Version classiqueVersion mobile

Chronologie des oppida de la Gaule non méditerranéenne

 | 
Anne Colin

Chapitre 4. Périodisation

4 Periodisierung

4 Periodization

Résumé

Cinq grands ensembles de contextes caractérisent donc cinq phases chronologiques pendant lesquelles peuvent circuler les mobiliers suivants.

– Phase 1 : importations (peu nombreuses) : Campanienne A, exceptionnellement B, amphores gréco‑italiques et Dressel 1 (celles‑ci moins nombreuses), céramique commune claire, céramique ampuritaine ; fibules de schéma La Tène 2, accompagnées dans quelques cas de fibules filiformes et/ou de fibules de Nauheim ; parures en lignite et en verre (notamment bracelets Haevernick 7 et 8), absence de perles de type Haevernick 23, 24, 25 ; céramique cuite en mode A ou B primitif, avec prédominance des productions à dégraissant grossier ou semi‑fin généralement non tournées ; monnaies peu nombreuses associant le numéraire d’or et d’argent et les potins, dont certaines séries sont imitées du petit bronze au taureau cornupète de Marseille ; circulation dans le centre et le centre‑est des oboles ou imitations d’obole de Marseille.

– Phase 2 : Campanienne A et B (absence de la Campanienne A de la première moitié du iie s) ; amphores en immense majorité du type Dressel 1 avec lèvres de 4,5 cm de hauteur), quelques Dressel 1B ; parmi les fibules (toujours à ressort nu) prédominance du type de Nauheim et parmi les parures en verre, des bracelets de verre lisse (en particulier type 2 de T. Haevernick) ; développement des imitations de céramique Campanienne A ; apparition des espèces de bronze frappé et des deniers gaulois.

– Phase 3 : prédominance des fibules à ressort nu de schéma La Tène 3, apparition des fibules à arc mouluré du type Almgren 65 et ses variantes, fibules à coquille etc. ; rares exemplaires de fibules à plaquettes ou à griffe (Kragenfibeln) ; amphores principalement du type Dressel 1 (A, B, C), parfois accompagnées par d’autres types marginaux (individus isolés) ; Campanienne B ou productions dérivées (raréfaction de la Campanienne A) ; disparition de la céramique ampuritaine ; apparition des lampes, des monnaies émises sûrement vers le milieu du siècle, ainsi que des monnaies romaines auparavant rarissimes.

– Phase 4 : présence plus affirmée d’autres types que les Dressel 1, raréfaction des Dressel 1 à lèvres courtes (moins de 3,5 cm) ; présence de vases à paroi fine, plats à engobe interne rouge, céramique Campanienne et productions qui en dérivent ; développement des fibules à griffe, apparition des fibules à charnière (type d’Alésia) ; développement des imitations de Campanienne B ; régression de l’écuelle carénée, sauf en Gaule Belgique et en Armorique ; la vaisselle cuite en mode réducteur (pâtes grises) occupe une part non négligeable de la céramique fine.

– Phase 5 : céramique sigillée et imitations (Terra nigra ou autres productions), vases à parois fines, dont gobelets d’aco ; multiplication des types d’amphores ; raréfaction ou disparition des fibules à ressort nu au profit de fibules à griffe, mais surtout à ressort protégé et à charnière ; intégration dans le répertoire céramique de nombreuses formes de tradition méditerranéenne ; présence de monnaies émises après 30 av. J.‑C. et le plus souvent après 15 av. J.‑C.

La phase 5 se compose de deux étapes successives qui se distinguent principalement par le type de céramique importée ou de tradition méditerranéenne : sigillée d’origine italique ou assimilée et vases à paroi fine « anciens » (gobelets à décor clouté, à rebord concave, gobelets d’aco) dans le premier cas, sigillée de Gaule méridionale et imitations locales de vases à paroi fine dans le second. C’est dans cette seconde étape que les fibules à ressort protégé ou à charnière sont les plus nombreuses, et que les types apparus au début de La Tène D –fibules de Nauheim, fibules filiformes– tendent à disparaître.

La multiplication des sites de référence (les camps du limes essentiellement) permet d’affiner les datations absolues de la dernière phase : l’étape la plus ancienne commence vers 20 av. J.‑C. au plus tard, la plus récente se place au ier s ap. J.‑C., et le passage de l’un à l’autre doit se situer peu avant le début de notre ère. Les phases 3 et 4, avec des amphores Dressel 1B et de types plus récents, sont centrées sur le ier s av. J.‑C., le passage de la première à la seconde se plaçant vers le milieu de ce siècle. Plusieurs termini post quem dendrochronologiques convergent pour faire remonter les débuts de la phase 2 avant la fin du iie s, et suggèrent que les caractères en sont déjà bien affirmés dans le dernier quart de ce siècle ; elle s’achève assurément nettement avant le milieu du ier s La phase 1 est toute entière comprise dans le iie s av. J.‑C. ; le terminus post quem est difficile à établir, mais il doit être placé antérieurement au milieu de ce siècle, comme en témoignent la Campanienne A à décor de palmettes et la masse des amphores gréco‑italiques de Levroux.

La comparaison de cette périodisation avec plusieurs des chronologies régionales établies par A. Haffner et A. Miron pour la région de Trêves, par J. Metzler pour les environs du Titelberg, par P. Pion pour la vallée de l’Aisne, par V. Guichard pour le Forez confortent pleinement les découpages chronologiques qui ont été proposés pour les phases 2 à 5 : – phase 2 = La Tène D1b de Miron, étape 3 de P. Pion ; – phase 3 = La Tène D2a de Miron et de Metzler, étape 4 de P. Pion ; – phase 4 = La Tène D2b de Miron et de Metzler, étape 5 de P. Pion ; – phase 5a = étape 6 de P. Pion, horizon gallo‑romain précoce de A. Haffner, gallo‑romain précoce (GR1) de Metzler.

En revanche les correspondances avec la phase 1 sont moins faciles à analyser ; il apparaît clairement qu’elle recoupe La Tène C2 ainsi que l’étape 1 de P. Pion, mais elle inclut aussi des éléments qui caractérisent La Tène D1a de Miron ou l’étape 2 de P. Pion. Dans notre sélection, il n’y a en fait aucun contexte qui permet d’isoler ces différentes périodes (que l’on pressent cependant dans des sites comme Levroux).

On s’attache ensuite à tester la validité de la périodisation en examinant des sites qui n’ont pas été retenus ou utilisés auparavant. Il s’avère que ce découpage chronologique fonctionne bien dans le Centre et le Centre‑Est, en Picardie orientale, dans la vallée de l’Aisne, en Champagne et dans le Sud‑Ouest, régions auxquelles appartiennent la plupart des sites sélectionnés pour l’analyse chronologique. En revanche, l’Ouest s’y insère mal, car le mobilier comprend peu ou pas de mobilier métallique, de monnaies, de céramique d’importation et d’imitations locales : cette difficulté à s’insérer dans le schéma chronologique proposé traduit probablement des différences culturelles, socio‑économiques et politiques.

Texte intégral

1La combinaison des différents classements par catégorie de mobilier permet de mettre en évidence la succession chronologique des sites. Parmi ces derniers, seuls ceux classés avec une assez grande certitude dans au moins trois des principales catégories de mobilier étudiées –céramique importée, fibules, amphores, céramique locale, parures– ont été mis à contribution ; les fouilles anciennes sont exclues, ainsi que les fouilles plus récentes pour lesquelles les données sont trop partielles ou mal connues.

4.1 Définition des phases

2La matrice ordonnée de ces contextes met en évidence plusieurs grands ensembles de sites qui ont en commun les mêmes associations de mobilier (fig. 37).

3Le premier réunit les gisements arrivés en tête, ou presque, dans les classements retenus. À l’intérieur de ce groupe, il est difficile de préciser plus avant la place respective des sites, car toutes les catégories de mobilier n’y sont pas représentées, parce qu’elles sont soit absentes, soit trop faiblement attestées, ou bien encore inédites. Le second groupe, bien détaché du précédent, est représenté par des sites ou contextes classés généralement en seconde position dans les études par catégories de mobilier ; la phase la de Besançon et le site de Condé‑sur‑Suippe sont les contextes les plus récents de cette série, et marquent la transition avec le suivant. Le troisième ensemble associe des mobiliers des groupes 2 et 3 (Tournus/Sept Fontaines, la période 2 de Roanne, Sion, le niveau 1 d’Amboise ; le niveau 2 de Bâle/Cathédrale), tandis que le quatrième associe des mobiliers des groupes 3, 4 et 5 ; Villeneuve‑Saint‑Germain est le plus ancien de cette série ; l’horizon 1A d’Alésia et la période 3 de Roanne sont les contextes les plus récents et peuvent être considérés comme marquant la transition avec l’ensemble suivant. Dans ce dernier, on note la présence des mobiliers des groupes les plus récents (importations, amphores, fibules, céramique), avec une série tardive constituée par la fosse 1 de Saint‑Marcel et les différents secteurs d’habitat de la Colline des Tours à Levroux.

FIG. 37 – Mise en évidence des phases chronologiques ; en grisé clair : formes rares.

4Ces ensembles, qui réunissent les contextes dans lesquels se rencontrent les mêmes associations de mobilier, correspondent, en terme de système chronologique, à des phases, qu’il convient de préciser. Parallèlement, on examinera en détail quelques‑uns des gisements qui les composent afin d’apporter les nuances qui s’imposent pour éviter ou minimiser les solutions de continuité d’une phase à l’autre.

4.1.1 La phase 1

5Elle est définie par la présence de mobiliers principalement du groupe 1. Les importations des groupes 1 (présence exclusive de Campanienne A) et 2 (Campanienne A majoritaire) n’ont pas été différenciées pour la périodisation, car les sites des deux groupes se répartissent indifféremment dans cette phase et dans la suivante, en raison, sans aucun doute, de la faiblesse numérique des corpus. On observe toutefois que les plus anciens fragments de céramique Campanienne A (première moitié du iie s av. J.‑C., voire iiie s av. J.‑C.) se rencontrent essentiellement dans les sites de la phase 1. Parmi les mobiliers importés, assez peu abondants d’ailleurs, on rencontre aussi de la céramique commune claire ou ampuritaine, des amphores gréco‑italiques et Dressel 1. Les fibules sont à ressort nu ; les exemplaires de construction La Tène 2 à corde externe, parfois décorés sur le pied ou dotés d’un ressort multispires, sont exclusifs ou majoritaires, parfois accompagnés de fibules filiformes et/ou de fibules de Nauheim. Les autres parures sont en lignite et en verre (notamment des bracelets à côtes des types Haevernick 7 et 8). Les perles de type Haevernick 23, 24, 25 sont absentes. Au sein de la céramique locale, cuite en mode A ou B primitif, les productions à dégraissant grossier ou semi‑fin, généralement non tournées, sont les mieux représentées. Le répertoire typologique associe des éléments hérités de La Tène moyenne et quelques imitations de Campanienne A. Les monnaies, peu nombreuses, associent le numéraire d’or et d’argent, les potins, dont un certain nombre de séries sont imitées du petit bronze au taureau cornupète de Marseille, et dans le Centre et le Centre‑Est, les oboles ou imitations d’obole de Marseille.

6À Acy‑Romance, l’avancement des travaux a déjà donné lieu à une première confrontation des mobiliers de l’habitat et des nécropoles. Même si cette opération n’est pas simple, car les mobiliers ne sont pas toujours comparables surtout pour les phases anciennes, elle met en évidence sur l’habitat l’existence d’au moins deux phases antérieurement à celle qui voit apparaître les fibules de Nauheim (Lambot, Friboulet 1996). La distinction entre ces deux périodes repose essentiellement sur l’existence d’une fibule à pied décoré d’une boule dans la phase la plus ancienne, la suivante livrant des fibules de schéma La Tène à ressort long ; c’est celle‑ci qui a contribué à définir notre phase 1.

7Sur le site de Feurs, A. Vaginay et V. Guichard ont distingué deux ensembles chronologiques distincts (Feurs 1 et 2), qui ont été regroupés dans l’analyse des données et dans la périodisation, car la phase 2 de Feurs est la moins bien représentée dans l’analyse factorielle effectuée sur la céramique (Vaginay, Guichard 1988 : 76, fig. 65) ; la définition de la phase 1 de Feurs ne repose que sur le mobilier d’une seule fosse, qui, en revanche, est nettement individualisée dans cette même analyse factorielle, et que les auteurs ont rapprochée du mobilier de la fosse de Goincet.

8À Levroux/Les Arènes, l’analyse spatiale des associations d’objets apporte aussi des éléments intéressants. Sur les terrains Vinçon et Rogier, les rares fibules de Nauheim ne sont jamais associées aux fibules de schéma La Tène 2 à pied décoré (type de Mötschwil), ni avec celles qui possèdent un ressort multispire ; elles sont associées en revanche aux fibules de schéma La Tène 2 à ressort court, dont le pied triangulaire fait parfois corps avec l’arc –configuration qui évoque celle des fibules de La Tène finale. Sur le terrain Lacotte toutes les fibules sont de schéma La Tène 2 ; on compte un exemplaire ou deux du type de Mötschwil, et quelques autres de grande taille comme certaines fibules de La Tène moyenne. Deux étapes successives sont donc perceptibles d’après ce mobilier métallique, mais aussi d’après le mobilier d’accompagnement (importations, monnaies, parures), comme le montrent assez bien les structures suivantes.

9Première étape : Vinçon 83 (une fibule de Mötschwil, une fibule de schéma La Tène 2 à ressort long, deux fibules de schéma La Tène 2 à ressort à six spires, cinq bracelets en lignite, deux perles en verre, un bord d’amphore gréco‑italique ; ni monnaie, ni céramique campanienne) ; Vinçon 44 (une fibule de Mötschwil, deux bracelets en lignite, une perle en ambre, trois potins bituriges, un quart de statère carnute, une forme de Campanienne A Lamboglia 27b = Morel F 2825ef à décor de palmettes, deux bords d’amphore gréco‑italique). Plusieurs autres ensembles pourraient être pris comme exemple pour illustrer cette étape.

10Deuxième étape : Rogier 10 (1 fibule de Nauheim, 1 fibule filiforme à corde externe, ressort à 6 spires et décor de ressorts, au moins 1 fibule de schéma La Tène 2, 1 perle en verre de type Haevernick 22, 1 bracelet tubulaire en bronze, 3 fragments de bracelet en lignite, 2 bronzes frappés, 1 fragment de fond de patère Lamboglia 5 ou de coupe Lamboglia 1 en Campanienne B, 10 bords d’amphore italique dont 6 gréco‑italiques et 1 Dressel 1A).

