Version classiqueVersion mobile

Amérindiens de Sinnamary (Guyane)

 | 
Stéphane Vacher
, 
Sylvie Jérémie
, 
Jérôme Briand

Chapitre 2. Sites de plein air

Chapter 2 The open‑air sites

Capítulo 2 Los sitios al aire libre

Capítulo 2 Sítios ao ar livre

Résumé

Le choix environnemental d’implantation des sites varie très largement. Ils sont parfois situés en berge mais de manière préférentielle sur les hauteurs. Les zones interfluviales, inexplorées dans le cadre de cette étude, représentent un territoire où le potentiel reste à préciser.

Sur les sites anthropisés, la réalisation de tranchées effectuées à la pelle mécanique a mis en évidence une stratigraphie qui se particularise systématiquement par la présence sous l’humus d’un niveau de terra preta constitué de deux horizons. Si la genèse et l’évolution de ces horizons restent floues, il apparaît cependant que leur mise en place découle de l’anthropisation. Après distinction des anomalies végétales ou animales, aucun paléosol ni structure n’y ont été observés. Après la phase d’abandon des sites, les artefacts migrent dans le sol et le lessivage des éléments constitutifs de la terra preta masquent la présence de structures en uniformisant la teinte du sol. Ces dernières (trous de poteau, fosses avec dépôts céramiques...) ne sont repérables que si les creusements ont atteint le substrat compact. Malgré leur densité sur les sites décapés, aucune organisation spatiale n’a pu être définie.

La reconnaissance, au contact de la terra preta et en stratigraphie, de niveaux de charbon de bois, a permis de mettre en évidence des phases d’incendies naturels de la forêt dues à des périodes de réchauffement climatique. Leur présence pose le problème de la validité des échantillons de charbons de bois prélevés dans les anthropisés et collectés pour les 131 datations 14C réalisées.

Différents jalons chronologiques sont néanmoins apparus : de 10000 à 8000 BP et de 6000 à 4000 BP pour les périodes de paléoincendies. Quant à la présence amérindienne, elle est attestée au moins de 1660 BP à 220 BP.

Texte intégral

2.1 L’échantillon

  • 1 Le terme de loci utilisé par certains auteurs (Rostain 1994a) associant l’idée de sites de faible i (...)

1Quatre‑vingt‑onze implantations se regroupent sous l’appellation générique de « site de plein air »1. Les sites forment un ensemble hétérogène où les données collectées sont très variables : de la simple localisation avec ramassage de quelques tessons à l’intervention lourde par décapage mécanique et collecte de plus de 700 kg de mobilier céramique (tabl. ii).

TABL. II ‒ Données synthétiques sur les sites de plein air. Type de site : A amérindien ; AC amérindien‑colonial ; AM amérindien moderne. Type d’intervention : SD sondage ; décap. décapage à la pelle mécanique. Dans les autres colonnes, la valeur X signifie présence et la valeur XP signifie présence avec site à polissoirs.

2Du point de vue fonctionnel, il apparaît impossible, dans l’état actuel de la recherche, de subdiviser la catégorie des sites de plein air. La sériation des occupations en fonction des faits archéologiques issus de sondages de quelques mètres carrés ne saurait être crédible quand l’interprétation à partir de données provenant de sites décapés de manière extensive, à Petit Saut, reste problématique. À titre d’exemple, on peut noter que la différence établie par l’auteur d’une carte du xviiie s. (Dessingy 1770a ; 1770b), entre un abattis (site 274 « Ancien Abattis Indien ») et un habitat (site 275 « Habitat de Michel Maya Indien ») n’est pas apparue lors de la phase de sondages.

3Dans ce cadre et pendant l’étude, la substitution de références ethnographiques aux données archéologiques manquantes, en négligeant leur aspect chronoculturel, ne doit être entreprise qu’avec précaution afin de ne pas aboutir à des hypothèses aberrantes.

4Parmi la petite centaine de sites repérés, les quinze implantations localisées à la jonction entre forêt et savane, sur la bande littorale (secteurs A et B) et hors du bassin du Sinnamary, ne sauraient être comparées au reste de l’échantillon. Ces habitats sont concentrés sur des hauteurs, entre les criques d’eau vive Malmanoury et Karouabo dont les embouchures se perdent dans les terrains inondables de la savane Karouabo.

5Pour les autres sites repérés en forêt, la répartition spatiale est beaucoup plus vaste (tabl. iii). Cependant, il est important de préciser les limites géographiques de nos travaux. Les secteurs prospectés représentent une bande maximale de 2 km de large centrée sur l’axe du moyen Sinnamary et du bas Courcibo ; quant au haut Sinnamary, seul le cours du fleuve et ses abords immédiats ont été considérés.

Localisation

Nombre de sites

Berge du Sinnamary

50

Berge du Courcibo

17

Berge de la crique Tigre

2

Berge de crique

5

Jonction forêt/savane

15

îlot

1

Inselberg

1

TABL. III ‒ Distribution géographique des sites.

  • 2 Dans l’emprise du barrage, ces secteurs étaient peu menacés par la montée des eaux.

6L’espace interfluvial, en tant qu’étendue localisée entre des cours permanents (fleuve, rivière et crique majeure) est souvent perçu comme une zone sèche par l’absence de cours d’eau actifs toute l’année, il n’a pas été prospecté et reste inconnu2. Ce serait aller contre la volonté des auteurs que de l’assimiler, par suite d’une lecture rapide des documents fournis, à un terrain vierge d’occupation. De même, utiliser la répartition des occupations inventoriées pour induire que le fleuve constitue un axe de communication privilégié est simpliste et ne prend pas en compte certaines réalités environnementales et humaines toujours observables chez les groupes amérindiens du sud de la Guyane.

2.1.1 Situation des implantations

7Chaque site, en tant qu’unité, a contribué à la reconnaissance des lieux topographiques choisis par les palethnies. La préférence s’est portée sur des méplats de mornes ou plus rarement de berge, dont l’étendue varie de quelques centaines de mètres carrés à plusieurs hectares. Leur forme est variable et peut être subcirculaire, oblongue ou informe. Aucune implantation n’a été reconnue au sommet de colline marquée par une crête accentuée ou à flanc de versant. La présence d’indices sur pente s’est toujours avérée associée à l’existence d’une occupation sommitale. La distance par rapport aux cours d’eau permanents varie très largement (fig. 21), depuis l’implantation sur îlot dominant le fleuve jusqu’à celle « perdue » à 1 km d’une berge. Il en est de même des variations altimétriques : les sites les plus bas sont en limite de zone inondable et peuvent être submergés lors de crues exceptionnelles. Les plus hauts, à 80 m d’altitude (par rapport au cours du fleuve), sont situés bien au‑delà du secteur touché par le barrage (fig. 22).

FIG. 21 ‒ Répartition des sites de plein air en fonction de leur altitude et de leur distance par rapport au fleuve.

FIG. 22 ‒ Profils topographiques de différents sites et schémas des axes de relevés avec localisation du nord géographique, du ou des sondages et de la berge.

8Ainsi, aucun schéma caractéristique d’occupation des sols ne se dessine, les variations environnementales sont trop nombreuses et se décrivent à l’échelle de chaque site, le choix du lieu paraît avoir été dicté par la meilleure combinaison entre une multitude de facteurs indissociables.

9L’interprétation par les archéologues du choix de l’implantation peut diverger. Les hauteurs dominant le fleuve sont généralement associées aux « camps retranchés » contrôlant les cours d’eau et les flux de populations qui peuvent y circuler, alors que les dangers quotidiens en forêt sont plus sûrement la chute de bois, l’humidité et l’insalubrité. Dans ces dernières perspectives, une hauteur apparaît comme un site offrant la plus grande période possible d’ensoleillement au‑delà de la menace des essouchages et des nuisances entraînées par les zones marécageuses : ces plans d’eau stagnante sont en effet une source de prolifération de multiples insectes toujours à l’origine de désagréments et parfois vecteurs de pathologies.

10Les facteurs de choix d’implantation liés à la collecte alimentaire, apparaissent plus difficiles à cerner en raison de la mauvaise conservation du mobilier osseux. Cette situation ne permet pas, à travers une étude ostéo‑faunistique, de reconnaître un écosystème nourricier privilégié par les populations. Mais le milieu forestier est considéré comme « hyper‑nourricier » (Atlas 1979), qu’il s’agisse d’espèces végétales endogènes à l’image des palmiers (Awara, Wassaï, Pinot) ou de réserves en protéines fournies par la chasse et la pêche. Quant à l’horticulture, elle est attestée jusqu’à présent par la découverte de platines à manioc sans qu’aucun autre fait archéologique ne vienne enrichir la connaissance de cette activité.

11L’approvisionnement en matériau brut (roche, argile) est reconnu sur les sites archéologiques au travers du mobilier lithique et de la céramique. Ces deux éléments d’études, privilégiés par les archéologues, permettent d’imaginer une part importante des activités quotidiennes des palethnies, depuis la collecte de la matière première jusqu’à la production de l’objet. L’emplacement de l’habitat semble aussi lié à la distribution géographique des différentes sources d’approvisionnement minéral et des matières premières végétales (bois d’œuvre et palme pour la construction) dont l’identification, lors d’étude anthracologique, peut être effectuée.

12Cette mise en perspective dans le contexte naturel doit aussi prendre en compte les possibilités de déplacement. L’habitat apparaît comme un point de départ pour des trajets rayonnants d’importance variable, par voie de terre ou d’eau, et qui mettent en rapport les populations avec d’autres éléments du paysage. La forêt n’apparaît pas comme un milieu sec en dehors des cours d’eau majeurs : la densité du réseau hydrographique est si importante qu’elle n’est pas un frein aux mouvements des palethnies et l’eau est toujours disponible à une courte distance. En effet, l’alternance saison sèche/saison humide est à l’origine de l’apparition, dans des ravinements secs, de petits rus qui grossissent en quelques heures,

2.1.2 Cinq exemples

13Il suffit de décrire quelques cas pour mettre en évidence l’hétérogénéité des habitats et la spécificité de leur installation, en dehors du simple constat de leur rapport avec le fleuve (fig I, dépl. en fin d’ouvrage).

14Dans le cas du site 230, s’il est implanté à proximité du Sinnamary en berge gauche, il s’inscrit plus largement dans un rectangle de 4 km par 2 km dont trois côtés sont délimités par des cours d’eau importants : le Sinnamary, la crique Tigre et la crique Biche, qui forment des « frontières naturelles » navigables. Le quatrième côté de 2 km s’ouvre sur une petite chaîne de collines.

15Le site 82, localisé en berge du Sinnamary, est situé par voie terrestre à 3,5 km du site à polissoirs 44 sur la Courcibo. Par voie fluviale, il faut parcourir 14 km pour se rendre au même point. La maîtrise du déplacement sous forêt, une fois acquise, fait considérablement varier la notion de distance et de cheminement d’un point à un autre.

16Le site 275 est situé sur la rivière Courcibo à 18 km de sa confluence avec le Sinnamary. Deux possibilités, au moins, de cheminement existent entre ces deux points, soit par la rivière Courcibo, soit par un passage à terre en longeant la crique Bonne Nouvelle, en activité tout au long de l’année. Cette dernière voie a été préférée par les orpailleurs pendant toute la première moitié du siècle et jusqu’à l’apparition des moteurs hors‑bord. Ce passage avait l’avantage d’éviter une forte rupture de charge, Saut Kawènn, et de réduire la distance à parcourir.

  • 3 Un sondage de 4 m2 a été réalisé sur le site 180.

17Le site 180 se singularise par sa localisation sur une île ovale de 450 m par 200 m, culminant à 22 m d’altitude. Elle est éloignée de la terre ferme d’environ 50 m de part et d’autre. En saison sèche, l’île se rattache à la berge par une barre de roche discontinue qui est l’une des deux marches constituant Saut Coumarou, l’autre se situant en aval de l’île. Les difficultés de navigation sont accentuées par la présence, sur les 2,5 km en amont et en aval, de trois autres sauts : Aïmara, Dame Jeanne et l’Autel. La navigation y est particulièrement difficile et parfois impossible. Le site est donc installé sur un emplacement remarquable, faut‑il lui donner pour autant une fonction particulière que rien ne vient étayer3 ?

  • 4 Il n’est ni sondé, ni menacé par la montée des eaux du barrage. Il a été repéré en 1994 après la fi (...)

18Enfin, le site 286 reconnu comme montagne couronnée4, ne s’inscrit pas dans le schéma classique de ces implantations, tel qu’il a été défini jusqu’à présent (Petitjean‑Roget 1991a ; Versteeg, Bubberman 1992). Son altitude le situe en‑dessous de la moyenne reconnue puisqu’elle culmine à moins de 60 m. Le site, en bordure de fleuve et au débouché d’un ru, se trouve à 2 km de la confluence de la Courcibo et du Sinnamary. Dans les trois quartiers de cette confluence, des montagnes offraient des possibilités d’installation qui n’ont pas été retenues malgré leur position a priori « stratégique ». Il ne se différencie nullement des autres implantations de plein air par sa situation topographique, mais uniquement par la structure fossoyée qui le ceint ; cette remarque a été aussi pressentie par G. et M. Mazière à propos de la montagne couronnée de Yaou dont le fossé a été sondé en 1992 (Mazière, Mazière 1993).

2.1.3 Quelques notions sur la répartition spatiale

19Généralement, la répartition spatiale des sites dans les zones prospectées est homogène et ne semble refléter aucune concentration, ceci en dehors de toute caractérisation et sériation chronologique. Cette uniformité apparente des sites de plein air est vouée à disparaître avec l’intensification des recherches, grâce à l’identification d’activités spécifiques, artisanale ou cultuelle. Des sites funéraires, autres que ceux reconnus jusqu’à présent dans le département en abri sous roche, pourraient être identifiés, à l’image du site 172 pressenti comme tel. L’autre notion qui pourrait faire éclater cet ensemble est la reconnaissance, au niveau des choix d’implantation, d’une différenciation chronoculturelle étayée par une solide typochronologie. Celle‑ci est à considérer actuellement en phase d’élaboration.

20Enfin, la quantité d’informations dont nous disposons n’autorise pas encore une vision nette de la répartition des populations et de leur occupation à l’intérieur d’une aire géographique donnée. La notion de terroir, en tant que territoire exploité par une communauté, reste à définir.

21L’aspect unidirectionnel des communications sur un axe nord‑sud a été largement développé dans les travaux antérieurs et il est temps, maintenant, d’envisager les déplacements d’est en ouest, de bassin à bassin, ce qu’aucune contrainte géographique n’interdit. Les recherches futures sont donc à orienter vers des zones de terra firme, éloignées de cours d’eau majeurs mais dont l’environnement fournit tous les éléments nécessaires à la vie d’un groupe et à son épanouissement.

2.2 Les niveaux archéologiques

2.2.1 Le sol forestier

22Lors de l’anthropisation, le sol en tant que support d’implantation est soumis à différentes actions qui vont en modifier l’aspect, quelle qu’en soit la nature pédologique et l’emplacement topographique, tel qu’il a été précédemment décrit. Les caractères de ces modifications, en dehors de toute pédogenèse naturelle, sont mal connus mais offrent un aspect homogène sur tous les sites de plein air, grâce à la présence d’un niveau connu sous le nom de terra preta.

23Avant la mise en place de ce niveau, le sol naturel est tapissé en surface par l’humus (couche 1a) (fig. 23). Ce premier horizon est composé de sédiment brun foncé dont la teinte accentuée est due à la décomposition constante de la matière organique (feuilles, bois, racines) à laquelle il est mêlé. Le sédiment y est aéré et sert de matrice à une trame serrée de radicelles et de quelques grosses racines. C’est un milieu privilégié pour la faune de sol. Son épaisseur est variable, d’une moyenne de 10 cm, elle peut se réduire considérablement sur des pentes à fort pendage. La couche Ia n’est absente qu’à l’emplacement de perturbations récentes (terrier, essouchage) et en surface de l’habitat des fourmis « Manioc » du genre Atta et Acromyrmex qui provoquent une dénudation du sol sur de grandes surfaces.

FIG. 23 ‒ Stratigraphie type d’un sol forestier classique, 1a humus, 1ba substrat superficiel aéré et bioturbé, 1bb substrat compact. L’épaisseur des horizons varie en fonction des sites.

24La deuxième couche d’un sol forestier classique est composée par le substrat (couche 1b). Dans sa partie supérieure, il apparaît comme peu compact (couche 1ba) et correspond à la zone préférentielle d’ancrage du système racinaire. Son épaisseur varie en fonction de la topographie, du sédiment, de l’humidité et de la végétation. La couche 1ba a une hauteur moyenne de 45 cm et a été reconnue exceptionnellement jusqu’à 80 cm de profondeur. Puis généralement, le substrat devient brutalement beaucoup plus compact et imperméable (couche 1bb), il forme alors un socle pour l’écoulement des eaux. La couche 1bb est peu atteinte par le système racinaire qui court à sa surface à l’exception de quelques racines pivots qui s’y enfoncent profondément. La couleur de la couche 1b varie d’un site à l’autre, elle peut être de teinte ocre‑jaune à ocre‑rouge. En surface, elle est colorée de brun par les infiltrations de la couche la et en profondeur, sa coloration ocre s’accentue. La matrice des couches 1ba et 1bb est constituée de sédiment argileux à nettement sableux, elle peut être enrichie en éléments grossiers lui donnant un aspect plus ou moins graveleux, ou encombrée de gros nodules ferriques friables.

25Les modifications du sol liées à l’anthropisation altèrent directement la couche la lors de la période d’occupation ; les couches inférieures, 1ba‑1bb, le sont plus indirectement par la transformation momentanée de la couverture végétale et superficielle du sol ainsi que par les apports organiques liés à toute activité humaine.

2.2.2 Un nouveau regard

  • 5 Le creusement de tranchées profondes permettant la lecture de tout le profil de la berge n’a pas ét (...)

26Lors des décapages sur les sites amérindiens, la réalisation de grandes tranchées en croix a renouvelé l’image des stratigraphies sur les sites de plein air. Pour la première fois, des observations pouvaient être réalisées sur des profils coupant de part en part des occupations puis comparées aux sols non anthropisés. Ces coupes qui s’étendaient parfois sur plus de 200 m de long, ont toujours été prolongées jusqu’à la berge la plus proche5.

27Sur les sites de plein air, la première différence visible avec un sol forestier classique est due à l’absence de la couche 1ba remplacée par le niveau de terra preta (couche 2) (fig. 24). Il se subdivise systématiquement et nettement en deux horizons. Le premier, sous‑jacent à l’humus, est clair (couche 2a), puis lui succède un horizon foncé (couche 2b) (fig. A, B, D, E, F et G,). Verticalement, le passage d’une couche à l’autre se fait toujours progressivement par une transition de quelques centimètres d’épaisseur, il n’y a jamais de limite linéaire nette entre les horizons 1a, 2a, 2b et 1bb (Équipe de Petit Saut 1993a).

FIG. 24 ‒ Stratigraphie type d’un sol anthropisé. 1a humus, 2 terra preta où 2a marque systématiquement un horizon plus clair que 2b, 1bb substrat compact. L’épaisseur des horizons varie en fonction des sites.

FIG. ATerra preta sur le site de plein air 172 montrant les variations importantes de la coloration des couches 2a et 2b sur une même implantation sans qu’il existe pour autant de rupture stratigraphique. La couche 2b est toujours plus sombre que la couche 2a sur la zone de méplat et sur les pentes du site. 1 en W41 dans la pente au sud du méplat ; 2 en H21 dans la partie haute de la pente au sud du méplat ; 3 en A91 dans la partie sud du méplat ; 4 en D11 dans la partie haute de la pente nord du méplat ; 5 en D31 dans la partie nord du méplat. On peut observer des nodules de latérite dans la couche 2b indiquant un ancien essouchage ; 6 en A2 dans la partie est du méplat. (§ 2.2.2, § 2.2.3.1, § 2.3.3)

FIG. BTerra preta observée sur différents sites lors de la phase de sondages. Si les couches 2a et 2b apparaissent systématiquement, quelle que soit la nature du substrat, la coloration varie très largement, 2b restant toujours plus sombre que 2a. 1 site 222 ; 2 site 211 ; 3 site 207 ; 4 site 208 ; 5 site 180 ; 6 site 82. (§ 1.3.4.3 ; § 2.2.2)

FIG. D ‒ Site 13, m 15 à 17 : niveau de terra preta (couches 2a et 2b) et niveau de paléoincendie dans 1 bb. (§ 2.2.2, 2.2.3.2, 2.3.3)

FIG. E ‒ Site 13, tranchée 3, mètres 19 à 22 : jonction entre la berge alluvionnaire (à gauche) correspondant au méplat d’implantation présentant un niveau de terra preta et un microrelief au substrat latéritique très compact (à droite), cffig. A, no 2. (§ 2.2.2, 2.2.3.2, 2.3.3)

FIG. F ‒ Site 223, T3, m 5 : niveau de terra preta où les couches 2a et 2b sont peu marquées et présentent une teinte relativement proche de celle du substrat. (§ 2.2.2, 2.2.3.3, 2.3.3)

FIG. G ‒ Site 230, T3, m 2 : niveau de terra preta où la couche 2b présente une teinte noirâtre et où la couche 2a, brun foncé, se différencie nettement du substrat. (§ 2.2.3.4, 2.3.3)

28À l’échelle d’une implantation, aucune rupture stratigraphique n’est visible dans la couche de terra preta (2a‑2b) à l’exception de celle entraînée par les chablis. Ces portions de coupe sont caractérisées par des remontées de sédiment provenant du substrat (1bb) et par des dépressions ou des buttes en surface. Les horizons 2a et 2b sont alors absents, laissant place à un sédiment hétérogène de teinte moyenne. Dans les secteurs périphériques des sites, la différence entre les couches 2a et 2b s’amenuise progressivement et ces horizons deviennent indissociables et indiscernables de la couche 1ba.

29Dans cette stratigraphie type, le mobilier archéologique est réparti en un unique niveau, d’épaisseur variable, d’une moyenne de 30 cm, la plus forte concentration de mobilier se situe aux environs de la jonction des couches 2a et 2b. D’une manière générale, les artefacts sont répartis anarchiquement (fragments horizontaux, en biais ou de chant) et les éléments céramiques présentent un taux de fragmentation et de dispersion important. Aucun paléosol caractéristique, défini en tant que sol enfoui, n’a été identifié malgré la présence ponctuelle de mobilier disposé à plat et en connexion.

30Un seul site fournit une stratigraphie verticale plus complexe où se superpose, à ces différents horizons, une seconde occupation anthropique piégée à la jonction des couches la et 2a.

31Dans les niveaux 2a et 2b, aucune structure n’est visible. Ces aménagements ne sont discernables qu’à partir de la couche 1bb. Il faut toutefois noter l’existence de dépôts de céramiques entières dans l’horizon 2b.

32Sous‑jacents au niveau anthropisé, des niveaux de charbons de bois ont été repérés, ces résidus de combustion sont visiblement naturels en l’absence de restes anthropiques associés. Leur position va du contact entre les couches 2b et 1bb, à une position plus basse dans 1bb (fig. D). Ils sont les marqueurs de paléoincendies naturels et sont caractérisés par d’importantes lentilles de charbons de bois formant un niveau discontinu, chacune pouvant regrouper plusieurs kilogrammes de matière carbonisée issue d’une même essence. Les charbons sont isolés au milieu du sédiment, sans matrice particulière.

2.2.3 Stratigraphie des sites de référence

2.2.3.1 Site 172

33Le site 172, fouillé sur 136 m2, est implanté en berge gauche du fleuve sur une petite hauteur surplombant de 21 m un saut à forte rupture de charge (3 m), Saut l’Autel (fig. 25). Le méplat d’implantation, circulaire, de 20 m de diamètre, marque un espace restreint bien délimité topographiquement. Sur ses extrémités nord, est et sud le pendage est accentué à très accentué ; à l’ouest le site se rattache à un relief plus élevé par l’intermédiaire d’un thalweg faiblement marqué.

