Version classiqueVersion mobile

Lugdunum christianum

 | 
Jean-François Reynaud

Partie I. La ville et son histoire

Chapitre 3. Historiographie et archéologie (xixexxe s.)

Texte intégral

1Il faut attendre le début du xixe s. pour voir s’effectuer les premiers grands dégagements comme celui de la Croix‑Rousse par A.‑F. Artaud (Artaud s.d., no 13) : les véritables fouilles ne commencent guère avant le milieu de xixe s. avec la reprise des travaux à l’amphithéâtre (Martin‑Daussigny 1863). Des études d’édifices sont effectuées par des architectes comme Bégule (Bégule 1880) et plus tard R. Le Nail et E. Cateland qui se consacrent essentiellement à des reconstitutions, les publications les plus sérieuses étant celles du congrès archéologique de Lyon de 1935. Les travaux des historiens et des épigraphistes sont également remarquables, en particulier ceux de M.‑C. Guigue et de A. Coville d’une part, d’A. Allmer d’autre part. À côté de ces recherches originales se multiplient des publications d’un intérêt inégal.

2En fait, deux courants différents peuvent être distingués tout au long du xixe s. : le premier, traditionaliste, très fort à Lyon où les récits légendaires faisant remonter l’église aux premiers temps apostoliques sont repris jusqu’à la fin du siècle, et un second, plus scientifique et critique, caractérisé par la recherche d’archives, les études topographiques ou l’analyse approfondie des monuments. La même remarque est valable pour les archéologues qui s’en tiennent, pour l’essentiel, à des terrassements et à une analyse rapide des structures. Seules les sépultures sont fouillées avec un certain soin.

3.1 Le xixe siècle

3.1.1 Artaud et la prospection archéologique systématique

3Au début du xixe s., A.‑F. Artaud dispose de nouvelles sources. Pendant des années, il a suivi tous les travaux qui se faisaient à Lyon et personne mieux que lui ne connaît le sous‑sol de la ville ; il a également lui‑même procédé à des fouilles (Artaud 1846 : 259).

4En ce qui concerne les édifices religieux, il a assisté à la démolition de Saint‑Étienne et de Sainte‑Croix. Près de Saint‑Étienne, « on a rencontré un hypocauste » (op. cit. : 189) ; « l’église elle‑même était reconstruite en pierre de Pommiers et il fallait descendre de six à sept marches pour arriver à son ancien pavé, orné de mosaïques » (op. cit. : 185). Il mentionne également les travaux effectués en 1736 sous les ruines des Macchabées « dans le jardin du sieur Coindre » où l’on reconnaît encore « les restes du chevet de cette ancienne église » dont les marbres « ont servi à décorer celle du Grand Collège » ; vis‑à‑vis de la maison de Mme Nouvellet, « on a découvert une ancienne chapelle ou plutôt une crypte, de Saint‑Just ou des Macchabées » (op. cit. : 38‑39). L’auteur rapporte encore sa visite d’octobre 1833 dans la crypte de Saint‑Nizier, là où se trouvent le caveau de saint Pothin et la crypte d’Ennemond. Sa description reste toutefois imprécise. Il semble avoir repéré l’ancienne église Saint‑Michel d’Ainay : « au commencement de la rue Saint‑Martin, nous avons reconnu les fondements de l’église que nous venons de nommer et qui, dit‑on, existait encore aux trois quarts il y a environ soixante et dix ans. On voit qu’elle a été assise sur de gros blocs de choin qui ont fait partie d’un édifice antique » (op. cit. : 165‑166). A.‑F. Artaud procède également, nous l’avons vu, à des fouilles sur les pentes de la colline de la Croix‑Rousse. Malheureusement, il suggère l’existence d’une naumachie et non d’un amphithéâtre. C’est l’origine d’un conflit qui va durer plus d’un siècle et rebondir lors de la découverte des premiers vestiges du théâtre de Fourvière.

5Après lui, les archéologues lyonnais ont été avant tout des antiquaires. Le travail a repris à l’amphithéâtre et les recherches les plus importantes ont été effectuées à Trion où fut dégagée toute une nécropole avec des monuments funéraires encore intacts (Allmer, Dissard 1888). De grands catalogues d’inscriptions et de sculptures furent réalisés à cette époque. Ces ouvrages ne concernent qu’exceptionnellement notre sujet, lorsqu’ils touchent aux problèmes d’histoire religieuse (Allmer, Dissard 1888‑1893).

