Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Préface

p. 9-10


Texte intégral

1Assumer la responsabilité de coordonner une opération d’archéologie préventive sur un tracé autoroutier, voilà une tâche particulièrement complexe et –il faut le dire– assez éprouvante. Il est nécessaire de posséder de réelles capacités de gestionnaire administratif et financier, de meneur d’hommes, c’est entendu. Mais j’y ajouterai ce qui me paraît l’essentiel –et qui est trop souvent oublié– il faut aussi et surtout être en mesure de concevoir et de coordonner un projet scientifique dont la pertinence dépendra de la perception qu’aura son auteur des questions essentielles qui seront posées dans un ou des contextes biogéographiques et archéologiques particuliers qui sont ceux de la région traversée par la future voie.

2Concevoir un tel projet tient a priori de la gageure dans la mesure où on ne sait pas à l’avance ce que l’on va trouver, même si l’on a des présomptions résultant d’une étude documentaire préalable. C’est aussi un exercice difficile car une fois les sites reconnus et expertisés, il faut faire rapidement des choix et les faire avec une certaine vision prospective qui va dicter la définition de la problématique ou des problématiques à privilégier.

3Le présent ouvrage apporte la preuve que ce pari peut être tenu et il m’est agréable de dire ici qu’on le doit pour une large part à la capacité qu’a eu Luc Laporte, coordinateur de l’opération A 837, d’assumer l’ensemble de ces missions avec succès. On le doit aussi, et je ne saurais l’oublier, à la compétence professionnelle de l’ensemble de l’équipe Afan recrutée à cette occasion et en particulier aux responsables de différents chantiers qui ont contribué à la rédaction de cet ouvrage.

4Il y a deux points complémentaires qui me paraissent importants et que je voudrais évoquer ici. D’une part, il me revenait de bien préciser au départ à Luc Laporte quelle était l’étendue et la nature exacte des missions que je lui confiais. Dans ce domaine, j’ai conscience d’avoir agi de façon peu courante dans ce type d’entreprise et cela m’a parfois été reproché par certains. En effet, j’ai demandé au coordinateur d’assurer non seulement la coordination administrative et technique, comme cela se fait habituellement sur les grandes opérations d’archéologie préventive qui comprennent plusieurs chantiers, mais aussi et surtout d’assurer la coordination scientifique globale de l’ensemble des recherches qui allaient être réalisées sur ce tracé, de la prospection à la publication. Comme je l’ai dit ci-dessus, il s’agissait de définir une ou des problématiques, de faire des choix stratégiques, de mettre en œuvre des méthodes scientifiques et des moyens techniques adaptés à ces objectifs sur l’ensemble des chantiers ouverts et donc de coordonner scientifiquement une équipe où chacun aurait sa responsabilité propre (celle qui revient à chaque titulaire d’autorisation de fouille) mais où chacun devrait aussi s’inscrire dans une démarche scientifique collective et cohérente. Je sais que cette définition du rôle du coordinateur est loin d’être acceptée par tous, mais je suis pourtant convaincu que c’est la seule façon d’obtenir des résultats à la hauteur des moyens engagés, moyens financiers en particulier qui sont considérables sur ce type d’opération.

5Le deuxième point concerne la façon de concevoir le travail de recherche. On peut imaginer que les équipes de l’Afan qui réalisent ces travaux aient la capacité de gérer de façon autonome l’ensemble des problèmes archéologiques qui doivent être traités tant sur le terrain que dans la phase d’exploitation des données. Cela paraît pourtant bien présomptueux et, à l’heure actuelle, aucun archéologue professionnel digne de ce qualificatif n’imagine pouvoir travailler seul ou en petit comité. Il existe des institutions de recherche, des laboratoires, des chercheurs expérimentés dans toutes les disciplines qui concourent à la recherche archéologique. L’équipe de l’A 837 a justement su faire appel aux conseils, à la collaboration, à l’intervention directe d’éminents spécialistes régionaux ou extrarégionaux et ce n’est pas une des moindres qualités de cette équipe que d’avoir fait preuve dans ce domaine d’une large ouverture d’esprit. Il faut rappeler à cet égard que, lorsque les Commissions interrégionales de la recherche archéologique (Cira) ont été instituées, la plupart des opérations de l’A 837 étaient achevées, ce qui fait qu’elles n’ont pu bénéficier que d’un avis a postériori des experts de la Cira, sur la base des DFS (documents finaux de synthèse). Et quand bien même la Cira du Sud-Ouest aurait été saisie du dossier de l’A 837 dès le départ, cela n’aurait pas dispensé le conservateur régional de l’Archéologie et ses collaborateurs chargés de suivre cette opération d’exercer pleinement leur mission de contrôle scientifique au quotidien, faisant jouer, lorsque cela était nécessaire, l’autorité scientifique qui leur revient de droit, comme le précise la convention-cadre. Il est bien dommage, comme nous l’indiquent certains cas malheureux, que ce contrôle et cette autorité ne s’exercent pas toujours de façon pleinement affirmée. On pourrait éviter ainsi bien des dérives et de lamentables échecs scientifiques.

