Version classiqueVersion mobile

Les jardins du Carrousel (Paris)

 | 
Paul Van Ossel

Partie I. Le Carrousel avant Paris

Chapitre 2. Les occupations pré‑ et protohistoriques

2 Die vor‑ und frühgeschichtlichen Besiedlungen

2 Prehistoric and protohistoric settlements

Résumé

Les plus anciens témoins découverts appartiennent au Néolithique (culture de Cerny). Aucune structure d’habitat n’a été mise en évidence, mais les quelques fosses contenant du torchis brûlé et un mobilier lithique et céramique abondant attestent la présence d’un habitat proche. L’occupation protohistorique, mieux définie, est matérialisée par des structures en bois, des fosses et plusieurs silos (certains riches en matériel), datant de l’âge du Bronze final et de La Tène ancienne. Dès cette époque, les données environnementales et archéologiques suggèrent une anthropisation marquée du paysage accompagnée d’une mise en culture.

Texte intégral

2.1 Introduction

1L’anthropisation des berges de la Seine, à l’emplacement du Louvre actuel, débute véritablement à l’époque néolithique. Quelques rares indices plus anciens ont bien été découverts dans le secteur des jardins du Carrousel ; ainsi un biface paléolithique, retrouvé à près de 10 m de profondeur dans les graviers d’un lit fossile de la Seine. Roulé et déposé avec d’autres matériaux transportés par le fleuve dans un contexte glaciaire, il n’induit en aucune façon une présence sur place et encore moins une occupation humaine.

2La question d’une occupation mésolithique se pose avec davantage d’acuité. Les fouilles de 1986 ont révélé « une série de structures (structures de calage, de combustion...), dont la fonction n’a pu être déterminée lors de la fouille », qui furent interprétées comme les restes d’un campement mésolithique (Cornejo 1987). L’association de ces vestiges avec un mobilier datant n’apparaît pas clairement. Le matériel lithique est peu abondant et largement dispersé, d’où l’hypothèse d’une « récupération partielle par les Néolithiques » de la matière première laissée sur place (Cornejo 1987). Les fouilles de 1989‑1990 ont confirmé la présence de silex mésolithiques épars sur le site. Mais aucune structure en place n’est apparue et l’analyse pédo‑sédimentaire a conclu à l’impossibilité d’une conservation de niveaux non perturbés de cette époque sur le site (cf. supra, chap. 1).

2.2 L’implantation du début du Néolithique moyen

3Les premiers indices d’une occupation néolithique sur le site du Louvre furent repérés en 1986 dans le secteur DMF/VDI (plan I). Les vestiges les plus anciens, scellés dans la couche de limon brun recouvrant le bourrelet de Seine, datent du Néolithique moyen. Ce sont principalement quatre fosses partiellement conservées, auxquelles s’ajoutent de petites excavations contenant des artefacts lithiques, ainsi que des fragments de torchis et de céramique dont trois fragments d’un « vase support » (Cornejo 1988). Les caractéristiques typologiques de ce mobilier témoignent d’une implantation Cerny de faciès Barbuise‑Courtavant (Cornejo 1990).

PLAN I ‒ Plan général des vestiges néolithiques et protohistoriques de la DMF et des jardins du Carrousel.

DAO P. Pihuit/Afan, d’ap. FJC

2.2.1 Les vestiges immobiliers

4Sur le site des jardins du Carrousel, l’implantation néolithique est attestée par trois fosses, observées directement sous les niveaux médiévaux. Contrairement aux découvertes de 1986 cantonnées exclusivement au bourrelet en bordure de Seine, ces structures sont situées à près de 150 m au nord, dans la zone basse du terrain (plan 1).

5L’ensemble se compose de deux fosses rapprochées de forme ovale (F 4 et F 5) (fig. 24) et d’une autre (F 6), circulaire, située à 12 m au S.‑S.‑E. des deux premières. Au décapage, elles sont apparues sous la forme de grandes taches sombres, aux contours irréguliers, recoupant le limon jaune en place. Leur couleur, leur morphologie, ainsi que la structure hétérogène de leurs remplissages les distinguent sans équivoque des autres phénomènes anthropiques plus récents (fig. 25). L’activité pédogénétique postérieure à l’occupation pré‑ et protohistorique, comme la forte érosion anthropique qui l’a accompagnée, expliquent la faible conservation des fosses. Ces phénomènes ont entraîné l’usure de la partie supérieure des structures, participant de cette manière à leur comblement et contribuant à leur donner un aspect diffus. C’est donc le plus souvent la répartition spatiale des vestiges qui a permis de fixer la limite supérieure des creusements. Seuls les fonds des fosses, qui ont livré aussi la plupart des fragments de céramique, ont pu être identifiés avec certitude.

FIG. 24 ‒ Fosses néolithiques F 4 et F 5 : vue d’ensemble après la fouille.

Cliché FJC

FIG. 25 ‒ Fosses néolithiques F 4 et F 5 : plan et coupes.

Dessin FJC.