3.1.2 Ouvrages d’ensemble et monographies

6Le xixe et le début du xxe s. ont également vu se multiplier les ouvrages d’ensemble sur les vieux quartiers et sur les anciens monuments lyonnais. Ces ouvrages collectifs sont surtout intéressants par leurs illustrations. Il est rare en effet d’y trouver des articles de fond originaux. Citons parmi ces ouvrages le Lyon ancien et moderne de Boitel (Boitel, Leymarie 1833‑1843). J.‑B. Martin écrit en 1908 une monumentale Histoire des églises et des chapelles de Lyon à laquelle participent les plus grands historiens lyonnais comme L. Bégule, J. Beyssac, A. Bléton, A. Poidebard (Martin 1908). Les études sont sérieuses, mais plus tournées vers l’aspect actuel des édifices que vers les origines des églises ou des abbayes ; on ne trouve donc guère de nouveautés pour les périodes les plus hautes.

7Les monographies sont nombreuses au xixe s., mais pas toujours d’un grand intérêt. On pourrait citer des ouvrages sur Saint‑Paul et sur l’Île‑Barbe (Niepce 1890 ; Duplain, Giraud 1899). Le plus intéressant nous semble être celui de D. Meynis. Dans son livre, publié en 1880, sur la Montagne Sainte, ce dernier traite à peu près exclusivement de l’église Saint‑Irénée (Meynis 1880). Il rappelle tout d’abord les documents anciens, en particulier les mosaïques de l’église basse et de l’église haute (op. cit. : 32, 33, 68). Ses descriptions de vestiges sont précises et assorties de plans et d’élévations ; sa peinture de la façade primitive, avec son escalier central bordé de dix chapelles, s’appuie sur des gravures du xvie s. et du xixe s. (De tristibus Galliae, Cailhava, Perrin 1840 : 5 ; gravure de M. Grobon : façade de l’ancienne église Saint‑Irénée). Il suggère l’existence d’un péristyle formant cour, en avant de l’édifice (op. cit. : 57).

8Il admet que le passage des protestants n’est pas aussi dramatique pour l’église de Saint‑Irénée que pour celle de Saint‑Just : la crypte, privée de ses colonnes et dépouillée de ses mosaïques (Meynis 1880 : 80), est restaurée en 1635, date à laquelle on trouve six sarcophages de plomb devant les autels d’Épipode et d’Alexandre (op. cit. : 82‑88). L’église haute est remise en état au xviie s. avant d’être reconstruite en 1824 et agrandie vers l’est. La mosaïque avait déjà disparu avant la Révolution. La crypte est restaurée vers 1863 et reçoit ses colonnes en granit rouge (op. cit. : 94‑95). D. Meynis rappelle enfin que des fouilles furent exécutées dans le chœur en 1855 (op. cit. : 106‑109), que le Puits des Martyrs fut ouvert en 1 860. Il nous décrit une maçonnerie circulaire de cailloux sur 40 cm de profondeur qui, évidé en dessous, menaçait de s’effondrer. Le sondage, descendu à 2 m de profondeur, jusqu’au sol vierge, montre bien qu’il ne s’agissait pas d’un puits (op. cit. : 121‑123).

3.1.3 Les grands problèmes archéologiques

9Les origines légendaires des basiliques suburbaines sont toujours admises sans discussion jusqu’à la fin du siècle. D’après le chanoine Comte, Vocius contribue de ses deniers à la construction de l’édifice des Macchabées en 314 et l’église des Saints‑Apôtres est élevée vers 360 sur la crypte de la Vierge (Comte 1893 : 22). La plupart des auteurs font remonter aux premiers siècles de notre ère des édifices comme Saint‑Irénée, Saint‑Nizier (la crypte) et Ainay (Sainte‑Blandine) (Saint‑Andéol 1864).

