Version classiqueVersion mobile

Amérindiens de Sinnamary (Guyane)

 | 
Stéphane Vacher
, 
Sylvie Jérémie
, 
Jérôme Briand

Chapitre 5. La céramique

Chapter 5 The pottery

Capítulo 5 La cerámica

Capítulo 5 A Titulopt

Résumé

Elle constitue la plus grande part du mobilier archéologique recueilli. Après une analyse critique des moyens jusqu’alors employés dans l’aire amazonienne, l’étude propose deux approches différentes mais complémentaires pour traiter les 180 000 tessons collectés sur 74 sites de plein air. La première s’intéresse à la description des pâtes sous loupe binoculaire et à leur classement selon les critères d’observation que sont la nature des inclusions, leur abondance et la couleur de la pâte ; elle est complétée par une caractérisation physico‑chimique résultant de dosages chimiques, d’analyses de spectres RX et l’observation de lames minces. Ce premier axe a permis de valider l’hypothèse que chaque site se distingue par une production qui lui est propre, de montrer l’origine locale des matériaux utilisés, de préciser la nature des épurations ou des ajouts d’inclusions, d’admettre le caractère uniforme du mode de cuisson, ainsi que la nature identique des quelques engobes étudiés. La seconde approche de l’étude céramique, plus traditionnelle mais cependant novatrice dans le cas de la Guyane, a été d’établir une typologie des formes et des décors sur la base d’une codification facilitant l’étude par des tris informatiques de 21 851 artefacts enregistrés. Il en résulte, comme pour l’étude lithique, la présentation d’un répertoire enrichi de nombreux dessins.

Texte intégral

1La céramique constitue la plus grosse part du mobilier archéologique collecté sur les sites de plein air. Elle fournit, même en lots fragmentés et mélangés, une base de recherche incontournable pour une meilleure approche culturelle des populations. Dans le cas présent, l’étude a été engagée selon deux axes : l’analyse des pâtes et l’étude typologique des formes et des décors. Les classifications élaborées prennent ainsi en compte l’ensemble des données descriptives.

2S’il est une donnée qui distingue d’emblée le mobilier céramique de Petit Saut de celui recueilli précédemment en Guyane française, c’est la quantité considérable d’informations à traiter. En effet, ce sont 180 000 tessons qui ont été collectés sur un total de 74 sites. Cet ensemble est diversifié tant par la quantité de mobilier recueilli par site que par les conditions de récupération des tessons. Les divergences de méthodes de collecte sont liées à la multiplicité des moyens mis en œuvre pour estimer le potentiel de chaque site. Certaines implantations n’ont connu qu’un ramassage de surface lors de la prospection ; la plupart, après cette étape, ont été ouvertes manuellement par un sondage et cinq d’entre elles ont fait l’objet d’un décapage mécanique. Dans ce dernier cas, en dehors du ramassage de surface lors des terrassements, le mobilier provient essentiellement de la fouille soit de structures soit de niveaux archéologiques sur des banquettes réservées.

3Dans le cadre d’une étude typologique reposant sur une stricte description des tessons caractéristiques et de leur représentativité sur et entre les sites, il est nécessaire de définir les ensembles de mobilier comparables. Ainsi, six groupes de sites ont été sériés (tabl. xv). Les groupes 1 et 2 sont à considérer comme des ensembles de référence. Par la quantité de mobilier collecté, les implantations du groupe 3 viennent étayer, par des échantillons plus réduits, les interprétations issues des sites précédents. Leur appartenance à tel ou tel ensemble typochronologique pourra être suggérée en fonction d’éléments décoratifs reconnus comme suffisamment caractéristiques. Les données provenant des sites des groupes 4 et 5 sont ponctuelles et n’ont que valeur de constat. Enfin, sur les sites du groupe 6, aucun artefact n’a été collecté.

TABL. XV ‒ Représentativité du mobilier céramique. Six groupes de sites ont été déterminés en fonction de l’abondance du matériel collecté. Groupe 1 plus de 20 000 fragments ; groupe 2 de 1 000 à 20 000 fragments ; groupe 3 sites sondés et contenant de 250 à 1 000 fragments ; groupe 4 sites sondés contenant moins de 250 fragments ; groupe 5 sites non sondés sur les indices desquels ont été collectés moins de 250 fragments ; groupe 6 (non figuré) sites reconnus, non sondés et où n’a pas été prélevé de matériel céramique (sites 54, 81, 97, 106, 239, 240, 242, 245, 246, 280, 281, 282, 294, 295, 296, 297, 311).

5.1 État de la question sur le plateau des Guyanes

5.1.1 Historiographie

4Les premières recherches archéologiques sur le plateau des Guyanes sont effectuées par C. Evans et B. Meggers, dès 1957, sur le territoire de l’Amapá au Brésil. Elles se sont poursuivies sur le littoral occidental du Guyana (Evans, Meggers 1960) et ont abouti à l’élaboration d’une typologie du matériel céramique collecté. L’étude descriptive du mobilier réalisée par ces auteurs a abouti à la définition de complexes (ou phases) culturels. C’est ainsi qu’ont été définis, originellement, les complexes Aruã Mazagão et Aristé sur le territoire de l’Amapá et les complexes Abary, Alaka, Koriabo, Mabaruma, Rupunumi, Taruma et Wai Wai au Guyana. Les tessons ont été d’abord classés en fonction des critères de pâte (dégraissant, texture, couleur) car, selon l’opinion de ces auteurs, la principale raison pour mettre en place une classification céramique est de détecter des différences significatives qui permettront la reconnaissance de changements culturels et chronologiques. Or, par leur propre expérience sur les tessons des cultures tropicales d’Amérique du Sud, ils ont jugé que les différences de dégraissant sont souvent facilement distinguées et reflètent généralement un changement diachronique. Les autres critères de classification ont été le traitement de surface, le profil des éléments de forme ou de la forme générale du vase et la présence ou l’absence d’un décor. Chaque nouvelle association de ces critères a justifié la création d’un type céramique ; le regroupement de plusieurs types en un complexe se fait sur la base de leur substitution progressive au sein d’une séquence stratigraphique, attestant de changements continus, techniques et artistiques, à l’intérieur d’un groupe.

5Par la suite, certains de ces complexes ont été reconnus sur d’autres territoires : le complexe Aristé en Guyane française (Petitjean‑Roget 1980), le complexe Koriabo au Venezuela (Cruxent, Rouse 1958), en Guyane française (Groene 1976), au Surinam (Boomert 1977) et plus spécifiquement sur le littoral oriental (Boomert 1978), enfin au Brésil en Amazonas (Hilbert 1982). De nouveaux complexes ont été également définis sur les Guyanes, selon la même base de critères, notamment les complexes surinamais Hertenrits, Kwatta et Barbakoeba (Versteeg 1985 ; Versteeg, Bubberman 1992 ; Boomert 1977, 1980, 1993) et plus récemment un complexe reconnu sur le littoral de Guyane française, le complexe Thémire (Rostain 1994a).

6Le complexe Aristé, tel qu’il a été défini en Amapá, présente deux types céramiques non décorés (Aristé ordinaire et Serra ordinaire) et cinq types décorés (Aristé peint, Davi incisé, Flexal raclé, Serra peint et Uaça incisé). En Guyane française, ce complexe a été reconnu dans le bas Oyapock, sur les versants des monts de l’Observatoire et de la montagne Bruyère et sur les collines de Ouanary, où trois types décorés au moins le caractérisent : le type Ouanary encoché, dégraissé avec du sable quartzeux, le type Caripo kwep, dégraissé avec des écorces brûlées et broyées et le type Enfer polychrome, dégraissé avec de la chamotte. Le type Ouanary encoché est divisé en trois variétés (Bruyère, Patagaie et Moustique) se distinguant par des différences de pâte, de nature de dégraissant (sable quartzeux anguleux fin ou moyen, ou sable quartzeux émoussé luisant) et de formes de bords. Le complexe Barbakoeba, défini sur le littoral oriental du Surinam et repéré à l’extrême ouest du littoral de Guyane française sur l’unique site de Crique Jacques près de Mana, n’est pas divisé en types céramiques distincts. Le dégraissant de la production est homogène et montre une prépondérance de chamotte concassée, rarement accompagnée par des inclusions secondaires de coquillage écrasé, charbon de bois et/ou sable quartzeux. La chamotte est également le dégraissant majoritaire rencontré pour les deux autres complexes du littoral surinamais, Hertenrits et Kwatta. Le complexe Koriabo, tel qu’il a été défini au Guyana, est classé en trois types non décorés (Barima ordinaire, Koriabo ordinaire et Warapoco ordinaire) et deux types décorés (Koriabo incisé et Koriabo raclé). En Guyane française, le complexe Koriabo a été reconnu dans le bas Approuague et le haut Maroni, mais également sur quelques sites côtiers, où un seul type céramique le caractérise, le type Chaton fantastique. Celui‑ci est divisé en trois variétés (Approuague, Matarony et Sinnamary) se distinguant par des différences de nature du dégraissant (sable quartzeux fin ou grossier, parfois mélangé à du mica) et plusieurs autres caractéristiques de pâte. Enfin, le complexe Thémire, défini sur le littoral guyanais entre l’île de Cayenne et la rivière Karouabo, est caractérisé par deux types céramiques au moins : le type Cayenne peint, dégraissé avec de la chamotte et le type Mahury incisé, dégraissé avec du sable quartzeux ou un mélange de sable et de mica noir. Un autre type et une catégorie céramique apparaissent également dans certains sites du complexe Thémire : le type Melchior kwep, dégraissé avec des écorces brûlées et broyées et la catégorie Montabo rouge, dégraissée avec du sable quartzeux, la pâte étant d’un rouge caractéristique.

7Le schéma d’ensemble sur le plateau des Guyanes regroupe tous ces complexes selon les trois grandes traditions du bassin amazonien qui, de leur côté, ont été définies sur la base distinctive des grandes familles linguistiques : Arauquinoïde (originaire du moyen Orénoque), Incisée‑Ponctuée (du moyen Amazone) et Polychrome (du bas Amazone). Cependant, l’étude typologique de la céramique a montré que certains complexes partageaient les composantes de différentes traditions. Le complexe Aristé est, à ses débuts, totalement rattaché à la tradition Incisée‑Ponctuée (Aristé précoce), puis se transforme progressivement pour s’incorporer à la tradition Polychrome (Aristé tardif), cette dernière ayant connu une vaste diffusion. De même, le complexe Thémire est de tradition Arauquinoïde mais comporte une composante Polychrome, justifiée par la proximité du foyer de cette dernière tradition (Rostain 1994a). Le complexe Koriabo est quant à lui, sujet d’une polémique autour de son attribution. Rattaché originellement à la tradition Incisée‑Ponctuée et toujours jugé comme tel par S. Rostain (1994c), A. Boomert (1995) y reconnaît plutôt l’influence de la tradition Polychrome.

5.1.2 État critique des connaissances

  • 1 Par exemple, le type Nazaré brushed de la phase Aruã a été défini sur un total de 18 tessons proven (...)

8Malgré un travail pionnier considérable, différents aspects des méthodologies de fouille et de la classification du mobilier mises au point par B. Meggers et C. Evans, reproduites et considérées depuis comme habituelles dans l’aire amazonienne, nécessitent d’être remis en cause quant à leur fiabilité. C’est ainsi que des fouilles respectant la stratigraphie des sites n’ont jamais été réalisées, les coupes stratigraphiques étant arbitrairement découpées en niveaux de 8 cm dans des sondages limités à quelques mètres carrés, des ramassages de surface complétant le travail. Pour l’étude du mobilier céramique réparti sur la séquence stratigraphique de chaque site, ils ont accordé une importance fondamentale à la nature du dégraissant, le considérant comme premier critère sélectif de la classification. Or, par notre propre constat, nous rejoignons les réserves émises par S. Rostain et les chercheurs hollandais sur le fait que « nous connaissons encore trop mal les règles, ou l’absence de règles, qui régissent les choix des potières, et cela plus particulièrement durant la Préhistoire. L’ethnographie nous montre par exemple un changement occasionnel, brutal et temporaire du dégraissant chez les Palikurs qui, lorsqu’ils ne trouvaient pas d’arbre kwep utilisé pour la fabrication du dégraissant traditionnel, le remplaçaient par de la chamotte. Le dégraissant d’un même type céramique archéologique peut également montrer des variations dimensionnelles ou structurelles. [...] Par ailleurs, pratiquement tous les sites archéologiques conservent des tessons avec des dégraissants différents (chamotte, sable, etc.) bien que leurs décors soient parfois similaires, sans que nous puissions réellement expliquer ces changements. » (Rostain 1994a). Ainsi, B. Meggers et C. Evans ont parfois déterminé un type en se basant sur un nombre très faible de tessons1. D’autre part, les raisonnements d’ordre culturel découlant de la description du mobilier sont basés, sans retenue, sur le schéma selon lequel l’évolution des groupes humains se traduit par une élaboration de plus en plus complexe des industries céramiques.

9Malgré ces imperfections dans l’élaboration des limites de définitions et des interprétations de ces pionniers, les études céramiques ont depuis facilement repris leur démarche, tant sur le choix des critères descriptifs que sur la faiblesse de l’échantillonnage pour la dénomination de certains types. C’est ainsi que les premiers complexes servent toujours de références tels qu’ils ont été initialement définis, mais d’autres ont été dénommés, dès qu’une association nouvelle de critères ne se conformait plus à celles précédemment décrites. L’interprétation culturelle découlant d’une telle étude descriptive se heurte le plus souvent à une apparente diversité typologique sur un même site. Cette situation problématique est plutôt facilement résolue par des interprétations le plus souvent hypothétiques et hasardeuses, concernant des contacts pacifiques ou belliqueux, des échanges commerciaux, des rapts de potières ou des réoccupations de sites ; elles sont parfois élaborées sur la base de datations dont, pour certaines, la validité mérite d’être remise en cause (cf. supra § 2.6). Ces interprétations cherchent davantage à accommoder les opinions en cours depuis l’ère des premiers travaux sur le plateau des Guyanes, plutôt qu’à repartir d’une stricte étude de l’échantillon pour remonter à une description plus fiable des types céramiques énoncés, méthode que nous appliquerons ici.

5.2 Étude des pâtes

5.2. L’introduction

10La caractérisation des pâtes céramiques a été réalisée en considérant et corrélant plusieurs observations et analyses. Elle a été engagée avant la mise en place du classement typologique des formes et des décors. L’étude s’est basée sur l’hypothèse qu’à l’image de la typologie des formes et des décors, la répartition typologique des pâtes est susceptible de différencier des ensembles culturels, en révélant des spécificités technologiques (Arnal 1989), sans toutefois considérer que la présence d’une multiplicité des natures de pâtes sur un site soit le reflet d’une diversité d’influences culturelles sur celui‑ci.

11La première démarche fut d’abord de définir des classes descriptives dans lesquelles on pouvait répartir les tessons de chaque site. C’est l’observation macroscopique des pâtes, sous loupe binoculaire, qui a été pratiquée. Puis, il a été entrepris de rechercher l’origine géochimique des matériaux et de se prononcer sur les traitements qu’ils ont pu subir avant le montage des vases. Pour cela, une remarque s’impose : la répartition des sites, limitée à l’échelle du plateau des Guyanes, n’en est pas moins étendue à l’échelle des métamorphismes géologiques locaux. De ce fait résultent deux hypothèses : l’origine locale (plateau Guyanais) des matériaux argileux doit pouvoir être prouvée ; mais, au‑delà, il doit également être possible de déterminer les sources d’approvisionnement en comparant un échantillonnage de pâtes céramiques avec un lot de matières premières argileuses susceptibles d’avoir été utilisées. Dans le cadre d’une telle recherche, la technique d’étude a été l’analyse chimique. Si cette approche a été préférée, elle ne remet pas en cause les possibilités d’un autre type d’étude (par exemple, la détermination des minéraux lourds). Enfin, des observations d’ordre minéralogique par la lecture de spectres RX et l’examen de lames minces de tessons viennent compléter la description des familles préalablement obtenues, en permettant de préciser certaines phases technologiques.

5.2.2 Étude macroscopique

5‑2.2.1 Mode opératoire

12Si l’existence d’ateliers spécialisés n’a pas été mise en évidence et si la fragilité des poteries limite leur commerce, une différenciation doit pouvoir se faire au niveau du site d’habitat si on admet une production au sein de celui‑ci. Cette dernière hypothèse est acceptable à la lumière des connaissances du mode de vie amérindien. Un choix judicieux de critères caractérisant, par leur association, la pâte céramique doit permettre une telle différenciation après confrontation, par méthodes statistiques, des données entre sites. L’analyse des données est complète si elle permet la sériation et le regroupement des sites selon certains paramètres.

13En se donnant des critères d’observation, chacun d’eux pouvant être notifié d’un chiffre caractérisant une définition précédemment établie, un tesson sera alors affecté d’une association de valeurs constituant une classe. Cette opération, renouvelée sur un nombre de tessons (échantillon) suffisamment représentatif de l’ensemble du mobilier céramique d’un site, permet d’apprécier la répartition des classes sur ce site (nombre de classes et fréquence de chacune).

14La quantité de mobilier nécessitait un choix parmi les tessons devant être soumis à l’étude. La sélection s’est portée sur les bords, leur fréquence dans un lot de tessons étant moindre que les éléments de panse, ils sont, à nombre égal, davantage représentatifs de l’ensemble du mobilier. D’autre part, ils permettent d’adjoindre des éléments descriptifs à l’examen macroscopique des pâtes : profil des bords et cols, type et épaisseur des lèvres, diamètre à l’ouverture, etc.

15Ainsi, sur la totalité des bords pour la majorité des sites, ou sur un échantillon de bords pour les sites ayant fourni une grande quantité de mobilier, un lot de trois critères a été affecté, caractérisant tout d’abord la texture (comprendre l’abondance des inclusions), puis la nature des inclusions, enfin la couleur de la pâte. Au premier critère a été associée la différenciation entre surface(s) engobée(s) et/ou peinte(s) ou surfaces nues. Les valeurs des différents critères ont été définies de la sorte.

16Critère texture (T)
‒ 1, texture fine (abondance des inclusions < 15 %) ; surfaces non engobées et non peintes ;
‒ 2, texture fine ; au moins une surface engobée ou peinte ;
‒ 3, texture moyenne ou grossière (abondance des inclusions ≽ 15 %) ; surfaces non engobées et non peintes ;
‒ 4, texture moyenne ou grossière ; au moins une surface engobée ou peinte.

17Critère nature des inclusions (I)
‒ 1, quartz prédominant ;
‒ 2, quartz + abondance de minéraux noirs ;
‒ 3, quartz + abondance de micas ;
‒ 4, quartz + abondance d’inclusions ferriques et/ou de fragments de roches détritiques et/ou de chamotte ;
‒ 5, quartz + abondance d’inclusions ferriques et/ou de fragments de roches détritiques et/ou de chamotte + minéraux noirs et/ou micas ;
‒ 6, quartz + abondance d’inclusions végétales ;
‒ 7, quartz + abondance d’inclusions végétales + minéraux noirs et/ou micas ;
‒ 8, quartz + abondance d’inclusions ferriques et d’inclusions végétales ;
‒ 9, quartz + abondance d’inclusions ferriques et d’inclusions végétales + minéraux noirs et/ou micas.

18Critère couleur (C)
‒ 1, couleur claire sur toute la tranche ;
‒ 2, couleur orangée à brune sur toute la tranche ;
‒ 3, cœur foncé, surfaces claires ;
‒ 4, couleur grise ou noire sur toute la tranche.

19Pour chaque site, la répartition des classes de critères (TIC) peut être déterminée. D’autres paramètres sont tirés des données d’observation : le nombre de tessons observés, le nombre de classes TIC, le rapport de ces deux derniers paramètres (c’est un indice de diversité), la classe modale (la classe au pourcentage le plus élevé) et sa fréquence, le barycentre sur le critère Texture, celui sur le critère Inclusions et celui sur le critère Couleur (tabl. xvi).

TABL. XVI ‒ Détermination des paramètres de l’étude des pâtes.

  • 2 Exception a été faite pour le site 21 où 1 tesson représente 5,3 %.

20À partir de cette étape, plusieurs possibilités de traitement des données purent être envisagées. Tout d’abord, il a fallu décider du pourcentage d’erreur (ou seuil de signification) que l’on s’accordait pour la suite des traitements statistiques. En testant une hypothèse, on est disposé à risquer une erreur jusqu’à un certain niveau, appelé seuil de probabilité ou de signification. Force est d’admettre un certain arbitraire, c’est pourquoi beaucoup de statisticiens ont pris l’habitude de déclarer « significatif » le seuil de probabilité égal à 0,05 (5 %) ; « hautement significatif » le seuil de probabilité égal à 0,01 (1 %) ; « très hautement significatif » le seuil de probabilité égal à 0,001 (0,1 %) (Scherrer 1984). Le seuil de signification de 5 % a été adopté. Cette décision a exclu des traitements statistiques les sites où la fréquence d’un tesson représente une valeur supérieure à 5 % de l’échantillon2 ; ont donc été exclus les sites suivants : 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 107, 187, 194, 195, 213 et 309.

21Une confrontation des fréquences des classes de critères a été réalisée de site à site par régression linéaire afin de développer une relation entre deux ensembles de données. De cette confrontation, le coefficient de corrélation (r), caractérisant la relation entre deux sites, a pu être obtenu. Cette opération a été répétée afin de confronter chaque site avec tous les autres.

  • 3 Les références sont données sous forme de table des valeurs de r significatives à 5 % en fonction d (...)

22Pour l’interprétation des coefficients obtenus, il a fallu tout d’abord les soumettre au test r, tant le nombre de tessons observés était différent d’un site à l’autre. Le test r ou test de signification d’une corrélation consiste à calculer si une valeur de r peut avoir été obtenue par le hasard de l’échantillonnage ou si elle signifie (au risque d’erreur choisi) qu’il existe effectivement une corrélation significative entre deux sites3. À la suite de ce test, toutes les corrélations non significatives ont été écartées. Mais avec toute la prudence requise quant à l’interprétation de coefficients, même significatifs, obtenus à partir de variables issues de données d’observation, un test statistique supplémentaire a paru nécessaire. C’est le test G ou test d’homogénéité qui a été choisi comme le plus approprié. Le test G détermine, au seuil de signification choisi, si un ensemble d’échantillons constitue un groupe homogène ou non. Dans le cas présent, ce sont les corrélations jugées significatives qui ont été testées. La variable G suit approximativement une distribution du Khi carré lorsque l’effectif N est grand, à (N‑1) degrés de liberté. Elle s’avère simple à calculer. En fait, à cause d’un manque de conformité de la distribution de G avec la loi du Khi carré, un ajustement de la valeur de G est nécessaire pour obtenir une meilleure approximation de la loi du Khi carré (Scherrer 1984).

