Version classiqueVersion mobile

Amérindiens de Sinnamary (Guyane)

 | 
Stéphane Vacher
, 
Sylvie Jérémie
, 
Jérôme Briand

Chapitre 4. Étude lithique

Chapter 4 The lithic material

Capítulo 4 El estudio lítico

Capítulo 4 O estudo lítico

Résumé

Elle a pour premier axe l’étude des artefacts découverts in situ ou provenant de fond de rivière. La nature des supports est variée (quartz, quartzite, roche magmatique et roche latéritique) et la spécialisation des produits en fonction de la matière première apparaît nettement.

L’étude des outils percutés‑martelés, débités et polis, s’inscrit dans la perspective de la mise en place d’un répertoire descriptif à même d’unifier un vocabulaire trop disparate et présente dans le même temps une base typologique abondamment illustrée.

Les produits de débitage, tous découverts en place mais en dehors d’ateliers attestés, forment le premier ensemble connu en Guyane. La nature de la roche détermine la technique de débitage. Les produits sur quartz sont particulièrement bien représentés et attestent d’un débitage posé sur enclume caractérisé par de nombreux accidents de taille et un fort pourcentage de cassons.

Malgré le grand nombre de données collectées à partir de ce mobilier, la sériation des sites en fonction du matériel lithique est prématurée, trop d’inconnus subsistent telles que la spécialisation des implantations ou la valeur culturelle de tel type d’outil ou de débitage.

Les polissoirs fixes et portatifs forment le second axe de l’étude lithique. L’analyse des ateliers, comprenant d’une à plus de 400 cupules, montre une répartition régulière des sites au gré des affleurements rocheux sur les cours d’eau, leur espacement ne dépasse pas 9 000 m. Le catalogue typologique des formes présentées, établi à partir de données métriques collectées sur plus de 1 450 cupules, permet de distinguer, de manière empirique, une chaîne opératoire propre au polissage et peut‑être à certains objets.

Note de l’auteur

Dans les légendes des figures de ce chapitre, la description des objets est suivie du no du site entre parenthèses.

Par ex. : enclume (230) lire enclume mise au jour sur le site 230.

Texte intégral

4. 1 L’origine du mobilier

1La première vision de l’outillage lithique à laquelle on peut se trouver confronté en Guyane est celle offerte par les collections privées. Les objets ont été collectés par des orpailleurs, soit dans le cours même des fleuves, soit à terre lors de prospections ou d’exploitations aurifères.

2Les lames de hache en pierre polie représentent le groupe typologique majoritaire, leur fréquence très importante est significative de ramassages sélectifs. Il s’agit d’artefacts dont l’identification est aisée alors que d’autres objets, moins spectaculaires, sont laissés pour compte, à l’image des outils débités.

3La bibliographie concernant l’outillage en pierre d’Amazonie traite généralement du mobilier poli. Depuis quelques années, de rares auteurs s’intéressent cependant aux produits lithiques débités, sur quartz généralement, et que l’on trouve systématiquement en grand nombre sur les sites archéologiques (Prous 1990 ; 1991c ; Rostain 1994a). Généralement, la qualité des supports associée aux techniques de taille en rendent la lecture typologique ardue. Autant de raisons pour expliquer l’absence de descriptif systématique du matériel lithique qu’il soit débité, percuté, martelée ou poli, quelle que soit la roche utilisée.

4L’outillage lithique provient de trois sources. Le premier ensemble, constitué essentiellement d’objets polis, est issu du fond des cours d’eau (fleuve ou ses affluents). Il nous a été confié par des orpailleurs ou a été trouvé au niveau du barrage lors de la réalisation du batardeau pour la construction de l’ouvrage. Le lit du Sinnamary, alors émergé, a fait l’objet d’une exploration rapide des zones localisées sous les boules de granité du saut. Des objets lithiques qui y étaient piégés ont pu être collectés, ce sont essentiellement des outils polis à tranchant.

5Le deuxième ensemble regroupe le mobilier trouvé en surface lors des prospections pédestres. Sa diversité qualitative est importante. Le débitage sur quartz est largement représenté, voire majoritaire.

6Le troisième ensemble, de loin le plus important en poids et en nombre, provient des sondages et des fouilles. La quasi‑totalité des formes typologiques que nous avons déterminées y figurent. Le matériel mis au jour sur les sites décapés constitue de larges échantillons qui offrent éventuellement des données d’un autre ordre : dispersion et distribution stratigraphique par site. La quantité et la qualité des informations apportées par ces artefacts permettent d’appréhender globalement les techniques liées aux trois grandes méthodes de transformation de la matière première mises en évidence dans cette zone : le débitage, la percussion/martelage et le polissage.

7D’abord dissociés par le type de ramassage à l’origine de leur découverte, ces trois ensembles ont été traités simultanément. La méthodologie de leur analyse typologique est donc identique.

4.2 La matière première

8Les cartes géologiques à disposition ont été réalisées entre 1958 et 1963, à échelle 1/100 000, leur précision est réduite et ne fournit qu’un aperçu général du potentiel minéral disponible. Le bassin du Sinnamary est composé de terrains métamorphiques anciens (cf. supra Introduction). La diversité des supports est relativement importante et la qualité d’un même matériau varie d’une source d’approvisionnement à l’autre. Même si les roches sont potentiellement endogènes, elles n’ont pas toutes été repérées dans le paysage lors de nos prospections.

9Sur chacun des sites fouillés, la matière première peut être théoriquement collectée dans l’environnement de l’implantation. Cela ne signifie pas qu’il s’agisse des sources de matière première des palethnies, car la notion de distance de l’habitat au « gîte » n’est pas quantifiée avec exactitude et aucune implantation n’a été définie comme « zone d’extraction » à l’exception du site 80 qui porte des traces de négatifs d’enlèvements sur son affleurement de dolérite.

10Cependant, trois zones potentielles d’approvisionnement sont à discerner : les affleurements rocheux naturels sur les sauts ou en forêt (à proximité ou éloignés de cours d’eau), les plages et les fonds de cours d’eau où abondent des fragments de roche de taille et de qualité variables et enfin le sous‑sol qui représente un gisement important en roche altérée.

11Sur les sites archéologiques, les objets en pierre, quels que soient leur fonction ou leur type, peuvent porter une croûte ferrique de couleur brune à ocre‑jaune, d’épaisseur et de résistance à l’ongle inégales. Cette patine est caractéristique d’un séjour des roches en fond de cours d’eau. Identifiée sur des fragments lithiques découverts sur des implantations amérindiennes de plein air, elle indique le lieu de leur collecte.

12Le territoire d’approvisionnement de toute ethnie est fonction de ses besoins en matière première et de ses traditions. En d’autres termes, toute démarche de collecte répond à un choix délibéré d’approvisionnement, choix dépendant des techniques de transformation pratiquées et des artefacts désirés. Dans cette perspective, aucune forme d’approvisionnement opportuniste n’est envisagée mais un ramassage spontané des matériaux reste possible, malgré l’absence de fait archéologique venant l’infirmer ou le confirmer (Briand et al. 1995d).

13Les notions d’aptitude à la transformation et de résistance de la matière première sont deux éléments primordiaux pour expliquer l’emploi d’un support ; les habitudes techniques sont un autre paramètre important. Nous pouvons noter des divisions très nettes entre les matières premières étudiées ; ces différences font ressortir la spécialisation de l’utilisation des matériaux et met en évidence des comportements technologiques différents perceptibles dès le choix du support.

Quartz

14Sa présence est attestée sur vingt‑neuf des sites sondés ou fouillés (soit 50 % des sites) et sur la totalité des sites sondés ou décapés sur des surfaces supérieures à 100 m2 (tabl. ix). Il s’agit généralement de quartz blanc laiteux se présentant sous forme de grands cristaux xénomorphes, de quartz microgrenu ayant un aspect opalescent ou hyalin, ou de quartz mixte, intermédiaire entre les deux premiers. Ce matériau est disponible dans le substrat, il s’agit d’un quartz aurifère toujours exploité par les orpailleurs, ou en surface du sol mais aussi dans les cours d’eau. Il est alors porteur d’une érosion superficielle due à l’action fluviatile et que l’on peut observer sur certains artefacts. Le quartz se présente sous forme de galets ovalaires à circulaires, roulés, de taille variable, mais ne dépassant pas 25 cm de long, de nodules polyédriques plus importants ou de blocs anguleux de grosse taille. Le quartz est avant tout utilisé pour le débitage et la percussion et, plus rarement pour le polissage.

TABL. IX ‒ Répartition des supports lithiques sur l’ensemble des sites. La représentativité de chaque support est basée sur la reconnaissance d’un artefact quelle que soit sa nature.

Quartzite

15Sa présence est rare, il a été découvert en faible quantité sur trois sites (172, 230, 273) (tabl. ix). Toutefois, il présente une abondance relative sur le site 230 ; les cartes géologiques mentionnent ce matériau en périphérie de l’implantation, mais nous ne l’avons pas observé en gîte ou isolé en surface du sol. Roche siliceuse à cassure conchoïdale lisse ou finement esquilleuse, c’est un excellent support de débitage dont les produits offrent des caractères morphologiques aisément identifiables. On le retrouve, sur les sites archéologiques, sous forme de fragments de taille variable issus de nodules polyédriques. Il est utilisé pour le débitage et rarement pour le polissage.

Roches magmatiques

16Le granité, le microgranite, la dolérite, la diorite ou le gabbro sont largement représentés à l’état naturel : émergence du socle au niveau des cours d’eau et plus rarement à terre. Ces roches se présentent sur les sites archéologiques sous forme de fragments polyédriques de taille variable, de galets roulés ovalaires à circulaires (tabl. ix). Leur grain est fin à plus ou moins grossier, leur qualité est généralement bonne. Elles ont été employées pour un type particulier d’outillage : le mobilier poli. Elles sont rarement taillées.

17Pour un même site et pour un même matériau, les roches magmatiques présentent un degré d’altération superficielle variable. Les milieux ferrallitiques provoquent fréquemment de fortes transformations minérales. Cette altération correspond à la modification des propriétés physico‑chimiques des minéraux et donc des roches, par l’intermédiaire des agents atmosphériques et des divers phénomènes liés à l’érosion des sols (Foucault, Raoult 1988). Elle rend les roches moins cohérentes et facilite leur désagrégation.

18Sur certains artefacts, les variations superficielles vont parfois jusqu’à une altération profonde des fragments Ethiques (elle peut atteindre 0,5 mm d’épaisseur). Les pièces minces, corrodées, le sont sur la totalité de leur épaisseur et si la coloration est modifiée, la nature même de la roche l’est aussi. Sur 15 % du mobilier taillé et collecté sur l’ensemble des sites, ces transformations masquent partiellement ou totalement les stigmates de taille, qu’il s’agisse de produits de débitage ou de blocs aménagés.

19Sur le site 230, un groupe particulier est constitué de produits de débitage : éclats et fragments. La roche a un aspect feuilleté, les surfaces sont mousses, elles se fracturent et se raient facilement à l’ongle. À cœur, la matière première – dolérite semble‑t‑il– est en grande partie oxydée, on passe de la couleur naturelle du matériau (gris‑vert) à une patine blanchâtre marquant une zone friable.

Roches latéritiques

20Elles existent sous formes diverses, nodules ou plaquettes ferrallitiques, pouvant être lités. Les supports sont de taille variable et présents en quantité dans le substrat. Leur compacité varie d’une roche dure à un nodule plus tendre, facilement rayable à l’ongle et toujours rayable au couteau. Elles sont utilisées à des fins précises : outil poli ou instrument de polissage.

4.3 Méthodologie

21Face à une collection lithique provenant du contexte peu connu de l’aire amazonienne, les premières questions qui se posent sont : quelles sont les limites des chaînes opératoires, quel est le degré d’adaptation des techniques de fabrication aux matières premières, quels sont les paramètres de distinction entre les produits accidentels et les produits intentionnels ? (Tixier et al. 1980)

22Pour ce faire, outre l’étude proprement dite du matériel collecté, plusieurs méthodes sont à la disposition de l’archéologue : l’observation des artefacts in situ, le remontage des produits de débitage et la fabrication expérimentale. À Petit Saut, l’étude du mobilier archéologique a uniquement mis en évidence quelques remontages issus de fracturations accidentelles et ceci en dehors de toute reconnaissance, sur le terrain, d’ateliers de débitage et de façonnage. Enfin dans le temps qui nous était imparti, aucune phase d’expérimentation suivie n’a pu être engagée.

23L’étude a donc été basée sur deux démarches complémentaires. La première, dans la lignée des études typologiques traditionnelles, permet de caractériser morphologiquement les catégories d’artefacts, de délimiter des modules moyens et extrêmes ainsi que certains traits technologiques identifiables grâce à des stigmates de transformation. Chaque objet a ainsi pu être répertorié selon un certain nombre de critères codifiés en vue de tris informatiques. Ces derniers ont parfois permis d’isoler des éléments typiques de certaines chaînes opératoires.

24La seconde démarche, qui s’appuie sur la première, est la mise en place d’un « catalogue » typologique et lexicologique. Il se veut le plus exhaustif possible pour accueillir le matériel issu des sites sondés et fouillés lors du programme de Petit Saut mais aussi pour intégrer à l’avenir des données provenant d’autres sites de Guyane, du plateau des Guyanes ou de l’aire amazonienne. Si cette perspective est ambitieuse, elle n’en est pas moins indispensable dans une zone où la variabilité du vocabulaire est presque à l’image du nombre des chercheurs.

25Les définitions établies ont été élaborées en corrélant les données archéologiques et bibliographiques dans la perspective d’une uniformisation des termes employés. Le vocabulaire mis au point par les spécialistes de l’industrie lithique européenne (M. Brézillon, F. Bordes, J. Tixier) ainsi que celui employé par les rares auteurs ayant travaillé sur des collections lithiques de faire amazonienne ont été utilisés et nous ont servi de référence. Citons, pour mémoire, quatre travaux qui ont reçu une attention particulière. Il s’agit du travail de A. Laming‑Emperaire (1967) portant sur la mise en place d’une typologie adaptée au matériel sud‑américain, de celui de A. Boomert (1979) visant à l’établissement d’une base typologique fiable pour les haches polies du plateau des Guyanes et de faire Caraïbe, de A. Prous (1990) pour ses tailles expérimentales concernant plus particulièrement le mobilier lithique débité sur quartz ; enfin de la thèse de S. Rostain (1994a) qui synthétise les données connues jusqu’alors en Guyane.

26Toutefois le mobilier étudié ici ne peut être relié totalement aux découvertes anciennes. Une partie au moins présente des caractéristiques qui sont soit rattachables indirectement à des types antérieurement décrits soit demandent l’établissement de nouvelles catégories. Dans l’état actuel des travaux, la distribution géographique de ces nouveaux outils est limitée à l’aire du Sinnamary, mais aussi éventuellement à un groupe culturel ou à une période chronologique, chacun de ces paramètres se combinant à des niveaux différents. Les résultats de notre étude et la terminologie mise en place viennent donc compléter les travaux de nos prédécesseurs, grâce à un apport conséquent (1889 pièces inventoriées dont 539 outils).

4.3.1 Principes du catalogue typologique

27Le « catalogue » typologique établi ne prend pas en compte une hiérarchisation entre objets transformés par plusieurs étapes de taille et/ou de polissage et les objets obtenus par une technique moins élaborée ou une simple utilisation, En effet, si la différence entre usure d’utilisation et transformation volontaire est parfois évidente pour certains artefacts comme les haches, outils remarquables et sujets privilégiés d’étude, elle est fréquemment difficile à établir et relève alors d’une appréciation subjective qui trop souvent rejette dans l’ombre des outils simples, potentiels marqueurs chronoculturels.

28Les objets taillés, percutés, martelés, polis ou servant à polir sont traités au même titre. La fragmentation de ces groupes en sous‑catégories est liée aux nombres de pièces différentes reconnues (tabl. x). Certaines définitions sont basées sur un objet unique ; cette sériation qui peut paraître trop exclusive est avant tout représentative de la faible quantité d’objets publiés sur le plateau des Guyanes et de l’état embryonnaire de la recherche lithique dans cette zone.

TABL. X ‒ Distribution numérique de l’outillage lithique par type et par site. Les lames de haches à oreilles et talon convexe apparaissant dans ce tableau ne sont pas décrites dans le lexique car découvertes au Brésil (collection privée), elles n’ont jusqu’à ce jour jamais été identifiées en Guyane.

29Pour chaque famille d’artefact, il existe deux axes de description, le premier est typomorphologique, le second relève de la nature lithologique du support, sans qu’une hiérarchisation systématique puisse être établie. Ainsi, si l’on prend le cas hypothétique d’une hache pétaloïde en quartz, elle serait isolée de par la nature même du support avant que ne soit pris en compte son aspect typomorphologique qui est pourtant l’axe dominant dans l’étude des haches.

30Pour chaque objet défini, le lexique s’organise en deux parties, à savoir une définition générale à laquelle succède la description des artefacts trouvés à Petit Saut. Certaines catégories ne nécessitent pas de définition propre, la dénomination typologique de l’objet combinant plusieurs termes déjà expliqués. Enfin, à chaque définition, quand cela est nécessaire, est associée une représentation graphique qui servira de support visuel à la reconnaissance de l’objet.

4.3.2 Les indices

31Pour étayer la description des objets, nous avons utilisé plusieurs indices dimensionnels qui nous permettent de caractériser chaque catégorie :
– le volume correspond au produit de la longueur, de la largeur et de l’épaisseur maximales d’un objet (fig. 69) ;
– les moyennes, quels que soient les éléments qu’elles caractérisent, sont effectuées à partir de l’ensemble des pièces dénombrées à l’intérieur d’une même catégorie. Si l’ensemble est peu important, la moyenne n’a que valeur d’exemple et elle n’est indiquée que dans le cas de mesures homogènes ;
– l’indice de percussion correspond au rapport du poids de la pièce par la longueur de son tranchant, il s’exprime en gramme par centimètre et fournit l’indice d’aptitude de l’outil à la pression (masse par surface). Certains tranchants très étroits permettent d’augmenter la force de percussion de l’outil ;
– l’indice de tranchant correspond au rapport longueur maximale par longueur de tranchant, il évolue parallèlement à l’indice de percussion ;
– l’indice d’aplatissement correspond à une formule simple, à savoir (L + l)/2e (e signifiant épaisseur). Il permet de mieux préciser la morphologie des objets lithiques sans faire référence aux dimensions, en effet plus l’épaisseur est faible, plus l’indice est grand.

FIG. 69 ‒ Indices dimensionnels utilisés pour les objets polis à tranchant.

32Selon les objets, nous donnons une appréciation qualitative des roches utilisées. Toutefois, si l’on prend le groupe des objets polis à tranchant, l’action même du polissage et la patine masquent la nature pétrographique du support qu’il est difficile de déterminer sans fracturer l’artefact. De plus, la reconnaissance des roches métamorphiques ou altérées semble souvent complexe et vouée, selon les géologues, à des variations. Pour ce type de roches, la détermination fine de la matière première ne peut donc être retenue dans la sériation des outils à tranchant.

33Enfin, il faut signaler que 14 % du mobilier lithique est fragmenté en cours de fabrication ou d’utilisation, l’attribution typologique de ces objets est alors le plus souvent impossible car il est difficile de déterminer l’outil dans son intégralité.

4.3.3 Les stigmates de transformation

34Parmi l’ensemble des outils découverts, plusieurs d’entre eux, même typologiquement bien définis, ont différents usages ; ces derniers se traduisent, sur l’objet, par une superposition de stigmates ou de traits technologiques différents.

35Deux types d’artefacts débités et percutés sont souvent rassemblés sur un bloc unique. Il s’agit du percuteur et du nucléus, quel que soit l’ordre d’utilisation de ces deux outils. Pour le mobilier poli, le « recyclage » d’objets entiers ou fragmentaires a été observé : hache transformée en marteau (martelage du tranchant), casson issu d’un nodule poli et abrasé sur la face de fracture afin d’aménager un tranchant.

4.4 Les outils percutés/martelés

Cet ensemble regroupe 133 outils.

Enclume

36Bloc de roche présentant au moins une surface plane, plano‑convexe ou plano‑concave martelée. Le martelage est caractérisé par un écrasement de la roche qui entraîne un aplanissement en cas d’usage intensif. Les arêtes périphériques délimitant la zone d’utilisation peuvent présenter des traces d’enlèvements survenues en cours d’usage. La dispersion et la densité des traces d’usure sont des indicateurs du type de percussion (percuteur tendre, percuteur dur, percussion lancée, percussion posée), de sa fréquence et de la qualité du support. L’enclume peut être définie comme « percuteur dormant » (Tixier et al. 1980), elle est immobile lors de l’utilisation et sert de support pour le débitage et/ou la retouche. Ce type d’outil est décrit par A. Prous au Brésil. En Guyane, de tels objets n’avaient pas été inventoriés jusqu’alors.

37Au sein du matériel de Petit Saut, on dénombre six blocs correspondants à des enclumes (fig. 70, nos 1‑3, 5) ainsi qu’un grand nombre de fragments. Elles sont réalisées uniquement sur du quartz blanc laiteux parfois oxydé. Sur les blocs entiers, la densité des traces d’utilisation, associée à l’absence de fracture, donne l’impression d’une bonne qualité du support. Cette situation reflète sans doute une stratégie d’approvisionnement en matière première où prévaut la qualité du support. Certains plans d’utilisation sont réalisés à partir de plans de fracture naturels. Le poids moyen est de 6 kg pour un module dimensionnel variable selon les blocs utilisés, certains pouvant atteindre 40 x 20 x 20 cm.

FIG. 701‑3 enclumes ; 4 marteleur sur bloc polyédrique (230) ; 5 enclume (230), seules les zones portant des traces de percussion portent un graphisme.

38Quant aux nombreux fragments, ils sont issus de l’éclatement d’une enclume ou de sa fracturation périphérique en cours d’utilisation, ils sont difficiles à différencier des marteleurs.

Percuteur

39Nodule de forme variable, présentant au moins une surface à convexité marquée où sont identifiables des traces de percussion. La morphologie de cette ou de ces plages doit satisfaire à la précision d’une percussion lancée. Le percuteur est un marteau naturel minéral choisi sur des supports de qualités diverses mais homogènes, destiné au débitage et à la retouche. Si les traces d’utilisation sont indifférenciables de celles trouvées sur une enclume ou sur un marteleur, c’est la forme même de la surface utilisée qui diffère. La hiérarchisation retenue dans l’étude s’appuie tout à la fois sur la forme et la qualité pétrographique du matériau. En Guyane, peu de percuteurs sont mentionnés. S. Rostain fait référence à 19 pièces de ce type sur des supports aussi diversifiés que la dolérite, la diorite, le schiste vert et bien sur le quartz. D’autres outils, à l’image des lames de hache, peuvent servir de percuteur lors d’une utilisation secondaire.

40À Petit Saut, la catégorie générique des percuteurs regroupe 59 pièces distribuées dans l’ensemble des types ci‑dessous.

Percuteur sur galet

41Percuteur sur galet de forme ovoïde à pseudo‑ovoïde. À Petit Saut, 28 pièces ont été répertoriées, dont 4 fragmentaires (fig. 71, no 10 ; fig. 72, nos 5‑7, 14). Elles sont réalisées sur des galets, généralement de quartz, marqués d’une forte patine fluviatile. La collecte du matériau a vraisemblablement eu lieu sur des plages de cours d’eau ou sur d’anciennes terrasses. Certains galets portent des traces d’enlèvements provenant d’une fracturation accidentelle en cours de percussion.

FIG. 711 percuteur‑marteleur sur galet ; 2 galet à encoches percutées (230) ; 3 percuteur sur galet boule (230) ; 4 galet à encoches percutées (223) ; 5 percuteur‑marteleur sur galet ; 6 percuteur‑marteleur sur galet (18) ; 7 percuteur sur galet (223) ; 8 percuteur‑marteleur sur galet (230) ; 9 percuteur‑marteleur sur galet (234) ; 10 percuteur sur galet (260), seules les zones portant des traces de percussion portent un graphisme.

