m) à laquelle on accède par un escalier étroit (0,60 m), parallèle au mur oriental. Les parois est, sud et ouest de la cave sont creusées verticalement dans le limon jaune. Celle au nord présente un décrochement à la hauteur de la troisième marche, probable témoin d’un premier creusement. Le palier est recouvert par de minces couches d’occupation tronquées lors du surcreusement de la cave d’une trentaine de centimètres. L’emplacement d’un vase à provisions se marque par une petite fosse creusée dans le fond. Dans son premier état, l’accès est formé par deux marches revêtues de blocs de plâtre. Ultérieurement, cet escalier est prolongé par deux autres degrés simplement taillés dans le limon, sans revêtement de plâtre.

FIG. 64 – Tranchée de récupération et cave du bâtiment A.

Cliché FJC

53L’angle N.‑O. de ce sous‑sol est renforcé par un pilier quadrangulaire d’environ 0,70 m de côté. Il est appareillé sur trois assises, avec des pierres calcaires assez grossières, liées au mortier. De nombreux tessons d’une même amphore et un fragment de sigillée, datable du iiie ou du ive s., étaient pris dans la maçonnerie. Ce pilier recoupe les couches du premier état, rendant ainsi son appartenance au deuxième état vraisemblable. La fonction de support d’une superstructure (un plancher ?) semble logique. La position en porte à faux écarte l’hypothèse d’un support de toiture.

54La cave est remblayée sur une hauteur de 0,50 m par un limon argileux de couleur verte à beige qui contient de très nombreux boudins de mortier et quelques fragments de tuiles. Le mobilier se compose de céramique, de quelques fragments de blocs de plâtre provenant de l’arrachement des marches, de clous en fer et de rares ossements animaux. La céramique permet de situer le comblement dans la seconde moitié du iiie s., donc avant l’abandon final de l’habitat (fig. 65, nos2‑7).

FIG. 65 – Céramiques de l’habitat antique dans le secteur S.‑O. des jardins du Carrousel : 1 tranchée de récupération du bâtiment A (terre sigillée) ; 2‑7 cave du bâtiment A (céramique commune).

Dessin Chr. Hochstrasser.

55Marquant l’ultime phase de la destruction du bâtiment, les fondations sont récupérées et leurs tranchées comblées par un limon brun homogène contenant des fragments de mortier et de tuiles (tegulae, imbrices). Une monnaie de type Gloria Exercitus à 2 enseignes (330‑336) provient de la tranchée de récupération (cf. infra § 3.6.2.1, no 43). Les tessons, dont des fragments de céramique granuleuse et de sigillée d’Argonne, autorisent une datation de la seconde moitié du ives. (fig. 65, no 1).

3.2.5.3 Le bâtiment B

56Cet édifice a pu être dégagé aux trois quarts (fig. 62, B). Il présente un plan rectangulaire simple orienté E.‑O., de 10,60 m de large et 18,20 m de longueur délimitant une surface interne d’environ 147 m2. Aucune trace de cloisonnement intérieur ou de support de toiture n’a été retrouvée. Celle‑ci devait reposer directement sur les murs de l’édifice. Sur le long côté sud, le mur présente une amorce de même largeur que les fondations, mais il n’a pu être suivi que sur 1 m ; au‑delà, il était détruit par des fosses‑dépotoirs du bas Moyen Âge.

57De ce bâtiment aussi ne subsistent que les tranchées de récupération des fondations. Leur largeur est variable et mesure en moyenne 0,70 à 0,80 m. Le creusement est de forme rectangulaire, très régulier, à fond plat. Deux trous profonds localisés l’un, au milieu de la tranchée du pignon est, l’autre devant l’angle du mur sud témoignent d’un aménagement dont la fonction n’apparaît pas clairement. Quoi qu’il en soit, les remplissages des trous et de la tranchée sont identiques, ce qui semble bien indiquer que ces éléments faisaient partie d’un même ensemble architectural dont les matériaux ont été récupérés en même temps.

58Le remplissage des tranchées, très homogène, est composé de limon brun, avec quelques fragments de matériaux de construction tels que mortier et pierres calcaires. Les monnaies (cf. infra § 3.6.2.1, nos 63‑64) et le mobilier céramique (fig. 66, nos 1‑11) permettent de situer ce comblement dans la seconde moitié du ive s.

FIG. 66 – Céramiques de l’habitat antique dans le secteur S.‑O. des jardins du Carrousel : 1‑11 bâtiment B ; 12‑14 grenier. 1‑512 terre sigillée ; 7‑9 céramique commune ; 10‑11 céramique granuleuse ; 13, 14 céramique fine.

  • 9 Cette largeur correspond à la largeur maximale de 8,84 m observée en Angleterre pour des bâtiments (...)

59La nature des murs du bâtiment est incertaine. Le contenu des tranchées de récupération (fig. 67) permet de penser qu’au moins les fondations étaient en pierre. Mais que penser de l’élévation ? L’usage de colombage, d’adobe ou de pisé paraît devoir être écarté en raison de la portée de la charpente et du poids de la couverture. L’hypothèse d’un bâtiment entièrement construit en maçonnerie est donc plausible. Seuls des murs solides devaient pouvoir supporter une couverture reposant sur les seuls murs gouttereaux. Des portées de 10 m sont en effet assez rares et le plus souvent ne dépassent guère 8 à 9 m9. Un tel dispositif est peu habituel, d’autant que le bâtiment ne possède ni support intérieur ni contrefort. En outre, suffisamment d’indices ont été découverts pour penser qu’il était couvert de tuiles, ce qui implique un poids important.

FIG. 67 – Tranchées de récupération du bâtiment B après la fouille.

Cliché FJC

3.2.5.4 Le grenier et la palissade

  • 10 Des exemples sont connus dans un nombre réduit de sites, comme la villa de Hamois (Belgique) (Van O (...)

60Le grenier est localisé dans la partie occidentale de la parcelle (fig. 39, 68). C’est une structure à quatre poteaux de plan quadrangulaire (1,80 m), surmontant une fosse (F 6). Des pierres calcaires et des fragments de tegulae ont été utilisés pour les calages des poteaux. Ceux‑ci n’excèdent pas 0,15 m de diamètre pour une profondeur d’environ 0,30 m et délimitent une superficie de 3,24 m2. La fosse, de plan grossièrement quadrangulaire (1,80‑1,60 m de côté et 0,40 m de profondeur), présente des parois verticales. Le fond est plat et contient en son centre une petite cuvette de faible profondeur. Le remplissage de limon brun renfermait un mobilier abondant (pierres, tuiles, céramiques, os, objets en fer, monnaies et charbons de bois) permettant de dater la structure du ive s. Il comprenait aussi des monnaies de la fin du iiie s. et de la première moitié du ive s. (cf. infra § 3.6.2.1, nos20, 28, 39, 41, 48, 70). Les plus récentes sont une émission officielle et une imitation du type Fel Temp Reparatio (cf. infra § 3.6.2.1, nos48, 70). Les fragments de sigillée datent du ive s., ainsi que les deux gobelets de céramique fine (fig. 66, nos 13, 14). L’identification de la construction avec un grenier en bois à quatre poteaux corniers vient naturellement à l’esprit. Toutefois, ces structures sont rarement signalées parmi les établissements ruraux de l’époque romaine et la présence d’une fosse entre les poteaux est difficile à expliquer dans ce cas10. L’hypothèse d’un grenier sera toutefois maintenue.

FIG. 68 – Trous de poteau et calages de la palissade et du grenier, avant la fouille de la fosse F 6 entre les poteaux du grenier.

Cliché FJC

61À l’est du grenier se trouve une palissade N.‑S. dont ne subsistaient que cinq trous de poteau alignés. Ils sont régulièrement espacés d’ 1,50 m environ. Les matériaux de calage et les dimensions sont identiques à ceux employés pour le grenier. L’écartement important élimine toute possibilité de palissade continue. Il autorise en revanche divers aménagements, combinant des montants verticaux et des structures de remplissage variées (bois tressé, pièces de bois horizontales, paroi en pisé, etc.). Le diamètre des poteaux indique une construction légère.

3.2.5.5 Datation

62La datation de cet habitat repose sur un mobilier relativement peu abondant mais chronologiquement homogène. Seul celui du puits apparaît plus ancien (fin du iie‑début du iiie s.). Les témoins proviennent en majorité des tranchées de fondation des bâtiments A et B, de la petite cave située dans l’angle du bâtiment A et de la fosse située sous le grenier à quatre poteaux (tabl. II). Quelques rares éléments proviennent des calages de poteau de la clôture. Ce mobilier est constitué principalement de monnaies, de céramique sigillée d’Argonne et de céramique commune, datant du Bas‑Empire. Quatre tessons du Haut‑Empire apparaissent manifestement résiduels dans l’ensemble ; ils datent du Ier s. et doivent appartenir à l’occupation précoce. Le bâtiment en maçonnerie est construit à une date qui n’est pas antérieure au milieu du iiie s. Le matériel tardif trouvé dans les tranchées de récupération ne permet évidemment pas de dater la construction de ce bâtiment. Ce matériel était seulement celui qui était sur le sol au moment où les fondations furent récupérées. Il marque donc plutôt la fin de l’occupation. La céramique sigillée et la céramique commune, entre autres granuleuse, permettent de situer cet abandon au plus tôt vers la fin du ive s. ou dans la première moitié du ve s. Un seul fragment de sigillée présente un cœur gris souvent caractéristique des productions tardives de l’Argonne, mais il est isolé. Les monnaies les plus tardives sont des espèces du dernier quart du ive s., sauf deux Ae‑4 (388‑425), dont l’un découvert dans une perturbation médiévale, qui a recoupé les vestiges de l’habitat (cf. infra § 3.6.2.1 no 96).

3.2.5.6 Comparaisons et interprétation

63Bien que conservé de façon très partielle, cet habitat ne devait pas être beaucoup plus étendu en raison des limites parcellaires et de la répartition des vestiges. Ses dimensions, l’absence de système de chauffage ou d’aménagement thermal, l’absence aussi d’enduits peints, en font un habitat particulièrement rustique, qui correspond difficilement au modèle classique de la villa. Ni le plan d’ensemble ni la disposition des structures n’évoquent ces établissements, plus vastes et plus structurés. La modestie des constructions évoque bien certains établissements ruraux récemment fouillés à Marne‑la‑Vallée, comme Bussy‑Saint‑Martin/ Rentilly (Daveau 1993), Bussy‑Saint‑Georges/Les 18 Arpents (Buchez 1989) et Chessy/Bois de Paris (Bonin 1991). Mais l’organisation générale et l’emprise de ces sites (entre 1 et 2,5 ha) interdisent toute autre comparaison.

  • 11 Dans la Somme (Agache 1978), en Belgique (De Maeyer 1937 : 81, 89), aux Pays‑Bas (Willems 1987 : 35 (...)

64Manifestement, l’habitat des jardins du Carrousel ne se rattache pas à ce type d’occupation. Son plan, les caractéristiques et la disposition de ses constructions permettent de préciser son interprétation et celle du parcellaire dans lequel il s’inscrit. Le bâtiment occidental est d’un type très simple. Sa conception le rattache aux édifices en bois à nef unique de la Protohistoire. Ce genre de bâtiment rectangulaire, sans aucune division interne, existe dans de nombreux sites ruraux du nord de la Gaule11. On le connaît aussi dans des sites industriels (ateliers de potiers, etc.) et parmi les annexes de certains sites routiers, mais plus rarement dans les agglomérations et les villes.

65De tels bâtiments n’ont pas de fonction spécifique. Dans les villae, ce sont généralement des annexes, abritant des activités multiples, agricoles, artisanales ou domestiques, exceptionnellement un habitat. Lorsque ces constructions sont isolées dans la campagne ou constituent le centre d’un petit établissement autonome, une fonction d’habitat est alors vraisemblable, quelles que soient les dimensions. Associés à quelques structures supplémentaires, ils constituent alors ce qu’on appelle communément des « petits habitats » ou encore des loci ou casae, pour reprendre les appellations latines qui leur sont parfois attribuées (Guadagnin s.d), mais dont rien ne prouve qu’elles s’appliquent à ce genre d’établissement. D’une manière générale, l’existence de ces petits établissements pose le problème de l’habitat rural dit « intercalaire », recherché depuis de nombreuses années mais jamais vraiment caractérisé ni étudié (Ferdière 1988a : 190‑191). Les quelques exemples signalés ne permettent toutefois pas de généraliser les informations et la plus grande prudence est de mise.

