Version classiqueVersion mobile

Habitats de l’âge du Bronze à Lyon-Vaise (Rhône)

 | 
Pierre Jacquet

Chapitre 1. Le site

Pierre Jacquet, Odile Franc et Pascal Bertran

Texte intégral

1.1 De la population parente à la population étudiée : la valeur de l’observation archéologique

1Dans le développement de cette première partie, une place conséquente va être ménagée à la présentation du contexte naturel et des modalités du déroulement de l’opération du Boulevard périphérique nord de Lyon. Il ne s’agit pas là de brosser un simple décor, mais d’analyser en détail certains facteurs qui sous‑tendent en grande part la valeur de l’information recueillie et donc son intérêt potentiel. La justesse de l’image que nous pouvons restituer d’une présence humaine passée en un lieu donné repose sur la qualité des traces qui subsistent de cette présence et sur le regard que nous portons à ces témoins. Sur l’état de conservation des vestiges, l’archéologue ne peut se livrer qu’à un constat passif. Mais ce constat est plus important qu’il n’y paraît. Il conditionne l’appréciation de la représentativité des vestiges observables, c’est‑à‑dire la mesure du décalage entre les témoins subsistants et l’occupation étudiée. Cet examen des dégradations et des destructions subies par les niveaux archéologiques implique la prise en compte de facteurs naturels et de facteurs anthropiques : sur les gisements du Boulevard périphérique nord de Lyon, la complexité de ces facteurs explique les efforts déployés pour la bonne compréhension des processus de sédimentation et d’érosion naturels, ainsi que des phénomènes d’arasement et d’excavation liés à l’évolution de l’emprise humaine sur le site.

2Enfin, la qualité de l’information recueillie dépend des méthodes d’approche, de collecte et de traitement mises en œuvre. Il est à cet égard fondamental de souligner les particularités d’une opération d’archéologie préventive, dont les contraintes et les potentialités divergent sensiblement de celles rencontrées dans le cadre de la recherche programmée et engendrent une méthodologie radicalement différente.

1.2 Les conditions de conservation : les équilibres naturels

1.2.1 Le contexte géomorphologique

3La situation géographique et topographique des gisements détermine en grande part la nature des processus de sédimentation observés. Notre aire d’étude s’étend sur la partie de base du versant qui sépare le plateau de la Duchère, culminant à 260 m d’altitude, de la partie septentrionale de la plaine de Vaise à 170‑175 m d’altitude (fig. 1). Cette dernière s’étale à l’ouest de la Saône, actuellement distante de 600 m du versant. De part et d’autre du tronçon exploré, des ruisseaux entaillent le versant, traversent la plaine et viennent se déverser dans la rivière. À une altitude comprise entre 172 et 180 m, les vestiges occupent un replat en pied de versant, qui accuse une pente relativement douce (4,6 % contre 12,4 % pour l’ensemble du versant). Extrémité orientale du Massif central, le plateau lyonnais, auquel appartient le plateau de la Duchère, est constitué de terrains cristallins et cristallophylliens dont l’altitude avoisine 300 m. Sur ce socle granito‑gneissique (anatexite), qui affleure par endroits sur le versant, reposent les alluvions rhodaniennes du Pliocène supérieur (gros galets de quartzite à matrice argileuse) et les alluvions fines würmiennes déposées le long des versants qui constituent la base de la stratigraphie mise au jour sur le site. Ces deux types d’alluvions sont recouvertes par des placages de lœss calcaires (fig. 2).

FIG. 1 – Localisation de l’opération archéologique du Périphérique nord de Lyon.

FIG. 2 – Coupe géologique du versant.

4La Saône, au Tardiglaciaire, a isolé ces dépôts en une basse terrasse à la faveur du retrait glaciaire et de l’abaissement du niveau de base rhodanien. La plaine de Vaise, alors à l’altitude de 157,70 m (Bravard et al. 1997), s’est ensuite comblée très lentement du Dryas final au Préboréal jusqu’à la cote de 164 m, qui ne sera jamais dépassée par la suite. Le site, dès lors en position surélevée, est affranchi des crues et soumis à sa propre évolution. Les ruisseaux, qui descendent des versants, suivent, également par érosion régressive, le niveau de remplissage de la plaine puisque les alluvions d’un talweg ancien sont datées sur le site des Bassins SNCF de 11235 ± 95 ans BP Lyon‑196 (OxA) à l’altitude de 177,20 m en pied de versant.

