Version classiqueVersion mobile

Lugdunum christianum

 | 
Jean-François Reynaud

Partie II. Archéologie des sanctuaires

Chapitre 1. Le groupe épiscopal

Texte intégral

1Cinq années de fouilles, de 1973 à 1977 (sous la direction de J.‑F. Reynaud), ont pour la première fois en France fait apparaître un groupe épiscopal avec ses trois édifices distincts : l’église Saint‑Jean au sud, le baptistère qui deviendra l’église Saint‑Étienne au centre, l’église Sainte‑Croix au nord. Ces deux derniers édifices ont été détruits à la Révolution. Grâce à ces recherches, l’histoire de ces constructions peut maintenant être suivie du ive s. à nos jours. Nous nous attacherons ici à la présentation et à l’étude des périodes antérieures à l’époque carolingienne.

2Une zone où se mêlent les alluvions de la Saône et du Rhône et les dépôts accumulés au pied de la colline s’étend en croissant entre la colline de Fourvière et la rivière. Des études anciennes et les fouilles récentes de la place Adolphe‑Max ont mis en évidence un bras de la Saône, comblé entre la fin du iie et le début du iiie s. (Bravard 1985 : 15‑19 ; Villedieu 1986 : 21) ; une prospection subaquatique serait aujourd’hui nécessaire pour déterminer le tracé ancien des rives du bras principal de la Saône et essayer de résoudre le problème posé par la présence d’un grand mur signalé par Artaud au milieu du lit actuel de la rivière (Artaud 1846 : 175). Ce quartier, occupé dès l’époque romaine, a constitué le noyau de la cité épiscopale dès le ive s.

1.1 Les données historiques

1.1.1 Les témoignages directs, des Burgondes aux Carolingiens

3Les lettres ou les récits de Sidoine Apollinaire et de Grégoire de Tours pour les périodes les plus anciennes, de Leidrade et de Florus pour l’époque carolingienne, contiennent parfois des descriptions d’édifices religieux.

Sidoine Apollinaire

4Ses lettres constituent, au milieu du ve s., la première source d’importance pour la topographie urbaine et religieuse de Lyon. Rédigées en vue d’une publication, elles appartiennent à un genre littéraire qui en explique à la fois le ton, tour à tour pompeux ou familier, et le contenu, à la fois précis dans ses descriptions et trop influencé par les références littéraires pour être réaliste (Coville 1928 : 31‑77). L’auteur, dont le grand‑père, le préfet du prétoire Apollinaire, était enterré aux portes de Lyon, appelait Lyon sa ville, Civitas Nostra. Dans une lettre à son ami Hesperius, sans doute écrite en 469 peu de temps avant son accession à l’épiscopat de Clermont, il inclut un poème qui décrit avec un grand luxe de détails les constructions nouvelles (Epistidae, II, 10 ; Sidoine Apollinaire, Loyen 1970 : 69‑70) :

5« Ecclesia nuper exstructa Lugduni est, quae studio papae Patientis summum coepti operis accessit [...] Huius igitur aedis extimis rogatu praefati antistitis tumuluarium carmen inscripsi trochaeis triplicibus adhuc mihi iamque tibi perfamiliaribus. Namque ab hexametris eminentium Constantii et Secondini uicinantia altari basilicae latera clarescunt, quos in bancpaginam admitti nostra quam maxime uerecundia uetat [...].

6« Aedis celsa nitet nec in sinistrum aut dextrum trahitur, sed arce frontis ortum prospicit aequinoctialem. Intus lux micat atque bratteatum sol sic sollicitatur ad lacunar, fuluo ut concolor erret in métallo. Distinctum uario nitore marmor percurrit cameram solum fenestras, ac sub uersicoloribus figuris uernans herbida crusta sapphiratos flectit per prasimim uitrum lapillos. « Huic est porticus applicata triplex fulmentis Aquitanicis superba ad cuius specimen remotiora claudunt atria porticus secundae, et campum medium procul locatas uestit saxea silua per columnas. Hinc agger sonat, hinc Arar resultat, hinc sese pedes atque eques reflectit stridentum et moderator essedorum curuorum hinc chorus helciariorum responsantibus alléluia ripis ad Christitm leuat amnicum celeuma ; sic, sic psallite, nauta uel uiator ; namque iste est locus omnibus petendus, omnes quo uia ducit ad salutem. »

7« On vient de bâtir à Lyon une église dont la construction en est venue à son point d’achèvement grâce au zèle de l’évêque Patiens [... J. Pour l’abside de ce temple, j’ai écrit, à la prière de susdit prélat, un poème composé à la hâte dans le mètre du triple trochée, qui m’est encore très familier, comme il l’est déjà à toi‑même. En effet, les côtés de la basilique voisins de l’autel, resplendissent des hexamètres des éminents poètes Constantius et Secundinus, qu’un très profond sentiment de pudeur nous empêche de joindre à cette page [...].

8L’édifice élevé brille et n’est déporté ni vers la gauche, ni vers la droite, mais par le sommet de son fronton, il regarde le lever du soleil à l’équinoxe. À l’intérieur, la lumière scintille et le soleil est si bien attiré vers le plafond à caissons couvert de feuilles d’or qu’il musarde sur le métal fauve dans un même concert de couleurs. Le marbre, qui se moire d’une variété d’éclats, garnit dans son entier la voûte, le sol, les fenêtres. Sous les dessins aux couleurs changeantes, un revêtement semblable à du gazon, fait s’incliner grâce à des tiges de verre couleur émeraude, des tesselles de saphir.

9« À cet édifice s’appuie un triple portique, orgueilleux de ses supports en marbre d’Aquitaine ; à son imitation, une seconde série de portiques ferme un atrium plus lointain et une forêt de pierres habille un espace médian, de ses colonnes placées plus loin. Ici, la colline résonne, là, la Saône renvoie l’écho : d’un côté se réfléchit le bruit du piéton, du cavalier et du conducteur de chars grinçants ; de l’autre, le chœur des rameurs courbés élève vers le Christ le chant rythmé de la rivière, tandis que les rives répondent en écho alléluia. Chantez, chantez ainsi, matelot ou voyageur, car c’est ici le lieu où tous doivent se rendre, le lieu où conduit la route qui mène au salut. » (Traduction Loyen, révisée.)

10Dans ce texte, le terme ecclesia utilisé par Sidoine Apollinaire ne peut désigner que l’église cathédrale. L’auteur, conformément à la tradition en usage, ne précise pas le vocable de ecclesia. On peut toutefois supposer que celui‑ci n’a pas changé entre le ve et le ixe s. et que l’église sud, la maxima ecclesia Sancti Johannis reconstruite par Leidrade, a été dédiée à Jean‑Baptiste dès le ve s.

11Cette église est située en bordure d’un fleuve ou d’une rivière, au pied d’une colline (agger) et près d’une voie. Les basiliques funéraires de la colline sont donc exclues et seules deux églises pourraient répondre à cette description : Saint‑Laurent et la cathédrale actuelle. Nous écarterons la première, alors basilique funéraire, pour ne retenir que la cathédrale Saint‑Jean.

12La construction de l’ecclesia vient de s’achever sous l’épiscopat de Patiens qui, à cette occasion, demande à Sidoine Apollinaire de rédiger un poème destiné à être gravé à proximité de l’autel (uicinantia. altari basilica latera clarescunt). L’époque de construction ne pose pas de problème si l’on accepte la date de 469, proposée par A. Loyen et A. Coville pour la composition du poème (Sidoine Apollinaire, Loyen 1970, XXVIII‑XXIX).

13La question soulevée –mais à laquelle on ne peut pour l’instant apporter de réponse archéologique– est de savoir si cette église n’a pas été précédée par une autre plus ancienne. Si l’on se réfère à une autre lettre de Sidoine Apollinaire (Epistulae, VI, 12 ; Sidoine Apollinaire, Loyen 1970 : III, 26‑27), Patiens n’aurait fait qu’embellir ou réparer son église : « omitto tanto te cultu ecclesiam tibi creditam conue‑mistare et dubitet inspecter melittsne nova opere consurgent an venusta reparentur » (« je ne parle pas des embellissements que vous avez apportés à l’église qui vous a été confiée, avec un goût si parfait qu’on se demande, en la regardant, ce qui vaut mieux, des nouveaux bâtiments qui s’élèvent ou des anciens qu’on a réparés »). Quant à l’orientation, Sidoine Apollinaire utilise à la fois une périphrase imagée : « nec in sinistrum aut dextrum trahit » (« l’église n’est tournée ni vers la gauche, ni vers la droite »), et un langage plus savant : « l’arx frontis est dirigé vers le soleil levant à l’équinoxe » (« arce frontis ortum prospicit aequinoctialem »).

14On peut supposer que l’auteur connaissait la valeur symbolique de l’orientation et le désir des constructeurs de rechercher l’Est vrai, et, de fait, au milieu du ve s., les gromaticiens ou arpenteurs étaient techniquement capables d’orienter le nouvel édifice vers le soleil levant, à l’équinoxe. Cette affirmation de Sidoine Apollinaire viendrait donc à l’appui de l’hypothèse d’une reconstruction d’ensemble du bâtiment à l’époque de Patiens, après abandon de bâtiments antérieurs dont l’orientation aurait été sensiblement différente. Pourtant des problèmes techniques ont pu obliger l’architecte à suivre une orientation préexistante, alors que dans son état romano‑gothique la cathédrale est nettement désaxée.

15Enfin, si l’axe de l’édifice est tourné vers le levant, un problème connexe se pose : celui de savoir si l’église est orientée ou occidentée. Arx frontis est un de ces termes intraduisibles, car très flou ; si on le traduit par le sommet de la façade, on peut admettre l’existence d’une façade occidentale (arc de tête) aussi bien que d’une façade orientale. La découverte d’une abside à l’est en 1935 vient à l’appui de l’hypothèse d’une église orientée, mais l’existence d’une abside à l’ouest, éventuellement plus importante que la première, n’est pas à exclure, bien que l’orientation soit, dans la région, plus traditionnelle que l’occidentation ; seules des fouilles exhaustives pourraient fournir une réponse claire.

16Sidoine Apollinaire, pour autant que l’on puisse interpréter sa description, distingue l’édifice principal, l’atrium et des portiques. L’édifice principal, entre les portiques (« et campum medium »), est caractérisé par une forêt de colonnes (« procul locata uestit saxes situa per columna ») ; l’auteur a également désigné par ces termes vagues la nef centrale. L’un des portiques, éloigné par rapport à l’entrée, fermerait l’atrium (« ad cuius specimen remotiora claudunt atria porticus secondae ») et se trouverait donc à l’ouest. L’autre portique, triple et pourvu de colonnes en marbre d’Aquitaine, se situerait à l’opposé entre le chevet et le mur de la Saône. Ce portique oriental constituerait une des originalités du site. Le dispositif paraît classique et bien adapté à la topographie – plus d’espace à l’ouest qu’à l’est.

17La description reste toutefois trop imprécise pour permettre la reconstitution de l’édifice principal ou des annexes ; le manque de place à l’est nous incite à suggérer un portique dont la galerie orientale s’appuierait contre le mur des bords de Saône et dont les galeries encadreraient l’abside. À l’ouest au contraire, l’espace disponible nous pousse à proposer un atrium et un portique occidental s’étendant jusqu’à la voie qui devait suivre approximativement le tracé de la rue Tramassac.

18L’auteur insiste enfin sur la luminosité de l’édifice et sur le luxe des matériaux. Les références à la lumière sont nombreuses : « aedis celsa nitet, intus lux micat ». Ce luxe accroît encore la luminosité de l’édifice et la lumière se réfléchit sur les marbres et sur l’or du plafond. L’édifice est couvert d’or, de marbre et de mosaïques. Ainsi, l’or du plafond : « fuluo ut concolor erret in métallo », sans doute les caissons de bois dorés, attire la lumière du soleil et lui donne un reflet fauve. Du marbre et des mosaïques revêtent la voûte –sans doute de l’abside–, le sol et les fenêtres cameram, solum, fenestras. Le marbre est utilisé pour les placages muraux, peut‑être pour les claustra et les fenêtres, et pour les colonnes (marbre d’Aquitaine pour le triple portique). Des mosaïques –et vraisemblablement pas des vitraux, comme le voulait A. Loyen (Sidoine Apollinaire, Loyen 1970 : 70)– peuvent être identifiées par la mention de petites pierres de saphir (lapillos saphiratos). Des tesselles bleues et vertes (prasinum uitrum) donnent la tonalité d’ensemble « couleur d’herbe printanière ».

19L’ecdesia correspond donc bien à la cathédrale de Lyon ; sa localisation n’a pas varié du ve s., et peut‑être même du ive s., à nos jours ; l’édifice est sans doute orienté, son plan est complexe et son décor d’une grande richesse.