11La deuxième étape évoque la phase 2 de notre périodisation et pourrait se situer au tout début de celle‑ci, tandis que la première étape présente les caractères définissant la phase 1. Par ailleurs, C. Soyer a proposé à partir de la céramique un premier schéma chronologique de l’occupation du site en quatre phases successives, dont la plus récente (peut‑être aussi l’avant‑dernière) correspond à la deuxième étape qui vient d’être définie (Buchsenschutz et al. 1992). Les deux ou trois phases céramiques antérieures doivent donc être placées en regard de la première étape. Si ce découpage se confirmait à l’issue de l’étude céramologique, il serait toutefois nécessaire d’envisager le redéploiement de l’étape 1 (en plusieurs autres étapes ?), afin de conserver à ces phases céramiques leur consistance.

12À Roanne, les fouilles de l’abbé Bessou à l’institution Saint‑Joseph sont difficiles à exploiter, car la localisation et l’attribution des objets à une période sont souvent incertaines. La période 1 du site correspond partiellement à la phase 2, puisqu’elle livre, comme le gisement des Arènes à Levroux, des fibules de Nauheim. Mais comme à Levroux, certains aspects de la céramique locale, des importations et des fibules relèvent d’une phase plus ancienne. L’abbé Bessou a d’ailleurs pu observer en stratigraphie l’existence d’un état antérieur à celui de sa période 1, et a noté que les fibules de schéma La Tène 2 les plus archaïques, avec une bague ornementale sur le pied ou un pied non triangulaire fixé au sommet de l’arc, sont recueillies dans les niveaux les plus profonds de l’habitat (Bessou 1976 : 12‑13). Les précisions ou nuances apportées pour la période 1 de Roanne par M.‑O. Lavendhomme et V. Guichard (1997) seront évoquées dans le cadre de la discussion sur la chronologie relative (cf. infra, § 4.3).

4.1.2 La phase 2

13Elle comprend les mêmes grandes catégories de mobilier importé que la phase précédente, mais avec des nuances (la Campanienne A de la première moitié du iie s en est absente) ; les amphores sont, dans leur immense majorité, du type Dressel 1 (avec une majorité de lèvres inférieures à 4,5 cm de hauteur) ; le stade le plus récent, représenté par Condé‑sur‑Suippe et la phase la de Besançon, se singularise toutefois par une présence de Dressel 1B (lèvres supérieures à 5,5 cm de hauteur) qu’on ne peut plus qualifier de marginale. On notera, parmi les parures et accessoires vestimentaires, la prédominance des fibules de Nauheim et des bracelets de verre lisse (en particulier type 2 de T. Haevernick) ; la céramique locale perd les quelques éléments archaïques de la phase précédente (pied creux élevé, écuelle carénée à fond ombiliqué...) et voit se développer les imitations de campanienne. Les monnaies comprennent des espèces de bronze frappé, des deniers gaulois.

14Les couches de comblement du fossé de Tournus/Champsemard ont été considérées comme un ensemble pour l’analyse des données comme pour la sériation, car les mobiliers chronologiquement significatifs sont peu nombreux. La première phase a livré un bord de bol Lamboglia 27 en Campanienne A et des lèvres italiques uniquement de la classe 1, une association qui ne serait pas déplacée dans la phase 1. Le site dans son ensemble a été d’ailleurs situé hypothétiquement dans le premier groupe pour les amphores ; il pourrait aussi l’être dans le second, ce qui ne changerait toutefois rien à son classement dans la phase 2, car le reste du mobilier –un denier de kaletedv surfrappé, une fibule de Nauheim et un fragment de bord de Lamboglia 6 en Campanienne A tardive, provenant de la dernière étape du remplissage– réunit bien les caractères que l’on retrouve dans les autres sites de la phase 2. Mais rien n’interdit de penser que les débuts de ce comblement aient pu avoir lieu au tout début de cette dernière, voire dans la phase 1.

15Le site de Bâle/Usine à gaz a fait l’objet de travaux récents qui confirment la prédominance des fibules de Nauheim et des bracelets de verre lisse dans les parures, mais aussi la part importante des parures de La Tène C2 (Jud 1992) et l’existence de quelques amphores gréco‑italiques (Poux 1995).

16L’attribution de Condé‑sur‑Suippe/Variscourt à la phase 2, antérieurement à celle qui correspond à l’occupation de Villeneuve‑Saint‑Germain, est une évidence que la sériation régionale entreprise par P. Pion devrait rendre définitive. On soulignera simplement ici la position occupée par ce gisement dans le classement à la fin de la phase 2, position induite par la nature des importations, et confortée par la découverte d’une unique fibule du groupe 3, caractéristique de la phase suivante. Un vase à paroi fine à rebord concave recueilli dans le secteur fouillé par J.‑L. Massy relève d’une fréquentation sporadique du site dans la phase 4 ou au début de la phase 5 et ne remet pas en cause cette conclusion.

17La phase la de Besançon n’a pas livré une grande quantité de mobilier, mais les éléments mis au jour se sont avérés suffisants pour contribuer à la définition de la phase 2. Les amphores recueillies sont du groupe 3, seul argument pour placer le site à la fin de la phase 2 ; on se souvient toutefois que le faciès matériel de la phase suivante (1b) est mal connu et que les fouilleurs ont proposé pour la phase la une durée double des deux suivantes (cf. chap. 2, note 10).

18La comparaison du mobilier de Vernou‑sur‑Brenne avec celui d’Amboise (tout du moins dans le secteur qui a été étudié sur l’oppidum) montre sans ambiguïté l’antériorité du premier site sur le second, qu’il s’agisse des amphores, des fibules (un exemplaire de Nauheim et plusieurs autres de schéma La Tène 2) ou de la céramique locale, et justifie son classement dans la phase 2.

4.1.3 La phase 3

19Elle livre des fibules de Nauheim, filiformes, fibules à arc mouluré du type Almgren 65 et ses variantes, fibules à coquille etc. à ressort nu, mais on compte aussi quelques exemplaires de fibules à plaquettes, voire à griffes (Kragenftbeln). Les amphores principalement du type Dressel 1 (les variantes A et B, voire C, y sont représentées avec des lèvres qui dépassent 5,5 cm de hauteur) sont parfois accompagnées par d’autres types dont la représentation reste très marginale (individus isolés). Le reste de la céramique d’importation consiste en Campanienne B ou en productions dérivées (mieux représentées que la Campanienne A), plus rarement en céramique commune claire, tandis que la céramique ampuritaine semble disparaître ; quelques lampes sont aussi signalées. Les monnaies émises sûrement vers le milieu du siècle font leur première apparition, ainsi que les monnaies romaines jusqu’ici rarissimes.

20La période 2 de Roanne, malgré les incertitudes de la documentation, a livré un mobilier d’une grande variété qui s’inscrit bien dans le schéma proposé, comme celui de Saxon‑Sion qui consiste essentiellement en céramique locale ou d’importation (amphores Dressel 1, céramique campanienne B, céramique indigène du groupe 3).

21Le mobilier de Tournus/Sept Fontaines, comme celui de Champsemard, provient essentiellement du remplissage d’un fossé. Il a été considéré dans sa globalité pour l’analyse des données et la périodisation, même si les fouilleurs avaient mis en évidence la similitude du mobilier de la première phase du comblement avec celui du site de Champsemard, classé dans la phase 2, et inversement, celle du mobilier de la dernière phase avec celui du site de Clos Roy, classé dans la phase 4 : le dernier niveau de comblement du fossé correspond en effet à l’installation à proximité immédiate des niveaux d’occupation du site de Clos Roy. Les fibules filiformes, seules représentées, sont déjà bien connues dans la phase 2 ; on peut envisager, comme le laisse présager le classement dans le tableau, que le comblement du fossé a commencé à la fin de la phase 2 ou au tout début de la phase 3 ; il s’est achevé au début de la phase 4.

22Villeneuve‑Saint‑Germain a été attribué à la phase 3, en particulier à cause des fibules du groupe 3 dont le spectre est proche de celui de la période 2 de Roanne et dans lequel ne figure aucun exemplaire à griffe, mais il occupe dans le classement une place à la limite de la phase 4 dont il possède les types d’importation. Les éléments les plus récents du site proviennent du secteur fouillé par J. Debord (amphores non italiques, fibule à charnière). Il paraît à peu près certain que l’occupation du site s’est prolongée jusqu’au tout début de la phase 5, mais l’absence totale de céramique sigillée et de monnaies romaines démontre que cette perduration a dû être courte et peu intense.

23Le niveau 1 d’Amboise présente des données contradictoires –importations, amphores, céramique de groupe 3, groupe 4 des monnaies, groupe 5 des fibules– qui proviennent d’une incertitude à la fouille des deux niveaux stratigraphiques 1 et 2. Compte tenu de l’écart qui existe dans le classement entre ces deux groupes de critères, on peut néanmoins assurer que le niveau 1 appartient bien à la phase 3 ou au début de la phase 4, et que les autres mobiliers proviennent du niveau supérieur, qui est rattaché à la phase 5.

4.1.4 La phase 4

24La présence de types non Dressel 1 se confirme dans la phase 4, tandis que chez les Dressel 1, les lèvres courtes (moins de 3,5 cm) tendent à disparaître. Des exemplaires encore rares de lampes, de vases à paroi fine et de plats à engobe interne rouge côtoient la céramique Campanienne et les productions qui en dérivent. Les fibules recueillies font une large place aux types à griffe, au détriment de types plus anciens (Nauheim, filiforme), tandis qu’apparaissent les fibules à charnière (type d’Alésia). La céramique locale inclut des imitations de Campanienne B ; les bols et les décors associés (ondé au peigne, ocellé...) se développent ; l’écuelle carénée, toujours prédominante en Gaule Belgique et en Armorique, connaît une nette régression dans le reste de la Gaule. La vaisselle cuite en mode réducteur (pâtes grises) occupe une part non négligeable de la céramique fine.

25Plusieurs fois évoqué pour l’analyse des données, le site du Titelberg a livré les traces d’une occupation importante pendant l’époque gallo‑romaine. Dans le niveau archéologique Schichtkomplex 1, des indices d’une installation antérieure à la phase 4 existent cependant (fibule de schéma La Tène 2 et fibules de Nauheim notamment). La publication récente de la documentation de l’ensemble du site par J. Metzler montre en fait qu’il existe au Titelberg des ensembles pouvant remonter à la phase 2 ou au début de la phase 3, à commencer par la première étape de construction du rempart (Metzler 1995 : 80‑83).

26Le secteur de Clos Roy à Tournus, nonobstant les remarques faites auparavant sur la liaison entre les deux sites, se détache nettement de la masse des découvertes faites aux Sept Fontaines, sur le plan du mobilier métallique (fibules à disque médian), des importations (Campanienne B et « pré‑arétine »). Il a livré des deniers éduens dont la moitié sont fourrés, une monnaie en bronze dérivée du monnayage au taureau de Marseille, des potins presque uniquement séquano‑éduens dont aucun n’appartient au type « à la grosse tête » (celui‑ci est en revanche représenté par un exemplaire dans la phase la plus récente du fossé des Sept‑Fontaines), et une obole dont le style (tête incomplète, lettres partiellement hors de flan et envahissant le revers) et le module évoquent les espèces du ier s av. J.‑C. (Gentric 1980 : 14‑17 ; Chabot 1975 : 165‑166).

27Alésia 1A et la période 3 de Roanne occupent une place similaire dans le classement, à la transition entre les phases 4 et 5. On a vu que l’abbé Bessou avait éprouvé des difficultés à la cerner, car il pressentait l’existence d’une phase antérieure à l’apparition de la sigillée –donc à notre phase 5– sans pouvoir toujours distinguer les éléments numismatiques mais aussi céramiques qui relèvent de l’une et de l’autre. L’horizon 1A d’Alésia, mieux cerné sans être complètement exempt de ce type de problème, paraît bien représenter en revanche une étape intermédiaire entre les phases 4 et 5.

4.1.5 La phase 5

28Elle voit se répandre peu à peu la céramique sigillée et ses imitations (Terra nigra ou autre), les vases à parois fines, dont des gobelets d’aco. Les amphores Dressel 1 sont concurrencées par d’autres types en proportion variable (Pascual 1, Dressel 2/4 italiques ou orientales, Dressel 20, Dressel 7/11...). Les fibules à ressort nu de tradition protohistorique (fibules de Nauheim et fibules filiformes principalement) tendent à disparaître au profit de types plus récents : fibules à griffe, mais surtout à ressort protégé et à charnière. Dans l’ensemble, la cuisson, la fabrication et le répertoire de la céramique locale, sans vraiment rompre avec les traditions protohistoriques, s’en éloignent sensiblement, en intégrant définitivement les nombreuses formes de tradition méditerranéenne. Les monnaies recueillies dans ces contextes comptent des espèces émises après 30 av. J.‑C. et le plus souvent après 15 av. J.‑C. (as coloniaux, germanus...).

29Comme on l’a indiqué précédemment, la phase 5 se compose de deux étapes successives qui se distinguent principalement par le type de céramique importée. La première est matérialisée par le niveau 3 du gisement de Bâle/Cathédrale et le site de Gergovie. La seconde comprend le niveau 2 du gisement d’Amboise, les habitats de la Colline des Tours à Levroux, et la fosse 1 de Saint‑Marcel. Dans le premier cas, la sigillée est d’origine italique ou assimilée et les vases à paroi fine appartiennent à des types « anciens » (gobelets à décor clouté, à rebord concave, gobelets d’aco) ; dans le second cas, la sigillée peut provenir aussi de Gaule, et les types précédents de vases à paroi fine disparaissent au profit d’imitations locales. C’est dans cette seconde étape que les fibules à ressort protégé ou à charnière sont les plus nombreuses, et que les types apparus au début de La Tène D –fibules de Nauheim, fibules filiformes– tendent à disparaître.

