Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Chapitre 1. Évolution paléogéographique de l’estuaire de la Charente au cours de l’Holocène

Chapter 1 The palaeographic development of the Charente estuary during the Holocene

p. 16‑26

Résumés

Français
English

L’étude pluridisciplinaire de quatre sondages profonds a permis de suivre l’évolution du comblement de la vallée de la Charente et de ses affluents les plus directs, à proximité de son estuaire actuel. Ces sondages ont été réalisés dans le marais de Rochefort pour trois d’entre eux et dans la vallée de la Boutonne, près de sa confluence avec la Charente, pour le quatrième. Les grandes étapes du remblaiement se résument à trois phases que l’on retrouvera dans tous les sondages avec quelques variantes liées à leur position respective : tout d’abord une baie largement ouverte aux dynamiques marines sous l’effet de la remontée rapide du niveau de la mer au début de l’Holocène. Au cours de l’Atlantique commence le colmatage des dépressions par les apports fluviaux sous l’influence de la marée. Au cours du Subatlantique on assiste à l’installation d’un marais palustre. Il semble ainsi que les influences marines les plus directes se soient atténuées beaucoup plus précocement que ce qui était généralement admis. Pour les périodes qui nous intéressent ici, il n’est guère concevable que cette partie du marais de Rochefort ait pu constituer un vaste golfe envahi par l’Océan au cours de l’âge du Fer ou au début de l’époque gallo‑romaine.

Multi‑disciplinary study of four deep sondages provides information on the progressive filling‑in of the Charente valley and of its most direct tributaries, in the vicinity of the present‑day estuary. Three of these sondages were sunk in the Rochefort wetlands, and the fourth in the Boutonne river valley, close to its confluence with the Charente. The major stages of the filling‑in are outlined in three phases found in all of the sondages, with a few variations due to their respective positions. First is found a bay largely open to marine dynamics under the influence of the rapid rise in the level of the sea at the beginning of the Holocene. During the Atlantic period low‑lying lands began to be filled in by fluvial deposits subject to tides. During the sub‑Atlantic period a swampy marsh took hold. It would thus seem that the most direct marine influences were mitigated much earlier than it has generally been thought. For the periods which interest us here, it is hardly conceivable that this part of the Rochefort marsh could have been a vast ocean‑filled gulf in the course of the Iron Age or at the beginning of the Gallo‑Roman epoch.


Texte intégral

1.1 Introduction

1Avant d’aborder l’étude des sites archéologiques, nous tenterons de cerner l’évolution des paysages dans l’estuaire de la Charente, cadre dans lequel se sont inscrites les actions humaines qui seront étudiées dans les chapitres suivants. On s’interrogera sur les interférences d’une telle occupation avec les changements de l’environnement, et sur l’influence, croissante, que l’homme a pu exercer sur les modifications du milieu naturel. Dans cette perspective, une étude pluridisciplinaire associant géomorphologie, sédimentologie, palynologie, étude de la malacofaune et des ostracodes, datations au radiocarbone a tenté de répondre efficacement aux questions posées. Les analyses ont porté sur des séquences sédimentaires suffisamment longues et établies en milieu naturel non directement perturbé par les activités anthropiques. Quatre sections sédimentaires ont ainsi été étudiées (cf. annexe). Deux d’entre elles sont des carottages prélevés à la demande de l’aménageur par une entreprise spécialisée pour y effectuer des tests géotechniques1. Une troisième carotte, située en marge du tracé autoroutier, a été réalisée par les soins du département de Géologie et d’Océanographie de l’université de Bordeaux I. La quatrième section est une coupe, réalisée au cours de la fouille du site de La Challonnière par H. Dartevelle et son équipe. Les trois derniers lieux de prélèvement sont regroupés dans la partie S‑E du marais de Rochefort (fig. 3), près de sa confluence avec la vallée de la Charente, respectivement dans une baie abritée à proximité immédiate du plateau rocheux (sondage Brigitte sur le site de La Challonnière à Tonnay‑Charente), au débouché de cette même baie (carotte du canal de Genouillé à Tonnay‑Charente), et dans le marais au milieu du chenal (carotte de l’écluse à Rochefort). La quatrième carotte provient de la vallée de la Boutonne, tout près de sa confluence avec la Charente, quelques kilomètres en amont des échantillons précédents (fig. 3).

Image 10000000000001ED00000274A8ABB29A1E6D9B44.jpg

FIG. 3 – Plan de situation des carottages cités dans le texte. 1 Saint‑Laurent‑de‑la‑Prée ; 2 Saint‑Jean‑d’Angle ; 3 Muron/Les Courtins ; 4 Luez ; 5 Trizay/Pont de l’abbaye ; 6 Muron/Gué Charrau.

dessin P. Mille/Afan d’ap. Gabet 1971 et Regrain 1980

2Le travail effectué a pour but d’étudier l’évolution du comblement holocène des vallées alluviales du bassin de Rochefort en liaison avec les variations du niveau marin et de reconstituer les paléoenvironnements estuariens et les modifications concomitantes de la morphologie et du paysage végétal. Les problématiques exposées et les résultats peuvent être appréciés à différentes échelles.

