Version classiqueVersion mobile

Amérindiens de Sinnamary (Guyane)

 | 
Stéphane Vacher
, 
Sylvie Jérémie
, 
Jérôme Briand

Chapitre 3. Matériel végétal et animal

Chapter 3 The organic material

Capitule 3 El material orgánico

Capítulo 3 Material vegetal e animal

Résumé

L’étude anthracologique fournit les premières bases environnementales pour les périodes de paléoincendies et précise la nature de la végétation aux abords des sites lors de leur anthropisation.

L’étude ostéologique a permis l’identification de restes humains et animaux carbonisés, au sein de structures présentant des dépôts céramiques ou dispersés dans le niveau d’occupation des sites de plein air.

Les objets en bois, peu nombreux, collectés en fond de rivière, sont abordés sous la forme d’un catalogue descriptif (spatules, bois d’arcs, pagaies et axes de fusaïoles).

Texte intégral

3.1 L’anthracologie

3.1.1 Problématique

1Les charbons de bois sont les vestiges d’anciennes couvertures végétales qui ont brûlé. Conservés dans les sols, ils témoignent des transformations naturelles ou anthropiques du milieu ; en l’occurrence celles de la forêt guyanaise au cours des derniers millénaires.

2L’étude anthracologique vise autant à percevoir l’environnement des populations humaines anciennes en contexte archéologique qu’à restituer la dynamique des végétations, en cherchant à identifier les grandes périodes paléoenvironnementales. Cette étude s’est aussi particulièrement intéressée aux phénomènes des paléoincendies survenus lors de péjorations climatiques holocènes qui ont laissé des traces dans les sols de Guyane, d’Amazonie et dans de nombreux points de la zone intertropicale (Tardy 1996).

3Si les premières analyses de charbons de bois sont effectives pour la zone tempérée, notamment en Europe, dès la fin du siècle dernier, rares sont les études en contexte tropical. La considérable biodiversité et la masse d’informations à rassembler en anatomie ligneuse font que très peu d’études ont pour l’instant été menées dans ce domaine. Nous pouvons citer les travaux de R. Dechamp en Belgique qui, grâce à la formidable collection de bois tropicaux du musée royal de Tervuren, a été un des pionniers dans l’analyse de charbons de bois fossiles d’Afrique et d’Amérique du Sud. Il a apporté son expérience aux premiers pas de nos analyses anthracologiques guyanaises.

  • 1 Le programme anthracologique de Guyane s’effectue dans le cadre d’une thèse de Doctorat : Histoire (...)
  • 2 Exceptées les montagnes de la Trinité qui culminent à 700 m et où la végétation est qualifiée de su (...)

4Dans le cadre de l’étude de Petit Saut, notre préoccupation première a été la mise en lumière des niveaux de paléoincendies stigmatisant les fluctuations climatiques holocènes1 2. Celles‑ci ont été observées par ailleurs en Amazonie au travers des analyses polliniques et sédimentaires mais sans qu’aucune problématique anthracologique n’ait été considérée. Parallèlement au développement des investigations archéologiques, l’omniprésence des charbons dans les sols a permis de poser le problème de leur signification du fait de leur ambiguïté originelle. Il ne s’est donc pas agi d’effectuer une véritable étude anthracologique dans la perspective de l’analyse archéologique des sites mais, avant tout, d’une caractérisation des différents événements, au sens large, qui se sont produits au cours du temps et qui ont eu une influence sur le milieu végétal et sur l’écosystème forestier en général.

5En dehors de la simple étude environnementale des sites amérindiens, cette démarche aura pour conséquence de mettre l’accent sur l’importance de la prise en compte des deux processus, climatique et anthropique, à l’origine des modifications du milieu afin de mieux appréhender la mosaïque actuelle de la végétation. Dans cette optique, les réflexions et les études entreprises au sein du programme de Petit Saut apparaissent tout à fait novatrices et d’un grand intérêt scientifique pour la compréhension des phénomènes intervenant dans les modifications de la couverture végétale durant l’Holocène et leurs rapports avec les sociétés humaines.

3.1.2 Le cadre naturel

6La forêt guyanaise est humide, sempervirente, de type équatorial et couvre plus de 8 millions d’hectares non perturbés soit plus de 90 % du territoire. Cette zone dite des « terres hautes » est sensiblement plus complexe et plus riche en nombre d’espèces que les « terres basses » côtières (Granville 1990). Le règne végétal en Guyane est caractérisé par une grande biodiversité : près de 4 900 espèces sont connues dont environ 1 200 d’arbres au diamètre supérieur à 10 cm, soit environ 600 à 800 espèces estimées pour le bassin du Sinnamary (Birnbaum 1997). Ce dernier, en amont de l’ouvrage hydraulique, est recouvert pour une grande part de forêt dite primaire mais où sont visibles encore, le long des berges, des zones secondaires plus ou moins anciennes, constituées notamment lors des activités d’orpaillage à partir du xixe s.

7Le massif forestier correspond à un domaine de basse altitude défini en deçà de 500 m2. Les sites de plein air découverts lors de l’opération ont été repérés dans une frange de quelques centaines de mètres en bordure du fleuve ; elle intègre donc partiellement, en plus de la forêt de basse altitude sur sol drainé, la végétation ripicole. Les divers types de milieux rencontrés sont donc :
– la forêt de terre ferme, constituée d’arbres dont les émergents peuvent atteindre une soixantaine de mètres ; elle est d’une haute diversité et composée de nombreuses familles botaniques dont les Lécythidacées, Caesalpiniacées, Chryso‑balanacées, Annonacées et Sapotacées pour les plus importantes mais aussi d’arbustes de sous‑bois, de palmiers, de lianes et d’herbacées ;
– la forêt ripicole, appartenant essentiellement aux rives convexes des méandres où le dénivelé est progressif du cours d’eau à la terre ferme. Alors que, pour les rives concaves, au niveau des collines notamment, il ne se trouve presque aucune transition entre la forêt de terre ferme et le fleuve hormis un rideau de végétation héliophile, dense et riche en lianes. On retrouve au niveau de ces zones humides de rives de fleuves des taxons caractéristiques comme les Eperua rubiginosa, Pachyra aquatica et Virola surinamensis ainsi que certains Inga ;
– la forêt marécageuse, située au niveau des eaux stagnantes où l’on retrouve en plus des palmiers pinots (Euterpe oleracea) certains arbres caractéristiques comme Pterocarpus officinalis ;
– la végétation secondaire, qui s’oppose à la forêt primaire, correspond à un milieu où l’intervention de l’homme est suffisamment récente pour être encore décelable par l’observation de la forêt au niveau structural et floristique. Les espèces qui la composent varient suivant l’ancienneté et l’intensité des dégradations subies en allant des taxons les plus héliophiles pour les premières phases de la sylvigenèse avec notamment les « bois‑canon » (Cecropia) et les « bois‑bouchon » (Apeiba) (Granville 1990), puis d’autres taxons caractéristiques appartenant à des familles comme les Mélastomatacées, Rubiacées, Sapindacées, Simaroubacées, Mimosacées...

  • 3 Herbier du centre Orstom de Cayenne, avec l’aimable participation de G. Cremers, conservateur de l’ (...)