6Les fosses F 4 et F 5, riches en vestiges mobiliers, ont livré environ 200 artefacts, dont des fragments de céramique, un fragment de bracelet en terre cuite, des déchets de taille et des outils en silex, ainsi que des fragments de torchis portant des empreintes de clayonnage. Tous ces témoins étaient répartis sur l’ensemble des remplissages. La fosse isolée F 6 se distingue par la présence d’artefacts, dont de très nombreux fragments de torchis ‒également avec traces de clayonnage‒ ayant subi l’action du feu, tapissant en nappe le fond de la fosse (fig. 26).

FIG. 26 ‒ Fosse néolithique F 6 : vue en cours de fouille, avec torchis rubéfié.

Cliché FJC

7La quasi‑absence de vestiges osseux dans les trois fosses suppose davantage une spécialisation dans le type de rejet domestique qu’une disparition liée à de mauvaises conditions de conservation, que le pH du substrat ne justifie pas. Le torchis indique une zone de rejet préférentielle de déchets de matériaux de construction. Des prélèvements ont fait l’objet d’une étude micro‑morphologique, qui a permis de confirmer sa fabrication à partir du limon jaune présent sur place. Bien qu’aucun trou de poteau n’ait été mis au jour, il est probable que ces structures se rattachent à une zone d’habitat.

8Creusées pour l’extraction du limon, ces excavations ont servi ensuite de dépotoirs, comblés progressivement avec des rejets domestiques courants. Le remontage d’un profil de vase hémisphérique, portant un décor modelé, à partir de fragments provenant de deux fosses différentes indique clairement leur contemporanéité. La relation entre ces fosses et un habitat proche, dont par ailleurs aucune trace n’a été observée, est renforcée par les analogies typologiques du mobilier céramique.

2.2.2 Les vestiges mobiliers

9Les trois fosses ont livré 220 fragments de poterie (fig. 27, 28). Cette céramique présente un ensemble de formes et de thèmes décoratifs, typologiquement remarquable. Son analyse descriptive est fondée sur la terminologie proposée par Claude Constantin (Constantin 1985).

FIG. 27 ‒ Céramiques du Néolithique moyen I de la fosse F 4.

Dessin Chr. Hochstrasser

FIG. 28 ‒ Céramiques du Néolithique moyen I des fosses F 4, F 5 et F 6.

Dessin Chr. Hochstrasser.

10La cuisson de cette céramique est presque toujours poussée à cœur et lui confère une bonne résistance mécanique. Les pâtes sont dans la plupart des cas de couleur gris‑brun à noire. Ces couleurs attestent de cuissons réductrices ou mixtes et exceptionnellement oxydantes. Les surfaces de couleur noire, brune ou chamois sont dans la majorité des cas régulières et présentent souvent un lissage soigné. Le dégraissant est de nature variée, mais comprend le plus fréquemment des éléments minéraux de nature sableuse. Les formes céramiques sont proches de celles rencontrées dans le groupe de Villeneuve‑Saint‑Germain. La céramique fine et à surface noire est représentée par des récipients de petite taille (micro‑vases), des bols hémisphériques à bord droit ou à bord légèrement rentrant. Il faut également mentionner la découverte d’un fragment de bracelet en céramique finement lissée. La céramique commune, plus abondante, est attestée par de gros récipients de forme hémisphérique et des trois quarts de sphère. Cette céramique constitue un ensemble homogène, portant un registre décoratif plastique composé principalement de cordons rapportés disposés en guirlandes et remontant vers le bord, de boutons aplatis placés sous le bord ou surmontant la lèvre dans certains cas, de mamelons perforés ou de moyens de préhension pincés. La technique des boutons à extrémité enfoncée est également utilisée. Cette association de décors modelés tels que pastilles, boutons à extrémité enfoncée et cordons disposés en guirlandes, dépassant le rebord extérieur des récipients, est rencontrée entre autres dans la Loire moyenne, sur les sites de Ligueil (Indre‑et‑Loire) (Prudhomme, Villes 1989), Luynes (Indre‑et‑Loire) et de Muides‑sur‑Loire (Loir‑et‑Cher) (Irribarria 1991). Des analyses pétrographiques, réalisées sur plusieurs tessons au Laboratoire des musées de France, ont confirmé l’absence de dégraissants à base d’os pilé ou de nummulites, qui est une des caractéristiques de la céramique du groupe de Cerny (Bouquillon et al. 1991 : 287).