3À l’échelle régionale, il s’agit de fixer quelques jalons supplémentaires quant aux fluctuations des niveaux marins au cours de l’Holocène, sujet qui a donné lieu à une littérature parfois contradictoire et dont les argumentaires manquent parfois de précision (Gabet 1971 ; Regrain 1980).

4À l’échelle microrégionale, nous souhaitions apporter notre contribution à une restitution des grands traits morphologiques des paysages holocènes du bassin inférieur de la Charente et de son débouché naturel, le golfe des Pertuis (Tesson 1973), aujourd’hui ennoyé. Des modèles géomorphologiques d’évolution du trait de côte ont été proposés (Regrain 1980 ; André 1986) dont il conviendra notamment de tester la compatibilité avec les données recueillies au cours de cette étude. De tels éléments ne sont pas sans conséquence sur notre perception des milieux exploités, notamment par les populations du début de l’Holocène dont des installations viennent d’être dégagées, un peu en amont, dans le bassin inférieur de la Charente (Foucher et al. 1992 ; Picq, Laporte 1994). L’intérêt de cette étude dépasse donc le seul cadre du propos de cet ouvrage.

5À l’échelle locale, il convient d’esquisser quelques éléments d’une histoire du paysage, où la force des éléments marins et fluviatiles, l’emprise de plus en plus poussée de l’homme sur son territoire, malgré l’hostilité de certains milieux marécageux, jouent un rôle essentiel dans la compréhension d’une dynamique de peuplement humain (Scarre 1982 ; Cassen 1987). Sur ce petit territoire délimité par la vallée de la Charente d’un côté, le marais de Rochefort de l’autre, la vallée de la Boutonne enfin, les recherches menées à l’occasion des travaux autoroutiers ainsi que les multiples prospections réalisées depuis de nombreuses années par quelques chercheurs locaux permettent de mieux cerner différents aspects de l’occupation humaine. En particulier, l’étude archéologique d’un atelier de sauniers à La Challonnière (Tonnay‑Charente) et d’un habitat rural fossoyé à Mortantambe (Cabariot) –tous deux appartenant au second âge du Fer– confrontés à l’intense occupation des marges littorales, depuis longtemps mises en évidence pour la fin de l’âge du Fer dans le marais de Rochefort, amène immanquablement à soulever les problèmes de l’économie de ces populations, du mode d’organisation et du contrôle de la production, en bref du mode d’exploitation du territoire sous toutes ses facettes. Alors, l’étude des paléoenvironnements entreprise –où les données acquises sur les carottages viennent compléter celles révélées sur les sites archéologiques eux‑mêmes– prend toute sa place dans le raisonnement archéologique.

6Nous commencerons par indiquer brièvement les principales conclusions mises en évidence par l’étude de chacune des colonnes sélectionnées, en discutant des éventuels problèmes rencontrés, avant de tenter un essai de synthèse paléogéographique à partir des éléments disponibles sur l’estuaire de la Charente. Le détail des méthodes appliquées et des résultats obtenus pour chacune des disciplines mise à contribution est reporté en annexe en fin de volume.

1. 2 Les coupes étudiées

7Les coupes étudiées présentent toutes une progradation littorale correspondant au remplissage d’une vallée estuarienne. Ces quatre séquences s’échelonnent d’amont en aval, dans le système estuarien complexe de la Charente et de son affluent, la Boutonne (fig. 2 et 3).

1.2.1 Le sondage de l’écluse à Rochefort (CPS 102)

8fig. 4

9Il est situé dans une zone d’estuaire aval ou médian soumise à la marée dynamique et saline (présence de microfauncs et macrofaunes marines). L’évolution des peuplements malacologiques caractérise un confinement croissant (Guelorget, Perthuisot 1983).

10Dagand Alain2023-02-11T21:44:00DAImage 100000000000022C000003D1B4226DDAA80BE67E.jpg

FIG. 4 – Synthèse des résultats de l’étude paléoenvironnementale de la carotte de l’écluse à Rochefort (réf. CPS 102).

L. Laporte/CNRS

11La base, de –19 m à –12,75 m NGF, correspond à l’arrivée de la mer en ce lieu au cours de la transgression postglaciaire entre 6642 et 6049 av. J.‑C. L’environnement peut être assimilé à une « plage » ou « plage sous‑marine » de baie ou d’estuaire largement ouvert et donc battue par le clapot ou les houles locales. La côte est rocheuse comme en témoigne la malacofaune.

12À partir de –12,75 m NGF, la sédimentation change, progressivement mais rapidement, et les dépôts sont des argiles tidales à faible teneur en carbonate de calcium. La datation de la base de cet épisode à 7524‑6452 av. J.‑C. (8440 BP corrigé), plus ancienne que la précédente, dénote un remaniement des faunes (cf. paragraphe précédent). Jusqu’à –8,25 m NGF, l’environnement est celui d’un chenal « ouvert » aux influences marines (salinité et marée) mais de faible énergie car vraisemblablement de dimension restreinte, et non alimenté en eaux douces par l’amont. Cet environnement vaso‑sableux de chenal tidal perdure jusque vers 4792‑4048 av. J.‑C.

