Version classiqueVersion mobile

Rodumna (Roanne, Loire), le village gallo-romain

 | 
Martine Genin
, 
Marie-Odile Lavendhomme

Chapitre 5. Conclusion

Schluβfolgerung

Conclusion

Martine Genin et Marie‑Odile Lavendhomme

Résumé

La principale caractéristique qui se dégage est un retard dans ce qu’il est convenu d’appeler la romanisation par rapport aux grands centres urbains, perceptible durant la période augustéenne. La prospérité de la Pax romana du ier s. permet de niveler ces différences. La fin de ce siècle et le iie s. sont marqués par un arrêt du développement de l’agglomération, un retour au répertoire traditionnel et une mise à l’écart des circuits commerciaux.

Texte intégral

1L’étude du mobilier céramique permet de définir un faciès d’ensemble propre au site de Roanne, depuis le iie s. av. J.‑C. jusqu’au iiie s. ap. J.‑C., dont nous pouvons, au terme de cette étude, dégager les grandes lignes.

2Les amphores, témoins privilégiés des liaisons commerciales, sont peu fréquentes à Roanne alors qu’elles sont abondantes quelques décennies auparavant et ce, depuis le iie s. av. J.‑C. (fig. 69). En ce qui concerne tout d’abord les seules amphores à vin, il est frappant de constater que, si l’on écarte des tableaux de comptage les pourcentages anormaux d’amphores Dressel 1 –qui correspondent sans doute en totalité à du mobilier résiduel et montrent, s’il en était encore besoin, les difficultés à manier les statistiques de mobilier sur les sites à longue durée d’occupation (Desbat 1990 ; 1991)–, il n’y a pas ou presque pas d’amphores vinaires à Roanne au ier s. comme au iie s. ap. J.‑C. Les amphores Dressel 1 ne sont pas vraiment remplacées par d’autres types, italiques ou non italiques, si l’on en juge par la faible représentation des importations espagnoles dans les horizons 7 et 8 et la rareté des amphores orientales dans les horizons 8, 9 et 12. Il ne viendrait pas à l’idée que les habitants de Roanne aient cessé toute consommation de vin sous l’Empire et il nous faut penser bien évidemment à l’utilisation d’autres modes de stockage et de transport.

FIG. 69 – Évolution de la fréquence des amphores à Roanne entre le milieu du IIe s. av. J.‑C. et le milieu du IIIe s. ap. J.‑C., calculée en pourcentage du nombre total de tessons de céramique.

3D’autres importations lointaines sont attestées par des amphores à huile de Bétique et par des amphores à saumures en provenance d’Espagne dans les horizons 6 à 9, mais aussi, pour quelques‑unes, de la vallée du Rhône dans l’horizon 11. Cependant, l’étude globale du mobilier révèle que toutes ces importations restent très faiblement représentées, et ce, quelle que soit la période considérée. Quoi qu’il en soit, les circuits commerciaux semblent avoir radicalement changé sous Auguste.

4Le changement du répertoire des céramiques à usage culinaire et de stockage qui accompagne la romanisation est accompli à l’époque augustéenne (fig. 70). Les vases de type Besançon (10 individus de l’horizon 6), qui correspondent sans doute à des importations depuis le domaine éduen, ne sont plus importés au ier s. ap. J.‑C.

FIG. 70 – Évolution de la composition du répertoire de la céramique à usage culinaire entre le milieu du IIe s. av. J.‑C. et le milieu du IIIe s. ap. J.‑C., calculée en pourcentage du nombre de vases, amphores exclues. Les horizons sont regroupés en grandes phases stratigraphlques (barres gris foncé) : phases 1, 2 et 3 de l’habitat gaulois et augustéen, Ier et IIe s. ap. J.‑C.

5Au iie s. av. J.‑C., la céramique modelée correspondait à de la vaisselle à usage culinaire et de table. C’est au ier s. av. J.‑C., avec le développement de la céramique tournée, que la vaisselle culinaire est presque exclusivement fabriquée en céramique modelée (sauf les écuelles). Petit à petit, sans aucune rupture, la commune sombre tournée prend l’avantage. À la fin du règne d’Auguste la commune sombre tournée est dominante, et au milieu du ier s. ap. J.‑C., seules les céramiques en commune sombre sont encore fabriquées. Par contre, le répertoire intègre de façon massive, dès avant la fin de l’époque augustéenne, des formes d’origine méditerranéenne, comme les plats et les marmites.