FIG. 7212 fragments de percuteurs sur blocs polyédriques (230) ; 3 percuteur sur bloc polyédrique (16) ; 4 percuteur sur bloc polyédrique (223) ; 5‑7 fragments de percuteur (230) ; 8 percuteur sur bloc polyédrique (230) ; 9 percuteur sur nucléus (230) ; 10 percuteur sur bloc polyédrique (173) ; 11 percuteur sur bloc polyédrique (13) ; 12 marteleur sur nucléus (230) ; 13 percuteur sur nucléus (230) ; 14 percuteur sur galet (16), seules les zones portant des traces de percussion portent un graphisme.

42Cette catégorie se répartit en deux ensembles distincts, bien différenciés par le poids. La première catégorie s’inscrit autour d’une moyenne de 44 g, la seconde autour d’une moyenne de 192 g.

Percuteur sur galet boule

  • 1 Nous soulignerons que les orpailleurs travaillant sur le fleuve collectent ces pièces qui constitue (...)

43Percuteur sur galet sphérique présentant des esquillements continus ou discontinus. À Petit Saut, un exemple unique a été mis au jour sur le site 230 (fig. 71, no 3), il s’agit d’un galet de quartz, d’un diamètre de 6 cm pour un poids de 234 g. D’autres objets de même type découverts en fond de rivière nous ont été prêtés pour étude. Toutefois leur attribution anthropique reste sujette à caution ; leur situation d’origine, dans un cours d’eau, a pu occasionner des percussions naturelles spontanées1.

Percuteur sur bloc polyédrique

44À Petit Saut, 26 artefacts ont été collectés dont 14 fragmentaires (fig. 72, nos 1‑4, 8, 10 et 11). Ils proviennent de l’ensemble des sites fouillés et de quelques sondages (sites 14, 260, 268). Sur certaines pièces, l’utilisation systématique et répétée de quelques surfaces a entraîné un aplanissement de celles‑ci occasionné par une perte minérale. Certains artefacts sont utilisés sur la totalité de la surface disponible, c’est le cas d’un percuteur où aucune portion vierge d’utilisation n’est visible. Les supports sont uniquement composés de blocs de quartz de taille variable, à patine peu accentuée, vraisemblablement collectés à terre. Cette catégorie se répartit en deux ensembles distincts, bien différenciés par le poids et le volume. La première catégorie s’inscrit autour d’une moyenne de 50 g pour un module dimensionnel de 5 x 3,5 x 2,5 cm, la seconde autour d’une moyenne de 319 g et d’un module dimensionnel de 8 x 6,5 x 5 cm.

Percuteur sur nucléus

45Percuteur sur nodule nucléiforme multipolaire. Il présente au moins une surface percutée localisée sur une arête délimitant des surfaces débitées. Cette forme a déjà été définie dans la bibliographie comme « percuteur sur arête » (Laming‑Emperaire 1967). À Petit Saut, 3 pièces de ce type ont été identifiées, uniquement sur le site 230 (fig. 72, nos 9 et 13 ; fig. 74, no 5). L’utilisation en percussion a parfois occasionné des enlèvements d’usage et a émoussé les arêtes employées. Le poids évolue de 96 à 156 g pour un module dimensionnel homogène de 6,2 x 4,2 x 3,6 cm.

Percuteur sur galet à croûte ferrique

46À Petit Saut, 2 percuteurs de ce type ont été enregistrés provenant des sites 14 et 230. La présence d’une croûte ferrique masque la nature du support, toutefois elle est entamée par les impacts de percussion ainsi que par des éclats d’usage dans les zones actives de l’outil. Les deux pièces sont de modules poids/volume totalement différents, l’une fait 556 g pour 486 cm3, l’autre 92 g pour 68 cm3.

Marteleur

47Fragment de forme variable présentant au moins une surface plane employée pour la percussion. Le marteleur peut correspondre à une petite enclume, cette hypothèse expliquerait la similitude des traces entre ces deux outils. De plus, la morphologie du marteleur permet d’envisager une percussion lancée, soit pour fracturer une roche sans choix préalable du point d’impact, soit pour broyer des éléments organiques ou minéraux sur une enclume. Enfin, il s’apparente fonctionnellement à l’artefact défini comme broyeur (Rostain 1994a) même s’il est morphologiquement différent (le broyeur semble systématiquement cylindrique). La hiérarchisation retenue dans l’étude s’appuie tout à la fois sur la forme du support et sur sa qualité pétrographique.

48À Petit Saut, la catégorie générique des marteleurs regroupe 10 pièces distribuées dans les types ci‑dessous.

Marteleur sur galet

49Nous avons identifié 2 pièces appartenant à cette catégorie provenant des sites 14 et 172, un des deux artefacts est fragmentaire. Le support, de forme variable, est en quartz. Le martelage, qui a mis en action les surfaces planes des nodules, est retranscrit sur la matière minérale par de vastes auréoles continues situées à la jonction de la surface plane et des flancs perpendiculaires. Des impacts plus ponctuels sont visibles au centre de cette auréole. Le poids est variable de 77 à 139 g. Les deux modules évoluent pour la longueur de 3,5 à 4,5 cm et pour la largeur de 3 à 5 cm, l’épaisseur est constante 3,5 cm.

Marteleur sur bloc polyédrique

507 pièces de ce type sont réalisées à partir de blocs polyédriques de quartz (fig. 70, no 4). Le martelage a parfois entraîné des enlèvements d’utilisation voire une fragmentation ; dans d’autres cas, il a abouti à une forte érosion de la surface employée. Collectés sur les sites 13, 172 et 230 (sur ce dernier site, les marteleurs sont au nombre de quatre), ils évoluent dans un module de poids et de volume homogène, 167 g pour 125 cm3.

Marteleur sur nucléus

51Un unique marteleur sur nucléus a été identifié sur le site 230. Le support, en quartz, est un nodule nucléiforme multipolaire (fig. 72, no 12 ; fig. 74, no 3). Le martelage, réalisé à partir des plages laissées par des négatifs d’enlèvements, a parfois entraîné des éclats d’usage à la jonction de la surface martelée et des flancs de l’outil. Le poids est de 144 g pour un module de 4,9 x 4,7 x 4,4 cm.

Percuteur‑marteleur

52Artefact multifonctionnel présentant des traces de martelage et de percussion, sur des surfaces respectivement planes et bombées. Ces deux techniques peuvent faire partie de la même chaîne opératoire de débitage quel que soit le matériau, le terme de percussion ou de martelage étant uniquement défini grâce à la morphologie de la surface active. Cet ensemble regroupe 52 objets.

Percuteur‑marteleur sur galet

5324 outils de ce type ont été identifiés (fig. 71, nos 1, 5, 6, 8 et 9) sur les sites 16, 17, 18, 173, 223, 230, 234, 235 et 260, le site 16 regroupant plus de 33 % des objets de cette catégorie. Seuls quatre fragments ont été reconnus. Le support privilégié est le quartz mais d’autres roches, dont la nature reste indéterminée par suite d’une très forte altération, sont aussi utilisées. Des négatifs d’éclats d’usage sont présents sur de nombreuses pièces, quelle que soit la surface employée. Comme dans le cas des percuteurs ou des marteleurs, l’intensité de l’emploi d’un outil se traduit parfois par une forte érosion de la surface du galet et par son aplanissement.

54Cette catégorie se répartit en deux ensembles distincts, bien différenciés par le poids et le volume. La première catégorie s’inscrit autour d’une moyenne de 75 g pour un module dimensionnel de 5 x 4,5 x 2,5 cm, la seconde autour d’une moyenne de 258 g et d’un module dimensionnel de 7,5 x 5 x 4,3 cm.

Percuteur‑marteleur sur bloc polyédrique

5527 outils de ce type ont été identifiés sur les sites 13, 14, 172, 173, 223, 230, 234 et 260, dont 61 % sur le site 230. Les supports choisis sont indifféremment le quartz ou les roches magmatiques à disposition, ces dernières présentant une érosion accentuée. 11 de ces percuteurs‑marteleurs ont été identifiés comme fragmentaires. Toutefois, la nature même du support pose le problème de la reconnaissance certaine d’une fracturation.

56Les traces d’utilisation rencontrées sont identiques à celles précédemment décrites pour les catégories percuteur et marteleur. Enfin, deux classes pondérales sont nettement marquées. La première évolue autour d’une moyenne de 126 g pour un module dimensionnel de 6,5 x 5 x 4 cm, la seconde autour d’une moyenne de 573 g et d’un module dimensionnel de 9,5 x 7,5 x 6 cm.

Percuteur‑marteleur sur quartzite

57Un unique objet de ce type a été mis au jour sur le site 230. Les traces de percussion sont discontinues. La ponctualité de leur présence ne permet pas de donner plus de spécificité à cette catégorie. Le poids du percuteur‑marteleur est de 410 g pour un module dimensionnel de 9 x 8,6 x 7,5 cm.

Galet à encoche percutée

58Galet de quartz ovoïde à section ovalaire présentant des traces de percussion sur le pourtour de sa zone d’inflexion. Elles sont symétriquement accentuées sur les côtés et forment une ou deux séries d’encoches.

593 pièces se rattachent à cet ensemble, provenant des sites 223 et 230, elles sont réalisées sur des galets en quartz soit blanc laiteux, soit translucide et saccharoïde. Le premier galet se caractérise par un double encochage latéral et un écrasement marqué des deux extrémités dont l’une est légèrement convexe (fig. 71, nos 2 et 4). La deuxième pièce présente une série d’encoches successives et une fracturation en bout à partir de l’extrémité portant les traces de percussion les plus denses. Le troisième galet offre des traces de percussion ponctuelles et les encoches sont peu accentuées.

60Il pourrait s’agir de types de percuteurs particuliers, les encoches correspondant au résultat d’une percussion répétitive localisée ou à un aménagement pour la mise en place de ligatures avec ou sans emmanchement. Ces trois artefacts présentent un module similaire, le poids moyen est de 85 g et le volume de 57 cm3.

Bloc à cupule percutée

61Bloc percuté ponctuellement sur une ou plusieurs surfaces planes, cette action entraînant la formation de cupules. Certains artefacts sont à rapprocher morphologiquement de la catégorie typologique « casse‑noix » définie par S. Rostain (1994a) et plus généralement du « quebracoco » défini par les auteurs brésiliens. En effet, le type d’utilisation avancée par différents auteurs consiste en une fracturation de coques résistantes, nécessitant la pression d’un matériau dur. L’écrasement occasionne alors la formation de cupules de morphologies variées.

623 pièces (fig. 73, nos 1 et 2) se rattachent à cet ensemble et proviennent du site 230, leurs modules dimensionnels sont différents. L’oxydation ferrallitique en surface de deux nodules indique leur origine fluviatile et ne permet pas leur identification lithologique. La première, à grain grossier, est le support de deux cupules marquées sur des faces opposées. La deuxième, sur roche fine, présente une cupule peu nette en limite d’une zone polie. La troisième est réalisée sur un bloc schisteux, et plusieurs cupules d’importance variable voisinent sur une même face. Sur la face opposée, une cupule est isolée. Sur ce type de roche tendre, on ne peut pas affirmer que la percussion soit à l’origine de leur mise en place, une usure par mouvement rotatif est envisageable.

FIG. 731, 2 blocs à cupules percutées (230).

63Le poids varie de 800 g à 6 kg, la longueur de 12,1 à 29 cm, la largeur de 11,4 à 24 cm, enfin l’épaisseur évolue de 4,6 à 7 cm.

4.5 Les outils taillés

64Cette catégorie regroupe l’ensemble des outils aménagés quel que soit le type de débitage employé, soit 41 artefacts. Selon les matériaux, la lecture des stigmates de taille est plus ou moins aisée : l’usage entraîne parfois des enlèvements ponctuels qu’il est difficile de différencier d’aménagements volontaires en l’absence d’une collection lithique de référence. Bien sûr, comme nous l’avons déjà signalé, les travaux de A. Prous dans le Minas Gerais (Brésil) sont indispensables pour la compréhension et la lecture des pièces en quartz taillé ; toutefois selon les zones géographiques et donc l’environnement dans lequel se trouvent les Amérindiens, les supports changent et les traces d’usage ou de transformation peuvent varier. En outre, le quartz ne représente qu’une petite partie des objets taillés découverts, nombreux sont ceux réalisés sur un support magmatique portant une patine superficielle plus ou moins accentuée.

Racloir‑grattoir

65La définition du racloir‑grattoir reprend celles habituellement retenues dans la bibliographie pour ces deux catégories d’artefacts (Brézillon 1968 ; Bordes 1988). Il s’agit d’un éclat présentant soit aux extrémités soit sur plusieurs bords une retouche abrupte continue déterminant un front dont la convexité est plus ou moins marquée, quelle que soit la délinéation du bord obtenu, convexe ou droit.

66L’amalgame de ces deux définitions est nécessaire car la limite de ces types habituellement bien différenciés n’est pas nette parmi l’outillage que nous avons étudié. Quel que soit le matériau, les traces d’utilisation et les négatifs d’enlèvements laissés par la retouche se confondent. Ces outils sont décrits dans l’aire amazonienne brésilienne mais aussi en Guyane. Dans le département, racloirs et grattoirs ont été différenciés au moins sur deux sites côtiers (Glycérias, Abri Marcel).

67À Petit Saut, 9 racloirs‑grattoirs ont été identifiés sur les sites 172, 230 et 231 (fig. 74, no 4). Ils sont réalisés sur des éclats de quartz, de quartzite et de roche magmatique de nature lithologique précise indéterminée. Selon les types de support, la taille de ces outils varie. En effet, les éclats en quartz et roche magmatique sont de petite taille (poids inférieur à 20 g), les éclats sur quartzite ont un poids qui évolue de 83 à 213 g pour une longueur variant de 7 à 8,3 cm. La retouche d’aménagement est abrupte à semi‑abrupte, écailleuse et rarement scalariforme, parfois bifaciale, elle est continue et périphérique. Les éclats sur quartzite portent des traces de percussion sur le talon qui correspondraient à des stigmates laissés par la technique de percussion. Sur les même éclats, une fine retouche ponctuelle est attribuable à l’utilisation. Les fronts aménagés sont toujours à faible convexité.

FIG. 741 nodule nucléiforme (223) ; 2 nodule nucléiforme (230) ; 3 marteleur sur nucléus (230) ; 4 racloir‑grattoir (230) ; 5 percuteur sur nucléus (230) ; 6 bloc taillé (12) ; 7 pseudobiface (dragage Petit Saut) ; 8 bloc taillé (230) ; 9 nodule nucléiforme (230).

Nodule nucléiforme

68Bloc globulaire supportant un débitage multipolaire. Ce type de support de débitage est largement décrit dans la bibliographie traitant du débitage sur enclume. « Le nucléus de débitage posé sur enclume [est] en majorité de forme biconvexe ou piano‑convexe dissymétrique. Il peut être de petite dimension et issu de petits galets ovoïdes ou plus grand et issu de blocs irréguliers. Il présente plusieurs plans de frappe sur une crête écrasée par un fort esquillement, de forme rectiligne ou concave. [...] Les nucléus de débitage par percussion directe sont principalement plano‑convexes dissymétriques, avec généralement deux plans de frappe. » (Rostain 1994a).

69À Petit Saut, 9 nodules nucléiformes ont été découverts in situ, uniquement sur le site 230. 2 sont réalisés sur quartzite (fig. 74, nos 2 et 9), les autres sur quartz (fig. 74, no 1). Le débitage est bipolaire à multipolaire selon les cas. Les nodules ainsi débités présentent parfois des traces d’esquillements ou de percussion liés à une utilisation secondaire et ponctuelle de l’outil comme percuteur. Deux des nucléus sont fragmentaires, cette situation peut correspondre à une fracturation en cours de débitage. Le poids de ces pièces est variable, il évolue de 26 à 481 g, quant à la longueur maximale, elle n’excède pas 10 cm.

Bloc taillé

70Bloc de matière première, quelle que soit sa nature, présentant un ou plusieurs enlèvements sur une ou plusieurs faces, à partir d’un unique ou de plusieurs plans de frappe, sans que l’on puisse déterminer s’il s’agit d’un débitage accidentel ou d’une taille volontaire (fig. 74, nos 6, 8 ; fig. 75, nos 1‑6).

FIG. 7512, 4, 5 blocs taillés (230) ; 3 bloc taillé (211) ; 6 bloc taillé (223).

71À Petit Saut, 22 objets de ce type ont été découverts sur les sites 12, 13, 17, 18, 172, 211, 223, 230 et 237. Il s’agit, dans tous les cas, de roche magmatique présentant une érosion de surface plus ou moins accentuée masquant tant la qualité de la roche que certains stigmates de taille. La morphologie des supports est généralement aplatie, quadrangulaire à subquadrangulaire, un objet est discoïdal. Un bloc porte une croûte ferrique superficielle permettant ainsi la localisation de l’approvisionnement. Les enlèvements sont abrupts à semi‑abrupts, écailleux, rarement scalariformes, généralement bifaciaux.

72Si certains blocs sont à peine ébauchés, d’autres sont aménagés de manière périphérique continue, voire couvrante. De tels artefacts pourraient être parfois interprétés comme d’éventuelles ébauches de hache telles qu’elles peuvent être signalées en Guyane par A. Cornette (1989b). Le poids évolue de 49 g à 1 kg, la longueur la plus importante atteint 16 cm et la largeur 10 cm.

Pseudo‑biface

73Un objet unique correspond à cette appellation. Il s’agit d’un support en roche magmatique indéterminée (sans doute une dolérite), portant une forte patine fluviatile. Cet outil a été découvert dans le fond du lit du fleuve. Il est de forme grossièrement amygdaloïde, et présente des négatifs d’enlèvements bifaciaux, semi‑abrupts, couvrants et périphériques. Son poids est de 163 g et son module dimensionnel est de 9 x 6,5 x 2,5 cm (fig. 74, no 7).

4.6 Les outils polis

74Cette catégorie rassemble 265 artefacts. La notion de polissage fait référence à deux éléments qu’il est actuellement difficile de distinguer, celui de l’abrasion sur polissoir, quel que soit la nature de ce dernier, et celui du lustrage, volontaire ou d’usage. Le polissage n’est pas toujours reconnaissable sur la totalité d’une pièce, il peut aussi être masqué par l’érosion superficielle des supports.

4.6.1 Les objets polis à tranchant(s)

75Cette vaste catégorie regroupe 158 pièces, soit 59,6 % de l’ensemble des objets polis.

Lame de hache

76Outil poli à un ou deux tranchants situés aux extrémités du support, dans sa longueur. L’artefact peut présenter un poli partiel ou complet laissant apparaître des traces de débitage antérieures ou postérieures au polissage.

77Les lames de haches peuvent être emmanchées selon des techniques diverses ou utilisées sans emmanchement. Enfin, certaines d’entre elles semblent être uniquement des objets d’échange ou de parure.

78À Petit Saut, cette catégorie rassemble 135 lames dont 122 proviennent du fond de cours d’eau. Elles sont déposées chez des particuliers ou ont été trouvées lors d’explorations subaquatiques ou en prospection pédestre dans le batardeau du barrage. Seuls 9,7 % proviennent des sites amérindiens de plein air.

79Une classification typologique des haches en pierre préhistoriques des Guyanes a été effectuée par A. Boomert en 1979 à partir des 600 ou 700 lames de hache connues au Surinam. Le système classificatoire retenu par l’auteur, fondé sur quelques différences morphologiques nettes, permet d’isoler des formes que nous avons identifiées et réutilisées dans cette étude. La hiérarchisation que nous avons adoptée prend en compte la sériation générale de la catégorie des lames de hache en grandes familles : lame de hache simple, lame de hache à oreilles, etc., puis la subdivision de chaque famille en ensembles individualisés par des caractères morphotypologiques distinctifs.

Galet à tranchant aménagé par polissage

80Galet ovoïde aplati, aménagé par polissage sur une partie de sa zone d’inflexion afin de former un tranchant. La morphologie naturelle de la surface façonnée se prête à une transformation rapide par polissage d’une ligne d’inflexion mousse en une arête tranchante. Le polissage peut être unifacial ou bifacial et plus ou moins couvrant. Le galet à tranchant aménagé par polissage peut correspondre à un outil fini ou à un artefact en cours de transformation.

81Quatre artefacts appartenant à cette catégorie proviennent des sites 13, 14 et 223 (fig. 76, no 1), ils représentent 1,5 % de la totalité des objets polis. Il faut noter qu’une pièce offre un tranchant aménagé unifacialement sur 32 mm et sur une plage étroite de sa zone d’inflexion (4 mm). À l’inverse, sur un autre galet, le polissage qui a servi à aménager unifacialement le tranchant se poursuit sur l’ensemble de la face et est marqué par des stries grossières. Le module dimensionnel et pondéral est semblable sur les quatre galets, le poids moyen est de 59 g tandis que le volume est de 48 cm3.

FIG. 76 ‒ 1 galet à tranchant aménagé par polissage (223). Lames de haches : 2 à tranchant droit (230) ; 3 quadrangulaire à tranchant large (230) ; 4 quandrangulaire simple (Sinnamary) ; 5 quadrangulaire simple (batardeau) ; 6 quadrangulaire à tranchant large (batardeau) ; 7 quadrangulaire simple (230) ; 8 quadrangulaire simple (Sinnamary) ; 9 pétaloïde (230) ; 10 quadrangulaire simple (Sinnamary) ; 11 pétaloïde (Courcibo) ; 12 quadrangulaire courte (18) ; 13 fragment de latéral (172).

Lame de hache pétaloïde

82Lame de hache simple à tranchant unique, de morphologie grossièrement ovale. Cette forme d’outil est aussi la plus simple que l’on puisse rencontrer, des variations peu marquées existent dans ce vaste ensemble : angulation plus ou moins marquée entre le tranchant et les côtés, épaisseur variable, talon à convexité plus ou moins accentuée. La lame de hache pétaloïde correspond à la forme de « hache simple » généralement décrite dans la bibliographie tant en Europe que sur le continent sud‑américain. Les sériations typologiques englobent généralement les haches pétaloïdes, les haches trapézoïdales et les haches quadrangulaires dans un groupe unique. Nous avons isolé ces deux derniers types car ils se caractérisent ici par des données morphologiques et pondérales très nettes. En Guyane, ces haches sont mentionnées dès 1949 par H. et P. Reichlen. Au Surinam, de tels objets sont largement représentés, ils constituent 30 % de l’échantillon testé par A. Boomert en 1979. Des haches miniatures de ce type ont été découvertes sur des sites Kwatta et Koriabo.

83À Petit Saut, 32 lames de ce type ont été inventoriées, dont 4 sur le site 230 (fig. 76, nos 9, 11). Les côtés sont droits à convexes, les talons ont des profils longitudinaux et transversaux variables (droit à convexe), ils sont toutefois rarement obliques. La section passe de l’ovalaire au fusiforme. Des négatifs d’enlèvements pré‑ et postpolissage ont été identifiés sur de mêmes pièces. Deux modules pondéraux et dimensionnels sont à distinguer. Le premier concerne les outils d’un poids inférieur à 200 g, il regroupe des haches dont le volume moyen est de 84 cm3, le second rassemble les lames de plus de 200 g (18 pièces) dont le volume moyen est de 280 cm3.

Lame de hache quadrangulaire

84Lame de hache simple de forme quadrangulaire. Le rapport longueur/largeur est compris entre 1 et 1,5. Si la hache quadrangulaire est généralement analysée simultanément avec le type précédent, nous l’avons individualisée car elle s’isole nettement de par sa morphologie.

85À Petit Saut, les haches quadrangulaires sont représentées par 22 pièces dont 2 ont été découvertes sur le site 230.