66On retiendra dès lors que le site des jardins du Carrousel a révélé les restes d’une petite exploitation agricole de l’Antiquité tardive, comprenant un nombre réduit d’installations. Ce type de petite ferme doit être apprécié à la lumière de sa chronologie, de sa situation à proximité d’une ville et du parcellaire dans lequel il s’inscrit. Sa découverte n’est pas isolée. À l’extrémité S.‑O. de la cour Napoléon, des indices montrent l’existence d’un autre établissement. Seule sa bordure N.‑E. est connue et son extension doit, semble‑t‑il, être cherchée vers la Seine (Trombetta 1987 : 23 ; Paléoenvironnement... 1986 : 59 ; Kisch 1989 : 8). Un petit bâtiment subsistait sous la forme de trois tranchées de récupération à angle droit (plan II, D) (de 9,60 m dans le sens E.‑O. et de 3,20 m de longueur conservée dans le sens N.‑S.). Il était accompagné de fosses, de fossés peu profonds (limites de parcelles ?), d’une petite mare et d’une sépulture à inhumation, sans mobilier et isolée. Des aires d’épandage, au nord du bâtiment, ont livré de la céramique et une quinzaine de monnaies des iiie et ive s. (cf. infra § 3.6.2.1, nos 12, 14, 23, 25, 46, 52, 55, 58, 67 et § 3.6.2.2, no 94), une importante quantité de tuiles, ainsi que du mobilier datable du vie au ixe s. Par analogie avec les découvertes des jardins du Carrousel, il est très tentant d’identifier ces vestiges comme ceux d’un établissement similaire. Situés en limite du chantier de la cour Napoléon et recoupés par les fondations des réserves souterraines du musée du Louvre, ces vestiges ont malheureusement en grande partie échappé à la fouille. La répartition spatiale et chronologique des monnaies romaines sur l’ensemble du site du Louvre (cf. infra § 3.6.2.1 et fig. 71) renforce l’hypothèse d’un pôle d’habitat occupé dès l’époque romaine dans ce secteur de la cour Napoléon. Deux zones apparaissent clairement : l’une correspond à l’habitat dans les jardins du Carrousel ; l’autre coïncide avec les indices d’habitat repérés à l’extrémité S.‑O. de la cour Napoléon. Le grand nombre de monnaies de l’Antiquité tardive dans les deux pôles indique une concomitance, au moins momentanée, car aucune trace d’habitat mérovingien n’a été repérée au Carrousel. La distance séparant les deux habitats tardifs est de 320 m environ.

3.3 La faune

67Plus que l’étude du mobilier, peu abondant et utile surtout pour la datation, celle de la faune apporte une dimension supplémentaire à la compréhension des vestiges. Les restes osseux animaux découverts dans les niveaux gallo‑romains proviennent des fossés parcellaires et de la zone d’habitat. Si l’étude de cette dernière ne pose aucune difficulté particulière, en revanche celle de la faune des fossés parcellaires s’apparente à une gageure en raison du faible nombre de restes retrouvés et de leur piètre état de conservation. Au‑delà des problèmes méthodologiques engendrés par cette situation, il est évident que les chiffres obtenus ne doivent être considérés qu’à titre indicatif et on ne s’étonnera donc pas de l’absence de données sur l’élevage et sur la consommation de viande.

68Malgré ces difficultés, l’étude de la faune se justifie pour appréhender les structures parcellaires et leur utilisation éventuelle. Les ossements animaux sont en effet un des révélateurs de l’exploitation des parcelles. L’étude globale de la faune peut dès lors déboucher sur l’utilisation de deux espaces opposés : l’habitat et le parcellaire.

3.3.1 Os des champs : la faune des fossés parcellaires

69Les os collectés sont tous très fragmentés, quelles que soient les zones et les structures. Leur longueur moyenne est d’1 à 2 cm, n’excédant pas 10 à 12 cm pour les mieux préservés. Leur état de conservation est médiocre. Il ne reste plus aucune trace de l’os spongieux. Le tissu compact des diaphyses de couleur blanche, très érodé, peu épais et extrêmement friable présente un aspect poreux. À ces caractéristiques s’ajoutent des marques dues à la présence des racines, aggravant encore l’état de conservation. Dans certains tronçons de fossés, les ossements sont en plus mauvais état qu’ailleurs. De telles variations de conservation d’un lieu à l’autre s’expliquent si les ossements, mais aussi les autres débris, se trouvent piégés dans des irrégularités du terrain retenant l’eau de pluie. La présence de flaques ponctuelles est confirmée par l’observation de croûtes de battance au fond des fossés (cf. supra. § 3.2.4). Les ossements ayant le mieux résisté sont les côtes, les os longs et les dents. Ces dernières, rarement entières, se délitent. En revanche, les dents brûlées (2 %) sont mieux conservées. Aucune trace de découpe ou de décharnement n’est visible à la surface de ces esquilles, ce qui ne saurait surprendre étant donné leur état. Il est évident que ces restes osseux ont subi longuement l’action des agents atmosphériques, indiquant ainsi une utilisation prolongée des fossés.

70De manière générale, le nombre de restes collectés ne semble pas dépendre de la technique de fouille utilisée (rapide, fine, par passes mécaniques ; avec ou sans prélèvement en trois dimensions). D’autre part, la répartition spatiale des ossements met en évidence une relation étroite entre la quantité de fragments issus des fossés et la proximité de la zone d’habitat. Près de celle‑ci, et plus généralement dans la partie occidentale, la faune est plus abondante. La même constatation a été faite pour la céramique.

71Après identification, les ossements animaux ont été groupés par catégories (tabl. iv). Le mouton et la chèvre sont les mieux représentés avec 56,8 % du nombre de restes des mammifères domestiques consommés ; viennent ensuite le bœuf (30,2 %) et le porc (12,8 %). Le cheval et le chien sont en très faible quantité avec respectivement 5 et 3 restes osseux. La faune sauvage est représentée par quelques restes de rongeurs, de poissons et d’amphibiens dont des crapauds (Bufo bufo, Bufo calamito) et une grenouille (Rana sp.) (Bailon 1991 : 278). Le crapaud calamite, auquel appartiennent 80 % des ossements d’amphibiens, a pour biotope les terrains agricoles et les jardins labourés au sol friable et/ou sablonneux. Il vit non loin des points d’eau. Ces caractéristiques correspondent tout à fait à l’espace rural que les fouilles ont mis en évidence.

TABL. IV – La faune dans les structures gallo‑romaines : résultats généraux (en nombre de restes par espèce).

3.3.2 Os de la ferme : la faune de la zone d’habitat

72Contrastant fortement avec les restes osseux mis au jour dans les fossés parcellaires, ceux de la zone d’habitat présentent généralement un très bon état de conservation. Même fragmentés, ils ne ressemblent pourtant en rien aux esquilles découvertes dans les fossés. Ils s’apparentent aux rejets domestiques habituels ; les traces de débitage et de découpe, bien visibles, témoignent du traitement et de la consommation des quartiers de viande. Leur état de conservation, la surface parfaitement lisse de l’os compact, ainsi que sa couleur témoignent d’un enfouissement rapide.

73La relative abondance des restes osseux (1 176 fragments) s’explique par la nature des structures. Les unes datent des deux premiers siècles de notre ère : fossé d’enclos (St 38), fosses de rejets domestiques (F 4, F 105, F 109, F 111, F 115), trou de poteau isolé (F 113). Les autres datent du Bas‑Empire : tranchées de récupération des bâtiments A et B, cave (F 104), trous de poteau du grenier (C) ou isolé (F 102). Globalement, l’espèce la mieux représentée est le mouton/chèvre avec 59 % du total au Haut‑Empire et 37 % au Bas‑Empire (tabl. iv). Viennent ensuite le bœuf avec 18 % et 29 % du total et le porc avec 14 % et 17 %. La répartition spatiale des restes de cheval et de chien est similaire : fossé d’enclos, fosse à rejets domestiques, tranchée de récupération et grenier. Le fossé a livré des ossements d’amphibiens, tandis que le grenier contenait des restes de lièvre. Dans la cave ont été collectés plus d’une trentaine d’ossements d’oiseaux, tandis que les fosses à rejets domestiques du Haut‑Empire ont livré des restes de poissons.

3.3.3 Os des champs/os de la ferme : différences et ressemblances

74L’état de conservation est la première différence entre les deux lots d’ossements. Les restes issus des fossés parcellaires ont manifestement été exposés longtemps aux intempéries, tandis que ceux de la zone d’habitat ont rapidement été enfouis. L’une des premières conséquences de ces différences de conservation est le nombre de restes indéterminés, qui approche 40 % dans la zone d’habitat, tandis que dans le cas des fossés parcellaires il est compris entre 60 % et 80 %. Il est intéressant de noter les similitudes de résultats avec d’autres types d’artefacts. La céramique est également fort fragmentée et mal conservée dans les fossés. D’autre part, les fossés ayant livré la plus grande quantité d’ossements sont ceux situés à proximité immédiate de la zone d’habitat.

75La présence d’ossements animaux dans les espaces agricoles provient principalement de la fumure contenant des rejets domestiques ou d’animaux morts abandonnés sur place. La première explication est séduisante, car le nombre de restes dans chaque espèce est globalement similaire. Toutefois, comment expliquer que les variations entre le nombre de restes de bœuf et celui de mouton/chèvre, constatées pour l’habitat, ne se retrouvent pas dans les fossés parcellaires ? La seconde explication n’est confirmée ni par la répartition spatiale des restes dans les fossés ni par la répartition anatomique des ossements collectés. Toutefois, le piétinement des animaux, la pluie et les eaux de ruissellement, dispersant le mobilier et l’entraînant dans le fond des fossés restés ouverts, sont des facteurs non négligeables. Le pacage de moutons et de bœufs dans le parcellaire est donc possible, avec une préférence donnée aux premiers en raison du nombre de restes osseux. Mais là s’arrêtent les propositions. L’un des indices (présence de nombreuses dents lactéales de chute) permettant « d’inférer l’utilisation comme lieu de pacage de bêtes... » (Vigne 1991 : 444) n’est pas déterminant ici, en raison de la faible quantité de dents retrouvées. Le faible nombre de restes est la principale limite de cette étude. Il empêche l’approfondissement d’hypothèses envisagées en cours d’étude ; ainsi sur l’élevage –parcage et/ou pacage– des moutons, sur la consommation de moutons produits par l’unité d’habitation, sur l’apport extérieur de quartiers de bœuf consommés sur place et dont les déchets se retrouvent ensuite dans les dépotoirs domestiques mais pas dans les fossés...

3.4 Synthèse

76Une des problématiques privilégiées était l’étude de la transition de la ville à la campagne, à l’époque gallo‑romaine. Cette question résultait de la constatation d’une carence. Depuis trop longtemps, en effet, on étudie les agglomérations, les établissements ruraux et les campagnes comme des entités séparées, comme si elles n’avaient pas de liens entre elles. En France, il existe peu d’études sur le développement commun des villes et des campagnes, autrement qu’à un niveau topographique ou économique (par ex. Leveau 1983).

77Depuis quelques années, les archéologues parisiens abordent aussi, à travers leurs interventions, la question des limites de la cité antique. Dans le cas des fouilles des jardins du Carrousel, l’occasion se présentait d’étudier les relations avec la campagne environnante en recherchant concrètement tous les éléments qui pouvaient donner des indications sur l’organisation de l’espace rural à proximité immédiate de la cité antique et mérovingienne.

78L’étude de l’évolution du milieu naturel est étroitement liée à cette problématique. Le rôle des disciplines paléoenvironnementales est ici particulièrement déterminant. Le but est de proposer des images de l’environnement au cours des différentes périodes de l’évolution du site. Dans cette double perspective, la première tâche consistait à caractériser le sol (c’est‑à‑dire les sédiments limoneux) contenant les vestiges des occupations pré‑ et protohistoriques, puis gallo‑romaines et du haut Moyen Âge et surtout d’expliquer son processus de dépôt et d’évolution. Dans un second temps, une restitution du relief ancien a pu être proposée, à partir des données pédo‑sédimentaires, pour la totalité du chantier des jardins du Carrousel (cf. supra. § 1.4.3).

79L’occupation romaine du site débute avec l’implantation de l’enclos quadrangulaire sur le bourrelet alluvial (plan ii, A). L’absence de céramique caractéristique de l’âge du Fer suggère que cet enclos fut implanté à la fin du ier s. av. J.‑C. dans un site abandonné depuis La Tène ancienne (cf. supra § 2.5) et qu’il fut comblé à l’époque augustéenne, lorsque débuta l’occupation romaine du site.

80Au moment où. est créée la ville romaine de Lutèce, à l’époque augustéenne ou au début du règne de Tibère, on constate aussi sur le site des jardins du Carrousel une exploitation des ressources naturelles et un habitat mal défini, mais vraisemblablement permanent si l’on considère l’abondance de la céramique.