Grégoire de Tours

20À la fin du vie s., le neveu de Nizier signale à plusieurs reprises la cathédrale sous le terme d’ecclesia Lugdunensis, à propos d’une capsa qui renferme l’évangile, une patène et un calice, et à propos de Nizier qui prie dans le sacrarium : « ingressus est in sacrarium » (MGH, VP, VIII, 4, 1885, 244 ; MGH, GC, 62 ; op. cit., 344‑345).

21La domus eedesiae où Nizier apparaît après sa mort : « ecdesia domus [...] ubi corporaliter uisus fuerat habitasse » (MGH, VP, VIII, 2 ; op. cit., 24‑25, 451‑452) a été réparée par Priscus, son successeur, qui a fait surélever les bâtiments : « iusserat enim in primordio episcopatus sui aedificium domus ecclesiasticae exaltari » (MGH, HF, IV, 1851, 36, 169).

Leidrade

22Après avoir remis de l’ordre dans son diocèse, l’évêque rend compte de ses travaux, dans son Rapport à Charlemagne, en particulier des reconstructions d’édifices religieux (Leidrade, Coville 1928 : 283‑287) :
– la maxima ecclesia de Saint‑Jean‑Baptiste : « a nouo operuerium et maceria ex parte erexerium » ; il fait refaire la toiture et une partie des murs de cette église dont le vocable est mentionné pour la première fois ;
– une deuxième église apparaît dans le groupe épiscopal : « ecclesia Sancti Stephani » ; sa couverture est restaurée : « tegementum de nouo reparui » ;
– une nouvelle domus episcopalis est construite avec un étage ; « domum cum solario de noua clericorum ».

23Le Bref de l’Église de Lyon dénombre les 52 chanoines de Saint‑Étienne. Le Liber Confraternitatis Sancti Galli Augiensis fournit la liste et confirme le nombre des chanoines de cette église (Libri confraternitatis, Peiper 1884, 257, 259).

1.1.2 Les documents médiévaux

24L’abbé Sachet signale un testament de 1082 qui porte mention de la fondation d’une messe quotidienne dans la chapelle de Saint‑Laurent, à Sainte‑Croix (Sachet 1914‑1918 : 51, note 4). L’Obituaire de l’église primatiale Saint‑Jean énumère de très fréquentes donations, très utiles pour connaître les travaux de restauration ou de construction du groupe épiscopal (Guigue, Laurent 1951).

Église Saint‑Jean

25L’Obituaire de l’Église de Lyon nous renseigne sur les travaux exécutés avant la reconstruction de Saint‑Jean. Aux environs de l’an mil, Fredaldus (prêtre et doyen) fait construire le clocher de l’église (op. cit. : 70) ; entre 1064 et 1083, le doyen Richo renforce les murs de la maxima ecclesia en les doublant (op. cit. : 62) ; plus tard, l’évêque Gaucerand embellit l’abside de pierres polies et précieuses (début du xiie s.) (op. cit. : 66). Enfin, et ce point de repère est pour nous important, l’église est entièrement reconstruite dans la seconde moitié du xiie s. par l’archevêque Guichard (1170‑1180).

Église Saint‑Étienne

26Si la mention d’un baptistère à l’époque d’Alpinus (fin du ive s.) apparaît dans un document tardif (xiiie s.), les travaux de restauration ou de reconstruction semblent nombreux dès le début du xie s. : dons de Rollannus (op. cit. ; 53, 54), Umbertus et Gaubertus (op. cit. ; 71) ; au cours de la seconde moitié du xie s., dons de Rotbertus (op. cit. : 104). D’autres dons ne peuvent être situés avec précision : Girinus et Zacharias se situent soit au xie s., soit au xiie (op. cit. : 118, 104).

27Pour le xie s. il est peu fait mention de dons pour l’œuvre de l’autel ou pour les autels de Saint‑Étienne ; ceux d’Antelmus et de Willelmus (op. cit. : 136, 103). Au cours de la première moitié du xiie s., nous retiendrons les dons de Bertrannus, Rostannus et Stephanus Cordierus (op. cit. : 75), de Girinus et de Tribertus (op. cit. : 59, 81). À partir du milieu du xiie s., les mentions de travaux deviennent plus précises : dons de Gisbertus (op. cit. : 56), du chanoine Oliverius (op. cit. : 107) et d’Oliverius de Chavannes, entre 1185 et 1187 (op. cit. : 107).

28Il est souvent difficile de savoir à quel édifice s’applique la mention de l’œuvre de l’église. Nous ne citerons donc que les dons expressément destinés à Saint‑Étienne : au cours de la première moitié du xiiie s., ceux de Rodolphus, prêtre (op. cit. : 116) qui, d’après A. Sachet, aurait reconstruit le chœur au début du xiiie s., et de Petrus de Montebrisone, de Willelmus de Sandre, et de Willelmus Charpinelli (op. cit. : 67,73, 133).

29Dans la seconde moitié du xiiie s., outre les dons de Joannes de Fuer, Berno de Sacoignins, Guichardus Revues (op. cit. : 90, 108, 118), la donation la plus intéressante est celle de Rothboldus –Rothboldus ecclesiam sancti Stephani reedificavit– malheureusement cette donation n’est pas datée avec précision dans le xiiie s. (op. cit. : 110). Enfin signalons une donation pour les tables d’autel au début du xiiie s., celle de Thotardus (op. cit. : 129).

Église Sainte‑Croix

30Si au début du xie s., les dons du clergé lyonnais vont plus volontiers à Saint‑Étienne, à la fin du xie s., les dons à Sainte‑Croix commencent à se faire plus nombreux. Dans l’obituaire, les mentions des travaux concernant cette église sont de faible intérêt : au milieu du xiie s., établissement de degrés aux portes ouest par l’archevêque Gilbert, un peu plus tard dons d’Étienne de Rochetaillée, doyen de Saint‑Étienne, et de Bérard de Sandrans (1165‑1180). Au xiiie s., quelques sous sont donnés pour l’œuvre de Sainte‑Croix par Robertus Rufi (1231), Étienne de Sandrans (1233 ca) et Falco de Rochefort (1261) (op. cit. : Gilbert : 56 ; Étienne de Rochetaillée : 91 ; Bérard de Sandrans : 109 ; Falco de Rochefort : 130 ; Stephanus de Sandrans : 55 ; Robertus Rufi : 54).

1,1.3 Les documents modernes

Les descriptions des xviiie et xixe siècles

31Les historiens du xviiie s. nous ont laissé des descriptions assez précises. Ainsi, Clapasson pour Saint‑Étienne : « L’église de Saint‑Étienne est en partie l’édifice sacré le plus ancien qui soit dans la ville et l’on y découvre toutes les marques respectables de l’Antiquité ecclésiastique : l’église faite en forme de croix [...] les restes d’un pavé à la mosaïque, la nef pour le peuple, le vestibule pour les Pénitents publics et pour les catéchumènes, avec les fonts sacrés pour les baptiser. Le sanctuaire de l’église de Saint‑Étienne, tel qu’on le voit aujourd’hui a été refait dans la manière gothique moderne [...]. C’est un ouvrage d’Amédée de Talaru, archevêque de Lyon dans le xve siècle. » (Clapasson 1741 : 29.)

32Cette description peut être complétée par celles plus historiques de l’abbé Sachet ; « L’église était construite en forme de croix. Le chœur était flanqué de deux chapelles : au sud, Notre‑Dame de Grâce, au nord Saint‑Clément. Le clocher, tout petit et dépourvu de cloches, se situait au nord‑est, sans doute au‑dessus de la chapelle Saint‑Clément [...] à l’ouest s’étendait un narthex, un peu plus étroit que l’église pour les catéchumènes et les pénitents. Un porche assez monumental ouvrait sur la rue Saint‑Jean dans le prolongement de la façade de la cathédrale et un petit édifice s’élevait légèrement en oblique entre le porche et la grande église. Le sanctuaire comportait une tribune avec un autel de la tribune. Le sol était couvert de mosaïque. » (Sachet 1914‑18 : 45‑48.)

  • 1 Vanel 1912, III‑2 : 58. À l’intérieur de l’église, le jubé détruit par les protestants en 1562 est (...)

33L’abbé Sachet décrit également Sainte‑Croix d’après les sources qu’il a pu consulter : « Les réparations effectuées à l’église en 1397 se révélèrent insuffisantes en 1444. Les offices durent donc se dérouler à un titre exceptionnel à Saint‑Étienne pendant que l’on commençait la reconstruction (achevée en 1452). L’église avait six fenêtres au nord ; elle était riche en chapelles situées soit contre les piliers de la nef, soit à l’extérieur des bas‑côtés comme la chapelle des Paterin, entre Saint‑Étienne et Sainte‑Croix et jouxtant le couloir qui réunit les deux églises. » (Op. cit. : 52)1.

L’iconographie des sites du xve au xixe siècle

34Les gravures anciennes nous aident à comprendre la topographie des sites étudiés que les plans du xviiie s. permettent de localiser avec précision. Les documents antérieurs au xviiie s. sont rares et d’autant plus précieux. Les points de référence sont fournis par le Plan scénographique (milieu du xvie s.) et la Grande vue de Simon Maupin (première moitié du xviie s.).

35Le document iconographique le plus ancien est une miniature de la fin du Moyen Âge où l’on distingue assez bien le palais épiscopal, en particulier l’aile des bords de Saône, le chevet de Saint‑Jean, mais où ne figurent ni Saint‑Étienne, ni Sainte‑Croix, ni l’Antiquaille, ni Eourvière.

  • 2 Anonymus Fabricszy, Stuttgart, Graphische SLG, Staatsgalerie. Inv. nos 5889, 5795, 5810, 5795 ; pub (...)
  • 3 AML, Plan scénographique, publication en fac‑similé de la Société de topographie historique de Lyon (...)
  • 4 Musée historique de Lyon, plan gravé par David Van Velthem en 1635.

36Les dessins à la plume de l’anonyme Fabricszy2 (première moitié du xvie s.) sont en général d’une grande exactitude, qu’il s’agisse de la rive droite de la Saône autour de la cathédrale ou du bourg de Saint‑Irénée ; malheureusement, les églises Saint‑Étienne et Sainte‑Croix passent inaperçues à côté de Saint‑Jean (fig. 5). Sur le Plan scénographique, réalisé dans les années 1550 peu de temps avant la disparition de Saint‑Just, le groupe épiscopal apparaît clairement avec Saint‑Jean dominant les deux églises voisines de sa haute taille3 (fig. 6). Une gravure du De tristibus Galliae, postérieure à 1562 (Cailhava, Perrin 1840 : 5), représente le groupe épiscopal vu de l’ouest ; on devine le porche de l’église Saint‑Étienne au nord de la cathédrale. Sur la Grande vue de Simon Maupin (gravé en 1635)4, Saint‑Étienne se cache entre Saint‑Jean et Sainte‑Croix, mais on repère son chevet percé de deux grandes ouvertures (fig. 7) ; Sainte‑Croix présente une abside assez monumentale renforcée de contreforts et, apparemment, une nef unique ; le clocher s’est déplacé vers l’ouest par rapport au Plan scénographique. Au total, une œuvre de qualité, où le dessin, très précis pour la presqu’île, devient plus arbitraire au‑delà de la Saône ou sur la colline : ainsi les toitures sont trop souvent simplifiées en une toiture unique.

FIG. 5 ‒ Vue du quartier Saint‑Jean et de la presqu’île par l’anonyme Fabricszy (XVIe s.)

Staatsgalerie Stuttgart, no 5789 recto

FIG. 6 ‒ Vue du cloître Saint‑Jean, ses murs, son palais épiscopal et ses trois églises (Plan scanographique, milieu du XVIe s.).

AML, 1S165

FIG. 7 ‒ Vue du quartier Saint‑Jean et de ses trois églises (Grande vue de Simon Maupin, 1626).

AML, 1S171

  • 5 Vue du quai des Célestins, in : Perspective de la ville de Lyon, représentée en 6 planches, dessins (...)
  • 6 Vue de l’église Primatiale de Saint‑Jean de Lyon, extraite du Voyage pittoresque de la France, Pari (...)

37Dès le xviie s., les gravures deviennent nombreuses et l’on peut étudier systématiquement les constructions du groupe épiscopal. Parmi les vues de la façade occidentale du milieu du xviie s., celles d’Israël Sylvestre sont assez fidèles5. Un dessin de Merian de 1657 est beaucoup plus précis (Merian 1657, III). La Manécanterie est mal dessinée, mais la façade occidentale de Saint‑Étienne apparaît clairement : un grand porche ouvre sur une construction à étage, bordée d’une annexe au nord. Une gravure de Lallemand, peut‑être exécutée en 1761, vient compléter la collection6.

  • 7 Vues d’Israël Sylvestre : l’une est prise du sud vers le nord ; on aperçoit en arrière‑plan et asse (...)
  • 8 Chevet de la cathédrale Saint‑Jean à Lyon, dessin de Cari Dujardin, inv. 1791/53. Vue de Lyon, par (...)

