Version classiqueVersion mobile

Chronologie des oppida de la Gaule non méditerranéenne

 | 
Anne Colin

Chapitre 5. Étude historique

5 Historische Untersuchung

5 Historical overview

Résumé

La cartographie des habitats de ces cinq phases (sont sélectionnés à cet effet les habitats pour lesquels sont attestés au moins une activité artisanale spécialisée et/ou les traces d’un commerce actif) montre en effet non seulement l’ampleur de la diffusion des oppida, mais aussi les contrastes qui opposent certaines régions.

La phase 1 comprend presque essentiellement des sites ouverts, confirmant ainsi que les caractères de La Tène finale s’affirment d’abord dans les habitats non fortifiés ; ils sont nettement plus nombreux au sud de la Loire et dans le centre‑est que dans le nord de la Gaule. À la phase 2 apparaissent les premiers oppida, ainsi que de nouveaux villages ouverts. Les phases 3 et 4 représentent l’apogée du phénomène, alors qu’un certain nombre de villages ouverts disparaissent. À partir de la phase 5 le réseau des oppida commence à se désagréger. La Gaule se démarque ainsi quelque peu du reste du monde celtique par l’apparition tardive des oppida (hormis quelques cas pouvant remonter à la phase 1, l’immense majorité des oppida en Gaule n’apparaît pas avant la phase 2 : fin du iie s. – début du ier s. av. J.‑C.), par leur longévité, ainsi que par l’importance de ces villages ouverts dans le réseau d’habitat des zones les plus « urbanisées ».

Les cinq phases sont toutes représentées dans le centre et le Centre‑Est ainsi que dans une certaine mesure dans le Sud‑Ouest ; on y rencontre aussi bien de gros villages ouverts à vocation artisanale et commerciale que des sites fortifiés. Sur le plan monétaire, cette vaste zone se caractérise par un alignement progressif des monnaies d’argent sur l’étalon du denier romain, qui commence à se mettre en place bien avant la conquête de la Gaule. Elle reçoit des importations variées et nombreuses, au moins dès le début de la phase 2. C’est aussi dans cette zone que César décrit l’organisation administrative et les institutions politiques les plus développées. Contrastant avec cette image de territoires largement et précocement tournés vers le Bassin méditerranéen, la Gaule Belgique occidentale et surtout l’ouest de la Gaule se caractérisent par la quasi‑absence de grands villages ouverts au moins jusqu’à la phase 3, une existence éphémère des oppida, la rareté des céramiques d’importation dont l’apparition est d’ailleurs tardive, et un monnayage aligné sur l’étalon du statère au moins jusqu’à la Conquête. L’évolution des habitats n’est donc ni synchrone ni homogène d’un point à l’autre de la Gaule, et la grande diversité de situations témoigne de degrés de développement économique et politique différents.

Bien que l’on retrouve les traces de productions artisanales variées et des importations en grand nombre dans les oppida comme dans les villages ouverts, leur création ne peut pas être considérée comme une simple extension de celle des grands villages ouverts. La fonction défensive n’en est pas non plus le mobile essentiel. Ils sont en réalité le produit d’un système politique et économique centralisé dont l’origine est liée à la constitution des cités, et dans lequel ils jouent le rôle de place centrale où s’exercent certaines fonctions urbaines ; ce rôle s’incarne sous une forme traditionnelle, celle d’un habitat fortifié (généralement) de hauteur, expression privilégiée de la puissance du groupe social pour les populations protohistoriques.

L’origine des transformations socio‑économiques qui aboutissent à la création des oppida reste encore obscure. Elle suppose en tout cas un contexte de croissance économique dans lequel l’amélioration de la production agricole a permis le développement de l’artisanat et du commerce. Les contacts avec le monde méditerranéen jouent un rôle complexe dans cette mutation : la pénétration en Gaule, pendant la phase 1, de marchandises et de numéraire méditerranéens (oboles marseillaises) ne coïncide pas avec un mouvement général de création des oppida, mouvement pourtant déjà bien engagé dans le reste du monde celtique ; toutefois, l’ouverture précoce au monde méditerranéen a pu influencer, dans certaines régions (le Centre et le Centre‑Est, le Sud‑Ouest), les modalités du processus d’urbanisation en favorisant le développement des habitats non fortifiés. L’analyse régionale de ce processus montre en tout cas qu’il emprunte des voies diverses et progresse à des rythmes différents selon les territoires.

La conquête de la Gaule n’a pas contrecarré le développement des oppida ; bien au contraire, la plupart d’entre eux jouissent, dans la deuxième moitié du ier s. av. J.‑C., d’une grande prospérité. Ce n’est que dans le dernier quart de ce siècle, qui coïncide avec la réforme administrative d’Auguste, la création des premières villes et la construction des premières routes romaines, que cet équilibre commence à se rompre : alors qu’un grand nombre d’oppida disparaissent à la fin de la phase 5, sans doute victimes pour une part de leur relatif éloignement des voies de communication, les sites ouverts de plaine se perpétuent presque tous à l’époque gallo‑romaine, avec parfois un léger déplacement de l’occupation.

Texte intégral

5.1 Analyse spatiale

1Chaque phase peut maintenant être cartographiée avec des gisements qui viennent d’être datés. Parmi les sites non fortifiés, ont été retenus ceux pour lesquels sont attestés au moins une activité artisanale spécialisée (présence de produits semi‑finis, d’outils spécifiques), et/ou au moins les traces d’un commerce actif (présence de monnaies, d’importations méditerranéennes). Les cartes obtenues ne prétendent donc pas à l’exhaustivité puisqu’elles résultent d’un choix ; elles permettent d’esquisser la géographie des transformations qui marquent l’habitat au cours des deux derniers siècles avant notre ère, en s’appuyant sur les gisements où ces phénomènes sont bien perceptibles.

5.1.1 La phase 1

2fig. 38

3Les sites qui appartiennent à cette phase sont principalement localisés dans le centre et l’est de la Gaule, du Berry et de l’Auvergne aux vallées de la Saône et du Rhin supérieur (Aulnat, Levroux, Feurs, Roanne, Breisach‑Hochstetten, Verdun‑sur‑le‑Doubs...). Inconnus il y a peu, des villages ouverts sont également occupés à cette période dans le Sud‑Ouest (Mouliets‑et‑Villemartin, Aiguillon...) et dans le Nord‑Est (Acy‑Romance). Cette catégorie d’habitat semble rare dans le nord de la Gaule : parmi les gisements évoqués dans le chapitre précédent, seul Epiais‑Rhus serait peut‑être susceptible de remonter à la phase 1, mais la nature de son occupation à cette époque nous est mal connue (ne s’agirait‑il pas d’un sanctuaire plutôt que d’un habitat ?). Cette remarque vaut plus encore pour tout l’ouest de la Gaule.

4La plupart des gisements concernés sont des habitats non fortifiés. Il existe des exceptions : Châteaumeillant, Essey‑lès‑Nancy, Étival‑Clairefontaine. Mais les arguments qui fondent la datation à la phase 1 des deux sites lorrains sont, on l’a vu, sujets à caution, et à Châteaumeillant, l’absence de données complémentaires interdit de définir précisément l’horizon qui pourrait se rattacher à la phase 1.

FIG. 38 – Carte de répartition par phases des principaux sites d’habitat. ▲ sites ouverts ; ● sites fortifiés (en noir, occupation certaine ; en blanc, possible) 1 Alise‑Sainte‑Reine/Alésia (21, Côte‑d’Or) ; 2 Amboise/Les Châteliers (37, Indre‑et‑Loire) ; 3 Aulnat (63, Puy‑de‑Dôme) ; 4 Bâle/Usine à gaz, Colline de la Cathédrale (Suisse) ; 5 Boviolles/Le Mont Châtel (55, Meuse) ; 6 Chambles/Essalois (42, Loire) ; 7 Châteaumeillant (18, Cher) ; 8 Condé‑sur‑Suippe/Variscourt/Le Vieux Reims (02, Aisne) ; 9 Essey‑lès‑Nancy/La Butte Sainte‑Geneviève (54, Meurthe‑et‑Moselle) ; 10 Étival‑Clairefontaine (88, Vosges) ; 11 Le Petit Celland (50, Manche) ; 12 La Roche Blanche/Gergovie (63, Puy‑de‑Dôme) ; 13 Le Titelberg (Luxembourg) ; 14 Les Alleuds/Les Pichelots (49, Maine‑et‑Loire) ; 15 Levroux/Les Arènes, La Colline des Tours (36, Indre‑et‑Loire) ; 16 Monceaux‑sur‑Dordogne/Le Puy du Tour (19, Corrèze) ; 17 Feurs (42, Loire) ; 18 Pons (17, Charente‑Maritime) ; 19 Roanne (42, Loire) ; 20 Saint‑Léger‑sous‑Beuvray/Le Mont‑Beuvray, Bibracte (71, Saône‑et‑Loire) ; 21 Saint‑Marcel/Les Mersans, Argentomagus (36, Indre) ; 22 Saint‑Marcel‑de‑Félines/Le Crêt Chatelard (42, Loire) ; 23 Saxon‑Sion/Sion (54, Meurthe‑et‑Moselle) ; 24 Tournus/Champsemard, Les Sept Fontaines (71, Saône‑et‑Loire) ; 25 Varennes‑lès‑Mâcon (71, Saône‑et‑Loire) ; 26 Vemou‑sur‑Brenne (37, Indre‑et‑Loire) ; 27 Villeneuve‑Saint‑Germain (02, Aisne) ; 28 Acy‑Romance (02, Aisne) ; 29 Besançon (25, Doubs) ; 30 Agen (47, Lot‑et‑Garonne) ; 31 Aiguillon (47, Lot‑et‑Garonne) ; 32 Alet (35, Ille‑et‑Vilaine) ; 33 Arlempdes (43, Haute‑Loire) ; 34 Bas‑en‑Basset (43, Haute‑Loire) ; 35 Beauvais/Les Aulnes du Canada (60, Oise) ; 36 Bordeaux (33, Gironde) ; 37 Breisach‑Hochstetten (Allemagne) ; 38 Brioude/Saint‑Julien (Haute‑Loire) ; 39 Chartres (28, Eure‑et‑Loir) ; 40 Chênehutte‑les‑Tuffeaux (49, Maine‑et‑Loire) ; 41 Coulounieix‑Chamiers/La Curade (24, Dordogne) ; 42 Cras/Murcens (46, Lot) ; 43 Épiais‑Rhus (95, Val‑d’Oise) ; 44 Eynesse/Boutoula (33, Gironde) ; 45 Fécamp (76, Seine‑Maritime) ; 46 Gournay‑sur‑Aronde/Le Parc (60, Oise) ; 47 Huelgoat/Le Camp d’Arthus (29, Finistère) ; 48 L’Isle‑Saint‑Georges (33, Gironde) ; 49 La Cheppe (51, Marne) ; 50 Le Mas d’Agenais (33, Gironde) ; 51 Luzech/L’lmpernal (46, Lot) ; 52 Mäcon/Matisco (71, Saône‑et‑Loire) ; 53 Mâlain (21, Côte‑d’Or) ; 54 Mandeure/Epamanduodurum (25, Doubs) ; 55 Moulay (53, Mayenne) ; 56 Mouliers‑et‑Villemartin/Lacoste, (33, Gironde) ; 57 Orléans (45, Loiret) ; 58 Pommiers (02, Aisne) ; 59 Quimper/Le Braden (56, Morbihan) ; 60 Rochecorbon (37, Indre‑et‑Loire) ; 61 Saint‑Denis‑des‑Murs/Villejoubert (87, Haute‑Vienne) ; 62 Saint‑Dié/La Bure (88, Vosges) ; 63 Saint‑Germain‑d’Esteuil/Brion (33, Gironde) ; 64 Saint‑Maurice/Jœuvres (42, Loire) ; 65 Saint‑Paulien/Marcilhac (43, Haute‑Loire) ; 66 Saint‑Symphorien‑d’Ancelles (71, Saône‑et‑Loire) ; 67 Saint‑Thomas/Le Vieux Laon (02, Aisne) ; 68 Soulac‑sur‑Mer/L’Amélie (33, Gironde) ; 69 Ussel/Le Charlat (19, Corrèze) ; 70 Vaires‑sur‑Marne (77, Seine‑et‑Marne) ; 71 Vayres/Le Château (33, Gironde) ; 72 Verdun‑sur‑le Doubs/Le Petit Chauvort (21, Côte‑d’Or).

