Version classiqueVersion mobile

Les jardins du Carrousel (Paris)

 | 
Paul Van Ossel

Partie I. Le Carrousel avant Paris

Chapitre I. Le site ancien : pédologie et environnement

1 Der Ort in alter Zeit: Pedologie und Umgebung

1 The ancient site: pedology and environment

Résumé

L’étude pédologique des faciès limoneux du site constitue une condition pour la compréhension des vestiges. L’examen macromorphologique du sol et sa variabilité sur le site ont été confrontés aux observations micromorphologiques et aux résultats des analyses physicochimiques. L’ensemble des informations permet de proposer une restitution du paysage pédologique et topographique avant l’installation humaine, d’évaluer la valeur agricole du sol et de caractériser l’anthropisation progressive du site jusqu’aux transformations radicales de la fin du xvie s. L’existence d’un bourrelet alluvial en bordure du fleuve a joué un rôle déterminant dans l’occupation du secteur.

Texte intégral

1.1 Le site naturel

  • 1 Altitude du terrain naturel, sans les remblais archéologiques.

1Le Louvre se trouve au cœur de Paris, sur la rive droite de la Seine (fig. 4), à peu près au centre de l’étroite plaine alluviale formée par le fleuve. Forçant son cours entre des plateaux calcaires jalonnés de hauteurs qui surplombent la vallée de 30 à 100 m, la Seine dessine entre Bercy et la butte de Chaillot une large boucle concave, dans laquelle elle a étalé d’épaisses nappes alluviales au gré des variations de ses chenaux. Le cours actuel, canalisé et domestiqué, est l’ultime avatar d’une évolution que l’anthropisation progressive du paysage n’a fait qu’accélérer. Le site naturel de Paris est bien connu. Il a été décrit si souvent qu’on peut s’abstenir de le présenter ici (Duval 1960 : 12‑27 ; Trombetta 1987 : 18‑19 ; Beaudouin 1989 : 14‑33 ; Beaujeu‑Garnier 1977). Certaines de ses caractéristiques sont toutefois déterminantes pour la compréhension de l’opération archéologique des jardins du Carrousel et méritent que l’on s’y attarde. Position géomorphologique, topographie ancienne, nature et comportement hydrologique du sous‑sol ont un impact évident sur les occupations anciennes qui se sont succédé sur le site. Le site du Louvre (fig. 5) se trouve en bordure immédiate du fleuve (environ 100 m). Il occupe une basse terrasse, constituée de limons de débordement tardiglaciaires (Lécolle 1989 : 221‑223), et culmine à 33,70 m NGF1, soit entre 7,44 m et 8,89 m au‑dessus de l’étiage de la Seine. Cette terrasse a connu vraisemblablement une phase érosive durant le Pléniglaciaire supérieur, avant le dépôt des limons lités (Lécolle 1989 : 221). Ce phénomène pourrait expliquer le faible développement de la basse terrasse par rapport à la très basse terrasse, à Paris même et aux abords de la capitale (Bourdier 1969b : 209).

FIG. 4 ‒ Situation géographique de Paris et du Bassin parisien.

Dessin FJC

FIG. 5 ‒ Carte topographique de Paris. En tramé, les dépôts alluvionnaires.

Dessin FJC

  • 2 Cette carte remplace avantageusement celle de Villain Vallet 1910.

2Une restitution de la topographie de Paris sans remblais modernes a été proposée par V. Krier (fig. 6) en utilisant les données de l’Atlas géologique de la ville de Paris (Préfecture de la Seine 1967, 1/5 000). À partir des observations portées précisément sur ce document, une nouvelle carte a été dessinée après avoir retranché partout l’épaisseur des remblais modernes2. Cette carte montre que le site des jardins du Carrousel occupe un point haut dans les alluvions qui constitue en quelque sorte la dernière zone haute de Paris sur la rive droite vers l’aval.

FIG. 6 ‒ Restitution de la topographie préurbaine de Paris (d’ap. les indications de V. Krier). En tramé, les zones situées sous la cote 30 m NGF, considérées comme inondables.

Dessin FJC

3Au niveau du site, le socle rocheux du Lutétien moyen supérieur (calcaire grossier supérieur à cérithes) se trouve entre 18 m et 25,5 m ngf (EPGL 1990) ; il correspond au niveau d’érosion maximale de la Seine. Un léger pendage vers le cours actuel du fleuve a été observé. Une carte de la topographie du toit calcaire (fig. 7) montre que le point le plus haut se situe à 25,5 m ngf et que le relief du toit calcaire est relativement faible (de 26 à 23 m ngf) au niveau du fossé de l’enceinte urbaine. En revanche, le toit descend fortement vers l’ouest. Entre les limons tardiglaciaires au sommet des dépôts alluvionnaires et le toit calcaire à la base, se trouvent essentiellement des graviers grossiers contenant dans la partie inférieure des fragments de calcaire remaniés. Le comportement hydrologique du site peut être décrit à partir de l’étude des puits à eau découverts lors des fouilles. Les altitudes des fonds des puits médiévaux (xiiiexive s.) fouillés dans la cour Napoléon ont montré que le niveau minimal moyen de la nappe phréatique se situait au bas Moyen Âge entre 26 m et 27 m ngf (Krier 1989 ; 16). Par rapport à la surface « préurbaine », la nappe se situe donc en moyenne au moins à 5 m de profondeur. L’hydrologie du site dépend aussi des risques d’inondation par la Seine. Plusieurs indices montrent que le site a toujours été à l’abri du fleuve, malgré sa proximité. Les eaux de la plus importante crue historique connue à Paris, celle de 1658, se sont élevées jusqu’à 8,8 m au‑dessus du 0 de l’échelle du pont de la Tournelle, niveau qui correspond à 33,33 m ngf à hauteur du pont Royal, en face du Louvre (Belgrand 1872 : 608‑609 ; Beaudoin 1989 : 79). Celle de 1910 culmina à 8,48 m au‑dessus du 0 de l’échelle. Cette hauteur des eaux est très élevée, mais est vraisemblablement le résultat du rétrécissement artificiel du lit fluvial à Paris. Effectivement, la ville formait un véritable barrage avec ses ouvrages défensifs, ses quais, ses piles de ponts et toutes les constructions riveraines. L’étranglement fluvial atteint son maximum aux xviie et xviiie s., transformant en catastrophe chaque crue importante et a fortiori les crues exceptionnelles (Beaudoin 1989 : 76‑86). Un autre élément déterminant de l’aggravation de l’effet des crues réside sans doute dans la disparition de la couverture végétale (Cosandey 1990 : 655‑656). La disparition de la végétation peut changer le régime très régulier d’une rivière sous couvert forestier en un régime plus irrégulier avec de nombreuses crues (Verbruggen, Kiden 1989 : 12). Tout porte donc à croire que dans l’état naturel de la géographie fluviale, avant l’intervention de l’homme, les crues parisiennes n’avaient pas les conséquences brutales qu’elles ont eues par la suite (Beaudoin 1989 : 16). Ces constatations permettent de conclure que le site se trouve à l’abri des inondations, même lors des crues exceptionnelles.

FIG. 7 ‒ Topographie du toit calcaire (d’ap. les indications fournies par l’EPGL).

