Version classiqueVersion mobile

Amérindiens de Sinnamary (Guyane)

 | 
Stéphane Vacher
, 
Sylvie Jérémie
, 
Jérôme Briand

Chapitre 6. Une approche synthétique et critique

Chapter 6 A synthetic and critical approach

Capítulo 6 Una aproximación sintética y crítica

Capítulo 6 Uma abordagem sintética e crítica

Résumé

Six ensembles de sites se distinguent malgré la difficile confrontation des résultats de Petit Saut avec les travaux antérieurs, tant les thèmes abordés, les méthodes d’obtention et d’analyses des données sont différents. Seuls les trois premiers ont une valeur typochronologique. Il s’agit de l’ensemble « Arauquinoïde‑Koriabo » se rattachant à des traditions et complexes déjà connus et des ensembles « rouge fin » et « panse incisée » non caractérisés jusqu’alors. Les trois derniers regroupent les sites n’ayant livré aucun élément décoré, les sites n’ayant fourni qu’un ensemble céramique trop restreint et enfin les sites décapés où l’abondance des informations collectées ne permet pas une réelle comparaison avec les autres implantations connues actuellement dans l’aire amazonienne. Ces résultats, s’ils remettent en partie en question la validité de la typochronologie existante, ne permettent cependant pas d’en établir une nouvelle. Il reste à mieux caractériser les phases de paléoincendies et à multiplier les fouilles extensives afin d’obtenir pour chaque « culture » définie, des ensembles de sites significatifs tant au niveau du mobilier que des structures, de la stratigraphie et des choix d’implantation.

Texte intégral

1Au‑delà de l’aspect novateur du programme et de la remise en question de données de fond sur le plateau des Guyanes, la première interrogation à propos des résultats obtenus à Petit Saut concerne la démarche à mettre en œuvre pour les intégrer au paysage archéologique guyanais. En effet, la quantité d’informations collectées sur le terrain par nos soins est au moins aussi importante, si ce n’est plus, que la totalité de celle amassée par nos prédécesseurs dans le département.

2Un tel apport ne se fait pas sans heurt d’autant que ces nouvelles données se marginalisent des précédentes, tant par leur origine géographique ponctuelle (elles mettent l’accent sur un territoire forestier ne représentant que 1/300 de la Guyane), que par la méthodologie de travail retenue pour leur obtention, liée au concept même du sauvetage archéologique sur l’emprise de grands travaux d’aménagement du territoire.

  • 1 Ils dépassent rarement 20 m2.

3De plus, les problématiques d’étude sur lesquelles se base notre démarche ne s’inscrivent pas uniquement dans la lignée retenue traditionnellement sur le plateau des Guyanes et elles nous ont permis d’aborder cette région sous un jour nouveau. Jusqu’alors, la caractérisation des cultures amazoniennes a été articulée à partir de l’étude du mobilier céramique, provenant dans le meilleur des cas de sondages de taille réduite1 et calée chronologiquement à l’aide de trop rares datations 14C, afin d’obtenir un schéma sur la répartition des populations et de leurs mouvements dans le temps et l’espace, à l’échelle des Guyanes voire de l’intégralité du bassin amazonien.

4Les secteurs où nos travaux sont précurseurs, malgré le cortège d’imperfections propre à toutes prémices, ont fourni des résultats incontournables pour l’étude des gisements amérindiens. Ils concernent l’interaction de charbons de bois provenant de paléofeux, sur les datations 14C, les résultats obtenus sur la mise en place des niveaux anthropisés et leur stratification, l’organisation, la distribution et la fonctionnalité des structures découvertes, la répartition géographique et topographique des sites dans le bassin du Sinnamary, enfin, la collecte de corpus céramiques, lors de décapages, à l’échelle de sites et non plus de sondages ponctuels.

5Ces différents axes de recherche, qui se sont progressivement mis en place lors de la phase de terrain puis de la phase d’étude ont évolué étape par étape, ils ouvrent de nouvelles perspectives pour le perfectionnement d’une typochronologie régionale et dynamisent l’archéologie en Guyane.

