Version classiqueVersion mobile

Lugdunum christianum

 | 
Jean-François Reynaud

Partie II. Archéologie des sanctuaires

Chapitre 2. Saint‑Just

La nécropole et les basiliques

Texte intégral

1Les premières basiliques construites sur le plateau au sud de la ville haute peuvent désormais être situées dans le contexte d’une vaste nécropole chrétienne, bientôt renommée pour la sainteté des défunts qu’elle abrite. Si les habitants quittent progressivement les hauteurs pour s’établir le long des rives de la Saône, la colline reste le domaine des morts, autour des tombes d’Irénée, de Just et d’Hélie dont parlent Sidoine Apollinaire ou Grégoire de Tours (fig. 53, 54).

FIG. 53 ‒ Saint‑Just et Saint‑Irénée : plan d’ensemble des basiliques funéraires et des nécropoles.

2La nécropole et les basiliques de Saint‑Just sont installées entre la colline de Fourvière (point culminant à près de 300 m) et celle de Saint‑Irénée. Là, l’extrémité de la colline de Sainte‑Foy‑Saint‑Irénée s’abaisse jusqu’au val de Trion et jusqu’au vallon qui descend en pente douce vers la Saône. À mi‑hauteur, une source abondante a contribué à échancrer la falaise qui devient presque verticale, une centaine de mètres plus au nord.

3En surface, le terrain est constitué de lœss sur toute l’étendue du site. Le repérage du sol vierge confirme l’existence d’une double pente, assez douce du nord au sud et plus prononcée du nord‑ouest au sud‑est (fig. 54) ; les premiers édifices ont donc été construits juste au sommet du col de Trion, sur une voie de passage d’est en ouest, de la plaine vers la colline. Une terrasse existe à 250 m d’altitude, comme si l’on avait aplani le terrain par creusement en amont et accumulation des remblais en aval ; elle correspond exactement à l’habitat gallo‑romain.

FIG. 54 ‒ Habitat et nécropoles au sud de Lyon (Saint‑Irénée et Saint‑Laurent aux époques gallo‑romaine et paléo‑chrétienne).

2.1 Les documents historiques

2. .1.1 Les témoignages

Une lettre de Sidoine Apollinaire

4En 469, Sidoine Apollinaire, écrivant à son ami Eriphius, décrit une cérémonie anniversaire sur la tombe de Justus (Ep., V, 17 ; Sidoine Apollinaire, Loyen 1970 : 202‑205).

5« Conueneramus ad sancti histi sepulchrum (sed tibi infirmitas impedimenta, ne tune adesses) ; processio fuerat antelucana, solemnitas anniuersaria, populus ingens sexu ex utroque, quem capacissima basilica non caperet quamlibet cincta diffusis cryptoporticibus. Cultu peracto uigiliarum, quas alternante mulcedine monachi clericique psalmicines concelebrauerant, quisque in diuersa secessimus, non procul tamen, utpote ad tertiam praesto futuri, cum sacerdotibus res diuina facienda. 4. De loci sane turbarunque compressa de que numerosis luminibus inlatis nimis anheli ; simul et aestati : nox adhuc proxima tecto clausos uapore torruerat, etsi iam primo frigore tamen autumnalis Aurorae detepescebat. Itaque cum passim uaria ordinum corpora dispergerentur, placuit ad conditorium Syagrii consulis ciuium primis una coire, quod nec impleto iactu sagittae separabatur. Hic pars sub umbra palmitis adulti, quant stibitibus altatis cancelletimque pendentibus pampinus superducta texuerat, parscaespite in uiridi sed floribus odoro consederamus. »

6« Nous nous étions réunis près du tombeau de Saint‑Just (mais la maladie t’avait empêché d’être parmi nous) ; la procession avait eu lieu dès l’aube : c’était la cérémonie d’anniversaire ; il y avait une foule énorme des deux sexes que ne pouvait contenir l’immense basilique, bien qu’elle fût encore entourée de cryptoportiques qui en étendaient la capacité. Quand fut achevé le service des vigiles, que les moines et les clercs avaient célébré en chantant à tour de rôle des psaumes avec une grande douceur, chacun de nous se retira de divers côtés, pas très loin cependant, car il faudrait être présent à tierce, quand les prêtres accompliraient le sacrifice divin. En vérité, à cause de l’étroitesse des lieux et de l’entassement de la foule, et à la suite du grand nombre des lumières que l’on avait apporté, nous étions littéralement suffoqués et en même temps la chaleur, encore, toute proche de l’été nous avait accablé de sa moiteur, nous qui étions enfermés sous le toit, bien que déjà la nuit fut attiédie par la première fraîcheur de l’aurore automnale. Aussi les différents ordres décidèrent‑ils, alors que les divers éléments des classes sociales se dispersaient ça et là, de se rassembler auprès du tombeau du consul Syagrius, qui n’était même pas éloigné de la portée d’une flèche. Nous nous étions assis là, les uns à l’ombre d’une treille déjà grande qu’avait formée une vigne étalée au‑dessus de sarments élevés et entrelacés en forme de treillis, les autres sur un vert gazon, embaumé du parfum des fleurs. » (Traduction A. Loyen, révisée avec l’aide du père Mondésert et de N. Duval.)

7Un pèlerinage a lieu sur la tombe de l’évêque Justus, à l’occasion de son « anniversaire », c’est‑à‑dire de son natalis, fêté le 2 septembre. Cette date semble bien convenir au texte qui insiste sur la chaleur encore toute proche de l’été ; nous sommes en effet, selon le calendrier romain, en automne à partir du 8 août. Ce pèlerinage est très fréquenté, par les hommes comme par les femmes ; l’aristocratie est bien représentée et les notables ciuium primis se retrouvent après les vigiles. Des moines et des clercs assurent le service pour les vigiles qui se déroulent à l’aube et au cours desquels on chante des psaumes. Le sacrifice divin (res divina) est assuré à tierce par les prêtres (sans doute sous la présidence de l’évêque).

8En ce qui concerne les bâtiments, Sidoine Apollinaire oppose l’immensité de la basilique à la foule qui s’entasse sur un espace trop petit pour les grandes cérémonies anniversaires. Le terme de basilica, utilisé par l’auteur, met en évidence sa fonction funéraire, alors que l’ecclesia désigne l’église de l’évêque. L’édifice principal est vaste (capacissima) ; il est entouré de portiques (cryptoporticibus). Le texte nous donne l’impression que la foule se répartit entre un espace principal où se déroule la cérémonie et un espace secondaire, largement ouvert, qui l’enveloppe. Comme pour l’ecclesia, on peut se demander s’il faut prendre les descriptions de l’auteur au pied de la lettre et traduire cryptoporticibus par galeries souterraines, ou s’il faut tenir compte de la fantaisie de l’écrivain et donner à ce terme le sens vague de galeries couvertes. Dans le premier cas, il faudrait rechercher et trouver des portiques souterrains entourant la basilique ; dans le second cas, les cryptoportiques seraient l’équivalent de simples portiques. Ces problèmes de terminologie seront plus longuement développés dans la troisième partie dans notre étude sur les portiques et les cryptes.

9Après les vigiles, les notables se réunissent à une portée de flèche de la basilique, près d’un mausolée (conditorium). Cette tombe monumentale –elle n’est malheureusement pas décrite–, se distinguerait des tombes ordinaires simplement surmontées d’un léger tertre ou tellus, décrites dans un autre texte (Ep., III, 12 ; Sidoine Apollinaire, Loyen 1970 : II, 100‑101), mais également assez proche des portes de la ville. Le paysage agreste, où se mêlent les pampres de vigne et le vert gazon, est favorable à la détente. Après une partie de jeu de paume, Sidoine Apollinaire improvise une ode.

La Vie de saint Just

  • 1 Cf. Part. III, ch. 4, § 4.1.2 sur les sources et Quentin 1908 : 177.

10Très tôt ont été rédigés des récits célébrant les mérites des saints lyonnais ; ces vies ou passions sont l’œuvre d’auteurs qui écrivent dès le ve s., pour les plus anciens. Ces textes donnent plus d’indications sur l’origine des cultes que sur la topographie chrétienne. Dans la Vita Sancti Justi (AA SS, Sept., I, 373), datée des iveve s.1, se trouve le récit du départ de Justus en Thébaïde –l’ecclesia de l’évêque est alors mentionnée, mais sans aucun renseignement sur son emplacement– et celui du retour de son corps à Lyon, mais sans rien dire sur l’endroit où il a été déposé. Le culte de Justus est donc très précoce. Le saint évêque est vénéré au cours de ses nombreuses fêtes, au 14 juillet, mentionnée par le Martyrologe Hiéronymien, au 4 août, lors de l’Aduentus corporis Sancti Justi episcopi de eremo ou anniversaire de l’arrivée à Lyon du corps ramené d’Égypte, au 2 septembre, natalis du saint ou déposition de son corps dans une basilique, au 14 octobre, translatio ou mort du saint en Égypte, au 21 octobre, en même temps que celle de Viator qui l’avait accompagné.

Les martyrologes

11D’après les martyrologes, la basilique où fut ensuite déposé le corps de Justus aurait été primitivement dédiée aux frères Macchabées, martyrisés en 167 ap. J.‑C. Les études de dom Quentin ont éclairé l’origine de ces textes : ainsi le Martyrologe Hiéronymien, composé à la fin du ve s., est parvenu jusqu’à nous par l’intermédiaire de copies tardives, qui mettent l’accent sur le rôle de Lyon. On y apprend que le vocable de Saint‑Just est employé : « Lugduno Galliae depositi Justi episcopi et dedicatio basilica ipsius » (Bollandistes 1643‑1771, AA SS, Nov,, II, XLVIII, 115). Le martyrologe lyonnais signale la présence des corps des martyrs Minerve et Eléazar « in crypta quae urbi imminet », donc sans les localiser avec précision. Plus tard, Adon cite la basilique dédiée aux sept frères Macchabées qui recueille les restes de l’évêque Justus. Aussi peut‑on supposer que les reliques des frères Macchabées et de Justus furent déposées dans un même ensemble.

Les épitaphes d’évêques

12Certaines inscriptions fournissent des renseignements complémentaires, en particulier sur les lieux de sépulture des évêques au cours des âges. A. Coville, puis H. Heinzelmann, ont fait le point sur les épitaphes des évêques lyonnais enterrés les uns à Saint‑Just, les autres à Saint‑Nizier. Celles de l’ancienne basilique des Macchabées (Saint‑Just) ont été transcrites dans le procès‑verbal de visite des corps saints de Saint‑Just du 29 août 1288 (Guigue 1879 : 106‑117). Les commissaires constatèrent sur place la présence des tombeaux d’Arigius, de Patiens, de Stephanus et de Lupicinus. Quelques fragments d’inscriptions sont alors enregistrés.

2.1.2 Les documents médiévaux

13Parmi ceux‑ci, les indulgences accordées pour les constructions sont les plus utiles : un grand nombre d’entre elles a été délivré par Innocent IV lors de son passage à Lyon au milieu du XIIIe s. ; en sont bénéficiaires les églises de Saint‑Just et de Saint‑Irénée, et celles du groupe cathédral de Lyon (Guigue 1885 : 518, n° 420).

2.1.3 Les documents modernes

Les textes

14Le cloître de Saint‑Just disparut en 1562 lorsque les protestants en forcèrent les murs et entrèrent assez facilement dans la ville, tant était grande l’hostilité d’une partie de la population à l’égard des chanoines qui, à Saint‑Just comme ailleurs, s’occupaient tout autant des problèmes posés parleurs seigneuries foncières que des questions religieuses. Le procès‑verbal de destruction de Saint‑Just dresse l’état des lieux avant le passage des Protestants (ADR, 12 G 471). Le cloître est entouré d’une enceinte pourvue de nombreuses tours : on y trouve les maisons des chanoines et celles des perpétuels ; au nord, la chapelle dédiée à saint Nicolas et celle où avait été inhumé un duc de Bretagne ; au sud, le cloître, la chapelle Saint‑Denis, la salle du chapitre et le trésor. L’église ne compte pas moins de 23 toises de long sur 8 toises de large (une toise : 1,94 m). La façade comporte deux clochers reliés par une galerie et renferme de nombreuses statues de marbre blanc ; l’église est entourée de 24 chapelles.

  • 2 Cette étude d’archives a été effectuée par M. Bayrou dans le cadre du mémoire de maîtrise : Fouille (...)
  • 3 ADR, Minutes de Me Dallery, 3 E 8830 ; Maisons canoniales, Baux et Loyers, réparations, Affaires di (...)
  • 4 ADR, 12 G 477 : construction d’une chapelle sur l’emplacement de l’ancienne église de Macchabées.
  • 5 BML, Fonds Coste, no 331 : 2925 ; Archives de Me Permezel, acte collationné par Me Dugueyt, le 22 m (...)

15Le cloître de Saint‑Just et son église ont donc disparu dans ce contexte d’insécurité politique qui est celui de la seconde moitié du xvie s. Les chanoines prennent le soin de reconstruire leur église à l’intérieur de l’enceinte de la ville. Les mentions de l’ancien cloître de Saint‑Just se font de plus en plus rares et, longtemps après 1562, les archives départementales ou notariales situent encore les édifices disparus par rapport aux bâtiments voisins. En effet, les chanoines de Saint‑Just sont restés propriétaires de leur ancien domaine où seule la maison de l’obéance est peut‑être demeurée intacte2. Au xviiie s., les ruines de l’ancienne église sont encore visibles : ainsi, on construit une citerne en prenant « les pierres pour la maçonnerie à la place de l’ancienne église »3. En 1702, les chanoines de Saint‑Just font enlever les débris de l’ancienne église pour achever la nouvelle (Brossette 1711). Enfin et surtout, une chapelle est construite en 1735 sur les ruines de l’ancienne église de Saint‑Just4. La construction n’en fût jamais terminée ; en 1761, le chapitre autorise Dame Larue à démolir ladite chapelle et à récupérer les matériaux, les chanoines se réservant les auges de plus de quatre pieds de longueur5. Au sud de la chapelle furent dégagés un tombeau et une inscription du ve s. concernant une jeune fille du nom de Leocadia.

  • 6 « [...] joints les uns aux autres [...] ; quelques‑uns étaient en pierres blanches ou en une sorte (...)
  • 7 Installation du pensionnat des Oiseaux en 1830 ; cf. Cochard 1830 : 19. La communauté de Notre‑Dame (...)

16Au xixe s., le passé n’est pas totalement oublié. Ainsi, A.‑F. Artaud situe l’ancienne église dans les jardins du sieur Coindre et sous la maison de Mlle Nouvellet. Il signale de même, « vis‑à‑vis de la barrière de fer de la même maison », une ancienne chapelle, ou plutôt une crypte, de Saint‑Just ou des Macchabées (Artaud 1846 : 39). Enfin dans son Petit portefeuille lyonnais, D. Meynis signale des travaux exécutés « vers le haut de la colline de Saint‑Irénée, en fait à l’emplacement de l’ancienne église de Saint‑Just où furent trouvés de nombreux tombeaux »6. Vendu en 1904, le terrain est occupé, à partir de 1910, par les Pères Minimes7.

  • 8 Martin 1908 : cf. le plan de la cité de Lyon au xvie s. Rogatien Le Nail replace l’église beaucoup (...)
  • 9 Illustré du Sud‑Est, 27 janvier 1912. Rogatien Le Nail a retrouvé non seulement des fragments de sc (...)

17La première tentative de localisation est celle de Rogatien Le Nail. Celui‑ci, grâce au Plan scénographique et à la terrasse de la rue des Tourelles, seul point de repère sûr, localise l’ancienne église dans l’axe de la petite place située entre le 15 et le 15bis de la rue des Macchabées8. Ce même architecte lyonnais procède d’ailleurs à des fouilles sur les lieux, entre 1903 et 19139. En 1924, le syndicat ecclésiastique hérite du terrain et des bâtiments. En 1962, des vestiges du xiiie s. sont dégagés à l’intérieur de l’immeuble du 10 de la rue des Macchabées, ce qui attire une nouvelle fois l’attention sur le site (Vanel 1912 ; Sachet 1914‑1918 : 105‑138 ; Chabrier 1964). En 1970, le syndicat ecclésiastique se dessaisit de ses biens au profit d’une société immobilière.

Les documents iconographiques du xvie siècle

  • 10 AML, Plan scénographique. Publication en fac‑similé de la Société de topographie historique de Lyon (...)

18Le Plan scénographique (fig. 55) des années 1550 est d’un grand secours10, car il a été effectué avant les destructions des protestants et les grandes transformations du xviie s. L’église Saint‑Just n’a pas encore disparu. On retrouve facilement l’abside renforcée de contreforts, le transept très débordant sans absidioles, la nef et les collatéraux, la façade harmonique contrebutée par de puissants arcs‑boutants. Le cloître et une chapelle dédiée à Saint‑Denis sont représentés au sud ; l’enceinte qui fait le tour du cloître est également dessinée avec netteté.

FIG. 55 ‒ Saint‑Just au milieu du XVIe s. (Plan scénographique)

AML, 1S165

19Deux gravures tirées du De tristibus Galliae intéressent la ville de Lyon. L’une d’elles représente au premier plan les ruines de Saint‑Just et, à l’arrière‑plan, la façade de Saint‑Irénée (De tristibus Galliae, Cailhava, Perrin 1840). On distingue clairement un escalier central bordé par deux chapelles au‑dessus d’une galerie qui court en contrebas de la façade. On peut supposer l’existence d’une sorte de portique extérieur en cours de démolition (fig. 56).

