Version classiqueVersion mobile

Chronologie des oppida de la Gaule non méditerranéenne

 | 
Anne Colin

Chapitre 1. Définitions et problématique

1 Definition und Problemstellung

1 Background and definitions

Résumé

Les étapes de l’histoire de la recherche sur les oppida conditionnent les données du problème qui nous intéresse. C’est en voulant retrouver sur le terrain les lieux décrits par César dans ses Commentaires sur la guerre des Gaules, presque toujours des oppida, que les archéologues du xixe s. commencèrent à fouiller cette catégorie d’habitat. Au tout début du xxe s., l’abondance des matériaux recueillis permet à J. Déchelette de construire une périodisation du second âge du Fer, ou époque de La Tène. Sa troisième et dernière phase correspond à l’occupation des oppida et couvre tout le ier s. av. J.‑C. Il met aussi en évidence une véritable « civilisation des oppida » couvrant toute l’Europe moyenne.

La disparition de J. Déchelette en 1914 marque la fin de cette période d’intenses recherches en France ; seules quelques initiatives isolées y perpétuent cette tradition de recherche jusqu’à la fin des années soixante, tandis que le leadership scientifique en Protohistoire récente se déplace vers la Grande‑Bretagne, l’Allemagne et l’Europe centrale, où la multiplication des fouilles de nécropoles et d’habitat conduit à l’abandon du schéma chronologique construit par J. Déchelette. En France, l’existence de catégories d’habitat déjà mises en évidence en Allemagne et en Suisse (oppidum et gros village ouvert) est acquise à la fin des années soixante, mais l’absence d’un cadre chronologique sûr pour La Tène finale provoque des interrogations sur leur formation et leur développement, interrogations qui sont à l’origine de ce travail.

On analyse ensuite ce que recouvre le mot oppidum dans le texte césarien et ce que l’archéologie entend par ce terme. Oppidum est un vocable abondamment utilisé par César, sans qu’il soit accompagné d’une définition précise. Les sites ainsi dénommés se placent au sommet de la hiérarchie des sites d’habitat, avec leur rempart à l’architecture parfois très élaborée, leurs rues, leurs places ; on y fait du commerce et des décisions politiques importantes y sont prises. Ce type d’oppidum, qui rassemble un certain nombre de fonctions urbaines, semble cependant concerner essentiellement le centre‑est de la Gaule : le témoignage césarien ne permet pas de déterminer dans quelle mesure ce modèle peut être appliqué dans d’autres régions de la Gaule, et il donne même au contraire le sentiment que les situations ont pu être fort diverses d’une cité à l’autre. Sur le plan strictement chronologique, il n’apporte aucune autre information que celle de l’existence, au moment de la Conquête, des sites qui sont mentionnés dans les Commentaires.

La définition archéologique de l’oppidum est due principalement aux chercheurs allemands : c’est un site fortifié de grande taille, entièrement ceint d’un rempart continu interrompu par des portes en tenailles, et caractéristique de l’Europe celtique à la fin de l’âge du Fer. On y a ajouté par la suite des considérations fonctionnelles (existence d’activités artisanales localisées dans des quartiers spécialisés, pratique d’échanges commerciaux à longue distance...). Sans que l’on puisse parler véritablement de ville au sens des cités antiques, ces critères font de l’oppidum un habitat pré‑urbain. S’il existe un consensus sur le sens général de cette définition, les avis divergent sur des détails pourtant importants (par exemple la surface), car de nombreux sites fortifiés ne réunissent pas l’ensemble de ces critères physiques tout en abritant des activités artisanales et commerciales dynamiques. L’oppidum n’est donc pas une catégorie d’habitat homogène ; dans cette étude, ce n’est donc pas d’après ces définitions, qui sont relativement peu opératoires, que les sites ont été sélectionnés, mais d’après leur potentiel chronologique.

Texte intégral

1.1 Les travaux antérieurs : un siècle de recherche sur les oppida

1.1.1 L’héritage du xixe s. : Alésia, Bibracte, et la naissance de la Protohistoire récente en France

  • 1 Sur les débuts de l’archéologie française en général : Schnapp 1993, chapitre IV sq. (en particulie (...)

1Les premières mentions de travaux français sur les oppida remontent bien avant le siècle dernier. Il ne s’agit pas alors de fouilles archéologiques : les « antiquaires » collectent, dessinent, publient des objets ramassés sur les sites, presque toujours sans provenance précise. Des travaux érudits tentent de localiser les sites mentionnés par César dans le De Bello Gallico ; quelques plans de fortifications encore visibles sont relevés, mais ces initiatives isolées ne donnent pas corps à de véritables travaux de terrain avant le xixe s.1

  • 2 BG VII, 23. Un murus gallicus avait déjà été mis au jour en 1859 à Vertault (Côte‑d’Or), mais son i (...)