● Lame de hache quadrangulaire simple

86Lame de hache aménagée par polissage multifacial dont l’arête tranchante peut se poursuivre sur les côtés, la hache offre alors un tranchant multilatéral continu.
À Petit Saut, 15 pièces de ce type ont été étudiées. Si elles proviennent toutes du bassin du Sinnamary, une seule a été collectée sur une occupation amérindienne de plein air, le site 230 (fig. 76, nos 4, 5, 7, 8 et 10). Les côtés sont droits à faiblement convexes, le talon suit une morphologie identique bien que son profil longitudinal puisse être sinueux. Le profil transversal est convexe à oblique, mais les faces ventrale et dorsale sont bombées de manière identique et cette situation ne permet pas d’induire une utilisation de ces lames en herminette. La section est subovalaire, le tranchant est à convexité peu accentuée. 8 artefacts portent des traces de débitage pré‑ et postpolissage, celles‑ci sont identifiables sur le talon et sur le tranchant et associées, pour les traces postpolissage au moins, à des enlèvements d’usage. Le module dimensionnel est homogène, le volume moyen est de 110 cm3 pour un poids de 197 g.

Lame de hache quadrangulaire courte

87Lame quadrangulaire dont la longueur (axe tranchant/talon) est inférieure à la largeur.
2 haches provenant du lit du fleuve appartiennent à cette catégorie (fig. 76, no 12). Leurs côtés sont droits à légèrement convexes, le talon est droit à sinueux, la section ovalaire et le tranchant à faible convexité. Dans les deux cas, le polissage est partiel, il ne recouvre pas la totalité du talon ainsi que la partie proximale des faces ventrale et dorsale. Un débitage pré‑ et postpolissage a été reconnu sur ces deux haches. Les modules pondéraux et dimensionnels sont identiques : un poids de 200 g pour un volume de 110 cm3, comparable à celui reconnu pour les haches quadrangulaires simples, seul le rapport L/l varie, il est de 0,8.

Lame de hache quadrangulaire à tranchant large

88Lame quadrangulaire dont la largeur au tranchant est supérieure à la largeur au talon.
4 lames de ce type ont été étudiées, une seule à été découverte sur le site 230 (fig. 76, nos 3, 6). La morphologie et les modules sont identiques à ceux déjà décrits pour les autres formes de haches quadrangulaires.

Lame de hache trapézoïdale

89Lame de hache possédant un talon d’une largeur supérieure à celle du tranchant. Les profils longitudinaux et transversaux du talon sont généralement convexes. Les sections sont ovales à rectangulaires.

90Au même titre que la hache pétaloïde ou quadrangulaire, cette forme est « universelle ». Elle est décrite dans la bibliographie sous la dénomination « hache simple néolithique ». À Petit Saut, le groupe des haches trapézoïdales est constitué de 4 pièces provenant du fond du lit du fleuve (fig. 77, no 9). Les côtés sont droits à convexes ; une lame porte des traces de débitage pré‑ et postpolissage sur le talon. Le module dimensionnel est hétérogène. La longueur varie de 9 à 16 cm pour une largeur passant de 6 à 11,5 cm. Quant au poids, il évolue de 300 à 1 170 g. Enfin, ces pièces sont relativement épaisses (indice d’aplatissement de 2,7).

FIG. 77 ‒ Lames de haches : 1 emmanchée (bassin de l’Approuague) ; 2 à gorge périphérique (batardeau) ; 3 double droite (Sinnamary) ; 4 double en demi‑lune (Sinnamary) ; 5 à talon appointé (230) ; 6 à talon appointé (Approuague) ; 7 à proximal pédoncule (batardeau) ; 8 à talon appointé (Sinnamary) ; 9 trapézoïdale (batardeau).

Lame de hache à talon appointé

91Lame dont les flancs obliques convergent jusqu’au talon qui forme une pointe. Le tranchant est convexe.

92À Petit Saut, 7 lames ont été analysées dont une découverte sur le site 230 (fig. 77, nos 5, 6 et 8). Leurs côtés sont convexes, le tranchant est à convexité marquée jusqu’à former, sur l’une des pièces, un véritable « éventail » isolé du corps de la hache par deux ressauts.

93Des négatifs d’enlèvements pré‑ et postpolissage sont visibles. Deux classes se distinguent nettement. La première regroupe des pièces dont le poids est inférieur à 300 g et le volume équivalent à 155 cm3, la seconde regroupe des haches dont le poids est supérieur à 800 g et dont le volume s’inscrit dans une moyenne de 742 cm3.

Lame de hache à tranchant droit

94Une seule lame de ce type a été découverte à Petit Saut, elle provient du site 230. Son tranchant droit est large (indice de tranchant proche de 1). Ses côtés sont à convexité faiblement marquée, elle supporte des traces de débitage avant polissage (fig. 76, no 2).

Lame de hache à oreilles

95Lame de hache à deux excroissances latérales situées dans le prolongement du talon. La largeur du tranchant est inférieure à celle du talon. Les oreilles sont vraisemblablement utilisées pour la mise en place de ligatures d’emmanchement. Ce groupe représente 11,8 % de l’ensemble des lames de hache de Petit Saut, soit 14 pièces.

96En Guyane française, cette forme est décrite par H. et P. Reichlen (1946), ils mentionnent la présence d’une gorge sur le talon, à interpréter comme une volonté technologique d’adaptation à l’emmanchement. Il faut noter que cette échancrure proximale ne se retrouve pas sur les haches découvertes au Surinam. Plus généralement, le groupe des lames de hache à oreilles est connu sur l’ensemble du plateau des Guyanes. Au Surinam, il constitue une partie importante (15 %) des artefacts analysés par A. Boomert. En outre, divers auteurs associent indifféremment cette forme à des cultures historiques et préhistoriques.

● Lame de hache à oreilles hypertrophiées

97Lame de hache présentant deux excroissances latérales hypertrophiées au niveau du talon résultant d’un étranglement mésio‑proximal. Le tranchant est d’une convexité accentuée et court sur les côtés au profil sinueux. La section est fusiforme (fig. 78, no 8).

FIG. 78 ‒ Lames de haches : 1 quadrangulaire à encoches (batardeau) ; 2 courte à encoches (batardeau) ; 3 trapézoïdale à encoches (batardeau) ; 4 quadrangulaire à encoches (batardeau) ; 5 quadrangulaire à encoches (13) ; 6 à encoches et à côtés concaves (batardeau) ; 7 à encoches et à côtés concaves (batardeau) ; 8 à oreilles hypertrophiées (batardeau) ; 9 à oreilles en boutons (106) ; 10 à encoches et à côtés concaves (dragage) ; 11 à oreilles en boutons (batardeau) ; 1213 à oreilles en boutons (230).

98Une pièce unique appartient à cette catégorie, elle a été trouvée au niveau de Petit Saut, lors de l’exploration du lit du fleuve. Réalisée sur un matériau exceptionnel pour les supports de lame, un granité à grain grossier, ses oreilles sont dissymétriques et son talon est droit, à profil rectiligne. La lame est de faible épaisseur (2,6 cm). Son tranchant est mousse. Son poids est de 1 240 g pour un module dimensionnel de 21,5 x 11,9 x 2,6 cm. Des artefacts similaires sont connus au Surinam. Si la présence d’un tranchant permet de la classer dans le groupe des lames de hache, sa forme et la qualité du support suggèrent une fonction particulière de type objet de parure ou d’échange.

● Lame de hache à oreilles en bouton

99Lame de hache à oreilles faiblement marquées, constituant de courtes excroissances. La morphologie générale de la pièce est trapézoïdale, le tranchant est étroit (l’indice de tranchant est de 3,4) et le talon légèrement droit à convexe. À Petit Saut, 13 artefacts ont été étudiés, dont 1 provient du site 223, 2 du site 230 (fig. 78, nos 12 et 13) et 1 du site 106 mis au jour lors de travaux d’orpaillage (fig. 78, no 9). Parmi les autres pièces enregistrées dans l’inventaire lithique, l’une a été retrouvée dans l’Approuague, au niveau de Saut Fracas. Cet ensemble représente 9,6 % du groupe des lames de hache. Si la longueur des pièces évolue entre 6,8 et 16,4 cm, et la largeur maximale, c’est‑à‑dire celle enregistrée au niveau des oreilles de la lame, de 4,3 à 9,8 cm, la longueur moyenne est de 10 cm pour une largeur de 7,2 cm et un poids de 459 g. Les sections varient du rectangulaire au subcirculaire. L’angulation du tranchant par rapport à l’axe de la pièce progresse de 30 à 50 grades. Le profil transversal des talons a une convexité marquée pour les haches de plus de 400 g, quant au profil longitudinal du tranchant, sa convexité est peu accentuée. On peut noter quelques traces de débitage prépolissage, localisées sur le talon. Seule une pièce porte des traces de débitage postpolissage situées sur le tranchant et pouvant, d’après la patine ancienne, être dues à l’utilisation. Enfin, une lame se différencie, elle présente un aplatissement ventral et dorsal marqué ainsi que des côtés légèrement sinueux.

Lame de hache à encoches

100Lame de hache présentant sur ses côtés, au moins deux encoches opposées symétriquement. Les encoches peuvent être perpendiculaires à l’axe longitudinal de la pièce, ou obliques, inclinées vers le talon. Elles sont liées aux techniques d’emmanchement (pose de ligature pour solidariser lame et bois). La réalisation des encoches semble résulter de l’utilisation de polissoir souple (type arc) au vu des traces visibles sur les faces ventrale et dorsale. Les encoches sont de profondeurs variables, mais généralement accentuées, leur profil est en « U ». Ces lames ont souvent un côté plus long que l’autre. Ce déséquilibre entraîne un abaissement du centre de gravité. La position de la lame par rapport à l’emmanchement n’est pas perpendiculaire mais légèrement oblique. Cette spécificité observée sur de nombreux cas pourrait être liée aux nécessités d’utilisation (abattage). Le talon, droit à convexe, peut offrir un profil en cuvette dû à une gorge centrale.

10120 pièces de ce type ont été étudiées, représentant 14,8 % des lames de hache. Toutefois, une seule lame de ce type a été identifiée in situ, sur le site 13. Les autres artefacts proviennent soit du lit du Sinnamary au niveau du barrage, soit de collections privées réalisées sur ce bassin versant.

102Cette forme est répandue dans l’ensemble du plateau des Guyanes, dans l’aire amazonienne brésilienne, jusqu’au Pérou oriental, en Bolivie, en Équateur et en Colombie.

● Lame de hache quadrangulaire à encoches

103Nous avons étudié 7 pièces de ce type, mais une seule a été trouvée in situ sur le site 13 (fig. 78, nos 1, 4 et 5). Deux autres lames présentent une très forte érosion leur donnant un aspect général mousse. Les côtés sont droits à faiblement convexes, le talon suit la même morphologie et sur quatre pièces, une gorge centrale est creusée. La longueur du talon peut parfois être inférieure à la largeur maximale de la lame. L’orientation des encoches ne suit aucune standardisation et paraît évoluer en fonction de la volonté du technicien et des nécessités d’utilisation. Ainsi, sur une même hache, une encoche est de 6 mm alors que l’autre, symétriquement opposée, ne dépasse pas 3 mm. Sur une autre pièce, l’ébauche d’une seconde encoche a été identifiée sous la première et sur un côté unique.

104Des traces de débitage sont visibles sur cinq des sept lames, qu’elles proviennent d’un débitage pré‑ ou postpolissage, leur localisation est variable. Enfin, nous avons remarqué des traces de bouchardage, postpolissage, sur la face ventrale d’un des artefacts.

105Le module dimensionnel est peu variable, la moyenne est de 8 x 7 x 2,5 cm, le poids moyen est de 288 g.

● Lame de hache trapézoïdale à encoches

106Un seul objet de ce type a été découvert dans le fond du lit du fleuve (fig. 78, no 3). Il s’agit d’une lame de forme trapézoïdale, le talon est plus large que le tranchant, de profil droit. Elle supporte deux encoches latérales inclinées vers le talon. Ce dernier est creusé d’une gorge centrale. La section est ovalaire. Cette pièce est relativement trapue (l’indice de tranchant est de 2,1). Son poids est de 140 g, son module dimensionnel est de 5,7 x 5,3 x 2,9 cm.

● Lame de hache courte à encoches

107Une unique lame de hache de ce type a été découverte dans le batardeau (fig. 78, no 2). La lame est plus large que longue, le rapport Longueur/largeur est de 0,8. Elle possède deux encoches, symétriquement disposées sur les côtés dans le tiers mésial de la hache, qui sont légèrement inclinées vers le talon de profil rectiligne et à gorge marquée. Le tranchant est convexe. Son poids est de 280 g et son module dimensionnel de 6,6 x 8,3 x 3 cm.

● Lame de hache à encoches et à côté concave

108Lame à encoches latérales et à côté à profil concave, la jonction entre le côté, plan, et les faces ventrale et dorsale forme deux arêtes prononcées. Pour certains auteurs, cette forme est indissociable de la présence européenne et de la connaissance des outils en métal que cette hache tenterait de reproduire. Il faut souligner que ce type particulier d’artefact ne se retrouve actuellement que dans le sud du Surinam et en Guyane française. La convexité du tranchant peut être accentuée jusqu’à former une « ogive ». Le tranchant est d’une largeur égale ou inférieure à celle du talon. À Petit Saut, 9 pièces de ce type ont été étudiées (fig. 78, nos 6, 7 et 10) dont une, donnée par un orpailleur, provient de l’Approuague. Les talons présentent parfois une gorge peu marquée. La section reste quadrangulaire, mais les faces sont bombées. Le passage du tranchant aux côtés se fait parfois par un ressaut plus ou moins accentué. Trois pièces offrent des traces de débitage prépolissage, localisées au niveau du talon et des faces. Le module dimensionnel et pondéral est très variable. En effet, la longueur minimale enregistrée est de 6,5 cm mais peut atteindre 17 cm. La largeur évolue de 5 cm à 10 cm, quant au poids, il croît de 135 g à 1 200 g.

Lame de hache à gorge

109Lame de hache de forme quelconque présentant un étranglement proximal isolant le talon. À Petit Saut, cette catégorie rassemble 14 pièces toutes trouvées dans le lit de fleuves guyanais. Cette forme est connue sur l’ensemble du plateau des Guyanes même si sa morphologie est variable. On la retrouve aussi en Équateur, au Pérou, en Bolivie, au Venezuela, en Colombie, au Brésil et jusque dans les Caraïbes où elles semblent être une variante des haches sculptées.

● Lame de hache à gorge périphérique

110Lame de hache dont l’étranglement périphérique est situé dans le tiers proximal de la lame.
À Petit Saut, trois pièces de ce type ont été étudiées dont deux ne provenant pas du Sinnamary (fig. 77, no 2). Les gorges périphériques sont larges (jusqu’à 2 cm) mais peu profondes. Entre la gorge et le tranchant, la convexité des côtés est faible, quant au tranchant, sa courbe est bien marquée. Enfin, la section de ces pièces est arrondie à ovale. Sur une des lames, un côté est plus court ce qui entraîne la dissymétrie de l’objet.

111Le module dimensionnel est irrégulier et donne à cet ensemble un aspect hétérogène. Le poids évolue de 600 à 1 660 g, quand à la longueur elle varie de 13,5 à 20 cm, la largeur de 6 à 11,5 cm et l’épaisseur de 4 à 7,5 cm.

Lame de hache à extrémité proximale pédonculée

112Lame de hache dont l’extrémité proximale est amincie et forme un pédoncule plus ou moins accusé.
Nous avons étudié 11 pièces de ce type provenant uniquement du Sinnamary (fig. 77, no 7). Le talon est généralement convexe à section transversale oblique, cette angulation peut indiquer une utilisation potentielle de la lame en herminette. La section est ovalaire à fuselée. Le tranchant est faiblement convexe. Les faces dorsale et ventrale sont le plus souvent aplaties. Le polissage est parfois partiel. Plusieurs lames supportent des traces de débitage pré‑ et postpolissage, localisées de manière préférentielle sur le talon. Deux modules dimensionnels et pondéraux se dégagent apparemment. Le premier regroupe les pièces d’un poids inférieur à 100 g et d’un volume moyen de 56 cm3 ; le second rassemble les lames d’un poids supérieur à 100 g et dont le volume moyen est de 210 cm3.

Lame de hache double

113Lame de hache aux extrémités aménagées en tranchant dont l’inclinaison peut varier d’une extrémité à l’autre et donner à la pièce un aspect vrillé. La section est ovale à circulaire. Les haches doubles sont connues dans faire du plateau des Guyanes. A. Boomert mentionne deux types différents que l’on retrouve tant au Surinam qu’au Guyana. Selon un récit ethnographique fait par Gumilla en 1791, la hache double insérée dans un bois est communément utilisée sur l’Orénoque. Dans la partie orientale du Venezuela, ces haches semblent particulièrement représentées à partir de la période historique. De tels objets sont aussi répertoriés aux Antilles. À Puerto Rico, des lames de hache doubles, dont les deux tranchants ne sont pas réalisés dans le même plan, ont été découvertes ; d’autres exemples similaires proviennent de Cuba.

114À Petit Saut, 12 artefacts de ce type ont été enregistrés, découverts en fond du lit du Sinnamary.

● Lame de hache double en demi‑lune

115Lame de hache double dont les deux côtés ont une forme bien différenciée : l’un est concave et l’autre convexe. Une pièce unique de ce type a été découverte (fig. 77, no 4). Son poids est de 1 245 g pour un module dimensionnel de 23,5 x 6,6 x 5 cm.

● Lame de hache double droite

116Lame de hache double de forme rectangulaire dont les côtés sont droits à légèrement convexes, parallèles. 11 pièces de ce type ont été inventoriées, provenant du fond du lit du fleuve (fig. 77, no 3). Leur tranchant est convexe, leur section ovalaire. Certains tranchants, sur une même pièce, sont désaxés. Enfin, des traces de bouchardage sont visibles sur les faces ventrale et dorsale de quelques artefacts. Une grande partie des haches est recouverte d’une forte patine fluviatile déposée après leur abandon, volontaire ou accidentel, dans les cours d’eau. Cette croûte ne permet pas de percevoir l’extension totale ou partielle du polissage. Ces haches s’inscrivent dans un module dimensionnel homogène. Le poids moyen est de 967 g pour un volume de 554 cm3.

Lame de hache emmanchée

117Lame de hache, de forme quelconque, présentant un emmanchement résiduel ou complet.

1186 lames de ce type nous ont été prêtées ou données pour étude par des particuliers (fig. 77, no 1), leur origine géographique est variable et concerne l’ensemble du département. Ces haches sont généralement découvertes en fond de rivière ; quand elles sont mises au jour à terre, c’est dans le lit d’anciens cours d’eau recouverts par des rejets d’orpaillage datant du début du siècle.

119Parmi les cas que nous avons étudiés, seule une hache est emmanchée par la technique d’inclusion, elle est enchâssée dans un bois dur avec du latex ; cette pièce a déjà été décrite par S. Rostain (1994a). Sur les cinq autres artefacts, l’emmanchement est effectué par attache, c’est‑à‑dire par juxtaposition d’un bois et d’une lame à l’aide de ligature végétale et de résine.

120Les lames étant partiellement gainées de résine dans leur partie proximale ou jusqu’à leur portion mésiale, il est difficile de raisonner directement sur leur morphologie. Seuls une radiographie de l’objet ou un dégagement de la gangue englobante permettraient de comprendre le rôle d’éventuelles oreilles ou encoches.

121Cependant, quelques observations peuvent être faites sur le rapport emmanchement/lame de hache/résine. Sur trois pièces au moins, la lame n’est pas en contact direct avec le manche, la résine s’intercalant entre le talon de la hache et l’emmanchement en bois. Dans un cas, une fibre végétale était enroulée en spirale autour du manche, dans les deux autres cas, une cordelette semble avoir été préférée (empreintes laissées dans la résine). Le rôle de cet aménagement permet vraisemblablement une meilleure fixation en gardant une certaine élasticité lors de la percussion. Dans un autre cas, la ligature est incluse au moins en partie dans la résine. Enfin, la présence de ligature externe est attestée par des empreintes de cordelette en surface de la gaine de résine. Elles sont bien marquées sur une pièce unique qui permet de reconstituer, en partie, le système de nouage croisé qui solidarise hache et emmanchement juxtaposés. La composition de la résine reste inconnue, mais nous avons remarqué divers éléments qui paraissent ajoutés à celle‑ci, qu’il s’agisse de matière végétale carbonisée ou de petits éléments minéraux (sable). S. Rostain, en 1987, décrit l’emploi d’un mélange d’argile, de cire et de résine pour solidariser l’emmanchement d’une hache découverte sur la crique Matarony.

Tranchet

122Outil partiellement ou totalement poli, à tranchant poli rectiligne à légèrement convexe, semblable aux lames de haches auxquelles il est parfois assimilé sous le terme de « hache miniature ». Le tranchet ne se dissocie de la hache que par son module dimensionnel nettement inférieur ; sa taille moyenne est, dans l’exemple qui nous concerne, de 4 x 2,5 x 1 cm (soit un volume d’environ 10 cm3 mais qui peut toutefois atteindre 30 cm3) pour un poids moyen de 16 g. L’angulation de son tranchant est peu accentuée et ne dépasse pas 20 grades, la section est subrectangulaire. En Guyane, d’autres pièces de ce type sont connues, elles sont décrites soit comme « ciseau », soit comme « lames de hache simples », elles proviennent de Saut Mapaou sur l’Approuague ou du site des Glycérias, près de Cayenne.

123À Petit Saut, 16 pièces (soit 6 % des pièces polies) ont été découvertes sur les sites 13, 14, 16, 17, 18, 172, 208, 230 et 231 ; elles sont dispersées en cinq catégories typologiques. Des tranchets sont parfois présents près de dépôts céramiques ou dans des structures, c’est le cas sur les sites 13, 17 et 230.

Tranchet losangique

124Un unique tranchet de ce type a été découvert sur le site 17 (fig. 79, no 1) associé au dépôt céramique CeF 6. Il s’agit d’un petit nodule de roche latéritique tendre de forme naturellement losangique, aménagé par un polissage ponctuel grossier ayant laissé d’importantes rainures en surface. Le support est partiellement recouvert d’une croûte ferrique. Un tranchant étroit (1 cm), légèrement convexe et mousse est aménagé par polissage à l’une des extrémités. La section est rectangulaire. La partie proximale présente une étroite perforation naturelle.

Tranchet trapézoïdal

125Le terme « trapézoïdal » s’applique, comme dans le cas des haches, à des artefacts dont le talon est plus large que le tranchant. À Petit Saut, 4 pièces de ce type ont été découvertes sur les sites 16, 172, 208 et 231 (fig. 79, nos 3, 5 et 9), mêlées au niveau archéologique. L’ensemble des supports est identique, il s’agit d’un matériau à grain régulier, homogène, de type microgranite. Les côtés des tranchets sont droits à convexes, le tranchant est convexe tout comme le talon et la section est subrectangulaire. Un tranchet a été mis en forme à partir d’un casson provenant d’un outil poli. Le polissage semble partiel ou difficile à identifier sur la totalité de la pièce. Enfin, ces tranchets s’inscrivent tous dans un module dimensionnel moyen de 4 x 3 x 1 cm pour un poids moyen de 22 g.

FIG. 791 tranchet losangique (17) ; 2 tranchet (18) ; 3 tranchet trapézoïdal (231) ; 4 tranchet pétaloïde (230) ; 5 tranchet trapézoïdal (208) ; 6 tranchet pétaloïde (14) ; 7 tranchet barette (13) ; 8 pseudo‑tranchet à tranchant aménagé (172) ; 9 tranchet trapézoïdal (172) ; 10 distal de tranchet (14) ; 11 coin (13) ; 12 tranchet pétaloïde (14) ; 13 racloir poli (230).

Tranchet pétaloïde

126Comme dans le cas des haches, il s’agit d’un artefact à tranchant unique de morphologie grossièrement subovalaire. C’est une forme simple dans laquelle certains caractères ne sont pas constants : angulation plus ou moins marquée entre les côtés et les extrémités, profils à convexité variable, etc. 4 tranchets de ce type ont été identifiés à Petit Saut sur les sites 14, 18 et 230 (fig. 79, nos 4, 6 et 12). Sur ce dernier gisement, le tranchet est posé à proximité d’un dépôt céramique (Ce 13). Les talons sont droits à légèrement convexes, la section rectangulaire. Les faces ventrale et dorsale sont planes. Le module dimensionnel est homogène pour les quatre tranchets de 4,5 x 3 x 1 cm et ils ont un poids moyen de 16 g.

