Version classiqueVersion mobile

Chronologie des oppida de la Gaule non méditerranéenne

 | 
Anne Colin

Chapitre 6. Corpus des sites

Texte intégral

Acy‑Romance (Ardennes)

1Bibliographie : Lambot, Delestrée 1991 ; Lambot, Méniel 1992 ; Guichard et al. 1993 ; Lambot et al. 1994 ; Lambot, Friboulet 1996.

2Découvert grâce à la prospection aérienne sur la rive gauche de l’Aisne, Acy‑Romance est l’un des rares sites français qui associe à un habitat de La Tène finale (La Warde) plusieurs nécropoles de la même période (La Croizette, La Noue Mauroy). Ces ensembles s’inscrivent dans un vaste complexe protohistorique dont les premiers vestiges remontent au Bronze final.

3Les fouilles de l’habitat de La Warde effectuées entre 1988 et 1990 ont mis au jour des bâtiments sur poteaux (maisons, greniers...), quelques fosses et plus d’une vingtaine de silos.

4Les récoltes monétaires gauloises bien stratifiées se montent à une cinquantaine de pièces (Lambot, Delestrée 1991), de provenance régionale (nord‑est de la Gaule). À l’exception de deux quarts de statère au segment de cercle, ce sont toutes des potins BN 8124. Deux bronzes REMO ont également été découverts, mais ils proviennent des couches de surface d’un silo où ils sont associés à des monnaies romaines.

5Une quinzaine de fibules ont été découvertes en stratigraphie. Neuf sont de schéma La Tène 2, avec un ressort multispires (deux exemplaires à huit spires et plus) ou court ; cinq sont filiformes de schéma La Tène 3 (deux exemplaires à corde externe et ressort multispires, deux autres à corde interne et ressort court, un exemplaire à arc orné d’une petite perle) ; une seule fibule de Nauheim est répertoriée.

6Les autres parures comprennent des bracelets et des perles en verre, ainsi quatre bracelets de lignite. Les bracelets en verre sont à côtes et appartiennent aux séries Gebhard 18 (cinq exemplaires bleus à filet jaune), 17 (deux exemplaires bleus), 9 (bleu à filet blanc), 36a (pourpre) et 27 (translucide à feuille jaune) ; les perles sont bleues ou vert pâle à filet jaune ; certaines portent un décor oculé spiralé, d’autres sont de très petite taille, comme les perles « flip » de Levroux.

7Aucune céramique d’importation, à l’exception de quelques amphores Dressel 1, n’a été recueillie sur le site.

8La céramique régionale fait l’objet d’un réexamen avec la prise en compte du mobilier des nécropoles. Une première confrontation des données de l’habitat et des nécropoles a été publiée récemment (Lambot, Friboulet 1996). Un phasage de l’habitat a été effectué en combinant deux classements : le premier à partir de la proportion de céramique non tournée dans les structures (majoritaire, minoritaire, en proportion égale avec la céramique tournée) ; le second en sériant grossièrement les structures dans chaque groupe à partir des formes céramiques. La validité du classement est assurée par les parures et les monnaies.

Alise‑Sainte‑Reine (Côte‑d’or)

Alésia

9Bibliographie : Napoléon III 1866 ; Colbert de Beaulieu 1955b ; Le Gall 1963 ; Colbert de Beaulieu 1973 ; Lerat 1979 ; Mangin 1981a ; 1981b ; 1984 ; Sénéchal 1985 ; Bénard 1989 ; Creuzenet 1993 ; 1994.

10Le site d’Alésia doit à son renom historique d’avoir fait l’objet de fouilles quasi continues depuis plus d’un siècle. Ces explorations, inaugurées avec ampleur par Napoléon III, ont porté d’abord sur les travaux de César, puis sur l’oppidum même. Depuis le début du xxe s. et jusqu’à très récemment, où un programme de recherche dirigé par M. Reddé a repris la question des ouvrages militaires en relation avec le siège de l’oppidum, les fouilles n’ont concerné que celui‑ci. Ce sont ces dernières qui seront évoquées ici.

11L’oppidum est installé sur un plateau de 97 ha contrôlant une importante voie de passage entre la vallée de la Saône et celle de la Seine. L’exploration du site, menée surtout au centre de celui‑ci, couvre actuellement 6 ha. Elle a mis en évidence une importante occupation gallo‑romaine (forum, temple, basilique, théâtre, habitat et ateliers d’artisans) perdurant jusqu’à la fin du ive s. ; des niveaux proprement gaulois n’ont été que très récemment mis en évidence. Les défenses sont assez mal connues : deux tronçons de murus gallicus ont été mis au jour à l’est, ainsi que de nombreux aménagements périphériques (murs de pierres sèches, accès protégés). Un autre segment de murus gallicus a récemment été mis au jour à l’ouest du site, ainsi qu’un habitat dont le mobilier remonterait à La Tène D2 (fouilles F. Creusenet). L’un des muri gallici orientaux et ses environs ont fait l’objet d’une fouille programmée entre 1991 et 1994 (fouilles A. Colin dans le cadre de l’opération dirigée par M. Reddé), mais aucun élément chronologique décisif n’a permis de dater sa construction –sinon la présence sous celui‑ci d’un niveau d’occupation contenant des amphores exclusivement d’origine italique (Dressel 1) et de la céramique indigène à gros dégraissant. L’autre segment, exploré en 1996, s’est en revanche révélé être un rempart tardif augusto‑tibérien.

12Les fouilles de l’agglomération n’ont fait l’objet jusqu’à présent que de rares synthèses, en particulier celle de M. Mangin sur le quartier au sud‑est du forum, et plus récemment celle de J. Bénard sur le centre monumental. Toutes deux, comme d’ailleurs plusieurs travaux ou articles plus ponctuels, soulignent l’importance des structures dites « indigènes », définies par l’utilisation des matériaux légers, par opposition aux habitats gallo‑romains construits en moellons liés au mortier.

Récoltes monétaires anciennes (monnaies gauloises)

13Il n’existe pas de décompte complet des monnaies gauloises recueillies sur l’oppidum. J.‑B. Colbert de Beaulieu a effectué des recensements à diverses reprises (Colbert de Beaulieu 1966 ; 1973 : 348 sq.). Le faciès monétaire met en évidence la forte présence de potins (environ 600 monnaies), en particulier lingons (BN 8319 et 8329, qui représentent plus de la moitié des potins), et inversement la présence moindre de bronzes frappés. Cent cinquante monnaies d’argent environ, provenant dans leur quasi‑totalité de la zone du denier, complètent cette collection.

Quartier au sud‑est du forum

14M. Mangin a mis en évidence, dans l’horizon primitif de ce secteur dénommé « horizon 1 », deux périodes –dénommées respectivement « 1A » et « 1B »– différenciées par le mode de construction de l’habitat et par le mobilier (exclusivement « indigènes » pour le premier, « mixtes » pour le second), mais tous deux nettement distincts des quatre phases suivantes.

15L’horizon 1A comprend 42 habitats ou ateliers dont 18 assez bien connus. Les monnaies, fibules, la céramique campanienne et la céramique noire indigène ont été traitées pour l’ensemble des structures. Seul le mobilier de la structure excavée appelée « local 5 » a fait l’objet d’une étude relativement complète (amphores, ensemble de la céramique locale), mais d’autres structures sont également dignes d’intérêt : l’habitat de surface FXXIVa 007 (parfois rattaché au local 5 par M. Mangin), les « ateliers » FXXIX sud 089 et nord 080, les fosses FXXIVb 016 no 2 et FXXVIIIa 75 no 9, qui, avec le local 5, ont livré l’essentiel du mobilier qui a contribué à définir l’horizon 1. J’ai écarté deux structures placées par M. Mangin dans l’horizon 1A, qui semblent nettement attribuables au ier s. ap. J.‑C. ; elles ont livré deux monnaies romaines : un semis de Tibère, César de Lyon (émission vers 13‑14 ap. J.‑C.) –structure F XXIVa 085– et un as de Claude –structure F XXVIIIa 074.

16Quarante monnaies identifiables, dont trois romaines, proviennent des structures de l’horizon 1A. Les potins –principalement des types BN 8319 et « à la grosse tête »– y sont majoritaires (trente exemplaires). Ils sont associés à des monnaies d’argent de la zone du denier (six exemplaires) et à un seul bronze frappé (BN 7490 LT XXX à la légende koiiaka). Un quinaire d’Auguste est la seule monnaie romaine attribuée à cet horizon.

17Sept fibules sont comptabilisées : deux filiformes de schéma La Tène 3 (Lerat 1979, nos 9 et 10), trois fibules à disque médian, type Feugère 15a (ibid., nos 57, 60, 62), une fibule à ailettes type Feugère 13a (ibid., no 56), une fibule du type Feugère 9b (ibid., no 76).

  • 1 Dans une lettre du 14/10/87, M. Mangin n’exclut pas totalement la présence d’autres formes –par exe (...)

18Seules les amphores du local 5 ont été entièrement étudiées ; vingt‑sept lèvres et une trentaine d’anses ont été isolées, qui appartiennent essentiellement à des Dressel 11. La plupart des lèvres n’atteignent pas 5,5 cm de hauteur, mais deux dépassent largement cette limite ; ces deux fragments se caractérisent aussi par une pâte différente, très fine et dure.

19La céramique campanienne a été étudiée par H. Vaussanvin (Mangin 1981b : 189‑193). Un fond est classable en campanienne A, (neuf fragments en campanienne B) dont deux pyxides Lamboglia 3, Morel espèce 7550 ; deux formes Lamboglia 5, Morel espèce 2255 ; une forme Lamboglia 1, Morel espèce 2320 ; une Lamboglia 5/7 (?). Six autres tessons ont été identifiés comme appartenant à des productions de la région de Lyon ; elles se caractérisent par une pâte beige ou chamois, exceptionnellement rose ou grise, et un vernis brun foncé à marron clair, parfois rouge brun. Les formes fabriquées dans cette qualité de pâte sont principalement des patères dont un fragment en pâte chamois orangé à vernis brun proche de Morel 2284e1, proche aussi d’une forme lyonnaise classée comme imitation de sigillée par A. Desbat (Desbat et al. 1989, fig. 72, no 7) ; cette forme, munie d’une gorge à la base interne du rebord, fait partie des productions classées comme très tardives par J.‑P. Morel (1985 : 183) ; on compte aussi un fragment de panse de forme Lamboglia 1.

20Deux tessons de sigillée arétine non signalés dans la publication proviennent de la structure FXXVIII 075 fosse 9 (communication écrite de M. Mangin du 14/10/1987).

21Seule la céramique du local 5 a fait l’objet d’une étude à peu près complète. La céramique, presque toujours tournée, a été classée en plusieurs catégories, que l’on retrouve aussi dans les autres structures : céramique commune noire non lissée, à pâte assez grossière ; céramique commune noire lissée, à pâte en « sandwich » ; céramique fine grise à surface noire lissée ; céramique fine à engobe « lie de vin » (rouge très foncé à marron clair) ; céramiques diverses.

22Les formes rencontrées dans les deux premiers groupes de céramique sont à peu près les mêmes : des écuelles à profil en S qui n’ont que peu de rapport avec les écuelles carénées laténiennes (la lèvre est tantôt très éversée et presque horizontale, tantôt en bourrelet, parfois moulurée ; le col est presque inexistant), et des bols carénés à panse verticale souvent décorés de baguettes. L’un porte un décor ondé, un autre est mouluré à la base de la lèvre, qui est concave ; ce type de bord, inexistant dans la tradition de la céramique laténienne, est emprunté à des céramiques importées (vases à parois fines par exemple). La morphologie de la lèvre des formes hautes –en amande, en bourrelet épais, ou très découpée– est également assez éloignée de celle des formes hautes de La Tène finale. Cette céramique commune noire est peu décorée.

23On rencontre en céramique fine grise essentiellement des bols ou bols carénés décorés de baguettes, ou ondés au peigne ; une mention particulière doit être faite pour un fond en pâte très fine, assimilable à la Terra nigra. La céramique dite « lie de vin » (en fait, de la céramique peinte) n’est représentée que par un seul type : un tonnelet à petit pied annulaire.

24Trois fragments sont cuits en atmosphère oxydante, dont un couvercle et un fond d’assiette en pâte très fine, portant un engobe rouge foncé sur sa surface interne : il s’agit très vraisemblablement d’une forme en Terra rubra.

Le centre monumental

  • 2 Nous remercions vivement J. Bénard de nous avoir permis d’utiliser une partie de ses données avant (...)

25La thèse de J. Bénard sur les niveaux précoces du centre public d’Alésia a mis en évidence l’existence de trois occupations successives avant le milieu du ier s. de n.è., chacune d’entre elles étant identifiée par l’association d’une technique de construction et d’un faciès céramique propre. Quelques éléments permettent d’appréhender la chronologie des deux premières2.

26– Occupation 1 : cinquante‑deux monnaies gauloises (dont 35 % de deniers, 13 % de bronzes frappés et 52 % de potins) ; dix fibules à ressort nu dont sept en fer, parmi lesquelles une fibule de Nauheim et des fibules filiformes de type Feugère 2a, 3a, 4c1, 5a ; trente et un tessons de campanienne (deux camp. A, vingt‑quatre camp. B et trois « B‑oïde », deux non classés) ; céramique cuite en atmosphère réductrice très largement majoritaire ; céramique peinte à décor zoomorphe du type de Bibracte (« vase aux biches »).

27– Occupation 2 : soixante‑trois monnaies gauloises (16 % de deniers, 8 % de bronzes frappés, 76 % de potins) ; dix fibules dont six en bronze (filiformes du même type que celles de l’état précédent, auxquelles s’ajoutent les types Feugère 7a = à tête couvrante, Feugère 8b = Almgren 65, et Feugère 9b = à arc non interrompu) ; quarante‑deux tessons de céramique à vernis noir (cinq camp. A, vingt‑six camp. B et un B‑oïde, huit productions rhodaniennes, un non classé) ; gobelets d’aco et assimilés ; céramique à cuisson réductrice concurrencée fortement par les pâtes à cuisson oxydante. La fin de l’état 2 est datée par deux demi‑as de Nîmes (dont un frappé après 3 av. J.‑C.), deux germanus indutilli l, une monnaie d’Auguste, et l’apparition de la sigillée italique.

28L’occupation 3 voit apparaître la sigillée sud‑gauloise, les fibules à griffe, les monnaies tardives d’Auguste (postérieures à 10 ap. J.‑C.).

Amboise (Indre‑et‑Loire)

Les Châtelliers

29Bibliographie : Cartier 1842 ; Blanchet 1905 : 508 ; Nash 1978 : 196‑197 ; Peyrard 1981 ; Buchsenschutz 1984 : 150 ; Colin 1984 ; Peyrard 1984 ; Peyrard et al. 1985 ; Peyrard 1987.

30Le site, du type éperon barré, est protégé par deux fortifications composées chacune d’une levée de terre précédée d’un fossé. La position naturelle de ce gisement –un promontoire triangulaire délimité par les vallées de la Loire et de l’Amasse– explique l’ancienneté et la permanence de ses occupations, depuis le Néolithique jusqu’à la construction, sur la pointe de l’éperon, du célèbre château d’Amboise.

  • 3 Excepté celle d’un habitat néolithique dans les années cinquante.

31S’il est connu depuis plusieurs siècles par différentes découvertes fortuites, dont celle de monnaies gauloises, le site n’a fait l’objet d’aucune fouille jusqu’à la fin des années 703. À partir de 1977, et pour répondre à la multiplication des projets de lotissement, une série de sauvetages programmés a été entreprise par une équipe locale sous la direction de A. Peyrard. Les interventions ont porté sur les fortifications comme sur l’habitat (fig. 42).

FIG. 42 – Amboise : 1 topographie du site : 12 fosses du VVF, 3 fanum (?), 4 habitat gaulois de la rue A.‑Thierry, 5 sondage à l’angle de la rue A.‑Thierry, 6 fossé de la fortification interne comblé à l’époque gallo‑romaine, 7 rempart de la fortification externe, 8 habitat gallo‑romain ; 2 stratigraphie du secteur dit de l’habitat gaulois (éch. : 1/20) ; (cf. description des couches dans le texte).

  • 4 Sous cette masse d’argile, au niveau du sol primitif, les fouilleurs ont mis au jour une fosse qui (...)

32La fortification externe, qui est la plus imposante, enclôt une surface d’environ 50 ha. Le percement d’une route à travers le rempart a permis d’en effectuer le relevé stratigraphique et d’en fouiller partiellement la base. Le noyau primitif, composé d’argile et de bois, est bordé à l’extérieur par un alignement de pieux ; une datation au 14C effectuée sur les charbons de bois place sa construction pendant La Tène ancienne (410 ± 70 av. J.‑C.)4 Ce dispositif a été par la suite rechargé plusieurs fois avec de la terre, du sable et des galets, créant ainsi un volumineux rempart de terre aujourd’hui assez fortement arasé. Toutefois, des observations faites lors de la construction de maisons sur le faîte du rempart, à quelques dizaines de mètres de la coupe, n’ont pas permis de retrouver cette configuration (absence du talus primitif).

33De la fortification interne, nous ne savons pas grand‑chose. Le rempart n’a jamais été étudié ; le comblement du fossé remonte à la période augustéenne (vases à paroi fine signés hilarus aco, sigillée lyonnaise...) ; il est lié à l’implantation ou au développement de plusieurs activités artisanales dans ce secteur (métallurgie, puis plus tard céramique).

34L’organisation de l’habitat à l’intérieur du site est encore très mal connue, y compris pour la période gallo‑romaine proprement dite (l’occupation se prolongeant dans le iie s. ap. J.‑C. et peut‑être même plus tard). Il semble que les structures de cette période aient été fortement arasées lors de la mise en culture, à une période indéterminée, du plateau des Châtelliers ; la viticulture notamment a assez fortement perturbé les couches archéologiques. Trois fosses de La Tène finale ont été toutefois observées et fouillées dans le périmètre du VVF, ainsi que des niveaux d’occupation aux abords de la rue A.‑Thierry. C’est cette dernière partie du site qui a particulièrement notre attention.

Rue Augustin‑Thierry (secteur dit de l’habitat gaulois)

  • 5 La coupe stratigraphique représentée ici a été relevée dans un secteur où ce niveau n’existe pas.
  • 6 Il n’est pas absolument certain que ce niveau d’argile jaune soit le substrat naturel ; le temps a (...)

35Ce secteur a été exploré en deux étapes : 150 m2 environ ont été fouillés en 1982, auxquels il faut ajouter une dizaine de mètres carrés implantés l’année suivante à proximité immédiate de la première intervention. La stratigraphie est à peu près identique dans les deux sondages (fig. 42) :
– sous la terre arable (1), un niveau de terre et de grosses pierres correspondant aux soubassements d’un sol pratiquement arasé (2) ;
– une couche de terre peu caillouteuse, de couleur brun foncé (3) ;
– deux couches de terre argilo‑sableuse grise, le niveau supérieur plus riche en humus étant plus foncé (4 et 5) ; on a pu observer localement la présence d’un lit de tessons d’amphores au contact avec la couche suivante5 ;
– enfin, un petit lit de cailloutis (7) établi sur de l’argile jaune (6)6. À ce niveau correspondent quelques structures excavées : fosses, tranchées, trous de poteaux, dont le remplissage s’est révélé stérile.

36Le mobilier archéologique provient des couches 2 à 4/5. De nombreux collages de céramique ont conduit à regrouper les couches 3 et 4/5 ; les deux ensembles ainsi définis (couches 3 et 4/5 d’une part, couche 2 d’autre part) sont dénommés respectivement « niveau 1 » ou inférieur, et « niveau 2 » ou supérieur.

37L’analyse de ce mobilier n’est pas complète à ce jour, à l’exception des monnaies et des fibules. L’étude de la céramique porte sur un échantillon de 5308 composé d’une part des récoltes du petit sondage de 1983, et d’autre part des récoltes faites dans un secteur d’une douzaine de mètres carrés bien représentatif du secteur fouillé en 1982. La céramique ainsi sélectionnée se répartit assez équitablement entre les deux niveaux : 2677 tessons pour le niveau 1, 2631 pour le niveau 2.

Monnaies

38Les monnaies gauloises de l’habitat ont été étudiées par B. Fischer, les autres par M. Bompaire. Leur très mauvais état de conservation a rendu impossible l’identification des trois quarts d’entre elles.

39Niveau 1 : quarante‑trois monnaies.
– Onze potins « à la tête diabolique » des Turons ;
– un denier romain p clodius m f (Crawford 494/23), émis en 42 av. J.‑C. ;
– un as d’Auguste à l’autel de Lyon émis en 10‑7 av. J.‑C., ou en 10‑14 ap. J.‑C. ;
– un double tournois de Louis XIII ;
– sept bronzes frappés gaulois et six potins indéterminables ;
– dix‑neuf monnaies non identifiables.

40Niveau 2 : douze monnaies.
– Un bronze frappé exbonos ; monnayage de « la Loire moyenne », BN 6311 ;
– deux potins « à la tête diabolique » des Turons ;
– un semis à l’autel de Lyon rom et aug, émission en 10‑14 ap. J.‑C. ;
– un demi‑as indéterminable ;
– deux bronzes frappés gaulois et deux potins indéterminables ;
– quatre monnaies non identifiables.

41Un potin « à la tête diabolique », un potin et un bronze frappé indéterminables proviennent de l’un ou l’autre de ces niveaux, portant le total des récoltes monétaires de ce secteur à cinquante‑huit monnaies.

● Fibules

42Aucune n’est complète, et l’inventaire qui suit a été fait sur les objets non nettoyés (fig. 43).

43no 1 – Fibule en fer filiforme, de section carrée ; ressort à corde externe possédant probablement quatre spires (l’oxydation ne permet pas de l’assurer) ; type Feugère 2a ; niveau 1.
no 2 – Fibule en fer filiforme de section quadrangulaire ; ressort très oxydé, à corde interne, possédant probablement quatre spires ; l’objet est déformé et la courbure de l’arc au départ du ressort est incertaine ; type Feugère 4 ou 6 ? ; niveau 1.
no 3 – Fibule en bronze de Nauheim à arc étroit (?) ; ressort à quatre spires et corde interne ; niveau 1.
no 4 – Fibule en bronze, type de Nauheim, Feugère 5b ; l’arc soulevé en feuillets par l’oxydation porte un décor composé d’une ligne médiane d’échelles (?) encadrée sur les bords par deux autres lignes ; niveau 1.
no 5 – Fibule en bronze ; l’arc de forme triangulaire ou losangique à la tête et effilé au pied est interrompu par une petite corne et deux annelets ; ressort à quatre spires et corde interne ; Knotenfibel, variante du type Almgren 65, Feugère 8a ; niveau 1.
no 6 – Fibule en bronze du même type que la précédente, mais le décor est de plus petite taille ; niveau 1.
no 7 – Fibule en fer filiforme de section quadrangulaire, ressort à quatre spires et corde interne : Feugère type 4 ? ; niveau 2.
no 8 – Fibule en bronze à ressort protégé et porte‑ardillon plein dont l’arc plat et cannelé porte un décor gravé de pointillés et de lignes ; type à arc non interrompu ou de Langton Down, Feugère 14b1. Recueillie à la limite des niveaux 1 et 2, elle a été attribuée sans aucune certitude au niveau 1 ; son état de conservation excellent tranche en tout cas avec celui, très médiocre, des fibules en bronze bien localisées dans le niveau 1.

44Deux autres fibules non figurées ont été retrouvées dans le plus petit sondage. L’une d’elles, en fer et très oxydée, n’est pas identifiable ; la seconde est en bronze filiforme avec un ressort à quatre spires et corde interne.

FIG. 43 – Amboise : les fibules : 1 fibule en fer Feugère 2a ; 27 fibules en fer Feugère 4 ou 6 ; 34 fibules de Nauheim ; 56 fibules Feugère 8a ; 8 fibule Feugère 14b1.

● Amphores

45Niveau 1 (fig. 44‑45)
Elles sont bien représentées (environ 20 % du total de la céramique), en raison notamment de la présence d’un lit de tessons dans ce niveau.
La pâte est rose orangé fine avec de minuscules inclusions noires, parfois engobée de blanc. Les formes identifiables sont toutes de type Dressel 1 ; les lèvres mesurables sont pour la plupart courtes (mesurant moins de 4,5 cm de hauteur) et les anses possèdent une section de petite dimension. Les amphores Dressel 1A sont donc probablement majoritaires.
Deux marques ont été relevées ; l’une, apposée dans un cartouche rectangulaire est illisible (fig. 45, no 2) ; l’autre, également dans un cartouche rectangulaire, est celle d’une amphore de Sestius : ses accompagné d’un symbole mal venu qui peut être un trident, une double hache ou une feuille de chêne (fig. 45, no 1).

FIG. 44 – Amboise : les amphores du niveau 1 (a).

FIG. 45 – Amboise : les amphores du niveau 1 (b) : 1 amphore de Sestius.

46Niveau 2 (fig. 46)
Moins nombreuses que dans le niveau précédent (10 % environ du mobilier céramique), elle sont en revanche plus diversifiées. Les comptages font apparaître en effet les proportions suivantes en individus pour les types identifiables :
– douze Dressel 1 ; les lèvres mesurables sont dans l’ensemble plus hautes que dans le niveau précédent (la moitié d’entre elles dépassent 4,5 cm de hauteur) (no 1 à 10) ;
– une Dressel 2/4 italique (no 14) ; anse à pâte rose dense, engobe blanc ;
– une Pascual 1 (1 lèvre, 1 anse : nos 12, 13) ;
– une lèvre de Dressel 20 (no 11) à pâte blanchâtre.

FIG. 46 – Amboise : les amphores du niveau 2 : 1‑10 Dressel 1 ; 11 Dressel 20 ; 1213 Pascual 1 ; 14 Dressel 2/4.

Céramique à vernis noir (campanienne et dérivées)

47Sept tessons ont été récoltés dans ce secteur (niveau 1 : cinq tessons ; niveau 2 : deux tessons). Ils appartiennent tous au cercle de la campanienne B. Les quelques formes identifiables sont des patères Lamboglia 5, Morel F 2255. Une seule, en provenance du niveau 2, est archéologiquement complète (fig. 47, no 1) ; elle peut être considérée comme caractéristique de l’ensemble. La pâte beige rosé, fine et dense, contient de minuscules particules de mica ; le vernis noir faiblement luisant, tacheté de brun clair à l’extérieur, est bien conservé sauf sur le bord externe de la lèvre qui présente des facettes de tournassage très régulières, et absent sur l’extérieur du fond où l’on peut remarquer des traces de coulure. L’intérieur porte un décor de cercles lissés et de guillochis assez soigné. La qualité de la pièce explique l’existence de deux dispositifs de réparation composés chacun d’une dépression rectangulaire dans laquelle sont creusés deux trous.

FIG. 47 – Amboise : la céramique importée ou de tradition méditerranéenne (voir description dans le texte) : 1 campanienne B, patère Lamboglia 5 ; 2‑10 sigillée italique ou lyonnaise ; 1112 vases à paroi fine ; 13‑15 assiettes ; 16‑19 cruches.

Céramique sigillée (fig. 47)

48Exceptionnelle dans le niveau 1 (aucun tesson n’a été isolé dans l’échantillon sélectionné), elle est rare dans le niveau 2 : quatorze tessons, soit moins de 1 % de la céramique.

49À part deux fragments attribuables à un atelier de la Gaule du Sud, tous les tessons sont italiques ou lyonnais. Les formes reconnues sont les suivantes :
– un bord de tasse Haltern 7/Goudineau 18 (no 2) ; service le ;
– deux bords d’assiette Haltern 2, dont l’un porte un décor guilloché (nos 3, 6) ; service II ;
– un bord de tasse Haltern 8/Goudineau 27 ou Ritterling 5 ? (no 5) ; service II ;
– un bord de tasse Haltern 11/Goudineau 32 (no 4) ; service III ;
– un fragment de tasse non identifiable appartient au service II.

  • 7 Voir Goudineau 1968 : 239 sq.

50Cinq fonds ont également été recueillis ; l’un appartient au stade ancien de cette céramique7 (no 8), trois autres sont attribuables au stade moyen, correspondant dans l’ensemble au service II (deux sont figurés : nos 9, 10), et un fond de tasse est peut‑être plus récent (no 7).

  • 8 Ainsi qu’à Tongres, Asperg, Nimègue, Neuss ; Schnurbein 1982 : 116.

51Deux signatures ont pu être relevées : cocus (no 10) et ateius (no 9). Le premier est un potier lyonnais signalé à Haltern8 ; le second, installé à Arezzo, a également officié à Lyon (Picon, Garmier 1974).

● Vases à paroi fine et imitations

52Comme les deux catégories précédentes, les vases à paroi fine sont très peu représentés : pratiquement insignifiants dans le niveau 1 (deux tessons), ils n’atteignent même pas 1 % du mobilier céramique dans le niveau 2 (dix‑huit tessons, auxquels il faut ajouter trois fragments métallescents).

53Les formes reconnues sont essentiellement des gobelets, dont on présente ici un exemplaire caractéristique ; l’allure de ce gobelet rappelle celle des gobelets d’aco mais il ne s’agit pas d’une production italique ou assimilée. Le décor de cordon incisé de guillochis et la pâte blanche s’apparentent de près à ceux de certains vases à parois fines de Châteaumeillant, dont J. Gourvest soupçonnait qu’ils proviennent de Lezoux (fig. 47, no 12 ; Gourvest 1971).

54Plusieurs vases de type Beuvray sont fabriqués en pâte claire (blanche ou ocre), peints en rouge à l’intérieur, engobés dans la partie supérieure de la surface externe et décorés de palmettes plus ou moins stylisées dans la partie inférieure (fig. 47, nos11, 15, 16). Les palmettes sont encore bien reconnaissables sur le no 16, comme sur les exemplaires recueillis dans la fosse 1 d’Argentomagus, mais ont complètement disparu sur le no 15, où seul le mouvement en zigzag de la roulette rappelle la disposition primitive. Ce dernier type de décor est présent dans les camps rhénans dès la fin de l’époque augustéenne (Loeschke 1909 : 283, fig. 43 ; Gose 1950, nos 342, 343) ; à Châteaumeillant, ils sont caractéristiques de l’époque Claude‑Néron, mais peuvent se rencontrer déjà dans des niveaux tibériens (Gourvest 1971).