5.2.2.2 Résultats

23À la suite des deux tests, chaque site s’est vu rattaché à un ensemble de sites qui lui sont corrélés. Il est à noter qu’au‑delà de r = 0,8, valeur à partir de laquelle se justifie pourtant une forte corrélation (Scherrer 1984), trois corrélations jugées significatives par le test r (sites 13‑17, 223‑17 et 230‑180) ne coïncident pas avec des groupes d’échantillons reconnus homogènes par le test G. Cette hétérogénéité décelée suggère plusieurs productions, à interpréter éventuellement en terme d’occupations, sur tous ces sites ou une partie d’entre eux. Par intersections des ensembles ainsi définis, chaque site s’est extrait de tous les autres. La discrimination de la production céramique, telle qu’elle a été définie par l’association des trois critères choisis, montre que chaque site s’isole par une production céramique qui lui est propre. La première interprétation de ce résultat est que la majorité, voire la totalité de la production d’un site d’habitat est réalisée au sein de celui‑ci. Chaque production caractérise alors un couple de critères (groupe humain/datation). Elle peut se définir par les paramètres précédemment cités.

24L’analyse des données ne sera complète qu’en permettant cependant la sériation des sites. Il est justement remarquable de noter, qu’au sein d’un groupe de sites à la même classe modale, la somme des écarts barycentriques absolus entre sites suit approximativement une logique arithmétique (∑a, c ≈ ∑a, b + ∑b, c). Cet écart barycentrique global traduit l’intensité de la disparité technologique entre sites. Au vu de la logique qu’il développe, il valide le choix des critères et de leur paramètre barycentrique et permet la sériation des sites. Celle‑ci, la seule conforme aux écarts barycentriques globaux, est obtenue en considérant la hiérarchie des critères suivante : Inclusions, Couleur, Texture. Par la suite, nous parlerons donc des classes ICT (tabl. xvii).

25Ainsi, cette étude sur la seule observation macroscopique des pâtes céramiques aura permis de valider l’hypothèse que chaque site se distingue par une production qui lui est propre. Chaque production peut être définie par un certain nombre de paramètres. Il est cependant possible de réaliser une sériation sur la base des trois critères technologiques choisis (Inclusions, Couleur et Texture). Cette sériation révèle les affinités de production par comparaison des classes modales et si elles sont identiques, par estimation de l’écart barycentrique global.

TABL. XVII ‒ Sériation des sites d’après les classes modales et les barycentres.

5.2.3 Interprétation des analyses chimiques

5.2.3.1 Méthodologie

  • 4 Le premier lot de tessons avait été expédié dès 1992 au centre Orstom de Bondy à la suite d’une pre (...)

26Nous disposons de résultats d’analyses chimiques sur deux lots de tessons ainsi que sur des prélèvements de matériaux argileux susceptibles d’avoir été utilisés. Un premier lot de 25 tessons a été analysé4. Ils proviennent des six sites fouillés à proximité de l’ouvrage d’art (sites 15, 16, 17, 18, 19 et 20).

2735 tessons ont été par la suite sélectionnés pour constituer le second lot à analyser. La sélection a été faite avant tout sur la base d’un choix arbitraire, celui de déceler éventuellement des différences entre sites sur des tessons ayant macro‑scopiquement des inclusions de même nature. Envoyé en mars 1994, le deuxième lot ne contient que des tessons extraits de sites dont l’étude macroscopique sous loupe était achevée à cette date. Toutefois, au regard de la sériation des sites obtenue suite à l’examen macroscopique, l’échantillonnage couvre une diversité technologique appréciable.

28À ces deux lots de tessons céramiques, s’ajoute l’envoi de 30 prélèvements de matériaux d’altération de granites et de schistes du bassin du Sinnamary. Le choix des prélèvements et la plupart d’entre eux ont été effectués par J.‑F. Turenne (centre Orstom, Bondy) qui en a fait la liste (tabl. xviii).

TABL. XVIII ‒ Liste des prélèvements de matériaux argileux.

29Dans la suite de l’étude, les échantillons sont formulés de la sorte : pour les tessons, il est fait mention du numéro de site suivi des trois chiffres attribués à la classe ICT ; pour les prélèvements, il est seulement fait référence aux numéros qui leur ont été affectés.

30La nature des résultats chimiques diffère d’un lot à l’autre. Pour le premier lot de tessons, ainsi que pour les prélèvements nos 2, 3, 4, 6, 7, 7’, 8, 9, 10, 11, 13, 14 et 15, nous ne disposons que des pourcentages en poids des dix éléments majeurs (Si02, Al203, Ti02, Fe203, K20, Na20, MgO, CaO, MnO et P205). Pour le second lot de tessons, ainsi que pour les prélèvements nos 1, 5, 17, 18, 19, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 26 et 27, outre les dix cléments majeurs, nous disposons du dosage de sept éléments traces (Ni, Cu, Co, Ba, V, Cr et Zr) exprimé en ppm. Quant aux prélèvements nos 6’, 12, 12’ et 16, nous ne disposons d’aucune donnée.

31Les résultats ont été traités de façon mathématique en les considérant comme des variables aléatoires. Parmi la diversité de traitements mathématiques, le choix s’est finalement porté sur la réalisation de dendrogrammes (ou classifications par analyse de grappes) résultant de la classification des coefficients de corrélation de rang de Spearman entre les éléments chimiques. Le coefficient de corrélation de rang de Spearman indique le degré de liaison existant entre le classement des échantillons selon la variable x (ici un élément chimique) et le classement des échantillons selon y (un autre élément chimique).

32Rappelons qu’une opération de classification consiste à regrouper les céramiques dont les compositions se ressemblent. Les résultats de l’analyse de grappes utilisée à cette fin, sur les dix éléments majeurs d’une part et sur les sept éléments traces d’autre part, sont traduits graphiquement en un diagramme arborescent ou dendrogramme sur lequel chaque céramique est représentée par un trait à la base du diagramme. La ressemblance de composition qui existe entre deux ou plusieurs tessons est matérialisée par la longueur (basée sur le plus faible coefficient entre eux) où se situe le départ du rameau qui réunit les échantillons considérés. Plus cette longueur est grande, plus faible est la ressemblance existant entre les compositions des céramiques qui se trouvent rattachées au même rameau. Il existe bien entendu beaucoup d’autres méthodes qui auraient permis de mettre en évidence les différences de composition entre les tessons, mais celle‑ci donne lieu à des développements particulièrement féconds.

5.2.3.2 Attribution géochimique des matériaux d’origine

33Avant de débuter la classification des échantillons en familles géochimiques, leur origine locale doit être prouvée. T. Kilka utilise le rapport Ti02/Al203 pour montrer l’appartenance de céramiques à un ensemble qui milite fortement en faveur d’une origine locale, dans le cas où les tessons se répartissent sur la droite de corrélation d’échantillons locaux certains (Kilka 1988).

34Dans notre cas, outre le constat que le diagramme du rapport Ti02/Al203 sur les 60 tessons de Petit Saut montre une répartition tout au long d’une droite de corrélation issue du rapport sur les échantillons de prélèvements, c’est surtout le fait que les tessons céramiques se trouvent ceinturés par les prélèvements de matériaux locaux qui est manifeste (fig, 110). On note toutefois un tesson marginal, no 12.223, à forte concentration en petits minéraux noirs, s’écartant suffisamment de la droite de corrélation pour que son origine locale ne soit pas certaine.

FIG. 110 ‒ Distribution du rapport Ti02/Al203. Les carrés pleins se réfèrent aux prélèvements argileux, les carrés vides, aux échantillons céramiques.

  • 5 Malheureusement, cette recherche n’a pas pu être menée sur l’ensemble des échantillons car ces anal (...)

35Par la suite, la recherche de regroupements en familles géochimiques a été menée en réalisant un dendrogramme sur la base du dosage des sept éléments traces ces derniers signant l’origine des dépôts des matériaux d’altération (fig. 111)5. La valeur critique du coefficient de corrélation de Spearman, au seuil de signification toujours choisi à 5 %, pour un effectif de sept éléments, est égale à 0,679. Cela veut dire que la relation entre deux compositions n’est pas significative si leur coefficient de corrélation est inférieur à cette valeur. Appliquée sur le dendrogramme, cette valeur critique isole quatre familles géochimiques. La première (A) regroupe la majorité des tessons (24 sur 34 soit 70,5 % de l’effectif) ainsi que neuf prélèvements (nos 1, 17, 18, 20, 21, 22, 23, 24 et 25). À l’exception du premier prélèvement, les huit autres sont des argiles des terrasses et bourrelets fluviatiles de la Courcibo ou du Sinnamary. La deuxième famille (B) regroupe six tessons (soit 17,5 % de l’effectif) et le prélèvement de surface gravillonnaire détritique (no 5). La troisième famille (C) regroupe deux tessons (soit 6 % de l’effectif) et le prélèvement d’argile sédimentaire de marigot (no 19). La quatrième famille (D) regroupe deux tessons (6 %) et les prélèvements d’altérites du granite (nos 26 et 27). La plus grande partie des échantillons indique donc une provenance des argiles à partir de matériaux de dépôts sédimentaires (76,5 % de l’effectif, au total) ; les altérités sont minoritaires (23,5 % de l’effectif).

FIG. 111 ‒ Dendrogramme sur les éléments chimiques mineurs.

36La géologie du bassin du Sinnamary étant fort complexe en raison de la présence vraisemblable de toutes les auréoles métamorphiques autour des granités (gneiss, granito‑gneiss, micaschistes, etc.), il n’est pas possible, par la seule sériation du dendrogramme des éléments traces, d’aller plus avant dans la détermination des roches d’où les composants détritiques sont issus. C’est à ce niveau que la détermination des cortèges de minéraux lourds apporterait une approche complémentaire à l’analyse chimique.

5.2.3.3 Caractérisation de traitements sur les matériaux

37Sous ce titre, nous avons cherché à mettre en évidence des ajouts, voire des tris ou des épurations, sur les matériaux d’origine que nous avons groupés en grandes familles géochimiques. Pour ce faire, nous avons sérié les tessons et les prélèvements en réalisant, de la même façon que précédemment, un dendrogramme sur les dix éléments majeurs (fig. 112). Les valeurs des résultats d’analyses ont été « corrigées » dans le sens où le total sur les dix éléments a été régularisé à 100 %.

FIG. 112 - Dendrogramme sur les éléments chimiques majeurs.

38La valeur critique du coefficient de corrélation de Spearman, pour un effectif de dix éléments, est égale à 0,551 (Scherrer 1984). Autrement dit, toutes les relations du dendrogramme sont significatives puisque la plus faible valeur de coefficient obtenue entre deux échantillons est 0,636. À partir d’une diversité de matériaux prélevés, telle qu’elle s’est révélée sur le dendrogramme précédent, on dénote une tendance à l’homogénéisation de la composition apparente de tous les tessons. C’est pourquoi, dès à présent, nous pouvons espérer que les tessons céramiques issus du bassin du Sinnamary pourront se distinguer d’un ensemble d’une autre provenance, en particulier du littoral, par les caractères chimiques qui leurs seraient propres.

39La tendance à l’homogénéisation des pâtes résulterait de modifications des teneurs en éléments grossiers des matériaux prélevés. Si nous reprenons dans le détail les familles géochimiqttes précédemment définies et voyons où se placent, dans le nouveau dendrogramme, les échantillons qui composent chacune d’elles, des éléments de réponse apparaissent.

Famille A

40Les moyennes et les écarts‑type des dix éléments majeurs ont été calculés sur l’ensemble des huit prélèvements qui appartiennent à cette famille. On constate une grande diversité des proportions en matériaux siliceux, alumineux et ferreux, que l’on peut interpréter comme correspondant à des tris d’origine pédologique sur les terrasses fluviatiles (lessivage, accumulation relative d’éléments grossiers, etc.). Les moyennes et écarts‑type ont ensuite été comparés aux teneurs sur les tessons regroupés dans cette famille. Les comparaisons montrent que :
– les tessons au caractère « quartz dominant » (I = 1) ont une teneur affaiblie en matériaux siliceux, ce que l’on peut interpréter comme résultant de l’épuration des sables grossiers ; 
– le tesson au caractère « quartz + micas » (I = 3) a une teneur amoindrie en matériaux siliceux mais augmentée en matériaux alumineux, ce que l’on peut interpréter comme résultant de l’épuration des sables grossiers et de l’ajout des micas ;
– les tessons au caractère « quartz + inclusions ferriques et/ou fragments de roches détritiques » (I = 4) présentent une élévation des teneurs en matériaux alumineux et ferreux, manifestant que les matériaux grossiers qui caractérisent cette classe (inclusions ferriques ou feldspaths) sont ajoutés à la pâte ;
– les tessons au caractère « quartz + inclusions ferriques et/ou fragments de roches détritiques + micas » (I = 5) présentent une élévation de la teneur en matériaux alumineux, mais pas d’élévation de la teneur en matériaux ferreux, ce qui résulterait de l’ajout des micas dans une pâte a priori non épurée ;
– le tesson au caractère « quartz + inclusions végétales » (I = 6), par son affaiblissement en matériaux siliceux, a apparemment subi une épuration des sables grossiers avant l’ajout des inclusions végétales.

Famille B

41Les teneurs en éléments majeurs des tessons appartenant à cette famille ont été comparées à celles du prélèvement no 5. Tous les tessons révèlent la même modification des proportions en éléments majeurs, à savoir une forte épuration des matériaux alumineux et ferreux d’un horizon d’altérite lessivée de sol ferrallitique.

Famille C

42La composition des deux tessons de cette famille, comparée à celle du prélèvement no 19, montre une nette augmentation des teneurs en matériaux siliceux et ferreux, qui résulterait de l’ajout de sables siliceux et de matériaux détritiques dans une argile sédimentaire grasse.

Famille D

43Les moyennes et écarts‑types des teneurs sur les prélèvements nos 26 et 27, comparés aux teneurs sur les deux tessons de cette famille, montrent sur ces derniers une augmentation de la proportion des matériaux alumineux et ferreux, ce qui signalerait plutôt l’utilisation d’horizons de matériaux détritiques dérivés du granite à un stade d’altération plus avancé que celui des deux prélèvements de référence.

5.2.3.4 Analyses annexes

44Nous disposons des résultats de mesures de porosité et de densités apparente et réelle sur les tessons. Une fois triés par ordre croissant, ces trois paramètres ne permettent pas de déceler de regroupements par site ou classe de critères. Ce constat va dans le sens du fait mentionné plus haut, à savoir une tendance à l’homogénéisation de la composition de pâte malgré la diversité des matériaux argileux utilisés et des dégraissants ajoutés. Néanmoins, comme pour les teneurs en éléments chimiques (tabl. xix), il est possible que les tessons céramiques issus du bassin du Sinnamary puissent se distinguer d’un ensemble d’une autre provenance sur la base de ces paramètres. Dans cette perspective, les moyennes et les écarts‑type ont donc été calculés sur chacune des séries (tabl. xx).

TABL. XIX ‒ Les caractères chimiques majeurs et mineurs des tessons de l’échantillon de Petit Saut.

TABL. XX ‒ Moyenne et écart type sur les densités et la porosité.

5.2.4 Description minéralogique

5.2.4.1 Introduction

45Nous disposons des spectres RX, obtenus par diffractométrie sur poudre, sur les tessons ainsi que sur un échantillon d’argile d’altération (T4) et sur un autre d’argile de bourrelet fluviatile (T9). La lecture des diagrammes a été faite en se servant de la table de référence de G.W. Brindley et G. Brown (Brindley, Brown 1980). Une liste cumulative de tous les pics décelés aux différentes distances réticulaires des cristaux (d) et les principales identifications minéralogiques correspondantes ont donc pu être établies, ainsi que les teneurs semi‑quantitatives des différents minéraux ou familles minérales. Nous y trouvons le quartz, la gibbsite et parmi les phyllosilicates, les minéraux argileux (kaolinite, illite, illite‑montmorillonite et autres minéraux interstratifiés) et des micas blancs (muscovite et paragonite). Les autres silicates décelés sont les amphiboles et les épidotes. Les feldspaths rencontrés sont alcalins ou plagioclases (albite). Nous trouvons également des oxydes métalliques (hématite, anatase, ilménite et rutile) et de la calcite est détectée (tabl. xxi). Les teneurs sont exprimées en quantité relative du minéral par rapport à la quantité la plus importante rencontrée pour le même minéral. Ainsi les valeurs sont comprises entre 0 et 1. Elles prennent en compte les intensités de pics imprimées sur les spectres.

TABL. XXI ‒ Teneurs semi‑quantitatives en minéraux.

5.2.4.2 Interprétation des spectres RX

46Les résultats spectrométriques fournissent plusieurs indications.

47La détermination minéralogique des pâtes céramiques renseigne sur la composition de la roche mère et sur le degré d’altération des matériaux utilisés. Il s’agit en l’occurrence d’argiles mixtes (illite‑kaolinite) en mélange avec des minéraux argileux interstratifiés, de la gibbsite, des micas, des amphiboles, des épidotes et plusieurs oxydes de fer et de titane, caractéristiques d’un processus d’altération ferrallitique en conditions tropicales humides (comm. écrite, J.‑ F. Turenne). Au sujet des feldspaths, la plus forte teneur étant rencontrée pour le tesson 223.523, dont justement le matériau d’origine a été reconnu comme provenant d’une altérité de contact (famille D), les teneurs en ces minéraux peuvent être considérées comme un bon indice du degré d’altération du matériau utilisé. Au cours de l’altération de la roche mère, la disparition des feldspaths va de pair avec la synthèse de kaolinite.

48La comparaison (visuelle) des spectres obtenus pour l’échantillon T4 (horizon pédologiquc sablo‑argileux sur granite) et pour l’échantillon T9 (argile de bourrelet de berge fluviatile) avec ceux des tessons confirme les constatations déjà étayées, à savoir la parenté des matériaux utilisés pour la fabrication des céramiques avec les matériaux issus du socle précambrien du bassin du Sinnamary. Mais, comme à la suite des analyses chimiques, il n’est pas possible par la reconnaissance minéralogique de chaque tesson, d’aller plus avant dans la détermination des roches d’où les matériaux détritiques sont issus, tant la géologie du bassin est rendue fort complexe par la présence vraisemblable de toutes les auréoles métamorphiques autour des granites.

49La comparaison des spectres obtenus après traitement des deux échantillons de matériaux (T4 et T9) par chauffage à 400, 750 et 1 000 °C, avec les spectres des tessons permet d’en déduire une estimation des températures de cuisson. En effet, les pics caractéristiques de la kaolinite disparaissent avant 750 °C et ceux de la goethite dès 400 °C pendant que s’affirment à la même température ceux de l’hématite, produit de transformation de la goethite par chauffage.

50Les traitements par chauffage de seulement deux échantillons de matériaux ne permettent pas à eux seuls de décrire toutes les phases de modification des associations minéralogiques au cours de la montée en température et donc d’aller plus loin qu’une première estimation globale sur l’ensemble des tessons. Sur la totalité des spectres de pâtes céramiques, la goethite n’a pas été décelée. D’autre part, la kaolinite est encore décelable sur certains échantillons et l’hématite ne l’est pas sur tous. Ces trois remarques suggèrent que les températures de cuisson ont majoritairement dépassé 400 °C sans atteindre 750 °C.

5.2.4.3 Observation des lames minces

51Nous disposons de lames minces sur la quasi‑totalité des tessons envoyés. Pour chacune des lames, une observation morphoscopique au microscope, sous lumière polarisée (LP), puis analysée (LA), des inclusions essentielles (en l’occurrence le quartz), des inclusions secondaires (feldspaths, inclusions ferriques, micas) et des inclusions accessoires (minéraux lourds) a été faite : taille moyenne, taille maximale, caractère anguleux ou arrondi des contours. La fréquence des vides et leur apparence ont été également notées ainsi que la texture fine ou grenue du liant argileux matriciel. Au‑delà des descriptions, quelques remarques peuvent en être tirées :
– pour les tessons de la famille A au caractère « quartz dominant », l’hétérogénéité de la taille des quartz et leur taille maximale élevée confortent l’idée qu’une épuration des sables siliceux grossiers a été nécessaire ;
– pour celui au caractère « quartz + micas », malgré l’hétérogénéité de la taille des quartz, leur taille maximale moyennement élevée ne met pas en évidence une épuration certaine de sables grossiers ;
– pour ceux au caractère « quartz + inclusions ferriques et/ou fragments de roches détritiques », l’homogénéité ou l’hétérogénéité de la taille des quartz serait la conséquence de prélèvements sur une diversité d’horizons fluviatiles aux tris pédologiques différents. Les inclusions ferriques ajoutées présentent une diversité de taille qui traduirait l’absence de volonté de calibrage ;
– pour ceux au caractère « quartz + inclusions ferriques et/ou fragments de roches détritiques + micas », les micas ajoutés sont peu altérés. Le tesson du site 16 se démarque car les micas sont associés à des feldspaths peu altérés (présence de plagioclases) : il y aurait eu ajout de matériau détritique micacé et non pas de matériau micacé épuré et calibré ;
– pour celui au caractère « quartz + inclusions végétales », l’hétérogénéité de la taille des quartz et leur taille maximale élevée va dans le sens qu’une épuration de sables siliceux grossiers a été nécessaire ;
– pour les tessons de la famille B, la forte épuration en matériaux ferriques qui avait été pressentie ne peut pas être prouvée ;
– pour les tessons de la famille C, l’hétérogénéité de la taille des inclusions de quartz et l’abondance d’inclusions ferriques ne remettent pas en cause ce qui avait été signalé pour cette famille, à savoir l’ajout de sables siliceux et de matériaux détritiques dans une argile sédimentaire grasse ;
– pour les tessons de la famille D, nous ne disposons d’aucune lame mince.

