Version classiqueVersion mobile

Lugdunum christianum

 | 
Jean-François Reynaud

Partie III. Lyon dans son environnement paléochrétien

Chapitre 3. Les techniques de construction

Texte intégral

1L’archéologie du monument suppose une étude attentive des structures. Il a été possible à Lyon, à partir d’un échantillonnage assez vaste de structures d’époques différentes, de procéder à des comparaisons avec les villes voisines ou assez proches de Vienne, Genève et Aoste. Nous avons donc essayé de déterminer des constantes d’un édifice à l’autre pour une même période, ainsi que des changements d’une période à l’autre, entre le ive et le viiie s.

3.1 Les matériaux

La pierre et la brique

2Les matériaux sont de natures très diverses (Becker‑Janvier, Martin 1979 : 45‑54). Dans nos régions, les roches anciennes, micaschiste, gneiss et granité, l’emportent sur les calcaires et les molasses, et le galet roulé, d’origine fluvioglaciaire, est communément employé. On importe donc à l’époque romaine des calcaires de construction (choin du bas Bugey, calcaire crayeux de Seyssel, calcaires du Midi). Ces calcaires apparaissent aussi dans les constructions chrétiennes. Le problème est de savoir si ces matériaux proviennent directement d’une carrière voisine ou s’ils sont remployés. À Lyon, les carrières de roches primaires étaient exploitées à Pierre‑Scize (c’est‑à‑dire à 2 km au nord de la cathédrale), mais les monuments romains étaient encore plus proches, en particulier à la périphérie des villes, donc à proximité des basiliques funéraires. S’il est difficile de savoir si un moellon de micaschiste est remployé ou non, la probabilité devient certitude pour les gros blocs de calcaire, pourvus de trous de louve ou pour les éléments moulurés ou inscrits.

3La brique pose le même genre de problèmes car il n’est pas toujours possible de distinguer un remploi, Des briques irrégulières, fragmentées, de forme particulière (triangulaires par exemple) sont manifestement remployées. Les briques estampillées sont d’origine gallo‑romaine.

4Enfin un calcaire très tendre (Barrémien et Aptien de faciès urgonien, partie moyenne en calcaire crayeux), qui est déjà utilisé au ive s. pour les fondations du mur des bords de Saône (mur II), puis ensuite de façon sporadique à Saint‑Laurent‑de‑Choulans et à Saint‑Just, constitue un cas particulier (op. cit. : 45‑54). On peut se demander si c’est un remploi ou si les carrières continuent à être exploitées durant le haut Moyen Âge, en particulier à cause de la qualité de la pierre facile à tailler et aux possibilités de transport par voie d’eau. Le matériau, qui proviendrait du Jura, aurait été transporté de Seyssel à Lyon par bateau et les carrières auraient pu être encore en service au cours du haut Moyen Âge.

5Cette diversité d’origine, constatée aussi dans les monuments voisins très antérieurs (thermes de Saint‑Just : calcaire miocène ou pierre du Midi et calcaire portlandien ou choin du Bugey) (Mazenod 1936 : 192‑254 ; Philippe 1979 : 61‑72), se retrouve également dans le matériau des sarcophages, pour lesquels le remploi de matériau antique est prouvée à Lyon (sarcophage en cours de fabrication à partir d’un élément de pilier des cryptoportiques de Fourvière et sarcophages portant des inscriptions ou taillés dans des blocs moulurés).

Le mortier

6Cet élément essentiel de la structure murale, dont il détermine la cohésion et la solidité, a fait l’objet d’une étude approfondie sur certains sites. Nous pouvions au départ nous appuyer sur les différents types d’analyses pratiquées, pour certaines, depuis le xixe s. (Viollet‑le‑Duc) et plus récemment, en France ou dans des laboratoires polonais et américains, le but étant d’arriver grâce à des analyses visuelles, physiques et physico‑chimiques (14C) à établir une chronologie relative ou absolue et à constater ou non une homogénéité des mortiers, pour une période donnée et dans une même ville ou une même région.