81Pour cette époque, le spectre malacologique des échantillons de sol de surface enfouis au fond de la carrière permet de restituer une prairie buissonneuse, en lisière d’une forêt ou d’un terrain avec de nombreux bosquets (Rodriguez 1991 : 88). Les témoins charbonneux provenant de la fosse F 109, de la première moitié du ier s., attestent de la proximité d’une chênaie‑hêtraie (Pernaud 1991 : 66). On y a trouvé des céréales, comme le froment et l’avoine, de même que la lentille, la vesce et la fève (Moulins 1991 : 149).

82C’est à la même époque, au début du ier s., que la carrière d’extraction de limon est ouverte dans ce paysage. La superficie affectée par cette exploitation atteint presque 4 ha, mais il est fort possible qu’elle ait été plus grande encore. Le volume prélevé, estimé à environ 58 000 m3 ou 84 000 tonnes, est considérable. Bien que les preuves formelles manquent, les caractéristiques du prélèvement suggèrent toutes une activité occasionnelle, ou plus précisément « à la demande ». Ceci s’accorde avec les possibilités de mise en œuvre du pisé et de l’adobe –pour ne considérer que ces techniques– limitées à quelques mois de l’année (Michel 1985 : 175). L’extraction s’accompagne du comblement progressif du fond de la carrière et de la formation de multiples plans de travail ou couches de piétinement. À plusieurs endroits une progression de la carrière d’est en ouest a été observée. Son origine ne se trouve manifestement pas à l’emplacement des jardins du Carrousel, mais on peut l’imaginer quelque part plus à l’est, peut‑être au‑delà de la cour Napoléon.

83L’existence d’une telle carrière suppose des besoins en matériaux considérables. Les fouilles récentes de la Commission du Vieux Paris sur la montagne Sainte‑Geneviève ont montré que la ville du ier s. est construite principalement en bois et en terre (Marquis 1990 ; Gallia Informations 1993 : 23, 29, 31). Or, les limons manquent totalement sur les versants de la montagne Sainte‑Geneviève. L’analyse granulométrique du limon prélevé aux jardins du Carrousel montre que celui‑ci convient à la fabrication de briques en terre crue et devient même idéal pour le pisé ou la fabrication de briques compressées, si on y ajoute 10 % d’éléments grossiers. Il est dès lors très tentant de lier cette exploitation au développement rapide de la ville. Cela ne veut pas dire que toute la matière première provenait de la carrière du Louvre. L’étude micromorphologique de fragments de torchis provenant du chantier de l’École des mines, près du forum antique, révèle des composants différents dans les limons utilisés et conduit à supposer l’existence d’autres carrières autour de la ville, analogues à celle du Louvre (Van Ossel 1991 : 43).

  • 12 Fouilles placées sous la direction de L. Guyard. Elles ont fait l’objet d’une maîtrise soutenue à l (...)

84Les informations nouvelles sur l’environnement de la ville antique du ier s. ne se limitent pas aux carrières. Les fouilles récentes de la rue Saint‑Martin, au débouché du cardo sur la rive droite de la Seine, ont permis de constater une mise en culture des terrains aux alentours, toujours à la même époque12. Une des principales questions posées est l’implantation dès le ier s. d’un réseau parcellaire autour de la ville. Elle porte sur la permanence des formes du paysage et de l’organisation de l’espace rural et donc sur son interprétation globale. Une réponse nette est difficile à apporter. Certaines données des fouilles du Louvre semblent aller dans ce sens, mais trop d’incertitudes demeurent et les éléments disponibles ne permettent pas de trancher. En l’absence d’étude et de publication des fouilles de la cour Napoléon, l’analyse ne peut se fonder que sur les résultats des 3 ha du Carrousel et des 0,85 ha de la DMF/VDI. Dans ce dernier secteur, les premières traces d’une division de l’espace, marquée par des fossés parcellaires, semblent être très précoces (Chartrain 1990). La plus ancienne est une étroite « tranchée » orientée N.‑S. (F 30), datée de l’époque gauloise et suivie sur quelques mètres dans la partie S.‑O. du site. Plus récent est un petit tronçon de fossé, orienté également N.‑S. (F 39) et retrouvé dans la partie méridionale du site. Conservé sur une longueur de 2 m environ, il est daté de la première moitié du ier s. Un autre fossé (F 100) est daté des ieriie s. Le système d’orientation N.‑S./E.‑O. du parcellaire serait en revanche plus ancien que le ier s. Le raisonnement repose sur l’observation d’une coïncidence entre les silos de l’âge du Fer, disposés en deux bandes orientées N.‑S., l’enclos augustéen, qui apparaît calé sur eux, et le parcellaire gallo‑romain, qui lui‑même respecterait l’enclos préexistant (dans la mesure où l’emplacement de l’enclos correspondait aussi à une parcelle) (Chartrain 1990 : 7, 10). La plupart des fossés parcellaires trouvés dans les jardins du Carrousel, mais aussi dans la cour Napoléon, recoupent la carrière et sont par conséquent plus tardifs. Les quelques fossés plus anciens, localisés en dehors de la carrière, sont trop mal datés et trop peu nombreux pour qu’on puisse parler de réseau parcellaire. L’orientation N.‑S. est en revanche déjà fixée. Il paraît difficile, à ce niveau de connaissance, d’accepter ou de rejeter le modèle d’interprétation issu des fouilles de la DMF/VDI, ainsi que l’hypothèse d’une origine précoce du parcellaire. Trop d’incertitudes demeurent pour accepter l’idée d’une permanence de l’occupation du site entre le iiie s. av. J.‑C. et l’époque de La Tène finale, que peut suggérer la filiation entre les silos, l’enclos et le parcellaire. Une telle permanence n’a pas pu être démontrée dans les zones fouillées en 1989‑1990. Si la céramique protohistorique est abondante, seuls quelques rares tessons peuvent être datés avec certitude de La Tène III et ils proviennent tous de contextes postérieurs. D’autre part, il est difficile de dater la mise en place du parcellaire de la première moitié du ier s., à partir d’un seul tronçon de fossé (F 39). Ce dernier pourrait appartenir à l’occupation du ier s. attestée dans le voisinage immédiat. Enfin, il faut tenir compte de l’ouverture de la carrière au début du ier s. Si la mise en place du parcellaire remonte effectivement au ier s., il faut dans ce cas admettre que celle‑ci s’est faite en même temps que l’ouverture de la carrière. L’extension anarchique de la carrière ne semble pas respecter quelque limite que ce soit. Que conclure de toutes ces interrogations ? Les incertitudes sont nombreuses et on se gardera bien de trancher le problème avec les éléments issus des seules fouilles du Louvre. Quelques pistes s’ouvrent toutefois, qui devraient permettre de répondre, au moins partiellement, à la question de la mise en place du parcellaire. On ne peut en effet pas oublier la présence toute proche de la ville de Lutèce. Développement urbain et organisation de l’espace rural des cités sont étroitement liés (Leveau 1983). Si on peut faire la preuve que le parcellaire découvert au Louvre s’intègre bien dans un système plus vaste, on pourra se fonder aussi sur des découvertes plus éloignées de la ville pour dater la mise en place du système. Ceci souligne la nécessité d’intégrer les découvertes du Louvre dans une perspective élargie. Ces pistes mériteraient d’être explorées.

85L’évolution du site durant le Haut‑Empire demeure très floue. Les témoins datant avec certitude des iie et iiie s. sont très peu nombreux. L’étude de la céramique montre que l’occupation précoce cesse dès le début du iie s. Il en va probablement de même pour la carrière, dont le comblement n’a livré que de rares fragments de céramique des iie ou iiie s. Seules une fosse du iie s. et une autre du iiie s., toutes deux dans la DMF/VDI, ainsi que les découvertes anciennes dans le secteur des Tuileries incitent à ne pas parler trop vite d’abandon complet du site. Par rapport aux sites romains de la région parisienne, cette quasi‑absence constitue pourtant une anomalie, qui ne peut s’expliquer que par une diminution drastique de l’occupation à cette époque. L’absence de mobilier datable des iieiiie s. dans les limons (hors structures archéologiques) ne plaide pas non plus en faveur d’une forte occupation agricole du site à cette époque. Il est très tentant aussi de lier l’abandon de la carrière, à la fin du ier s. ou au début du iie s., à une mise en œuvre plus étendue de la pierre dans la construction, au détriment du bois et de la terre. Comme un peu partout en Gaule, cette évolution se place à Paris vers la fin du ier s.

86La situation ultérieure du site est mieux connue. Au Bas‑Empire, on retrouve sur le site des jardins du Carrousel un petit habitat qui ne se rattache à aucun type bien défini dans le nord de la Gaule.

87Un des points remarquables du site est la permanence de l’habitat, entre le ier s. et l’Antiquité tardive. Du point de vue chronologique, aucun lien n’a pu être mis en évidence entre l’habitat du Ier s. et celui de l’Antiquité tardive. On ne peut donc parler de continuité ; la permanence de l’occupation des lieux s’explique pour une large part par le microrelief, et plus précisément par l’existence d’une zone haute en bordure de la Seine. L’emplacement est favorable et il a sans doute été retenu de préférence à d’autres pour ses qualités physiques. Le fait qu’il n’est pas inondable est certainement une des raisons de ce choix. D’autres causes ont dû jouer, qu’il n’est pas possible de déterminer dans le cadre de cette fouille.

88À l’est, à l’extrémité de la cour Napoléon, les traces d’un habitat similaire ont été localisées, situé lui aussi sur la zone haute en bordure du fleuve. L’abondant mobilier trouvé dans les différents contextes de cet habitat atteste une occupation depuis l’Antiquité tardive jusqu’au ixe s.

89Il n’est pas aisé de dater la fondation de la nouvelle implantation de l’Antiquité tardive. Le puits semble appartenir à une occupation de la fin du iie s. ou du début du iiie s., qui n’a laissé par ailleurs aucune trace. Le mobilier le plus ancien trouvé dans l’habitat (cave du bâtiment B) est datable du milieu du iiie s. Son occupation se poursuit au moins jusqu’au début du Ve s. L’absence de céramique mérovingienne dans ce secteur interdit en tout cas de prolonger l’occupation des lieux au‑delà de l’Antiquité tardive. Les bâtiments furent alors détruits et les matériaux récupérés. Plus rien ne subsistait de ces ruines lorsqu’au xive s. les défenses avancées de l’enceinte furent construites (cf. infra chap. 5).

  • 13 Inédites, mais présentées dans Trombetta, Van Ossel 1993 : 145‑146.

90Malgré les lacunes des informations, il apparaît clairement que ces habitats s’inscrivent dans un même réseau parcellaire couvrant toute la zone du Louvre. Son orientation est proche de celle du réseau des rues de la cité antique (21o E) (fig. 69). Les développements du parcellaire ne peuvent pas être suivis avec précision. Recreusements multiples et juxtapositions des fossés indiquent la pérennité de certaines limites. L’étude de la faune confirme pleinement cette observation. Le très mauvais état de conservation des os ne s’explique que par une longue exposition aux agents atmosphériques. La même constatation peut être faite pour le mobilier archéologique. À côté de tessons résiduels du Haut‑Empire, le mobilier recueilli dans les remplissages des fossés couvre une période allant du Bas‑Empire jusqu’à l’époque carolingienne. Ces données complètent celles fournies par la cour Napoléon13. Elles aussi attestent de l’utilisation prolongée du parcellaire durant le haut Moyen Âge. Deux trientes, l’un provenant d’un atelier indéterminé d’Île‑de‑France, l’autre de Dorestad, datés de la fin du viie s. et du début du viiie s, témoignent de la fréquentation du site à cette époque (cf. infra § 3.6.3.1 no 100 et § 3.6.3.2 no 101). Les données paléoenvironnementales, peu nombreuses et délicates à interpréter dans ce genre de contexte, sont pourtant intéressantes. Les phosphates apparaissent massivement au plus tôt après le comblement final de la carrière, c’est‑à‑dire lorsque le parcellaire est utilisé. L’observation de croûtes de battance au fond des fossés indique la présence de terrains mis à nu. De leur côté, les indices malacologiques, avec une prépondérance des espèces steppiques, suggèrent la mise en culture des terrains. L’abondance des tests de limaces et/ou de lombrics (fig. 70) milite en faveur d’une zone agricole, voire maraîchère ; l’intensité de l’activité des lombrics et surtout des taupes suggère une zone pâturée, peut‑être par des moutons. Cette dernière semble se situer dans la partie occidentale du site et pourrait indiquer une zone de parcage d’animaux. L’une et l’autre hypothèses ne s’excluent pas, en raison de la durée de l’utilisation du site et de son étendue.

