Version classiqueVersion mobile

Rodumna (Roanne, Loire), le village gallo-romain

 | 
Martine Genin
, 
Marie-Odile Lavendhomme

Chapitre 4. Le mobilier céramique

Die Keramik

The pottery

Martine Genin

Résumé

Le mode de classification en catégories tient compte des critères traditionnellement retenus, à la fois technologiques (types de pâte, modes de cuisson), morphologiques et fonctionnels. On obtient ainsi, toutes périodes confondues, 16 catégories de mobilier céramique. Chacune est présentée sur toute la durée de son évolution, de l’horizon 6 à l’horizon 12 (tabl. vii et viii). Un corpus de planches illustre parallèlement le contenu de chaque fosse et permet de visualiser de façon immédiate les associations de productions et de types au sein d’un même contexte.

Avec environ 3 800 tessons, représentant plus de 700 vases, la terre sigillée constitue 12 % du vaisselier gallo‑romain roannais (fig. 31). Elle est relativement peu abondante au sein du mobilier de l’horizon 6, mais elle augmente nettement dès les horizons 7 et 8, phénomène qui ne se dément pas dans les horizons suivants où elle se maintient. Les productions italiques et lyonnaises, qui définissent l’horizon 6, coexistent ensuite dans l’horizon 7 avec quelques vases sigillés de Gaule du Sud et du Centre. Les horizons 8 et 9 sont marqués par la prédominance absolue des sigillées sud‑gauloises dont les effectifs ne commencent réellement à baisser qu’au cours de l’horizon 10 au profit des sigillées grésées du Centre. Il convient de souligner que les vases non grésés du Centre restent, sur le site de Roanne, un groupe largement minoritaire dans le courant du ier s.

Les parois fines se caractérisent par leur diversité (fig. 39). Les gobelets à pâte siliceuse de type Aco sont spécifiques de l’horizon 6. Les vases de type Beuvray apparaissent en même temps, voient leur apogée durant l’horizon 8 et accusent une baisse sensible dès l’horizon 9. Les vases à décor sablé forment d’emblée 41 % de l’échantillon de l’horizon 8 et restent en nombre important durant l’horizon 9, pour fléchir au cours de l’horizon 10. L’horizon 9 voit surtout l’apparition des pots ovoïdes à décor d’épingles, qui se développeront durant l’horizon 10. Les vases à décor moulé et vases à engobe gris témoignent d’une diversification se mettant en place durant l’horizon 11. Les vases lisses ou décorés à reflets métallisés forment l’essentiel du mobilier de l’horizon 12. Ils évoquent de façon de plus en plus précise, avec quelques vases à décors moulés, la céramique métallescente proprement dite.

Jouant un rôle dans la détermination de l’horizon 12, cette catégorie n’est représentée que dans cet horizon. Elle comprend des formes lisses et décorées (ateliers du Centre et du Centre‑Est).

Cette catégorie (ateliers de Gaule du Centre) est essentiellement concentrée dans les fosses de l’horizon 8 (fig. 40). Trois fosses du chantier de la rue Gilbertès (32, 33 et 38), qui se distinguent par une surabondance de terra nigra, ont livré 55 des 66 vases à glaçure plombifère, donnée qui semble arguer en faveur d’un décalage chronologique au sein de cet horizon.

Présente dès l’horizon 6 (fig. 41) elle montre un échantillon plus diversifié dans les horizons 8 et 9 qui ont livré 25 formes, essentiellement des cruches (ateliers du Centre).

Elle comprend seulement une vingtaine de vases (fig. 42), regroupés pour la plupart dans les trois mêmes fosses du chantier de la rue Gilbertès (fosses 32, 33 et 38). L’essentiel semble correspondre à des productions du Centre.

Cette catégorie se rencontre exclusivement dans le mobilier des horizons 10 à 12 (fig. 43). La production est attestée dans le Centre et rattachée au premier tiers du iie s. Le mobilier de Roanne montre que ce groupe original a continué d’être produit et diffusé à la fin du iie s. ap. J.‑C. et au début du iiie s.

Déjà fortement représentée dans les horizons 6 et 7 (fig. 44 et 45), où elle constitue 12 et 8 % des vases, son effectif augmente encore au cours de l’horizon 8 jusqu’à 14 %, pour culminer à 17 % dans l’horizon 9. La rupture se situe à l’horizon 10, où elle ne représente plus que 3 % du répertoire.

Les formes hautes du répertoire ancien (vases balustres essentiellement) ont déjà pratiquement disparu dès l’horizon 6. Ce sont donc les bols de Roanne qui composent l’essentiel du répertoire des vases peints.

Les plats à engobe pompéien sont absents des horizons 6 et 7, rarissimes aux périodes suivantes. L’extrême rareté de cette catégorie à Roanne laisse penser que l’usage auquel ils étaient normalement destinés était assuré par des plats et assiettes à fond lustré, produits dans d’autres catégories, en céramique grise fine ou commune sombre.

La terra nigra mise au jour à Roanne représente l’un des points les plus intéressants de cette étude. Elle constitue un ensemble exceptionnellement riche dont la répartition permet d’asseoir la chronologie de son apparition et de sa diffusion (fig. 47 et 48).

Cette production des ateliers de la vallée de l’Allier est attestée dès l’horizon 6 (fin du règne d’Auguste) et connaît ensuite une très forte progression jusqu’au milieu du ier s. ap. J.‑C., où elle culmine à 13 % des vases. L’essentiel de l’échantillon se trouve en fait concentré dans 3 fosses de l’horizon 8 du chantier de la rue Gilbertès (fosses 32, 33 et 38). Cette catégorie disparaît brutalement dès l’horizon 9.

Cette catégorie se développe à Roanne avant le milieu du ier s. av. J.‑C. et est systématiquement représentée dans le mobilier gallo‑romain (496 vases) (fig. 51). Son effectif baisse régulièrement dans les horizons 7 et 8. Elle semble donc marquer le pas dès l’époque où la terra nigra commence réellement à envahir le marché roannais. La céramique grise garde à la fin du ier s. une place équivalente à celle qu’elle occupait au milieu du siècle. Le schéma se modifie seulement à partir de l’horizon 10, où elle se réduit à 4 % des vases.

Relativement peu abondante dans les horizons 6 à 9 (10 à 15 %) (fig. 53), la céramique commune claire augmente jusqu’à 30 % dans les horizons 10 et 11 pour n’atteindre enfin que 17,5 % des vases dans l’horizon 12. Le groupe 1 (cruches) domine de façon évidente à toutes les époques, remarque à nuancer pour l’horizon 8 où le groupe 2 (pots ovoïdes) arrive légèrement en tête. En tout état de cause, ces deux groupes restent majoritaires de l’horizon 6 à l’horizon 12 (fig. 54).

La Juxtaposition des données établies pour la commune claire avec celles fournies par la céramique commune sombre montre que pratiquement à toutes les époques les vases culinaires l’emportent très nettement sur ceux davantage destinés au service de la table (fig. 55). Cette catégorie augmente régulièrement pour atteindre son apogée (40 %) à l’horizon 11 (fig. 53). Les pots ovoïdes sont les formes les plus nombreuses à toutes les époques (fig. 56). Marmites, écuelles et couvercles sont également attestés tout au long de la période gallo‑romaine, alors que les cruches, les plats et les assiettes sont très peu fréquents.

Les vases de type Besançon sont encore présents durant l’horizon 6, pour disparaître au cours de l’horizon 7 (1 ex.). La céramique modelée de tradition indigène est relativement bien représentée dans les horizons 6 et 7, où elle constitue respectivement 31 et 27 % des vases dénombrés en céramique commune sombre.

Les vases de stockage sont systématiquement représentés dans les fosses gallo‑romaines de Roanne (fig. 57). Ils possèdent presque tous une pâte ocre à brune, granuleuse, à zonage gris, qui semblent caractériser des productions roannaises. La forme générale correspond soit à des formes hautes à panse ovoïde, soit à des formes basses. Deux types, déterminés d’après les profils des lèvres, se rencontrent : lèvre débordante à méplat large et lisse ou lèvre moulurée.

À l’exception des Dressel 1 (mobilier résiduel), les amphores vinaires sont particulièrement peu abondantes (fig. 58 à 60). Par contre, les importations d’huile de Bétique sont représentées sur toute la durée de la période gallo‑romaine par des amphores de type Dressel 20, dont l’évolution morphologique est marquée par plusieurs grandes étapes. Les amphores à saumures ou conserves de poisson sont tout d’abord figurées dans les horizons 6 à 9 par des exemplaires de type Dressel 7/11 originaires de Bétique, auxquels s’ajoutent, dès l’horizon 10, des amphores Beltran‑Lloris lia de même origine. C’est également dans les horizons 10 et 11 qu’apparaissent quelques amphores Dressel 9 similis de production lyonnaise ou rhodanienne. Quelques exemplaires de type Richborough 527 apparaissent à Roanne dans l’horizon 9 et sont attestés jusqu’à l’horizon 12. Un autre groupe semble être fabriqué à Roanne durant l’horizon 8.

Seulement 21 des 70 lampes dénombrées sont typologiquement identifiables. Il va de soi qu’on ne peut, sur la base d’un échantillon aussi maigre, proposer une image fiable et précise de leur évolution.

Les sept horizons céramiques sont illustrés par les figures 61 à 67 qui rassemblent, pour chacune d’entre elles, les principaux types de vases rencontrés dans les différentes catégories, soit les types les plus fréquents, soit les types dont l’apparition caractérise telle ou telle époque. Le lecteur pourra donc reconstituer les associations visuellement car elles n’ont volontairement pas été traitées dans le texte.

Texte intégral

1N.B. Pour l’édition en ligne les planches mentionnées dans le texte ont été placées à la fin du chapitre.

4.1 Les méthodes de travail

2Les mêmes méthodes ont été systématiquement appliquées aux différentes catégories de céramiques, et sont adaptées à des buts précis : regrouper des ensembles de même datation afin de définir des horizons céramiques et chronologiques permettant de caractériser un faciès culturel régional pour l’époque gallo‑romaine. Il s’agissait donc d’établir une chronologie pour chaque ensemble puis de proposer une chronologie relative entre les ensembles.

Détermination des catégories

  • 1 La terminologie utilisée ici ne recouvre pas exactement celle mise en place pour la description de (...)

3Le mode de classification tient compte des critères traditionnellement retenus, à la fois technologiques (types de pâte, modes de cuisson), morphologiques et fonctionnels. On obtient ainsi, toutes périodes confondues, 16 catégories distinctes de mobilier céramique1 :
– céramique sigillée ;
– céramique à parois fines ;
– céramique métallescente ;
– céramique à glaçure plombifère ;
– céramique à engobe blanc ;
– céramique à engobe rouge ;
– céramique peinte à l’éponge ;
– céramique peinte ;
– céramique à engobe interne rouge « pompéien » ;
– terra nigra ;
– céramique grise fine ;
– céramique commune claire ;
– céramique commune sombre ;
– vases de stockage ;
– amphores ;
– lampes.

4Une telle classification ne peut être totalement satisfaisante. En effet, le terme de « catégories » ne recouvre pas toujours les mêmes notions : il s’applique soit à des groupes larges au sein desquels on trouve plusieurs productions bien caractérisées, comme la céramique sigillée ou la céramique à parois fines, soit à des groupes essentiellement définis par leur fonction (amphores, lampes), soit encore à des groupes très particuliers qui sont, selon les cas, plus ou moins bien connus et définis dans l’état actuel de la recherche (céramique à engobe blanc ou céramique peinte à l’éponge par exemple). Cela dit, ce type de classification largement utilisé en céramologie gallo‑romaine constitue un canevas général sur lequel peut s’organiser et se développer une étude de synthèse.

Présentation des catégories

5Chaque catégorie est présentée sur toute la durée de son évolution, de l’horizon 6 à l’horizon 12. Ce mode de présentation offre l’avantage de pouvoir dégager rapidement les principales caractéristiques du mobilier sans commentaires répétitifs ou analyses redondantes. Un corpus de planches illustre parallèlement le contenu de chaque fosse et permet de visualiser de façon immédiate les associations de productions et de types au sein d’un même contexte. Ce corpus de planches s’accompagne d’une annexe qui présente, en introduction de la synthèse céramique, les associations de catégories et de types qui caractérisent chacun des 6 horizons.

Méthodes d’inventaire et mode de description des vases

6Le mobilier de chaque fosse a fait l’objet d’un recollage exhaustif et le nombre minimum de vases a été déterminé d’après la méthode Arcelin‑Pradelle (1981). Pour chaque fosse et pour chaque catégorie sont présentés le nombre de tessons avant collage et le nombre de vases après collage (tabl. vii). Ces deux séries de données numériques ont ensuite permis de procéder à des moyennes par horizon chronologique (tabl. viii et fig. 30).

TABL. VII – Répartition de la vaisselle céramique dans les ensembles étudiés, en nombre de fragments (A), en nombre d’individus (B).

TABL. VIII – Répartition de la vaisselle céramique par horizon, en nombre de fragments (A), en nombre d’individus (B).

FIG. 30 – Répartition de la vaisselle céramique par horizon, en pourcentage du nombre d’individus.

7Par ailleurs, l’élaboration d’un cadre descriptif fondé sur un langage strictement codifié et sur des calculs de rapports dimensionnels ne se justifiait pas dans l’optique de notre travail. Le mode de description des vases reste donc volontairement sommaire ; les vases sont classés à l’intérieur de chaque catégorie selon des critères morphologiques simples dans l’ordre qui suit : formes hautes (cruches, gobelets, pichets, pots ovoïdes) et formes basses (bols, écuelles, marmites, assiettes et plats, couvercles). Le classement morphologique se double d’un classement typologique, ce qui permet d’obtenir un répertoire de formes pour toutes les catégories. L’étude de ce répertoire par ensemble fournit une première datation pour chaque ensemble (cf. supra § 2.3).

4.2 Terre sigillée

8Productions de type italique
Horizon 6
Pl. 12, nos 1‑4 ; pl. 15, nos 1‑2 ; pl. 18, nos 1‑2 ; pl. 21, nos 1‑4.
Horizon 7
Pl. 22, n
os 1‑10.
Horizon 8
Pl. 29, n
o 1 ; pl. 32, nos 1‑5 ; pl. 46, no 1 ; pl. 48, nos 1‑4 ; pl. 52, no 1 ; pl. 62, nos 1‑ 4 ; pl. 72, no 1.
Horizon 9
Pl. 76, noos 1‑3.
Horizon 10
Pl. 87, no 1.