7À l’époque paléochrétienne, à Lyon, trois types de mortier se reconnaissent au premier examen : un mortier gris‑verdâtre, homogène et compact, où la chaux est mélangée avec du sable fin (Saint‑Just I), un mortier gris plus clair, au sable plus riche en graviers (baptistère du groupe épiscopal) et un mortier légèrement teinté de tuileau (mur des bords de Saône). Un peu plus tard, puis à l’époque burgonde et mérovingienne, on rencontre de même deux types de mortier : un mortier blanc, assez dur ou parfois même très dur, à Saint‑Just II, Saint‑Jean I et Saint‑Laurent à Lyon ou Saint‑Ferréol à Saint‑Romain‑en‑Gal, et un mortier plus ou moins teinté de tuileau, assez tendre à Saint‑Just II ou à Saint‑André‑le‑Bas à Vienne (mur nord, état I), plus compact à Saint‑Jean (état II) ou à Sainte‑Croix (état II) à Lyon.

  • 1Analyse physique du mortier (sable et liant) : les couleurs sont à la fois assez homogènes, gris‑ (...)

8Des analyses physico‑chimiques ont été pratiquées sur le mortier de Saint‑Laurent‑de‑Choulans1 ; elles ont porté sur sa résistance, sa porosité et sa perméabilité, et les proportions de chaux et de sable utilisées. Pour éliminer au maximum les aléas dus aux interprétations de l’archéologue, nous avons fait porter les analyses sur un même mur de fondation, construit en une seule campagne, et où les « banchées » étaient nettement apparentes. Cette étude limitée a donné quelques résultats : globalement, il est apparu qu’on pouvait constater une certaine homogénéité dans l’origine des sables, mais une variété notable de couleurs, de dureté et surtout de pourcentage entre la chaux et le sable, d’une banchée à l’autre.

9Une expérience de datation par le radiocarbone, pour l’instant infructueuse, a été tentée au Laboratoire de radiocarbone de l’université de Lyon (J. Evin) grâce à un financement de l’Association lyonnaise de sauvetage des sites archéologiques médiévaux 2.

10Une certaine variété dans les mortiers a été mise en évidence pour une même époque, et surtout une certaine homogénéité régionale, par exemple entre Lyon et Vienne. L’analyse à l’œil nu d’un mortier peut suffire à distinguer différentes campagnes de construction sur un même site. Elle apporte donc des éléments pour une chronologie relative, sans pour autant fournir des datations absolues. On aboutit à plus de précision avec la loupe binoculaire. Les analyses physico‑chimiques viennent, dans certains cas, à l’appui des analyses morphoscopiques, par exemple en soulignant les différences entre les mortiers ou en mettant également en évidence les variations d’une banchée à l’autre, pour un même mortier. Ainsi peuvent se combiner les analyses sur le terrain et les analyses en laboratoire. Interprétées avec prudence, elles apparaissent comme des renseignements parmi d’autres, qui permettent éventuellement d’arriver à une sériation chronologique. L’intérêt d’une étude plus approfondie et portant sur un plus grand nombre de sites justifie la poursuite de ces recherches.

3.2 Les murs

Appareil

11Il est formé soit de moellons, soit de pierres de taille. Le parement des murs est en général construit en moellons, alors que les chaînages sont appareillés ; de gros blocs posés à plat peuvent également renforcer les fondations.

12On peut distinguer un petit appareil, en général irrégulier ; un moyen appareil, assez rare, de moellons de calcaire de Seyssel mesurant 0,30 à 0,40 m sur 0,15 m de hauteur en moyenne ; un grand appareil, avec des blocs dépassant 0,40 x 0,50 m et provenant souvent de remplois (angles, fondations) (fig. 177) ; un appareil en arête de poisson constitué des pierres placées en oblique alternativement dans un sens et dans l’autre. Ce dernier n’apparaît que sur des surfaces limitées : un opus mixtum avec des arases de briques séparant les assises de pierres à intervalles réguliers ou non (fig. 178).

FIG. 177 ‒ Saint‑Laurent : abside ; mur en grand appareil (4 assises de gros blocs de remplois) et moellons de schistes.

FIG. 178 ‒ Saint‑Laurent : mur est du cryptoportique (arases de briques et appareil en arêtes de poissons).