Réflexion sur la typochronologie

6À partir de notre corpus céramique, six ensembles de sites se distinguent. Seuls les trois premiers ont une valeur typochronologique.

Ensemble 1

7Nous l’avons nommé Arauquinoïde‑Koriabo. Il rassemble des gisements où le répertoire céramique présente une grande variété de décors et où des éléments caractéristiques de la tradition Arauquinoïde (complexes : Barbakoeba‑Kwatta‑Hertenrits) et du complexe Koriabo se côtoient sans qu’une attribution précise à un unique complexe, défini en tant que tel, ne puisse être établie. De plus, un ensemble de motifs décoratifs nouveaux, quantitativement important, vient compléter le corpus de ces sites en proportion variable. C’est le seul ensemble pour lequel nous ayons des références bibliographiques.

8Cet ensemble est composé des sites 14, 173, 235, 236, 237 et 260 auxquels il faut rattacher les sites fouillés de manière extensive 13, 172, 223 et 230‑partie est et, par la présence d’indices plus ténus, les sites 17, 85, 228 et 234 (fig. 131).

FIG. 131 ‒ Datations (comprises entre 0 et 2000 BP) pour l’ensemble des sites ayant fourni des datations et se rattachant à l’ensemble Arauquinoïde‑Koriabo.

Ensemble 2

  • 2 Elles peuvent atteindre 1 cm.

9Nous l’avons nommé « rouge fin ». Il réunit toutes les occupations où des tessons portant un décor par aplat rouge fin ont été inventoriés. Sur ces sites, le mobilier associé, peu décoré, présente la particularité de posséder généralement une pâte fortement dégraissée à l’aide de particules végétales carbonisées2.

10Cet ensemble est composé des sites 20, 230‑partie ouest, 274 et 275 (fig. 132).

FIG. 132 ‒ Datations (comprises entre 0 et 2000 BP) pour l’ensemble des sites ayant fourni des datations et se rattachant à l’ensemble Rouge fin.

11Il n’existe pas de référence bibliographique en ce qui concerne le mobilier rouge fin mais une attribution chronologique peut être proposée. Les sites 20 et 230 ouest ont fourni, associés au mobilier amérindien quelques objets coloniaux européens, et sur une carte établie en 1770 par Dessingy, des occupations amérindiennes sont mentionnées, à l’emplacement des sites 274 (OBDY 1260 : 750 ± 40 BP) et 275 (OBDY 1400 : 540 ± 50 BP).

12Ces quatre sites de plein air ont donc connu une occupation tardive datée dans chaque cas du deuxième tiers du xviiie s. Le décor en aplat rouge fin qui leur est associé serait donc le marqueur d’une innovation technologique tardive dans cette aire géographique.

13Elle peut être un indice de l’implantation de nouvelles populations sur le Sinnamary au moment de l’arrivée des Européens. Ces deux événements sont peut‑être liés, la question reste en suspens. Par ailleurs, seules des installations galibis sont signalées dans le bas Sinnamary depuis l’époque coloniale (Crevaux 1876‑1877 ; Hurault 1972). Il apparaît raisonnable d’attribuer les occupations de type rouge fin à ce groupe culturel. L’identification de cet ensemble passe par une meilleure connaissance de son corpus céramique, la reprise d’interventions sur les sites 274 et 275, émergés, est donc à envisager.

Ensemble 3

14Nous l’avons nommé « panse incisée ». Il est caractérisé par des sites ayant livré en proportion variable des vases ou fragments de vases à décor d’incisions rectilignes formant des motifs géométriques.

15Ces entailles dans la pâte se caractérisent par leur localisation sur les parois externes entre la lèvre et le point de tangence verticale de la panse ou de la carène où elles forment toujours une unique et large frise à thème décoratif généralement répétitif sur la totalité du pourtour du vase. Il peut figurer des lignes verticales, obliques, des triangles hachurés inversés, des losanges imbriques, des damiers, des résilles (damiers issus de losanges) et des tracés plus ou moins anarchiques. Cependant, sur des tessons de petite taille, trop limités pour définir le motif général, une frise composée de tableaux à graphisme différent est à noter.