5.2.4.4 Confrontation aux résultats géochimiques

52Alors que les méthodes géochimiques d’étude des céramiques (celles qui utilisent les compositions chimiques) ont fourni des résultats satisfaisants, car elles ont été spécialement élaborées pour la recherche archéologique et ont donné lieu à des travaux afin d’en préciser les conditions d’utilisation, rien de comparable n’a été fait pour les méthodes pétrographiques (celles qui utilisent les observations en lame mince des céramiques sous microscope polarisant) et minéralogiques (celles qui utilisent la description des spectres RX) qui ont simplement été empruntées, telles quelles, à la géologie. Il en résulte que l’étude pétrographique et minéralogique des céramiques reste largement tributaire de l’inspiration personnelle, sans maîtrise des possibilités et des limites de ces recherches en archéologie. Dans le cas de Petit Saut, de réelles difficultés restreignent considérablement les possibilités d’utilisation de ces méthodes. Elles tiennent d’une part, à la relative monotonie des matériaux géologiques utilisés (essentiellement argiles sédimentaires de terrasses fluviatiles et altérités de contact) et d’autre part, à la diversité potentielle des roches mères altérées. Il en résulte qu’on retrouve les mêmes composants minéralogiques dans les céramiques des nombreux sites. Quelques précisions utiles ont cependant été apportées par ces méthodes, notamment sur les épurations ou les ajouts d’inclusions, à ce qui a découlé de l’analyse géochimique.

5.2.5 Approche technologique

5.2.5.1 À propos des matériaux d’origine

53La classification des éléments chimiques mineurs à l’aide d’un dendrogramme a permis le regroupement des tessons et des prélèvements de matériaux en quatre familles géochimiques distinctes, réparties selon deux provenances :
– 76,5 % des échantillons utilisent des argiles d’origine sédimentaire (argiles de terrasses ou de bourrelets fluviatiles et argiles de marigots) (familles A et C) ; 
– 23,5 % des échantillons utilisent des altérités (familles B et D).

54Pour un site donné, il n’y a apparemment pas de volonté de se restreindre à une source d’approvisionnement. En effet, pour le site 12, un tesson appartient à la famille A et les deux autres à la famille B ; pour le site 13, un tesson en A et l’autre en B ; pour le site 14, deux tessons en A et le troisième en D ; pour le site 17, un tesson en A et le second en C ; pour le site 223, un tesson en A et un autre en D ; pour le site 228, un tesson en A et deux tessons en B. On remarque cependant que les deux échantillons du site 230 et les quatre échantillons du site 235 n’appartiennent qu’à la famille A (argiles de terrasses ou de bourrelets fluviatiles). La présence d’un bon gîte d’extraction entraîne probablement l’exclusivité d’exploitation de celui‑ci.

5.2.5.2 À propos des inclusions ajoutées

55L’observation macroscopique sous loupe binoculaire puis la comparaison des teneurs en éléments chimiques majeurs des tessons avec celles de(s) l’échantillon(s) de référence de chaque famille géochimique ont permis de déceler essentiellement cinq inclusions ajoutées, seules ou en mélange :
– du sable siliceux (en mélange avec des matériaux détritiques dans des argiles sédimentaircs grasses) ;
– des inclusions ferriques (en mélange avec des matériaux détritiques ou des micas dans des argiles de terrasses fluviatiles) ;
– des fragments de roches détritiques (matériaux détritiques riches en feldspaths, en mélange avec des inclusions ferriques ou des micas dans des argiles de terrasses fluviatiles ou avec des sables siliceux dans des argiles sédimentaires grasses) ;
– des micas (seuls ou en mélange avec des inclusions ferriques et/ou des matériaux détritiques et des inclusions végétales dans des argiles de terrasses fluviatiles) ;
– des inclusions végétales (seules ou en mélange avec des micas et des inclusions ferriques et/ou des matériaux détritiques dans des argiles de terrasses fluviatiles).

56Une distinction d’importance s’impose pour les deux cas d’inclusions végétales. Le premier cas résulte de l’ajout de moyennes et grandes inclusions grises d’écorce brûlée. Selon les données contemporaines, il s’agirait de l’écorce d’un arbre connue sous le nom de kwep ou kwepi (Chrysobalanaceae, licania sp. et Couepia sp.) riche en silice, utilisée de nos jours par de nombreux groupes amazoniens et chez les Amérindiens du littoral (Galibi, Palikur) où il est d’emploi exclusif, mélangé de moitié avec l’argile (Rostain 1994a ; Cornette 1991c, obs. pers. chez les Palikurs de Tonate‑Macouria) (fig. 113). Toutefois, sa reconnaissance sur nos tessons a parfois été estimée en moindre concentration. Le second cas résulte de la présence de petites inclusions noirâtres plus ou moins diffuses dont l’identification végétale semble difficile. Apparemment, il s’agirait des restes de racines et autres débris végétaux présents dans le matériau argileux, qui auraient carbonisé à la cuisson. Leur concentration est très variable mais généralement moins importante que dans le cas des inclusions de kwepi ajoutées.

FIG. 113 ‒ Comparaison ethnographique. Différentes étapes de la fabrication d’une céramique chez les Palikurs de Tonate‑Macouria (Guyane) : 1 broyage du dégraissant, matière végétale carbonisée ; 2 tamisage du dégraissant ; 3 mélange de l’argile et du dégraissant ; 4 la plaque constituant le fond du vase est en place et la potière façonne le premier colombin ; 5 montage du premier colombin ; 6 la céramique achevée.

57On note l’emploi exceptionnel de chamotte. La chamotte n’est généralement pas mise en évidence facilement, sa couleur ne contrastant pas nécessairement avec celle de la matrice ou ses contours incertains après broyage ne la distinguant pas forcément de grands feldspaths altérés ou d’autres fragments de roches détritiques. C’est pourquoi, les quelques cas rencontrés avec certitude ont néanmoins été associés, dès le début de l’observation macroscopique, aux tessons présentant des inclusions détritiques afin de ne pas obtenir une fausse proportion résultant d’une erreur d’appréciation de ce cas particulier d’inclusions. Cette remarque cependant ne remet pas en cause la reconnaissance de chamotte mentionnée sur des tessons de sites du littoral où la nature même du sédiment argileux, par sa rareté en fragments de roches détritiques, n’occasionne aucune gêne ou incertitude pour la détermination d’artefacts de terre cuite ajoutés.

58En dehors de la reconnaissance d’inclusions ajoutées, la comparaison des teneurs en éléments majeurs avec les échantillons de référence a permis de déceler de nombreux cas d’épurations d’inclusions présentes dans le matériau d’origine : simples épurations non suivies d’un autre traitement, ce cas concernant l’épuration d’une fraction des sables siliceux d’horizons argileux de terrasses fluviatiles ou la forte épuration de matériaux détritiques d’horizons d’altérités ; épurations suivies de l’ajout d’un dégraissant spécifique, ce cas s’appliquant aux épurations d’une fraction de sables siliceux avant l’ajout soit de micas, soit d’inclusions végétales.

5.2.5.3 À propos de la cuisson

59La comparaison des spectres RX sur les tessons avec les spectres de matériaux argileux chauffés à différentes températures a permis une première appréciation des températures de cuisson des échantillons céramiques : entre 400 et 750 °C.M. Seurin avait conclu, suite à l’analyse minéralogique et chimique de tessons archéologiques provenant du site de Rorota dans l’île de Cayenne, que la température de cuisson de la céramique s’était élevée au moins à 376 °C et avait pu atteindre 500 °C (Seurin 1976).

60De plus, les classes modales issues de l’observation macroscopique montrent clairement qu’à l’exception du site 20, les caractères majoritaires du critère Couleur de pâte sont les caractères 2 (couleur orangée à brune sur toute la tranche) et 3 (cœur foncé, surfaces claires). Ils sont attribuables tous les deux à des conditions d’incomplète oxydation (Shepard 1965). Le site 20, quant à lui, présente majoritairement des tessons de teinte grise à gris foncé sur toute la tranche, traduisant une atmosphère de cuisson plutôt réductrice, occasionnée peut‑être par les nombreuses inclusions végétales carbonisées toujours en grande concentration dans la pâte sur ce site.

61Ces constats rejoignent ce que nous connaissons sur le mode de cuisson traditionnel des poteries chez les Amérindiens ; ne connaissant pas le four, ils utilisent la technique de cuisson dite « en tas » où, recouvertes de branches, les pièces cuisent en atmosphère oxydante. Dans ces conditions, la température de cuisson ne peut pas atteindre des valeurs élevées. Elle est cependant difficilement maîtrisable et des accidents de chauffe, à l’image d’une surchauffe ponctuelle ou d’un enfumage, peuvent se produire.

5.2.5.4 À propos des revêtements colorés

62Huit tessons envoyés parmi le second lot présentaient avec évidence un revêtement de surface, soit de couleur rouge pour six d’entre eux, soit noire pour les deux autres. Nous ne possédons que les résultats d’analyses minéralogiques sur quatre tessons à revêtement rouge plutôt épais (0,25 à 0,5 mm).

63Les analyses montrent que les revêtements résultent à chaque fois de l’application d’un engobe riche en minéraux argileux interstratifiés (il s’agit probablement de micas altérés sous l’appellation micas‑vermiculite) et possédant les minéraux secondaires et accessoires déjà reconnus dans la constitution même de la pâte. Il s’agit de matériaux argileux locaux, ayant subi éventuellement une épuration par décantation.

64Les revêtements rouges plutôt épais ne sont pas les seuls revêtements de couleur rencontrés sur les tessons, mais malheureusement nous ne possédons aucun résultat d’analyse de surface pour les autres cas. Néanmoins, à la lumière des connaissances ethnographiques, nous savons qu’une grande diversité de matériaux, aussi bien minéraux que végétaux, sont utilisés pour colorer les surfaces céramiques ou d’autres supports (bois, calebasses, peau) (Rostain 1994a ; Grenand, Prevost 1994).

5.2.6 Perspectives analytiques

65Notre problématique est dirigée essentiellement vers la reconnaissance de l’intérêt de mener une étude des pâtes céramiques, parallèlement à l’étude typologique des formes et des décors, d’autant plus que c’est la première fois qu’une telle caractérisation synthétique est entreprise sur des tessons céramiques de sites guyanais et, à notre connaissance, sur de la céramique amérindienne du plateau des Guyanes ou du bassin Amazonien. C’est pourquoi, nous nous sommes attachés, dans une première étude, à définir les caractéristiques du produit fini par l’association de critères descriptifs sur la pâte céramique, puis à préciser différents stades de la technologie, selon plusieurs procédés analytiques. Il semble que l’on puisse reconnaître dans ce type de démarche un moyen tangible de caractérisation exact et utile. Il faut cependant relativiser la portée des renseignements obtenus.

66Les résultats analytiques, tant chimiques que minéralogiques, ont montré la difficulté d’utiliser ces méthodes à des fins de distinction culturelle, devant la diversité des matériaux argileux qui occupent faire géographique concernée et le caractère apparemment inexplicable des changements de dégraissants au sein d’une production. Il a toutefois été possible de montrer l’origine locale des matériaux utilisés et de reconnaître quatre grandes familles de gîtes d’extraction. De plus, il a été possible de préciser la nature des épurations ou des ajouts d’inclusions, d’admettre le caractère uniforme du mode de cuisson ainsi que la nature identique des quelques engobes rouges étudiés. L’ensemble des procédés analytiques auront eu par ailleurs l’avantage de définir des caractéristiques de pâte pour l’aire du bassin du Sinnamary. Ces spécificités devraient s’opposer partiellement mais suffisamment à ce qui serait rencontré pour des sites d’une autre localisation.

67Par contre, il semble que l’on puisse reconnaître à la première démarche (le classement typologique selon des critères macroscopiques) le moyen de caractériser spécifiquement la production d’un site donné. C’est ainsi qu’à partir d’observations au départ très empiriques, nous nous sommes employés à la mise au point d’une méthodologie rigoureuse permettant tout à la fois de dévoiler cette spécificité de site et de sérier les échantillons selon une logique résultant de la hiérarchie des critères. On ne peut qu’encourager l’emploi de cette démarche pour classer de prochains sites dans la sériation mise en place, afin d’obtenir tout à la fois une plus grande précision et un élargissement du nombre de groupes technologiques.

5.3 Étude typologique des formes et des décors

5.3.1 Méthode

68Pour être parfaitement fiable, toute étude comparative nécessite le maximum d’homogénéité entre les documents de référence qui sont à disposition grâce aux publications et le mobilier que l’on veut classer. Or, dans le domaine du matériel céramique, on ne peut que reconnaître, d’emblée, de nombreux décalages ne facilitant pas la recherche.

69Au‑delà de la disparité des méthodes de fouille, d’échantillonnage ou de terminologie employées par les divers auteurs, il faut souligner une fâcheuse tendance à trop synthétiser les données écrites, tendance qui se traduit notamment par un inventaire des décors en grandes familles (incisions, décors peints, modelés, appliqués...) minimisant le plus souvent la part des associations possibles ou les limites de localisation de tel ou tel répertoire de décor. Aux descriptions trop succinctes s’ajoute plus gravement encore un manque de représentations graphiques, quantitativement mais aussi qualitativement, à l’exemple du rendu des modelés.

70En raison de ces lacunes et imperfections qui nuisent à une précision comparative indispensable à la mise en place d’une typochronologie, il nous est apparu nécessaire, avant de comparer nos sites aux typologies existantes, de préciser les grandes familles de décors et de formes auxquelles nous avons été confrontés afin d’en connaître les caractéristiques, les limites de définition et les associations.

71Dans cette optique, un effort particulier a été engagé pour obtenir, en premier lieu, une description précise de tous les éléments lors de l’enregistrement, puis de présenter sous forme lexicologique le répertoire des décors et des formes des sites du bassin du Sinnamary dans la perspective de l’établissement d’une méthode transposable à l’avenir, à d’autres ensembles céramiques.

72Pour ce faire, suite aux phases de lavage et de remontages systématiquement entreprises, et devant la quantité de tessons à traiter, un premier tri a été effectué. Il a consisté à isoler pour chaque site sept ensembles, conditionnés séparément. Ils sont constitués par le regroupement des éléments décorés (tous types de fragments confondus), des bords, des fonds, des pilettes, des fragments de platines (bords et fonds), le sixième ensemble regroupe tous les éléments de panse typiques, à l’image des carènes, enfin le dernier regroupe les tessons de panses non caractéristiques.

73Suite à ce premier tri, pour chaque site, un enregistrement graphique a été entrepris pour le mobilier des six premiers ensembles quand ils comprenaient un nombre restreint d’artefacts et par un large échantillon significatif dans les autres cas, ainsi environ 2 500 pièces ont été dessinées.

74Parallèlement à cette démarche, un enregistrement descriptif du mobilier a été effectué dans des tableaux sous logiciel Excel 5. Il a été engagé sur l’ensemble des éléments céramiques à l’exception des tessons de panse atypiques et d’une partie des échantillons collectés sur les sites 172 et 230 où le nombre d’éléments décrits nous est apparu suffisant et représentatif (2 553 pièces pour le site 172, 6490 pièces pour le site 230). Pour des raisons méthodologiques, 4 tableaux différents ont été établis en fonction de la nature du mobilier. Le premier regroupe les tessons de vases (20 217 artefacts), le second les formes entières et les profils semi‑entiers (243 formes), le troisième, les fragments de platines (1 340 tessons) et le dernier, les pilettes (51 éléments).

75Dans chacun des cas, la méthodologie adoptée repose sur le choix de paramètres descriptifs de l’artefact dans son ensemble, puis de critères détaillant avec précision l’élément de forme et/ou de décor. Ces paramètres et critères sont codifiés par l’association de lettres et de chiffres.

5.3.1.1 Enregistrement des tessons de vase

  • 6 Au total, 10 tableaux ont été nécessaires pour enregistrer l’ensemble des 20 217 tessons. Ces table (...)

76Lors de son enregistrement6, chaque tesson s’est vu attribué un numéro d’inventaire propre. À ce dernier succède le numéro de site ; il correspond à celui attribué à Petit Saut dans le cadre de notre carte archéologique. Ainsi, certaines appellations nominatives définies en début d’opération n’ont pas été retenues (sites : 1‑PK 9,3, 15‑Topu, 16‑Wewe, 17‑Crique Cœur Maroni, 18‑Orino, 19‑Sakau, 20‑Poudoupoudouli). La mention « unité planimétrique » précise l’origine du tesson à l’échelle d’une implantation (indice de surface no x, structure no y, m2 no z...).

77Après ces premières informations signalétiques, sont traitées les données typologiques de l’élément céramique. Dans la rubrique « type de fragment », est défini l’ensemble de la partie morphologique constituant le tesson à l’aide d’un code de qualificatifs (tabl. xxiia et b). Puis, est définie, quand cela est possible, la forme typologique à laquelle le tesson peut être rattaché et ce, à partir des six types majeurs de la nomenclature élaborée par H. Ballet, M.‑F. Fauvet‑Berthelot et S. Monzon (1983), auxquels ont été ajoutés trois autres types (tabl. xxiiib). En complément à cette donnée typologique, sont précisés un ou des caractères particuliers du vase (tabl. xxiiia). Quand le diamètre à l’ouverture a pu être calculé, il est mentionné et une épaisseur moyenne de la pâte est donnée pour chaque tesson. Ce sont les seuls paramètres numériques enregistrés concernant la morphologie des fragments de poteries.

TABL. XXII ‒ Codification des types de fragments : a qualificatif 1 ; b qualificatif 2.

TABL. XXIII ‒ Codification des formes typologiques : a qualificatif 1 ; b qualificatif 2.

TABL. XXIV ‒ Codification des panses.

78Avant de codifier les éléments de formes caractéristiques du tesson, il est fait référence au numéro d’inventaire du dessin. Puis le bord (fig. 114 à 117), le col (fig. 118 à 120), la panse (tabl. xxiv) et le fond (fig. 121 à 123) sont décrits par un code, la nomenclature utilisée reprenant très largement celle mise au point par B. Dedet et M. Py (1975).

FIG. 114 ‒ Codification des bords, qualificatif 1 : A lèvre arrondie ; B lèvre arrondie‑épaissie à l’intérieur ; C lèvre arrondie‑épaissie ; D lèvre arrondie, infléchie vers l’extérieur ; E lèvre arrondie‑épaissie à l’intérieur ; infléchie vers l’extérieur ; F lèvre aplatie ; G lèvre aplatie‑épaissie à l’intérieur ; H lèvre aplatie‑épaissie ; I lèvre aplatie, infléchie vers l’extérieur ; J lèvre aplatie‑épaissie à l’intérieur, infléchie vers l’extérieur ; K lèvre amincie ; L lèvre amincie‑épaissie à l’intérieur ; M lèvre amincie, infléchie vers l’extérieur ; N lèvre amincie‑épaissie à l’intérieur, infléchie vers l’extérieur ; O lèvre à autre morphologie.

FIG. 115 ‒ Codification des bords, qualificatif 2 : 1 bord incliné vers l’extérieur, à profil extérieur concave ; 2 bord incliné vers l’extérieur, à profil extérieur rectiligne ; 3 bord incliné vers l’extérieur, à profil extérieur convexe ; 4 bord vertical à profil extérieur rectiligne ; 5 bord incliné vers l’intérieur, à profil extérieur concave ; 6 bord incliné vers l’intérieur, à profil extérieur rectiligne ; 7 bord incliné vers l’intérieur, à profil extérieur convexe.

FIG. 116 ‒ Codification des bords, qualificatif 3 : 1 bord sécant ; 2 bord tangent ; 3 bord replié.

FIG. 117 ‒ Codification des bords, qualificatif 4 : 1 bord à un méplat ; 2 bord à deux méplats ; 3 bord à trois méplats ; 4 bord à rebord ; 5 bord creux (la pâte repliée forme un vide visible sur la section).

FIG. 118 ‒ Codification des cols, qualificatif 1 : A col convergent ; B col parallèle ; C col divergent.

FIG. 119 ‒ Codification des cols, qualificatif 2 : 1 contact col‑panse anguleux ; 2 contact col‑panse adouci.

FIG. 120 ‒ Codification des cols, qualificatif 3 : 1 col à profil extérieur concave ; 2 col à profil extérieur rectiligne ; 3 col à profil extérieur convexe.

FIG. 121 ‒ Codification des fonds, qualificatif 1 : A fond aplati ; B fond faiblement ombiliqué, ou irrégulier ; C fond ombiliqué ; D fond à pied haut parallèle (plus d’un colombin de haut) ; E fond à pied bas parallèle (un colombin de haut) ; F fond à pied haut divergent (un colombin de haut) ; G fond à pied bas divergent (moins d’un colombin de haut) ; H fond à pieds boutons (ils se présentent sous forme de pastilles de pâte appliquées) ; I fond bombé ?

FIG. 122 ‒ Codification des fonds, qualificatif 2 : 1 fond à profil extérieur concave ; 2 fond à profil extérieur rectiligne ; 3 fond à profil extérieur convexe.

FIG. 123 ‒ Codification des fonds, qualificatif 3 : 1 fond non élargi ; 2 fond élargi ; 3 pied à plan de pose aplati ; 4 pied plein élargi en base ; 5 pied à plan de pose formant une arête.

79Pour les tessons portant une décoration, le nombre de faces décorées est précisé ainsi que le nombre de descriptions réalisées. Une troisième colonne définit, pour chaque description, si le décor est situé sur la face externe (code 1), sur les deux faces (code 2) ou s’il est limité à la surface intérieure (code 3). À ces informations succèdent celles concernant l’emplacement et l’étendue du décor par rapport à la morphologie du tesson. Elles sont indiquées à l’aide de codes, reprenant la nomenclature utilisée pour la définition des types de fragments (tabl. xxiia et b), dans les colonnes « localisation interne » et « localisation externe ». Dans le cas d’un décor situé sur la lèvre, il est mentionné en localisation interne et externe et est donc à considérer comme positionné sur les deux faces. Puis intervient la description du décor proprement dit, à partir d’une nomenclature établie à Petit Saut (tabl. xxv), en fonction des premières observations faites sur le matériel décoré. Les différents types de techniques décoratives codifiés (au nombre de 24) sont issus de trois grandes catégories technologiques :
– 1, absence, plus ou moins totale d’aménagement de surface (type colombins apparents) ;
– 2, modification de l’état de surface ; 
– 3, ajout d’un élément sur la surface.

TABL. XXV ‒ Codification des décors.

80Elles cherchent à remonter du résultat au geste (perforation, gravure, excision, modelage, pincement, enfoncement, incision, impression, traînée, application, dessin) ou au procédé technologique (mélange de pâte, revêtement par aplat d’engobe ou de peinture, décoration en négatif).

