Version classiqueVersion mobile

Architecture et société néolithique

 | 
Anick Coudart

Chapitre 3. Premier niveau d’hypothèses

Techniques et matériaux de construction

Texte intégral

1Une nouvelle approche technologique ne saurait être moins partielle ou plus explicite que les nombreuses interprétations déjà proposées à l’égard des techniques et des matériaux de construction de la maison rubanée (cf. Zippelius 1957 ; Soudskỳ 1969 ; Modderman 1973 ; Meyer‑Christian 1976 ; URA 12 1977 ; Startin 1978 ; Brandt 1980 ; Masuch, Ziessow 1983 ; 1985 ; Luley 1992). Mais dans la mesure où ces interprétations sont parfois insatisfaisantes, voire incompatibles entre elles, je me permets d’avancer ici quelques nouvelles propositions qui –au regard de données ethnographiques– me paraissent plus logiques sans être, pour autant, très novatrices.

2Il faut que l’archéologue se débarrasse du préjugé selon lequel, en l’absence d’instruments de mesure sophistiqués et d’outils en métal, les populations pré‑ et protohistoriques auraient été incapables de résoudre certains problèmes techniques. Pour ceux dont c’est le quotidien, il est facile et rapide, sans le recours de notre outillage moderne, d’implanter un échafaudage, de placer une poutre à une hauteur déterminée, de créer une échelle (fig. 44, 45), de placer à une même hauteur les sommets d’un alignement de poteaux, de juger de l’angle d’un toit (fig. 46) ; en bref, de proportionner et d’user de régularités. L’usage de techniques « simples » ne veut pas dire absence de savoir‑faire et d’imagination (fig. 47). Les missions que j’ai effectuées, en 1982 et 1990, dans des tribus anga de Papouasie Nouvelle‑Guinée auront été, à cet égard, parfaitement démonstratives.

FIG. 44 – Construction d’une maison chez les Baruya (Wiobo, Eastern Highlands Province, Papouasie Nouvelle‑Guinée).

FIG. 45 – Construction d’une maison chez les Baruya (Wiobo, Eastern Highlands Province, Papouasie Nouvelle‑Guinée).

FIG. 46 – Calcul de la pente d’un toit chez les Baruya (Wiobo, Eastern Highlands Province, Papouasie Nouvelle‑Guinée).

FIG. 47 – Dans le village de Palimbei, Sépik, Papouasie Nouvelle‑Guinée (d’après Coiffier 1984 : pl. 438‑442) : a transport d’une poutre chez les latmul ; b érection d’un poteau ; c différentes façons de poser une poutre.

3.1 L’architecture rubanée

3.1.1 Les matériaux de construction

3La conservation des vestiges archéologiques permet rarement de retrouver les matériaux de construction des maisons du Néolithique danubien. La palynologie, l’anthracologie et quelques fragments de torchis brûlés nous donnent néanmoins des informations sur ce qu’ils ont pu être (cf. Bakels 1978 ; 79‑92, en particulier).

4Des charbons de bois recueillis dans des trous de poteau nous ont permis d’évaluer les essences utilisées, mais rien ne prouve qu’elles furent toutes employées à l’édification des maisons. Les études palynologiques ont révélé un environnement forestier important où le bois de construction pouvait être facilement collecté. Par ailleurs, on sait que, dans une forêt dense, les arbres se développent en long fût de diamètre régulier, bien adapté aux travaux d’architecture.

5Les traces colorées, que l’on retrouve dans le remplissage des trous ayant servi à caler les poteaux de la maison, donnent des informations sur le diamètre et la coupe des bois utilisés. Les archéologues estiment généralement l’élévation des murs à 2 m (Zippelius 1957 ; Soudsky 1969 ; URA 12 1977) ; à cette élévation devraient correspondre des hauteurs comprises entre 4 et 5 m, pour le faîte. Même si l’on considère que les parois ont vraisemblablement été moins hautes et les bois requis pour le soutien plus courts, la moyenne des plus longues travées entre poteaux a probablement varié entre 3,50 et 5,50 m. On a donc eu besoin de fûts réguliers sur une longueur au moins équivalente. Le chêne semble avoir été l’essence la plus employée ; mais c’est aussi celle dont les charbons se conservent le mieux. D’autres essences ont pu convenir, comme l’érable, l’orme, le merisier et le pin (comme cela a été observé à Hienheim et à Olszanica, par exemple). Le bouleau, l’aulne, le frêne, le tilleul, le peuplier et le saule ont également pu fournir des fûts de bois convenables. Cependant, la durabilité des essences varie considérablement d’une espèce à l’autre. Pour ce qui concerne les bois retrouvés dans les sites rubanés, Bakels (1978 : tabl. 6) donne les chiffres présentés dans le tableau xv.

6Les six dernières essences sont donc inutilisables comme bois de construction, sauf à l’intérieur de murs protégés par un torchis.

TABL. XV – La durabilité des essences utilisables (d’après Bakels 1978, tabl. 6).

7Le torchis des parois était facilement réalisable à partir des terres lœssiques ou limoneuses sur lesquelles les Rubanés étaient installés. On a retrouvé les vestiges de nombreuses plantes à l’intérieur de fragments de torchis, sans que l’on ait pu décider s’il s’agissait d’un dégraissant (volontaire ou non) ; quoi qu’il en fût, celui‑ci était nécessaire. Finement hachés, la paille (disponible après les moissons) ou le foin (probablement plus rare en l’absence de véritables prairies) ont pu être utilisés comme tel. Le clayonnage de support a pu être tressé avec du noisetier, du saule ou du tilleul. Ces essences possèdent, en effet, un branchage suffisamment souple pour ce genre de travail. Elles étaient par ailleurs largement disponibles dans l’environnement de l’époque.

8Enfin, les liens d’assemblage étaient faciles à fabriquer à partir de fibres de tilleul, de saule ou d’orme (cf. les reconstitutions d’Allerslev au Danemark, par exemple ; Hansen 1962).

3.1.2 La charpente

9Pour reconstituer la structure générale de la construction, nous ne possédons que des traces laissées par les fondations des maisons –pour l’essentiel des trous de poteau facilement repérables par leur coloration plus foncée dans le substrat sous‑jacent au sol actuel (fig. 48)– et de petites maquettes de terre cuite, postérieures au Rubané ; comme celles que l’on a retrouvées à Strelice (Palliardi 1916) ou à Branc (Vladar 1962 : fig. 82) (fig. 49). La comparaison ethnographique peut également nous fournir une liste d’hypothèses sur une charpenterie réalisée à l’aide d’un outillage en pierre.

FIG. 48 – Vestiges d’une maison rubanée à Cuiry‑lès‑Chaudardes.

FIG. 49 – Maquette en terre cuite d’une maison de la culture de Lengyel en Moravie ; d’après Paillardi (1916).