9Productions gauloises
Horizon 7
Pl. 22, nos 11‑12 ; pl. 23, nos 1‑2.
Horizon 8
Pl. 29, nos 2‑15 ; pl. 32, nos 6‑32 ; pl. 44, nos 1‑6 ; pl. 46, no 2 ; pl. 48, nos 5‑13 ; pl. 52, nos 2‑20 ; pl. 62, nos 5‑32 ; pl. 72, nos 2‑19
Horizon 9
Pl. 76. nos 4‑19 ; pl. 79, nos 1‑10 ; pl. 82, nos 1‑9.
Horizon 10
Pl. 85, nos 1‑10 ; pl. 87, nos 2‑21 ; pl. 92, nos 1‑16.
Horizon 11
Pl. 98, nos 1‑25 ; pl. 99, nos 1‑6 ; pl. 100, nos 1‑2.
Horizon 12
Pl. 113, nos 1‑21 ; pl. 122, nos 1‑7.

10Avec environ 3800 tessons, représentant plus de 700 vases, la terre sigillée constitue 12 % du vaisselier gallo‑romain roannais (fig. 31).

FIG. 31 – Évolution de la fréquence de la terre sigillée, en pourcentage du nombre d’individus par horizon (A), des différents groupes de terre sigillée (B).

Horizon 6

11pl. 12, nos 1‑4 ; pl. 15, nos 1‑2 ; pl. 18, nos 1‑2 ; pl. 21, nos 1‑4

12La céramique sigillée contenue dans les fosses de l’horizon 6 correspond à 4,7 % du nombre total de vases. Elle se caractérise tout d’abord par sa faible fréquence par rapport aux horizons suivants et la présence exclusive des productions italiques et lyonnaises (fig. 31). On compte seulement 36 fragments qui correspondent à 12 vases différents parmi lesquels on note l’absence des formes précoces (plats et bols à bords obliques, formes du service IA) qui se rattachent au début de l’époque augustéenne (tabl. ix). On compte 11 vases sigillés parmi lesquels 5 formes du service I (fosse 27, pl. 12, nos 1 ; fosse 29, pl. 18, no 1 ; fosse 30, pl. 21, nos 1‑3) et 6 formes du service II (fosse 27, pl. 12, nos 2‑4 ; fosse 28, pl. 15, no 2 ; fosse 29, pl. 18, no 2 ; fosse 30, pl. 21, no 4).

Horizon 6

Horizon 7

Type italique
Service IB
Service IC
Service II
Divers lisses

2
3
6
1

1
2
6

Gaule du Sud
Drag. 11

1

Centre VNG
Drag. 29
Bol

2
1

TABL. IX – Répartition typologique des vases en terre sigillée des horizons 6 et 7.

Horizon 7

13pl. 22 ; pl. 23, nos 1‑2

14L’horizon 7 est représenté par une seule fosse (fosse 31), qui a livré un mobilier assez riche et particulièrement homogène, au sein duquel la terre sigillée comprend 90 tessons et 13 vases, dont 7 formes archéologiquement complètes. Cette catégorie représente 11,3 % des vases de l’horizon 7 (fig. 31).

15Productions de tradition italique
pl. 22, nos 1‑10

16La fréquence relative des différentes productions montre une très nette prédominance des sigillées de tradition Italique (65 % des fragments et 9 vases sur les 13 identifiés) (tabl. ix). L’échantillon de formes est plus diversifié que celui de l’horizon 6 : on y trouve un plat du service IB (fosse 31, pl. 22, no 1), 2 plats du service IC (fosse 31, pl. 22, nos 3‑4), 6 bols du service II (fosse 31, pl. 22, nos 6‑9) et 3 fonds de plats ou d’assiettes de type indéterminé (fosse 31, pl. 22, nos 5‑10).

17La seule forme qui s’écarte des séries classiques est un plat à lèvre en bourrelet et paroi oblique à peine arrondie qui n’appartient pas à un type bien défini dans le matériel augustéen (fosse 31, pl. 22, no 2). Ce plat possède une pâte rose extrêmement fine, ne comportant pas de dégraissant visible à l’œil nu et, de ce fait, difficilement attribuable aux ateliers gaulois. On peut établir quelques parallèles avec des assiettes et des plats du Magdalensberg datés soit des années 15 ap. J.‑C. (Schindler‑Scheffenegger 1977 : pl. 47/7 et 11), soit des années 20‑25 ap. J.‑C. (Schindler‑Scheffenegger 1977 : pl. 47/16‑17).

18Productions de Gaule du Sud
pl. 22, no 11

19Elles sont représentées par un seul vase, qui est un calice Drag. 11, dont on a pu reconstituer le profil complet (tabl. ix). La pâte et le vernis de très bonne qualité ne laissent aucun doute sur l’origine de ce vase. Il s’agit d’un type de sigillée moulée créé sous Auguste et repris tel quel ou avec de légères modifications par les premières officines sud‑gauloises. Le registre décoré, délimité par une rangée d’oves, se compose de motifs végétaux disposés en guirlande.

20Productions de Gaule du Centre à vernis non grésé
pl. 22, no 12 ; pl. 23, nos 1‑2

21Les trois vases identifiés (tabl. ix) possèdent les mêmes caractéristiques visuelles de pâte et de vernis. La pâte est non calcaire, micacée, le vernis non grésé, de couleur orangée, plus ou moins uniforme.

22On trouve d’une part un petit bol hémisphérique lisse de type indéterminé (fosse 31, pl. 22, no 12), d’autre part deux grandes coupes décorées imitant le type Drag. 29 (fosse 31, pl. 23, nos 1‑2). Bien que de morphologie proche, elles ne sont pas identiques. La première est une copie très fidèle du type Drag. 29 : ouverture évasée, lèvre à face externe finement moulurée, panse faiblement carénée prolongée par un pied annulaire à ressaut externe. La seconde s’écarte davantage du modèle par l’orientation et l’épaisseur de la lèvre, et par la division de la paroi en deux parties soulignées par une carène plus marquée. Les décors diffèrent en revanche peu. La partie supérieure de la panse est ornée d’un rinceau à tige sinueuse ; des motifs végétaux (fleurs et feuilles) s’insèrent dans les ondulations dessinées par la tige ; la carène comporte une ligne guillochée encadrée par deux rangées de points et la partie inférieure de la panse un décor de godrons.

Horizon 8

23Cet horizon regroupe 8 fosses qui ont livré un matériel particulièrement riche dans toutes les catégories de céramique. La terre sigillée comprend 308 vases pour 1 405 tessons, qui dénotent une diversité bien plus grande que celle des horizons précédents (fig. 32). Elle rassemble donc 11,3 % des vases (chiffre équivalent à celui fourni par cette catégorie dans l’horizon 7) mais se diversifie de façon notable et se répartit très inégalement entre les trois groupes déjà attestés dans l’horizon précédent. Les productions de tradition italique se réduisent à 7,5 % de l’effectif, les vases non grésés de Gaule du Centre atteignent à peine 10 %, l’ensemble restant en fait dominé par les productions de Gaule du Sud qui totalisent 83 % des vases sigillés (fig. 31).

FIG. 32 – Répartition typologique des vases en terre sigillée de l’horizon 8 (A) et représentation en pourcentage des 4 types majoritaires (B).

24Productions de tradition italique
pl. 32, nos 1‑5 ; pl. 46, no 1 ; pl. 48, nos 1‑ 3 ; pl. 52, no 1 ; pl. 62, nos 1‑4 ; pl. 72, nos 1‑2

25Ces productions n’apparaissent pas dans toutes les fosses de l’horizon 8 ; seules les plus riches d’entre elles en ont livré quelques fragments, toujours minoritaires. Parmi les 23 vases identifiés, 9 se rattachent au service I (dont 2 au service IA, 3 au service IB et 4 au service IC) et 11 au service II. Les 3 autres comprennent un bol à bord oblique dérivé du type archaïque Goudineau 2 (fosse 38, pl. 62, no 1) et 2 parois de tasses à décor guilloché de façon très probable au type Haltern 14 (fosse 33 et fosse 36, non ill.).

26Productions de Gaule du Sud
pl. 29, nos 1‑13 ; pl. 32, nos 6‑27 ; pl. 44, nos 1‑6 ; pl. 46, no 2 ; pl. 48, no 4‑12 ; pl. 52, nos 2‑17 ; pl. 62, nos 5‑21 ; pl. 72, nos 3‑16 et no 19

27La terre sigillée de Gaule du Sud est représentée par 255 vases. 245 d’entre eux ont pu être répartis dans 20 types distincts dont les effectifs révèlent des écarts très importants. On constate en effet que 4 types rassemblent à eux seuls 153 vases, c’est‑à‑dire très exactement 60 % de l’échantillon (fig. 32 et tabl. xiii) :

28– Drag. 24/25 (24 %) ; fosse 32, pl. 29, no 4 ; fosse 33, pl. 32, nos 6‑12 ; fosse 34, pl. 44, no 1 ; fosse 37, pl. 52, no 2 ; fosse 38, pl. 62, nos 5‑7 ; fosse 39, pl. 72, no 3 ;
– Drag. 15/17 (14 %) ; fosse 32,
pl. 29, no 2 ; fosse 33, pl. 32, nos 17‑18 ; fosse 34, pl. 44, no 2 ; fosse 35, pl. 46, no 2 ; fosse 36, pl. 48, nos 5, 7 ; fosse 37, pl. 52, nos 6‑7 ; fosse 38, pl. 62, no 12 ; fosse 39, pl. 72, nos 2, 5‑6 ;
– Drag. 27 (13 %) ; fosse 32,
pl. 29, no 3 ; fosse 33, pl. 32, nos 13‑15 ; fosse 36, pl. 48, no 4 ; fosse 37, pl. 52, no 4 ; fosse 38, pl. 62, nos 8‑11 ; fosse 39, pl. 72, no 4 ;
– Drag. 18 (9 %) : fosse 32,
pl. 29, nos 7‑8 ; fosse 33, pl. 32. no 22 ; fosse 34, pl. 44, no 5 ; fosse 36, pl. 48, nos 8‑9 ; fosse 37, pl. 52, nos 10‑11 ; fosse 38, pl. 62, no 13 ; fosse 39, pl. 72, no 7 ;

29Les bols de types Drag. 24/25 et Drag. 27 sont fabriqués par les potiers de Gaule du Sud dès le début de leur période d’activité, vers 15‑20 ap. J.‑C. mais apparaissent ensuite en grand nombre et de façon quasi systématique au ier s., jusqu’à l’époque flavienne. Les assiettes Drag. 15/17 et 18 sont de création légèrement plus récente, sans doute vers 30 ap. J.‑C. (Vernhet, Balsan 1975).

30Les autres formes sont représentées de façon très disparate. Certains types précoces (par exemple Drag. 17, Drag. 29) figurent en plus de dix exemplaires (fosse 32, pl. 29, no 13 ; fosse 33, pl. 32, no 16 et nos 26‑27 ; fosse 36, pl. 48, no 11 ; fosse 37, pl. 52, nos 16‑17 ; fosse 39, pl. 72, no 19), tandis que d’autres (comme Ritt. 5, Drag. 11) n’apparaissent qu’à un ou deux exemplaires (fosse 33, pl. 32, no 24). Ces décalages ne semblent pas avoir de réelle signification chronologique ; ils reflètent sans doute davantage une désaffection rapide des formes héritées du répertoire augustéen. D’autres chiffres s’avèrent en revanche plus significatifs. Certaines formes, comme les bols Ritt. 12 (fosse 32, pl. 29, no 10 ; fosse 34, pl. 44, no 6 ; fosse 36, pl. 48, no 10 ; fosse 37, pl. 52, no 14 ; fosse 38, pl. 62, nos 16‑17 ; fosse 39, pl. 72, no 10), les assiettes Drag. 4/22 (fosse 38, pl. 62, no 18) et Drag. 16 (fosse 34, pl. 44, no 4 ; fosse 36, pl. 48, no 6 ; fosse 37, pl. 52, no 8), bien qu’en proportion restreinte (respectivement : 9, 4 et 4 ex.), révèlent en effet une évolution chronologique, puisqu’on situe leurs dates d’apparition dans les années 40 ap. J.‑C. au plus tôt. Il faut enfin relever la rareté des bols Drag. 33, pourtant réputés précoces (un seul ex., fosse 39, pl. 72, no 12).

31Productions de Gaule du Centre à vernis non grésé
pl. 29, nos 14‑15 ; pl. 32, nos 28‑34 ; pl. 48, no 13 ; pl. 52, nos 18‑20 ; pl. 62, nos 22‑32 ; pl. 72, no 18

32Elles restent relativement peu nombreuses en comparaison des productions du sud de la Gaule (30 vases) (fig. 32), et beaucoup moins diversifiées que ces dernières, avec seulement 9 types, parmi lesquels un seul (assiette dérivée de la Drag. 19, empruntée au service I) ne figure pas en terre sigillée sud‑gauloise (fosse 33, pl. 32, no 28).

Horizon 9

33La terre sigillée des fosses de l’horizon 9 compte 94 vases pour 324 tessons et représente donc 16,5 % du nombre total de vases contre 11,3 % dans l’horizon 8 (fig. 31 et 33). Aux productions reconnues dans les horizons 7 et 8, s’ajoutent la terre sigillée grésée de Gaule du Centre et un groupe de productions non identifiées (PNI).

FIG. 33 – Répartition typologique des vases en terre sigillée de l’horizon 9 (A) et représentation en pourcentage des 4 types majoritaires (B).

34Productions italiques et lyonnaises
pl. 76, no 1‑3

35Ce groupe se réduit à 9 vases, représentés par 1 forme précoce proche du service IA (fosse 40, pl. 76, no 1), 2 assiettes du service IC et 6 bols et assiettes du service II (fosse 40, pl. 76, nos 2‑3).

36Productions gauloises
pl. 76, nos 4‑19 ; pl. 79, nos 1‑10 ; pl. 82, nos 1‑9

37Les ateliers du Sud prédominent encore de façon évidente, avec 72 % des fragments et 74 % des vases, mais la répartition typologique des vases révèle des changements notables par rapport à l’horizon 8. On voit en effet apparaître de nouvelles formes lisses et décorées, Curle 11 (fosse 41, pl. 79, no 6 ; fosse 42, pl. 82, no 6), Drag. 37 (fosse 41, pl. 79, no 10 ; fosse 42, pl. 82, nos 7‑9), ainsi que certains types flaviens de La Graufesenque (8 coupes Drag. 35/36, fosse 40, pl. 76, no 5 ; fosse 41, pl. 79, no 7 ; fosse 42, pl. 82, no 2, 6 coupes Curie 15 et une coupe Drag. 46, fosse 41, pl. 79, nos 8‑9 ; fosse 42, pl. 82, nos 3, 5). Inversement, les séries majoritaires de l’horizon 8 connaissent une régression sensible, à l’exception des assiettes Drag. 18 dont on a pu dénombrer 13 exemplaires (fosse 41, pl. 79. no 3).

