Version classiqueVersion mobile

Lugdunum christianum

 | 
Jean-François Reynaud

Partie I. La ville et son histoire

Chapitre 2. Les sources de 177 au xviiie s

Texte intégral

1Les textes du haut Moyen Âge, concernant l’histoire des premiers temps de l’Église de Lyon, sont relativement abondants : témoignages directs, vies de saints, martyrologes, listes épiscopales, obituaires et documents d’archives, malgré les disparitions dues aux protestants et aux révolutionnaires (Coville 1928 : 297‑416 ; Février et al, 1986). Ainsi, les témoignages directs –lettres ou récits des contemporains– contiennent parfois des descriptions d’édifices religieux. Les plus importants sont ceux de Sidoine Apollinaire et de Grégoire de Tours pour les périodes les plus anciennes, et ceux de Leidrade et de Florus pour l’époque carolingienne. Les vies et les passions des saints sont l’œuvre d’auteurs dont certains ont écrit aux ve ou vie s. et sont donc parfois des témoins directs. Ces textes, qui suggèrent une grande précocité du culte des martyrs ou confesseurs, donnent malheureusement plus d’indications sur l’origine des cultes que sur la topographie et les monuments. Il en est de même pour les martyrologes dont des études récentes ont éclairé les origines et montré la valeur documentaire. Les listes épiscopales figurent souvent en première page des obituaires dont elles constituent un complément fort utile. Les épitaphes, nombreuses à Lyon (150 environ), renseignent parfois sur les personnalités éminentes de l’Église de Lyon mais le plus souvent fournissent seulement les noms des plus humbles fidèles. Les ensembles d’épitaphes, quand celles‑ci sont conservées dans leur contexte archéologique (par exemple à Saint‑Laurent‑de‑Choulans), permettent aussi de mieux comprendre le rôle et la fonction de certaines églises funéraires et parfois de connaître leur vocable. Quelques chartes du haut Moyen Âge nous aident également dans notre travail : rares avant Charlemagne, elles deviennent plus nombreuses du ixe au xie s. ; nous ne retiendrons que les donations, dédicaces ou indulgences concernant les constructions d’édifices.

2.1 La persécution de 177

2● La Lettre des chrétiens de Vienne et de Lyon... (Eusèbe de Césarée, Bardy 1955, 6‑28).

3Déjà mentionnée dans le chapitre précédent, elle est la première source dans l’ordre chronologique, et l’une des plus importantes pour connaître la topographie de Lugdunum. Elle est envoyée en Asie par l’Église de Lyon et de Vienne au moment des persécutions de 177 (Coville 1928 : 297‑416 ; Février et al. 1986). Connue en Gaule par la traduction assez libre en latin de Rufin, elle rapporte le récit du martyre des chrétiens de Lyon et de Vienne (Rufin, Mommsen 1908 : 403‑433) ; le texte a été utilisé par la suite dans les chroniques et les martyrologes. Cette longue missive donne quelques indications topographiques sur l’emplacement du tribunal que certains situeraient sur la colline de Fourvière (lors de la reprise du procès, le gouverneur fait « monter » les condamnés à son tribunal). La plupart des chrétiens sont livrés aux bêtes à l’amphithéâtre, très probablement celui des Trois‑Gaules, qui a été retrouvé sur les pentes de la colline de la Croix‑Rousse au‑dessus de la presqu’île ; les citoyens romains semblent avoir souffert le martyre par décapitation ailleurs qu’à l’amphithéâtre. Quoi qu’il en soit de l’emplacement du martyre, aucun indice ne permet de situer, à proximité immédiate, un culte aux Martyrs de Lyon.

2.2 Sources littéraires et épigraphiques du iv au viie siècle

2.2.1 iveve siècles

4● Vies de saint Just – Vita S. Justi (BHL : 4599‑4600 ; AA SS, sept., I : 373‑376).

5Nous possédons deux vitae ; la première est traditionnellement considérée comme la plus ancienne et datée par L. Duchesne et A. Coville du ve s., mais Marillier considère que la plus crédible est la vita prolixior et qu’elle n’est pas antérieure à l’époque carolingienne (Duchesne 1894‑1899 : 162 ; Coville 1928 : 441‑444 ; Février et al. 1986 : 18, source A). Cette vie raconte que l’évêque Justus abandonna son siège à la suite d’un incident relatif au droit d’asile ecclésiastique (sous la pression d’une révolte populaire, un criminel réfugié dans l’ecclesia avait été remis par lui contre promesse de vie sauve et fut mis à mort). Cet épisode montre que le droit d’asile était appliqué en Gaule mais qu’il était difficile à assurer en face des pressions populaires ou de l’autorité civile (BS, VII, col. 31‑32). Après avoir participé à un concile en Italie, il avait refusé de se rendre à Lyon par crainte d’être retenu par les fidèles et serait parti en Égypte après s’être retiré à Tournon. Effectivement, Justus assista au concile d’Aquilée en 381 (il siégeait déjà sans doute en 374 lors du concile de Valence). Il a pu rencontrer Rufin à Aquilée et être convaincu par lui ou par d’autres fervents du monachisme égyptien de se consacrer à la vie ascétique. Il vécut en ermite avec le lecteur lyonnais Viator, reçut la visite de Martinus, prêtre de Lyon, et serait retourné avec lui temporairement à Lyon. Justus mourut en Égypte et son corps fut rapatrié à Lyon dans la basilique dédiée aux Macchabées qui prit ensuite son nom (cf. infra, Part. II, § 2.1.1). Le chanoine Marillier suppose qu’il a pu, en fait, mourir à Lyon en y apportant le culte des Macchabées, mais cette hypothèse ne repose sur aucune véritable preuve et se trouve en contradiction avec la fête du 4 août qui célèbre le retour de son corps en provenance d’Égypte. L’Église lyonnaise lui a consacré quatre fêtes (4 août, 2 septembre, 14 et 21 octobre). Seule la célébration du 14 octobre est connue dans le martyrologe romain (certains martyrologes fêtent son retour d’Égypte).

6● Lettres de Sidoine Apollinaire – Epistulae, II, 10, ecclesia ; V, 17, basilicae S. Justi (Sidoine Apollinaire, Loyen 1960 : 69‑70, 202‑205).

7Sidoine Apollinaire, qui passa une partie de sa vie à Lyon (Coville 1928 : 31‑77), décrit des monuments qu’il a sous les yeux : l’ecclesia des bords de Saône et la basilique où l’on vénérait le corps de l’évêque Justus. Ces textes, connus dès le xvie s., ont été utilisés de diverses manières par les auteurs lyonnais. Nous en reprendrons la traduction et l’analyse dans les deux chapitres concernant ces sites (cf. infra, Part. II, ş 1.1.1 et 2.1.1).

