Version classiqueVersion mobile

Les jardins du Carrousel (Paris)

 | 
Paul Van Ossel

Introduction

Einleitung

Introduction

Résumé

Les fouilles conduites à l’emplacement des jardins du Carrousel en 1989 et 1990 ont permis d’explorer plus de 3 ha au cœur de Paris. Constituant la dernière étape de l’opération archéologique du Grand Louvre, après la Cour carrée et la cour Napoléon, ces fouilles ont amené la découverte de vestiges s’échelonnant du Néolithique jusqu’au xixe s.

Texte intégral

Historique des recherches

1Lieu de mémoire, le Louvre exerce un attrait puissant et une fascination profonde sur nos contemporains. Autrefois palais célèbre de l’histoire de France, aujourd’hui musée de renommée internationale, il incarne le patrimoine français bien davantage que d’autres monuments, pourtant tout aussi prestigieux. C’est pourquoi le musée du Louvre fut retenu en 1981 par le président de la République François Mitterrand parmi les grands travaux qui devaient accompagner son septennat. D’autres raisons, plus prosaïques, justifiaient ce vaste projet muséographique. La nécessité d’une profonde restructuration du musée n’était que trop avérée. L’incommodité des espaces d’accueil, l’insuffisance des locaux techniques, le manque d’espaces d’exposition et la circulation difficile occasionnaient de graves dysfonctionnements. La conception d’un projet muséologique global, la décision de déménager le ministère des Finances et le choix d’un architecte de renommée mondiale, I.M. Pei, conduisirent dès 1983 à l’engagement d’un programme architectural portant à terme sur l’ensemble du domaine du Louvre, entre Saint‑Germain‑l’Auxerrois et la place de la Concorde. L’Établissement public du Grand Louvre (EPGL) fut alors créé pour conduire cette réalisation.

2Le but recherché, simple dans son énoncé ‒« consacrer aux collections du musée la totalité du palais »‒, devait entraîner des bouleversements considérables, en particulier du sous‑sol. Le projet de I.M. Pei consistait à enfouir au maximum les nouvelles infrastructures de manière à préserver l’apparence et l’architecture du palais. Il impliquait dès lors le terrassement à grande profondeur de tout l’espace situé entre la Cour carrée et l’avenue du Général‑Lemonnier, c’est‑à‑dire de la cour Napoléon et des jardins du Carrousel (fig. 1). Par ailleurs, la qualité et l’intérêt des vestiges du vieux Louvre médiéval, reconnus déjà au xixe s., conduisirent rapidement à la décision de leur présentation dans une vaste crypte souterraine, symbole des racines historiques du musée.

FIG. 1 ‒ Les jardins du Carrousel dans leur cadre urbain contemporain : le quartier autour du Louvre.

Dessin Chr. Hochstrasser.

3L’impact sur le sous‑sol de travaux d’une telle ampleur imposait nécessairement des fouilles préalables. Celles‑ci furent réalisées par étapes suivant l’évolution du projet. Trois opérations archéologiques majeures ont été réalisées entre 1983 et 1990. D’autres, plus réduites, ont été conduites entre 1990 et 1993. L’ensemble de ces interventions constitue une des plus importantes opérations archéologiques réalisées en France ces dernières années. Plus de 7 ha, en pleine ville, ont pu être soumis à l’analyse archéologique avec des moyens considérables.

4Dès 1983 débutèrent les fouilles de la cour Napoléon, sous la direction de MM. Y. de Kisch (alors directeur des Antiquités historiques d’Ile‑de‑France) et P.‑J. Trombetta (ingénieur d’études au service régional de l’Archéologie d’Île‑de‑France), suivies en 1984 par celles de la Cour carrée, sous la direction de MM. M. Fleury (vice‑président de la Commission du Vieux Paris) et W. Kruta (directeur d’études à l’École pratique des hautes études). Les objectifs étaient différents, de même que la nature de leurs interventions. Dans la Cour carrée, le but était de dégager et d’étudier les restes imposants du château de Philippe Auguste, aménagé en palais par Charles V. Dans la cour Napoléon, le projet archéologique visait la connaissance et l’évolution d’un quartier urbain au pied du palais. L’exploration de la Cour carrée s’acheva en 1985, tandis que celle de la cour Napoléon se poursuivit jusqu’en 1986 à l’emplacement du futur Laboratoire des musées de France, dans la partie S.‑O. du jardin du Carrousel. Conduits par M.B. Dufaÿ, sous la direction de MM. De Kisch et Trombetta, ces travaux mirent au jour les vestiges de plusieurs ateliers de tuiliers, ainsi que ceux ‒tout aussi remarquables‒ de l’atelier de Bernard Palissy. Ils furent complétés en 1985‑87 par des sondages à l’emplacement du palais des Tuileries et de l’enceinte urbaine du xive s. (Dufaÿ 1985a et b).

5Les fouilles des jardins du Carrousel étaient la suite logique de ces opérations. Elles devaient précéder la deuxième tranche des travaux d’aménagement du Grand Louvre. Comme les précédentes, l’opération était une fouille de sauvetage programmée, entreprise par le ministère de la Culture (sous‑direction de l’Archéologie, service régional de l’Archéologie d’Île‑de‑France). Son financement était assuré par l’Établissement public du Grand Louvre, maître d’œuvre du projet « Grand Louvre », ainsi que par les organismes privés ou semi‑privés chargés de la réalisation des ouvrages souterrains (SARRI et SCET). Ces fouilles se sont déroulées pendant un an et demi, entre le 16 mai 1989 et le 15 novembre 1990 (fig. 2).

FIG. 2 ‒ Vue aérienne verticale des jardins du Carrousel au moment des fouilles : a fossé de l’enceinte en cours de dégagement ; b tranchées de fondations du château des Tuileries ; c cave du logis des Suisses ; d maisons du faubourg ; e fossés parcellaires gallo‑romains.

Cliché EPGL

6Trois interventions plus réduites suivirent celle des jardins du Carrousel (fig. 3). La première, en 1990, fut réalisée par MM. P.‑J. Trombetta et F. Joulian dans la cour Marly à l’emplacement d’une partie du cimetière de l’hôpital des Quinze‑Vingts. La seconde fut menée en 1992 sous la conduite de S. Gauchet, Ph. Granchon et P.‑J. Trombetta devant les guichets du Louvre et le pavillon des États (Gauchet et al. 1992). Elle apporta des informations utiles et nouvelles sur la bordure méridionale du site. Enfin, la dernière fut réalisée dans des conditions difficiles en 1993 dans le jardin des Tuileries, sous la conduite de P. Guinchard, L. Aubry et P.‑J. Trombetta.