13Au‑dessus de –8,25 m NGF, c’est‑à‑dire à coup sûr après 4700 av. J.‑C., on observe une nette diminution des influences marines qui vont disparaître vers –1,75 m NGF. L’environnement est celui d’une zone estuarienne ou lagunaire en cours de comblement, les espèces d’environnement rocheux sont très rares, le substrat est totalement recouvert de vase, les influences marines peuvent fluctuer, mais en diminuant. À partir de 1964‑511 av. J.‑C., la présence de débris végétaux laisse penser à une slikke encombrée de végétation sur ses bordures. De par la situation géographique du prélèvement, cet épisode doit correspondre au comblement d’une zone « interdistributaire », hors des influences fluviatiles importantes comme le confirme l’absence d’ostracodes et de malacofaune d’eau douce.

14À +1,25 m NGF jusqu’à la surface (+3,26 m NGF), la lagune et les chenaux semblent comblés, un marais littoral les remplace, soumis à l’inondation des seules hautes eaux de crues qui y décantent leurs suspensions. Le marais est envahi de végétation dont les racines perturbent les structures sédimentaires (bioturbation).

1.2.2 La coupe Brigitte

15fig. 5

16Elle est située en position « interne » dans une paléobaie du marais de Rochefort dont l’évolution a été « enregistrée » dans les sédiments du sondage de l’écluse à Rochefort et du canal de Genouillé à Tonnay‑Charente (fig. 2).

Image 1000000000000224000000DCE739B22D752A20BA.jpg

FIG. 5 – Synthèse des résultats de l’étude paléoenvironnementale du sondage de La Challonnière à Tonnay‑Charente (coupe Brigitte).

L. Laporte/CNRS

17De la base (–1,5 m NGF) à –0,4 m NGF, on constate une diminution rapide de l’influence marine au profit d’un milieu estuarien ou laguno‑estuarien de plus en plus influencé par des dessalures. À la base, le milieu est ouvert aux influences marines. Il s’agit d’un bord de baie lagunaire sur un haut de moyen estran. Une datation isotopique sur charbon (5068‑3818 av. J.‑C.) indique que le niveau altitudinal marin de –1,20 m NGF semble être atteint pour la première fois dans cette anse au début du Subboréal.

18De –0,4 m à +0,6 m NGF se développe une lagune à herbiers, ou un chenal tidal peu ouvert aux influences marines, qui se comble de matériaux de plus en plus fins. Les influences estuariennes semblent s’amplifier, créant des conditions favorables au développement d’une faune ostracologique laguno‑estuarienne. Vers le haut de la séquence, la palynologie, la malacologie et la sédimentologie indiquent que le milieu doit être proche d’une limite slikke/schorre.

19De +0,6 m à +1,6 m NGF, le milieu est caractérisé par la présence d’un schorre et d’une sédimentation fine, peu calcaire, où l’absence de malacofaune peut être interprétée préférentiellement par un atterrissement rapide. Le passage à un milieu dulcicole est envisageable, surtout pour le haut de la « séquence » où le schorre connaît une forte diminution.

20De +1,6 m NGF au sommet (+2,6 m NGF), le milieu présente une malacofaune de milieu doux avec une absence de variations granulométriques et l’absence des ostracodes. Des variations dans le pourcentage des chénopodiacées se produisent encore, dans un milieu très peu dynamique, fermé, subissant encore des variations de la salinité lors de brèves ouvertures du marais sur le milieu estuarien.

1 2.3 La carotte du canal de Genouillé à Tonnay‑Charente (HO 93020)

21fig. 6

22Elle est située exactement à 650 m au nord du site de La Challonnière, à l’extérieur de l’échancrure dessinée par l’ancienne ligne de côte, et à 3 km au N‑O de la Charente (fig. 2). Comme les coupes précédentes, elle montre une progradation littorale de comblement d’un chenal tidal, dont les étapes n’ont jusque‑là pas été datées.

Image 10000000000001C900000174151D57C8A43331AC.jpg

FIG. 6 – Synthèse des résultats de l’étude paléoenvironnementale de la carotte du canal de Genouillé à Rochefort (réf. HO 93020).

L. Laporte/CNRS

23De la base à environ –3 m NGF, l’environnement est relativement dynamique comme en témoignent la forte teneur en sable, l’absence d’ostracodes et la présence de lits coquilliers dans un litage horizontal. Il s’agit vraisemblablement d’un chenal de marée en domaine polyhalin (hydrobies et scrobiculaires) subtidal à intertidal.

24De –3 m à –0,3 m NGF, la sédimentation devient plus fine, l’on passe d’un environnement lagunaire à un milieu estuarien de haute slikke, plus ouvert, à salinité variable. Le sommet, bioturbé et riche en matière organique, traduit un environnement de schorre à microfaune d’ostracodes abondante. Vers –1 m, le passage du Subboréal au Subatlantique est marqué par une réduction du couvert forestier, en particulier du chêne, de l’orme et du tilleul.

25De –0,3 m NGF au sommet, la zone, bien que certainement soumise à la marée, n’est plus sous l’influence des eaux salées estuariennes. Il s’agit d’un marais correspondant à la partie haute d’un schorre au sein duquel peuvent s’individualiser des mares d’eau douce comme tend à le prouver la présence d’ostracodes des genres Candona et Herpetocypris.

