Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Introduction

Einteilung

Introduction

p. 8-9

Résumés

Français
English
Deutsch

Cette étude a pour point de départ une contradiction entre la datation des oppida (sites fortifiés de la fin de l’âge du Fer dans lesquels s’exercent des fonctions urbaines) gaulois et celle, plus précoce, des oppida d’Europe centrale et orientale. Elle vise à établir un cadre chronologique sûr pour les habitats de la fin de l’âge du Fer en examinant la documentation ancienne et récente d’un choix de sites, et grâce à cet outil de travail, à mieux définir et comprendre les phénomènes de préurbanisation qui affectent alors le monde celtique. Elle comprend donc non seulement des habitats fortifiés, mais aussi des habitats ouverts qui sont partie intégrante de ce processus.

The discrepancy in date between late Iron Age fortified sites with urban functions (oppida) in Gaul, and their earlier counterparts in central and eastern Europe, is the starting point of this study. Its principal aim is to establish a firm chronological framework for late Iron Age settlements by examining the available documentation, both older and more recent, for a selected group of sites, and, by so doing, to clarify and help understand the phenomenon of proto-urbanisation as it affected the Celtic world. The study encompasses not only fortified sites but also open settlements which are integral to this process.

Die vorliegende Studie nimmt die Wiedersprüche in der Datierung der gallischen Oppida (d.h. befestigter Plätze der späten Eisenzeit in denen urbane Funktionen ausgeübt werden) und der früheren Oppida Zentral- und Osteuropas als Ausgangspunkt. Sie hat zum Ziel, einen gesicherten chronologischen Rahmen für die Siedlungen der späten Eisenzeit aufzustellen, indem die alte und neue Dokumentation einer Auswahl von Orten neu untersucht wird. Mit Hilfe dieses Materials wird versucht, die Phänomene der Prä-Urbanisation des keltischen Raums besser zu verstehen und zu definieren. Die Studie umfasst nicht nur befestigte Siedlungsplätze, sondern auch offene Siedlungen die eng in diesen Prozess eingebunden sind.


Texte intégral

1Cet ouvrage est issu d’une thèse de doctorat soutenue en 1992 à l’université de Paris I, dont le sujet m’avait été suggéré par O. Buchsenschutz et A. Duval. Je souhaitais alors que mon champ d’investigation concerne la fin de l’âge du Fer ; or, cette période se trouvait opportunément mise au premier plan de l’actualité par des découvertes récentes qui impliquaient les oppida, et plus généralement les sites d’habitat de la fin de l’âge du Fer, dans un débat de nature chronologique. Le problème de la datation de ces habitats avait en réalité des racines fort anciennes, qui sont à chercher dans les débuts même de l’archéologie gauloise. Ce n’est pas le lieu ici de faire l’historique de ces travaux, développé ci-après (chap. 1) ; mais pour bien mettre en lumière les implications de cette discussion chronologique, il me faut évoquer brièvement les grandes étapes de cette recherche.

2Dans la deuxième moitié du xixe s., et à la suite des travaux ordonnés par Napoléon III à Alésia, la volonté de retrouver les gisements mentionnés par César avait généré une intense activité de terrain, qui devait trouver son couronnement avec la publication des fouilles de l’oppidum de Bibracte (le Mont-Beuvray). Grâce aux travaux exemplaires de Jacques-Gabriel Bulliot et de son neveu Joseph Déchelette, Bibracte devenait ainsi le site de référence pour la période de La Tène 3, que Déchelette plaçait au dernier siècle avant notre ère. La diffusion européenne des oppida (pressentie par J. Déchelette) fut confirmée dans les premières décennies du xxe s. par les travaux des chercheurs étrangers, notamment allemands. Les vestiges observés dans les fouilles effectuées outre-Rhin dans les années 50 –fortification imposante enclosant une vaste surface, nombreuses structures liées à l’habitat (trous de poteau, fosses, puits...), indices d’organisation de l’espace (rues, enclos...), intenses activités artisanales et commerciales– conduisaient bientôt les archéologues à voir dans ce phénomène la manifestation spectaculaire d’une « pré » ou « proto » urbanisation de l’Europe. Parallèlement aux explorations menées sur ces habitats, des fouilles de nécropoles permettaient de réexaminer les éléments fondant la chronologie de la fin de La Tène. C’est ainsi que l’apparition des oppida fut placée à La Tène C2, dans le système chronologique développé par les archéologues allemands, soit au iie s. av. J.-C.