FIG. 3 ‒ Localisation des emprises des différents chantiers archéologiques réalisés dans le domaine du Louvre entre 1983 et 1993. En grisé, le secteur des jardins du Carrousel.

Dessin FJC

7Avec ces travaux s’achevèrent dix années de fouilles archéologiques dans le domaine du « Grand Louvre ». Elles ont apporté une quantité considérable d’informations pour l’histoire de Paris. L’exploitation de toutes les données recueillies, déjà largement commencée (cf. infra bibliographie), exige pourtant encore de nombreuses années d’efforts et de recherches.

8La présente publication contribue à cette entreprise. Son but est de présenter les résultats des fouilles réalisées dans les jardins du Carrousel entre 1989 et 1990. Dans la mesure du possible, les fouilles antérieures et postérieures ont été intégrées partiellement dans cette publication afin d’assurer à l’ensemble une homogénéité indispensable.

Les fouilles des jardins du Carrousel (1989‑1990)

9Les fouilles des jardins du Carrousel ont porté sur un terrain d’environ 3 ha (29 675 m2) autour de l’arc de triomphe de Percier et Fontaine. Bordé au sud par la galerie du Bord de l’Eau et les nouveaux laboratoires de la direction des Musées de France (DMF/VDI), au nord par l’aile de Rohan (ancien ministère des Finances et musée des Arts décoratifs), le site est limité à l’est par les nouvelles constructions sous la cour Napoléon et à l’ouest par le château des Tuileries, lui‑même exclu de l’emprise des fouilles (fig. 3). Autour de l’arc du Carrousel, le chantier devait aussi laisser subsister un vaste terre‑plein d’environ 0,5 ha, où les niveaux archéologiques sont conservés.

10Le site ainsi défini se trouve à environ 400 m du château du Louvre et 1 300 m environ (1 290 m jusqu’à l’arc du Carrousel) du débouché de l’axe N.‑S. de la ville antique, fossilisé par la rue Saint‑Martin. Il constitue une zone de transition entre le Palais‑Royal et le jardin des Tuileries. Administrativement, il se trouve dans le Ier arrondissement et s’étend sur les parcelles cadastrées AF 2, 3 et 4 ; AG 4, 5 et 6 ; AH 6 et AI 5.

État des connaissances et présomptions de découvertes

11La programmation des fouilles a pu s’appuyer sur une quantité inhabituelle de données topographiques et historiques. Dès les fouilles de la cour Napoléon, un dossier avait rassemblé l’essentiel des sources anciennes disponibles, grâce au récolement des travaux des historiens des xixe et xxe s. et à un premier examen des archives. Une seconde source d’informations provenait des fouilles de la cour Napoléon et de la partie S.‑O. des jardins du Carrousel (DMF/VDI), mais aussi de différents sondages effectués dans les jardins entre 1983 et 1986.

12Les potentialités archéologiques du sous‑sol étaient donc connues, autorisant une programmation précise. La grande richesse du site apparaissait clairement. Plusieurs occupations avaient été mises en évidence. Les unes se rattachaient à la phase urbaine du site, entre le xive et le xixe s., les autres à sa longue histoire « préurbaine ».

Préhistoire et Protohistoire, époque gallo‑romaine et haut Moyen Âge

  • 1 Mobilier inédit, déposé au service régional de (’Archéologie d’Île‑de‑France.
  • 2 Dossier au service régional de l’Archéologie d’Île‑de‑France. Fouilles réalisées en octobre 1985 pa (...)

13La découverte, lors des fouilles de la cour Napoléon, de vestiges antérieurs à l’urbanisation médiévale du site constituait à coup sûr un des acquis les plus novateurs pour son histoire ancienne. Une simple consultation des ouvrages récents consacrés à Paris fait rapidement apparaître qu’aucune découverte d’objets préhistoriques ou protohistoriques n’était signalée dans les parages du Louvre (Bailloud 1980 ; Boisnais 1969 ; Mohen 1977 ; Duval 1960). Hormis la découverte de quelques tessons de céramique sigillée romaine, de provenance incertaine (Velay 1984a : 95 ; 1984b : 98) et de quelques tessons également romains trouvés en surface près des bassins du jardin des Tuileries1, rien ne permettait de soupçonner des implantations anciennes. La découverte en 1781 d’un bassin « maçonné à la romaine » contenant des monnaies d’Aurélien, Dioclétien, Crispus, Magnence et Valentinien dans les jardins du Palais‑Royal (Boisisle 1909 : 3) paraît douteuse et n’a pas été confirmée par les sondages plus récents réalisés dans la cour du même palais2. L’hypothèse d’un espace à vocation agricole autour de Lutèce impliquait d’ailleurs un certain vide archéologique autour de la cité romaine et du haut Moyen Âge (Périn, Sorel 1984 : 122 ; Périn 1989 : 500).

14Dans la cour Napoléon et la VDI/DMF, les vestiges des occupations anciennes provenaient tous d’un contexte bien défini : une couche de limon brun, épaisse de 0,40 m à 1 m, présente sur toute l’étendue du site, du moins là où les niveaux plus récents ne l’avaient pas oblitérée. Leur découverte constitua alors une surprise. Leur révélation eut des conséquences sur la fouille et l’enregistrement des structures. Ce n’est que petit à petit que leur véritable nature est apparue et que des solutions furent trouvées pour résoudre les difficultés de fouille dans un contexte sédimentaire particulièrement peu lisible.

15Les structures mises au jour pouvaient être regroupées en quatre grands ensembles.

16● Tout d’abord, une occupation du Néolithique moyen et, peut‑être, du Mésolithique. Topographiquement, les vestiges de cette époque sont localisés dans la partie S.‑O. des jardins du Carrousel. Leur découverte apparaissait importante, tant par l’abondance de la céramique que par l’homogénéité du faciès culturel (groupe de Cerny). En revanche, un doute subsistait quant à la position stratigraphique et à la nature réelle de ces vestiges. L’existence d’une couche néolithique bien individualisable était contestée et peu de structures permettent d’identifier avec certitude un habitat. Les éléments observables suggéraient plutôt une nappe de vestiges qu’une couche d’occupation liée à un sol d’habitat. De même, l’annonce d’un niveau d’occupation mésolithique, associé à des calages de poteau et à quelques structures de combustion, reposait sur des indices ténus, qui devaient être confirmés par une extension des fouilles.