38Les vues du chevet de la cathédrale sont plus nombreuses. Celles d’Israël Sylvestre, représentant le chevet de Saint‑Jean, comptent parmi les plus significatives. On remarque aussi le clocher de Sainte‑Croix, proche de l’abside comme sur le Plan scénographique, et les deux verrières de Saint‑Étienne apparaissent clairement7. Deux dessins très proches l’un de l’autre complètent les vues du chevet de Saint‑Jean : l’un de Carl Dujardin, l’autre de Johannes Lingelbach8.

  • 9 Vue d’une partie de la ville de Lyon, dessinée dans le monastère de Mrs les chanoines réguliers de (...)
  • 10 Vue de Lyon, dessin de J. de Boissieu, gravé en 1812 par J.‑F. Belay,
  • 11 AML, Collection Marduel, et voir Sachet 1914‑1918 : 45‑50.

39Au xviiie s., la vue panoramique de Cléric (1720) décrit avec une grande exactitude la rive droite de la Saône. Malheureusement, les églises Saint‑Étienne et Sainte‑Croix sont comme escamotées9. Se distinguent toutefois les verrières de Saint‑Étienne, le chevet et le clocher de Sainte‑Croix. Le même panorama, gravé en 1775 par J.‑J. de Boissieu, est remarquable pour les environs du Pont du Change, mais le groupe épiscopal, trop loin à l’arrière‑plan, reste flou10. Deux gravures de la collection Marduel, essentielles, précisent l’élévation intérieure de Sainte‑Croix et de Saint‑Étienne. L’intérieur de Sainte‑Croix apparaît avec ses grandes arcades et ses fenêtres hautes : on distingue les collatéraux derrière les grandes arcades ; le chevet comporte une triple élévation ; les stalles en bas, des tableaux au‑dessus, et les fenêtres hautes11 (fig. 8). L’abside de Saint‑Étienne apparaît comme semi‑circulaire à l’intérieur ; elle est ornée de trois petites ouvertures et surmontée de grandes fenêtres décorées de vitraux (fig. 9).

FIG. 8 ‒ Sainte‑Croix : intérieur de l’église reconstruite au XVe s., ses grandes arcades et ses fenêtres hautes avant la démolition.

AML, recueil Marduel, 1C450, 1110 réserves

FIG. 9 ‒ Saint‑Étienne : abside semi‑circulaire et ses lancettes gothiques.

AML, recueil Marduel, 1C450, 1110 réserves

  • 12 Plan de Lyon, par F. Delamonce, gravé par Juselin, vers 1710.
  • 13 Plan géométral de la ville de Lyon, levé et gravé par C. Seraucourt en 1735, augmenté et rectifié e (...)

40Les plans d’ensemble ou de détails du xviiie s. sont assez nombreux. Parmi les plans d’ensemble, nous avons retenu celui de Delamonce, où figurent aussi l’église des Macchabées, le théâtre de Fourvière et l’amphithéâtre de la Croix‑Rousse12. Effectué en 1740, le plan de Séraucourt est assez utile, malgré une échelle par trop imprécise. Le plan du groupe épiscopal est complet avec ses trois églises, mais dans le détail, on ne peut, à partir de lui seul, fournir des reconstitutions de Saint‑Étienne et de Sainte‑Croix13.

  • 14 Plan du quartier Saint‑Jean, AML, 2 S 540.
  • 15 Plan du quartier Saint‑Jean, AML ; Vanel 1912 : 106, 116.

41Les archives municipales de Lyon possèdent un plan du quartier Saint‑Jean des années 178014 où l’église Saint‑Étienne est dessinée avec une grande précision (fig. 10). On distingue un chevet plat de petites dimensions, puis deux décrochements qui suggèrent l’existence d’un transept. Une courte nef est prolongée par un narthex et un porche. Pour Sainte‑Croix, comme pour Saint‑Étienne, seule nous est donnée l’enveloppe et un grand nombre de questions ne peuvent être résolues : existence ou non d’un transept, emplacement du clocher, nombre de travées ; par contre l’abside est bien située. Ce document se complète par un plan d’alignement où figurent, au sud de la cathédrale, les nouvelles constructions du palais épiscopal. On prévoit donc la destruction de l’ancien cloître et le remplacement de l’église Saint‑Romain par un grand espace libre15.

FIG. 10 ‒ Plan du groupe cathédral au XVIIIes. ; les églises Saint‑Étienne et Sainte‑Croix apparaissent au nord (1774).

AML 2S540, encré par FJ.

  • 16 Une gravure représentant le quai de la Saône vu de l’est montre le chevet de Sainte‑Croix dessiné a (...)

42Les gravures du xixe s., postérieures à la disparition des églises Saint‑Étienne et de Sainte‑Croix, sont nombreuses et souvent de qualité. Des plans partiels d’alignement de la rue Saint‑Étienne et de la rue Mandelot présentent les étapes de construction des immeubles construits à l’emplacement des églises16. Vendues comme bien national en 1792, démolies en 1796, les églises Saint‑Étienne et Sainte‑Croix étaient relativement difficiles à repérer. L’église Saint‑Étienne, qui avait laissé place à la rue Saint‑Étienne, ne pouvait être retrouvée qu’en sous‑sol de la rue et des immeubles voisins. Un plan des archives municipales montre que le chevet de l’église devait être cherché près du transept actuel de Saint‑Jean (AML, 2S : 540). Au début de ce siècle, A. Sachet avait prospecté l’immeuble construit à l’emplacement de l’église Sainte‑Croix et constaté que les grandes arcades de deux travées apparaissaient très bien dans les appartements, sous forme de niches ou derrière des placards (Sachet 1914‑18 : I, 43).

1.2 Historique des fouilles

43La démolition de deux immeubles au nord de la cathédrale, en vue de l’extension du palais de justice, a été l’occasion de nombreuses découvertes. Le quartier qui entoure la cathédrale avait été profondément modifié au xixe s, et les églises Saint‑Étienne et Sainte‑Croix, détruites en 1796, ont été redécouvertes, puis fouillées ; des sondages ponctuels ont été menés à la croisée du transept de Saint‑Jean où des travaux avaient déjà eu lieu auparavant.

1.2.1 Découvertes fortuites et fouilles anciennes

44Sous le sol de l’abside de Saint‑Jean, l’abbé Sachet avait signalé, dans son Pardon annuel, la découverte en 1893 des substructions de l’église primitive (Sachet 1914‑18 : I, 64‑66 ; Martin 1908 : I, 20). Le mur circulaire en « moellons de roche » et le mur de chaînage de la croisée furent dégagés à l’occasion du creusement d’un conduit de chaleur pour l’installation d’un calorifère. L’auteur a également donné des dessins de sculptures actuellement disparues (Sachet 1914‑18 : I, 5). Le même auteur situe à tort, à l’intersection de la rue Mandelot et de la rue Saint‑Étienne, un mur de briques semi‑circulaire, bordé par un mur rectiligne à l’est (op. cit. : I, 4, 28) ; la forme et la technique suggèrent une abside ancienne.

  • 17 On procéda ensuite à un dégagement systématique des vestiges anciens sous la croisée du transept et (...)

45En 1935, à l’occasion de la visite du congrès archéologique de France, furent entrepris, sur une assez importante échelle, des travaux de restauration du chœur de Saint‑Jean17 ; les deux travées furent déblayées jusqu’à un sol de tuileau en partie couvert de mosaïques. La travée de la nef fut remblayée et après quelques restaurations, les vestiges situés sous la croisée du transept foirent présentés au public. Dès l’année suivante, deux publications fournirent une description et une interprétation des vestiges mis au jour, c’est‑à‑dire de l’abside primitive de Saint‑Jean et de ses deux étapes de construction (fig. 11‑12) (Macé 1936 : 98, 125).

FIG. 11 ‒ Saint‑Jean : la mosaïque romane, travée orientale de la nef ; fouilles de 1935 (Dr Loison in : A. Macé 1936 : 53).

FIG. 12 ‒ Saint‑Jean : plan des fouilles de 1935.

archives de J.‑G. Monta met, ACM H et A. Macé 1936 : 43

46La première étape apparaît sous la forme d’un mur de 0,90 m d’épaisseur, recouvert d’un enduit sur sa face interne, et percé dans sa partie nord d’un petit canal de section carrée (environ 0,17 X 0,17 m) ; l’hémicycle avait environ 11 m de diamètre. Au cours d’une deuxième campagne, l’ensemble a été renforcé par un second mur accolé à l’intérieur. Cette structure (à laquelle s’ajoutent deux banquettes) a une épaisseur de 0,65 m. Deux sols superposés, en assez mauvais état, et présentant de fortes déclivités, sont conservés partiellement sur deux travées ; ils sont par endroits surmontés de restes de mosaïque. Enfin, deux murs parallèles de direction est‑ouest sont venus s’appuyer contre l’abside. Ils s’étendent de l’est à l’ouest, jusqu’à la première travée de la nef, et déterminent un espace réduit à 8,40 m de large ; ces structures, non fondées, sont construites au‑dessus des mosaïques.

47Les interprétations varient selon les auteurs. Pour l’abbé Macé (Macé 1936) l’ensemble est paléochrétien ; le mur extérieur est antérieur au ve s. et le mur intérieur avec ses banquettes et sa mosaïque est contemporain de Patiens. Les mosaïques, par leur caractère antiquisant, rappelleraient les vestiges des églises africaines des ive et ve s. (Djemila et Tipasa, en particulier). Les deux murs latéraux est‑ouest remonteraient à Leidrade. Cette interprétation présentait l’intérêt de suggérer un rapprochement avec la cathédrale primitive ou ecclesia décrite par Sidoine Apollinaire. M. Aubert reprend, pratiquement sans les modifier, les théories émises par l’abbé Macé (Aubert 1936 : 59). En 1937, M. Pouzet suggère la reconstruction du chevet à l’époque du doyen Richo, entre 1064 et 1083, selon le texte de l’Obituaire (Pouzet 1937).

48Les éléments les plus novateurs furent fournis par M. Stern dans son étude sur les mosaïques de la cathédrale Saint‑Jean (Stern 1962 : 13‑33). L’auteur, après avoir démontré qu’il est nécessaire de distinguer des époques différentes dans les fragments retrouvés, procède à une reconstitution d’ensemble (abside et travée de chœur). Il distingue trois ou quatre bandes transversales : « la première à motifs architecturaux ; la seconde, perdue ; la troisième couverte d’un dessin en échiquier ; la quatrième, d’imbrications » (op. cit. : 227). Ces motifs étaient bordés par des entrelacs en avant du chœur et par une bande à chaînettes et chevrons le long de l’hémicycle. L’auteur procède ensuite à des comparaisons régionales. Le schéma de composition se retrouve identique dans l’abside de Saint‑Paul‑Trois‑Châteaux : même division en zones transversales, mêmes représentations architecturales. Le style présente une ressemblance frappante à la fois dans les architectures à dessin linéaire et dans la gamme limitée des couleurs. Or la mosaïque de Saint‑Paul‑Trois‑Châteaux ne peut être antérieure au xiie s. Ces mosaïques auraient donc été posées lors d’une restauration partielle, celle de Gaucerand, au début du xiie s. J. Hubert a tiré une conclusion logique de cette étude en rectifiant la chronologie d’ensemble et en datant les constructions les plus anciennes, non pas de l’époque paléochrétienne ou mérovingienne, mais du ixe s., de l’épiscopat de Leidrade (Hubert 1952 : 52, pl. III),

1.2.2 Les fouilles récentes

49L’agrandissement du palais de justice étant projeté dès les années 1960, une enquête préalable à la démolition des vestiges de Sainte‑Croix fut effectuée par l’architecte des Bâtiments de France, dans les immeubles situés entre la cathédrale et le palais de justice. Nous avons pu, de notre côté, procéder à l’étude des vestiges encore en élévation et effectuer des relevés complets, mais trop tard pour empêcher la destruction de ce qui restait encore de l’église Sainte‑Croix et des maisons voisines.

50Après cette démolition, nous sommes passés à l’étude du sous‑sol, sous les immeubles comme sous les rues Saint‑Étienne et Mandelot et sous les petites maisons, bientôt détruites, qui jouxtaient le flanc de la cathédrale. Sept campagnes de fouilles ont été nécessaires pour terminer l’étude d’ensemble, de 1972 à 1977, avec une reprise en 1980 et un sondage en 1989 sous l’immeuble situé à l’ouest de Sainte‑Croix. Dans l’abside de Saint‑Jean, nous avons pu réaliser quatre sondages, dont un à l’extérieur de l’édifice primitif.

51La description des vestiges fournit les éléments nécessaires à une reconstitution et à une datation des édifices successifs du groupe épiscopal et du mur des bords de Saône ; avec de notables différences, les éléments les plus incertains concernant les origines de Sainte‑Croix.