8Ces données botaniques et écologiques sont issues des recherches de nombreux scientifiques, plus particulièrement pour le fleuve Sinnamary (Hoff s.d. ; Birnbaum 1997) et pour la piste de Saint‑Élie, station à la flore bien étudiée et située dans la région de Sinnamary en aval du barrage (Sabatier, Prevost 1990) mais aussi grâce à l’apport de la banque de données du centre Orstom de Cayenne : « Aublet »3.

3.1.3 Le référentiel

9L’établissement d’une collection de référence de bois actuels se situe toujours en amont de l’analyse anthracologique. La végétation ligneuse retient ici notre attention, car elle est la seule susceptible d’être retrouvée fossilisée en partie après le processus de carbonisation. Elle inclut également, en plus des arbres, les types biologiques arbustifs et lianescents, voire quelques rares épiphytes et hémi‑épiphytes mais qui n’ont pas été observés dans notre étude.

10La carbonisation du bois préserve sa structure fine, même si certaines déformations peuvent apparaître en fonction du gradient de température. Chaque essence végétale est caractérisée par une anatomie qui lui est propre, selon l’agencement et l’importance relative des différentes structures cellulaires qui la constituent. C’est par l’identification de ces divers caractères, définis à partir du référentiel, que les charbons pourront être déterminés taxonomiquement.

11La maîtrise des connaissances anatomiques des bois d’amazonie s’est construite principalement à partir de la réalisation d’une collection de référence de bois actuels. Les échantillons identifiés ont été prélevés sur le terrain d’étude dans des contextes naturels et anthropisés puis ont été carbonisés en laboratoire. La consultation des données bibliographiques ainsi que des collections de bois tropicaux, celle du Centre de coopération international en recherche agronomique à Kourou et du Musée royal de Tervuren en Belgique ont permis de préciser les identifications des charbons de bois fossiles. Les analyses anthracologiques ont été réalisées au microscope à reflexion (fig. 65) selon les trois plans anatomiques du bois, au centre Orstom de Cayenne et à Petit Saut, permettant d’obtenir des listes d’espèces ligneuses à traduire en terme de cortège floristique.

FIG. 65 ‒ Charbons de bois fossiles illustrant les trois plans anatomiques du bois pour l’identification taxonomique.
123 : SAPOTACEAE, Pouteria cf. cladantha Arbre de forêt primaire
1 (x 150) – coupe transversale : vaisseaux souvent réunis radialement par deux, trois ou quatre, de diamètre inférieur à 100 microns ; parenchyme en bandes tangentielles de trois à quatre cellules en épaisseur.
2 (x 130) – coupe tangentielle : rayons unis à bi‑sériés, hétérogènes, hauts jusqu’à 1500 microns, formant des cellules ovales. Présence de fibres trachéides.
3 (x 140) – coupe radiale : ponctuations intervasculaires rondes en quinconce et présence de ponctuations vaisseaux‑rayons ovales.
456 : LAURACEAE, Mezilaurus itauba
4 (x 150) – coupe transversale : vaisseaux disséminés, isolés ou accolés radialement par deux ou par trois. Parenchyme associé aux pores en manchon parfois anastomosé.
5 (x 300) – coupe tangentielle : rayons bi‑sériés, hétérogènes, avec parfois des cellules à huile aux extrémités.
6 (x 250) – coupe radiale : présence de corpuscules siliceux dans les rayons.
789 : CAESALPINIACEAE, Eperua falcata
7 (x 40) – coupe transversale : pores disséminés ou accolés radialement. Présence de canaux sécréteurs en ligne dans le parenchyme.
8 (x 100) – coupe tangentielle ; rayons larges de trois à cinq cellules.
9 (x 100) – coupe radiale : ponctuations intervasculaires comme radiovasculaires de 6 à 8 microns.
Les clichés 10, 11 et 12 illustrent le phénomène de vitrification des charbons issus d’incendies.
101112 : HUMIRICEAE cf. Humiria balsamifera
10 (x 70) – coupe transversale : exemple de vitrification des tissus faisant disparaître les parois cellulaires.
11 (x 300) – coupe transversale : présence de perforations scalariformes avec des grilles de 10 à 15 échelons en général.
12 (x 130) – coupe tangentielle : structures cellulaires difficiles à identifier. Rayons unis à bi‑sériés, ponctuations non visibles.

3.1.4 Le fossile

3.1.4.1 Terrain et échantillonnage

12Lors de la fouille, les échantillonnages ont été effectués de plusieurs manières en fonction de nos objectifs.

13Concentrés dans des structures, ils présentent un intérêt d’ordre ethnologique car ils révèlent souvent des biais qualitatifs ou quantitatifs en matière de représentation végétale, étant le fruit de collectes de bois destinées à une utilisation particulière d’une ou plusieurs essences. Ces échantillons ont souvent fait l’objet de prélèvements manuels par les fouilleurs et n’ont été étudiés que ponctuellement.

14Dans les niveaux archéologiques des banquettes réservées (couche 2a‑2b), ils ont été collectés par tamisage à l’eau. La maille de 2 mm a été retenue en raison de la nature du sédiment, de la relative richesse en charbons et de l’optimisation des identifications. Ces fragments dispersés dans la terra preta correspondent aux résidus carbonisés de récoltes multiples de bois dans l’environnement du site et donnent pour cela une bonne image paléoécologique lors de l’occupation. Ce sont ces échantillons qui ont été principalement étudiés lors des analyses anthracologiques.

15Pour les niveaux de paléoincendies, un échantillonnage des lentilles de charbons appartenant souvent à une seule essence (cf. supra § 2.5.3), affleurant en surface de la couche 1bb après décapage, a été effectué ; une opération identique a été engagée sur les coupes dans les tranchées.

16Enfin des prélèvements verticaux sur colonne, par couches de 5 cm tamisées, ont permis la comparaison qualitative et quantitative des charbons des niveaux d’habitat et des niveaux de paléoincendies pour une meilleure perception des différences de représentation, ceci dans le but de définir un maximum de caractères susceptibles de différencier sur le terrain les contextes anthropiques et « naturels ».

3.1.4.2 Limites de détermination

17Les spectres anthracologiques représentent les listes de taxons identifiés pour le niveau archéologique de chacun des trois principaux sites échantillonnés (13, 223 et 230) ainsi que leur fréquence respective. Les interprétations doivent tenir compte de certains biais qualitatifs et quantitatifs qui surviennent entre la végétation de départ et l’image que l’on peut en observer à partir des spectres anthracologiques.

18La conservation peut être différente selon les espèces : lors de la combustion elle‑même (seule la végétation ligneuse est perceptible, les herbacées notamment sont réduites en cendres) ou lors des processus d’enfouissement. Certains taxons risquent ainsi d’être sous‑représentés dans le spectre anthracologique. Cela semble être le cas des palmiers, rarement trouvés dans les échantillons analysés.

19Les déformations subies par la combustion peuvent être telles que les charbons sont indéterminables ou de façon peu précise. On note souvent une vitrification des tissus, particulièrement dans le cas de charbons issus de paléoincendies. L’identification des charbons de bois, bien souvent en deçà d’une taille de 5 mm, est délicate.

20La production de charbons à partir d’un individu végétal peut être très irrégulière, selon la nature de la combustion, selon la fragmentation et selon l’espèce. Certains taxons sont encore mal étudiés ou difficiles à distinguer au sein d’une famille. Les limites de détermination ne sont pas les mêmes en fonction des essences. Tous ces éléments font que les interprétations se basent davantage à partir d’un cortège floristique. La présence ou l’absence de taxons, leur attribution à des milieux écologiques connus permet de reconstituer le type de couverture végétale présente sur le site ou dans son environnement proche.