● Céramique indigène

55Elle se classe dans les quatre catégories suivantes :
– la céramique grossière, à gros dégraissant, cuite en atmosphère réductrice‑oxydante, tournée ou non tournée ;
– la céramique fine, à dégraissant invisible ou très fin, tournée ; elle peut être cuite en mode réducteur‑oxydant, ou en mode totalement oxydant ou totalement réducteur ;
– la céramique semi‑fine, que l’on appellera commune, tournée, à dégraissant fin ou moyen hétérogène (présence d’inclusions de grosse taille) ; la facture en est moins sommaire que celle de la céramique grossière (lissage ou égalisation des surfaces) ;
– la Terra nigra, d’aspect variable, mais dont la pâte est toujours très fine et la surface presque toujours constellée de minuscules paillettes de mica : pâte gris très clair, à surface gris clair ; pâte grise à surface grise ; pâte blanche à surface grise.

56La représentation de ces quatre types de céramique évolue du niveau 1 au niveau 2 (fig. 48).

FIG. 48 – Amboise : représentation des catégories de céramique dans les niveaux 1 et 2.

Typologie

57– Vases à cuire (fig. 49, nos 1 à 5)
Ces vases en céramique grossière ou commune sont en général tournés, ou bien le col est terminé au tour et lissé. Le décor, très rare, est réduit le plus souvent à un peignage hâtif de la panse ; il consiste parfois en une ou deux lignes incisées, ou en une rangée d’incisions soulignant l’épaule du vase (fig. 49, no 3).

58– Vases à bord mouluré (fig. 49, nos 6 à 10 ; fig. 53, nos 1, 2)
On a regroupé sous cette étiquette les vases dont la lèvre est ornée d’une ou plusieurs moulures concentriques, mais les types concernés sont très divers. On trouve dans ce groupe des vases à bord horizontal ou oblique, portant une ou plusieurs moulures, à lèvre bien dégagée ou au contraire se détachant peu de la paroi ; des formes hautes et des formes basses, fabriquées en céramique grossière non tournée, ou en céramique tournée commune ou fine.

59Les formes basses et les vases en céramique fine sont totalement absents ou négligeables dans le niveau 1. On rencontre dans les deux niveaux des formes hautes à lèvre en bourrelet, peu moulurée et peu dégagée de la paroi (par exemple fig. 49, nos 8, 9 ; fig. 53, no 1), mais les formes hautes assimilables au type « Besançon » classique (vase en céramique grossière non tournée, à dégraissant micacé et décor incisé à l’épaule) sont largement majoritaires dans le niveau 1 (fig. 49, no 10).

FIG. 49 – Amboise ; céramique grossière du niveau 1 (cf. description dans le corpus).

FIG. 50 – Amboise : céramique fine du niveau 1, écuelles et assiettes (cf. description dans le corpus).

FIG. 51 – Amboise : céramique fine du niveau 1, bols et gobelets (cf. description dans le corpus).

60– Dolium (fig. 53, no 3)
Il est fabriqué en céramique grossière.

61– Vase‑balustre (fig. 52, no 13 ; fig. 54, nos 11, 12 ?)
Il s’agit d’une forme haute rare, dont on ne possède pas d’exemplaire entier, reconnaissable ici par le resserrement du pied à la base. Il est le plus souvent en céramique fine, et toujours lissé.

FIG. 52 – Amboise : céramique fine du niveau 1, formes hautes (cf. description dans le corpus).

FIG. 53 – Amboise : céramique grossière et commune du niveau 2 (cf. description dans le corpus).

FIG. 54 – Amboise : céramique fine du niveau 2 (cf. description dans le corpus).

62– Cruches (fig. 47, nos 16 à 19)
L’argile en est le plus souvent rose ou rouge, presque toujours fine, et la surface engobée de blanc ; quelques exemplaires sont cependant fabriqués en argile ocre ou orangée, sans engobe. Les lèvres sont généralement moulurées.
Les types de cruches figurés ici sont extrêmement répandus dans les gisements datés du règne d’Auguste (par exemple dans les camps du Rhin, de Neuss à Haltern).

63– Autres formes hautes (fig. 52, nos 1 à 8, 11, 12 ; fig. 54, no 9)
Sous cette appellation sont regroupées les variantes présentes à Amboise de formes hautes fermées en céramique fine ou semi‑fine. Elles comprennent des vases ovoïdes à ouverture assez large (fig. 52, nos 5, 6, 8) ou au contraire étroite (fig. 52, nos 1, 2), dotées d’une lèvre généralement peu épaisse, d’un décor simple réduit à quelques baguettes ou lignes horizontales lissées, d’un lissage et d’une finition soignés. Les fonds peuvent être plats (fig. 52, no 12) ou soulevés, avec une décoration de baguette ou de moulurations qui soulignent la base du vase (fig. 52, nos 10 et 11).

64– Écuelle à bord rentrant (fig. 49, nos 12, 13 ; fig. 50, nos 1 à 3, 14 ; fig. 53, nos 4, 5) Elle est peu abondante –à peine plus que l’écuelle carénée à profil en S–, et rarement décorée (bandes horizontales lissées sur céramique fine). La morphologie des exemplaires du niveau 2 se caractérise par une lèvre en bourrelet prononcé.

65– Écuelle carénée à profil en S (fig. 50, no 4 ; fig. 54, no 3)
Elles sont excessivement rares dans les deux niveaux. Les deux exemplaires issus du niveau 1, en céramique fine, sont encore assez proches des types classiques de La Tène finale, telle qu’on peut les voir à Levroux/Les Arènes. L’exemplaire du niveau supérieur, en céramique mi‑fine, est presque hémisphérique ; le bord très épaissi est mouluré (fig. 54, no 3).

66– Écuelle à bord éversé (fig. 49, nos 14 à 16 ; fig. 50, nos 8 à 13 ; fig. 51, no 1)
Cette forme, l’une des nombreuses variantes issues de l’écuelle carénée à profil en S, se caractérise par une lèvre éversée et une panse généralement carénée dans sa partie supérieure. Très abondante sur le site proche de Vernou‑sur‑Brenne, elle est la forme basse la mieux représentée dans le niveau 1 d’Amboise.

67– Autres types d’écuelle carénée (fig. 50, nos 15 à 18)
On a rassemblé dans cette rubrique des formes carénées dont le bord qui tend à la verticale et la panse s’articulent sèchement. Présentes exclusivement dans le niveau 1 en céramique fine, elles représentent un stade de transition vers l’assiette à bord droit caractéristique du niveau 2 (cf. infra, fig. 47, no 14).

68– Bol (fig. 51, no 1 ; fig. 54, nos 2, 4, 5)
Cette catégorie comprend des formes très ouvertes (diamètre presque toujours supérieur à la hauteur). Dans le niveau inférieur, elles sont soit munies d’un petit bord rond, soit dépourvues de lèvre (fig. 51, no 1) ; ce dernier exemplaire imite la forme Lamboglia 31 de la céramique campanienne.

  • 9 Boudet 1986, forme B2 présente à Mainxe, Pons...

69– Gobelets ou autres formes hautes ouvertes (fig. 51, nos 2 à 11 ; fig. 54, nos 6, 7) Il s’agit de vases ouverts, presque toujours plus hauts que larges, dont la panse est ornée de baguettes ou de lignes lissées concentriques. Ils appartiennent à deux groupes différents :
• formes carénées (fig. 51, nos 2, 4 ; fig. 55, no 7) : la version du niveau 1 trouve un écho dans une forme existant –en petit nombre– à Levroux/Les Arènes (Levroux 3 : 289, R629, forme 569 AE64) ; celle du niveau 2 est micacée comme un exemplaire très semblable de Levroux/Colline des Tours (Buchsenschutz et al. 1988 : 122, fig. 85, no 48) ;
• formes à panse droite, articulées directement ou presque directement sur le fond (ceci est une certitude, bien qu’aucun exemplaire complet n’ait été remonté). Ces formes sont proches des « vases‑bobines » si fréquents dans les gisements augustéens et postérieurs (Hatt 1949, pl. 7 no 15 ; Santrot 1979, forme 175) ; on peut certainement leur assimiler le no 6 de la fig. 54, issu du niveau supérieur ; les vases du niveau inférieur sont des formes intermédiaires, peut‑être des prototypes, qui rappellent (mais sans plus) certains vases de La Tène finale du pays charentais9.

70– Assiette à marli (fig. 50, nos 5, 19, 20 ?)
On peut la considérer, dans certaines de ses manifestations, comme un ultime avatar de l’écuelle carénée à profil en S ; toutefois quelques exemplaires (fig. 50, no 19), toujours fabriqués en céramique fine, paraissent avoir eu une origine différente ou été influencés par une autre source. La lèvre plate agrémentée d’une gorge sur sa périphérie renvoie en effet à des caractères d’origine méditerranéenne ; on pense en particulier aux formes Lamboglia 6 de céramique campanienne.
– Assiette à bord oblique (fig. 47, no 14)
Toujours fabriquées en céramique noire ou grise –voire en Terra nigra–, ces assiettes sont présentes exclusivement dans le niveau 2, dont elles constituent le groupe le plus important des formes basses ouvertes. Les prototypes sont méditerranéens –céramiques campanienne et sigillée. Ce sont des formes extrêmement répandues dans les gisements augustéens (par exemple, Santrot 1979, forme 58 ; à Lyon, Desbat et al. 1989, fig. 70, no 60).

71– Autres types d’assiette (fig. 47, nos 13 et 15)
Ces assiettes partagent les caractères techniques du groupe précédent. Du point de vue typologique, elles se caractérisent par une lèvre développée en bourrelet, soit en quart de rond (no 15), soit mouluré ; dans ce dernier cas (rare), elles imitent les formes de sigillée précoces du service I (no 13).

72– Autres formes basses (fig. 51, nos 12 à 14 ; fig. 52, no 9 ; fig. 54, no 8)
Ce groupe rassemble des formes fermées dont le diamètre excède presque toujours la hauteur. Il s’agit de vases presque hémisphériques, munis d’une lèvre éversée oblique et vraisemblablement d’un pied en couronne (fig. 52 no 9). Un équivalent exact à la forme no 8 de la fig. 54 est connu à Levroux/Colline des Tours (Levroux 1, pl. 112, no 8).

73– Mortier
Bien que la seule forme identifiable ait été comptabilisée dans le niveau 1 (il s’agit d’un mortier à bandeau), il en existe probablement dans le niveau 2, hors de notre échantillon. Cette forme est quoiqu’il en soit marginale.

74– Tripode
Deux fonds de tripode ont été identifiés. Seul le niveau 2, semble‑t‑il, livre ce type de vase.

75La distribution de ces types de vases (fig. 55) dans les deux niveaux fait apparaître des différences significatives. On peut ainsi constater la quasi‑absence des écuelles carénées et la moindre représentation des autres types d’écuelle dans le niveau 2 (c’est‑à‑dire des formes basses traditionnelles), tandis que ce dernier livre de nombreuses assiettes imitées de la vaisselle méditerranéenne (forme de campanienne Lamboglia 5/7, sigillée). Dans les formes hautes, on notera surtout la forte augmentation de la part des vases à bord mouluré et des cruches. Des modifications dans la fabrication sont également perceptibles : ainsi, les écuelles à bord rentrant en céramique fine sont inexistantes dans le niveau 1 (fig. 56), et les proportions de vases à bord mouluré en céramique fine et grossière s’inversent entre le niveau 1 et le niveau 2 (fig. 57).

FIG. 55 – Amboise : représentation des formes dans les niveaux 1 et 2.

FIG. 56 – Amboise : évolution des catégories de céramique pour les écuelles à bord rentrant.

FIG. 57 – Amboise : évolution des catégories de céramique pour les vases à bord mouluré.

Les décors

76La céramique d’Amboise est assez peu décorée, le plus souvent mécaniquement, c’est‑à‑dire au tour : cannelures et moulures, lignes concentriques lissées ou incisées (fig. 51, 52) sont les décors les plus répandus (fig. 58) ; on rencontre plus rarement le décor ondé au peigne, estampé à la molette (fig. 54, nos 13, 14), de type Beuvray (fig. 54, nos 15, 16), ou guilloché. La céramique peinte est peu fréquente et se limite à des bandes rouges et blanches (fig. 51, no 15). Un type de décor particulier pourrait s’apparenter à une signature : il s’agit d’une petite rosette estampée deux fois sur le col du même vase (fig. 51, no 3).

FIG. 58 – Amboise : représentation des traitements de surface et des décors dans les niveaux 1 et 2.

Autres secteurs

77Il sera question ici uniquement des récoltes monétaires gauloises, anciennes ou récentes, le reste du mobilier n’ayant fait l’objet d’aucune étude complète.

78Dépôt découvert lors de la surveillance de travaux de construction des lotissements rue A.‑Thierry

79Sept potins à la tête diabolique ; six bronzes frappés ou potins non identifiables.

80Secteur du vvf, fosse 1

81Un potin à la tête diabolique ; deux potins non identifiables ; un bronze romain émis vers 88 av. J.‑C. (Crawford 346/3).

82Secteur du vvf, fosse 2 (dépôt dans un vase)

83Huit potins à la tête diabolique des Turons.

84Découvertes anciennes

85Les types monétaires gaulois recueillis anciennement sur le sites sont mal connus. D. Nash (1978) en a dressé l’inventaire à la suite de A. Blanchet (1905) ; on renverra donc à ces ouvrages pour les détails, et on évoquera ici rapidement les principales séries :
– plusieurs statères et un quart de statère, dont un de type « British Q », frappé après la Conquête (cf. Villeneuve‑Saint‑Germain) ;
– deniers gaulois de la zone du denier (togirix), de la vallée du Rhône (durna‑ cos auscro), de Gaule Belgique (ateula ulatos)... ;
– un grand nombre de bronze frappés épigraphes ;
– une écrasante majorité de potins « au quadrupède » ou « au taureau » (potins turons ?), accompagnés de quelques autres types (turonos triccos, drucca...).

Aulnat (Puy‑de‑Dôme)

86Bibliographie : Hatt 1942 ; Périchon, Chopelin 1976 ; Périchon 1978 ; Collis 1980 ; 1983 ; Nash, Collis 1983 ; Mills 1983 ; Périchon 1983 ; 1985 ; Malacher, Collis 1992 ; Guichard et al. 1993 ; Giraud 1993.

87La découverte du site d’Aulnat représente une étape importante dans l’histoire de la recherche sur les sites d’habitat de La Tène finale. Il fut en effet le premier village ouvert dont le mobilier fut reconnu immédiatement antérieur à celui des oppida (Hatt 1942), ouvrant ainsi la voie à la définition d’un horizon ancien de La Tène finale. Localisé à la périphérie de Clermont‑Ferrand, en Grande Limagne, il s’étend sur une dizaine d’hectares, mais l’occupation semble se concentrer autour de plusieurs pôles d’importance inégale, assez distants les uns des autres.

88Après quelques explorations épisodiques, des fouilles systématiques ont été entreprises à Aulnat‑Gandaillat (ou La Grande Borne) depuis 1966 par R. Périchon, auquel devait s’adjoindre en 1973 une équipe anglaise menée par J. Collis. Dans les différents secteurs alors fouillés, la stratigraphie s’est révélée identique dans ses grandes lignes : sur le substrat, un niveau du Néolithique moyen ; puis plusieurs couches datées du Bronze et du Hallstatt ; enfin, des structures en creux (trous de poteaux, fosses, puits, fossés, voies de circulation), et par endroit des couches d’occupation datables de La Tène. La mise en évidence de ces structures s’est avérée très difficile, car la plupart n’apparaissent qu’après exposition à l’air libre.

89Les données sur le mobilier sont disparates et incomplètes. V. Guichard et d’autres chercheurs ont entrepris de rassembler les éléments recueillis sur le site, mais présenter un tableau complet de ces fouilles est pour l’instant prématuré. J. Collis a déjà esquissé la chronologie de la zone fouillée par son équipe, le chantier IV (1983).

90La vingtaine de monnaies découvertes dans le chantier IV ont été publiées à plusieurs reprises (Nash, Collis 1983 ; Malacher, Collis 1992 ; Guichard et al. 1993). Elles comprennent principalement des potins, dont la plupart « au long cou » (Nash, Collis 1983 : 58‑59, tabl. 1, nos 7 à 12). Les autres monnaies sont constituées uniquement de numéraires précieux : un quart de statère BN 5694 (1,89 g ; ibid. : 58‑59, tabl. 1, no 3) ; une obole de Marseille (0,22 g ; ibid. : 58‑59, tabl. 1, no 1) ; une monnaie à la croix, variante de LT X/BN 3464‑3467 (ibid. : 58‑59, tabl. 1, no 2) ; deux petites monnaies (dont une de 0,41 g ; obole ? ibid. : tabl. 1, no 4).

91La seule étude sur les amphores porte sur les chantiers I et III. Elles sont toutes italiques. La soixantaine de lèvres mesurables se partagent entre la classe 2 : hauteur comprise entre 35 et 45 mm (60 %) et les classes 1 : hauteur inférieure à 35 mm (39 %) et 3 : hauteur comprise entre 45 et 55 mm (5 %).

92La céramique campanienne de type A, qui n’a fait l’objet d’aucune étude d’ensemble, est sans conteste présente : J.‑J. Hatt en a publié quelques fragments (1942), parmi lesquels figurent en bonne place plusieurs bords de bol Lamboglia 27c, et J. Collis a présenté un bord de patère Lamboglia 36, Morel F 1310. V. Guichard nous a affirmé par ailleurs que certains fragments de céramique campanienne remonteraient au iiie s. av. J.‑C. (communication orale, novembre 1990).

93J. Collis a mentionné la présence de céramique à pâte claire et présenté un fragment de mortier (1983). De son côté, R. Périchon a publié (1978) un pichet en céramique grise ampuritaine.

94La céramique indigène est aussi encore en cours d’étude. R. Périchon a effectué certains calculs statistiques (1983 ; 1985) sur quelques zones‑test, qui font apparaître une nette prédominance de la céramique grossière, suivie par la céramique noire fine, sur toutes les autres catégories de céramique (importations comprises). Sur le plan typologique, certaines caractéristiques semblent constantes sur l’ensemble du gisement : une forte prédominance de l’écuelle à bord rentrant sur les autres formes de céramique indigène qui ne semble décorée que dans les phases récentes (lignes rayonnantes à l’intérieur des vases) ; la présence d’imitations de céramique campanienne reproduisant le plus souvent des formes de campanienne A : Lamboglia 31 ou 36 (le fond porte alors un décor estampé), mais parfois aussi de campanienne B (Lamboglia 5/7) ; celle, également, d’écuelles carénées à profil en S en céramique fine ou mi‑fine. Une forme typique du site est une écuelle à bord rentrant munie de deux anses, fabriquée en pâte grossière et décorée au peigne. Le décor peint –géométrique, floral ou zoomorphe– est attesté sur des formes hautes (pot, tonnelets...) et basse (écuelle carénée à piédestal).

Bâle (Suisse)

Usine à gaz et Colline de la Cathédrale

95Bibliographie : Major 1940 ; Furger‑Gunti, Kaenel 1976 ; Furger‑Gunti 1979 ; Furger‑Gunti 1980 ; Furger‑Gunti, Berger 1980 ; Berger, Furger‑Gunti 1981 ; Jud 1992 ; Jud, Spichtig 1994 ; Poux 1995 ; Geiser 1995.

96Les deux sites, espacés de 1,5 km, sont localisés sur la rive gauche du coude du Rhin, à proximité de la frontière française. Le gisement dit de l’Usine à gaz, découvert en 1911, couvre une surface d’environ 12 ha et compte plus de deux cents points de découverte de La Tène finale –fosses, trous de poteaux, puits, fours de potier, nécropole d’une centaine de tombes au nord du site (historique des fouilles jusqu’en 1990 dans Jud 1992). Le gisement de la Colline de la Cathédrale est installé sur un éperon, barré au sud par un rempart de type murus gallicus et par un fossé. La surface enclose couvre 4,5 ha. Les vestiges laténiens sont présents partout, mais la permanence de l’occupation (depuis l’installation d’un camp militaire romain en relation avec les camps du limes jusqu’à nos jours) fait qu’ils ne subsistent que sous la forme de lambeaux de couches. Une fouille à l’intérieur de la Cathédrale a toutefois permis de mettre en évidence une stratigraphie composée de deux couches celtiques (1, 2) et de deux couches romaines de l’époque augustéenne (3 inférieure et supérieure, 4).

Usine à gaz

97Les trente‑huit monnaies provenant des fouilles anciennes et les cinquante‑trois autres ultérieurement découvertes sont très majoritairement des potins de l’est de la France (potins à la grosse tête du type GT A principalement, et plus rarement des types B1 à 3, potins leuques). La douzaine de monnaies d’argent recueillie comprend des deniers gaulois kaletedv et qdoci sam f, des imitations d’obole de Marseille et des divisions de statère de Philippe à profil concave‑convexe (poids = 1/8 du statère). On compte aussi un statère fourré (4,70 g) bn 890/lt xxxvi (Furger‑Gunti, Kaenel 1976, no 38).

98Quatre‑vingt‑trois fibules, dont huit en fer, ont été découvertes dans les fouilles anciennes. Trois sont de schéma La Tène 2, dont un exemplaire du type de Môtschwil (Furger‑Gunti, Berger 1980, pl. 1, no 1) qui provient d’une sépulture ; deux autres fibules sont de schéma La Tène 2 à corde interne (ibid., pl. 1, nos 4, 5). La majorité des découvertes est constituée par le type de Nauheim (cinquante exemplaires), auquel on peut joindre sept fibules apparentées (fibules de Lauterach et d’Isonzo : ibid., pl. 3, nos 21‑27). Une quinzaine de fibules filiformes de schéma La Tène 3 se partagent entre les types à profil tendu, ressort à quatre spires et corde interne (Feugère 5b : sept exemplaires) et les types à ressort large (six spires au moins) et corde externe, en fer et en bronze (ibid., pl. 1 nos 7‑9 ; pl. 2, nos 10‑14). Les fouilles récentes ont livré plusieurs fibules de schéma La Tène 2 à ressort court ou long, en fer et en bronze.

99Les autres parures métalliques comprennent deux bracelets tubulaires en bronze portant un décor incisé (ibid., pl. 10, nos 201, 207) ; un bracelet à extrémités renflées, en bronze, proche de celui du rempart de Levroux (ibid., pl. 10, no 189) ; un bracelet à extrémités enroulées semblable à ceux des Alleuds et d’Étival‑Clairefontaine (ibid., pl. 10, no 198).

100Trente‑neuf bracelets et dix‑neuf perles ont été découverts dans les fouilles anciennes. Toutes les perles et cinq des bracelets ont été recueillis dans des tombes ; les deux catégories d’objets n’y sont jamais associées. Les bracelets sont en majorité à jonc lisse, des types Haevernick 2 (vingt‑cinq exemplaires : Furger‑Gunti, Berger 1980, pl. 8, nos 98‑ 122) et Haevernick 3 a et b (huit exemplaires : ibid., pl. 8, nos 89‑97) ; les autres pièces se partagent entre les types Haevernick 7 (trois exemplaires : ibid., pl. 8, nos 84‑86), 13 et 6 (un exemplaire de chaque : ibid., pl. 8, nos 87 et 88). Les fouilles récentes ont confirmé la prédominance des bracelets à jonc lisse de couleur pourpre ou bleue.

101Les perles appartiennent aux types Haevernick 21, 22 et 23 (Furger‑Gunti, Berger 1980, pl. 8, nos 139 à 156). On compte aussi deux perles à décor oculé spiralé (ibid., pl. 9, nos 136, 137), appartenant au groupe III.1.1 de M.‑A. Zepezauer (1989). Environ un millier de tessons d’amphores ont été recueillis dans les fouilles anciennes parmi lesquels cent quarante‑six lèvres. La quasi‑totalité des formes identifiables appartient à des amphores italiques de type Dressel 1 (mais il faut sans doute isoler quelques gréco‑italiques comme le montre une étude universitaire menée par M. Poux [1995] sur trois ensembles incluant les fouilles récentes). Toutes les hauteurs de lèvres sont inférieures à 5,5 cm de hauteur : sur cent trente‑sept mesurables, trente‑cinq (soit 25,5 %) mesurent moins de 3,5 cm, quatre‑vingt‑six (63 %) sont comprises entre 3,5 et 4,5 cm de hauteur, et seulement seize (11,5 %) dépassent 4,5 cm de hauteur. On peut présumer que la variante 1A est très majoritaire. Une seule amphore attribuable à la famille des amphores gauloises se démarque de cet ensemble.

102Quatre tessons dont l’un est un fragment de bord Lamboglia 36 sont fabriqués dans une argile rougeâtre et appartiennent probablement à la céramique campanienne A. Un tesson réalisé en argile grise (campanienne B ou C ou imitation ?) reproduit la forme Lamboglia 6.

103Deux cruches recueillies dans des tombes appartiennent très vraisemblablement à la céramique commune à pâte claire italique ou méridionale. Les formes sont proches de celles des vases recueillis dans les tombes préromaines de Nîmes (Py 1981 : 162‑163, fig. 73, no 6). Un bord de mortier est aussi à signaler.

104Les treize mille tessons étudiés par A. Furger‑Gunti et L. Berger n’ont pas donné lieu à une publication de synthèse, mais à un catalogue des formes. Sept grandes catégories typologiques ont été ainsi déterminées.

105– Les écuelles à bord rentrant (deux cent soixante et un individus) fabriquées soit en céramique grossière, généralement non tournée, soit en céramique fine tournée. Le décor, lorsqu’il existe, consiste presque toujours en lignes lissées concentriques, ondulées, croisées.
– Les écuelles carénées (S‑Schale : cent vingt individus), fabriquées en céramique fine. Les plus nombreuses sont à profil en S (type 3), suivies par le groupe des écuelles hémisphériques (type 5). Une cinquantaine d’entre elles sont peintes.
– Les vases à cuire (Kochtopf : trois cent vingt‑six individus), fabriqués en céramique grossière non tournée, cuite majoritairement en mode oxydo‑réducteur ou en mode réducteur primitif. La grande majorité porte un décor incisé à l’épaule, le plus souvent en grains de blé ou en lunules faites avec l’ongle ; trente‑deux exemplaires possèdent une lèvre moulurée.
– Les « pots » (Topf : cent quatre‑vingt‑quatre individus), fabriqués en céramique fine lissée, peinte ou peignée, cette dernière catégorie la plus nombreuse. Ces vases présentent assez souvent un ressaut, un renflement ou une ou plusieurs baguettes à l’épaule.
– Les bouteilles (Flasche : cent quarante‑cinq individus), fabriquées en céramique fine. Les deux tiers des vases classables appartiennent à deux types qui se caractérisent par une forme assez pansue parfois agrémentée, comme pour les pots, par un renflement de l’épaulement. La majorité des bouteilles sont peintes.
– Les tonnelets (Tonne : cent treize individus), fabriqués en céramique fine. La moitié d’entre eux sont peints, d’autres beaucoup plus rares sont moulurés ou portent un décor lissé.
– Les gobelets (Becher : cinquante‑neuf individus) fabriqués en céramique fine et en céramique grossière. Le type de loin le plus fréquent possède une panse conique moulurée ; un seul exemplaire est peint.

106Il faut noter au moins un vase dont le profil rappelle certains vases en céramique campanienne A : forme Lamboglia 27c, Morel F2825 par exemple.

Colline de la Cathédrale

107Trente‑sept monnaies, dont vingt‑trois identifiables, ont été découvertes dans les fouilles de 1974. Seuls des potins (séquano‑éduens) ont été découverts dans les niveaux les plus anciens (1 et 2). Les niveaux supérieurs associent potins, bronzes frappés (turonos cantorix, germanus indutilli l) et deniers gaulois. Un as de Nîmes du premier type provient du niveau 3 supérieur.

108Les trente fibules sont toutes en bronze. Les deux exemplaires recueillis dans le niveau 1 appartiennent au type de Nauheim (Furger‑Gunti 1979, fig. 36, nos 1, 2). Dans le niveau 2, ce type est associé à une fibule à coquille Feugère 7d (ibid., fig. 36, no 6), une fibule Almgren 65/Feugère 8b (ibid., fig. 36, no 5) et à une Kragenfibel Feugère 10a1 (ibid., fig. 36, no 11). Le niveau 3 supérieur voit apparaître le type à queue‑de‑paon, Feugère 16a2 (ibid., fig. 37, no 10), et le niveau 4 le type Almgren 241, Feugère 14a (ibid., fig. 37, nos 6, 8). Le type Feugère 14b et la Geschweifte Fibel sont attestés dans des découvertes extérieures à ces fouilles.

109Soixante‑deux formes identifiables d’amphores ont été décomptées par A. Furger‑Gunti. Vingt‑sept individus provenant des deux premiers niveaux ont été identifiés par A. Furger‑Gunti comme étant des Dressel 1 et des amphores léétaniennes. Il s’avère en définitive que ces dernières sont aussi des Dressel 1 (la pâte n’est pas originaire d’Espagne ; cf. les commentaires de Poux 1995). Parmi ces exemplaires, une demi‑douzaine sont susceptibles d’appartenir à des Dressel 1B. Le niveau 3 voit apparaître d’autres types : Haltern 69, 70, 71, Dressel 2/4.

110Dans les niveaux 2 et 3 inférieur, une céramique à pâte jaune à rougeâtre, enduit rouge brun faiblement luisant et peu solide, dont les formes renvoient à la typologie de la céramique campanienne (forme Lamboglia 1, patère), est une production tardive de « campanienne » (lyonnaise ?). Le niveau 3 inférieur a livré un fond de coupe ou de patère en campanienne B ou « C » : pâte grise, vernis gris foncé à reflets irisés verdâtres, de bonne qualité. Ces productions sont attestées dans d’autres points de l’oppidum.