1.3 La constitution du groupe épiscopal

52Les sources écrites et les données archéologiques permettent de dégager les différentes étapes de construction sur le site du groupe épiscopal, de la période antique à nos jours. Quatre états successifs peuvent être distingués sur le site du groupe épiscopal (y compris le mur des bords de Saône).

1.3.1 État I : la période gallo‑romaine, jusqu’au milieu du ive siècle

53Des murs, des sols et des trous de poteaux ont été retrouvés à l’occasion de sondages situés sous l’abside et dans la nef de Sainte‑Croix, ainsi que sous l’église Saint‑Étienne (fig. 14). Faute de temps et pour préserver les vestiges médiévaux, la fouille de ces niveaux profonds n’a pas été exhaustive. Nous ne donnerons donc qu’un aperçu très succinct de l’habitat romain, au pied de la colline de Fourvière.

Zone nord

54Plusieurs sondages qui atteignaient presque le niveau de la nappe phréatique (alt. 162,90‑163,80 m) ont révélé la présence de trous de poteaux dans des couches limoneuses et sableuses (intérieur de l’abside et de la nef de Sainte‑Croix) ; assez rapprochés et de faible diamètre (8 à 15 cm), ils s’étagent sur plusieurs niveaux. Leur présence est encore difficile à expliquer et leur extension reste inconnue comme la date précise de leur installation. On peut toutefois supposer que les rives de la Saône étaient assez instables et que ces poteaux ont servi à les consolider. Malgré leur petite taille, ils ont pu aussi servir d’assiette à des constructions assez puissantes ; de même, plus tard, les fondations du mur des bords de Saône reposeront sur des pilotis à peine plus gros. Un foyer (alt. 163,75 m) contenait de la céramique commune du iiie s. À l’est du mur des bords de Saône et au même niveau profond, a été repérée une épaisse couche de galets mêlés à de nombreux fragments d’amphores. Dans les niveaux profonds, deux murs parallèles, arasés lors de la construction du mur des bords de Saône, suivent un axe nord‑sud, parallèle au cours de la Saône à cette époque ; par comparaison avec le chantier de la rue de la Monnaie, dans la presqu’île (Jacquin 1984), on peut déjà considérer ces structures comme des quais ou des murs de soutènement en bordure de rivière ; l’axe de ces murs se retrouve un peu plus à l’ouest, où subsistait une construction en pisé encore couverte d’enduit sur une de ses parois. Une canalisation est‑ouest a également été mise au jour. Dans l’abside de Sainte‑Croix (alt. 163,20 m) apparaissent des tegulae bien posées à l’horizontale, en liaison avec des couches assez minces de terre noire, tassées au‑dessus d’un sable pratiquement vierge. Ce même dépôt, mais cette fois très riche en céramique romaine, est apparu dans une cave à l’extrémité est du collatéral sud, à un niveau légèrement supérieur. Plus à l’ouest, toujours à l’intérieur du collatéral, et au fond d’une cave, un sondage de vérification a très vite atteint le sol vierge, constitué d’un sable très fin.

55Le sondage le plus évocateur est celui de l’ossuaire de la troi sième travée de la nef de Sainte‑Croix. Une fois vidé de son contenu, cet ossuaire des xviiexviiie s. a fourni des stratigraphies sur 3 m de hauteur (fig. 13). Le niveau romain commence à 163,80‑163,90 m, avec déjà des traces d’occupation et d’incendie. Au nord et au sud, apparaît en coupe un mur en moellons irréguliers, lié par un mortier jaune caractéristique de l’époque romaine. Au nord, un sol de tuileau est rattaché au mur (alt. 164,80 m) ; ce dernier, conservé sur près de 0,30 m, est ensuite coupé par des niveaux du Bas‑Empire. La céramique qui a été trouvée dans ces différents niveaux, en particulier dans une poche au‑dessus du sol à tuileau, correspond à une occupation ancienne, en tout cas assurée au iiie s. de n.è. Au nord, à l’emplacement de la rue Sainte‑Croix, nous avons commencé la fouille d’un secteur situé en dehors du périmètre des églises. Cette fouille n’a pas été terminée.

FIG. 13 ‒ Coupe nord‑sud sous Sainte‑Croix, ancienne rue Mandelot : au nord, le mur de la salle de réception (mur 75) et un conduit de chauffage ; au sud, un autre conduit (murs 2307, 2401, 2402).

FIG. 14 ‒ Groupe épiscopal, état I : les vestiges archéologiques au nord de la cathédrale (période gallo‑romaine jusqu’au milieu du IVe s.).

Zone sud

56Quelques couches en place et quelques structures à l’extérieur de l’église Saint‑Étienne appartiennent également au Haut‑Empire : ainsi, quelques galets (à l’est de l’église), du pisé à proximité de l’annexe nord (à l’est du mur 73) ; aucune direction précise n’a pu être reconstituée. Quelques sondages, réalisés à une plus grande profondeur, ont atteint les niveaux gallo‑romains contenant du matériel du ier ou du iie s., à l’est, au nord et au centre de l’église.

57Une canalisation retrouvée sous l’abside de Saint‑Jean est difficile à situer dans l’espace et dans le temps puisqu’elle n’a pas été fouillée ; elle est orientée et coupée par l’abside de Saint‑Jean (époque de Patiens et de Sidoine Apollinaire) ; le dépotoir immédiatement en contact avec ses parois latérales remonte aux iveve s.

1.3.2 État II

58Un grand mur établi en bordure de la rivière et au moins une salle chauffée appartiendraient à cette campagne de construction.

Les murs des bords de Saône

59Deux structures parallèles, un mur d’orientation est‑ouest et son contremur, ont été dégagées sur plus de trente mètres de longueur, entre le chevet de la cathédrale actuelle et le palais de justice.

Le mur ouest (mur I)

60Ce mur est en assez bon état : quatre segments importants présentent deux légers changements d’axe l’un au nord, l’autre au sud. De largeur moyenne (1,85 m), il est constitué d’une assise de gros blocs de choin reposant sur un radier de moellons (fig. 15). Dans le sondage nord‑est, il s’appuie sur des structures gallo‑romaines détruites ; au centre, des trous de poteaux attestent la présence de pilotis destinés à mieux asseoir les fondations. Les blocs de choin (calcaire du bas Bugey), de dimensions importantes (1,30 à 1,60 m de long ; 0,80 à 0,90 m de haut ; 0,60 m de large), sont en général posés dans le sens de la longueur et constituent les parements entre lesquels le blocage est réduit à une faible épaisseur. Certains blocs sont inscrits ; d’autres présentent des parois et des moulures convexes. Au sud, le parement occidental est dépourvu d’assise inférieure en gros blocs. La partie supérieure du mur est construite en petits moellons irréguliers, parfois même en petites dalles (0,10 à 0,15 m de haut sur 0,20 à 0,40 m de long). Une partie de ces moellons de calcaire jaune clivable semble provenir des Monts‑d’Or, au nord de Lyon. On ne trouve pas trace d’arases de briques. Les moellons sont liés par un mortier de tuileau, assez cohérent et dur. Un rejointoyage se remarque par endroits, surtout au sud.

FIG. 15 ‒ Les murs des bords de Saône : plan et coupe.

Le contremur oriental (mur II)

61Cette structure a presqu’entièrement disparu ; il en subsiste quelques vestiges au sud (deux ou trois assises sur 9 m de long) ; plus au nord, trois blocs ainsi que des négatifs d’arrachement en conservent la trace (fig. 15). Dans les parties conservées, et dans le sondage nord‑est, il atteint une largeur totale de 1,40 m et est constitué de gros blocs d’un calcaire tendre (0,60 à 0,80 m de long et de haut), provenant d’édifices gallo‑romains détruits. On distingue en effet les éléments d’une colonne cannelée et d’une moulure décorée d’oves. Ces blocs ne semblent pas avoir constitué un véritable mur et on peut déduire de l’analyse stratigraphique qu’il n’y a jamais eu plus de trois assises en élévation (fig. 16‑19). Nous sommes donc bien en présence d’un contremur destiné à protéger le mur ouest des affouillements de la rivière. L’analyse de la liaison entre ces deux murs (position des blocs du mur I et des remblais) fait enfin ressortir que ce contremur vient s’appuyer contre le mur I (ouest).

FIG. 16 ‒ Murs des bords de Saône : mur I (en haut à droite) ; mur II.

62Un sondage pratiqué sous l’ancienne rue Saint‑Étienne a mis en évidence un système complexe d’évacuation d’eau (fig. 17). Un double conduit traverse les murs. Le conduit sud est prévu dès l’origine : le passage de 0,24 m de large, dallé de briques et enduit de mortier à tuileau du mur ouest est bien lié aux assises du mur et un espace (0,14 m de large) est ménagé entre deux gros blocs au travers du contremur. Il est utilisé jusqu’au début du vie s. (monnaie de 515‑516 dans le comblement du conduit). Plus à l’ouest, une canalisation, d’abord en tegulae puis en auge taillée dans un calcaire tendre (alt. 164,30 m), semble située dans le prolongement de l’ouverture pratiquée dans les murs I et II, tout en étant un peu décalée vers le nord (fig. 18). À l’est, un conduit en auges calcaires assurait l’évacuation des eaux vers la Saône.

FIG. 17 ‒ Conduits d’évacuation à travers le mur des bords de Saône (vue d’ensemble à l’est).

FIG. 18 ‒ Conduits d’évacuation d’eau à l’ouest du mur I.

63Un second conduit a été percé par la suite au nord du premier (monnaies à la croix et grènetis de la fin ve‑début vie s. dans la tranchée de fondation). Le mur I a été cassé ; un passage a été assuré entre deux blocs du mur II (monnaies à la croix et grènetis fin ve‑début vie s. dans la tranchée d’installation du caniveau) (fig. 19). Une seconde série d’auges en calcaire tendre a été placée parallèlement à la première. La tranchée d’installation de ce nouveau conduit apparaît clairement en coupe.

FIG. 19 ‒ Murs des bords de saône : conduits d’évacuation d’eau : plans et coups.

Datation

64Nous disposons d’éléments archéologiques assez nombreux pour dater ces murs. L’utilisation de gros blocs de remploi dans sa construction s’intégre dans une longue période qui s’étend du iiie au vie s. Une chronologie relative et absolue assez précise peut être établie à partir des murs et du matériel (étude de la céramique par C. de Curraize, études des monnaies par L. Jacquin).

  • 18 Couche 7, monnaies : no 279, Julien Lyon (360‑363) ; no 280, Julien Lyon (360‑363) ; no 281, Valens (...)
  • 19 La couche 12‑13 renferme 78 monnaies : Magnus Maximus (1), Valentinien II (8), Théodose I (4), Vale (...)

65On distingue :
● le mur I et sa tranchée de fondation à l’ouest (fig. 21) : la tranchée de fondation est bien délimitée et assez riche en matériel ; l’abondance de la sigillée claire, de la commune grise et de la commune rouge, le petit nombre d’amphores africaines de cette couche suggèrent une datation de la première moitié du ive s. ; les niveaux d’occupation qui ferment la tranchée contiennent le même type de céramique ;
● le mur II et les couches voisines à l’est :
– sondage 1 (au sud), les couches qui s’appuient sur le contremur sont postérieures au mur I (fig. 21) ; elles contiennent une proportion importante de céramique commune, claire et rouge, de sigillée claire B et luisante et d’amphores gauloises, espagnoles et africaines ; le matériel céramique est caractéristique du gallo‑romain tardif ; la présence d’amphores africaines (14 %) et de DSP (pourcentage très faible) permet de classer ce matériel entre la fin du ive et le début du ve s. ; les monnaies sont rares et peu significatives ; 
– sondage 2 (au nord), les couches les plus anciennes sont contemporaines du contremur contre lequel elles s’appuient sur 1,15 m de hauteur, ou postérieures au‑dessus ; la céramique est abondante : sigillée claire B ou luisante, commune grise, commune claire ; le grand nombre de tessons de type Portout (Savoie) précise cette date (seconde moitié du ive‑début ve s.) (Pernon 1990 : 388‑402) ; les monnaies les plus nombreuses sont celles de Julien (355‑365), de Constance II (346‑350), la plus récente est de Valens (Arles 375‑378), mais elles ont encore été utilisées au ve s.18 ; les couches supérieures, qui viennent s’appuyer contre le mur I et passent par‑dessus le mur II, sont postérieures à la destruction de l’assise supérieure du mur II ; la couche la plus riche (foyer) contient de la DSP grise (10 tessons) et orangée et de nombreuses monnaies dont les plus récentes remontent à Magnus Maximus (385‑388), Valentinien II (383‑392) et Théodose I (388‑395)19 ;
– sondage 4 (fig. 19, 21, 22), les couches contemporaines du mur II sont restées en place, alors que le mur lui‑même a été détruit (couche de démolition) ; les niveaux d’occupation présentent la même séquence que dans le sondage 2 : abondance de sigillée claire, de commune claire, rouge et grise, faible quantité de commune africaine et apparition de la DSP grise (7 tessons) et de la DSP orangée ; parmi les tessons d’amphores, la proportion d’amphores africaines est assez forte (25 %) ; la couche de démolition du mur qui renferme la céramique et les monnaies les plus tardives pourrait remonter au ve s.