21Les tableaux de détermination présentent les taxons selon divers degrés de précision d’identification. Tout d’abord, certains taxons sont identifiés jusqu’au niveau de l’espèce, signi fiant que le doute concernant l’appartenance à une autre espèce est faible et donc que le référentiel à disposition est suffisant (pour exemple Eperua falcata). D’autres taxons correspondent à un type particulier ou aux échantillons de référence mais sans que la collection ou la précision de l’identifié semblent suffisants pour écarter complètement d’autres possibilités au sein du genre défini (par exemple Aspidosperma cfalbum). Un taxon peut correspondre parfaitement au type anatomique d’un échantillon de référence sans que la collection de réference, limitée taxonomiquement dans ce cas précis, permette une détermination certaine (pour exemple les identifications cf. Calycolpus goetheanus ou cf. Dioclea). Un taxon peut appartenir à plusieurs espèces au sein d’un même genre sans que l’une d’entre elles ait une plus grande présomption, seul le genre est spécifié dans ce cas (pour exemple Pouteria chez les Sapotacées indiqué Pouteria sp.). Parfois même plusieurs genres peuvent être invoqués pour l’identification du taxon (pour exemple Eschweilera/Lecythis). Enfin, l’appartenance de taxons a pu être attribuée à une famille par ses caractères anatomiques sans que le genre puisse être précisé, il s’agit donc d’indéterminés au sein de la famille (pour exemple Nyctaiginacées indét.).

22Près de 5 000 identifications ont été effectuées au total sur l’ensemble des sites du bassin du Sinnamary (tabl. vi).

TABL. VI ‒ Spectre anthracologique attribué au niveau anthropique.

TABL. VI ‒ (suite)

TABL. VI ‒ (fin)

3.1.5 Interprétations

3.1.5.1 Période d’occupation anthropique

23L’analyse anthracologique des échantillons archéologiques donne une image de la végétation en place à une époque donnée (tabl. vi). Par contre, les charbons dispersés dans les niveaux archéologiques apportent une connaissance de l’environnement végétal du site. Les espèces observées pour les trois occupations de plein air 13, 223 et 230, fournissent une image de la couverture forestière assez proche de la végétation actuelle.

24En effet, les ligneux typiquement forestiers sont bien représentés avec des taxons caractéristiques de la forêt primaire peu perturbée. Cependant, il est à signaler que le bois de chauffage est fréquemment prélevé par des populations amérindiennes dans les abattis forestiers, à partir des arbres abattus pour les pratiques culturales (Grenand, Haxaire 1977 ; Gely 1983). De même, nous devons tenir compte du fait que, pour l’installation sur les implantations, les arbres ont été coupés et le bois utilisé à divers usages. Enfin, au niveau des souches résiduelles, le feu a pu être entretenu comme on l’observe encore régulièrement dans les abattis traditionnels où il fournit de nombreux charbons. Nous trouvons donc bien représentées, et ceci dans le cas des trois sites analysés, les principales familles de la forêt de terre ferme dont les taxons des essences ligneuses de forêt primaire constituent la majeure partie du cortège floristique obtenu par l’analyse anthracologique.

25Pour ce qui est de l’image de la forêt ripicole, les sites étant localisés à proximité du fleuve, il est logique de voir apparaître des taxons caractéristiques comme les genres Pachyra, Virola et Eperua. C’est souvent avec une précision au niveau de l’espèce que l’on peut attribuer au taxon un milieu écologique défini, ceci explique peut‑être la pauvreté du cortège à l’exclusion des légumineuses.

26Concernant la forêt marécageuse, un seul taxon a été observé avec certitude sur le site 13, il s’agit d’une Fabacée, Pterocarpus officinalis, à mettre en relation avec les bas‑fonds hydromorphes adjacents à cette implantation.

27Le cortège indique en outre la présence de taxons caractéristiques de milieux plus ou moins secondaires dus à l’impact anthropique local ou du moins d’un milieu plus ouvert ; cet état est marqué par la présence de taxons typiques de milieux héliophiles. La proportion relative de ces taxons peut indiquer une plus ou moins grande pression de l’homme sur l’environnement, voire même donner une idée de la durée d’implantation. Certaines espèces typiques comme Xylopia nitida (Annonacécs) ou encore Schefflera morototoni (Araliacées), Byrsonima. densa (Malpighiacées), certains genres caractéristiques comme Vismia (Clusiacées), Ficus (Moracées) ou encore Apeiba (Tiliacées), Cupania (Sapindacées) et Vitex (Verbénacécs), et des familles comme les Mélastomatacées, les Rubiacées, les Boraginacées et les Simaroubacées, sont autant d’indices du caractère secondaire de la flore environnant les sites. On peut citer également Goupia glabra (Célastracéc) retrouvée sur les trois sites et qui marque un impact ancien d’anthropisation, on utilise souvent cet arbre comme marqueur d’anciennes zones perturbées ou d’anciens villages. Sur l’ensemble des sites étudiés, l’implantation 13 présente le cortège de taxons de milieux secondarisés le plus important quantitativement et qualitativement, ce qui peut s’expliquer soit par une occupation sur une plus longue durée soit par la réutilisation plus régulière du site.

28En conclusion, une première vision du spectre montre en tout premier lieu que l’environnement des trois sites étudiés correspond à un milieu foresté, aucune espèce strictement savanicole n’ayant été identifiée et la majorité des essences déterminées étant des arbres présents actuellement dans le cortège floristique forestier du bassin du Sinnamary. L’environnement des sites au moment des occupations était donc écologiquement proche de factuel : une forêt en place, dans des conditions climatiques générales peu différentes de ce qu’elles sont aujourd’hui. Cependant, les formations secondaires correspondant aux différentes étapes de reconstitution de la végétation après destruction totale ou partielle de la forêt primaire sont présentes également et signalent l’anthropisation effective du milieu.

29Comme le prouvent les fouilles des sites de Petit Saut, les populations qui ont occupé le bassin du Sinnamary étaient des populations agricoles, pour preuve notamment la présence de platines à manioc. L’apport de ressource alimentaire d’origine végétale, principalement le manioc, était nécessaire à la subsistance des populations organisées en village qui dépendait ainsi de l’agriculture itinérante sur brûlis. Les résultats anthracologiques intègrent cette problématique ; c’est en effet traditionnellement au sein de l’abattis qu’une grande partie du bois mort est récolté afin d’être utilisé comme combustible pour les différentes activités liées au feu du village ; le spectre anthracologique est donc pour une part constitué de taxons prélevés dans les parcelles défrichées. De plus l’emprise humaine sur son environnement est ressentie également au travers du spectre d’analyse par la représentation des ligneux de formations secondarisées, qui se sont installés après l’éclaircissement de parcelles de forêts destinées à la mise en culture. Les études antliracologiques menées sur le site archéologique du mont Grand Matoury dans l’île de Cayenne (Tardy 1997) ont montré également combien les activités humaines ont pu marquer l’environnement végétal du site.

