Version classiqueVersion mobile

Lugdunum christianum

 | 
Jean-François Reynaud

Partie III. Lyon dans son environnement paléochrétien

Chapitre 4. Les édifices de culte : architecture et fonctions

Texte intégral

1Dans ce chapitre, nous présenterons de façon plus synthétique les édifices et leur fonction. Nous avons retenu dans ce but un petit nombre de catégories en fonction des monuments étudiés à Lyon : les mausolées, les églises cimétériales avec leurs absides, cryptes, transepts, portiques et annexes, et les baptistères de plan rectangulaire à abside. Chaque élément d’architecture est abordé d’un point de vue régional (état de la recherche en Gaule, d’après les textes et d’après les fouilles), pour rechercher ensuite ses origines et son développement, en s’appuyant sur quelques exemples plus lointains et en s’efforçant de mieux situer l’architecture religieuse lyonnaise dans le contexte de l’architecture cultuelle contemporaine, mais sans prétendre fournir une liste exhaustive de comparaisons.

4.1 Les mausolées

2Nous appelons ainsi des édifices contenant ou ayant contenu des tombes mais dépourvus d’installations liturgiques, ce qui nous amène à renoncer au terme classique de « chapelles funéraires ».

4.1.1 Caractéristiques

3Les mausolées de la nécropole de Saint‑Just se caractérisent par leurs faibles dimensions et par la simplicité de l’architecture : de plan rectangulaire (de 5 à 6 m de long), ou proche du carré, ils sont parfois pourvus d’une abside. Seuls les mausolées III et IV possèdent des annexes (ils sont peut‑être encadrés de portiques latéraux).

4Dans ces édifices dont le sol était au même niveau que le sol extérieur, les tombes étaient enterrées et non visibles, sauf peut‑être pour le mausolée à abside. L’élévation n’a jamais été conservée, mais la faible épaisseur des murs et l’absence de contreforts amènent à supposer une couverture charpentée. Édifices funéraires privés, les mausolées abritaient un ou plusieurs défunts : à Saint‑Just, une ou deux tombes seulement trouvaient place à l’intérieur de l’édifice. Ces tombes appartenaient à une frange aisée de la population : grâce à Sidoine Apollinaire on connaît à Saint‑Just le mausolée de Syagrius, près duquel les notables de la ville venaient se retrouver après les vigiles (Ep. V, 17). On peut supposer que l’évêque Justus a été inhumé dans un mausolée de ce type. Ne s’agirait‑il pas du mausolée à abside fouillé au nord‑est de Saint‑Just, qui pourrait être à l’origine de la longue série d’édifices cultuels bâtis à cet emplacement ?

4.1.2 Les sources textuelles

5Le vocabulaire antique concernant les tombes monumentales reste très imprécis. Les termes de cella ou de memoria sont couramment utilisés. Celui de memoria peut avoir un sens très vague et concerner « tout monument du souvenir du défunt », c’est‑à‑dire aussi bien une tombe, un autel, un monument, un objet (relique) ou même une simple inscription qui perpétue le souvenir des martyrs. Assez courant au ive s., il désigne surtout les tombes ou les reliques des martyrs, de petits monuments qui appartiennent au mobilier liturgique, comme des tables d’offrandes ou l’inscription elle‑même ; il peut aussi s’appliquer à un édifice martyrial, ou memoria martyrum (Duval 1982b : 508‑509, 584‑586). Plus tard, il désigne plutôt le monument, grand ou petit, destiné à perpétuer le souvenir du défunt. Très fréquent en Afrique au ve s., il l’est moins en Gaule à l’époque de Grégoire de Tours. Ce terme est employé par les archéologues allemands et suisses pour désigner tout édifice funéraire familial ou individuel : on citera l’exemple de la memoria de Bonn, de celle de Saint‑Étienne de Coire, de la Madeleine de Genève. Nous lui avons préféré celui de mausolée, qui a l’avantage de s’appliquer uniquement à l’édifice, qu’il abrite de simples chrétiens ou des martyrs.

6Le vocabulaire utilisé entre le ve et le vie s. recouvre donc des réalités très diverses. La lettre déjà citée de Sidoine Apollinaire (Ep., V, 17) suggère de considérer la tombe de Syagrius, située à une portée de flèche de la basilique de Justus à Lyon, comme un mausolée malgré la terminologie peu précise utilisée par l’auteur : conditorium. Ce dernier signale que la tombe était entourée d’un enclos agrémenté d’une treille. Par contre, Grégoire de Tours peut être plus précis. À Brioude, il continue à utiliser des termes comme sepulchrum, mais mentionne aussi la cellula qui enferme la tombe de Julien : une matrone, pour remercier le saint d’avoir exaucé un de ses vœux, fait recouvrir sa tombe (MGH, VJ, 4 ; MGH, SRM, 1‑2, 1885, col. 116) et un jeune homme trouve refuge dans cette cellula (MGH, VJ, 5 ; op. cit, , col. 116, 117) construite en pierre et fermée par une solide porte. À l’ouest de la basilique de Venerandus à Clermont, est mentionnée une construction voûtée : transvoluta cellula (MGH, GC, 34‑35 ; op. cit., col. 318‑320). Grégoire de Tours utilise aussi le terme de memoria : il désigne ainsi l’édifice construit au vie s. à Paris sur la tombe de Crescentia {MGH, GC, 103 ; op. cit., col. 363‑364), qui est couvert d’un toit.

4.1.3 Évolution et fonctions

7Les origines de ce type d’édifice –mausolée rectangulaire avec ou sans abside– sont connues et assurent la continuité entre l’Antiquité tardive et l’époque paléochrétienne.

Mausolées de plan rectangulaire ou carré

8Les petits mausolées constituent un élément courant des nécropoles antiques (fig. 181). Ainsi, dès avant la généralisation du christianisme, de petits monuments funéraires au plan simple se multiplient le long des voies (Calza 1940). Il n’existe donc pas de différences fondamentales entre les mausolées du iiie et du ive s. À Saint‑Irénée, nécropole qui domine celle de Saint‑Just de quelques dizaines de mètres, des chambres funéraires ont été dégagées par A. Andin en 1951‑1952 (Andin 1960a : 109‑118). Les plus anciennes, qui remonteraient aux iieiiie s. ap. J.‑C., présentent des analogies et des différences avec les édifices plus tardifs de Saint‑Just. Ces mausolées de petite taille (mausolée C : 5,65 x 5,18 m) sont par contre enterrés et sans doute voûtés. L’épaisseur des murs du mausolée C (0,92 m au nord et au sud) nous incite à supposer une voûte ; le caveau F, plus tardif (ive s.) est souterrain et probablement voûté, alors que les mausolées de Saint‑Just sont charpentés et de plain‑pied avec le sol environnant.

FIG. 181 ‒ Mausolées carrés.

9Le mausolée dégagé récemment à Rochemaure (Ardèche), assez proche de ceux de Saint‑Irénée, comporte une salle souterraine voûtée de 3,14 m de côté construite dans un enclos (fig. 182) ; daté par le fouilleur du iiie s., il pourrait avoir été utilisé aux iveve s. si l’on en croit le type des tombes et l’absence de mobilier (Porte 1983 : 59‑60). Les cas de mausolées sont assez nombreux en Occident, aussi bien près des églises que dans les nécropoles : en France, au moins 4 à Saint‑Laurent de Grenoble (Barbet, Colardelle 1994 : 11‑24), 1 à Seyssel (Haute‑Savoie), du ive s. (Bizot, Serralongue 1988) 1 à Vienne, du ve s., accolé au portique à l’est de l’abside de Saint‑Pierre (Jannet‑Vallat et al. 1986 : 52‑57), 1 à Tavers (Loiret) (Baratin 1977‑1978) ; en Suisse, celui retrouvé sous l’église de Soleure (Sennhauser 1990 : 175, 187‑203), à Genève, celui de la Madeleine (Bonnet 1977) ; en Italie, parmi beaucoup d’autres, ceux de la nécropole de la voie Décumane à Aoste (Mollo Mezzena 1982 : 269‑278, 319‑333).

FIG. 182 ‒ Mausolées de plan complexe.

Mausolées à abside

10Quoique sensiblement moins nombreux, ils appartiennent également à une typologie classique (fig. 182). On a eu tendance à voir une connotation religieuse dans certains plans comparables à ceux d’édifices de culte : on a pensé à des monuments consacrés au culte des héros (on rentre ici dans la question compliquée du rôle et de la typologie de l’heroon) qui auraient pu, d’après Dyggve, inspirer ceux consacrés aux martyrs (Dyggve 1934 ; Nock 1944 : 141‑174 ; Ward‑Perkins 1966 : 20‑68 ; Klauser 1974 : 275‑291). En fait, les mausolées de personnalités importantes du Haut et du Bas‑Empire paraissent typologiquement très proches et comportent parfois une abside dès les premiers siècles de notre ère (Zagdoun 1977).

11Le mausolée à abside, comme le temple ou la basilique à abside, paraît donc trouver ses origines dans la période classique et l’on peut voir dans l’abside un raffinement architectural permettant d’améliorer l’aspect interne (en général vers le fond) ou de mettre en valeur un élément remarquable (statue, urne et plus tard sarcophage). Mais dans certains cas la présence d’un autel dans l’abside est attestée. Une contamination est alors possible entre les édifices funéraires et les édifices de culte, en particulier lorsque les personnalités importantes essaient d’obtenir des reliques pour les placer auprès de leur tombeau : le mausolée devient alors véritablement une chapelle à fonction liturgique.

12En Europe du Nord, ces édifices semblent relativement rares ; ils sont en revanche assez nombreux dans l’Illyricum, en Italie et en Espagne (Dyggve 1940 : 387, pl. 11 ; Barral I Altet 1974 : 891‑920 ; Testini 1978 : 145). Nous nous contenterons de citer des exemples bien connus : celui de Kaiseraugst (Martin 1976), ceux de Milan, ceux qui sont associés aux églises romaines des saints Pierre et Marcellin et des Apôtres, et ceux qui ceinturaient la basilique de Manastirine. D’autres étaient disséminés dans les cimetières de surface des catacombes romaines. Nous nous attarderons sur deux exemples. À Milan, 4 mausolées à abside abritaient les sépultures de martyrs milanais à proximité immédiate de la grande basilique Saint‑Ambroise. Ces chapelles, de faibles dimensions, peuvent pour certaines d’entre elles, être antérieures au ve s., en particulier, nous l’avons vu, celle de Saint‑Victor dans son premier état (Storia di Milano 1953 : 607) où la cella primitive, antérieure à Ambroise, a été construite pour accueillir les reliques du martyr. De dimensions modestes (5 x 8 m) elle comportait une crypta pourvue d’une fenestella (Storia di Milano 1953 : I, 607, no 23). À Rome, autour de la basilique des saints Pierre et Marcellin (Guyon 1976 : 66‑85 : Guyon et al. 1981‑1982 : 999‑1056 ; Guyon 1984 : 183‑196), s’élevaient de nombreux mausolées dont un grand nombre étaient pourvus d’absides (mausolées III, IV, V, VII, XI) ; dans deux cas (mausolées III et IV), l’abside est dans le prolongement des murs latéraux ; le plus souvent un décrochement sensible existe entre l’abside et la nef (à Saint‑Just ce décrochement est peu marqué). Le mausolée XI est proche de celui de Saint‑Just par ses dimensions (7,60 x 8 m) ; il en diffère par les formae installées à l’intérieur de la salle.

13À l’instar de ces tombes individuelles ou familiales, le mausolée à abside de la nécropole de Saint‑Just a sans doute été construit pour abriter la dépouille d’un personnage important gui reste inconnu, peut‑être celle de l’évêque rapatriée d’Egypte. Une grande basilique édifiée peu après à proximité aurait été consacrée primitivement aux Frères Macchabées avant de prendre le nom du saint évêque.

4.2 Les églises cimétériales

4.2.1 Les portiques

14À partir des portiques latéraux des deux basiliques de Lyon, nous nous sommes posé la question de savoir si, entre la fin du ve s. et la fin du vie s., les portiques latéraux pouvaient être qualifiés de « funéraires ».

Les sources textuelles

Portiques

15Ils semblent être un élément constitutif de l’architecture religieuse (fig. 184). Le terme de porticus est des plus couramment employé par la langue latine classique dans le domaine de l’architecture ; à l’époque tardive, on le trouve aussi bien chez Sidoine Apollinaire, Avitus ou Grégoire de Tours. Comme stoa en grec, il peut désigner les collatéraux d’une église aussi bien que les portiques de (atrium ou des galeries extérieures.

16Différentes mentions sont recensées par M. Weidemann (Weidemann 1982 : II, 132) et par M. Vieillard‑Troïekouroff dans son livre sur les constructions d’après Grégoire de Tours (Vieillard‑Troïekouroff 1976 : 396). Des portiques sont signalés à Saint‑Julien de Brioude (MGH, VJ, 9) Saint‑Symphorien à Bourges (MGH, HF, VII, 42), Saint‑Martin de Candes (MGH, HP, VIII, 40), Saint‑Vincent de Toulouse (MGH, GM, 88), Saint‑Martin de Tours (MGH, HF, VI, 10), à Saint‑Pierre‑et‑Saint‑Paul de Canterbury (Bède) (PL, t. 95, col. 264), deux portiques à Saint‑Géry de Cahors (Vita Desiderii, 31), un triple portique à l’église des Apôtres de Paris (Vita Genovefae, 56), d’autres à Hexham dans l’église Saint‑André (Vita Wilfridi, 22), à Ripon (Vita Wilfridi, 17) à Wearmouth (Bède : Hist. Abb).