5.1.2 La phase 2

5fig. 39

6Bien que la nature exacte des sites ouverts connus à la phase 1 soit difficile à cerner, il s’agit de villages dans lesquels les activités pratiquées ne sont pas exclusivement agricoles. Les caractères de ces habitats ne nous sont cependant pleinement perceptibles qu’à partir de la phase 2. Ils se multiplient au cours de cette séquence, tandis qu’apparaissent aussi un grand nombre de sites fortifiés. La répartition géographique, tout comme les relations entre ces deux types de sites, témoignent de la diversité des situations qui accompagnent cette modification du réseau d’habitat. À la phase 2 se précise l’image, déjà esquissée dans la phase précédente, d’un territoire fractionné en plusieurs grands ensembles régionaux.

7Dans le Centre et le Centre‑Est –Berry, Auvergne, Bourgogne, Forez, région du Rhin supérieur, sud du plateau lorrain et probablement Anjou, Touraine–, des sites d’habitat ouverts aux activités diversifiées (artisanats, commerce), parfois en activité dès la phase précédente, se développent considérablement (Levroux, Aulnat, Roanne, Feurs, Tournus, Bâle, Breisach‑Hochstetten, Les Alleuds, Mouliets‑et‑Villemartin, Vayres, Vernou‑sur‑Brenne...). Les premières traces indubitables d’occupation sont perceptibles à Vesontio et à Bibracte. C’est dans cette zone que se localisent, dans le courant où à la fin de la phase 2, les rares cas connus en Gaule de glissement de l’habitat des villages ouverts aux oppida (Levroux, Bâle, Breisach). La plupart du temps toutefois, les antécédents éventuels aux oppida nous échappent complètement.

8Dans le Sud‑Ouest –vallée de la Garonne et la partie de l’Aquitaine située au nord de celle‑ci, bordure sud‑ouest du Massif central–, les sites ouverts, comme ceux de la Gaule du Centre et du Centre‑Est, livrent les traces d’activités artisanales spécialisées (fours de potier, fours métallurgiques). Ils sont généralement en activité depuis la phase précédente. La plupart des oppida semblent être occupés essentiellement pendant cette séquence (Cras, Laissac, Coulouniex‑Chamiers...). Aucun, en l’état actuel des connaissances, ne semble avoir été densément peuplé ni n’a livré de traces d’activités artisanales.

9Le Nord‑Est, de la vallée de la Seine jusqu’à la Champagne et aux Ardennes, compte un certain nombre de sites ouverts à la phase 2. Dans la vallée de l’Aisne, l’habitat apparaît petit, dispersé, et essentiellement rural au début de la phase 2 (Haselgrove 1990). Dans les Ardennes (Acy‑Romance), en Champagne (La Cheppe), dans l’Oise et le Vexin (Beauvais, Vaires‑sur‑Marne), il existe des établissements ruraux d’une certaine importance, mais probablement pas comparables aux villages aux activités diversifiées du Centre et du Centre‑Est. Au Nord‑Ouest, du Nord‑Pas‑de‑Calais à la Haute‑Normandie, les sites ouverts présentent le même caractère foncièrement rural depuis La Tène moyenne (Villeneuve‑d’Ascq, Saint‑Clair‑les‑Monts). Dans cette zone, la concentration des activités diversifiées est directement liée au développement des oppida. Il faut cependant distinguer la zone centrale et orientale (vallée de l’Aisne, Picardie orientale, Luxembourg) où les sites connaissent une occupation assez intense à la fin de la phase 2 (Condé‑sur‑Suippe, Le Titelberg), de la zone occidentale où les sites livrent peu de mobilier et ne semblent pas avoir été beaucoup occupés, comme en Haute‑Normandie par exemple (dans la mesure où l’exiguïté des fouilles permet de l’affirmer).

FIG. 39 – (légende fig. 38).

10Dans l’Ouest (Bretagne, Basse‑Normandie), on note, comme dans la zone précédente et avec peut‑être même plus d’acuité, l’absence de véritables villages ouverts ; Quimper/Le Braden n’est qu’une grosse ferme, même si quelques activités métallurgiques y ont été relevées. Les oppida semblent également peu occupés (Huelgoat, Le Petit‑Celland, peut‑être Moulay). Cette région semble avoir gardé pour l’essentiel les caractères d’un habitat dispersé, matérialisé par l’existence de petites unités, fortifiées ou non.

5.1.3 Les phases 3 et 4

11fig. 40

12La carte de ces gisements n’évoluera plus guère jusqu’à la fin de la phase suivante, raison pour laquelle les deux phases sont traitées ensemble : la presque totalité des oppida occupés à la phase 3 le sont généralement aussi à la phase 4 puis à la phase 5. L’occupation des oppida de la phase précédente s’affirme, sauf dans le Sud‑Ouest ainsi que dans l’Ouest mais cela peut être dû, dans ce dernier cas, à la difficulté de mettre en évidence des horizons distincts pendant la séquence de La Tène finale. En Armorique, certains sites (ouverts ?) acquièrent les caractères d’un peuplement important et permanent (Alet).

13Dans le Centre et le Centre‑Est, leur développement s’accompagne parfois de la lente désaffection des villages ouverts à la fin de la phase 2 (ainsi Mâcon et Varennes‑les‑Mâcon ou Saint‑Symphorien‑d’Ancelles, Amboise et Vernou‑sur‑Brenne, Les Alleuds et Chênehutte, Aulnat et Gergovie, Levroux, Bâle...). Ailleurs au contraire, les villages ouverts continuent à naître et à prospérer (Forez, Haute‑Loire).

FIG. 40 – (légende fig. 38).

14Plus au nord, dans la vallée de l’Aisne, apparaissent à la fin de la phase 2 ou au début de la phase 3 des sites ouverts plus vastes que ceux mentionnés dans la phase précédente, et dont l’organisation et le mobilier rappellent ceux des sites fortifiés contemporains. Mais les activités extra‑agricoles de ces « hameaux » sont loin d’égaler celles des villages ouverts de la Gaule centrale, et C. Haselgrove (1990) y voit les prémices des futures grandes villas gallo‑romaines plutôt que celles d’un noyau villageois se développant en diversifiant peu à peu ses activités. Dans les autres zones de l’ensemble géographique « nord » défini pour la phase 2, les données manquent pour les sites ouverts comme pour les sites fortifiés.

5.1.4 La phase 5

15fig. 41

16Les sites fortifiés de la phase 4 continuent en général à être occupés à la phase 5. Il n’y a probablement plus de création ex nihilo d’oppidum à ce moment‑là, mais on connaît plusieurs cas de construction ou de réfection de rempart remontant sûrement ou probablement à l’époque augusto‑tibérienne sur des sites occupés à la phase précédente (Vertault, Alésia, Gergovie, Bibracte...). Les villages ouverts connaissent des destins divers. La plupart des sites foréziens et de la Haute‑Loire, ainsi que ceux du Sud‑Ouest, ne sont pas affectés ; ailleurs, d’autres disparaissent ou se déplacent (Tournus).

FIG. 41 – (légende fig. 38).

5.1.5 Conclusions

17L’ampleur de la diffusion des sites fortifiés est remarquable : y échappent seulement la partie de l’Aquitaine située à l’ouest de la Garonne, et l’extrême Nord‑Ouest. Les villages ouverts connaissent une expansion géographique importante, moins forte toutefois que celle des sites fortifiés : ils ignorent à peu près totalement le nord‑ouest de la Gaule, au moins jusqu’à la phase 3. Cette évolution n’est donc ni synchrone ni homogène d’un point à l’autre de la Gaule. Les cartes montrent qu’il existe des décalages chronologiques entre certaines zones, et que la modification du réseau d’habitat se fait selon des modalités différentes (abandon ou maintien de l’occupation dans les sites d’habitat ouvert, par exemple). La complexité de ces mutations crée une grande diversité de situations, qui témoigne de degrés de développement économique et politique différents.