3Ces travaux provoquèrent une certaine perplexité chez les archéologues français : les sites que César rencontre sur son chemin dès le début de son séjour en Gaule (donc en 58 av. J.-C.) sont localisés principalement sur le territoire actuel de la France, certains d’entre eux ont été identifiés avec une bonne certitude et fouillés. Malgré cela, non seulement l’occupation des oppida gaulois ne semblait pas pouvoir être mise en évidence antérieurement au milieu du ier s. av. J.-C. (une grande partie du mobilier est même bien souvent datable du règne d’Auguste ou de ses successeurs), mais c’est dans le reste de l’Europe celtique que l’archéologie mettait en évidence l’existence des oppida avant le milieu du ier s. av. J.-C. La question se compliquait encore à partir des années 60, quand il devenait évident qu’une autre catégorie d’habitats –non fortifiés, assez importants– occupait elle aussi la même grande niche chronologique que les oppida (fin de la période de La Tène), tout en livrant du mobilier typologiquement distinct. Avait-on alors affaire à deux groupes de sites contemporains, dont l’existence s’expliquerait par une diversification socio-économique ou fonctionnelle ? Et si les deux groupes n’étaient pas contemporains, lequel avait précédé l’autre, et à quoi correspondait cette modification des modes d’habitat ?

4On le voit, au-delà du questionnement purement chronologique posé par l’existence de ces villages ouverts tout comme par les datations contradictoires des oppida français et étrangers, se profilent des problèmes de fond qui touchent à l’organisation et à l’évolution des structures économiques, sociales et politiques des populations celtiques à la fin de l’âge du Fer. S’interroger sur la chronologie de ces habitats, c’est aussi chercher pourquoi et comment naît, dans toute l’Europe tempérée, un processus qui engage une société essentiellement rurale et villageoise sur la voie de l’urbanisation. Aborder l’étude des oppida gaulois par le biais de la chronologie apparaissait alors comme une évidence, tout comme il était manifeste que cette étude ne pouvait s’arrêter aux seuls oppida ; il s’agissait donc, en confrontant données anciennes et nouvelles, de construire un cadre chronologique où l’histoire des sites d’habitat de Gaule puisse s’inscrire, et apporter ainsi sa contribution à la connaissance des mutations qui affectent la fin de l’âge du Fer dans le monde celtique.

5Une étude chronologique portant sur l’ensemble de la Gaule, même réduite au territoire actuel de la France, moins sa frange méditerranéenne, soulevait toutefois une question de principe liée à l’existence de particularismes régionaux. Pouvait-on s’appuyer sur des données issues de domaines dont la diversité culturelle est réelle –l’Ouest armoricain, la Gaule Belgique, l’Aquitaine, le centre de la Gaule, le centre-est (c’est-à-dire la zone du denier)–, et dont l’évolution ne se déroule pas nécessairement au même rythme, sans que toute généralisation ne tombe dans la simplification extrême, voire la caricature ? Plusieurs séries de raisons m’incitaient à le croire. Tout d’abord, l’espace considéré possède une identité culturelle, celle de la Gaule au sein du monde celtique : elle se manifeste, par exemple, par la fréquence des remparts construits selon la technique du murus gallicus ; ou bien encore par l’approvisionnement, globalement bien supérieur au reste du monde celtique, en marchandises d’importation d’origine méditerranéenne (et en premier lieu les amphores). Ensuite, des catégories de mobilier qui intéressent directement la chronologie sont plus standardisées et plus largement diffusées à la fin de l’âge du Fer que dans les périodes qui précèdent : des types de parures et d’importations identiques, et même certaines céramiques se rencontrent sur des sites picards, bourguignons, aquitains. Enfin, la démarche consistant à mettre à la disposition des chercheurs un canevas chronologique qui, en harmonisant des données complexes et dispersées, serait un outil de travail commode et un moyen de dialogue, me paraît au moins aussi légitime que celle qui fonde l’analyse micro-régionale.