FIG. 69 – Plan schématique de Paris au Bas‑Empire (avec le positionnement du Louvre moderne) : 1 fortifications de la Cité et cathédrale ; 2 forum ; 3 grand pont ; 4 petit pont ; 5 cimetière et église Saint‑Marcel ; 6 amphithéâtre ; 7 théâtre ; 8 thermes de Cluny ; 9 thermes du Collège de France ; 10 thermes du Sud.

Dessin Chr. Hochstrasser d’ap. P. Périn et J.-P. Adam, Catalogue de l’exposition Lutèce-Paris, de César à Clovis.

FIG. 70 – Test interne de limace (agrandissement 40 x).

Cliché FJC

91Les résultats issus de l’étude de la faune vont dans le même sens. Parmi les animaux dont les ossements ont été découverts dans le remplissage des fossés, le mouton/chèvre est l’espèce domestique dominante : son nombre de restes (29,5 %) est deux fois supérieur à celui du bœuf (15,7 %) et quatre fois plus élevé que celui du porc (6,6 %). Cette prédominance apparaît aussi, bien que dans une moindre mesure, dans l’habitat tardif, où ces animaux totalisent plus de 37 % du nombre de restes identifiés.

  • 14 Fouilles de M. Petit et F. Parthuisot à Saint‑Germain‑les‑Corbeil, d’I. Daveau et A. Speller à Marn (...)

92Le réseau parcellaire découvert sur le site du Louvre n’est pas isolé. Dans d’autres secteurs de l’Île‑de‑France (à Marne‑la‑Vallée, à Sénart et environs)14 des fossés parcellaires, orientés grosso modo N.‑S., ont été repérés récemment, parfois sur de vastes aires. Les recherches en ce domaine ne font que commencer, mais il ne serait pas étonnant que les vestiges du Louvre s’intègrent dans un ensemble beaucoup plus vaste, qui ne couvre pas nécessairement toute la Civitas.

  • 15 Cf. Toutain 1877‑1914. L’existence de terres communes (compascua) est aussi signalée par les textes (...)

93Un des principaux enseignements des fouilles des jardins du Carrousel est la date tardive du parcellaire et de l’habitat inscrit dans ses limites. Ce parcellaire est resté en utilisation au moins jusqu’au haut Moyen Âge. Cette constatation soulève de nombreuses questions par rapport à la ville de Paris et sa proximité. La distance entre la ville antique et les premiers points de peuplement dans sa périphérie est à l’origine d’une hypothèse, émise il y a une dizaine d’années, d’une « ceinture nourricière » à vocation agricole, autour de la ville (Périn, Sorel 1984 : 122 ; Périn 1989 : 500). Seuls de petits habitats, trop fugaces pour avoir été repérés lors des fouilles anciennes, seraient dispersés dans cette zone. On reconnaît dans ces idées l’hypothèse de la Town Zone, souvent étudiée en Angleterre. Ce modèle de relation « ville‑campagne » a été proposé et abondamment discuté dans les années 70 (Rivet 1955 ; 1969 : 180, 214 ; 1970 ; Wachcr 1974 ; Rodwell 1975). Il postule l’existence autour des villes et des agglomérations antiques d’une zone agricole cultivée directement par les habitants et située dans le ressort administratif municipal. L’hypothèse repose sur divers arguments, comme l’existence des territorial15 une analyse des distances dans l’Itinéraire d’Antonin (Rodwell 1975), mais aussi sur la mise en évidence d’un système d’infield/outfield autour de certaines agglomérations (Green 1975 : 190‑191) ou l’existence d’un cordon de petits habitats autour de certaines villes (Millett 1982 : 424). Ce modèle a été critiqué ensuite (von Petrikovits 1977 : 125 et sq. ; Cleary 1987 : 194 et sq.) et il est vrai que ce type de zone soulève de nombreuses questions sur son statut, son mode d’exploitation, son extension et sa généralisation à tous les centres urbains. Toutefois, le principal reproche adressé à ce modèle est d’appliquer à l’Antiquité une réalité médiévale.

94Dans le cas de Paris, plusieurs éléments amènent, non pas à reprendre l’hypothèse, mais à en préciser les termes en fonction des découvertes du terrain. Au Louvre, les fossés délimitent apparemment des parcelles de petites dimensions (entre environ 0,5 et 1 ha). Bien que la faiblesse des éléments de datation ne permette pas de le prouver, la permanence de certaines limites, les multiples recreusements et juxtapositions des fossés suggèrent plutôt la contemporanéité des tracés et donc un terroir fortement subdivisé. Ceci n’est sans doute pas seulement l’effet d’un hasard ou de circonstances de conservation favorables. Il faut se remémorer les données paléoenvironnementales de la fouille : la qualité naturelle du sol, l’abondance des phosphates, les indices d’activités agricoles intensives, mais aussi maraîchères, les indices de parcage et la prépondérance du mouton/chèvre. Ce sont là les marques archéologiques d’une culture continue, que l’abondance d’engrais n’a pu qu’améliorer. Tout cela s’accorde bien aussi avec la taille et les caractéristiques des modestes établissements repérés aux deux extrémités du Louvre et qui ne ressemblent en rien aux classiques villae. Ils demeurent un type mal défini à ce jour dans les campagnes de la Gaule du Nord.

  • 16 L’auteur souligne la fréquence des occurrences de l’adjectif suburbanus chez Sidoine Apollinaire (E (...)
  • 17 Grégoire de Tours. — Liber in gloria confessorum, 62, s.S. Rer. Merov., I, éd. B. Krusch, p. 784. E (...)

95Notre interprétation des données archéologiques du Louvre (qu’il convient par prudence de limiter à la rive droite de la Seine) serait donc effectivement celle d’un terroir étroitement lié à la ville, d’un infield exploité directement ou indirectement par les citadins. À partir du ive et du ve s., les sources écrites mentionnent l’existence d’une zone, qualifiée de suburbanus (Ammien Marcellin, Sidoine Apollinaire, Grégoire de Tours), autour de certaines villes (Vercauteren 1934 : 388‑389)16. Un édit de l’empereur Léon (milieu du ve s.) rapporté par Grégoire de Tours, exemptant du tributum les habitants de Lyon vivant dans un rayon de trois milles romains autour de la ville, suggère en effet l’existence d’un tel territoire17. Malgré l’ambiguïté des sources, cette zone semble faire partie du ressort municipal. On retrouve là l’hypothèse de la Town Zone. Dans le cas de Paris, A. Lombard‑Jourdan a proposé, pour le haut Moyen Âge, l’existence d’une zone mesurant également un rayon de trois milles romains (ou deux lieues gauloises ou encore une lieue française) autour de la ville, ainsi que la filiation entre cette zone et la banlieue médiévale (Lombard‑Jourdan 1972).

96De tels terroirs aux portes des villes existent sans doute bien avant le Bas‑Empire. Ils marquent la place prépondérante de l’approvisionnement pour les villes, à côté des échanges avec les campagnes de leur territoire et du commerce interrégional. Ce souci suffit sans doute à expliquer la présence de cultures maraîchères intensives dans les parcelles du Louvre.

3.5 Le territoire du Louvre entre le ixe s. et les xiiiexive s.

97L’absence d’indices archéologiques postérieurs au ixe s. constitue un des phénomènes les plus délicats à expliquer. Ce fait est généralisé sur l’ensemble du Louvre, dans la cour Napoléon comme dans les jardins du Carrousel. Aucun tesson de céramique, aucune monnaie, aucun autre objet ne permet de penser que le secteur a été occupé à partir du xe s. Il faut attendre le xiie s. pour voir réapparaître quelques témoins (monnaies de Louis VI et Louis VII), qui ne deviennent vraiment nombreux qu’à partir du xiiie s. dans la cour Napoléon et à partir du xive s. dans les jardins du Carrousel. Archéologiquement, la période entre le ixe s. et les xiiexiiie s. correspond à un hiatus et semble indiquer une interruption dans l’occupation du site.

98La présence de fossés parcellaires médiévaux, apparemment alignés sur le parcellaire antique et du haut Moyen Âge dans les jardins du Carrousel (St 24, 25, 29, 42 et 43) (plan iii, B) pose toutefois la question de la permanence du système.

PLAN III – Plan général des vestiges médiévaux antérieurs à l’enceinte de Charles V : A manoir ; B fossés parcellaires ; C tuilerie de Guiot de Moucy ; D emprise du fossé de la future enceinte urbaine.

99Les données du problème sont donc simples. En revanche, il est beaucoup plus difficile d’expliquer cette absence d’occupation dans un terroir voisin de l’église Saint‑Germain‑le‑Rond (ou l’Auxerrois), elle‑même proche du faubourg au débouché sur la rive droite de l’ancien cardo (Beaujard 1992 : 126-127). Ce quartier connaît à partir du xe s. un développement assez précoce, matérialisé vraisemblablement par la construction d’une enceinte (Lombard‑Jourdan 1985 ; Guyard 1993a).

100Une coïncidence entre la chronologie des derniers témoins matériels reconnus et les raids normands du ixe s. peut être relevée, mais elle est à vrai dire fort vague et plus apparente que réelle. Même si ces incursions –et particulièrement le siège de 885‑886 qui vit les Normands établir leur camp près de Saint‑Germain‑l’Auxerrois (Abbon 1942)– ont provoqué une désertion momentanée des zones suburbaines de Paris, on peut difficilement croire que cette situation se soit prolongée longtemps après le retour au calme.

101Une autre explication doit alors être recherchée. Les caractéristiques du parcellaire peuvent venir en aide. Les témoins trouvés dans le remplissage sont interprétés comme les indicateurs de la durée d’utilisation du réseau parcellaire. Leur présence s’explique aussi par la nature intensive des activités agricoles, nécessitant un amendement, contribuant à la dispersion de témoins mobiliers. Si ce modèle d’explication est recevable, l’absence de mobilier après le ixe s. doit logiquement marquer l’abandon du parcellaire, mais aussi du système de culture intensive dont il est la manifestation visible. Autrement dit, un changement de pratique culturale, qui voit le passage d’une agriculture intensive à une agriculture plus extensive peut conduire à l’abandon des fossés parcellaires, sans pour autant entraîner celui des cultures. Seulement, les marqueurs archéologiques de cette nouvelle pratique font défaut.

102Il est d’ailleurs symptomatique que la réapparition des fossés parcellaires et des éléments de datation dans les limons puisse être située dans les jardins du Carrousel au xive s., époque où ce secteur, jusqu’alors propriété de l’évêque de Paris –d’où son nom de Couture l’Évêque–, est l’objet de mutations successives qui tendent à l’amélioration des terres et qui aboutissent après 1342 à la création d’un domaine agricole, comprenant terres labourables et jardin potager, exploités par les Quinze‑Vingts (cf. infra chap. 4 et 5).

3.6 Catalogue des monnaies

  • 18 À l’exception éventuelle des monnaies de la Cour carrée, pour lesquelles nous ne disposons pas de r (...)
  • 19 Pour la localisation des zones de fouille à l’emplacement des jardins du Carrousel, cf. Van Ossel 1 (...)

103Ce catalogue présente toutes les monnaies appartenant à la phase dite « préurbaine » du site Louvre‑Carrousel18. Celle‑ci se termine au moment de la construction du château du Louvre par Philippe Auguste. La série est donc constituée des monnaies émises jusqu’au règne de Louis VII. Topographiquement, ces monnaies proviennent des fouilles réalisées dans la cour Napoléon entre 1984 et 1986 (zones 1 à 51), d’une première phase de fouille effectuée par l’équipe de la cour Napoléon dans le secteur S.‑O. des jardins du Carrousel (DMF/VDI : zones 52 à 70), des fouilles des jardins du Carrousel réalisées en 1989‑1990 (zones 100 à 124)19, ainsi que de l’opération de sauvetage réalisée en 1990 dans la cour Marly (fig. 71).

FIG. 71 – Répartition des monnaies gauloises et antiques sur le site du Louvre : ▲ époque gauloise ; ● Ir‑IIes. ; ⏹ IIIes. ; ◆ IVes. Les chiffres indique le nombre de pièces pour chaque époque.

104Sur les 109 monnaies de cet ensemble, 10 appartiennent à la période gauloise (dont 2 résiduelles, provenant de contextes beaucoup plus tardifs, médiévaux et modernes), 89 (dont 16 résiduelles) à la période romaine, 2 au haut Moyen Âge (dont une résiduelle) et 3 seulement au Moyen Âge avant Philippe Auguste (5 autres, trouvées dans des contextes plus récents, ont été ajoutées par souci d’exhaustivité).