111La céramique sigillée des fouilles de la Cathédrale appartient à trois productions différentes : italique (Fabrikat A), lyonnaise ? (Fabrikat B), helvétique (Fabrikat C). La quantité de céramique sigillée reste faible en proportion relative dans les couches de la Cathédrale (moins de 10 % du total de la céramique récoltée, amphores exclues). L’ensemble des découvertes de la Cathédrale a été étudié de façon complète par A. Furger‑Gunti (1979). La céramique sigillée apparaît dans le niveau 3 inférieur (une assiette du service IB, un bord de tasse du service IC, un fond signé l. tettius crito avec trois timbres radiaux) ; l’existence de formes précoces est attestée dans les niveaux 3 et 4.

112Totalement absents dans les couches 1 et 2 et négligeables dans le niveau 3 inférieur (un tesson), les vases à parois fines restent peu représentés dans les deux dernières couches (respectivement trente‑trois et trente tessons). Les types rencontrés dans le niveau 3 supérieur sont des vases cylindriques et des vases coniques dont au moins un gobelet d’aco ; un exemplaire est doté d’une lèvre concave. Deux tessons portent l’un un décor d’épines, l’autre un décor cordé. Le niveau 4 a livré des gobelets coniques dont au moins un gobelet d’aco, mais aussi des gobelets rainurés dits Rillenbecher et des formes basses. Il faut enfin ajouter deux tessons de balsamaire (niveaux 3 supérieur et 4).

113Une vingtaine de fragments de lampe ont été recueillis dans les niveaux 3 et 4. Les exemplaires identifiables semblent être du type à volutes ou des Vogelkopflampen. Un fragment, qui appartient à un type gréco‑hellénique plus ancien que les exemplaires mentionnés jusqu’à présent, a été découvert dans une fosse du narthex de la cathédrale (Furger‑Gunti 1979 : 33, fig. 18, no 27).

114La céramique commune claire de tradition méditerranéenne est représentée par des cruches, des mortiers et des plats à engobe interne rouge. Les couches 1 et 2 ont livré chacune un tesson de cruche ; elles deviennent plus abondantes dans les niveaux suivants. Les cruches à lèvre pendante moulurée sont présentes dès le niveau 3 inférieur. Les plats à engobe rouge interne sont très rares –trois tessons dans le niveau 3 supérieur, dont deux appartenant probablement à des imitations locales, et autant dans le niveau 4. Le mortier à lèvre en bandeau est attesté à partir du niveau 3 supérieur.

115Les formes céramiques du niveau 1 sont dans l’ensemble proches de celles du site de l’Usine à gaz (mais ce niveau n’a livré qu’une centaine de tessons) ; il en va de même dans le niveau 2, où l’on constate cependant une diminution de la proportion des écuelles à profil en S, tendance qui s’accentue dans les niveaux postérieurs. Les premières nouveautés typologiques surgissent dans le niveau 3 inférieur, avec l’apparition de l’assiette et de la Terra nigra locale, catégorie de céramique dans laquelle seront fabriqués ensuite des tonnelets et des bols carénés, parfois ondés au peigne.

Besançon (Doubs)

Vesontio

116Bibliographie : Guilhot, Goy 1992 ; Feugère 1992 ; Fischer 1992 ; Humbert 1992 ; Laubenheimer 1992 ; Morel 1992.

117L’oppidum de Vesontio occupe un site remarquable, dans une boucle du Doubs. Son occupation à l’époque gallo‑romaine est connue depuis longtemps, mais elle était presque complètement ignorée pour la fin de l’âge du Fer jusqu’au fouilles récentes du Parking de la Mairie (Guilhot, Goy 1992). Celles‑ci ont exploré 4000 m2 et plusieurs mètres de stratigraphie en bordure du fleuve. Les cinq premières phases chronologiques (sur les onze individualisées) ont pu bénéficier de datations dendrochronologiques. Les trois premières couvrent la fin du iie et le ier s. av. J.‑C.

118La phase 1 (120 à 40 av. J.‑C.) correspond à la construction et à l’occupation d’un groupe de onze maisons sur sablières basses, installées en bordure d’un fossé bordé d’une palissade. Les dendrodatations obtenues pour les maisons s’étalent de 124/120 av. J.‑C. à 52/51 av. J.‑C. Ces datations proviennent généralement des parois boisées des caves ou celliers accompagnant les maisons. Un remblai stérile (phase 2) sépare la première phase de la suivante, qui commence vers 30 av. J.‑C. Seule la phase 1 sera ici commentée ; on renverra à la publication pour les détails concernant les phases suivantes.

119La phase 1 couvre donc presque un siècle ; trois épisodes de construction ou de déplacement de l’habitat –dont le dernier se place au milieu du ier s.– ont pu cependant être observés dans cette phase. La combinaison des datations dendrochronologiques et de la stratigraphie a permis de proposer des subdivisions chronologiques de la phase 1 (phase 1a : 120/80 ; 1b : 80/60 ; 1c : 60/40). Les éléments qui fondent cette subdivision chronologique systématiquement sollicitée dans les études de mobiliers ne sont pas toutefois clairement argumentés, et l’extension de sa validité à d’autres structures que celles montrées en exemple par les fouilleurs (Guilhot, Goy 1992 : 63, fig. 23 et 24) est difficile à apprécier à partir des données publiées jusqu’à aujourd’hui. On lit ainsi que le premier état de construction (phase 1a) date au plus tôt de 124 av. J.‑C. ; que deux états de reconstruction lui succèdent (1b et 1c) ; et que « si le premier est difficile à cerner chronologiquement, en revanche le deuxième peut être attribué par la dendrochronologie au milieu du ier siècle av. J.‑C. » (Guilhot, Goy 1992 : 63). La datation de la phase 1b résulte donc, de toute évidence, d’une interpolation entre le début de la phase 1a et le début de la phase 1c (seuls datés par dendrochronologie) ; la durée inégale de la phase 1a (40 ans) et de la phase 1b (20 ans) semble due surtout à cette difficulté à cerner chronologiquement la phase 1b, qui a livré peu de mobilier, d’ailleurs identique à celui de la phase précédente. Cela signifie aussi que dans l’état actuel de la documentation, il est impossible de différencier efficacement à Besançon le mobilier des environs de 120 av. J.‑C. de celui de 80/60 av. J.‑C.

120Les parures (étudiées par M. Feugère) de la phase 1a comprennent neuf fibules dont trois exemplaires du type de Nauheim (Feugère 5a), une fibule filiforme de type Feugère 5c, une fibule en bronze de schéma La Tène 2 du type Feugère 1 b2 et un fragment en fer appartenant peut‑être à une fibule de La Tène C2, ainsi qu’une perle en ambre. Un fragment de bracelet en verre pourpre de type Haevernick 2 (série 37 de Gebhard) et deux fibules de Nauheim proviennent de la phase 1b ou c, et deux autres encore de la phase 1c. Parmi les autres découvertes qui ne sont pas localisées précisément dans la phase 1, on compte deux fibules de Nauheim (Feugère 5a), une fibule filiforme du type Feugère 5b1, une Kragenfibel (Feugère 10a2) et une fibule à charnière, ainsi qu’une perle en verre bleu et trois fragments de bracelet également en verre (type Haevernick 48 : bleu, et séries Gebhard 37 : pourpre et 38 : pourpre à zigzag en fil jaune).

121Vingt‑sept monnaies gauloises (étudiées par B. Fischer) ont été attribuées à la phase 1. Les potins, tous originaires de la Gaule du Centre‑Est –en particulier des exemplaires à la grosse tête –dominent le corpus (dix‑sept monnaies). Sept bronzes frappés dont seuls deux sont identifiés (il s’agit d’espèces légendées turonos cantorix) constituent le deuxième lot. Deux deniers de kaletedv et un potin non identifié complètent cet inventaire. Trois monnaies seulement sont plus précisément localisées dans la phase 1 : les deniers (l’un attribué à la phase 1a ou 1b, l’autre à la phase 1c) et un potin à la grosse tête (phase 1c).

122Le mobilier d’importation de la phase 1 consiste en céramique à vernis noir (étudiée par J.‑P. Morel) et en amphores (étudiées par F. Laubenheimer). À la phase 1a sont attribués sept vases en campanienne A, dont les formes Lamboglia 27c, Morel F 2825 et Lamboglia 31, Morel F 2952. La campanienne du cercle de la B apparaît dans la phase 1c, en même temps que des productions régionales (imitant la forme Lamboglia 31). Deux fragments de bol à relief hellénistique ont aussi été découverts mais non précisément localisés (phase 1 ou 2).

123Les vingt‑cinq amphores de la phase 1a sont toutes des Dressel 1 ; parmi les lèvres mesurables, une seule appartient à la classe 4 (hauteur supérieure à 55 mm) ; la plupart sont attribuables à la classe 2 (hauteur comprise entre 35 et 45 mm). Deux amphores ibériques (Haltern 71 et Pascual 1) apparaissent dans la phase 1c.

124La céramique a fait l’objet d’une étude partielle par S. Humbert sur les ensembles les mieux stratifiés. La céramique non tournée est minoritaire dès la phase 1a et sa part (environ 1/4 de la céramique) reste assez constante jusqu’à la phase 2. Les formes les plus fréquemment rencontrées sont des écuelles à bord rentrant ou à lèvre éversée, des bols carénés, des vases en céramique grossière micacée et à bord mouluré (type « Besançon »), des bouteilles en pâte fine claire, peintes ou non, dont la production est attestée sur le site. On trouve aussi, dès cette phase, des imitations de campanienne (Lamboglia 2, 31, 36).

125La céramique de la phase 1b ne se distingue en rien, de l’aveu même de S. Humbert, de celle de la phase précédente, mais le mobilier est peu abondant (Humbert 1992 : 230) ; il se modifie peu également dans la phase 1c, où l’on ne constate guère que des transformations mineures, comme la fréquence plus importante de vases à lèvre moulurée sans col. Les vrais changements interviennent dans la phase 3 (‑30/+1) avec par exemple le développement des formes d’origine méditerranéenne, mais ils restent, même à cette époque, relativement discrets.

Boviolles (Meuse)

Le Mont Châtel

126Bibliographie : Maxe‑Werly 1874‑75 ; 1877 ; Liénard 1884 : 36‑41 ; Blanchet 1905 ; Scheers 1977 ; Deyber 1981 ; Déroche 1983 ; Deyber 1984.

127Installé sur un plateau escarpé au confluent de la Barboure et de l’Ornain, le site est entièrement clos : l’isthme qui le rattache au plateau est barré par un rempart précédé d’une escarpe et d’un fossé, et les autres côtés sont défendus par des murs de lisière. Quatre accès possibles ont été repérés, dont une porte rentrante. La surface délimitée couvre une soixantaine d’hectares.

128La structure du rempart principal, fouillé à la fin du xixe s. par L. Maxe‑Werly et plus récemment par L. Déroché, n’est pas entièrement connue car le cœur n’en a pas été exploré. On sait néanmoins qu’elle se compose d’un murus gallicus, deux ou trois fois reconstruit ou réparé, installé sur un petit talus et recouvert d’un rempart en terre de type Fécamp.

129Les structures d’habitat sont encore plus mal connues. L. Maxe‑Werly a observé des structures excavées, des constructions en pierre sèche ; il existe sans doute aussi des niveaux d’occupation en place.

130À l’exception des monnaies étudiées par S. Scheers, le mobilier présenté ici, issu des fouilles anciennes, est inédit et se trouve conservé au MAN.

131Deux trésors monétaires ont été découverts au xixe s., en 1867 (Scheers 1977 : 876, no 16) et 1872 (Liénard 1884). Le premier se composait de trois statères leuques type Scheers nos 32‑33, d’une petite monnaie en electrum non identifiée, et de douze monnaies en bronze : deux bronzes frappés (matugiinos, Scheers no 137 et un autre non identifié), dix potins (sept Leuques, Scheers 186, deux LT 8351, Scheers 195, un LT 8329). Ces monnaies étaient associées à trente‑huit rouelles de bronze. Le second trésor est beaucoup moins bien connu ; il associait quelques monnaies en or à vingt‑deux monnaies consulaires de César et d’Auguste. Un troisième trésor, aujourd’hui dispersé, a été trouvé en 1955.

132L’inventaire de A. Blanchet et le travail effectué par S. Scheers permettent de donner un décompte approximatif de l’ensemble des découvertes anciennes, trésors ou découvertes isolées. Il compte presque une trentaine de statères, dont plus de la moitié appartiennent au type Scheers 32‑33, le reste se partageant entre les statères et quarts de statère du type à la tête janiforme (deux exemplaires appartiennent aux premières frappes), du type BN 9016 (poids élevé, émis avant la guerre des Gaules probablement à Boviolles ou dans les environs), et du type à l’œil des Trévires. Un nombre à peu près équivalent de monnaies d’argent comprend principalement des monnaies de la zone du denier : kaletedv essentiellement, ainsi que quelques togirix, sequanoiotuos, solima. La masse des découvertes est constituée des monnaies de bronze, et en premier lieu de plusieurs centaines de potins, dont la majorité du type bn 9044‑ 9153, Scheers 186. Les bronzes frappés sont moins nombreux ; le type le mieux représenté (au moins les trois quarts des découvertes) est le bn 9209‑9210, Scheers 137, à la légende matugiinos.

133Quinze fibules (treize identifiables) sont conservées (fig. 60) :
– quatre exemplaires du type à coquille (nos 1 à 4) dont un en fer (no 2), Feugère 7c et d ;
– deux Knotenfibeln, variantes du type Almgren 65 en bronze (nos 5, 6) ;
– une Kragenfibel (no 8) en bronze, Feugère 10a1 ;
– deux fibules à disque médian en bronze (nos 12, 13), Feugère 15 ;
– deux fibules du type Feugère 9b (nos 10, 11) en bronze ;
– une fibule pseudo‑La Tène 2 en fer (no 7), Feugère 3c ;
– une fibule à arc plat très coudé, en fer, Feugère 4a ? (no 9) ;
– deux exemplaires en bronze à corde interne en bronze, non identifiables.

FIG. 60 – Boviolles : fibules : 1‑4 fibules à coquille Feugère 7b et c ; 56 Knotenfibeln ; 7 fibule pseudo‑La Tène 2, Feugère 3c ; 8 Kragenfibel, Feugère 10a1 ; 9 fibule à arc plat coudé, Feugère 4a ? ; 1011 Feugère 9b ; 1213 fibules à disque médian en bronze, Feugère 15.

134Le site a livré quelques objets de parure du premier âge du Fer, de La Tène ancienne (bracelets, fibule a navicella) et de la période gallo‑romaine. On signalera seulement ici pour la fin de la période de La Tène un fragment de bracelet en verre violet de section triangulaire = type Haevernick 2, et une perle en verre marron.

135La céramique est très pauvrement représentée dans les collections du musée de Saint‑Germain (fig. 59) :
– un fond de patère en campanienne tardive du cercle de la B : pâte tendre, beige jaunâtre, contenant de petites inclusions ; vernis de couleur noir à brunâtre, tirant sur le rouge, très effacé à l’intérieur ; décor guilloché sur la face interne ; trou de réparation (no 1
– une lèvre d’amphore Dressel 1 (no 2) ;
– un bord de cruche en pâte claire à lèvre moulurée (no 4) ;
– une lèvre d’assiette en pâte grise kaolinitique à surface gris foncé (no 5) ;
– un bord de plat en céramique assez fine, portant un engobe rouge orangé à l’intérieur et sur la lèvre (no 3) ;
– la rareté des céramiques indigènes conservées interdit toute spéculation sur ce mobilier. Il existe des formes typiquement laténiennes : écuelle à bord rentrant, écuelle carénée, vase à lèvre moulurée et épaule incisée (nos 6‑9), mais aussi des formes gallo‑romaines : tripode (non figuré).

FIG. 59 – Boviolles : céramique : 1 céramique campanienne, fond de patère ; 2 amphore Dressel 1 ; 3 plat à engobe interne rouge ; 4 assiette à bord oblique en pâte grise ; 5 cruche en pâte claire à lèvre moulurée ; 67 vase à lèvre moulurée et épaule incisée ; 89 écuelles ; 10‑12 fonds.

Chambles (Loire)

Essalois

136Bibliographie : Delporte 1958 ; Preynat 1961 ; Périchon 1982 ; Preynat 1983a ; 1983b ; Vaginay et al. 1985‑1986.

137Placé sur la rive gauche de la Loire, à un point de rupture de charge important (distance minimale entre les vallées du Rhône et de la Loire), le site occupe l’extrémité d’un éperon protégé par des pentes abruptes. Fouillé au siècle dernier et plus récemment dans les années 1960‑1970, ce gisement reste cependant difficile à appréhender en l’absence de publications détaillées. Une fortification (murus gallicus ?), dont le tracé est hypothétique, enclôt une surface d’environ 20 ha. Les structures d’habitat comme l’étendue de l’occupation nous sont à peu près inconnues. Les fouilles récentes laissent supposer l’existence d’une stratigraphie avec une ou des couches d’occupation recouvertes par deux couches de cendres.

138Le mobilier recueilli au siècle dernier a presque totalement disparu, et celui des fouilles récentes n’est pas étudiable actuellement. Il existe quelques travaux ponctuels, notamment sur les objets conservés au musée de la Diana à Montbrison (Delporte 1958), qui sont peu nombreux. Les données sont donc extrêmement lacunaires. Les monnaies sont le mobilier le mieux connu à ce jour, grâce à une synthèse récente de J.‑P. Preynat (1983b) qui recense les découvertes anciennes et celles de ses propres fouilles jusqu’en 1979.

139Dans ces soixante‑dix‑huit monnaies, les potins sont majoritaires : au moins une cinquantaine, « à la grosse tête » (?). Des trois bronzes frappés identifiables, deux sont marseillais. Le monnayage d’argent est représenté par un denier à la légende kaletedv et une drachme fourrée de Marseille BN 1418.

140Douze bracelets en verre (six type Haevernick 2 ; cinq type Haevernick 3a ; un type Haevernick 3b) et dix perles (trois type Haevernick 21 ; une type Haevernick 22 ; une type Haevernick 23 ; deux type Haevernick 24 ; une type Haevernick 25 ; une type proche du précédent, avec des spirales en relief ; une petite perle à section assez arrondie, de couleur bleu clair ; un anneau à section « en haricot », de couleur bleu clair) sont conservés dans les collections de la Diana (Périchon 1982).

141Bien que l’abondance des amphores ait été notée dans la plupart des publications consacrées à ce site, on ne connaît presque rien de ce mobilier. H. Delporte a évoqué l’existence de deux amphores italiques déposées au musée de Montbrison (1958), et J.‑P. Preynat en a publié quelques profils (1961, pl. 89) sans échelle. Il s’agit de Dressel 1, mais il existe probablement aussi d’autres types (Pascual 1 ?).

142Au musée de la Diana, trois formes en campanienne B ont été recensées (Lamboglia 1, 2, et patère non identifiée : Delporte 1958).

143La sigillée est très rare sur le site, et semble provenir en réalité d’un petit établissement fortifié extérieur à l’enceinte. Deux tessons sont conservés au musée de la Diana, encore sont‑ils tardifs : la seule forme identifiable est un Drag. 37 de l’atelier de Lezoux fabriqué au iie s. ap. J.‑C.

144Le petit nombre de formes connues de la céramique indigène ne permet pas de faire une analyse poussée de ce mobilier. On notera l’existence de formes laténiennes classiques en Forez : écuelles à bord rentrant parfois à décor lissé, imitations de céramique campanienne A (Preynat 1961, fig. 17, no 6 : forme Lamboglia 36) et B (Preynat 1961, fig. 15 : forme Lamboglia 6 ; forme Lamboglia 1), bols ou coupes hémisphériques, formes hautes en céramique fine portant parfois un décor ondé au peigne ; il existe aussi des formes plus récentes : écuelles à lèvres moulurées (Preynat 1961, fig. 14), assiette à fond plat et à lèvre en quart de rond, pichet ansé du type Périchon 22 (Périchon et al. 1977, pl. 40, nos 2). La gamme des décors (Delporte 1958, fig. 6) est aussi typique de la région : décors incisés sur vases à cuire en céramique grossière, décors lissés, baguettes, fonds estampés sur imitations de campanienne (comparer par exemple avec Roanne : Bessou 1976, pl. 34, no 3), décor à la molette.

Châteaumeillant (Cher)

145Bibliographie : Gourvest, Hugoniot 1957 ; Hugoniot, Gourvest 1961 ; Hugoniot 1963 ; Cothenet 1963 ; Hugoniot 1965 ; Nash 1978 : 182‑184 ; 308.

146Installé sur un plateau aux confins des cités biturige, lémovice et arverne, le site se présente sous la forme d’un éperon barré protégé par un murus gallicus, ultérieurement recouvert par un talus en terre doublé d’un fossé à fond plat de type Fécamp. La surface délimitée couvre 18 ha.

147Les fouilles effectuées pendant les deux décennies 1950‑1960 ont porté sur les fortifications et sur l’intérieur de l’enceinte. Elles ont révélé l’existence de niveaux d’occupation stratifiés, mais qui ne semblent pas avoir été véritablement exploités par les fouilleurs. Par ailleurs, la disparition du principal inventeur, J. Gourvest, rend actuellement difficile l’accès au mobilier issu de ces fouilles. Il n’a pas été possible, dans ces conditions, de reprendre les résultats publiés par J. Gourvest et H. Hugoniot.

148Une importante occupation gallo‑romaine est attestée sur le site et à l’extérieur de celui‑ci, pendant tout le Haut‑Empire. Les vestiges laténiens ont été principalement signalés dans trois secteurs du site.

Le Jardin Gallerand

149Exploré en 1956‑57 et 1962, il a livré plusieurs fosses contenant des amphores généralement entières (« caves à amphores ») ; elles recoupent un niveau d’occupation et sont elles‑mêmes scellées par des couches plus récentes. Des traces de construction en torchis ont également été relevées. Le mobilier recueilli consiste en amphores, céramique et monnaies.

Le terrain Petitjean

150Il s’agit d’une fouille effectuée à partir de 1958, qui a entamé la moitié interne de la fortification et révélé l’existence d’un murus gallicus surmonté d’un talus de type Fécamp. Un petit niveau d’occupation contemporain de l’utilisation du rempart belge a pu être mis en évidence au pied de la fortification, ainsi qu’une fosse dont J. Gourvest pensait, à l’origine, qu’elle était antérieure à la construction du murus gallicus. Les propos qu’il nous avaient tenus lors d’une visite au musée de Châteaumeillant (1981) semblent indiquer qu’il était revenu sur cette interprétation, la fosse lui semblant plutôt en relation avec le rempart postérieur. La question importe en soi assez peu, mais la découverte d’une fibule de Nauheim dans cette fosse avait contribué, à cette époque, à remettre en question la datation de ce type d’objet. Quelques céramiques provenant du murus gallicus ont été publiées.

La place du Chapitre

151L’intérêt de ce secteur est de présenter deux niveaux d’occupation nettement séparés et antérieurs, selon J. Gourvest, à l’époque augustéenne. De cette fouille seule nous ne connaissons qu’un peu de céramique provenant du « bord d’une fosse ».

152J. Gourvest et E. Hugoniot ont rapproché les découvertes du Chapitre de celles de la cave à amphores du jardin Gallerand, et celles du centre de ce même jardin avec celles du murus gallicus. Ces deux ensembles ont été présentés comme caractéristiques des deux périodes « gauloises » de Châteaumeillant, qui avaient pu être observées en stratigraphie sur la place du Chapitre. Le premier serait le plus ancien selon les deux fouilleurs.

153Les cinquante et une monnaies connues proviennent d’une seule et même fouille, celle du jardin Gallerand en 1962. Elles comprennent un denier romain de la gens Claudia (38 av. J.‑C.) et un denier romain d’Auguste postérieur à 27 av. J.‑C., issus du niveau scellant la cave à amphores. Les quarante‑huit autres ont été découvertes ensemble, dans un contexte remanié pré‑augustéen ou augustéen et sont toutes, à l’exception d’un bronze frappé, des potins bituriges au swastika ou à la tête casquée. Par ailleurs, D. Nash a relevé la présence de deux oboles de Marseille (Nash 1978 : 184).

154Environ trois cents amphores auraient été recueillies sur ce site depuis le xixe s. Les deux « caves » du jardin Gallerand en contenaient au minimum une trentaine chacune, appartenant exclusivement au type Dressel 1A (hauteur comprise entre 90 et 99 cm). Ce sont très certainement aussi des amphores du même type qui figurent dans la fosse du Chapitre, avec des lèvres inférieures à 5 cm de hauteur. Deux marques ont été notées : lsex et ar (Hugoniot, Gourvest 1961). Les découvertes anciennes, ainsi que celles d’une fouille plus récente (1965) prouvent cependant la présence d’amphores gréco‑italiques en nombre relativement important. Un des exemplaires anciennement recueillis en est bien représentatif : avec une hauteur totale de 80 cm, un diamètre maximum de 34 cm, cette amphore appartient à la forme d de E.L. Will (1982), et serait datable de la première moitié et du milieu du iie s. av. J.‑C. (Empereur, Hesnard, 1987 : 29).

155Le musée de Châteaumeillant conserve, dans la vitrine consacrée à la trouvaille du Chapitre, quatre tessons de céramique campanienne que je n’ai pas pu examiner. Le même site a livré en tout cas une imitation de bol en céramique campanienne A Lamboglia 31, Morel F 2615e1. Par ailleurs E. Hugoniot signale la présence d’un « bol campanien A » dans le remplissage remanié de la seconde fosse à amphores du jardin Gallerand (Hugoniot 1963 : 176).

156Aucune exploitation statistique ni inventaire n’existe sur le mobilier céramique. Dans les notices publiées par J. Gourvest et E. Hugoniot, on reconnaît des écuelles à bord rentrant décorées au lissoir (cave à amphore du jardin Gallerand‑1956, fosse de la place du Chapitre, intérieur du (murus gallicus) ; des écuelles carénées à profil en S (murus gallicus) ou à col subvertical, décorées de baguettes (deux exemplaires presque identiques, en pâte ocre beige lissée, proviennent l’un de la place du Chapitre, l’autre de la cave à amphores du jardin Gallerand découverte en 1956, un autre a été recueilli dans le niveau d’occupation contemporain du rempart belge) ; des vases à cuire en céramique grossière (murus gallicus, fosse de la place du Chapitre) ; des formes hautes à décor lissé en céramique fine noire (centre du jardin Gallerand), en céramique fine décorées de moulures horizontales (cave à amphores de 1956, jardin Gallerand) ; des dolia (fosse de la place du Chapitre ; fosse au pied du rempart et niveau d’occupation contemporain du rempart belge). Au musée de Châteaumeillant, j’ai pu noter la présence d’une écuelle à bord mouluré dans le niveau d’occupation contemporain du rempart belge, et de céramique peinte sous le murus gallicus (tessons peints en blanc) et dans la fosse au pied du rempart (fond peint en rouge).

Condé‑sur‑Suippe/Variscourt (Aisne)

Le Vieux Reims

157Bibliographie : Constantin, Ilett‑Fleury 1982 ; Hénon 1991 ; Guichard et al. 1993 ; Hénon 1995.

158Installé au confluent de l’Aisne et de la Suippe, le site est une enceinte quadrangulaire couvrant environ 150 ha. Plus de la moitié de la surface a été détruite par des sablières et par les installations d’une sucrerie. La progression de ces différentes destructions a provoqué depuis 1976 plusieurs fouilles de sauvetage conduites par C. Constantin et B. Ilett‑Fleury, J.‑L. Massy, et P. Pion. La surface fouillée couvre actuellement entre 4 et 5 ha.

159La fortification, composée d’un rempart et d’un fossé, n’a pas été explorée. Les niveaux d’occupation sont à peu près inexistants. Les structures d’habitat sont comparables à celles de Villeneuve‑Saint‑Germain : bâtiments sur poteaux ou tranchées de fondation, structures excavées (puits, silos, fosses...). Les grands décapages ont montré, comme à Villeneuve‑Saint‑Germain, que les unités d’habitation s’alignent selon des orientations précises qui supposent un schéma concerté d’organisation de l’espace.

160La publication du mobilier par P. Pion est en cours (thèse de doctorat) ; un inventaire sommaire des monnaies et des fibules est déjà disponible (Guichard et al. 1993), l’étude des amphores a été effectuée par B. Hénon.

161À l’exception d’un statère Scheers 30 cl. 1, d’un quart de statère Scheers 53 et d’un bronze frappé Scheers 24, les monnaies récoltées sont des potins, en grande majorité du type Scheers 191 LT XXXII/BN 8124.

162Sur les quatre‑vingt‑quatorze fibules recueillies, presque la moitié (quarante) sont des fibules de Nauheim, suivies par des fibules filiformes à arc tendu ressort à quatre spires et corde interne (vingt‑cinq) ; le reste est constitué par des fibules de schéma La Tène 2 à corde interne (treize) et externe (neuf), d’autres types de fibules filiformes (six), et un seul exemplaire du type Almgren 65.

163Les amphores (cinquante‑sept individus) recueillies dans les fouilles de 1987‑1988 sont toutes des Dressel 1, à l’exception d’une petite lèvre en bourrelet à pâte très fine beige clair légèrement rosée, qui appartient à la famille des Dressel 2/4 (origine italique ou orientale ?). Les lèvres mesurables de Dressel 1 sont en grande majorité inférieures à 5,5 cm de hauteur (six exemplaires < 3,5 cm ; trente et un exemplaires entre 3,5 cm et 4,5 cm ; onze exemplaires entre 4,5 cm et 5,5 cm ; cinq exemplaires ≥ 5,5 cm).

164J’ai pu disposer, grâce à P. Pion, et je l’en remercie vivement, d’un inventaire des objets en verre recueillis au cours des fouilles de 1987‑1988 ; ce sont exclusivement des perles (deux exemplaires du type Haevernick 19, un exemplaire de chacun des types suivants : Haevernick 21, Haevernick 23, type Haevernick 24, perle en tonneau à décor oculé ; on compte aussi un éclat de verre pourpre translucide). D’autres objets en verre provenant du site sont conservés au musée de Soissons : un bracelet à section triangulaire de couleur pourpre (type Haevernick 2), un bracelet de section semi‑circulaire de couleur pourpre (type Haevernick 23), et un anneau de section triangulaire de couleur jaune translucide.