  • 1 Carmina 27 , CSEL, 30, 1894, 279, ainsi que Ep. XXXII, 12 ; op. cit. : 28, 287 : « cublcula infra p (...)

17Dans la plupart des cas, les portiques des églises abritent des tombes : ainsi, à Saint‑Vincent de Paris (Saint‑Germain‑des‑Prés), l’évêque Germain est enterré dans le portique occidental {MGH, GC, 88 ; MGH, SRM, 1‑2, 1885, 357). À Noie, les descriptions sont assez précises et nous pouvons saisir ce que recouvre dans ces deux cas l’appellation de portique, c’est‑à‑dire plutôt des annexes funéraires latérales. Paulin prévoit sur les flancs de la grande basilique de Nole des espaces réservés à la prière, à la méditation et susceptibles d’abriter des tombes ; en particulier pour lui‑même et pour sa famille, il demande de placer les sépultures dans la basilique qui abritait le tombeau de Saint‑Félix1. Mais les annexes latérales permettaient des inhumations en dehors de l’église, tout en restant proches des reliques vénérées. Des portiques à étages pouvaient même abriter des hôtes importants venus là pour prier. À Canterbury, la présence d’un autel suggère une fonction différente de celle des autres portiques.

Cryptoportiques

  • 2 Le texte de Vitruve (V, 9, 5‑9) mis en avant par A. Grenier, repris par F. Benoit, n’aurait, d’aprè (...)

18Les cryptoportiques enterrés ou obscurs sont très courants dans l’architecture romaine publique et privée, en particulier pour conforter des surfaces remblayées ou en pente et assurer des espaces de stockage ou tout simplement pour abriter des chaleurs de l’été2. Sidoine Apollinaire, dans sa lettre à Eriphius (Ep., V, 17) mentionne les cryptoportiques de Saint‑Just ; il utilise ainsi un terme savant, cryptoporticus, rarement employé par ailleurs puisque, en dehors des temples ou des forums, le Thésaurus linguae latinae (qui ne tient pas compte de certaines inscriptions) ne le recense que chez Pline le Jeune (Ep., II, 17 ; V, 6) à propos de sa villa, et chez Sidoine Apollinaire (Ep., II, 2, 10) à propos de la villa de sa femme à Aydat : le mot « cryptoportique », qu’il déclare employer de préférence à hypodromus (promenade couverte), signifie alors espace annexe étroit et non ouvert ; il s’agit d’une galerie qui « ne donne de vues sur rien, on peut donc y prendre le frais l’été », mais rien n’indique que cette galerie soit souterraine.

19Ce terme ne semble guère utilisé dans les inscriptions funéraires ; par deux fois, par contre, le terme crypta est employé avec porticus : « insulis emptis cryptam et porticum de sua pecunia fecit » (CIL, II, 3428) ; « chalcidicum cryptam porticus Concordiae » (CIL, X, 810).

Les données de l’archéologie

20Une étude des portiques a été présentée en 1962 par J. Hubert : celui‑ci, après avoir insisté sur les origines antiques de ce type de construction, montre comment l’architecture chrétienne en fait l’une des annexes habituelles de l’édifice sacré, dont la principale fonction était d’offrir « des abris privilégiés pour les morts » (Hubert 1967 : 33‑34). On notera toutefois que cette notion de « portiques itinéraires » a été largement discutée, certains ayant souligné que les inhumations étaient parfois absentes ou occasionnelles, et souvent postérieures à la construction. Une mise au point sur ces portiques ou galeries figure dans la récente synthèse publiée sur l’architecture cultuelle en France (Duval 1991 : 211‑214). On peut, à titre provisoire, conclure que les portiques faisaient partie de l’architecture antique classique et tardive. Adapté à l’architecture religieuse, le portique garde une partie de ses fonctions d’origine ; il abrite aussi des sépultures et cette seconde fonction semble prendre de plus en plus d’importance au ve et surtout au vie s. Plusieurs types de portiques peuvent être distingués : les annexes de fonctions indéterminées ou de fonctions diverses, les galeries de circulation, les galeries ou annexes funéraires.

Annexes de fonctions indéterminées

21À Saint‑Martin d’Angers (vieviie s.), aucune tombe n’a été installée dans les annexes latérales (Forsyth 1953 : fig. 183), alors qu’à la Basilica Virginum de Milan l’absence ou l’imprécision des fouilles et des relevés interdisent de préciser la fonction des portiques latéraux (Bovini 1970 : 83‑97). À Seyssel, les portiques autour de la nef sont cloisonnés et les tombes sont rares ; au sud‑est, un amas de galets appartiendrait à un soubassement d’autel ou à une tombe (Duval 1995 : 304‑308).

Galeries de circulation

22À ce type, caractéristique de l’habitat antique, appartiendraient sans doute les portiques décrits par Sidoine Apollinaire à la cathédrale de Lyon, qui devaient ceinturer un ou plusieurs atria, ainsi que le couloir qui, à Saint‑Maurice d’Agaune, longe le flanc sud de la basilique ; dans un deuxième temps seulement, ce dernier abrite des sépultures (Blondel 1951 : 283‑288 ; 1967 : 1, sq.).

Portiques à utilisation funéraire attestée

23Ce type est fréquent à l’époque paléochrétienne et mérovingienne en Gaule ou dans les pays voisins. À Saint‑Just II, les portiques latéraux sont prévus avec le transept et l’abside (au ve s.) ; des sépultures ont été dégagées dans les rares endroits conservés. À Saint‑Laurent (construit entre le dernier tiers du ve s. et la première moitié du vie s.), les portiques latéraux semblent avoir été prévus dès le début de la construction, même s’ils ont pu être construits quelques années plus tard que la basilique. Les sépultures des portiques sont de même type que celles du collatéral nord (elles se situeraient dans la seconde moitié du vie s. et au viie s.). Dans les deux cas, la fonction funéraire est bien attestée, mais il nous manque une chronologie relative précise entre les tombes et les structures pour confirmer la fonction funéraire dès l’origine. À côté de ces deux exemples, les vestiges archéologiques de portiques où la fonction funéraire est attestée sont assez nombreux. Mais la fonction Itinéraire est aussi parfois contestée ; rappelons le portique latéral sur le flanc des petites basiliques de Saint‑Blaise (Rolland 1951 : 162) ou d’Albon (Duc 1900a) (fig. 184).

24Des changements de fonction sont parfois attestés par les fouilles : ainsi, à Saint‑Julien‑en‑Genevois en France, des sépultures sont superposées à un ancien habitat dans l’annexe nord (Colardelle 1983a : 60‑64). En Espagne, à Casa Herrera, à San Pedro Alcantara (Vega del Mar) et à El Germo, les annexes latérales renferment des tombes tardives et T. Ulbert se pose la question de savoir si ces portiques ont bien une fonction funéraire dès l’origine (Ulbert 1978 : 114‑115) ; N. Duval refuse de reconnaître systématiquement ces portiques comme funéraires et croit que dans certains cas ils sont liés aux accès latéraux nécessaires dans ces basiliques à deux absides (Duval 1981 : 171). En Suisse, les fouilles de la Madeleine de Genève ont mis en évidence une basilique funéraire qui, au cours de ses deux états (fin vevie s. et fin vieviie s.) était entourée de portiques latéraux. La présence de tombes à l’intérieur des portiques atteste leur caractère funéraire : il en est de même à Saint‑Gervais de Genève (Bonnet 1977 : 62‑112).

25Ainsi, d’après les textes et d’après les données de l’archéologie, le portique, fréquent entre le ive et le viie s., peut, soit faire partie du projet, soit appartenir à une campagne de construction ultérieure. À Saint‑Laurent et à Saint‑Just II, il semble faire partie du projet initial. Les portiques ont parfois le rôle de couloirs de circulation ; ils ont pu également servir à abriter une population occasionnelle ou résidente. Dans de nombreux cas, le portique a une fonction funéraire, comme à Saint‑Laurent‑de‑Choulans et à Saint‑Just II, sans que l’on puisse affirmer catégoriquement que ces espaces latéraux aient été prévus dès l’origine pour cette fonction funéraire. Seule l’utilisation funéraire des portiques est assurée.

4.2.2 Les annexes orientales

26Faute de données archéologiques précise, il est souvent en effet difficile d’attribuer une fonction à un espace sans aménagement identifiable. Certains sont utilisés comme espaces de réserves et parfois de rangement pour des objets de culte ou même des reliques (receptorium, sacrarium) ; d’autres servent au clergé pour se préparer (rôle de nos sacristies actuelles), d’autres encore ont des fonctions funéraires assurées et peuvent être considérés comme des mausolées, accolés aux basiliques.

Receptorium et sacrarium

27À Saint‑Just II, l’annexe nord‑est, de plain‑pied avec la basilique, peut‑elle être désignée par le terme de receptorium utilisé par Sidoine Apollinaire (Ep., V, 17) ? Cet espace sert de réserve ou de sacristie. Le terme sacrarium est employé dans le même sens par Sidoine Apollinaire « tum sacrario, porticibus ac termis » (Ep., VIII, 4) et par Grégoire de Tours, en particulier dans ce texte où il relate que la veuve d’un sénateur lyonnais apportait tous les jours un setier de vin de Gaza « in ecclesia sacrario deportatum » (MGH, GC, 64 ; MGH, SRM, I‑2, 1885, 335‑336) ; ce terme peut aussi désigner un oratoire de villa ou un sanctuaire secret (Cabrol et al. 1907‑1951 : XV‑1, col. 286, Sacrarium).

Les annexes « funéraires »

28L’annexe sud‑est de Saint‑Just II sera étudiée avec les cryptes (fig. 183). À Saint‑Laurent‑de‑Choulans, le bras nord du transept –le seul conservé– est cantonné à l’est d’une première annexe rectangulaire, aussi longue que le transept, et elle‑même prolongée à l’est par un petit réduit. Ces deux annexes sont prévues dans le plan d’origine. Aucun indice archéologique ne permet d’assurer la fonction funéraire de ces annexes ; toutefois, une comparaison avec Saint‑Laurent d’Aoste peut être suggérée. À Saint‑Laurent d’Aoste, en effet, les deux annexes latérales constituent un agrandissement de l’espace bien situé, de part et d’autre des corps saints (Bonnet 1981 : 20‑21). Étaient‑elles prévues dès l’origine pour le culte ? Ont‑elles été très tôt utilisées pour les inhumations ? À Saint‑Pierre de Vienne, la fouille de la zone située à l’extérieur et à l’est de la basilique a permis de reconnaître une évolution assez complexe : dans un premier temps, un mausolée primitif, partiellement conservé à l’est de l’abside, puis un portique avec une chapelle funéraire centrale et enfin un, ou peut‑être deux oratoires funéraires symétriques, construits aux angles nord et sud de la basilique. L’Oratorium Sancti Georgii, au nord, abrite en 549 la tombe de l’évêque Pantagathe (Jannet‑Vallat 1983 : 75 ; Jannet‑Vallat et al. 1986 : 56).

FIG. 183 ‒ Mausolées à abside.

29Ces multiples annexes font partie de l’organisation naturelle du chevet quand l’abside n’est pas saillante et isolée. En particulier, le chevet triparti (une abside et deux sacristies symétriques) est un plan classique, mais il est peu représenté à Lyon (Saint‑Just) et pas du tout à Vienne. Des adjonctions au plan de base trouvent aussi leur justification dans l’aménagement des circulations, dans la nécessité de disposer de locaux de service et, dans certains cas, dans un usage funéraire ou martyrial. Ainsi, à Saint‑Martin de Tours, la présence de la tombe du saint à l’est de la basilique explique la construction d’un atrium accolé à l’abside (Piétri 1983 : 90‑405). Ailleurs, c’est là que se multiplient les inhumations ad sanctos, à proximité des tombes vénérées ; les personnages importants (évêques, princes) font construire à cet emplacement des chapelles où. ils élisent sépulture, comme à la Basilica Virginum de Milan où une chapelle funéraire a été rajoutée au nord‑est (Bovini 1970 : 83‑97).

4.2.3 Les cryptes

30Ce terme désigne un espace fermé, couvert et bien souvent souterrain. Cet espace peut être indépendant, par exemple un mausolée‑hypogée, ou être intégré à une basilique.

31À Saint‑Just, les salles souterraines sont petites, rectangulaires et voûtées. La première est située dans l’édifice à l’extrémité ouest du collatéral sud, deux autres sont sous chaque extrémité des bras du transept, et une quatrième est à l’est du bras sud du transept. Dans tous les cas, on hésite sur la présence ou non de tombes et sur le lien entre la salle souterraine et le lieu de culte. Dans la crypte sud‑ouest, aucune tombe n’a été dégagée sous le sol en mortier de tuileau d’époque carolingienne, mais un couvercle de tombe en bâtière atteste le caractère funéraire de la crypte, qui est confirmé à une époque tardive : lors de la visite des reliques en 1408, les enquêteurs descendent dans une crypte située à proximité de la façade et y constatent la présence de reliques (cf. supra, Part. I, chap. I, § 2.4.3). Le lien entre la salle souterraine et le lieu de culte est assuré puisqu’il existe un escalier. Dans le transept, on constate l’absence de tombes dans la crypte sud alors qu’il en existe une au nord. L’extrémité des bras du transept a été conçue de façon à exclure toute liaison directe entre la salle souterraine et le lieu de culte : on accède aux cryptae par les portiques. Dans l’annexe sud‑est, deux tombes reposaient sous le sol de la salle inférieure, qui n’était accessible que de l’extérieur.