81L’enregistrement d’un décor simple se fait par une lettre qui définit une technique puis un ou plusieurs chiffres qui précisent l’état de surface apparent ou le motif obtenu. Quant aux décors composites, ils ont été codifiés par une formule constituée d’une succession de codes simples allant de la description de la technique décorative majeure à celle la plus ponctuelle. Pour les fragments portant plusieurs décors, ils sont décrits unitairement sur plusieurs lignes du tableau, sous le même numéro d’inventaire.

82En dernier lieu, une colonne « remarque » permet de préciser une donnée si nécessaire. Enfin, la mention du rédacteur permet de signer la prise d’informations (tabl. xxvi et fig. 124).

TABL. XXVI ‒ Exemple d’enregistrement de la pièce 15275 (cf. fig. 124) dans le tableau des tessons de vases.

FIG. 124 ‒ Pièce 15275. Le trait gras sur la paroi interne de la section signale l’emplacement d’un décor par aplat coloré rouge.

5.3.1.2 Enregistrement des formes entières et semi‑entières

83Le principe descriptif est identique à celui des tessons et reprend le même tableau, étoffé cependant pour introduire un ensemble de mesures. Celles‑ci concernent la hauteur totale du vase, celle du col, de la panse supérieure, de la panse inférieure, de la panse totale et du pied, ainsi que le diamètre à l’ouverture, le maximal, le minimal, celui du fond et celui du pied.

84Les données concernant la forme typologique ont été fractionnées pour faciliter les tris. De même pour chaque vase, les épaisseurs maximales et minimales sont indiquées. Outre la mention de forme semi‑entière ou entière, le dernier paramètre supplémentaire concerne la pâte, à travers la détermination du ICT (Inclusion, Couleur, Texture, cf. supra § 5.2.2).

5.3.1.3 Enregistrement des platines à manioc et des pilettes

85Les éléments de platines à manioc comme ceux de pilettes ont fait l’objet d’un enregistrement propre, un seul tableau a suffi pour inventorier les objets de chacune de ces catégories. Pour les platines, le type de fragment est défini par un code (fig. 125 à 127 ; tabl. xxvii, xxviii et fig. 128). Puis une épaisseur moyenne est précisée et la présence de faces lissées mentionnée. Dans les rares cas où un décor est présent, la codification pour leur description reprend celle utilisée pour les tessons et leur emplacement est défini (tabl. xxv).

FIG. 125 ‒ Codification des types de fragments de platines, qualificatif 1 : A fond (tout fragment ne présentant pas un bord) ; B bord à lèvre sinueuse ; C bord à lèvre concave ; D bord à lèvre convexe ; E bord à lèvre biseautée ; F bord à lèvre en V ; G bord à lèvre droite ; H bord à lèvre indéterminée.

FIG. 126 ‒ Codification des types de fragments de platines, qualificatif 2 : 1 bord à lèvre inclinée vers le haut ; 2 bord à lèvre inclinée vers le bas ; 3 bord à lèvre plane.

FIG. 127 ‒ Codification des types de fragments de platines, qualificatif 3 : 1 bord non épaissi ; 2 bord épaissi ; 3 bord aminci ; 4 bord épaissi vers le haut ; 5 bord bourrelet ; 6 bord plié avec formation d’une pseudo‑cannelure ; 7 bord plié ; 8 bord relevé ; 9 présence de pied ou de trace de décollement d’appliqué.

TABL. XXVII ‒ Codification des localisations sur fragment de platine : a qualificatif 1 ; b qualificatif 2.

TABL. XXVIII ‒ Exemple d’enregistrement de la pièce 597 (cf. fig. 128) dans le tableau des platines.

FIG. 128 ‒ Pièce 597

86Pour le tableau d’enregistrement des pilettes, la codification mentionne le caractère complet ou fragmentaire de l’objet, sa forme et celle de ses extrémités (fig. 129 ; tabl. xxix et fig. 130). Un ensemble de données numériques vient compléter la description, il s’agit de diamètres et de hauteurs. La référence aux décors reprend celle employée pour les autres catégories.

FIG. 129 ‒ Codification des pilettes, qualificatifs 1 et 2 : A complet ; B fragmentaire ; C cylindrique ; D tronconique ; 1 extrémité bifide ; 2 extrémité arrondie ; 3 extrémité plate ; 4 extrémité large ; 5 extrémité étroite ; 6 extrémité élargie ; 7 partie centrale.

TABL. XXIX ‒ Exemple d’enregistrement de la pièce 30 (cf. fig. 130) dans le tableau des pilettes.

FIG. 130 ‒ Pièce 30.

5.3.1.4 Traitement des données

87Nous avons ainsi à notre disposition une base de données informatique qui peut être triée ou traitée à l’aide d’extractions. Le potentiel est considérable. En effet, la recherche de caractères discriminants peut se faire en combinant l’ensemble des données, en les fractionnant ou en les regroupant. Ces extractions, triées, forment le cadre de départ de notre réflexion.

88Les formes entières et celles extrapolées à partir des profils semi‑entiers, associées ou non à tel ou tel décor, ainsi que des observations et remarques d’ordre technologique sont également prises en compte pour affiner le schéma d’ensemble et étoffer finalement la typologie, conjointement à des données stratigraphiques ou structurelles. Le répertoire lexical qui suit est le fruit de cette réflexion.

5.4 Le répertoire

89Pl. 1 à 76, tabl. xxx, xxxi

5.4.1 Les revêtements colorés

90Sous ce terme, ont été regroupés tous les apports colorés déposés en surface des céramiques quelle que soit leur technique de mise en place, engobage ou peinture. Dans l’état actuel des connaissances, la distinction technologique entre ces deux méthodes est difficile à réaliser et la nature des pigments utilisés, organique et/ou minérale, reste le plus souvent indéterminable. Les données bibliographiques transcrivent ce constat par des descriptifs manquant de précision technologique, où le terme de peinture est largement employé au détriment de celui d’engobe.

91Sur le mobilier de Petit Saut, tous sites confondus, la coloration est la technique décorative la plus usitée, elle est présente sur 73,4 % des tessons décorés ; sur 3,7 % du mobilier, les traces de coloration sont incertaines. Ce procédé décoratif, par sa nature superficielle, est fragile et bien souvent conservé en plages résiduelles, de nombreux tessons présentent des états d’altération en surface suffisamment marqués pour que toute trace de coloration ait disparue. Le dénombrement de ce type de décor est donc à considérer comme un décompte minimum. Dans ce vaste ensemble (5 719 tessons inventoriés), deux sous‑groupes peuvent être définis en dehors d’associations avec d’autres techniques décoratives : les revêtements en aplat monochrome uniforme et les revêtements colorés formant motif.

5.4.1.1 Les revêtements en aplat monochrome uniforme

92C’est sous cette forme que les revêtements colorés sont le plus couramment représentés. Ils sont étendus à une ou plusieurs parties des vases, en localisation interne, externe ou sur les deux faces. Trois colorations se différencient : blanc, noir et rouge. Seule cette dernière catégorie se subdivise en deux types en fonction de l’épaisseur du revêtement, rouge épais et rouge fin.

L’aplat rouge épais

93Il est présent sur 60,6 % des tessons décorés, associé ou non à d’autres techniques décoratives sous forme d’un revêtement de 0,25 à 1 mm d’épaisseur. La valeur moyenne de la teinte rouge est à considérer comme étant la référence HUE 7.5R 4/6 (Munsell Color Chart). De nombreuses variations de coloris ont cependant été observées. Dans bien des cas, elles n’ont pas été jugées significatives et attribuées à des altérations de la coloration des pigments lors du séjour dans le sol. Dans les cas restants, trois autres termes ont été utilisés pour signifier ces variations de teinte : rose, orange et brun. L’utilisation de ces dernières mentions est restée cependant rare. L’aspect « croûteux » de certains revêtements se desquamant en surface des vases et la nature minérale des colorations, reconnue par les analyses diffractométriques RX (cf. supra ş 5.2.5.4), permettent d’attribuer les aplats rouges épais, au moins pour une majeure partie d’entre eux, à des engobes. Ce type de décor se retrouve sur un grand nombre de formes, à l’intérieur ou à l’extérieur. Dans ce dernier cas, il peut être réservé à la partie supérieure de la panse. Cependant, il reste associé préférentiellement à des formes ouvertes ou faiblement fermées, de type écuelle ou jatte.

94En bibliographie, le revêtement monochrome rouge se retrouve dans toutes les traditions reconnues en Guyane française (Arauquinoïde, Incisée‑Ponctuée et Polychrome) et n’est donc pas considéré comme un marqueur chronoculturel. Dans notre échantillon, il est associé à l’échelle intrasite à de très nombreux décors et sur certains sites où il est absent, un autre type de coloration rouge par aplat se distingue, l’aplat rouge fin.

L’aplat rouge fin

95Il est appliqué sous forme d’une très fine pellicule, de l’ordre de 0,1 mm, sur 6,6 % des tessons inventoriés et décorés. La coloration varie peu d’un tesson à l’autre et forme un ensemble assez homogène, la teinte de référence est identique à celle des aplats rouges épais (HUE 7.5R4/6, Munsell Color Chart) bien qu’elle présente un aspect plus vif. L’origine du pigment coloré est inconnue, mais, le rapport épaisseur du dépôt/pouvoir opacifiant permet d’envisager une origine organique. Sur les sites que nous avons fouillés, ce décor est associé à un type de pâte céramique et à des formes particulières.

96Les vases portant ces aplats fins, comme la majorité des tessons découverts sur ces sites, ont une pâte de couleur grise, très fortement dégraissée par l’adjonction de matière végétale carbonisée. Le décor se situe de manière préférentielle sur la totalité de la surface intérieure, débordant sur la lèvre et le haut du bord extérieur, mais il peut aussi, plus rarement, s’étendre aux deux faces ou être limité à l’extérieur des vases ; ce dernier cas n’a pas été inventorié sur le site 20 malgré un échantillon de 377 tessons.

97Si nous n’avons pas trouvé de référence bibliographique décrivant la coloration par aplat rouge fin, les mentions ethnographiques d’argile dégraissée à l’aide de matière organique carbonisée sont courantes (Ahlbrinck 1931 ; Cornette 1991c ; Nimuendaju‑Unkel 1971 ; Rostain 1994a), cette pratique perdure pour la préparation des argiles chez différents groupes amérindiens. Nous avons pu l’observer lors du travail d’une potière palikur au village de Tonate‑Macouria (fig. 113) ou dans la pâte de céramiques galibi contemporaines qui offrent, après cuisson, une couleur grise au cœur, similaire à celle que nous avons observée sur les tessons des sites archéologiques.

98Typologiquement, les formes supportant ces aplats fins, se caractérisent avant tout par la finesse de leur pâte, d’une épaisseur moyenne de 3,8 mm (variation entre 2 et 6 mm) ; elles se distinguent très nettement de tous les autres éléments céramiques découverts dont l’épaisseur moyenne est de 6,5 mm. Les formes associées sont de petite taille, le diamètre à l’ouverture étant compris généralement entre 10 et 20 cm. Dans notre échantillon, cette limite supérieure a rarement été dépassée sur les formes où le diamètre exact pouvait être calculé ou pressenti.

99Deux formes entières ont été mises au jour, il s’agit de jattes de morphologies différentes. La première, sur le site 230 (pl. 49, no 140), est un vase miniature, haut de 3,3 cm et au diamètre d’ouverture de 8 cm, la lèvre est arrondie sur bord sécant incliné vers l’extérieur à profil rectiligne, le fond est légèrement ombiliqué, l’épaisseur de la pâte varie. Quatre barrettes verticales (dont trois sont conservées) se répartissent sur le pourtour du vase, de la lèvre au fond. La seconde céramique, provenant du site 20 (pl. 18, no 18), est beaucoup plus représentative des formes associées aux aplats rouges fins. Il s’agit d’une jatte carénée, haute de 7,5 cm et au diamètre d’ouverture de 14 cm, la lèvre est arrondie sur bord sécant vertical, à profil extérieur légèrement concave, la carène est bien marquée, la panse sous‑jacente offre une faible convexité, le fond est plat. Ce type de vase peut présenter de nombreuses variantes (pl. 18, nos 9‑15 et 19‑26). La lèvre est parfois infléchie vers l’extérieur et, dans ce cas, elle peut être marquée d’un petit méplat interne. Sur les 50 bords colorés du site 20, 44 % d’entre eux ont un méplat sur les lèvres et 16 % des lèvres sont éversées vers l’extérieur. L’emplacement de la carène, plus ou moins accentuée, varie du tiers supérieur (pl. 18, no 19) à la moitié de la hauteur du vase. La base peut être élargie et le fond légèrement ombiliqué (pl. 18, nos 20‑26). Lors de l’étude des éléments de formes associés aux aplats rouges fins, il a été reconnu des fragments appartenant à des jattes non carénées, ouvertes ou fermées, et à des écuelles, au bord similaire à celui des jattes, dont le profil extérieur de la panse varie de convexe à rectiligne (pl. 18, nos 11‑14 ; pl. 71, no 2 ; pl. 72, nos 7‑9). Ces différents types de vases ont aussi été reconnus sans décoration (pl. 18, no 27 ; pl. 72, no 13).

  • 7 Ce sont les seuls décors gravés reconnus sur Petit Saut.

100La conservation de cette pellicule fine varie d’un fragment à l’autre et parfois même sur une même pièce où elle peut être limitée à une plage restreinte ; cependant, elle offre généralement un lustré marqué. Sur le site 20, des traces hypothétiques de motifs noirs sur aplat rouge fin ont été inventoriées sur 3,6 % de l’échantillon. Si aucun décor bichrome n’est attesté de manière certaine, il est probable que les aplats rouges fins, à l’image des aplats rouges épais, ont été parfois les supports de motifs décoratifs complexes. Seuls deux tessons supportent un décor associé au rouge fin, il s’agit de tracés curvilignes gravés7 sur les surfaces intérieures de petites jattes carénées où aucun motif figuratif ou géométrique caractéristique n’a pu être reconnu (pl. 18, nos 16, 17).

  • 8 Pour le site 230 seules ont été considérées les portions du site où l’occupation du xviiie s. se di (...)

101Sur les implantations où l’aplat rouge fin a été identifié, il représente généralement le décor le plus fréquent8.

L’aplat blanc

102Il est d’une épaisseur similaire aux aplats rouges épais (0,25 à 1 mm), sa couleur varie d’un blanc grisâtre présentant parfois de légères brillances à l’aspect micacé à une teinte plus terne, beige jaunâtre ou grisâtre. Par leur aspect, ces aplats sont rattachables à des engobes réalisés à base de kaolin.

103Il a été remarqué, sous la coloration blanche à l’intérieur d’un bord de col (pl. 47, no 105), de larges cannelures (5 mm de large et jusqu’à 0,5 mm de profondeur). Ce lissage spatule a vraisemblablement été réalisé pour la fixation de l’engobe. Cette préparation de la surface de la pâte n’a cependant pas été observée sur d’autres fragments portant un revêtement similaire.

104Des tessons colorés par des aplats blancs ont été collectés sur 7 sites (1, 172, 223, 230, 235, 237 et 260), ils constituent 0,8 % de notre échantillon et aucune forme entière n’a été découverte. Les fragments sont essentiellement des fragments de panses décorés sur la face intérieure (62 %) ou extérieure (35 %), un unique tesson porte des traces de coloration sur ses deux faces. L’association la plus significative de coloration blanche avec des éléments de forme, est celle d’un revêtement intérieur identifié à quatre reprises sur des cols divergents et concaves aux bords multilobés éversés et à lèvres arrondie (pl47, nos 102, 105 ; pl. 63, no 42). Ces bords sont réalisés par découpe de la pâte après montage au colombin ; entre chaque lobe, une impression à plat marque le point bas de jonction. Dans trois cas, sur le site 230, la coloration blanche est associée à des cordons sur des parois modelées par enfoncement à l’extérieur des vases (pl. 47, no 97). Sur le site 235, deux tessons d’un même vase présentent des cordons perpendiculaires, le motif de ces appliqués reste indéfini (pl. 58no 36). Dans le dernier cas, sur le site 237, un bord sécant à lèvre arrondie et à profil extérieur concave légèrement rentrant offre, au point de tangence verticale, une barrette horizontale (pl. 60, no 10).

105La coloration blanche en aplat uniforme est peu représentée en bibliographie. Cependant, à l’exception des complexes de tradition Arauquinoïde, elle est recensée dans les différents types des complexes Aristé et Thémire, en plus des cas de polychromie où elle est alors le support de motifs graphiques. L’aplat uniforme blanc est également mentionné pour le type Chaton fantastique du complexe Koriabo (site de Kormontibo). Quelques tessons à revêtement monochrome blanc ont aussi été trouvés dans la séquence des sites Koriabo du Guyana, mais B. Meggers et C. Evans les ont laissés in classés. De même, S. Rostain ne classe pas les tessons à revêtement blanc qu’il range dans le type Melchior kwep et la catégorie Hocco fer. Aucune référence ne semble exister associant la coloration blanche uniforme à des bords multilobés, des cordons ou barrettes appliqués, ou des modelés.

L’aplat noir

106L’utilisation de la coloration noire en aplat uniforme (2,5 % de tessons concernés) n’a presque jamais été reconnue avec certitude, 176 des 198 cas recensés apparaissent comme douteux (soit 89 %). Sur de nombreux tessons, sa présence est suggérée par de petites surfaces résiduelles qui ne permettent pas de déterminer avec certitude l’origine de la coloration. Celle‑ci peut être due à des dépôts d’utilisation (passage au feu) ou d’abandon (traces végétales). De même, l’étendue initiale du dépôt, en partie effacé, reste souvent inconnue. Dans les très rares cas où la coloration noire s’étend à l’ensemble du tesson, l’éventuelle confusion avec une coloration superficielle de la pâte due à un dépôt carboné issu, par exemple, d’une phase d’enfumage volontaire ou accidentelle, est toujours possible. C’est le cas notamment, sur le site 14, de la surface extérieure d’un tesson de bord d’une forme fermée, à profil extérieur convexe et à lèvre aplatie, qui supporte des cordons et boutons aplatis laissant apparaître un visage anthropomorphe (pl. 10, no 17).

107Aucune forme ou élément de forme particulier n’est associée aux aplats noirs. Sur les 22 cas où il est très probable, il est situé préférentiellement sur les surfaces intérieures des vases (16 cas) et un seul tesson présente une coloration sur ses deux faces, aucune partie morphologique des céramiques ne semble être privilégiée.

108En bibliographie, bien que l’obtention d’un colorant noir d’origine végétale soit connue et décrite par des observations ethnologiques (Ahlbrinck 1931 ; Grenand, Prevost 1994), il n’est pas fait référence à des décors à revêtement noir uniforme. Cependant, quelques tessons à coloration uniforme gris sombre sont mentionnés dans le type Mahury incisé du complexe Thémire. Cette coloration a été attribuée à une peinture par S. Rostain (1994a).

5.4.1.2 Les revêtements colorés formant motif

109Cette appellation regroupe trois rubriques décoratives distinctes : les motifs par tracés ou plages monochromes sur pâte naturelle, les décors par tracés ou plages colorés sur aplat coloré et les motifs réalisés en négatif. Ces derniers représentent un trait technologique particulier d’application d’un revêtement coloré dont le mode d’obtention reste à préciser. On peut citer cependant les observations ethnographiques de T.A. Lima (1987) sur les Tukuna du haut Solimões et les Marubo du haut Javari. Ceux‑ci décorent l’intérieur des céramiques de motifs abstraits en réserve non colorée sur fond sombre. Ils tracent leurs motifs à l’aide de résine, de cire ou d’argile, puis ils enfument la poterie ou la passent au charbon, ils l’enduisent aussi parfois de matières organiques sombres. Après refroidissement, ils retirent le film de résine ou de cire qui laisse apparaître le décor en réserve.

110Bien que plusieurs tessons à décor en négatif aient été recensés de manière certaine (ce sont les seuls présentés dans le paragraphe concerné), la distinction technologique n’est pas toujours aisée à établir avec les deux types de décors précédemment décrits lorsque la surface présente un état d’altération avancé.

111La difficulté de reconnaître parfois avec certitude les motifs, la teinte originelle ou la technique décorative utilisée, engendre une description et surtout un décompte plus imprécis que ceux des tessons à revêtement uniforme. Toutefois, la reconnaissance de tels décors a été déterminée avec certitude sur quatorze sites et sur cinq autres, cette détermination reste douteuse.

Les tracés ou plages monochromes sur pâte naturelle

112Ils ont été inventoriés sur 18 tessons (0,2 %) et n’ont été parfaitement identifiés que sur sept sites (13, 14, 107, 172, 223, 230 et 260). Quatre teintes ont été reconnues : le noir (11 cas), le brun (5 cas), le rouge (1 cas) et le blanc (1 cas). À l’image du revêtement monochrome rouge fin, les pigments colorés utilisés restent indéterminés bien que l’origine organique semble la plus certaine pour les couleurs autres que le blanc. Les motifs utilisent des figures géométriques à base de droites, de courbes ou de plages colorées. Aucune représentation zoomorphe ou anthropomorphe n’a été reconnue. Ce décor a été retrouvé sur des fragments de panses, au profil majoritairement convexe (pl. 5, no 83) où les formes carénées sont bien représentées et sur des fonds (pl. 10, no 16). Il se situe tant à l’extérieur qu’à l’intérieur, mais jamais sur les deux faces d’un même tesson. Cependant, à l’échelle intrasite, quelques particularités se révèlent. Sur le site 172, les quatre décors à motif noir sont situés systématiquement sur la face extérieure de la panse (pl. 23, nos 69, 70 et 72) alors que les deux décors à motif bruns sont localisés sur deux fragments de fonds, à l’extérieur ou à l’intérieur (pl. 23, no 71). À l’inverse, les quatre décors à motif noir du site 223 (pl. 38nos 5557 et 60) sont situés uniquement sur la face intérieure de la panse et d’un fond à pied bas divergent.

113Sur les tessons appartenant à cette catégorie, aucune autre technique décorative n’a été trouvée associée ; de même, aucune corrélation n’a été notée avec une nature ou une épaisseur de pâte (variant de 4 à 8 mm).