30Les études paléoenvironnementales marquent ainsi les anciennes perturbations du milieu sous l’effet de la pression anthropique tout en montrant que le paysage conserve une richesse naturelle, signe de la bonne gestion de l’écosystème forestier par les populations amérindiennes. Ainsi, la forêt guyanaise malgré son aspect apparemment vierge a été fréquemment sujette à des défrichements et brûlis par le passé, même s’il est actuellement extrêmement difficile voire impossible de déceler sur le terrain d’anciennes implantations amérindiennes au travers de la végétation en place.

3.1.5.2 Périodes de paléoincendies

31Concernant les périodes de paléoincendies mises en évidence dans le bassin du Sinnamary, l’étude anthracologique présente un cortège pauvre et très différent du paysage actuel (tabl. vii). Les analyses montrent une sur‑représentation de certains taxons dont l’écologie est complexe à définir. En effet les genres Swartzia et Tabebuia notamment possèdent une large amplitude écologique et peuvent se situer à la fois en milieux ouvert et forestier. Le faible nombre de taxons identifiés comparé aux niveaux archéologiques peut s’expliquer cependant par le fait que les charbons issus des paléoincendies proviennent de matériel en place, non remanié, et ne donnent qu’une image très localisée de la végétation présente sur les sites. Toutefois l’omniprésence des taxons en de nombreux points des trois sites, espacés de plusieurs kilomètres et répartis sur les deux rives du fleuve, tend à montrer leur prédominance à certaines époques de l’Holocène et permet de penser qu’ils ont pu être présents dans des proportions beaucoup plus fortes que dans l’écosystème forestier actuel.

TABL. VII ‒ Spectre anthracologique des niveaux de paléoincendies. Période II : entre 6000 et 4000 BP. Période I : entre 10000 et 3000 BP. * présence du taxon

32Les analyses antliracologiques de Petit Saut permettent ainsi de percevoir certains événements climatiques postglaciaires en Guyane française. Les données paléoenvironnementales ont montré par ailleurs que la période d’extension maximale des glaciers dans le monde, située aux alentours de 20000‑13000 BP, a correspondu à une phase sèche dans la zone tropicale ; phase qui s’est matérialisée en Amérique du Sud notamment par la baisse de niveau de lacs (Wirmann et al. 1988 ; Servant, Fontes 1978) et par des périodes de régressions forestières (Ledru 1992a ; Absy et al. 1991 ; Van der Hammen, Absy 1994).

33Les datations de charbons de bois obtenues sur Petit Saut couvrent la période holocène. Nos résultats concernant les paléofeux naturels apportent la preuve de changements climatiques sensibles au cours des dix derniers milliers d’années qui ont pourtant été longtemps considérés comme une période relativement stable, propice au développement forestier.

34Au moins deux périodes de feux antérieures à l’occupation humaine en Guyane française sont mises en évidence. Ces incendies sont la conséquence de péjorations climatiques ayant permis l’inflammabilité des massifs forestiers au début de l’Holocène et à l’Holocène moyen. La durée et l’amplitude de ces phases sèches sont encore difficiles à évaluer mais elles ont été observées dans d’autres sites de Guyane française, dans le bassin de l’Approuague notamment (Tardy 1998) ainsi qu’en diverses régions d’Amérique tropicale. Il est donc intéressant de corréler nos résultats avec d’autres données paléoenvironnementales afin d’appuyer nos interprétations.

35La période de péjoration climatique située entre 4000 et 6000 BP est confirmée par de nombreux résultats palynologiques, sédimentologiques et géomorphologiques. Ils témoignent notamment d’un recul forestier et de l’abaissement des niveaux des lacs et ils viennent appuyer l’hypothèse d’une phase sèche ou très contrastée : en Amazonie (Absy et al. 1991), sur le plateau des Guyanes (Van der Hammen 1963 ; Wijmstra, Van der Hammen 1966), au Venezuela (Bradbury et al. 1981), dans les Andes (Van der Hammen 1982 ; Mouguiart, Roux 1990) et au sud‑est du Brésil (Servant et al. 1989a ; Ledru 1992a). Des charbons de bois datés de cette période ont été observés également dans les sols ainsi que dans des carottes sédimentaires lacustres dans la région amazonienne (Sifeddine et al. 1994a ; 1994b ; Desjardins et al. 1996) et dans le sud‑est du Brésil (Soubies 1980) confirment l’existence de paléoincendies et la dégradation du couvert forestier à l’Holocène moyen.

36La période située autour de 8000‑10000 BP pour laquelle nous observons les indices du passage de feux en Guyane française semble apparaître également comme une phase climatiquement critique. Plusieurs phases d’incendies pourraient avoir existé durant cette période dont une en relation avec les événements tardiglaciaires. En effet des phases sèches ou de forte instabilité climatique autour de 11000‑9500 BP sont mises en évidence dans de nombreuses régions d’Amérique du Sud : au Brésil (Absy, Ledru, 1992a ; Behling 1997) en Colombie (Van der Hammen et al. 1981) et en Amérique centrale (Bradbury et al. 1981 ; Leyden 1985), l’abaissement du niveau de lacs est enregistré au Guyana et dans le nord des Andes (Van der Hammen 1974) et en Amazonie (Sifeddine et al. 1994b). Enfin des paléofeux sont signalés au Panama entre 11000 et 9000 BP (Piperno et al. 1990) et plus récemment des incendies tardiglaciaires ont été également mis en évidence sur le site des Nouragues en Guyane française (Tardy 1998).

37Les paléoincendies datés autour de 8000 BP s’inscrivent également dans un contexte climatique perturbé signalé notamment par l’abaissement de niveaux de lacs et de débits de rivières dans le nord du continent sud‑américain (Van der Hammen et al. 1992) (fig. 64). Des niveaux de charbons de bois datés de cette période ont été observés par ailleurs notamment au Brésil (Servant et al. 1989a ; 1989b ; Pessenda et al. 1996 ; Vernet et al. 1994) et autour de 7600 BP aux Nouragues en Guyane française (Tardy, données non publiées) confirmant l’existence de phases d’incendies.

38Seules les phases plus anciennes de paléofeux ont été prises en considération dans cette étude. Étant bien antérieures à l’occupation humaine du bassin du Sinnamary elles nous ont paru, au moment de la réalisation de ce travail, comme prioritaires pour mettre en lumière l’existence des paléoincendies naturels en Guyane française. Des périodes de feux ont eu lieu à l’Holocène récent mais posent certains problèmes quant à leur attribution climatique stricte, étant donné l’installation des populations agricoles pratiquant la culture itinérante sur brûlis. L’ensemble des données anthracologiques guyanaises récoltées durant ces six dernières années sur l’ensemble des sites étudiés en Guyane française permet d’envisager dix phases de paléoincendies réparties depuis la fin du Pléniglaciaire dont la moitié se situerait au cours des trois derniers millénaires (étude en cours).

3.1.5.3 Perspectives

  • 4 Les dernières orientations scientifiques notifiées dans la poursuite du programme Ecofit (projet Ec (...)

39Matériel de datation par excellence, indice de végétation identifiable par ses caractéristiques anatomiques attestant du passage des feux au sein de la forêt tropicale durant certaines époques, le charbon de bois fossile n’en reste pas moins ambigu quant à son origine. Il apparaît comme un outil indispensable dans l’étude des paléoenvironnements et des phénomènes paléoclimatiques que sont les périodes de sécheresse holocènes. L’aspect dynamique du feu dans l’évolution des écosystèmes, l’impact de ces feux sur la végétation au cours du temps, l’héritage de ces paléoincendies dans la mosaïque actuelle du paysage sont autant de problématiques à développer au sein d’un programme pluridisciplinaire. L’anthracologie se propose d’apporter un protocole d’étude des charbons de bois fossiles, à l’origine de questions et de recherches pour les différents domaines scientifiques concernés par l’évolution des écosystèmes au cours de l’Holocène4.