11Le mobilier lithique de ces fosses est peu abondant. Sur 55 artefacts, on a pu dénombrer 17 produits bruts de débitage, 2 percuteurs, 2 produits techniques de débitage et 6 outils. Ces derniers comprennent 1 pièce à dos, 3 tranchets (fig. 29, nos 2‑4) et 2 pics (fig. 29, nos 1, 5). La majeure partie de cette industrie a été fabriquée dans du silex secondaire, excepté 2 pièces dont 1 tranchet en quartzite. L’outillage a principalement été façonné sur bloc. Les exceptions se limitent à une pièce à dos sur éclat laminaire et à un tranchet sur éclat épais. Les produits brut de débitage, éclats minces de petit module, correspondent vraisemblablement aux déchets de taille de l’outillage lourd, tels les pics. Ceux‑ci, de morphologie allongée, présentent une surface plane obtenue par de larges enlèvements couvrants, laquelle a servi de plan de frappe pour le façonnage des bords, obtenu par enlèvements plus ou moins réguliers. Les tranchets, peu stéréotypés, possèdent un tranchant naturel sans façonnage déterminé. Par ses caractéristiques typologiques et technologiques, cet ensemble lithique est cohérent avec le matériel céramique auquel il est associé. Il se situe déjà dans la tradition du Néolithique moyen septentrional, avec la présence d’un outillage lourd (pics et tranchets), de pièces à dos sur support laminaire et d’un débitage d’éclat (Bailloud 1980). Cette tendance, déjà amorcée dans le groupe de Villeneuve‑Saint‑Germain, se confirme nettement dans le Cerny. Enfin, une des fosses (F 4) a livré aussi deux fragments de meules dormantes à surface piquetée et à section plano‑ concave (fig. 29, nos 6, 7), ainsi qu’un fragment d’une autre, à bords relevés et section concave (fig. 29, no 8). Les déterminations pétrographiques, réalisées par le Centre de recherches des monuments historiques de Chaillot, indiquent que les deux premières ont été taillées dans un calcaire coquillier du Lutétien inférieur et la troisième dans un grès de Beauchamps, daté du Barthonien.

FIG. 29 ‒ Mobilier lithique des fosses F 4 à F 6 : 2‑4 tranchets ; 1 et 5 pics ; 910 armatures ; 6‑8 fragments de meules dormantes.

Dessin Chr. Hochstrasser.

12L’attribution culturelle de tous ces témoins, provenant de contextes fiables et stratifiés, est corroborée par les découvertes de mobilier épars, trouvé hors contexte au cours des décapages ou de la fouille de vestiges postérieurs. Leur répartition spatiale montre clairement l’importance du bourrelet bordant la Seine comme secteur d’occupation préférentielle.

13Le matériel découvert sur le site s’intégre dans un contexte chronologique particulier. Le deuxième quart du Ve millénaire av. J.‑C. voit l’émergence de la culture de Cerny (4600 BC calibré, pour les dates les plus anciennes). Son aire s’étend du Bassin parisien vers le Pas‑de‑Calais, la Saône, l’Yonne, l’Oise et le bassin de la Loire. Parallèlement, il semble que s’affirme à Paris, au sud de Paris et dans le bassin de la Loire moyenne, une composante culturelle spécifique issue d’une filiation d’un ou plusieurs groupes néolithiques, les uns de tradition danubienne (VSG), les autres posant discrètement le problème des influences méridionales dans le sud du Bassin parisien, cela bien avant l’apparition du Chasséen. Il apparaît ainsi un espace géographique privilégié pour des contacts entre des groupes épi‑rubanés et des groupes porteurs d’éléments novateurs qui participeraient à la genèse du Cerny. Les deux ensembles mobiliers néolithiques du Louvre (DMF/VDI et jardins du Carrousel) ne semblent pas présenter de caractéristiques culturelles communes fortes. Le premier est directement attribuable au Cerny, faciès Barbuise‑Courtavant (DMF/VDI), bien implanté dans le nord du Bassin parisien. Le second s’apparente au groupe d’Augy‑Saint‑Pallaye en raison de ses caractéristiques décoratives et de l’absence de dégraissant à l’os. Ce dernier peut être considéré comme la manifestation d’une culture à valeur régionale ou chronologique puisant ses racines dans le groupe de Villeneuve‑Saint‑Germain et poursuivant son développement sous l’influence grandissante de la culture de Cerny. Le site des jardins du Carrousel soulève ainsi le problème de la définition des sous‑groupes régionaux et de l’intensification de leurs contacts dans le Bassin parisien au début du Néolithique moyen I.

2.2.3 L’occupation et son environnement

14Les populations agro‑pastorales, établies dans le courant du Ve millénaire à l’emplacement des jardins du Carrousel, se sont fixées en bordure du fleuve. Cette situation place le site dans la catégorie des basses terrasses alluviales, à près de 9 m au‑dessus de l’étiage de la Seine. Les observations archéologiques, confortées par les études pédologiques, permettent d’exclure toute forme d’inondation du site et cela au moins depuis le début de l’Holocène jusqu’à la conquête romaine. Le substrat limoneux riche en carbonates de calcium, qui recouvre la totalité du site, se caractérise par une très grande fertilité. Cette donnée explique une anthropisation précoce dès le Néolithique moyen. L’analyse malacologique pratiquée sur des échantillons recueillis à la base de deux fosses a confirmé cette hypothèse (Rodriguez 1991). Cette étude a mis en évidence un déséquilibre de la malacofaune signalant des perturbations écologiques, peut‑être liées aux premières tentatives d’exploitation du site par l’homme. Elle permet aussi de proposer une reconstitution du paysage, sous la forme d’une prairie ouverte garnie de buissons et de taillis, peuplée de nombreux arbustes, à proximité d’un espace boisé (Rodriguez 1991 : 87). Cependant, les limites d’une restitution de l’environnement végétal sont rapidement atteintes en raison de la nature du sol. C’est ainsi qu’aucune interprétation environnementale ne peut être envisagée à partir des résultats palynologiques (Leroyer, Allenet 1991 : 114). En matière de paléoclimatologie, les valeurs climatiques actuelles peuvent servir de point de comparaison pour la période de la fin de l’Atlantique, période caractérisée par un optimum climatique postglaciaire avec des températures de deux à trois degrés supérieures aux températures actuelles. La pluviométrie actuelle enregistrée sur le site entre 1931 et 1961 est très basse (550 à 600 mm de précipitations moyennes annuelles) (Kessler, Chambraud 1990). Ce palier pluviométrique a été enregistré sur la majorité des implantations du Néolithique ancien et moyen. Le site réunit de cette manière des conditions environnementales élémentaires favorables à l’établissement de communautés agro‑pastorales.