30Le riche mobilier de Gergovie, même accessible seulement au travers des rapports de fouilles, a contribué à définir la phase 5. Les importations se caractérisent par la variété et la présence importante de types considérés comme précoces, dans chaque catégorie concernée : nombreux vases à paroi fine à bord concave, lampes républicaines, formes précoces de sigillée. Les débuts de l’occupation en sont antérieurs, comme le montrent la présence de céramique Campanienne B ou B‑oïde et peut‑être A, celle de fibules dont les types peuvent apparaître à la phase 4, 3 ou même 2 (type de Nauheim, fibules filiformes en fer et du type Feugère 9a en bronze, variantes du type Almgren 65 = Knotenfibel, type à disque médian, Kragenfibel), comme également certains motifs décoratifs –bandes imprimées à la roulette, décor oculé, ondé.

4.2 Chronologie absolue

31On examinera maintenant les possibilités de datation absolue pour chacune de ces phases. La phase 5 est celle qui possède le plus d’éléments relativement bien cernés en chronologie absolue ; elle joue donc le rôle d’un terminus ante quem pour les autres, et c’est par elle que l’on commencera cette étude.

4.2.1 La phase 5

32On a vu qu’elle peut se subdiviser en deux périodes, que l’on appellera « 5a » pour la plus ancienne et « 5b » pour la plus récente.

  • 1 Sur le site du Titelberg, le premier niveau de la rue de la maison 1 contenant de la sigillée itali (...)

33Le service I est toujours prédominant dans la céramique sigillée italique de la phase 5a, ce qui permet de situer son terminus ante quem vers 10 av. J.‑C. Cette datation est confortée par les vases à paroi fine : les contextes de la phase 5a ont livré des types à lèvre en gouttière ou à décor clouté, qui disparaissent vers cette époque. Le terminus post quem est plus difficile à établir. Les formes précoces de la sigillée italique, présentes, mais minoritaires, apparaissent sûrement avant 15 av. J.‑C. (c’est‑à‑dire avant l’horizon Dangstetten‑Rödgen‑Oberaden) mais aucune ne semble pouvoir se dater, par comparaison avec le matériel de Bolsena ou du Magdalensberg, avant 30, voire 20 av. J.‑C.1 Les débuts de la phase 4 sont donc antérieurs à 15 av. J.‑C., mais ne remontent sans doute pas au‑delà de 30‑20 av. J.‑C.

34La phase 5b, avec la sigillée de la Gaule du Sud, se place essentiellement au ier s de n.è. Dans la mesure où les services II et suivants sont majoritaires et où ils étaient déjà présents en petite quantité dans la phase 5a, on peut situer le passage entre les deux horizons de la phase 5 dans la dernière décennie avant notre ère. Les formes de la sigillée gauloise qui se rencontrent dans cette phase apparaissent toutes dans la première moitié du ier s ap. J.‑C., ce qui laisse supposer qu’elle ne dépasse pas le milieu de ce siècle.

  • 2 Dans les gisements de l’horizon 4a, les premiers ne sont présents qu’à Gergovie, les seconds sont t (...)

35Les gisements de la phase 5 livrent tous des monnaies coloniales, et/ou des monnaies de germanus indutilli l : Bâle/Cathédrale niveau 3, Gergovie, Saint‑Marcel, Levroux/Colline des Tours, Amboise niveau 2. Les deux premiers, qui appartiennent à la phase 5a, ont livré des monnaies coloniales précoces : as de Nîmes du premier type à Bâle ainsi qu’à Gergovie, ce dernier gisement ayant aussi livré (avant les fouilles des années quarante) un petit bronze de la fondation de Lyon copia felix/munatia émis en 43 av. J.‑C. et dont la monnaie la plus tardive est un as de Nîmes du deuxième type (émis après 8 av. J.‑C.) Les fourchettes chronologiques établies d’après les monnaies sont donc largement concordantes avec les datations établies par le reste du mobilier : la phase 5 commence avant 10 av. J.– C., date qui correspond au début de l’émission des as de Nîmes du second type, des premiers as à l’autel de Lyon et des monnaies de germanus indutilli l dans l’hypothèse la plus basse2. La fin de la phase, marquée par la présence de monnaies émises à la fin du règne d’Auguste et après (Amboise niveau 2, Levroux/Colline des Tours), doit prendre place vers le milieu du ier s ap. J.‑C.

4.2.2 Les phases 4 et 5

36Elles ont en commun la présence d’amphores Dressel 1B dont la fabrication commence à l’extrême fin du iie ou au tout début du ier s av. J.‑C. ; celle de la Campanienne B, également présente dans les deux phases, commence quelques décennies plus tôt, et toutes deux se poursuivent au ier s av. J.‑С. 165 deux phases sont donc a priori centrées sur ce siècle.

37La phase 4 se distingue de la phase 3 par la présence de céramiques méditerranéennes plus diversifiées et de fibules à griffe, éventuellement à charnière. Bien que leur fabrication puisse remonter plusieurs décennies plus tôt, la diffusion des plats à engobe interne rouge et des vases à paroi fine semble concerner, en Gaule, surtout la deuxième moitié du ier s ; quelques exemplaires (notamment méridionaux) de vases à paroi fine sont toutefois attestés avant le milieu de ce siècle ; les amphores appartenant à d’autres types que les Dressel 1 indiquent d’une manière générale une date postérieure au milieu de celui‑ci, mais ces objets sont très minoritaires. La chronologie absolue des fibules à griffe reste mal connue : on sait que l’adoption de cette technologie est antérieure à 30/20 av. J.‑C. (horizon des contextes augustéens précoces), mais le terminus post quem en est incertain. La production de ces objets, qui ne figurent jamais dans des contextes du iie s (que ce soit des sites continentaux datés par dendrochronologie, ou des sites stratifiés méditerranéens), semble avoir été à son maximum aux alentours du milieu du ier s La conjonction de tous ces éléments permet donc de supposer que la phase 4 se place plutôt dans la seconde moitié du ier s av. J.‑C., ce qui place la phase 3 plutôt dans la première moitié de ce siècle.

38Aucun gisement de la phase 4 et a fortiori de la phase 3 n’a livré de monnaies coloniales de Lyon ou de Nîmes (à l’exception du niveau 1 d’Amboise : un as à l’autel de Lyon, mais le site connaît quelques problèmes de perturbation), ni de germanus indutilli l, ce qui situe le terminus ante quem de la phase 3 entre 30 et 10 av. J.‑C. Des termini post quem bien argumentés existent pour certains sites (du moins pour la fin de leur occupation). La période 3 de Roanne appartient à la phase 4 et occupe une place intermédiaire entre celle‑ci et la suivante. On y rencontre des monnaies indiscutablement postérieures à la Conquête : as lyonnais copia, bronzes frappés epad. La présence de l’as copia prouve que la fin de la période 3 est nécessairement postérieure à 40/30 av. J.‑C. L’ensemble des niveaux anciens du (Shichtkomplex 1) ainsi que la couche a de la Hauptstrasse du Titelberg, site de la phase 4, ont livré des monnaies romaines dont la fourchette chronologique est très comparable : quelques espèces émises au iie ou au tout début du ier s, et les autres émises entre 50 et 30 environ. Les récoltes monétaires de Tournus/Clos Roy et de Villeneuve‑Saint‑Germain, qui se placent à la fin de la phase 3, comprennent des espèce qui circulent déjà dans la première moitié mais aussi aux alentours du milieu du ier s Le denier romain et les deniers gaulois de la période 2 de Roanne démontrent que celle‑ci, appartenant à la phase 3, inclut des contextes dans lesquels le mobilier ne peut remonter au‑delà du deuxième quart du ier s av. J.‑C.

39Les monnaies des sites des phases 3 et 4 donnent donc une fourchette chronologique globalement centrée pour la seconde sur le milieu et le deuxième quart du ier s, et pour l’autre sur la première moitié et le milieu du ier s

4.2.3 La phase 2

40On dispose opportunément, pour la phase 2, des termini dendrochronologiques de la phase la de Besançon : une marche d’escalier dans une descente de cave, datée de 124 av. J.‑C. ; un bois abattu au plus tôt en 119, dans le fossé défensif ; un autre, abattu au plus tôt en 109, manufacturé mais d’usage indéterminé, et jeté dans une fosse‑dépotoir. Le mobilier recueilli dans le comblement de ces structures a été déposé postérieurement à ces dates, dans un laps de temps inconnu, mais pour la cave de la maison, probablement au minimum une ou deux décennies après sa construction. Deux autres étapes de construction lui succèdent (Besançon 1b et 1c), dont seule la dernière dispose d’une dendrodatation (52‑51 av. J.‑C.) ; l’existence d’une phase intermédiaire (Besançon 1 b), même si elle est mal cernée, implique que Besançon la doit se terminer assez nettement avant le milieu du ier s av. J.‑C. Inversement, ce gisement, comme Condé‑sur‑Suippe, possède un nombre non négligeable de Dressel 1B, dont la diffusion se fait sentir à partir du début du ier s av. J.‑C. : ces deux sites sont donc encore occupés après le tournant du iie s, et en définitive, le terminus ante quem proposé par les fouilleurs pour la fin de Besançon la (80 av. J.‑C.) paraît acceptable.

41On a vu qu’un certain nombre d’arguments font remonter l’apparition du type de Nauheim, qui est l’un des principaux critères définissant la phase 2, dans le dernier quart du iie s, ce qui place incontestablement les débuts de celle‑ci avant 100 av. J.‑C. La phase 2 est celle qui dispose du plus grand nombre de contextes. En tenant compte des données de Condé‑sur‑Suippe et de Besançon, qui concrétisent un état récent de la phase 2, on est amené à proposer pour cette phase une fourchette assez longue autour de la fin du iie s et du début du ier siècle.

4.2.4 La phase 1

42L’appartenance de la phase 1 au iie s av. J.‑C. découle de ce que l’on vient d’indiquer pour la phase précédente. Il n’existe aucun jalon vraiment solide en chronologie absolue pour le début de cette phase. La présence des amphores gréco‑italiques dans certains gisements (notamment à Levroux) en situe en tout cas le terminus ante quem avant le dernier quart du iie s, qui voit disparaître ces productions et même avant le milieu du iie s, compte tenu de l’existence de céramique Campanienne A à décor de palmettes, qui semble se raréfier rapidement après le milieu du iie s. À Feurs, M. Vaginay et V. Guichard ont distingué deux ensembles distincts antérieurs à Feurs 3 –dont à vrai dire seul le premier est bien cerné– qui les ont amené à placer le début de l’occupation du site vers 160/140 av. J.‑C., en postulant une durée d’environ 20 ans pour chacun (soit une génération). Les observations faites auparavant sur l’existence possible à Levroux de plusieurs étapes céramiques antérieures à la phase 2 montrent que si celles‑ci devaient se concrétiser, elles devraient être en tout état de cause déployées dans le iie s, ou au‑delà, mais il faudra alors nécessairement reconsidérer les critères qui définissent la phase 1.

43On peut résumer ce qui précède en proposant les repères chronologiques absolus suivants :
‒ phase 1 ; débute avant 150 (gréco‑italiques et Campanienne A) ;
‒ phase 2 : débute dans le dernier quart du iie s (plusieurs terminipost quem entre 120 et 100), s’achève après le début du ier s (Dressel 1B de Besançon et Condé‑sur‑Suippe) ; un terminus ante quem vers 50 (phase 1 c de Besançon) ;
‒ phase 3 : un terminus post quem vers 80 (période 2 de Roanne) ;
‒ phase 4 : débute vers le milieu du siècle ;
‒ phase 5 : début vers 30/20 av. J.‑C., fin de la phase 5a au plus tard dans la dernière décennie avant notre ère.

44Pour aider à fixer définitivement ces repères, il peut être utile d’examiner les correspondances entre les phases 1 à 5 et d’autres séquences chronologiques régionales utilisées pour La Tène finale.

4.3 Chronologie relative

45Les fouilles de l’institution Saint‑Paul à Roanne, jointes aux données d’autres ensembles foréziens ont permis à V. Guichard de proposer un découpage chronologique confirmant les données de Feurs pour les trois états les plus anciens (Guichard et al. 1993 ; Lavendhomme, Guichard 1997). M.‑O. Lavendhomme et V. Guichard ont redéfini la période 1 de Bessou en identifiant deux horizons qui ont livré des fibules en fer de schéma La Tène 2 : le premier (l’horizon 1) a aussi livré des bracelets en verre caractéristiques de La Tène C2, tandis que le second (horizon 2) voit apparaître les imitations de céramiques à vernis noir, les parures en verre de La Tène D1, et se généraliser les potins (Lavendhomme, Guichard 1997 : 202). Tous deux précèdent l’horizon qui voit apparaître les fibules de Nauheim (horizon 3). L’horizon 4 se caractérise par la présence de céramique Campanienne A et B, ainsi que par celle d’exemplaires isolés de types de fibule de La Tène D2 (fibule à coquille), de vases à parois fines, de plat à engobe interne et d’amphores Dressel 1B. Les horizons plus récents sont mal représentés, l’horizon 5 étant marqué par la diversification des types d’amphores et l’apparition de la pré‑sigillée à vernis orangé.

46En Gaule Belgique, un certain nombre de travaux récents ou encore en cours ont apporté depuis quelques années des précisions d’un grand intérêt sur la chronologie de La Tène finale. Il faut citer en premier lieu ceux de A. Miron, qui a repris la documentation funéraire de la région de Trêves ; celle‑ci avait été utilisée par A. Haffner pour définir ses horizons trévires, lesquels furent petit à petit confondus avec les phases de la chronologie de Reinecke (Haffner 1969 ; 1974). L’étude de Miron (1986) aboutit à la mise en évidence d’une phase de La Tène D1 qu’il appela D1a, antérieure à celle qui voit apparaître la fibule de Nauheim (à laquelle il donne le nom de La Tène D1b), et plus récente que celle qui correspond à la diffusion de la fibule de Mötschwil (La Tène C2) ; cette phase ancienne de La Tène D se caractérise par la présence de fibules de schéma La Tène 2 et de fibules filiformes. Le même chercheur put ensuite subdiviser la phase de La Tène D2 à partir de la nécropole de Wederath, en un horizon ancien (La Tène D2a) défini par la présence de fibules à coquille et de geschweiftefibeln précoces, et un horizon récent (La Tène D2b) avec des Kragenfibeln et des variantes tardives de fibules à coquille (Miron 1989). Une estimation de la durée de chaque phase en fonction des données funéraires le conduit à faire commencer La Tène D1a vers 150 av. J.‑C., et La Tène D2a vers 85 av. J.‑C.

