Version classiqueVersion mobile

Lugdunum christianum

 | 
Jean-François Reynaud

Partie II. Archéologie des sanctuaires

Chapitre 4. Saint‑Irénée

L’église et la nécropole

Texte intégral

1L’église Saint‑Irénée a été entièrement reconstruite en 1824 sur une crypte ancienne qui n’a pas, jusqu’ici, été fouillée de façon exhaustive. Des études récentes ont montré que les vestiges d’époque paléochrétienne étaient pour l’instant extrêmement réduits.

2La basilique était édifiée à l’extrémité nord de la colline Sainte‑Foy (alt. 300 m), dominant de quelques mètres le col de Trion. On se trouve là sur le rebord du plateau rhodanien, zone intermédiaire entre la vallée du Rhône, souvent étroite, et les monts du Lyonnais. Dans cette zone périphérique, à l’écart de la cité, était située la nécropole sud de Lyon.

4.1 Les données historiques

4.1.1 Les textes anciens

3L’église abritant les corps de plusieurs martyrs est maintes fois citée dans les textes anciens.

Le culte des martyrs Épipode et Alexandre

4Ce culte est ancien. Un sermon (Homilia IV, autrefois attribué à Eucher) de la collection d’homélies dites d’Eusebius Gallicanus, évoque la « poussière précieuse des martyrs [...] distribuée [...] pour la guérison des peuples » et « quidem beati martyres, quorum pretiosis pulvis [...] » (Eusebius Gallicanus, Glorie 1971 : 635‑644). La date exacte de ce texte (vevie s. ?) et son rapport avec la Passio restent imprécis. La Passio SS. Epidodii et Alexandri décrit le site de la crypte où furent enterrés Irénée, Épipode et Alexandre :

5« In colle superposito civitatis, convertis densatus stipitus locus, ibique in modum spelunca conclusa fructetis ac sentibus uallis latebat. » (AA SS, apr. 22, III, 7.)

6« Sur une colline dominant la cité, est un lieu obscurci par d’épais branchages. Là, une cavité allongée et close, à la manière d’une grotte, était cachée par les buissons et par les ronces. »

Le culte d’Irénée

7L’église abrite également les reliques d’Irénée, considéré très tôt comme un martyr. La Passio S. Herenei fait partie intégrante d’un ensemble de Passions composées à Dijon au début du vie s. (AA SS, jun., 7, 266). Une tradition bourguignonne associe en effet dans le martyre Irénée et ses sept compagnons, dont Andoche et Bénigne.

Les écrits de Grégoire de Tours

8L’évêque de Tours décrit la basilique de Saint‑Jean qui contient les reliques d’Irénée, d’Alexandre et d’Epipoy et qui a atteint une grande renommée : « in crypta basilicae beati Johannis sub altari [...] magna enim claritas in crypta ilia continetur » (MGH, SRM I‑2, 1885, 72 ; MGH, GM, 49). La traduction exacte de magna claritas par « d’une grande renommée » –au lieu de celle plus courante mais erronée « d’une grande clarté »– peut aboutir à une interprétation différente du contexte architectural, puisqu’elle ne suggère plus l’existence d’une crypte de grande taille, éclairée par de nombreuses ouvertures.

Les martyrologes

9Le Martyrologe lyonnais signale les tombes d’Epipoy et d’Alexandre de part et d’autre de l’autel : « in crypta que in colle superposito ciuitati pulchro et antiquo opere extruda est » (actuelle église Saint‑Irénée). On y trouve également mention de la Passio S, Herenei (Quentin 1908 : 2220). Plus tard, à l’époque carolingienne, Adon précise le vocable de la crypte où repose Irénée : in crypta basilicae sancti johannis Baptistae. Florus, dans son Martyrologe (Dubois, Renaud 1984), s’inspire de Grégoire de Tours pour la description de la crypte de Saint‑Jean‑Baptiste (Saint‑Irénée). Un collège de chanoines, commun à Saint‑Just et Saint‑Irénée, est mentionné sous l’évêque Agobard ; une restauration est possible sous l’évêque Remigius en 868 (Guigue 1885 : 6‑8). À la fin du xie s., l’église de Saint‑Irénée a recouvré son indépendance ; les chanoines sont placés sous la règle de Saint‑Augustin et des personnages importants sont enterrés dans la crypte (Meynis 1880 : 52‑53).

