Version classiqueVersion mobile

Architecture et société néolithique

 | 
Anick Coudart

Chapitre 4. Deuxième niveau de description et d’hypothèses

Efficacité et tradition, normalisation et variation architecturales

Texte intégral

1Le deuxième niveau de description qui est proposé ici traite essentiellement de données indirectes ; en d’autres termes, de données moins empiriques que celles présentées dans le premier niveau de description. L’ensemble est hybride. S’y côtoient des variables purement descriptives (comme des mesures de surface ou d’angle), des quotients, des indices et des classes d’indices établis à partir de la typologie induite du premier niveau de description.

2Les conséquences en sont, d’abord, une interprétation des aspects matériels et pratiques de l’architecture : son efficacité physique, en particulier ; puis l’évaluation du nombre d’habitants, le degré de variation des composantes de la maison, la « normalisation » architecturale du village ; et finalement une certaine compréhension des facteurs qui ont infléchi les conséquences de la « variance » architecturale dans un sens (uniformité) ou dans un autre (variation).

4.1 Le système descriptif des données indirectes

3Comme pour le premier niveau de description et de typologie, le système descriptif des données indirectes est divisé en deux parties. La première partie concerne la maison, et comporte neuf variables. La deuxième s’applique au site, et comprend dix variables ; certaines d’entre elles sont des catégories. Chaque variable est précédée de son numéro d’entrée dans le système descriptif. Les différents aspects de chaque variable sont codés de 1 à n, selon le système qui a servi à établir les descriptions présentées en annexe.

4.1.1 La maison

1 – Numéro de la maison dans le site.

2 – Surface totale du plan au sol de la maison Surf. T (valeurs réelles).

4Surf. T= Lz [(lf+ lz)/2] + (Lt – Lz) [(lz + la)/2]

3 – Surface Speau de la « peau » de la maison (valeurs réelles).

5Il s’agit ici de mesurer la surface de contact entre les milieux extérieur et intérieur de la maison. Cette surface ou « peau de la maison » est calculée en additionnant la surface des murs extérieurs (dont celle des pignons avant et arrière) et la surface de la toiture.

6L’angle y correspond à l’angle formé par la pente du toit, et la ligne transversale que l’on peut tracer entre les deux murs longitudinaux de la maison (cf. chap. 2 : fig. 25). Pour faciliter les calculs, la hauteur des murs et l’angle y sont considérés comme constants ; une valeur arbitraire leur a été attribuée : 1,20 m pour les murs, et 45° pour l’angle y. Chaque pignon correspond alors à un triangle rectangle isocèle. On a donc :
– surface des murs longitudinaux :
2,4√ [Lz2+ (lz – lf)2 + (Lt – Lz)2 + (lz – lz)2]
– surface des murs transversaux :
1,2 (la + lf)
– surface du toit :
[Lz (lf+ lz) + (Lt‑ lz) (lz + la)]/√2
– surface des pignons :
(la2+ lf 2)/4

7La surface de contact entre les milieux extérieur et intérieur Speau correspond à la somme de ces quatre surfaces.

4 – Premier quotient d’efficacité architectonique
QEa 1 (valeurs réelles).

8Le premier quotient d’efficacité QEa 1 concerne le rapport entre la surface au sol de la maison et le nombre de trous de poteau portant ; les trous de poteau des parois ne sont pas pris en compte. On a :
QEa 1 = Surf T/Npi

5 – Deuxième quotient d’efficacité architectonique
QEa 2 (valeurs réelles).

9Le deuxième quotient d’efficacité de la construction QEa 2 concerne le rapport entre la surface au sol et la surface de contact entre l’extérieur et l’intérieur de la maison. Pour ne pas devoir traiter que de valeurs inférieures à zéro, le quotient Surf. T/ Speau est ici arbitrairement multiplié par dix ; on a donc :
QEa 2 = 10 (Surf. T/Speau)

6 – Troisième quotient d’efficacité architectonique
QEa 3 (valeurs réelles).

10Le troisième quotient d’efficacité de la construction QEa 3 est basé sur les deux premiers quotients (QEa 1 et QEa 2) :
QEa 3 = QEa 1 x (QEa 2 / 10)
soit QEa 3 = Surf. T 2/Npi x Speau

7 – Premier indice de résistance aux vents arrière
IRva 1 (valeurs réelles).

  • 1 Cf. chap. 2, variable 4 du premier niveau de description du site.
  • 2 Cf. chap. 2, variable 4 du premier niveau de description de la maison.

11Il s’agit ici de vérifier s’il existe une relation –comme cela a été supposé (cf. Soudskỳ 1969)– entre la zone géoclimatique du site1 et la trapézité du plan des maisons non rectangulaires de ce site2

12L’indice lRva 1 est fondé sur la mesure de la tangente de l’angle x/2 formé par le prolongement –vers l’arrière– d’une paroi longue de la maison et celui de son axe longitudinal (fig. 91) ; autrement dit, lRva 1 correspond à la division de lz – if par 2Lz ; pour ne pas devoir traiter que de valeurs inférieures à zéro, le quotient obtenu est ici arbitrairement multiplié par cent. On a donc :
lRva 1 = Tg (x/2) x 100 = [(lz – lf)/ 2Lz] x 100

FIG. 91 – On voit ici que l’indice de trapézité IRva 2 (grande largeur/petite largeur) est le même pour les constructions AA’‑CC et AA’‑DD’, alors que les parois longitudinales de cette dernière offrent moins de prise au vent arrière. Il en va de même pour les maisons BB’‑CC et BB ‑DD’ ; les parois longitudinales de BB’‑CC’ offrent pourtant une prise au vent arrière plus élevée.

8 – Deuxième indice de résistance aux vents arrière IRva 2 (valeurs réelles).

13Comme pour l’indice précédant, il s’agit de vérifier s’il y a une relation entre la zone géoclimatique du site et la trapézité des habitations non rectangulaires de celui‑ci. Fondé sur le rapport entre la largeur de la partie arrière (lf) et la plus grande largeur (lz) de la maison, l’indice lRva 2 correspond au calcul de trapézité proposé par Soudskỳ (1969). Les résultats de l’indice Soudsky peuvent paraître paradoxaux : en effet, plus le plan de la maison est trapéziforme (plus lf est petit par rapport à lz), plus la trapézité est faible ; il est préférable d’inverser les termes du rapport. On obtient alors :
lRva 2 = lz/lf

9 – Nombre d’occupants nb hab calculé d’après la surface au sol de la maison (valeurs réelles).

14On peut essayer de prédire le nombre d’habitants d’une maison à partir de sa surface au sol, en faisant appel à l’analogie ethnographique. Quelques précautions sont à prendre ; on constate, en effet, que la relation pouvant exister entre une surface d’occupation et la taille d’une population dépend de la structuration des unités de résidence. Il convient donc de baser l’analogie sur des populations présentant des caractères structurels proches de ceux ayant pu exister chez les Rubanés. Dans le cas présent, seules les maisons « multifamiliales » d’une superficie inférieure à 300 m2 sont à prendre en compte.

  • 3 Ce qui est peu. Ce type d’informations est en effet, difficilement accessible car rarement publié p (...)

15La prédiction du nombre d’occupants est ici basée sur une corrélation, entre la surface habitée et le nombre d’individus, établie à partir de neuf maisons pour sept groupes de population3. Ces exemples ont été pris parmi ceux qu’avait retenus Casselberry (1974 : tab. 74), et ceux présentés par Coiffier dans la thèse qu’il a consacrée à l’architecture néoguinéenne (1984).

16Les données ethnographiques retenues fournissent les données du tableau xvi. La correspondance entre la surface et la taille de la population n’est pas tout à fait linéaire ; la corrélation des données est cependant plus élevée si l’on se place dans une échelle logarithmique (R = 0,85 au lieu de 0,78). Sauf pour les données concernant les Tlingit de la côte nord‑ouest de l’Amérique du Nord dont les maisons sont très grandes (250 m2), la taille de la population que l’on peut prédire, à partir des surfaces d’habitation observées, est relativement satisfaisante au regard des données réelles (fig. 92).

TABL. XVI – Données ethnographiques.

FIG. 92 – Rapport entre population observée (exemples ethnographiques) et population prédite par régression.

17La régression établie à partir des données ethnographiques permet de prédire un nombre d’habitants variant entre cinq et soixante‑dix, selon la surface de la maison. Lorsque celle‑ci augmente, le nombre d’habitants croît mais la surface relative mise à la disposition de chacun diminue : de 9 m2 (pour une maison de 43 m2 avec cinq habitants) à 3 m2 (pour une maison de 225 m2 avec soixante‑neuf habitants). À partir des surfaces observées ethnographiquement, on peut, selon la surface de la maison mise au jour, prédire le nombre d’occupants, donné dans le tableau xvii.

TABL. XVII – Surface de la maison danubienne et prédiction du nombre d’habitants.

4.1.2 Le site

18Les indices et les catégories présentés ci‑dessous ont été définis afin de mesurer le degré de variation de certaines composantes architecturales. Cinq composantes architecturales ont été retenues : le plan, la structuration spatiale et les parties avant, centrale et arrière de la maison.

  • 4 À titre d’exemple, voici comment est calculé l’indice de variation du plan (Vplan) de la maison dan (...)

19L’indice de variation V de chacune de ces composantes architecturales est calculé pour chaque phase chronologique du site. Trois éléments sont à prendre en compte : a (le nombre de types d’aménagement présents dans le site), b (le pourcentage des maisons où la composante architecturale impliquée relève de l’aménagement le plus utilisé dans le site), et c (le pourcentage de l’ensemble des maisons où la composante architecturale ne relève pas de l’aménagement le plus utilisé dans le site). Le calcul consiste à additionner a et c, sachant que c est égal à : 100 – b. Le calcul est donc effectué en suivant la procédure suivante : a. + (100 – b). Mais nous avons vu que les Danubiens n’avaient utilisé qu’un très petit nombre de formes (de trois à neuf) pour aménager les composantes architecturales énoncées ci‑dessus. Afin que le rôle du nombre des types présents dans le site ne soit pas réduit à une portion congrue, le calcul de la variation demande à ce que le pourcentage des aménagements non maximums (c) soit divisé par 10. Pour chaque composante architecturale de la maison, l’indice de variation V est donc calculé comme suit4 :
V = a + [(100 – b)/10]

20Cependant, certaines formes d’aménagement sont intrinsèquement porteuses de variation ; il s’agit des types de structuration spatiale B et H, et des formes « atypiques » des parties avant, centrale et arrière. On ne saurait, par exemple, considérer comme nulle la variation architecturale de la partie avant des maisons d’un site où seule la forme atypique aurait été utilisée. Cette distorsion peut être facilement corrigée en additionnant une constante –comprise entre 1 et 3– au résultat du calcul. Si ce type d’aménagement, à grande variabilité, est minoritaire dans le site, cette constante sera égale à 1 ; s’il arrive en deuxième rang ou s’il est majoritaire, elle sera respectivement égale à 2 ou 3.

21Le système descriptif est composé des variables suivantes :

221 – Nom du site (cf. chap. 2 et carte des sites).

232 – Indice de variation Vplan du plan de la maison (valeurs réelles).
Vplan = a + [(100 – b)/10]

243 – Indice de variation Vstr de la structuration spatiale de la maison (valeurs réelles).

25Il s’agit ici de la structuration dessinée par les travées dans l’espace compris entre les deux systèmes de séparation (cf. chap. 2, variable 6).

26Les distributions amorphes (types B ou distribution amorphe de tierces en courtes travées, et H ou distribution amorphe en très longues travées) sont en elles‑mêmes porteuses d’un certain degré de variation. Afin de prendre en compte la variabilité architecturale intrinsèque existant dans les sites où ces types ont été utilisés, une constante (comprise entre 1 et 3) a été ajoutée à la valeur de l’indice. On a donc :
– en l’absence des types B et H : Vstr = a + [(100 – b)/ 10]
– si le type B ou H est minoritaire : Vstr = a + [(100 – b)/10] + 1
– si le type B ou H arrive en deuxième rang : Vstr = a + [(100 – b)/10] + 2
– si le type B ou H domine : Vstr = a + [(100 – b)/10] +3

4 – Catégories Cat. Vstr de la variation de la structuration spatiale de la maison.

27La structuration spatiale de la maison peut être :
1 – « uniforme » : Vstr = 1,0 ;
2 – « variable » : 5,0 Vstr ≤ 5,9 ;
3 – « très variable » : 6,0 Vstr 8,9 ;
4 – « extrêmement variable » : 9,0 Vstr 14,0.

5 – Indice de variation Vavant de la partie avant de la maison (valeurs réelles).

28Le type 7 – « atypique » – de partie avant étant porteur d’un certain degré de variation, une constante (comprise entre 1 et 3) a été ajoutée à la valeur de l’indice afin de prendre en compte la variabilité architecturale intrinsèque existant dans les sites où ce type a été utilisé. On a ainsi :
– en l’absence de type atypique : Vavant = a + [(100 – b)/10]
– si le type atypique est minoritaire : Vavant = a + [(100 – b)/10] + 1
– si le type atypique arrive en deuxième rang : Vavant = a + [(100‑ b)/10] + 2
– si le type atypique domine : Vavant = a + [(100 – b)/10] + 3

6 – Catégories Cat. . avant de la variation de la partie avant de la maison.

29La partie avant de la maison peut être :
1 – « variable ou très variable » : 3,50 Vavant 9,8 ;
2 – « extrêmement variable » : 10,0 Vavant 16,0.

7 – Indice de variation V centre de la partie médiane de la maison (valeurs réelles).

30Le type 9 –« atypique »– de partie centrale étant porteur d’un certain degré de variation, une constante (comprise entre 1 et 3) a été ajoutée à la valeur de l’indice afin de prendre en compte la variabilité architecturale intrinsèque existant dans les sites où ce type a été utilisé. On a ainsi :
– en l’absence de type atypique : V centre = a + [(100 – b)/10]
– si le type atypique est minoritaire : V centre = a+ [(100 – b)/10] + 1
– si le type atypique arrive en deuxième rang : V centre = a + [(100 – b)/ 10] + 2
– si le type atypique domine : V centre = a+ [(100 – b)/10] + 3

8 – Catégories Cat. V centre de la variation de la partie centrale de la maison.