165On notera aussi la présence de deux fragments de lignite, l’un issu des fouilles, l’autre conservé au musée.

166L’étude de la céramique est l’un des aspects majeurs de l’important travail de thèse récemment soutenu de P. Pion. Il est donc inutile d’anticiper sur ses conclusions, qui s’inscrivent de surcroît dans une perspective régionale.

Essey‑lès‑Nancy (Meurthe‑et‑Moselle)

La Butte Sainte‑Geneviève

167Bibliographie : Barthélémy 1892 ; Beaupré 1910 ; Goaziou 1972 ; Scheers 1977 : 615, 721 ; Deyber 1981.

168Le site est installé sur un promontoire qui domine la vallée de la Meurthe, au nord‑est de Nancy. L’accès est défendu par un rempart précédé d’un fossé à fond plat, et des traces de fortifications existent sur les autres côtés de l’enceinte ; une entrée à refend existerait au sud‑est. L’espace fortifié couvre une vingtaine d’hectares (fig. 61).

FIG. 61 Essey‑lès‑Nancy. Plan.

169L’essentiel des connaissances sur le site est dû aux travaux effectués avant la Première Guerre mondiale : une coupe dans le rempart, et la fouille d’une trentaine de structures à l’intérieur de l’enceinte. Dans les années trente, des fouilles épisodiques ont mis au jour une quarantaine d’autres structures (travaux inédits de G. Poirot et P. Dubuisson).

170Le rempart principal est constitué d’un noyau calciné recouvert de terre et de pierres. À l’intérieur de l’enceinte, les structures les mieux conservées sont celles qui sont excavées : « habitats » avec sol empierré ou en terre battue, poteaux aux angles, parfois escalier et foyer ; structures de stockage (qui ont livré des grains carbonisés) ; fosses‑dépotoirs. La stratigraphie des structures d’habitats laisse penser qu’il existe deux ou trois périodes d’occupation.

171Le mobilier des fouilles anciennes, conservé au Musée lorrain à Nancy, et quelques documents réunis par A. Deyber (que je remercie vivement ici) sur les fouilles effectuées pendant les années trente, permettent de cerner relativement bien certaines catégories de mobilier recueillies sur le site. Mis à part quelques témoins de la fréquentation du gisement au Néolithique (silex taillés et hache polie) et à La Tène ancienne (bracelet à tampon, fibule), l’essentiel de l’occupation est attribuable à La Tène finale.

Monnaies

172La plupart (quarante‑six sur quarante‑neuf) proviennent d’un seul dépôt découvert dans un puits en 1909 ; elles y étaient associées à cinq fibules, trente‑neuf rouelles et un bracelet de verre. Les types monétaires représentés dans ce trésor sont les suivants :
– trois monnaies d’argent de la zone du denier à légendes solima (un exemplaire), kaletedv (deux exemplaires ?) ;
– cinq bronzes frappés médiomatriques BN 8978‑8984 = 5 141 ;
– trente‑trois potins leuques BN 9044‑9153 = 5 186 ;
– un potin lingon BN 8329 ;
– quatre monnaies indéterminées : une en argent, une en bronze et deux potins. Quelques découvertes ont été faites dans d’autres structures : deux potins leuques, une monnaie de bronze frappée ou coulée.

Fibules (fig. 62)

173Au moins dix‑huit fibules ont été inventoriées. Les sources utilisées pour cet inventaire sont le travail de E. Goaziou (1972) sur le mobilier métallique conservé au Musée lorrain, une visite à ce musée et quatre documents photographiques de H. Liéger obtenus par l’entremise de A. Deyber.

174– Fibules de schéma La Tène 2 : selon de Beaupré (1910), le puits 5 aurait livré cinq exemplaires de « fibules baguées de La Tène 2 ». La planche I jointe à la publication, qui est une photo d’ensemble du mobilier, montre toutefois qu’au moins une de ces fibules appartient à un type de La Tène D1/D2 (Knotenfibel) ; on ne peut être sûr par conséquent de cette identification. Il existe en revanche, au Musée lorrain, un ressort de fibule comptant six spires à corde externe qui a pu appartenir à une fibule de schéma La Tène 2.
– Un exemplaire en bronze du type de Nauheim (non figuré) : Goaziou no 340.
– Deux fibules à arc très coudé au‑dessus du ressort à corde externe ; porte‑ardillon plein ; en bronze : (nos 2, 3) : Goaziou no 349.
– Deux Knotenfibeln en bronze (nos 4, 5) : Goaziou nos 343, 348.
– Deux Kragenfibeln (nos 7, 10) : Goaziou no 344.
– Un exemplaire en bronze, type intermédiaire entre la Kragenfibel et la Knotenfibel (no 6).
– Plusieurs Almgren 241 = Feugère 14a (nos 8, 9). Trois autres fibules sont rapportables également à ce type ou au type Feugère 9b (non figurées) : Goaziou nos 342, 339, 341, 347.
– Fibule en bronze, corps épais de section losangique, ressort à corde interne, porte‑ardillon plein (no 1), qui semble appartenir à un type proche de Feugère 6c ; les productions méridionales sont datées de la fin du ier s. av. J.‑C. et surtout du ier s. ap. J.‑C.
– Fibule en fer filiforme, ressort à 4 spires, corde interne : un exemplaire (non figurée) : Goaziou no 337.
– Grande fibule en fer à arc plat, ressort incomplet (présence possible d’une corde externe et d’une griffe ?), porte‑ardillon triangulaire : Goaziou no 336.
– Fragment de fibule en bronze.

FIG. 62 – Essey‑lès‑Nancy : fibules : 1 fibule proche du type Feugère 6c ; 23 fibules à arc coudé ; 4‑6 Knotenfibeln ; 710 Kragenfibeln, Feugère 10a1 ; 89 Almgren 241, Feugère 14a.

Verre

175J. de Beaupré a mentionné, dans la trouvaille du puits 5, un bracelet en verre bleu plat à l’intérieur et rond à l’extérieur. Il s’agit certainement d’un bracelet du type Haevernick 3.

176Au Musée lorrain sont conservées trois perles :
– deux petites perles respectivement bleu violet et jaune translucide (type Haevernick 21 ?) ;
– un fragment de perle bleu foncé, à décor oculé spiralé dans la masse.

Amphores

177Les fouilleurs n’ont jamais signalé de très abondantes découvertes d’amphores. Le seul spécimen connu est une amphore complète du type Dressel 1B conservée au Musée lorrain, portant sur la lèvre la marque tev.

Céramique

178Elle est difficilement étudiable, car peu de choses ont été conservées. La céramique exposée au Musée lorrain est de facture grossière, les formes représentées –un vase et quelques écuelles– n’apportent guère d’élément chronologique intéressant. Quelques profils notés par G. Poirot démontrent l’existence, à côté de formes laténiennes classiques –écuelles à bord rentrant, bouteille à décor lissé, vases‑tonnelets–, de formes plus « évoluées » : assiette, vases à lèvre moulurée en bourrelet.

Étival‑Clairefontaine (Vosges)

La Pierre d’Appel

179Bibliographie : Deyber 1981 ; 1984 ; Deyber et al. 1984 ; Dalaut, Deyber 1988.

180Au contact du plateau lorrain et de la montagne vosgienne, à l’emplacement d’un des passages transvosgiens les plus importants, le site d’Étival est installé sur un éperon barré par une fortification qui délimite une surface d’environ 2,5 ha.

181Le rempart, observé dans deux coupes, a été édifié en trois étapes. La première, qui fait intervenir le bois et la terre, a livré deux datations au 14C : 250 et 170 ± 100 av. J.‑C. Les deux étapes suivantes voient l’érection d’un rempart en pierre, couronné comme le précédent d’une palissade en bois. Deux réaménagements du système défensif ont été effectués en pleine époque gallo‑romaine.

182Quatre niveaux d’occupation ont été mis en relation avec la stratigraphie du rempart, ainsi que trente‑sept structures d’habitat : fosses, trous de poteaux, sablières de fondation, soubassements en pierre sèche, foyers. Quelques sépultures à incinération ont également été découvertes près des habitats et sous le rempart. L’activité métallurgique, depuis les différentes phases de transformation du minerai de fer jusqu’à la production de lingots (?) semble avoir été prédominante sur le site.

183Le mobilier a été plusieurs fois décrit dans les publications. A. Deyber m’a en outre largement ouvert toute sa documentation, en particulier les archives de ses comptages de céramique. Qu’il soit remercié encore une fois pour sa patience et son aide inconditionnelle.

184Quatorze monnaies ont été découvertes en stratigraphie ; le niveau le plus ancien (niveau IV) a livré un potin leuque au sanglier (BN 9044‑9153, Scheers 186) ; le même type est associé dans le niveau suivant (III) à deux deniers du Centre‑Est dont un légendé kaletedv, puis dans le niveau postérieur (II) à un denier et à trois bronzes frappés. Le dernier niveau a livré une monnaie romaine de Marc‑Aurèle.

185Parmi les dix‑sept fibules recueillies, les fibules de Nauheim sont les plus fréquentes ; elles sont les seules présentes dans le niveau le III (cinq exemplaires), et sont associées (trois exemplaires) à des fibules de schéma La Tène 2 en fer (deux exemplaires) dans le niveau II. L’une de ces dernières possède un pied rattaché très haut sur l’arc, vers le ressort, ce qui a déterminé l’attribution par A. Deyber de cet exemplaire à la fibule du type Beltz variante J. Toutefois le mauvais état de l’objet, sa fragmentation (qui interdisent la restitution de la silhouette cambrée très typique de cette fibule), rendent hypothétique cette identification. Cette fibule provient d’une sépulture à incinération.

186Dix‑huit perles en verre et trois en lignite sont comptabilisées. Il s’agit principalement pour les premières des types Haevernick 23, 24, 25, présentes dans niveaux III à I, mais on rencontre aussi des bracelets Haevernick 2 et 3. Une petite perle moulée porte en relief un décor de deux moulures circulaires, bleu, décor blanc. Ces perles appartiennent à la même famille que celles de Levroux, ou d’Épiais‑Rhus (Lardy et al. 1987, fig. 2, no 26).

187On notera la présence d’un bracelet en bronze à double attache en spirale, semblable à ceux des Alleuds et de Bâle/Usine à gaz. Ce bracelet était associé à une fibule de schéma La Tène 2 dans une sépulture du niveau II.

188Les fouilles ont livré quatre tessons de campanienne (campanienne A : un bord de coupe Lamboglia 36 ; campanienne « B » : 1 forme Lamboglia 1, un bord de patère Lamboglia 5), et seulement les restes de deux amphores vinaires italiques de type Dressel 1. Une cruche en céramique commune claire rappelle les cruches de Bâle/Usine à gaz (Furger‑Gunti, Berger 1980, pl. 19, nos 440‑441) et trouve des équivalents typologiques proches à Nîmes (Py 1981 : 162‑163, fig. 73, no 6). La forme représentée provient du niveau II, les autres niveaux n’ayant livré que des morceaux d’anses dont on ne sait pas s’ils appartiennent à cette production.

189Des comptages de la céramique (dont j’ai pu consulter les archives) et une classification typologique ont été effectués sur la base des récoltes de 1974, 1975 et 1978 par l’équipe de A. Deyber, et particulièrement par M. Dalaut dans le cadre de son mémoire de maîtrise (1982). Ils ont porté sur 1345 tessons parmi lesquels ont été isolés 605 formes et 187 décors.

190La céramique fine est largement majoritaire dans les trois niveaux (plus de 65 %), le pourcentage de céramique non tournée reste stable, entre 30 et 35 %, La céramique grossière, toutefois, diminue dès le niveau II au profit de la céramique « moyenne » (elle passe de 18 à 5 %), et la qualité du tournage marque une régression dans le niveau I. La cuisson, en revanche, bénéficie d’une progression constante, puisque la couleur de la pâte est de plus en plus uniforme (39 % de tessons unicolores dans le niveau III, 71 % dans le niveau I).

191Les écuelles à bord rentrant ou faiblement rentrant sont la forme la plus répandue (entre un tiers et près de la moitié des formes, plus de 70 % des formes basses). Elles sont fabriquées majoritairement en céramique commune et fine, cette dernière fabrication augmentant régulièrement. L’évolution typologique de cette forme n’est pas très sensible : on constate certaines modifications relativement mineures, comme l’apparition de lèvres en bourrelet ou très prononcées.

192Les coupes ou écuelles carénées représentent 20 % des formes basses dans le niveau III (11 % du total), mais diminuent régulièrement dans les deux niveaux suivants (respectivement 7 et 5 %). Elles sont fabriquées presque exclusivement en céramique fine. Les deux types dominants sont des écuelles à épaulement assez vif (comparer avec Condé‑sur‑Suippe) ou à panse hémisphérique, avec un col mouluré. Parmi les formes basses restantes figurent des « assiettes » à large fond plat (comparer avec Bâle/Usine à gaz : Furger‑Gunti, Berger 1980, pl., 19 nos 430‑431) ; elles restent peu abondantes dans tous les niveaux (moins de 4 % des formes). Quelques exemplaires des niveaux III et II ont pu être influencés par des prototypes campaniens (Lamboglia 5/7 ?)

193Les vases à cuire sont la forme haute la plus fréquente dans les niveaux III et II (23 % du total des formes dans les deux niveaux). Une assez forte proportion de ces vases est fabriquée en céramique fine (plus de 40 %), voire la quasi‑totalité d’entre eux pour le niveau I, ce qui ne manque pas d’étonner ; il se peut qu’un certain nombre de formes aient été classées dans cette catégorie plutôt que dans celle des « pots » sur des arguments purement morphologiques. La lèvre, parfois moulurée, tend à se ramasser en bourrelet dans les niveaux II et I. Au moins la moitié d’entre eux portent un décor à l’épaule. Les dolia n’apparaissent que dans les niveaux I et II et ne représentent pas plus de 3 % des formes.

194Les pots sont fabriqués principalement en céramique fine et commune, et atteignent 7 à 13 % des vases selon les niveaux. Le type le plus représenté dans les niveaux III et II est un vase à petite encolure verticale, souvent décoré à l’épaule (comparer avec Bâle/Usine à gaz, type de vase à cuire no 4 : Furger‑Gunti, Berger 1980 : 162, pl. 41, nos 993‑994).

195Les bouteilles sont très majoritairement fabriquées en céramique fine. Leur proportion augmente régulièrement du niveau III (6 %) au niveau I (17 %). Aucune forme complète n’a été remontée. Comme pour les formes précédentes, on constate une évolution de la lèvre fine ou peu renflée dans les niveaux III et II à la lèvre en bourrelet au niveau I. Elles sont décorées de lignes horizontales ou ondées, ou peintes.

196Les tonneaux sont exclusivement fabriqués en céramique fine. Presque totalement absents du niveau I, ils représentent 3 % des formes du niveau III et 10 % des formes du niveau II. La forme la plus représentée est un vase plutôt élancé, sans lèvre ou presque, souvent peint.

197Les décors représentés sont en majorité des décors incisés ou estampés sur la céramique grossière et commune, soit sous forme de ponctuations diverses, soit sous forme de traits horizontaux, verticaux, obliques, croisés. Les décors peignés et ondés au peigne augmentent régulièrement du niveau III au niveau I, de même que les décors à la molette, lesquels semblent limités, dans le niveau III, à des motifs simples, proches des décors incisés ou estampés. Le décor oculé ne se rencontre que dans le niveau I ; inversement, les décors lissés ne se rencontrent quasiment que dans le niveau III. Le décor peint (qui consiste principalement en bandes rouges et blanches) augmente dans le niveau II pour diminuer dans le niveau I. Les cannelures horizontales, les moulures n’évoluent pas de manière significative.

Feurs (Loire)

198Bibliographie : Vaginay, Guichard 1988.

199La découverte d’un gisement gaulois, jusqu’alors ignoré, lors de fouilles de sauvetage effectuées entre 1978 et 1981, est une étape importante pour la connaissance des mobiliers de La Tène finale en France. Il provient, à Feurs, de structures fossoyées dont les relations stratigraphiques sont rares ou absentes. De ce fait, les auteurs de la publication ont construit une sériation du mobilier céramique par analyse factorielle qui leur a permis de définir quatre phases chronologiques successives, mises ensuite en correspondance avec les périodes définies par M. Bessou à Roanne. Seul le mobilier des trois premières phases est rapidement présenté ici. Pour la céramique, on renverra à la publication.

200La phase 1 de Feurs a livré le mobilier suivant : un quart de statère de Chenôves (1,34 g) et un bronze frappé illisible ; quatre fragments de fibule de schéma La Tène 2, à six spires ou plus ; deux tessons de campanienne A (Morel F 2825, F 2234) ; trois tessons d’amphore italique.

201La phase 2 a livré deux oboles ou imitations d’obole de Marseille plus une illisible, trois bronzes frappés et un potin illisibles ; six fibules de schéma La Tène 2 à ressort court (six spires au plus), une fibule à tête couvrante ; de la campanienne A exclusivement (Morel F 2525, F 2784d, F 2952 ou 2954 dont un exemplaire à décor surpeint) ; trois amphores italiques.

202De la phase 3 proviennent deux oboles ou imitations d’obole de Marseille, sept potins à la grosse tête ou au long cou, un bronze frappé et cinq potins illisibles ; six fibules de schéma La Tène 2 à ressort court (six spires au plus), sept fibules à tête couvrante, trois fibules de Nauheim (Feugère 5a), deux fibules filiformes Feugère 5b plus trois fragments appartenant à l’un ou l’autre de ces deux derniers types, une fibule filiforme à arc coudé. La campanienne A est dominante (Morel F 1310, F 1443, F 2825, F 2911, F 2983), mais on rencontre aussi de la campanienne B (Morel F 1220). Trente‑trois lèvres de Dressel 1 ont été comptabilisées, dont les trois quarts mesurent entre 35 et 45 mm de hauteur, 18 % moins de 35 mm, et 7 % plus de 45 mm.

La Roche‑Blanche (Puy‑de‑Dôme)

Gergovie

203Bibliographie : Blanchet 1905 ; Brogan, Desforges 1940 ; Ward‑Perkins 1941 ; Grenier 1943 ; Lassus 1943 ; Hatt 1943 ; 1947 ; Labrousse 1948 ; 1950 ; Périchon 1975 ; Nash 1978 ; Fischer 1984b ; Fauduet 1982b ; Guichard et al. 1993.

204Le site de Gergovie, installé sur le plateau de Merdogne, est doté d’un système défensif qui enclôt environ 80 ha. Malgré l’abondante littérature consacrée à la localisation de ce site historique, les explorations archéologiques ont été conduites sporadiquement jusqu’à la création du comité Pro Gergovia en 1934. Mais c’est avec le repli de l’université de Strasbourg à Clermont‑Ferrand, pendant la Seconde Guerre mondiale, que s’engagèrent vraiment autour de J.–J. Hatt des fouilles d’une certaine envergure. C’est à ces travaux que l’on doit la quasi‑totalité des résultats actuellement connus sur ce gisement.

205Le rempart a été exploré essentiellement dans sa partie sud ; il repose sur un niveau d’occupation non daté, décrit comme « hallstattien » ou « post‑hall‑stattien ». Il est composé à cet endroit d’un mur de biocaille parementé sur les faces, auquel sont adjoints des contreforts en pierres noyés dans un remblai ; un de ces contreforts a livré deux fragments de tuile à rebord, mais la construction des contreforts semble postérieure à celle du rempart.

206Les structures d’habitat sont mal connues. Des fouilles assez dispersées ont mis en évidence au sud‑ouest, le long du rempart (?), de petits bâtiments construits en bois et en torchis sur soubassement de pierres, associés à des niveaux d’occupation. À peu près au centre du site, des sondages ponctuels ont mis au jour des dallages, des vestiges de construction en pierre dont un édifice à mosaïque, ainsi que des fossés, fosses, citernes, puits, caniveaux. Au nord‑est a été fouillé un fanum à double cella.

207Les fouilles anciennes ont été publiées de façon assez détaillée dans Gallia. D’autres fouilles ont été menées récemment ; les résultats n’en sont pas encore connus, mais leur exploitation est en cours dans le cadre d’un programme d’étude (ATP) de l’âge du Fer en Auvergne.

208Le total des récoltes monétaires n’est pas connu avec précision, mais les différentes sources (rapports de fouille, inventaire de D. Nash...) permettent d’évaluer à au moins deux cent cinquante le nombre de monnaies gauloises découvertes et à en établir une liste assez complète. Les bronzes frappés, parmi lesquels dominent les espèces légendées epad et verca, y sont nettement majoritaires et les potins, au contraire, très rares. Une trentaine de monnaies romaines, principalement des as de Nîmes des trois types, sont aussi connues.

209Les fibules ont été cataloguées par I. Fauduet qui a eu la gentillesse de me communiquer ses archives personnelles. Au moins quatre‑vingts fibules (dont cinquante‑six décrites dans le catalogue du musée Bargouin) ont été recueillies dans les fouilles de Gergovie. Les types les plus fréquents semblent les types à plaquettes Feugère 15, 9b, et la fibule à ressort protégé de type Langton Down (Feugère 14b1), suivis de près par les fibules filiformes. Du point de vue de la construction, les ressorts nus sont les plus nombreux, suivis par les fibules à plaquettes, les fibules à charnière, et enfin les fibules à ressort protégé.

210On notera, pour clore le chapitre sur les parures, la présence d’une perle en verre côtelé, violet foncé, avec une bande médiane ondulée blanche (Labrousse 1948 : 92, no 2490), seule parure en verre jamais signalée sur le site. Celles en métal, si elles existent, n’ont pas été décrites.

211Les amphores sont abondantes et très réutilisées (Labrousse 1948 : 76). La forme la plus représentée semble être le type Dressel 1 (Hatt 1947 : 279 ; Labrousse 1948 : 76 : « longue amphore vinaire en terre rougeâtre à anse rectiligne et à col long qui porte le no 1 dans la classification de Dressel »), mais en l’absence d’un examen visuel, on ne peut pas exclure la présence de productions proches telles que les amphores vinaires espagnoles (léétanienne 1, Pascual 1...). Trois autres formes sont associées dans la même structure (citerne 3 de la parcelle 883), et peuvent appartenir aux types Haltern 69 ou 70 (Labrousse 1948 : 77, fig. 21), Dressel 2/4‑Haltern 66 (ibid. : 77), Haltern 67 (amphore rhodienne, ibid. : 77 et note 7).

212La présence de la céramique campanienne a été signalée à plusieurs reprises : « céramique campanienne à pâte rose du iie s. av. J.‑C. » (Hatt 1943 : 121) ; céramique à pâte blanc jaunâtre, vernis gris bleu mat, irrégulier : une forme Lamboglia 1 ou 1/8 (Hatt 1947 : 293, fig. 7, no 16), une forme Lamboglia 5 ? (ibid. : 293, fig. 7, no 15) ; céramique à pâte ocre foncé et vernis noir métallique brillant : un fond estampé d’un carré aux côtés concaves et aux angles terminés par des fleurons (Labrousse 1948 : 74, fig. 19), décor considéré comme typique de la campanienne B et dont l’origine serait la région de Calés (Morel 1978 : 162).

213À l’exception du premier vase qui pourrait appartenir à la campanienne A (J.‑J. Hatt avait rencontré ce genre de production dans les fouilles d’Aulnat, elle ne lui était donc pas inconnue), l’ensemble appartient au cercle de la campanienne B.

214La céramique sigillée n’a fait l’objet d’aucune étude d’ensemble, mais on peut évaluer grossièrement, d’après les décomptes relativement précis relevés dans les publications, son importance et sa nature.

215Le premier point à relever est l’absence presque totale de sigillée gauloise ; deux marques seulement seraient attribuables à la production de Lezoux (ier s. ap. J.‑C.), et seuls les abords du temple ont livré des tessons de même provenance, mais plus récents (iie s. ap. J.‑C. ; Labrousse 1948 : 95, note 1). Le second point est l’absence de toute signature in planta pedis, et inversement la présence de plusieurs signatures à estampilles radiales. Le troisième point est la présence en très petit nombre de sigillée italique décorée. D’après les profils publiés, et malgré l’approximation inhérente à ce type d’exercice, on peut estimer grossièrement que les services de la sigillée « italique » sont représentés dans les proportions suivantes, pour un total de cinquante‑deux formes prises en compte ; formes précoces du service I : 8 % ; services IB et C : 65 % ; service II : 15 % ; autres (services III, IV, et sigillée gauloise) : 12 %.

216Des fragments de vases à paroi fine ont été signalés dans tous les rapports de fouille. La grande majorité d’entre eux semble avoir été constituée de gobelets d’aco à petite lèvre en bourrelet ou moins fréquemment à bord concave. Des imitations, peintes ou non en rouge et portant un décor guilloché, sont également fréquentes. D’autres types de gobelets existent cependant (à décor d’épines) ainsi que des balsamaires.

217Une seule lampe a été répertoriée : il s’agit d’une lampe Dressel 2 (Warzenlampe : Hatt 1947 : 294, fig. 8, no 15).

218La céramique commune claire de tradition méditerranéenne est attestée par des cruches et des mortiers. Le type le plus fréquent de mortier est à lèvre en crochet, plus rarement à lèvre en bandeau. La fréquence de ce type de céramique ne semble pas avoir été très élevée. Au contraire, les cruches sont extrêmement abondantes. Elles sont fabriquées en pâte claire engobée de blanc, ou en pâte grise avec un col décoré à la molette. La plus grande variété règne dans le domaine de la morphologie : une ou deux anses, col large ou étroit, bord en bourrelet, concave ou mouluré.

219On connaît une dizaine d’exemplaires de plats à engobe interne rouge, caractérisés par une pâte claire plus ou moins fine, revêtue à l’intérieur et sur la lèvre d’un enduit épais de couleur rouge sombre. La seule forme représentée est une assiette apode que l’on trouve aussi fabriquée en céramique grise.

220La céramique « gallo‑belge », assez abondante et variée, se répartit dans deux grandes familles : des formes imitées de la sigillée italique qui peuvent être en pâte claire engobée de rouge ou en pâte gris clair à gris moyen, surfaces gris foncé à noir (dont un plat estampillé dec(imos) proche de la forme Haltern 72 Ba et une coupe imitant la forme Haltern 7) ; et des formes héritées de la tradition laténienne finale (y compris celles imitées de la céramique campanienne : assiette, écuelle à bord rentrant, bols carénés)

221Les caractéristiques de la céramique de tradition indigène ont été décrites par J.‑B. Ward‑Perkins (1941) et J.‑J. Hatt (1945). Ce dernier a pu constater, en comparant la céramique de Gergovie et celle d’Aulnat, qu’à l’exception des catégories de vases purement utilitaires, la céramique de Gergovie possède un dégraissant fin ou invisible et est bien cuite (pâtes complètement oxydées ou réduites), et semble presque toujours tournée. Sur le plan typologique, on peut observer que les écuelles à bord rentrant, tout en étant présentes, sont nettement moins nombreuses que les assiettes dont il existe une variété extrême ; les écuelles carénées à profil en S sont presque absentes, mais on rencontre en revanche des formes basses carénées profondes et volumineuses et des coupes hémisphériques. Les vases‑tripodes sont nombreux. Des lèvres concaves ou massives (section presque carrée), parfois très moulurées, équipent des formes basses ou hautes. Les vases à cuire sont peu décorés à l’épaule. Les vases en céramique fine peuvent être lissés ou engobés (en rouge, en noir, au mica doré) ; la céramique peinte proprement dite est rare, et n’a été signalée que sous la forme de lignes droites peintes directement sur la surface des vases. Les décors « mécaniques » –c’est‑à‑dire réalisés au tour– sont de loin les plus fréquents : lignes concentriques incisées, lissées ou ondées au peigne, guillochis.

Le Petit‑Celland (Manche)

Le Châtellier

222Bibliographie : Wheeler, Richardson 1957 ; Colbert de Beaulieu 1973 ; Gruel 1989 ; Daire 1990.

223L’enceinte de contour du Petit‑Celland, avec ses 19 ha, est le plus grand site fortifié du département de la Manche ; il n’est cependant connu que par les fouilles limitées (environ 500 m2) de M. Wheeler avant la Seconde Guerre mondiale. Ces explorations ont porté sur les fortifications et sur l’intérieur du site.

224Les fortifications se composent d’une enceinte de contour qui s’est révélée être, dans les deux sondages effectués, un murus gallicus. Une porte en chicane l’interrompt au sud‑est. Le rempart est précédé d’un petit fossé, et doublé devant la porte ainsi qu’à la pointe sud par un second système de fortification (rempart et fossé). Un sondage a révélé que ce second rempart était constitué d’un talus de terre. Ces structures n’ont livré presque aucun matériel.

225L’exploration de la porte en chicane a montré que les défenses secondaires n’avaient pas été achevées et que la porte avait été détruite par le feu. Une couche de destruction contenant de la cendre s’étendait d’ailleurs dans l’entrée ; elle a livré des monnaies et de la céramique. Cet incendie de la porte est un des arguments utilisés par M. Wheeler pour dater l’abandon du site de la guerre des Gaules, et plus exactement de l’année 56 av. J.‑C., date des opérations de Sabinus en Gaule de l’Ouest.

226De la dizaine de sondages effectués à l’intérieur du site, seul quatre ont mis en évidence un niveau d’occupation assez pauvre en mobilier.

227Vingt et une monnaies coriosolites en billon ont été recueillies sur le site ; dix‑neuf d’entre elles proviennent de l’entrée. Elles appartiennent aux trois classes définies par J.‑B. Colbert de Beaulieu (classe I : 15 % ; classe II : 65 % ; classe III : 20 %). K. Gruel a démontré que la classe II était un doublet des deux autres, donc probablement une émission de circonstance ou de secours frappée par la ligue armoricaine lors des opérations militaires de 56 av. J.‑C. (Gruel 1989 : 55‑56).