38Les ateliers du Centre sont tout d’abord représentés par 8 vases à vernis non grésé, parmi lesquels 2 seulement se rattachent à des types nouveaux : une coupe Drag. 46/Bet 42 (fosse 42, pl. 82, no 3) et un bol Drag. 37 complet livré par la fosse 42 (fosse 42, pl. 82, no 9). L’étude des poinçons de ce vase (Vaginay 1981a : 53) révèle des similitudes avec les registres de plusieurs potiers d’époque trajane, en particulier avec celui de DONNAUCUS.

39Les sigillées grésées du Centre font leur apparition, avec 2 bols Drag. 37 (fosse 42, pl. 82, nos 7‑8) et un autre vase, peut‑être du même type, représenté par un rebord en bourrelet légèrement rentrant, orné de fines moulures (fosse 41, pl. 79, no 10) ; un fragment décoré atteste un autre vase de type indéterminé. Ces productions représentent un peu plus de 3 % des vases sigillés de l’horizon 9.

40Les vases de provenance indéterminée (PNI), 3 bols Drag. 37, sont attestés seulement par des lèvres.

Horizon 10

41Les trois fosses qui caractérisent l’horizon 10 ont livré 238 fragments et 67 vases en céramique sigillée, soit 14,7 % du nombre total de vases (fig. 31 et 34).

FIG. 34 – Répartition typologique des vases en terre sigillée de l’horizon 10 (A) et représentation en pourcentage des 4 types majoritaires (B).

42Productions italiques et lyonnaises
pl. 87, no 1

43Elles se réduisent à quelques fragments (5, soit 2 % du total) et deux vases identifiables (soit 3 % des vases sigillés), qui sont un bol du service II (fosse 43, non ill.) et un fond de bol du service I portant un timbre de XANTHVS (fosse 44, pl. 87, no 1).

44Productions gauloises
pl. 85, nos 1‑10 ; pl. 87, nos 2‑21 ; pl. 92, nos 1‑16

45La terre sigillée de Gaule du Sud comprend 31 vases (46 % de l’effectif), avec un échantillon typologique un peu plus étendu que celui de l’horizon 9. On y trouve toujours les types caractéristiques du milieu du ier s. et quelques formes flaviennes apparues dans l’horizon précédent. S’y ajoutent des bols Ritt. 14 à anses latérales (3 ex., cf. fosse 44, pl. 87, nos 8, 10 et 18) et Drag. 42/Bet 24/25 (1 ex., fosse 44, pl. 87, no 11), ainsi que 2 vases ovoïdes qui constituent sans doute une variante du type Déch. 72 (fosse 44, pl. 87, no 20 ; fosse 45, pl. 92, no 11). Ces « nouveaux » types, dont les dates d’apparition se situent dans la seconde moitié du ier s., n’apportent pas de nouveaux indices chronologiques.

46Les productions du Centre à vernis non grésé se ramènent à une seule forme décorée non identifiée (fragment isolé).

47On perçoit mieux l’évolution du mobilier avec la terre sigillée grésée du Centre, dont l’effectif croît sensiblement (23 vases, soit 34 % de l’effectif contre 3 % dans l’horizon 9), même si on ne prend pas en compte les vases de provenance indéterminée (10 ex.), dont une bonne partie a sans doute la même origine. Parmi les 33 vases dénombrés dans ces deux groupes, figurent quelques exemplaires appartenant à des types connus (Drag. 35/36, Déch. 72), à côté de trois formes moins courantes, apparemment dérivées des coupes Drag. 35/36 flaviennes. Il s’agit de coupes carénées à pied annulaire très épais, lèvre à marli peu pendante ornée de divers motifs à la barbotine (fosse 44, pl. 87, no 9 ; fosse 45, pl. 92, no 3). Un troisième exemplaire pratiquement identique ne diffère des précédents que par une lèvre à marli plat évoquant davantage les bols et coupes des types Bet 47 et 48 (fosse 44, pl. 87, no 17). Ces trois coupes semblent appartenir à des séries dérivées des services flaviens A et B de La Graufesenque (Vernhet 1976 : fig. 3), qui aboutiront aux formes Bet 47 et 48, produites à Lezoux entre le milieu du iie s. et le début du iiie s. (Bet et al. 1989 : fig. 3/47‑48).

48Cet échantillon du Centre semble davantage caractérisé par une série de 13 bols et coupes qui se rattachent à des types d’abord fabriqués par les ateliers du Sud : Bet 42‑43 (Drag. 46, Curie 23 à lèvre tombante : fosse 44, pl. 87, nos 12‑13 ; fosse 45, pl. 92, nos 4‑6) et Bet 44‑45 (Drag. 46, Curie 15 à lèvre montante : fosse 44, pl. 87, nos 14‑16 ; fosse 45, pl. 92, nos 7‑8). Ces formes très fréquentes au iie s., apparaissent vers 120 ap. J.‑C., au plus tard, dans le répertoire de Lezoux.

49En ce qui concerne les sigillées décorées, on note que les bols Drag. 37 deviennent un peu plus fréquents dans l’horizon 10, avec 8 exemplaires qui représentent 12 % des vases (contre 9 % dans l’horizon 9). Parmi les vases moulés, on trouve enfin une forme plus rare, sous la forme d’un gobelet Déch. 64 à vernis noir (fosse 44, pl. 87, no 21) ; la pâte orangée est de texture extrêmement fine et les surfaces présentent un vernis noir brillant et uniforme, apparemment grésé. Sur le décor, dont ce fragment ne livre qu’une partie, apparaît un cep de vigne chargé de feuilles et de grappes et un personnage debout, tourné à droite. Ce type de vase à vernis noir a été fabriqué à Lezoux, en particulier par les potiers Libertus (100‑120 ap. J.‑C.), Butrio (120‑145 ap. J.‑C.) et Paternus (145‑190 ap. J.‑C.) (Stanfield, Simpson 1958 : 52, pl. 52/608 ; pl. 56/647).

Horizon 11

50La céramique sigillée de la fosse 46, qui représente le faciès de l’horizon 11, comprend, 110 vases pour 880 tessons (fig. 31 et 35). Elle correspond ici à 12 % du nombre total de vases.

FIG. 35 – Répartition typologique des vases en terre sigillée de l’horizon 11 (A) et représentation en pourcentage des 4 types majoritaires (B).

51Seules les productions gauloises sont représentées (pl. 98, nos 1‑25 ; pl. 99, nos 1‑7). Les productions du Sud accentuent leur régression, avec 22 fragments et 21 vases (19 % de l’effectif). Leur répartition typologique montre la disparition de la plupart des formes du ier s., dont ne subsistent que quelques exemplaires isolés. Les types majoritaires restent les coupes Drag. 46 à lèvre tombante (6 ex., fosse 46, pl. 98, nos 14‑15, 17‑18) et Curie 15 à lèvre montante (5 ex., fosse 46, pl. 98, nos 16, 19‑20).

52Parallèlement, la terre sigillée grésée du Centre et les productions apparentées (PNI) font un bond quantitatif révélateur puisqu’elles atteignent 80 % des vases sigillés. Parmi les 88 vases qui s’y rattachent, 3 types prédominent : tout d’abord les bols Drag. 37, qui, avec 30 exemplaires, représentent 27 % du total (fosse 46, pl. 98, nos 2‑5), ensuite les coupes Bet 42/Drag. 46 et Drag. 42/Bet 24/25, avec des effectifs respectifs de 14 et 13 vases (fosse 46, pl. 98, nos 7‑9). Bien que ces types soient attestés dès l’horizon 10, leur forte représentation dénote manifestement une évolution chronologique.

53Il faut également signaler la présence d’un petit bol caréné à marli plat très proche d’une série déjà reconnue dans le mobilier de l’horizon 10 (cf. fosse 46, pl. 98, no 21).

54Les formes nouvelles, au nombre de 3, se partagent 13 vases : bol Drag. 38 (8 ex., fosse 46, pl. 98, nos 10‑11), assiette Walters 79/80 (4 ex., fosse 46, pl. 98, no 5) et gobelet Déch. 72 (1 ex., fosse 46, pl. 99, no 6).

55Les dates de production et de diffusion des bols Drag. 38 de Lezoux (type Bet 88) couvrent toute la durée du iie s. : on pourrait alors s’étonner de ne pas en avoir identifié un seul dans l’échantillon pourtant homogène de l’horizon précédent. Les assiettes Walters 79/80 (types Bet 31 et 32) sont également attestées à Lezoux dans la première moitié du iie s., mais notées comme surtout caractéristiques de la phase 7 de l’atelier (seconde moitié du iie s. et début du iiie s.) (Bet et al. 1989 : 40). Le gobelet Déch. 72 présente un décor excisé à mi‑panse, délimité par de larges cannelures. Ce type, qui comprend d’assez nombreuses variantes morphologiques et décoratives, figure dans le répertoire de Lezoux (type Bet 102), où il aurait été produit à partir des années 150‑170 ap. J.‑C.

56L’originalité de ce lot réside enfin dans la présence de 2 vases moulés à vernis brun‑noir que nous avons rattachés, comme le gobelet Déch. 64 de l’horizon 10, aux productions à vernis rouge de Lezoux. Le premier, (fosse 46, pl. 100, no 1), possède un profil complet, qui correspond au type Déch. 67 : bord lisse, peu éversé, panse ovoïde, fond à pied annulaire. La partie médiane de la panse porte un décor moulé délimité en haut et en bas par des cannelures. Ce décor, grossièrement réalisé, est sans doute le résultat d’un surmoulage : les reliefs sont érodés et les motifs difficilement lisibles. Des panneaux séparés par des filets ondés, des grènetis, des colonnes de feuilles et des colonnes torses, encadrent des personnages que nous n’avons pu identifier correctement ; l’un d’entre eux est un homme nu, debout et tourné à gauche, le bras levé ; son pied gauche repose sur un piédestal à peine visible ; il tient de la main gauche un objet également difficile à identifier. Cette séquence décorative ne semble pas très fréquente sur les vases Déch. 67 produits au iie s., si l’on en juge par les publications de G. Simpson ou C. Bémont, qui montrent que des décors libres apparaissent plus souvent sur les vases de ce type (Stanfield, Simpson 1958 ; Bémont 1972).

57Le second vase noir est représenté par un fragment isolé, dont la faible épaisseur (env. 0,5 mm) suggère une forme fermée (fosse 46, pl. 100, no 2). Le décor comporte une zone guillochée sous laquelle apparaît une succession de bustes masculins ou de masques tournés à droite. Ce type de motif est notamment attesté dans les productions de Libertus, en particulier sur un vase Déch. 67. La période d’activité de ce potier se situerait entre 100 et 120 ap. J.‑C. mais les vases et les styles de Butrio et Paternus, qui auraient respectivement travaillé entre 120 et 145 et entre 145 et 190 ap. J.‑C., comprennent aussi parfois des motifs similaires sur vases Déch. 67. On doit, par ailleurs, signaler un vase noir de Chézieux (commune de Saint‑Romain‑le‑Puy, Loire) dont le décor présente des masques de différentes dimensions tournés à droite (Gorce 1975).

Horizon 12

58La céramique sigillée est représentée dans les deux fosses de l’horizon 12 par 825 tessons et 130 vases qui correspondent donc à 13,6 % du nombre total de vases (fig. 31 et 36).

FIG. 36 – Répartition typologique des vases en terre sigillée de l’horizon 12 (A) et représentation en pourcentage des 4 types majoritaires (B).

59Sont présentes uniquement des productions gauloises (pl. 113, nos 1‑21 ; pl. 122, nos 1‑7). Les ateliers du Sud sont figurés par 28 formes, qui se dispersent sur un échantillon typologique plus étendu que celui de l’horizon 11, faisant paradoxalement resurgir les types du ier s. On a tout lieu de penser que ce lot qui ne représente, somme toute, que 5 % des tessons et 21,5 % des vases, est à considérer comme résiduel. Il en va de même des productions du Centre à vernis non grésé, qui ne comptent que 4 vases. Les sigillées grésées du Centre et apparentées rassemblent donc, comme dans l’horizon 11, la plus grande partie des tessons et des vases (75,4 % de l’effectif).

60Parmi les 96 vases dénombrés, 39 exemplaires (soit près de 40 % du total) appartiennent au type Drag. 37 (fosse 47, pl. 113, nos 19‑21 ; fosse 48, pl. 122, no 7). Cette fréquence est supérieure à celle observée dans le mobilier de l’horizon 11 (27 %).

61De même, les deux séries contemporaines de bols et coupes Bet 42‑43 et Bet 44‑45 se maintiennent, avec 25 exemplaires (fosse 47, pl. 113, nos 10‑14 ; fosse 48, pl. 122, no 5). Il faut ensuite noter la présence d’un vase ovoïde, de forme Déch. 72, (fosse 48, pl. 122, no 4), de 5 assiettes Walters 79/80, dont un exemplaire complet (fosse 47, pl. 113, no 5) porte un timbre de Vagirus (Lezoux, période Trajan‑Hadrien), et la permanence des bols carénés proches des types Bet 47‑48 (3 ex. dont un à marli strié, fosse 47, pl. 113, no 15).

62En fait, seul l’effectif des coupes Drag. 33 augmente de façon sensible, avec 12 exemplaires dénombrés (fosse 48, pl. 122, no 3). Cette forme, créée par les ateliers du Sud et réputée précoce, mérite un examen particulier : en effet, elle reste rarissime dans le matériel de l’horizon 8 (2 vases sur 285), absente ensuite jusqu’à l’horizon 10 (2 vases sur 67) pour augmenter enfin quelque peu dans l’horizon 11 où l’on en comptait 5 exemplaires (1 du Sud, 4 du Centre). De tels chiffres tendent à remettre en question la chronologie de ce type et cela même si on prend en compte la spécificité du site roannais, le hasard des découvertes ou bien encore des phénomènes de diffusion difficiles à cerner.

63Le mobilier comprend également deux types qui apparaissent pour la première fois dans l’horizon 12, représentés respectivement par trois et deux individus : les mortiers Curle 21 (fosse 47, pl. 113, no 16) et les assiettes à marli plat et lèvre montante de forme Ludowici TG/Bet 29 (fosse 47, pl. 113, nos 8‑9). Ces formes auraient été fabriquées à Lezoux entre 160 et 220 ap. J.‑C. environ (Bet et al. 1989 : 521).

