Version classiqueVersion mobile

Architecture et société néolithique

 | 
Anick Coudart

Chapitre 2. Premier niveau de description et de typologie

Les données de terrain

Texte intégral

« The domain of necessity is not necessarily the same that of quantity. »
Lévi‑Strauss (1955)

1Après une présentation du système descriptif, on trouvera, dans ce chapitre, le catalogue (plan, situation et références bibliographiques) des maisons danubiennes qui ont servi de base à cette étude ; la description codée figure, quant à elle, dans les annexes. Suivent, ensuite, une série de typologies concernant le premier niveau de description des maisons danubiennes (catégories de mesure, types d’agencement, etc.), et un premier bilan typologique proposé au regard de la chronologie et du contexte régional des sites considérés.

2.1 Le système descriptif des données directes

2Le système descriptif proposé ci‑dessous est divisé en deux parties. La première est relative au site, et comporte huit variables ; certaines d’entre elles doivent cependant être prises avec précaution car elles dépendent davantage de l’état de la recherche archéologique que de la réalité préhistorique. La deuxième partie se rapporte à la maison, et comprend quarante et une variables.

2.1.1 Le site

3Les différents sites sont regroupés en deux fichiers séparés : les sites danubiens rubanés d’une part, et les sites danubiens postrubanés d’autre part. Chaque variable est ici précédée de son numéro d’entrée dans le système descriptif. Les différents aspects que peut prendre une variable sont eux‑mêmes codés de 1 à n ; c’est sur ce codage que repose l’ensemble des descriptions présentées en annexe.

1 Nom du site

4Soixante‑seize sites sont pris en considération : quarante‑neuf pour la période rubanée, et vingt‑sept pour la période postrubanée. Lorsque, dans un même site, des vestiges rubanés et postrubanés ont été mis au jour, ils sont considérés comme deux ensembles différents. C’est, par exemple, le cas pour le site de Hienheim : l’ensemble rubané est qualifié de « Hienheim 1 », et l’ensemble postrubané de « Hienheim 2 ».

  • 1 Le nom qui figure entre parenthèses après le nom du site est celui de la catégorie régionale utilis (...)

5● Les sites rubanés retenus sont les suivants (par ordre alphabétique ; le numéro entre parenthèses correspond au numéro sur la carte des sites)1 :
(24) Aldenhoven Q (Rhin‑Meuse) ;
(11) Aubechies (Hainaut) ;
(28) Bedburg‑Frimmerdorf (Rhin‑Meuse) ;
(28) Bedburg‑Garsdorf (Rhin‑Meuse) ;
(13) Berry‑au‑Bac/La Croix Maigret (Aisne) ;
(13) Berry‑au‑Bac/Le Chemin de la Pêcherie (Aisne) ;
(31) Bochum‑Altenbochum (Ruhr) ;
(31) Bochum‑Hiltrop/Berg. Zeche Constantin (Ruhr) ;
(42) Brezno 1 (Bohême) ;
(47) Bylany (Bohême) ;
(7) Chassemy (Aisne) ;
(10) Cuiry‑lès‑Chaudardes (Aisne) ;
(8) Cys‑la‑Commune (Aisne) ;
(16) Darion (Rhin‑Meuse) ;
(18) Elsloo (Rhin‑Meuse) ;
(20) Geleen (Rhin‑Meuse) ;
(25) Hambach 8 (Rhin‑Meuse) ;
(25) Hambach 21 (Rhin‑Meuse) ;
(37) Hienheim 1 (Bavière) ;
(30) Köln‑Lindenthal (Rhin‑Meuse) ;
(30) Köln‑Mengenich (Rhin‑Meuse) ;
(21) Lamersdorf 2D (Rhin‑Meuse) ;
(21) Lamersdorf 2F (Rhin‑Meuse) ;
(26) Langweiler 2 (Rhin‑Meuse) ;
(26) Langweiler 8 (Rhin‑Meuse) ;
(26) Langweiler 9 (Rhin‑Meuse) ;
(15) Larzicourt (Marne) ;
(4) Marolles‑sur‑Seine (Yonne) ;
(14) Menneville (Aisne) ;
(46) Miskovice (Bohême) ;
(5) Missy‑sur‑Aisne (Aisne) ;
(49) Mohelnice (Moravie) ;
(29) Muddersheim (Rhin‑Meuse) ;
(23) Niederzier (Rhin‑Meuse) ;
(54) Olszanica (Petite Pologne) ;
(3) Pernant (Aisne) ;
(40) Postoloprty 1 (Bohême) ;
(33) Rosdorf (Basse Saxe) ;
(17) Rosmeer (Rhin‑Meuse) ;
(35) Schwanfeld 1 (Franconie) ;
(22) Sittard (Rhin‑Meuse) ;
(19) Stein (Rhin‑Meuse) ;
(50) Strachow (Silésie) ;
(39) Straubing (Bavière) ;
(53) Sturovo (Slovaquie) ;
(36) Ulm‑Eggingen (Souabe) ;
(48) Vedrovice (Moravie) ;
(44) Zimutice (Bohême) ;
(38) Zwenkau‑Harth 1 (Saxe).

6● Les sites postrubanés sont les suivants (par ordre alphabétique) :
(24) Aldenhoven 1 (Rhin‑Meuse) ;
(9) Blicquy (Hainaut) ;
(31) Bochum‑Hiltrop/Hillerberg nord (Ruhr) ;
(31) Bochum‑Kirchharpen (Ruhr) ;
(31) Bochum‑Laer (Ruhr) ;
(42) Brezno 2 (Bohême) ;
(52) Brzesc‑Kujawski (Kujawie) ;
(6) Charmoy (Bassin parisien) ;
(32) Deiringsen‑Ruploh (Ruhr) ;
(41) Dresden‑Prohlis (Saxe) ;
(1) Echilleuses (Bassin parisien) ;
(25) Hambach 260 (Rhin‑Meuse) ;
(25) Hambach 471 (Rhin‑Meuse) ;
(37) Hienheim 2 (Bavière) ;
(27) Inden 1 (Rhin‑Meuse) ;
(27) Inden 2 (Rhin‑Meuse) ;
(27) Inden 3 (Rhin‑Meuse) ;
(12) Irchonwelz (Hainaut) ;
(55) Krakow‑Mogila (Petite Pologne) ;
(51) Krusza‑Zamkowa (Kujawie) ;
(45) Libenice (Bohême) ;
(43) Mseno (Bohême) ;
(40) Postoloprty 2 (Bohême) ;
(34) Schwabisch‑Hall (Neckar) ;
(35) Schwanfeld 2 (Franconie) ;
(2) Villencuve‑la‑Guyard (Bassin parisien) ;
(38) Zwenkau‑Harth 2 (Saxe).

2 Catégories régionales (cf. carte des sites)

7Il s’agit de catégories cohérentes au regard de cette étude. N’apparaissent que les ensembles régionaux où ont été découverts des vestiges de maison suffisamment bien conservés. Il ne s’agit donc ni de toutes les régions où des traces d’occupation danubienne ont été mises au jour, ni des dénominations administratives données par les pays impliqués. Ces catégories désignent un territoire couvert par un groupement de sites ; chaque ensemble est séparé des autres par un vide archéologique ou une frontière naturelle.

81. « Slovaquie » ;
2. « Moravie » ;
3. « Kujawie » ;
4. « Silésie » ;
5. « Petite Pologne » ;
6. « Bohême » ;
7. « Saxe » ;
8. « Basse Saxe » ;
9. « Bavière » ;
10. « Neckar » ;
11. « Franconie » ;
12. « Souabe » ;
13. « Rhin‑Meuse » ;
14. « Ruhr » ;
15. « Hainaut » ;
16. « Marne » ou, pour la période postrubanée, « Bassin parisien » ;
17. « Aisne » ou, pour la période postrubanée, « Bassin parisien » ;
18. « Loiret‑Yonne » ou, pour la période postrubanée, « Bassin parisien ».

3 Zones géographiques (fig. 1)

9Certaines caractéristiques géomorphologiques (reliefs, hydrographie, etc.) et climatiques (influence océanique ou continentale) permettent de diviser le « territoire » rubané en quatre grandes zones géographiques. L’espace qui englobe les vestiges de la maison rubanée n’est pas strictement identique à celui qui a livré des traces de maison postrubanée (et celles du début du Chalcolithique associé au Danubien) ; en conséquence, les zones géographiques définies ci‑dessous ne comprennent pas exactement les mêmes régions selon la période considérée.

10● Zones géographiques rubanées (fig. la) :
1 – zone « est » (Slovaquie, Moravie, Silésie et Petite Pologne) ;
2 – zone « centrale » (Bohême, Saxe, Basse Saxe, Bavière et Franconie) ;
3 – zone « ouest » (Souabe, Rhin‑Meuse, Ruhr, et Marne) ;
4 – zone « extrême ouest » (Hainaut, Aisne et Yonne).

11● Zones géographiques postrubanées (fig. 1b) :
1 – zone « nord‑est » (Kujawie) ;
2 – zone « centre‑est » (Petite Pologne, Bohême, Saxe, Bavière et Franconie) ;
3 – zone « ouest » (vallée du Neckar et ses proximités, Ruhr et région Rhin‑Meuse) ;
4 – zone « extrême‑ouest » (Bassin parisien et Hainaut belge).

4 Zones géoclimatiques (fig. 1)

12Cette variable est utilisée pour vérifier si la « trapézité » du plan des habitations non rectangulaires (cf variable 4 du code descriptif de la maison) et la zone « géoclimatique » du site pouvaient être liées (cf chap. 4), ainsi que l’avait supposé Soudskỳ (1969).

13● Deux zones géoclimatiques sont distinguées pour le Rubané :
1 – zone « littorale » (Kujawie, Ruhr, Rhin‑Meuse, Hainaut, Marne, Bassin parisien) ;
2 –zone « continentale » (Petite Pologne, Slovaquie, Moravie, Silésie, Bohême, Saxe, Basse Saxe, Bavière, vallée du Neckar, Franconie, vallée du Main).

14● Trois zones géoclimatiques sont distinguées pour le Postrubané :
1 – zone « océanique » (Hainaut, Marne, Bassin parisien) ;
2 – zone « centre‑littorale » (Kujawic, Ruhr, Rhin‑Meuse) ;
3 – zone « continentale » (Petite Pologne, Slovaquie, Moravie, Silésie, Bohême, Saxe, Basse Saxe, Bavière, vallée du Neckar, Franconie, vallée du Main).

5 Zones géoculturelles ou entités culturelles (fig. 2)

15Le territoire danubien est ici divisé en quatre zones géoculturelles. Cette division a été établie à partir de « frontières » naturelles, de vides archéologiques mais aussi des différences dans la production de l’outillage lithique, la fabrication et le traitement décoratif de la poterie. Elle n’est pas tout à fait la même pour les deux périodes ; de véritables entités culturelles et régionales sont, en effet, archéologiquement repérables pour le Postrubané. Le groupe chalcolithique de Brzesc‑Kujawski apparaît du fait de sa liaison historique et culturelle avec l’ensemble néolithique danubien.

16● Zones géoculturelles rubanées (fig. 2a) :
1 – zone « orientale » (Slovaquie, Moravie, Silésie, Petite Pologne) ;
2 – zone « centrale » (Bohême, Saxe, Basse Saxe, Bavière, Franconie) ;
3 – zone « occidentale » (Souabe, Rhin‑Meuse, Ruhr, Hainaut et Marne) ;
4 – « marges sud‑occidentales » (Aisne et Yonne).

17● Entités culturelles et régionales postrubanées et chalcolithiques (fig. 2b) :
1 – entité chalcolithique nord‑orientale ou groupe de « Lengyel récent » (Kujawie) ;
2 – entité centre‑orientale ou groupe culturel à « céramique pointillée » (Bohême, Pologne pour partie, Saxe, Moravie et marges de la Bavière et de l’Autriche) et de « Lengyel ancien » (Transdanubie, Autriche orientale, Slovaquie occidentale et Moravie) ;
3 – entité occidentale ou groupe de « Hinkelstein, Grossgartach et Rössen » (Franconie et vallée du Main, vallée du Neckar et ses proximités, Ruhr et région Rhin‑Meuse) ;
4 – marges occidentales ou groupe de « Villeneuve‑Saint‑Germain, Blicquy et Cerny » (Bassin parisien et Hainaut belge).

6 Densité du réseau de relations dans lequel le site est implanté (fig. 6)

181 – le site est « isolé » : la distance entre deux sites de même ampleur est supérieure à 5 km ;
2 – le site est situé dans un réseau de relations de « faible » densité ; il a probablement entretenu des relations avec les autres sites mais il en est séparé d’une distance inférieure à 5 km et supérieure à 1 km ;
3 – le site est intégré au sein d’un réseau de relations de « forte » densité ; il est spatialement lié aux autres sites : la distance entre deux sites de même ampleur est inférieure ou égale à 1 km ;
4 – le site est petit ou occupe une position « secondaire ».

FIG. 6 – Densité du réseau dans lequel le site est implanté : a, b le site fait partie d’un réseau de forte densité ; c, d le site fait partie d’un réseau de faible densité ; e, f le site est éloigné (isolé) des sites de grande ampleur ; g le site est secondaire ou de petite taille.

7 Ampleur du site

191 – « petit » : 1 ha n 4 ha ;
2 – « moyen » : 4 ha ˂ n 10 ha ;
3 – « grand » : 10 ha ˂ n 18 ha ;
4 – « très grand » : 18 ha ˂ n 30 ha.

8 Densité des vestiges dans le site

20Cette variable permet de confirmer ou d’infirmer la durée du site proposée, dans les publications, sur la base d’une typologie céramique ou de datations 14C.

211 – « très faible » : deux à trois habitations (par exemple : Missy‑sur‑Aisne) ;
2 – « faible » : pas de chevauchement entre maisons, entre fosses et entre maisons ou fosses (par exemple : Cuiry‑lès‑Chaudardes et Geleen) :
3 – « moyenne » : quelques chevauchements entre maisons, entre fosses ou entre maisons et fosses (par exemple : Hienheim 2, Postrubané) ;
4 – « dense » : nombreux chevauchements entre maisons, entre fosses ou entre maisons et fosses n’altérant cependant pas la lisibilité des structures (par exemple : Elsloo) ;
5 – « très dense » : nombreux chevauchements entre maisons, entre fosses ou entre maisons et fosses altérant la lisibilité des structures (par exemple : Bylany).

2.1.2 La maison

22Comme les sites, les maisons sont traitées selon deux fichiers séparés : les maisons rubanées d’une part, et les maisons postrubanées d’autre part. Il s’agit de trois cent quarante‑neuf maisons rubanées, et de soixante‑quinze maisons postrubanées. Là encore, chaque variable est précédée de son numéro d’entrée dans le système descriptif. Les différents aspects que peut prendre une variable sont codés de 1 à n, selon la grille utilisée dans les descriptions qui figurent en annexe.

1 – Nom du site

2 – Numéro de la maison dans le site

23La numérotation retenue est généralement celle proposée dans les publications. Si le plan a été publié sans référence, un numéro lui a été attribué arbitrairement, lequel est indiqué sur les figures du catalogue.

3 – Date de la maison (fig. 3)

241. phase « indéterminée » du Rubané ;
2. phase « ancienne » du Rubané ;
3. phase « moyenne » du Rubané ;
4. phase « récente » du Rubané ;
5. phase « tardive » du Rubané ;
6. phase « indéterminée » du Postrubané ;
7. phase « ancienne » du Postrubané ;
8. phase « récente » du Postrubané ;
9. période « chalcolithique ».

4 Forme du plan au sol (fig. 7, 8)

  • 2 Une habitation –et une seule– a été construite sur un plan qui n’entre pas dans ces définitions ; i (...)

25Lt est la longueur totale de la maison ; Lz est la longueur de la droite comprise entre le milieu de la paroi du fond et le point médian de la plus grande largeur de la maison, laquelle n’est pas forcément celle de l’avant ; si le plan de la maison est un rectangle ou un trapèze simple, la longueur du trapèze est celle de la longueur totale de l’habitation2.

26lz correspond à la plus grande largeur de la maison ; la à la largeur de la maison à l’avant ; et lf à la largeur du mur du fond.

27Les critères qui permettent de départager les plans « légèrement trapéziforme » et « trapéziforme » ont été établis sur la base de l’histogramme de la fig. 8.

  • 3 Pour qualifier les plans en forme de trapèze de certaines maisons danubiennes, l’adjectif « trapézi (...)

28Les différents types de plan rencontrés sont les suivants3 :
1 – « rectangulaire » : lz = la = lf ; Lz = Lt ;
2 – « pseudo‑rectangulaire » : lz = la ; 0,10 m < lz – lf ≤ 1,59 m ; Lz < Lt ;
3 – « légèrement trapéziforme » : lz = la ; 0,10 m < lz – lf ≤ 1,59 m ; Lz = Lt ;
4 – « trapéziforme » : lz = la ; lz – lf ≥ 1,60 m ; Lz = Lt ;
5 – « naviforme » : lf < lz ; la < lz ; Lz < Lt ;
6 – « pseudo‑trapéziforme » : lz = la ; lz – lf ≥ 1,60 m ; Lz < Lt.

FIG. 7 – Les formes du plan de la maison danubienne : 1 rectangulaire ; 2 pseudo‑rectangulaire ; 3 légèrement trapéziforme ; 4 trapéziforme ; 5 naviforme ; 6 pseudo‑trapéziforme.
1 : la = lf = lz
2 : 0,1 < lz – lf < 1,59 m lz = la
3 : 0,1 < lz – lf < 1,59 m
4 : lz – lf > 1,60 m Lz = lt Lz = Lt
5 : lf < la < lz Lz < lt lz = la Lz < Lt
6 : lz‑lf > 1,60 m Lz = Lt Lz < Lt lz = la lz = la

FIG. 8 – Histogramme des valeurs de la différence entre la plus grande et la plus petite largeur de la maison danubienne construite sur un plan non rectangulaire.

5 Partition (fig.9)

29En ce qui concerne les maisons rubanées, et en partant de l’avant, on observe généralement :
– une partie avant (ou frontale) comprise entre le système de séparation avant/centre ou séparation avant (cf. variable 7) et le mur de façade ; on admet que la présence de la séparation avant fonde la catégorie analytique spatiale « partie avant » ; la partie avant est alors qualifiée de « virtuelle » (cf variable 10), et sa catégorie de longueur est « nulle » (cf variable 29) ; lorsque la séparation avant est absente, on considère que la partie avant n’existe pas, l’habitation est alors bipartite ;
– une partie centrale (ou médiane) comprise entre le système de séparation centre/fond ou séparation arrière (cf variable 8) et la séparation avant ;
– une partie arrière comprise entre le mur transversal du fond et la séparation arrière.

  • 4 Comme je le signale plus bas (cf. variable 13), il s’agit –pour ce qui concerne les maisons rubanée (...)

30● Pour le Rubané, on a donc les types de maisons suivants :
1. maison « monopartite » (pas de partition visible)4 ;
2. maison « bipartite » ;
3. maison « tripartite ».