4 1.2 Les documents médiévaux

10La mosaïque de la crypte de Saint‑Irénée, détruite en 1562 par les protestants, a du être installée après la construction de la crypte aux xexie s. Son texte a été relevé en 1410 lors du conflit qui opposa les chanoines de Saint‑Just et ceux de Saint‑Irénée :

« Hic duo templa micant tecto fundata sub uno
Qiiae Patiens sanctis conditor excolvit.
Corpora dumoso quondam demersa profundo
Ter spiclum tracti luminis irradiat
Subdita resplendent et fastigiata supernis
Cultibus in celsum culminaprosiliunt.
Securus plane celestia regna requirit
Qui Christo in terris regia septa parat. »
(AA SS, Juni, 28, 341)

11« Ici sous un même toit sont construits deux temples dont saint Patiens fut le fondateur. Un rayon de lumière venant d’en haut éclaire les corps des martyrs, jadis ensevelis dans une grotte profonde. Le sanctuaire inférieur resplendit, tandis que le faîte de l’édifice surgit avec majesté dans les airs. Celui‑ci chemine sûrement vers le ciel qui prépare au Christ sur la terre d’aussi belles demeures. » (Meynis 1880 : 210)

  • 1 Texte tardif pour les autres : J.‑C. Fredouille pense le latin peu clair et tardif ; ce texte n’est (...)

12Se pose d’abord un problème de forme : pour les uns, le mosaïste aurait reproduit un texte plus ancien dont le style rappelle plus les contemporains de Sidoine Apollinaire que les auteurs carolingiens comme Florus (Meynis 1880 : 32‑33 ; Maître 1903 : 97, note 1 ; Seston, Perrat 1947 : 151 ; Vieillard‑Troïekouroff 1976 : 143‑145 ; Vrégille 1983 : 35) ; pour les autres dont J.‑C. Fredouille, le texte aurait été composé à l’époque romane ; Coville n’en fait pas mention1

13Si le texte remonte au ve s., la basilique aurait été construite par Patiens et l’on peut considérer soit que l’auteur décrit un édifice qui comporte une crypte sous l’église cimétériale, soit que la crypta, du type de celles qui sont décrites par Grégoire de Tours, s’étendait en avant de la basilique et qu’un même toit recouvrait les constructions longitudinales.

14Si, comme on peut raisonnablement le penser, le texte remonte aux xexie s., l’attribution de l’édifice à Patiens perd de son poids et l’auteur décrit l’édifice qu’il a sous les yeux. La mention d’un triple rayon de lumière est reprise dans le procès‑verbal de visite de 1410 : Tribus minoribus fenestris ad orientum (ADR, Fonds Saint‑Just : 124‑126, f° 94).

4.1.3 Les documents modernes et contemporains

L’histoire du site

  • 2 Meynis 1880 : 87, 210‑212, no II. Extrait du procès‑verbal de l’église et bâtiments du prieuré, dre (...)

15En 1562, l’église Saint‑lrénée est gravement endommagée par les protestants qui essayent en vain de détruire la crypte en supprimant les colonnes de la nef. Ils mutilent la façade et dispersent les reliques. Après un temps d’abandon, l’édifice est restauré, d’abord l’église haute, sans doute à partir de 1584, puis la crypte, à partir de 16352. Des sarcophages de plomb placés devant les autels d’Epipode et d’Alexandre, à l’extrémité des collatéraux ainsi que d’autres tombeaux en marbre blanc, plus petits, sont alors découverts (Meynis 1880 : 222‑224). Abandonnée à nouveau à la Révolution et transformée en fenil, l’église est ensuite rendue au culte. Celui‑ci, en particulier celui des saints, connaît un regain de ferveur avec le renouveau religieux du xixe s.

  • 3 AML, série M, Saint‑Irénée, 1825. Demandes de subvention pour la crypte en 1861 : « [...] les ouver (...)
  • 4 Meynis 1880, chap. XI. En 1590, le conseiller du roi, chargé de constater l’état des lieux après le (...)

