Version classiqueVersion mobile

Lugdunum christianum

 | 
Jean-François Reynaud

Conclusion générale

Texte intégral

1De nouveaux travaux d’urbanisme et de voirie à Lyon ont été à l’origine de nos recherches et les résultats obtenus sont à l’image de l’archéologie métropolitaine des années soixante‑dix : l’archéologie de sauvetage était encore embryonnaire, même quand elle s’efforçait d’appliquer des méthodes scientifiques et d’arriver à une connaissance aussi exhaustive que possible. Une équipe dotée de moyens importants s’est alors créée avec la participation de spécialistes et de bénévoles. Elle a dû aborder de front les problèmes de terrain pour lesquels elle a bénéficié de l’expérience des archéologues genevois, grenoblois ou aixois, de l’aide des bénévoles et de l’appui financier des administrations concernées. Il lui a fallu susciter des analyses en laboratoire, datations par le 14C, études du matériel céramique ou anthropologique, qui ont été effectuées dans le cadre de l’université ou du CNRS, reprendre l’interprétation des textes, pour lesquels elle a été aidée par les recherches du séminaire de topographie chrétienne et par les chercheurs de Sources chrétiennes, enfin aborder les problèmes de topographie qui ont été partiellement résolus au cours de ces dernières années par les archéologues lyonnais.

2Quinze années se sont donc écoulées entre les premiers passages du bulldozer à Saint‑Just et les dernières études en laboratoire. Au cours de ces quinze années de recherches, nous avons localisé les édifices du groupe épiscopal, poursuivi une recherche approfondie sur le baptistère et étudié deux nécropoles avec leurs édifices de culte.

3Pour le groupe épiscopal, nous avons pu mettre au jour pour la première fois en France les vestiges d’un groupe complet avec ses deux églises et son baptistère, c’est‑à‑dire l’essentiel des structures de l’église Saint‑Étienne et de l’église Sainte‑Croix qui étaient tombées dans l’oubli depuis la Révolution, alors que nous avons dû nous contenter de quelques sondages dans l’abside primitive de la cathédrale Saint‑Jean. Même dans ce dernier cas, les résultats obtenus ne sont pas négligeables : à Saint‑Jean, nous avons été à même de proposer une nouvelle chronologie relative des structures de l’abside dégagée en 1935 ; à Saint‑Étienne, nous avons surtout retrouvé les vestiges du baptistère, attesté dans le dernier tiers du ive s. mais peut‑être antérieur, et nous avons pu reconstituer l’évolution des édifices depuis la fin du iiie‑début du ive s. jusqu’à leur destruction ; à Sainte‑Croix, nous avons essayé de restituer les édifices auxquels appartenaient les rares structures ou sols anciens subsistant et supposé avec quelque vraisemblance –sans doute dès l’époque mérovingienne– l’existence d’une cathédrale nord.

4Dans ces conditions difficiles, et à partir de surfaces limitées, ces résultats, qui s’inscrivent dans la logique des hypothèses de Jean Hubert et des chercheurs de la « Topographie chrétienne » ont été déterminants dans plusieurs domaines : ainsi, on peut maintenant admettre que le groupe cathédral, qui occupe les terrains laissés libres par le déplacement de la Saône, n’a pas varié d’emplacement depuis le ive s., que les constructions épiscopales apparaissent très tôt dans une cité où le christianisme est déjà vieux de deux siècles, que la fonction des bâtiments et leur disposition placent le baptistère au centre de l’espace, que les formes et les structures évoluent en fonction de la liturgie, en particulier dans le cas de la cuve baptismale, et que ces mêmes formes sont dotées d’une certaine permanence, perceptible dans le maintien d’un plan très simple pour le baptistère et dans le refus de la monumentalité inspirée en Provence par les salles thermales antiques. Pourtant, faute de données archéologiques suffisantes, nous n’avons pu préciser les origines du groupe cathédral, alors qu’à Genève, Charles Bonnet a pu mettre en évidence la précocité des constructions et leur rapide évolution.