32Dans les cryptes sud‑ouest et sud‑est, la fonction funéraire paraît attestée ; aux extrémités du transept, on peut se demander si les salles souterraines avaient été conçues pour abriter des tombes ou simplement pour compenser la dénivellation (c’est l’interprétation de N. Duval) (Duval 1991 : 210‑211). Si l’on considère les faits, la dénivellation existe, mais elle n’est sensible qu’au sud ; cet argument est donc insuffisant pour expliquer la crypte nord, D’autre part, la rareté des tombes peut avoir pour origine une translation systématique des tombes saintes à l’époque romane vers l’église haute. De toute façon, ces espaces souterrains semblent avoir été jugés insuffisants puisqu’on en a construit d’autres à proximité (annexe sud‑est).

Les sources textuelles

Avitus de Vienne

33Une homélie de l’évêque de Vienne décrit, dans les années 513‑516, un édifice qui semble comporter une crypte, ou plutôt une basilique inférieure et une basilique supérieure (MGH, AA, VI‑2, 1883, 141‑145 ; Golzer 1909 ; DHGE 1912, col. 1205‑1208, Avit.).

« Innovatio [...] aedis quam loquemur, popidis satisfactura. fidelium soli istius proprii angustata congestu, non nostrae habitationis sed suarum loco proderit. Arca, quam exiguam censes, una est si cernas, trina si subeas. Dispensatur tabernaculis capacitas. diuisa non distringitur. Experiendae a frequentatoribtis aedicidae quod saepto demitur numero reformatur. Putes priscum Noe, uitalis peristyli claustra texentem, multitudini mansionum cenaculata recessuum loca imprimere et inter angustias amplitudine constipatas plus spatii quam conuenit infraforaneis infercisse conclusis.
« His igitur mediis, surgentia de profundo nec ullo trabium claudenda processu. In fastigium cementa prosiliunt. Cernas quasi contra familiarem usum ulce mutata, super terra scriptam basilicam fulgere sub terris, quae, eminentiori suae ita subiacens quod, aequalis superiori latitudine, situ potius cessura quam merito perprofundum facta, sublima etiam dignitate pauimenti quo tegitur excelsa est. »

34« Le temple restauré dont nous parlons, qui donnera satisfaction au peuple et qui paraît étroit seulement à cause de l’entassement des fidèles en cet endroit, servira de demeure, non pas à nous mais à eux. L’arche, que l’on juge petite, est une pour celui qui la voit de l’extérieur, triple, pour celui qui y pénètre. L’espace –divisé sans être réduit– est dispensé aux tabernacles. Pour les visiteurs qui découvrent cet édifice, ce qui leur est enlevé par le cloisonnement, leur est rendu par la multiplication. On pense au vieux Noé, construisant les cloisons d’un péristyle de vie qui a posé des logements, à l’étage, au‑dessus de bien d’autres et qui a concentré, dans des zones limitées en dimensions, plus d’espace qu’on n’en trouve dans les sous‑sols du forum [...].

35« Donc, au moyen de ceux‑ci, surgissant du sol et sans être couvertes par aucune poutraison, les maçonneries s’élancent jusqu’au faîte. On peut voir, comme si les rôles étaient intervertis, la basilique dressée au‑dessus de la terre briller sous la terre. La basilique inférieure, égale en ampleur à la basilique supérieure, ne cède à celle‑ci que par la position et non par le mérite ; établie dans les profondeurs, elle excelle aussi par la qualité sublime du pavement dont elle est couverte. » (Trad. C. Perrat, révisée avec l’aide du Père de Vrégille et N. Duval.)

  • 3 Chevalier, Peipier 1890 : 133, no 2. Pour Peiper, l’église est celle de Saint‑Pierre de Genève ; Ch (...)

36Avitus préside à la dédicace d’une basilique supérieure3. Cette dedicatio rappelle celle de l’ecclesia des bords de Saône, construction achevée par l’évêque Patiens en 469. Comme chez Sidoine Apollinaire décrivant Saint‑Just, l’église paraît trop petite pour la foule des fidèles qui s’y entassent. Vue de l’extérieur, l’église forme un tout mais, si l’on y pénètre, elle est triple, ce qui peut s’expliquer de différentes façons (trois nefs, trois niveaux, etc.). L’auteur insiste encore sur la multiplicité des espaces et des niveaux ; il compare l’église à l’arche de Noé, construite pour abriter une multitude d’êtres vivants, ou au forum avec ses galeries supérieures et inférieures. Le terme basilica superior désignerait donc l’espace supérieur d’une église à deux niveaux, qui comporterait un édifice supérieur surmontant une crypte. L’église est construite sur la pente, l’autel est légèrement surélevé par rapport au sol de la basilique, et l’architecte n’a pas été aidé par la configuration naturelle du terrain puisque les degrés du chœur vont à l’inverse de la pente. Utilisant des matériaux nobles et évitant le décor clinquant, l’architecte compense la déclivité naturelle par une série de supports (dans la crypte ?). L’église inférieure, aussi grande que celle du haut, est remarquable par ses voûtes –la couverture est en maçonnerie et non en charpente–, mais aussi par son pavement.

37Cette description nous paraît intéressante ; complémentaire de celle de Sidoine Apollinaire, elle présente la vision d’un homme d’église, dont les références sont à la fois proches et différentes (Loyen 1942).

Grégoire de Tours

38Grégoire de Tours, quant à lui, utilise le terme de crypte pour désigner en fait le plus souvent une confessio, c’est‑à‑dire un grand caveau renfermant une tombe vénérée à l’intérieur d’un mausolée ou d’une basilique funéraire comme, à Lyon, la crypta d’Hélius, ou celle qui abrite le corps d’Irénée enterré sous l’autel de la crypta (MGH, GM, 49 ; MGH, SRM, 1‑2, 1885, 72), d’Épipode ou d’Alexandre. Dans ses écrits, on pourrait distinguer, par ordre d’importance, des salles souterraines assez vastes contenant une tombe située sous une abside surélevée, des salles sans doute souterraines ou semi‑hypogées –quand un escalier est mentionné–, ou simplement voûtées, dont l’utilisation n’est pas précisée, et enfin des annexes contenant des tombes sans qu’il soit fait mention de leur niveau ou de simples confessions.

39À Saint‑Pierre de Bordeaux, le chœur était surélevé au‑dessus d’un étage inférieur in modum cryptae, fermé par une porte et pourvu d’un autel (MGH, GM, 33). À Saint‑Maximin de Trêves, on accède à la crypte par trois portes, la deuxième étant précédée de quelques marches (MGH, GC, 91‑92). À Limoges, d’après les textes, la crypta de Saint‑Martial est assez grande pour abriter les tombeaux de deux prêtres et celui du saint –« conjunctis sarcofagis in eadem crypta quam sanctus épiscopat sunt sepulti »– et on y célèbre les vigiles du saint (MGH, GC, 27‑28). On pense pouvoir identifier cette crypte dans les fouilles qui ont remis au jour une partie de l’abbaye. À Luynes, on descendait par un escalier au caveau de Saint‑Solemne (MGH, GC, 21). À Clermont, la crypte de Saint‑Cassius, très profonde, est pourvue de deux issues fermées par des portes de bois et par de fortes serrures (MGH, HF, IV, 12 ; MGH, SRM, I‑1, 1851, 143) ; celle de Saint‑Allyre, trop petite, est pourvue d’une abside semi‑circulaire par Avitus, au milieu du ve s. (MGH, HF, I, 45). Pour ce dernier cas, on peut supposer soit que le mausolée est agrandi en le dotant d’une abside, soit qu’il est transformé en une véritable basilique au‑dessus de la crypte. À Dijon, l’évêque de Langres, Grégoire (507‑540), fait reconstruire la crypta, jadis voûtée mais en ruines, où se trouvait le sarcophage de saint Bénigne, puis édifie une grande basilique au‑dessus (MGH, HF, IV : 16 ; MGH, GM, 50 ; MGH, GC, 42).

Les données de l’archéologie

40Selon une tradition ancienne, les cryptes sont rares en Occident avant l’époque carolingienne où l’on ne connaissait que les mausolées hypogées ou semi‑hypogées et la crypte annulaire de Saint‑Pierre de Rome (Hubert 1968 : 50‑68 ; Heitz 1980 : 2). Des études plus récentes ont mis en évidence un nombre assez important de salles souterraines en liaison avec des basiliques funéraires en Afrique, en Espagne, et maintenant en Gaule. L’idée que nous allons tenter d’illustrer par quelques exemples est donc bien celle que les cryptes permettent d’associer plus ou moins étroitement les sépultures vénérées et certains lieux de culte, étant admis que nous n’étudierons pas ici les cryptes isolées, en particulier les salles inférieures de mausolées. On peut distinguer différents types de cryptes (fig. 185, 186).

FIG. 185 ‒ Cryptes.

FIG. 186 ‒ Cryptes.

Cryptae extérieures

41Situées à l’extérieur de l’abside et reliées de façon complexe à l’église, elles se rencontrent à Saint‑Maximin de Trêves ou en Afrique du Nord (Benian) (fig. 185). À Trêves, où les salles décrites par Grégoire de Tours ont été retrouvées, l’accès se fait par l’extérieur (Cuppers 1965 : 165‑174 ; 1975 : 89‑95). À Benian (Algérie) les caveaux installés sur la pente à l’est de l’église sont visibles par un fenestella depuis une crypte située sous l’abside et où l’on pouvait accéder depuis les nefs (Guy et al. 1992 : I, 5‑10). Dans le premier cas, la solution adoptée est proche de celle de l’annexe sud‑est et des ciyptes du transept de Saint‑Just en raison de l’absence de communication avec l’église proprement dite.

Confessions

42Ces petites chambres funéraires, situées sous l’abside ou sous le chœur, appartiennent par leur taille et en raison des difficultés d’accès à un autre type de cryptae. Dans nos régions, ces confessions connues surtout par les textes paraissent isolées.

Lieux de culte et salles souterraines

43À Saint‑Just, la crypte sud‑ouest est intégrée à l’église, alors que celles des extrémités du transept peuvent être comparées aux salles inférieures des mausolées, souvent sans communication directe avec la salle supérieure. La présence de cryptes assez vastes sous le chevet (au sens large, en comprenant un transept éventuel) se retrouve en Gaule, en Suisse, en Italie, en Afrique du Nord et en Espagne.

44À Narbonne, au Clos de la Lombarde, la fouille récente d’une basilique funéraire a mis au jour un vaste espace triparti semi‑enterré, établi en contrebas de la nef sous le transept et sous l’abside (fig. 185). Dans l’espace central sous l’abside, les restes d’une fosse posent des problèmes d’interprétation : baptistère ou plutôt fosse à reliques ? Cet édifice est daté du ive s. par les fouilleurs (Soller 1991 : 73‑77). À Genève, l’exemple le plus proche de Saint‑Just est la crypte de la basilique Saint‑Gervais (seconde moitié du ve s.), située sous l’abside et contemporaine de sa construction, et à laquelle on accédait depuis la nef. La position d’un sarcophage orienté nord‑sud a été restituée à l’est, d’après les traces conservées sur les enduits du mur (Bonnet 1991 ; Bonnet, Privati 1994 : 55‑62). À Coire, le mausolée de Saint‑Étienne, construit au milieu du ve s., a été assez rapidement surmonté d’un édifice cultuel et a servi de crypte (Sulser, Claussen 1962 ; Sennhauser 1979 : 195‑198). L’autel était probablement situé au‑dessus du loculus des reliques (fig. 182). En Afrique du Nord, quelques salles voûtées simples ou multiples, placées sous le chevet de l’édifice, se rapprocheraient des cryptes plus classiques où est prévu un accès depuis l’intérieur : ainsi à Sétif (basilique B, abside latérale), à Djemila (basiliques du groupe épiscopal, basilique occidentale –celle‑ci avec une tombe sainte au centre– et orientale (Duval, Février 1991 : 138‑140 ; Gui et al. 1992 : 92‑101). En Espagne, à la Cabeza del Griego (Segobriga), une véritable « rue de cryptes » (avec des épitaphes de la première moitié du vie s.), comprenant une série de salles transversales et une salle sous l’abside, était accessible de l’intérieur et de l’extérieur de l’édifice (Duval 1979 : 265‑290 ; Mayer 1982 : 211‑228 ; Segobriga 1983 : I, 95‑115). Enfin, à Rome, l’essor du culte des martyrs rendit rapidement nécessaire l’agrandissement des salles souterraines au‑dessus desquelles avaient été bâties les églises (Reeckmans 1975 : 275‑308). Mais ces cryptes absidales sont beaucoup plus précoces qu’on l’a dit et apparaissent par exemple aussi à Ravenne dans la basilica Apostolorum, bien avant la période carolingienne (Deichmann 1970 ; 1976 : II, 808‑318). L’usage de la célébration eucharistique systématique sur la tombe ou les reliques des martyrs, et celui de la visite des pèlerins à ces tombes se répandent en Occident et imposent des transformations architecturales importantes avec la création de cryptes à circulation, à Rome d’abord à la fin du vie s., puis en Italie et en Gaule (Krautheimer 1960 : 15 ; Ward‑Perkins 1963 : 3‑29).