FIG. 56 ‒ Saint‑Just (à gauche), Saint‑Irénée (à droite) : vues après les destructions par les protestants en 1562 (De tristibus Galliae, Cailhava, Perrin 1840).

20Viennent ensuite des dessins de Symeoni pour son ouvrage : L’origine e le antichita di Lione, où apparaît entre autres l’église de Saint‑Just dominant la colline de ses trois clochers et de son abside monumentale (fig. 3) (Symeoni, Montfalcon 1846) ; après sa destruction, l’église disparaît de l’iconographie lyonnaise.

2.2 Historique des fouilles

21Repérée au xviiie s., la nécropole de Saint‑Just a été partiellement mise au jour en trois sauvetages successifs.

2.2.1 Rue des Macchabées (1950‑1951)

22La pose d’un égout au milieu de la rue des Macchabées a révélé la présence d’une nécropole mérovingienne, au nord‑ouest et au sud‑ouest de l’emplacement alors présumé de la basilique Saint‑Just (fig. 53). Au nord, sont apparus 4 sarcophages trapézoïdaux « dont 3 en molasse grise », ainsi que des fragments de 2 épitaphes chrétiennes ; auparavant, de nombreux sarcophages auraient été mis au jour en 1903‑1904, lors de la construction de l’immeuble no 18 (Audin 1960a : 3‑35). Au sud de la basilique et en direction de Saint‑Irénée, quelques tombes en pleine terre, ainsi que des squelettes dans des « cadres de pierres sèches, couverts de tuiles contrebutées en toit », pourraient également correspondre aussi à une nécropole du haut Moyen Âge, qui comportait également quelques sarcophages en « molasse grise ». Plus haut dans la montée, aux nos 62 et 64, ont été repérés 2 sarcophages monolithes dont l’un était trapézoïdal. Pendant l’hiver 1952‑1953, 7 sarcophages chrétiens du début du vie s. ont été découverts devant les mêmes immeubles. Plus loin encore, devant le no 82, des sarcophages monolithes, des sarcophages d’enfants, et une amphore, appartiennent à la nécropole paléochrétienne de Saint‑Irénée. A. Audin signale de nombreuses inscriptions chrétiennes, dont une datée de la fin du ive ou du début du ve s. (no 38). Le matériel est rare : une épée très oxydée était conservée dans un sarcophage du no 82 (op. cit. : 26‑27).

2.2.2 Au sud des basiliques (1972 et 1980)

23En 1972, des terrassements effectués immédiatement au sud des églises nous ont permis de dégager en un mois 77 sépultures et d’en fouiller 51 (Reynaud 1974 : 111‑123). En 1980, un nouveau sauvetage d’un mois, ouvert au sud de la place Wernert, est venu préciser notre connaissance de la nécropole (Reynaud 1982 : 347‑364). Les sépultures ont pu être fouillées au moment de la construction d’un immeuble, au pied de la colline de Saint‑Irénée. Les tombes sont numérotées de la façon suivante : SJNT (Saint‑Just, nouvelles tombes) pour le sauvetage des sépultures au sud des basiliques, et SI (Saint‑Irénée) pour le sauvetage au sud de la place Wernert. Ces deux zones appartiennent à un même ensemble : la nécropole de Saint‑Just, qui faisait elle‑même partie d’une vaste zone funéraire englobant les basiliques de Saint‑Just et de Saint‑Irénée.

2.2.3 Zone des basiliques (1971‑1980)

24Depuis la disparition de l’église romano‑gothique en 1562, l’emplacement des basiliques restait très approximatif. Ce n’est qu’en 1971 que le dégagement presque simultané de trois absides permit de dresser un premier plan (Lasfargues et al. 1973 : 73‑74 ; Reynaud 1982 : 347‑364). En 1972, la fouille dut être étendue d’urgence vers l’ouest, en prévision de la construction de garages, et l’on put dégager les vestiges d’un vaste système de caves et de galeries souterraines de l’ancienne école des Minimes. Les terrassements effectués pour les fondations de l’immeuble central furent également à l’origine de la fouille de sauvetage de la nécropole située au sud des églises et de la découverte d’un vaste ensemble d’exèdres gallo‑romains (fig. 57a) (Bonnet, Reynaud 1972 : 44‑51). En 1973 et en 1974, la fouille se poursuivit en profondeur du côté est, dans le secteur de la basilique funéraire. Le travail reprit en 1978 à la suite de visites effectuées par des archéologues français et étrangers à l’occasion du colloque des Martyrs de 177 et s’acheva en 1980.

FIG. 57a ‒ Saint‑Just : exèdres gallo‑romaines au sud‑ouest des basiliques (fouilles de sauvetage).

FIG. 57b ‒ Sud‑ouest de Saint‑Just : amphore du dernier quart du Ier s.

2.3 L’occupation gallo‑romaine

25Nos fouilles de sauvetage ont permis de mieux délimiter la zone d’habitat et d’artisanat, à l’extérieur de la Porte de Saint‑Just, et l’extension de la nécropole païenne, qui s’étendait plus à l’ouest, jusqu’au col de Trion et le long de la voie d’Aquitaine.

2.3.1 L’habitat

26Pour bien comprendre les lieux de culte construits sur le replat de Saint‑Just, il est nécessaire d’avoir une idée précise de l’habitat gallo‑romain qui les a précédés (fig. 58), ce qui est possible grâce au sauvetage de 1972 et aux fouilles d’A. Desbat (Desbat 1984a).

FIG. 58 Saint‑Just : habitat gallo‑romain.

27Au sud‑ouest, un vaste ensemble comportait quatre exèdres ouvertes vers l’ouest et greffées sur un mur repéré sur une trentaine de mètres de longueur. De nombreuses amphores, utilisées en vide sanitaire, datent ces structures de soutènement du dernier quart du ier s. (fig. 57b). Au centre, sous les basiliques, les premières traces d’un habitat, quelques murs et des dépotoirs remontent à la première moitié du siècle. Lugdunum connut ensuite une longue période de prospérité. La ville s’étendait alors largement au‑delà de factuelle rue des Farges (fouille des Hauts‑de‑Saint‑Just, au pied de la terrasse des basiliques, non publiée). Un vaste ensemble de constructions appartient à une zone d’habitat assez dense qui perdure du milieu du Ier s. au milieu du iie s. ap. J.‑C. Au cours des dernières transformations, des cloisons en pisé divisent les pièces, des sols en mortiers de tuileau dotés de solins le long des murs et de conduits d’évacuation des eaux suggèrent des activités artisanales (fig. 59). Un four de tuilier a été abandonné peu après sa construction, sans avoir été utilisé. L’abandon progressif du site est attesté par la présence de dépotoirs de la première moitié du iiie s. (céramiques sigillée claire B, sigillée claire africaine C et métallescente).

FIG. 59 Saint‑Just : bassins gallo‑romains.

2.3.2 La nécropole

28Sur le replat de Saint‑Just, le contraste est évident entre les ensembles nord et sud de la nécropole. La partie nord, proche des basiliques, a livré un seul dépôt d’incinération en urne, et de nombreuses inscriptions funéraires du Haut‑Empire, remployées dans les sépultures ou les constructions ultérieures. Au sud et au‑delà de la place Wernert, les tombes à incinération et à inhumation, ainsi que de nombreuses inscriptions funéraires, attestent une extension de la nécropole païenne dont le centre se trouvait à Trion, avec un noyau secondaire sur la colline de Saint‑Irénée.

  • 11 L’incinération s’est généralisée en Occident sous l’influence des Romains. ; elle se maintient souv (...)

29Les fosses individuelles à incinération, ou bustum, creusées dans le substrat, appartiennent aux niveaux les plus anciens11. Les tombes à inhumation, fosses à coffrages de bois ou à cercueils, sont plus fréquentes dans la zone sud que près des basiliques (17 contre 4), donc à proximité des incinérations plus anciennes. Creusées immédiatement dans le lœss et sous les niveaux de sarcophages, certaines de ces sépultures peuvent être rattachées à la nécropole antique, grâce au matériel qu’elles contiennent, en particulier la tombe SI 172 (époque de Domitien, fin ier s.). D’autres fosses, à coffres de bois ou à cercueils, pourraient appartenir aussi bien à la nécropole païenne qu’à la nécropole chrétienne, dans une évidente continuité (par exemple celles qui sont coupées par le mausolée central). Il est remarquable que, dans la nécropole de Saint‑Just, l’inhumation existe dès la fin du ier s. et qu’à cette époque les tombes soient déjà orientées (têtes tournées vers l’est).

30De nombreuses inscriptions trouvées sur le site appartiennent à la nécropole gallo‑romaine et nous renseignent sur la vie de la cité et sur la société aux ier et iie s. : les officiers, le culte impérial, les négociants, les coutumes funéraires... C’est le cas des épitaphes d’un aquilifer, vétéran d’une légion rhénane ou d’un décurion de la XIIIe cohorte urbaine, stationnée à Lyon, de celles de sevirs augustaux ou des nautes de la Saône, de celle d’Euteknios, sans doute un commerçant syrien « venu apporter ses bienfaits aux Gaulois » (fig. 60) ou d’autres encore, placées sous le signe de l’ascia (Reynaud et al. 1975a : 47‑75 ; Leglay, Audin 1976 : 35‑51 ; Audin, Reynaud 1982 : 65‑70 ; Reynaud et al. 1982 : 135‑138).

FIG. 60 ‒ Saint‑Just II : inscription en grec d’Euteknios, trouvée dans la chapelle orientale conservée au musée de la Civilisation gallo‑romaine.

31La nécropole païenne de Saint‑Just, comme celle de La Favorite (Bel 1983 : 57‑58 ; Tranoy 1987 : 43‑45), comportent donc surtout des tombes simples ; les grands mausolées et les sarcophages historiés devaient se trouver vers le carrefour de Trion. Les incinérations, les inhumations en pleine terre, en cercueils ou en coffres de bois, qui sont les plus fréquentes, remontent parfois à la fin du ier s. Les coutumes funéraires évoluent au cours de ce ier s. et les inhumations remplacent les incinérations, tandis que la formule sub ascia dedicavit se généralise.

2.4 La nécropole paléochrétienne

32La nécropole, qui a été repérée à 300 m au sud de la basilique (fig. 62, 63), est utilisée dès l’époque romaine (ier s. ap. J.‑C.) dans sa partie sud, située à l’extérieur de la zone habitée. Elle s’étend ensuite vers le nord, sur la zone d’habitat abandonnée au cours du iiie s. : une nécropole chrétienne succède alors progressivement à une nécropole païenne (fig. 61).

FIG. 61 ‒ Au sud de Saint‑Just I : nécropole paléochrétienne, plan de la fouille de sauvetage (sous les nouveaux immeubles construits à proximité des basiliques).

FIG. 62 ‒ Saint‑Just : deuxième site de la fouille (au sud de la place Wernert).

FIG. 63 ‒ Au sud de Saint‑Just et au pied de la basilique Saint‑lrénée : vue aérienne de la nécropole paléochrétienne.

2.4.1 Le site

33À proximité de la basilique : les sépultures ont été dégagées au fond du cuvelage creusé pour la construction de (immeuble immédiatement au sud de la basilique (fig. 61). Au sud de la place Wernert (fig. 62, 64) : dans une zone restée à l’écart de l’extension urbaine, la nécropole paléochrétienne affleurait sous les alluvions de la pente. Les sépultures étaient creusées dans un dépôt superficiel morainique ou plus profondément dans le lœss.

FIG. 64 ‒ Au sud de Saint‑Just : plan de la nécropole paléochrétienne ; tombes fouillées.

2.4.2 Les sépultures paléochrétiennes

34Il est difficile de distinguer les tombes païennes des tombes chrétiennes. En effet, les superpositions sont rares et le matériel presque totalement absent. On peut supposer que les tombes proches des basiliques appartiennent à la nécropole chrétienne et seules les zones à incinération bien datées de l’époque gallo‑romaine ont été exclues de notre description.

Modes d’inhumation

35La nécropole de Saint‑Just présente une grande variété de sépultures que nous nous contenterons ici de décrire : en pleine terre, en cercueils, en coffres de bois, de tegulae ou de grandes dalles, en sarcophages monolithes, en demi‑cuves ou en plomb, en amphores, les sarcophages et les cordons mixtes. Ces différents types de tombes seront replacés dans leur cadre historique dans un chapitre de synthèse sur les nécropoles (cf. infra, Part. III, § 2.2.2).

Sépultures en pleine terre

36Ces sépultures (au total : 26) apparaissent également au cours des fouilles comme des taches sombres au bord régulier. Un certain nombre de ces tombes ont été taillées directement dans la moraine et correspondent à des niveaux anciens (gallo‑romains ou chrétiens). D’autres, tombes d’enfants assez nombreuses ou tombes d’adultes, apparaissent en même temps que les sarcophages monolithes ou les demi‑cuves, ou peu après.

Cercueils

37La présence de clous dans les fosses en pleine terre est un indice pour supposer l’existence de cercueils (au total : 6) dans certaines fosses. Ainsi, une tombe d’enfant a conservé deux clous près de la tête, et un sur le fémur droit ; ailleurs, les clous sont en place, souvent perpendiculairement le long du corps. Dans la plupart des cas, excepté deux adultes, ce sont des enfants qui sont inhumés. Ces tombes sont creusées dans le sol vierge et appartiennent au niveau ancien. Elles se regroupent surtout au sud à proximité de la nécropole antique. Toutefois, SI 18 et 149 sont installées plus au nord, le long de tombes en demi‑cuves accolées.

Coffres de bois

38Quelques fosses sont bordées de cordons de galets. Ces cordons plus ou moins réguliers ont pu servir de calage à des coffres de planches (au total : 7) (Privati 1983 ; Colardelle 1986 : 504‑506). Parfois n’existe qu’un seul cordon de galets, comme si l’on appuyait une des planches contre l’une des parois de la fosse, et que l’on calait l’autre planche avec des galets ; parfois aussi quelques galets apparaissent à la tête, aux pieds, et irrégulièrement le long du corps. Ces tombes peuvent avoir abrité des païens comme des chrétiens car elles appartiennent au niveau ancien et sont surtout regroupées au sud, à proximité de la nécropole païenne.

39Les tombes en pleine terre, les cercueils et les coffres de bois sont caractéristiques des nécropoles antiques. Ils persistent un temps au cours des iveve s. S. Gagnière les place à la fin du ive et au début du ve s. (type 2), mais les tombes qu’il a étudiées étaient pourvues de matériel. À Saint‑Just, nous l’avons vu, une monnaie (335‑341) fournit une datation post quem pour la tombe SI 87. Ils sont fréquents en milieu rural (Roissard, Sézegnin, Monnet‑la‑Ville, Briord) aux iveve s. (Gagnaire 1965 : 66‑69 ; Mercier, Mercier‑Rolland 1974 : 27‑28 ; Colardelle 1983 : 27‑67 ; Privati 1983 : 113‑115). La présence de ce type de tombes à Saint‑Just est une indication très claire de la continuité avec l’Antiquité. La rareté des mentions en milieu urbain vient sans doute du petit nombre des fouilles de nécropoles urbaines.

Sarcophages de plomb

40Lors de travaux de terrassements exécutés au sud des basiliques, la pelle mécanique a gravement mutilé un sarcophage de plomb (SJNT 54, fig. 65) qui était installé dans les niveaux profonds, juste au‑dessus du sol vierge. Il présentait une cuve rectangulaire d’une longueur approximative de 1,60 m sur 0,30 m de large et 0,30 m de haut. L’essentiel du couvercle est conservé. La cuve et le couvercle étaient faits chacun d’une feuille de plomb de 4,2 à 5,6 mm d’épaisseur. Pour le couvercle, les grands côtés se rabattaient sur les petits côtés sans soudure, donnant un emboîtement de 0,08 à 0,09 m de profondeur. Quatre petits bossages très plats et rectangulaires suggéraient la présence d’une poignée soigneusement coupée à une époque ancienne. Pour la cuve, petits et grands côtés se rabattaient verticalement et les arêtes étaient soudées au moyen d’une baguette en alliage à base d’étain. Le couvercle comme les côtés étaient entièrement ornés d’un dessin géométrique où l’on peut distinguer quatre éléments de base : des baguettes rectilignes de demi‑perles, séparées par une gorge (chaque élément est disposé selon un pas régulier de 11 mm), ces baguettes s’entrecroisaient et dessinaient une série de losanges irréguliers ; le même motif, réalisé plus grossièrement au pas de 17 mm, utilisé pour l’axe du couvercle ; des motifs circulaires, formés de trois cercles concentriques ; des petites rosaces à douze pétales dont le centre était souligné par quatre petites pointes ou dards.

FIG. 65 ‒ Sarcophage de plomb à décor de cercles concentriques et baguettes entrecroisées.

41Les sarcophages de plomb décorés ne sont pas rares dans la région : à Lyon, quai Arloing, (Pelatan, Meyronein 1970 : 217‑226 ; Delaval et al. 995 : 241‑248) ou à La Boisse dans l’Ain (Ain 1982 : 114‑123). Ces sarcophages présentent un décor proche de celui de Saint‑Just : à La Boisse, un décor cordé remplace les perles et les pirouettes ; au quai Arloing, des éléments eux aussi très courants, des croix à six ou huit branches, ou des dards, terminés par des triangles s’ajoutent au décor de baguettes en croix de Saint‑André.