16En 1824, l’église haute est entièrement reconstruite : à l’ouest, les fondations anciennes sont conservées sauf pour la façade qui est avancée de 12 pieds ; à l’est, le chevet est reporté sur le rebord de la terrasse très largement au‑delà de la crypte primitive. En 1863, une restauration d’ensemble de la crypte est entreprise ; on reprend les colonnes qui supportent la voûte, on modifie la fenêtre d’axe ; les ouvertures latérales sont sans doute percées à ce moment ainsi que celles des bas‑côtés3. Des sondages sont également exécutés dans la crypte, en particulier à l’emplacement du Puits des Martyrs4.

L’iconographie

17L’église apparaît sur le Plan scénographique (fig. 152). La façade, dessinée avec précision dans le De tristibus Galliae postérieur à 1562, apparaît également sur une gravure de Grobon du début du xixe s. (fig. 153). L’intérieur de la crypte est visible sur une gravure de L’histoire de Lyon avec une grande ouverture d’axe polygonale dans ses parties hautes (Clerjon 1829 : II, 35).

FIG. 152 ‒ Saint‑lrénée (Plan scénographique, milieu du XVIe s.

AML 1S165

FIG. 153 ‒ Saint‑Irénée : façade de l’église supérieure avant 1792 (extrait du Bull. Hist Dioc. Lyon, 1922, no 4).

18Les plans du xviiie s. sont d’une grande imprécision ; ils fournissent toutefois une idée d’ensemble et attestent l’existence d’une absidiole au nord de l’abside principale (AML, 3 S 175).

4.2 Historique des fouilles

19Les recherches effectuées en 1860 ont fait apparaître des fragments de pavés antiques (losanges blancs et noirs) dans les bas‑côtés et une petite excavation à l’emplacement présumé du Puits des Martyrs (Steyert 1895‑1899 : II, 149, fig. 137). En 1951, une fouille menée sur le flanc nord de l’église a mis en évidence plusieurs niveaux de sépultures, ainsi que des mausolées païens ou chrétiens. À l’intérieur de l’église, seule l’abside a été l’objet d’une recherche archéologique (Audin, Perrat 1959 : 108‑118 ; Audin 1960a : 3‑35).

20Désireux de reprendre l’analyse et de l’étendre, nous avons procédé à des études d’appareil et à des relevés dans l’abside, ainsi qu’à des décapages d’enduits dans le couloir d’accès méridional.

4.3 La nécropole et les mausolées

  • 5 Spon, Renier 1858 : 65 (inscription de Thalassia, + 501 ou 502, sous le consulat d’Avenius) ; 74 (i (...)
  • 6 CIL, XIII, 1, 2423 : Procula, 2357 : Sanctulus, 2358 : Primulus, 2385 : Stefanus : « Procula, famul (...)

21De nombreuses inscriptions avaient été repérées par J. Spon au xviie s,5. D’autres ont été trouvées lors de la reconstruction de l’église en 1824. Elles appartiennent surtout à la fin du ve s. et au début du vie s. (consulat de Léon 473, Agapit 517, Justin 529) ; l’une d’elles atteste un culte aux martyrs (Procula), d’autres mentionnent des personnages consacrés6. En 1951, la fouille entreprise par A. Audin sur le flanc nord de l’église a mis en évidence les vestiges représentés fig. 53 (Audin 1960a).

22Trois niveaux de sépultures, entre les cotes 270,00 et 271,50 m, se répartissent entre le ve et le vie s. De types très divers, elles comportent des tombes en pleine terre et des sarcophages monolithes rectangulaires. Des coffres de dalles et des sarcophages en demi‑cuves accolées ont été fouillés à l’ouest et au nord de la basilique à l’occasion de la pose d’un égout. Un mur nord‑sud perpendiculaire à l’axe de l’église était bordé de mausolées dont certains au moins avaient été utilisés à l’époque paléochrétienne. Une inscription trouvée en 1946 dans l’église concerne sans doute un mausolée païen de ce type, construit par une certaine Stratonice sur le tombeau de sa fille : sarcophagium cum basilica.

23Plus à l’ouest, un grand édifice (9,40 m de large à l’intérieur) aux murs très puissants (1,50 m à 1,80 m) apparaît comme un second édifice de culte ou comme un grand mausolée (bâtiment E).

