Version classiqueVersion mobile

Lugdunum christianum

 | 
Jean-François Reynaud

Partie II. Archéologie des sanctuaires

Chapitre 3. Saint‑Laurent‑de‑Choulans

La nécropole et l’église cimétériale

Texte intégral

1Découverte à l’occasion de travaux effectués sous la chaussée de la montée Saint‑Clair‑du‑Port, la basilique funéraire de Saint‑Laurent a été fouillée une première fois en 1947. En 1976, nous avons pu reprendre la fouille et mettre au jour l’abside orientale, puis dégager à nouveau la nef, les collatéraux et le portique, tout en complétant l’étude des sépultures, et montrer que, par son transept et ses sépultures (vieviie s.), cette église vient après celle de Saint‑Just II (fig. 111). En 1983, des travaux de terrassement ont fait apparaître l’extrémité sud de l’abside ; en 1985, et en collaboration avec le Service archéologique municipal, nous avons pu mettre en évidence la clôture de la nécropole, sa porte d’entrée et quelques maisons construites hors de l’area funéraire.

FIG. 111 ‒ Saint‑Laurent : vue générale en 1976, avant la construction de l’immeuble actuel.

2Le quartier où elle est implantée, qui doit son nom à la fontaine de Siolans prenant sa source à mi‑hauteur, a été selon les époques un quartier d’habitation ou un carrefour de voies. Au sud de l’ancien confluent, la rive droite du fleuve est bordée par les collines de Saint‑Irénée, puis de Sainte‑Foy ; le Rhône qui s’incurve vers l’ouest, installe bientôt son lit au pied du lieu‑dit Les Étroits. Entre les abrupts de Saint‑Just au nord et Les Etroits au sud, le ruisseau de Siolans, ou de Choulans, a creusé une combe et crée une petite terrasse de 200 m par 50 m en bordure du fleuve. Un passage assez facile est possible, par cette combe, vers le col de Trion et la ville haute, ou vers le sud, en évitant le bord du fleuve impraticable. Les sondages profonds ont fait apparaître d’importants alluvionnements descendus de la colline entre les murs gallo‑romains et ceux du haut Moyen Âge (ce fort ruissellement pourrait être lié à la nappe phréatique située à mi‑pente). Par contre, le creux de la combe a été accentué au xixe s., lorsqu’on a enlevé de la terre de Choulans pour créer la presqu’île de Perrache après avoir construit un pont de bois sur la Saône.

3.1 Les données historiques

3.1.1 Les textes

3Les documents anciens sont rares ; la basilique de Saint‑Laurent n’est pas décrite par Sidoine Apollinaire ou Grégoire de Tours et seules les inscriptions du viie s. attestent son vocable ; le titulaire est mentionné à plusieurs reprises et les âmes des défunts se réjouissent d’avoir laurent pour patron : « laurentium haberepatronum » (Wuilleumier et al. 1949 ; inscription no 5). Les premiers documents écrits remontent à l’époque carolingienne. en 885, l’église Saint‑Laurent est citée dans un diplôme de Charles le Gros et localisée hors les murs, comme une concession faite à l’église Saint‑Étienne de Lyon : « ecclesia sancti laurenti foris murum ipsius ciuitatis » (MGH, DGK, II, 1932‑1960, 195‑197, no 123 ; Guigue 1885 : I, 15, 44). Le terme ecclesia, qui a perdu le sens précis qu’il avait à l’origine, suggère tout de même que l’église primitive subsiste encore comme un édifice important. Saint‑Laurent est à nouveau mentionné en 885, puis vers 900, dans un diplôme de Louis l’Aveugle et dans une bulle du pape Sergius III, vers 910, qui rétablit l’Église de Lyon dans ses possessions. En 984, un certain Milon fait donation de vignes entre Saint‑Georges et Saint‑Laurent ; au xiie s., l’église Saint‑Laurent appartient au prieuré de Saint‑Irénée

4L’identification de l’édifice trouvé en 1947 est assurée par l’inscription funéraire qui invoque le saint éponyme et par les vues cavalières des xvie et xviie s. (Wuilleumier et al. 1949 : nos 8, 23 ; plan scénographique ; grande vue de Simon Maupin) (fig. 112). Disparue au cours du haut moyen âge, la basilique paléochrétienne est remplacée par une église, puis par une chapelle qui figure jusqu’au xviiie s. sur les gravures anciennes.

FIG. 112 ‒ Détail de l’hôpital de la Quarantaine et de la chapelle Saint‑Laurent (XVIIe s. ; Grande vue de Simon Maupin).

AML 1S171

3.1.2 L’histoire du site

  • 1 En 1474, on y trouvait une chapelle, un cimetière et des maisons avec des vignes. Le consulat devie (...)

5Pour mieux comprendre l’évolution du site, nous allons étudier d’abord les tènements, puis les constructions. Les rives de la Saône furent divisées en trois tènements, à partir du xvie s. : Le Coignet, La Ferratière et le jardin d’Athanazy (AML, CC 722). Â partir de l’entrée monumentale, sur la rue des Étroits, se trouvaient au sud un bâtiment à étage, au nord un bâtiment de même nature et un troisième en retour d’équerre1. La chapelle était dans l’axe de l’entrée : au sud, une grande cour était bordée par le bâtiment de Gadagne et par quelques bâtiments perpendiculaires.

  • 2 Paradin attribue à H. Balarin et à J. Caille la fondation de l’hôpital de Saint‑Laurent en un « emp (...)

6Â la fin du xve s., Saint‑Laurent était un lieu de pèlerinage fréquenté par les viticulteurs (AML, CC 722). L’installation de l’hôpital des pestiférés fut décisive pour l’évolution du quartier2 : à partir de 1582, le traitement préventif ou « quarantaine » fut transporté de Saint‑Laurent à La Ferratière. Les tènements furent occupés par l’aumône générale, par des blanchisseries puis par des établissements industriels. Au début du xixe s., on projeta de transformer le chemin de halage des Étroits en une voie carrossable. De 1845 à 1860, les diverses masures furent abattues pour le raccordement du quai Fulchiron et du chemin de Choulans. On parlait encore de l’ancien hôpital dont les galeries furent murées en 1854, mais la chapelle n’est plus mentionnée. Une partie des bâtiments fut rasée en 1855 (à l’emplacement des futurs immeubles des 43, 44 et 45 quai Fulchiron) et seul subsista le bâtiment sud‑ouest, flanqué d’une tour au nord. Avant 1859, le jardin d’Athanazy disparut après l’établissement du chemin des Etroits et la construction du chemin de fer. La Ferratière trouva acquéreurs et les brasseries Hofmer s’y installèrent. En 1896, ce qui restait des bâtiments fut rasé pour la construction de trois immeubles de rapport.

3.1.3 L’iconographie

7Des détails d’un intérêt de tout premier ordre sont fournis par des plans du xviiie s. L’échelle du petit plan coté 3S 230 étant la même que celle du cadastre au 1/2000, on peut faire coïncider les voies du xviiie s. (1777) et du xixe s. (fig. 113). On y trouve la rue de la Quarantaine, le chemin des Étroits qui longe la Saône, le chemin « tendant de Saint‑Georges à Sainte‑Foy », le chemin « tendant de Saint‑Georges à Saint‑Just », la chapelle de Saint‑Laurent et son allée débouchant sur le chemin des Etroits, l’hôpital de Gadagne et les bâtiments plus au nord. Sur les premières pentes de la colline figure la chapelle Saint‑Roch. Ce même plan, à plus grande échelle, nous fournit les dimensions précises de la chapelle Saint‑Laurent et nous permet de situer celle‑ci sur le cadastre du xxe s. (AML 3S 175).

FIG.113 ‒ Plan coté avec les voies, l’hôpital de Gadagne et la chapelle Saint‑Laurent.

  • 3 Vue prise du café Neptune, extraite de l’Album du Lyonnais, dessin et lithographie d’A. Dauzats, (B (...)

8Pour le xixe s., deux représentations et un plan sont d’une grande utilité. La lithographie de l’Album du Lyonnais, vers 1835 (vue de Guindrand), représente avec précision la façade de l’hôpital de Gadagne – mais au nord, la chapelle a disparu ; à l’arrière‑plan, un bâtiment sud‑ouest est renforcé en son centre par une tour. Cette tour figure aussi sur un dessin de Drevet. En 1855, Saint‑Olive peint les premières démolitions de l’hôpital ; la galerie et la passerelle figurent encore sur son tableau3. Sur le plan de Dignyosco de 1863 sont indiqués le pont du chemin de fer et les lacets de la Montée de Choulans ainsi que des immeubles près de l’emplacement de Saint‑Laurent, mais l’impasse Saint‑Clair‑du‑Port n’existe pas encore.

3.2 Historique des fouilles

9Le site de la basilique de Saint‑Laurent‑de‑Choulans était tombé dans l’oubli au cours du xixe s., après la construction d’immeubles de rapport.

3.2.1 Les recherches de 1947

10La basilique fut dégagée en avril 1947, à la suite de la pose par les PTT de lignes téléphoniques à grande distance (fig. 114‑117). « Des crânes gisent sur le revers de la chaussée [...] un passant découvre une dalle couverte d’inscriptions » (Audin 1950a). G. Flachat ayant averti A. Audin de la présence de structures et de tombes anciennes sous la chaussée de la rue Saint‑Clair‑du‑Port, une équipe se constitua. La fouille fut exécutée par le service de la voirie municipale sous la direction de P. Wuilleumier, d’A. Audin et A. Leroi‑Gourhan. Les recherches archéologiques durèrent quelques mois seulement à partir d’avril 1947 (Wuilleumier et al. 1949).

FIG, 114 ‒ Saint‑Laurent, fouilles de 1947 : vue d’ensemble, impasse Saint‑Clair‑du‑Port.

11Ces fouilles et la publication de l’étude archéologique et anthropologique en 1949 peuvent être considérées comme la première entreprise scientifique menée à Lyon dans le domaine de l’archéologie. La publication comporte en effet la présentation du cadre géographique et historique, l’étude archéologique de l’église Saint‑Laurent et de la nécropole, avec ses inscriptions et ses sarcophages, enfin l’étude anthropologique des nombreux squelettes trouvés dans l’église.

12Après avoir rappelé les découvertes archéologiques des siècles précédents, les auteurs décrivent avec précision les structures gallo‑romaines puis paléochrétiennes (dimensions, matériaux, niveaux, reconstitutions) ; outre les murs, les fouilleurs ont mis au jour une base de colonne de la nef centrale, deux bases de la colonnade du portique nord et deux bases du porche nord (fig. 115) (trois fûts de colonnes avaient été repérés en 1907). L’angle nord‑ouest du portique est bien placé et la présence d’un sol de tuileau au sud‑ouest confirme le prolongement du portique occidental vers le sud. Le portique nord est décrit avec précision : les auteurs abordent successivement ses fonctions, sa reconstitution et ses transformations (op. cit. : 12‑14).

FIG. 115 ‒ Saint‑Laurent, fouilles de 1947 : détail du porche nord avec les bases et le seuil en place.

13La technique de construction des murs du portique apparaît comme « différente » de celle de la basilique, mais en même temps l’agencement des volumes « incite à l’inclure dans le plan primitif » (op. cit. : 1). Au cours d’une étape ultérieure (début du viie s.), un porche aurait été élevé au centre du portique. Des corbeaux, des éléments de décor (dalles gravées, mosaïques, vitraux), des claveaux de pierres et de briques alternés ont été trouvés à proximité ; les auteurs ont également considéré que le dallage du portique et de la nef, au droit du porche, a été posé à cette époque (op. cit. : 16) (fig. 116). Quelques erreurs d’interprétation se sont toutefois glissées dans la description des fondations du mur du collatéral nord, ou du mur ouest du transept, désignées à tort comme des structures antiques (op. cit. : 3). Enfin et surtout, les fouilleurs n’ont pas retrouvé l’abside. Faute d’être descendu quelques dizaines de centimètres plus bas à l’est, ils ont fait du « local » nord‑est, en bordure du quai, un élément de la façade de l’édifice dont l’abside se serait située à l’ouest (op. cit. : 13‑14). Il faut sans doute voir dans cette erreur d’orientation l’influence de la découverte, alors récente, de deux pièces rectangulaires en avant de la façade occidentale de l’église Saint‑Irénée (fouille de C. Perrat, non publiée).

FIG. 116 ‒ Saint‑Laurent, fouilles de 1947 : dallage du bas‑côté nord.

14Grâce aux inscriptions, l’identification du saint éponyme ne posa pas de problème et la construction de l’édifice fut placée au vie s., ou même avant, les auteurs suggérant la possibilité d’une construction à l’époque de Patiens (op. cit. : 13). Ces inscriptions furent étudiées avec soin et un inventaire précis des sarcophages fut établi. Les auteurs ont insisté sur le grand nombre ainsi que sur la variété des sépultures et estimé que celles‑ci, placées tout d’abord à l’extérieur de l’édifice, ont progressivement envahi d’abord le portique, ensuite le collatéral (op. cit. : 17). Une erreur dans la datation de la tombe de Felemoda a toutefois été relevée par F. Descombes, qui corrige 549 en 599 (Descombes, Reynaud 1978 : 295‑296). Les sarcophages ont été situés dans l’édifice au moyen d’un plan où figurent les couvercles des tombes, mais un plan des tombes aurait fourni des renseignements complémentaires qui font parfois défaut (fig. 117).

FIG. 117 ‒ Saint‑Laurent : plan de 1947 ; la grande salie à l’est a été considérée comme une tour de façade et l’abside a été supposée à l’ouest.

