Version classiqueVersion mobile

Architecture et société néolithique

 | 
Anick Coudart

Chapitre 1. Définitions, objectifs et méthodes d’approche

Texte intégral

« À la fois matériel et social, technique et symbolique,
universellement présent et différencié à l’extrême, durable et sujet à changements constants. »
Isac Chiva (1988 : 2)
(à propos du patrimoine architectural et paysager)

1.1 Les communautés néolithiques danubiennes

1.1.1 Ce que l’on entend par Danubien

  • 1 Les datations sont ici calibrées.

1Le terme « danubien » désigne ici les groupes néolithiques qui occupèrent l’Europe centrale et occidentale durant l’époque qui va de la seconde moitié du vie à la première moitié du ve millénaires av. n.è.1 On doit à Childe (1925a ; 1925b ; 1929) la généralisation et la popularité archéologique de l’expression. La chronologie s’étant révélée plus complexe et les groupes plus nombreux qu’on ne l’avait d’abord supposé, l’appellation est aujourd’hui tombée en désuétude. Mais dans la mesure où l’étude présentée dans cet ouvrage tire parti de l’origine (les régions bordant le cours moyen du Danube) et de la cohérence des traditions culturelles partagées par les différents groupes dont elle traite, la notion de « danubien » est ici appropriée.

2En réalité, les groupes néolithiques danubiens correspondent à deux sous-ensembles chronologiques : les groupes « rubanés » (ou à « céramique linéaire ») ; et les groupes que je qualifierai, en l’absence d’un meilleur dénominateur, de « postrubanés ». Les termes rubané (Bandkeramik en allemand d’où l’abréviation BK) et céramique linéaire (Linearbandkeramik ou LBK) viennent du fait que les populations regroupées derrière ces dénominations ont orné leurs poteries d’incisions linéaires en forme de ruban. On parle donc de « culture rubanée » ou plus brièvement de « Rubané », et de « culture à céramique linéaire » ou « Céramique linéaire ». En ce qui concerne certains groupes postrubanés d’Europe centrale, on rencontre l’expression « culture à céramique pointillée » ou « Céramique pointillée », parce que les décors des poteries ont été exécutés avec un peigne.

3Malgré d’évidentes variations régionales, les groupes rubanés affichent une non moins évidente cohérence culturelle : on peut à la fois les distinguer et les réunir sous un même vocable. Certes, de nombreuses différences sont visibles dans la production céramique et le rituel funéraire entre les groupes rubanés d’Europe centrale, ceux des pays du Rhin et de la Meuse, et ceux du Bassin parisien ; mais ces différences s’inscrivent dans une continuité et affichent des normes partagées pour ce qui concerne l’architecture, les techniques d’exécution et d’ornementation de la poterie, et la fabrication de l’outillage. Constitué de groupes régionaux culturellement distincts, le deuxième sous-ensemble est, quant à lui, beaucoup plus hétérogène. D’est en ouest, on rencontre le groupe de Lengyel (divisé en trois étapes chronologiques : I, II et III), le groupe à céramique pointillée, ceux de Grossgartach et de Rössen, et enfin les groupes du Hainaut et du Bassin parisien (groupes de Blicquy, de Villeneuve-Saint-Germain et de Cerny). Les différences observées n’ont ici rien à voir avec les variations régionales de la période rubanée, mais peut-être avec une compétition entre groupes de population.

1.1.2 Chronologie et aire géographique

4Mon objectif ne vise ni la narration ni le détail chronologique et culturel des Danubiens. En ce qui concerne les caractéristiques sur lesquelles les archéologues fondent leurs catégories analytiques et chronologiques, on pourra très utilement se référer à Lichardus et al. (1985 : 271-305, 338-355). Il convient néanmoins de rappeler que le Néolithique danubien constitue un ensemble exceptionnel, tant par le territoire qu’il recouvre que par sa durée. Il s’agit des premières populations agricoles sédentaires d’Europe tempérée. Essentiellement éleveurs de bovidés et cultivateurs de céréales, ces groupes –venus des régions du moyen Danube (plaine d’Alföld, Transylvanie, Slovaquie orientale, Moravie et Transdanubie)– ont colonisé et occupé, pendant près d’un millénaire, un immense territoire. Les limites de celui-ci étaient marquées par la mer Noire et la Vistule à l’est, la Seine à l’ouest, le Danube au sud, et une ligne joignant le cours inférieur de la Vistule à l’estuaire de l’Escaut au nord (fig. 1, 2).

FIG. 1 – Carte du territoire danubien avec les sites étudiés et la délimitation des différentes zones géoclimatiques et géographiques : a zones rubanées ; b zones postrubanées.

FIG. 2 – Carte du territoire danubien : a zones géoculturelles rubanées ; b entités culturelles postrubanées.

  • 2 La notion de Chalcolithique est ambiguë, et n’est pas unanimement acceptée par les préhistoriens. P (...)
  • 3 Les régions ne figurant pas dans cette énumération sont celles qui n’ont pas livré de vestiges d’ha (...)