17● Ensuite, une occupation protohistorique, dans le même secteur, marquée par plusieurs silos de l’âge du Bronze et de l’âge du Fer, ainsi qu’une petite nécropole à inhumation de l’âge du Fer, qui compte une demi‑douzaine de sépultures. ․ Puis, plusieurs fossés, dont les datations s’échelonnent entre l’âge du Fer et le haut Moyen Âge. Certains paraissaient matérialiser des enclos de l’âge du Fer. Deux, peut‑être trois, avaient été mis au jour dans la cour Napoléon. Leurs dimensions totales et leur périmètre n’étaient pas connus, mais ils étaient manifestement très grands. Un quatrième enclos, daté de la fin de l’âge du Fer, avait été découvert à l’emplacement de la DMF/VDI. Son périmètre presque complet avait pu être reconnu, malgré les bouleversements du sol. Son plan restait toutefois incomplet.

18● Enfin, d’autres fossés paraissaient manifestement appartenir à un ou plusieurs réseaux parcellaires, d’époque romaine et du haut Moyen Âge, couvrant toute la zone du Louvre. La présence de fossés parallèles laissait supposer l’existence de chemins, la plupart orientés E.‑O. Leur datation et leurs relations avec les fossés de l’âge du Fer étaient difficiles à établir. Aucune trace d’habitat n’avait été repérée en association avec ce parcellaire.

19Les fouilles de la cour Napoléon débouchaient ainsi sur un modèle d’occupation du sol, marqué par au moins deux systèmes qui paraissaient se succéder. Le premier, caractérisé par trois enclos isolés les uns des autres, daterait de l’âge du Fer ; le second, d’origine romaine, s’apparenterait à une division régulière de l’espace sur une surface plus étendue. Il restait à confirmer ce modèle et à préciser la nature réelle de chacun des systèmes. Le premier pouvait‑il s’identifier à des fermes indigènes ? Dans ce cas, il devait exister des constructions associées qui n’avaient pas été mises en évidence. Quant au parcellaire, il convenait de préciser son extension, sa régularité et son origine. Une hypothèse de travail proposait de lier sa mise en place à l’existence de petits noyaux d’habitat implantés le long de la Seine (autour de Saint‑Germain‑l’Auxerrois, à hauteur de la future tour de Bois) et qui auraient agi comme moteurs d’évolution et de développement. Ce modèle présente l’avantage d’expliquer certains « vides » de façon rationnelle, mais il ne tient pas compte des rapports particuliers entre l’organisation de l’espace et les centres du pouvoir dont ils sont l’émanation.

Moyen Âge et Renaissance

20L’évolution du site à partir du Moyen Âge était connue dans ses grandes lignes par les travaux de A. Berty (Berty 1866 ; 1868) et de C. de Vinck (Vinck s.d.). Malgré leur ancienneté, ils constituent une base indispensable et non remplacée pour toute étude du secteur Louvre‑Tuileries. D’autres ouvrages, plus récents, apportent des précisions ou des corrections parfois importantes. Citons pour mémoire et sans souci d’exhaustivité l’article de J.‑P. Babelon sur les travaux d’Henri IV au Louvre et aux Tuileries (Babelon 1978), la thèse de C. Poupardin sur le rempart de Charles V (Poupardin 1963), ou encore l’ouvrage de A. Lombard‑Jourdan sur la genèse et le développement de la rive droite de Paris (Lombard‑Jourdan 1976 ; 1985).

21Les sources iconographiques et en particulier les nombreux plans et vues cavalières des xviexixe s. apportent un complément non négligeable à la connaissance de l’urbanisation du quartier (Lavedan, Bastié 1993 : 12‑67). Les plans de Truschet et Hoyau (vers 1550), Merian (1615), Le Vau (1662), Gomboust (1665), Turgot (1734‑39), Verniquet (1791) et Vasserot (1830), pour n’en citer que quelques‑uns parmi les plus célèbres, doivent être complétés par les riches fonds conservés aux Archives nationales (principalement le fonds des Bâtiments du Roi). Ces documents permettent de suivre avec une précision variable l’évolution du quartier et du bâti. Certains ‒surtout les plus récents‒ sont suffisamment détaillés pour restituer la configuration et même le plan des bâtiments.

22Enfin, les archives des Quinze‑Vingts (Marot 1867) et celles de la Surintendance générale des Bâtiments du Roi, auxquelles on peut ajouter des données éparses tirées de sources diplomatiques (cartulaire de Notre‑Dame de Paris, cartulaire de l’Hôtel‑Dieu) ou notariales, présentent un intérêt tout particulier pour le secteur.

23Malgré l’abondance de la documentation, peu de choses étaient connues sur l’emplacement des futurs jardins du Carrousel avant les xiiie et xive s. Situé à l’extérieur de l’enceinte de Philippe Auguste, le secteur se trouvait dans la Couture l’Évêque, vaste domaine de l’évêque de Paris (Lombard‑Jourdan 1976 : 85 et sq.) et apparaît comme un espace rural voué aux activités agricoles. Les fouilles de la cour Napoléon confirmaient cette interprétation. Seules quelques « traces de sillons de labours, probablement tracés à l’araire aux xiie et xiiie s. » (Trombetta 1987 : 25) témoignent d’une occupation des lieux.

24Avec la fondation de l’hôpital des Quinze‑Vingts par Louis IX (vers 1254) (Berty 1868 ; Legrand 1886) et l’installation ‒à peu près à la même époque‒ de tuileries au bord de la Seine, le secteur entre dans l’histoire. Jusqu’au milieu du xive s., il semble garder un caractère mi‑rural, mi‑industriel, que n’altère pas la construction d’une ou l’autre « méson ou manoir » le long du fleuve.

25Dans la seconde moitié du xive s., la construction de l’enceinte de Charles V bouleverse l’organisation des lieux. Les sources permettent de suivre l’évolution des terrains situés devant les fossés. Une rue et plusieurs maisons furent progressivement construites sur une vaste parcelle appelée « maison de la Poterie », morcelée à partir de 1402. Plusieurs de ces constructions devaient être détruites vers 1567, lors de l’édification du château des Tuileries par Catherine de Médicis.

  • 3 À l’exception d’un tronçon maintenu lors du creusement du canal Saint‑Martin, entre la Bastille et (...)
  • 4 Vacquer, dossier 66, papiers 301 et 324. Bibl. hist. de la Ville de Paris, fonds Vacquer, D 66 (ms  (...)
  • 5 Commission du Vieux Paris, PV du 4 juillet 1908 : 114.
  • 6 Commission du Vieux Paris, PV du 7 février 1914 : 12 et sq.
  • 7 Dossier au service régional de l’Archéologie d’Île‑de‑France. Fouilles réalisées en octobre 1985 pa (...)
  • 8 Cette déduction a eu de funestes conséquences, car elle a entraîné l’abandon d’un premier projet de (...)