Tranchet barrette

127Tranchet pseudo‑quadrangulaire dont la longueur n’excède pas 3 cm et la largeur 1 cm et qui offre un tranchant aménagé par polissage, soit dans la longueur soit dans la largeur du support. 2 pièces de ce type ont été découvertes à Petit Saut sur les sites 13 (fig. 79, no 7) et 14. Sur ce dernier site, le tranchet provient du remplissage de F1, structure circulaire contenant du matériel céramique fragmentaire. Leur poids est d’environ 8 g, leur module dimensionnel de 3 x 1 x 1 cm. L’extension du polissage à l’ensemble de l’objet est difficile à estimer.

Tranchet large

128Tranchet dont le rapport largeur au tranchant/largeur au talon est supérieur à 1, les côtés étant droits à faiblement convexes. En outre, l’indice de percussion est faible, il se rapproche de 1. Une unique pièce de ce type a été découverte sur le site 208. Son poids est de 4 g et son module dimensionnel de 2,5 x 1,3 x 0,7 cm. Le polissage, partiel, a laissé de fines striures superficielles. Les flancs de la pièce sont plans.

Coin (ciseau)

129Artefact dont le tranchant est localisé dans l’axe de l’épaisseur de l’objet et non dans sa largeur. Un élément unique appartenant à cette catégorie a été identifié sur le site 13 (fig. 79, no 11). Il est réalisé sur matériau à grain fin portant les résidus d’une croûte ferrique. Il est fusiforme et partiellement aménagé par polissage, de fines striures le marquent. Les côtés sont polis et droits. Le talon, présentant un petit méplat poli, tend vers une forme appointée, la longueur du talon est inférieure à la largeur maximale de l’objet. Le tranchant est perpendiculaire à l’axe longitudinal de la pièce, la largeur du tranchant correspond à l’épaisseur du nodule. La section transversale est quadrangulaire. D’un poids de 71 g, la pièce s’inscrit dans le module 9 x 3 x 2 cm.

Racloir poli

130Plaquette naturelle à tranchant droit aménagé par polissage dans la plus grande longueur de la pièce. Le tranchant résulte du polissage de la face ventrale plane et d’un côté oblique.

1312 racloirs polis ont été identifiés sur le site 230 (fig. 79, no 13). Une des pièces est faite sur une roche à grain fin de forme subtriangulaire. Le tranchant, dans la plus grande longueur de la pièce est finement mis en forme par polissage. Les deux autres côtés du support forment des plans droits soit naturels soit résultant d’une fracturation. D’un poids de 254 g, son module dimensionnel est réduit : 13 x 7 x 2 cm.

132Dans le second cas, le tranchant est positionné à la jonction d’un côté naturel et d’une face ventrale partiellement polie. L’inclinaison naturelle de la surface du flanc latéral semble suffisante pour l’aménagement de l’outil. Son module dimensionnel est différent du premier racloir, 17,5 x 10 x 2,5 cm pour un poids de 575 g.

4.6.2 Les objets polis à tranchant réaménagé ou transformé

133Cet ensemble regroupe 27 artefacts soit 10,1 % de l’ensemble des objets polis.

Pseudo‑hache à tranchant réaménagé

134Support aménagé par polissage et présentant un plan fracturé repris par débitage bifacial ou unifacial. Sa dimension et sa morphologie sont identiques à la partie mésio‑proximale des haches polies quelle que soit leur attribution typologique. Ces artefacts peuvent correspondre à une utilisation secondaire d’une lame de hache, souvent attribuable à la forme pétaloïde, ou plus généralement d’un outil poli à tranchant.

135À Petit Saut, 11 pseudo‑haches à tranchant réaménagé ont été étudiées, huit d’entre elles ont été découvertes sur les sites 223, 230 et 237 (fig. 80, nos 1, 5 et 17), les trois restantes ont été trouvées en fond de lit du Sinnamary. Elles sont toutes de forme pseudo‑rectangulaire. Le débitage est généralement unifacial, continu, abrupt à semi‑abrupt, écailleux et scalariforme. Deux outils offrent un débitage bifacial abrupt et scalariforme. Nous n’avons noté aucune reprise de polissage des surfaces dont le débitage est indiscutablement volontaire.

136Les modules de poids sont variables, ils évoluent entre 48 et 550 g ; le module dimensionnel est diversifié puisque le volume fluctue entre 29 et 322 cm3.

137Enfin, un ensemble de talons de hache a été découvert sans qu’aucune reprise de débitage puisse être identifiée, ils correspondent plus sûrement à des fragmentations accidentelles d’objets en cours d’utilisation.

Pseudo‑tranchet à tranchant réaménagé

138Un seul exemple de ce type a été découvert sur le site 172 (fig. 79, no 8). Il s’agit d’un fragment d’outil poli finement, de petit taille, présentant des côtés et un talon droits. Son extrémité distale a été reprise par débitage bifacial couvrant, semi‑abrupt et scalariforme. La section est quadrangulaire. Son poids est de 22 g et son module dimensionnel de 4,3 x 3 x 0,9 cm.

Pseudo‑hache‑marteau

139Sous cette définition générale, sont rassemblées des pièces polies dont les caractéristiques morphologiques se rapprochent de celles définies pour les lames de hache polies, à l’exception du tranchant. Ce dernier a parfois subi un aménagement par bouchardage ; s’il est absent, il est remplacé par une surface plane ou à convexité faiblement marquée servant vraisemblablement à la percussion/martelage ou au broyage.

140À Petit Saut, 15 pièces de ce type ont été découvertes sur les occupations 13, 14, 17, 18, 172, 230, 235, 236 et 260, ou en fond du lit du fleuve. Elles se répartissent en cinq catégories.

● Pseudo‑hache‑marteau à oreilles

141Outil à deux excroissances latérales situées dans le prolongement du talon. L’extrémité distale est plane ou à faible convexité, elle sert de surface active.
2 artefacts ont été étudiés, ils proviennent des sites 172 (fig. 80, no 12) et 230. Leurs côtés sont faiblement convexes, leur talon, de longueur supérieure ou égale à la largeur maximale de la pièce, est convexe à profil transversal concave (formant une petite gorge). Les sections sont ovales. Le polissage est partiel. Les deux pseudo‑haches sont d’un module dimensionnel identique, 7 x 5 x 3 cm, pour un poids d’environ 200 g.

● Pseudo‑hache‑marteau courte

142Pseudo‑hache‑marteau dont la longueur (axe tranchant/ talon) est moins importante que la largeur (le rapport longueur/largeur maximale est inférieur à 1).
4 artefacts ont été étudiés, ils proviennent des sites 13, 17 (fig. 80, no 13), 18 et 230. Dans le cas du site 13, l’artefact est associé à une structure, CeO 161 ; sur le site 17, il est situé dans le remplissage de la fosse CeF 6.
Les côtés de ces outils sont droits à faiblement convexes, le talon est droit à convexe, à profil transversal convexe. Les sections sont rectangulaires à ovales. Sur une pièce, un débitage postpolissage est présent sur l’extrémité distale et sur la partie latérale. Les faces ventrale et dorsale sont bombées et concourent à former une angulation propice à l’aménagement d’un tranchant dont la présence est masquée par un martelage systématique de cette zone qui a entraîné son aplanissement. Ces quatre pièces pourraient correspondre à des haches quadrangulaires courtes ou à des haches à tranchant large, utilisées comme marteau. La morphologie du tranchant est, dans ce dernier cas, uniquement due à une usure d’utilisation. La « standardisation » de ce geste ou de cette technique expliquerait la découverte de ces objets sur quatre sites différents.
Enfin, le module dimensionnel de ces pièces est homogène, le poids moyen est de 150 g pour une taille de 6,5 x 5 x 2,5 cm.

● Pseudo‑hache‑marteau quadrangulaire

143Pseudo‑hache‑marteau de forme quadrangulaire dont le rapport longueur/largeur est compris entre 1 et 1,5. 2 outils de ce type ont été identifiés sur les sites 13 et 230 (fig. 80, nos 11, 14 et 15). Les côtés sont droits à convexes comme le talon dont le profil transversal est parfois oblique. La section est ovale, la partie distale est convexe à profil transversal horizontal. Le poids évolue de 117 à 202 g et le module dimensionnel est homogène : 6 x 5,5 x 2,5 cm. Comme dans le cas de la pseudo‑hache‑marteau courte, elles pourraient correspondre à des haches quadrangulaires simples utilisées comme marteau, la morphologie du tranchant étant due uniquement à une usure d’utilisation.

● Pseudo‑hache‑marteau à encoches et à côté concave

144Une seule pièce de ce type à été étudiée, elle provient du lit du Sinnamary (fig. 80, no 18). Une des faces de la pseudo‑hache‑marteau est ponctuellement marquée par des traces de martelage. L’extrémité distale a un profil sinueux percuté et présente de multiples traces d’enlèvements à partir de ce plan alors utilisé comme plan de frappe. Le module dimensionnel est de 9,4 x 7,4 x 4 cm.

FIG. 801 pseudo‑hache à tranchant réaménagé (237) ; 2 distal de lame de hache (230) ; 3 latéral de lame de hache (230) ; 4 distal de lame de hache (230) ; 5 pseudo‑hache à tranchant réaménagé (230) ; 6 talon d’outil poli (275) ; 78 talons d’outils polis (230) ; 9 marteau (pilon) sur plan fracturé (Sinnamary) ; 10 talon d’outil poli (230) ; 11 pseudo‑hache‑marteau quadrangulaire (13) ; 12 pseudo‑hache‑marteau à oreilles (172) ; 13 pseudo‑hache‑marteau courte (17) ; 14 pseudo‑hache‑marteau quadrangulaire (230) ; 15 pseudo‑hache‑marteau quadrangulaire (13) ; 16 marteau (pilon) sur plan fracturé (236) ; 17 pseudo‑hache à tranchant réaménagé (223) ; 18 pseudo‑hache‑marteau à encoches et à côté concave (Sinnamary, collection privée).

Marteau (pilon) sur plan fracturé

145Bloc aménagé par polissage partiel ou complet, de forme rectangulaire à trapézoïdale et présentant deux extrémités planes naturelles ou obtenues par fracturation volontaire ou accidentelle. L’extrémité considérée comme « distale » peut avoir été utilisée pour la percussion/martelage ou le broyage. En Guyane, des pièces identiques sont décrites comme « pilon », elles proviennent du Rorota (aire de Cayenne) ou de l’Approuague (Rostain 1994a) (fig. 80, nos 9, 16). 6 marteaux ont été étudiés, ils sont issus des sites 14, 235, 236 et 260, 2 pièces ont été trouvées en fond de fleuve. La morphologie des flancs est très variable, droite, convexe, concave ou sinueuse. Les sections varient d’une forme subovalaire à fusiforme. Ces pièces peuvent supporter un débitage postpolissage tant sur les côtés qu’aux extrémités proximales et distales. Aucune trace ne permet de savoir si de tels objets étaient utilisés avec ou sans emmanchement. Le poids varie de 240 à 1 950 g et le volume de 247 à 640 cm3.

4.6.3 Les objets polis sans tranchant

146Cette vaste catégorie regroupe 80 objets soit 30,1 % de l’ensemble des objets polis.

Pièce à section cylindrique

147Réalisés à partir de différents types de matériaux, ces outils sont tubulaires, à extrémité arrondie ou plus ou moins appointée. À Petit Saut, on en dénombre 5 qui proviennent soit du lit du fleuve soit des sites 14 ou 230.

Cylindre

1483 pièces ont été étudiées à Petit Saut (fig. 81, nos 2 et 3). Elles sont réalisées soit sur une roche magmatique dure et homogène, soit sur un support latéritique plus tendre. Elles sont de forme oblongue, de section subcirculaire à ovalaire, offrent au moins une extrémité appointée et portent un polissage partiel ou total. L’extrémité opposée reste plane ou conserve son profil naturel. Signalons la présence, sur une pièce, d’une croûte ferrique résiduelle, témoin du lieu d’approvisionnement (fond de rivière). Les modules pondéraux et dimensionnels varient pour chaque cylindre, le poids évolue de 8 à 24 g ; si la largeur et l’épaisseur sont identiques (1,5 cm), la longueur fluctue de 3,5 à 6 cm.

Fuseau

149Ce type d’objet a été déterminé comme « double‑pointe » par S. Rostain. Jusqu’à présent, ils avaient été trouvés hors contexte archéologique près de Saül et dans la crique Leblond. Un objet similaire semble avoir été décrit par D. Geijskes en 1964, sur le site d’Hertenrits au Surinam. À Petit Saut, 2 artefacts correspondent à cette appellation, l’un a été retrouvé sur le site 230 (fig. 81, no 1), fracturé en deux. De morphologie fusiforme, il est entièrement poli et ses deux extrémités appointées sont légèrement arrondies. Son poids est de 118 g et son module dimensionnel de 13,8 x 2,2 x 2,1 cm. L’autre fuseau provient du fond du lit du fleuve. Plus long que le premier, ses extrémités sont plus pointues. La section de ces objets est quadrangulaire à ovalaire. Son poids est de 440 g pour des dimensions de 31 x 3,6 x 2,5 cm.

Lissoir

150Petit nodule naturel dont la nature pétrographique est variable (roche magmatique ou fragment latéritique), de formes diverses, présentant une ou plusieurs surfaces polies aplanies par un poli d’usage. Ces surfaces présentent parfois des stries multidirectionnelles plus ou moins profondes. Les nodules peuvent servir de lissoir à céramique ou de matière colorante.

151Des objets identiques ou décrits comme tels sont mentionnés dans la bibliographie tant en Guyane qu’au Surinam. Sur la zone littorale guyanaise, 119 lissoirs ont été découverts, réalisés uniquement sur des roches magmatiques, à l’exception de ceux trouvés sur le site de la Sablière (Thooris 1994). A. Boomert signale 7 lissoirs sur latérite au Surinam.

152À Petit Saut, cette catégorie regroupe 16 artefacts qui proviennent des sites 14, 207, 230 et 260. Nous les avons différenciés en fonction des supports sur lesquels ils ont été réalisés.

Lissoir sur nodule ferrallitique

153Petit nodule naturel de roche ferrallitique rougeâtre, d’une texture dense et homogène. Une face au moins est laissée vierge d’utilisation, elle présente généralement une excroissance naturelle préhensible permettant de maintenir le lissoir entre les doigts (fig. 81, nos 4, 5, 6, 8 et 15). À Petit Saut, 7 lissoirs de ce type ont été découverts sur les sites 14, 230 et 260. Les nodules latéritiques naturels ont, pour certains, des surfaces chaotiques aplanies par l’usage. Nous avons dénombré jusqu’à trois faces aménagées par lissage sur un même nodule. Les striures observées sur les surfaces polies sont généralement anarchiques. La nature du support induit la possibilité d’une utilisation comme colorant après ajout d’eau. Les modules dimensionnels et pondéraux sont homogènes pour l’ensemble des lissoirs, le poids moyen est de 25 g et la taille est d’environ 4 x 3 x 2 cm. L’homogénéité des dimensions des lissoirs laisse à penser que le support est utilisé jusqu’à un module minimum, le volume de l’objet naturel, avant utilisation, reste inconnu bien que lié étroitement à l’usage de cet outil.

Lissoir sur autre roche

154Lissoir réalisé sur un fragment de roche ou un petit galet de matière première autre que la latérite. Comme dans ce dernier cas, il présente une ou plusieurs faces polies. À Petit Saut, cinq lissoirs en roche magmatique ont été découverts sur les sites 14 et 230 (fig. 81, no 10). Les remarques morphologiques concernant ces outils sont identiques à celles précédemment énoncées pour les lissoirs sur roche latéritique. Toutefois, les surfaces lissées ne portent pas de striures profondes et, si le module dimensionnel moyen reste le même, le poids est variable, il évolue entre 6 et 24 g.

FIG. 811 fuseau (230) ; 2 cylindre (14) ; 3 cylindre (230) ; 4 lissoir sur nodule ferrallitique (260) ; 5 lissoir sur nodule ferrallitique (230) ; 6 lissoir sur nodule ferrallitique (14) ; 7 pendeloque (172) ; 8 lissoir sur nodule ferrallitique (230) ; 9 micronodule poli (230) ; 10 lissoir sur autre roche (230) ; 1112 pendeloques (230) ; 13 nodule perforé utilisé en perle ? (230) ; 14 plaquette à encoches (13) ; 15 lissoir sur nodule ferrallitique (260) ; 16 lissoir micromolette ; 17 plaquette quadrangulaire ; 18 molette rectangulaire (230) ; 19 galet rayé (20) ; 20 galet rayé (230) ; 21 nodule de pigment (223) ; 22 nodule ferrallitique à gorge (260).

Micronodule poli

155Un artefact unique correspond à cette définition, il a été trouvé sur le site 230 (fig. 81, no 9). Il s’agit d’un petit nodule ferrallitique compact dur, de couleur noirâtre supportant à l’une de ses extrémités des traces d’abrasion par polissage. Il s’agit sans doute de traces d’usages. Son poids est de 2 g et son module dimensionnel de 1,7 x 1,1 x 1 cm.

Lissoir micromolette

156Petit galet ovale à circulaire, régulier, présentant au moins une surface abrasée par polissage. À Petit Saut, 3 outils de ce type ont été étudiés. Ils proviennent des sites 14, 207 et 260 (fig. 81, no 16). Les supports employés sont identiques à ceux utilisés pour les molettes (roche magmatique de type granitique). Ils se différencient de ces dernières par leur taille réduite, toutefois leur forme est toujours à tendance parallélépipédique. Les poids enregistrés évoluent de 15 à 61 g, le volume ne dépasse pas 40 cm3.

Molette

157Galet ou nodule de roche magmatique, à grain grossier, aménagé par polissage ou usage entraînant un aplanissement des faces jusqu’à obtenir, au maximum de la transformation ou de l’usage, un artefact régulier parallélépipédique.

158De telles formes sont décrites en Guyane. A. Cornette signale un objet de forme identique sur le site de Trou Reliquaire, il serait fait sur une roche verte ; S. Rostain a étudié des molettes provenant de différents sites localisés sur le littoral, Thémire, Route de Montabo ou Glycérias.

15939 artefacts de ce type ont été étudiés à Petit Saut, soit 14,7 % de l’ensemble des outils polis. Ils ont été découverts soit en fond de lit du fleuve, soit sur les sites 13, 14, 17, 172, 230 et 235.

160Le poids moyen est de 105 g et le module dimensionnel est de 57 x 50 x 28 cm.

Molette rectangulaire

161Outil quadrangulaire ou pseudo‑quadrangulaire offrant six faces régulières aménagées par polissage ou par utilisation (bouchardage ayant entraîné un aplanissement régulier des faces). À Petit Saut, 12 outils de ce type ont été découverts soit sur les sites 13, 172, 230 (fig. 81, no 18) et 235, soit en fond de rivière. 4 de ces outils sont fragmentaires, leur fracturation semblant correspondre à la cause de leur abandon. Le matériau est toujours semblable ; il s’agit d’une roche à grain fin, magmatique, de type microgranite. Sur l’ensemble de ces artefacts, la limite entre les zones polies ou usagées n’est pas nette. Les côtés sont faiblement convexes. L’extrémité d’une des molettes supporte des traces de martelage/bouchardage. Le poids évolue entre 84 et 1 050 g, le volume varie de 39 à 540 cm3.

Molette ovalaire sur galet

162Outil sur galet ovalaire à subovalaire présentant des surfaces polies à pseudo‑polies n’ayant pas totalement altéré la morphologie du support d’origine, une roche magmatique de type microgranite. À Petit Saut, 10 objets de ce type ont été découverts sur les sites 13, 14 et 230, trois d’entre eux sont fragmentaires, la fracture étant semble‑t‑il la cause de l’abandon. L’ensemble des supports présente des surfaces convexes accentuées. Certaines extrémités supportent des négatifs d’enlèvements. La section des objets varie en fonction de la forme naturelle du galet. Les poids évoluent dans une fourchette pondérale homogène dont la moyenne est de 184 g, cette homogénéité existe aussi pour le module dimensionnel dont la moyenne est 6,5 x 5 x 3 cm.

Macromolette

163Outil sur galet ovale à subovale présentant des surfaces plus ou moins polies n’ayant pas totalement modifié la morphologie du support d’origine en roche magmatique (microgranite). Le poids est supérieur à 300 g. À Petit Saut, 9 macromolettes ont été découvertes sur les sites 13, 14, 17, 172 et 230. Six d’entre elles sont fragmentaires. De morphologie variable, certains supports présentent une croûte ferrique superficielle attestant du lieu d’approvisionnement. L’usage de ces outils entraîne parfois une desquamation de la zone servant à percuter ou à broyer. Le poids moyen est de 477 g et le module dimensionnel, homogène, est de 8,5 x 7 x 5 cm.

Pendeloque

164Fragment de roche de taille variable, aménagé par polissage et présentant une ou plusieurs perforations bifaciales.

165Plus largement, dans faire amazonienne, les auteurs mentionnent de multiples pendeloques ou perles réalisées de manière préférentielle sur un support en « roche verte » et figurant le plus souvent des grenouilles mais aussi des oiseaux, des poissons ou même des lames de hache miniatures.

166À Petit Saut, 3 pendeloques ont été découvertes sur les sites 172 et 230. Leur rareté et leur particularité d’objet d’ornement entraînent leur description pièce par pièce.

167Sur le site 230, une première pendeloque (fig. 81, no 11) a été trouvée déposée au fond d’une céramique recouverte par un autre vase servant de couvercle (Ce 2). Il s’agit d’une roche magmatique à grain fin et à patine verdâtre. Elle est fusiforme et a une face bombée et l’autre plane. La section est hémi‑ovoïde, les côtés sont droits. La pendeloque a deux perforations bifaciales dans le tiers supérieur de la pièce (partie la plus large). Les perforations conservent les traces d’un mouvement circulaire peu régulier. Celui‑ci est plus accentué sur la face plane que sur la face bombée. Le polissage fait apparaître des rainures fines, témoins de l’abrasif utilisé pour le polissage. La pièce porte des résidus d’une croûte brunâtre pouvant être interprétés comme des restes de résine ou d’enduits végétaux ?

168Sur le même site a été trouvée une perle‑pendeloque sur un fragment de quartz translucide, entièrement poli, à six faces. Un côté est orné de six incisions parallèles groupées par deux et espacées régulièrement. Une des incisions, positionnée à la hauteur de la perforation, se poursuit sur les côtés. La perforation est bifaciale, plus marquée sur une face que sur l’autre. Elle a été réalisée grâce à un geste rotatif. Le nodule de quartz a quelques fissurations qui n’ont pas nui à la cohésion de cet élément de parure (fig. 81, no 12).

169Sur le site 172, seul un fragment de pendeloque sur roche à patine verdâtre a été trouvé dans le niveau de terra preta. Il s’agit d’une patte arrière repliée, appartenant sans doute à une petite amulette en forme de grenouille. De nombreux exemples de ce type sont connus au Brésil, au Surinam (site de Kwatta) ou plus rarement en Guyane. L’éclat est entièrement poli avec soin, à l’exception de sa face d’éclatement. Une fine perforation, en haut de la patte, a été réalisée sur la face dorsale. Le pied est incisé par trois fois dégageant quatre doigts (fig. 81, no 7).

Plaquette

170Plaquette de nature pétrographique variée, aménagée partiellement par polissage avec parfois des enlèvements périphériques unifaciaux ou bifaciaux.

171Certains outils similaires provenant de Guyane sont décrits dans la bibliographie (Cornette 1989b ; Rostain 1994a) comme ébauches de lames de hache ; cette attribution n’est envisageable qu’exceptionnellement sur le mobilier que nous avons étudié. Toutefois cette technique de préparation des lames par débitage n’est pas la seule connue tant par le matériel archéologique que par les récits ethnographiques.

