Version classiqueVersion mobile

Amérindiens de Sinnamary (Guyane)

 | 
Stéphane Vacher
, 
Sylvie Jérémie
, 
Jérôme Briand

Chapitre 1. Approche méthodologique

Chapter 1 The methodological approach

Capitulo 1 La aproximación metodológica

Capítulo 1 Abordagem metodológica

Résumé

Lors de la phase de repérage des sites, deux méthodes se sont révélées particulièrement efficaces, malgré les contraintes liées à l’environnement forestier. Il s’agit de la prospection fluviale, consistant en une visite systématique des affleurements rocheux en période d’étiage, et de la prospection pédestre axée sur la recherche d’essouchages formant de nombreux points d’observations du sous‑sol. 273 sites (polissoirs et plein air) ont ainsi été découverts. Les prospections subaquatiques et aériennes n’ont pas donné de résultats significatifs. La cartographie au 1/25 000 a permis de réaliser une localisation suffisamment précise des sites avant d’entreprendre des sondages manuels sur 52 implantations de plein air et de fouiller, après des décapages mécaniques extensifs, 5 d’entre elles.

Texte intégral

1.1 La carte archéologique

1Une carte archéologique était indispensable pour gérer les données en constante évolution sur l’emprise du barrage. Au niveau régional, la carte archéologique reste aujourd’hui en cours de réalisation. La mise en. forme des fiches d’enregistrement n’étant pas arrêtée en début d’opération, il était alors nécessaire d’établir un document de gestion des données (Jérémie, Vacher 1992d).

  • 1 Cette unité a été choisie pour des raisons pratiques : unité géographique invariable, mise en place (...)

2L’unité géographique communale habituellement utilisée en métropole n’apparaissait pas méthodologiquement adaptée au contexte guyanais. Il lui a été préféré, comme unité cartographique, des secteurs de 5 mn de côté (9,2 km) au 1/50 000, plus grande échelle disponible1.

  • 2 En en‑tête, les fiches de sites portent la référence de la carte IGN dont est issu le secteur, les (...)

3Les secteurs sont au nombre de 75 (fig. 10). Les 21 premiers correspondent à l’emprise de la retenue et de l’ouvrage d’art. De 22 à 71, ils concernent le bassin du Sinnamary en amont du lac, les 4 derniers indexés par une lettre ne s’y rattachant pas directement. A et B figurent la piste d’accès au chantier dans sa partie basse, à la jonction forêt‑savane, enfin C et D cartographient la zone de la montagne de la Trinité. Les fiches correspondantes présentent la portion concernée de carte IGN sur laquelle les sites sont pointés avec leur numéro d’inventaire2.

FIG. 10 ‒ Répartition des secteurs de la carte archéologique de Petit Saut (cffig. I, dépl. en fin d’ouvrage).

4Sur les documents IGN, le lit du fleuve est correctement représenté à l’exception de quelques portions (par exemple, l’absence de mention d’un diverticule du fleuve à Saut Vata). Il n’en est pas de même pour la totalité du lever des criques où, dans la zone de partage des eaux, les erreurs s’accentuent en raison de la densité du couvert forestier et du caractère adouci du relief. En effet, la cartographie des aires couvertes par la forêt est effectuée essentiellement à partir de photos aériennes, le sommet de la canopée est alors apprécié arbitrairement à 30 m. Dans le cas de bas‑fonds hydromorphes ainsi que sur les hauteurs, la nature des espèces végétales varie énormément en fonction de la qualité des sols, et on se trouve parfois face à d’importantes erreurs du tracé des courbes de niveau. Pour certains secteurs du haut Sinnamary, la seule cartographie disponible est celle réalisée par les hydrologues de l’Orstom. Elle n’est pas d’une qualité comparable aux précédentes car l’équidistance entre les courbes de niveau est plus importante, 40 m, et de rares reliefs ne sont pas cartographiés.

Enregistrement des sites

5Un tableau récapitulatif a permis d’enregistrer une liste des sites inventoriés de 1 à 311 (Jérémie et al. 1994b), cette numérotation ne correspondant pas à l’ordre chronologique des découvertes. Pour chaque site, une fiche a été établie qui mentionne la latitude, la longitude, le secteur BPS (barrage de Petit Saut) et la carte IGN de référence, le toponyme le plus proche ou le nom attribué au site, l’année, le mode et l’historique des interventions, la nature du mobilier découvert, les renseignements administratifs, les données bibliographiques et le type de site.

6Les implantations sont définies par une ou deux lettres spécifiant leur appartenance chronologique. L’index « A » désigne des vestiges amérindiens constitués de mobilier céramique non tourné, artefacts lithiques polis ou débités et polissoirs ; la lettre « C » se rapporte aux sites coloniaux identifiés par la découverte d’objets manufacturés européens antérieurs à la deuxième moitié du xixe s., quant aux implantations modernes caractérisées par des objets contemporains de l’activité aurifère, elles sont symbolisées par « M ».

7L’ajout d’un qualificatif précise la nature du site, qu’il s’agisse d’implantations remarquables telles que l’abri sous roche ou la montagne couronnée, de sites atypiques en berge ou de plein air, enfin de sites spécialisés dont l’unique exemple reconnu est l’affleurement rocheux supportant des polissoirs. L’aspect douteux de certains ateliers de façonnage est indiqué par un point d’interrogation.