66D’après la céramique et les monnaies contenues dans les couches contemporaines ou postérieures, la construction du mur des bords de Saône devrait donc être située dans la première moitié du ive s. La fonction de ce mur est difficile à préciser. Un indice toutefois semble particulièrement important : un conduit d’évacuation d’eau, situé dans l’axe du baptistère voisin, est prévu dans le mur dès l’origine. Deux hypothèses sont donc plausibles : ce mur pourrait être considéré comme la clôture du groupe épiscopal, mais on expliquerait mal sa forte épaisseur, ou il pourrait avoir servi d’enceinte à la ville basse, mais il en serait la seule trace. De toute évidence, il correspond à une profonde transformation du quartier et assez rapidement, d’autres constructions sont installées à l’ouest du mur des bords de Saône.

La salle chauffée sud

Premier état

67Le bâtiment sud a été construit en plusieurs étapes. Nous ne disposons que de vestiges très réduits dans l’espace (fig. 20) : un mur nord‑sud et un sol de briques. Le mur nord‑sud ; épais de 1 m, s’étend sur 14 m de longueur (3 m au nord de l’abside et 7,60 m au sud). En fondations, les blocs de remploi (pilastre cannelé au nord, éléments d’architecture au centre) reposent sur un épais radier de moellons. En élévation, le mur, qui présente un léger fruit à la base, est construit en moellons irréguliers, liés par un mortier jaunâtre ou légèrement teinté de tuileau (fig. 23). Dans les assises supérieures, et sur une arase de briques d’assez grandes dimensions (0,44 à 0,46 m), alternent des briques posées de chant et des moellons. Des sortes de chaînages de bois ont laissé des traces en négatif à l’intérieur du mur. Le sol de briques permet la reconstitution d’une salle chauffée : le niveau assez bas de ce sol et la présence d’une couche de cendres au‑dessus suggèrent un chauffage par hypocauste (fig. 24). Ni les dimensions de l’espace chauffé, ni les fonctions de la salle ne sont connues. L’appareil de briques du mur nord‑sud est d’un type rare que l’on ne rencontre guère dans la région. Le matériel céramique n’est pas significatif. Ce mur ne peut donc être daté qu’en chronologie relative. Antérieur au système de chauffage rayonnant, il remonterait comme le mur des bords de Saône à la première moitié du IVe s. et son orientation est à rapprocher de celle de certains murs mis au jour récemment place Adolphe‑Max.

FIG. 20 ‒ Groupe épiscopal, état II : le site du groupe cathédral, les murs des bords de Saône, la salle sud, peut‑être déjà le baptistère et la salle nord (IVe s.).

FIG. 21 ‒ Murs des bords de Saône : stratigraphie autour des murs I et II.

FIG. 22 ‒ Stratigraphie autour des murs I et II (au nord).

FIG. 23 ‒ Saint‑Étienne : élévation du mur nord‑sud antérieur au baptistère.

FIG. 24 ‒ Saint‑Étienne : sol de briques et hypocauste antérieur au baptistère : plan et coupe.

Deuxième état (premier baptistère ?)

68Dans un deuxième temps, on peut reconstituer, grâce aux fondations conservées, une petite salle rectangulaire (9,40 X 12,30 m), pourvue d’un chauffage en conduits rayonnants et d’une évacuation d’eau, une annexe nord et une annexe sud, également chauffée.

69Au mur oriental déjà décrit, s’ajoutent donc trois nouveaux murs. Le mur nord, long de 17 m, est conservé en quatre tronçons ; il est construit en moellons irréguliers liés par un mortier gris au‑dessus d’un épais radier et d’une assise de gros blocs ; il est coupé en son milieu par un conduit de chaleur (fig. 25). Le mur sud est connu par des négatifs conservés contre les murs plus récents et par quelques moellons en place en son milieu. Le mur ouest est conservé sur 2,10 m de longueur ; il présente un fruit marqué en fondation et son mortier est gris clair. Cette salle rectangulaire est traversée par six conduits de chaleur rayonnants ; ces conduits assez larges (0,96 m) sont pourvus de pilettes intermédiaires : au nord‑est, deux fragments sont en place (un lambeau de sol profond associé à un fragment de muret) ; au sud‑est, deux fragments de muret et une brique de pilette en place permettent de reconstituer l’élévation des conduits (fig. 24). Le conduit repose sur le sol de briques dont nous venons de parler ; au sud‑ouest, un fragment de muret atteste la présence d’un conduit ; au nord‑ouest, un lambeau de sol de mortier est associé à un fragment de muret (fig. 26) ; au nord et au sud, les murs sont percés de conduits de chaleur.

FIG. 25 ‒ Saint‑Étienne : élévation du mur nord de la salle chauffée sud : bloc d’angle remployé à l’est, conduit d’évacuation de la cuve au centre.

FIG. 26 ‒ Saint‑André : vestiges (en bas et au centre) des conduits en croix de la salle chauffée sud (peut‑être premier état du baptistère) ; dans un deuxième temps, fondation circulaire de la cuve.

Datation

70Les indices chronologiques sont rares. Une monnaie de Constance II (353‑360) a été trouvée dans la condamnation de l’alandier sud‑est ; le mur nord est antérieur aux fosses I et II qui renferment 16 monnaies dont les deux plus récentes sont également de Constance II (ou un contemporain) et associées à 1 Constantin I, à 1 Constantin II, et à 8 Constant‑Constance II. Le chauffage par conduits rayonnants, pourvu de pilettes intermédiaires, serait fréquent surtout au iiie s., par exemple dans le grand bâtiment résidentiel antérieur à la cathédrale nord de Genève pour disparaître au cours du ive s. (Drack 1988 : 128‑131). Ces indications restent approximatives, l’accompagnement céramique n’étant pas suffisant et les monnaies pouvant avoir été utilisées pendant plusieurs générations. On pourrait toutefois replacer cette construction dans la première moitié ou peut‑être au milieu du ive s. Cette salle paraît assez proche de la salle voisine au nord par ses structures (appareil, mortier) et par son orientation ; elle en diffère toutefois par le système de chauffage.

Fonction

71Il est difficile de reconstituer avec certitude les fonctions de cette salle et de ses annexes, surtout à cause de la cuve baptismale dont les fondations ont, plus tard, perturbé profondément sa partie centrale. Une fonction baptismale est toutefois probable à en juger par deux indices : un canal d’évacuation des eaux, anterieur à la construction de l’abside, a été mis au jour à l’est, à l’extérieur de la salle, ce qui atteste la présence d’un bassin, sans préciser son usage. De plus, ce bassin, si l’on en croit l’orientation du conduit, devait se trouver au centre de la pièce. Dans l’état actuel de nos connaissances, on ne peut définir avec certitude la nature de ces constructions, mais l’hypothèse d’un baptistère s’avère la plus plausible. Cette petite pièce chauffée et pourvue d’un bassin se conçoit mal dans un habitat gallo‑romain et la présence d’un baptistère dans l’état suivant ne peut paraître le fruit du hasard. On doit admettre que cette salle, installée dans la ville basse en même temps que le mur des bords de Saône, sans doute déjà baptistère, est contemporaine d’un aménagement d’ensemble de l’espace, probablement à l’occasion de la construction de la première cathédrale ; à Lyon, celle‑ci aurait été construite très tôt, et pour des raisons historiques évidentes. Même à Genève, la cathédrale nord est datée par C. Bonnet du milieu du ive s. (Bonnet 1986a : 24).

La salle chauffée nord

Le mur nord, (M 75) et les conduits rayonnants

72La présence d’un mur est‑ouest et d’un système de chauffage par conduits rayonnants suggère l’existence d’une grande salle chauffée (fig. 27). Ce mur, reconnu sur quatre tronçons, peut être suivi sur près de 17 m de long. Caractérisé par un mortier gris clair et des moellons irréguliers, il apparaît comme postérieur aux murs romains et son orientation est la même que celle des murs de la salle sud. Le système de chauffage est l’élément le plus frappant de cette construction. Les conduits sont limités par des murets en briques liés par de l’argile jaune. Le fond est en briques plates : la couverture, qui a disparu, devait être également en dalles de briques, surmontées d’un sol de tuileau (sol IV ; alt. 165,70 m). Deux caniveaux parallèles, de direction nord‑est/sud‑ouest, constituent la branche nord‑est. Celui du nord a 0,32 m de large, celui du sud est plus large (0,48 m), la profondeur est la même (0,40 m) (fig. 28). Pour la branche nord‑ouest, le caniveau sud conflue avec un caniveau de direction est‑ouest, repéré sur une courte distance (fig. 29). Le sol de mortier qui recouvrait l’ensemble s’est effondré au fond des conduits. Pour la branche sud‑ouest, deux conduits ont été repérés sous la rue Mandelot. Les parois sont en briques liées par de l’argile jaune. Les différents conduits diffèrent par leur largeur, mais sont proches par le type de construction. De ces rares données archéologiques, on peut supposer un aménagement en deux temps, avec de petits puis de grands conduits de chauffage (suggestion émise lors des journées de Grenoble en juin 1994).

FIG. 27 ‒ Sainte‑Croix : plan de l’église et des constructions antérieures (salle de réception).

FIG. 28 ‒ Conduits obliques et parallèles de la salle de réception sous Sainte‑Croix.

FIG. 29 ‒ Sainte‑Croix : au nord‑ouest, sous la rue Mandelot (avec les conduits obliques visibles en haut du cliché) ; fondations carolingiennes et romanes.

73Les dimensions de cette salle sont assez faciles à reconstituer grâce aux conduits rayonnants. Certes, ces conduits sont rarement rectilignes, mais on peut toutefois supposer que la largeur de la salle équivaut à peu près aux deux tiers de sa longueur (14 X 23 m). Cet espace assez vaste a pu servir de salle de réception ou de salle de réunion. Une comparaison s’impose avec de nombreuses salles chauffées de la domus ecclesiae de Genève, dotées des mêmes conduits en double Y (Bonnet 1993 : 26‑27) ; la salle de réception de l’évêque a les mêmes proportions qu’à Lyon, mais en plus petit.

Datation

  • 20 SC 28, Constantin (313‑315) ; SC 30, Valens (367‑375) ; SC 32, Valens (364‑ 375) ; SC 33, Valens (3 (...)

74Le matériel céramique n’apporte pas d’éléments décisifs. La couche contemporaine des conduits est riche en céramique commune claire et en fragments d’amphores ; quant aux 9 monnaies trouvées dans les conduits lors de l’abandon du premier système de chauffage, leur interprétation est difficile ; les plus récentes remontent à Valens (364‑375) et à Valentinien (367‑375)20. La construction de cette salle pourrait donc se placer au cours du ive s., peut‑être à la même époque que la salle sud.

1.3.3 État III

75(FIG. 30)

76Il comporte le baptistère de Saint‑Étienne, la salle de réception nord et l’abside de Saint‑Jean.

FIG. 30 ‒ Le groupe épiscopal, état III : le site du groupe cathédral, l’abside de Saint‑Jean, le baptistère de Saint‑Étienne, la salle de réception (fin IVe s.).

Le baptistère de Saint‑Étienne

77Dans son état le mieux défini, le baptistère comporte une abside semi‑circulaire accolée à la salle rectangulaire centrale, dotée d’une cuve octogonale et d’annexes (fig. 31, 32). Les différentes campagnes de construction du ive au viiie s. permettent de reconstituer son évolution dans le temps et l’espace.

FIG. 31 ‒ Saint‑Étienne : plan du baptistère et de ses annexes.

FIG. 32 ‒ Saint‑Étienne : vue générale du baptistère au moment des fouilles et avant démolition des murs modernes ; l’abside est en bas et la cuve en haut, le mur latéral nord à droite.

L’abside

78De dimensions assez réduites (4,70 m de diamètre extérieur), cette abside semi‑circulaire est pourvue de fondations puissantes et d’une élévation plus légère. Les fondations (1,40 m d’épaisseur) reposent sur de gros blocs en calcaire tendre de Seyssel liés par un mortier de tuileau (fig. 33, 34). L’élévation (0,60 m d’épaisseur) est en briques, liées au mortier de tuileau, au‑dessus du ressaut de fondations. Ces briques, de dimensions variées, paraissent être des remplois. À l’extérieur, un double enduit de tuileau bien lissé recouvre les briques.

FIG. 33 ‒ Saint‑Étienne : zone orientale du baptistère (plan et coupes).

FIG. 34 ‒ Angle nord‑est du baptistère ; le mur nord‑sud a été cassé lors de la construction de l’abside en briques.