42Les sarcophages de plomb décorés sont fréquents dans l’ensemble du monde romain. Sans doute fabriqués à proximité de la nécropole à partir de minerais de plomb ou de plomb argentifère très abondants en Gaule, ces sarcophages qui présentent un décor sommaire sont datés du iiie et du ive s. (Cochet 1863 : 285‑329 ; Riols 1971 : 82‑87 ; Cochet 1978 : 217‑234). Ils auraient disparu à la fin du ive s. lorsque les centres d’extraction furent abandonnés. Les sarcophages de La Boisse (Ain 1982 : 216‑221) appartiennent à une nécropole datée du ive s. par le matériel céramique ; les cuves du musée d’Apt remonteraient à la même époque. Celles de Bordeaux renferment parfois des monnaies de la fin du iiie s. (Tetricus fils, 267‑274) ou de la première moitié du ive s. ; à Genon (Gironde), le sarcophage de plomb est daté par deux bouteilles en verre de la fin du iiie ou du début du ive s. (Santro, Frugier 1982 : 271‑280, 284‑285).

Coffres de tegulae

43Ils sont relativement rares à Saint‑Just (au total : 4) (fig. 66). Deux caissons ont pu être étudiés près de la basilique, deux autres ont été seulement repérés sous la rampe d’accès aux terrassements exécutés pour la construction de l’immeuble. L’un d’entre eux (SJNT 6), partiellement conservé, peut être reconstitué : la sépulture comportait des tegulae à plat pour le fond et des tegulae verticales et doublées pour les côtés ; une tegulae pour le petit côté ; de 0,45 m de large et de 0,35 m de haut, elle ne compte plus que deux tegulae dans le sens de la longueur. La présence d’un demi‑squelette d’adulte laisse supposer une tombe de près de 2 m de longueur, soit quatre tegulae.

FIG. 66 ‒ Coffre de tegulae (en haut) ; sarcophage d’enfant (en bas).

44D’après S. Gagnière, les coffres sont assez fréquents à la fin du ive s. et au début du ve dans la vallée du Rhône et dans la Drôme ; plus récemment, des tombes de ce type ont été mises au jour à La Gayole (Var) où les coffres de tegulae rectangulaires sont presque contemporains des coffres en bâtière et appartiennent aux niveaux les plus anciens de la nécropole situés entre la fin du ve et la fin du vie s. (Gagnière 1965 ; Démians d’Archimbaud 1971 : 83‑147). D’après M. Colardelle, le matériel trouvé dans les coffres de tegulae, dans la Drôme, en Savoie et en Haute‑Savoie (sauf au vicus de Boutae) ne va guère au‑delà du ive s. (Colardelle 1983 : 304‑309). À Sézegnin, B. Privati estime que quelques coffres de tegulae datés par de la céramique ou par des monnaies se situent à la fin du ive ou au début du ve s. (Privati 1983 : 118‑119), mais que les coffres dépourvus de mobilier seraient plus tardifs, comme ceux de Kaiseraugst ou de Saint‑Laurent d’Aoste datés de la seconde moitié du ve s. (Bonnet 1981 : 48, fig. 1‑3). Les coffres mixtes de tegulae et de dalles sont placés par s. Gagnière dans la seconde moitié du ive s. mais, en Provence, des travaux récents suggèrent une utilisation jusqu’aux vieviie s. ou même plus tard (Garru et al. 1991 : 18‑19).

Coffres de grandes dalles

45Le bâti comprend 6 à 10 grandes dalles en calcaire de choin du Bugey, parfois des remplois antiques, bandes d’architrave, fragments d’inscription (fig. 67) ou certains éléments moulurés qui rappellent la modénature du théâtre de Fourvière. Les couvercles, parfois monumentaux (SI 109), sont souvent de médiocre qualité (2 à 3 dalles irrégulières) ; l’étanchéité de la fermeture peut être assurée par du mortier de tuileau. Plusieurs tombes sont entièrement jointoyées par du mortier à tuileau ou même enduites.

FIG. 67 ‒ Coffre de grandes dalles de remplois.

46Ces coffres (20 au total) constituent par leur nombre et la qualité du travail, une des originalités de cette nécropole ; 9 coffres ont été fouillés près de la basilique et 4 repérés ; 7 ont été mis au jour plus au sud. Ils sont de dimensions importantes, environ 2,50 m de long, 1,60 m de large et 0,70 m de profondeur. Une tombe de ce type, plus étroite que les autres, était prévue pour une personne (SI 43) alors que ces sépultures sont, en général, prévues pour l’inhumation de deux personnes. Dans un cas, la présence de clous fait penser à l’utilisation d’un cercueil de bois à l’intérieur du bâti (SJNT 37 et SI 18 : fig. 166). 2 coffres contenaient de petites fioles en verre.

47Ces coffres appartiennent au niveau ancien, mais ils se retrouvent aussi bien dans les couches profondes qu’en surface. L’un d’entre eux (SJNT 38) était placé à l’intérieur d’un petit mausolée. On remarque que les coffres sont plus nombreux près des basiliques. Ils apparaissent dans les niveaux moyens et inférieurs de la nécropole de Saint‑Irénée –au ve s., d’après A. Andin (Audin 1960a : 19‑25)– et à Vienne dans l’église Saint‑Pierre (Allmer 1861 ; 1865 ; Jannet‑Vallat 1983 : 74‑75), construite au cours du second tiers du ve s., dans le cimetière de Saints‑Gervais‑et‑Protais (Rapport 1854) et dans un autre cimetière récemment fouillé au sud de la ville (fouille des Nymphéas, nécropole de la fin de l’Antiquité et de la fin du ive s.), ainsi qu’à Saint‑Ferréol (construction de la basilique : 3e tiers du ve s.) (Reynaud 1978b). Au sud de Seyssel, un mausolée rectangulaire abritait un coffre de grandes dalles (Helly 1983 : 43‑46). À Vaison‑la‑Romaine (nécropole du Colombier), ils ne dépasseraient pas le début du ve s. (Carru et al. 1991 : 17).

48Ces quelques nécropoles datées remontent donc aux ive et ve s. Ce type de tombes, qui ne semble pas vouloir dépasser le ve s., paraît typiquement urbain par la récupération des matériaux antiques.

Sépultures en amphores

  • 12 1 amphore était installée le long du mur ouest du bras sud du transept de Saint‑Just (SJNT 75), 1 a (...)
  • 13 Nous tenons à remercier C. Raynaud pour ces renseignements, aimablement communiqués. Cf. ses articl (...)

49D’assez nombreuses amphores (13 au total), contenant des squelettes d’enfants ont été retrouvées à proximité immédiate ou au sud des basiliques12. Ces amphores, pour la plupart cylindriques ou légèrement oblongues, étaient coupées au col pour introduire le petit corps (fig. 68). D’après C. Raynaud13, elles correspondent, à deux exceptions près, à des importations d’origine africaine, d’utilisation très fréquente en milieu funéraire (Py 1993).

FIG. 68 ‒ Amphore en place.

50Écartons d’abord une amphore, de type Dressel 8 ou 9, rencontrée à Saint‑Ferréol et que l’on peut considérer comme résiduelle car ce type d’amphores, probablement originaire de Bétique, est surtout connu au ier s. (Py 1993 : 24). Les amphores SIT 19 et SIT 143 appartiennent au type Almagro 51, produit en Bétique ou en Lusitanie entre 280 et 450, mais surtout caractéristique des années 350‑420 ; leur remploi est cependant peu courant dans les nécropoles (un seul cas à Lunel‑Viel : Py 1993 : 58‑59). Toutes les autres entrent dans la catégorie des amphores africaines cylindriques de moyennes dimensions, de type Dicocer 25/3, Keay 1984, XXV, variantes de J à W, Beltran 1970 forme 64, 65 A, Ostia IV, 116 (Py 1993 : 18 ; Keay 1984). Leur production s’étend des années 300 à 420 et elles sont très souvent remployées pour un usage funéraire.

Sarcophages monolithes rectangulaires

51Aucun sarcophage antique n’a été trouvé en place ; par contre, trois fragments de sarcophage à strigiles, récupérés dans les remblais, ainsi qu’un fragment de sarcophage sculpté, en marbre, attestent la présence de sarcophages antiques richement décorés à proximité de la zone fouillée.

  • 14 SI 128 est de forme oblongue alors que SI 30 et SI 51 dessinent un rectangle plus régulier. Dans la (...)

52La nécropole de Saint‑Just a livré un assez grand nombre de sarcophages monolithes (au total : 42) : Ils ont été fouillés près des basiliques et 2 à l’intérieur des constructions paléochrétiennes ; 29 ont été mis au jour au sud de la place Wernert. Ces sarcophages atteignent une assez grande longueur, en moyenne plus de 2 m de long pour plus de 0,50 m de large et de haut ; la longueur varie en fonction de la taille du défunt et les sarcophages d’enfant sont beaucoup plus petits et parfois plus irréguliers. 2 sarcophages ont une cuve nettement trapézoïdale à l’intérieur alors que les bords extérieurs sont parallèles14. Dans la plupart des cas, la cuve est taillée dans un bloc de choin et les flancs sont assez épais. Quelques sarcophages, taillés dans du calcaire blanc et tendre, ont des flancs plus minces ; d’autres sont taillés dans de la molasse ou du grès gris. L’un d’entre eux présente une feuillure de forme rectangulaire, destinée sans doute à un couvercle de bois ou de pierre s’emboîtant dans le sarcophage. Les couvercles sont faits de deux dalles à peu près égales ou d’une grande dalle et d’une petite ; un seul couvercle en bâtière a été utilisé. Certaines tombes sont recouvertes de dalles véritablement monumentales, comme la grande dalle moulurée du mausolée central.

53Les sarcophages sont répartis sur l’ensemble de la nécropole. Le matériel n’est pas totalement absent. Quelques petits vases de verres (balsamaire) ont été récupérés dans SI 99 et NT 29. Ils sont utilisés dans la plupart des sites paléochrétiens de la région : à Saint‑Irénée de Lyon (couches inférieures, moyennes et supérieures, du ve à la première moitié du vie s. ; Audin 1960a : 108‑118). À Saint‑Just (nécropole sud), 1 sarcophage est daté par le matériel (boucle de ceinture) entre la fin du ive et le début du ve s. ; 1 autre repose dans la crypte nord du transept paléochrétien (ve s.) ; 2 autres, de même type, ont été placés dans la galerie souterraine accolée à ce même transept sud‑est (ve s.). À Saint‑Laurent‑de‑Choulans à Lyon où la construction de la basilique remonte à la fin ve‑début vie s., les sarcophages monolithes font partie des sépultures les plus anciennes ; ils diffèrent de ceux de Saint‑Just par leur forme rectangulaire à l’extérieur, et trapézoïdale à l’intérieur.

54Ce type de sarcophages semble dominant à Saint‑Pierre de Vienne à partir du second tiers du ve s. (Reynaud 1974‑1975 : pl. 6). À Saint‑Georges de Vienne, ils sont utilisés à l’intérieur de l’oratoire nord (milieu vie s.), à proximité de la barrière de chœur (Jannet‑Vallat 1983 : 74‑75). Ces sarcophages disparaissent, semble‑t‑il, à l’époque mérovingienne, tout en subsistant sous forme de remplois durant le bas Moyen Âge ; d’où, la difficulté à déterminer le premier emploi, lorsqu’il n’y a pas de chronologie relative.

Sarcophages monolithes aux extrémités arrondies à l’intérieur de la cuve

552 sarcophages correspondent à ce type : SL 80 au sud de Saint‑Just, sarcophage taillé dans un bloc inscrit et le sarcophage utilisé en fondation du mur nord de la chapelle orientale de Saint‑Just II. De semblables sarcophages ont été étudiés par R. Perinetti à Saint‑Laurent d’Aoste, où le sarcophage T 336 est daté des iveve s. ; d’autres exemples sont signalés, en particulier à Saint‑Étienne‑de‑Coire (Sulser, Claussen 1975 : fig. 30, 32‑35 ; Perinetti 1981 : 47‑92).

Sarcophages monolithes trapézoïdaux

56Quelques sarcophages présentent une forme trapézoïdale encore peu accentuée.

Sarcophages en demi‑cuves accolées

57Les sarcophages de pierres faits de demi‑cuves accolées, et parfois liées par de petites cales de pierre ou par du mortier sont de loin les plus nombreux (22 au total) : 21 fouillés et 1 inventorié près de la basilique. Le manque de blocs de taille suffisante provenant de monuments gallo‑romains a forcé les tailleurs de pierre à utiliser des blocs plus petits : les sarcophages en demi‑cuves constituent donc des ensembles disparates par leurs dimensions et par le matériau ; ainsi, les demi‑cuves peuvent être de largeur différente. Certaines présentent un arrondi seulement à l’intérieur, ou à l’extérieur et à l’intérieur ; parfois la demi‑cuve ouest a des parois minces et la demi‑cuve est a des parois plus épaisses, arrondies à l’intérieur et rectangulaires à l’extérieur. Dans l’ensemble les bords de la cuve sont parallèles, la forme trapézoïdale restant inconnue. Toutefois, pour un certain nombre de tombes, le bloc oriental est plus étroit ; ces tombes sont uniformément réparties sur l’ensemble du site.

58Les couvercles, en général de médiocre qualité, comportent deux à trois dalles irrégulières, parfois remployées : éléments de moulures, couvertines de mur, stèles ou cippes funéraires (SI 36) ; les deux dalles peuvent être à peu près égales ou très inégales ; un seul couvercle en bâtière est répertorié dans la nécropole. Quelques demi‑cuves sont liées entre elles par du mortier gris : un mortier à tuileau a été utilisé pour SI 48 ; des fragments de corbeaux sont utilisés comme cales entre les demi‑cuves (SI 26).

59Les demi‑cuves se répartissent sur l’ensemble de la nécropole près des basiliques comme plus au sud. Partout présente à Saint‑Just, cette variante du sarcophage monolithe, facile à fabriquer et pratique, ne fournit guère de datation précise. Une de ses premières apparitions est mentionnée à Saint‑Just (datation par du matériel entre le milieu du ive et le milieu du ve s.).

Tombes à cordons mixtes

  • 15 Les tombes SI 105, SI 71 et 82 pourraient être assimilées soit à ce type soit au type de coffrage d (...)

60Le terme de coffre nous semblait mal convenir à ce type de sépultures (8 au total), caractérisé par un assemblage rudimentaire de pierres, de galets ou de tegulae (souvent en fragments) répartis en cordon soit tout autour du corps, soit réservés à la tête et aux pieds. Dans deux cas, les cordons peuvent avoir servi à caler un coffrage en bois. Les sépultures étudiées correspondent à des tombes d’enfant accolées à des sarcophages en demi‑cuves15.

Réductions et violations de sépultures

61Les réductions sont rares : SI 65 (quelques os en vrac aux pieds) ; SI 68 (réductions avec offrande dans le mausolée central) ; réduction d’une tombe d’enfant dans le mausolée sud SI 126, avec des ossements en vrac. Des violations de sépultures ont pu être constatées, mais elles ne semblent pas très fréquentes, peut‑être à cause de la rareté du matériel. Ainsi, en SI 52, 97, le squelette a disparu et a été remplacé par un remplissage de pierres. Ailleurs, certaines parties du squelette, déplacées, attestent la violation de la sépulture ; le déplacement a parfois été plus brutal. En général, la terre s’est infiltrée et a rempli la totalité de la cuve ; parfois, l’infiltration a été moins forte et la cuve est à moitié pleine. Dans certains cas, plus rares, la tombe est pratiquement vide ou un petit cône de remblai occupe l’un des angles.

Matériaux et taille de la pierre

62Les matériaux utilisés pour les coffres de grandes dalles sont des blocs de choin du Bugey, ou du calcaire de Lens, près de Nîmes (SJNT 11), des Baux ou du Lubéron. Ces dalles proviennent de remplois antiques dont la face lisse est toujours tournée vers l’intérieur, alors que l’autre, simplement dégrossie, est tournée vers l’extérieur. Si la paroi interne des dalles est toujours impeccablement lisse (SI 11), les dalles des couvercles sont très souvent à peine dégrossies (SI 22), sauf dans le cas de remplois déjà appareillés (SI 25). Les remplois sont évidents dans les cas de blocs inscrits, moulurés ou pourvus de trous de louve. Les sarcophages en demi‑cuves accolées ne proviennent pas de grands sarcophages cassés lors du transport, mais sont taillés dans des blocs plus petits. Au chantier du Verbe Incarné gisait un bloc de grès gris déjà creusé en demi‑cuve, encore en place à la base d’un pilier détruit des cryptoportiques (Mandy 1983 : 23‑26). Les sarcophages étaient donc taillés sur le chantier de démolition transformé en carrière. Les demi‑cuves ou les sarcophages monolithes présentent une paroi intérieure dégrossie sans lissage (SI 14) dont le fini dépend de la nature du matériau (le calcaire blanc et tendre de T 26 a facilité le travail). À l’extérieur se distingue l’utilisation d’un ciseau à large tranchant (SJNT 15 et 17) ou d’une gouge aux creux profonds et obliques (SJNT 2), mais aussi d’un pic qui a laissé des traces en arc de cercle.

63Quelques sarcophages méritent une certaine attention : SJNT 2, dont la cuve est arrondie à l’intérieur dans sa partie ouest et présente à l’extérieur quatre encoches horizontales qui dessinent une sorte de croix –vestige d’une mouluration antique– et SJNT 80, taillée dans un gros bloc gravé d’une inscription qui occupe toute la face nord. SI 91 a gardé intacte son inscription sur le fond, alors que SI 55 n’a conservé que les premières et les dernières lettres de chaque ligne de part et d’autre de la cuve.