31La partie centrale de la maison peut être :
1 – « uniforme » : V centre =1,0 ;
2 – « peu variable » : 2,0 V centre 3,9 ;
3 – « variable » : 4,0 V centre ≤ 7,5 ;
4 – « très variable » : 7,6 V centre 8,9 ;
5 – « extrêmement variable » : 9,0 V centre 11,0 ;
6 – « extraordinairement variable » : 12,0 V centre 17,0.

9 – Indice de variation V fond de la partie arrière de la maison (ou fond) (valeurs réelles).

32Le type 8 –« atypique »– de partie arrière étant porteur d’un certain degré de variation, une constante (comprise entre 1 et 3) a été ajoutée à la valeur de l’indice afin de prendre en compte la variabilité architecturale intrinsèque existant dans les sites où ce type a été utilisé. On a ainsi :
– en l’absence de type atypique : Vfond = a + [(100 – b)/10]
– si le type atypique est minoritaire : Vfond = a + [(100 – b)/10] + 1
– si le type atypique arrive en deuxième rang : Vfond = a + [(100‑ b)/10] +2
– si le type atypique » domine : Vfond = a +[(100 – b)/10] + 3.

10 – Catégorie Cat. Vfond de la variation de la partie arrière de la maison.

33La partie arrière de la maison peut être :
1 – « uniforme » : Vfond = 1,0 ;
2 – « peu variable » : 2,0 Vfond ≤ 4,5 ;
3 – « variable ou très variable » : 5,0 Vfond 8,5 ;
4 – « extrêmement variable » : 8,6 Vfond 12,0 ;
5 – « extraordinairement variable » : 12,5 Vfond ≤ 15,0.

4.2 Efficacité physique et tradition culturelle

34Il s’agit ici d’examiner la maison danubienne du point de vue de son efficacité physique, et de réserver –pour en traiter plus loin– les aspects qui semblent ne pas avoir été impliqués dans cette efficacité. Par efficacité physique, nous entendrons ce que l’analyste (l’archéologue) pense du couple « action/effet » mis en œuvre dans les pratiques de construction de la maison danubienne ; en particulier, selon qu’il lui semble que ces pratiques aient atteint ou non le but qu’il leur attribue.

4.2.1 Le rôle des poteaux intérieurs

35Nous avons vu (cf. chap. 3) que l’agencement des poteaux intérieurs en longues rangées était probablement associé à une liaison longitudinale des éléments de charpente. En revanche, le nombre de ces alignements et la densité des travées n’ont certainement pas été conditionnés par les lois de la physique.

  • 5 Cf. chap. 2 : fig. 43.

36Les corrélations effectuées au premier niveau de typologie (cf. chap. 2) permettent de suggérer que le rapport entre la surface et l’aménagement des parties avant et arrière était visible et, en partie, infléchi par des exigences matérielles. Aux différentes classes de nombre de poteaux correspondent, en effet, différentes superficies. En revanche, l’aménagement de la partie centrale était probablement indépendant de la surface occupée. En ce qui concerne la partie centrale, on rappellera que :
– souvent, les deux tierces des couloirs de séparation s’opposent entre elles par la profondeur et le diamètre de leurs trous de poteau ; une tierce est composée de trous profonds et larges, l’autre de trous beaucoup plus légers ; il semblerait donc que la fonction portante de l’une des deux tierces ait été négligeable ;
– le nombre des tierces est visiblement indépendant de la longueur de cette section (cf. chap. 2 : fig. 33) ;
– avec celle des deux couloirs de séparation, la distribution des tierces de la partie centrale forme une structuration spatiale particulière que l’on a schématisée de la façon suivante5 : « 1 / 2 / 3 / 1 » ou « ● / ●● / ●●● / ● » – la somme des longueurs des travées 1 (●) et 2 (● ●) tend à être égale à la longueur de la travée 3 (●●●) ; il était apparemment inutile de faire intervenir une tierce de poteaux supplémentaire pour résoudre la tension liée à la portée de la travée 3 ; on peut en induire qu’une seule travée aurait pu couvrir les intervalles 1 et 2, et que la tierce ajoutée pour former le couloir avant n’était pas là pour réduire la tension de la portée ; – l’agencement des trous de poteau en Y (cf. chap. 2 : fig. 13 ; chap. 3 : fig. 65) ne se rencontre que dans la partie médiane de la maison ; il a pu s’agir d’une expression régionale sans lendemain, puisqu’on ne la rencontre que dans la région du Rhin et de la Meuse, et qu’elle est absente de la phase tardive ; non exclusive de l’agencement classique constitué de deux tierces parallèles, auquel elle a été substituée, l’organisation des poteaux en Y ne fut probablement pas déterminée par des contraintes physiques inévitables.

37On a par ailleurs observé que :
– plus la maison est longue, plus la longueur moyenne des travées est longue (cf chap. 2) ; ceci signifie que c’était la proportion relative des travées – et non leur longueur absolue – qui importait ;
– la longueur moyenne des travées est stable dans le temps (cf. chap. 2 : fig. 38a).

  • 6 On peut observer ce téléscopage dans les maisons Rössen d’Aldenhoven, Inden‑La mersdorf, Bochum‑Hil (...)
  • 7 C’est probablement le cas pour la maison 3 de Zwenkau‑Harth du groupe à céramique pointiliée tardif (...)

38Quant aux trois alignements longitudinaux des poteaux, l’examen des maisons postrubanées nous indique que ce nombre n’a certainement pas été conditionné par des contraintes physiques. On constate, en effet, que dans les habitations tardives à murs portants, le principe des trois poteaux transversaux est resté en vigueur ; ceci, alors même qu’une liaison transversale semble avoir été employée et que, vers l’arrière de la maison, parois et poteaux latéraux des tierces se télescopaient (fig. 93)6 ; autrement dit, les poteaux situés de part et d’autre de celui qui portait le faîte du toit n’avaient alors probablement pas un rôle portant7.

FIG. 93 – Télescopage entre parois longitudinales et tierces intérieures : a maisons à parois portantes de 1 Inden, 2 Hambach 471 et 3 Deiringsen‑Ruploh ; b maisons à parois non portantes de 1 Hambach 260, 2 Bochum‑Laer et 3 Hienheim.

4.2.2 Le rôle des parois

39Le cas de la maison 9 de Brezno mis à part, les parois longitudinales des maisons rubanées étaient originellement constituées d’un simple alignement de poteaux non portants, fichés dans des trous séparés les uns des autres.

  • 8 Plus particulièrement dans les sites de Hienheim, de Zwenkau (maisons 2 et 4), de Rosdorf (maison 1 (...)

40Cependant, durant la phase tardive du Rubané, les parois de certaines habitations ont été constituées de deux alignements de poteaux8 (fig. 94). La profondeur relative des trous n’ayant pas changé, on peut supposer que cette « double » paroi n’était pas portante. Nous avons vu (cf. chap. 3) que cette duplication a pu correspondre à une dissociation des fonctions de la paroi, à la fois support de l’extrémité du toit et cloison de protection. Le support aurait alors été confié aux poteaux extérieurs (ici, qualifiés de « pseudo‑contreforts »). Poteaux de cloison et pseudo‑contreforts ont eu le même diamètre ; ils ont généralement été couplés deux à deux, avec un évident souci de symétrie.

FIG. 94 – Exemples de parois doubles non portantes : a maison rubanée de Bochum‑Hiltrop ZC ; b maisons postrubanées de 1 Zwenkau et 2 Hambach 260.

  • 9 On rencontre, par exemple, cette configuration à Zwenkau‑Harth, Dresden‑Prohlis et Mseno pour le gr (...)

41Au début de la période postrubanée, le nombre des pseudo‑contreforts a été diminué de moitié – un pseudo‑contrefort faisait alors face à deux poteaux « intérieurs »9. Ce pseudo‑contrefort « alterné » était plus large que les deux poteaux lui faisant face ; mais il ne semble pas, pour autant, avoir été portant. Il remplaçait certes deux poteaux plus modestes, mais la trace de son enfoncement dans le sol nous indique qu’il ne supportait guère plus que l’extrémité du toit. On peut néanmoins admettre que le travail investi et la quantité de bois utilisé ont été réduits.

42Nous avons considéré (cf. chap. 3) que ces modestes modifications n’avaient guère pu bouleverser le concept architectural des Rubanés, mais qu’elles avaient vraisemblablement servi d’amorce aux transformations fondamentales qui allaient suivre. C’est dans cette perspective qu’il faut considérer les « contreforts » des maisons du village Grossgartach de Hambach 260 ; même si ces contreforts étaient « séparés » de la paroi proprement dite. L’élargissement des habitations des sites Rössen de Bochum‑Laer, et à céramique pointillée de Hienheim 2 et Libenice a également participé de ce processus de transformation. Sans avoir été portants, le mur et les contreforts des maisons de Hambach 260 supportaient probablement plus de charge que la paroi « simple » des habitations rubanées. Il semblerait, d’autre part, que l’élargissement des maisons de Hienheim ait été associé à des parois légèrement portantes. En conséquence de quoi, les travées ont pu être allongées et la distribution des tierces transformée.

  • 10 On rencontre (1) des parois « légèrement portantes » à Aldenhoven 1 (Rössen), Hambach 471 (Rössen), (...)

43L’usage de contreforts « liés » à la paroi a apparemment donné lieu à des murs portants (cf. définition chap. 2)10. La prise en charge des tractions et des poussées a alors été dévolue aux murs longitudinaux. Implantées dans une simple tranchée de fondation, les parois des maisons chalcolithiques de Kujawie semblent avoir supporter la totalité des charges ; plus les parois étaient portantes, plus leurs poteaux étaient nombreux, et de petit diamètre (Grygiel, Bogucki 1986).

4.2.3 L’efficacité architectonique de la maison

44Par efficacité architectonique, on entendra ici une évaluation du rapport entre la quantité de travail investi (nombre de poteaux utilisés ou surface de contact entre milieux extérieur et intérieur) et le résultat obtenu (surface habitable). Comme nous l’avons vu plus haut (cf. § 4.1.1), des quotients d’efficacité architectonique QEa peuvent facilement être établis à l’aide des trois rapports suivants :
– la surface totale divisée par le nombre des trous de poteau internes ; ce quotient QEa 1 met simplement en rapport le nombre de trous de poteau intérieurs avec la surface habitable observée ;
– la surface totale divisée par la reconstitution de la surface de la peau de la maison ; on considère ici que l’une des finalités d’une habitation est de contrôler les échanges entre un milieu « intérieur » et un milieu « extérieur » ; on admettra donc que ce contrôle est d’autant plus efficace que QEa 2 (surface de contact entre les deux milieux par unité de surface utilisable) est faible ;
– le produit des deux quotients précédents ; ce qui correspond au carré de la surface au sol de la maison divisé par le produit du nombre de poteaux internes par la surface de la peau de la maison ; ce quotient QEa 3 permet d’associer l’ampleur des moyens mis en œuvre pour atteindre un objectif au maintien de cet objectif ; il s’agit donc de prendre en compte, à la fois, le nombre de poteaux, la surface habitable et le contrôle des échanges entre les milieux intérieur et extérieur.

4.2.3.1 Le premier quotient d’efficacité architectonique QEa 1

45En ce qui concerne le rapport de la surface de l’habitation rubanée au nombre de ses poteaux internes, la valeur du quotient d’efficacité architectonique (QEa 1) se situe entre 2 et 8 pour la plupart des constructions, avec un mode compris entre 3 et 4 ; on ne relève que cinq valeurs extrêmes qui sont comprises entre 9 et 12,99. La distribution étant unimodale, il est impossible d’en tirer des catégories d’efficacité (fig. 95a). Ce quotient ne varie guère d’une phase chronologique à l’autre.

46Compte tenu du nombre élevé de trous de poteau de certains types d’avant (le grenier lourd, en particulier), il peut sembler préférable de calculer la valeur de ce quotient d’efficacité sans la partie avant de la maison. On observe alors un léger étalement du mode vers les valeurs hautes, entre 3 et 5. Mais la distribution reste plus ou moins la même. Si le quotient est calculé pour la partie médiane seulement, le mode se déplace également vers des valeurs plus élevées mais l’intervalle de variation est similaire aux intervalles précédents.

47QEa 1 est évidemment lié aux types d’organisation de poteaux internes. Si l’on exclut les types E, F et G (très rares durant le Rubané, et seulement présents pour la phase tardive), c’est le type D –celui qui correspond au nombre de poteaux le plus faible– qui possède les valeurs les plus hautes. Mais le type D présente également les indices les plus bas. On remarque, par ailleurs, que la corrélation entre le nombre des trous de poteau internes et QEa 1 n’est pas signifiante (R = 0,09). En fait, la surface de la maison (produit de deux dimensions) masque l’effet de la variation éventuelle des poteaux (addition ou soustraction). Par ailleurs, une analyse de variance nous indique que la distinction pertinente est celle qui existe entre l’ensemble des habitations de types E, F et G d’une part, et les habitations de types A, B, C et D d’autre part.

  • 11 Les conditions de fouille n’y sont peut‑être pas étrangères. Les sauvetages archéologiques, très no (...)

48Certes, le nombre de poteaux internes a diminué avec le temps, mais la longueur et la surface de la maison rubanée également. QEa 1 est donc stable dans le temps. Il est cependant plus élevé en zone occidentale (moyenne = 8,41 ; écart type = 2,90)11.

49L’analyse de variance de QEa 1 fait apparaître une différence entre Postrubané et Rubané (fig. 95). La prise en compte des maisons Lengyel tardif de Brzesc‑Kujawski et de Krusza‑Zamkowa n’y est pas étrangère ; le nombre des trous de poteau internes de ces habitations est, en effet, très petit. Les quotients de ces sites sont d’ailleurs les plus élevés de l’échantillon (moyenne = 16,83 avec un maximum de 21,85 ; écart type = 3,37). En ce qui concerne le Postrubané, les sites de la zone centrale ont des valeurs relativement basses (moyenne = 7,90 : écart type = 2,90) ; à Brezno et Hienheim, en particulier. Inden et Hambach 260 présentent, à la fois, des valeurs hautes avec un nombre de trous de poteau élevé ; et inversement, des valeurs basses avec des trous de poteau peu nombreux. Mais au petit nombre de trous de poteau des maisons de Hambach 471 correspond bien un quotient élevé.