Fondations

13Le plus souvent, seules les fondations d’un édifice sont connues. Travaillant en tranchée large, les maçons procèdent par banchées successives hautes de 0,50 à 0,60 m : celles‑ci sont bien nettes sur le parement du mur nord de la croisée de Saint‑Laurent (fig. 179). On constate dans cette église une alternance fréquente de blocs et de moellons. On prend soin d’établir en fondation un quadrillage de maçonnerie liant les structures entre elles : à Saint‑Laurent ou à Saint‑Just, un mur puissant relie les fondations de l’arc triomphal de l’abside ou de la croisée du transept. Le stylobate de la nef est établi sur une fondation plus importante que celle du mur nord du collatéral.

FIG. 179 ‒ Saint‑Laurent : banchées, mur nord de la croisée.

14En règle générale, les murs de fondation sont liés entre eux par leurs parements et par leurs blocages. Toutefois, celui de l’annexe nord de Saint‑Laurent est distinct, en profondeur, de celui de l’abside alors qu’il est lié à ce dernier dans ses parties hautes ; le mur du collatéral nord, distinct de celui du transept qui présente un parement extérieur ininterrompu, est cependant relié à ce dernier par des pierres d’attente prévues dès le début de la construction, À Saint‑Just, comme à Saint‑Laurent, les murs des portiques, moins bien fondés, n’étaient pas liés aux murs, plus puissants, du transept.

15Les tranchées de fondations sont difficiles à étudier car elles ont souvent disparu. Deux types se rencontrent à Lyon. Les tranchées larges d’abord, en U ou en V : on y a construit le mur avec des parements en moellons irréguliers ou tout aussi bien en gros blocs. À Saint‑Laurent, la tranchée était souvent étroite à la base pour s’évaser ensuite très largement. Les maçons, après avoir monté plusieurs assises ou posé un bloc épais, comblent la tranchée de fondation à hauteur de la construction réalisée ; les stratigraphies montrent bien ces remblaiements successifs, surtout visibles à Saint‑Laurent‑de‑Choulans (cf. supra fig. 129). Les tranchées dites étroites (second type) sont creusées aux dimensions du mur ; on y coule un blocage lié par un mortier abondant. Ce type de fondation est utilisé à Saint‑Jean pour le chevet du vie s., et à Saint‑Étienne pour le baptistère de la même époque. Un cas un peu à part se rencontre aussi à Saint‑Just III : d’un côté du mur, la tranchée peut atteindre 0,30 à 0,40 m de large alors que, de l’autre côté, elle est pratiquement inexistante : le mur ne s’appuie pas directement sur la paroi de la tranchée, mais sur des planches qui ont servi à maintenir la terre en place. De même à Saint‑Laurent, pour le chaînage à l’entrée de l’abside, la tranchée est large d’un côté (à l’est) et étroite de l’autre (fig. 120).

Élévations

16Le passage de la fondation à l’élévation est souligné à l’extérieur par un léger ressaut (7 à 10 cm de large), d’où une différence sensible d’épaisseur avec les fondations. À Saint‑Just II toutefois, ces ressauts ne semblent pas correspondre au niveau du sol intérieur, mais plutôt à celui d’un sol extérieur, plus bas de quelque 0,50 à 0,60 m. Le mur est dans tous les cas construit entre deux parements à l’intérieur desquels sont tassés blocage et mortier, d’une façon plus ou moins homogène (moins nombreux sont les vides, meilleure est la résistance de l’ensemble). Quelques assises de murs conservés en élévation au‑dessus du sol en façade de Saint‑Laurent‑de‑Choulans montrent l’existence de puissants chaînages d’angles ; quelques gros blocs sont également installés à la base du mur ; dans le reste de l’édifice, les moellons devaient l’emporter.

