Version classiqueVersion mobile

Habitats de l’âge du Bronze à Lyon-Vaise (Rhône)

 | 
Pierre Jacquet

Chapitre 2. Les gisements

Pierre Jacquet

Texte intégral

2.1 Un potentiel varié et inégal

1Tout au long de son évolution, le versant a piégé une multitude de traces, directes ou indirectes, de son occupation ou de sa fréquentation par l’homme. Sur les 4 ha explorés, ce ne sont pas moins de 1 680 faits archéologiques qui ont pu être recensés. Ils intègrent des ensembles plus ou moins vastes et cohérents. Quatre grands segments chronologiques s’individualisent.

Périodes médiévale et moderne

2L’ensemble prédominant, localisé en partie médiane d’emprise, comprend des restes architecturaux appartenant à une maladrerie (Vicard 1995), associés à un dépotoir et une nécropole. Des vestiges plus dispersés et souvent mal datés, notamment sur le segment nord de l’emprise, peuvent être contemporains de cette implantation.

Période gallo‑romaine

3Les vestiges sont de natures diverses et disséminés sur l’emprise ; les pièces maîtresses sont deux tronçons de voies et deux nécropoles à incinération, au centre de la zone de fouille. Le reste du versant est partiellement aménagé et voit l’implantation dispersée de petites constructions, de fonction indéterminée (Frascone à paraître).

Protohistoire

  • 1 Les données brutes et les premières interprétations concernant les vestiges protohistoriques sont c (...)

4À côté de quelques structures isolées, se rapportant au Bronze final III et au 1er âge du Fer, deux horizons chronologiques s’imposent par la densité des vestiges qu’ils ont livrés. Il s’agit des âges du Bronze final I et du Bronze ancien. Les deux épicentres de ces occupations se superposent pratiquement. Ils sont situés sur la marge N‑E du tronçon. Toutefois, sur la presque totalité de l’emprise, des faits archéologiques ou des ensembles de faits plus ou moins isolés peuvent être rattachés à l’un ou l’autre de ces horizons1.

Préhistoire

5Si les structures se rapportant à cette période sont rares et peu éloquentes, on a constaté la présence en quantité non négligeable d’éléments mobiliers rapportés à trois phases chronologiques distinctes : Épipaléolithique, Mésolithique et Néolithique. Le mode de gisement, difficile à interpréter (déplacement probable du mobilier), génère pour cet horizon une problématique très particulière, axée sur les processus de mise en place (Nourissat et al. 1996).

6Au‑delà des thèmes développés pour chaque période, on perçoit l’émergence d’une problématique diachronique consacrée à l’évolution globale du versant, considérée en terme d’équilibre entre la dynamique naturelle et les interférences d’origine anthropique.

2.2 La périodisation des horizons du Bronze

2.2.1 Méthodes et limites

7L’argumentation sur laquelle repose la périodisation fait intervenir les données stratigraphiques, topographiques et typologiques. Par ailleurs, l’analyse spatiale, bien que fondée elle‑même sur les acquis du phasage des vestiges, est susceptible de déboucher sur une remise en question de ce phasage, de manière récurrente. Les particularités du site influent fortement sur l’efficacité de la démarche. Ainsi, les dégradations infligées aux vestiges sous l’effet des processus pédologiques limitent la portée des données stratigraphiques. Comme on l’a déjà mentionné, les bioturbations ont provoqué l’effacement de la quasi‑totalité des signatures stratigraphiques, la seule rupture marquée (interface entre les horizons Btb et A1 b du paléosol) étant le fait non d’une modification du processus de sédimentation, mais d’un phénomène d’altération postdépositionnel, donc inutilisable en tant que repère chronologique. Les niveaux de sols d’occupation sont indécelables, les structures en creux de petites dimensions sont peu visibles, les négatifs plus importants ne sont eux‑mêmes clairement lisibles que lorsque le matériau de comblement est radicalement différent du sédiment encaissant et, même dans ce cas, les limites de tracé du négatif s’avèrent floues. Cette lacune du discours stratigraphique confère un rôle de premier plan aux données topographiques. Sur le principe, leur utilisation est simple : on restitue artificiellement, à partir des altitudes des artefacts et des structures, les niveaux successifs d’occupation. Mais pour être opérante, cette démarche présuppose :
– une topographie naturelle peu tourmentée ; les pendages réguliers peuvent être maîtrisés, mais on peut difficilement appréhender des anomalies microtopographiques, voire d’éventuels surcreusements anthropiques de faible importance ;
– une densité suffisante de structures et de vestiges ; plus les points d’observation sont nombreux, plus la restitution est facile et les anomalies identifiables ;
– une bonne fiabilité des données collectées ; les imprécisions dans la lecture des interfaces d’ouverture des structures peuvent provoquer des erreurs dans la restitution des niveaux d’occupation.

8Ces trois conditions se sont révélées inégalement remplies sur le site. On ne reviendra pas en détail sur la fiabilité relative des informations topographiques concernant les structures : les structures de surfaces (foyers, épandages de galets...) constituent de bons repères ; par contre les trous de poteaux, dont souvent seules subsistent les pierres de calage, ne fournissent qu’une indication approximative sur l’altitude du sol associé, et la localisation stratigraphique exacte de l’ouverture de nombre de fosses est incertaine. La densité de vestiges est assez importante sur le secteur nord et le maillage de points d’altitude relevés y est globalement suffisamment serré pour permettre une bonne restitution des niveaux d’occupation. Par contre, sur le reste de l’emprise, à savoir une vaste partie sud et la marge nord (talweg et berges), la dispersion plus grande des vestiges, jointe au morcellement des secteurs de fouille, rend les regroupements de structures par comparaison d’altitude très aléatoires.