8● Homélie d’Eusèbe d’Emèse (Eusebius Gallicanus) – Homilia LV de sanctis martyribus Ephypodio et Alexandro (Eusebius Gallicanus, Glorie 1971, 635‑644).

9La date exacte de ce texte, ainsi que son rapport chronologique avec la « passion » sont inconnus. J. Leroy identifie cet Eusèbe à Fauste de Riez, d’autres à Eucher, évêque de Lyon au milieu du ve s., parce que le sermon, qui compare les deux compagnons à Pierre et Paul, paraît fait à Lyon.

10● Passion de saint Épipode et saint Alexandre – Passio SS. Epipodii et Alexandri (AA SS, apr., III, 7 ; BHL, I, 387).

11Cette passio qui pourrait remonter au ve s. suivant certains est, en fait, difficilement datable (Février et al. 1986 : 18). Les deux versions de la passion racontent que les deux amis s’étaient cachés pendant la persécution de 177. Dénoncés, ils furent torturés et mis à mort, l’un décapité, l’autre crucifié (ce qui supposerait que le premier était citoyen romain). Les deux corps, récupérés par les chrétiens, furent ensevelis dans une grotte (Martyrologe hiéronymien, 24 avril : dedicatione cryptae ubi corpora eorum requiescunt). Ils auraient été transférés ensuite à Saint‑Jean (Saint‑Irénée) à moins que la basilique Saint‑Jean n’ait été construite au‑dessus de la grotte en question (cf. infra Part. II, ch. 4, ş 4.1).

2.2.2 vie siècle

12● Épitaphes des évêques de Lyon à l’église Saint‑Nizier (vie s.).

13Les épitaphes de Saint‑Nizier figurent au procès‑verbal de visite du 23 août 1308 (édité et commenté par Guigue), rédigé à la suite d’un conflit entre le chapitre de Saint‑Nizier et les Dames de Saint‑Pierre (Guigue 1876a : 145‑158). Le procès‑verbal donne intégralement le texte des épitaphes de Nizier, Sacerdos, Rusticus, Viventiolus et Priscus ainsi que l’épitaphe d’un certain Annemundus (CIL XIII, 24201 ; Le Blant 1856‑1865 : no 19) ; cette dernière pose problème car le formulaire ne concerne pas obligatoirement un évêque et les moniales de Saint‑Pierre prétendaient au xive s. qu’Annemundus reposait dans leur église. En 1888, lors des restaurations de la crypte de Saint‑Nizier, quelques fragments d’inscriptions ont été retrouvés, en particulier des fragments de l’épitaphe de Sacerdos, ce qui prouve l’authenticité de ces textes (CC, 101, VII‑VIII, note 5). D’après Coville, ces épitaphes, postérieures à Grégoire de Tours qui ne les connaissait pas, auraient été rédigées par Florus (Coville 1928 : 250‑251). Elles ont été commentées par R. Allmer, E. Le Blant, L. Duchesne, A. Coville et, plus récemment, par M. Eleinzelmann (Heinzelmann 1976 : 98‑184) et M.‑H. Soulet (recherches en cours).

14● Rusticus (494‑501) (ILCV, 1070 ; Le Blant 1856‑1865 : 50‑51, no 21).

15L’évêque est mentionné par Ennodius dans la vie de saint Épiphane de Pavie comme allant accueillir le saint pendant un voyage qu’il fit en Gaule en 494‑495. Son épitaphe précise la date de sa mort, le 25 avril 501, ce qui correspond à la date du Martyrologe hiéronymien. Elle prouve bien que Rusticus a occupé auparavant des fonctions civiles du plus haut niveau, probablement celles de gouverneur de province.

16● Viventiolus (... 517‑518) (ILCV, 1071 ; Le Blant 1856‑ 1865 : 52‑53, no 22).

17Son épitaphe, fort abîmée en 1308, prouve qu’il a été enterré avec son frère et donne la date de sa mort, le 12 juillet, qui est aussi la date de la mention du Martyrologe hiéronymien. D’abord moine de Condate, il est peut‑être le rhéteur mentionné par Avitus. Il convoque le concile d’Epaone.

18● Sacerdos (... 549‑552) (ILCV, 1072 ; Le Blant 1856‑1865 : 55‑57, no 24).

19Son épitaphe précise qu’il a également eu des fonctions civiles du plus haut niveau, qu’il est mort à 65 ans le 11 septembre 552 à Paris (voir plus haut). Il appartient à une famille patricienne bien en cour ; son fils, Aurélien, fut évêque d’Arles.

20● Nicetius (... 553‑573) (ILCV, 1073 ; Le Blant 1856‑1865 : 57‑60, no 25).

21Il est intéressant de confronter son épitaphe à sa vie écrite par son neveu Grégoire de Tours. Elle confirme que Nicetius sort du clergé local. Il est présenté comme pater pauperum, sobrius et castus.

22● Priscus (573‑586), (CIL XIII, 24201 ; RICG, 25 ; Le Blant 1856‑1865 : 60‑61, no 26 ; Allmer, Dissard 1888‑1893 : IV, 57, 94, 114, 126, 135, 140).

23Concurrent de Aetherius pour le siège épiscopal de Lyon, Priscus appartient, d’après son épitaphe, à une famille aristocratique. Son épitaphe porte la mention de domesticus.

24● Épitaphe de Carétène (CIL XIII, 2372 ; ILCV, 46 ; Le Blant 1856‑1865 : 68 ; Allmer, Dissard 1888‑1893 : IV, 60).

  • 1 J. Spon, dans un exemplaire de ses Recherches daté de 1673 a ajouté la note manuscrite « M. Touraze (...)

25L’épitaphe de la reine Carétène (+ 506) a été recueillie dans un manuscrit du ixe s. Son lemme précise que la reine a été inhumée dans l’église de Saint‑Michel‑Archange : « que condita est Lugdunensis in basilica sancti Michaelis archangeli ». L’épitaphe décrit longuement la piété et la charité de la reine, mais reste pratiquement muette sur l’édifice1. Le Blant suppose, sans arguments déterminants, que l’auteur du texte est Fortunat (Venantius Fortunatus) ; d’autres l’ont attribué à Avitus (Le Blant 1856‑1865 : 71).

26● Homélies d’Avitus de Vienne – Homilia XXIV (MGH, AA, VI‑2, 1883, 141‑145 ; 1890, 333) ; Homilia XVII (MGH, AA, VI‑2, 1883, 125 ; Avitus, Chevalier 1890 : 319).