228Les parures sont très rares : elles ne sont représentées que par un ressort multispires en bronze appartenant probablement à une fibule de schéma La Tène 2 (par exemple Feugère 1 b1), un fragment de bracelet (?) en verre bleu, qui ne semble pas appartenir à un type connu de la typologie de T. Haevernick (Wheeler, Richardson 1957, no 6), et deux fragments de bracelets en bronze à décor gravé ou poinçonné.

229La présence d’amphore n’est attestée que par une anse en pâte rouge orange.

230La céramique est, selon M. Wheeler, tournée, à pâte micacée et plus ou moins fine, cuite en atmosphère réductrice. Elle provient principalement du niveau cendreux de la porte d’entrée.

231La catégorie la plus représentée est une céramique fine tournée de couleur noire ou brun sombre, lissée ; la forme typique en est une écuelle carénée à fond ombiliqué et pied creux, dont la panse est ornée de baguettes et parfois de décors lissés. Cette céramique « à cordons » est fabriquée et localisée dans un espace restreint de l’Ouest armoricain (un rayon d’une ou deux centaines de kilomètres autour de Saint‑Malo ; on l’a recueillie notamment en abondance à Alet : Langouët 1978), mais elle est également exportée vers la côte sud de la Grande‑Bretagne : elle forme la classe B de la céramique recueillie sur le site de Hentgisbury Head et dans ses environs (Wheeler, Richardson 1957 ; Daire 1990).

232Le reste de la céramique comprend des vases en pâte plus grossière, décorés de baguettes, et surtout des vases munis d’un bord à cannelure interne, fréquents dans le Massif armoricain et dans le sud‑ouest de la Grande‑Bretagne ; ce trait typologique, qui rappellerait le repli du bord sur les récipients métalliques, est totalement absent des sites de l’époque gallo‑romaine (Daire 1990 : 16), Les autres formes rencontrées sont surtout des écuelles carénées pour lesquelles on trouve des équivalents en Armorique (par exemple à Huelgoat), ou en Gaule Belgique (voir par exemple Villeneuve‑Saint‑Germain, Condé‑sur‑Suippe).

Le Titelberg (Luxembourg)

233Bibliographie : Thill 1969 ; Reding 1972 ; Rowlett et al. 1974 ; Metzler 1977 ; Rowlett et al. 1982 ; Metzler 1984a ; 1984b ; Weiller 1984 ; Metzler 1995.

234Installé sur un promontoire calcaire riche en minerai de fer, le site domine la vallée de la Chiers. Il est entouré par une fortification qui délimite une surface de 43 ha, et dans laquelle sont aménagées deux entrées.

235La levée qui clôt l’accès au promontoire a été explorée de 1980 à 1982 ; elle a connu au moins cinq phases de construction. La plus ancienne est une construction de type Erhang, remplacée ensuite par une palissade en bois ; toutes deux, ainsi que la troisième fortification (rempart à poutrage interne et parement en pierre), ont été détruites par le feu. La quatrième étape voit l’édification d’un imposant murus gallicus (22 m de largeur) ; après son écroulement fut construit un troisième rempart à parement, dont l’armature n’était pas en bois mais faite de murets transversaux en pierres, formant des sortes de caissons. En 1985, deux explorations menées sur l’enceinte périphérique ont montré que celle‑ci était constituée par les deux derniers états de la levée précédemment fouillée.

236À l’intérieur de l’oppidum, l’organisation spatiale de l’habitat commence seulement à sortir de l’ombre ; les découvertes de surface semblent indiquer qu’une grande part de l’espace intérieur était occupé. Les fouilles effectuées entre 1968 et 1974 ont surtout mis au jour les niveaux du Haut‑Empire, mais certaines d’entre elles ont aussi révélé l’existence de structures d’habitat (trous de poteaux, tranchées de fondation, foyers, caves) antérieures à cette période, et paraissant avoir été construites selon un plan déterminé autour de la voie reliant les deux portes. De 1976 à 1978, l’équipe américaine conduite par M.R. Rowlett explora une de ces constructions, dans laquelle furent mis en évidence des sols stratifiés de La Tène D2 et du début de l’époque augustéenne. De nombreuses scories, des ratés de fibules, les débris de plus de 500 moules à flancs attestent une intense activité métallurgique dans ce secteur. On a recueilli également les traces d’autres activités artisanales –notamment de fabrication de bracelets en verre. D’autres fouilles ont été ultérieurement effectuées par G. Thill et J. Metzler ; ce dernier vient de publier les résultats de ces diverses recherches.

237Une partie du mobilier livré par les structures d’habitat et les lambeaux des niveaux d’occupation les plus anciens a été étudiée en un seul ensemble que les archéologues ont dénommé Schichtkomplex 1 (1977) ; à cet ensemble se rattache le premier niveau de la rue principale (couche a). Le niveau suivant (couche b) a livré un bois daté par la dendrochronologie de 30 av. J.‑C., ainsi qu’un as de Nîmes du premier type.

238La liste des monnaies du Schichtkomplex 1 et des couches a et b de la rue principale a été dressée par L. Reding. Elle démontre la prédominance des bronzes frappés (notamment à la légende hirtius et arda) dans tous les contextes. Le Schichtkomplex 1 a livré aussi six monnaies romaines dont la plus récente a été émise entre 40 et 28 av. J.‑C. ; dans la couche a de la rue principale, la plus récente des cinq monnaies romaines a été aussi émise en 48 av. J.‑C.

239Les travaux de R. Weiller ont mis l’accent sur la fabrication certaine ou probable, sur le site même, d’un certain nombre de types monétaires en or, argent, bronze frappé et potin (dont le numéraire d’arda).

240Du Schichtkomplex 1 proviennent une quinzaine de fibules : quatre exemplaires à coquille (Metzler 1977, abb. 35, nos 14, 18, 19) ; trois exemplaires à arc plat, ressort à corde interne et à quatre spires, porte‑ardillon plein (Ibid., abb. 34, nos 4, 7, 8) ; deux fibules filiformes à arc tendu (ibid., abb. 34, nos 9, 12), et un exemplaire des types suivants : fibule de Nauheim (ibid., abb. 34, no 2) ; Kragenfibel (ibid., abb. 38, no 53) ; type à ailettes (ibid., abb. 35, no 51) ; fibule de schéma La Tène 2 à corde externe, ressort de huit spires, probablement enroulé sur un axe en fer, pied rattaché à l’arc par une bague (ibid., abb. 35, no 21) ; fibule à arc filiforme très coudé, doté aux deux extrémités d’un bouton ou d’une nodosité, et pied horizontal plein (ibid., abb. 35, no 26 ; cette fibule provient peut‑être d’un contexte perturbé : Metzler 1995) ; l’allure du profil renvoie aux premières fibules à charnières (type d’Aucissa par exemple), mais le ressort à quatre spires et corde interne et le renflement à la tête de l’arc sont tout à fait dans la tradition des fibules de La Tène D ; type d’Alésia (Metzler 1977, abb. 40, no 73).

241Trois tessons de céramique « campanienne » ont été recueillis dans les fouilles 1968‑1974 : deux appartiennent à une patère Lamboglia 5/7, proche de Morel 227, à fond guilloché (Metzler 1995, abb. 247, no 4) ; le troisième est un fragment de panse attribuable à la forme Lamboglia 6‑Morel F 1175. Le vernis rougeâtre de cette vaisselle indique une production probable dans les ateliers lyonnais. La sigillée est totalement absente des niveaux les plus profonds de l’habitat comme de la rue (Schichtkomplex 1 et couche a). D’après les décomptes publiés par J. Metzler en 1977 (et repris en 1995), la répartition des services dans le mobilier des fouilles 1968‑1974 (une cinquantaine de tessons) semble être la suivante : service I : 90 % dont formes précoces 18 % ; service II : 8 % ; autre : 2 %.

242Enfin, une lampe Dressel 2 a également été découverte dans les niveaux SK1 (Metzler 1995, abb. 267).

Les Alleuds (Maine‑et‑Loire)

Les Pichelots

243Bibliographie : Dreyfus 1979 ; Gruet 1981 ; Aubin et al. 1982 ; Gruet, Passini 1985.

244Installé en plaine à 20 km d’Angers, le site a été découvert par l’exploitation de carrières de gravier et exploré sur environ 2 ha. Il est circonscrit par un fossé d’implantation de palissade, qui pourrait enclore une surface d’environ 7 ha. Les nombreux trous de poteaux, puits, fosses ou silos (en 1986, le bilan était de quatre cents soixante‑quinze structures) ont livré un abondant mobilier presque entièrement attribuable à la fin de l’âge du Fer ; les sols d’occupation ont disparu. On n’a pas encore mis en évidence de plans de bâtiments, mais une certaine organisation de l’espace se dessine avec la concentration des trous de poteaux et foyers ou fours le long de la palissade, puis, en progressant vers l’intérieur du site, par une forte densité de puits et de silos, et enfin par une zone vide. Le mobilier consiste en monnaies, fibules et bracelets en métal, amphores, céramique.

245Sur la cinquantaine de monnaies recueillies lors de ces fouilles, la moitié est constituée de potins au taureau (« à la tête diabolique »), le reste de monnaies en billon, la plupart du type dit de La Chalouère : BN 6432/6458, 6467/6476, 6459/6465. Ce sont de très petites monnaies (environ 1 cm de module) dont le poids s’échelonne entre 0,16 et 0,70 g avec une répartition privilégiée entre 0,20 et 0,35 g.

246Une vingtaine de fibules ont été dénombrées, un peu plus de la moitié en fer, le reste en bronze. Le décompte exact par types n’a pas encore été effectué, mais il est possible de s’en faire une idée approximative d’après les divers rapports ou publications déjà existants. Le type de Nauheim est largement représenté avec au moins trois individus en bronze, auxquels on peut ajouter un exemplaire archaïque (?), à arc très large, proche des exemplaires de Vieille‑Toulouse (cf. Feugère 1985 : 714‑716). Quelques fibules filiformes en bronze sont également proches, avec leur arc tendu et leur porte‑ardillon quadriforme, du type de Nauheim (Feugère 5b) ; l’un porte un décor oculé estampé, dont la disposition n’est pas sans rappeler celle des nodosités ou des anneaux‑bagues ornant les fibules de schéma La Tène 2 (cf. Feugère 1985 : 119). Il existe aussi un certain nombre de fibules filiformes en fer. Deux fibules sont particulières : l’une, à corde externe, porte sur l’arc une sorte d’appendice en spirale ; l’autre, en fer, possède un très long ressort qui rappelle celui des fibules de La Tène C2.

247Les autres objets de parure actuellement connus sont principalement des bracelets en bronze, parmi lesquels plusieurs exemplaire à double attache en spirale (et un bracelet à décor de côtes incisées dont le type est proche de celui du moule à bracelet de Moulay, en Mayenne : Naveau 1972, pl. XI, fig. AB5). Il faut mentionner aussi l’existence de perles en verre bleu à décor de zigzag blanc.

248Les seules importations repérées sont des amphores, dont deux formes complètes ont été reconstituées, mais on a pu dénombrer 200 lèvres différentes de Dressel 1 ; celles‑ci ont toutes ou quasiment toutes moins de 5,5 cm de hauteur.

249Le docteur Gruet avait bien voulu me faire part, il y a quelques années, de ses premières observations sur la céramique recueillie. La céramique tournée de couleur sombre (grise, noire) est la catégorie la plus abondante. Les formes les plus représentées sont principalement des formes basses carénées (environ la moitié des vases), parmi lesquelles les écuelles à profil en S sont nombreuses. D’autres variantes qui rappellent les écuelles hémisphériques de Bâle/Usine à gaz, de Vernou‑sur‑Brenne ou d’Amboise, sont aussi présentes, de même que des écuelles dont la paroi tend à s’élever et à se redresser, parfois décorées de moulures (formes connues aussi dans le centre de la France : voir par exemple Amboise, Levroux, Châteaumeillant...). On rencontre aussi des écuelles à bord rentrant, mais en très petite quantité. Les vases à bord mouluré et à décor incisé sur l’épaule (dits de type Besançon) sont représentés au sein des vases à cuire en céramique grossière ou mi‑fine dans la proportion de 1 pour 10. Des gobelets ou tonnelets complètent le répertoire des formes hautes.

250Les décors sont rares : lissage, incisions (cannelures ou lignes concentriques, décors à l’épaule des vases à cuire), moulurations en relief. Un tesson décoré à la molette, quelques tessons portant une bande peinte de couleur orangée, complètent cet inventaire des décors.

Levroux (Indre)

251Bibliographie : Buchsenschutz 1971 ; Buchsenschutz, Ralston 1975 ; Nash 1978 ; Buchsenschutz 1981 ; Fischer 1981 ; Bouyer, Buchsenschutz 1983 ; Buchsenschutz 1984 ; Fischer 1984a ; 1984c ; Soyer 1984 ; Tournaire 1984 ; Fischer 1985a ; Tilliard 1986 ; Fischer, Buchsenschutz 1987 ; Levéry 1988 ; Routy 1988 ; Levroux 1 (1988) ; Tilliard 1989 ; Buchsenschutz et al. 1992 ; Levroux 2 (1993) ; Levroux 3 (1994).

252Levroux est situé au contact de deux régions naturelles : la Champagne berrichonne, dont les terres calcaires sont propices à la culture, et le Boischaut, dont le substrat argilo‑sableux a généré un paysage humide et boisé. Le site offre le grand intérêt de posséder plusieurs gisements dont la chronologie couvre la fin de l’âge du Fer et l’époque gallo‑romaine : un village ouvert « gaulois » dans la campagne agricole, un oppidum installé à 1,5 km de là sur une modeste hauteur du Boischaut, une ville gallo‑romaine également dans la plaine, mais ne recouvrant pas, ou très partiellement, les structures du village ouvert. Les deux premiers gisements sont situés dans les lieux‑dits respectivement dénommés Les Arènes et La Colline des Tours.

Les Arènes

253La découverte du gisement des Arènes est due à deux éléments : un sondage effectué en 1971 par Chastagnol sur l’emplacement du théâtre gallo‑romain, qui a livré de la céramique campanienne A et un fond d’amphore gréco‑italique mêlés au mobilier augustéen ; et la construction d’une tranchée de drainage dans le même secteur, qui a mis au jour sur plusieurs centaines de mètres des fosses contenant du mobilier laténien. Devant cette abondance de structures jusqu’alors totalement ignorées, O. Buchsenschutz, qui explorait à ce moment l’oppidum, fit réaliser par A. Hesse et le Centre de recherches géophysiques de Garchy une prospection magnétique ; celle‑ci permit d’évaluer l’extension du site à environ 8 ha.

254À partir de 1978 et jusqu’en 1987, les campagnes de fouilles se sont succédé pratiquement sans interruption sur les Arènes. Six secteurs ont été explorés : Vinçon (V), Rogier en deux étapes (R1 et R2), Château‑Gaillard (CG), Philippe Rogier (PH), Gangneron (G). L’historique de ces fouilles est présenté dans le premier volume de la collection Levroux (1988).

255Les vestiges archéologiques se présentent de la même façon dans tous les secteurs. Les niveaux d’occupation ayant disparu, il s’agit essentiellement de structures excavées : trous de poteaux, fosses, puits, silos..., dont la densité gêne considérablement la reconstitution des habitats et de leur organisation. La concentration de certaines catégories d’objet : scories, fibules en cours de fabrication sur le terrain Lacotte par exemple, ou de structures : silos laisse penser cependant que l’espace du village est organisé.

256La fouille minutieuse de quelques fosses, accompagnée d’un relevé en trois dimensions de tous les objets recueillis, a permis de restituer partiellement l’histoire de leur remplissage, mais de nombreux collages de céramique s’échelonnant de la base au sommet démontrent que leur stratigraphie ne peut généralement pas être utilisée à des fins chronologiques. Les données chronologiques ne peuvent donc être déduites que du mobilier archéologique, extraordinairement abondant (une seule fosse pouvant contenir fréquemment plusieurs milliers d’objets), et de leur répartition spatiale.

257L’étude du mobilier du village gaulois des Arènes découvert jusqu’en 1986 est sur le point d’être achevée et sera publiée d’ici peu, rendant caducs les inventaires que j’ai menés dans le cadre de mon travail de thèse (à partir principalement des découvertes des terrains Rogier 1 et Vinçon) ; il n’est donc pas utile de les rappeler ici. Seuls les points les plus importants seront donc évoqués. Tout le mobilier remarquable est figuré dans Levroux 3 (1994).

258Sur les terrains Rogier 1 et Vinçon fouillés en 1978 et 1979, trente‑six monnaies ont été recueillies et identifiées par B. Fischer. À l’exception d’une monnaie coloniale de Lyon à l’autel de Rome et d’Auguste, d’une monnaie de Rhodes (émise entre 43 av. J.‑C. et 96 ap. J.‑C.) et d’une monnaie moderne, toutes les monnaies sont gauloises. On compte une monnaie en or (quart de statère carnute proche de BN 6420, poids : 1,78 g), deux monnaies en argent (un exemplaire LT XVI/BN 4558‑4560 pesant 2,89 g, et une petite obole proche de BN 3565a pesant 0,53 g) et peut‑être une troisième, fourrée (BN 8479 : 1, 89 g), quatorze monnaies en bronze frappé (pour l’essentiel des anonymes des Bituriges, série a, b, et d de D. Nash), et enfin dix‑sept monnaies de potin parmi lesquelles dominent largement les potins du Centre‑Est. Sont notables également deux potins à légende ma, l’un proche de BN 5308 (terrain Vinçon), l’autre de BN 5284 (terrain Rogier 1).

259Les fouilles entreprises de nouveau sur le terrain Rogier à partir de 1983 (R2) ont livré d’autres monnaies qui seront publiées dans la synthèse en cours. B. Fischer a toutefois déjà publié un petit trésor monétaire recueilli en août 1983 dans ce secteur (Fischer 1985a) ; il se compose des espèces suivantes :
– trois quarts de statère en or (poids : 1,80 g ; 1,70 g ; 1,65 g) appartenant au type BN 4609/4613 ;
– vingt‑cinq monnaies en argent dont deux pièces de grand module proches des espèces recueillies dans le trésor de Bridiers (Creuse), en particulier de BN 4549 et 4550 (poids : 3,67 g ; 3,63 g) et vingt‑trois petites pièces en bas argent dont le poids s’étale entre 0,59 et 0,45 g (oboles) ; les deux tiers ont un poids supérieur à 0,50 g ; elles sont sans équivalent typologique véritable (type le plus proche : BN 3848).

260Dans les fouilles du terrain Lacotte ont été découvertes trois monnaies en argent, dix potins dont deux à la légende ma, un bronze frappé non identifiable ; Château‑Gaillard a livré trois monnaies en argent, sept de bronze, et également un trésor monétaire de trente‑quatre pièces (une monnaie en argent, vingt‑huit monnaies en bronze frappés, la plupart bituriges, et cinq potins).

261Les terrains Vinçon et Rogier 1 ont livré trente‑huit fibules (dont dix en bronze), parmi lesquelles prédominent les fibules de schéma La Tène II (Bouyer, Buchsenschutz 1983 ; Routy 1988).

Type

Fer

Bronze

schéma La Tène 2, pied décoré (type de Mötschwil)

2

1

schéma La Tène 2, ressort multispires, pied non décoré

9

schéma La Tène 2, ressort à quatre spires, pied non décoré

5

1

schéma La Tène 2 incomplètes (sans doute type précédent)

6

1

schéma La Tène 3, ressort multispires à corde externe, décor de bouclettes

1

type de Nauheim, ressort à six spires, corde externe

2

type de Nauheim « classique »

3

indéterminables

5

2

Total

28

10

262Le terrain Lacotte a livré plus d’une cinquantaine de fibules ou de fragments de fibules, presque toutes en fer. L’étude des déchets de métallurgie, très abondants, a montré qu’un atelier de fabrication de fibules existait dans cette zone. Les fibules identifiables, en l’état actuel des observations, sont de schéma La Tène 2, avec un ressort à quatre ou six spires. Deux fibules en bronze portent un petit décor sur l’arc et le pied.

263La reprise des fouilles sur le terrain Rogier entre 1983 et 1986 a permis de mettre au jour plusieurs autres exemplaires de fibules de schéma La Tène 2 à ressort court, pied rattaché à l’arc par un anneau‑bague, en fer et en bronze. Une seule d’entre elles, semble‑t‑il, est munie d’une corde interne.

264Vingt et un bracelets et trente et une perles (soit cinquante‑deux objets) ont été recueillis sur l’ensemble des Arènes. Parmi les bracelets prédominent les types à côtes (Haevernick 7a, b, c ; 8b, c, d ; 5a/6a), les bracelets lisses n’étant représentés que par huit exemplaires à section en D (Haevernick 3a, b, c).

265Les perles les plus nombreuses sont des pièces de petite taille (dites « Flip ») ; on trouve également de grosses perles monochromes (Haevernick 21) ou polychromes (Haevernick 23), ainsi que des perles portant un décor oculé en spirale.

266Les parures sont aussi représentées par cent deux objets en lignite, qui sont tous, à l’exception d’une perle, des bracelets ou fragments de bracelet. La majorité des exemplaires est à section plus ou moins circulaire ou semi‑circulaire, facettée ou non. Quelques‑uns offrent la particularité remarquable d’imiter des modèles de bracelet en verre côtelé. Plus de la moitié de ces objets proviennent du terrain Lacotte ; en revanche, les secteurs de Château‑Gaillard et de Philippe Rogier sont très pauvres en ce type de mobilier (deux exemplaires chacun).

267Les autres parures métalliques n’ont pas encore fait l’objet d’une étude systématique. Un maillon de chaîne‑ceinture en bronze, provenant des fouilles récentes du terrain Lacotte (Naissance de l’Urbanisation : 106, fig. 32) trouve de nombreux équivalents dans les sépultures allemandes et suisses de La Tène B et C –par exemple dans la tombe 168 de Münsingen‑Rain (Hodson 1968, pl. 151, 136). Un « crochet » en fer (Routy 1988, fig. 12 : Rogier structure 226) évoque les crochets de ceinture de La Tène D avec un bouton encore séparé de l’anneau par une languette de forme simple (cf. Brunaux, Lambot 1987 : 128‑129, fig. 3). Une seconde agrafe de ceinture en bronze, provenant du terrain Lacotte, possède une languette allongée dans laquelle est découpée une ouverture quadrangulaire, et appartient à un type dont l’apparition se place à La Tène C.

268Près de douze mille tessons d’amphores ont été découverts aux Arènes jusqu’en 1986, représentant environ trois cent cinquante‑huit vases ; leur étude sera publiée avec la synthèse prochaine (Colin à paraître). La quasi‑totalité d’entre eux sont des amphores gréco‑italiques (dont la proportion est estimée à deux tiers environ des vases identifiables) ou italiques Dressel 1. Sur les deux cent soixante‑neuf lèvres mesurables, seules quatre dépassent 55 mm de hauteur ; 80 % d’entre elles sont en fait inférieures ou égales à 35 mm de hauteur. Onze individus seulement appartiennent à des types différents : Pascual 1, Dressel 2/4 tarraconnaise, Haltern 70, Dressel 20, amphore gauloise régionale, amphore de Rhodes.

269Soixante et un tessons de céramique campanienne ont été recueillis pour un nombre minimum d’individus de vingt‑sept vases appartenant tous à la campanienne A, sauf trois fragments, en campanienne B. À l’exception de deux vases de forme Lamboglia 6 et 33b, les formes identifiées sont toutes des bols à paroi infléchie Lamboglia 27 b et c (Morel F 2825). Deux d’entre eux sont des fonds qui portent un décor de palmettes estampées.

270L’énorme quantité de céramique recueillie – plus de cinquante mille tessons, par exemple, pour l’ensemble des terrains fouillés entre 1978 et 1981 (V, R1 et L) –explique le temps considérable consacré à son étude. R2 a fait l’objet d’une étude typologique sur les formes et les décors (Levéry 1988).

271V et R1 ont livré ensemble environ vingt‑deux mille tessons, dont trois cent trente‑quatre formes identifiables pour V, 202 pour R1. L en a livré près de trente‑quatre mille, dont huit cent soixante‑sept formes identifiables. Dans ces différents secteurs, la grande majorité des vases se classe en trois formes : les vases à cuire et à provision, en céramique grossière ; les écuelles à bord rentrant en céramique fine ou grossière ; les écuelles carénées à profil en S, généralement en céramique fine. Certaines formes hautes se caractérisent par des reliefs sur le col ou à la liaison panse‑col ; ce sont surtout des épaulements et des ondulations, plus rarement des bourrelets et des cannelures.

272Les fonds sont en très large majorité plats ou légèrement soulevés, sauf pour de rares formes hautes ou pour quelques écuelles carénées à pied creux et élevé. Les lèvres des vases à cuire et des vases à provisions possèdent parfois deux à quatre cannelures internes, mais sur deux cent quarante‑six individus recueillis sur R1, un seul possède un bord plat mouluré.

273Les décors sont rares dans tous les secteurs. Ils consistent essentiellement en décors lissés, particulièrement sur les écuelles à bord rentrant. Viennent ensuite les cannelures et moulures. Les décors incisés, rares, se localisent sur les vases à cuire. Le peignage et le décor peint sont marginaux. Quelques éléments exceptionnels sont à signaler : un décor de palmettes imprimé sur une forme haute de R1 rappelle des motifs figurant sur quelques vases de la fosse de Goincet (Vaginay, Guichard 1984, fig. 17, no 1). Il faut noter aussi la présence de deux décors à la molette dont un de type Beuvray ; ce dernier provient de la même fosse que le vase à provision à bord plat mouluré mentionné ci‑dessus.

274Dans R1 et V, la céramique grossière à grosses inclusions représente respectivement les deux tiers et les trois quarts du total. La mise en évidence du tournage est singulièrement difficile sur ces vases dont la finition masque souvent la technique de montage (Soyer 1984) ; il semble que dans la céramique du terrain Lacotte, le tour ait été utilisé surtout pour les formes hautes en céramique fine ainsi que pour un certain nombre de vases à cuire qui sont en majorité à inclusions grossières. On doit donc se contenter de dire que la céramique fine n’est pas toujours tournée et que la céramique grossière l’est parfois.

La Colline des Tours : le rempart

275Le rempart de l’oppidum de la Colline des Tours a été exploré en 1974 (Buchsenschutz, Ralston 1975) et s’est révélé être un murus gallicus rechargé par un rempart de type belge. Il a livré assez peu de mobilier (moins d’un millier d’objets), dont, à quelques centimètres l’un de l’autre, un bronze frappé, un bracelet en bronze filiforme, non fermé, sur lequel sont enfilées sept perles de verre (type Haevernick 20, 21, 23, perles translucides avec décor spiralé jaune, une avec décor blanc).

276Une fibule à ressort à quatre spires et corde interne, une autre de schéma La Tène 2 en bronze ont été découvertes sous l’éboulis du murus gallicus, ainsi qu’une bague en bronze et une agrafe de ceinture en fer dont le type est caractéristique de La Tène D, deux bronzes frappés et un potin. Les formes céramiques sont proches de celles des Arènes. Le mobilier de l’éboulis du rempart a livré de la céramique à couverte micacée dorée et décor à la molette.

277On a recueilli dans les niveaux antérieurs aux recharges de terre un fragment de bord de céramique campanienne A tardive de forme Lamboglia 36, et un bracelet en bronze ouvert et décoré de deux lignes de pointillés. Le talus postérieur au murus gallicus n’a livré qu’un peu de céramique avec quelques tessons d’amphores. Les quelques formes recueillies ne sont pas a priori différentes de celles recueillies dans les niveaux précédents.

La Colline des Tours : la ruelle aux Roses

278La fouille a été effectuée sur une terrasse correspondant à un talus entre la ruelle aux Roses et les tours du château médiéval ; cette terrasse est maintenue par un lit de blocs de grès et de tuiles brisées. Une construction sur poteaux, dont les limites sont difficiles à déterminer, y a été mise au jour. Le mobilier provient de la couche d’occupation correspondant à cet habitat ; il comprend une quinzaine de monnaies, la plupart étant des bronzes frappés carnutes et bituriges. Les types d’amphores identifiés sont peu nombreux (amphores italiques Dressel 1 : cinq bords, dont trois lèvres mesurent plus de 5 cm de hauteur ; Pascual 1 : une lèvre ; amphore Dressel 7‑11 ? : une anse plate et un pilon en pâte rouge brique à inclusions blanches). Trois tessons de campanienne A et B (deux bords de Lamboglia 5), soixante et onze tessons de céramique sigillée (non étudiée) et cinquante‑six tessons de vases à paroi fine (gobelets à décor de type Beuvray essentiellement) sont actuellement comptabilisés dans la céramique d’importation. Les quatre mille tessons découverts se répartissent en quatre grandes catégories définies par O. Buchsenschutz : céramique grossière (33 %), céramique fine noire ou grise (33 %) tournée, cuite en mode B (il s’agit alors le plus souvent de céramique s’apparentant à la Terra nigra) ou en mode A suivi d’une fumigation ; céramique fine orange à jaune clair (24 % du total) ; céramique fine à pâte blanche ou à pâte claire et couverte blanche (10 %). À côté des formes traditionnelles on rencontre des cruches, des marmites tripodes (catégories 2 et 3 surtout), des assiettes et bol carénés à panse haute tendant à la verticale (catégories 2 et 3).

Luzech (Lot)

L’Impernal

279Bibliographie : Castagné 1874 ; Viré 1913 ; 1921 ; 1923 ; Tardieu 1967 ; 1975 ; Depeyrot s.d.

280Cet éperon barré occupe un promontoire partiellement enserré dans une boucle du Lot. Outre le talus qui ferme au nord l’accès au site, il aurait existé, selon Castagné, des défenses en pierres sèches ou en terre sur les autres flancs, observations non confirmées dans les publications de ses successeurs. La surface ainsi close serait d’environ 8 à 10 ha.