47La chronologie régionale a aussi bénéficié des travaux de J. Metzler sur l’oppidum du Titelberg et sur les nécropoles des environs (Metzler et al. 1991 ; Metzler 1995), dont la richesse lui a permis à la fois de confirmer l’existence de deux horizons dans La Tène D2 –l’un, D2b, représenté par les tombes C et D de Goeblingen‑Nospelt (fibules filiformes, fibules à coquille ou à ailettes, Kragenfibel [dont quelques exemplaires avec griffe], Dressel 1B) ; l’autre, D2a par la tombe de Clémency–, mais aussi de placer le terminus ante quem de La Tène D2 vers 30 av. J.‑C. S’appuyant lui aussi sur le mobilier funéraire, il fait commencer la phase D2b vers 60/50 av. J.‑C. ; le terminus post quem de la phase D2a fixé vers 80 av. J.‑C. est en revanche donné par le mobilier d’importation de Clémency et en particulier par les amphores (Dressel 1 dont certainement quelques 1B et/ou IC, avec des lèvres atteignant une hauteur de 6 cm, une Dressel 7/11, ainsi qu’une lampe en céramique campanienne).

48La thèse de P. Pion, tout récemment soutenue, apportera sans aucun doute des acquis décisifs sur la chronologie des habitats du nord de la France. Quelques données publiées donnent un premier éclairage sur les conclusions de ce travail fondé sur une soixantaine d’ensembles de la vallée de l’Aisne (Guichard et al. 1993 : 35).

49Plusieurs de ses « étapes » chronologiques sont à prendre en compte :
‒ étape 1 : fibules de schéma La Tène 2 à corde externe et ressort court ou multispires, bracelets en lignite et en verre à décor mouluré de couleur bleue ou translucide à feuille jaune ;
‒ étape 2 : fibules filiformes de schéma La Tène 3 à corde externe et ressort long, bracelets en verre lisse de couleur bleue ou pourpre ;
‒ étape 3 : fibules de Nauheim ;
‒ étape 4 : fibules de l’horizon 5 de Haffner et Campanienne B ;
‒ étape 5 : fibules de l’horizon 5 de Haffner et campaniennes tardives à vernis violacé, céramique « gallo‑belge » ;
‒ étape 6 : fibules à disque médian, campaniennes tardives à vernis violacé, gobelet à parois fines Marabini IV et gobelets d’aco, premières sigillées italiques.

50P. Pion attribue Acy‑Romance aux étapes 1 et 2, Condé‑sur‑Suippe à l’extrême fin de la phase 2 et à la phase 3, Villeneuve‑Saint‑Germain à la fin de la phase 3 et à la phase 4, avec une perduration limitée à la phase 5, et Pommiers aux phases 5 et 6.

  • 3 M.‑O. Lavendhomme et V. Guichard placent en effet leur horizon 4 plutôt en regard d’une phase récen (...)

51Au vu de ces éléments, un certain nombre de correspondances sont apparues :
‒ phase 2 : horizon 3 (et une partie de l’horizon 4 ?) de Lavendhomme et Guichard3, La Tène D1b de Miron, étape 3 de P. Pion ;
‒ phase 3 : horizon 4 de Lavendhomme et Guichard, La Tène D2a de Miron et de Metzler, étape 4 de P. Pion ;
‒ phase 4 : horizon 5 de Lavendhomme et Guichard, La Tène D2b de Miron et de Metzler, étape 5 de P. Pion ;
‒ phase 5a : étape 6 de P. Pion ; cette phase correspond aussi à l’horizon gallo‑romain précoce décrit par A. Haffner (1974) au gallo‑romain précoce (GR1) de Metzler (1995).

52Les fourchettes chronologiques absolues données par Miron et Metzler à partir du mobilier funéraire pour La Tène D2 (début de La Tène D2a vers 85 pour Miron, vers 80 pour Metzler ; de La Tène D2b vers 55 pour les deux auteurs) et La Tène D1b (120 pour Miron) sont tout à fait comparables aux propositions que nous avons faites à partir du mobilier d’habitat pour les phases 2, 3 et 4 (tabl. iii). Les fourchettes établies pour les horizons 3 à 5 de Roanne sont également proches (centre des fourchettes : horizon 3 : 110‑100 ; horizon 4 : 80‑70 ; horizon 5 : 40‑30).

TABL. III ‒ Chronologie relative et absolue des phases.

53En revanche les correspondances avec la phase 1 sont moins faciles à analyser. Les importations sont inexistantes à ce moment dans le nord de la Gaule ; inversement, les contextes illustrant les étapes 1 et 2 de P. Pion sont rares en dehors de cette région ; une fibule filiforme de schéma La Tène 3 à corde externe et ressort long existe à Levroux, mais elle est associée à une fibule de Nauheim. De même, les étapes Pion 1 et 2 ne sont vraiment bien attestées, à Acy‑Romance, que dans les nécropoles ; de l’aveu même des fouilleurs, la correspondance entre les phases anciennes des nécropoles et celles de l’habitat ne sont pas évidentes, et ils ne peuvent pas actuellement distinguer, dans l’habitat, la phase Acy‑Romance 2 et de la phase Acy‑Romance 3, bien définies dans les nécropoles (Lambot, Friboulet 1996).

54Il existe à Levroux plusieurs exemplaires de fibules de Môtschwil ; elles peuvent être associées à des importations (Campanienne A ou amphores gréco‑italiques), ainsi qu’à des fibules de schéma La Tène 2 à ressort long et à des potins. La phase 1 recoupe donc clairement La Tène C2, ainsi que l’étape 1 de P. Pion et les horizons 1 et 2 de Lavendhomme et Guichard ; on ne peut pas pour l’instant, à partir des données qui sont les nôtres, isoler sur ce site une période intermédiaire qui correspondrait à La Tène D1a de Miron ou à l’étape 2 de P. Pion.

4.4 Portée et limites de la périodisation

55Une fois les cadres chronologiques établis, il convient de tester la validité de ce système : est‑il applicable à l’ensemble de la Gaule non méditerranéenne ? On a pu observer, lors de l’analyse des données et a fortiori dans la mise en phase, que certaines régions de la Gaule ne s’intègrent pas dans nos tentatives de sériation. On essaiera donc de déterminer la portée et les limites de cette périodisation, opération qui permettra ensuite de cartographier la répartition spatiale des gisements de chaque phase et d’en observer les variations régionales.

56Ce schéma est fondé sur l’étude de quelques gisements choisis. Il peut être nécessaire de préciser pour certains d’entre eux l’appartenance à une ou plusieurs séquences chronologiques –notamment en évoquant d’autres contextes appartenant au même site, mais non pris en compte. Pour l’analyse des données, on a aussi utilisé un certain nombre de gisements qui ne sont pas apparus lors de la mise en place des phases, parce que l’information était trop partielle. Il est désormais possible d’attribuer ces contextes à l’une ou l’autre de ces séquences chronologiques, dont les caractères sont maintenant bien définis.

57Une rapide enquête effectuée dans les bibliographies régionales m’a convaincue qu’il était possible de classer aussi d’autres gisements qui n’ont pas du tout été utilisés dans ce travail. Bien que cette recherche ne soit pas exhaustive, elle permettra ensuite, en s’ajoutant aux informations déjà traitées, de préciser la répartition géographique de chaque phase.

58Afin de ne pas surcharger le texte, on se contentera d’indiquer pour chacun de ces gisements supplémentaires l’attribution proposée ainsi que quelques indications bibliographiques sommaires.

59Il a été décidé pour la suite de la démonstration de regrouper les sites dans des cadres régionaux ou interrégionaux. À ce stade de l’étude, ces groupes ne prétendent pas recréer des ensembles historico‑culturels, mais simplement faciliter la discussion sur la chronologie des sites.

4.4.1 Le nord du Bassin parisien (Picardie orientale, Champagne, Île‑de‑France)

60Un certain nombre de sites‑clés de cette zone ont été déjà utilisés pour la périodisation et commentés à diverses reprises ; on n’y reviendra donc pas, et on se contentera d’évoquer rapidement l’un d’eux qui n’a pas été mis à contribution. La question de la chronologie de l’oppidum de Pommiers s’est de nouveau posée récemment à la lumière des dernières avancées de la numismatique. J. Debord (1984) avait bien mis en évidence depuis longtemps la dissemblance des récoltes monétaires entre les deux sites de Pommiers et de Villeneuve‑Saint‑Germain, qui sont pourtant peu éloignés l’un de l’autre, et s’en était servi pour construire un modèle de déplacement de l’habitat de hauteur (Pommiers) vers l’habitat de plaine (Villeneuve). Les découvertes anciennes de Vauvillé (1888 ; 1906), parmi lesquelles figurent des fibules typiques à charnière ainsi que les ramassages de surface qui ont recueilli nombre de tessons de Dressel 1, mais aussi de Pascual 1, Dressel 2/4, et d’autres types encore comme les Haltern 71 et les Dressel 20, ainsi que des monnaies romaines, montrent toutefois que le site a été occupé à la phase 5, donc après Villeneuve‑Saint‑Germain. Les fouilles menées par P. Brun, trop restreintes, n’avaient pas apporté de solution à cette question (Brun, Debord 1991). La reconnaissance de l’antériorité du monnayage de potin, abondant à Villeneuve, par rapport au monnayage de bronze, abondant à Pommiers, a permis à P. Pion de résoudre cette contradiction et d’inverser la chronologie des deux sites : Villeneuve‑Saint‑Germain est occupé principalement à la phase 4, Pommiers à la phase 5 (Guichard et al. 1993).

61D’autres gisements, encore mal connus, pourraient être mis à contribution.

62À Épiais‑Rhus (Val‑d’Oise), l’occupation de l’habitat au ier s de n.è. est attestée par la présence de sigillée de La Graufesenque dans une des structures d’habitat (phase 4b du site) ; les fibules en bronze sont toutes associées avec cette séquence chronologique récente. L’ensemble du mobilier qui a été publié jusqu’à présent (Lardy 1983 ; Lardy et al. 1987) montre que l’on peut aussi mettre en évidence des associations d’objets caractéristiques de phases plus anciennes (par exemple dans l’habitat SP2 ou dans l’habitat SP17) :
‒ relèvent de la phase 1 les associations suivantes : fibule en fer de schéma La Tène 2 (deux exemplaires à pied décoré), ressort court ou long, céramique proche des productions traditionnelles de La Tène moyenne (formes très carénées, peu de céramique tournée : elle correspond à notre groupe 1), bracelets en verre à côte (trois des quatre bracelets recueillis sont des types Haevernick 7a, 7c, 8d), peut‑être un statère ambien ; cette monnaie est nettement plus ancienne que celles récoltées sur l’ensemble des autres sites d’habitat déjà cités de Gaule Belgique (émission iiieiie s av. J.‑C.) ;
‒ relèvent de la phase 2 : fibule de schéma La Tène 2 à porte‑ardillon quadriforme, fibule filiforme du type Feugère 5b, bracelet en verre lisse du type Haevernick 3 de couleur noire, céramique à profil ondulé et à décor lissé ;
‒ phase 3 (et peut‑être à la fin de la phase 2 ?) : perles de type Haevernick 23, 24, 25, céramique à décor ondé, peut‑être fibules filiformes du type Feugère 4c ou 6b, fibule à coquille en fer ?

63À Vaires‑sur‑Marne (Seine‑et‑Marne), le mobilier, rescapé des travaux de construction d’une station de pompage au bord de la Marne, consiste surtout en amphores de type Dressel 1. La céramique est plutôt typique de la phase 2 : écuelles à décors lissés rayonnants, prédominance des fonds plats, présence de deux cols d’urnes identiques à celles recueillies dans la période 1 de Roanne, de vases‑tonnelets –et inversement–, absence de décor ondé au peigne, de bols hémisphériques, et de formes hautes « ventrues » telles qu’on les rencontre à Villeneuve‑Saint‑Germain. La présence de deux possibles imitations de Campanienne B, celle d’écuelles carénées dont le bord tend à se redresser et à s’orner de moulures repousseraient la date finale de l’occupation à la fin de la phase 2, ou au tout début de la phase 3 (Bulard, Drouhot 1981).

64À Beauvais (Oise), le site des Aulnes du Canada a livré deux fibules de schéma La Tène 2 à pied agrafé sur l’arc, un fragment de bracelet en verre lisse de couleur noire, des amphores italiques Dressel 1, de la céramique généralement tournée ou tournassée à décor lissé. L’ensemble évoque bien la phase 2 : la comparaison de ce matériel avec celui de Villeneuve‑Saint‑Germain montre que, tant du point de vue des fibules que de la céramique locale (absence totale de fibules de La Tène D2, de céramique à décor ondé ou décorée au mica doré), l’occupation du gisement de Beauvais est antérieure à celle de l’oppidum. La seule monnaie recueillie évoque en revanche la phase 3, car elle provient de l’atelier monétaire de Villencuve‑Saint‑Germain, mais elle a été trouvée hors stratigraphie. L’occupation est certaine à la phase 2 –sans plus– mais elle a pu se prolonger jusqu’au début de la phase 3 (Woimant 1983). La comparaison de ce mobilier avec celui de Condé‑sur‑Suippe, qui a livré lui aussi du mobilier de la phase 2, devrait permettre de préciser ultérieurement la chronologie relative de ces deux gisements.

65L’habitat de l’oppidum de Gournay‑sur‑Aronde (Oise) est beaucoup moins bien connu que le sanctuaire, et le mobilier qui en est issu peu abondant, du moins en ce qui concerne les structures de La Tène. La phase 5 est bien attestée, et les phases 3 ou 4 sont représentées par une fosse de La Tène D2 découverte à côté du murus gallicus. On ne peut pas donner de terminus, en l’état actuel des connaissances, pour les débuts de l’occupation (Brunaux et al. 1985).