26Les vestiges les plus importants que la fouille pouvait révéler étaient sans aucun doute ceux de l’enceinte urbaine. Son tracé, assez bien localisé, recoupait la fouille du nord au sud, sur toute sa largeur, Pourtant, elle était particulièrement mal connue, vraisemblablement en raison de la disparition de toute partie conservée en élévation3. La seule étude globale publiée demeure celle de Bonnardot (1852), qui rassemble une grande partie des sources anciennes et sert de base à toutes les études postérieures. Les dessins de Guillaumot (1879) concernent principalement les portes de l’enceinte. Une thèse de l’école des Chartes (Poupardin 1963) a largement complété et renouvelé l’étude des sources, en particulier pour l’histoire de l’enceinte aux xive et xve s. Le bilan des fouilles anciennes restait peu important. Hormis les observations faites au xixe s. par Berty à hauteur de la tour de Bois et de la porte Neuve (Berty 1868 : VII), par Vacquer à hauteur de la porte Saint‑Honoré4, puis au début du xxe s. par Sellier en 19085 et en 1912‑1913 sous la place du Théâtre‑Français6, les seules données proviennent de sondages entrepris par G. Le Hallé à l’emplacement de la porte Saint‑Martin, de la porte Saint‑Denis et de la porte Saint‑Honoré (Le Hallé 1986), ainsi que d’une fouille de sauvetage réalisée dans la cour du Palais‑Royal7. Dans le secteur des jardins du Carrousel, la contrescarpe et le fossé en eau de l’enceinte urbaine avaient été localisés avec précision lors d’un sondage, en 1985, aux pieds de l’aile de Rohan. L’escarpe, très mal conservée, avait été entrevue, sans identification sûre. Au sud, lors du percement de la voie de desserte intérieure du musée (VDI) en 1986, rien n’avait pu être observé, confortant l’idée d’une destruction radicale du mur8. De même, il n’avait pas été possible de trancher la question de la datation de la contrescarpe : mur de terrasse construit au début du xviie s. ou contrescarpe signalée déjà au xvie s.? Le fond du fossé n’avait pu être fouillé qu’en un seul endroit, sur 5 m2, et bien des questions restaient en suspens. Les eaux étaient‑elles stagnantes ou courantes ? Qu’en était‑il des curages et des recreusements attestés dans les textes ? Pouvait‑on espérer retrouver des niveaux de vase correspondant aux premières phases d’utilisation des fossés ? Il convenait aussi de savoir si l’emplacement de l’enceinte était déterminé par des réalités topographiques. L’observation d’un léger pendage des limons bruns à l’emplacement des futurs jardins de l’hôtel de Chevreuse pouvait faire penser à l’existence d’un talweg ou d’un ancien cours d’eau repris pour le creusement du fossé.

27Plus graves peut‑être étaient les énormes lacunes des connaissances concernant le rempart. Était‑il pourvu de tours, d’une « fausse braie » ? Combien de fossés existaient à l’origine ? Quel était leur profil ? Une autre question concernait l’existence d’un système de défense avancé devant le fossé de l’enceinte, contesté malgré la mention d’« arrière‑fossés » dans les archives. Un sondage pratiqué en 1983 devant le mur de contrescarpe montrait bien des traces (fossé et levée de terre) pouvant appartenir à ces défenses, mais, trop exigu, il était resté inexploité. Enfin, l’évolution du système défensif demeurait totalement inconnue. En particulier, serait‑il possible de retrouver des traces des premiers travaux de défense, entrepris par Étienne Marcel une dizaine d’années avant leur reprise par Charles V ?

28À côté de l’enceinte, le site ne paraissait pas avoir conservé les restes d’un important bâti médiéval. Les fouilles de la DMF/VDI avaient révélé les vestiges de cinq maisons, mais pour trois d’entre elles ne subsistaient que les parties profondes. L’identification de ces constructions restait peu sûre : appartenaient‑elles à ces manoirs de la première moitié du xive s. que la lecture des archives incitait à chercher dans le secteur ? Les mêmes incertitudes régnaient quant à l’état de conservation des maisons (au moins douze en 1550) issues du morcellement de la parcelle de la « maison de la Poterie », au nord du site. Quelques restes de cloisons, de sols en plâtre et d’un four, repérés dans le sondage nord de 1983, pouvaient appartenir à cet habitat, mais ils ne laissaient pas augurer d’importantes découvertes.

29Pour le xvie s., on pouvait espérer découvrir des vestiges du château des Tuileries, des installations de tuiliers et la suite de l’atelier de Bernard Palissy, largement dégagé lors des fouilles de la DMF/VDI. Des fondations très abîmées, perpendiculaires au pavillon Bulant du château des Tuileries, avaient été retrouvées en 1985. Pouvaient‑elles appartenir à un projet initial, abandonné par la suite, de l’architecte Philibert de l’Orme ? Selon l’hypothèse de certains historiens de l’art (Blunt 1958), fondée sur une analyse du plan qu’Androuet du Cerceau donne en 1579 du château, Philibert de l’Orme aurait prévu initialement un édifice de plan carré, avec quatre ailes entourant une cour centrale. D’autres vestiges, analogues à ceux repérés en 1985, pouvaient exister dans l’emprise des fouilles et confirmer l’existence d’un tel projet. L’observation des photographies aériennes (IGN) des jardins du Carrousel, sur lesquelles les fondations du palais détruit en 1883 sont parfaitement visibles, permet de repérer des traces de structures enfouies approximativement à hauteur du pavillon Le Vau et symétriques aux fondations observées en 1985.

30L’extension des ateliers de tuiliers posait un tout autre problème. Dans la zone fouillée en 1985‑86, la répartition des fours ne dépassait pas, vers le nord, un axe coïncidant avec les murs ‒évidemment postérieurs‒ attribués à Philibert de l’Orme. Seuls quelques dépotoirs, manifestement en marge de la zone artisanale, débordaient de cette ligne. Il était certain que les ateliers de tuiliers s’étendaient davantage vers l’est, mais jusqu’où ? Leur limite orientale n’était pas connue, sinon par quelques données d’archives du xive s. situant les tuileries par rapport à un manoir ayant appartenu à Pierre des Essarts et rasé ensuite pour faire place à l’enceinte urbaine. Ces informations permettaient seulement de situer les tuileries dans le secteur S.‑E. du site sans plus de précisions. D’autre part, l’existence d’un terrain dénommé « maison de la Poterie » entre la rue Saint‑Honoré et la Seine, dans lequel un four de tuilier aurait été implanté en 1402, pouvait suggérer une extension vers le nord des ateliers de tuiliers et, peut‑être, la présence d’une activité liée à la céramique.