Signalisation de l’emplacement des tombes et inscriptions funéraires

Marques au sol

64Elles sont rarement conservées. L’emplacement de la tombe SI Il est indiqué par une dalle de schiste à la tête et au pied ; deux blocs morainiques posés au‑dessus du couvercle de SI 112 devaient être visibles au‑dessus du sol ; un petit tertre de cailloux marquait la tombe SI 137.

Inscriptions trouvées aux xviiie et xixe siècles

65Quelques inscriptions chrétiennes ont été trouvées à proximité de l’ancienne église (CIL, XIII, 2353, 2354, 2365, 2367, 2374) en particulier en 1736, lors de la construction d’une chapelle de pèlerinage près du chœur de l’ancienne église.

66Nous pouvons donc situer ces tombes au sud du transept ou de l’abside polygonale. Le corps de Florinus aurait été trouvé intact « recouvert de sa peau » ; le tombeau de Leocadia était à 6 pieds sous terre au sud de la nouvelle chapelle : « une espèce de tombeau couvert d’une pierre de taille d’environ 1 pied de large sur 2 pieds de longueur » (Procès‑verbal de la découverte s.d.). Plusieurs inscriptions découvertes à cette occasion ont disparu, mais l’abbé Lebœuf en a noté le texte (Lebœuf s.d. a : IX, 441). La plupart de ces inscriptions sont datées du ve s. Ainsi Pascacia est morte en 422, Leocadia est morte à 16 ans en 431, « Leucadia Deo sancta puella », « heureuse d’être vouée à Dieu » (BML, Fonds Coste, 331, 2925). Enfin, Flavius Florinus, tribun militaire, est enterré « ad sanctos » :

67FLAVIUS FLORI[NUS]………..…....

68.........POSITUS EST AD SANCTOS

69COMMEMORA[TUR] SANCTA I[N]

70………..ECCLESIA LUGDUNENSIS

71Cette épitaphe pose un problème : la transcription du père de Colonia se termine par deux lignes qui, mal interprétées, ont fait considérer ce tribun militaire comme l’une des personnalités religieuses vénérées par l’Eglise de Lyon (Procès‑verbal de la découverte s.d. ; Lebœuf 1740 : 1516 ; Lebœuf s.d. b : 242). La disparition de l’original, les divergences entre les transcriptions rendent l’historien d’autant plus prudent (ILCV, III, 451 ; Boissieu 1846 ; 553, X ; Le Blant 1856‑1865 : t. 1, 81, no 41) qu’aucun Flavius Florinus ne figure dans les textes liturgiques du Moyen Âge alors que les traditions des premiers temps de l’église sont précieusement conservées.

72Une autre inscription (Saraga) postérieure à 510 fut trouvée en 1816 à Saint‑Just dans une tombe peu élaborée (CIL, XIII : 2374 ; Boissieu 1846 : 553, XI). Deux autres inscriptions proviennent des environs de l’église, celle d’Ursus (493) d’une vigne près de l’église de Saint‑Just (CIL, XIII, 1, 2365) et celle de Siquana (501‑502) de la région de Saint‑Just (CIL, XIII, 1, 2367).

Découvertes récentes

73À l’intérieur des basiliques, les destructions des xviiie et xixe s. ont provoqué la disparition presque totale des sépultures anciennes. Toutefois, une inscription a été trouvée en remploi dans le doublage de l’abside polygonale ; d’autres, très fragmentaires, sont apparues dans les remblais modernes. La nécropole a livré quelques fragments supplémentaires (Descombes, Reynaud 1978 : 270‑284, nos 1‑9).

74Nous avons trouvé sur le site 1 épitaphe datée du consulat de Venantius : 3e jour des Kalendes de décembre, soit le 29 novembre 484 ou 507. Le nom du défunt n’est pas connu (Descombes, Reynaud 1978 : 279‑281) ; 3 autres fragments portent les restes d’une date consulaire ; 2 épitaphes presque complètes peuvent être datées du ve s. L’épitaphe de Litoria a été trouvée en remploi dans le doublage de l’abside polygonale (fig. 69). L’écriture soignée, le formulaire Hic jacet, recessif in pace, le chrisme dans une couronne, tous les éléments concordent pour faire adopter une date assez haute (ve s., voire la première moitié ou le milieu du siècle). L’épitaphe d’Amanda a été dégagée des remblais modernes de la nécropole. L’écriture relativement régulière, l’absence de formule initiale, l’emploi du mot archaïque pausavit, la croix monogrammatique comme la mention de la date du décès la replacent également au ve s. (Descombes, Reynaud 1978 : 279‑281).

FIG. 69 ‒ Saint‑Just II : inscription de Litoria en remploi dans le doublage de l’abside.

75Trois petits fragments seulement ont été mis au jour au sud de la place Wernert (SI, objets nos 1, 18, 38). Il faut également mentionner pour mémoire une inscription dont la signification a été l’objet de discussion, dans le cadre du séminaire de l’institut Courby. L’inscription de Julianos Euteknios, de Laodicée, que nous avons trouvée sur le site même de Saint‑Just, en remploi dans un mur carolingien, concerne un personnage qui reste énigmatique (fig. 60). Si l’on s’accorde sur la seconde moitié du iie s., la fonction du personnage reste difficile à comprendre. Malgré l’imprécision du vocabulaire qui a poussé les uns à considérer Euteknios comme un missionnaire, d’autres comme un marchand ou comme un philosophe, un consensus s’est dégagé pour l’abandon de l’hypothèse du missionnaire chrétien (Reynaud et al. 1975a : 47‑75 ; Jones 1978 : 119‑ 127).

Le mobilier funéraire et sa datation

76Comme dans la plupart des autres villes, on remarque l’absence presque totale de mobilier. Une seule tombe était relativement intéressante, pour le reste, on distingue quelques petits objets en bronze, en verre ou en céramique, des monnaies, à l’intérieur et à l’extérieur des tombes, ainsi que deux fosses relativement riches en céramiques.

Garniture de ceinture de la tombe SI 46

  • 16 Ceintures de Kapulovka, de Fedorovka et de Kanattas ; celle de Kamunta n’est pas datée ; celles de (...)
  • 17 M. Hartmann nous a envoyé un cliché d’une ceinture à deux boucles d’argent et moraillons provenant (...)

77Cette tombe contenait 2 plaques‑boucles de bronze argenté, une petite boucle ronde et 15 « moraillons » ou petites plaques rectangulaires à deux rivets décorant une ceinture (fig. 70) ; sur les moraillons, des fragments de tissu adhéraient encore à l’une des boucles. Ces éléments de ceinture se trouvaient sous le dos du squelette : les deux boucles principales sous l’omoplate, la petite boucle sous la main gauche, ce qui démontre qu’il s’agissait d’une inhumation habillée. En Europe orientale, en Russie en particulier, sont connues 7 ceintures de ce type16 dont celles de Kapulovka (seconde moitié du ive et ve s.). En Europe occidentale, les mentions sont beaucoup plus rares ; un cas est signalé à Vindonissa (Suisse) ; un autre à Taprain Law (Écosse)17. Ces ceintures pourraient être datées de la seconde moitié du ive‑première moitié du ve s. 5 des 7 nécropoles russes sont à mettre directement en liaison avec la fédération des Huns, sans qu’il s’agisse à proprement parler de sépultures de populations hunniques, mais plutôt de la diffusion d’une mode qui ne présuppose donc en rien l’existence de fédérés huns ou de Burgondes à Lyon à la fin du ive ou au début du ve s.

FIG. 70 ‒ Nécropole de Saint‑Just : boucles de ceinture (tombe SI 46, au sud de l’église).

Petits objets en bronze et en fer

78Les petits objets sont relativement rares et dépourvus d’intérêt : 1 bouclette décorative, 1 anneau de bronze, 3 fragments de bronze, 1 crochet de fer et 1 petite boucle.

Fioles de verre

79Ces petites ampoules sphériques à long col (fig. 71) sont plus significatives et peuvent être rattachées à une typologie : 1 fiole du type Morin‑Pons 37, en SJNT 11, 3 fioles de type Morin‑Pons 25 en SJNT 61 (Morin‑Jean 1913 : 77 ; Isings 1957 ; Brulet, Coulon 1977).

FIG. 71 ‒ Nécropole de Saint‑Just : fioles en verre (tombes 137 et 139C, au sud de l’église).

Monnaies

80Des monnaies du IVe s. proviennent des tombes mêmes : M 22 frappée à la fin du ive s. (SI 43), M 29 (Valentinien II, + 382) en SI 105, M 32 (Julien, 360‑363) en SI 168 ; d’autres ont été trouvées au‑dessus des couvercles des tombes : M 7 (Valentinien I, 364‑365). Des monnaies de la fin du ive s. datent le mausolée central (datation post quem : M 15 (fin ive s.) dans la tranchée de fondation, M 11 (Arcadius, 395‑408) dans les couches de démolition. Des fosses‑dépotoirs ont livré également des monnaies de cette époque : M 18‑19‑20 (fin ive s.) dans la fosse‑dépotoir 851, M 14 (fin ive) dans la fosse‑dépotoir 1151 ; d’autres monnaies, non datées, ont également été récupérées dans la nécropole.

Céramiques

81Si l’on excepte les tombes gallo‑romaines, le matériel est donc rare : la céramique, relativement peu abondante, est assez significative : au‑dessus des tombes, 1 élément d’assiette en céramique sigillée claire D africaine et des tessons de luisante (Lamboglia 2 : ive s.), 1 fragment d’écuelle à bords rentrants de plat à marli et de lèvre (Lamboglia 1/3 : fin ive s.), de la sigillée claire, métallescente et de luisante, ainsi qu’1 tesson de céramique estampée.

2.5 Les mausolées

824 mausolées –de petits bâtiments privés abritant des tombes– ont été repérés en 1972 et 1980.

2.5.1 Description

83Le mausolée I est conservé au niveau des fondations (fig. 64, bâtiment central ; 72, 73). Des murs assez légers (0,45 m d’épaisseur) déterminent un rectangle de 3,85 sur 5 m ; leurs maçonneries en moellons de micaschiste liés par un mortier gris clair, assez résistant, sont renforcées aux chaînages d’angles et en fondation par quelques blocs de plus grand appareil (bloc de 0,40 sur 1 m en fondation de l’angle sud‑ouest) ou par des remplois moulurés. Ce mausolée, détruit jusqu’au niveau des fondations, abritait un personnage important si l’on en juge par les dimensions du couvercle (base moulurée d’un monument funéraire de 2.70 m de long sur 1 m de large) et de la cuve monolithe. Aucun sol ancien n’a été repéré mais le couvercle, à la cote 248,70 m, est à un niveau à peu près équivalent à celui des tombes environnantes. Les murs est et ouest ne présentent pas de traces d’ouvertures et il est difficile de supposer que ce mausolée soit semi‑hypogée.

FIG. 72 ‒ Nécropole de Saint‑Just plan du mausolée I et des tombes voisines, partiellement fouillées la tombe 53 est taillée dans un bloc inscrit.

FIG. 73 ‒ Mausolée I : sarcophage fermé par un couvercle de remploi au centre.

84Le mausolée II, moins bien conserve et partiellement fouillé, est légèrement différent (fig. 64, bâtiment sud). Son plan est plus proche du carré (5,80 m sur 6,10 m), ses murs sont plus puissants (0,70 à 0,80 m) et il renferme deux sarcophages. L’épaisseur des murs et le plan ramassé suggèrent que l’ensemble était voûté. Les deux tombes sont intéressantes : le sarcophage méridional est taillé dans un énorme bloc gallo‑romain à inscription et le sarcophage nord renferme deux squelettes (un adulte et un enfant) ; elles sont au même niveau que les tombes voisines.

85Le mausolée III (fig. 61) n’a pu être dégagé qu’en partie. Les fondations de l’angle sud‑est apparaissent comme assez irrégulières (murs épais de 0,50 à 0,70 m). Une tombe en coffre de grandes dalles était conservée à l’intérieur. Un bâtiment qui venait s’appuyer sur ce mausolée était sans doute de proportions assez voisines mais, en l’absence de tombes, sa fonction funéraire n’a pas pu être assurée.

86Le mausolée IV, pourvu d’une abside, sera étudié avec la basilique funéraire de Saint‑Just (fig. 7576).

2.5.2 Datation

87Le mausolée I est le seul à pouvoir être daté avec une relative précision : la tranchée de fondation ouest, qui a livré une monnaie de la fin du ive s., coupe un certain nombre de tombes à cordons de galets ; elle était elle‑même recoupée par deux tombes d’enfants en amphores (origine africaine ; seconde moitié du ive‑début du ve s.).

2.6 Le mur de clôture de la nécropole

2.6.1 Description

88À une quinzaine de mètres à l’est de l’abside de Saint‑Just I s’étendent un mur est‑ouest long de 9 m et sans doute large de 1,80 m, et un mur perpendiculaire nord‑sud, dégagé seulement sur une longueur de 3 m et large de 0,90 m (fig. 74, 79) ; on ne connaît du premier que son parement nord car les fondations du chevet préroman viennent s’appuyer sur sa face sud. Le mur est‑ouest conserve 5 assises de gros blocs, contre 2 seulement pour le mur nord‑sud. Ces blocs de grande taille (0,50 à 0,70 m de hauteur sur 1 m à 1,40 m de longueur) sont manifestement des remplois romains ; l’un d’eux présente même un décor sculpté, assez riche, et un autre porte une inscription. Le mur est‑ouest se termine à l’est par un parement vertical ; on peut lui supposer un prolongement vers le sud, et deux indices suggèrent même un tracé en baïonnette : dans l’absidiole sud‑est du chevet préroman, les couches profondes s’interrompent brusquement comme si une structure ancienne avait disparu, et plus au sud, le mur oriental du transept roman est très nettement oblique, peut‑être sous l’influence d’un mur plus ancien. Le mur sud a été détruit par la construction du chevet préroman et l’on n’a pas retrouvé son prolongement plus loin au nord.

FIG. 74 ‒ Mur est‑ouest en grand appareil entre l’abside romane et l’abside paléochrétienne (Saint‑Just II à l’ouest) (accès monumental à la basilique ?).

2.6.2 Datation

89Ces murs sont postérieurs aux derniers niveaux d’occupation gallo‑romaine, abandonnés au cours de la première moitié du iiie s., et contemporains d’un imposant remblai : les niveaux gallo‑romains ont été coupés selon un tracé vertical ou très oblique et le vide a ensuite été comblé avec des matériaux de démolition sur lesquels reposent les premières assises de gros blocs, d’où la présence de petites tranchées de fondation pour les blocs profonds. Puis des remblais ont été déposés en même temps qu’étaient montées les assises supérieures. La cote maximale atteinte par les remblais est de 249,50 m NGF ; ceux‑ci ne devaient guère dépasser 250 m à l’intérieur du mur. Plus au sud, les remblais anciens ne dépassent pas la cote 248,00 m, ce qui laisse supposer que les couches supérieures ont disparu lors de la destruction du mur qui les soutenait.

90Les fondations de gros blocs sont donc en rapport avec des couches de remblais où la céramique, parfois abondante, n’est pas postérieure à la première moitié du iiie s. Ces structures en gros blocs, par leur travail, par leur épaisseur, se rapprochent de celles mises au jour à Lyon même en bord de Saône (ive s., peut‑être première moitié ou milieu du siècle : Reynaud et al. 1977 : 50‑59 ; Reynaud et al. 1978 : 243‑260). On peut également les comparer avec les murs d’enceinte du Bas‑Empire, en particulier avec celui de Genève, daté de la fin du iiie s. (Sauter, Bonnet 1971 : 165‑172). Nous considérons donc ces structures comme contemporaines de l’installation de la nécropole et de la première basilique.

2.6.3 Mur de terrasse ou accès monumental ?

91Le caractère très fragmentaire des vestiges conservés rend le choix difficile entre trois solutions qui ne s’excluent d’ailleurs pas mutuellement : un mur de clôture fermant la nécropole à l’est, un mur de soutènement destiné à agrandir l’espace disponible au chevet de la basilique, ou encore un accès monumental vers la porte de Saint‑Just voisine. Ces structures paraissent en fait très proches des murs de clôture et de la porte monumentale de la nécropole qui ont été dégagés en octobre 1985 à Saint‑Laurent‑de‑Choulans. Ces tombes, ces mausolées, ce mur oriental appartiennent bien à la nécropole chrétienne qui s’allongeait au sud des basiliques sur plus de trois cents mètres et devait renfermer plusieurs milliers de sépultures. La tradition gallo‑romaine et la lettre de Sidoine Apollinaire nous incitent à imaginer ces nécropoles comme de vastes enclos où se répartissent les tombes au milieu d’une végétation parfois abondante : des constructions s’alignent le long des voies, petits édifices, mausolées plus monumentaux ou vastes basiliques. On pourrait reconstituer une nécropole dont l’un des noyaux initiaux se trouverait au nord et dont l’orientation serait celle du cadastre gallo‑romain. Cette nécropole s’étendrait ensuite en longueur, sans doute le long de voies nord‑sud, les tombes devenant plus denses. L’usage des fosses à coffrages de bois, de cercueils et de sarcophages monolithes atteste la continuité entre la nécropole antique et la nécropole du haut Moyen Âge.

92La période d’utilisation maximale de la nécropole s’étend du ive s. au ve s. ; apparaissent alors les coffres de grandes dalles, les sarcophages en demi‑cuves, les coffres de tegulae et les amphores funéraires. Les sarcophages en demi‑cuves, encore fréquents à Saint‑Laurent‑de‑Choulans aux vieviie s., sont sans doute utilisés plus tardivement (vevie s.). L’abandon de la nécropole, ou plutôt son déplacement, est plus difficile à situer dans le temps et dans l’espace. Si la présence de quelques tombes trapézoïdales autorise à dépasser le ve s., l’attestation de ces mêmes tombes tout au long de la rue des Macchabées suggère aussi un déplacement de la nécropole le long d’une voie peut‑être nouvelle, reliant les deux basiliques de Saint‑Just et de Saint‑Irénée, et peut‑être aussi l’essor de nécropoles d’accès plus facile, dont celle de Saint‑Laurent‑de‑Choulans. Seul subsisterait le cimetière médiéval autour de la basilique.