10Le problème des cryptes a beaucoup attiré les historiens ; pour certains toutes les églises anciennes possédaient une crypte. L’abbé Boué, dans ses Notes historiques et archéologiques de Lyon, décrit les cryptes de Saint‑Nizier, Sainte‑Blandine et Saint‑Irénée (Boué 1841 : 342). La description de Sainte‑Blandine est sans intérêt ; celle de Saint‑Nizier, en revanche, est d’une précision utile pour reconstituer l’édifice disparu : sur un carré de 4 m de côté se greffent quatre absidioles de 2,50 m d’ouverture et de 1,75 m de profondeur (fig. 4). On y accède par deux escaliers latéraux. Une tombe en forme d’auge est installée à la hauteur de la naissance des voûtes de l’abside, elle est sans doute consacrée à Ennemond. L’abside ouest a été ouverte par l’architecte Pollet pour donner accès à des caveaux récents. La crypte de Saint‑Irénée, antérieure à Grégoire de Tours, aurait été réparée et embellie par Patiens. L’abbé Boué nous rapporte que l’architecte Benoît avait constaté que les arcs étaient composés de briques et de pierres. Il a lui‑même vu dans les collatéraux « deux petites parties de pavé en marbre à compartiments triangulaires noirs et blancs [...] ».

FIG. 4 – Saint‑Nizier : crypte orientale de Saint‑Pothin (d’après le dessin de Steyert ; Meynis 1886 : 510).

11En 1865, le vicomte de Saint‑Andéol part de l’idée que la plupart des églises lyonnaises possédaient un baptistère (Saint‑Andéol 1865 : 561‑593). La crypte de Saint‑Nizier aurait été un baptistère à quatre absides, le sarcophage d’Ennemond devenant la cuve baptismale. La crypte de l’église de Saint‑Irénée renfermerait également une cuve baptismale de 1 m de diamètre et de 0,40 m de profondeur. Léon Maître, en revanche, se refuse à voir dans le Puits des Martyrs la cuve baptismale : c’est l’orifice où l’on allait chercher la terre rougie par le sang des martyrs, réclamée par les fidèles (Maître 1902‑1903 : 448‑462, 961‑967). À cette époque, se répand également l’idée que la cathédrale Saint‑Jean a succédé à un ancien baptistère (Cochard 1826).

12Le problème de la localisation du groupe épiscopal primitif n’a pas évolué depuis le xviiie s. et D. Meynis, par exemple, continue à situer le premier siège épiscopal à l’église des Macchabées (Meynis 1886 : 80‑81). D’autres problèmes de localisation continuent à se poser. A. de Boissieu, dans son ouvrage sur Ainay, son autel, son amphithéâtre et ses martyrs, reprend en 1864 les textes de Grégoire de Tours pour situer à Ainay le lieu du martyre et l’église des Apôtres (Boissieu 1864). La querelle de l’amphithéâtre, et donc la question du lieu de martyre de 177, rebondit d’ailleurs en 1887, lorsque M.‑A. Lafon, professeur de mathématiques, commence à dégager les vestiges d’un grand monument à gradins sur les pentes de Fourvière et, calculant une ellipse, propose d’y voir l’amphithéâtre des martyrs (Wuilleumier 1935 : 9‑47). La question n’est définitivement réglée qu’en 1958 (Guey, Audin 1962 : 117‑145 ; 1963 : 125‑154 ; 1964 : 36‑61).

13Enfin les érudits du xixe s. mentionnent des découvertes effectuées au cours de travaux d’aménagement ou de restauration. D. Meynis, dans ses Grands souvenirs de l’Église de Lyon, décrit la crypte de Saint‑Nizier (Meynis 1886 : 509‑512), description qui concorde avec celle du Vicomte de Saint‑Andéol (Saint‑Andéol 1864 : 47‑59). Dans ses Anciennes églises paroissiales de Lyon, il signale les vestiges mis au jour à Saint‑Paul et à Saint‑Georges (Meynis 1870). Enfin, dans son Petit portefeuille lyonnais, il mentionne des travaux effectués dans l’enclos des religieuses de Notre‑Dame des Victoires « vers le haut de la colline de Saint‑Irénée », en fait à l’emplacement de l’ancienne église de Saint‑Just (Meynis 1884).

3.2 Fin xixexxe siècles

14Si les historiens anciens se sont tous contentés de reproduire les affirmations de leurs prédécesseurs, le renouveau de la fin du xixe s. a pour fondement l’étude des inscriptions funéraires ou l’analyse des documents de façon plus méthodique. Il faudra toutefois attendre 1935 pour que l’on procède, à Lyon, à une fouille d’édifices religieux.