27Avitus est évêque de Vienne sous la domination burgonde. Son épiscopat couvre les années 490 à 525 environ (DHGE : 1205‑1208 ; Goelzer 1909). Son œuvre est d’autant plus intéressante pour l’archéologie et l’histoire de Lyon qu’il a prononcé des sermons à l’occasion de la dédicace de monuments de la région, notamment celles du baptistère de Vienne ou de l’église d’Annemasse. Avitus participa à la dédicace d’une église consacrée à saint Michel ; les auteurs lyonnais y ont vu la première mention de la basilique Saint‑Michel d’Ainay. En fait, dans les quelques fragments conservés de l’homélie qu’il prononça, il ne fait jamais mention de la cité où il se trouve.

28L’Homilia XVII dicta in dedicatione superioris basilicae se situe entre les années 513 et 516. Le manuscrit de la Bibliothèque nationale de Paris est en mauvais état et comporte trois feuillets. Dans une première partie Avitus, après avoir rappelé les circonstances de la cérémonie, le rôle protecteur des basiliques et de leurs « saints portiers », ainsi que les mérites d’un grand personnage, décrit la basilique qu’il a sous les yeux, sans nous donner ni son emplacement –on ne sait d’ailleurs pas si elle se trouve à Lyon–, ni son vocable et en utilisant des périphrases et des comparaisons qui rendent la compréhension difficile (Avitus, Chevalier 1890, 133, n° 2). En 1957, C. Perrat et A. Audin ont commenté cette homélie qui, selon eux, s’appliquait à Saint‑Irénée (Perrat, Audin 1957 : II, 433‑451). Le commentaire de ce texte sera repris dans le chapitre VII en précisant certains passages de la traduction. Il sera surtout utilisé à propos de la typologie des cryptes (cf. infra, Part. III, § 4.2.3).

29● Vie de saint Romain – Vita S. Romani (BHL, 7309 ; Martine 1968 : 250).

30Cette Vita a été rédigée à une date assez proche de la vie du saint, dans les années 520 d’après Mgr Duchesne et F. Martine, avant 515 d’après F. Masai (1971 : 43‑69). On trouve dans le paragraphe cité la mention à Lyon d’un monastère interamnis, c’est‑à‑dire entre deux fleuves. L’abbé de ce monastère se nomme Sabinus. Cette mention peut s’appliquer soit à Saint‑Michel d’Ainay, soit à l’île‑Barbe.

31● Vie des abbés d’Agaune – Vita abbatium Acaunensium {BHL, 142 ; MGH, SRM, III, 1896, 174‑181).

  • 2 Datation traditionnelle 523‑526, défendue par J.‑M. Theurillat.
  • 3 Le monastère de l’Île‑Barbe accueille Maximus, disciple de saint Martin, venu se cacher aux bords d (...)

32L’appendice donne son épitaphe. La datation haute (523‑526)2 est contestée : B. Krusch la considère comme carolingienne. La Vita abbatium Acaunensium place sous l’épiscopat de Viventiolus, au début du vie s., dans une période de grande difficulté pour la ville, le départ d’Ambrosius, monasterii Insulae Barbarae pater, pour Agaune où Hymnemodus le réclame pour la fondation du monastère. La Vita, forcément postérieure à la fondation d’Agaune (515), atteste donc l’existence du monastère de l’île‑Barbe au plus tôt vers cette date et au plus tard au moment de la rédaction de la Vita (Theurillat 1954 : 32‑42)3.

33● Passion de saint Irénée – Passio S. Herenei episcopi (BHL, 4457 ; AA SS, jun., VII, 226 ; Van Der Straeten 1961 : 456‑459).

34Cette passio fait partie intégrante d’un ensemble de passions composées à Dijon, au début du vie s. ; une tradition bourguignonne, restée inconnue du pape Grégoire le Grand, associe en effet dans le martyre Irénée et ses sept compagnons, dont Andoche et Bénigne. Cette datation est celle adoptée par Van Der Straeten (Colloque des Martyrs de Lyon 1978 : 145‑152 ; Février et al. 1986 : 19, source I).

35● Actes du concile de 549 – Concilia Galliae (CC, 148, A ; Munier 1963, II, 153, § 15).

36Le concile ratifie la donation par laquelle le roi Childebert (511‑518) et sa femme Ultrogothe fondent un xenodochium ou hospice in Lugdunensi urbi. Ces fondations pieuses servaient à accueillir les pèlerins et les pauvres.

37● Vie de saint Nizier – Vita Sancti Nicetii episcopi Lugdunensi {BHL, 6088 ; MGH, SRM, III, 1885, § 14, 521‑524).

38Cette vita, écrite avant 589‑602, à la demande d’Aetherius, successeur de Nizier sur le siège épiscopal de Lyon, mentionne à plusieurs reprises l’église où est enterré l’évêque Nicetius : « [...] in basilica quo ejus corpus veneratur » ; cette vita est connue de Grégoire de ’Fours. La basilique en question est évidemment la future église Saint‑Nizier.

39● Épitaphe chrétienne métrique de la place de la Baleine (Burnand 1984 : 225‑231).

40Cette épitaphe, trouvée récemment place de la Baleine, pourrait concerner soit un évêque, soit un abbé. La similitude avec l’épitaphe de Nizier pourrait faire pencher la balance en faveur de la première solution : ce personnage uenerandus aptus, de rang illustre, pourrait avoir précédé Nizier sur le trône épiscopal ou lui avoir succédé. Le rédacteur des sept distiques élégiaques était un fin lettré.

41● Écrits de Grégoire de Tours – Liber in gloria martyrum, 48‑49 {MGH, SRM, I‑2, 1885, 72) ; Idber vitae patrum, de sancto Nicetio..., VIII {MGH, SRM, 1‑2, 1885, 240‑245) ; Liber in gloria confessorum, 60‑62 {MGH, SRM, 1‑2, 1885, 332‑333) ; Historia Francorum, I, 29 ; IV, 36 {MGH, SRM, I‑1, 1851, 21‑22 ; 168‑169).

42Grégoire de Tours, qui séjourna d’abord en Auvergne, auprès de son oncle Gallus, évêque de Clermont, étudia ensuite à Lyon, auprès de son autre oncle Nizier, avant d’être élu évêque de Tours en 573. Les différents monuments qu’il mentionne à Lyon sont : la cathédrale, la domus ecclesiae, le tombeau de saint Helius, Saint‑Jean (Saint‑Irénée), la basilique des Quarante‑Huit‑Martyrs, celle de Saint‑Nizier (sans doute la même), le tombeau de Lucie et l’église Sainte‑Marie. Nous renvoyons, pour l’ecclesia et Saint‑Irénée, aux chapitres IV et VII de la deuxième partie.

2.2.3 viieviiie siècles

43● Martyrologe Hiéronymien – Martyrologium Hieronymiamim (AA SS, nov., II, 2).