FIG. 95 – Histogrammes des valeurs des quotients d’efficacité architectonique (en grisé clair, les maisons rubanées ; en grisé foncé, les maisons postrubanées) : a premier quotient d’efficacité architectonique (QEa 1) ; b deuxième quotient d’efficacité architectonique (QEa 2) ; c troisième quotient d’efficacité architectonique (QEa 3).

50Si on examine le QEa 1 des maisons postrubanées en fonction du rôle mécanique de leurs parois (fig. 96), on constate que :
– aux maisons dont les murs étaient non portants correspond un quotient moyen de 8,24 (écart type = 3,14) ;
– aux maisons dont les parois étaient légèrement portantes correspond un quotient moyen de 7,75 (écart type = 1,85) ;
– aux maisons dont les murs étaient moyennement portants correspond un quotient moyen de 10,28 (écart type = 4,66) ;
– aux maisons dont les parois étaient pleinement portantes correspond un quotient moyen de 16,83 (écart type = 3,37).

FIG. 96 – Les parois de la maison postrubanée : la fonction au regard du type de paroi.

51La maîtrise et la généralisation de la paroi portante ont finalement entraîné une diminution des tierces intérieures, et une transformation fondamentale de la charpente (cf. chap. 3 : fig. 57b). En conséquence, le rôle physique des poteaux internes est devenu de plus en plus négligeable. La persistance de poteaux organisés en tierces transversales au sein des maisons postrubanées doit donc être placée dans une perspective plus idéelle, celle des représentations avec lesquelles la communauté danubienne pensait le monde.

4.2.3.2 Le deuxième quotient d’efficacité architectonique QEa 2

52Le deuxième quotient d’efficacité architectonique QEa 2 se place entre 0,35 et 0,59 pour la plupart des constructions rubanées, avec un mode compris entre 0,45 et 0,50. Les extrêmes y sont rares (une douzaine de maisons seulement). La distribution étant, là encore, unimodale, on ne peut la diviser en différentes classes (fig. 95b).

  • 12 Alors que la surface de la maison au sol tendait à diminuer, l’usage du plan trapéziforme a plutôt (...)

53Il ne semble pas que la qualité du « contrôle » de la surface de contact entre les milieux extérieur et intérieur ait progressé au cours du Rubané ; ce contrôle paraît même avoir eu tendance à diminuer durant les phases récente et tardive12.

54La différence entre Rubané et Postrubané se trouve ici confirmée. Les quotients postrubanés se déplacent vers les valeurs hautes, même si leur mode est identique à celui du Rubané. Les indices varient entre 0,40 et 0,60 pour la majorité des habitations ; sauf pour la petite maison 7 d’Inden, qui affiche un quotient très bas de 0,21.

4.2.3.3 Le troisième quotient d’efficacité architectonique QEa 3

55Que l’on prenne ou non en compte la partie antérieure de la maison rubanée, l’intervalle des valeurs de QEa 3 est situé entre 0,38 et 7,42 (fig. 95c).

  • 13 Phase ancienne : moyenne = 2,01 (écart type = 0,49) ; phase moyenne : moyenne = 2,08 (écart type =  (...)
  • 14 Il s’agit des maisons 2 de Missy‑sur‑Aisne, et 225 de Cuiry‑lès‑Chaudardes.
  • 15 Il s’agit d’Elsloo, Stein, Sittard, Langweiler 9, Cuiry‑lès‑Chaudardes, Chassemy et Rosmeer.
  • 16 Comme à Langweiler 8 (moyenne = 0,997 ; écart type = 0,26).
  • 17 Ainsi, à Geleen (moyenne = 3,21 ; écart type = 0,26) où les maisons moyennes et petites sont très m (...)
  • 18 Ainsi, la maison 225 de 37 m à Cuiry‑lès‑Chaudardes (le quotient d’efficacité architectonique QEa 3(...)
  • 19 Dans les régions de la Ruhr, l’Aisne et l’Yonne, en particulier.

56La distribution chronologique de ce quotient montre une moyenne des valeurs assez constante13, à condition de ne pas prendre en compte les deux habitations de valeurs excentrées appartenant à la phase tardive du Rubané14. Comme pour QEa 2, les quotients QEa 3 de la phase tardive connaissent des valeurs moins élevées. Supérieures à 3, les moyennes à valeur élevée sont plus nombreuses dans la zone occidentale et les marges sud‑occidentales que dans la zone centrale où elles sont inférieures à 2,73. Mais certains sites rubanés de la zone occidentale et des marges sud‑occidentales15 présentent des quotients moyens et semblables à ceux de la zone centrale, voire même inférieurs16. À cet égard, il faut souligner que :
– les sites à valeurs hautes n’ont livré que des maisons de grande longueur17 ;
– les maisons dont le quotient est très élevé sont toujours très longues18 ; les petites maisons ayant eu tendance à avoir un nombre relatif de poteaux supérieur à celui des grandes maisons, il est logique que les habitations longues affichent un quotient d’efficacité plus élevé ; la corrélation entre QEa 3 et la longueur de la maison est d’ailleurs appréciable (R = 0,70), et d’autant plus si l’on exclut la partie avant (R = 0,85) ; mais on n’observe pas de corrélation pertinente entre le nombre de trous de poteau et QEa 3 (0,11 R 0,48) ; nous avons, par ailleurs, constaté que plus la longueur de la partie frontale est élevée, plus le nombre de ses trous de poteau augmente ; en conséquence : plus la longueur de la partie frontale augmente, plus la valeur de QEa 3 diminue et dépend de moins en moins de la longueur totale de la maison ; pour que la valeur de QEa 3 soit élevée, il faut donc que la maison soit longue mais que sa partie avant soit courte ;
– parallèlement, ce n’est qu’avec le type d’organisation spatiale D que l’efficacité de la maison rubanée augmente corrélativement à sa longueur ; l’extrême normalisation architecturale qui caractérise certaines régions de la zone occidentale
– où justement le type D domine – explique assez bien que le QEa 3 des maisons longues puisse y être élevé19

  • 20 Cependant, la maison 15 de Postoloprty affiche un indice de 7,84.
  • 21 Avec un maximum de 9,52 pour la maison 6 de Hambach 260.

57Cette fois, les quotients postrubanés filent nettement vers la droite. L’intervalle de leurs valeurs de QEa 3 se place entre 1,43 et 10,49 (moyenne = 5,04 ; écart type de 2,24) (fig. 95c). Comme pour QEa 1, les valeurs les plus basses relèvent de la zone centrale (moyenne = 4,13 ; écart type = 1,77)20 et les valeurs les plus hautes s’affichent pour la Kujawie (moyenne = 7,98 ; écart type = 1,63) ; les valeurs de la zone occidentale ne sont pas très éloignées (moyenne = 4,45 ; écart type = 1,75)21.

58Ce gain d’efficacité (par rapport à la période rubanée) est évidemment lié à la diminution du nombre de trous de poteau internes, et à l’augmentation des surfaces. Contrairement à ce qui se passe pour le Rubané, il n’y a pas de corrélation entre la longueur de l’habitation et QEa 3 (R = 0,25). En effet, l’organisation rythmique traditionnelle des poteaux internes disparaissant, les petites maisons postrubanées ont proportionnellement contenu moins de poteaux que les grandes.

4.2.4 Forme du plan, efficacité architectonique et orientation de la maison

4.2.4.1 Trapézité et efficacité architectonique

59Nous nous rappelons que les trois types de plan rubanés ne paraissent avoir été ni régionaux ni chronologiques ; plusieurs types se sont même côtoyés dans un site (à Cuiry‑lès‑Chaudardes ou Hienheim, par exemple). Les disparités régionales qui ont émergé avec le Postrubané n’ont, par ailleurs, pas été exprimées dans la forme du plan.

60Il est impossible d’établir une liaison entre les valeurs des différents quotients d’efficacité architectonique QEa et la forme du plan de la maison rubanée. Cependant, les valeurs établies pour les plans trapéziforme et naviforme ne sont jamais basses, et la valeur la moins élevée correspond à une maison rectangulaire (fig. 97a). L’analyse de variance des quotients d’efficacité permet effectivement de distinguer le groupe des maisons rubanées construites sur plan trapéziforme. C’est uniquement ce plan qui est associé aux quotients d’efficacité les plus hauts de la période postrubanée (fig. 97b).

FIG. 97 – Les valeurs moyennes du troisième quotient d’efficacité architectonique (QEa 3) : a selon les types de plan de la maison rubanée ; b selon les types de plan de la maison postrubanée.

4.2.4.2 Trapézité de la maison danubienne, résistance aux vents arrière et zone géoclimatique

61Nous avons vu qu’un plan trapéziforme implique une inclinaison du toit vers l’arrière de l’habitation (cf. chap. 3). Considérant que les vents dominants venaient des côtes, et que le côté le plus bas des maisons était orienté vers le littoral le plus proche, le plan trapéziforme s’est vu paré de qualités aérodynamiques déterminantes ; à savoir que les vents dominants pouvaient ainsi « glisser » sur la pente du toit, et que les déformations longitudinales liées au vent étaient contrebalancées par les pressions verticales du toit (fig. 98). L’efficacité la meilleure aurait donc été atteinte avec le plan naviforme, qui implique un abaissement du toit à la fois vers l’arrière et l’avant de la maison ; la partie antérieure de la construction étant alors parfaitement protégée du vent (cf. chap. 3 : fig. 89). Il était donc intéressant d’évaluer, à la suite de Soudskỳ (1969), la résistance aux vents arrière des maisons postrubanées, et d’en confronter les résultats à la position géoclimatique (continentale, centre‑littorale ou océanique) du site.

FIG. 98 – Action du vent sur la superstructure d’une maison construite sur un plan trapéziforme.

62Soudskỳ (1969) a proposé d’évaluer le degré de trapézité des maisons postrubanées en calculant le rapport de leur petite à leur plus grande largeur ; degré qu’il a, par ailleurs, mis en corrélation avec la distance séparant la maison du littoral marin (Soudskỳ 1969 : fig. 38, 39). Plus ce rapport était bas, plus la maison était « trapézoïdale », et mieux adaptée à résister aux vents. Les habitations postrubanées les plus « trapézoïdales » étaient septentrionales ou proches des côtes ; les autres relevaient d’une zone « continentale » (Soudskỳ 1969 : 88‑89). Non exempte de paradoxes (cf. ci‑dessous), cette double hypothèse (résistance aux vents et groupes géoclimatiques) est intéressante. J’ai donc tenté de la vérifier. Afin que les valeurs les plus hautes correspondent aux maisons les plus trapéziformes (et non l’inverse), les termes de l’indice Soudskỳ (lf/lz) ont été inversés (cf. ce. chap., variable 8) ; l’indice de résistance aux vents arrière lRva 2 correspond alors au rapport « lz/lf ».

63De fait, deux facteurs contribuent à rendre la construction moins sensible à la pression des vents arrière : (1) plus la paroi du fond est petite, moins elle offre de prise aux vents arrière ; et (2) plus la maison est trapéziforme et est, par voie de conséquence, abaissée vers l’arrière, plus les vents arrière « glissent » sur le toit (fig. 98). Les constructions qui combinent ces deux critères seraient donc relativement indépendantes des vents arrière, et de ce fait plus « efficaces » que les maisons larges, hautes et de plan rectangulaire. Mais il y a là un paradoxe. Plus le plan est trapéziforme, plus le toit s’élève vers l’avant et plus l’avant des parois longues s’écarte de l’axe longitudinal de la maison ; en conséquence –et contrairement à ce qui se passe pour une maison rectangulaire–, la surface du toit et les parois longitudinales sont alors plus exposés à la pression des vents arrière. On doit donc admettre qu’une habitation rectangulaire (une construction dont la surface du toit et les parois longitudinales ont un contact réduit avec les vents arrière) est, de ce point de vue, moins fragile qu’une maison érigée sur un plan trapéziforme. Le paradoxe est explicite lorsque l’on observe le comportement de l’indice lRva 2 d’une maison dont la longueur serait fixe, mais la trapézité augmentée (par accroissement de la différence entre les largeurs avant et arrière). On constate que l’indice lRva 2 augmente alors que la pression des vents arrière fragilise de plus en plus la construction. On doit néanmoins reconnaître que la prise du vent sur le toit et les parois longitudinales est alors indirecte, et que ses effets sont compensés par la diminution des pressions subies par la paroi arrière. Le paradoxe est tout aussi évident dans le cas de figure contraire, à savoir lorsque la longueur de la maison augmente et que ses largeurs restent stables. L’angle d’écartement des parois longitudinales et, par voie de conséquence, les pressions qu’elles ont à subir diminuent, mais l’indice lRva 2 reste stable (fig. 91).

  • 22 Ces deux groupes ont été vérifiés par une analyse de variance.

64La moyenne des indices lRva 2 ne permet pas d’affirmer qu’il y ait eu une liaison directe entre la résistance aux vents arrière et la zone géoclimatique des sites postrubanées (fig. 99b). On peut cependant observer deux groupes de répartition qui ont peut‑être eu à voir avec la distance des sites à la mer22 (fig. 99c) :
– un groupe qui réunit les sites postrubanés des zones océanique (Hainaut et Bassin parisien) et centre‑littorale (Kujawie, Ruhr, et région du Rhin et de la Meuse), avec une moyenne de 2,13 (écart type 0,66) ;
– et un groupe qui regroupe les sites continentaux de Petite Pologne, Bohême, Saxe, Bavière, Franconie et vallée du Neckar ; avec une moyenne de 1,66 (écart type 0,54).