Dessin FJC

1.2 Les limons : une recherche fondamentale

4Les recherches sur les limons des bords de Seine à la hauteur du Louvre découlent directement des acquis des études paléoenvironnementales des fouilles de la cour Napoléon. Celles‑ci étaient parmi les premières à Paris à avoir délibérément intégré dans la réflexion archéologique, dès leur conception, une série de disciplines partenaires de l’archéologie. L’intérêt d’une telle approche est indéniable (Paléo‑environnement... 1986 ; Bonis et al. 1988 ; Krier, Leroyer : 1988a ; 1988b). Dans le cas des niveaux de « limon brun », leur apport est apparu déterminant pour une interprétation correcte des formations renfermant les vestiges d’occupation antérieurs à l’urbanisation du secteur (Van Ossel 1987 : 13). Les objectifs principaux de la recherche pédologique étaient de comprendre l’origine, la dynamique de dépôt et d’accumulation des sédiments, mais aussi la fonction et l’évolution des structures archéologiques. Par ailleurs, il importait d’évaluer la valeur agricole des terrains, dans une perspective d’interprétation générale des structures agraires mises au jour (Van Ossel 1987 : 18).

5Les limons constituent la partie supérieure des dépôts pédo‑sédimentaires du site des jardins du Carrousel. Ils correspondent à la phase finale de la sédimentation alluviale de la Seine et comprennent trois ensembles de couleurs différentes : du haut vers le bas un horizon brun‑gris, un horizon brun, puis un horizon jaune ; ce dernier est lui‑même divisé en deux parties, l’une caractérisée par une organisation sédimentaire, l’autre sans organisation sédimentaire. L’interrogation principale est d’expliquer l’origine de l’horizon brun. Ce problème, d’une grande importance archéologique ‒toute l’occupation antérieure à la ville médiévale s’articule par rapport au limon brun‒, avait été reconnu avant les fouilles des jardins du Carrousel. L’étude sédimentologique menée par V. Krier (Krier 1989) avait permis de dégager une première série d’observations, mais l’arrêt des opérations en décembre 1986 entraîna aussi celui des recherches. Afin de produire des éléments de réflexion pouvant orienter la nouvelle programmation, un diagnostic micromorphologique des limons a été réalisé. Ces travaux préalables aboutissaient à trois modèles, dont deux étaient estimés moins vraisemblables (modèles 2 et 3) :

61 ‒ l’horizon brun est le résultat d’un labour ou bêchage intensif qui a provoqué la transformation de l’horizon jaune en horizon brun et qui, en conséquence, a détruit la partie supérieure du sol existant (Krier 1989 : 28 ; Sordoillet 1989 : 3). Dans cette hypothèse, le sol qui existe actuellement sur le site présente un développement de profil de type Ap‑C (profil à horizon labouré situé immédiatement sur un sédiment faiblement pédogénéisé) et le sol antérieur de type Sol Lessivé (A‑Bt‑C) a disparu ;

72 ‒ l’horizon brun a pour origine principale un apport alluvial, régulier mais peu important, provenant des inondations séculaires durant le postglaciaire actuel. Cet apport, accumulé progressivement, a graduellement rehaussé le niveau du sol et a intégré en même temps les vestiges des occupations humaines. Cette hypothèse implique une stratification des niveaux, comme cela a été suggéré (Cornejo 1987). Certains indices, par exemple des couches de sables et limons lités provenant de crues repérées sur les remblais de construction du Louvre (Krier 1987 : 9), pourraient aller dans ce sens, mais l’hypothèse d’une sédimentation alluviale importante après le Néolithique semble malgré tout difficile à admettre (Krier 1989 : 27) ;

83 ‒ l’horizon brun correspond, avant toute intervention humaine, à un horizon humifère de surface (horizon A) d’un sol, auquel depuis le Néolithique ancien l’homme a superposé ses activités (agriculture, élevage...). La présence de mobilier néolithique à la base des limons bruns constitue le principal obstacle à cette hypodtèse (Krier 1989 : 27), qui ne se différencie de la précédente que par l’absence d’un alluvionnement continu pendant l’occupation du site comme facteur pédogénétique.

9Les limons bruns sont devenus un thème central de la recherche paléoenvironnementale de la fouille des jardins du Carrousel. Dès le début de la phase de terrain, une étude globale combinant données archéologiques et pédologiques de terrain, analyses physico‑chimiques, observations micromorphologiques, données paléobotaniques, malacologiques et limnologiques a été entreprise, dans le but de poursuivre cette recherche et d’apporter de nouveaux éléments de réflexion.

1.3 Démarche analytique

10Devant les questions soulevées par les travaux antérieurs, une démarche analytique spécifique a été mise en œuvre. Le travail de terrain a consisté d’abord à rassembler le plus grand nombre d’informations sur les caractéristiques pédo‑sédimentaires du site. Dans cette optique, un profil de référence (fig. A) a été réalisé dans un secteur bien conservé. Les données fournies par ce profil ont été confrontées à soixante‑dix « points d’observations paléoenvironnementales » (POP), répartis sur l’ensemble du terrain. Ils ont permis de constituer à leur tour un référentiel pédo‑sédimentaire, qui a été comparé ensuite à d’autres gisements alluviaux de la Seine (Marolles‑sur‑Seine, Paris Zac Citroën, Zac Bercy, Zac Chevaleret, rue Saint‑Martin).

  • 3 273, rue de Cambrai, 62000 Arras.

11Une dizaine de POP constituent l’épine dorsale des observations de terrain. Ils ont été décrits et analysés selon des méthodes pédologiques. Les analyses physico‑chimiques ont été effectuées par le laboratoire d’analyses des sols de l’INRA3. Les lames minces ont été fabriquées par le département des Sols de l’INA‑PG selon la méthode de Guilloré (Guilloré 1980). Un échantillon de 10 l provenant de chaque horizon du profil de référence et de plusieurs contextes limoneux a été tamisé sur un crible à maille de 0,5 mm, afin d’étudier son contenu (Rodriguez 1991 ; Solari, Thiébault 1991 ; Moulins 1991). Un diagnostic palynologique (Leroyer, Allenet 1991) et limnologique (Gasse, Gell 1991) des limons a également été effectué. Dans le but d’affiner l’analyse du mobilier archéologique, quatre fouilles expérimentales ont été réalisées par niveaux artificiels de 5 à 6 cm sur une superficie de 1 m2. La totalité des sédiments fouillés a été tamisée.

12L’analyse détaillée du profil de référence a produit une série de réflexions pédo‑génétiques générales. La variabilité des caractéristiques pédologiques a été recherchée ensuite à travers l’ensemble du site, afin d’obtenir des informations complémentaires sur le fonctionnement de l’écosystème, auquel le sol contribue. Dans cette perspective, la première démarche a consisté à observer la morphologie et la répartition spatiale des différents horizons, dont le brun‑gris et le brun. Par la suite, les composants pédo‑génétiques, en particulier l’activité biologique, les phénomènes périglaciaires, la granulométrie de la terre fine, les indices d’accumulation et de dissolution des carbonates, ainsi que les taux de phosphates, ont été analysés isolément. Toutes ces données autorisent une restitution du paysage pédologique avant l’installation humaine. Elles débouchent directement sur une mise en évidence du relief ancien et sur une évaluation des potentialités agricoles du site. Cette restitution permet à son tour de mesurer le poids de l’anthropisation, par altération du fond sédimentaire (cultures, extraction de matières premières).

1.4 Les limons : analyses, résultats et discussions

1.4.1 Analyse morphologique du profil de référence

13fig. a, b ; tabl. i

14À l’emplacement du profil de référence les sédiments ont été fossilisés sous des remblais importants (> 1 m d’épaisseur) au xvie s. lors de la construction du château des Tuileries (fig. A, a).

FIG. A ‒ Profil pédologique de référence, a remblais du XVIe s.

Cliché FJC

FIG. B ‒ Coupe schématisée du faciès limoneux, réalisée à partir du profil de référence (horizons 1 à 8).

Dessin FJC

TABL. I ‒ Données analytiques du profil de référence.