2.7 Les édifices funéraires

93Au cours des recherches menées sur le terrain nous nous sommes tout d’abord efforcés de reconstituer les différents édifices de Saint‑Just, site remarquable par les nombreuses constructions qui se succèdent de l’ouest vers l’est, à faible distance des portes de la ville.

2.7.1 Le mausolée IV

94Au nord‑est de l’abside deux murs perpendiculaires et un mur semi‑circulaire appartiennent à un petit mausolée à abside (fig. 75, 76). Les murs de 0,55 m d’épaisseur sont construits en galets et en moellons liés par un mortier jaunâtre de médiocre qualité. Les murs nord et sud sont rasés au niveau du sol (en 1971, un bulldozer a creusé une tranchée dans cette zone). Les fondations sont assez profondes (1 m) ; un ressaut léger marque le niveau du sol extérieur. Aucune tranchée de fondation n’est apparente. Le mur semi‑circulaire, détruit beaucoup plus bas (0,60 m d’épaisseur) est conservé sur 4 m de longueur ; il est interrompu au nord et au sud par un mur plus tardif du transept (Saint‑Just II). Un léger décrochement du mur sud, encore en place, atteste que l’abside est moins large que la nef. Quelques pierres perpendiculaires au mur sud pourraient constituer l’amorce d’un couloir méridional. À l’ouest, un mur nord‑sud situé à 1,90 m de la façade du petit mausolée crée un second couloir en retour d’angle perpendiculaire par rapport au premier. Ce mur appartenait en fait et dans un premier temps, à une construction antérieure comme le prouve un enduit rouge dégagé au‑dessus du sol primitif (alt. 250,16 m). Plus haut, un deuxième sol en mortier de tuileau est contemporain du mausolée : il est conservé sur toute la zone non détruite par le mur roman (mortier de tuileau à la cote 250,80 m, au‑dessus d’un radier de galets ou de moellons).

FIG. 75 ‒ Nécropole de Saint‑Just : mausolée IV (vue générale avec en bas, à gauche, l’abside du mausolée).

FIG. 76 ‒ Nécropole de Saint‑Just : mausolée IV (plan et sols en mortier de tuileau).

Restitution

95On peut donc reconstituer un petit mausolée fait d’une nef assez large par rapport à sa longueur (5,50 X 6,50 m) et d’une abside de 6 m de diamètre : la longueur totale de l’édifice atteint 8 m. On pourrait interpréter les couloirs qui entouraient ce mausolée comme des portiques latéraux. L’absence de tombes peut s’expliquer par un sarcophage non enfoui et posé sur le sol, comme à Saint‑Laurent de Grenoble (mausolée sud‑ouest) et à Saint‑Gervais (crypte orientale) ; l’abondance des monnaies –sans doute des offrandes–, dans la crypte nord, construite plus tard à l’emplacement du mausolée, trouverait son origine dans cette proximité ou dans la tombe du saint.

2.7.2 La basilique Saint‑Just I

96Les petits mausolées sont bientôt remplacés par un édifice plus monumental dont nous nous attacherons à comprendre les caractéristiques et la date de construction, les fonctions et le vocable (fig. 2, 77, 78, 79). Un terrain assez vaste avait probablement été acheté par les chrétiens pour y construire une basilique. Leur choix porta sur une zone de la nécropole située près d’une des portes de la ville, porte qui avait dû perdre une partie de son importance à la suite du développement de la ville basse.

FIG. 77 ‒ Saint‑Just I : vue d’ensemble vers le nord‑est.

FIG. 78 ‒ Saint‑Just I : vue d’ensemble vers le nord‑ouest.

FIG. 79 ‒ Saint‑Just : plan de la première basilique. État 1

Les vestiges et le plan

97L’importance des destructions et l’absence de liaisons stratigraphiques ont rendu difficile la compréhension du plan de la première basilique. L’étude des appareils et des mortiers, des tranchées de fondation et des liaisons entre les murs a néanmoins permis de résoudre une partie des problèmes (fig. 80, 82). Le point de départ de cette étude a été l’abside conservée au centre du chantier. Un rapide coup d’œil sur le plan d’ensemble suggère en effet des agrandissements successifs des églises vers l’est. On partira donc d’une hypothèse de travail considérant cette abside comme le chevet de la première église : le plan très particulier de l’hémicycle interdit d’interpréter l’abside comme une simple chapelle funéraire, et le radier de galets, formé d’éclats de moellons mêlés à quelques briques ou tuiles et mis en évidence à l’est du chaînage de l’abside, a été retrouvé sous certains murs au nord et au sud. Ce radier, qui correspond au niveau profond de la tranchée de fondation des murs latéraux, est sensiblement partout à la même profondeur à proximité de l’abside (alt. 249,50 m), du chaînage (alt. 249,50 m) et des murs gouttereaux sud et nord (alt. 249,80 m).

FIG. 80 ‒ Saint‑Just I : relevé pierre à pierre de la première basilique.

98On proposera un plan qui comprend l’abside centrale (8 m de diamètre), son chaînage et les murs latéraux (21 m de largeur totale), c’est‑à‑dire l’essentiel de l’enveloppe extérieure. Nous manquons d’éléments pour la façade, mais elle n’a vraisemblablement guère varié au cours des siècles ; la disposition intérieure reste hypothétique.

L’abside

99Le mur de l’abside, conservé uniquement en fondation, semble homogène sur tout son développement et sur toute sa hauteur (fig. 81). Il est caractérisé par un appareil de moellons de micaschiste et de granité auxquels se mêlent quelques pierres jaunes en calcaire des Monts d’Or. Ces moellons, de dimensions moyennes, sont nettement plus gros que le module gallo‑romain traditionnel. Les assises profondes sont faites de moellons plus petits, parfois posés en arêtes de poisson ou en saillie vers l’extérieur. Au total, ce mur atteint une épaisseur d’environ 0,80 m en fondation (fig. 81). Le mortier gris‑jaunâtre, compact, résistant et fait d’un sable assez fin, diffère sensiblement de celui des murs gallo‑romains. Le radier de l’abside a pu être dégagé de part et d’autre de l’hémicycle en suffisamment d’endroits pour assurer sa présence, en particulier du côté nord, où il reproduit fidèlement la courbure de la tranchée de fondation.

FIG. 81 ‒ Saint‑Just I : abside (fondations) et son chaînage à droite.

100Un mur transversal nord‑sud, contemporain de l’abside, a été construit au départ de la partie semi‑circulaire du rondpoint de l’abside. Cette structure, conservée en fondation sur deux assises, pouvait servir de support à une marche et à une surélévation de l’hémicycle. L’appareil propre à l’abside se retrouvait dans le chaînage nord‑sud voisin de l’abside, en particulier les pierres irrégulières de dimensions moyennes ainsi que les moellons en saillie à la base des fondations (épaisseur 0,80‑0,85 m) ; le mortier ne se différencie pas de celui de l’abside (fig. 81). Des reprises rendent délicate l’analyse de la liaison entre le chaînage et le mur nord de l’abside : la partie nord du chaînage a été reconstruite avec Saint‑Just II et présente un parement appareillé à la liaison avec l’abside ; ainsi, celle‑ci n’est liée au chaînage que par un seul moellon. Au sud, la liaison entre l’abside et le chaînage a été perturbée. De même, l’épaulement de l’abside au droit des collatéraux a disparu et les murs latéraux de la nef ne sont pas en relation directe avec l’hémicycle.

La nef

101Pour retrouver les murs latéraux de l’église, il nous a fallu tout d’abord éliminer toutes les structures différentes de celles de l’abside (murs gallo‑romains ou murs postérieurs). Ainsi, le mur situé dans le prolongement de l’abside au sud‑ouest est manifestement gallo‑romain par son appareil et son mortier. Les deux murs parallèles, de direction est‑ouest, qui déterminent un espace un peu plus large que celui de l’abside, auraient pu appartenir à un édifice à nef unique ; ils diffèrent en fait de l’abside par un appareil plus régulier, un mortier plus gris et des sols plus bas.

102Au‑delà, vers le sud, seul un mur conservé sur une assez grande longueur et englobé dans les puissantes fondations romanes pouvait être considéré comme le mur latéral de Saint‑Just I. Le mur latéral sud apparaît donc à 9,5 m au sud de l’axe de l’abside et se prolonge sur plus de 15 m (fig. 82) ; à l’est, il subsiste sur quelques assises seulement ; à l’ouest, il s’élève encore sur plus de 1 m ; il est ensuite coupé par la base d’un pilier de la seconde travée du collatéral roman. On retrouve l’appareil irrégulier, le mortier gris‑jaunâtre, et surtout les assises en arêtes de poisson sur les pierres en saillie vers l’extérieur, à la base des fondations. Le radier est d’abord étroit entre le mur et les pilettes de l’hypocauste voisin ; il s’élargit ensuite, disparaît au droit du pilier roman, puis réapparaît plus à l’ouest.

FIG. 82 ‒ Saint‑Just I : mur latéral (élévation : mur paléochrétien, ressaut de fondation et deux assises couvertes d’enduit, à droite).

103Le mur latéral nord a presqu’entièrement disparu : une analyse des structures conservées à l’angle présumé de l’église (au nord‑est) fait constater que le mur est préservé sur quelques centimètres de longueur et quelques assises de hauteur. Au‑delà, le mur latéral a été détruit, mais le radier de fondation est conservé intact sur près de 10 m de longueur, selon un tracé légèrement oblique par rapport à l’axe présumé du mur.

La façade

104La situation exacte de la façade reste hypothétique. Le mur latéral sud se poursuit sur 18 m de longueur. Un changement d’appareil indique alors que l’on passe à une campagne de construction ultérieure (cryptes sud‑ouest de Saint‑Just II). La présence de cette crypte rend impossible toute recherche sur la première église dans ce secteur (le niveau des sols descendant à la cote 248,33 m). Par contre, plus au nord, les sols romains sont conservés à une altitude moyenne de 250,10 m ‑ 250,20 m ; une structure transversale les aurait donc perturbés et apparaîtrait en stratigraphie horizontale comme la façade de la première église. Le seul élément qui pourrait correspondre à ce schéma ne peut être retenu, car il s’agit d’un mur romain, d’ailleurs très oblique par rapport à l’axe normal. La façade de l’église doit donc être recherchée plutôt à l’emplacement de la façade romane. Une façade plus à l’est est exclue, une église se prolongeant plus à l’ouest est possible, mais l’espace étant occupé par une galerie souterraine, toute vérification est impossible.

105Au total, la nef aurait atteint soit 29 à 30 m de longueur (une centaine de pieds romains), soit 33,60 m, si l’on situe la façade à l’emplacement du mur est de la galerie occidentale. Sans exclure cette dernière hypothèse, nous préférons la première, en raison de ses meilleures proportions (rapport longueur‑largeur). Des portiques latéraux sont peu probables et ni au nord, ni au sud, l’on n’a retrouvé de traces de murs semblables à ceux de Saint‑Just I par l’appareil et par le mortier.

Les aménagements intérieurs et les sols

106On peut supposer une division en trois nefs, mais l’aménagement intérieur est difficile à reconstituer. En effet, d’une part on ne peut considérer les structures gallo‑romaines situées dans le prolongement de l’abside comme d’éventuels chaînages, car la nef centrale serait alors trop petite ; d’autre part, les chaînages de l’église II ont supprimé la trace des précédents supports. L’absence d’autres vestiges nous force donc à admettre des collatéraux plus étroits que la nef.

107Quant au sol de cette église, il a entièrement disparu. On doit le situer d’une part au‑dessus des niveaux romains conservés, soit au‑dessus de la cote 250,40 m ; il est d’autre part probable que le ressaut du mur latéral sud, à la cote 250,80 m, est au même niveau que le ressaut d’origine (fig. 82), même si l’élévation de ce mur est sans doute postérieure, dans son état actuel de conservation. Enfin, l’analyse du chaînage nord‑sud de l’abside indique un changement d’appareil très net en rapport avec une limite horizontale à la cote 250,75 m ; à l’ouest de ce mur est conservé un fragment de sol en mortier de tuileau.

108Une seule tombe appartenant à Saint‑Just I (ou à Saint‑Just II) subsiste dans la nef centrale. Il s’agit d’un sarcophage monolithe rectangulaire en calcaire blanc (T 115).

2.7.3 La basilique Saint‑Just II

109La première basilique est ensuite agrandie à l’est par l’adjonction d’un vaste transept, d’une abside polygonale et d’annexes (fig. 83, 84) ; des portiques latéraux et un cryptoportique occidental sont attestés.

FIG. 83 ‒ Saint‑Just : relevé pierre à pierre de la deuxième basilique.

FIG. 84 ‒ Saint‑Just II : reconstitution de la deuxième basilique.

Plan d’ensemble, dimensions et campagnes de construction

110Saint‑Just II peut être reconstitué avec une assez grande précision (fig. 84). Si l’abside polygonale est conservée en élévation sur quelques assises, le transept, très débordant et pourvu de cryptes à ses extrémités, n’est visible qu’en fondation. À l’ouest, l’implantation des trois nefs n’a pas été modifiée, mais l’attribution et la datation du cryptoportique ont été difficiles à établir. L’église est remarquable par son plan ; elle l’est aussi par ses dimensions : 52 m de longueur, de l’abside à la galerie occidentale, 21 m de largeur et 29 à 33 m de longueur pour les trois nefs ; 34,50 m pour le transept. À cette apparente unité s’oppose une construction assez complexe, en plusieurs campagnes : l’enveloppe extérieure des nefs anciennes a été conservée et, dans les parties nouvelles, se distinguent des reprises, voire des repentirs, des changements de mortier et d’appareil.

111Pour bien mettre l’accent sur cette progression dans la construction, nous avons distingué deux états dans la description, Saint‑Just II‑1 et Saint‑Just II‑2 mais, pour l’essentiel, ces deux campagnes ne concernent que les fondations ; le changement de parti est sans doute intervenu en cours de travaux. C’est pourquoi la basilique de Saint‑Just II sera traitée comme un tout dans le chapitre de synthèse.

Description de l’état II‑1

112Les travaux de la nouvelle basilique commencent à l’est par le transept et les portiques latéraux.

L’agrandissement vers l’est : le transept

113La terrasse qui s’étendait à l’est de la première église est désormais occupée par l’extension de la nouvelle. Un espace transversal aux vastes proportions (34,50 m de long), et dont on peut suivre l’enveloppe sur presque tout son périmètre, est donc construit à l’est de la nef (fig. 85).

FIG. 85 ‒ Saint‑Just II : élévation du mur est du transept.

114Les structures nouvelles se distinguent des anciennes par leur appareil, par leur mortier et par la profondeur des fondations. Elles sont assez bien conservées : seul l’angle nord‑ouest du transept a complètement disparu. Les murs restent d’épaisseur moyenne (0,75 à 0,80 m, en élévation et 0,90 à 1 m en fondation). Ils sont construits en moellons irréguliers, de dimensions réduites et sans doute arrachés aux édifices gallo‑romains dont les ruines couvraient le site (en moyenne 0,23 m en longueur par 0,18 m en largeur et 0,12 m en hauteur) ; quelques blocs sont plus importants (0,45 x 0,23 x 0,10 m) ; de même, les angles et en particulier l’angle sud‑est du transept sont renforcés par d’assez gros blocs de pierre, depuis les fondations jusqu’à l’élévation ; l’un d’entre eux atteint 1,30 m sur 0,60 m. Les autres angles paraissent moins puissants ; ils sont également plus difficiles à étudier, car moins bien dégagés. Les angles nord‑est et sud‑ouest du transept laissent apparaître chacun un gros bloc de choin en saillie sur leur parement extérieur. Deux gros blocs de choin apparaissent également en fondation à la liaison entre le transept et l’abside, mais seul le bloc nord est attesté pour cette campagne de construction.

115Les assises sont dans l’ensemble assez irrégulières ; on remarque toutefois la trace d’appareil en arêtes de poisson sur le parement extérieur du mur sud‑ouest et nord‑est du transept. Le mortier, assez tendre et peu résistant, est constitué d’un sable aux grains moyens et de chaux blanche légèrement teintée de tuileau. Ce mortier est un indice qui permet de reconnaître les parties anciennes du transept et des portiques latéraux (mortier A). Il apparaît aux murs nord et sud du transept. Le mur sud‑est présente une rupture oblique : au sud, le mortier A est utilisé pour la totalité de l’élévation, malgré un rejointoyage du parement extérieur. Pour le bras nord, la construction est plus simple : le mortier A couvre la presque totalité de la surface ; un coup de sabre marque le passage à un mortier différent à proximité de l’abside ; un chaînage peu profond stabilisait l’entrée de l’abside.

116Les fondations sont assez profondes (entre 2 et 3 m). Cette différence avec l’édifice précédent est due au désir de renforcer la construction, à la nécessité de mieux asseoir la partie orientale de l’église, construite sur un espace qui se trouvait juste au‑dessus d’une pente assez raide. Les fondations du mur est du transept ont été étudiées de façon systématique : au nord, une zone centrale de profondeur moyenne (alt. 248,60 m) est encadrée par deux zones profondes : d’un côté la crypte (248,00 m), de l’autre l’abside (248,20 m) ; au sud, la situation est semblable (alt. 247,95 à 248,10 m et 247,60 m du nord au sud), mais l’on ne connaît pas l’endroit exact où se fait le passage de la fondation moyenne au centre, à la fondation profonde au sud (destruction par le mur gouttereau roman).