5L’intérêt du site, sa place dans l’histoire de la ville qui obtiendra la Primatie des Gaules, les imitations qu’il a dû susciter dans la région auraient mérité une étude plus exhaustive –au moins dans l’espace laissé libre au nord– et un peu plus d’ambition de la part des autorités concernées. Lyon n’a pas été à la hauteur de Genève, et pourtant la métropole lyonnaise offrait, et offre encore dans le sous‑sol de la cathédrale, la même richesse que le petit évêché genevois.

6L’étude des basiliques élevées sur les tombeaux des saints, et en particulier sur ceux des premiers évêques de Lyon, présente à la fois plus de richesse documentaire et une plus grande diversité de situation. Grâce aux sites lyonnais, on peut suivre la christianisation des traditions funéraires, véritable révolution dans la société romaine où les cérémonies funéraires et commémoratives sont le fondement de la famille et de la vie sociale. Ici, textes et archéologie s’éclairent mutuellement dans une rare convergence : les poèmes de Sidoine Apollinaire donnent une vision presque picturale du paysage et de l’ambiance de la vénération et les documents archéologiques dessinent avec plus de précision et de matérialité le cadre concret où s’exerce la piété. Tout d’abord c’est à Saint‑Just, au début du ve s., un foisonnement de la recherche architecturale qui rend possible la vénération des martyrs ou des confesseurs dans un cadre approprié (transept, crypte, cryptoportique) puis c’est, à Saint‑Laurent‑de‑Choulans, le modèle achevé de l’église funéraire où tout a été conçu pour des sépultures, parfois préparées à l’avance, mais où l’Eglise peut maintenir son emprise sur la nef centrale entièrement vierge de tombes.

7À Saint‑Just, une première fouille de sauvetage, préalable à la construction d’immeubles d’habitation, nous a permis de localiser avec précision la basilique, pratiquement oubliée depuis la Réforme, et d’en étudier presque complètement la surface, ce qui est très rare en site urbain ; une seconde fouille de sauvetage plus au sud est venue compléter nos informations sur la nécropole voisine. Nous avons mis en évidence à Saint‑Just trois constructions successives : un mausolée à abside qui abritait peut‑être la tombe primitive du saint ; une grande église au plan simple de la fin du ive s. ou du début du ve et une troisième, plus ambitieuse, avec transept, abside polygonale et cryptoportiques, celle qu’aurait vu Sidoine Apollinaire en 469. Nous avons reconnu sur plus de 300 m l’organisation de la nécropole gallo‑romaine tardive, contemporaine du mausolée et de la première basilique.

8À Saint‑Laurent, deux fouilles de sauvetage ont porté sur l’édifice religieux, déjà repéré par A. Audin, et sur un secteur relativement limité de la nécropole voisine au nord. Nous avons reconstitué le plan complet de la grande église dont nos prédécesseurs n’avaient pu déterminer l’orientation ni voir l’abside : il s’agit d’un édifice ambitieux avec transept, ceinturé de portiques, où l’on a largement inhumé excepté dans la nef centrale. Grâce aux inscriptions trouvées en place, assez nombreuses et explicites, on peut confirmer la chronologie relativement tardive (dernier tiers du ve – début du vie s.) fournie par les données stratigraphiques. La typologie des tombes complète celle de Saint‑Just et l’étude anthropologique (celle de Leroi‑Gourhan complétée et corrigée par une recherche nouvelle du laboratoire de Valbonne sous la direction de L. Buchet) montre les caractères spécifiques de la population lyonnaise.

