Version classiqueVersion mobile

L’estuaire de la Charente de la Protohistoire au Moyen Âge

 | 
Luc Laporte

Conclusion

Conclusion

Luc Laporte

Résumé

L’ensemble éclaire de quelques coups de projecteurs, bien sûr trop brefs et encore trop localisés, l’histoire du peuplement humain et l’évolution du paysage en ce petit terroir de l’arrière‑pays rochefortais, principalement au cours de ces deux derniers millénaires. La confrontation des résultats issus de ces différentes études, menées avec les contraintes et les avantages de tout projet d’archéologie préventive, renouvelle ainsi sensiblement notre perception de ces communautés agricoles et artisanales de la fin de l’âge du Fer sur le littoral saintongeais.

Texte intégral

1Dans l’introduction, nous avons présenté l’étude envisagée dans la perspective d’une histoire des relations entre l’homme et le milieu naturel qu’il exploite, parfois qu’il façonne. Nous prenions pour cadre un petit territoire, situé entre la bordure orientale des marais de Rochefort, la vallée de la Charente au sud et celle de la Boutonne à l’ouest, et traversé dans toute sa longueur par le ruban étroit de l’emprise autoroutière. Les prospections archéologiques, menées à l’occasion de ces travaux, nous ont conduits à privilégier la fouille de deux sites, parmi d’autres, placés pour l’un en bordure de marais, pour l’autre à quelques kilomètres en arrière, sur les collines environnantes. La confrontation des résultats archéologiques au sein d’équipes pluridisciplinaires pouvait seule nous permettre d’atteindre les buts fixés. Au‑delà des études entreprises sur chacun des sites sélectionnés, un échantillonnage des milieux naturels non anthropisés apparaissait également nécessaire. Peut‑être est‑il temps de dresser maintenant un bref bilan de ce que nous avons appris sur l’évolution du peuplement et du paysage, en ce petit terroir de l’arrière‑pays rochefortais.

2Au cours du dernier épisode glaciaire, le niveau moyen des mers se situait une centaine de mètres plus bas que l’actuel, reculant la ligne de côte au‑delà des hauts‑fonds du plateau de Rochebonne. Au début de l’Holocène, avec la remontée rapide des niveaux marins, l’Océan envahit progressivement tout le plateau continental, pénétrant largement à l’intérieur des terres en empruntant les profondes vallées, étroites et encaissées, creusées au cours de la dernière période glaciaire. Ainsi la partie la plus en aval de la vallée de la Charente a‑telle été progressivement ennoyée, repoussant l’embouchure du fleuve de plus en plus vers l’est, à l’intérieur des terres. Une chênaie dense, comprenant aussi de l’orme et du tilleul, occupait les flancs de la vallée et les plateaux environnants parcourus par les populations mésolithiques. De nombreux gisements de cette période ont été repérés dans les collines de l’arrière‑pays rochefortais, en fond de vallon ou sur les rebords de l’actuel marais de Rochefort (Massaud 1962 ; Laporte et al. 1992 ; Favre 1994). Lorsque se mettent en place les premiers établissements néolithiques, l’estuaire ne devait guère être éloigné de l’actuelle confluence entre la Charente et la Boutonne, la mer pénétrant au fond d’une baie étroite et encore peu envasée jusqu’au pied de la ville de Rochefort. Elle n’ira guère au‑delà. Peu à peu l’estuaire s’envase, et un mouvement inverse du précédent s’amorce. La remontée des niveaux marins se fait moins pressante et permet le dépôt de sédiments de plus en plus fins, contribuant au colmatage des dépressions qu’occupent actuellement les marais maritimes saintongeais. La diversité des milieux susceptibles d’être exploités par l’homme va s’accroître également, offrant aux populations néolithiques et protohistoriques de nouvelles sources de subsistance. S’installe alors un vaste estuaire partiellement envasé, parcouru par des chenaux de marée approvisionnant des lagunes salées. En arrière de l’estuaire se développent des marais saumâtres puis palustres. L’essentiel du comblement de la partie orientale du marais de Rochefort, qui peut atteindre plus de 20 m d’épaisseur, est lié à cette dynamique. Comme le long du littoral girondin, le paysage est encore celui d’une chênaie dense où l’impact anthropique sur le couvert végétal reste limité (Marambat 1992). Pourtant, la découverte de vestiges néolithiques ou du début de l’âge du Bronze, tant sur le tracé autoroutier que lors des prospections antérieures, tout comme la présence de quelques monuments mégalithiques, sont autant d’éléments qui témoignent d’une occupation humaine à cette époque (Polony 1882 ; Burnez, Gabet 1966 ; Cassen 1987 ; Laporte et al. 1992 ; Bouin 1994). Pour quelle raison les défrichements semblent‑ils aussi limités dans l’arrière‑pays rochefortais ? S’agit‑il d’un problème d’échantillonnage ? La frange littorale était‑elle moins densément peuplée que la Saintonge continentale ? Rien ne permet actuellement de privilégier cette dernière hypothèse. Le peuplement et les zones agricoles étaient‑ils plutôt concentrés dans les vallées alluviales plus fertiles, ou à proximité d’un rivage aujourd’hui ennoyé ou recouvert de sédiment ? L’exploitation des collines de l’arrière‑pays rochefortais était‑elle plus sporadique ou liée à des tâches bien spécifiques ? Il est encore difficile de trancher, mais il y a là un problème qui intéresse toute la partie méridionale de la façade atlantique française. Parallèlement, avec le comblement des actuels marais maritimes saintongeais, peu à peu un schorre important se développe sur le haut de l’estran.