117L’approfondissement des fondations vers les extrémités du transept ne correspond pas exactement à la zone basse des cryptes, comme si l’on ne tenait pas seulement compte du niveau du sol de celles‑ci (fig. 85). Cette dernière remarque nous confirme dans notre idée que l’on recherchait surtout le renforcement des points faibles, c’est‑à‑dire des angles. Les moellons sont liés par un mortier à pierre vue, c’est‑à‑dire très couvrant et ne laissant apparent que le centre de la pierre. Cette technique de construction se rencontre en façade nord et sud (derrière la voûte de la crypte) et le long du mur oriental, surtout au nord. Les tranchées de fondation sont suffisamment larges pour que le maçon travaille à l’aise. Dans certains cas, il semble qu’un des parements du mur s’appuyait presque directement contre la paroi de la tranchée et que des planches étaient intercalées entre la paroi de la fosse et le parement ; le mortier, ayant coulé entre les joints, venait alors s’appuyer contre les planches et remplir les intervalles entre les pierres.

118Les murs sont rarement conservés en élévation. On peut toutefois considérer que tout ce qui dépasse le ressaut extérieur est en élévation, soit deux ou trois assises au sud‑est et une dizaine au nord‑est. Le mur ne dépasse pas 0,80 m d’épaisseur et l’appareil reste le même ; toutefois, une arase de briques apparaît au‑dessus du ressaut. Ces briques sont assez minces et de faible longueur (0,03 à 0,04 m sur 0,10 à 0,15 m) pour le mur est du transept ; il s’agit de remplois.

L’annexe sud‑est

119Un court segment de mur, conservé à trois mètres en contrebas du mur sud‑est du transept, paraît appartenir à la campagne de construction de Saint‑Just II, si l’on en croit le mortier assez riche en tuileau qui est utilisé. À ce mur est aussi associée une base de colonnette et l’on a reconnu plus à l’est la trace d’arrachement d’une dalle de seuil (fig. 83, 91).

Réaménagement de Saint‑Just I, à l’ouest

120Pour la partie occidentale, on peut envisager la conservation du volume primitif de Saint‑Just I, auquel s’ajoutent des portiques. L’église était entourée de galeries étroites qui venaient se raccorder aux bras du transept.

Le portique sud

121Un mur rectiligne s’étend à 2,75 m de distance du mur latéral sud (fig. 87). De faible épaisseur en élévation (0,60 m) et peu fondé (0,50 m de profondeur), il est constitué de moellons irréguliers de mêmes dimensions que ceux du transept et liés par un mortier tendre, assez riche en tuileau. Très perturbée par les constructions ultérieures, cette structure est néanmoins suffisamment bien conservée pour être reconstituée sur toute sa longueur. Elle apparaît à l’ouest de la façade supposée et subsiste en courts segments jusqu’à 7 m du bras sud du transept ; on la retrouve alors, décalée vers le sud, où elle va rejoindre l’angle sud‑ouest du transept.

FIG. 87 ‒ Sainte‑Just II : portique sud, plan et élévation

122L’élévation de cette galerie reste inconnue, de même que son aménagement intérieur. Elle est conservée au mieux à la cote 250,90 m, c’est‑à‑dire environ 0,90 m au‑dessus du ressaut de fondation. L’espace délimité par cette galerie est entièrement occupé par le mur gouttereau de l’église romane et tout espoir de retrouver des vestiges anciens a disparu. Le sol du portique se trouvait au‑dessus du niveau du ressaut de fondation, autour de la cote 250,50 m, donc plus bas que le sol de l’église. Vers l’est, le portique s’élargit, mais cette zone a été perturbée pratiquement jusqu’aux niveaux romains. Une tombe d’enfant dans une amphore a cependant été retrouvée contre le mur du transept ; nous l’étudierons avec le matériel.

Le portique nord

123L’église Saint‑Just II apparaissait construite d’une façon suffisamment symétrique pour que l’on puisse admettre l’existence d’un portique latéral nord. Une fouille au nord du collatéral roman a permis de reconnaître la présence de la tranchée de fondation du mur longitudinal sur 1 m de longueur, d’un lambeau de mortier de tuileau, à la cote 2 50,64 m et de fragments de sarcophages, dont l’un, monoithe et rectangulaire, avait glissé le long d’une fosse de démolition (fig. 86).

FIG. 86 ‒ Saint‑Just II : portique nord, plan et coupe ; notons la différence de niveau entre le sarcophage 4 de la crypte, au nord du transept 1 dans le portique nord, près d’un petit fragment de sol en place au‑dessus d’un sol de tuileau gallo‑romain.

Description de l’état II‑2

124Au cours de cette seconde campagne sont construits le cryptoportique occidental et l’abside polygonale ; le grand transept débordant est pourvu de cryptes aux extrémités et d’une croisée au centre. Des annexes flanquent l’abside et le transept. Cette campagne se distingue de la précédente grâce à un mortier blanc et dur qui a remplacé le mortier tendre légèrement teinté de tuileau. Ces différences de mortier peuvent s’expliquer soit par l’intervention de deux entreprises différentes sur le même chantier, l’une succédant à l’autre, soit par un changement de parti en cours de construction. Nous avons préféré ces deux hypothèses à l’idée d’une reconstruction d’ensemble à quelques années d’intervalle. En effet, le maintien d’un même plan, d’une même largeur de murs, la difficulté de distinguer en stratigraphie des couches appartenant à l’une ou l’autre campagne de construction et l’absence de toute trace d’une première abside semi‑circulaire, rendent difficile à admettre le principe de deux églises distinctes.

Le chevet

125L’abside est intégralement conservée en fondation ; trois assises seulement subsistent en élévation. Les puissantes fondations dessinent un demi‑cercle alors que les structures plus légères de l’élévation sont de forme polygonale (fig. 88, 89, 90). Les cinq pans de l’élévation comptent deux à trois assises au maximum. Chaque pan fait 3,40 m de longueur ; aux angles, le mur atteint 0,87 m d’épaisseur ; au milieu de chacun des pans, il ne dépasse pas 0,70 m d’épaisseur, mais il est renforcé par un pilastre (fig. 88).

FIG. 88 ‒ Saint‑Just II : plan de l’abside ; une seule assise de l’élévation polygonale est conservée ; le ressaut inférieur avec une inscription en remploi est placé très bas. (cf. coupe fig. 90)

FIG. 89 ‒ Saint‑Just II : vue de l’abside.

FIG. 90 ‒ Saint‑Just II : coupe de l’abside.

126L’annexe sud‑est est entièrement reprise. Un puissant massif de maçonnerie qui sert d’appui à la voûte de la salle basse témoigne de la reconstruction d’ensemble de l’annexe (fig. 91). Dans ce but, le mur sud‑est du transept a été totalement décaissé à l’extérieur, Jusqu’au niveau de 247,70 m ; il a ensuite été doublé du côté ouest par un muret qui supporte la retombée de la voûte. Cette salle voûtée ouvrait vers l’extérieur par le sud. Ces aménagements, qui remplacent d’anciennes structures moins robustes, viennent s’appuyer contre le mur du transept de Saint‑Just II et semblent contemporains de la nouvelle abside dont les fondations s’approfondissent au‑delà du contact avec les murs des annexes.

FIG. 91 ‒ Saint‑Just II : annexe sud‑est, coupe : à gauche, amorce de la voûte et sarcophage visible en profondeur ; à droite, amorce de la voûte et sarcophage.

127L’annexe nord‑est s’étend entre l’abside et le transept (9,80 m de longueur et 4,40 m de largeur). À l’intérieur, aucun sol en place n’a été repéré ; on peut toutefois supposer que cette annexe servait de sacristie et qu’elle ouvrait sur l’église ; son sol devait donc se situer à peu près au même niveau que celui de l’église.

Achèvement et aménagement du transept

128Au niveau du collatéral, la nouvelle structure du transept détache une sorte d’éperon ou de contrefort, destiné à assurer la liaison avec l’ancienne église (fig. 92). Ce massif, de faible longueur, vient s’appuyer sur le mur du collatéral sud. Les vestiges d’une crypte sont assez bien conservés dans le bras sud du transept où subsistent un mur de refend au nord, l’amorce d’une voûte plaquée contre ce mur, et quelques vestiges de cette même voûte sur le ressaut intérieur du mur sud (fig. 93). Une porte est visible dans le mur ouest : on en reconnaît encore le gros bloc du seuil, nettement usé à sa partie supérieure, et le piédroit sud, encore haut de plus d’1 m (fig. 94). Une fenêtre a été percée dans le mur est ; il en reste le pan coupé inférieur de l’appui et le début de l’ébrasement. La voûte s’appuyait sur le ressaut prévu au revers des murs de façade et des murs de refend. Le mur de refend a disparu au nord, mais l’amorce de la voûte était plus nettement visible. On doit insister sur la similitude de la technique de couverture et sur celle des mortiers employés dans les voûtes des cryptes nord et sud. Dans la crypte nord, le loess apparaît à 248,50 m ; au‑dessus s’étendent plusieurs niveaux d’occupation accumulés sur une trentaine de centimètres ; un sarcophage occupe le centre de l’espace (fig. 95). Dans la crypte sud, le lœss a été creusé jusqu’à 248,15 m, et les niveaux d’occupation se superposent jusqu’à 248,40 m, alors que le seuil de la porte est établi un mètre plus haut.

FIG. 92 ‒ Saint‑Just II : liaison entre le transept à gauche et le mur latéral de l’église romane.

FIG. 93 ‒ Saint‑Just II : crypte sud ; reconstitution de la voûte et de la fenêtre orientale, coupe dans la fenêtre.

FIG. 94 ‒ Saint‑Just II : crypte sud ; en haut, mur ouest ; à droite, le chaînage de l’angle sud‑ouest ; à gauche, le seuil de la porte d’accès ; en bas, le même mur vu de l’intérieur, avec le seuil de la porte du portique vers la crypte.

FIG. 95 ‒ Saint‑Just II : crypte nord ; sarcophage S 4 monolithe, rectangulaire à couvercle arrondi.

129Une croisée, assez mal conservée, peut être reconstituée. À l’est, deux pilastres sont liés aux structures de l’abside. Le pilastre nord a été reconnu jusqu’aux fondations et l’on a pu constater qu’il s’appuyait sur un énorme bloc gallo‑romain inscrit ; ce pilastre était donc bien conçu pour recevoir une lourde charge (fig. 96). À l’ouest, le pilier sud a disparu sous un massif roman ; le pilier nord a été arraché, mais a laissé des traces. Des négatifs visibles sur les murs qui s’appuyait contre lui permettent de reconstituer une fondation cruciforme.

FIG. 96 ‒ Saint‑Just II : pilastre de l’arc triomphal (plan et coupe à gauche qui suggèrent une tour de croisée) ; à droite, les limites obliques de mortier indiquent deux chantiers de construction.

La nef et les collatéraux

130À l’ouest, la nouvelle église reprend l’implantation de Saint‑Just I et utilise les fondations anciennes des murs latéraux. La subdivision en trois nefs est maintenant assurée par la présence de deux chaînages longitudinaux qui attestent une reconstruction totale de la partie ouest de l’édifice, si l’on excepte les fondations des collatéraux. Les nouvelles structures sont assez mal conservées ; au nord, quelques pierres seulement du mur gouttereau viennent confirmer nos hypothèses, mais l’on remarque la différence entre le nouveau mur fondé assez profondément et l’ancien, moins bien assis ; l’épaulement des collatéraux de l’église primitive a disparu, mais le chaînage de l’abside ancienne a été conservé et surélevé de quelques assises (fig. 81).

131L’aménagement intérieur de l’espace occidental est désormais mieux connu. Les chaînages de la nef centrale sont implantés de façon à correspondre à l’ouverture de l’abside ; ils présentent les caractéristiques des nouvelles structures : fondations assez profondes (à partir de alt. 249,30 m), appareil presque régulier, mortier gris‑blanc et relativement dur. Celui du sud est assez bien conservé –sauf vers le transept– et son tracé est exactement parallèle au mur gallo‑romain voisin. Au nord, la fouille n’a pas pu être poursuivie sous le jardin voisin du chantier sauf vers l’est, où le chaînage s’arrête brusquement à l’endroit où devait s’élever le pilier marquant le départ de la nef.

132Le sol de Saint‑Just II n’est guère mieux connu que celui de l’église primitive. Un premier indice nous est fourni par la surélévation du chaînage de l’ancienne abside, désormais intégré au transept (alt. 251,15 m). Un second indice correspond à un ressaut de fondation dans le mur latéral sud ; au‑dessus de ce ressaut, une assise de l’élévation est couverte d’enduit depuis la cote 251 m.

133Établie à l’extrémité du collatéral sud, elle est remarquable par son emplacement et par la permanence de l’occupation de cette zone (fig. 97, 100). 11 semble en effet que l’on ait voulu accroître les espaces réservés au culte funéraire en doublant les cryptes du transept par des cryptes creusées à l’extrémité des collatéraux. Trois structures conservées à des niveaux divers déterminent un espace rectangulaire de 4,10 m sur 6,10 m, si l’on considère que la façade ouest est bien d’origine et que les fondations romanes ont remplacé les fondations paléochrétiennes (fig. 84). L’amorce d’une voûte, effondrée depuis, était conservée au nord ; une autre partie de la voûte est encore en place à l’intérieur du pilier de la nef romane. Les murs sont couverts d’un enduit de tuileau (1 à 1,5 cm d’épaisseur) destiné à assurer l’étanchéité et qui descend jusqu’à la cote 247,85 m, Le niveau du sol est amorcé par des bourrelets de mortier collés à l’enduit. Le sol en mortier de tuileau est postérieur ainsi que l’amorce de la voûte au nord. Aucune trace de sarcophage n’a été retrouvée dans les niveaux profonds, mais un petit couvercle en bâtière reposait au nord sur le sol de tuileau. L’ouverture primitive est partiellement en place. Le piédroit nord de la porte dépasse encore légèrement des fondations du pilier roman et est recouvert, à l’intérieur, par l’enduit de tuileau originel (fig. 97). Cette porte donnait accès à un couloir qui débouchait, de part et d’autre d’un noyau central, sur deux escaliers est‑ouest aboutissant au collatéral (fig. 99).

FIG. 97 ‒ Saint‑Just II : crypte sud‑ouest, vue vers l’est ; sol en mortier de tuileau, seuil à l’est.

FIG. 98 ‒ Saint‑Just II : crypte sud‑ouest, vue vers l’est, amorce de la voûte et fondations du pilier roman.

FIG. 99 ‒ Saint‑Just II : crypte sud‑ouest ; reconstitution de la voûte et de l’entrée à l’est avec ses escaliers en U.

FIG. 100 ‒ Sainte‑Just II : crypte sud‑ouest ; élévation du mur nord et amorce de la voûte, traversée, à droite, par le pillier roman.

La galerie occidentale

134Une galerie souterraine nord‑sud a été dégagée sur 15 m de longueur (fig. 101). Deux murs d’épaisseur inégale (0,90 et 1 m à la base) et distants de 2,90 m supportent une voûte ; le mur oriental présente une alternance de moellons irréguliers, parfois disposés en arêtes de poisson, et d’arases de briques ; le mortier est blanc et très dur. La voûte repose sur un ressaut intérieur des murs ; elle est surmontée d’un sol en mortier de tuileau qui fait supposer l’existence d’un niveau supérieur ; à l’intrados, elle a conservé la trace du coffrage en bois. Cette galerie souterraine occupait, à l’origine, toute la largeur de l’édifice. Une porte, qui ouvrait au nord, donnait sans doute sur un escalier d’accès aux portiques latéraux plus hauts. Aucun sol intérieur n’a été trouvé, comme si l’on avait tout nettoyé lors de l’abandon, ou comme si la galerie avait servi de vide sanitaire ou de contrebutement face à la pente. Aucune liaison stratigraphique directe n’est possible avec les édifices religieux pour les périodes anciennes et les tranchées de fondation ne renferment pas de matériel significatif.

FIG. 101 ‒ Saint‑Just II : cryptoportique occidental, ses murs à arases de briques, sa voûte et son sol supérieur.

2.7.4 Datation des édifices

Chronologie relative du mausolée IV et de la basilique Saint‑Just I

135Pour ces deux édifices, le matériel n’a autorisé aucune datation absolue. Nous en sommes donc réduit à la chronologie relative et à des comparaisons avec d’autres édifices datés.

Le mausolée à abside

136L’absence de tranchée de fondation, la disparition des niveaux postérieurs au sol de tuileau lors du passage du bulldozer et l’absence de sépultures rendent la datation de cet ensemble problématique. En chronologie relative, le mausolée est postérieur à la dernière campagne de construction romaine et antérieur à Saint‑Just II : ainsi à l’ouest de la façade apparaît un mur gallo‑romain nord‑sud couvert à l’ouest d’un enduit rouge, avec un sol contemporain à la cote 250,16 m. Au‑dessus de ce premier sol, s’étend un sol en mortier de tuileau (alt. 250,25 m) qui relie le mur de façade au mur gallo‑romain voisin. Le mur gallo‑romain est donc remployé par un petit couloir ou portique occidental du mausolée. Enfin, le mausolée est peut‑être antérieur mais de peu, à Saint‑Just I dont le sol est nettement plus élevé (alt. 250,75/250,80 m). Il est en tout cas antérieur à Saint‑Just II dont le mur est du transept coupait l’abside du mausolée.