44Ce martyrologe est une compilation de calendriers et de martyrologes plus anciens ; il comporte de simples noms, des mentions d’usages liturgiques, des renvois à des passions. Il est parvenu jusqu’à nous par l’intermédiaire de copies tardives dont certaines, bourguignonnes, comportent de nombreuses notes sur la région (26 pour Lyon) ; le plus ancien état connu date de la fin du VIe s., sous l’épiscopat d’Annasius d’Auxerre (Martyrs de Lyon 1978 : 148‑ 149).

45● Vie de saint Bonnet – Vita Sancti Boniti, episcopi arvemi (BHL, I, 211 ; MGH, SRM, VI, 1885, 110‑139).

46Rédigée peu de temps après la mort de l’évêque de Clermont, à Lyon, au début du viiie s., cette Vita mentionne l’ecclesia Saint‑Étienne, associée à l’église Saint‑Pierre. Contrairement à ce que pense A. Coville, l’église dont il fait mention ne peut être l’église cathédrale, car celle‑ci est trop éloignée de Saint‑Pierre ; elle correspond sans doute à Saint‑Saturnin, église jumelle de Saint‑Pierre (Coville 1928 : 372‑375). Il y a donc erreur de vocable dans la Vita, ce qui n’est d’ailleurs pas exceptionnel.

47● Martyrologe de l’Anonyme lyonnais (Dubois, Renaud 1976). Le martyrologe de Bède le Vénérable (mort en 735) est considéré comme le prototype des martyrologes historiques. Le martyrologe lyonnais, copie du ixe s. (avant 806), complète les jours laissés vides par des emprunts au Martyrologe hiéronymien.

2.3 Les textes carolingiens

48● Écrits de Leidrade – Epistolae carolini aevi (MGH, II : 542‑543 ; PL, 99, col. 872‑873 ; Coville 1928 : 283‑296).

49Le Rapport à Charlemagne sur la restauration de l’Église de Lyon et le Bref de l’Église de Lyon appartiennent à un genre non plus littéraire ou historique, mais administratif ; l’évêque Leidrade rend compte de sa gestion à Charlemagne. Leidrade est appelé vers les années 797‑798 à occuper le siège épiscopal de Lyon. Il ne s’attache sans doute pas tout de suite à la remise en état de son diocèse, en particulier des constructions ; en effet, les instructions des missi et les brefs destinés à faire connaître à l’empereur l’état des édifices religieux ne sont pas antérieurs à 804. Il se donne alors pleinement à sa tâche, son rapport en témoigne, mais se démet de ses fonctions dès la mort de l’empereur pour se retirer à Saint‑Médard de Soissons, où il meurt peu de temps après.

50Le Rapport à Charlemagne sur la restauration de l’Église de Lyon nous est parvenu au travers d’assez nombreux documents en provenance des archives de Saint‑Pierre, de la cathédrale de Lyon et de l’île‑Barbe. Si l’on excepte le dernier paragraphe concernant l’Île‑Barbe, qui est en partie extrapolé, et la mention conjointe de Saint‑Georges et de Sainte‑Eulalie, on peut considérer le texte comme une source sûre que A. Coville place entre 809 et 814 (Coville 1928 : 283‑287). La plupart des églises lyonnaises y sont mentionnées : Saint‑Georges, Saint‑Paul, Saint‑Nizier, Sainte‑Marie, Saint‑Pierre et le monastère de l’île‑Barbe.

51Le Bref de l’Église de Lyon vient compléter ce rapport. Dans cet état récapitulatif, l’auteur –sans doute Leidrade– renseigne Charlemagne sur la situation matérielle des établissements religieux, les églises et les monastères étant considérés comme des bénéfices tenus de l’Empereur ; ces enquêtes ou Brefs devaient être déposés au Palais. Seul le début du texte est parvenu jusqu’à nous. Il mentionne les possessions de l’Église de Lyon et parfois le nombre des chanoines. Ainsi, Saint‑Étienne compte 52 chanoines, Saint‑Paul 24. Deux hôpitaux figurent sur cette liste : celui de Saint‑Romain et celui de Saint‑Genis. Le monastère de femmes de Saint‑Pierre et le monastère de l’Île‑Barbe apparaissent également. On constate donc dans ces listes l’existence de deux églises, Saint‑Jean et Saint‑Étienne, qui constituent le groupe cathédral ; l’auteur ne parle ni de Sainte‑Croix, ni des basiliques d’Ainay, de Saint‑Just, ou de Saint‑Irénée.

52● Œuvres d’Agobard – Epistulae, V (MGH, 1884, 239) ; Carmina (PL, 104, col. 349‑352).

53Agobard est archevêque de Lyon de 816 à 840. Le poème sur la translation des saints Cyprien, Sperat et Pantaléon a été publié sous le nom d’Agobard ; il a été éliminé de l’œuvre d’Agobard par Van Acker (Agobard, Van Acker 1981).

54● Livres de confraternité de Saint‑Gall – Libri confraternitatum Sancti Galli Augiensis (MGH, LMN, 1884 ; Oexle 1978 ; 1979 : 94‑96).

55Il s’agit d’un registre où sont inscrits des vivants et des morts appartenant à des établissements religieux associés en vue de la prière pour les défunts de leurs différentes maisons. Le livre de Reichenau fournit la liste et le nombre des chanoines des différentes églises de Lyon dans les années 830. Ainsi, le chapitre de Saint‑Étienne compte 52 chanoines, celui de Saint‑Paul 26, ceux de Saint‑Just et Saint‑Irénée 20 ; 32 moniales vivent dans l’abbaye de Saint‑Pierre ; le monastère de l’île‑Barbe est le plus prospère avec ses 90 religieux. Certains oublis sont cette fois réparés : Saint‑Irénée et Saint‑Just figurent sur cette liste, mais Ainay n’est toujours pas mentionnée.

56● Écrits de Florus – Carmina varia (MGH, Poet. II, 1884, 507‑566 ; PL, 119, col. 258‑259) ; Martyrologium (Dubois, Renaud 1984 ; PL, 94).

57Florus, diacre lyonnais, mort en 860, nous apprend dans ses Carmina (Carmen XIII) que les reliques des saints Cyprien, Speratus et Pantaléon avaient été déposées dans la cathédrale. il mentionne également à plusieurs reprises des faits concernant les églises du groupe épiscopal ; son poème Ad altare sancti Stephani (Carmen XIII) fait ainsi allusion à l’offrande d’un livre, sans doute un martyrologe d’après les références aux martyrs et aux saints, à l’autel de Saint‑Étienne qui est donné comme le patron de l’église. Il décrit enfin le décor de l’abside de l’une des églises du groupe épiscopal où apparaissent le Christ, l’Agneau, la Jérusalem Céleste, les fleuves du Paradis (Carmen XX). L’autel de cette église est consacré à Jean‑Baptiste et les reliques des martyrs y ont été déposées : « titulus absidiae [...] Pignoribus sacris clerus Baptistae Joannes altare illustrat, poscentia pectora purga ».