2.3 L’occupation de l’âge du Bronze ancien

15Le site a livré très peu de témoins d’une occupation entre le Néolithique moyen et le Bronze final. Le seul vestige attribuable à cette période est une sépulture à inhumation (fig. 30), découverte dans la partie méridionale du site, toujours sur le bourrelet alluvial. Orientée E.‑O., elle est aménagée dans une fosse de plan rectangulaire creusée dans les limons jaunes (Courtaud 1991 ; 1994). La position du squelette fait penser à l’existence d’un coffrage, bien que les parois légèrement obliques de la fosse sépulcrale ne soient matérialisées par aucune pierre. L’individu est de taille adulte, de sexe masculin et de forte stature. Il a été déposé en décubitus dorsal, les membres inférieurs repliés, les genoux contre les épaules. La dépouille n’était malheureusement accompagnée d’aucun mobilier funéraire. La sépulture a été soumise à une analyse par 14C, réalisée par le laboratoire de Radiocarbone de l’université Claude‑Bernard de Lyon I (LA CNRS no 11). Elle propose une datation entre 2553 et 1716 av. J.‑C., après correction dendrochronologique. Cette inhumation peut sans doute être mise en relation avec une autre, découverte en 1986 dans le même secteur (Cornejo 1987). Couchée en décubitus dorsal et amputée des mains, elle était elle aussi dépourvue de mobilier funéraire.

2.4 L’implantation de l’âge du Bronze final

16Plusieurs structures en creux, dont quatre fosses, quinze trous de poteau et peut‑être un cercle funéraire, témoignent d’une nouvelle occupation humaine à la fin de l’âge du Bronze (plan I). À défaut d’un plan cohérent, ces traces marquent manifestement la présence d’un habitat installé sur les rives de la Seine. Cette hypothèse est vraisemblable si l’on considère la nature domestique des rejets qui constituent le remplissage des fosses‑silos. La découverte en 1986 de huit autres structures d’ensilage datées de la même période renforce l’image d’une occupation importante. Toutefois, le type d’implantation reste inconnu. L’existence d’une ferme isolée (avec rotation sur son terroir) est vraisemblable, même si celle de plusieurs fermes proches ne peut pas être totalement écartée. La grande variété de restes végétaux souligne la présence de cultures diversifiées.

17Le mobilier livré par tous ces vestiges appartient au Bronze final IIb‑IIIa et présente des affinités évidentes avec la sphère culturelle Rhin‑Suisse‑France orientale (Brun, Mordant 1988). Avec le site du Fossé‑Saint‑Bernard, près de Jussieu (Brun, Mordant 1988 : 295‑304), cet habitat apparaît pour l’heure le plus occidental de ce groupe dans le Bassin parisien.

FIG. 30 ‒ Sépulture du Néolithique final ou de l’âge du Bronze ancien (F 56).

Cliché FJC.

18Seule la découverte –hors contexte– de céramique cannelée du Bronze final I‑IIa et de quelques tessons du Bronze final IIIb suggère une présence humaine dès la première étape du Bronze final.

2.4.1 Les fosses‑silos

19Trois structures d’ensilage, riches en céramique, ont été mises au jour (fig. 31, 32). Répartition spatiale et mobilier laissent supposer une utilisation simultanée. Leur fonction est confirmée par l’analyse des témoins paléoenvironnementaux piégés dans les remplissages.

FIG. 31 ‒ Fosse‑silo F 27 du Bronze final IIIb ; plan et coupe.

Dessin FJC.

FIG. 32 ‒ Fosse‑silo F 29 du Bronze final IIIb ; plan et coupe.

Dessin FJC.

20Les fosses‑silos se présentent de manière générale sous la forme d’un creusement tronconique. Elles atteignent un diamètre variant de 2 à 2,50 m à la base et un diamètre compris entre 0,80 et 1,20 m au niveau de l’ouverture. La partie inférieure a été remblayée par un limon brun moucheté de Jaune correspondant au comblement primaire de la fosse. Des fosses‑silos similaires ont été observées à plusieurs reprises dans la région (par exemple Brun, Mordant 1988 : 295‑304). Le comblement de la moitié supérieure est souvent constitué par un mélange de sédiments limoneux provenant de l’effondrement des parois de la zone d’ouverture et par des rejets domestiques.