Saint‑Just I

137La première basilique est postérieure à la dernière campagne de construction gallo‑romaine (le mur latéral sud et les murs de l’abside recoupent les murs romains) ; elle est également antérieure à Saint‑Just II Ainsi, le rapport des murs latéraux de Saint‑Just I au transept de Saint‑Just II est clair : au nord et au sud, une sorte d’appendice de liaison détaché du transept de Saint‑Just II vient s’appuyer sur les murs de la première église ; le même dispositif est visible au nord.

Le mobilier archéologique de la basilique Saint‑Just II

138Le matériel est assez rare dans l’ensemble sauf dans les zones profondes, en particulier dans les cryptes où des tessons de céramiques, et surtout des monnaies, ont été retrouvés en abondance. Par contre, la fouille des tranchées de fondation a été décevante ; rarement conservées, celles‑ci sont la plupart du temps assez étroites et renferment surtout du matériel gallo‑romain provenant des niveaux traversés.

Crypte nord

139Cette zone a été fouillée en deux temps : en sauvetage d’abord, à l’est, puis plus lentement et plus finement, à l’ouest (fig. 102). On distingue les strates contemporaines de la construction et de l’occupation initiale, puis celles qui sont postérieures.

FIG. 102 ‒ Saint‑Just II : crypte nord, coupe stratigraphique : le dépôt monétaire (3743) se trouve dans la première couche au‑dessus du lœss..

140● Construction et première occupation

141La tranchée de fondation intérieure renfermait 2 tessons de céramique DSP (motif en gerbe de blé, lèvre à profil triangulaire), 1 lampe à huile (décor de deux rangs de stries sur la partie supérieure) et quelques fragments d’amphores africaines ; ces types de céramique se retrouvent au ve s. près du mur des bords de Saône.

142Une couche d’occupation (3743) épaisse de quelques millimètres et établie directement au‑dessus du sol vierge (fig. 103) a livré de nombreuses monnaies. À côté de 27 monnaies inutilisables (illisibles ou simples flans), 7 monnaies remontent à la seconde moitié du ive s. : M 30 (fin ive s., très usée), M 39 (atelier d’Aquilée, entre 388 et 393, très usée), M 40 (atelier d’Arles, 388‑392 ou 392‑395, très usée), M 44 (atelier d’Arles ?, entre 355‑360, très abîmée), M 55 (fin ive s., très usée). Ces monnaies sont des reliquats d’une période où les émissions de petits bronzes sont encore assez importantes. M 58 (Constance II, atelier d’Arles, 346‑ 350) est pratiquement neuve et apparaît comme une anomalie dans le lot. La pièce la plus récente, M 52, est proche des monnaies de la crypte sud ; moulée d’après un modèle antérieur, et non frappée, elle appartient à un type qui apparaîtrait au milieu du ve s.

FIG. 103 ‒ Saint‑Just II : crypte nord, stratigraphie en plan ; la couche 3743 contient le dépôt monétaire (sondage 1979). 3743 niveau d’occupation avec dépôt monétaire, 3743a zone avec charbons de bois, 3741 fosse carolingienne, 3738 fosse, 3730 tranchée de fondation du mur roman.

143La céramique est peu abondante mais significative. La couche 2505 contenait 3 tessons de DSP, associés à de la sigillée gauloise du iiie s. (forme Desbat 15). La datation de la couche 3743 s’inscrit, d’après une analyse du 14C des charbons de bois qu’elle renfermait, entre 230 et 610 ap. J.‑C., avec un maximum de probabilités entre 469 et 510 (analyse C. Évin, université Lyon I).

144La couche de tuileau concassée 3740 a livré deux monnaies de la seconde moitié du ive s. : M 19 (entre 364 et 378, atelier d’Arles, très usée) et M 21 (fin du ive s., très usée).

Occupations postérieures à la construction

145La couche 3738 renfermait des fragments de peigne et 12 monnaies. Le peigne en os est fait d’une plaque centrale pourvue de dents encadrée par deux joues ; l’ensemble est maintenu par des rivets, et des traits de scie parallèles constituent le décor. Ce type de peigne est daté des vieviie s. en pays Alaman et chez les Francs moyens ou Mittelfranken (milieu du vie s. à Schretzheim, seconde moitié du vie s. à Lavoye) (fig. 104). 8 monnaies sont illisibles ou non frappées, parmi lesquelles M 71 (iiie s.), M 72bis et M 73. 2 monnaies d’argent ont été émises par l’usurpateur Jovin (410‑411), enfin M 82 est un petit bronze du type de la croix dans une couronne (vevie s.). 1 triens d’or de Clotaire II se trouvait à la limite supérieure de la couche 3738 et de la fosse 3741. Les couches immédiatement supérieures sont datées des xexie s. par la céramique à fonds marqués.

FIG. 104 ‒ Saint‑Just : peigne (crypte nord du transept, C 3738).

Crypte sud

146La fouille s’est également déroulée en deux temps : en sauvetage d’abord, et en fouille minutieuse ensuite (fig. 105). Un décapage fin, réalisé en 1978 sur une butte témoin à l’angle nord‑ouest de la crypte, a permis de constater que la crypte sud présentait une stratigraphie différente de celle du nord, comme si toutes les couches avaient été bouleversées. On distingue toutefois les niveaux et le matériel suivants :
– la tranchée de fondation contient surtout des tessons de type africain, de commune claire et de DSP ;
– une couche cendreuse directement au‑dessus du lœss avec d’assez nombreuses monnaies (30) : M 26bis (Magnus Maximus, atelier d’Arles, 383‑388), M 27bis, (Arcadius, atelier d’Arles, 388‑395) ; les monnaies les plus récentes sont du type à la croix dans une couronne (M 31bis, vevie s.) et de Gondebaud (M 23bis, 506‑510, usée) ; cette couche profonde serait contemporaine de la construction de l’édifice ; elle correspond à la couche 3743 de la crypte nord ;
– les couches d’occupation suivantes présentent de la céramique commune grise en assez grande abondance dont un tesson à lèvre en bandeau, un flanc caréné à bourrelet, un décor à la molette, des tessons à pâte rouge à l’intérieur et noire à l’extérieur (dont un décor à la molette), associés à de la sigillée claire et à un tesson de DSP à lèvre en bourrelet ; on compte 21 monnaies dont 5 (M 3, 5, 7, 9, 17) du type à la croix dans une couronne et 3 (M 60bis et M 5 ?) de Gondebaud.

FIG. 105 ‒ Saint‑Just II : crypte sud, coupe.

147La présence, dans les couches inferieures comme dans les niveaux moyens, de monnaies du ive et du vie s. nous avait incité à regrouper ces niveaux en un seul ensemble, mais nous pensons à présent que même la couche la plus profonde a pu être perturbée et que les deux monnaies tardives pourraient provenir d’un brassage avec les couches supérieures où les monnaies de l’époque de Gondebaud sont dominantes.

Annexe sud‑est

148Trois monnaies (M 87, 88 et 89) de Gondebaud (506‑510), et une monnaie des vevie s. (M 90) ont été trouvées dans la couche immédiatement au‑dessus du lœss (couche 2) ; la céramique est peu abondante et peu significative et les sols ont été très perturbés comme en témoigne la position d’un des sarcophages, retourné sur un petit côté.

Matériel lapidaire

149Ce matériel des veviie s. provient des remblais modernes (fig. 104). Un fragment de marbre est gravé d’un décor d’oves, incisé sur un côté. On peut reconstituer la retombée d’un rideau et un personnage debout dont il reste quelques pans de draperie et l’avant‑bras droit. Le dessin est précis et l’influence antique reste forte. Une autre dalle présente un décor gravé de rinceaux et de godrons ainsi qu’un canthare (fig. 106). Enfin, un fragment de dalle de marbre est gravé d’une colombe au dessin assez fruste placée au‑dessus d’un chrisme dont il reste le rho et une partie de la couronne (fig. 107). Ces motifs où se combinent chrisme, colombe, et canthare sont fréquents sur les épitaphes funéraires de Lyon et de Vienne. Le chrisme appartiendrait plutôt au ve s., alors que les colombes et les canthares sont encore représentés aux vieviie s. (Descombes 1985 : 75‑77).

FIG. 106 ‒ Saint‑Just : dalles décorées de vases et de rinceaux.

FIG. 107 ‒ Saint‑Just : fragment de chrisme avec une colombe.

150Ainsi, la datation par le matériel recueilli en stratigraphie semble de prime abord évidente, du fait de la présence de plusieurs dizaines de monnaies. L’interprétation de ce dépôt est pourtant délicate ; il s’agirait soit d’offrandes votives qui s’expliqueraient par la proximité de la tombe de Justus qui serait passée, par un simple déplacement horizontal, du mausolée de surface à la salle souterraine, soit d’une tradition qui consisterait à jeter de la petite monnaie sur les niveaux de travail, comme à la basilique de Saint‑Bertrand‑de‑Comminges (fouilles de J. Guyon, publication en cours). En réalité, les couches ayant été très bouleversées, l’interprétation est difficile : la présence de DSP suggère une date assez haute (ve s.) ; si l’on distingue deux niveaux dans la crypte nord, on aurait tendance à penser que la première occupation est antérieure à l’apparition des monnaies de Gondebaud (les monnaies à la croix sont datées de façon peu précise) et se situerait dans la première moitié du siècle.

Chrono‑typologie des tombes

151La tombe trouvée le long du mur sud‑ouest du transept est une sépulture d’enfant installée dans une amphore coupée au niveau du col et de la pointe (SJNT 75). Cette amphore au col haut, aux lèvres évasées et de forme oblongue, est d’origine africaine, comme la plupart des autres amphores de la nécropole ; elle est datée entre 300 et 420 (cf. supra, Part. III, ş 2.2.2 et fig. 168).

152La tombe dégagée contre le mur ouest du transept nord a été coupée en deux par le mur latéral roman ; la cassure est franche. Il s’agit sans doute d’une tombe en demi‑cuves accolées et seule la demi‑cuve sud a disparu. Ce type de sépulture se rapproche d’une série assez riche de la nécropole voisine, que l’on place aux ive et ve s., mais aussi de la nécropole de Saint‑Laurent, plus tardive (vieviie s.).

153Des trois tombes repérées dans le portique nord, seule la tombe SJ 121 a conservé une forme archéologiquement intéressante : ce sarcophage monolithe, en choin et de forme rectangulaire, appartient à un type fréquent aux iveve s. et qui disparaît au cours du vie s. à Saint‑Laurent‑de‑Choulans.

154La crypte nord abritait également un sarcophage monolithe en choin, rectangulaire à l’extérieur, légèrement trapézoïdal à l’intérieur (0,54 m et 0,59 m) et fermé d’un couvercle en dos d’âne arrondi (fig. 95, 108). Ce type de tombe est caractéristique des iveve s. mais se rencontre encore à Saint‑Laurent‑de‑Choulans au cours du vie s. (sans couvercle arrondi) et à Saint‑Georges de Vienne au milieu du vi e s. Qannet‑Vallat et al. 1986). L’annexe sud‑ouest a conservé un sarcophage de choin monolithe rectangulaire et un couvercle en dos d’âne arrondi ; un deuxième couvercle reposait à côté du premier.

FIG. 108 ‒ Saint‑Just : coupe et plan avec sarcophage S 4 en place dans la crypte nord.

155Ces tombes couvrent donc essentiellement la période qui va du ive au ve s.

Une datation haute

156De ces chronologies relatives ou absolues et de l’analyse des textes, il ressort que la basilique Saint‑Just II est antérieure aux dépôts de monnaies d’époque burgonde ; les amphores africaines suggèrent une datation haute pour les tranchées de fondations, les sarcophages monolithes à couvercle arrondi semblent contemporains de l’installation des cryptes qui ne devraient pas être plus tardives que le milieu du ve s. On peut alors, contrairement à notre idée de départ, supposer que cette église aurait pu être visitée par Sidoine Apollinaire et aurait donc été construite avant 469 et même avant le milieu du ve s., car l’auteur n’aurait pas manqué de signaler une construction de l’évêque Patiens. Saint‑Just II pourrait donc être antérieure à 451, début de l’épiscopat de Patiens et remonter à l’époque d’Eucher (441‑451).

2.7.5 Études comparatives et restitutions

157Les recherches comparatives sont rendues difficiles par l’absence presque totale de fouilles systématiques d’édifices religieux de haute époque en France jusqu’à ces dernières années. Les comparaisons, qui ne peuvent donc se faire qu’avec quelques rares édifices ou nécropoles voisines fouillées dans les mêmes conditions, seront plus longuement développées dans la troisième partie, et nous nous contenterons ici de rappeler les faits essentiels.

Basilique Saint‑Just I

158Les édifices de ce type fouillés dans la région sont rares et il apparaît très vite que seul le groupe cathédral de Genève comporte des édifices bien étudiés de même époque et de même type. Les murs de l’église sud de Genève (état I) sont construits en petit appareil. Les fondations reposent sur un radier de moellons largement débordant. Les dimensions sont également proches : l’épaisseur des murs latéraux et de l’abside ne dépasse pas 0,75 m. On peut également procéder par élimination : nous connaissons assez bien maintenant les édifices de la fin du ve s. et du vie s. à Lyon, à Vienne et à Saint‑Ferréol de Saint‑Romain‑en‑Gal (Jannet‑Vallat et al. 1986) où les fondations reposent sur de gros blocs de choin et où l’épaisseur des murs dépasse 1,20 m en fondation et 1 m en élévation ; de même, le mortier assez compact et d’un sable moins fin se distingue nettement de celui de Saint‑Just I par sa couleur.

159Les dimensions de l’édifice restent imprécises, la façade n’ayant pu être localisée. Sur ce point, les comparaisons avec d’autres édifices restent donc aléatoires. L’abside de Saint‑Just I est par contre remarquable par un hémicycle qui se prolonge jusqu’à l’épaulement par deux murs droits sur 3 m de longueur ; le mur sud est bien dans l’axe de l’édifice, le mur nord est nettement désaxé. La comparaison s’impose de nouveau avec l’abside de la cathédrale sud de Genève, datée des années 400 par un niveau archéologique en place à l’extérieur de l’hémicycle (Bonnet 1978).

Restitution

160L’église I de Saint‑Just a été presque entièrement détruite par les édifices religieux plus récents mais, de façon paradoxale, l’absence totale de constructions modernes sur le site a facilité la fouille et rendu possible une vision d’ensemble du monument étudié. On peut reconstituer un édifice déjà important par sa taille : 21 m de largeur, sur 30 ou 33 m de longueur, et construit selon des techniques de tradition gallo‑romaine. L’aménagement intérieur, ainsi que l’élévation, restent au niveau de l’hypothèse. La faible largeur relative de l’abside ne laisse que deux solutions ; soit trois nefs à peu près égales, ce qui est rare ; soit une nef centrale, plus large que les bas‑côtés, alors qu’à Genève, avec une abside dans le prolongement de la nef et des bas‑côtés relativement étroits, on arrive à une largeur plus réduite qu’à Saint‑Just (Bonnet 1993 : 23‑24). On peut admettre un plan à trois nefs et une élévation basilicale classique. On doit regretter de ne pas en savoir plus sur l’emplacement des reliques des Macchabées et sur la tombe de Justus, sur laquelle se développe très rapidement un culte dont Sidoine Apollinaire fut plus tard le témoin.

161En se fondant sur des critères historiques et archéologiques, la basilique funéraire de Saint‑Just I peut être datée du dernier tiers du ive s. ou du début du ve s. Sa construction se place dans le contexte général plus vaste de l’essor du culte des martyrs et des confesseurs.

Basilique Saint‑Just II

162Des éléments architecturaux comme le transept, les cryptes ou les portiques ne peuvent servir de critères de datation par leur type ou par leur évolution, et cela d’autant moins qu’ils apparaissent ici pour la première fois en Gaule, dans un contexte archéologique précis. Seul le transept de Saint‑Laurent‑de‑Choulans paraît assez bien daté (dernier tiers du ve s.‑début du vie s.). De même, l’expansion des absides polygonales hors de l’Italie se situe entre le ive et le viie s., mais l’on sait depuis peu que l’église nord de la cathédrale de Genève présente déjà une forme polygonale vers 375 (Bonnet 1993 : 28‑29), celle de Saint‑Laurent d’Aoste remontant au début du ve s. (Bonnet 1989a : 33‑44), Enfin des cryptes sont signalées, nous l’avons vu, par l’évêque Avit de Vienne vers 500 (cf. supra, Part. I, § 2.2.2). Elles sont attestées, dès le milieu du ve s., à Saint‑Gervais de Genève (crypte orientale sous l’abside), où l’on remarque des analogies dans la technique de construction de la voûte (pierres de remploi et arases de briques) et à Saint‑Laurent de Grenoble aux vevie s.

163Le mortier blanc et dur est le même que celui de structures bien datées du troisième quart du ve s., à Saint‑Ferréol et à Saint‑Pierre de Vienne, ou de la fin du ve‑début du vie s., à Saint‑Laurent‑de‑Choulans, mais ces structures, nous l’avons vu, sont très différentes par la robustesse des fondations et des élévations. Ces constatations renforcent notre idée d’une antériorité de Saint‑Just II par rapport à ces églises de la seconde moitié du ve s.