58Dans son Martyrologe, Florus s’inspire de Grégoire de Tours aussi bien pour la description de la crypte de Saint‑Jean‑Baptiste (Saint‑Irénée) que pour celle de la basilique mirae magnitudinis construite en l’honneur des martyrs de Lyon ; remaniant l’Anonyme lyonnais, il double ainsi le volume du texte.

59● Martyrologe d’Adon (PL, 123 ; Quentin 1908 : 466‑475 ; Dubois, Renaud 1984).

60Adon, qui rédige son martyrologe à Lyon dans les années 853‑860, modifie encore sensiblement les textes de ses prédécesseurs. Parlant des martyrs de Lyon, il reprend mot pour mot la phrase de Grégoire de Tours concernant le lieu présumé du martyre. Il cite la basilique dédiée aux Sept Frères Macchabées, qui recueille les restes de saint Just et enfin, à propos des reliques de saint Cyprien, mentionne leur dépôt « in majori ecclesia beati Johannis Baptistae ac Sancti martyris Stephani ». Il précise l’emplacement de la crypte qui renferme les corps de Minervius et Eléazar, celui du vocable de la crypte où repose Irénée « in crypta basilicae sancti Johannis Baptistae ». Il décrit enfin avec un certain laconisme le « jour des Miracles » (2 juin), fête commémorative des Martyrs de Lyon. Les deux sites privilégiés sont le fleuve et l’église des Apôtres : le fleuve où convergent les embarcations des différentes églises de Lyon « per descensum fluminis cum hymnis et canticis », l’église des Apôtres où se déroule la messe solennelle « missarumque solemnia in Apostolorum ecclesia ubi sancti cineres eorum condite servantur ».

61● Testament d’Aurélien de 859 (Mabillon 1680 : 498).

62Confirmé par le privilège des évêques réunis à Sisteron en 859 (Mabillon 1680 : 500) et par le diplôme du roi Charles de Provence (Poupardin 1920 : 6‑10, no 4). En 859, Aurélien apparaît comme abbé d’Ainay abbas Athanacensis lorsqu’il fonde le monastère de Saint‑Benoît de Cessieu dans l’Ain.

63● Notice de 868 concernant des donations et des restaurations opérées sous l’épiscopat de Remigius (Guigne 1885 : I, 6‑8, no 3).

64En 868, le chorévêque Auduinus, après avoir décrit le mauvais état des lieux, fait des dons pour la restauration de Saint‑Irénée et de Saint‑Just. Les dons sont confirmés par l’archevêque Remigius.

65● Diplôme de Charles le Gros en faveur de l’Église de Lyon, 20 juin 885 (MGH, DGKI, 1937, 195‑197, n° 123).

66● Vie de saint Lubin – Vita S. Leobini (BHL, 4847 ; MGH, AA, IV‑2, 1904, 782).

67Anonyme, attribuée à tort à Fortunat, elle fait partie du « cycle de Micy » et date du ixe s. (Poncelet 1905 : 25‑31).

68● Vie de saint Galmier – Vita Baldomeri subdiaeoni Lugdunensis (BHL, 899 ; AA SS, III, 683‑684 ; 3e éd., 688‑ 689).

69D’après cette Vita, non datée (saint Galmier est mort vers 660), Viventius était abbas monasteri sancti Justi ; c’est sans doute lui que l’on retrouve évêque au milieu du viie s.

70● Vie d’Austregisilus – Vita Austregisili episcopi Biturigi (BHL, I, 132‑133 ; MGH, SRM, IV, 1904, 188‑208).

71D’après sa Vita, Austregisilus, avant de devenir évêque de Bourges en 614, a été nommé prêtre et abbé de Saint‑Nizier par l’archevêque Aetherius.

2.4 Les documents médiévaux

2.4.1 Xe siècle

72● Donation de Girard et Gimbergia au monastère de Saint‑Pierre de Lyon (G. christ., IV, col. 1, Instr. ; Coville 1903 : 169‑184).

73La donation de Girard et Gimbergia au monastère de Saint‑Pierre‑les‑Nonnains de Lyon, datée de la 26e année du roi Gontran, c’est‑à‑dire de 586, est connue par deux copies du fonds de Saint‑Pierre aux archives départementales du Rhône. Analysant ce document, A. Coville s’est refusé à le faire remonter au vie s. ; il appartiendrait par son contexte au xe s. (remplacement du nom du souverain régnant, Conrad, par celui de Gontran, pour en faire une charte mérovingienne) et ne peut donc authentifier l’existence du monastère des Dames de Saint‑Pierre avant l’époque carolingienne (Coville 1928 : 251‑266).

74● Actes de saint Ennemond – Acta S. Annemundi (AA SS, VII, 744‑746 ; 3e éd., 694‑696 ; Coville 1902 : 353‑373, 465‑486).

75A. Coville estime que leur rédaction primitive pourrait remonter au viiie s., mais Adon ne les connaît pas. Il faudrait donc replacer leur rédaction au plus tôt au xe s. Les Acta S. Annemundi rapportent la mort du saint évêque, vers 659 et la déposition de son corps dans l’église lyonnaise de Saint‑Pierre. Le frère d’Annemundus, Dalphinus – autre nom d’Austregiselus pour A. Coville –, aurait été enterré in basilica Apostolorum uel quadragenta octo Martyrum ; nous avons là la mention la plus ancienne d’une assimilation entre l’église des Apôtres et l’église Saint‑Nizier.

2.4.2 xiie siècle

76● Testament d’Ennemond (Mabillon 1703, Annales ordinis S, Benedicti : I, 610).

77Il ne serait pas antérieur au xiie s. d’après A. Coville (Coville 1902 : 111‑112 ; Coville 1928 : 366‑416). L’auteur avait toutefois peut‑être en mains une donation d’Annemundus à Saint‑Pierre pour l’entretien d’un certain nombre de pauvres, ce qui plaiderait en faveur de l’ancienneté du monastère (Février et al. 1986 : 33).

78● Liste épiscopale de l’Obituaire (manuscrit 925 de la bibliothèque de Bologne ; Guigue 1902 : 111‑112).