Timbres sur terre sigillée

64On a pu dénombrer 57 timbres différents sur l’ensemble de la terre sigillée des ensembles pris en compte, ce qui est peu en regard de la quantité de mobilier traité (tabl. x, fig. 37 et 38).

TABL. X – Catalogue des timbres sur vases en terre sigillée, classés par horizon et par ordre alphabétique.

FIG. 37 – Relevé des timbres sur vases en terre sigillée, horizons 7 et 8 ; (éch. 1/1).

FIG. 38 – Relevé des timbres sur vases en terre sigillée, horizons 9 à 12 ; (éch. 1/1).

65Les références chronologiques (Oxé, Comfort 1968 ; Oswald 1931...) s’accordent dans tous les cas avec les datations proposées d’après l’étude typologique des vases. Par ailleurs, l’échantillon, tous horizons confondus, s’avère évidemment trop restreint pour se prêter à une étude quantitative probante, pour laquelle devrait être prise en compte la totalité du corpus roannais. Globalement, on note néanmoins que le groupe le plus représenté est celui des ateliers du sud de la Gaule avec 34 exemplaires (60 %). Le groupe du centre de la Gaule comprend 16 timbres dont 5 à vernis non grésé et 11 à vernis grésé, ce qui correspond à 28 % de l’ensemble. Les productions italiques et lyonnaises se réduisent, pour leur part, à 7 timbres (12 %).

Horizon 7

66La marque d’Ateius figure en trois exemplaires, sous des formes différentes : seule, en cartouche rectangulaire ou circulaire sur des bols Haltern 8, ou en association avec un nom d’esclave (Salvius) sur une assiette de type indéterminé. Cette marque est sans doute la plus répandue dans la seconde moitié du règne d’Auguste. Elle est connue dans plusieurs ateliers italiques (Arezzo, Pise) mais également à Lyon, bien qu’elle ne soit pas attestée dans le mobilier de l’atelier de La Muette (Picon, Vichy 1974). Des comparaisons effectuées avec les ateiana analysés du camp de Haltern (Schnurbein 1982) ne permettent pas de préciser la provenance de nos exemplaires : les premiers n’y sont pas connus sous ces graphies exactes ; le troisième, qui associe Salvius à Ateius, est répertorié une seule fois mais reste sans origine. Une autre marque est représentée par un timbre associant le nom de Quadratus à celui du potier L. Gellius, sur un plat du service IB. Cette association est absente à Haltern (Schnurbein 1982) mais connue sur d’autres sites, notamment à Neuss (Ettlinger 1983).

67Un seul timbre anépigraphe (rosette) apparaît sur un fond de bol hémisphérique à vernis non grésé (pl. 22, no 12). Ce mode de signature et ce motif sont fréquents dans les productions de Lezoux, dès le ier s. (Bet, Vertet 1986).

Horizon 8

68L’échantillon de timbres de l’horizon 8 rassemble à lui seul 49 % de l’ensemble, avec 28 exemplaires.

69On compte tout d’abord 2 timbres de potiers augustéens (Primus et peut‑être Rasinius) imprimés sur des fragments sans forme, et attribuables, sous réserve, aux ateliers de Pouzzoles et de Lyon.

70Les productions non grésées de Lezoux ne sont représentées que par un timbre anépigraphe, de nouveau une rosette, sur un bol de type indéterminé également.

71Les timbres de Gaule méridionale sont en revanche plus nombreux, avec 25 exemplaires, parmi lesquels aucune marque ne prédomine. Certains noms figurent en 2 ou 3 exemplaires (Bassus, Senicio, Seno Cnæus) mais les autres, qu’ils soient ou non formellement identifiés n’apparaissent qu’une seule fois. Il faut noter que deux timbres ne sont pas répertoriés par Oswald : Dit sur Drag. 24/25 et Ximvs sur Ritt. 8 ; on trouve pour ce dernier un parallèle proche à Ruscino (Fiches, Genty 1980 : fig. 4, no 228), mais il se pourrait qu’il s’agisse d’une matrice cassée et réutilisée de la marque sud‑gauloise Maximvs.

72Toutes les marques sud‑gauloises identifiées s’inscrivent dans une période comprise entre le règne de Tibère et le début de l’époque flavienne, quatre d’entre elles n’étant connues qu’à partir du règne de Claude : Crestio, lulius, Regenus et Seno Cnæus.

Horizon 9

73Les 9 timbres de l’horizon 9 ne rendent pas compte de l’évolution chronologique clairement traduite par le mobilier. On doit donc se borner à mettre l’accent sur la présence de deux marques supplémentaires : Atepomarus sur une tasse Drag. 27 et une assiette Drag. 18 de Lezoux et Silvanus, sur une tasse Drag. 27 de La Graufesenque.

Horizon 10

74L’échantillon se réduit à 3 timbres, dont un exemplaire résiduel du potier Xanthus, sur un bol du service I. Les deux autres figurent sur des vases du Centre à vernis grésé : une rosette à 5 pétales sur un bol de type indéterminé et le nom de Bonoxus (Lezoux), dont la datation (période Trajan‑Hadrien) vient confirmer la chronologie du mobilier.

Horizon 11

75Deux des 7 timbres de l’horizon 11 appartiennent au ier s. : Sacirus, de La Graufesenque, et Miccaz (?), du Centre et à vernis non grésé. Parmi les cinq autres, trois sont des rosettes figurant sur des coupes carénées, dont une de forme Drag. 46. Ces motifs, connus au ier s., se répandent au iie s. sur les vases grésés des ateliers du Centre (Bet, Vertet 1986). Leur chronologie s’accorde avec celle que suggèrent les timbres de Cracissa et de Pugnus, datables respectivement des périodes Trajan‑Hadrien et Hadrien‑Antonin.

Horizon 12

76Parmi les 5 timbres, le plus récent (Sacirus, sur assiette Walters 79/80) s’inscrit dans le même horizon chronologique, c’est‑à‑dire la période Trajan‑Antonin.

4.3 Céramique à parois fines

77pl. 12, nos 5‑9 ; pl. 15, no 3 ; pl. 18, nos 3‑8 ; pl. 21, nos 5‑7 ; pl. 23, nos 3‑5 ; pl. 29, nos 16‑17 ; pl. 33, nos 1‑29 ; pl. 44, nos 7‑10 ; pl. 46, nos 3‑7 ; pl. 48, nos 14‑19 ; pl. 52,nos 21‑27 ; pl. 63, nos 1‑21 ; pl. 72, nos 20‑26 ; pl. 76, nos 20‑23 ; pl. 79, nos 11‑14 : pl. 82, nos 10‑17 ; pl. 85, nos 11‑12 ; pl. 88, nos 1‑4 ; pl. 93, nos 1‑8 ; pl. 100, nos 5‑18 ; pl. 114, nos 1‑19 ; pl. 122, nos 8‑18

78La céramique à parois fines est une catégorie qui se singularise par son manque d’unité. Il est donc impossible d’en proposer une définition totalement cohérente. Il s’agit effectivement d’un groupe très large, qui rassemble des vases à boire représentant diverses productions et diverses techniques de fabrication et de décoration. Nous devons aussi signaler au préalable que des catégories telles que la céramique à vernis plombifère ou la céramique métallescente n’y sont pas comprises ; ces productions ont fait l’objet d’inventaires séparés et d’études spécifiques.

79Cette catégorie comprend sur l’ensemble des fosses étudiées 380 vases (soit 6,4 % du nombre total de vases), inégalement répartis selon les horizons (fig. 39).

FIG. 39 – Évolution de la fréquence des céramiques à parois fines en pourcentage du nombre d’individus par horizon (A), évolution du nombre d’individus des différents groupes de vases à parois fines par horizon (B).

Horizon 6

80pl. 12, nos 5‑9 ; pl. 15, no 3 ; pl. 18, nos 3‑ 8 ; pl. 21, nos 5‑7

81Les fosses de l’horizon 6 ont livré 15 vases, qui représentent 6 % du répertoire (fig. 39).

Vases lisses

82Ils comprennent tout d’abord des gobelets dont la pâte non calcaire est très proche de celle qui caractérise les productions des ateliers lyonnais de La Muette (Genin 1996) ; l’un possède un rebord fin en bourrelet analogue à celui des gobelet de type Aco (fosse 27, pl. 12, no 7), mais aucun fragment à décor moulé de picots ne l’accompagnait. D’autres tessons attestent la présence d’un gobelet tronconique à anses et d’un gobelet de type indéterminé, à pâte également non calcaire (fosse 27, pl. 12, no 9 ; fosse 29, pl. 18, no 3). Il s’agit pour l’ensemble de types très fréquents à l’époque augustéenne, dont l’origine lyonnaise ou italique ne fait guère de doute.

83On trouve ensuite une petite coupe carénée à lèvre éversée, légèrement concave, dont la pâte et les surfaces orangées comportent des paillettes de mica (fosse 28, pl. 15, no 3) ; ce profil évoque une autre coupe, à engobe rouge, présente dans une des fosses de l’horizon 6 et attribuable aux ateliers du Centre, comme on le verra. Deux autres vases ont quant à eux une pâte calcaire ; ils sont représentés par un rebord éversé non profilé appartenant à une forme basse de petit diamètre et par un fragment de fond concave indéterminé (fosse 29, pl. 18, no 4).

Vases décorés

84Deux des 9 formes décorées sont des gobelets à pâte siliceuse attestés sous Auguste et notamment à Lyon, dans les premiers niveaux d’habitat du Clos du Verbe Incarné, vers 40‑20 av. J.‑C. (Desbat et al. 1989). Il s’agit d’une forme à lèvre éversée, légèrement Incurvée, portant un décor de semis d’épines (fosse 30, pl. 21, no 6) et d’un fragment à décor cordé en relief (fosse 27, pl. 12, no 6).

85D’autres décors sont visibles sur des tessons isolés à pâte siliceuse : incisions en fins rectangles sur bandes horizontales, incisions en amande, incisions en losanges (fosse 27, pl. 12, no 5).

86Quatre vases se rattachent à une série originale signalée par quelques auteurs (Gourvest 1971 ; Ferdière 1971 ; Galliou 1981), mais qui n’a encore fait l’objet d’aucune étude générale à ce jour (fosse 27, pl. 12, no 8 ; fosse 29, pl. 18, nos 6‑7 ; fosse 30, pl. 21, no 5). Cette série est parfois appelée « céramique à parois fines de type Beuvray » en raison de sa fréquence parmi les découvertes anciennes du site du Mont Beuvray, ou encore buttbeakers dans la littérature anglo‑saxonne, et « gobelets engobés de fabrication gauloisee dans l’étude du mobilier gaulois de Roanne (Lavendhomme, Guichard 1997). Les vases mis au jour à Roanne, en l’occurrence dans les fosses de l’horizon 6, se distinguent à l’inventaire par leurs caractéristiques visuelles de pâte et d’engobe : les pâtes sont claires, le plus souvent blanchâtres ; l’intérieur du vase est enduit d’un engobe orangé à rouge clair, tandis que l’extérieur porte un engobe marron Jusqu’à la base du décor, puis un engobe rouge sur le reste du fond et le pied. Nos quatre exemplaires illustrent les principaux types de décor et de profil attestés sur le site, que l’on retrouvera fréquemment par la suite, en particulier parmi le mobilier de l’horizon 8.

87Les décors sont constitués d’un simple guillochis en bandes alternées ou d’impressions à la molette de lignes brisées pointillées (« chevrons e) ; il arrive aussi que ces deux motifs apparaissent sur le même récipient. Deux de nos vases ont ainsi été identifiés grâce à de tels fragments décorés. Les deux autres possèdent également des profils partiellement reconstituables, qui se rattachent à deux types distincts :
– un gobelet tronconique à lèvre incurvée (fosse 29, pl. 18, no 5) ;
– un vase ovoïde à lèvre en bourrelet (fosse 27, pl. 12, no 8).

88Le premier présente aussi un décor guilloché, le second un décor à la molette.

89On note des similitudes évidentes entre le premier type de gobelet guilloché et des vases produits dès l’époque augustéenne à Saint‑Romain‑en‑Gal, tandis que les vases ovoïdes ne figurent pas dans le répertoire de cet atelier et que les décors à la molette y sont rares (Desbat, Savay‑Guerraz 1986). Par ailleurs, les décors de guillochis et de chevrons sont attestés dans le Centre (Galliou 1981) et dans l’Ouest (Tassaux et al. 1984), mais principalement sur des gobelets, présentant de nombreuses variantes morphologiques, rarement sur des vases ovoïdes. On trouve en revanche une comparaison précise pour ce profil parmi le mobilier d’un dépotoir augustéen d’Argenton‑sur‑Creuse (Indre) : un décor dit « avec des cordons en reliefe se répète en une dizaine d’exemplaires sur des vases ovoïdes (Allain et al. 1966 : pl. IV/4 et pl. V/4). Leur production par des ateliers du Centre (vallées de la Loire et de l’Allier) est enfin attestée par leur présence dans les collections du musée de Lezoux (Bet et al. 1987 : pl. 50/10‑28 à 10‑33), dans une tessonnière d’atelier de céramique roannais (cf. supra fig. 10, no 2), ainsi que par des découvertes récentes de Nevers (information orale de M. Joly).

Horizon 7

90pl. 23, nos 3‑5

91La céramique à parois fines compte seulement trois vases (soit 2,6 % du nombre total de vases) (fig. 39). Le rebord no 4 ne se rattache pas à un type connu et reste unique dans le mobilier roannais : c’est peut‑être un gobelet à lèvre peu éversée, et col haut formant un angle vif à la liaison avec la panse ; la pâte, apparemment calcaire, est orangée, à cœur gris, avec des surfaces rose pâle.

92Deux autres vases appartiennent au groupe de type Beuvray : un de forme indéterminé à décor de chevrons (no 5) et un grand gobelet complet à décor guilloché, très proche d’un exemplaire de l’horizon 6 (no 3). Sa lèvre, nettement incurvée, se prolonge par une panse divisée en trois registres guillochés délimités par des cannelures et reposant sur un fond légèrement soulevé.

Horizon 8

93pl. 29, nos 16‑17 ; pl. 33, nos 1‑29 ; pl. 44, nos 7‑10 ; pl. 46, nos 3‑7 ; pl. 48, nos 14‑19 ; pl. 52, nos 21‑27 ; pl. 63, nos 1‑21 ; pl. 72, nos 20‑26

94La céramique à parois fines de l’horizon 8 est particulièrement riche et diversifiée, avec 162 vases qui correspondent à 6 % du mobilier (fig. 39).

