Version classiqueVersion mobile

L’estuaire de la Charente de la Protohistoire au Moyen Âge

 | 
Luc Laporte

Introduction

Introduction

Luc Laporte

Résumé

Les études rassemblées ici concernent toutes un même terroir, situé entre la vallée de la Charente et le marais de Rochefort, à proximité de l’estuaire de la Charente. Milieu inhospitalier en perpétuel mouvement, mais aussi zone écologique des plus riches et des plus diversifiées, l’estuaire de la Charente et les marais maritimes saintongeais constituent un champ d’étude privilégié pour appréhender les interactions multiples et complexes entre les populations humaines et leur environnement naturel. L’étude de deux sites différemment situés dans le paysage, dont les occupations principales concernent le deuxième âge du Fer et l’époque médiévale, illustrent la diversité des modes d’occupation du sol dans l’exploitation d’un tel territoire. Ces deux chantiers archéologiques, articulés au sein d’une même opération d’archéologie préventive, ont été réalisés à l’occasion d’un projet d’aménagement autoroutier (A 837‑Saintes/Rochefort).

Texte intégral

Lexique

1Accore : bord abrupt du plateau continental.

2Bri : vase fine à scrobiculaires (Cardium edule, Bittium reticulatum) où la proportion d’argile dépasse 50 % et celle de calcaire et de fines particules sableuses 10 à 35 %. Le bri ancien a une teinte bleuâtre à verdâtre due à la présence de fer en milieu réducteur. Avec le temps il prend une couleur à dominante brune, gris olive à l’état sec (Bournérias et al. 1987).

3Estran : zone d’une côte comprise entre les niveaux de haute et de basse mer, ou zone intertidale.

4Halophyte : se dit d’espèces végétales ou animales supportant une forte salure du milieu.

5Schorre : vasière de haut estran, formée de vase desséchée, largement colonisée par la végétation et qui n’est recouverte qu’à de brefs intervalles par la marée.

6Slikke : vasière lorsqu’elle est peu colonisée et recouverte plusieurs heures par la marée.

7Tidal : relatif à la marée.

8Zone intertidale : zone écologique située sur l’estran correspondant au niveau de battement des marées.

9Zone subtidale : zone écologique située en dessous du niveau des plus basses mers.

Le cadre géographique et humain

10Les résultats qui sont présentés ici concernent tous un petit terroir, d’une centaine de kilomètres carrés, délimité à l’ouest et au nord‑ouest par le marais de Rochefort, à l’est par la vallée de la Boutonne et au sud par la vallée de la Charente. Nous sommes dans la plaine de la Saintonge maritime, en pays rochefortais, à une dizaine de kilomètres seulement du littoral atlantique (fig. 1). Les vastes étendues du marais de Rochefort, avec ses terres lourdes quadrillées de multiples canaux ; la plaine inondable de la Charente au cours fortement envasé, ruban de prairies sinuant entre les premières collines de la Saintonge bocagère ; le relief adouci des plaines sablonneuses ou calcaires du pays rochefortais, objets d’une exploitation agricole intensive, constituent les principaux éléments du paysage actuel. Ce terroir, de par sa situation géographique et son histoire, est étroitement lié au fleuve qui le borde ; la Charente et ses gabares qui, jusqu’au début de ce siècle, furent le vecteur d’un intense trafic fluviatile. Prenant sa source aux pieds du Massif central, le fleuve draine, avec la Sèvre Niortaise, tout le nord du bassin aquitain, avant de se déverser, une vingtaine de kilomètres après sa confluence avec la Boutonne, dans l’océan Atlantique. Son estuaire, fortement envasé, s’ouvre sur la mer des Pertuis, large golfe abrité par les îles de Ré et d’Oléron, entre l’embouchure de la Gironde et la baie de l’Aiguillon.