3Au cours de l’âge du Fer, le colmatage de la partie orientale du marais de Rochefort est presque terminé : le haut estran, couvert par le schorre et parcouru de chenaux de marées alimentant quelques lagunes salées, connaît alors une très large extension. La partie en aval de la vallée de la Boutonne n’est quant à elle plus soumise qu’à une sédimentation d’origine continentale, lacustre avec quelques épisodes fluviatiles. C’est également à ce moment‑là que se produit un important changement dans le paysage végétal ; sur les plateaux environnants, la strate arboréenne décline brutalement, accompagnée par le développement des plantes rudérales, marqueurs d’activités anthropiques. Nous nous attarderons quelque peu sur cette période qui est certainement celle pour laquelle les travaux archéologiques effectués à l’occasion du projet autoroutier ont livré le plus de données nouvelles.

4Au cours de La Tène ancienne, ou peut‑être au début de La Tène moyenne, s’installe dans le fond de l’anse de La Challonnière, en bordure de l’actuel marais de Rochefort, un atelier de sauniers. Il s’agirait alors de l’un des plus anciens sites de ce type fouillé sur le littoral atlantique français. Bien que près d’une centaine d’ateliers de sauniers soient répertoriés en bordure du marais de Rochefort, celui de La Challonnière est le seul à avoir fait l’objet d’une étude extensive. Malgré l’érosion des versants, responsable du lessivage de la plupart des niveaux archéologiques, les structures dégagées (fosses, trous de poteaux, emplacement probable d’un four, couches de rejet...), ainsi que le mobilier technologique recueilli (pilettes circulaires, piliers quadrangulaires et vases cylindriques), témoignent des principales étapes de la chaîne opératoire salicole. Après récolte et séchage, les vases ou croûtes salées sont brûlées puis lessivées, produisant ainsi de vastes nappes détritiques composées essentiellement de nodules d’argiles cuites. Les saumures sont ensuite concentrées par chauffe artificielle sur des fourneaux dont le fonctionnement reste encore mal connu. L’établissement, dont l’occupation semble assez ponctuelle et limitée dans le temps, paraît réservé aux activités artisanales. Les coquilles marines piégées dans les couches de rejet, en particulier celles d’hydrobies et de scrobiculaires, indiquent la partie haute des vasières, jusque dans le schorre, comme lieu d’extraction de la matière première. Les lagunes salées du haut estran mises en évidence au sommet des carottes de l’écluse ou du canal de Genouillé, favorisant la concentration du sel en surface et périodiquement alimentées par les chenaux de marées, pouvaient constituer une zone d’approvisionnement privilégiée en matière première. Des sondages ont également mis en évidence les divagations d’un chenal de marées, probablement contemporain des activités salicoles, jusqu’à l’intérieur de l’anse de La Challonnière. Le traitement de cette matière première demande toutefois un environnement différent, présentant une source d’eau douce pour lessiver les nodules d’argile salés et un combustible en abondance pour assurer la concentration des saumures ou pratiquer une ultime évaporation. La présence d’un ru à caractère continental a effectivement été mise en évidence à proximité immédiate du site. La quantité de sel ainsi produite, avec toutes les réserves d’usage qui accompagnent ce type d’exercice, ne semble guère dépasser quelques centaines de kilos. Une telle production, de faible ampleur, contraste avec les estimations proposées sur certains ateliers de La Tène finale qui pourraient être jusqu’à 10 000 fois supérieures.