5La basse terrasse, comprise entre 170 et 177 m d’altitude, est recouverte par des lœss puis des dépôts de pente d’une puissance de 5 m au maximum, dans lesquels s’intercalent les témoins de l’occupation humaine. Quatre zones d’accumulation détritique importante (talwegs ou cônes de déjection) à fonctionnement diachronique ont été mises en évidence le long du versant étudié. Elles sont séparées par des zones plus stables et synchrones, caractérisées par le développement d’un paléosol complexe pendant une grande partie de l’Holocène. Cette stratigraphie se développe de façon relativement constante sur l’ensemble du site sauf sur les deux extrémités, qui, par leur position surélevée (pointement du rocher), ont fonctionné comme des zones d’érosion privilégiée. Ces deux extrémités sont les reliefs originaux les plus marqués du site. L’accumulation stratigraphique au cours du temps finira par les atténuer, en particulier avant l’occupation du Bronze.

1.2.2 Les moteurs de la dynamique

6De par sa situation géomorphologique, le site a fonctionné principalement en récepteur des formations géologiques remaniées issues du plateau ou du haut du versant, sauf dans les zones de talweg où l’érosion est intermittente et dans les zones où le substratum est affleurant, aux extrémités S‑O et N‑E de l’emprise fouillée. Ainsi on définit des zones d’érosion et d’accumulation différentielles, ce qui réduit quelque peu l’emprise originale de fouille.

7Deux processus fondamentaux rythment l’évolution sédimentaire du site : le dépôt des produits de l’érosion des versants et, plus localement, l’alluvionnement des ruisseaux descendant du plateau. Par son altitude et pour les raisons évoquées précédemment, le site est affranchi des inondations de la Saône depuis le Tardiglaciaire.

1.2.3 Les processus sédimentaires et pédologiques

1.2.3.1 Le bilan

8Le bilan sédimentaire s’avère globalement propice à une bonne conservation des vestiges. À l’exception des talwegs, bien localisés, on n’observe aucun phénomène érosif important et aucune trace de mouvement en masse du sol. L’accrétion verticale de ce dernier, permanente, bien que d’intensité variable, assure au contraire la fossilisation des traces d’occupations successives. L’épaisseur de sédiments séparant les traces anthropiques protohistoriques les plus anciennes des premiers vestiges gallo‑romains oscille ainsi entre 40 et 100 cm, selon la position sur le versant.

9Les processus pédologiques sont en revanche les principaux agents de la dégradation des témoins anthropiques. Par le biais des bioturbations, c’est l’ensemble des signatures stratigraphiques qui a été affecté de manière intense (Bertran 1994) : disparition des sols d’occupation, dont la présence n’a même pas pu être révélée par les examens micromorphologiques, effacement partiel des empreintes de structures en creux, déplacements verticaux probables des petits éléments mobiliers.

FIG. 3 – Séquence stratigraphique type du site.

1.2.3.2 La séquence stratigraphique

10Avant d’aborder les processus de sédimentation et de pédogenèse, il paraît important de présenter la stratigraphie de manière descriptive, telle qu’elle a pu être analysée sur le terrain lors de la fouille, en rappelant que cette analyse a conditionné en grande part les choix méthodologiques de décapage.

  • 1 Pour la commodité de lecture, on ne fera pas dans le texte référence aux multiples interventions de (...)

11Cette séquence stratigraphique (fig. 3), commune, à quelques variations près, à l’ensemble du tracé, fait apparaître, avec plus ou moins de netteté selon les secteurs1, une succession de cinq couches au‑dessus du substrat géologique, à savoir, de bas en haut :
– un limon brun‑jaune pâle, massif, dont l’épaisseur atteint par endroits 150 cm ;
– un limon argileux brun‑gris, peu épais (10‑20 cm), peu visible ou même indécelable sur certains secteurs. Seule l’interface avec la couche précédente est tranchée ;
– un limon argileux brun orangé compact, d’épaisseur très variable, bien distinct sur certains secteurs (secteur nord), mal caractérisé sur d’autres (secteur centre‑nord)
– un limon brun peu compact, présentant parfois des nuances de teinte (partie inférieure plus sombre) et relativement hétérogène dans sa structure. Dans sa partie sommitale, la densité de petits galets s’accroît fortement. L’épaisseur du dépôt varie entre 10 et 80 cm ;
– un limon sableux brun à galets dispersés, très abondants dans sa partie supérieure. La transition avec la couche précédente est progressive,

12L’histoire sédimentaire et pédologique de cette séquence permet d’en expliquer les caractéristiques : la transition supérieure entre le lœss calcaire, d’une puissance maximale de 150 cm, et l’horizon sus‑jacent est matérialisée par des traînées verticales brunes (bioturbations) et représente, sur le plan pédologique, un horizon d’accumulation des carbonates (C’ca). Parallèlement à l’agradation progressive de la séquence stratigraphique par colluvionnement, se développe un paléosol complexe, étudié par analyse micromorphologique. Un premier horizon A’1b humique évolue progressivement vers un sol lessivé au fur et à mesure de son enfouissement sous les apports colluviaux de versant et de la transformation des conditions environnementales (installation d’une forêt tempérée à l’Atlantique). Les horizons pédologique sus‑jacents renferment les premiers témoins de l’occupation du site : artefacts mésolithiques et néolithiques au sein de l’horizon Btb, vestiges des occupations protohistoriques au sein de l’horizon A1 b et dans les colluvions fines suivantes. La continuité des processus géodynamiques est rompue postérieurement à ces dernières, avec un apport colluvial massif de limons brun‑beige à galets de quartzite de plus en plus gros vers le sommet de la séquence. Ces limons à galets fossilisent l’occupation gallo‑romaine.