15Les graviers se trouvent à 31,20 ngf, soit environ à 2,4 m de profondeur sous la surface médiévale (fig. B, h1). Le dépôt recouvrant les graviers présente une texture sablo‑limoneuse. La couleur (Munsell 1988) en condition humide évolue de haut en bas de brun‑gris/brun‑gris foncé (2,5Y5 – 4/2 : horizon 1), à brun (10YR 5/3 : horizon 2), à brun‑brun foncé (10YR 4/3 : horizon 3), à jaune (2,5Y‑10YR 7/6 ; 2,5Y 7/6 ; 2,5Y 7/4‑6 : horizons 4, 5 et 6) et enfin à jaune pâle (10YR‑2,5Y 7/4 : horizon 7).

16Une organisation sédimentaire est présente à partir de 31,70 ngf. Des traces d’une intense activité biologique (lombrics et taupes) apparaissent principalement dans les horizons 4 à 6. Le dernier, situé au niveau où s’arrête la majorité des galeries de lombrics, est constitué entièrement de galeries de taupes. Des phénomènes témoignant d’une ambiance froide (petites fentes de gel, cailloux coiffés) sont attestés dans les horizons 7 et 8. Le mobilier archéologique se rencontre uniquement dans les deux horizons supérieurs.

17Le sol est calcaire jusqu’à la surface. Plusieurs phénomènes carbonatés ont été observés sur le terrain : présence de petits nodules de calcite (< 1 %, 1 à 3 cm de diamètre) dans les horizons 5 à 7 et de carbonates et de sulfates de calcium (gypse) secondaires dans les horizons 1 à 7, avec un maximum dans l’horizon 3. Les cailloux de l’horizon 8 possèdent des barbes de calcite. Les limites entre les horizons sont distinctes à graduelles, sauf entre l’horizon 1 et l’horizon 2, entre l’horizon 2 et l’horizon 3, entre l’horizon 7 et l’horizon 8, où elles sont abruptes.

18L’étude micromorphologique précise la description et la compréhension de ce profil. Le limon « jaune lité » (horizon 7) se caractérise par une alternance de lits sableux (fig. 8) de structure d’entassement lâche et de parties limoneuses avec une microstructure cryogénique en lentille de glace (fig. 9). Ses principaux traits pédologiques sont des hypo‑revêtements carbonatés avec le plus souvent à leur surface un développement de calcite aciculaire, ainsi que des précipitations (0,5‑1 mm de diamètre) de calcite, composés de cristaux équigranulaires (fig. 10). Ces derniers, systématiquement associés à une zone décarbonatée d’argile jaune à striation réticulée, sont interprétés comme des pseudomorphes racinaires. On retrouve ces caractéristiques aussi dans l’horizon 6.

FIG. 8 ‒ Lit sableux constitué principalement de fragments de calcaire, de quartz et de glauconie (agrandissement 40 x).

Cliché FJC.

FIG. 9 ‒ Microstructure cryogénique en lentille de glace (agrandissement 40 x).

Cliché FJC.

FIG. 10 ‒ Nodules de calcite équigranulaire (agrandissement 40 x).

Cliché FJC.

19Les horizons 5, 4 et 3 présentent une microstructure dense de chenaux (fig. 11) avec quelques zones granulaires et/ou grumeleuses. Les hypo‑revêtements carbonatés sont présents dans les trois horizons et atteignent un nombre maximal dans l’horizon 3 (5 %). Des nodules de calcite à structure interne radiale, apparaissant dans l’horizon 5, ont été identifiés à des tests internes de limaces (arionidae) (Courty et al. 1989 : 143) et/ou de lombrics (Lee 1985 : 226). Leur diamètre maximal est inférieur à 1 mm. Ils sont plus nombreux à mesure que l’on remonte à travers les horizons.

FIG. 11 ‒ Microstructure en chenaux (agrandissement 40 x).

Cliché FJC.

20Du bas vers le haut, on assiste progressivement à la fragmentation graduelle des précipitations de calcite de type équigranulaire. Ainsi, l’horizon 3 n’en contient plus qui puissent être associés à une zone décarbonatée, bien que l’on y trouve beaucoup de cristaux individuels de calcite disséminés dans la masse. Les horizons 4 et 5 ont respectivement 20 et 2 % de leur surface qui présente les traits pédologiques de couleur plus foncée et avec un degré de décarbonatation élevé. Ils sont à rapprocher de l’horizon 3 qui en est en grande partie constituée. L’horizon 4 comporte également le taux le plus élevé de traits d’accumulation de gypse, surtout de type lenticulaire.

21L’horizon 2 constitue une limite importante puisqu’il marque l’ouverture de la structure (fig. 12) qui devient granulaire et/ou grumeleuse. Cet horizon se caractérise aussi par la présence d’éléments anthropiques (tessons, os, charbons de bois et fragments de calcaires), la quasi‑absence d’hypo‑revêtements carbonatés et la présence plus importante de tests internes de limaces et/ou de lombrics.

FIG. 12 ‒ Microstructure granulaire et grumeleuse (agrandissement 40 x).

Cliché FJC.

22Dans l’horizon 1, on remarque un retour à une structure à chenaux, entraînant une diminution de la porosité. Cet horizon contient aussi beaucoup d’éléments d’origine anthropique (fragments de plâtre, charbons de bois, os et tessons), le nombre maximal des nodules calcaires de type radial, des résidus organiques, ainsi qu’un nombre plus important de grains de quartz de la taille de sable grossier. Il faut remarquer aussi la quasi‑absence de traits texturaux, carbonatés et gypseux dans les deux horizons supérieurs. Ceci met bien en évidence leur caractère perturbé.

23On retrouve des granules fins et arrondis (diam. : 1‑2 mm) dans les cinq horizons supérieurs, aussi bien dans la masse basale que dans les chenaux. Ils sont identifiés comme des excréments de lombrics et sont accompagnés de granules très fins et ultrafins (diam. : ˂ 1 mm), identifiés comme des excréments d’enchytréides (espèce de petit ver). Ces derniers sont quantitativement plus importants que ceux de lombrics.

1.4.2 Variabilité des caractères pédologiques à travers le site

1.4.2.1 L’horizon brun‑gris (no 1)

24Cet horizon (fig. B, h1), où abondent les tessons, ossements, fragments de plâtre, charbons de bois et coquilles de moules, correspond au dernier niveau d’utilisation agricole. L’épaisseur, très variable même à l’extérieur des structures en creux, va de 0,12 à 0,40 m. Ces différences d’épaisseur pourraient attester une érosion dans certains secteurs du site. Une faible pente exposée à nu régulièrement, lors de la mise en culture par exemple, peut provoquer des ruissellements superficiels, surtout lorsqu’ils sont combinés avec des phénomènes de battance (Langohr 1990 : 212‑213). La position de cet horizon, sous le talus de terre du système défensif du xive s. et sous les remblais apportés au xvie s. lors de la construction du château des Tuileries, indique que ce faciès était certainement en place au bas Moyen Âge. L’absence de mottes de limon brun‑gris au fond de la carrière romaine montre en revanche que la formation de cet horizon brun‑gris est postérieure à son comblement, daté au plus tard du ive s.

1.4.2.2 Les horizons bruns (nos 2 et 3)

25Un horizon brun a été observé sur toute la surface fouillée. Il contenait beaucoup moins d’éléments anthropiques que l’horizon brun‑gris. À certains endroits, comme par exemple au niveau du profil de référence, deux horizons pourraient être distingués dans la partie brune du profil. De haut en bas : un horizon brun clair homogène (fig. B, h2) et un horizon brun foncé hétérogène (fig. B, h3). Celui‑ci a été recoupé par les fossés parcellaires d’époque romaine, tandis que la partie supérieure, homogène, recouvre les fossés.