2La parution de l’Histoire de Jules César (1865‑1866), dont le tome II (1866) est consacré à la guerre des Gaules, constitue à cet égard un véritable événement. Son auteur, l’empereur Napoléon III en personne, ne se contente pas d’une simple exégèse des sources antiques : disposant de gros moyens financiers, il fait exécuter pour la première fois des fouilles systématiques dans une petite commune bourguignonne, Alise‑Sainte‑Reine, où il situe le théâtre d’un des événements majeurs de la conquête de la Gaule, relaté par César dans les Commentaires : le siège de l’oppidum mandubien d’Alésia par les armées romaines en 52 av. J.‑C. (tabl. i). Une étape importante est franchie : dès lors, les fouilles se multiplient, souvent financées par l’État, car la IIIe République, en cette matière, poursuit la même politique que le second Empire. De nombreux sites fortifiés qu’on suppose être ceux mentionnés par César, ou tout simplement être contemporains de la guerre des Gaules, sont fouillés : Alésia (Alise‑Sainte‑Reine), Gergovie (plateau de Merdogne) à partir de 1861, Murcens, où en 1868 A. Castagné reconnaît pour la première fois le rempart de type murus gallicus décrit par César pour le site d’Avaricum (Bourges)2, Boviolles (L. Maxe‑Werly en 1871, 1877), Luzech (A. Castagné en 1872), Le Crêt Chatelard à Saint‑Marcel‑de‑Félines (A. Chaverondier et V. Durand), Pommiers (O. Vauvillé en 1886, 1887)... Et surtout on explore Bibracte (Mont‑Beuvray, Morvan) où de 1867 à 1908, Jacques‑Gabriel Bulliot et son neveu Joseph Déchelette exhument un important habitat avec ses maisons et ses ateliers d’artisans. La publication de leurs travaux (Bulliot 1899 ; Déchelette 1904), remarquable pour l’époque, fait de Bibracte le site de référence pour l’archéologie gauloise.

TABL. I ‒ Localités citées par César et leurs occurrences dans les Commentaires, d’après J. Collis (1984, tabl. 1).

3Au début du xxe s., le besoin se fait sentir de recenser et de classer cette masse documentaire considérable. Les recherches s’orientent alors dans trois directions.

  • 3 L’Homme préhistorique, 4, p. 193‑206.

4‒ L’inventaire des sites : en 1906 se crée, au sein de la Société préhistorique française, la Commission d’étude des enceintes préhistoriques et des fortifications anhistoriques, dont la fonction est de répertorier les enceintes de terre de toutes périodes sur tout le territoire français. La même année, A. de Mortillet publie les résultats de sa propre enquête (1 200 enceintes) sous le titre Inventaire des camps et enceintes de France 3. L’activité de la Commission se manifeste par des publications régulières d’inventaires régionaux jusqu’à la Première Guerre mondiale.

5‒ L’inventaire du mobilier : pour la période qui nous concerne, ce sont surtout les monnaies qui font l’objet de recensements systématiques. Le Traité des monnaies gauloises de A. Blanchet (1905) succède à l’Atlas des monnaies gauloises de H. de La Tour (1892) et au Catalogue des monnaies gauloises de la Bibliothèque nationale de E. Muret et A. Chabouillet (1889).

6‒ Les synthèses : de 1907 à 1909 sont publiés les trois premiers tomes de l’Histoire de la Gaule de Camille Jullian, qui font de rares allusions aux données issues des fouilles, notamment celles du Mont‑Beuvray. La publication du Manuel d’archéologie préhistorique, celtique et gallo‑romaine de Joseph Déchelette –dont le volume 3 du tome II, traitant du second âge du Fer, paraît en 1914– consacre le dynamisme de la toute jeune Protohistoire française. Il fait la synthèse de tous les matériaux recueillis au cours du demi‑siècle précédent et fonde les premières typologie et chronologie françaises des âges des Métaux. Cet ouvrage fondamental, résumé des connaissances de l’époque, nourrit et oriente toute la recherche sur le second âge du Fer, tant en France qu’à l’étranger après la Première Guerre mondiale.

  • 4 Par exemple pour Pommiers : Vauvillé 1888 ; 1906.

7Les travaux des quarante années précédant la Première Guerre mondiale constituent indéniablement l’essentiel des connaissances sur les oppida jusqu’à la décennie 1970. Une vingtaine de sites ont été plus ou moins explorés, et ont donné lieu à une abondante bibliographie. Les matériaux recueillis ont été ordonnés en un système typologique valable non seulement pour la France, mais aussi pour l’Europe centrale, depuis que Joseph Déchelette a mis en évidence les ressemblances certaines entre le mobilier du Mont‑Beuvray, en Bourgogne, et celui de Stradonice, en Bohême (Pic 1906 ; Déchelette 1914 : 969‑971, 985). Bibracte est l’archétype de l’oppidum ; les chercheurs de l’époque s’y réfèrent constamment pour dater leur mobilier4, et Déchelette en fait le principal support de sa période de La Tène 3 (cf. infra, chap. 2).

8Les données du terrain ont donc servi à la construction d’une chronologie relative ; ce n’est pas le cas, en revanche, pour la chronologie absolue. Bulliot et Déchelette datent objectivement la fin de l’occupation de Bibracte d’après les dernières séries monétaires, qui sont les premières de la ville d’Autun (création augustéenne), mais ils ne disposent d’aucun élément concret pour en situer les débuts. Les textes antiques fournissent alors les indices chronologiques manquants, par le biais d’un autre événement relaté par diverses sources anciennes, l’invasion de la Gaule par les Cimbres et les Teutons à l’extrême fin du iie s. av. n.è. : César lui‑même ne prête‑t‑il pas à Critognatos des propos dans lesquels il rappelle à ses frères d’armes que pour se protéger des Cimbres et des Teutons, leurs ancêtres ont dû s’enfermer dans leurs oppida (BG VII, 77) ? Pour Bulliot (1899, II : 3‑4), relayé par Jullian (1909 : 91) et Déchelette (1914 : 947), aucun doute : Bibracte et les oppida en général se seraient petit à petit transformés, de lieux de refuge temporaires contre ces peuplades barbares, en habitats permanents.

  • 5 Voir les démonstrations de J.‑P. Guillaumet pour Bibracte : Guillaumet 1981 : 158 ; 1984b : 68‑69.
  • 6 Y compris à Bibracte, où C. Goudineau a bien montré que J.‑G. Builiot et J. Déchelette, tout en éta (...)