9La topographie naturelle du site est un paramètre difficile à gérer. Sa maîtrise est liée à la connaissance précise de deux facteurs : les variations d’altitude du substrat géologique et la régularité de l’accumulation sédimentaire antérieure et contemporaine des occupations concernées. L’exposé précédemment consacré à l’étude de la stratigraphie du site (cfsupra § 1.2.3.2) a, sur ces deux points, permis de mesurer la complexité de l’évolution du versant.

10Enfin, les données typologiques ont fourni des informations importantes dès le déroulement de la fouille, les vestiges mis au jour ressortant de deux horizons chronologiques bien distincts. Elles ont permis, en l’absence d’interface stratigraphique marquée, d’assurer une cohérence relative aux décapages successifs effectués dans la séquence protohistorique. Elles ont enfin servi à valider, pour les structures suffisamment riches en mobilier, les données stratigraphiques et topographiques.

2.2.2 La mise en évidence des trois horizons

11La synthèse de l’information a conduit à la distinction de trois niveaux d’occupation pour l’âge du Bronze, dont deux avaient été assez nettement perçus lors du déroulement de la fouille. Les blocs diagrammes stratigraphiques de la figure 13 exposent de façon synthétique l’argumentaire de périodisation mis en œuvre. Le niveau supérieur a été facilement isolé sur la zone la plus riche en vestiges (secteur nord) : il se détache altimétriquement bien des niveaux postérieurs (occupation gallo‑romaine) et du niveau protohistorique antérieur, sauf sur les abords de la butte située au sud du talweg du secteur nord, où la puissance globale du paléosol se réduit fortement (environ 20 cm). Plus au sud, où la densité de vestiges est relativement faible, c’est essentiellement le faciès typologique du mobilier, assez bien caractérisé, qui a motivé le rattachement d’un certain nombre de structures à cet horizon.

FIG.13 – Blocs diagrammes stratigraphiques et répartition verticale du mobilier.

12Les deux autres niveaux sont plus difficiles à distinguer l’un de l’autre. Une épaisseur de sédiment en moyenne plus faible les sépare (5 à 25 cm) et le mobilier est, en première analyse, homogène. Ces éléments expliquent l’amalgame des deux horizons réalisé durant la fouille. Pourtant, le constat de nombreux décalages d’altitude de structures sur des aires de surface limitée, la relative constance de ces décalages, ainsi que l’existence de superpositions et recoupements –très rares il est vrai– nous ont fait écarter l’hypothèse d’anomalies générées par une mauvaise lecture du terrain.

13D’autre part, une perception des vestiges faussée par les méthodes de fouille employées (passes mécaniques) est exclue, sinon ponctuellement, si l’on considère la finesse des décapages et relevés exécutés notamment sur une partie de l’emprise du secteur nord. Il faut donc, sur ce faisceau d’indices, conclure à l’asynchronie des vestiges rencontrés sur le segment inférieur de l’horizon A1b (cf. supra § 1.3.1) et à l’existence probable, comme les sériations hypsométriques semblent l’indiquer, de deux occupations successives. La ventilation des structures entre ces deux niveaux s’est révélée autrement plus difficile que l’isolement du niveau supérieur. Elle a été encore singulièrement compliquée par la présence de quelques vestiges d’occupations préhistoriques, altimétriquement mal dissociés de cette première occupation du Bronze. Quelques empierrements ont pu être attribués, sans grand risque d’erreur, à ces niveaux préhistoriques ; mais le pronostic s’est avéré plus arbitraire pour nombre de structures pauvres en mobilier.

14De ce fait, les confusions engendrées par des anomalies topographiques non décelées, par des restitutions d’altitude de niveau de sol erronées ou des interprétations insuffisamment étayées, ne peuvent être exclues. Les limites de nos observations nous obligent ici à nous satisfaire de ce qui n’est qu’une hypothèse de travail.

2.2.3 Approche typologique des structures

  • 2 Pour les questions de vocabulaire et de typologie des structures domestiques, voir en particulier G (...)

15Les dénominations affectées aux différentes structures anthropiques font, de façon habituelle, référence soit à la morphologie, soit à la fonction desdites structures2. De manière explicite, le choix des appellations que nous utilisons repose sur les critères présentés dans l’organigramme de la figure 14.

FIG. 14 – Typologie des structures.

16Les paragraphes suivants sont consacrés à une présentation, par horizon d’occupation, des principales structures. Chaque type de structure fait l’objet d’une approche synthétique, puis d’un catalogue de fiches descriptives individuelles. Les cuvettes sans caractère particulier, les calages et trous de poteaux ne sont pas examinés en détail.

17Le modèle de fiche descriptive comprend :
– une représentation graphique de la structure (plan pour les structures de surface, coupe et éventuellement plan pour les structures en creux). Des trames permettent de distinguer deux types particuliers de matériau : sédiment similaire aux couches encaissantes et matériau riche en charbon de bois et/ou matières organiques ;
– un tableau synthétique d’inventaire mobilier (effectifs en fragments) ;
– un dessin des éléments mobiliers remarquables collectés dans le fait (sauf mention spécifique, l’échelle utilisée est le 1/4) ;
– une description de la structure, de ses modalités de comblement et une proposition d’interprétation fonctionnelle. Les résultats des datations 14C effectuées sur le fait complètent éventuellement ces informations.