18On peut toutefois reconnaître des lignes directrices. L’habitat semble évoluer en fonction de deux tendances successives : le regroupement en sites ouverts aux phases 1 et 2, puis en sites fortifiés à partir de la phase 2. Les mutations les plus importantes sont virtuellement accomplies avant la phase 3 : c’est en effet pendant les deux périodes précédentes qu’apparaissent villages ouverts à activités diversifiées et oppida, et le mouvement de création de ces derniers atteint son expansion géographique maximum vers la fin de la phase 2.

19Hormis quelques cas pouvant remonter à la phase 1, l’immense majorité des oppida en Gaule n’apparaît pas avant la phase 2 (fin du iie s. – début du ier s. av. J.‑C.). Les dernières données dendrochronologiques obtenues pour la construction du rempart de Metz (Faye et al. 1990) et pour les habitats de Besançon –fin du iie s. av. J.‑C.– s’accordent pour appuyer cette conclusion. L’opinion de J. Collis, selon laquelle les oppida apparaîtraient à l’ouest du monde celtique plus tard qu’à l’est, se trouve donc confortée (Collis 1984 : 74).

20Il reste maintenant à comprendre la signification de ces transformations et à déterminer les facteurs qui les ont générées, en particulier pour les oppida, dont l’apparition et l’expansion constituent le phénomène le plus remarquable de cette période. On devra également essayer d’expliquer les différences structurelles, les décalages chronologiques –en Gaule même, et entre la Gaule et le reste du monde celtique.

5.2 La genèse des oppida

5.2.1 Villages ouverts et oppida

21La taille des sites ouverts des phases 1 et 2 peut atteindre plusieurs hectares, voire plusieurs dizaines d’hectares. Le mobilier recueilli dans les plus explorés d’entre eux (Levroux/Les Arènes, Aulnat, Bâle/Usine à gaz, Breisach/Hochstetten...) démontre qu’ils n’ont pas seulement une vocation agricole (parfois même celle‑ci semble à peu près absente, comme à Levroux), mais qu’ils exercent aussi d’autres fonctions, et généralement avec une certaine ampleur : artisanat métallurgique, matérialisé par une masse parfois importante de déchets (scories, objets en cours de fabrication), verrerie, céramique, travail de l’os, voire fabrication de monnaies. Ils sont aussi assez bien pourvus en importations d’origine méditerranéenne, principalement en amphores italiques.

22Ces villages ouverts aux activités diversifiées rompent avec l’habitat dispersé, constitué par de petites unités rurales autarciques, que l’on suppose être la règle à La Tène ancienne et pendant une partie de La Tène moyenne (Audouze, Buchsenschutz 1989 : 296). Leur multiplication au cours de la phase 2 démontre qu’il ne s’agit pas d’un processus mineur, mais bien d’une véritable restructuration de l’habitat traditionnel, qui génère une certaine hiérarchisation des sites d’habitat.

23Cette hiérarchisation prend toute sa dimension, à la phase 2, avec l’apparition et la diffusion progressive dans toute la Gaule des sites d’habitat fortifiés. On y retrouve les traces de productions artisanales variées, des importations en grand nombre, c’est‑à‑dire en définitive les fonctions des villages de la période précédente, plus développées et plus complexes, mais s’inscrivant directement dans leur prolongement. L’oppidum se place néanmoins au sommet de la hiérarchie des habitats et ne constitue pas une simple extension du village ouvert. L’archéologie et surtout les textes antiques pour le ier s. av. J.‑C. mettent en évidence son rôle de place centrale, rassemblant des activités économiques diverses, siège d’un pouvoir politique et administratif (et religieux ?), qui ne semble pas avoir été exercé, en tout cas aussi nettement, par des villages ouverts. Les caractères physiques des oppida soulignent cette dimension : une taille parfois gigantesque, sans rapport avec l’occupation réelle (Saint‑Denis‑des‑Murs), des fortifications imposantes parementées de pierre et dotées de portes (Bibracte, Levroux, Bâle, Huelgoat, Le Petit‑Celland...), un espace interne organisé en quartiers spécialisés (Bibracte)... L’ensemble ne rappelle guère les sites fortifiés des époques antérieures, si ce n’est peut‑être par la topographie. Celle‑ci n’est toutefois pas indifférente. C’est le plus souvent sur une hauteur, à proximité mais un peu en retrait des grands axes de communication, que s’installent les oppida, comme pour en souligner la nature particulière.

  • 1 Un seul exemple avec déplacement partiel de l’occupation peut être avancé : celui de Berne, en Suis (...)

24À cause de ces aspects spécifiques, le mouvement de création des oppida ne peut donc pas être considéré comme une simple extension de celui des grands villages ouverts. Les cas de croissance d’un village ouvert transformé graduellement en oppidum sont d’ailleurs peu nombreux en Gaule1, comme dans toute l’Europe celtique, où l’oppidum est le plus souvent un site de hauteur sans prédécesseur désigné (Collis 1984 : 67‑69). Il faut chercher d’autres explications à ce phénomène que celle d’une transformation, dans un processus progressif, d’un site ouvert en site fortifié.

5.2.2 La création des oppida : un réflexe défensif ?

25La première explication, celle que donnaient les pionniers de l’archéologie gauloise, relève du rôle défensif de la fortification : qu’on se réfère à l’invasion des Cimbres et des Teutons à la fin du iie s. av. n.è., ou bien à la conquête césarienne, l’oppidum est perçu comme un refuge contre les menaces armées de toutes natures.

  • 2 Le tracé même des fortifications (souvent perpendiculaire aux courbes de niveaux) rend le site diff (...)
  • 3 À Levroux et Luzech notamment.
  • 4 Un calcul effectué par I. Ralston pour le murus gallicus du Mont‑Beuvray estime à 1 000 tonnes la m (...)

26Cette interprétation est aujourd’hui abandonnée dans son acceptation la plus étroite –c’est‑à‑dire celle d’une parade temporaire aux raids germains ou à la conquête romaine. Mais elle est toujours d’actualité chez certains chercheurs –pour J. Collis par exemple, la création des oppida est une réponse à l’insécurité provoquée par les profondes transformations socio‑économiques du monde celtique, une réponse élaborée dans un contexte de centralisation et d’organisation étatique naissantes (Collis 1980 : 74‑75). On imagine mal pourtant, lorsqu’on prend la mesure de ce phénomène qui affecte la quasi‑totalité du monde celtique, qu’un état d’insécurité généralisée en soit à l’origine. D’ailleurs, l’existence de sites ouverts prospères aux phases 2 et 3/4, c’est‑à‑dire en même temps que s’engage et se stabilise le grand mouvement de création des oppida, montre que cette hypothèse n’est pas satisfaisante. D’autres (comme O. Buchsenschutz ou J.‑P. Guillaumet) mettent en doute l’efficacité défensive d’un système de fortification indifférent aux contraintes du terrain2 et englobant de gigantesques surfaces ; ils lui prêtent plutôt une fonction de prestige, et y voient la volonté de matérialiser un espace propre à l’oppidum. De fait, l’implantation des oppida revêt souvent l’aspect d’un acte de fondation. Les particularités topographiques (installation en hauteur, à l’écart), le choix de sites vierges ou non occupés au moment de la création, la construction de remparts à l’architecture élaborée, la découverte de dépôts volontaires dans certains d’entre eux3, sont autant d’arguments qui accréditent l’hypothèse d’un acte délibéré, impossible à accomplir dans un état d’urgence. Il faut une longue préparation, beaucoup de main‑d’œuvre, un artisanat métallurgique productif pour la fabrication des clous du murus gallicus 4, une volonté centralisatrice qui cristallise tous ces potentiels.

27La fonction défensive semble par conséquent un mobile moins essentiel, pour la création des oppida, que la volonté de concrétiser la prospérité et la puissance d’une communauté par une réalisation collective ambitieuse. On a parlé de manifestation urbaine à propos du rempart, mais l’ensemble des caractères qui ont été décrits, tant physiques que fonctionnels, justifie pleinement la position de ceux qui n’hésitent pas à parler d’urbanisation ou de proto‑urbanisation pour qualifier le phénomène des oppida (Kruta 1980 : 195, 220 ; Collis 1984 ; Audouze, Buchsenschutz 1989 : 317). Ces agglomérations constituent une première forme d’urbanisation, à très vaste échelle, de la Gaule et de l’Europe tempérée en général. On ne s’étonne même pas du choix d’un site de hauteur de préférence à un site de plaine pour cette réalisation de prestige, car comme le rappellent F. Audouze et O. Buchsenschutz (1989 : 308, 317‑318), celui‑ci s’inscrit tout à fait dans la tradition protohistorique qui fait de l’habitat fortifié de hauteur l’expression naturelle de la puissance du groupe social.

5‑2.3 Les transformations du monde celtique à La Tène finale

28L’ampleur du phénomène des oppida, ses implications socio‑économiques, posent le problème des conditions qui ont provoqué leur développement, et plus généralement les mutations de l’habitat à La Tène finale.

29L’une des mutations les plus importantes est la modification de l’usage de la monnaie. Pendant la phase primitive de son histoire (iiie s. av. J.‑C.), la monnaie, alors en or, joue le rôle d’un bien de prestige à usage ostentatoire (Gruel 1989 : 111‑115). Au iie s., les émissions se régularisent, et la monnaie devient alors un instrument de compte et une source de profit avec le contrôle des changes aux frontières des cités, puis plus tard un intermédiaire privilégié pour les échanges commerciaux (ibid. : 81‑82). L’introduction de la monnaie dans la vie économique signifie que des structures administratives élaborées se mettent en place : il faut en effet garantir la monnaie, en contrôlant l’aloi et la teneur en métal précieux des émissions successives, contrôler aussi la circulation monétaire sur un territoire donné. Cela nécessite une organisation de la production monétaire, des procédures administratives pour le change et probablement aussi pour la distribution des marchandises (ibid.). La mise en place de cette infrastructure administrative implique un pouvoir centralisé –celui qui émet les monnaies et fait appliquer l’ensemble des règlements. On a évoqué, pour la création des oppida, l’existence d’une autorité capable de mobiliser les énergies nécessaires à ces grands travaux ; on a rappelé également les multiples fonctions de ces agglomérations qui en font une place centrale. Par sa nature, comme par les conditions dans lesquelles il est créé, l’oppidum est bien le produit d’un système politique et économique centralisé, dont l’origine est liée à la constitution des cités.