FIG. 25 ‒ Emprise du sondage sur le site 172, localisation du site à polissoirs 87 et des sites de plein air 173 et 247.

34En contrebas, en berge du fleuve, le saut est formé par de très nombreux rochers. Sur la rive opposée une grande dalle plate est couverte de polissoirs (site 87). Supportant plus de 400 cupules, c’est là un des ensembles les plus importants que nous ayons identifiés. Quelques dizaines de mètres plus loin, vers la forêt, deux implantations de plein air ont été reconnues (sites 173 et 247). Elles font face au site 172, sur un vallonnement beaucoup plus étendu et faiblement marqué altimétriquement.

35Le sondage effectué sur le site 172 est à l’échelle de l’implantation. Le profil E.‑O. (24 m) (fig. II, dépl. en fin d’ouvrage) recoupe en effet la totalité du méplat. Nous avons pu observer pour la première fois et de manière significative la couche de terra preta (fig. A, nos 1‑6). Les niveaux 2a et 2b sont continus et se prolongent au‑delà des portions sondées ; les secteurs de coupe où la teinte du sol est la plus foncée se trouvent en limite de pente (fig. A, nos 1 et 4), les couches 2a et 2b sont alors marquées par un épaississement qui atteint 30 cm pour 2b et 20 cm pour 2a alors que, sur la zone de méplat (fig. A, no 3), ces couches ne dépassent que rarement 15 cm (fig. 26). À l’ouest, où ce phénomène est particulièrement accentué, la surface du sol reste plane alors que la limite supérieure de 1bb suit déjà un fort pendage vers le thalweg.

FIG. 26 ‒ Site 172, fluctuation de l’épaisseur des horizons de terra preta sur la coupe E.‑O. A mètres 13 à 16 sur le méplat du site ; B mètres 23 à 26 en rupture de pente.

36Sur le méplat, 1bb est très compacte et les racines les plus profondes courent à sa surface (fig. 27). Lors des pluies, on observe de manière très nette un drainage latéral en surface de 1bb. Les perturbations dues aux essouchages sont étendues car le sol offre une faible épaisseur pour l’ancrage du système racinaire. En stratigraphie, la nature du sédiment permet de repérer facilement d’anciennes perturbations grâce à la présence de petits nodules ocre‑rouge caractéristiques de la coloration du substrat (fig. 28 ; fig. A, no 6).

FIG. 27 ‒ Aspect superficiel du réseau racinaire en forêt équatoriale se développant en surface de 1bb, ici sur le site 172.

FIG. 28 ‒ Coupe à l’emplacement d’une butte de déracinement et de la dépression qui l’accompagne, ayant servi au repérage d’indices sur le site 172 (coupe N.‑S., mètres 29 à 35), 1a humus, 2a‑2b terra preta, 1bb substrat, 3 sédiment ocre‑rouge de type 1bb déstructuré, 4 sédiment très humifère.

37Sur l’ensemble des coupes relevées, un seul niveau d’artefacts a été reconnu, concentré de manière préférentielle en 2b et en périphérie de site. Sur le méplat, il est moins riche en mobilier, mais les éléments céramiques sont souvent en connexion et rattachables à des structures fossoyées.

2.2.3.2 Site 13

38Le site 13 a été repéré lors de l’inventaire des polissoirs grâce à la présence de tessons localisés, après l’érosion de la berge, sur un affleurement rocheux ayant servi d’atelier de polissage (site 64) (fig. 29). Dans le sous‑bois, outre les indices d’occupation amérindienne, des traces ponctuelles marquaient la présence d’anciens campements temporaires d’orpailleurs. Décapé sur 1 400 m2, le gisement est implanté le long d’une berge basse constituée de dépôts alluvionnaires, dans une boucle du Sinnamary marquée en amont par l’embouchure de la crique Aïmara et en aval par un rapide nommé Saut Parole Finie. Ce dernier se révèle encombré de roches pendant la période d’étiage. Trois sites ont été découverts à proximité, en amont ; il s’agit des sites à polissoirs 65 et 220 à l’embouchure de la crique Aïmara et du site de plein air 212 à la confluence de la crique et du fleuve, installé sur une hauteur dominant le site 13.

FIG. 29 ‒ Emprise du décapage et des tranchées du site 13, localisation des sites à polissoirs 64, 65, 220 et du site de plein air 212.

39Des coupes ont été effectuées sur 170 m en neuf tranchées numérotées de 1 à 9. Les tranchées 3 à 8, effectuées à partir du décapage, sont perpendiculaires au fleuve ainsi que les tranchées 1 et 2 réalisées au nord‑ouest de la zone fouillée qui permettent de déterminer l’extension du site ; la tranchée 9, longue de 50 m, s’étend de la crique Aïmara vers le site.

40Les profils, situés dans la rupture de pente de la berge, indiquent un milieu très perturbé en surface qu’il faut associer au phénomène de lisière (nombreuses traces d’essouchages et de terriers). La lecture stratigraphique de la couche 1bb ne permet pas de déterminer différentes phases de dépôt alluvionnaire ; le sédiment sableux jaune est homogène, Dans la pente, les couches 2a et 2b deviennent indéterminables malgré le mobilier présent et elles sont remplacées par la couche 1ba dont l’épaisseur s’amenuise progressivement jusqu’à 15 cm (fig. II, dépl. en fin d’ouvrage). Les artefacts découverts en berge présentent un fort pendage et forment des concentrations ponctuelles (fig. 30, T4‑m 13).

FIG. 30 ‒ Site 13 : colonnes stratigraphiques dans les tranchées 1, 4 et 6. Le passage de 1bb1 vers 1bb3 marque dans le substrat des fluctuations de coloration de l’ocre‑jaune vers une teinte plus orangée liée au lessivage et à la présence du socle altéré sous‑jacent. Celui‑ci affleure à la fois sur la colline en surplomb du site et en berge de celui‑ci. (T4‑m 1 : lire tranchée 4, mètre 1 ; en en‑tête de chaque colonne est donnée l’altitude par rapport au 0 attribué au site). Pour T4‑m 1, on remarquera le niveau continu de charbons de bois issus de paléoincendies et pour T1‑m 5, la migration de ces charbons jusqu’à moins de 1,10 m de la surface du sol dans un sédiment très meuble et sableux (cffig. II, dépl. en fin d’ouvrage).

41Sur la zone décapée, les couches 2a et 2b sont bien marquées (fig. 30, T6‑m 6). Leur présence avait été mise en doute par certains spécialistes de l’étude des sols lors de la lecture stratigraphique des profils effectuée pendant la phase de sondages. Sur des coupes de plusieurs dizaines de mètres de long, elles apparaissent nettement, bien que leur colora tion ne prenne jamais une teinte noirâtre (fig. D). À l’échelle du site, leur épaisseur varie peu et elles se répartis sent également sur 40 cm (fig. II, dépl. en fin d’ouvrage). En stratigraphie, la localisation des concentrations de mobilier varie peu, elle se situe à la base de 2a. Sous‑jacentes au niveau anthropisé, les lentilles charbonneuses issues de paléofeux marquent un niveau quasi continu dont la profondeur varie entre 55 cm et 70 cm ; c’est sur ce site que ce lentilles sont apparues le plus clairement, nettement différenciées du niveau archéologique (fig. 30, T4‑m 1 ; fig. 31, T3‑m 16 ; fig. II, dépl. en fin d’ouvrage ; fig. D).

FIG. 31 ‒ Site 13 : colonnes stratigraphiques dans les tranchées 3 et 9. Pour T3‑m 26 : 1bb1 sédiment sablo‑argileux très riche en roche altérée rouge, 1bb2 substrat latéritique ocre‑rouge avec quelques nodules de roche altérée. Pour T3‑m 16, on remarquera le même phénomène qu’en T4‑m 1. PourT3‑m 26, le sédiment en 1 b1 est extrêmement compact et a empêché toute migration des artefacts ou des charbons de paléoincendies en profondeur (cf. fig. II, dépl. en fin d’ouvrage).

42Vers le nord, le site est jouxté par une petite éminence formant une presqu’île dans une zone marécageuse. La coupe 3 permet d’observer la jonction entre la berge alluvionnaire et ce microrelief au substrat latéritique très compact, encombré de gros blocs de roche altérée, litée et de couleur rouge‑violacé (remontée du socle altéré) (fig. II, dépl. en fin d’ouvrage). Dès le changement de faciès, les couches 2a et 2b disparaissent (fig. E) ; l’épaisseur de terre colonisée par le système racinaire se limite à quelques centimètres avant de se fondre dans le substrat (Ibb), au gré des perturbations (fig. 31, T3‑m 26). L’anthropisation est marquée par quelques tessons, mais elle ne semble pas s’être étendue dans cette direction. La présence de charbons, non datés, à l’extrémité nord de la coupe, figés en limite supérieure du sédiment argileux (1bb), peut être rattachée aux paléofeux ou à l’occupation amérindienne.

43De part et d’autre de ce relief, le site est en contact avec un vaste bas‑fond hydromorphe. La coupe 5, dont le pendage se perd dans cette zone de marais, indique une probable aire de dépotoir. Sur sa pente, le sédiment plus sombre est associé à une augmentation de la densité des artefacts.

44Les coupes 1 et 2 à l’ouest, n’ont révélé que des niveaux peu marqués, caractéristiques des périphéries de site. On doit toutefois signaler que des charbons sont profondément enfouis ça et là jusqu’à 1,20 m dans le sédiment sableux (fig. 30, T1‑m 5).

45À l’est, dans la tranchée 9, les couches 2a et 2b, de teintes proches, sont peu différentes de la nature du substrat, et elles finissent par laisser place à la couche 1ba. Dans la dernière portion de cette tranchée, vers la crique Aïmara, une dissociation en deux horizons, à nouveau faiblement marquée, pourrait indiquer une anthropisation en bordure de crique (fig. 31, T9‑m 7 et m. 40).

2.2.3.3 Site 223

46Le site 223, sis dans l’intérieur d’une courbe faiblement marquée du Sinnamary, en aval de Saut Tigre, a été décapé sur 1 850 m2 (fig. 32). Il est installé sur un vallonnement qui culmine à 7 m au‑dessus du niveau du fleuve. On y accède par des pentes douces d’environ 100 m. Sur l’autre berge, sur la crique Saut, est situé le seul site à polissoirs qui présente des traces d’enlèvements sur son affleurement (dolérite). À proximité de celui‑ci, sur un emplacement topographique identique au site 223, est implantée une autre occupation de plein air (site 222) ; évaluée sur 4 m2, elle est apparue dans ce sondage comme très peu marquée.

FIG. 32 ‒ Emprise du décapage et des tranchées du site 223, localisation du site à polissoirs 80 et du site de plein air 222.

47Les observations stratigraphiques ont été effectuées sur quatre tranchées, au sud (tranchée 4, longue de 46 m) et à l’ouest (tranchée 1, longue de 35 m) en limite de méplat, au nord (tranchée 2, longue de 100 m) et à l’est (tranchée 3, longue de 120 m) jusqu’au Sinnamary. La tranchée 3, avant d’atteindre la berge, recoupe perpendiculairement une petite crique à la mise en eau saisonnière.

48La couche de terra preta est visible sur le méplat et sur les pentes du site (fig. 33). À l’extrémité des deux coupes menant au fleuve, les profils présentent l’aspect d’un sol vierge, marqué par un niveau discontinu de petits charbons enfouis à environ 40 cm de la surface du sol et attribués à des paléofeux (fig. 34, T2‑m 75 et m 99 ; fig. 35, T3‑m 119).

FIG. 33 ‒ Site 223 : tranchée 1, mètres 1 à 8. Les couches 2a‑2b sont bien marquées et, en début de coupe, l’horizon lié aux paléoincendies apparaît nettement à la base de 2b.

FIG. 34 ‒ Site 223 : colonnes stratigraphiques des tranchées 1, 2 et 4. Pour la tranchée 2, aux mètres 75 et 99, le substrat (couche 1 bb), sous le niveau de paléoincendie, est argileux et très compact, de couleur ocre‑jaune, s’accentuant en ocre‑rouge en profondeur. Il a bloqué la progression des charbons dans le sol. Pour T1‑m 1, on notera, à la base de 2b, l’association de niveaux de paléoincendies et d’artefact.

FIG. 35 ‒ Site 223 : sur l'ensemble des colonnes stratigraphiques de la tranchée 3, on observe des fluctuations des niveaux anthropisés et des paléofeux, en fonction de la compacité du substrat. Sur le méplat (m 7 et 19), le substrat (couche 1 bb) est compact. En début de pente (m 42), les couches 1a, 2a et 2b sont épaisses et meubles, elles sont propices à une migration verticale des éléments dans le sol. Au m 49, en pente, la remontée du niveau argilo-graveleux, 1 bb2 (sédiment ocre-jaune à orangé, argilosableux, très compact, de type 1 bb1, servant de matrice à de petits galets dépassant rarement sol, tout comme en berge, au m 71, où 1bb est constituée d'un sédiment argileux, ocre-jaune orangé, à marbrures rouge pâle. Enfin, au m 119, 1 bb est composée d'un sédiment ocrejaune (orangé en profondeur) très compact, ayant stoppé la progression des charbons de 3 cm), limite à nouveau les infiltrations dans le bois dans le sol.

49Les couches 2a et 2b, d’une moyenne de 15 cm sur le méplat (fig. 35, T3‑m 7 et m 19 ; fig. F), s’épaississent en début de pente où elles atteignent respectivement alors 25 et 30 cm. Le niveau d’artefacts varie localement sur le site (fig. 34, T4‑m 23 et T1‑m 1) et se situe de manière générale à la jonction 2a‑2b à 2b, dans la zone de pente. Ce changement significatif se produit quand la couche 1bb est moins compacte et plus profonde (fig. 34, T2‑m 1 et fig. 35, T3‑m 42), à l’abord de petits rus. Dès que le substrat devient plus argileux et draine latéralement les eaux, le niveau archéologique remonte (fig. 35, T3‑m 49 et m 71).

50La coupe du ruisseau n’a montré aucune zone d’accumulation. Sous un dépôt de type humifère de faible épaisseur, on découvre une argile grasse, compacte en saison sèche, de couleur orangée à crème, marbrée de veines ocre‑rouge, dont la présence s’accentue en profondeur. Elle est à considérer comme une source de matière première de qualité pour la fabrication de céramique.

51Sur le méplat, le niveau de paléofeux n’apparaît pas dans 1bb ; en début de coupe 1, il est bien marqué sur quelques mètres à la base du niveau d’artefacts et de la couche 2b (fig. 33 et fig. 34, T1‑m 1). Il reste cependant difficile à isoler du niveau archéologique sur l’ensemble du site où, lors du décapage, les lentilles charbonneuses sont rarement apparues.

2.2.3.4 Site 230

52Le site 230, décapé sur 2 200 m2, se situe à 100 m de la roche Génipa, affleurement en berge du fleuve marqué par six polissoirs (site 30) (fig. 36). En saison sèche, l’affleurement est prolongé par l’émergence d’une barre de roches discontinue qui coupe le fleuve sans engendrer de difficulté pour la navigation. L’emprise du site a été repérée dans la partie est d’un vaste méplat oblong d’axe E.‑O., la végétation dans certains secteurs y apparaît dégradée et secondarisée (com. orale, P. Blanc et P. Birnbaum). Le site domine le fleuve de 22 m, on y accède par une pente douce.

FIG. 36 ‒ Emprise du décapage et des tranchées du site 230, localisation du site à polissoirs 30.

53Quatre tranchées de reconnaissance stratigraphique ont été effectuées avant le décapage, au sud vers le fleuve (tranchée 3 longue de 50 m) jusqu’à la berge, à l’est (tranchée 2 longue de 55 m) jusqu’à la limite du méplat, au nord (tranchée 1 longue de 66 m) prolongée jusque dans la pente d’un thalweg, enfin à l’ouest (tranchée 4 longue de 120 m), recoupant le méplat jusqu’à sa rupture de pente menant à une zone à fort drainage en saison des pluies.

54Sur l’ensemble de l’implantation, les couches 2a et 2b sont bien marquées et de couleur sombre. Leur épaisseur varie de 10 à 25 cm pour 2a, de 20 à 50 cm pour 2b. Dans la tranchée 2, la couche 2b semble se subdiviser ; sa base, plus claire (couche 2bb) (fig. 37A), est marquée par de très nombreux petits nodules de quartz anguleux dont l’origine reste indéterminée : squelette quartzeux du substrat plus abondant et marqué ponctuellement à l’échelle du site, ou présence liée à l’anthropisation, à l’image des quelques tessons et éclats de quartz qui y ont été découverts. Notre connaissance des sols vierges reste trop limitée pour apporter une solution.

FIG. 37A site 230, coupe 2, m 24 à 32 : portion de profil où la couche 2bb (variante claire de 2b) est visible. B site 230, coupe 4, m 12 à 20 : niveau de mobilier amérindien situé dans la couche 2b, de coloration très sombre sur la zone de méplat est du site, C site 230, coupe 4, m 59 à 67 : niveau de mobilier amérindien‑colonial situé dans les couches 1a et 2a sur la zone du méplat ouest du site. Il faut noter en particulier les deux amas de céramiques pris dans l’humus et n’ayant pas ou peu commencé leur migration dans le sol.

55Parmi les sites décapés, le site 230 est celui qui présente le niveau de terra preta le plus marqué (fig. G), cependant son aspect n’a rien d’exceptionnel, d’autres niveaux de terra preta, de teinte et d’épaisseur identiques, ont été repérés sur d’autres implantations sondées sur de petites surfaces, et parfois de manière plus accentuée, comme sur le site 235.

  • 6 Le matériel a été identifié par Y. Leroux. Parmi les bouteilles, ont été reconnus des récipients à (...)

56Lors de la réalisation de la tranchée ouest, de nombreux tessons sont apparus piégés dans l’humus, dispersés ou sous forme d’amas de taille importante. Dans ce dernier cas, ils offraient l’aspect de regroupements de plusieurs centaines de fragments où de grandes portions de vase se trouvaient en connexion (fig. 38). En stratigraphie, ces ensembles de tessons pénétraient peu le sol et ne dépassaient que rarement la couche 2a (fig. 37C). Leur association en faible quantité avec du mobilier colonial caractéristique, faïence, bouteille, grès et objet métallique, a permis de dater ce niveau archéologique du milieu du xviiie s.6 En surface, des lentilles de charbons sont à associer à une occupation récente. Lors de la réalisation des autres tranchées et du décapage, il est apparu que ce premier horizon se différenciait bien d’un second niveau, concentré en 2b, plus ancien et uniquement amérindien (fig. 37B). Ce type de distinction stratigraphique n’est apparu que sur le site 230. Dans la partie ouest du méplat (non décapée), il semble que l’occupation amérindienne‑coloniale soit seule présente. À l’inverse, à l’est, seule l’implantation ancienne est marquée. À l’ouest du décapage, la zone de recouvrement spatial des deux périodes reste floue.

FIG. 38 ‒ Niveau de mobilier amérindien‑colonial en connexion sur le site 230 à la jonction des couches 1a et 2a,

57Dans la portion ouest du méplat, la couche 2a‑2b, peu accentuée, disparaît progressivement à partir de la rupture de pente, tout comme dans les tranchées nord, est et sud où la couche 1ba la remplace.

58Dans la tranchée 3 qui recoupe la zone entre fleuve et implantation, aire particulière de circulation (fig. II, dépl. en fin d’ouvrage) lors de l’occupation, on observe très nettement la disparition progressive du niveau de terra preta. Nous pouvons cependant remarquer la présence exceptionnelle de mobilier céramique et de charbons de bois dans la couche 1ba, jusqu’à la base du profil, au contact de la berge. Leur enfouissement reste faible et ne dépasse pas 40 cm. L’origine des charbons est à associer à l’anthropisation ou à d’anciens feux de forêt, caractérisés par des lentilles importantes comme celles présentes en début de coupe sud dans la couche 1bb.

2.3 La terra preta

2 3.1 Une origine controversée

59C’est un anthropologue voyageur qui, le premier, a fait mention de la terra preta dans le bassin amazonien. Dès 1885, C.F. Hartt observe dans la région de Santarém (Brésil) des sols supportant une végétation exubérante qui perdure lors des périodes sèches. Ce caractère, allié à une grande fertilité de ces zones, semble attirer les populations amérindiennes. C.F. Hartt (1885) les nomme terra preta.

60Il faut attendre la fin des années 40 pour que des archéologues soulignent la présence de ce niveau sur des sites archéologiques à l’embouchure de l’Amazone (Meggers 1948 ; Nimuendaju‑Unkel 1949). À la même période, des géologues s’intéressent au problème et tentent d’expliquer son origine. On peut citer F.C. Camargo, qui attribue à cet horizon une cause géologique : il serait le résultat de la distribution verticale de cendres éruptives (Camargo 1941) ; cette théorie est d’ailleurs reprise en 1946 par J.‑B. Faria qui identifie ce niveau comme une couche de décomposition de roches volcaniques (Faria 1946).

61En 1949, B. Gourou synthétise le problème jusqu’alors sous‑jacent, à savoir la pédogenèse de la terra preta. Pour l’auteur, deux explications s’opposent. La première s’appuie sur l’hypothèse d’une origine géologique des sols et une recherche délibérée de ceux‑ci par les populations indiennes. La seconde se base sur une genèse anthropique de cette couche : factuelle fertilité ne serait due qu’à une occupation paléoindienne prolongée, modifiant un sol naturel (Gourou 1949).

62Dès lors, si les archéologues continuent à mentionner la terra preta comme une composante des stratigraphies archéologiques sans tenter de lui donner une justification, les géologues puis les géomorphologues ou les sédimentologues tentent d’étayer l’une ou l’autre des théories en s’appuyant essentiellement sur une caractérisation physico‑chimique du sédiment.

63E. Cunhua‑Franco donne à la terra preta une origine lacustre ancienne. C’est pour lui le témoin de lacs tertiaires sur les rives desquels des populations amérindiennes se sont installées postérieurement en y laissant des artefacts (Cunha‑Franco 1962). Cette thèse est reprise par I. Falesi, l’assèchement de ces igapos, suivi de la décomposition de la matière organique qui s’y trouvait, ayant occasionné un enrichissement local des sols (Falesi 1972 ; 1974).

64À la fin des années 60, le travail de W.G. Sombroek fait date. Sa synthèse sur les sols amazoniens laisse une large part à la description et à la caractérisation de la terra, preta, ou terra preta do indio, qui correspond apparemment à une zone de rejet ayant acquis sa fertilité spécifique à partir de déchets organiques résultant de la présence de populations locales (Sombroek 1966). L’hypothèse de la terra preta comme conséquence de l’anthropisation et non plus comme cause de celle‑ci est généralement retenue ; seule l’intensité de l’occupation fait varier la qualité physico‑chimique de cette couche. En 1972, M.W.H. De Boer s’attache à comparer des sols vierges et des sols anthropisés du plateau des Guyanes (Surinam) à l’aide d’analyses de leurs composants (De Boer 1972). Son étude confirme les travaux de W.G. Sombroek mais, à l’image de son prédécesseur ou de ses successeurs, la caractérisation de la terra preta reste peu nette.

65On peut mentionner une autre variante de cette hypothèse reprise par deux auteurs travaillant dans la zone Colombie‑Pérou. G. Ranzani en 1962, puis A. Andrade en 1986, perçoivent ce sol comme un sédiment enrichi de manière intentionnelle à l’aide de techniques agricoles ou horticoles basées sur l’adjonction de nutriments végétaux ou animaux (Ranzani et al. 1962 ; Andrade 1986) ; ces modifications volontaires, piégées par la sédimentation, perdureraient jusqu’à nos jours.