31● En ce qui concerne les maisons postrubanées, on peut distinguer les catégories suivantes :
1. maison « monopartite » : pas de partition visible ;
2. maison « avec partition » : une démarcation transversale est soulignée par une tranchée ou une tierce de poteaux sans que l’on puisse en déduire un modèle de division spatiale particulier ;
3. maison « tripartite ».

FIG. 9 – Partition de la maison rubanée : 1a Miskovice en Bohème, Rubané ancien (d’après Pavlu 1981) ; 1b, c Cuiry‑lès‑Chaudardes dans la vallée de l’Aisne, Rubané récent ; 2 modèle de maison tripartite ; 3 modèle de maison bipartite.

6 Structuration spatiale dessinée par les travées (ou type de distribution des tierces de poteaux) situées entre les parties avant et arrière (fig. 10, 43)

32Les trous de poteau d’une maison danubienne sont généralement regroupés trois par trois, transversalement à la longueur de la maison. Ces regroupements –ou tierces– découpent longitudinalement l’espace en plusieurs intervalles ou travées. La distribution de ces tierces structure l’espace compris entre les parties avant et arrière, selon trois modes : monotone, amorphe ou progressif.

FIG. 10 – Types de structuration spatiale dessinée par les travées situées entre les parties avant et arrière : 1 type A ou succession monotone de tierces en courtes travées ; 2 type B ou distribution amorphe en courtes travées ; 3 type C ou intermédiaire entre A et D ; 4 type D ou succession de travées progressives ou « ● / ●● / ●●● / ● » ; 5 type E ou succession monotone de tierces en longues travées ; 6 type F ou distribution amorphe en longues travées ; 7 type G ou succession monotone de tierces en très longues travées ; 8 type H ou distribution amorphe en très longues travées ; 9 type I ou tierces de trous de poteau invisibles ou mal conservées.

  • 5 L’ampleur des intervalles est évidemment relative.
  • 6 Il s’agit ici du couloir de séparation avant/centre.
  • 7 Il s’agit du couloir de séparation centre/fond.

33On rencontre les types de structuration suivants :
1. type « A » ou « succession monotone de tierces en courtes travées » ; les distances qui séparent les tierces sont courtes (entre 1,50 et 2,50 m), et plus ou moins de la même longueur, d’où la monotonie de la distribution ;
2. type « B » ou « distribution amorphe de tierces en courtes travées » ; la plupart des tierces de trous de poteau ne sont pas parallèles entre elles, les intervalles qui les séparent sont courts (entre 1,50 et 2,50 m), et ne semblent pas respecter une distribution spatiale précise ;
3. type « C » ou « intermédiaire entre les types A et D » ;
4. type « D » ou « succession de travées progressives » ; en allant de l’avant vers l’arrière de la maison, on rencontre5 : un intervalle (ou travée) court6 (●), un intervalle moyen (●●), un ou deux ou trois intervalles longs (●●●), puis à nouveau un intervalle court7 (●). Dans la succession « ●/ ●● / ●●● / ● », la somme des longueurs des deux premières travées (● + ●●) tend à être égale à celle de la troisième (●●●), d’où l’expression de travées progressives :
5. type « E » ou « succession monotone de tierces en longues travées » ; il s’agit de la même organisation que pour le type A mais avec des travées plus longues ;
6. type « F » ou « distribution amorphe de tierces en longues travées » ; il s’agit du même agencement que pour le type B mais avec des travées plus longues ;
7. type « G » ou « succession monotone de tierces en très longues travées » ; il s’agit de la même organisation que pour le type E mais avec des travées plus longues ;
8. type « H » ou « distribution amorphe de tierces en très longues travées » ; il s’agit du même agencement que pour le type F mais avec des travées plus longues ;
9. type « I » ou « tierces de trous de poteau invisibles ou mal conservées » ; les trous de poteau des tierces sont d’ailleurs moins profonds que ceux des parois.

7 Système de séparation avant/centre (Sép. av./c) (fig. 11)

  • 8 Cette catégorie pourrait donc être rattachée à la catégorie précédente.

34On observe les types de séparation avant/centre suivants :
1. « couloir » ; le système de séparation est composé de deux tierces rapprochées ; l’appréciation de la distance qui sépare ces deux tierces est évidemment relative aux distances séparant les autres tierces de la maison ;
2. « avec un Y » (cf. définition du « Y », variable 9) ; l’une des tierces du couloir avant fait partie de l’agencement de trous de poteau en Y ou en « pseudo Y » appartenant à la partie centrale ; la séparation est donc constituée d’une tierce et d’un trou de poteau supplémentaire8 ;
3. « marqué » ; il s’agit d’une tierce profonde ou d’une tranchée de fondation ;

354. « intégré » : la distribution des tierces (monotone ou amorphe) ne permet pas d’individualiser les traces de la séparation avant ; 5. « absent ».

FIG. 11 – Types de séparation entre les parties frontale et médiane : 1 couloir avant ; 2 avec un Y ; 3 marqué ; 4 intégré ; 5 absent.

8 Système de séparation centre/fond (Sép. c/fond) (fig. 12)

36On observe les types de séparation centre/fond suivants :
1. « couloir » : le système de séparation est composé de deux tierces rapprochées ; l’appréciation de la distance qui sépare ces deux tierces est évidemment relative aux distances séparant les autres tierces de la maison ;
2. « rallongé » ; la partie arrière a été rallongée après que la maison a été construite ; en conséquence, les traces de la séparation arrière sont décalées vers l’avant par rapport à la longueur totale finale de l’habitation, et les traces de la première paroi de fond se retrouvent à l’intérieur de la maison ;
3. « marqué » ; il s’agit d’une tierce profonde ou d’une tranchée de fondation ;
4. « intégré » : la distribution des tierces (monotone ou amorphe) ne permet pas d’individualiser les traces de la séparation arrière ;
5. « absent ».

FIG. 12 – Types de séparation entre les parties médiane et arrière : 1 couloir arrière ; 2 rallongé ; 3 marqué ; 4 intégré ; 5 absent.

9 Types d’agencement des trous de poteau de la partie centrale (Tierces centrales) (fig. 13 ; cf. également chap. 3 : fig. 65)

371. « Y » : quatre trous de poteau forment, au sol, un Y ; la queue de celui‑ci étant orientée vers la longue paroi gauche (par rapport à l’entrée) de la maison ;
2. en « pseudo Y » : l’un des deux trous de poteau qui forment les branches du Y manque ou est remplacé par un trou de piquet de petit diamètre ;
3. « Y rémanent » ou « J inversé » ; il s’agit d’un pseudo Y dont la branche gauche n’est que très légèrement décalée vers l’arrière de l’habitation ; de ce fait, l’agencement forme un J inversé qui ressemble à une tierce de poteaux normale légèrement distordue ;
4. « J » : le poteau de l’extrémité de la queue du pseudo Y est décalé vers l’arrière de l’habitation ;
5. « tierce normale ».

FIG. 13 – Types d’agencement des poteaux dans la partie médiane de l’habitation : 1 Y ; 2 pseudo Y ; 3 Y rémanent ou J inversé ; 4 J ; 5 tierce normale.

10 Types de partie avant ou partie frontale (fig. 14)

38Il s’agit de la partie située entre le système de séparation avant/centre et l’entrée de la maison.

39Nous observons les types de partie frontale suivants :
1. « grenier lourd » ; la partie avant est remplie par de très nombreuses (cinq au minimum) tierces de trous de poteau ;
2. « grenier léger » ; la partie avant est remplie par plusieurs tierces de trous de poteau, généralement quatre ;
3. « pseudo‑grenier » ; il s’agit de deux tierces de trous de poteau très nettes et bien séparées l’une de l’autre ;
4. « antichambre » : une seule travée ;
5. « virtuelle » : aucune travée ; l’entrée de la maison est au contact de la séparation avant/centre ;
6. « absente » : la séparation avant est absente ; on entre dans la maison par la partie centrale ;
7. « atypique » ;
8. « vide » : la séparation avant est absente mais une longue travée se distingue de la partie centrale qui est, quant à elle, constituée de plusieurs travées ;
9. « liée » à la partie centrale de la maison : la distribution monotone ou amorphe des tierces ne permet pas d’individualiser les traces de la séparation avant ;
10. « présente » : mal conservée et donc indéterminable.

FIG. 14 – Types de partie frontale (ou avant) : 1 grenier lourd ; 2 grenier léger ; 3 pseudo‑grenier ; 4 antichambre ; 5 virtuelle ; 6 absente ; 7 atypique ; 8 vide ; 9 liée ; 10 présente.

11 Types de partie centrale ou partie médiane (fig. 15)

40Il s’agit de la partie comprise entre les systèmes de séparation avant/centre et centre/fond.

41On observe les types de partie médiane suivants :
1. « à quatre travées » ;
2. « à trois travées » ;
3. « à trois travées avec Y (ou pseudo Y) » ;
4. « à deux travées avec Y (ou pseudo Y) » ;
5. « à deux travées » ;
6. « à deux travées avec corridor » ;
7. « à une travée » ;
8. « intégrée » ; la distribution monotone ou amorphe des tierces ne permet pas d’individualiser la partie centrale ;
9. « atypique ».

FIG. 15 – Types de partie médiane (ou centrale) : 1 à quatre travées ; 2 à trois travées ; 3 à trois travées avec Y (ou pseudo Y) ; 4 à deux travées avec Y (ou pseudo Y) ; 5 à deux travées ; 6 à deux travées avec corridor ; 7 à une travée ; 8 intégrée ; 9 atypique.

12 Types de partie arrière (fig. 16)

42Il s’agit de la partie comprise entre le système de séparation centre/fond et le mur transversal arrière de la maison.

43On observe les types de partie arrière suivants :
1 – « absente » ;
2 – « à une travée » ;
3 – « à deux travées » ;
4 – « à trois travées » ;
5 – « à quatre travées » ;
6 – « à cinq travées » ;
7 – « intégrée » ; la distribution monotone ou amorphe des tierces ne permet pas d’individualiser la partie arrière ;
8 – « atypique » ;
9 – « vide » ;
10 – seulement « présente » (mal conservée).

FIG. 16 – Types de partie arrière : 1 absente ; 2 à une travée ; 3 à deux travées ; 4 à trois travées ; 5 à quatre travées ; 6 à cinq travées ; 7 intégrée ; 8 atypique ; 9 vide ; 10 présente.

13 Types Modderman (fig. 17)

44La typologie des maisons rubanées proposée par Modderman (1970 : fig. 12) n’a jusqu’alors jamais été remise en cause, et a été appliquée à la description des vestiges de maison rubanée avec plus ou moins de bonheur. Les différentes catégories de cette typologie sont reprises ici telles qu’elles sont indiquées dans les publications.

  • 9 En fait, la plupart des vestiges de ces Kleinbauten correspondent soit (1) aux trous de poteau de l (...)

45Au regard de notre typologie, la typologie Modderman peut être redéfinie comme suit :
1. « type 1 » (Grossbau ou grande maison) ; il s’agit soit (1) d’une maison de grande longueur avec une tranchée de fondation sur tout son périmètre (type la), et une partie avant de type « grenier » ou « pseudo‑grenier » ; soit (2) d’une maison de grande longueur avec ou sans tranchée de fondation à l’arrière (type 1b), et une partie frontale de type « grenier » ou « pseudo‑grenier » ; selon Modderman, la Grossbau est divisée en trois parties ;
2. « type 2 » (Bau ou maison) ; il s’agit d’une maison de petite ou de moyenne longueur avec ou sans tranchée de fondation à l’arrière, avec ou sans séparation avant/centre, avec ou sans partie frontale ; si cette dernière est présente, il ne s’agit jamais d’un grenier ; la typologie Modderman n’admettant comme partie avant que les « grenier » et « pseudo‑grenier », les auteurs parlent alors de maison bipartite ;
3. « type 3 » (Kleinbau ou petite maison)9 ; pour Modderman, il s’agit d’une maison de petite taille sans tranchée de fondation, sans séparation avant/centre, avec ou sans couloir de séparation centre/fond, sans parties frontale et arrière ; selon la typologie Modderman, la Kleinbau est composée d’une seule travée.

FIG. 17 – Les types de maison rubanée selon Modderman (1970 : fig. 12) : 1a et b Grossbau ; 2 Bau ; 3 Kleinbau.

14 Position des trous de poteau les plus profonds

461. situés au niveau de la « séparation arrière » ;
2. situés au niveau de la « séparation arrière et ailleurs » ;
3. situés « ailleurs » ;
4. « absents ».

15 Rôle du mur (cf. chap. 4 : fig. 93, 94)

47Le mur peut être :
1. « non portant » : les trous de poteau internes sont nettement plus profonds que ceux des patois ;
2. « légèrement portant » : les trous de poteau intérieurs ont la même profondeur que ceux des parois ;
3. « moyennement portant » : les trous de poteau intérieurs sont légèrement moins profonds que ceux des parois ;
4. « portant » : les trous de poteau intérieurs sont beaucoup moins profonds que ceux des parois.

16 Types de paroi longitudinale (fig. 18 ; cf. également chap. 4 : fig. 94)

48Les parois longitudinales peuvent être :
1. « simple » : les parois longitudinales sont constituées d’un seul alignement de trous de poteau ; ces trous ne sont pas liés entre eux ;
2. avec « pseudo‑contreforts symétriques » : les parois longitudinales sont constituées de deux alignements séparés de trous de poteau de même diamètre, et couplés deux à deux symétriquement – les poteaux de l’alignement extérieur sont qualifiés de « pseudo‑contreforts symétriques » ;
3. avec « pseudo‑contreforts alternés » : les parois longitudinales sont constituées de deux alignements séparés de trous de poteau, sachant qu’à deux trous de poteau de l’alignement intérieur correspond « un » trou de poteau de l’alignement extérieur, et que les trous de l’alignement extérieur sont plus larges que ceux de l’alignement intérieur – les poteaux de l’alignement extérieur sont qualifiés de « pseudo‑contreforts alternés » ;
4. « tranchée avec contreforts séparés » : les parois longitudinales sont constituées d’une tranchée et d’un alignement séparé de trous de poteau – les poteaux de l’alignement extérieur sont qualifiés de « contreforts séparés » ;
5. « tranchée avec contreforts liés » : les parois longitudinales sont constituées d’une tranchée de fondation et d’un alignement de petits trous de poteau séparés entre eux mais liés à la tranchée – les petits poteaux de l’alignement extérieur sont qualifiés de « contreforts liés » ;
6. « tranchée périphérique simple » : les trous de poteau sont liés entre eux par une tranchée de fondation.

FIG. 18 – Types de paroi longitudinale : 1 simple ; 2 avec pseudo‑contreforts symétriques ; 3 avec pseudo‑contreforts alternés ; 4 tranchée avec contreforts séparés ; 5 tranchée avec contreforts liés ; 6 tranchée périphérique simple.

15 Façade

49On a des maisons :
1. « sans antes » ;
2. « avec antes » : prolongement des deux parois longitudinales, vers l’avant, au‑delà de la façade de la maison.

18 Les parois arrière (fig. 19)

50Les parois arrière correspondent au mur transversal arrière et aux segments arrière des murs longitudinaux de la maison.

51Elles sont constituées par :
1. une « tranchée simple » : les trous de poteau sont liés entre eux par une tranchée de fondation ;
2. une « tranchée doublée » : la tranchée de fondation est doublée de trous de poteau séparés les uns des autres ;
3.des « poteaux séparés » : les trous de poteau ne sont pas liés entre eux.

FIG. 19 – Types de parois arrière : 1 tranchée simple ; 2 tranchée doublée ; 3 poteaux séparés.

19 Tranchées extérieures parallèles aux parois longitudinales de la maison (fig. 20)

52Il s’agit de tranchées situées à l’extérieur de la maison, parallèlement aux murs longitudinaux, et creusées entre celui‑ci et les fosses de construction.

53Elles sont :
1. « présentes » ;
2. « absentes ».

FIG. 20 – Tranchées extérieures parallèles aux parois longitudinales de la maison : 1 présentes ; 2 absentes.

20 Le « dos » de la maison (fig. 21)

54Il s’agit du pignon arrière de la maison.

55Il est :
1. « avec contreforts » ;
2. « sans contreforts » ;
3. « rentrant » : les parois longitudinales dépassent le pignon.

FIG. 21 – Types de dos de la maison : 1 avec contreforts ; 2 sans contreforts ; rentrant.

21 Types de rapport Rg lghnur

56entre les rangées longitudinales de trous de poteau intérieurs et l’alignement des murs longitudinaux (fig. 22 ; cf. également chap. 4 : fig. 93)
1. « convergence » ;
2. « parallélisme ».

FIG. 22 – Types de rapport existant entre les rangées longitudinales de trous de poteau intérieurs et l’alignement des murs longitudinaux : 1 convergence ; 2 parallélisme.

22 Types de fosse associée à la maison (fig. 23)

57● Pour les maisons rubanées, on a une ou des :
1. fosses « rondes » séparées les unes des autres ;
2. fosses « allongées » composées de plusieurs alvéoles plus ou moins profondes ;
3. une fosse « très petite et isolée » ;
4. fosses « absentes ».

FIG. 23 – Types de fosses associées à la maison rubanée : 1 rondes séparées ; 2 allongées ; 3 très petite et isolée ; 4 absente.

58● Pour ce qui concerne les maisons postrubanées, les fosses sont :
1. « présentes » : les vestiges de la maison sont flanqués de fosses de construction ;
2. « absentes ».

23 Position des fosses de la maison (fig. 24)

59Les fosses de construction sont :
1. creusées « à l’avant » de la maison ;
2. creusées de l’avant jusque « aux 2/3 » de la longueur de la maison ;
3. « tout le long » de la maison ;
4. « dépassantes » : les fosses ont été creusées au‑delà de l’avant ou de l’arrière de la maison ;
5. « éloignées » de la maison ;
6. « absentes ».

FIG. 24 – Types de position des fosses de la maison : 1 à l’avant ; 2 de l’avant au 2/3 de la longueur ; 3 tout le long de la maison ; 4 dépassantes ; 5 éloignées de la maison ; absentes.

24 Orientation (valeurs réelles)

60Il s’agit de l’orientation (indiquée en degrés) de l’axe longitudinal de la maison par rapport au nord géographique.

25 Catégories d’orientation

61● Pour les maisons rubanées, on peut décider des catégories d’orientation suivantes :
1. « nord » : l’axe est orienté entre 0° et 25° ou entre 350° et 360° ;
2. « nord‑nord‑ouest » : l’axe est orienté entre 330° et 349° ;
3. « nord‑ouest » : l’axe est orienté entre 293° et 329° ;
4. « ouest » : l’axe est orienté entre 265° et 292°.

62● Pour les maisons postrubanées, on peut décider des catégories d’orientation suivantes :
1. « nord » : l’axe est orienté entre 0° et 10° ou entre 347° et 360° ;
2. « nord‑nord‑ouest » : l’axe est orienté entre 316° et 346° ;
3. « ouest‑nord‑ouest » : l’axe est orienté entre 287° et 315° ;
4.« ouest‑sud‑ouest » : l’axe est orienté entre 240° et 286°.

26 Longueur Lt de la maison (valeurs réelles) (fig. 25)

FIG. 25 – Position et codification des mesures effectuées.