1. 2 Contraintes des interventions en forêt

8Le sauvetage s’est déroulé dans le contexte de la forêt équatoriale sans qu’aucun archéologue en début d’opération ne puisse se prévaloir d’une maîtrise de ce milieu naturel. Le travail sous couvert forestier demande un apprentissage de l’environnement, une gestion adaptée du temps et de l’intendance induite par la vie sur le terrain (Jérémie et al. 1994b). L’accès au lieu de prospection se fait uniquement par voie fluviale et les déplacements sont relativement lents. Sur le Sinnamary, avant la mise en eau, une journée et demie était nécessaire pour parcourir les 90 km menant à la limite du futur lac de retenue. Le même temps était requis sur la Courcibo pour couvrir les 70 km séparant Petit Saut de Saut Lucifer. Des contraintes matérielles liées au déplacement en bateau limitent en poids et volume le mobilier à transporter. En outre, les phases de prospections puis de fouilles ne peuvent s’adapter au calendrier habituel hebdomadaire, les périodes sur le terrain devant être les plus longues possible pour éviter les pertes de temps liées aux déplacements. Cette situation favorise un apprentissage rapide du milieu, avec l’acquisition d’automatismes pour s’adapter et se débrouiller au mieux.

9Quant aux campements, ils varient en fonction des phases de terrain. Lors des prospections‑sondages, les mouvements journaliers nécessitaient des installations sommaires : abris individuels organisés entre deux arbres pour la suspension d’un hamac. En phase de fouille, des campements plus lourds, « carbet », pouvant accueillir jusqu’à dix personnes, ont été construits selon des techniques traditionnelles.

1.3 La prospection

  • 3 « Habitation de Coachi Indien », « Habitation de Maya Capitaine Indien », « Habitation de Marcelin (...)
  • 4 « Gabriel Indien », « Antoine Indien » (Dessingy 1770a ; 1770b).
  • 5 « Ancienne habitation d’indiens », « Ancien établissement d’indiens », « Ancien abattis d’indien » (...)

10En Guyane, elle reposait traditionnellement sur la collecte d’informations issues d’archives. Au travers d’une documentation plus ou moins abondante, ces dernières signalent des occupations appartenant à la période coloniale. Certaines d’entre elles sont étayées par des témoignages épigraphiques et iconographiques suffisants pour en retracer l’histoire. Il s’agit essentiellement d’implantations localisées avec précision sur des cartes et ceci dès le xviiie s., époque à laquelle les populations présentes ont déjà subi des répercussions de l’arrivée des Européens et peuvent être en rapport avec eux de manière plus ou moins épisodique (Atlas 1979). Ces sites sont mentionnés comme des habitations nominatives3, des noms patronymiques4 ou par le qualificatif d’anciennes occupations5.

11Ayant affaire à des cultures anépigraphes, les textes concernant ces populations, rédigés par des Européens, sont essentiellement des rapports administratifs ou de missions teintés d’ethnocentrisme. Ils ne doivent pas être sous‑estimés et restent précieux même s’ils apportent généralement peu d’informations sur le mode de vie des Amérindiens (Mestre 1995). Ces sites, déjà localisés, ne s’inscrivent pas directement dans une phase de prospection, seule une confirmation de leur localisation et de leur emprise est à effectuer. Les vestiges qu’ils renferment sont généralement enfouis peu profondément, ils sont pris en partie dans l’humus et sont visibles en surface. Toutefois, aucune structure en élévation n’est conservée ; enfin, du mobilier amérindien est parfois associé à des objets d’importation.

12Avant 1990, la seule démarche de prospection retenue sur le terrain consistait en enquêtes orales réalisées auprès des populations circulant en forêt ; les premiers inventaires archéologiques de Guyane y trouvaient leur origine (Abonnenc 1952 ; Petitjean‑Roget 1991a ; Cornette 1988c). Les sites ainsi signalés peuvent être regroupés en grands ensembles :
– les sites à polissoirs repérés lors de navigations sur le fleuve sont les plus nombreux. Ils représentent 75 % des 120 sites inventoriés et publiés par É. Abonnenc ;
– les sites de plein air « remarquables » (montagne couronnée, roche gravée, assemblage de pierres, dépôt mobilier en grotte ou abri sous roche), par leur persistance dans le paysage, engendrent une reconnaissance et une bonne signalisation, situation qui induit leur abondance dans les inventaires, ils représentent 74 % des sites de montagne inventoriés par H. Petitjean‑Roget (1991a) ;
– les sites de plein air « atypiques » sont reconnus à la seule présence d’artefacts dans des abattis ou en berge de cours d’eau ; leur mention se rattache le plus souvent à la découverte d’objets caractéristiques, des fonctions « magiques » pouvant même être attribuées à ces artefacts comme c’est le cas pour les haches polies.

13Sur l’opération, si ces deux sources informatives ont été utilisées, elles ne pouvaient être que complémentaires à une phase de recherches d’indices d’anthropisation sur le terrain. Ainsi, la perspective d’une prospection en forêt dans le cadre d’une démarche systématique se posait en terme de rentabilité. En l’absence de méthodologie préalablement reconnue comme efficace, certains tâtonnements ont été nécessaires afin de définir les meilleures techniques de repérage en fonction du milieu (Briand et al. 1995b).

1.3.1 La prospection aérienne

14Les seules prospections aériennes réalisées à ce jour en Guyane l’ont été au‑dessus de la savane littorale, dans le cadre de la cartographie des champs surélevés (Rostain 1991a) (fig. 11). Qu’il s’agisse de photographies obliques à basse altitude ou de clichés verticaux IGN, ces deux méthodes ont été utilisées avec succès dans la zone côtière.

FIG. 11 ‒ Vue aérienne de champs surélevés à proximité de l’aéroclub de Kourou. Les petites buttes de terre issues vraisemblablement d’activités agraires anciennes, organisées en lignes parallèles sont soulignées en blanc sur le cliché.

  • 6 L’altitude des prises de vue est de 4 800 m.