66Enfin, les travaux de E. Pabst (1991) et D.C. Kern (1994) sont des références obligées et récentes, les auteurs tentant de faire le point sur un problème archéologique au travers d’approches géomorphologique et chimique. E. Pabst souligne l’extrême fertilité de la terra preta et son origine anthropique même si la genèse de sa mise en place n’est pas claire. Quant à D.C. Kern, elle s’inscrit dans la lignée de B. Gourou, W.G. Sombroek et M.F. Simões : les sols isolés seraient les témoins d’une occupation anthropique et résulteraient directement de la durée d’occupation du site ou des conséquences postérieure à celle‑ci.

67La présence de terra preta est donc signalée dans l’ensemble du bassin amazonien jusqu’au plateau des Guyanes au nord –Surinam, Guyana, Guyane (Turenne 1979)– et en Colombie à l’ouest. Au Brésil, une cartographie est citée pour l’état de Belterra, pour l’île de Marajó et pour la zone d’Orixima dans l’état du Pará. Au Surinam, des travaux récents font mention de terra preta ponctuellement sur l’ensemble du littoral (Boomert 1993). Cet horizon est décrit comme des lentilles de petites tailles « n’excédant pas 1 000 m2 » (Sombroek 1966) ou comme une zone s’étalant sur 2 à 3 ha (Pabst 1991) et pouvant atteindre jusqu’à 80 ha (Hilbert 1959 ; Kern 1994). Toutes ces assertions ne sont étayées que par des carottages ou des sondages de quelques mètres carrés. Archéologues ou géomorphologues s’entendent pour décrire cette couche comme un niveau noir ou brun foncé, d’épaisseur variable (de 50 cm à 1 m), contenant des fragments d’artefacts et généralement localisé sur des sites proches de cours d’eau. W.G. Sombroek ajoute même la notion de courbe extérieure de rivière non inondable.

68Les différenciations physico‑chimiques entre la couche de terra preta et le sol vierge environnant semblent être perceptibles grâce à quelques mesures : C total, pH, taux de P205 liés à l’importante valeur de la matière organique présente dans cet horizon. Toutefois, l’origine de la coloration brune reste inconnue : certains y voient une conséquence de la dispersion de matière carbonisée mêlée à la fraction minérale fine (De Boer 1972). Enfin, la terra preta semble aussi signalée sous des termes divers par des écologues : « anthrosol », à savoir un niveau de terre noire contenant des tessons de céramique, des os et généralement un haut taux de phosphore (Saldarriaga, West 1986), ou par des Amérindiens : « /iwi pinu/ » par les Wayapis qui définissent ainsi un sol de terre noire riche en humus, excellent pour la culture, mais rare (Grenand, Haxaire 1977).

2.3.2 La terra preta à Petit Saut

69À travers notre recherche bibliographique sur la terra preta, face à l’hétérogénéité des descriptions issues de sites contemporains ou archéologiques et le manque de documents photographiques de qualité, la question s’est posée de savoir si tous les auteurs ont rattaché à cette appellation les mêmes horizons ou si des sols aux pédogenèses différentes, mais à l’aspect proche, étaient confondus.

70Dans ce contexte, nos descriptions à leur tour, pourraient être à l’origine de nouvelles controverses. Il nous semble donc particulièrement important de préciser que les horizons que nous rattachons à la terra preta, 2a‑2b, ont été observés uniquement sur des sites archéologiques et que, jamais, nous n’avons identifié dans des sols forestiers classiques des horizons qui auraient pu être confondus avec 2a‑ 2b. Nous nous inscrivons donc dans le courant qui voit dans la présence de la terra preta uniquement une conséquence de l’anthropisation, au même titre que notre collègue brésilienne D.C. Kern. Les variations descriptives que nous pouvons apporter, telle que la dissociation en deux horizons (2a et 2b) de la tetra preta, sont à replacer dans le contexte du milieu naturel du bassin du Sinnamary et de l’anthropisation qu’il a reçu, par rapport aux autres milieux dans lesquels la terra preta a été repérée jusqu’à présent.

2.3.3 Variation de la coloration des horizons de terra preta

71Les couches 2a et 2b présentent d’importants écarts de coloration intra‑ et intersites (fig. A, B, D, E, F et G). À l’échelle de chaque implantation, les variations d’intensité de teinte sont corollaires. Ainsi, si la couche 2b est noirâtre, 2a sera brun foncé et si 2b tend vers une teinte brun‑rouge, la couche 2a sera ocre‑rouge légèrement teintée de brun.

72Des changements de couleur importants, sur un même site, peuvent être significatifs à l’échelle de quelques mètres linéaires. D’un site à l’autre, la teinte la plus sombre de la couche 2b peut varier du noirâtre à une teinte légèrement plus brune que le substrat qui, lui, reste toujours à tendance ocre‑rouge ou ocre‑jaune. Ces fluctuations dans la coloration des horizons 2a‑2b sont accompagnées de variations quantitatives d’artefacts dans le niveau archéologique. Plus le sédiment présente un aspect sombre, plus la densité en mobilier est importante. Les sites ou les portions de sites où la coloration des horizons de terra preta est peu marquée ont un niveau archéologique à faible densité d’objets, abstraction faite du mobilier conservé dans les structures (couche 1bb). La densité de ces dernières n’est pas liée à la coloration des couches 2a et 2b par lesquelles elles sont couvertes. Pour exemple, sur la zone de méplat du site 172, la couche de terra preta, pauvre en mobilier, à une coloration très proche de celle du substrat ocre‑rouge où les structures fossoyées, dans 1bb, sont très abondantes et riches en mobilier. À l’inverse, sur le site 230, des structures peuvent être recouvertes par un niveau de terra preta très foncé.

73La reconnaissance et l’interprétation de ces variations de coloration se sont affinées avec l’avancement de la phase de terrain. Les teintes plus foncées de la couche 2b ont tout d’abord été repérées en périphérie de site, en limite de pente et ont été considérées comme des zones de rejets associées à leur position topographique. La teinte s’expliquait par un enrichissement organique lié à l’anthropisation. La surépaisseur de la couche par rapport aux zones de méplat indiquait un horizon d’accumulation. Par la suite, la découverte de niveaux s’étendant à l’ensemble des occupations a remis en question cette interprétation hâtive, les sites de plein air ne pouvant pas correspondre uniquement à de vastes dépotoirs.

2.3.4 La terra preta, niveau archéologique ?

74Une fois que la forêt a repris ses droits, les sites sont figés dans un milieu stable et seules les perturbations végétales et animales vont modifier le substrat. L’érosion des sols, quant à elle, est négligeable, elle est estimée entre 200 à 500 kg de matériau à l’hectare et par an, constitués pour une partie importante de transports organiques (Aménagement du Sinnamary 1992 ; Sarrailh 1990). L’enfouissement des niveaux archéologiques ne peut donc résulter d’un recouvrement direct d’autant plus que, par leur position sur des hauteurs, les sites s’inscrivent le plus souvent en dehors des secteurs touchés par les colluvions et alluvions. Sur les sites implantés en berge (sites 13, 14) où le sol est composé de sédiment sableux d’origine alluviale, aucune différenciation stratigraphique notable, dans la couche 2a‑2b, n’a été reconnue malgré de probables périodes d’inondation. Dans ce contexte, il apparaît comme certain que la couche 2b ne correspond pas à un horizon d’humus enfoui et que sa surface (jonction 2a‑2b) ne peut être un paléosol malgré la forte concentration de mobilier qui semble la caractériser. D’autre part, on peut remarquer qu’en pente, les limites périphériques de la couche 2a‑2b restent parallèles à la surface indiquant un horizon lié à un phénomène de lessivage quand elles finissent par se fondre en 1ba. Ce processus peut aussi être perçu par l’absence de tout creusement visible autour des dépôts céramiques contenus dans la couche 2b. Il révèle une uniformisation de la coloration du sol quelle que soit la période d’enfouissement des poteries par rapport au moment d’occupation, la stratigraphie évoluant de 1a, 1ba, 1bb en début d’occupation à 1a, 2a, 2b, Ibb lors de la découverte archéologique des sites. Il semble particulièrement important d’insister sur l’absence de rupture stratigraphique, à l’exception de celle associée à des anomalies topographiques plus ou moins marquées (essouchages récents). L’hypothèse d’une remise en place, par lessivage et diffusion latérale, des niveaux de terra preta après une perturbation postérieure à l’occupation, apparaît comme très probable. Enfin, sur le site 230, la mention d’un unique niveau de terra preta similaire à celui découvert sur les autres sites mais localisé à l’emplacement de la seule stratigraphie complexe (dissociant l’occupation amérindienne de l’occupation amérindienne‑coloniale du xviiie s.), est un argument supplémentaire pour voir dans la différenciation entre 2a et 2b un processus de lessivage d’éléments du sol. Il fait suite à une modification de celui‑ci lors de l’anthropisation, quel que soit le nombre d’occupations successives. L’utilisation du site serait alors le catalyseur d’une pédogenèse particulière sur les sols forestiers quelle que soit leur nature qui se prolongerait et se maintiendrait bien au‑delà du temps d’occupation. La couche de terra preta est donc une résultante de l’anthropisation au même titre que les rejets d’artefacts, sans qu’aucun rapport direct ne puisse être établi du point de vue stratigraphique entre ces deux éléments, leur évolution dans le sol étant différente.

75Les problèmes tout à la fois liés à la compréhension du recouvrement du mobilier archéologique, à l’emplacement théorique de paléosols et au processus de mise en place de la terra preta sont ainsi posés.

2.3.5 Sur l’origine de la terra preta

76Sur les sites, la modification du sol caractérisée par les couches 2a et 2b, ne peut trouver son origine que dans une transformation du milieu lors de l’anthropisation. Différentes étapes, dans l’atteinte à ce milieu, sont à considérer.

77La première étape correspond au défrichage de l’aire d’habitation choisie et au probable brûlage d’une partie voire de la totalité des bois coupés. Dans cette hypothèse, le sol est enrichi par des cendres et des microparticules carbonisées, lessivées dans le sol et stoppées par la couche 1bb. Les sites d’habitat et d’abattis devraient alors présenter le même type de stratigraphie (cf. supra § 2.1), mais, dans ce cas de figure, la corrélation entre quantité d’artefacts et coloration du sédiment ne peut plus s’expliquer par la durée d’occupation, la teinte étant due au brûlis initial de la forêt primaire. D’autre part, la couche de terra preta n’a jamais été signalée comme associée aux niveaux de paléoincendies, en dehors des sites archéologiques, bien que ces incendies naturels produisent un effet relativement comparable à un défrichement par brûlis sur une étendue beaucoup plus vaste et sans la volonté humaine d’une calcination systématique. Les cendres et les microparticules carbonisées ne sauraient donc être l’unique origine de la coloration de la terra preta.

78La deuxième étape dans la modification du milieu, après le défrichement, découle de la suppression de la couverture végétale, de la destruction de l’humus, de la mise à nu de la couche 1ba, de son exposition directe au rayonnement solaire, à la pluie et au piétinement lié à toute occupation, l’ensemble provoquant un tassement des sols et de possibles transformations physico‑chimiques. Ces éléments sont nécessairement à l’origine d’une modification de la vie dans le substrat en raison d’un changement décisif du milieu. Peu d’espèces doivent survivre et une nouvelle colonisation doit être entreprise. Il est nécessaire de définir ces nouvelles populations (champignons, algues, lichens, bactéries, etc.) et leur action sur la nature physico‑chimique du sol (Sarrailh 1990).

79La troisième modification est liée à l’apport organique issu directement des activités humaines, ces dernières passent entre autres par le rejet de déchets dont il est difficile d’estimer actuellement la qualité et la quantité. Toutefois, dans des zones spécifiques, ceux‑ci peuvent être concentrés et liés à des activités particulières. On peut envisager des zones de dépotoir mais aussi des lieux de transformation du matériau végétal comme des ateliers de vannerie ou de préparation du manioc. Enfin, un apport organique non négligeable peut résulter de la décomposition des toits de palmes lors de l’abandon des villages. Cet apport peut être régulier dans le cas d’une occupation cyclique des sites, cette assertion ne restant valable que pour des groupes ayant développé ce type de couverture.

80La dernière phase de modification de l’environnement correspond à l’abandon des sites et à la recolonisation végétale d’un sol tassé. En tant que telle, elle ne semble pas pouvoir être la cause d’une modification du substrat, mais ce serait compter sans sa composition floristique particulière, au cycle de régénération plus rapide, et à l’ancrage au sol bien différent d’une forêt primaire. Enfin, là encore, une occupation cyclique des sites peut accentuer ces modifications du sol par un enrichissement en matière organique spécifique.

81En surface du sol dénudé, la combinaison d’apports issus de toutes ces phases, leur transformation et leur conservation particulière puis enfin leur lessivage, apparaît comme l’hypothèse la plus raisonnable de la mise en place de la terra preta. Les variations de sa teinte ne sont qu’un indicateur de l’intensité de ces apports et donc d’une forme d’anthropisation. Les sites sans différenciation entre 2a et 2b, tels qu’ils sont décrits dans la bibliographie, correspondraient alors à des sols où l’horizon 2a finit par devenir aussi sombre que 2b dont la couleur du sédiment est déjà saturée.

82Les sols de terra preta se caractérisent par leur coloration et c’est à travers la reconnaissance et la quantification de l’élément ou des éléments qui en sont la cause, que pourront être reconnues les particularités physico‑chimiques des horizons 2a‑2b. Cette démarche ne saurait être entreprise sans considérer la qualité du substrat, sa nature variant très largement du sol argileux sur une hauteur à des sols sableux en berge. Il faudrait quantifier les variations de coloration de ces différents sols pour le même type d’occupation avant d’entreprendre toute comparaison entre sites.

83Enfin, l’horizon de terra preta étant marqué quelle que soit la nature du sol, il apparaît difficile de pouvoir le caractériser à travers des études sur le pH, la granulométrie ou les éléments minéraux. Une solution peut être entrevue dans l’identification et la quantification des substances humiques des sols qui semblent être à l’origine de la coloration particulière de 2a‑2b. Cette étude est à entreprendre dans le cadre d’une recherche pluridisciplinaire où archéologues, sédimentologues, géomorphologues, pédologues, micro‑morphologues, botanistes, chimistes, ethnologues apporteraient leurs compétences et expériences.

2.4 Niveaux d’artefacts et structures

2.4.1 Sur la présence de paléosols

84Le problème de l’enfouissement des artefacts dans le sol ne semble pas avoir préoccupé les archéologues ayant travaillé sous couvert de sylve. Il apparaît important pourtant, une fois que la terra preta n’intervient plus comme un carcan à l’étude des niveaux archéologiques, de comprendre ce processus avant d’entreprendre toute interprétation stratigraphique.

85À travers les prospections, sondages et décapages que nous avons réalisés à Petit Saut, la possibilité de recouvrement latéral par des colluvionnements, scellant les occupations, ne peut être retenue au vu de l’emplacement topographique des sites et de la faible érosion des sols. Même dans le cas de sites en berge (sites 13, 14), dominés sur une partie de leur pourtour par de faibles hauteurs, ce schéma d’enfouissement a été rejeté après analyse des résultats stratigraphiques.

86En l’absence d’apports sédimentaires significatifs, seul un mouvement vertical peut être envisagé. Certains éléments fins, micro‑ et macroscopiques, sont ramenés à la surface par la flore et la faune. Ils créent nécessairement des vides dans le sol, à la source du glissement gravitationnel et progressif d’éléments lourds ou volumineux tels que les artefacts (céramiques, lithiques et charbons de bois). Ces derniers peuvent exceptionnellement être rapportés à la surface, lors de perturbations importantes du sol (essouchage, terriers) et sont alors à l’origine du repérage des sites (cf. supra § 1.3.4.3).

87Dans ce cadre, la surface du sol actuel correspond à l’emplacement approximatif du sol ancien dont les caractéristiques, à l’exemple de son compactage, ont été gommées par les mouvements naturels du sédiment, liés à l’activité de la matière vivante et aux écoulements.

88Du point de vue stratigraphique, il a uniquement été identifié des niveaux d’artefacts en dehors de tout paléosol. En Guyane, la reconnaissance de ces derniers peut, bien sûr, être envisagée sur d’autres types de sites comme des abris sous roche ou exceptionnellement sur des implantations de plein air où un recouvrement anthropique des sols aurait eu lieu lors de l’occupation.

2.4.2 L’enfouissement : un indicateur chronologique ?

89La vitesse d’enfouissement des artefacts et les paramètres qui vont l’influencer à l’échelle inter‑ et intrasite, ne peuvent être définis qu’en tenant compte de la nature physico‑chimique du sol. Ici ne sera présentée qu’une amorce de réponse liée à nos observations qui restent trop peu nombreuses pour cerner un phénomène aussi complexe.

90La densité propre aux objets ne semble pas avoir joué un rôle déterminant dans leur enfouissement, aucune stratigraphie ne présente en effet des niveaux différenciés en fonction des matériaux (céramiques, lithiques et charbons de bois). L’étape suivante consiste à définir si la position dans le sol est proportionnelle au temps d’abandon (si c’était le cas, la fouille par passe de « x cm » pourrait être à l’origine d’une base typochronologique, statistiquement fiable) ou s’il existe une couche qui bloque ou ralentit l’avancée des objets et entraîne la mise en place de niveaux d’accumulation d’artefacts, toutes périodes confondues.

91Le processus d’enfouissement, lié à l’activité biologique, varie en intensité selon la profondeur. Ainsi, il est très fort en la, s’amenuise en 2a puis 2b pour ralentir ou s’arrêter à la jonction 2b‑1bb, en fonction de la compacité de 1bb. Dans cette dernière couche, l’activité biologique apparaît comme trop faible pour être à l’origine des déplacements d’objets. C’est alors les infiltrations et une nature particulière du sédiment qui peuvent être à l’origine d’une poursuite de la descente des artefacts dans le sol. Aucun rapport temps/centimètres d’enfouissement ne peut être établi, le processus est freiné progressivement jusqu’à l’arrêt.

92Pour quantifier le mouvement théorique des artefacts, nous pouvons faire référence à trois types de niveaux exemplaires différenciés lors de nos travaux et chronologiquement bien calés. Le premier correspond aux charbons provenant des paléoincendies ; le deuxième est déterminé par le mobilier amérindien, le dernier niveau correspond aux vestiges laissés par une occupation amérindienne‑coloniale datée du milieu du xviiie s.

  • 7 Les datations réalisées par le laboratoire Archéolabs (A. Cura et L. Van der Plaetsen) sont identif (...)

93Pour les niveaux de paléoincendies les plus anciens, la position des charbons varie de 2b à 1bb. Dans le premier cas de figure, la limite 2b‑1bb est très marquée en compacité, et empêche toute progression dans le substrat. Par exemple, sur le site 223, une lentille datée de 9570 BP (OBDY 1263)7 affleure à 25 cm sous la surface du sol, mêlée au niveau archéologique. Dans le second cas, sur le site 13, la nature du sol sableux a permis une migration plus importante des charbons de bois grâce à une dynamique de l’eau verticale et profonde.

94Pour les niveaux amérindiens, la position des artefacts varie de la couche 2a à la couche 2b, et cela parfois sur un même site, sans toutefois jamais apparaître comme concentrée à la base de 2b de manière caractéristique. Sur aucun des sites décapés ou sondés, il n’a été possible de déterminer stratigraphiquement deux niveaux d’occupation amérindiens. Il apparaît donc que la position de ce niveau correspond soit à un maximum de 2000 ans de progression des tessons dans le sol (date la plus ancienne retenue pour des occupations amérindiennes), soit à un niveau d’accumulation, la suite de l’enfouissement se faisant trop lentement pour que le temps marque des ensembles de mobilier du point de vue stratigraphique.

95Pour le niveau amérindien‑colonial observé en surface du sol dans les couches la et 2a du site 230, la progression des artefacts dans le sol n’est pas terminée, ce niveau de mobilier est nettement séparé du niveau amérindien présent sur le même site, bien que déjà, certains de ces artefacts puissent être exceptionnellement repérés en 2b. Sur ce site, quelques éléments seraient donc arrivés au terme de leur migration dans le sol en 150 ans, ou auraient rejoint des niveaux plus anciens, qui eux progressaient beaucoup plus lentement dans le sol.

96Ainsi, la descente des objets dans le sol apparaît particulièrement rapide dans les premiers temps d’abandon, puis elle se stabilise dans un niveau d’accumulation dont l’emplacement varie en fonction de la nature du substrat. La reconnaissance d’autres sites aux niveaux archéologiques stratifiés est nécessaire pour mieux comprendre ce phénomène d’enfouissement.

2.4.3 Anomalies et structures

97Sur les sites forestiers de plein air, avant le programme archéologique de Petit Saut, aucune structure n’avait été reconnue comme telle. Il était sous‑entendu, malgré l’absence de travaux, que leur conservation était peu probable et incompatible avec la nature des sols. Il faut toutefois noter que cette curieuse hypothèse était en contradiction avec la mention, dès 1952 (Abonnenc), de fossés autour des sites de montagne couronnée.

98Dans le cadre de l’opération de Petit Saut, dès les premiers décapages réalisés en 1991, des structures sont découvertes (sites 16 et 17). Mais c’est sur les sites fouillés en 1993 (sites 13, 172, 223, 230) qu’elles sont reconnues en grand nombre et étudiées dans leur contexte stratigraphique (terra preta, niveaux d’artefacts, niveaux de paléoincendies) (fig. 39 et 40).

FIG. 39 ‒ Plans de masse des sites 172 et 223.

FIG. 40 ‒ Plans de masse des sites 13 et 230.

99Nous avons cherché à repérer les structures à partir du potentiel niveau de paléosol (surface de la couche 1ba ou 2a). Dans la partie supérieure du substrat (couche 1ba), elles sont « invisibles », la mise en place de la terra preta (couche 2a‑2b) les masque, à l’exception de celles associées à des dépôts de céramiques organisés ou à des aménagements caractérisant l’anthropisation en dehors de tout creusement apparent. Par contre, dès la surface de la couche 1bb, il est apparu un grand nombre d’anomalies de couleur, de taille et de forme variables. Une partie de cet ensemble a été identifiée rapidement comme structure anthropique (fig. L) ou perturbation naturelle d’origine animale ou végétale. La partie restante, quant à elle, ne présente pas de caractéristique suffisamment marquée pour être rattachée à un ensemble ou à l’autre. Dans ce cadre, lors de nos relevés, toute anomalie non caractéristique d’une structure ou d’une perturbation naturelle a été considérée, par sa présence sur un site archéologique, comme étant potentiellement un aménagement anthropique et elle est définie par le terme « anomalie » auquel s’adjoint un qualificatif désignant la nature de la structure pressentie (tabl. iv et fig. 41 à 43).

FIG. L ‒ Site 172, structures à la surface de 1bb : à gauche CeOF 1 présentant un dépôt de tessons organisés renfermant de nombreuses particules osseuses carbonisées et à droite Fsu 2 montrant deux petites tâches sombres qui indiquent l’emplacement de deux petits surcreusements sous‑jacents. (§ 2.4.3, 2.4.3.8, 3.2.1.2).