1.2.3.3 Une évolution topographique différenciée

13L’agradation du sol, aux périodes préhistorique et protohistorique, a vu son ampleur varier, dans l’espace et dans le temps, sous l’effet de trois facteurs imbriqués.

14Les irrégularités topographiques du substrat (cuvettes, bosses, variations de pendages ; fig. 4) ont localement modifié les paramètres de base de cette dynamique de pente, provoquent l’accentuation de l’accumulation sédimentaire dans les creux, ou au contraire la limitation des dépôts sur les parties hautes (Franc 1996 : 12). L’évolution a tendu progressivement à un équilibre par lente atténuation des contrastes topographiques. Ce qui signifie que plus on s’éloigne chronologiquement du stade « initial », moins la topographie des niveaux d’occupation est calquée sur celle du substrat géologique. Cette logique permet notamment d’expliquer l’absence totale de sédimentation durant la période protohistorique sur certains secteurs du tronçon : ainsi sur une partie de la Duchère, où le lœss affleure directement sur le gneiss jusqu’à l’altitude maximale de 183,50 m, ou, un peu plus bas sur ce même secteur, là où l’accentuation de la pente n’a pas permis le développement de la séquence sédimentaire concernée. Inversement, la présence d’une forte dépression du lœss au centre de ce secteur de la Duchère explique l’épaisseur de la séquence protohistorique, qui atteint 160 cm à son maximum (Franc 1996 : 25). Plus au nord, sur le secteur Rue Mouillard, une anomalie dans la couverture lœssique détermine la présence d’une échancrure dans le versant, qui va rester perceptible dans la topographie des trois phases d’occupation protohistoriques. Enfin, au niveau d’une butte dessinée par un cône de déjection tardiglaciaire sur le secteur nord entre le paléochenal et la zone archéologiquement la plus dense, on observe une forte atténuation de la puissance de la séquence protohistorique.

FIG. 4 – Relevé topographique partiel du toit de lœss : secteurs nord et centre‑nord.

15Un second facteur interfère avec la topographie pour moduler spatialement le rythme de développement sédimentaire. Il s’agit des apports anthropiques : d’une part l’occupation implique, via les différents aménagements construits, l’apport de matériaux allochtones (bois, terre, empierrements) et, d’autre part, la fréquentation en elle‑même se traduit par une production plus intense de matières organiques contribuant à l’agradation des sols. Certes, il s’avère impossible de faire la part entre la matière organique d’origine anthropique et la matière issue de la décomposition naturelle de la couverture végétale : si l’on excepte une zone du secteur centre‑nord, il y a toujours un horizon brun sur le site, alors que l’occupation –à en juger par la répartition des vestiges d’aménagements– ne s’est pas étendue à tout le tracé. Il n’en reste pas moins vrai qu’occupation et activités humaines peuvent contribuer à expliquer l’épaisseur particulière de l’horizon A1 sur le secteur nord (Franc 1996 : 30‑31).

16L’impact de l’activité humaine sur le milieu naturel engendre un troisième paramètre affectant les modalités de sédimentation. Il s’exerce essentiellement par la modification des couvertures végétales (défrichages, cultures) qui jouent un rôle important dans la détermination de la nature et de la mobilité des sols. Ainsi, le secteur de la Duchère, qui semble fonctionner au Bronze final comme une zone d’érosion, serait une zone largement défrichée à ce moment donné.

17L’ensemble de ces facteurs explique l’épaisseur irrégulière de la séquence sédimentaire protohistorique, les données disponibles étant résumées sur les coupes synthétiques de la figure 5.

FIG. 5 – Profils stratigraphiques longitudinaux.