26 Catégories Cat. Lt de la longueur de la maison (fig. 26)

63● Pour les maisons rubanées, on observe les catégories de longueur suivantes :
1. « petite et moyenne » : 5,00 m Lt 21,90 m ;
2. « longue » : 22,00 m Lt 35,40 m ;
3. « très longue » : 35,50 m Lt ≤ 43,00 m.

64● Pour les maisons postrubanées, on observe les catégories de longueur suivantes :
1. « petite et moyenne/longue » : 10,00 m Lt 27,40 m ;
2. « très longue » : 27,50 m Lt 41,40 m ;
3. « exceptionnelle » : 41,50 m Lt 59,00 m.

FIG. 26 – Histogrammes des valeurs de la longueur de la maison danubienne : a de la maison rubanée ; b de la maison postrubanée.

28 Longueur La de la partie avant (valeurs réelles)

29 Catégories Cat. La de la longueur de la partie avant (fig. 27)

65Les catégories de la longueur de la partie avant se définissent ainsi :
1. « nulle » : La = 0,00 m ;
2. « petite et moyenne » : 0,20 m La 3,70 m ;
3. « longue » : 3,80 m La 8,80 m ;
4.« très longue » : 8,90 m La 14,70 m.

FIG. 27 – Histogrammes des valeurs de la longueur de la partie avant de la maison danubienne : a avec tous les types de partie avant ; b sans les types « virtuel » et « absent ».

30 Longueur Lm de la partie médiane (valeurs réelles)

66La distribution des longueurs de la partie centrale Lm étant unimodale (fig. 28), il est impossible de créer des classes de longueur pour cette mesure.

FIG. 28 – Histogramme des valeurs de la longueur de la partie centrale de la maison danubienne.

31 Longueur Lf de la partie arrière (valeurs réelles)

32 Catégories Cat. Lf de la longueur de la partie arrière (fig. 29)

671. « nulle » : Lf = 0,00 m ;
2. « petite » : 0,50 m Lf ≤ 3,80 m ;
3. « moyenne » : 3,90 m Lf ≤ 6,10 m ;
4. « longue » : 6,20 m Lf ≤ 10,10 m ;
5. « très longue » : 10,20 m < Lf 12,70 m ;
6. « exceptionnelle » : 12,80 m ≤Lf 18,80 m.

FIG. 29 – Histogramme des valeurs de la longueur de la partie arrière de la maison danubienne.

33 Longueur Lz du trapèze (valeurs réelles)

68Il s’agit de la longueur de la droite comprise entre le milieu de la paroi du fond et le point médian de la plus grande largeur de la maison, laquelle n’est pas forcément celle de la façade (fig. 25) ; si le plan de la maison est un rectangle ou un trapèze simple, la longueur du trapèze correspond à la longueur totale de l’habitation (à cet égard, cf. note 2).

34 Longueur Lant des antes (valeurs réelles)

35 Largeur la de la partie avant (valeurs réelles)

36 Largeur lf de la partie arrière (valeurs réelles)

37 Plus grande largeur ou largeur lz du trapèze (valeurs réelles)

38 Longueur Lg Travée de la plus longue travée entre deux tierces (valeurs réelles)

39 Nombre Npi de trous de poteau de tierces (valeurs réelles)

69Ce nombre comprend également les trous de poteau des extrémités avant et arrière de la maison.

40 Nombre Npi # av. de trous de poteau portant des parties centrale et arrière (valeurs réelles)

70Ce nombre comprend également les trous de poteau des séparations avant/centre et centre/fond.

41 Nombre Npm de trous de poteau de la partie médiane (valeurs réelles)

2.2 Catalogue des maisons danubiennes étudiées

71On trouvera ici les références géographiques, iconographiques et bibliographiques des maisons étudiées. Leur plan et leur description codée figurent en annexe, en fin de volume. Cette liste suit l’ordre alphabétique des sites ; elle est séparée en deux ensembles, Rubané et Postrubané.

72Le nom du site est suivi des informations suivantes :
– nom du lieu‑dit, s’il y a lieu ; entre parenthèses : nom du département pour la France, du canton ou du district pour les autres pays, s’il y a lieu ; nom de la région ou de la province administrative ; nom du pays ;
– référence bibliographique ;
– numéro de la figure.

2.2.1 La période rubanée

731. Aldenhoven Q (Kr. Jülich‑Düren), Rhénanie de la Nord‑Westphalie, Allemagne. Boelicke et al. 1977. Fig. 119.

742. Aubechies/Coron Maton (Hainaut), Belgique. Constantin, Demarez 1983 ; Constantin 1985. Fig. 120.

753. Bedburg‑Kaster/Frimmersdorf4 (Kr. Bergheim), Rhénanie de la Nord‑Westphalie, Allemagne. Göbel 1983. Fig. 121.

764. Bedburg‑Garsdorf (Kr. Bergheim), Rhénanie de la Nord‑Westphalie, Allemagne. Piepers 1974. Fig. 122.

775. Berry‑au‑Bac/La Croix Maigret (Aisne), Picardie, France. Demoule, Ilett 1978. Fig. 123.

786. Berry‑au‑Bac/Le Chemin de la Pêcherie (Aisne), Picardie, France. Plateaux, Robert 1982 ; Dubouloz, Plateaux 1983. Fig. 124.

797. Bochum‑Altenbochum (Kr. Bochum), Rhénanie de la Nord‑Westphalie, Allemagne. Brandt 1967. Fig. 125.

808. Bochum‑Hiltrop/Bergmanneusiedlung der Zeche Constantin (Kr. Bochum), Rhénanie de la Nord‑Westphalie, Allemagne. Brandt 1967. Fig. 126.

819. Brezno 1 (okr. Lonny), Bohême, Tchécoslovaquie. Pleinerova, Pavlu 1979. Fig. 127.

8210. Bylany (okr. Kutna Hora), Bohême, Tchécoslovaquie. Soudskỳ 1966 ; Pavlu 1981 ; 1982 ; Pavlu, Zapotocka 1983 ; Modderman 1986 ; Pavlu et al. 1986. Fig. 128a, b, c.

8311. Chassemy/Le Grand Horle (Aisne), Picardie, France. Inédit, fouille URA 12 du Centre de recherches archéologiques, CNRS. Fig. 129.

8412. Cuiry‑lès‑Chaudardes/Les Fontinettes et Les Gravelines (Aisne), Picardie, France. Coudart, Plateaux 1978 ; Soudsky et al. 1982 ; Ilett et al. 1982 ; Coudart et al. 1982 ; et inédit, fouille URA 12 du Centre de recherches archéologiques, CNRS. Fig. 130.

8513. Cys‑la‑Commune/Les Longues Raies (Aisne), Picardie, France. Boureux 1972 ; Boureux, Coudart 1978. Fig. 131.

8614. Dation, commune de Geer (Liège), Belgique. Calien 1984 ; 1985 ; Cahen et al. 1987. Fig. 132.

8715. Elsloo (Limbourg), Hollande. Modderman 1970 ; 1985 ; Bakels 1978. Fig. 133a, b.

8816. Geleen (Limbourg), Hollande. Waterbolk 1958‑59. Fig. 134. 17. Hambach 8, com. de Jülich‑Stetternich (Kr. Düren), Rhénanie de la Nord‑Westphalie, Allemagne. Brown, Hermanns 1980. Fig. 135.

8918. Hambach 21, com. Jülich‑Stetternich (Kr. Düren), Rhénanie de la Nord‑Westphalie, Allemagne. Junghans, Brandt 1980. Fig. 136.

9019. Hienheim 1 (Ldkrs. Keldheim), Bavière, Allemagne. Modderman 1977. Fig. 137.

9120. Köln‑Lindenthal (Kr. Köln), Rhénanie de la Nord‑Westphalie, Allemagne. Buttler, Haberey 1936. Fig. 138a, b.

9221. Köln‑Mcngenich (Kr. Köln), Rhénanie de la Nord‑Westphalie, Allemagne. Schröter 1970. Fig. 139.

9322. Lamersdorf 2 D (Kr. Jülich‑Düren), Rhénanie de la Nord‑Westphalie, Allemagne. Kuper et al. 1974. Fig. 140.

9423. Lamersdorf 2 F (Kr. Jülich‑Düren), Rhénanie de la Nord‑Westphalie, Allemagne. Boelicke et al. 1977. Fig. 141.

9524. Langweiler 2 (Kr. Jülich‑Düren), Rhénanie de la Nord‑Westphalie, Allemagne. Kuper 1973 ; Farruggia et al, 1973. Fig. 142.

9625. Langweiler 8 (Kr. Jülich‑Düren), Rhénanie de la Nord‑Westphalie, Allemagne. Brandt 1980. Fig. 143a, b, c.

9726. Langweiler 9 (Kr. Jülich‑Düren), Rhénanie de la Nord‑Westphalie, Allemagne. Kuper 1977 ; Kuper et al. 1977. Fig. 144.

9827. Larzicourt/Ripeaupré (Marne), Champagne‑Ardenne, France. Chertier 1980 ; 1981. Fig. 145.

9928. Marolles‑sur‑Seine/Les Gours aux Lions (Seine‑et‑Marne), Île‑de‑France, France. Mordant, Mordant 1970. Fig. 146.

10029. Menneville/Derrière le Village (Aisne), Picardie, France. Coudart, Demoule 1982. Fig. 147.

10130. Miskovicc (okr. Kutna Hora), Bohême, Tchécoslovaquie. Pavlu 1981. Fig. 148.

10231. Missy‑sur‑Aisne/Le Culot (Aisne), Picardie, France. Constantin, Ilett 1978. Fig. 149a, b.

10332. Mohelnice (okr. Zabreha), Moravie, Tchécoslovaquie. Tichy 1961 ; 1962. Fig. 150.

10433. Muddersheim (Kt. Düren), Rhénanie de la Nord‑Westphalie, Allemagne. Schietzel 1965. Fig. 151.

10534. Niederzier (Kr. Düren), Rhénanie de la Nord‑Westphalie, Allemagne. Dohrn‑Ihmig, Hilbert 1983. Fig. 152.

10635. Olszanica (pow. Krakow), Petite Pologne, Pologne. Milisauskas 1976 ; 1986. Fig. 153.

10736. Pernant/Le Culfroy (Aisne), Picardie, France. Boureux, Coudart 1978. Fig. 154.

10837. Postoloprty 1 (okr. Zatec), Bohême, Tchécoslovaquie. Soudskỳ 1969. Fig. 155.

10938. Rosdorf (Kr. Göttingen), Basse Saxe, Allemagne. Maier, Peters 1965 ; Zimmermann 1966 ; Schwarz 1972 ; Schlüter 1969 ; 1983. Fig. 156a, b.

11039. Rosmeer/Staberg (Limbourg), Belgique. Roosens 1961. Fig. 157.

11140. Schwanfeld 1 (Kr. Schweinfurt), Franconie, Allemagne. Lüning, Modderman 1982. Fig. 158.

11241. Sittard (Limbourg), Hollande. Modderman 1958‑59 ; Bakels 1978. Fig. 159.

11342. Stein (Limbourg), Hollande. Modderman 1970 ; Bakels 1978. Fig. 160ab.

11443. Strachow (woj. Wroclaw), Silésie, Pologne. Kulczycka‑Leciejewiczowa 1979 ; 1982. Fig. 161.

11544. Straubing‑Lerchenhaid (Kr. Straubing), Bavière, Allemagne. Christlein 1982. Fig. 162.

11645. Sturovo (okr. Sturovo), Slovaquie, Tchécoslovaquie. Pavuk 1982. Fig. 163.

11746. Ulm‑Eggingen (Kr. Ulm), Alb‑Donau, Bade‑Wurtemberg, Allemagne. Kind 1983 ; Gregg 1984. Fig. 164.

11847. Vedrovice (okr, Znojmo), Moravie, Tchécoslovaquie. Ondrūs 1966 ; Poddorsky, Vildomec 1972. Fig. 165.

11948. Zimutice (okr. Ceské Budejovice), Bohême, Tchécoslovaquie. Benes 1970 ; Pavlu 1972. Fig. 166.

12049. Zwenkau‑Harth 1 (Kr. Leipzig), Saxe, Allemagne. Quitta 1958a ; 1958b ; Behrens 1973. Fig. 167.

2.2.2 La période postrubanée

1211. Aldenhoven 1 (Kr. Jülich‑Düren), Rhénanie de la Nord‑Westphalie, Allemagne. Jürgens 1971a ; 1979. Fig. 168.

1222. Blicquy/La Couture de la Chaussée (Hainaut), Belgique. Cahen, Van Berg 1979 ; Cahen et al. 1979. Fig. 169.

1233. Bochum‑Hiltrop/Hillerberg nord (Kr. Bochum), Rhénanie de la Nord‑Westphalie, Allemagne. Brandt, Beck 1954 ; Brandt 1960 ; 1967. Fig. 170.

1244. Bochum‑Laer (Kr. Bochum), Rhénanie de la Nord‑Westphalie, Allemagne. Günther 1973. Fig. 171.

1255. Bochum‑Kirchharpen (Kr. Bochum), Rhénanie de la Nord‑Westphalie, Allemagne. Brandt 1967. Fig. 172.

1266. Brezno 2 (okr. Louny), Bohême, Tchécoslovaquie. Pleinerova 1984. Fig. 173.

1277. Brzesc‑Kujawski (pow. Wloclawek), Kujawie, Pologne. Jazdzewski 1938 ; Grygiel 1976 ; Bogucki, Grygiel 1981 ; Bogucki 1982 ; Grygiel, Bogucki 1986. Fig. 174.

1288. Charmoy/Les Ormes (Yonne), Bourgogne, France. Joly 1968 ; 1970. Fig. 175.

1299. Deiringsen‑Ruploh (Kr. Soest), Rhénanie de la Nord‑Westphalie, Allemagne. Günther 1973. Fig. 176.

13010. Dresden‑Prohlis (Kr. Dresdcn), Saxe, Allemagne. Bierbaum 1949‑50. Fig. 177.

13111. Echilleuses/Les Dépendances de Digny (Loiret), Centre, France. Simonin 1985. Fig. 178.

13212. Hambach 260, com. de Jülich‑Welldorf (Kr. Düren), Rhénanie de la Nord‑Westphalie, Allemagne. Dohrn‑Ihmig 1983a. Fig. 179.

13313. Hambach 471, com. de Jülich‑Welldorf (Kr. Düren), Rhénanie de la Nord‑Westphalie, Allemagne. Dohrn‑Ihmig 1983b. Fig. 180.

13414. Hienheim 2 (Ldkrs. Keldheim), Bavière, Allemagne. Modderman 1977. Fig. 181.

13515. Inden 1 (Kr. Jülich‑Düren), Rhénanie de la Nord‑Westphalie, Allemagne. Kuper, Piepers 1966 ; Kuper, Lüning 1975 ; Lüning 1982a. Fig. 182a, b.

13616. Inden 2 (Kr. Jülich‑Düren), Rhénanie de la Nord‑Westphalie, Allemagne. Jürgens 1971b. Fig. 183.

13717. Inden 3 (Kr, Jülich‑Düren), Rhénanie de la Nord‑Westphalie, Allemagne, Jürgens et al. 1971. Fig. 184.

13818. Irchonwelz/La Bonne Fortune (Hainaut), Belgique. Constantin et al. 1978 ; Farruggia et al. 1982 ; Constantin 1985. Fig. 185.

13919. Krakow‑Mogila (pow. Krakow), Petite Pologne, Pologne. Kamienska, Kozlowski 1970. Fig. 186.

14020. Krusza‑Zamkowa, Kujawie, Pologne. Czerniak 1980. Fig. 187.

14121. Libenice (okr. Kolin), Bohême, Tchécoslovaquie. Stekla 1961. Fig. 188.

14222. Mseno (okr. Melnik), Bohême, Tchécoslovaquie. Communication personnelle de M. Liska. Fig. 189.

14323. Postoloprty 2 (okr. Zatec), Bohême, Tchécoslovaquie. Soudskỳ 1969. Fig. 190.

14424. Schwäbisch‑Hall/Wolfsbühl (kr. Schwäbisch‑Hall), Neckar, Allemagne. Huber 1972. Fig. 191.

14525. Schwanfeld 2 (Ldkrs Schweinfurt), Franconie, Allemagne. Lüning, Modderman 1982. Fig. 192.

14626. Villeneuve‑la‑Guyard/Les Falaises de Prépoux (Yonne), Bourgogne, France. Prestrau 1992. Fig. 193.

14727. Zwcnkau‑Harth 2 (Kr. Leipzig), Saxe, Allemagne. Quitta 1958a, b ; Behrens 1973. Fig. 194.

2.3 Mise en ordre et typologies

148Les caractères de la maison sont commentés sans considération de leurs propriétés physiques, mécaniques et symboliques, et sans référence à la situation sociale et économique de la maisonnée impliquée. Dans le cas contraire, un simple décompte est proposé avec un renvoi aux chapitres où ces aspects sont abordés.

2.3.1 Une typologie pour chacune des composantes architecturales de la maison rubanée

149Lorsqu’on confronte la typologie Modderman (1970 : fig. 12) aux catégories typologiques proposées ici, on s’aperçoit que la distinction proposée par la typologie Modderman entre « grande maison » (Grossbau en allemand ou type 1) et « maison » (Bau ou type 2) repose essentiellement sur la présence (pour la Grossbau) ou l’absence (pour la Bau) de deux types de partie avant : qualifiés ici de « grenier » et de « pseudo‑grenier ». Cela concerne 95 % des maisons de type 1, et 97 % des maisons de type 2. Certains auteurs ont cependant qualifié de Bauten des maisons à « grenier léger » ou à « pseudo‑grenier », et de Grossbauten des habitations combinées à une « antichambre » ou à une partie frontale « virtuelle ». Cette confusion est due à l’inadéquation de la typologie Modderman qui considère la maison rubanée comme une entité homogène, ce qu’elle n’est pas. Certes, et comme le suggèrent les termes utilisés par Modderman, les trois types de maisons correspondent bien à trois moyennes de longueur différentes (fig. 30) :
Grossbau : moyenne de 25,00 m (écart type = 7,40) ;
Bau : moyenne de 16,20 m (écart type = 6,35) ;
Kleinbau : moyenne de 9,00 m (écart type = 2,30).

FIG. 30 – Moyenne des longueurs de la maison rubanée selon les trois types de maison proposés par Modderman (1970 : fig. 12).

150Mais cette distinction, pourtant confirmée par une analyse de variance, définit des intervalles de longueur qui se chevauchent par trop, pour que la longueur soit admise comme un critère de distinction satisfaisant. Par exemple : la maison 22 de Stein (Grossbau avec grenier) mesure 17 m, et la maison 8 de Hienheim (Bau avec une antichambre) mesure 25 m ; on pourrait s’attendre au contraire. Souvent présent mais parfois absent des maisons de type 1, le grenier ne peut non plus servir à discriminer les Grossbauten des Bauten.

151Il paraît donc préférable d’examiner individuellement chaque composante de la maison rubanée, sans chercher à repérer les combinaisons de formes qui constitueraient des modèles architecturaux opposables entre eux. Il vaut mieux recourir à autant de typologies qu’il y a de composantes architecturales. Nous tenterons plus loin (cf. chap. 4) de comprendre la logique qui a pu sous‑tendre la cohérence d’un modèle architectural qui, de toute évidence, n’a jamais été homogène.