30La diversification des activités dans les villages dès la phase 1 met en lumière l’importance de deux catégories sociales, celles des artisans et des commerçants. L’importance du rôle des artisans est nettement perceptible non seulement dans les villages ouverts dès la phase 1, mais aussi dans les sanctuaires, où les dépôts d’armes sont accompagnés d’outils à La Tène C2 (Rapin 1990 : 293‑295), ainsi que dans les rares nécropoles de cette même période. La place des commerçants dans la société gauloise est plus difficile à appréhender par l’archéologie que celle des artisans. On sait qu’il existe dans la première moitié du ier s. av. J.‑C. une oligarchie dont la fortune provient en partie de la perception des taxes et des péages sur la circulation des marchandises (ainsi l’éduen Dumnorix : BG I, 18), mais César n’utilise le terme « marchands » que pour les commerçants italiens installés en Gaule. La masse des marchandises en circulation –notamment les amphores– est toutefois telle qu’elle implique nécessairement l’existence de réseaux marchands indigènes structurés et puissants.

31Le développement de l’artisanat et du commerce implique un contexte de croissance économique qu’il faut mettre en relation, dans ce monde essentiellement rural avant la phase 1, avec une amélioration de la production agricole ; on peut en voir la preuve, par exemple, dans la multiplication des structures de stockage pendant la période de La Tène (Audouze, Buchsenschutz 1989 : 294, 303 sq.). Si l’autosuffisance alimentaire est assurée, les surplus dégagés peuvent être échangés, et une partie plus importante de la population peut se consacrer à d’autres activités que l’agriculture. Quelle que soit l’origine de cette croissance (fabrication d’outils plus performants grâce à la maîtrise de la métallurgie du fer, accroissement de la population, rationalisation des cultures qui aurait engendré une exploitation accrue des terres...), elle a pu créer les conditions nécessaires aux mutations que l’on a précédemment évoquées.

32Une des questions qui se pose ici est de savoir dans quelle mesure les contacts avec le monde méditerranéen ont pu jouer un rôle dans ces mutations. Certains chercheurs s’appuient sur les évidences historiques des migrations et du mercenariat celtiques, ainsi que sur celle de la conquête romaine de la Cisalpine, pour lier l’apparition des oppida à la diffusion en Europe tempérée d’un savoir‑faire en matière d’organisation urbaine, qui serait véhiculé soit par des Celtes cisalpins chassés de leur territoire par Rome et passés au nord des Alpes (ou tout simplement par des contacts noués de part et d’autre de la chaîne alpine), soit par des Celtes de la zone sud orientale de l’Europe en relation avec les civilisations urbaines du monde hellénistique (Kruta 1980 ; Frey 1984 ; Maier 1991 : 411 ; Drda, Rybová 1992 : 122‑123 ; Szabo 1992 : 60). D’autres spécialistes insistent au contraire sur les caractères spécifiques de ces grands habitats propres à l’Europe tempérée ; ils réfutent notamment (à juste titre) les arguments fondés sur la parenté supposée des fortifications italiques et celtiques, en soulignant que les techniques utilisées par les Celtes s’inscrivent dans une tradition architecturale bimillénaire propre au domaine continental (Audouze, Buchsenschutz 1989 : 317). D. Vitali a d’ailleurs récemment montré, comme l’avait déjà suggéré C. Peyre 1979), qu’il n’existe aucune évidence, ni historiographique, ni archéologique, d’une véritable expérience urbaine chez les Celtes cisalpins jusque dans la deuxième moitié du iiie s. au moins, où elle accompagne la romanisation (Vitali 1996). Inversement, faisant allusion à la fondation en 186 av. J.‑C. d’un oppidum en Italie nord orientale par un important groupe d’émigrés transalpins (Tite‑Live, XXXIX, 54 : 6), le même auteur souligne qu’au début du iie s., des Celtes transalpins « étaient en condition d’implanter des oppida même en Italie du nord » selon un projet qui leur était propre, et qui ne devait rien aux Boïens cispadans expulsés à peu près à la même époque (Vitali 1996 : 340‑341).

  • 5 N. Venclova a ainsi montré (1991) que certains villages du bassin de Lodenice ont pu être engagés d (...)

33En Europe centrale, en effet, les évidences les plus anciennes de l’existence des oppida remontent sans équivoque à La Tène C2 ; la fondation du plus ancien oppidum de Bohême, Zâvist, est datée des environs de 175 av. J.‑C. « selon les données généralement acceptées de la chronologie absolue » (Drda, Rybová 1982 : 125), mais les travaux préalables à la construction du rempart (défrichement) remontent au début du iie s. av. J.‑C. Jusqu’à cette époque, les contacts commerciaux avec le monde méditerranéen sont encore réduits, et apparaissent essentiellement sous la forme d’objets isolés déposés dans des tombes ou dans des trésors ; ils ne jouent donc pas un rôle décisif dans les transformations socio‑économiques du monde celtique au tournant des iiie et iie siècles. Les relations régionales et interrégionales les expliquent de façon bien plus convaincante (Collis 1984 : 171), tout comme l’existence, en Bohême centre occidentale, d’un tissu d’habitat ouvert dans lesquels sont pratiquées des activités « industrielles »5.

34La question demeure cependant éminemment complexe, car le développement des oppida transalpins en Europe centrale coïncide bien, d’un point de vue strictement chronologique, avec l’accélération du processus de la conquête romaine en Italie du Nord. On ne peut pas non plus ignorer les conséquences du mercenariat et de l’introduction de la monnaie (d’origine grecque) au iiie s., non plus que la réalité des relations entre la Celtique orientale et le bassin méditerranéen par l’intermédiaire de la zone balkanique (Szabo 1992 : 87). Une chose paraît certaine : les conditions indispensables à l’apparition des futurs centres économiques et administratifs que sont les oppida se sont lentement mises en place en Europe centrale au iiie s., et le recours à des causalités externes au monde celtique ne s’impose pas pour expliquer cette évolution. Pour le reste, la réalité est certainement beaucoup plus complexe que ne le laissent transparaître les sources historiques et archéologiques ; il a dû en effet exister des situations diverses résultant de paramètres internes et externes variables selon l’histoire propre de chaque territoire, et qui derrière une apparence uniforme –celle de la « civilisation des oppida »– expriment des modes et des rythmes de développement différents ; c’est, en particulier, le cas de la Gaule.

  • 6 Sur les côtes de la Gaule Narbonnaise, les épaves transportant des amphores sont pour ce seul siècl (...)
  • 7 Je ne suis pas convaincue que l’on puisse assimiler, d’un point de vue formel, la création de ces d (...)

35En Gaule, l’existence de contacts avec le Sud est perceptible dès la phase 1. La présence d’amphores gréco‑italiques à Châteaumeillant, Saint‑Gence, Levroux, Roanne, Bâle, de céramique campanienne de la première moitié du iie s. à Levroux, à Roanne (?), voire du iiie s. à Aulnat et Mouliets‑et‑Villemartin, montre que la pénétration de ces produits italiques n’est probablement guère plus tardive en Gaule interne qu’en Gaule méditerranéenne. Après la fin des guerres puniques, la conquête de l’Espagne et de la Gaule Cisalpine, l’Italie du iie s. av. J.‑C. accomplit une percée économique sans précédent vers l’Ouest, s’octroie de nouveaux marchés, favorisant notamment l’essor de la production de vin italien6. Ce dynamisme commercial a certainement beaucoup accéléré la distribution des importations vers l’intérieur des terres, essentiellement vers les villages ouverts, puisque les oppida, sauf exception qui reste d’ailleurs à démontrer, n’apparaissent pas avant la phase suivante. Malgré l’existence de circuits précoces, la pénétration des marchandises et de numéraire (oboles de Marseille) méditerranéens en Gaule ne coïncide donc pas avec un mouvement général de création des oppida, alors que ce mouvement est par ailleurs déjà bien engagé dans le reste du monde celtique. La situation est différente à la phase 2, quand la masse des oppida gaulois fait son apparition. Le terminus post quem assigné à cette phase (dernier quart du iie s. av. J.‑C.) coïncide avec la conquête de la Gaule Narbonnaise qui met véritablement Rome aux portes de la Gaule chevelue. Établir un lien de cause à effet est évidemment tentant. Plusieurs faits témoignent de l’importance des relations avec le monde méditerranéen à cette époque : l’accroissement considérable du volume des importations, leur diffusion généralisée (en proportions variables) dans presque tous les sites d’habitat de cette époque, le développement d’un courant vivace d’imitations de céramique campanienne... Le fait le plus remarquable est la constitution dans le Centre‑Est, vers la fin du iie s. ou le début du ier s. av. J.‑C., de zones monétaires permettant le change avec le denier romain. Cet alignement métrologique, d’autant plus extraordinaire qu’il touche des cités encore indépendantes, démontre la profondeur des contacts économiques, mais aussi politiques qu’elles entretiennent avec le monde méditerranéen7.

36La progression du phénomène des oppida est contemporaine de celle du commerce (et de l’influence) italique en Gaule. Faut‑il pour autant y voir une relation de cause à effet ? L’accroissement du volume des importations à la phase 2 aurait pu effectivement provoquer la fondation de certains d’entre eux, qui sont traditionnellement considérés comme des sortes de comptoirs indigènes (par exemple Chambles) ou des ports (comme Chalon‑sur‑Saône) ; mais ils n’ont jamais fait l’objet de fouilles à leur mesure, et leur nature reste mystérieuse. En Armorique, et dans une moindre mesure en Gaule Belgique, les importations méditerranéennes sont peu abondantes, sinon inexistantes, et les accords monétaires de la zone du denier n’existent pas. Comme dans le reste de l’Europe celtique, pas plus à la phase 2 qu’à la phase 1, l’apparition des oppida n’est liée à la conquête par Rome de nouveaux marchés commerciaux.