4.4 L’église actuelle

24Quoiqu’entièrement reconstruite, l’église haute a gardé la même largeur que l’édifice ancien ; les murs gouttereaux ont été élevés sur les fondations où subsiste, au nord, un linteau monolithe surmonté d’un arc de décharge à alternance de pierres et de briques, vestige d’une ancienne porte. À l’ouest, la façade a été décalée de 3,50 m ; le chevet a été très largement avancé vers l’est, au‑delà de la crypte (Meynis 1886 : 509‑512).

25La crypte comporte une abside, trois nefs et des couloirs d’accès à l’ouest. Le sol est à la cote 271,00‑271,30 m (fig. 154). L’abside (3,50 m x 4 m), couverte d’un berceau, se termine par des pans coupés à l’est et par une grande ouverture axiale. À l’extérieur, on distingue deux campagnes de construction : à l’est, deux arcs successifs à claveaux de briques et de pierres alternées ; au nord et au sud, deux arcs de décharge de même nature sont plaqués à l’extérieur contre une structure plus ancienne. Les ouvertures latérales ont été percées à une époque récente. La nef et les collatéraux (10 m x 11 m) sont couverts de voûtes en berceau plein cintre, portées par une double colonnade de marbre. Les colonnes et les arcs sont modernes ; la voûte serait restaurée, mais ancienne. Une plaque de fonte marque l’emplacement du Puits des Martyrs.

FIG. 154 ‒ Saint‑Irénée : plan de la crypte.

4.5 Les données archéologiques

26Elles sont pour l’instant très partielles à l’intérieur de l’église, où seule l’abside a été l’objet d’une fouille du sous‑sol et d’une étude des élévations.

27Dans la crypte, la fouille de l’abside a permis de distinguer cinq étapes de construction (Audin, Perrat 1959 : 109‑118) (fig. 155, 156) :
– deux murs nord‑sud, distants de 2,36 m et parementés seulement à l’intérieur, sont difficiles à situer dans le temps et sans lien avec un édifice précis, car ils ont été coupés lors de la construction de l’abside (état I) ; ces structures, antérieures aux édifices de culte, sont installées au même niveau que les sols romains voisins (fig. 155‑157) ;
– une abside semi‑circulaire (4,45 m de diamètre à l’intérieur), en gros blocs de choin ; deux autres blocs prolongent l’hémicycle vers l’ouest (état II) ; cette structure pourrait, entre autres, appartenir à un mausolée primitif dont on ne connaîtrait que l’abside (fig. 155‑157) ;
– l’abside semi‑circulaire est transformée en un chevet plat posé sur des dalles partiellement en surplomb à l’intérieur du précédent hémicycle (fig. 155‑158) ; les murs auraient déjà une grande épaisseur (1,27 à 1,55 m) (état III) ; les trois nefs pourraient être contemporaines de cet état mais aussi antérieures ; la crypte, assez vaste, appartient à la catégorie des cryptes‑halles ;
– un chevet polygonal : des blocs de choin placés aux angles supportent les pans coupés de la voûte (blocs de calcaire tendre à la base, puis blocage coupé d’arases de briques) ; l’intérieur de l’abside est couvert d’un enduit de tuileau ; à l’est a été dégagée l’ouverture axiale connue par les gravures anciennes : de grande taille et dotée d’un premier arc à claveaux de briques et de pierres, elle est visible à l’extérieur de la crypte sous l’agrandissement moderne (état IV) (fig. 155‑159) ;
– dans un dernier temps, un plan pentagonal est obtenu par doublement des murs à l’extérieur de l’abside ; l’appareil présente alors une alternance de gros blocs et de pierres plus petites à taille de fougère ; les arcs marient les briques et les claveaux de pierres (état V).

FIG. 155 ‒ Saint‑Irénée : évolution de la crypte ; étapes de construction.

FIG. 156 ‒ Saint‑Irénée : (en haut) élévation de la crypte et ouvertures anciennes visibles dans l’élévation et le flanc nord de l’église haute ; (en bas) élévation et couloir d’accès nord.