3.6.1 Monnaies gauloises

105La série gauloise du site est très classique : 6 bronzes coulés contre 4 bronzes frappés, correspondant aux Parisii (1 certaine et 2 probables) et aux peuples circonvoisins tels que les Bellovaques, Senons, Suessions, Meldes et Aulerques Eburovices.

106Chronologiquement, ces monnaies n’apportent pas d’éléments très précis, une seule d’entre elles a dû être émise avant la Conquête, les autres semblent s’étager à la charnière de l’ère chrétienne, mais peuvent avoir circulé longtemps après. Elles sont néanmoins les seuls indices monétaires d’une occupation précoce du site, accompagnant l’enclos et la petite nécropole de La Tène finale.

107Topographiquement, les monnaies gauloises non résiduelles proviennent majoritairement de la cour Napoléon : 5 monnaies dans sa partie orientale (Z 10 et 24), dans les secteurs où le limon originel est le mieux conservé ; 3 proviennent de la DMF/VDI, à proximité de l’enclos augustéen (Z 61 et Z 66). À l’exception d’une seule (no 7), toutes les autres proviennent du limon brun, à l’extérieur de toute structure ou fossé.

3.6.1.1 Niveaux préurbains

Bronzes frappés

Type BN 7846‑7852 à la légende Venextoc (La Tour XI, 7850)

1081 : 10 152 no 8022 (limon brun)
Tête à gauche, quasi fruste VN [EXTOC]
Cheval à tête humaine à droite, au‑dessous un annelet centré et un s. Ce bronze est habituellement attribué aux Parisii (Colbert de Beaulieu 1970 : 122). S. Scheers discute cette attribution, mais ne conclut pas (Scheers 1983 : 161‑162, 701‑ 702, pl. XXII, 643‑644). Sur les 14 exemplaires recensés par elle, 6 l’ont été dans la Seine, 1 à Champlan (Essonne), les autres sont très dispersés (Compiègne, Meaux, Pommiers, dans l’Aisne et Vendeuil‑Caply). À cette série s’ajoutent un exemplaire à Villeneuve‑Saint‑Germain (Debord 1987 : 104), un à Épiais‑Rhus (Lardy et al. 1987 : 155) et celui de la cour Napoléon.

Type BN 7738‑7775 (La Tour XI, 7739)

1092 : 24 052 no 16858 (limon brun)
Buste à droite, quasi fruste. Devant le buste, reste de légende : un V est visible. Cheval à droite. La tête est figurée par un cercle pointé. Au‑dessus, un annelet centré et trois globules, au‑dessous un annelet centré.
Type attribué aux Remi ou aux Suessiones à cause des nombreuses trouvailles à Reims et aux alentours (Scheers 1983, type 155 : 141‑ 142, 640‑643, pl. XIX, 528‑532). C’est une copie lointaine d’une monnaie d’argent. Scheers le considère comme « beaucoup plus récent » que la fin de la guerre des Gaules (Scheers 1983 : 321‑324). C’est aussi le premier exemplaire trouvé à Paris.

Type BN 7207‑7219A à la légende EIVICIAC (La Tour XIX, 7207)

1103 : 24 410 no 18549 (limon brun)
Tête casquée à droite.
[[EIVIC]IAC
Un animal debout.
Cette monnaie a été attribuée aux Suessiones par Blanchet (1912 : 378) (6 exemplaires trouvés dans la région), mais cette provenance est loin d’être certaine (Scheers 1983, no 157 : 147‑149, 659‑661, pl. XIX, 554, pl. XX, 556). Les autres exemplaires proviennent d’Alise‑Sainte‑Reine, de Meaux, de Champlan et de Pitres. Cet exemplaire est le cinquième trouvé à Paris.

Bronzes coulés ou potins

Type BN 7444‑7445 au sanglier et aux trois globules (La Tour X, 7445)

1114 : 10 204 no 15378 (limon brun)
Tête informe
Sanglier surmonté de trois globules. Ce bronze est habituellement attribué aux Senons (Scheers 1983 : 165, note no 387, pl. XXVIII, 793). Scheers le rapproche du bronze au sanglier des Leuci, dont un exemplaire a été trouvé à Alésia. Pour Piette, qui en recense 79 exemplaires à la Villeneuve‑au‑Châtelot (Piette 1987 : 229‑ 230, fig. IV), ce type devrait plutôt être attribué à un peuple de la vallée de la Seine (Tricasses ?). Celui‑ci est le premier exemplaire parisien. Ce type est en tout état de cause postérieur à la Conquête.

Type BN 9167‑9186 (La Tour XVII, 9180)
  • 20 Un troisième exemplaire a été découvert cour Napoléon, dans une unité stratigraphique du xviiie s.

1125 : 24 024 no 12281 (limon brun)
Tête à gauche.
Sanglier aux poils hérissés avec tête humaine de face entre les pattes. Ce type (Mitard 1967 : 85 ; Scheers 1971 : 62, pl. V, 29 ; 1983, no 203 : 177, 790‑793, pl. XXV, 707), anciennement attribué aux Leuques, leur a été retiré. Scheers (1983, no 177 : 790‑793, pl. XXV, 707) hésite entre les Bellovaques, les Meldes et les Parisii. Les découvertes récentes signalées à Villeneuve‑Saint‑Germain (1 exemplaire ; Debord 1987 : 123), à Épiais‑Rhus (8 exemplaires ; Lardy et al. 1987 : 156), à Bennecourt (1 exemplaire ; Amandry, Bourgeois 1987 : 9‑10.) et sur la Butte du Muret (23 exemplaires ; Delestrée, Dhénin 1985), ainsi que cet exemplaire, le deuxième à Paris20 (Scheers 1983 : 793), font de plus en plus penser à une attribution aux Parisii. Les différents contextes stratigraphiques des trouvailles ne donnent que peu d’indications pour la datation de ce type. Lardy y voit une émission contemporaine ou antérieure à la Conquête (Lardy et al. 1987 : 200), mais il semble que ce type soit plus tardif au Louvre, à Bennecourt et à Villeneuve‑Saint‑Germain.

Type BN 9199‑9202 (La Tour — )

1136 : 61 196 no 23773 (limon brun)
Tête informe à gauche.
Sanglier avec trois globules.
Monnaie des Aulerques Eburovices (34 exemplaires, au Vieil‑Evreux en particulier) (Scheers, Delaporte 1978 : 79‑80 ; 1983 : 165, note 388, pl. XXVIII, 794). Un exemplaire a été trouvé récemment à Épiais‑Rhus (Lardy et al. 1987 : 156). Celui‑ci est le premier exemplaire parisien.

Type BN 7412‑7432 (La Tour X, 7417)

1147 : 61 577 no 100009 (fossé de l’enclos augustéen)
Tête à droite. Chevelure représentée par un bourrelet.
Cheval avec la queue relevée. Globule au‑dessous et devant.
Type habituellement attribué aux Senons (Blanchet 1912 : 60, fig. 99 ; Scheers 1978 : 91, no 380, pl. XVIII), mais sans aucune certitude. Pour Piette, qui en recense 381 exemplaires sur le site de La Villeneuve-au‑Châtelot (Piette 1987 : 229‑230, fig. IV), les découvertes nombreuses dans le département de l’Aube pourraient faire penser à un peuple de la vallée de la Seine, peut‑être les Tricasses. D’autres exemplaires ont été trouvés à Gournay‑sur‑Aronde (6 exemplaires ; Bruneaux 1987 20), à Villeneuve‑Saint‑Germain (1 exemplaire ; Debord 1987 : 101), Épiais‑Rhus (8 exemplaires ; Lardy et al. 1987 : 155) et Chilly (1 exemplaire ; Collart 1987 : 69). Notre exemplaire, de la classe I de Piette, semble être le premier trouvé à Paris. D’après la position de ces monnaies sur les différents sites, cette série peut être située dans la fourchette –10 à +20.

Type BN 7458 aux animaux affrontés (La Tour X, 7458)
  • 21 BN 7458, trouvé dans la Seine, au pont Saint‑Michel.

1158 : 66 034 no 23792 (limon brun)
Deux animaux (chèvres ?) debout sur les pattes arrière, les pattes de devant sur un globule central. Un annelet centré au‑dessus. Grènetis.
Deux animaux (loup et sanglier ?) dressés autour d’un point central. Grènetis. Notre exemplaire, de la classe II (anépigraphe), est identique au no 655 de la pl. no III du traité de Scheers21.
Anciennement attribué aux Senons, ce type a été rendu aux Bellovaques, à la vue de la carte de répartition (Blanchet 1912 : 60, fig. 101 ; Mitard 1967 : 79, nos 26‑27 ;
Scheers, Delaporte 1978 : nos 644‑645 ; 1983 : 163‑164, nos 185, 707‑712, pl. XXIII, 654‑657). 8 exemplaires au moins ont été trouvés à Paris et 2 dans l’Essonne. À Villeneuve‑Saint‑Germain, 96 exemplaires d’une variante des classes II‑III ont été trouvés, attribués à l’atelier monétaire local (Debord 1987 : 95). Notre exemplaire est toutefois très différent de cette variante (type des animaux en particulier). Ce type important a eu de nombreuses émissions. Un exemplaire, anépigraphe, trouvé à Grésigny‑Sainte‑Reine, permet d’affirmer qu’il existait avant ‒52 (Scheers 1983 : 164, no 185).

3.6.1.2 Monnaies gauloises résiduelles

Bronze frappé

Type BN 7606‑7615 à la légende SO22 (La Tour X, 7606)
  • 22 Scheers (1983 : 621) ne croit pas à l’existence de cette légende.

1169 : 61 083 no 23573 (couche datée du xiie s.) Tête à droite. Sous le cou une double rangée de points, derrière un S et un annelet ; deux globules devant et autres signes illisibles dans le champ.
Un oiseau sur un animal dans le champ, S et annelets.
Une double rangée de points sous le cou place cette monnaie dans la classe I (Scheers 1983 : 138, nos 144, 621‑622, pl. XVIII, 513). Type habituellement attribué aux Meldi (4 exemplaires trouvés à Meaux et en Seine‑et‑Marne, 3 autres dans l’Oise et l’Aisne). Toutefois, 3 exemplaires ont déjà été trouvés dans la Seine à Paris. 1 exemplaire de la classe III a été trouvé à Épiais Rhus (Lardy et al. 1987 : 155). Cette attribution est confirmée par les découvertes des fouilles récentes de La Bauve, à Meaux (Dhénin, Amandry 1989 : 101). Scheers y voit une frappe assez récente, bien postérieure à la fin de la guerre des Gaules.

Bronze coulé

Type BN 9167‑9186 (La Tour XVII, 9180)

11710 : 26 122 no 18276 (couche datée du xviiie s.)
Identique au no 5 (24024 no 12281)
Exemplaire quasiment fruste.

3.6.2 Monnaies romaines

118La série romaine correspond à une série d’occupations souvent mal structurées (à l’exception des ensembles de la Z 118 et de la Z 10). Sur les 89 témoignages numismatiques gallo‑romains, 70 proviennent des niveaux préurbains (limons bruns, fosses, fossés) et 18 ont été trouvés en position résiduelle dans des strates postérieures. Sur cet ensemble, 23 ont été trouvés dans la cour Napoléon (dont 14 en Z 10), 46 sur l’ensemble des jardins du Carrousel (dont 23 pour la seule Z 118). Une seule monnaie provient de la cour Marly.

119Dans les jardins du Carrousel, les 24 monnaies des zones 118 et 124 accompagnent les couches correspondant à l’habitat des iiie et ive s., 3 d’entre elles (US 118210, 118206 et 124002) proviennent des tranchées de récupération, les autres sont concentrées aux abords dans un réseau de fosses diverses (F 6) et à proximité de celles‑ci ; dans la cour Napoléon la majorité des monnaies se retrouve en Z 10 (14 monnaies) accompagnant des structures qui correspondent vraisemblablement au même type d’occupation.

120La majorité des monnaies résiduelles provient de la cour Napoléon : 12 pour 4 dans les jardins du Carrousel, ce qui semble normal au vu de l’ampleur des modifications du terrain dans le secteur de la cour Napoléon.

121Chronologiquement, la série met en évidence l’absence d’occupation réelle des ier et iie s. Seules 2 monnaies d’Hadrien et 2 de Marc Aurèle ont été retrouvées, dont on peut estimer qu’elles ont été perdues bien après leur période « normale » de circulation. La série reprend ensuite à la fin du iiie s., avec une série d’antoniniani de Gallien, de Claude II (6 dont 4 commémoratifs) et de la famille Tetricus (9 dont 3 attribuables à Tetricus I et 1 à Tetricus II).