40Au sein de l’archéologie, les phénomènes de paléofeux mis en lumière par l’étude des niveaux charbonneux sur les sites de Petit Saut, montrent à quel point il est important d’avoir une bonne vision stratigraphique des implantations et de caractériser tous les événements fossilisés dans les sols. Cette précaution doit s’appliquer notamment dans le cas des sols amazoniens de forêt, peu épais, où le risque de mélanges et d’interprétations erronées est grand.

41L’étude des charbons de bois est en position charnière à la frontière entre les disciplines concernées par l’action anthropique occasionnelle exercée sur le milieu durant les derniers millénaires et l’impact des fluctuations climatiques.

3.2 L’étude ostéologique

3.2.1 Les premiers témoins ostéoarchéologiques en Guyane française

42Sur l’ensemble des sites fouillés, trois ont fourni des restes osseux. Cette première mise au jour d’ossements sur des implantations de plein air amazoniennes, dans des sols acides, réputés peu propices à la conservation de l’os, présente un intérêt scientifique important pour la connaissance des comportements humains.

43La densité d’ossements par rapport aux surfaces fouillées est extrêmement faible. Ansi le site 172 a fourni 410 g de fragments osseux pour 136 m2 fouillés, le site 230 a fourni 14 g pour 2 200 m2 décapés, enfin, sur le site 260, des particules d’os (moins d’1 g) ont été découvertes dans le comblement de FG 1 et n’ont pas donné matière à cette étude (fig. 66). Ces vestiges fauniques étaient dispersés dans quelques structures, en concentration ponctuelle, et dans la couche de terra preta. Tous les restes collectés sont brûlés, ce qui explique probablement leur conservation dans ce milieu acide. Ils présentent un aspect typique de calcination (couleur blanche), ainsi que les fractures caractéristiques d’ossements ayant subi la combustion alors qu’ils étaient recouverts de leur chair (Buikstra, Swegle 1989). Malgré une fragmentation élevée, quelques remontages ont toutefois pu être effectués.

3.2.1.1 Le site 230

  • 5 « a » fait référence à une concentration de céramique et d’os dans Ce 22 au même titre que « b ».

44Deux structures, 230 Ce 22 et 230 FTP 37, ont fourni des restes osseux. 230 Ce 22a5 a livré des fragments de tibia, Ce 22b des fragments de fémur, de tibia et de talus. Les restes de 230 FTP 37 sont des diaphyses d’os longs et des restes d’os spongieux (vertèbres et épiphyses). Tous ces ossements ont été attribués à l’Homme (Homo sapiens sapiens), et d’après l’analyse, ils pourraient appartenir à un même individu (tabl. viii et fig. 66).

FIG. 66 ‒ Dispersion du matériel osseux sur les sites 172 et 230.

TABL. VIII ‒ Répartition pondérale par site du matériel osseux.

45Les restes indéterminés, compte tenu de la texture de l’os, pourraient appartenir aux Primates (singe ou homme).

3.2.1.2 Le site 172

  • 6 Dans le niveau de terra preta.

46Des vestiges osseux ont été mis au jour dans quatre structures : 172 CeOF 1 (fig. L, § 2.4.3), 172 CeF 44, 172 CeFSu 55, 172 FSu 80 et dans deux zones spécifiques, les unités métriques D61 et D216 (tabl. viii et fig. 66).

47172 CeOF 1 a fourni la plus grande quantité d’os avec 176 g recueillis. Des fragments de radius, d’ulna, de carpe (capitatum, scaphoïde et hamatum gauche), de fémur et de tibia ainsi que des fragments de diaphyses d’os longs ont été attribués à l’Homme (fig. 67). Trois fragments d’ulna et un de fémur se rapportent à l’Alouate (Alouatta sp.). Comme précédemment, les indéterminés, de par leur texture, appartiennent très probablement à l’ordre des Primates. Ils présentent le même état de calcination que les restes humains.

FIG. 67 ‒ Remontages effectués sur les restes humains.

48172 FSu 80 a livré le plus d’ossements après 172 CeOF 1, avec 116 g recueillis. Tous sont attribuables à l’Homme : crâne, alvéoles de maxillaire et de mandibule, métacarpe, phalanges, et articulation d’une vertèbre thoracique. L’état des sutures crâniennes indique qu’il s’agit d’un individu âgé, plus vieux que celui de 172 CeF 44.

49172 CeF 44 contenait au total 60 g d’éléments osseux totalement calcinés. Il s’agit de portions de crâne d’un individu jeune (occipital, pariétal et temporal), de radius, d’ulna et de tibia ainsi que d’éclats d’os longs, tous attribués à l’Homme.

50172 CeFSu 55 n’a livré que 32 g d’ossements : fragments de crâne, de tibia, de mandibule, de corps vertébral de cervicale et d’os longs. Ils ont tous été attribués à l’Homme, à l’exception d’un fragment distal d’humérus dont la détermination reste problématique, sa taille renverrait à. Ateles sp. tandis que sa morphologie le rapprocherait de l’Homme.

51Les quatre fragments provenant de l’unité métrique D61 demeurent indéterminés.

52L’unité métrique D21 a livré des fragments de maxillaire, de coracoïde, d’atlas, de sacrum, de côte, de phalange du pied et quelques portions d’os longs. Tous se rapportent au squelette humain, à l’exception d’une phalange complète de Primate qui n’a pu être identifiée spécifiquement (Homo sapiens sapiens, Alouatta sp. ou Ateles sp.). De plus, deux fragments de vertèbres n’appartenant pas à l’ordre des Primates ont été recueillis. Leur morphologie rappellerait celle d’un Artiodactyle (cf. Suidés ou Cervidés).

3.2.2 Hypothèses

53Aucune structure des deux sites considérés n’a livré de squelette humain complet. Sur le site 172, la répartition des ossements selon les parties anatomiques indiquerait un minimum de deux individus, un jeune et un vieux. Sur le site 230, les ossements trouvés révèlent la présence d’au moins un individu.

  • 7 Ces espèces de singes sont communes dans les forêts‑galeries de la Guyane. Ils sont diurnes, arbori (...)

54Sur le site 172, des restes animaux sont associés aux restes humains : Primates, représentés probablement par un singe hurleur (Alouatta sp. cf. Seniculus) et/ou un singe araignée (Ateles sp. cf. Paniscus)7 et des Artiodactyles. Ces derniers (Tayassu pécari, Tayassu tajacu, Mazama americana ou Odocoileus virginianus) sont représentés par des restes d’adultes et leur présence résulte très probablement d’activités cynégétiques. En effet, les indiens Galibi et Wayana de Guyane ne chassent actuellement que des bêtes adultes ; les jeunes individus dont les parents auraient été tués à la chasse sont ramenés au village où ils restent jusqu’à leur maturité avant de retourner dans la forêt. Il faut noter que même si la chasse est pratiquée tout au long de l’année dans ces zones amazoniennes, elle connaît un temps fort et un temps particulièrement faible, opposition qui correspond aux deux périodes de l’été principal et de l’hiver dans la première moitié de l’année (Gasche 1975). Durant cette « première saison », où mûrit un grand nombre de fruits, l’homme comme l’animal est à la quête de cette nourriture. « Le chasseur sait donc où il peut s’attendre à trouver les oiseaux et les singes qui s’alimentent de ces fruits. » (Gasche 1975). La pratique de « gardiennage » des jeunes animaux sauvages, notamment singes, perroquets, loutres, pécaris et cabiai, est également signalée par J. Hurault (1961). On notera que l’élevage n’est pas pratiqué chez les Wayana car la chair d’animaux domestiques est considérée impure du fait qu’ils se nourrissent de déchets domestiques.