45Si l’on essaie maintenant de replacer les cryptes de Saint‑Just dans un cadre chronologique plus large, on constate que, sauf la salle souterraine sud‑ouest, elles sont antérieures à la période de systématisation des cryptes de chevet où un accès est prévu depuis l’intérieur de la basilique. Le culte des saints confesseurs –et dans le cas présent, celui des saints évêques de Lyon– connaît sans doute un nouvel essor aux ve et vie s. ; on peut en constater l’ampleur d’après les récits qui se rapportent à saint Nizier. À la basilique Saint‑Just, qui abrite un grand nombre de tombes d’évêques, la partie orientale de l’édifice fut à cette époque entièrement reconstruite, alors que l’on aménageait également toute la zone occidentale. Les salles souterraines construites à cette occasion à l’extrémité, ou même à l’extérieur du transept peuvent avoir été destinées à abriter les tombes des saints évêques. La multiplication des loca sancta est caractéristique d’une époque où l’on n’envisage pas encore un regroupement des cultes autour d’un pôle unique. La crypte du collatéral sud, qui débouche sur la nef, se situe au début d’une évolution qui aboutira à banaliser les cryptes accessibles depuis l’église, aux viie et viiie s.

4.2.4 Les transepts

46Le transept –espace transversal nettement distinct des nefs– nous est apparu comme un élément suffisamment significatif des églises cimétériales de Lyon pour justifier un développement sur sa typologie et une esquisse de classement dans les types existants.

  • 4 Sur ce sujet, voir Klauser 1937 : 264‑ 267 ; Kirsch 1939 : 139, sq. ; Dyggve 1940 : I, 391‑414 ; Le (...)

47Ayant rassemblé les textes et les données archéologiques concernant les transepts en Gaule avant l’époque carolingienne, nous avons pu constater la rareté des transepts archéologiquement reconnus et bien datés, alors que les textes anciens suggèrent l’existence de quelques édifices « en forme de croix » (fig. 187, 188). En Europe occidentale comme en Europe orientale, les églises à transept apparaissent entre le ive et le viiie s. Assez fréquents dans la péninsule balkanique, en particulier en Grèce, ils sont plus rares ailleurs ; de types divers, ils semblent réservés aux édifices susceptibles d’accueillir de nombreux fidèles4. Il faut distinguer –mais c’est souvent difficile dans les textes dont la terminologie est approximative– le vaisseau transversal à l’extrémité des nefs qui est à proprement parler le transept, de bras latéraux qui peuvent dessiner une croix au milieu de l’édifice. Sans vouloir résoudre les problèmes posés par les fonctions du transept, nous essaierons de présenter les besoins auxquels celui‑ci a su répondre.

FIG. 187 ‒ Transepts.

FIG.188 ‒ Transepts.

Les transepts lyonnais

48Le transept de Saint‑Laurent est bien intégré à un ensemble construit en une seule fois. Il est subdivisé en trois volumes égaux : le volume central ouvre directement sur l’abside ; des annexes latérales flanquent les bras de la croix. On ne connaît en revanche ni les aménagements liturgiques, ni l’emplacement éventuel de tombes dans le transept et dans l’abside ; les tombes qui subsistent sont réparties dans les collatéraux et les portiques.

49À Saint‑Just, le transept, qui a été construit à l’est d’une construction préexistante, est plus allongé et plus étroit que celui de Saint‑Laurent. Une croisée occupe peut‑être le volume central ; les extrémités des bras sont établies au‑dessus de cryptes auxquelles on accédait par l’extérieur ; des annexes jouxtent le transept à l’est (celle du sud‑est avait une fonction funéraire, comme on l’a déjà vu) ; aucun aménagement liturgique n’est connu, sinon dans la crypte sud‑ouest (autel tardif). Ces deux transepts entrent dans la catégorie des transepts compartimentés, caractérisés par une liaison intime entre l’abside, l’espace transversal et la nef, ainsi que par des bras plus ou moins saillants. L’élévation pose plus de questions puisqu’il nous faut partir des seules fondations conservées. À Saint‑Just, le transept serait pourvu d’une croisée ; à Saint‑Laurent deux hypothèses sont possibles : on peut imaginer soit des bras aussi hauts que la nef, soit un transept bas et une nef centrale se prolongeant jusqu’à l’abside. Ces deux formules ont été proposées dans les documents graphiques.

50Avant d’aborder la nature symbolique du transept, nous voudrions souligner un aspect plus fonctionnel : à Saint‑Just, la deuxième église n’est qu’un agrandissement de la première construction au moyen de l’aménagement d’un transept assez monumental ; le transept paraît donc avoir aussi souvent pour fonction d’agrandir l’espace disponible pour le culte.

Les transepts en Gaule

Les textes

51Des textes suggèrent l’existence d’églises à transept dès le milieu du ve s., mais rarement précis et souvent difficiles à interpréter, ces documents ne permettent en aucun cas de distinguer les différents types de transepts.

52Le passage d’Avitus décrivant une église double (église inférieure et supérieure), que nous avons commenté à propos des cryptes, pourrait aussi suggérer la présence d’un transept (MGH, AA, VL‑2, 1883, 141‑145 ; Avitus, Chevalier 1890 : 133) :

« Ita et hic fruticat ex fecunda ualidi fimdamenti radice multiplex templum et ab uno diuisum principio, numerositate mediis dilata, in culmine redditur, unitati. Altaris sublirniora suggestu modico ab inferiore discrete ducta, septenus longitudine conspicua et ordinem obliquae prolixitatis opponit [.., ] »

53« Ainsi naît de la racine féconde de ses solides fondations un temple multiple et divisé ; à partir d’un seul tronc, il se ramifie en son milieu ; il est rendu à l’unité en son sommet. Les parties les plus hautes, où se trouve l’autel, étant séparées du niveau inférieur par une légère surélévation, le septénaire, dont la longueur remarquable contraste avec l’extension transversale. »

54L’évocation d’une extension transversale qui s’oppose au « septénaire » –on ignore le sens de ce terme– peut donc soit suggérer un transept, soit plus simplement mettre l’accent sur la longueur de l’édifice par rapport à la largeur. Les termes restent encore une fois trop flous pour que l’on puisse tirer de ce texte un plan précis de l’église.

  • 5 Vieillard‑Troïekouroff 1969 ; 1975 : 311‑324. Un transept à collatéraux pourrait être envisagé ; E. (...)
  • 6 Hubert 1938 : 48‑49. Commentaire in : Vieillard‑Troïekouroff 1976 : 180 ; mise au point par L. Piét (...)

55Grégoire de Tours, à la fin du vie s., décrit des édifices religieux sans doute pourvus de transept (Vieillard‑Troïekouroff 1976 : 402 ; Duval 1991 : 194‑202). La cathédrale de Clermont, construite par Namatius au milieu du Ve s., est tout entière en forme de croix : « totum aedificium in modum crucis » (MGH, HF, II, 16 ; MGH, SRM, I‑1, 1851, 64). Il est donc intéressant de voir comment ce transept est décrit : les bras du transept semblent être appelés ascellas, ailes, et l’auteur a remarqué l’élégance de la construction : « [..] in ante absidam rotundam habens ab utroque latere ascellas eleganter constructas opere, totumque aedificium in modum crucis habetur expositum [...] » (= des ailes de structure élégante s’étendent en avant de l’abside et de chaque côté). D’autre part, le nombre impressionnant des fenêtres du sanctuaire in altario XXXII indiquerait, d’après Krautheimer, que le transept est considéré comme faisant partie du sanctuaire sans qu’il soit nécessaire de supposer un chœur entre l’abside et les nefs (Krautheimer 1954 : 288 ; Topographie chrétienne 1986‑1992 : VI, 32 ; Duval 1991 : 197). À Saint‑Martin de Tours, l’hypothèse d’un transept a également été avancée5. En effet, comme à Clermont, 32 fenêtres sont ouvertes dans le sanctuaire appelé altarium (MGH, HF, II, 14). Un autre indice va dans le même sens : une machina (MGH, VM, I, 38) –un lanterneau ?– surmonte le tombeau et l’autel. L’unanimité est pourtant loin d’être acquise sur ce problème (Piétri 1983 : 382‑390 ; Duval 1991 : 310, 315‑319). À la cathédrale de Nantes, que l’évêque Félix termine vers 567, la description d’une tour au centre de l’édifice par Fortunat (Carmina, III, 7, 30‑32 ; MGH, AA, IV‑1, 1881, 57) peut suggérer également l’existence d’un transept, sans exclure l’hypothèse d’un édifice cruciforme : « [...] Celsius haec tantum culmina culmen habent. in medium turritus apex super ardus tendit quadratumque levant crista rotundat opus »6.

  • 7 BHL. 2800, 312‑319. Vita II, par le sous‑diacre Lucifer, AA SS, Sept., III, 1750, 52‑58. En dernier (...)
  • 8 MGH, SRM, III, 1888, 537‑543 ; Derens, Fleury : 1977 : 247‑256. En dernier lieu, mise au point de N (...)

56Les autres textes sont plus récents, mais les descriptions peuvent s’appliquer à des monuments carolingiens, et il est même possible que les plans cruciformes décrits soient d’origine mérovingienne : ainsi la description de la cathédrale d’Orléans dans la Vita Evurtii 7, celle de Saint‑Germain‑des Prés dans la Vita Droctovei (dans les années 1070)8.

Les données de l’archéologie

57Les transepts de Saint‑Laurent et de Saint‑Just sont à la fois proches et différents. Dans ces deux cas, il s’agit d’églises cimétériales. À Saint‑Just, Sidoine Apollinaire nous assure qu’un culte est rendu à la tombe du saint évêque. Toutefois les transepts ne sont pas propres aux basiliques funéraires et ils se rencontrent aussi dans des groupes cathédraux.

58Si à Lyon, la fouille de la cathédrale sud (Saint‑Jean) n’a pas été suffisamment étendue pour qu’on connaisse son plan primitif, à Genève l’auteur avance maintenant l’hypothèse d’un transept à croisée pour un état tardif de la cathédrale nord (Bonnet 1993 : 50) et à Milan, des recherches déjà anciennes ont montré que la cathédrale Sainte‑Thècle était pourvue d’un transept (Mirabella‑Roberti 1963 : 77‑98).

  • 9 Tournier 1960 : 31‑35 et 35‑52. Une étude des carnets de fouille conservés à l’institut archéologiq (...)

59En France, la rareté des fouilles d’édifices religieux, le caractère trop partiel des sondages et les méthodes utilisées rendent les comparaisons difficiles, et rares sont les transepts qui peuvent être classés comme paléochrétiens ou mérovingiens. Au Clos de la Lombarde à Narbonne, la basilique funéraire dégagée en 1977 présente dans la crypte un espace transversal entre la nef et le chevet. Une datation haute a été avancée d’après le matériel céramique. Peut‑être le plan triparti de la crypte précédée d’un couloir transversal reflète‑t‑il le plan de l’élévation (Solier 1991 : 73‑77 ; Duval 1991 : 202 ; Duval 1995 : 32‑38). À Saint‑Paul de Besançon, un transept mérovingien est possible, mais l’absence de véritable publication rend l’analyse difficile9. À Saint‑Denis, la fouille de la célèbre abbaye mériterait d’être menée à son terme : les sondages, dirigés par des personnes différentes, ont été partiels, sauf dans la nef et les résultats n’ayant pas été publiés de façon systématique, les restitutions se contredisent souvent : le transept mesure tantôt 10 m de large, tantôt 15, ce qui modifie fondamentalement sa nature, et les datations varient de Dagobert à Pépin le Bref (Crosby 1953 ; Formigé 1960 ; Heitz 1980 ; Wiss 1997). À Saint‑Germain‑des‑Prés, un sondage dans la chapelle Saint‑Symphorien et la reprise de l’étude des sources par J. Dérens, qui a proposé de nouvelles datations, ont relancé le problème du plan primitif de l’église de Childebert, consacrée vers 557‑558 à la Sainte Croix et à saint Vincent, et que certains pensent avoir été de plan cruciforme avec des absidioles aux extrémités des bras du transept (Derens Fleury 1977 : 12‑27 ; Topographie Chrétienne 1986‑1992 : VIII, 119‑122, no 55‑56). À Seyssel (Haute‑Savoie), un édifice de taille moyenne et de plan compact original a été mis au jour sur les rives du Rhône. Il comporte un espace triparti à l’est, une nef et des portiques latéraux. On n’a pas retrouvé trace d’abside orientale et cet exemple s’apparenterait plutôt au type des édifices en « tau » (en forme de T, sans abside). Cette basilique remonterait aux vevie s. (Manipoud, Piot 1982 : 87‑96 ; Helly 1983 : 43‑46 ; Bizot, Serralongue 1988 : 25‑50 ; Duval 1991 : 202‑203 ; Duval 1995 : 304‑307).

60Les données de l’archéologie nationale sont donc difficiles à utiliser : les découvertes sont peu nombreuses et les vestiges ont été parfois trop anciennement et trop hâtivement dégagés pour permettre des conclusions. On peut toutefois estimer que, eu égard au petit nombre de fouilles, les transepts mis au jour, qu’ils soient mérovingiens ou carolingiens, sont les témoins d’une tradition bien implantée en Gaule. Les fouilles de Lyon viennent donc à l’appui de l’idée que les transepts compartimentés étaient sans doute mieux représentés en Gaule qu’on aurait pu le penser.

Les exemples lyonnais et la typologie des transepts

61À partir des données archéologiques fournies par les sites de Saint‑Laurent et de Saint‑Just, nous pouvons, après en avoir proposé une reconstitution (fig. 189), les replacer dans une typologie d’ensemble, en faisant appel à des comparaisons avec les monuments d’autres pays.

FIG. 189 ‒ Saint‑Just (a), Saint‑Laurent (b) : élévations avec ou sans clochers.