5Sur le plan de l’environnement et de l’économie de subsistance, de part la nature du site et peut‑être aussi à cause d’un certain décalage chronologique, se dessinent seulement à La Challonnière des tendances qui seront pleinement exprimées au travers des données fournies par le site de Mortantambe. À proximité immédiate du site, la palynologie nous montre un contexte où les herbacées sont dominées par les cypéracées avec une forte proportion de chénopodiacées. Les associations de plantes rencontrées correspondent à des vasières soumises à émersion périodique, des marécages d’eau douce, voire le long d’un ru continental. Les terrains secs sont occupés par des bosquets de chêne et des zones ouvertes comportant des essences héliophiles (noisetier, bouleau et pin). L’étude des charbons de bois révèle la présence de biotopes similaires avec des espèces vivant dans des milieux hydromorphes, des espèces héliophiles qui évoquent plutôt des lisières de forêt ou l’existence de haies en milieu ouvert, et des espèces ripisylves bordant un petit ruisseau. Seuls quelques rares pollens de céréales et quelques messicoles attestent l’existence de cultures aux environs. Les composées tubuliflores et les cicoriées pourraient peut‑être évoquer la proximité de pâturages. Quelques rares restes faunistiques mal conservés, principalement du bœuf et un peu de mouton, ont d’ailleurs été recueillis sur le site dans les couches de rejet. L’essence privilégiée utilisée pour la combustion dans les activités salicoles est le bois de chêne à plus de 90 %. Il convient alors de s’interroger sur l’existence possible de liens entre le développement des activités salicoles à la fin de l’âge du Fer, grandes consommatrices de bois de chauffe, et la régression, brutale et partiellement contemporaine, de la chênaie sur les hauteurs environnantes. On peut d’ailleurs également se demander si, plus tard, la disparition progressive de la chênaie, obligeant à aller chercher chaque fois un peu plus loin le combustible nécessaire, ajoutée au comblement progressif des marais charentais, évoluant vers une sédimentation de plus en plus continentale et donc de moins en moins favorable aux activités salicoles traditionnelles, ne sont pas quelques‑unes des causes majeures qui entraîneront, à des dates qu’il est encore difficile de préciser, l’abandon des techniques d’extraction du sel par chauffe artificielle, puis l’adoption d’une nouvelle technique fonctionnant par évaporation naturelle : la saline.