1 2.4 Le sondage de la Boutonne (CPS 1 157)

26fig. 7

27Il présente une progradation littorale où l’influence marine est moins directe (pas de faune d’ostracodes marins même transportés) mais par contre sous la dépendance d’apports d’eau douce fluviatile et/ou phréatique.

28De la base (–5,80 m NGF) à –0,75 m NGF, l’environnement est assimilable à un estuaire ou une baie ouverte, comme le prouvent les microfaunes d’ostracodes et la présence des mollusques Scrobicularia plana et d’Hydrobia ulvae. L’énergie du milieu était variable, dépendant de la marée mais aussi plus certainement de la rivière qui apportait des silts et sables fins associés aux suspensions estuariennes. Les datations au 14C obtenues sur des coquilles provenant des niveaux –4,40 m, –2,70 m et –1,20 m NGF ne sont pas cohérentes, ni entre elles, ni avec les résultats palynologiques. La possibilité d’un remaniement des coquilles doit être encore une fois envisagée. La cohérence des résultats paléoécologiques de l’étude des ostracodes avec ceux de l’étude malacologique est cependant remarquable.

Image 10000000000001EC0000019235FE3137C2107E13.jpg

FIG. 7 – Synthèse des résultats de l’étude paléoenvironnementale de la carotte de la Boutonne (réf. CPS 1157).

L. Laporte/CNRS

29Les faunes d’ostracodes traduisent la succession d’un milieu calme jusqu’à –3,40 m NGF et d’un épisode plus dynamique de –3,40 m à –2,10 m NGF. Ce dernier correspond peut‑être soit à une meilleure pénétration de la marée, soit à la divagation d’un chenal de marée. L’énergie diminue par la suite jusqu’à –0,90 m NGF.

30À partir de –0,90 m NGF, la décroissance du niveau d’énergie s’accentue et il s’installe une phase d’eau douce, vraisemblablement lacustre, démontrée autant par la malacofaune que par les ostracodes, et qui perdurera jusqu’à 2,00 m. Peut‑être s’agit‑il d’un méandre abandonné de la Boutonne ? Cette phase débute au début de notre ère si l’on se réfère à l’apparition des pollens de noyer vers –0,2 m NGF.

31À +1,10 m NGF, la zone n’est plus soumise qu’à des submersions épisodiques caractéristiques d’un marais, envahi de végétation, et dans lequel les ostracodes ne survivent pas.

1.3 Confrontation des résultats

32Les résultats obtenus par les différentes disciplines (sédimentologie, palynologie, malacologie, étude des ostracodes, datations au radiocarbone) sont cohérents, chacune ayant enregistré de façon semblable les mêmes césures paléoécologiques à des niveaux altimétriques proches. En particulier l’étude des ostracodes et de la malacofaune, du moins lorsque l’on a la certitude que ces dernières sont en place, semble livrer de remarquables indicateurs paléoécologiques. Elles fournissent de précieuses informations sur la dynamique du milieu, la salinité des eaux, le degré d’envasement des baies et la position du dépôt sur l’estran. À plusieurs reprises cependant, l’inversion stratigraphique de datations obtenues sur des charbons et des coquilles marines provenant de différents niveaux d’un même sondage indique clairement l’existence de larges remaniements et la reprise, au sein de niveaux sédimentaires postérieurs, d’organismes fossiles. Ce phénomène, dont l’ampleur est difficile à évaluer, n’affecte cependant pas la cohérence des résultats obtenus séparément pour l’étude des ostracodes et celle de la malacofaune. Les données palynologiques apportent quant à elles plutôt des indications sur les modifications de l’environnement régional, En milieu alluvial ou estuarien, le rôle de l’eau comme vecteur prépondérant, la dynamique des courants remontant largement dans les chenaux de marée, ainsi peut‑être que des problèmes de conservation différentielle semblent modifier sensiblement la représentativité de la végétation strictement locale. C’est du moins ce que paraît démontrer l’étude actualiste réalisée dans l’estuaire de la Charente, selon une démarche dont il pourrait être intéressant de multiplier les exemples. Ainsi, dans l’attente d’études ultérieures, la détermination d’un niveau marin à partir de la seule présence de chénopodiacées ou de plantes halophytes dans un spectre pollinique ne paraît plus guère recevable.