26Les fouilles expérimentales ont montré que les objets archéologiques étaient situés surtout dans l’horizon supérieur. L’étude détaillée du mobilier d’un de ces tests a permis de déterminer la taille maximale des objets archéologiques et de subdiviser le mobilier en trois groupes chronologiques : pré‑ et protohistorique, gallo‑romain et médiéval. Les résultats sont éloquents : l’horizon supérieur a livré des tessons des trois époques, fréquemment de taille supérieure à 50 mm. Dans l’horizon inférieur, les objets sont en quantité négligeable et d’une taille maximale de 25 mm (fig. 13).

FIG. 13 ‒ Dimension maximale du tesson le plus grand dans les différentes passes mécaniques.

Dessin FJC.

27Les remplissages de galeries de blaireaux, découvertes dans la partie N.‑O. du site (cf. infra § 1.4,2.3), présentent aussi cette différence de couleur avec l’horizon brun homogène. Ce limon brun foncé a encore été observé dans les remplissages de plusieurs structures archéologiques : dans quelques fosses néolithiques, dans une fosse protohistorique et dans la carrière romaine. Ceci indique l’existence d’un horizon de surface de couleur brun foncé au moins depuis le Néolithique. Le taux en carbone organique des remplissages des galeries de blaireaux (0,5 et 0,6 %), des mottes particulièrement sombres des fosses pré‑ et protohistoriques (0,6 %), ainsi que des horizons de surface piégés au fond de la carrière (0,4 et 0,5 %), est plus faible que celui des horizons de surface fossilisés au xive et au xvies. (0,8‑1,5 %).

1.4.2.3 L’activité biologique

Galeries de lombrics

28L’abondance d’indices relatifs à une activité biologique, principalement de lombrics terrestres, est un des aspects les plus remarquables du profil de référence. Les lombrics s’enfoncent, depuis la surface préurbaine (sommet de l’horizon 1), à une profondeur moyenne de 1,5 à 1,9 m pour estiver. À ce niveau, on constate surtout une présence de logettes d’estivation. Le comportement des lombrics indique un milieu sec, c’est‑à‑dire à nappe phréatique à grande profondeur. Le caractère exclusivement vertical des galeries explique que la stratification ait été conservée sous les pierres erratiques, constituant autant d’obstacles.

29Un comptage des galeries de lombrics a révélé une moyenne de 600 galeries, nettement observables, au mètre carré, soit 37 % de la surface. Les lombrics, surtout les espèces qui déposent leurs déjections à la surface du sol, transportent des quantités considérables de terre fine. En Angleterre, on a noté des apports égaux ou supérieurs à 12,5 cm par siècle (Atkinson 1957 : 221). Cette activité a pour conséquence que les objets déposés à la surface s’enfoncent graduellement dans le sol. La vitesse de descente peut atteindre plusieurs centimètres par décennie (Atkinson 1957 : 222 ; Rolfsen 1980).

30La contamination inévitable des sédiments dans le. rayon d’activité des lombrics constitue une deuxième conséquence. Tout ce qui a un diamètre inférieur à 2 mm (pollens, malacofaune, charbons, phytolithaires, micro‑artefacts) est susceptible d’être transporté par l’intermédiaire du tube digestif des lombrics (Evans 1972 : 212). En même temps, de nombreux petits objets d’une taille inférieure à 0,5 cm environ sont entraînés en profondeur par ces galeries. L’analyse de la malacofaune montre également une décroissance importante entre le sommet et la base de la séquence : de 3262 individus (horizon 1) à 17 (horizon 7) pour 10 l de sédiments prélevés (Rodriguez 1991). Ce gradient résulte probablement d’une production de la malacofaune, entraînée en profondeur par les lombrics (Evans 1972 : 211).

31Chronologiquement, ces traces de lombrics sont postérieures à l’arrivée des blocs erratiques de dimensions démesurées dans les limons. Elles sont certainement contemporaines des silos du deuxième âge du Fer, comme l’indique l’observation du sens de creusement des galeries dans leur voisinage immédiat. Dans leur descente, les galeries s’écartent visiblement des parois de ces structures de stockage (F 5) (cf. infra § 2.5.1). Les céréales, absorbant progressivement l’humidité du sol, produisent lors de l’utilisation des silos un microenvironnement particulièrement sec, gênant fortement les lombrics. Les parois durcies, naturellement ou artificiellement (préparation du silo), constituent une deuxième contrainte incitant les lombrics à s’écarter. Enfin, ces traces sont antérieures au xive s., car absentes dans le rempart de terre de l’enceinte urbaine.

Galeries de taupes

32Un deuxième indice d’activité biologique est fourni par la présence de la taupe. À proximité du profil de référence, un horizon entier de galeries de taupes a été observé entre 1,7 et 1,9 m de profondeur (fig. A), correspondant au niveau d’estivation des lombrics intensivement recherchés par ces animaux.

33Le fond d’un fossé médiéval (F 30 et F 31) (cf. infra § 5.2.2) est souligné par des galeries de taupes, impliquant leur contemporanéité à cet endroit. Dans le comblement de la carrière, les galeries de taupes sont également abondantes. L’activité des taupes est donc attestée dès le Moyen Âge et probablement dès l’époque romaine. Elle se concentre à l’ouest de l’enceinte urbaine du xive s. et essentiellement dans le secteur S.‑O. de l’espace fouillé.

Galeries de blaireaux

34Le troisième indice d’activité biologique est le blaireau. La présence ancienne de cet animal est attestée par un vaste réseau de chambres et de galeries, mis au jour dans la partie basse du site (fig. 14, 15). La chronologie de ces traces est fort vague. Elle repose uniquement sur la présence de quelques artefacts en silex dans le comblement supérieur de la galerie, indiquant une date contemporaine ou postérieure au Néolithique et, d’autre part, sur le recoupement d’une galerie par un fossé du parcellaire romain.

FIG. 14 ‒ Réseau de chambres et de galeries de blaireaux dans la partie N.‑O. du site.

Dessin FJC.

FIG. 15 ‒ Galeries de blaireaux.

Cliché FJC.

Conclusion

35Ces animaux fouisseurs (lombrics, taupes, blaireaux) marquent un écosystème particulier. Leur rôle se situe surtout sur le plan de l’homogénéisation de la partie supérieure du sol. Dans les alluvions, ils détruisent la stratification, remontent du matériau calcaire à la surface, empêchant ainsi l’éluviation continue d’argile (Hole 1981 : 94). Le site des jardins du Carrousel a fourni une preuve spectaculaire de ce phénomène. Une pierre erratique (0,44 x 0,26 m) a été découverte dans une position géologique non perturbée dans la partie sommitale de l’horizon jaune (fig. 16). Immédiatement en aplomb de cette pierre, l’horizon jaune a conservé son organisation sédimentaire, tandis qu’elle a été détruite de part et d’autre par l’activité biologique. L’absence totale de malacofaune sous cette pierre a été observée (Rodriguez 1991 : 85, série 61), confirmant le rôle des lombrics dans l’incorporation de la malacofaune dans le sol. La sédimentation sous cette pierre indique aussi clairement que les limons possédaient, avant le démarrage de l’activité biologique, une organisation sédimentaire jusqu’à un niveau nettement plus élevé dans l’horizon jaune que le sommet de l’horizon lité enregistré actuellement.

FIG. 16 ‒ Pierre erratique retrouvée in situ dans le faciès jaune.

Cliché FJC.