9Le potentiel chronologique intrinsèque des données archéologiques est donc peu utilisé ; les datations se fondent principalement sur le rapprochement avec des événements bien connus, démarche qui apparaît comme allant de soi. Les méthodes de travail limitent d’ailleurs considérablement les possibilités chronologiques offertes par ces sites : les fouilles consistent souvent en de simples tranchées creusées par des ouvriers terrassiers qui suivent les murs, ou bien ne se concentrent que sur le centre des pièces ; le plus souvent, les fouilleurs s’arrêtent au premier sol rencontré, et les couches profondes sont rarement explorées5. Même là où cette fouille est effectuée de façon soignée, on ne comprend pas bien la succession des états de construction, et le mobilier d’époques différentes se retrouve mélangé6. La qualité de l’enregistrement varie considérablement selon les sites et les chercheurs. Le plus souvent, la localisation des découvertes anciennes reste très imprécise topographiquement et stratigraphiquement. Quant aux ensembles mobiliers, ils sont toujours incomplets, soit parce qu’ils ont été triés dès la fouille –on conserve surtout les beaux objets ou les objets particuliers, rarement les tessons ordinaires ou les objets de fer– soit parce qu’ils ont été dispersés à la mort de leur inventeur –comme ce fut le cas, par exemple, pour les fouilles de O. Vauvillé à Pommiers. Ces méthodes –ou cette absence de méthode– expliquent que l’on n’ait pu alors mettre en évidence les phases chronologiques successives présentes à Alésia et à Bibracte.

1.1.2 Le repli de l’entre‑deux‑guerres

10Après la Première Guerre mondiale, la recherche sur les oppida (et la Protohistoire en général) marque le pas après la disparition de Joseph Déchelette (1914) et l’arrêt progressif des enquêtes de la Société préhistorique française sur les enceintes de terre (1925). Les pouvoirs publics et le monde universitaire se désintéressent de l’archéologie métropolitaine. Seules quelques initiatives isolées perpétuent cette tradition de recherche, souvent limitée à de simples observations, comme celle de F. Delage sur les remparts de Villejoubert (Corrèze) et de Cornouin (Vienne). Dans le Lot, A. Viré prend la suite de A. Castagné à Murcens, Luzech et au Puy d’Issolu. Les fouilles d’Alésia reprennent sous la direction de J. Toutain et H. Pernet d’une part, de E. Espérandieu d’autre part, mais le résultat demeure en grande partie inédit. Le Comité Pro Gergovia, fondé en 1932, relance les fouilles sur le site de Gergovie qui s’effectuent de manière sporadique jusqu’à leur interruption en 1937.

11La présence d’archéologues britanniques dans ces fouilles de Gergovie est tout à fait significative du transfert du leadership scientifique qui s’opère vers l’étranger. Alors qu’en France les fouilles et les publications archéologiques deviennent d’une rareté affligeante et qu’aucune suite n’est donnée au travail de J. Déchelette, en Allemagne, grâce à un financement public important, des sites majeurs sont partiellement explorés : W. Dehn fouille les remparts d’Otzenhausen (1937) et de Preist (1939), O. Wagner ceux de Manching (1939). G. Bersu fouille le Goldberg en 1930 avec une nouvelle technique, le décapage de grandes surfaces. P. Reinecke fonde dans une série d’articles une chronologie de l’âge du Fer établie sur les nécropoles d’Allemagne du Sud. En Grande‑Bretagne, entre 1930 et 1940, plus d’une cinquantaine de sites fortifiés sont fouillés et rapidement publiés. Et c’est à un archéologue britannique, Sir Mortimer Wheeler, que l’on doit le seul travail d’envergure effectué en France –un programme d’exploration des sites fortifiés du Nord, effectué juste avant la Seconde Guerre mondiale (mais qui ne sera publié qu’en 1957).

1.1.3 Les années 1950‑1960 : les travaux de terrain

12Seules quelques rares fouilles d’habitat du deuxième âge du Fer sont entreprises avant la fin des années 60. Effectués dans le contexte particulier de la Seconde Guerre mondiale, entre 1941 et 1946, les travaux de Jean‑Jacques Hatt et de l’université de Strasbourg sur les sites de Gergovie et d’Aulnat (Puy‑de‑Dôme) –premier village ouvert de La Tène finale reconnu en France– n’ont pas de suite après la guerre. Ici et là, des chercheurs isolés entreprennent quelques fouilles comme Jacques Gourvest à Châteaumeillant (Cher), Auguste et Jean Murat à Monceaux‑sur‑Dordogne (Corrèze), ou Robert Périchon à Saint‑Maurice‑sur‑Loire (Loire). Dans le courant des années 60, ce dernier reprend les fouilles d’Aulnat, tandis que le père Bessou explore le sous‑sol de l’institut Saint‑Joseph à Roanne (Loire).

  • 7 À ce sujet, voir les remarques de O. Buchsenschutz 1984 : 227.

13La grande enquête de M. Wheeler sur les sites fortifiés du nord de la France, parue en 1957, est le seul travail scientifique qui, dépassant le cadre anecdotique de la fouille, propose un modèle élaboré grâce à une stratégie de sondages systématiques. Il met au jour les muri gallici de Huelgoat (Finistère) et du Petit‑Celland (Manche), et définit le rempart de type Fécamp, grand talus de terre précédé d’un fossé plat, qu’il considère comme caractéristique du domaine belge (par opposition au murus gallicus, caractéristique du domaine celtique). Si ces conclusions sont aujourd’hui dépassées7, si le recours aux événements de la guerre des Gaules pour dater l’occupation du Petit‑Celland, par exemple, paraît hérité des modes de pensée de xixe s., il n’en reste pas moins que ces données constituent encore la seule source d’information pour de nombreux sites fortifiés du nord de la France. Les fouilles de G. Lobjois à Saint‑Thomas (Aisne) sont les seules à s’ajouter à la liste des oppida fouillés dans cette partie de l’hexagone.