9Les nécropoles liées à ces nouveaux lieux de culte témoignent d’une rupture avec le passé, la nécropole antique devient le cimetière des chrétiens où progressivement va se briser le lien familial –encore présent dans les mausolées privés– au profit de la basilique funéraire. Celle‑ci, qui abrite des corps saints, devient le lieu privilégié de la prière des familles pour les défunts. La vénération ne va plus à l’ancêtre, la prière s’adresse au saint confesseur, proche de Dieu, pour obtenir sa propre rédemption. L’architecture se transforme alors pour mieux accueillir ceux qui veulent reposer ad sanctos et ceux qui se pressent en longues processions sur ces lieux privilégiés du souvenir et de la piété. Les édifices s’agrandissent (de Saint‑Just I à Saint‑Just II), les symboliques s’y affirment par le transept et par les cryptes. Le portique est un bon exemple de ces formes d’origine païenne, lieu de circulation et de promenade, annexe d’un édifice principal, qui peu à peu devient un dispositif caractéristique de l’architecture funéraire paléochrétienne. À Saint‑Laurent, ces annexes sont sans doute prévues dès l’origine comme funéraires et l’occupation par les tombes, dense et organisée, ne doit rien au hasard et contraste avec l’absence totale de celles‑ci dans la nef.

10Ces trois recherches menées sur le terrain ont renouvelé, en leur temps, les idées préconçues que l’on pouvait avoir sur la place des édifices de culte dans la ville, sur le maintien des traditions antiques et sur le caractère prestigieux de l’architecture religieuse chrétienne, Elles ont mis en évidence la vitalité de Lyon à l’époque burgondo‑mérovingienne.

La place des édifices de culte dans la ville

11Contrairement aux conclusions qui avaient été tirées de sondages trop partiels (Hubert 1967 : 13 ; Naissance des arts chrétiens 1991 : 192‑193), les édifices religieux sont naturellement les constructions les plus monumentales, depuis la destruction des temples et la désaffectation des grands édifices publics de la période classique (fig. 187). La basilique de Saint‑Just I apparaît comme un édifice de taille moyenne, comparable à l’église sud du groupe cathédral de Genève. Les basiliques de Saint‑Just II et de Saint‑Laurent, plus monumentales, sont proches des grandes basiliques citées par Grégoire de Tours en Gaule, en particulier la cathédrale de Clermont‑Ferrand et la basilique de Saint‑Martin à Tours (Vieillard‑Troïekouroff 1976 : 85, 314) et sont comparable aux églises de Vienne, comme celle de Saint‑Ferréol. Ces dimensions semblent correspondre à une sorte de module pour des capitales régionales (environ 50 m de longueur), avec une capacité d’accueil satisfaisante pour le culte des morts ou pour les grandes cérémonies de la synaxe. On pourrait, à cette occasion, rappeler le texte de Sidoine Apollinaire : la basilique qui abrite le corps de Justus est capacissima, mais trop petite pour le nombre des pèlerins (Ep. V : 17), alors que la description de l’ecclesia par le même auteur replace dans leur véritable contexte les vestiges déjà impressionnants de l’abside primitive de Saint‑Jean. En Italie du Nord, comme à Rome, le bon état de conservation des églises du ve s. montre que seules les grandes basiliques ou cathédrales de Rome, Milan ou Trêves dépassaient ces normes. En ce qui concerne les baptistères, celui de Lyon possède des dimensions moyennes, proches de celles de Cimiez et de Genève, ce qui vient à l’appui de l’hypothèse de l’ancienneté de la construction.

12La place des édifices de culte dans la ville s’explique en effet par l’appartenance de l’évêque à l’aristocratie sénatoriale comme le montrent bien les parentés de Sidoine Apollinaire, les généalogies d’évêques par Grégoire de Tours et les grandes épitaphes métriques. Son prestige, la puissance financière de l’Église de Lyon et la relative défaillance du pouvoir politique pendant plusieurs siècles en font désormais le personnage le plus représentatif de la ville quand le roi burgonde n’y réside pas. Une partie notable des richesses est investie dans les édifices religieux, qui deviennent des constructions de prestige en même temps que des lieux de réunion et des preuves de la foi des fidèles. L’existence d’un groupe cathédral important dans une position centrale dès le ive s. est bien le signe de la puissance de la communauté chrétienne de Lyon.