1.4.2.4 Phénomènes périglaciaires

36Le changement granulométrique entre les graviers et les limons est très brutal dans la zone haute du site. En revanche, la transition est plus graduelle dans les zones basses. Entre les graviers et les limons se trouve un niveau sableux contenant un faible pourcentage de graviers. Un réseau polygonal de « fentes de froid courtes et étroites » (cf. nomenclature Michel 1975) s’est développé dans ce dépôt intermédiaire (fig. 17). Celles‑ci, syngénétiques du dépôt et repérées jusqu’à 31 m ngf dans le faciès jaune lité, témoignent d’une ambiance froide. La présence de gros blocs erratiques et d’amas caillouteux au sein des limons jaunes implique également un environnement périglaciaire.

FIG. 17 ‒ Réseau polygonal dans la partie inférieure de la séquence limoneuse (partie nord du site).

Cliché FJC.

1.4.2.5 Granulométrie et minéralogie de la terre fine

37Selon la nomenclature FAO (1968), la texture évolue du limon sableux au limon, puis au limon fin. La distribution spatiale des textures du sol préurbain fait apparaître clairement une granulométrie plus fine en s’éloignant de la Seine (fig. 18). La courbe granulométrique cumulative semi‑logarithmique s’apparente à celle d’un limon fluviatile périglaciaire de la Seine à Rouen (fig. 19) (Lautridou 1987 : 118). Le fait que le gradient textural horizontal s’extériorise aussi bien dans la partie supérieure que dans la partie inférieure du sol montre que la dynamique du dépôt original n’a pas fondamentalement changé entre la base et le sommet.

FIG. 18 ‒ Textures des faciès limoneux et localisation des points d’observation.

Dessin FJC.

FIG. 19 ‒ Comparaison des courbes granulométriques des profils du site avec quelques courbes types de sédiments d’origine différente (d’ap. Lautridou 1987 : 118) : 1 sable éolien à fraction silteuse des Flandres ; 2 lœss carbonaté de Normandie ; 3 limon fluviatile de la Seine à Rouen ; 4 limon fluviatile du Carrousel à Paris.

Dessin FJC.

38Les carbonates de calcium se trouvent surtout dans les limons et les sables fins (0,002‑0,2 mm). Une grande partie consiste en pseudomorphes racinaires fragmentés. La fraction grossière (diam. : > 0,02 mm) (fig. 8) des sédiments analysés est constituée de 35 à 80 % de quartz, de 10 à 50 % de fragments de calcaires micritiques (0,03‑1 mm de diamètre) et de 2 à 25 % de calcite (0,03‑0,15 mm de diamètre). La glauconie représente 5 % des lits sableux des limons lités et elle est présente en très petite quantité dans les horizons de limon jaune (horizons 4‑6).

1.4.2.6 Carbonates : évidences d’accumulation et de dissolution

39Tous les sédiments contiennent des carbonates de calcium. Les horizons brun‑gris et brun du profil de référence en contiennent entre 30 à 40 % de moins par rapport aux horizons jaunes, qui contiennent jusqu’à 50 % de carbonates de calcium.

40Des accumulations de carbonates de calcium sous forme de nodules blancs (diam. : 1 à 4 cm) sont présents dans la séquence limoneuse. Ils sont relativement nombreux dans la zone basse du site (cf. infra § 1.5.1). Ils le sont moins dans la zone haute. Ils apparaissent dans le profil de référence à partir de 1,60‑1,70 m de profondeur par rapport à la surface médiévale. Dans la partie nord du site, ces nodules se situent à plusieurs niveaux horizontaux. Ceux‑ci sont recoupés par les fosses néolithiques et par la carrière romaine.

41Des carbonates de calcium cimentent les amas caillouteux. Sous ces derniers, une stratification accentuée de précipitations de carbonates a été observée dans les faciès jaunes. En revanche, la stratification et les précipitations de carbonates sont absentes à l’extérieur des amas caillouteux. Ceux‑ci, situés à l’intérieur de l’horizon brun, ne présentent pas de cimentations calcaires, sauf sous un gros caillou (diam. : 20 cm) situé dans la partie supérieure d’un amas de cailloux (fig. 20).

FIG. 20 ‒ Graviers cimentés par le CaCO3 sous une pierre erratique.

Cliché FJC.

1.4.2.7 Phosphates

42La teneur en phosphates des horizons de surface (limon brun‑gris) atteint 0,5‑1,25 %. Celle‑ci est considérable et tranche sur celle qu’on peut observer sur des sols comparables ailleurs dans la vallée de la Seine. Une analyse faite dans un sol labouré actuellement à Marolles‑sur‑Seine révèle un taux de phosphates ne dépassant pas 0,3 %. Ce constat accrédite l’idée d’une arrivée très importante de phosphates sur le site des jardins du Carrousel dans la perspective de pratiques agricoles intensives. Plusieurs indices permettent de situer l’arrivée massive des phosphates après le comblement de la carrière. En effet, les remplissages des galeries de blaireaux, les fosses pré‑ et protohistoriques, ainsi que les mottes du sol fossilisées au fond de la carrière, contiennent moins de phosphates que le contenu en matière organique de ces sédiments le laisserait supposer. De même, ils ne contiennent pas ou presque pas de charbons de bois. D’autre part, le faciès brun‑gris fossilisé au xvie s. contient davantage de phosphates (0,6 à 1,25 %) que la couche fossilisée au xive s. (0,5 à 0,6 %) sous le rempart des défenses urbaines. Ces données suggèrent que l’incorporation de phosphates augmente à mesure que l’on se rapproche du xvie s.

1.4.3 Restitution du relief ancien

43Le relief du site avant son urbanisation peut maintenant être restitué, grâce aux relevés des altitudes des horizons sédimentaires et pédologiques.

44La topographie ancienne a été bouleversée sur plusieurs hectares par une vaste exploitation de limon au ier s. (cf. infra chap. 3). Une coupe longue de 200 m, perpendiculaire à la Seine et réalisée à l’extérieur de la zone d’extraction (fig. 21), fait apparaître l’existence d’un paléorelief orienté dans le sens N.‑S. Au sud, en bordure du fleuve, le sol ancien culmine à 33,65 m ngf, tandis qu’au nord, il descend progressivement jusqu’à 32,20 m ngf. La différence maximale est de 1,45 m.

FIG. 21 ‒ Coupe schématisée sud‑nord des limons non bouleversés.

Dessin FJC.

45La cartographie des altitudes du limon brun‑gris (horizon no 1), fossilisé par les aménagements médiévaux et modernes (défenses de la ville, construction du château des Tuileries), permet de dresser aisément la topographie du site après le comblement de la carrière gallo‑romaine. En revanche, restituer la carte du relief antérieure à l’extraction résulte d’une démarche différente, qui repose sur les relations existantes entre les différents horizons. Deux étapes sont nécessaires pour obtenir ces cartes. La première comprend la mise en évidence d’une corrélation entre les niveaux observés et ceux à estimer (graviers et limons). La deuxième correspond à l’extension des résultats à l’ensemble du site, à l’aide de systèmes d’estimation.

46L’étude des corrélations a porté d’abord sur les altitudes des horizons en dehors de la carrière, là où la séquence était intégralement conservée. L’observation pédologique définit comme quasi constant l’écart altimétrique entre le niveau des graviers et le sommet des différents horizons. Cette constatation permet alors de déterminer la variable indépendante « zg » (altitude des graviers), observée sur l’ensemble du site. Les variables étudiées dans l’hypothèse d’une dépendance sont alors les suivantes :
‒ le sommet de l’horizon jaune (« zj ») ;
‒ le sommet de l’horizon brun (« zb ») ;
‒ le sommet de l’horizon brun‑gris (« zbg »).