  • 8 Notamment les travaux de J.‑J. Hatt et de P.‑M. Duval.
  • 9 C’est également la revue Ogam qui publie une grande partie des résultats des fouilles d’oppida de c (...)

14La rareté des travaux de terrain contraste avec le regain d’intérêt pour les études celtiques : l’art et la religion des Celtes font l’objet d’une littérature abondante8, mais les études plus proprement archéologiques ne sont guère prisées des universitaires français. Comme dans la période précédente, c’est à l’étranger que se fait l’essentiel du travail de recherche. Cependant, des contacts sont noués avec les archéologues allemands, suisses et britanniques, grâce notamment aux colloques Celticum organisés par la revue Ogam‑Tradition Celtique9, au cours desquels sont abordés les différents problèmes liés à la nature et à la chronologie des sites fortifiés de La Tène finale.

1.1.4 Les années 1950‑1960 : l’étude des « mobiliers datants »

15Dans les années 1950‑1960, une série de gisements terrestres et maritimes, qui paraissent posséder un potentiel exceptionnel en matière de chronologie relative et absolue, sont explorés sur le pourtour méditerranéen. Des sites mis en relation avec les événements de la conquête de la Gaule Transalpine sont identifiés et fouillés : Ensérune (Jannoray 1955 ; Gallet de Santerre 1968), Saint‑Blaise (Rolland 1951), et surtout Entremont, dont Fernand Benoit met la destruction en rapport avec les campagnes de C. Sextius Calvinus en 123 av. J.‑C. (Benoit 1968).

16L’archéologie sous‑marine livre ses premiers résultats avec les travaux de Nino Lamboglia sur les épaves d’Albenga et de Spargi (1952‑1959). Il enrichit la typologie ancienne des amphores établie par H. Dressel, et précise la chronologie de certaines d’entre elles (Lamboglia 1955). Il publie également la première classification de la céramique campanienne (Lamboglia 1952).

  • 10 Par exemple Benoit 1957 : le type Dressel 1 existe déjà dans le dernier quart du iie s. av. J.‑C., (...)

17En France, F. Benoit publie la fouille de l’épave du Grand‑Congloué, et à la suite de N. Lamboglia, propose des aménagements typologiques et chronologiques pour les amphores italiques (Benoît 1957 ; 1961) et souligne l’intérêt des marques comme indicateur chronologique et commercial. Il fonde sa chronologie d’une part sur des arguments historiques (présence ou absence à Entremont), et d’autre part sur l’occurrence d’autres types de mobilier, principalement la céramique campanienne10.

18L’impact de ces découvertes se mesure presque immédiatement, car on a vite compris l’intérêt de ces nouvelles données pour la chronologie. À Châteaumeillant, J. Gourvest s’appuie sur la présence d’amphores gréco‑italiques et Dressel 1A pour dater de la fin du iie s. ou du début du ier s. av. J.‑C. les débuts de l’occupation de l’oppidum (Gourvest, Hugoniot 1957). G. Vuillemot entreprend de publier la céramique campanienne du Mont‑Beuvray (1968). Désormais toutes les datations proposées tiendront compte des possibilités offertes par ces catégories du mobilier.

19Ces deux décennies sont aussi celles du renouveau des études de numismatique gauloise sous l’impulsion de Maurice Dayet et surtout du docteur Jean‑Baptiste Colbert de Beaulieu. Sa théorie de l’évolution du monnayage gaulois, qu’il construit dans une série d’articles à partir de 1955, et qu’il exposera dans son Traité de numismatique celtique publié en 1973, ordonne un domaine de la recherche considéré jusque-là comme mineur car irrationnel, comme toutes les créations des « Barbares ». Il propose une chronologie fondée d’une part sur des arguments purement numismatiques (l’aloi et le métal se modifient en fonction de la situation économique), et d’autre part sur des arguments historiques (des faits politiques et militaires, que l’on peut dater grâce aux textes antiques, modifient la situation économique et par conséquent la monnaie). Fait significatif, ses premières publications concernent la guerre des Gaules : Numismatique celtique d’Alésia (1955b) ; Les monnaies de Vercingétorix (1963) ; Les monnaies gauloises aux noms de chefs mentionnés dans les Commentaires de César (1962). Le projet est clair : il s’agit de raccrocher la chronologie relative du monnayage gaulois à la chronologie absolue en utilisant, comme points de repère, les événements marquants de la Conquête. Ainsi, leur présence ou leur absence dans les fossés d’Alésia donne‑t‑elle aux types monétaires un terminus ante ou post quem en 52 av. J.‑C. De même, l’enfouissement des trésors est volontiers mis en relation avec des événements militaires.