95De telles circonstances nous ont amenée à classer les vases en quatre groupes :
– gobelets d’Aco et imitations (14 ex.) : pl. 33, nos 5‑14 ; pl. 52, no 21 ; pl. 63, no 7 ;
– vases de type Beuvray (57 ex.) : pl. 29, nos 16‑17 ; pl. 33, nos 15‑22 ; pl. 44, no 7 ; pl. 46, nos 4‑7 ; pl. 48, nos 14‑16 ; pl. 52, nos 22‑23 ; pl. 63, nos 1‑6 ; pl. 72, nos 20‑22 ;
– vases de type lyonnais (66 ex.) : pl. 33, nos 23‑25 ; pl. 44, nos 8‑9 ; pl. 46, no 3 ; pl. 48, nos 17‑19 ; pl. 52, nos 24‑27 ; pl. 63, nos 10‑17 ; pl. 72, nos 23‑24 ;
– vases décorés, formes rares ou indéterminées (2 ex. et 8 tessons isolés) ;
– vases lisses (15 ex.).

Gobelets d’Aco et imitations

96pl. 33, nos 5‑14 ; pl. 52, no 21 ; pl. 63, no 7

97Ce groupe comprend 14 vases, parmi lesquels 2 seulement possèdent une pâte non calcaire et ne portent pas d’engobe (fosse 37, pl. 52, no 21 et fosse 38, pl. 63, no 7). Les 12 autres forment un ensemble dont le caractère et l’intérêt exceptionnels ont naguère justifié leur publication (Feugère et al. 1977).

98Le premier est un gobelet d’Aco à vernis sigillé grésé dont l’origine lyonnaise est avérée par des analyses physico‑chimiques (fosse 33, pl. 33, no 5 ; Picon 1975). Il présente un décor d’une extrême finesse : la frise supérieure se compose d’une rangée de feuilles et de deux lignes de losanges à semis de picots, les différents registres et motifs (victoires, couronnes, dauphins et sans doute trophées) sont insérés dans de grands triangles délimités par des rangées de perles. Une imperfection du décor révèle néanmoins que le vase a été réalisé à partir d’un moule fêlé.

99Les dix gobelets suivants ont une pâte beige à ocre, légèrement micacée, et un engobe rouge de qualité moindre, montrant clairement qu’il s’agit d’imitations à proprement parler (fosse 33, pl. 33, nos 6‑14). On y trouve un seul profil complet, dont on doit remarquer au passage l’épaisseur relative des parois. Son décor est composé d’une frise d’arbres, surmontée par une frise de feuilles. D’autres motifs moulés apparaissent sur des fragments isolés (fleurs, rosaces, losanges, triangles opposés, etc.), ainsi qu’un décor guilloché.

100Le gobelet en terre sigillée et ces imitations proviennent tous de la même fosse (fosse 33). Aucun fragment similaire n’apparaît dans d’autres contextes de l’horizon 8 ou des horizons suivants, si l’on excepte un tesson isolé parmi le mobilier de l’horizon 9. Il semble donc s’agir d’un lot de céramique exceptionnel à l’échelle du site. Leur origine ne semble en revanche guère poser de problèmes : ces gobelets à engobe non grésé sont connus dans le Centre, en particulier à Lezoux, où ils ont été identifiés parmi les productions libériennes (Vertet 1975).

Vases de type Beuvray

101pl. 29, nos 16‑17 ; pl. 33, nos 15‑22 ; pl. 44, no 7 : pl. 46, nos 4‑7 ; pl. 48, nos 14‑16 ; pl. 52, nos 22‑23 ; pl. 63, nos 1‑ 6 ; pl. 72, nos 20‑22

102Ce deuxième groupe représente à lui seul plus de 35 % du lot, avec 57 individus, dont 39 typologiquement identifiables, répartis en 16 gobelets et 23 vases ovoïdes.

103Plusieurs variantes sont discernables parmi les gobelets, à partir des profils de lèvre et des dimensions. Les uns, de grand format, possèdent une lèvre légèrement éversée et concave, similaire à celle des gobelets des horizons 6 et 7 (fosse 32, pl. 29, no 16 ; fosse 33, pl. 33, no 15 ; fosse 35, pl. 46, no 4 ; fosse 36, pl. 48, no 14 ; fosse 38, pl. 63, nos 3‑5). Les autres sont des gobelets de petite taille et se distinguent par une lèvre plus haute et souvent plus fine, à face externe concave ou arrondie (fosse 33, pl. 33, nos 16‑18 ; fosse 38, pl. 63, no 6). Dans cette série assez disparate figure un gobelet caréné qui s’apparente davantage à une forme basse (fosse 33, pl. 33, no 18).

104Il faut enfin noter deux points particuliers : certains vases ont une pâte et des surfaces de couleur uniforme beige, dont on ne sait s’il s’agit d’un défaut de cuisson ou d’un aspect délibérément voulu à la fabrication. Par ailleurs, il semble, du moins lorsque les vases ne se réduisent pas à des fragments de rebord, que seuls des décors guillochés figurent sur ces gobelets.

105Les vases ovoïdes composent une série plus homogène (fosse 32, pl. 29, no 17 ; fosse 33, pl. 33, no 19 ; fosse 34, pl. 44, no 7 ; fosse 35, pl. 46, nos 6‑7 ; fosse 38, pl. 63, nos 3‑5 ; fosse 39, pl. 72, nos 20‑22). On observe, tout ou plus, de légères variantes de détail : lèvres plus ou moins anguleuses, plus ou moins éversées, délimitation du décor par une ou plusieurs cannelures. Les deux vases complets (fosse 39, pl. 72, nos 20‑21) présentent des fonds épais, légèrement soulevés, qui complètent notre connaissance de leur typologie. La morphologie générale varie peu, si l’on excepte un seul exemplaire de petite taille, qui se distingue par un col plus droit et plus haut divisé en deux parties égales par une fine cannelure (fosse 32, pl. 29, no 17), mais sans définir à notre avis un type réellement différent. Enfin, sur 15 vases ovoïdes (6 de la fosse 39, 9 de la fosse 38), 10 possèdent un décor de chevrons, les 5 autres étant représentés par des rebords.

Vases décorés de type lyonnais

106pl. 33, nos 23‑25 ; pl. 44, nos 8‑9 ; pl. 46, no 3 ; pl. 48, nos 17‑19 ; pl. 52, nos 24‑27 ; pl. 63, nos 10‑17 ; pl. 72, nos 23‑24

107Cette dénomination, dont on pourra discuter la validité, s’applique ici à des vases engobés à pâte calcaire cuite en mode A. Les pâtes sont fines, de couleur beige ou jaune, tirant parfois sur le vert ; les engobes sont en majorité brun clair ou brun sombre, plus rarement de teinte claire, orangée notamment. Nombreux sont enfin les vases qui présentent en surface des reflets métalliques plus ou moins accentués.

108Ce groupe comprend 66 vases qui constituent 41 % des vases à parois fines de l’horizon 8.

109Les vases à décor sablé prédominent de façon évidente, avec 58 exemplaires parmi lesquels, outre 16 fragments de formes indéterminées, on compte 20 bols et 22 vases ovoïdes.

110Les bols montrent plusieurs variantes du type XXV défini par C. Grataloup sur les vases à parois fines de Lyon (Grataloup 1988). Leur lèvre peut être simple et non profilée (variante a, 1 ex., fosse 33, pl. 33, no 23) ou finement moulurée (variantes b et c : 18 ex. : fosse 33, pl. 33, no 25 ; fosse 36, pl. 48, no 17 ; fosse 37, pl. 52, nos 24‑25 ; fosse 38, pl. 63, nos 12‑14).

111Un seul exemplaire (fosse 38, pl. 63, no 17) possède une lèvre en pointe nettement éversée évoquant le type XXI, qui comprend des petites coupes tripodes lisses ou, parfois, sablées. Les fonds sont, quant à eux, plats ou légèrement concaves. Il faut y noter la présence d’un fragment à sablage interne, dont la surface porte un décor excisé très fin et très serré, apparemment unique dans ce groupe (fosse 36, pl. 48, no 19).

112Les vases ovoïdes représentent aussi les principales variantes connues à Lyon pour le type XXXIII : lèvre éversée, parfois légèrement concave, et épaule non rainurée (fosse 35, pl. 46, no 3 ; fosse 38, pl. 63, no 10), lèvre éversée et épaule rainurée (fosse 38, pl. 63, no 11), lèvre éversée à face externe moulurée (fosse 34, pl. 44, no 8). Le seul vase complet (fosse 38, pl. 63, no 10) possède un fond nettement concave, mais d’autres fragments attestent que les fonds peuvent aussi bien être plats.

113Sur huit bols apparaissent enfin d’autres types de décors : pastilles (4 ex., dont fosse 36, pl. 48, no 18 ; fosse 38, pl. 63, no 15 ; fosse 39, pl. 72, no 24), écailles (4 ex., dont fosse 37, pl. 52, no 27 ; fosse 38, pl. 63, no 16) qui correspondent aux types Grataloup XXIX et XXVIII. Les rebords sont semblables à ceux qu’on connaît sur la variante a du type XXV.

Vases décorés, formes rares ou indéterminées

114pl. 33, nos 4, 28

115Il s’agit de deux grands bols (fosse 33), très différents tant par leur profil que par leur décor, et pour lesquels on n’a pu établir de parallèle précis.

116Le premier (fosse 33, pl. 33, no 4) présente un bord légèrement rentrant et des parois épaisses. La partie inférieure de la panse porte un décor végétal grossièrement exécuté, délimité en haut par une rangée d’oves. L’identification qui en a été proposée naguère, « imitation de Drag. 11 » (Feugère et al. 1977), semble contredite par la morphologie du vase qui n’évoque en rien les calices de ce type. En revanche, les caractéristiques visuelles de la pâte et la présence d’un décor inspiré du répertoire de la terre sigillée laissent penser qu’il s’agit d’une production du Centre et, in extenso, d’une « imitation de terre sigillée ». Ce bol n’est pourtant pas engobé, le seul traitement visible étant un lissage peu soigné qui lui donne un aspect micacé ; de plus, la paroi interne est enduite d’une sorte de peinture marron de qualité médiocre, chose inhabituelle à notre connaissance sur les imitations produites à Lezoux au ier s. Si l’on sait que les imitations lédoziennes ne brillaient pas par leur finesse ou par une grande qualité d’exécution, on peut du moins rappeler les deux bols Drag. 29 complets de l’horizon 7, dont la facture soignée témoignait d’une véritable volonté d’imitation et d’un savoir‑faire adéquat. Notre vase est donc peut‑être le fruit d’un essai complètement raté ou, plus probablement, d’une fantaisie de potier.

117Le second bol décoré (fosse 33, pl. 33, no 28) possède une pâte ocre micacée analogue mais un profil radicalement différent : c’est un vase ouvert à bord en amande incurvé souligné par une cannelure, panse carénée ornée dans sa partie inférieure d’une rangée d’incisions hautes et passablement effacées. Les surfaces sont orange à marron, l’extérieur ayant subi un lissage relativement soigné.

118Différents décors sur fragments isolés, attestent enfin la présence d’autres vases : décor incisé en losanges (fosse 38, non ill.) ou en festons (fosse 38, non ill.), décor de lignes croisées à la barbotine (fosse 33, non ill.), décor cordé sur un tesson à pâte calcaire (fosse 38, pl. 63, no 8) et, en dernier lieu, décor en damier, proche de ceux connus en céramique grise fine, sur un fragment à pâte orangé clair (fosse 38, non ill.).

Vases lisses

119pl. 33, nos 23‑27, 29 ; pl. 44, no 10 ; pl. 63, nos 18‑21 ; pl. 72, no 25

120On compte seulement 15 vases lisses sur les 162 vases à parois fines de l’horizon 8.

121Trois d’entre eux sont des balsamaires qui se rattachent à une série assez fréquente sous Auguste et sans doute déjà résiduelle au milieu du ier s. ap. J.‑C. La pâte en est très fine et très compacte, peut‑être non calcaire ; les surfaces externes et internes sont revêtues d’un engobe noir uniforme (fosse 38, pl. 63, no 20 ; fosse 39, pl. 72, no 25).

122On trouve aussi quelques formes représentées en un seul ex. : un vase ovoïde fin à lèvre éversée (pâte calcaire orangée, fosse 38‑148, non ill.), ou lèvre en bourrelet (fosse 34, pl. 44, no 10), une petite coupe à lèvre incurvée (pâte calcaire jaune, engobe brun clair, fosse 38, pl. 63, no 18) ainsi que quatre vases ovoïdes ou bols, dénombrés à partir de fragments de parois (1 à pâte siliceuse, 3 à pâte calcaire).

123Quatre rebords appartiennent à des couvercles fins de petit diamètre, dont deux exactement identiques à bord en bourrelet, pâte ocre micacée et engobe orange, et deux autres à bord mouluré et à bord simple possèdent une pâte calcaire jaune et un engobe orange (fosse 33, pl. 33, no 29).

124Deux vases présentent enfin un intérêt particulier. Le premier est un bol hémisphérique à bord en bourrelet fin rapproché de la paroi et à fond plat (fosse 33, pl. 33, no 24). La pâte est très fine et très dure, de couleur rouge, les surfaces internes et externes sont granitées et offrent une teinte noire légèrement bleutée à reflets métalliques. Ces caractères définissent son appartenance aux « bols gris », série peu fréquente fabriquée sous Auguste, en Italie et à Lyon (Genin 1996). On en retrouve justement quelques exemplaires à Lyon, au Clos du Verbe Incarné vers 1‑10 ap. J.‑C. (Genin 1993), et rue des Farges, entre 15 et 30‑40 ap. J.‑C. (Grataloup 1988). Ces bols gris figurent également au Magdalensberg, dans des contextes compris entre 10 av. J.‑C. et 25 ap. J.‑C. (Schindler‑Kaudelka 1975), et à Ravenne dans la première moitié du ier s. ap. J.‑C. (Maioli 1972).

125Le second vase est une coupe carénée à lèvre en bourrelet et panse moulurée, pour lequel nous n’avons pas pu établir de parallèle (fosse 33, pl. 33, no 27). La pâte ne comporte pas de dégraissant visible à l’œil nu, l’extérieur du vase est beige, granuleux au toucher, tandis que l’intérieur présente une surface ocre soigneusement lissée.

Synthèse

126Les céramiques à parois fines de l’horizon 8 se caractérisent essentiellement par la prédominance de deux groupes, les vases de type Beuvray et les vases de type lyonnais, qui rassemblent respectivement 35 % et 41 % du répertoire (fig. 39).

127Les vases de type Beuvray, attribuables sans doute en partie aux ateliers roannais et déjà attestés parmi le mobilier des horizons 6 et 7, effectuent ici un bond quantitatif qui tend à confirmer que leur période de production majeure se situe au milieu du iers. ap. J.‑C.