21Ce remplissage est riche en fragments de céramique, en faune, ainsi qu’en cendres et en charbons de bois issus de rejets de foyers domestiques. Les ossements d’animaux ont révélé la consommation de bœuf, de mouton, d’équidé et de porc. Mais la fosse contient également quelques os de reptiles (couleuvre d’eau) et de batraciens (crapauds), dont la variété suggère un milieu sablonneux à proximité d’une zone humide (Bailon 1991 : 277, 279). Leur présence valide l’hypothèse d’un comblement lent.

2.4.2 Enclos funéraire (?)

  • 1 Fouilles du pavillon des États (1992). Direction : service régional de l’Archéologie d’Île‑de‑Franc (...)
  • 2 La proximité de cet enclos et de la sépulture isolée du Néolithique final/Bronze ancien (cf. § 2.3. (...)

22La moitié d’un enclos (plan I) de 6,60 m de diamètre a été observée au sud des fosses‑silos1. Il subsiste un fossé fortement arasé de 0,36 m de large au maximum, profond de quelques centimètres et au profil en « V ». Sur la partie orientale, deux traces circulaires de 0,15 à 0,20 m de diamètre et de 0,40 m de profondeur, prolongées d’un sillon de 0,15 m de largeur, suggèrent l’existence d’une palissade en bois armant le fond du fossé. Cette structure, dépourvue de mobilier à l’exception d’un unique tesson de céramique protohistorique, peut être interprétée par analogie à des vestiges semblables comme un enclos funéraire de l’âge du Bronze ou du début de l’âge du Fer2. Aucune trace de sépulture n’est attestée au centre du cercle, mais l’important arasement peut expliquer cette lacune.

2.4.3 La céramique

23fig. 33, 34

24L’état de conservation de la céramique est excellent, mis à part quelques cas de fragmentation extrême. Sa cuisson, toujours poussée à cœur, lui confère une très bonne résistance mécanique. La céramique fine présente fréquemment des surfaces extérieures lustrées. La couleur des parois atteste l’emploi de cuissons fortement réductrices. La céramique commune est très souvent dégraissée à l’aide de composants sableux de moyenne dimension. La majeure partie offre les formes usuelles du Bronze final IIb‑IIIa de la confluence Seine‑Yonne (Brun, Mordant 1988 : 333‑347). Elle comprend des céramiques de formes hautes portant des décors digités (du type jarre à profil en S ou à lèvre éversée), des gobelets à épaulement portant des rangées de sillons horizontaux ou des cannelures, diverses céramiques de forme basse dont des terrines et des jattes à décor géométrique incisé.

FIG. 33 Céramiques du Bronze final IIIb : a fosse‑silo F 27 ; b fosse F 44.

Dessin Chr. Hochstrasser.

FIG. 34 ‒ Céramiques du Bronze final IIIb : a fosse‑silo F 29 ; b fosse‑silo F 42 ; c hors structure.

Dessin Chr. Hochstrasser.

2.4.4 Esquisse d’un paysage, esquisse d’une économie

25Les analyses paléoenvironnementales apportent des données particulièrement intéressantes pour caractériser le paysage du site à l’aube du Ier millénaire av. J.‑C. L’étude anthracologique a porté sur des prélèvements effectués dans les fosses‑silos F 27 et 29, sur des rejets de foyers (Pernaud 1991 : 59‑62). Elle propose un paléopaysage végétal fortement anthropisé. Le site semble être, à cette époque, à proximité d’une forêt de type chênaie‑charmaie ou chênaie‑hêtraie. Mais les essences de ligneux les plus représentées sont celles qui peuplent une lisière de forêt ou une clairière (haies, taillis, ormaie rudérale). Une forêt de bord de rivière (ripisylve) ainsi que des fruitiers (pruniers) ont aussi pu être identifiés. L’anthropisation du site est également confirmée par les données de la malacologie, à partir d’échantillons prélevés au fond d’un des silos (F 27). Le site est alors essentiellement fréquenté par une malacofaune de terrain découvert, avec une prépondérance de mollusques steppiques (Helicella ericetorum), qui traduit un regain de mise en culture des terres (Rodriguez 1991 : 87). Les observations car‑pologiques, réalisées dans le remplissage secondaire des trois silos, apportent d’autres informations (Moulins 1991 : 148). L’engrangement in situ de graminées propres à la consommation humaine, comme le froment (Trit. aestivum), le blé amidonnier (Trit. spelta) ou l’orge (Hordeum sativum) et d’autres espèces tel le millet (Panicum milliaceum), souligne la vocation agricole du site. La présence de quelques légumineuses comestibles telles que les lentilles (Lens culinaris) et les pois (Pisum) suggère la pratique d’une polyculture. La découverte d’une pomme sauvage (Malus sylvestris) évoque la présence de haies ou de lisières de cultures. Quant aux ossements d’animaux, ils révèlent la consommation de bœuf, de mouton et de porc.