13La répartition des édifices religieux, reflet d’un état ancien de l’habitat et des nécropoles, est loin d’être rationnelle : les églises cimétériales les plus anciennes se maintiennent sur la colline (Saint‑Just, Saint‑Irénée) alors que Saint‑Laurent, plus récente, s’établit sur les berges du fleuve. Par contre, l’implantation du groupe cathédral sur la rive droite de la Saône est la conclusion logique du glissement de la population de la ville haute vers la ville basse. Plus tard, mais avant le ixe s., les monastères urbains (Sainte‑Eulalie) et les églises canoniales (Saint‑Nizier, Saint‑Paul) sont devenus des pôles de la ville du haut Moyen Âge. Mais tant que nous ne connaîtrons pas mieux les zones de peuplement ainsi que l’extension du palais épiscopal et des enclos monastiques, la place de l’édifice religieux dans l’agglomération lyonnaise restera difficile à bien situer. Pour le groupe épiscopal, nous pouvons émettre l’hypothèse que l’emprise du quartier épiscopal n’a guère varié du ive au xiie s., date à laquelle celui‑ci est défendu par une enceinte propre. On pourrait même supposer que les thermes et la cour à péristyle mis au jour par F. Villedieu appartenaient au palais épiscopal (Villedieu 1990 : 29‑49) et que le tracé de l’enceinte canoniale du xiie s. suivait les limites de l’extension de la domus ecclesia, soit au total 3,8 ha. On comparera cette situation aux quelques cas, encore trop rares, où l’importance relative d’un groupe épiscopal peut être appréciée avec précision. Ainsi, à Genève, les fouilles récentes ont montré l’importance de la place occupée par l’ecclesia dans le quartier nord‑est de la ville avec les deux églises, le baptistère, le palais épiscopal qui comprend la chapelle de l’évêque et de nombreuses salles de réception : cet ensemble couvre près du cinquième de la surface fortifiée (Bonnet 1993 : 44‑47). L’étude, plus complète qu’à Lyon, a montré quel pouvait être le développement spectaculaire de l’architecture ecclésiastique dans une cité pourtant beaucoup plus modeste que Lyon. Les recherches menées parallèlement à Vienne ont montré un semblable souci de monumentalité dans l’architecture religieuse. Au cas de Genève, capitale du royaume burgonde comme Lyon et Vienne, on peut opposer celui de Cimiez, proche de Nice, où l’ecclesia est installée dans un bâtiment des thermes et n’occupe, avec la domus ecclesiae, qu’une surface restreinte (Benoit 1977 : 145‑153).

Vitalité de Lyon et maintien des traditions antiques

14Ces édifices, originaux en Gaule dans l’histoire de l’architecture par leur plan et sans doute aussi leur élévation, restaient conçus dans l’esprit des constructions antiques. Pour Sidoine Apollinaire, une église ne se distingue guère d’un édifice public, avec sa forêt de colonnes, ses mosaïques, ses portiques, voire ses cryptoportiques. L’usage d’une construction de pierre de qualité ou d’un décor d’une grande richesse montre la permanence du savoir‑faire des maçons et des artisans gaulois. De même, l’église intra ou extra‑muros s’installe dans un tissu urbain hérité de l’Antiquité : l’orientation du baptistère Saint‑Étienne et celle de Saint‑Just dépendent du parcellaire mis en place au ier ou au iie s. Le texte de Sidoine Apollinaire fait clairement allusion à l’orientation de l’ecclesia, mais on peut se demander si l’auteur n’a pas simplement supposé que la règle avait été appliquée, alors que la contrainte du parcellaire imposait un décalage de l’orientation. Dans le quartier de la cathédrale, le parcellaire antique a changé de direction à plusieurs reprises (fig. 163) ; ainsi entre la fin du iiie et le milieu du ive s., une réorganisation du quartier a déterminé l’orientation du baptistère et sans doute de la première cathédrale sud, ce qui expliquerait sa déviation vers le sud. À Saint‑Just, on peut supposer que les vestiges de l’habitat voisin étaient suffisamment bien conservés pour influencer les architectes chrétiens, ou que le parcellaire ne permettait pas d’autre solution. Ces exemples d’édifices religieux construits au‑dessus de vestiges antiques sont par ailleurs relativement nombreux.