37La Gaule est cependant le domaine du monde celtique dans lequel les relations avec les civilisations méditerranéennes paraissent avoir été les plus importantes, et cela ne peut être resté sans conséquences sur l’évolution des sites d’habitat. La phase 2 connaît à la fois l’accroissement du commerce italique et le développement des oppida... Il existe une autre corrélation plus spécifique encore : c’est le développement des grands sites d’habitat ouverts aux activités diversifiées, phénomène qui distingue la Gaule du reste du monde celtique, comme la distinguent aussi le volume et la diversité des importations.

38À la phase 1, la concentration des forces de production et de distribution se fait en Gaule d’abord dans des sites d’habitat ouverts. Dans le reste de l’Europe celtique, l’habitat ouvert qui précède les oppida présente lui aussi des indices d’activités artisanales (par exemple, en Bohème, cf. supra). Dans les phases suivantes, en revanche, les villages ouverts jouent toujours en Gaule un rôle important qui n’a pas d’équivalent dans le reste du monde celtique, même si la prééminence est accordée aux oppida. On a donc le sentiment que le mode d’occupation du sol prend des formes quelque peu différentes entre l’ouest et l’est du monde celtique à partir du iie s. Comment expliquer ce partage ? L’hypothèse selon laquelle le développement politico‑économique serait moins avancé en Gaule que dans le reste de l’Europe celtique n’est pas satisfaisante : les données numismatiques montrent au contraire une structuration politique déjà forte à la phase 1. On a vu que les villages ouverts ont exercé pendant cette phase des fonctions que les oppida reprennent à leur compte à la phase suivante ; à l’évidence, certains d’entre eux ont continué à exercer ces fonctions, en même temps que les oppida, sur le même territoire (Roanne, Feurs). À la phase 2, la Gaule se démarque encore par le maintien et même la multiplication de gros villages aux activités diversifiées, à une échelle qui semble sans équivalent dans le reste du monde celtique. Si le développement général des oppida n’a pas remis en cause la tendance amorcée à la phase précédente, c’est que ces gisements ouverts sont une composante nécessaire du processus d’urbanisation, et que celui‑ci a pris parfois d’autres formes, dans certaines régions, que le regroupement dans des sites de hauteur fortifiés.

5.2.4 Des situations contrastées

39Cette voie de développement adopte des modalités diverses selon les zones géographiques. Elles traduisent certainement des états différents de développement politique, économique, social, ou tout simplement une culture matérielle particulière.

40La diversité des évolutions régionales à La Tène finale est perceptible dès la phase 1 ; elle oppose à cette époque le Sud‑Ouest, le Centre et le Centre‑Est au reste de la Gaule. Cette vaste zone est comprise grosso modo entre la vallée de la Garonne au sud, celle de la Loire au nord, celles de la Saône et du Rhin à l’est. Les sites d’habitat ouverts, à vocation non exclusivement agricole, y sont installés le long des axes fluviaux, ou dans des secteurs contrôlant l’accès à ces axes. Ils apparaissent précocement, certains au plus tard au milieu du iie s. av. J.‑C., et se développent à grande échelle dès la phase 2. Les oppida y sont attestés dès le début de la phase 2, peut‑être dès la phase 1 (Châteaumeillant). Beaucoup de ces sites d’habitat, ouverts ou fortifiés, étaient encore occupés après la phase 5, souvent avec un déplacement limité de cette occupation (Alésia, Amboise, Roanne, Châteaumeillant, Saint‑Marcel, Vayres, Levroux...).

41Toute cette zone commerce très tôt avec le bassin méditerranéen. Approvisionnée assez abondamment en importations de céramique campanienne A et B, d’amphores gréco‑italiques et surtout italiques Dressel 1, et parfois d’autres types de mobilier encore (céramique commune claire, céramique ampuritaine), elle se caractérise aussi par des phénomènes numismatiques particuliers. Entre la deuxième moitié du iiie s. et la première moitié du iie s. av. J.‑C., il circule du Berry au Centre‑Ouest et à la vallée de la Garonne des imitations de monnaies méridionales (monnaies ibériques d’Emporion principalement, monnaies de Marseille) ; ce sont des espèces de poids élevé, elles n’ont certainement pas un usage commercial (comme les monnaies d’or contemporaines), et confirment la précocité des liens (culturels ? politiques ?) avec le bassin méditerranéen. À la phase 2 (fin iie‑début ier s. av. J.‑C.?), les monnaies d’argent de l’axe Aude‑Garonne et du centre‑est de la Gaule (zone dite du denier, où l’or est abandonné) s’alignent sur le denier romain ; dans le Centre‑Ouest, en Berry, chez les Lémovices, elles semblent manifester une tendance comparable avec un glissement de l’étalon de la drachme légère de Marseille vers celui du denier (Buchsenschutz et al. 1993). Ces réajustements métrologiques consacrent un état de fait sans doute déjà esquissé dans ses grandes lignes à la période précédente : la création d’un vaste espace économique – et, certainement aussi, d’un réseau d’alliances politiques – orienté vers le bassin méditerranéen.

42C’est dans ces zones de la Gaule Celtique, qui entretiennent dès la phase 1 des relations commerciales avec le monde méditerranéen, que la solution du village ouvert paraît avoir été adoptée de préférence à celle de l’oppidum (ou conjointement à celle‑ci). La précocité et le volume des importations, les phénomènes numismatiques qui lui sont propres démontrent en tout cas que les contacts avec le monde méditerranéen sont grandement responsables de la voie de développement originale adoptée par une partie de la Gaule à La Tène finale.

43Rien de tout cela n’existe dans le reste de la Gaule. À l’Ouest, comme dans le Nord jusqu’au plateau lorrain, les gros villages ouverts tels que nous les connaissons dans la zone précédente sont inexistants ou rares (Acy‑Romance ?). L’apparition des oppida ne se fait donc pas dans le contexte de concentration précoce et continue de l’habitat, comme c’est le cas dans les régions plus méridionales et orientales. Elle semble, au contraire, comme plaquée sur un milieu essentiellement rural. Les gisements de cette zone n’ont en général pas survécu après la phase 5.

44Point non plus de phénomènes numismatiques comparables : l’étalon‑or n’est pas détrôné, la circulation monétaire reste sans doute restreinte aux limites de la cité (en particulier en Armorique) jusqu’à la guerre des Gaules, et l’alignement sur le denier romain de certaines monnaies d’argent y est tardif, probablement même postérieur à la Conquête. Les potins sont totalement absents à l’ouest de la Gaule à peu près jusqu’à la phase 5, où ils sont amenés par la généralisation de la circulation monétaire. Quant aux importations, elles sont limitées en volume (avec des différences selon les régions) et en nature : pas de céramique campanienne A ni de commune claire, pas d’amphores gréco‑italiques et peu de Dressel 1. Ces différences se manifestent aussi –et ce n’est pas le moins intéressant– dans la culture matérielle traditionnelle, avec par exemple la prépondérance des écuelles carénées sur les écuelles à bord rentrant dans la zone nord et ouest (cf. fig. 17), comme si les nouvelles données socio‑économiques s’étaient greffées de façon différente sur des clivages culturels d’origine plus ancienne.

45Voilà donc une première approche, la plus immédiate et sans doute la plus fondamentale, des lignes de fracture qui partagent la Gaule en plusieurs grands ensembles. On détaillera maintenant séparément chacun d’entre eux.

Le Centre, le Centre‑Est : dynamisme et ouverture méditerranéenne

46Véritable nœud des relations entre le Sud et le monde celtique, ce secteur privilégié est le seul en Gaule où les sites d’habitat de La Tène finale présentent une densité relativement importante pendant les quatre phases. Les oppida ont trouvé dans ce contexte de transformation précoce du milieu rural des conditions favorables à leur apparition, peut‑être avant la phase 2 (Châteaumeillant). En Forez, en Limagne, dans la vallée de la Saône, la plupart des villages ouverts prospèrent au moins jusqu’à la phase 3 ou 4. Inversement, certains oppida continuent d’être occupés intensivement pendant et après la phase 5, même lorsque s’installent à proximité des agglomérations de plaine (Alésia et Mâlain en Bourgogne, par exemple). Le Forez, avec la juxtaposition de sites ouverts (Roanne, Feurs...) et d’oppida en partie contemporains (Chambles, Saint‑Marcel‑de‑Félines...), est particulièrement significatif de la diversité des situations qui accompagnent la structuration des réseaux d’habitat entre la phase 1 et la phase 5. Le mobilier recueilli dans les habitats de cette zone possède un certain nombre de traits communs, mais il faut toutefois différencier plusieurs unités régionales.

47On peut individualiser, sur le plan numismatique, l’espace qui s’étend du Forez et de la Bourgogne au Rhin et à la Suisse occidentale, et qui correspond à la zone du denier (cités séquane, lingonne, éduenne) et à ses marges. Ces régions partagent la plupart des caractères numismatiques suivants : circulation, avant la guerre des Gaules, de monnaies d’argent alignées sur la métrologie du denier romain, présence d’oboles massaliotes et de potins séquano‑éduens, et piètre représentation des monnaies de bronze frappé. Elles se distinguent aussi par la bonne représentation de la céramique peinte et des imitations de céramique campanienne, particulièrement en Bourgogne et en Forez.

48À cet ensemble, on rattachera les Vosges et la Lorraine (Leuques et Médiomatriques) où l’écuelle à bord rentrant est majoritaire par rapport à l’écuelle carénée, où la circulation de monnaies d’argent et de potins rappelle par certains aspects celle du Centre‑Est, et qui reçoivent de la céramique campanienne A.