6À quelques kilomètres de là, sur les collines de l’arrière‑pays rochefortais, le site de Mortantambe nous offre l’exemple d’un habitat rural, fonctionnant de la seconde moitié du iie s. av. J.‑C. jusqu’à la Conquête romaine ou peu après. Trois enclos quadrangulaires, délimités par des fossés, ont été au moins partiellement décapés et sondés au cours des fouilles, les photographies aériennes apportant de précieux compléments dans l’interprétation des plans. Le plus ancien de ces enclos, dont le comblement basal a livré un mobilier céramique daté de la seconde moitié du iie s. av. J.‑C., couvre une superficie d’environ 7 000 m2. De plan grossièrement carré, il n’est pas fermé au sud. À l’intérieur de cet espace, la répartition des nombreuses structures de calage dégagées suggère l’existence de maisons au centre de l’enclos, entourées à la périphérie par des structures de stockage. Ces dernières sont séparées du fossé par une bande réservée de 5 à 7 m de large. Rien dans le comblement des fossés ne permet cependant d’envisager la présence d’un talus construit à l’emplacement de cette bande réservée. Le premier habitat est ensuite abandonné alors qu’un second enclos fossoyé, de forme et de superficie équivalentes, aménagé de façon similaire au précédent, est creusé à proximité immédiate. Un troisième enclos, mais plus petit et de forme rectangulaire, d’une superficie de 1 000 m2 environ, est accolé au précédent. L’habitat se déplace ainsi de quelques centaines de mètres seulement vers l’est. L’étude des fragments d’amphores recueillis dans les différentes phases de comblement des fossés indique que le deuxième enclos fut probablement creusé un peu avant 100 av. J.‑C. et définitivement comblé vers 30 av. J.‑C. Parmi l’abondant mobilier détritique recueilli, plus de 6 000 tessons contribuent à illustrer l’évolution des principales caractéristiques de la vaisselle céramique au cours du temps. Au sein des céramiques communes, par ailleurs de formes peu diversifiées, la part de la céramique tournée augmente progressivement. Avec les céramiques de type « savonneuse », dont l’antiquité pourrait être plus haute qu’on ne l’admet généralement, une nouvelle production céramique, probablement régionale mais parfois imitée de modèles importés, apparaît, puis se développe et se diversifie.

7Certains éléments permettent d’esquisser les principaux traits du paysage sur le site et à ses abords. Les données anthracologiques et paléocarpologiques concourent à offrir l’image d’un espace assez ouvert, bordé de haies ou de petits bois. Le chêne à feuilles caduques, espèce dominante dans les échantillons de charbons de bois étudiés comme dans les spectres palynologiques provenant des marais riverains, correspond à un peuplement dense et ouvert, en lisière de forêt ou dans des haies. Le noisetier, l’érable, les prunus et les pomoïdés croissent également dans des bois clairs, en lisière de forêt voire dans les friches ou sur des landes. Ces observations sont tout à fait cohérentes avec la représentation très importante des paléosemences provenant de friches buissonnières ou arbustives dans le remplissage des fossés, parmi lesquelles figurent d’ailleurs de très nombreuses baies et fruits comestibles (framboises, mûres, noisettes, sureau noir, glands). L’accumulation de semences de raisin, provenant peut‑être d’une vigne domestique, pourrait être justifiée également par la proximité de lieux d’aisances. Parmi les espèces sans utilité apparente, il faut souligner la présence de clématite des haies, espèce héliophile, qui pousse aussi dans les bois clairs, les friches et les lisières. Aussi n’est‑il pas improbable que la bande réservée de 5 à 7 m de large, qui borde le fossé et le sépare des structures architecturales, ait été occupée par une haie ou une friche buissonnière. Du point de vue paléocarpologique, cette zone ne paraît pas en tout cas avoir été utilisée comme aire de travail ou enclos à bétail. La fonction de ces fossés semble bien le drainage de ces terres grasses et humides aux abords de l’habitat. Les espèces de mollusques dulcicoles recueillies dans le comblement du fossé 4, si elles sont en place, indiquent en effet, tout comme les paléosemences de pâturin des marais ou de joncs agglomérés, la présence au moins saisonnière d’eaux stagnantes dans le fond des fossés. Avec l’apparition d’espaces quadrangulaires ceinturés de fossés et peut‑être bordés de haies –notamment pour protéger l’habitat des déprédations du troupeau ?–, n’avons‑nous pas ici les éléments cellulaires qui, plus tard, reproduits de façon extensive, deviendront l’élément de base du paysage bocager médiéval ?

  • 1 Un fragment de meule rotative en granité provient d’une fosse et une autre en calcaire est issue de (...)
  • 2 Quatre outils en fer présentant un emmanchement à douille ont été recueillis mais ils sont trop dég (...)
  • 3 Les porcs sont toutefois mieux représentés dans la deuxième phase d’occupation du site où ils dépas (...)