1583 tombes ont été repérées. A. Leroi‑Gourhan signale au‑dessus du dallage de la basilique, quelques inhumations en pleine terre ou dans des cercueils, ainsi que des réinhumations pratiquement « sur, et entre, tous les sarcophages ». Ensuite s’étendaient les sarcophages « franco‑burgondes », certains hermétiquement clos –« les squelettes étaient alors en mauvais état »– ; d’autres, moins bien fermés, avaient laissé passer de la terre et les squelettes s’étaient mieux conservés. Ainsi, 35 crânes ont pu être recueillis par H. Balfet et A. Leroi‑Gourhan (Wuilleumier et al. 1949 : 51‑113). Ils ont ensuite été étudiés avant de servir de projectiles aux étudiants de médecine en 1968 pour disparaître ainsi définitivement.

3.2.2 Les fouilles de 1976à 1985

16Un sondage effectué rue Saint‑Clair‑du‑Port pour l’implantation d’un des piliers d’une bretelle autoroutière avait fait apparaître de gros blocs de choin à l’angle présumé du « local » nord‑est. Des travaux d’élargissement du quai Fulchiron nous ont incité à compléter l’étude du site, pour retrouver l’abside qui, pensions‑nous, devait se trouver à l’est. Le local nord‑est apparaissait davantage comme le bras nord du transept que comme un élément de la façade. Après avoir trouvé l’abside, située effectivement à l’est, il nous parut intéressant de dégager à nouveau l’ensemble, de situer la construction et les sépultures dans le temps et de proposer une reconstitution de l’édifice. Les inscriptions nouvelles furent étudiées par F. Descombes et les squelettes par L. Buchet (Centre de recherches archéologiques du CNRS à Sophia Antipolis). Une première publication, rédigée dès 1976, présente l’hypothèse de deux campagnes de construction ; en fait la construction, qui s’est déroulée en une seule campagne, est bien homogène et nous avons rectifié cette erreur dès 1983 (Reynaud 1976 ; 1981 : 130‑131).

17En décembre 1983, l’installation d’un pont au‑dessus de l’abside de Saint‑Laurent rendit nécessaire une troisième intervention. Des coupes stratigraphiques, quelques prélèvements de matériel ont été effectués et des fosses à chaux contemporaines de la basilique ont été repérées. L’implantation de la pile sud du pont fit apparaître l’extrémité méridionale de l’abside et permit de vérifier l’exactitude du plan établi quelques années auparavant.

18En septembre 1985, la construction d’un immeuble à l’intérieur de la boucle autoroutière a commencé par des terrassements au nord de la basilique. Le nivellement du terrain à la hauteur des couvercles des sarcophages fit apparaître une dizaine de tombes (4 ont été fouillées), le mur de la clôture de la nécropole ainsi que les fondations d’une porte monumentale. Un peu plus haut vers la colline, nous avons pu suivre le mur de clôture contre lequel s’appuyaient les tombes anciennes et fouiller quelques pièces d’un habitat du haut Moyen Âge, contemporain de la nécropole.

3.3 Les premières constructions

19Le site, partiellement recouvert par des immeubles du xixe s., a livré des vestiges gallo‑romains et surtout paléochrétiens.

3.3.1 Les aménagements antiques

Habitat

20Un habitat gallo‑romain (fig. 118) a été repéré sur les dépôts alluviaux, au bas de la pente : une construction à décor de mosaïques a été entr’aperçue lors de l’ouverture du tunnel autoroutier. Des trouvailles monétaires dans la Saône ont amené, sans autres preuves, à situer près de Choulans le port méridional de Lugdunum ; la présence de fours de potier est signalée au sud (Artaud 1846 : 46‑47). Une nécropole s’est installée à proximité de la voie de Narbonnaise si l’on en croit la mention de coffres de plomb.

FIG. 118 ‒ Saint‑Laurent : plan du site à l’époque gallo‑romaine (habitat IIe‑IVe s).

21Dans le secteur de la basilique, nous avons mis au jour des structures légères en relation avec des niveaux des iiie et ive s. À l’intérieur de la basilique et à proximité immédiate au nord, la fouille en profondeur des niveaux gallo‑romains est restée partielle de façon à préserver les sarcophages en place. Des sondages ont également été effectués plus à l’ouest et plus au nord. Quelques structures dégagées à la croisée du transept, dans l’abside et dans l’annexe nord‑est, sont venues compléter les découvertes de 1947. En règle générale, ces murs sont d’une épaisseur moyenne inférieure à 0,60 m ; les moellons de petit appareil sont liés par un mortier jaunâtre. Les orientations diffèrent nettement de celle de la basilique postérieure et se retrouvent sensiblement les mêmes dans les immeubles du xixe s. En effet, la voie de Narbonnaise, qui amorce une courbe au droit de la façade de Saint‑Laurent, n’a sans doute pas sensiblement varié dans son tracé entre le ier et le xixe s. et c’est elle qui a déterminé l’orientation du parcellaire.

22Les structures peuvent se regrouper selon trois orientations principales. Au nord‑est, un petit espace orienté à 30° sud‑est (orientation 1), dont trois structures sur quatre sont repérées. Au centre, les murs 34, 35 et les murs B1, B4 et B5 sont orientés à 45° sud‑est (orientation 2) ; les murs 15 et 15 bis, à la croisée du transept, et le mur 6, à l’intérieur de l’abside, ont sensiblement la même direction ; l’orientation des murs B1, B4 et B5 (fouille 1947) doit être légèrement rectifiée pour entrer dans ce schéma, et le mur B3 doit être déplacé vers l’est (mur 31). À l’est (fig. 119), les murs 23 et 24 ainsi que le mur 7 sont tournés de 33° vers le sud‑est (orientation 3). À l’intérieur de l’abside, le mur 6 (orientation 2) est en relation avec des sols plus profonds (alt. 165,10/165,20 m) que ceux du mur 7 (alt. 165,60 m ; orientation 3). On pourrait donc supposer que l’orientation 3 est postérieure à l’orientation 2.

FIG. 119 ‒ Saint‑Laurent : structures et niveaux gallo‑romains sous l’abside et la croisée du transept.

23Les stratigraphies sont, elles aussi, incomplètes. On peut toutefois affirmer que la zone est habitée du ier au ve s. (fig. 118). Une occupation du ier s. est attestée à l’est (zone A) par la fouille du dépotoir 1. Les niveaux des iie et iiie s. sont bien représentés sur l’ensemble du site entre les sols aux cotes 165,20 et 165,60 m. Dans le dépotoir 2 (zone A), la couche d’occupation au‑dessus du sol 165,60 (zone B), ou la couche 846 (zone F) indiquent une activité notable au ive s. (céramique du type Portout). Enfin, un niveau d’abandon (zone B) contient de la céramique africaine C (Lamboglia 42) et des amphores africaines. Cet abandon remonte à la seconde moitié du ive s. ou la première moitié du ve s. (fig. 120).

FIG. 120 ‒ Saint‑Laurent, coupe dans le transept et l’abside : structures et sols, dépotoirs gallo‑romains coupés par les murs de la basilique paléochrétienne, remblais.

24Les murs gallo‑romains sont ensuite détruits et l’ensemble est recouvert d’une épaisse couche de remblais sur lesquels s’établissent les tombes, puis le sol de la basilique (alt. 168,50 m à l’est de la nef), à près de 3 m au‑dessus des sols gallo‑romains les plus anciens. Un important colluvionnement aurait pu contribuer à l’accumulation de ces dépôts et expliquerait que l’on n’ait pas conservé les orientations gallo‑romaines. La transformation du quartier serait donc contemporaine de l’installation de la nécropole des vevie s.

25On peut donc conclure que le site est occupé du ier au ve s. avec une première transformation aux iiieive s., qui se manifeste par le changement d’orientation des constructions et une seconde à la fin du ve s., marquée par un important remblai et un nouveau changement d’orientation.

Voirie et nécropole

26Quelques autres thèmes méritent que l’on s’attarde quelque peu : le tracé de la voie de Narbonnaise nous est précisé par l’égout trouvé rue de la Quarantaine et par une dalle signalée montée Saint‑Laurent. On peut supposer soit une ligne droite entre ces deux rues, soit une courbe, celle qui figure sur les plans du xviiie s. (mais elle est peut‑être postérieure à l’implantation de la basilique) ; la voie suivait ensuite le chemin de Sainte‑Foy. Les sondages infructueux effectués durant l’automne 1985 laissent supposer que la voie pouvait se situer à un niveau profond, non atteint par les terrassements (inférieur à la cote 169,00 m). Aucune trace du quai du port des Nautes n’a été trouvée en bordure de la zone, mais la fouille ne s’est pas poursuivie suffisamment à l’est de l’abside de Saint‑Laurent. Pour localiser d’éventuels entrepôts, il eut fallu détruire la basilique ou étendre la fouille plus au nord.

27Une domus luxueuse fut construite sur le replat (Leglay 1971 : 420) ; des thermes, repérés plus au nord (rue de la Quarantaine) appartenaient peut‑être également à une habitation privée. La terrasse de la rive droite est donc habitée jusqu’à la fin du ive s. ou au milieu du ve. Une nécropole antique est probable, mais les indices sont ténus ; elle s’étendait peut‑être un peu plus loin, le long de la voie de Narbonnaise, et il faut bien distinguer les sépultures trouvées en place et les remplois dans les structures ou dans les tombes de la basilique. Les nombreux blocs inscrits trouvés dans le quartier ont pu être déplacés comme le suggèrent le sarcophage utilisé pour la fontaine de Choulans, les épitaphes signalées en 1829 à la chapelle Saint‑Laurent (avant sa démolition), en 1841 et 1933 rue de la Quarantaine et les remplois dans la basilique. En 1947, A. Audin signale un couvercle de sarcophages à six acrotères (f2), des cuves de sarcophages à queue d’aronde (f1 et h1) et un sarcophage d’enfant retaillé dans le cippe d’un sévir augustal (i2). Enfin en 1976‑1977, nous avons mis au jour une inscription provenant d’un linteau de mausolée du iie s. et servant de fondation au mur nord de l’abside (Reynaud, Audin 1984).

28Quelques rares sépultures en place auraient été examinées et seulement mentionnées, sans description précise, par A.‑F. Artaud sur la terrasse inférieure (maison Serlio), ou un peu plus haut, Montée de Choulans (bassin du sieur Cusset) (Artaud 1846 : 46‑47). Dans le premier cas, les coffres de plomb accompagnés d’un vase de verre et d’une monnaie de Probus (276‑282) pourraient être datés de la fin du iiie ou du ive s. et la terrasse inférieure apparaîtrait comme déjà transformée en nécropole. En effet, on pourrait considérer la monnaie comme un terminus post quem et les sépultures –non décrites– seraient postérieures à la destruction du bassin, et par conséquent, de l’habitation gallo‑romaine.

29Dans ce contexte, funéraire depuis les origines, on attendrait un lieu de culte antérieur à la basilique des vevie s. que nous n’avons pas su voir sur le moment. À partir de ces données, trop insuffisantes pour arriver à des conclusions sûres, on peut supposer la présence d’une zone construite, d’une nécropole mal localisée (de là proviendraient les nombreuses inscriptions funéraires trouvées au xixe s., ou les remplois de Saint‑Laurent) et peut‑être d’un premier lieu de culte. Des sondages en profondeur, toujours possibles, pourront vérifier ou infirmer cette hypothèse avancée par C. Bonnet.

3.3.2 Un habitat des iveve siècles

30À l’extérieur de la nécropole et sur la première terrasse ont été fouillées deux pièces à fonction d’habitation (fig. 121, fig. 123, fig. 145). Au sud‑ouest, une pièce dont sont connus trois des quatre côtés. Les murs en torchis avaient disparu, alors que subsistaient des blocs d’angle. Le sol en mortier de tuileau donnait la largeur de la pièce (2,90 m) alors que la longueur restait inconnue. L’orientation des murs rappelait assez précisément celle des constructions romaines et l’on peut se demander si l’on n’avait pas là les vestiges d’un habitat antérieur à la basilique. Une datation ante quem est fournie par un peigne en os (fig. 122) et par les monnaies très nombreuses des couches d’occupation et de destruction. La monnaie la plus récente remonterait aux années 388‑395 (monnaie très usée, on y distingue une Victoire allant à gauche et la légende VICTORIA AUGGG.).

FIG. 121 ‒ Saint‑Laurent, habitat gallo‑romain : au sud, petite pièce (le sol de tuileau en donne les dimensions), tombe postérieure ; au nord, plus grande pièce avec de gros blocs de remploi et un foyer en 5.

FIG.122 ‒ Peigne en os triangulaire (Ve s.).

31À proximité immédiate s’étendait une deuxième pièce assez différente de la première. Les murs étaient en moellons liés par un mortier clair ; de gros blocs renforçaient l’angle sud‑ouest, ainsi que le mur ouest. Un foyer était installé sur le sol de terre battue. L’orientation de cette pièce diffère sensiblement de la voisine et de celle du mur de clôture de la nécropole : elle se rapproche de celle de la basilique. Cette maison, sans doute nettement plus tardive que la précédente (présence de céramique estampée grise et orange dans la couche d’abandon), pourrait être contemporaine de la basilique ou de peu antérieure.

32On ignore si ces habitations ont été construites pour des fossoyeurs, pour le clergé desservant, pour des moines –mais aucun monastère n’est signalé par les textes– ou pour toute autre fonction.

3.4 La nécropole et l’église cimétériale

33Comme à Saint‑Just, la fouille a porté sur une partie de la nécropole et de l’église cimétériale.

3.4.1 La nécropole

34La nécropole couvre une surface maintenant bien définie par les murs nord et ouest, ainsi que par l’avancée de la colline au sud ; elle s’étend de part et d’autre de la basilique sur une surface approximative de 0,5 à 1 ha (fig. 123, fig. 121, fig. 158). Au nord, le mur de clôture est percé d’une porte monumentale dont subsistent les deux gros blocs de fondation : ceux‑ci sont légèrement échancrés en cuvette à l’emplacement de la porte et une crapaudine cruciforme servait d’ancrage à un battant unique. Une voie oblique menait sans doute au porche nord du portique occidental. À l’ouest, un mur oblique sert à la fois de clôture à la nécropole et de soutènement à la première terrasse ; au‑delà devait passer la voie de Narbonnaise dont l’emplacement exact n’a pas été repéré avec précision. Au sud, la nécropole était limitée par les premières pentes de la colline. Aucun sondage n’a été effectué dans cette zone. Des tombes ont été repérées et fouillées au nord et à l’ouest à proximité des murs de clôture et de la basilique (fig. 125).