La cuve baptismale et le chauffage par hypocauste

79Ces aménagements sont installés à l’intérieur d’une petite salle préexistante (voir deuxième état).

La cuve : premier état

80Située au centre de la pièce rectangulaire, elle repose, dans son premier état connu (fig. 35, 36), sur un massif circulaire de près de 5 m de diamètre. Large de 3,66 m à l’extérieur, cette cuve est polygonale ; les pans coupés d’une longueur de 1,52 m sont conservés au mieux sur 0,75 m de hauteur (fig. 36, 39). Une niche semi‑circulaire est dessinée à l’extérieur de la paroi orientale. Massif et cuve sont détruits sur leur moitié sud par un égout et entamés à l’ouest par une évacuation d’eau récente, ce qui a donné la possibilité d’étudier la structure en coupe et de préciser les différentes étapes de construction. La paroi extérieure est la plus ancienne ; épaisse de 0,20 à 0,25 m, elle est constituée par un blocage assez régulier de briques liées par un mortier rose‑beige. Un épais enduit d’un rose plus foncé couvre ses parements intérieur et extérieur, sans qu’il soit possible de savoir si elle était doublée de marbre à l’intérieur (fig. 36).

FIG. 35 ‒ La cuve baptismale (à droite, l’égout moderne).

FIG. 36 ‒ La cuve baptismale, son socle circulaire, sa paroi extérieure lissée et ses deux doublages intérieurs.

81L’eau arrivait de l’ouest, soit des aqueducs antiques encore en usage, soit des sources de la colline. Un conduit circulaire, prévu dans l’épaisseur du béton du socle (0,10 m de diamètre au maximum) a conservé l’empreinte du tuyau qui remplissait le bassin à partir d’un siphon situé à 0,20 m en contrebas du fond de la cuve, en son centre. Du siphon partaient deux tuyaux de plomb parallèles qui ont été retrouvés d’abord dans une encoche percée dans le socle et recouverte de mortier de tuileau et ensuite à l’est sous le sol de tuileau voisin (fig. 31, 40), Ces conduits de 0,07 m de diamètre étaient constitués d’une feuille épaisse de plomb, façonnée en cylindre, et martelée à la liaison entre les deux lèvres ; des boîtes rectangulaires établissaient le raccord entre deux éléments de tuyaux. Ces conduits se dirigeaient en oblique vers le nord‑est et franchissaient le mur du baptistère à l’intersection entre le mur nord‑sud et l’abside nouvelle ; on peut donc supposer qu’ils ont été installés là au moment de la construction de l’abside.

82La salle rectangulaire et l’abside sont chauffées par un hypocauste qui occupait sans doute tout l’espace autour de la cuve baptismale (fig. 41). À l’intérieur de l’abside, s’étendait le sol inférieur de l’hypocauste (alt. 165,28 m). Posée sur ce sol et collée contre la paroi intérieure de l’abside, une murette de moellons de petites dimensions, liés par de l’argile jaune, devait servir de bouclier thermique. Un second sol était posé sur cette murette (alt. 166,10 m) et sur les pilettes de section carrée (0,18 à 0,20 m de côté) dont il subsiste encore quelques éléments (fig. 37). Contre les parois de l’abside, ce sol était échancré par une rainure qui servait peut‑être, comme à Saint‑Jean, de scellement pour un placage de marbre. Quelques fragments de ce sol subsistaient en remblais. Deux de ces fragments conservaient encore leur couverture de mosaïques.

FIG. 37 ‒ Vestiges du chauffage par hypocauste près de l’abside et muret nord‑sud.

83Le sol inférieur de l’hypocauste passait au‑dessus du chaînage de l’abside et s’étendait vers l’ouest jusqu’à un muret nord‑sud ; un deuxième muret de briques, parallèle au premier et distant de 1 m, devait terminer un conduit de chaleur nord‑sud, sans doute raccordé à l’annexe sud (et peut‑être aussi à l’annexe nord). Autour de la cuve et plus à l’ouest, les sols de tuileau avaient disparus ; de nombreux fragments se trouvaient dans les couches de destruction associés à des fragments de tubuli et de pilettes. On peut donc situer dans cette zone ouest un sol inférieur au‑dessus du niveau bas horizontal à la cote 165,20 m et supposer l’existence d’un hypocauste systématiquement détruit.

La cuve : deuxième état

84La cuve est rétrécie par la construction d’un muret de faible largeur à l’intérieur de la cuve précédente (diamètre intérieur : 2,46 m) (fig. 36, 39). Le fond de la cuve doit être légèrement surhaussé. Le nouveau bassin est, comme précédemment, construit en fragments de tuiles d’assez grands modules, liés par un mortier de tuileau. L’utilisation de marbre en placage sur les parois peut être envisagé d’après les remplois de la troisième phase. Il est difficile de rattacher ces travaux d’assez faible importance à une reconstruction du baptistère.

La cuve : troisième état

85La cuve est une nouvelle fois réduite et son diamètre intérieur utile n’atteint plus que deux mètres (fig. 36, 39). Lié par un mortier clair, le parement intérieur est recouvert d’un mortier de tuileau bien lissé et de grandes dalles de calcaire maintenues aux angles par des pilastres de marbre creusés de rainures sur leurs petits côtés. Ces rainures, qui ne servent pas vraiment d’encastrement aux dalles en calcaire du présent revêtement, avaient dû être utilisées pour le placage précédent. Le fond du bassin en mortier de tuileau a conservé des bourrelets en relief qui dessinent le contour des anciennes plaques de revêtement : une couronne extérieure de grandes plaques, puis une couronne intérieure de plaques de plus petites dimensions. Ces plaques devaient être légèrement inclinées vers le centre pour assurer l’évacuation des eaux qui s’effectue désormais vers le nord puis vers l’est, c’est‑à‑dire vers la Saône (fig. 42). Composé de gros blocs de calcaire assez tendre creusés à l’intérieur et liés par un mortier rosâtre, le premier élément du conduit passe au‑dessus du canal de chauffe qui traverse le mur nord ; le second bloc –un remploi romain– présente encore, sur sa face ouest, un décor d’oves. Plus au nord, le conduit a été perturbé par la construction du mur du xie s. Les blocs ont été arrachés, mais leur emplacement apparaît encore très bien en négatif.

86À l’est, le conduit devait utiliser, pour traverser le mur nord‑sud de l’annexe, le passage d’un chauffage antérieur. Des auges, creusées dans de gros blocs calcaires, reprennent à l’est du mur. Le niveau du fond du canal est très bas (alt. 164,46 m) ce qui donne une forte pente depuis la cuve baptismale (165,35 m) et un bon écoulement vers la Saône qui devait être toute proche. La première dalle du couvercle ne présentait aucune caractéristique notable. Les deux autres, couvertes d’un mortier gris clair, appartenaient à un très beau bas‑relief gallo‑romain des années 200 de notre ère. De magnifiques rinceaux se déroulent en frise et entourent un petit lapin qui broute le feuillage (fig. 38). On peut mettre en rapport ce nouveau tracé avec le deuxième conduit d’évacuation des eaux percé au travers du mur des bords de Saône.

FIG. 38 ‒ Bas‑relief en remploi, couverture du conduit d’évacuation nord du baptistère.

FIG. 39 ‒ Saint‑Étienne : la cuve baptismale, son socle circulaire et ses deux doublages intérieurs (coupe est‑ouest et plan).

FIG. 40 ‒ Saint‑Étienne : conduits de plomb d’évacuation de l’eau du baptistère.

FIG. 41 ‒ Saint‑Étienne : coupe longitudinale du baptistère avec son chauffage par hypocauste.

Les annexes

87Au sud‑est du baptistère, une annexe est attestée par la présence de deux sols superposés en mortier de tuileau, par un conduit de chaleur qui traverse le mur oriental, par quelques assises d’un mur occidental et par un court segment de mur au sud‑ouest. Le mur oriental de l’annexe a été ensuite percé d’un orifice assez important qui ouvre sur un conduit d’air chaud (fig. 23, 33). Le conduit est fait de deux murets de briques, supportant des dalles de briques de plus grandes dimensions, qui font office de couverture ; le tout est surmonté par les sols de tuileau. Les deux murets de briques se poursuivent au travers du mur ; l’ouverture est bien construite, avec un arc de briques surbaissé à sa partie supérieure. Le conduit d’air chaud se prolonge vers l’est avec une branche vers le nord. Le matériel céramique provenant du praefunium comporte des amphores africaines, de la DSP, ainsi que des monnaies (Constance II, 353‑354). Cette annexe était sans doute fermée par un mur est‑ouest.

88Dans un second temps, une annexe orientale est prouvée par la présence d’un mur est‑ouest percé d’une porte à proximité de l’abside et d’un sol en mortier de tuileau à l’emplacement du praefiirnium. Plus à l’est encore, on doit signaler, à l’extérieur de l’abside, la présence de deux conduits d’évacuation d’eau parallèles, le premier en tegulae, le deuxième en auges de pierre ; ces conduits se dirigent vers le centre de la salle rectangulaire. Au sud‑est, un praefurnium sert de chauffage à l’annexe sud.

89L’annexe nord est délimitée par un mur conservé à l’est. Construit en moellons irréguliers, liés par un mortier gris, ce mur (0,68 m d’épaisseur) est percé par un conduit de chaleur de 0,32 m de section. Il reste peu de chose du système de chauffage : deux pilettes d’hypocauste et des traces d’un alandier. Deux fosses contenaient un matériel céramique abondant et de nombreuses monnaies (fig. 42).

FIG. 42 ‒ Saint‑Étienne : fosses et conduits en auges de calcaire pour l’évacuation de l’eau au nord du baptistère.

90À l’ouest, s’étendaient deux annexes de part et d’autre d’un couloir nettement décalé vers le nord par rapport à l’axe de la salle centrale ; l’annexe sud‑ouest s’avançait jusqu’à 8 m au‑delà de la façade du baptistère (il en était sans doute de même pour l’annexe nord‑ouest). La structure nord‑sud, assez puissante (0,85 m), reconnue sur 1,20 m de longueur, sous le porche nord de la cathédrale, servait de limite à une construction plus méridionale (portique ou collatéral de Saint‑Jean) ainsi qu’à l’annexe sud.

Datation
  • 21 Par comparaison avec le sarcophage B 33 de Saint‑Vital de Ravenne (Ecclesius et Ursinus) daté du vi(...)

91La première salle chauffée sud n’est pas datée avec assez de précision pour constituer un terminus post quem déterminant pour l’aménagement du baptistère. Une datation haute est toutefois suggérée par la conservation des fondations anciennes dans les nouvelles constructions et donc par les petites dimensions du baptistère, datation haute qui concorde avec la forme octogonale de la cuve. Celle‑ci a des dimensions proches de celles de la cuve de Milan, dont on place la construction à la fin du ive s. Les couches, connues sur une surface limitée, n’ont pas livré de matériel céramique ou de monnaies significatives. Le petit bloc de marbre orné, élément d’une traditio legis des iveve s. (fig. 43), le fragment de chancel, et surtout le bas‑relief d’une grande finesse d’exécution représentant un palmier à neuf palmes et grappes de fruits issues d’un tronc qui remonterait au vie s. (fig. 44)21 ont été trouvés, hors stratigraphie, dans les remblais de la tranchée de fondation de l’égout moderne, ce qui les rend impropres à dater la construction du baptistère.

FIG. 43 ‒ Saint‑Étienne : fragment trouvé dans les remblais de l’égout à travers le baptistère.

FIG. 44 ‒ Saint‑Étienne : bas‑relief aux palmiers et à la croix pattée (remblais de l’égout au travers du baptistère).

92À Genève, le baptistère rappelle celui de Lyon par sa forme carrée et par son abside semi‑circulaire ; or, dès le premier état qui remonte aux années 400, la cuve est octogonale (Bonnet 1986a : 24‑29). À Aoste, une cuve octogonale est installée au nord de la cathédrale, au cours du ve s. (Bonnet, Perinetti 1986 : 28‑30). La cuve octogonale de Lyon pourrait donc se situer à la fin du ive ou au début du ve s., ce qui suggère que l’on puisse encore, en Gaule et en Italie du Nord, construire à une date tardive des baptistères de plan carré ou rectangulaire. L’ambiguïté vient de l’imprécision des autres datations proposées pour les baptistères paléochrétiens.

Reconstitution

93Ce baptistère devait être assez simple, en élévation (fig. 192) comme en plan (fig. 31). Les comparaisons avec d’autres baptistères, de plan carré ou rectangulaire, sont rares (fig. 193). À Genève, l’élévation du bâtiment est compliquée dans un premier temps par la présence d’une colonnade circulaire. À Cimiez, le bâtiment central, de plan carré, est transformé par l’installation de colonnes qui dessinent un octogone au centre de la pièce (Benoît 1977 : 145‑153) et donc peut‑être une salle centrale plus haute et assez monumentale. À Aix‑en‑Provence, l’élévation du baptistère devait répondre aux mêmes contraintes, avec une surélévation au‑dessus de la colonnade intérieure (Guyon 1989 : 1428‑1433).