5Au regard de la terminologie paneuropéenne (Lichardus et al. 1985 : fig. 28), il faut préciser que le Rubané correspond au Néolithique moyen, et le Postrubané au Néolithique récent (entre la fin de la Céramique linéaire et le début du Chalcolithique2). Pour être plus à même de saisir les logiques qui ont présidé à la transformation de l’architecture danubienne, il était indispensable de distinguer, autant que faire se pouvait, entre les conséquences que peuvent avoir la « périphérisation » et les contacts culturels et celles de la transformation intrinsèque qui se produit au cours du temps. Une division en zones géoculturelles et une homogénéisation des différentes « périodisations » du Rubané ont donc été nécessaires. Au-delà de sa relative cohérence culturelle, l’entité rubanée affiche des « frontières » et des vides archéologiques, mais aussi des différences dans la production de l’outillage lithique, la fabrication et le traitement décoratif de la poterie. C’est donc en fonction de ces critères que le « territoire » rubané est ici divisé selon les quatre zones géoculturelles suivantes3 (fig. 2a) :
– une « zone orientale » qui comprend la Petite Pologne, la Slovaquie, la Moravie et la Silésie ; archéologiquement parlant, elle se caractérise par l’absence d’armatures de flèches et la présence d’un décor céramique « à notes musicales » ou de type zeliez (fines lignes incisées parallèles portant des encoches) ;
– une « zone centrale » qui couvre la Bohême, la Saxe, la Basse Saxe, la Bavière et la Franconie ; les Rubanés y ont préféré un ornement céramique composé de rubans remplis de points, d’incisions barbelées ou de lignes parallèles de points (type de Sarka) ;
– une « zone occidentale » qui correspond à la Ruhr, la Moselle, la région du Rhin et de la Meuse, le Hainaut, la Souabe et la Marne ; les armatures de flèche y ont abondamment été utilisées ; aux rubans, remplis de points et d’incisions, se sont ajoutés des motifs en chevron étroit, et des décors exécutés au peigne ;
– et, enfin, des « marges occidentales », limitées à l’Aisne et l’ Yonne, où une nouvelle technique de décoration « pivotante » au peigne est apparue sur la poterie ; dans leur très grande majorité, les armatures de flèche n’étaient plus symétriques par rapport à leur axe de débitage, et les éléments de faucille en silex ont été abondants (Plateaux 1987).

  • 4 Afin que l’analyse des maisons postrubanées soit conduite de la façon la plus objective qui soit, e (...)

6Cette division géoculturelle a gardé une certaine actualité durant la période néolithique postrubanée. Ceci alors même qu’à la très forte cohérence culturelle des origines se sont substituées des spécificités régionales très marquées, et que le Bassin parisien s’est définitivement démarqué des pays du Rhin. Il ne faut cependant pas imaginer que les frontières culturelles des groupes postrubanés n’aient jamais été étanches. Comme nous le montre l’extension de plusieurs éléments culturels issus des groupes de Grossgartach et de Rössen ou de communautés « étrangères », certaines traditions se sont étendues bien au-delà de leur territoire d’origine. On distingue là encore quatre ensembles4 (fig. 2b) :
– un ensemble oriental (archéologiquement qualifié de groupe de Lengyel) qui réunit la Transdanubie, l’Autriche orientale, la Slovaquie occidentale et la Moravie ;
– un groupe central (ou groupe culturel à « céramique pointillée ») avec la Bohême, la Pologne pour partie, la Saxe, la Moravie et les marges de la Bavière et de l’Autriche ;
– un groupe occidental (ou groupe de Hinkdstein/Grossgartach/Rössen) qui rassemble la Franconie et la vallée du Main, la vallée du Neckar et ses proximités, la Ruhr et la région du Rhin et de la Meuse ;
– et, enfin, un ensemble extrême occidental (ou groupe de Villeneuve-Saint-Germain/Blicquy/Cerny) qui associe le Bassin parisien et son pourtour (l’Aisne, le Loiret et l’Yonne, en particulier) au Hainaut belge.

7Situé en Kujawie (Pologne), le groupe chalcolithique de Brzesc-Kujawski a été inclus dans la présente étude. Une certaine continuité historique et des traditions culturelles ont, en effet, lié le groupe de Brzesc-Kujawski à l’ensemble danubien. Et ce, malgré des spécificités culturelles et économiques, un éloignement géographique et un décalage chronologique qui nous autorise à classer cette entité dans le Chalcolithique ancien (Lichardus et al. 1985).

8Afin de faciliter certains calculs (décomptes, pourcentages, moyennes, indices de variation, analyses de variance et des correspondances), il a été nécessaire d’harmoniser les différentes périodisations régionales du Rubané. La stabilité des normes architecturales nous permet de nous placer ici à un niveau d’observation suffisamment large pour qu’une subdivision du Rubané en quatre grandes phases chronologiques (ancienne, moyenne, récente et tardive) soit analytiquement pertinente (fig. 3). Dans une société primitive « stable », la lenteur avec laquelle un modèle architectural évolue nous autorise, en effet, à utiliser des catégories chronologiques très larges ; de plusieurs décennies, voire de plusieurs siècles. Cette homogénéisation est grossière et subjective mais elle a ici un sens ; par ailleurs, elle a le mérite de clarifier les choses. En effet, certaines classifications régionales, tout aussi subjectives, créent la confusion dans la mesure où l’on y qualifie, souvent, de première étape chronologique la première apparition du Rubané dans une région ; ceci, alors même qu’il s’agit d’une phase moyenne ou récente de celui-ci. Malgré une terminologie familière aux spécialistes, la division chronologique utilisée dans ce volume ne correspond donc pas aux périodisations habituellement employées par les préhistoriens. Le Rubané qualifié d’« ancien » ne se rencontre que dans les premières zones d’occupation (orientale et centrale), et correspond à la phase I de la civilisation à céramique linéaire proposée par Quitta (1960) et Tichý (1960) pour la Moravie, par Pavuk (1980) pour la Slovaquie, par Vencl (1961) pour la Bohême, par Hoffmann (1963) pour la Saxe et par Meier-Arendt (1966) pour le Main inférieur. L’occupation la plus ancienne (Ib) de la région « Rhin-Meuse » (Modderman 1970 ; Dohrn-Ihmig 1974) est ici conçue comme phase « moyenne » ou Rubané moyen. La phase qualifiée de « récente » correspond, en Europe centrale, à la céramique linéaire III de Vend (1961), d’Hoffmann (1963) et de Meier-Arendt (1966) ; et, dans la région Rhin-Meuse, à la céramique linéaire le et Id de Modderman (1970) et de Dohrn-Ihmig (1974). Enfin, la phase dite « tardive » est à la fois la phase IV d’Europe centrale et la phase II de la région Rhin-Meuse et du Rhin moyen.