1.2.3.4 Les talwegs

18(Franc 1996 : 32 sqq. ; Bertran et al. à paraître a)

19Ce profil stratigraphique, répété sans grandes variations sur l’ensemble de l’emprise de l’opération, est perturbé par quelques phénomènes localisés, liés au parcours de paléoruisseaux le long du versant (fig. 6). Le plus important de ces talwegs pour les occupations protohistoriques est situé en bordure N‑O de l’emprise de fouille. Il fonctionne de façon intermittente, et notamment avant la mise en place du paléosol. Entaillant le substrat sur plus de 3 m de profondeur, il est essentiellement colmaté par des matériaux à texture fine, riches en matière organique, dont le litage est généralement très oblitéré par l’activité biologique (fig. 7). Latéralement, les dépôts organiques passent à un sol à pseu dogley, à traînées grises verticales et nombreuses taches d’oxydation dues à la présence d’une nappe phréatique temporaire. Les caractères hydromorphes s’atténuent rapidement en s’éloignant du talweg et la transition s’opère avec le sol lessivé décrit précédemment. La charge grossière des petits chenaux, d’une largeur d’un demi‑mètre, qui se développent dans la partie centrale du talweg, est essentiellement constituée par des éléments carbonatés de la dimension des graviers. Il s’agit de nodules poreux, souvent fragmentés et émoussés, correspondant probablement à des encroûtements d’origine algaire. Ces dépôts témoignent donc d’écoulements de faible énergie, relativement pérennes, permettant le développement d’une abondante végétation hygrophile et liés au fonctionnement d’une source carbonatée. Cet épisode semble interrompu dès la période gallo‑romaine, époque à laquelle le site est partiellement aménagé en terrasse et voit se développer diverses constructions.

20Plus au sud, on observe une seconde zone partiellement arasée par des phénomènes de ruissellement concentré. Le colmatage, nettement moins bien caractérisé qu’il ne l’est pour le premier talweg, est constitué d’un matériau similaire à celui de la couche qui le fossilise, à savoir des limons bruns à galets de quartzite. Cette formation ne se met en place que postérieurement aux occupations protohistoriques, durant la période gallo‑romaine.

FIG. 6 – Plan d’emprise des paléochenaux du secteur nord.

FIG. 7a plan d’emprise du talweg septentrional ; b coupe transversale du talweg septentrional.

1.3 Les conditions de conservation : les facteurs anthropiques de dégradation

21Le bilan de 2 000 ans d’occupation historique sur le site est contrasté ; les destructions liées au développement du bâti restent mineures, à la fois en raison de sa localisation excentrée et de la situation topographique des gisements. Les arasements ponctuels sont toutefois suffisamment nombreux pour oblitérer une part non négligeable de l’information. Notre vision du secteur central de l’aire de fouille est tout particulièrement brouillée par ces perturbations, souvent linéaires, qui scindent transversalement l’opération et constituent autant de césures gênant la mise en phases stratigraphiques des différents secteurs. Trois types d’actions peuvent être incriminés.

1.3.1 Les aménagements de la topographie du versant

22(FIG. 8)

23Ils sont perceptibles à l’époque gallo‑romaine, au sud de l’aire étudiée, par la présence de deux murs de terrasses (Best, Ramponi 1995). L’ampleur du décaissement accompagnant éventuellement leur construction n’a pu être évaluée, mais celui‑ci concerne de toute façon une aire à proximité de laquelle aucun témoin d’occupation protohistorique n’a été observé. Un second aménagement d’importance a été mis en évidence sur la bordure orientale de la partie nord de l’intervention, à la base du versant (Jacquet 1995). Il ne s’agit pas là à proprement parler d’un aménagement de terrasse, mais d’un décaissement qui entaille les niveaux inférieurs en biseau, selon une pente d’angle variable, semble‑t‑il toujours inférieur à 25 %. Les relevés altimétriques effectués sur les niveaux de sol et la base des structures de surface ont permis de restituer approximativement le tracé de cet aménagement, assez irrégulier. Perpendiculaire à la pente sur le segment nord de son tracé, il s’infléchit ensuite vers le sud, où il s’estompe progressivement, Il génère ainsi, entre des niveaux d’occupation synchrones, un dénivelé atteignant à son maximum 2,50 m. Cet enlèvement de matériau explique l’oblitération complète des vestiges protohistoriques sur la zone concernée, la séquence stratigraphique montrant la superposition directe des niveaux gallo‑romains et du lœss ruisselé.

FIG. 8 – Plan des aménagements de versant gallo‑romains : A, B murs de terrasse ; C rectification du profil du versant.

FIG. 9 – Plan des voies gallo‑romaines et du chemin médiéval.

1.3.2 La construction d’éléments de voirie

24(FIG. 9)

25Deux tronçons de voies gallo‑romaines traversent l’emprise du site dans sa section centrale (Frascone à paraître). La première voie, datée du iers. ap. J.‑C., est orientée N‑O/S‑O, selon l’axe de la pente du versant. Sa construction n’a pas directement affecté les niveaux protohistoriques. En revanche, le creusement de deux larges fossés latéraux, vraisemblablement destinés à jouer le rôle de drains, dont la profondeur avoisine 2 m, a détruit les éventuels vestiges antérieurs. Plus au nord, la seconde voie, qui semble supplanter la première durant le ive s. ap. J.‑C., inscrit son tracé dans un axe N‑N‑O/S‑S‑E. Sa structure diffère sensiblement de la précédente. Si elle n’est flanquée d’aucun fossé de drainage, l’examen de sa coupe transversale montre que la succession de radiers qui la compose repose sur une saignée pratiquée dans les terrains encaissants, entaillant ceux‑ci jusqu’au lœss. Enfin un chemin creux médiéval dessinant un léger coude parcourt le site sur une distance de 130 m. Malgré l’importance de la séquence sédimentaire antique, il traverse par endroits celle‑ci dans sa totalité et arase partiellement les niveaux protohistoriques sur son tracé.