La salle nord

94La salle nord est toujours en fonction (fig. 30, 45). Le système de chauffage est réaménagé avec des conduits plus larges ; un nouveau conduit maçonné longe l’intérieur du mur ; un autre semble avoir été percé dans un deuxième temps au travers du mur nord.

FIG. 45 ‒ Sainte‑Croix et Saint‑Étienne, coupes nord‑sud : en haut, Sainte‑Croîx, ses murs latéraux, ses fondations de pilliers et ses sols en mortier de tuileau ; en bas Saint‑Étienne et sa reconstruction romane.

FIG. 46 ‒ Saint‑Jean : A coupe de l’abside nord‑sud ; B plan de l’abside vue vers l’est (structures et décor de mosaïques).

95La mosaïque de la salle de réception de la domus ecclesiae de Genève est datée des années 430‑450 et la salle de réception de l’évêque de Lyon pourrait également être utilisée au milieu du ve s. (Bonnet 1993 : 44), même si la couche de démolition, qui passe par‑dessus les conduits de l’annexe nord et contient de la céramique commune claire ainsi que des amphores africaines, suggère une destruction entre la seconde moitié du ive et la première moitié du ve s.

L’abside de Saint‑Jean

96La cathédrale actuelle, reconstruite dans le dernier tiers du xiie s. et achevée à la fin du xive, est un bon exemple d’architecture de transition entre l’art roman (chevet) et l’art gothique (transept et nef) (Bony 1960). La construction nouvelle, qui s’étend plus loin vers l’est que les précédentes, a fait disparaître toute trace d’élévations antérieures au xiie s., mais le sous‑sol de l’édifice, où les vestiges sont conservés sur près de 4 m de profondeur, semble particulièrement riche en structures anciennes. Nos recherches ont été strictement limitées à l’emplacement de l’abside primitive sous la croisée du transept actuel. Les indications très partielles fournies par la fouille ont toutefois apporté quelques réponses à des problèmes restés jusque‑là en suspens ; elles ont aussi posé de nouvelles questions.

97L’étude des deux murs de tracé semi‑circulaires, des sols en mortier de tuileau et des mosaïques visibles dans la crypte, sous la croisée du transept de la cathédrale actuelle, a été reprise (fig. 46 A et B). Quatre sondages ont été effectués : dans l’axe de la crypte à l’est (I) et à l’ouest (II) de l’abside, au nord de la crypte (III) et le long du mur de chaînage occidental (IV). Ces sondages ont mis en évidence plusieurs constructions successives : un égout gallo‑romain dont nous avons déjà parlé et les fondations de deux absides antérieures à l’époque carolingienne (fig. 45, 46, 47, 50).

FIG. 47 ‒ Saint‑Jean : coupe est‑ouest dans l’abside avec la succession des états de construction : mur BC paléochrétien, MD mérovingien, MF carolingien, MG roman et ses sols en mortier de tuileau.

FIG. 48 ‒ Groupe épiscopal : états IV et V (VIe‑VIIe s.),

FIG. 49 ‒ Saint‑Jean : états successifs de l’abside du Ve s. au début du XIIe s.

FIG. 50 ‒ Saint‑Jean : élévation extérieure de l’abside primitive.

La fondation de gros blocs (MBC)

98L’ouvrage est constitué de deux assises de gros blocs de choin (calcaire du bas Bugey), dont un remploi gallo‑romain lié par du mortier gris clair ; l’assise supérieure est en retrait (0,30 m) par rapport à l’assise inférieure. Les blocs repérés sur 1,45 m de longueur, du nord au sud, dessinent une courbe suffisamment nette pour que l’on puisse affirmer qu’ils appartiennent bien aux fondations d’une abside. Ces éléments constitueraient les seuls vestiges connus de l’ecclesia décrite par Sidoine Apollinaire en 469.

99Si l’on admet que le groupe épiscopal de Lyon a été construit très tôt, et qu’il est en tout cas contemporain du baptistère, on peut se demander où localiser les églises car, pour cet état, l’existence de Sainte‑Croix n’est pas attestée. Elle pourrait avoir été nettement décalée vers l’ouest par rapport au baptistère, comme à Genève ; la cathédrale nord pouvant trouver sa place au‑delà et à l’ouest de la salle de réception, mais nous n’avons pas fouillé dans ce secteur et notre réflexion sur la présence d’une église double reste purement spéculative.

1.3.4 États IV et V : les origines du groupe épiscopal et son évolution

100Avec l’abside dégagée sous le transept de Saint‑Jean, avec la cuve baptismale installée dans la petite salle sud, avec les murs latéraux de Sainte‑Croix, commencent à se dessiner (fig. 46) les grandes lignes du groupe épiscopal de Lyon qui sera présenté édifice par édifice. Mais il faut attendre l’époque carolingienne pour que l’on puisse être sûr de la présence d’une église double.

L’abside de Saint‑Jean

La première reconstruction (MD et ME)

101Conservé sur une hauteur relativement faible (0,85 m), le nouveau mur MD est construit en petits moellons (fig. 46‑47), liés par un mortier de tuileau qui recouvre partiellement les pierres (joints à pierre vue) ; un moellon a reçu une taille décorative en fougère. Un ressaut de fondation (alt. 165,44 m) indiquerait le niveau du sol. À la perpendiculaire, le mur ME présente le même appareil et le même mortier. Le ressaut de fondation est à la même hauteur. Ce mur n’étant pas lié à l’abside ne peut être considéré comme un contrefort. Il faut donc supposer l’existence d’un bâtiment plus à l’est. D’autres murs postérieurs appartiennent aux campagnes de construction carolingiennes et romanes.

Le baptistère Saint‑Étienne

102Les changements sont minimes dans le baptistère et ses annexes, sauf à l’ouest (rue Saint‑Étienne) où un mur assez large a été mis au jour. Les fondations sont faites de blocs de choin de 1,00 à 1,10 m par 0,30 à 0,50 m (fig. 51). Au‑dessus des blocs s’élève un mur de 1 m d’épaisseur en moellons de dimensions moyennes liés par un mortier du tuileau. Ce mur se distingue des constructions du ive s. par son orientation légèrement oblique. Une structure perpendiculaire de même type et liée à la précédente s’avance vers le sud. Quelques blocs dégagés immédiatement à l’ouest de la façade du baptistère pourraient également appartenir à cet ensemble. Toute reconstitution sérieuse est rendue impossible par l’insuffisance de la documentation. On peut seulement insister sur l’importance de ces murs qui ne semblent pas appartenir à des annexes, à des galeries ou des portiques. À partir de cette constatation, nous suggérons un édifice d’assez grande taille dont la nature et les fonctions resteraient encore indéterminés.

FIG. 51 ‒ Saint‑Étienne : structures longitudinales paléochrétiennes et médiévales à l’ouest du baptistère (agrandissements de Saint‑Étienne ou autre bâtiment).

L’église Sainte‑Croix

103Cette église, la moins bien documentée par les textes, est aussi celle pour laquelle les résultats archéologiques sont les plus décevants. Les niveaux profonds de Sainte‑Croix présentent toutefois encore quelques vestiges, réduits à un petit nombre de murs et à quelques lambeaux de sols postérieurs à la destruction de la salle nord (état V, fig. 48).

104Au sud, les fondations d’un mur antérieur (M 3) servent d’assise au mur gouttereau sud de l’église romane de Sainte‑Croix (fig. 45, 52). Cet ouvrage large de 1,10 m est caractérisé par des moellons de petite taille, régulièrement assises et liés par un mortier de tuileau. Son axe est tourné vers l’est.

FIG. 52 ‒ Sainte‑Croix : murs gouttereaux et fondations de pilier. Les fondations profondes du mur nord appartiendraient à l’époque mérovingienne ; celles du mur sud à l’époque carolingienne.

105Au nord, le mur gouttereau correspondant présente une reconstruction carolingienne, identifiable par le mortier et l’appareil, et l’étape précédente n’a pu être repérée. Le mur oriental, très court segment de direction nord‑sud dont les parties hautes sont liées par un mortier de tuileau, peut également appartenir à cette campagne.

106Des sols en mortier de tuileau (fig. 52), fouillés au centre de l’espace, pourraient appartenir à cette construction (alt. 165,50‑165,70 m). Ces sols qui passent au‑dessus du mur de la salle nord (état III ; sol 3) attestent l’agrandissement de l’édifice au nord de l’ancienne salle chauffée. À l’ouest, des dalles ont été repérées à un niveau un peu inférieur au sol précédent, mais un net décalage existe dans cette zone où les sols sont plus bas d’une dizaine de centimètres.

107Le mur gouttereau sud retrouvé sous la rue Mandelot présente donc deux états de fondation, dont un état primitif où les moellons sont liés par du mortier à tuileau. On serait tenté de rapprocher le mur MD des états de l’abside de Saint‑Jean et donc de l’époque mérovingienne (fig. 49). L’orientation oblique de ce mur rappelle aussi celles des constructions situées à l’ouest du baptistère. Un mur et des sols suffisent à prouver l’existence d’un édifice, mais on en ignore les dimensions et la fonction. Il était toutefois plus grand que la salle de réception, et le seul endroit où pourrait se situer son mur nord serait sous le mur gouttereau nord de Sainte‑Croix à l’époque carolingienne. Deux hypothèses sont possibles : soit une nouvelle salle de réception, soit un agrandissement vers l’est de l’église nord, comme à Genève, mais ici au détriment de la salle de réception. Le seul argument en faveur du lieu de culte est à trouver dans la continuité des structures puisque les murs nord et sud sont utilisés à l’époque carolingienne puis romane comme murs gouttereaux de l’église Sainte‑Croix.

1.4 Conclusion

108La fouille du secteur de la cathédrale a donc montré que les édifices religieux ont succédé à des constructions romaines de fonction indéterminée, et confirmé l’installation de l’évêque dans cette zone, peut‑être dès la première moitié du ive s., en tout cas dès la fin du ive ou le début du ve s. La présence de l’église sud et du baptistère n’est pas attestée avant 469, et l’on manque de données archéologiques incontestables pour admettre l’existence d’une église double aux vieviie s., un seul mur repéré sous l’église nord constituant un indice très fragile. En revanche et pour l’époque carolingienne, l’église Sainte‑Croix est bien attestée par les données archéologiques, même si le vocable n’apparaît pas encore dans les textes (Reynaud 1994a ; 1996 : 9).

Notes

1 Vanel 1912, III‑2 : 58. À l’intérieur de l’église, le jubé détruit par les protestants en 1562 est remplacé à deux reprises par une clôture en bois (1564 et 1684). Le clocher, muet comme celui de Saint‑Étienne, sauf peut‑être pour sonner le glas, abrita un temps une chapelle de Saint‑Maurice. De nombreux autels situés contre les piliers de la nef disparaissent en 1686, lors de l’installation d’un pavement rendu nécessaire par la puanteur des lieux. Le sol était en effet percé sans cesse pour l’installation de nouvelles sépultures, sans compter celles des caveaux monumentaux et de véritables caves. Ainsi en 1678, on installe une cave sous le sanctuaire. Cette installation est insuffisante et, en 1683, la petite place de la custoderie et celle de la fonderie des cloches sont occupées par le nouveau cimetière ; une porte de communication est ouverte dans le bas‑côté sud, avec trois ou quatre marches pour rattraper la dénivellation.

2 Anonymus Fabricszy, Stuttgart, Graphische SLG, Staatsgalerie. Inv. nos 5889, 5795, 5810, 5795 ; publié dans Bimillénaire de Lyon 1958, nos 8 à 11. Une vue de la colline de Fourvière vers Saint‑Jean fait apparaître au centre de la façade de la cathédrale vers le nord, le porche de Saint‑Étienne ouvert dans un bâtiment à étages ; vers le sud, la Manécanterie sans détails architecturaux, et une grande construction perpendiculaire : la salle synodale ; en bordure de la Saône, le palais épiscopal dresse ses deux tours carrées reliées par un grand corps de bâtiment.

3 AML, Plan scénographique, publication en fac‑similé de la Société de topographie historique de Lyon, 1872‑1876.

4 Musée historique de Lyon, plan gravé par David Van Velthem en 1635.

5 Vue du quai des Célestins, in : Perspective de la ville de Lyon, représentée en 6 planches, dessins et gravures d’Israël Sylvestre et R. Pigout, 1650 ; Église Saint‑Jean de Lyon, dessin dit Sylvestre, publié par Israël (Henriet) en 1650 (Saint‑Aubin, Sylvestre 1666).

6 Vue de l’église Primatiale de Saint‑Jean de Lyon, extraite du Voyage pittoresque de la France, Paris, 1785, gravure de J.‑B. Lallemand, peut‑être dessinée en 1761.