114Une forme entière a été enregistrée, elle provient de 172 CeFsu 55 (pl. 24, no 86). Il s’agit d’une jatte fermée de forme ovale (22 x 19 cm à l’ouverture), à panse carénée, haute de 11 cm. Elle présente un décor de motifs géométriques rectilignes peints en noir sur toute la hauteur de la face intérieure, le dessin est très altéré et effacé sur la majeure partie de la surface (il pourrait s’agir d’un décor en négatif sur pâte naturelle). Extérieurement, le vase porte deux paires de barrettes verticales modelées par pincement, appliquées sur la moitié supérieure de la panse, de la carène à la lèvre.

115Une autre forme, au profil quasi entier, porte un décor de tracés monochromes noirs sur pâte naturelle. Donnée par des orpailleurs, elle provient de Saut Atanase sur le fleuve Approuaguc. Ce vase, de forme zoomorphe, se singularise par le contact décalé de deux épaisseurs de pâte et par cinq éléments appliqués au niveau du point de tangence verticale de la panse. Il représente la carapace, la tête, les pattes et les mamelles (?) d’un tatou. Le décor peint, résiduel, est fait de tracés verticaux légèrement ondulés sur la panse. Cette forme fermée est attribuable typologiquement à une bouteille, bien que son diamètre exact à l’ouverture reste inconnu. Sa hauteur est de 16,5 cm et son diamètre maximal, à la carène, est de 23,5 cm. Aucun fragment appartenant à une forme similaire n’a été découvert sur les sites de Petit Saut.

116Les tracés colorés sur pâte naturelle constituent des références anecdotiques en bibliographie, à l’image de leur faible représentativité parmi notre échantillon, bien qu’ils aient sans doute une valeur chronotypologique caractéristique. Des cas sont cependant recensés dans trois complexes : une grande plaque à rebord, probablement funéraire d’après l’auteur (Rostain 1994a), supportant un décor extérieur rouge sur fond naturel, ainsi qu’une assiette peinte en rouge et incisée, toutes les deux trouvées sur le site de Trou Agae et attribuées au type Caripo kwep du complexe Aristé ; des tessons à décor de bandes blanches, sans élément de forme associé, ainsi que des tracés rouges rectilignes et courbes sur des formes de bouteilles ou de pots à goulot, pour le type Chaton fantastique du complexe Koriabo ; enfin, des céramiques peintes uniquement de bandes rouges dans le complexe Kwatta. Aucune similitude de motif ou de forme ne peut être reconnue avec l’échantillon de Petit Saut, à l’exception d’un tesson de panse du site 260 (pl. 63, no 43) qui est orné extérieurement d’une bande blanche large de 1,5 cm.

Les tracés ou plages colorés sur aplat coloré

117Ce type de décors a été identifié à 53 reprises (0,6 %). Il a été reconnu avec certitude sur six sites (14, 223, 230, 235, 236 et 260). Sur deux autres implantations (12 et 82), sa présence est douteuse. Au sein de notre échantillon, il est généralement représenté par des combinaisons de deux couleurs, rarement trois. Le premier aplat coloré est toujours de type épais, étendu à une ou plusieurs parties morphologiques du vase ou limité à une bande. Cinq associations polychromes sont inventoriées : brun‑rouge sur rouge, noir sur rouge, brun‑rouge sur noir, noir sur orangé et rouge sur brun. Une sixième polychromie n’a pas été reconnue avec certitude, il s’agit du rouge sur blanc. Les motifs utilisent des figures géométriques qui peuvent être très élaborées, mais une fois encore, aucune représentation figurative n’a été décelée.

118Le décor est toujours unifacial. Les revêtements brun‑rouge sur aplat rouge et noir sur aplat rouge sont les plus représentés (21 cas chacun). Le premier se localise très majoritairement sur la face intérieure des tessons (18 cas), alors que le second se situe majoritairement sur la face extérieure (13 cas).

119Trois cas de décors associés ont été isolés : deux sur le site 260 (pl. 63, nos 55, 58) réunissant un décor de tracés noirs sur aplat rouge à un modelé des parois par enfoncement. Un troisième, sur le site 235 (pl. 58, no 37), conjugue un décor de tracés noirs très peu marqué et résiduel sur aplat rouge à un appliqué zoomorphe localisé sur la moitié supérieure d’une panse convexe. Il s’agit d’une jatte à bord sécant, à profil convexe incliné vers l’intérieur (légèrement fermé) et à lèvre arrondie présentant des impressions à plat continues, le diamètre à l’ouverture est de 23,6 cm.

120Trois autres formes ont été enregistrées. Le site 12 (pl. 1, no 31) a fourni une jatte carénée, d’un diamètre à l’ouverture de 30 cm, au bord est sécant, à profil convexe incliné vers l’intérieur et à lèvre arrondie. Le décor est constitué de traits obliques brun‑rouge (ou noirs à l’origine ?) sur un aplat rouge extrêmement résiduel. Il est localisé sur la moitié supérieure du vase. Le site 172 (pl. 24, no 81) a révélé une forme entière provenant de 172 CeFSu55. Il s’agit d’une écuelle ovale (24 x 22 cm à l’ouverture), haute de 9 cm et au profil longitudinal concave. Le décor est un motif géométrique complexe noir sur un aplat rouge recouvrant toute la face intérieure du vase. La dernière forme enregistrée ne provient pas d’un des sites du bassin du Sinnamary ; donnée par des orpailleurs, son origine est indéterminée. Il s’agit d’une écuelle à panse rectiligne, haute de 8 cm, au diamètre d’ouverture de 19 cm. Le décor est une association de traits brun‑rouge et de surfaces noires, sur un aplat rouge recouvrant toute la face intérieure. Elle ne présente aucune similitude avec le matériel que nous avons découvert.

121Parmi les éléments de formes enregistrés, on note le cas d’un pied creux ou un fragment de pilette (pl. 45, no 62), des bords d’écuelles (pl. 10, no 5) et une diversité propre au site 260. On y rencontre une forme carénée, à col divergent rectiligne (pl. 63, no 56), un grand col à profil concave sur une forme fermée qui pourrait appartenir à une bouteille (pl. 63, no 47), un pot dont le col rectiligne divergent porte un décor brun‑rouge sur un aplat blanc‑rosé et dont la panse convexe possède un motif noir sur aplat rouge (pl. 63, no 51).

122Cette famille de décors forme la catégorie la mieux représentée parmi les revêtements colorés complexes. Toutefois, la comparaison de notre répertoire avec les références bibliographiques se révèle difficile. En effet, outre le fait que chaque motif élaboré constitue un cas unique qui n’a pas sa copie dans le corpus connu, la première difficulté dans la comparaison concerne sa représentation graphique. Malgré une désignation aussi rigoureuse que possible des couleurs, chaque terme englobe toute une série de nuances et la reconnaissance immédiate avec les représentations graphiques à disposition n’est pas aisée, les différents auteurs employant de nombreuses trames pour traduire les teintes.

123La polychromie est, comme son nom l’indique, le caractère décoratif majeur de la tradition Polychrome. C’est dans le complexe Aristé qu’elle est la mieux représentée. En Amapá, les motifs élaborés sont rouges, noirs et/ou jaunes sur fond blanc ; en Guyane française, les motifs sont rouges et/ou noirs sur fond blanc, la trichromie est rare ; elle est réservée aux pièces funéraires et sa présence est exceptionnelle sur les sites d’habitat. La composante polychrome du complexe Thémire se manifeste par des motifs bichromes blancs sur fond rouge ou inversement. Le complexe Koriabo révèle également, en Amazonie septentrionale, une composante polychrome par la présence de peintures élaborées, noires et rouges sur fond blanc, généralement réservées aux pièces funéraires ; cette dernière est à l’origine de la polémique concernant l’origine du complexe Koriabo, initialement rattaché à la tradition Incisée‑Ponctuée, mais que A. Boomert attribuerait volontiers à la tradition Polychrome.

Les motifs en négatif

124Ce décor a été dénombré avec certitude sur un total de 55 tessons (0,6 %) provenant de douze sites (13, 14, 15, 16, 21, 172, 173, 223, 230, 235, 260 et 287). Il concerne un revêtement monochrome de teinte noire sur pâte naturelle, ainsi que deux cas de bichromie, le noir sur aplat rouge, qui est l’association la plus fréquente, et le rouge sombre sur aplat rouge, qui peut être la trace (fantôme ?) d’un motif noir. Un quatrième cas est présent à l’intérieur d’une poterie. Il se caractérise par un motif en négatif qui résulte vraisemblablement de la protection de certaines parties du vase lors de sa cuisson, provoquant ainsi une coloration différente. Il est recouvert d’un fin glacis rouge, celui‑ci est à rapprocher des « vernis » utilisés encore de nos jours par les populations amérindiennes.

125Comme dans le cas des motifs sur aplat coloré, le décor en négatif est toujours unifacial, il se localise majoritairement sur la paroi intérieure des vases. Contrairement aux cas des tracés ou plages monochromes sur pâte naturelle, les fragments de panses sont majoritairement à profil pseudo‑rectiligne.

126Une forme au profil semi‑entier a été enregistrée sur le site 13 (pl. 6, no 91). Il s’agit d’une jatte carénée, vraisemblablement ovale, au bord sécant, à profil convexe incliné vers l’intérieur, à la lèvre arrondie et présentant des impressions à plat continues. La surface extérieure du bord porte de fines incisions en résille. Le décor coloré est fait d’un motif géométrique élaboré, de teinte rouge sombre sur rouge, sur la totalité de la face intérieure. Une forme, au profil semi‑entier mérite une attention particulière, elle provient du site 260 (pl. 63, no 49). Il s’agit probablement d’une bouteille à lèvre arrondie, à col rectiligne divergent et dont la panse présente au moins un étranglement. Le décor en négatif, noir sur aplat rouge, est localisé sur la face extérieure, il se compose essentiellement de tracés horizontaux.

127Une autre forme entière a été enregistrée. Elle a été trouvée par des orpailleurs dans le Sinnamary (pl. 73, no 1), sa face intérieure supporte un motif de larges tracés en ondulations sur pâte naturelle, recouverte d’un fin glacis rouge. Elle est l’unique pièce sur laquelle cette technique est attestée. Quatre paires de petits lobes situés sur la lèvre complètent la décoration. Il s’agit d’une écuelle à pied bas divergent, haute de 6,2 cm, au diamètre d’ouverture de 16 cm.

128Parmi les éléments de formes enregistrés, on note sur le site 260 (pl. 63, no 53), un second cas de pied bas associé à un décor en négatif sur la face intérieure du fond. Le pied a été de plus ajouré par excision. Sur le site 230, une forme semi‑entière mérite une attention particulière (pl. 45, no 60). Il s’agit d’un vase ouvert de forme ovale à profil longitudinal concave, le décor sur les parois internes figure des motifs géométriques rouge sombre sur aplat rouge. Un élément appliqué arraché est localisé sur la face extérieure du bord.

129En ce qui concerne les décors associés, un autre cas d’impressions à plat sur la lèvre a été recensé sur le site 13 (pl. 5, no 78), il se situe sur un bord sécant à profil convexe incliné vers l’intérieur. On peut le rapprocher d’un autre bord sécant à profil convexe incliné vers l’intérieur et à lèvre incisée en continue provenant du site 230 (pl. 45, no 64).

130En Guyane française, la peinture en négatif est peu représentée sur des pièces archéologiques. S. Rostain (1994a) mentionne trois exemples, tous attribués au complexe Aristé. L’un de ces cas est une écuelle à pied divergent tronqué, elle mérite donc une attention particulière puisque sa forme la rapproche des deux éléments comparables de notre échantillon. Découverte en amont de Saut Maripa, sur l’Oyapock, elle est peinte uniformément en rouge à l’extérieur et en motifs rouges en négatif sur fond noir à l’intérieur. À l’exception des observations contemporaines, d’autres cas de décors en négatif, mentionnés comme tels, n’existent pas dans la bibliographie consultée.

5.4.2 Les décors incisés

131Les décors incisés, présents sur trente‑deux sites, forment, après les décors colorés, un type bien représenté (11,7 %). Ils se répartissent en incisions rectilignes simples ou en motifs géométriques plus ou moins complexes ainsi qu’en incisions curvilignes. Cependant, le répertoire des motifs est large et inégalement représenté sur l’ensemble de ces implantations. Ainsi, sur le site 20, on ne dénombre qu’un décor de courtes incisions sur une oreille appliquée, alors que le site 12 totalise 85,9 % de décors incisés se répartissant en 9 types codifiés.

132Nombreuses sont les références bibliographiques qui mentionnent ces décors. Elles mettent clairement en évidence que ce procédé est largement répandu culturellement et géographiquement (Zucchi 1991b). Toutefois, des différenciations descriptives se sont progressivement révélées lors de l’enregistrement des tessons. C’est ainsi que nous distinguons les incisions courtes sur lèvre, celles sur carène, les motifs d’incisions rectilignes localisés du bord inclus au point de tangence verticale externe de la panse, ceux situés extérieurement uniquement sur les bords et rebords, les incisions horizontales sur col, les motifs intérieurs sur les fonds et les bases de panse, enfin, les incisions curvilignes.

5.4.2.1 Les incisions courtes sur lèvre

133En dehors des cas d’incisions sur modelés appliqués simples ou complexes et, de façon anecdotique, ceux où les incisions courtes se localisent sur le bord, la panse ou la carène de certains vases, nous traitons ici des cas où les incisions se situent sur la lèvre. On dénombre 93 exemples distribués sur dix sites (12, 13, 14, 172, 207, 223, 230, 235, 260 et 273). Le plus souvent, ces incisions sont réparties régulièrement sur le pourtour de la lèvre ; elles sont parfois obliques, mais toujours parallèles. Bien souvent, un doute subsiste quant à l’attribution technique de ce décor, il est possible qu’il s’agisse d’un cas d’impressions à l’outil, à l’image des incertitudes émises parfois dans la bibliographie (cf. infra § 5.3.1).

134Parmi les formes isolées, entières ou semi‑entières, cinq portent des incisions courtes sur la lèvre. Deux proviennent du site 13. La première est une écuelle (pl. 5, no 76), d’un diamètre à l’ouverture de 15,5 cm, à lèvre arrondie. Elle possède un bord éversé au profil extérieur concave, au contact anguleux avec la panse convexe où se positionne un bouton appliqué. La deuxième est une jatte légèrement fermée (pl. 8, no 137), à panse globulaire et à lèvre arrondie ; son diamètre à l’ouverture est de 14,5 cm. La troisième forme semi‑entière provient du site 172. Il s’agit d’une jatte carénée, d’un diamètre à l’ouverture de 18 cm, à la lèvre arrondie légèrement infléchie vers l’extérieur. La quatrième forme au profil entier provient de 230 Cel9 (pl. 51, no 214). Il s’agit d’une jatte ovale, à profil longitudinal concave, haute de 16 cm, ses dimensions à l’ouverture étant 29 x 25 cm. La lèvre est arrondie et incisée et la carène porte une frise d’incisions courtes. Sur le bord, deux éléments appliqués zoomorphes ? (fracturés), sont disposés symétriquement. La cinquième forme, découverte sur le site 235 (pl. 58, no 38), est une jatte carénée à la lèvre arrondie où les incisions, peu marquées, sont d’orientation oblique. Un revêtement résiduel rouge couvre la surface supérieure et extérieure de la panse.

135Parmi les éléments de forme, nous trouvons des céramiques ouvertes à col divergent concave (sites 13, 260), des formes ouvertes sans col (sites 13, 14, 172, 230, 260), des jattes fermées à panse convexe (sites 13, 14, 172, 230), des jattes carénées (sites 13, 14, 172, 223, 230), une forme fermée à panse présentant des étranglements (site 172), ainsi qu’une forme fermée (pot ou bouteille) à col rectiligne (site 172) (pl. 24, no 78).

136D’autres décors associés ont été reconnus parmi les tessons. On peut citer, sur le site 13, un cas de perforation à mi‑hauteur d’un bord éversé concave (pl. 5, no 73) et, sur le site 14, un revêtement monochrome rouge sur la surface intérieure (pl. 10, no 23) ou le bord extérieur (pl. 10, no 14), ainsi qu’un cas de polychromie extérieure (tracés rectilignes obliques brun‑rouge sur aplat rouge) (pl. 10, no 1), sur le site 172, un revêtement rouge sur la surface extérieure d’un col ou d’une panse présentant au moins un étranglement (pl. 23, no 66), un cas d’appliqué (arraché) sur le point de tangence verticale d’une panse convexe (pl. 23, no 63), un cordon horizontal incisé, appliqué en continu (pl. 23, no 64), sur le site 223, un revêtement rouge bifacial (pl. 38, no 70), sur le site 230, un cas de revêtement rouge intérieur (pl. 45no 59), un cas de décor en négatif (tracés rectilignes obliques noirs sur aplat rouge) (pl. 45, no 64) et un cordon horizontal incisé appliqué en continu sur la carène d’un vase coloré par aplat rouge à l’intérieur (pl. 46, no 76), sur le site 260, deux cas de frises ou de registres de ponctuations sur le méplat intérieur de bords de formes ouvertes (pl. 62, nos 24, 29) et deux cas de colombins apparents (sur col ?) (pl. 65, nos 97, 98). Toutefois, pour ces deux derniers, il pourrait s’agir non pas d’incisions à l’outil mais à l’ongle.

137Les incisions sur lèvre n’ont pas été définies jusqu’à présent comme un marqueur chronoculturel. Signalons que la bibliographie existante ne fait pas clairement la différence entre les divers procédés décoratifs affectant la lèvre. En effet, la distinction est difficile à faire entre les véritables incisions et les impressions ponctuelles. L’obstacle est le plus souvent franchi par les auteurs par l’emploi du terme « encoches ». On les trouve mentionnées dans les types guyanais du complexe Aristé, alors qu’elles ne sont pas indiquées pour les types brésiliens du même complexe. Elles sont également recensées pour les types du complexe Thémire, ainsi que dans le complexe Barbakoeba. Elles sont ainsi identifiées dans les trois grandes traditions.

5.4.2.2 Les incisions courtes sur carène ou point de tangence verticale de la panse

138Trois exemples sont recensés. Sur le site 13, les incisions se localisent sur la carène d’une jatte où est également positionné un élément appliqué cassé (pl. 5, no 63). Sur le site 172, les incisions sont associées à une forme ouverte, probablement une écuelle, qui porte sur la lèvre une barrette incisée (pl. 23, no 46). Enfin, sur le site 230 (Ce 19), elles se rencontrent sur la carène d’une forme entière déjà décrite (cf. § 5.4.2.1) (pl. 52, no 214).

139Bien que recensées en petit nombre dans notre échantillon, les incisions courtes sur carène ou point de tangence verticale de la panse, apparaissent significatives. En effet, en bibliographie, elles se restreignent à la tradition Arauquinoïde et plus particulièrement, aux complexes Barbakoeba et Hertenrits où elles sont illustrées, réciproquement au point de tangence verticale d’une panse convexe d’une forme indéterminée et sur la carène d’une jatte. Cette dernière forme est à rapprocher de celle du site 13.

5.4.2.3 Les incisions rectilignes jusqu au point de tangence verticale de la panse

140Huit sites se sont différenciés par un certain nombre de tessons incisés dont les motifs se localisent du bord inclus au point de tangence verticale externe de la panse ou, dans le cas d’un tesson du site 260, au‑delà, en se limitant toutefois dans la partie haute de la panse inférieure (12, 16, 207, 219, 223 et 273 et de manière anecdotique sur les sites 230 et 260). Sur les sites 223, 230 et 260, les panses de certains vases portent des incisions curvilignes.

141Le caractère spécifique de localisation du décor incisé concerne aussi bien les motifs d’incisions rectilignes simples verticales, horizontales et obliques, que les motifs d’incisions en résille, en damier, en triangles inversés hachurés et en autres motifs complexes. Il est intéressant de noter que le site 12, qui présente le plus de cas de ce type de décor, a livré également trois tessons à revêtement extérieur monochrome rouge ainsi que deux tessons à revêtement polychrome brun‑rouge sur rouge dont le décor se limite à la même partie morphologique (du bord inclus au point de tangence vertical externe) des céramiques (pl. 1nos 27, 31‑33). Sur ce site, nous possédons une forme au profil entier (pl. 1, no 1). Il s’agit d’une petite jatte carénée, d’une hauteur totale de 9,6 cm, au diamètre d’ouverture de 21,8 cm. Elle porte un décor d’incisions en triangles inversés hachurés localisé du bord jusqu’à la carène. Elle est associée à des profils semi‑entiers de jattes carénées à lèvres éversécs légèrement fermées ou ouvertes (pl. 1, nos 7‑9).

142Sur le site 16 (pl. 14, no 49), ce type de décor est associé à deux petites jattes carénées, d’un diamètre d’ouverture de 35,5 et 45 cm. Elles portent toutes les deux un décor d’incisions obliques en motif de pseudo‑triangles inversés hachurés. Sur le site 230, deux jattes carénées, dont l’une présente un diamètre à l’ouverture de 18 cm (pl. 46, nos 87 et 88), portent un décor de damiers irréguliers.

143Un vase découvert en fond de rivière à Saut Patawa sur le fleuve Sinnamary peut être associé à ce répertoire décoratif. Il s’agit d’une jatte carénée de forme ovale, haute d’environ 11 cm (fond manquant), dont les dimensions à l’ouverture sont 21,5 x 16,5 cm. Son décor est une frise de tableaux alternant des incisions horizontales et verticales. Deux anses diamétralement opposées caractérisent cette céramique et l’isole de la totalité de notre échantillon.

144Nous ne possédons pas de référence bibliographique mentionnant la localisation du décor et pouvant nous orienter vers un type déjà décrit. Il faut toutefois remarquer que sur le littoral guyanais, les décors incisés dominent dans le type Mahury incisé du complexe Thémire et du style Pointe Gravier, inclassé.

5.4.2.4 Les incisions rectilignes sur le bord

145Cette spécificité de localisation du décor incisé se retrouve sur douze sites (13, 14, 16, 172, 173, 207, 219, 223, 230, 231, 236 et 260).

146Sur 43 cas attestés, 32 concernent des motifs d’incisions obliques à orientations opposées formant de vrais ou de pseudo‑triangles inversés hachurés. Les autres cas rencontrés sont, soit des incisions simples verticales ou obliques, soit des incisions en motifs plus complexes à base de résilles.