TABL. IV ‒ Répartition numérique et proportionnelle des anomalies et des structures caractéristiques sur l’ensemble des sites. A anomalie, AF anomalie fosse, AFTP anomalie fosse trou de poteau, ATP anomalie trou de poteau, Ce dépôts céramiques, CeF dépôts céramiques en fosse, CeFsu Dépôts céramiques dans fosse à petit surcreusement, CeO dépôts de tessons organisés, CeOF dépôts de tessons organisés en fosse, F fosse, FG grande fosse, FG ? grande fosse ou fossé, FP1 fosse comprenant une pierre ayant pu être déposée intentionnellement, Fsu fosse à petit surcreusement, FTP fosse en chapeau, MC fossé circulaire délimitant une montagne couronnée, P1 pierre isolée exogène au site, P2 regroupement de nodules lithiques portant des traces d’utilisation, P3 amas de roches, Sc structure de combustion, ScA anomalie structure de combustion, ScF traces d’argile rubéfiée dans une fosse, Su petit surcreusement, TPH trou de poteau tapissé de roches ou de tessons au fond, TPP1 trou de poteau avec 1 pierre de calage, TPP2 avec 2 pierres de calage, TPP3 avec plus de 2 pierres.

FIG. 41 ‒ Répartition des structures caractéristiques pour les sites 13, 16, 17 et 223. Pour les sites 16 et 17, l’ensemble des anomalies est représenté et les zones hachurées figurent les bermes non fouillées (16 Ce : 16 désigne le no de structure, Ce le type de structure ; cf. tabl. IV).

FIG. 42 ‒ Répartition des structures caractéristiques pour le site 172.

FIG. 43 ‒ Répartition des structures caractéristiques pour le site 230.

100Afin de tenter de caractériser les anomalies, nous avons cherché quel type d’impact la végétation pouvait avoir sur la couche 1bb, mais cette recherche est restée infructueuse. En effet, la comparaison entre les couches 1bb des gisements amérindiens et les sols archéologiquement vierges et décapés s’est révélée peu satisfaisante car ces derniers ne présentent pas les infiltrations brunes dues à la terra preta sur les parties de sol déstructurées par les racines. Les perturbations naturelles deviennent alors difficilement discernables à l’exception de celles qui sont récentes. De même, les études botaniques sur les systèmes racinaires, et plus particulièrement sur ceux s’enfonçant profondément dans le sol, sont rares au même titre que celles sur la recolonisation par la matière minérale d’espaces abandonnés par les racines ; ces études ne peuvent pas apporter d’éléments à même de distinguer clairement perturbations biologiques et structures anthropiques.

101En dehors du simple problème de différenciation, il est important de remarquer qu’après l’abandon d’un site, le comblement d’une structure, par de la terre organique provenant de 2a‑2b dans 1bb, est un lieu privilégié pour le développement d’une plante. Les probabilités de juxtaposition d’une perturbation biologique et d’un aménagement anthropique s’en voient augmentées d’autant. Le repérage de certaines structures fossoyées, en l’absence de données de comparaison, n’en devient que plus difficile.

102Enfin, sur les quatre sites fouillés en 1993, une corrélation peut être établie entre la densité en anomalies et structures et la coloration de la terra preta. À l’échelle d’un site, plus la teinte de cette dernière est marquée, plus nous avons repéré d’aménagements fossoyés ; au sein d’un site, ces derniers ne se concentrent pas particulièrement dans les secteurs où 2a‑ 2b est très marquée. Ce constat, s’il confirme le lien existant entre la terra preta et une forme d’anthropisation, peut être pris comme un argument pour associer les anomalies à des structures, leur nombre augmentant en fonction de l’intensité de l’anthropisation (terra preta, densité d’objets).

2.4.3.1 Les anomalies

103Elles représentent la part la plus importante des creusements. Elles sont, pour l’essentiel, de petite taille et peuvent être généralement assimilées soit à des trous de poteau (ATP), soit à de petites fosses (AF), ou encore être indifférenciées (AFTP) (fig. 44). Les trous de poteau et les petites fosses sont les plus proches des perturbations végétales par la trace qu’ils laissent dans le sol. On peut citer la similitude entre la trace issue de l’enfouissement d’un pieu et la pousse d’une racine‑pivot dans la couche 1bb (fig. C).

FIG. 44 ‒ Anomalies : 1 sédiment de type 2b ; 2 sédiment de type 1bb, moins compact. L’ensemble des anomalies et des structures est représenté à partir du niveau de décapage, à savoir la surface de 1bb (pour la nomenclature des structures cf. note 9 p. 87).

FIG. C ‒ Racine‑pivot sur le site 230. En pénétrant dans le substrat compact, elle permet des infiltrations de sédiments provenant de la terra preta dans 1bb. Après la mort de la plante, l’emplacement de la racine est à l’origine d’un leurre archéologique de type trou de poteau sans calage. (§ 2.4.3.1)

104Le diamètre à l’ouverture des anomalies dépasse rarement 50 cm mais peut parfois atteindre 1 m ; la forme, en surface, est arrondie. Le comblement provient des niveaux supérieurs, 2a‑2b, et varie en fonction de leur coloration. Le remplissage ne présente pas de caractéristique notable, on peut toutefois signaler, dans sa partie supérieure à l’approche de la couche 2b, la présence régulière d’un comblement formant un cône de terre brune ou noirâtre. Dans les types de sol que nous avons rencontrés, le sédiment est trop meuble pour que le lessivage des éléments sombres des couches 2a et 2b marque avec netteté les parois des structures. Seules, certaines portions du site 172 apparaissent comme des exceptions à cette remarque, le substrat y étant particulièrement compact. La limite de fond des anomalies est souvent difficile à déterminer et se perd dans le substrat avec la diffusion de particules fines issues du comblement.

105Le mobilier céramique ou lithique est présent dans le remplissage, en quantité variable, et au gré de sa dispersion intrasite. Il est souvent identifié sous forme de petits fragments, caractéristiques des artefacts conservés dans le niveau archéologique et marquant les implantations de plein air. Les charbons de bois identifiés dans les anomalies n’ont jamais été un indicateur caractéristique de la carbonisation d’un pieu ou d’une souche.

106Sur l’ensemble des anomalies, la faible quantité de trous de poteau reconnus peut être expliquée de différentes manières. L’enfoncement en force d’un poteau dans le sol est possible, il est encore largement pratiqué actuellement lors de la construction de carbet en forêt (pieu de 15 cm de diamètre au moins), dans ce dernier cas, le calage peut être réalisé à l’aide de coins en bois, mais il est rarement nécessaire.

107D’autre part, lors des décapages (30 à 50 cm), la partie supérieure des comblements des structures a été emportée. Il est évident que certaines anomalies, alors invisibles dans la terra preta, pouvaient renfermer un calage dans leur partie haute. La présence d’une simple pierre dans 2a‑2b, n’ayant pas stoppé systématiquement le décapage, certains indices d’anthropisation ont pu ainsi ne pas être relevés.

2.4.3.2 Les trous de poteau

  • 8 Sauf mention contraire, la profondeur des structures est toujours donnée par rapport à la surface d (...)

108En dehors d’une organisation spatiale, seul un aménagement interne de ces structures a permis de les reconnaître avec certitude (fig. 45 et 46). Un premier groupe a été déterminé par la présence de calages réalisés à l’aide de blocs de pierre (granité, dolérite, quartz) ou de tessons (fragments de platine à manioc essentiellement) plaqués contre les parois. Le calage peut être constitué d’un nodule unique (TPP1), de deux blocs (TPP2) ou d’un nombre plus important d’éléments (TPP3). Ces structures, peu nombreuses, ont une forme circulaire à subcirculaire. Leur empreinte dans 1bb varie de 25 à 70 cm de profondeur8.

FIG. 45 ‒ Trous de poteau : 1 remplissage similaire à la couche 2b qui les recouvre ; 2 sédiment brun plus clair que 2b ; 3 sédiment brun‑noirâtre, plus sombre que la couche 2b.

FIG. 46 ‒ 230 TPP3 138 : vue de la structure et du calage après dégagement.

109Le second groupe est déterminé grâce à la présence d’un tapis de tessons et de petit nodules de roche disposés de manière plus ou moins discontinue en fond de structure (TPH). Nous pouvons avancer au moins deux hypothèses quant à leur présence : soit ils ont été placés en fond de creusement pour bloquer l’assise du poteau (cette technique évite un enfouissement dans un sol meuble et permet de drainer l’eau piégée dans la structure), soit il s’agit d’un calage qui a glissé avec le temps dans le comblement jusqu’à un sédiment plus compact. La concentration de TPH sur l’unique site 230, alliée à la faible profondeur de leur creusement dans 1bb (rarement supérieure à 10 cm) et à leur concentration dans un espace réduit, bien que sans organisation visible, n’a pas permis de préciser la fonction originelle de ces structures.

2.4.3.3 Les petits surcreusements ou trous de piquet

  • 9 172 Fsu 2 : 172 désigne le site, Fsu le type de structure et 2 le numéro d’inventaire de la structu (...)

110Une catégorie d’aménagements proches de petits trous de poteau (Su), non caractérisés par un calage, a été repérée sur le site 172. Leur diamètre est de l’ordre de 10 cm et leur profondeur varie de quelques centimètres à 30 cm. Ils ont été découverts en fond de fosse (Fsu) (fig. 47, 172 Fsu 2)9 avec ou sans dépôts céramiques. Seules deux petits surcreusements s’individualisent, ils ont été reconnus à proximité de dépôts céramiques localisés dans 2b et sont vraisemblablement à mettre en relation avec une fosse de faible profondeur dont le creusement n’a pas atteint la couche 1 bb (fig. 45, 172 Su 85 et 86).

FIG. 47 ‒ Structures présentes sur le site 172. Sur les vues en plan, les pointillés indiquent les petits surcreusements. 172 CeF 76 : la vue zénithale présente la projection des différents ensembles céramiques. Le sédiment de comblement est constitué d’une terre brun clair, proche de 2b, meuble. Dans les petits surcreusements, la compacité du sédiment est moins marquée (cf. fig. K). 172 Fsu 2 : le sédiment de comblement est brun clair, identique à 2bb, à l’exception des deux petits surcreusements au remplissage de terre noirâtre (cf. fig. L). 172 CeF 3 : le sédiment est brun clair, ocre‑jaune, proche de 2b, s’éclaircissant vers le fond de la structure pour devenir proche de 1bb, en moins compact.

2.4.3.4 Les fosses

111Elles forment un groupe hétérogène et rassemblent tous les aménagements fossoyés à fonction indéterminée, en dehors des trous de poteau et des fossés. Le registre de formes et de modules variant très largement, des sous‑catégories ont été définies. Les fosses (F) dont l’anthropisation est caractérisée par la nature même de la structure, forme simple et comblement, ont rarement été reconnues (fig. 48, 223 F 234, 230 FP1 227). Sur le site 172, le substrat 1bb, très compact et la faible épaisseur des couches 2a‑ 2b sur le méplat d’implantation, ont favorisé leur repérage.

FIG. 48 ‒ Fosses : 1 sédiment proche de 2b, quelle que soit sa couleur ; 2 sédiment brun‑noirâtre ; 3 sédiment noir ; 4 sédiment brun ; 5 sédiment brun à inclusions orangées de type 1bb. La fenêtre indique l’emplacement des trois fosses FTP sur le site 230 au nord‑ouest du décapage.

2.4.3.5 Les fosses « en chapeau »

112Les fosses « en chapeau » (FTP) ont été repérées sur les sites 13, 223 et sur le site 230 (fig. 48). Elles se présentent toujours en surface sous forme de taches de sédiment noirâtre à composante fortement organique ; la couleur de la terre de comblement n’est pas attribuable à un simple processus de lessivage de la couche 2b, mais plus sûrement au comblement originel de la structure. Du mobilier céramique, en quantité variable, a toujours été trouvé associé. Dans le fond plat, un surcreusement central est présent formant une cavité d’environ 40 cm de diamètre.

113La structure 13 FTP 163, la plus petite, est ovale et ne présente aucune particularité de comblement, ce dernier restant homogène sur toute sa hauteur.

114La structure 223 FTP 301 est rectangulaire et d’une longueur supérieure au mètre. Trois pierres sont disposées dans sa partie surcreusée, sans qu’un calage puisse être identifié. Son remplissage est homogène et a fourni de très rares particules d’argile rubéfiée.

115Sur le site 230, la proximité des trois fosses « en chapeau » peut résulter d’une disposition volontaire. Elles sont recta gulaires et d’une longueur supérieure au mètre. FTP 37 et 56 ont été recoupées par une tranchée lors du décapage. FTP 56 présente un remplissage homogène ; FTP 37 possède dans sa partie basse une couche de terre noire mêlée à des particules de couleur ocre‑jaune provenant de 1bb. Du mobilier céra mique y a été découvert en très grande quantité (14 kg), sans organisation particulière. Cette structure est l’une des rares à contenir de l’os. FTP 32, au comblement classique de terre noire, possède sur un côté, dans sa partie haute, un remplissage de terre brune pouvant correspondre à un surcreusement plus tardif, dans le comblement initial.

2.4.3.6 Les fosses a petits surcreusements

116Elles ont été repérées uniquement sur le site 172 (fig. 47, 172 Fsu 2). Ce sont des fosses ovales de faible profondeur (dans 1bb) et découvertes généralement associées à des dépôts céramiques, à l’exception de deux d’entre elles. Leur fond est marqué d’un ou de plusieurs petits surcreusements (Fsu) dont la disposition ne permet pas de définir une répartition logique sur l’ensemble des fosses reconnues, Le rapport existant entre la fosse .et le petit surcrcusement reste indéterminé, l’hypothèse de trous de poteau est cependant à retenir.

2.4.3.7 Les grandes fosses

117De grandes fosses (FG) ont été identifiées sur les sites 172 et 223 (fig. 49). Leur ouverture est circulaire et mesure au moins 1 m de diamètre, leur profondeur atteint au maximum 1,70 m. Les parois sont rectilignes à faiblement inclinées vers le centre ; la partie haute, évasée, résulte d’une phase d’érosion des parois. Le fond est plat à légèrement concave. Les limites de la structure apparaissent nettement et la différenciation entre remplissage et substrat se fait sans difficulté.

FIG. 49 ‒ Les grandes fosses. 172 FG 7 : 3 sédiment brun foncé à brun‑noir, indifférenciable de 2b, ayant tendance à s’éclaircir en base ; 4 sédiment ocre‑jaune, très compact, de type 1bb ; 5 sédiment hétérogène, brun et ocre‑jaune ; 6 sédiment brun clair où abondent des fragments de céramiques et des charbons de bois. 223 FG 30 : 1 sédiment brun de nature proche de 2b ; 2 sédiment foncé, meuble ; 3 sédiment clair à petites inclusions ocre‑jaune, de type 1bb ; 4 sédiment brun, ocre‑jaune, de même nature que 1bb, moins compact. Présence d’inclusions brun clair.

118Le comblement présente un pendage marqué vers le centre, mais ce constat ne permet pas de définir les modalités de remplissage. On peut toutefois remarquer, dans la structure 172 FG 7, une lentille compacte de sédiment stérile (couche 4) qui provient certainement d’une phase de comblement anthropique. Dans sa partie haute, la fin du remplissage se perd dans la couche 2b qui forme un léger dôme dans 2a, les limites de la fosse sont indiscernables dans la couche de terra preta.

119La stratigraphie de la structure 223 FG 30 révèle trois étapes de comblement. La quasi‑totalité du remplissage de la fosse est constituée par des apports de sédiment brun‑ocre‑jaune et brun clair (couches 3 et 4), se recouvrant successivement et qui ne sont caractéristiques ni d’un remplissage lent ni d’un comblement volontaire. Les charbons collectés dans ces couches et datés de 620 BP (OBDY 1411) appartiennent à la phase d’anthropisation du site. À cette première étape a succédé un apport de sédiment très organique (couche 2), brun foncé, qui forme un vaste cône en surface de l’aménagement ; il se caractérise par la présence d’une très grande quantité de charbons de bois provenant de paléoincendie (5720 BP, OBDY 1251). Leur situation ne s’explique pas par une phase d’érosion des abords de la fosses car ils seraient alors venus perturber la datation des niveaux sous‑jacents. La mise en place de cette couche, au moins, est à considérer comme anthropique. Sa forme en cône indique un tassement progressif du comblement, la dépression s’est alors comblée lentement (couche 1) par le nivellement naturel du sol qui marque la dernière étape de remblayage.

120Sur le site 260, lors de la réalisation d’un sondage de 7 m2 étendu à 11 m2, une structure de grande taille a été recoupée sans que l’on puisse en définir la nature. Il pourrait s’agir d’un fossé entièrement comblé et peu profond ou d’une vaste fosse (FG) de plusieurs mètres de large à l’ouverture (fig. 18 et 50). Le site s’étend sur un méplat d’environ 70 m de diamètre et la fouille a été effectuée en bordure de celui‑ci, à 10 m de la rupture de pente dominant le fleuve, à la hauteur d’une barre de roche. Aucune variation topographique du sol, sur le site, n’indique la présence d’un fossé sous‑jacent. Quatre séries de tariérages (tarière à main) ont été réalisées de part et d’autre du sondage jusqu’à une profondeur de 1,20 m. Ils n’ont pas permis d’infirmer ou de confirmer l’extension de la structure ; seule, une plus grande ouverture du sondage pourra, dans l’avenir, lever cette interrogation.

FIG. 50 ‒ Coupe stratigraphique de 260 FG ? 1 (cf. fig. 18). La limite entre 1 bb1 et 1bb2 marque une accentuation de la compacité du substrat. 1bb2 représente le substrat très compact, non atteint par les racines. 5 sédiment hétérogène, brun clair à orangé ; 6 sédiment orangé, proche de 1bb ; 7 sédiment noirâtre ; 8 sédiment orangé, proche de 1bb2, compact, sans artefact ; 9 sédiment brun clair, orangé, proche de 5 ; 10 sédiment orangé, de type 6 ; 11 sédiment brun foncé à noirâtre, proche de 7 ; 12 sédiment brun foncé ; 13 sédiment brun orangé, proche de 1bb ; 14 sédiment brun orangé, identique à 13 ; 15 sédiment brun à brun foncé, proche de 2b dont il se différencie mal ; A et B sédiment brun clair peu compact ; C sédiment noirâtre, perturbation végétale ?

121Le relevé stratigraphique sur 11 m’a permis d’observer des couches 2a et 2b peu épaisses mais de couleur sombre, de art et d’autre de la structure. Dans la partie sommitale de cette dernière, les couches de terra preta sont moins différenciées, la coloration sombre semble s’être reportée sur la couche 15, en l’absence de la couche 1bb qui habituellement, par sa compacité, limite le lessivage vertical.

122Le remplissage de la structure s’est fait d’apports provenant de la zone théorique d’occupation (méplat), à l’est du sondage. Ils sont marqués par les couches 5, 6 et 13 qui correspondent soit à des phases d’érosion, soit à des rejets de sédiment quasi stérile ; les couches 7 et 11 résultent, elles, de phases de rejets d’objets mêlés à un sédiment noirâtre d’origine organique. La couche 7 qui s’étend sur le fond de la structure vers l’ouest, marque la base de celle‑ci, grâce à un fin liseré noir riche en artefacts. L’origine des couches 7 et 11 est indéterminable pour nous. Leur pendage peut être significatif d’un rejet de dépotoir en périphérie d’implantation. Mais le mobilier céramique présente un très bon état de conservation, les surfaces sont peu altérées et malgré la forte inclinaison des couches, de nombreux tessons ont été retrouvés en connexion. Ces différentes constatations indiqueraient plutôt un comblement rapide, peu probable dans le cas d’un dépotoir en aire ouverte.

123Les couches mises en place par l’ouest (extérieur du site), sont de teinte ocre‑rouge et leur nature est proche du substrat. La plus importante, la couche 8, ne renferme aucun artefact. La présence de la couche 7, sous‑jacente, a été un élément déterminant pour situer la base de la structure, tant la couche 8 apparaissait proche du substrat avant une extension de 4 m vers l’ouest. Le sédiment de la couche 8 trouve sans doute son origine dans le creusement fossoyé. Il a été stocké à l’ouest où il a pu former un terre‑plein (aucune trace ne confirme cette hypothèse), puis il aurait été réutilisé pour combler en partie le creusement initial sans que l’on puisse déterminer le laps de temps entre ces deux phases. Les couches 9 et 10 sont à rattacher à la même phase de comblement. Les anomalies A et B apparaissent potentiellement comme des trous de poteau et pourraient corres pondre à un aménagement secondaire de la structure lors de la mise en place de la couche 8 et avant la phase de comblement par les couches 12, 13, 14 et 15.

124Si l’interprétation d’une telle structure ne peut être envisagée avec justesse que dans le cadre d’une extension du sondage, il n’en reste pas moins évident que des aménagements importants, au remplissage complexe, sont conservés en milieu forestier. Le mobilier, piégé dans des couches formant des ensembles clos, permet d’échantillonner largement une phase chronoculturelle dans le cadre de la mise en place d’une typochronologie de référence.

2.4.3.8 Les dépôts céramiques

125Sur l’ensemble des sites décapés ainsi que sur certains des sites sondés, un nombre non négligeable de dépôts céramiques a été découvert dans 2b (Ce) et dans 1bb (CeF et CeFSu). Ils représentent le groupe de structures reconnues le plus important. Par leur nature et en l’absence d’autres éléments de référence, ils constituent les témoins les plus fiables pour déterminer l’anthropisation d’un aménagement fossoyé. Une fois fouillés, ils ont été nos premiers repères pour la caractérisation et la recherche d’aménagements non marqués par des objets.

126Les types de dépôts céramiques rencontrés sont variés et associés à plusieurs genres de fosses ; cependant notre échantillon reste trop faible pour être sérié en ensembles significatifs. En effet, les variations autour d’un même type, définies en tant que caractéristiques chronoculturelles, sont impossibles à déterminer pour l’instant. Les descriptions qui vont suivre sont donc à considérer comme une première série de données de référence où la définition de certains types repose sur une unique découverte.

127Le mobilier peut se présenter sous différentes formes. Dans le cas d’un vase entier isolé (fig. 51, 223 CeF 102 ; 223 CeF 149 et fig. 52, 230 Ce 19), il est généralement posé à l’endroit, non fracturé avant dépôt, mais il peut aussi être à l’envers ou sur le côté ; en outre, sur certains, une perforation volontaire du fond est plausible. Si la céramique semble avoir été jetée dans la structure ou fragmentée intentionnellement avant dépôt, elle apparaît alors écrasée sur elle‑même. De simples portions de vase ont plus rarement été découvertes, partie supérieure ou inférieure d’écuelle, de jatte ou de pot, à l’endroit, à l’envers ou écrasées en place, Les dépôts plus complexes, plus rares, sont représentés par des vases entiers servant de réceptacle à un ensemble de tessons empilés et bien organisés (fig. 52, 230 CeF 27 ; 230 CeF 10 et fig. 53, 13 CeF 104), par des vases entiers posés à l’endroit et dont l’ouverture est obstruée par un grand tesson ou par une autre céramique faisant fonction de couvercle (le diamètre de cette dernière est supérieur ou inférieur au premier vase), par des céramiques déposées à l’envers et regroupées par deux, l’une recouvrant l’autre. Enfin, à ces grandes catégories, s’ajoutent quelques variantes dues essentiellement à des concentrations de vases plus importantes.

FIG. 51 ‒ Dépôts céramiques sur le site 223. 223 CeF 102a et 223 ScA 102b qui recoupe la précédente : 1 sédiment brun clair, homogène, proche de 1bb ; 2 sédiment brun foncé à noirâtre, meuble, contenant en surface une petite concentration d’argile rubéfiée. 223 CeF 72 : remplissage brun clair, proche de 1bb, moins compact. Le sédiment a un aspect destructuré. Sur la vue en plan, une projection de l’ensemble des dépôts céramiques est figurée. 223 CeF 149 : comblement de terre brune, assez meuble, identique à 2b.

FIG. 52 ‒ Dépôts céramiques sur le site 230. 230 Ce 19 : le remplissage de la céramique est identique à la couche 2b. 230 CeF 10 : 3 sédiment brun foncé, identique à 2b mais plus sableux ; 4 sédiment brun‑noirâtre, proche de 3. Cette structure est représentée avec la reconstitution du profil du grand vase. 230 Ce 15 : comblement du vase identique à 2b. 230 CeF 27 : comblement du vase identique à 2b. 230 CeF 165 : comblement du vase identique à 2b avec inclusion de sédiment provenant de 1 bb. 230 CeF 3 ; comblement du vase identique à 2b.