16Pour les parois internes, les incisions se situent exclusivement sur la base des panses et le fond des vases. C’est sur le fond que se situent préférentiellement les décors. Dans ce cas, l’utilisation d’incisions curvilinéaires a été reconnue. Elles circonscrivent alors le tableau réalisé sur l’ensemble du fond.

17Sur ces occupations, les autres décors associés apparaissent comme anecdotiques de par leur proportion dans les échantillons, à l’exception du site 223, fouillé, qui offre une plus grande diversité.

18L’ensemble 3 cv composé des sites 12, 16, 207, 273 et 219 auxquels il faut rattacher le site fouillé de manière extensive 223, et, par la présence d’indices plus ténus, les sites 177, 211 et 231 (fig. 133).

FIG. 133 ‒ Datations (comprises entre 0 et 2000 BP) pour l’ensemble des sites ayant fourni des datations et se rattachant à l’ensemble Panse incisée.

19Le site 223 a fourni du mobilier appartenant aux ensembles 1 et 3. Cependant, aucune identification d’une multiplicité d’occupations par la superposition de creusements ne nous est apparue possible à déterminer par le biais de l’analyse des relevés planimétriqucs. Cette diversité dans le mobilier peut être issue soit d’une phase de transition culturelle soit d’une succession d’occupations que rien ne vient étayer. Le mobilier contenu dans les dépôts céramiques de ce gisement se distingue de celui des autres sites fouillés (13, 172 et 230) par la présence quasi systématique de vases naviformes. La signification de cette particularité reste actuellement en suspens en raison de l’absence de données de comparaison et de la méconnaissance des corpus céramiques des palethnies guyanaises. En effet, l’unique élément auquel nous pouvons nous référer est un vase de type similaire provenant du lit du Sinnamary à 40 km en amont. Il atteste de la diffusion de cette forme typologique, au moins à travers le bassin du Sinnamary.

20L’attribution chronologique de cet ensemble, pour lequel il n’existe pas de référence bibliographique ou de mobilier européen associé, est difficile au vu de la remise en question de la validité des datations 14C. Nous nous limiterons donc à constater, sans en tirer la moindre conclusion, que les datations 14C pour les sites concernés se concentrent essentiellement entre 1000 et 1900 BP. En effet, une interprétation de ces résultats pourrait être à l’origine de la diffusion d’informations reposant sur des bases fausses (cf. supra § 2.6) qui, nécessairement, contribueraient à troubler une construction typochronologique déjà fragile.

Ensemble 4

21Il isole l’unique site 180 (fig. 134) sur lequel un sondage de 4 m2 a été ouvert. Sur les 676 tessons collectés, aucun ne présente de décor. Cet état de fait peut, bien évidemment, être lié à l’aspect aléatoire de notre collecte lors de la réalisation du sondage et de la prospection sur les indices de surface, la répartition du mobilier à l’échelle d’un site ne pouvant être considérée comme homogène mais variable en fonction de la distribution fonctionnelle des différentes aires constitutives d’une implantation, quelle que soit sa nature (habitat, nécropole ou toute autre nature, indéfinie ou pressentie actuellement). Si nous appuyons sur ce cas, c’est qu’il présente une seconde particularité, il est l’unique site implanté sur un îlot du Sinnamary (fig. I, dépl. en fin d’ouvrage). Il peut en découler une spécificité fonctionnelle qui reste bien sûr à définir.

FIG. 134 ‒ Datations (comprises entre 0 et 2000 BP) pour l’ensemble des sites ayant fourni des datations et se rattachant aux ensembles 4 et 5.