FIG. 99 – Indice de trapézité des maisons postrubanées : a indice de trapézité IRva 1 (Tg x/2), selon la zone géoclimatique du site ; b indice de trapézité IRva 2 (Iz/lf), selon la zone géoclimatique du site ; c indice de trapézité IRva 2 (lz/lf), selon la distance à la mer.

65Les deux groupes sont moins contrastés lorsque l’on prend en compte les quelques maisons trapéziformes et naviformes de la période rubanée ; la moyenne du premier groupe est alors de 1,99 (écart type 0,67), et celle du deuxième de 1,68 (écart type 0,60).

  • 23 La valeur extrême de la maison 3 de Hienheim étant incertaine (les limites de la maison sont, en ef (...)

66Nous venons de voir que l’aérodynamisme d’une construction est un phénomène complexe dont la trapézité du plan de la maison ne peut rendre compte. Dans cette perspective, Marshall (1979 ; 1981) et Coudart (1982) ont proposé de prendre également en considération la longueur de l’habitation, et de fonder un indice de résistance aux vents arrière (lRva 1) sur la mesure de la tangente de l’angle x/2, formé par les prolongements (vers l’arrière) d’une paroi longue et de l’axe longitudinal de la maison (cf. variable 7 : § 4.1.1). L’indice lRva 1 permet de distinguer trois zones géoclimatiques (fig. 99a)23 qui sont :
– une zone géoclimatique « océanique » (Hainaut et Bassin parisien), avec une moyenne de 4,45 (écart type : 1,13) ;
– une zone géoclimatique « centre‑littorale » (Rhin‑Meuse, Ruhr et Kujawie), avec une moyenne de 8,55 (écart type : 2,94) ;
– et une zone géoclimatique « continentale » (Petite Pologne, Bohême, Saxe, Bavière, Franconie et vallée du Neckar), avec une moyenne de 10,27 (écart type : 4,32).

67Mais à l’inverse de ce qu’avait suggéré Soudskỳ (1969), on constate que la moyenne des indices de résistance aux vents arrière –qui supposent que l’on admette que les vents dominants soient des vents maritimes, et que les maisons soient orientées en fonction des vents dominants– est plus basse dans la zone océanique que dans la zone centre‑littorale, et plus basse dans la zone centre‑littorale que dans la zone continentale. Là encore, il est difficile d’affirmer qu’il existât une relation entre la résistance aux vents dominants et la zone géoclimatique de la maison.

68L’indice lRva 1 permet, par ailleurs, de faire une distinction entre les différents plans non rectangulaires de l’ensemble des maisons danubiennes. Cette distinction est confirmée par une analyse de variance, sauf pour ce qui concerne la séparation entre les plans pseudo‑rectangulaire et trapéziforme, et entre les plans naviforme et pseudo‑trapéziforme (fig. 100a). On reconnaît ainsi :
– le plan légèrement trapéziforme, avec une moyenne de 2,29 (écart type : 1,56) ;
– les plans pseudo‑rectangulaire et trapéziforme, avec une moyenne de 5,19 (écart type : 3,35) pour le premier, et de 6,40 (écart type : 2,98) pour le second ;
– et les plans naviforme et pseudo‑trapéziforme, avec une moyenne de 9,56 (écart type : 4,81) pour le premier, et de 9,92 (écart type : 3,23) pour le second.

FIG. 100a Les types de plan non rectangulaires et les valeurs de l’angle x (les deux périodes confondues) ; b les valeurs moyennes de l’indice lRva 1, selon le type de plan.

69Reste qu’il est complètement illusoire de vouloir évaluer l’efficacité aérodynamique d’une construction en ne faisant intervenir que la trapézité ou la combinaison « trapézité/longueur » de l’habitation. Cette démarche néglige totalement les microperturbations liées aux variations de la structure et aux matériaux de construction. Des modèles et des programmes de calcul de ces phénomènes aérodynamiques et de stabilisation existent ; ils sont cependant trop sophistiqués et superfétatoires, au regard de la très grande imprécision des reconstitutions archéologiques. Dans ce domaine, les prétentions de l’archéologue doivent rester réalistes et modestes. Trouver des solutions empiriques pour construire une maison résistante est possible puisque les normes architecturales de la maison danubienne ont perduré pendant plusieurs siècles.

4.2.4.3 Au vent ou le dos à la mer ?

70Les archéologues considèrent généralement que la maison danubienne a été positionnée en fonction des vents dominants : une orientation nord‑sud pour l’Europe centrale, et est‑ouest pour l’Europe occidentale. Ceci probablement parce que les hommes actuels sont sensibles aux vents maritimes porteurs de pluie, et n’admettent pas que les techniques de construction danubiennes aient permis d’ériger des maisons indépendamment de la direction des vents les plus forts. Lorsque l’orientation des vestiges ne correspond pas à cette vision déterministe, les archéologues ne manquent pas d’hypothèses : présence d’un vent local (Soudskỳ 1969 : 81‑82) ou exploitation des vents les plus doux pour chasser les fumées du foyer domestique (Marshall 1981 : 112‑117) (fig. 101) par exemple.

FIG. 101 – Utilisation des vents doux comme système d’aération dans une maison de plan trapéziforme chez les Enga (Sari, Wabag, Papouasie Nouvelle‑Guinée), d’après Marshall (1979 : fig. 4).

71En Europe, les vents dominants les plus forts sont orientés de la manière suivante (cf. Marshall 1981) :
– à Auxerre (Yonne) : nord‑est (hiver) et sud‑ouest (hiver et été) ;
– à Cologne (vallée du Rhin) : nord‑ouest (été) et sud‑ouest (hiver) ;
– à Prague (Elbe‑Vltava) : nord‑ouest (été), ouest et sud (hiver) ;
– en Pologne orientale : ouest (été) et sud‑ouest (hiver).

72D’après l’Atlas mondial de Journaux (1969 : 128‑9), la direction des vents dominants est la suivante :
– au nord du Bassin parisien : ouest (en juillet) ;
– dans la région du Rhin et du Main : ouest (en janvier) ;
– en Basse Saxe : nord‑ouest (janvier) ;
– au sud de la Slovaquie : nord‑ouest (juillet et décembre) ;
– en Moravie septentrionale : ouest (juillet) ;
– au nord de la Kujawie : sud‑ouest (janvier).

73Bakels (1978 : 10) signale que dans le sud du Limbourg hollandais les vents dominants soufflent du sud‑ouest et du sud‑sud‑ouest (de juillet à février), et du sud‑ouest en Bavière (dans la vallée du Danube) ; ces derniers étant des vents assez doux.

  • 24 Dans plusieurs articles et la première rédaction de cet ouvrage, j’avais d’abord retenu une hypothè (...)

74Si l’on cartographie les directions des habitations danubiennes et des vents actuels (fig. 102), il semble qu’il n’y ait aucune liaison entre les vents dominants d’hiver et l’orientation des maisons. On remarque que l’orientation des vents d’été et celle des maisons tendent à être plus ou moins associées dans le Bassin parisien, l’Yonne, la région Rhin‑Meuse, la Bohême et la Slovaquie, Mais cette liaison n’existe ni en Moravie septentrionale ni en Bavière24. Les vents d’été sont, par ailleurs, loin d’être les plus violents.

FIG. 102 – Directions des vents dominants et orientations des maisons danubiennes : 1 vents secondaires ; 2 vents dominants d’hiver ; 3 vents dominants d’été ; 4 orientations des maisons danubiennes.

  • 25 88 % de l’échantillon étudié entrent dans l’une ou l’autre de ces catégories.
  • 26 88 % de l’échantillon relèvent de l’une ou l’autre de ces catégories.

75Nous avons constaté (cf. chap. 2) que l’arrière des maisons de l’ensemble des zones géographiques « est », « nord‑est » « centrale » et « centre‑est » était généralement orienté vers le nord ou le nord‑nord‑ouest25, et qu’il ne l’était jamais vers l’ouest ou l’ouest‑sud‑ouest. Nous avons également vu que l’arrière des maisons des zones « ouest » et « extrême‑ouest » était, le plus souvent, dirigé vers le nord‑ouest, l’ouest ou l’ouest‑sud‑ouest26, et jamais vers le nord. Il est donc possible que l’orientation de la maison danubienne ait eu plus à voir avec la position de la côte maritime la plus proche (ou la plus facilement accessible) qu’avec la direction des vents dominants ; sachant, par ailleurs, que les vents porteurs de pluie viennent fréquemment de la côte.

  • 27 Il s’agit de la maison d’Irchonwelz, dans le Hainaut.

76Si la position de la maison danubienne n’avait été que climatiquement déterminée (au sens physique du terme), la duplication des parois longitudinales (comme protection contre la pluie), la liaison transversale et les murs portants auraient conduit les Postrubanés à se libérer d’une orientation physiquement contraignante. S’ils ne l’ont pas fait, c’est peut‑être que l’orientation relevait de facteurs idéels tout aussi contraignants qu’un déterminant naturel. Le fait d’associer la mer à des vents porteurs de pluie a conduit les archéologues à mettre le facteur climatique en avant, sans considération du rôle éventuellement cardinal de la localisation de la mer. À une exception près27, toutes les maisons danubiennes mises au jour sont orientées en fonction du littoral le plus proche ou le plus accessible.

77Reste à savoir si les vents maritimes, fréquemment porteurs de pluie, ont pu servir d’indicateurs ou si la liaison entre ces vents et l’orientation des maisons a été le fruit du hasard.

4.3 Évaluation du nombre d’habitants

  • 28 Jusqu’à présent, aucun site n’a véritablement pu être « périodisé » avec suffisamment de finesse po (...)

78Vouloir évaluer le nombre d’habitants d’un site danubien relève probablement de l’illusion. Les quelques pages qui vont suivre ne sont donc là que pour sacrifier à la tradition28.

79À partir de données ethnographiques, plusieurs méthodes d’estimation ont été proposées pour évaluer le nombre d’occupants d’une maison en fonction de la surface habitée. Le problème majeur reste celui de la collecte des données. En effet, les ethnologues publient rarement le nombre d’habitants d’une maison, les dimensions de celle‑ci et le nombre d’habitations qui composent un village. Neuf exemples, pour sept groupes de population, ont pu être retenus.

80La maison rubanée ayant pu abriter des animaux (Modderman 1970), la difficulté réside, aussi, dans l’estimation de l’espace réservé aux humains. Cependant, l’installation d’une étable ou d’une bergerie dans l’habitation est, ici, très improbable (chap. 5) ; la superficie prise en compte pour évaluer le nombre d’habitants correspond donc à la surface totale de la maison.

4.3.1 La méthode proposée

  • 29 Il s’agit des sites de Postoloprty en Bohème et Tripolje en Ukraine.
  • 30 En ne prenant en compte que des maisons « multifamiliales » de superficie inférieure à 300 m2.

81Naroll (1962) a suggéré qu’il existait une relation constante entre la taille d’une population et la surface habitée. Se basant sur un échantillon de dix‑huit « cultures », il supposait qu’une surface d’habitation d’environ 10 m2 par personne était une règle générale. À partir de sites archéologiques où des traces de four (ou de vidange de foyer) avaient été conservées29, et postulant par analogie ethnographique qu’un four correspondait à une famille nucléaire, Soudsky (1964 : 64 ; 1966 ; 1969 : 92) a, quant à lui, proposé une surface de 6 à 10 m2 par habitant. Afin de mieux cerner l’analogie, Casselberry (1974 : tabl. 3) n’a retenu que huit groupes de population30. Son estimation est proche de celle de Soudsky : une famille nucléaire pour un sixième de la surface totale de l’habitation.

82En fait, l’analogie utilisée par Soudsky lui a permis de proposer des résultats tout à fait comparables à ceux que l’on peut obtenir par une méthode statistique (cf. ci‑dessous).

4.3.2 Évaluation du nombre de maisons contemporaines

  • 31 Sauf pour certains sites fouillés dans les conditions difficiles de sauvetage archéologique ; les m (...)

83On a vu (cf. chap. 2) que le rapport entre les différentes catégories de longueur de maison était relativement stable31. Généralement, les maisons très longues n’excèdent jamais 20 % de la totalité des constructions, les mai sons longues représentent entre 10 % et 35 % de ce total, et les maisons petites et moyennes se situent entre 55 % et 90 % (cf. chap. 2 : fig. 40).

84Des périodisations assez générales nous indiquent que, pour un même village, le nombre de maisons contemporaines n’a pu excéder quatorze. Pour les sites d’Elsloo, Cuiry‑lès‑Chaudardes, Missy‑sur‑Aisne et Brezno, on obtient, par phase chronologique grossière, les chiffres suivants :
– Elsloo : 8, 6, 7, 6, 13 et 14 maisons (moyenne = 9 ; écart type = 3,56) ;
– Cuiry‑lès‑Chaudardes : 3 maisons ;
– Missy‑sur‑Aisne : 7 maisons ;
– Brezno : 4, 4 ou 7 maisons (moyenne = 4,5 ; écart type = 0,7).

85Si on peut évaluer le nombre de phases d’habitation, comme cela a été fait pour Bylany (et, dans une moindre mesure, pour Langweiler et Olszanica), la limite supérieure est légèrement plus basse, On a ainsi :
– Bylany : 2, 3, 2 (ou 3), 4 (ou 6), 3 (ou 5), 2 (ou 4), 2, 3, 6, 5, 2, 7, 7 (ou 11), 9, 4 (ou 5), 4, 10, 6, 8, 5 (ou 7) et 1 maisons contemporaines (moyenne = 4,8 ; écart type = 2,6) ;
– Langweiler 2 : 5, 4, 3, 2 et 2 maisons contemporaines (moyenne = 3,2 ; écart type = 1,3) ;
– Langweiler 9 : 3, 3, 2, 2, 3 et 3 maisons contemporaines (moyenne = 2,67 ; écart type = 0,5) ;
– Olszanica : apparemment, le chiffre n’est jamais supérieur à 5.

86D’après ces résultats, la moyenne générale serait donc de cinq maisons contemporaines par site (écart type = 3).