3.1.2.1 La coupe du bois

10La majorité des éléments portants de la charpente semblent avoir été constitués de fûts entiers. D’après la coloration que l’on retrouve dans les trous de poteau, on peut admettre que leur diamètre se situait entre 20 et 40 cm, mais qu’il pouvait parfois atteindre 50 cm (fig. 50). D’après des observations ethnographiques faites en Nouvelle‑Guinée, l’abattage d’un arbre à l’aide d’une herminette en pierre peut durer entre un et trois quarts d’heure (Cranstone 1971 ; Godelier 1973b ; Saraydar, Shimada 1971). À Stein, certains troncs d’arbre, de 75 cm de diamètre au moins, ont été fendus en douze quartiers, et utilisés pour soutenir les parois des maisons (Bakels 1978 : 85). C’est un résultat relativement facile à obtenir à l’aide d’une masse et de coins en bois, comme cela m’a été montré par R. Darrat à West‑Stow, en Angleterre ; en quelques minutes, il est possible de fendre un tronc de chêne en quatre quartiers.

FIG. 50 – Trou de poteau d’une maison rubanée à Cuiry‑lès‑Chaudardes.

3.1.2.2 Les techniques d’assemblage et le système de liaison

  • 1 Le bois n’est évidemment pas conservé sur les sites de plein air du Néolithique danubien, sinon dan (...)

11Les traces les plus anciennes de chevillage que l’on ait retrouvées –à Aichbühl, en particulier (Schmidt 1936 : fig. 77)– sont tardives. Elles datent de l’épi‑Rössen, une période immédiatement postérieure au Postrubané tel qu’il est ici défini. Les assemblages utilisés dans les constructions rubanées ont donc probablement été des encoches à mi‑bois, et les liaisons maintenues à l’aide de liens en matière végétale1. Ces procédés sont encore amplement utilisés aujourd’hui (fig. 51, 52, 53, 54). Pour les poteaux qui supportaient les pannes et la poutre faîtière, des fourches naturelles ont certainement été employées aussi souvent que possible, comme dans la plupart des habitations traditionnelles mélanésiennes, certaines granges d’Andalousie (fig. 55) ou encore les maisons des Pawnee d’Amérique du Nord (fig. 56).

FIG. 51 – Ligatures végétales chez les Baruya (Wiobo, Eastern Highlands Province, Papouasie Nouvelle‑Guinée).

FIG. 52 – Ligatures végétales chez les Baruya (Wiobo, Eastern Highlands Province, Papouasie Nouveile‑Guinée).

FIG. 53 – Ligatures végétales à Putei (Gulf Province, Papouasie Nouvelle‑Guinée).

FIG. 54 – Ligatures végétales à Tsewi (Morobe Province, Papouasie Nouvelle‑Guinée).

FIG. 55 – Architecture traditionnelle en Andalousie.

FIG. 56 Intérieur d’une habitation pawnee ; d’après Kevin Williams (Field Museum of natural history, Chicago).

12La disposition des poteaux en tierces transversales semble incompatible avec l’utilisation d’une ferme, composée d’un entrait et de deux arbalétriers (fig. 57) ; en effet, l’alignement transversal des trous de poteau est loin d’être toujours rectiligne. Ce regroupement des poteaux trois par trois rendait, par ailleurs, ce type de liaison physiquement superflue. Buttler et Haberey (1936 : fig. 34, no 1) furent les premiers à considérer que les liaisons de la charpente rubanée avaient été longitudinales. Cette hypothèse –logique– a été reprise depuis lors par l’ensemble des différents chercheurs (fig. 58). Compte tenu de l’absence supposée de chevillage, de tenons et de mortaises, la liaison longitudinale était probablement un système adéquat. Les pressions et les tractions étaient, dans ce cas, presque uniquement verticales (fig. 57a), alors que l’utilisation d’une ferme aurait conduit à une répartition des tractions et des pressions dans toutes les directions. En l’absence de contreventement, il semble que l’élasticité des matériaux et la très grande cohésion des appareillages rubanés pouvaient facilement absorber les pressions horizontales dues au vent.

FIG. 57a Liaison longitudinale ; b liaison transversale avec ferme (entrait et arbalétriers).

FIG. 58 – Liaison longitudinale, reconstitution de Cuiry‑lès‑Chaudardes.

13Les liaisons longitudinales se rencontrent actuellement dans de nombreuses constructions traditionnelles de Mélanésie (fig. 59‑61), voire même dans certaines granges du monde méditerranéen. Mais ce type d’assemblage est aujourd’hui profondément étranger à la pensée de l’homme « occidental » (fig. 62 et 63).

FIG. 59 – Liaisons longitudinales chez les Simbari (Eastern Highlands Province, Papouasie Nouvelle‑Guinée).

FIG. 60 – Liaisons longitudinales chez les Lohiki (Gulf Province, Papouasie Nouvelle‑Guinée).

FIG. 61 – Liaison longitudinale, maison cérémonielle pour pirogues (Santa Ana, Natagera, Mélanésie) ; d’après Davenport et Fukumoto (1971), repris par Coiffier (1984 : pl. 96).

FIG. 62 – Liaisons longitudinales et poutres transversales dans la maison rubanée reconstituée au musée d’Ansparn, en Autriche.

FIG. 63 – Liaisons longitudinales et poutres transversales : reconstitution d’une maison rubanée au musée de l’Archéodrome de Beaune, France ; les poutres transversales, suspendues à l’aide d’un simple cordage à mi‑hauteur du poteau central, ne sont pas des éléments portants.

14Plusieurs systèmes de liaison longitudinale ont été imaginés (fig. 64), le plus simple étant celui où deux pannes longitudinales –situées dans le prolongement l’une de l’autre– ont chacune une de leur extrémité posée sur un même poteau (fig. 64a). Une autre configuration, dite en n, a été suggérée par Soudskỳ (1969 : fig. 13). Celle‑ci suppose que deux poteaux verticaux supportent les pannes longitudinales en deçà de leurs extrémités, de manière à ce que ces dernières restent suspendues dans le vide (fig. 64b). Malheureusement, cette disposition ne semble pas toujours compatible avec l’agencement des trous de poteau rencontré dans les sites archéologiques – les tierces de trous de poteau sont souvent trop nombreuses et trop rapprochées les unes des autres pour qu’un tel dispositif ait pu rester en équilibre.

FIG. 64 – Propositions de systèmes de liaison longitudinale pour la maison rubanée : a les extrémités des pannes longitudinales reposent sur un poteau ; b le système en π (les extrémités des pannes longitudinales sont libres).

15En fait, le nombre des tierces ne semble pas avoir répondu à une contrainte physique. Le premier niveau de description de la maison rubanée nous a montré que plus la maison était longue, plus la moyenne des longueurs des travées les plus longues était élevée. La question qui se pose est de savoir pourquoi les portées entre tierces sont courtes dans les maisons courtes, alors que les Rubanés ont été techniquement capables de mettre en place des travées de longue portée à l’intérieur des maisons longues. D’autre part, on observe que les travées les plus courtes se situent toujours aux mêmes emplacements : entre les parties frontale et médiane, et entre les parties médiane et arrière de la maison. Il est probable que ce n’était pas la longueur absolue des travées qui importait, mais plutôt la structuration que le rapport entre les longueurs de travée dessinait dans l’espace (cf. chap. 2 : fig. 43). La succession des tierces aurait d’ailleurs probablement été beaucoup plus régulière si leur rôle n’avait été que physique.