281L’essentiel des connaissances sur les fortifications est dû aux travaux de E. Castagne et de A. Viré. Le rempart est de type murus gallicus ; on a mis en évidence sous celui‑ci un petit niveau d’occupation, qui recoupe lui‑même, à l’arrière du murus gallicus, un massif de pierres et de chaux. A. Viré interprète celui‑ci comme un rempart « calciné » hallstattien, mais cette datation ne repose que sur quelques tessons de céramique dont le type peut avoir traversé sans grand changement tout l’âge du Fer. Tout cet ensemble est surmonté par une autre fortification qui appartient au Haut Moyen Âge, probablement contemporaine des tombes à inhumation repérées par A. Viré en 1920‑22 au centre du site.

282Les fouilles récentes effectuées depuis 1950 ont surtout porté sur les constructions gallo‑romaines en dur qui se localisent sur le flanc ouest et au nord du site : fanum, ateliers (de métallurgiste ?). Quelques séquences stratigraphiques ont été relevées, en particulier autour du fanum. La plupart des structures gallo‑romaines sont construites sur des niveaux d’occupation antérieurs, certains s’élèvent sur le murus même.

283Les objets recueillis dans les fouilles anciennes proviennent de l’exploration du rempart et de ses abords. Ceux des fouilles récentes concernent plutôt le fanum et ses alentours ou bien les bâtiments construits sur le murus gallicus. Dans les deux cas, il n’est pas mentionné de quel niveau archéologique proviennent les objets. Sur le mobilier lui‑même, nos renseignements sont très incomplets : un décompte assez précis des fibules et des monnaies, quelques mentions sur les importations, rien sur la céramique commune.

284G. Depeyrot a publié un décompte des monnaies. Le numéraire le plus fréquent est le monnayage d’argent à la croix. Des monnaies coloniales et romaines ont également été recueillies (demi‑as et bronze de Nîmes, quinaires républicains, monnaies impériales dont un as d’Agrippa et un as de Néron).

285Nous avons quelques renseignements sur les associations de monnaies :
– quatre monnaies à la croix de type Cuzance, une drachme élusate et trois monnaies à la croix à la tête triangulaire ont été recueillis ensemble avec un quinaire à légende t. clovlivs (frappé vers 100/97 av. J.‑C.) dans la couche inférieure de la stratigraphie repérée au sud‑est du fanum ;
– au sud‑ouest, où plusieurs niveaux ont également été repérés, le plus récent (remanié) a livré un bronze pétrocore et une obole cadurque lt 3373 ; la monnaie d’Agrippa provient d’un niveau antérieur.

286Les fibules ont été recensées par R. Tardieu (1975) :

fibules de La Tène ancienne

2

type de Nauheim (Feugère 5a)

5

filiforme (Feugère 5b)

2

Almgren 65 et variantes

3

fibule à coquille

1

Kragenfibel

1

type Feugère 6a ou c

2

type Feugère 2 en fer

2

fibule à arc coudé en fer

1

type « pseudo‑La Tène 2 »

2

fibule à griffe

1

fibule à couvre‑ressort (Feugère 14a)

1

287Les objets en verre n’ont pas été complètement étudiés. Une perle en pâte de verre bleu à décor d’ocelle bleu foncé et jaune, un chaton de bague transparent proviennent tous deux du fanum. Une autre perle en verre jaune brun a été recueillie par A. Viré au même endroit.

288De nombreuses amphores ont été signalées dans les fouilles anciennes et récentes, mais n’ont pas été décrites. Les marques citées par A. Viré proviennent, semble‑t‑il, d’amphores trouvées dans la zone du fanum.

289De la céramique campanienne en petit nombre aurait été recueillie sur le site. On a signalé de la céramique sigillée, non identifiée, dans la zone du fanum ainsi que dans un des ateliers ; elle semble provenir essentiellement des ateliers de Montans et de La Graufesenque.

Monceaux‑sur‑Dordogne (Corrèze)

Le Puy du Tour

290Bibliographie : Bombai 1906 ; Bombai, Muzac 1911 ; Hatt 1941 ; Murat 1958 ; 1962 ; Fournier 1965 ; Murat 1967 ; Murat 1984 ; Desbordes, Perrier 1987.

291Enserrée par une boucle de la Dordogne, la colline sur laquelle est installé le site se caractérise par la présence de terrasses qui suivent les courbes de niveau. Des sondages anciens et récents y ont mis en évidence des traces d’occupation sur une surface d’environ 2 ha. Le tracé et la nature de l’enceinte sont inconnus à ce jour ; les fouilles effectuées par E. Bombai au tout début de ce siècle auraient mis au jour un murus gallicus sur le versant est du site, mais les recherches plus récentes de A. et J. Murat n’ont pas permis de vérifier l’existence de cette structure.

292L’habitat, étagé sur les terrasses sur le versant est, se présente sous la forme de bâtiments semi‑excavés construits en pierre sèche, accompagnés de trous de poteaux et de fosses, silos ou citernes au sommet de la colline ; quelques niveaux d’occupation, recouverts par les couches de lessivage des pentes, ont également pu être mis en évidence.

293Le mobilier n’a jamais été étudié exhaustivement ; à l’exception d’un inventaire publié par A. et J. Murat des découvertes de E. Bombai encore conservées à cette époque (1967) au musée d’Argentat, on ne dispose d’aucun catalogue complet. Les provenances des objets sont incertaines pour les fouilles anciennes, et très incomplètement connues pour les fouilles récentes.

294Les fouilles anciennes et récentes ont mis au jour une quarantaine de monnaies en bronze et quelques exemplaires en argent. Parmi ces derniers figure un exemplaire du type « severed head » de D. Nash, variété A (Nash 1978, fig. 1, pl. 91) ; cette monnaie lémovice, dont le poids (2,10 g) et le type se rapprochent de ceux des monnaies du trésor de Bénévent, aurait été frappée bien avant la guerre des Gaules ; un exemplaire de la variante B aurait également été recueilli (Desbordes, Perrier 1987). Le numéraire le mieux représenté est le groupe « crane and trefoil » de D. Nash (1978) avec une monnaie en argent fourré (BN 4068/ 4072), et dix‑sept monnaies en bronze. Un seul potin, légende q. doci, a été signalé.

  • 10 Ainsi l’habitat A10 a livré –entre autres– neuf fibules, plusieurs anneaux, fragments de bracelet, (...)

295A. et J. Murat ont recensé en 1967 une trentaine de fibules en bronze, découvertes dans les fouilles effectuées jusqu’en 1953 ; en 1987, J. Murat parle de vingt et une fibules (récoltes effectuées après 1953 ?), également en bronze, dont la majorité appartient au type de Nauheim. Les autres fibules ne sont pas décrites, mais les dessins de la publication de 1967 suggèrent la présence d’autres fibules à corde interne (filiforme ou Kragenfibel). La présence d’un tel nombre de fibules en bronze s’explique en partie par leur localisation dans la zone sud‑est du site, où une importante concentration d’objets et de scories de bronze atteste probablement l’existence d’un atelier de bronzier10.

296Parmi les rares objets de parure connus figure au moins une perle de type Haevernick 23 en verre violet veiné de blanc. Une perle bleu clair, avec un décor de cercles concentriques gris et bleu foncé, évoque les trouvailles de La Tène ancienne ou moyenne. Il existe aussi de petites perles monochromes et des anneaux translucides avec alternance de tranches plus claires ou blanches. Parmi les objets remarquables, il faut signaler un bracelet creux à décor incisé proche des exemplaires de Bâle/Usine à gaz, et un anneau orné d’une pendeloque sphérique qui peut être un élément de chaîne‑ceinture d’un type fréquemment recueilli dans les sépultures de La Tène moyenne (par exemple en Suisse ; Viollier 1916, pl. 29, no 1, ou pl. 30, no 3 ; Krämer 1985, pl. 5 ou 9).

297Pour autant qu’on puisse en juger d’après les sources écrites, les amphores constituent la totalité du mobilier d’importation. Les restes en sont présents dans tous les sondages, mais peu abondants –J. Murat estime que le nombre d’individus avoisine la dizaine. Il s’agit à peu près certainement d’amphores italiques de type Dressel 1 –et même de Dressel 1A, puisque les rapports de E. Bombai mentionnent une hauteur de 1 m à 1,10 m, voire, pour certaines, de gréco‑italiques, selon J. Murat, qui cite le cas de lèvres extra‑plates (Murat 1984 : 41). Toutefois il a aussi mentionné l’existence de « fragments de dolia ou de grandes amphores dont les cols évoquent certaines amphores espagnoles », sans qu’il soit possible de déterminer la nature exacte de ces objets.

298De la céramique campanienne a été également recueillie sur le site (Morel 1985), mais la pâte grise mentionnée par les Murat n’évoque pas précisément la campanienne B, contrairement à leurs affirmations ; ce sont peut‑être des productions méridionales classées dans le cercle de la campanienne C, à moins qu’il ne s’agisse de tessons surcuits.

299Selon les observations des fouilleurs, la céramique non tournée à pâte grossière, cuite en atmosphère A primitive, représente les 3/4 du matériel céramique ; les formes les plus représentées sont des vases à cuire, des écuelles carénées presque toujours incisées à l’épaule, parfois ornées d’un cordon digité. Des formes hautes, des écuelles à bord rentrant et des assiettes sont fabriquées dans une pâte moins grossière, cuite également en mode A primitif et lissée. Les vases restants sont fabriqués en céramique fine tournée de couleur grise : bols ou coupes imitant des formes de céramique campanienne A, urnes décorées de cannelures ou de lignes horizontales incisées, gobelets tronconiques ou cylindriques.

Pommiers (Aisne)

300Bibliographie : Vauvillé 1888 ; 1904 ; Blanchet 1905 : 484 ; Vauvillé 1906 ; Vauvillé 1912 ; Allen 1972 ; Colbert de Beaulieu 1973 : 226, 355‑356 ; Foucart 1973 ; Scheers 1977 ; Foucart 1979 ; Debord, Nomine 1983 ; Debord 1984 ; Brun, Debord 1991 ; Guichard et al. 1993.

301Très récemment encore, les seules données connues sur le site étaient dues aux fouilles de O. Vauvillé effectuées à la fin du xixe s. Une petite intervention menée en 1977 au pied de l’oppidum sur une surface de 2 500 m2 a révélé l’existence de plusieurs fosses, enclos et fossés ; le mobilier, rare, n’a pas permis de dater précisément ces structures (qui appartiennent cependant à la fin de l’âge du Fer). D’autres explorations ont été menées il y a peu par P. Brun et son équipe, mais là aussi le mobilier recueilli est trop faible pour en tirer des conclusions chronologiques. On présentera donc ici principalement les fouilles anciennes, accompagnées de quelques données issues des ramassages de surface.

302Le site est un éperon barré par un talus en terre précédé d’un fossé, délimitant une surface d’environ 40 ha. Les travaux de O. Vauvillé ont porté sur les fortifications et sur l’intérieur de l’enceinte. Les coupes très schématiques du rempart et du fossé, les observations relativement précises sur la stratigraphie, mais très pauvres sur le mobilier recueilli, ne permettent pas de dater les fortifications. On sait seulement que la couche supérieure du remplissage du fossé contient du mobilier gallo‑romain et médiéval, et qu’au fond du fossé ont été recueillis des silex taillés mélangés à de la céramique « gauloise » et à des scories de fer. Vauvillé signale aussi une fibule en fer et quatre bronzes frappés du type lt 8106. Les structures à l’intérieur de l’enceinte sont à peu près inconnues, ainsi que le mobilier qui leur est associé.

303On dispose, pour le mobilier recueilli dans les fouilles du xixe s., de plusieurs nomenclatures dont la précision est variable. L’inventaire des monnaies et des fibules est relativement complet, mais le reste du mobilier est simplement évoqué par comparaison avec les objets provenant du Mont‑Beuvray, d’Alésia, de Saint‑Pierre‑en‑Chastres et de Boviolles exposés dans les vitrines du musée des Antiquités nationales. Aucun dessin n’a été publié, et le mobilier aujourd’hui dispersé n’est plus étudiable.

304O. Vauvillé (1904) a recensé vingt‑cinq monnaies romaines et mille neuf cent quarante‑cinq monnaies gauloises, dans les proportions d’alliage suivantes (calculées sur mille cinq cent vingt‑cinq monnaies) : or, dix ; argent, cent : bronze, mille trois cent cinq ; potins, cent dix.

305Cent vingt‑huit types ont été identifiés. Le type dominant est le monnayage d’or, d’argent et de bronze de criciru (Scheers 27) qui représente presque un millier de monnaies. Les statères dérivent du statère anépigraphe des Suessions et font suite aux classes III et IV de ces derniers ; ils auraient donc été frappés après 57 av. J.‑C., le passage à l’argent et au bronze se faisant cependant avant 50 av. J.‑C. (Scheers 1977 : 71). Les monnaies romaines comprennent vingt et un deniers dont deux émis après 50 av. J.‑C. (les autres étant émis, sauf le plus ancien, entre 139 et 72), un as non décrit, deux monnaies d’Auguste, une de Tibère et une de Victorien.

306D’autres récoltes monétaires sont connues, soit d’après Vauvillé lui‑même (elles ont été recensées par S. Scheers), soit à partir des ramassages récents (Foucart 1973 ; Foucart 1979 ; Brun, Debord 1991 ; Debord, Nomine 1983). Le décompte global le plus récent est celui de P. Pion (Guichard et al. 1993). Nous renvoyons à ces différents ouvrages pour le détail.

307Dans l’inventaire de O. Vauvillé (1912) sont décrites sommairement cent deux fibules dont treize seulement ont été dessinées. Les décomptes ne sont en réalité guère fiables, car ils mélangent souvent des exemplaires de type différent. On peut signaler ainsi la confusion entre les fibules à griffe du type Almgren 241 et les fibules à charnière du type d’Alésia ou dérivées, qui n’ont pas été identifiées séparément. De même, plusieurs variétés ont été mélangées dans la rubrique fibules à arc plat ou de section ronde (fibules avec ou sans griffe). Il ressort cependant nettement de cet inventaire que les fibules à griffe et à charnière prédominent, que le bronze l’emporte largement sur le fer (mais n’aurait‑on pas ignoré les exemplaires en fer trop oxydés ?), que les fibules à collerettes (Kragenfibeln) et les fibules à disque médian sont abondantes, et qu’inversement la fibule de Nauheim est rare.

308L’inventaire comptabilise vingt‑neuf fibules en fer, dont la seule figurée est à corde interne, porte‑ardillon plein et arc coudé (type 4b de M. Feugère). Les soixante‑treize autres sont en bronze et de types variés, la plupart à griffe ou à charnière. Vingt‑trois exemplaires ont un ressort de six spires ; la fibule représentée apparaît comme un compromis entre les variantes a et b du type 9 de M. Feugère. Seize autres appartiennent soit au type Almgren 241/Feugère type 9b (très proche des exemplaires de Bâle/Cathédrale), soit au type d’Alésia ; les deux variétés ont été comptées ensemble, car Vauvillé n’a pas remarqué la différence de système de fermeture (ressort et charnière) et s’est fondé sur la forme triangulaire de l’arc pour faire ses comptages. Dix‑huit fibules à charnière appartiennent soit au type d’Alésia soit au type d’Aucissa (Feugère 21 et 22). On compte encore douze Kragenfibeln, Feugère type 10, une fibule de Nauheim à porte‑ardillon plein, une fibule à arc demi‑rond, ressort à six spires et griffe, une fibule type Feugère 6c, et une fibule à disque médian, type Feugère 15.

309Au moins une dizaine de perles en verre ont été recueillies par O. Vauvillé ; il les compare aux découvertes de Stradonice décrites par J.‑L. Pic sans fournir aucun dessin (comme pour les autres mobiliers à l’exception des fibules). De ces comparaisons, on peut cependant tirer les deux conclusions suivantes (d’ailleurs reprises par T. Haevernick) :
– au moins deux perles en verre foncé rubané de jaune appartiennent au type Haevernick 23 (Pic 1906, pl. VI, 4, 32) ;
– au moins six perles appartiennent au type Haevernick 24 (Pic 1906, pl. VI, 9, 10, 15, 16).

310Vauvillé a mentionné de nombreux fragments d’amphores en terre rouge, et renvoyé pour comparaison au mobilier de Bibracte, parmi lequel des amphores vinaires Dressel 1 (album de Thiollier, pl. XIX) mais aussi d’autres types (pl. XXIX, no 10). Il a cité également quelques marques : at, ce, cie, ml, mm, rcie, ss. Des ramassages récents ont livré un certain nombre de bords d’amphores, dont nous avons pu voir par l’intermédiaire de Bruno Robert les dessins des profils ; il est certain qu’il s’y trouve des Dressel 1, mais aussi des Pascual 1, des Dressel 2/4, et probablement d’autres types encore (Haltern 71 notamment). Ces fragments devraient faire l’objet d’une publication prochaine.

311Les descriptions laissées par Vauvillé font aussi état d’assiettes et d’écuelles, de cruches à anses, de bols tripodes, de dolia... Il a noté parmi les décors des lignes lissées concentriques, faites au tour, des moulures, des guillochis. Mais la dispersion des collections et l’absence de dessins interdisent toute exploitation utile de ce mobilier.

Pons (Charente‑Maritime)

312Bibliographie : Gabet 1966 ; Latreuille, Lassarade 1969 ; Lassarade 1970 ; Piveteau 1971 ; Lassarade 1978 ; Hiernard 1982 ; Perrichet‑Thomas 1984 ; Lassarade 1986.

313Le site de Pons est un éperon barré qui domine un confluent de deux rivières, la Seugne et la Soute. La surface délimitée est importante, environ 100 ha. Autour de l’enceinte, plusieurs ensembles de fossés circulaires ou quadrangulaires ainsi qu’une tombe à char (tombe de Tesson) ont été signalés et parfois fouillés. Ces structures ont livré du mobilier du premier âge du Fer et de La Tène finale.

314Les fortifications n’ont jamais été explorées ; elles ont toutefois fait l’objet d’observations ponctuelles lors de la construction de voies d’accès. Le rempart est un talus de terre et de pierres parementé en pierres sèches (dont la coupe montre qu’il a dû connaître plusieurs états de construction) précédé d’un large fossé.

315Plusieurs fouilles de sauvetage à l’intérieur de l’enceinte ont mis au jour des fosses‑dépotoirs et un niveau cendreux uniforme. Des vestiges gallo‑romains (aqueducs, débris architecturaux) sont localisés vers la pointe de l’éperon ; là s’est développée également l’occupation médiévale. L’occupation gallo‑romaine ne s’est donc pas superposée à l’habitat protohistorique, dont on estime l’étendue à 7 ou 8 ha.

316Les structures et le mobilier n’ont pas encore fait l’objet d’une publication exhaustive. L’ensemble le mieux connu est celui dénommé « dépotoir Magnard », d’après le nom du propriétaire du terrain sur lequel il a été découvert ; des observations ponctuelles amènent par ailleurs quelques renseignements complémentaires.

317Découvert fortuitement en 1969 dans un jardin, le « dépotoir Magnard » a livré plusieurs milliers de tessons d’amphores et de céramique ; la fouille a été effectuée en une seule journée, sans relevés stratigraphiques. Il est possible que ce dépôt ait présenté des niveaux différents, car L. Lassarade parle d’une densité plus forte de céramique dans la partie supérieure ; on ne peut donc pas être tout à fait certain de son homogénéité.

318Deux amphores entières, dix‑neuf pointes et une quarantaine de lèvres ont été publiées par C. Perrichet‑Thomas. Il s’agit pour la presque totalité d’amphores italiques du type Dressel 1 ; les amphores entières mesurent 1 m et 1,05 m, les hauteurs de lèvre s’échelonnent de la façon suivante : h < 3,5 cm : cinq (11 %) ; 3,5 cm ≤ h ≤ 4,5 cm : trente‑deux (70 %) ; 4,5 cm < h < 5,5 cm : sept (15 %) ; h ≥ 5,5 cm : deux (4 %). C. Perrichet‑Thomas signale toutefois la présence d’au moins un individu (une pointe et quelques tessons) à pâte grise grossière, contenant des inclusions noires ou blanches, ainsi que de quelques fragments d’anse de section presque cylindrique, à pâte grossière également. Il faut donc admettre l’existence en petite quantité d’amphores non italiques (pâte de Bétique ?) dont la détermination nous échappe, en l’absence d’un examen visuel des fragments.

319Nettement moins abondante que les amphores, la céramique est aussi beaucoup moins connue. L. Lassarade a distingué plusieurs types de pâte : grossière, cuite en atmosphère oxydo‑réductrice ; mi‑fine, parfois feuilletée, de couleur grise à noire ; fine, gris clair ou noire. Les types identifiés sont des formes hautes à fond plat ou pied balustre, des écuelles carénées et à bord rentrant. Les décors sont rares et sont réalisés essentiellement à l’aide du tour : lignes ou bandes lissées, moulurations (un décor de baguettes), lignées ondées au peigne.

320Les publications anciennes parlent de la découverte de deux monnaies d’Alexandre et d’un statère de Philippe II de Macédoine disparus aujourd’hui. Elles signalent aussi quelques monnaies de bronze frappé au nom de contoutos (BN 4316‑4324 ; lt xii) et une monnaie à la croix. Les découvertes récentes de monnaies sont extrêmement rares, ce qui ne manque pas de surprendre eu égard au nombre et à la diversité des endroits fouillés ou observés : une seule monnaie de bronze de contoutos et un potin probablement turon (découvertes fortuites).

321Le mobilier métallique est tout aussi rare. Aucune fibule n’a été répertoriée, et un seul élément de parure nous est connu : un fragment de bracelet filiforme à double attache en spirale.

322La céramique du site présente dans l’ensemble des caractéristiques proches de celles du dépotoir Magnard ; s’y ajoutent toutefois des pâtes claires (roses) ; dans le répertoire des formes, des bassins bien connus dans cette région (Boudet 1986, forme B2), et dans celui des décors, des motifs lissés (croisillons, chevrons, lignes convergentes sur le fond des écuelles) et incisés (sur l’épaule des vases).

Roanne (Loire)

323Bibliographie : la publication des nouvelles fouilles de Roanne (Institution Saint‑Paul, ex‑institution Saint‑Joseph : Guichard et al. 1997, dAf 62) reprend l’ensemble des données publiées par M. Bessou (1976). Ces résultats importants n’ont malheureusement pas pu être intégrés à temps pour l’analyse chonologique, ils sont évoqués dans la discussion finale sur la périodisation. Ce sont donc les données de Bessou qui sont présentées ici. Par ailleurs, on pourra consulter avec profit le recensement bibliographique effectué par M. Vaginay, B. Sanial et C. Aulas dans « Les âges du Fer en Forez – Bibliographie et cartographie du département de la Loire », Cahiers archéologiques de la Loire, no 1, 1980‑81 : 21‑26, notices 11‑1 à 11‑3. D’autres études sont également intéressantes : Aulas 1980‑81, 82 ; Gentric, Poncet, 1984‑85 ; Sanial et al. 1983.

324Connu pour ses antiquités dès le xviie s., le site de Roanne a bénéficié à la fin du xixe s. de l’attention de Joseph Déchelette, qui classa et enrichit les collections existantes, à l’origine du musée portant aujourd’hui son nom. Mais il fallut attendre plus d’un demi‑siècle pour que le gisement révèle sa véritable richesse et son potentiel scientifique. Au site s’attache alors l’image d’un archéologue amateur éclairé, le père Bessou, directeur de l’institution religieuse Saint‑Joseph. Durant huit années, de 1961 à 1969, il explore 240 m2 dans l’enceinte de l’institution, en plusieurs sondages dictés au hasard des aménagements. Ses travaux publiés en 1976 constituent la première (et la seule pour l’instant) étude de synthèse sur la période de La Tène finale à Roanne. D’autres explorations, menées dans les années 1970 en face de l’institution Saint‑Joseph (rue Gilbertès), ont mis au jour des structures et du mobilier comparables au précédent, mais n’ont pas encore fait l’objet d’une publication d’ensemble. Récemment, de nouvelles fouilles ont eu lieu à l’institution Saint‑Joseph (devenu lycée privé Saint‑Paul), dont les résultats sont sur le point d’être publiés.

325Les observations de l’abbé Bessou sur la stratigraphie de l’institution Saint‑Joseph sont très succinctes. Sous le sol moderne, on rencontre un niveau des xvie et xviie s., puis des substructions et niveaux gallo‑romains s’étendant de la fin du ier s. au iiie s. ap. J.‑C. Encore au‑dessous se trouvent des couches attribuées à l’époque « gallo‑romaine très précoce et gauloise de la fin de l’indépendance », recouvrant un sol établi sur le « substrat » sablonneux, percé de fosses, foyers, trous de poteaux et une palissade. Enfin ce remblai sablonneux, interprété par Bessou comme la grève des rives de la Loire, a lui‑même livré du mobilier.

326Le traitement du mobilier a été limité aux niveaux les plus profonds, c’est‑à‑dire ceux qui se situent avant « la double apparition, à peu près contemporaine, de la poterie arétine importée et du vase peint de type indigène dit "de Roanne" » (Bessou 1976 : 5). Dans cet ensemble, les regroupements et collages de la céramique ont permis de classer les structures et leur mobilier en trois « périodes » successives dans l’échantillon choisi. Ces trois phases ont été confirmées, dans les grandes lignes, par les chercheurs qui ont travaillé sur le gisement de Gilbertès.

327Malheureusement l’abbé Bessou n’a pas pu achever le travail commencé à Roanne. Si l’on connaît assez bien le décompte général du petit mobilier –monnaies, fibules– ou de la céramique remarquable –campanienne par exemple–, beaucoup d’incertitudes demeurent sur l’attribution de certains objets à l’une ou l’autre de ces périodes. Les ensembles mobiliers n’ont donc pas été reconstitués.

328La répartition des monnaies dans ce site est incomplètement connue, notamment en ce qui concerne la fouille de l’institution Saint‑Joseph ; toutefois, les décomptes publiés par l’abbé Bessou permettent de se faire une idée relativement précise du faciès monétaire dans les trois périodes. L’étude des monnaies des différents contextes de Roanne a été complétée par G. Gentric en 1985 ; un nouveau décompte prenant en considération les découvertes récentes a été publié en 1993 (Guichard et al. 1993), et sera détaillé dans la publication à venir des fouilles de l’institution Saint‑Paul. On renverra donc à ces différents documents, en soulignant quelques points sur les découvertes de Bessou :
– la période 1 de Bessou est caractérisée par la présence de monnaies d’argent (parmi lesquelles dominent les oboles ou imitations d’oboles de Marseille) et de potins ; les seules monnaies de bronze recueillies sont des bronzes frappés de Marseille ;
– la période 2 de Bessou comprend deux monnaies romaines dont l’une, un denier romain, est frappée vers 85 av. J.‑C. ; elle compte aussi trois monnaies d’argent (une arverne et deux deniers gaulois), et dix‑sept potins ;
– la période 3 associe deux as romains (dont un as copia de Lyon) avec une monnaie en argent biturige et dix‑sept potins.

329D’autres monnaies sont décrites par G. Gentric comme appartenant à la période 3 de l’institution Saint‑Joseph. Toutefois l’abbé Bessou, tout en avouant les difficultés qu’il rencontre à vouloir subdiviser la période 3, attribue ces monnaies aux structures les plus récentes de celle‑ci, c’est‑à‑dire à celles qui voient apparaître la céramique sigillée (Bessou 1976 : 65). Il s’agit de quatre deniers du Centre‑Est, de quatre bronzes frappés dont deux légendés germanusindutilu l., et d’un nombre inconnu de potins, auxquels s’adjoignent des as de Nîmes et des monnaies d’argent et de bronze d’Auguste. Enfin, plusieurs monnaies non identifiables ont été attribuées aux trois périodes par G. Gentric (deux bronzes frappés et deux potins proviennent peut‑être de la période 1, un bronze frappé provient de la période 3).

330Le catalogue des fibules a été dressé par M. Bessou pour l’ensemble des couches. L’attribution à une période précise reste cependant incertaine pour certains objets, les affirmations de l’abbé Bessou se contredisant entre le catalogue et le commentaire. On peut déduire de ces observations les faits suivants :
– à la période 1 appartiennent toutes les fibules en fer sûrement de schéma La Tène 2 ainsi qu’une partie des fibules en fer de schéma La Tène 3 et à tête couvrante en fer (type Feugère 7a) ;
– à la période 2 appartiennent quatre ou cinq fibules filiformes en fer de schéma La Tène 3 ou à corde externe non déterminables (schéma La Tène 2 ou plutôt La Tène 3), deux fibules de Nauheim à arc étroit en bronze (type Feugère 5), une fibule à coquille en bronze (type Feugère 7b), deux Knotenfibeln en bronze (ype Feugère 8a1 et 8a2) ; une fibule filiforme en fer et une fibule à tête couvrante en bronze (Feugère 7a) appartiennent à cette période ou à la suivante ;
– la période 3 comprend trois fibules de Nauheim en bronze (Feugère 5a), et un exemplaire des types suivants : fibule à coquille en bronze, type Feugère 7b ; fibule à disque médian, plaquettes et griffes en bronze, type Feugère 15 ; fibule à ressort protégé en bronze dont l’allure rappelle celle des Kragenfibeln.

331Quatre fragments de bracelet en verre violet proviennent des périodes 1 à 2, et deux bracelets (l’un bleu, l’autre pourpre) de la période 3. Tous sont de section semi‑circulaire (type Haevernick 3) sauf un (type Haevernick 2). Aux périodes 1 et 2 se rattachent aussi un anneau violet et deux perles « bigarrées » qui peuvent appartenir aux types Haevernick 23 à 25 ; la période 3 a livré une grosse perle jaune et deux petites perles rouges (ambre ?).

332Enfin, pour en terminer avec les parures, il faut signaler l’existence d’une agrafe de ceinture dont la localisation nous échappe et dont la forme (circulaire, avec languette courte) appartient à La Tène finale (Bessou 1976, pl. 13, no 3).

333Bessou a comptabilisé quarante‑quatre tessons de céramique campanienne sur l’ensemble du site (quatorze de la variante A, trente de la famille « B »), issus des couches classées dans les trois périodes. Comme pour les fibules, les provenances exacte des objets et le décompte par niveau ne sont pas assurés.