20Enfin, les fibules, elles aussi, sont l’objet de nombreuses études ; la typologie et la chronologie en sont précisées dans des catalogues de musées (Lerat, Blind 1956 ; Lerat 1957). Le type de Nauheim bénéficie d’une attention particulière avec la découverte d’un exemplaire dans une fosse antérieure au murus gallicus de Châteaumeillant (Hugoniot, Gourvest 1961) et de plusieurs exemplaires dans et sous le rempart intérieur de l’oppidum de Berne, en Suisse (Müller‑Beck, Ettlinger 1962). Si J. Gourvest utilise, pour dater le rempart, la ressemblance entre la céramique de la fosse et celle des niveaux les plus anciens de Châteaumeillant, H. Müller‑Beck et E. Ettlinger partent d’un postulat historique qui met en relation la construction de l’enceinte interne avec le retour des Helvètes en 58 av. J.‑C. Des arguments historiques semblables avaient déjà permis à E. Major de dater de 58 av. J.‑C. la fin de l’occupation du site de l’Usine à gaz de Bâle, où la fibule de Nauheim est très abondante (Major 1940). Tous ces éléments font peu à peu accepter l’idée que ce type de fibule ait pu apparaître à une date plus ancienne que celle proposée par J. Werner (1955 : seconde moitié du ier s. av. J.‑C.).

  • 11 J.‑J, Hatt (1945) avait remarqué que la céramique de La Tène 3, qui était définie d’après les trouv (...)
  • 12 À Châteaumeillant, J. Gourvest et H. Hugoniot ont mis en évidence plusieurs phases d’occupation (Hu (...)
  • 13 Par exemple Murat 1967 : 96 ; Lobjois 1966 : 20.

21À la fin des années 60, la datation d’un certain nombre de fossiles directeurs paraît donc assez bien établie (ou en voie de l’être), non seulement en chronologie relative, mais aussi en chronologie absolue. Depuis les travaux de J.‑J. Hatt à Gergovie et à Aulnat, on sait par ailleurs distinguer le mobilier de l’époque gallo‑romaine précoce –l’expression est de J.‑J. Hatt– du mobilier antérieur11. On n’a cependant pas le sentiment que tous ces acquis nouveaux modifient beaucoup la chronologie traditionnelle : à part de rares exceptions12, les publications de l’époque s’en tiennent à la classique formule, aussi imprécise que commode, de « La Tène 3 », pour dater l’occupation des oppida13. Ce n’est que dans la décennie suivante, avec la multiplication des découvertes de sites comparables à Aulnat, que s’imposera peu à peu la nécessité de redéfinir cette notion.

1.1.5 Les sites ouverts et la chronologie de La Tène finale : de nouvelles perspectives de recherches

22À partir des années 70, l’intérêt des chercheurs s’oriente non plus seulement vers les sites fortifiés, mais également vers les villages ouverts, dont une dizaine sont plus ou moins explorés à ce jour en France. La plupart de ces gisements partagent des caractéristiques communes : absence ou rareté des stratigraphies verticales, conservation des vestiges limitée aux structures en creux, abondant mobilier généralement d’origine détritique. Ces contraintes conduisent à mettre au point de nouvelles approches scientifiques fondées sur l’utilisation des données quantitatives (par exemple, Buchsenschutz 1981). L’adoption de plus en plus généralisée de la fouille par grand décapage (pratiquée en Europe centrale et en Allemagne depuis plusieurs décennies), qui permet de fouiller rapidement de grandes surfaces, rendait d’autant plus nécessaire ce recours à la statistique.

23Les découvertes de plus en plus fréquentes de ces sites jusqu’alors mal connus des archéologues français provoquent presque immédiatement un débat centré sur les rapports entre les villages ouverts et les oppida, qui devient rapidement chronologique. Les uns et les autres appartiennent en effet à la période de La Tène 3, au sens de J. Déchelette, ils présentent des caractéristiques comparables –présence d’importations, trace d’un important artisanat métallurgique et/ou céramique, parfois même structures d’habitat identiques– mais sont‑ils contemporains ?

24Les travaux des chercheurs allemands et suisses, à Manching, Breisach‑Hochstetten et à Bâle, puis de O. Buchsenschutz à Levroux, où les deux types de sites existent à proximité immédiate l’un de l’autre, répondent négativement à cette question : l’apparition des habitats ouverts précède celle des oppida. D’autre part, les archéologues d’outre‑Rhin, se fondant sur le système chronologique de H. Reinecke (établi d’après les associations d’objets métalliques observées dans des nécropoles allemandes et suisses), placent le développement de ces villages dans une séquence chronologique antérieure à la guerre des Gaules. Cette conclusion les oppose vigoureusement aux numismates : pour ces derniers, le faciès monétaire des villages ouverts ne peut en aucune façon indiquer une datation antérieure à la conquête, principalement en raison de la présence de monnaies gauloises de faible valeur, les potins ; leur création est en effet inconcevable dans un système économique non monétarisé tel que l’était, selon eux, celui de la Gaule avant la guerre. Les colloques de Bouges‑Le‑Château en 1978 et de Clermont‑Ferrand en 1980 se font l’écho de ces débats.

25L’enjeu est d’importance, car il ne s’agit pas seulement d’un problème purement chronologique. La question qui se pose en filigrane est celle de l’origine et du développement du phénomène des oppida. Ceux‑ci présentent des aménagements particuliers –trame spatiale plus ou moins régulière, réalisations collectives telles que rempart ou temple– et de nombreuses traces d’activités artisanales et commerciales, dont beaucoup de chercheurs pensent qu’ils traduisent un processus d’urbanisation, lui‑même lié à la formation ou à la maturation des cités gauloises (Collis 1984 ; Guillaumet 1984a : 277‑278 ; Duval 1984 : 279‑281 ; Audouze, Buchsenschutz 1989 : 317‑318). Or, les villages ouverts possèdent bien des caractéristiques identiques à celles des oppida ; si, d’après les évidences archéologiques, les premiers précèdent les seconds, on a là une des clés qui permettent de saisir ce processus d’urbanisation, et donc de comprendre comment se met en place l’organisation socio‑économique et politique des cités.