49En Berry, en Limousin, la gamme de la céramique importée est restreinte à la céramique campanienne et aux amphores. La céramique peinte et les imitations de céramique campanienne sont rares. L’Auvergne au contraire se rapproche du Centre‑Est, et surtout du Forez, par l’importance de la céramique peinte, des imitations de céramique campanienne, et par une gamme d’importations aussi riche (céramique ampuritaine, commune claire, campanienne, amphores). La circulation monétaire dans ces trois régions possède en commun un monnayage d’argent aligné sur l’étalon de la drachme massaliote, inspiré à l’origine des monnaies d’Emporion pour le Berry et le Limousin, et la présence (comme en Forez) d’oboles de Marseille. Berry et Auvergne possèdent avant la Conquête un système monétaire pluri‑métallique qui implique un état de monétarisation avancé de l’économie (Gruel 1989 : 36‑41).

  • 8 Chez les Éduens, à Caviflonum et Noviodunum : SG VII, 42 et 55 ; chez les Séquanes, à Vesontio : I, (...)

50Les textes antiques apportent des informations sur l’état de développement politique et socio‑économique des cités. On notera tout d’abord que les mentions faites par César de présence de commerçants romains dans les oppida concernent exclusivement cet ensemble Centre et Centre‑Est8. Chez les Arvernes, les Éduens, les Helvètes, la royauté héréditaire (encore attestée chez les premiers, d’après César, vers la fin du iie s. av. J.‑C.) a fait place à des systèmes de gouvernement plus élaborés. Les Commentaires nous montrent ce qu’ont pu être ces grands territoires centralisés, avec l’exemple des Éduens qui possèdent des institutions politiques et une administration publique complexes (existence d’un sénat, de magistrats, prélèvements de péages, de taxes, d’impôts), contrôlées par une oligarchie toute‑puissante (BGI, 16, 18). Ce tableau dressé par César un peu avant le milieu du ier s. av. J.‑C. est probablement brossé dans ses grandes lignes dès le début du ier s. av. J.‑C, voire la fin du iie s. À cette époque, les Éduens ont déjà des relations privilégiées avec Rome (ils sont appelés « frères du peuple romain » après la conquête de la Narbonnaise : BG I, 35), bientôt concrétisées sur le plan économique par l’alignement de la monnaie d’argent sur le denier romain. Un tel événement ne peut pas s’être produit dans le cadre d’une économie rurale autarcique, et dans un contexte politique peu élaboré.

51L’exemple des Éduens peut probablement être étendu à l’ensemble de la zone du denier, pour les mêmes raisons, avec peut‑être des décalages ou même des aménagements institutionnels légèrement différents – les Séquanes, par exemple, ont encore un roi au début du ier s. av. J.‑C., mais celui‑ci porte le titre d’« ami du peuple romain » (BG I, 3).

52Chez les Bituriges, l’existence des 20 oppida mentionnés par César –même si leur importance réelle reste sujette à caution– montre que le processus d’urbanisation, ou au moins de concentration des hommes et des activités, est bien avancé au milieu du ier s. av. J.‑C. L’archéologie le confirme par exemple à Levroux, où l’exploration systématique des environs du village des Arènes n’a jusqu’à ce jour livré aucune trace d’autres habitats. Chez les Ségusiaves, la densité des sites d’habitat ouverts et fortifiés est importante le long des voies fluviales (Loire, Allier), comme elle l’est chez les Éduens le long de la Saône, et le contexte socio‑économique et politique n’en est sans doute pas très différent. Inversement, l’organisation du territoire lémovice semble être restée moins évoluée jusqu’à la Conquête, avec un très grand oppidum (Saint‑Denis‑des‑Murs) ayant capitalisé tous les efforts de concentration de la cité, entouré de petits sites fortifiés satellites (Ralston 1992).

Le Sud‑Ouest (du sud de la vallée de la Dordogne à la vallée de la Garonne)

53La cohésion numismatique de cet ensemble est assurée par l’ensemble des monnayages d’argent à la croix alignés sur le denier romain qui circulent, au ier s. av. J.‑C., tout le long de l’axe Garonne‑Aude. Les importations se limitent essentiellement aux amphores et à la céramique campanienne. Celle‑ci ne semble pas avoir influencé les productions céramiques indigènes au‑delà de la frange ouest du Massif central et de la région toulousaine, dont la gamme des céramiques d’importation et des imitations rappelle celle du Centre‑Est.

54Les sources écrites (César) font mention d’un nombre assez important de peuples dans cette région (Boudet 1986). Les Nitiobriges, fixés autour d’Agen, sont encore gouvernés, au milieu du ier s. av. J.‑C., par un roi dont le père avait reçu le titre « d’ami du peuple romain » (BG VII, 32). L’aristocratie semble avoir été particulièrement puissante dans l’axe Aude‑Garonne si l’on en juge par l’existence de plusieurs tombes riches à proximité de certains grands sites d’habitat (Boudet 1990). Les oppida sont presque tous situés au nord de la Garonne, sur la frange occidentale du Massif central ; ils ne semblent pas avoir été occupés densément et ont vécu, sauf quelques exceptions, une vie brève à la phase 2 (La Tène D1). Le phénomène des oppida n’a donc pas connu la même ampleur que dans le Centre et le Centre‑Est. Les nombreux villages ouverts prouvent néanmoins l’existence d’un important processus de concentration entamé dès le iie s. av. J.‑C. Le sentiment qui prédomine malgré tout est celui d’une zone, à l’ouest du Toulousain, fractionnée en assez nombreuses unités aux mains d’une aristocratie sans doute enrichie par le commerce méditerranéen, mais dont les racines ont pu rester, au moins en partie, rurales et traditionnelles. À cet ensemble on peut rattacher le territoire santon qui présente des aspects proches de ceux du bassin de la Garonne (oppida et sites ouverts abondants en amphores, tombe riche de Tesson).

Le Nord et l’Ouest : un développement tardif et inachevé

55Cet ensemble a été défini par opposition aux régions plus méridionales tournées vers le Sud, mais il ne s’agit pas d’un bloc homogène. La culture matérielle individualise deux grandes zones, l’une s’étendant au nord de la vallée de la Seine jusqu’à la Champagne et aux Ardennes, l’autre de la Vendée à la Basse‑Normandie ; elles correspondent grosso modo à deux entités historiques, la Gaule Belgique et l’Armorique.

La Gaule Belgique

56E. M, Whightman (1985 : 10‑21) a rappelé les grands traits propres à la culture matérielle de cette zone, en particulier pour le monnayage (créé au iiie s., à l’imitation d’un statère de Tarente), et la céramique locale (fréquence des vases à piédestal, par exemple). On y adjoindra, pour les habitats de la période qui nous concerne, les observations que l’on a pu faire au cours de l’analyse des données : l’importance, dans le monnayage, des espèces de bronze ; la prépondérance, parmi les formes basses de la céramique, des écuelles carénées. La spécificité de ce vaste ensemble est attestée encore au milieu du ier s. av. n.è. par le témoignage de César, qui le distingue de la Gaule celtique proprement dite, et donne toute une série de détails ethnographiques démontrant les différences de mœurs et de comportement entre Belges et autres Gaulois (BG I, 1 ; II, 4).

57Cette homogénéité est à nuancer. À l’est de la Gaule, les vallées de l’Oise, de la Seine et de l’Aisne, la Champagne (territoires des Rèmes, Suessions, Parisii surtout), reçoivent des importations italiques –amphores et même céramique campanienne ; celles‑ci sont beaucoup plus rares (voire inexistantes) plus au nord et à l’ouest, des Flandres à la Haute‑Normandie (Fitzpatrick 1985). La même partition se constate sur le plan des habitats : la densité de l’occupation est nettement plus importante dans les oppida de l’Est, où on a pu mettre en évidence des artisanats spécialisés et une organisation spatiale assez rigoureuse (Villeneuve‑Saint‑Germain, Condé‑sur‑Suippe). S. Fichtl a bien démontré les particularités régionales qui opposent vigoureusement, par exemple, le Belgium à la zone occidentale de la Gaule Belgique (Fichtl 1996). Les explorations récentes effectuées par exemple en Haute‑Normandie, si limitées soient‑elles, paraissent confirmer l’impression qui se dégage à la lecture de l’ouvrage de M. Wheeler et K.M. Richardson (1957), de sites peu occupés, livrant un mobilier rare et assez pauvre (céramique surtout). Ceci reste toutefois à vérifier, en particulier dans la vallée de la Seine où sont connus de très grands sites fortifiés.

58Le témoignage de César nous livre quelques indices complémentaires sur le développement de ces régions à son arrivée en Gaule. La royauté est le système politique de loin le plus fréquent : dans la zone nord occidentale, chez les Atrébates, mais le roi y est mis en place par l’intervention romaine (Commius : BG IV, 21) ; plus au nord, chez les Eburons gouvernés par deux rois régnant chacun sur la moitié du territoire (BG V, 24) ; à l’est, chez les Rèmes et les Suessions qui possèdent un roi, des règlements et des institutions communs, système sans doute comparable à celui des Sénons et des Parisiens avant leur séparation vers le début du ier s. av. J.‑C. (BG VI, 3, 3 ; Gruel 1989 : 67). On note l’existence de sénats chez les Nerviens (BG II, 23, 28) et les Bellovaques (BG VIII, 6), mais le pouvoir semble exercé par des « chefs ». Les Trévires paraissent être régis par un système de transmission familiale du pouvoir, bien que celui‑ci puisse faire l’objet d’une lutte ouverte (BG V, 56 ; VI, 2).

59La conquête romaine a sensiblement modifié les données politiques. En faisant preuve pendant toute la guerre d’un indéfectible sentiment romanophile, qui semble né d’un intérêt bien compris plutôt que de liens d’amitié anciens avec les Romains, les Rèmes ont pu prendre le pas sur les Suessions (BG VIII, 6) et devenir le peuple le plus puissant de la Gaule Belgique (BG VI, 12). Il est vrai toutefois qu’on leur attribue la création d’un des plus anciens potins de Gaule Belgique (BN 8124), majoritaire dans certains gisements datés des phases 1 et 2 (Condé‑sur‑Suippe/Variscourt, La Cheppe). Ils pourraient de ce fait avoir atteint, avant même la tutelle romaine, un état de développement sinon comparable, du moins relativement proche de celui des cités du Centre et du Centre‑Est. Il est à noter aussi qu’après leur séparation d’avec les Suessions, ils ne sont plus dirigés par un roi mais par un premier magistrat (BG VIII, 12).