Ensemble 5

22Il réunit les occupations où l’échantillon mobilier est trop réduit pour être rattaché aux ensembles précédents ou pour être à la base d’un nouvel ensemble cohérent. Il forme le regroupement le plus important avec les sites 15, 18, 82, 208, 212, 226, 232 (fig. 134) auxquels viennent s’ajouter les sites du groupe 4 (sites sondés ayant livré moins de 250 fragments de céramique) (tabl. xv, cf. supra chap. 5). Il pose d’une manière plus générale la question de la validité à attribuer aux corpus céramiques issus de sondages de taille réduite. Pour nous, ce type d’intervention, s’il peut dans le (meilleur des cas, permettre d’établir un échantillonnage ponctuel d’une occupation, ne saurait être considéré comme une évaluation d’un site et encore moins, bien évidemment, comme une fouille. Cette technique d’intervention est à associer uniquement à la phase de prospection, elle n’apporte en effet que peu d’informations complémentaires, aux résultats d’une prospection pédestre exhaustive.

Ensemble 6

23Il est constitué par les sites fouillés et décapés après 1992. Ces derniers ont fourni des échantillons céramiques qui, par leur abondance et leur diversité, sont incomparables aux autres sites et où les informations collectées dépassent très largement la seule constitution d’un échantillon de mobilier. Cet ensemble regroupe les sites 13, 172, 223 et 230, parties est et ouest. Ces quatre sites, par la nature de l’exploitation archéologique qui en a été faite, se marginalisent, comme nous venons de le préciser de notre échantillon, mais surtout de l’ensemble des sites traités sur le plateau des Guyanes. En effet, ce type d’intervention par décapage n’y avait jamais été pratiqué. On peut expliciter l’apport de telles méthodes à l’archéologie de cette partie de l’Amérique du Sud en le comparant à la contribution des résultats issus des décapages lors de l’essor de l’archéologie européenne à partir des années 70. Il est toutefois important de signifier que cette approche, ici, présente un décalage beaucoup plus accentué avec « l’archéologie par sondages » sud‑américaine, la connaissance et la maîtrise de l’archéologie sur le plateau des Guyanes n’ayant jamais atteint, faute de moyens, le degré de connaissance connu en France avant l’arrivée des décapages mécaniques.

24Ces derniers marquent donc une étape décisive dans l’approche des implantations amérindiennes et dans la collecte du mobilier à l’échelle d’un site, restituée dans un contexte stratigraphique. Bien des interrogations, sans réponse pour l’instant, apparaissent face à la typologie existante. Dans l’élaboration de celle‑ci, une pause est nécessaire pour que l’ensemble des chercheurs fasse le point sur la validité du schéma existant, avant de reprendre sa construction, en toute connaissance d’un ensemble important de nouvelles données. Les remarques qui suivent sur le corpus mobilier des sites de Petit Saut, s’inscrivent dans cette démarche.

25Dans la mise en place d’une typochronologie, on considère le mobilier céramique comme représentatif d’une société, d’un milieu, d’un moment et non comme celle d’un individu ou même comme la production d’un village. Cette approche nous met en garde contre l’établissement d’identités culturelles à partir d’ensembles trop réduits qui nous porterait, à chaque nouveau type de décor rencontré, vers une accentuation de la fragmentation des « cultures » déjà existantes. Il finirait par s’établir un système où toutes les passerelles d’influences étant possibles ou presque, chaque association forme/type de décor établirait une « culture ». Tout petit échantillon deviendrait rattachable à un ensemble plus vaste sans que l’on puisse définir la légitimité de ce dernier et dont l’attribution chronologique fluctuerait au gré de datations plus ou moins aléatoires (cf. supra § 2.6.2).

26Ainsi, la particularité du site 260, liée entre autres à la présence de décors aux colombins apparents, isolant déjà plus de 16 % de l’ensemble du mobilier de ce site du reste de notre échantillon, pourrait être à la base d’un nouveau type et même d’un nouveau complexe. Mais si ces décors individualisent potentiellement le site, il est nécessaire de les replacer dans leur contexte d’obtention, une vaste structure indéterminée découverte dans un sondage de 11 m2. Il apparaît très nettement qu’en réalité, c’est une structure qui est caractérisée sur le site, qui lui reste méconnu et rattachable, dans l’état de nos travaux, simplement à l’ensemble Arauquinoïde‑Koriabo.