3.2.1 Recueils d’épigraphie

15La fin du xixe s. est l’âge d’or des grands recueils épigraphiques et A. Allmer (1815‑1899), maître incontesté de l’épigraphie lyonnaise, prend le relais des grands précurseurs comme J. Spon. Percepteur à Septême, il travaille d’abord sur les inscriptions viennoises ; nommé à Saint‑Priest, il s’occupe plus particulièrement des objets lyonnais. Remarquable par la précision de ses relevés, il collabore avec E. Le Blant pour le volume régional de son Nouveau recueil des inscriptions chrétiennes de la Gaule. Il lui envoie de nombreux fac‑similés et participe avec O. Hirschfeld au tome XII du CIL, paru en 1888. Il publie enfin avec P. Dissard, conservateur du musée de Lyon, les cinq volumes des Inscriptions antiques du musée de Lyon (Allmer, Dissard 1888‑1893). Des contemporains, comme A. de Boissieu et E.‑C. Martin‑Daussigny, s’intéressent également aux inscriptions chrétiennes (Boissieu 1840 ; Martin‑Daussigny 1857).

3.2.2 Études d’archives

16Les études d’archives et les analyses de textes anciens connaissent un véritable renouveau avec M.‑C. et G. Guigue, qui se sont occupés, avant tout, des publications d’obituaires ou de cartulaires ; M.‑C. Guigue a également rédigé des études sur certaines manifestations spécifiquement lyonnaises, comme la Fête des Merveilles, pour laquelle il cite longuement les coutumiers médiévaux, ou des analyses de catégories très particulières de constructions, comme les recluseries (Guigue 1875 ; 1876 ; 1879 : 115‑ 117 ; 1880b ; 1886 : 73‑117, 153‑208 ; Guigue 1893 ; 1897). M.‑C. et G. Guigue ont ainsi puissamment contribué au renouveau des études historiques lyonnaises.

17A. Steyert s’est lui aussi beaucoup occupé des sources. Ses études d’archives sont parfois sujettes à caution, mais il est passionné par les problèmes de construction. Dans sa Nouvelle histoire de Lyon (Steyert 1895‑1899), il critique les datations des plus anciennes églises de Lyon qu’il placerait plus volontiers au xe qu’au ive s. Un seul monument trouve grâce à ses yeux : le portail d’Ainay, où une base à décor de chevrons remonterait, d’après lui, à l’époque mérovingienne. Il replace la crypte de Saint‑Irénée à une période qui ne serait pas antérieure à l’époque carolingienne et situe la chapelle de Sainte‑Blandine d’Ainay au xe s. (op. cit., I : 572, 575 ; II : 27, 147,295).

18L’abbé Sachet est l’homme d’un seul ouvrage. Pendant toute son existence, il s’est attaché à comprendre la vie de la cathédrale, à partir de l’étude du Pardon annuel de la Saint‑Jean. Par souci d’exhaustivité, il a été amené à replacer le pardon dans son cadre, celui du groupe épiscopal et du quartier Saint‑Jean –en particulier du cloître– et même de l’ensemble de la ville. Dans son Pardon annuel de la Saint‑Jean (Sachet 1914‑1918), l’abbé Sachet fait d’abord mention de deux découvertes intéressantes à l’intérieur et au nord de l’église Saint‑Jean. Ainsi, à la fin du xixe s. et au cours de la construction des conduits de chauffe, les ouvriers rencontrèrent une structure semi‑circulaire qui fut identifiée comme l’abside de l’église primitive (op. cit. : 5). À l’extérieur et sur le flanc nord de la cathédrale, la rue Saint‑Étienne fut percée pour l’installation d’un égout (op. cit. : 43). Les terrassiers rencontrèrent à l’intersection de la rue Saint‑Étienne et de la rue Mandelot une abside en briques de faibles dimensions, bordée à l’est par un mur plat aux moellons liés par du mortier blanc. Cette abside fût considérée comme étant celle de l’église Saint‑Étienne. Fait révélateur, celle‑ci semble avoir conservé pendant longtemps les traces de son affectation primitive : jusqu’au xviie s., la bénédiction des fonts baptismaux et l’administration du baptême se faisaient en l’église Saint‑Étienne. Après 1615, date du transfert des fonts à Sainte‑Croix, église paroissiale, le baptême des juifs et des musulmans convertis continua à se faire par immersion à Saint‑Étienne. À Sainte‑Croix, nous suivons avec une certaine précision les reconstructions d’un édifice ancien, qualifié de vétuste, et l’établissement de chapelles ou de bâtiments annexes tout autour de l’église et, en particulier, entre l’église Sainte‑Croix et l’église Saint‑Étienne.