172À Petit Saut, 12 plaquettes ont été découvertes sur les sites 13, 14, 172, 230 et 237, elles constituent 3,7 % de l’ensemble de l’outillage poli.

Plaquette à encoche

173Plaquette aménagée partiellement par polissage et enlèvements latéraux ou bilatéraux formant coche. L’encochage peut être unique, double opposé symétriquement ou anarchiquement. 4 outils ont été découverts sur les sites 13 (fig. 81, no 14), 172 et 230, ils sont tous fracturés, vraisemblablement en cours d’utilisation. Les coches sont obtenues par une retouche latérale abrupte sur le côté le plus long. Toutefois, l’encochage résulte parfois d’un usage indéterminé, à l’image du raclage. Les coches, dans le cas de deux plaquettes, sont émoussées. Si le poids évolue de 23 à 100 g, le module dimensionnel, malgré les fracturations, est plus homogène ; les pièces s’inscrivent dans une moyenne de 6,5 x 4,5 x 1 cm.

Plaquette rectangulaire

1743 plaquettes rectangulaires ont été trouvées sur les sites 13 et 230 (fig. 82, no 1). Les deux premières sont réalisées sur des nodules latéritiques recouverts d’une croûte ferrique. Ces outils fabriqués à partir de supports naturellement rectangulaires sont aménagés grâce au polissage partiel d’une face. La troisième plaquette, sur le site 230, a été exposée au feu, l’action thermique a dégagé des éclats superficiels qui nuisent à la lecture de l’artefact. En outre, l’exposition au feu a laissé une pellicule noire superficielle. Le poids évolue de 64 à 128 g, le module dimensionnel de 7 à 9,5 cm pour la longueur et de 4,8 à 5,6 cm pour la largeur, seule l’épaisseur est constante et avoisine 1,5 cm.

Plaquette quadrangulaire

1752 plaquettes quadrangulaires ont été découvertes sur les sites 14 et 230 (fig. 81, no 17). Réalisées sur un support latéritique tendre, leur forme carrée (le rapport longueur/largeur est égal à 1) les isole nettement. Elles sont partiellement polies. Sur un artefact, ce traitement de surface tend à l’aménagement de biseaux latéraux formant des pseudotranchants épais. Le poids varie de 2,7 à 9,4 g, le module dimensionnel est homogène, 4,5 x 4 x 1,5 cm.

Plaquette aménagée

176Plaquette partiellement polie et aménagée par débitage périphérique unifacial ou bifacial, semi‑abrupt, écailleux. 3 objets ont été découverts sur les sites 230 et 237 (fig. 82, nos 2 et 3 et fig. 83). La plaquette trouvée sur le site 237, de grande dimension, a d’abord été aménagée sommairement par débitage sur la totalité de son pourtour puis elle a été polie ponctuellement sur de petites plages dont certaines entament des négatifs d’enlèvements. Son poids est de 3 kg pour un module dimensionnel de 29 x 11,6 x 4,2 cm. La deuxième, à tendance discoïdale est de taille plus réduite, d’un poids de 242 g son module est de 8,3 x 7,7 x 2,3 cm. La dernière, de forme rectangulaire, est la plus petite : 4,4 x 3,4 x 2,2 cm. Elle a été aménagée par débitage puis reprise largement par un polissage masquant en partie les négatifs d’enlèvement. Le support apparaît comme exceptionnel dans notre mobilier puisqu’il s’agit d’une roche cristalline verdâtre (quartz ?). Elle présente sur deux côtés des traces de fracturation pouvant être à l’origine de son abandon.

FIG, 821 plaquette rectangulaire ; 23 plaquettes aménagées (230).

FIG. 83 ‒ Plaquette aménagée (237).

Galet rayé

1773 artefacts ont été mis au jour sur les sites 20 et 230 (fig. 81, nos 19, 20). Il s’agit de petits galets naturels, de nature pétrographique indéterminée, présentant une série de stries ponctuelles localisées sur une surface corticale. Ces stries peuvent résulter soit du lissage d’un matériau grossier soit avoir servi de support à un sciage quelconque. Elles sont disposées de manière anarchique. Un des nodules est fracturé. Le poids varie de 14 à 72 g, le module dimensionnel est homogène : 4 x 3 x 2 cm.

Nodule ferrallitique à gorge

178Un exemple unique a été trouvé sur le site 260 (dans le comblement de FG ? 1). Il s’agit d’un fragment de roche ferrallitique variant de l’ocre‑jaune à l’ocre‑rouge, d’aspect relativement poreux (fig. 81, no 22). De section ovalaire aplatie, sa face ventrale est plane, sa face dorsale est bombée, ces deux surfaces sont partiellement polies. Une gorge périphérique est aménagée par polissage et dégage un petit pédoncule grossièrement pyramidal. Le poids est de 147 g pour un module dimensionnel de 12,4 x 6,3 x 2,6 cm.

Nodule de pigment

179Un seul objet de ce type a été découvert sur le site 223 (fig. 81, no 21). Il s’agit d’un petit nodule de roche ferrallitique, très tendre, présentant une encoche laissée par un poli d’usage dû à l’obtention de pigment. Son poids est de 44 g, son module dimensionnel de 6,5 x 2 x 2 cm.

Galet poli divers

180Cette catégorie rassemble tous les galets à poli d’usage ou de transformation, dont l’extension limitée ne permet pas de déterminer une fonction. À Petit Saut, 2 objets de ce type ont été mis au jour sur le site 230. Poids et module dimensionnel sont homogènes, 44 g pour une taille de 5 x 2 x 2 cm.

4.7 Les manuports

Support vierge

181Support de nature pétrographique variable (bloc de dolérite, fragment de quartz polyédrique, galet, plaquette schisteuse, nodule de nature indéterminée), de forme quelconque, trouvé en contexte archéologique et ne portant pas de stigmate d’utilisation. L’action anthropique probable se rapporte à la collecte et au transport jusqu’au lieu d’abandon. De tels nodules ont été découverts sur de nombreux sites sondés ou fouillés.

Boule

182Galet circulaire pouvant être utilisé comme projectile ou comme poids. À Petit Saut, de tels objets ont été découverts en fond de rivière. Ils se rapprochent des percuteurs sur galet boule ; toutefois, aucune trace de percussion n’est déterminable en surface.

Nodule perforé

183Nodule de roche quelconque, non transformé par l’homme, trouvé en situation archéologique et présentant une perforation naturelle. 2 nodules perforés ont été découverts sur les sites. Le premier est un petit nodule de roche latéritique dure, oblong, perforé dans sa partie centrale. Il pourrait être identifié comme une perle (fig. 81, no 13). Le second est un nodule tubulaire de 2 cm de diamètre qui présente une ouverture centrale importante, il aurait pu être choisi comme élément de parure ou peson.

Râpe

184Dalle naturellement rugueuse ayant pu être utilisée pour l’abrasion de matière organique et/ou minérale. De tels objets sont connus dans l’ensemble de l’aire amazonienne. En Guyane, deux râpes ont été identifiées comme telles sur le cordon littoral, si l’une d’elle est nettement utilisée, l’autre est vierge d’emploi (Rostain 1994a). Sur le site 230, plusieurs plaques de roche grenue de type granité (à oxydation variable), laissant les cristaux de quartz saillants, ont été mises au jour. Elles ont pu être utilisées comme râpe même si aucune donnée macroscopique ne vient étayer cette hypothèse.

4.8 Les produits de débitage

185L’ensemble du matériel débité est constitué de 1 329 éléments (tabl. xi) et représente pour la Guyane la collection de ce type la plus importante, étudiée comme un lot unique. La taille de la plupart des échantillons testés constituant cet ensemble permet de les considérer comme représentatifs de populations plus vastes. Si toute compréhension des processus technologiques développés par un groupe passe par plusieurs démarches telles que l’évaluation de la hiérarchie des contraintes et des besoins d’une population, seules les solutions trouvées dans le cadre d’une industrie spécifique (Brézillon 1968) ont été ici développées dans la limite informative du matériel archéologique à notre disposition.

TABL. XI ‒ Répartition des produits de débitage sur l’ensemble des sites. Ce tableau permet d’apprécier la fréquence numérique de chaque type de produit. Certains sites, sondés sur de petites surfaces, présentent les trois types d’artefacts, à l’image des sites 236 et 260.

4.8.1 Définitions générales

4.8.1.1 Techniques de fracturation

186D’après l’étude du matériel débité, on peut distinguer trois techniques de fracturation. La première correspond à un débitage sans prédétermination. Les éclats sont obtenus uniquement par percussion directe sans que leur détachement ait été précédé par une préparation spéciale du nucléus‑support. Le nucléus n’offre pas de plan de frappe préférentiel, il tendra vers une forme globuleuse. L’absence de préparation du nucléus‑support de débitage entraîne évidemment l’absence d’éclats caractéristiques.

187La deuxième, qui a été bien décrite (Prous 1990) dans le Minas Gerais (Brésil), est la technique du débitage posé sur enclume (fig. 84). Le nucléus, placé sur un bloc dormant, est violemment percuté à l’aide d’un marteau minéral. Lors de ce type de fracturation, la plate‑forme de percussion du nucléus est d’une superficie réduite et les angles d’attaque sont peu importants. Les produits obtenus présentent une face interne et externe difficile à distinguer, un profil longitudinal généralement droit et un talon écrasé. Ce débitage est donc moins contrôlé que le débitage unipolaire (Prous 1991a et b). Il est aussi identifié sous le nom de « split‑fracture » par les Nord‑Américains. « [Il a) pour premier objectif de fendre en deux des galets ovoïdes aplatis » (Rostain 1994a). « Les notions classiques de nucléus ne sont ni claires ni opérationnelles dans le cas de ce débitage, car les lames ne présentent, dans beaucoup de cas, ni talon, ni face interne, ni face externe au sens habituel, tandis que le “nucléus” ne présente pas de plan de percussion, de telle manière que la distinction entre lames et nucléus peut être impossible. » (Prous, Lima 1990.)

FIG. 84 ‒ Fréquence numérique des méthodes de débitage en fonction des supports sur Petit Saut

188La dernière technique identifiée est celle de la « percussion violente » qui correspond à un débitage ayant entraîné, lors de la percussion, la formation de fissurations diffuses à partir du point d’impact et/ou l’écrasement du talon. Elle peut, en outre, occasionner plusieurs types de stigmates selon la matière première : fracturation oblique, siret, pseudo‑siret ou fracturation distale. Elle peut enfin s’accompagner d’un arrachement de la matière première au niveau du point d’impact (fig. 85). En fait, ce type de fracturation pourrait être une conséquence directe des deux techniques précédemment évoquées, variable selon la force de l’impact et la masse déployée par le percuteur au moment de la percussion.

FIG. 85 ‒ Accidents de taille le plus souvent identifiés sur du matériel débité en quartz : 1 pseudo‑siret ; 2 double siret ; 3 fracturation oblique ; 4 fracturation distale.

189L’usage de ces techniques entraîne des états de surface particuliers : abrasion de la surface du nodule ou du bloc causée par l’écrasement d’une partie des particules minérales, esquillements de la surface de percussion dus à la désolidarisation du grain de la roche, fissurations circulaires ou semicirculaires des surfaces de percussion.

4.8.1.2 Vocabulaire typologique descriptif

  • 2 Ce type de stigmate ne doit pas être confondu typologiquement avec ceux observés sur un éclat Kombe (...)

190Avant de pouvoir détailler les résultats, quelques définitions sont à formuler et à retenir comme vocabulaire descriptif des éléments lithiques débités :
– une surface percutée est une surface convexe supportant des stigmates de percussion ;
– une surface martelée est une surface plane, concave ou jonction plan/côté supportant des traces de percussion ;
– un point d’éclatement est un point d’impact à partir duquel le débitage de l’éclat a eu lieu. L’écrasement du talon peut s’accompagner de fissurations dispersées en étoiles sur le revers ou l’avers de l’éclat. Il se retrouve sur les éclats « indéfinis ». Il peut s’accompagner d’un bulbe diffus mais ce dernier peut aussi être absent (non discernable) ;
– un point d’éclatement opposé se caractérise par la présence de deux points d’éclatement opposés l’un à l’autre sur le revers et l’avers de l’éclat mais dus à une percussion unique2. Les points d’éclatement sont marqués par des fissurations partant de chacun des points d’impact (fig. 84).

191Les définitions généralement retenues dans les analyses typologiques pour les termes éclat, fragment, esquille et casson sont celles employées ici. La situation est différente pour un type d’éclat unique que nous avons nommé « éclat indéfini ». Il s’agit d’un produit de débitage présentant au moins une caractéristique liée à un débitage volontaire, bulbe et/ou point d’éclatement. Le bulbe est emporté ou diffus. Le point d’éclatement correspond à une surface détachée du plan de frappe et entièrement écrasée. Les éclats « indéfinis » sont caractérisés par des dimensions propres (tabl. xii) supérieures systématiquement à celles des éclats simples, c’est la combinaison des paramètres longueur, largeur et épaisseur qui isole cette catégorie.

TABL. XII ‒ Récapitulatif des tailles moyennes des produits de débitage en fonction des supports.

4.8.1.3 Les accidents de taille typiques

192Ils peuvent être dus à la qualité de la roche ou, pour certains d’entre eux, à la technique de taille employée, plus particulièrement celle du débitage sur enclume :
– pseudo‑siret : lors de la percussion, deux faces d’éclatement perpendiculaires sont formées. La seconde sépare l’éclat en deux parties selon un axe parallèle à celui du débitage et ne passant pas par le bulbe (fig. 85, no 1) ;
– fracturation oblique : fracturation d’un fragment latéro‑proximal d’éclat, obliquement par rapport à l’axe de débitage (fig. 85, no 3) ;
– fracturation distale : extrémité distale d’un éclat fracturée perpendiculairement à l’axe du débitage. Cet accident de taille semble fréquent sur les éclats résultant d’une percussion violente. La fracturation distale est corollaire de la fracturation oblique (fig. 85, no 4).

193La notion de siret, typologiquement bien définie dans des travaux de référence (Brézillon 1968), est celle retenue dans cette étude.

194Outre les altérations décrites précédemment, il existe deux types de modifications pouvant correspondre soit à un geste technique, soit à l’usage et qui se retrouvent fréquemment dans les ensembles étudiés :
– esquillement : fines écailles successives, ponctuelles, continues ou discontinues localisées sur le bulbe, sur un contrebulbe ou sur l’arête formée par deux plans. Les esquillements peuvent correspondre à des percussions répétées ou au résultat de percussions violentes, voire d’un type spécifique de percussion (posée sur enclume ?) (fig. 86) ;
– esquillement « en gorge » : fines écailles successives continues, bifaciales ou unifaciales entraînant la formation d’une petite échancrure concave. Cette dernière est d’une largeur supérieure à 1 mm, son profil transversal est subhorizontal. Elle peut correspondre à une utilisation spécifique, non déterminée.

FIG. 86 ‒ Traces superficielles reconnues sur le matériel débité en fonction des supports.

4.8.2 Validation des ensembles lithiques

195Les produits de débitage sont les témoins indépendants d’instants ponctuels de taille. Le matériel décompté résulte donc d’un nombre indéfini de débitages. Même si aucune chaîne opératoire continue n’a pu être mise en évidence par des séries de remontages, on remarque la présence de nombreuses pièces témoignant des diverses étapes de la même chaîne opératoire. À l’échelle d’un site, des processus complets ou fragmentaires de taille sont reconstituables par les seules observations et sériations du matériel archéologique. Il est bien évident que pour confirmer les étapes de ces chaînes techniques, d’autres études lithiques des phases expérimentales sont indispensables.

196Les ensembles ont été abordés dans leur globalité, aucune variation typologique ne permettant d’isoler un groupe spécifique lié à une implantation. L’importance du matériel varie toutefois d’un site à l’autre (sondage ou site décapé).

197Les comparaisons de mobilier entre sites se font d’abord selon un critère quantitatif (échantillons de même taille) avant d’atteindre le niveau qualitatif (attribution typologique). La présence de certains supports apparaît comme significative ou prépondérante sur certains sites. Les distributions typologiques du mobilier en fonction de sa représentativité et du matériau sont des facteurs non négligeables qui permettent tout à la fois de comprendre la spécificité de chaque site (si elle existe) et le traitement particulier de la matière première si spécialisation technique il y a, spécialisation à interpréter en terme culturel et/ou chronologique. Sur les sites 13, 172, 223 et 230, toutes les catégories typologiques sont identifiées. Seul, le quartzite échappe à cette généralisation, il est spécifiquement rattaché au site 230.

4.8.3 Les ensembles étudiés

198On distingue trois ensembles selon leur nature pétrographique : le quartz, le quartzite et les roches magmatiques. Ce dernier groupe abrite une sous‑catégorie définie par un trait technologique antérieur à la taille : le polissage (fig. 87). À l’intérieur de chaque ensemble, les produits de débitage sont répartis en classes génériques : éclat (fig. 88), éclat indéfini (fig. 89), casson (fig. 90) et éventuellement fragment ou éclat d’approvisionnement. Si certaines attributions typomorphologiques sont douteuses, elles sont signalées.

FIG. 87 ‒ Fréquence des différents types de supports présents parmi les produits de débitage.

FIG. 88 ‒ Fréquence des éclats en fonction des supports.

FIG. 89 ‒ Fréquence des éclats indéfinis en fonction des supports.

FIG. 90 ‒ Fréquence des cassons en fonction des supports.

4.8.3.1 Le quartz débité

199Il s’agit de l’échantillon le plus important de la collection lithique. Il regroupe 926 individus. Les cassons représentent près de 65 % du mobilier ; la fréquence des deux autres classes (éclats et éclats indéfinis typologiquement bien isolés) est relativement importante comparativement aux situations observées lors d’expérimentations (Prous 1990). Sur un support de qualité (type quartz hyalin), les stigmates de taille seront aisément identifiables, mais la nature de la matière première est variable et n’offre pas toujours une bonne aptitude au débitage. De nombreux nodules sont fissurés et la fracturation suivra ces plans de faiblesse. La patine est peu, voire non marquée sur ce type de matière première. La quantité des artefacts collectés est variable selon les sites.

Les éclats
  • 3 L’indice de fréquence « fi » correspond au rapport entre l’échantillon testé et l’ensemble du group (...)

200L’effectif de cette classe est de 142 individus répartis sur 13 sites (tabl. xi). La fréquence la plus importante a été identifiée sur le site 230 (fi = 0,6)3, viennent ensuite les sites 223, 172 et 20, les autres implantations de plein air rassemblant moins de 4 % d’éclats de quartz.

201Le critère longueur est distribué dans les classes de répartition 20‑30 mm et 30‑40 mm (fi = 0,64), la largeur moyenne des éclats étant d’environ 20 mm, ils atteignent exceptionnellement 50 mm. Le poids moyen est de 5 g mais peut varier jusqu’à 20 g (9 % des éclats) (fig. 91, nos 1‑11, 14).

FIG. 911‑11 éclats sur quartz (230) ; 1213 éclats sur quartzite (230) ; 14 éclat sur quartz (230) ; 1516 éclats sur quartzite (230).

202Certains types d’accidents de taille sont fréquents sur ces produits de débitage, le plus courant est la fracturation distale, opposée au talon, suivie de la fracture oblique dont l’importance semble totalement aléatoire, liée tant au type de percussion qu’à la nature du matériau.

203L’emploi secondaire de ces éclats n’est pas aisé à identifier. En effet, seuls 9 % de cet ensemble porte des stigmates de retouche qu’il est difficile d’attribuer à un débitage volontaire ou à des traces d’utilisation. Les pièces esquillées sont plus nombreuses (31 % des éclats), elles le sont généralement à partir du talon vers l’avers, situation imputable à la technique de taille. Si le type de support masque partiellement les stigmates de débitage, le bulbe est clairement identifiable et généralement diffus. Le profil des éclats est droit à très faiblement arqué.

Les éclats indéfinis

204Ils sont au nombre de 176 répartis sur 13 sites (tabl. xi). Les éclats indéfinis sont les plus nombreux sur le site 230 (111 pièces). Sur les autres implantations de plein air, leur fréquence est inférieure à 10 à l’exception du site 260 où, au nombre de 21, ils représentent près de 25 % du mobilier taillé en quartz. Le module dimensionnel moyen est de 3 x 2,5 x 1 cm pour un poids de 10 g.

205À l’image des éclats, les accidents de taille les plus fréquents sont la fracturation distale (33,9 % des cas), le pseudo‑siret (10,9 %) et la fracturation oblique (9 %), accidents liés tant au type de percussion qu’à la nature du matériau.

206Les traces de retouches ou d’utilisation n’affectent pas plus de 7 % des éclats, alors que 39 % des pièces sont esquillées, de manière préférentielle sur le talon, situation à attribuer au type de percussion employée, vraisemblablement sur enclume.

Les cassons

207L’effectif de cette classe est de 608 individus répartis sur 26 sites (tabl. xi). La fréquence la plus importante est identifiée sur le site 230 (fi = 0,56). Le module dimensionnel moyen est de 8,8 cm3. Le critère longueur est distribué dans les classes de répartition 20‑30 g et 30‑40 g (fi = 0,64). Le poids varie de manière préférentielle d’1 à 20 g (fi = 0,8), mais la classe 1‑10 g reste la plus fréquentée (fi = 0,61).

208Quelques cassons (4,6 % de l’échantillon) supportent des traces de débitage ou d’utilisation. Enfin, à l’image des éclats simples et des éclats indéfinis, 32,2 % de cet ensemble supportent des esquillements, situés de manière préférentielle à la jonction de deux plans dont l’un a valeur de talon.

209Plus généralement, l’échantillon regroupe près de 22 % d’éclats (qu’ils soient simples ou indéfinis) offrant les traces d’un débitage bipolaire et 7 % de produits de débitage à bulbe opposé. En outre, 35 % des éclats portent des stigmates liés à une fracturation violente. L’ensemble de ces paramètres, même s’ils n’impliquent pas l’utilisation systématique de la technique de débitage sur enclume, la suggèrent fortement. Cette méthode suppose l’existence d’un stéréotype de taille et donc d’un geste conscient même si cette chaîne opératoire laisse une grande part de hasard dans la forme même de l’éclat. Ce type de taille est propre au support. Pour les autres produits de débitage (sur quartzite ou sur roches magmatiques), leur obtention ne semble pas soumise aux incertitudes de percussions anarchiques ; là encore, la présence d’un « stéréotype » implique un geste défini. Nous signalerons enfin la présence d’un seul éclat simple supportant un polissage bifacial unilatéral, constituant un côté mousse, découvert sur le site 230.

4.8.3.2 Le quartzite débité

210Le mobilier débité sur quartzite regroupe un échantillon de 136 individus se répartissant en trois catégories : les éclats, les éclats indéfinis et les cassons. Les éclats et les cassons sont majoritaires (126 individus) ; la présence d’éclats indéfinis reste anecdotique (4,5 %).

211La nature du support offre des aptitudes spécifiques au débitage. Il s’agit pour la quasi‑totalité de l’échantillon de matière première brun‑rouge à noir, à grain fin, de bonne qualité. La lecture des différents stigmates de taille est aisée. Les surfaces portent une patine peu accentuée pouvant parfois donner un aspect opalescent à la roche.

212L’ensemble provient de trois sites, toutefois, il faut signaler que l’implantation 230 regroupe près de 97 % du mobilier (tabl. xi). On y retrouve toutes les étapes du débitage, du nucléus à l’outil sur l’éclat. Si la matière première est de qualité homogène, aucun remontage n’a pu être effectué (à l’exception de deux cassons) pour mettre en évidence, soit la présence d’un atelier de débitage, soit la taille d’un bloc unique dont les éclats se seraient trouvés dispersés dans une zone limitée du site.