47En raison des incidences qu’elles peuvent avoir sur l’analyse globale du site, l’étude a porté essentiellement sur les variables « zj » et « zbg ». L’intérêt de l’approche réside dans la possibilité de dresser, à partir de l’altitude des graviers, une carte de la topographie estimée du site en excluant les conséquences de l’extraction des limons de la période romaine. D’autre part, elle permet l’étude de cette extraction par l’analyse des écarts entre l’estimation de l’épaisseur des limons jaunes et celle effectivement observée sur le terrain.

48Les corrélations obtenues permettent d’estimer, à partir des valeurs observées ou calculées, les altitudes des horizons brun‑gris et donc de cartographier le niveau de sol préurbain, sans tenir compte de l’impact de la carrière (fig. 22). La carte qui en résulte présente une faible dénivelée du sud vers le nord (cotes extrêmes : 33,80 m et 32,20 m ngf, soit une pente d’environ 1 %). La partie la plus élevée correspond au secteur où ont été localisées les occupations protohistoriques et gallo‑romaines. Le resserrement des courbes de niveau sur un axe S.‑E./N.‑O. entre les courbes de niveau 33,40 m et 32,80 m ngf marque une rupture de pente.

FIG. 22 ‒ Carte topographique du sommet des limons brun‑gris sans tenir compte de la carrière.

Dessin FJC.

49La carte topographique après le comblement de la carrière repose sur l’observation des altitudes du sommet de l’horizon brun‑gris (fig. 23). Les courbes de niveau traduisent un relief plus marqué en raison de la disparition d’un volume important de sédiment due à l’exploitation de la carrière. Le déficit qui en découle se traduit par un resserrement des courbes de niveau, modifiant l’aspect globalement plan du terrain, ainsi que l’orientation générale de la pente, désormais plus marquée dans l’axe S.‑S.‑E./N.‑N.‑O. Les travaux d’extraction ont provoqué ainsi une dépression d’environ 0,80 m. À l’échelle du Louvre, elle semble avoir eu une double conséquence : le rétrécissement du bourrelet de la Seine et l’accentuation du relief. L’étroite bande longeant la Seine est alors bien plus haute que son environnement immédiat.

FIG. 23 ‒ Carte topographique du relief ancien après comblement de la carrière.

Dessin FJC.

1.5 Discussion générale

1.5.1 Restitution du paysage pédologique avant l’installation humaine

50Le site des jardins du Carrousel se trouve sur une basse terrasse, dont les limons de débordement (l’horizon jaune lité) n’ont rien à voir avec les dépôts supérieurs de l’Holocène, et que F. Lécolle date du Tardiglaciaire (11000‑8000 av, J.‑C.) (Lécolle 1989 : 223). Appelés « limons de débordement », ils terminent la phase d’alluvionnement fluviatile et ont parfois été interprétés comme les témoins de débâcles glaciaires. Cette interprétation est acceptable pour les limons des jardins du Carrousel dans la mesure où ces derniers contiennent des blocs de taille démesurée et présentent des fentes de gel syngénétiques du dépôt. En revanche, les malacofaunes trouvées dans les limons de débordement indiquent souvent des conditions de dépôt tempérées (Dubar 1987 : 153). Ce phénomène se retrouve au Louvre, où les limons lités du site, faiblement affectés par la bioturbation, contiennent effectivement une faible quantité de mollusques caractéristiques d’une période tempérée (Rodriguez 1991). L’attribution de ces limons à une période tempérée, fondée sur l’analyse des malacofaunes, est valide uniquement si les échantillons proviennent de la partie non affectée par la bioturbation. Or, on a pu constater l’absence de mollusques dans l’horizon jaune lité sous une pierre erratique (fig. 16). Cette observation démontre donc leur caractère intrusif.

51La présence d’éléments grossiers dans les limons prouve l’origine alluviale du dépôt et exclut l’origine éolienne. De plus, l’arrivée des blocs erratiques implique un environnement périglaciaire, car ils n’ont pu être transportés de proche en proche que par des radeaux de glace (Lécolle 1989 : 148 ; Michel 1975 : 315).

52Dans la partie méridionale du site, des plages caillouteuses ont été repérées in situ à un niveau très haut dans la pédostratigraphie, à 0,4 m sous la surface du xvie s. (horizon 2) (fig. B). Cette profondeur correspond à l’emprise de la perturbation anthropique dans le secteur. Une de ces plages a permis d’observer quelques phénomènes particuliers. Le limon sous‑jacent a conservé son organisation sédimentaire, soulignée par des précipitations de carbonates. En revanche, aux abords de l’amas caillouteux, stratification et carbonates ont été détruits par l’activité biologique. Enfin, les graviers des plages caillouteuses au sein de l’horizon brun (horizon 2) ne sont pas cimentés, sauf sous un gros bloc erratique.

53Toutes ces observations conduisent à la conclusion que les phénomènes issus de la précipitation de carbonates sont en cours de dissolution et que leur accumulation ne correspond pas à l’Holocène, mais se rattache plutôt à une période froide dans la mesure où l’arrivée d’éléments grossiers nécessite un environnement périglaciaire. En période froide, les phénomènes de carbonatation secondaires sont privilégiés, tandis qu’en période plus chaude et humide, les phénomènes de dissolution dominent (Courty 1988 : 208). Par ailleurs, l’étude des fosses néolithiques a permis de dater la genèse des nodules blancs, observés surtout dans la partie basse du site, avant le Néolithique moyen. L’analyse micromorphologique d’un morceau de torchis néolithique a également montré que les précipitations de calcite de type équigranulaire (pseudomorphes racinaires) existaient déjà à cette période.

54La topographie du site a révélé un dénivelé S.‑N. d’environ 1 %. Il existe une corrélation entre la topographie des sables et graviers et la topographie subactuelle (xvie s.). Il serait dès lors très étonnant qu’un dépôt holocène ait épousé parfaitement une topographie pléistocène. Simultanément à ce changement topographique, d’autres phénomènes se produisent :
‒ la zone basse présente beaucoup plus de nodules calcaires que la zone haute ;
‒ dans la zone basse, un réseau polygonal a été observé au sommet des sables et graviers ;
‒ le sédiment de la zone haute est plus grossier que le sédiment de la zone basse, qui contient beaucoup plus de limon. Ces phénomènes montrent l’existence d’une topo‑ hydro‑séquence fossile dans les limons, qui irait d’une zone sèche au sud vers une zone humide au nord. Le développement des sols cryoturbés (réseau polygonal) dépend en grande partie du drainage, la cryoturbation étant faible ou même nulle dans les sols les mieux drainés, tandis qu’elle atteint son développement maximal dans les sols mal ou très mal drainés (Fédoroff 1966 : 82). Les différences granulométriques verticales sont mineures et ne montrent pas de discontinuité lithologique entre l’horizon jaune et l’horizon brun. Il n’y a donc pas d’arguments granulométriques pour différencier les deux sédiments.

55Tous les arguments développés ci‑dessus concordent : les sédiments se sont accumulés durant une période froide, permettant la genèse des phénomènes carbonatés observés. L’interprétation génétique du sol brun calcaire des jardins du Carrousel développé dans ces limons fluviatiles ne peut se faire qu’en se référant à la séquence évolutive des limons lœssiques récents de l’Europe nord‑occidentale (Jamagne 1969). Les lœss du cycle récent datent du Pléniglaciaire supérieur (Jamagne 1971 : 359), soit entre 26000 et 11000 av. J.‑C. (Lautridou, Sommé 1974 : 241). L’arrêt de la sédimentation lœssique semble se terminer dans le nord de la France au début du Tardiglaciaire (Antoine 1988 : 42). Sur le site des jardins du Carrousel, le but est d’expliquer sa différence évolutive avec celle des limons lœssiques du cycle récent. Ces derniers ont permis la constitution d’un sol de type « brun lessivé » à « lessivé ». La teneur moyenne en CaCO3 des lœss calcaires est de 14 % (Jamagne 1971 : 359). Selon F. Bourdier, la lehmification des lœss récents supérieurs a probablement déjà commencé pendant l’interstade de Lascaux, vers 15000 BP (Bourdier 1969a : 56). Pour certains limons, la décarbonatation était sans doute contemporaine de leur dépôt (Fédoroff 1968 : 32). Le limon des jardins du Carrousel en revanche contient 30 % de CaCO3 à la surface du sol ; il a subi une décarbonatation incomplète jusqu’à 0,8 à 0,95 m de profondeur. Le limon sous‑jacent contient environ 50 % de CaCO3.