FIG. 3 – Chronologie du Danubien (Rubané et période postrubanée), d’après Dohrn-Ihmig (1974), Hoffmann (1963), Meier-Arendt (1966), Modderman (1970), Pavuk (1980), Vend (1961) et Zapotocka (1970) ; à droite, les différentes grandes catégories chronologiques utilisées.

1.2 L’architecture comme approche sociale

1.2.1 Le rôle de l’architecture domestique dans l’étude des sociétés traditionnelles

  • 5 Parler des techniques de construction de l’architecture danubienne, c’est avant tout parler de la s (...)

9L’architecture du Néolithique danubien a jusqu’à présent été abordée dans une perspective de reconstitution des formes et des techniques de construction5 (Zippelius 1957 ; Soudsky 1969 ; Modderman 1973 ; Meyer-Christian 1976 ; URA 12 1977 ; Startin 1978 ; Brandt 1980 ; Masuch, Ziessow 1983 ; 1985 ; Luley 1992) ou typologique (Modderman 1970, en particulier). Soudskỳ (1969) excepté, les auteurs n’ont généralement traité que de l’architecture de la première période, celle du Rubané. Cependant, Modderman a su suggérer et Soudsky reconnaître plusieurs aspects sociologiques des populations danubiennes : le nombre d’habitants, la structure égalitaire de la société, et l’existence de maisons communautaires.

  • 6 À cet égard, les autres types d’artefacts dont disposent les préhistoriens (céramique, outillage li (...)

10Certes, on trouvera dans cet ouvrage un chapitre consacré à la reconstitution physique de la maison. Mais l’analyse architecturale est ici prétexte à traiter des dimensions sociales et structurelles des groupes néolithiques d’Europe centrale et occidentale. Que cette approche se fasse à travers un lieu de vie construit n’est pas un hasard. L’habitation domestique est en effet un objet qui « colle » au plus près de la réalité sociale du groupe social car, contrairement aux objets mobiliers, la maison est destinée et se donne à voir à ceux de l’intérieur : elle est fabriquée selon les normes du groupe et pour le groupe. Elle n’est donc normalement ni copiée ni échangée. Par ailleurs, si l’espace habité est en partie régi par des contraintes matérielles, il l’est aussi par des contraintes idéelles. La maison est autant faite pour dominer un milieu physique que pour mettre en ordre un environnement social. Ainsi, par exemple, elle sépare et articule domaine privé et domaine public, monde féminin et monde masculin, soi et autrui, unité domestique et visiteur, famille restreinte et famille élargie, etc. Comme tout autre objet –mais encore plus que tout autre objet6–, l’habitation est un artefact particulièrement porteur et créateur de social et de sens, à la fois au niveau individuel de la maisonnée et à celui, collectif, du groupe social et culturel. Une abondante littérature existe à ce propos qui aborde l’ensemble de ces aspects (Griaule 1938 ; Chapman 1955 ; Bourdieu 1970 ; Deffontaines 1972 ; Rapoport 1972 ; 1982 ; Moore, Gol ledge 1976 ; Duncan 1982 ; Bromberger 1986a ; 1986b ; 1988 ; Altman, Werner 1985 ; Descola 1986 ; Blamont, Toffin 1987 ; Oliver 1987 ; Preston-Blier 1987 ; Bourdier, Alsyyad 1989 ; Nabokov, Easton 1989).

11Porteur et créateur de social, d’abord, au moment de la fabrication. La construction et l’aménagement d’une maison font intervenir, en premier lieu, des techniques et des pratiques culturelles acquises par apprentissage ; ces activités et les décisions qui leurs sont liées sont d’ailleurs, en totalité ou pour partie, collectives ou l’occasion d’un rituel collectif (un sacrifice, une harangue publique, une bénédiction, un repas ou une « pendaison de crémaillère », par exemple). La maison fait ainsi fonctionner des constructeurs –réels ou symboliques– en tant que groupe social (corporation professionnelle, famille élargie, lignage, clan, alliés, amis, voisins, etc.) ; elle affirme et réaffirme matériellement la réalité de ce groupe.

  • 7 La distinction physique d’une cuisine et d’une salle à manger séparera –intellectuellement– la prép (...)

12Porteur et créateur de social et de sens dans l’usage ensuite. En tant qu’abri, lieu de réunion et lieu d’accueil, l’habitation produit, reproduit et objectivise à tout instant des relations sociales. Elle est également l’occasion de matérialiser, dans l’espace et dans le temps, un système de valeurs et une conception du monde communs à l’ensemble du groupe. Cette objectivation peut être explicite et affichée –comme dans la plupart des sociétés primitives– ou, au contraire, implicite et à déchiffrer –comme dans nos sociétés occidentales. Quoi qu’il en soit, c’est « physiquement » que la maison associe ou oppose la plupart des catégories conceptuelles avec lesquelles une société structure son univers– une association ou une opposition qui s’appliquent aussi aux activités liées à ces catégories, et aux personnes qui en ont la charge7. La vision partagée de l’univers, dont la maison est ainsi la métaphore, limite par ailleurs très fortement le champ des variations, et se traduit par une très grande stabilité des normes architecturales. C’est d’ailleurs, en grande partie, parce qu’ils partagent physiquement un même espace construit que les membres d’une unité domestique constituent une entité stable et durable.