147Deux formes au profil entier et deux autres formes, semi‑entières, ont été inventoriées. La première forme entière provient de la structure 158 du site 13 (pl. 9no 160). Il s’agit d’une jatte ouverte, à col divergent rectiligne et panse convexe, le fond est plat. Haute de 20,6 cm, son diamètre à l’ouverture est de 36 cm. Le décor ponctuel d’incisions obliques régulièrement espacées couvre la hauteur du col. La deuxième forme entière provient de CeF10 du site 230 (pl. 52, no 218). Il s’agit d’une grande jatte d’une hauteur maximale de 57 cm, légèrement fermée à l’ouverture (83 cm). Le décor, en motif de triangles inversés hachurés, se localise sur le rebord. La troisième forme, non entière, a déjà été décrite lors de la présentation des décors peints en négatif (cf. supra § 5.4.1). Elle provient du site 13 (pl. 6, no 91). La quatrième forme est une écuelle provenant du site 172 (pl. 22, no 16), de 16,5 cm de diamètre. Le bord, à profil convexe incliné vers l’intérieur, porte à l’extérieur un décor d’incisions obliques inversées.

148Parmi les éléments de forme inventoriés, hormis le cas du site 260 où un tesson présente des incisions obliques désordonnées sur la totalité de la hauteur d’un grand col (pl. 65, no 123), les bords ou rebords concernés appartiennent préférentiellement à des jattes ouvertes ou légèrement fermées à panse convexe.

149Ces décors incisés sur bord ou rebord sont rarement associés à d’autres techniques décoratives. Cependant, trois types de décors associés se sont présentés. Le premier associe un rebord incisé à un col à profil concave portant un revêtement monochrome rouge (pl. 5no 66), le deuxième, une frise de triangles hachurés incisés sur le bord à un revêtement rouge sur la surface extérieure de la panse (pl. 46, no 85), le dernier découvert sur le site 230 (pl. 46no 70) forme sur un rebord une frise de motifs composés d’incisions obliques et d’impressions verticales pseudo‑circulaires (poinçons).

  • 9 Boisson à base de manioc fermenté.

150Les références illustrées de la bibliographie montrent quelques cas de décors incisés limités à des bords, rebords ou encolures, notamment pour les types guyanais Chaton fantastique (complexe Koriabo), Cayenne peint et Mahury incisé (complexe Thémire), sans leur attribuer une spécificité chronoculturelle (Rostain 1994a). Toutefois, le dernier cas cité de décor associé (registre d’incisions obliques et de poinçons) est similaire à un décor caractéristique du complexe Hertenrits (Boomert 1980 ; Rostain 1994d ; Versteeg 1985). De même, on peut rapprocher la grande jatte de 230 CeF10 au grand pot à col incisé de motifs en chevrons, trouvé sur le site de Rorota, dans l’île de Cayenne. Cette pièce, nommée « vase Alexandre », est haute de 55 cm et son diamètre à l’ouverture est de 60 cm. Elle présente sur le tiers inférieur de sa face interne une forte corrosion, identique à celle qui a été observée sur les jarres à cachiri9 amérindiennes actuelles (Petitjean‑Roget, Roy 1976). Sur notre vase, une corrosion similaire se remarque.

5.4.2.5 Les incisions horizontales sur col

151On a recensé 108 cas (1,3 %) d’incisions horizontales, toutes unités morphologiques confondues. Considérées d’une façon générale, les incisions rectilignes horizontales uniques ou multiples font partie des motifs rencontrés notamment dans les types des complexes Aristé et Koriabo et ne constituent pas dans la typologie existante une spécificité chronoculturelle. Toutefois, dans notre corpus, parmi les incisions horizontales sur col, certaines se présentent en registre sur l’encolure et, à ce titre, s’isolent en un ensemble homogène qui mérite une attention particulière.

152Deux sites sont concernés par cette spécificité de motif et de localisation : les sites 13 et 172. Les registres d’incisions se situent au contact col‑panse ou sur l’encolure. Les éléments de forme sont des cols divergents hauts, parfois sinueux, à lèvre arrondie ou, à une exception, amincie, mais à bord toujours légèrement infléchi vers l’extérieur (pl. 4, nos 2729 ; pl. 22, nos 17, 18, 22). Un tesson, sur le site 13, montre nettement un départ de panse où un nouveau registre d’incisions est vraisemblablement présent (pl. 4, no 30). Aucune forme entière ni aucun décor associé n’ont été inventoriés.

153Cette association d’éléments de formes et de décors ne connaît pas de références bibliographiques, alors qu’elle apparaît comme un potentiel marqueur typochronologique. La morphologie des encolures peut rappeler certaines formes du complexe Barbakoeba (Boomert 1993).

5.4.2.6 Les incisions intérieures

15421 tessons répartis sur dix sites (12, 13, 16, 172, 207, 219, 223, 230, 231 et 260) ont révélé des incisions localisées sur la face intérieure. Ceux dont la panse ou le bord intérieur est incisé ne sont concernés que par des incisions simples : courtes, horizontales, obliques ou désordonnées, à l’exception d’un vase de forme particulière découvert sur le site 172 (pl. 22no 21) qui présente un registre de triangles hachurés inversés sur le méplat interne du bord. Sur son fond externe, un motif incisé reste indéfini. Il pourrait s’agir d’un couvercle. Au contraire, les fonds et les bases de panses incisés intérieurement le sont majoritairement par des motifs élaborés : incisions en damier, en résille, et en motifs plus complexes associant des droites et des courbes.

155Une forme semi‑entière a été enregistrée sur le site 12 (pl. 1, no 16). Il s’agit d’une écuelle, d’un diamètre à l’ouverture de 17 cm. Elle possède un décor spécifique d’incisions rayonnantes sur la moitié inférieure de la face intérieure.

156Sur différents fragments de fonds provenant des sites 223 (pl. 36, no 25), 231 (pl. 53, no 18) et 260 (pl. 62, no 22), on note une uniformité dans le motif décoratif utilisé. Il s’agit d’un décor d’incisions en résille circonscrites par une incision curviligne, similaire à celui découvert sur une forme entière provenant de la crique Leblond, affluent de la rivière Courcibo, une écuelle d’un diamètre à l’ouverture de 31 cm.

157Sur les sites 219 (pl. 35, nos 27 et 28), 223 (pl. 36, no 26) et 260 (pl. 62, nos 18, 19, 21), des motifs plus complexes ont été observés. Sur le site 172 (pl. 4, nos 55, 56), on note, sur des tessons appartenant soit à un fond soit à un fragment de platine, des motifs d’incisions perpendiculaires.

158En bibliographie, les décors incisés intérieurs sont rarement signalés. Pour la Guyane française, seul A. Cornette (1991a) les recense à part, à partir d’un échantillonnage d’une trentaine de sites et conclut que l’on retrouve quelques motifs déjà vus pour les décors extérieurs : treillis, lignes parallèles verticales, horizontales ou obliques, les types plus particuliers aux décors intérieurs, sans plus de précision, représentant plus de 60 % du total. Contrairement à notre constatation, il remarque qu’en général, ces décors ne sont réalisés que sur les bords évasés des poteries. Aucune spécificité chronoculturelle n’est suggérée.

5.4.2.7 Les incisions curvilignes

159On dénombre 1,2 % d’incisions curvilignes répartis sur dix sites (1, 14, 172, 173, 223, 228, 230, 235, 237 et 260). Le cas le plus représenté est celui d’incisions curvilignes non recoupées (83 tessons sur 94), mais on trouve également deux tessons à incisions curvilignes recoupées (sites 223 et 260) localisées sur la face intérieure du fond, six tessons où les incisions dessinent une ondulation localisée cinq fois sur le bord extérieur (pl. 46, no 65) et une fois sur la face intérieure de la panse (site 230), ainsi que trois cas d’incisions autres, sur le même site.

  • 10 Il pourrait s’agir aussi d’impressions linéaires à l’outil.
  • 11 Sur ce fond, le décor se prolonge vers la base de la panse.

160Parmi les cas d’incisions curvilignes non recoupées, on recense sept tessons à incision en spirale dont six sur le site 230 (pl. 47, no 115), le septième sur le site 228 (pl. 42, no 8). Ce type particulier d’incisions a toujours été retrouvé localisé sur la face extérieure de la panse. Il en est de même pour l’ensemble des incisions curvilignes non recoupées, à l’exception de quatre cas : deux sur des bords intérieurs sur les sites 230 et 237 (pl. 60, no 2)10 et deux à l’intérieur de fonds sur les sites 230 et 260 (pl. 62, no 21)11.

161Nous avons enregistré deux formes entières et trois autres formes aux profils semi‑entiers portant toutes un décor d’incisions curvilignes non recoupées sur la panse. Les deux formes complètes proviennent du site 230, ce sont typologiquement des pots où le décor incisé est associé à des boutons pastillés. Le premier (provenant de Ce14) est haut de 8,2 cm et son diamètre d’ouverture est de 11 cm (pl. 48, no 117), il porte une paire d’anses symétriques pastillées et probablement zoomorphes ; le second (provenant de Ce22) est haut de 8,7 cm et son diamètre à l’ouverture est de 12,5 cm (pl. 48, no 138).

162Trois autres formes semi‑entières ont été enregistrées. Elles appartiennent au même type de vase et ont été trouvées sur les sites 172 (pl. 22, no 13), 260 (pl. 62, no 6) et 230 (pl. 48no 118) ; sur ce dernier vase, les parois ont été déformées par enfoncement afin de former de larges cannelures verticales et le décor est associé à des pastilles auréolées. Ces trois vases ont respectivement un diamètre à l’ouverture de 22, 10,5 et 16 cm.

163Tous ces pots possèdent une panse au profil caractéristique, que nous avons dénommée « panse à profil torique ». Elle est une des deux formes de panses globulaires reconstituées par C. Evans et B. Meggers sur les sites Koriabo du Guyana et depuis a toujours été considérée comme caractéristique de ce complexe. En association avec des incisions curvilignes non recoupées et, le plus souvent, en combinaison avec des modelés appliqués, elle caractérise le type Koriabo incisé. En Guyane française, on la retrouve dans le type Chaton fantastique.

164En bibliographie, les motifs d’incisions curvilignes, considérés séparément de tout autre décor et de toute forme associés, ne sont pas propres au complexe Koriabo, on en recense également en particulier dans le complexe Aristé.

5.4.3 Les impressions linéaires

165Nous avons nettement fait la distinction entre les incisions, terme réservé à l’entaille de la pâte par un outil tranchant, et les impressions dites linéaires où le geste consiste à repousser la pâte, à l’aide d’un outil ou d’un doigt. Il en résulte que les incisions sont fines et à profil en « V », alors que les impressions linéaires sont plus larges, superficielles et à profil en « U » avec parfois l’empreinte des irrégularités de l’extrémité de l’outil.

5.4.3.1 Les impressions linéaires à l’outil

166110 cas d’impressions linéaires à l’outil ont été dénombrés (1,4 %) répartis sur treize sites (12, 13, 14, 18, 172, 173, 177, 223, 230, 234, 235, 260 et 275). Au cours de l’enregistrement, la distinction a été faite entre l’impression à la spatule, à extrémité large, et l’impression avec un autre outil, à extrémité plus ou moins appointée, à l’image de la baguette. C’est ce second cas qui est le plus représenté (92 cas sur 110).

167Ce type décoratif est utilisé pour souligner le bord (pl. 8, no 134 ; pl. 55, no 18 ; pl. 65no 106) ou le contact col‑panse (pl. 22, nos 2535 ; pl. 48no 133 ; pl. 72no 4), formant une faible cannelure ou un léger décrochement. On le rencontre également en motifs de droites parallèles, en association ou non avec des incisions, sur les bords ou les panses (pl. 1, no 4). De même, il peut être associé sur la panse à d’autres types décoratifs : colombins apparents partiellement lissés (pl. 65, no 107) ou impressions ponctuelles spatulées (pl. 65, nos 113, 114). Sa présence est attestée également sur des panses à profil torique, apparemment comme seul type de décor (pl. 27, no 45 ; pl. 62, no 7) ou en association avec des incisions et des appliqués (pl. 48, no 139). Enfin, des impressions linéaires se localisent sur le méplat intérieur de bords, sur des formes ouvertes ou fermées. Les premières sont apparemment toutes attribuables à des écuclles (pl. 10, no 10 ; pl. 22, no 19 ; pl. 47, no 95 ; pl. 62, no 27). Sur le site 223, ce décor est associé à un élément appliqué zoomorphe figurant une grenouille à l’intérieur du bord multilobé d’une écuelle (pl. 36, no 10). Les formes fermées sont à encolure haute sur le site 223 (pl. 36, nos 1, 2) et, sur le site 230 (pl. 48, no 120), elles sont à associer à des profils toriques. Parmi les décors associés, il faut noter un cas d’oreille incisée et un cas de rangée de pastilles en continu sur le méplat du bord.

168Deux formes entières provenant du site 230 ont été enregistrées. La première est une écuelle (pl. 47, no 100), haute de 8 cm et au diamètre d’ouverture de 28 cm. Elle présente un décor d’impressions curvilignes spatulées entre des pastilles appliquées, sur le bord intérieur à la lèvre échancrée. La seconde est un pot (pl. 48, no 128), d’une hauteur totale de 10,5 cm et d’un diamètre à l’ouverture de 16,5 cm. Le décor d’impressions curvilignes spatulées se développe sur six renflements d’une panse torique, en association avec des motifs d’incisions curvilignes et d’appliqués zoomorphes.

169Ces deux pièces sont caractéristiques du type Koriabo raclé (Koriabo scraped) tel qu’il a été défini à l’origine par B. Meggers et C. Evans sur les sites du Guyana (1960). Depuis, ce type décoratif a été trouvé sur des sites de Guyane française (type Chaton fantastique), décrit sous l’appellation d’incisions grossières ou larges.

170Quant aux cas où les impressions linéaires soulignent le bord ou le contact col‑panse, ils ne semblent pas révéler une spécificité chronoculturelle, pas plus que le cas, anecdotique, où elles sont combinées à des incisions au sein d’un motif géométrique fait de traits rectilignes. Par contre, les deux cas d’impressions linéaires verticales sur la panse, en association avec un décor de colombins apparents ou d’impressions ponctuelles spatulées, apparaissent comme inédits. Ces deux éléments de vases appartiennent au site 260.

5.4.3.2 Les impressions linéaires digitées

17189 cas (1 %) d’impressions linéaires digitées ont été décomptés, mais la majorité d’entre eux correspond à des traces désordonnées de lissage lors de la finition du façonnage des vases, leur aspect esthétique est limité. La description des autres cas mérite d’être développée car ils ne concernent que le site 260 (pl. 64, no 94 ; pl. 65, nos 102‑105, 108‑110, 115, 118 et 122). Sur ce site, les impressions linéaires digitées sont le plus souvent associées à une surface aux colombins apparents, les éléments de formes concernés sont des panses et/ou des encolures de formes ouvertes ou plus ou moins fermées. Les autres types décoratifs que l’on rencontre parfois associés se localisent sur la lèvre : impressions ponctuelles à l’outil ou au doigt. Quant aux cas d’impressions non associées à des colombins apparents, on les rencontre sur des cols.

172La bibliographie ne fait pas mention d’impressions linéaires digitées en tant que technique décorative se distinguant du lissage de finition.

5.4.4 Les colombins apparents

173Le décompte des cas de colombins apparents représente 3,5 % du total des décors. Cet état de surface a été inventorié sur 280 tessons dispersés sur douze sites (2, 13, 172, 173, 223, 228, 230, 234, 235, 237, 260, 263). À l’exception de ceux découverts sur le site 260, ils restent anecdotiques dans le corpus céramique des sites. Sur le site 260, où ils sont les plus représentés (16,8 % des décors), les colombins se présentent soit bruts, sans le moindre traitement de surface après pose, soit partiellement lissés, laissant apparaître des lignes de contact résiduelles et leur profil bosselé. Sur les autres gisements, les lignes de contact peuvent être soulignées par des incisions.

174Le montage des vases par colombins est le procédé le plus couramment utilisé par les Amérindiens, qui ne connaissent pas le tour de potier. Trois autres techniques sont connues en Guyane française : le façonnage par plaques, le moulage et le modelage (Rostain 1994a). Si le procédé technologique ne constitue pas un marqueur chronoculturel, la volonté décorative de mettre en évidence les colombins constitutifs du vase ne semble pas cependant, d’après la bibliographie, aussi répandue. Nos recherches comparatives nous orientent particulièrement vers le complexe Barbakoeba de la tradition Arauquinoïde, où le décor par colombins apparents est bien représenté (14,8 %) (Boomert 1993).

175L’étude descriptive de ce procédé décoratif sur notre échantillon nous conduit à distinguer deux lots de tessons : le premier concerne ceux où les colombins ne sont apparents que sur le bord des vases, le second rassemble les tessons où les colombins apparents couvrent toute la hauteur du vase.

5‑4.4.1 Les colombins apparents sur le bord

176Plusieurs tessons présentent sans conteste un décor de colombins apparents localisés uniquement à l’extérieur du bord, le reste du vase étant lissé.

177Une forme entière a été enregistrée sur le site 230 (pl. 51, no 211). Il s’agit d’une jatte ouverte à panse rectiligne, haute de 11 cm, au diamètre d’ouverture de 28 cm. Les deux derniers colombins du bord sont apparents, sans aucun lissage. Un modelé atypique, un bouton creux, est appliqué sur la face intérieure du bord.

178Deux autres formes aux profils semi‑entiers ont été enregistrées. L’une, sur le site 13 (pl. 5no 82), est une petite écuelle, au diamètre à l’ouverture de 11 cm ; elle présente un décor monochrome rouge sur l’ensemble de la surface intérieure. L’autre, sur le site 260 (pl. 64, no 94), est une jatte fermée, à panse convexe et à contact anguleux avec le col divergent rectiligne. Celui‑ci présente la trace de deux colombins, à la jonction apparente entre eux et au contact avec la panse. Les colombins ont été partiellement lissés au doigt, la lèvre présente des impressions digitées. À ce décor sur le col, s’ajoute un bouton appliqué sur la panse.

179Parmi les éléments de forme, il a été reconnu, sur les sites 13, 172 et 230, des formes ouvertes, jattes ou écuelles, présentant toutes un seul colombin apparent, partiellement lissé. Deux décors associés se présentent sur une forme du site 172 : un revêtement monochrome rouge sur toute la surface intérieure (pl. 23, no 47), ainsi qu’un décor appliqué, arraché (pl. 23, no 55). Une forme fermée à bord incliné vers l’intérieur et au profil convexe a été également inventoriée sur le site 13 (pl. 8, no 125).

5.4.4.2 Les colombins apparents sur la totalité de la panse

180Sur la majorité des tessons, il n’est pas possible de statuer sur la présence ou non de colombins apparents au‑delà de la fracturation. Toutefois, les cas où les colombins apparents se localisent visiblement sur toute la hauteur du vase concernent exclusivement des formes ouvertes, écuelles ou jattes, et ils ont été inventoriés uniquement sur le site 260 (pl. 65no 124).

181Une telle extension de la localisation n’est pas décrite ou représentée dans les cas de colombins apparents mentionnés pour le complexe Barbakoeba.

5.4.5 Les impressions ponctuelles

182Outre le cas anecdotique de certains motifs (vannerie, feuilles) où on ne peut pas affirmer s’ils sont le résultat d’une réelle volonté esthétique ou simplement du hasard, la poterie ayant pu reposer sur un lit tressé ou de feuillage au moment du séchage avant cuisson, cette rubrique regroupe tout le répertoire de décors imprimés résultant d’une pression ponctuelle volontaire sur la surface de la pâte, avec le doigt ou à l’aide d’un outil.

5.4.5.1 Les impressions digitées

18397 cas d’impressions ponctuelles digitées ont été dénombrés (1,1 %). Cependant, 19 d’entre eux se retrouvent sur des appliqués simples (boutons, cordons ou barrettes) et un autre sur un appliqué zoomorphe. Ce sont les 77 autres cas qui sont ici détaillés.

184Ils se répartissent sur cinq sites (12, 13, 212, 230 et 260). Sur les quatre premiers, les impressions se localisent sur la lèvre ou le bord extérieur (pl. 1, no 22), seuls 5 cas sont représentés. Les empreintes sont soit digitées, soit unguéales. Le site 260 se singularise une fois de plus à travers cette spécificité décorative, à la fois par la quantité de cas rencontrés et par la diversité des localisations. Sur ce site, si de nombreuses impressions en continu sur la lèvre ou sur le bord ont été recensées, la majorité des cas concerne des empreintes discontinues ou de « martelage » sur la panse, en association le plus souvent avec des colombins apparents (cf. supra § 5.4.4).

185Les éléments de forme appartiennent à des formes ouvertes ou fermées. Dans le second cas, les grands cols sont bien représentés. Toutefois, c’est sur la lèvre et le bord d’un col bas au dernier colombin apparent que se localisent les empreintes digitées continues sur un pot enregistré parmi les formes semi‑entières du site 260 et déjà mentionné précédemment (cf. supra § 5.4.4.1) (pl. 64, no 94). Les autres types de décors associés qui ont été rencontrés sur des éléments de forme, outre les cas de colombins apparents, sont deux cas d’impressions linéaires à l’outil.

186Pour les types céramiques de Guyane française d’une part, la description littérale se restreint à la dénomination générale d’encoches sur lèvre, si bien que l’unique référence bibliographique illustrée d’impressions au doigt est celle attribuée au type Mahury incisé du complexe Thémire pour un fragment de grand col trouvé sur le site de Pascaud, dans l’île de Cayenne. D’autre part, la description des traits céramiques des complexes surinamais de tradition Arauquinoïde mentionne la présence de rangées d’impressions digitées sur des bords et des lèvres, mais les données graphiques sont peu nombreuses. Notons cependant les fragments de bords du site Peruvia‑2, attribués au complexe Hertenrits (Versteeg 1985). Enfin, sur l’ensemble de la bibliographie consultée, il n’y a aucune référence de technique décorative par martelage au doigt d’une panse aux colombins apparents, à l’image des cas rencontrés sur le site 260.

5.4.5.2 Les impressions à l’outil

187Sous cette rubrique ont été réunies toutes les empreintes décoratives réalisées ponctuellement, à l’aide d’un outil, sur la surface du vase, les empreintes sur les éléments appliqués ajoutés n’y sont pas considérées. Les impressions peuvent être droites, obliques ou à plat par rapport à la surface et faites à l’aide d’une spatule, d’une baguette ou d’un autre outil.