15S’il n’est guère possible de suivre avec suffisamment de précision le remplacement de constructions à caractère sans doute profane par les édifices de culte, on peut toutefois supposer une transformation progressive, surtout pour les édifices de taille modeste comme le baptistère. Dans un premier temps, les édifices antiques seraient réutilisés ; dans un second temps seulement interviendraient une monumentalisation plus ambitieuse et l’adoption d’un plan spécifique. À Lyon, l’étude des vestiges du baptistère a montré comment l’édifice de culte avait succédé à des constructions plus anciennes, en conservant une partie –ou l’essentiel– des structures, alors que le mur est (fin iiie – début ive s.) déterminait l’orientation de l’édifice. Il en a été de même à Cimiez et à Aix‑en‑Provence où le processus d’installation du groupe épiscopal peut maintenant être analysé avec une certaine précision. De ces exemples, qu’il aurait été possible de multiplier, se dégage un schéma tantôt de continuité, surtout à l’intérieur de la cité, tantôt de rupture, plutôt dans le suburbium. Au groupe cathédral de Lyon, la continuité est assurée entre les premières constructions du Bas‑Empire et le baptistère où sont conservés les vestiges les plus anciens d’aménagements chrétiens. À Saint‑Just, un changement de fonction est évident, puisque l’on passe d’un habitat périur‑bain à des constructions funéraires : la transformation a toutefois été assez rapide pour que l’orientation du parcellaire ne soit pas modifiée. À Saint‑Laurent‑de‑Choulans, où un certains laps de temps s’écoule entre l’abandon des structures gallo‑romaines et la construction d’un édifice funéraire, un habitat intermédiaire établit le lien entre le Haut et le Bas‑Empire (fig. 118, 121).

16La vitalité de Lyon entre le ive et le viiie s. est le reflet de ses fonctions de capitale politique à l’époque burgonde et de métropole religieuse depuis la Paix de l’Église. Des auteurs anciens, comme Sidoine Apollinaire, Grégoire de Tours, Avit de Vienne, nous replongent dans l’ambiance de l’époque ; ils décrivent les monuments et présentent les saints évêques qui illustrent la cité. Cette vitalité de l’Eglise de Lyon, la qualité des architectes qui maintiennent les traditions antiques, la collaboration entre ces hommes de l’art et les grands évêques, bref toute une ambiance favorable à la création artistique a placé Lyon dans une situation favorable au moment où se multipliaient les constructions de prestige dans le monde chrétien.

17Ainsi, l’exemple de Lyon a dû faciliter la constitution d’autres groupes cathédraux, par exemple en Lyonnaise ou en Viennoise, et servir de modèle direct dans les villes de la région comme Genève (devenu évêché après sa promotion comme cité et sa séparation d’avec Vienne) et peut‑être Valence. Il a pu également contribuer en Gaule à la multiplication des églises à transept : l’adoption du plan cruciforme était l’affirmation d’un symbole mais aussi une solution adaptée au besoin d’un espace suffisant pour accueillir les foules qui se pressaient lors des grandes cérémonies du culte. Le cas de Vienne, où d’autres solutions ont été adoptées et où la nef unique a été recherchée plus qu’ailleurs, montre pourtant la richesse des possibilités qui s’offraient alors à l’architecte.