2.3 Le Bronze final

2.3.1 Localisation et extension de l’occupation

18Ce niveau est matérialisé par des aménagements anthropiques repérés sur une zone couvrant grossièrement les 2/3 du tronçon exploré (secteurs nord, centre‑nord et centre‑sud). La densité de ces aménagements varie toutefois considérablement selon les secteurs. Le secteur nord peut être considéré comme le noyau principal d’occupation (fig. 15). Les données fournies par les deux chantiers (hors talweg) regroupent, sur 3 000 m2, 210 structures. Sur la partie médiane de l’opération (secteur centre‑sud), les vestiges sont plus dispersés et se raréfient d’autant plus qu’on se dirige vers le S‑E. Enfin, entre ces deux zones, sur le secteur centre‑nord, notre vision est considérablement handicapée par le morcellement extrême de la fouille et la fréquence des oblitérations stratigraphiques. Plusieurs ensembles de vestiges semblent se rattacher à cet horizon, mais il est ici difficile d’avoir une image globale de l’occupation.

FIG.15 – Plan des vestiges du Bronze final du secteur nord.

2.3.2 Les aménagements anthropiques

19Un total de 282 aménagements anthropiques –ou supposés tels– ont été attribués à cet horizon. Ils peuvent se subdiviser en 3 catégories : structures en creux, structures de maintien avec calage, structures de surface.

2.3.2.1 Fosses et cuvettes

20Cette étiquette rassemble des structures morphologiquement très variées. Si l’on considère les deux paramètres dominants que sont le diamètre moyen d’ouverture de la structure et la profondeur maximale du négatif, on constate que trois groupes de structures peuvent être schématiquement distingués.

Fosses profondes à fond plat et profil cylindrique ou tronconique fermé

21Cf. annexe 1, fiches de faits nos 65, 84, 204, 254, 138, 1032 et 1018.

22Cette catégorie rassemble des structures relativement peu nombreuses (7) qui, au vu de leur dispersion, ne paraissent pas occuper de façon privilégiée un ou plusieurs secteurs sur le site. Bien que de gabarit relativement homogène (les variations de contenance s’inscrivent dans un rapport assez restreint de 1 à 3), elles présentent une certaine diversité dans les détails morphologiques (fig. 16), diversité accentuée par les différences observées dans les séquences de remplissage. En presque totalité, celles‑ci sont des comblements d’abandon, d’origine soit anthropique, soit naturelle (effondrement des parois, piégeage des sédiments déplacés par les processus d’érosion). Il paraît en conséquence que ces comblements sont peu susceptibles de nous renseigner sur la fonction de ces fosses.

FIG. 16 – Morphométrie des fosses profondes.

23Mais si l’interprétation directe de cet usage n’est pas possible, les nombreuses analogies avec des exemples archéologiques ou ethnographiques permettent d’accréditer, dans une majorité de cas de figures, l’hypothèse de structures de conservation de denrées alimentaires (Audouze, Buchsenschutz 1989 : 163 sqq.). Sans qu’il soit ici question de développer une analyse comparative, un simple aperçu sur quelques‑uns des nombreux exemples de fosses‑silos mises au jour sur des sites de l’âge du Bronze met en évidence la forte variabilité des tailles et des caractères morphologiques de celles‑ci. Cette variabilité reflète à la fois la diversité des contraintes liées aux terrains encaissants et vraisemblablement celle des produits stockés et le « statut social » des structures (usage collectif ou familial). Les fosses‑silos de l’habitat du Boulevard périphérique nord de Lyon se caractérisent par un gabarit réduit. Sans même les comparer à des silos de taille tout à fait exceptionnelle, comme celui de Saint‑Priest/Les Perches (Rhône), d’une contenance de 15 000 l (inédit, information orale P. Hénon), on peut mentionner les fosses de Montagnieu/Le Pré de la Cour (Ain, horizon Bronze final III ; Vital 1993) qui présentent un volume moyen de 2 100 l (contenance extrême de 3 400 l). À Quitteur (Haute‑Saône), les fosses‑silos du Bronze final II, à parois verticales ou légèrement tronconiques, sont profondes de 1 à 2 m et leur volume varie entre 2 000 et 8 000 l (Ganard, Piningre 1995 ; Piningre 1990 ; Passard et al. 1992).

Cuvettes de faible profondeur

24Cf. annexe 1, fiches de faits nos 97, 99, 253, 257, 1149, 1058, 133 et 1156.

25Cette catégorie groupe des fosses aux contours généralement ovalaires, de diamètres très variés, d’une profondeur inférieure à 40 cm. Les creusements adoptent un profil concave évasé, plus rarement tronconique, plus ou moins régulier. La fonction de ces aménagements de morphologie simple est d’autant plus difficile à restituer que les comblements, presque tous homogènes, semblent rarement liés à l’usage de la structure, mais plutôt à son abandon. Seules certaines présentent des caractères discriminants suffisants pour élaborer une hypothèse d’interprétation.