79Pour Lyon, les études de J. Condamin et J.‑B. Vanel, puis A. Coville, ont précisé la façon dont ces documents sont parvenus jusqu’à nous (Condamin, Vanel 1902 ; Coville 1928 : 242‑244). Le manuscrit 925 de la bibliothèque de Bologne comporte un martyrologe, un obituaire, une liste des évêques de Lyon, avec notes marginales. Il a été copié entre 1225 et 1226 à la mort de Renaud de Forez, mais l’original remonte sans doute au milieu du xiie s. Les principales sources sont le Martyrologe hiéronymien, Bède, Florus et Adon. La liste de l’Obituaire de l’Église primatiale de Lyon comporte des annotations d’ordre général, mais aussi d’ordre architectural, attribuant à tel évêque la construction de telle église : à Alpinus, l’église Saint‑Étienne et son baptistère ; à Eucher, l’église des Apôtres ; à Sacerdos, Saint‑Paul et Sainte‑Eulalie ; à Arigius, Sainte‑Croix et Saint‑Just.

80On ne sait à quel moment ces notes ont été ajoutées pour la première fois. A. Coville spécifie « quelles ne peuvent avoir été empruntées au martyrologe de l’Eglise de Lyon, puisque plusieurs d’entre elles n’y figurent pas » (Coville 1928 : 244). Il serait bien sûr du plus haut intérêt de savoir quelles étaient les sources du rédacteur ou de la personne qui a ajouté ces notes. Si l’on se place dans le contexte du début du xiiie s., on peut supposer que les sources ne sont plus sûres, que les interpolations sont fréquentes et que les notes peuvent faire référence à des traditions récentes. On en trouvera confirmation dans les listes plus anciennes : ainsi, l’évangéliaire du Grand Séminaire d’Autun (ixe s. d’après l’écriture), qui comporte au verso du deuxième feuillet de garde une liste de 48 noms, de Pothin à Amolo, et qui aurait pu être rédigé au temps de Leidrade, ne présente pas de notes marginales. De même, la chronique universelle d’Hugues de Flavigny (1090‑1102) ne renferme aucune annotation d’un caractère historique général. La liste de l’obituaire de l’église primatiale de Lyon est donc considérée comme trop tardive pour nous renseigner sur les origines de la topographie chrétienne de Lyon.

81● Obituaire de Saint‑Paul – Obituarium S. Pauli Lugdunensis (PL, 94 ; Guigue 1872).

82● Indulgences

83Les plus nombreuses ont été délivrées par Innocent IV lors de son passage à Lyon, au milieu du xiiie s. ; en sont bénéficiaires les églises de Saint‑Just et du groupe cathédral de Lyon, Saint‑Irénée (Guigne 1885 : 518, no 420 ; Lacour 1968 : 41 11 G 97, 98,99).

84● Bulle d’innocent IV

85Tardivement, l’église Saint‑Nizier émet la prétention d’avoir été le premier siège épiscopal de Lyon, ce qu’innocent IV reprend dans une bulle où il reconnaît également à l’église la possession du corps d’Ennemond (Guigue 1886 : 59, note 1).

2.4.3 XIVe siècle

86● Obituaire de Saint‑Pierre – Obituarium S. Pétri (Guigue 1880b).

87Les livres liturgiques lyonnais ont presque tous disparu lors des guerres de religion ou à la Révolution et les rares survivants sont tardifs (Roux 1844 ; Amiet 1979). Deux ouvrages apportent toutefois des renseignements complémentaires sur les cérémonies du culte à l’occasion des fêtes solennelles de la liturgie.

88● Barbet de Saint‑Just

89Vers 1380, le Barbet de Saint‑Just confirme que la messe solennelle était célébrée à Saint‑Nizier lors de la Fête des Merveilles (Guigue 1886 : 101‑103, no 2).

90● Ordinaire de Saint‑Paul – Liber Incatenatus (BML, Fonds Coste, no 98 ; Guigue 1872 : 188‑191, no 1).

91Au début du xive s., l’Ordinaire de Saint‑Paul précise que la statio, lors de la Fête des Merveilles, a lieu in Ecclesia Apostolorum et 40 martyrum.

92● Enquêtes de 1308 (cf. épitaphes des évêques de Lyon) et de 1309.

93Cette dernière conclut que la messe solennelle de la Fête des Merveilles se déroulait à Saint‑Nizier, autrefois Saint‑Pierre, et l’enquêteur insiste sur l’ancienneté des sources (Guigue 1886 : 159, notes 1,2).

94● Enquêtes de 1288 et 1410 (AA SS, XXVIII, jun., 348).

95Elles concernent, à la fin du Moyen Âge, une querelle qui oppose les chanoines de Saint‑Just à ceux de Saint‑Irénée, les premiers prétendant posséder le corps du martyr. Une première enquête effectuée en 1288 donne raison aux chanoines de Saint‑Just ; une deuxième conclut en 1410 en faveur des chanoines de Saint‑Irénée (Guigue 1879 : 116‑117).

2.5 L’époque moderne

2.5.1 xvie siècle

96Dès cette époque, les historiens disposent de la plupart des documents de base. Par ailleurs, Lyon est une ville où abondent encore les monuments antiques dont les matériaux servaient à la construction des églises. Les relations avec l’Italie sont fréquentes, soit au cours des multiples guerres qui voient les armées royales et la cour passer par Lyon, soit lors des foires qui attirent à Lyon de nombreux commerçants italiens. Les bourgeois lyonnais se mettent alors à étudier l’antiquité, les vieilles pierres comme les médailles ou les monnaies ; ils font même le voyage à Rome ou à Athènes (Varille 1924).

97Parmi ces antiquaires, P. Sala, le plus ancien, se fait construire vers 1490 une maison à l’Antiquaille, emplacement présumé du palais des empereurs. C. Bellièvre a lui aussi « sa maison des antiques » au pied du Gourgillon, où il rassemble les monuments du passe ; il fait acheter les Tables Claudiennes par la ville et ses notes sont utilisées par G. Paradin, C. Ménestrier et D. De Colonia. Pour sa part, N. de Lange préfère habiter au sommet de Fourvière, à L’Angélique, où il accueille ses amis ; il sauve les archives du monastère de Saint‑Just.

  • 4 D’après l’auteur, le siège épiscopal a d’abord été installé à Saint‑Irénée, puis à Saint‑Nizier (p. (...)

98La plupart des hypothèses sur les origines de Lyon figurent déjà dans les notes manuscrites du Lugdunum priscum de C. Bellièvre4 (Bellièvre, Montfalcon 1846) ; l’auteur s’appuie sur la description de l’ecclesia par Sidoine Apollinaire, sur les présentations tardives des chanoines de Saint‑Nizier, sur la liste de l’Obituaire et rassemble ces documents d’un point de vue synthétique.

99S. Champier, contemporain de G. Bellièvre, se réfère pratiquement aux mêmes sources pour écrire son ouvrage paru en 1529, traduit en français en 1648 et intitulé : De l’Antiquité de la cité de Lyon et la hiérarchie de l’Église métropolitaine (Champier, Guigue 1884 ; cf. Champier 1507 ; 1537). Il n’arrive pas à rendre claires les migrations du siège épiscopal qui passerait de Saint‑Étienne à Saint‑Nizier –où serait enterré saint Just– puis à nouveau à Saint‑Étienne (Champier, Guigue 1884 : 88‑90).