6Le même type de remarque peut être fait pour la céramique de table indigène (fig. 71). On perçoit très nettement le changement de goût entre le iie s. av. J.‑C. et le iiie s. ap. J.‑C. C’est le noir (ou le gris) qui prédomine dans l’ensemble de la vaisselle à la période gauloise et augustéenne. Les progrès techniques nous font passer de la cuisson en mode A enfumée à la cuisson en mode B dès le milieu du ier s. av. J.‑C. Les formes basses (assiettes, plats, coupes...) continuent d’être fabriquées en grise fine (ou en terra nigra) mais le répertoire d’inspiration méditerranéenne en commune claire, telles les cruches, fait son apparition au début du règne d’Auguste. Ce n’est qu’au iie s. ap. J.‑C. que la céramique claire supplante très nettement la vaisselle foncée.

FIG. 71 – Évolution de la composition du répertoire de la vaisselle indigène de table entre le milieu du IIe s. av. J.‑C. et le milieu du IIIe s. ap. J.‑C., calculée en pourcentage du nombre de vases, amphores exclues. Les horizons sont regroupés en grandes phases stratigraphiques (barres gris foncé) : phases 1, 2 et 3 de l’habitat gaulois et augustéen, Ier et IIe s. ap. J.‑C.

7Les différentes catégories de céramique fine importée, infiniment plus variées, sont beaucoup plus riches d’enseignements. À La Tène finale, les céramiques importées d’Italie (les campaniennes et dans une moindre mesure les parois fines) sont relativement abondantes par rapport aux sites de comparaison. En revanche, à la fin du ier s. av. J.‑C., la céramique sigillée et les céramiques à parois fines d’origine italique se distinguent avant tout par leur rareté, De même, les productions lyonnaises et viennoises (ateliers de Loyasse et de La Muette à Lyon, atelier de Saint‑Romain‑en‑Gal) et les céramiques à parois fines de même origine restent très faiblement attestées. À cela, il faut ajouter l’absence totale des imitations de sigillée à vernis rouge ou noir dans nos contextes roannais. Cette situation contraste avec ce qui se passe à Lyon sous Auguste et, probablement, à Feurs, où les pourcentages cumulés de la céramique sigillée et de la céramique à parois fines atteignent 18 % à cette époque (au sein d’un ensemble néanmoins modeste ; Vaginay, Valette 1982 : 62).

8L’afflux de céramiques importées n’apparaît que dans le courant du ier s. ap. J.‑C. (horizon 8), où l’on assiste à une véritable invasion des sigillées de Gaule du Sud, invasion d’ailleurs marquée par une très forte normalisation du répertoire des formes. Ce double phénomène d’invasion et de normalisation concorde parfaitement avec ce qu’on observe un peu partout en Gaule, et notamment dans la vallée du Rhône. Il compose un schéma qui se plaque de façon analogue dans des régions très éloignées, et comme indifféremment des particularités propres à telle ou telle tradition ou « ambiance culturelle ». On peut faire les mêmes remarques à propos des sigillées non grésées des ateliers du Centre qui restent, comme ailleurs, et en dépit de la proximité de ces ateliers, très faiblement attestées au ier s. Dans ce domaine‑là, le mobilier de Roanne offre donc le même aspect que le mobilier de Lyon ou de toute autre région de Gaule. Rappelons que dans l’horizon 8 de Roanne (30‑70 ap. J.‑C.), les productions sud‑gauloises comprennent 20 types parmi lesquels 4 seulement rassemblent à eux seuls 60 % des vases sigillés : bols Drag. 24/25 et Drag. 27, assiettes Drag. 15/17 et Drag. 18. Ces chiffres concordent quasiment avec ceux que fournit le mobilier de la troisième période d’occupation du site lyonnais du Clos du Verbe Incarné (tabl. xiii). À cette identité d’ensemble, s’ajoute un point particulier évoqué dans la présentation du mobilier, à savoir l’absence quasi totale des bols de type Drag. 33, pourtant réputés précoces.

a

b

Drag. 24/25

60

67

Drag. 15/17

36

41

Drag. 27

33

44

Drag. 18

24

33

Drag. 33

1

5

Autres

101

70

Total

255

260

TABL. XIII – Comparaison de l’effectif des principales séries typologiques de terre sigillée de Gaule du Sud entre l’horizon 8 de Roanne (A) et l’horizon 3 du site du Verbe Incarné à Lyon (15‑70 ap. J.‑C.) (B). (B) d’ap. M. Genin, doc. inédite.

9À la même époque, Roanne se tourne de plus en plus fréquemment vers les officines du Centre. Quelques productions fines (vernis plombifère, engobe blanc, engobe rouge), très rares ou inexistantes ailleurs, y sont, toutes proportions gardées cependant, relativement bien représentées. Mais ces relations privilégiées avec les ateliers du Centre sont plus sûrement encore matérialisées par un engouement aussi fort que soudain pour la terra migra des ateliers de la vallée de l’Allier.