6Les conditions de la réalisation d’un tel projet étaient assez favorables. Depuis une vingtaine d’années, une moisson considérable d’informations avait été recueillie en France comme dans les pays voisins. La multiplication des travaux de terrain sur les villages ouverts et sur les oppida (dont les fouilles du site emblématique de Bibracte depuis 1984), la meilleure connaissance des mobiliers qui fondent la chronologie de cette période, et même les apports récents de la dendrochronologie, constituaient autant de points positifs. Ils ne font pas oublier cependant l’inégale qualité de la documentation : fouilles trop exiguës ou sommairement enregistrées, données (en particulier quantitatives) ponctuelles, parfois absentes ou inaccessibles... Autant d’obstacles que l’élimination des sites dont les données sont les plus déficientes –opération indispensable pour se constituer une base de travail fiable– a permis de franchir, sans les supprimer tout à fait. Ces contraintes ont pesé sur le choix des méthodes d’exploitation, qui n’ont rien de novateur ; l’approche quantitative a été privilégiée autant que possible, sous la forme de calculs simples.

7L’opportunité de joindre ou non un catalogue des découvertes par site s’est posée avec acuité au moment de la publication, dont l’objectif est naturellement différent de celui d’un travail universitaire : l’option d’une publication intégrale alourdissait considérablement le manuscrit. La question ne se posait pas bien entendu pour les données inédites, mais pour les autres, auxquelles on pouvait renvoyer par la bibliographie. Le parti qui a été finalement adopté –celui de notices de sites ne détaillant que les données issues d’autres sources documentaires que la bibliographie– n’est sans doute pas le plus satisfaisant, mais c’est assurément celui qui concilie le mieux les exigences scientifiques et les nécessités pratiques de l’édition.

8C’est avec un grand plaisir que j’en viens, maintenant, à sacrifier à l’usage consacré des remerciements. Je voudrais d’abord exprimer combien je suis redevable à Olivier Buchsenschutz, qui fut mon directeur de thèse, de son soutien indéfectible et efficace, non seulement sur le plan scientifique –un certain nombre de mes hypothèses de travail dérivent de ses propres études, de ses remarques, ou des travaux que nous avons menés en commun–, mais aussi sur le plan matériel, lorsqu’il fallait dénicher des contrats pour boucler les fins de mois. Toute ma gratitude va également à Christian Goudineau, dont les critiques judicieuses, à la lecture du manuscrit de thèse et lors de la soutenance, ont beaucoup contribué à l’élaboration définitive de cet ouvrage.

9Il m’est très agréable de souligner ici l’accueil sans réserve que m’ont fait bon nombre de chercheurs, qui ont mis leur documentation, parfois non publiée, à ma disposition. Je tiens tout spécialement à remercier Alain Duval, qui, lorsque ce travail n’en était encore qu’à ses débuts, m’avait non seulement communiqué les documents relatifs à sa fouille d’Avrolles, mais encore indiqué un certain nombre de pistes à explorer, avec documentation et bibliographie à l’appui. Je remercie également très sincèrement Françoise Beck, Jacky Bénard, Jean-Philippe Bouvet, Patrice Brun, Jean Debord, Alain Deyber, Katherine Gruel, le docteur Gruet, Jean-Paul Guillaumet, Jean-Pierre Legendre, René Maugard, Michel Mangin, André Peyrard, C. Perrichet-Thomas, Patrick Pion, Bruno Robert – et bien d’autres qui me pardonneront, je l’espère, de ne pas les avoir tous cités.

10Je dois beaucoup aussi à l’amitié et aux encouragements de Virginie Challet et des membres de l’équipe de Levroux qui occupent toujours une place privilégiée dans mes affections : Sophie Krausz, Claire Soyer, Marie-Pierre Horard, et Marc Levéry, à qui je suis particulièrement reconnaissante d’avoir bien voulu se charger de la relecture du manuscrit, tâche ingrate dont il s’acquitte toujours avec diligence et efficacité. Merci enfin à mes parents, qui m’ont toujours soutenue dans la voie que j’ai choisie et sans qui ce travail n’aurait jamais vu le jour.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.