128Le fort effectif des céramiques à parois fines décorées et à pâte calcaire est parfaitement cohérent avec la datation de l’horizon 8. De tels vases furent en effet fabriqués à Lyon sur l’atelier de La Butte entre 40 et 70 ap. J.‑C. (Grataloup 1988). Si l’existence d’autres centres producteurs (Gaule du Sud, Bétique) empêchent d’affirmer de façon catégorique que la totalité de l’échantillon est d’origine lyonnaise, on reste néanmoins tenté de le supposer au vu des ressemblances qu’on observe avec le matériel lyonnais.

129Les ateliers du Centre (Lezoux, vallées de l’Allier et de la Loire) sont, quant à eux, représentés par une série exceptionnelle d’imitations de gobelets d’Aco.

Horizon 9

130pl. 76, nos 20‑23 ; pl. 79, nos 11‑14 ; pl. 82, nos 10‑17

131Les fosses de l’horizon 9 ont livré 33 vases à parois fines, qui représentent, comme dans l’horizon 8,6 % du répertoire (fig. 39).

Imitations de gobelets d’Aco

132pl. 76, no 21

133Un seul vase se rattache aux imitations de gobelets d’Aco présentes dans l’horizon 8 : il est attesté par un fond à engobe rouge clair et décor guilloché (fosse 40, pl. 76, no 21).

Vases de type Beuvray

134pl. 79, no 11

135On en compte 4 exemplaires, qui sont 3 gobelets à lèvre incurvée (dont le moins fragmenté présente un décor guilloché : fosse 41, pl. 79, no 11) et 1 vase de forme indéterminée à décor de chevrons (fosse 41, non ill.).

Vases décorés de type lyonnais

136pl. 76, no 22 ; pl. 79, nos 12‑13 ; pl. 82, nos 10‑12

13711 des 13 vases de ce groupe possèdent un décor sablé : 5 bols de type Grataloup XXV (dont 2 avec rebord de la variante c), 2 vases ovoïdes du type XXXIII (variante a) et 4 formes indéterminées. Les deux derniers sont des bols à décor d’épines se rattachant au type XXVII.

Vases à décor d’épingles

138pl. 76, no 23 ; pl. 79, no 14 ; pl. 82, nos 13‑14

139L’horizon 9 voit l’apparition des vases ovoïdes à décors dit « en épingles à cheveuxe ou « en éperons », faits de lignes de barbotine en relief. On en compte 7 exemplaires, dont un profil complet (fosse 42, pl. 82, no 13). Leur morphologie est semblable à celle des vases ovoïdes sablés ; les pâtes sont fines, de teinte claire (beige, rose), peut‑être non calcaires ; les surfaces généralement brunes à noires présentent parfois des reflets métalliques qui ont conduit certains auteurs à les rattacher, voire à les confondre, avec la céramique métallescente proprement dite et à entretenir une certaine confusion de vocabulaire génératrice d’erreurs (Sénéchal 1972). Quoi qu’il en soit, ce type de décor à la barbotine se rencontre sur des vases fabriqués dans le Centre, en particulier à Lezoux, dès l’époque flavienne, et fréquents dans les dernières décennies du iers. ap. J.‑C.

Vases à décor guilloché

140pl. 82, no 15

141On dénombre 5 vases, à pâte fine analogue à celle des vases ovoïdes à décor d’épingles et engobe à reflets métalliques dont les teintes varient de l’orange vif au brun sombre. Les décors se composent de lignes guillochées plus ou moins serrées et plus ou moins fines. Un seul de ces vases est figuré par un rebord fin nettement éversé (fosse 42, pl. 82, no 15).

Vases lisses

142pl. 76, no 20

143Ce groupe se réduit à 3 vases : un gobelet tronconique à fond mouluré et pâte non calcaire (fosse 40, pl. 76, no 20), peut‑être attribuable aux ateliers lyonnais de La Muette (Lasfargues, Vertet 1970 ; Genin 1996), et 2 rebords de vases ovoïdes semblables à ceux que possèdent les vases à décor d’épingles ou à décor guilloché, mais pouvant tout aussi bien appartenir à des formes lisses (non ill.).

Synthèse

144En dépit de sa faiblesse numérique, la céramique à parois fines de l’horizon 9 confirme l’évolution chronologique traduite par la céramique sigillée. Cette période, datée des années 70‑110 ap. J.‑C., voit en effet se développer les productions de parois fines du Centre, qui comprennent notamment les vases à épingles, caractéristiques de l’époque flavienne (fig. 39). À leurs côtés figurent des vases à décor guilloché, dont la finesse d’exécution et l’aspect métallique se retrouvent, ainsi qu’on le verra, sur la plupart des productions à parois fines du iie s.

145Parallèlement, on note que les vases à décor sablé restent assez bien représentés. Certains d’entre eux, et en particulier les vases ovoïdes, pourraient également provenir de Lezoux (Bet, Henriques Raba 1989).

146En dernier lieu, les vases de type Beuvray accusent une baisse évidente, qui semble rendre compte d’un processus de disparition particulièrement rapide. Ils constituent en effet 12 % des parois fines de l’horizon 9, contre 34 % pour l’horizon 8.

Horizon 10

147pl. 85, nos 11‑12 ; pl. 88, nos 1‑4 ; pl. 93, nos 1‑8

148On compte 26 vases à parois fines parmi le mobilier de l’horizon 10. Cette catégorie se maintient, comme dans les horizons 8 et 9, autour de 6 % du répertoire (fig. 39).

Vases de type Beuvray

149Ils se réduisent à 3 fragments à décor guilloché, qui représentent autant de vases distincts (non ill.).

Vases à décor sablé

1503 vases à décor sablé ont également été individualisés d’après des fragments isolés (non ill.).

Vases à décor d’épingles

151pl. 85, no 11 ; pl. 88, nos 1‑2 ; pl. 93, nos 3‑5

152Ils prédominent nettement, avec 9 exemplaires, dont 3 profils complets de modules variés, mais de proportions assez uniformes (fosse 44, pl. 88, nos 1‑2 ; fosse 45, pl. 93, no 3).

153À ce groupe, s’ajoute un vase présentant une pâte blanchâtre, extrêmement fine, et des surfaces grises ardoisées, la paroi externe ayant subi un lissage très soigné (fosse 45, pl. 93, no 5). La lèvre haute et fine, à face externe légèrement concave, se raccorde à la panse par un col peu marqué ; la partie supérieure de la panse est ornée d’une rangée très régulière d’incisions ovales, encadrée par des moulures ; sur la partie inférieure apparaît un décor d’épingles. À notre connaissance, la combinaison de tels caractères typologiques, décoratifs et techniques ne fait pas référence à une production connue. On peut néanmoins signaler dès à présent des similitudes avec des vases à parois fines de l’horizon 11, qui se singularisent par une pâte et un traitement des surfaces analogues, mais dont les décors ne sont pas exactement identiques.

Vases à décor guilloché ou excisé

154pl. 85, no 12 ; pl. 88, no 3 ; pl. 93, no 2 On compte tout d’abord 3 vases ovoïdes à décor guilloché, en picots renversés (2 ex.) ou en amande, de forme indéterminée, qui présentent une pâte très fine, blanche à beige, et un engobe brun‑orangé à reflets métalliques (fosse 43, pl. 85, nos 12 ; fosse 45, pl. 93, no 2).

155Un dernier vase montre un profil beaucoup moins fréquent (fosse 44, pl. 88, no 3) : le col lisse, presque droit, se termine par une lèvre fine à peine éversée ; on identifie à la cassure un départ de décor en amande qui doit se développer sur la partie médiane de la panse. La pâte, très fine, est de couleur beige et l’engobe externe, brillant, à dominante brune. Ce vase est à rapprocher, par son aspect et son décor, des vases ovoïdes à parois fines du Centre, mais on manque malheureusement de références pour toutes ces productions.

Formes rares ou uniques

156pl, 93, nos 1, 6

157Il s’agit de 2 vases ovoïdes (fosse 45, pl. 93, no 1) apparemment non décorés et de deux fonds isolés : un fond plat (gobelet ?) à pâte rose et engobe brun mat (fosse 45, pl. 93, no 6) et un fond annulaire de petit diamètre à pâte rose vif et engobe brun à reflets métalliques (non ill.). 3 fragments de panse à engobe brun à reflets métalliques attestent 2 autres vases.

Synthèse

158L’évolution que révèlent les vases à parois fines de l’horizon 10 (fig. 39) se manifeste tout d’abord par la quasi‑disparition des vases de type Beuvray et par un très net déclin des vases décorés de type lyonnais, notamment les vases à décor sablé.

159Les groupes les mieux représentés sont désormais ceux des vases à décor d’épingles et à décor guilloché, attestés pour la première fois dans le mobilier de l’horizon 9 ; ils comprennent en effet respectivement 9 et 11 vases sur 26.

160L’échantillon, bien que restreint, montre également deux formes isolées très différentes l’une et l’autre : un vase ovoïde gris à décor mixte (incisions et épingles) de provenance indéterminée et un vase ovoïde à col lisse et décor incisé qui évoque par sa finesse d’exécution (en particulier les reflets métalliques de l’engobe) la qualité des vases métallescents de la fin du iie s. Ces deux vases pourraient rendre compte de la diversification (typologique, technique et décorative) qui caractérise le répertoire des potiers du Centre tout au long du iie s.

Horizon 11

161pl. 100, nos 5‑18

162La céramique à parois fines est beaucoup plus abondante parmi le mobilier de l’horizon 11 avec 82 vases, qui représentent 9 % du répertoire (fig. 39).

Vases décorés de type lyonnais

163On compte 7 vases à décor sablé, réduits à des fragments que l’on peut considérer comme résiduels.

Vases à décor d’épingles

164pl. 100, no 5

165Ils sont au nombre de 13, parmi lesquels 12 vases ovoïdes, qui comprennent un profil complet (fosse 46, pl. 100, no 5). On trouve également un fragment à paroi anormalement épaisse (6 mm), qui se rattache à un type absent du mobilier de l’horizon 10 : la forme V de Lezoux, qui correspond à un gobelet tronconique à dépressions et décor de lunules, fabriqué comme les vases ovoïdes à la fin du ier et au début du iie s. (Bet, Henriques Raba 1989 : fig. 6).

Vases à décor guilloché ou excisé

166pl. 100, nos 6‑11

167Ce lot comprend 38 vases qui se scindent en deux groupes. Le premier groupe rassemble 31 vases ovoïdes à pâte fine et engobe plus ou moins brillant, comparable à celui des vases correspondant de l’horizon 10 (fosse 46, pl. 100, nos 6, 8, 10). Les décors témoignent à la fois d’une grande diversité et d’une parenté évidente : bandes guillochées, espacées ou serrées sur plusieurs lignes, dessinant des festons, simples guillochis en amande, en losanges ou en picots renversés, disposés ou non en quinconce. Les profils montrent, quant à eux, quelques variantes : bord fin, éversé, non profilé (fosse 46, pl. 100, nos 8‑10), bord court plus épais et peu débordant (fosse 46, pl. 100, no 6) ; un vase se distingue enfin par une lèvre fine, à peine éversée, située dans le prolongement du col (fosse 46, pl. 100, no 9).

168Le deuxième groupe comporte 7 vases, dénombrés pour 4 d’entre eux grâce à des fragments décorés. Les pâtes sont fines, blanchâtres, les surfaces grises et la paroi externe dans tous les cas soigneusement lissée. Cette finesse et cette qualité d’exécution se retrouvent aussi dans les décors : les guillochis, régulièrement alignés ou disposés en quinconce, sont parfois accompagnés d’un décor excisé en amande ou en losange. Un seul exemplaire, où manque malheureusement le décor, présente un rebord simple, s’évasant vers le haut et appartenant peut‑être à un gobelet (fosse 46, pl. 100, no 7). Ce groupe correspond à une série originale absente jusqu’ici des céramiques à parois fines, si l’on excepte une forme d’ovoïde de l’horizon 10 qui présentait, comme on l’avait déjà souligné, les mêmes caractéristiques visuelles de pâte et de surface.

Vases à décor moulé

169pl. 100, nos 17‑18

170Deux fragments présentent un décor moulé. Le premier, appartenant à un vase vraisemblablement de petit module, montre une zone guillochée sous laquelle on distingue une feuille polygonale et des éléments de cercles et de demi‑cercles : la pâte est fine, de teinte beige orangée et l’engobe noir, mat, mal conservé (non ill.). Sur le second fragment, apparaissent deux rangées de rosaces régulières, disposées dans des doubles cercles ; seul l’aspect de surface diffère légèrement de celui du premier fragment, grâce à un lissage plus soigné ou à un meilleur état de conservation (fosse 46, pl. 100, no 17). Une autre forme est figurée par un médaillon d’applique à engobe brun (fosse 46, pl. 100, no 18).

171Ces décors rendent compte d’emprunts réciproques entre différents répertoires (ici avec celui de la terre sigillée), qui se développent au cours du iie s. dans les officines du Centre, comme on le verra de façon encore plus nette avec le mobilier de l’horizon 12.

Vases lisses

172Parmi 21 vases ovoïdes lisses (ou supposés tels) dénombrés, 10 possèdent des bords en amande similaires à ceux des vases à décor d’épingle et 3 autres, de petit diamètre, se distinguent par des bords plus épais et légèrement incurvés (non ill.). Une variante de petit module présente une lèvre en bourrelet à face externe moulurée, prolongée par un col caréné (fosse 46, pl. 100, no 12). On trouve aussi 5 bords lisses, non profilés, qui rappellent ceux des vases ovoïdes en terre sigillée Déch. 67, auxquels s’adjoint une variante moulurée (non ill.). Une coupe basse à bord oblique rentrant (fosse 46, pl. 100, no 13) se rattache à la forme VIII du répertoire de Lezoux (Bet, Henriques Raba 1989).

Synthèse

173Le répertoire des vases à parois fines de l’horizon 11 se caractérise tout d’abord par la diminution sensible de ceux à décors d’épingles, qui ne représentent plus que 16 % des vases, contre 35 % dans l’horizon 10 (fig. 39).

174On observe parallèlement une nette augmentation des vases décorés, dont les engobes clairs ou sombres, mats ou avec des reflets métalliques plus ou moins marqués, semblent s’inscrire dans un processus d’évolution qui aboutira notamment aux céramiques métallescentes proprement dites. Ces vases, qui constituent 49 % du répertoire, sont en grande majorité des vases ovoïdes à décor guilloché ou excisé. Certains d’entre eux révèlent aussi d’autres essais d’ornementation, par moulage ou appliques, totalement absents du mobilier de l’horizon 10.