L’Ouest

60À la fin de La Tène, la croissance économique touche aussi cette région périphérique du monde celtique (entendue ici de l’embouchure de la Loire à celle de la Seine). Le commerce maritime en est un des moteurs essentiels. Le peuple le plus puissant de la côte armoricaine, les Vénères, possède aussi la flotte marchande la plus importante, avec laquelle il trafique vers la Grande‑Bretagne (BG III, 8). La réalité de ce commerce trans‑Mandhe nous est connue par les exportations de céramique à cordons vers le sud de la Grande‑Bretagne et la présence de monnaies coriosolites dans cette même zone (Daire 1990). D’autres indices témoignent d’une certaine activité économique à cette période : le développement des sites à sel, la présence de tessons d’amphores dans les habitats (Hyvert, Le Bihan 1990 ; Le Bihan 1990). Malgré cela, les structures socio‑économiques restent foncièrement rurales jusqu’à la conquête romaine. La plupart des gisements, fortifiés ou non, sont de petite taille ; les activités non agricoles qui ont pu y être pratiquées sont peu développées et liées à une production domestique (Le Braden à Quimper). Les grands sites fortifiés existent, mais ils ne s’intégrent pas dans un contexte d’urbanisation tel qu’on a pu l’observer dans le Centre et le Centre‑Est ; le site fortifié par excellence de la Bretagne et de la Basse‑Normandie, c’est le petit camp à enceintes multiples (Buchsenschutz 1984 : 124).

  • 9 La seule monnaie recueillie à Quimper/ Le Braden l’a été dans un contexte augustéen.

61Aucune des fermes gauloises fouillées ces dernières années n’a livré de monnaies. L’économie ne semble vraiment monétarisée qu’à partir de la fin du ier s. av. J.‑C.9 Les monnaies d’argent alignées sur la métrologie du statère, l’absence de bronzes frappés ou coulés, témoignent du peu d’intensité des relations économiques et politiques avec la Gaule du Centre et de l’Est et par‑delà avec le monde méditerranéen. Les amphores, qui sont à peu près les seules importations connues dans ce secteur de la Gaule, resteront rares jusqu’à la phase 5 : seuls quelques gisements (sur une centaine connus) ont livré plus de dix amphores, et dans la plupart des autres, on n’a recueilli qu’un seul individu (Galliou 1990, fig. 2). D’une manière générale d’ailleurs, le mobilier est rare dans les habitats et consiste principalement en céramique indigène, souvent produite dans les environs immédiats (Daire 1990). La petite quincaillerie, si abondante dans les sites de la Gaule continentale et plus généralement de l’Europe Celtique à La Tène finale, est ici presque absente.

62Les récoltes de mobilier reflètent donc l’image d’une société rurale encore très autarcique, d’une vie économique assez active, mais dont le fonctionnement reste traditionnel. La gamme des situations politiques dans les cités armoricaines est assez proche de celle des cités belges ; quelques‑unes possèdent un sénat vers le milieu du ier s. av. J.‑C. (les Venètes, les Lexoviens, les Aulerques Éburovices : BG III, 16‑17), d’autres sont gouvernées par des individus isolés (roi ou chef de guerre ? les Unelles : BG III, 17). Comme en Gaule Belgique, il a dû exister des différences dans le niveau de développement des états.

63Avec ces analyses régionales se dessine donc l’image d’une Gaule en mutation continuelle depuis le milieu du iie s. av. J.‑C. au moins, évoluant, par des voies diverses et à des rythmes différents selon les territoires, vers la centralisation des activités économiques et du pouvoir politique. À ce jeu, la Gaule qui a choisi l’ouverture vers la Méditerranée (celle du Sud‑Ouest, du Centre et surtout du Centre‑Est) possédait, au moment de la conquête romaine, plusieurs longueurs d’avance sur le reste du pays.

5 ․ 3 Les effets de la conquête romaine : apogée et déclin des oppida

64La plupart des oppida restent occupés pendant la phase 3, et un certain nombre se développent dans des cités où existe déjà ce type de site. La première conséquence de la conquête romaine, c’est donc le maintien et même la multiplication des oppida. La chose pourrait surprendre –ils furent après tout le principal instrument de la résistance gauloise face aux conquérants–, si l’on n’avait montré auparavant la place vitale de ces agglomérations dans le tissu économique et politique des cités. La nouvelle administration n’avait aucun intérêt à saper les fondements même de son emprise : contrôler les oppida, clés de voûte des états les plus élaborés, c’était contrôler tous les aspects de la vie économique et politique des cités.

  • 10 À Roanne, le volume des amphores italiques est mutiplié par 10 dans le courant de la phase 3, puis (...)

65La conquête romaine a donné une nouvelle impulsion à l’essor économique engagé dans les phases précédentes. Les témoignages de cette prospérité sont visibles sur la plupart des sites d’habitat occupés dans la deuxième moitié du ier s. av. J.‑C. L’usage de la monnaie de bronze frappé ou coulé, qui est maintenant fabriquée en masse, se répand jusque dans les plus petits gisements, même en Armorique et au nord‑ouest de la Gaule Belgique. Les importations, de nature et de provenance de plus en plus diversifiées, abondent10 et atteignent des zones jusqu’alors presque ignorées. La vitalité de l’artisanat se mesure à la fabrication de nombreux types de fibule et de toutes sortes d’articles produits en série : vaisselle, objets de toilette, petits outils... À la fin de la phase 4, des officines autochtones de céramique méditerranéenne s’installent progressivement à Lyon et en Narbonnaise. La Gaule s’oriente peu à peu vers une économie de marché.

66Profitant de cette prospérité générale, toute une série de bourgs ou de petites agglomérations connaissent une sorte d’ascension politico‑économique. Un exemple comme celui d’Avrolles, dans l’Yonne, est particulièrement significatif : voilà un site sans destinée particulière au sein de la cité des Sénons, sans grande envergure politique ou économique. Fortifié au premier âge du Fer, il est réoccupé et doté d’un munis gallicus partiel dans le courant de la phase 4 (Duval 1972). Alors que pendant les périodes précédentes le processus de centralisation drainait richesses et pouvoirs vers un nombre limité d’oppida, on perçoit donc aux phases 3 et 4, peut‑être plus tôt dans certaines cités, un phénomène de « désemboîtement » selon l’expression de A. Duval (1983). Cette accession de petits territoires avec leurs places centrales à une partie des prérogatives qui sont celles des cités et des grands oppida, matérialisée par des frappes de pagi et parfois par la construction d’un rempart, est le signe d’un émiettement des centres de pouvoir peut‑être consécutif à une certaine désorganisation des structures politiques après la guerre des Gaules. Si tel est le cas, en tout cas, elle n’empêche pas la croissance économique de s’intensifier à la phase 5. Les oppida manifestent de façon toujours plus ostentatoire leur puissance : on reconstruit les fortifications de certains d’entre eux (oppida bourguignons, Gergovie) ; des maisons en pierre, construites sur le modèle de maisons romaines (Bibracte), côtoient les constructions en bois, qui peu à peu s’adjoignent aussi une base en pierre (Alésia) ; les premiers édifices publics à la mode romaine –forum, basilique, temple– sont mis en chantier dans les oppida comme dans les nouvelles villes implantées par l’autorité romaine.

67Pourtant, beaucoup de ces oppida ont vécu leur âge d’or et ne survivront pas au‑delà de la phase 5 ; un certain nombre sont même déjà abandonnés à la phase 3. Les raisons tiennent d’abord aux particularités topographiques qui distinguent l’oppidum des autres sites d’habitat, la plupart étant des sites de hauteur localisés un peu à l’écart des axes de circulation. Victimes de ce qui faisait leur spécificité au sein des sites d’habitat, un grand nombre d’oppida disparaissent à la fin de la phase 5. Au contraire, les sites ouverts de plaine, en général placés près des axes de communication, se perpétuent presque tous à l’époque gallo‑romaine, avec parfois un léger déplacement de l’occupation.

  • 11 Cela peut toutefois être remis en question par des découvertes futures, comme dans le cas de Feurs.

68L’autre cause de ce déclin, c’est sans aucun doute la réorganisation administrative entreprise par Auguste probablement entre 16 et 13 av. J.‑C. Rares sont en effet les capitales de cités qui succèdent à un oppidum (Goudineau 1980 : 95) ; lorsque cela est le cas, le site est toujours en plaine ou en vallée (Orléans, Bourges, Besançon, Metz, Paris...). Les critères topographiques ont donc joué un grand rôle, mais certains choix, comme le souligne C. Goudineau, ne sont guère explicables que par la volonté de faire du neuf (ibid. : 98) ; même parmi les sites ouverts des phases précédentes, peu ont été transformés en capitales (Feurs)11.

69Quelles que soient les raisons qui ont présidé au choix de ces sites, ils ont constitué un puissant pôle d’attraction. Sans rompre totalement avec les phases précédentes, la phase 5 constitue la première véritable étape de l’époque gallo‑romaine. La production en série engendre une diffusion généralisée de mobiliers qui auraient été considérés autrefois comme des objets de luxe ou exotiques, et dans la vie la plus quotidienne se créent des habitudes nouvelles : assiettes plates, gobelets ou verres, lampes à huile font désormais partie de la vaisselle couramment recueillie dans les habitats. Commodes d’accès, dotées de monuments prestigieux, vitrines privilégiées d’un nouveau style de vie plus confortable et plus luxueux, les villes gallo‑romaines ne pouvaient que séduire l’aristocratie, les artisans, les commerçants, c’est‑à‑dire les catégories sociales liées aux oppida.