26Il s’agit tout d’abord d’une série de quatre petites cuvettes à profil tronconique et fond plat, dont le diamètre à la base est de 15‑20 cm et profondes de 10‑15 cm. Parallèlement à ces constantes morphométriques, dans toutes ces structures reposaient des jarres de grande dimension, partiellement conservées. Une cinquième fosse, plus large et profonde, abritait une jarre similaire, calée par des galets. Ces observations attestent l’usage sur le site de vases de stockage semi‑enterrés, solution technique par ailleurs maintes fois signalée sur des sites du Bronze final. Les vases sont parfois insérés dans des fosses étroites et peu profondes, simplement destinées à en assurer la stabilité, comme c’est le cas sur le Boulevard périphérique nord, soit déposés au fond de larges fosses profondes (Quitteur, fosse 246, cf. Passard et al. 1992 : 211 – 212 ; Frouard [Meurthe‑et‑Moselle], structures 136, 635, 800, cf. Baccega et al. 1988 : 122 ; Montagnieu/Le Pré de la Cour, cf. Vital 1993 : 85).

27Pour d’autres structures, les caractéristiques de comblement jointes à la présence de traces de combustion (charbon de bois, rubéfaction des parois) témoignent d’une utilisation de foyer en fosse. Toutefois, la rareté des indices probants de chauffe rend dans bon nombre de cas cette interprétation hypothétique.

Grandes fosses irrégulières à comblement complexe

28Cf. annexe 1, fiches de faits nos 31 et 297.

29Sur le secteur nord, près du centre de l’emprise, un vaste complexe de creusements concaves irréguliers, de profondeur variant entre 20 et 80 cm, a pu être partiellement fouillé. Le découpage encore vif et non érodé des profils de négatifs semble indiquer un comblement rapide, voire immédiatement successif au creusement de cette structure. Ce comblement comprend deux étapes : la première est matérialisée par un sédiment limoneux et cendreux riche en galets thermofractés et en mobilier céramique non brûlé qui tapisse irrégulièrement le fond de l’aménagement. Lui succède une couche limoneuse brune plus homogène, stérile en matériel archéologique. De telles fosses polylobées sont occasionnellement associées à des sites d’habitats du Bronze (Blouet et al. 1992 : 185 ; Gasco 1989 : 37). La fonction de fosse d’extraction est la plus fréquemment avancée, sans qu’on ait pu pour autant la prouver de façon irréfutable. Dans quelques cas, on a pu appuyer cette interprétation en mettant en évidence une sélection des formations sédimentaires touchées. Cette hypothèse d’interprétation semble ici aussi la plus vraisemblable, les matériaux visés étant en l’occurrence les sables et/ou argiles de la terrasse alluviale. Après exploitation, la structure a été comblée par des vidanges de foyer et des rejets domestiques. Une seconde structure, voisine, présente des similitudes avec celle‑ci, notamment par la structure de ces comblements. Débordant de l’emprise et recoupée au N‑O par un fossé gallo‑romain, elle n’a pu être dégagée que très partiellement. D’une profondeur de 120 cm, elle adopte une configuration plus oblongue que la précédente (240 cm sur au moins 700 cm). Son colmatage hétérogène, riche en fragments de bois, galets, terre cuite, a aussi livré une importante quantité de céramique.

30Une structure en creux irrégulière, mise au jour sur l’intervention voisine du secteur centre‑nord (fosse 94.7‑297), est vraisemblablement à rattacher à cet ensemble de fosses d’extraction.

2.3.2.2. Structures de maintien

31Il s’agit de structures d’une importance capitale dans la mesure où elles sont les seuls témoins de la présence éventuelle de superstructures : leur morphologie peut permettre une première évaluation des types de pieux utilisés, c’est‑à‑dire de leur taille et une première approche de leur rôle, à savoir s’ils sont destinés à supporter de lourdes charges ou non. Leur organisation spatiale est un second paramètre important qui permet d’isoler des assemblages cohérents, et par là, de restituer la nature de ces assemblages (palissades, bâtiments...), ainsi que les modes architecturaux adoptés. Malheureusement, ces structures se sont avérées difficiles à identifier sur le terrain. Concernant cet horizon supérieur, les empreintes de négatifs étaient presque systématiquement effacées et les seules observations effectuées concernent généralement la présence de pierres de calages. L’identification de ces aménagements de calage, basée sur le nombre de pierres, leur position respective et l’existence d’un espace vide plus ou moins central est, dans nombre de cas, sujette à caution. Il semble impossible, à partir de ces données très fragmentaires, de proposer une analyse descriptive détaillée de ces structures et d’en tenter la sériation ; les pierres de calage sont en nombre variable (de 1 à 12), préférentiellement 2 ou 3. Elles sont d’un gabarit généralement restreint, laissant deviner des négatifs d’installation de diamètre réduit (presque toujours moins de 30 cm), et donc de ce fait des pieux d’un faible gabarit. Les quelques creusements perceptibles, peu profonds (entre 10 et 35 cm), révèlent un profil en U, hormis un cas de creusement nettement conique. Concernant la nature des matériaux employés, il s’agit dans une majorité de cas de fragments de galets thermofractés, ce constat impliquant un recyclage quasi systématique des matériaux de vidange de foyers. Secondairement, des blocs de schiste, ou plus rarement de gneiss, apparaissent dans certains assemblages.

2.3.2.3 Concentrations de galets

32Cf. annexe 1, fiches de faits nos 292, 1077, 267.