4.3.3 Évaluation du nombre d’habitants d’un village rubané

87Si l’on prend en considération les pourcentages de représentation de chaque catégorie de longueur de maison, les cinq maisons d’un village rubané se classeraient comme suit :
– trois ou quatre maisons petites et moyennes ;
– une ou deux maisons longues ;
– et aucune ou une seule maison très longue.

  • 32 À ce propos, il est préférable de se référer aux populations d’horticulteurs de Mélanésie, Polynési (...)

88Si l’on se rapporte au tableau xvii donné plus haut (§ 4.1.1, variable 9), et sachant qu’un village rubané était en moyenne constitué de trois à huit maisons dont une ou deux dépassaient 22 m, on pourrait admettre qu’une agglomération moyenne réunissait entre cent cinquante et deux cent soixante habitants ; mais probablement moins en ce qui concerne les petits hameaux de trois maisons qui n’ont guère pu regrouper plus de quatre‑vingt personnes. On notera que ce chiffre correspond à la population de villages aujourd’hui occupés par des groupes dont la structuration sociale et économique est comparable à celle des Rubanés (cf. chap. 5)32.

89L’état des données ne permet malheureusement pas d’évaluer le nombre de maisons postrubanées contemporaines dans un site ; et l’état de conservation de leurs vestiges ne conduit bien souvent qu’à une approximation de leurs surfaces.

4.4 Unité et variation des normes architecturales

  • 33 L’exigence des statistiques et l’incertitude de certaines périodisations ne nous autorisent à jouer (...)
  • 34 Cf. moyenne des carrés des écarts de la grandeur d’une catégorie par rapport à sa valeur moyenne ca (...)

90Les indices et les variables du § 4.1.2 ont été définis dans un double but. Il s’agit (1) d’apprécier la variation de certaines composantes architecturales dans un village et, au‑delà, d’évaluer le degré de « normalisation » architecturale du site33 ; (2) de cerner les facteurs qui, dans un site donné, ont pu infléchir les effets de la « variance » architecturale dans un sens (uniformité) ou dans l’autre (variation). La notion de variance qualifie, ici, le processus qui permet aux conditions (des composantes architecturales) qui définissent un système (la maison) de varier sans détruire l’équilibre de ce système. Cette notion est donc différente de l’analyse de variance employée en statistique et utilisée dans cet ouvrage pour tester la pertinence de certains groupes typologiques par rapport aux catégories d’une grandeur34.

91Les indices de variation définis pour la maison rubanée ont été appliqués aux différentes habitations postrubanées. Les résultats (donnés en annexe, B.1) ne sont pas vraiment pertinents. En effet, les variations architecturales postrubanées sont évidentes, mais elles relèvent en partie d’un processus d’individualisation qui ne semble pas avoir fonctionné durant le Rubané.

4.4.1 Cohérence du modèle et variance des composantes rubanées

92On a vu (cf. chap. 2) que certains éléments architecturaux pouvaient être uniformes ou varier d’une maison à l’autre (la partie centrale, par exemple) ; et d’autres, comme la partie avant, être systématiquement variables.

93Un élément architectural « variable » est un élément dont la capacité à varier (autrement dit, la variabilité) est régie par un processus (la variance) qui lui permet de varier sans altérer la cohérence du modèle architectural. En d’autres termes, il s’agit d’une composante architecturale qui peut prendre plusieurs formes, sans pour autant que la maison en soit transformée. Ces formes ne sont pas aléatoires mais inscrites dans un registre de formes culturellement définies ; dans une typologie, en quelque sorte. Les composantes d’une maison n’ayant pas toutes la même fonction, les facteurs qui peuvent entraîner ou, au contraire, juguler la variation sont forcément de plusieurs natures. Pour ce qui concerne le Rubané, il est possible d’identifier trois sortes de phénomènes que l’on définira selon les axiomes a, b et c.

Axiome a

94Si l’intervalle des valeurs de l’indice de variation d’une composante architecturale est étroit, et si cette composante n’est jamais uniforme, on considérera que la composante architecturale impliquée exprime la particularité, au sens propre, de la maison ; c’est‑à‑dire la manière dont ses habitants se sont inconsciemment ou consciemment singularisés parmi les leurs. On en déduit que l’aspect que traduit cette composante architecturale ne peut pas avoir été l’objet d’une norme sociale ou culturelle stricte.

  • 35 La très grande homogénéité de la culture matérielle rubanée va dans le même sens.

95Nous considérons, en effet, la société rubanée comme une société égalitaire acéphale (cf. chap. 5). Dans ce type de société, le pouvoir individuel reconnu par le groupe social est minime35. De ce fait, l’élément architectural à travers lequel peut s’exprimer l’individualité ne peut être ostentatoire. Sa « discrétion » va de pair avec l’intégration de l’individu dans le groupe, et traduit la limitation du pouvoir personnel. Les variations affichées par les individus ne peuvent donc ni être très nombreuses ni connaître des écarts importants d’une communauté à l’autre. Un membre d’une société égalitaire et acéphale n’a, a priori, aucune raison de se démarquer ouvertement des autres par le biais de sa demeure.

Axiome b

96Si l’intervalle des valeurs de l’indice de variation d’une composante architecturale est étendu, et si les valeurs de cet indice sont en moyenne moins élevées, voire égales à 1 (uniformité), dans les petits sites, les sites des marges et des zones de colonisation tardive, on considérera que la composante architecturale impliquée exprime le degré de « normalisation » architecturale des maisonnées du village ; autrement dit, des préoccupations collectives qui n’étaient pas prioritairement contraintes par des nécessités physiques, mécaniques, économiques ou des obligations sociales.

97En effet, lorsqu’aucune contrainte matérielle, sociale ou économique n’oblige les membres d’une société égalitaire à varier (à retenir une solution qui, parmi les options culturellement possibles, leur soit propre), la tendance sera d’approcher au plus près des normes ; la reconnaissance et l’appropriation collectives de ces normes sont, en effet, des conditions de l’identité culturelle et de l’égalité sociale. Si la forme d’une composante architecturale varie, c’est que la normalisation de la composante impliquée n’est pas nécessaire à la cohérence et la reproduction du groupe. Si les variations sont peu nombreuses, c’est que la variabilité de la composante architecturale n’est pas essentielle à l’équilibre du système. On tentera donc de repérer les facteurs qui ont pu infléchir les conséquences de la variance architecturale dans un sens ou dans l’autre.

98Sans exclure une diversification probablement indispensable, on peut penser qu’il n’y a pas eu de compétitions économique, sociale et culturelle fondamentales entre les communautés rubanées. On constate qu’elles ont néanmoins affiché des degrés de « normalisation » architecturale différents.

Axiome c

99Si l’indice de variation d’une composante architecturale n’est jamais uniforme, si l’intervalle de ses valeurs est étendu et si, quelle que soit la nature du site, cet intervalle est plus ou moins le même dans les quatre zones géoculturelles, on considérera que la variation de la composante architecturale impliquée était nécessaire puisque systématique, et qu’elle était liée à des fonctions indispensables au maintien et à la reproduction du groupe.

100Les problèmes économiques et sociaux étant par essence multiples, il y a pour chaque catégorie de problèmes plusieurs solutions. Les groupes rubanés ayant constitué un ensemble de population économiquement et socialement homogène, il est logique de retrouver au sein de chaque communauté la même diversité de réponses. À supposer, par exemple, que le stockage des céréales était collectif, un village rubané –quelles qu’aient été sa phase et sa région d’occupation– ne devrait avoir contenu qu’une ou deux, exceptionnellement trois, maisons à grenier.

4.4.1.1 Variation du plan de la maison et expression individuelle

  • 36 – La maison 1 de Bochum‑Altenbochum.

101Nous avons constaté que les trois types de plan rubanés avaient été utilisés conjointement dans un même village ; et nous avons admis que le choix d’un plan particulier n’avait pas été déterminé par une contrainte climatique. Les caractéristiques de ces trois plans ne pouvaient, par ailleurs, conférer à la superstructure un caractère remarquable, au sens propre du terme, ou susceptibles de signaler un statut particulier. L’orientation du plan n’en a pas pour autant été aléatoire. À une exception près36, le trapèze a toujours été orienté dans le même sens, le petit côté vers le littoral le plus proche ou le plus directement accessible. La trapézité n’était donc probablement pas aléatoire mais laissée à l’appréciation de chacun. Il y avait là matière à une expression individuelle « discrète », et sans conséquence sociale.

102Si la variation du plan des maisons d’un village donne la mesure des choix individuels que la société rubanée pouvait tolérer, on ne devrait pas observer de grands écarts de variation entre les sites ; les manifestations individuelles ayant, dans une société égalitaire, partout la même ampleur. On constate que les valeurs de l’indice de variation V plan se placent entre 3,67 et 9,25 (fig. 103). Ce qui correspond au plus petit intervalle de variation observé. Il est donc possible de considérer les facteurs qui ont déterminé la variation du plan de la maison sous l’angle de notre axiome a.

FIG. 103 – Histogramme des valeurs de l’indice de variation V plan du plan de la maison rubanée.

103Par ailleurs, cette variation ne semble pas liée à l’ampleur, la densité, la localisation, la phase chronologique et la zone géoculturelle du site ; la zone orientale affiche cependant des valeurs relativement basses.

4.4.1.2 Les variations de la structuration spatiale de la maison en regard des réseaux d’implantation

104On a vu que la longueur des travées et la distribution des tierces n’avaient pas été imposées par les poussées et les tractions physiques mises en jeu, mais plutôt par des « contraintes » culturelles.

105L’intervalle de l’indice de variation Vstr de la distribution des tierces de poteaux est très étendu dans les zones géoculturelles centrale et orientale : il est compris entre 1 et 8,25 (fig. 104). En revanche, l’uniformité est de règle dans la zone et les marges occidentales (fig. 105a).

FIG. 104 – Histogramme des valeurs de l’indice de variation Vstr de la structuration spatiale de la maison rubanée.

FIG. 105 – Valeurs de la variation Vstr de la structuration spatiale de la maison rubanée : a selon la zone géoculturelle du site ; b selon le type de relations que le site a pu entretenir avec les autres sites de la zone géoculturelle centrale ; c selon l’ampleur du site.

106La variation la plus élevée de la zone centrale correspond à un site ancien, et l’uniformité à un site tardif (Hienheim) ; mais certains sites tardifs, comme Straubing, affichent une variation forte. En fait, Hienheim était un établissement isolé, et Straubing implanté dans un réseau de sites de faible densité.

107Il semblerait donc que la variation de la structuration spatiale de l’habitation rubanée relève de notre axiome b, et que les effets de la variance architecturale aient eu ici à voir avec le type d’implantation du village (fig. 105b). Les sites les plus « uniformes » étant des installations secondaires ou isolées, et les plus « variants » inscrits dans un important réseau d’agglomérations.

108La durée du site (jugée à partir de la densité des structures archéologiques) ne semble pas avoir eu d’incidence sur la variation de la structuration spatiale des maisons d’un village. Mais la taille de ce dernier n’a probablement pas été sans influence : en effet, plus le site est grand, plus la distribution des tierces varie d’une habitation à l’autre (fig. 105c).

4.4.1.3 Les variations des parties avant, centrale et arrière de la maison

La variation de la partie frontale

109L’indice de variation Vavant de la partie avant de la maison est large ; il est en effet compris entre 4 et 14,5 (fig. 106). Les deux extrêmes de cet intervalle correspondent à Brezno 1, et à l’étape moyenne de Bylany. La zone orientale n’affiche que des valeurs hautes. Dans la zone et les marges occidentales, l’indice varie entre 5,85 et 12,78. L’implantation (fig. 107), la densité des structures et l’ampleur du site ne semblent pas avoir été déterminants, et l’indice paraît indépendant de la position chronologique du site. Cependant, pour le Rubané récent, les zones orientale et centrale présentent des indices nettement plus hauts que ceux de la zone et des marges occidentales. Cette tendance ne se retrouve pas pour la phase tardive.

FIG. 106 – Histogramme des valeurs de l’indice de variation Vavant de la partie avant de la maison rubanée.

FIG. 107 – Valeurs de la variation Vavant de la partie avant de la maison rubanée, selon le type de relations que le site a pu entretenir avec les autres sites.

110Si l’on admet que le « grenier » était effectivement un lieu de stockage, la fonction économique des maisons à grenier est explicite. Il est bien sûr délicat d’établir celle du pseudo‑grenier, de l’antichambre ou de la partie avant « virtuelle ». Mais, nous avons vu qu’à chaque type de partie frontale correspondait une catégorie de surface particulière (cf. chap. 2 : fig. 32). Il serait donc logique qu’à ces catégories de superficie différentes aient correspondu des utilisations distinctes. Mais la partie antérieure de la maison était aussi un lieu de transition entre deux milieux (extérieur et intérieur), un passage entre le public et le privé. Son aménagement pouvait donc être emblématique, et afficher les attributs et/ou le statut de la maisonnée.

111Il est donc difficile de faire la part des différents rôles de la partie avant. La mission économique de certaines habitations paraît évidente. Elle pourrait, en partie, expliquer que le registre des aménagements de la partie avant des maisons d’un village ait toujours compris au moins deux formes différentes. En tout état de cause, il semblerait que les éléments qui ont contribué à faire varier la partie avant de la maison puissent, en partie, dépendre de notre axiome c.

La variation de la partie centrale

112Nous savons que l’aménagement et la surface de la partie centrale de la maison n’étaient pas liés.

  • 37 – Trois des sites qui ont des parties centrales uniformes ne sont pas statistiquement fiables. Il s (...)

113La variation de la partie centrale est très ample ; son indice V centre s’étend de 1 à 16,5 (fig. 108). Elle est particulièrement forte dans les zones géoculturelles orientale et centrale (fig. 109a), sauf pour Hienheim où toutes les maisonnées ont recouru au même type d’aménagement. Dans la zone et les marges occidentales, les valeurs de V centre ne sont jamais élevées37. On rencontre les variations les plus faibles pour la phase tardive des zones centrale et occidentale, et celle des marges occidentales.

FIG. 108 – Histogramme des valeurs de l’indice de variation V centre de la partie médiane de la maison rubanée.