Restitution

164Un premier problème est celui du triple étagement, en élévation, des portiques latéraux, des bas‑côtés et de la nef centrale, chaque niveau étant pourvu d’ouvertures. Soit l’on suppose des portiques latéraux très bas et l’on peut admettre des ouvertures dans les bas‑côtés au‑dessus du toit des portiques, soit l’on donne des dimensions plus importantes aux portiques et l’on ne peut plus ouvrir de fenêtres dans les bas‑côtés, sinon des ouvertures très basses donnant dans les portiques. Nous avons choisi la première solution qui tient compte du fait que les portiques étaient prévus dès le départ et nous avons donné aux colonnes de la nef centrale des proportions relativement élancées (fig. 109).

FIG. 109 ‒ Saint‑Just II : reconstitution ; les cryptes sud‑ouest ont été décalées de leur cadre d’origine pour être entièrement dessinées.

165Nous avons donné aux portiques latéraux une hauteur de 3,50 m pour une largeur de 2,75 m ; en ajoutant la pente de la toiture, on arrive ainsi à l’appui des fenêtres des bas‑côtés. Pour la nef centrale, nous avons supposé un entrecolonnement de 3,90 m, les colonnes (chapiteaux compris) culminant à 6 m et les grandes arcades à 7,70 m. Les bas‑côtés atteindraient donc 8 m de hauteur de plafond et 11 m au sommet de la toiture. Avec des fenêtres de 2,50 m de hauteur, on obtient 15,30 m pour le plafond de la nef et 18.50 m pour le faîte du toit.

166Le second problème, commun à Saint‑Just II et Saint‑Laurent‑de‑Choulans, est celui de la nature du transept. À Saint‑Just, nous avons supposé un transept compartimenté et à croisée ; d’autres solutions sont possibles comme un transept continu ou bas (fig. 110). De même, la tour supposée à la croisée était éventuellement plus réduite en dimensions ; peut‑être s’agissait‑il d’un simple lanterneau en bois.

FIG. 110 ‒ Saint‑Just II ; reconstitution ; vues latérale et orientale ; coupes transversale et longitudinale.

167Saint‑Just II pourrait donc être antérieure au renouveau de l’époque burgonde (2e quart du ve s.), si l’on se fonde sur un certain nombre d’indices dont les plus probants sont fournis par la typologie des tombes conservées dans les cryptes, le premier évêque connu enterré après Just, sans doute dans l’une des cryptes, étant Patiens (449/450‑491). Cette époque a été marquée par la présence d’Eucher sur le trône épiscopal.

2.8 Conclusion

168Les églises de Saint‑Just I et II ont été bien conservées, en plan tout au moins, ainsi que la nécropole des iveve s., partiellement fouillée au sud de l’église ; la disparition des tombes à l’intérieur de la basilique et l’absence de structures conservées en élévation ont pourtant réduit la compréhension des fonctions de l’édifice et celle des pratiques funéraires.

169Saint‑Just II apparaît comme un édifice aux volumes complexes avec deux éléments architecturaux qui comptent parmi les premiers connus en Gaule, le transept à croisée et les salles souterraines ou cryptes ; les cryptoportiques auront moins de succès. Les modifications de programme en cours de construction témoignent d’une architecture qui s’adapte en même temps que se transforme la liturgie. L’agrandissement vers l’est et l’adjonction d’un transept pourvu de cryptes vont de pair avec une réorganisation de l’espace occidental et, de ces éléments rapportés, l’architecte arrive à dessiner un ensemble homogène.

170Les monnaies, la typologie des tombes et celle de l’édifice permettent toutefois de faire remonter la basilique à une date plus ancienne qu’on ne le pensait au départ, c’est‑à‑dire avant le milieu du ve s., donc avant la grande période de construction des rois burgondes mais au moment de l’essor du culte des saints confesseurs. Ainsi peut être suivie, du ve au viiie s., l’évolution d’un site dont l’histoire remonte aux origines de Lyon, sur cette « Montagne Sainte » chère aux historiens du xixe s.

Notes

1 Cf. Part. III, ch. 4, § 4.1.2 sur les sources et Quentin 1908 : 177.

2 Cette étude d’archives a été effectuée par M. Bayrou dans le cadre du mémoire de maîtrise : Fouilles de Saint‑Just (Lyon). La chapelle Josserand soutenu à l’université Lyon II. En 1661, les chanoines y font bâtir une maison qui deviendra la « maison du chapitre ». Ils sont également propriétaires d’une maison dite du Tremblay. En 1663, un maréchal‑ferrant tient boutique dans une masure appartenant jadis à l’obéance, près du puits du vieux cloître ; il fera élever une muraille du côté de la vieille église (ADR, Minutes de Me Marillier, acte du 7 avril 1623).

3 ADR, Minutes de Me Dallery, 3 E 8830 ; Maisons canoniales, Baux et Loyers, réparations, Affaires diverses, 12 G 479 ; Minutes de Me Bigaud, 3 E 2883, Me Marillier, acte du 7 avril 1623 ; Minutes de Me Bouvier, 3 E 3052.

4 ADR, 12 G 477 : construction d’une chapelle sur l’emplacement de l’ancienne église de Macchabées.

5 BML, Fonds Coste, no 331 : 2925 ; Archives de Me Permezel, acte collationné par Me Dugueyt, le 22 mars 1828. Procès‑verbal de la découverte de tombeaux du ve siècle sur l’emplacement de l’ancienne église de Saint‑Just.

6 « [...] joints les uns aux autres [...] ; quelques‑uns étaient en pierres blanches ou en une sorte de ciment friable [...] », sans doute du grès. « Le plus grand nombre [...] consistait en une auge surmontée d’un couvercle en dos d’âne Ces cercueils étaient en choin de Fay et régulièrement orientés. Au nord du terrain, ils se trouvaient à 2 m de profondeur, au sud à 5 m. » Meynis nous donne ensuite l’emplacement de l’église de Saint‑Just, au nord du jardin du Pensionnat (Meynis 1884).

7 Installation du pensionnat des Oiseaux en 1830 ; cf. Cochard 1830 : 19. La communauté de Notre‑Dame des Victoires s’installe en février 1865 ; l’autel de la chapelle est consacré en 1867 par Mgr de Bonald ; le réfectoire et les dortoirs remontent à 1876. Cf. le discours de Mgr Lavallée dans l’Annuaire de l’association fraternelle des Minimes, 1911, p. 19‑21.

8 Martin 1908 : cf. le plan de la cité de Lyon au xvie s. Rogatien Le Nail replace l’église beaucoup trop au sud.

9 Illustré du Sud‑Est, 27 janvier 1912. Rogatien Le Nail a retrouvé non seulement des fragments de sculptures, en particulier une tête de Christ et des entrelacs, mais aussi des structures en place. Il prétend même avoir mis au jour des éléments de la façade occidentale appartenant à des campagnes de construction antérieures à l’époque gothique. L’emplacement de ces recherches est difficile à localiser avec précision. D’après les habitants du quartier, il aurait procédé à des sondages au niveau de la façade romano‑gothique. À cet emplacement en effet, 1 vaste entonnoir rempli de remblais modernes descend très profondément au travers des structures anciennes qui ont totalement disparu.

10 AML, Plan scénographique. Publication en fac‑similé de la Société de topographie historique de Lyon, 1872‑1876.

11 L’incinération s’est généralisée en Occident sous l’influence des Romains. ; elle se maintient souvent jusqu’au ive s., voire même aux ve ou vie s. en Gaule du Nord ; elle est concurrencée par l’inhumation dès la fin du ier s. ap. J.‑C. Cf. Turcan 1958 : 323‑347 ; Audin 1960b : 312‑322, 518‑532 ; Van Doorselaer 1967 : 29‑41.

12 1 amphore était installée le long du mur ouest du bras sud du transept de Saint‑Just (SJNT 75), 1 autre a été trouvée dans la nécropole au sud des basiliques (SJNT 50) ; elle s’appuyait contre un coffre de grandes dalles (SJNT 49) ; 2 autres amphores (SJNT 61 et 62) ont été repérées et recueillies lors de terrassement pour la construction des immeubles voisins ; 9 autres avaient été utilisées dans la nécropole sud.

13 Nous tenons à remercier C. Raynaud pour ces renseignements, aimablement communiqués. Cf. ses articles : Amphores de Bétique et Amphores de Lusitanie, et celui de C. Raynaud et M. Bonifay : Amphores africaines (Py 1993 : 18, 24, 58‑59).

14 SI 128 est de forme oblongue alors que SI 30 et SI 51 dessinent un rectangle plus régulier. Dans la plupart des cas, la cuve est taillée dans un bloc de choin et les flancs sont assez épais. Quelques sarcophages taillés dans du calcaire blanc et tendre ont des flancs plus minces (SI 11, 20, 23, 95, 147, 256) ; d’autres sont taillés dans de la molasse ou du grès gris (SI 144, 165, 177).

15 Les tombes SI 105, SI 71 et 82 pourraient être assimilées soit à ce type soit au type de coffrage de bois. La tombe SI 105 présente 1 brique dressée à la tête et 1 tuile à plat aux pieds ainsi que 2 galets aux genoux qui ont servi à maintenir les planches en place.

16 Ceintures de Kapulovka, de Fedorovka et de Kanattas ; celle de Kamunta n’est pas datée ; celles de Kompanijcy et de Satriscenskij se situent entre le ve et le viie s. Ces sites nous ont été indiqués par M. Kazanski.

17 M. Hartmann nous a envoyé un cliché d’une ceinture à deux boucles d’argent et moraillons provenant de Vindonissa (Suisse). M. Martin nous a signalé de semblables découvertes à Taprain Low en Écosse.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Légende FIG. 53 ‒ Saint‑Just et Saint‑Irénée : plan d’ensemble des basiliques funéraires et des nécropoles.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Légende FIG. 54 ‒ Habitat et nécropoles au sud de Lyon (Saint‑Irénée et Saint‑Laurent aux époques gallo‑romaine et paléo‑chrétienne).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende FIG. 55 ‒ Saint‑Just au milieu du XVIe s. (Plan scénographique)
Crédits AML, 1S165
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende FIG. 56 ‒ Saint‑Just (à gauche), Saint‑Irénée (à droite) : vues après les destructions par les protestants en 1562 (De tristibus Galliae, Cailhava, Perrin 1840).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende FIG. 57a ‒ Saint‑Just : exèdres gallo‑romaines au sud‑ouest des basiliques (fouilles de sauvetage).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende FIG. 57b ‒ Sud‑ouest de Saint‑Just : amphore du dernier quart du Ier s.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende FIG. 58 ‒ Saint‑Just : habitat gallo‑romain.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 118k
Légende FIG. 59 ‒ Saint‑Just : bassins gallo‑romains.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende FIG. 60 ‒ Saint‑Just II : inscription en grec d’Euteknios, trouvée dans la chapelle orientale conservée au musée de la Civilisation gallo‑romaine.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende FIG. 61 ‒ Au sud de Saint‑Just I : nécropole paléochrétienne, plan de la fouille de sauvetage (sous les nouveaux immeubles construits à proximité des basiliques).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende FIG. 62 ‒ Saint‑Just : deuxième site de la fouille (au sud de la place Wernert).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende FIG. 63 ‒ Au sud de Saint‑Just et au pied de la basilique Saint‑lrénée : vue aérienne de la nécropole paléochrétienne.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende FIG. 64 ‒ Au sud de Saint‑Just : plan de la nécropole paléochrétienne ; tombes fouillées.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende FIG. 65 ‒ Sarcophage de plomb à décor de cercles concentriques et baguettes entrecroisées.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende FIG. 66 ‒ Coffre de tegulae (en haut) ; sarcophage d’enfant (en bas).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende FIG. 67 ‒ Coffre de grandes dalles de remplois.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende FIG. 68 ‒ Amphore en place.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende FIG. 69 ‒ Saint‑Just II : inscription de Litoria en remploi dans le doublage de l’abside.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende FIG. 70 ‒ Nécropole de Saint‑Just : boucles de ceinture (tombe SI 46, au sud de l’église).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende FIG. 71 ‒ Nécropole de Saint‑Just : fioles en verre (tombes 137 et 139C, au sud de l’église).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende FIG. 72 ‒ Nécropole de Saint‑Just plan du mausolée I et des tombes voisines, partiellement fouillées la tombe 53 est taillée dans un bloc inscrit.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende FIG. 73 ‒ Mausolée I : sarcophage fermé par un couvercle de remploi au centre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende FIG. 74 ‒ Mur est‑ouest en grand appareil entre l’abside romane et l’abside paléochrétienne (Saint‑Just II à l’ouest) (accès monumental à la basilique ?).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende FIG. 75 ‒ Nécropole de Saint‑Just : mausolée IV (vue générale avec en bas, à gauche, l’abside du mausolée).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende FIG. 76 ‒ Nécropole de Saint‑Just : mausolée IV (plan et sols en mortier de tuileau).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende FIG. 77 ‒ Saint‑Just I : vue d’ensemble vers le nord‑est.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende FIG. 78 ‒ Saint‑Just I : vue d’ensemble vers le nord‑ouest.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende FIG. 79 ‒ Saint‑Just : plan de la première basilique. État 1
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Légende FIG. 80 ‒ Saint‑Just I : relevé pierre à pierre de la première basilique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende FIG. 81 ‒ Saint‑Just I : abside (fondations) et son chaînage à droite.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende FIG. 82 ‒ Saint‑Just I : mur latéral (élévation : mur paléochrétien, ressaut de fondation et deux assises couvertes d’enduit, à droite).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende FIG. 83 ‒ Saint‑Just : relevé pierre à pierre de la deuxième basilique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 195k
Légende FIG. 84 ‒ Saint‑Just II : reconstitution de la deuxième basilique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende FIG. 85 ‒ Saint‑Just II : élévation du mur est du transept.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende FIG. 87 ‒ Sainte‑Just II : portique sud, plan et élévation
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende FIG. 86 ‒ Saint‑Just II : portique nord, plan et coupe ; notons la différence de niveau entre le sarcophage 4 de la crypte, au nord du transept 1 dans le portique nord, près d’un petit fragment de sol en place au‑dessus d’un sol de tuileau gallo‑romain.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende FIG. 88 ‒ Saint‑Just II : plan de l’abside ; une seule assise de l’élévation polygonale est conservée ; le ressaut inférieur avec une inscription en remploi est placé très bas. (cf. coupe fig. 90)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende FIG. 89 ‒ Saint‑Just II : vue de l’abside.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende FIG. 90 ‒ Saint‑Just II : coupe de l’abside.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende FIG. 91 ‒ Saint‑Just II : annexe sud‑est, coupe : à gauche, amorce de la voûte et sarcophage visible en profondeur ; à droite, amorce de la voûte et sarcophage.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende FIG. 92 ‒ Saint‑Just II : liaison entre le transept à gauche et le mur latéral de l’église romane.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende FIG. 93 ‒ Saint‑Just II : crypte sud ; reconstitution de la voûte et de la fenêtre orientale, coupe dans la fenêtre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende FIG. 94 ‒ Saint‑Just II : crypte sud ; en haut, mur ouest ; à droite, le chaînage de l’angle sud‑ouest ; à gauche, le seuil de la porte d’accès ; en bas, le même mur vu de l’intérieur, avec le seuil de la porte du portique vers la crypte.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende FIG. 95 ‒ Saint‑Just II : crypte nord ; sarcophage S 4 monolithe, rectangulaire à couvercle arrondi.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende FIG. 96 ‒ Saint‑Just II : pilastre de l’arc triomphal (plan et coupe à gauche qui suggèrent une tour de croisée) ; à droite, les limites obliques de mortier indiquent deux chantiers de construction.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende FIG. 97 ‒ Saint‑Just II : crypte sud‑ouest, vue vers l’est ; sol en mortier de tuileau, seuil à l’est.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende FIG. 98 ‒ Saint‑Just II : crypte sud‑ouest, vue vers l’est, amorce de la voûte et fondations du pilier roman.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende FIG. 99 ‒ Saint‑Just II : crypte sud‑ouest ; reconstitution de la voûte et de l’entrée à l’est avec ses escaliers en U.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende FIG. 100 ‒ Sainte‑Just II : crypte sud‑ouest ; élévation du mur nord et amorce de la voûte, traversée, à droite, par le pillier roman.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende FIG. 101 ‒ Saint‑Just II : cryptoportique occidental, ses murs à arases de briques, sa voûte et son sol supérieur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende FIG. 102 ‒ Saint‑Just II : crypte nord, coupe stratigraphique : le dépôt monétaire (3743) se trouve dans la première couche au‑dessus du lœss..
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende FIG. 103 ‒ Saint‑Just II : crypte nord, stratigraphie en plan ; la couche 3743 contient le dépôt monétaire (sondage 1979). 3743 niveau d’occupation avec dépôt monétaire, 3743a zone avec charbons de bois, 3741 fosse carolingienne, 3738 fosse, 3730 tranchée de fondation du mur roman.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende FIG. 104 ‒ Saint‑Just : peigne (crypte nord du transept, C 3738).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende FIG. 105 ‒ Saint‑Just II : crypte sud, coupe.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 106 ‒ Saint‑Just : dalles décorées de vases et de rinceaux.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende FIG. 107 ‒ Saint‑Just : fragment de chrisme avec une colombe.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 108 ‒ Saint‑Just : coupe et plan avec sarcophage S 4 en place dans la crypte nord.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Légende FIG. 109 ‒ Saint‑Just II : reconstitution ; les cryptes sud‑ouest ont été décalées de leur cadre d’origine pour être entièrement dessinées.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende FIG. 110 ‒ Saint‑Just II ; reconstitution ; vues latérale et orientale ; coupes transversale et longitudinale.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44323/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 64k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search