2.5 L’implantation de La Tène ancienne

26L’occupation de La Tène ancienne (plan I) a laissé les vestiges les plus nombreux. Les trois fosses‑silos fouillées en 1990 s’ajoutent à la dizaine de fosses similaires de la fin de La Tène ancienne/début de La Tène moyenne, ainsi qu’aux cinq sépultures à inhumation avec mobilier métallique (épée, forces et anneaux), fouillées en 1986 dans le même secteur (Cornejo 1987 ; Chartrain 1990). Un dernier silo et trois fosses, observés en 1992 sur le rebord méridional du bourrelet alluvial, appartiennent vraisemblablement à la même occupation (Gaucher et al. 1992 : 14‑15).

27Le mobilier des trois fosses‑silos fouillées en 1990 constitue un ensemble homogène et synchrone, qui suggère la présence d’un habitat à proximité immédiate. Les caractéristiques typologiques de la céramique situent chronologiquement cet ensemble à la fin de La Tène ancienne, vraisemblablement à la phase III, vers la fin du ive s. av. J.‑C., si l’on considère la présence du vase à piédestal de type champenois comme un élément fixant un terminus post quem. La céramique commune permet de préciser la typologie de La Tène ancienne III en Île‑de‑France. Les découvertes du Louvre et de Bercy (Gallia Informations 1993 : 40) confirment l’hypothèse de l’occupation des basses et très basses terrasses de la Seine moyenne, en plein cœur de Paris au début du deuxième âge du Fer.

2.5.1 Les fosses silos

  • 3 Fouilles du pavillon des États (1992). Direction : service régional de l’Archéologie d’Île‑de‑Franc (...)

28Les fosses d’ensilage F 1 (fig. 35), F 5 et F 7 présentent un profil tronconique aux parois fortement rétrécies vers le haut. Leur diamètre à l’ouverture varie de 0,70 à 1,38 m, tandis qu’il atteint aisément 2 à 2,20 m à la base. Dans les cas les plus favorables, le comblement fait apparaître un remplissage en forme de cône comprenant des lentilles cendreuses dans la partie inférieure. Cette observation, corrélée aux résultats des analyses paléoenvironnementales (principalement botaniques), suggère un rebouchage lent après abandon des silos. Une utilisation finale en tant que dépotoir est clairement mise en évidence par l’abondance des vestiges mobiliers, localisés principalement dans la partie inférieure du comblement. On y trouve des pierres brûlées et des fragments d’argile (torchis), mais surtout de nombreux morceaux de céramiques, dont quelques tessons de situles et des ossements animaux, dont de l’avifaune, du porc, du mouton, du bœuf, du chien et du cheval. Il faut mentionner également la découverte d’une pointe en fer, d’une longueur de 12,5 cm (armature de lance ?). La présence de graines de céréales carbonisées dans le fond de ces structures a pu confirmer leur vocation primitive. Le silo F 62 présente un creusement en forme de cloche3, similaire aux précédents. Sa profondeur conservée est de 0,90 m pour un diamètre de 1,50 m à la base. Un resserrement de l’ouverture apparaît nettement à 0,70 m du fond. Des effondrements ont affecté son sommet, légèrement évasé. Son remplissage a été effectué en deux temps. Le premier suggère un remblaiement lent, par colluvionnement, après abandon, jusqu’à obtention d’une large cuvette profonde. Il a livré des tessons de céramique protohistorique et quelques éclats de silex. La dépression subsistante fut colmatée définitivement à l’époque romaine.

FIG. 35 ‒ Fosse‑silo F 1 de La Tène ancienne en cours de fouille.

Cliché FJC.

2.5.2 La céramique

29fig. 36, 37, 38

30La céramique commune comprend principalement des récipients de stockage à pâte épaisse et dégraissant siliceux grossier, pouvant percer les parois. Les décors sont rares et souvent limités à des rangées d’impressions digitées, généralement situées à la jonction entre le col et la panse. Une grande constance règne dans le diamètre « standard » du fond plat de la plupart de ces vases, qui est de l’ordre de 10 cm. La céramique à paroi éclaboussée est également attestée. La céramique fine est moins représentée. Elle se distingue de la précédente par la taille de son dégraissant, par l’épaisseur moindre de ses parois et un lustrage soigné. Certains vases réalisés à la tournette ont des fonds pourvus d’un pied annulaire faiblement dégagé. Les décors, peu nombreux, sont principalement des coups croisés de peigne à dents multiples, disposés sur la panse et plus rarement des décors incisés géométriques.

FIG. 36 ‒ Céramiques de La Tène ancienne IIIa/b de la fosse‑silo F 1.

Dessin Chr. Hochstrasser.

FIG. 37 ‒ Céramiques de La Tène ancienne IIIa/b de la fosse‑silo F 1.

Dessin Chr. Hochstrasser.

FIG. 38 ‒ Céramiques de La Tène ancienne III : a fosse‑silo F 5 ; b fosse F 7.

Dessin Chr. Hochstrasser.

2.5.3 L’implantation et son environnement

31Les analyses paléoenvironnementales permettent de proposer une restitution du paysage vers 300 av. J.‑C.