  • 14 Entre autres : Morel 1965 ; Py 1976 ; colloques de Rome sur les amphores (1974) et de Montpellier s (...)

26Au même moment, et pour des raisons indépendantes du conflit numismates‑archéologues, un vent de suspicion souffle sur les chronologies des importations établies dans les décennies précédentes. Les travaux sur la céramique campanienne de Jean‑Paul Morel (et de Michel Py pour le Midi de la Gaule), ceux d’André Tchernia, Antoinette Hesnard et Fanette Laubenheimer sur les amphores, soulignent la complexité des problèmes typo‑chronologiques et mettent l’accent sur la nécessité de définir les lieux de production14. Ces études conduisent à réexaminer les datations d’un certain nombre de gisements terrestres ou maritimes sur lesquels se « calent » les chronologies méditerranéennes (mais aussi continentales, par le biais des importations). La décennie suivante voit la publication de plusieurs mises au point sur ce sujet, au premier rang desquelles figurent les actes du colloque de Valbonne (1986, publié en 1990) sur la chronologie des deux derniers siècles avant notre ère en Gaule interne et en Gaule méditerranéenne.

  • 15 Le murus gallicus de Metz (Faye et al. 1990), les structures d’habitat en bois de l’oppidum de Besa (...)
  • 16 Feurs (Vaginay, Guichard 1988), Acy‑Romance (Lambot, Méniel 1992), Le Titelberg (Metzler 1995), en (...)
  • 17 C’est un point positif des grands travaux (tracés autoroutiers et voies ferrées) que d’avoir mis su (...)

27Les travaux sur l’habitat de la fin de l’âge du Fer se sont multipliés en France depuis une dizaine d’années : datations dendrochronologiques15, monographies de site intégrées dans un cadre régional ou micro‑régional16, nouvelles fouilles à Bibracte, sans compter celles, de plus en plus nombreuses, d’établissements ruraux17. La matière devient abondante, et ouvre de nouvelles perspectives tant sur le plan de l’organisation spatiale intra‑site et extra‑sites que sur celui de la chronologie. Amorcée dans les années 70, l’acquisition de nombreuses données indépendantes des anciennes fouilles d’oppida (en France comme dans les pays limitrophes d’ailleurs) conduit inexorablement à une révision des éléments qui fondent la chronologie des habitats de la fin de l’âge du Fer. Comment, et dans quelle mesure, ce travail peut‑il être entrepris aujourd’hui sera l’une des questions abordées dans les pages qui suivent. Mais auparavant, il convient de définir le champ d’investigation en précisant ce que l’on entend par le terme oppidum.

1.2 L’oppidum

28Le premier modèle de l’oppidum celtique –agglomération de la fin de l’âge du Fer, pourvue de quartiers d’habitation et de travail, de structures commerciales et religieuses– s’est fondé sur les fouilles de Bibracte. Par extension, le terme d’oppidum s’est appliqué ensuite à tout site fortifié de l’âge du Fer possédant un habitat permanent et organisé, et pratiquant des contacts commerciaux à longue distance ; c’est ainsi qu’on trouve rassemblés sous un même nom générique Bibracte, le petit site fortifié languedocien de Nages (Gard), ou la « citadelle » du Mont‑Lassois près de Vix (Côte‑d’Or). Mais qu’ont‑ils véritablement en commun ? Ils ne s’apparentent ni par leur morphologie (surface, enceinte, architecture), ni par leur culture matérielle, ni par leur chronologie : Bibracte caractérise la fin du second âge du Fer, le Mont‑Lassois la fin du premier âge du Fer, et à Nages, comme dans la plupart des autres gisements protohistoriques méridionaux, les contacts avec les civilisations du pourtour méditerranéen jouent un rôle crucial dans la constitution des faciès culturels, sans commune mesure en tout cas avec celui qu’ils peuvent jouer en Gaule interne. Précisons donc tout de suite de quoi nous parlons. On entendra ici par oppidum une forme d’habitat caractéristique de l’Europe celtique à la fin de l’âge du Fer, sans préjuger de ses attributs ni de sa nature, qui doivent faire maintenant l’objet d’un examen plus approfondi.

1.2.1 L’oppidum gaulois dans les Commentaires

29Les Commentaires sur la guerre des Gaules, dans lesquels Jules César relate ses campagnes militaires entre 58 et 52 av. J.‑C., constituent la source écrite la plus importante pour l’histoire de la Gaule indépendante au ier s. av. J.‑C. Malheureusement, les données qu’ils nous livrent sur les oppida sont souvent imprécises et difficiles à décrypter.

  • 18 L’apparition fréquente du triplet oppidum, vicus, aedificium (mentionné pour la première fois au li (...)