15Dans le reste du département, le paysage se noie dans une masse vallonnée, parfois déchirée par un cours d’eau suffisamment large pour que la forêt ripicole ne le masque pas. C’est ainsi qu’apparaît le bassin versant du Sinnamary sur la couverture IGN dressée en 1991 à l’échelle 1/30 0006. Dans cette uniformité apparente, la végétation peut se différencier par la présence d’une repousse secondaire qui indique une ancienne anthropisation du lieu. Pour exemple peut être cité le bagne des Annamites de Saut Tigre. Les limites de son emprise se distinguent parfaitement dans la végétation cinquante ans après son abandon.

16Afin de définir si des perturbations plus anciennes pouvaient être repérées dans la végétation, un survol aérien a été effectué au‑dessus d’un site de montagne couronnée (site 286) reconnu par prospection pédestre. Au‑delà de son ancienne anthropisation et de sa situation topographique, il avait l’avantage de posséder un vaste fossé circulaire qui apparaissait comme une chance supplémentaire de reconnaissance. Aucune anomalie n’a transparu dans la végétation mais cette première tentative infructueuse ne présume en rien des possibilités offertes par la prospection aérienne. Cet axe de recherches mérite d’être développé par une série de survols sur des sites caractéristiques et bien localisés qui permettraient, soit de constituer un catalogue photographique de référence, soit de considérer que cette technique de prospection n’est pas valide.

17L’autre imagerie à disposition est celle fournie par la télédétection satellitaire ou radar. Elle reste à exploiter dans les zones littorales et sylvestres sans assurance de résultat tant qu’un étalonnage n’est pas réalisé ; en son absence, le développement de cette technique est freiné. Dans tous les cas, la résolution Pixel des clichés Spot (10 m) est à retenir comme un élément sélectif dans l’identification des implantations anciennes.

1.3.2 La prospection fluviale

18Elle sert à la reconnaissance des affleurements rocheux implantés sur les cours d’eau. Ce sont des gîtes diversifiés de matière première qui, s’ils peuvent servir de lieu d’approvisionnement, sont aussi des points d’implantations potentielles de polissoirs.

  • 7 Lors de la remontée du haut Sinnamary en aval des sources, une progression de 3 km a pu prendre jus (...)

19La progression se fait en bateau, moyen de déplacement le plus rapide quelle que soit la période de l’année. La partie haute des cours est difficilement accessible, peu profonde, rarement empruntée et encombrée de bois morts, elle s’apparente à des criques7. Celles‑ci s’assèchent partiellement et progressivement d’août à novembre. La progression est alors envisageable avec un canot léger et un moteur de faible puissance (type 4 CV). Les remontées réalisées jusqu’aux premiers obstacles ont été suivies d’une recherche pédestre effectuée en parcourant le lit des criques ou leurs berges. Cette dernière opération, peu rentable, a rarement été entreprise sur de longues distances. Les prospections doivent avoir lieu en période d’étiage quand de nombreuses roches sont exondées, la saison sèche restant l’époque la plus favorable. Cependant, elles ne peuvent être effectuées en une seule année sur un vaste territoire car les variations du niveau du fleuve sont rapides. Ainsi, l’inventaire systématique des affleurements entre 1992 et 1993, années aux précipitations moyennes, a révélé une différence du niveau d’étiage d’environ 50 cm qui a masqué certains sites identifiés l’année précédente. L’approche des roches dans les rapides est parfois périlleuse alors qu’implantées en bief, leur accès en est aisé. De rares affleurements en milieu de saut n’ont pu être visités, mais leur situation inaccessible aux prospecteurs l’était aussi vraisemblablement aux populations amérindiennes.

1.3.3 La prospection subaquatique

20Les objets trouvés en fond de rivière sont souvent considérés comme des découvertes erratiques. Il est donc nécessaire de savoir s’il est possible de mettre en évidence de véritables sites archéologiques subaquatiques ou d’associer des sites en berge dont l’attribution chronologique est connue à des concentrations particulières de mobilier immergé. Pour ces raisons, il fallait profiter du chantier du barrage pour tenter de préciser les possibilités d’études du patrimoine immergé à hauteur d’un saut.

1.3.3.1 Les dragages

21Ils ont été entrepris dans un secteur s’étendant de 700 m en amont de Petit Saut jusqu’à 900 m en aval (fig. 12). Les zones de dragage ont été définies soit en fonction de la proximité de sites de plein air connus, soit en fonction de la recherche de points potentiels d’accumulation dus au courant. À la proximité immédiate du saut, la puissance du courant interdisait les recherches. Le sédiment a été pompé en fonction des dépôts, de 40 cm à plusieurs mètres d’épaisseur.

FIG. 12 ‒ Zones d’interventions des prospections subaquatiques et des observations directes du lit du fleuve lors de la mise en place des batardeaux liés à la construction de l’ouvrage d’art. Les sites de plein air adjacents sont indiqués par leur numéro d’inventaire.

  • 8 Appareil respiratoire individuel permettant à un plongeur d’évoluer sous l’eau tout en étant relié (...)

22Pour la mise en place de cette opération au coût élevé, il a été fait appel à l’expérience d’un chercheur d’or, Daniel Novak. Le travail a été réalisé par quatre plongeurs se relayant à l’aide de l’équipement classique des barges d’orpaillage (plongée au narguilé8, suceuse de 4 pouces et table pour le repérage des objets).

23Lors des 480 heures de plongée effectuées, les recherches se sont avérées particulièrement difficiles ou impossibles à la proximité des berges tant elles étaient encombrées de bois limitant la découverte de traces d’aménagements telles que des structures de pieux associées à des pirogues ou des cargaisons.

24Le matériel collecté est rare et ne peut être mis en rapport avec les sites terrestres proches, seule la différenciation entre objets européens coloniaux et amérindiens est rendue possible par la nature même du mobilier.