1 3.3 Le bâti et les traces d’activité

26(FIG. 10)

27Durant les périodes gallo‑romaine et médiévale, schématiquement, sans prendre en compte les fluctuations de détail du développement urbain, le versant occidental de la plaine de Vaise ne présente pas les caractères d’une zone urbanisée, mais plutôt ceux d’une aire périphérique de transition entre espaces urbain et rural. Par sa nature et sa densité, le bâti reflète parfaitement cette situation particulière. Sous le Haut‑Empire, les quelques fonds de cabanes identifiés sur le site sont des aménagements trop superficiels pour perturber de façon significative les précédents témoins d’occupation. Le Bas‑Empire voit l’implantation d’un bâtiment plus imposant, à murs maçonnés (Frascone à paraître) ; mais il est construit sur la zone excavée décrite plus haut et est implanté directement dans le substrat naturel. Enfin, les quelques fondations de bâtiments médiévaux mis au jour, principalement dans la partie centrale de l’emprise, sont trop peu profondément ancrées pour atteindre les horizons protohistoriques (Vicard 1996). À ces bâtiments sont à ajouter diverses structures attestant d’activités variées : quelques fossés, drains ou fragments de parcellaires. Ces aménagements superficiels ou intéressant une emprise très réduite se sont révélés peu destructifs. Tel n’est pas le cas d’une vaste fosse d’extraction, gallo‑romaine, qui vient perturber la séquence stratigraphique sur une surface de 80 m2 et une profondeur de près de 2,50 m (Jacquet 1995).

FIG. 10 – Bâtiments et vestiges divers d’époque historique.

1.3.4 Les aménagements contemporains

28La zone nord de l’emprise, qui s’est révélée être la plus riche en vestiges protohistoriques, a en outre été affectée à l’époque contemporaine par la construction de deux grands bassins bétonnés destinés à servir de réserve d’eau à la gare ferroviaire proche. Entaillés dans la partie médiane du versant, ces bassins sont inclus approximativement pour moitié dans l’aire de fouille. Leur réalisation a nécessité le décaissement d’une masse considérable de sédiment et, sur la marge N‑O du chantier, les niveaux protohistoriques sont partiellement arasés. Par ailleurs, plus à l’est, ces niveaux sont perturbés par les installations de vidange de ces réservoirs (canalisations enterrées, structures abritant les vannes).

1.3.5 Les hiatus de l’histoire humaine du site

29La distribution chronologique des vestiges anthropiques laisse percevoir des hiatus importants dans l’histoire de l’occupation du site. Certaines de ces absences peuvent être dues à la destruction des témoins stratigraphiques, sous l’effet de phénomènes érosifs importants. C’est peut‑être le cas pour les occupations préhistoriques, révélées par la présence d’un mobilier peu déplacé, mais pour lesquelles aucune structure anthropique ne vient prouver l’implantation de l’homme, à de très rares exceptions près. La plus notable d’entre elles est un four (de potier ?), localisé sur la berge du paléochenal du secteur nord, attribué par datations au radiocarbone au Néolithique. Cependant, à partir de la Protohistoire, l’éventualité de phénomènes érosifs importants semble à écarter et les arasements d’origine anthropique sont, on l’a vu, localisés et bien identifiables. Force est donc de constater le caractère épisodique de l’occupation du site, jusqu’aux Temps modernes et son insertion dans l’espace urbain lyonnais. Les occupations historiques présentent la plus forte durabilité : en relation avec la vie urbaine, la maladrerie évolue durant plusieurs siècles. L’implantation gallo‑romaine sur le versant, bien que diffuse et plusieurs fois remaniée, semble continue entre les ier et ive s. de notre ère. La Protohistoire livre une vision plus hachée de l’évolution du versant. Trois occupations principales, concernant deux horizons chronologiques, peuvent être distinguées. Sans argumentation stratigraphique précise, il est difficile d’évaluer leur importance en terme de durée (cf. § 6.4.2). Les périodes qui s’intercalent entre ces occupations ne sont pas toutes totalement absentes du site : le Bronze final III est représenté par une fosse et la période de Hallstatt par un foyer et une fosse ayant livré, entre autres éléments mobiliers, de l’amphore massaliote. Ainsi, si aucune implantation majeure (habitat, zone funéraire...) n’a pu, pour ces périodes, être reconnue sur le tracé, il n’en reste pas moins vrai que le site est exploité ou fréquenté et qu’on peut en déduire la présence d’un habitat à proximité. Par contre, durant La Tène, ou plus précisément les cinq siècles précédant notre ère, le site semble inoccupé et à l’écart de toute implantation humaine majeure.