3.1.2.3 La disposition de poteaux en Y

16L’espace de la partie centrale de la maison a été, la plupart du temps, rythmé par deux ou plusieurs tierces de poteaux parallèles entre elles. Mais les archéologues ont relevé, dans la partie médiane de certaines maisons de la région du Rhin et de la Meuse, un agencement de quatre trous de poteau en lieu et place de deux tierces. Deux trous forment un alignement perpendiculaire à l’axe longitudinal de la maison ; les troisième et quatrième trous étant respectivement déjetés vers la droite et la gauche de cet alignement, tout en étant parallèles à l’axe longitudinal du bâtiment. Au sol, ces quatre trous de poteau dessinent ainsi une configuration en forme de Y (cf. chap. 2 : fig. 13). Cependant, celle‑ci se distingue souvent très mal de l’agencement en deux tierces parallèles (fig. 65).

FIG. 65 – Lecture alternative des agencements de trous de poteau dans la partie centrale des maisons 25 et 55 d’Eisloo, et 11 de Stein : a lecture d’un Y ; b lecture d’un agencement en tierce.

17Les suppositions sont nombreuses quant à la raison d’être de l’agencement en Y. Meyer‑Christian (1976) a envisagé la présence d’une porte latérale (fig. 66). Mais cette hypothèse ne colle pas aux observations : la trace du mur est, la plupart du temps, continue à cet emplacement, et l’espace extérieur encombré d’une fosse à détritus. Que cet agencement particulier ait entraîné une solution de charpente différente est tout à fait probable. Masuch et Ziessow (1983 : fig. 12) ont ainsi imaginé que le Y avait entraîné un jeu compliqué de nombreuses perches posées transversalement ou en diagonale entre trois poteaux portant le faîte et plusieurs de ceux côtoyant les murs latéraux ; ce dispositif est supposé avoir pallié l’absence des deux poteaux supplémentaires qui auraient été présents si l’on avait recouru à deux tierces parallèles. Mais comme on peut l’observer pour certaines charpentes inca (Bouchard 1983 : fig. 16‑17, pl. X), un dispositif de perches en tripode a pu constituer une liaison transversale physiquement très efficace (fig. 67).

FIG. 66 – Interprétation de l’agencement en Y des trous de poteau de la partie médiane de la maison rubanée, d’après Meyer‑Christian (1976 : fig. 16 et 17).

FIG. 67 – Agencement en Y de chevrons dans l’architecture inca, d’après Bouchard (1983 : fig. 16).

18Quoi qu’il en ait été, l’agencement des poteaux en Y ne semble pas avoir été placé là pour répondre à une contrainte inévitable. En effet, maisons avec et sans Y se sont côtoyées dans un même village. Reste que cette configuration fut probablement l’une des très rares différences « régionales » exprimées au regard des normes « universelles » de l’architecture rubanée.

3.1.3 La toiture

3.1.3.1 La forme du toit

19Le toit était probablement à double pente comme le suggèrent les petites maquettes de terre cuite évoquées plus haut (fig. 49). Les données archéologiques ne sont pas incompatibles avec cette hypothèse. Les trous de poteau internes sont, en effet, beaucoup plus profonds et d’un diamètre beaucoup plus large que ceux des parois. On peut en induire que les poteaux intérieurs constituaient probablement la structure portante du toit.

20Sous nos climats, la pente d’un toit végétal doit nécessairement se situer entre trente et quarante‑cinq degrés, si l’on veut que la couverture soit étanche. Une pente inférieure n’assurerait pas l’écoulement des eaux de pluie, une pente supérieure entraînerait un glissement du toit. En l’absence de liaison transversale, la réponse la plus adaptée aux problèmes posés par l’écoulement de l’eau et par les forces tangentielles agissant sur les assemblages paraît être une pente de trente‑cinq degrés.

  • 2 L’expérimentation a été réalisée par l’UPR 7532 du CNRS (équipe de recherche archéologique no 12 du (...)

21Une expérimentation effectuée à Cuiry‑lès‑Chaudardes2 (fig. 58, 68, 69) a montré que de simples liens sont suffisants pour faire tenir des chevrons sur des pannes. L’expérimentation a, par ailleurs, confirmé ce que Meyer‑Christian (1976 : fig. 1) avait envisagé, à savoir qu’il est plus facile d’utiliser des chevrons constitués de deux éléments plutôt que d’un seul (fig. 70) ; ceci, en raison de l’irrégularité des poussées et des tractions lorsque la mise au niveau du sommet des poteaux verticaux est approximative. Pourtant, la plupart des maisons traditionnelles où des techniques similaires sont utilisées présentent des chevrons d’un seul tenant (en Nouvelle‑Guinée, notamment ; fig. 71, 72) : les hauteurs des poteaux portants sont simplement égalisées en repérant le bon niveau par la pose préalable d’un chevron d’essai. De ce fait, le problème évoqué ne se pose généralement pas.

FIG. 68 – Reconstitution d’une maison rubanée à Cuiry‑lès‑Chaudardes.

FIG. 69 – Vue intérieure de la maison rubanée reconstituée à Cuiry‑lès‑Chaudardes.

FIG. 70 – Pose des chevrons : a d’un seul tenant ; b en deux parties.

FIG. 71 – Chevrons d’un seul tenant chez les Baruya (Wiobo, Eastern Highlands Province, Papouasie Nouvelle‑Guinée).

FIG. 72 – Chevrons d’un seul tenant (Terora, Orint, vallée sud de la Markham, Papouasie Nouvelle‑Guinée).

22Pour certaines constructions, on peut imaginer que la partie arrière du toit était en croupe (Meyer‑Christian 1976 : fig. 11, 12). Outre le fait que ce procédé protège bien le mur de la pluie, les données archéologiques vont fréquemment dans ce sens. Très souvent, les trous de poteau de la paroi arrière sont, en effet, moins profonds que les trous intérieurs. Ce plus faible ancrage pourrait avoir été lié à la diminution de l’effet de masse qu’aurait entraîné un toit en forme de croupe. Mais cette solution est improbable car elle implique qu’il y aurait eu une poutre transversale arrière reposant sur le prolongement, sans support, des deux pannes longitudinales situées de part et d’autre de la poutre faîtière (fig. 73).

FIG. 73 – Toit en croupe à l’arrière de la maison rubanée, d’après Meyer‑Christian (1976 : fig. 11 et 12).

3.1.3.2 La couverture

23Plusieurs matériaux ont pu servir de couverture à la maison danubienne : le chaume, le roseau, le bardeau de bois, l’écorce de bouleau. On a même proposé la peau animale (Modderman 1973). Les deux premiers semblent les plus probables ; le deuxième a une espérance de vie plus longue mais est très difficile à récolter à l’aide d’un outil en pierre comme l’indiquent plusieurs expérimentations (Pétrequin, communication personnelle). Notons toutefois qu’un toit couvert de chaume ou de roseaux se laisse généralement pénétrer par la pluie jusqu’à 12 cm de profondeur, et que les couvertures actuelles faites dans ces matériaux ont une épaisseur comprise entre 25 et 60 cm. Dans ces conditions, la quantité de matière première nécessaire pourrait avoir été supérieure à celle naturellement disponible dans les environnements proches des villages rubanés. Mais il est vrai que dans ce type de construction sans cheminée, la suie renforce l’imperméabilité de la toiture.