56Pour expliquer la différence évolutive du limon du site par rapport aux limons lœssiques, plusieurs éléments peuvent être pris en considération :
‒ le limon des jardins du Carrousel contient trois à quatre fois plus de CaCO3 que les lœss ;
‒ les lœss du cycle récent ont probablement déjà subi une lehmification partielle pendant que le limon des jardins du Carrousel était en cours de déposition ;
‒ sur les plateaux lœssiques, la végétation de l’Holocène était de type forestier, tandis qu’au Carrousel une végétation prairiale avec une activité biologique importante a été mise en évidence. Aucun chablis n’a été observé pendant les fouilles, malgré l’étendue de la surface explorée (environ 3 ha). Mais il faut signaler que le phénomène de bois chablis se rencontre surtout dans des sols qui présentent des problèmes d’enracinement ;
‒ enfin, l’existence de phases érosives (ruissellements, déflations) pendant l’Holocène, qui, en érodant les sédiments, ont partiellement éliminé les effets de la décarbonatation (Krier 1989 : 28).

57L’observation d’un niveau brun foncé recoupé par un fossé romain, des mottes d’un horizon de surface fossilisées au fond de la carrière romaine et des comblements des fosses néolithiques caractérisées par un limon brun foncé, indique que l’horizon brun foncé (horizon 3) existait déjà à l’époque romaine et probablement aussi déjà au Néolithique. On peut donc proposer, à titre d’hypothèse, l’évolution suivante. Après exondation du site au début du postglaciaire, une végétation que la malacofaune permet de définir comme une prairie plutôt qu’une forêt (Rodriguez 1991) s’est développée et un sol de type brun eutrophe s’est formé.

1.5.2 Anthropisation du site

58À partir du Néolithique moyen, une présence de l’homme est attestée sur le site. Son emprise s’intensifie vers la fin de l’âge du Bronze et le début de l’âge du Fer, période où apparaissent plusieurs structures archéologiques (silos, fosses, trous de poteau...). Dès cette époque, les environs immédiats ont pu être utilisés à des fins agricoles et/ou pour l’élevage.

59Les contextes de limon brun foncé (fosses néolithiques, terriers de blaireau, fosses protohistoriques) antérieurs au comblement de la carrière sont moins riches en phosphates que le limon brun et brun‑gris à la surface du sol. Ceci suggère une arrivée massive des phosphates au plus tôt au moment du comblement final de la carrière. La mise en culture du site apparaît donc moins intensive que pendant les périodes suivantes.

60Il est tentant d’expliquer l’intensité de l’activité biologique (lombrics, taupes) comme un résultat d’une mise en culture (champ, prés, zones maraîchères) dès le début de l’âge du Fer. Effectivement, des études expérimentales ont montré qu’une fertilisation avec des amendements organiques (fumier) peut doubler voire tripler les populations de lombrics (Binet, Tréhen 1990). Cette activité intense a dû faire évoluer le sol brun eutrophe vers un sol brun calcaire.

61L’exploitation du limon pendant l’époque romaine a détruit de nombreux témoins archéologiques des époques antérieures. Après son comblement, un réseau parcellaire délimité par des fossés secs fut installé. La présence de croûtes de battance au fond de ceux‑ci indique la présence de terrains mis à nu à cette époque.

62L’intensité de l’activité des lombrics et surtout de celle des taupes est révélatrice d’une zone pâturée. Les prairies des moutons présentent en général de grandes quantités de taupinières. Cette activité correspond probablement à une phase précise de l’évolution du sol. La relation chronologique des galeries de taupes avec des fossés parcellaires médiévaux (F 30 et F 31) dans la partie ouest du site et leur abondance dans le comblement de la carrière permettent de situer leur activité surtout au Moyen Âge et probablement déjà à l’époque romaine.

63L’étude palynologique atteste une surreprésentation des cichoriées dans les faciès limoneux du site, atteignant dans la majorité des échantillons 30 à 50 % et occasionnellement 60 à 70 % des pollens (Leroyer, Allenet 1991 : 113). Une abondance de composées liguliflores (principalement Cichoriées) est très fréquente dans de nombreuses stations holocènes fortement anthropisées. Cette situation peut indiquer la présence de zones pâturées proches, dans la mesure où les ruminants broutent de préférence les graminées avant leur floraison et ont tendance à délaisser les liguliflores (Firmin et al. 1989 : 130).

64Les horizons supérieurs brun‑gris (horizon 1) et brun (horizon 2) correspondent probablement à des niveaux d’utilisation agricole et/ou maraîchère des terrains. L’horizon brun‑gris tout particulièrement est très chargé en apports anthropiques. Cet horizon est postérieur à l’époque romaine et est fossilisé une première fois au xive s. sous le rempart de l’enceinte urbaine. L’utilisation agricole des horizons supérieurs est confirmée par le mobilier archéologique jusqu’à des profondeurs variant, selon les endroits, de 0,30 m à 0,40‑0,45 m, voire 0,40‑0,60 m. Les fouilles expérimentales ont montré que le mobilier archéologique se trouve dans la partie supérieure de l’horizon brun et dans l’horizon brun‑gris. Il reste à expliquer la raison de ces variations de profondeur : activité biologique, redistributions locales ou pratiques culturales différentes (labour, bêchage, culture de plantes spéciales) ? Une profondeur moyenne de 0,45 m est trop importante pour résulter d’une culture à l’araire. Une profondeur d’impact de 14 cm a été proposée pour cet outil agricole (Romans, Robertson 1983 : 63). Les couches de labour actuelles à la charrue ont en général 0,30 m d’épaisseur. En revanche, une culture à la bêche peut atteindre des profondeurs considérables. Dans des cas extrêmes, des profondeurs de 1,2 m ont été mentionnées (David 1984 : 7).

65Les charbons de bois issus des limons peuvent provenir de rejets de foyers (Solari, Thiébault 1991 : 49), mais ils ont pu également être utilisés comme engrais. L’utilisation des cendres comme engrais est déjà attestée par Pline l’Ancien pour les régions au nord du Pô (Italie du Nord) (Sigaut 1975 : 102). L’introduction de charbon de bois dans les champs peut aussi s’expliquer par certaines techniques agricoles comme l’écobuage.

1.5.3 Valeur agricole du sol

66Le site n’est pas marqué par un excès d’eau. Plusieurs arguments indiquent le caractère sec du site depuis la fin de l’âge du Bronze/début de l’âge du Fer (800 av. J.‑C.) au moins. Ce sont :
‒ la présence de silos ;
‒ l’existence d’un niveau d’estivation des lombrics entre 1,5 et 1,9 m de profondeur ;
‒ une mauvaise préservation des pollens et des macrorestes végétaux non carbonisés (Leroyer, Allenet 1991 : 113 ; Moulins 1991) ; 
‒ l’absence de traces d’hydromorphie dans les sols.