1.4 Choix et contraintes : aperçu méthodologique

30L’archéologie préventive impose au chercheur de lourdes contraintes de fonctionnement ; elle lui présente en contrepartie des perspectives rarement offertes lors des opérations de recherche programmée. Sur le Boulevard périphérique nord de Lyon, comme pour les opérations de même nature, l’enjeu a ainsi consisté à tirer un profit maximal de ces possibilités, tout en s’adaptant aux contraintes. Cet exercice d’équilibre explique non seulement la singularité des conditions de travail, mais également celle de toute la démarche, depuis le choix des objectifs jusqu’à l’exploitation de l’information, en passant par la gestion du terrain.

1.4.1 Stratégie, adaptation et improvisation

31Sur la base des données fournies par la campagne d’évaluation (Franc, Vermeulen 1994) et d’une liste impressionnante de contraintes techniques, la liberté laissée aux archéologues dans l’initiation d’une stratégie de fouille a été nécessairement restreinte et la part des critères scientifiques dans la définition des orientations a pu sembler mineure. Il n’est pas inutile de rappeler brièvement les principes ayant tracé le cadre de l’opération. Tout d’abord, l’emplacement et la conformation de l’emprise de fouille sont tributaires du projet d’aménagement final. Autrement dit, ni le choix de cette localisation en pied de versant, ni celui d’une emprise linéaire couvrant environ 4 ha (1 km x 40 m en moyenne), orientée perpendiculairement à l’axe de la pente, ne procèdent de critères dictés par des problématiques scientifiques, voire de méthodes théoriques d’échantillonnage. De même, en cours de déroulement de l’opération, toute extension de l’aire d’étude en réponse aux exigences scientifiques des découvertes est impossible. L’exploration d’une surface d’une telle ampleur constitue par contre une opportunité d’un grand intérêt. Elle a permis d’envisager non seulement l’étude de noyaux d’implantation humaine, mais aussi celle de leur environnement. Elle a d’autre part permis de déboucher sur des interprétations, en terme d’évolution, ayant valeur de modèle pour l’ensemble du versant.

32La gestion de l’emprise définie a dû se plier aux impératifs du calendrier de l’aménageur. Ces exigences, associées aux contraintes du contexte urbain (maintien d’axes de circulation), ont imposé le morcellement de l’opération en une quinzaine d’interventions, préalablement délimitées (fig. 11). L’enchaînement en a été dicté par les échéances d’avancement du projet, sans que puissent être pris en compte, du moins dans un premier temps, les potentiels et problématiques propres à chaque secteur, ni même les difficultés d’approche (ampleur des décapages). On le voit, n’étant maître ni du choix de l’emprise, ni de son découpage, ni des modalités de son abord, l’archéologue n’a disposé que d’une marge étroite de manœuvre dans l’initiation de sa démarche. Cette latitude s’est essentiellement exercée pendant le déroulement de la fouille, par le biais de transfert de moyens entre interventions, les équipes initialement prévues étant, parfois au jour le jour, allégées ou renforcées selon les nécessités du traitement scientifique de la fouille. Un profit maximum a été ainsi tiré de la souplesse logistique autorisée par une opération de cette envergure et de cette durée.

FIG. 11 – Plan d’assemblage des interventions archéologiques.

1.4.2 Motivation des choix tactiques

33Au niveau de chacune des interventions, les choix tactiques ont été le fruit de compromis entre les problématiques scientifiques propres au gisement, les problématiques induites par l’ensemble de l’opération et les contraintes « instrumentales » (Gallay 1986 : 242) et organisationnelles. Initialement perçu à travers les résultats ponctuels de la campagne d’évaluation, le potentiel de l’opération s’est affiné au fur et à mesure de l’enchaînement des interventions. On a ainsi assisté à l’émergence de nouveaux pôles d’intérêt (découverte inattendue des vestiges médiévaux, des nécropoles gallo‑romaines), à la confirmation de certains potentiels (occupation de l’âge du Bronze) et à la maturation progressive de thèmes exigeant la multiplication des points d’observation (compréhension du fonctionnement global du versant). La diversité des enjeux scientifiques a constitué sur certains chantiers une difficulté réelle, en induisant de délicates définitions de priorités et l’adoption de méthodes de collecte de l’information différenciées.