1.3.3.2 Observation du lit du fleuve

  • 9  21 lames de haches dont 6 en une même concentration.

25La mise en place de deux batardeaux et la dérivation du fleuve étaient nécessaires à la réalisation d’une partie du corps du barrage. À l’emplacement du saut, le Sinnamary a été asséché sur environ 100 m de long, mais les fuites permanentes et les écoulements de boue n’ont pas permis l’observation de son lit. Des vidanges ont été effectuées dans les « marmites naturelles » des blocs rocheux et entre les boules de granité ayant piégé des sédiments sableux. Le mobilier récolté est constitué de lames de haches9 présentant un état d’intense érosion et de fragments céramiques, cette partie du saut était peu propice à la conservation de pièces entières.

1.3.3.3 Perspectives des interventions subaquatiques

26Elles ont contribué à la collecte d’objets à valeur de référence typologique mais n’ont pas permis de localiser des sites subaquatiques ni de définir un quelconque rapport entre objets immergés et sites environnants (Équipe de Petit Saut 1993a). La densité du mobilier conservé en fond de rivière a cependant été clairement mise en évidence mais la possibilité de rejets volontaires d’objets dans le fleuve par les populations amérindiennes n’a pas été confirmée ou infirmée.

27En contrebas de sites, la recherche par intervention subaquatique reste à exploiter dans des secteurs de biefs non encombrés par la chute de bois de déforestage (à l’image des abords du chantier de Petit Saut). Ils sont plus propices à révéler l’association de sites et d’objets immergés. Lors de saisons sèches exceptionnelles, du mobilier archéologique reste à découvrir en berge à l’aplomb des implantations. De telles observations permettraient sans doute de localiser des aménagements habituellement submergés (piliers d’habitats lacustres ou d’appontements, pirogues, etc.).

1.3.4 La prospection pédestre

1.3.4.1 Les zones déboisées

28Les premières recherches ont été effectuées sur les zones déboisées de l’emprise de l’ouvrage d’art et de ses layons d’accès. D’une part, elles ont été privilégiées par l’urgence des travaux, d’autre part, leur aspect semblait permettre de calquer les méthodes de prospection utilisées habituellement en métropole. Le chantier, cartographié par EDF, offrait des points de repère semblables à un parcellaire autorisant un positionnement précis des niveaux archéologiques en X, Y et Z.

29Les prospections ont permis un recensement complet des implantations ; en contrepartie, les travaux de défrichement et de terrassement effectués au bulldozer ont labouré profondément la terre tant par les essouchages violents que par la création d’ornières profondes. Plus généralement, ces interventions perturbent ou détruisent les niveaux archéologiques.

30Enfin, les bois abattus ont été, soit repoussés en limite d’emprise où ils formaient un mur difficilement franchissable pour poursuivre la prospection en sous‑bois, soit regroupés en tas pour être incendiés en vastes bûchers. Ils rendaient ultérieurement inutile la collecte de charbons de bois pour datations (fig. I).

FIG. I ‒ Zone terrassée et brûlage des bois dans l’emprise de l’ouvrage et de la fouille. À ce stade des travaux, seul le repérage d’indices de sites reste possible. Le recours aux datations 14C n’est plus envisageable.

31Mener une intervention archéologique parallèlement à l’activité d’un chantier est donc à considérer uniquement comme un suivi de travaux : il est d’ailleurs parfois impossible d’interrompre l’avancée des terrassements compte tenu des impératifs saisonniers de l’aménageur.

1.3.4.2 Les layons forestiers

32La deuxième étape s’est déroulée sur les layons forestiers (Jérémie, Vacher 1992a). De multiples ramifications autour d’un axe central permettent l’observation apparente de l’ensemble d’une aire de sous‑bois. La facilité de déplacement y est sécurisante et les risques de se perdre nuls. Cette situation entretient une certaine appréhension de la forêt qu’il est nécessaire de dépasser pour s’investir correctement dans la prospection (la sylve reste impénétrée au‑delà des secteurs de lisière). Cependant, même si elle a permis un recensement des implantations d’une aire géographique, cette méthode s’est révélée peu rentable si ce n’est pour un apprentissage et une accoutumance aux déplacements forestiers.

33Sur les chemins déboisés, les recherches doivent être effectuées promptement après les défrichements car la repousse secondaire est rapide et sa mise en place empêche toute découverte d’indices au sol tant la végétation basse est dense.

1.3.4.3 La sylve

  • 10 À l’exception des layons de chasse peu marqués pour le novice.

34La troisième phase de prospection a eu lieu sur l’emprise du futur lac, dans un milieu caractérisé par l’absence de chemins10 et de points de repère à l’exception du fleuve, la présence d’une couche humifère en perpétuel renouvellement et la densité végétale du sous‑bois qui limite la perception topographique.

  • 11 Plus particulièrement de tatous dont les excavations sont importantes. Bien que ponctuelles, ces ré (...)

35Une méthodologie efficace a été établie à partir d’un site repéré par un orpailleur (site 12) lors de prospections aurifères. Pour la première fois, nous avons eu la possibilité d’observer les indices de surface d’une implantation éloignée de cours d’eau sous couvert de forêt primaire (Jérémie, Vacher 1992b). Les résurgences de mobilier céramique étaient nombreuses dans les mottes racinaires d’arbres tombés (fig. 13) et d’une manière moindre à la sortie de terriers11. H. Petitjean‑Roget mentionnait déjà ces résurgences de mobilier dès ses premières visites sur des sites archéologiques (Petitjean‑Roget 1991b), mais n’entrevoyait pas le potentiel qu’elles représentaient pour une prospection.