33Dans la carotte de la Boutonne, qui semble de loin celle qui fut la plus affectée par des remaniements sédimentaires, aucune des trois datations au radiocarbone obtenues sur coquille ne semble pouvoir être considérée comme totalement fiable. Une inversion chronologique conduit à ne pas prendre en considération la date située altimétriquement la plus haute (UQ2 063 : 6236‑5584 av. J.‑C.). Une incompatibilité majeure avec les résultats de l’analyse palynologique conduit également à écarter la deuxième date située immédiatement en dessous (Lyon‑53‑OXA : 5220‑4931 av. J.‑C.). Seule la datation obtenue à la base de la carotte pourrait éventuellement être retenue (Lyon‑52‑OXA : 6245‑5954 av. J.‑C.). Les données palynologiques livrées par ce carottage, cohérentes avec celles obtenues dans les trois autres sondages, semblent ici plus à même d’apporter des repères chronologiques fiables pour ce profil sédimentaire. Survient cependant le délicat problème de la datation en chronologie absolue de la transition Subboréal‑Subatlantique. Dans la plupart des chronologies, cette transition est fixée au milieu du Ier millénaire av. J.‑C. (Beaulieu 1977 ; Jalut 1974). Pourtant, dans les diagrammes polliniques établis en plaine, dans la Loire et en Bretagne, aucun événement majeur ne permet de définir une éventuelle limite à cette époque, excepté dans les marais médocains où. l’on voit se développer le pin maritime (Marambat 1992). Les résultats obtenus sur les carottes prélevées dans les marais de Rochefort ne sont pas incompatibles avec un vieillissement de cette limite (régression de l’orme et de la chênaie, du tilleul parfois) au cours du iie millénaire av. J.‑C. comme l’a proposé L. Visset pour la façade atlantique (Visset 1987). On soulignera que l’extension du hêtre, repère bien visible dans les diagrammes polliniques établis dans la Loire et le marais Poitevin (Visset 1987 ; Visset et al. 1990 ; Voeltzel 1987), est ténue en Charente‑Maritime comme en Gironde. De plus, la diminution des fréquences d’orme et du chêne n’est pas utilisée par ces auteurs pour justifier cette limite.

1.4 Indices concernant les variations du niveau de la mer

34Les divers enregistrements sédimentaires étudiés ont permis de reconstituer l’évolution des environnements en différents lieux de la région de confluence de la Charente et de la Boutonne (fig. 8). Ces environnements ont été définis en fonction de l’influence marine plus ou moins grande sur le milieu, dépendant essentiellement des modifications de la ligne de rivage de la paléobaie marine de Marennes‑Oléron.

Image 10000000000003BE000004E85349FC273BDEE167.jpg

FIG. 8 – Indices malacologiques concernant les niveaux marins.

Y. Gruet/université de Nantes, L. Laporte/CNRS

35Comme toutes les régions littorales, la zone étudiée a été envahie par la remontée marine postglaciaire dont la vitesse a diminué considérablement vers 4000 à 5000 av. J.‑C. (Ters 1973 ; Kidson 1981 ; Kidson 1986 ; Jalgersma 1966 ; Jalgersma 1994 ; Lighty et al. 1982 ; Aloisi et al. 1978 ; Dubalt, Anthony 1995). La morphologie littorale et la position du trait de côte se sont alors modifiées sous l’influence de trois facteurs principaux : la variation du niveau de la mer, les apports sédimentaires, essentiellement fluviaux, mais aussi marins au niveau des embouchures, et l’énergie dynamique du milieu marin.

36L’influence du milieu marin diminue par colmatage. La permanence des apports terrigènes –voire leur augmentation– liés à une anthropisation du paysage, et la baisse du niveau marin, concourent à un colmatage rapide ainsi qu’à une diminution de l’énergie du milieu dans les paléogolfes et les lits fluviaux. Ces derniers sont probablement sensibles à une diminution de leur pente par colmatage et montée du niveau marin.

37Dans ce domaine, soumis à la marée, la sédimentation de type estuarien a conduit à l’accrétion verticale des slikkes et schorres dans le cadre de l’échelle tidale. Leur surface tend à s’élever jusqu’au niveau des plus hautes mers (Verger 1968 ; Allen, Rae 1988 ; Allen 1990a ; 1990b). Cette accrétion s’est développée de l’amont vers l’aval.

38Actuellement, le marnage à Tonnay‑Charente est au maximum de 6,25 m et les marées extrêmes atteignent +3 m NGF. On peut donc estimer que la zone intertidale est située entre 3 et +3 m NGF.

39Les indices datés des variations du niveau de la mer, c’est‑à‑dire celles du niveau de la zone intertidale, sont de deux types : les charbons et les coquilles. Ces éléments sont pour la plupart inclus dans des sédiments argileux ou sableux correspondant au bri. On peut penser que les charbons, vraisemblablement d’origine andiropique, ont été incorporés au sédiment à proximité des plus hautes mers, alors que les coquilles, dans la mesure où elles sont en place, l’ont été en dessous de ce niveau.

40Le graphique de la figure 9 présente la position altitudinale, dans l’échelle du NGF, des différents éléments datés en fonction de leur âge. Les deux types de matériaux datés, charbons et coquilles, proviennent de trois sites qui sont, d’amont en aval, le sondage 1 157 de la vallée de la Boutonne, le site de La Challonnière et le sondage 102 de Rochefort à proximité de la vallée de la Charente.

Image 10000000000003C5000004E20BD7757F144A48A6.jpg

FIG. 9 – Variations possibles du niveau des plus hautes mers dans le golfe de Rochefort entre 0 et 6 000 ans av. J.‑C.