13Mais l’architecture domestique tient également sa stabilité du fait qu’elle est une structuration spatiale. Si les représentations purement spatiales, affranchies des contraintes temporelles qui leur donnent un sens ou qui prévalent dans l’action sur la matière, se prêtent à de multiples remaniements, les relations topologiques et géométriques sont, en revanche, immuables lorsque –associées à une partition du monde et à une sequentia– elles servent à cartographier le geste technique ou l’espace vécu. Dès lors, on admettra qu’une société ne peut modifier sa manière d’habiter sans risquer de remettre en cause sa mise en ordre de l’univers. En conséquence, toute modification d’aménagement de cet objet sensé être stable traduira –beaucoup mieux que ne pourraient le faire une poterie ou un outil– un changement interne au groupe ou des facteurs qui influent sur l’élaboration de la maison, que cela soit le climat, les moyens d’acquisition des matières premières, les techniques, la structure économique ou sociale, le mode d’organisation familiale, les rapports « féminin/masculin » ou les relations avec le monde extérieur. C’est en cela que l’étude de l’architecture domestique est archéologiquement fondamentale.

14Mais parce qu’elle est aussi une métaphore explicite et concrète du statut de l’unité individuelle qui l’habite, l’architecture domestique peut se prêter à de multiples remaniements – dans le cadre d’une crise sociale ou d’identité, par exemple. Ceci, alors même qu’en période de stabilité le modèle architectural est volontairement peu soumis aux transformations, et intransmissible d’une culture à une autre. Mais aussi, et à l’inverse de ce qui se passe pour la plupart des objets mobiliers, la maison est fabriquée à partir d’une multitude de cartographies techniques. Il y a donc, là, une hétérogénéité qui –paradoxalement au fait que le modèle architectural ne se transmet habituellement pas d’une culture à une autre– rend la maison potentiellement perméable aux transformations et à la culture des autres. L’habitation est donc modulable. Mais la partition conceptuelle de l’espace, tel qu’il se vit, n’en est pas pour autant modifiable. Ainsi, par exemple, partie féminine et partie masculine, locus public et locus privé, aire de réception et aire de repos, zone domestique et zone sacrée ne cesseront de structurer l’espace habité. Le lecteur aura donc compris que, du fait de son hétérogénéité technique et de sa dimension métaphorique, une tradition architecturale peut parfois disparaître bien avant que l’identité culturelle du groupe ne soit totalement remise en cause ; ceci, contrairement à ce qui se passe en période de stabilité. On comprend qu’il serait scientifiquement risqué de ne considérer les choses que de façon déterministe et linéaire, sans tenir compte des contingences historiques.

  • 8 Il s’agit ici de raisonner en terme de catégorisation sociale, au-delà de tout contexte historique (...)
  • 9 Il me semble que les seuils quantitatifs que l’on peut établir entre ces variations peuvent diffici (...)
  • 10 Par société égalitaire, j’entends une société où aucune règle sociale n’est, a priori, incompatible (...)

15En ce qui concerne les sociétés primitives sédentaires de petite taille –que l’on qualifiera ici de sociétés tribales (Coudart 1991)8–, il semblerait que chacune des unités domestiques du groupe détienne plus ou moins toutes les connaissances techniques dont celui-ci dispose, et qu’à une absence de disparité sociale entre maisonnées corresponde une absence de disparité entre constructions. En dépit des variations observées dans les vestiges funéraires et les rejets domestiques9, l’unité architecturale qui caractérise les restes archéologiques des maisons rubanées nous donne à penser que les entités socio-économiques élémentaires (familles restreintes, familles élargies, lignages, etc.) étaient alors structurellement équivalentes, en d’autres termes que les groupes rubanés étaient socialement égalitaires10 (cf. chap. 5).

1.2.2 L’identification des maisons danubiennes

16Dans l’ensemble du territoire danubien, le sol néolithique n’a pas été conservé. Traces de trous de poteau et fonds de fosses à détritus constituent l’essentiel des données concernant l’architecture des premières populations paysannes d’Europe centrale et occidentale.

17En dépit de leur austérité souvent rébarbative, ces éléments sont cependant riches en information. L’habitation rubanée était une « maison longue ». Sa longueur –extrêmement variable– se situait dans un intervalle compris entre 10 et 40 mètres. L’espace intérieur était structuré par un agencement de poteaux groupés trois par trois (tierces de poteaux) transversalement à la longueur de la maison, et en rangées parallèles entre elles. Parfois repérée grâce aux vestiges d’une porte, l’entrée semble avoir toujours été placée sur le petit côté de la maison, et orientée vers le sud, le sud-est ou l’est. Archéologiquement, on peut donc aisément distinguer ce qui était l’avant de ce qui était l’arrière de la maison. Les Rubanés ont probablement obtenu une partie de la terre nécessaire à la fabrication des murs en creusant des fosses, le long des parois longitudinales de la maison. Ces fosses semblent avoir été utilisées pour préparer le torchis – d’où leur appellation de « fosses de construction ». Elles ont été, ensuite, reconverties en fosses à détritus. C’est à partir des rejets domestiques contenus dans ces fosses que l’on peut aujourd’hui donner une attribution culturelle aux différentes habitations rubanées, et reconstituer l’activité des différentes maisonnées d’un village.