19L’historien lyonnais le plus important pour la connaissance des édifices chrétiens est sans conteste A. Coville qui étudie l’histoire religieuse de Lyon entre le ve et le ixe s. Dans ses Recherches sur l’histoire de Lyon (Coville 1928), il essaie d’élaborer une topographie religieuse de Lyon au cours du haut Moyen Âge. Il reprend le travail de M.‑C. Guigue en le complétant, poursuit la critique des documents anciens et élabore une synthèse. Il replace la donation de Girard et de Gimbergia au monastère de Saint‑Pierre, non en 586, mais au xe s. (op. cit. : 251). Il corrige quelques interpolations du Rapport de Leidrade à Charlemagne, en particulier la phrase concernant le monastère de Sainte‑Eulalie : « unam quidem in honorem sancte Eulalie ubi fuit monasterium puellarum in honorem sancti Georgi quem de novo operui » (op. cit. : 521). Ses synthèses sur les édifices de Lyon entre le ve et le ixe s. sont d’une grande richesse ; il rassemble en particulier les textes anciens qui s’y rapportent. Un des premiers, il applique à la cathédrale le texte de Sidoine Apollinaire (op. cit. : 452) et en déduit que l’église était orientée (op. cit. : 450) ; il maintient également à Saint‑Nizier l’ancien vocable des Apôtres, mais se refuse à en faire le premier siège épiscopal de Lyon (op. cit. : 454),

20Parmi les historiens qui ont continué l’œuvre de A. Coville, citons C. Perrat et A. Audin. Ils ont tous deux analysé les textes anciens se rapportant à Saint‑Irénée, en particulier la dédicace d’une église supérieure par Avitus (Perrat, Audin 1957 : 433‑451). C. Perrat a également rédigé une étude sur les listes épiscopales et les premiers édifices de Lyon ; il voit, entre autres, l’origine de l’abbaye d’Ainay dans le tombeau d’Helius qui aurait pu se situer dans la plaine, et qu’il faudrait rattacher à un culte des martyrs arméniens (Perrat 1972 : 1230). H. Hours, archiviste de la ville, s’est entre autres occupé des archives de la cathédrale Saint‑Jean. Son recueil d’archives de l’archevêché et de quelques abbayes lyonnaises facilite le travail des historiens ; malheureusement son ouvrage ne concerne guère les périodes les plus anciennes (Hours 1959). Enfin J. Picot, qui a travaillé sur les archives de Saint‑Pierre‑les‑Nonnains et sur celles de l’lle‑Barbe, s’est surtout attardé sur la fin du Moyen Âge (Picot 1952 ; 1970).

3.2.3 Études de topographie

21Les historiens du xixe s. n’ont guère abordé les problèmes de topographie, sinon à la manière traditionnelle en situant, par exemple, le siège épiscopal primitif à Saint‑Nizier ou à Saint‑Just. Parmi les rénovateurs de la connaissance de la topographie lyonnaise, citons B. Vermorel, agent‑voyer dont les ouvrages n’ont malheureusement pas été publiés et M.‑C. Guigue qui s’est intéressé à ces problèmes en collaboration avec A. Steyert. Ce dernier et B. Vermorel se sont attachés à replacer exactement sur le terrain des édifices mal localisés. B. Vermorel, qui a surtout étudié le quartier de Fourvière et le quartier d’Ainay, nous aide à repérer la recluserie de Sainte‑Hélène qui existait encore en 1677 (nos 38‑40 de la rue Sainte‑Hélène) et à reconstituer l’histoire des rues Martin et Sainte‑Colombe où s’élevait autrefois l’église Saint‑Michel (Vermorel 1879 : no 1). De même, A. Steyert replace exactement cette église dans son cadre topographique (Steyert 1884 : 46). Il tente également dans sa Nouvelle histoire de Lyon des reconstitutions de la ville aux différentes époques : plan de Lugdunum à l’époque romaine, occupation burgonde et carolingienne (Steyert 1895‑1899 : I, fig. 755 ; II, fig. 23 et fig. 135). Ses reconstitutions d’édifices ne sont pas à négliger : la basilique des Saints‑Apôtres avec un grand portique en façade occupant tout le parvis, le cloître de Saint‑Jean avec son tracé oblique par rapport à la cathédrale actuelle, et la reconstitution de l’église elle‑même au xie s. (op. cit. : I : 575 ; II : 295).