FIG. 13 ‒ Indice de site en sous‑bois. On peut observer les tessons au sol (premier plan) et pris dans les racines.

36Les anomalies engendrées par la végétation sont dues à la chute d’arbres qui résulte du renouvellement perpétuel et naturel de la forêt. Il s’agit parfois de fûts morts mais, bien souvent, les essences tombent lors de la saison des pluies quand l’eau entraîne un alourdissement des feuillages et sape l’ancrage du système racinaire en détrempant les sols. Les vents interviennent comme un agent supplémentaire de moindre importance. Lors de la chute d’un fût, d’autres arbres sont entraînés et provoquent la formation de chablis d’importance variable. Les botanistes estiment de 5 à 15 % l’espace occupé par les chablis frais en forêt et à plus de 40 % celui touché par les perturbations végétales au cours de la dernière décennie. Ils mentionnent la présence de 25 arbres à l’hectare tombés et non pourris (Aménagement du Sinnamary 1992 ; Atlas 1979).

37Les arbres ont un système racinaire généralement superficiel. Lorsqu’ils s’abattent, ils emportent du sédiment et tout le mobilier archéologique qu’il peut contenir, la surface arrachée peut s’étendre sur plusieurs mètres carrés et sur une profondeur allant jusqu’à 80 cm. C’est à travers l’observation de ces très nombreuses mottes racinaires et buttes de déracinement que les indices de sites sont identifiés. En lessivant la terre, la pluie joue un rôle important dans la lecture de ces monticules. Les matériaux fins ruissellent et rejoignent le sol forestier, les éléments lourds comme les artefacts restent apparents. La butte de déracinement qui se met en place après pourrissement de la souche et lessivage du sédiment varie en importance et forme un microrelief concave‑convexe. Son érosion est lente car limitée par la recolonisation des plantes de sous‑bois, elle s’effectue vraisemblablement sur plusieurs dizaines d’années.

38D’autre part, un niveau stratigraphique brun caractérise les implantations anciennement anthropisées et se différencie nettement des horizons de sol forestier. Dans faire amazonienne, il est mentionné sous le nom de terra preta (cf. infra § 2.3), sa reconnaissance est à considérer comme un indice de site à part entière (fig. B, nos 1‑6).

FIG. BTerra preta observée sur différents sites lors de la phase de sondages. Si les couches 2a et 2b apparaissent systématiquement, quelle que soit la nature du substrat, la coloration varie très largement, 2b restant toujours plus sombre que 2a. 1 site 222 ; 2 site 211 ; 3 site 207 ; 4 site 208 ; 5 site 180 ; 6 site 82.

39Lors de la recherche des indices précédemment cités, des sites à polissoirs installés sur de petites criques ont été reconnus lorsque le cheminement croisait des cours d’eau où des roches affleuraient,

40La phase de terrain achevée, il apparaît comme certain qu’un site de plein air à densité moyenne en vestiges archéologiques ne peut échapper à une prospection fine tant les points d’observation sont nombreux en forêt de terre ferme. La caractérisation floristique des sites n’est pas apparue comme pertinente. On peut toutefois noter la présence de bambous cambrousse sur le site 260 et une forte densité de lianes typique d’une végétation secondaire sur les sites 230 et 260.

1.3.5 Le choix des secteurs de prospection

41En ce qui concerne la prospection fluviale, elle a été ciblée de manière préférentielle sur les cours d’eau majeurs où la facilité de déplacement a permis leur couverture sur une vaste longueur. Elle s’est déroulée sur le Sinnamary jusqu’à la crique Neptune, sur la Courcibo jusqu’à Saut l’Autel, sur la crique Tigre jusqu’à Gare Tigre ainsi que sur les cinq premiers kilomètres de la crique Aïmara et sur l’embouchure de nombreuses autres criques.

42Une tentative de prospection pédestre systématique a été menée en berges droite et gauche du Sinnamary entre Petit Saut et Saut Tigre. Elle a demandé un investissement en temps et en personnes important pour un résultat médiocre, aucune cartographie fiable des zones prospectées n’a pu être réalisée. La pénétration par rapport aux rives est restée faible et la progression a été rendue difficile par la traversée de criques ou de zones marécageuses. Lui furent préférées des prospections ponctuelles, ciblées sur des hauteurs ou des berges non inondables lors des périodes de crues. Les reliefs cartographiés ont été repérés à partir des cours d’eau, le point d’accostage a été positionné puis la prospection en sous‑bois a commencé dans le secteur prédéfini (hauteur, ligne de crête délimitée par des criques). Le cheminement a été dicté par le repérage à vue des perturbations animales et végétales. La pénétration à l’intérieur des terres n’a pas excédé 1 km.

1.3.6 La cartographie des sites

43Quelle que soit la nature de la prospection, l’une des difficultés inhérentes au milieu est celui de la localisation cartographique des indices de sites ; afin d’y pourvoir, différentes techniques de repérage ont été testées.

44Si l’utilisation du GPS (Global Positioning System) a été envisagée, elle n’est pas satisfaisante sous le couvert forestier, qui limite les liaisons avec les satellites et augmente le degré d’imprécision. Sur le fleuve, la mesure effectuée sur un affleurement donne indifféremment des coordonnées cartographiques sur l’une ou l’autre rive. Parfois, on peut se perdre sur le cours de criques ou de fleuves connus, aucun recours de localisation n’est alors possible. La carte au 1/50 000 n’étant pas suffisamment précise, elle ne peut servir de support à la cartographie d’un point GPS. Une solution semble pouvoir être apportée à cette imprécision par l’utilisation de deux GPS, le premier est positionné sur un point connu servant à étalonner le second.