3.3 Les voûtes

17Celles des salles souterraines appartiennent à un type bien particulier : elles sont construites sur des cintres de bois. Ce coffrage est encore visible à l’intérieur du cryptoportique de Saint‑Just où l’on distingue dans l’intrados l’empreinte des planches avec les veines du bois. Les claveaux –sortes de moellons irréguliers plus allongés que ceux des murs– s’organisent en un dessin rayonnant à partir du centre ; aux extrémités, ils se retrouvent à l’horizontale et s’appuient sur un ressaut prévu dès l’origine dans le mur. Cette maçonnerie est liée par un mortier gris‑clair, différent de celui du mur. À Saint‑Just, les quatre salles souterraines étaient couvertes ainsi ; celle de la crypte du collatéral sud‑ouest, sans doute la plus tardive, était pourvue de rangées de briques et maçonnée de mortier de tuileau. Les structures qui supportent ces voûtes sont plus puissantes que les autres fondations, d’une épaisseur correspondant à l’aménagement du ressaut qui les reçoit (0,15 m environ). Certaines voûtes nécessitent un renforcement par contreforts : à Saint‑Just, celle de la salle souterraine sud‑est du transept était contrebutée à l’extérieur par un puissant massif, sans doute en raison de la pente du terrain et, à Saint‑Laurent, la demi‑coupole, de forte portée, couvrant l’abside a été également contrebutée par plusieurs contreforts.

18Ce type de voûtement se retrouve, avec les mêmes caractéristiques, à Saint‑Gervais de Genève, à Saint‑Laurent de Grenoble (mausolée occidental) et dans d’autres édifices de la même époque, par exemple dans les mausolées à deux niveaux comme celui de La Alberca, en Espagne (Hauschild 1971 : 170‑194).

3.4 Les sols

19Les données de l’archéologie sont fort réduites : on a mis au jour quelques fragments de sol en mortier de tuileau, des blocs de dallage et quelques petits morceaux de mosaïques.

Sols en mortier de tuileau

20L’emploi du mortier de tuileau est systématique pour les sols en béton : il était coulé sur un hérisson de moellons ou de galets. L’exemple le mieux conservé se trouve au‑dessus du cryptoportique ouest de Saint‑Just où le béton de tuileau est posé directement sur les reins des voûtes. Aucun autre sol de Saint‑Just n’est parvenu jusqu’à nous pour Saint‑Just I et II, sinon un lambeau de sol en mortier de tuileau (0,10 X 0,30 m) du portique nord. À Sainte‑Croix, quelques décimètres carrés de sols en béton de tuileau s’étendaient encore en place au‑dessus des conduits de chauffage ; sur le radier de galets, le béton pouvait être très compact, ou au contraire assez médiocre. À Saint‑Laurent‑de‑Choulans, la nef était couverte d’un béton de tuileau de bonne qualité sur radier (épaisseur du béton 0,15 m). Le sol, qui n’était pas percé par des sépultures, a été conservé sur une assez large surface.

Dallages

21Le collatéral nord et les portiques de Saint‑Laurent étaient à l’origine couverts de dalles : ces dalles, parfois énormes (par exemple un couvercle de sarcophage antique retourné) servaient à l’occasion directement de couvercles aux sépultures ; les plus petites se superposaient au contraire à des couvercles distincts. Dans les dalles de surface, des encoches avaient été creusées pour recevoir des plaques en marbre portant les inscriptions funéraires (Reynaud 1976 : 481) ; en T 120, l’inscription était encore en place (fig. 145). Lors des fouilles de 1947, le portique sud était encore dallé sur une assez grande surface et d’autres épitaphes ont été recueillies. De grandes dalles sont employées pour les seuils (porche nord, passage du portique nord au portique ouest) (Wuilleumier et al. 1949 : 16‑17).

Mosaïques

22À Saint‑Jean, quelques fragments de mosaïques récupérés dans les tranchées de fondations gothiques suggèrent l’existence de sols plus richement décorés. Au baptistère Saint‑Étienne, quelques fragments de mosaïque à décors géométriques ont été trouvés dans les couches de démolition qui surmontaient le sol inférieur de l’hypocauste de l’abside. D’après le type du béton de support et les dimensions des petites tesselles bleues, rouges et noires, ces éléments pourraient appartenir à la construction de la fin du ive‑début du ve s. À Saint‑Laurent‑de‑Choulans aussi ont été récupérées quelques tesselles de mosaïque.

3.5 Les colonnades

23Seule la colonnade de Saint‑Laurent peut être reconstituée. Les bases des colonnes reposaient sur un stylobate de grandes dalles dont la surface, en légère pente de l’ouest vers l’est, était légèrement encochées à l’emplacement des bases pour leur assurer une assise horizontale.