FIG. 123 ‒ Saint‑Laurent, plan de la nécropole : au nord, le mur de clôture et la porte monumentale ; à l’ouest, deux petites maisons ; au sud, l’église.

35Les sondages de l’automne 1985 ont mis au jour une douzaine de tombes de types très divers : des tombes maçonnées (briques ou tegulae), des coffres mixtes (dalles et moellons), ainsi que des tombes maçonnées triples, construites contre le mur de clôture et des fosses en pleine terre, surtout des tombes d’enfants, qui s’étendaient au‑dessus des tombes maçonnées.

36Plus près de la basilique, les sarcophages en demi‑cuves sont le type le mieux représenté. Ils sont en général orientés mais deux d’entre eux s’alignent sur un axe nord‑sud et trois autres sont accolés au portique nord. Viennent ensuite trois sarcophages trapézoïdaux en molasse grise, dont deux installés près du porche du portique nord, puis des tombes maçonnées dont trois sont proches des portiques ; l’une se trouve dans le prolongement des deux tombes nord‑sud, et trois autres plus éloignées, au nord, puis encore des tombes mixtes, dalles et moellons (4 dans la rangée nord‑ouest), des tombes bordées de pierres dressées aux extrémités, parfois pourvues de boules en cabochons (3), et enfin des tombes en pleine terre ou à bordures de galets, surtout au nord, mais aussi jusqu’à proximité de la basilique (10). Un coffre de tegulae a été repéré au nord du transept. Quelques tombes d’enfants sont signalées, en particulier au‑dessus des couvercles.

37Les tombes qui s’appuient contre le mur de clôture sont contemporaines de celles de la basilique. Seules quelques‑unes paraissent nettement postérieures, en particulier une sépulture creusée dans le sol de tuileau de la maison dégagée à l’extérieur de la nécropole.

3.4.2 L’église cimétériale

38Construite à l’extrémité nord de la nécropole, la basilique Saint‑Laurent, aujourd’hui connue sur plus de la moitié de sa surface, apparaît comme un édifice remarquablement bien construit et homogène (fig. 124, fig. 125). La basilique est orientée du nord‑ouest vers le sud‑est (17° au sud‑est).

FIG. 124 ‒ Saint‑Laurent : plan, relevé pierre à pierre.

FIG. 125 ‒ Saint‑Laurent, vue d’ensemble vers l’ouest ; à gauche, le stylobate de la nef ; au centre, le bas‑côté nord ; à droite, le portique nord.

Plan de l’édifice

39Le plan de Saint‑Laurent‑de‑Choulans appartient au type des édifices à transept. La basilique funéraire a été élaborée et construite en une seule campagne : seul le portique aurait pu être le résultat d’une seconde étape, mais peu de temps après l’ensemble, On distingue, d’est en ouest, une abside semi‑circulaire, légèrement plus profonde que large (fig. 126) ; une annexe nord‑est, de même largeur que le transept et pourvue d’un petit réduit à l’est ; un transept débordant divisé en trois parties sensiblement carrées (seul le bras nord et la croisée centrale ont été mis au jour) ; une nef centrale et un collatéral nord ; un portique latéral nord qui, en plan, supprime la saillie du transept ; et un portique occidental.

FIG. 126 ‒ Saint‑Laurent : abside ; annexe nord et bras nord du transept, fondations.

40Nous ne présenterons que quelques dimensions significatives : le diamètre extérieur de l’abside est de 11,54 m, avec des fondations qui dépassent parfois 2 m d’épaisseur. La longueur totale présumée du transept atteint près de 30 m, et celle du bras nord 9 m pour une largeur de 9,80 m. La nef, le collatéral et le portique nord mesurent 28,60 m de long ; en largeur 8,90 m, 4,50 m et 4,50 m. Au total, de l’abside au portique ouest, l’édifice mesure 49,80 m pour une largeur présumée –nef et collatéraux– de 19,60 m.

41L’appareil des maçonneries présente une assez grande unité. Les matériaux les plus couramment utilisés sont le choin (calcaire du bas Bugey) taillé en gros bloc pour les fondations et les chaînages, et le micaschiste, provenant des environs de Lyon (Pierre‑Scize au‑dessus de Vaise), en petits moellons irréguliers. Ces matériaux, les blocs, mais aussi parfois les moellons, proviennent de monuments gallo‑romains. Le mortier est d’un gris proche du blanc. Il est assez dur, grâce à un damage qui assure ainsi une bonne prise de l’ensemble. Seul le mortier des piédroits du porche est très différent : assez tendre et contenant du tuileau, il appartient à une autre campagne de construction.

L’abside

42Elle est l’élément le plus puissant de l’ensemble architectural. Son diamètre intérieur de 8,34 m détermine la largeur de la nef, près de 9 m. Elle est d’1 m plus profonde que large : la profondeur dans l’axe atteint 5,22 m pour un rayon intérieur de 4,17 m, d’où un tracé légèrement outrepassé. La puissance des murs est considérable : les fondations –trois assises de blocs de choin disposés en éventail– s’ancrent à 4 m de profondeur, et leur épaisseur atteint 1,90 à 2 m à la base (ou même 2,40 m si l’on compte certains gros blocs) (fig. 126). Dans ses parties hautes, le mur ne dépasse pas 1,50 à 1,55 m.

43L’abside est contrebutée par deux contreforts de 1 m de largeur (longueur inconnue) et par les annexes latérales. Un repentir semble être intervenu en cours de construction et la base du mur a été renforcée (fig. 127). Cette puissance des fondations s’explique par la proximité du fleuve : si l’on se réfère à la situation au milieu du xvie s., la galerie de l’hôpital de Gadagne, construite sur le bras sud du transept de la basilique, est à quelques mètres des berges. Ce renforcement d’une structure au bord de l’eau se retrouve au mur des bords de Saône, à l’aplomb du groupe épiscopal.

FIG. 127 ‒ Saint‑Laurent : mur nord de l’abside à l’extérieur avec son doublage réalisé en cours de construction (sondage dans le parement extérieur, au‑dessus d’un bloc gallo‑romain de remploi).

44Aucun vestige de sol ou de sous‑sol, d’autel ou de sépulture n’est resté en place, les constructions postérieures ayant creusé leurs fondations jusqu’aux divers niveaux gallo‑romains au nord, ou jusqu’aux alluvions du fleuve au sud, alors que le sol de l’église devait se trouver à une altitude d’environ 167,50 m. Une tranchée de fondation assez étroite (0,30 m environ) a été fouillée à l’intérieur de l’abside (monnaie de Maxime, 383 ap. J.‑C.).

L’annexe nord et son réduit

45L’annexe s’inscrit entre l’abside et le bras nord du transept. On peut en supposer une autre semblable, au sud. Son mur nord, long de 5,30 m, est le prolongement de la façade du transept, alors que son mur oriental est nettement oblique (fig. 124, fig. 126, fig. 130). Un petit réduit se greffe sur le mur oriental. Les murs sont de puissance moyenne (0,90 m d’épaisseur) et construits en moellons, si l’on excepte les blocs des chaînages d’angle. Les fondations sont nettement moins profondes que celles de l’abside et sont contemporaines du renforcement extérieur de celle‑ci. Les murs de la petite annexe sont liés à ceux de la grande. Aucun sol ni sous‑sol appartenant à cette annexe n’a été mis au jour. Seules ont été retrouvées les tranchées de fondation recoupant les alluvions du fleuve. Deux fosses à chaux ont été identifiées : l’une sous le réduit, l’autre près du mur est du transept. Les parois de la fosse nord‑ouest étaient autrefois limitées par des planches de bois.

Le transept

La croisée

46L’intersection entre l’abside, le transept et la nef est délimitée par des fondations profondes reliant entre elles des chaînages d’angle en gros blocs de choin. L’espace ainsi créé atteint 10,60 m dans le sens nord‑sud et seulement 9,80 m dans le sens est‑ouest.

47Les murs nord et est des fondations s’enfoncent aussi profondément que ceux de l’abside ; leur épaisseur, plus forte à la base, se rétrécit pour atteindre 0,90 à 0,95 m dans les parties hautes. Ces structures sont construites uniquement en moellons sauf dans les parties basses où elles s’appuient sur une assise de gros blocs dont la longueur peut dépasser l’épaisseur du mur. La technique de construction a été étudiée avec précision : ainsi, le mur nord présente quatre banchées successives de six assises de moellons chacune (soit 0,60 à 0,70 m de hauteur) (fig. 179). Les chaînages d’angle de la croisée sont renforcés par cinq séries de blocs qui étaient nécessaires pour arriver à un niveau de sol situé autour de la cote 167,50/167,70 m. Trois à quatre séries seulement sont conservées. La hauteur des blocs des chaînages d’angle détermine l’épaisseur des banchées. Les chaînages sont constitués d’assises de blocs hauts et larges de 0,60 à 0,70 m sur 1,50 m de longueur. Pour obtenir un meilleur équilibre, ces blocs ont été disposés deux par deux, tantôt dans un sens, tantôt dans l’autre. Les fondations des murs et des chaînages sont liées entre elles et l’ensemble appartient à une seule campagne de construction. L’intérieur de la croisée a été remblayé au‑dessus des couches de destruction gallo‑romaines. Les assises supérieures du mur nord ont été coupées obliquement lors de travaux postérieurs à la démolition de la basilique (construction de la chapelle romane).

Le bras nord

  • 4 Wuilleumier et al. 1949 : 12. Le mur est qui présentait à sa limite de démolition, un négatif de gr (...)
  • 5 Colardelle 1983 : 100. Faute de document graphique précis, nous nous contenterons de rappeler que l (...)

48Seul ce bras, dont ne subsistent que les fondations (fig. 128), a été mis au jour. Il s’avance de 5 m vers le nord, au‑delà du collatéral ; long de 9,60 m et large de 9,80 m, il est délimité au nord et au sud par des murs nettement obliques par rapport à l’axe de la nef. Les murs sont d’épaisseur moyenne (1,10 m). Des assises de gros blocs se mêlent aux assises de petits moellons4,5.

FIG. 128 ‒ Saint‑Laurent : vue du transept en bas, de la nef centrale à gauche, puis du bas‑côté et du portique nord.

49Le mur nord, moins bien dégagé et conservé sur une assez faible hauteur, ressemblait au mur est, par ses fondations appuyées sur un à deux niveaux de gros blocs (un des blocs mesurait 1,55 m de long). Le mur ouest était plus varié dans son élévation avec un radier de moellons, une assise de gros blocs, un parement de moellons irréguliers puis à nouveau une assise de blocs de choin et des moellons irréguliers (hauteur totale des fondations 3 m).

50Comme partout sur le site, les murs sont construits dans une tranchée assez étroite rebouchée après chaque installation d’assises de gros blocs. Ce phénomène explique une espèce de ressaut de fondation intermédiaire au parement du mur ouest. Ces moellons, ou ces blocs en saillie sur le mur ont été posés alors que la tranchée était comblée jusqu’au niveau de travail, d’où l’impression erronée d’une deuxième campagne de construction. Les tranchées relativement étroites à la base s’évasent largement au‑dessus des niveaux gallo‑romains (fig. 129) ; viennent ensuite les remblais contemporains de la basilique puis les remblais modernes. Un comblement par étapes contemporaines de l’installation des gros blocs se repère très nettement en coupe dans la tranchée de fondation du mur sud.

FIG. 129 ‒ Saint‑Laurent : mur ouest du transept et tranchées de fondations (coupe).

La nef

51Seules les fondations nord de la nef et le stylobate qu’elles supportent ont été reconnus : d’une longueur de 28,60 m, y compris le mur de façade (27,60 m à l’intérieur), la nef atteignait sans doute 8,90 m de large entre les stylobates ou 9,10 à 9,20 m entre les colonnes. Elle était trois fois plus longue que large. Épargné par l’absence de sépultures, le sol en mortier de tuileau était partiellement resté en place.

52Conservées sur toute leur hauteur et surmontées par les dalles du stylobate, les puissantes fondations sont intactes (sauf deux travées orientales). En coupe, on remarque une grande variété dans l’épaisseur, en fonction des dimensions des gros blocs de choin. Ces blocs se superposent à l’aplomb des colonnes pour renforcer les fondations ; comme à la croisée du transept, ils sont disposés en carreaux et boutisses et atteignent une hauteur totale de 3,50 m, soit cinq assises. Entre ces blocs s’installent les fondations en moellons irréguliers où apparaissent également quelques gros blocs (sur deux assises dans la première travée à l’ouest) (fig. 130).

FIG. 130 ‒ Saint‑Laurent, vue vers le sud : élévation des fondations de l’abside, du transept et du stylobate de la nef (à droite, les gros blocs et les encoches dans les dalles indiquent l’emplacement des bases).

53Le stylobate suit une pente régulière d’ouest en est, de 168,70 m à 168,32 m ; à l’ouest dans la zone mieux conservée, il est constitué de blocs rectangulaires encore en place (L = 1,50 à 1,90 m ; h = 0,50 m ; 1 = 0,85 m). Les bases des colonnes devant être strictement horizontales, il est échancré chaque fois de quelques centimètres à l’ouest, ce qui donne l’implantation exacte de 4 colonnes sur 6. Ces bases ne sont pas toujours installées à égale distance les unes des autres et l’espacement moyen est de 4 m. La base de type attique trouvée en place mesure 0,64 m de côté et devait supporter une colonne de 0,45 m de diamètre au‑dessus d’un profil mouluré dessinant une scotie entre deux tores (fig. 131). À l’ouest, une avancée du mur de façade annonce un pilastre en saillie vers l’intérieur. Le mur de la façade de la nef est coupé au sud de ce pilastre. À l’est le stylobate est dépourvu de ses dalles horizontales. Cette destruction oblique s’explique par la construction de la chapelle romane dont l’axe était différent de celui de la basilique.