45La localisation par photographie aérienne s’est aussi révélée infructueuse. Un survol au‑dessus de la route d’accès au barrage jouxtée de nombreux layons forestiers a été entrepris. Les chemins n’étaient visibles que lors du passage à leur aplomb et les points de repère identifiables étaient trop rares pour permettre tout à la fois de se situer et de redresser les clichés (fig. 14).

FIG. 14 ‒ Couvert forestier à l’aplomb des sites 2, 3, 10, 11 et 76. La route et le layon de la ligne EDF sont visibles au second plan. Au premier plan au centre, une petite zone défrichée correspond à la localisation du site 11. L’indigence de points caractéristiques ne permet pas de redresser les clichés aériens pour la cartographie des sites.

46Quant au cheminement topographique, il fournit un arpentage exact depuis le site jusqu’au fleuve : cette dernière station reste isolée, ne pouvant être rattachée à un point connu.

47L’emploi de la boussole et du Topofil, d’utilisation simple et rapide, donne un positionnement approximatif. Le recoupement de ces éléments avec les données cartographiques existantes et la lecture stéréoscopique des clichés issus de la couverture photographique IGN permettent d’obtenir un résultat fiable sur des cartes à échelle 1/50 000.

1.3.7 Les résultats

48Toutes ces observations renouvellent l’image de la prospection en forêt primaire, en valorisant l’importance d’une phase de recherches sur le terrain (Briand et al. 1995d).

  • 12 La prospection a été effectuée en début de phase de terrain, quand la méthodologie de reconnaissanc (...)

49Sur l’ensemble des treize sites amérindiens/coloniaux de plein air localisés sur les cartes anciennes dans l’emprise, il est intéressant de remarquer d’une part, que huit d’entre eux ont été identifiés lors de prospections pédestres avant d’avoir connaissance des documents cartographiques les concernant et que d’autre part, seul le site 81 identifié sur une carte du xviiie s. (Dessingy 1770a ; 1770b) n’a révélé aucun indice au sol12.

50Les sites inventoriés s’insèrent dans l’échantillon des implantations déjà reconnues en Guyane et seule leur représentativité diffère (tabl. i).

Type de site

Nombre

%

Nbre total de sites

amérindiens

273

100

A – Abri sous roche

1

0,37

A – Berge

2

0,73

A – Montagne couronnée

1

0,37

A – Plein air

69

25,27

A – Polissoirs

174

63,74

A – Polissoirs ?

8

2,93

A/C – Plein air

16

5,86

A/M – Plein air

2

0,73

TABL. I ‒ Répartition numérique et proportionnelle des 273 sites ayant livré du matériel amérindien (A). Dans le cadre du programme, 311 sites au total ont été découverts dont 38 sont uniquement coloniaux (C) ou modernes (M).

51Si l’on considère le résultat final des prospections pour chaque catégorie de sites, les plus nombreux sont les sites à polissoirs (fig. 15), comme dans les précédents inventaires, mais d’une manière moindre (66,6 %). Recensés au cours de deux saisons sèches, leur cartographie est à considérer comme exhaustive. Il n’en est pas de même pour les sites de plein air (fig. 16). Si l’on prend l’exemple du secteur 2 (fig. 10) où les prospections pédestres ont été facilitées par la présence du chantier et des défrichements, le rapport s’inverse : treize occupations de plein air ont été inventoriées contre deux sites à polissoirs.

FIG. 15 ‒ Cartographie des sites à polissoirs.

FIG. 16 ‒ Cartographie des sites de plein air (●), de la montagne couronnée (✹) et de l’abri sous roche (★) repérés lors de l’opération.

  • 13 Jusqu’à présent, ils sont uniquement repérés dans le massif du Mitaraka (Hurault 1961 ; Mazière 199 (...)

52La prospection pédestre a permis de montrer le très grand nombre de sites atypiques de plein air (32,6 %), par rapport à ceux qui sont remarquables. Les montagnes couronnées apparaissent comme exceptionnelles (0,7 %). En dehors de la zone de recherches, la découverte d’un abri sous roche sur l’inselberg de la Trinité est à considérer comme anecdotique dans le cadre de l’étude du bassin du Sinnamary qui, par sa nature géologique, ne présente pas la possibilité d’abriter de telles implantations. L’absence de roche gravée n’est pas significative, la prospection n’ayant pas été ciblée sur l’observation méticuleuse de tous les supports potentiels : affleurements en forêt et bordure de cours d’eau généralement tapissés par la végétation. Quant aux assemblages de pierres13, ils ne semblent qu’exceptionnellement pouvoir être conservés dans ce milieu.

53La répartition des sites cartographiés est avant tout représentative de l’hétérogénéité de l’inventaire. Les sites à polissoirs apparaissent artificiellement concentrés sur les cours d’eau majeurs. Le réseau de criques, à peine touché par les prospections, couvre une surface importante qu’il serait nécessaire d’explorer, maintenant que l’abondance de ces implantations est reconnue sur les axes principaux.

54Pour les sites de plein air, l’observation de la cartographie établie permet de discerner deux concentrations majeures dans les secteurs défrichés ou terrassés (secteurs A, B, 2). Le nombre d’indices potentiels pour chaque site existant y est majoré et a permis l’identification d’implantations peu marquées archéologiquement et souvent mal conservées.

55Sur le haut Sinnamary, le fort pourcentage de sites à polissoirs dans l’inventaire résulte de l’absence de prospection terrestre et seuls quelques habitats ont été identifiés au hasard des campements. Enfin, sur l’emprise du lac, trois zones sont à considérer comme non ou peu prospectées : la crique Tigre, la partie basse du Courcibo et le secteur 16.