3.6 Les portes et les fenêtres

24Seuls les seuils et quelques assises des piédroits sont restés en place à Saint‑Just et à Saint‑Laurent (fig. 135). Les seuils sont en général de grandes dimensions (porche nord de Saint‑Laurent). La porte de clôture de l’area funéraire de Saint‑Laurent était fondée sur deux gros blocs de choin échancrés pour le passage du battant de la porte. Le trou de crapaudine est quadrilobé. Les montants sont assisés en petit ou moyen appareil de part et d’autre de la porte nord de Saint‑Laurent. A. Audin suppose un arc en plein cintre au‑dessus des colonnes dont les bases étaient en place contre les piédroits (il s’agit d’un remaniement). À Saint‑Just II, un arc semblable pouvait reposer sur des colonnettes placées, cette fois, à l’extérieur de la porte de la galerie souterraine, au sud‑est du transept. La crypte sud du transept de Saint‑Just II était éclairée par une petite ouverture à ébrasement unique. C’est le seul vestige identifié de fenêtre.

3.7 Les couvertures

25Les églises étudiées étaient charpentées, sauf dans les cryptes (fig. 91, 100) et probablement dans les absides. Seuls quelques modillons (une dizaine) donnent une idée –bien partielle– du couronnement : le débord de la toiture s’appuyait probablement sur ces modillons très simples, dont la partie visible s’arrondissait à son extrémité (fig. 151). De semblables modillons sont connus ailleurs, par exemple à Saint‑Martin d’Angers (Forsyth 1953) et à Notre‑Dame‑de‑la‑Place à Bordeaux (où ils sont décorés).

3.8 Approche d’une typo‑chronologie des murs

26À partir des études de mortier et d’appareil, il n’est pas encore possible de définir, dans un cadre régional, une typologie évolutive du mur ; on peut toutefois remarquer un certain nombre de traits communs aux trois grandes périodes paléochrétienne, burgonde et mérovingienne.

Période gallo‑romaine tardive

27Les structures sont relativement légères, par exemple à Saint‑Just I et au baptistère du groupe cathédral, comme à la cathédrale sud de Genève. Dans les trois cas, les fondations, peu profondes, s’élèvent au‑dessus d’un radier placé au fond de la tranchée, les matériaux sont constitués de petits moellons irréguliers de micaschiste et de granite. Quelques remplois sont signalés : par exemple un tambour de colonne à l’angle nord‑est du baptistère de Lyon. Le mortier est gris et de dureté moyenne. Les épaisseurs oscillent autour de 0,80 m en fondation (maximum 0,90 m) et 0,60 à 0,65 m en élévation.

28On retrouverait donc, dans ces structures, une typologie proche de celles des murs gallo‑romains (même épaisseur, même appareil) avec toutefois une différence dans les mortiers. Une certaine évolution serait sensible à Saint‑Just II. L’épaisseur des murs en élévation se situe toujours entre 0,65‑0,75 m et 0,85 m. Dans une même campagne de construction, se rencontrent deux mortiers différents : un mortier légèrement teinté de tuileau, assez tendre, et un mortier blanc, très dur par endroits. Une arase de briques, assez irrégulière, souligne le passage des fondations à l’élévation. Quelques traces d’appareil en arêtes de poisson sont visibles par endroits. En élévation, les angles des pans coupés de l’abside sont en calcaire tendre de Seyssel. Les fondations sont assez profondes (2,60 m à l’angle sud‑est) et assez puissantes (1,10 m pour l’abside et 0,90 m pour le transept ; en fondation blocs de remploi à l’angle sud‑est du transept et dans l’abside), en particulier en raison de la présence de cryptes. Enfin, le portique occidental de Saint‑Just II, remarquable par un appareil en arêtes de poisson et des arases de briques mais aussi par l’épaisseur déjà forte des murs et la qualité des mortiers, ferait la transition avec la période suivante (Reynaud 1976 : fig. 22, 25).

29Trois exceptions sont notables. Le mur est du baptistère (plus ancien que les autres) présente en fondation un fruit accentué et un appareil décoratif de briques. Le mur des bords de Saône –mur de clôture ou d’enceinte– frappe par son épaisseur (1,80 m), par ses fondations de gros blocs de remploi et par son mortier teinté de tuileau qui l’apparentent au mur de clôture est de la nécropole de Saint‑Just et aux remparts du Bas‑Empire. Enfin, les murs gouttereaux de la cathédrale nord de Genève, où a été adopté l’opus africanum, pour la première fois reconnu en Gaule (Bonnet 1993 : 23).