55Le père Pelleprat, en 1655, a dressé l’inventaire des animaux consommés par les Galibi. Dans cette longue liste on retrouve la mention de « trois ou quatre sortes de sangliers » et « de singes, de guenons de toute espèce » (Compagnie de Jésus 1857). Quelques siècles plus tard, P. Clastres (1972) relève parmi les animaux consommés la présence de singe hurleur, auquel Y. Wack (1986) fait également allusion, et de cochon sauvage.

56À propos des pratiques culinaires, si l’on connaît le boucanage, commun à toutes les tribus de Guyane, Gillin (1948) cite le cas où des morceaux de viande et de poisson embrochés sont rôtis à la flamme. Chez les Galibi et les Wayana, quels que soient les modes de cuisson, on retrouve sur le boucan ou sur le feu, des carcasses d’oiseaux, des morceaux de mammifères et des poissons mélangés (observation de terrain, E. Pelle).

57L’interprétation de ces restes calcinés est problématique du fait de l’association d’os humains à des restes animaux. S’il s’agit de vestiges alimentaires, d’autres possibilités sont à envisager : le rituel funéraire ou encore l’anthropophagie, mais ne sont‑ils pas liés ?

3.2.2.1 Rituels funéraires

58L’existence d’urnes funéraires polychromes, caractéristiques de la culture Aristé, a été mise en évidence dans la région de l’Oyapock, sur les sites de Saut Maripa, de Trou Reliquaire, de Trou AGAE, de Gros Montagne et Trou Biche. Les pratiques funéraires de cette culture sont décrites ainsi : le corps du défunt est brûlé, puis les ossements sont récoltés dans des urnes fabriquées à cet effet. Celles‑ci sont ensuite déposées dans des grottes ou abris sous roche, ou encore, en l’absence de grotte, mises en terre. De telles pratiques se sont poursuivies jusqu’au xixe s. chez les populations du littoral et de l’intérieur (Cornette 1981 ; 1985a ; 1987d ; Petitjean‑Roget 1980 ; 1983). D’après A. Cornette (1987d ; 1992), les Galibi disposaient leurs morts entiers dans les urnes, ce qui supposait un prédécoupage du fait du diamètre réduit des récipients (environ 20 cm). S. Rostain (1989a) précise que chez les peuples Galibi et Wayana on pratiquait l’enterrement aussi bien que l’incinération, déjà décrit par J. Hurault (1961), c’était alors des cendres que l’on déposait dans l’urne. L’enterrement secondaire consistait à récupérer les ossements d’un cadavre mis en terre pendant un certain temps, de les enduire d’ocre et de les disposer soigneusement dans une urne que l’on enterrait ou cachait dans une cavité rocheuse.

59Dans la région de Ouanary, des grottes à fonction funéraire ont été découvertes, elles ont livré des poteries décorées contenant des restes humains (Cornette 1990b ; Rostain 1992). Une jarre trouvée sur le site des Hattes‑Yalimapo a été identifiée comme appartenant au rituel funéraire (Cornette 1987d). Un cimetière en plein air est également connu près d’un village Galibi des Hattes‑Yalimapo ; quant aux indiens Oyampi, ils enterraient leurs morts dans des cimetières (Hurault 1962).

3‑2.2.2 L’anthropophagie

60Dans sa Chronique des indiens Guayaki, P. Clastres (1972) relate des faits détaillés sur le cannibalisme. Il nous transmet une vision Guayaki : « Le cannibalisme est une technique supplémentaire de lutte contre les âmes des morts. Pour éliminer l’âme il faut manger le corps. » Quelques‑uns de ces récits, recueillis vers 1960, pourraient étayer l’hypothèse du cannibalisme sur les deux sites étudiés du bassin de Sinnamary. Même si les événements qui suivent ne se rapportent pas uniquement aux Amérindiens de la zone d’étude, ils se rapportent toutefois à des peuples culturellement proches. « Manger de la chair humaine ce n’est pas consommer de la viande de gibier ; c’est un acte, qui au‑delà de sa forte profane dimension de gourmandise, enveloppe toute une profondeur sacrée, en ce qu’il est traitement des morts par les vivants. [...]. Les Aché Gatu les mangent [...]. Quels que soient l’âge, le sexe, les circonstances de la mort tous les morts sont mangés. Ainsi les enfants qui périrent de meurtres rituels furent mangés. » Plus loin, il continue : « Nous visitâmes le lieu du repas. Les Aché avaient préféré accomplir leur rite à l’écart du campement. Baipugi [...] pleura sur la mort de son enfant puis elle indiqua un foyer. “Elles sont là les cendres des os qu’on a brûlés”. [...] Mais tout n’était pas calciné. La femme remuait doucement du bout des doigts les cendres mortes et montrait un fragment. “Ceci c’est l’omoplate de mon enfant. Et voici un morceau de sa tête et de l’os de sa jambe.” » (Clastres 1972.)

  • 8 Il accompagnait le seigneur de La Touche, mandaté par Henri IV pour créer des fiefs sur tous les te (...)

61En Guyane, d’autres propos sont rapportés sur des pratiques anthropophagiques, entre autres par Jean Mosquet, qui explora la contrée en 16048. Au cours d’un passage il évoque que « Grands ennemis des Caribes (les Galibi), les Caripous ne les mangeaient pas, bien que la réciproque ne fût pas observée », À une autre occasion il rapporte la discussion entre deux chefs indiens à propos d’un ennemi, « [...] je rassemblerai alors tout mon peuple et nous le mangerons dans un festin qui fera époque ». Ce type d’anecdote nous est aussi relaté par le père Bechamel en 1674 (Henry 1981) et Louis‑Ange Pitou en 1792 (Pitou 1805).

62A. Métraux (1982) analyse la raison d’être de ces pratiques par le fait que « le cannibalisme sud‑américain » est étroitement associé aux institutions guerrières. Il avait pris chez les Caribes et les Tupinamba (Staden 1979) un développement tel qu’il avait fini par devenir une obligation sociale de la plus haute importance. Le goût que les Caraïbes des Antilles manifestaient pour la chair humaine nous est rapporté par Colomb lui même et le mot « cannibale » n’est qu’une forme du nom de ces indiens (Métraux 1982).

63Enfin les Mythologiques de C. Lévi‑Strauss (1964 ; 1 966 ; 1968) indiquent clairement l’interaction entre les trois faits, la chasse, le funéraire et l’anthropophagie ; elles abondent de références fondées sur des mythes amazoniens, soulignant l’importance de la relation Homme/Animal où, parmi ces derniers, le singe et les Artiodactyles occupent une place de choix. Dans tous les récits mythiques, Lévi‑Strauss montre la dialectique existant entre les couples « animal‑homme » et « chasse‑cannibalisme ».