31La prolongation de l’atelier de Bernard Palissy dans la zone à fouiller était en revanche assurée. Sa limite orientale n’avait pas été reconnue en 1985‑86 et l’on pouvait s’attendre à trouver encore un four, appartenant aux deux premières phases de fonctionnement de l’atelier. Le seul four d’émailleur découvert était rattaché en effet à la troisième et dernière phase de cet atelier (Dufaÿ et al. 1987 : 34‑36).

L ’époque moderne (xviiexixe s.)

32Le démantèlement de l’enceinte de Charles V et le comblement du fossé, entrepris dès les années 1613‑1616, sont à l’origine du lotissement progressif du quartier situé entre le palais des Tuileries et l’arrière des maisons édifiées sur la rue Saint‑Thomas‑du‑Louvre. Il semble que le comblement du fossé ait pris un certain temps. En effet, le plan Gomboust de 1665 montre la partie septentrionale du fossé encore ouverte, tandis que la partie méridionale était déjà comblée et recouverte par les jardins de l’hôtel de Warin.

33Le lotissement moderne s’articule autour de deux rues (rue Saint‑Nicaise et rue du Carrousel) et d’une place (place du Carrousel, aménagée en 1662). Entre la rue et la place du Carrousel et le palais des Tuileries, l’ancien jardin de Mademoiselle est remplacé par trois cours (les cours Royale, des Princes et des Suisses), séparées par des corps de garde et fermées du côté de la place du Carrousel par une grille. Le bâti reste limité : il comprend principalement une demi‑douzaine d’hôtels (hôtel de Warin‑Beringhem au S.‑E., hôtel de Chevreuse‑Longueville à l’est, hôtel de La Vallière et hôtel de Lamarck‑d’Armagnac au nord) D’autres maisons, comme celle de M. Mollet jouxtant l’hôtel de La Vallière, des ateliers ou magasins sont connus. La plupart de ces constructions furent abattues dès le début du xixe s. Les dernières disparurent vers 1850. Dans le secteur de la DMF/VDI, les fouilles de 1985‑86 n’ont révélé que de maigres restes des corps de garde flanquant l’entrée de la cour des Princes. Des carrières de sable, comblées au xviie s., avaient fortement perturbé les niveaux plus anciens.

  • 9 Carte statistique des égouts de Paris, 1839, conservée au musée des Plans et Reliefs (inv. no 801) (...)

34L’évocation du quartier à l’époque moderne serait incomplète sans la mention des égouts construits à partir du xviie s. entre la rue Saint‑Honoré et la Seine. L’un des premiers semble avoir été installé au début du xviie s. dans le fossé de l’enceinte, alors déjà comblé. C’est vraisemblablement cet égout qui a été repéré en 1985 lors d’un sondage le long de la contrescarpe. Il apparaît sur le plan des égouts de la ville de Paris de 18399 et était encore utilisé avant les fouilles. Ce même plan montre aussi d’autres ramifications du réseau qui se dirigent vers l’arc du Carrousel.

Le programme de recherche : orientations et choix

35Le projet scientifique était à la fois complémentaire et différent des fouilles précédentes. Les fouilles de la cour Napoléon privilégiaient la topographie urbaine et son évolution, ainsi que les productions, les consommations et les échanges dans un quartier parisien situé au pied du château du Louvre. Cette perspective de recherche fut poursuivie, dans la mesure où la cour Napoléon et les jardins du Carrousel sont topographiquement liés et où le processus d’urbanisation progressive des quartiers à l’ouest de l’enceinte de Philippe Auguste concerne également les deux espaces.

36Il était nécessaire d’envisager aussi les relations entre cet espace urbain et le terroir qui l’avait précédé, de même qu’il convenait d’analyser les relations entre ce terroir rural et l’agglomération antique puis médiévale à proximité de laquelle il s’était développé. À l’approche archéologique d’un quartier urbain, il fallait ajouter celle de l’espace agraire qui l’avait précédé. C’était là une des principales originalités du site et il fallait saisir l’occasion, favorisée ici par la nature du terrain, d’étudier ces aspects fondamentaux de la genèse et de l’organisation d’une ville, sur une superficie assez grande pour fournir une vue d’ensemble.

37L’évolution topographique et la structuration de l’espace constituaient dès lors la problématique générale des fouilles. Celle‑ci devait être centrée logiquement sur les phases préurbaines (occupations préhistorique et protohistorique, romaine et du haut Moyen Âge) et sur les éléments déterminants qui ont conditionné la phase d’urbanisation à partir du xive s. et jusqu’au xvie s. inclus (enceinte urbaine, parcellaire et lotissement, activités artisanales et travaux royaux).

38L’importance accordée aux traces d’occupation préurbaines pourrait étonner. L’aboutissement et les résultats concrets d’une archéologie agraire, par exemple, n’apparaissaient pas assurés en regard des moyens investis. Mais les présomptions de découvertes étaient importantes. Malgré le caractère peu spectaculaire et les difficultés d’une telle approche, le site était susceptible d’apporter un certain nombre de réponses significatives et d’ouvrir de nouvelles perspectives de recherches.

39En raison de l’attention accordée aux éléments déterminants de la topographie médiévale et aux phases préurbaines, les vestiges modernes des xviie, xviiie et xixe s. ont été négligés. Ce choix reposait sur ce que l’on savait du bâti, qui semblait peu important. Lors des fouilles de la cour Napoléon, une documentation abondante avait été rassemblée sur la topographie urbaine moderne, incluant le secteur du Carrousel. Enfin, les archives conservent les plans détaillés de plusieurs bâtiments donnant sur la place du Carrousel et les cours des Tuileries. Leur fouille n’aurait apporté que peu de nouveautés, mais aurait en revanche pris beaucoup de temps. Une seule exception a été faite pour les fosses d’aisances modernes, dans une perspective bien particulière, car il s’agissait ‒à titre expérimental‒ de poursuivre des analyses de parasitologie entamées durant les fouilles précédentes.