27La reprise de la fouille sur ce site, à une vaste échelle, est vraisemblablement une des clés importantes pour comprendre l’évolution stylistique et chronoculturelle des populations amérindiennes du Sinnamary. Elle permettrait de recadrer le discours typochronologique à partir de mobilier issu de structures formant des ensembles clos dont la nature reste à définir et où les dépôts céramiques semblent constitués de mobilier spécifique et typologiquement caractéristique.

  • 3 Il nous a été donné par un orpailleur, Gérard Dos Santos.

28De même, la présence sur le site 13 d’un vase anthropomorphe pourrait être à l’origine d’un sous‑groupe. En effet, l’existence d’une pièce similaire trouvée en fond de rivière3 indique la diffusion de cette forme typologique. Cependant, si une telle démarche nous apparaît nécessaire dans l’avenir, elle nous semble prématurée au vu de la définition des complexes existant par rapport aux échantillons inventoriés à Petit Saut. En effet, chaque site qui a fourni un corpus de mobilier conséquent et pour lequel nous avons des références bibliographiques, se rattache à plusieurs complexes reconnus. On peut bien sûr y voir des successions d’occupations, qu’aucune donnée de fouille ne confirme, ou des particularités liées aux palethnies forestières par rapport aux populations côtières, mais il nous semble plus juste de rattacher ces sites au nouvel ensemble Arauquinoïde‑Koriabo qui reste à préciser.

Réflexion sur l’attribution chronologique

29La remise en question de la validité des charbons de bois collectés sur les implantations amérindiennes soulève bien des problèmes. Elle ne remet pas directement en cause les groupes chronoculturels définis par nos prédécesseurs mais certaines de leurs conclusions sur les mouvements des populations et leur évolution à travers le temps.

30Ainsi, après une phase de sondages, les sites à décaper ont été choisis d’après les premiers résultats des datations 14C (site 13, sondage 1 – ARC 911 : 885 ± 50 ; site 223, sondage 1 – ARC 934 : 1290 ± 50 ; site 230, sondage 1 – ARC 912 : 2015 ± 50). Ils n’ont pas offert lors de la fouille le panorama chronoculturel espéré et aucune de ces trois implantations ne se différencie réellement. Leur appartenance ou rattachement à un unique ensemble Arauquinoïde‑Koriabo est défini par le mobilier. Quant aux structures découvertes lors de la fouille, elles s’inscrivent dans l’échantillon général établi sur les sites décapés. De plus, l’ensemble des datations effectuées ultérieurement n’a pas permis de confirmer et préciser une période chronologique pour chaque implantation.

31Dans notre liste des datations 14C issues des sites sondés, les résultats sont donc à prendre avec une très grande précaution. En effet, une datation unique, même si elle ne présente pas d’aberration apparente (datation de niveaux de paléoincendies caractéristiques), ne saurait être considérée comme parfaitement fiable et utilisable pour en tirer des conclusions chronoculturelles.

32La première datation effectuée sur le site 15 et publiée lors d’une première étape de l’opération, comme nous l’avons déjà précisé, est l’exemple type qui apparaît, à la lumière de nos travaux, comme obsolète. Au premier abord, ce résultat s’était pourtant intégré au panorama chronologique des Guyanes sans difficulté. Il serait étonnant que dans l’ensemble des datations 14C réalisées sur le plateau des Guyanes, elle soit la seule attribution chronologique concernée par ce type de problème.

33Au vu des difficultés liées à l’identification des échantillons charbonneux sur les sites de plein air, et dans l’attente d’une meilleure caractérisation des phases paléoclimatiques pour les 2 000 dernières années, un effort particulier doit être entrepris pour établir une typochronologie du mobilier à partir des sites amérindiens coloniaux vers les occupations les plus anciennes par le recoupement d’informations. Elle établirait une approche chronologique différente de celle des datations 14C auxquelles elle devrait être confrontée.