8Pour ce qui est des activités de subsistance, la très faible représentation des paléosemences de céréales et de légumineuses cultivées, tout comme le nombre restreint de plantes rudérales, ne manque pas de surprendre. L’absence de meules1 et d’outils agricoles2 dans le mobilier détritique rejeté dans les fossés tendrait également à suggérer un investissement plutôt limité dans les activités agricoles pour cette population de la fin de l’âge du Fer. L’élevage est en revanche clairement attesté. Parmi les espèces domestiques très largement représentées, le bœuf est dominant avec environ 40 % des restes déterminés, alors que les porcs et les ovicaprinés, sensiblement à égalité, correspondent chacun grossièrement à 25 % des restes. Deux espèces de bovinés –un bœuf indigène de petite taille et une espèce de grande taille probablement introduite par les romains– ont été identifiées, en particulier au cours de la phase ultime d’occupation du site. Les traces de découpe sur les ossements confirment la vocation alimentaire de l’abattage de ces animaux, généralement assez âgés. Ce dernier point pourrait traduire une exploitation tournée vers un rendement maximal de l’animal, avec un élevage orienté vers la production (lait, fromage, lainage, portage...). Dix fusaïoles en céramique ont été recueillies à la fouille. Il n’est pas interdit de penser que la finalité de l’élevage puisse dépasser la simple production de viande pour s’orienter vers les besoins d’un marché, ovins, caprins et porcins étant destinés à l’exportation vers des zones moins agricoles. L’équivalence entre porcs et moutons ainsi que l’abondance des restes de bovinés3 confèrent ainsi au site de Mortantambe une certaine originalité par rapport aux ensembles contemporains connus dans le centre de la France. La présence de charbons de frêne et de saule, essences hygrophiles ripicoles, montre également la fréquentation des zones marécageuses et des vallées alluviales toutes proches, ce que vient confirmer indirectement la présence d’une unique vertèbre de truite. Une activité de pêche est également attestée par deux autres vertèbres de poissons, dont une appartenant à un saumon de l’Atlantique, espèce qui, selon un rythme saisonnier, remonte les rivières depuis l’Océan pour frayer. La collecte des mollusques marins sur les rivages océaniques apportait une nourriture d’appoint et quelques coquilles ont été ramenées sur le site. Toutes ces espèces peuvent provenir du domaine polyhalin de l’estuaire de la Charente, situé à quelques kilomètres du site seulement. On remarquera l’absence totale d’espèces vivant sur des estrans rocheux recouverts d’algues, affleurant au‑delà des baies envasées de l’estuaire.

9Des traces d’activités artisanales, probablement assez sporadiques, ont été recueillies sur cet habitat rural : des parois de fours vitrifiées et quelques scories métalliques montrent qu’une activité métallurgique –peut‑être limitée au seul entretien à chaud des objets en fer utilisés– avait lieu sur le site. Notons la présence d’un fragment d’épée dans le remplissage du fossé 7, non loin d’un dépôt de deux crânes de bœufs qui semblent pour leur part relever de préoccupations autres qu’alimentaires. L’insertion de ce groupe humain et de son économie dans les réseaux d’échanges à longue distance est illustrée par la présence d’amphores républicaines (989 fragments soit 13 % de la totalité du mobilier céramique), de provenance italique ou ibérique, et de trois fragments de céramiques campaniennes. La part croissante, tout au long des trois phases reconnues sur le site, de la céramique dite savonneuse au sein du corpus céramique ne marque‑t‑elle pas également une importance croissante de la sphère réservée à l’économie de marché, une ouverture plus grande vers l’extérieur ? Il serait alors tentant de mettre en parallèle un tel phénomène avec l’accroissement de la production au sein des ateliers de sauniers sur les bords du marais de Rochefort, supposé intervenir vers la fin de l’âge du Fer. Pourtant, pas le moindre fragment d’auget ni le moindre indice suggérant la participation aux activités salicoles des personnes vivant à Mortantambe n’a été recueilli sur le site.