30Bien qu’il cite expressément une vingtaine d’oppida gaulois (tabl. i), César n’en décrit précisément aucun. Dans un seul cas, il juge nécessaire de préciser ce que les habitants eux‑mêmes –en l’occurrence les Bretons– entendent par ce terme : ce sont de simples lieux de refuge fortifiés (BG V, 21), ce qui laisse supposer qu’en règle générale, les oppida sont au contraire des habitats permanents. Au fil des Commentaires, le lecteur glane cependant quelques informations. Les oppida sont fortifiés par un rempart à l’architecture élaborée (VII, 23). L’espace y est organisé en rues, places de marché, maisons (VII, 28 : Avaricum : VII, 11). Ce sont des lieux de commerce et de ravitaillement : les marchands romains s’y installent, les légions romaines y trouvent du blé et des vivres, parfois même y prennent leurs quartiers d’hiver (Genabum : VII, 3 ; Avaricum : VII, 32 ; Bibracte et Cabillonum : VII, 90 etc.). Certains oppida se démarquent des autres par leur taille et leur puissance, abritent une importante population, et jouent un rôle politique de premier plan : Bibracte (I, 23 ; VII, 55, 63), Avaricum (VII, 13, 15). Ces indications, relativement nombreuses, laissent cependant subsister d’importantes zones d’ombre. Si les oppida tiennent sans nul doute une place importante dans la hiérarchie territoriale des cités gauloises, cette hiérarchie suggérée par le texte césarien reste très imprécise18. L’usage du mot latin urbs, avec ou à la place du mot oppidum (Gergovia : VII, 36 ; Alésia : VII, 68), pourrait signifier que quelques‑uns se distinguent par des caractères « urbains », mais ni les formes, ni les modalités de cette urbanisation supposée ne sont exposées.

31Les Commentaires donnent donc des oppida gaulois une image à la fois très générale et très partielle. Le terme oppidum est utilisé indifféremment pour désigner des sites importants à l’échelle de la cité ou de la Gaule (comme Bibracte), ou bien des sites plus modestes, voire même des abris temporaires ; cette diversité ne fait que refléter, très certainement, celle des situations politiques en Gaule un peu avant le milieu du ier s. av. J.‑C. Les données nous manquent en tout cas pour dresser un tableau bien documenté dans l’ensemble de la Gaule : les seuls éléments relativement précis sont des détails d’ordre militaire (comme la position topographique, la nature des défenses, la technique de construction des remparts) ; les autres informations sont données en fonction des nécessités du récit, et il est souvent difficile de déterminer dans quelle mesure elles sont généralisables à d’autres régions.

1.2.2 L’oppidum d’après les données archéologiques

32La découverte en Allemagne, en Europe centrale, et dans le sud de la Grande‑Bretagne de grands sites fortifiés comparables par la taille, les fortifications, la topographie et le mobilier recueilli aux sites explorés en France au xixe s., démontra que l’oppidum était un phénomène intéressant le monde celtique dans son ensemble. L’avancement outre‑Rhin des inventaires comme des fouilles de sites (à Manching, en Bavière ; à Závist, en Bohême) valut à W. Dehn d’être le premier à proposer une définition archéologique de l’oppidum ; celle‑ci s’appuyait essentiellement sur des caractères topographiques et morphologiques : taille importante (plusieurs centaines d’hectares), enceinte au tracé continu, interrompue par des portes en tenaille (Dehn 1963 ; 1964 ; 1971). Par la suite, on y ajouta l’organisation de l’espace intérieur, ainsi que des critères fonctionnels : production artisanale variée et en série, commerce à longue distance, fonction religieuse (Collis 1984 ; Duval 1984 ; Guillaumet 1984a ; Buchsenschutz 1990 ; Audouze, Buchsenschutz, 1989).

33Cette panoplie de paramètres physiques et fonctionnels est en réalité peu utilisée par les chercheurs : deux ou trois critères seulement sont généralement retenus, en fonction des possibilités offertes par le site. L’insuffisance des données connues, qui résulte de fouilles trop petites sur ces vastes habitats, y est pour beaucoup. Ce n’est pas la seule explication : les grands sites comparables à ceux de l’Allemagne et de l’Europe centrale, à partir desquels ces critères ont été créés, sont en fait peu nombreux en dehors de ces zones.

  • 19 Guillaumet 1984a : 278 ; Waldhauser 1984 : 266 ; Duval 1984 : 280. Même cette dernière limite n’eng (...)

34Plus problématique encore est l’absence de véritable consensus sur les termes précis des critères retenus. Un exemple : la surface de l’oppidum est considérée comme un critère déterminant ; mais la taille minimum varie considérablement suivant les chercheurs –20 à 25 ha pour J. Collis par exemple (1984 : 8), tandis que lors du colloque de Mons consacré aux fortifications du deuxième âge du Fer, trois opinions différentes ont été données : 50 ha pour J.‑P. Guillaumet, 15 à 20 ha pour J. Waldhauser, 10 ha pour A. Duval19 ! L’embarras des chercheurs se comprend lorsqu’on considère l’extraordinaire amplitude des surfaces : 200 ha pour Bibracte, dans sa plus grande extension connue, 380 pour Manching, environ 1 500 pour le Heidengraben (Allemagne)– mais seulement 5 ha pour Bâle (Suisse), 20 pour Levroux (France, Indre). En France, la moitié des sites fortifiés datés de La Tène finale n’atteignent même pas 20 ha (Buchsenschutz 1984).

35Du point de vue des critères physiques, on n’a donc pas affaire à une catégorie homogène de sites. Par ailleurs, les traces archéologiques qui attestent la vocation non exclusivement agricole du site (fabrication de monnaie, artisanats variés, notamment métallurgique, présence d’importations méditerranéennes), et même l’organisation plus ou moins structurée de l’espace, ne sont pas spécifiques des oppida puisqu’on les rencontre aussi dans les villages ouverts (Guilhot et al. 1992). Ce qui distingue ces catégories d’habitat, c’est d’abord la présence d’une fortification : aurait‑on hésité un seul instant à considérer Roanne ou le village des Arènes à Levroux comme des oppida s’ils avaient été dotés d’un rempart ? Probablement pas. Les critères physiques et fonctionnels traditionnellement avancés ne rendent donc pas compte d’une manière exclusive et satisfaisante de l’ensemble des oppida, probablement à cause de la diversité des situations locales (par exemple, Waldhauser 1984 : 266) ou de l’existence de décalages chronologiques (Duval 1984 : 280), ou pour d’autres raisons encore qui nous échappent. Quoi qu’il en soit, le champ de l’étude ne peut pas être défini par ces considérations typologiques : il concerne, de fait, l’ensemble des sites d’habitat attribués à La Tène finale.