34Enfin, au regard des données collectées sur l’enfouissement des artefacts dans les couches 2a‑2b et de leur aspect aléatoire, il semble particulièrement important d’émettre des réserves sur une attribution chronologique du mobilier résultant de fouilles par passes de x cm du niveau de terra preta, en l’absence d’horizon archéologique nettement stratifié.

Perspectives sur l’apport des décapages

35L’utilisation des décapages sur les sites de plein air avait pour principal objectif la reconnaissance de structures et la définition de leur organisation. Si l’identification d’aménagements fossoyés a pu être réalisée, aucune des implantations n’a mis en évidence une organisation spatiale.

36Les premiers sites décapés, 16 et 17, ont révélé très peu de structures et d’anomalies (cf. supra § 2.4.3) mais ces résultats sont à replacer dans la chronologie de l’opération. Lors de ces interventions, les données concernant les niveaux archéologiques étaient inexistantes et ce contexte a été à l’origine d’une mauvaise maîtrise des terrassements. Les sites de référence sur lesquels nous basons notre étude (13, 223, et 230) marquent seulement une seconde étape dans l’approche des décapages et de la reconnaissance des structures. Ils ne sont donc pas à considérer comme exceptionnels de par le nombre d’aménagements relevés dont ils n’ont d’ailleurs livré qu’une partie des empreintes qui y étaient figées. Tous les creusements anthropiques peu profonds, contenus dans les couches 2a‑2b, n’ont pas été perçus. Leur absence sur les plans de masse est vraisemblablement à l’origine de la non‑reconnaissance d’alignements définissant des bâtiments ou des palissades.

37Dans une troisième étape qui reste à réaliser, des sites présentant un substrat compact et où les couches 2a‑2b sont peu épaisses, sont à privilégier, le repérage des structures y étant grandement facilité. Sur ce type de gisement, il ne fait nul doute qu’une répartition et une organisation spatiale des structures caractéristiques pourront être reconnues dans l’avenir.

38Sur le site 172, remarquable par sa position topographique, ces conditions sont réunies. Les résultats obtenus sur une surface réduite sont très prometteurs. L’intérêt majeur de cette implantation provient de la petite étendue de son méplat d’occupation et de la faible épaisseur du niveau de terra preta qui a permis de repérer un très grand nombre de structures dans le substrat vierge 1bb comprenant des dépôts céramiques découverts in situ parfois associés à des restes osseux. L’abondant mobilier céramique se rattache à l’ensemble Arauquinoïde‑Koriabo.

39Sur ce site, le sondage déjà réalisé mérite d’être étendu sur environ 400 m2. Il permettrait d’explorer l’ensemble du méplat. Le relevé des nouvelles structures reconnues établirait le plan complet d’une petite implantation pressentie comme une nécropole de plein air et fournirait, en Guyane française, le premier support pour la lecture de l’organisation spatiale d’un gisement amérindien.

40Cette implantation présente un dernier intérêt, celle d’être le seul des quatre sites où ont eu lieu des interventions importantes et qui reste émergé. Les niveaux de terra preta y étant particulièrement caractéristiques et toujours visibles après une légère reprise des coupes, il peut servir de référentiel aux nouveaux chercheurs s’intéressant aux problèmes stratigraphiques des occupations anciennes en Guyane.

41Dans le cas du site 286 (montagne couronnée) un fossé circulaire long d’environ 300 m délimite très nettement dans le paysage un espace restreint sur le terroir d’une population. La réalisation de cet ouvrage représente une quantité de travail importante que l’on peut chiffrer ici à plus de 2 000 m3 terrassés. Un tel projet, s’il ne peut être produit que par une société organisée, marque une volonté de circonscrire une aire, zone d’habitat ou « lieu cultuel » pouvant s’étendre au‑delà de la limite définie par l’aménagement. À travers l’organisation spatiale qu’un tel fossé caractérise, ce type d’occupation apparaît comme un potentiel chronoculturel ou chronofonctionnel.