FIG. 131 ‒ Saint‑Laurent : base en place au‑dessus du stylobate de la colonnade de la nef.

54Les tranchées de fondation, d’abord étroites, s’élargissent au‑dessus des niveaux gallo‑romains ; on distingue là encore très nettement le remplissage de la tranchée après l’installation de chaque assise de gros blocs (fig. 129). Une couche de chaux épaisse souligne le niveau de travail, après la pose du stylobate. Sur un remblai de 0,50 m est posé un sol en béton de tuileau ; ce sol, d’environ 10 cm d’épaisseur au‑dessus d’un radier de galets, est conservé en lanières étroites sur les deux travées orientales de la nef, entre les cotes 167,90 et 168,00 m. Aucune sépulture n’est venue percer le sol dans le secteur où il a été étudié.

Le collatéral nord

55Le mur latéral du collatéral nord est conservé sur toute sa longueur (fig. 133). On ne peut en revanche que reconstituer le collatéral sud. Le collatéral a la même longueur que la nef, soit 28,60 m. Relativement étroit, il atteint 3,40 m de largeur à l’intérieur, 4,05 m avec le mur nord, soit la moitié de la nef. Il ne reste des murs que leurs fondations ; seul le mur de la façade occidentale s’élève sur 0,75 m de hauteur. Quelques dalles du sol ont été trouvées en place par A. Audin, au‑dessus de sépultures qui occupaient la presque totalité du sous‑sol. Par sa puissance, le mur nord du collatéral peut se comparer à celui de la nef ; son épaisseur varie de 1,10 en élévation à 1,55 m en fondation. D’une construction plus régulière, il aligne deux assises de gros blocs de choin au‑dessus d’un épais radier de moellons et de galets, très débordant. Le radier est toutefois moins profond que celui de la nef ou celui du transept ; quelques assises de moellons s’élèvent par endroit au‑dessus des blocs.

56La seule irrégularité dans le mur se constate à proximité du transept, en plan comme en coupe (fig. 132). Les tranchées du mur nord de la nef et du mur nord du collatéral sont creusées dans les niveaux gallo‑romains conservés en place. Peut‑être même ont‑elles été remblayées par une crue du fleuve avant la construction du mur, d’où une sorte de seconde tranchée plus étroite, creusée dans la première ; du côté nord, la stratigraphie trop perturbée par les travaux de 1947 n’a pu être étudiée. Toute la surface du sous‑sol du collatéral est occupée par des sépultures. En 1947, quatre grandes dalles du sol et quelques petites ont été trouvées dans l’axe du portail nord, à la cote 168,30 m, soit 0,30 à 0,40 m au‑dessus du niveau du sol de la nef centrale. Le mur latéral nord devait être conservé quelque peu au‑dessus du sol puisque A. Audin signale un enduit de tuileau sur sa face externe sur 1 m de longueur, à proximité de la façade.

FIG. 132 ‒ Saint‑Laurent : liaison du mur du portique nord et du transept en coupe ; à gauche, le chaînage d’angle nord‑ouest du transept et au‑dessus le mur du portique nord ; à droite, les couches en place contemporaines du mur du transept et situées sous le mur du portique nord.

FIG. 133 ‒ Saint‑Laurent : bas‑côté nord.

La façade occidentale

57Ses vestiges s’élèvent sur une hauteur maximum de 0,75 m (fig. 134), malgré les trois canalisations qui la percent de part en part. L’épaisseur du mur atteint 2 m en fondation et 1,10 m en élévation. Une assise de gros blocs de choin subsiste à la base de l’élévation et laisse la place à des assises de moellons irréguliers. Deux blocs accolés, qui marquent le chaînage d’angle en fondation, ne sont plus surmontés que d’un seul bloc de plus petite taille. À l’intérieur, l’enduit de tuileau signalé par A. Audin subsistait encore, mais nous n’avons pas trouvé de traces nettes d’arrachement de dalle de marbre : l’enduit s’arrête à la cote 168,75 m, au‑dessus du ressaut des fondations, niveau présumé du sol. En profondeur, le mur de façade s’élargit et reste uni au mur de la nef. La pente très nette du sol de l’édifice, de l’ouest vers l’est, explique sans doute que l’on n’ait pas ressenti le besoin de fonder aussi profondément cette façade et que l’on ait supprimé une assise de gros blocs.

FIG. 134 ‒ Saint‑Laurent : façade occidentale, élévation intérieure et son enduit de mortier à tuileau (très perturbé par des conduits modernes).

Les portiques

58Deux portiques ont été mis au jour : l’un au nord (fig. 124), l’autre à l’ouest ; on peut supposer un portique semblable au sud.

59Le portique nord a exactement la même longueur que la nef (28,60 m) ; sa largeur (4,50 m hors tout) est égale à celle du collatéral ou à la moitié de celle de la nef principale. Les trois nefs et les portiques nord et sud couvrent donc un espace carré. Les dimensions du portique occidental devaient égaler celles de la nef (28,60 m) et approcher celles du transept (léger décrochement du portique par rapport aux angles du transept). Les portiques nord et ouest sont séparés par un seuil ; une dalle de tombe forme marche entre les deux espaces dont le niveau de sol diffère sensiblement. Le sol du portique nord était à environ 168,10 m d’altitude (près du porche nord) pour atteindre 168,40 m vers l’ouest : le sol du portique occidental variait de 168,60 à 168,80 m.

60Les structures des portiques sont beaucoup plus légères que celles de la basilique proprement dite. Ainsi, les fondations du mur nord sont peu profondes et ne dépassent pas 0,80 m d’épaisseur à la base ; les assises de moellons irréguliers reposent sur une semelle légèrement débordante. On n’utilise pas de blocs de choin, sauf à l’angle nord‑ouest du portique occidental. Au‑dessus du ressaut de fondation, le mur atteint 0,54 m d’épaisseur. Le mortier, quoique légèrement plus gris et nettement plus friable, ressemble à celui de la basilique. Le portique nord ouvrait sur l’extérieur par une colonnade (fig. 135). Un fragment de stylobate existe encore avec l’emplacement des bases de colonnettes trouvées en place en 1947 ; le socle carré (0,38 m de côté) supportait une colonnette de 0,27 m de diamètre ; les colonnettes étaient distantes de 1,60 m. Le stylobate étant conservé à la cote 168,35 m et le sol voisin à 170,10/170,15 m, la colonnade n’était donc pas posée sur un mur bahut élevé, mais était presque de plain‑pied avec le sol du portique et celui du cimetière voisin, comme dans un portique antique ; la légère différence de niveau est semblable à celle qui existe entre le stylobate de la nef et le sol voisin. Le stylobate du portique semble avoir suivi la même pente que celui de la nef.

FIG. 135 ‒ Saint‑Laurent : portique nord, coupe et élévation ; voir à gauche le stylobate des colonnettes et l’emplacement des bases.

61Le portique occidental est moins bien conservé. Ses fondations sont semblables à celles du portique nord. Un bloc de choin renforce l’angle nord‑ouest. Les fondations débordent cette fois vers l’intérieur d’où une certaine différence de largeur entre les portiques (4,3 m pour le portique ouest, 4,50 m pour le portique nord). Une reprise est possible dans le mur nord du portique occidental. On en retrouve la marque dans le pilastre au nord du seuil entre les portiques nord et ouest, ainsi que dans le porche ouvert au nord du portique ouest.

62Le porche installé au milieu du portique nord (en fait légèrement décalé vers l’est pour se trouver dans l’axe d’un entrecolonnement) résulte très nettement d’une reprise (fig. 135‑136). Les deux piédroits de ce porche sont conservés sur 0,70 à 0,80 m de hauteur. Assez puissants (2,70 à 2,20 m de long, sur 1,10 m de large), ils chevauchent les fondations du mur nord et s’ancrent à moins de 1 m sous le dallage. Les fondations du piédroit oriental passent par‑dessus le couvercle d’un sarcophage en place. Ces piédroits sont d’un appareil et d’un mortier très différents de ceux de la basilique ou des portiques. L’appareil est très régulier et comporte quelques remplois de briques ; les chaînages d’angle sont en pierres d’appareil (calcaire blanc crayeux de Seyssel) d’environ 0,18 m de haut sur 0,30 à 0,70 m de longueur ; le mortier teinté de tuileau est relativement tendre. Les deux piédroits sont séparés d’environ 4 m et deux dalles marquent le seuil : en 1947, d’autres dalles étaient encore en place à l’intérieur et à l’extérieur du porche (Wuilleumier et al. 1949 : 14‑16).

FIG. 136 ‒ Saint‑Laurent : reconstitution (Ve‑VIe s.).

63Deux bases de colonnes également en place en 1947 soutenaient à l’origine des colonnes hautes de 3,50 m et d’un diamètre de 0,38 m à la base ; des fragments de sommier et de calcaire jaune hauts de 0,46 à 0,50 m, des éléments de corniches décorées et des corbeaux de calcaire blanc appartenaient aux arcs de la galerie. Des morceaux de verre et des fragments de mosaïque ont été trouvés dans la même zone.

3.4.3 Une église de l’époque burgonde

64L’état de conservation relativement bon de la moitié nord de l’édifice a rendu possible une analyse approfondie des méthodes de construction. En 1976, nous avions émis l’hypothèse d’un édifice construit en deux temps : la première basilique aurait comporté une abside, un transept et une nef unique, et des collatéraux auraient été ajoutés par la suite (Reynaud 1976 : 485‑486). Nous estimons maintenant que l’ensemble appartient à une même campagne de construction.

65Dans l’abside, la longueur des blocs de fondation (1,50 à 1,55 m) –la même que celle des fondations du stylobate de la nef– semble avoir été prévue pour déterminer l’épaisseur de l’abside. Les fondations ayant été élevées sur plus de 1,50 m, elles furent ensuite renforcées en disposant des blocs de choin en avant du parement primitif. Ce dernier a été retrouvé à l’angle extérieur entre l’abside et le bras nord du transept au‑dessus d’un gros bloc long de 2,20 m, un ancien linteau inscrit appartenant à un mausolée du iie s. et réutilisé comme seuil (Reynaud, Audin 1985).

66Le collatéral nord fait bien partie de la première campagne de construction. Une meilleure connaissance des techniques de construction permet maintenant de comprendre certaines anomalies apparentes ; ainsi les ressauts de fondation intermédiaires correspondent à des étapes dans l’élévation des murs. De même, le mur du collatéral qui ne semblait pas lié à celui du transept a bien été construit en même temps ; en témoignent les pierres d’attente prévues dans le mur du transept et le gros bloc de choin qui sert de fondation à l’extrémité est du mur du collatéral et sur lequel s’appuie le ressaut de la deuxième banchée du mur du transept. Enfin, on peut affirmer que les irrégularités du mur du collatéral –parement oblique au nord et gros bloc transversal– sont dues à la nécessité de bien accorder les murs entre eux.

67Les portiques aussi semblent prévus dès l’origine. Ils apparaissent en plan comme remarquablement intégrés à l’ensemble, dans un rapport harmonieux longueur‑largeur qui n’est guère concevable a posteriori ; l’ensemble oriental (transept‑annexe nord et réduit oriental) est égal à la moitié de l’ensemble occidental (nef plus portique ouest), de même la présence des portiques latéraux supprime le décrochement du transept. À titre indicatif, on peut ajouter que Saint‑Laurent avec son portique ouest a exactement la même longueur que Saint‑Ferréol de Vienne, soit 49,80 m ; ce chiffre semble donc correspondre à une valeur significative (100 coudées) (Reynaud 1981b : 130). En élévation, les portiques constituent un premier niveau qui devait donner à l’ensemble un profil pyramidal d’un bel effet (fig. 136). La faiblesse des structures s’explique par leur fonction de support d’une colonnade légère. Cette faiblesse est relative puisqu’à Saint‑Just, les murs de la basilique ont la même épaisseur en fondation. L’appareil en moellons irréguliers, le bloc d’angle (nord‑ouest) rappellent les murs de l’annexe nord‑est.

68Certes, on peut regretter que la liaison entre le mur du portique nord et l’angle nord‑ouest du transept ait été perturbée avant l’intervention de 1976. De toutes façons, la chronologie relative entre les murs n’aurait pas été probante, le mur du portique étant plaqué contre un chaînage d’angle de gros blocs et, à Saint‑Laurent comme à Saint‑Just, les murs légers des portiques ne devant pas être liés aux murs plus puissants du transept.

69Une coupe effectuée à l’intersection du transept et du mur nord du portique (fig. 132) montre que les niveaux gallo‑romains et un premier remblai sont coupés par l’étroite tranchée de fondation du transept. Le mur du portique s’installe au‑dessus du premier remblai ; il est construit hors tranchée, puis le terrain est remblayé jusqu’au niveau de travail de l’élévation de la basilique (couche de chaux ; alt. 167,10 m). Le second remblai qui débute à la cote 166,30/166,40 m (couches 3112‑3112) est au même niveau que celui du collatéral nord : dans les deux cas, il appartient bien à la campagne de construction de la basilique. On peut supposer que les portiques ont été construits à partir du moment où l’élévation des murs de la basilique atteignait le niveau 166,40 m, c’est‑à‑dire dépassait les tranchées de fondation.

70La sépulture la plus ancienne a été trouvée dans le portique nord (Felemoda, 599 ap. J.‑C.) et tous les types de sépultures sont représentés dans les portiques comme dans le collatéral. On ne peut donc affirmer que les tombes du collatéral sont plus anciennes que celles du portique.

71Ce faisceau d’éléments et l’absence d’argument venant appuyer l’hypothèse de portiques construits assez longtemps après la basilique nous font considérer que portiques et basilique ont été conçus comme un même ensemble. Tout au plus peut‑on supposer un léger décalage dans la construction des fondations, celle de la basilique et celle du portique.