32L’étude anthracologique, réalisée à partir de prélèvements effectués dans le silo F 1, donne l’impression d’un paysage ouvert et fortement anthropisé (Pernaud 1991 : 64‑66). Le site se trouve alors à proximité de trois biotopes végétaux : une forêt de type chênaie‑hêtraie calcicole (chêne, hêtre, charme, érable) et une formation plus ouverte reflétant l’impact des activités agricoles (haies, taillis, bocage, arbuste).

33La végétation de bord de rivière est en revanche peu développée. Les arbres fruitiers comme le prunier, le cerisier, le pommier, le poirier, ainsi que la vigne dite sauvage, sont présents. L’analyse des macrorestes végétaux récupérés dans les fosses‑silos F 1 et F 5 apporte d’autres informations (Moulins1991 : 148‑149). L’orge (Hordeum sativum), le blé (Trit. aestivum et spelta) et le millet (Panicum milliaceum) sontcultivés. La présence de légumineuses comestibles telles queles lentilles (Lens culinaris) et les pois (Pisum) souligne lapersistance d’une économie agraire diversifiée. La composition des graines sauvages et des graminées découvertes dansle silo F 1 évoque une destination à l’alimentation animale. Les espèces rudérales comme les chénopodes (Chenopodiumsp.), le brome (Bromus sp.) et l’avoine (Avena sp.), habituellement associées aux cultures de céréales, mais aussi l’oseille (Rumex), l’ortie (Urtica) et le plantain (Plantago) indiquentla proximité de champs cultivés. L’analyse des ossements d’animaux a également permis de mettre en évidence la consommation du bœuf, du mouton, du porc, du cheval, du chien et du poisson. Telle qu’elle se présente, l’occupation de l’âge du Fer renforce l’image d’une dynamique de peuplement dans les plaines alluviales du Bassin parisien à la fin du ive s. av. J.‑C. et au début du iiie s. av. J.‑C., image qui était jusque‑là représentée par des sites d’habitat datés principalement de La Tène ancienne I.

2.6 Synthèse

34Un des intérêts majeurs des fouilles des jardins du Carrousel réside dans la mise en évidence de l’occupation du site à des périodes de transition culturelle forte et ce, à deux reprises.

35Les premières implantations humaines recouvrent le passage du Néolithique ancien au Néolithique moyen I, illustré par les témoins de deux habitats, l’un présentant une céramique à décor exclusivement modelé, l’autre de type Cerny, faciès Barbuise‑Courtavant. Ce sont actuellement encore les plus anciens témoignages de l’occupation du sol parisien, puisque la première séquence culturelle présente sur le site précède celle de Paris‑Bercy/La Halle aux Vins, datée de la fin du Néolithique moyen I (Gallia Informations 1993 : 36‑40).

36Une nouvelle mise en valeur du site est attestée durant la fin de l’âge du Bronze, c’est‑à‑dire à la transition Bronze‑Fer, période caractérisée par une détérioration des conditions climatiques. Durant cette période, on exploite de plus en plus intensivement la terre et des sols délaissés jusqu’alors. Une certaine pression sur le territoire s’observe par l’occupation de basses terrasses alluviales, à proximité des cours d’eau (exemples : vallée de l’Oise, Petite‑Seine) (Brun, Mordant 1988 : 599‑620). Cependant, la documentation régionale est très inégale pour ces périodes. La reconnaissance de sites d’habitat reste faible et n’apparaît que dans les secteurs intensivement explorés comme la Bassée et le marais de Saint‑Gond.

37Comme les critères de définition du Bronze final IIIb et du Hallstatt ancien dans le Bassin parisien ont été établis principalement à partir d’associations de mobiliers (métalliques et céramiques) provenant de dépôts ou de contextes funéraires, l’étude typologique de la céramique commune des sites d’habitat de cette période nécessite encore bien des précisions. Force est de constater une évolution constante des formes usuelles et un appauvrissement progressif des registres décoratifs jusqu’à l’apparition du Hallstatt moyen, au cours de la première moitié du vie s. av. J.‑C. Les transformations culturelles paraissent donc s’opérer sans rupture évolutive dans la région. Les données typologiques de la céramique des jardins du Carrousel cadrent bien avec cette vision.

38Il est possible aussi d’aborder l’histoire de l’occupation du site sous un angle purement économique. Étroitement lié à la qualité d’un substrat riche en éléments minéraux et notamment en carbonate de calcium, il présente de grandes potentialités d’exploitation et de rendements agricoles. Ces caractéristiques pédologiques placent le site du Louvre actuel parmi les territoires les plus intéressants pour la culture céréalière, dans un contexte d’économie primitive de production agro‑pastorale.