42Ce gisement, non immergé et qui n’a fait l’objet que d’un relevé topographique après repérage des indices au sol, offre donc une opportunité remarquable. Il serait nécessaire d’y programmer dans l’avenir une intervention lourde afin d’en réaliser une exploration significative par l’ouverture de grandes tranchées coupant l’implantation transversalement d’une part, et d’autre part, pour ouvrir des sondages plus ponctuels au niveau du large fossé d’enceinte. Un décapage mécanique sur le sommet de la colline formant un vaste méplat permettrait de reconnaître l’organisation interne de ce type de gisement.

43Les quelques données stratigraphiques observées dans les mottes racinaires des arbres essouchés ont permis de noter un niveau de terra preta bien marqué, de couleur brun foncé à sa base, il est un indicateur de la richesse du site en mobilier. Le seul élément céramique collecté actuellement et qui peut présenter une valeur typologique caractéristique est un bord de vase à lèvre épaissie par le pliage de la pâte, aménageant un vide intérieur. Un bord de type similaire a été découvert lors du sondage effectué sur le site 219 (appartenant à l’ensemble « panse incisée ») éloigné de quelques centaines de mètres. Si une contemporanéité des deux occupations était relevée, la notion de site en tant qu’unité topographique limitée à une colline, comme elle a pu être validée par nos recherches, serait à reprendre.

44L’identification fonctionnelle des aménagements peut constituer une autre approche possible de la répartition spatiale. Dans l’état actuel de nos connaissances, elle reste bien souvent au niveau de l’hypothèse, il nous est toutefois possible de raisonner sur des regroupements morphologiques et sur la dispersion de ceux‑ci au sein d’une aire définie par les limites des secteurs fouillés.

45Ainsi, sur les sites de référence, aucune zone d’occupation privilégiée n’a été isolée (à l’exception de celle pressentie sur le site 172). Cependant, certains aménagements sont ponctuellement regroupés et pourraient résulter d’un comportement social ou culturel. C’est l’exemple des fosses « chapeau » et des trous de poteau de type TPH, repérés sur le site 230.

46Entre sites et en considérant les trois ensembles chronotypologiques de base définis lors de l’étude céramique, certains aménagements semblent prendre une dimension culturelle, en terme d’association artefact/structure.

47Sur le site 20 et la partie ouest du site 230 (ensemble « rouge fin ») ont été découverts pris dans le niveau d’humus, des amas céramiques formant des concentrations importantes. Ces rejets ponctuels associaient des fragments d’écuelles et de jattes décorées par aplat rouge fin à de grandes jarres non décorées. Ces dernières, en terme de nombre d’individus par amas sont très largement minoritaires.

48Ces concentrations de mobilier, caractérisées par un nombre d’individus important pour un nombre de formes typologiques restreint, sont à associer à une activité particulière des populations dont elles sont issues. La possibilité que ces amas céramiques des sites 20 et 230 soit uniquement le fruit du hasard, nous apparaît comme improbable. On peut donc imaginer leur origine par un usage, dont l’achèvement est marqué par la destruction ou l’abandon d’une partie ou de la totalité de la vaisselle utilisée.

Quel avenir pour le patrimoine émergé sur le Sinnamary ?

49Parmi les sites découverts lors des prospections engagées à Petit Saut, certains ont été identifiés sans être sondés. Ils ont généralement été découverts à la fin de la phase de terrain ou après la mise en eau du barrage. Leur accès est toujours possible et leur fouille envisageable dans le cadre soit de recherches programmées soit de fouilles d’urgence si des aménagements (de type touristique par exemple) sont réalisés dans cette zone. Pointés sur la carte archéologique mise au point sur le programme, ils peuvent être repérés dans le paysage malgré le changement apparent de topographie des lieux lié à la mise en eau du barrage. De nombreux reliefs se sont ainsi transformés en îlots. Cet ensemble de gisements représente un potentiel archéologique important que l’on ne peut pas négliger ou laisser sombrer dans l’oubli.