L. Laporte, J.-P. Tastet/CNRS

41L’analyse du graphique de la figure 9 montre que les échantillons se distribuent en deux « courbes » ascendantes. La première est soulignée par les échantillons du sondage le plus en aval, elle indique une élévation de la surface du dépôt de –16 m NGF à –2 m NGF, entre 6500‑6000 av. J.‑C. et 2000‑1000 av. J.‑C. La seconde « courbe » regroupe les niveaux datés du sondage de la Boutonne (1 157) situé plus en amont et ceux du site de La Challonnière en bordure du substratum calcaire. Elle se situe nettement plus haut (plus de 4 m) que la précédente. Si l’on considère que le colmatage des vallées ennoyées par la transgression postglaciaire s’est effectué d’amont en aval, cette seconde courbe est certainement plus proche des variations du niveau de la mer. Par ailleurs les charbons se sont déposés sur le bri au voisinage des plus hautes mers et les coquilles, dont l’une d’entre elles a été retrouvée en position de vie, ont été incluses dans le sédiment en dessous des plus hautes mers, et, au moins pour celles en place, dans la zone intertidale. Ces indications nous permettent donc de proposer une courbe approximative des variations du niveau des plus hautes mers (fig. 9). Il ne faut pas lui attribuer une valeur définitive d’autant que, étant donné l’erreur sur l’altitude des échantillons (estimée à ±0,5 m) et celle sur la datation, on peut penser que ce niveau se situait à ±1 m autour de cette courbe. La courbe proposée dessine une montée continue du niveau marin, et il apparaît donc que l’élévation du niveau marin n’a pas été supérieure à 3 m depuis 4000 av. J.‑C. et, qu’au début de notre ère, il avoisinait 1 m en dessous du niveau actuel.

42Ces résultats nous semblent bien sûr décevants. Ils démontrent cependant deux choses :
– la complexité de l’interprétation des datations en terme de niveau marin dans les zones de remplissage estuarien, même si les éléments datés sont des coquilles dont l’écologie actuelle est bien connue ;
– la nécessité pour espérer définir une courbe de variation du niveau de la mer convenable, de ne dater que des témoins proches du substrat qui jalonnent latéralement la position de la ligne des plus hautes mers et son altitude. En effet, plus on s’éloigne du substrat vers le centre des paléo‑baies et plus les témoins datés sont récents et plus profonds. Ainsi dans la région de la baie de l’Aiguillon, près de l’embouchure de la Sèvre Niortaise, des coquilles prélevées à
– 10,8 m NGF ont donné un âge de 3280 BP (Sauriau, Gruet 1988), elles sont plus profondes de 9 m que des coquilles du même âge du sondage de Rochefort.

1.5 Éléments de synthèse paléogéographique

43L’analyse des enregistrements sédimentaires des coupes étudiées permet de se faire une idée de la genèse du comblement des vallées alluviales des environs de Rochefort. Ces vallées se sont creusées au cours de la dernière période glaciaire alors que le niveau de la mer était environ à une centaine de mètres en dessous de l’actuel. La morphologie du socle rocheux recouvert par les alluvions quaternaires dans la vallée de la Charente dessine une vallée qui fut alors étroite et très encaissée. Les grandes étapes du remblaiement se résument à trois phases que l’on retrouvera à peu près dans tous les sondages, avec quelques variantes liées à leurs positions respectives :
– une baie largement ouverte aux dynamiques marines ;
– le colmatage des dépressions par les apports fluviaux sous l’influence de la marée ;
– l’installation d’un marais palustre.

1.5.1 Une baie ouverte aux influences marines

44Au cours du viie millénaire av. J.‑C., la mer, pénétrant profondément à l’intérieur des terres, dépose des sables littoraux près de l’embouchure de la Charente, au niveau de la ville de Rochefort. À l’emplacement de la carotte de l’écluse, ces sables de baies littorales se sont accumulés entre les cotes –20 m NGF et –13 m NGF. L’étude des ostracodes et des coquillages nous offre l’image d’un milieu côtier soumis à une forte dynamique, colonisé par les végétaux et peu éloigné de l’embouchure. L’envasement est réduit et des rochers affleurent par endroits. Une chênaie dense, comprenant également de l’orme et du tilleul, occupait les flancs de la vallée et les plateaux environnants. L’anse de La Challonnière est alors exondée. Si l’on retient la datation au radiocarbone obtenue à la base de la carotte de la Boutonne, l’estuaire devait se situer à cette époque non loin de sa confluence avec la Charente. Un peu en amont, dans la vallée de la Boutonne, des lagunes estuariennes se développaient sur un estran envasé, à une altitude proche de –5 m/–4 m NGF. Plus à l’intérieur des terres encore, à hauteur de la ville de Saintes, les faunes de mollusques et d’ostracodes indiquent un milieu de vie à tendance dulcicole (Marambat 1992).