Reconstitution

72La reconstitution de Saint‑Laurent‑de‑Choulans (fig. 136) pose le problème du type de transept utilisé et celui de l’élévation de la nef en fonction des portiques contemporains. L’abside à contreforts, les annexes plus basses que l’abside et que le transept se reconstituent aisément. Le transept se subdivise en trois surfaces égales dont la largeur (7,80 m) est presque celle de la nef ; on peut donc supposer que les bras du transept sont aussi hauts que la nef centrale. On peut toutefois admettre une nef se prolongeant jusqu’à l’abside et dominant un transept bas.

73La puissance des chaînages, à l’intersection entre la nef et le transept, suggère la présence d’une véritable croisée pourvue d’arcs soutenant une structure surélevée. La couverture de la croisée ne peut être reconstituée avec précision : une coupole est improbable, une architecture de pierre et de bois avec lanterneau est possible. Nous avons pourtant choisi de présenter un transept sans tour de croisée pour que le lecteur, ayant sous les yeux l’exemple de Saint‑Just, puisse se rendre compte que, dans l’état actuel de nos connaissances, les deux solutions, avec ou sans tour, sont possibles (fig. 189). Les bras du transept pouvaient être plus bas que la croisée, soit plutôt de même hauteur (voir l’argumentation dans le chapitre sur les transepts).

74Si l’on admet que les portiques sont prévus dès l’origine, il faut supposer une nef centrale assez haute pour que chaque niveau puisse avoir son éclairage propre. La hauteur des colonnes de la nef (3,70 m, soit moins de 5 m base et chapiteaux compris) peut être calculée d’après les bases trouvées en place (diamètre 0,45 m) et d’après l’entrecolonnement. Une colonne de granité de Baveno récupérée en 1907 présente ce même diamètre (0,46 m de base) ; elle est malheureusement incomplète (1,74 m de haut). A. Audin suggère des colonnes de 5 m de hauteur pour la nef et de 2,50 m pour le portique sud (Wuilleumier et al. 1949 : 13). Nous n’avons pas ici l’intention de donner des cotes précises, les dimensions proposées restant approximatives. On peut toutefois rappeler que, d’après Vitruve, la hauteur des colonnes est proportionnelle à l’entrecolonnement. À Saint‑Laurent, celui‑ci est compris entre 3,80 et 4 m ; des chiffres de près de 5 m pour le sommet des chapiteaux et de près de 15 m pour le sommet des murs sont fréquents à Ravenne (S. Apollinario in Classe, basilica Apostolorum), comme à Rome (S. Pancrazo, s. Vitale, s. Giovanni e Paole) ou à Tours et Clermont‑Ferrand, si l’on en croit les textes.

75Les portiques se présentent comme des galeries assez larges et ouvertes sur l’extérieur par des arcs : l’ensemble ne devait guère dépasser 3,50 m de hauteur sous clef avec des colonnettes d’environ 2 m d’après les bases trouvées.

3.5 Les sépultures et le mobilier funéraire : chrono‑typologie

3.5.1 Les tombes

76Les tombes sont nombreuses au nord de la basilique (fig. 137, 139). Elles se répartissent de façon égale entre l’intérieur de la basilique (collatéral nord) et les portiques (fig. 137, 138). La zone orientale de la basilique, détruite jusqu’au niveau gallo‑romain, n’en a livré aucune alors que l’on peut raisonnablement penser qu’elles existaient à l’origine. Plus à l’ouest, dans la nef centrale où le sol en mortier de tuileau était partiellement conservé, aucune n’a non plus été mise au jour ; seuls les collatéraux et les portiques étaient donc utilisés pour recevoir les défunts. Dans les portiques nord et ouest, elles occupaient toute la surface disponible (fig. 138, fig. 140).

FIG. 137 ‒ Saint‑Laurent : typologie des tombes dans l’église et à l’extérieur.

FIG. 138 ‒ Saint‑Laurent : plan d’ensemble des sépultures (plan partiel pour l’extérieur).

FIG. 139 ‒ Saint‑Laurent : détail des tombes au nord du portique ouest (notons les tombes 88, 87 et 100 sur un accès au portique).

FIG. 140 ‒ Saint‑Laurent : tombes avec leur couvercle.

77Les corps sont en général orientés ; les superpositions sont rares, mais les réinhumations et les réductions fréquentes. De nombreuses inscriptions, parfois en place, ont été récupérées par les fouilleurs de 1947 ou par nous‑mêmes. Des vases ont été trouvés brisés au‑dessus des sépultures ou à proximité immédiate. Dans le remplissage, le matériel est rare mis à part quelques agrafes à double crochet. On manque d’éléments pour affirmer que la basilique a été utilisée comme nécropole après le viiie s., mais des tombes tardives, difficiles à dater plus précisément, ont été fouillées à l’intérieur de l’édifice.

78Ces sépultures sont de types très divers et, dans l’ensemble, assez différentes de celles de Saint‑Just. Nous procéderons ici à une description typologique qui sera reprise d’une façon plus synthétique dans le chapitre sur les nécropoles.

Les sarcophages

Sarcophages monolithes à parois épaisses

79Ces sarcophages (7 exemplaires ; fig. 141) sont de grande taille : 0,76 à 0,78 m sur 2,20 m ; leurs parois sont épaisses (0,15 m) ; ils sont taillés dans des blocs de remplois, par exemple dans un couvercle de sarcophage à six acrotères. L’influence des tombes trapézoïdales se fait sentir : parfois seul l’intérieur de la cuve est plus large à la tête qu’aux pieds ; parfois la cuve elle‑même est légèrement trapézoïdale ; certaines présentent une encoche céphaloïde. L’encoche est nettement circulaire ; elle est creusée de quelques centimètres seulement, ce qui la distingue d’une alvéole. Cette encoche est commune aux demi‑cuves accolées et aux gros sarcophages monolithes. À ces grands sarcophages sont en général associés des couvercles monolithes ; les dalles de couverture sont souvent des remplois antiques ; d’autres tombes (SL 14bis) sont fermées par plusieurs dalles.

FIG. 141 ‒ Saint‑Laurent : sarcophages monolithes à parois épaisses.

80Les sarcophages monolithes à encoche céphaloïde sont présents à Saint‑Laurent‑de‑Choulans (2 exemplaires), ainsi qu’à Vienne et à Grenoble. À Vienne, un sarcophage à encoche céphaloïde apparaît comme une des deux tombes primitives de la memoria centrale (fin ve‑début vie s.). D’autres se sont établis à proximité de la memoria qui subsiste après la construction de l’oratoire Saint‑Georges pendant un temps assez long, qui pourrait aller jusqu’aux viieviiie s. (Jannet‑Vallat 1982 : 101‑115). À Saint‑Ferréol de Saint‑Romain‑en‑Gal, deux sarcophages monolithes rectangulaires à encoches encadrent un sarcophage monolithe simple ; ces sarcophages paraissent contemporains de la basilique (entre la fin du ve s. et le viiie s., ou même postérieurs) (Reynaud 1978b : 44‑51). À Saint‑Laurent de Grenoble, les sarcophages monolithes trapézoïdaux à encoche céphaloïde de la memoria sont datés du vie s. (Colardelle et al. 1982 : 49‑64).

81Les sarcophages monolithes de Saint‑Laurent‑de‑Choulans, rectangulaires à l’extérieur et légèrement trapézoïdaux à l’intérieur, remontent aux veviie s. ; ils sont rapidement pourvus d’une encoche céphaloïde.

Sarcophages monolithes trapézoïdaux

82Très fréquents à Saint‑Laurent‑de‑Choulans, ils peuvent se diviser en plusieurs sous‑types par la forme, le matériau, le couvercle et parfois la présence de boudins à la tête.

83● Sarcophages trapézoïdaux en grès et couvercle en bâtière (12 exemplaires)

84Taillés dans un grès gris des Monts d’Or (molasse grise pour A. Audin), ils sont très homogènes par leur forme, très nettement trapézoïdale et par leurs dimensions moyennes (1,90 à 2 m) ; les couvercles sont en même matériau. Taillés en bâtière, ils présentent parfois un replat central ; dans ce cas, deux prolongements latéraux du replat ébauchent le dessin d’une croix. À Saint‑Laurent‑de‑Choulans, 2 de ces sarcophages sont datés du milieu du viie s. On en trouve à peu près dans toutes les nécropoles suburbaines sauf à Vienne (1 à Saint‑Pierre). Ils sont présents à Saint‑Julien‑en‑Genevois, à la Madeleine à Genève (Colardelle 1983 : 68‑69 ; Bonnet 1977 : 101‑108). À Saint‑Julien‑en‑Genevois, le sarcophage trapézoïdal, taillé dans la molasse, est rapproché par M. et R. Colardelle des coffres de dalles et attribué plutôt à la première église (fin du veviie s.) (Colardelle 1977 : 64‑71).

85● Sarcophages trapézoïdaux en calcaire blanc et parois minces (7 exemplaires)

86Ils ont la même forme et les mêmes dimensions que les précédents ; seuls diffèrent le matériau (calcaire blanc et tendre de Seyssel) et l’épaisseur des parois (5 à 6 cm). L’un d’eux a conservé un couvercle en bon état, bombé, trapézoïdal et recreusé à l’intérieur. Ces tombes se rencontrent dans le portique nord, comme dans le collatéral sud.

87 Sarcophage trapézoïdal à taille décorative et couvercle arrondi (1 exemplaire)

88Par le matériau, par le couvercle arrondi et par la taille décorative de ses flancs, il ressemble à ceux du Bassin parisien (viie s.) étudiés par G.‑R. Delahaye (Delahaye 1981 : 185‑234).

Sarcophages en demi‑cuves accolées

89Ces sépultures (26 exemplaires), qui représentent un septième de l’ensemble, se répartissent surtout dans les portiques. Les demi‑cuves sont irrégulières, parfois de même taille et de même matériau, parfois de taille et de matériaux différents ; elles sont souvent assemblées par des cales en pierre, parfois liées au mortier ; celles qui correspondent à la tête sont souvent dotées d’une alvéole céphaloïde (quelques centimètres de profondeur), particularité qui se retrouve spécialement dans les portiques. Deux tombes présentent une feuillure au bord supérieur de la cuve (fig. 142). Les couvercles sont de type très divers : une dalle parfois énorme, le plus souvent deux dalles. Ce type de tombes, nous l’avons vu, apparaît à Saint‑Just entre le milieu du ive et le milieu du ve s. Il se retrouve dans un autre contexte, relativement bien daté, celui de Saint‑Georges de Vienne, dans la partie orientale de la nécropole extérieure à la grande basilique Saint‑Pierre (Reynaud et al. 1974‑1975), où des sarcophages en demi‑cuves sont contemporains du portique adossé au chevet (fin ve, début vie s., en tout cas antérieur au milieu du vie s.).

FIG. 142 ‒ Saint‑Laurent : sarcophage en demi‑cuve et alvéole céphaloïde.

Coffres de dalles trapézoïdaux

90Ces coffres, peu nombreux (6 exemplaires), utilisent de grandes dalles de calcaire coquillier des Monts d’Or pour les grands côtés et de petites dalles pour les petits côtés, le fond et le couvercle. La forme est nettement trapézoïdale. Ces tombes sont disséminées dans les trois zones à l’intérieur de la basilique : portiques ouest et nord, collatéral nord.

91Les coffres en dalles minces, d’abord rectangulaires, ensuite trapézoïdaux, sont couramment utilisés à l’époque barbare. À Saint‑Georges de Vienne, les plus anciens sont rectangulaires ; ils remonteraient au milieu du vie s. (Jannet‑Vallat 1987). À Lyon, ils sont trapézoïdaux dès cette époque. Dans la première église de la Madeleine, à Genève, ils sont bien situés dans le temps (vie s.) (Bonnet 1977 : 78‑86) et antérieurs aux tombes maçonnées ; ils constituent l’élément dominant de la nécropole et on les trouve aussi à Saint‑Gervais (fouilles en cours) et à la basilique de Sion (Sous‑le‑Scex). À Sézégnin (34 % de l’ensemble) ils sont utilisés de la seconde moitié du vie s. au début du viiie s. (Privati 1983 : 36) ; à Roissard, on les rencontre au viie s. (Colardelle 1983a : 32‑36) ; à Saint‑Julien‑en‑Genevois, ils sont associés à la première église du vie s. (Colardelle 1977 : 64‑71) ; à Seyssel, ils appartiennent au premier état de la basilique, à partir du vie s. (Colardelle 1977 : 64‑71 ; Bizot et al. 1980 : 87‑89). Ils sont en revanche rares à Viuz‑Faverges (deuxieme église, fin du viiie s.). Ces coffres, particulièrement nombreux en milieu ruralsont également utilisés en milieu urbain à Genève, à Sion et à Lyon ; ils sont absents à Vienne dans leur forme primitive.

Tombes maçonnées

92Elles constituent le modèle le plus représenté (70 exemplaires), soit près de la moitié de l’ensemble (fig. 143). Ce type de sépultures, qui couvre un laps de temps assez long du ve au viie s., apparaît dans la région à Saint‑Laurent‑de‑Choulans, au cours du vie s. Selon leur mode de construction, on peut distinguer plusieurs sous‑types.

FIG. 143 ‒ Saint‑Laurent : sépulture à l’intérieur de l’église (tombe maçonnée).

93● Sous‑type A (23 exemplaires)

94Les parois sont bâties en moellons, en briques ou en tegulae liés par du mortier ; le fond est souvent en briques ou tegulae. La forme est nettement trapézoïdale, avec des largeurs variant de 0,30 à 0,52 m ; elle est parfois allongée ou oblongue. Pour certaines de ces tombes, les parois ne sont liées au mortier que sur l’assise supérieure. Le mortier est teintée par du tuileau, parfois seulement saupoudré en surface.