40Concernant les phases préurbaines, aucun choix particulier n’était possible. Toutes les traces d’occupation, quelle que soit l’époque, étaient importantes. Pour le Néolithique, la question fondamentale était celle de l’ampleur et de la nature réelle des vestiges découverts sous la DMF/VDI. Pour les périodes protohistorique, gallo‑romaine et du haut Moyen Âge, la problématique était centrée sur les systèmes agraires. L’extension des niveaux anciens (limons bruns) sous les jardins du Carrousel ne faisait guère de doute et on pouvait penser que leur conservation serait bonne, en raison de la faiblesse du bâti récent. La datation et l’évolution des systèmes fossoyés, mais aussi l’utilisation du sol et des structures agraires constituaient les objectifs principaux. Il importait de pouvoir retracer l’évolution du terroir depuis l’âge du Fer jusqu’au haut Moyen Âge. Dans cette perspective, il s’agissait d’appréhender les relations entre les structures et les témoins mobiliers : associations entre fossés, silos, fosses ou enclos, entre enclos et sépultures, dispersion du mobilier lié à la pratique de la fumure, etc. Le concours des disciplines paléoenvironnementales était ici nécessaire.

41Pour l’époque médiévale et la Renaissance, l’étude de l’enceinte urbaine était assurément l’objectif majeur, en raison de son rôle dans le processus de développement de la ville de Paris. Ce monument est de toute évidence un élément déterminant de la topographie et de l’histoire du site. Les autres vestiges présumés du Moyen Âge, du bas Moyen Âge et de la Renaissance pouvaient être abordés plus rapidement, sauf peut‑être ceux de l’atelier de Bernard Palissy qu’en raison de leur renommée on ne pouvait négliger. Ce choix semblait d’autant plus facile que l’importance des vestiges autres que ceux de l’enceinte n’apparaissait pas trop grande : ce fut une erreur.

La fouille : méthodes et adaptations

42Le choix des méthodes de fouille découle d’une donnée assez simple : il fallait fouiller en quinze mois (portés ultérieurement à dix‑huit), sur une surface d’environ 3 ha, un dépôt sédimentaire d’1 à 10 m d’épaisseur, recelant des vestiges d’occupation depuis le Néolithique jusqu’aux Temps modernes, le tout avec une équipe constituée d’une quarantaine de personnes en moyenne. Une politique d’échantillonnage, étroitement liée à la problématique générale, devait nécessairement être engagée. Toute la superficie des jardins du Carrousel n’a pas été fouillée exhaustivement, même des structures comme l’enceinte ou les parcellaires. Les méthodes de l’archéologie urbaine et celles de l’archéologie rurale ont été combinées. La technique des grands décapages était la plus appropriée pour atteindre les niveaux et dégager les structures, avant de laisser la place à une fouille plus classique. La vue globale qu’offraient les décapages pouvait ainsi être associée à l’analyse détaillée d’ensembles archéologiques cohérents et souvent complets.

43Une aide significative était attendue des sciences de la nature. Leur intérêt et leur apport à l’archéologie urbaine avaient été clairement mis en évidence lors des fouilles de la cour Napoléon (Bonis et al. 1988 ; Paléo‑environnement... 1986 ; Krier, Leroyer 1988a ; 1988b ; Trombetta 1993). La poursuite des études paléoenvironnementales lors de l’opération des jardins du Carrousel était justifiée, dès lors qu’on tenait compte de l’expérience précédente, de manière à caler au mieux les interventions en fonction des questions archéologiques. Le recours à des disciplines multiples était tout particulièrement nécessaire pour la compréhension ‒et donc la fouille‒ des niveaux préurbains du site. Le problème principal était de caractériser les sédiments limoneux contenant les vestiges des occupations préhistorique et protohistorique, gallo‑romaine et du haut Moyen Âge, afin d’expliquer le processus de leur dépôt et leur évolution. L’apport d’une étude pédosédimentaire était ici déterminant pour interpréter correctement les formations géologiques et pédologiques renfermant les vestiges préurbains. Pour les périodes médiévale et post‑médiévale, il fallait comprendre la circulation de l’eau dans le fossé de l’enceinte urbaine et restituer son processus d’envasement.

44Pendant la fouille, les grandes orientations ont été affinées naturellement par les découvertes. Celle d’un habitat antique et d’une vaste carrière d’extraction de limon du ier s. ont radicalement changé la perception du terrain et de son évolution. La mise en évidence de cette carrière a conduit à réinterpréter les données de la cour Napoléon. Quant à l’habitat antique, sa découverte a modifié une problématique centrée presque exclusivement sur les parcellaires et le paysage. Pour le Moyen Âge et la Renaissance, la mise au jour d’importants vestiges d’un quartier d’habitation particulièrement bien conservé devant l’enceinte urbaine a conduit à accorder une attention plus grande au bâti civil médiéval, même si, par manque de temps, seules les parcelles dont les vestiges étaient les mieux conservés ont été fouillées.

45De même, l’importance et l’étendue du système défensif urbain ont nécessité la mise en œuvre de moyens supplémentaires. Inversement, la découverte d’un ensemble résidentiel du xive s. sous le rempart de l’enceinte urbaine a obligé à accorder moins de temps à l’étude du tronçon sud du fossé, au profit de celle du manoir du xive s.

46D’autres adaptations, moins conséquentes, ont été motivées par la découverte des niveaux d’épandages de la fin du xvie s. et du début du xviie s. dans la partie N.‑O. du site. Dans ce cas, la difficulté était plutôt d’apporter le plus rapidement possible les éléments de réponse, de manière à ne pas retarder la fouille.

47Des difficultés liées à la nature des vestiges ont entraîné aussi des modifications dans les méthodes, voire des improvisations. Les obstacles rencontrés varient bien sûr selon la nature des vestiges et la chronologie. Pour les périodes anciennes, ils résultent d’abord des difficultés de lecture de la stratigraphie dans les limons bruns, de l’impossibilité de bien distinguer toujours les limites des creusements. Des « fouilles‑test » avec enregistrement en trois dimensions ont été nécessaires pour valider les techniques de fouille. Cela a pris du temps mais a, en revanche, étayé l’interprétation des données recueillies. Une autre difficulté est liée au petit nombre d’artefacts recueillis dans les structures en creux et particulièrement dans les fossés parcellaires. Ceci oblige à multiplier les tronçons fouillés, afin d’augmenter le nombre des éléments datants, et justifie aussi le recours à l’échantillonnage et au tamisage, afin de compléter les observations obtenues par la fouille. Le plus difficile était pourtant de conduire la recherche pédo‑sédimentaire de concert avec la fouille.