33Ces structures adoptent des formes variées, des contours plus ou moins bien délimités, en fonction de la densité des galets qui les composent. La distinction entre aménagements de surface et simples zones de rejet de pierres n’est pas toujours facile. Les concentrations de formes très irrégulières peuvent être identifiées comme de probables aires de rejet, et vraisemblablement plus précisément comme des vidanges de foyers, puisqu’elles sont constituées presque exclusivement de galets portant de nettes traces de chauffe. L’identification des structures mieux délimitées, de forme circulaire ou ovalaire, est plus difficile. La présence de galets thermofractés ne suffit pas à caractériser des structures de combustion, puisque, on l’a précédemment vu pour les structures de maintien, ceux‑ci sont réutilisés. L’étude de la dispersion des fragments de galets éclatés au sein d’une structure fournit des indices plus précis pour distinguer les dépôts primaires et secondaires. Sur les premiers, les galets éclatés sont logiquement en place, sur les seconds les remaniements ont dû disperser les éclats. Mais ce schéma doit être manipulé avec précaution : des éclatements postérieurs au rejet des galets fragilisés par la combustion ne sont pas à exclure, non plus que des remaniements partiels de foyers en place. Pour ces raisons, si des observations ponctuelles ont été effectuées, aucune enquête systématique sur le recollage des éclats n’a été entreprise. La présence éventuelle de charbons de bois et de traces de rubéfaction sur le sédiment encaissant est un argument plus incontournable ; mais ces traces sont rarement conservées sur le site, du fait de l’intensité de la transformation de la structure sédimentaire sous l’effet de la pédogenèse. À plus forte raison, la mise en évidence d’éventuelles structures à combustion indirecte, où l’on n’observe ni concentration de charbon ni rubéfaction des parois, s’avère problématique.

2.3.3 La couche d’occupation

34Le terme de couche d’occupation peut paraître usurpé puisqu’on a vu qu’aucune individualisation de la matrice sédimentaire n’est possible. La fréquentation du site est toutefois matérialisée par l’accroissement sensible de la densité d’artefacts sur une épaisseur voisine de 10‑15 cm. La mise en mouvement de matériaux sous l’effet des bioturbations peut partiellement expliquer l’assez forte ampleur de la dispersion verticale. La répartition spatiale de ces apports anthropiques n’a pu être étudiée que sur une aire restreinte (environ 500 m2) du secteur nord pour laquelle les conditions de gisement et de collecte du mobilier présentent une homogénéité suffisante pour garantir la cohérence de l’analyse comparative. La répartition des artefacts est hétérogène (fig. 17). La distribution des galets et éclats de galets thermofractés, très nombreux (près de 10 au m2 : fig. 18), semble elle particulièrement uniforme.

FIG. 17 – Secteur nord : cartographie de la densité des vestiges mobiliers.

FIG. 18 – Niveau d’occupation du Bronze final : relevé d’un carré de fouille du secteur nord montrant la distribution des galets et éclats de galets thermofractés.

35Pour la céramique, la densité moyenne observée est de 9,8 tessons par m2, avec un écart‑type assez important de 9,7. Sur la carte, cinq zones distinctes apparaissent :
– trois zones de forte densité, très localisées : à la pointe sud de la zone test, en E4‑E5 et en G4‑G5 ;
– une zone de densité globalement supérieure à la moyenne, mais très contrastée dans le détail (F2 à F4 et G2 à G4) ;
– une zone médiane de faible densité.

36La dispersion des éléments d’industrie lithique et des restes de faune montre, avec une densité globale bien moindre, la même zonation de l’espace : les variations de concentration de mobilier ne paraissent donc pas sélectives. Il convient toutefois de garder à l’esprit qu’en raison de l’absence de niveau de sol matérialisé, l’image restituée peut être faussée par une perception déficiente de la « couche d’occupation » (amalgame des témoins en place et des vestiges colluviés postérieurement à l’abandon du site).

37Les variations de fragmentation de la céramique, traitées ici, pour des raisons de commodité d’accès aux informations, par le biais du poids moyen de tessons collectés, montrent pour les trois concentrations localisées évoquées une fragmentation moindre (fig. 19).

FIG. 19 – Cartographie du poids moyen des fragments céramiques.

38La portée de ces observations dans le cadre de l’analyse spatiale du site sera ultérieurement abordée.

2.3.4 L’aire de rejet sur berge

39L’étude des niveaux successifs de colmatage du paléochenal traversant le secteur nord a donné l’occasion de collecter un abondant mobilier archéologique associé à cet horizon chronologique du Bronze final I. Les contraintes de fonctionnement, en l’occurrence le respect imposé d’une altitude de fond de fouille donnée, n’ont pas permis d’entreprendre une fouille systématique des comblements du talweg, ni même une exploration exhaustive de la berge. Seule une aire de 50 m2 environ a pu être exploitée de façon méthodique et quelques interventions, limitées en profondeur et principalement motivées par le ramassage de mobilier, complètent nos données. Une part importante du matériel recueilli gisait dans un sédiment alluvial limoneux très organique, correspondant à une zone de faible activité hydrologique. Les concentrations, mêlant galets thermofractés, tessons de céramiques et autres artefacts, prennent l’aspect d’aires d’épandage, plus ou moins denses et mal délimitées et d’épaisseur variable (5‑20 cm) (fig. 20). Elles épousent la déclivité irrégulière des abords du ruisseau. Deux zones de concentration principales ont pu être localisées. La première, au N‑O, a livré essentiellement de la céramique et des éclats de galets. La seconde, plus à l’est, n’a pu faire l’objet de relevé ou être appréhendée dans sa totalité. Elle comprenait, outre la céramique, essentiellement des déchets fauniques, dont quelques‑uns en connexion anatomique. La stratigraphie du talweg révèle que ces couches limoneuses très organiques ont été surcreusées par des microchenaux lors d’épisodes d’intense activité hydrologique. Ces ruissellements, en traversant les aires de rejet, ont entraîné une partie du mobilier qui a été dispersée dans ces chenaux tout au long du secteur exploré. L’homogénéité typologique laisse à penser que l’essentiel du mobilier recueilli dans ces chenaux provient du dépotoir, mais il ne faut toutefois pas exclure que des objets d’autres provenances –voire d’autres horizons chronologiques– aient pu être entraînés. Ces deux modes de dépôts, l’un primaire, l’autre secondaire, bien que très similaires quant au mobilier (fig. 21 à 25) et à l’interprétation de son origine, ne peuvent donc être considérés comme des sources d’information équivalentes.