175Une série originale, comprenant des parois fines grises à décors guilloché et incisé (7 ex.), figure également dans ce lot.

176L’impression de diversité (variantes de profils, différences d’aspects, variantes de décors) que donne ce mobilier, est nettement renforcée par l’étude des vases à parois fines de l’horizon 12.

Horizon 12

177pl. 114, nos 1‑20 ; pl. 122, nos 8‑18

178La céramique à parois fines de l’horizon 12 compte 59 vases ; elle revient donc avec 6,2 % du répertoire aux chiffres observés dans les horizons 8 à 10 (fig. 39). Les vases de type lyonnais (10 ex.) et à décor d’épingles (6 ex.) ne sont plus représentés que par des fragments isolés, parmi lesquels on peut du moins signaler un vase à dépressions de petit module (fosse 47, pl. 114, no 1). L’essentiel du mobilier se compose donc de vases décorés, à reflets métalliques pour la plupart.

Vases à décor guilloché ou excisé

179pl. 114, nos 3‑5, 8 ; pl. 122, nos 9‑14

180On peut distinguer deux groupes de vases ovoïdes à décor guilloché, d’après le profil des lèvres. Le premier groupe (10 ex.) possède une lèvre courte en bourrelet, peu éversée (fosse 47, pl. 114, no 4). Une seule forme est complète (fosse 47, pl. 114, no 8), dotée d’un décor guilloché en amandes réparti sur trois plages délimitées par des cannelures, elles‑mêmes parfois guilloohées. 5 vases à décor similaire sont représentés par des fragments isolés. Le second groupe (9 ex.) diffère légèrement par une lèvre en amande, plus fine et éversée (fosse 47, pl. 114, no 3).

181Aux côtés de ces deux groupes, on trouve un chapelet de formes isolées : un vase caliciforme (fosse 47, pl. 114, no 14), un vase ovoïde à col haut et décor mixte (fosse 47, pl. 114, no 5), 3 fragments de vases ovoïdes à décor de feuilles stylisées (fosse 47, pl. 114, no 12 ; fosse 48, pl. 122, nos 13‑15).

182Ces vases présentent un engobe extrêmement fin, de teinte orangée pour quelques‑uns et sombre pour la plupart. Généralement à reflets métalliques, il prend parfois l’aspect d’un vernis grésé, dont les teintes sombres semblent délibérément recherchées par le potier. Les pâtes, oranges ou rouges, sont également très fines et presque grésées. Il nous semble probable qu’une grande partie de cet échantillon témoigne de ces productions qu’on appelle parfois « pré‑métallescentes ».

Vases à décor moulé ou barbotiné

183pl. 114, nos 9‑13 ; pl. 122, nos 15‑16

184Un décor d’applique tout à fait singulier orne la panse d’un vase ovoïde à pied cylindrique et fond concave (fosse 47, pl. 114, no 9). La partie inférieure de la panse porte deux larges bandes guillochées, au‑dessus desquelles apparaît un médaillon qui représente le buste d’un personnage féminin vu de dos. La fragmentation du vase nous prive certainement du même buste vu de face qui a dû être appliqué à l’origine sur la partie opposée.

185Un fragment de médaillon en coquille, similaire à un exemplaire de l’horizon 11, représente un vase de type indéterminé (fosse 48, pl. 122, no 16).

186Un gobelet (fosse 47, pl. 114, no 10) présente un col tronconique terminé par un bord épais à face externe moulurée et orné d’un décor d’écailles à la barbotine. Un rebord de morphologie voisine (fosse 47, pl. 114, no 11) appartenait peut‑être à un vase identique. Des feuilles d’eau à la barbotiné se rencontrent enfin sur des vases de type indéterminé (fosse 47, pl. 114, no 13).

187Ces vases à décors moulés et barbotinés possèdent, comme la plupart des vases à décor guilloché ou excisé, une pâte orangée à rouge, extrêmement fine, et un engobe ou vernis brun à noir, à reflets métalliques.

Vases lisses

188pl. 114, nos 2, 7, 14‑19

189Ils sont au nombre de 6. 3 possèdent des rebords similaires, représentés par un seul profil complet (fosse 47, pl. 114, no 7). La lèvre en bourrelet arrondie se prolonge par un col court et lisse et une panse parfaitement ovoïde reposant sur un fond plat ; l’aspect de la pâte et de l’engobe est une fois de plus très proche de celui évoqué pour les vases précédents.

190Une seconde série comprend 4 vases à engobe orange mat (fosse 47, pl. 114, no 18). Ils se caractérisent par leur petite taille et par une lèvre fine se raccordant à la panse par un angle très marqué.

191D’autres formes lisses, isolées, sont représentées par un rebord de balsamaire (fosse 47, pl. 114, no 15) et un gobelet à bord concave, à pâte siliceuse, dont le caractère résiduel ne fait guère de doute (fosse 47, non ill.).

192On trouve enfin une coupe tripode à engobe brun, dont le profil se rattache à la forme VIII des productions de Lezoux (Bet, Henriques Raba 1989) et deux couvercles miniatures (fosse 47, pl. 114, nos 17, 19, 20).

Synthèse

193On observe une très nette prédominance des vases ovoïdes, pour la plupart décorés (49 % du répertoire) (fig. 39), dont l’aspect évoque de plus en plus précisément celui de la céramique métallescente. Les décors autres que guillochés sont représentés mais, comme dans l’horizon 11, en proportions restreintes. Il faut signaler par ailleurs que les parois fines grises, apparues au cours de l’horizon 11, ne figurent pas dans le mobilier de l’horizon 12.

194La composition de ce lot illustre clairement ce que montrait déjà en partie le mobilier de l’horizon 11, à savoir la grande diversité des productions. Or, une telle diversité, qui se traduit par l’absence de séries typologiques ainsi que par un grand nombre de modes décoratifs et d’aspects, contraste curieusement avec le caractère uniforme des sigillées produites au iie s. par les ateliers du Centre. Cette absence de normalisation explique en l’occurrence l’imprécision du vocabulaire et les problèmes de définition des catégories qui pèsent sur la connaissance de ces productions. Elle peut également rendre compte de la spécificité des différents ateliers, dont aucune vision d’ensemble n’est encore possible à travers les publications disponibles.

4.4 Céramique métallescente

195pl. 114, nos 21‑25 ; pl. 122, nos 19‑21

196Cette catégorie, évoquée plusieurs fois au cours de l’étude des vases à parois fines souffre, aujourd’hui encore, d’un curieux problème de définition. Le terme lui‑même mériterait un résumé « historique », qui révélerait l’incohérence qui prévaut, la plupart du temps, dans ce domaine. On a ainsi pu considérer le terme dans une acception très large et classer des vases en céramique métallescente dès lors qu’ils présentent des reflets plus ou moins métalliques, voire à y rattacher des formes attestées avec un tel aspect mais dont l’engobe est parfaitement mat. L’exemple le plus significatif est fourni par l’étude des vases à parois fines d’Alésia, dont le titre évoque d’emblée la confusion qui y règne (Sénéchal 1972). Vases sablés, vases à décor d’épingles ou de lunules, vases guillochés ou excisés, seraient autant d’étapes régulièrement franchies par le répertoire des céramiques métallescentes jusqu’au chapitre VII (« Depuis 180‑190 jusqu’à 400‑450 »), où sont enfin étudiés des vases métallescents proprement dits. Qu’il nous soit permis d’insister sur le fait que, dans le désert des publications de référence sur le sujet qui existait au début des années 70, cette étude a prévalu et induit une confusion générale dans ce domaine. Différents travaux publiés depuis cette date, ont permis de rectifier notre vision des productions du ier s., mais il ne semble pas qu’il en soit de même pour les productions des époques suivantes, en particulier pour celles de la fin du iie s., nettement moins bien caractérisées à l’heure actuelle.

197De fait, la seule tentative de mise au point a été publiée en 1978, dans un article dont nous ne rappellerons ici que les résultats principaux (Desbat 1978). L’auteur propose de restreindre l’appellation de céramique métallescente à des vases à vernis noir grésé et à pâte rouge « presque grésée », cuits selon le mode A, et dont l’aspect métallique est délibérément recherché par le potier. La céramique métallescente constituerait plus une production particulière assortie d’un répertoire de formes, qu’une « techniquee accidentelle ou plus ou moins volontaire. Les vases publiés dans cet article proviennent d’un dépotoir bien daté de la fin du iie s. mis au jour sur le site de la rue des Farges à Lyon. Les vases roannais qui peuvent être rattachés à ce groupe appartiennent exclusivement à l’horizon 12. La présence de céramique métallescente a donc constitué un indice de datation dans la mise en place du cadre chronologique des horizons 11 et 12, comme nous l’avons déjà indiqué au chapitre consacré à la chronologie (cf. supra § 2.3).

198La céramique métallescente, représentée seulement dans les ensembles de l’horizon 12, comprend 21 vases (2,2 % du répertoire de l’horizon), qui se répartissent entre 17 formes hautes et 4 formes basses.

Formes hautes

199Elles se divisent elles‑mêmes en deux groupes d’après les décors.

200Le premier groupe compte 5 vases à décor barbotiné. 3 d’entre eux, individualisés grâce à des fragments isolés, présentent des amorces de décors végétaux et de médaillons (fosse 47, pl. 114, no 25) et un motif perlé en barbotiné blanche (fosse 47, pl. 114, no 22).

201Les deux individus reproduits sont des vases ovoïdes incomplets qui diffèrent par la forme de leur fond. L’un (fosse 47, pl. 114, no 23) possède un fond évasé à pied creux et porte à mi‑panse une rangée de perles délimitant un décor végétal. L’autre (fosse 47, pl. 114, no 24) présente un fond annulaire à ressaut externe et un décor animalier (chien ou lapin courant à gauche) surmonté d’une ligne torsadée et d’un départ de médaillon.

202Ces décors barbotinés figurent dans les productions du Centre ; ils font notamment partie du répertoire de l’atelier de Gueugnon, de même que les motifs en barbotiné blanche (Gaillard, Parriat 1975 : 403), surtout fréquents sur les vases rhénans du iiie s.

203Le second groupe prédomine, avec 13 gobelets à col tronconique et décor guilloché (fosse 47, pl. 114, no 21 ; fosse 48, pl. 122, nos 19‑20). Les deux exemplaires dessinés présentent des profils similaires montrant, pour le plus complet, un fond légèrement concave. Ce type de gobelets, très fréquent à Lyon dans des contextes de la fin du iie s. (rue des Farges ; Desbat et al. 1979) et du iiie s. (Clos du Verbe Incarné ; documentation inédite) a été fabriqué dans plusieurs officines gauloises, dont Lezoux (Vertet 1975 : 45) et Jaulges‑Villiers‑Vineux (Jacob, Leredde 1975 : 77).

Formes basses

204Elles se réduisent à 3 bols hémisphériques non décorés, à bord simple (fosse 48, pl. 122, no 21). Généralement moins fréquents que les gobelets, ils sont attestés, à Lyon, sur le site de la rue des Farges (Desbat 1978 : pl. II, nos 1‑3).

4.5 Céramique à glaçure plombifère

205pl. 23, no 6 ; pl. 29, nos 20‑24 ; pl. 34, nos 1‑24 ; pl. 48, no 21 ; pl. 52, nos 28‑29 ; pl. 63, nos 22‑31 ; pl. 76, nos 24‑27

206La céramique à vernis plombifère est peu représentée dans les contextes gallo‑romains de Roanne. 66 vases représentent à peine plus de 1 % des 5 967 vases dénombrés sur l’ensemble des fosses. Encore faut‑il préciser qu’elle n’apparaît qu’au cours de l’horizon 7 (1 ex.) et qu’elle se trouve essentiellement concentrée dans les fosses de l’horizon 8 avec 59 vases (fig. 40).

FIG. 40 – Évolution de la fréquence de la céramique à glaçure plombifère en pourcentage du nombre d’individus par horizon.

207Les caractéristiques visuelles de pâte et de vernis varient peu : la pâte est blanchâtre, plus rarement orangée, et le vernis offre des teintes variant du jaune au vert. Les vernis verts se retrouvent plus fréquemment sur des vases à pâte blanche. Quoi qu’il en soit, on n’observe pas de vases à pâte rouge attribuables aux productions augustéennes de l’atelier lyonnais de Loyasse.

208Le répertoire comprend au moins 4 groupes morphologiques : des cruches, des gobelets, des vases ovoïdes et des coupes.

Horizon 7

209pl. 23, no 6

210La céramique à vernis plombifère se réduit à un seul vase de type indéterminé, représenté par un fragment de panse sur lequel on devine un décor moulé, sans doute un médaillon (fosse 31, pl. 23, no 6).

Horizon 8

211pl. 29, nos 18‑24 ; pl. 34, nos 1‑24 ; pl. 48, nos 20‑21 ; pl. 52, nos 28‑29 ; pl. 63, nos 22‑31

212Cette catégorie comprend 238 tessons et 59 vases qui constituent respectivement 91 % et 89 % des fragments et des vases à vernis plombifère étudiés. Encore faut‑il préciser qu’on observe une très grande disparité entre les 8 fosses étudiées. En effet, deux fosses n’ont pas livré de céramique à vernis plombifère (fosses 34 et 35) et trois autres n’en contenaient que quelques fragments (fosses 36, 37 et 39). L’essentiel de l’échantillon (55 des 59 vases) provient en fait de 3 fosses du même chantier (site no 65, rue Gilbertès, fosses 32, 33 et 38). Les deux dernières ont fait l’objet d’une publication, comprenant précisément une étude des vases à vernis plombifère et des poinçons décoratifs, à laquelle nous renvoyons afin d’éviter tout commentaire répétitif (Feugère et al. 1977).

213Les 59 vases se répartissent entre des cruches (17 ex.), des gobelets (6 ex.), des vases ovoïdes (6 ex.) et des coupes (11 ex.), 19 demeurant de forme indéterminée.