334Du niveau le plus ancien provient de façon certaine un fragment à décor estampé à pâte brun saumon et vernis noir mat régulier, appartenant à la famille des vases Morel F 2820 (Lamboglia 27c ?). Le reste appartient presque exclusivement à la campanienne A ; quelques fragments à pâte jaunâtre et glaçure terne sont attribués à la campanienne B.

335On recueille dans les niveaux de la période 2 de la campanienne A et « B » ; certains tessons classés dans cette dernière famille se caractérisent par une glaçure de mauvaise qualité, marron ou noir terne. Les formes identifiées sont les suivantes : en campanienne A, Lamboglia 33, en particulier Morel 2978a1 ; en campanienne « B », Lamboglia 3, Morel F 7552a1 et F 7553a1 et Lamboglia 2, Morel espèce 1220, en particulier 1222.

336La campanienne « B » l’emporte largement sur la campanienne A dans la période 3. M. Bessou a identifié entre autres les formes suivantes : Lamboglia 16 ; vernis brun orangé ; Lamboglia 5, Morel F 2283, en campanienne A tardive : pâte rouge brun assez grossière, vernis noir brillant (rouge sombre en cercle sur le fond du plat), marron sous le pied ; décor de cercle concentrique.

337Presque toutes les amphores sont soit gréco‑italiques, soit italiques de type Dressel 1 dans les niveaux des trois premières périodes (à l’exception de quelques‑unes de type Pascual 1 : Bessou 1976, pl. 20, no 31). La répartition quantitative est mal connue. Le niveau le plus ancien (sous le sol) n’en a livré aucune ; elles sont en revanche extrêmement abondantes à partir de la période 2 et fréquemment réemployées. L’abbé Bessou a isolé un type de « petite amphore » caractéristique de la période 1, dont aucun exemplaire entier n’a pu être remonté. Le pied en bouton et la panse en toupie renvoient probablement au type gréco‑italique, mais d’autres fragments sont plus certainement attribuables au type Dressel 1A. Celui‑ci est bien représenté par un exemplaire complet, que Bessou considère comme représentatif de la Dressel 1B, mais qui correspond aux critères d’identification de la Dressel 1A selon A. Hesnard. Les estampilles ont été publiées par C. Aulas (1980‑1981).

338L’éventail des hauteurs de lèvre de Dressel 1 s’étale entre 4 et 9 cm ; un exemplaire de 7,5 cm appartient au type Dressel 1C (Bessou 1976, pl. 20, no 32). La répartition par groupes de hauteur de lèvres, tels que nous les avons définis, n’est pas disponible ; on peut toutefois faire certaines remarques sur ce sujet à partir de l’étude effectuée en 1983 par C. Aulas. Celle‑ci confirme la présence d’amphores du groupe I (hauteur inférieure à 35 mm) dans la période 1 où elles sont largement majoritaires, leur décroissance à la période 2 et leur inexistence à la période 3. Le groupe II (hauteur comprise entre 35 et 45 mm : correspond aux amphores du deuxième type et à une partie des amphores du troisième type de C. Aulas) décroît également ; il semble toutefois, en proportion relative, le groupe le mieux représenté de la période 2, et ne disparaît pas complètement à la période 3. Au cours de cette dernière, ce sont principalement les groupes III et IV qui constituent la masse principale des découvertes.

339La céramique fine importée ou de tradition méditerranéenne est représentée par des vases à paroi fine qui ne sont signalés qu’à partir de la période 3. Cinq formes sont présentes : gobelet à décor clouté ou réalisé à la molette, tasses, urne‑gobelet à rebord rond ou concave, gobelet à rebord concave et décor d’épines à la barbotine. On notera aussi l’existence à la période 2 de bol (s ?) en céramique à relief hellénistique (Bessou 1976, pl. 53, no 9). La céramique commune de tradition méditerranéenne est attestée dès la période 2 par des cruches en pâte claire à lèvre en bourrelet effilé et pied annulaire à face externe arrondie, et à la période 3 par des plats à revêtement interne rouge (engobe interne rouge pompéien). Enfin, la céramique grise catalane est représentée par une cruche à une anse (le « pichet ampuritain ») que Bessou ne décrit que pour la période 3, mais qui est certainement aussi présent dans les niveaux antérieurs.

340M. Bessou a isolé sommairement et plutôt de façon intuitive trois catégories de céramique indigène : fine, semi‑fine, grossière (la céramique peinte restant à part). Seule la catégorie demi‑fine est à peu près décrite : parois et pâte plutôt fines, cuisson et montage au tour imparfaits. En pesant le mobilier céramique de quatre contextes témoins (deux fosses appartenant à la période 1, une fosse à la période 2, une fosse à la période 3), il a pu constater que la proportion de la céramique fine augmente avec le temps, tout en notant que cette progression s’accompagne d’un net déclin de la proportion de céramique peinte (Bessou 1976 : 61 et pl. 62).

341Aucune forme n’a pu être reconstituée parmi le mobilier céramique du niveau le plus ancien, très fragmentaire. Les formes à carène accentuée y sont fréquentes ; deux pieds creux élevés et bagués sont à rapprocher de quelques éléments de Goincet (Vaginay, Guichard 1984 : 217, fig. 11, no 3) et de Feurs (Vaginay, Guichard 1988 : 103, fig. 80, no 14).

342La céramique grossière non tournée, cuite en mode A primitif, est très largement majoritaire dans la période 1. La finition se limite au balayage ou au peignage rapide des parois sur les formes hautes, parfois au lissage sur les formes basses. Toutes les formes reconstituées ont un fond plat ou légèrement soulevé. L’écuelle à bord rentrant, qui porte souvent à l’intérieur un décor lissé rayonnant (lignes verticales, droites ou ondées), est la mieux représentée. La « terrine » est proche de la précédente mais plus profonde et en général pourvue d’un bord aplati qui porte un décor incisé ou impressionné au doigt. Ce bord peut être complètement plat, triangulaire et rainuré de sillons parallèles comme dans les vases de type Besançon (Bessou 1976, pl. 41, nos 5, 7). Les vases à cuire ou à provision (ibid., pl. 38 ; pl. 31, nos 6, 10) et les marmites ont en commun des caractéristiques de pâte et de cuisson, de profil du rebord (parfois mouluré), et de décor (épaule décorée d’incisions, col parfois enduit de mica). Entre ces deux variétés seules les proportions diffèrent, les premières étant des formes hautes fermées et les secondes des formes basses et plates. Les vases à cuire micacés et à bord mouluré entrent dans la famille des vases dits de type Besançon. Certains dolia présentent les mêmes caractères mais sont de taille plus importante.

343La céramique fine est peu représentée au regard de la céramique mi‑fine. Les formes hautes comprennent des gobelets peints à panse cylindrique ; des urnes ovoïdes volumineuses, parfois dotées d’un pied très étroit, peintes (Bessou 1976, pl. 29, no 2), ou fabriquées en céramique sombre ; des urnes « bi‑tronconiques » dont la panse est carénée vers le milieu du vase, et la liaison col‑panse marquée par une série de ressauts ; des vases‑balustres, presque toujours peints (décor zoomorphe et/ou géométrique ; ibid. : 27, no 4) ; de rares vase‑tonnelets peints (décor zoomorphe et/ou géométrique) : un des exemplaires (ibid., pl. 26, no 4) trouve un équivalent exact à Bâle/Usine à gaz (Furger‑Gunti, Berger 1980, pl. 113, no 1926) ; des urnes à piédestal en céramique noire, version volumineuse du vase‑balustre ; la liaison col‑panse est marquée par un renflement (Bessou 1976, pl. 29, no 1).

344Les formes basses sont des écuelles carénées à profil en S, généralement en céramique noire lissée, parfois aussi en céramique peinte ; des écuelles à bord rentrant, bien moins nombreuses que celles produites en céramique grossière, mais mieux finies et présentant aussi des décors lissés internes –lignes rayonnantes, bandes horizontales concentriques ; des bols ou coupes hémisphériques, imitations de la forme en céramique campanienne A Lamboglia 31 (Morel F 2950 et 2970), en céramique noire lissée (fond parfois ombiliqué portant un décor estampé), ou en céramique peinte (Bessou 1976, pl. 32, no 1) : d’assez nombreux exemplaires ont une panse ornée d’incisions horizontales concentriques ou de baguettes ; des assiettes à marli imitant la forme Lamboglia 36 (Morel F 1310), toujours en céramique fine à surface noire lissée.

345La période 2 est marquée sur le plan technologique par une amélioration de la cuisson des céramiques fines et mi‑fines, toujours cuites en mode A, mais de façon plus homogène. En ce qui concerne la typologie, on note certains changements dans le répertoire des formes connues à la période précédente, à l’exception de la céramique grossière qui reste à peu près inchangée :
– disparition des vases‑tonnelets, du décor peint zoomorphe ; les assiettes à marli sont en diminution ;
– apparition de nouvelles formes : assiettes imitées de la campanienne B, formes Lamboglia 5 et 7 dont le fond est orné de cercles gravés concentriques, à l’imitation des décors guillochés des modèles campaniens ; autres formes imitant la campanienne B, à vasque plus profonde : Lamboglia 2 ou C ; Lamboglia 17/19 ;
– modification de certaines formes : les écuelles carénées, plus profondes, sont munies d’un pied annulaire et d’un fond soulevé et portent une baguette à l’épaulement ; des variantes plus franchement hémisphériques, à pied annulaire, sont ornées d’une bande ondée au peigne délimitée par des cannelures (Bessou 1976, pl. 124, no 5) ; d’autres, qui reposent sur un fond soulevé ou ombiliqué, sont décorées à la molette, ocellées ou estampées (ibid., pl. 124, no 6). Ces variantes sont parfois micacées ou engobées de blanc. Les écuelles à bord rentrant en céramique fine, nettement plus abondantes que dans la période précédente, subissent l’influence des assiettes imitées de la campanienne B ; leur fond tend à se soulever, elles portent encore des décors lissés rayonnants, ou concentriques (lignes et bandes horizontales droites ou ondées) ; les bols ou coupes imités de la céramique campanienne A n’ont plus de fond estampé, leur panse tend à la verticale ; à l’exception d’un exemplaire peint et d’un autre avec une zone ondée au peigne, ils sont tous simplement lissés. Vases‑balustres ou à piédestal, gobelets cylindriques, urnes tronconiques ou ovoïdes se perpétuent. Dans cette dernière catégorie apparaissent en grand nombre des vases dont le col et le fond ont sensiblement le même diamètre, et munis d’une lèvre éversée ; la panse est ornée d’une ou deux bandes ondées au peigne, encadrées par une mouluration.

346C’est en étudiant la céramique que M. Bessou avouait sa difficulté à cerner la période 3, car il y aurait eu matière, selon lui, à démontrer l’existence de deux phases successives. L’absence d’une stratigraphie cohérente qui lui aurait permis d’établir une chronologie relative, l’extrême variété des modes de cuisson et de finition affectant des formes identiques, le firent renoncer à subdiviser la période 3. Il fit cependant un certain nombre d’observations importantes :
– les céramiques fines grises, cuites en mode B, apparaissent à la période 3, suivies ensuite par les céramiques à vernis orangé ;
– les formes en céramique fine de la période précédente se perpétuent dans cette pâte grise, avec certains changements notables et des variantes : l’écuelle carénée à profil en S disparaît au profit de formes à carène plus anguleuses, à parois droites subverticales, fréquemment décorées à la molette ; à la fin de la période apparaissent des formes munies d’une lèvre concave ; l’écuelle hémisphérique à fond ombiliqué se modifie aussi (lèvre déjetée, fond soulevé sur toute sa largeur), on la trouve également en céramique peinte avec un décor géométrique en registre horizontal qui annonce le bol de Roanne ;
– les décors se simplifient : diminution ou disparition des zones ondées au peigne, développement du décor de lignes concentriques horizontales ; la panse des vases‑balustres ou à piédestal est plus volumineuse.

347La morphologie de l’assiette à bord droit en pâte grise évolue peu, mais elle est plus fréquemment décorée de lignes concentriques, puis en définitive unie à la fin de la période. À ce moment‑là, on trouve des exemplaires en pâte claire à vernis orangé dont le fond est orné d’un guillochis concentrique ; ce type d’assiette, à partir de cette époque, se rattache au courant d’imitation de la céramique sigillée italique précoce, dont les formes décrites ci‑dessous témoignent également. De la même façon, les assiettes à vasque profonde sont présentes en pâte grise, mais aussi en pâte claire avec une couverte rouge sombre ou un vernis orangé, pour lesquelles on peut trouver certaines correspondances dans des formes précoces de la sigillée italique : Goudineau 2 et 5.

348D’autres formes nouvelles sont plus explicitement imitées de la céramique sigillée : des coupes imitant les formes Goudineau 13 ou Oberaden 5/Haltern 7, en céramique grise, une tasse à vernis orangé et décor guilloché imitant la forme Haltern 14.

Saint‑Marcel (Indre)

Argentomagus

349Bibliographie : Allain et al. 1966 ; Cothenet 1968 ; Albert, Fauduet 1976 ; Dupoux, Roche 1976 ; Fauduet 1982a ; 1983 ; Dumasy 1990.

350Le site est installé sur un plateau dominant la vallée de la Creuse. Protégé par d’assez fortes pentes sur deux côtés, il est défendu sur le troisième par une fortification composée d’un rempart récemment exploré (il s’agit dans son premier état d’un murus gallicus) et d’un fossé. L’ensemble enclos couvre une surface d’environ 30 ha. L’apport, à l’époque médiévale, de terre destinée à la culture de la vigne a permis une bonne conservation des vestiges.

351Depuis les années 60, plusieurs explorations ont mis au jour de nombreuses structures monumentales (trois fana, une fontaine, des thermes, un théâtre et un amphithéâtre) ainsi que deux nécropoles. L’habitat est en revanche mal connu.

352L’activité de la ville semble avoir été intense pendant les quatre premiers siècles de notre ère. Les débuts de l’occupation sont difficiles à mettre en évidence, puisque ce sont surtout les structures monumentales, qui ne sont probablement pas les structures les plus anciennement établies sur le site, qui ont été fouillées. Deux sources permettent cependant de relever des indications sur la période ancienne du site : des fouilles de fosses‑dépotoirs et des inventaires de mobilier.

353Une fosse‑dépotoir, dite fosse 1, a été fouillée en 1964‑65 au sud du secteur des temples. Elle a livré au moins vingt‑huit monnaies identifiables : une monnaie en argent fourré du Centre‑Ouest inoc – BN 6378‑6380) ; sept bronzes frappés (atectori – BN 4329, lt xii, Centre‑Ouest ; abudos – BN 4154‑4171, biturige ; caliageis – BN 8000, carnute ? ; pixtilos – BN 7064, carnute ; contoutos – BN 4316‑4324, Centre‑Ouest ; un bronze inédit, biturige selon Nash 1978 : 190) ; dix‑sept potins dont la plupart non identifiables ; un denier romain g. licinivs c. f. macer – Sydenham 732 (émission vers 83 av. J.– C.) ; un grand bronze de Lyon imp caesar divi jvuv f/copia (émission vers 40 av. J.– C.) ; un demi‑as de Lyon divos ivlios/caesar divi f (émission même période ?).

354Neuf fibules en bronze ont été répertoriées (mais les objets de fer n’ont pas été étudiés) : quatre fibules à disque médian, Feugère type 15 (Albert, Fauduet 1976, nos 90‑92, 94) ; une fibule à ailettes, Feugère type 13c (ibid., no 74) ; une fibule du type Feugère 9b (ibid., no 69) ; une fibule à queue de paon, Feugère 16a (ibid., no 110) ; une fibule du type Feugère 14a (ibid, , no 37) ; une fibule du type d’Aucissa, Feugère 22a (ibid., no 121).

355Les autres parures consistent en une perle en lignite, un demi‑anneau en verre brun moucheté de blanc (type Haevernick 24 ?) et trois perles de très petite taille, non décrites.

356Un nombre minimum de treize vases en sigillée a été établi d’après les fonds, presque tous estampillés. Neuf de ces estampilles sont attribuables à des potiers arétins : Cneius Ateius, L. Tetti Samia, Sextus Annius, L. Titius Thyrsus (graphie proche à Haltern : Schnurbein 1981, I, pl. 81, nos 793‑794), Protus Calidus, L.S.G., C. Annius (peut provenir aussi de l’atelier de La Muette). Trois autres estampilles sont plus probablement attribuables à des potiers ayant œuvré en Gaule du Sud : Scovan, Ardacus (La Graufesenque), Lotvar ou Lotmar. Les formes sont mal connues. À part une tasse du service Ic (Haltern 7), toutes les formes appartiennent au service II de la sigillée italique ou à des formes précoces de la sigillée gauloise du Sud. Une imitation de sigillée à pâte beige clair, peinture rouge jaunâtre à l’extérieur imite une coupe de sigillée Goudineau 7, voire de la campanienne Morel F 1234 ou 1242.

357Six à huit vases à paroi fine ont été décomptés ; la plupart sinon la totalité, sont des gobelets d’aco. La fosse a aussi livré un fragment de lampe de type Vogelkopflampe. Dérivés des vases à paroi fine, ce sont des gobelets dits de type « Beuvray » cuits en mode A, peints en rouge à l’intérieur ; un décor de palmettes plus ou moins stylisées, encadré en haut par une zone lisse, en bas par une zone également peinte en rouge, recouvre la surface externe. La céramique commune claire de tradition méditerranéenne est représentée par une trentaine de cruches à engobe blanc, dotées d’une anse plate rainurée, et par des imitations de plat à engobe interne rouge (pâte grossière).

358Des fragments d’amphores ont été recueillis, mais ne sont pas décrits.

359Environ cent vingt formes en céramique grossière ont été individualisées parmi lesquelles dominent les vases à cuire réalisés en mode A primitif. À côté des écuelles à bord rentrant simple, peu nombreuses, figurent des écuelles à bord rentrant mouluré et des marmites tripodes. La céramique mi‑fine et fine sombre et grise, environ une centaine de vases, est dominée par les assiettes à bord droit (près de la moitié des formes) et les bols carénés moulurés et parfois ondés au peigne, fréquents dans le centre de la Gaule (comparer avec Levroux/Colline des Tours, Amboise niveau supérieur, Roanne période 3, Gergovie...). Une dizaine de vases‑bobines ou prototypes de cette forme, à panse décorée de cordons ont été aussi recueillis ; ils côtoient quelques imitations de céramique campanienne : assiettes à lèvre pendante simple (Lamboglia 36 ?) ou moulurée (Lamboglia 6), coupe proche de Morel F 2650.

360La céramique claire se limite presque essentiellement à de la céramique peinte : fond peint en rouge sur lequel figurent des lignes de pointillés effectuées à la molette.

361Plus de deux mille monnaies ont été recueillies sur le site d’Argentomagus. Elles n’ont été que très partiellement étudiées (Cothenet 1968 ; Dupoux, Roche 1976 ; Nash 1978). Les espèces dominantes sont les bronzes frappés, au sein desquels les anonymes des Bituriges, à la tête de loup et au Pégase (BN 4220‑4257, 4278‑4281) sont les mieux représentés. Les monnaies d’argent, bituriges pour la plupart, sont peu nombreuses, les potins presque absents. Il faut compter encore une trentaine d’oboles et hémi‑oboles de Marseille à la roue (lt ii). Les poids des exemplaires complets, généralement usés, s’étalent entre 0,22 g et 0,44 g, avec une fréquence forte autour de 0,27‑ 0,28 g et 0,32 g (ce dernier correspond au poids théorique de l’hémi‑obole), et une plus faible concentration entre 0,37 et 0,44 g, que l’on peut attribuer à des oboles de poids affaibli. Une seule de ces monnaies, pesant 0,23 g, pourrait sur le plan du style remonter au iie s. av. J.‑C.

362Les fibules ont été anciennement étudiées par Isabelle Fauduet, et nous renvoyons à ses décomptes (Albert, Fauduet 1976). Il est bon de rappeler sommairement les particularités des découvertes liées à l’habitat en comparaison avec celles des sanctuaires et des nécropoles : Fosses d’habitat : 17 fibules, dont

fibules à ressort nu (sauf pseudo‑La Tène 2)

30 %

fibules à griffe fibules à ressort protégé

41 %

et fibules à charnière

29 %

pseudo‑La Tène 2

363Sanctuaires : 55 fibules, dont

fibules à ressort nu (sauf pseudo‑La Tène 2)

16 %

fibules à griffe fibules à ressort protégé

41 %

et fibules à charnière

41 %

pseudo‑La Tène 2

2 % *

364* il se peut que ce pourcentage soit en réalité plus important car les exemplaires fragmentés (nombreux) n’ont pas été comptabilisés.

365Nécropoles : 15 fibules, dont

fibules à ressort nu (sauf pseudo‑La Tène 2)

20 %

fibules à griffe fibules à ressort protégé

33,5 %

et fibules à charnière

33,5 %

pseudo‑La Tène 2

13 %

366Pour les trois ensembles, 100 % = total des exemplaires identifiables.

367Sur le total de ces trois ensembles, les fibules à ressort nu (pseudo‑La Tène 2 exclues) ne représentent que 20 % du total, contre 60 % pour les fibules à griffe ; ce sont les fosses liées à l’habitat qui ont livré la plus grande proportion de fibules à ressort nu et inversement le plus faible pourcentage de fibules à ressort protégé et à charnière. Il s’avère donc que le faciès des fibules de l’habitat est moins tardif que celui des sanctuaires et des nécropoles.

368I. Fauduet (1982a) a aussi décompté les bracelets du site. Parmi ceux‑ci figurent un bracelet tubulaire en bronze, à décor incisé, découvert dans une fosse d’habitat ; un bracelet filiforme à double attache en spirale également en bronze (Fauduet 1982a, pl. I, no 1), provenant d’un fanum ; un fragment de bracelet à section semi‑circulaire en lignite (ibid., pl. I, no 3) découvert dans une fosse d’habitat ; plusieurs bracelets lisses en verre bleu provenant du fanum est. Selon I. Fauduet, il n’existe pas de bracelets à côtes laténiens à Argentomagus. Nous avons pu voir au musée de Saint‑Marcel des fragments de bracelets en verre bleu à section triangulaire (Haevernick 2), ainsi qu’une perle en verre opaque jaune ornée de spirales bleues (type Haevernick 23).

369Nous avons également vu au musée de Saint‑Marcel quatre tessons appartenant au cercle de la campanienne B, dont l’un possède un vernis franchement brun rougeâtre. Un des fragments est un bord de patère Lamboglia 5.

Saint‑Marcel‑de‑Félines (Loire)

Le Crêt Chatelard

370Bibliographie : Durand 1899 ; Renaud 1943 ; Delporte 1961 ; Périchon 1974 ; Peyvel, Pionnier 1974a ; 1974b ; Vaginay et al. 1987 ; Orengo 1994.

371Le site, installé sur un plateau qui domine la rive droite de la Loire, est complètement entouré par un rempart qui enclôt une surface d’environ 22 ha ; le seul côté facilement accessible est barré par une levée de terre précédée d’un fossé. Des fouilles récentes ont montré que la fortification de contour est de type murus gallicus.

372Les fouilles faites au xixe s. sous la houlette de V. Durand ont mis en évidence une occupation gallo‑romaine intense jusqu’au iiie s. ap. J.‑C., qui se caractérise notamment par la présence de nombreux puits à eau (plusieurs centaines ?). D’autres fouilles ont été effectuées dans les années 70 au centre du plateau et ont mis au jour des fosses et des structures en pierres sèches. Un abondant mobilier a été recueilli et très inégalement étudié.

373Les fouilles du Bois du Cimetière ont concerné principalement une fosse dont le remplissage abondait particulièrement en amphores, scories et matériel ferreux. Deux monnaies au moins y ont été recueillies (denier du Centre‑Est q doci sam f, BN 5405‑5411 ; bronze frappé du Centre‑Est segisv, BN 4633). Les sept fibules identifiables sont toutes filiformes (corde externe et arc coudé, type Feugère 2a ; corde interne et arc coudé, type Feugère 4C2 ; corde interne, Feugère 4C1 ?)

374Les amphores constituent la plus grande masse du mobilier ; elles semblent toutes appartenir au type Dressel 1 d’après A. Peyvel et C. Pionnier.

375Trois tessons de campanienne B sont à noter : une forme Lamboglia 1 ; un fragment de fond de patère Lamboglia 5, à décor guilloché (Peyvel, Pionnier 1974a, pl. IV, no 3) ; un fragment de panse de patère Lamboglia 5 (ibid., pl. IV, no 2) présente une pâte beige jaunâtre et un vernis marron foncé qui font penser à une production périphérique tardive du cercle de la campanienne B.

376Quelques tessons de sigillée italique (et gauloise ?) proviennent également de cette fosse (ibid., pl. V).

377R. Périchon a répertorié une partie des formes céramiques découvertes dans la fouille du Bois du Cimetière (travail complété par L. Orengo) ainsi que dans les fouilles anciennes de V. Durand. Ces vases sont comparables à ceux de Roanne/Saint‑Joseph, principalement pour les périodes 2 et 3 : écuelles à bord rentrant ou assiettes influencées par la céramique campanienne B ; écuelles à bord rentrant décorées au lissoir ou à bord digité ; écuelles carénées à parois subverticales, en pâte fine ou mi‑fine grise ; bol plus ou moins hémisphérique. Il sont cuits soit en mode A (des exemplaires, peints, préfigurent le bol de Roanne), soit en mode B et portent un décor à la molette. Des marmites, dont au moins une à fond tripode, complètent la gamme des formes basses. Les formes hautes sont des urnes en céramique fine tournée, à pied en couronne, et dont la panse est décorée de moulures et d’ondes réalisées au peigne, et des vases‑balustres, ou en céramique mi‑fine tournée, à lèvre déversée et raccord panse/col soulignée par une ou plusieurs moulures. On compte aussi des vases à cuire très souvent marqués à l’épaule par un décor incisé ; quelques‑uns ont une lèvre triangulaire moulurée. D’autres se distinguent par une moulure au raccord de la panse et du col.

Saxon‑Sion (Meurthe‑et‑Moselle)

378Bibliographie : Beaupré 1897 ; Toussaint 1946 ; Déroché 1965 ; Legendre 1984.

379Cet éperon barré, installé sur la colline de Sion, couvre une surface d’une quinzaine d’hectares. La fortification qui barre l’accès du site se compose d’un rempart à masse calcinée et d’un fossé qui ne sont pas datés. Le site a été fréquenté au Bronze final II, et probablement aussi au Halltastt final et à La Tène ancienne. Une occupation gallo‑romaine importante, caractérisée par des bâtiments utilisés jusqu’au ive s. ap. J.‑C., s’étend juste derrière le rempart. Sous ces constructions Louis Déroché a pu fouiller en 1965 une couche d’occupation « préromaine » sur environ 200 m2.

380Le mobilier présenté ici est essentiellement céramique et provient de ce niveau d’occupation ; il a été étudié par J.‑P. Legendre dans le cadre de son mémoire de maîtrise (1984). Le même contexte a livré un fragment de fibule en fer attribué au type de Lauterach (?).

381Le décompte général des amphores est inconnu. Tous les fragments sont de type Dressel 1 à pâte rougeâtre parfois engobée de beige ; ils semblent avoir fait l’objet d’un tri sélectif (peu de tessons de panse), probablement à la fouille. Les dix‑sept lèvres recueillies mesurent entre 4 et 5,9 cm de hauteur, mais les données dont on dispose ne permettent pas d’établir des groupes à partir de ces mesures.

382Vingt‑deux tessons de céramique campanienne proviennent de cette fouille ; tous les fragments sauf un ont une pâte chamois clair, rosé à grisâtre, ou saumon, un vernis noir métallescent, quelquefois à reflets verdâtres ou bleuâtres. Les formes reconnues sont au nombre d’une dizaine et appartiennent aux formes Lamboglia 1, type Morel F 2390 à 2350 (Legendre no 3) ; Lamboglia 2, type Morel F 1220‑1230 en particulier F 1232c1 (Legendre no 12) ; Lamboglia 3, espèce Morel F 7750 en particulier 7553 (Legendre no 20) ; Lamboglia 5 ou 7, proche de F 2286e1 (Legendre no 1) ou de Morel F 2250 (Legendre nos 2, 5) ; Morel F 2255 (Legendre no 6) ; Morel F 2286 (Legendre no 17) ; Morel 140 (en particulier 141a) (Legendre no 14) ; Morel 200 en particulier 250 (Legendre no 11) ; une forme identifiée comme un bol Lamboglia 27B, proche de Morel F 2810 (Legendre no 21), est fabriquée en pâte chamois grisâtre qui évoque la campanienne B. Or, cette forme n’est fabriquée qu’en campanienne A ; le tesson étant de petite taille, il peut s’agir en réalité d’un bord de patère Lamboglia 5/7 mal orienté.

383Huit autres tessons appartiennent à des patères ; deux autres ne sont pas identifiables.

384La céramique commune claire de tradition méditerranéenne est représentée par une anse tressée de cruche en pâte micacée dorée ; ce type d’anse est connu dans la vallée du Rhône (Sainte‑Blandine : Chapotat 1970, pl. XLVI, no 9) ainsi qu’à Bibracte (Bulliot 1899, Album, pl. XXXIX, nos 7‑11).

385Les quatre cent soixante‑dix formes (environ) de céramique indigène se classent en deux catégories : la céramique à pâte mi‑fine ou grossière, généralement non tournée (mais finie au tour), cuite en mode A, et la céramique mi‑fine ou fine tournée, cuite en mode A ou B. Elle est un peu moins abondante que la précédente (45 %).