1.5.2 Le colmatage des dépressions et le dépôt du bri

45Au cours de l’Atlantique, la sédimentation devient de plus en plus fine, notamment dans les secteurs abrités de l’estuaire. Cette tendance est bien illustrée par des changements dans les faunes de mollusques et d’ostracodes. Parmi les mollusques, l’augmentation de scrobiculaires et d’hydrobies et, chez les ostracodes, une augmentation des espèces estuariennes montrent l’installation d’un bas estran envasé où divaguent des chenaux de marée de faible énergie. Il en est ainsi dans la partie la plus méridionale du marais de Rochefort, alors que plus à l’intérieur des terres, comme dans la partie en aval de la vallée de la Boutonne, les zones les moins soumises à l’influence marine évoluent en systèmes lagunaires. Alors que les abords de l’embouchure du fleuve sont colonisés par des herbiers, une végétation halophile à chénopodiacées occupait le pourtour des lagunes ou encore les rives des chenaux. Le paysage régional est semblable à celui qui existe sur l’ensemble de la côte atlantique à la même époque. Les plateaux sont boisés en chêne mêlé à de l’orme et du tilleul. Le noisetier y est associé. Ce paysage présente une certaine similitude avec celui du littoral girondin (Marambat 1992), occupé de façon précoce par une dense chênaie, et les marais littoraux de Bretagne (Van Zeist 1964). Il diffère cependant du paysage restitué par L. Visset en Brière où le chêne ne devient prépondérant sur le noisetier qu’entre 7000 et 5700 BP. Aucun indice d’anthropisation n’est décelable dans les marais de Rochefort avec l’arrivée des premiers cultivateurs ou éleveurs néolithiques, contrairement à ce que l’on a pu observer plus en amont, à la hauteur de la ville de Saintes, où des traces d’activités humaines seraient perceptibles vers 6000 ans BP (Marambat 1992).

46Au Subboréal, l’embouchure continuant de progresser vers l’ouest, l’envasement transforme le secteur de la carotte de l’écluse à Rochefort en une basse slikke abritant une faune de mollusques et d’ostracodes diversifiée. Peut‑être est‑ce vers la fin du Ve millénaire ou dans la première moitié du IVe millénaire av. J.‑C. que les marées atteignent le fond de l’anse abritée de La Challonnière, un peu en dessous de la cote –1 m NGF, y déposant des lits de sables argileux littoraux. Puis l’on constate une diminution rapide de l’influence marine au profit d’un milieu lagunaire ou estuarien, se traduisant notamment par un enrichissement en matériaux fins. Il semble que nous soyons alors non loin de la limite entre la haute slildee et le schorre, où vivent hydrobies et scrobiculaires. À la fin du Subboréal, partout les schorres à chénopodiacées connaissent une large extension, comme c’est le cas à la même époque dans le marais Poitevin (Visset et al, 1990) ou en Brière (Visset 1988). Sur la carotte prélevée dans la vallée de la Boutonne, les faunes d’ostracodes traduisent la succession d’un milieu calme, puis d’un épisode plus dynamique, pouvant correspondre soit à une meilleure pénétration de la marée soit à la divagation d’un chenal, avant de décroître ensuite définitivement. Dans l’ensemble, le paysage, toujours forestier, contraste avec celui des côtes bretonnes, où des landes régressives se mettent en place dès le Néolithique moyen, peut‑être sous l’effet de déforestations. Malgré la présence d’établissements néolithiques et protohistoriques attestés dans le secteur, la chênaie occupe toujours les plateaux de l’arrière‑pays rochefortais, mêlée à un peu de frêne et quelques bouleaux ou hêtres sporadiques. Au sud de l’embouchure de la Gironde, à la Lède du Gurp, cette même chênaie occupe également toute la frange littorale, bien qu’elle ait tout de même diminué dès 5500 BP. Il semble donc que les activités anthropiques soient difficilement décelables ou de peu d’impact sur l’environnement de cette partie du littoral, contrairement à ce que l’on peut observer dans l’embouchure de la Loire ou en Bretagne.

1.5.3 L’installation d’un marais palustre

47C’est pendant le Subatlantique que se généralise le processus d’émersion et la transformation du milieu saumâtre en marais palustre. Dans les colonnes étudiées, aucune datation absolue postérieure à 3000 BP n’a été obtenue. Il faut alors se référer aux indications chronologiques fournies par la palynologie. Vers le début de notre ère, les marais de la Boutonne enregistrent un changement notable à la fois dans la dynamique de sédimentation et dans les caractéristiques du milieu : le milieu devient lacustre avec des épisodes fluviatiles avant de se transformer comme aujourd’hui en un marais fluviatile. Parallèlement la flore change radicalement. Les chénopodiacées, plantes de milieux difficiles souvent interprétées comme les marqueurs d’une certaine salinité de l’eau, laissent la place à une végétation palustre de roselière. La strate arboréenne diminue brutalement, et les plantes rudérales, marqueurs d’activités humaines, se développent. Une évolution similaire peut être observée au sommet de la carotte prélevée dans le marais de Rochefort, alors que parallèlement le développement des tourbes est daté de 110 av. J.‑C. dans la vallée de l’Arnoult, affluent de la Charente près de son embouchure (Gabet 1971)2.