10De tels changements traduisent bien sûr un processus de normalisation, qui ne suit pas un cours linéaire et uniforme : un faisceau d’indices montre en effet d’incessants mouvements de retour au répertoire du ier s. av. J.‑C., notamment dans le groupe des céramiques grises fines. L’attachement à la tradition se traduit aussi par la permanence et l’abondance des céramiques peintes, qu’elles soient ou non produites localement. Il est ensuite particulièrement intéressant de noter qu’à une époque où le marché roannais s’ouvre beaucoup plus largement qu’il ne le faisait jusqu’alors et où apparaissent par exemple en nombre conséquent des céramiques à parois fines fabriquées à Lyon, on assiste à l’arrivée massive des vases à parois fines de type Beuvray, produits au moins en partie à Roanne même ; ces productions vont en effet jusqu’à concurrencer les céramiques à parois fines importées pendant toute la période concernée.

11La fin du ier s. (horizon 9) apparaît à bien des égards comme une période de transition : la céramique sigillée et les céramiques à parois fines suivent une évolution comparable à celle que connaissent d’autres régions de Gaule avec les productions du Centre qui commencent à s’imposer progressivement sur le marché. Néanmoins, la composition globale du mobilier reste encore assez proche de ce qu’elle était au milieu du siècle : notons, en particulier, que c’est à cette époque que les céramiques peintes atteignent leur plus fort pourcentage, dépassant même celui de l’horizon 8. Le caractère transitoire de cette période et ce mouvement de balancier entre les décennies passées et à venir sont également rythmés dans la plupart des catégories par l’apparition timide de quelques types qui deviendront prépondérants par la suite.

12La première moitié du iie s. (horizon 10) marque l’accomplissement d’un tournant décisif : les officines du Centre assoient définitivement leur domination et la composition du répertoire des différentes catégories de céramique annonce clairement l’horizon typo‑chronologique de la seconde moitié du siècle. En ce qui concerne les seules céramiques à parois fines, les productions locales, encore vivaces au ier s., marquent le pas au profit d’un processus de normalisation qui avait eu quelques difficultés à se mettre en place.

13À la fin du iie s. et au début du iiie s. (horizons 11 et 12), l’approvisionnement en céramiques fines suit toujours le même circuit : aux céramiques sigillées et aux vases à parois fines s’ajoutent d’ailleurs, pour la dernière période, les céramiques métallescentes, également originaires des ateliers du Centre. La composition du répertoire des céramiques fines de cette époque se singularise à Roanne par l’absence totale des céramiques sigillées claires, qu’il s’agisse des céramiques sigillées claires B rhodaniennes ou des céramiques sigillées claires africaines. Une comparaison rapide avec deux contextes lyonnais respectivement datés de la fin du iie s. et du iiie s. met en effet en évidence une image radicalement différente pour les deux sites (tabl. xiv). À Lyon les importations de céramique sigillée du Centre sont directement concurrencées dès le milieu du iie s. par les céramiques sigillées claires B, auxquelles viennent s’ajouter les productions africaines dans le courant du iiie s., tandis que Roanne reste totalement à l’écart de ces réseaux commerciaux et, comme par le passé, essentiellement tournée vers la Gaule du Centre.

a

b

c

TS Centre

82 %

40 %

8,7 %

TS claire B

0 %

25 %

58,7 %

Africaine

0 %

16,3 %

10,9 %

Métallescente

18 %

18,7 %

21,7 %

TABL. XIV – Comparaison du faciès de la céramique sigillée et de la céramique métallescente entre les horizons 11 et 12 de Roanne (A), un échantillon du site du Verbe Incarné à Lyon (fin du IIe s. ap. J.‑C.) (B) et un échantillon du chantier de la Vieille Monnaie à Lyon (240‑270 ap. J.‑C.) (C). (B) d’ap. Godard 1989, (C) d’ap. Becker, Jacquin 1989.

14La principale caractéristique qui se dégage des grandes lignes de l’évolution du mobilier, mais également de l’étude de l’urbanisme, est une évolution différente à ce qu’il est convenu d’appeler la romanisation, par rapport aux grands centres urbains de Gaule comme Lyon.

15Au ier s. av. J.‑C., le site paraît correctement irrigué par les réseaux commerciaux qui empruntent la vallée du Rhône, même si l’on manque encore de statistiques pour d’autres sites régionaux qui, mises en parallèle avec celles disponibles à Roanne, permettraient de préciser ce constat. L’approvisionnement régulier en céramiques campaniennes et en amphores Dressel 1 italiques prouve du moins qu’il n’existait aucun obstacle matériel, loin de là, à la permanence de liaisons commerciales à longue distance (fig. 69).