FIG. 53 ‒ Dépôts céramiques sur le site 13. 13 Ce 155 : il s’agit de grands fragments de tessons en connexion à la base de 2b, sans structure visible associée. 13 Ce 104 : dépôt d’une céramique entière dans la couche 2b contenant les restes d’un second vase. Le remplissage du vase entier est identique à 2b. 13 CeO 161 : fragments organisés de poteries. L’interruption de la limite de couche entre 2b et 1bb peut être significative d’un creusement non perceptible à la fouille. Les trois blocs de roche marquent le niveau de pierres sous‑jacent au niveau archéologique, sur le site 13.

128Lors de la reconstitution des vases, les parties manquantes varient très largement, d’un petit fragment à une portion importante de la céramique. Ces disparitions sont attribuables à plusieurs causes, perturbations postérieures ou volonté de mutiler les céramiques avant de les mettre en terre. Les données sont encore trop disparates pour opter avec justesse pour l’une ou l’autre des solutions dans chaque cas rencontré.

129Les dépôts identifiés dans la couche de terra preta sur les sites 13 (fig. 53, 13 Ce 104), 16, 17, 172, 223, 230 (fig. 52, 230 Ce 19 ; 230 Ce 15 ; 230 Ce 27), 234 et 268, ne sont pas associés à un creusement visible. Le remplissage des poteries est homogène et constitué de sédiment provenant des couches 2a et 2b, qui ne saurait être considéré comme significatif du comblement initial de la structure qui lui, reste indéfini et gommé par la mise en place de la terra preta. Aucun dépôt n’a été repéré dans la couche 2a. La partie supérieure des céramiques est, au plus haut, au contact des couches 2a‑2b. Leur partie basse repose soit dans 2b soit à la base de celle‑ci. Dans ce dernier cas, une légère dépression, comblée de terre noire dans 1bb, peut constituer la base visible du creusement (fig. 52, 230 CeF 165).

130Sur les sites 17, 172, 223, et 230, les ensembles découverts en structures fossoyées dans 1bb présentent des dépôts de type similaire à ceux conservés en 2b et ne méritent pas d’en être réellement différenciés. Seul, un apport supplémentaire d’informations est fourni grâce à la lecture des contours de la partie basse des fosses ; en effet, dans 1bb, ni le niveau archéologique ni la terra preta n’agissent comme un masque limitant la lecture du sol. La profondeur des structures reconnues dans 1bb est variable et toujours à resituer dans le contexte stratigraphique particulier de chaque site et des variations de l’épaisseur de la terra preta qui lui sont propres. Ainsi, si l’on transposait les structures du site 172 sur le site 230, l’ensemble des dépôts céramiques serait contenu dans la terra preta et plus aucun creusement ne serait visible.

131Sur certains sites, des particularités sont à mentionner et des structures qui présentent des types complexes de dépôts céramiques méritent, à titre de référence, d’être décrites individuellement.

Site 13

132Sur cette occupation, des tessons organisés (CeO) ont été identifiés dans 2b. Ils sont situés en dehors de toute céramique entière et proviennent de différents vases, Ils sont disposés en partie verticalement et forment un cercle de manière à définir un ensemble clos. Celui‑ci est partiellement comblé par d’autres tessons. À 10 cm de CeO 161 (fig. 53), une pseudo‑hache‑marteau courte (cf. infra § 4.6.2) a été découverte au niveau supérieur de l’aménagement céramique.

Site 17

133La structure CeF 6 se caractérise tout d’abord par l’importance du creusement ; il s’agit d’une grande fosse de 75 x 55 x 170 cm de forme subrectangulaire à l’ouverture et dont les parois sont verticales. Le sédiment de comblement est homogène sur toute sa hauteur, il est très meuble, de couleur brune à noirâtre et riche en particules charbonneuses. Au fond de la fosse et sur 50 cm d’épaisseur, un ensemble de tessons de poterie et quelques blocs de granité sont déposés à plat. De cet amas céramique, ont pu être reconstitués une grande bouteille et un pot aux fonds manquants, un fond de pot dont la panse est conservée jusqu’au‑dessus du point de tangence verticale et une écuelle en forme de tortue. Sur ce premier ensemble de tessons reposent deux céramiques, un pot au fond absent et une écuelle. À leur base, les parois sont tapissées de tessons verticaux descendant jusqu’à l’amas sous‑jacent. Une pseudo‑hache‑marteau courte et un tranchet losangique sont associés à ces deux poteries. La partie supérieure du comblement, sur 110 cm, ne présente pas de particularité, les tessons y sont épars et peuvent ne pas correspondre au comblement initial de la fosse. Le sédiment de remplissage particulièrement meuble permet d’évoquer la possibilité d’espaces vides ou occupés par des matériaux organiques lors de la fermeture de cette structure.

Site 172

134Les fosses à dépôts céramiques sont regroupées uniquement dans la partie centrale de la zone fouillée (fig. 42) et offrent un aspect assez homogène. Elles sont de forme pseudo‑ovalaire, peu profondes (fig. 47, 172 CeF 76 ; 172 CeF 3) et parfois aménagées par un ou plusieurs petit surcreusements (CeFsu). Leur comblement ne varie pas, il est similaire à celui de la couche 2b. La position des objets ne permet pas de définir avec précision l’état de leur comblement lors de l’abandon ou de la fermeture des structures. Les céramiques écrasées sont peu ou pas dispersées et une clôture rapide des fosses paraît probable. La position de certaines céramiques, renversées et entières, peut résulter de la présence de vide lors du scellement de l’aménagement. Les céramiques semblent n’avoir qu’une fonction ponctuelle dans un ensemble plus vaste. La répartition des objets dans ces fosses est souvent périphérique et dégage un espace central dont la fonction reste indéterminée (fig. 47, 172 CeF 76 et fig. K). Dans le remplissage des structures, les céramiques reposent soit sur le fond soit à plusieurs dizaines de centimètres de celui‑ci, leur emplacement est alors significatif d’un comblement au moins partiel lors de l’aménagement. La présence d’os humains associés au dépôt est à noter pour quatre structures : 172 F 44, 172 Fsu 55, 172 Fsu 80, 172 CeOF 1.

FIG. K ‒ Site 172, structure CeF 76 après dégagement des céramiques. Les vases étant disposés en périphérie, l’espace central a pu recevoir un corps. (§ 2.4.3.8)

135La fosse 172 CeOF 1 (fig. L), ovalaire, 100 x 80 x 20 cm, se caractérise par un type de dépôt singulier : il s’agit d’un ensemble de grands tessons provenant d’au moins deux vases, imbriqués dans un empilement bien organisé et délimité ponctuellement sur son pourtour par des fragments disposés verticalement. L’ensemble forme une unité compacte à l’aspect de vase écrasé en place et compressé sur 25 cm de haut dans 2b affleurant à 15 cm de la surface du sol actuel. La base de vase, disposée au sommet de l’ensemble, sert de réceptacle à un sédiment brun qui contenait de nombreuses particules d’os carbonisé dont la taille n’excède pas 5 cm ; aucun sédiment cendreux ou présentant des traces de chauffe n’est associé. Une partie du contenu était légèrement renversée sur le côté sans que l’on puisse définir si cela est accidentel ou à l’origine du dépôt. Dans le reste de la structure, aucune particule osseuse n’a été découverte. En partie basse, à partir du niveau 1bb, le comblement est de teinte brun‑rouge moins sombre que le sédiment de la couche 2b, il présente un aspect plus meuble. Prises dans ce niveau et disposées contre les bords de la structure ont été découvertes deux céramiques côte à côte et en partie fracturées.

Site 223

136Le nombre de fosses à dépôts céramiques y est restreint, mais les quatre unités qui forment cet ensemble offrent des similitudes (fig. 51, 223 CeF 102 ; 223 CeF 72 ; 223 CeF 149). Elles contiennent toutes au moins une céramique déposée à l’envers. Dans la partie haute de ces vases un espace vide était piégé. Le comblement de ces structures est toujours composé de sédiment de couleur ocre‑jaune de même nature que le substrat à l’exception de CeF 149 au comblement de terre noirâtre. Une fois la ou les poteries déposées, la fosse a été bouchée de manière suffisamment compacte avec un sédiment provenant de 1bb, et il n’y a pas eu coloration du comblement par lessivage des particules fines du niveau de terra preta. Les contours des fosses, quand ils ont pu être déterminés, dessinent un espace plus vaste que le simple dépôt céramique qui semble cependant occuper une place prédominante dans l’aménagement de la structure.

137Dans la fosse 223 CeF 72 (fig. 51) (100 cm x 60 cm x 20 cm), dont les limites sont floues sur une partie du pourtour, un ensemble de poteries est apparu. En fond de structure, trois grands fragments provenant de vases différents, constitués par le tiers de la partie supérieure de chaque poterie, étaient déposés et recouverts par deux vases. Ces derniers étaient disposés côte à côte à l’envers. L’un d’entre eux à profil naviforme semble être amputé d’un piédestal. La structure 223 CeO 35, de même type que 13 CeO 161, n’a pas de particularité notable si ce n’est l’existence d’une petite anomalie (ATP) sous‑jacente avec laquelle aucun rapport n’est établi.

Site 230

138Sur ce gisement, les fosses associées aux dépôts céramiques paraissent avoir été creusées pour recevoir uniquement le ou les vases (fig. 52, 230 CeF 10). L’aménagement est centré sur le dépôt et sa forme apparaît comme un réceptacle. À l’intérieur des vases, dont la partie supérieure affleure en 2b, le sédiment provient généralement des couches sombres de la terra preta. Les parois extérieures des vases sont directement au contact du substrat ou d’un sédiment hétérogène combinant 2b et 1bb, dans ce dernier cas l’extension de la structure par rapport aux céramiques est faible.

139La structure 230 CeF 10 (fig. 52) atteste d’un rite d’enfouissement remarquable : une grande jatte (80 cm de diamètre, 57 cm de haut) a été déposée en terre sans que puisse être véritablement définie une fosse dans 1bb. La paroi extérieure du vase est plaquée contre le substrat, un fin liseré brun marque le lessivage d’éléments provenant de la couche 2b le long de la poterie. La particularité de ce dépôt vient de la fracturation du vase à la moitié de sa hauteur (27 cm) le long d’un colombin, puis au dépôt des tessons obtenus dans le fond de celui‑ci. Les fragments de bord décorés d’incisions reposent au sommet de l’empilement. Centré sur cet ensemble, une jatte (30 cm de diamètre, 15 cm de haut) enduite à l’intérieur d’un engobe de coloration rouge, a été posée. Son bord est au même niveau que le plan de cassure du grand vase. L’ensemble affleure à la base de 2b dont le sédiment noirâtre remplit indifféremment les deux vases.

140Par cinq fois sur ce site, des objets ont été trouvés associés aux céramiques. Ainsi, dans la structure 230 CeF 2, une pendeloque polie en roche verte a été découverte déposée dans un vase lui‑même recouvert d’une autre poterie lui servant de couvercle. Dans la structure 230 CeF 17, de type similaire à la précédente, une hache polie à oreilles a été mise au jour. Dans les trois derniers cas, les objets ont été trouvés à proximité immédiate et ont été associés aux dépôts céramiques. Les probabilités qu’ils appartiennent uniquement au niveau archéologique, nous apparaissent restreintes, Il s’agit d’une hache polie (230 Ce 4), d’un talon de hache polie (230 Ce 19) et de deux fusaïoles décorées (230 Ce 22) ; dans ce dernier cas la présence d’os carbonisé associé est à noter.

141Enfin si certains dépôts, comme ceux précédemment décrits, sont aisément repérables, il est aussi apparu dans 2b lors des décapages, des concentrations de mobilier sans organisation apparente. La phase d’étude et de remontage de ces amas de tessons a permis parfois la reconstitution de formes entières ou semi‑entières (partie supérieure ou inférieure de vase) et de restituer des ensembles céramiques identiques à ceux des dépôts types ; leur attribution au même genre de structure fossoyée apparaît logique. Lors de la phase de terrain, la non‑reconnaissance de ces ensembles céramiques, dans 2b, peut s’expliquer par des perturbations postérieures à l’occupation, mais il faut aussi envisager l’apport de céramiques fracturées et dispersées volontairement dans une structure peu profonde.

Quelques remarques

142Il est encore trop tôt pour donner une signification à ces dépôts céramiques mais leur complexité ne peut être due à un simple abandon accidentel. Ils sont donc nécessairement rattachables à des rites. Une attribution funéraire apparaît séduisante et nous trouvons dans les résultats de l’étude ostéologique quelques données compatibles avec cette interprétation (cf. infra § 3.2).

143Du point de vue archéologique, les dépôts découverts sur le site du barrage de Petit Saut ne sauraient être comparés aux sites funéraires de la culture Aristé reconnue dans une aire géographique proche (collines de Ouanary, embouchure de l’Oyapock). Le mobilier est typologiquement différent et les dépôts y sont réalisés en grotte. Une mention d’ensembles comparables à ceux que nous avons découverts a été faite au Guyana sur le site de plein air de Rock Point (Meggers, Evans 1957) : deux grands vases (environ 60 cm de dia mètre et 45 cm de haut) contenant des restes osseux ont été retrouvés en pleine terre. Le vase servant de couvercle, qui émergeait en surface du sol, a été retrouvé avec le fond fracturé ; quatre pierres marquaient ponctuellement son pourtour. La base de celui qui servait de réceptacle reposait à 70 cm de la surface du sol. Cette tombe a été attribuée à la phase Rupununi.

144Les données ethnographiques concernant les pratiques funéraires des Amérindiens sont très nombreuses. Collectées depuis l’arrivée des Européens, elles décrivent avant tout une grande variété de rites où l’usage d’objets en matière organique et de céramiques est souvent mentionné, dans des sépultures primaires ou secondaires, dans le cas d’inhumation ou d’incinération. Devant cette abondance de données, il est facile d’établir des comparaisons avec les dépôts céramiques que nous avons découverts et de leur attribuer une fonction funéraire, mais il est difficile d’aller au‑delà de ce constat.

145Parmi les occupations que nous avons explorées sur de grandes surfaces, le site 172 se différencie des autres par la concentration des structures à dépôts céramiques localisées autour d’un même point, au sommet du méplat d’implantation. Face à cette spécificité, la notion de site funéraire de plein air mérite d’être évoquée, elle apparaît comme très probable. Se pose alors la question de définir la fonction des dépôts céramiques sur les autres sites où ils se retrouvent dispersés, sans organisation apparente. Dans ce cadre encore flou, seule une poursuite des recherches par le biais de fouilles extensives sera à même de lever ces interrogations. La reconnaissance de sites à fonction strictement mortuaire permettrait de définir s’il existe du mobilier, des structures et des lieux funéraires spécifiques pour les cultures rencontrées,

2.4.3.9 Les structures de combustion

146Toutes les traces de combustion qui nous sont parvenues sont identifiables par la présence d’argile rubéfiée sous forme de nodules de taille variable. Ils n’ont jamais été trouvés en association avec des lentilles cendreuses ou des aménagements en pierres portant des traces de chauffe.

147Sur l’ensemble des dix anomalies ayant livré de l’argile rubéfiée, deux sont associées avec certitude aux paléoincendies et correspondent à des perturbations naturelles (LCBAr). Elles se présentent sous forme de nodules rouges à noirâtres, plus ou moins dispersés dans de vastes lentilles de charbons de bois. L’aspect de ces dernières est significatif d’une combustion intense, à l’origine de la modification du substrat. Leur position stratigraphique varie de la base de la couche 2b sur le site 223 (LCBAr 133) où la datation 14C associée est de 9570 BP (OBDY 1263), à une position plus basse, à la jonction des couches 2b‑1bb, sur le site 230, où l’amas charbonneux (LCBAr 307) a été daté de 4650‑4465 BP (OBDY 1274, ARC 1058) (cf. infra ş 2.5).

148Quatre anomalies (ScA) restent indéterminées, soit par le peu d’argile rubéfiée présente qui rend impossible leur interprétation (223 ScA 158, 223 ScA 141, 13 ScA 141) (fig. 54), soit par leur présence en sommet de berge, dans une zone extrêmement perturbée par la faune et la flore (13 ScA 95) qui ne permet pas d’observer une organisation particulière. On peut toutefois noter la présence sur cette dernière structure de blocs de 5 cm2 et d’une épaisseur d’1 cm. La datation obtenue, de 1350 BP (OBDY 1329), est compatible avec l’occupation amérindienne.

FIG. 54 ‒ Structures de combustion. 13 Sc 154 : 3a sédiment identique à 1bb, à coloration rougeâtre, soit par diffusion de microparticules d’argile rubéfiée, soit par chauffe diffuse ; 3b sédiment brun clair teinté par lessivage du contenu de la structure ; 3c sédiment brun clair, proche de 3b ; 4 terre brune, plus foncée que 2b à grosses particules de charbons (5 cm) (cf. fig. J). 230 Sc 390 : 2 sédiment brun foncé, de type 2b, à rares particules d’argile rubéfiée.

FIG. J ‒ Site 13, coupe après dégagement de la structure de combustion Sc 154. (§ 2.4.3.9)

149Cinq traces de combustion sont associées à l’anthropisation.

150Sur le site 223, ScA 102b (fig. 51) est marquée par un petit regroupement d’argile rubéfiée situé au sommet d’une fosse de 40 cm de diamètre, au comblement de terre humique. Elle recoupe légèrement, dans sa partie supérieure, une fosse avec dépôt céramique, 223 CeF 102a, et semble lui être associée (fig. 51). La liaison entre ces deux structures reste à l’état de constat en l’absence d’éléments de comparaison. Sur le même site, ScF 282 présente une vaste lentille d’argile rubéfiée contenant des fragments non organisés pouvant dépasser 10 cm, la couche qui les renferme scelle la surface d’une fosse. Les charbons de bois associés aux traces de combustion ont permis de les dater de 930 BP (OBDY 1264). Aucune interprétation ne peut être avancée quant au rapport entre la fosse, dont la fonction reste indéfinie, et les traces de combustion. Les trois dernières traces d’argile rubéfiée correspondent à des structures de combustion ovoïdes, de petite taille, entre 60 et 90 cm de long, dont l’état de conservation est variable. Elles ont été repérées à partir de la base de 2b et dans la couche 1bb, indiquant la mise en place d’un foyer, au moins en partie dans le sol. Aucun aménagement autre que la « chambre de combustion » n’a été localisé, ni système d’aération, ni cendrier caractéristique. L’argile rubéfiée varie du jaune‑orangé au noir et, à proximité, la terre a été colorée par la diffusion de microparticules. L’argile rubéfiée correspond à une cuisson du substrat, aucun aménagement par apport de sédiment n’apparaît pour façonner les structures, pas plus que l’empreinte de végétaux ayant pu servir à la mise en place de sédiment (type clayonnage) pour l’aménagement d’une structure plus complexe.

151Sur le site 13, la structure Sc 154 (fig. 54 et fig. J) se présente sous la forme d’un fer à cheval constitué de nodules rubéfiés définissant « une chambre de combustion » étroite et allongée. L’épaisseur des parois rubéfiées varie avec la profondeur et peut atteindre jusqu’à 8 cm. Les parois sont très compactes et indicatrices d’une chauffe intense ; sur la partie intérieure, elles sont lissées. À la base de celles‑ci, l’absence de sole rubéfiée peut être l’indicateur d’une vidange régulière du fourneau. De part et d’autre des parois, le sol a pris une coloration brun‑rouge sans être rubéfié et, sous les parois, la terre est colorée par des particules lessivées. Au fond de la structure, des particules de charbons de bois ont été enfouies profondément (1,20 m sous le sol actuel) dans le sol sableux. Deux datations, effectuées à partir des charbons associés à la structure, ont donné des dates de 1460 BP (OBDY 1234) et 1580 BP (OBDY 1332).

152Sur le site 230, la structure Sc 390 (fig. 54) ressemble à la structure précédente, mais elle s’en différencie par sa largeur plus importante et par la faible épaisseur d’argile rubéfiée. Elle est datée de 1260 BP (OBDY 1224).

153Enfin sur le site 12, la structure Sc 1 est la moins bien conservée ; les parois semblent s’être affaissées dans la partie centrale de l’aménagement, les blocs d’argile rubéfiée sont épais de plusieurs centimètres, aucune surface n’apparaît lissée (Jérémie, Vacher 1992a). La reconstitution de l’état initial, s’il semble se rapprocher des deux structures précédemment décrites, reste difficile à réaliser. La datation 14C est de 1530 BP (ARC 794).

2.4.3.10 Pierres et structures

154Sur les sites sondés, mais plus particulièrement sur les sites décapés, des blocs de roche de taille variable, groupés ou isolés, ont été découverts dans le niveau archéologique ou en surface de la couche 1bb. Leur nature ou leur disposition semblent parfois liées à l’anthropisation. Ces pierres, aménagées ou non, regroupent des types de roche différentes : quartz, quartzite, dolérite, schiste ou roche magmatique pouvant porter de fortes patines. Aucun creusement associé n’est discernable et les ensembles lithiques sont intégrés directement au sédiment de la couche englobante. À proximité de ces ensembles, aucune variation qualitative et quantitative du mobilier n’a été notée dans le niveau archéologique.

155Pendant le décapage, quand la présence d’une pierre isolée (P1) a été notée comme indice potentiel d’anthropisation, une banquette a été réservée. Lors de la phase de fouille de ces banquettes, aucune structure n’a pu être déterminée par la découverte d’indices supplémentaires. Ainsi sur le site 223, le gros bloc de dolérite (matériau exogène au sous‑sol du site), P1 128 (30 x 15 x 15 cm) et le fragment de polissoir sur roche magmatique, P1 262, n’ont pu être rattachés à des ensembles particuliers.

156Des regroupements de nodules où au moins un élément porte des traces d’utilisation (P2) ont été repérés par deux fois sur le site 230, à la base de la couche 2b. Il s’agit de P2 300 composé d’un bloc de quartz et d’une plaquette de schiste à cupules et de P2329 qui rassemble quatre blocs juxtaposés (au cours du décapage, deux d’entre eux ont pu être déplacés) dont deux offrent des surfaces polies, l’un sur quartzite, l’autre sur une roche magmatique. Comme dans le cas des P1, il est impossible de déterminer leur mode d’enfouissement : descente lente dans le sol ou enfouissement volontaire ?

157Lors de la fouille des structures, la présence de pierres est rare mais nous pouvons cependant noter des blocs de roches dépassant 10 cm dans le dépôt céramique 17 CeF 6, et dans des trous de poteau reconnus avec calage. Les ensembles précédemment décrits pourraient donc se rattacher à ces deux groupes de structures. L’hypothèse de dépôts constitués uniquement d’outils en pierre déposés dans les structures fossoyées est à retenir même si, pour l’instant, ils n’ont pas été attestés de manière significative à l’inverse des dépôts céramiques découverts dans 1bb.

158Des amas de roches (P3) de taille variable ont été mis au jour et peuvent être considérés comme des empierrements, à savoir l’aménagement d’une surface par apport de cailloux. La nature même de ces amas de pierres, localisés à la base de la couche 2b, est suffisamment exceptionnelle pour être attribuée à l’anthropisation.