FIG. 20 – Secteur nord, berge du paléochenal : relevé partiel du niveau d’épandage de déchets.

FIG. 21 – Mobilier du dépotoir du secteur nord : US 19/96, dépôts fins.

FIG. 22 – Céramique d’un chenal du talweg du secteur nord : US 261.

FIG. 23 – Céramique du talweg du secteur nord : US 409, dépôts variés. Formes.

FIG. 24 – Céramique du talweg du secteur nord : US 409, dépôts variés. Formes.

FIG. 25 – Céramique du talweg du secteur nord : US 409, dépôts variés. Décors.

2.4 Le Bronze ancien

2.4.1 Localisation et extension des occupations

40La localisation spatiale des vestiges de l’âge du Bronze ancien montre de fortes similitudes avec l’occupation du Bronze final. La densité des vestiges rend compte, là encore, d’une implantation centrée sur le secteur nord. 310 aménagements anthropiques, soit 90 % des structures rapportées à cette période, sont localisés sur une aire de 3 000 m2. Au‑delà de ce principal foyer d’implantation, la densité de traces d’occupation décroît assez brutalement, mais quelques ensembles dispersés peuvent se rattacher à cet horizon chronologique, sur les secteurs centre‑sud et sud. Toutefois, les nombreuses oblitérations stratigraphiques répertoriées sur le secteur centre‑sud rendent nos observations sur cette zone très lacunaires (fig. 26).

FIG.26 – Structures isolées des secteurs centre‑nord, cetre‑sud et sud.

41La périodisation a permis de répartir une majeure partie des structures archéologiques en deux niveaux distincts (fig. 27 et 28). En revanche, la fouille des niveaux d’occupation connexes ayant été menée par passes mécaniques, faute de césure stratigraphique perceptible, le mobilier issu de ces niveaux n’a pu être ventilé de façon fiable entre ces deux horizons. Enfin, sur les secteurs périphériques du foyer central d’occupation, la faible densité des vestiges n’a pas permis la distinction de ces deux niveaux.

FIG.27 – Plan des vestiges du Bronze ancien, horizon supérieur,secteur nord.

FIG.28 – Plan des vestigues du Bronze ancien, horizon inférieur,secteur nord.

2.4.2 Les aménagements anthropiques, horizon supérieur

42141 structures sont associées à cet horizon. La distinction typologique précédemment employée pour le Bronze final va guider la présentation qui suit.

2.4.2.1 Fosses profondes à fond plat et profil cylindrique ou piriforme

43Cf. annexe 1, fiches de faits nos 1088, 1177, 128, 83, 225, 1042, 1050, 1051, 1052, 1064, 230, 180.

44Sur les 12 fosses profondes attribuées au niveau supérieur, 5 peuvent être, du fait de leur profil caractéristique, considérées comme de vraisemblables structures de conservation de denrées alimentaires. Dans le détail, conformation et volume de contenance varient, mais en moyenne, elles restent proches des structures de ce type observées pour l’horizon du Bronze final (fig. 16).

45D’autres fosses, de profondeur notable, ne correspondent pas aux critères communément associés aux silos : elles montrent des parois plutôt évasées ou cylindriques, des fonds concaves... Il est bien malaisé de restituer leur fonction sur la base de ces caractéristiques, et leurs comblements, à l’exception hypothétique de certains d’entre eux, témoignent de leur abandon et non de leur usage. Le seul aménagement connexe perçu consiste en une série de piquets plantés dans le fond d’une fosse circulaire et plutôt en pourtour. Il n’est malheureusement pas possible de faire déboucher ce constat sur une interprétation.

2.4.2.2 Cuvettes de faible profondeur

46Cf. annexe 1, fiches de faits nos 1137, 1074, 126, 112, 113 et 166.

47Dans la plupart des cas, il n’est pas possible de retracer la fonction de ces fosses au profil peu évocateur et dont le remplissage, souvent composé de rejets de foyers, ne révèle qu’un colmatage d’origine anthropique successif à l’abandon de la structure. Quelques cas méritent toutefois d’être mentionnés.

2.4.2.3 Structures de maintien

48Alors que pour l’horizon Bronze final ces structures sont matérialisées presque exclusivement par des systèmes de calage de galets sans trace de creusement conservée, on a pu observer, pour le niveau supérieur du Bronze ancien, la prédominance de négatifs de trous de poteaux nettement visibles, la plupart du temps dépourvus de systèmes de calage. Sur le secteur nord, 35 structures de maintien ont été recensées pour cet horizon. Parmi elles, on dénombre 28 trous de poteaux répondant à ces critères. Les comblements présentent tous de fortes analogies : ils sont homogènes, constitués d’un sédiment similaire au matériau composant l’horizon pédologique A1, mais plus meuble et à teneur organique plus forte. Ils témoignent vraisemblablement d’un phénomène global de scellement naturel, après destruction et disparition des structures de bois, sous l’effet du colluvionnement.