2.3.1.1 La forme du plan au sol

152La forme du plan au sol de la maison est décrite par la variable 4 du code descriptif (fig. 7, 25). Les différents types de plan de la maison rubanée se répartissent selon les fréquences suivantes :

rectangulaire :

mode – 110

(41,5 %)

pseudo‑rectangulaire :

76

(28,5 %)

légèrement trapéziforme :

65

(24,5 %)

trapéziforme :

9

(3,5 %)

naviforme :

5

(2,0 %)

  • 10 À Berry‑au‑Bac/Le Chemin de la Pêcherie, Berry‑au‑Bac/La Croix Maigret, Chassemy, Cuiry‑lès‑Chaudar (...)

153Au regard des phases chronologiques, les différents types de plan de la maison rubanée se répartissent selon les fréquences présentées dans le tableau ia. Le rapport entre les trois principaux types de plan est équilibré pour les phases ancienne et tardive, sachant que l’échantillon de la première est insuffisant. Le plan « rectangulaire » domine nettement les phases moyenne et récente. Les plans « trapéziforme » et « naviforme » ne sont observés que pour la phase tardive10. Le plan d’une habitation fait exception, celui de la maison 1 de Bochum‑Altenbochum ; le trapèze est, en effet, « inversé », à savoir que la paroi arrière est plus large que la façade.

154En ce qui concerne les zones géoculturelles, les différents types de plan de la maison rubanée se répartissent selon les fréquences présentées dans le tableau ib. On retrouve, dans la zone occidentale, ce que l’on observe pour la phase tardive du Rubané : un équilibre entre les trois types les plus courants. Cependant, le plan « pseudo‑rectangulaire » l’emporte pour ce qui concerne les marges sud‑occidentales (50 %). La zone orientale n’a, jusqu’alors, livré aucun plan pseudo‑rectangulaire mais, là encore, l’échantillon publié est insuffisant.

TABL. I – Forme du plan de la maison rubanée selon : a la phase chronologique (nombre d’observations) ; b la zone géoculturelle (nombre d’observations).

2.3.1.2 La partition

155Le type de partition de la maison est donné par la variable 5 du code descriptif (fig. 9).

156On compte treize maisons « bipartites » qui ne montrent ni séparation ni partie avant.

  • 11 Il s’agit tout particulièrement des maisons 37, 50 et 53 d’Elsloo, des maisons 12, 47 et 48 de Sitt (...)

157Dix maisons, dont les vestiges sont beaucoup moins clairs que ceux des treize précédantes, ne montrent ni séparation avant/centre, ni partie avant, ni partie arrière. Leur conservation est très mauvaise, et la trace de perturbations postérieures en rend la lecture difficile11. Les fosses de construction de plusieurs d’entre elles vont, par ailleurs, au‑delà des vestiges visibles du bâtiment. Ces restes de construction –qualifiées de maisons « monopartites » par la typologie Modderman– doivent donc être considérés avec réserve.

158Les définitions de la tri‑ et bipartition admises, on constate que la tripartition est de loin la structuration spatiale la plus fréquente. Le décompte des différents types de partition de la maison rubanée nous donne les chiffres suivants :

monopartition :

10

(3,5 %)

bipartition :

13

(4,5 %)

tripartition :

mode – 263

(92,0 %)

159Si l’on confronte partition et longueur totale, on voit que les habitations bipartites et monopartites se placent dans la classe de longueur « petite et moyenne », sauf la maison 2 de Zwenkau‑Harth qui se situe dans la catégorie « longue ». Compte tenu de la faiblesse de l’échantillon, les répartitions chronologique et géoculturelle des maisons bipartites et monopartites n’ont pas de signification.

160La comparaison de nos catégories de partition avec les types Modderman (tels qu’il sont signalés dans les publications) nous indique les relations présentées dans le tableau ii. On s’aperçoit que les critères retenus permettent d’identifier des maisons « tripartites » dans les trois catégories Modderman. Plus de 90 % des maisons de type 2 sont tripartites. Parmi les dix‑neuf habitations qui ont été qualifiées de type 3, neuf sont tripartites, et cinq sont bipartites.

TABL. II – Partition de la maison rubanée au regard des types Modderman (nombre d’observations).

2.3.1.3 Structuration spatiale dessinée par les travées situées entre les parties avant et arrière

161La structuration spatiale dessinée par les travées (en d’autres termes, le type de distribution des tierces de poteaux) situées entre les parties avant et arrière est décrite par la variable 6 du code descriptif (fig. 10). Les fréquences des différents rythmes de distribution sont les suivantes :

type A :

19

(5,50 %)

type B :

15

(4,50 %)

type C :

26

(7,75 %)

type D :

mode – 269

(81,00 %)

type E :

1

(0,25 %)

type F :

3

(1,00 %)

162Les distributions « A », « B », « C » et « D » sont apparemment les plus « rubanées », mais la « succession de travées progressives » (D) est de loin l’organisation la plus fréquente. Il faut cependant savoir que les fouilles archéologiques ont été plus nombreuses dans la zone occidentale et les marges sud‑occidentales, là où le type D est dominant.

163Au regard des phases chronologiques, les différents rythmes de distribution des tierces situées entre les parties avant et arrière de la maison rubanée se répartissent selon les fréquences présentées dans le tableau iii. On constate que la succession de travées progressives (D) a été utilisée dès la phase ancienne, que son emploi s’est affirmé au cours du temps et qu’il a été généralisé durant la phase tardive. Inversement, le type de distribution C (intermédiaire entre les types A et D), probablement le plus utilisé pendant la phase ancienne, l’a été de moins en moins au cours des phases suivantes. Caractéristiques de la période postrubanée, les types « E » et « F » sont apparus dès la fin du Rubané.

TABL III – Type de structuration spatiale de la maison rubanée selon la phase chronologique (nombre d’observations).

164Les décomptes nous montrent un équilibre entre les types A, B et C pour la zone géoculturelle orientale, une dominance du type D pour la zone centrale (55 %), et un emploi presque exclusif de ce dernier (97 %) pour la zone occidentale et les marges sud‑occidentales.

165Tout semble s’être passé comme si l’organisation de l’espace interne de la maison était longtemps restée hésitante dans la zone géoculturelle orientale, au plus proche des origines de la culture rubanée ; puis, après la colonisation de la zone occidentale et à partir de la phase tardive, comme si le type D s’était culturellement révélé l’aménagement le plus satisfaisant. L’évolution chronologique de la structuration spatiale semble donc être allée de conserve avec l’avancée géographique du front rubané.

2.3.1.4 Le système de séparation entre la partie avant et la partie médiane de l’habitation

166Le système de séparation entre la partie avant et la partie médiane de l’habitation est décrit par la variable 7 du code descriptif (fig. 11). Les fréquences des différents types de séparation entre les parties avant et centrale sont les suivantes :

couloir (2 tierces) :

mode – 210

(75,5 %)

avec un Y (classique ou pseudo) :

38

(14,0 %)

marqué (1 seule tierce) :

10

(3,5 %)

intégré :

3

(1,0 %)

absent :

17

(6,0 %)

  • 12 Pour plus de 91 % des maisons, contre 88 %, 77 % et 70 % de celles des zones orientale, centrale et (...)

167On ne compte que dix‑sept maisons qui ne montrent pas de séparation entre les parties avant et centrale – ces exemples relèvent aussi bien de la phase moyenne que tardive. Il semble que l’absence de séparation soit un peu plus fréquente pour la zone géoculturelle centrale. Le système de séparation le plus classique, le « couloir », domine nettement l’échantillon des marges sud‑occidentales12. Le système « marqué » (constitué d’une seule tierce de trous de poteau) est absent pour la phase tardive.

2.3.1.5 Le système de séparation entre la partie médiane et la partie arrière de l’habitation

168Le système de séparation entre les parties médiane et arrière de l’habitation est décrit par la variable 8 du code descriptif (fig. 12). Les fréquences des différents types de séparation entre ces parties sont les suivantes :

couloir (2 tierces) :

mode – 276

(91,0 %)

rallongé :

6

(2,0 %)

marqué (1 seule tierce) :

5

(1,5 %)

intégré :

10

(3,5 %)

absent :

6

(2,0 %)

169La séparation entre les parties médiane et arrière de l’habitation n’est absente que dans 2 % des cas analysés, et pour la phase tardive seulement. Le « couloir » domine l’échantillon.

170Pour les marges sud‑occidentales, on constate que 97,5 % des maisons de l’échantillon ont possédé un couloir arrière. La séparation arrière simplement marquée d’une tierce isolée n’apparaît que pour 2 % de l’échantillon. L’analyse ne révèle de séparation « intégrée » ni dans la zone occidentale ni dans les marges sud‑occidentales.

2.3.1.6 Les types d’agencement des trous de poteau de la partie centrale

171Les types d’agencement des trous de poteau dans la partie centrale de la maison sont décrits par la variable 9 du code descriptif (fig. 13). Les fréquences des différents types de disposition des trous de poteau de la partie centrale sont les suivantes :

Y classique :

46

(17 %)

pseudo Y :

8

(3 %)

Y rémanent ou J inversé :

32

(12 %)

J :

14

(5 %)

tierce normale :

mode – 168

(63 %)

  • 13 Sur cinquante‑trois Y ou pseudo‑Y découverts, quarante‑huit l’ont été dans la région du Rhin et de (...)

172Reconnu par Waterbolk et Modderman (1958‑59), le système d’agencement des trous de poteau en forme de « Y » a surtout été mis au jour dans la région du Rhin et de la Meuse13. L’agencement des trous de poteau, qualifié ici de « Y rémanent » ou de « J inversé », n’est ni rare ni sans rappeler la disposition en Y.

  • 14 Sachant que la datation des maisons à Y a souvent été établie en fonction de la présence de ce Y, e (...)

173Par rapport aux phases chronologiques, les types d’agencement de trous de poteau de la partie centrale de la maison rubanée se répartissent comme indiqué dans le tableau iv. Si l’on se fie aux périodisations proposées dans les publications14, il semblerait que le Y n’ait existé que durant nos phases moyenne et récente, c’est‑à‑dire au début de la colonisation rubanée de la zone occidentale. Le J inversé paraît, quant à lui, avoir été plus fréquent dans la zone centrale durant les phases ancienne et moyenne, et dans les marges sud‑occidentales durant la phase tardive (45,5 %).

TABL. IV – Type d’agencement des trous de poteau dans la partie centrale de la maison rubanée selon la phase chronologique (nombre d’observations).

2.3.1.7 La partie avant (ou frontale) de la maison

174La partie frontale de la maison est décrite par la variable 10 du code descriptif (fig. 14). Les fréquences des différents types de partie avant de la maison rubanée sont les suivantes :

grenier lourd :

21

(7,0 %)

grenier léger :

88

(30,0 %)

pseudo‑grenier ou aire de travail :

23

(8,0 %)

antichambre :

32

(11,0 %)

virtuelle :

mode – 94

(33,0 %)

absente :

15

(5,0 %)

atypique :

11

(4,0 %)

liée :

1

(0,5 %)

présente :

3

(1,0 %)

175Les types les plus fréquents sont la partie avant « virtuelle » et les « greniers » (plus particulièrement, ceux qualifiés de légers). Il faut cependant rappeler que les maisons à grenier étaient des constructions « lourdes » dont les poteaux étaient profondément enfoncés dans le sol. À cet égard, leurs fondations ont été moins sensibles à l’érosion, et sont plus faciles à repérer par les fouilles archéologiques. Ce phénomène pourrait donc en partie expliquer le nombre important de greniers actuellement connus.

176Au regard des phases chronologiques, les types de partie avant se répartissent comme indiqué dans le tableau v. Les greniers ont probablement été très fréquents durant les phases ancienne (55,5 %) et moyenne (73 %). La partie frontale virtuelle a été conçue dès le début du Rubané, et est devenue prépondérante durant la phase tardive (45 %). Relativement ambigu, le type de partie avant qualifié d’« atypique » a plutôt illustré la zone géoculturelle orientale, autrement dit la plus anciennement occupée. Rare dans la zone occidentale (1,5 %), le grenier lourd semble avoir été absent des marges sud‑occidentales colonisées plus tardivement.

2.3.1.8 La partie centrale (ou médiane) de la maison

177La partie centrale de la maison est décrite par la variable 11 du code descriptif (fig. 15). Les fréquences des différents types de partie centrale de la maison rubanée se répartissent de la manière suivante :

à 4 travées :

9

(3,0 %)

à 3 travées :

23

(8,5 %)

à 3 travées avec Y :

2

(1,0 %)

à 2 travées avec Y :

44

(16,0 %)

à 2 travées :

mode – 151

(55,5 %)

à 2 travées avec couloir :

2

(1,0 %)

à 1 travée :

8

(3,0 %)

intégrée :

8

(3,0 %)

atypique :

25

(9,0 %)

178Le type « à deux travées » domine nettement l’échantillon. Si l’on compare l’aménagement en Y à celui constitué de deux tierces parallèles entre elles (fig. 11), on s’aperçoit que l’aménagement à deux travées avec un Y peut être assimilé à une partie centrale « à trois travées » ; ceci donnerait au type à trois travées une fréquence de 24,5 %. La configuration atypique est assez bien représentée. Les types de partie centrale entretiennent avec les phases chronologiques les relations indiquées dans le tableau vi. De la phase ancienne à la phase moyenne, autrement dit pendant au moins la moitié de la période rubanée, les types à deux et à trois travées semblent avoir été employés dans des proportions équivalentes (40 % et 30 %, respectivement). Mais cet équilibre a été rompu durant la phase récente en faveur du type à trois travées (31 % contre 6,5 %) ; puis, durant la phase tardive, en faveur de celui à deux travées (87 % contre 5 %). Le type à deux travées paraît avoir été l’option la mieux partagée de la zone occidentale (58 %), et surtout des marges sud‑occidentales (94 % contre 45 % dans la zone centrale).

TABL. V – Type de partie avant de la maison rubanée selon la phase chronologique (nombre d’observations).

TABL. VI – Type de partie centrale de la maison rubanée selon la phase chronologique (nombre d’observations).

2.3.1.9 La partie arrière de la maison

179La partie arrière de la maison est décrite par la variable 12 du code descriptif (fig. 16).

180La définition des différents types de partie arrière de la maison rubanée repose sur des critères plus quantitatifs (nombre d’unités spatiales) que qualitatifs (disposition des trous de poteau). On verra plus loin (fig. 34) qu’il y a, en effet, une très forte corrélation entre le nombre de travées servant à définir les types de partie arrière et la longueur de celle‑ci.

181Les fréquences des différents types de partie arrière de la maison rubanée sont les suivantes :

absente :

7

(2,5 %)

à 1 travée :

80

(26,5 %)

à 2 travées :

mode – 88

(29,0 %)

à 3 travées :

64

(21,0 %)

à 4 travées :

17

(5,5 %)

à 5 travées :

3

(1,0 %)

intégrée :

9

(3,0 %)

atypique :

22

(7,0 %)

présente :

13

(4,5 %)

182On rencontre essentiellement trois types de configuration : à une, deux et trois travées. Ensemble, ces trois types constituent 76,5 % de l’échantillon étudié. Les types extrêmes –le plus court (« à une travée ») et le plus long (« à cinq travées »)– sont très marginaux (3,5 % de l’échantillon).

183Au regard des phases chronologiques, les fréquences de types de partie arrière de la maison rubanée sont données dans le tableau vii. Le type à trois travées paraît avoir été plus utilisé durant les phases ancienne et moyenne, mais avoir été abandonné au cours de la phase tardive au profit des types à une et à deux travées. L’organisation de l’espace arrière a peut‑être été moins bien établie durant la phase récente. En effet, les décomptes nous indiquent une configuration « atypique » pour 24 % de l’échantillon récent, et plus particulièrement pour le site d’Olszanica situé dans la zone géoculturelle orientale.

TABL. VII – Type de partie arrrière de la maison rubanée selon la phase chronologique (nombre d’observations).

2.3.1.10 Les combinaisons entre les types des différentes parties de l’habitation

184Presque toutes les combinaisons entre les différents types des trois parties de la maison rubanée ont été archéologiquement mises au jour. On note cependant que la forme la plus longue d’une partie est assez rarement associée à la forme la plus courte d’une autre partie.

Les combinaisons « partie avant‑partie centrale » (fig. 31a)

185Certaines associations entre parties avant et centrale sont plus fréquentes que d’autres.

186Dans 28 % des cas étudiés, on rencontre la combinaison :
– « partie avant virtuelle – partie centrale à deux travées ». Viennent ensuite (entre 10 % et 17 %), les associations :
– « grenier – partie centrale à deux travées » ;
– « grenier – partie centrale à deux travées avec un Y » ;
– « antichambre – partie centrale à deux travées ».

187La partie centrale à deux travées est aussi bien associée à un grenier qu’à une antichambre ou à une partie avant virtuelle ; et le grenier est combiné avec tous les types de partie centrale, y compris à une travée.

188L’analyse fait également ressortir des absences d’associations qui peuvent paraître logiques, en termes d’équilibre spatial :
– « antichambre – partie centrale à quatre travées » ;
– « partie avant absente – partie centrale à quatre travées » ;
– « partie avant absente – partie centrale avec un Y ».

189La partie centrale la plus spacieuse – « à quatre travées »– est très rarement combinée avec des parties avant courtes. La partie avant virtuelle est cependant réunie à la partie centrale à quatre travées ; l’« antichambre » et les parties avant virtuelle et absente sont associées à la partie centrale à trois travées.

Les combinaisons « partie avant – partie arrière » (fig. 31b)

190Les associations entre les parties avant et arrière les plus fréquentes (entre 12 % et 19 % des maisons) sont les suivantes :
– « partie avant virtuelle – partie arrière à une travée » ;
– « grenier – partie arrière à deux travées » ;
– « grenier – partie arrière à trois travées ».
Viennent ensuite (entre 7 % et 9 %) les combinaisons :
– « partie avant virtuelle – partie arrière à deux travées » ;
– « partie avant virtuelle – partie arrière à trois travées ».

191Les absences à remarquer sont :
– « partie avant absente – partie arrière à quatre travées » ;
– « partie avant absente – partie arrière à cinq travées » ;
– « antichambre – partie arrière à cinq travées » ;
– « partie avant virtuelle – partie arrière à cinq travées ».

192La figure 31 fait valoir les combinaisons entre les parties avant longues (grenier lourd ou léger) et les parties arrière longues, et les combinaisons entre les parties avant les plus courtes (virtuelle et absente) et la partie arrière la plus courte (à une travée). Mais on constate que tous les types de partie avant ont été combinés aux trois types principaux de partie arrière (à une, à deux et à trois travées).

Les combinaisons « partie centrale – partie arrière » (fig. 31c)

193Les associations les plus fréquentes (entre 22 % et 24 % des maisons) entre les parties centrale et arrière sont les suivantes :
– « partie centrale à deux travées – partie arrière à une travée » ;
– « partie centrale à deux travées – partie arrière à deux travées ».