Période burgonde (milieu ve‑milieu vie s.)

30Les structures de cette période sont bien représentées. On les rencontre en effet à Lyon, à l’abside de la cathédrale Saint‑Jean et à Saint‑Laurent‑de‑Choulans, à Saint‑Pierre de Vienne et à Saint‑Ferréol de Saint‑Romain‑en‑Gal, à la cathédrale nord de Genève (états II et III) et à Saint‑Laurent d’Aoste.

31Les fondations sont remarquables par leur profondeur et par la qualité des maçonneries. On peut toutefois estimer qu’à Saint‑Laurent comme à Saint‑Jean, la proximité de la Saône explique l’importance des fondations. Ainsi à Saint‑Laurent, les fondations de l’abside devaient atteindre plus de 4 m de profondeur (fig. 177) et emploient de gros blocs rayonnants de choin superposés sur plusieurs assises (3 ont été vues) ; les fondations des colonnades de la nef présentent, à intervalle régulier, un empilement de gros blocs à l’emplacement des colonnes et, contrairement à la tradition, des assises de fondations plus étroites en bas qu’en haut. À Saint‑Ferréol, les gros blocs alternent avec du petit appareil (épaisseur 1,70 m).

32Les élévations, assez mal connues, se limitent à quelques assises. En façade de Saint‑Laurent‑de‑Choulans, à la base du mur et en chaînage d’angle, alternent gros blocs et petit appareil ; l’épaisseur atteint 0,85 à 0,90 m (fig. 126, 128). À l’abside de Saint‑Ferréol (épaisseur 1,40 m), on remarque trois assises de briques dans l’élévation (fig. 180) ; une brique estampillée montre qu’il s’agit de remplois.

FIG. 180 ‒ Saint‑Ferréol de Vienne : abside.

Période mérovingienne (milieu vie‑milieu viiie s.)

33Cette période, moins bien représentée, se caractérise par l’emploi d’une grande variété de mortiers et une construction de moindre qualité. À Saint‑Jean III, à l’ouest de Saint‑Étienne, et à Sainte‑Croix dans les fondations du mur sud, le mortier est fortement teinté de tuileau, l’appareil est petit et irrégulier. À Saint‑Jean, quelques pierres présentent des tailles décoratives, et le mortier est légèrement couvrant (à « pierre vue ») ; à l’ouest de Saint‑Étienne, le mur repose sur de gros blocs de fondations (cf. supra fig. 51). À Saint‑Laurent‑de‑Choulans, les piédroits du porche nord sont construits en moellons de dimensions variées où l’on remarque des pierres de moyen appareil en calcaire de Seyssel (0,20 X 0,40‑0,70 m) ; l’ensemble est lié par du mortier à tuileau.

34Nous ne disposons guère de points de comparaison régionaux. À Vienne, les parties basses du mur nord de Saint‑André‑le‑Bas (milieu ve s.?) pourraient appartenir à cette époque (Jannet‑Vallat et al. 1986 : 32‑33). À Genève, l’église centrale du groupe cathédral, construite à l’est du baptistère (vieviiie s.), présente des murs épais de 1 m qui atteignent 1,50 m en fondations.

35Ces quelques remarques résultent de constatations faites dans des monuments très détruits et peu nombreux. Leur fragilité tient essentiellement au trop petit nombre d’édifices du haut Moyen Âge fouillés en France ; elle tient également à la rareté et au caractère parfois décevant des expériences réalisées en laboratoire (les quelques résultats obtenus sont parfois aléatoires du fait des problèmes techniques ; certaines recherches ont été abandonnées en cours de route).