FIG. 1 – Carte de situation du secteur géographique étudié.

dessin P. Mille/Afan

11De part et d’autre de l’estuaire s’étendent de vastes plaines littorales, autrefois marécageuses, que constituent les marais de Brouage, au sud, et les marais de Rochefort, au nord. Avec 35 000 ha, les marais maritimes saintongeais figurent parmi les plus étendus de la côte atlantique française, loin derrière le marais Poitevin mais juste après les marais Bretons et ceux de Picardie. Ces vastes étendues planes, dont l’altitude voisine avec celle des plus hautes mers, résultent presque exclusivement d’une épaisse sédimentation holocène qui recouvre une topographie sous‑jacente parfois tourmentée. Dans l’estuaire de la Charente, par une dynamique d’ensemble à laquelle participe également, nous le verrons, une partie au moins du marais de Rochefort, sédimentations d’origine marine et terrigène se sont successivement relayées pour colmater progressivement les profondes entailles que le fleuve et ses affluents avaient creusées au cours des dernières glaciations. L’épaisseur des sédiments qui se sont ainsi déposés, pour certains au cours des derniers millénaires, peut dépasser plus d’une vingtaine de mètres. Le processus amorcé avec la remontée des niveaux marins au début de l’Holocène –le niveau moyen des mers se situait plus d’une centaine de mètres en dessous de l’actuel– se poursuit encore de nos jours. La ligne de rivage se trouvait alors aux pieds des hauts fonds du plateau de Rochebonne qui aujourd’hui affleurent à une centaine de kilomètres au large des îles saintongeaises (Ters 1973 ; Regrain 1980 ; André 1986 ; Pirazzoli, Pluet 1991). Puis, les eaux ont progressivement recouvert toute la plate‑forme continentale, pénétrant profondément à l’intérieur des terres guidées par les contraintes d’un bâti structural au relief inversé. Tout au long de l’Holocène, l’aspect du paysage littoral charentais s’en est ainsi trouvé considérablement modifié.

12Malgré quelques travaux pionniers (Boisselier 1891 ; Pawlowski 1905 ; Welsch 1917 ; Gabet 1971 ; 1977), le détail de ces transformations, les rythmes de la remontée des niveaux marins, les modifications successives qu’elle entraîna immanquablement dans la position et la morphologie du trait de côte restent cependant encore mal documentés. On n’est guère mieux renseigné sur les transformations du paysage dans l’arrière‑pays des plaines saintongeaises, en particulier pour ce qui est du couvert végétal qui, contrairement à d’autres points de la façade atlantique tels le Médoc, la Brière ou le littoral breton (Marambat 1992 ; Marguerie 1992b ; Visset 1979), n’a jusqu’à présent fait l’objet d’aucun travail de synthèse.

13Milieu inhospitalier en perpétuel mouvement, les marais maritimes saintongeais ont toutefois marqué tous les géographes par l’importance peu commune de l’empreinte que l’homme y a laissée (Papy 1941 ; Verger 1968 ; Regrain 1980). Les transformations du paysage les plus spectaculaires sont probablement celles liées à l’aménagement de nombreuses salines dont les textes attestent l’importance économique sur le littoral charentais au moins dès le ixe s. de notre ère (Cuq, Hocquet 1993 ; Debord 1984 ; Hocquet 1994). Sur le haut estran des Wadden, les schorres ont ainsi vu leur topographie considérablement bouleversée par le creusement de multiples bassins –les « vasais », les « métières » puis les « champs‑de‑marais »– eux‑mêmes séparés par de hautes levées de terre, les « bosses », et reliés par tout un réseau de chenaux et d’étiers. Plus récents sont les aménagements conchyllicoles tels ceux qui confèrent au bassin de la Seudre son aspect si caractéristique. Les marais de Rochefort sont moins marqués par ces différents types d’aménagements, mais l’empreinte anthropique, nous le verrons, n’y fut cependant pas moins forte. Dès l’époque protohistorique, une intense exploitation du sel marin s’y développe dont le site de La Challonnière, étudié dans cet ouvrage, constitue un exemple privilégié. Interface entre des milieux écologiques extrêmement diversifiés, source de nombreuses matières premières, point de départ ou de rencontre privilégié pour les échanges et les expéditions lointaines, la frange littorale et tout particulièrement les estuaires ont largement été exploités par l’homme, dès la Préhistoire. L’estuaire du Rhin ou de la Tamise, les côtes de la mer du Nord en Hollande, au Danemark ou dans l’Essex en Angleterre, les rivages de la Méditerranée en Grèce ou en Espagne, pour ne citer que quelques exemples européens, ont fait l’objet de vastes projets archéologiques tirant parti de toutes les spécificités de ces milieux si particuliers (Bailey, Parkington 1988 ; Coles, Lawson 1987 ; Master, Flemming 1983 ; Wilkinson, Murphy 1986...). De telles études n’ont cependant que rarement été entreprises en France qui possède pourtant l’une des plus longues frontières maritimes d’Europe. La place occupée par les marais maritimes sur la côte charentaise ne saurait occulter l’importance primordiale, sur le plan économique et humain, prise par le fleuve et son estuaire. Tour à tour, axe stratégique, limite juridique et parfois frontière entre deux états rivaux, comme ce fut le cas aux xive et xve s., la Charente est également une importante voie commerciale, depuis le Moyen Âge au moins jusqu’aux époques modernes. À la descente, on y transporte du sel et du poisson vers Cognac, Angoulême et au‑delà le centre de la France. À la montée, on approvisionne les villes du littoral en vin, en blé, en produits manufacturés telles la céramique ou les tuiles, mais aussi en bois ou en pierres de construction. Certains produits sont exportés bien au‑delà des limites de la Saintonge, vers l’Angleterre ou les Flandres, voire même un peu plus tard vers le Nouveau Monde. Cette intense activité se répercute sur tout l’arrière‑pays, largement boisé jusqu’aux xiexiie s., qui pourvoit en denrées et matières premières ; carrières de pierres, ateliers de potiers ou de tuiliers écoulaient une partie parfois importante de leur production par le fleuve. Ainsi, la création de toutes pièces, par Colbert à la fin du xviie s., de l’un des principaux ports de guerre de la Marine royale sur le site de Rochefort, au beau milieu des marécages et malgré les difficultés rencontrées, ne doit‑elle rien au hasard. Si l’on ne connaît guère l’importance stratégique et le rôle économique de la Charente au cours des périodes antérieures, faute de documents, gageons qu’ils ne furent pas minimes. Nous connaissons également fort mal les communautés rurales situées en marge de cet intense trafic. L’étude du site de Mortantambe nous donnera l’occasion d’aborder quelques‑uns de ces aspects.