70Les disparités régionales constatées à La Tène finale n’ont pas disparu au moment où sont créées les capitales de cité. À l’est, l’élévation d’agglomérations déjà actives au rang de cités est relativement fréquente, elles administrent de vastes territoires. À l’autre extrémité de la Gaule au contraire, de nombreuses villes naissent au centre d’un petit territoire. Dans l’état actuel des connaissances, aucun oppidum ni agglomération de plaine ne s’est transformé en capitale de cité à l’ouest d’une ligne Bordeaux‑Poitiers‑Chartres‑Paris‑Reims, c’est‑à‑dire grosso modo en dehors de la zone où les mutations socio‑économiques sont apparues le plus précocement. La réorganisation augustéenne a donc fossilisé dans les structures administratives nouvelles une situation ancienne, qui oppose de vastes zones déjà centralisées et urbanisées, à d’autres morcelées en petites unités.

  • 12 Le même phénomène existe en Suisse à Bâle et à Berne, où le processus d’urbanisation était toutefoi (...)

71Ce contraste ne signifie pas que les différences de développement se perpétuent sans changement. Dans les dernières décennies du ier s. av. J.‑C., la Gaule Belgique, devenue éminemment stratégique avec la construction de routes, et la création du limes, bénéficie d’une importante présence militaire attestée par des camps, des casernements, du mobilier spécifique (Le Titelberg, Trêves, La Chaussée‑Tirancourt, Vendreuil‑Caply...). Cette présence militaire a joué un rôle important dans la diffusion des céramiques d’importation de la phase 4 (sigillée italique, vases à parois fines...), dans le démarrage précoce des productions indigènes imitant ces dernières –en l’occurrence la céramique « gallo‑belge », attestée pour la première fois dans les tombes riches de Goeblingen‑Nospelt–, et plus généralement dans le développement urbain (Whightman 1985 : 47‑49)12. Entre les pesanteurs héritées de la Protohistoire et le dynamisme induit par ces événements politico‑militaires, un nouvel équilibre s’élabore, qui déplace vers le Nord‑Est une partie des forces vitales de la Gaule.

Notes

1 Un seul exemple avec déplacement partiel de l’occupation peut être avancé : celui de Berne, en Suisse. D’autres cas sont possibles pour certaines villes actuelles, mais l’urbanisme quasi bi‑millénaire fait qu’il est difficile de le démontrer.

2 Le tracé même des fortifications (souvent perpendiculaire aux courbes de niveaux) rend le site difficile à protéger.

3 À Levroux et Luzech notamment.

4 Un calcul effectué par I. Ralston pour le murus gallicus du Mont‑Beuvray estime à 1 000 tonnes la masse de minerai de fer traitée pour la production des clous (Ralston 1988).

5 N. Venclova a ainsi montré (1991) que certains villages du bassin de Lodenice ont pu être engagés dans une production métallurgique dépassant leurs besoins propres, et P. Drda et A. Rybová (1992 : 108‑117) soulignent le développement de l’exploitation des richesses naturelles au iiie s. : fer et métaux précieux, lignite, sapropélite.

6 Sur les côtes de la Gaule Narbonnaise, les épaves transportant des amphores sont pour ce seul siècle plus nombreuses que celles des trois siècles précédents (Liou, Lequément 1975).

7 Je ne suis pas convaincue que l’on puisse assimiler, d’un point de vue formel, la création de ces deniers du Centre‑Est à celle des deniers de la vallée du Rhône (cf. les propos de V. Guichard sur la zone du denier : Guichard et al. 1993 : 45‑46), ni qu’il y ait un lien direct entre les deux phénomènes. Si l’on peut penser, en effet, que les deniers au cavalier de la vallée du Rhône marquent l’adaptation très progressive et tardive du monnayage indigène d’une province romaine, le phénomène est certainement de nature différente pour la zone du denier ; la portée politique en est infiniment plus importante, s’agissant d’une cité indépendante jouissant de toutes ses prérogatives, entre autres monétaires, et non d’une province satellite d’une autre puissance.

8 Chez les Éduens, à Caviflonum et Noviodunum : SG VII, 42 et 55 ; chez les Séquanes, à Vesontio : I, 39 ; chez les Carnutes, à Cenabum : VII, 3.

9 La seule monnaie recueillie à Quimper/ Le Braden l’a été dans un contexte augustéen.

10 À Roanne, le volume des amphores italiques est mutiplié par 10 dans le courant de la phase 3, puis double encore pour atteindre son maximum au début de la phase 4 (Aulas 1983 : 224).

11 Cela peut toutefois être remis en question par des découvertes futures, comme dans le cas de Feurs.

12 Le même phénomène existe en Suisse à Bâle et à Berne, où le processus d’urbanisation était toutefois plus avancé.

Table des illustrations

Légende FIG. 38 – Carte de répartition par phases des principaux sites d’habitat. ▲ sites ouverts ; ● sites fortifiés (en noir, occupation certaine ; en blanc, possible) 1 Alise‑Sainte‑Reine/Alésia (21, Côte‑d’Or) ; 2 Amboise/Les Châteliers (37, Indre‑et‑Loire) ; 3 Aulnat (63, Puy‑de‑Dôme) ; 4 Bâle/Usine à gaz, Colline de la Cathédrale (Suisse) ; 5 Boviolles/Le Mont Châtel (55, Meuse) ; 6 Chambles/Essalois (42, Loire) ; 7 Châteaumeillant (18, Cher) ; 8 Condé‑sur‑Suippe/Variscourt/Le Vieux Reims (02, Aisne) ; 9 Essey‑lès‑Nancy/La Butte Sainte‑Geneviève (54, Meurthe‑et‑Moselle) ; 10 Étival‑Clairefontaine (88, Vosges) ; 11 Le Petit Celland (50, Manche) ; 12 La Roche Blanche/Gergovie (63, Puy‑de‑Dôme) ; 13 Le Titelberg (Luxembourg) ; 14 Les Alleuds/Les Pichelots (49, Maine‑et‑Loire) ; 15 Levroux/Les Arènes, La Colline des Tours (36, Indre‑et‑Loire) ; 16 Monceaux‑sur‑Dordogne/Le Puy du Tour (19, Corrèze) ; 17 Feurs (42, Loire) ; 18 Pons (17, Charente‑Maritime) ; 19 Roanne (42, Loire) ; 20 Saint‑Léger‑sous‑Beuvray/Le Mont‑Beuvray, Bibracte (71, Saône‑et‑Loire) ; 21 Saint‑Marcel/Les Mersans, Argentomagus (36, Indre) ; 22 Saint‑Marcel‑de‑Félines/Le Crêt Chatelard (42, Loire) ; 23 Saxon‑Sion/Sion (54, Meurthe‑et‑Moselle) ; 24 Tournus/Champsemard, Les Sept Fontaines (71, Saône‑et‑Loire) ; 25 Varennes‑lès‑Mâcon (71, Saône‑et‑Loire) ; 26 Vemou‑sur‑Brenne (37, Indre‑et‑Loire) ; 27 Villeneuve‑Saint‑Germain (02, Aisne) ; 28 Acy‑Romance (02, Aisne) ; 29 Besançon (25, Doubs) ; 30 Agen (47, Lot‑et‑Garonne) ; 31 Aiguillon (47, Lot‑et‑Garonne) ; 32 Alet (35, Ille‑et‑Vilaine) ; 33 Arlempdes (43, Haute‑Loire) ; 34 Bas‑en‑Basset (43, Haute‑Loire) ; 35 Beauvais/Les Aulnes du Canada (60, Oise) ; 36 Bordeaux (33, Gironde) ; 37 Breisach‑Hochstetten (Allemagne) ; 38 Brioude/Saint‑Julien (Haute‑Loire) ; 39 Chartres (28, Eure‑et‑Loir) ; 40 Chênehutte‑les‑Tuffeaux (49, Maine‑et‑Loire) ; 41 Coulounieix‑Chamiers/La Curade (24, Dordogne) ; 42 Cras/Murcens (46, Lot) ; 43 Épiais‑Rhus (95, Val‑d’Oise) ; 44 Eynesse/Boutoula (33, Gironde) ; 45 Fécamp (76, Seine‑Maritime) ; 46 Gournay‑sur‑Aronde/Le Parc (60, Oise) ; 47 Huelgoat/Le Camp d’Arthus (29, Finistère) ; 48 L’Isle‑Saint‑Georges (33, Gironde) ; 49 La Cheppe (51, Marne) ; 50 Le Mas d’Agenais (33, Gironde) ; 51 Luzech/L’lmpernal (46, Lot) ; 52 Mäcon/Matisco (71, Saône‑et‑Loire) ; 53 Mâlain (21, Côte‑d’Or) ; 54 Mandeure/Epamanduodurum (25, Doubs) ; 55 Moulay (53, Mayenne) ; 56 Mouliers‑et‑Villemartin/Lacoste, (33, Gironde) ; 57 Orléans (45, Loiret) ; 58 Pommiers (02, Aisne) ; 59 Quimper/Le Braden (56, Morbihan) ; 60 Rochecorbon (37, Indre‑et‑Loire) ; 61 Saint‑Denis‑des‑Murs/Villejoubert (87, Haute‑Vienne) ; 62 Saint‑Dié/La Bure (88, Vosges) ; 63 Saint‑Germain‑d’Esteuil/Brion (33, Gironde) ; 64 Saint‑Maurice/Jœuvres (42, Loire) ; 65 Saint‑Paulien/Marcilhac (43, Haute‑Loire) ; 66 Saint‑Symphorien‑d’Ancelles (71, Saône‑et‑Loire) ; 67 Saint‑Thomas/Le Vieux Laon (02, Aisne) ; 68 Soulac‑sur‑Mer/L’Amélie (33, Gironde) ; 69 Ussel/Le Charlat (19, Corrèze) ; 70 Vaires‑sur‑Marne (77, Seine‑et‑Marne) ; 71 Vayres/Le Château (33, Gironde) ; 72 Verdun‑sur‑le Doubs/Le Petit Chauvort (21, Côte‑d’Or).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44673/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende FIG. 39 – (légende fig. 38).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44673/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende FIG. 40 – (légende fig. 38).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44673/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende FIG. 41 – (légende fig. 38).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44673/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search