159Sur le site 230, P3 137 (fig. 55 et 56) est constitué d’un nombre important de nodules polyédriques de quartz blanchâtre et opaque. Les blocs sont de taille variable et dépassent rarement 10 cm. Ils présentent un degré d’altération important ; microfissurés, ils peuvent être fracturés à la main. Cet état, s’il peut provenir de la qualité initiale du quartz collecté, peut aussi être attribué à une transformation de la matière première, avant ou lors de son utilisation (par chauffe ?). L’amas situé à la base de la couche 2b est mêlé à de nombreux éléments céramiques dont la présence, si elle mérite d’être signalée, n’en est pas pour autant exceptionnelle au vu de la couleur noirâtre de la couche 2b. La répartition des pierres couvre une surface de 0,7 m2, où elles sont agencées de manière périphérique plus que centrale. À l’échelle du site, la localisation de l’amas est à repositionner au milieu d’une concentration importante de trous de poteau (TPH, TPP2, TPP3) (fig. 43) sans que puisse être précisé un lien éventuel entre ces différentes structures.

FIG. 55 ‒ Vue en plan d’amas de pierres sur les sites 223 et 230.

FIG. 56 ‒ 230 P3 137 après dégagement.

160Sur le même site, une concentration de six nodules polyédriques de quartz, P3 359, regroupe des blocs et des fragments de taille variable et un seul élément dépasse 10 cm. Cet empierrement de taille restreinte, sans organisation apparente et sans creusement associé, localisé en surface de 1bb, présente des similitudes avec P3 137, bien que son origine anthropique apparaisse plus douteuse de par sa taille restreinte.

161Le site 223 a révélé un unique cas d’amas, P3 294 (fig. 55), sis au sommet de la couche 1bb. Il est constitué de fragments de blocs de quartz éclatés dont certains en connexion ; la reconstitution partielle de ces éléments permet de réorganiser deux blocs auxquels sont juxtaposés deux autres pierres et un gros tesson de céramique. La roche est blanchâtre mais certains fragments ont une teinte rougeâtre qui peut être due là encore à l’action du feu. Comme dans le cas de P3 137, le quartz est microfissuré et cassant. Si l’action du feu sur les blocs est probable, aucune trace de structure de combustion n’a été conservée dans le sol autour de l’amas et les quelques petits charbons de bois identifiables dans le sédiment englobant sont à rattacher au niveau archéologique et au matériau carbonisé qui s’y trouve dispersé.

162Enfin sur le site 13, nous signalerons l’existence de groupes de pierres dans la partie sommitale de 1bb, sous le niveau archéologique et à une profondeur similaire à celui des lentilles de charbon de bois (fig. 57) issues des paléoincendies (LCBP). Les pierres constituantes (quartz et roche altérée non déterminée) qui dépassent rarement 20 cm sont soit regroupées soit dispersées selon une maille assez lâche. Malgré les quelques artefacts qui ont été trouvés associés, leur présence nous est apparue, dans les secteurs où elles ont été dégagées, comme liée à un phénomène naturel et il est probable qu’elles forment un niveau discontinu sur l’ensemble du site. Leur origine, sur cette berge alluvionnaire, peut être liée à un phénomène d’érosion dû, soit à des périodes anciennes et cycliques d’ennoiement des berges, soit à des phases d’intense érosion pendant les périodes de paléoincendies, époque où la végétation ne protégeait plus le sol ; enfin la combinaison de ces deux facteurs reste possible.

FIG. 57 ‒ Niveau de pierres sous‑jacent à la couche archéologique sur le site 13 dont la mise en place date vraisemblablement d’une phase d’érosion liée à une période de paléoincendies.

2.4.3.11 Les fossés

  • 10 2 ou 3 m pour sa profondeur, de 3 à 20 m pour sa largeur.

163Sur le plateau des Guyanes, dès 1952, de grands fossés ovalaires sont signalés dans la bibliographie. Celui qui ceint le sommet de la montagne Grand Carapannon sur le bassin de l’Arataye, est bien décrit (Abonnenc 1952). Il s’agit d’un creusement large de 2 à 3 m, régulier, éboulé en plusieurs points, de forme elliptique. Un remblai obture totalement le fossé sur environ 10 m à l’est et à l’ouest. Ces structures largement gravées dans le paysage ont été identifiées par le dénivelé flagrant qui reste marqué en surface du sol et sont aussi attestées par la tradition orale de plusieurs populations amérindiennes et de noirs‑marrons (Wayapi, Emerillons, Saramaca). Ces fossés sont associés au nom de « montagne couronnée ». Plus récemment, d’autres auteurs détaillent des structures identiques et les nomment « colline à fossé périphérique ». Qu’il s’agisse d’A. Cornette (1986), de H. Petitjean‑Roget (1991a) ou de S. Rostain (1994a), le fossé est toujours décrit comme un canal circulaire dont l’emplacement topographique ne varie pas : il ceint un mamelon dominant son environnement naturel, son diamètre atteint jusqu’à 125 m au moins, sa profondeur tout comme sa largeur estimées sont variables10. Il s’interrompt en deux ou trois endroits comme pour ménager des passages. C’est A. Versteeg qui, en 1981, fouillera ponctuellement sur le site de Pondo Creek, la seule structure de ce type connue au Surinam. Quelques tessons et un peu de charbon sont trouvés en fond de fossé, mais aucun surcreusement ou trou de poteau n’a été identifié suggérant la présence d’une palissade. Selon l’auteur, la terra preta est peu marquée. Depuis, en Guyane française, un sondage a été mené sur le site de la « montagne couronnée » de Yaou (Mazière, Mazière 1993). L’ouverture du fossé a révélé une grande quantité de matériel archéologique, dont l’étude est en cours. La fonction des fossés est indissociable de la nature du site qu’ils ceignent. Habitat ou lieu cultuel, le débat à ce propos reste ouvert, mais trop peu de données sont actuellement connues et exploitées.

164L’unique fossé, MC 1, découvert à Petit Saut est localisé sur le site 286 et isole, par sa présence, une occupation de type « montagne couronnée ». Repéré après la fin de la phase de terrain, il n’a fait actuellement l’objet d’aucune fouille, seuls une prospection de surface et un relevé topographique ont été effectués (fig. 58). Le fossé ceint le sommet d’une hauteur culminant à 50 m au‑dessus du niveau du fleuve et c’est par une pente douce que l’on accède au morne. Le fossé est pseudo‑circulaire et couvre une longueur d’environ 300 m. Sa largeur est estimée à environ 10 m et sa profondeur à 3 m. Aucune interruption ni aucun comblement de l’aménagement n’ont été remarqués, pouvant être identifiés comme passages déterminant des accès au méplat central et décrits habituellement dans la bibliographie pour ce type de structure. Dans certaines zones du fossé, le bourrelet extérieur est peu marqué ou a été emporté dans la pente. Au sommet de la colline, à l’intérieur de l’aire délimitée par l’aménagement fossoyé, la terra preta est présente de manière similaire à d’autres implantations et peut être comparée, pour sa coloration, à celle reconnue sur les sites 13 ou 223. En l’absence d’intervention manuelle, elle a été observée à l’emplacement de nombreux essouchages dans lesquels a aussi été collecté du mobilier céramique et lithique. Sur ce site, la multiplicité exceptionnelle des ouvertures naturelles du sous‑sol est due à la période même du repérage de cette occupation, à savoir après la mise en eau du lac de retenue du barrage, lorsque la cote de remplissage atteignait 30 m. En effet, de nombreux arbres étaient tombés à la suite du détrempage du sol, la végétation déstructurée dans la partie inondée offrait d’inhabituels couloirs à la circulation du vent, alors vecteur de l’abattage naturel des essences sur pied.

FIG. 58 ‒ Profil topographique du site 286 (montagne couronnée). Le niveau 0 correspond à la cote 30,90 m du remplissage de la retenue d’eau du barrage.

165La visite sur le terrain des botanistes P. Blanc (CNRS) et P. Birnbaum (Orstom) a permis de reconnaître quelques nouveaux paramètres dans l’identification de ce type de site. En effet, selon eux, certains critères permettent d’estimer que la forêt du plateau sommital ne représente pas un stade de maturité avancée avec un haut niveau de diversité. Les palmiers sont abondants, tout particulièrement les Astrocaryum et les Yessenia batana ; les épiphytes hygrophiles sont absentes à l’exemple des philodendrons du groupe P. guttiferum ou des Cyclauthaceae notamment Evodianthus funifer. Enfin, il faut signaler la rareté, en espèces et individus, des espèces herbacées et arbustives de sous‑bois. Dans le fossé circulaire, deux espèces très hygrophiles au moins ont été reconnues en abondance, il s’agit de Spatauthus unilateralis et d’une cypéracée. L’observation de la structure de la forêt à partir du plan d’eau a permis aux botanistes de délimiter visuellement le plateau sommital recouvert de grands arbres très dissociés les uns des autres, alors que sous le fossé circulaire, la canopée semble beaucoup plus régulière et homogène, sans arbre émergeant. De telles remarques sont bien sûr ponctuelles et ne peuvent être généralisées à l’ensemble des aménagements de ce type. Toutefois la contribution de botanistes, dans un milieu où la végétation est le marqueur privilégié et apparent du paysage, pourrait amener à la reconnaissance de certaines occupations par le biais de la flore. Malgré les échecs connus lors de reconnaissance aérienne, cette technique reste à envisager.

2.5 Les paléoincendies

2.5.1 Les charbons de bois : témoins d’anciens feux

166Des feux de forêts ont éclaté de façon chronique depuis des millions d’années sur toute la surface du globe et ceci bien avant l’apparition de l’Homme. Si l’observation macroscopique des charbons de bois fossiles a confirmé très vite leur origine ligneuse, l’idée qu’ils puissent être le produit d’anciens feux n’a pas été immédiatement acceptée par la communauté scientifique. En effet, l’attribution de la formation de ces fossiles à un phénomène d’enfouissement rapide de bois après dessiccation et oxydation a tout d’abord été avancée. D’autre part, il est vrai qu’en condition d’hydromorphie, des phénomènes de dégradation biologique sont susceptibles de donner, à température ordinaire, des restes charbonneux comme les lignites.

167C’est en fait grâce à l’évolution des techniques dans différents domaines comme la microscopie, la physico‑chimie et la spectrométrie que la démonstration de la genèse thermique à haute température, autrement dit par l’action du feu, des charbons de bois, a pu être faite. Anatomiquement, c’est l’homogénéisation des parois cellulaires, observée par la microscopie électronique à balayage notamment, qui a permis de caractériser la carbonisation des tissus. Les mesures par photométrie infrarouge ont donné également des spectres caractéristiques distinguant des charbons formés par dégradation thermique de ceux issus d’un phénomène biologique (Maury 1971). Enfin par des mesures de la réflectance, celle‑ci étant proportionnelle à la température de formation du charbon (Jones, Chaloner 1991), il a été possible de confirmer ou d’infirmer l’intervention du feu dans le processus de carbonisation du matériel végétal.

2.5.2 Paléofeux holocènes en Amazonie

168L’inflammabilité des forêts tropicales humides est un fait difficile à admettre, pourtant des charbons de bois, omniprésents dans les sols témoignent du passage de ces incendies dans le passé.

169L’occurrence fréquente de charbons dans des profils de sols en Amérique du Sud est mentionnée par de nombreux chercheurs en écologie et en pédologie depuis les années 70. Mais c’est F. Soubies (1980) qui présente les premières observations de niveaux de charbons trouvés au Brésil issus de ce qu’il définit comme des « paléoincendies ». À partir de coupes offertes par la tranchée de la route transamazonienne reliant Santarém dans le Pará à Cuiaba au Mato Grosso, il signale la présence discontinue mais régulière de charbons de bois qu’il date entre 6000 et 3000 BP, et qu’il met en relation avec l’hypothèse d’une phase sèche durant l’Holocène. F. Soubies pose déjà toutes les interrogations quant aux processus d’enfouissement des charbons dans les sols et quant à l’origine, climatique ou anthropique, des feux et émet l’hypothèse d’un « couloir sec » amazonien et de ses conséquences sur la physionomie actuelle de la végétation.

  • 11 Zone de végétation touffue.

170D’autres études paléoenvironnementales confirment l’existence de fluctuations climatiques holocènes. Des études géomorphologiqucs menées en Bolivie (Servant et al. 1981) ont mis en évidence des phases arides dans le sud‑ouest de l’Amazonie. Des charbons trouvés dans les sédiments témoignent de deux périodes de dégradation forestière vers 7000‑5000 BP et 3400‑1400 BP. Au Venezuela et en Colombie, des études menées dans la région de San Carlos sur le Rio Negro révèlent, une nouvelle fois, la présence de niveaux de « rain‑forest fires », paléofeux en forêt tropicale humide, qui se seraient répétés durant les 6000 dernières années (Sanford et al. 1985 ; Saldarriaga, West 1986). D’autres recherches géomorphologiques effectuées au Brésil dans le bassin du Rio Doce (Servant et al. 1989a ; 1989b) font mention également de la présence de charbons holocènes entre 9310 et 1300 BP. Cette étude conclut à une période de sécheresse ayant culminé vers 8500 BP et à l’existence, à plusieurs reprises, d’incendies durant l’Holocène moyen. Dans les cerrados11 brésiliens, des charbons attribués à des paléofeux ont également été datés à 8600 BP (Coutinho 1990) (cf. infra § 2.6).

171À partir de 1992, un programme de recherche international, le rogramme Ecofit dont le thème est : « Changements globaux, écosystèmes et paléoécosystèmes des forêts intertropicales » a été mis en place par l’Orstom et le CNRS en collaboration avec de nombreux chercheurs travaillant dans la zone intertropicale. Il concerne principalement les continents africain et sud‑américain. Ce programme vise aux travers de nombreuses rercherches écologiques et paléoécologiques à reconstituer la dynamique des écosystèmes au cours des dix derniers millénaires et ainsi définir le cadre paléoclimatique postglaciaire dans la zone intertropicale.

172Dans ce cadre, l’existence de paléofeux holocènes sur le continent américain a été mise en évidence notamment par la découverte de charbons dans les sols de la région de Salitre au sud‑est du Brésil (Vernet et al. 1994 ; Pessenda et al. 1996) et de lits de microcharbons dans des carottages sédimentaires dans la région de Carajas en Amazonie brésilienne (Siffedine et al. 1994).

2.5.3 Recherches en Guyane française

173La première prise de contact entre les chercheurs travaillant dans le cadre du programme Ecofit en Guyane et les archéologues Afan de Petit Saut s’est effectuée lors de carottages palynologiques au pripri Petit Tango sur le bas Sinnamary (Martin et al 1993) à l’automne 1992. C’est à cette occasion qu’il a été évoqué d’une part, la présence des paléoincendies et d’autre part, l’existence de datations anciennes sur des sites amérindiens de culture céramique. Il est alors apparu indispensable d’être capable, dès les phases de terrain, de différencier clairement les restes carbonisés issus des diverses activités anthropiques de ceux ayant pour origine les paléofeux naturels induits par des facteurs paléoclimatiques. Les interférences éventuelles entre les macrorestes issus des deux contextes sont susceptibles en effet de générer des graves erreurs pour appréhender tant la chronologie des occupations amérindiennes que l’histoire des feux de forêt.

174Dans le cadre des études paléoenvironnementales, les premières recherches concernant les paléofeux naturels en Guyane française ont été effectuées en 1992 et 1993 dans le cadre d’Ecofit (Tardy 1993) sur la station des Nouragues, dans le bassin de l’Approuague sous couvert de forêt dense et sur la Piste Saint‑Élie, sur la zone côtière en contexte de limite forêt‑savane. Ces études anthracologiques se sont poursuivies sur le terrain jusqu’en 1996, l’élargissement des prospections et la collaboration avec d’autres recherches paléoenvironnementales, notamment des études palynologiques (Ledru et al. 1996), carpologiques (Charles‑Dominique et al. 1996) et géomorphologiques (Servant et Charles‑Dominique données non publiées) ont permis de caractériser et d’évaluer les modifications du paysage au cours des derniers millénaires.

  • 12 Avec le soutien de D. Schwartz, pédologue à l’Orstom, ayant travaillé sur des phénomènes similaires (...)

175Les premiers résultats ont donné lieu à des estimations préliminaires des époques concernées par ces phénomènes. Les datations radiocarbones, issues de prélèvements effectués essentiellement en contexte naturel ou exceptionnellement en milieu anthropisé comme sur certaines stations des Nouragues, ont permis d’identifier dans un premier temps trois périodes d’incendies autour de 7400, 5500 (Nouragues) et 1800 BP (Piste Saint‑Élie) (Tardy 1994). Un début de caractérisation des niveaux de paléofeux a été entrepris ; les tariérages et les échantillonnages sur ces sites ont révélé l’existence de plusieurs niveaux charbonneux situés entre 10 et 120 cm de profondeur. Les premières analyses anthracologiques basées sur l’identification anatomique des bois carbonisés ont été menées grâce à la constitution d’une collection de référence de bois actuels. La problématique de l’enfouissement des charbons de bois dans les sols a été abordée également et a permis d’observer de grandes différences tant au niveau spatial que stratigraphique en fonction des contextes topographiques, géologiques, pédologiques et écologiques12 (Schwartz, Tardy 1994).

176Dans le cadre des recherches archéologiques de Petit Saut, lors de différents sondages réalisés à partir de 1992 sur les sites de plein air, dans le bassin du Sinnamary ou en zone côtière en limite forêt‑savane, certaines datations des niveaux archéologiques par 14C sont apparues comme particulièrement anciennes. Ainsi les résultats obtenus sur les sites 7, 15, 212, et 226 ont éveillé les soupçons quant à l’éventuelle appartenance des échantillons charbonneux à des phénomènes de feux naturels antérieurs de beaucoup à l’occupation humaine que l’on cherchait à dater (Jérémie et al. 1992 ; 1993).

177Il nous a semblé indispensable de nous pencher sur la problématique des incendies de forêt passés, ayant pu laisser des charbons de bois dans les sols et susceptibles d’interférer avec les datations des sites archéologiques (Briand et al. 1995b).

178À partir de juillet 1993, l’ouverture de tranchées sur les sites archéologiques décapés mécaniquement a permis de faire apparaître nettement, et sur des centaines de mètres, des lits charbonneux sous‑jacents au niveau ou au contact de terra preta. Révélées physiquement dans le bassin du Sinnamary, les traces des passages d’anciens feux ont ainsi pu être étudiées sur des surfaces encore jamais égalées.

179Il est entendu que les niveaux de paléoincendies se prolongent bien au‑delà des limites du site archéologique et que les observations que nous allons faire ici quant à la localisation des lits charbonneux, correspondent à la situation particulière des lieux choisis pour être fouillés. Le contexte topographique concerné par ces sites (méplat, sommet de colline) ne représente pas tous les types de milieux dans lesquels peuvent se retrouver des niveaux de paléofeux, géomorphologiquement, pédologiquement et écologiquement parlant.

180Sur les coupes, les niveaux de paléoincendies se lisent de façon plus ou moins discontinue. Ils oscillent entre 25 cm de la surface pour les plus hauts (site 223) (fig. 59) et 70 cm pour les plus bas (site 13) (fig. II, dépl. en fin d’ouvrage). Mais ils restent à une profondeur relativement constante à l’échelle d’un site et de ses unités topographiques (méplat, pente, etc.). Ainsi sur le site 13 aucune colluvion, à la base de la petite colline, ne vient augmenter ponctuellement la profondeur d’enfouissement des charbons sur le méplat du site (fig. II, dépl. en fin d’ouvrage). Après décapage des couches supérieures, ces niveaux apparaissent sous forme de lentilles charbonneuses espacées (fig. 60) (Équipe de Petit Saut 1993b). Au sein d’un même amas, l’aspect « en connexion » des charbons signe souvent leur appartenance à un seul et même individu, ce qui est confirmé par l’identification anatomique au microscope. Sur le site 230, l’amas caractéristique LCBAr 307 (OBDY 1274 : 4640 ± 40, ARC 1058 : 4465 ± 50), repéré lors du décapage au contact de 2b‑1bb, fournit un exemple visuel de cette situation (fig. 61). Il est composé d’un bois carbonisé et fossilisé sous la forme de gros fragments qui forment une unité de 80 cm de long, des particules s’en sont détachées et sont dispersées sur plus de 8 m2. En stratigraphie, ces microcharbons peuvent faire la liaison entre deux amas importants. L’argile rubéfiée, à proximité, est un indicateur de l’intensité de la combustion. Certaines lentilles de charbons de bois sur le site 223, LCB 155 (OBDY 1333 : 4920 ± 50 BP) et LCB 156 (OBDY 1270 : 5120 ± 40 BP), après le décapage mécanique et avant leur dégagement, sont apparues de manière peu caractéristique. Elles avaient été pressenties comme des structures potentielles. La reconnaissance de ces leurres est généralement aisée une fois que l’on a pu observer les niveaux de paléofeux sur de grandes surfaces. En effet, ces derniers se caractérisent par leur étendue, l’aspect des charbons et la structure des amas. Les datations ont confirmé la pertinence de ces observations de terrain.

FIG. 59 ‒ 223 LCB 133, lentille charbonneuse incluse dans la couche 2b après dégagement (cfflg. 63).

FIG. 60 ‒ Répartition spatiale des traces caractéristiques de paléoincendies sur les sites 13, 223 et 230. Lentille de charbon (LCB). Lentille de charbon avec de l’argile rubéfiée (LCBAr). Lentille de charbon avec des pierres (LCBP).

FIG. 61 ‒ Dispersion horizontale et verticale des charbons formant 230 LCBAr 307.

2.5.4 Mise en place des niveaux de paléoincendies

2.5.4.1 Action du feu

181Les charbons de bois sont issus d’un processus de combustion incomplet, les cendres en étant le résultat final. Le passage du feu laisse ainsi trois états de matériaux : totalement incinéré, non brûlé et carbonisé. Seule, la dernière situation est aisément observée sur les sites étudiés. En effet, la qualité des sols en Guyane ne permet pas la conservation des matériaux ligneux non carbonisés qui sont biodégradables et rapidement détruits par l’activité biologique, excepté en condition d’hydromorphie particulière ; aucun niveau cendreux n’a été observé pour des raisons encore inconnues mais pouvant être liées à des phénomènes de lessivage et de descente dans la microporosité des sols, en raison de la taille microscopique des éléments qui constituent la cendre (principalement des cristaux d’oxalate de calcium et de silice contenus dans le bois et les feuilles) ; les tissus carbonisés formés sont par contre résistants aux attaques microbiennes. Concernant les charbons des niveaux de paléoincendies il a été observé certaines caractéristiques très particulières et notamment un aspect brillant, vitreux. Ce phénomène de vitrification, dont l’origine n’est pas encore totalement comprise, pourrait être dû à plusieurs facteurs combinés dont le taux élevé d’humidité au moment de la carbonisation (Thinon 1992). D’autres facteurs ont été étudiés : la présence d’un milieu réducteur et la carbonisation lente apparaissent également comme des éléments favorisant la vitrification des tissus ligneux d’après notamment les expérimentations réalisées sur des activités de charbonnages en France métropolitaine (Fabre 1996), par ailleurs d’autres expériences menées en laboratoire ont révélé l’impossibilité d’obtenir une vitrification des espèces tempérées malgré de hautes températures (Thery 1998).

182Les expériences de carbonisation au moment de la réalisation de la collection de référence de bois actuels guyanais a conduit à certaines observations selon lesquelles certains taxons semblent particulièrement sujets à la vitrification, ainsi les espèces à bois dense, certaines familles également comme les lécythidacées ou les légumineuses et ceci indépendamment de la vitesse de carbonisation (Tardy données non publiées).