14Délimité par l’une des rives de la Charente, bordé par les marais maritimes et constitué pour l’essentiel par les collines sablonneuses du pays rochefortais, le petit coin de plaine charentaise qui servira de cadre à cette étude se trouve ainsi à la confluence de dynamiques puissantes, humaines et physiques, qui simultanément ou successivement ont toutes contribué à façonner son histoire.

Le projet A 837 : problématique d’ensemble et choix scientifiques

15C’est à l’occasion d’un projet d’aménagement, la construction de 35 km d’autoroute entre les villes de Saintes et de Rochefort, que nous avons été amené, avec toute l’équipe de l’Association pour les fouilles archéologiques nationales (Afan), en collaboration avec la Société des autoroutes du Sud de la France et sous l’autorité du service régional de l’Archéologie de Poitou‑Charentes, à développer le projet archéologique dont ce volume constitue l’un des aboutissements. Le tracé autoroutier retenu longe depuis les crêtes environnantes le cours inférieur de la Charente, traverse 16 communes toutes situées en Charente‑Maritime, pour aboutir à quelques kilomètres seulement du littoral en bordure des marais maritimes. C’est donc à l’une de ses extrémités qu’il recoupe le petit terroir que nous venons de présenter brièvement (fig. 2).

FIG. 2 – Carte géologique.

dessin P. Mille/Afan

16Tout d’abord, peut‑on véritablement parler de projet scientifique ? Bien sûr le choix des sites étudiés dans ce volume n’est pas le fruit d’une recherche soigneusement programmée sur le long terme, mais exploite opportunément les potentialités archéologiques d’un fin ruban, large au mieux d’une centaine de mètres, dont le tracé répond à de toutes autres finalités. Certes, on a pu critiquer pour ce type d’opération, le caractère un peu artificiel de programmes regroupant, parfois a. posteriori, des travaux menés séparément ou successivement par des équipes totalement distinctes. La découverte sur un même tronçon de plusieurs sites importants dont les informations seraient susceptibles d’être comparées ou confrontées revêt d’ailleurs un caractère quelque peu aléatoire. Dans ces conditions, employer le terme de projet scientifique apparaîtra peut‑être à certains –notamment à ceux qui connaissent le mieux les réalités du terrain et ses contraintes multiples (administratives, techniques, foncières, contractuelles...[L’archéologie préventive... 1994])– comme une entreprise bien délicate. Doit‑on alors se résigner à considérer chaque projet d’archéologie préventive comme une succession de travaux indépendants les uns des autres qui ne seraient éventuellement regroupés au sein d’un même volume qu’à des fins éditoriales ? L’opération archéologique menée sur l’autoroute Saintes‑Rochefort, comme bien d’autres, n’échappe pas à ces interrogations.