24Quant à la pose de la couverture, l’observation ethnographique nous montre que les bottes de roseaux ou de chaume se fixent aisément à l’aide de liens végétaux sur des voliges accrochées aux chevrons (fig. 74, 75, 76), que les voliges servent d’échelle à ceux qui assurent la pose de l’extérieur mais qu’un échafaudage indépendant est nécessaire à ceux qui, de l’intérieur, s’occupent du passage des liens autour des voliges (fig. 77).

FIG. 74 – Les principales pièces de charpente d’une maison rubanée.

FIG. 75 – Toit d’une maison chez les Baruya (Wiobo, Eastern Highlands Province, Papouasie Nouvelle‑Guinée).

FIG. 76 – Mise en place de la couverture du toit chez les Baruya (Wiobo, Eastern Highlands Province, Papouasie Nouvelle‑Guinée).

FIG. 77 – Échafaudage intérieur pour le passage des liens de maintien de la couverture du toit (tribu des Baruya, Wiobo, Eastern Highlands Province, Papouasie Nouvelle‑Guinée).

3.1.4 Les murs

3.1.4.1 Des poteaux fichés dans un trou ou implantés dans une tranchée de fondation

25Probablement, les poteaux constituant l’ossature des parois longitudinales avaient un diamètre moyen de 15 à 20 cm, et étaient séparés de 20 à 100 cm. Entre deux trous de poteau, on retrouve parfois la trace d’un piquet intermédiaire. Ce dernier était indispensable au tressage du clayonnage qui reliait vraisemblablement les poteaux entre eux (fig. 58).

26La totalité des poteaux de paroi de certaines habitations de la région du Rhin et de la Meuse ont été fichés dans une tranchée de fondation. Dans les vestiges de cette tranchée, la distance qui sépare les traces de poteau est identique à celle relevée pour les parois sans tranchée (fig. 78b). Mais on y a parfois mis au jour des traces de planche ; dans les maisons 23 et 29 de Stein, par exemple (fig. 78a). Les expérimentations de West‑Stow, en Angleterre, ont montré que –en l’absence de liaison transversale– un mur constitué de planches verticales jointives est fragile car il manque totalement de cohésion.

FIG. 78a Évidence de débitage de fût de bois en quartiers : 1 maison 29 et 2 maison 23 de Stein (d’après Modderman 1970 : pl. 186‑188) ; b parois faites de rondins jointifs verticaux : 1 plan de la maison rubanée X de Herheim (d’après Frickhinger 1933 : fig. 1) ; 2 plan de la maison 15 de Köln‑Lindenthal (d’après Buttler, Haberey 1936 : pl. 29).

27Le même problème se pose quant à l’interprétation des traces de tranchée de fondation qui circonscrivent la partie arrière de la maison, à partir du couloir implanté entre les parties médiane et arrière. Il faut garder à l’esprit que le lien entre cette tranchée et la partie arrière n’était pas forcément d’ordre mécanique.

28Au regard des données ethnographiques, il semblerait qu’une maison qui associe un toit en pente et des murs extérieurs de 2 m de haut soit de conception relativement moderne. Par ailleurs, des parois hautes ont l’inconvénient d’entraîner une forte déperdition de chaleur vers le sommet du toit, et les parois basses sont sans doute mieux adaptées aux hivers de l’Europe continentale. En revanche, en l’absence de cheminée, un toit élevé permet d’évacuer la fumée vers le haut.

3.1.4.2 La duplication des parois longitudinales

29Les murs longitudinaux de certaines maisons tardives de Saxe, de Bavière et de la Ruhr ont été constitués de deux alignements de poteaux ; ces derniers étant couplés deux à deux (cf. chap. 4 : fig. 94a). Un exemple beaucoup plus ancien a été découvert à Brezno, en Bohême (maison 9). Les poteaux de l’alignement extérieur –qualifiés ici de « pseudo‑contreforts symétriques »– étaient nettement séparés de l’alignement intérieur.

30De nombreuses hypothèses ont été envisagées à cet égard, dont celle d’une paroi portante. Mais la structure de ce genre de maison ne semble pas avoir été différente de celle des autres habitations. En particulier, le nombre de couples « poteau – pseudo‑contrefort symétrique », et le rapport de profondeur entre l’ancrage des tierces de poteaux intérieurs et celui de la paroi étaient identiques à ceux des maisons à paroi simple et non portante. Quoi qu’il en soit, cet ajout a probablement contribué à mieux protéger les murs. Le doublement symétrique de la paroi est à inscrire dans le petit panel des innovations techniques que les Rubanés ont su, localement, apporter à leur architecture.

31On peut supposer que ces pseudo‑contreforts, plus courts, étaient reliés entre eux par une sablière sur laquelle venait reposer l’extrémité des chevrons du toit (fig. 79, 80). Celui‑ci pouvait ainsi descendre relativement bas, et protéger au mieux les parois longitudinales de la pluie. Pour atteindre cet objectif, les Rubanés auraient pu se contenter d’abaisser les murs longitudinaux de la maison. Mais une paroi trop basse aurait entraîné une perte de volume ou une augmentation de la hauteur des poteaux centraux. Ces conséquences auraient alors pu entraîner un glissement du toit (fig. 80c). On aurait, certes, pu contrebalancer cet inconvénient en décalant le mur vers l’extérieur ; mais l’espace compris entre la paroi et les poteaux latéraux des tierces internes aurait alors été trop large, et la structure portante moins stable (fig. 80b). L’ajout d’une deuxième rangée de poteaux extérieurs avait un autre avantage : celui d’offrir un emplacement pour garder le bois de chauffe au sec (fig. 81).

FIG. 79 – Doublement de la paroi en vue d’une meilleure protection de celle‑ci (tribu des Langimar, Benula, Morobe Province, Papouasie Nouvelle‑Guinée).

FIG. 80 – Doublement de la paroi.

FIG. 81 – Réserve de bois de chauffe placée entre le mur et une rangée supplémentaire de poteaux qui double la paroi (Wagi, Gulf Province, Papouasie Nouvelle‑Guinée).

32Pour autant, les murs longitudinaux de la maison rubanée n’étaient pas indépendants du toit. Sous nos climats, la présence d’une cloison rideau sans contreventement aurait fragilisé la construction. En l’absence de contreventement, c’étaient la solidarité des éléments architecturaux, l’élasticité des liaisons et des matériaux qui assuraient la stabilité de l’ouvrage. La maison rubanée se devait d’être une construction unie et souple ; le poids de la toiture et l’enfoncement des poteaux intervenant alors comme facteurs d’équilibre.