188On dénombre 134 cas, les impressions droites sont majoritaires (85 cas) et les impressions obliques largement minoritaires (12 cas). Quinze sites sont concernés (7, 8, 13, 14, 16, 85, 171, 172, 223, 230, 235, 237, 260, 273 et 275).

Les impressions droites

189Les impressions droites peuvent être ponctuées, si elles n’excèdent pas 1 mm de diamètre, pseudo‑circulaires, hémisphériques ou à autres contours. Elles se localisent sur des lèvres, bords ou rebords, une autre position est exceptionnelle. Une petite forme ouverte au profil quasi entier a été enregistrée, il s’agit probablement d’une petite écuelle (pl. 36, no 12), son diamètre à l’ouverture est de 9 cm ; elle présente trois lignes d’impressions à section rectangulaire couvrant toute la hauteur d’un col. Le nombre de cas sur rebord est élevé par rapport à la représentativité dans notre corpus de cette unité morphologique particulière. Par contre, rares sont les cas où les impressions droites se situent sur la face intérieure à l’exception des localisations sur la lèvre, cinq cas sont représentés (pl. 57, no 25 ; pl. 62nos 24, 29, 30 ; pl. 70no 1). Deux tessons méritent une attention particulière car les impressions se situent sur la lèvre ; ils proviennent tous deux du site 260, d’une écuelle et vraisemblablement d’un pot à col éversé à profil rectiligne (pl. 62, nos 33, 34). Il faut aussi noter quatre cas où les impressions droites sont associées en registre avec des incisions rectilignes et/ou des barrettes appliquées (pl. 5, no 58 ; pl. 36, no 11 ; pl. 46, no 70). Six autres cas, sur col, associent une frise d’impressions droites au‑dessus d’une surface à revêtement monochrome rouge (pl. 5, no 59 ; pl. 10, no 11 ; pl. 46, nos 68, 71, 72 ; pl. 57, no 23).

190En bibliographie, des « ponctuations » et des « encoches » sur les bords sont mentionnées dans les différentes traditions et le répertoire de morphologies et d’agencements des impressions apparaît relativement étendu, si bien que la majorité des cas de notre échantillon ne nous oriente pas vers une spécificité chronoculturelle référencée. Toutefois, certaines similitudes ont pu être mises en évidence avec des références illustrées considérées comme caractéristiques du complexe Hertenrits : il s’agit des cas de registre d’impressions ordonnées, associées ou non avec des incisions rectilignes, en bandeau sur la moitié supérieure des cols (Versteeg 1985 ; Rostain 1994d).

Les impressions obliques

191Les impressions obliques semblent avoir été exécutées soit avec un outil spatulé, soit avec une baguette. Elles n’ont été retrouvées seules que sur les sites 16 et 260 : huit fois sur des lèvres et une fois sur la surface intérieure d’un bord. Sinon, elles sont associées soit à un modelé par pincement de lèvre sur le site 14, soit à une excision sur pied ou à des impressions linéaires spatulées sur col (?), sur le site 260 (pl. 65, no 113). Sur ce dernier site, une forme entière enregistrée (pl. 65, no 112) présente un décor où s’associent des impressions ponctuelles obliques et des incisions rectilignes verticales, sur toute la hauteur du vase. Il s’agit d’un pot à grand col divergent rectiligne en contact anguleux avec une panse convexe, sa hauteur est de 11 cm, son diamètre à l’ouverture de 18 cm. Le type de décor que présente ce vase est tout à fait inconnu au regard de la bibliographie consultée. Ce constat nous a été confirmé après l’avoir présenté à quelques chercheurs travaillant sur le plateau des Guyanes (Boomert, Rostain, Versteeg, connu, orale 1995).

Les impressions à plat

192Elles se localisent exclusivement sur les lèvres. Il a déjà été précisé qu’elles se distinguent parfois mal d’incisions courtes et que cette incertitude se retrouve dans la bibliographie (cf. supra § 5.4.2.1). Parmi les formes entières enregistrées, il y a un pot caréné présentant deux étranglements dans la partie supérieure de sa panse et à col divergent rectiligne. Trouvé sur le site 260 ; sa hauteur totale est de 18,5 cm, son diamètre à l’ouverture de 15,5 cm et son diamètre maximal de 20 cm ; il ne possède aucun autre décor que celui d’impressions à plat continues sur la lèvre (pl. 64, no 88).

5.4.6 Les autres modifications de l’état de surface

193En dehors de la gravure retrouvée uniquement sur deux tessons du site 20 et traitée avec les colorations par aplat rouge fin auquel elle est liée (cf. supra § 5.4.1.1), il est fait ici mention des quelques cas rencontrés résultant de deux autres techniques d’enlèvement de matière, la perforation et l’excision, et d’une technique de déformation de la surface, le modelage.

5.4.6.1 La perforation

194Elle a été recensée sur 18 tessons répartis sur treize sites (12, 13, 14, 16, 21, 82, 172, 223, 230, 232, 235, 248 et 260). Les perforations se situent toutes au niveau du bord des vases, à l’exception de celles portées par des tessons vraisemblablement retaillés. Un cas, sur le site 14, concerne une perforation centrée sur un petit disque céramique (pl. 11, no 83). Une double perforation, sur le site 82, pourrait également appartenir à un fragment de même forme (pl. 19no 4).

195La perforation peut être effectuée à partir des deux faces de la pâte ou uniquement réalisée depuis l’extérieur. De plus, elle peut être faite avant (pl. 58, no 43) ou après cuisson (pl. 9no 165 ; pl. 64, no 84).

196La bibliographie ne semble pas considérer la perforation comme une modification de la surface attribuable à une technique décorative ; sa réalisation, même avant cuisson, serait d’ordre fonctionnel.

5.4.6.2 L’excision

197Cette technique a été reconnue à huit reprises, trois sites sont concernés (230, 260 et 275). Quatre cas correspondent à des découpes de pâte réalisées sur des appliqués simples ou zoomorphes, deux autres sont effectuées sur la lèvre, les deux derniers sont assimilés à des ajourages, ils proviennent du site 260 ; l’un est fait sur un pied bas (pl. 63no 53), l’autre sur un col (pl. 63, no 41). En bibliographie, l’excision est considérée comme exceptionnelle.

5.4.6.3 Le modelé

198Nous ne traitons ici que du modelé par pincement ou par enfoncement des parois des vases. Les modelés appliqués ne sont pas pris en compte.

199Sur les 33 cas dénombrés, 29, répartis sur sept sites (13, 14, 16, 172, 223, 230 et 260), concernent des enfoncements de pâte. Ils se situent majoritairement sur les bords ou les cols, leur donnant un profil sinueux (pl. 4, no 31 ; pl. 63, no 36), mais aussi sur les panses où il en résulte également un profil sinueux (pl. 63, no 37) ou une surface bosselée (pl. 63, no 58). Ce dernier cas de figure se retrouve également sur deux formes du site 230, aux profils semi‑entiers. La première est un pot dont la panse torique présente six enfoncements réalisés de l’intérieur régulièrement espacés (pl. 48, no 128) ; la seconde est aussi un pot à panse torique, l’enfoncement consistant en un tracé linéaire vertical réalisé de l’extérieur et dégageant des tableaux sur lesquels se développe une décoration d’incisions et d’appliqués par boutons et pastilles (pl. 48, no 118).

200Quatre cas de pincements digités ponctuels se localisent sur la lèvre ou la carène.

5.4.7 Les appliqués simples

201Sous cette appellation, nous ne traitons que des modelés appliqués de morphologie simple, tels qu’ils sont définis dans la nomenclature de M.‑R. Séronie‑Vivien (1982), retrouvés séparément sans composition les uns sur les autres, ou pour lesquels nous n’attribuons pas de caractère figuratif anthropomorphe ou zoomorphe.

5.4.7.1 Les boutons

202Ont été inventoriés 65 cas de décoration par bouton appliqué. Ils se répartissent sur dix sites (13, 16, 172, 173, 223, 230, 234, 235, 237 et 260).

203Les boutons se localisent sur la moitié supérieure des vases, sur les bords, les panses ou les points de tangence verticale, et surtout sur les carènes. À sept reprises, ils s’associent par paires (pl. 4, nos 47 et 53 ; pl. 23, nos 38 et 49 ; pl. 46, no 80).

204Parmi les formes enregistrées, deux profils semi‑entiers présentent des boutons comme seul décor appliqué. Le premier, provenant du site 13, est une petite jatte ouverte, haute d’environ 5 cm, au diamètre d’ouverture de 10,5 cm et où un bouton est localisé sur le bord (pl. 8no 144). Le second, issu du site 230, est probablement une petite jatte de forme ouverte dont le diamètre à l’ouverture est de 12,5 cm et où un bouton est positionné sur le point de tangence verticale de la panse, la surface intérieure possédant un revêtement rouge (pl. 49, no 144). Une forme identique mais ne portant pas de coloration par aplat rouge est illustrée sur la publication du site de Prins Bernhard Polder au Surinam et attribuée au complexe Hertenrits, pour lequel aucune coloration n’est mentionnée.

205Une localisation exceptionnelle des boutons concerne un fragment de vase du site 260 : il s’agit d’une petite forme ovale à profil longitudinal concave sur laquelle quatre boutons appliqués sous le fond servent de pieds (pl. 67no 155). Au‑delà de toute tentative d’interprétation figurative, les boutons peuvent être les supports d’autres types décoratifs, en l’occurrence de pastilles sur le site 173 (pl. 27no 12), d’impressions droites pseudo‑circulaires (pl. 36no 9) et d’incisions courtes sur le site 223, de pastilles, d’impressions droites pseudo‑circulaires, d’impressions digités et d’incisions courtes, sur le site 230 et enfin, d’impressions à plat sur le site 235 (pl. 57, nos 2 et 3).

5‑4.7.2 Les oreilles

  • 12 À l’exception du site 237 où elles représentent 4,2 % des décors, leur représentativité par site es (...)

20611 cas d’oreilles appliquées ont été dénombrés, provenant de six sites (13, 20, 172, 223, 230 et 237)12.

207Les oreilles se localisent sur la moitié supérieure des vases et majoritairement au contact de la lèvre. Elles peuvent être le support d’incisions courtes (pl. 18no 2 ; pl. 36no 2).

208Un forme entière possédant des oreilles appliquées pour tout décor a été enregistrée sur le site 230 (pl. 51, no 213). Il s’agit d’une jatte ouverte à panse pseudo‑rectiligne, haute de 14 cm, au diamètre à l’ouverture de 29,5 cm. Trois oreilles, régulièrement espacées, ponctuent le bord, l’une d’elles est déformée par des impressions.

5.4.7.3 Les cordons

  • 13 Représentativité des cordons par site : site 8 : 25 %, site 13 : 2,7 %, site 14 : 1 %, site 85 : 4, (...)

209Les cordons sont les éléments appliqués simples les plus représentés, on en compte 115 cas, dispersés sur treize sites (8, 13, 14, 85, 172, 207, 208, 212, 223, 230, 235, 260 et 275)13.

210Ils se situent majoritairement en position horizontale continue sur les points de tangence verticale des panses ou sur les cols des vases. Dans ce cas, ils peuvent être porteurs d’incisions courtes (pl. 5, nos 62, 69 ; pl. 23, no 64 ; pl. 46, no 76), d’impressions ponctuelles digitées (pl. 5nos 67, 77 ; pl. 38no 62 ; pl. 72no 6) ou à l’outil (pl. 5, no 75). Dans les autres cas, on les retrouve sur les bords ou sur les panses en application plus ou moins irrégulière (pl. 5no 70 ; pl. 47no 101 ; pl. 48no 137).

211Tous ces cas rencontrés dans notre échantillon nous orientent vers des références illustrées des complexes de tradition Arauquinoïde (Versteeg 1985 ; Boomert 1993). Ainsi, les cordons sur points de tangence verticale des formes fermées sont connus dans le complexe Hertenrits, les cordons horizontaux sur cols sont bien représentés dans le complexe Barbakoeba, de même que les cordons irréguliers sur les bords ou les panses dans les complexes Hertenrits et Kwatta.

5.4.7.4 Les barrettes

  • 14 Représentativité des barrettes par site : site 13 : 07 %, site 14 : 1,4 %, site 20 : 0,3 %, site 17 (...)

212Elles sont au nombre de 42, réparties sur huit sites (13, 14, 20, 172, 173, 223, 230 et 234)14.

213Elle se localisent toutes horizontalement ou verticalement sur la moitié supérieure des vases, à l’extérieur des lèvres, des bords, des panses, ou plus rarement des points de tangence verticale. Comme pour les cordons, elles peuvent porter des incisions courtes ou des impressions ponctuelles digitées ou à l’outil. Des barrettes incisées ont été trouvées sur le site 13 associées avec des impressions droites en registre sur un rebord (pl. 5no 58), sur le site 223, sur une panse, avec des impressions droites et des incisions rectilignes obliques (pl. 36no 11), sur le site 230, sur une panse également, avec des incisions curvilignes et des pastilles (pl. 48no 122).

214Ce dernier cas est attribuable au complexe Koriabo. Les autres nous orientent, comme les cordons, vers les complexes de tradition Arauquinoïde (Versteeg 1985 ; Boomert 1993).

5.4.7.5 Les pastilles

  • 15 À l’exception du site 237 où elles représentent 5,3 % des décors, leur représentativité par site es (...)

21514 cas de pastilles directement appliquées sur la surface des vases ont été dénombrés. Ils se répartissent sur quatre sites (172, 223, 230 et 237)15. Pour 57 autres cas, elles ne sont qu’une composante d’un décor plus complexe.

216Les pastilles se localisent tant à l’extérieur qu’à l’intérieur des vases. Dans le premier cas, elles sont exclusivement sur les panses, dans le second, sur les bords. Ces pastilles, qui peuvent être simples, auréolées ou fendues, n’ont jamais été retrouvées comme seul décor : elles sont associées notamment à des incisions curvilignes sur les panses (pl. 22no 7) et à des impressions linéaires en tracés curvilignes sur les surfaces intérieures de bords (pl. 36no 2 ; pl. 48no 120).

217Leur présence dans notre échantillon est rattachable au complexe Koriabo.

5‑4.7.6 Les lobes sur lèvre

218On a inventorié 34 cas de lobes, qu’ils soient encore attachés sur la lèvre ou détachés. Cet inventaire reflète néanmoins une grande diversité. En effet, il ne s’agit pas toujours d’un ajout de pâte, les lobes pouvant être aussi obtenus par modelage de la lèvre, par impressions ponctuelles, voire même par excision. Ces lobes sont uniques, par paires ou en continu sur toute la lèvre.

219Leur surface peut être le support de décors tels que des éléments appliqués zoomorphes en association avec des impressions en tracé curviligne (pl. 36no 10). Ce dernier cas est similaire à un tesson du site de Charlesburg au Surinam attribué au complexe Koriabo (Evans, Meggers 1960 : pl. 37). Les lobes en continu sur des formes largement ouvertes sont également attribuables à ce complexe. Il est également fait mention d’appliqués zoomorphes sur des bords lobés pour le complexe Kwatta (Boomert 1977). Il est plus difficile d’associer les autres cas rencontrés dans notre échantillon à des références bibliographiques.

5.4.7.7 Les anses

2208 anses, trouvées sur six sites (13, 14, 172, 223, 230, 260 et 263), font partie des éléments de formes enregistrés. À l’exception du cas unique du site 263 où l’anse est formée par un soulèvement du dernier colombin formant la lèvre (pl. 68no 3), elles sont appliquées soit en boudin de pâte, soit en ruban.

221Deux vases entiers ont des anses, le premier provenant du site 13 (pl. 6no 90) est un pot à panse globulaire, haut de 21 cm, dont le diamètre à l’ouverture est de 13 cm et le diamètre maximal de 25 cm ; les deux tiers supérieurs de sa surface extérieure ainsi que la totalité de la surface de ses deux anses symétriques, à profil longitudinal sinueux, sont recouverts d’un engobe rouge. Le second, trouvé sur le site 223 (pl. 40no 118), est une jatte fermée, à panse convexe, haute de 15,5 cm, au diamètre à l’ouverture de 25 cm, et portant une anse incisée dont il ne reste que les points d’attaches.

222Il n’est pas possible, au regard de la bibliographie qui ne décrit pas les anses avec précision, d’attribuer une spécificité culturelle à notre échantillon.

5.4.8 Les appliqués composites

223Nous traitons ici des nombreux cas où l’appliqué devient figuratif, sinon complexe, par la superposition de plusieurs types de modelés simples ou par l’application d’un modelé sans critère morphologique facilement descriptible.

5.4.8.1 Les appliqués anthropomorphes

224Une représentation humaine a été attribuée à cinq éléments appliqués, trois d’entre eux figurent un corps entier (sites 13, 223 et 230), deux autres représentent un visage (sites 14 et 230).

225Les trois premiers sont localisés sur le bord de formes ouvertes, sur la surface extérieure (2 cas) ou intérieure (1 cas), où leur position leur confère probablement un rôle de tenons de préhension (pl. 3no 9 ; pl. 36no 8 ; pl. 44no 34). Le visage visible sur un tesson du site 14 est figuré à l’aide de cordons et de boutons pastillés (pl. 10no 17), il apparaît sur un bord convexe incliné vers l’intérieur qui pourrait appartenir à une forme globalement anthropomorphe. Celui du site 230, visible sur une panse attribuable à un vase torique, est figuré par l’association de pastilles auréolées fendues et d’incisions curvilignes (pl. 48no 127). Il se présente en position couchée. Ce dernier cas est attribuable au complexe Koriabo. Outre les éléments simples assemblés pour former un visage humain et des parties du corps dans le type Enfer polychrome du complexe Aristé, la bibliographie nous oriente vers les modelés appliqués anthropomorphes des complexes Hertenrits et Kwatta (Boomert 1977 ; 1980 ; Versteeg 1985).

5.4.8.2 Les appliqués zoomorphes

  • 16 Représentativité des appliqués zoomorphes par site : site 13 : 1,7 %, site 14 : 0,5 %, site 17 : 4, (...)

22689 cas d’éléments zoomorphes ont été enregistrés, répartis sur un total de quinze sites (13, 14, 17, 20, 85, 172, 173, 223, 226, 230, 231, 235, 236, 260 et 275)16.

227Le répertoire morphologique est étendu et difficile à interpréter : il est possible de reconnaître majoritairement des pattes, mais aussi des têtes et des corps entiers. Seules des représentations de tortues et de singes ont été reconnues avec certitude. La surface des modelés peut être modifiée par des incisions courtes, des impressions ponctuelles droites ou à plat à l’outil et des impressions digitées.

228Nombreux sont les éléments appliqués retrouvés à l’état fragmentaire, détachés de leur support d’origine et pour lesquels il est difficile de déterminer la localisation sur le vase. Quand cette détermination est possible, ils se situent sur la partie supérieure des formes, les points d’attache pouvant être multiples (pl. 3, nos 22, 23, 26 ; pl. 44nos 21, 41, 42 ; pl. 45nos 44 et 45 ; pl. 57, no 9).

229Les appliqués zoomorphes sont largement représentés dans les différentes traditions et le répertoire animalier est vaste, aussi il semble difficile d’envisager au cas par cas la recherche d’une référence chronoculturelle certaine, au‑delà de morphologies jugées parfois approchantes.

5.4.8.3 Les appliqués bifides ou apparentés

230Un certain nombre d’appliqués composites se sont différenciés par leur localisation sur le bord et recouvrant également la moitié extérieure de la surface de la lèvre. Au‑delà de toute tentative d’interprétation figurative, ils présentent une morphologie à caractère symétrique, voire bifide. Ces appliqués peuvent être des modelés sans autre décor appliqué (pl. 3no 4 ; pl. 23no 62 ; pl. 44nos 27, 28). Ils sont alors apparentés à une catégorie plus caractéristique d’appliqués décorés de manière symétrique ou nettement divisés en deux parties égales (pl. 3nos 2, 3 ; pl. 44nos 11‑19, 22, 25, 26 ; pl. 59no 6). Les éventuels décors sur ces appliqués se limitent à des pastilles auréolées, des incisions courtes, le plus souvent associées, et plus rarement des impressions ponctuelles à l’outil.

231L’ensemble de ces appliqués bifides semblent être systématiquement associés à des formes ovales très ouvertes, le plus souvent, si ce n’est exclusivement, à revêtement intérieur rouge, à l’image d’un vase découvert sur le site 13 (pl. 6no 92). Ils sont assimilables aux adornos biomorphes jugés typiquement Barbakoeba par A. Boomert (1993) et sont à motif très proche de celui trouvé par A. Cornette (198 5f) sur le site de Crique Jacques (commune de Mana). Il ne semble pas que ces décors aient été jusqu’à présent associés à une forme aussi caractéristique que celle que nous rencontrons dans notre échantillon.

5.4.9 Les formes particulières

232Nous présentons ici quelques formes qui se trouvent de façon anecdotique dans notre échantillon, mais se révèlent originales ou parfois assez caractéristiques, au regard de la bibliographie.

5.4.9.1 Les formes à profil longitudinal concave ou « vases naviformes »

233Sous cette appellation, nous désignons les formes pour lesquelles la lèvre ne s’inscrit pas dans un plan horizontal, mais présente un profil concave en les observant face à leur plus grande longueur, ces formes étant toutes ovales. Elles ont également été dénommées vases « naviformes ».

2347 formes entières sont enregistrées. Deux d’entre elles, déjà présentées dans les paragraphes précédents, portent pour l’une, un décor peint sur aplat coloré sur sa surface intérieure (pl. 24no 81) et pour l’autre, deux rangées d’incisions courtes, sur lèvre et carène, ainsi que des appliqués (pl. 51no 214). La troisième forme, trouvée sur le site 172 (pl. 25no 99), est une écuelle haute de 10 cm, portant deux lobes appliqués symétriquement aux extrémités longitudinales, la totalité de la surface intérieure est recouverte par un engobe rouge.

  • 17 Ce dessin, réalisé avant la restauration complète du vase, ne montre pas un aspect concave du profi (...)