2.4.2.4 Empierrements

49Cf. annexe 1, fiche de faits no 226.

50Tout autant que pour les vestiges de la phase d’occupation ultérieure, la distinction entre rejets de foyer et foyers en place s’avère périlleuse ; parmi les concentrations de galets relevées, une seule semble présenter des indices suffisants pour supposer une combustion in situ.

2.4.3 Les aménagements anthropiques, horizon inférieur

51La densité de vestiges est, pour cet horizon, comparable à celle observée pour le précédent, avec 158 aménagements relevés sur une aire couvrant sensiblement la même étendue.

2.4.3.1 Fosses et cuvettes

52La gamme des fosses cuvettes inventoriées n’affiche aucun caractère d’originalité par rapport à celle précédemment présentée. On peut distinguer les fosses profondes (profondeur > 40 cm), à fond plat, de profil cylindrique, tronconique fermé ou piriforme et les cuvettes de faible profondeur, généralement de forme ovale et de profil concave évasé.

Fosses profondes à fond plat et profil piriforme

53Cf. annexe 1, fiches de faits nos 1040, 1091, 111, 171, 194 et 1072.

54Quatre structures présentent le profil type des fosses‑silos. Leur contenance varie entre 0,9 et 2 m3, la valeur moyenne s’établissant à 1,4 m3. Une cinquième structure, morphologiquement plus marginale, présente toutefois un volume proche et pourrait être rattachée à cette même fonction de stockage de denrées alimentaires. Enfin, on a isolé une structure cylindrique, de forme et de gabarit semblables à ceux d’un aménagement du niveau supérieur, dont il est difficile d’établir la destination.

Cuvettes de faible profondeur

55Cf. annexe 1, fiches de faits nos 1024, 1097, 1140, 1125 et 1139.

56La catégorie englobe des faits hétéroclites par leurs dimensions, leur forme et les modalités de leur remplissage. Dans la plupart des cas, ces creusements sont très superficiels, sans trace d’aménagement particulier. Certains ne sont apparus qu’au niveau de l’horizon altéré Btb, de couleur orangée bien particulière (cf. supra § 1.2.3) et il est possible d’envisager, pour partie d’entre eux, qu’ils soient en fait les fonds de structures postérieures plus profondes non perçues lors de la fouille, les problèmes de lisibilité étant plus à mettre en cause que des arasements éventuels. Plusieurs de ces structures portent les traces d’aménagements particuliers malheureusement peu révélatrices et, hormis le cas des fosses‑foyers, il est généralement impossible d’attribuer une fonction précise à ces témoins d’activité. Parmi les structures de ce type recensées, cinq méritent une attention particulière.

2.4.3.2 Structures de maintien

57Les structures de maintien associées à cet horizon présentent de fortes similitudes avec celles identifiées au niveau supérieur : les trous de poteaux sont beaucoup plus fréquents que les simples calages de galets (sur l’une des interventions du secteur nord, les 34 structures de maintien dénombrées se répartissent en 31 trous de poteaux et 3 calages). Les gabarits restent modestes, tant en ce qui concerne les diamètres que les profondeurs. Les profils sont relativement variés : concaves, à fond plat ou en entonnoir.

2.4.3.3 Concentrations de galets

58Cf. annexe 1, fiche de faits no 270.

59Une douzaine d’empierrements de surface ont été recensés sur ce niveau. Ils sont presque tous composés de galets chauffés et deux hypothèses d’interprétation sont généralement confrontées : les rejets de galets de chauffe, non réutilisables dans les foyers, et les foyers en place. Le choix de l’une ou l’autre de ces hypothèses repose plus sur la concordance d’indices (organisation de l’assemblage, présence de restes de combustible, traces de combustion sur le sédiment encaissant) que sur la vaine recherche de preuve irréfutable. De cette analyse, une seule structure ressort comme étant un foyer probable. Les autres amas de pierres relevés, à l’aspect d’épandages mal circonscrits et plus ou moins denses, sont plus probablement à assimiler à des rejets.

2.4.4 Les aménagements anthropiques non phasés du Bronze ancien

60Cf. annexe 1, fiches de faits nos 134, 10, 36, 46, 81 et 91.

61Un certain nombre de faits anthropiques attribuables à l’âge du Bronze ancien n’ont pu faire l’objet d’une ventilation fiable entre horizon supérieur et horizon inférieur, Il s’agit de vestiges localisés dans des zones à faible densité d’implantation, où les niveaux d’occupation ne sont topographiquement pas restituables (secteurs centre‑nord, centre‑sud et sud ; fig. 26).

62Dispersés sur l’emprise couverte par deux secteurs, une dizaine de faits ont pu être rattachés au Bronze ancien, grâce au faciès typologique du mobilier qu’ils ont livré et/ou à leur position relative au sein de la séquence stratigraphique. Ces aménagements sont de types variés et s’insèrent parfaitement dans la typologie des structures observées sur la zone de forte implantation.