66Le gisement fortifié du Vieux Laon à Saint‑Thomas (Aisne) figure ici pour mémoire, car des fouilles de G. Lobjois, il reste peu de mobilier, essentiellement de la céramique tournée (Lobjois 1966). Fouilles et prospections ont livré des potins B N 8145 et BN 8124, avec quelques monnaies de bronze frappé dont une imitation d’un bronze au taureau de Marseille. L’absence totale de sigillée exclut une occupation significative à la phase 5. Le grand nombre de potins, dont le type S191/BN 8124, et inversement la rareté des bronzes frappés, comme à Condé‑sur‑Suippe, militent pour une occupation à la fin de la phase 2 ou au début de la phase 3. La céramique est incontestablement de La Tène finale et si l’on constate d’évidentes ressemblances avec celle de Villeneuve‑Saint‑Germain, les formes sont trop peu nombreuses pour être exploitables,

67Des quelques données actuellement connues sur le mobilier du site de La Cheppe‑Mourmelon (Marne), il ressort que l’occupation principale est à placer dans la phase 2 : nombreuses fibules de Nauheim, dont un exemplaire en argent, et plusieurs en fer qui pourraient être en réalité des fibules à tête couvrante, abondance des potins rèmes S191/BN 8124. Les amphores italiques –une vingtaine de rebords– appartiennent soit au groupe 2, soit au groupe 3 définis pour l’analyse des données (Chossenot 1981).

4.4.2 L’Est (Lorraine, Luxembourg)

68Sur l’oppidum de Boviolles (Le Châté), l’occupation à la phase 5 –ou après celle‑ci– est démontrée par la présence de céramique sigillée, gallo‑belge (Terra nigra et Terra rubra) d’une fibule pseudo‑La Tène 2, et de monnaies d’Auguste. Mais elle commence plus tôt, comme l’indiquent un fragment de bord d’amphore Dressel 1 et les types de fibules de la phase 3/4 (fibules à coquille, Almgren 65, Kragenfibeln...) voire même de la phase 2 (fibule de Nauheim). Un pied de patère en Campanienne B ou B‑oïde, dont le vernis tire sur le brun rougeâtre, confirme l’occupation du site à la phase 4.

69Les monnaies récentes du site sont, en dehors de quelques espèces isolées du Bas‑Empire, des monnaies d’Auguste associées dans des trésors avec des monnaies gauloises, et des monnaies de germanus indutilli l dont au moins 11 exemplaires ont été répertoriés. Les monnaies d’or sont de quatre types différents : statères des Leuques (BN 8988/9013, Scheers 32‑33) qui sont les plus nombreux, statère à l’œil des Trévircs (Scheers 30), statères à la tête janiforme, statères du type BN 9016. Par leur poids, les premiers seraient, selon S Scheers (1977 : 84), contemporains de la guerre des Gaules. La seule monnaie à l’œil des Trévires aujourd’hui conservée est de la classe I, dont l’émission commence avant 54 av. J.‑C. et prend fin vers 50 av. J.‑C. (ibid. : 79‑80). Les exemplaires de la monnaie à la tête janiforme appartiennent à toutes les classes de ce monnayage ; le prototype du revers serait un denier romain émis dans la dernière décennie du iie s ou au tout début du ier s av. J.‑C., mais la chronologie de l’émission est incertaine. Les trois statères BN 9016 seraient, au vu de leur poids, les plus anciens ; S Scheers place leur émission avant la guerre des Gaules (ibid. : 457). Le fait que seul le site de Boviolles ait livré des monnaies de ce type laisse penser qu’il s’agit d’une émission locale.

70Émission locale probable aussi pour les nombreuses monnaies de bronze légendées matugiinos (BN 9205‑9210) et pour les potins leuques au sanglier (BN 9044‑9053). Un trésor recueilli sur le site a livré des exemplaires de ces type associés à des statères leuques et à un potin lingon (ibid. : 876). Les statères et les potins circulent déjà avant le milieu du ier s av. J.‑C. ; deux potins « au bucrâne » (BN 8351), découverts dans le même dépôt, seraient les seules espèces nécessairement émises après la Conquête –le droit pouvant être, selon s Scheers, imité d’un sesterce frappé vers 49/45 av. J.‑C., et le revers du denier de César à l’éléphant frappé entre 58 et 49/48 av. J.‑C. (ibid. : 172, 768‑772). La présence de ces potins est, si on accepte cette filiation, le seul argument véritable pour placer la constitution de ce dépôt après 50 av. J.‑C. Toutefois, l’association avec des monnaies d’or implique une date très proche du milieu du ier s av. J.‑C. (ibid. : 134). De ce fait, l’émission des bronzes de matugiinos devrait débuter un peu avant le milieu de ce siècle.

71La présence d’émissions locales, dont certaines ont été frappées avant même la guerre des Gaules et d’autres vers le milieu du siècle, prouvent que le site était déjà occupé dans la première moitié du ier s av. J.‑C. Le terminus post quem pour les débuts de cette occupation pourrait être donné par les monnaies d’argent recueillies sur le site : ce sont presque uniquement des deniers, à part une monnaie BN 8671–8679 (andobru/garmanos), attribuée à Commios l’Atrébate, et dont l’émission a eu lieu, selon toute vraisemblance, entre 57 et 51 av. J.‑C. (Scheers 1977). L’installation du site dans le second quart du ier s av. J.‑C. est donc vraisemblable. On considérera par conséquent comme certaine l’existence de ce gisement à la phase 3, et comme probable son installation à la fin de la phase 2.

72Les découvertes monétaires de La Butte Sainte‑Geneviève, à Essey‑les‑Nancy, sont peu nombreuses ; elles appartiennent presque toutes à un seul dépôt qui associe deniers gaulois, potins leuques et lingons, bronzes frappés médiomatriques. Ce faciès monétaire est assez homogène –le dépôt est constitué de monnaies de l’est de la Gaule– et comprend des espèces circulant dans la première moitié et vers le milieu du ier s av. J.‑C. (Scheers 1977 : 615, 721), donc à la phase 3. Des fibules du type Feugère 14a impliquent une fréquentation du site au tout début de la phase 5.

73Il faut rappeler ici le problème posé par l’identification par J. de Beaupré des fibules de schéma La Tène 2 ; une seule pièce incomplète ; qui possède un ressort à 6 spires, peut appartenir à ce type, mais il peut s’agir aussi d’une fibule filiforme à ressort multispires semblables à celles de Bâle/Usine à gaz. Quel que soit le type concerné, son existence, jointe à celle d’une fibule de Nauheim, est un bon argument en faveur de l’existence du site dès la phase 2.

74L’abondance des fibules de Nauheim, d’ailleurs les seules représentées dans le niveau ancien (niv. 3), attestent l’occupation du site d’Étival‑Clairefontaine pendant la phase 2, vraisemblablement dès son début. La couche de destruction qui scelle ce niveau ancien a livré du mobilier appartenant à la phase 3 ou à la fin de la phase 2 (denier de kaletedv, céramique Campanienne B).

75La conviction du fouilleur (A. Deyber) est que le stade le plus précoce du niveau 3 peut remonter jusqu’à La Tène C2, c’est‑à‑dire dans le courant de la phase 1. Cette hypothèse repose sur la comparaison de certains traits de la céramique indigène –notamment les décors– avec la céramique des sites de La Hesse et du Palatinat occupés à cette époque. Ces arguments ne semblent pas très convaincants. Une partie des décors sont en effet sinon atypiques, du moins datables tout autant de La Tène D que de La Tène C2. Par ailleurs, rien dans le reste du mobilier ne confirme cette attribution : le site n’a livré aucune fibule de schéma La Tène 2 vraiment bien identifiée (en tout cas aucune qui soit rattachable à cette séquence de La Tène C), aucun bracelet de verre mouluré, alors que les parures en verre –bracelets et perles– de La Tène D sont nombreux. Mais il est vrai que le mobilier attribuable à ce stade précoce est peu abondant.

76Dans les niveaux postérieurs, la céramique fine à décor ondé, ocellé, ou décorée à la molette, montre que l’occupation du site se poursuit à la phase 3 ; en dehors de ces techniques décoratives, qui peuvent appartenir aussi aux phases 4 et 5, aucune céramique locale ou importée (laquelle ne comprend que de quelques tessons de Campanienne A et B, et de l’amphore Dressel 1) n’est typique de cette dernière période. Une seule fibule pseudo‑La Tène 2, provenant du niveau le plus récent, peut-être une intrusion due à une occupation sporadique et plus tardive du site.

77Hormis le niveau le plus récent, qui a livré un bronze romain de Marc‑Aurèle, les quelques découvertes monétaires stratifiées et identifiables consistent en 4 deniers éduens et lingons et en 6 potins leuques, numéraire circulant déjà avant le milieu du ier s av. J.‑C. dans la zone du denier. Notons que dans le niveau le plus ancien, la seule monnaie recueillie est un potin leuque.

78Le petit nombre des espèces ne permet pas de donner une fourchette chronologique pour chaque niveau. Toutefois on peut considérer comme certaine l’existence des niveaux 3 et 4 dans la première moitié ou le second quart du ier s av. J.‑C. (fin de la phase 2, début de la phase 3).

79Comme à Étival‑Clairefontaine, dont il est proche, le petit site fortifié de hauteur de La Bure à Saint‑Dié (Vosges) est occupé dès la phase 2 : séquence des fibules comparable, avec une forte dominance du type de Nauheim et une bonne représentation des fibules filiformes, céramique proche de celle d’Étival et de Bâle/Usine à gaz, faciès numismatique également proche de celui d’Étival (deniers de l’est de la Gaule, potins leuques, lingons et séquanes). Les phases 3 à 5 sont aussi représentées (Knotenfibel, sigillée, céramique à décor ocellé, usage de la molette), mais avec moins d’importance semble‑t‑il, C’est au Haut et Bas‑Empire que le gisement connaît sa fréquentation maximale (Tronquart 1976 ; 1979).

4.4.3 Le Centre‑Est (Bourgogne, Franche‑Comté, Suisse, Rhin moyen)

80Des ensembles de mobiliers laténiens ont été plus ou moins récemment mis au jour à Alésia, notamment dans le centre monumental fouillé par J. Bénard. La fin de son état 2 appartient à la phase 5 ; elle fournit un terminus ante quem à l’état 1, qui appartient à la phase 4. Compte tenu de certaines caractéristiques –mobilier métallique, monnaies–, il n’est pas impossible que l’occupation de ce secteur remonte à la fin de la phase 2. Plus généralement, le faciès numismatique d’Alésia ne s’oppose pas à l’installation du site à cette période. La masse des monnaies gauloises recueillies, qui circulent avant et après le milieu du ier s av. J.‑C., prouvent la fréquentation du site dans la deuxième moitié du siècle. Dans le lot des monnaies d’argent, les deniers dominent largement, avec en tête les monnaies de kaletedv, mais quelques exemplaires de types de deniers plus anciens ont également été recueillis. Le potin le mieux représenté est le type BN 8329, présent dans les fossés de Grésigny‑Sainte‑Reine ; 38 % des types monétaires de l’oppidum figurent dans les récoltes monétaires des fossés d’Alésia, la différence principale entre les deux gisements étant une plus grande variété de potins sur l’oppidum.

81L’oppidum de Bibracte (Le Mont‑Beuvray, Saint‑Léger‑sous‑Beuvray) n’a pas été mis à contribution dans les analyses de mobilier. À l’occasion de l’écriture d’un article commun sur le résultat des dix premières années de fouille, plusieurs contextes homogènes ont été retenus pour caractériser les différentes étapes de l’occupation du site ; ces contextes, issus des fouilles de la maison 1 du Parc aux Chevaux ou de différents habitats de la Pâture du Couvent, sont tout à fait caractéristiques des phases 2 à 5 (Barrai et al. à paraître). La présence de quelques rares éléments d’amphores gréco‑italiques n’interdit pas une origine un peu plus ancienne, qui ne peut pas encore être clairement mise en évidence.

82Plusieurs sites de la vallée de la Saône, dont l’exploration est récente, constituent aussi une source documentaire importante pour les habitats de La Tène finale. La céramique régionale et importée de ces gisements a été étudiée dans le cadre d’une thèse de doctorat par P. Barrai ; en attendant sa publication, qui devrait permettre d’affiner la chronologie régionale, on peut proposer des fourchettes chronologiques pour les mieux connus d’entre eux,

83La phase 5 est bien représentée dans l’oppidum de Mâcon (Saône‑et‑Loire), tant dans le niveau d’occupation postérieur au rempart le plus récent (A1 sup. : sigillée de Lyon et de La Graufesenque) que dans les niveaux d’occupation de l’habitat à l’intérieur de l’enceinte (site des Carmélites : as de Nîmes, bol de Roanne, cruches à lèvre moulurée). Dans ce dernier gisement, un certain nombre d’objets sont déjà connus dans les phases antérieures (décor ondé au peigne sur céramique fine, Kragenfibeln), et même se rapportent nécessairement à une phase antérieure (céramique campanienne, commune à pâte claire). Les niveaux les plus anciens de ce même secteur ont également livré de la céramique Campanienne dont le type n’est pas précisé et de la céramique à pâte claire (cruches dont la forme se rapproche de celles de Tournus), ainsi que de la céramique à décor lissé ou peint. Les quelques formes publiées trouvent des équivalents exacts dans les phases 3 et 4 de Tournus/Sept Fontaines (écuelle et vases à cuire à lèvre éversée moulurée, avec pour ces derniers un décor incisé à l’épaule). Or, on a vu que ces états de Tournus/Sept Fontaines sont rapportables à la phase 3. On considérera donc comme certaine l’existence du site à cette période (Barthélémy 1968 ; 1973).

84À Varennes‑lès‑Mâcon, pour un nombre de monnaies deux fois supérieur à celui du site de Tournus, on ne compte aucun denier (Grelu 1985) : quatre des cinq monnaies en argent sont des oboles ou imitations d’obole de Marseille, dont au moins une, sinon deux, remontent sûrement, par le style et le poids, au‑delà du ier s av. J.‑C. Le reste est composé de trente‑trois potins, tous, sauf deux, à la grosse tête (GTA), et accessoirement leuques. Il s’agit donc, en dehors des oboles de Marseille, d’une circulation essentiellement régionale ; ce faciès rappelle fortement celui de la période 1 de Roanne ou les premières phases de Feurs et laisse à penser que l’occupation du site était déjà conséquente au début du ier s av. J.‑C. Le mobilier céramique évoque globalement la phase 2.

  • 4 D’après la qualité de la céramique H. Vaussanvin conclut à une production tardive, tandis que J.‑P. (...)