386Les formes sont en grande majorité des formes laténiennes traditionnelles. Les écuelles à bord rentrant sont les plus abondantes (environ trois cents individus). Les écuelles à profil en S non tournées, cuites en mode A, ou en pâte fine tournée à surfaces sombres, sont rares – une dizaine d’exemplaire seulement. Plus rares encore sont des écuelles décorées à la molette sur le col et l’épaulement ou à col mouluré, qui rappellent les bols des périodes 2 et 3 de Roanne/Saint‑Joseph. Des écuelles à lèvre éversée en céramique fine tournée, à col absent ou faiblement prononcé, sont comparables à des écuelles carénées recueillies à Bâle/Usine à gaz ou à Vernou‑sur‑Brenne. Des bols hémisphériques en céramique fine tournée portent parfois un décor mouluré sur la panse ou sous la lèvre ; ils sont comparables à des vases de Bâle/Usine à gaz et Bâle/Colline de la Cathédrale. On rencontre aussi des bols carénés, parfois ornés de baguettes.

387Plusieurs vases témoignent de l’influence de la céramique campanienne sur le répertoire des formes basses : assiettes influencées par les formes Lamboglia 5/7, en céramique fine tournée grise ; assiette ou coupe à lèvre pendante, en céramique fine tournée grise, imitant la forme Lamboglia 36 ; fond reproduisant le pied d’un bol Lamboglia 31 ou 33.

388Les formes hautes en céramique mi‑fine ou grossière, non tournée, comprennent dolia et vases décorés au peigne, et vases à lèvre moulurée dont l’épaulement est parfois décoré d’incisions et enduit de mica doré. Les formes hautes en céramique fine tournée sont principalement des pots ovoïdes à surface sombre ; beaucoup plus rares sont le tonnelet et la bouteille ; quelques vases‑balustres portent un décor de lignes horizontales peintes sur un fond blanc.

389D’autres formes sont marginales : couvercles (l’un d’eux est décoré à la molette), vase‑support en céramique mi‑fine non tournée.

390Le registre des décors, principalement faits au peigne, est assez riche : incisions linéaires ou pointillées, obliques ou verticales, ou en lignes ondées ; le peigne est également souvent utilisé pour la finition des surfaces. Les décors lissés sont simples : lignes concentriques horizontales ou ondées. Le décor à la molette se limite à des figures simples (lignes de carrés ou de rectangles) comparables à celles qui décorent la céramique d’Étival‑Clairefontaine. Comme à Étival‑Clairefontaine également, il existe un tesson à décor ocellé.

Tournus (Saône‑et‑Loire)

391Bibliographie : Perrin 1971 ; 1972 ; 1973 ; 1974a ; 1974b ; Perrin, Périchon 1974 ; Morel, Perrin 1976 ; Perrin 1976a ; 1976b ; Vaussanvin 1978 ; 1985 ; 1987.

392La commune de Tournus possède deux gisements de La Tène finale : celui de Champsemard, situé à 1 km de la ville sur une légère éminence, et celui des Sept Fontaines et de Clos Roy dans un petit vallon à l’ouest.

393– La structure principale du site de Tournus/Champsemard est un fossé à section en V, bordé d’une palissade et interrompu par une porte en chicane ou en tenaille, appartenant à une enceinte probablement quadrangulaire (superficie inconnue : 1 ha ?). L’arasement du terrain à une époque ancienne a fait disparaître d’éventuels niveaux d’occupation contigus au fossé.

394Onze couches « celtiques » ont été distinguées et regroupées en trois phases à la fois sur des observations stratigraphiques et sur l’évolution du matériel. La phase 2 est séparée de la phase 1 par un lit de terre stérile ; la base de la phase 3 est annoncée par un niveau d’incendie visible sur les 20 m de la zone fouillée.

395La phase 1 se caractérise par la rareté des vestiges, montrant ainsi que le fossé a dû être entretenu à ce moment‑là pour conserver son rôle défensif. Les amphores n’apparaissent en nombre conséquent qu’à la fin de cette phase (couche 4 ; deux tessons seulement dans la couche 3), après l’établissement du profil d’équilibre du fossé. Elles sont toutes du type Dressel 1, avec des lèvres mesurant moins de 3,5 cm de hauteur. Les importations sont encore représentées par un fragment de campanienne A (bord de forme Lamboglia 27B, Morel F 2823 ou 2825).

396Plus abondantes dans la phase 2 (une centaine d’individus environ), les Dressel 1 sont aussi plus volumineuses, et la hauteur des lèvres augmente sans dépasser cependant 4,5 cm. Les épaules sont toujours à carène douce. Deux marques ont été relevées : se(stius) et l. sex(tius).

397La phase 3 a livré la seule monnaie en argent du site de Champsemard : il s’agit d’un denier de kaletedv portant une surfrappe partielle sur le droit. À cette phase appartiennent aussi une fibule de Nauheim en bronze (Feugère 5a), des amphores Dressel 1 dont les lèvres sont inférieures à 5,5 cm de hauteur, un fragment de bord de forme Lamboglia 6 en campanienne A tardive (pâte rose foncé, vernis noir mat à reflets métallescents, mince et peu adhérent), et des fragments de cruches en pâte claire.

398– Comme à Champsemard, le site de Tournus/Sept Fontaines est un fossé à profil triangulaire, établi parallèlement à un petit ruisseau et à une cinquantaine de mètres de celui‑ci. Les fouilleurs y ont mis en évidence neuf couches « celtiques » regroupées par le mobilier en quatre phases principales de remplissage. Les couches des deux premières phases sont de couleur plutôt claire, celles des deux dernières sont au contraire foncées, la phase 3 étant même séparée de la phase 4 par un niveau d’incendie. Au cours des deux dernières phases, le comblement du fossé se confond avec des niveaux d’occupation établis entre le fossé et le ruisseau (chantier F).

399La phase 1 de Tournus/Sept Fontaines présente les mêmes caractéristiques pour le mobilier que la phase 3 de Champsemard, ce qui a permis aux chercheurs de relier les deux sites de Tournus en chronologie relative. Les amphores Dressel 1 y sont présentes, mais en petite quantité et brisées. On y retrouve aussi les cruches en céramique commune claire, comme dans toutes les phases suivantes.

400Les amphores constituent la plus grande partie du mobilier recueilli dans la phase 2. Ce sont toujours des amphores de type Dressel 1, mais elles se distinguent de celles de Champsemard et de la phase 1 des Sept‑Fontaines par l’apparition de lèvres mesurant plus de 5,5 cm de hauteur (18 % des lèvres), associées à des épaules bien marquées, et par la diminution du nombre des lèvres courtes et inclinées. Plusieurs estampilles ont été relevées, dont une de sestius à l’ancre renversée. Le mobilier d’importation est aussi représenté par de la campanienne du cercle de la B, dont deux formes ont été identifiées : un bord d’un bol Lamboglia 1, Morel F 2322 ou 2324a1, et un bord de patère proche de Lamboglia 5, Morel F 2250.

401Les phases 3 et 4 ont livré plusieurs fibules, toutes en fer, et de type filiforme : deux exemplaires à corde externe, ressort à six spires ; un exemplaire à corde externe, ressort à quatre spires ; un exemplaire à corde externe, ressort à quatrespires et section quadrangulaire ; deux exemplaires à corde interne, ressort à quatrespires et section quadrangulaire, type Feugère 4c2 ; on compte encore deux autres arcs de fibules filiformes.

402Quatre monnaies, toutes des potins, proviennent aussi des niveaux récents (BN 4628‑4632, légendé selisuc ; deux exemplaires à la grosse tête ; un exemplaire BN 2935).

403Le mobilier d’importation est toujours représenté par des amphores Dressel 1 (dont 90 % des lèvres mesurent plus de 3,5 cm de hauteur). Comme dans le niveau précédent, la céramique campanienne recueillie appartient au cercle de la B : un bord de bol Lamboglia 1, Morel F 2300 et une variante (Morel, Perrin 1976, fig. 2, no 5) ; deux bords de patère Lamboglia 5, proche de Morel F 2253c1 et Morel F 2255 ; un bord de gobelet proche de Lamboglia B11a, Morel F 7220.

404– L’extension de l’habitat vers le ruisseau dans les dernières phases des Sept Fontaines se poursuit de l’autre côté de celui‑ci, sur le site de Clos Roy. Fouillé sur plus de 300 m2, ce gisement n’a révélé qu’une seule couche d’occupation, associée à quelques structures d’habitat –sols, trous de poteaux, fosses–, ainsi que deux fours dont la fonction n’est pas clairement définie. Plus de cinq tonnes de mobilier y ont été mises au jour.

405Treize monnaies au total proviennent de ce secteur, dont six deniers gaulois (BN 5133‑51 55, BN 5099, BN 5138, BN 5252 et variante ; variante de BN 4805 à légende atpilif/orcetirix), et une division d’obole de Marseille ou peut‑être plutôt une obole de faible poids (0,32 g ; les lettres sont excentrées). Deux des deniers sont fourrés. Le reste du numéraire se compose de cinq potins dont deux exemplaires à la grosse tête, un exemplaire légendé doci BN 5542‑5544, un exemplaire à la tête diabolique ; les deux autres potins et un bronze frappé ne sont pas identifiables.

406Le secteur a aussi livré plusieurs fibules dont le nombre exact est inconnu. Les types publiés sont des fibules filiformes : en fer, avec un ressort à six spires et corde externe ; en bronze, avec un ressort à quatre spires et une corde interne. Un exemplaire possède un ressort à corde interne et griffe. Une fibule à disque médian et peut‑être une seconde complètent cette collection.

407D’autres parures ont également été découvertes. H. Vaussanvin cite des bracelets en verre lisse de couleur bleu foncé ou violet, à section en D ou triangulaire, des perles en ambre et en verre bleu à décor blanc de type Haevernick 24 ; la seule parure métallique connue est une agrafe de ceinture avec bouton directement attaché sur l’anneau.

408Près de cinq cents lèvres d’amphores ont été décomptées et vingt‑cinq amphores remontées presque complètement. Elles sont toutes de type Dressel 1, à l’exception d’une anse de Dressel 2/4 et peut‑être d’une épaule de Lamboglia 2. La plupart des lèvres mesurent entre 3,5 et 5,2 cm de hauteur ; près de la moitié dépassent 4,5 cm, et un certain nombre sont supérieures à 5,5 cm de hauteur. Douze estampilles ont été relevées, dont une de sestius.

409La presque totalité des tessons de campanienne recueillis appartient à la campanienne B de Calés (plusieurs patères Lamboglia 5, Morel F 2250 et 2280 ; des bols Lamboglia 1, Morel F 2320 et peut‑être 2330 ou 2360 ; une forme Lamboglia 3, Morel 7530 ou 7540, et une forme Lamboglia 2), à l’exception de quelques fragments : un bord de patère Lamboglia 5, Morel F 2282 ou F 2283 et un fond de type Morel, portant un décor de cercles incisés, en campanienne A tardive ; un bord de bol à parois évasées, proche de Morel F 2614 ou 2615 en « campanienne » à vernis rouge. La céramique d’importation comprend aussi un fond de céramique pré‑arétine (Vaussanvin 1987, fig. 5, no 13) et des fragments de cruche en céramique commune claire –catégorie qui tend à devenir moins nombreuse que dans le fossé des Sept Fontaines.

410La céramique locale a été analysée globalement par M. Perrin, mais n’a fait l’objet d’aucun décompte.

411La céramique de Tournus/Champsemard se caractérise par un répertoire comprenant les formes classiques de La Tène finale : écuelle à bord rentrant, écuelle carénée à profil en S, bouteille ou pot peint, tonnelet, pot en céramique grossière non tournée à décor incisé au raccord de la panse et du col. Les imitations de campanienne (bols et coupes Lamboglia 27 et 33) y apparaissent dans la phase 2, tandis que des modifications des formes traditionnelles se font sentir dans la phase 3 (le décor des pots en céramique grossière s’appauvrit, les écuelles carénées deviennent plus anguleuses).

412La céramique de la phase 1 de Tournus/Sept Fontaines est à peu près identique à celle de la dernière phase de Champsemard. Dans la phase 2 apparaissent des imitations de campanienne B (forme Lamboglia 6), qui côtoient des imitations de campanienne A déjà connues à Champsemard (bol imitant la forme Lamboglia 31). La principale caractéristique des phases récentes est la généralisation des moulurations de la lèvre sur la céramique grossière et sur la céramique fine, et l’apparition en nombre de décors de baguettes ou de moulurations sur la panse et le col des céramiques fines. C’est dans cette dernière catégorie que le renouvellement des formes semble le plus important : on y trouve en effet des bols ou coupes carénées à panse moulurée, inconnus jusqu’alors, et des formes hautes globulaires en pâte grise fumigée ou en pâte oxydée.

413La céramique de Tournus/Clos Roy reprend des formes connues dans les phases 3 et 4 des Sept Fontaines. Les formes hautes ou basses à lèvre moulurée y sont abondantes. La céramique grise fine est en diminution au profit d’une céramique commune tournée et cuite en mode A, moins soignée. Certaines formes, fabriquées aux Sept Fontaines exclusivement en céramique grossière, sont fabriquées dans ce type de pâte.

Varennes‑lès‑Mâcon (Saône‑et‑Loire)

414Bibliographie : Barthélémy 1968 ; Vaussanvin 1978 ; Barthélémy 1985 ; Grelu 1985 ; Périchon 1985.

415Le site de Varennes‑lès‑Mâcon –comme celui, proche, de Saint‑Symphorien‑d’Ancelles– a été découvert en 1967 lors de l’extension de gravières le long de la Saône. Il n’a pas été relevé de traces de palissade ou de fossés mais l’extension du gisement est mal connue. La fouille a progressé d’abord en fonction des nécessités du sauvetage, puis a pu s’effectuer de façon plus rationnelle sur une zone réservée de 150 m2. Elle a mis au jour les traces de plusieurs occupations pré‑ et protohistoriques (Paléolithique supérieur, Néolithique, Chalcolithique, Hallstatt, La Tène 3) ainsi qu’un petit établissement gallo‑romain (non fouillé).

416Les structures attribuées à La Tène 3 sont des fosses et des trous de poteaux. Deux fours de potiers, accompagnés d’un dépotoir, ont été fouillés à peu de distance de ce qui semble être la principale concentration de l’habitat.

417Du mobilier, seuls nous sont connues (imparfaitement) les monnaies et certaines catégories de céramique. Parmi les vingt‑deux monnaies figurent quatre oboles ou imitation d’oboles massaliotes, une monnaie de billon, et dix‑sept potins dont treize du type « à la grosse tête », deux potins leuques au sanglier, et deux BN 5257.

418Les décomptes de R. Barthélémy font état de deux tessons de céramique campanienne A recueillis dans une même structure. Les mêmes décomptes recensent une vingtaine de lèvres d’amphores italiques (quinze exemplaires < 3,5 cm, quatre exemplaires ≤ 4,5 cm).

419Environ un millier de tessons, parmi lesquels environ deux cent soixante‑dix formes, ont été aussi comptabilisés par A. Barthélémy (1985). Il distingue dans cette céramique :
– une production grossière non tournée (36,5 % du total) dans laquelle sont fabriqués d’une part des vases à cuire et formes basses en pâte micacée à lèvre éversée, souvent moulurée, et décor incisé à l’épaule (32 % des formes) ; d’autre part, des formes basses à bord également mouluré ou digité (environ 3 % : qui trouvent des équivalents proches à Tournus/Champsemard et dans la phase 1 de Tournus/Sept Fontaines ; le reste représente 1,5 % des formes et comprend des types marginaux : vase‑tripode, dolium dont l’exemplaire figuré est comparable aux vases recueillis dans les phases 2 et 3 de Tournus/Sept Fontaines ;
– une céramique mi‑fine, qui comprend principalement des écuelles à bord rentrant portant souvent un décor lissé sur la face interne, et représentant 27 % des formes ; des couvercles non tournés, en pâte plus grossière (2,5 % des formes), qui sont proches de types recueillis à Tournus/Champsemard ;
– une céramique fine tournée, avec des formes hautes (22 % du total des formes) parmi lesquelles des vases‑balustres peints, et des formes basses (12 %). Ces dernières sont presqu’exclusivement constituées de bols ou coupes, parfois peintes, imitant les formes Lamboglia 31 et 33 en céramique campanienne A ; elles sont comparables aux vases du même type recueillis à Tournus/Champsemard (phases 2 et 3) et à Tournus/Sept Fontaines (phase 2).

Vernou‑sur‑Brenne (Indre‑et‑Loire)

420Bibliographie : Marquet 1974 ; Maugard 1977 ; Fischer 1983.

421Le site de Vernou est localisé dans la vallée de la Loire, à quelques kilomètres d’Amboise. La seule structure reconnue et publiée jusqu’alors est une fosse (?) de grande dimension, dont le remplissage représente environ 30 m3. La stratigraphie comprend cinq couches, mais le mobilier présente une grande homogénéité dans tous les niveaux.

422Deux potins ont été recueillis dans cette structure, dont un seul identifiable ; il s’agit d’un potin au swastiska attribué aux Bituriges (Fischer 1983). Trois des quatre fibules en fer ont un ressort à quatre ou six spires et une corde externe et sont probablement de schéma La Tène 2 ; une cinquième, en bronze, est du type de Nauheim. Les amphores (trois mille quatre cent soixante‑douze tessons, quarante individus minimum) constituent l’essentiel du mobilier céramique recueilli. Elles sont du type Dressel 1. Les hauteurs des trente‑trois lèvres mesurables sont échelonnées de la manière suivante : moins de 3,5 cm : quinze exemplaires (45 %) ; entre 3,5 cm et 4,5 cm : quinze exemplaires (45 %) ; entre 4,5 cm et 5 cm : trois exemplaires (10 %).

423Bien que le décompte exact en soit inconnu, il est certain que la céramique locale est beaucoup moins abondante que les amphores. R. Maugard a compté deux cent soixante‑dix‑sept formes environ (formes et bords), dont plus de la moitié est fabriquée en céramique fine tournée. Les deux tiers des vases sont des formes hautes et comprennent des pots à cuire en céramique grossière cuite en mode A primitif, dont un certain nombre possèdent un épaulement ; d’autres en céramique grossière micacée sont à bord mouluré et souvent décorés à l’épaule ; des vases globulaires, parfois à épaulement, sont fabriqués en céramique fine tournée et généralement lissée, ainsi que des vases de forme balustre ou tonnelet. Les formes basses comprennent une trentaine d’écuelles carénées à profil en S ou à petite lèvre éversée, parfois presque hémisphériques, proche des écuelles carénées du type 2 de Bâle/Usine à gaz ; le fond est soulevé, débordant ou annulaire ; elles sont en céramique fine tournée et lissée, cuite en mode A mais à surface sombre. Le reste des formes basses est constitué par une soixantaine d’écuelles en céramique grossière non tournée, à panse évasée et bord plat ou rentrant ; elles sont parfois peignées ou plus rarement encore portent un décor lissé. D’une manière générale, cette céramique est assez pauvrement décorée : quelques décors lissés, quelques incisions ou lignes lissées horizontales, une centaine de tessons peints (engobe blanc ou orangé) qui ne doivent représenter qu’un petit nombre d’individus.

Villeneuve‑Saint‑Germain (Aisne)

424Bibliographie : Debord 1975 ; Constantin et al. 1982 ; Constantin, Debord 1982 ; Debord, Nomine 1983 ; Debord 1984 ; Devos 1986 ; Tilliard 1986 ; Debord 1987a ; 1987b ; Guichard et al. 1993 ; Debord 1995 ; Hénon 1995 ; Robert 1995. Voir aussi les rapports d’activité de l’URA 12 du CNRS : Fouilles protohistoriques de la vallée de l’Aisne 1972‑73 ; 1974 à 1978.

425Remarquable par son implantation topographique assez rare –il s’agit d’un habitat installé dans un méandre de l’Aisne, dont l’accès était protégé par une fortification appuyée de chaque côté sur la rivière–, ce site l’est aussi par la qualité des informations recueillies, notamment sur le plan des structures d’habitat et de leur organisation spatiale. Le gisement couvre environ 70 ha et a été fouillé par deux équipes différentes : l’une, sous la houlette de J. Debord, a exploré les fortifications et le secteur ouest de l’habitat ; l’autre, dirigée par l’URA 12 du CNRS, a fouillé le secteur sud‑est.

426On sait peu de choses sur les fortifications, presque complètement arasées : le rempart à parement de pierre (un murus gallicus ?) était précédé de deux fossés imposants, eux‑mêmes peut‑être séparés par une levée de terre. L’intérieur du site est en revanche beaucoup mieux connu. Une particularité originale est la partition de l’espace matérialisée par deux fossés perpendiculaires bordés de palissades, dont la fonction reste encore incertaine. Les deux secteurs fouillés présentent des différences sensibles : zone d’habitat au sud‑est avec bâtiments et structures annexes enclos par des palissades et alignés le long des voies de passage, zones d’activités artisanales avec grandes fosses riches en mobilier à l’ouest. Les sols d’habitat ont en général disparu. Les recoupements de fosse sont rares, mais on peut peut‑être voir, dans la différence d’orientation des fossés et des axes de la zone d’habitat, les indices de deux phases d’occupation du site.

427La liste des récoltes monétaires faites dans les deux secteurs jusqu’en 1983 a été publiée par J. Debord (1987a) et est régulièrement complétée au gré de l’avancement des études.

428Plus de quatre cents fibules ont été recueillies sur les deux secteurs fouillés ; plusieurs publications en ont présenté un état partiel, les derniers décomptes datent de 1993 (Guichard et al. 1993) et de 1995 (Debord 1995). Aucune fibule de schéma La Tène 2 n’a été recueillie sur le site, qui n’a pas livré non plus de fibules à griffe. Dans les deux secteurs, les fibules filiformes en fer Feugère 2, 4c1, 5b, sont les mieux représentées, suivies par les variantes du type Almgren 65. Le type Nauheim classique est rare et localisé à l’ouest ; en revanche, le secteur sud‑est a livré deux fibules qui semblent tardives, dont une à arc composite (hors contexte).

429Les parures en verre ont été recensées pour le secteur ouest par L. Tilliard, mais n’ont pas été complètement identifiées : on y compte un bracelet du type Haevernick 3b à décor en zigzag, une perle de type Haevernick 25, une perle de type Haevernick 18 (La Tène ancienne) de couleur bleu clair et une troisième à décor oculé spiralé. Les autres perles appartiennent au groupe 21 ou ne semblant pas rapportables à la typologie de T. Haevernick (?). La couleur pourpre est très rare : quatre objets seulement sur quatre‑vongt‑onze, la plupart étant de couleur bleue (vingt‑huit) ou jaune (vingt‑deux), plus rarement miel (seize), incolore (huit) ou vert (cinq). Selon B. Robert (communication orale), deux fragments de bracelets en lignite, disparus depuis, auraient été découverts dans les fouilles du secteur sud‑est.

430Enfin, mentionnons la présence de deux agrafes de ceinture dont l’attache est située pour l’une presque sur l’anneau, et pour l’autre sur un appendice nettement détaché de l’anneau (Fouilles protohistoriques de la vallée de l’Aisne 1978 : fig. 82, no 238 ; 1975 : fig. 378, structure 54) ; cette dernière rappelle par exemple l’agrafe de la tombe 20 de Wederath (Haffner 1979, pl. 5, no 1), associée à une fibule de Nauheim et à un vase‑tonnelet à profil ondulé (La Tène D1).

431Le mobilier amphorique a fait l’objet de deux études universitaires (Devos 1986 ; Hénon 1991) dont l’une a été récemment publiée (Hénon 1995), Les Dressel 1 constituent la grande masse du mobilier amphorique (cent soixante‑dix amphores, 96 % des individus) ; quelques exemplaires d’autres types ont été recueillis (Dressel 2/4, Pascual 1, Richborough 527). Nous avons utilisé les mesures de hauteur de lèvre faites par B. Hénon sur les Dressel 1.

432La céramique d’importation ne se limite pas aux amphores. Le secteur sud‑est a livré deux gobelets à paroi fine, et trois tessons de céramique campanienne « B » (Robert 1987), dont un bord de patère Lamboglia 5/7, proche de Morel F 2283b (« vers 100 ± 50 ») ou de F 2286b (campanienne B et imitations, iie ou ier s. av. J.– C.). Une lampe à huile à bec d’enclume provient d’un des fossés de partition à l’intérieur du site (Debord 1987a : 116, fig. 11) ; elle est proche de l’exemplaire recueilli dans la tombe de Clémency (Metzler et al. 1991 : 46, fig. 40 et 41 ; 75, fig. 66).

433La céramique, très abondante (plus de 120 000 tessons) n’a fait l’objet que d’études partielles (Debord 1982 ; Robert 1995). La céramique tournée, facile à identifier, est très largement majoritaire, et les pâtes sombres sont les mieux représentées. Les formes font une large place aux bols et écuelles carénées ainsi qu’aux vases à piédestal, comme on peut s’y attendre dans le domaine belge. Parmi les décors, peu nombreux, on note la présence de lignes concentriques lissées ou ondées au peigne, de moulurations sur la panse, qui impliquent un recours quasiment systématique au tour. Une production originale de céramique peinte à base d’enduits noirs, rouges ou blancs a également été mise en évidence.

Notes

1 Dans une lettre du 14/10/87, M. Mangin n’exclut pas totalement la présence d’autres formes –par exemple des amphores espagnoles léétaniennes 1 ou Pascual 1– dans ce local. Une anse estampillée a.c. découverte dans la structure FXXIXa 086 doit appartenir à une amphore espagnole.

2 Nous remercions vivement J. Bénard de nous avoir permis d’utiliser une partie de ses données avant leur publication.

3 Excepté celle d’un habitat néolithique dans les années cinquante.

4 Sous cette masse d’argile, au niveau du sol primitif, les fouilleurs ont mis au jour une fosse qui a livré de la céramique du premier âge du Fer.

5 La coupe stratigraphique représentée ici a été relevée dans un secteur où ce niveau n’existe pas.

6 Il n’est pas absolument certain que ce niveau d’argile jaune soit le substrat naturel ; le temps a manqué pour poursuivre plus avant la fouille.

7 Voir Goudineau 1968 : 239 sq.

8 Ainsi qu’à Tongres, Asperg, Nimègue, Neuss ; Schnurbein 1982 : 116.

9 Boudet 1986, forme B2 présente à Mainxe, Pons...

10 Ainsi l’habitat A10 a livré –entre autres– neuf fibules, plusieurs anneaux, fragments de bracelet, de collier, de plaques parfois décorées au repoussé.

Table des illustrations

Légende FIG. 42 – Amboise : 1 topographie du site : 12 fosses du VVF, 3 fanum (?), 4 habitat gaulois de la rue A.‑Thierry, 5 sondage à l’angle de la rue A.‑Thierry, 6 fossé de la fortification interne comblé à l’époque gallo‑romaine, 7 rempart de la fortification externe, 8 habitat gallo‑romain ; 2 stratigraphie du secteur dit de l’habitat gaulois (éch. : 1/20) ; (cf. description des couches dans le texte).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44678/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende FIG. 43 – Amboise : les fibules : 1 fibule en fer Feugère 2a ; 27 fibules en fer Feugère 4 ou 6 ; 34 fibules de Nauheim ; 56 fibules Feugère 8a ; 8 fibule Feugère 14b1.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44678/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende FIG. 44 – Amboise : les amphores du niveau 1 (a).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44678/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende FIG. 45 – Amboise : les amphores du niveau 1 (b) : 1 amphore de Sestius.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44678/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende FIG. 46 – Amboise : les amphores du niveau 2 : 1‑10 Dressel 1 ; 11 Dressel 20 ; 1213 Pascual 1 ; 14 Dressel 2/4.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44678/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende FIG. 47 – Amboise : la céramique importée ou de tradition méditerranéenne (voir description dans le texte) : 1 campanienne B, patère Lamboglia 5 ; 2‑10 sigillée italique ou lyonnaise ; 1112 vases à paroi fine ; 13‑15 assiettes ; 16‑19 cruches.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44678/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende FIG. 48 – Amboise : représentation des catégories de céramique dans les niveaux 1 et 2.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44678/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 49 – Amboise ; céramique grossière du niveau 1 (cf. description dans le corpus).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44678/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende FIG. 50 – Amboise : céramique fine du niveau 1, écuelles et assiettes (cf. description dans le corpus).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44678/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende FIG. 51 – Amboise : céramique fine du niveau 1, bols et gobelets (cf. description dans le corpus).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44678/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende FIG. 52 – Amboise : céramique fine du niveau 1, formes hautes (cf. description dans le corpus).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44678/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende FIG. 53 – Amboise : céramique grossière et commune du niveau 2 (cf. description dans le corpus).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44678/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende FIG. 54 – Amboise : céramique fine du niveau 2 (cf. description dans le corpus).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44678/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende FIG. 55 – Amboise : représentation des formes dans les niveaux 1 et 2.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44678/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende FIG. 56 – Amboise : évolution des catégories de céramique pour les écuelles à bord rentrant.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44678/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. 57 – Amboise : évolution des catégories de céramique pour les vases à bord mouluré.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44678/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende FIG. 58 – Amboise : représentation des traitements de surface et des décors dans les niveaux 1 et 2.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44678/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende FIG. 60 – Boviolles : fibules : 1‑4 fibules à coquille Feugère 7b et c ; 56 Knotenfibeln ; 7 fibule pseudo‑La Tène 2, Feugère 3c ; 8 Kragenfibel, Feugère 10a1 ; 9 fibule à arc plat coudé, Feugère 4a ? ; 1011 Feugère 9b ; 1213 fibules à disque médian en bronze, Feugère 15.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44678/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende FIG. 59 – Boviolles : céramique : 1 céramique campanienne, fond de patère ; 2 amphore Dressel 1 ; 3 plat à engobe interne rouge ; 4 assiette à bord oblique en pâte grise ; 5 cruche en pâte claire à lèvre moulurée ; 67 vase à lèvre moulurée et épaule incisée ; 89 écuelles ; 10‑12 fonds.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44678/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende FIG. 61 – Essey‑lès‑Nancy. Plan.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44678/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende FIG. 62 – Essey‑lès‑Nancy : fibules : 1 fibule proche du type Feugère 6c ; 23 fibules à arc coudé ; 4‑6 Knotenfibeln ; 710 Kragenfibeln, Feugère 10a1 ; 89 Almgren 241, Feugère 14a.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44678/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 125k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search