FIG. 109 – Valeurs de la variation V centre de la partie médiane de la maison rubanée : a selon la zone géoculturelle du site ; bc selon le type de relation que le site a pu entretenir avec les autres sites : b dans la zone géoculturelle centrale, et c dans la zone ou les marges occidentales.

  • 38 Il s’agit de Hienheim et Cuiry‑lès‑Chaudardes,

114Si l’on confronte cette variation au type de réseau d’implantation du village, on s’aperçoit que les sites isolés ont les variations les plus faibles38 (fig. 109b). Par ailleurs, il semblerait que les indices d’Europe centrale soient indépendants de la densité d’occupation du site ; ce qui ne paraît pas être le cas pour la zone et les marges occidentales.

115La variation du type d’aménagement de la partie médiane de l’habitation rubanée relèverait donc, en partie, de notre axiome b. Comme pour la structuration spatiale, les conséquences de la variance architecturale pourraient, ici, avoir été infléchies par le type d’implantation du village.

La variation de la partie arrière

116À chaque type d’aménagements de la partie arrière de la maison correspond une catégorie de surface et une catégorie de travées spécifiques.

117Cet aménagement n’est jamais uniforme, et son indice de variation Vfond est toujours élevé (fig. 110, 111) ; il est compris entre 6,54 (Langweiler 2 et 9) et 14,5 (Olszanica). En zone centrale, la variation la moins forte correspond au site tardif et isolé de Hienheim.

FIG. 110 – Histogramme des valeurs de l’indice de variation V fond de la partie arrière de la maison rubanée.

FIG. 111 – Valeurs de l’indice de variation V fond de la partie arrière de la maison rubanée : a selon la zone géographique du site ; bc selon le type de relation que le site a pu entretenir avec les autres sites : b dans la zone géoculturelle centrale, c dans la zone ou les marges occidentales ; de selon l’ampleur du site : d dans la zone géoculturelle centrale, e dans la zone ou les marges occidentales.

118La variation de la partie arrière semble donc dépendre de notre axiome c. Il est, par ailleurs, possible que les effets de la variance architecturale aient eu ici à voir avec la taille du site : les plus grands villages affichant les valeurs les plus hautes.

4.4.1.4 La normalisation architecturale du village

119Nous venons de voir que la variation de la structuration spatiale, et celle de la partie centrale de la maison rubanée relèvent de notre axiome b. On considérera donc que la variation architecturale du village –induite de l’addition des indices de variation Vstr et V centre de ces deux composantes– pourrait nous permettre d’évaluer le degré de « normalisation » architecturale du village.

120La normalisation aurait été forte lorsque l’aménagement de la partie centrale et celui de la structuration spatiale sont uniformes ; autrement dit, lorsque la somme des indices Vstr et V centre est égale à 2. Les valeurs de cette somme se répartissent selon trois catégories fondamentalement distinctes (fig. 112) :
– lorsque Vstr + V centre est égal à 2, la normalisation architecturale est très forte ;
– lorsque Vstr + V centre est compris entre 2,5 et 7, la normalisation architecturale est moyenne ;
– et lorsque Vstr + V centre est compris entre 15 et 25, la normalisation architecturale est conceptuellement plus flexible.

FIG. 112 – Histogramme des degrés de « normalisation » architecturale du village rubané.

121À une exception près, les sites archéologiques de la zone centrale relèvent de la troisième catégorie (fig. 113a), et ceux de la zone et des marges occidentales de la deuxième. Il y a évidemment –comme dans tout « système humain »– quelques exceptions : le site fortement « normalisé » de la zone centrale correspond au site isolé d’Hienheim ; il faut souligner, à cet égard, qu’une « normalisation » relativement plus forte caractérise les villages isolés, et les réseaux de petite densité des zones et des marges occidentales (fig. 113b et c),

FIG. 113 – Les degrés de « normalisation » architecturale du village rubané : a selon la zone géographique du village ; bc selon le type de relation que le site a pu entretenir avec les autres sites : b dans la zone géoculturelle centrale, c dans la zone ou les marges occidentales.

4.4.2 Variations régionales postrubanées

122Le modèle architectural rubané n’a cessé de sous‑tendre l’architecture postrubanée. Mais nous avons vu qu’il est difficile d’inscrire la diversité des aménagements postrubanés dans un registre typologique.

123Au cœur de l’aire danubienne (en Bohême, Saxe, Bavière et Franconie), la structuration spatiale des maisons de Postoloprty, Libenice, Mseno, Zwenkau, Dresden‑Prohlis, Hienheim et Schwanfeld paraît relativement floue, malgré la présence de travées longues et monotones (type G). La forme des parois varie souvent d’un site à l’autre. Même si, dans certains d’entre eux (Hienheim, Schwanfeld, Brezno, Libenice et Krakow Mogila), les murs semblent avoir été traditionnels ; c’est‑à‑dire constitués de poteaux fichés dans des trous séparés. Plus à l’ouest, dans la Ruhr et les bassins du Rhin et du Neckar, les sites Rössen et Grossgartach de Bochum, Deiringsen‑Ruploh, Aldenhoven 1, Hambach 260 et 471, Inden et Schwäbisch‑Hall ont rassemblé des maisons construites sur un plan naviforme, et entourées de parois partiellement portantes. Quant aux habitants des sites chalcolithiques de Brzesc‑Kujawski, Krusza‑Zamkova, Konary et Biskupin, ils n’ont fait appel qu’à quelques rares tierces intérieures. Le plan des maisons était trapéziforme, les murs portants et implantés dans une tranchée de fondation.

124Ainsi, certains éléments architecturaux « opposent » deux régions :
– les plans trapéziforme et naviforme permettent de séparer le groupe chalcolithique de Kujawie du groupe à céramique pointillée de Saxe ;
– les pseudo‑contreforts et les contreforts opposent l’ensemble à céramique pointillée de Saxe aux groupes de Grossgartach et de Rössen des vallées du Rhin et de la Ruhr ;
– la tranchée simple et la tranchée à contreforts séparent le groupe chalcolithique de Kujawie des ensembles Grossgartach et Rössen du Rhin et de la Ruhr.

125Autant de variantes architecturales dont aucune ne suffit à caractériser un groupe régional particulier, puisque chacune d’entre elles se rencontre dans plusieurs régions.

126L’association de certaines variantes semble, en revanche, devoir être significative. Ainsi, par exemple :
– la tranchée de fondation simple, la paroi portante, un nombre très réduit de tierces et le plan trapéziforme se rencontrent, ensemble, dans le groupe chalcolithique de Kujawie ;
– l’association entre la tranchée de fondation simple, la paroi portante, un nombre très bas de tierces de poteaux et le plan naviforme définit le groupe à céramique pointillée de Saxe ;
– la juxtaposition de pseudo‑contreforts alternés, d’un mur partiellement portant, d’un nombre relativement élevé de tierces de poteaux, du plan naviforme ou trapéziforme peut également servir à qualifier le groupe à céramique pointillée de Saxe ;
– enfin, la présence conjointe de contreforts liés, d’une paroi partiellement portante, d’un nombre relativement élevé de tierces de poteaux, du plan naviforme ou trapéziforme peut définir les groupes de Grossgartach et de Rössen des bassins du Rhin et de la Ruhr.

  • 39 La description des variables est donnée au chapitre 2, mais il a été ici nécessaire de recourir à d (...)

127Après avoir repéré les variables et les modalités susceptibles de s’associer ou de s’opposer entre elles, une analyse des correspondances était réalisable entre les éléments suivants39 :
– catégorie de longueur de la maison : M (1, 2, 3) ;
– partition de l’espace interne : Part (1, 2, 3) ;
– paroi du fond : avec ou sans pseudo‑contreforts, soit Par Fct (1, 2) ;
– type de plan : Pl (1, 2, 3, 4, 5, 6) ;
– position des fosses : P fos (2, 3) ;
– type de structuration spatiale : Spat (A, B, D, E, F, G, H, I) ;
– rôle des parois : R par (1, 2, 3, 4) ;
– tranchée de fond : Tr Fd (1, 2, 3) ;
– type de fosse : T fos (1, 2, 3, 4) ;
– type de paroi : T par (1, 2, 3, 4, 5).

128Dans l’histogramme des valeurs propres, les deux premiers facteurs se distinguent bien des autres. Ils représentent 25 % de l’inertie totale du nuage des points ; la décroissance est ensuite très progressive. Cependant le premier facteur (axe horizontal) en représente 14 % à lui seul. Si l’on cherche à savoir à quoi peuvent correspondre les deux premiers axes, on constate que (fig. 114) :
– sur l’axe horizontal, l’ensemble des types de plan est regroupé dans une position centrale ; la structuration spatiale (Spat) A s’oppose aux types B, F, G et H ; la fosse « longue et disposée tout le long de la maison » (T fos 2, P fos 3) se distingue des autres types (y compris de l’absence de fosse) et s’oppose particulièrement à la fosse circulaire (T fos 1) ; les parois avec pseudo‑contreforts symétriques (T par 2), simple
(T par 1) et avec pseudo‑contreforts alternés (T par 3) s’opposent à la paroi avec contreforts (T par 4 et T par 6) ; les parois non portante (R par 1) et portante (T par 5) s’opposent entre elles, ainsi qu’aux deux autres types (légèrement et moyennement portantes) ; la paroi de l’extrémité arrière avec contreforts (Par Fct 1) est séparée de la paroi sans contreforts (Par Fct 2) ; enfin, la maison très longue (M 3) se distingue des maisons petite ou moyenne (M 1) et de la maison longue (M 2) ;
– sur l’axe vertical, les types de plan trapéziforme (Pl 4) et légèrement trapéziforme (Pl 3) sont quelque peu décalés par rapport aux autres (respectivement vers les valeurs positives et vers les valeurs négatives) et s’opposent entre eux ; les structurations spatiales I (Spat I ; valeurs positives) et D (Spat D ; valeurs négatives) s’opposent et se distinguent de tous les autres types (position centrale) ; la fosse longue et la fosse creusée sur toute la longueur de l’habitation (T fos 2 et P fos 3 ; valeurs négatives) se différencient des autres types de fosse et de leur absence (position centrale) ; la tranchée de fondation (T par 5 ; valeurs positives) se distingue des autres types de paroi (position centrale) ; le rôle portant du mur
(R par 4 ; valeurs positives) contraste avec les autres types de paroi ; la tranchée de fond doublée (Tr Fd 1 ; valeurs négatives) s’oppose à l’absence de tranchée de fond (Tr Fd 2 ; valeurs positives).

FIG. 114 – Analyse des correspondances des variables descriptives de la maison postrubanée (SAS, ADDAD, C. Chataigner fév. 1987).

129Ce qui s’oppose sur l’axe vertical semble lié au facteur temporel. En effet, dans les valeurs nettement négatives, on rencontre des éléments appartenant à la tradition rubanée : plan légèrement trapéziforme, type D de structuration spatiale, fosse longue creusée tout le long de la maison, paroi avec pseudo‑contreforts alternés, mur non portant, tranchée de fondation arrière double. Dans les valeurs nettement positives, on voit des caractères typiques de la période postrubanée : plan trapéziforme, absence de poteau interne, paroi pleinement portante. Les relations statistiques que l’on perçoit le long de l’axe vertical sont donc probablement liées à une évolution chronologique.

130Lorsque l’on place les maisons –et non plus leurs caractéristiques– sur les deux axes de représentation, on s’aperçoit que, selon l’axe horizontal, elles se regroupent par site et, encore mieux, par secteur géographique ou géoculturel (fig. 115a, b). La zone occidentale (valeurs négatives) s’oppose aux zones centrale et orientale (valeurs positives) ; le site de Hambach 260 (zone occidentale) se place cependant à l’intermédiaire des deux. On peut admettre que l’axe horizontal est celui d’une répartition géoculturelle d’est en ouest, placée de droite à gauche.

FIG. 115 – Analyse des correspondances des variables descriptives de la maison postrubanée (SAS, ADDAD, C. Chataigner fév. 1987) : a par site ; b par région.

  • 40 Zwenkau, Hambach 260 et 471, Brzesc‑Kujawski et Krusza‑Zamkowa, en particulier.

131Le site de Zwenkau est très étendu verticalement, autrement dit chronologiquement ; il s’agit d’ailleurs d’un site de transition chronologique (entre le Rubané et le Postrubané). Le site de Brzesc‑Kujawski est décalé vers l’extrémité des valeurs positives de l’axe vertical ; le site est tardif puisque chalcolithique. Si l’axe vertical est réellement l’axe du temps, les sites de Mseno, Libenice, Zwenkau (pour partie), Dresden‑Prohlis, Hienheim 2, Schwanfeld 2, Bochum‑Kirchharpen, Inden 2 et 3, et Hambach 260 (pour partie) seraient plus anciens que ceux de Deiringsen‑Ruploh, Inden 1, Hambach 471, Aldenhoven, Postoloprty, Zwenkau (l’autre partie), Brzesc‑Kujawski et Krusza‑Zamkowa. Pour certains sites40, cette relation se trouve confirmée par les sériations établies à partir du matériel céramique.

132L’analyse des correspondances confirme donc amplement la régionalisation perçue lors de l’examen préalable des composantes architecturales de la période postrubanée. En effet, elle oppose entre eux les ensembles régionaux de « Rhin‑Ruhr‑Neckar », « Saxe‑Bohême » et « Kujawie ». Elle fait, par ailleurs, parfaitement apparaître les éléments rubanés –plan légèrement trapéziforme, succession de travées progressives (type D), présence de fosses longues tout le long des parois, et tranchée de fondation à l’arrière– qui ont été mis au jour dans la zone centre‑orientale (à Zwenkau, Libenice, Dresden‑Prohlis et Mseno, en particulier). Chronologiquement les sites de Hienheim en Bavière, Schwanfeld en Franconie et Hambach 260 en Rhénanie relèveraient plutôt d’une période intermédiaire. Enfin, les sites de Kujawie sont évidemment les plus tardifs.