62Certes, il n’est pas question de traiter ici de l’origine des transepts ; nous pouvons toutefois nous interroger sur les raisons du succès de l’église à transept aux ve et vie s.

  • 10 Laissons de côté le transept continu de Saint‑Pierre de Rome qui diffère structurellement des trans (...)

63Dans une synthèse sur le transept paléochrétien présentée au Congrès d’archéologie chrétienne d’Aix‑en‑Provence en 1954, au moment où il préparait son manuel et travaillait sur Saint‑Jean‑de‑Latran, R. Krautheimer insistait sur la diversité des types et des fonctions (Krautheimer 1957 : 284‑290, note 304). Dès le ive s., les architectes chrétiens auraient été confrontés à un triple problème : celui de trouver suffisamment de place pour l’office divin et, pour les clercs, celui de faciliter leur rencontre avec les fidèles, en particulier lors de l’offertoire, enfin celui de permettre la vénération des reliques placées sous l’autel ou à proximité. Ces trois problèmes étaient déjà résolus à Saint‑Pierre de Rome10.

64Les églises cruciformes d’Italie du Nord se reconnaissent par une nef centrale de grande taille qui se prolonge jusqu’à l’abside ; les deux bras ou annexes, qui la flanquent au nord et au sud et lui donnent l’aspect d’une croix, sont nettement séparés de la nef centrale et moins élevés qu’elle : citons Saint‑Laurent d’Aoste (Bonnet 1989a : 43), les basiliques des Saints‑Apôtres et de la Vierge à Milan (Milano 1990 : 119‑123, 135‑136), Sainte‑Croix à Ravenne (Cortesi 1978 : 47‑91, fig. 8), Saint‑Just de Trieste et Saint‑Étienne de Vérone (Piussi 1978 : 476‑478).

65Les églises à transept compartimenté et à croisée présentent un espace transversal subdivisé : le transept triparti est un sous‑type de cette catégorie. Le transept à croisée, analogue peut‑être à ceux de Saint‑Laurent ou de Saint‑Just de Lyon, se reconnaît aux quatre supports qui mettent l’accent sur le centre de l’édifice ; la croisée ainsi déterminée était sans doute surmontée d’une tour ou d’un lanterneau.

66Quelques exemples de transept à croisée sont signalés en Italie (où toutefois l’église cruciforme semble l’emporter), par exemple à Sainte‑Thècle de Milan (Milano 1990 : 106‑ 108 ; Monfrin 1991 : 20‑22), à Saint‑Pierre‑aux‑Liens à Rome (Krautheimer 1939 : I, 178‑234) et à l’église dite de la Beligna à Aquilée (Bertacchi 1980a : 245‑248) où des piliers déterminent, dans la première moitié du ve s., un véritable transept à croisée.

67Le transept compartimenté est surtout typique de la Grèce où il se multiplie au cours des vevie s., en concurrence avec le transept dit « enveloppant » qui apparaît comme une particularité du domaine grec. Citons les exemples des églises d’Epidaure, de Nikopolis A et B, et de Corinthe‑Lechaïon ; dans ce dernier cas, quatre imposants piliers assurent la présence d’une croisée (Pallas 1977 : 164‑171).

  • 11 On a voulu expliquer l’origine du transept par les processions qui demandent un assez vaste espace  (...)

68Ainsi le transept est né dès l’époque constantinienne, comme la basilique, et est peut‑être issu, comme elle, d’expériences antérieures dans les basiliques civiles. Il présente l’avantage d’offrir de vastes espaces à proximité du sanctuaire et convient donc bien aux constructions de prestige : il peut soit rendre possible l’accès de foules nombreuses à proximité du sanctuaire, soit au contraire offrir un certain nombre de places réservées. De plus, sa forme, reconnaissable par tous comme celle des bras de la croix, donnait à ces bâtiments prestigieux une connotation purement chrétienne dans les villes où les églises devenaient les principaux bâtiments officiels dominant le paysage architectural. Ce nouveau type de plan, adapté à des besoins très divers, connut ensuite un tel succès en Gaule qu’il devint partie intégrante de l’église carolingienne, puis romane et gothique. Face au problème des origines du transept, deux attitudes peuvent être adoptées : celle de Krautheimer au congrès d’Aix‑en‑Provence, qui présentait le problème du transept dans sa complexité et cherchait à expliquer son origine et son développement en fonction de la liturgie11 et celle des archéologues français qui, depuis une dizaine d’années, mettent en doute les hypothèses liturgiques, non par principe, mais en raison de la rareté des documents et de la grande diversité des rites d’une région à l’autre et se contentent d’un constat des faits, d’une présentation critique des hypothèses, sans vouloir conclure.

4.2.5 Les tours de croisée

69L’organisation de l’espace autour de la croisée suggère l’existence de tours ou lanterneaux. À Lyon, et à partir des éléments conservés en fondations, la reconstitution des élévations de Saint‑Just II et de Saint‑Laurent laisse deux possibilités : soit la nef centrale se prolongeait jusqu’à l’abside, soit une tour était construite au‑dessus d’une véritable croisée (fig. 189).

70L’étude des textes contemporains où la mention des tours est assez fréquente nous incite à retenir cette dernière solution, en tout cas pour Saint‑Just. D’abord légères, machinae ou charpentes de bois, ces tours deviendraient de véritables tours‑lanternes ou clochers de pierre (Catholicisme, hier, aujourd’hui, demain, 1948‑1995 : II, col. 250, « cloche »). Les textes de Grégoire de Tours et de Fortunat nous apportent de précieux indices, sans que l’archéologie puisse nous donner les moyens de les interpréter avec certitude. L’évêque‑historien reste malheureusement trop imprécis dans la description de la basilique dédiée à saint Martin. Si la tour de façade parait certaine, la possibilité d’une tour de croisée est contestée : Grégoire raconte pourtant qu’un possédé, prêt à se suicider, se tenait entre l’autel et le tombeau du saint, sous la « machina quae sanctae camerae erat propinqua » (MGH, VM, I, 38 ; MGH, SRM, 1‑2, 1885, 156). À Nantes, l’autel de la cathédrale, qui contient les reliques des saints Pierre et Paul, est surmonté d’une tour (Carmina, III : 7, 30‑34 ; MGH, AA, IV‑1, 1881, 57). La description de Fortunat est assez précise :

« Celsius haec tantum culmina culmen habent, in medium turritus apex super ardu tendit, quadratique levants crissa rotundat opus, altius, ut stupeas, arce ascendente per arcus, instar montis agent aedis acumen habet. »

71« Au centre se dresse une tour, au‑dessus de la toiture : d’abord carrée, elle se rétrécit pour recevoir un couronnement rond. Par une succession d’arcatures, elle s’élance dans les airs pour l’étonnement des spectateurs, comme une montagne qui se termine en pointe. »

72Une tour dominait également le tombeau de saint Julien à Brioude : Grégoire signale que la foudre passa un jour par le trou de la corde de la cloche et ressortit par la fenêtre qui éclairait le tombeau du saint (MGH, VJ, 7 ; MGH, SRM, I‑ 2, 1885, 117‑118). À Narbonne, le conseiller d’Alaric II, Reo, fit abaisser una structura machinae de la basilique Saint‑Félix, tellement haute qu’elle gênait la vue depuis le palais (MGH, GM, 91 ; op. cit. : 99). Toutes ces mentions semblent relatives à des constructions légères, sans doute en bois ; à Saint‑Antolien de Clermont, l’utilisation d’arcatures et de colonnes de marbre, certainement associées au bois, entraîna, d’après Grégoire, la chute de la machina consécutive à des défauts de construction (MGH, GM, 64 ; op, cit. : 81).

  • 12 Catholicisme, hier, aujourd’hui, demain, art. cloche, II, col. 1245‑52, et capitulaire de Charlemag (...)

73Ces tours contenaient parfois des cloches qu’on sonnait avec une corde, comme à Saint‑Julien de Brioude et au porche de Saint‑Martin de Tours ou encore à la cathédrale de Clermont (MGH, HF, II, 23 ; MGH, SRM, I‑1, 1851, 68). À l’époque carolingienne, les sonneries de cloches étaient devenues fréquentes et, d’après un capitulaire de Charlemagne, elles convoquaient les fidèles à l’office du jour et à l’office de nuit12.

74La tour construite au‑dessus de la croisée a donc pu jouer un rôle important dans l’agencement des volumes, en particulier pour les églises à transept, et parfois même déjà, celui de clocher. Il faut toutefois admettre que l’existence de ces tours de croisée reste souvent du domaine de l’hypothèse, soit que les textes demeurent sujets à plusieurs interprétations, soit que les preuves fournies par l’archéologie restent insuffisantes.

4.2.6 Les absides

75L’intérêt des trois exemples lyonnais vient d’une bonne connaissance des plans et d’une datation relativement précise, qui rendent possibles des comparaisons régionales, par exemple avec Vienne, Genève et Aoste. Nous pouvons distinguer les absides dont l’hémicycle est prolongé par deux murs droits, les absides hémicirculaires et les absides polygonales (fig. 190).

Abside hémicirculaire de type A

76L’abside de Saint‑Just I comporte une partie semi‑circulaire prolongée par deux murs rectilignes sur 3 m de longueur (fig. 190, type A), ce qui est la forme la plus courante (ce type d’abside se retrouve dans tout l’Occident chrétien aux ive et ve s., en Afrique du Nord comme en Espagne) ; elle se caractérise aussi par une certaine irrégularité, le mur nord étant nettement oblique par rapport à l’axe de l’église. Dans la région, les exemples les plus proches seraient ceux de l’église sud du groupe épiscopal de Genève, de l’église II de Saint‑Maurice d’Agaune et de l’église Saint‑Martin d’Avenches (Bonnet 1978). À Genève, l’abside de l’église sud présente un plan et des dimensions très proches de ceux de Saint‑Just I. On peut citer aussi les absides de Cimiez et de Riez (qui sont installées dans des bâtiments antiques réemployés) (Benoit 1977 : 137‑152 ; Duval 1995 : 85‑93, 103‑108). À Genève, comme à Saint‑Maurice d’Agaune, des annexes latérales flanquent l’abside au nord et au sud. De semblables annexes n’existent pas à Saint‑Just, peut‑être à cause de l’existence du mausolée à abside situé au nord‑est de la basilique.

FIG. 190 ‒ Absides hemicirculaires de types A et B.

77Seules les basiliques du groupe cathédral de Genève sont bien datées : église sud, autour de 400 et église nord, du milieu du ive s. (Bonnet 1993 : 29‑31). Si la datation des basiliques d’Agaune est l’objet, actuellement, d’un travail de révision, F. Benoit considérait que la cathédrale de Cimiez a pu être construite au début du ve s. Mais ce type d’abside ne peut servir d’indice pour une datation précise.

Abside hémicirculaire de type B

78L’abside de Saint‑Laurent est presque semi‑circulaire, son centre se situant à 0,90 m à l’est du chaînage de façade. Elle est également caractérisée par des dimensions bien supérieures à celles du type précédent ; l’épaisseur de la fondation atteint 1,80 m et le diamètre extérieur, 11,50 m. Deux cas semblables sont connus dans la région : à Saint‑Ferréol de Saint‑Romain‑en‑Gal (fig. 180), le diamètre extérieur est de 13,60 m et les murs atteignent une épaisseur de 1,80 m (Reynaud 1978b : 44‑51 ; Duval 1995 : 291‑293) ; à Saint‑André‑le‑Bas de Vienne, la profondeur de l’abside dépasse son rayon de 0,65 m et le diamètre extérieur est de 13 m pour une épaisseur maximum de 1,60 m. L’abside est vaste par rapport à l’édifice et les murs sont assez puissants. On peut supposer que l’abside actuelle, du xie s., repose sur une autre plus ancienne des vevie s. (Jannet‑Vallat et al. 1986 : 31‑33 ; Duval 1995 : 251‑253). À Saint‑Laurent d’Aoste, le diamètre des absides des bras du transept est de 7,20 m (Bonnet 1981 : 428‑429). La typologie de celle de la cathédrale Saint‑Jean à Lyon ne peut pour l’instant être précisée, puisque seule une partie en est connue.

79L’église de Saint‑Ferréol est bien datée par Grégoire de Tours de l’épiscopat de Mamert (mort vers 475). De même, la basilique de Saint‑Laurent d’Aoste serait antérieure à 450 (et peut‑être même du début du ve s.) et l’église centrale du groupe épiscopal de Genève serait plus tardive (fin du vieviiie s.).

Abside polygonale de type C

80L’abside de Saint‑Just II est semi‑circulaire à l’intérieur et pentagonale à l’extérieur (fig. 191). Les exemples de ce type sont rares en France, si l’on élimine les absides de plan polygonal aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur (Saint‑Bertrand de Comminges, Saint‑Jouin de Marnes et Civaux), ainsi que les absides à trois pans comme celle de Saint‑Pierre‑aux‑Nonnains de Metz (qui date d’ailleurs de l’édifice profane remployé) ou celle de Saint‑Irénée de Lyon (qu’il est difficile de dater). D’autres absides, qui seraient plus proches par leur type et éventuellement par leur date, ne sont pas publiées de façon suffisamment précise : à Martres‑Tolosane par exemple, on ne dispose que d’un plan médiocre (Boube 1957 : 1‑22 ; Coupry 1973 : 458‑459). À la Tour‑de‑Mourgues, près de Saint‑Césaire d’Arles, l’abside dessinée par F. Benoit présente, comme à Saint‑Just, des pans coupés qui mesurent chacun 3,30 m de long (Benoit 1951 : 48 ; Duval 1995 : 121‑122). À Saint‑Blaise (chapelle près du rempart), l’abside dont le tracé est polygonal mais irrégulier semble contemporaine du sol en mosaïque (Rolland 1956).