85À Saint‑Symphorien‑d’Ancelles (Saône‑et‑Loire), la céramique d’importation est connue sous la forme de Campanienne A, attribuable (au moins en partie) au iie s4, et de céramique commune claire. La céramique locale trouve des équivalents très proches dans le matériel de Varennes‑lès‑Mâcon et de Tournus (Champsemard phase 3 et Sept Fontaines phases 1 à 3) : imitations de Campanienne A, écuelles carénées et vases à cuire à lèvre éversée moulurée, à épaule décorée d’incisions obliques, vase‑balustre peint, écuelle à fond plat ou à bord rentrant mouluré à l’extérieur, qui trouvent aussi des comparaisons avec les phases 1 à 3 de Feurs. Un coin monétaire destiné à frapper des deniers proches du type BN 3684, considérés comme faisant partie de la première phase d’émission des deniers éduens, provient du site (Grelu 1985 : 145‑148) ; la seule monnaie recueillie est également un denier éduen.

86Le reste du mobilier (notamment les amphores et les parures) nous est pour l’instant inconnu. Les indications déjà données, aussi bien céramiques que numismatiques, évoquent sans ambiguïté la phase 2. Compte tenu des observations faites sur le mobilier numismatique de Varennes‑lès‑Mâcon, notamment sur l’absence de deniers, il se peut que l’occupation de Saint‑Symphorien‑d’Ancelles débute plus tard ou se prolonge plus avant dans le ier s av. J.‑C. que celle de Varennes‑lès‑Mâcon (Barthélémy 1985).

87Le site du Petit Chauvort, à Verdun‑sur‑le‑Doubs, a été exploré au hasard de quelques sondages et fouilles de sauvetage (Guillot 1983) ; le gisement possède une stratigraphie qui a livré les traces d’une occupation discontinue de La Tène ancienne aux époques gallo‑romaines et médiévales. Le mobilier n’a pas fait jusqu’à présent l’objet d’un traitement d’ensemble, mais le matériel attribuable à la fin de l’âge du Fer, qui est le plus abondant, a été étudié par P. Barral dans le cadre d’un mémoire de DEA, et la céramique Campanienne publiée par H. Vaussanvin (1978). Les importations consistent en amphores italiques Dressel 1, en céramique Campanienne A à décor de palmettes estampées (formes Lamboglia 27c = Morel F 2825, Lamb. 28c, 33 et 31b = Morel F 2950, 2970) avec un unique tesson de Campanienne B (patère Lamboglia 5 = Morel F 2250). Le mobilier en verre comprend presque exclusivement des bracelets à section lisse triangulaire ou semi‑circulaire (probablement types Haevernick 2 et 3), et à côtes (type Haevernick 7, 8). Hormis un exemplaire en bronze de La Tène ancienne, toutes les fibules sont en fer : l’une d’entre elles au moins est de schéma La Tène 2. La céramique locale comprend des vases de type Besançon à décor incisé sur l’épaule, des imitations de Campanienne A, des formes hautes et basses à décor lissé, de la céramique peinte. Enfin, le gisement a livré une dizaine de potins séquano‑éduens,

88L’ensemble du mobilier s’inscrit donc aisément dans la phase 2 (céramique, bracelets en verre lisse de section triangulaire, rare Campanienne B), mais l’installation du site remonte au moins à la phase 1 (Campanienne A à décor de palmettes, bracelets en verre à côte, fibule de schéma La Tène 2). Plus à l’est, dans la vallée du Doubs, se trouvent deux sites importants et célèbres de La Tène finale.

89L’occupation de l’oppidum de Besançon (Doubs) à l’époque gallo‑romaine est reconnue depuis longtemps ; elle était pressentie, mais mal connue pour la fin de l’âge du Fer jusqu’à la mise au jour des ensembles d’habitat du Parking de la mairie, dont le niveau le plus ancien (Besançon Ia) a contribué à définir notre phase 2. La même fouille atteste deux étapes de construction avant 30 av. J.‑C., couvrant donc nos phases 3 et 4, et atteste de la continuité de l’occupation entre la phase 2 et la phase 5.

90Comme à Besançon, l’occupation gallo‑romaine du vicus d’Epamanduodurum (Mandeure, Doubs) est très importante. L’existence du site avant le dernier tiers du ier s est toutefois une évidence au vu des découvertes de monnaies et de parures (fibules, bracelets et perles de verre) faites au siècle dernier (Guillard 1989 ; 1992). Les objets de verre (environ 500) comptent un peu moins d’un bracelet pour deux perles ou anneaux. Les bracelets les plus abondants sont les exemplaires lisses, à section en D (plus de la moitié du total) ou triangulaire, mais les bracelets à côtes (types Flaevcrnick 7a, c, d, 8c) représentent tout de même presque le quart du total. Les perles du type Haevernick 24 et 25 sont peu représentées (2 % des perles). L’abondance des bracelets à section en D et des perles, parmi lesquelles figurent des types tardifs, la présence des bracelets à côtes et à section triangulaire attestent de l’occupation du site à la phase 2 (cette configuration évoque assez celle de Bâle/Usine à gaz, sans lui être tout à fait comparable). Il n’est pas impossible même, au vu de la bonne représentation de ces bracelets à côtes, d’envisager une installation du site –ou tout au moins du sanctuaire dont proviennent ces objets– à la phase 1.

91Breisach/Hochstetten (Allemagne)
De l’abondant matériel (Stork 1981) livré par les structures excavées du gisement, il faut retenir l’importance de la série des fibules de La Tène C2 (50 %), la bonne représentation des fibules de Nauheim (31 %) suivies des fibules filiformes (15 %). Les monnaies comprennent un statère, des potins séquanes et leuques du même type que ceux recueillis à Bâle‑Usine à gaz. Presque toutes les amphores sont italiques, du type Dressel 1. La céramique locale se distingue par un forte proportion de céramique tournée (3/4), l’importance des décors lissés et la présence d’imitations de Campanienne à décor de palmettes estampées. L’ensemble se place donc sans équivoque aux phases 1 et 2.

4.4.4 Le Forez et l’Auvergne

92V. Guichard (Guichard et al. 1993) a commencé à jeter les bases d’une chronologie régionale en Forez à partir principalement des sites de Feurs et de Roanne, sur lesquels on ne reviendra pas. Les habitats fortifiés sont moins bien connus.

93À Saint‑Marcel‑de‑Félines (Le Crêt Chatelard), la présence de la sigillée italique certifie l’occupation de ce secteur à la phase 5, mais celle de fibules filiformes et unguiformes à ressort nu, de Campanienne B, démontre que son installation peut remonter à la phase 3. La céramique locale le confirme : à côté de formes caractéristiques de la phase 4 et surtout 5 –vases tripodes notamment–, on rencontre des types qui sont en usage dès la phase 3 –bol hémisphérique–, ou avant, écuelle à bord rentrant à décor lissé par exemple ; certains vases trouvent des équivalents proches à Roanne, dans la période 2 de l’institution Saint‑Joseph (vase ovoïde à décor de baguettes), qui se place à la phase 3. R. Périchon a publié une partie d’un lot de céramiques provenant des fouilles de V. Durand, qui présente aussi des caractères attribuables à la phase 3 ou à la fin de la phase 2 (Campanienne B et imitations) ou aux phases 4 et 5 (bol ou jatte carénée décorée à la molette). L’existence du site, au moins à la phase 3, est donc certaine.

94Le site d’Essalois, à Chambles, n’a livré aucune monnaie d’or ; les monnaies d’argent recueillies dans les fouilles ou les ramassages anciens sont surtout des deniers gaulois, provenant aussi bien de la zone séquano‑éduenne que de la vallée du Rhône. Dans les fouilles récentes, l’un d’entre eux a été recueilli dans les niveaux stratigraphiques supérieurs, en compagnie de potins à la tête diabolique. Les niveaux stratigraphiques les plus anciens ont livré une drachme fourrée de Marseille du type BN 1418, dont l’émission aurait eu lieu entre 80 et 49 av. J.‑G. (Gentric 1980 : 18‑19) ; elle était associée à des potins à la grosse tête, (extrêmement abondants sur le site), dont au moins un, bien caractéristique du type (GTA), n’a pas du tout circulé, ce qui laisse supposer l’existence d’une émission locale. S’il existe quelques évidences suggérant l’occupation du site dans la seconde moitié du siècle, cette éventuelle fabrication locale de potins d’un type « ancien », et d’une manière générale, la forte proportion de monnaies qui circulent déjà avant le milieu du ier s, pourraient indiquer que son installation a pu s’effectuer dans la première moitié de celui‑ci. Le faciès d’Essalois rappelle en tout cas celui de la période 2 de Roanne.

  • 5 À l’exception de deux formes de Lezoux, qui de toute façon sont largement postérieures à l’époque q (...)

95La céramique Campanienne B et ses imitations, la céramique locale (présence de bols, décors ondé, oculé...) montrent que le site existait à la phase 3 (voire 4). La fourchette chronologique donnée par le mobilier en verre va dans le même sens : occupation dense à la phase 3, s’installant peut‑être à la fin de la phase 2. Celle‑ci a pu perdurer pendant une partie de la phase 5, puisqu’on rencontre aussi des formes et des décors caractéristiques de celle‑ci, qui trouvent des équivalents très proches dans la céramique de Gergovie : cruches en terre grise, plat ou assiette sans pied et à lèvre en quart de rond, décor à la molette ou de type Beuvray. Toutefois l’absence totale de monnaies augustéennes (sur plusieurs centaines issues des fouilles anciennes et récentes), de céramique sigillée5 montre que cette occupation pendant la phase 5 fut de courte durée, et probablement très précoce, ce que la comparaison avec Gergovie semble confirmer. La monnaie datée la plus récente (issue de fouilles anciennes) est d’ailleurs un denier romain des environs de 40 av. J.‑C. L’absence de toute monnaie coloniale ou d’espèces contemporaines montre que le site a été abandonné bien avant 10 av. J.‑C. Au total, on considérera l’occupation du site certaine aux phases 3 et 4, ainsi, qu’au tout début de la phase 5.

96L’existence du site de Jœuvres (Saint‑Maurice‑sur‑Loire) à l’époque gallo‑romaine est attestée, mais sous la forme d’une villa installée au centre du plateau dans le courant de la phase 5 (présence de sigillée arétine ou lyonnaise), et occupée jusqu’au Bas‑Empire. Cet habitat, comme deux autres structures explorées sur le site (un « puits » et une citerne), ont livré les traces d’une existence plus ancienne : céramique Campanienne A (rare), B et à vernis rougeâtre ainsi que des imitations locales, amphores Dressel 1. Les monnaies sont extrêmement rares : à part quelques pièces du Haut et Bas‑Empire, les monnaies gauloises sont un potin au taureau cornupète (type à la grosse tête ?), et plusieurs bronzes frappés verca. Au vu de ces quelques données, l’existence du site à la phase 4 est une certitude ; il est en revanche impossible de fixer un terminus précis pour l’installation du site (Périchon 1958 ; Péronnet 1987).

97Dans le département de la Haute‑Loire, plusieurs gisements sont connus. Quelques‑uns sont incontestablement occupés à la phase 5 : Saugues (Montpéchamp), qui a livré un mobilier très comparable à celui de Gergovie, Arlempdes/Les Souils (as de Nîmes), Brioude/Saint‑Julien. Tous ces gisements sont toutefois déjà en activité avant la phase 5 (présence de céramique campanienne). Deux gisements sont occupés surtout ou exclusivement avant la phase 5 : Saint Paulien/Marcilhac et Bas‑en‑Basset.

98À Saint‑Paulien, la céramique d’importation consiste en amphores Dressel 1, céramique Campanienne A et B, ces dernières abondamment imitées par les productions locales. Les fibules sont principalement en fer, à arc filiforme –dont certains à section losangique, comme à Saint‑Marcel‑de‑Félines–, mais on compte aussi une fibule de Nauheim et une Knotenfibel. Trois monnaies sont recensées : un potin au long cou, et deux bronzes frappés dont l’un légendé epos (arverne, BN 3952), et l’autre, inédit, probablement d’origine belge (proche de BN 8405 et 8441).

99Certains traits de la céramique locale, à côté d’autres qui ne peuvent être antérieurs à la phase 4 (décor à la molette sur céramique fine) –voire 5 (bol de Roanne, cruche du type de Gergovie)–, évoquent également des phases plus anciennes : outre la présence des imitations de céramique à vernis noir dont il a été question auparavant, il faut signaler aussi l’importance de la céramique grossière non tournée, l’existence d’écuelles carénées, et parmi la céramique peinte, celle d’un tesson qui pourrait avoir porté un décor zoomorphe. L’ensemble est donc représentatif des phases 3 et 4 (Knotenfibel, monnaies, Campanienne B et imitations), mais le gisement s’est probablement constitué dès la fin de la phase 2 (fibules de Nauheim et filiformes, Campanienne A et imitations).

100Un tesson de Campanienne B, des imitations de Campanienne A et B, démontrent l’occupation du site de Bas‑en‑Basset au plus tard à la phase 3. L’abondance de la céramique locale non tournée à décor incisé, dont certaines formes paraissent archaïques –vases sans col, à paroi presque droite–, l’importance des écuelles carénées, presque aussi nombreuses que les écuelles à bord rentrant, laissent cependant présager une occupation encore plus ancienne (phase 2 ?).

101En Auvergne, le site d’Aulnat présente tous les aspects d’une occupation au cours de la phase 2 ; dès le début de celle‑ci ont lieu des importations de céramique ampuritaine et de commune claire, de Campanienne A imitée en céramique indigène, fibules de Nauheim, association de deniers gaulois et de potins de l’est de la Gaule, formes et décor du groupe 1 de la céramique locale. Cette phase est en particulier bien représentée dans la fosse B47 AT du chantier sud d’Aulnat/Gandaillat. Mais certains caractères de ce mobilier renvoient à la phase 1, en particulier les fibules de schéma La Tène 2, dont certaines à ressort multispires. Le quart de statère du chantier sud, probablement le plus ancien recueilli sur un site d’habitat gaulois, est datable au plus tard de la fin de la phase 1 ou des débuts de la phase 2. D’autres éléments attestent l’occupation du site à la phase 1, comme l’importance des formes de céramique Campanienne A qui paraissent caractéristiques des débuts de l’importation en Gaule interne. D’une manière générale, la séquence chronologique des sites auvergnats a fait également l’objet d’une mise au point rapide par V. Guichard (1993) : les sites de plaine sont occupés aux phases 1 et 2, le site de Corent à la phase 3, et Gergovie aux phases 4 et 5.