100G. Symeoni, florentin d’origine, parcourt l’Europe à la recherche de protecteurs. Il séjourne à Lyon où il écrit les notes qu’il rassemble en 1559 dans son ouvrage : L’origine e le antichita di Lione, conservé aux archives de Turin. Il s’intéresse à tous les monuments de la ville (fig. 3), à ses aqueducs, à la grotte Bérelle, à son amphithéâtre, à l’église Saint‑Just. Le premier, il parle de l’origine antique des colonnes d’Ainay qu’il identifie avec celles de l’autel de Rome et d’Auguste (Symeoni, Montfalcon 1846).

FIG. 3 – Vue de Lyon par Symeoni (L’origine e le antichita di Lione, 1559, Turin, archives de l’État).

101L. Sarazin, chanoine de Saint‑Paul à Lyon, établit une liste épiscopale, publiée en 1562, qui apporte un élément nouveau : pour la première fois, semble‑t‑il, la fondation de sept recluseries est attribuée à saint Eucher : « hic 7 presbyteros, quos inclusos uocant, instituit » (Perrat 1972 : 1223).

102G. Paradin de Cuiseaux, dans ses Mémoires de l’histoire de Lyon (Paradin 1573), est un des rares auteurs à citer ses sources et parfois intégralement. Il est ainsi l’un des premiers à donner le texte complet du rapport de Leidrade. Paradin est enfin le premier à décrire avec précision la Fête des Merveilles que l’on peut assimiler au Jour des Miracles décrit par Adon ; il s’appuie sur des coutumiers médiévaux. Il cite les inondations de 589, décrites par Grégoire de Tours, et avance le récit de la reconstruction de l’abbaye d’Ainay par Brunehaut. Comme Bellièvre, il connaît la mosaïque de l’église Saint‑Irénée. Il mentionne enfin la reconstruction d’Ainay par Amblard et décrit les Lyonnais venant adorer la nuit « en chemin rétrograde » la déesse Ferrabo dont le bas‑relief était fixé sur un des murs de l’église Saint‑Étienne. Sa chronologie des monuments lyonnais est donc très proche de celle de Bellièvre et, du point de vue topographique, on en arrive ainsi aux conclusions suivantes, qui trouvent leur origine dans l’Obituaire.

103Le siège épiscopal aurait donc d’abord été installé aux Saints‑Apôtres (Paradin). Alpinus aurait fondé Saint‑Étienne ; Eucher, la basilica Apostolorum ; Patiens, Saint‑Irénée ; Salonius, le Templum Athanacum ; Sacerdos, Saint‑Georges ; Arigius, Sainte‑Croix ; Annemond, Saint‑Pierre,

2.5.2 xviiexviiie siècles

104Aux xviie et xviiie s., les ouvrages d’érudition se multiplient et certains concernent tout spécialement la « parure monumentale » des cités. La documentation s’enrichit de vastes compilations d’auteurs soucieux de tout dire sur une abbaye ou sur un site, mais les descriptions précises du monument lui‑même sont peu nombreuses avant le xviiie s. Les documents nouveaux sont rares et les auteurs lyonnais démarquent Paradin ; ils connaissent les textes de Sidoine Apollinaire sur la basilique de Saint‑Just, sur l’ecclesia et sur les constructions de Patiens, Grégoire de Tours et ses nombreux séjours à Lyon, la chronique d’Adon et son Martyrologe, les vies des saints, comme celle de saint Just, quelques chartes comme celle de l’évêque Rémy qui restaure les basiliques, ou la bulle d’innocent IV qui fait de Saint‑Nizier le premier siège épiscopal de Lyon. Enfin, les historiens du xviie s. ont parfois en mains des ouvrages aujourd’hui disparus comme l’Homéliaire de saint Irénée, des registres ou cartulaires de Saint‑Just et de Saint‑Irénée. Les découvertes d’antiques enrichissent les collections, mais n’éclaircissent guère les problèmes qui nous intéressent.

2.5.2.1 Découvertes d’antiques et ouvrages d’érudition

105En 1607 est recueillie l’inscription de Saint‑Michel d’Ainay. J. Severt dans sa Chronologia historica n’apporte rien de nouveau (Severt 1607).

106C. Le Laboureur consacre ses loisirs à une œuvre monumentale parue en 1681 et intitulée Les masures de l Île‑Barbe (Le Laboureur 1665‑1681). Dans cette vaste compilation de documents, Le Laboureur recueille toutes les légendes concernant la fondation par Longin d’un monastère à la pointe de l’île (op. cit. : 4). Il rappelle les textes d’Eucher et d’Adon (op. cit. : 20, 28) et les chartes, souvent fausses, qui concernent le monastère : chartes de Clovis II ou de Louis le Pieux. Les descriptions de monuments sont pratiquement inexistantes et l’ouvrage, dans son ensemble, n’est pas d’une grande utilité.

107J. de Saint‑Aubin, dans son Histoire ecclésiastique de la ville de Lyon se contente d’une compilation des travaux existants (Saint‑Aubin 1666 : 212‑213).

108J. Spon, le grand antiquaire de ce temps, se constitue un cabinet d’antiques et s’attache surtout aux inscriptions et aux monuments gallo‑romains (Spon, Renier 1858 ; Jacob Spon 1993). Son érudition s’est enrichie grâce à des voyages à Rome et en Grèce. Parmi les inscriptions qu’il présente, nous retiendrons celle de Fredaldus et de sa femme, visible à la porte de l’église Saint‑Romain (op. cit. : 33). Il décrit de nombreuses inscriptions antiques provenant des environs de l’église Saint‑Georges, c’est‑à‑dire celles qui auraient servi à la construction de l’éventuelle enceinte (cf. infra Part. III, ch. 1, § 1.1). Il s’attarde aussi assez longuement sur le quartier de Saint‑Irénée ; il donne le texte de la mosaïque de l’église haute (op. cit. : 72) et décrit le puits des Martyrs ainsi que de nombreuses inscriptions. Il reprend l’idée que l’abbaye d’Ainay est construite sur le temple d’Auguste dont elle utilise les colonnes (op. cit. : 153).

109La Chronique de l’abbaye d’Ainay par J.‑B. de La Mure est beaucoup plus intéressante (La Mure, Guigue 1885). L’auteur rapporte, lui aussi, toutes les légendes concernant les origines de l’abbaye, mais il fournit également des éléments nouveaux et essaye parfois de faire un choix. D’après un missel de 1531, le premier abbé d’Ainay serait Badoul, vers 300‑330 et Salonius, le premier restaurateur de l’abbaye située interamnis (op. cit. : 67). Détruite par les Vandales, l’église est reconstruite par Anselme au début du vie s. ; dévastée par les Sarrasins, l’abbaye ne retrouve un abbé qu’au milieu du ixe s. Aurélien la restaure ; son travail est poursuivi par Amblard, au milieu du xe s., puis par Gaucerand au début du xiie s. (op. cit. : 100‑115).