48Pour les périodes médiévale et moderne, les obstacles sont venus surtout de l’étendue et de la bonne conservation des vestiges. Cette situation s’est traduite par des problèmes de temps, de choix, d’échantillonnage. Ce fut le cas, entre autres, pour l’enceinte. L’impossibilité matérielle de la fouiller dans sa totalité a imposé une sélection des secteurs à étudier dès les décapages préliminaires, alors que le système défensif n’était pas encore appréhendé dans son ensemble. Ces choix ont entraîné inévitablement une perte d’informations. Ainsi, les chemins au pied du rempart et devant les défenses avancées n’ont pas été compris autant qu’il aurait été souhaitable. D’autres difficultés étaient liées à la fouille de l’énorme masse de terre qui compose le rempart. Son étude a toutefois été possible par la mise en place d’un enregistrement des coupes permettant de restituer le processus d’accumulation des sédiments. De même, le relevé des murs d’escarpe et de contrescarpe fut rendu possible grâce à une couverture photographique à l’échelle, avec recouvrement suffisant pour éviter les déformations optiques.

49Le déroulement de la mise au jour du manoir du xive s. fut conditionné par la découverte d’enduits peints. Si la fouille du bâti ne souleva guère de difficultés, celle des enduits peints était en revanche plus délicate. Ne disposant plus que d’un temps limité, le choix de la méthode se résumait entre dégager et prélever rapidement la totalité des fragments (ce qui rendait impossible le respect des règles de fouille d’enduits peints) ou ôter finement des couches de fragments, mais avec le risque évident de ne pouvoir achever la fouille dans les délais impartis. La première solution fut adoptée. L’incertitude quant à la nature de la technique picturale utilisée souleva bien des questions quant à leur conservation et leur nettoyage. La masse de fragments recueillis devait provoquer rapidement un engorgement du dépôt et de nombreux problèmes de gestion. Enfin, l’absence d’institution spécialisée dans le traitement et l’étude des enduits peints médiévaux découverts en fouille obligea à trouver des solutions originales pour assurer l’exploitation scientifique d’un ensemble aussi exceptionnel.

Rapports scientifiques et choix de publication

Exploitation des données

50Au terme de dix‑huit mois de terrain, l’opération se poursuivit encore pendant un an avec l’exploitation des données et la rédaction des rapports scientifiques. Les objectifs généraux assignés à cette phase étaient multiples. Il s’agissait de présenter les principaux résultats de la fouille, mais aussi d’organiser, de traiter la documentation de manière à la rendre exploitable et de prévoir des moyens de consultation simples et rapides. En d’autres termes, il s’agissait de rendre les archives de fouille accessibles de manière permanente.

51Il était donc évident, avant même le début des travaux sur le terrain, que le produit final de l’opération devait viser en priorité le traitement, la gestion et la présentation de la documentation, puis la rédaction des rapports scientifiques, de manière à préparer une ou plusieurs publications ultérieures.

52Le travail fut organisé et structuré à partir des Principes of Publication in Rescue Archaeology, définis en 1975 par S. S. Frere (Barker 1977 : 224 et sq.) et distinguant quatre niveaux documentaires :
‒ le niveau I comprend le site, la documentation ancienne et le mobilier archéologique ;
‒ le niveau II regroupe la documentation issue de la fouille (fiches, dessins, documentation graphique et photographique, les diagrammes stratigraphiques) et les inventaires sommaires du mobilier ;
‒ le niveau III regroupe la documentation produite par le traitement des données, c’est‑à‑dire les descriptions analytiques des vestiges et du mobilier (inventaires scientifiques), les listages sélectifs, les analyses des spécialistes, les documents graphiques prêts à être publiés ;
‒ le niveau IV enfin rassemble les recherches et publications synthétiques et thématiques, utilisant les données archéologiques du chantier et la documentation extérieure (archives, publications anciennes, comparaisons...) dans une problématique élargie.

53L’objectif était de réaliser pendant la phase de postfouille tous les travaux d’étude jusqu’au niveau III inclus.

Le rapport de fouilles

54Le rapport de fouilles, remis au début de l’année 1992, est le résultat de ce travail. Il comprend trois parties complémentaires. La première présente la documentation de fouille par zone (niveau II) ; la deuxième est le rapport scientifique de l’équipe, rédigé par thème (niveau III) ; la troisième regroupe les travaux, études ou rapports d’analyses des spécialistes extérieurs à l’équipe archéologique.

Première partie : la documentation de fouilles (niveau II)

55La préparation des travaux de niveau II a débuté dès la fouille. Dans la mesure du possible, à l’achèvement d’une zone, l’archéologue responsable se retirait du terrain pour rédiger un premier document de travail : le rapport intermédiaire, Celui‑ci avait pour but principal de classer et compléter directement la documentation, afin de faciliter et accélérer le travail d’exploitation des données. Toutes les zones n’ont pas fait l’objet d’un rapport provisoire et tous les rapports n’ont pas atteint le même degré d’avancement, en raison des impératifs de terrain. Lors de la phase de postfouille, la première tâche a consisté à terminer ces rapports provisoires et à uniformiser leur présentation, C’est à partir de ces documents qu’a été conçu le rapport de niveau II.

56Celui‑ci présente sous une forme concise l’ensemble de la documentation existant pour chaque zone du chantier. Il fournit la clef d’accès à la documentation et constitue le premier outil de référence pour tout chercheur qui voudrait se référer aux données de terrain. Il est élaboré sur un même modèle et comprend :
‒ un bref aperçu des travaux, interventions et découvertes par zone ;
‒ un plan de localisation de la zone et des secteurs ;
‒ un plan matérialisant les principales structures, les axes de coupes et sections ;
‒ un plan de montage des plans ;
‒ le diagramme stratigraphique de la zone ;
‒ les inventaires de la documentation : fiches de terrain, photographies, relevés graphiques, prélèvements, mobilier, état de traitement, dessins, protocoles de tri et de rejets, etc.

Deuxième partie : le rapport scientifique de l’équipe (niveau III)

57Le rapport a été conçu comme une description thématique et synthétique des principaux résultats. Après une présentation du site et de l’opération archéologique (incluant un rapport sur la gestion du mobilier), il aborde l’étude pédosédimentaire du site et la restitution du relief ancien qu’elle permet. Les chapitres suivants présentent les résultats des principaux dossiers, abordés par thème ou période.

Troisième partie : les rapports des spécialistes extérieurs

58Une quarantaine de rapports ont été rédigés par les spécialistes qui sont intervenus sur le terrain ou pendant la phase d’exploitation des données. Les contributions les plus nombreuses concernent les interventions paléoenvironnementales. Ensuite viennent les études de la faune, du mobilier archéologique et, enfin, deux études consacrées aux fouilles de la cour Napoléon qui présentent un intérêt direct pour les fouilles des jardins du Carrousel.