FIG. 191 ‒ Absides polygonales de type C.

  • 13 Verzone 1951 : 34‑40 ; Krautheimer 1965 : 74‑84. L’abside polygonale fait son apparition en Italie (...)

81En dehors de la Gaule, les absides polygonales sont surtout représentées en Italie, où elles apparaissent à la fin du ive s. et au début du ve s.13. Ce type d’abside devient fréquent d’abord dans la région d’Aquilée entre Grado et Ravenne puis les exemples se multiplient ensuite au cours des ve et vie s. On en trouve quelques cas en Espagne au vie s. (Barral I Altet 1974 : 891‑928) ; elle apparaît plus tard encore (pas avant le viie s.) en Angleterre où elle diffère par la forme à sept pans (Gibert 1965 : 1‑20). Les absides polygonales sont rares en Afrique du Nord. On en trouve beaucoup en Orient, dans l’Illyricum, en Grèce et à Constantinople, sur les côtes orientales de la mer Egée, en particulier au sud de l’Asie Mineure, en Lycie, Pamphylie, Pisidie et Cilicie. Le type classique constantinopolitain du vie s. comporte cinq pans.

82L’abside de Saint‑Just à Lyon est proche du groupe adriatique où, au cours des ive et ve s., un grand nombre de reconstructions comportent des absides polygonales, à cinq ou à sept pans. Plus près de Lyon, plusieurs cas doivent être signalés : d’après les dernières recherches de C. Bonnet, l’abside polygonale de la cathédrale nord de Genève remonterait aux années 370‑380 et celle de Saint‑Laurent d’Aoste (abside orientale), au début du ve s. (Bonnet, Perinetti 1986 : 34‑35 ; Bonnet 1993 : 24). À l’église paléochrétienne de Saint‑Laurent d’Aoste, les absides occidentale et orientale sont polygonales à l’extérieur et semi‑circulaires à l’intérieur. Elles sont proches de celle de Saint‑Just par leur tracé, tout en se distinguant d’elle par la puissance de leurs structures. Leur ancienneté (première moitié du ve s.) atteste l’expansion remarquable de ce type d’abside dans toute l’Italie du Nord. L’abside polygonale de Saint‑Maurice d’Agaune est pourvue de sept pans coupés et elle est plus allongée que celle de Saint‑Just de Lyon ; sa datation est par ailleurs sujette à discussion (Blondel 1948 : 9, sq.). En revanche, l’abside d’Ardon est comparable à celle de Saint‑Just par ses cinq pans coupés en élévation et par ses fondations semi‑circulaires (Dubuis 1961 : 113‑142). L’état II de cette église, nettement plus petite que celle de Saint‑Just, remonterait à la fin du vie ou au début du viie s.

83Ainsi, grâce aux recherches récentes, il est désormais envisageable de faire entrer l’abside polygonale de Saint‑Just dans une typologie régionale et de supposer que ce type d’abside s’est multiplié en Gaule entre le ve et le viiie s., pour être sans doute abandonné à l’époque carolingienne où il semble en effet plus rare (voir le cas des absides tardives d’Agaune) ; il est par contre à nouveau fréquent à l’époque romane, surtout dans le sud de la France. L’abside polygonale reste donc, pour l’instant, un phénomène marginal en Gaule durant le haut Moyen Âge, mais l’essor récent des fouilles d’édifices religieux pourrait modifier cette impression. La nouvelle vogue des absides polygonales à l’époque romane peut s’expliquer soit par une continuité régionale, surtout dans le Midi méditerranéen, soit par un retour au passé après une période d’abandon : les édifices paléochrétiens restés visibles ont pu contribuer à ce renouveau.

4.3 Le baptistère

  • 14 Sur les baptistères paléochrétiens et leur usage en général, voir Puniet 1910 in : Cabrol et al. 19 (...)

84À Lyon, le baptistère –seul élément assez bien connu du groupe épiscopal– est caractérisé par un plan rectangulaire, par une abside semi‑circulaire, par un système de chauffage et par une cuve octogonale ; il est entouré d’annexes (fig. 192). Quelques analyses comparatives nous aideront à mieux comprendre la nature et les fonctions du baptistère de Lyon et des baptistères paléochrétiens en général14.

FIG. 192 ‒ Saint‑Étienne : reconstitution du baptistère.

4.3.1 Les baptistères de plan carré ou rectangulaire

85Les baptistères de ce type (fig. 193) sont extrêmement nombreux, même si l’on élimine les baptistères installés dans des annexes de l’église où les plans rectangulaires sont presque imposés par la disposition des lieux. Nous ne chercherons pas à en dresser une liste exhaustive, qui figure dans les ouvrages spécialisés (Khatchatrian 1982 : 24 ; Sodini 1984 : 171), mais plutôt à les situer en chronologie relative par rapport aux baptistères octogonaux. Ce plan paraît plus anciennement utilisé que le plan octogonal, dont les plus anciens exemples sont actuellement datés de la fin du ive s., et qui devient fréquent au ve s., par exemple en Provence (Guyon 1984). À Cimiez, une colonnade octogonale qui semble permettre de restituer un tambour de même plan central s’inscrit dans un bâtiment de plan carré (Benoit 1977 : 145‑146 ; Gauthier, Picard 1986‑1992 : II, 77‑78 ; Duval 1991 : 74, 78‑79, 188). À Genève, plusieurs constructions de types divers s’établissent entre les cathédrales nord et sud (Bonnet 1993 : 24, 30). Une première salle rectangulaire, à proximité de l’église nord, doit être le premier baptistère puisqu’on y a découvert l’emplacement d’une cuve (conservée seulement en négatif). La seconde salle baptismale, construite plus à l’est, présente également un plan rectangulaire. C’est sans doute également le cas du baptistère de Grenoble, dans son premier état (Baucheron 1991 ; 1992 ; Baucheron, Colardelle 1993 ; Duval 1995 : 233‑238). À Barcelone, le baptistère annexé à une église datant sans doute du ive s., est de dimensions plus imposantes (Verrié 1969 : 597‑605 ; Oriol Granados 1988 : 2006‑2014). À Trêves, le baptistère s’inscrit entre les deux grandes basiliques ; dans son premier état, il peut être daté des années 330‑400 (Trier 1984 : 161‑163). À Aquilée, l’évolution est nette : dans le groupe épiscopal reconstruit (état II, soit au milieu soit à la fin du ive s.), le baptistère, autrefois annexé à la basilique sud, est installé dans une petite salle de plan rectangulaire entre les deux salles nord et sud. Ce serait seulement à la fin du ve s. qu’un baptistère de plan octogonal inscrit dans un carré aurait été construit en façade occidentale de l’église sud (Bertacchi 1980a : 223‑228, 234‑238 ; Duval 1982c : 353‑355 ; Menis 1986 : 39‑77).

FIG. 193 ‒ Baptistères à absides semi‑circulaires ou à chevet plat.

4.3.2 Les baptistères à abside

86Les baptistères paléochrétiens sont parfois pourvus d’absides semi‑circulaires ou à chevet plat (fig. 193), comme ceux de la cathédrale de Genève ou de Saint‑Maurice d’Agaune. À Genève, la première salle rectangulaire est dotée d’une abside outrepassée. Le second baptistère comporte d’abord une abside semi‑circulaire, puis celle‑ci est agrandie ; semi‑circulaire à l’intérieur, elle se termine par un mur plat à l’extérieur. Une estrade, bordée peut‑être d’un chancel, constituait un espace rectangulaire réservé en avant de l’abside (Bonnet 1988 : 1409 ; 1993 : 30, 41‑44). À Saint‑Maurice d’Agaune une abside à chevet plat vient, dans un deuxième temps, compléter le baptistère octogonal (Blondel 1949 : 15). Cette adjonction a été attribuée, d’après le type d’abside, à une période comprise entre le milieu du viiie et le ixe s., mais une datation plus haute est plus probable. Aucune trace d’autel n’a été repérée.

87On peut s’interroger sur la signification de ces absides (Duval 1981 : 177). Trois cas se présentent.

  • 15 Voir les observations de P.‑A. Février (Février 1986) et les Mélanges Deichmann. À Kourion, Megaw i (...)

88– La salle baptismale est uniquement pourvue d’une abside, souvent de petites dimensions15. À Cimiez et à Genève (état IV), une estrade orientale pouvait jouer le même rôle que l’absidiole pour le siège épiscopal. Comme dans le cas précédent, l’évêque peut y procéder à la consignait ou chrismation postbaptismale (fig. 193).

89– La salle baptismale est pourvue d’une abside et d’un autel. Un des cas les plus typiques est celui de Mergozzo en Italie où une profonde abside, nettement outrepassée, prolonge à l’est une salle rectangulaire de 6,65 X 5,35 m. Un arrachement dans le sol de l’abside signale l’emplacement de l’autel (Pejrani‑Baricco 1984 : 67‑79 ; Milano 1990 : 295‑297).

  • 16 Ambroise de Milan, Botte 1961 : « (Plebs) contendit altaria dicens festivat adiré, venit igitur et (...)

90L’usage d’un autel dans un baptistère n’est pas clair. La synaxe postbaptismale semble, en général, se dérouler dans l’ecclesia voisine du baptistère. Pour la plupart des liturgistes, le néophyte passerait du baptistère dans la cathédrale voisine pour recevoir la communion (Duchesne 1920 : 333 ; Cabié 1984 : 79). En effet, dans les catéchèses baptismales, en particulier celle d’Ambroise de Milan, les mentions de déplacement confirment l’existence d’une procession partant du baptistère vers la cathédrale16. De même, si l’on en croit Augustin, les néophytes quittaient le baptistère pour se rendre à la basilique (Van Der Meer 1959 : II, 145). Plus tard, le Sacramentaire Gélasien suggère également un déplacement : après la consignatio, les néophytes vont du baptistère à l’église en chantant des litanies (Ferotin 1904 : 217‑ 219 ; Chavasse 1958 : 100‑102). Une seule mention, dans la Vie des Pères de Mérida, précise que l’autel servait à porter le Saint Chrême (Ferotin 1904 : 217‑218).

91– La salle baptismale abrite un dépôt de reliques. À Albenga, baptistère de plan octogonal, la chapelle d’axe était peut‑être pourvue d’un reliquaire ; les inscriptions de la mosaïque de la voûte font d’ailleurs allusion au culte des martyrs romains et à celui du protomartyr Étienne (Février 1986 : 109‑111, 125). À Vranje (Slovénie), à Mergozzo et sans doute à Casa Herrera, l’autel recouvre un reliquaire (Pejrani‑Barrico 1984 : 67‑79 ; Ulbert 1978 : 166‑174). Les textes apportent des arguments supplémentaires en faveur d’un culte des reliques, éventuellement lié à la présence d’un autel. Ainsi, sous le pape Hilaire (461‑468), le baptistère du Latran possédait entre autres des reliques de Jean‑Baptiste, de Jean l’Évangéliste, de la Croix (Duchesne 1886‑1892 : 242). D’après Ennodius, le baptistère d’Ugello (localité inconnue) était pourvu de reliques (Carmina II, 20 ; CSEL, 6, 1882, 565). Il en était de même, d’après Grégoire de Tours, pour ceux de Tours et de Dijon (MGH, VP, VII‑2 ; MGH, SRM, 1‑2, 1885, 237‑238). Paulin de Nole mentionne les recherches de reliques effectuées par Sulpice Sévère pour les églises de sa villa de Primuliacum qui comportaient un baptistère (CSEL, 29, 1894,276‑277).

92On peut s’interroger sur le sens à donner à ces dédicaces, à ces dépôts de reliques et à la présence d’autels. P.‑A. Février replace l’introduction des reliques dans les baptistères à l’intérieur du cadre plus large de la multiplication des reliques sous les autels. Il dégage ensuite les liens qui, d’après les catéchèses baptismales, pouvaient exister entre le baptême et le martyre (la triple immersion rappelle la mort du Christ), ces interpénétrations ayant facilité l’introduction des reliques dans le baptistère. Il émet donc l’hypothèse de la présence de reliques de saint Étienne au baptistère de Lyon (Février 1986 : 112, 126).

93À Lyon, le chauffage par hypocauste, qui s’étend dans la partie orientale du baptistère, rend improbable l’installation d’un autel avec reliquaire sous l’autel ; un coffre‑reliquaire est possible, mais l’Église de Lyon n’a pas conservé le souvenir de reliques du protomartyr. Pour s’en tenir aux faits, on ne peut que constater la présence d’une abside et supposer que cet emplacement privilégié était destiné à l’évêque, souvent accompagné pour l’administration du sacrement d’un diacre ou d’un prêtre.

4.3.3 Les baptistères chauffés

94Au groupe épiscopal de Lyon, la salle rectangulaire située entre les églises nord et sud comporte un système de chauffage dans ses trois états successifs. Les fonctions baptismales ne sont attestées que pour le troisième état ; elles sont probables dès le second. Le chauffage des baptistères atteste une recherche de confort qui semble assez courante dans nos régions pour les constructions civiles ou religieuses des iveve s. Cependant les baptistères chauffés sont encore rares et n’ont été mis au jour que dans des fouilles récentes. Distinguons tout d’abord différents cas : celui des salles baptismales et des cuves chauffées, celui des installations pour le chauffage de l’eau et celui des annexes chauffées.