18C’est en 1916, en Allemagne à Gering, Polach et Sarmsheim, que Lehner (1917 ; Stieren 1951 : 76-77) découvrit les premiers vestiges d’architecture rubanée (fig. 4). Ceux-ci n’ont pas complètement été dégagés, mais ce qui en a été relevé nous permet d’identifier les principales caractéristiques de la maison rubanée : plan rectangulaire, rangées longitudinales de trous de poteau, orientation est-ouest et fosses de construction latérales. Pourtant une vingtaine d’années plus tard –au début des années 30, et dans l’un des sites rubanés les plus importants (Köln-Lindenthal)–, le mythe des « fonds de cabane » (ou habitations en fosse) connaissait sa plus brillante démonstration. Buttler et Haberey (1936) interprétèrent, en effet, les nombreuses fosses à argile mises au jour comme les habitations des occupants du village. En revanche, les groupements de trous de poteau organisés selon un plan rectangulaire ont été vus comme des granges. Les deux types de construction auraient eu des parois en clayonnage et une couverture végétale (fig. 5). L’erreur de Buttler s’explique par l’occupation relativement longue du site : les éléments les plus récents ayant fini par recouper les plus anciens, la plupart des fosses sont apparues, à la fouille, entourées de trous de poteau.

FIG. 4 – Les premiers vestiges de maison rubanée mis au jour en 1916 par Lehner à Gering en Allemagne, d’après Stieren (1951 : fig. 6).

FIG. 5 – Reconstitution des « fonds de cabane » de Köln-Lindenthal, d’après Buttler et Haberey (1936 : fig. 30).

19Si elles furent rapidement réfutées par Merhart (Uenze 1938) puis par Paret (1942), les hypothèses de Buttler marquèrent pour longtemps les imaginations jusqu’à faire disparaître, dans certains esprits, l’éventualité d’une maison rectangulaire. Ce furent sans doute les fouilles des sites de Sittard et de Geleen en Hollande qui, dans les années 50, firent revivre définitivement les Rubanés dans leurs véritables habitations (Waterbolk, Modderman 1958-59).

20À la fin des années 60, et à la lumière des fouilles de Postoloprty et de Bylany en Tchécoslovaquie, Soudskỳ (1969) proposait la première genèse et véritable approche anthropologique de la maison danubienne. Depuis lors, les fouilles archéologiques menées en Europe centrale et occidentale n’ont cessé de mettre au jour des plans de maison danubienne. On en compte aujourd’hui plus de deux mille, mais l’état de leur conservation et les délais de publication n’ont permis d’en traiter, ici, qu’un peu plus de quatre cents.

1.3 À propos des méthodes d’approche et du raisonnement

1.3.1 Traitements statistiques

21On ne peut que regretter la petitesse de l’échantillon disponible de la phase ancienne et celui de la zone orientale lorsque débuta cette étude (1986). L’habitat d’Olszanica mis à part, les sites retenus pour la zone orientale ne sont, à chaque fois, représentés que par une ou deux maisons. Les résultats statistiques concernant la phase ancienne du Rubané ne peuvent donc être pris en considération ; ils sont néanmoins cités pour mémoire. L’échantillon global est constitué de quatre cent vingt-six plans de maison (dont trois cent quarante-neuf rubanées, et soixante-dix-sept postrubanées), qui se regroupent en quarante-neuf sites rubanés, et vingt-sept sites postrubanés.

  • 11 Moyenne des carrés des écarts de la grandeur d’une catégorie par rapport à sa valeur moyenne caract (...)

22Les calculs statistiques nécessaires à l’analyse sont des plus simples, et ne demandent pas à être plus compliqués. La plupart du temps, ils relèvent de la statistique descriptive. Il s’agit essentiellement de tableaux de fréquence et croisés, d’histogrammes, de moyennes avec leur écart type, et de corrélations. La probabilité des résultats a été testée à l’aide de la loi du Khi deux ; l’indépendance des résultats retenus est toujours inférieure à 5 %, sauf indication contraire. Certaines inférences ont été obtenues par régression d’une variable par rapport à une autre, en particulier pour la prédiction du nombre d’habitants. La validité des catégories d’une variable a parfois été contrôlée en rapport avec les critères d’une autre variable, à l’aide d’une analyse de variance11 (en comparant les différentes catégories de la première selon les moyennes des valeurs des critères de la deuxième).

  • 12 Je rappellerai ici brièvement ce qu’est une analyse des correspondances. Il s’agit d’une procédure (...)

23Après avoir isolé les éléments sur lesquels il était possible de fonder une interprétation des différentes variations architecturales (cf. chap. 4, 5), et une fois compris leurs comportements au moyen de la statistique descriptive, des analyses des correspondances12 ont été effectuées par Christine Chataigner au Centre interrégional de calcul électronique (CIRCE) d’Orsay. Deux d’entre elles se sont révélées intéressantes, et ont permis de proposer une image globale du comportement des variables retenues, ainsi qu’une visualisation de la régionalisation de l’architecture postrubanée – opération difficile à réaliser par une autre méthode.

1.3.2 Analogie ethnographique, ordre des questionnements

24L’analogie ethnographique ne saurait constituer une démonstration, et une similitude de forme n’entraîne pas une similitude de fonction. Mais en l’absence de modèles sociologiques concernant les petites sociétés sédentaires, et en présence de la très grande fragmentation des données préhistoriques, l’analogie reste notre seul moyen d’établir une relation entre les données du passé et leurs interprétations. Le problème fondamental était ici celui des choix à effectuer dans l’univers des possibles proposés par l’anthropologie sociale et l’histoire. En d’autres termes, comment légitimer le transfert des données archéologiques vers celles de l’ethnographie ou de l’histoire ?