22Plus près de nous, A. Audin puis P.‑A. Février ont abordé ces questions (Audin 1956 ; Février 1974 : 62‑64). Plusieurs problèmes topographiques ont été éclaircis au cours des xixe et xxe s., d’autres prêtent encore à discussion, comme l’existence d’une enceinte réduite et l’emplacement du confluent.

23En 1882, un des problèmes les plus épineux de l’historiographie lyonnaise, celui du lieu du martyre de 177, prend un sens nouveau. En effet, le texte de Grégoire de Tours est réinterprété par le baron Raverat (Raverat 1880) qui retrouve des archives mentionnant un Puy d’Ainay sur le promontoire de la colline de Saint‑Just (accord de 1284 entre le prieur de Saint‑Irénée et le chapitre de Saint‑Just). Ce serait donc d’après lui à proximité du forum, du prétoire et des prisons qu’auraient été décapités les citoyens romains et non à l’île des Kanabae.

24L’enceinte réduite n’a jamais été repérée. Il faut donc se borner à des hypothèses. Ainsi, on doit à Guigue l’idée d’une enceinte qui suivrait le bas de la colline de Fourvière à l’emplacement des rues Juiverie, du Bœuf, Tramassac et Saint‑Georges (Guigue 1886 : 61‑73). B. Vermorel, quant à lui, situe l’enceinte réduite à mi‑pente de la colline de Fourvière (Vermorel 1881a ; 1881b ; s.d.). A. Audin, dont nous parlerons surtout à propos des fouilles récentes, s’est beaucoup intéressé à la topographie, en particulier au problème de l’enceinte qui n’aurait guère changé de tracé entre le Haut et le Bas‑Empire (Audin 1956 : 31‑34 ; 1968 : 7‑16) et à celui de l’amphithéâtre, qui ne fut réglé qu’en 1933 lorsque les fouilles du théâtre furent suffisamment avancées, puis en 1958 lorsque J. Guey et A. Audin découvrirent au fond d’un puits l’inscription dédicatoire de l’amphithéâtre, là où la raison voulait qu’il fût, c’est‑à‑dire sur les pentes de la Croix‑Rousse (Audin 1956 : 156‑158 ; Guey, Audin 1970 : 67‑89). C.‑R. Brühl insiste sur deux aspects essentiels : les enceintes et les palais (Brühl 1975b : 201‑222). Pour Lyon, il présente les différentes théories sur l’enceinte réduite, sans rien apporter de nouveau et situe le palais des rois burgondes à l’emplacement du palais de justice actuel, ancien Palais de Roanne : le palais épiscopal et le palais royal auraient donc été voisins.

25Jusqu’à ces dernières années, le quartier d’Ainay était considéré comme une île à l’époque gallo‑romaine, mais la configuration exacte du confluent était difficile à déterminer. Les plans de A. Steyert sont très imprécis, B. Vermorel élimine la possibilité d’un bras du fleuve aux Terreaux et A. Allmer, s’appuyant sur l’existence d’un quai romain sous la rue Mercière, propose un bras de la Saône, qui se jetterait dans le Rhône au niveau de la place Bellecour (Allmer, Dissard 1888‑1893 : 616). Marins Audin lui apporte la contradiction, bientôt suivi par son fils Amable. Pour eux, c’est le Rhône qui détacherait une partie de ses eaux vers la Saône, entre Saint‑Bonaventure et les Jacobins (Audin 1919 ; 1947 : 99‑103 ; 1965 ; 154).

3.2.4 Les historiens d’art

26Parmi les historiens d’art de la fin du xixe s., le plus important est sans conteste L. Bégule, dont la monographie sur la cathédrale Saint‑Jean de Lyon n’a pas connu d’équivalent avant les recherches de A. Chagny sur Ainay (Bégule 1880 ; Chagny 1935). L’étude d’archives est faite par M.‑C. Guigue, qui voit dans les travaux de Gaucerand (début du xiie s.) les origines de la construction de la cathédrale actuelle. La monographie de Saint‑Jean ne concerne guère que la cathédrale romane et gothique, et L. Bégule ne s’intéresse pas au groupe épiscopal primitif.