FIG. 157 ‒ Saint‑lrénée : vue du sous‑sol de l’abside, murs nord‑sud gallo‑romains et abside primitive semi‑circulaire.

FIG. 158 ‒ Saint‑lrénée : angle sud‑est de l’abside, chevet carré, puis polygonal.

FIG. 159 ‒ Saint‑lrénée : ouverture axiale avec les deux arcs à claveaux de briques et de pierres.

28Le décapage du mur ouest de la crypte (parement extérieur) a fait apparaître les piédroits primitifs de la porte (une colonne cannelée et son chapiteau encastrés dans la paroi nord étaient déjà visibles plus au nord), ainsi que de nombreuses anomalies dans la construction. L’appareil irrégulier n’est pas assez caractéristique pour être daté très précisément. Le décapage partiel du couloir nord a mis en évidence des chaînages d’angle en pierres allongées et taillées en fougères, ainsi que des reprises dans la voûte. Le parement intérieur du mur gouttereau nord est élevé en gros blocs de choin sur plusieurs assises (fig. 160). Ces structures pourraient appartenir à la même construction que l’état II de l’abside, un système de couloir donnant accès à la crypte par l’ouest (état III).

FIG. 160 ‒ Saint‑Irénée : couloir nord d’accès à la crypte, élévation du mur nord.

29En 1857, lors du creusement des caves d’une maison, situées à l’extrémité sud du parvis, a été repéré un mur en gros blocs de choin, parallèle à la façade actuelle (Meynis 1880 : 37). Dans les années 1950, W. Seston a aussi effectué des travaux en façade ; le résultat de ces recherches n’a pas été publié.

4.6 Examen critique des données et nouvelles hypothèses

30Le texte de Grégoire de Tours pose un problème : la crypta décrite par Grégoire de Tours était‑elle une simple confessio sous l’autel ou une véritable crypte ? Rien dans les données archéologiques ne permet d’aller au‑delà de l’hypothèse d’une confessio, c’est‑à‑dire d’une petite chambre funéraire où auraient reposé Irénée, Épipoy et Alexandre cf. infra, Part. III, § 4.2.3 : synthèse sur les cryptes). L’ancienneté du texte recopié en 1410 sur les murs de la crypte n’étant pas assurée, on ne peut admettre qu’il décrit un état des choses existant au xe s.

31L’examen des données archéologiques et typologiques peut contribuer à une meilleure compréhension d’ensemble. On constate en effet que le sol gallo‑romain extérieur et le sol de la crypte sont à peu près au même niveau et que l’abside de la crypte et le mur latéral nord de l’église actuelle sont caractérisés par l’utilisation de gros blocs de choin (l’appareil à lui seul ne suffit pas à dater ces structures pour lesquelles la fourchette reste très large entre le ve et le xe s.). Quant à la crypte‑halle de grandes dimensions, elle ne peut remonter au‑delà de l’époque carolingienne car ce type de cryptes ne se généralise qu’au cours des ixexe s. (Heitz 1987 : 179‑190). Enfin, rien dans la description des fouilles de 1860 ne permet de donner une opinion fondée sur la nature du Puits des Martyrs.

32En tenant compte des textes, des données archéologiques et de la typologie, nous proposons donc à titre d’hypothèse de travail, un édifice double comprenant :
– à l’est, une construction pourvue d’une crypta qui, aux ve - vie s., aurait remplacé le mausolée primitif ; cet édifice, auquel seules les fondations de l’abside de la crypte peuvent être attribuées, est très mal connu et deux reconstitutions peuvent être proposées : il pourrait être de plan simple, comme à Saint‑Just ou de plan plus complexe, comme à Saint‑Martin de Trêves où cette construction est voûtée et comprend plusieurs salles juxtaposées, à l’est de la basilique ; le niveau du sol n’aurait pas varié depuis le premier tombeau ;
– à l’ouest, une basilique à trois nefs (20,20 m de large sur 32 à 35 m de long) aux fondations puissantes ; le sol serait 1 ou 2 m plus haut (surélévation des niveaux en trois siècles) et surtout l’édifice serait plus monumental, avec une façade nettement plus à l’ouest que factuelle ; cette construction pourrait remonter à l’époque de Patiens (troisième tiers du ve s.) par le type d’appareil et le mortier, par ses dimensions comparables à ce que l’on trouve à Saint‑Ferréol de Vienne ou à Saint‑Laurent de Lyon ; les autres structures appartiendraient à des époques postérieures, en particulier la crypte‑halle, associée à des couloirs en U.