Salles ou cuves baptismales chauffées

95En Occident nous ne connaissons guère d’exemples de salles baptismales chauffées, archéologiquement attestées. À la cathédrale d’Aoste, c’est la cuve nord qui est directement chauffée par un conduit qui fait le tour du bassin à l’extérieur (Bonnet, Perinetti 1986 : 28‑30).

Installations de chauffage de l’eau

  • 17 Benoit 1977 : 143‑144. D’après les archéologues ce conduit ne débouchait pas dans la cuve mais s’in (...)

96Au nord‑est du baptistère de Cimiez subsiste un local qui comporte deux petits bassins dont l’un est placé au dessus d’un hypocauste. Cette annexe, qui diffère des constructions du Haut‑Empire par l’appareil, le mortier et les sols, a été datée par F. Benoit de l’époque paléochrétienne ; elle est d’ailleurs reliée au baptistère par un conduit qui se détache du bassin chauffé et traverse en biais la salle baptismale jusqu’à la cuve. Ce conduit fait d’imbrices était autrefois recouvert par un sol de tuileau17.

Annexes chauffées

97Les annexes chauffées sont plus fréquentes. Faute de documents précis, nous passerons rapidement sur le cas de Trêves où le baptistère situé entre les deux églises (première moitié du IVe s.) est bordé à l’ouest par trois salles chauffées (Oswald et al. 1966 : III, 134). Beaucoup plus intéressant est le cas de Kaiseraugst où ont été fouillées en 1964 les annexes de l’église du castrum (Laur‑Belart 1965 : 21 sq.). Au nord de l’abside s’étend un couloir bordé en son centre d’une salle chauffée. À l’est de cette salle un bassin peut être reconstitué dans une exèdre, au‑dessus d’un hypocauste. Des ouvertures percées dans le mur servent à chauffer la salle nord. Au sud a été retrouvée une petite cuve en fer à cheval (1,05 m de large). H.‑R. Sennhauser affirme que ces annexes sont postérieures à l’église et remontent à la seconde moitié du ive s. ; pour d’autres, l’église ne serait pas antérieure à 400 (Oswald et al. 1966 : II, 134). Les installations balnéaires proches d’un baptistère sont également fréquentes dans certaines villes d’Afrique du Nord ou d’Orient.

Fonctions

98À Kaiseraugst, Laur‑Belart suggère soit l’existence d’un bain préalable au baptême, soit une installation destinée aux desservants de l’église (Laur‑Belart 1965 : 34). F. Benoit va plus loin et précise, à propos du baptistère de Cimiez, que devaient se dérouler dans ces annexes les rites du lavement des pieds ou lotio pedis et les cérémonies de la vestita alba (le néophyte revêt la tunique blanche après la cérémonie du baptême). Il insiste sur la communauté d’origine entre les traditions gallicanes et ambrosiennes et sur la présence, à Milan, d’une vasque pour les ablutions (lavacrum) (Benoit 1977 : 143‑144). En fait la tradition de la lotio pedis attestée en Gaule et à Milan ne supposait pas d’installation spécifique, et les vasques signalées par F. Benoit pouvaient tout aussi bien contenir de l’huile pour l’onction ou même appartenir à des installations thermales antérieures. D’autres, comme J. Lassus étudiant les baptistères africains, évoquent la tradition d’un bain préalable : ce bain est mentionné à plusieurs reprises par les textes anciens (Lassus 1970 : 251). Augustin, évêque d’Hippone, s’interroge sur la signification du bain pris par les catéchumènes le Jeudi saint ; en fait seuls ceux‑ci pouvaient se baigner pendant le carême alors que les chrétiens d’Afrique jeûnaient et s’abstenaient de bains (Van Der Meer 1959 : I, 132). L’exemple de Cimiez suggère que la citerne chauffée pouvait alimenter d’un côté la cuve baptismale et de l’autre un petit bassin utilisé par les habitants de la domus ecclesiae (Février 1964 : 60).

99Ces exemples aident à comprendre qu’au ive s. les thermes privés font encore partie du confort nécessaire à la classe sénatoriale. Ils nous confirment dans l’idée que la proximité entre le baptistère et de petits thermes peut s’expliquer par le chauffage des salles baptismales, voire de l’eau de la cuve.

4.3.4 La cuve octogonale

  • 18 Listes anciennes dans Khatchatrian 1962 : 40‑59 pour l’Occident, et surtout maintenant, la planche (...)
  • 19 Diamètre supérieur à 1 m : Aix (1,78 m), Meysse (1,43 m), Nevers (1,28 m) ; diamètre inférieur à 1  (...)

100Dans son état primitif la cuve octogonale de Lyon est de dimension respectable, avec ses 3,25 m de diamètre intérieur d’un angle à l’autre (fig. 194). Les cuves octogonales ne sont pas rares en France18 ; les plus proches par leurs dimensions sont celles de Nantes 1 (3,40 m), de Marseille (2,70 m) et de Poitiers (2,25 m)19. Une grande cuve octogonale vient en outre d’être mise au jour devant la cathédrale de Grenoble (Baucheron, Colardelle 1993 ; Duval 1995 : 233‑238). Les profondeurs oscillent entre 0,70 et 0,80 m (0,70 m à Marseille et 0,80 m à Fréjus) ; elles atteignent environ 1 m si l’on tient compte de la margelle. Hors de France nous retiendrons trois exemples. À Genève, la deuxième cuve octogonale atteignait dans ses plus grandes dimensions 2,50 m. À Aoste, la cuve du baptistère situé à l’extrémité occidentale de la nef mesure 2,45 m pour sa plus grande dimension, 1,90 m pour la partie centrale : la cuve nord mesure 1,80 m de diamètre (Bonnet, Perinetti 1986 : 24‑29 ; Bonnet 1989 : 1418‑1423, fig. 1‑ 6). À Milan, la cuve octogonale du baptistère San Giovanni al Fonte, le plus souvent attribué à Ambroise, est délimitée par deux marches : au fond de la cuve le diamètre est d’environ 3,25 m entre pans coupés (Mirabella Roberti 1963 : 77‑ 98 ; Paredi 1974 : 25‑29). La comparaison avec le baptistère de Lyon s’impose donc de façon nette.

FIG. 194 ‒ Cuves baptismales octogonales.

Bassin ou cuve baptismale ?

101La présence d’une cuve octogonale peut paraître, au premier abord, un indice sûr de l’existence d’un baptistère et un élément de datation puisque cette forme domine (après les formes simples, carrée ou ronde) à la fin du ive et au ve s. La réalité est plus complexe. Nous nous sommes d’abord demandé si le bassin de Lyon ne datait pas d’une période antérieure aux aménagements chrétiens avant de conclure par la négative. Le bassin octogonal est, en effet, un héritage de l’Antiquité et était connu dans des installations domestiques et thermales. Les bassins octogonaux d’Angers, de Sion et de Châteauneuf‑sur‑Charente, et probablement aussi celui de Cazères, souvent interprétés comme des baptistères, appartiennent en fait à des bains romains.

Ambroise de Milan, le chiffre huit et la forme octogonale

  • 20 Cette idée a dominé la recherche sur les baptistères jusque dans les années 80 (voir par exemple le (...)
  • 21 Conservée dans le sylloge de Lorsch (Cod. Vat. Pal. 883), cette inscription ornait le baptistère de (...)

102La tradition veut que la vogue de la cuve octogonale et du baptistère de même forme se soit développée sous l’influence du baptistère de Milan et du texte rédigé à l’occasion de la dédicace de cet édifice20. Une tradition ancienne et la comparaison avec le De Sacramentis autorisent une attribution à Ambroise. Ce poème, rédigé entre 386 et 397, décrit le plan octogonal du baptistère et des fonts21. L’auteur explique ensuite que le huitième jour est celui du salut apporté aux peuples par la Résurrection, celui où le Christ ouvrit les portes de la mort et fit sortir les trépassés du tombeau. Si l’utilisation symbolique de l’octogone est attestée en Occident dès la fin du ive s., faut‑il pour autant voir dans cette symbolique la raison de la vogue des cuves octogonales ? Ce type de bassin existant déjà depuis longtemps, on peut se demander si « la forme n’a pas suscité le symbole », si les architectes, puisant dans un même répertoire de formes, n’ont pas utilisé les mêmes volumes pour des fonctions différentes.

103Le lien étroit entre l’idée du baptême et celle d’une vie nouvelle après la mort du « vieil homme » expliquerait certes l’influence des mausolées antiques sur les baptistères ; mais les architectes de baptistères se seraient aussi très logiquement inspirés des thermes, puisque la forme de certaines salles et de certains bassins était adaptée à l’usage liturgique. On constate, même si la typologie ne constitue pas un critère de datation précis, que l’octogone a été utilisé souvent pour les cuves et pour les salles baptismales à partir de la fin du ive s., cette forme ayant l’avantage d’être bien individualisée par rapport à d’autres plus banales et d’être plus chargée de symboles.

104La présence à Lyon d’une cuve octogonale de dimensions proches de celles de Milan suggère soit une influence de la métropole lombarde, soit une même recherche de solennité et de splendeur dans la métropole des Gaules.

4.3.5 Liturgie et organisation de l’espace

  • 22 Dyggve 1957 : 189‑198. Dyggve 1951 : 31, fig. Il, 25 ; Duval 1982a : I, 289, fig. 330 (et XIe CIAC  (...)

105Les rites de l’initiation chrétienne, décrits par les grands évêques d’Occident et d’Orient, en particulier Ambroise de Milan, ont été analysés dans un ouvrage récent (Saxer 1988). Ces textes, souvent normatifs, donnent l’ordre et la forme des rites et n’ont jamais été conçus comme des guides descriptifs de locaux existants, d’où les difficultés d’interprétation. Les archéologues, de leur côté, ont souvent cherché à attribuer une fonction à chacune des pièces entourant le baptistère et ont suggéré des cheminements : ainsi, pour l’Occident, Dyggve à Salone, N. Duval à Sbeitla, T. Ulbert à Casa Herrera, El Germo, San Pedro de Alcantara, Torre de Palma22.

106Les rares éléments textuels dont nous disposons se résument à bien peu. Pour l’Orient, Cyrille de Jérusalem distingue le portique ou vestibule (proaulion) et le baptistère proprement dit, et précise les cérémonies qui se déroulaient à l’extérieur, puis à l’intérieur du baptistère ; il donne l’orientation (vers l’ouest à l’opposé du Christ) de la renonciation à Satan (Cyrille de Jérusalem, Piedagnel 1966 : 95). Le Testamentum Domini indique l’emplacement du baptistère (dans l’atriuml ?: « intraporticum sit aedes baptisteri » (Testamentum Domini, Rahmani 1899 : 23). Pour l’Occident, le Sacramentum Gelasien (viie s.) décrit assez bien les mouvements de foule de l’église à la sacristie puis aux fonts, à nouveau à la sacristie, puis à l’église (Chavasse 1958 : 102, 358).

107On suppose donc que l’enseignement préalable se déroulait dans une pièce à part ou catechumeneum, qu’un vestiaire était nécessaire pour le dépôt des vêtements ainsi qu’une troisième salle ou consignatorium pour fonction du Saint Chrême, mais ce dernier terme n’apparaît qu’au viie s.

108À Lyon, l’organisation de l’espace dépend donc du sens du cheminement. Si l’on estime que la vigile pascale commence au baptistère et se poursuit à l’ecclesia, on peut suggérer un circuit allant de l’annexe nord à l’annexe sud en passant par la salle centrale. Ces suggestions restant tout à fait hypothétiques par manque de traces d’un quelconque aménagement liturgique, nous ne nous hasarderons pas à les traduire graphiquement.

4.3.6 Évolution du baptistère de Lyon

109Deux phénomènes distincts doivent être maintenant étudiés : les transformations de l’espace à l’intérieur de l’ensemble baptismal, et les transformations de la cuve.

Les bâtiments

110À Lyon, aucune trace de cuve antérieure à la cuve octogonale n’a été retrouvée. Trois solutions sont possibles : soit il n’y a pas d’état antérieur au baptistère, soit la cuve primitive se trouvait ailleurs, par exemple dans une zone où tout vestige antique aurait disparu, ou bien encore le baptistère n’a pas changé de place et les vestiges précédents ont été détruits par le socle de la cuve octogonale. Si l’on estime, comme nous l’avons vu plus haut, qu’un premier état du baptistère est probable, la salle rectangulaire aurait eu très tôt des fonctions baptismales.

111À Genève la situation est à la fois proche et différente (Bonnet 1993 : 24, 30, 41‑44). Un bâtiment rectangulaire, contigu à l’abside de la cathédrale primitive (église nord, milieu du ive s.) a servi sans doute de baptistère (cf. supra p. 255) ; ce bâtiment est ensuite transformé par adjonction d’une abside très fortement outrepassée (dans les années 370‑380). L’emplacement de la cuve n’a été identifié que tout récemment. Ultérieurement, les aménagements liturgiques évoluent à l’intérieur d’un espace semblable à celui de Lyon (salle baptismale à abside orientale), placé entre les deux églises du groupe épiscopal. C’est cet axe qui sera retenu pour les différentes cathédrales médiévales (Bonnet 1993 : 54 sq.)

Le rétrécissement de la cuve

112En Europe du Nord, il semble qu’on passe, entre le ive et le ixe s., du baptême par immersion au baptême par aspersion. Aussi les cuves baptismales, véritables bassins à l’origine, se transforment‑elles en « fonts » de type médiéval, c’est‑à‑dire en vasques de faible contenance. Si la tradition paraît assurée, dans les faits, l’évolution aussi bien de la liturgie que de la cuve baptismale est mal connue et parfois contradictoire.