3.1.5 Porte et entrée

33Comme le reste de la superstructure, la porte est difficile à restituer. Parfois, cependant, on retrouve la trace de son emplacement. Elle était apparemment située sur la paroi frontale de la maison, entre les deux poteaux les plus au sud de la façade (fig. 82).

FIG. 82 – Vestiges d’entrée : 1 Menneville/maison 10 ; 2 Sittard, maison 34 ; 3 Elsloo, maison 76 ; 4 Cuiry‑lès‑Chaudardes, maison 280 ; 5 Charmoy, maison C1 ; 6 Inden‑Lamersdorf, maison 1 ; 7 Postoloprty, maison 15.

34À Cuiry‑lès‑Chaudardes et Berry‑au‑Bac, les plus grandes densités de rejet détritique se trouvent rassemblées dans les fosses latérales situées à l’avant de la construction (cf. Ilett et al. 1982 : fig. 6), comme s’il s’était agi de l’emplacement extérieur le plus accessible et proche de la sortie. Modderman et Meyer‑Christian ont suggéré l’existence de portes latérales. Un argument en faveur d’une ouverture sur le côté, sud ou sud‑ouest, serait la troisième concentration de rejets que l’on remarque à l’arrière de certaines maisons de la vallée de l’Aisne (Ilett et al. 1982). Il y a cependant trop d’exemples où les traces de la paroi et de la fosse à détritus sont continues ; en d’autres termes, la configuration des vestiges va trop souvent à l’encontre de cette l’hypothèse. Mais il pourrait s’agir d’une fenêtre.

35Si certaines maisons ont eu une ouverture latérale, il y a de fortes chances qu’il ne se soit pas agi de l’entrée principale. Dans une société traditionnelle, l’emplacement de l’entrée est choisi selon des significations culturelles précises, rarement anodines.

3.1.6 L’espace intérieur

36Les fonctions des différents espaces de la maison sont traitées dans le chapitre 5. Ne sont donc évoqués ici que les aspects liés aux données directes relevées sur le terrain.

37Il est improbable –voire particulièrement inconfortable pour les Rubanés– que chacune des tierces de poteaux ait supporté une cloison. On peut néanmoins l’envisager pour les couloirs de séparation implantés entre la partie antérieure et l’espace médian, et entre ce dernier et la partie arrière de la maison.

38On s’accorde généralement pour interpréter les redoublements des trous de poteau, mis au jour dans la partie antérieure de la maison, comme les vestiges de support d’une plate‑forme de stockage (fig. 83). Cette hypothèse a été corroborée par la découverte d’une quantité élevée de déchets liés au traitement des céréales (balles de blé carbonisées et pollens de mauvaises herbes), dans les fosses à détritus de maisons à grenier du plateau d’Aldenhoven (Lüning 1982a, b ; Knözer 1988).

FIG. 83 – Interprétation des doublements de trous de poteau dans la partie frontale ; d’après Tosello (Coudant, Pion 1986 : fig. 53).

3.1.7 L’espace extérieur

3.1.7.1 Fosses de construction et fosses à détritus

39La reconnaissance de l’espace extérieur est importante. Celui‑ci joue un rôle capital dans les relations spatiales et, par conséquent, chronologiques que l’archéologue est amené à établir entre les constructions et les fosses à détritus.

40Dans l’espace latéral qui couvre environ 4 m de part et d’autre de la maison, des « fosses de construction » ont été creusées. De toute évidence, elles ont servi de « carrière » à argile. La qualité des sols lœssiques ou limoneux, sur lesquels les Rubanés ont érigé leurs villages, permettaient en effet d’utiliser la terre locale pour fabriquer le torchis des murs, et la poterie. Après avoir estimé que le sol de l’époque était au même niveau que l’actuel, Milisauskas (1972) a calculé que le volume des fosses latérales avait généralement été suffisant pour construire un mur de 10 cm d’épaisseur. Cette épaisseur ne peut sans doute pas assurer une bonne protection de la maison, mais la quantité de sédiment nécessaire à la fabrication d’un mur plus épais était trouvable dans le site.

41Ces fosses d’extraction ont probablement aussi servi de lieu de fabrication du torchis. À la terre extraite, étaient ajoutés un liant (paille ou foin hachés) et de l’eau. Le mélange et la plasticité adéquates étaient sans doute obtenus par un foulage au pied.

42Les fosses étaient ensuite –volontairement ou involontairement– reconverties en fosses à détritus. L’archéologue y retrouve, pour partie, les vestiges domestiques de l’habitation : poteries brisées, outils cassés ou perdus, restes de repas, etc. Il s’agit là d’un véritable journal de bord, à partir duquel on peut reconstituer la vie quotidienne des habitants de la maison. Il semble que les gestes de rejet n’aient pas été aléatoires. Ainsi, dans la vallée de l’Aisne, à Cuiry‑lès‑Chaudardes et Berry‑au‑Bac/Le Chemin de la Pêcherie, par exemple, les analyses spatiales du matériel détritique des fosses ont mis en évidence certaines régularités dans la répartition des rejets (Chataigner, Plateaux 1986 : fig. 3‑5 ; Ilett et al, 1982 : fig. 6 ; Ilett et al. 1986 : fig. 4) (fig. 84). Ces derniers sont concentrés au niveau, et de part et d’autre, de la partie centrale de l’habitation ; et, parfois, à l’arrière mais le long de la paroi sud seulement. En ce qui concerne l’espace extérieur situé au sud de la maison, les rejets sont plus particulièrement rassemblés au niveau de la deuxième travée de la partie centrale – immédiatement en amont du couloir arrière ; et, parfois aussi, à la hauteur de la dernière travée de la partie arrière. On retrouve également une accumulation de rejets au niveau de la première travée de la partie centrale et du couloir avant. Au nord, la plus grande densité de détritus se rencontre à la hauteur du couloir avant et de la première travée de la partie centrale.

FIG. 84 – Répartition des rejets des maisons 195, 200 et 300 de Berry‑au‑Bac/Le Chemin de la Pêcherie ; analyse spatiale et traitement graphique de J. Dubouloz (mars 1992).

43La répétition de ces modalités nous conduit à considérer la partie centrale de la maison comme le lieu des activités domestiques, et pourrait confirmer la présence de fenêtres latérales évoquées plus haut.

3.1.7.2 Tranchées extérieures parallèles

44Entre les traces du mur longitudinal et celles des fosses de construction, on observe parfois les vestiges d’une tranchée rectiligne, strictement parallèle aux parois longitudinales. D’aucuns ont voulu y voir un aménagement typique des maisons anciennes. Mais on retrouve cette configuration pour plusieurs constructions récentes ou tardives – à Rosdorf et Straubing, par exemple. S’est‑il agi d’une rangée supplémentaire de poteaux extérieurs, comme l’ont proposé Modderman et Lüning (Christlein 1982 : fig. 7) ? Outre qu’il ne semble pas que ces tranchées aient livré des traces de poteau, il est logique d’y voir les vestiges d’une rigole naturelle due au ruissellement de la pluie tombant d’un toit ou ceux d’une tranchée artificiellement creusée pour drainer l’eau (fig. 85, 86).