4.5 Réflexions à propos du deuxième niveau de description et d’hypothèses

133Nous avons considéré que l’efficacité architectonique de la maison, le nombre de ses habitants et la variation de certains de ses aménagements relevaient d’un deuxième niveau de description et d’hypothèses. Nous avons ainsi été conduits à prendre plus explicitement conscience des normes culturelles et des dimensions sociales contenues dans l’architecture danubienne.

4.5.1 Normes culturelles et efficacité architectonique

134Dans ce chapitre, force nous a été d’admettre que l’agencement des poteaux, la longueur des travées et la présence de couloirs de séparation n’avaient pas été dictés par des contraintes physiques mais par des normes culturelles, non moins contraignantes. En effet, plus la maison rubanée est longue, plus la moyenne des travées les plus longues est élevée. La structuration spatiale des maisons longues se retrouve –en réduction– dans les maisons courtes (cf. chap. 2 : fig. 43).

135Ce n’étaient donc pas les longueurs et les nombres de poteaux qui importaient mais le regroupement des poteaux trois par trois ou la présence de couloirs qui divisaient l’habitation en trois parties. Sans ces agencements, la construction n’aurait sans doute pas été admise en tant que maison. Nous entrons là dans le domaine des représentations collectives, grâce auxquelles toute société structure et donne un sens au monde.

136Les normes qui ont présidé à l’architecture rubanée n’étaient donc pas uniquement physiques mais également culturelles (il s’agit là d’un truisme que les archéologues ont parfois tendance à occulter) : ainsi, par exemple, les différents types d’aménagement de la partie centrale de la maison n’ont pas contribué à former des classes de surfaces différentes, ni été dictés par la nécessité de disposer d’une superficie particulière. En conditionnant l’aménagement de l’habitation, le jeu des contraintes idéelles permettait la reproduction des traditions architecturales, et s’opposait aux transformations techniques qui auraient pu améliorer l’efficacité physique de la maison, et diminuer la quantité des matériaux et du travail investis.

  • 41 Il s’agissait d’une maison longue, construite sur un plan légèrement trapéziforme, flanquée de foss (...)

137Pendant plusieurs siècles, les Rubanés se sont donc conformés à des normes culturelles précises qui n’ont pas empêché quelques transformations techniques. Celles‑ci n’ont cependant pas bouleversé l’image de la maison. Ce phénomène explique la stabilité du rapport « quantité de travail investi/ résultat obtenu » à travers le temps. L’archétype de l’habitation rubanée a été établi dès le début du Rubané, comme nous le montre les vestiges de la maison 32 de Miskovice, en Bohême41. Plusieurs siècles après, on le retrouve dans le Bassin parisien ou le Hainaut belge. Il faut se référer à la période postrubanée pour observer un saut quantitatif des différents quotients d’efficacité architectonique (fig. 95).

138Cependant, même si ses registres étaient strictement définis et limités, la variation des aménagements architecturaux a joué, qui nous indique que l’inertie n’était pas la règle, et que le système architectural était régi par un processus de variance inhérent. La disparition du grenier lourd, le doublement des parois, la généralisation des plans trapéziforme et naviforme, et l’allongement des travées nous montrent, par ailleurs, que les Rubanés ont été capables d’innovations. Ces améliorations ont probablement conditionné l’adoption de la liaison transversale, et celle des murs portants. Ces nouvelles techniques –confrontées aux « conventions » architecturales les plus stables– ont parfois produit quelques « bizarreries » : ainsi, le mur portant et le plan trapéziforme ou naviforme, combinés au maintien des tierces, ont‑ils conduit les murs longitudinaux et les poteaux internes à se télescoper.

4.5.2 Le dos à la mer... quelle que soit la direction du vent

139Si l’orientation des habitations danubiennes avait été uniquement conditionnée pour répondre aux contraintes physiques des vents dominants et des facteurs climatiques afférents, les Rubanés auraient eu intérêt à utiliser, le plus souvent possible, l’aérodynamisme des plans pseudo‑rectangulaire et légèrement trapéziforme. Ils ont souvent recouru à ces deux types de plan, mais ils n’en ont jamais généralisé l’emploi. On constate en effet que 41 % des maisons rubanées ont été érigées sur un plan rectangulaire.

140Cependant, et en dépit de quelques exceptions où le plan est mal conservé, on note que la largeur du mur arrière n’est jamais plus grande que celles de la façade ou de la partie centrale de la maison. L’orientation de la « trapézité » n’était donc pas fortuite mais consciemment choisie. Mais cette orientation ne semble pas liée à un évitement des vents violents ; une liaison existe certes avec certains vents dominants d’été, mais il est impossible de l’étendre à l’ensemble du territoire danubien. Par ailleurs, de nombreux exemples ethnographiques sont là pour nous montrer que l’on construit souvent sur un plan trapéziforme dans le but d’obtenir une façade haute et monumentale.

141Cependant, la question reste posée de savoir si l’orientation des constructions avait à voir avec la position de la côte maritime la plus proche ou la plus accessible.

142La généralisation postrubanée du plan trapéziforme ou naviforme a parfois été comprise comme la conséquence d’une dégradation climatique (Soudskỳ 1969). En effet, à condition d’être orientée dans le sens du vent dominant, la forme d’une maison construite sur un plan trapéziforme a l’avantage d’offrir moins de prise à ce vent. Mais si l’on pose la question autrement, à savoir : pourquoi les plans trapéziforme et naviforme sont‑ils apparus si tardivement ? on s’aperçoit qu’il est physiquement difficile de dresser une façade de bois et de terre de plus de 6 m de large, sans recourir à une liaison transversale. On constate qu’une fois ce type de liaison et le mur portant adoptés, le plan rectangulaire a été définitivement abandonné par les Danubiens. La généralisation du plan trapéziforme ou naviforme pourrait avoir été d’ordre technique plutôt que climatique.

4.5.3 Les résonances sociales des variations architecturales

143Quels facteurs ont pu entraîner l’uniformité ou, au contraire, la variation de la partie centrale des maisons d’un site ? Et pourquoi rencontre‑t‑on toujours plusieurs types de parties avant et arrière ?

144Trois éléments de la société rubanée sont ici probablement intervenus : (1) les spécificités individuelles se fondaient dans le groupe ; (2) la gestion économique n’était ni véritablement communautaire ni hiérarchisée, mais « divisée » (cf. ci‑dessous) ; et, enfin, comme dans toute société traditionnelle sédentaire, (3) le rapport entre unités domestiques et communauté était fondé sur l’adoption collective d’un modèle d’habitation qui, grâce à la variance des composantes architecturales, n’empêchait pas le jeu des individus.

4.5.3.1 Des individus « architecturalement » intégrés

145L’intégration des individus de la société rubanée relève, en particulier, du fait que le registre des formes qui servent à construire l’espace habité était strictement défini.

146N’ayant, semble‑t‑il, été déterminé ni par une évolution technique ni par un facteur climatique ni par une différence de statut, on peut considérer que la variation de la forme du plan de la maison était un moyen « discret », conscient ou inconscient, de manifester une certaine idiosyncrasie. À cet égard, la variation entre les trois formes de plan du registre rubané était non seulement limitée mais, surtout, visiblement la moins ostentatoire des variations architecturales.

4.5.3.2 Une division des responsabilités plutôt qu’une disparité sociale

147La variation de la partie avant de la maison rubanée est systématique. Elle correspond donc probablement à quelque chose d’obligatoire et nécessaire au maintien et à la reproduction du groupe.

148Si l’on accepte l’hypothèse du grenier, il faut admettre qu’il existait, au moins, une différence économique entre la maison à grenier et celles avec antichambre ou sans partie frontale. Le modèle architectural étant cependant le même, la diversité observée traduit plutôt une division des responsabilités qu’une disparité sociale.

149Transition entre locus public et locus privé, la partie frontale était, selon toute vraisemblance, également chargée de significations idéelles. Si la fonction de la partie frontale n’avait été qu’économique (et sachant que les habitats rubanés n’étaient pas véritablement hiérarchisés), la variance architecturale des villages, de même ampleur et de même densité, devrait ici avoir pour résultat des indices de variation proches les uns des autres. Ce n’est pas le cas. Il convient donc de relativiser le rôle économique de la partie avant.

4.5.3.3 La taille de l’unité domestique

150À chaque type de partie arrière correspond un nombre de travées différent, et une classe de longueurs différente ; on a vu que la corrélation est très forte entre le nombre de travées et la longueur de cette section (R = 0,85). La définition de la partie arrière est donc fondamentalement quantitative. Son aménagement était vraisemblablement dicté par des besoins spatiaux différents ; autrement dit, probablement par la taille de l’unité domestique.

151Les maisonnées d’une communauté étant obligatoirement de taille différente, la variation de la partie arrière est forcément élevée. Les valeurs de cette variation sont par ailleurs proportionnelles à la dimension du site. Tout se passe comme si la probabilité de rencontrer des groupes domestiques de taille variée augmentait avec la surface du village.

4.5.3.4 La « normalisation » architecturale des maisonnées

152Il ne paraît pas que la variation de la partie médiane de la maison rubanée ou, au contraire, son uniformité aient été indispensables à la collectivité. L’intervalle de cette variation étant très ample, il semblerait que les villages aient connu des situations relativement différentes.

153En adoptant les mêmes formes architecturales, les unités domestiques de certains villages ont, semble‑t‑il, cherché à marquer leur ressemblance entre elles. Les lieux qui paraissent avoir été ainsi particulièrement normalisés étaient des villages isolés ou d’importance secondaire, comme Hienheim, Cuiry‑lès‑Chaudardes, Missy‑sur‑Aisne ou Miskovice. À l’inverse, lorsque le site faisait partie d’un réseau de relations important, la variation des aménagements était forte ; comme, par exemple, à Bylany ou Langweiler. Quant à la variation des sites qui dépendaient d’un réseau d’échanges de faible densité (cf. Elsloo, Stein ou Brezno), elle est irrégulière. D’autres critères sont certainement intervenus qui sont aujourd’hui archéologiquement difficiles à repérer.

154La variation de la structuration spatiale était forte, voire très forte en ce qui a concerné les maisons implantées dans le centre du territoire rubané. Mais l’uniformité fut de règle dans la zone et les marges occidentales. De fait, le type D semble avoir été l’agencement rubané par excellence ou, du moins, un agencement dont la généralisation s’est s’affirmée au fur et à mesure de l’avancée du front de la colonisation rubanée vers l’ouest.

4.5.4 Première régionalisation culturelle de l’Europe tempérée

155La marque individuelle des unités domestiques postrubanées a clairement été exprimée dans l’architecture. Il n’est archéologiquement plus possible de confondre, en les superposant, les plans de deux maisons différentes. Afficher sa ressemblance architecturale n’était plus aussi fondamental, et d’autres ciments sont probablement intervenus pour maintenir la cohésion sociale. L’image de la maison semble, en effet, avoir été moins partagée, et les canons architecturaux moins stricts. L’organisation des poteaux internes paraît avoir été moins structurée, et le tracé des parois moins rectiligne. La tripartition de l’espace est d’ailleurs souvent difficile à repérer. Bref, les constructions étaient semblables mais ne se ressemblaient pas.

156Pourquoi la durabilité de l’architecture rubanée a‑t‑elle été si fortement ébranlée au cours de la période postrubanée ?

157On peut avancer l’hypothèse d’une diversification des milieux naturels exploités, et des réseaux d’échanges en fonction. D’une part, une fois l’ensemble du territoire colonisé, celui‑ci fut progressivement transformé jusqu’à présenter des caractéristiques écologiques incompatibles avec les traditions techniques du groupe. Et en l’absence d’une quantité suffisante de terres vierges présentant les conditions de milieu dont les Rubanés étaient coutumiers, il a fallu s’adapter à des niches écologiques nouvelles et particulières. D’autre part, l’avancée du front de colonisation aidant, des rencontres ont eu lieu qui ont conduit à la transformation, et à l’éclatement des réseaux d’échanges traditionnels. Des spécificités régionales et, à terme, des spécialisations ont pu naître de cette diversité des partenaires, des milieux exploités et des techniques qui leur étaient adaptées. En bref, la normalisation architecturale s’est effilochée ; et, conjointement, l’unité culturelle dont elle était l’expression s’est lézardée. À la fin de la période postrubanée, seuls le plan quadrangulaire, l’orientation et la très grande longueur de la maison reflétaient encore le modèle originel.

  • 42 À cet égard, il faut rappeler que c’est grâce à l’expression stylistique de la céramique que l’on p (...)

158Mais l’homogénéité et la cohérence n’en ont pas pour autant disparu. Les différents groupes postrubanés se sont reproduits économiquement et culturellement de plusieurs façons, et l’architecture a perdu son universalité. Mais ce processus de différenciation a généré des homogénéités régionales (fig. 114 et 115a, b). Archéologiquement, la régionalisation de l’architecture est la plus remarquable, mais ce phénomène se retrouve dans les autres productions culturelles42. C’est en cela qu’il est faux de parler de groupes postrubanés, et plus juste d’évoquer les groupes de Lengyel, à céramique pointillée, Hinkelstein, Grossgartach, Rössen, Blicquy, Villeneuve‑Saint‑Germain et Cerny. Quatre grands ensembles régionaux, au moins, sont aujourd’hui repérables, qui correspondent à : (1) la Kujawie, (2) la Saxe et la Bohême, (3) les vallées du Rhin, de la Ruhr et du Neckar, et (4) le Hainaut et le Bassin parisien.

Notes

1 Cf. chap. 2, variable 4 du premier niveau de description du site.

2 Cf. chap. 2, variable 4 du premier niveau de description de la maison.

3 Ce qui est peu. Ce type d’informations est en effet, difficilement accessible car rarement publié par les anthropologues sociaux.