194Viennent ensuite (entre 6 % et 12 %) :
– « partie centrale à deux travées – partie arrière à trois travées » ;
– « partie centrale à deux travées avec un Y – partie arrière à deux travées » ;
– « partie centrale à deux travées avec un Y – partie arrière à trois travées ».

195Une absence d’association n’est guère surprenante :
– « partie centrale à quatre travées 
– partie arrière à une travée ».

196Les types de partie centrale les plus fréquents (à deux et à trois travées, et à deux travées avec Y) sont combinés à tous les types de partie arrière – du plus long (à cinq ou à quatre travées) au plus court (à une travée).

FIG. 31a Les associations entre les types de parties avant et centrale ; b les associations entre les types de parties avant et arrière ; c les associations entre les types de parties centrale et arrière.

2.3.1.11 La position des trous de poteau les plus profonds

197Très souvent, les vestiges de la maison rubanée font apparaître une tierce de trous de poteau plus profonds que les autres, quelquefois même plusieurs. La position de cette ou ces tierces est donnée par la variable 14 du code descriptif. Les fréquences des différentes positions sont les suivantes :

au couloir arrière :

38

(24,0 %)

au couloir arrière et ailleurs :

mode – 55

(34,5 %)

ailleurs :

40

(25,0 %)

absente :

26

(16,5 %)

198On rencontre donc une tierce de trous de poteau plus profondément creusés à la hauteur du système de séparation arrière dans plus de la moitié de l’échantillon (plus de 58 %). Ce procédé paraît avoir été plus rare durant la phase tardive (test du Khi deux : p = 0,412).

2.3.1.12 Les parois longitudinales

  • 15 Sauf pour la maison 9 de Brezno qui relève de la phase moyenne du Rubané (test du Khi deux : p = 0, (...)

199Les parois longitudinales sont décrites par la variable 16 du code descriptif (fig. 18). Les fréquences des différents types de paroi de la maison rubanée sont les suivantes : En ce qui concerne les phases chronologiques, les types de paroi se répartissent comme indiqué dans le tableau viii. Les vestiges de la maison rubanée sont donc le plus souvent délimités par des parois de type « simple » (plus de 85 % de l’échantillon). Les parois avec pseudo‑contreforts sont rares (8 % de l’échantillon), et relèvent de la phase tardive15, La « tranchée » de fondation sur tout le périmètre ne se rencontre pas pour la phase ancienne ; elle est fréquente pour la zone géoculturelle occidentale : 15,5 % contre un pourcentage compris entre 0 % et 2,5 % pour les autres zones. Comme pour la disposition des trous de poteau en Y, la tranchée de fondation périphérique de la maison paraît avoir été limitée à la région du Rhin et de la Meuse.

simple :

Mode – 297

(85,0 %)

avec pseudo‑contreforts symétriques

19

(5,5 %)

avec pseudo‑contreforts alternés :

1

(0,5 %)

tranchée périphérique simple :

32

(9,0 %)

TABL. VIII – Type de parois longitudinales de la maison rubanée selon la phase chrolologique (nombre d’observauion).

200La définition que nous avons donnée au rôle que les murs ont pu jouer dans la structure architecturale (variable 16) nous permet de considérer que les parois de la maison rubanée n’ont jamais été portantes.

2.3.1.13 La façade

201La présence d’antes est signalée par la variable 17 du code descriptif. Le rapport entre les maisons rubanées étudiées avec antes et sans antes est le suivant :

avec antes :

16

(8,5 %)

sans antes :

mode – 169

(91,5 %)

20280 % des antes relèvent de la phase tardive (test du Khi deux : p = 0,185). On remarque leurs traces dans 20 % de l’échantillon sud‑occidental étudié, et dans un pourcentage compris entre 4 % à 6,5 % pour les zones centrale et occidentale. Elles étaient vraisemblablement absentes de la zone orientale.

2.3.1.14 Les parois arrière

203Les parois arrière sont décrites par la variable 18 du code descriptif (fig. 19).

204Près de 42 % des trous de poteau des parois arrière sont reliés entre eux par tranchée de fondation. Les poteaux qu’ils supportaient ont été très rarement doublés (4 % de l’échantillon), sinon dans le site d’Hienheim.

205Jusqu’à présent, la zone orientale n’a livré aucune maison avec tranchée de fondation arrière.

2.3.1.15 Les tranchées parallèles

206Les tranchées parallèles sont décrites par la variable 19 du code descriptif (fig. 20).

207On a relevé des traces de tranchée longitudinale extérieures et parallèles à la maison pour douze constructions (3,5 % de l’échantillon étudié). Celles‑ci sont attribuables aux phases ancienne et moyenne du Rubané. Il en existe cependant un cas tardif à Bochum Altenbochum – sans compter les maisons du site de Rosdorf dont la périodisation n’est pas assurée, mais qui ne sauraient appartenir à une phase ancienne ou moyenne.

2.3.1.16 Le pignon arrière

208Le « dos » de la maison est décrit par la variable 20 du code descriptif (fig. 21).

209Des vestiges de contreforts renforçant la paroi arrière ne sont identifiables que pour trois habitations : celles de Berry‑au‑Bac/La Croix Maigret, de Geleen/maison 3 et de Hienheim/maison 8.

2.3.1.17 La disposition des rangées longitudinales de trous de poteau intérieurs au regard des alignements des parois longitudinales de la maison

210La manière dont les rangées longitudinales de trous de poteau intérieurs sont disposées, par rapport aux alignements des murs longitudinaux de la maison, est décrit par la variable 21 du code descriptif (fig. 22).

211Dans la maison rubanée, les alignements de trous de poteau internes sont généralement parallèles à ceux des murs longitudinaux. Mais il existe quelques exceptions : Hienheim/ maisons 1 et 31, Köln‑Mengenich/ maison 5 et Missy‑sur‑Aisne/maison 1. Ces exceptions correspondent probablement à l’amorce d’un procédé utilisé durant la période postrubanée, à savoir que les rangées longitudinales des poteaux intérieurs et les parois longues de la maison ont parfois convergé, vers l’arrière, jusqu’à se télescoper.

2.3.1.18 Les fosses

212Les fosses sont décrites par les variables 22 et 23 du code descriptif (fig. 23, 24 ; cf. interprétation chap. 5). Plus de 97 % des maisons étudiées ont eu des fosses creusées sur leurs bas côtés. Les fréquences des différents positionnements de ces fosses sont les suivantes :

à 1 avant de la maison :

6

(2,5 %)

de l’avant aux 2/3 de la longueur :

mode – 147

(60,0 %)

tout le long :

73

(29,5 %)

dépassantes :

12

(5,0 %)

éloignées :

8

(3,0 %)

213On constate que les arrangements les plus courants –de l’avant « aux 2/3 » de la longueur, et « tout le long » de la paroi– se répartissent dans un rapport de deux pour un ; ceci, quelle que soit la catégorie de longueur de l’habitation.

214Il semble donc que la longueur de la maison n’ait en rien déterminé la manière dont les fosses ont été creusées. Par ailleurs, les Rubanés ne se sont que très rarement contentés de creuser des fosses uniquement à l’avant de leurs maisons. Ils se sont également efforcés de ne pas faire dépasser leurs fosses vers l’avant et l’arrière de la maison (test du Khi deux : 0,864) ; sauf parfois, très légèrement, lorsque les fosses étaient à la fois allongées et associées à des maisons de petite ou de moyenne longueur (test du Khi deux : 0,086).

215La fosse la plus fréquemment creusée était « allongée », et d’un seul tenant. La fosse « ronde » (un peu plus de 13 % de l’échantillon) était généralement associée à une ou plusieurs autres fosses. La « très petite fosse isolée » et l’« absence » de fosse ont été rares (respectivement, 4 % et 2,5 % de l’échantillon).

216Les quelques vestiges de maison qui sont associés à une petite fosse isolée ou une absence de fosse correspondent aux restes des habitations les plus longues de l’échantillon ; elles ont, par ailleurs, souvent livré des traces de grenier. Il apparaît que 70 % des exemples de petite fosse isolée, et plus de 65 % des cas d’absence de fosse, sont couplés à des vestiges de maison très longue ou longue. On constate également que 100 % des exemples de petite fosse isolée, et 75 % des cas d’absence de fosse, sont combinés aux restes d’une maison à grenier ou pseudo‑grenier. Ces combinaisons sont analytiquement intéressantes. On verra plus loin quels autres critères peuvent être associés à ce type de construction (cf. chap. 5).

2.3.1.19 Les orientations

217Les orientations sont données par les variables 24 et 25 du code descriptif (fig. 25 ; cf. également chap. 4 : fig. 102). Au regard des zones géographiques, les catégories d’orientation de la maison rubanée se répartissent comme indiqué dans le tableau ix.

TABL. IX – Classe d’orientation de la maison rubanée selon la zone géographique (nombre d’observations).

218Si l’on positionne les habitations rubanées sur une carte du territoire, et que l’on se déplace d’est en ouest, on remarque que l’axe longitudinal des maisons a tendance à dévier de plus en plus vers l’ouest, par rapport au nord géographique (cf. chap. 4 : fig. 102). Ces orientations semblent indiquer la côte maritime la plus proche.

219L’arrière de l’axe longitudinal des maisons des zones géographiques « est » et « centrale » est donc le plus souvent orienté vers le nord ou le nord‑nord‑ouest (respectivement 93 %, et 88 % de l’échantillon) – jamais vers l’ouest. L’arrière de l’axe longitudinal des maisons de la zone géographique « ouest » est le plus fréquemment dirigé vers le nord‑ouest (69 %), et celui des maisons de l’« extrême ouest » vers l’ouest (91 %), jamais vers le nord.

2.3.1.20 Les dimensions et les données quantifiables

220Les dimensions sont données par les variables 26 à 38 du code descriptif.

La longueur de la maison et de ses différentes parties

221Les fréquences des différentes catégories de longueur de la maison rubanée (cf. variables 26 et 27, fig. 26) sont les suivantes :

petite et moyenne :

mode – 155

(65,5 %)

longue :

69

(29,5 %)

très longue :

12

(5,0 %)

222Pour la partie frontale, comprise entre 0 et 14,70 m, on distingue quatre classes de longueur (cf variables 28 et 29, fig. 27). Les fréquences de ces différentes catégories se répartissent de la manière suivante :

nulle :

mode – 110

(42 %)

petite et moyenne :

43

(16 %)

longue :

100

(38 %)

très longue :

10

(4 %)

223Nous avons déjà signalé qu’il est impossible d’établir des classes de longueur pour la partie centrale de l’habitation, la distribution de ces longueurs étant unimodale (cf. variable 30, fig. 28). On peut néanmoins constater que la longueur moyenne de la partie médiane de la maison rubanée est de 8 m, comprise entre 2,25 m et 18 m.

224Enfin, pour la partie arrière de la maison, six classes de longueur sont distinguables (cf variables 31 et 32, fig. 29), dont les fréquences se répartissent comme suit :

nulle :

6

(2,5 %)

petite :

mode – 86

(33,0 %)

moyenne :

68

(26,0 %)

longue :

76

(29,5 %)

très longue :

21

(8,0 %)

exceptionnelle :

3

(1,0 %)

225Les corrélations entre les longueurs des différentes parties de la maison rubanée sont présentées dans le tableau x. Au vu de ces corrélations, il semblerait que ce soit la longueur de la partie arrière qui ait le plus influencé la longueur de la maison. Mais la longueur des trois parties a probablement varié en fonction de critères différents pour chacune d’entre elles (cf. chap. 5). En effet, les corrélations entre les longueurs des parties frontale, médiane et arrière sont relativement peu élevées.

TABL. X – Corrélation des longueurs des différentes parties de la maison rubanée.

226Il est intéressant de mettre en regard la longueur et les types d’aménagement de chaque partie de la maison (fig. 32‑34).

FIG. 32 – Moyennes des longueurs de la partie avant selon le type de partie avant.

FIG. 33 – Moyennes des longueurs de la partie centrale selon le type de partie centrale.

FIG. 34 – Moyennes des longueurs de la partie arrière selon le type de partie arrière.

Relations entre type et longueur de partie frontale

227La longueur du grenier lourd ne connaît pas de valeurs basses ; son mode est situé entre 4 et 7 m. Le grenier léger présente des valeurs plus basses ; la majorité des cas se place entre 3 et 8 m. Le pseudo‑grenier connaît un intervalle de variation plus faible, et une moyenne de longueur plus basse. L’antichambre se rencontre avec des longueurs inférieures à 1 m, et ne dépasse pas 6 m ; son mode est compris entre 1 et 3 m. Enfin, la partie avant virtuelle et l’absence de partie avant ont évidemment une longueur nulle (tabl. xi).

TABL. XI – Relation entre type et longueur de la partie frontale de la maison rubanée.

228Plus le nombre de tierces de trous de poteau de la partie avant est faible, plus la longueur de cette partie est petite ; la corrélation entre le nombre de trous et celui de la longueur de la partie avant est d’ailleurs élevée (R = 0,9). L’analyse de variance indique que les types de partie avant se distinguent bien les uns des autres, en fonction de leur longueur (fig. 32).

Relations entre type et longueur de partie centrale

229Si l’on exclut, de notre échantillon, les deux extrêmes –à une et quatre travées– qui sont relativement rares, on constate que le type de partie centrale à deux travées connaît les valeurs les plus basses, et les types à trois travées et deux travées avec Y les valeurs les plus hautes (fig. 33). Le type à trois travées avec Y n’a, quant à lui, pas de valeurs basses (tabl. xii).

TABL. XII – Relation entre type et longueur de la partie centrale de la maison rubanée.

230Il y a donc une petite liaison entre le type de partie médiane et la longueur de celle‑ci. Au type à deux travées correspond, en effet, une longueur moyenne inférieure à celles des types à trois travées et à Y. Mais la majorité des longueurs de chaque type se situe dans un intervalle assez restreint, entre 6 et 9 m. À cet égard, le bon sens nous incite à penser que les Rubanés n’ont probablement jamais lié les aménagements de la partie centrale de leur maison à des catégories de superficie, sauf peut‑être pour les deux types exceptionnels évoqués plus haut.

Relations entre type et longueur de partie arrière

231On constate que le nombre des travées délimitées par les tierces de trous de poteau de la partie arrière est fortement corrélé à la longueur de celle‑ci : R = 0,858 (fig. 34). Malgré un léger chevauchement des moyennes de longueur, l’analyse de variance permet de bien distinguer les différents aménagements.

232Cependant, rien dans la succession régulière et monotone des trous de poteau ne semble indiquer que les différents « types » d’aménagement de la partie arrière aient joué des rôles différents. C’est la surface qui variait, probablement pas la fonction. En ce qui concerne la partie arrière, on parlera donc de formes « quantitativement » différentes.

La contribution de chaque partie à la longueur totale de l’habitation

233L’analyse des longueurs fait apparaître que la partie antérieure correspond, en moyenne, à un sixième de la surface totale de la maison. Mais, on a vu que la proportion de la place prise par la partie frontale variait en fonction de l’aménagement de celle‑ci. Au grenier lourd est généralement associée une surface moyenne égale au quart de la surface totale ; la surface de ce grenier est en réalité comprise entre la moitié et le septième de la superficie totale. Quant au grenier léger, il couvre en moyenne un peu moins du quart de la surface totale ; l’écart étant compris entre le tiers et le treizième de cette surface. Le pseudo‑grenier correspond à un peu moins du sixième de la surface totale, entre le tiers et le quatorzième. Enfin, l’antichambre couvre un peu plus du dixième de la surface de la maison, entre le tiers et le quart.

234Deux extrêmes mis à part, les variations de surface sont beaucoup plus faibles pour le grenier que pour le pseudo‑grenier et, surtout, l’antichambre. Une analyse de variance a permis de voir que la moyenne des proportions prises par les greniers définissait un type de partie avant opposé à tous les autres types.

235Quant à la partie centrale, elle couvre en moyenne un peu moins de la moitié de la surface totale de la construction. En réalité, elle peut avoir une surface comprise entre le cinquième et la totalité de la surface de la maison – la totalité, à condition que la maison monopartite ait réellement existé. La moyenne des proportions ne varie guère d’un type de partie centrale à l’autre, sauf pour le type à une travée qui occupe en moyenne un peu moins de la moitié de la surface totale. L’analyse de variance confirme cette situation. Mais on ne peut distinguer les différents types de partie médiane entre eux, à l’aide de la moyenne des longueurs de chacun d’entre eux ; sauf pour le type à une travée qui est nettement plus petit,

236La partie arrière, enfin, correspond en moyenne au quart de la surface de l’habitation, entre un peu plus de la moitié et le dixième de la surface totale. Comme pour la partie frontale, ses proportions varient en fonction de son type d’aménagement. C’est la proportion du type à une travée qui varie le plus ; avec une surface moyenne correspondant à un peu moins du cinquième de la surface totale, et des extrêmes allant d’un peu moins du tiers jusqu’à un peu moins du dixième de celle‑là. Le type le plus fréquent est celui à deux travées. Sa surface moyenne équivaut à un peu moins du quart de la surface totale ; mais il peut occuper plus de la moitié ou seulement le sixième de celle‑ci. Le type à trois travées, dont la moyenne des surfaces correspond à un tiers de la surface totale, peut couvrir entre la moitié et le quart de la superficie de la maison. Le type à quatre travées occupe un espace compris entre la moitié et un peu plus du quart de celui de la totalité ; sa surface moyenne correspondant à un peu plus du tiers de la surface globale. Enfin, le type à cinq travées couvre un espace moyen situé entre la moitié et le tiers de la superficie totale. Par la surface qu’elle couvre, la partie arrière à une travée s’oppose à toutes les autres. L’analyse de variance permet de différencier nettement les parties arrière à deux et trois travées de celles à quatre et cinq travées, sachant que celles‑ci se distinguent également entre elles.

237En résumé et sachant qu’il s’agit ici d’une maison induite et absolument pas d’une maison réelle, on pourrait dire que la maison rubanée la plus courante se présentait comme suit :
– une partie avant couvrant 20 % de la longueur totale ;
– une partie médiane occupant un peu moins de 50 % de la longueur totale ;
– une partie arrière correspondant à 25 % de la longueur totale ;
– le reste, 5 %, étant réservé aux deux couloirs de séparation.

Le nombre des trous de poteau internes

238Le nombre des trous de poteau internes est donné par les variables 39, 40 et 41 du code descriptif.

  • 16 Surtout si l’on exclut les deux types extrêmes (à une et quatre unités), qui plus est rarement util (...)

239La longueur (Lt) de la maison rubanée, et le nombre de poteaux intérieurs (Npi) sont statistiquement dépendants. Leur liaison est relativement linéaire (fig. 35a) : plus la maison est longue, plus le nombre de trous de poteau internes est important (R = 0,81). Le nombre élevé de trous de poteau de certains types de partie frontale (les greniers, en particulier) influe évidemment sur cette relation ; la corrélation entre la longueur et le nombre de trous de poteau de la partie avant est d’ailleurs très forte (R = 0,91 ; cf. fig. 35b). Le nombre de trous de poteau de la maison et la longueur de la partie médiane sont, en revanche, relativement indépendants16 (R = 0,36 ; cf. fig. 35c). Mais le nombre de trous de poteau de la maison et la longueur de la partie arrière sont également statistiquement liés (R = 0,77 ; cf. fig. 35d). La moyenne du nombre de trous de poteau tend cependant à diminuer avec le temps (fig. 36) ; ce phénomène est probablement, en partie, dû à la disparition du grenier lourd.