110D. de Colonia dans ses Antiquités profanes et sacrées de la ville de Lyon.... (Colonia 1701) rapporte qu’à la veille de la fête de saint Étienne, les femmes venaient à reculons présenter des offrandes et des chandelles à la statue de la déesse Copia, appelée Ferrabo.

111Dans son Histoire abrégée ou éloge de la ville de Lyon..., C. Brossette fait de Saint‑Étienne « le plus ancien bâtiment sacré de Lion » (Brossette 1711 : 84) ; il est un des premiers à dater de 1458 la reconstruction de l’église Sainte‑Croix. Il fait également état d’une ancienne église, celle de Saint‑Romain qui aurait été bâtie vers le vevie s. (op. cit. : 95).

112A. Clapasson, dans sa Description de la ville de Lyon... (Clapasson 1741), J.‑B. Montfalcon dans ses Lugdunensis historiae monumenta (Montfalcon, Vingtrinier 1855) et A. Guillon de Montléon, dans Lyon tel qu’il était... apportent des éléments pour une meilleure connaissance archéologique de la ville (Guillon de Montléon 1807).

2.5.2.2 Les problèmes archéologiques

113J.‑B. de La Mure a abordé l’un des problèmes archéologiques qui a le plus attiré l’attention des historiens, celui de l’emplacement du martyre de 177 qu’il situe, selon Grégoire de Tours, à Ainay, et celui de la basilique des Apôtres (La Mure, Guigue 1885 : 6) qu’il identifie à l’église Saint‑Nizier. Il distingue la basilique des Martyrs et la basilique des Apôtres.

114Du lieu du martyre, on passe tout naturellement aux premiers lieux de culte et tous les historiens du xviie s. font de Saint‑Nizier le premier siège épiscopal de Lyon. Le transfert à Saint‑Jean aurait eu lieu à l’époque d’Eucherius pour J. Severt (Severt 1628 : 34), d’Arigius pour J. de Saint‑Aubin (Saint‑Aubin 1646), de Leidrade pour A. Clapasson (Clapasson 1741 : 291‑292). J. de Saint‑Aubin et J.‑B. de La Mure connaissent l’existence de la bulle d’Innocent IV. Au xviiie s., J.‑B. Montfalcon et D. de Colonia désignent l’église des Macchabées comme le siège du premier évêché de Lyon (Colonia 1728‑1730 : 168 ; Montfalcon, Vingtrinier 1855).

115On attribue généralement à Patiens la construction de Saint‑Irénée. J. Severt suit A. Paradin et estime que le texte de Sidoine Apollinaire sur l’ecclesia s’applique à Saint‑Irénée (Severt 1628 : 17). J.‑B. de La Mure part des origines et mentionne ses sources qui attesteraient qu’Irénée dédia, de son vivant, une église à l’apôtre Jean‑Baptiste (La Mure, Guigue 1885 : 60). Le prêtre Zacharie l’aurait inhumé dans cette église et aurait jeté le corps de ses compagnons dans un puits ; enfin, Patiens aurait fait élever une église à ses frais. D. de Colonia décrit également assez longuement l’église de Saint‑Irénée où tout le pavé était un ouvrage de mosaïque.

116Pour les églises du groupe épiscopal, les historiens rappellent que, selon l’Obituaire, l’église de Saint‑Étienne a été construite par Alpinus. Le précenteur, Jacques Damoncourt, brisa l’idole de la déesse Copia, appelée Ferrabo (Cochard 1826 : 60). Au xviiie s., C. Brossette décrit l’église comme la plus ancienne de Lyon : « le corps de l’église de Saint‑Étienne, tel qu’il est aujourd’hui, passe pour le plus ancien bâtiment sacré de Lyon » (Brossette 1711). L’église Saint‑Jean est, pour J. de Saint‑Aubin qui s’appuie sur Bède, antérieure à la guerre des Goths ; elle deviendrait cathédrale à l’époque d’Arigius. C. Brossette place en 1458 la reconstruction de Sainte‑Croix (Brossette 1711 : 84). C. Ménestrier, esprit rigoureux, dépeint un édifice « à la forme des anciennes églises bâties en croix », qui possède un ambon ou pulpitum, une nef et un vestibule ; le baptistère est dans le vestibule où se tenaient les catéchumènes (Ménestrier 1694 : 545).

117A. Clapasson, à propos de l’église d’Ainay, rappelle l’origine antique des quatre piliers du transept et les vestiges de mosaïques en particulier la figure du pape Pascal II (Clapasson 1741 : 220 ; Clapasson, Chomer, Perez 1982). La basilique de Saint‑Michel‑Archange est construite, d’après C. Ménestrier, à l’époque de la reine Carétène, de même qu’un monastère où fut élevée la jeune Clotilde (Ménestrier, Histoire civile : 190). Sacerdos construit l’hôpital Notre‑Dame fondé par Childebert et sa femme, la collégiale Saint‑Paul et Sainte‑Eulalie.

Notes

1 J. Spon, dans un exemplaire de ses Recherches daté de 1673 a ajouté la note manuscrite « M. Tourazel, curé de Saint‑Michel en Bellecour, avait l’épitaphe de la reine Carétène qui avait été religieuse, il y a 7 ou 8 cents ans. Il est en vers et se trouvait autrefois dans l’église » (EN, ms. lat. 2194).

2 Datation traditionnelle 523‑526, défendue par J.‑M. Theurillat.

3 Le monastère de l’Île‑Barbe accueille Maximus, disciple de saint Martin, venu se cacher aux bords de la Saône (GC, 22 ; MGH, SRM, 1‑2, 1885, 311).

4 D’après l’auteur, le siège épiscopal a d’abord été installé à Saint‑Irénée, puis à Saint‑Nizier (p. 154) ; Alpinus aurait fondé Saint‑Étienne, Eucher la basilica Apostolorum, Salonius le templum Athanacum –le temple d’Auguste était près d’Ainay (p. 108)–, Sacerdos aurait construit Saint‑Georges, Arigius Sainte‑Croix, Annemond Saint‑Pierre ; enfin au XIe s., Hugues aurait installé un collège de chanoines à Saint‑Irénée (p. 155).

Table des illustrations

Légende FIG. 3 – Vue de Lyon par Symeoni (L’origine e le antichita di Lione, 1559, Turin, archives de l’État).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44303/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 175k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search