27L’ouvrage de A. Chagny nous touche plus directement par les travaux d’archives effectués par l’auteur. Ceux‑ci concernent les périodes anciennes comme les restaurations récentes, à Saint‑Michel d’Ainay aussi bien qu’à Sainte‑Blandine ou Saint‑Martin. A. Chagny rectifie l’erreur de A. Steyert et restitue le portail primitif à sa vraie place, c’est‑à‑dire au xiie s. et non à l’époque mérovingienne ; il essaye également de faire le tri entre les récits légendaires de la fondation de l’abbaye et les faits réellement attestes. Décrivant l’église Saint‑Michel d’Ainay, il s’aventure quelque peu quand il suppose un édifice de plan circulaire (Chagny 1935 : 4). Son étude de Sainte‑Blandine est bonne, mais son argumentation reste hésitante sur les fonctions premières de l’édifice et sur son évolution architecturale (Reynaud 1997).

28Après A. Chagny, les historiens de l’art n’ont guère ajouté à la connaissance des édifices anciens de Lyon. L’étude de l’abbé Macé sur la chapelle des Bourbons se rapporte à une construction de la fin du Moyen Âge et le congrès archéologique de 1935 ne s’arrête ni à Saint‑Nizier, ni à Saint‑Irénée.

29Les travaux de R. Jullian ne traitent que des objets du musée ou d’éléments architecturaux comme la coupole de Saint‑Paul (Jullian 1954 ; 1958 : 133‑146).

3.3 Les édifices religieux et les archéologues lyonnais

30Si l’archéologie lyonnaise est née au xvie s., et si Lyon a connu beaucoup « d’antiquaires » spécialistes des inscriptions, des sculptures ou des monnaies, ce n’est qu’au xixe s. que l’on procède à des dégagements importants de monuments comme l’amphithéâtre et le théâtre, travaux qui dureront jusqu’à nos jours. Certains archéologues continuent à s’occuper des inscriptions ; d’autres comme P. Fabia et G. de Montauzan s’intéressent tout particulièrement aux aqueducs. L’étude des édifices religieux du haut Moyen Âge apparaît donc comme un aspect annexe de la compréhension de Lugdunum. Les fouilleurs recherchent l’efficacité et les terrassements sont faits par des ouvriers surveillés par des architectes ou par des amateurs d’antiquités.

31L’architecte R. Le Nail n’a pas hésité à vérifier sur le terrain ses hypothèses de travail. Ainsi, il a procédé à des fouilles assez importantes rue des Farges, à l’emplacement des anciens thermes romains, et à Saint‑Just où il prétend avoir retrouvé la façade de l’église avec toutes ses campagnes de construction, des fragments de sculpture dont une tête de Christ et des sarcophages monolithes (Le Nail 1912). Ses reconstitutions figurent dans les ouvrages de l’abbé Martin sur les églises de Lyon (Martin 1908 : I, 20). Parmi elles, nous choisirons celles de Saint‑Just et du groupe cathédral. La reconstitution de Saint‑Just à la fin du Moyen Âge, faite d’après le Plan scénographique, se trouve donc assez exacte ; par contre, le dessin étant antérieur aux fouilles de 1914, l’église est placée dans le prolongement de la place du Bœuf Couronné, donc décalée vers le sud. R. Le Nail a également reconstitué le groupe cathédral, mais avec des documents cette fois insuffisants. Comme il ne connaissait ni le plan du xviiie s., ni les travaux de Sachet, il représente Sainte‑Croix et Saint‑Étienne comme de petits édifices à nef unique.

32Les premières grandes découvertes archéologiques se situent en 1935. On ouvre alors la croisée du transept de la cathédrale pour retrouver les vestiges de l’abside primitive signalés, nous l’avons vu, par l’abbé Sachet (Sachet 1914‑1918 : I, 5). Bientôt apparaissent deux murs semi‑circulaires et des fragments de mosaïque. L’abbé Macé, qui supervisait les travaux, et bientôt M. Aubert voient dans ces structures les restes de la première cathédrale, commencée par Alpinus et terminée par Patiens (Aubert 1936 : 54‑59 ; Macé 1936).