FIG. 35 – Corrélation entre le nombre de poteaux et a la longueur de la maison rubanée ; b la longueur de la partie avant ; c la longueur de la partie centrale (les types rares et extrêmes –à une et à trois travées– ont été exclus) ; d la longueur de la partie arrière.

FIG. 36 – Nombre moyen de poteaux internes (première et dernière tierces comprises mais sans la partie avant) selon les phases chronologiques.

240On compte un nombre moyen de 1,4 (écart type = 0,3) trou de poteau par mètre linéaire de la maison rubanée (fig. 37).

FIG. 37 – Nombre moyen de poteaux par mètre linéaire selon la période.

La longueur de la plus longue travée

241La longueur de la travée (entre deux tierces de trous de poteau) la plus longue de la maison est donnée par la variable 38 du code descriptif.

242Plus la maison est longue, plus la moyenne des longueurs de la plus longue travée entre trous de poteau augmente (fig. 38a). Il semblerait donc que la distance entre deux tierces de poteaux n’ait pas été dictée par les lois de la physique, mais par une norme conceptuelle – celle de l’image que les Rubanés avaient de la maison : quelle que fut la longueur de la maison, un certain nombre de tierces étaient –idéellement– nécessaires. Par ailleurs, la longueur moyenne des travées ne varie quasiment pas d’une phase à l’autre (fig. 38b). Dans ce domaine, on ne peut donc pas faire appel à « notre » notion de progrès technique.

FIG. 38 – Longueur moyenne de la plus longue travée ; a selon les catégories de longueurs de la maison rubanée ; b selon les phases chronologiques.

2.3.1.21 Le rapport entre les nombres de maisons « petites et moyennes », « longues » et « très longues »

243Il semblerait que les classes de longueur de la maison rubanée aient été stables dans le temps (fig. 39). Une analyse de variance nous indique en effet que les valeurs de longueur et les rapports de ces valeurs sont restés plus ou moins les mêmes au cours du temps.

FIG. 39 – Moyennes des longueurs de la maison rubanée selon la phase chronologique.

  • 17 D’après les catégories chronologiques définies au chapitre 1.

244Deux exceptions, cependant, à cette tendance :
– à Langweiler, pour la phase récente du Rubané17 ; les valeurs de la longueur des maisons sont hautes ; mais il faut se rappeler que les fouilles de sauvetage conduites dans des régions à sous‑sol lœssique ne favorisent pas le repérage des petites habitations ;
– à Straubing, pour la phase tardive du Rubané : les valeurs de longueur des maisons sont également élevées (on ne compte que 20 % d’habitations petites et moyennes).

245Cependant, lorsque l’on examine successivement les vestiges de la phase moyenne et ceux de la phase tardive, on remarque une différence de 8 m entre les deux moyennes de longueur. Cette différence est, par ailleurs, égale à 4,50 m entre les phases récente et tardive (tabl. xiii). Les maisons petites et moyennes sont un peu plus nombreuses pour la phase tardive que pour les autres phases du Rubané. La proportion des vestiges de maison longue et très longue est néanmoins une peu éloignée de celle des phases antérieures.

TABL. XIII – Moyenne des longueurs de la maison rubanée selon la phase chronologique.

  • 18 En tenant compte des constructions non retenues dans la description.

246La proportion des maisons petites ou moyennes semble avoir augmenté entre le début et la fin de l’occupation des sites de Langweiler et d’Elsloo18. La catégorie de maison « petite et moyenne » passe en effet de 25 % à 69 % pour Langweiler 2, de 20 % à plus de 55 % pour Langweiler 9, et de 57 % à 86 % pour Elsloo. Certains sites tardifs, comme Hienheim, Cuiry‑lès‑Chaudardes ou Stein, livrent à cet égard des chiffres élevés (respectivement 80 %, 86 % et 73,5 %) ; le site récent d’Olszanica également (69 %). Mais avec 20 % de maisons petites et moyennes, l’habitat tardif de Straubing affiche une tendance inverse. Quant au site de Bylany, les maisons petites et moyennes y sont nombreuses pour les phases ancienne (90 %) et tardive (84,5 %), mais légèrement moins pour les phases moyenne (74 %) et récente (69 %).

FIG. 40a Pourcentage de maisons rubanées « petites‑moyennes » mises au jour dans un site, selon la phase chronologique de celui‑ci ; b pourcentage de maisons rubanées « petites‑moyennes », « longues » et « très longues » mises au jour dans un site ; 18 sites ont été pris en considération (si un site a été occupé pendant plusieurs phases chronologiques, les vestiges de chaque phase ont été considérés séparément).

247Plusieurs phénomènes ont pu infléchir le rapport entre les trois catégories de longueur de la maison, au sein d’un même village. L’évolution globale de la civilisation rubanée d’abord, mais également l’histoire particulière du village, indépendamment de l’évolution générale du Rubané. Ainsi, si l’on suppose que la surface de l’habitation était liée au nombre d’habitants (cf. chap. 5), la longueur des maisons a très bien pu varier avec la démographie et la segmentation du village. La densité des relations ou la distance entre les agglomérations d’une même entité microrégionale ont également pu jouer un rôle sur la taille des maisons : le fait, par exemple, que le village ait été intégré dans un groupement de sites ou, au contraire, isolé a pu entraîner des réseaux d’échanges différents ; ces réseaux, dont les habitants du village dépendaient quant aux alliances (mariages, en particulier), collaborations, acquisition de certaines ressources, etc., ont pu influencé la taille des unités domestiques. Le rapport entre les catégories de longueur de la maison est donc également à considérer en fonction de la distance qui sépare les sites.

  • 19 Deux exceptions cependant : (1) les maisons de la phase récente du Rubané de Langweiler 2, dont l’é (...)

248En fait, l’analyse nous montre que la proportion des maisons très longues d’un site (à savoir, celles dont la longueur est supérieure à 35,50 m) n’excède jamais 22 % (moyenne : 10)19. Au regard du nombre de maisons ayant pu coexister dans un site (cf. chap. 4), il n’y aurait donc eu –à un moment donné de l’histoire d’un village– qu’une ou deux maisons très longues (fig. 40 ; cf. également chap. 4). Quant à la proportion des maisons longues, elle n’est également jamais importante : elle ne représente que 25 % de l’échantillon étudié.

249Mais il convient ici de souligner que les maisons « longues » et « très longues » sont des catégorisations analytiques. Il faut se demander si, durant le Néolithique, ce n’était pas le rapport entre les longueurs qui importait plutôt que la valeur absolue de ces longueurs. C’était probablement la présence d’une ou deux maisons plus longues que les autres qui comptait ; il convient d’admettre qu’au regard de la réalité néolithique, la distinction proposée entre les catégories « longue » et « très longue » n’est pas forcément pertinente. Si certaines constructions doivent être distinguées, il est nécessaire de prendre d’autres critères en considération : l’absence de fosse de construction ou la présence d’une petite fosse isolée, par exemple ; ou encore l’existence d’une tranchée de fondation périphérique ou d’un grenier (cf. chap. 5).

2.3.1.22 Analyse des correspondances entre différentes caractéristiques de la maison rubanée

250Après avoir vu que les formes de certaines variables (partition, typologie Modderman, parties avant et arrière et, dans une moindre mesure, médiane) étaient liées aux dimensions de la maison, et afin de proposer une vision globale des relations entre qualitatif (types) et quantitatif (catégories des différentes longueurs), une analyse des correspondances (fig. 41) a été effectuée sur la sélection des variables suivantes :
– partie avant de la maison : Av ; les types 7 (atypique), 9 (liée) et 10 (présente) ont été exclus du fait de la distorsion qu’ils provoquaient dans l’analyse ; le type 8 (vide) n’existe pas pour la période rubanée ;
– partie centrale : Ct ; les types 8 (intégrée) et 9 (atypique) ayant été exclus pour éviter une distorsion ;
– partie arrière : Fd ; les types 7 (intégrée) et 8 (atypique) ont également été exclus pour les mêmes raisons que ci‑dessus ; le type 9 (vide) n’existe pas pour la période rubanée ;
– catégorie de longueur de la partie avant : La ;
– catégorie de longueur de la partie arrière : Lf ;
– typologie Modderman : Mod ;
– type de partition de l’espace interne : Part.

FIG. 41 – Analyse des correspondances entre les types de parties avant, médiane et arrière, les catégories de longueur, la partition de la maison et les types « Modderman » SAS, ADDAD, C. Chataigner, fév. 1987.

251Le premier facteur se distingue nettement du reste de l’histogramme des valeurs propres ; il ne représente cependant que 11,83 % de l’inertie totale du nuage des points ; la décroissance des valeurs propres est ensuite très progressive. Le deuxième axe (vertical) ne représente qu’un peu plus des deux tiers (8,30 % du poids) du premier. Le premier axe (horizontal) est donc ici le seul à être considéré comme pertinent dans la représentation graphique des relations statistiques existant entre les données retenues.

252À première vue, les points se répartissant selon une courbe en forme de fer à cheval. Il s’agit selon toute vraisemblance d’une sériation fondée sur la taille où les petites dimensions s’opposent aux grandes.

253Sur l’axe horizontal, on constate en effet que, pour les parties avant et arrière, la catégorie de longueur « nulle » (valeurs positives) s’oppose aux catégories de longueur « exceptionnelle » et « très longue » (valeurs négatives). On voit aussi que les types de partie arrière « absente », « vide » et « à une travée », et les types de partie frontale « absente » et « virtuelle » sont associés à la catégorie de longueur « nulle », et s’opposent aux types de partie arrière « à cinq travées » et « à quatre travées », ainsi qu’aux types de partie avant « grenier lourd » et « grenier léger » qui sont associés aux catégories de longueur « exceptionnelle » et « très longue ». De même, les Grossbauten s’opposent bien aux Kleinbauten, et la « tripartition » spatiale s’oppose à la « bipartition » et à la « monopartition ». Les autres catégories (positions moyennes sur le graphique) et les autres types sont situés, ensemble, à l’origine des axes.

254On pourrait peut‑être considérer l’axe vertical comme l’axe de la variation de la taille des catégories analysées par la taille. Les valeurs négatives représentant les caractères les moins variables en dimension : « monopartition », catégories de longueur de partie arrière « nulle » et « exceptionnelle », catégories de longueur totale « très longue » et de partie avant « très longue » et « absente », et partie arrière « à cinq travées » ; les valeurs positives représentant les caractères les plus variables en dimension : Bau, « pseudo‑grenier » et « antichambre », partie arrière « à deux travées » et « à une travée », catégories de longueur de parties avant et arrière « moyenne ».

255Cette analyse ne fait que confirmer la liaison observée, plus haut, entre les formes de partie avant et les catégories de longueur établies pour celle‑ci ; et entre les types de partie arrière et ses catégories de longueur. Comme on pouvait l’induire de ce qui est apparu lors de la confrontation de la longueur de la partie centrale avec les types d’aménagement de cette partie, ceux‑ci sont beaucoup moins liés à la taille que les types des autres parties. Ils ne suivent pas aussi régulièrement que les autres variables la courbe en forme de fer à cheval dessinée par ces dernières. En effet, les deux types avec Y sont situés à une même hauteur de l’axe horizontal. On voit aussi que les types sans Y sont très proches l’un de l’autre. Là encore, l’analyse des correspondances confirme que la distinction établie entre les types d’aménagement de la partie centrale de l’habitation n’est pas fondamentalement liée aux dimensions de celle‑ci. C’est‑à‑dire qu’aux différents aménagements de la partie centrale de la maison rubanée ne correspondaient probablement pas des catégories particulières de longueur.

2.3.2 À propos des maisons postrubanées

256Deux remarques préalables sont ici nécessaires. La première concerne les nombreux contrastes que l’on observe entre les maisons d’un même site, et les entités régionales qui ont émergé durant la période postrubanée (cf. chap. 4). Ces contrastes brouillent le repérage archéologique de normes éventuellement communes à l’ensemble architectural postrubané ; de même, la perte et la transformation de certaines caractéristiques rubanées font que la partition des maisons postrubanées est souvent difficile à reconnaître. La deuxième est qu’il n’est pas aisé d’établir une classification périodique des maisons postrubanées anciennement fouillées. En effet, l’attribution culturelle Grossgartach ou Rössen est longtemps restée ambiguë, et la reconnaissance des étapes chronologiques des groupes de Lengyel et à céramique pointillée longtemps imprécise ; la fréquente absence de fosses à détritus creusées le long des habitations rend également la chronologie interne des sites délicate à établir. De fait, l’échantillon des maisons bien datées est ici statistiquement peu satisfaisant.

2.3.2.1 La forme du plan au sol

257La forme du plan au sol est décrite par la variable 4 du code descriptif (fig. 7, 25).

258On retrouve ici le plan légèrement trapéziforme de la maison rubanée, mais le registre des types n’est plus vraiment le même. On rencontre trois plans, dont ceux (trapéziforme et naviforme) remarqués pour la phase tardive du Rubané. Certaines régions, la Bohême et la Saxe, sont à cet égard assez variables. La Kujawie est au contraire très homogène.

259Les fréquences des types de plan de la maison postrubanée sont les suivantes :

rectangulaire :

0

pseudo‑rectangulaire :

0

légèrement trapéziforme :

3

(4,0 %)

trapéziforme :

23

(38,5 %)

naviforme :

mode – 35

(48,0 %)

pseudo‑trapéziforme :

7

(9,5 %)

2.3.2.2 La partition et les différentes parties de la maison

260Le type de partition de la maison postrubanée est décrit par les variables 5, 10, 11 et 12 (fig. 9, 1416). En ce qui concerne les habitations postrubanée dont la trace des trous de poteau a été conservée, les fréquences des types de partition sont les suivantes :

monopartition :

16

(27 %)

partition :

mode – 24

(41 %)

tripaitition :

19

(32 %)

261La disposition des trous de poteau est trop variable pour que l’on puisse en induire des normes d’organisation spatiale. Dans de nombreux cas, on note cependant la présence d’une tierce de trous de poteau profondément creusés ou celle d’une tranchée de fondation transversale. On peut donc parler de partition mais sans plus de précision.

262L’usage de parois portantes a, par ailleurs, probablement entraîné un faible enfoncement des poteaux internes et, de là, une érosion rapide de leurs traces. En l’absence de trous de poteau visibles, la monopartition représente donc une catégorie discutable. Mais elle est vraisemblablement présente dans les quatre zones culturelles du Postrubané (test du Khi deux ; p = 0,0003). Manifeste dans toutes les zones, la tripartition ne semble pas avoir perduré au‑delà du Néolithique. On en trouve, en effet, nulle trace dans les vestiges des maisons chalcolithiques de Kujawie.

263Lorsqu’ils sont repérables, les vestiges de la partie avant de la maison postrubanée relèvent le plus souvent du type analytique « vide » (41 %) et, dans une moindre mesure, virtuel. Les traces de la partie arrière sont, quant à elles, assez variables. Mais là encore, c’est le type vide qui est archéologiquement le plus remarquable (31 %).

2.3.2.3 La distribution et le nombre des trous de poteau internes

264La distribution et le nombre des trous de poteau internes sont donnés par les variables 6, 39, 40 et 41 du code descriptif (fig. 10, 37).

265Nous avons remarqué que les tierces de trous de poteau des maisons postrubanées sont souvent très irrégulièrement distribuées, voire même rares. Certaines des structurations spatiales observées relèvent directement de la tradition rubanée, comme les types A, B et surtout D ; mais les distances entre travées sont généralement beaucoup plus longues.

266Les différentes structurations spatiales de la maison postrubanée se répartissent selon la distribution suivante :

type A :

1

(1,75 %)

type B :

1

(1,75 %)

type C :

0

type D :

10

(15,00 %)

type E :

4

(6,00 %)

type F :

6

(9,00 %)

type G :

mode – 26

(39,50 %)

type H :

10

(15,00 %)

type I :

8

(12,00 %)

267Certes, les structurations A et B sont très rares, mais le type D est assez fréquent. Présent dans 39,5 % de l’échantillon étudié, le type « G » (ou « succession monotone de tierces en très longues travées ») est, quant à lui, l’aménagement le plus commun. La région du Rhin et de la Meuse présente une grande diversité de types. Pour ce qui concerne la Kujawie, il semblerait que les poteaux internes des maisons aient joué un rôle physique suffisamment négligeable pour ne pas avoir laissé de traces archéologiques.

  • 20 Afin de comparer le comparable, la partie avant de la maison n’est ici pas prise en compte. Pendant (...)

268Quand on peut observer les trous de poteau internes des habitations très longues et exceptionnelles, on constate que plus la maison est longue plus leur nombre est important (cf. chap. 4). Mais ceci n’est pas vrai pour les constructions petites, moyennes et longues. En effet, quelle que soit la longueur d’habitation observée, le nombre des trous de poteau est toujours compris entre neuf et dix‑huit. La corrélation entre le nombre de trous et la longueur de la maison est plus basse que pour le Rubané (0,67 contre 0,79). Le nombre moyen de trous de poteau par mètre linéaire est, quant à lui, de 0,8 (écart type = 0,3), soit la moitié de celui relevé pour la maison rubanée20 (fig. 37).

2.3.2.4 Les parois, les antes, la tranchée et le pignon arrière de la maison

269Les parois, les antes, la tranchée de fond et le dos de la maison sont respectivement décrits par les variables 15, 16, 17, 18 et 20 du code descriptif (fig. 18, 19, 21). Les différents types de paroi se répartissent de la façon suivante :

simple :

20

28,5 %

avec pseudo‑contreforts symétrique es :

2

3,0 %

avec pseudo‑contreforts alternés :

5

7,0 %

tranchée avec contreforts séparés :

10

14,0 %

tranchée avec contreforts liés :

Mode –22

31,5 %

tranchée simple :

11

16,0 %

270Les parois simples, les tranchées de fondation avec contreforts séparés ou liés, et les tranchées simples ont donc été amplement employées.

271Les deux tiers des maisons étudiées ont eu des parois portantes ; mais c’est essentiellement le groupe chalcolithique de Kujawie qui a utilisé la technique des murs totalement portants.

  • 21 La maison 4 de Postoloprty en est, actuellement, le seul exemple connu.

272Partout, les antes ont été très fréquentes – du moins, beaucoup plus que durant la période rubanée (53 % de l’échantillon contre 8,5 %). Les trous de poteau de la paroi arrière ont souvent été reliés entre eux par une tranchée de fondation simple ou double (20 % de l’échantillon) ; mais les contreforts arrière sont restés aussi rares qu’au Rubané21. En revanche, les parois longues ont fréquemment dépassé l’extrémité arrière de la surface habitée (17 % de l’échantillon ; test du Khi deux : p = 0,29) ; ceci, plus particulièrement, dans la région du Rhin.

2.3.2.5 La disposition des rangées longitudinales de trous de poteau internes au regard des alignements des murs longitudinaux

273La manière dont les rangées longitudinales de trous de poteau internes sont disposées par rapport aux alignements des murs longitudinaux est décrit par la variable 21 du code descriptif (fig. 22).