Notes

1Analyse physique du mortier (sable et liant) : les couleurs sont à la fois assez homogènes, gris‑blanc pour l’essentiel, et sujettes à variation dans un même mur (du blanc au gris‑jaunâtre dans une même banchée). Dans l’ensemble, le mortier est assez dur, mais, dans un même mur et d’une banchée à l’autre, on passe d’un mortier très dur à un mortier pulvérulent. Une plus grande précision a été recherchée par une étude de la résistance aux ultrasons : au bout de 8 heures, le pourcentage de destruction par rapport au volume primitif varie de 2 à 20 %.
Proportion de chaux et de sable : les résultats peuvent varier du simple au double d’une banchée à l’autre, au niveau des fondations d’un même mur, alors que les variations occasionnelles ne dépassent pas 5 %.
Analyse physique du sable : l’étude de granulométrie du sable permet de conclure que le sable utilisé provient des mêmes emplacements, sans doute le lit du fleuve où se mêlaient des dépôts du Rhône et de la Saône. Le sable ne varie pas fondamentalement d’une banchée à l’autre.
Calcimétrie : à Saint‑Laurent, le pourcentage de chaux varie de 35 à 53 % ; des risques d’erreurs sont dus à la présence de chaux dans les sables (les sables peuvent varier d’unecampagne à l’autre dans le cas d’édifices complexes). Parmi les recherches les plus récentes, signalons celles menées à Autun. C. Sapin, en collaboration avec le laboratoire régional des Ponts‑et‑Chaussées (M. Brouwet) a procédé à de nombreuses analyses des mortiers de Saint‑Pierre l’Éstrier. La méthode utilisée (méthode des résidus insolubles) a montré une forte variation des insolubles (de 43 à 89 %). C. Sapin remarque que dans un même mur, les pourcentages peuvent être rigoureusement identiques, ou encore présenter un écart important ; dans ce dernier cas, on peut supposer soit une erreur de l’archéologue – le mur aurait subi des restaurations –, soit une variation de pourcentage d’une banchée à l’autre, à l’intérieur d’un même mur (Sapin 1982 : 58 et renseignements aimablement communiqués par l’auteur).
Une nouvelle étude a été lancée à l’université Lumière de Lyon II par B. Bertholon (dir. J.‑F. Reynaud). L’auteur s’attache à montrer que l’archéologue doit cesser de se poser des questions auxquelles les études de laboratoire ne peuvent fournir de réponse. La confrontation des données de terrain, des analyses physico‑chimiques, des sources écrites et iconographiques montrent qu’il faut d’abord partir de définitions précises des matériaux et que les réponses sont fonction de l’échelle d’observation (analyses à l’œil nu ou aux échelles microscopiques) et qu’elles concernent le chantier et son économie, la maîtrise technique et les connaissances des maçons médiévaux bien plus que la chronologie. On ne peut donc, pour l’instant et sans risque d’erreur, faire intervenir l’étude des mortiers dans les méthodes de datation.
– Notre attention avait été attirée par les résultats obtenus dans le laboratoire de M. Valastro, université d’Austin, sur des mortiers provenant de Saint‑Bénigne de Dijon. La concordance entre les analyses du laboratoire et les analyses archéologiques étaient en effet troublantes ; nous avions été également étonnés par la précision des résultats obtenus : les structures étaient datées avec une marge d’erreur de 20 à 30 ans. Nous avons donc demandé à M. Evin de tester la méthode. Les résultats obtenus n’ont pas permis d’aboutir à une datation, l’un des obstacles majeurs provenant, là encore, de la part importante de sables calcaires qui faussent les calculs. Par contre, le laboratoire de l’institut royal du patrimoine artistique de Bruxelles arrive à des résultats encourageants en ne tenant compte que des premières émissions gazeuses. Les deux laboratoires de Lyon et de Bruxelles envisagent de reprendre la question à la base et de tester d’abord l’absorption de 14C lors de la prise du mortier (Baxter, Walton 1977 : 937‑938 ; Delibrias, Labeyrie 1963 : 209‑211).

Table des illustrations

Légende FIG. 177 ‒ Saint‑Laurent : abside ; mur en grand appareil (4 assises de gros blocs de remplois) et moellons de schistes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44353/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende FIG. 178 ‒ Saint‑Laurent : mur est du cryptoportique (arases de briques et appareil en arêtes de poissons).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44353/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende FIG. 179 ‒ Saint‑Laurent : banchées, mur nord de la croisée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44353/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 180 ‒ Saint‑Ferréol de Vienne : abside.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44353/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 82k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search