33Au lendemain de la guerre, on trouve réunis à Lyon un certain nombre de chercheurs : P. Wuilleumier, W. Seston, C. Perrat, A. Leroi‑Gourhan et A. Audin, qui mènent à bien en 1947, 1951 et 1957 deux véritables fouilles –à Saint‑Laurent‑de‑Choulans et à Saint‑Irénée– et contribuent très largement à faire progresser notre connaissance des premiers temps de l’Eglise de Lyon (Wuilleumier et al. 1949). On peut seulement regretter que l’équipe d’universitaires, d’archéologues et d’anthropologues ait manqué de temps pour terminer son travail, en particulier à l’est de Saint‑Laurent‑de‑Choulans. En 1951, P. Wuilleumier, J. Guey et A. Leroi‑Gourhan participent, avec A. Audin, à des travaux au nord de l’église de Saint‑Irénée, dans la nécropole (Audin 1960a : 9‑16). La zone fouillée est relativement vaste et les sépultures dégagées se comptent par dizaines. En 1957, A. Audin et C. Perrat suivent les travaux de restauration de la crypte et fouillent l’intérieur de l’abside. Ainsi sont mises en évidence d’une part des structures antérieures à l’édifice actuel, d’autre part les fondations de l’abside et son évolution au cours des siècles (Perrat, Seston 1947 : 139‑159 ; Audin, Perrat 1959 : 8‑118 ; Audin 1960a : 9‑16).

34Enfin, le problème lyonnais a été abordé au cours des séminaires de la topographie chrétienne dirigés par N. Duval, P.‑A. Février et C. Piétri, pour en conclure que l’église Saint‑Étienne du groupe épiscopal n’aurait pas changé de vocable au cours des siècles et que l’Obituaire devrait désormais être considéré comme une source trop tardive pour être fiable (Février et al. 1986). L’étude des textes a été reprise (traduction, interprétation) pour tirer le meilleur parti possible des documents de base.

3.4 Conclusion

35La présentation des documents actuellement disponibles nous permet de faire le point sur la situation. Trois problèmes essentiels se posaient, et nous verrons qu’ils se posent parfois encore : la localisation des édifices disparus, la datation des édifices conservés et enfin l’évolution des monuments au cours des siècles.

36En 1970, de nombreux édifices étaient mal situés dans l’espace : par exemple Saint‑Just, Saint‑Étienne et Sainte‑Croix. Pour ceux‑là le problème a été résolu. Pour d’autres édifices, l’emplacement primitif reste encore inconnu (cryptes d’Hélius, de Minerve et d’Eléazar) ou peu précis (La Madeleine, Saint‑Barthélemy, Notre‑Dame‑de‑la‑Saunerie, Saint‑Michel d’Ainay, Saint‑Pierre, Saint‑Romain). Les édifices détruits par les protestants en 1562, tombés en ruines au xviiie s. ou détruits au xixe s. avaient souvent été découverts à la suite de l’extension de la ville, mais les travaux à Saint‑Just et à Saint‑Laurent ont montré que, dans certaines conditions, on pouvait encore retrouver aujourd’hui des vestiges importants.

37Les édifices connus étaient datés d’après un caractère jugé déterminant, comme la présence de briques dans la construction, ou d’après un détail de modénature qui était mis en rapport avec le texte le plus ancien concernant l’édifice. C’est ainsi que l’on datait du ve s. les cryptes lyonnaises attribuées à Patiens, de même que les absides de Saint‑Jean ou la basilique de Saint‑Laurent. Il va de soi que l’on se réfère maintenant à des arguments plus solides.

38L’historien, l’historien d’art et l’archéologue se heurtent depuis toujours au même problème, celui de la compréhension d’un édifice qui évolue dans le temps : le monument étant vivant, périodiquement restauré et recouvert d’enduits, il nous parvient très mutilé, a fortiori quand il a été transformé en immeuble d’habitation, comme la nef de Sainte‑Croix englobée dans des immeubles du xixe s. Les descriptions anciennes, du xvie s. à nos jours, montrent le danger des analyses trop rapides et le risque des fouilles partielles alors qu’il nous a fallu plus de dix ans de recherches sur le terrain pour être à même d’éclairer certains problèmes concernant Lyon grâce aux découvertes qui se sont multipliées à partir des années 70. On doit aussi insister sur la nécessaire fiabilité des points de comparaison, et l’on ne dira jamais assez tout ce que l’on doit aux fouilles de nos amis suisses.

Table des illustrations

Légende FIG. 4 – Saint‑Nizier : crypte orientale de Saint‑Pothin (d’après le dessin de Steyert ; Meynis 1886 : 510).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44308/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 58k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search