FIG. 85 – Creusement d’une tranchée parallèle au mur longitudinal de la maison par les eaux de pluie venues du toit (tribu des Baruya, Wiobo, Eastern Highlands Province, Papouasie Nouvelle‑Guinée).

FIG. 86 – Tranchée creusée par les habitants de la maison pour permettre aux eaux de pluie venant du toit de s’écouler (tribu des Baruya, Wiobo, Eastern Highlands Province, Papouasie Nouvelle‑Guinée).

3.1.8 L’ordre des opérations et les réparations

45La maison rubanée paraît avoir été construite en deux étapes : les parties frontale et médiane d’une part, et la partie arrière d’autre part.

46Les alignements longitudinaux de trous de poteau présentent fréquemment un léger décalage d’orientation au niveau du couloir de séparation entre les parties centrale et arrière (fig. 87). Les poteaux des parties frontale et médiane auraient donc été alignés indépendamment de ceux de la partie arrière. Plusieurs maisons semblent ne pas avoir été achevées ; comme, par exemple, l’habitation 320 de Cuiry‑lès‑Chaudardes. Dans ce cas précis, la partie arrière est invisible ; il est ici vraisemblable que l’érection de la partie arrière ait constitué l’étape finale de la construction.

FIG. 87 – Déviation des alignements de trous de poteau dans la maison 60 de Elsioo.

47On peut essayer d’estimer la durée de vie moyenne d’une maison danubienne. Sous nos climats, ce type de construction en bois et terre peut facilement dépasser le siècle ; tout dépend de l’attitude des habitants à son égard. Son entretien nécessite de nombreuses tâches de réfection : reprise du torchis, remplacement des éléments de charpente attaqués par les insectes ou par l’humidité, etc. Les Rubanés ont dû se plier à cette nécessité. À Brezno, en Bohême, on a pu observer que deux ou trois poteaux avaient presque systématiquement été réimplantés dans les trous d’origine. À Bedburg‑Kaster/Frimmersdorf ou Elsloo, les traces de consolidation ne sont pas en reste ; les traces de poteau et de piquet supplémentaires y sont, en effet, nombreuses.

3.2 L’architecture postrubanée

48Si l’architecture rubanée semble avoir connu une certaine inertie technologique au cours des siècles, la période suivante constitue une rupture. La rectangularité du plan au sol fut définitivement abandonnée en faveur du plan trapéziforme, apparu à l’extrême fin du Rubané. Les murs sont, par ailleurs, devenus portants. Ce dernier aspect implique l’utilisation d’une liaison transversale.

3.2.1 Trapèze et plan naviforme

49La très grande majorité des maisons postrubanées ont été construites sur un plan trapéziforme ou naviforme ; la largeur de la façade ou de la partie médiane de la maison étant supérieure à celle du mur arrière. L’angle y du toit étant vraisemblablement constant, le faîte était donc probablement incliné vers l’arrière (fig. 88).

FIG. 88 – Reconstitution de la maison de Postoloprty construite sur un plan trapéziforme (d’après Soudskỳ 1969 : fig. 29).

50À une exception près (cf. maison 1 de Bochum‑Altenbochum), les maisons danubiennes étaient orientées de telle sorte que le petit côté –le plus bas– faisait face au littoral le plus proche ou le plus directement accessible (cf. chap. 4). Si on associe les vents dominants aux côtes maritimes, on peut considérer que la configuration était efficace car aérodynamique ; les surfaces qui affrontaient les vents étaient, en effet, les plus réduites (cf. chap. 4 : fig. 98). L’efficacité la meilleure aurait donc été atteinte avec le plan naviforme qui impliquait une façade et un pignon arrière plus petits que la superficie de la section médiane de la maison. Le toit devait donc s’abaisser vers l’arrière et vers l’avant – la partie antérieure de la construction aurait alors été protégée de la violence du vent (fig. 89).

FIG. 89 – Reconstitution d’une maison construite sur un plan naviforme.

51Les archéologues n’ont jamais envisagé que l’usage des plans trapéziforme et naviforme puisse avoir été déterminé par des facteurs autres que les contraintes physiques du vent, et les limites des techniques utilisées. À l’appui de cette conception déterministe, sont venus s’ajouter des arguments empruntés à plusieurs traditions ou écoles architecturales. Dans le cas de l’architecture moderne Scandinave, par exemple, il s’agit –comme dans l’hypothèse proposée ci‑dessus– d’éviter les vents. Certains groupes mélanésiens cherchent, au contraire, à les capter pour ventiler la maison (Marshall 1979 ; 1981 ; Coiffier 1984). L’ouverture de ces maisons mélanésiennes faisant face aux vents les plus doux, les fumées du foyer (installé dans la partie médiane de la maison) sont entraînées vers l’arrière ; là où l’habitation est la plus haute et le volume plus important. Ce procédé a l’avantage de fournir, à hauteur d’homme, un air non vicié par la fumée (Marshall 1979 : fig. 4) (cf. chap. 4 : fig. 101). En Mélanésie, il me semble cependant que le plan trapéziforme permet surtout d’obtenir une façade monumentale, plutôt qu’un système d’aération interne, comme en témoigne la variation de l’orientation des maisons d’un même village (Coiffier 1984 : vol. 2) (fig. 90).

FIG. 90a Maisons de plan trapéziforme et orientation à Kalabu, Sépik, Papouasie Nouvelle‑Guinée (d’après Ruff 1979, repris par Coiffier 1984, pl. 239) ; b maisons abelam de plan trapéziforme, Sépik, Papouasie Nouvelle‑Guinée (d’après Schäublin 1980, repris par Coiffier 1984 : pl. 240).

52À l’encontre de cette hypothèse déterministe, on constate que les vents venant du littoral européen –des vents d’été pour la plupart– sont loin d’être les plus fréquents ou les plus violents. Ainsi, certains vestiges d’habitation sont orientés en fonction du littoral le plus proche mais indépendamment de la direction des vents. Des explications d’un autre ordre sont donc à envisager (cf. chap. 4).

3.2.2 Murs portants et liaison transversale

53Au début de la période postrubanée, le nombre des pseudo‑contreforts des maisons à doubles parois a été réduit de moitié. En effet, chacun des pseudo‑contreforts de doublement des maisons de Zwenkau‑Harth, Dresden‑Prohlis ou Hambach 260 faisait face à deux poteaux de la paroi interne. Ces pseudo‑contreforts sont ici qualifiés d’« alternés ».

54Dans ces exemples, les ancrages des deux alignements de poteaux (intérieur et extérieur) étaient équivalents, et nettement inférieurs à celui des tierces de poteaux internes. Le gros œuvre a donc été diminué –la quantité de matière première et le temps de travail ont été considérablement réduits– mais la conception et la structure architecturales sont restées inchangées. Cependant, parce qu’ils étaient moins nombreux, les pseudo‑contreforts alternés ont probablement supporté des pressions et des tractions plus fortes que les pseudo‑contreforts symétriques évoqués plus haut. Ceci pourrait expliquer qu’ils aient été plus larges que les poteaux de la paroi intérieure. Lorsque les murs n’étaient pas doublés de pseudo‑contreforts, les poteaux étaient, souvent, moins nombreux et plus larges – c’est, du moins, ce que l’on peut observer sur le plan des maisons de Bochum‑Laer, Hienheim 2, Libenice et Mseno.