4.4.5 Le Centre (Berry, Orléanais, Touraine)

102La chronologie des différents secteurs du gisement de Levroux a été évoquée plusieurs fois déjà au cours de l’analyse des données et de la mise en phase. On ne reviendra pas ici sur les détails de l’argumentation, et on résumera seulement les principales étapes de l’occupation du site :
– Village des Arènes (terrains Lacotte, Vinçon, Rogier) : occupation principale aux phases 1 et 2, très restreinte pendant les phases 3 et 4 (presque indécelables), avant une réoccupation limitée à la phase 5 et surtout perceptible dans le secteur de Château‑Gaillard ;
– Colline des Tours : construction du rempart à la fin de la phase 2, voire au début de la phase 3 (fibules de Nauheim et de schéma La Tène 2 à corde interne, perles en verre). L’occupation de la colline dès la phase 2 n’est pas démontrée avec certitude, mais la présence de céramique Campanienne A et B, de céramique indigène dont les formes rappellent celle des Arènes, le laisse penser. La liaison entre les deux gisements est assurée par la présence des bronzes anonymes des Bituriges, qui renforce cette hypothèse d’une coexistence des deux sites à une certaine époque (fin de la phase 2, phase 3 ?). La phase 5 est bien attestée.

103Non loin de Levroux, le site de Saint‑Marcel est beaucoup mieux connu comme l’agglomération gallo‑romaine d’Argentomagus que comme un des oppida du territoire des Bituriges. Le seul ensemble étudié ici, la fosse 1, permet de conclure que cette structure a été rebouchée pendant la phase 5. L’ensemble du gisement est fortement fréquenté à cette période et pendant toute l’époque gallo‑romaine, jusqu’au iiie s ap. J.‑C. Mais les monnaies gauloises, les fibules (type de Nauheim, filiformes, variantes du type Almgren 65...), les parures en verre, la céramique Campanienne B ou B‑oïde, parfois à vernis brun rougeâtre, démontrent aisément que l’installation du site remonte au moins à la phase 4, voire 3. Les monnaies d’argent recueillies sont presque exclusivement des deniers, de l’Est ou bituriges, et des oboles ou hémi‑oboles de Marseille, celles‑ci présentes dans les niveaux anciens de la fontaine monumentale. Les deniers d’argent bituriges sont frappés avant 51 av. J.‑C., à Saint‑Marcel ou dans ses environs selon D. Nash (1978 : 189, 220 : « silver sword group »). Les séries les plus importantes sont celles des bronzes anonymes des Bituriges, puis les bronzes légendés abudos et caliagiis dont l’émission est antérieure au milieu du ier s av. n.è. L’ensemble paraît comparable à celui de la Colline des Tours à Levroux et se situe donc probablement dans la même fourchette chronologique.

  • 6 Il semble que les amphores de plus de 1 m de hauteur aient été rares sur le site.

104Un autre site biturige, l’oppidum de Châteaumeillant, connaît une occupation assez importante à la phase 5 (illustrée par exemple par le puits du terrain Kasmarek : sigillée italique du service I, cruches), et au Haut‑Empire (fosses du terrain Kasmarek). Cependant le mobilier démontre aussi que l’installation du gisement est beaucoup plus ancienne. Les amphores de Châteaumeillant sont, dans les niveaux les plus précoces étudiés par J. Gourvest et H. Hugoniot, des Dressel 1A6. Il a été fait également mention d’amphores gréco‑italiques, principalement pour les découvertes anciennes. J. Gourvest en a publié au moins une pouvant appartenir à ce type, et il en est conservé plusieurs au musée de Châteaumeillant. Les formes et les décors du mobilier céramique (imitation de Campanienne A, importance du décor lissé, abondance relative des écuelles carénées) renvoient à la phase 2. Le mobilier métallique n’a pas été étudié ; la seule fibule mentionnée est du type de Nauheim, ce qui conforte cette attribution chronologique (sans plus). Une seule publication de découvertes relativement récentes (jardin Gallerand, 1962) fait état d’un petit dépôt monétaire associant bronze carnutc et potins bituriges, enfoui dans une zone probablement perturbée. On cite aussi la présence de deniers gaulois (monnaie à la croix fourrée) et romains, ceux‑ci du dernier tiers du ier s av. J.‑C. Mais ces éléments sont peu nombreux, et leur conditions de découvertes trop incertaines pour être exploitables.

105En Touraine, deux sites majeurs ont été pris en compte : Amboise et Vernou‑sur‑Brenne qui ne sont distants que de quelques kilomètres.

106Les deux contextes de l’oppidum d’Amboise considérés pour l’analyse des données : niveau inférieur et niveau supérieur, couvrent les phases 4 et 5. Les débuts de l’occupation dans ce secteur ne remontent certainement pas au‑delà. D’autres zones du site ont cependant dû connaître une installation plus précoce, si l’on en juge par la présence de dépôts d’amphores Dressel 1A (cf catalogue), mais ceci demande à être confirmé par un examen plus approfondi de ces autres gisements.

107Les ramassages anciens de monnaies gauloises font état de plusieurs statères, dont un du même type que celui de Villeneuve‑Saint‑Germain, un statère British Q, émis dans les années 40 av. J.‑C. Si les potins à la tête diabolique constituent la majorité des découvertes, le numéraire belge est d’ailleurs très bien représenté. Plusieurs types monétaires sont émis avec certitude après la Conquête. Les monnaies d’argent semblent être presque exclusivement des deniers, provenant de toutes les régions de la Gaule alignées sur ce standard. Le faciès monétaire d’Amboise, tel qu’on peut le déduire de ces observations anciennes, est donc bien représentatif du milieu et de la deuxième moitié du ier s av. J.‑C. Le petit lot de céramique a été récolté en 1971 lors de travaux qui ont entamé la fortification nord du site de Rochecorbon (Indre‑et‑Loire), non loin de Vemou‑sur‑Brenne. Cette céramique s’apparente fortement à celle de Vernou‑sur‑Brenne, aussi bien par l’aspect des pâtes que par les formes. La seule amphore identifiée est de type Dressel 1. L’ensemble pourrait s’inscrire dans la même fourchette chronologique que le site de Vernou : phase 2, mais la rareté du mobilier ne permet pas d’être plus affirmatif (Maugard 1973).

108Plus au nord, au cœur du castrum romain d’Orléans, des sols d’occupation stratifiés correspondant à des habitats de terre et de bois ont été mis au jour il y a quelques années. Dans le niveau le plus ancien, la céramique comprend des formes laténiennes traditionnelles : écuelle carénée, écuelle à bord rentrant, vase à cuire non tourné à pâte grossière, et de la céramique peinte à décor géométrique (formes hautes proches de types 1511 et 1311 de Feurs : Vaginay, Guichard 1988). Un fond porte un décor estampé qui ne trouve d’équivalent que dans le Forez (arcatures pointillées, type Aa de Feurs, phases 1 à 3 ; Vaginay, Guichard 1988 : 64). Le niveau le plus récent a livré de la céramique « gallo‑belge », et un denier de Marc‑Antoine : il peut être daté de la phase 4 ou 5. On admettra que l’installation du gisement prend place au plus tard à la fin de la phase 2 (Petit 1985).

109Des fouilles assez récentes ont mis au jour à Chartres des niveaux de la fin de la phase 3 et de la phase 4 : denier de César, bronze frappé pictilos, céramique à décor ondé, bol caréné à paroi verticale ornée de baguettes, assiette, bol hémisphérique. Mais l’installation du site est certainement plus ancienne, comme en témoignent l’abondante céramique à décor lissé, et la présence de certaines formes de vases : écuelle carénée, imitation de Campanienne A, vase à lèvre moulurée non tournée. Nous considérerons de ce fait que l’installation du gisement remonte au moins à la fin de la phase 2 (Brunet 1985).

4.4.6 Le Limousin

110Malgré les lacunes de la documentation, le mobilier découvert au Puy du Tour (Monceaux‑sur‑Dordogne) offre assez d’éléments pour une estimation. Les découvertes monétaires sont peu nombreuses, mais assez significatives. Aucune monnaie coloniale augustéenne ou pré‑augustéenne ne semble avoir été recueillie. Les monnaies d’argent sont lémovices, et appartiennent aux variétés A et B définies par J.‑B. Colbert de Beaulieu (« silver severed headgroup » de Nash 1978 : 285 sq.). Leur émission commence avant 52 av. J.‑C. ; le poids de l’exemplaire de la variété A indique même une émission assez nettement antérieure à cette date (ibid. : 286). On a aussi identifié des espèces en argent fourré et en bronze du monnayage à l’échassier, qui ont dû être frappées vers le milieu du siècle (« gold crâne and trefoil coinage » de Nash 1978 : 280). Le reste comprend presque uniquement des bronzes frappés arvernes et pictons, ces derniers seraient postérieurs à la Conquête. Il faut aussi noter la présence de deux bronzes à la légende neroncen dont la frappe serait datable de la première moitié du ier s av. J.‑C. (Richard 1982). Les importations sont mal connues ; la majorité sinon la totalité des amphores (qui sont de toutes façon peu nombreuses) sont des Dressel 1, et on a signalé la présence de céramique campanienne. Il existe en tout cas des imitations de Campanienne A. La majorité des fibules appartiennent au type de Nauheim, les autres paraissent être des fibules filiformes ou à nodosités (variantes du type Almgren 65 = Knotenfibeln). Un bracelet tubulaire en bronze trouve des équivalents très proches à Bâle/Usine à gaz et dans la phase 3 de Feurs. Le mobilier métallique indique donc nettement que le site a été occupé aux phases 2 et 3. Dans la céramique locale, certaines formes (assiette) renvoient aussi aux phases suivantes ; il n’a toutefois jamais été fait mention de découverte de céramique sigillée, ni de monnaies augustéennes caractéristiques de la phase 5. En conclusion, ce mobilier est représentatif d’une occupation centrée sur les phases 2 et 3, et qui se prolonge avec moins d’intensité à la phase 4.

111Le mobilier récolté dans les fouilles récentes de Villejoubert à Saint‑Denis‑des‑Murs (Haute‑Vienne) est peu abondant, mais c’est tout de même le premier lot relativement important recueilli et publié sur cet immense site. Deux ressorts de fibule à corde interne placent le terminus post quem de l’occupation du site (ou du moins de sa fin), au début de la phase 2 (La Tène D1). Les importations ne consistent qu’en quelques tessons d’amphores italiques. Les caractères de la céramique locale (peu de céramique tournée, formes à fond plat largement majoritaires, décors exclusivement « artisanaux » : impressions, incisions, lissage, décor plastique) la classent dans l’un des deux premiers groupes que nous avons définis ; le petit nombre de tessons interdit d’être plus précis. On note par ailleurs l’absence totale de tout mobilier de la phase 5. Il s’agit donc d’un site occupé essentiellement dans le courant de la phase 2 (Delage 1923 ; Desbordes 1983).

112Le petit éperon barré du Charlat à Ussel (Corrèze) n’a fait l’objet que d’une exploration très partielle, essentiellement sur le système de fortification. Le mobilier recueilli démontre que le site a été occupé, et peut‑être refortifié, à la phase 5 : imitation de vase à paroi fine probablement en Terra rubra, tesson de Terra nigra, amphore à saumure (?). Toutefois la présence d’un fragment de Campanienne A, d’une possible imitation de patère en Campanienne B Lamboglia 6, de bassins à panse ornée de baguette –forme considérée comme caractéristique de La Tène finale dans le Centre‑Ouest (Boudet 1986, forme B2)– indique que cette occupation débute avant la phase 5. L’installation du site s’est faite à une période qu’on ne peut préciser, étant donné la rareté du mobilier recueilli, mais son occupation englobe nécessairement la phase 4 et sans doute la 3 (Cotton, Frère 1961).

4.4.7 Le Sud‑Ouest et le Centre‑Ouest (Dordogne, Lot, Gironde, Poitou‑Charentes)

113La série des fibules de l’Impernal à Luzech rassemble des types de fibules caractérisant les phases 2 à 4 et même 5 (Nauheim, qui est le type le mieux représenté, filiformes, à coquille, Almgren 65, Kragenfibel, fibule à ressort protégé, pseudo‑La Tène 2). Ce gisement a livré peu de monnaies. On a relevé la présence de bronzes frappés post‑conquête (atectori, aniccoios). La série gauloise la plus importante, comme il est logique dans cette zone, est celle des monnaies à la croix, dont plusieurs, de faible poids, sont émises vers le milieu du ier s Les monnaies les plus récentes sont un as de Néron et deux as de Nîmes. Ces données ne permettent pas de donner une fourchette chronologique très précise pour l’occupation principale du site, mais la bonne représentation des fibules de Nauheim laisse penser que son installation a pu se faire dans le courant de la phase 2.

114Seule la fortification de l’enceinte de La Curade à Coulounieix‑Chamiers (Dordogne) a été explorée, et partiellement, puisque le noyau du rempart n’a pas été atteint. Les fouilleurs ont pu observer plusieurs couches de rechargement assez riches en mobilier archéologique, qu’ils ont interprétées comme des terres prélevées dans une zone d’habitat.

115Les importations comprennent des amphores italiques Dressel 1 et un tesson de Campanienne A tardive. Plusieurs objets de parure ont été recueillis : une fibule de Nauheim et un fragment à corde interne appartenant probablement à une fibule filiforme de même conception (type Feugère 5b), un fragment de bracelet en lignite et deux autres en bronze, respectivement tubulaire et filiforme. La céramique locale se caractérise par une variété à pâte grossière, généralement non tournée, et une variété à pâte fine, souvent feuilletée, tournée. Excepté une coupe qui pourrait s’inspirer d’un modèle campanien (variété A) et un fragment de vase‑balustre à décor ondé qui renvoie aux productions de la région toulousaine, les formes appartiennent au répertoire traditionnel de la céramique de La Tène finale dans le centre‑ouest de la France : écuelles à bord rentrant et vases à cuire à panse peignée, vases tronconiques (Boudet 1986, forme C1). Deux monnaies –un potin attribué aux Sénons et un bronze frappé non attribué– sont également à mentionner.

116L’ensemble se place incontestablement avant la phase 5. L’installation du site n’est pas aisément datable ; les fibules et la Campanienne A permettent de penser qu’elle a pu avoir lieu dans le courant de la phase 2 (Chevillot 1983).