La publication

  • 10 Il a été déposé au service régional de l’Archéologie d’Île‑de‑France, à la sous‑direction de l’Arch (...)

59Le rapport de fouilles remis en 1992 possède une dimension de « mémoire » et de « possibilité de vérification » qui explique son organisation, son contenu et aussi son volume. Il contient les informations nécessaires à cet effet : d’où ces inventaires, ces nombreux tableaux présentant les données chiffrées, ces descriptions détaillées, ces références permanentes aux numéros d’enregistrement sur le terrain. Toutes ces informations sont indispensables et justifient les interprétations faites lors de la synthèse. Dans cette perspective, le rapport est un document qui demeure consultable10 et auquel il est possible de se référer en permanence. C’est le cas des nombreux rapports d’analyses, dont les conclusions sont à bien des égards déterminantes pour la compréhension des vestiges.

  • 11 Une présentation préliminaire des résultats des fouilles des jardins du Carrousel a été publiée dan (...)

60La présente publication repose totalement sur le rapport, dont elle est la synthèse destinée à la communauté scientifique11. Dans une fouille de ce genre, l’unité de lieu est le ciment qui lie les différents chapitres. Ceux‑ci abordent chacun des thèmes très variés, en fonction des périodes d’occupation du site. L’évolution topographique et chronologique prédomine et impose le plan de la publication. Tous les chapitres sont présentés de la même façon. Une brève introduction est suivie d’une description analytique, la plus aboutie possible, du dossier archéologique. Les éléments de datation essentiels issus du mobilier sont introduits selon les besoins. Dans cette perspective, il a été jugé utile de présenter l’ensemble du corpus monétaire du secteur du Carrousel ‒toutes opérations confondues‒ et l’ensemble des monnaies antérieures à Philippe Auguste trouvées dans le domaine du Grand Louvre. Enfin, un dernier paragraphe reprend l’ensemble des informations dans une perspective plus globale, permettant de dégager l’intérêt et l’apport des découvertes.

61Limiter les études du mobilier principalement à l’apport chronologique de la céramique et des monnaies ne fut pas un choix facile. L’état d’avancement des recherches et la cohérence interne de l’ouvrage le commandaient. Comme dans bien des opérations d’archéologie préventive, l’étude du mobilier est loin d’être achevée. Certains types de mobilier, comme la faune, la céramique ou les instruments de musique, ont été intégrés dans des travaux universitaires (Ravoire 1996) ou ont fait l’objet de publications partielles (Rodet‑Belarbi 1993 ; Ravoire 1993 ; Homo‑Lechner 1996) ; d’autres devraient paraître prochainement, comme les tissus provenant du fossé de l’enceinte urbaine (par S. Desrosiers).

62Malgré leur intérêt, les découvertes spectaculaires provenant de l’atelier de Bernard Palissy, réalisées lors de cette opération (Poulain 1991), ne sont pas présentées dans cette publication. Leur étude ne peut être dissociée des objets, beaucoup plus nombreux, trouvés en 1986. Seul un projet global peut aboutir à un résultat scientifiquement valide et justifie ce choix.

63Cette publication a été réalisée par les membres de l’ancienne équipe qui ont bien voulu ‒et ont pu‒ dégager le temps nécessaire à sa préparation. Cela n’enlève rien au caractère collectif du travail mené depuis le début de l’opération. Cet ouvrage est fondamentalement redevable à tous ceux qui ont participé et collaboré à l’opération, particulièrement à l’équipe permanente qui a encadré le travail de fouille et d’exploitation des données pendant 27 mois.

Notes

1 Mobilier inédit, déposé au service régional de (’Archéologie d’Île‑de‑France.

2 Dossier au service régional de l’Archéologie d’Île‑de‑France. Fouilles réalisées en octobre 1985 par M.‑P. Lejard sous la direction d’Y. de Kisch (autorisation 1985‑54).

3 À l’exception d’un tronçon maintenu lors du creusement du canal Saint‑Martin, entre la Bastille et la Seine. Mais sa construction paraît devoir être attribuée au règne d’Henri II.

4 Vacquer, dossier 66, papiers 301 et 324. Bibl. hist. de la Ville de Paris, fonds Vacquer, D 66 (ms 243), f° 80 et 89.

5 Commission du Vieux Paris, PV du 4 juillet 1908 : 114.

6 Commission du Vieux Paris, PV du 7 février 1914 : 12 et sq.

7 Dossier au service régional de l’Archéologie d’Île‑de‑France. Fouilles réalisées en octobre 1985 par M.‑P. Lejard sous la direction d’Y. de Kisch (autorisation 1985‑54).

8 Cette déduction a eu de funestes conséquences, car elle a entraîné l’abandon d’un premier projet de conservation des murailles, élaboré par I.M. Pei. On peut regretter les circonstances qui ont empêché de procéder aux observations nécessaires lors de la construction de la VDI. Comme les fouilles l’ont montré par la suite, l’épaisse maçonnerie du mur d’escarpe avait bel et bien été percée. La réintroduction du projet de conservation n’a pu se faire qu’avec des surcoûts importants.

9 Carte statistique des égouts de Paris, 1839, conservée au musée des Plans et Reliefs (inv. no 801) à l’hôtel des Invalides.

10 Il a été déposé au service régional de l’Archéologie d’Île‑de‑France, à la sous‑direction de l’Archéologie, aux archives de la Ville de Paris, à l’Association pour les fouilles archéologiques nationales (Afan), à l’Établissement public du Grand Louvre, à la Commission du Vieux Paris, à l’unité d’archéologie de Saint‑Denis.

11 Une présentation préliminaire des résultats des fouilles des jardins du Carrousel a été publiée dans les Dossiers de l’Archéologie en février 1994 (Van Ossel 1994).

Table des illustrations

Légende FIG. 1 ‒ Les jardins du Carrousel dans leur cadre urbain contemporain : le quartier autour du Louvre.
Crédits Dessin Chr. Hochstrasser.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45040/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende FIG. 2 ‒ Vue aérienne verticale des jardins du Carrousel au moment des fouilles : a fossé de l’enceinte en cours de dégagement ; b tranchées de fondations du château des Tuileries ; c cave du logis des Suisses ; d maisons du faubourg ; e fossés parcellaires gallo‑romains.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45040/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende FIG. 3 ‒ Localisation des emprises des différents chantiers archéologiques réalisés dans le domaine du Louvre entre 1983 et 1993. En grisé, le secteur des jardins du Carrousel.
Crédits Dessin FJC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/45040/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 73k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search