  • 1 La cellule de coordination comprenait sur l’opération archéologique A 837 : un responsable de la ge (...)

17Pourtant, d’une certaine manière, le plan même de cet ouvrage, les éléments qui font sa cohérence, mais aussi ses lacunes, découlent directement de choix scientifiques et techniques effectués bien en amont, pour certains dès les premières phases de l’opération archéologique. Aussi nous a‑t‑il paru nécessaire d’expliciter brièvement la nature de ces choix stratégiques et les conditions dans lesquels ils ont été effectués. La relative brièveté du temps réservé à l’ensemble des prospections, puis des évaluations, a eu pour avantage de mettre rapidement à notre disposition un premier bilan synthétique, à défaut d’être exhaustif, des potentialités archéologiques du tracé. Six mois seulement après le début de l’opération, il a ainsi été possible, selon un principe plus souvent annoncé que réellement mis en pratique, de confronter le résultat de l’ensemble des expertises conduisant à une hiérarchisation des sites découverts en fonction de leur intérêt scientifique supposé et en définitive de dégager, sous l’autorité du service régional de l’Archéologie, des axes de recherches prioritaires. À l’heure du bilan, il apparaît, du point de vue du coordinateur, que l’essentiel des choix stratégiques (arrêt des prospections, concentration des moyens sur des secteurs géographiques restreints, choix des quelques sites retenus) a été fait à ce moment‑là. En particulier, trois pôles ont été privilégiés, parmi lesquels figure notamment le secteur de Tonnay‑Charente/Cabariot1.

18Sur ce tronçon d’autoroute, la découverte de deux établissements du second âge du Fer, selon toute vraisemblance plutôt de la fin de cette période, fonctionnellement très différents et situés à quelques kilomètres de distance au sein d’un même terroir –une installation artisanale en bordure de marais dans un cas, une ferme indigène implantée sur les collines dans l’autre– nous est apparu comme une occasion privilégiée d’étudier différentes facettes d’une implantation humaine et d’un système économique très particulier, pour partie basé sur une exploitation intensive de la frange littorale. Tenter d’appréhender les interrelations complexes entre les implantations humaines, leur gestion du territoire, leur économie et un milieu aussi fluctuant qu’une marge littorale nécessite bien entendu une connaissance aussi précise que possible des principales caractéristiques de ce paléoenvironnement. Aussi, très rapidement, un projet d’étude paléoenvironnementale se mettait en place sur les marais de Rochefort, la vallée de la Charente et celle de la Boutonne. Le secteur des marais de Rochefort, qui avait donné lieu à une abondante littérature souvent ancienne et faiblement documentée sur ces différents sujets, constituait à ce point de vue un terrain d’étude privilégié. Signalons enfin que la présence de chercheurs institutionnels acceptant de participer au suivi scientifique des opérations de sauvetage et l’existence d’un programme de recherche (ATP) traitant des liens entre morphogenèse, paysages et peuplement humain sur le littoral aquitain ont également été des facteurs déterminants.

19Chaque site séparément présentait également des atouts importants, mis en valeur par les expertises. Un intense travail de prospection a de longue date révélé la présence, en Saintonge notamment, de très nombreux ateliers de sauniers de l’âge du Fer, principalement localisés sur les bordures des marais maritimes. Bien que les traces de cette activité aient été repérées depuis plus d’un siècle sur l’ensemble du littoral atlantique, rares sont les sites qui ont fait l’objet d’investigations approfondies. En particulier, seuls quelques sondages ponctuels avaient été réalisés sur les gisements charentais. À La Challonnière, l’étude extensive de l’un d’entre eux apparaissait en soi comme une approche novatrice. Préciser les étapes et les caractéristiques d’une chaîne opératoire dont les variantes régionales sont encore mal connues, tester la présence d’éventuelles infrastructures liées à cette activité –malgré le caractère relativement arasé des vestiges dégagés–, mais aussi prendre en compte les interrelations complexes entre les différentes phases d’occupation –dont il convenait également d’affiner la datation– et l’évolution du milieu naturel, en particulier du littoral antique, faisait partie des principaux objectifs définis au départ. La présence d’une implantation rurale des xiexiie s. de notre ère, sur le même emplacement, contribuait largement à l’intérêt du site. La fouille de l’habitat ceinturé de Mortantambe offrait quant à elle, pour la première fois en Charentes, la possibilité d’étudier, si ce n’est dans son intégralité du moins sur de larges superficies, un type d’établissement dont de très nombreux exemplaires sont répertoriés grâce à la photographie aérienne dans tout l’ouest de la France. La richesse des fossés en mobilier détritique, et notamment en mobilier céramique, apportait la garantie de disposer d’un corpus qui, compte tenu de l’état de la recherche, figurerait parmi les références régionales. Pratiquer un décapage extensif de la terre arable, dresser le plan au sol de l’ensemble des structures découvertes, en échantillonner le plus grand nombre afin notamment de recueillir quelques éléments de datation, constituent les objectifs et les moyens désormais classiques, mis en œuvre dans le cadre d’opérations d’archéologie préventive face à des sites de plateau où les niveaux archéologiques eux‑mêmes ne sont que rarement conservés.