274Pour plus de 74 % des maisons postrubanées, celles de l’entité régionale Rhin‑Meuse notamment, on observe que les alignements des murs et ceux des rangées de trous de poteau internes tendent à se télescoper, vers l’arrière de la maison (fig. 22).

2.3.2.6 Les fosses longitudinales

275Les fosses longitudinales de la maison postrubanée sont décrites par les variables 22 et 23 du code descriptif (fig. 23, 24).

276Les fosses longitudinales sont absentes dans 73 % des maisons postrubanées étudiées. Cependant, des fosses associées à l’habitation existent pour la Saxe (à Zwenkau), le Hainaut et le Bassin parisien. On en connaît également plusieurs cas pour la région Rhin‑Meuse.

2.3.2.7 L’orientation

277L’orientation de la maison postrubanée est donnée par la variable 24 du code descriptif. Au regard des zones géographiques (définies par la variable 3 de la description du site), les fréquences des catégories d’orientation se répartissent comme indiqué dans le tableau xiv.

TABL. XIV – Catégorie d’orientation de la maison postrubanée selon la zone géographique.

278Comme pour les maisons rubanées, la cartographie des habitations montre –lorsque l’on se déplace d’est en ouest– que leur axe longitudinal tend à dévier de plus en plus vers l’ouest par rapport au nord géographique (cf. chap. 4 : fig. 102). Là encore, ces orientations semblent indiquer la côte maritime la plus proche. L’arrière de l’axe longitudinal des habitations de la zone géographique « nord‑est » est orienté vers le nord ; celui des maisons de la zone « centre‑est » le plus souvent vers le nord‑nord‑ouest ; celui des maisons de la zone « ouest » majoritairement vers l’ouest‑nord‑ouest ; enfin, celui des maisons de l’« extrême ouest » est partagé entre les directions ouest‑nord‑ouest et ouest‑sud‑ouest.

2.3.2.8 Les dimensions

279Les dimensions de la maison postrubanée sont données par les variables 26 à 38 du code descriptif (fig. 26b, fig. 27‑29).

280Il est impossible de séparer les maisons comprises entre 10 et 27,40 m selon des catégories de longueur différentes. Une seule classe de longueur « petite, moyenne et longue » réunit donc ces habitations. Les différentes catégories de longueur de la maison postrubanée sont les suivantes :

petite, moyenne et longue :

mode – 34

(58,0 %)

très longue :

18

(35,5 %)

exceptionnelle :

7

(11,5 %)

281Comme on pouvait s’en douter, le groupe de maisons petites, moyennes ou longues est le mieux représenté. Les maisons très longues (entre 27,50 et 41,40 m) sont relativement nombreuses, mais les habitations exceptionnelles (comprise entre 41,50 et 59 m) n’existent que pour la Ruhr et la région Rhin‑Meuse (11,5 % de l’échantillon postrubané ; test du Khi deux : p = 0,09).

282En dépit de l’apparition d’une catégorie de longueur exceptionnelle et d’une définition des deux autres catégories fondée sur des intervalles de longueur plus amples que pour le Rubané, la majorité des maisons danubiennes postrubanées se situe dans un intervalle de longueur globalement compris entre 10 et 35 m. Ce qui correspond à l’intervalle de longueur de la majorité des maisons rubanées. La moyenne des longueurs de la maison postrubanée est cependant supérieure (fig. 42) : 27,50 m (écart type = 11,50) contre 19,50 m (écart type = 8,40) pour le Rubané.

FIG. 42 – Moyenne des longueurs de la maison danubienne selon la période.

2.4 Réflexions à propos du premier niveau de description

2.4.1 Une architecture de longue durée...

283Le premier niveau de description et de typologie des maisons danubiennes permet de distinguer les deux ensembles chronologiques et culturels que sont le Rubané et le Postrubané. Mais cette première mise en ordre montre également la continuité qui lie les deux groupes.

284L’analyse souligne la très grande homogénéité géographique et chronologique du premier ensemble architectural. Celui‑ci semble avoir connu une très grande stabilité, et s’être conformé à un modèle universellement partagé. En revanche, l’étude du deuxième ensemble indique certaines transformations techniques qui ont obligatoirement contribué à la transformation et à la diversification du modèle architectural. Tous les indices archéologiques nous indiquent que l’unité stylistique de l’architecture rubanée a volé en éclat au cours de la période postrubanée. On peut même contraster, entre elles, les maisons d’un même site, les agglomérations d’une même région et les entités régionales du territoire.

285Pour autant, les transformations techniques postrubanées n’ont probablement pas été brutales. Elles étaient en gestation dès la période rubanée. Le principe des plans trapéziforme et naviforme qui ont caractérisé l’habitation postrubanée était, par exemple, déjà inscrit dans les plans légèrement trapéziforme et pseudo‑rectangulaire de la maison rubanée. De même, la transformation des modules de la division spatiale était contenue dans le registre typologique de la maison rubanée. L’abandon postrubané du couloir était possible, dès lors qu’environ 3 % des maisons rubanées n’avaient utilisé qu’une seule tierce de poteaux profondément enfoncés dans le sol pour structurer l’espace. Il s’agit là d’un processus assez banal où la gestation d’une technique est contenue dans le registre des formes qui précèdent sa généralisation. Du fait de cette dialectique de transformation, l’homogénéité de la maison rubanée ne pouvait être sous‑tendue par des composantes architecturales uniformes.

286L’analyse de l’architecture rubanée montre que les aménagements de la maison, et leurs combinaisons –pourtant inscrits dans un registre typologique bien délimité– ont varié d’une habitation à l’autre, et indépendamment les uns des autres. Toutes les tentatives de description à l’aide d’une typologie unique se sont jusqu’à présent heurtées à cette variation, et sont restées ambiguës. Il convient donc de ne plus considérer la maison rubanée comme une entité indivisible mais, au contraire, de la déconstruire analytiquement pour en restituer la cohérence multidimensionnelle. Les Rubanés disposaient, par exemple, de plusieurs options pour aménager chacune des trois unités spatiales de leur maison. Qui plus est, les combinaisons des options d’une unité spatiale avec celles des autres unités ont été multiples. Plutôt que d’essayer vainement de construire une typologie eu égard à la totalité de la maison, il est plus efficace d’aborder chacune de ses composantes à l’aide d’une typologie particulière.

287Certes, l’analyse montre que certaines combinaisons de formes ont été plus fréquentes que d’autres. Ainsi, une partie avant virtuelle a souvent été associée à des parties centrale à deux travées et arrière à une travée. Le grenier était souvent combiné à des parties centrale et arrière à deux ou trois travées. Il faut accorder à la typologie Modderman (1970) que les trois types de maison qu’elle propose –Grossbau, Bau et Kleinbau– correspondent à trois moyennes de longueur différentes, et qu’une maison à grenier a probablement eu un rôle différent de celui d’une maison sans grenier. Mais il est difficile de se satisfaire d’un regroupement des habitations sans grenier dans une unique catégorie typologique, en l’occurrence celle de Bau ou type 2.

  • 22 Sauf pour ce qui concerne l’une des phases de Langweiler 2, et le site de Straubing.

288On peut regrouper les vestiges des habitations danubiennes selon trois classes analytiques de longueur : petite et moyenne, longue et très longue –la première étant la plus représentée. Au sein de l’échantillon rubané étudié, la catégorie des maisons très longues –celles dont la moyenne de longueur est égale à 39 m– constitue, en moyenne, près de 10 % de la totalité des habitations contemporaines d’un site22. La distinction entre la classe des maisons longues et celle des maisons très longues est analytiquement fondée. Mais il est vraisemblable que –pour les Danubiens– c’était la présence de maisons plus longues que les autres qui importait, et non leur longueur absolue. Il convient donc de relativiser les résultats chiffrés obtenus. Il ne faut également pas oublier que les composantes culturelles et sociales sont difficilement quantifiables. En dépit de la reconnaissance d’une catégorie de longueur exceptionnelle pour la période postrubanée, la majorité des vestiges postrubanés se situent dans un intervalle de longueur identique à celui établi pour la période rubanée, globalement compris entre 10 et 35 m. La moyenne des longueurs de l’habitation postrubanée est cependant supérieure à celle de la maison rubanée : 27,50 m (écart type = 11,50) contre 19,50 m (écart type = 8,40).

289La tripartition de l’espace intérieur apparaît comme l’une des caractéristiques les plus stables de l’architecture danubienne (92 % de l’échantillon rubané étudié). La constance et l’uniformité de cet aménagement me conduisent à considérer la tripartition de l’espace habité comme ayant été inscrite au plus profond des représentations collectives danubiennes. En effet, 94 % des maisons rubanées étudiées possèdent une séparation avant (un couloir dans plus de 75 % des cas), et 98 % une séparation arrière (un couloir dans 91 % des cas). Cette conception du monde domestique apparaît comme très standardisée, mais suffisamment flexible pour que la séparation et la partie avant aient parfois été éliminées (cf. les maisons bipartites).

290Si la tripartition est visible dans 32 % des habitations postrubanées étudiées, l’irrégularité de la disposition des trous de poteau, et le nombre réduit des tierces n’en facilitent pas le repérage. C’est d’ailleurs sous une forme différente que le principe d’une division spatiale a été maintenu. En effet, les couloirs de séparation ont, semble‑t‑il, été progressivement remplacés par une simple tranchée de fondation. Une transformation qui –sur le long terme– a très bien pu concourir à la disparition de la partition, telle qu’on l’observe dans les maisons postrubanées les plus tardives.

291Les différents formes de parties avant et arrière correspondent généralement à différentes classes de longueur. En revanche, la partie médiane semble beaucoup moins « quantitative ». Dans l’analyse des correspondances réalisée entre différentes caractéristiques de la maison, elle est, par exemple, la seule variable à ne pas dessiner la courbe en fer à cheval typique d’une sériation fondée sur la taille (fig. 41). Par ailleurs, la corrélation entre le nombre des trous de poteau qui y ont été creusés et sa longueur est faible (R = 0,57). Le choix d’un type particulier de partie centrale n’a donc probablement jamais été établi en fonction d’un besoin de surface habitable. C’est aussi un lieu où transparaît encore aujourd’hui une certaine originalité d’aménagement : les trous de poteau y sont souvent moins régulièrement alignés ; et, c’est là que l’on rencontre la fameuse disposition de poteaux en Y ou ses différents avatars.

  • 23 Les liaisons de la maison rubanée étaient longitudinales (cf. chap. 3).

292Il est remarquable que la longueur de la plus longue travée entre deux tierces de trous de poteau soit fortement corrélée à celle de la maison : plus une maison rubanée est longue plus la longueur de sa plus longue travée est longue. Le surnombre des tierces que l’on rencontre à l’intérieur d’une maison rubanée n’a donc probablement pas servi à résoudre un problème de portée entre poteaux23. Il semblerait plutôt qu’une certaine quantité de tierces ait été nécessaire pour qu’une construction ait pu être admise –par les Rubanés– comme une habitation. Une conception qui semble avoir perduré bien au‑delà de la période rubanée, puisque les groupes postrubanés ont continué à ériger des tierces de poteaux dans des maisons dont les murs étaient portants. Mais les analyses nous montrent que le nombre de trous de poteau d’une habitation postrubanée est, en moyenne, moitié plus petit que celui d’une maison rubanée.

293La succession longitudinale des tierces semble avoir surtout servi à structurer l’espace. L’observation archéologique nous montre qu’à un intervalle court (le couloir avant) succèdent un intervalle moyen, puis un, deux ou trois intervalles longs, et à nouveau un intervalle court (le couloir arrière). Cette succession de travées progressives, qui a été qualifiée par commodité de type D, est remarquable (fig. 43). On peut la formaliser comme suit : « ● / ●● / ●●● / ● » ou encore « 1 / 2 / 3 / 1 ». On s’aperçoit alors que la somme des longueurs des espaces 1 et 2 tend à être égale à celle de l’espace 3. Cet agencement a été utilisé dès la phase ancienne du Rubané, mais il n’a vraiment été généralisé qu’à partir de la fin de la phase récente – on le rencontre dans plus de 91 % des vestiges datés du Rubané tardif. Observée pour le Rubané ancien, la distribution amorphe de tierces en courtes travées (type B) est, quant à elle, historiquement intéressante. En effet, cet aménagement pourrait avoir été une préfiguration de la déstructuration de l’espace interne qui marqua la période postrubanée.

FIG. 43 – La structuration spatiale de type D (succession de travées progressives ou « ⦁ / ⦁⦁ / ⦁⦁⦁ / ⦁ ») : 1 Miskovice, maison 32 (d’après Pavlu 1981) ; 2 Elsloo, maison 32 (d’après Modderman 1970) ; 3 Elsloo, maison 57 (d’après Modderman 1970) ; 4 Cuiry‑lès‑Chaudardes, maison 380.

294L’espace extérieur de la maison est caractérisé par la présence de fosses longitudinales. Durant le Rubané, ces fosses ont été creusées de plusieurs façons, mais le plus fréquemment tout le long des deux premiers tiers de la maison (60 % de l’échantillon), et selon une forme allongée d’un seul tenant (80 % des cas étudiés). Il est intéressant de souligner que 70 % des petites fosses isolées (en réalité 4 % de l’échantillon rubané) et 66 % des absences de fosses (en réalité 2,5 % de l’échantillon rubané) sont associées à une habitation longue ou très longue, et à des maisons à grenier ou pseudo‑grenier (100 % des cas des petites fosses isolées, 75 % des absences de fosses). Ces quelques rares cas de maisons rubanées sans fosses auraient‑ils été annonciateurs de la disparition des fosses qui eut lieu au cours de la période postrubanée ?

295Toujours à l’extérieur et accolées aux fosses longitudinales de la maison, on peut observer la trace de petites tranchées qui ne montrent aucune marque de poteau. On les remarque dans 3,5 % des maisons rubanées étudiées. Elles ont été creusées parallèlement à la maison, et à l’aplomb du toit ; ceci, plus fréquemment durant les phases ancienne et moyenne du Rubané mais également pendant la phase tardive – à Bochum Hiltrop, par exemple, sans compter les habitations du site de Rosdorf dont la datation est incertaine mais probablement pas très ancienne.

296Contrairement aux hypothèses habituellement proposées, il semblerait que l’orientation de la maison danubienne ait eu plus à voir avec la position des côtes maritimes qu’avec la direction dominante des vents, sinon de certains vents régionaux d’été. L’arrière de l’axe longitudinal de l’habitation peut être classé selon quatre catégories d’orientation : nord, nord‑nord‑ouest, nord‑ouest (ou ouest‑nord‑ouest pour le Postrubané) et ouest (ou ouest‑sud‑ouest pour le Postrubané). Lorsque l’on considère d’est en ouest, les quatre grandes zones géographiques du territoire danubien, on s’aperçoit que l’axe de la maison dévie de plus en plus vers l’ouest. Le maintien de cette orientation, tout au long de la civilisation danubienne, paraît difficilement compatible avec le déterminisme climatique qui a jusqu’alors prévalu dans les interprétations archéologiques. Pour avoir utilisé des liaisons transversales et des murs portants (cf. chap. 3), les constructeurs postrubanés avaient parfaitement les moyens de faire varier –indépendamment des vents– l’orientation de leurs habitations. Mais ils ne l’ont pas fait. À titre d’hypothèse, on admettra donc que les facteurs qui ont déterminé l’orientation de la maison relevaient de contraintes différentes de celles –physiques ou idéelles– associées aux vents dominants ou d’été.

297Pour rester dans le domaine du déterminisme climatique, il ne semble pas que la zone géoclimatique du site rubané ait infléchi dans un sens ou dans un autre, la forme du plan de la maison. Plan rectangulaire et plan pseudo‑rectangulaire ou légèrement trapéziforme se sont, d’ailleurs, souvent côtoyés dans une même village. Il apparaît néanmoins que 65 % des maisons de la zone littorale ont été construites sur un plan non rectangulaire, contre 41 % dans la zone continentale.

298Dans l’ensemble, la zone géoculturelle orientale semble avoir été la moins normalisée ou la moins conformiste ; la forme « atypique » y est, en effet, plus fréquemment observée qu’ailleurs. Les marges sud‑occidentales furent, en revanche, architecturalement beaucoup plus uniformes que les autres zones ; ainsi, dans certains villages, une seule des variantes des parties centrale et arrière de la maison a été retenue. Mais cette tendance n’a pas joué pour l’aménagement de la partie avant qui, au sein d’un même village, a toujours été diversifié. Le grenier lourd a cependant caractérisé les phases ancienne et moyenne. Quant à la surface de la partie arrière, elle paraît avoir diminué au cours du temps.

2.4.2 Normalisation, variation et contingences architecturales

299Cette première description statistique des maisons danubiennes nous permet de concevoir la genèse et l’évolution de l’architecture rubanée selon deux niveaux :
– un niveau conceptuel qui serait celui des éléments architecturaux temporellement et spatialement stables, en d’autres termes des éléments normalisés, voire même uniformes ; il s’agit de composantes architecturales que l’on peut considérer comme autant de représentations structurantes du monde rubané, sans lesquelles une construction n’aurait pu être admise comme une maison ;
– et un niveau plus contingent : celui des éléments que l’on ne rencontre que dans une seule région ou pour lesquels il est impossible d’établir une typologie ; on peut considérer ces éléments comme autant d’adaptations à des événements locaux et contingents – autrement dit, des éléments non culturellement « déterminés ».

  • 24 L’hypothèse d’une petite maison monopartite (Kleinbau) est ici rejetée.

300Les résultats de l’analyse du premier niveau de description font apparaître quatorze éléments architecturaux qui semblent avoir été temporellement et spatialement stables. Il s’agit de :
1 – la conception « longue » de la maison ;
2 – la forme quadrangulaire du plan, sachant que les trois plans considérés (rectangulaire, pseudo‑rectangulaire et légèrement trapéziforme) sont formellement très proches ;
3 – l’orientation de la maison qui, à travers les siècles, est restée la même dans chaque région ou, du moins, dans des catégories très voisines ;
4 – le surnombre des poteaux au regard des lois de la physique ;
5 – le regroupement des poteaux intérieurs en tierces parallèles, disposées transversalement à la longueur de la maison ;
6 – la partition de l’espace interne de la maison ; on ne rencontre que deux types de partition (tripartition et bipartition), dont le premier est nettement plus fréquent que l’autre24 ;
7 – la présence de systèmes de séparation, construits entre les parties avant et centrale, et entre les parties centrale et arrière de la maison ;
8 – le rôle des parois extérieures (non portantes) ;
9, 10, 11 – les trois registres des formes optionnelles des parties avant, centrale et arrière ;
12 – la longueur relative des travées et la distribution des tierces comprises entre les parties avant et arrière ;
13 – la forme des murs extérieurs ;
14 – et enfin, l’aménagement de l’environnement extérieur immédiat.

301La position de l’entrée pourrait également être inscrite au registre des éléments architecturaux stables, mais ses vestiges sont rares. Il est donc difficile d’en généraliser la position.