6Venons-en au contenu de l’ouvrage proprement dit. Celui-ci se présente comme le premier volet d’une étude intégrée mettant en jeu tout un cortège de disciplines qui permettent d’aborder selon des angles divers les processus d’interaction homme-milieu tout au long d’une tranche de temps de plus de deux millénaires dans une microrégion, celle du Rochefortais, qui n’est pas des plus banales. En effet, sa position géographique à l’interface océan-continent en fait, malgré l’apparente platitude de ces basses terres, un lieu de conflit permanent entre les forces naturelles marine, fluviatile et terrestre. Les populations rurales qui y ont vécu depuis le Néolithique jusqu’à l’Époque moderne ont dû s’adapter en permanence aux modifications sensibles de leur environnement et, comme en témoignent les vestiges étudiés dans cet ouvrage, elles ont su tirer le meilleur parti des multiples ressources qu’offre un terroir trop souvent considéré à tort comme inhospitalier.

7De cette histoire à la fois complexe et passionnante, les auteurs de ce volume ont su déchiffrer quelques pages. Plutôt que de répéter ici, en le résumant, ce qui est écrit dans cet ouvrage, je voudrais seulement souligner quelques points forts qui en feront sans aucun doute un ouvrage de référence.

8De prime abord, le lecteur sera frappé par l’importance accordée au paléoenvironnement. On sait que les travaux consacrés au milieu littoral et à la variation du niveau de la mer sur la côte atlantique au cours de l’Holocène ont été fort nombreux. Il s’en dégage pourtant l’impression que ces travaux ont été conduits de façon isolée, que bien des affirmations reposent sur des arguments limités et fragiles, à tel point que d’un auteur à l’autre, les conclusions sont souvent contradictoires. Ici, la conjonction de plusieurs approches spécialisées, la multiplication des coupes de référence (carottes et sondages), et la réflexion collective ont porté leurs fruits. Les résultats obtenus sont à la hauteur de l’investissement scientifique. En outre, dans cet ouvrage, le lien entre les préoccupations environnementales et celles qui se rapportent aux sociétés et à leur économie est constant. C’est un exemple à suivre, car bien souvent, les moyens mis en œuvre en archéologie préventive permettent de réaliser un train conséquent d’analyses qui ne s’articulent pas toujours de façon évidente avec les objectifs archéologiques.

9On retiendra aussi la pertinence des deux études monographiques consacrées aux sites de La Challonnière et de Mortantambe. Rien n’a été négligé sur ces deux chantiers. Aucune période archéologique représentée n’a été minimisée, même si l’essentiel des résultats concernent d’une part un établissement protohistorique de sauniers et, d’autre part, une vaste installation agricole de La Tène. Là encore, la volonté de ne rien négliger partagée par le coordinateur et les responsables d’opération a porté ses fruits. Ces deux études sont tout à fait exemplaires.

10Terminées en 1993, les opérations de terrain ont été suivies d’une longue période de travail en laboratoire. Remis au service régional en 1994, les DFS ont été jugés très positivement par les experts de la Cira du Sud-Ouest qui ont encouragé le projet de publication. Celle-ci a été rendue possible grâce aux moyens accordés par le ministère de la Culture à l’Afan. Il fallait en effet dégager quelques contrats supplémentaires pour aller des DFS au manuscrit de cet ouvrage. Il faut féliciter ses auteurs d’avoir su tenir des délais remarquablement courts entre la fouille et la publication. C’est un exemple encourageant dont beaucoup devraient s’inspirer.

11Poitiers, le 8 avril 1996

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.