Notes

1 Sur les débuts de l’archéologie française en général : Schnapp 1993, chapitre IV sq. (en particulier les travaux du Comte de Caylus).

2 BG VII, 23. Un murus gallicus avait déjà été mis au jour en 1859 à Vertault (Côte‑d’Or), mais son inventeur (A. de Caumont) ne l’avait pas identifié.

3 L’Homme préhistorique, 4, p. 193‑206.

4 Par exemple pour Pommiers : Vauvillé 1888 ; 1906.

5 Voir les démonstrations de J.‑P. Guillaumet pour Bibracte : Guillaumet 1981 : 158 ; 1984b : 68‑69.

6 Y compris à Bibracte, où C. Goudineau a bien montré que J.‑G. Builiot et J. Déchelette, tout en étant conscients qu’il existait des habitats superposés, n’ont pas exploité cette observation parce qu’ils n’en ont pas vu l’intérêt, et surtout parce que les principes de la stratigraphie ne faisaient pas encore partie du champ méthodologique du protohistorien (Goudineau, Peyre 1993 : 32).

7 À ce sujet, voir les remarques de O. Buchsenschutz 1984 : 227.

8 Notamment les travaux de J.‑J. Hatt et de P.‑M. Duval.

9 C’est également la revue Ogam qui publie une grande partie des résultats des fouilles d’oppida de cette époque.

10 Par exemple Benoit 1957 : le type Dressel 1 existe déjà dans le dernier quart du iie s. av. J.‑C., car on le rencontre à Entremont ; les amphores gréco‑italiques du Grand‑Congloué sont datées de 180 à 150 av. J.‑C. par les timbres rhodiens et certaines formes de céramiques campaniennes, et par le fait qu’elles n’apparaissent pas à Entremont.

11 J.‑J, Hatt (1945) avait remarqué que la céramique de La Tène 3, qui était définie d’après les trouvailles de Bibracte abandonnée en 5 av. J.‑C., comprenait donc à la fois de la céramique d’avant la conquête et de la céramique d’après la conquête (appelée gallo‑romaine précoce) ; pour distinguer les deux, il fallait par conséquent étudier deux autres sites appartenant à chacune des deux périodes, conditions remplies par Aulnat et Gergovie, qu’il met en parallèle dans cet article.

12 À Châteaumeillant, J. Gourvest et H. Hugoniot ont mis en évidence plusieurs phases d’occupation (Hugoniot, Gourvest 1961 ; Hugoniot 1963) : la plus ancienne définie par les amphores Dressel 1A, la phase moyenne par la comparaison de la céramique avec celle d’Aulnat et de Bâle, la phase récente par un niveau postérieur au précédent qu’ils caractérisent comme gallo‑romain précoce (d’autres niveaux gallo‑romains ne sont par décrits ici). On a là une sorte de résumé des possibilités chronologiques offertes par les nouvelles données acquises au cours de cette période.

13 Par exemple Murat 1967 : 96 ; Lobjois 1966 : 20.

14 Entre autres : Morel 1965 ; Py 1976 ; colloques de Rome sur les amphores (1974) et de Montpellier sur la céramique campanienne (1974).

15 Le murus gallicus de Metz (Faye et al. 1990), les structures d’habitat en bois de l’oppidum de Besançon (Guilhot, Goy 1992), en attendant la publication des datations dеndrосhrоnоlоgiquеs de Bibracte.

16 Feurs (Vaginay, Guichard 1988), Acy‑Romance (Lambot, Méniel 1992), Le Titelberg (Metzler 1995), en attendant les travaux de synthèse encore inédits sur l’Auvergne et le Forez (V. Guichard), ainsi que sur la vallée de l’Aisne (P. Pion).

17 C’est un point positif des grands travaux (tracés autoroutiers et voies ferrées) que d’avoir mis sur le devant de la scène ces habitats en général peu étudiés dans les fouilles programmées. Pour un premier bilan, voir le colloque de Paris sur les installations agricoles de l’âge du Fer en Île‑de‑France (Buchsenschutz, Méniel 1993), qui accueille aussi des contributions sur la périphérie du Bassin parisien.

18 L’apparition fréquente du triplet oppidum, vicus, aedificium (mentionné pour la première fois au livre V, chap. 2) pourrait impliquer qu’il existe une hiérarchie de l’habitat organisée autour de villes (oppidum), villages (vicus), fermes (aedificium). L’étude de O. Buchsenschutz et I. Ralston a montré en réalité que la co‑occurrence de ces mots avec d’autres, toujours les mêmes : incendera, agros, pabulum, relève d’une formule toute faite, et qu’on ne pouvait donc pas se fonder sur cette expression pour décrire les modes d’organisation du territoire en Gaule (Buchsenschutz, Ralston 1985).

19 Guillaumet 1984a : 278 ; Waldhauser 1984 : 266 ; Duval 1984 : 280. Même cette dernière limite n’englobe pas tout puisque l’oppidum de Bâle ne semble pas dépasser 5 ha.

Table des illustrations

Légende TABL. I ‒ Localités citées par César et leurs occurrences dans les Commentaires, d’après J. Collis (1984, tabl. 1).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44653/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 182k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search