4 À titre d’exemple, voici comment est calculé l’indice de variation du plan (Vplan) de la maison dans le site d’Elsloo pour la phase tardive du Rubané. Dix‑huit plans de maison sont lisibles ; l’échantillon est donc suffisant. Trois types de plan sont présents : rectangulaire, pseudo‑rectangulaire et légèrement trapéziforme (33,5 % des maisons ont un plan rectangulaire, 50 % un plan pseudo‑rectangulaire et 16,5 % un plan légèrement trapéziforme). On a donc : Vplan = 3 + (100‑50)/10 = 8

5 Cf. chap. 2 : fig. 43.

6 On peut observer ce téléscopage dans les maisons Rössen d’Aldenhoven, Inden‑La mersdorf, Bochum‑Hiltrop‑Hillerberg, Deiringsen‑Ruploh et Hambach 471 ; dans celle Lengyel tardif de Brezno et celles du groupe à céramique pointiliée tardif de Libenice et Mseno. Ce phénomène a également été remarqué dans des maisons dont les murs n’étaient pas portants, à Hambach 260, Bochum‑Kirchharpen, Bochum‑Laer et Hienheim.

7 C’est probablement le cas pour la maison 3 de Zwenkau‑Harth du groupe à céramique pointiliée tardif, et celles Lengyel tardif de Krusza‑Zamkowa.

8 Plus particulièrement dans les sites de Hienheim, de Zwenkau (maisons 2 et 4), de Rosdorf (maison 12), de Bochum‑Hilltrop Zeche Constantin et de Bochum Altenbochum.

9 On rencontre, par exemple, cette configuration à Zwenkau‑Harth, Dresden‑Prohlis et Mseno pour le groupe à céramique pointillée, et à Hambach 260 pour la culture de Grossgartach.

10 On rencontre (1) des parois « légèrement portantes » à Aldenhoven 1 (Rössen), Hambach 471 (Rössen), Inden 3, Inden 2 (Rössen), Bochum‑Hiltrop‑Hillerberg nord (Rössen), Deiringsen‑Ruploh (Rössen) et Brezno, maison 92 (Lengyel tardif) ; (2) des murs « moyennement portants » à Inden 1 (Rössen) et Postoloprty, maison 15 (Lengyel) ; et (3) des parois « pleinement portantes » à Zwenkau‑Harth (groupe céramique pointillée tardif), Biskupin, Brzesc‑Kujawski et Krusza‑Zamkowa (Chalcolithique ancien).

11 Les conditions de fouille n’y sont peut‑être pas étrangères. Les sauvetages archéologiques, très nombreux dans ces régions, ont conduit à repérer surtout les vestiges de maisons longues dont le nombre de poteaux était proportionnellement moins élevé que celui des maisons moyennes ou petites.

12 Alors que la surface de la maison au sol tendait à diminuer, l’usage du plan trapéziforme a plutôt contribué –parce qu’il entraînait une augmentation de la hauteur des murs avant et de la façade– à ce que la surface de la peau de la maison ne fût pas amoindrie.

13 Phase ancienne : moyenne = 2,01 (écart type = 0,49) ; phase moyenne : moyenne = 2,08 (écart type = 0,59) ; phase récente : moyenne = 2,22 (écart type – 1,01) ; phase tardive : moyenne = 2,06 (écart type = 0,76).

14 Il s’agit des maisons 2 de Missy‑sur‑Aisne, et 225 de Cuiry‑lès‑Chaudardes.

15 Il s’agit d’Elsloo, Stein, Sittard, Langweiler 9, Cuiry‑lès‑Chaudardes, Chassemy et Rosmeer.

16 Comme à Langweiler 8 (moyenne = 0,997 ; écart type = 0,26).

17 Ainsi, à Geleen (moyenne = 3,21 ; écart type = 0,26) où les maisons moyennes et petites sont très mal conservées, mêmes si plusieurs de leurs trous de poteaux sont visibles. Il s’agit aussi de sites où les conditions de fouille de sauvetage n’ont souvent permis que de relever les maisons aux trous de poteau profonds, c’est‑à‑dire les plus longues ; ainsi, à Langweiler 2 (moyenne = 3,82 ; écart type = 1,09), Charmoy (moyenne = 4,03 ; écart type = 0,81) ou Marolles‑sur‑Seine (4,89).

18 Ainsi, la maison 225 de 37 m à Cuiry‑lès‑Chaudardes (le quotient d’efficacité architectonique QEa 3 est supérieur à 7) ou la maison 2 de plus de 33 m à Missy‑sur‑Aisne (avec un QEa 3 proche de 6).

19 Dans les régions de la Ruhr, l’Aisne et l’Yonne, en particulier.

20 Cependant, la maison 15 de Postoloprty affiche un indice de 7,84.

21 Avec un maximum de 9,52 pour la maison 6 de Hambach 260.

22 Ces deux groupes ont été vérifiés par une analyse de variance.

23 La valeur extrême de la maison 3 de Hienheim étant incertaine (les limites de la maison sont, en effet, difficiles à cerner), l’IRva 1 de cette habitation n’a pas été prise en compte.

24 Dans plusieurs articles et la première rédaction de cet ouvrage, j’avais d’abord retenu une hypothèse déterministe qui mettait en rapport l’orientation de la maison et les vents dominants d’été. Un réexamen de mes données m’a conduit à considérer l’hypothèse du déterminant climatique comme insatisfaisant.

25 88 % de l’échantillon étudié entrent dans l’une ou l’autre de ces catégories.

26 88 % de l’échantillon relèvent de l’une ou l’autre de ces catégories.

27 Il s’agit de la maison d’Irchonwelz, dans le Hainaut.

28 Jusqu’à présent, aucun site n’a véritablement pu être « périodisé » avec suffisamment de finesse pour que l’on puisse être sûr du nombre de maisons contemporaines. Les sites archéologiques sont rarement explorés dans leur totalité ; par ailleurs, les maisons de petite ou de moyenne taille sont souvent mal conservées ; et, de ce fait, plus difficiles à repérer.

29 Il s’agit des sites de Postoloprty en Bohème et Tripolje en Ukraine.

30 En ne prenant en compte que des maisons « multifamiliales » de superficie inférieure à 300 m2.

31 Sauf pour certains sites fouillés dans les conditions difficiles de sauvetage archéologique ; les maisons « petites et moyennes » sont alors souvent mal perçues.

32 À ce propos, il est préférable de se référer aux populations d’horticulteurs de Mélanésie, Polynésie ou Indonésie, plutôt qu’aux sociétés céréalières d’Afrique. Dans ce continent, au contraire de ce qui se passe en Mélanésie, il est aujourd’hui impossible de rencontrer une société agricole qui ne soit pas socialement stratifiée. Et l’on sait que la superficie de la maison se trouve généralement plus influencée par les structures économiques et sociales que par les techniques d’acquisition des ressources alimentaires.

33 L’exigence des statistiques et l’incertitude de certaines périodisations ne nous autorisent à jouer ici qu’avec une dizaine de sites rubanés : Brezno 1, Bylany, Cuiry‑lès‑Chaudardes, Elsloo, Hienheim 1, Langweiler 2 et 9, Olszanica, Stein et Straubing. Les calculs n’ont été effectués que pour les sites ayant livré au moins cinq habitations pour une même phase ; ce qui reste statistiquement discutable. Les sites de Langweiler 2 et 9, où l’on ne compte que trois à quatre habitations par phase, ont été réunis afin d’obtenir un nombre de maisons statistiquement valable ; cette manipulation a pour effet d’abaisser la valeur de l’indice de variation.

34 Cf. moyenne des carrés des écarts de la grandeur d’une catégorie par rapport à sa valeur moyenne caractérisant sa fluctuation ou sa dispersion.

35 La très grande homogénéité de la culture matérielle rubanée va dans le même sens.

36 – La maison 1 de Bochum‑Altenbochum.

37 – Trois des sites qui ont des parties centrales uniformes ne sont pas statistiquement fiables. Il s’agit de la phase récente des sites de Langweiler 2 et 9, et du site de Geleen. Les vestiges de maison mis au jour y sont insuffisants, et relèvent d’une seule catégorie de longueur (« longues »).

38 Il s’agit de Hienheim et Cuiry‑lès‑Chaudardes,

39 La description des variables est donnée au chapitre 2, mais il a été ici nécessaire de recourir à des abréviations plus courtes, afin d’obtenir une visualisation claire du positionnement des différentes variables.

40 Zwenkau, Hambach 260 et 471, Brzesc‑Kujawski et Krusza‑Zamkowa, en particulier.

41 Il s’agissait d’une maison longue, construite sur un plan légèrement trapéziforme, flanquée de fosses et orientée en fonction de la côte la plus proche ; ses tierces de poteaux étaient architectoniquement en surnombre, et distribuées selon le rythme D ; deux couloirs séparaient les parties avant et arrière de la partie centrale.

42 À cet égard, il faut rappeler que c’est grâce à l’expression stylistique de la céramique que l’on peut établir une relation d’identité entre l’architecture du groupe de Lengyel de Kujawie et celle du groupe de Rössen de la région du Rhin.

Table des illustrations

Légende FIG. 91 – On voit ici que l’indice de trapézité IRva 2 (grande largeur/petite largeur) est le même pour les constructions AA’‑CC et AA’‑DD’, alors que les parois longitudinales de cette dernière offrent moins de prise au vent arrière. Il en va de même pour les maisons BB’‑CC et BB ‑DD’ ; les parois longitudinales de BB’‑CC’ offrent pourtant une prise au vent arrière plus élevée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44045/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende TABL. XVI – Données ethnographiques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44045/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Légende FIG. 92 – Rapport entre population observée (exemples ethnographiques) et population prédite par régression.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44045/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende TABL. XVII – Surface de la maison danubienne et prédiction du nombre d’habitants.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44045/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende FIG. 93 – Télescopage entre parois longitudinales et tierces intérieures : a maisons à parois portantes de 1 Inden, 2 Hambach 471 et 3 Deiringsen‑Ruploh ; b maisons à parois non portantes de 1 Hambach 260, 2 Bochum‑Laer et 3 Hienheim.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44045/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende FIG. 94 – Exemples de parois doubles non portantes : a maison rubanée de Bochum‑Hiltrop ZC ; b maisons postrubanées de 1 Zwenkau et 2 Hambach 260.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44045/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 95 – Histogrammes des valeurs des quotients d’efficacité architectonique (en grisé clair, les maisons rubanées ; en grisé foncé, les maisons postrubanées) : a premier quotient d’efficacité architectonique (QEa 1) ; b deuxième quotient d’efficacité architectonique (QEa 2) ; c troisième quotient d’efficacité architectonique (QEa 3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44045/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende FIG. 96 – Les parois de la maison postrubanée : la fonction au regard du type de paroi.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44045/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 97 – Les valeurs moyennes du troisième quotient d’efficacité architectonique (QEa 3) : a selon les types de plan de la maison rubanée ; b selon les types de plan de la maison postrubanée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44045/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 98 – Action du vent sur la superstructure d’une maison construite sur un plan trapéziforme.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44045/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende FIG. 99 – Indice de trapézité des maisons postrubanées : a indice de trapézité IRva 1 (Tg x/2), selon la zone géoclimatique du site ; b indice de trapézité IRva 2 (Iz/lf), selon la zone géoclimatique du site ; c indice de trapézité IRva 2 (lz/lf), selon la distance à la mer.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44045/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende FIG. 100a Les types de plan non rectangulaires et les valeurs de l’angle x (les deux périodes confondues) ; b les valeurs moyennes de l’indice lRva 1, selon le type de plan.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44045/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende FIG. 101 – Utilisation des vents doux comme système d’aération dans une maison de plan trapéziforme chez les Enga (Sari, Wabag, Papouasie Nouvelle‑Guinée), d’après Marshall (1979 : fig. 4).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44045/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende FIG. 102 – Directions des vents dominants et orientations des maisons danubiennes : 1 vents secondaires ; 2 vents dominants d’hiver ; 3 vents dominants d’été ; 4 orientations des maisons danubiennes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44045/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende FIG. 103 – Histogramme des valeurs de l’indice de variation V plan du plan de la maison rubanée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44045/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende FIG. 104 – Histogramme des valeurs de l’indice de variation Vstr de la structuration spatiale de la maison rubanée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44045/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende FIG. 105 – Valeurs de la variation Vstr de la structuration spatiale de la maison rubanée : a selon la zone géoculturelle du site ; b selon le type de relations que le site a pu entretenir avec les autres sites de la zone géoculturelle centrale ; c selon l’ampleur du site.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44045/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende FIG. 106 – Histogramme des valeurs de l’indice de variation Vavant de la partie avant de la maison rubanée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44045/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende FIG. 107 – Valeurs de la variation Vavant de la partie avant de la maison rubanée, selon le type de relations que le site a pu entretenir avec les autres sites.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44045/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende FIG. 108 – Histogramme des valeurs de l’indice de variation V centre de la partie médiane de la maison rubanée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44045/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende FIG. 109 – Valeurs de la variation V centre de la partie médiane de la maison rubanée : a selon la zone géoculturelle du site ; bc selon le type de relation que le site a pu entretenir avec les autres sites : b dans la zone géoculturelle centrale, et c dans la zone ou les marges occidentales.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44045/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende FIG. 110 – Histogramme des valeurs de l’indice de variation V fond de la partie arrière de la maison rubanée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44045/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende FIG. 111 – Valeurs de l’indice de variation V fond de la partie arrière de la maison rubanée : a selon la zone géographique du site ; bc selon le type de relation que le site a pu entretenir avec les autres sites : b dans la zone géoculturelle centrale, c dans la zone ou les marges occidentales ; de selon l’ampleur du site : d dans la zone géoculturelle centrale, e dans la zone ou les marges occidentales.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44045/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende FIG. 112 – Histogramme des degrés de « normalisation » architecturale du village rubané.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44045/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende FIG. 113 – Les degrés de « normalisation » architecturale du village rubané : a selon la zone géographique du village ; bc selon le type de relation que le site a pu entretenir avec les autres sites : b dans la zone géoculturelle centrale, c dans la zone ou les marges occidentales.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44045/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende FIG. 114 – Analyse des correspondances des variables descriptives de la maison postrubanée (SAS, ADDAD, C. Chataigner fév. 1987).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44045/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 115 – Analyse des correspondances des variables descriptives de la maison postrubanée (SAS, ADDAD, C. Chataigner fév. 1987) : a par site ; b par région.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44045/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 66k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search