  • 13 L’expression est de Tringham (1978).

25Il s’est d’abord agi de regrouper les questions et les données, selon différents niveaux. Je me suis, ensuite, efforcée de traiter ces niveaux dans le bon ordre. En premier, celui –archéologiquement fondamental– des données directement observables : ainsi, la forme du plan de la maison, la distribution de ses trous de poteau, leur taille, les matériaux utilisés, etc. Celui des données indirectes ou niveau de premières abstractions, ensuite : aussi bien l’efficacité physique des constructions que le nombre d’habitants, la variabilité architecturale des villages, etc. Puis, ceux de deuxièmes et de troisièmes abstractions : comme la signification de l’unité et celle de la variation architecturale, les activités domestiques, la fonction pratique des différentes unités spatiales, etc. Afin d’éviter de jouer à l’archéologie « saute-mouton »13, il convenait de ne pas intervertir l’ordre de ces interrogations. Ce ne fut, par exemple, qu’après m’être assurée –au niveau fondamental– de la partition de la maison rubanée que je me suis interrogée –au niveau des premières abstractions– sur la variation de cette partition.

26Quant au troisième niveau d’hypothèses présenté dans le chapitre 5, il fait appel à certaines règles ou constats établis par d’autres disciplines – l’anthropologie sociale, en particulier. Ce chapitre tient certes lieu et place de conclusion, mais il est surtout le début d’un modèle qui pourrait, un jour, servir à définir les sociétés sédentaires de petite taille.

1.3.3 Forme de raisonnement et validation des hypothèses

27Indépendamment de l’objectivité des données et de leur réalité « scientifique », la forme et la rhétorique que l’on donne à une présentation jouent généralement un rôle déterminant, quant à la crédibilité d’une démonstration. D’aucuns ont, en effet, souligné l’efficacité tendancieuse du cheminement de ma démarche. Celle-ci –qui consiste à passer logiquement de la description des données directes aux niveaux des données indirectes, et des hypothèses de premier à celles de deuxième puis de troisième degré– conduit le lecteur à accepter des résultats, pour lesquels aucune vérification expérimentale n’est possible. Ainsi, par exemple, ceux qui ont examiné mon manuscrit ont admis qu’une « hiérarchie sociale séquentielle » a pu exister au sein des populations néolithiques, et qu’un « pouvoir collectif délégué » à un ou quelques individus a pu caractériser la société égalitaire des Rubanés (cf. chap. 5).

28Il s’agit aussi d’admettre que les événements historiques et sociaux –s’ils ne transgressent aucun des principes fondamentaux qui régissent la nature et le social– sont produits de manière contingente, et leur explication narrative. Au regard de la richesse des événements historiques et des réalités sociales, il faut alors accepter que la validation des hypothèses proposées dans le champ des sciences humaines et sociales relève d’autres méthodes –non moins rigoureuses– que celles des sciences expérimentales et stéréotypées. Comme le souligne Gould (1991 : 307-325), nos procédures de contrôle reposent sur la répétition de modalités fondées sur des données si abondantes et si variées qu’aucune autre interprétation « coordinatrice » ne pourrait tenir, alors que quelques éléments pris isolément ne sauraient constituer une preuve convaincante.

29Enfin, ce n’est qu’après avoir fréquenté, au quotidien, certaines réalités que j’ai pu exploiter mes données, et obtenir des résultats positifs. Mes données d’abord, jusqu’à en avoir une connaissance profonde et intuitive. Les groupes Anga de Nouvelle-Guinée, ensuite. Les Baruya, surtout, qui m’ont montré qu’il existait des catégorisations et des systèmes de représentations différents de ceux utilisés par nos sociétés occidentales modernes. Des fréquentations, sans lesquelles certains comportements des sociétés danubiennes ne me seraient jamais apparus. Mes résultats doivent autant à l’intuition et à ces rencontres qu’aux analyses scientifiques et calculs statistiques que j’ai pu effectuer.

30Cette étude a été réalisée en 1987. En 1997, elle me semble toujours d’actualité, même si l’ajout de quelques références bibliographiques a été nécessaire. Ceci étant, ma recherche sur l’architecture domestique s’est depuis lors élargie, et de nouvelles interprétations sont apparues qui ne figurent pas dans cet ouvrage.

Notes

1 Les datations sont ici calibrées.

2 La notion de Chalcolithique est ambiguë, et n’est pas unanimement acceptée par les préhistoriens. Pour la majorité d’entre eux, il s’agit d’un stade chronologique associé à l’apparition des premiers objets de cuivre. Pour d’autres (Müller-Karpe 1974 ; Lichardus et  al. 1985), ce terme désigne des rapports sociaux de production (une stratification sociale), un stade d’évolution (passage d’une société égalitaire à une société stratifiée), une structure historique et culturelle fondamentalement différente de celle du Néolithique, et enfin une position chronologique située entre la fin du Néolithique et le début de l’âge du Bronze. Chalcolithique est ici entendu selon sa deuxième acceptation. En ce qui concerne les éléments historiques et culturels, il s’agit pour Lichardus et al. (1985 : 504-505), en l’occurrence, de l’utilisation des animaux dans le travail, la domestication du cheval et son utilisation comme moyen de transport, l’introduction du char, de l’araire et d’un artisanat spécialisé, l’exploitation du sel et de mines de silex et de cuivre, l’augmentation du nombre de sites fortifiés, l’apparition des emblèmes de prestige, l’érection de monuments funéraires importants et des premiers bâtiments réservés exclusivement au culte, la constitution d’un emplacement occupé par une élite dans l’habitat. L’ambiguïté de cette vision linéaire vient de ce que l’ensemble de ces critères n’apparaissent pas de façon conjointe au sein de groupes, pourtant voisins et contemporains.