Les éclats

213On dénombre 71 individus (46 % de l’échantillon), leur module moyen est de 11,5 cm3 (tabl. xii). Le critère longueur se répartit dans les classes 20‑30 mm et 30‑40 mm (fi = 0,59). Le poids se situe entre 1 et 10 g (fi = 0,57). Les talons sont essentiellement lisses. Leur dimension moyenne est de 22 x 8 mm (fig. 91, nos 12, 13, 15 et 16). On remarque la présence de rares talons linéaires ou punctiformes (7 individus) (fig. 92). Deux éclats ont un point d’éclatement opposé. Les accidents de taille sont fréquents qu’il s’agisse de charnières (11 %) (fig. 93), d’éclats outrepassés (13,1 %) ou de sirets (13,1 %). 32,8 % des éclats portent des traces de percussion violente sous forme de fissurations irradiant en étoile à partir du bulbe (19 %) ou de fracturations distales perpendiculaires à l’axe du débitage (13,8 %). 36,9 % des éclats présentent un esquillement visible à la jonction du talon et de l’avers (87 % du mobilier esquillé). Ces stigmates sont aisément reconnaissables sur ce type de support. Ils pourraient, après une phase expérimentale, être de bons indicateurs du mode de débitage et des percuteurs utilisés, un percuteur dur pourrait être à l’origine de telles cicatrices. Enfin, aucun indice morphologique ne permet de déterminer l’emploi de la percussion posée sur enclume.

FIG. 92 ‒ Fréquence des différents types de talons d’éclats en fonction des supports.

FIG. 93 ‒ Fréquence des différents types d’accidents de taille recensés en fonction des supports.

214Cet ensemble ne correspond pas uniquement à la production volontaire d’éclats. L’un des éclats porte des traces répétées de percussion sur son talon convexe, il correspond vraisemblablement à un fragment de percuteur fracturé en cours d’utilisation. Quatre éclats portent des traces d’usage (poli d’usure) mais aussi des retouches rasantes à semi abruptes, directes et inverses, discontinues.

Les éclats indéfinis

215Ils sont au nombre de 6, uniquement présents sur le site 230. C’est une petite population présentant une grande variation. Le module moyen est de 25 cm3, critère dimensionnel qui l’isole totalement des deux autres catégories. Le poids évolue entre 4 et 84 g. Les talons sont lisses, cinq d’entre eux sont non corticaux. Deux éclats sont esquillés sur l’avers à partir du talon. Un éclat indéfini supporte des traces de percussion violente et une fracturation distale.

Les cassons

216Ils sont au nombre de 65 (49 % de l’échantillon) et sont présents sur les sites 230 et 273 (tabl. xi). Le module dimensionnel moyen est de 12,5 cm3. Le critère longueur est distribué dans des classes de répartition dispersées : 20‑30 mm (fi = 0,23), 30‑40 mm (fi = 0,20), 40‑50 mm (fi = 0,30). Cette situation est liée à la nature même du produit qui correspond à un accident de fracturation. Comme pour la catégorie des éclats, le poids se situe dans la classe 1‑10 g (fi = 0,49). Il évolue jusqu’à 102 g, mais dans cet extrême dimensionnel, sa dispersion est importante. 16,3 % des cassons sont esquillés à la jonction de deux plans formés par des négatifs d’enlèvements.

217Un casson supporte des traces répétées de percussion sur une surface convexe, on peut l’identifier comme un fragment de percuteur.

218Enfin, nous soulignerons que trois cassons et un éclat indéfini ont subi une action thermique violente qui a entraîné la fissuration de la roche.

4.8.3.2 Les roches magmatiques débitées

219L’effectif de cette famille est de 212 individus répartis sur 14 sites (tabl. xi). Le site 230 en regroupe près de 65,7 %, le site 172, 8 %. La présence de produits de débitage sur roche magmatique est anecdotique sur les autres sites.

220Le mobilier est caractérisé par une importante patine superficielle masquant la qualité de la matière première. Après fracturation d’un ensemble de fragments, nous avons identifié au moins un matériau à grain fin de couleur gris‑verdâtre, identique à une roche magmatique de type dolérite.

221On distingue quatre classes, les éclats, les éclats indéfinis, les cassons et les éclats d’approvisionnement.

Les éclats

222On en décompte 75 répartis sur 9 sites, c’est sur le site 230 que leur fréquence est la plus importante (fi = 0,62) (tabl. xi).

223Le module dimensionnel moyen est de 12 cm3. Le critère longueur est distribué dans les classes de répartition 20‑30 mm et 30‑40 mm (fi = 0,64). Le poids s’inscrit de manière préférentielle dans les classes 1‑10 g et 10‑20 g (fi = 0,78), mais la classe 1‑10 g regroupe à elle seule 46 % des éclats. La totalité des talons est lisse (fig. 92). Leur dimension moyenne est de 26 x 7 mm. Comme pour les autres ensembles étudiés, on dénombre de rares talons linéaires ou punctiformes.

224L’état de surface du matériau ne permet pas de lire correctement l’ensemble des stigmates de taille. Les traces de percussion violente sont rares : 6 éclats supportent soit des fissurations en étoile, soit une fracturation oblique, soit une fracturation distale. Parmi les accidents de taille (fi = 0,38), les éclats outrepassés sont les plus nombreux (fi = 0,12) (fig. 93).

22524 % des éclats sont esquillés, essentiellement à partir du talon vers l’avers, ces stigmates pouvant correspondre à une percussion au percuteur dur. Cette remarque est généralisable à l’ensemble des supports vu la représentativité des esquillements localisés à la jonction entre le talon et l’avers.

226Les outils sur éclat ou les éclats utilisés sont rares, 3 éclats ont des retouches abruptes à rasantes, bifaciales, unilatérales ou bilatérales. Un des éclats retouchés peut être identifié comme denticulé, un autre comme un grattoir. Enfin, deux éclats ont un émoussé latéral pouvant correspondre à un poli d’utilisation.

Les éclats indéfinis

227On en dénombre 18 (7 % de l’échantillon) répartis sur cinq sites (tabl. xi). La plus forte fréquence est enregistrée sur le site 230 (fi = 0,62). Le critère longueur est distribué dans des classes de répartition très dispersées, la variation s’échelonne entre 1 et 130 mm, pour cette raison, nous ne traiterons pas du module dimensionnel moyen qui perd toute valeur face à l’hétérogénéité du paramètre longueur. Le poids évolue de 6 à 138 g sans classe préférentielle.

228Tous les talons sont lisses et généralement non corticaux (à l’exception de trois individus). Leur dimension moyenne est de 43 x 13 mm. Des stigmates liés à une percussion violente ou à un accident de taille n’ont pas été observés, à l’exception d’un éclat outrepassé. Enfin, deux éclats sont retouchés unifacialement et l’un d’eux porte un léger poli d’usage.

Les éclats d’approvisionnement

229Cette classe apparaît uniquement dans l’ensemble des roches magmatiques. 3 éclats ont été décomptés. Il s’agit d’artefacts débités à partir de boules de dolérite affleurant sur un saut (site 80) localisé sur une petite crique, affluent du Sinnamary (Crique Saut) (fig. 94). Morphologiquement proches des éclats de débitage, leur lieu de découverte ainsi que leur taille les font apparaître comme d’éventuels éclats de test dans une perspective d’approvisionnement en matière première.

230Leur poids varie de 1 000 à 3 000 g, leur longueur de 127 à 240 mm. Le module moyen est de 1 909 cm3. Les talons sont lisses et corticaux. L’un des bulbes a un conchoïde très accentué, un autre est diffus, le troisième a été emporté au cours du débitage.

FIG. 94 ‒ Négatifs d’éclats d’approvisionnement sur un affleurement de dolérite à l’emplacement du site 80.

Les cassons

231L’effectif de cette classe est de 119 individus répartis sur 15 sites (tabl. xi). La fréquence la plus importante a été enregistrée sur le site 230 (fi = 0,63), viennent ensuite les sites 172 (fi = 0,09) et 13 (fi = 0,07). Le module moyen est de 13,5 cm3. Le critère longueur connaît sa fréquence la plus importante dans les classes 30‑40 mm et 40‑50 mm (fi  = 0,49). Les classes pondérales préférentielles s’étagent entre 1 et 20 g (fi = 0,77).

2327 cassons ont des enlèvements périphériques unifaciaux ou bifaciaux, continus ou ponctuels, semi‑abrupts, identifiables comme des retouches ou des esquilles liées à l’utilisation. Sur 62 % des cassons, l’aspect superficiel de la roche est très altéré. La détermination comme nodule naturel ou fragment sans trace de débitage mais issu d’un support transformé est difficile. C’est leur présence sur les sites archéologiques et la nature de la matière première qui tendent à les faire identifier comme mobilier archéologique. Après fracture des supports, on reconnaît une roche à grain fin, variant du gris au brun vert, identique à un support magmatique employé pour la réalisation des outils polis (dolérite).

233Quelle que soit leur morphologie, les produits de débitages sont présents, mais aucun support (nucléus) n’a été identifié. Le seul mobilier réalisé sur un matériau identique est composé d’outils polis (hache, ciseau, marteau...) portant des négatifs d’enlèvements ayant précédé le polissage. Les produits débités correspondent vraisemblablement aux résidus de la mise en forme de ces outils. Même si les modules dimensionnels isolent chacune des classes –éclat, éclat indéfini, casson–, une telle sériation à l’intérieur de chaque catégorie n’a pu être effectuée. Elle pourrait permettre d’isoler des éclats spécifiques d’une étape d’une chaîne opératoire.

234Malgré la taille réduite de l’échantillon, cette situation peut retranscrire une absence de régularité dans la succession des enlèvements. Le débitage concourrait alors à une mise en forme approximative du nodule.

235Enfin, la fréquence des outils sur éclat est rare et ne permet pas de percevoir une recherche, par les artisans, d’un module dimensionnel ou d’une technique liée au support.

4.8.3.4 Les roches magmatiques débitées portant des traces de polissage

236Le critère d’appartenance à cette famille est la présence d’une surface polie sur l’avers ou parfois sur le talon. La morphologie même de l’éclat peut nous renseigner sur la nature du support (hache, marteau...) dont il est issu. Seules des roches magmatiques ont été employées comme matière première. Elles sont de bonne qualité, à grain fin. La patine superficielle est peu accentuée. Tous ces paramètres rendent la lecture typomorphologique aisée. L’effectif de cette catégorie est de 52 éléments répartis sur 14 sites (tabl. xi) ; les plus fortes densités étant enregistrées sur les sites 172 (13 %) et 230 (36 %). Il faut remarquer que toutes les implantations décapées ou fouillées sur des surfaces supérieures à 100 m2 ont livré ce type de matériel. Le mobilier poli est réparti en éclats/fragment d’éclats (59 % de l’échantillon) et casson.

Éclats et fragments d’éclats

237Ils sont au nombre de 31 et proviennent de 10 sites (tabl. xi). Le site 172 regroupe 29 % des individus tandis que le site 230 en rassemble 32 %.

238Le module dimensionnel moyen est de 9 cm3. Toutefois, pour les critères longueur, largeur et épaisseur, les classes de répartition montrent une très grande dispersion due tant à la taille de l’échantillon qu’à la diversité de provenance des individus qui le composent. La classe pondérale préférentielle est 1‑10 g (fi = 0,65). Les classes supérieures (variation d’1 à 78 g) sont représentées par des individus isolés.

239Les talons sont soit lisses sans trace de polissage (43,5 %), soit réalisés sur un côté d’objet poli (rencontre de deux plans perpendiculaires, 30,5 %), soit débités à partir d’un tranchant poli (41,3 %). Leur module moyen est de 17 x 6,5 mm (tabl. xii). La conchoïde formée par le bulbe est peu marquée. Trois éclats ont une courte fracture distale qui ne se rattache pas à d’autres indices liés à une percussion violente.

240Comme sur les autres catégories de mobilier débité, des esquillements sont visibles, 12,9 % de l’effectif en porte à la jonction du talon et de l’avers ou à la jonction de deux plans localisés sur l’avers de l’éclat (arête séparant un négatif d’enlèvement d’un plan poli). Enfin, quatre éclats portent une retouche directe, semi‑abrupte à abrupte parfois écailleuse. Sur un individu, elle forme une coche peu profonde. Les fragments d’éclats sont uniquement composés d’extrémités distales ou latéro‑distales.

Les cassons

241Ils sont au nombre de 21 (40,3 % de l’échantillon) et proviennent de 7 sites (tabl. xi). Il n’existe pas de classe de répartition préférentielle tant au niveau pondéral que dimensionnel. La dispersion des individus est importante. Le module général est de 8,5 cm3 pour un poids moyen de 12,5 g. Les cassons semblent correspondre à une fragmentation aléatoire des nodules : fragment de côté d’outil poli ou tranchant de hache. Si ce matériel ne porte généralement aucune trace d’aménagement ultérieur (retouche), un casson a été modifié par un polissage partiel sur ses trois faces de fracture ; cette démarche peut être attribuée à une attitude « opportuniste » des techniciens amérindiens.

242La diversité d’origine de cette famille typologique tout comme sa disparité morphologique (taille, poids) ne permettent pas d’effectuer de sériation. Qu’il s’agisse d’éclat ou de casson, la nature du support d’origine (marteau, hache, etc.) ne peut être déterminée que par un élément spécifique, à l’image d’un tranchant. Émettre une hypothèse sur la volonté d’une production d’éclats polis ou sur celle d’un débitage en vue d’un ravivage ou d’une transformation d’outil poli n’est pas envisageable. On peut toutefois signaler que 41,9 % des avers d’éclats polis présentent des négatifs d’enlèvements sans patine différentielle. Enfin, aucun indice morphologique n’atteste de la percussion posée sur enclume pour ce type de support. Une telle constatation, qui ne se limite pas à cette catégorie mais englobe aussi celle du mobilier sur quartzite, peut induire une spécialisation de la technologie en fonction des matières premières.

4.9 Caractérisation typologique des sites

243Quand la caractérisation typologique du mobilier lithique est possible, elle se fait dans une perspective tant culturelle que chronologique. Plusieurs éléments sont indispensables à cette sériation : des échantillons de mobilier numériquement importants, des sites offrant le même type d’approche (décapage d’importance équivalente), enfin une attribution chronologique nette. Tous ces éléments ne sont pas rassemblés sur les implantations que nous avons étudiées, mais si nous ne pouvons pas parler de caractérisation chronotypologique des sites amérindiens, nous aborderons cependant les variations enregistrées à l’échelle inter et intrasites.

4.9.1 Répartition du mobilier poli

244In situ, le mobilier poli est réparti sur 18 implantations de plein air. Si l’on prend l’exemple du mobilier poli à tranchant, les lames de hache proviennent, pour 88 %, du fond du lit du fleuve. Seuls les trois grands décapages (sites 13, 223 et 230) ainsi que deux sondages (sites 14 et 106) ont livré ce type d’objet ; c’est le site 230 qui a offert le plus de lames de hache (10 artefacts).

245Typologiquement, les formes identifiées sur les implantations amérindiennes sont des galets à tranchant (forme absente de la collecte de fond de rivière), des lames de haches à oreilles en bouton, des lames quadrangulaires à encoches, des lames quadrangulaires simples, des lames quadrangulaires à tranchant large, des lames pétaloïdes, des lames à tranchant droit ; tous ces outils sont reconnus de manière anecdotique et leur fréquence est ponctuelle (1 à 4 outils).

246Les outils polis autres que les haches, avec ou sans tranchant, constituent 9,3 % des outils collectés en fond de cours d’eau, l’essentiel provenant d’implantations de plein air et plus particulièrement du site 230 (59 outils). Par ordre d’importance de fréquence du matériel poli, sont ensuite représentés les sites 14 (22 outils), 13 (17 outils) et 172 (9 outils). À site équivalent, la présence de tels objets est négligeable sur le site 223 où un objet poli a été mis au jour.

247Morphologiquement, ce sont les pseudo‑haches à tranchant débité ainsi que les molettes ovalaires sur galet et les macromolettes qui sont les plus représentées.

248En fond de rivière, de nombreuses formes typologiques découvertes en situation archéologique ne sont pas reconnues à l’exception des pseudo‑haches à tranchant débité, des marteaux sur plan fracturé, des pseudo‑haches‑marteaux à encoches et à latéral concave, des fuseaux et des molettes rectangulaires. Le ramassage en fond de cours d’eau est sélectif et nous ne connaissons pas la valeur chronologique et encore moins la raison de l’abandon de ces outils.

249Sur les sites 13, 172, 223 et 230, l’absence de certaines formes typologiques pourrait permettre de dissocier les implantations. Ainsi, les sites 13, 223 et 230 contenaient des lames de hache ; seul le site 172 n’en a fourni aucune. Les autres outils polis, moins spectaculaires, se retrouvent sur les sites 13, 172 et 230, à l’exception du site 223 qui n’offre qu’un fragment de latérite identifié comme nodule à pigment. Enfin, au‑delà de ces implantations plus largement échantillonnées, le site 14 a révélé de multiples supports polis qu’il s’agisse de cylindre, de lissoir, de molette ou de tranchet, cette situation le rapproche des sites précédemment évoqués et plus particulièrement du site 172 ; comme sur ce dernier, aucune lame de hache n’a été découverte bien que ces deux implantations soient proches d’importants sites à polissoirs.

4.9.2 Répartition du mobilier taillé et percuté

250Ce mobilier est réparti sur 15 implantations de plein air. À l’image du matériel poli, c’est sur le site 230 que la plus grande quantité de matériel taillé et percuté/ martelé a été découverte. Cette implantation rassemble près de 58 artefacts, puis sont représentés les sites 14 (14 outils), 16 (13 outils), 223 (11 outils), 172 (9 outils) et 13 (7 outils). Sur les autres implantations, la fréquence de ce mobilier est rare.

251Certaines formes sont fréquemment représentées sur de nombreux sites, il s’agit des percuteurs et des percuteurs‑marteleurs. D’autres objets sont plus anecdotiques à l’image des percuteurs sur nucléus ou des blocs à cupules percutées. Ces outils se retrouvent systématiquement sur le site 230.

252Après étude du mobilier et de sa répartition, aucun site ne se caractérise véritablement. Toutefois, sur les implantations 13, 223 et 230, des enclumes ont été découvertes, attestant au moins de la technique de la percussion posée et/ou du broyage à l’aide d’un pilon dur.

4.10 Les polissoirs

4.10.1 Historiographie régionale

253Dans la zone du plateau des Guyanes, les sites à polissoirs sont largement connus et publiés depuis la fin du xixe s. Il suffit de citer pour mémoire quelques noms qui jalonnent cette recherche : F. Geay, H. et P. Reichlen et plus récemment É. Abonnenc. Toutefois, il faut attendre les années 80 pour qu’une étude typologique soit entreprise dans la zone littorale. Elle est le fait d’A. Cornette (1985c) et s’est poursuivie dans la forme et l’esprit grâce aux travaux de S. Rostain (1986a ; 1994a), A. Loncan (1985) et G. et M. Mazière (1994).

254Deux régions se distinguent. La plaine côtière comporte un nombre important d’affleurements rocheux sur les plages et dans la partie basse des fleuves, situation unique car, des trois Guyanes, seul notre département offre un tel paysage à même de satisfaire à l’installation d’ateliers de polissage sur le littoral. Quant à la zone intérieure, elle abrite de multiples sites naturels le long de son réseau hydrographique.

255Les sites à polissoirs n’avaient pas, jusqu’alors, fait l’objet d’un inventaire systématique sur le cours d’un fleuve dans sa partie moyenne et haute. Dans ce contexte, la sériation des polissoirs conduit à considérer ces implantations comme un tout, au même titre que les sites de plein air (Jérémie, Vacher 1992d).

4.10.2 Définition

256Les sites à polissoirs sont définis comme des affleurements rocheux de tailles diverses, généralement unitaires mais pouvant parfois présenter des blocs déchaussés. Ils supportent une ou plusieurs traces d’abrasion en forme de cupules de types différents. C’est autant la cupule que le support sur lequel elle est localisée qui est à considérer comme site, ce dernier résultant uniquement d’une activité technologique, le polissage. Le polissoir agit à la fois « comme moule et comme meule » (Rostain, Wack 1987). La constante morphologique des types de polissoirs résulte d’une standardisation de la technique. La finalité du « gabarit » est donc d’obtenir des objets polis grâce « au frottement de la pierre sur le rocher dans un mouvement rotatif ou alternatif rectiligne » (Rostain, Wack 1987), quant à l’eau, elle permet d’évacuer les particules fines abrasées. En outre, la roche est aussi utilisable pour râper de la matière végétale ou minérale pulvérulente (type pigment) ; l’usure laissée par l’utilisation pourrait correspondre à une forme de polissoir retrouvée sur les ateliers (à l’exemple des surfaces abrasées). Cette définition, très générale, peut s’appliquer à la fois à des polissoirs dormants et mobiles. Mais, elle peut être affinée grâce à l’ajout de données liées pour partie à l’environnement : type de roche, géographie, etc. C’est par le biais de cette caractérisation qu’il est possible de mettre en évidence des traits culturels, à l’échelle régionale.

257Enfin, après étude des outils polis, nous pouvons différencier deux étapes de polissage réalisées soit par des polissoirs fixes soit par des polissoirs mobiles. La première phase, que nous définissons comme « polissage primaire » correspond à l’abrasion d’un support naturel, taillé et/ou bouchardé en vue de la mise en forme d’un outil poli. Le « polissage secondaire » concorde avec une autre phase de polissage, postérieure à l’utilisation de l’outil abrasé ; il correspond soit à du réaffûtage, soit à une modification morphologique de l’artefact poli. Toutefois, cette différenciation, lisible sur l’outil, n’est pas perceptible sur les polissoirs.

4.10.3 Méthodologie

258L’inventaire des polissoirs passe par deux types de collecte de données : tout d’abord un recensement et une localisation systématique de tous les affleurements disponibles sur le cours d’eau testé, ensuite un enregistrement de chacune des formes émergées grâce à la prise de quelques mesures standard : longueur, largeur, profondeur, dénivelé. S’y adjoignent parfois des relevés photographiques et un ou plusieurs prélèvements lithiques systématiques sur chaque affleurement, qu’il soit ou non support de polissoirs.

259L’ensemble des paramètres dimensionnels, à valeur d’échantillons, est ensuite testé dans sa globalité pour certains éléments : usure, type d’abrasion, etc. ou plus spécifiquement pour chacune des catégories typologiques reconnues lors du recensement.

260Le volume moyen enlevé par l’abrasion correspond au produit longueur/largeur/profondeur. Face à un vaste échantillon et parallèlement à une phase expérimentale de polissage, le volume des polissoirs pourrait être utile pour déterminer des sous‑catégories à l’intérieur d’un même ensemble morphologique, sous‑catégories à interpréter en terme technique (temps d’utilisation, taille de l’objet poli), ces variations pourraient servir à mettre en valeur des superpositions d’utilisation de gabarit, dans le cas où cette hypothèse serait envisageable.

4.10.4 Les choix de supports

261Les affleurements se composent essentiellement de roches cristallines (diorite, gneiss, gabbro) ou éruptives (granité, dolérite), qui font plus largement partie du groupe des roches magmatiques que l’on retrouve sur le bassin du Sinnamary (in litteris) (fig. 95). Elles se présentent indifféremment sous forme de boules ou de rocs anguleux dont certains forment de véritables « tables » de travail pour le technicien. Les surfaces sont peu régulières, plus ou moins obliques, concaves à convexes. Elles peuvent se desquamer en grands fragments peu épais ou être largement fissurées. La morphologie spécifique d’une roche peut être mise à profit pour y installer un polissoir, citons par exemple des fuseaux qui trouvent leur origine dans une concavité superficielle ménagée par une fissure. Dans d’autres cas, l’altération de la surface n’est pas une entrave à un polissage perpendiculaire au sens de fracturation de la roche. L’érosion fluviatile peut agir aussi comme un agent abrasif dont l’intensité, même si elle est faible, reste continue.

FIG. 95 ‒ Représentativité des types de matières premières sur les sites à polissoirs.