4.7 Conclusion

33L’église de Saint‑Irénée reste un des rares monuments lyonnais du haut Moyen Âge conservé partiellement en élévation et abritant une crypte. Une étude approfondie et exhaustive du sous‑sol de cet édifice apporterait des renseignements de tout premier ordre pour comprendre le passé de notre ville

Notes

1 Texte tardif pour les autres : J.‑C. Fredouille pense le latin peu clair et tardif ; ce texte n’est donc pas mentionné dans Février et al. 1986.

2 Meynis 1880 : 87, 210‑212, no II. Extrait du procès‑verbal de l’église et bâtiments du prieuré, dressé le 28 juin 1590, à la suite des désordres et renversements faits par les religionnaires en 1562.

3 AML, série M, Saint‑Irénée, 1825. Demandes de subvention pour la crypte en 1861 : « [...] les ouvertures faites à une date peu ancienne pour éclairer cette partie de l’édifice ont été rectifiées ; des arcs ont été construits à l’extrémité des petites nefs et l’on a pu poser des fenêtres régulières à la place des entailles informes pratiquées dans cet endroit ». Cf. aussi Steyert 1895‑99, II : 148, fig. 136. Le mur en arrière des arcs latéraux a été dessiné en pointillés parce qu’il a été remanié à une époque récente pour ouvrir une fenêtre sur la crypte.

4 Meynis 1880, chap. XI. En 1590, le conseiller du roi, chargé de constater l’état des lieux après le passage des protestants, déclare que le Puits des martyrs serait facile à trouver sous les décombres et sous l’autel qui le couvre. Les bréviaires du xviie s. parlent du puits « odorifero sanctorum martyrum sanguine repletus ». Plus tard, M. Nivon rapporte que l’on tirait du puits de la terre qui avait des pouvoirs miraculeux (Voyage au Calvaire, 1731). Un frère était tout spécialement chargé d’extraire cette terre au moyen d’un long manche.

5 Spon, Renier 1858 : 65 (inscription de Thalassia, + 501 ou 502, sous le consulat d’Avenius) ; 74 (inscription perdue de Cesarius, + 22 nov. 492, sous le consulat d’Anastasius et de Rufus).

6 CIL, XIII, 1, 2423 : Procula, 2357 : Sanctulus, 2358 : Primulus, 2385 : Stefanus : « Procula, famula dei, Sanctulus, famulus dei, de même que Primulus, Stefanus, primicirius scholae lectorum Drog [...] sanctimonialis ».

Table des illustrations

Légende FIG. 152 ‒ Saint‑lrénée (Plan scénographique, milieu du XVIe s.
Crédits AML 1S165
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44333/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende FIG. 153 ‒ Saint‑Irénée : façade de l’église supérieure avant 1792 (extrait du Bull. Hist Dioc. Lyon, 1922, no 4).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44333/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende FIG. 154 ‒ Saint‑Irénée : plan de la crypte.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44333/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende FIG. 155 ‒ Saint‑Irénée : évolution de la crypte ; étapes de construction.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44333/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende FIG. 156 ‒ Saint‑Irénée : (en haut) élévation de la crypte et ouvertures anciennes visibles dans l’élévation et le flanc nord de l’église haute ; (en bas) élévation et couloir d’accès nord.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44333/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende FIG. 157 ‒ Saint‑lrénée : vue du sous‑sol de l’abside, murs nord‑sud gallo‑romains et abside primitive semi‑circulaire.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44333/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende FIG. 158 ‒ Saint‑lrénée : angle sud‑est de l’abside, chevet carré, puis polygonal.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44333/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende FIG. 159 ‒ Saint‑lrénée : ouverture axiale avec les deux arcs à claveaux de briques et de pierres.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44333/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende FIG. 160 ‒ Saint‑Irénée : couloir nord d’accès à la crypte, élévation du mur nord.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44333/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 29k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search