183Le taux d’humidité élevé nous apparaît comme un élément prépondérant pour expliquer le phénomène de vitrification des charbons de paléofeux en Guyane française. En effet, le bois brûlé dans le cas d’un incendie de forêt est un bois vivant donc humide alors que c’est le bois sec qui est utilisé dans la plupart des cas pour les foyers domestiques selon les données ethnologiques (Grenand, Haxaire 1977 ; Gély 1983). En conséquence, la répartition en lentille charbonneuse, l’aspect en connexion, la densité, la solidité et surtout l’aspect vitreux des charbons de paléoincendies constituent sans doute des critères de distinction très intéressants même s’ils ne peuvent à eux seuls apporter la certitude de leur origine « naturelle ». Nos observations, menées en Guyane française, ont souvent confirmé la valeur de ces critères, les premières impressions de terrain ayant souvent été validées par les datations radiocarbones, ceci sur l’ensemble des sites étudiés, d’autres échantillons de charbons du Brésil notamment, présentent également ces caractéristiques (Soubies com. pers., Pessenda com. pers.).

2.5.4.2 Phénomènes de dépôt

184La reconstitution des différentes étapes postérieures au passage des incendies peut être appréhendée au travers des observations qui ont été effectuées en Guyane, depuis plusieurs années, sur des zones ou des parcelles récemment mises à feu ayant permis le suivi des processus taphonomiques des charbons de bois (Tardy 1998). L’étude du comportement de la végétation carbonisée a été réalisée notamment dans des zones situées en limite forêt‑savane concernées par les feux courants annuels sur la bande côtière, ou dans des contextes de brûlis ou d’abattis agricoles et expérimentaux d’âges différents. Ces observations ont été principalement menées dans la région de la piste de Saint‑Élie.

185La végétation calcinée à des degrés plus moins importants s’effondre sur le sol mis à nu. Les plantes herbacées, arbustives, la litière et l’humus sont en grande partie détruits. Les charbons de bois issus des ligneux plus résistants tombent ensuite au sol, soit par desquamation en plaque des parties carbonisées, soit par la chute des arbres eux‑mêmes. Les troncs couchés et les souches peuvent continuer à se consumer pendant plusieurs jours et provoquent parfois, par la chauffe, une rubéfaction locale du sol qui forme alors des nodules durcis de couleur rouge‑orange. Les charbons d’un même arbre se déposent donc à la surface du sol en amas, plus ou moins espacés. Les souches et les racines principales brûlent parfois en profondeur et peuvent donner des charbons situés sous plusieurs dizaines de centimètres de sol.

2.5.4.3 Processus d’enfouissement

186La mise à nu du sol par disparition du couvert végétal induit ainsi sa fragilisation face aux phénomènes d’érosion, la végétation ne jouant plus son rôle d’écran contre l’action mécanique de la pluie. Ces processus de dégradation des horizons superficiels s’observent aisément dans le cas de défrichements anthropiques, notamment sur le bord des routes de Guyane, ils peuvent être importants également sur les abattis effectués dans les pentes. On peut penser que les phénomènes d’érosion qui ont suivi les paléoincendies ont pu être particulièrement intenses dans certaines zones après la disparition d’une part importante de la végétation sur de grandes surfaces. En condition forestières et climatiques actuelles ces processus sont tout à fait négligeables.

  • 13 Même s’il est évident que des microphénomènes d’érosion se produisent également sur les replats par (...)

187Le recouvrement des charbons par des transferts latéraux de matériaux, mobilisés le long des versants situés en amont, est un type d’enfouissement cité fréquemment pour expliquer notamment la présence de certains lits charbonneux localisés parfois jusqu’à 2 m de profondeur (Oliveira et al. 1985 ; Modencsi 1988). Cependant, ainsi que le pense F. Soubies (1980) pour ces niveaux de paléoincendies au Brésil, nous croyons que ce phénomène n’est pas le moteur principal d’enfouissement des charbons13.

188Les transferts de matériau sont dans certains contextes souvent tout à fait insuffisants pour justifier un recouvrement de plusieurs dizaines de centimètres ; de plus on observe que les lits charbonneux se retrouvent également à une profondeur relativement constante et ce, même dans des contextes de pente. Cette situation induit que le processus est lié à des remaniements verticaux provenant de l’activité biologique des sols pour un grande part.

189Des résultats d’analyses minéralogiques menées au Brésil (Miklos 1992) permettent de conclure que, dans le site étudié, malgré une profondeur d’enfouissement de 2 m, les processus de colluvionnement ne peuvent être mis en cause. La différence de couverture pédologique, en amont sur grès, en aval sur basalte, devrait en effet faire apparaître l’une ou l’autre des signatures dans le profil étudié ; ce phénomène n’a pas été observé par l’auteur qui conclue à une action biologique du sol.

190Les recherches, menées aux Nouragues, concernant les processus d’enfouissement des charbons dans les sols forestiers de Guyane (Schwartz, Tardy 1994) et sur les sites archéologiques de Petit Saut ont montré que plusieurs facteurs participent à ce phénomène progressif et varient selon les contextes liés notamment à la topographie des lieux, à la nature pédologique et à l’activité biologique des sols (cf. supra § 2.4.2).

191Les travaux sur la faune du sol, à l’exemple des termites (Lee, Wood 1971 ; Boissezon et al. 1973 ; Lévêque 1975 ; Miklos 1992), des fourmis et des vers de terre (Conceiçao et al. 1974 ; Lavelle 1983) ont permis de mesurer l’enfouissement des charbons en estimant même des vitesses sur plusieurs millénaires, ceci par datations des niveaux de charbons (ou d’humine) en fonction de la profondeur à laquelle on les trouve. Ces vitesses appréciées sont très variables selon les contextes allant de 0,02 mm/an à 0,23 mm/an. P. Boulet estime qu’elles sont à considérer comme maximales en ce qui concerne l’accumulation superficielle de matière par l’activité biologique. Les mesures sont réalisées sur des sols ferralitiques brésiliens dans la région de Salitre où l’action de la faune du sol est particulièrement intense (Boulet et al. 1994).

192Si l’on devait appliquer cette méthode de mesure sur les sites de Petit Saut pour les niveaux de paléoincendies, on obtiendrait des variabilités de mesures inter‑ et intrasites extrêmement importantes. Pour le site 223, on retrouve un niveau de charbon daté à 9900 BP à une profondeur moyenne de 25 cm alors que par ailleurs des charbons archéologiques datés autour de 1000 BP sont situés à plus de 50 cm soit des vitesses d’enfouissement estimées à 0,025 jusqu’à être supérieures à 0,5 mm/an. Sur le site 13, le niveau de paléoincendie daté aux environs de 5000 BP fluctue entre 50 et 80 cm soit de 0,1 à 0,16 mm/an.

193Comme il a été signalé pour les processus d’enfouissement des artefacts archéologiques, le contexte physique et pédologique est sans doute primordial dans le rôle de barrière éventuelle qu’il peut avoir pour la descente relative des charbons en profondeur, même si l’activité biologique semble jouer un rôle important dans les premières dizaines de centimètres de sol. Les modifications écologiques ont une grande influence sur la faune du sol et les perturbations suivant les incendies ont sans doute modifié considérablement l’écosystème édaphique et son comportement. En effet, des conditions plus xériques des sols ont pour conséquence une activité en profondeur de la mésofaune, à la recherche d’eau en particulier.

194Les observations dans les zones défrichées et brûlées montrent que les remaniements liés au phénomène de recolonisation végétale participent grandement à l’enfouissement des charbons dans le sol (Tardy 1998). Le cycle de végétation, lors d’une phase de réinstallation, est beaucoup plus intense que pour une période où la couverture végétale reste stable. L’activité racinaire se trouve en effet renforcée par les apparitions et les disparitions successives des différents végétaux. La végétation pionnière est dotée d’un réseau racinaire particulièrement dynamique et à croissance très rapide à l’image du système aérien. Les sols sont ainsi une première fois remaniés. Les végétaux se succèdent ensuite rapidement durant les premières dizaines d’années. Les essences pionnières héliophiles laissent place à une végétation secondaire marquée par le retour des taxons plus ombrophiles et ceci jusqu’à atteindre un équilibre relatif. Les plantes recolonisatrices ont donc un cycle de vie beaucoup plus court qu’en condition de forêt non perturbée.

195Les racines agissent ainsi de plusieurs manières sur les charbons, de façon mécanique en s’immisçant dans les microfissures des charbons et en les entraînant en profondeur ou en agissant sur la macroporosité des sols. Dans cette situation, elle s’infiltrent dans le substrat et, lors de leur disparition, elles permettent aux charbons de descendre, par gravité, dans les vides qu’elles ont laissés. La zone d’activité des racines varie selon les milieux et semble limitée en profondeur. Certaines observations montrent que les niveaux de paléoincendies se stabilisent sous la zone d’activité racinaire, généralement entre 50 cm et 1 m selon les substrats.

196En conclusion, la reprise de la végétation après le passage du feu et celle de toutes les activités biologiques de la faune du sol notamment, ont sans doute été les principaux facteurs de fossilisation des charbons de paléoincendies. Le retour des conditions forestières ne se traduit pas par un arrêt du phénomène d’enfouissement. L’action est continue et relativement uniforme, elle progresse au cours des millénaires. Cependant, rien ne permet de penser que les charbons descendent indéfiniment. Au contraire, certains facteurs, pédologiques notamment, peuvent agir en « butoir » et stabiliser, en quelque sorte, les niveaux à des profondeurs variables selon les substrats.

197Certaines perturbations postdépositionnelles sont susceptibles de se produire. Les plus fréquentes sont causées par les déracinements d’arbres, continuels en forêt dense ; la terre retournée remettant en surface des couches profondes. L’installation des populations humaines ne manque pas non plus de modifier les niveaux stratigraphiques au travers des diverses activités domestiques et agricoles.

2.6 Les datations

2.6.1 Pourquoi 131 datations à Petit Saut ?

198L’attribution chronologique, qui semble au premier abord résolue par l’utilisation du 14C, est apparue beaucoup plus complexe. Dans le contexte particulier que nous venons d’évoquer, la réalisation de datations pose plusieurs problèmes liés tant à la méthode d’obtention d’une datation « objective » qu’à sa validation ou à son interprétation.

  • 14 L’ensemble des 125 mesures a été calibré selon la méthode de M. Stuiver et P.J. Reimer (université (...)

199En début d’opération, l’archéologie guyanaise ne disposait d’aucune ébauche de classement chronologique à l’aide d’une typologie de référence ou d’analyses stratigraphiques fiables. Pour pallier ces défaillances, il était nécessaire d’obtenir une série de mesures. 131 échantillons ont été envoyés pour analyse à deux laboratoires. La première série, regroupant 38 datations, a été réalisée par le laboratoire Archéolabs (ARC). Puis, une convention a été passée avec le centre Orstom de Bondy (OBDY) et 93 échantillons ont été testés. Seuls, 87 résultats ont été obtenus suite à la destruction d’un spécimen en cours d’analyse et à l’impossibilité de travailler sur cinq autres de taille trop réduite14. Une telle quantité d’échantillons et de résultats est justifiée par les interrogations posées par les interprétations stratigraphiques (terra preta, présence de structures) et la difficulté de différencier les charbons provenant de paléofeux et ceux issus de l’anthropisation.

200Le matériau à dater provient de quarante sites. Les douze autres occupations sondées n’ont pas fait l’objet de datation : soit elles ne fournissaient pas suffisamment de charbons de bois ou de matériel céramique associé pour justifier une datation, soit elles présentaient des marqueurs chronologiques en mobiliers coloniaux typologiquement bien référencés. Sur les sites de plein air, une ou plusieurs mesures ont pu être effectuées. Les résultats obtenus sur les sondages livrent des dates ponctuelles (1 à 3 14C) tandis que les sites fouillés, grâce à l’ensemble des échantillons datés (site 13, 20 14C, site 172, 7 14C, site 223, 28 14C et site 230, 20 14C) (fig. 62), offrent un cadre chronologique théorique couvrant, pour le plus important, environ 15 000 ans (tabl. v). Cette dispersion pose la question de la validité des dates radiocarbones et de leur remise en question par l’archéologue face au contexte particulier de la fouille qu’il a réalisée.

FIG. 62 ‒ Distribution planimétrique des échantillons prélevés pour une datation 14C sur les sites 13, 172, 223 et 230.

TABL. V ‒ Tableau récapitulatif des datations 14C sur Petit Saut.

201Parmi les 125 datations obtenues, on distingue plusieurs ensembles :
– celui des datations fausses suite à une erreur du laboratoire ;
– celui des datations douteuses car éventuellement polluées par des charbons plus anciens ou plus récents ;
– celui des datations aberrantes par l’origine même de la couche de prélèvement ;
– et enfin celui des datations apparemment sans problème.

202Si les datations fausses sont à rejeter (OBDY 1220, OBDY 1231), les autres ensembles sont à conserver en mémoire, car chacun fournit des résultats dont l’interprétation est significative de certains phénomènes. En fin d’étude, on peut donc constater que l’échantillonnage même des charbons, les résultats obtenus et leur confrontation aux autres données chronologiques du plateau des Guyanes et de l’aire amazonienne soulèvent une nouvelle série d’interrogations.

2.6.2 Niveaux archéologiques et paléoincendies : inévitables incidences

203La juxtaposition sur un même site de lentilles naturelles de charbons de bois anciens ou récents (cf. supra § 2.5) et de niveaux anthropisés, pose le problème de leur reconnaissance. Les niveaux de paléoincendies apparaissent épisodiquement et de manière caractéristique sur les sites décapés 13, 223 et 230, il est alors possible de les dater au coup par coup.

204Sur le site 223, une lentille de charbons de bois liée à de l’argile rubéfiée (LCBAr 133), attribuable à un paléoincendie, a été repérée à partir de la surface de la couche 2b lors du décapage (fig. 63 et tabl. v). En cours de fouille, elle est apparue comme s’étendant jusqu’en surface de 1bb. Elle est constituée de charbons de taille importante (fragments de plus de 40 cm de long), faisant partie d’un même ensemble originel, dispersé avec le temps au gré des perturbations du sol. De nombreuses particules s’éparpillent sur plusieurs mètres carrés, et sur toute la hauteur de la stratigraphie, entre 1ba et 1bb. Le choix de réaliser une datation radiocarbone à partir d’un charbon unique a permis de dater un événement paléoclimatique âgé de 9570 ± 40 BP (OBDY 1263). À l’abord immédiat de cette perturbation, les charbons de bois collectés dans le niveau archéologique ne peuvent pas être considérés comme homogènes.

FIG. 63 ‒ Vue en coupe (a) et en plan (b) de 223 LCBAr 133 où le niveau de paléoincendie se juxtapose au niveau archéologique (cf. fig. 59).

205Dans un contexte de sondages limités à quelques mètres carrés, comme c’est trop souvent le cas dans l’aire amazonienne, un niveau de paléoincendie mêlé au niveau archéologique a peu de chance d’être perçu. Seule, la différence d’aspect entre charbons naturels anciens (vitreux, lités, durs et cassants) et fragments carbonisés anthropiques (mats, poreux, fragiles) pourra indiquer leur probable origine en l’absence d’un amas charbonneux caractéristique des paléofeux. Ainsi, la datation réalisée en 1992 sur le site 7, sondé sur 4 m2, est de 4970 ± 55 BP (ARC 816) ; elle a d’abord été associée au matériel archéologique et semblait être une des dates les plus anciennes pour les sites céramiques de l’aire amazonienne, mais unique, elle restait à utiliser avec précaution. Actuellement, sa validité archéologique est rejetée, la datation correspond à une phase de paléoincendie.

206Dans le cas de prélèvements simultanés de plusieurs charbons provenant de faits indépendants, situés dans le niveau archéologique, la datation obtenue correspond à une moyenne due à la présence de charbons d’âges différents. Cette situation aboutit à la remise en question de la validité de la mesure, dans certains cas celle‑ci apparaît comme aberrante.

207Sur le site 172, la première datation avait été effectuée avant la caractérisation des niveaux de paléoincendies. Elle a été réalisée sur des charbons provenant du niveau archéologique et collectés sur plusieurs mètres carrés. L’âge conventionnel obtenu est de 2770 ± 50 BP (OBDY 1221) et ce résultat est l’exemple type d’une datation sans valeur archéologique une fois confrontée aux autres mesures engagées sur le site 172. Bien que les niveaux de paléoincendies n’aient jamais été observés de manière caractéristique sur ce site, leur pollution est apparente pour OBDY 1221 (tabl. v).

208Sur le site 230, la mesure réalisée après la phase de sondages‑évaluation (10 m2) est de 1985 ± 50 BP (ARC 912). Cette datation est intervenue dans notre choix des sites à décaper et retenus pour leur appartenance chronologique. Lors du décapage, des lentilles importantes de charbons de paléofeux sont apparues de part et d’autre du sondage initial, et la datation générale de cette occupation semble plus récente (xiie s. et xviiie s.). La date ARC 912 est à considérer comme inexploitable ; cependant, elle pourrait correspondre à des charbons provenant d’incidents climatiques naturels récents comme la phase de paléoincendies déterminée sur le littoral de Guyane et se calant autour de 1800 BP (Tardy 1996). Ce hiatus n’est pas contemporain de la période d’occupation du site mais les charbons qui en sont issus agissent comme le vecteur d’une pollution chronologique, et si les phases de paléoincendies anciens sont reconnaissables, car en dehors de phases d’anthropisation reconnues, aucun élément ne nous permet actuellement de distinguer les charbons provenant de potentielles phases récentes de paléofeux puisqu’elles n’ont pas été identifiées de manière caractéristique sur les sites fouillés. À la source de ces mélanges de périodes successives se trouvent des charbons de petites tailles, dont la présence dans le niveau archéologique est diffuse.

209Enfin, la reconnaissance d’un niveau archéologique récent, au‑dessus d’un niveau d’occupation antérieur, engendrera aussi des erreurs. Sur le site 230, nous pouvons signaler deux mesures radiocarbone, OBDY 1268 et OBDY 1377, dont l’interprétation permet de caler une occupation au milieu du xviiie s. La présence de mobilier archéologique récent, typologiquement caractéristique, confirme ce résultat. Toutefois, l’enfouissement des charbons associes, dans la continuité du phénomène décrit pour le niveau archéologique, peut occasionner la présence de fragments charbonneux récents au contact, voire dans la couche 2. Dans ce cas, les datations engagées pour la période amérindienne seraient ponctuellement rajeunies.

210Certaines mesures effectuées sur le site 13, à l’exemple d’OBDY 1249 – 450 ± 50 BP –, sont à interpréter en tenant compte de l’occupation du site par des orpailleurs au xxe s. Des traces de feux étaient encore marquées en surface de l’implantation avant son décapage. Sur ce site, le niveau archéologique est intercalé entre des niveaux de charbons diffus récents et anciens.

211Lors de l’interprétation d’une datation radiocarbone récente, il est indispensable de prendre en compte les fluctuations d’une date en fonction de la partie du bois carbonisée. La longévité moyenne et maximale des arbres reste imprécise en forêt primaire équatoriale. Certains auteurs estiment que le renouvellement théorique de tout un espace forestier se situe autour de 690 ans (Riera 1993). S’il est impossible d’évaluer la marge d’erreur apportée par le support même de l’analyse, la confusion engendrée par cette situation nuit particulièrement à la validité des données.

212Les structures fossoyées ne sont pas à l’abri de pollutions par les niveaux de paléoincendies lors de leur creusement ou de leur comblement. Au‑delà de ce simple constat qui sert de mise en garde sur la validité de datations provenant de structures, la juxtaposition de charbons issus de paléofeux et de l’anthropisation peut avoir sa chronologie propre. En effet, sur le site 223 (cf. supra. § 2.4.3.7), dans le remplissage de la FG 30, une couche contenant des charbons de paléofeux, datée de 5720 ± 50 (OBDY 1251), scelle la structure dont le comblement est daté de 620 ± 50 (OBDY 1411). Si la datation OBDY 1251 n’a pas de valeur archéologique pour l’attribution chronologique du creusement, elle permet de définir un remblayage anthropique à base de sédiment contenant des témoins de paléofeux qui est disponible sur le site uniquement dans les quarante premiers centimètres du sol.

213Lors de la phase de terrain, la reconnaissance de lentilles de charbons de bois de paléofeux n’est pas nécessairement confirmée par une date radiocarbone ancienne. Ainsi, sur le site 13, LCB 156 fournit un résultat correspondant à une période où l’anthropisation a été déterminée sur le Sinnamary (OBDY 1215 : 1360 ± 50 BP). Dans ce cas, nous avancerons au moins deux explications à cette mesure. Au‑delà de l’occupation anthropique, OBDY 1215 peut aussi trouver son origine dans une pollution causée par des charbons provenant d’une phase de réchauffement naturel récent ou dans une activité anthropique telle que le brûlis dont la similitude avec les paléofeux a déjà été évoquée.

2.6.3 Les jalons chronologiques à Petit Saut : résultats

214Chronologiquement, nos mesures s’échelonnent entre 9910 BP (OBDY 1230) et 220 BP (OBDY 1268). Différents groupes peuvent être déterminés (fig. 64).

FIG. 64 ‒ Datations 14C réalisées à partir de charbons de bois ; comparaison entre les sites BPS, de Guyane (Marouini, Nouragues, piste de Saint‑Élie, autres Guyane) et d’autres régions amazoniennes ou péri‑amazoniennes. Les datations caractéristiques des phases reconnues de paléoincendies sont entourées.

Groupe I

215De 9910 BP (OBDY 1230) à 8380 BP (OBDY 1284), cette phase ancienne de paléoincendies a été calée grâce à huit 14C provenant de cinq sites. Cet ensemble de datations s’inscrit dans une période déjà déterminée et reconnue par trois datations provenant du rio Negro (Coutinho 1990) et du rio Doce (Servant et al. 1981). Les limites de ces oscillations climatiques restent floues.

Groupe II

216De 5970 BP (OBDY 1256) à 4400 BP (OBDY 1405). Une seconde période de paléofeux a été déterminée grâce à seize 14C provenant de sept sites. La rupture avec la phase précédente est nette. Aucun charbon n’a été daté de l’intervalle situé entre 8000 et 6000 BP ; à l’extérieur du bassin du Sinnamary, une mesure est connue pour cette période en Guyane, elle provient du massif des Nouragues (Tardy 1998). Des datations se rattachant au groupe II ont été enregistrées en Bolivie, en Colombie, au Venezuela et au Brésil ; l’incident climatique semble alors commencer plus tôt, vers 7000 BP Pour la limite la plus récente de cette phase, aucune interruption significative à Petit Saut n’est clairement marquée avec les datations du groupe III.

Groupe III

217De 4020 BP (OBDY 1358) à 1835 BP (ARC 710). Ce troisième ensemble a été identifié grâce à onze datations issues de huit sites. L’interprétation de ces mesures reste la plus complexe et peut correspondre à des mélanges de charbons issus des quatre autres groupes auxquels peuvent être mêlés des fragments carbonisés issus d’incidents climatiques récents encore mal définis. Ils sont pressentis vers 2700 BP, on reconnaît quatre 14C provenant de quatre sites, et vers 1900 BP où le même cas de figure se présente là encore sur quatre sites. Ce dernier épisode a déjà été évoqué par un jalon chronologique unique sur le littoral de Guyane. Dans l’avenir, les paléoenvironnementalistes seront plus à même de définir ces oscillations climatiques récentes puisqu’ils les observeront en dehors d’un contexte d’anthropisation où leur reconnaissance est difficile. Dans ce groupe III, des datations peuvent correspondre à des occupations anciennes qui, tant que le cadre paléoenvironnemental n’aura pas été mieux défini, ne pourront pas être retenues et sont à considérer comme hypothétiques.

Groupe IV

218De 1660 BP (OBDY 1286) à 430 BP (OBDY 1339). Il permet de caler les occupations amérindiennes entre ces jalons dont la limite inférieure au moins ne correspond qu’aux données enregistrées à Petit Saut, dans une aire géographique limitée. Certaines dates peuvent être déformées par les différents facteurs évoqués précédemment, sans pour autant être repérables. Des phases d’incidents secs récents sont toujours possibles bien qu’aucune donnée ne les étaye pour l’instant.