34Au niveau organisationnel, le grand nombre des intervenants aux postes de responsabilité s’est parfois révélé un obstacle à la cohérence des démarches.

35Les contraintes instrumentales rencontrées sont, quant à elles, habituelles aux opérations de sauvetage : en premier lieu la définition de délais d’intervention souvent courts et rarement extensibles, quel que soit l’intérêt des vestiges rencontrés.

1.4.3 La fouille

36Les méthodes de fouille ont varié dans des proportions notables, on l’a déjà sous‑entendu, en fonction des problématiques de fouille, des caractéristiques intrinsèques des chantiers et de la personnalité des responsables d’intervention. Le potentiel protohistorique s’est montré prépondérant sur deux chantiers du secteur nord, mais, alors que son importance ne s’est révélée qu’en cours de fouille sur le premier d’entre eux, elle a pu être préalablement évaluée sur l’autre. Cette distinction initiale a eu un impact fondamental sur les méthodes de fouille employées sur ces deux interventions qui regroupent la presque totalité du potentiel protohistorique de l’opération.

37Dans le premier cas (fouille de la rue Mouillard), la répartition des temps de fouille consacrés à chaque horizon chronologique s’est révélée a posteriori mal proportionnée aux potentiels respectifs. Le temps subsistant pour la gestion des horizons protohistoriques et préhistoriques a été insuffisant à la compréhension de la séquence stratigraphique, à l’identification des niveaux anthropiques et au développement simultané d’une méthode de fouille rapide et adaptée aux problèmes de conservation des gisements. En fonction de ces éléments et au vu de l’importance de la surface à traiter, une approche par passes mécaniques successives sur des aires limitées a été adoptée. Cette solution présentait l’avantage de permettre une fouille rapide et de contourner les difficultés de lisibilité stratigraphique. Elle occultait en revanche toute vision en plan des occupations traitées et reléguait l’essentiel de l’élaboration de la périodisation à la phase de postfouille ; manœuvre risquée, puisqu’en cas de déficience ou d’insuffisance ponctuelles de la documentation de fouille, toute validation récursive sur le terrain est impossible.

38Le déroulement postérieur de l’intervention voisine a permis de tirer parti de ces leçons. Non seulement l’étude des horizons protohistoriques a pu être définie dès le départ comme objectif prioritaire, et donc l’ensemble des moyens nécessaires à leur étude débloqué, mais la prise en compte des obstacles rencontrés précédemment a permis de réorienter les méthodes d’approche. Enfin, la mise en œuvre de cette dernière opération a été salutairement guidée par le souci de validation ou d’approfondissement d’hypothèses de travail émises à l’issue du premier chantier. L’approche stratigraphique a été revalorisée. La réalisation de tranchées‑sondages disséminées sur l’emprise a, dans un premier temps, permis de préciser l’analyse de la séquence sédimentaire et la localisation stratigraphique des niveaux anthropiques. Sur la base des données recueillies, un décapage respectant les niveaux d’occupation successifs a été tenté, avec un relatif succès, sur la zone d’habitat.

39Sur les autres interventions, le potentiel protohistorique est apparu comme secondaire, voire anecdotique, par la nature et l’effectif des vestiges. Ces derniers y ont fait l’objet d’un traitement élémentaire mais rigoureux (relevé et description des structures, collecte du mobilier par unité stratigraphique), sans que la prise en compte d’une problématique spécifique ne soit nécessaire.

1.4.4 L’enregistrement des données

40Fait indispensable pour une opération morcelée de cette envergure, la cohérence de la chaîne opératoire de traitement des données a été assurée par l’adoption systématique des mêmes méthodes de travail. Cette cohérence concerne tout d’abord les concepts utilisés en cours de fouille pour identifier, rassembler et décrire les vestiges. Les notions hiérarchisées d’unités stratigraphiques, de fait et de structure ont ainsi été normalisées.

41De même les outils de description (fiches US, faits...) ont été standardisés. Par contre, la précision de l’identification de provenance du mobilier recueilli a été soumise à une grande variabilité, selon les besoins de l’analyse archéologique et les contraintes du système de localisation adopté. Alors que la simple référence à l’unité stratigraphique est restée majoritaire, cette méthode s’est montrée insuffisamment précise pour la Protohistoire, en raison du contexte sédimentaire particulier (absence d’interfaces et de niveaux de sols). La cotation précise de chaque artefact ayant été écartée en raison de la lourdeur prohibitive de mise en œuvre, le rattachement à des passes mécaniques plus ou moins épaisses et étendues a été employé. Il a été complété partiellement, sur une partie du secteur nord, par la localisation au sein d’un système de référence à mailles carrées d’1 m de côté, dont la précision devait permettre d’envisager l’étude de répartition spatiale du mobilier.