16À l’époque augustéenne, l’approvisionnement de Roanne paraît nettement plus médiocre que celui des oppida régionaux occupés tardivement, Gergovie et le Mont Beuvray, et des sites de Gaule chevelue devenus à cette époque chefs‑lieux de cités, comme le montrent des données de plus en plus nombreuses, par exemple à Amiens et Saintes (Desbat 1990), qui viennent corroborer la documentation disponible régionalement (sites de Lyon, Vienne et Feurs). Il semble donc qu’à cette époque, l’approvisionnement d’une agglomération dépend au moins aussi largement de son statut que de particularités régionales d’origines géographique (éloignement des sources d’approvisionnement) ou culturelle (« résistance » du milieu indigène, très net à Roanne dans l’organisation spatiale de l’habitat).

17La grande période de prospérité économique du ier s. se traduit, à Roanne comme partout ailleurs en Gaule, par un développement sans précédent de l’agglomération mais la poursuite d’un habitat rustique, ancré dans la tradition (architecture de bois et de terre, persistance du parcellaire gaulois, fosses de rejets à proximité de l’habitat). Cette pax romana conduit aussi à un nivellement complet des disparités de l’approvisionnement en céramique : celui de Roanne semble alors identique à celui du grand centre urbain lyonnais (dans ce contexte, la faible fréquence des amphores est peut‑être à mettre au compte d’autres paramètres, comme l’utilisation de conteneurs qui n’ont pas laissé de traces archéologiques). En témoignent également des parures variées dont beaucoup doivent avoir été importées, les objets de toilette, les vases en bronze, les indices sur la pratique de l’écriture.

18Un ralentissement de la vie économique à la fin du ier s. est perceptible à Roanne par l’arrêt du développement de l’agglomération et par une densité apparemment plus faible de l’occupation. On observe que ce phénomène est concomitant d’un large mouvement de retour au répertoire traditionnel dans le mobilier céramique, tandis que, dès le début du iie s., le site est manifestement maintenu à l’écart des circuits commerciaux qui assurent la vitalité des villes de la moyenne vallée du Rhône, ce dont témoigne sans ambiguïté l’absence de la céramique sigillée claire. Bien que d’autres données précises, qui pourraient conforter ce point de vue, fassent encore totalement défaut, il semble que ce phénomène de repli sur soi est différent de celui observé à l’époque augustéenne : les déficiences de l’approvisionnement n’affectent pas une catégorie de sites de statut particulier mais bien plutôt des régions complètes, alors que le centre de gravité économique de la Gaule bascule progressivement vers l’est. C’est par exemple ce qu’indique le mobilier disponible sur le site proche de Feurs qui, bien que chef‑lieu de cité, n’est pas plus que Roanne approvisionné en céramique sigillée claire. En ce sens, la disparition sans doute quasi totale de toute vie urbaine sur ces sites dès le milieu du iiie s. est peut‑être l’aboutissement d’un processus engagé de nombreuses décennies auparavant.

19Cette esquisse d’histoire économique exigerait d’être corroborée par des données de même nature en provenance d’autres sites régionaux de même nature, qui font encore presque totalement défaut. Ce manque de comparaison interdit également de mesurer l’importance exacte de la tradition régionale à l’époque gallo‑romaine, et donc la persistance d’unités culturelles à l’échelle des anciennes cités de l’époque césarienne, alors que l’existence d’un faciès proprement ségusiave se dégage maintenant clairement de l’étude des mobiliers des iie et ier s. av. J.‑C.

Table des illustrations

Légende FIG. 69 – Évolution de la fréquence des amphores à Roanne entre le milieu du IIe s. av. J.‑C. et le milieu du IIIe s. ap. J.‑C., calculée en pourcentage du nombre total de tessons de céramique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43933/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 9,0k
Légende FIG. 70 – Évolution de la composition du répertoire de la céramique à usage culinaire entre le milieu du IIe s. av. J.‑C. et le milieu du IIIe s. ap. J.‑C., calculée en pourcentage du nombre de vases, amphores exclues. Les horizons sont regroupés en grandes phases stratigraphlques (barres gris foncé) : phases 1, 2 et 3 de l’habitat gaulois et augustéen, Ier et IIe s. ap. J.‑C.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43933/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 71 – Évolution de la composition du répertoire de la vaisselle indigène de table entre le milieu du IIe s. av. J.‑C. et le milieu du IIIe s. ap. J.‑C., calculée en pourcentage du nombre de vases, amphores exclues. Les horizons sont regroupés en grandes phases stratigraphiques (barres gris foncé) : phases 1, 2 et 3 de l’habitat gaulois et augustéen, Ier et IIe s. ap. J.‑C.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43933/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search