117Le site de Pons n’a été évoqué, lors de l’analyse des données, que pour les amphores. On a vu que ce mobilier (provenant du dépotoir Magnard) se place dans le groupe 3 défini pour les amphores ; le comblement de ce dépotoir se serait donc effectué dans une fourchette comprenant la fin de la phase 2 et la phase 3. Le seul autre mobilier récolté dans ce dépotoir, la céramique locale, peut appartenir à la phase 2 –nombreux vases à décor lissé, écuelles carénées à profil en S, bassin à fond plat et paroi moulurée (type B2 de Boudet 1986 : 25)– comme d’ailleurs à la phase 3. Outre le fait que nos connaissances sur ces objets sont très partielles, la distinction entre ces deux périodes dans cette zone n’est pas simple à mettre en évidence avec les seuls critères céramiques. On sait par ailleurs que le site a été occupé à l’époque gallo‑romaine, dans une zone différente de celle où sont localisés les vestiges celtiques. Parmi les rares monnaies recueillies sur le gisement, quelques bronzes légendés contoutos (BN 4316‑4324 – LT X 2) témoignent de la fréquentation du site à la phase 4 et à la phase 5.

118Plusieurs sites d’habitat ouverts et fortifiés ont été explorés assez récemment dans cette vaste zone. On ne donnera ici que des indications rapides sur certains de ces gisements, et on renverra pour le détail aux travaux de R. Boudet (1986 ; 1987a ; 1990).

119Sont occupés dès la phase 1 de La Tène finale ou même plus tôt : Vayres (Gironde), L’Isle‑Saint‑Georges (Gironde), Aiguillon (Lot‑et‑Garonne), du vie s av. J.‑C. à l’époque gallo‑romaine ; Mouliets‑et‑Villemartin (Gironde), Lacoste, dès le début de la phase 2 et jusqu’à la phase 5, mais sur une surface très restreinte ; Muron (Charente‑Maritime) à la phase 2.

120Sont occupés essentiellement ou presque essentiellement à la phase 2 : les villages ouverts de Soulac‑sur‑Mer (L’Amélie) et Eynesse en Gironde, les oppida de Cras (Murcens) dans le Lot, et Centrès (Miramont) dans l’Aveyron. L’oppidum d’Agen est le seul à survivre jusqu’à la phase 5.

121Sont occupés à partir de la fin de la phase 2 ou à partir de la phase 3 : Saint‑Germain‑d’Esteuil jusqu’au iie s ap. J.‑C. et Bordeaux, en Gironde.

4.4.8 L’Ouest et le Centre‑Ouest (Pays de la Loire, Bretagne, Normandie)

122Le village des Pichelots (Les Alleuds) a contribué à définir la phase 2, même si quelques objets (tesson décoré à la molette par exemple) peuvent témoigner éventuellement d’une fréquentation réduite à la phase suivante. Ce gisement a livré deux statères en billon namnètes, des petites monnaies en argent allié et des potins à la tête diabolique. Cette association rappelle celle du trésor de La Chalouère, trouvé à Angers, dont les milliers de monnaies d’argent sont du même type que celles des Alleuds. La datation basse du trésor (deuxième moitié du ier s av. J.‑C.) comme celle des récoltes des Alleuds tiennent à la teneur faible en argent de ces petites monnaies dites « du type de La Chalouère » (Fischer 1985a : 78), et à leur association avec les potins à la tête diabolique tenus pour tardifs par J.‑B. Colbert de Beaulieu (1970). Il n’existe pas actuellement d’éléments sur le plan numismatique permettant d’avancer une autre datation, qui est en forte contradiction avec celle des autres catégories de mobilier.

123Non loin des Alleuds, le petit site fortifié de Chênehutte/Les Tuffeaux possède des niveaux d’occupation stratifiés qui ont fait l’objet d’une étude approfondie de J.‑P. Bouvet (1987). Dans le niveau laténien le plus ancien, la céramique se distingue de celle des Alleuds par l’emploi de techniques de fabrication plus évoluées (tournage rapide, cuisson), et par des formes proches de celles du niveau inférieur d’Amboise ; un potin à la tête diabolique y a été recueilli. Ce niveau est recoupé par une structure qui a livré une imitation de sigillée proche de la forme Goudineau 6b, et par les fondations d’une voie bien datée de la phase 5 (fibules des types Feugère 14b1b, 13a, demi‑as d’Octave, amphores gauloises, céramique décorée à la molette...). L’occupation du site à la phase 3/4 est certaine ; elle est confirmée par la présence d’amphores Dressel 1 à lèvre haute (14B ?) et par celle d’un tesson de céramique Campanienne B.

124En Normandie, des travaux très récents ont apporté certaines indications nouvelles sur les fortifications des oppida et sur les sites ouverts. Le mobilier recueilli est peu abondant dans les deux catégories d’habitat ; il consiste presque essentiellement en céramique indigène, dont l’évolution est encore peu connue et s’inscrit mal dans le schéma que nous avons construit (catalogue restreint, formes peu typées ou peu évolutives).

125Les sites d’habitat ouvert semblent être à peu près exclusivement des établissements agricoles. Seul celui de Léry (Eure) pourrait être un village, mais la petite surface des fouilles ne permet pas de l’affirmer. Dans presque tous, le mobilier recueilli témoigne de l’aspect rural de l’occupation : pas d’importations, très peu de monnaies et de mobilier métallique, pas de traces d’activités artisanales spécialisées. Léry est occupé à la phase 3 (formes proches de celles de Villeneuve‑Saint‑Germain, monnaies de bronze frappé et coulé), mais l’installation du site est certainement plus ancienne et perdure jusqu’à la phase 5.

126Les explorations récentes de sites fortifiés (Rémy‑Watté 1993) ont eu pour objet de déterminer surtout la nature des fortifications. L’occupation elle‑même, sa densité, sa durée sont très mal connues ; elle ne semble pas avoir été importante sur un certain nombre de sites. Le principal élément de datation est la céramique indigène, à laquelle s’ajoutent parfois des monnaies ou du mobilier métallique et plus rarement encore de la céramique importée.

127La phase 5 ou des périodes encore plus tardives sont attestées en Seine‑Maritime à Fécamp, Caudebec‑en‑Caux, Braquemont (Seine‑Maritime), Vernon (Eure). Tous ont cependant été créés antérieurement à cette phase si l’on en juge par les découvertes céramiques qui se placent à La Tène finale, mais sont difficiles à dater plus précisément (phase 2 ?). Les fibules de Nauheim de Braquemont sont un bon argument en faveur de cette attribution chronologique.

128L’oppidum du Petit‑Celland reste encore aujourd’hui l’un de ceux dont le mobilier est le mieux connu. Le mobilier le plus abondant est la céramique, mais elle est difficile à dater. Le type caractéristique du site (une céramique fine tournée, très soigneusement lissée et décorée de cordons) est peu diffusée ; M.‑Y. Daire l’attribue aux « phases tout à fait finales » du deuxième âge du Fer armoricain (Daire 1990 : 18 et fig. 5) ; on la retrouve dans les niveaux précoces d’Alet, qui couvrent la deuxième moitié du ier s av. J.‑G. (cf. infra à C.). Elle pourrait, selon T. Lepert, caractériser une phase de l’évolution de la céramique régionale en Haute‑Normandie postérieure au milieu du ier s av. J.‑C. (Lepert 1993 : 86). En Grande‑Bretagne, elle est pourtant datée d’après les découvertes de Hentgisbury Head de la première moitié du ier s av. J.‑C.

129Un petit dépôt de monnaies coriosolites est la seule donnée numismatique pour ce site ; il est daté par D. Allen (Wheeler, Richardson 1957) et J.‑B. Colbert de Beaulieu (1954) des environs de 56 av. J.‑C. Selon K. Gruel, la classe II de ce monnayage, qui est majoritaire au Petit‑Celland, serait un « doublet » des classes I et III, ce qui signifierait qu’il s’agit d’une émission de circonstance, une émission d’alliance due à la constitution de la ligue armoricaine en 57‑56 av. J.‑C. (Gruel 1989 : 55‑61). Ce dépôt découvert dans le niveau de destruction de la porte constitue un terminus ante quem pour les débuts de l’occupation du site. Un ressort multispires de fibule de schéma La Tène 2 ou filiforme de schéma La Tène 3 trouvé dans la contrescarpe de la fortification confirme ce terminus et place la construction des défenses au moins à la phase 2.

130En Bretagne, le mobilier des sites d’habitat, qui consiste principalement en céramique, présente la même difficulté à s’insérer dans le schéma chronologique proposé.

131La couche dite gauloise d’Alet (Ille‑et‑Vilaine) s’est déposée à la phase 5, vers la fin du ier s av. J.‑C. et dans le premier quart du ier s ap. J.‑C. (amphore Pascual 1, monnaie à l’autel de Rome et d’Auguste, sigillée gauloise du Sud). Son mobilier se rattache cependant en grande partie à la phase précédente, comme le montrent les monnaies gauloises, la présence d’amphores Dressel 1 et le faciès laténien de la céramique indigène. Il pourrait même remonter à la phase 2, si on en croit la présence majoritaire de 5 fibules de Nauheim (Langouet 1973 ; 1978).

  • 7 « L’étude du mobilier, essentiellement céramique, découvert sur les trois sites considérés montre q (...)

132Le gisement du Braden I à Quimper (Morbihan), le secteur actuellement le mieux connu sur ce site, a livré peu de mobilier datant (Le Bihan 1984 ; 1990) ; les importations se limitent à une amphore Dressel 1 et une seule monnaie y a été recueillie (un bronze frappé attribué aux Carnutes). La phase 5 est bien attestée (Terra nigra), mais il est évident, au vu de la céramique indigène, que l’occupation du site commence bien avant –à la phase 2, si l’on suit l’opinion de J.‑P. Le Bihan. En réalité, si les étapes de construction et de réaménagement du site sont bien définies, il n’est pas possible de leur faire correspondre un horizon céramique spécifique, même avec l’apport des découvertes faites dans les autres secteurs du site7. On en reste donc à l’estimation faite par les fouilleurs, tout en soulignant qu’on ne dispose pas actuellement des moyens de distinguer les phases successives de l’occupation du site.

133À Huelgoat (Finistère), l’absence totale de céramique d’importation augustéenne ou postérieure exclut une occupation à la phase 5, au moins pour le secteur concerné par les fouilles de M. Wheeler. La céramique présente des affinités avec celles de contextes locaux attribués à La Tène finale (notamment celle du Braden à Quimper et du souterrain de Bellevue en Plouégat‑Moysan), et de façon plus lointaine avec celles du Petit‑Celland et d’Alet, La phase en est difficile à déterminer. M. Wheeler proposait une datation dans la première moitié du ier s av. J.‑C., ce qui ne peut être confirmé ni infirmé à l’heure actuelle (Wheeler, Richardson 1957).

134Le site fortifié de Moulay (Mayenne) a livré de la céramique tournée et non tournée dont certains aspects rappellent celle des Alleuds, ou d’Alet et du Petit‑Celland (céramique à cordons) ainsi qu’une perle en ambre et des perles en verre de type Haevernick 24 et 25. L’occupation du site aux phases 2 et 3/4 est probable. Une fibule à charnière témoigne d’une fréquentation épisodique à la phase 5 ou après (Naveau 1973‑1975).

135Il est possible maintenant de tirer des conclusions sur la validité de la périodisation. Le système chronologique fonctionne bien dans le Centre et le Centre‑Est, en Picardie orientale, dans la vallée de l’Aisne, en Champagne et dans le Sud‑Ouest. Cela n’est pas étonnant, car les sites qui ont permis la mise en place de ce système sont localisés principalement dans ces zones. En revanche, la Normandie et la Bretagne s’y insèrent mal. Les sites de ces régions ont été peu utilisés pour la périodisation, car leur mobilier ne correspond pas aux critères qui ont été sélectionnés à cet effet : peu ou pas de mobilier métallique, de monnaies, de céramique d’importation, une céramique indigène particulière (pour la Bretagne surtout), peu évolutive, ne paraissant subir que très tardivement l’influence technologique et typologique des productions méditerranéennes. Cette spécificité est peut‑être artificiellement entretenue par l’absence de fouilles d’envergure (sur les grands sites normands en particulier), sans lesquelles on ne peut pas restituer sérieusement les faciès mobiliers. Mais l’isolement que l’on perçoit existe bien, au moins pour la Bretagne ; il traduit des différences culturelles, mais probablement aussi socio‑économiques et politiques, qu’il faut expliquer.

Notes

1 Sur le site du Titelberg, le premier niveau de la rue de la maison 1 contenant de la sigillée italique, dont les formes précoces sont relativement nombreuses, est postérieur à 31 av. J.‑C. –datation obtenue par dendrochronologie sur un bois déposé dans le niveau précédent.

2 Dans les gisements de l’horizon 4a, les premiers ne sont présents qu’à Gergovie, les seconds sont totalement absents et les troisièmes représentées par un seul exemplaire dans le niveau 3 de Bâle/Cathédrale.

3 M.‑O. Lavendhomme et V. Guichard placent en effet leur horizon 4 plutôt en regard d’une phase récente de La Tène D1 que d’une phase précoce de La Tène D2, ce qui peut se discuter au vu d’une partie du mobilier recueilli (outre la fibule à coquille, par exemple, les assiettes à bord redressé et les décors estampés des bols de la fosse 16, pl. 69, no 4 ou 6 et pl. 67nos 4‑7, 70 no 13..., ou le plat à engobe interne de la fosse 15, pl. 64no 17) qui trouvent des équivalents très proches dans le mobilier des contextes de La Tène D2 de Bibracte (Barrai et al. à paraître).

4 D’après la qualité de la céramique H. Vaussanvin conclut à une production tardive, tandis que J.‑P. Morel date un des tessons qui possède un décor de palmette dégénéré de la fin du iie s av. J.‑C.

5 À l’exception de deux formes de Lezoux, qui de toute façon sont largement postérieures à l’époque qui nous intéresse, et peuvent provenir d’un petit établissement gallo‑romain extérieur à l’enceinte.

6 Il semble que les amphores de plus de 1 m de hauteur aient été rares sur le site.

7 « L’étude du mobilier, essentiellement céramique, découvert sur les trois sites considérés montre qu’il n’est guère possible, pour le moment, d’établir une typologie fine et de déceler des évolutions de la poterie au sein même de La Tène finale. » (Le Bihan 1990 : 264).

Table des illustrations

Légende FIG. 37 – Mise en évidence des phases chronologiques ; en grisé clair : formes rares.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44668/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Légende TABL. III ‒ Chronologie relative et absolue des phases.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44668/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 59k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search