42Le recours à des ressources logistiques communes à toutes les interventions a d’autre part contribué à assurer l’homogénéisation du traitement : mise au propre et archivage des plans, inventaires et classement du mobilier, saisie informatique des données de terrain ont ainsi été conduits par les mêmes personnes, ce qui a facilité, pour les responsables de publication, l’exploitation ultérieure de données parfois éparses. Dans son ensemble, le système d’enregistrement employé a pu de façon satisfaisante répondre aux sollicitations générées par les problématiques archéologiques diverses : analyse de bâti, identification de structures en creux, fouille par passes mécaniques... Tout au plus peut‑on constater que la décomposition des phénomènes en unités stratigraphiques et en faits, adaptée aux séquences sédimentaires anthropiques et aux séquences naturelles faisant intervenir des processus simples, s’est avérée incapable de décrire de façon satisfaisante l’imbrication des processus complexes et éminemment variables qui composent le talweg du secteur nord. On a ainsi pour celui‑ci conventionnellement décidé d’attribuer un numéro d’unité stratigraphique à toutes les « couches » identifiables ; aucun numéro de creusement ne matérialise les faciès érosifs de ruissellement et des numéros de faits ont été associés aux principaux chenaux reconnus. La relation stratigraphique « compris dans » est venue compléter les relations traditionnelles « sur » et « sous », malgré son manque de pertinence chronologique. Cette simplification extrême des termes de l’analyse du talweg, réalisée au prix d’une adaptation mineure des principes de base du système d’enregistrement, s’est révélée suffisante pour répondre aux objectifs de l’étude archéologique, à savoir d’une part l’insertion du talweg et de ses différents stades évolutifs dans le modèle stratigraphique global et, d’autre part, la gestion des vestiges qu’il était susceptible de contenir.

1.4.5 Le déroulement de l’opération

Phase de terrain

43Le graphique de la figure 12 expose l’enchaînement et la localisation des interventions qui se sont déroulées entre le 1/7/93 et le 15/5/95. Sur les 15 parcelles constituant le tronçon exploré, 10 ont fait l’objet d’une fouille et 1 a été soumise à une évaluation complémentaire aux sondages de diagnostic. Pour les 4 autres, localisées à l’extrémité N‑E du tronçon, il n’a pas été donné suite aux sondages préliminaires. Les 8 chantiers, couvrant des surfaces très variables (de 600 à 6 000 m2), ont vu leur durée s’étaler de 3 à 9 mois. Les effectifs des équipes impliquées ont oscillé entre 3 et 9 archéologues.

FIG. 12a localisation des opérations de terrain ; b calendrier du déroulement des opérations de terrain.

Phase d’étude

44Cette phase englobe deux étapes chronologiquement imbriquées mais aux finalités distinctes : le suivi en aval des interventions, destiné au traitement de l’information collectée et à l’élaboration de rapports d’intervention faisant le point sur les apports de la fouille aux problématiques en cours et la préparation des publications, pour laquelle le découpage des tâches ne s’est plus effectué par chantier, mais en fonction des thèmes de recherche globaux retenus : Préhistoire, habitats de l’âge du Bronze, occupation gallo‑romaine, occupation médiévale, évolution du versant., .

45Pour la Protohistoire, la réalisation de la publication a été menée à bien par 3 personnes (hors spécialistes des sciences connexes), représentant un temps global de travail de 30 mois.

Notes

1 Pour la commodité de lecture, on ne fera pas dans le texte référence aux multiples interventions de terrain, mais à quatre grands segments du troncon dénommés secteurs nord, centre‑nord, centre‑sud et sud (fig. 12).

Table des illustrations

Légende FIG. 1 – Localisation de l’opération archéologique du Périphérique nord de Lyon.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44168/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Légende FIG. 2 – Coupe géologique du versant.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44168/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende FIG. 3 – Séquence stratigraphique type du site.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44168/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende FIG. 4 – Relevé topographique partiel du toit de lœss : secteurs nord et centre‑nord.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44168/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende FIG. 5 – Profils stratigraphiques longitudinaux.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44168/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende FIG. 6 – Plan d’emprise des paléochenaux du secteur nord.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44168/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende FIG. 7a plan d’emprise du talweg septentrional ; b coupe transversale du talweg septentrional.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44168/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende FIG. 8 – Plan des aménagements de versant gallo‑romains : A, B murs de terrasse ; C rectification du profil du versant.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44168/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende FIG. 9 – Plan des voies gallo‑romaines et du chemin médiéval.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44168/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende FIG. 10 – Bâtiments et vestiges divers d’époque historique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44168/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende FIG. 11 – Plan d’assemblage des interventions archéologiques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44168/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende FIG. 12a localisation des opérations de terrain ; b calendrier du déroulement des opérations de terrain.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44168/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 80k

Auteurs

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search