3 Les régions ne figurant pas dans cette énumération sont celles qui n’ont pas livré de vestiges d’habitation, ou celles dont les données n’étaient pas publiées au moment de cette étude.

4 Afin que l’analyse des maisons postrubanées soit conduite de la façon la plus objective qui soit, et afin de contrôler la validité des regroupements régionaux, un certain nombre de calculs statistiques (analyse des correspondances, en particulier) ont été réalisés indépendamment de ces rattachements culturels et régionaux.

5 Parler des techniques de construction de l’architecture danubienne, c’est avant tout parler de la société danubienne. En effet, nos comportements techniques les plus « naturels » –les techniques du corps– varient de groupe à groupe, et sont culturellement déterminés (Mauss 1936 : 365-386). Les techniques sont donc des productions sociales autant qu’elles exercent des effets sur la société. Dès lors, opposer techniques et société n’a aucun sens. Néanmoins, par social, on entendra ici l’ensemble des phénomènes sociaux, autres que ceux strictement associés à l’action sur la matière.

6 À cet égard, les autres types d’artefacts dont disposent les préhistoriens (céramique, outillage lithique et osseux) me semblent trop hétéroclites. En effet, bien qu’elle résulte de pratiques culturelles acquises par apprentissage, la poterie reflète, quant à elle, beaucoup trop l’idiosyncrasie de celui qui la fabrique ; et présente, de ce fait, des variations individuelles difficiles à départager de celles qui sont dues aux facteurs culturels. Et, puisqu’il s’agit d’un contenant mobile (échange, transport et circulation de biens périssables, etc.), la forme, la matière, la technique de fabrication et le décor d’une poterie constituent autant de « messages » conscients ou inconscients mais « lisibles », à la fois, par le groupe et des communautés étrangères à celui-ci. Le style des céramiques –de l’ornementation, en particulier– est donc influencé et orienté par l’utilisation qu’une communauté peut faire consciemment ou inconsciemment de ce message. Quant à l’outillage lithique (également porteur de style), ses variations sont fortement infléchies par ses fonctions pratiques, et son action physique sur la matière.

7 La distinction physique d’une cuisine et d’une salle à manger séparera –intellectuellement– la préparation des aliments de leur consommation ; celle d’une salle à manger et d’un bureau confirmera et opposera –dans l’univers des représentations collectives du groupe– les commensaux des relations professionnelles. La présence d’un hall d’entrée exprimera et renforcera –mentalement– la distinction entre le soi (le domestique) et l’autre (le visiteur) ; la séparation matériellement établie entre la salle de bain et les lieux d’aisance rend difficile –conceptuellement et dans la pratique– l’association des soins de propreté (purification) et de l’élimination des matières fécales (pollution) ; etc.

8 Il s’agit ici de raisonner en terme de catégorisation sociale, au-delà de tout contexte historique et culturel. Je placerai donc les groupes néolithiques (danubiens, en particulier) dans la catégorie des sociétés tribales ; à savoir, un type de société situé, dans une continuité « théorique », entre bandes de chasseurs-cueilleurs et chefferies. Cette catégorie analytique désigne une société composée de plusieurs groupes de parenté dont les « segments primaires » (ou unités socio-économiques élémentaires) sont égalitaires ou structuralement équivalents (Sahlins 1961), exploitent –en terme de matière et d’information– collectivement un même territoire. Les rapports de parenté y jouent (entre autres) un rôle intégrateur, et fonctionnent comme rapports de production. Il s’ensuit que ce sont les rapports de parenté qui, conjointement aux forces productives et à la productivité de celles-ci, dominent la société tribale. Ces rapports de parenté jouent comme réseau de réciprocité pouvant apporter des réponses (sous forme de matière et d’information) efficaces à un certain type de risques : ceux qui –parce que rares et imprévisibles– peuvent avoir des conséquences dramatiques pour le groupe. Un tel système suppose une intégration sociale, aux niveaux de l’unité domestique (maisonnée), de l’unité résidentielle (village) et de la région (tribu ou, du moins, entité supra locale) ; et, en l’absence d’un pouvoir politique et d’institutions séparés, une répartition « égalitaire » des risques et des bénéfices entre les différents membres du groupe.
La notion de tribu désigne à la fois un type de société (un « mode » d’organisation sociale), et un stade d’évolution. Tout comme la notion de Néolithique ou de Chalcolithique, ce terme est ambigu, et n’est pas unanimement accepté par les anthropologues sociaux. Godelier (1973a) en a souligné la nature descriptive, et l’usage contradictoire ; en particulier, lorsqu’on l’utilise comme concept pour qualifier, à la fois, des sociétés égalitaires et des sociétés qui ne le sont pas. Par ailleurs, et comme l’ont souligné Feinman et Neitzel (1984), on ne peut –quand on traite des sociétés humaines– occulter la variété des formes et l’inadéquation d’une classification typologique. Au-delà d’un petit nombre d’éléments dominants communs (équivalence des unités socio-économiques élémentaires, caractère multifonctionnel des rapports de parenté, unité résidentielle et exploitation collective d’une aire commune de ressources), existent des systèmes de parenté, des « types » de production différents, et des aspects spécifiques à chacune d’entre elles. En fait, cette diversité de formes correspond à différentes options ou adaptations d’un même type fondamental de rapports sociaux de production : fa structure sociale égalitaire (cf. note suivante). Reste que, lorsqu’il veut traiter des structures sociales des groupes qu’il étudie, le préhistorien a besoin de repères. Utiliser la catégorie de tribu, toute artificielle et ascientifique qu’elle soit, est actuellement une manière de mettre en avant ce qu’ont en commun les groupes néolithiques du Vieux Monde, les premiers agriculteurs du Sud-Ouest aux États-Unis, les premiers groupes agricoles des régions du Mississipi ou ceux du Woodland, sans parler de certaines populations actuelles de Nouvelle-Guinée ou d’Amérique du Sud. Il est à noter que cette démarche n’est pas contradictoire avec celle qui consiste à s’arrêter aux différences, et s’attacher à l’histoire culturelle des populations préhistoriques. Ce sont simplement deux domaines de réflexion différents.