95Les plus précoces de ces tombes apparaîtraient à Saint‑Julien‑en‑Genevois (tombe du fondateur) dès la seconde moitié du ve s. (Colardelle 1977 : 64‑71) et à la Madeleine de Genève dont la memoria, de la fin du ve ou du début du vie s., renferme une tombe maçonnée de forme oblongue (T 29) ; d’autres sont installées dans la nef (T 23) ou dans le portique (T 13, tombe double à l’origine). Leur emploi se prolonge (fin vieviie s.) dans l’église II de la Madeleine (Bonnet 1977 : 62‑114). À Saint‑Laurent d’Aoste, où elles apparaissent dès le milieu du vie s. (Perinetti 1981 : 47‑92), se rencontrent des tombes maçonnées rectangulaires (T 31) et d’autres trapézoïdales (T 24). Une tombe double (S 153, VIe‑VIIe s.) est signalée à Viuz‑Faverges (Colardelle 1982 : 15). Deux tombes maçonnées ont été repérées à Sézégnin dans les niveaux tardifs du viie s. (Privati 1983 : 39‑40) ; à Saint‑Julien‑en‑Genevois, les tombes 51 et 52 sont faites de dalles dont les joints maçonnés rappellent de très près les tombes de Saint‑Laurent (Colardelle 1983a : 100‑109) ; dans les deux cas, nous sommes en présence de tombes doubles ; d’autres sont mentionnées à Saint‑Maurice d’Agaune (Blondel 1966 : 29‑34).

96 Sous‑type B (22 exemplaires)

97La construction est médiocre ; les parois sont faites par endroits de dalles, de pierres, de briques posées sur chant, par endroits de maçonnerie ; certaines pourraient presque être considérées comme des coffres de dalles maçonnées. Les formes sont variables, nettement trapézoïdales ou irrégulières. À Sézégnin (viie s.) les parois de la tombe 145 ne sont liées par du mortier qu’à la dernière assise et le fond est en terre (Privati 1983 : 39‑40).

98Certaines tombes ont de petits côtés dont la partie haute est décorée de boules (fig. 144). Ce type de décor, qui n’est pas connu dans la région, est signalé en Allemagne, à Trèves, où des amorces de cylindres encadrant un petit tympan deviennent la partie supérieure de certaines épitaphes (Reusch 1965 : 73‑76, 100‑102). Plus loin de notre région, à Tipasa (nécropole occidentale), les tombes dites à cupules présentaient sur leur petit côté des stèles dont le sommet était orné d’un fronton et de deux acrotères (Bouchenaki 1975 : 112‑168). L’origine de ce type de décor serait à rechercher dans l’Antiquité. Nous en verrons pour preuve les nombreux exemples du musée de Metz où des stèles sont souvent surmontées de pommes de pin stylisées, « symboles d’immortalité » (Collot 1976, II : 16‑22, fig. 32).

FIG. 144 ‒ Saint‑Laurent : dalles à boules.

99● Sous‑type C

100Certaines tombes présentent un rétrécissement à la tête ; d’autres ont une forme fuselée ou plus nettement anthropomorphe (large aux épaules, étroite aux pieds). Les fonds sont en tegulae, en briques ou simplement en terre ; ils peuvent être enduits parfois de tuileau. Ce type de sépulture apparaît à l’est du collatéral ou du portique nord.

101De telles tombes, qui ne paraissent pas dépasser le viie s., sont plus rares : à Saint‑Laurent d’Aoste, la tombe 22 (viieviiie s.) correspond à ce type (Bonnet et al 1977 : 58, fig. 46‑47) ; d’autres ont été repérées en Italie du Nord (Ponso Cavanese, Pagno, Noli) et tout récemment à Sion (Sous‑le‑Scex).

Coffres en pierres sèches

102Ces tombes de dalles et de moellons (15 exemplaires) sont difficiles à classer ; l’absence de mortier en fait toutefois un type à part. Le matériau est peu différent de celui des tombes maçonnées ; les pierres se superposent en assises assez régulières et la forme est en général trapézoïdale ; elles se rencontrent surtout à l’extérieur de la basilique.

103Ce type de tombes, de forme trapézoïdale irrégulière, apparaîtrait dès le vie s. à Saint‑Georges de Vienne, en particulier le long du mur ouest de la memoria centrale (Jannet‑Vallat 1983 : 75). Il paraît plus tardif à Saint‑Laurent‑de‑Choulans (viiie s. ou même plus). À Saint‑Laurent d’Aoste, la tombe 28, adossée à l’abside nord, est délimitée par une bordure irrégulière de galets non liés par du mortier ; elle appartient à la dernière époque d’utilisation de l’église (viiie s.) (Bonnet et al. 1977 : 59, Fig. 50‑51). À Sézégnin, quelques tombes tardives ont des parois en galets et un fond en terre avec une fine couche de tuileau ; elles sont datées de la fin du viie ou du début du viiie s. (Privati 1983 : 37‑38).

104Le type se transforme ensuite en sépultures à bordure de pierres ou de dalles comme à Saint‑Just au xe s. où elles sont contemporaines de celles à bordure de galets et se prolongeraient jusqu’au xie s.

Tombes en pleine terre

105Ces tombes (17 exemplaires) peuvent appartenir à deux catégories : soit à des tombes d’enfants, placées au‑dessus d’un couvercle ou à côté d’une tombe, soit à des tombes d’adultes, situées à l’extérieur de la basilique.

Tombes à cordons de galets

106Quelques galets s’alignent de façon plus ou moins régulière le long de la paroi. Ces sépultures (4 exemplaires) se rencontrent surtout dans la nécropole extérieure.

Réductions et réinhumations

107Les réductions sont nombreuses, surtout dans le portique nord ; elles sont moins fréquentes dans le portique ouest et dans le collatéral nord. Les réinhumations se répartissent mieux entre les différentes zones. Dans le collatéral nord, une tombe contient les restes très fusés d’un très jeune enfant, mais aussi des vestiges d’ossements et de dents d’adulte ; dans plusieurs cas, des ossements en vrac avaient été repoussés à côté du squelette en place et les tombes les plus riches comptent 5 à 8 individus dont 2 enfants. Dans le portique nord, une même tombe renferme les ossements de plusieurs individus, poussés de côté ou au pied de la tombe, lors de l’installation du nouvel occupant, soit 2 ou 4 individus. Dans le portique ouest, les réinhumations sont moins nombreuses.

3.5.2 Organisation spatiale de la nécropole

Signalisation des tombes et organisation

108L’emplacement des tombes était assez souvent marqué au sol et les familles devaient pouvoir retrouver l’emplacement de la sépulture de leurs défunts. D’après A. Audin, le dallage supérieur, assez bien conservé dans le collatéral nord, présentait parfois une encoche pour l’inscription (AA 1 = SL 4). Le sol était à la cote d’environ 168,65 m et les couvercles entre 168 et 168,20 m. Dans le portique ouest, le dallage était conservé au‑dessus de SL 120 avec l’inscription de Mercurinus en place dans une encoche (fig. 145).

FIG. 145 ‒ Saint‑Laurent : dallage avec encoches pour l’inscription.

109Grâce à ces marques sur le dallage, les fossoyeurs pouvaient maintenir un certain ordre dans les inhumations (fig. 117‑137). Ainsi, dans le collatéral nord, on distingue des rangées régulières aa, bb, cc. La rangée suivante dd est perturbée par l’emploi de sarcophages trapézoïdaux qui, placés côte à côte, décrivent un arc de cercle ; au sud, les tombes sont décalées par rapport à celle du nord. Des lacunes dans les rangées apparaissent ensuite, surtout dans la 8e rangée, occupée par une seule tombe. Enfin, à l’est, deux séries de tombes doubles sont placées selon un axe nord‑sud, comme si le fossoyeur avait pensé manquer de place à l’extrémité du collatéral. Une autre tombe nord‑sud (SL 49) apparaît au centre, entre deux rangées régulièrement orientées.

110Dans le portique nord, les tombes sont disposées en rangées plus irrégulières ; à l’ouest, la juxtaposition de tombes trapézoïdales (SL 48B, 50 et 21) engendre un arc de cercle et les tombes SL 63 et 64 sont décalées en tenant compte de SL 65 ; ce décalage se poursuit ensuite vers l’est. Au‑delà du porche, les files redeviennent plus régulières. 4, peut‑être 5 tombes suivent un axe nord‑sud : 2 tombes à l’ouest (SL 55 et 77), dont l’axe est déterminé par la présence du seuil, entre les deux portiques ; 2 au centre (SL 106 et 160), où il semble que l’on ait voulu installer un maximum de tombes dans l’axe du porche.

111Enfin, dans le portique ouest, les sépultures sont assez denses et alignées côte à côte, sauf une tombe nord‑sud (SL 77) qui constitue le seuil entre les deux portiques, et une autre (SL 146) plaquée contre la façade de la basilique. À l’angle nord du portique, les tombes s’alignent sur deux files. La forme trapézoïdale de certaines d’entre elles est peut‑être à l’origine de leur orientation oblique par rapport aux structures.

Répartition par types

112À l’intérieur de la basilique, la répartition des tombes se fait assez bien entre les différentes zones (fig. 137, 138). Toutefois, l’absence ou la prépondérance d’un type particulier dans une zone ou l’autre nous ont incité à procéder à une étude sectorielle.

113● Dans le collatéral nord

114Tous les types de tombes sont représentés sauf les sarcophages trapézoïdaux en molasse grise : quand ils sont conservés les couvercles sont faits de plusieurs dalles, le plus souvent à peine dégrossies et de taille très diverse. Un sarcophage monolithe rectangulaire (SL 14) possède une cuve trapézoïdale à l’intérieur (0,54 par 0,42 m, sur 2,35 m de long) ; le bloc, remploi antique, n’a été retaillé qu’à l’intérieur. 3 coffres de dalles nettement trapézoïdaux (SL 149 et 150) sont d’un type mixte avec des éléments maçonnés ; 4 sarcophages monolithes trapézoïdaux (dont 1 à chacune des extrémités) sont en calcaire blanc. Le couvercle de SL 2 est bombé et recreusé à l’intérieur. 18 tombes maçonnées, en général enduites de mortier de tuileau, sont de forme trapézoïdale. Le fond est enduit de tuileau ou couvert de briques et de tuiles. Les parois sont en pierres, en dalles ou en briques, liées par du mortier. Le mortier est parfois saupoudré de tuileau.

11513 de ces tombes sur 18 sont doubles : 4 coffres mixtes de dalles en moellons non liés par du mortier se regroupent en tombes doubles ; 2 tombes en pleine terre (SL 49, 30b) dont 1 (SL 49) d’axe nord‑sud, installée entre les groupes SL 37‑38 et SL 60‑19 ; 1 coffre mixte de tegulae couvert de dalles calcaires (SL 148, au‑dessus de ggl ; 6 tombes d’enfants (SL 32 contre le sarcophage SL 34, SL 148, tombe en tegulae) ; les réductions SL 2 et SL 8 contiennent chacune 2 tombes d’enfants.

116Le phénomène le plus important nous paraît être la présence de 22 tombes regroupées par deux sur un total de 45. On pourrait y voir le reflet de la puissance de certaines familles qui peuvent se faire construire des sortes de formae.

117● Dans le portique nord

118Tous les types de tombes sont représentés, sauf les coffres de dalles. Quand ils sont conservés, les couvercles sont faits comme dans le collatéral, de dalles très irrégulières. On note ici la présence de couvercle en bâtières avec replat central, au‑dessus des sarcophages monolithes trapézoïdaux en molasse grise et quelques remplois. Au‑dessus des tombes, le dallage était souvent pourvu d’un encastrement pour l’inscription. Au‑dessus de f1 (SL 144), le dallage était constitué par un couvercle à six acrotères retournées, en h 4 (SL 107) par une dalle de marbre.

119Les sarcophages monolithes rectangulaires à cuve trapézoïdale à l’intérieur sont plus nombreux que dans le collatéral. L’un d’entre eux, SL 80, présente un alvéole céphaloïde. La tombe SL 144 (f1) est taillée dans un bloc de corniche qui, dans un second temps a été transformé en sarcophage à cartouche anépigraphique et queue d’aronde. De même, SL 174 (h1) présente un motif en queue d’aronde ; la face inscrite du bloc a été creusée.

120Sont également répertoriés 7 sarcophages trapézoïdaux en molasse grise et couvercle en bâtière, bien répartis sur l’ensemble de la zone ; 3 sarcophages trapézoïdaux en calcaire blanc ; 9 sarcophages en demi‑cuves accolées, beaucoup plus nombreux que dans le collatéral et bien répartis (4 d’entre eux présentent un alvéole céphaloïde) ; 9 tombes maçonnées, nettement moins nombreuses que dans le portique (l’une présente un rétrécissement à la tête, la seconde est ovalaire et dans la troisième, la partie ouest de la tombe est constituée d’une demi‑cuve et sa partie orientale est maçonnée) ; 1 coffre mixte de moellons non liés par du mortier ; 3 tombes en pleine terre ; 1 coffre mixte de tegulae ; 4 tombes d’enfants.

121● Dans le portique ouest

122Presque tous les types sont représentés : 1 sarcophage monolithe rectangulaire ; 8 demi‑cuves accolées dont 2 à alvéole céphaloïde ; 1 coffre trapézoïdal de dalles minces ; 4 tombes maçonnées dont 1 à rétrécissement à la tête (2 sont installées sous le seuil de la porte du portique) ; 1 coffre mixte de dalles, moellons et tegulae ; 3 réductions. Comme dans le portique nord, les demi‑cuves sont assez nombreuses : 3 demi‑cuves accolées, soit plus de la moitié des tombes (SL 27 présente à l’est 1 demi‑cuve qui se termine en demi‑cercle, à l’intérieur et à l’extérieur).

123Si l’on recoupe maintenant les observations, on constate une inégale répartition des types de tombes : dans le collatéral nord, la présence de 22 tombes maçonnées doubles, sur un total de 45 ; dans le portique nord, un grand nombre des demi‑cuves accolées, dont près de la moitié est pourvue d’alvéoles céphaloïdes, et des sarcophages en molasse grise. Cette abondance de tombes en demi‑cuves est commune aux portiques nord et ouest.