113Du point de vue archéologique, nous nous en tiendrons, pour nos régions, à ce que nous avons pu constater à Lyon, à Genève et à Aoste, où le rétrécissement de la cuve est attesté et important (fig. 194) ; à chaque fois la paroi de la cuve est doublée en maçonnerie.

114À Lyon, les transformations de la cuve ont pour conséquence un rétrécissement progressif, qui ne peut être lié seulement à des réparations (le même processus se constate également à Mergozzo, à Agaune, à Mariana et à Bulla Regia).

115À Genève, la première cuve du second baptistère est placée au centre d’une sorte de rotonde (vers 400). Une cuve octogonale est installée ensuite un peu plus à l’ouest (ve s.). Après ces déplacements successifs, mais dans une même zone, entre l’église nord et l’église sud, la cuve baptismale centrale ne change plus de place : elle est progressivement réduite. Dans le dernier état, un enduit de stuc recouvre les parois intérieures de la cuve, mais sa médiocre qualité interdit désormais le remplissage de cette dernière (vieviie s.) (Bonnet 1993 : 30, 40, 66).

116À la cathédrale d’Aoste, deux étapes ont pu être distinguées pour la cuve située à l’ouest de l’église. Dans un premier temps, apparaît une fondation circulaire de 3 m de diamètre extérieur ; l’intérieur de la cuve n’a pas été dégagé. Dans un second temps est construit un bassin octogonal à croix inscrite, de même type que celui de Barcelone. La seconde cuve, au nord, octogonale dans un premier temps (1,80 m de diamètre), est ensuite réduite et le bassin intérieur devient circulaire (des cercles de bois ont été utilisés pour mettre en forme la cuve) (Bonnet, Perinetti 1986 : 28‑30 ; Bonnet 1989 : 1418‑1428).

  • 23 Signalé par exemple par N. Duval à Bulla Regia, Thuburbo Majus, etc. (Duval 1982a : 46‑47). Le cas (...)

117Ce phénomène de rétrécissement de la cuve n’est pas propre à la Gaule et aux régions limitrophes ; on le retrouve par exemple en Afrique du Nord23. La fin logique de l’évolution est l’abandon de la cuve, ou plutôt le passage de la cuve aux fonts baptismaux. Dans ce domaine, tout particulièrement, l’évolution varie d’une région à l’autre. L’abandon du baptistère et l’évolution de la liturgie semblent acquis en Europe du Nord à l’époque carolingienne (Rubellin 1982 : 31‑51 ; Saxer 1988) comme le prouvent le Sacramentaire de Dragon qui nous montre l’évêque aspergeant le catéchumène, et la fouille de la Madeleine de Genève où la fondation des fonts pour cette période a été retrouvée à l’ouest de la nef (Bonnet 1977 : 129, pl. 37). En Europe du Sud par contre, un édifice spécialisé peut se maintenir jusqu’à la fin du Moyen Âge, par exemple en Italie ou en Provence (Hubert 1967 : 234‑235 ; Heitz 1980 : 233, fig. 160 ; Duval 1991 : 87). À Lyon en tout cas, le baptistère est abandonné, en tant que tel, dès avant le ixe s.

Notes

1 Carmina 27 , CSEL, 30, 1894, 279, ainsi que Ep. XXXII, 12 ; op. cit. : 28, 287 : « cublcula infra porticiis quaterna longis basilicae lateribus inserta secretis orantium uel in lege Domini meditantium praeterea memoriis religiosorum ac familiarum accomodatos ad paris aeternae requiem lotos praebent [...] » Cf. Goldschmidt 1940 ; Testini 1978 : 175‑176 et Juno‑Ammerbauer 1978 : XXIV‑1‑2, 27.

2 Le texte de Vitruve (V, 9, 5‑9) mis en avant par A. Grenier, repris par F. Benoit, n’aurait, d’après M. Rougé, aucun rapport avec les cryptoportiques tels qu’on les connaît à Arles ou à Narbonne (Rougé 1966 : 167‑170 ; Coarelli 1973 : 9‑21).

3 Chevalier, Peipier 1890 : 133, no 2. Pour Peiper, l’église est celle de Saint‑Pierre de Genève ; Chevalier réfute la théorie de C. Charvet qui assimile cette basilique à Saint‑André‑le‑Bas. Voir aussi Perrat, Audin 1957 : II, 43‑51.

4 Sur ce sujet, voir Klauser 1937 : 264‑ 267 ; Kirsch 1939 : 139, sq. ; Dyggve 1940 : I, 391‑414 ; Lemerle 1945 : I, 375‑ 389 ; 1953 : 660‑594 ; Grabar 1946 : I, 297‑305 ; Krautheimer 1954 ; 1957 : 283‑290 ; 1969 ; Piussi 1978 : 437‑480 et enfin Stanzl 1979 : 46‑74.

5 Vieillard‑Troïekouroff 1969 ; 1975 : 311‑324. Un transept à collatéraux pourrait être envisagé ; E. Male et J. Quicherat pensent même à des tribunes (Male 1950 ; Quicherat 1969). Pour J. Hubert les murs, comme à Saint‑Pierre de Vienne, étaient décorés d’arcatures (Hubert 1961 : 218).

6 Hubert 1938 : 48‑49. Commentaire in : Vieillard‑Troïekouroff 1976 : 180 ; mise au point par L. Piétri in : Gauthier, Picard 1986‑1992, V : 88‑90 ; Duval 1991 : 197.

7 BHL. 2800, 312‑319. Vita II, par le sous‑diacre Lucifer, AA SS, Sept., III, 1750, 52‑58. En dernier lieu : J.‑C. Picard in : Gauthier, Picard 1985‑1992 : VIII, 90 ; et le commentaire de N. Duval in : Duval 1991 : 194‑196,

8 MGH, SRM, III, 1888, 537‑543 ; Derens, Fleury : 1977 : 247‑256. En dernier lieu, mise au point de N. Duval et P. Périn in : Derens 1973 : 12‑27 ; Gauthier, Picard 1986‑1992 : VIII, 122 ; Duval 1991 : 194.

9 Tournier 1960 : 31‑35 et 35‑52. Une étude des carnets de fouille conservés à l’institut archéologique de Besançon est en cours par le Père de Vrégille et J.‑F. Reynaud. Un chœur encadré d’annexes est plus plausible qu’un transept, en tout cas pour le vie s.

10 Laissons de côté le transept continu de Saint‑Pierre de Rome qui diffère structurellement des transepts lyonnais mais qui présente toutefois un double intérêt, par son ancienneté et par la solution adoptée pour canaliser la foule des pèlerins qui venaient prier sur la « tombe » de l’apôtre (Ward‑Perkins 1952 : 21‑33).

11 On a voulu expliquer l’origine du transept par les processions qui demandent un assez vaste espace : la procession pour l’offrande ou la procession pour la communion.

12 Catholicisme, hier, aujourd’hui, demain, art. cloche, II, col. 1245‑52, et capitulaire de Charlemagne, octobre 802 (Capitularia, anno 802, octobr. 2, cap. VIII).

13 Verzone 1951 : 34‑40 ; Krautheimer 1965 : 74‑84. L’abside polygonale fait son apparition en Italie à la fin du ive s. ou au début du ve s. Ce type d’abside connaît un grand engouement, surtout à Ravenne, où il se répand dès les premières constructions contemporaines du transfert de la cour impériale (402 ap. J.‑C.). Ainsi la cathédrale d’Ursus serait à l’origine de la nombreuse famille des absides polygonales ravennates. Au cours du ve s., l’abside polygonale est adoptée dans toute la région nord de l’Adriatique et à l’Est de la plaine du Pô : ainsi, à Trieste (basilique Santa Madonna del Mare et cathédrale Saint‑Just), à Parenzo, à Pola où on la trouve aussi dans les petites chapelles, à Padoue (chapelle San Prodoscimo) et à Vicence (chapelle Santa Maria).

14 Sur les baptistères paléochrétiens et leur usage en général, voir Puniet 1910 in : Cabrol et al. 1907‑1951, II, col. 251‑ 346, col. 390 ; Duchesne 1920 : 309‑350 ; Khatchatrian 1952 et 1982 (il faut faire des réserves sur les conclusions : voir Duval 1982c : IV, 353‑355) ; Cabié 1984 : 21‑114 ; Saxer 1988. Sur les baptistères de France : Bühler 1975 (également discutable) ; David‑Roy 1979 : 51‑61 et surtout maintenant Guyon 1991 : 70‑87 et xie CIAC 1989 : 1426‑1449 (Baptistères et groupes épiscopaux de Provence). Sur Genève et Aoste voir Bonnet 1989a : 1407‑1428.

15 Voir les observations de P.‑A. Février (Février 1986) et les Mélanges Deichmann. À Kourion, Megaw insiste sur cet aspect du problème et suppose, quant à lui, que l’onction prébaptismale se déroulait dans le baptistère, l’évêque occupant l’estrade en avant de l’abside (Megaw 1975 : 30, 365). Sur ce type de baptistère de Chypre représenté aussi à Gerasa en Jordanie, voir Ben Pechat 1989 : 165‑188.

16 Ambroise de Milan, Botte 1961 : « (Plebs) contendit altaria dicens festivat adiré, venit igitur et videm sacrosanctum altare ou encore Sequetur ut veniatis ad altare ».

17 Benoit 1977 : 143‑144. D’après les archéologues ce conduit ne débouchait pas dans la cuve mais s’interrompait à proximité immédiate. De même, aucun conduit n’était prévu pour l’évacuation. Deux hypothèses peuvent expliquer ces anomalies : soit le conduit faisait, comme à Milan, le tour de la cuve par l’extérieur et pouvait y déboucher dans une zone actuellement détruite ; soit la cuve a été modifiée à une époque tardive et l’arrivée comme l’évacuation de l’eau auraient été supprimées.

18 Listes anciennes dans Khatchatrian 1962 : 40‑59 pour l’Occident, et surtout maintenant, la planche de Duval 1991 : 78 et le commentaire de J. Guyon, op. cit. : 81‑82. Tous ces monuments font l’objet d’une notice dans Duval 1995 auquel nous renvoyons.

19 Diamètre supérieur à 1 m : Aix (1,78 m), Meysse (1,43 m), Nevers (1,28 m) ; diamètre inférieur à 1 m : Fréjus (0,95 m) mais la cuve dans son état actuel ne correspond pas à la cuve primitive, Sagone (0,92 m).

20 Cette idée a dominé la recherche sur les baptistères jusque dans les années 80 (voir par exemple le Ve CIAC à Aix en 1954 à propos des baptistères de Provence). L’étude de l’inscription a été faite notamment par Perler (Perler 1951 : 145‑166). Voir aussi, par exemple : Mirabella Roberti, Paredi 1974 : 89 ; Quacquarelli 1974 : 9‑10.

21 Conservée dans le sylloge de Lorsch (Cod. Vat. Pal. 883), cette inscription ornait le baptistère de la basilica nova. Une tradition ancienne et la comparaison avec le De Sacramentis autorise une attribution à Ambroise : « Octachorum sanctos templum suurexit in usus octagonus fons est munere dignus eo. Hoc numéro decuitsacri baptismati aulam surgere, quo pupulis vera salus rediit Luce resurgentis Christi [...] » Soit :
« Pour les usages sacrés il s’éleva un temple à huit niches ; une piscine octogone est digne de cette fonction. C’est d’après ce nombre qu’il devait convenir d’élever la salle du Saint‑Baptême : il a rendu au peuple le vrai Salut par la lumière du Christ qui se relève de la Mort. »

22 Dyggve 1957 : 189‑198. Dyggve 1951 : 31, fig. Il, 25 ; Duval 1982a : I, 289, fig. 330 (et XIe CIAC 1989 : III, 388‑389) ; Ulbert 1978 : 166‑174, fig. 73‑76. Voir encore sur les baptistères de Chypre : Megaw 1975 : 363‑368 ; Delvoye 1976 : 29‑31 et pour l’itinéraire Menis 1986 : 73‑77. Pour la Terre Sainte, voir Ben Péchat 1989 : 155‑188.

23 Signalé par exemple par N. Duval à Bulla Regia, Thuburbo Majus, etc. (Duval 1982a : 46‑47). Le cas de Bulla Regia doit être traité à part : il s’agit peut‑être d’une fosse d’autel transformée en baptistère.

Table des illustrations

Légende FIG. 181 ‒ Mausolées carrés.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44358/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende FIG. 182 ‒ Mausolées de plan complexe.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44358/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende FIG. 183 ‒ Mausolées à abside.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44358/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende FIG. 185 ‒ Cryptes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44358/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende FIG. 186 ‒ Cryptes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44358/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende FIG. 187 ‒ Transepts.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44358/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende FIG.188 ‒ Transepts.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44358/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende FIG. 189 ‒ Saint‑Just (a), Saint‑Laurent (b) : élévations avec ou sans clochers.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44358/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende FIG. 190 ‒ Absides hemicirculaires de types A et B.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44358/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende FIG. 191 ‒ Absides polygonales de type C.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44358/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende FIG. 192 ‒ Saint‑Étienne : reconstitution du baptistère.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44358/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende FIG. 193 ‒ Baptistères à absides semi‑circulaires ou à chevet plat.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44358/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende FIG. 194 ‒ Cuves baptismales octogonales.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44358/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 85k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search