FIG. 96 ‒ Polissoir circulaire réalisé sur une roche veinée de quartz et présentant une forte érosion sur le site 52.

FIG. 97 ‒ Érosion d’un site à polissoirs par desquamation de la surface de la roche.

  • 4 – Par exemple, sur le site 114 (Saut Deux Roros) des polissoirs sont réalisés simultanément sur du (...)

262Sur un même affleurement, des granites, des dolérites et des veines de quartz peuvent voisiner sous forme de strates juxtaposées et leur utilisation simultanée ne semble avoir posé aucun problème aux artisans4 (fig. 96). Cependant, la qualité d’un matériau offre une importante variabilité dans un même ensemble. La situation est semblable pour l’érosion qui évolue en fonction du support et des contraintes naturelles liées à la situation de la cupule par rapport à la surface de l’eau ou à une zone d’ensoleillement important. Ce sont quelques‑uns des paramètres qui sont à l’origine de la disparition ou de l’atténuation des surfaces des polissoirs avec le temps (fig. 97).

263La technique du polissage implique l’utilisation d’un abrasif adapté ce qui, géologiquement, se traduit par l’emploi de roches à grain plus ou moins fin. La granulométrie et la résistance du matériau devraient primer sur la nature du support, la lithologie n’intervenant pas comme une contrainte directe dans la chaîne opératoire. Mais, la volonté du technicien de s’installer dans un endroit précis ne semble pas si aisément rattachable à la qualité minérale ou morphologique de la roche abrasive.

4.10.5 Dispersion des sites

264À l’échelle d’un bassin versant, les sites sont indissociables de la présence d’affleurements et leur répartition est à l’image de la distribution géographique des roches, l’existence de ces dernières n’impliquant cependant pas systématiquement l’existence d’un ou de plusieurs sites à polissoirs (fig. 98).

FIG. 98 ‒ Cartographie des affleurements visités, marqués par un trait gras, sur les secteurs 31 et 33 et localisation des sites à polissoirs inventoriés.

265L’emplacement de certains supports les rend inaccessibles quelle que soit la période de l’année. Des portions du fleuve sont totalement dépourvues de roches ; c’est le cas sur les 9 km séparant Petit Saut de Crique Saut (étiage 1992, 1993). Cet état ne signifie pas une absence de population car rien ne permet d’établir un lien entre le support virtuel, la cause de l’installation du site à polissoirs et l’habitat.

266Il existe une zone particulière, le saut, qui agit comme « catalyseur technologique ». En effet, le foisonnement des supports permet potentiellement une utilisation importante du lieu dans une perspective artisanale. À ce titre, ils peuvent attirer un individu ou une population spécialisée.

267L’affleurement supportant le ou les polissoirs peut se trouver en divers endroits : dans un lieu caché entre des blocs élevés, sur un site dominant largement le fleuve et formant plate‑forme ou encore en berge près d’un éventuel chemin de portage. Le choix de la situation ne semble donc pas uniquement dicté par la qualité de la roche. D’autres facteurs interviennent, beaucoup plus subjectifs, à l’image de l’esthétisme, de la convivialité du lieu, ou encore de son aspect protégé. Quant à la forêt de terre ferme, elle n’a pas fourni de site à l’exception des polissoirs portatifs ou mobiles.

268L’unique information sur laquelle il soit possible de raisonner quand on parle de localisation d’ateliers de polissage est donc la distance entre chacun des affleurements anthropisés. Cette notion ne fournit pas un schéma des aires préférentielles d’installation mais plutôt un état approximatif de la pénétration des populations sur un bassin versant, en fonction d’une activité technologique. À l’image des implantations de plein air, mais de manière plus exhaustive (sur les grands axes fluviaux), la reconnaissance de ces ateliers fournit une vision des déplacements des populations selon les deux axes cardinaux, parallèles ou perpendiculaires à l’ensemble des bassins versants. La répartition suit le cours du fleuve, elle ne permet en rien de dissocier un site de l’ensemble auquel il appartient afin de saisir ses relations avec son environnement propre. Les sites à polissoirs sont reconnus dans l’ensemble du moyen et du haut cours du Sinnamary (fig. 1, dépl. en fin d’ouvrage), quelle que soit l’importance des cours d’eau. La distance moyenne de site à site est de 1 250 m et l’éloignement maximal ne dépasse pas 9 000 m.

269Dans la région qui nous concerne, on ne connaît pas les éventuels tabous culturels qui régissaient la fabrication des objets polis. En reprenant certains exemples ethnographiques (Papouasie‑Nouvelle‑Guinée), il est aisé de démontrer l’importance de la phase de polissage et, pour certains groupes, la nécessité d’éloignement entre l’habitat et les polissoirs. Dans cette perspective, la notion de distance entre sites spécifiques (plein air, polissage) est à manipuler avec précaution. Enfin, plusieurs sites à polissoirs peuvent être contemporains et provenir de l’activité d’une même population dont le rayon d’action artisanal n’est pas connu.

270À l’échelle intrasite, nous avons sérié les ateliers de polissage en trois ensembles distincts en fonction de leur représentativité numérique. Si les limites que nous avons fixées sont arbitraires, elles sont avant tout dictées par la disparité des sites à polissoirs. Parmi les 109 sites ayant fait l’objet d’un relevé dimensionnel systématique (Jérémie, Vacher 1992d ; 1993), 30 implantations regroupent un seul polissoir, 47 sites ont de 1 à 9 polissoirs, enfin 32 ateliers supportent 10 polissoirs ou plus (fig. 99). La taille de l’affleurement ne semble pas influencer la taille de l’atelier, dans le cas de petits affleurements (Crique Cabrit) de multiples polissoirs peuvent être repérés, à l’inverse, des sauts de grande taille peuvent ne supporter que quelques gabarits. La représentativité d’un type de polissoir à l’échelle d’un site ou de l’ensemble des ateliers est une notion importante car elle pourrait indiquer des étapes technologiques indispensables et d’autres plus spécialisées, techniquement (adaptées à un support), culturellement ou chronologiquement.

FIG. 99 ‒ Représentativité des sites en fonction du nombre de polissoirs présents.

4.10.6 Typologie des polissoirs

271On distingue :
– le polissoir fixe qui est une surface polie sur un bloc rocheux statique ou un affleurement (fig. 100), in situ, localisé sur un cours d’eau ou en berge de celui‑ci. Sur certains blocs, les formes de polissoirs qui se recoupent permettent de lire une véritable stratigraphie d’utilisation, aucune forme particulière n’est déterminée à partir de ces superpositions ;
– le polissoir mobile est un bloc de roche présentant au moins une surface polie, découvert sur un site archéologique, hors de son contexte géologique. Le polissoir mobile est de grande dimension, généralement non préhensible, posé sur le sol ; il est utilisé comme polissoir « dormant ». Toutefois plusieurs des faces du bloc peuvent avoir été employées. Certaines formes présentes sur des polissoirs fixes n’ont pas été identifiées sur les polissoirs mobiles à l’image des polissoirs coque de bateau ;
– le polissoir portatif est un bloc de petite taille pouvant être tenu en main, sa taille et son poids sont compatibles avec un transport aisé. En outre, ce type de polissoir a une mobilité identique à celle de l’objet à polir, l’artefact peut être maintenu alors que le polissoir portatif est en mouvement.

FIG. 100 ‒ Polissoirs réalisés sur un bloc de roche déchaussé présent sur un saut.

272Qu’il s’agisse d’un bloc de roche statique situé en berge, à terre, dans le lit d’un cours d’eau, d’un polissoir portatif ou d’un polissoir mobile, ces trois types d’outils ont le même nom car ils correspondent à la même technique de transformation.

273Avant de développer les caractéristiques de chacun de ces gabarits, nous reviendrons sur quelques éléments. Les catégories définies constituent des ensembles numériquement hétérogènes, toutefois chaque groupe présente une homogénéité suffisante pour être considéré comme un échantillon représentatif d’une population statistique. C’est le cas pour les polissoirs rayurés et ombiliqués. Regroupant respectivement 23 et 33 polissoirs, ils sont dispersés sur des sites éloignés les uns des autres, leur forme est suffisamment caractéristique pour ne pas être confondue, ils voisinent avec d’autres types de polissoirs bien standardisés.

274Enfin, à l’intérieur d’un polissoir, aucune trace autre que celle du polissage n’a été remarquée.

4.10.6.1 Les polissoirs fixes

275Le nombre des polissoirs fixes s’élève à 2 978 formes dispersées sur 182 ateliers, toutefois seuls 1 461 gabarits provenant de 109 sites ont été enregistrés selon l’ensemble des mesures citées ci‑dessus et ceci pour des raisons d’organisation du travail (tabl. xiii). La démarche méthodologique n’a été fixée qu’à la fin de l’année 1992. Sur certaines implantations, seul un décompte avait été effectué avant cette date ; l’éloignement de plusieurs sites et l’ennoiement cyclique puis définitif de barres de roches n’a pas permis une étude dimensionnelle de certaines formes décomptées. Toutefois, géographiquement et morphologiquement, tous les polissoirs observés sont identifiés. Les polissoirs fixes sont subdivisés en six formes simples et une forme composite (fig. 101).

TABL. XIII ‒ Récapitulatif des sites à polissoirs ayant fait l’objet d’un dénombrement par forme typologique.

FIG. 101 ‒Typologie des polissoirs : 1 surface abrasée ; 2 circulaire ; 3 ovale ; 4 ombiliqué ; 5 fuseau ; 6 coque de bateau ; 7 rayure.

Surface abrasée

276Polissoir sans morphologie standardisée, s’étendant sur une zone plane, sans profondeur par rapport à la surface du rocher (fig. 101, no 1 et 102). Ce type de polissoir, de forme moins accentuée que les autres, n’avait pas été enregistré avant l’opération de Petit Saut (Jérémie, Vacher 1992d). Depuis, il a été recensé sur le littoral guyanais où il est décrit comme une surface polie plate, généralement quadrangulaire, exécutée le plus souvent à flanc de rocher (Mazière 1994). Nous avons identifié 296 formes réparties sur 76,1 % des sites à polissoirs (fig. 103 et 104). Le module dimensionnel moyen recouvre une surface de 599 cm2 ; toutefois, la plus grande dimension peut évoluer de 10 à 70 cm. En terme de volume moyen enlevé, ce polissoir correspond à 899 cm3 de matière minérale (tabl. xiv).

FIG. 102 ‒ Exemple d’une surface abrasée. La surface polie apparaît en blanc sur le cliché.

FIG. 103 ‒ Représentativité intersite des différentes catégories de polissoirs. Ces pourcentages sont réalisés en fonction des 109 sites sur lesquels un dénombrement systématique a été effectué.

FIG. 104 ‒ Représentativité de chacune des catégories de polissoirs par rapport à l’ensemble des polissoirs dénombrés.

Type

Minimale

Maximale

Moyenne

Surface abrasée

10

1350

899

Circulaire

60

6 720

1 570

Coque de bateau

102

9 135

1 841

Fuseau

18

2 240

570

Ovale

24

10 260

1 538

Ombiliqué

380

3 968

1 871

Rayure

13

90

41

TABL. XIV ‒ Valeur moyenne, minimale et maximale, exprimée en centimètres cubes des volumes des différentes catégories de polissoirs, calculée à partir de la longueur, la largeur et la profondeur maximales de chaque cupule.

277La surface abrasée est présente quelle que soit l’importance du site ; elle est reconnue sur 63,3 % des ateliers à 1 polissoir (19 sites sur 30) et sur 90,6 % des sites de plus de 10 polissoirs (29 implantations sur 32). Au sein d’un site, sa fréquence de représentation est en moyenne de 41 %, même si dans les cas extrêmes, elle atteint 100 % (sites à 1 polissoir). Ce type de polissoir est présent à la fois sur des sites qui correspondent à des barres de roches importantes en saison sèche et où des blocs émergent en saison humide, mais aussi sur des rochers isolés ; dans chacun de ces cas et au‑delà de l’idée d’atelier de polissage, un individu peut s’arrêter en cours de progression pédestre ou fluviale afin d’y réaffûter un outil.

278La surface abrasée ne constitue pourtant pas la forme de polissoir la plus représentée en nombre d’individus déterminés. Le rapport subjectif établi entre sa fréquence de représentation sur la totalité des sites, quelle que soit l’importance de ces derniers, et sa présence au sein de chaque atelier révèle vraisemblablement une tendance technologique du polissage. Ce polissoir est soit le résultat d’une étape indispensable dans la chaîne de polissage, soit le témoin de polissages complémentaires, secondaires à la première phase de polissage d’un outil. Les variations du module dimensionnel sont importantes et la forme même est anarchique, ces éléments ne reflètent pas une standardisation du geste mais plutôt une adaptation au support. Toutefois, la présence quasi systématique de ce type de polissoir induit une nécessité technique, qu’elle soit effectuée par le technicien‑fabricant ou par l’utilisateur d’un outil à polir.

Polissoir circulaire

279Polissoir en cuvette de morphologie proche du cercle, l’irrégularité de cette forme géométrique est quasi constante sur tous les gabarits relevés (fig. 101, no 2).

280Le polissoir circulaire est connu sur l’ensemble du département où des ateliers ont été recensés, il a été parfois défini comme « polissoir en cupule ». Nous avons recensé 160 formes réparties sur 34,8 % des sites à polissoirs. Le diamètre moyen est de 24 cm, mesure qui donne ainsi l’amplitude du geste technique. Toutefois les dimensions extrêmes se situent pour la mesure minimale à 10 cm et pour la maximale à 39 cm. En terme de volume minéral ôté par polissage, la moyenne est 1 570 cm3 (tabl. xiv). On remarque qu’avec l’augmentation du diamètre, la profondeur du polissoir s’accentue. Ainsi, les gabarits de petite taille (diamètre inférieur à 24 cm) qui constituent un ensemble de 90 polissoirs, ont une profondeur moyenne de 2 cm. Les formes circulaires de taille moyenne (54 polissoirs) ont une profondeur de 3 cm ; dans le cas de celles de plus de 30 cm (24 polissoirs) la profondeur atteint 4 cm. Exceptionnellement ce paramètre évolue jusqu’à 6 cm.

281Le polissoir circulaire n’est pas identifié sur les sites supportant un unique polissoir. Mais il est représenté sur 25,5 % (soit 12 implantations) des sites dont le nombre de gabarits est compris entre 1 et 10, et sur 81,2 % (soit 26 ateliers) des sites comportant plus de 10 polissoirs (fig. 103 et 104).

282Au sein d’un site, il représente environ 8 % des gabarits décomptés. Toutefois, nous avons remarqué de plus fortes concentrations de polissoirs circulaires sur des sites importants. Par exemple, le site 122 regroupe 28 polissoirs circulaires alors qu’il compte 213 polissoirs. Ce taux de représentation peut parfois atteindre 50 %. Ainsi la rareté de ce type de polissoir, signalée précédemment dans la bibliographie (Rostain 1994a), n’est pas apparue comme telle dans le recensement que nous avons effectué.

283La forme circulaire est relativement homogène malgré quelques cas dimensionnels extrêmes dus vraisemblablement à des outils de grande taille. Par sa morphologie, elle évoque un mouvement d’abrasion circulaire, régulier, correspondant tant à la mise en forme des faces d’un outil quelconque que du tranchant des haches.

Polissoir ovale

284Polissoir en cuvette, de forme oblongue rarement symétrique. Ses extrémités se terminent en ogive plus ou moins marquée (fig. 101, no 3).

285Ce type de polissoir est connu sur l’ensemble du département où il est parfois défini comme « amande » voire comme « cupule » ; dans ce cas, il semble indifférencié des polissoirs circulaires. Si les formes ovales constituent l’ensemble le plus important en nombre d’individus, 483, elles sont réparties sur 61,7 % des sites à polissoirs, leur dispersion est donc moins grande que celle des surfaces abrasées.

286Leur dimension moyenne est de 29 x 17 x 2,5 cm. Nous avons divisé cet ensemble en trois groupes dimensionnels distincts. Le premier rassemble les polissoirs de petite taille (longueur inférieure à 20 cm). Parmi les 43 gabarits recensés, le module dimensionnel moyen est de 18 x 9 x 2 cm. Les 410 polissoirs ovales de taille moyenne ont une longueur comprise entre 20 et 40 cm, la moyenne dimensionnelle étant de 29,5 x 18 x 2,5 cm. Enfin, les 27 formes définies comme de grands polissoirs correspondent au module 44,5 x 24,5 x 4 cm, la longueur maximale étant de 58 cm. Ainsi, à l’image de l’ensemble des formes en cuvette, la profondeur des polissoirs ovales s’accroît avec la longueur du gabarit. Le volume minéral moyen ôté correspond à 1 538 cm3 (tabl. xiv).

287La fréquence de ce type de forme évolue selon les sites. Elle reste rare sur les sites à polissoir unique où elle n’est représentée que dans 26,6 % des cas. Cependant, sa présence s’accroît avec la taille des ateliers. On la recense sur 59,5 % des sites supportant de 1 à 10 polissoirs et sur 96,8 % des sites de plus de 10 polissoirs (fig. 103 et 104).

288La morphologique des formes ovales offrent une grande diversité dimensionnelle pour laquelle nous pouvons avancer deux hypothèses. La première correspondrait à une suractivité à l’intérieur d’un même gabarit, nous partons alors du postulat de la possibilité d’une superposition de polissage dans une même forme à des moments distincts, l’amplitude du geste de polissage étant accrue à chaque nouvelle phase d’utilisation. La seconde hypothèse prend en compte des modules d’outils différents à transformer, le gabarit fournissant, en négatif, une image déformée du module dimensionnel de l’outil à polir. Actuellement, aucune de ces hypothèses n’est infirmée ou confirmée.

289Sur l’ensemble des sites, le polissoir ovale constitue une moyenne de 30 % des formes décomptées. Sa présence semble corollaire de celle des surfaces abrasées. Même si sa standardisation est plus nette, elle coïnciderait avec une forme « passe‑partout » à même de satisfaire à des étapes diverses du polissage, l’amplitude du geste étant pourtant limitée.

Polissoir ombiliqué

290Polissoir en cuvette, apparenté à la forme circulaire ou ovalaire et présentant une petite protubérance plus ou moins saillante, centrée ou décentrée par rapport à la surface polie (fig. 101, no 4).

291Sur la zone littorale, ce type a été déterminé comme « polissoir à protubérance centrale » ou « cupule à protubérance » ; certains auteurs différencient les formes ovalaires et circulaires.

292Nous avons recensé 33 polissoirs ombiliqués répartis sur 13 sites. Le diamètre moyen est de 28 cm et la profondeur de 2,5 cm. Toutefois, les dimensions extrêmes se situent, pour la maximale à 37 cm et pour la minimale à 19 cm. La profondeur atteint exceptionnellement 4 cm. Le volume minéral ôté est de 1 871 cm3 (tabl. xiv).

293La protubérance offre un poli systématique, son sommet n’affleure pas à la surface potentielle du rocher ; elle a donc été utilisée au même titre que l’ensemble de la forme. Toutefois, l’intensité du mouvement est répartie de manière inégale selon les zones du polissoir, geste ayant entraîné cette dépression périphérique.

294Aucun gabarit ombiliqué n’a été identifié sur les sites présentant un seul polissoir. Il est recensé sur 14,8 % des sites comprenant de 1 à 10 formes et sur 18,7 % des ateliers de plus de dix polissoirs.

295Sa représentativité par site est variable. Pour mémoire, nous citerons le cas du site 52 (148 polissoirs décomptés) sur lequel 12 polissoirs ombiliqués ont été identifiés (fig. 103 et 104).

296La présence de la forme ombiliquée, dans l’état actuel de nos recherches, n’est associée à aucune autre forme. La morphologie et la taille de ce gabarit sont très homogènes et semblent ciblées vers un emploi spécialisé tant par le geste (rotatif) que par le support à polir. Certains auteurs, comme D. Williams au Guyana, pensent que ces polissoirs ont pu servir à broyer des noix. Aucune trace de percussion ou de martelage n’est visible sur les gabarits que nous avons pu étudier.

Polissoir fuseau

297Polissoir en cuvette fusiforme, long et étroit, faiblement élargi dans sa partie centrale, se terminant soit en pointe aiguë ou légèrement arrondie (fig. 101, no 5).

298Ce type de gabarit est reconnu sur l’ensemble du territoire, tant en zone littorale que forestière, il a parfois été nommé « gouttière » (Abonnenc 1952).

299Nous avons recensé 360 individus de ce type, ce qui fait numériquement des polissoirs en fuseaux, le second groupe après celui des polissoirs ovales. Ils sont répartis sur 43,1 % des ateliers (47 sites).

300La taille est très variable, la longueur évoluant de 12 à 54 cm. Nous avons pu classer les polissoirs fuseau en trois groupes. Le premier rassemble 25 individus dont la taille moyenne est de 17 x 5 x 1,5 cm, certains semblent concentrés sur certains ateliers (par ex. le site 156). Le second groupe est constitué de 295 pièces d’une dimension moyenne de 32 x 5,5 x 3 cm. Enfin, le dernier ensemble de 33 polissoirs a un module dimensionnel moyen de 44,5 x 6 x 4 cm. La profondeur croît avec l’allongement de la forme. Le rapport longueur/largeur reste constant, trouvant vraisemblablement son origine dans l’épaisseur des supports à abraser. Le volume minéral ôté par l’abrasion est d’environ 570 cm3 (tabl. xiv).

301Même si leur proportion est très variable, les fuseaux ont été identifiés sur l’ensemble des sites à polissoirs. Cette catégorie est présente sur 3,3 % des sites à un polissoir, sur 40,4 % des sites de moins de 10 polissoirs et sur 84,3 % des sites de plus de 10 polissoirs. Pour un site, ce gabarit représente environ 30 % des formes, mais sa fréquence peut augmenter jusqu’à atteindre plus de 50 %. Ainsi sur le site 118, qui regroupe 125 polissoirs, 70 fuseaux ont été dénombrés (fig. 103 et 104).

302Parmi les implantations de plus de 10 polissoirs, la fréquence des fuseaux pourrait évoluer en corollaire à celle des ovales, mais cette assertion reste hypothétique et la relation technologique entre ces deux formes n’a pas été mise en évidence.

303Les différences de taille enregistrées (tabl. xiv) font penser que les fuseaux seraient standardisés et adaptés à des produits aux dimensions définies. Leur morphologie permet d’établir un geste d’utilisation en va‑et‑vient rectiligne qui correspond éventuellement au façonnage des côtés des haches polies.

Polissoir rayure

304Polissoir rectiligne, étroit, à profil variable mais le plus souvent en « U ». Pour son esquisse et à l’image de certains fuseaux, le polissoir en rayure peut être mis en forme à partir d’une fracture naturelle de la roche (fig. 101, no 7).

305Sur les îles du Salut, des polissoirs identiques dits « en rainure » ont été identifiés et ceci dès 1880, par J. Crevaux (Thooris 1993).

306Nous avons compté 23 rayures réparties sur six sites, soit 5,5 % des ateliers de polissage. La longueur, seul élément dimensionnel qui varie, évolue de 13,5 à 78 cm, alors que la largeur et la profondeur s’échelonnent entre 1 et 2 cm, quelle que soit la longueur de la rayure. Le volume moyen de roche abrasée est de 41 cm3 (tabl. xiv).

307Ce type de gabarit est uniquement présent sur les sites de plus de 10 polissoirs. Au niveau d’un site, sa représentativité s’échelonne entre 1 et 10 gabarits, cette dernière situation ayant été relevée uniquement sur le site 52 (148 polissoirs) (fig. 103 et 104 ; tabl. xiv).

308Cette forme est très caractéristique et certains auteurs ont vu dans ce type de polissoir, le résultat d’affûtages d’objets métalliques. Si cette hypothèse n’est pas à rejeter, faute de preuve, nous insisterons cependant sur le fait que les rayures ont été repérées sur des sites où d’autres gabarits de morphologies diverses ont été identifiés, que ces ateliers soient implantés sur un cours d’eau majeur ou sur une crique de moindre importance.