55Conjointement, les travées ont diminué en nombre, et augmenté en longueur. La maison a été élargie, parfois jusqu’à 8 m.

56En elles‑mêmes, ces modestes modifications ne pouvaient remettre en cause le concept architectural originel. Mais elles ont probablement servi d’amorce aux transformations fondamentales qui ont suivi. Peu à peu, les poteaux des murs longitudinaux ont été plus profondément enfoncés dans le sol (voire même plus que les poteaux de tierces), les parois ont été fichées dans des tranchées de fondation et renforcées par de véritables contreforts. Il semble bien que les murs soient alors devenus portants. Il peut paraître logique d’associer cette nouvelle fonction de la paroi à l’apparition de la liaison transversale, du chevillage, du tenon et de la mortaise. Cette relation est d’autant plus cohérente que les tierces de poteaux étaient alors irrégulières et rares.

3.3 Résumé des premières hypothèses

57La maison rubanée était donc une maison longue, probablement construite en deux étapes. Son plan au sol était rectangulaire ou légèrement rétréci vers l’arrière. Elle était orientée en fonction de la côte maritime la plus proche (cf. chap. 4). Plusieurs siècles durant, le « modèle » de cette architecture ne semble pas avoir été remis en cause.

58Sa charpente était composée de fûts de bois entiers ou fendus en quartiers. Un torchis, préparé dans des fosses proches de la maison, recouvrait le clayonnage de bois souple qui constituait l’ossature des murs. Le chêne paraît avoir été l’essence la plus employée, mais d’autres ont très bien pu convenir, tel le merisier, l’érable, forme ou le pin.

59L’agencement des poteaux intérieurs en « tierces » transversales et leur alignement en rangées longitudinales parallèles nous conduisent à retenir l’hypothèse d’une liaison longitudinale des éléments de charpente. L’usage de simples encoches à mi‑bois et de liens végétaux n’aurait alors entraîné que des pressions et des tractions verticales ; les déformations latérales dues aux vents ayant, par ailleurs, été absorbées par la plasticité et la très grande cohésion des composantes. L’élasticité était due aux techniques et la qualité des matériaux utilisées : torchis, liens végétaux, poteaux directement fichés en terre sans blocage rigide, etc. La solidarité des murs et du toit était, quant à elle, assurée par le clayonnage des parois. Ainsi, cohésion et souplesse contrebalançaient avec efficacité l’absence de contreventement.

60Le rapport de la profondeur des trous de poteau internes à celle des trous de poteau des parois longitudinales nous indique que les murs de la maison supportaient très peu de charge ; seule la partie basse du toit venait probablement s’y appuyer. D’autre part, les trois trous de poteau de la paroi arrière étant généralement moins profonds que ceux des tierces intérieures, Meyer‑Christian (1976) en a induit que le toit formait une croupe ; la dernière tierce –moins profondément ancrée dans le sol– aurait subi une poussée verticale plus faible. Il est vrai qu’un toit en croupe offre une bien meilleure protection qu’un simple pignon, mais la disposition des tierces de trous de poteau est souvent incompatible avec ce type d’ouvrage. Des maquettes en terre cuite, plus récentes mais culturellement liées à la tradition danubienne, nous indiquent un toit à deux pentes ; la poutre faîtière étant disposée dans le sens de la longueur de la maison.

61Dans la majorité des cas (92 % de l’échantillon étudié), l’intérieur de la maison a été divisé en trois parties, séparées les unes des autres par un couloir délimité par deux tierces de poteaux rapprochées. La partie antérieure fut parfois occupée par une plate‑forme de stockage ; celle‑ci est aujourd’hui signalée par un redoublement des trous de poteau : un poteau portait le toit, un poteau soutenait le « grenier ». Cette installation implique donc que certaines constructions avaient un rôle économique spécifique. Ce qui ne veut pas forcément dire qu’une disparité sociale ait existé entre les individus et les unités domestiques qui composaient la société rubanée (cf. chap. 5 : § 5.3.3).

62Il est intéressant de remarquer que le nombre des poteaux portants dépassait de beaucoup celui requis pour répondre aux poussées et aux tensions physiques subies par la charpente. On ne peut donc admettre que les aménagements de la maison rubanée aient été uniquement définis par les lois de la physique. À cet égard, il faut se rappeler que la maison domestique n’est pas un artefact anodin. Pour l’unité domestique qui l’habite, elle est en particulier l’occasion de se conformer aux règles culturelles du groupe, et au‑delà de produire et de reproduire son identité culturelle (cf. chap. 4).

63En parfaite continuité avec celle de la période précédente, et sans remise en cause du « modèle » originel, l’architecture danubienne postrubanée fut cependant marquée par un changement des techniques utilisées. D’une construction « universelle » –où l’absence de chevillage imposait un système de liaisons longitudinales, et une très grande cohésion de tous les éléments–, on est passé à une gamme de variations beaucoup plus large.

Notes

1 Le bois n’est évidemment pas conservé sur les sites de plein air du Néolithique danubien, sinon dans le puits découvert à Kückhoven, en Allemagne. L’appareillage du coffrage en bois du puits ne fait intervenir que des encoches à mi‑bois.

2 L’expérimentation a été réalisée par l’UPR 7532 du CNRS (équipe de recherche archéologique no 12 du Centre de recherches archéologiques), sous la responsabilité de Claude Constantin.