122Nous possédons ensuite une série continue pour tout le ive s., marquée par une forte prédominance des constantiniennes. 20 monnaies se situent entre 310 et 360, dont 12 pour Constantin I, 3 pour Constantin II et 1 pour Magnence. Entre 364 et 381, Valentinien I, Valens et Gratien fournissent 12 exemplaires. L’extrême fin du ive s. est signalée par une monnaie de Valentinien II, une d’Arcadius et une d’Honorius.

123L’apport des monnaies résiduelles ne change rien à ce faciès : 2 monnaies supplémentaires pour les ier et iie s. (un demias fruste et une monnaie de Faustine), 7 pour la fin du iiie s. dont 2 antoniniani de Postume et de Carin, et 4 pour le ive s. dont une monnaie de Magnus Maximus. Au iiie s., les imitations sont largement majoritaires. Il faut néanmoins signaler quelques frappes officielles de Rome (1) et de Cologne (2). Pour le ives., la majorité des frappes provient d’ateliers gaulois : 7 exemplaires attribuables à Arles, 8 à Lyon, auxquels il faut ajouter 2 exemplaires de Trêves et 3 de Siscia.

124Signalons enfin un superbe semis de Tibère à l’autel de Lyon, très épais, n’ayant presque pas circulé, utilisé en pendentif sans doute assez longtemps, le trou présentant des traces d’usure caractéristiques.

3.6.2.1 Niveaux préurbains

Monnaies

Hadrien

125● Sesterce

12611 : 118 142 no 5 C 15 (limon brun)
Buste d’Hadrien.
117‑138.

127● As ou Dupondius

12812 : 10 061 no 5183 (limon brun aux abords du bâtiment secteur E. de la cour Napoléon)
Tête à droite.
[IMP] CAES [NERVA TR] AIA [NVS] 98‑117.

Marc Aurèle

129● Sesterce

13013 : 118 116 no 4 C 55 (limon brun)
Tête à droite.
M. ANTONINV[S] AVG TRP No VII
Mercure
RELIG A[VG IMP] VI COS [III] SC
172‑173.
(RIC III, 1074‑1076)

131● Dupondius

13214 : 10 050 no 4559 (limon brun aux abords du bâtiment secteur E. de la cour Napoléon)
Tête à droite, radiée.
M AVREL. ANTONINVS AVG ARM PARTH MAX
Victoire avec palme et bouclier. VIC PAR sur celui‑ci.
TR POT No I IMP IIII COS III s.C.
166
(RIC III, n
o 932 ; BMC IV, 1296, pl. 79, no 14). Dans la même couche se trouvait une monnaie de la fin du ive s. (no 55).

Gallien

133● Antoninien

13415 : 118 142 no 7 C 36 (limon brun)
Buste radié à droite.
GALLIENVS AVG
Virtus à gauche
VIRTV SAVG
260‑268

Claude II

135● Antoninien

136Rome

13716 : 120 030 no 339 (fossé St 30)
Tête radiée à droite.
IMP C CLAVDIVS AVG.
Virtus
268‑269

138Atelier non identifiable

13917 : 118 148 no 2 C 55 (limon brun)
Tête à droite.
[IMP C CLAV]DI[VS AV]G
L’Equité.
[AEQUI] TAS AVG
268‑270.
(RIC V, I. 14, 137, 178, 198, 228)

140● Antoninien commémoratif

141Imitation

14218 : 52 294 no 19953 (limon brun)
Tête à droite, radiée.
[DIVO C] LAV[DIO]
Autel.
[CONSEC]RA[TIO] Vers 270.
(Type RIC V, I, 261)

14319 : 118 142 no 6 C 26 (limon brun)
Tête radiée.
DIVO CLAVDIO
Autel.
[CONSE]CRATIO

14420 : 118 151 no 1 (fosse F 6)
Tête radiée à gauche.
[DIVO CLAVDIO]
Autel.
[C]ONSECRATI[O]

14521 : 118 142 no 4 (limon brun)
Tête à gauche.
[DIVO CLAVDIO]
Aigle.
[CONSECRATIO]
Vers 270.
(Type RIC V, I, 266)

Tetricus I

146● Antoninien

147Cologne

14822 : 66 045 no 23822 (limon brun)
Tête radiée à droite.
[I] MP C [TETRICVS PF]AVG [C]
Virtus
[VIRT]VS AVG Vers 270.
Elmer no 78.

14923 : 10 246 no 11009 (limon brun aux abords du bâtiment secteur E. de la cour Napoléon)
Buste radié à droite.
IMP C TETRICVS PF [AVG]
Laetitia à gauche.
LAETITIA AVGG
(RICV, II, 87)

150Imitation

15124 : 118 110 no 2 (contexte perturbe tranchée de fondation F 9 du château des Tuileries)
Buste radié à droite.
]PF AVG [
Virtus
Fin du iiie s.

Tetricus II

152● Antoninien

153Imitation

15425 : 10 418 no 19234 (limon brun aux abords du bâtiment secteur E. de la cour Napoléon) Tête radiée.
]CPV TET[
Virtus avec haste.
]AVG[

Tetricus I et II

155● Antoninien

156Imitation

15726 : 24021 no 12282 (remplissage fossé parcellaire, cour Napoléon)
Buste à droite.
]V II[ Pax ?

15827 : 118 013 no 5 (limon brun)
Tête radiée à droite.
]V[
Virtus schématique

15928 : 118 152 no 2 (fosse F 6)
Tête radiée à gauche.
]CIT CHVS[
Virtus
]VCI[

16029 : 118 180 no 1 (limon brun)
Tête radiée à droite.
IV IP TI [] Spes ?
SITCVIC []

16130 : 118 110 no 4. C 47 (limon brun)
Tête radiée à droite.
]T[
Virtus schématique

Monnaies frustes de la fin du iiie s.

162● Antoninien

163Imitation

16431 : 10 041 no 6914 (limon brun aux abords du bâtiment secteur E. de la cour Napoléon)
Tête radiée barbue à droite.

16532 : 10 057 no 4773 (limon brun aux abords du bâtiment secteur E. de la cour Napoléon)
Tête radiée à droite.

16633 : 17 847 no 18595 (limon brun aux abords d’un fossé parcellaire, cour Napoléon)
Tête radiée à droite.

16734 : 61 083 no 23575 (limon brun)
Tête radiée à droite.

16835 : 118 162 no 3 C 55 (limon brun)
Tête radiée
Virtus schématique.

Constantin I

169● Ae 3

170Arles

17136 : 118 013 no 1 (limon brun)
Buste à droite.
CONSTAN TINVS AVG VOT XX dans une couronne.
DN CONSTANTINI MAX AVG À l’exergue S * AR
321‑323
(RIC VII, Arles, 252)

  • 23 Bruck 1961 : 25. La forme des enseignes indique l’atelier de Lyon.

172Lyon23

17337 : 120 046 no 1 (fossé St 30)
Buste à droite.
CONSTANTI NVSMAX AVG
Type Gloria Exercitus à une enseigne.
330‑336.
(Peut‑être RIC, VII, 236 et sq.)

174Trêves

17538 : 24 354 no 18 118 (limon brun)
Buste casqué à gauche
[CONSTAN] TINVS AVG
Autel avec VO TIS XX
[BEATA TRANQUILITAS] ⦁STR⦁ à l’exergue.
322‑323
(RIC VII, Trèves, 368)

Constantinienne anonyme

176● Ae 3

177Lyon

17839 : 118 151 no 5 (fosse F 6)
Buste à droite.
VRBS ROMA
Les jumeaux et la louve A l’exergue ⦁PLG
330‑331
(LRBC, p. 7, no 190 ; RIC VII, Lyon, 242)

179● Ae 4

180Imitation

18140 : 61 104 no 23582 (limon brun)
Type Constantinopolis.
Victoire sur une proue
330‑337

Constantin II

182● Ae 3/4

183Trêves

18441 : 118 152 no 1 (fosse F 6)
Tête à droite.
CONSTANTINVS IVNNOBC
Type Gloria Exercitus à deux enseignes.
G[LORI]A [EXERCIT]VS TRP⦁ à l’exergue.
330‑331
(LRBC : 553 ; RIC, VII, Trêves, 520)

185● Ae 3

186Imitation Gaule (Arles ?)

18742 : 67 093 no 23797 (limon brun)
Buste à gauche
CONSTANTINVS IVN NOBC VOT XX dans une couronne de laurier.
DN CONSTANTINI MAX AVG
321‑323.
Monnaie hybride : l’avers porte la légende de Constantin II (RIC VII, Arles, 255) avec une légende de Constantin I (RIC VII, Arles 252) sur le revers. Voir également dans les monnaies résiduelles le no 93.

18843 : 118 210 no 3 (bâtiment A)
Tête à droite.
CONSTANTI []
Type Gloria Exercitus à deux enseignes GLORI[A EXERCITVS]
Exergue : couronne ?
330‑336.

De Constantin I à Delmatius

189 Ae 4

19044 : cour Marly B6 XIII no 1 (limon brun)

19145 : 115201 no 4
Type Gloria Exercitus à une enseigne 336‑341

Constance II

192● Ae 3/4

193Atelier non identifiable

19446 : 10 054 no 4637 (limon brun, abords du bâtiment secteur E. de la cour Napoléon)
Tête à droite.
[CONSTAN]IVS NOBC
Type Gloria Exercitus à deux enseignes.
[GLORIA] EX[ERCITVS]
330‑336

195Lyon

19647 : 66 048 no 23796 (limon brun)
Buste à gauche
CONSTANTIVS [PF AVG]
Deux victoires avec couronne.
VICTOR[IAE DD AVGGQ] NN PLG sous palme à l’exergue.
347‑348
(LRBC I, 273 ; RIC, VIII, Lion [s/c] 65).

197● Ae 2 Centenionalis

19848 : 118 151 no 2 (fosse F 6)
Tête à gauche.
DNCONSTAN TIVSPFAVG
Type Fel Temp Reparatio.
348‑354.

De Constance II à Julien II

199● Ae 4

200Imitation
Type Fel Temp Reparatio

20149 : 10 134 no 7198 (remplissage supérieur d’un fossé parcellaire aux abords du bâtiment secteur E. de la cour Napoléon)

20250 : 66 035 no 23791 (limon brun, secteur S.‑O. Carrousel)

20351 : 66 035 no 23793 (limon brun, secteur S.‑O. Carrousel)

Magnence

204● Ae 4

205Imitation

20652 : 10 058 no 100008 (limon brun, abords du bâtiment secteur E. de la cour Napoléon) Buste à gauche.
Deux victoires se faisant face.
[VICTORIAE DD NN AVG ET CAE] 350‑360

Valentinien I

207● Ae 3

208Arles

20953 : 120 046 no 2 (fossé St 30)
Buste à droite.
DN VALENTI [NIANVS PF AVG]
Type Gloria Romanorum
GL[ORIA]RO MANORVM, O/FII de part et d’autre.
PCO[N] à l’exergue.
364‑367.
(RIC, IX, Arles, 7 a)

210Atelier non identifiable

21154 : 24363 no 22466 (limon brun, abords d’un fossé parcellaire secteur central de la cour Napoléon)
Tête à droite.
DN VALENTINI [A]NVS PF AVG
L’empereur avec un captif
GLORIA RO [MANORVM]
364‑375

Valens

212 Ae 3

213Arles

21455 : 10 050 no 4585 (limon brun, abords du bâtiment secteur E. de la cour Napoléon)
Buste à droite.
DNVALEN SPFAVG
Victoire vers la gauche.
SECVRITAS REIPVBLICAE
[] CON à l’exergue, avec E [] au‑dessus
375‑378
(LRBC : 56 ; no 539‑44 ; RIC, IX, Arles, 19)

215Atelier non identifiable

21656 : Z 61 no 100 010 (F 112) (limon brun)
Buste à droite.
DN VALEN []
Type Securitas Reipublicae 364‑378

21757 : 118 142 no 3 (limon brun)
Buste à droite.
DN VALENS [PF AVG]
Victoire à gauche
[SE]CVRIT[AS REIPVBLICAE] 364‑378

De Valentinien I à Gratien

218● Ae 4

21958 : 10 052 no 4711 (limon brun, abords du bâtiment secteur E. de la cour Napoléon)
Type Securitas Reipublicae
364‑375

Gratien

220● Ae 4

221Lyon

22259 : Z 66 no 100 007 (limon brun)
Buste à gauche.
DNGRATIA [NVS PF AVG]
VOT XV MVLT XX dans couronne de laurier LVG [P] à l’exergue
378‑383
(LRBC : 52 no 377 ; RIC, IX, Lyon, 30).