10Ainsi tout au long du littoral charentais, des installations salicoles, pour la plupart attribuées –mais sur quelles bases ?– à la fin de l’âge du Fer, s’échelonnent en bordure du schorre. Sur les hauteurs, dans les collines de l’arrière‑pays saintongeais, de nombreux habitats délimités par des enclos fossoyés ont été repérés, le plus souvent par photographie aérienne. Plus à l’intérieur des terres, quelques sanctuaires ou centres urbains (Muron, Pons notamment) ont été également mis en évidence, au moins pour la fin de cette période. Est‑il illégitime de s’interroger sur les liens qui ont pu unir ces différents types d’établissements au sein d’un seul et même système économique ? Où se trouvaient les habitats des sauniers œuvrant dans les ateliers ? Étaient‑ils distincts de ces habitats ruraux repérés sur les hauteurs avoisinantes ? Vers quelles destinations rurales ou urbaines s’écoulaient les surplus de la production ? Qui en contrôlait l’écoulement et qui en tirait profit ? Quelles furent les conséquences pour l’ensemble du système –et non pas seulement sur les lieux de production– d’une réorganisation du système de production salicole qui semble se dessiner à la fin de l’âge du Fer, entraînant un changement d’échelle dans les quantités écoulées ? Cette étude à elle seule ne saurait bien sûr répondre à toutes ces questions. Du moins, l’ouverture limitée sur l’économie de marché que l’on observe à la fin de l’âge du Fer sur des habitats ruraux, comme ceux de Mortantambe, ne paraît‑elle pas à la mesure des transformations considérables que l’on semble entrevoir, à la lumière d’ateliers plus anciens comme ceux de La Challonnière, dans les structures de la production salicole à la même période.

11Les vestiges de l’époque gallo‑romaine et de l’Antiquité tardive sont présents mais peu abondants sur l’emprise du tracé autoroutier. Est‑ce lié à un manque de représentativité du résultat des prospections effectuées à cette occasion, ou bien doit‑on suivre les remarques de L. Maurin qui supposait une occupation assez limitée des plaines littorales saintongeaises et un trafic fluviatile somme toute modéré sur la Charente (Maurin 1978) ? Peu à peu, à l’emplacement des actuels marais maritimes, l’extension du schorre régresse au profit des marais palustres. L’estuaire poursuit son retrait vers le couchant et progressivement la mer se retire. Parallèlement, commence la longue histoire d’une colonisation par l’homme de ces milieux hostiles.

12Au fond de l’anse abritée de La Challonnière, une digue est tout d’abord aménagée pour isoler les parties sèches des zones humides et marécageuses. Puis le parcellaire gagne du terrain au sein même de la baie, sur ces terres lourdes mais fertiles vouées aux pâturages et à la culture des céréales, du chanvre ou du houblon peut‑être aussi. Sur les versants, la chênaie résiduelle a été largement entamée par les défrichements. Dans l’anse, le développement des cypéracées et typhacées qui prospèrent le long des fossés, comme la présence du saule et de l’aulne, indiquent la proximité des marécages et les difficultés du drainage. Ces tentatives de poldérisation précoces pourraient être limitées cependant aux marges du marais de Rochefort qui au xive s. reste encore largement inondé toute une partie de l’année. Au xs., dans le nord du marais de Rochefort, des textes signalent l’exploitation des salines qui, quelques siècles plus tard, feront la richesse de la Saintonge maritime (Debord 1984 ; Cuq, Hocquet 1991). Autour de l’an mille, un habitat en matériaux périssables, matérialisé par des structures de calage, de rares fosses détritiques et des épandages de matériel, s’implante sur le bord du marais à La Challonnière. Le paysage n’est guère différent de celui présenté précédemment. L’élevage du bœuf, du porc et des ovicapridés, ainsi que la culture des céréales constituent les principales activités de subsistance, complétées par l’élevage des oies et des poules, la chasse de la faune avicole dans les marais adjacents et la collecte des coquillages (principalement des huîtres) dans l’estuaire vaseux situé à quelques distances de là. Le mobilier céramique comprenant toute la panoplie fonctionnelle –des pots à cuire, des récipients destinés à recevoir des liquides et de grands vases de stockage– suggère l’existence d’un habitat permanent. Ces céramiques provenaient selon toute vraisemblance d’ateliers situés loin à l’intérieur de la Saintonge, sur les hauteurs qui dominent la plaine de Matha, en bordure d’un très ancien chemin saunier. Cette voie terrestre reliant le littoral à l’Angoumois participait, avec le trafic fluviatile sur la Charente, à l’acheminement des productions salines vers l’intérieur des terres, en échange de biens de consommations et probablement de quelques produits finis comme les céramiques. L’importance de cet axe E‑O est souligné par l’essor du port de Tonnay‑Charente au xiiie s., point de rupture de charge pour le commerce maritime et fluviatile sur la Charente. Se développent ainsi des voies commerciales terrestres et fluviatiles dont l’activité ne se démentira plus tout au long de la période médiévale et moderne.