18Toutes proportions gardées, et dans l’attente de nouvelles découvertes, on peut penser que Lyon, comme Tours ou Paris, a joué en Gaule, par son prestige et par le dynamisme de ses architectes, le rôle de villes comme Milan, Aquilée et Ravenne en Italie du Nord, ou comme Trêves dans les régions rhénanes.

L’avenir de la recherche

19Notre connaissance de Lyon du ive au viiie s. peut paraître encore bien maigre, comparée à celle des villes anciennes d’Italie, de Grèce ou d’Afrique du Nord, ou même à celle d’autres villes de Gaule. La topographie de la ville entre le ive et le vie s. comporte encore quelques incertitudes, mais elle s’est largement enrichie. Les géologues sont maintenant capables de mieux situer le cours des fleuves et leurs divagations ; d’autres questions ont reçu une amorce de réponse, par exemple les origines de la ville haute ou celles du quartier de Vaise. La topographie chrétienne s’est, elle aussi, précisée grâce aux recherches archéologiques menées sur la colline et sur la rive droite de la Saône, mais les édifices religieux de la presqu’île –non encore fouillés– continuent à faire l’objet de discussions.

20De nombreux problèmes restent à résoudre : celui du tracé de l’enceinte du Bas‑Empire, celui du devenir des monuments antiques, de leur abandon ou de leur transformation ; celui du réseau des voies anciennes à l’intérieur et à l’extérieur ou celui de la localisation des activités artisanales et commerciales. Des hypothèses nouvelles peuvent être émises : par exemple, celle du maintien d’un îlot de peuplement sur la colline autour de Saint‑Just, et d’autres dans la presqu’île, à Ainay et au nord de Saint‑Nizier, hypothèses qu’il faudra vérifier sur le terrain.

21Si les études de textes anciens, notamment dans le cadre du séminaire sur la topographie chrétienne, ont fait progresser nos connaissances, seul un véritable programme de recherche archéologique pourrait maintenant apporter des réponses à un certain nombre de problèmes. Il faudrait envisager une étude archéologique exhaustive de la cathédrale Saint‑Jean, de son cloître au sud, de son parvis à l’ouest, pour savoir comment s’est implanté le groupe épiscopal au milieu de l’habitat antique, pour déterminer l’emprise exacte de la cathédrale primitive et du logis épiscopal et suivre les agrandissements et transformations jusqu’à l’époque romane. Aucune des cathédrales françaises n’a été vraiment étudiée exhaustivement pour la période des origines, alors que de telles études sont assez nombreuses en Angleterre, en Allemagne, en Belgique, en Suisse et en Italie. Les reconstructions de Reims et de Rouen après la guerre de 1914‑1918 auraient permis une analyse complète mais n’ont pas été vraiment mises à profit malgré les récents travaux menés à Reims à l’occasion de la commémoration du baptême de Clovis. Le groupe cathédral de Rouen a toutefois été récemment l’objet d’une fouille d’assez grande envergure et une recherche est en cours à Reims.

22Bien d’autres édifices de l’agglomération mériteraient une étude analogue à celle que nous avons amorcée pour le groupe cathédral : on pourrait envisager une étude archéologique de la basilique funéraire de Saint‑Nizier, des monastères de Saint‑Pierre‑les‑Nonnains et Saint‑Martin‑d’Ainay, en vue d’établir si un habitat tardif s’est maintenu sur la presqu’île, si l’on peut localiser l’église des Martyrs et comment s’est effectué l’essor du monachisme urbain. Une recherche devrait également être consacrée aux églises canoniales intra‑muros de Saint‑Paul et de Saint‑Georges pour mieux appréhender l’origine des paroisses urbaines. Les fouilles continuent ailleurs, en particulier à Vaise et dans la presqu’île, et presque tous les jours apparaissent de nouveaux éléments qui font progresser la connaissance des origines du Lyon antique et médiéval. Ainsi pourra être rédigé dans les années à venir le travail collectif qui s’impose : une histoire et une topographie de Lyon, des origines au Moyen Âge.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search