22360 : 120 008 no 1 (fossé St 31)
Buste à droite.
DNGRATIA NVSPFAVG
L’empereur à gauche devant un prisonnier agenouillé.
REPARATIO REIPVB
LVGS à l’exergue.
378‑383
(LRBC : 53, nos 372‑377 ; RIC, IX, Lyon, 28 a).

22461 : 118 142 no 8 C 37 (limon brun)
Tête à droite.
[DN] GRATIANVS []
Victoire à gauche.
SECV[] REI PVBLICAE
OF I (palme)
[LV]G P à l’exergue.
367‑375
(LRBC : 52, nos 330‑333 ; RIC, IX, Lyon, 21 b).

225Atelier non identifiable

22662 : 55 024 no 21722 (limon brun)
Buste à droite.
[DN GRATIA] NVS PF AVG
Type Gloria Romanorum
]NORVM

De Valentinien I à Valentinien II

227● Ae 3

  • 24 L’atelier est identifié d’après Bruck 1961.

228Siscia24

22963 : 118 206 no 1 (bâtiment B, F 103)
Buste à droite.
Type Securitas Reipublicae
SECVRITAS REIPVBLICAE
364‑378

230Atelier non identifiable

23164 : 124 002 no 1 (bâtiment B, F 1)
Buste à droite.
Type Gloria Romanorum
364‑378

Valentinien II

232● Ae 4

233Siscia

23465 : 17 398 no 15872 (limon brun)
Buste à droite.
DNVALENTINI ANVSPFAVG
Victoire à gauche
VICTOR IAAVGGG
ASIS à l’exergue
383‑392
(LRBC : 75, nos 1575‑1581 ; RIC, IX, Siscia 39 a).

Arcadius

235● Ae 4

236Lyon ou Arles

23766 : 110 010 no 154 (fossé St 26)
Buste à droite.
DN ARCADIVS PF AVG.
Une victoire.
[VICTOR IA A] VGGG 388‑395

Honorius

238● Ae 4

239Arles

24067 : 10 381 no 12832 (limon brun, abords du bâtiment secteur E. de la cour Napoléon)
Buste à droite.
DN HON [ORIVS PF AVG]
Type Victoria Aug.
[P ?] CO[N] à l’exergue.
392‑395
(LRBC : 57, n
o 568 sq. ; RIC, IX, Arles, 30 g)

De Valentinien II à Johannes

241● Ae 4

242Arles

24368 : 65 030 no 22827 (limon brun)
Buste à gauche.
Victoire à gauche
[VICTOR] IAAVGGG
[]CON à l’exergue.
388‑425

Monnaies frustes du ive s.

244● Ae 3

24569 : 66 050 no 23 823 (limon brun)
Buste à gauche
Ca. 330‑340.

246● Ae 4

24770 : 118 152 no 3 (fosse F 6)
Buste à droite.
Type Fel Temp Reparatio
Après 348

248● Minimi frustes du ive s.

24971 : 10 034 no 4084 (limon brun)

25072 : 10 156 no 21698 (limon brun)

25173 : 24 019 no 12279 (limon brun)

25274 : 24 365 no 18476 (limon brun)

25375 : 61 600 no 100011 (limon brun)

25476 : 61 614 no 100012 (limon brun)

25577 : 66 048 no 23795 (limon brun)

256● Monnaies du Bas‑Empire frustes

25778 : 115 217 no 6 (fossé St 36)

25879 : 115 218 no 3 (fossé St 36)

25980 : 118 110 no 5 C 67 (limon brun)

Bijou monétaire

260Tibère

261● Semis

262Lyon

26381 : 118 110 no 3. C 23 (contexte perturbé, tranchée de fondation F 9 du château des Tuileries)
Buste à gauche
TI CAESAR AVG IMPERAT V
Autel de Lyon
ROMETAVG.
(RIC I (Aug) 230)
Monnaie percée et utilisée comme pendentif.
Elle a été frappée en 8‑10 ap. J.‑C., mais l’utilisation en pendentif est bien postérieure : à partir du vie s. sans doute.

3.6.2.2 Monnaies romaines résiduelles

Faustine II

264● Sesterce commémoratif

26582 : 03 456 no 12095
Buste à droite.
[FAVST]INA [AVGVSTA]
[Fecunditas]
[FECVND] AVGVS [TAE]
Frappée sous Marc Aurèle : 161‑175.
(RIC, III, 1634‑1636)

Monnaies frustes des ieriie s.

266● As

26783

Claude II

268● Antoninien

  • 25 L’atelier a été identifié par Michel Amandry.

269Siscia25

27084 : 03 350 no 11829
Tête radiée à gauche
[IMP. C. CLAV]DIVS A[VG]
Victoire.

Postumus

271● Antoninien

272Lyon

27385 : 121 999 no 16
Tête radiée à droite. Hercule avec arc et massue.
HERC [DEV]SONIEN[SI]
259‑268
(RICV, II, Lyon, 64).

Tetricus père et fils

274● Antoninien

275Imitation

27686 : 23 032 no 11855
Tête radiée à droite. ]VS IVA[
Virtus.

27787 : 37 089 no 20014
Tête radiée à droite.
ITE V COS II TC
Virtus à gauche.
[P] A[X AVG]

Monnaies frustes de la fin du iiie s.

278● Antoninien

27988 : 12 056 no 4127

28089 : 47 036 no 19675

28190 : 119 641 no 2

Carin

282● Antoninien

283Lyon

28491 : 13 294 no 14761
Buste à droite.
IMP C M AVR CARINVS AVG. D dans le champ.
SAECVLI FELICITAS
283
(Bastien n
o 548, RIC, V, II, Lyon, 152).

Constantin II

285● Ae 3

28692 : 20 002 no 9826
Buste à droite.
CONSTANTINVS IVN NOBC
VOT XX dans une couronne de laurier.
DN CON[STANTINI MAX AVG]
Pièce hybride, voir le no 42.

Valens

287● Ae 3

28893 : 52 000 no 23462
Buste de Valens à droite.
Victoire.
[SECVRITAS] REIPVBLICAE
364‑368

Valentinien‑Valens

28994 : 10 013 no 3346.
Buste à droite.
]EN[
Type Securitas Reipublicae.
365‑380.
Trouvée dans une couche de limon de surface qui contenait un jeton médiéval.

Magnus Maximus

290● Ae 2

291Arles

29295 : 121 999 no 17
Buste à droite.
[DN] MAG MAXI [MVS PF. AVG]
Type
Reparatio Reipublicae,
REPAR[ATIO REIPVB]
À l’exergue PCON
383‑387
(LRBC : 57, n
o 553‑554 ; RIC IX, Arles, 26 a).

29396 : 121 132 no 16
Buste à droite.
Type Victoria Aug.
VICT [].
PCON à l’exergue
388‑425
(LRBC : 57, nos 562 à 575).

Constantinienne fruste

294● Ae 4

29597 : 119 501 no 4
Buste à gauche. ]AVG[
330‑340

Monnaies du ive s. frustes

296● Ae 4

29798 : 3 000 no 236

  • 26 Cette monnaie a été trouvée dans une latrine contenant par ailleurs un trésor monétaire déposé en 1 (...)

29899 : 3 593 no 569226

3.6.3 Monnaies du haut Moyen Âge

299La rareté des monnaies du haut Moyen Âge n’est pas une surprise en fouilles. Deux seulement ont été retrouvées durant l’ensemble des opérations, l’une provient des limons bruns de la cour Napoléon (Z 24), déjà riche en monnaies gauloises et romaines, l’autre est en position résiduelle dans des niveaux médiévaux de la même cour.

3.6.3.1 Niveaux préurbains

300● Triens

301100 : 24 375 no 18458
Tête diadémée à droite.
XE[MVNLIAC]O
Croix sur un globe IC‑ E (le C et l’E à l’envers).
MANAALEGS [ELO] (les A sans barre, le N à l’envers)
Poids : 1,13 g.
Ce triens en or pâle est attribué à un atelier indéterminé d’Île‑de‑France. Il est daté de la fin du viie et du viiie s.
(Prou nos 878 et 879 ; pl. XIIII no 14)

3.6.3.2 Monnaie résiduelle

302● Triens

303101 : 12 828 no 10651.
Buste à droite.
Croix sur un podium à degrés, accompagnée de six globules.
]INI /[
Poids : 1, 35 g.
Cette monnaie attribuée à l’atelier frison de Dorestad est datée du début du viiies. ; elle provient d’un niveau du xive s.
(Prou no 1231 ; pl. no 18)

3.6.4 Monnaies royales

304Les 3 monnaies attribuables à Louis VI et à Louis VII proviennent de niveaux de limons bruns de la cour Napoléon. Seule celle de la Z 24 peut être le témoignage d’une occupation antérieure à la construction du Palais, les deux autres ayant en effet été découvertes en association avec une monnaie de Philippe Auguste. Il ne s’agit donc pas de monnaies préurbaines au sens propre du terme, mais sans doute de monnaies contemporaines de la construction et de la première occupation du Louvre et de l’enceinte. Elles ont toutefois été trouvées dans un secteur resté agricole jusqu’à la fin du xve s. au moins, et trouvent tout naturellement leur place dans cet ensemble.

305Signalons que deux de ces monnaies présentent un fort intérêt numismatique, l’une semble une variante d’un type connu, la seconde est un faux d’époque remarquablement grossier.

3.6.4.1 Niveaux préurbains

Louis VI

306● Denier de Pontoise 2e type (L. 132 ; Dup.‑)

307102 : 24 330 no 18261
Monogramme dégénéré : grand E, sans barre, avec deux croissants à l’intérieur, accosté d’un X entre deux besants.
[LV]DOVICVS REX
Croix cantonnée d’un oméga en 2. PONTESIENSIS
1108‑1137
Le no 127 de Duplessy est donné et représenté avec un annelet au 2.
L’exemplaire cité par Lafaurie et le nôtre présentent un oméga bien visible. S’il ne s’agit pas d’une erreur de Duplessy, il y aurait lieu de créer un autre type pour le type 2 de Duplessy. Pour Lafaurie ce type est attribuable au début du règne de Louis VI.

Louis VII

308● Denier de Paris 3e type (L. 139 ; Dup. 146)

309103 : 51 299 no 19674
FRA NCO en deux lignes
LVDOVICVS REX (E rond et S couché). Croix pattée
+ P[AR]ISII CIVIS (les S couchés).
1147‑1180

310● Fausse monnaie : denier de Paris 3e type

311104 : 51 299 no 19270
FRANCO en deux lignes.
LVDOVI[CVS] REX
Croix pattée
+ P[ARISII] CIVIS
1147‑1180

312Cet exemplaire est frappé sur un médiocre alliage cuivreux, la frappe est tréflée, le flan est trop grand, rogné de façon irrégulière et le dessin de la croix, fort sommaire. Il ne peut s’agir que d’un faux de très médiocre qualité.

3.6.4.2 Monnaies résiduelles

313Cinq monnaies de Louis VI‑Louis VII ont été trouvées dans des strates appartenant au bas Moyen Âge, dont 2 dans les jardins du Carrousel. L’une d’entre elles est un type inédit de denier pour Pontoise.

Louis VI

314● Denier d’Étampes 4e type (L. 113 ; Dup. 104)

315105 : 122 069 no 4
Grand E accosté à gauche d’un annelet, à droite de trois besants en pal et d’une croisette.
+ LODOVICVS REX.
Croix cantonnée d’un V en 1 et 4 STA[NPIS CAS]TELLVN 1108‑1137

  • 27 Ce denier est inclus dans l’ouvrage de M. Duplessy, avec une légère erreur de transcription dans la (...)

316● Denier de Pontoise 5e type (L.‑ ; Dup. 130)27

317106 : 58 027 no 22283
L’alpha et l’oméga suspendus à une sorte de V.
LVDOVICVS REX
Croix cantonnée d’un besant en 2 et 3. PONTESIINSIS
1108‑1137
Cette monnaie, qui pourrait être attribuée également à Louis VII, a été trouvée dans une unité stratigraphique contenant un jeton du xive s.

318● Denier d’Orléans 5e type (L. 130 ; Dup. 120)

319107 : 33 416 no 19466
Porte de ville avec trois besants à l’intérieur, un O au‑dessus, cantonnements illisibles.
LVDOVICVS R[EX]
Croix pattée avec A en 1, l’autre cantonnement non visible.
[AVRELIAN]IS CIVITAS.
1108‑1137
Cette monnaie a été trouvée dans une unité stratigraphique du xvie s.