13Les textes attestent la persistance de profonds massifs forestiers, en arrière des zones marécageuses et insalubres du littoral charentais, dont le défrichement ne sera véritablement entrepris qu’à partir de la seconde moitié du xe s. En marge des circuits commerciaux, sur les hauteurs dominant la Charente, un habitat rural s’installe aux viieviiie s. à l’emplacement de la ferme gauloise de Mortantambe. Cette unité agricole –des chevaux, du bœuf, des porcs, de la chèvre y étaient élevés– perdurera jusqu’aux xexie s. Elle témoigne du phénomène des habitats dits « intercalaires », habitats isolés associés à un petit cimetière, avec ou sans lieu de culte, qui se multiplient entre le viiie et le xe s. À Mortantambe, l’extension du site se développe largement au‑delà de l’emprise des travaux autoroutiers et seule la périphérie de l’habitat médiéval a pu être explorée. Quelques fossés parcellaires, diverses structures en creux et l’extrémité d’un bâtiment en pierre ont été dégagés. Trois secteurs d’inhumations ont livré 23 sépultures –14 adultes et 9 immatures– en coffres pour certaines, avec logement céphalique pour d’autres, en pleine terre aussi. Le mauvais état de la dentition et les traces d’hypophasie sur certaines incisives témoignent de conditions de vie bien difficiles et d’importantes déficiences nutritionnelles. Plus tard, avec l’essor démographique et économique des pays de la Charente aux xie et xiie s., les populations rurales auront tendance à se regrouper au sein de petits bourgs, autour d’églises nouvellement construites, au détriment des habitats isolés qui sont alors souvent abandonnés, comme c’est le cas à Mortantambe. De nouveaux paysages, de nouveaux terroirs se dessinent alors dans l’arrière‑pays rochefortais, qui traverseront toute la période médiévale, parfois jusqu’à nos jours.

14Le dernier volet de cette lutte des populations littorales pour la maîtrise d’un environnement riche mais instable, parfois insalubre, interviendra beaucoup plus tard, au cours du xviie s., avec la poldérisation des marais maritimes saintongeais. À Rochefort, au cœur des marais charentais, c’est également à cette époque que le pouvoir royal décidera la construction de toutes pièces du nouveau port de la marine royale. Ainsi, arrivons‑nous au terme de cette étude qui nous a permis d’assister aux transformations, parfois insensibles, parfois brutales, de l’estuaire de la Charente et de son peuplement, alors que se mettent progressivement en place les principaux éléments du paysage qui, aujourd’hui encore, font le charme du pays rochefortais.

Notes

1 Un fragment de meule rotative en granité provient d’une fosse et une autre en calcaire est issue de la fouille du puits, structures attribuées à la phase ultime d’occupation du site protohistorique.

2 Quatre outils en fer présentant un emmanchement à douille ont été recueillis mais ils sont trop dégradés pour pouvoir être identifiés.

3 Les porcs sont toutefois mieux représentés dans la deuxième phase d’occupation du site où ils dépassent le nombre de restes de bovinés.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search