39Il n’est par conséquent pas étonnant de constater une réoccupation périodique du site durant la Protohistoire et cela, au cours du Néolithique moyen I, de l’âge du Bronze final et enfin de La Tène ancienne. Un des indices les plus significatifs à ce sujet est la présence, sur l’ensemble du site, d’une grande quantité de mobilier céramique protohistorique erratique, très fragmenté et roulé, piégé dans les limons bruns et dans les fossés du parcellaire gallo‑romain. Cette céramique grossière, non tournée, est trop atypique pour permettre une datation plus fine. Tout au plus est‑il possible de la situer avant le début de La Tène moyenne. Dans la mesure où la céramique de La Tène moyenne et de La Tène finale est quasiment absente sur le site, ces petits fragments ne peuvent être attribués logiquement qu’aux occupations attestées, c’est‑à‑dire au Néolithique moyen I, au Bronze final IIIb et à La Tène ancienne III. La présence de cette céramique peut être liée à une pratique d’amendement des terres par fumure. Cette technique de mise en valeur des terres cultivables apparaît dès le Néolithique récent dans la culture de Michelsberg (en Belgique et en Allemagne). L’étude paléoenvironnementale confirme entièrement cette vision de l’utilisation de l’espace. L’existence de cultures est attestée par les prélèvements malacologiques et les macrorestes provenant des silos, tandis que l’étude pédosédimentaire montre la progressive transformation du sol liée à l’emprise croissante de l’homme sur le milieu.

40Le site des jardins du Carrousel témoigne de l’intérêt des sociétés protohistoriques pour les terres particulièrement fertiles des basses terrasses alluviales, à proximité immédiate d’un cours d’eau, et de leur souci d’améliorer leurs potentialités agraires. Cette évolution est achevée dès l’époque romaine, lorsque l’utilisation du site devient permanente.

Notes

1 Fouilles du pavillon des États (1992). Direction : service régional de l’Archéologie d’Île‑de‑France (Gauchet et al. 1992). L’ensemble des informations pour la zone du pavillon des États sont issues du document final de synthèse de la fouille. Afin qu’elles puissent être intégrées dans cet ouvrage, leurs auteurs ont bien voulu accepter la communication de leurs données.

2 La proximité de cet enclos et de la sépulture isolée du Néolithique final/Bronze ancien (cf. § 2.3.1) suggère évidemment un lien qu’il n’est pas possible de prouver.

3 Fouilles du pavillon des États (1992). Direction : service régional de l’Archéologie d’Île‑de‑France (Gauchet et al. 1992). L’ensemble des informations pour la zone du pavillon des États sont issues du document final de synthèse de la fouille. Afin qu’elles puissent être intégrées dans cet ouvrage, leurs auteurs ont bien voulu accepter la communication de leurs données.

Table des illustrations

Légende PLAN I ‒ Plan général des vestiges néolithiques et protohistoriques de la DMF et des jardins du Carrousel.
Crédits DAO P. Pihuit/Afan, d’ap. FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45055/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende FIG. 24 ‒ Fosses néolithiques F 4 et F 5 : vue d’ensemble après la fouille.
Crédits Cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45055/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende FIG. 25 ‒ Fosses néolithiques F 4 et F 5 : plan et coupes.
Crédits Dessin FJC.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45055/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende FIG. 26 ‒ Fosse néolithique F 6 : vue en cours de fouille, avec torchis rubéfié.
Crédits Cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45055/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende FIG. 27 ‒ Céramiques du Néolithique moyen I de la fosse F 4.
Crédits Dessin Chr. Hochstrasser
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45055/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende FIG. 28 ‒ Céramiques du Néolithique moyen I des fosses F 4, F 5 et F 6.
Crédits Dessin Chr. Hochstrasser.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45055/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende FIG. 29 ‒ Mobilier lithique des fosses F 4 à F 6 : 2‑4 tranchets ; 1 et 5 pics ; 910 armatures ; 6‑8 fragments de meules dormantes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45055/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende FIG. 30 ‒ Sépulture du Néolithique final ou de l’âge du Bronze ancien (F 56).
Crédits Cliché FJC.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45055/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende FIG. 31 ‒ Fosse‑silo F 27 du Bronze final IIIb ; plan et coupe.
Crédits Dessin FJC.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45055/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende FIG. 32 ‒ Fosse‑silo F 29 du Bronze final IIIb ; plan et coupe.
Crédits Dessin FJC.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45055/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende FIG. 33 ‒ Céramiques du Bronze final IIIb : a fosse‑silo F 27 ; b fosse F 44.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45055/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende FIG. 34 ‒ Céramiques du Bronze final IIIb : a fosse‑silo F 29 ; b fosse‑silo F 42 ; c hors structure.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45055/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende FIG. 35 ‒ Fosse‑silo F 1 de La Tène ancienne en cours de fouille.
Crédits Cliché FJC.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45055/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende FIG. 36 ‒ Céramiques de La Tène ancienne IIIa/b de la fosse‑silo F 1.
Crédits Dessin Chr. Hochstrasser.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45055/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Légende FIG. 37 ‒ Céramiques de La Tène ancienne IIIa/b de la fosse‑silo F 1.
Crédits Dessin Chr. Hochstrasser.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45055/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende FIG. 38 ‒ Céramiques de La Tène ancienne III : a fosse‑silo F 5 ; b fosse F 7.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45055/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 74k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search