Louis VII

320● Obole de Paris. Type non identifiable (Dup. 144 ou 147)

321108 : 16 039 no 11940
FR[A NCO] en deux lignes. LVDO [VICVS REX]
Croix pattée.
+PA[RI]SII CIVIS

322109 : 6277 no 6590
F [RA NCO] en deux lignes.
L [VDOVICVS]RE[X]
Croix pattée.
[P]AR[ISII CIVIS]
Ces deux monnaies ont été trouvées dans des unités stratigraphiques des xvie et xviiie s.

Notes

1 Les orientations sont indiquées en degrés à partir du nord vers l’est (sens des aiguilles d’une montre),

2 Fouilles de la Commission du Vieux Paris.

3 Fouilles du pavillon des États (1992). Direction : service régional de [’Archéologie d’Île‑de‑France. L’ensemble des informations pour la zone du pavillon des États est issu du document final de synthèse de la fouille (Gauchet et al. 1992). Les auteurs ont accepté de communiquer leurs données afin qu’elles soient intégrées dans cet ouvrage.

4 Les limons présentent les mêmes caractéristiques que ceux extraits.

5 Fouilles du SRA d’Île‑de‑France. Responsables : P.‑J. Trombetta et F. Joulian.

6 Cette reconnaissance a été réalisée avec l’autorisation et l’aide de P.‑J. Trombetta, au SRA d’Île‑de‑France.

7 Renseignement inédit P.‑J. Trombetta.

8 Sauf peut‑être le fossé 23, à l’extrémité occidentale et extérieur à la carrière, caractérisé par l’absence de témoins tardifs. Mais que vaut dans ce cas un argument du silence ?

9 Cette largeur correspond à la largeur maximale de 8,84 m observée en Angleterre pour des bâtiments rectangulaires simples, construits en pierre et sans supports intérieurs (Morris 1979 ; 66). Le type de couverture n’est toutefois pas précisé.

10 Des exemples sont connus dans un nombre réduit de sites, comme la villa de Hamois (Belgique) (Van Ossel 1980 : 79, 82 ; Ferdière 1988b : 74) ou encore à Saint‑Germain‑les‑Corbeil (Saint‑Germain-les‑Corbeil 1990 : 55).

11 Dans la Somme (Agache 1978), en Belgique (De Maeyer 1937 : 81, 89), aux Pays‑Bas (Willems 1987 : 35‑36), au Grand‑Duché de Luxembourg (Metzler et al. 1981 : 264‑265 ou Folmer, Metzler 1977 : 73, fig, 16), en Rhénanie (Gaitzsch 1986), ainsi que dans la vallée de l’Oise et la région parisienne (Vangele et al. 1990 ; Archéologie 88... 1990 : 16 ; renseignements inédits SRA d’Île‑de‑France).

12 Fouilles placées sous la direction de L. Guyard. Elles ont fait l’objet d’une maîtrise soutenue à l’université de Paris I‑Sorbonne (Guyard 1993a).

13 Inédites, mais présentées dans Trombetta, Van Ossel 1993 : 145‑146.

14 Fouilles de M. Petit et F. Parthuisot à Saint‑Germain‑les‑Corbeil, d’I. Daveau et A. Speller à Marne‑la‑Vallée et de J.‑C. Bats à Melun‑Sénart (Robert 1996).

15 Cf. Toutain 1877‑1914. L’existence de terres communes (compascua) est aussi signalée par les textes des arpenteurs romains, mais rien ne permet de les limiter à la zone proche de la ville (Chouquer, Favory 1992 : 27‑29, 42‑43).

16 L’auteur souligne la fréquence des occurrences de l’adjectif suburbanus chez Sidoine Apollinaire (Epistolae, II, 12, S.S. Antiq., t. VIII, p, 36 ; ibid., III, 1, p. 39 ; ibid., VII, 2, p. 105 ; ibid., VII, 15, p. 122), chez Ammien Marcellin (Res Gestae, Liber XVII, VII, 3) et Grégoire de Tours, chez qui il revient une quinzaine de fois (Hist. Franc., I, 45 ; II, 3 ; II, 17 ; III, 12 ; III, 18 ; V, 4 ; VI, 11 ; VII, 35 ; VIII, 12 ; Liber de virtutibus S. Juliani, 32, S.S. Rer. Merov., I, éd. B. Krusch, p. 577 ; Liber in gloria confessorum, 44, 57, 63, 85 et 91, ibid., p. 775, 780, 785, 803 et 806). Le substantif suburbium semble en revanche ignoré à cette époque.

17 Grégoire de Tours. — Liber in gloria confessorum, 62, s.S. Rer. Merov., I, éd. B. Krusch, p. 784. Exemption par l’empereur Léon des habitants de Lyon du tributum.

18 À l’exception éventuelle des monnaies de la Cour carrée, pour lesquelles nous ne disposons pas de renseignements.

19 Pour la localisation des zones de fouille à l’emplacement des jardins du Carrousel, cf. Van Ossel 1991, t I : 5.

20 Un troisième exemplaire a été découvert cour Napoléon, dans une unité stratigraphique du xviiie s.

21 BN 7458, trouvé dans la Seine, au pont Saint‑Michel.

22 Scheers (1983 : 621) ne croit pas à l’existence de cette légende.

23 Bruck 1961 : 25. La forme des enseignes indique l’atelier de Lyon.

24 L’atelier est identifié d’après Bruck 1961.

25 L’atelier a été identifié par Michel Amandry.

26 Cette monnaie a été trouvée dans une latrine contenant par ailleurs un trésor monétaire déposé en 1774‑1775 (Trombetta 1987 : 72‑73).

27 Ce denier est inclus dans l’ouvrage de M. Duplessy, avec une légère erreur de transcription dans la légende du revers.

Table des illustrations

Légende PLAN II ‒ Plan général des vestiges antiques et du haut Moyen Âge dans la cour Napoléon et les jardins du Carrousel (fouilles 1983‑1991).
Crédits DAO P. Pihuit/Afan, d’ap. FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45060/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Légende FIG. 39 ‒ Plan général des vestiges antiques et du haut Moyen Âge des jardins du Carrousel (fouilles 1989‑1991), avec indication des numéros de structures. En tramé, l’emprise de la carrière.
Crédits Dessin FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45060/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende FIG. 40 ‒ Plan et coupes du tronçon du fossé de l’enclos augustéen (St 38) fouillé en 1989‑1991.
Crédits Dessin FJC.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45060/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende FIG. 41 ‒ Fossé de l’enclos augustéen.
Crédits Cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45060/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende FIG. 42 ‒ Fibule en fer de La Tène III provenant de l’enclos.
Crédits Dessin Chr. Hochstrasser.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45060/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende FIG. 43 ‒ Plan et coupes des puits découverts au pied du pavillon des États (extrait de Gauchet et al. 1992).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45060/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende FIG. 44 ‒ Ensemble de fosses et trous de poteaux appartenant à l’occupation du Ier s. ap. J.‑C.
Crédits Dessin FJC.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45060/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende FIG. 45 ‒ Céramiques de la fosse de rejets F 4 du Ier s. : 1‑5 terre sigillée ; 6‑16 cruches et amphores.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45060/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Légende FIG. 46 – Céramiques de la fosse de rejets F 4 du Ier s. ; 1‑17 céramique commune.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45060/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende FIG. 47 – Céramiques de la fosse de rejets F 4 du Ier s. : 1‑12 céramique commune.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45060/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende TABL. II – La céramique dans les différents contextes d’occupation antique et du haut Moyen Âge : comptages par lieu de découverte.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45060/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Légende FIG. 48 – La carrière : vue d’ensemble des effets de comblement au décapage.
Crédits Cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45060/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende FIG. 49 – Coupe stratigraphique à travers le comblement de la carrière : l’aspect chaotique des sédiments de remplissage apparaît clairement.
Crédits Cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45060/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende FIG. 50 – La carrière : front de taille en cloche.
Crédits Cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45060/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende FIG. 51 – La carrière : fosses d’extraction multiples en « chou‑fleur ». Au premier plan, fossé parcellaire recoupant le comblement de la carrière.
Crédits Cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45060/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende FIG. CEn haut : grande coupe E.‑O. à travers la carrière, faisant apparaître les multiples phases d’extraction. En bas : schéma.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45060/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende FIG. 52 – La carrière : vue de détail d’effondrements de fronts de taille.
Crédits Cliché FJC.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45060/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende FIG. 53 – Schéma d’extraction des limons jaunes dans la carrière : creusements en sape, effondrements et rejets en arrière des déblais.
Crédits Dessin Chr. Hochstrasser.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45060/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende FIG. 54 – Comparaison des courbes granulométriques du site des jardins du Carrousel avec le fuseau limite de la brique compressée. 1 courbe granulométrique du limon du site (POP 1‑1‑52) ; 2 courbe granulométrique idéale de la brique compressée ; en tramé fuseau limite de la brique compressée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45060/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 55 – Traces de coups de pioche au fond de la carrière : a vue en plan ; b vue en coupe.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45060/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende FIG. 56 – Fer de pioche retrouvé dans le comblement de la carrière.
Crédits Dessin Chr. Hochstrasser.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45060/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende FIG. 57 – Fossés parcellaires : a apparition des fossés parcellaires au décapage ; b fossé parcellaire après la fouille (St 28) ; c fossés parcellaires après la fouille : au premier plan, St 21 recoupé par St 22 et St 42‑43 (d’époque moderne), à l’arrière‑plan, St 24 et 25 (d’époque médiévale) ; d fossé parcellaire St 36 après la fouille.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45060/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende TABL. III – Caractéristiques des fossés parcellaires antiques et du haut Moyen Âge. * estimation de la profondeur à partir du niveau supérieur des limons bruns.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45060/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende FIG. 58 – Types de profils des fossés parcellaires : a en cuvette ; b dissymétrique ; c en « V » ; d dédoublement des fonds.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45060/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende FIG. 59 – Exemple de variations de profils sur un même tracé : fossé St 30 (section F9). En vignette, plan du fossé et positionnement des coupes.
Crédits Dessin FJC et Chr. Hochstrasser
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45060/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende FIG. 60 –Recoupement des fossés parcellaires St 30 et 31.
Crédits Dessin et cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45060/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende FIG. 61 – Céramiques issues des fossés parcellaires : 1‑7 fossé St 30 ; 8‑12 fossé St 31 ; 13 fossé St 32 ; 14 fossé St 34.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45060/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende FIG. 62 – Plan de la zone d’habitat antique dans le secteur S.‑O. des jardins du Carrousel.
Crédits Dessin FJC et Chr. Hochstrasser
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45060/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 63 – Bloc sculpté représentant un phallus, découvert dans le comblement du puits F 55.
Crédits Cliché P.-J. Trombetta/SRA Île-de-France
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45060/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 64 – Tranchée de récupération et cave du bâtiment A.
Crédits Cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45060/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende FIG. 65 – Céramiques de l’habitat antique dans le secteur S.‑O. des jardins du Carrousel : 1 tranchée de récupération du bâtiment A (terre sigillée) ; 2‑7 cave du bâtiment A (céramique commune).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45060/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende FIG. 66 – Céramiques de l’habitat antique dans le secteur S.‑O. des jardins du Carrousel : 1‑11 bâtiment B ; 12‑14 grenier. 1‑512 terre sigillée ; 7‑9 céramique commune ; 10‑11 céramique granuleuse ; 13, 14 céramique fine.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45060/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende FIG. 67 – Tranchées de récupération du bâtiment B après la fouille.
Crédits Cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45060/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende FIG. 68 – Trous de poteau et calages de la palissade et du grenier, avant la fouille de la fosse F 6 entre les poteaux du grenier.
Crédits Cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45060/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende TABL. IV – La faune dans les structures gallo‑romaines : résultats généraux (en nombre de restes par espèce).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45060/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende FIG. 69 – Plan schématique de Paris au Bas‑Empire (avec le positionnement du Louvre moderne) : 1 fortifications de la Cité et cathédrale ; 2 forum ; 3 grand pont ; 4 petit pont ; 5 cimetière et église Saint‑Marcel ; 6 amphithéâtre ; 7 théâtre ; 8 thermes de Cluny ; 9 thermes du Collège de France ; 10 thermes du Sud.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45060/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende FIG. 70 – Test interne de limace (agrandissement 40 x).
Crédits Cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45060/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende PLAN III – Plan général des vestiges médiévaux antérieurs à l’enceinte de Charles V : A manoir ; B fossés parcellaires ; C tuilerie de Guiot de Moucy ; D emprise du fossé de la future enceinte urbaine.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45060/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende FIG. 71 – Répartition des monnaies gauloises et antiques sur le site du Louvre : ▲ époque gauloise ; ● Ir‑IIes. ; ⏹ IIIes. ; ◆ IVes. Les chiffres indique le nombre de pièces pour chaque époque.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45060/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 83k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search