56La prospection n’a pas respecté la limite altimétrique théorique des 35 m qui délimitait l’emprise du sauvetage ; elle n’était bien sûr pas visualisable sur le terrain et de nombreux sites découverts restent hors d’eau, surtout dans la partie haute de la retenue où les variations par rapport au cours ancien diminuent progressivement. Les sites y restent toujours accessibles et étudiables.

57La modélisation de ces résultats à l’échelle du département fournit un état minimum du potentiel archéologique de la Guyane. Quant aux zones de bas‑fonds hydromorphes, elles représentent un pourcentage important des sols de la région dans lesquelles aucun site n’a été repéré, faute de référentiel. Cette situation ne présume en rien du potentiel qu’elles peuvent renfermer et qui reste à exploiter.

1.4 Les sondages

58Lors de la phase de sondages, l’absence de piste et la dispersion des zones concernées n’ont pas permis l’utilisation d’engins mécaniques. Les interventions réalisées à la main ont été ciblées sur les sites à forte densité d’indices en surface (fig. 17), à l’exception de ceux isolés et éloignés dont l’accès était trop coûteux en temps pour un sondage unique. Les autres implantations non testées sont localisées hors emprise (secteurs 24, 27, 30, 33, A, B) ou ont été découvertes tardivement, après la fin de la phase de terrain.

FIG. 17 ‒ Sondage de 136 m2 sur le site 172 ; au premier plan, la structure CeFSu 55 en cours de fouille.

59Le choix méthodologique s’est porté sur un échantillonnage d’implantations le plus large possible dans la mesure où le mobilier devait être recueilli pour l’établissement d’une base typochronologique. La collecte d’artefacts a permis d’obtenir un aperçu du matériel de chaque gisement, en n’ayant cependant aucune assurance de sa représentativité culturelle, fonctionnelle ou typochronologique. 11 implantations ont livré des formes céramiques entières (sites 12, 13, 14, 16, 17, 20, 172, 223, 230, 234 et 260). Si l’on prend l’exemple du site 260 (fig. 18), 63 kg de vestiges ont été mis au jour sur 11 m2. Il a été décompté une moyenne de 685 tessons par mètre carré et découvert 4 formes céramiques archéologiquement entières et 8 semi‑entières.

FIG. 18 ‒ Sondage de 11 m2 sur le site 260 ayant recoupé une structure de grande taille, fosse ou fossé ? (la base de la structure est soulignée). La stratigraphie permet de lire différentes étapes de comblement dont certaines ont scellé des niveaux d’épandage de mobilier (cf. fig. 50).

60Les charbons de bois permettaient de définir un spectre chronologique ; à l’exception de quelques sites, ils ont toujours été présents en quantité suffisante.

61Les données stratigraphiques devaient renseigner tant sur l’aspect des niveaux archéologiques que sur leurs caractéristiques. Elles ont révélé des couches riches en mobilier dans des niveaux de terra preta, des structures diverses et des anomalies dont l’attribution anthropique reste douteuse.

62L’objectif visé par la phase de sondages et défini précédemment a ainsi été atteint : des sites archéologiques conservés, dont la présence était jusqu’alors mise en doute, ont été mis en évidence.

1. 5 Les décapages

  • 14 En 1990 à la demande du SRA, P. Nowacki‑Breczewski et O. Puaux sont intervenus sur un sauvetage ext (...)

63La technique même du décapage mécanique, employée régulièrement depuis une vingtaine d’années en France métropolitaine, était remise en question, l’apparent handicap environnemental étant utilisé comme alibi pour justifier cette prise de position. Elle n’avait jamais été utilisée en Guyane avant le début de l’opération de Petit Saut14.

  • 15 Une datation unique avait été effectuée sur les sondages des sites 13, 223 et 230 avant décapage, a (...)

64Devant l’impossibilité de réaliser des décapages répartis sur la totalité du cours du Sinnamary, cinq sites ont été choisis en fonction de leur accessibilité, de leur représentativité topographique et de leur première attribution chronologique15. Les deux premiers décapages (sites 16 et 17), effectués dans la zone d’emprise de l’ouvrage d’art, n’ont soulevé aucune difficulté technique, les engins étant à disposition sur le site. Les trois derniers (sites 13, 223, 230) ont été réalisés en forêt. L’engin a été transporté sur barge et la remontée a eu lieu jusqu’à 32 km en amont de Petit Saut (fig. 19), chaque appontement demandant la présence d’un débarcadère naturel (Jérémie et al. 1994a).

FIG. 19 ‒ Transport fluvial sur barge de la pelle mécanique.

65Un déboisement réalisé à la tronçonneuse était indispensable avant l’intervention de l’engin pour éviter les essouchages violents en cours de progression. Seule l’utilisation de pelle mécanique à godet lisse et à chenilles est adaptée et le pelleteur doit être dirigé par un archéologue. L’emploi de tels engins permet de passer de la vision ponctuelle des sondages à une vision extensive qui renouvelle la conception de l’archéologie en milieu sylvestre. L’aspect traumatisant du décapage est négligeable par rapport à la quantité d’informations collectées.

66Trois phases sont à différencier. La réalisation de grandes tranchées coupant les sites de part en part facilite la lecture stratigraphique des implantations (fig. 20), le repérage d’éventuels paléosols et de variations des horizons de terra preta. Ces tranchées sont indispensables pour poursuivre les décapages dans de bonnes conditions. Le terrassement des niveaux superficiels permet d’accéder à l’horizon archéologique et de sélectionner les secteurs qui seront conservés en banquettes afin d’être fouillés : secteur à forte concentration en matériel, dépôt céramique, amas de pierres. Enfin, le décaissement jusqu’au substrat offre la possibilité d’identifier des structures dans l’altérite une fois l’humus et les couches archéologiques retirés. En forêt, les sites apparaissent peu perturbés. Par ailleurs, les difficultés liées au milieu ne sont qu’apparentes et surmontables. Pour ce faire, il est toutefois nécessaire de se plier à certains impératifs de l’environnement et il est donc indispensable de réaliser les prospections en sous‑bois avant toute intervention mécanique.