64L’ensemble de ces témoignages archéologiques et ethnographiques permet d’avancer des hypothèses sur le comportement humain dans cette zone amazonienne, à la période amérindienne. Seules des fouilles systématiques augmenteraient les probabilités de mettre au jour davantage d’ossements dans des contextes bien définis, et nous permettraient de mieux comprendre la signification de tels dépôts, avec l’aide de l’important bagage ethnographique disponible. Les sites 172 et 230 viennent de nous offrir les premières données dans ce sens.

3.3 Les objets en bois

65Les produits fabriqués qui en sont dérivés constituent une part des artefacts amérindiens sans que l’on puisse en apprécier l’importance. Les témoignages anciens et les représentations iconographiques qui les accompagnent font largement mention de toute la culture matérielle amérindienne réalisée à partir de ces matériaux périssables. Estimer les difficultés du travail du bois est délicat puisqu’aucune hiérarchisation n’existe en ce qui concerne les autres matériaux et outils à disposition. La nature organique du support engendre sa disparition dans le contexte de site archéologique de plein air. Mais des artefacts en bois taillés ont été repérés en Guyane, ils proviennent du fond du lit de cours d’eau. Ils ont été collectés lors de recherches aurifères par dragage, piégés au droit des sauts ou dans des passages difficiles, propices aux naufrages. C’est au début des années 80 que les dragages aurifères prennent un essor considérable avec l’utilisation de « dragues suceuses » qui succèdent aux rares dragues à godets qui avaient fonctionné au début du siècle. L’exploitation intense des lits de cours d’eau, ces dernières années, a permis un très grand nombre de découvertes fortuites d’objets en bois, disséminés dans des collections privées tels que bois d’arc, spatule plus ou moins effilée, casse‑tête. Il suffit de prendre pour exemple la « Collection Saub » étudiée par A. Cornette (1989b) qui en regroupe à elle seule neuf.

66D’autres matières organiques sont parvenues jusqu’à nous, comme les résines enduisant en partie certaines lames de haches retrouvées en fond de rivière avec leur emmanchement d’origine sur lesquels la présence de lianes ou de roseaux servant à la fabrication de ligatures peut être conservée. Enfin, on peut signaler le cas d’un fragment de vannerie mis au jour en milieu anaérobie sur la zone littorale (Turenne 1974).

3.3.1 Les spatules

673.3.1.1 Les spatules appointées

68Les objets ainsi décrits correspondent à de longues lattes de bois fusiformes, peu épaisses, appointées à une extrémité et marquées à l’autre d’une poignée individualisée par une garde. La longueur est le seul paramètre qui varie de manière significative (de 80 à 180 cm).

69De telles formes sont connues en Amazonie brésilienne chez différents groupes ethniques, elles sont aussi mentionnées par des chroniqueurs voyageant en Guyane à partir du xviie s. Le père Jean de La Mousse, lors de son séjour chez les indiens Galibi du quartier de Sinnamary en 1684‑1691, décrit un objet qui semble comparable sous le terme « tomach » ; des spatules similaires sont connues en Guyane dès 1984, elles sont nommées « épées » par A. Cornette décrivant ainsi certains artefacts rassemblés dans la collection de Henry Saub, orpailleur sur l’Approuague.

70Si les recherches subaquatiques que nous avons engagées n’ont livré aucun artefact semblable, des particuliers nous ont confié, pour étude, trois pièces similaires provenant du Sinnamary (fig. 68, nos 1, 2 et 3). Leur longueur évolue de 124,8 à 179 cm, leur largeur maximale au niveau du renflement de la lame, de 4,8 à 8,5 cm. Leur section est fusiforme aplatie (l’épaisseur variant de 0,8 à 1,25 cm) comme sur de nombreuses pièces entrevues chez des particuliers. Les poignées sont identiques à celles observées dans la collection Saub. Ces trois « épées » sont en bon état de conservation, elles ont été taillées dans du bois dur, mais aucune identification d’essence n’a été engagée.

FIG. 68 ‒ Les outils en bois trouvés en fond de rivière : 1‑3 spatule appointée ; 4 spatule à bout quadrangulaire ; 5 spatule à extrémité distale élargie ; 6 bois d’arc.

3.3.1.2 Les spatules à bout quadrangulaire

71Il s’agit d’une spatule allongée, qui s’élargit faiblement et progressivement jusque dans sa partie distale, les extrémités sont droites à légèrement convexes.

72Un seul objet de ce type a été étudié (fig. 68, no 4) : il s’agit d’une spatule de bois très dense, d’une longueur de 83 cm et d’une largeur maximale de 4,5 cm. De section fusiforme, son épaisseur ne dépasse pas 1,5 cm. Son extrémité distale est droite. La lame porte un fin décor de losanges imbriqués rayés par deux lignes parallèles dans sa partie centrale et situé sur la face la plus finement lissée. Au niveau de la poignée, la lame est légèrement amincie et à son extrémité, elle est décorée sur les deux faces. Sur la face la plus finement lissée, un registre d’incisions fines en résille s’étend sur 4,5 cm. Sur l’autre face et symétriquement, quatre chevrons emboîtés sont peu marqués. Cette spatule est en très bon état de conservation, aucune identification du bois n’a été effectuée.

73Un objet se rapprochant de cette spatule provient de l’Approuague, il est d’une longueur d’130 cm, sa poignée est de morphologie différente (Rostain 1994a).

3.3.1.3 Les spatules à extrémité distale élargie

74Une pièce unique appartenant à cette catégorie a été découverte en fond du Sinnamary, lors de nos prospections subaquatiques (fig. 68, no 5). Cette spatule est en bois de couleur brun‑rouge, la fibre est serrée, compacte, comme les autres pièces précédemment décrites, elle est réalisée dans un bois dur. Cependant, la forte érosion a altéré la surface du bois qui se désagrège en fines particules. L’objet est très émoussé et sa forme originale ne peut être définie avec exactitude.

75La pièce est d’une longueur de 52 cm, sa largeur évolue de 6,4 cm dans sa partie distale à 1,7 cm dans sa partie proximale, son épaisseur est en moyenne d’1 cm. Une des extrémités est large, à convexité faiblement marquée, elle a pu être aménagée par un tranchant. L’autre extrémité se prolonge par une excroissance de faible largeur attribuable à un manche. Cette spatule peut être rapprochée d’une pièce découverte sur la Mana qui présente la même extrémité distale (Rostain 1994a).

3.3.2 Les pagaies

76Deux pagaies ont été découvertes lors de travaux aurifères sur des sites d’orpaillage. Leur attribution chronologique est difficile et il est tentant de reconnaître dans ces objets des artefacts récents, rattachés à l’époque des premières exploitations aurifères, hypothèse s’appuyant sur le lieu de découverte. En Guyane, d’autres pagaies ont été trouvées dans le lit de l’Approuague, de l’Oyapock etc. ; elles sont foliacées, rectangulaires ou cordiformes et se rattachent morphologiquement, pour certaines, à des modèles comparables rencontrés aujourd’hui sur les fleuves du département.