Groupe V

219Deux datations, 240 BP (OBDY 1377) et 220 BP (OBDY 1268) attestent une présence amérindienne‑coloniale récente sur le site 230.

2.6.4 Quel avenir pour les datations en Guyane ?

220Dans ce contexte archéologiquement neuf, il est donc difficile d’éviter les écueils dus à la mise en place d’une chronologie basée avant tout sur des jalons issus de datations « objectives ». En effet, le cadre stratigraphique dans lequel s’inscrivent l’ensemble des sites rend la validation des dates radiocarbone complexe.

221Ainsi, une première datation 14C effectuée en début de programme sur le site 15 (ARC 722) et publiée en 1992 a rapidement été remise en question lors de l’avancée des travaux, alors qu’elle avait déjà été utilisée par d’autres chercheurs. En 1994, de nouvelles mesures ont confirmé que cette première datation correspondait à un mélange de charbons (OBDY 1286, OBDY1281).

222Face aux observations que nous avons réalisées à Petit Saut, l’interprétation des mesures publiées par d’autres chercheurs du plateau des Guyanes et plus largement de l’aire amazonienne nous paraissent difficilement utilisables tant qu’elles n’auront pas été revues par nos confrères à la lumière des problèmes soulevés lors de notre étude.

223Les remarques apportées ci‑dessus ne sont pas anecdotiques car les problèmes ont été rencontrés physiquement sur l’ensemble des sites décapés et, de manière plus intuitive, sur les sites sondés. C’est en fait la multiplication des échantillons de charbons de bois, la prise en compte systématique de leur aspect et la confrontation des résultats qui ont engendré l’invalidation de nombreuses mesures puis la remise en cause de l’échantillonnage.

224Sur le programme, nous avons volontairement fait de nombreuses datations sur des charbons directement rattachables à des périodes de paléoincendies, ceci afin de saisir les interactions potentielles entre des niveaux de charbons de bois anthropiques et des événements naturels et de définir le cadre paléoenvironnemental des occupations. Cette démarche, fructueuse à travers ces premiers résultats, est à poursuivre.

225À Petit Saut, la méthode radiocarbone n’a de valeur que confrontée à l’étude céramique en tant que marqueur chronoculturel. Dans faire qui nous concerne, ces deux systèmes de datation restent encore peu fiables pour définir des repères précis. Dans l’avenir, pour optimiser l’utilisation des datations 14C, il serait nécessaire de pratiquer des échanges plus poussés avec tous les chercheurs impliqués dans l’étude des charbons de bois fossiles.

Notes

1 Le terme de loci utilisé par certains auteurs (Rostain 1994a) associant l’idée de sites de faible importance au nombre de tessons découverts lors de la prospection n’a pas été retenu.

2 Dans l’emprise du barrage, ces secteurs étaient peu menacés par la montée des eaux.

3 Un sondage de 4 m2 a été réalisé sur le site 180.

4 Il n’est ni sondé, ni menacé par la montée des eaux du barrage. Il a été repéré en 1994 après la fin de la phase de terrain.

5 Le creusement de tranchées profondes permettant la lecture de tout le profil de la berge n’a pas été possible pour des raisons techniques : longueur du bras de la pelle (limitée à 4 m), et de sécurité (risque de chute de l’engin dans le fleuve).

6 Le matériel a été identifié par Y. Leroux. Parmi les bouteilles, ont été reconnus des récipients à huile en verre fin bleu pâle et des « bouteilles pot de fleurs ». La faïence décorée de peinture bleue offre des profils identiques à ceux de la poterie de Delft. Certaines faïences blanches, fabriquées dans la région de Toulouse, sont ornées par un galon peint de couleur jaune. Enfin, d’autres faïences ont des décors au manganèse typiques de la région de Bristol (Grande‑Bretagne). Ce groupe d’objets forme un ensemble typochronologique homogène.

7 Les datations réalisées par le laboratoire Archéolabs (A. Cura et L. Van der Plaetsen) sont identifiables par le préfixe ARC suivi du numéro de la datation, celles effectuées par le centre Orstom de Bondy (M. Fournier) sont notées OBDY.

8 Sauf mention contraire, la profondeur des structures est toujours donnée par rapport à la surface de 1bb.

9 172 Fsu 2 : 172 désigne le site, Fsu le type de structure et 2 le numéro d’inventaire de la structure sur le site.

10 2 ou 3 m pour sa profondeur, de 3 à 20 m pour sa largeur.

11 Zone de végétation touffue.

12 Avec le soutien de D. Schwartz, pédologue à l’Orstom, ayant travaillé sur des phénomènes similaires au Congo.

13 Même s’il est évident que des microphénomènes d’érosion se produisent également sur les replats par effet de nivellement du sol, notamment des buttes de déracinement d’arbres avant et après le passage du feu.

14 L’ensemble des 125 mesures a été calibré selon la méthode de M. Stuiver et P.J. Reimer (université de Washington, programme Calib and Display, 1993).

Table des illustrations

Légende TABL. II ‒ Données synthétiques sur les sites de plein air. Type de site : A amérindien ; AC amérindien‑colonial ; AM amérindien moderne. Type d’intervention : SD sondage ; décap. décapage à la pelle mécanique. Dans les autres colonnes, la valeur X signifie présence et la valeur XP signifie présence avec site à polissoirs.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Légende FIG. 21 ‒ Répartition des sites de plein air en fonction de leur altitude et de leur distance par rapport au fleuve.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende FIG. 22 ‒ Profils topographiques de différents sites et schémas des axes de relevés avec localisation du nord géographique, du ou des sondages et de la berge.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende FIG. 23 ‒ Stratigraphie type d’un sol forestier classique, 1a humus, 1ba substrat superficiel aéré et bioturbé, 1bb substrat compact. L’épaisseur des horizons varie en fonction des sites.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 8,8k
Légende FIG. 24 ‒ Stratigraphie type d’un sol anthropisé. 1a humus, 2 terra preta où 2a marque systématiquement un horizon plus clair que 2b, 1bb substrat compact. L’épaisseur des horizons varie en fonction des sites.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 9,8k
Légende FIG. ATerra preta sur le site de plein air 172 montrant les variations importantes de la coloration des couches 2a et 2b sur une même implantation sans qu’il existe pour autant de rupture stratigraphique. La couche 2b est toujours plus sombre que la couche 2a sur la zone de méplat et sur les pentes du site. 1 en W41 dans la pente au sud du méplat ; 2 en H21 dans la partie haute de la pente au sud du méplat ; 3 en A91 dans la partie sud du méplat ; 4 en D11 dans la partie haute de la pente nord du méplat ; 5 en D31 dans la partie nord du méplat. On peut observer des nodules de latérite dans la couche 2b indiquant un ancien essouchage ; 6 en A2 dans la partie est du méplat. (§ 2.2.2, § 2.2.3.1, § 2.3.3)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende FIG. BTerra preta observée sur différents sites lors de la phase de sondages. Si les couches 2a et 2b apparaissent systématiquement, quelle que soit la nature du substrat, la coloration varie très largement, 2b restant toujours plus sombre que 2a. 1 site 222 ; 2 site 211 ; 3 site 207 ; 4 site 208 ; 5 site 180 ; 6 site 82. (§ 1.3.4.3 ; § 2.2.2)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Légende FIG. D ‒ Site 13, m 15 à 17 : niveau de terra preta (couches 2a et 2b) et niveau de paléoincendie dans 1 bb. (§ 2.2.2, 2.2.3.2, 2.3.3)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. E ‒ Site 13, tranchée 3, mètres 19 à 22 : jonction entre la berge alluvionnaire (à gauche) correspondant au méplat d’implantation présentant un niveau de terra preta et un microrelief au substrat latéritique très compact (à droite), cffig. A, no 2. (§ 2.2.2, 2.2.3.2, 2.3.3)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende FIG. F ‒ Site 223, T3, m 5 : niveau de terra preta où les couches 2a et 2b sont peu marquées et présentent une teinte relativement proche de celle du substrat. (§ 2.2.2, 2.2.3.3, 2.3.3)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. G ‒ Site 230, T3, m 2 : niveau de terra preta où la couche 2b présente une teinte noirâtre et où la couche 2a, brun foncé, se différencie nettement du substrat. (§ 2.2.3.4, 2.3.3)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende FIG. 25 ‒ Emprise du sondage sur le site 172, localisation du site à polissoirs 87 et des sites de plein air 173 et 247.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende FIG. 26 ‒ Site 172, fluctuation de l’épaisseur des horizons de terra preta sur la coupe E.‑O. A mètres 13 à 16 sur le méplat du site ; B mètres 23 à 26 en rupture de pente.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende FIG. 27 ‒ Aspect superficiel du réseau racinaire en forêt équatoriale se développant en surface de 1bb, ici sur le site 172.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Légende FIG. 28 ‒ Coupe à l’emplacement d’une butte de déracinement et de la dépression qui l’accompagne, ayant servi au repérage d’indices sur le site 172 (coupe N.‑S., mètres 29 à 35), 1a humus, 2a‑2b terra preta, 1bb substrat, 3 sédiment ocre‑rouge de type 1bb déstructuré, 4 sédiment très humifère.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 29 ‒ Emprise du décapage et des tranchées du site 13, localisation des sites à polissoirs 64, 65, 220 et du site de plein air 212.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 30 ‒ Site 13 : colonnes stratigraphiques dans les tranchées 1, 4 et 6. Le passage de 1bb1 vers 1bb3 marque dans le substrat des fluctuations de coloration de l’ocre‑jaune vers une teinte plus orangée liée au lessivage et à la présence du socle altéré sous‑jacent. Celui‑ci affleure à la fois sur la colline en surplomb du site et en berge de celui‑ci. (T4‑m 1 : lire tranchée 4, mètre 1 ; en en‑tête de chaque colonne est donnée l’altitude par rapport au 0 attribué au site). Pour T4‑m 1, on remarquera le niveau continu de charbons de bois issus de paléoincendies et pour T1‑m 5, la migration de ces charbons jusqu’à moins de 1,10 m de la surface du sol dans un sédiment très meuble et sableux (cffig. II, dépl. en fin d’ouvrage).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende FIG. 31 ‒ Site 13 : colonnes stratigraphiques dans les tranchées 3 et 9. Pour T3‑m 26 : 1bb1 sédiment sablo‑argileux très riche en roche altérée rouge, 1bb2 substrat latéritique ocre‑rouge avec quelques nodules de roche altérée. Pour T3‑m 16, on remarquera le même phénomène qu’en T4‑m 1. PourT3‑m 26, le sédiment en 1 b1 est extrêmement compact et a empêché toute migration des artefacts ou des charbons de paléoincendies en profondeur (cf. fig. II, dépl. en fin d’ouvrage).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende FIG. 32 ‒ Emprise du décapage et des tranchées du site 223, localisation du site à polissoirs 80 et du site de plein air 222.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende FIG. 33 ‒ Site 223 : tranchée 1, mètres 1 à 8. Les couches 2a‑2b sont bien marquées et, en début de coupe, l’horizon lié aux paléoincendies apparaît nettement à la base de 2b.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende FIG. 34 ‒ Site 223 : colonnes stratigraphiques des tranchées 1, 2 et 4. Pour la tranchée 2, aux mètres 75 et 99, le substrat (couche 1 bb), sous le niveau de paléoincendie, est argileux et très compact, de couleur ocre‑jaune, s’accentuant en ocre‑rouge en profondeur. Il a bloqué la progression des charbons dans le sol. Pour T1‑m 1, on notera, à la base de 2b, l’association de niveaux de paléoincendies et d’artefact.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende FIG. 35 ‒ Site 223 : sur l'ensemble des colonnes stratigraphiques de la tranchée 3, on observe des fluctuations des niveaux anthropisés et des paléofeux, en fonction de la compacité du substrat. Sur le méplat (m 7 et 19), le substrat (couche 1 bb) est compact. En début de pente (m 42), les couches 1a, 2a et 2b sont épaisses et meubles, elles sont propices à une migration verticale des éléments dans le sol. Au m 49, en pente, la remontée du niveau argilo-graveleux, 1 bb2 (sédiment ocre-jaune à orangé, argilosableux, très compact, de type 1 bb1, servant de matrice à de petits galets dépassant rarement sol, tout comme en berge, au m 71, où 1bb est constituée d'un sédiment argileux, ocre-jaune orangé, à marbrures rouge pâle. Enfin, au m 119, 1 bb est composée d'un sédiment ocrejaune (orangé en profondeur) très compact, ayant stoppé la progression des charbons de 3 cm), limite à nouveau les infiltrations dans le bois dans le sol.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende FIG. 36 ‒ Emprise du décapage et des tranchées du site 230, localisation du site à polissoirs 30.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende FIG. 37A site 230, coupe 2, m 24 à 32 : portion de profil où la couche 2bb (variante claire de 2b) est visible. B site 230, coupe 4, m 12 à 20 : niveau de mobilier amérindien situé dans la couche 2b, de coloration très sombre sur la zone de méplat est du site, C site 230, coupe 4, m 59 à 67 : niveau de mobilier amérindien‑colonial situé dans les couches 1a et 2a sur la zone du méplat ouest du site. Il faut noter en particulier les deux amas de céramiques pris dans l’humus et n’ayant pas ou peu commencé leur migration dans le sol.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende FIG. 38 ‒ Niveau de mobilier amérindien‑colonial en connexion sur le site 230 à la jonction des couches 1a et 2a,
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende FIG. 39 ‒ Plans de masse des sites 172 et 223.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende FIG. 40 ‒ Plans de masse des sites 13 et 230.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende FIG. L ‒ Site 172, structures à la surface de 1bb : à gauche CeOF 1 présentant un dépôt de tessons organisés renfermant de nombreuses particules osseuses carbonisées et à droite Fsu 2 montrant deux petites tâches sombres qui indiquent l’emplacement de deux petits surcreusements sous‑jacents. (§ 2.4.3, 2.4.3.8, 3.2.1.2).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende TABL. IV ‒ Répartition numérique et proportionnelle des anomalies et des structures caractéristiques sur l’ensemble des sites. A anomalie, AF anomalie fosse, AFTP anomalie fosse trou de poteau, ATP anomalie trou de poteau, Ce dépôts céramiques, CeF dépôts céramiques en fosse, CeFsu Dépôts céramiques dans fosse à petit surcreusement, CeO dépôts de tessons organisés, CeOF dépôts de tessons organisés en fosse, F fosse, FG grande fosse, FG ? grande fosse ou fossé, FP1 fosse comprenant une pierre ayant pu être déposée intentionnellement, Fsu fosse à petit surcreusement, FTP fosse en chapeau, MC fossé circulaire délimitant une montagne couronnée, P1 pierre isolée exogène au site, P2 regroupement de nodules lithiques portant des traces d’utilisation, P3 amas de roches, Sc structure de combustion, ScA anomalie structure de combustion, ScF traces d’argile rubéfiée dans une fosse, Su petit surcreusement, TPH trou de poteau tapissé de roches ou de tessons au fond, TPP1 trou de poteau avec 1 pierre de calage, TPP2 avec 2 pierres de calage, TPP3 avec plus de 2 pierres.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende FIG. 41 ‒ Répartition des structures caractéristiques pour les sites 13, 16, 17 et 223. Pour les sites 16 et 17, l’ensemble des anomalies est représenté et les zones hachurées figurent les bermes non fouillées (16 Ce : 16 désigne le no de structure, Ce le type de structure ; cf. tabl. IV).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende FIG. 42 ‒ Répartition des structures caractéristiques pour le site 172.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende FIG. 43 ‒ Répartition des structures caractéristiques pour le site 230.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende FIG. 44 ‒ Anomalies : 1 sédiment de type 2b ; 2 sédiment de type 1bb, moins compact. L’ensemble des anomalies et des structures est représenté à partir du niveau de décapage, à savoir la surface de 1bb (pour la nomenclature des structures cf. note 9 p. 87).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende FIG. C ‒ Racine‑pivot sur le site 230. En pénétrant dans le substrat compact, elle permet des infiltrations de sédiments provenant de la terra preta dans 1bb. Après la mort de la plante, l’emplacement de la racine est à l’origine d’un leurre archéologique de type trou de poteau sans calage. (§ 2.4.3.1)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 45 ‒ Trous de poteau : 1 remplissage similaire à la couche 2b qui les recouvre ; 2 sédiment brun plus clair que 2b ; 3 sédiment brun‑noirâtre, plus sombre que la couche 2b.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende FIG. 46 ‒ 230 TPP3 138 : vue de la structure et du calage après dégagement.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende FIG. 47 ‒ Structures présentes sur le site 172. Sur les vues en plan, les pointillés indiquent les petits surcreusements. 172 CeF 76 : la vue zénithale présente la projection des différents ensembles céramiques. Le sédiment de comblement est constitué d’une terre brun clair, proche de 2b, meuble. Dans les petits surcreusements, la compacité du sédiment est moins marquée (cf. fig. K). 172 Fsu 2 : le sédiment de comblement est brun clair, identique à 2bb, à l’exception des deux petits surcreusements au remplissage de terre noirâtre (cf. fig. L). 172 CeF 3 : le sédiment est brun clair, ocre‑jaune, proche de 2b, s’éclaircissant vers le fond de la structure pour devenir proche de 1bb, en moins compact.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende FIG. 48 ‒ Fosses : 1 sédiment proche de 2b, quelle que soit sa couleur ; 2 sédiment brun‑noirâtre ; 3 sédiment noir ; 4 sédiment brun ; 5 sédiment brun à inclusions orangées de type 1bb. La fenêtre indique l’emplacement des trois fosses FTP sur le site 230 au nord‑ouest du décapage.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende FIG. 49 ‒ Les grandes fosses. 172 FG 7 : 3 sédiment brun foncé à brun‑noir, indifférenciable de 2b, ayant tendance à s’éclaircir en base ; 4 sédiment ocre‑jaune, très compact, de type 1bb ; 5 sédiment hétérogène, brun et ocre‑jaune ; 6 sédiment brun clair où abondent des fragments de céramiques et des charbons de bois. 223 FG 30 : 1 sédiment brun de nature proche de 2b ; 2 sédiment foncé, meuble ; 3 sédiment clair à petites inclusions ocre‑jaune, de type 1bb ; 4 sédiment brun, ocre‑jaune, de même nature que 1bb, moins compact. Présence d’inclusions brun clair.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende FIG. 50 ‒ Coupe stratigraphique de 260 FG ? 1 (cf. fig. 18). La limite entre 1 bb1 et 1bb2 marque une accentuation de la compacité du substrat. 1bb2 représente le substrat très compact, non atteint par les racines. 5 sédiment hétérogène, brun clair à orangé ; 6 sédiment orangé, proche de 1bb ; 7 sédiment noirâtre ; 8 sédiment orangé, proche de 1bb2, compact, sans artefact ; 9 sédiment brun clair, orangé, proche de 5 ; 10 sédiment orangé, de type 6 ; 11 sédiment brun foncé à noirâtre, proche de 7 ; 12 sédiment brun foncé ; 13 sédiment brun orangé, proche de 1bb ; 14 sédiment brun orangé, identique à 13 ; 15 sédiment brun à brun foncé, proche de 2b dont il se différencie mal ; A et B sédiment brun clair peu compact ; C sédiment noirâtre, perturbation végétale ?
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende FIG. 51 ‒ Dépôts céramiques sur le site 223. 223 CeF 102a et 223 ScA 102b qui recoupe la précédente : 1 sédiment brun clair, homogène, proche de 1bb ; 2 sédiment brun foncé à noirâtre, meuble, contenant en surface une petite concentration d’argile rubéfiée. 223 CeF 72 : remplissage brun clair, proche de 1bb, moins compact. Le sédiment a un aspect destructuré. Sur la vue en plan, une projection de l’ensemble des dépôts céramiques est figurée. 223 CeF 149 : comblement de terre brune, assez meuble, identique à 2b.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende FIG. 52 ‒ Dépôts céramiques sur le site 230. 230 Ce 19 : le remplissage de la céramique est identique à la couche 2b. 230 CeF 10 : 3 sédiment brun foncé, identique à 2b mais plus sableux ; 4 sédiment brun‑noirâtre, proche de 3. Cette structure est représentée avec la reconstitution du profil du grand vase. 230 Ce 15 : comblement du vase identique à 2b. 230 CeF 27 : comblement du vase identique à 2b. 230 CeF 165 : comblement du vase identique à 2b avec inclusion de sédiment provenant de 1 bb. 230 CeF 3 ; comblement du vase identique à 2b.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende FIG. 53 ‒ Dépôts céramiques sur le site 13. 13 Ce 155 : il s’agit de grands fragments de tessons en connexion à la base de 2b, sans structure visible associée. 13 Ce 104 : dépôt d’une céramique entière dans la couche 2b contenant les restes d’un second vase. Le remplissage du vase entier est identique à 2b. 13 CeO 161 : fragments organisés de poteries. L’interruption de la limite de couche entre 2b et 1bb peut être significative d’un creusement non perceptible à la fouille. Les trois blocs de roche marquent le niveau de pierres sous‑jacent au niveau archéologique, sur le site 13.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende FIG. K ‒ Site 172, structure CeF 76 après dégagement des céramiques. Les vases étant disposés en périphérie, l’espace central a pu recevoir un corps. (§ 2.4.3.8)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 54 ‒ Structures de combustion. 13 Sc 154 : 3a sédiment identique à 1bb, à coloration rougeâtre, soit par diffusion de microparticules d’argile rubéfiée, soit par chauffe diffuse ; 3b sédiment brun clair teinté par lessivage du contenu de la structure ; 3c sédiment brun clair, proche de 3b ; 4 terre brune, plus foncée que 2b à grosses particules de charbons (5 cm) (cf. fig. J). 230 Sc 390 : 2 sédiment brun foncé, de type 2b, à rares particules d’argile rubéfiée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende FIG. J ‒ Site 13, coupe après dégagement de la structure de combustion Sc 154. (§ 2.4.3.9)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende FIG. 55 ‒ Vue en plan d’amas de pierres sur les sites 223 et 230.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende FIG. 56 ‒ 230 P3 137 après dégagement.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende FIG. 57 ‒ Niveau de pierres sous‑jacent à la couche archéologique sur le site 13 dont la mise en place date vraisemblablement d’une phase d’érosion liée à une période de paléoincendies.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende FIG. 58 ‒ Profil topographique du site 286 (montagne couronnée). Le niveau 0 correspond à la cote 30,90 m du remplissage de la retenue d’eau du barrage.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende FIG. 59 ‒ 223 LCB 133, lentille charbonneuse incluse dans la couche 2b après dégagement (cfflg. 63).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende FIG. 60 ‒ Répartition spatiale des traces caractéristiques de paléoincendies sur les sites 13, 223 et 230. Lentille de charbon (LCB). Lentille de charbon avec de l’argile rubéfiée (LCBAr). Lentille de charbon avec des pierres (LCBP).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende FIG. 61 ‒ Dispersion horizontale et verticale des charbons formant 230 LCBAr 307.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende FIG. 62 ‒ Distribution planimétrique des échantillons prélevés pour une datation 14C sur les sites 13, 172, 223 et 230.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende TABL. V ‒ Tableau récapitulatif des datations 14C sur Petit Saut.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Légende FIG. 63 ‒ Vue en coupe (a) et en plan (b) de 223 LCBAr 133 où le niveau de paléoincendie se juxtapose au niveau archéologique (cf. fig. 59).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende FIG. 64 ‒ Datations 14C réalisées à partir de charbons de bois ; comparaison entre les sites BPS, de Guyane (Marouini, Nouragues, piste de Saint‑Élie, autres Guyane) et d’autres régions amazoniennes ou péri‑amazoniennes. Les datations caractéristiques des phases reconnues de paléoincendies sont entourées.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44533/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 65k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search