302Quant aux éléments architecturaux contingents et à propos desquels il est impossible d’établir une typologie, ils sont nettement moins nombreux. Il s’agit de :
1 – la longueur absolue de la maison ;
2 – le nombre absolu de poteaux ;
3 – la forme des tranchées extérieures, comprises entre les murs longitudinaux et les fosses de construction de la maison ;
4 – la forme du prolongement des murs vers l’avant de la maison (les antes).

303On peut donc affirmer que la maison rubanée était conceptuellement stable. Cependant, cette stabilité n’a jamais signifié que la forme des composantes architecturales n’ait pas varié. Stabilité et variation sont, en effet, conceptuellement compatibles, à partir du moment où les différentes options de la variation sont inscrites dans un registre défini de formes – en d’autres termes, dans une typologie. Il s’agit alors de variations culturellement « autorisées », et non de disparités sociales entre maisonnées. En ce qui concerne les registres des variations rubanées limités à deux ou trois options, la proportion des « choix » réalisés est restée la même pendant plusieurs siècles, ou bien les différentes options impliquées ne donnaient pas à voir une distinction entre maisonnées. Il y a, par exemple, très peu de différences visibles entre une construction sur plan pseudo‑rectangulaire et une maison érigée sur plan légèrement trapéziforme ou rectangulaire. Mais si minimes furent‑elles, ces variations ont été fondamentales. Inscrites dans ce que l’architecture rubanée avait de plus stable, elles conféraient à la maison une variabilité –une capacité d’adaptation, en quelque sorte– qui a permis à l’habitation d’évoluer, et de rester traditionnelle ; en d’autres termes, de perdurer en intégrant les transformations de l’histoire.

304À cet égard, on peut supposer que la modification des éléments « stables » les moins variables (caractère long, plan quadrangulaire, tierces de poteaux, orientation et rôle physique des parois) n’a pas eu les mêmes implications, quant à l’identité culturelle rubanée, que la transformation des éléments stables les plus variables (organisation spatiale des parties avant, centrale et arrière, distribution longitudinale des tierces, forme des murs et environnement extérieur immédiat). Mon hypothèse est que ce fut d’abord, à travers ses composantes traditionnelles les plus variables, que la maison rubanée a pu donner lieu à la diversification et à la régionalisation architecturales de la période danubienne postrubanée.

305Les éléments architecturaux stables qui présentent le plus grand nombre de variantes typologiques ont effectivement été les premiers à subir des modifications, et à disparaître. Il s’est d’abord agi d’une modification « quantitative » pendant le Rubané moyen : un type de partie avant, le grenier lourd, est devenu de plus en plus rare. La modification fut ensuite qualitative : le grenier lourd, puis le grenier léger ont définitivement cessé d’être utilisés, respectivement durant le Rubané récent et le Rubané tardif. L’aménagement de l’espace extérieur immédiat a également bougé très tôt : les tranchées de drainage ont disparu bien avant la dernière phase du Rubané. Les premiers traits architecturaux à disparaître au cours du Rubané tardif ont été les fosses de construction. Il en fut de même pour la structuration spatiale donnée par les travées : le rythme monotone de travées longues –qui allait se substituer à la succession de travées progressives– a été mis en place dès le Rubané tardif ; la distribution amorphe de travées longues, et le rythme monotone de travées très longues n’ont d’ailleurs plus rien eu à voir avec l’agencement caractéristique de l’habitation rubanée. La forme des murs s’est également diversifiée, tout au long du Postrubané ; ceux‑là ont, d’ailleurs, fini par avoir un tracé très irrégulier.

  • 25 Par exemple, et comme on l’a vu plus haut, les plans « trapéziforme » et « naviforme » (caractérist (...)

306Si dans certaines régions, la tripartition de la maison a disparu dès le début du Postrubané, les autres composantes qui ne possédaient que deux ou trois formes optionnelles, et la présence même de ces composantes, n’ont été remises en cause que beaucoup plus tardivement, durant les phases récentes ou tardives du Postrubané, ou bien leur transformation s’est faite sans discontinuité25.

307Quant à l’aspect des composantes architecturales les plus normalisées de la maison rubanée, il a été maintenu jusqu’au bout de la civilisation danubienne, sauf pour la fonction physique des murs – comme si la transformation avait d’abord touché une composante dont le rôle aurait été plus pratique qu’idéel. Mais jusqu’à la fin, les maisons danubiennes postrubanées ont été –à l’image de la maison originelle– longues et quadrangulaires, avec un dos orienté vers la côte maritime la plus proche, et des poteaux regroupés en tierces transversales.

308Ce sont les vestiges les plus uniformes des éléments normalisés de l’architecture rubanée qui, aujourd’hui, nous permettent de rattacher certaines architectures postrubanées et maisons chalcolithiques de Kujawie à la tradition culturelle danubienne.

Notes

1 Le nom qui figure entre parenthèses après le nom du site est celui de la catégorie régionale utilisée dans le système descriptif. Il ne s’agit donc pas forcément d’une entité administrative. Les informations concernant le rattachement administratif (pays, département, canton, lieu‑dit) de chaque site figurent dans le catalogue des maisons (p. 35‑37) avec les principales références bibliographiques afférentes.

2 Une habitation –et une seule– a été construite sur un plan qui n’entre pas dans ces définitions ; il s’agit de la maison 1 de Bochum‑Altenbochum. La paroi arrière est, en effet, plus large que celle de l’avant.

3 Pour qualifier les plans en forme de trapèze de certaines maisons danubiennes, l’adjectif « trapéziforme » a été, ici, préféré à celui de « trapézoïdal », couramment utilisé –mais à tort– par les spécialistes du Néolithique danubien. « Trapézoïdal » est, en effet, un terme de minéralogie qui s’applique au trapézoïde, un quadrilatère plan dont tous les côtés sont obliques entre eux.

4 Comme je le signale plus bas (cf. variable 13), il s’agit –pour ce qui concerne les maisons rubanées– du type Kleinbauten de la typologie Modderman (1970). On verra que cette catégorie est peu vraisemblable au regard des vestiges mis au jour. Elle est cependant probable en ce qui concerne les maisons postrubanées, mais sans rapport avec la définition que Modderman a établie pour les maisons rubanées.

5 L’ampleur des intervalles est évidemment relative.

6 Il s’agit ici du couloir de séparation avant/centre.

7 Il s’agit du couloir de séparation centre/fond.

8 Cette catégorie pourrait donc être rattachée à la catégorie précédente.

9 En fait, la plupart des vestiges de ces Kleinbauten correspondent soit (1) aux trous de poteau de la partie centrale d’une maison tri‑ ou bipartite ; en d’autres termes, aux trous les plus profonds de la maison et, de ce fait, les moins sensibles à l’érosion ; soit (2) aux vestiges d’une maison probablement tri‑ ou bipartite qu’une perturbation postérieure a laissé visibles.

10 À Berry‑au‑Bac/Le Chemin de la Pêcherie, Berry‑au‑Bac/La Croix Maigret, Chassemy, Cuiry‑lès‑Chaudardes, Hienheim, Missy‑sur‑Aisne ou à Straubing, par exemple.

11 Il s’agit tout particulièrement des maisons 37, 50 et 53 d’Elsloo, des maisons 12, 47 et 48 de Sittard et de la maison 35 de Hienheim.

12 Pour plus de 91 % des maisons, contre 88 %, 77 % et 70 % de celles des zones orientale, centrale et occidentale.

13 Sur cinquante‑trois Y ou pseudo‑Y découverts, quarante‑huit l’ont été dans la région du Rhin et de la Meuse, et cinq en Basse Saxe (dans le site de Rosdorf, en particulier).

14 Sachant que la datation des maisons à Y a souvent été établie en fonction de la présence de ce Y, et non d’un critère indépendant.

15 Sauf pour la maison 9 de Brezno qui relève de la phase moyenne du Rubané (test du Khi deux : p = 0,171).

16 Surtout si l’on exclut les deux types extrêmes (à une et quatre unités), qui plus est rarement utilisés (ils ne constituent chacun que 3 % de l’échantillon des maisons rubanées étudiées).

17 D’après les catégories chronologiques définies au chapitre 1.

18 En tenant compte des constructions non retenues dans la description.

19 Deux exceptions cependant : (1) les maisons de la phase récente du Rubané de Langweiler 2, dont l’échantillon est insuffisant, et où les conditions de mise au jour des petites maisons n’ont pas toujours été des plus favorables ; et (2) Straubing.

20 Afin de comparer le comparable, la partie avant de la maison n’est ici pas prise en compte. Pendant la période rubanée, la partie avant a, en effet, fréquemment été occupée par un grenier constitué de nombreux poteaux, alors que cette forme de stockage ne semble pas avoir existé durant la période postrubanée.

21 La maison 4 de Postoloprty en est, actuellement, le seul exemple connu.

22 Sauf pour ce qui concerne l’une des phases de Langweiler 2, et le site de Straubing.

23 Les liaisons de la maison rubanée étaient longitudinales (cf. chap. 3).

24 L’hypothèse d’une petite maison monopartite (Kleinbau) est ici rejetée.

25 Par exemple, et comme on l’a vu plus haut, les plans « trapéziforme » et « naviforme » (caractéristiques du Postrubané) étaient conceptuellement déjà contenus dans les types rubanés « légèrement trapéziforme » et « pseudo‑rectangulaire » qui les ont précédés.

Table des illustrations

Légende FIG. 6 – Densité du réseau dans lequel le site est implanté : a, b le site fait partie d’un réseau de forte densité ; c, d le site fait partie d’un réseau de faible densité ; e, f le site est éloigné (isolé) des sites de grande ampleur ; g le site est secondaire ou de petite taille.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44035/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende FIG. 7 – Les formes du plan de la maison danubienne : 1 rectangulaire ; 2 pseudo‑rectangulaire ; 3 légèrement trapéziforme ; 4 trapéziforme ; 5 naviforme ; 6 pseudo‑trapéziforme. 1 : la = lf = lz 2 : 0,1 < lz – lf < 1,59 m lz = la 3 : 0,1 < lz – lf < 1,59 m 4 : lz – lf > 1,60 m Lz = lt Lz = Lt 5 : lf < la < lz Lz < lt lz = la Lz < Lt 6 : lz‑lf > 1,60 m Lz = Lt Lz < Lt lz = la lz = la
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44035/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 8 – Histogramme des valeurs de la différence entre la plus grande et la plus petite largeur de la maison danubienne construite sur un plan non rectangulaire.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44035/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 9 – Partition de la maison rubanée : 1a Miskovice en Bohème, Rubané ancien (d’après Pavlu 1981) ; 1b, c Cuiry‑lès‑Chaudardes dans la vallée de l’Aisne, Rubané récent ; 2 modèle de maison tripartite ; 3 modèle de maison bipartite.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44035/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende FIG. 10 – Types de structuration spatiale dessinée par les travées situées entre les parties avant et arrière : 1 type A ou succession monotone de tierces en courtes travées ; 2 type B ou distribution amorphe en courtes travées ; 3 type C ou intermédiaire entre A et D ; 4 type D ou succession de travées progressives ou « ● / ●● / ●●● / ● » ; 5 type E ou succession monotone de tierces en longues travées ; 6 type F ou distribution amorphe en longues travées ; 7 type G ou succession monotone de tierces en très longues travées ; 8 type H ou distribution amorphe en très longues travées ; 9 type I ou tierces de trous de poteau invisibles ou mal conservées.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44035/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende FIG. 11 – Types de séparation entre les parties frontale et médiane : 1 couloir avant ; 2 avec un Y ; 3 marqué ; 4 intégré ; 5 absent.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44035/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 9,7k
Légende FIG. 12 – Types de séparation entre les parties médiane et arrière : 1 couloir arrière ; 2 rallongé ; 3 marqué ; 4 intégré ; 5 absent.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44035/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 9,8k
Légende FIG. 13 – Types d’agencement des poteaux dans la partie médiane de l’habitation : 1 Y ; 2 pseudo Y ; 3 Y rémanent ou J inversé ; 4 J ; 5 tierce normale.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44035/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Légende FIG. 14 – Types de partie frontale (ou avant) : 1 grenier lourd ; 2 grenier léger ; 3 pseudo‑grenier ; 4 antichambre ; 5 virtuelle ; 6 absente ; 7 atypique ; 8 vide ; 9 liée ; 10 présente.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44035/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende FIG. 15 – Types de partie médiane (ou centrale) : 1 à quatre travées ; 2 à trois travées ; 3 à trois travées avec Y (ou pseudo Y) ; 4 à deux travées avec Y (ou pseudo Y) ; 5 à deux travées ; 6 à deux travées avec corridor ; 7 à une travée ; 8 intégrée ; 9 atypique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44035/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende FIG. 16 – Types de partie arrière : 1 absente ; 2 à une travée ; 3 à deux travées ; 4 à trois travées ; 5 à quatre travées ; 6 à cinq travées ; 7 intégrée ; 8 atypique ; 9 vide ; 10 présente.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44035/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 17 – Les types de maison rubanée selon Modderman (1970 : fig. 12) : 1a et b Grossbau ; 2 Bau ; 3 Kleinbau.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44035/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende FIG. 18 – Types de paroi longitudinale : 1 simple ; 2 avec pseudo‑contreforts symétriques ; 3 avec pseudo‑contreforts alternés ; 4 tranchée avec contreforts séparés ; 5 tranchée avec contreforts liés ; 6 tranchée périphérique simple.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44035/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende FIG. 19 – Types de parois arrière : 1 tranchée simple ; 2 tranchée doublée ; 3 poteaux séparés.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44035/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 6,9k
Légende FIG. 20 – Tranchées extérieures parallèles aux parois longitudinales de la maison : 1 présentes ; 2 absentes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44035/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 8,6k
Légende FIG. 21 – Types de dos de la maison : 1 avec contreforts ; 2 sans contreforts ; rentrant.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44035/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 3,4k
Légende FIG. 22 – Types de rapport existant entre les rangées longitudinales de trous de poteau intérieurs et l’alignement des murs longitudinaux : 1 convergence ; 2 parallélisme.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44035/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende FIG. 23 – Types de fosses associées à la maison rubanée : 1 rondes séparées ; 2 allongées ; 3 très petite et isolée ; 4 absente.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44035/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Légende FIG. 24 – Types de position des fosses de la maison : 1 à l’avant ; 2 de l’avant au 2/3 de la longueur ; 3 tout le long de la maison ; 4 dépassantes ; 5 éloignées de la maison ; absentes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44035/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende FIG. 25 – Position et codification des mesures effectuées.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44035/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende FIG. 26 – Histogrammes des valeurs de la longueur de la maison danubienne : a de la maison rubanée ; b de la maison postrubanée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44035/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende FIG. 27 – Histogrammes des valeurs de la longueur de la partie avant de la maison danubienne : a avec tous les types de partie avant ; b sans les types « virtuel » et « absent ».
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44035/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende FIG. 28 – Histogramme des valeurs de la longueur de la partie centrale de la maison danubienne.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44035/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende FIG. 29 – Histogramme des valeurs de la longueur de la partie arrière de la maison danubienne.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44035/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 30 – Moyenne des longueurs de la maison rubanée selon les trois types de maison proposés par Modderman (1970 : fig. 12).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44035/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende TABL. I – Forme du plan de la maison rubanée selon : a la phase chronologique (nombre d’observations) ; b la zone géoculturelle (nombre d’observations).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44035/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende TABL. II – Partition de la maison rubanée au regard des types Modderman (nombre d’observations).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44035/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende TABL III – Type de structuration spatiale de la maison rubanée selon la phase chronologique (nombre d’observations).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44035/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende TABL. IV – Type d’agencement des trous de poteau dans la partie centrale de la maison rubanée selon la phase chronologique (nombre d’observations).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44035/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende TABL. V – Type de partie avant de la maison rubanée selon la phase chronologique (nombre d’observations).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44035/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende TABL. VI – Type de partie centrale de la maison rubanée selon la phase chronologique (nombre d’observations).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44035/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende TABL. VII – Type de partie arrrière de la maison rubanée selon la phase chronologique (nombre d’observations).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44035/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende FIG. 31a Les associations entre les types de parties avant et centrale ; b les associations entre les types de parties avant et arrière ; c les associations entre les types de parties centrale et arrière.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44035/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende TABL. VIII – Type de parois longitudinales de la maison rubanée selon la phase chrolologique (nombre d’observauion).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44035/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende TABL. IX – Classe d’orientation de la maison rubanée selon la zone géographique (nombre d’observations).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44035/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende TABL. X – Corrélation des longueurs des différentes parties de la maison rubanée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44035/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende FIG. 32 – Moyennes des longueurs de la partie avant selon le type de partie avant.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44035/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende FIG. 33 – Moyennes des longueurs de la partie centrale selon le type de partie centrale.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44035/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 34 – Moyennes des longueurs de la partie arrière selon le type de partie arrière.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44035/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende TABL. XI – Relation entre type et longueur de la partie frontale de la maison rubanée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44035/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende TABL. XII – Relation entre type et longueur de la partie centrale de la maison rubanée.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44035/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende FIG. 35 – Corrélation entre le nombre de poteaux et a la longueur de la maison rubanée ; b la longueur de la partie avant ; c la longueur de la partie centrale (les types rares et extrêmes –à une et à trois travées– ont été exclus) ; d la longueur de la partie arrière.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44035/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende FIG. 36 – Nombre moyen de poteaux internes (première et dernière tierces comprises mais sans la partie avant) selon les phases chronologiques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44035/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 37 – Nombre moyen de poteaux par mètre linéaire selon la période.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44035/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 38 – Longueur moyenne de la plus longue travée ; a selon les catégories de longueurs de la maison rubanée ; b selon les phases chronologiques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44035/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende FIG. 39 – Moyennes des longueurs de la maison rubanée selon la phase chronologique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44035/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende TABL. XIII – Moyenne des longueurs de la maison rubanée selon la phase chronologique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44035/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende FIG. 40a Pourcentage de maisons rubanées « petites‑moyennes » mises au jour dans un site, selon la phase chronologique de celui‑ci ; b pourcentage de maisons rubanées « petites‑moyennes », « longues » et « très longues » mises au jour dans un site ; 18 sites ont été pris en considération (si un site a été occupé pendant plusieurs phases chronologiques, les vestiges de chaque phase ont été considérés séparément).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44035/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 41 – Analyse des correspondances entre les types de parties avant, médiane et arrière, les catégories de longueur, la partition de la maison et les types « Modderman » SAS, ADDAD, C. Chataigner, fév. 1987.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44035/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende TABL. XIV – Catégorie d’orientation de la maison postrubanée selon la zone géographique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44035/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende FIG. 42 – Moyenne des longueurs de la maison danubienne selon la période.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44035/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende FIG. 43 – La structuration spatiale de type D (succession de travées progressives ou « ⦁ / ⦁⦁ / ⦁⦁⦁ / ⦁ ») : 1 Miskovice, maison 32 (d’après Pavlu 1981) ; 2 Elsloo, maison 32 (d’après Modderman 1970) ; 3 Elsloo, maison 57 (d’après Modderman 1970) ; 4 Cuiry‑lès‑Chaudardes, maison 380.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44035/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 33k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search