7 Vues d’Israël Sylvestre : l’une est prise du sud vers le nord ; on aperçoit en arrière‑plan et assez flous le chevet et le clocher de Sainte‑Croix. L’autre gravure est vue vers le sud : au premier plan apparaissent les maisons riveraines, puis le chevet de Sainte‑Croix avec son clocher qui est revenu vers l’abside comme sur le plan scénographique et les deux grandes verrières de Saint‑Étienne.

8 Chevet de la cathédrale Saint‑Jean à Lyon, dessin de Cari Dujardin, inv. 1791/53. Vue de Lyon, par Joh, Lingelbach, Vienne, Albertina, inv. 42411, daté de 1644.

9 Vue d’une partie de la ville de Lyon, dessinée dans le monastère de Mrs les chanoines réguliers de Saint‑Antoine, dessin de F. Cleric, gravure de F. de Poilly, 1720.

10 Vue de Lyon, dessin de J. de Boissieu, gravé en 1812 par J.‑F. Belay,

11 AML, Collection Marduel, et voir Sachet 1914‑1918 : 45‑50.

12 Plan de Lyon, par F. Delamonce, gravé par Juselin, vers 1710.

13 Plan géométral de la ville de Lyon, levé et gravé par C. Seraucourt en 1735, augmenté et rectifié en 1740.

14 Plan du quartier Saint‑Jean, AML, 2 S 540.

15 Plan du quartier Saint‑Jean, AML ; Vanel 1912 : 106, 116.

16 Une gravure représentant le quai de la Saône vu de l’est montre le chevet de Sainte‑Croix dessiné avec une grande précision et le clocher qui jouxte la première travée de la nef. Une vue, datée de 1821‑22, fait apparaître laterrasse du palais épiscopal, des immeubles sur le quai de la Saône, la nouvelle passerelle, puis l’ancienne façade du Palais de Roanne. Une vue médiocre des années 1820‑30 insiste sur un grand immeuble à fronton construit sur le quai, à l’est des anciennes églises. Les quais à degrés font leur apparition entre 1830 et 1835. Une vue de Boitel, de 1843, comporte les immeubles construits à l’emplacement de Sainte‑Croix. Enfin, en 1840‑1845, le palais de justice figure sur les dessins. Le quai en avant des immeubles n’est pas encore construit. Les dessins de Leymarie et de Saint‑Olive présentent le pont de l’archevêché avec la tour sud et sa tourelle qui domine de haut le palais épiscopal voisin.
Vue de Lyon prise du quai Saint‑Antoine, dessin et gravure de M. Grobon (1812).
Vue de la ville de Lyon, prise du quai de la Saône, extraite du Voyage pittoresque et historique à Lyon aux environs et sur les rives de la Saône et du Rhône, par F.‑M. Fortis (1821‑1822).
Lyon, église Saint‑Jean, murs du cloître de Saint‑Jean, par P. Clerjon (vers 1820‑30).
Saint‑Jean, côté nord, dessin de F.‑F. Richard, gravure de Schroeder Fils extraite de Histoire de Lyon (1829‑ 1837).
Gravure de H. Leymarie extraite de Lyon, ancien et moderne (Boitel‑Leymarie 1838‑1843 : II).
Vue prise du café Neptune, extraite de l’Album lyonnais, dessin et lithographie de A. Dauzats, 1840‑1845.

17 On procéda ensuite à un dégagement systématique des vestiges anciens sous la croisée du transept et sous la première travée à l’est de la nef. Travaux dirigés par MM. Gélis et Mortamet, architectes des Monuments historiques et surveillés par des érudits lyonnais : l’abbé Macé et le docteur Loison.

18 Couche 7, monnaies : no 279, Julien Lyon (360‑363) ; no 280, Julien Lyon (360‑363) ; no 281, Valens Lyon (364‑367) ; no 282, Valentinien I Lyon (364‑ 367) ; no 283, Julien (360‑363) ; no 284, Valens Arles (375‑378) ; no 285, Valentinien I Lyon (364‑367) ; no 286, Valens Lyon (364‑367) ; no 287, Valens Lyon (364‑367) ; no 288, Constance II ou imitation ; no 290, Valens Arles (375‑378) ; no 297, QR (337).

19 La couche 12‑13 renferme 78 monnaies : Magnus Maximus (1), Valentinien II (8), Théodose I (4), Valens Valentinien (1), Eugène (393‑395) (1), Flavius Victor (1) et Arcadius (1).

20 SC 28, Constantin (313‑315) ; SC 30, Valens (367‑375) ; SC 32, Valens (364‑ 375) ; SC 33, Valens (364‑375) ; SC 34, Valentinien (367‑375) ; SC 35, Valens (364‑367) ; SC 36, Magnens (351‑363) ; SC 37, Valentinien I (364‑375) ; SC 39, Constance I (341‑346).

21 Par comparaison avec le sarcophage B 33 de Saint‑Vital de Ravenne (Ecclesius et Ursinus) daté du vie s. ; voir le Corpus delle scultura altomedievale, VII, 4, pl. XLV, 114c.

Table des illustrations

Légende FIG. 5 ‒ Vue du quartier Saint‑Jean et de la presqu’île par l’anonyme Fabricszy (XVIe s.)
Crédits Staatsgalerie Stuttgart, no 5789 recto
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44318/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Légende FIG. 6 ‒ Vue du cloître Saint‑Jean, ses murs, son palais épiscopal et ses trois églises (Plan scanographique, milieu du XVIe s.).
Crédits AML, 1S165
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44318/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende FIG. 7 ‒ Vue du quartier Saint‑Jean et de ses trois églises (Grande vue de Simon Maupin, 1626).
Crédits AML, 1S171
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44318/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Légende FIG. 8 ‒ Sainte‑Croix : intérieur de l’église reconstruite au XVe s., ses grandes arcades et ses fenêtres hautes avant la démolition.
Crédits AML, recueil Marduel, 1C450, 1110 réserves
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44318/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende FIG. 9 ‒ Saint‑Étienne : abside semi‑circulaire et ses lancettes gothiques.
Crédits AML, recueil Marduel, 1C450, 1110 réserves
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44318/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende FIG. 10 ‒ Plan du groupe cathédral au XVIIIes. ; les églises Saint‑Étienne et Sainte‑Croix apparaissent au nord (1774).
Crédits AML 2S540, encré par FJ.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44318/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende FIG. 11 ‒ Saint‑Jean : la mosaïque romane, travée orientale de la nef ; fouilles de 1935 (Dr Loison in : A. Macé 1936 : 53).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44318/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende FIG. 12 ‒ Saint‑Jean : plan des fouilles de 1935.
Crédits archives de J.‑G. Monta met, ACM H et A. Macé 1936 : 43
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44318/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Légende FIG. 13 ‒ Coupe nord‑sud sous Sainte‑Croix, ancienne rue Mandelot : au nord, le mur de la salle de réception (mur 75) et un conduit de chauffage ; au sud, un autre conduit (murs 2307, 2401, 2402).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44318/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende FIG. 14 ‒ Groupe épiscopal, état I : les vestiges archéologiques au nord de la cathédrale (période gallo‑romaine jusqu’au milieu du IVe s.).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44318/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende FIG. 15 ‒ Les murs des bords de Saône : plan et coupe.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44318/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Légende FIG. 16 ‒ Murs des bords de Saône : mur I (en haut à droite) ; mur II.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44318/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende FIG. 17 ‒ Conduits d’évacuation à travers le mur des bords de Saône (vue d’ensemble à l’est).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44318/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende FIG. 18 ‒ Conduits d’évacuation d’eau à l’ouest du mur I.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44318/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende FIG. 19 ‒ Murs des bords de saône : conduits d’évacuation d’eau : plans et coups.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44318/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende FIG. 20 ‒ Groupe épiscopal, état II : le site du groupe cathédral, les murs des bords de Saône, la salle sud, peut‑être déjà le baptistère et la salle nord (IVe s.).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44318/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Légende FIG. 21 ‒ Murs des bords de Saône : stratigraphie autour des murs I et II.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44318/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende FIG. 22 ‒ Stratigraphie autour des murs I et II (au nord).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44318/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende FIG. 23 ‒ Saint‑Étienne : élévation du mur nord‑sud antérieur au baptistère.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44318/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende FIG. 24 ‒ Saint‑Étienne : sol de briques et hypocauste antérieur au baptistère : plan et coupe.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44318/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende FIG. 25 ‒ Saint‑Étienne : élévation du mur nord de la salle chauffée sud : bloc d’angle remployé à l’est, conduit d’évacuation de la cuve au centre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44318/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende FIG. 26 ‒ Saint‑André : vestiges (en bas et au centre) des conduits en croix de la salle chauffée sud (peut‑être premier état du baptistère) ; dans un deuxième temps, fondation circulaire de la cuve.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44318/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende FIG. 27 ‒ Sainte‑Croix : plan de l’église et des constructions antérieures (salle de réception).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44318/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende FIG. 28 ‒ Conduits obliques et parallèles de la salle de réception sous Sainte‑Croix.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44318/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende FIG. 29 ‒ Sainte‑Croix : au nord‑ouest, sous la rue Mandelot (avec les conduits obliques visibles en haut du cliché) ; fondations carolingiennes et romanes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44318/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende FIG. 30 ‒ Le groupe épiscopal, état III : le site du groupe cathédral, l’abside de Saint‑Jean, le baptistère de Saint‑Étienne, la salle de réception (fin IVe s.).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44318/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende FIG. 31 ‒ Saint‑Étienne : plan du baptistère et de ses annexes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44318/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Légende FIG. 32 ‒ Saint‑Étienne : vue générale du baptistère au moment des fouilles et avant démolition des murs modernes ; l’abside est en bas et la cuve en haut, le mur latéral nord à droite.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44318/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 303k
Légende FIG. 33 ‒ Saint‑Étienne : zone orientale du baptistère (plan et coupes).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44318/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende FIG. 34 ‒ Angle nord‑est du baptistère ; le mur nord‑sud a été cassé lors de la construction de l’abside en briques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44318/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende FIG. 35 ‒ La cuve baptismale (à droite, l’égout moderne).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44318/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende FIG. 36 ‒ La cuve baptismale, son socle circulaire, sa paroi extérieure lissée et ses deux doublages intérieurs.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44318/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende FIG. 37 ‒ Vestiges du chauffage par hypocauste près de l’abside et muret nord‑sud.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44318/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende FIG. 38 ‒ Bas‑relief en remploi, couverture du conduit d’évacuation nord du baptistère.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44318/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende FIG. 39 ‒ Saint‑Étienne : la cuve baptismale, son socle circulaire et ses deux doublages intérieurs (coupe est‑ouest et plan).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44318/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende FIG. 40 ‒ Saint‑Étienne : conduits de plomb d’évacuation de l’eau du baptistère.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44318/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende FIG. 41 ‒ Saint‑Étienne : coupe longitudinale du baptistère avec son chauffage par hypocauste.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44318/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende FIG. 42 ‒ Saint‑Étienne : fosses et conduits en auges de calcaire pour l’évacuation de l’eau au nord du baptistère.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44318/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende FIG. 43 ‒ Saint‑Étienne : fragment trouvé dans les remblais de l’égout à travers le baptistère.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44318/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende FIG. 44 ‒ Saint‑Étienne : bas‑relief aux palmiers et à la croix pattée (remblais de l’égout au travers du baptistère).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44318/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende FIG. 45 ‒ Sainte‑Croix et Saint‑Étienne, coupes nord‑sud : en haut, Sainte‑Croîx, ses murs latéraux, ses fondations de pilliers et ses sols en mortier de tuileau ; en bas Saint‑Étienne et sa reconstruction romane.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44318/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44318/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende FIG. 46 ‒ Saint‑Jean : A coupe de l’abside nord‑sud ; B plan de l’abside vue vers l’est (structures et décor de mosaïques).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44318/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende FIG. 47 ‒ Saint‑Jean : coupe est‑ouest dans l’abside avec la succession des états de construction : mur BC paléochrétien, MD mérovingien, MF carolingien, MG roman et ses sols en mortier de tuileau.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44318/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende FIG. 48 ‒ Groupe épiscopal : états IV et V (VIe‑VIIe s.),
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44318/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende FIG. 49 ‒ Saint‑Jean : états successifs de l’abside du Ve s. au début du XIIe s.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44318/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende FIG. 50 ‒ Saint‑Jean : élévation extérieure de l’abside primitive.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44318/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 51 ‒ Saint‑Étienne : structures longitudinales paléochrétiennes et médiévales à l’ouest du baptistère (agrandissements de Saint‑Étienne ou autre bâtiment).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44318/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende FIG. 52 ‒ Sainte‑Croix : murs gouttereaux et fondations de pilier. Les fondations profondes du mur nord appartiendraient à l’époque mérovingienne ; celles du mur sud à l’époque carolingienne.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44318/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 89k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search