Table des illustrations

Légende FIG. 44 – Construction d’une maison chez les Baruya (Wiobo, Eastern Highlands Province, Papouasie Nouvelle‑Guinée).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44040/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende FIG. 45 – Construction d’une maison chez les Baruya (Wiobo, Eastern Highlands Province, Papouasie Nouvelle‑Guinée).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44040/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende FIG. 46 – Calcul de la pente d’un toit chez les Baruya (Wiobo, Eastern Highlands Province, Papouasie Nouvelle‑Guinée).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44040/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende FIG. 47 – Dans le village de Palimbei, Sépik, Papouasie Nouvelle‑Guinée (d’après Coiffier 1984 : pl. 438‑442) : a transport d’une poutre chez les latmul ; b érection d’un poteau ; c différentes façons de poser une poutre.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44040/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende TABL. XV – La durabilité des essences utilisables (d’après Bakels 1978, tabl. 6).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44040/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende FIG. 48 – Vestiges d’une maison rubanée à Cuiry‑lès‑Chaudardes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44040/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende FIG. 49 – Maquette en terre cuite d’une maison de la culture de Lengyel en Moravie ; d’après Paillardi (1916).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44040/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende FIG. 50 – Trou de poteau d’une maison rubanée à Cuiry‑lès‑Chaudardes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44040/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende FIG. 51 – Ligatures végétales chez les Baruya (Wiobo, Eastern Highlands Province, Papouasie Nouvelle‑Guinée).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44040/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende FIG. 52 – Ligatures végétales chez les Baruya (Wiobo, Eastern Highlands Province, Papouasie Nouveile‑Guinée).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44040/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 53 – Ligatures végétales à Putei (Gulf Province, Papouasie Nouvelle‑Guinée).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44040/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende FIG. 54 – Ligatures végétales à Tsewi (Morobe Province, Papouasie Nouvelle‑Guinée).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44040/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende FIG. 55 – Architecture traditionnelle en Andalousie.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44040/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende FIG. 56 – Intérieur d’une habitation pawnee ; d’après Kevin Williams (Field Museum of natural history, Chicago).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44040/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende FIG. 57a Liaison longitudinale ; b liaison transversale avec ferme (entrait et arbalétriers).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44040/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende FIG. 58 – Liaison longitudinale, reconstitution de Cuiry‑lès‑Chaudardes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44040/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende FIG. 59 – Liaisons longitudinales chez les Simbari (Eastern Highlands Province, Papouasie Nouvelle‑Guinée).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44040/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende FIG. 60 – Liaisons longitudinales chez les Lohiki (Gulf Province, Papouasie Nouvelle‑Guinée).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44040/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende FIG. 61 – Liaison longitudinale, maison cérémonielle pour pirogues (Santa Ana, Natagera, Mélanésie) ; d’après Davenport et Fukumoto (1971), repris par Coiffier (1984 : pl. 96).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44040/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 62 – Liaisons longitudinales et poutres transversales dans la maison rubanée reconstituée au musée d’Ansparn, en Autriche.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44040/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende FIG. 63 – Liaisons longitudinales et poutres transversales : reconstitution d’une maison rubanée au musée de l’Archéodrome de Beaune, France ; les poutres transversales, suspendues à l’aide d’un simple cordage à mi‑hauteur du poteau central, ne sont pas des éléments portants.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44040/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende FIG. 64 – Propositions de systèmes de liaison longitudinale pour la maison rubanée : a les extrémités des pannes longitudinales reposent sur un poteau ; b le système en π (les extrémités des pannes longitudinales sont libres).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44040/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 65 – Lecture alternative des agencements de trous de poteau dans la partie centrale des maisons 25 et 55 d’Eisloo, et 11 de Stein : a lecture d’un Y ; b lecture d’un agencement en tierce.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44040/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende FIG. 66 – Interprétation de l’agencement en Y des trous de poteau de la partie médiane de la maison rubanée, d’après Meyer‑Christian (1976 : fig. 16 et 17).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44040/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende FIG. 67 – Agencement en Y de chevrons dans l’architecture inca, d’après Bouchard (1983 : fig. 16).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44040/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende FIG. 68 – Reconstitution d’une maison rubanée à Cuiry‑lès‑Chaudardes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44040/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende FIG. 69 – Vue intérieure de la maison rubanée reconstituée à Cuiry‑lès‑Chaudardes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44040/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende FIG. 70 – Pose des chevrons : a d’un seul tenant ; b en deux parties.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44040/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende FIG. 71 – Chevrons d’un seul tenant chez les Baruya (Wiobo, Eastern Highlands Province, Papouasie Nouvelle‑Guinée).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44040/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende FIG. 72 – Chevrons d’un seul tenant (Terora, Orint, vallée sud de la Markham, Papouasie Nouvelle‑Guinée).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44040/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende FIG. 73 – Toit en croupe à l’arrière de la maison rubanée, d’après Meyer‑Christian (1976 : fig. 11 et 12).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44040/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. 74 – Les principales pièces de charpente d’une maison rubanée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44040/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 75 – Toit d’une maison chez les Baruya (Wiobo, Eastern Highlands Province, Papouasie Nouvelle‑Guinée).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44040/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende FIG. 76 – Mise en place de la couverture du toit chez les Baruya (Wiobo, Eastern Highlands Province, Papouasie Nouvelle‑Guinée).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44040/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende FIG. 77 – Échafaudage intérieur pour le passage des liens de maintien de la couverture du toit (tribu des Baruya, Wiobo, Eastern Highlands Province, Papouasie Nouvelle‑Guinée).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44040/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende FIG. 78a Évidence de débitage de fût de bois en quartiers : 1 maison 29 et 2 maison 23 de Stein (d’après Modderman 1970 : pl. 186‑188) ; b parois faites de rondins jointifs verticaux : 1 plan de la maison rubanée X de Herheim (d’après Frickhinger 1933 : fig. 1) ; 2 plan de la maison 15 de Köln‑Lindenthal (d’après Buttler, Haberey 1936 : pl. 29).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44040/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende FIG. 79 – Doublement de la paroi en vue d’une meilleure protection de celle‑ci (tribu des Langimar, Benula, Morobe Province, Papouasie Nouvelle‑Guinée).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44040/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende FIG. 80 – Doublement de la paroi.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44040/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende FIG. 81 – Réserve de bois de chauffe placée entre le mur et une rangée supplémentaire de poteaux qui double la paroi (Wagi, Gulf Province, Papouasie Nouvelle‑Guinée).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44040/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende FIG. 82 – Vestiges d’entrée : 1 Menneville/maison 10 ; 2 Sittard, maison 34 ; 3 Elsloo, maison 76 ; 4 Cuiry‑lès‑Chaudardes, maison 280 ; 5 Charmoy, maison C1 ; 6 Inden‑Lamersdorf, maison 1 ; 7 Postoloprty, maison 15.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44040/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende FIG. 83 – Interprétation des doublements de trous de poteau dans la partie frontale ; d’après Tosello (Coudant, Pion 1986 : fig. 53).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44040/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende FIG. 84 – Répartition des rejets des maisons 195, 200 et 300 de Berry‑au‑Bac/Le Chemin de la Pêcherie ; analyse spatiale et traitement graphique de J. Dubouloz (mars 1992).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44040/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende FIG. 85 – Creusement d’une tranchée parallèle au mur longitudinal de la maison par les eaux de pluie venues du toit (tribu des Baruya, Wiobo, Eastern Highlands Province, Papouasie Nouvelle‑Guinée).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44040/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende FIG. 86 – Tranchée creusée par les habitants de la maison pour permettre aux eaux de pluie venant du toit de s’écouler (tribu des Baruya, Wiobo, Eastern Highlands Province, Papouasie Nouvelle‑Guinée).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44040/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Légende FIG. 87 – Déviation des alignements de trous de poteau dans la maison 60 de Elsioo.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44040/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende FIG. 88 – Reconstitution de la maison de Postoloprty construite sur un plan trapéziforme (d’après Soudskỳ 1969 : fig. 29).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44040/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 89 – Reconstitution d’une maison construite sur un plan naviforme.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44040/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende FIG. 90a Maisons de plan trapéziforme et orientation à Kalabu, Sépik, Papouasie Nouvelle‑Guinée (d’après Ruff 1979, repris par Coiffier 1984, pl. 239) ; b maisons abelam de plan trapéziforme, Sépik, Papouasie Nouvelle‑Guinée (d’après Schäublin 1980, repris par Coiffier 1984 : pl. 240).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44040/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 133k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search