235Le dernier ensemble de vases naviformes appartient au site 223. Il est constitué d’une forme ovale (pl. 39no 71), de 3.5 cm de haut, au bord infléchi vers l’intérieur ; la lèvre est amincie, le bord porte à la seule extrémité intacte, une fracturation à attribuer à un élément appliqué cassé ; cette pièce, originale, est peut‑être un couvercle. Une autre forme provenant de la structure CeF72 (pl. 40no 121) est une jatte haute de 9 cm. Seule l’amorce du fond est conservée, elle présente des traces de décollement qui doivent correspondre à un pied. Une forme identique ayant conservé son pied provient de CeF289 (pl. 40no 113)17. La dernière a été découverte dans CeF102a (pl. 40no 119), haute de 14,5 cm, elle présente un décor de paire de barrettes associée à de courtes impressions linéaires, en opposition symétrique sur le bord à chaque extrémité longitudinale.

236Une forme parfaitement identique (pl. 73no 5), haute de 12,5 cm, a été trouvée en fond de fleuve, à Saut Patawa sur le Sinnamary. Le profil caractéristique de ces deux dernières formes est attesté de nos jours ethnographiquement chez les Apalaï du haut Maroni et a été illustré pour un vase provenant d’un chantier aurifère sur l’Approuague (Cornette 1989b).

5.4.9.2 Les vases zoomorphes

237La présence sur un même vase de plusieurs éléments appliqués engendre parfois une représentation zoomorphe de la forme considérée dans sa globalité.

238Deux formes entières ont été enregistrés mais leur typomorphologie est différente. L’une, trouvée sur le site 17 (pl. 16no 27) représente une tortue. C’est une jatte ouverte de forme ovale, haute de 11,5 cm et dont les dimensions à l’ouverture sont de 25,5 x 21 cm ; elle porte des traces résiduelles d’engobe rouge sur les surfaces. L’autre, trouvée sur le site 230 (pl. 45no 47), représente un quadrupède. C’est aussi une écuelle de forme ovale, haute de 4 cm et dont les dimensions à l’ouverture sont de 16,5 x 11 cm ; elle ne porte aucun autre décor que des appliqués zoomorphes.

239Ces deux formes particulières n’ont pas d’équivalence illustrée en bibliographie, alors que les formes zoomorphes se retrouvent mentionnées dans toute l’aire amazonienne.

5.4.9.3 Les vases anthropomorphes

240Deux formes anthropomorphes font partie de notre échantillon : l’une provient du site 13, elle est fracturée, mais son profil est complet ; l’autre est entière, elle a été trouvée au fond du Sinnamary et nous a été donnée par un orpailleur.

241Leurs morphologies sont équivalentes. La première (pl. 6no 94) est haute de 9,5 cm, se termine par un col et la base modelée de l’intérieur matérialise les pieds ; un bouton appliqué représente un nombril proéminent et deux cordons dans la prolongation de deux anses sur le col suggèrent la représentation des membres supérieurs. La seconde forme (pl. 73no 6). est légèrement plus haute (13,5 cm), sa panse est plus globulaire ; elle porte le même répertoire de décors modelés ou appliqués, à l’exception des cordons.

242Ces deux formes sont nouvelles en Guyane française. Au regard de la bibliographie consultée sur l’aire du plateau des Guyanes, elles n’ont pas d’équivalence illustrée ; on peut éventuellement les rapprocher stylistiquement des « figurines » Hertenrits du site de Prins Bernhard Polder (Versteeg 1985).

5.4.9.4 Les formes à pied

243Sur l’ensemble de notre échantillon, les formes à pied ne représentent que 0,7 % de l’ensemble des éléments de fonds enregistrés. Une seule forme à pied creux a été trouvée entière : il s’agit du vase naviforme, déjà décrit précédemment, provenant de la structure 223 CeF289. Il faut noter sur le site 260 la présence d’une petite forme ovale quadripode, fracturée à ses deux extrémités (pl. 67no 155). Deux éléments de fond portant des traces de pieds pleins (tripodes ou quadripodes ?) proviennent du site 230 (pl. 49nos 198, 200). Enfin, deux éléments sont attribuables à des pieds ajourés, sur les sites 14 (pl. 11no 84) et 230 (pl. 49no 199). À l’exception de ces derniers (Cornette 1991a), de telles formes n’ont pas été retrouvées illustrées en bibliographie.

5.4.9.5 Les vases miniatures

2448 formes ont été qualifiées de « vases miniatures » en raison de leur inhabituelle petite taille. Leur hauteur varie de 1,8 à 3,7 cm. Elles sont toutes identifiables typologiquement à des écuelles ou des jattes ouvertes.

245Une seule est décorée ; quatre barrettes sont appliquées verticalement sur toute la hauteur du vase et les parois sont colorées par un aplat rouge fin (pl. 49no 140). Cette dernière forme est peut‑être à isoler du point de vue fonctionnel, bien que nous ne soyons pas en mesure d’attribuer une fonction précise aux autres pièces, ni même une référence bibliographique pour de tels cas.

5.4.10 Les autres formes

246Cette dernière rubrique regroupe les formes typologiques particulières que sont les plaques à cuire (ou platines « à manioc ») et les formes complémentaires que constituent les pilettes, ainsi que les rares fusaïoles découvertes.

5.4.10.1 Les pilettes

24751 fragments ou pilettes entières ont été enregistrés (pl. 74). La morphologie du corps peut être cylindrique ou tronconique, celle des extrémités, bifide, arrondie, plate ou élargie.

248Une pilette cornée du site 230 présente une perforation bifaciale (pl. 74no 7) qui permet d’envisager de multiples utilisations ; un fragment de corps de pilette sur le même site, porte trois boutons appliqués pouvant figurer un buste féminin ou un visage anthropomorphe stylisé (pl. 74no 1).

249Dans l’ensemble des pilettes inventoriées, trois au moins, dont deux creuses, présentent à l’une de leurs extrémités des traces d’arrachement induisant leur fixation à un support et qui pourraient être des pieds de vases.

250Les pilettes céramiques sont reconnues traditionnellement comme des supports de platines, mais elles peuvent également servir à soutenir d’autres récipients (Evans, Meggers 1960). Cette attribution est peut‑être trop limitative. Elles sont connues dans toute l’aire amazonienne. Cependant, on note quelques particularités dans les complexes surinamais de tradition Arauquinoïde : certaines pilettes présentent des visages humains par modelés appliqués à l’une de leurs extrémités sur le site de Prins Bernhard Polder du complexe Hertenrits (Versteeg 1985), et d’autres sont occasionnellement bifides sur les sites du complexe Barbakoeba (Boomert 1993).

5.4.10.2 Les platines à manioc

251Ont été inventoriés 1 340 fragments de platines à manioc, fonds et bords confondus. Aucune platine n’a été retrouvée intacte.

252La gamme de diamètre est étendue, la plus petite forme attestée ne dépassant pas 15 cm (pl. 75no 13).

253La morphologie des bords est variée : sinueuse, concave, convexe, biseautée, en « V », droite, épaissie ou non. Outre la présence parfois de cannelure due à un pliage du bord de la plaque lors de son façonnage, les platines peuvent être le support de décors. Si on ne peut pas affirmer que la présence d’impressions végétales (pl. 75, nos 3, 6, 9, 10) soit le résultat d’une réelle volonté esthétique, il n’en est pas de même pour la coloration par aplat rouge reconnue sur un unique élément (pl. 75no 5) et pour les quelques cas d’empreintes digitées trouvées sur les lèvres ou les bords (pl. 75no 12, pl. 76no 25). Enfin, il faut signaler la présence d’une trace d’arrachement sur un fond de platine (pl. 75, no 15) qui doit être mis en relation avec certaines pilettes portant aussi de telles traces.

254Les plaques céramiques circulaires, appelées platines, destinées à cuire les galettes de manioc, sont connues dans toute l’aire amazonienne. Découvertes en fouilles archéologiques, elles mesurent de 7 cm à plus d’1 m de diamètre, la grande majorité se situant entre 35 et 40 cm ; il n’est généralement pas fait mention de la diversité morphologique des bords mais la présence d’empreintes végétales est souvent relatée.

5.4.10.3 Les fusaïoles

2553 fusaïoles décorées ont été trouvées sur le site 230 (pl. 45, nos 48‑50). Une quatrième pièce céramique, non décorée, découverte également sur le site 230, pourrait avoir la même fonction (pl. 49no 190). Les trois fusaïoles décorées sont de forme biconique à perforation centrale. L’une d’elles porte sur l’un des cônes un décor d’incisions rectilignes, ainsi que de petites impressions ponctuelles circulaires en continu sur la ligne d’intersection des deux cônes. Les deux autres sont décorées plus simplement d’une collerette régulièrement encochée ; les deux cônes sont dissymétriques. La quatrième pièce est un petit disque à perforation centrale à mettre en relation avec les tessons perforés découvert sur les sites 14 (pl. 11, no 83) et 82 (pl. 19, no 4).

256Les références bibliographiques sont rares et nous ne pouvons que signaler à titre de comparaison les fusaïoles du complexe Caimito du haut Amazone (Lathrap 1970), ainsi que, plus proche, la fusaïole de Carbet Mitan et celle de Mont La Calotte (Rostain 1994a).

5.5 « La tessothèque »

  • 18 Pour un même site, l’attribution des numéros d’inventaire ne suit pas forcément une progression lin (...)

257Elle est l’outil indispensable à la mise en place d’une typochronologie pour le département ; c’est à travers sa constitution que les archéologues travaillant sur la Guyane pourront organiser un réel travail de synthèse. Actuellement, aucune gestion post‑fouille du mobilier n’a été effectuée et il est impossible de se référer au matériel découvert par nos prédécesseurs (le lieu même du stockage est parfois inconnu), pour compléter les données publiées. Dans ce cadre, si la mise au point d’une tessothèque passe bien évidemment par la constitution de catalogues de dessins et d’enregistrements des artefacts, à l’image de la méthode précédemment décrite, il est surtout indispensable de conditionner correctement le mobilier afin de le rendre accessible aux chercheurs pour consultation. Pour ce faire, chaque pièce inventoriée a été conditionnée en sachet individuel étiqueté avec mention du numéro d’inventaire, à l’exception des fragments de fond de platine, peu porteurs d’informations dans notre enregistrement, et réunis par sachet comprenant des ensembles provenant d’une même unité planimétrique. Un tel conditionnement permet, en cas de nécessité, de rechercher et de réexaminer chaque pièce suite à une consultation des inventaires graphiques et/ou informatiques. Lors du conditionnement par site18, l’ensemble de ces pièces individualisées a été regroupé en fonction des ensembles de tris initiaux (décor, bord, etc.), à l’exception des pièces dessinées, regroupées pour des raisons pratiques de consultation en un nouvel ensemble. La totalité de cette base de données, informatique, graphique et mobilière, a été confiée au service régional de l’Archéologie, elle doit constituer un fonds pour la mise en place d’une tessothèque guyanaise.

Notes

1 Par exemple, le type Nazaré brushed de la phase Aruã a été défini sur un total de 18 tessons provenant de deux sites.

2 Exception a été faite pour le site 21 où 1 tesson représente 5,3 %.

3 Les références sont données sous forme de table des valeurs de r significatives à 5 % en fonction du nombre de degrés de liberté, qui doit être pris égal à N‑2 (N étant le nombre de classes confrontées) (Frontier 1981).

4 Le premier lot de tessons avait été expédié dès 1992 au centre Orstom de Bondy à la suite d’une première classification élaborée par Ph. Nowacki‑Breczewski (Nowacki‑Breczewski, Puaux 1992b). Néanmoins, les échantillons de ce premier lot ont été revus et leur attribution a été reformulée en tenant compte de la nouvelle classification.

5 Malheureusement, cette recherche n’a pas pu être menée sur l’ensemble des échantillons car ces analyses ne nous ont pas été transmises pour le premier lot de tessons ainsi que pour 17 des 30 prélèvements de matériaux.

6 Au total, 10 tableaux ont été nécessaires pour enregistrer l’ensemble des 20 217 tessons. Ces tableaux peuvent regrouper plusieurs sites, individualiser une implantation ou représenter une partie du mobilier enregistré sur un site de plein air.

7 Ce sont les seuls décors gravés reconnus sur Petit Saut.

8 Pour le site 230 seules ont été considérées les portions du site où l’occupation du xviiie s. se différenciait bien de l’occupation strictement amérindienne.

9 Boisson à base de manioc fermenté.

10 Il pourrait s’agir aussi d’impressions linéaires à l’outil.

11 Sur ce fond, le décor se prolonge vers la base de la panse.

12 À l’exception du site 237 où elles représentent 4,2 % des décors, leur représentativité par site est très faible, moins de 0,5 %,

13 Représentativité des cordons par site : site 8 : 25 %, site 13 : 2,7 %, site 14 : 1 %, site 85 : 4,3 %, site 172 : 4,5 %, site 207 : 3,6 %, site 208 : 10 %, site 212 : 4 %, site 223 : 0,7 %, site 230 : 1,5 %, site 235 : 2,1 %, site 260 : 0,1 %, site 275 : 5,6 %.

14 Représentativité des barrettes par site : site 13 : 07 %, site 14 : 1,4 %, site 20 : 0,3 %, site 172 : 1,7 %, site 173 : 2,7 %, site 223 : 0,2 %, site 230 : 0,6 %, site 234 : 2,4 %.

15 À l’exception du site 237 où elles représentent 5,3 % des décors, leur représentativité par site est faible : moins de 1 %.

16 Représentativité des appliqués zoomorphes par site : site 13 : 1,7 %, site 14 : 0,5 %, site 17 : 4,4 %, site 20 : 0,3 %, site 85 : 4,3 %, site 172 : 1,5 %, site 173 : 2,7 %, site 223 : 0,5 %, site 226 : 2,7 %, site 230 : 1,3 %, site 231 : 7,1 %, site 235 : 4,1 %, site 236 : 3,6 %, site 260 : 0,2 %, site 275 : 2,8 %.

17 Ce dessin, réalisé avant la restauration complète du vase, ne montre pas un aspect concave du profil longitudinal aussi marqué que celui de la pièce 5 de la planche 73.

18 Pour un même site, l’attribution des numéros d’inventaire ne suit pas forcément une progression linéaire, l’enregistrement simultané du mobilier de plusieurs implantations ayant été effectué.

Table des illustrations

Légende TABL. XV ‒ Représentativité du mobilier céramique. Six groupes de sites ont été déterminés en fonction de l’abondance du matériel collecté. Groupe 1 plus de 20 000 fragments ; groupe 2 de 1 000 à 20 000 fragments ; groupe 3 sites sondés et contenant de 250 à 1 000 fragments ; groupe 4 sites sondés contenant moins de 250 fragments ; groupe 5 sites non sondés sur les indices desquels ont été collectés moins de 250 fragments ; groupe 6 (non figuré) sites reconnus, non sondés et où n’a pas été prélevé de matériel céramique (sites 54, 81, 97, 106, 239, 240, 242, 245, 246, 280, 281, 282, 294, 295, 296, 297, 311).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44548/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende TABL. XVI ‒ Détermination des paramètres de l’étude des pâtes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44548/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende TABL. XVII ‒ Sériation des sites d’après les classes modales et les barycentres.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44548/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende TABL. XVIII ‒ Liste des prélèvements de matériaux argileux.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44548/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende FIG. 110 ‒ Distribution du rapport Ti02/Al203. Les carrés pleins se réfèrent aux prélèvements argileux, les carrés vides, aux échantillons céramiques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44548/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende FIG. 111 ‒ Dendrogramme sur les éléments chimiques mineurs.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44548/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende FIG. 112 - Dendrogramme sur les éléments chimiques majeurs.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44548/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende TABL. XIX ‒ Les caractères chimiques majeurs et mineurs des tessons de l’échantillon de Petit Saut.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44548/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende TABL. XX ‒ Moyenne et écart type sur les densités et la porosité.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44548/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 7,7k
Légende TABL. XXI ‒ Teneurs semi‑quantitatives en minéraux.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44548/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Légende TABL. XXI (fin)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44548/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende FIG. 113 ‒ Comparaison ethnographique. Différentes étapes de la fabrication d’une céramique chez les Palikurs de Tonate‑Macouria (Guyane) : 1 broyage du dégraissant, matière végétale carbonisée ; 2 tamisage du dégraissant ; 3 mélange de l’argile et du dégraissant ; 4 la plaque constituant le fond du vase est en place et la potière façonne le premier colombin ; 5 montage du premier colombin ; 6 la céramique achevée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44548/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Légende TABL. XXII ‒ Codification des types de fragments : a qualificatif 1 ; b qualificatif 2.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44548/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende TABL. XXIII ‒ Codification des formes typologiques : a qualificatif 1 ; b qualificatif 2.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44548/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende TABL. XXIV ‒ Codification des panses.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44548/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 4,8k
Légende FIG. 114 ‒ Codification des bords, qualificatif 1 : A lèvre arrondie ; B lèvre arrondie‑épaissie à l’intérieur ; C lèvre arrondie‑épaissie ; D lèvre arrondie, infléchie vers l’extérieur ; E lèvre arrondie‑épaissie à l’intérieur ; infléchie vers l’extérieur ; F lèvre aplatie ; G lèvre aplatie‑épaissie à l’intérieur ; H lèvre aplatie‑épaissie ; I lèvre aplatie, infléchie vers l’extérieur ; J lèvre aplatie‑épaissie à l’intérieur, infléchie vers l’extérieur ; K lèvre amincie ; L lèvre amincie‑épaissie à l’intérieur ; M lèvre amincie, infléchie vers l’extérieur ; N lèvre amincie‑épaissie à l’intérieur, infléchie vers l’extérieur ; O lèvre à autre morphologie.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44548/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende FIG. 115 ‒ Codification des bords, qualificatif 2 : 1 bord incliné vers l’extérieur, à profil extérieur concave ; 2 bord incliné vers l’extérieur, à profil extérieur rectiligne ; 3 bord incliné vers l’extérieur, à profil extérieur convexe ; 4 bord vertical à profil extérieur rectiligne ; 5 bord incliné vers l’intérieur, à profil extérieur concave ; 6 bord incliné vers l’intérieur, à profil extérieur rectiligne ; 7 bord incliné vers l’intérieur, à profil extérieur convexe.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44548/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Légende FIG. 116 ‒ Codification des bords, qualificatif 3 : 1 bord sécant ; 2 bord tangent ; 3 bord replié.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44548/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 6,2k
Légende FIG. 117 ‒ Codification des bords, qualificatif 4 : 1 bord à un méplat ; 2 bord à deux méplats ; 3 bord à trois méplats ; 4 bord à rebord ; 5 bord creux (la pâte repliée forme un vide visible sur la section).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44548/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 8,8k
Légende FIG. 118 ‒ Codification des cols, qualificatif 1 : A col convergent ; B col parallèle ; C col divergent.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44548/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 8,0k
Légende FIG. 119 ‒ Codification des cols, qualificatif 2 : 1 contact col‑panse anguleux ; 2 contact col‑panse adouci.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44548/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 7,3k
Légende FIG. 120 ‒ Codification des cols, qualificatif 3 : 1 col à profil extérieur concave ; 2 col à profil extérieur rectiligne ; 3 col à profil extérieur convexe.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44548/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 9,6k
Légende FIG. 121 ‒ Codification des fonds, qualificatif 1 : A fond aplati ; B fond faiblement ombiliqué, ou irrégulier ; C fond ombiliqué ; D fond à pied haut parallèle (plus d’un colombin de haut) ; E fond à pied bas parallèle (un colombin de haut) ; F fond à pied haut divergent (un colombin de haut) ; G fond à pied bas divergent (moins d’un colombin de haut) ; H fond à pieds boutons (ils se présentent sous forme de pastilles de pâte appliquées) ; I fond bombé ?
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44548/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende FIG. 122 ‒ Codification des fonds, qualificatif 2 : 1 fond à profil extérieur concave ; 2 fond à profil extérieur rectiligne ; 3 fond à profil extérieur convexe.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44548/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 8,5k
Légende FIG. 123 ‒ Codification des fonds, qualificatif 3 : 1 fond non élargi ; 2 fond élargi ; 3 pied à plan de pose aplati ; 4 pied plein élargi en base ; 5 pied à plan de pose formant une arête.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44548/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende TABL. XXV ‒ Codification des décors.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44548/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende TABL. XXVI ‒ Exemple d’enregistrement de la pièce 15275 (cf. fig. 124) dans le tableau des tessons de vases.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44548/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende FIG. 124 ‒ Pièce 15275. Le trait gras sur la paroi interne de la section signale l’emplacement d’un décor par aplat coloré rouge.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44548/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Légende FIG. 125 ‒ Codification des types de fragments de platines, qualificatif 1 : A fond (tout fragment ne présentant pas un bord) ; B bord à lèvre sinueuse ; C bord à lèvre concave ; D bord à lèvre convexe ; E bord à lèvre biseautée ; F bord à lèvre en V ; G bord à lèvre droite ; H bord à lèvre indéterminée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44548/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende FIG. 126 ‒ Codification des types de fragments de platines, qualificatif 2 : 1 bord à lèvre inclinée vers le haut ; 2 bord à lèvre inclinée vers le bas ; 3 bord à lèvre plane.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44548/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 5,3k
Légende FIG. 127 ‒ Codification des types de fragments de platines, qualificatif 3 : 1 bord non épaissi ; 2 bord épaissi ; 3 bord aminci ; 4 bord épaissi vers le haut ; 5 bord bourrelet ; 6 bord plié avec formation d’une pseudo‑cannelure ; 7 bord plié ; 8 bord relevé ; 9 présence de pied ou de trace de décollement d’appliqué.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44548/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende TABL. XXVII ‒ Codification des localisations sur fragment de platine : a qualificatif 1 ; b qualificatif 2.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44548/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 4,6k
Légende TABL. XXVIII ‒ Exemple d’enregistrement de la pièce 597 (cf. fig. 128) dans le tableau des platines.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44548/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 9,0k
Légende FIG. 128 ‒ Pièce 597
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44548/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende FIG. 129 ‒ Codification des pilettes, qualificatifs 1 et 2 : A complet ; B fragmentaire ; C cylindrique ; D tronconique ; 1 extrémité bifide ; 2 extrémité arrondie ; 3 extrémité plate ; 4 extrémité large ; 5 extrémité étroite ; 6 extrémité élargie ; 7 partie centrale.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44548/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende TABL. XXIX ‒ Exemple d’enregistrement de la pièce 30 (cf. fig. 130) dans le tableau des pilettes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44548/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 9,2k
Légende FIG. 130 ‒ Pièce 30.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44548/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 16k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search