2.4.5 Les couches d’occupation

63L’analyse des niveaux d’occupation de l’âge du Bronze ancien nous confronte à des obstacles insurmontables. Nous ne reviendrons pas sur la disparition totale des interfaces de sols d’occupation, déjà évoquée dans le cas du Bronze final. Mais alors que pour ce dernier, la fréquentation du site s’était traduite par un apport relativement massif de matériaux allogènes (mobilier archéologique, galets...) permettant de localiser et de suivre avec une certaine fiabilité le niveau d’occupation, il n’en est pas de même au Bronze ancien. Hormis les empierrements décrits en tant que structures, on note l’absence quasi totale de galets et d’éclats de galets à ce niveau de la séquence sédimentaire. Les tests de répartition du mobilier archéologique mettent certes en évidence une densification de ce dernier à la base de l’horizon A1 sur une épaisseur oscillant entre 10 et 40 cm (fig. 14), mais cette concentration est sans commune mesure avec celle observée au Bronze final, L’exemple des quantités de mobilier collecté sur deux unités spatiales de fouille du secteur nord est à cet égard révélateur : la fouille des niveaux du Bronze final des carrés E4 et F4 a permis de collecter respectivement 422 et 264 tessons de céramique. Sur ces mêmes carrés, les niveaux des horizons du Bronze ancien n’ont livré que 12 et 83 tessons. Le corollaire de cette dispersion extrême est l’impossibilité d’opérer une distinction fiable entre ces deux occupations, si ce n’est très localement, lorsque l’abondance des structures a fourni des repères suffisants pour extrapoler la césure entre les couches d’occupation. Le mobilier, collecté par passes mécaniques, n’a donc pu être ventilé et cet amalgame forcé a pour conséquence de rendre quasi caduque toute démarche d’analyse de répartition.

2.5 Les vestiges non périodisés

64Il s’est avéré impossible dans quelques cas extrêmes de déterminer la chronologie de structures incluses dans l’horizon sédimentaire protohistorique, du fait de l’absence de mobilier typochronologiquement déterminant et de l’oblitération partielle ou de l’altération de la séquence stratigraphique. Il nous a toutefois semblé important de ne pas complètement soustraire ces sujets de notre propos ; ils sont fort probablement à associer à l’une des occupations identifiées sur le site et méritent ainsi d’être pris en considération dans le cadre de l’analyse spatiale du site. Ces cas de figure concernent deux secteurs du site :
– le secteur centre‑sud (fig. 29). Il n’a pas fait l’objet d’une fouille extensive, mais d’une évaluation poussée qui s’est traduite par la réalisation de six tranchées parallèles, perpendiculaires au versant. Les quelques témoins d’occupation mis au jour au sein de l’horizon A1 sont disséminés sur une surface importante, ce qui rend difficiles les liaisons stratigraphiques et les regroupements. Les structures observées comprennent cinq fosses en cuvette, trois empierrements et une fosse‑silo (cf. annexe 1, fiches de faits nos 10, 4, 8 et 2, p. 74) ; 
– sur la berge du paléochenal du secteur nord, c’est l’altération subie par la séquence stratigraphique sous l’effet des processus hydrologiques qui nous prive de tout repère de chronologie relative. Outre la fosse‑silo déjà présentée, deux petites structures empierrées n’ont pu être insérées dans un contexte précis (cf. annexe 1, fiches de faits nos 89 et 92, p. 74).

FIG. 29 – Plan des vestiges non sud.

Annexe 1 Fiches de faits

Notes

1 Les données brutes et les premières interprétations concernant les vestiges protohistoriques sont consignées dans les différents rapports d’intervention : Taras 1995 ; Jacquet 1995 ; Vermeulen 1995 ; Nourissat, Roussel 1994 ; Frascone 1995 ; Best, Ramponi 1995 ; Nourissat 1995 ; Best, Widlak 1995.

2 Pour les questions de vocabulaire et de typologie des structures domestiques, voir en particulier Gasco 1985.

Table des illustrations

Légende FIG.13 – Blocs diagrammes stratigraphiques et répartition verticale du mobilier.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44183/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende FIG. 14 – Typologie des structures.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44183/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende FIG.15 – Plan des vestiges du Bronze final du secteur nord.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44183/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende FIG. 16 – Morphométrie des fosses profondes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44183/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende FIG. 17 – Secteur nord : cartographie de la densité des vestiges mobiliers.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44183/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende FIG. 18 – Niveau d’occupation du Bronze final : relevé d’un carré de fouille du secteur nord montrant la distribution des galets et éclats de galets thermofractés.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44183/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende FIG. 19 – Cartographie du poids moyen des fragments céramiques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44183/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende FIG. 20 – Secteur nord, berge du paléochenal : relevé partiel du niveau d’épandage de déchets.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44183/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende FIG. 21 – Mobilier du dépotoir du secteur nord : US 19/96, dépôts fins.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44183/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende FIG. 22 – Céramique d’un chenal du talweg du secteur nord : US 261.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44183/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende FIG. 23 – Céramique du talweg du secteur nord : US 409, dépôts variés. Formes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44183/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende FIG. 24 – Céramique du talweg du secteur nord : US 409, dépôts variés. Formes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44183/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende FIG. 25 – Céramique du talweg du secteur nord : US 409, dépôts variés. Décors.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44183/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende FIG.26 – Structures isolées des secteurs centre‑nord, cetre‑sud et sud.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44183/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende FIG.27 – Plan des vestiges du Bronze ancien, horizon supérieur,secteur nord.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44183/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende FIG.28 – Plan des vestigues du Bronze ancien, horizon inférieur,secteur nord.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44183/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende FIG. 29 – Plan des vestiges non sud.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44183/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44183/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 702k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44183/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 613k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44183/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 401k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44183/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 756k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44183/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 526k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44183/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 422k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44183/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44183/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 476k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44183/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44183/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 365k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44183/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 383k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44183/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 525k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44183/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44183/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44183/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 711k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44183/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 426k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44183/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 554k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44183/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44183/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 645k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44183/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44183/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 649k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search