77L’une des pagaies est foliacée, sa longueur totale est de 164 cm pour une largeur maximale de 9,2 cm. La partie foliacée de la pagaie est de section fusiforme, son extrémité est nettement appointée. Quant au manche, s’il est entier, il est court et rétréci à son extrémité, sa section est hémisphérique. De fines craquelures altèrent le bois qui est mal conservé et altéré suite à son séjour dans un sédiment humide. L’autre pagaie a une pelle quadrangulaire, est très mal conservée et en partie fracturée. Sa section semble fusiforme. Le manche est étroit, de section plus ou moins circulaire, il se termine par un aplatissement. Longue de 114 cm, sa largeur est au maximum de 10 cm. Le bois léger est très érodé et fendillé. La morphologie de cette pagaie est en grande partie altérée par une torsion due au séchage non contrôlé de la pièce.

3.3.3 Les bois d’arc

78En Guyane, un fragment attribué à un bois d’arc provenant de l’Approuague a été décrit (Rostain 1994a), il s’agit d’un support appointé long de 131,5 cm et d’une épaisseur de 2 cm environ. Lors de nos contacts avec des particuliers, l’un d’entre eux nous a confié un des deux bois d’arc complets qu’il avait découverts dans l’Approuague (sans localisation plus précise) lors de dragages aurifères. Les deux pièces sont de même type. Celle inventoriée par nos soins est longue de 126 cm, sa largeur et son épaisseur maximales sont de 1,5 cm (fig. 68, no 6). Son profil est plus ou moins triangulaire et de morphologie identique à celle des arcs Tilio actuels (Caway 1988), il comporte une gorge dans sa partie antérieure (dos de l’arc) alors que son ventre est bombé. Aucun aménagement en bout n’a été identifié permettant la fixation de la corde. Bien conservé, le bois est dense et la fibre semble homogène. Le bois choisi a été identifié comme appartenant à l’espèce Swartzia leblondii (Caesalpiniacées).

3.3.4 Les axes de fusaïole

79Parmi les fusaïoles découvertes à Petit Saut, l’une d’elles, trouvée sur le site 230 (Ce 22), contenait encore dans sa partie centrale un fragment carbonisé d’axe en bois. Il était fabriqué en Brosimum guianense (Moracées). Chez les Wayana actuels, des axes de fuseau sont réalisés dans un bois à cœur rouge très dur nommé « Paila » (Caway 1988).

Notes

1 Le programme anthracologique de Guyane s’effectue dans le cadre d’une thèse de Doctorat : Histoire du feu au Tardiglaciaire et à l’Holocène en Guyane française : paléoincendies naturels et anthropisation ancienne du milieu. Études anthracologiques et interprétations paléoclimatiques et paléoenvironnementales, par C. Tardy (laboratoire Paléoenvironnements, Anthracologie et Action de l’Homme, ESA 5059 du CNRS à Montpellier) sous la direction du Pr. J.‑L. Vernet. Ces recherches s’inscrivent dans la problématique du programme Ecofit (Changements globaux, écosystèmes et paléoécosystèmes des forêts intertropicales) CNRS/Orstom sous la direction de M. Servant.

2 Exceptées les montagnes de la Trinité qui culminent à 700 m et où la végétation est qualifiée de sub‑montagnarde, toutefois elle n’appartient pas à notre champ d’investigation.

3 Herbier du centre Orstom de Cayenne, avec l’aimable participation de G. Cremers, conservateur de l’Herbier de Guyane.

4 Les dernières orientations scientifiques notifiées dans la poursuite du programme Ecofit (projet Ecofit II) vont dans cette direction avec l’objectif d’intégrer les recherches concernant l’impact anthropique passé et actuel sur les écosystèmes, impact qui ne saurait être négligé, si l’on considère les derniers milliers d’années, au vu notamment des résultats récents des travaux archéologiques en contexte forestier tropical.

5 « a » fait référence à une concentration de céramique et d’os dans Ce 22 au même titre que « b ».

6 Dans le niveau de terra preta.

7 Ces espèces de singes sont communes dans les forêts‑galeries de la Guyane. Ils sont diurnes, arboricoles et cohabitent dans la même région.

8 Il accompagnait le seigneur de La Touche, mandaté par Henri IV pour créer des fiefs sur tous les territoires conquis entre l’Amazone et l’île de Trinidad.

Table des illustrations

Légende FIG. 65 ‒ Charbons de bois fossiles illustrant les trois plans anatomiques du bois pour l’identification taxonomique. 123 : SAPOTACEAE, Pouteria cf. cladantha Arbre de forêt primaire 1 (x 150) – coupe transversale : vaisseaux souvent réunis radialement par deux, trois ou quatre, de diamètre inférieur à 100 microns ; parenchyme en bandes tangentielles de trois à quatre cellules en épaisseur. 2 (x 130) – coupe tangentielle : rayons unis à bi‑sériés, hétérogènes, hauts jusqu’à 1500 microns, formant des cellules ovales. Présence de fibres trachéides. 3 (x 140) – coupe radiale : ponctuations intervasculaires rondes en quinconce et présence de ponctuations vaisseaux‑rayons ovales. 456 : LAURACEAE, Mezilaurus itauba 4 (x 150) – coupe transversale : vaisseaux disséminés, isolés ou accolés radialement par deux ou par trois. Parenchyme associé aux pores en manchon parfois anastomosé. 5 (x 300) – coupe tangentielle : rayons bi‑sériés, hétérogènes, avec parfois des cellules à huile aux extrémités. 6 (x 250) – coupe radiale : présence de corpuscules siliceux dans les rayons. 789 : CAESALPINIACEAE, Eperua falcata 7 (x 40) – coupe transversale : pores disséminés ou accolés radialement. Présence de canaux sécréteurs en ligne dans le parenchyme. 8 (x 100) – coupe tangentielle ; rayons larges de trois à cinq cellules. 9 (x 100) – coupe radiale : ponctuations intervasculaires comme radiovasculaires de 6 à 8 microns. Les clichés 10, 11 et 12 illustrent le phénomène de vitrification des charbons issus d’incendies. 101112 : HUMIRICEAE cf. Humiria balsamifera 10 (x 70) – coupe transversale : exemple de vitrification des tissus faisant disparaître les parois cellulaires. 11 (x 300) – coupe transversale : présence de perforations scalariformes avec des grilles de 10 à 15 échelons en général. 12 (x 130) – coupe tangentielle : structures cellulaires difficiles à identifier. Rayons unis à bi‑sériés, ponctuations non visibles.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44538/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 291k
Légende TABL. VI ‒ Spectre anthracologique attribué au niveau anthropique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44538/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Légende TABL. VI ‒ (suite)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44538/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Légende TABL. VI ‒ (fin)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44538/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende TABL. VII ‒ Spectre anthracologique des niveaux de paléoincendies. Période II : entre 6000 et 4000 BP. Période I : entre 10000 et 3000 BP. * présence du taxon
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44538/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende FIG. 66 ‒ Dispersion du matériel osseux sur les sites 172 et 230.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44538/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende TABL. VIII ‒ Répartition pondérale par site du matériel osseux.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44538/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 67 ‒ Remontages effectués sur les restes humains.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44538/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende FIG. 68 ‒ Les outils en bois trouvés en fond de rivière : 1‑3 spatule appointée ; 4 spatule à bout quadrangulaire ; 5 spatule à extrémité distale élargie ; 6 bois d’arc.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44538/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 83k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search