FIG. 20 ‒ Vue de la tranchée no 3 sur le site 230 en direction du fleuve, à l’origine du repérage des niveaux de paléoincendies.

Notes

1 Cette unité a été choisie pour des raisons pratiques : unité géographique invariable, mise en place sur format A4 autorisant une manipulation aisée sur le terrain.

2 En en‑tête, les fiches de sites portent la référence de la carte IGN dont est issu le secteur, les coordonnées de celui‑ci, son numéro, la liste des sites repérés, un schéma signalant les secteurs adjacents.

3 « Habitation de Coachi Indien », « Habitation de Maya Capitaine Indien », « Habitation de Marcelin Indien », « Habitation de Michel Maya Indien » (Dessingy 1770a ; 1770b).

4 « Gabriel Indien », « Antoine Indien » (Dessingy 1770a ; 1770b).

5 « Ancienne habitation d’indiens », « Ancien établissement d’indiens », « Ancien abattis d’indien » (Dessingy 1770a ; 1770b), « Ancien établissement Galibi » (Eutrope 1878 ; Vivet 1877).

6 L’altitude des prises de vue est de 4 800 m.

7 Lors de la remontée du haut Sinnamary en aval des sources, une progression de 3 km a pu prendre jusqu’à 8 heures : 2 heures de navigation pour 6 heures de tronçonnage de bois morts entravant le cours du fleuve.

8 Appareil respiratoire individuel permettant à un plongeur d’évoluer sous l’eau tout en étant relié à la surface par un tuyau où circule l’air. Utilisé couramment par les orpailleurs en Guyane.

9  21 lames de haches dont 6 en une même concentration.

10 À l’exception des layons de chasse peu marqués pour le novice.

11 Plus particulièrement de tatous dont les excavations sont importantes. Bien que ponctuelles, ces résurgences restent abondantes.

12 La prospection a été effectuée en début de phase de terrain, quand la méthodologie de reconnaissance d’indices n’était pas encore affinée.

13 Jusqu’à présent, ils sont uniquement repérés dans le massif du Mitaraka (Hurault 1961 ; Mazière 1994).

14 En 1990 à la demande du SRA, P. Nowacki‑Breczewski et O. Puaux sont intervenus sur un sauvetage extérieur à Petit Saut, à Thémire près de Cayenne. Le site a fait l’objet d’un décapage, il n’est pas publié.

15 Une datation unique avait été effectuée sur les sondages des sites 13, 223 et 230 avant décapage, aucune n’avait été réalisée pour les sites 16 et 17.

Table des illustrations

Légende FIG. 10 ‒ Répartition des secteurs de la carte archéologique de Petit Saut (cffig. I, dépl. en fin d’ouvrage).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44528/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende FIG. 11 ‒ Vue aérienne de champs surélevés à proximité de l’aéroclub de Kourou. Les petites buttes de terre issues vraisemblablement d’activités agraires anciennes, organisées en lignes parallèles sont soulignées en blanc sur le cliché.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44528/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende FIG. 12 ‒ Zones d’interventions des prospections subaquatiques et des observations directes du lit du fleuve lors de la mise en place des batardeaux liés à la construction de l’ouvrage d’art. Les sites de plein air adjacents sont indiqués par leur numéro d’inventaire.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44528/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. I ‒ Zone terrassée et brûlage des bois dans l’emprise de l’ouvrage et de la fouille. À ce stade des travaux, seul le repérage d’indices de sites reste possible. Le recours aux datations 14C n’est plus envisageable.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44528/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende FIG. 13 ‒ Indice de site en sous‑bois. On peut observer les tessons au sol (premier plan) et pris dans les racines.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44528/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende FIG. BTerra preta observée sur différents sites lors de la phase de sondages. Si les couches 2a et 2b apparaissent systématiquement, quelle que soit la nature du substrat, la coloration varie très largement, 2b restant toujours plus sombre que 2a. 1 site 222 ; 2 site 211 ; 3 site 207 ; 4 site 208 ; 5 site 180 ; 6 site 82.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44528/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Légende FIG. 14 ‒ Couvert forestier à l’aplomb des sites 2, 3, 10, 11 et 76. La route et le layon de la ligne EDF sont visibles au second plan. Au premier plan au centre, une petite zone défrichée correspond à la localisation du site 11. L’indigence de points caractéristiques ne permet pas de redresser les clichés aériens pour la cartographie des sites.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44528/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende FIG. 15 ‒ Cartographie des sites à polissoirs.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44528/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende FIG. 16 ‒ Cartographie des sites de plein air (●), de la montagne couronnée (✹) et de l’abri sous roche (★) repérés lors de l’opération.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44528/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende FIG. 17 ‒ Sondage de 136 m2 sur le site 172 ; au premier plan, la structure CeFSu 55 en cours de fouille.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44528/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende FIG. 18 ‒ Sondage de 11 m2 sur le site 260 ayant recoupé une structure de grande taille, fosse ou fossé ? (la base de la structure est soulignée). La stratigraphie permet de lire différentes étapes de comblement dont certaines ont scellé des niveaux d’épandage de mobilier (cf. fig. 50).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44528/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende FIG. 19 ‒ Transport fluvial sur barge de la pelle mécanique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44528/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende FIG. 20 ‒ Vue de la tranchée no 3 sur le site 230 en direction du fleuve, à l’origine du repérage des niveaux de paléoincendies.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44528/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 58k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search