9 Il me semble que les seuils quantitatifs que l’on peut établir entre ces variations peuvent difficilement être assimilés à des différences de richesse entre individus ou segments de société. Par ailleurs, on sait que, dans ce type de société (les sociétés égalitaires à grands hommes ou à leaders de Nouvelle-Guinée, par exemple), des objets personnels (généralement usagés) et des dons d’objets (exceptionnellement neufs) peuvent accompagner le mort ; ces dons (et leur valeur) étant indépendants du statut social de l’individu, mais conditionnés par les relations affectives et les sentiments éprouvés par un ou plusieurs proches du défunt.

10 Par société égalitaire, j’entends une société où aucune règle sociale n’est, a priori, incompatible avec l’accès de chacune des composantes élémentaires de la société à l’ensemble des ressources et des sources d’information. « Égalité sociale » signifie donc une égalité d’expression, en terme de prise de décision et de production ; chaque unité participe au maintien et à la reproduction de la société –en respectant l’entité qu’elle constitue– mais les rôles, le statut, les droits et les obligations ne sont pas forcément les mêmes pour chaque individu. Ceci, en particulier, d’un sexe à l’autre, d’une génération à l’autre ou durant l’exercice de certains pouvoirs temporaires accomplis pour le bien de tous (guerres, production, cures chamaniques, rituels, négociations, etc.) mais par un ou quelques individus seulement, pour des raisons d’efficacité ou de capacité, d’appréciation et de perception individuelles différentes. En d’autres termes, une société égalitaire est une société où le pouvoir de tous s’exerce individuellement : l’égalité de chacun se situe, en effet, au niveau objectif de la production et la reproduction du groupe, et non pas au plan de leur gestion « administrative » (cf. chap. 5).

11 Moyenne des carrés des écarts de la grandeur d’une catégorie par rapport à sa valeur moyenne caractérisant sa fluctuation ou sa dispersion.

12 Je rappellerai ici brièvement ce qu’est une analyse des correspondances. Il s’agit d’une procédure de calcul statistique complexe permettant d’évaluer graphiquement, entre autres choses, les corrélations entre des phénomènes étudiés à travers un nombre élevé de variables. Ainsi, de même qu’une droite de régression « ajuste » un nuage de points représentant des phénomènes mesurés selon deux variables, l’analyse des correspondances fournit une représentation des plans qui ajustent le mieux le nuage de points qui traduit des phénomènes décrits par n variables dans un espace à n dimensions – insaisissables sinon, même par imagination. Le pourcentage de liaisons mis en évidence par l’analyse est donné de façon décroissante. Pour saisir visuellement le plus grand pourcentage de liaisons, on présente les variables sur un plan généré par deux axes que l’on nomme par définition le premier axe (horizontal) et le deuxième axe (vertical). Mais dans une analyse des correspondances, une variable totalement indépendante ou trop stable ou totalement aléatoire risque de perturber l’image des liaisons pouvant exister entre les autres variables. Il convient donc d’utiliser ce type d’analyse plutôt pour confirmer une (ou des) hypothèse(s) de liaisons entre différentes variables préalablement suggérée(s) par des analyses simples (pourcentages, histogrammes, tableaux croisés, corrélations simples, etc.), plutôt que pour en rechercher de nouvelles. Dans ce sens, l’analyse des correspondances ne révèle souvent rien, mais confirme et affirme.

13 L’expression est de Tringham (1978).

Table des illustrations

Légende FIG. 1 – Carte du territoire danubien avec les sites étudiés et la délimitation des différentes zones géoclimatiques et géographiques : a zones rubanées ; b zones postrubanées.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44030/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende FIG. 2 – Carte du territoire danubien : a zones géoculturelles rubanées ; b entités culturelles postrubanées.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44030/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 587k
Légende FIG. 3 – Chronologie du Danubien (Rubané et période postrubanée), d’après Dohrn-Ihmig (1974), Hoffmann (1963), Meier-Arendt (1966), Modderman (1970), Pavuk (1980), Vend (1961) et Zapotocka (1970) ; à droite, les différentes grandes catégories chronologiques utilisées.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44030/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende FIG. 4 – Les premiers vestiges de maison rubanée mis au jour en 1916 par Lehner à Gering en Allemagne, d’après Stieren (1951 : fig. 6).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44030/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende FIG. 5 – Reconstitution des « fonds de cabane » de Köln-Lindenthal, d’après Buttler et Haberey (1936 : fig. 30).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/44030/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 47k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search