309D’autres auteurs ont décrit ces rayures comme des pétroglyphes (Désir 1988). La grande disparité du paramètre longueur est le seul élément qui perturbe l’ensemble morphologiquement très homogène des rayures. Cette variation trouve son origine dans l’ampleur du geste de va‑et‑vient rectiligne imposé par cette forme. On peut aussi envisager l’hypothèse de superpositions d’utilisations, distinctes dans le temps et provoquant le prolongement de la première rayure, la profondeur ou la largeur ne s’en trouvant pas affectée. Dans ce dernier cas, aucune rupture de profil du polissoir n’a été enregistrée. Les rayures sont toujours regroupées en un ou plusieurs ensembles bien marqués, s’individualisant par rapport à l’atelier (fig. 105). La rareté de cet ensemble implique quelques conclusions générales, il s’agit de polissoirs spécialisés, tant dans l’étape technologique dont ils sont les témoins que dans le type de support à transformer. À ce titre, la rayure pourrait être considérée comme un marqueur chronoculturel.

FIG. 105 ‒ Ensemble de polissoirs rayures sur le site 52.

Polissoir coque de bateau

310Polissoir hybride constitué de la superposition de deux formes, un polissoir ovale repris, dans un second temps, par un polissoir fuseau. Ce second gabarit est généralement centré dans le premier et ses extrémités sortent fréquemment de la forme ovale (fig. 101, no 6). Cette structure complexe est recensée comme un gabarit à part entière, sa présence sur 22 % des sites justifiant cette reconnaissance typologique. type de polissoir a été recensé sur le littoral sous le terme mixte « coque de bateau‑fuseau » (Rostain 1994a).

311105 polissoirs coque de bateau ont été décomptés sur l’ensemble des ateliers, quelle que soit leur importance. Le module dimensionnel moyen est de 32,5 x 13,5 x 3,5 cm, seuls quelques rares gabarits se distinguent, leur longueur varie de 17 à 49 cm, ils peuvent atteindre une profondeur de 8 cm. Toutefois, les coques de bateau forment un groupe homogène. Le volume moyen minéral abrasé est de 1 841 cm3 (tabl. xiv).

312Si ce gabarit est présent sur l’ensemble des ateliers, quelle que soit leur importance, c’est sur les sites de plus de dix polissoirs qu’il est le plus abondant et il a été recensé sur 46,8 % de ces derniers. Il constitue environ 10 % des formes recensées au niveau d’un site. Il voisine alors avec tous les autres polissoirs définis précédemment. Enfin, nous soulignerons que sa présence, même moindre, est attestée sur neuf sites de petite dimension (1 à 10 polissoirs) où il cohabite avec des formes ovales et fusiformes indépendantes de toute juxtaposition (fig. 103 et 104).

313La superposition de deux formes de polissoirs correspond à ce que nous pourrions interpréter comme une stratification d’ordre technologique voire culturelle, le fait d’utiliser un premier gabarit comme base d’un autre polissoir paraissant offrir des avantages techniques.

4.10.6.2 Les polissoirs mobiles et portatifs

314Nous traiterons simultanément de ces deux types de polissoirs que seul le module dimensionnel différencie. Nous en avons recensé 100 distribués sur 8 sites, dont tous ceux fouillés sur des surfaces supérieures à 100 m2.

315Les blocs ou les nodules de roche utilisés sont souvent fracturés, il est en règle générale impossible de déterminer le moment de la fracturation, antérieure, contemporaine ou postérieure au polissage. Les surfaces polies s’étendent le plus souvent à la totalité d’une face, lui donnant un aspect plan, ou à concavité plus ou moins accentuée ; cependant, certaines formes très nettes, à l’image de rayures ou de fuseaux, sont reconnaissables. Certains polissoirs portatifs ou mobiles sont complexes, ils offrent plusieurs types de gabarits juxtaposés mais morphologiquement bien déterminés. Dans les définitions ci‑dessous, nous ne tiendrons pas compte de cette complexité, celle‑ci étant à interpréter en terme technique ou économique, notions difficiles à maîtriser actuellement.

316Des polissoirs mobiles ont été retrouvés tant sur la zone littorale guyanaise que sur d’autres sites du plateau des Guyanes. Certains auteurs voient dans la présence de polissoirs mobiles une réponse à la rareté des affleurements en zone côtière. Le nombre de polissoirs portatifs recensés sur des sites de plein air de Petit Saut, aire où abondent les ateliers de polissage, permet d’envisager d’autres hypothèses. De tels objets ont pu servir pour l’abrasion de divers matériaux (os, bois, pierre, etc.) à l’intérieur d’une zone d’habitat et peuvent être considérés comme des pierres à aiguiser à usage familial.

Polissoir plano‑concave

317Bloc de roche dont une face au moins supporte un polissage ayant entraîné la formation d’une surface plane à concave (fig. 106 et fig. 107, nos 1‑5 et 10). Cet objet est parfois défini comme « polissoir‑aiguisoir ». Signalé sur la bande côtière du département, il a aussi été mis en évidence au Surinam, le plus souvent sur des galets de quartz.

FIG. 106 Polissoir mobile plano‑concave (230).

FIG. 107 Polissoirs mobiles : 1 plano‑concave (230) ; 2 plano‑concave (223) ; 3 piano‑concave (230) ; 4 plano‑concave (13) ; 5 plano‑concave (230) ; 6 rayure (260) ; 7 fuselé (172) ; 8 fuselé (230) ; 9 à microcupules (230) ; 10 plano‑concave (230) ; 11 fuselé (230).

318À Petit Saut, ce type d’artefact est très fréquent, il représente 90 % des polissoirs portatifs. La taille et la nature des supports sont variables. Le module dimensionnel s’échelonne d’une taille minimale de 3 x 3 x 1 cm à une taille maximale de 33 x 18 x 12 cm, le poids variant de 9 g à 3,2 kg. La surface polie recouvre généralement la totalité de la zone employée, en outre plusieurs surfaces opposées ou juxtaposées ont pu être employées sur un même support.

319La nature des matériaux se limite aux roches magmatiques, qu’il s’agisse de dolérite ou de granité. Ce sont généralement des blocs quadrangulaires dont certains portent une croûte ferrique résiduelle. Leur découverte, in situ, a eu lieu soit dans la couche de terra preta, soit associée à de grandes fosses (223 FG 30) ou à des dépôts céramiques (172 CeF 3, 230 CeF 13).

Polissoir fuselé

320Polissoir en cuvette, fusiforme, long et étroit, faiblement élargi dans sa partie centrale, se terminant en pointe aiguë ou légèrement arrondie.

321Si la définition du polissoir fuselé est morphologiquement identique à celle retenue pour le polissoir fuseau fixe, la représentativité de cet ensemble et son module dimensionnel à Petit Saut sont très différents.

3224 polissoirs de ce type ont été identifiés sur les sites 230 et 172 (fig. 107, nos 7, 8 et 11). La taille des supports varie peu, elle évolue de 8 à 16 cm pour la longueur et de 4 à 10 cm pour la largeur. Les formes fuselées sont faiblement marquées, elles ne s’enfoncent pas de plus de 6 mm dans la roche et sont d’une largeur inférieure à 1 cm ; enfin, elles ne recoupent pas la totalité de la surface employée.

323Des blocs de roche magmatique à grain fin, en galet ou en plaquette naturelle, ont systématiquement été utilisés.

Polissoir rayure

324Polissoir en rainures étroites à profil variant entre le « U » et le « V ». Les rainures peuvent être parallèles ou perpendiculaires, leur largeur est variable.

325Ce type de gabarit a aussi été dénommé polissoir à « gouttière » qui selon certains auteurs sert à régulariser et à polir des baguettes (Rostain 1994a). Cet outil se retrouve sur l’ensemble du continent américain. Il est aussi parfois décrit sous le terme de « calibreur » (Prous 1990). Cette appellation est trop restrictive dans le cas du matériel décrit à Petit Saut.

326Deux artefacts ont été identifiés sur les sites 230 et 260. Sur ce dernier site, le polissoir est fortement altéré, il est réalisé sur une plaquette de roche magmatique à grain fin (fig. 107, no 6). Nous y avons dénombré trois rayures dont la longueur est de 7 cm environ, la largeur ne dépasse pas 2 mm et la profondeur 1 mm, deux des rayures se recoupent.

FIG. 108 ‒ Polissoir mobile rayure (230).

327Sur le site 230, le matériau employé est un bloc ferrallitique dur de 3 cm d’épaisseur environ (fig. 108). Les deux faces opposées sont occupées par des rainures profondes qui les recoupent dans leur totalité. Ces rayures, qui peuvent atteindre 2 cm de largeur et jusqu’à 1 cm de profondeur, sont souvent recoupées.

Polissoir ombiliqué

328Polissoir en cuvette, de forme subcirculaire, présentant une petite protubérance plus ou moins saillante, centrée ou décentrée par rapport à la surface polie. Cette définition reprend celle établie pour les formes fixes, morphologiquement identiques. Aucune mention bibliographique ne signale ce type de polissoir portatif sur le plateau des Guyanes.

329Un unique gabarit ombiliqué a été découvert sur le site 230, d’un diamètre de 15 cm environ, le support est une roche magmatique à grain fin. La protubérance est faiblement marquée, elle ne dépasse pas 2 mm de dénivelé. Sur la face opposée, nous avons identifié une surface polie, plane.

Polissoir à microcupule

330Un unique nodule de ce type a été découvert sur le site 230. Nous n’avons trouvé aucune mention bibliographique d’un objet identique (fig. 107, no 9).

331Il s’agit d’un nodule ferrallitique dur, parallélépipédique, supportant sur une face une cupule de 7 mm de diamètre et d’une profondeur de 2 mm, elle se poursuit par une fine rainure, sans doute naturelle. Une hypothèse d’utilisation d’un tel objet est de servir à la mise en place d’un système d’axe rotatif (foret).

Polissoir sur bloc nucléiforme de quartzite

332Deux polissoirs de ce type ont été identifiés. Leur ressemblance et leur spécificité sont suffisantes pour constituer un type. Il s’agit de gros blocs nucléiformes de quartzite présentant au moins une surface plane à concave, partiellement ou totalement polie. Leur poids est de 2 kg, leur volume est d’environ 2 210 cm3 (fig. 109).

4.10.7 Perspectives sur l’attribution chronologique des sites à polissoirs

333Dans le cas particulier des sites à polissoirs, l’attribution chronologique ne peut s’appuyer que sur des restes matériels non datables. Nous aborderons sommairement ce sujet selon trois perspectives, car les données à notre disposition sont trop rares pour les étayer ; cependant, elles restent des axes de recherches d’importance.

334La première perspective concerne la stratigraphie technologique qui s’appuie sur la superposition de gabarits découverts sur des sites largement utilisés. Ce chevauchement peut traduire soit une utilisation continue, soit des utilisations successives séparées par des phases d’abandon. En effet, la réutilisation, même partielle, d’un polissoir déjà existant peut être une méthode qui facilite la mise en forme d’outils, et pourrait être liée à des paramètres économiques.

FIG. 109 ‒ Polissoir mobile sur nodule nucléiforme de quartzite (230).

335La deuxième concerne l’utilisation d’un site en fonction du niveau de l’eau, cette démarche induit un rythme saisonnier, au moins partiel, des ateliers. Cette remarque est valable à l’échelle d’une roche isolée mais aussi d’affleurements plus vastes, à l’image des sauts où les roches sont régulièrement noyées selon des fluctuations pluviométriques. En revanche, des zones en berges ou des roches isolées peuvent rester exondées en permanence.

336La troisième concerne l’attribution chronologique des gabarits eux‑mêmes. La morphologie de certains polissoirs semble relativement standardisée, peu variable et par là même pérenne. Elle est aussi bien adaptée aux supports transformés qu’au geste lié à l’aménagement d’un objet spécifique. C’est le cas des polissoirs rayures ou des polissoirs ombiliqués, peu nombreux comparativement à la quantité de polissoirs décomptés et qui s’individualisent nettement de l’ensemble des gabarits. Pourtant, une attribution ou une différenciation chronologique, voire ensuite culturelle, n’est pas envisageable dans la limite actuelle des connaissances, elle reste cependant un des objectifs de la recherche.

Notes

1 Nous soulignerons que les orpailleurs travaillant sur le fleuve collectent ces pièces qui constituent le second groupe lithique trouvé en fond de rivière après celui des haches polies. Ce ramassage sélectif est dicté par l’apparence des objets qui se différencient nettement de la morphologie des fragments de roche dits « naturels ».

2 Ce type de stigmate ne doit pas être confondu typologiquement avec ceux observés sur un éclat Kombewa.

3 L’indice de fréquence « fi » correspond au rapport entre l’échantillon testé et l’ensemble du groupe dont il fait partie.

4 – Par exemple, sur le site 114 (Saut Deux Roros) des polissoirs sont réalisés simultanément sur du granité et de la dolérite.

Table des illustrations

Légende TABL. IX ‒ Répartition des supports lithiques sur l’ensemble des sites. La représentativité de chaque support est basée sur la reconnaissance d’un artefact quelle que soit sa nature.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44543/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende TABL. X ‒ Distribution numérique de l’outillage lithique par type et par site. Les lames de haches à oreilles et talon convexe apparaissant dans ce tableau ne sont pas décrites dans le lexique car découvertes au Brésil (collection privée), elles n’ont jusqu’à ce jour jamais été identifiées en Guyane.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44543/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Légende FIG. 69 ‒ Indices dimensionnels utilisés pour les objets polis à tranchant.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44543/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende FIG. 701‑3 enclumes ; 4 marteleur sur bloc polyédrique (230) ; 5 enclume (230), seules les zones portant des traces de percussion portent un graphisme.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44543/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende FIG. 711 percuteur‑marteleur sur galet ; 2 galet à encoches percutées (230) ; 3 percuteur sur galet boule (230) ; 4 galet à encoches percutées (223) ; 5 percuteur‑marteleur sur galet ; 6 percuteur‑marteleur sur galet (18) ; 7 percuteur sur galet (223) ; 8 percuteur‑marteleur sur galet (230) ; 9 percuteur‑marteleur sur galet (234) ; 10 percuteur sur galet (260), seules les zones portant des traces de percussion portent un graphisme.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44543/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 936k
Légende FIG. 7212 fragments de percuteurs sur blocs polyédriques (230) ; 3 percuteur sur bloc polyédrique (16) ; 4 percuteur sur bloc polyédrique (223) ; 5‑7 fragments de percuteur (230) ; 8 percuteur sur bloc polyédrique (230) ; 9 percuteur sur nucléus (230) ; 10 percuteur sur bloc polyédrique (173) ; 11 percuteur sur bloc polyédrique (13) ; 12 marteleur sur nucléus (230) ; 13 percuteur sur nucléus (230) ; 14 percuteur sur galet (16), seules les zones portant des traces de percussion portent un graphisme.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44543/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Légende FIG. 731, 2 blocs à cupules percutées (230).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44543/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende FIG. 741 nodule nucléiforme (223) ; 2 nodule nucléiforme (230) ; 3 marteleur sur nucléus (230) ; 4 racloir‑grattoir (230) ; 5 percuteur sur nucléus (230) ; 6 bloc taillé (12) ; 7 pseudobiface (dragage Petit Saut) ; 8 bloc taillé (230) ; 9 nodule nucléiforme (230).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44543/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Légende FIG. 7512, 4, 5 blocs taillés (230) ; 3 bloc taillé (211) ; 6 bloc taillé (223).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44543/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Légende FIG. 76 ‒ 1 galet à tranchant aménagé par polissage (223). Lames de haches : 2 à tranchant droit (230) ; 3 quadrangulaire à tranchant large (230) ; 4 quandrangulaire simple (Sinnamary) ; 5 quadrangulaire simple (batardeau) ; 6 quadrangulaire à tranchant large (batardeau) ; 7 quadrangulaire simple (230) ; 8 quadrangulaire simple (Sinnamary) ; 9 pétaloïde (230) ; 10 quadrangulaire simple (Sinnamary) ; 11 pétaloïde (Courcibo) ; 12 quadrangulaire courte (18) ; 13 fragment de latéral (172).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44543/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Légende FIG. 77 ‒ Lames de haches : 1 emmanchée (bassin de l’Approuague) ; 2 à gorge périphérique (batardeau) ; 3 double droite (Sinnamary) ; 4 double en demi‑lune (Sinnamary) ; 5 à talon appointé (230) ; 6 à talon appointé (Approuague) ; 7 à proximal pédoncule (batardeau) ; 8 à talon appointé (Sinnamary) ; 9 trapézoïdale (batardeau).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44543/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 996k
Légende FIG. 78 ‒ Lames de haches : 1 quadrangulaire à encoches (batardeau) ; 2 courte à encoches (batardeau) ; 3 trapézoïdale à encoches (batardeau) ; 4 quadrangulaire à encoches (batardeau) ; 5 quadrangulaire à encoches (13) ; 6 à encoches et à côtés concaves (batardeau) ; 7 à encoches et à côtés concaves (batardeau) ; 8 à oreilles hypertrophiées (batardeau) ; 9 à oreilles en boutons (106) ; 10 à encoches et à côtés concaves (dragage) ; 11 à oreilles en boutons (batardeau) ; 1213 à oreilles en boutons (230).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44543/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 973k
Légende FIG. 791 tranchet losangique (17) ; 2 tranchet (18) ; 3 tranchet trapézoïdal (231) ; 4 tranchet pétaloïde (230) ; 5 tranchet trapézoïdal (208) ; 6 tranchet pétaloïde (14) ; 7 tranchet barette (13) ; 8 pseudo‑tranchet à tranchant aménagé (172) ; 9 tranchet trapézoïdal (172) ; 10 distal de tranchet (14) ; 11 coin (13) ; 12 tranchet pétaloïde (14) ; 13 racloir poli (230).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44543/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende FIG. 801 pseudo‑hache à tranchant réaménagé (237) ; 2 distal de lame de hache (230) ; 3 latéral de lame de hache (230) ; 4 distal de lame de hache (230) ; 5 pseudo‑hache à tranchant réaménagé (230) ; 6 talon d’outil poli (275) ; 78 talons d’outils polis (230) ; 9 marteau (pilon) sur plan fracturé (Sinnamary) ; 10 talon d’outil poli (230) ; 11 pseudo‑hache‑marteau quadrangulaire (13) ; 12 pseudo‑hache‑marteau à oreilles (172) ; 13 pseudo‑hache‑marteau courte (17) ; 14 pseudo‑hache‑marteau quadrangulaire (230) ; 15 pseudo‑hache‑marteau quadrangulaire (13) ; 16 marteau (pilon) sur plan fracturé (236) ; 17 pseudo‑hache à tranchant réaménagé (223) ; 18 pseudo‑hache‑marteau à encoches et à côté concave (Sinnamary, collection privée).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44543/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende FIG. 811 fuseau (230) ; 2 cylindre (14) ; 3 cylindre (230) ; 4 lissoir sur nodule ferrallitique (260) ; 5 lissoir sur nodule ferrallitique (230) ; 6 lissoir sur nodule ferrallitique (14) ; 7 pendeloque (172) ; 8 lissoir sur nodule ferrallitique (230) ; 9 micronodule poli (230) ; 10 lissoir sur autre roche (230) ; 1112 pendeloques (230) ; 13 nodule perforé utilisé en perle ? (230) ; 14 plaquette à encoches (13) ; 15 lissoir sur nodule ferrallitique (260) ; 16 lissoir micromolette ; 17 plaquette quadrangulaire ; 18 molette rectangulaire (230) ; 19 galet rayé (20) ; 20 galet rayé (230) ; 21 nodule de pigment (223) ; 22 nodule ferrallitique à gorge (260).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44543/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 954k
Légende FIG, 821 plaquette rectangulaire ; 23 plaquettes aménagées (230).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44543/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 405k
Légende FIG. 83 ‒ Plaquette aménagée (237).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44543/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende TABL. XI ‒ Répartition des produits de débitage sur l’ensemble des sites. Ce tableau permet d’apprécier la fréquence numérique de chaque type de produit. Certains sites, sondés sur de petites surfaces, présentent les trois types d’artefacts, à l’image des sites 236 et 260.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44543/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende FIG. 84 ‒ Fréquence numérique des méthodes de débitage en fonction des supports sur Petit Saut
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44543/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 85 ‒ Accidents de taille le plus souvent identifiés sur du matériel débité en quartz : 1 pseudo‑siret ; 2 double siret ; 3 fracturation oblique ; 4 fracturation distale.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44543/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende TABL. XII ‒ Récapitulatif des tailles moyennes des produits de débitage en fonction des supports.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44543/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende FIG. 86 ‒ Traces superficielles reconnues sur le matériel débité en fonction des supports.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44543/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 87 ‒ Fréquence des différents types de supports présents parmi les produits de débitage.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44543/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende FIG. 88 ‒ Fréquence des éclats en fonction des supports.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44543/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Légende FIG. 89 ‒ Fréquence des éclats indéfinis en fonction des supports.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44543/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende FIG. 90 ‒ Fréquence des cassons en fonction des supports.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44543/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Légende FIG. 911‑11 éclats sur quartz (230) ; 1213 éclats sur quartzite (230) ; 14 éclat sur quartz (230) ; 1516 éclats sur quartzite (230).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44543/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende FIG. 92 ‒ Fréquence des différents types de talons d’éclats en fonction des supports.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44543/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende FIG. 93 ‒ Fréquence des différents types d’accidents de taille recensés en fonction des supports.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44543/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende FIG. 94 ‒ Négatifs d’éclats d’approvisionnement sur un affleurement de dolérite à l’emplacement du site 80.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44543/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende FIG. 95 ‒ Représentativité des types de matières premières sur les sites à polissoirs.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44543/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende FIG. 96 ‒ Polissoir circulaire réalisé sur une roche veinée de quartz et présentant une forte érosion sur le site 52.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44543/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende FIG. 97 ‒ Érosion d’un site à polissoirs par desquamation de la surface de la roche.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44543/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende FIG. 98 ‒ Cartographie des affleurements visités, marqués par un trait gras, sur les secteurs 31 et 33 et localisation des sites à polissoirs inventoriés.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44543/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende FIG. 99 ‒ Représentativité des sites en fonction du nombre de polissoirs présents.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44543/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Légende FIG. 100 ‒ Polissoirs réalisés sur un bloc de roche déchaussé présent sur un saut.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44543/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende TABL. XIII ‒ Récapitulatif des sites à polissoirs ayant fait l’objet d’un dénombrement par forme typologique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44543/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende FIG. 101 ‒Typologie des polissoirs : 1 surface abrasée ; 2 circulaire ; 3 ovale ; 4 ombiliqué ; 5 fuseau ; 6 coque de bateau ; 7 rayure.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44543/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 102 ‒ Exemple d’une surface abrasée. La surface polie apparaît en blanc sur le cliché.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44543/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende FIG. 103 ‒ Représentativité intersite des différentes catégories de polissoirs. Ces pourcentages sont réalisés en fonction des 109 sites sur lesquels un dénombrement systématique a été effectué.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44543/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende FIG. 104 ‒ Représentativité de chacune des catégories de polissoirs par rapport à l’ensemble des polissoirs dénombrés.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44543/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende FIG. 105 ‒ Ensemble de polissoirs rayures sur le site 52.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44543/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende FIG. 106 ‒ Polissoir mobile plano‑concave (230).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44543/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende FIG. 107 ‒ Polissoirs mobiles : 1 plano‑concave (230) ; 2 plano‑concave (223) ; 3 piano‑concave (230) ; 4 plano‑concave (13) ; 5 plano‑concave (230) ; 6 rayure (260) ; 7 fuselé (172) ; 8 fuselé (230) ; 9 à microcupules (230) ; 10 plano‑concave (230) ; 11 fuselé (230).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44543/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende FIG. 108 ‒ Polissoir mobile rayure (230).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44543/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende FIG. 109 ‒ Polissoir mobile sur nodule nucléiforme de quartzite (230).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44543/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 51k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search