124La superposition de tombes et l’abondance des sépultures en pleine terre caractérisent la nécropole extérieure.

3.5.3 Le mobilier funéraire

125Le matériel métallique, relativement rare, est pourtant un peu plus abondant qu’ailleurs dans le portique nord où 13 agrafes à double crochet ont été trouvées (dont 11 en 1947), surtout à proximité du porche. Dans le collatéral nord, une agrafe à double crochet avec sa chaîne et une boucle d’oreille ont été mises au jour en 1947. Ces agrafes, qui servaient à maintenir les vêtements, ont pu être utilisées aussi pour fixer le linceul. Dans la nécropole extérieure, le matériel est peu abondant, sinon dans les deux tombes qui renfermaient des boucles d’oreilles en mauvais état.

  • 6 5 d’entre elles sont conservées au musée de la Civilisation gallo-romaine : 1, corps plat sans déco (...)

126Les agrafes à double crochet sont en bronze, le corps est plat, parfois percé en son centre, parfois cannelé, strié ou à décor ocellé, l’arête peut être dentelée (fig. 146) (Wuilleumier et al. 1949 : 31‑32, pl. VII)6. Elles seraient proches de celles de Roissard, Saint‑Germain d’Ambérieu et Saint‑Georges de Vienne ; une agrafe en fer est d’un type plus simple, proche de celui de Saint‑Julien‑en‑Genevois (Burgondes 1981 : 80‑82, no 162).

127Les boucles d’oreilles comportaient un renflement inférieur autour duquel passait un petit anneau ; pour l’une d’entre elles, conservée au musée de la Civilisation gallo‑romaine, une fine tige en bronze traversait une simple corbeille en demi‑sphère.

FIG.146 ‒ Saint‑Laurent : agrafes à double crochet et boucle d’oreille (échelle 1/1).

128Du matériel céramique (fig. 147), mêlé à des dépôts cendreux, a été trouvé non pas à l’intérieur, mais au‑dessus des tombes. Ces fragments de vase, mêlés à de la cendre, étaient jetés au‑dessus de la tombe du mort en souvenir du repas funéraire ou des libations qui avaient lieu sur la tombe ou à proximité (Boucharlat, Reynaud 1986 : 41‑46). Dans le collatéral nord, des dépôts cendreux et des fragments de céramique ont été repérés au pied, entre ou dans les tombes ; au‑dessus du couvercle d’une tombe, un tesson de pichet était mêlé aux cendres et dans le portique ouest, un vase entier était écrasé dans la même situation. De même, dans la nécropole extérieure près de la basilique, des tessons de céramique étaient incrustés dans le mortier d’un couvercle. Dans le portique nord, les dépôts funéraires sont par contre totalement absents (fig. 147). Ce phénomène peut s’expliquer par la technique de fouille utilisée : en 1947, le travail sur le terrain était effectué par des employés de la voirie et l’on ne s’intéressait pas à la céramique ; les tombes semblent cependant avoir été fouillées avec une grande minutie. Des tessons isolés, en particulier de DSP, ont été recueillis dans les tombes ou en rapport avec elles. La découverte de chaussures de cuir dans les tombes indique la possibilité d’inhumations habillées.

FIG. 147 ‒ Céramiques : en haut, vase globulaire du VIe s. utilisé à l’occasion d’un repas funéraire.

3.5.4 Les inscriptions funéraires

129Les fouilles de 1947 ont livré des inscriptions auxquelles nous avons pu ajouter, en 1975‑1976, quatre épitaphes plus ou moins complètes (Descombes, Reynaud 1978 : 284‑301) et plusieurs fragments, en étendant la fouille vers le nord et vers l’est. Le site présente donc l’intérêt d’avoir fourni, tant en 1947 qu’en 1975‑1977, un ensemble d’épitaphes homogènes par leur type et leur date. L’une d’entre elles était en place au moment de la découverte.

130Ces épitaphes, gravées dans des dalles de marbre, étaient posées à la tête du défunt dans des alvéoles creusées dans le dallage de l’église ; Nous n’insisterons pas sur les inscriptions qui ont déjà fait l’objet d’une publication, nous rappellerons seulement que la graphie est soignée, parfois recherchée. Les plus caractéristiques (no 1 et fragments 6, 7, 9, 10, 11) sont remarquables par leurs lettres anguleuses d’assez grandes dimensions, gravées avec soin, et manifestant un souci certain de la mise en page et même de l’effet décoratif. Les formulaires sont très semblables et, en cas de lacunes, les inscriptions s’éclairent l’une l’autre : ainsi l’épitaphe de Mercurinus est très proche de celle de Felemoda qui ajoute à l’éloge banal du défunt la mention du patronage de Saint‑Laurent.

131La date reste incertaine quand seule l’indiction est donnée ; dans la plupart des cas, elle est précisée par la mention d’un post‑consulat, en particulier celui de Justin. L’épitaphe de Mercurinus (no 4), trouvée en place dans le portique occidental, est de tout premier intérêt (fig. 148). L’inscription n° 4 est datée de 618‑619 et F. Descombes a eu le mérite de corriger la date de l’inscription de Felemoda qui se placerait en 599 (Descombes, Reynaud 1978 : 294‑296). Les plus anciennes épitaphes trouvées en place dans le portique remonteraient donc à la fin du vie et au début du viie s.

FIG. 148 ‒ Saint‑Laurent : inscription de Mercurinus (VIIe s.).

3.5.5 Le matériel lapidaire

132Parmi les fragments sculptés retrouvés en remploi dans des structures romanes, à l’intérieur de la nécropole, un chrisme paraît contemporain de la basilique, avec ses deux branches rapprochées et son décor inspiré de l’orfèvrerie (fig. 149) : un travail de ce type est connu à Vienne (table d’autel en sigma provenant de Saint‑Pierre, vieviie s.) ; Un pilier de chancel en marbre et de nombreux corbeaux taillés dans de la pierre de Seyssel appartiennent également à la basilique funéraire (fig. 150, 151).

FIG. 149 ‒ Saint‑Laurent : fragment de chrisme.

FIG. 150 ‒ Saint‑Laurent : pilier de chancel.

FIG. 151 ‒ Saint‑Laurent : corbeaux ou consoles de la corniche.

3.6 Datation de l’église

133La basilique de Saint‑Laurent aurait été construite durant le troisième tiers du ve s. ou au début du vie s. De nombreux éléments nous apportent des indices convergents. Le matériel peut se classer en plusieurs catégories : la céramique et les monnaies trouvées dans les tranchées de fondation, dans les remblais à l’intérieur de la basilique ou dans les couches d’occupation proches de la basilique ; la céramique, les inscriptions et les objets trouvés dans les tombes ou à proximité immédiate. La typologie des tombes apporte également de précieux renseignements.

3.6.1 Le matériel associé à la construction

134Le matériel céramique associé à la construction est abondant, mais souvent peu significatif. Ainsi la céramique des tranchées de fondations et des remblais déposés à l’intérieur de la basilique pour rehausser le sol est surtout révélatrice de niveaux antérieurs ; les tessons gallo‑romains du ier au iiie s., puis du ive s., sont nombreux. Un comptage d’ensemble des tessons fait apparaître un assez fort pourcentage de céramique commune grise par rapport à la commune claire ou rouge (environ 1/3) et quelques tessons (13) de DSP (sur plusieurs milliers) qui se distinguent comme les plus récents du lot, en particulier les tessons pourvus de lèvres crénelées ; ils appartiennent à une phase tardive de la DSP (formes Rigoir 6a, 6b, 11, 12) qui se rencontre surtout dans les Alpes du Nord (sigillées paléochrétiennes helvétiques) au cours de la seconde moitié du ve s. (Reynaud 1976 : 485, fig. 1).

135Le remblai extérieur, coupé par le mur nord du transept, est légèrement antérieur à la construction de la basilique. Il contient essentiellement de la sigillée claire, des fragments d’amphore africaine et au moins 5 tessons de DSP (forme Rigoir 6 et 24). On pourrait le dater du ve s., sans plus de précision. Le remblai contemporain de la basilique, qui est plus riche en commune grise, est aussi pauvre en DSP.

136Les monnaies des tranchées de fondation ne dépassent pas le ive s. et ne sont pas vraiment significatives (datation post quem) : M 2, Maxime (383‑388) ; M 10, Constantin I (315‑316) ; celles des remblais extérieurs vont du iiie s. au début du ve s. : Gallien (258‑259), Constantin I (306‑337), Constantin II (341‑346), Julien César (355‑360), Maxime (383‑388) et Arcadius (395‑408). Elles sont le reflet de la circulation monétaire de l’époque et de l’interruption des émissions au début du ve s. Comme au mur des bords de Saône, les monnaies d’Arcadius et d’Honorius sont les plus récentes ; ce même phénomène se retrouve à Saint‑Ferréol, dans les tranchées de fondation d’un édifice pourtant daté des années 462‑474 (Reynaud 1978b : 50).

3.6.2 Le matériel des tombes et les inscriptions funéraires

137Le mobilier funéraire, assez rare, appartient à l’époque mérovingienne : vases en verre et en céramique, boucles d’oreilles, agrafes à double crochet.

138Les petits vases globulaires en céramique commune peuvent être datés des vie et viie s., par comparaison avec des trouvailles équivalentes à Larina, à Seyssel et à Poncin, lieu‑dit Le Châtelard (Lasfargues 1985 : 536‑537). Le pichet à bec pincé pourrait appartenir au vie s. ; cette datation est confirmée par la présence, dans la région, de lèvres en bandeau dès le vie s. Un des vases de Saint‑Laurent est daté avec précision de 619 (tombe de Mercurinus). Ce matériel, qui parfois date les tombes, fournit donc un terminus ante quem pour la construction de la basilique. Les dépôts funéraires de Saint‑Laurent apparaissent assez homogènes et se situent entre le vie et le viiie s. On remarque l’absence presque totale de formes carénées.

139Le matériel métallique n’est guère représenté que par des anneaux, des bagues, des boucles d’oreilles et surtout par des agrafes à double crochet, en bronze (sauf 1, en fer) et peu décorées. Ce type d’agrafe est daté par les uns du viie s. (ou du viiie s. pour l’agrafe en fer), par les autres des ixexe s. ; dans la région alpine, la majorité des agrafes à double crochet se situent, d’après M. Colardelle, entre la fin du vie s. et la première moitié du ixe s. mais on en trouve jusqu’au début du xie s. à Charavines (Burgondes 1981 : 80‑81 ; Jannet‑Vallat et al. 1986 : 59 ; Colardelle, Verdel 1993 : 216‑218, fig. 151). La boucle d’oreille (trouvée en 1947) appartient au type à corbeille qui couvre la seconde moitié du vie s. et la totalité du viie s. (Colardelle 1983b : 356).

140Les inscriptions funéraires remontent pour la plupart au viie s ; la plus ancienne connue est datée de 599 et les plus nombreuses appartiennent au milieu du siècle ; elles fournissent également un terminus ante quem pour la construction de l’édifice.

3.6.3 Typo‑chronologie des tombes

141Les sépultures de Saint‑Laurent diffèrent nettement de celles de Saint‑Just. Les quelques sarcophages monolithes à parois épaisses sont rectangulaires à l’extérieur, mais trapézoïdaux à l’intérieur ; les sarcophages typiquement trapézoïdaux à parois plus minces et les tombes maçonnées –inconnues à Saint‑Just– se généralisent.

142La multiplication des tombes dans les portiques et dans les collatéraux ne peut guère être antérieure au début du vie s. Elle se poursuit tout au long des viie et viiie s. comme le précisent les inscriptions funéraires datées. Le type des tombes et le matériel associé viennent compléter notre information.

  • 7 L’analyse 14C des charbons de bois de la tombe SL 89 (coffre de moellons) a donné deux résultats co (...)

143On peut distinguer : les sarcophages monolithes à parois épaisses, mais trapézoïdaux à l’intérieur –en chronologie relative, les tombes SL 4 et SL 148 comptent parmi les plus anciennes dans le collatéral nord et dans le portique ouest– ; les sarcophages en demi‑cuves accolées, dont l’utilisation est assurée du ive au viie s ; des tombes qui apparaissent au cours du vie s., comme les sarcophages trapézoïdaux, les coffres de dalles et les tombes maçonnées trapézoïdales ; enfin des types qui se rencontrent surtout aux viie et viiie s., comme les tombes en murets de pierres sèches et celles à alvéoles céphaloïdes7.

144Aussi, la plupart des tombes ne peuvent‑elles être antérieures au vie s., en particulier les tombes trapézoïdales. Toutefois, quelques rares sarcophages monolithes à parois épaisses et très nettement trapézoïdaux peuvent remonter au début du vie s., sans que l’on dispose de dates très précises.

3.6.4 Techniques de construction et plan de la basilique

145Les techniques de construction et les plans des différentes parties de la basilique fournissent également des éléments de datation. Par son appareil, par les fondations en gros blocs de choin, par la puissance des murs et par la qualité du mortier, Saint‑Laurent rappelle Saint‑Ferréol de Vienne, la cathédrale nord de Genève (états 2 et 3) et Saint‑Laurent d’Aoste.

146L’abside est très proche de celle de Saint‑Ferréol (milieu du ve s.) : les murs ont la même épaisseur et les plans se superposent presque –l’abside de Saint‑Laurent est très légèrement outrepassée–, contrairement à celle de Saint‑Ferréol (voir la synthèse sur les absides). La présence de contreforts à l’extérieur de l’abside est également significative, comme aux églises Saint‑Laurent d’Aoste (absides latérales) et de Grenoble. À Genève comme à Lyon, les deux contreforts sont assez rapprochés (abside de l’église nord du groupe cathédral de Genève, début du vie s.). Les annexes orientales nous rappellent également celles de Saint‑Laurent d’Aoste (première moitié ou milieu du ve s.), et celles de Saint‑Gervais de Genève (fouilles en cours).