50La hauteur des eaux, et donc la limite d’emprise de la retenue du barrage, rendent accessibles des zones jusqu’alors éloignées des cours d’eau majeurs (fleuves ou criques). Cette situation permet d’envisager avec facilité la visite d’aires géographiques anciennement interfluviales, difficiles d’accès lors de nos investigations. Ces prospections permettraient d’affirmer ou d’infirmer l’occupation de zones éloignées des berges du Sinnamary et de ses principaux affluents. La présence de gisements y est très probable et révélerait peut‑être des types d’occupation particuliers, implantations égrenées le long de voies de communication forestières, sites « frontaliers » entre deux « ethnies », zones de contact par excellence (échanges, conflits), autant de questions qui restent sans réponse actuellement.

51Ces nouveaux secteurs accessibles plus rapidement dans le cas de Petit Saut sont un enjeu pour l’archéologie en Guyane. Les reconnaissances sur de petites criques éloignées de cours d’eau majeurs attestent la présence de populations amérindiennes par la découverte d’ateliers de polissage. Il reste à poursuivre cette tâche dans les secteurs moins accessibles par le réseau hydrographique.

Conclusion

52En fin de phase de terrain, il est évident que l’ensemble du patrimoine n’a pu être découvert malgré les 273 sites amérindiens inventoriés. Cependant cette première opération de sauvetage archéologique en forêt équatoriale marque une étape importante, la démonstration ayant été faite que ce milieu réputé hostile peut être maîtrisé archéologiquement. Le recensement permet d’affirmer que les sites archéologiques sont extrêmement nombreux, bien conservés et généralement riches en mobilier. L’état de conservation des gisements est dû au couvert végétal, qui, loin de détruire les traces des populations anciennes, les protège en les figeant dans un milieu particulièrement stable, au renouvellement constant mais très progressif.

53Au‑delà de la valeur scientifique des résultats et des banques de données constituées, le plus grand succès de cette intervention est la mise en place de procédures d’investigations en adéquation avec le milieu naturel. Ces bases méthodologiques, adaptées à toutes les phases d’intervention (prospection, sondages et fouilles) doivent servir de tremplin à l’archéologie de sauvetage dans le département et ne peuvent être qu’à l’origine d’un développement des découvertes en Guyane. Enfin, si la forêt agit encore comme une réserve patrimoniale, l’activité de compagnies minières industrielles qui interviennent sur l’ensemble du territoire guyanais met en danger des sites archéologiques, quelle que soit leur appartenance chronologique. Ces aménagements du territoire au même titre que les constructions de routes, barrage, doivent faire l’objet de suivis archéologiques dans le cadre de conventions multipartites comme c’est le cas sur d’autres grands travaux guyanais. Un tel développement des recherches, dans une perspective « systématicienne » donnerait à la Guyane une place majeure dans la recherche archéologique amazonienne, place assise par les méthodes employées et la masse de données collectées et étudiées.

Notes

1 Ils dépassent rarement 20 m2.

2 Elles peuvent atteindre 1 cm.

3 Il nous a été donné par un orpailleur, Gérard Dos Santos.

Table des illustrations

Légende FIG. 131 ‒ Datations (comprises entre 0 et 2000 BP) pour l’ensemble des sites ayant fourni des datations et se rattachant à l’ensemble Arauquinoïde‑Koriabo.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44553/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende FIG. 132 ‒ Datations (comprises entre 0 et 2000 BP) pour l’ensemble des sites ayant fourni des datations et se rattachant à l’ensemble Rouge fin.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44553/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende FIG. 133 ‒ Datations (comprises entre 0 et 2000 BP) pour l’ensemble des sites ayant fourni des datations et se rattachant à l’ensemble Panse incisée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44553/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende FIG. 134 ‒ Datations (comprises entre 0 et 2000 BP) pour l’ensemble des sites ayant fourni des datations et se rattachant aux ensembles 4 et 5.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44553/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 33k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search