67La texture légère du limon en fait un excellent sol de maraîchage, avec une importante capacité de rétention d’eau. Le seul élément négatif est la présence de calcaire finement divisé, dont les effets physiologiques sur certaines plantes cultivées sont connus. La chlorose ferrique sévit dans les sols calcaires, où elle frappe la vigne, certains arbres fruitiers ou forestiers, des plantes ornementales et certaines plantes annuelles (Juste, Pouget 1980 : 37). Toutefois, les céréales, et plus spécifiquement le froment et l’orge, peuvent tolérer des taux importants de CaCO3 (Sys, Riquier 1979 : 10‑11).

1.6 Synthèse

68Le dépôt limono‑sableux couvrant le site des jardins du Carrousel est arrivé à la fin de la dernière glaciation (11000‑8000 av. J.‑C.) dans une ambiance froide. Les blocs erratiques ainsi que les fentes syngénétiques du dépôt impliquent un environnement périglaciaire. La malacofaune retrouvée dans les limons est intrusive et ne peut donc pas concourir à les attribuer à une période tempérée. Après exondation du site au début du Post‑Glaciaire, s’est développé un sol de type « brun eutrophe/brunisol saturé ». Les dépôts et la pédostratigraphie ont permis de reconstituer le relief ancien, qui présente du sud au nord un dénivelé d’environ 1 %. À ce dénivelé correspond une topo‑hydroséquence fossile. Les phénomènes issus de la précipitation de carbonates sont en cours de dissolution et leur accumulation ne correspond pas à l’Holocène.

69Le site, formant un bourrelet étroit en bordure de la Seine, constitue une zone sèche, c’est‑à‑dire sans nappe phréatique à faible profondeur, dans la vallée alluviale. Il n’a pas été affecté directement par les inondations du fleuve. Le sol « brun eutrophe/brunisol saturé », excellent pour le maraîchage, a été apprécié depuis le Néolithique moyen. Sa mise en culture intensive, accompagnée d’une activité biologique importante à partir de l’âge du Fer et surtout de l’époque romaine, l’a fait évoluer vers un sol de type « brun calcaire/calcosol‑sol marron ».

70L’arrivée massive de phosphates se situe au plus tôt au moment du comblement final de la carrière romaine et augmente progressivement jusqu’au xvie s. Les horizons supérieurs brun‑gris (h1) et brun (h2) correspondent à des niveaux d’utilisation agricole et/ou maraîchère des terrains. L’horizon brun‑gris, postérieur à l’époque romaine, est fossilisé une première fois au xive s.

71L’absence de « sol lessivé » sur le site peut s’expliquer par une combinaison de plusieurs facteurs : une richesse plus grande en carbonates, un dépôt relativement jeune, un climat peu favorable au lessivage au cours de l’Holocène, l’absence d’un environnement boisé ou encore l’existence de phases érosives, à vrai dire très peu probables.

72Toutes les observations réalisées sur le terrain accréditent le modèle d’un sol à horizon de surface humifère, transformé progressivement par l’activité humaine (élevage, agriculture). L’observation d’une nappe de vestiges dans la partie inférieure du limon brun lors des fouilles antérieures (VDI) peut s’intégrer dans ce schéma. Effectivement, une activité biologique intense peut créer une accumulation de pierres et d’objets divers (stoneline) en profondeur ; d’autre part, des érosions localisées peuvent générer de faibles dépressions, régalées par le labour postérieur. Enfin, il ne faut pas oublier que les contours des creusements anthropiques sont parfois très difficiles à repérer dans ce type de terrain très bioturbé. Si les trous de poteau romains ne présentaient pas des pierres de calage, ils n’auraient jamais été remarqués, car rien sur le terrain ne les distingue du sédiment alentour.

73Ces caractéristiques pédo‑sédimentaires, particulièrement favorables, ont attiré l’homme depuis l’époque néolithique au moins. Elles permettent de comprendre l’évolution ultérieure du site, son utilisation agricole, ainsi que son exploitation. Ces conditions ont marqué l’occupation humaine jusqu’à l’urbanisation des Temps modernes.

Notes

1 Altitude du terrain naturel, sans les remblais archéologiques.

2 Cette carte remplace avantageusement celle de Villain Vallet 1910.

3 273, rue de Cambrai, 62000 Arras.

Table des illustrations

Légende FIG. 4 ‒ Situation géographique de Paris et du Bassin parisien.
Crédits Dessin FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45050/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende FIG. 5 ‒ Carte topographique de Paris. En tramé, les dépôts alluvionnaires.
Crédits Dessin FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45050/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende FIG. 6 ‒ Restitution de la topographie préurbaine de Paris (d’ap. les indications de V. Krier). En tramé, les zones situées sous la cote 30 m NGF, considérées comme inondables.
Crédits Dessin FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45050/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende FIG. 7 ‒ Topographie du toit calcaire (d’ap. les indications fournies par l’EPGL).
Crédits Dessin FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45050/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende FIG. A ‒ Profil pédologique de référence, a remblais du XVIe s.
Crédits Cliché FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45050/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende FIG. B ‒ Coupe schématisée du faciès limoneux, réalisée à partir du profil de référence (horizons 1 à 8).
Crédits Dessin FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45050/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende TABL. I ‒ Données analytiques du profil de référence.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45050/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende FIG. 8 ‒ Lit sableux constitué principalement de fragments de calcaire, de quartz et de glauconie (agrandissement 40 x).
Crédits Cliché FJC.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45050/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende FIG. 9 ‒ Microstructure cryogénique en lentille de glace (agrandissement 40 x).
Crédits Cliché FJC.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45050/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende FIG. 10 ‒ Nodules de calcite équigranulaire (agrandissement 40 x).
Crédits Cliché FJC.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45050/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende FIG. 11 ‒ Microstructure en chenaux (agrandissement 40 x).
Crédits Cliché FJC.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45050/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende FIG. 12 ‒ Microstructure granulaire et grumeleuse (agrandissement 40 x).
Crédits Cliché FJC.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45050/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende FIG. 13 ‒ Dimension maximale du tesson le plus grand dans les différentes passes mécaniques.
Crédits Dessin FJC.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45050/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 14 ‒ Réseau de chambres et de galeries de blaireaux dans la partie N.‑O. du site.
Crédits Dessin FJC.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45050/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende FIG. 15 ‒ Galeries de blaireaux.
Crédits Cliché FJC.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45050/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende FIG. 16 ‒ Pierre erratique retrouvée in situ dans le faciès jaune.
Crédits Cliché FJC.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45050/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende FIG. 17 ‒ Réseau polygonal dans la partie inférieure de la séquence limoneuse (partie nord du site).
Crédits Cliché FJC.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45050/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende FIG. 18 ‒ Textures des faciès limoneux et localisation des points d’observation.
Crédits Dessin FJC.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45050/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende FIG. 19 ‒ Comparaison des courbes granulométriques des profils du site avec quelques courbes types de sédiments d’origine différente (d’ap. Lautridou 1987 : 118) : 1 sable éolien à fraction silteuse des Flandres ; 2 lœss carbonaté de Normandie ; 3 limon fluviatile de la Seine à Rouen ; 4 limon fluviatile du Carrousel à Paris.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45050/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende FIG. 20 ‒ Graviers cimentés par le CaCO3 sous une pierre erratique.
Crédits Cliché FJC.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45050/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende FIG. 21 ‒ Coupe schématisée sud‑nord des limons non bouleversés.
Crédits Dessin FJC.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45050/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende FIG. 22 ‒ Carte topographique du sommet des limons brun‑gris sans tenir compte de la carrière.
Crédits Dessin FJC.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45050/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende FIG. 23 ‒ Carte topographique du relief ancien après comblement de la carrière.
Crédits Dessin FJC.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45050/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 29k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search