1.6 Conclusion

48Dans l’ensemble, pour cette partie du marais de Rochefort –voire peut‑être pour toute une partie plus continentale du marais, abritée derrière les îles de Rochefort, du Breuil‑Magné et de Flay– il semble que les influences marines directes se soient atténuées beaucoup plus précocement que ce qui était généralement admis, représentant alors un fonctionnement quelque peu différent de celui proposé pour le colmatage de la baie de Brouage ou, à une autre échelle, du marais Poitevin. Au début de l’Holocène, avec la remontée des niveaux marins, l’Océan pénètre profondément à l’intérieur des terres, empruntant les profondes vallées taillées dans le plateau calcaire au cours de la précédente glaciation. L’influence directe d’une dynamique marine ne se fait guère sentir que pendant une courte période, au tout début de la séquence. Les milieux de schorre et de slildke avec des tendances lagunaires ou estuariennes, parfois assez éloignées du rivage, sont en revanche très marqués et dénotent le colmatage rapide de cette partie du marais de Rochefort. Puis on passe à une sédimentation franchement terrestre, lacustre ou fluviatile, bien sûr beaucoup plus représentée encore dans la vallée de la Boutonne.

49En particulier, pour les périodes qui retiendront le plus notre attention dans ce volume, il n’est guère concevable que le marais de Rochefort ait pu constituer un vaste golfe envahi par l’Océan au cours de l’âge du Fer ou au début de l’époque romaine. À cette époque, le colmatage de cette partie du marais est presque entièrement achevé, même si des chenaux tidaux, alimentant quelques lagunes salées, pouvaient encore le sillonner de‑ci de‑là. La vallée de la Boutonne n’est alors plus soumise qu’à une sédimentation d’origine terrigène. C’est également à ce moment‑là que se font sentir les plus forts impacts anthropiques, jusque‑là assez discrets, avec une dégradation très nette de la strate arboréenne.

50Il conviendra enfin d’intégrer ces données sur l’évolution des paysages dans l’étude de l’économie des populations historiques et préhistoriques. Depuis le Mésolithique, et surtout au Néolithique jusqu’à l’époque actuelle, ces estrans furent soumis à une « cueillette » de mollusques variés, surtout pour la nourriture mais aussi pour la matière de parures ou d’« outils ». Si l’on se situe en un point de l’estuaire de la Charente comme à Rochefort 102, l’on remarque qu’au fur et à mesure que le temps s’écoule les biotopes rocheux vont se trouver réduits puis totalement envasés. Rappelons quelques ressources de l’estran rocheux (Patella notamment, Mytilus, Ostrea), de l’estran meuble plus ou moins envasé (palourde Venerupis decussata et Scrobicularia plana), des laisses de haute mer pour certaines parures comme les dentales Dentalium, Actuellement ces ressources ne se trouvent qu’à l’ouest de Fort Lupin et mieux entre Port‑des‑Barques, l’île Madame et Fouras. Il ne faut pas par ailleurs oublier que les grands schorres à halophytes étaient favorables aux troupeaux. Les milieux les plus « fermés », schorres et « lagunes » salées, outre la faune marine très accessible, sont très attractifs pour la faune avienne et mammalienne favorisant ainsi pêche et chasse. Chronologiquement les ressources marines en coquillages sont d’abord variées, puis de moins en moins diversifiées pour devenir nulles. Seul un déplacement vers l’ouest (de plus en plus loin) permet de retrouver les mêmes ressources.

Notes de bas de page

1 La première carotte a été récupérée une fois les tests géotechniques réalisés. La seconde a été ouverte à l’université Bordeaux I. Ces deux carottages ont été mis gracieusement à notre disposition par la Société des autoroutes du Sud de la France ainsi que par son maître d’œuvre Scétauroute. Qu’ils en soient ici sincèrement remerciés ainsi que la société SORES qui a accepté de nous remettre ces échantillons.

2 Il paraît intéressant de confronter ces résultats avec ceux disponibles par ailleurs dans la bibliographie, où les seuls carottages profonds étudiés de manière pluridisciplinaire sont ceux cités dans les travaux de R. Regrain (1980). Toutefois, l’absence de datation au radiocarbone pour dater les séquences sédimentaires étudiées nous amène à remettre en cause le découpage chronologique proposé par cet auteur. En particulier, rien ne permet d’attribuer à l’Atlantique les niveaux profonds des sondages du Bouil de Chambon et de Saint‑Jean‑d’Angle. En effet, des taux de chêne d’une valeur de 30 % à 50 % peuvent se rencontrer jusqu’au Subboréal. Il en va de même pour la présence du tilleul ou la constance de l’aulne qui ne peuvent être considérées comme des critères suffisants. Par ailleurs la brusque poussée du noisetier, qui pour cet auteur caractériserait la fin de l’Atlantique dans le sondage de Saint‑Jean‑d’Angle, s’observe parfois au Subboréal dans des régions proches (Visset 1987). De même, l’attribution au Subboréal d’une partie du sondage de Luez, à Genouillé, paraît contestable. La présence régulière du charme dès la base du sondage et la dominance du noisetier ne sont pas incompatibles avec un âge subatlantique. Le diagramme du canal des Fougères, en Brière, montre par exemple la dominance constante du noisetier sur le chêne pendant cette période (Visset 1979). En revanche, les niveaux rapportés au Subatlantique sont probablement bien datés. Ils sont en effet caractérisés par l’extension du hêtre. Par conséquent, aucun repère biostratigraphique régional évident ne permet de retenir, pour comparaison avec les séries nouvellement étudiées, les zonations polliniques établies antérieurement par R. Regrain. En particulier, la datation des niveaux de base des carottes étudiées par cet auteur semble devoir être quelque peu rajeunie.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.