20Bien sûr, le projet d’ensemble ne s’est véritablement consolidé, dans sa forme actuelle, que progressivement au cours du suivi des différentes recherches. De fait, au fur et à mesure de sa mise en œuvre, des contraintes nouvelles ou des découvertes inattendues sont venues contrarier la cohérence initiale du projet ; d’autres au contraire sont venues l’enrichir. L’attribution de l’activité saunière sur le site de La Challonnière à une phase moyenne du second âge du Fer rend ainsi plus délicates les comparaisons avec le site voisin de Mortantambe, plus récent, à un moment charnière où toute une partie de l’interrogation réside justement dans la possibilité de modifications importantes des structures territoriales, économiques ou sociales, et alors que certains croient pouvoir déceler, çà et là, un changement d’échelle dans l’organisation des productions salines. En revanche, la mise en évidence d’une périodisation de l’occupation et d’un glissement de l’habitat sur le site de Mortantambe ont apporté une dimension chronologique insoupçonnée au départ. L’importance prise dans ce volume par les périodes médiévales et l’intérêt des contributions qui s’y rattachent nous amènent également à replacer les différentes occupations étudiées dans la continuité d’une histoire de ce terroir ; elles nous incitent à nous interroger sur la valeur fonctionnelle, culturelle ou chronologique de certaines discontinuités observées dans l’occupation du sol. Certaines difficultés rencontrées lors de la confrontation des résultats paléoenvironnementaux provenant de disciplines différentes nous ont conduit par ailleurs à générer une courte étude actualiste sur l’estuaire de la Charente permettant une première approche de phénomènes encore méconnus dans ce type de milieu. Certes, à eux seuls, les résultats obtenus ne permettront pas d’apporter une réponse à toutes les interrogations posées au cours de cette étude ; de telles réponses ne pourraient guère provenir que d’une action programmée sur le long terme à laquelle une opération aussi ponctuelle ne peut, ni ne doit, se substituer. Toutefois notre but serait atteint si ce volume pouvait être considéré, malgré le caractère opportuniste de notre démarche, comme l’aboutissement d’un projet scientifique à part entière –ou du moins d’une tentative allant dans ce sens–, mené à l’occasion et avec les contraintes d’une opération d’archéologie préventive.

Remerciements

21Que soient remerciés ici tous ceux qui nous ont aidé dans notre tâche tant sur le plan scientifique que pour l’aspect administratif ou technique de cette opération, en particulier la Société des autoroutes du Sud de la France et ses représentants, la société Scétauroute, les membres du service régional de l’Archéologie, l’antenne interrégionale Grand‑Sud‑Ouest de l’Afan, le coordinateur de l’opération archéologique A 83, les membres de la coordination A 837 ainsi que toutes les personnalités scientifiques qui, par leurs conseils ou leurs critiques constructives, ont largement contribué à la qualité de ce travail.

Notes

1 La cellule de coordination comprenait sur l’opération archéologique A 837 : un responsable de la gestion du mobilier (J.‑L. Hillairet), un responsable de l’élaboration des documents graphiques (P. Mille), une secrétaire administrative (J. Probst) et un coordinateur (L. Laporte).

Table des illustrations

Légende FIG. 1 – Carte de situation du secteur géographique étudié.
Crédits dessin P. Mille/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44768/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende FIG. 2 – Carte géologique.
Crédits dessin P. Mille/Afan
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44768/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 57k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search