147Le transept est bien caractérisé par trois compartiments égaux et par une croisée centrale. Le transept et son évolution seront étudiés dans le chapitre de synthèse ; on peut déjà souligner ici que ce transept diffère nettement de celui de Saint‑Just, plus précoce.

148Les portiques latéraux, qui semblent être un élément indispensable de l’architecture paléochrétienne, ne peuvent être invoqués comme élément de datation suffisamment précis. Saint‑Laurent‑de‑Choulans peut donc être daté par comparaison avec les basiliques de Saint‑Ferréol ou de Saint‑Laurent d’Aoste et avec la cathédrale nord de Genève, qui se situent entre le milieu du ve s. et le début du vie s.

  • 8 D’après Ennodius, l’évêque de Pavie, Épiphane, envoyé par Théodoric auprès du roi burgonde pour nég (...)

149De nombreux indices militent donc en faveur d’une construction entre le milieu du ve s. et le début du vie s. Du point de vue historique, cette période, qui correspond à l’apogée du royaume burgonde, apparaît comme propice aux grands travaux, sous l’impulsion de l’évêque Patiens ou de ses successeurs et du roi Gondebaud. Patiens succède à Eucher en 449 ou en 450 (Coville 1928 : 299‑303) ; contemporain de Sidoine Apollinaire, il est aussi le témoin de l’entrée des Burgondes à Lyon dans les années 470. Lyon devient comme Genève et Vienne, une des capitales du royaume. Patiens achève l’œuvre de son prédécesseur et consacre l’ecclesia de Lyon en 469 (Sidoine Apollinaire, Ep., II : 10). Si l’on en croit Sidoine Apollinaire, qui ne mentionne jamais Saint‑Laurent, Patiens fonde également de nouvelles églises (Sidoine Apollinaire, Ep., IV : 12 ; Coville 1928 : 153‑230). Gondebaud semble avoir eu une dévotion particulière pour Laurent8. Caretène, mère ou épouse de Gondebaud, est une princesse catholique ; on lui doit la construction de l’église qui prendra ensuite le nom de Saint‑Michel d’Ainay (Coville 1928 : 465‑466). Après la mort de Patiens, entre 483 et 495, se succèdent des personnages plus effacés ; Lupicinus, Rusticus et Stefanus. Lupicinus est encore inhumé à Saint‑Just, alors qu’à partir de Rusticus, l’église qui deviendra Saint‑Nizier abrite les corps des évêques. Viventiolus, présent au concile d’Épaone en 517, est un personnage éminent ; contemporain d’Avitus et en rapport avec les moines du Jura, il contribue à la fondation du monastère d’Agaune en 515 (op. cit. : 299‑316).

150Patiens ou ses successeurs ont peut‑être contribué à la construction de Saint‑Laurent ; il semble en effet que l’époque burgonde voie se renforcer le rôle des édifices religieux des bords de Saône. Si la fondation de l’église des Apôtres a été attribuée –mais tardivement– à Eucher, Saint‑Michel d’Ainay est une initiative de Carétène et les évêques de Lyon à partir de Rusticus se font enterrer dans la presqu’île. Le dernier tiers du ve s. ou le premier tiers du vie s. conviendrait donc bien à une réorganisation de la nécropole de la voie de Narbonnaise et à la construction d’une grande basilique.

3.7 Conclusion

151La reprise de la fouille en 1976‑1978, 1983 et 1985 a apporté d’utiles compléments aux premières découvertes. Un plan complet peut être reconstitué (église à abside, transept, trois nefs et portiques latéraux), de nouvelles inscriptions ont été mises au jour ainsi qu’un grand nombre de tombes ; l’étude anthropologique a été reprise sur de nouvelles bases. La clôture de la nécropole est maintenant connue au nord et à l’ouest où sont également apparues quelques pièces d’un habitat du haut Moyen Âge. Enfin, la datation a été affinée : si l’on tient compte du matériel, des tombes et de l’architecture, Saint‑Laurent pourrait avoir été construit avant la fin du ve s., mais l’absence d’inscriptions antérieures à 599 rend possible une chronologie plus basse dans le courant du vie s. Quant à la nécropole, son utilisation s’étend jusqu’aux viieviiie s. L’église continue sans doute à être utilisée à l’époque carolingienne pour être remplacée, au xe s. par une chapelle.

Notes

1 En 1474, on y trouvait une chapelle, un cimetière et des maisons avec des vignes. Le consulat devient propriétaire des lieux en 1497 ; en 1508-1510, la ville accorde le tènement aux confrères de la Trinité. De 1508 à 1530, la Confrérie de la Trinité et le consulat y construisent chacun deux maisons, après la disparition de la petite chapelle de la Madeleine (AML, CC 722). En 1553, intervient la construction de l’hôpital de Thomas de Gadagne, En 1660, la reconnaissance par les recteurs de l’Hôtel-Dieu au profit du prieur de Saint‑lrénée mentionne « l’hôpital de Saint-Thomas [...] qui voulait être vigne de Saint‑lrénée, sise à Syolans, proche de l’église Saint-Laurent des Vignes » (AML, BB 23 et 24). En 1768, le tènement est vendu au roi.

2 Paradin attribue à H. Balarin et à J. Caille la fondation de l’hôpital de Saint‑Laurent en un « emplacement aisé et commode, situé bien à l’écart de la ville [...] en un lieu fort plaisant ». Cf. Paradin de Cuyseaux 1573 : 305-306. À partir de 1533, Thomas de Gadagne, conseiller de la ville en 1536 et 1537, fit construire un bâtiment somptueux sur les plans de l’architecte Salvator Salvatori.

3 Vue prise du café Neptune, extraite de l’Album du Lyonnais, dessin et lithographie d’A. Dauzats, (Boitel, Leymarie 1843-1844). Gravures de Leymarie dans Lyon ancien et moderne (Boitel, Leymarie 1833-1843). Vue par Saint-Olive extraite de la Revue du Lyonnais, 1858, XVI, 2e série.

4 Wuilleumier et al. 1949 : 12. Le mur est qui présentait à sa limite de démolition, un négatif de gros blocs de choin, se composait en fondation de deux assises successives de gros blocs. Un des blocs inférieurs, repéré au cours du sondage de 1983, était tellement volumineux, qu’il a été laissé en place (1,10 m de large sur 0,80 m de haut et surtout 1,55 m de longueur).

5 Colardelle 1983 : 100. Faute de document graphique précis, nous nous contenterons de rappeler que les tombes en coffre de dalle constituent le niveau supérieur de la nécropole de Briord. Cf. Parriat et al. 1980 : 15-50.

6 5 d’entre elles sont conservées au musée de la Civilisation gallo-romaine : 1, corps plat sans décor, rainure horizontale ; 2, corps plat sans décor, deux rainures horizontales ; 3, corps plat percé d’un trou, crête dentelée ; 4, corps plat à décor ocellé, crête dentelée ; 5, corps plat percé d’un trou, rainures horizontales et verticales (aux extrémités), crête dentelée.

7 L’analyse 14C des charbons de bois de la tombe SL 89 (coffre de moellons) a donné deux résultats concordants : 730 ap. J.-C. (BP 1220 + ou –100) ; un autre résultat est moins probant pour la tombe SL 93 (coffre mixte) : 370 AD (1580 + ou –100) (J. Évin, Laboratoire du radiocarbone, université Lyon I).

8 D’après Ennodius, l’évêque de Pavie, Épiphane, envoyé par Théodoric auprès du roi burgonde pour négocier la libération de prisonniers goths, est accueilli par Gondebaud : « ite et videte hominem quem et meritis et vultu semper ego Laurenti martyris personnae conjunxi » (MGH, AA, VII, 1961, 84-103 : Opera vita beatissimi viri Epifani episcopi Ticinensis ecclesiae ; Coville 1928 : 229-316).

Table des illustrations

Légende FIG. 111 ‒ Saint‑Laurent : vue générale en 1976, avant la construction de l’immeuble actuel.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44328/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende FIG. 112 ‒ Détail de l’hôpital de la Quarantaine et de la chapelle Saint‑Laurent (XVIIe s. ; Grande vue de Simon Maupin).
Crédits AML 1S171
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44328/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende FIG.113 ‒ Plan coté avec les voies, l’hôpital de Gadagne et la chapelle Saint‑Laurent.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44328/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 514k
Légende FIG, 114 ‒ Saint‑Laurent, fouilles de 1947 : vue d’ensemble, impasse Saint‑Clair‑du‑Port.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44328/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende FIG. 115 ‒ Saint‑Laurent, fouilles de 1947 : détail du porche nord avec les bases et le seuil en place.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44328/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende FIG. 116 ‒ Saint‑Laurent, fouilles de 1947 : dallage du bas‑côté nord.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44328/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende FIG. 117 ‒ Saint‑Laurent : plan de 1947 ; la grande salie à l’est a été considérée comme une tour de façade et l’abside a été supposée à l’ouest.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44328/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Légende FIG. 118 ‒ Saint‑Laurent : plan du site à l’époque gallo‑romaine (habitat IIe‑IVe s).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44328/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende FIG. 119 ‒ Saint‑Laurent : structures et niveaux gallo‑romains sous l’abside et la croisée du transept.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44328/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende FIG. 120 ‒ Saint‑Laurent, coupe dans le transept et l’abside : structures et sols, dépotoirs gallo‑romains coupés par les murs de la basilique paléochrétienne, remblais.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44328/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende FIG. 121 ‒ Saint‑Laurent, habitat gallo‑romain : au sud, petite pièce (le sol de tuileau en donne les dimensions), tombe postérieure ; au nord, plus grande pièce avec de gros blocs de remploi et un foyer en 5.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44328/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende FIG.122 ‒ Peigne en os triangulaire (Ve s.).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44328/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende FIG. 123 ‒ Saint‑Laurent, plan de la nécropole : au nord, le mur de clôture et la porte monumentale ; à l’ouest, deux petites maisons ; au sud, l’église.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44328/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende FIG. 124 ‒ Saint‑Laurent : plan, relevé pierre à pierre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44328/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 265k
Légende FIG. 125 ‒ Saint‑Laurent, vue d’ensemble vers l’ouest ; à gauche, le stylobate de la nef ; au centre, le bas‑côté nord ; à droite, le portique nord.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44328/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Légende FIG. 126 ‒ Saint‑Laurent : abside ; annexe nord et bras nord du transept, fondations.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44328/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende FIG. 127 ‒ Saint‑Laurent : mur nord de l’abside à l’extérieur avec son doublage réalisé en cours de construction (sondage dans le parement extérieur, au‑dessus d’un bloc gallo‑romain de remploi).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44328/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende FIG. 128 ‒ Saint‑Laurent : vue du transept en bas, de la nef centrale à gauche, puis du bas‑côté et du portique nord.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44328/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende FIG. 129 ‒ Saint‑Laurent : mur ouest du transept et tranchées de fondations (coupe).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44328/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende FIG. 130 ‒ Saint‑Laurent, vue vers le sud : élévation des fondations de l’abside, du transept et du stylobate de la nef (à droite, les gros blocs et les encoches dans les dalles indiquent l’emplacement des bases).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44328/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende FIG. 131 ‒ Saint‑Laurent : base en place au‑dessus du stylobate de la colonnade de la nef.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44328/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende FIG. 132 ‒ Saint‑Laurent : liaison du mur du portique nord et du transept en coupe ; à gauche, le chaînage d’angle nord‑ouest du transept et au‑dessus le mur du portique nord ; à droite, les couches en place contemporaines du mur du transept et situées sous le mur du portique nord.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44328/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende FIG. 133 ‒ Saint‑Laurent : bas‑côté nord.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44328/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende FIG. 134 ‒ Saint‑Laurent : façade occidentale, élévation intérieure et son enduit de mortier à tuileau (très perturbé par des conduits modernes).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44328/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende FIG. 135 ‒ Saint‑Laurent : portique nord, coupe et élévation ; voir à gauche le stylobate des colonnettes et l’emplacement des bases.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44328/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende FIG. 136 ‒ Saint‑Laurent : reconstitution (Ve‑VIe s.).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44328/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende FIG. 137 ‒ Saint‑Laurent : typologie des tombes dans l’église et à l’extérieur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44328/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 134k
Légende FIG. 138 ‒ Saint‑Laurent : plan d’ensemble des sépultures (plan partiel pour l’extérieur).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44328/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende FIG. 139 ‒ Saint‑Laurent : détail des tombes au nord du portique ouest (notons les tombes 88, 87 et 100 sur un accès au portique).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44328/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende FIG. 140 ‒ Saint‑Laurent : tombes avec leur couvercle.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44328/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende FIG. 141 ‒ Saint‑Laurent : sarcophages monolithes à parois épaisses.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44328/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende FIG. 142 ‒ Saint‑Laurent : sarcophage en demi‑cuve et alvéole céphaloïde.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44328/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende FIG. 143 ‒ Saint‑Laurent : sépulture à l’intérieur de l’église (tombe maçonnée).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44328/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende FIG. 144 ‒ Saint‑Laurent : dalles à boules.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44328/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende FIG. 145 ‒ Saint‑Laurent : dallage avec encoches pour l’inscription.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44328/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende FIG.146 ‒ Saint‑Laurent : agrafes à double crochet et boucle d’oreille (échelle 1/1).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44328/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende FIG. 147 ‒ Céramiques : en haut, vase globulaire du VIe s. utilisé à l’occasion d’un repas funéraire.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44328/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Légende FIG. 148 ‒ Saint‑Laurent : inscription de Mercurinus (VIIe s.).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44328/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende FIG. 149 ‒ Saint‑Laurent : fragment de chrisme.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44328/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende FIG. 150 ‒ Saint‑Laurent : pilier de chancel.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44328/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende FIG. 151 ‒ Saint‑Laurent : corbeaux ou consoles de la corniche.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44328/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 34k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search