214Une seule cruche (fosse 33, pl. 34, no 1) a pu être entièrement reconstituée. Elle se rattache à la forme Déch. 60, notamment caractérisée par un bord en bandeau haut et évasé ; le col est droit et la panse, divisée en deux parties, repose sur un fond annulaire. Le décor se trouve sur la partie supérieure de la panse ; il est délimité en haut par une rangée d’oves et en bas, au niveau de la carène, par une ligne de perles. Les différents poinçons utilisés (cercles, points, motifs en S, etc.) composent un décor à arcatures. On observe le même type de rebord sur 3 exemplaires fragmentaires (cf. fosse 33, pl. 34, no 3 ; fosse 37, pl. 52, no 28), dont un porte un décor d’arcatures séparées par des cercles pointés. Une seule cruche, représentée par un fragment isolé, possède un bord simplement évasé orné de guillochis (fosse 37, pl. 52, no 29). Trois cruches, également incomplètes, montrent divers profils de panse, des dimensions très variées, ainsi qu’une série de poinçons parmi lesquels apparaissent des motifs animaliers (fosse 33, pl. 34, nos 2, 4, 6). D’autres vases ont pu être dénombrés grâce à des fragments caractéristiques : pieds moulurés (fosse 33, pl. 34, no 5 ; fosse 38, pl. 63, no 24), cols (fosse 38, pl. 63, nos 22‑23) et anses (fosse 38, pl. 63, nos 25, 29).

215Les gobelets évoquent de façon évidente le profil des gobelets d’Aco (fosse 33, pl. 34, nos 7‑10). Le seul exemplaire complet (fosse 33, pl. 34, no 7) possède un décor guilloché sur la partie inférieure de la panse. L’aspect de la pâte et du vernis est conforme à ce qu’on observe sur l’ensemble de l’échantillon ; le décor grossièrement réalisé ne rappelle en rien la finesse qui caractérise les productions lyonnaises d’époque augustéenne.

216On dénombre encore 6 pots ovoïdes fins de petit diamètre (cf. fosse 33, pl. 34, no 14 ; fosse 38, pl. 63, no 26). Le moins fragmenté présente un décor clouté à la barbotiné, maladroitement mis en place.

217Les coupes, au nombre de 11, offrent différents profils directement inspirés de skyphoï métalliques. Il s’agit de vases profonds à panse piriforme, dont la lèvre légèrement éversée forme une embouchure évasée. Les anses, visibles sur 2 exemplaires (fosse 32, pl. 29, nos 20‑23 ; fosse 33, pl. 34, no 11) comportent toujours un poucier. La partie supérieure du vase, située immédiatement sous la lèvre, ne semble jamais décorée. Quelques exemplaires offrent des décors à double registre, qui comprennent une frise surmontant parfois un motif végétal (fosse 32, pl. 29, no 21), ou à simple registre, composé ici d’une large feuille (fosse 33, pl. 34, no 15).

218La composition de cet échantillon montre que les vases se rattachent sans ambiguïté aux productions à vernis plombifère du centre de la Gaule et en particulier à celles des ateliers de Vichy et de Saint‑Rémy‑en‑Rollat. Les quatre types principaux que nous avons reconnus ont été répertoriés à Vichy (Corrocher 1981 : fig. 19‑20). Ces productions ne sont jamais représentées par des effectifs importants. Ainsi, à Lyon, sur le site de la rue des Farges, sont attestés seulement une dizaine de vases dans divers contextes, dont les plus anciens remontent à la période libérienne (Desbat 1986).

Horizon 9

219pl. 76, nos 24‑28

220La céramique à vernis plombifère comprend 16 fragments et 3 vases, qui proviennent d’une seule fosse (fosse 40). Il s’agit tout d’abord d’un fond mouluré appartenant sans doute à une cruche et ensuite d’une anse de coupe (fosse 40, pl. 76, nos 24‑25). La seule forme identifiable de manière précise est un pot ovoïde à lèvre fine, légèrement concave (fosse 40, pl. 76, no 26), dont le décor blanc à la barbotine (cercle autour d’un point central) se retrouve sur des vases de Vichy (Corrocher 1981 : fig. 19,4). Sont enfin illustrés mais non comptés comme formes un fond pouvant aller avec le bord no 26 et un fragment décoré (lapin courant à droite) (fosse 40, pl. 76, no 27‑28)

Horizon 10

221La céramique à vernis plombifère est totalement absente du mobilier de l’horizon 10.

Horizon 11

222On compte 2 vases pour 5 fragments : une coupe à lèvre en bourrelet peu éversée qui rappelle celles observées dans l’échantillon de l’horizon 8 (fosse 46, non ill.) et un pot ovoïde représenté par un fragment de panse à décor moulé (petits cercles délimités par deux bandes horizontales) (fosse 46, non ill.).

Horizon 12

223Un seul vase, sans doute une coupe, est figuré par un fragment d’anse à poucier (fosse 47, non ill.).

Synthèse

224La répartition des tessons et des vases à vernis plombifère montre tout d’abord que cette catégorie se rencontre essentiellement dans l’horizon 8 et qu’elle est représentée uniquement par des vases attribuables aux ateliers de Gaule du Centre. La juxtaposition des données numériques fournies par les fosses de l’horizon 8 fait ensuite ressortir de grandes disparités qu’on ne saurait mettre au compte du hasard. En dépit de la faiblesse quantitative de l’échantillon, de telles disparités entre les trois fosses du site no 65 de la rue Gilbertès (fosses 32, 33 et 38) et les cinq autres fosses mises au jour sur divers sites (fosses 34, 35, 36, 37 et 39) doivent être mises en parallèle avec les effectifs exceptionnels de terra nigra que les trois mêmes ensembles ont livrés (cf. infra in § 4.11, Horizon 8). Ces données pourraient en effet fournir de nouveaux renseignements tant pour la chronologie de l’horizon 8 que pour le développement même des productions à vernis plombifère. Elles tendraient à confirmer qu’il existe un léger décalage chronologique entre les deux groupes de fosses rattachées à l’horizon 8, le premier (attesté par les trois ensembles de la rue Gilbertès, site no 65) devant être situé autour de 30‑40 ap. J.‑C. et le second à une date postérieure, vers 50‑70 (cfsupra § 2.3).

225Ces données autorisent, quoiqu’il en soit, à supposer que la production de vases à vernis plombifère correspond somme toute, comme la terra nigra, à un phénomène aussi soudain que limité dans le temps.

4.6 Céramique à engobe blanc

226pl. 44, no 13 ; pl. 46, no 5 ; pl. 49, no 1 ; pl. 64, nos 8‑14 ; pl. 72, nos 28‑31 ; pl. 79, nos 17‑19 ; pl. 88, no 5 ; pl. 101, nos 5‑10 ; pl. 115, nos 8‑11

227La céramique à engobe blanc est une catégorie extrêmement peu représentée à Roanne : 44 vases correspondent à 0,7 % de l’effectif total (fig. 41). Elle comprend des vases à pâte claire, assez fine, de type et de taille très variés, dont les parois externes sont revêtues d’un engobe uniforme de teinte blanche. Déjà présente sur le site dans les dernières décennies du ier s. av. J.‑C., elle est attestée dans tous les horizons, à l’exception de l’horizon 7. Deux groupes principaux peuvent être distingués, des cruches et des formes basses, aux côtés desquels figurent quelques formes rares, souvent plus difficiles à identifier en raison de leur fragmentation.

Horizon 6

228On compte 2 vases (soit 0,8 %), individualisés grâce à des fragments de panse appartenant à des cruches (non ill.).

229On connaît quelques exemplaires de cruches à engobe blanc dans des contextes augustéens, notamment à Argenton‑sur‑Creuse (Allain et al. 1966 : pl. IX) et à Roanne même (Lavendhomme, Guichard 1997).

Horizon 8

230pl. 44, no 13 ; pl. 46, no 5 ; pl. 49, no 1 ; pl. 64, nos 8‑14 ; pl. 72, nos 28‑31

23122 vases à engobe blanc représentent 0,8 % du mobilier de l’horizon 8. 17 d’entre eux sont des cruches. Les deux premières (fosse 39, pl. 72, no 28) sont des cruches à col étroit et lèvre en bourrelet très proches de quelques exemplaires figurant dans les collections du musée de Lezoux (Bet et al. 1987). À leurs côtés, une quinzaine de cruches peuvent représenter différents types à fond annulaire (fosse 35, pl. 46, no 5 ; fosse 36, pl. 49, no 1) ou à fond plat (fosse 39, pl. 72, no 29) ; les anses ont des dimensions et des épaisseurs très variées qui suggèrent aussi bien des récipients miniatures que de grand module (fosse 34, pl. 44, no 13 ; fosse 38, pl. 64, nos 12‑14). On note également une cruche à col tronconique très évasé (fosse 39, pl. 72, no 31) et 2 exemplaires caractérisés par une panse à double carène, semblables à une cruche à engobe blanc du musée de Lezoux (Bet et al. 1987 : pl. 44/8‑21).

2322 vases appartiennent à des types moins fréquents : un flacon piriforme à parois minces (fosse 38, pl. 64, no 11), et un biberon (fosse 38, pl. 64, no 8) pour lequel on trouve des parallèles à Vichy (Corrocher 1981 : pl. XIV/2). Des vases de petite taille sont enfin figurés par 3 fonds de formes variées (fosse 38, pl. 64, nos 9‑10) dont un présente des traces ténues de peinture rouge (fosse 39, pl. 72, no 30).

Horizon 9

233pl. 79, nos 17‑19

234La céramique à engobe blanc compte 3 cruches (0,5 % des vases), qui se rattachent à deux types distincts : col étroit et lèvre moulurée (fosse 41, pl. 79, no 18), col large et lèvre striée (2 ex. ; fosse 41, pl. 79, no 17). Un fond (fosse 41, pl. 79, no 19) appartient probablement à l’une d’entre elles.

Horizon 10

235pl. 88, no 5

236Cette catégorie se réduit à une seule cruche à col étroit, fond annulaire et anse unique bifide (fosse 44, pl. 88, no 5), qui reprend exactement la forme de certaines cruches connues en céramique commune claire.

Horizon 11

237pl. 101, nos 5‑10

238L’échantillon comprend 9 vases (1 % de l’effectif), dont une seule cruche, représentée par un fragment de col (fosse 46, pl. 101, no 5) ; 6 formes hautes de type indéterminé ont pu être individualisées d’après des fonds : il s’agit peut‑être de pots ovoïdes mais 2 fonds épais de petit diamètre se distinguent par la présence d’une carène (fosse 46, pl. 101, nos 8‑10). On voit enfin apparaître 2 formes basses de profil semblable : des coupes à embouchures évasées et parois épaisses (fosse 46, pl. 101, nos 6‑7).

Horizon 12

239pl. 115, nos 8‑11

240Parmi un ensemble de 7 vases (0,7 %), on trouve 2 cruches, dont une à col étroit, lèvre évasée à face interne légèrement concave (fosse 47, pl. 115, no 8) et une autre de type indéterminé (fragment de col, non ill.). Un fond épais et plat à surface de pose étroite appartient à une troisième forme haute, petite cruche ou pot ovoïde (fosse 47, pl. 115, no 9).

241Le groupe des formes basses compte ici 4 exemplaires : 2 coupes à lèvre épaisse peu éversée rappelant une forme attestée pendant l’horizon 11 (cf. fosse 46, pl. 101, no 7) et une coupe complète qui se rapproche de quelques rares profils de céramique peinte publiés par R. Périchon : elle se caractérise par une embouchure très évasée et une panse divisée en deux parties inégales par une carène et reposant sur un fond épais à peine soulevé (fosse 47, pl. 115, no 10).

242Un dernier vase se distingue par une lèvre oblique légèrement rentrante et une panse arrondie (fosse 47, pl. 115, no 11).

Synthèse

243La céramique à engobe blanc se caractérise donc à la fois par sa rareté et par une grande diversité de formes. Elle ne représente qu’une part infime du mobilier à toutes les époques, y compris dans l’horizon 8, où sont pourtant concentrés 22 des 44 vases dénombrés (fig. 41).

FIG. 41 – Évolution de la fréquence de la céramique à engobe blanc en pourcentage du nombre d’individus par horizon.

244L’évolution du répertoire des formes pris globalement semble marquer deux grandes étapes : les formes hautes, essentiellement des cruches, prédominent au ier s. et au début du iie s. (horizons 6 à 9) et les formes basses (bols, coupes) paraissent relativement plus nombreuses dans la seconde moitié du iie s. et au début du iiie s. (horizons 11 et 12). Mais il va de soi que ces observations fondées sur un très faible échantillon demanderaient à être étayées par d’autres études.

4.7 Céramique à engobe rouge

245pl. 21, no 9 ; pl. 29, nos 26‑27 ; pl. 64, no 7 ; pl. 72, no 27

246Cette dénomination regroupe des vases enduits uniformément d’un engobe externe rouge. Leur pâte est fine et micacée, l’engobe, la plupart du temps sombre, mat et uniforme. Cette céramique est attestée dans l’horizon 6 (1 ex.), quasiment absente de l’horizon 7 (1 fragment informe), puis représentée par une vingtaine de vases dans le mobilier de l’horizon 8 (fig. 42).

FIG. 42 – Évolution de la fréquence de la céramique à engobe rouge en pourcentage du nombre d’individus par horizon.

247Les formes identifiables sont, à une exception près, des cruches ou « lagènes » à anse unique, de dimensions très variées. Le profil de ces lagènes rappelle de façon manifeste les céramiques engobées de Saint‑Romain‑en‑Gal produites à la fin du ier s. av. J.‑C. et au début du ier s. ap. J.‑C. (Desbat, Savay‑Guerraz 1986). La pâte micacée et l’engobe indiquent qu’elles sont plutôt originaires de Gaule du Centre.

Horizon 6

248pl. 21, no 9

249Le seul vase attesté dans l’horizon 6 est une petite jatte à lèvre éversée, panse arrondie et fond concave, dont seule la paroi externe est engobée (fosse 30, pl. 21, no 9). Cette forme, pour laquelle on ne peut établir de parallèles avec les productions du Centre, ne figure pas non plus parmi les types de céramique engobée connus à Saint‑Romain‑en‑Gal. On note en revanche quelques similitudes avec les jattes à lèvre concave fabriquées en céramique grise fine et très abondantes à Roanne à la fin du ier s. av. J.‑C. (Lavendhomme, Guichard 1997).

Horizon 8

250pl. 29, nos 26‑27 ; pl. 64, no 7 ; pl. 72, no 27

251Les cruches ou lagènes, au nombre de 20, composent la totalité de l’échantillon. 5 d’entre elles peuvent être regroupées en deux types différents, d’après le profil de leur lèvre : lagènes à col droit et étroit, lèvre haute à face interne concave (4 ex., fosse 39, pl. 72, no 27 ; fosse 32, pl. 29, no 26), lagène à lèvre oblique fine, panse piriforme et fond annulaire (1 ex., fosse 38, pl. 64, no 7) ; les 4 premières possèdent un engobe rouge sombre, mat et uniforme, et la dernière un engobe rouge‑orangé tacheté, inhabituel dans ce groupe.

252Le premier type se rencontre dans les productions de Saint‑Romain‑en‑Gal, tandis que le second, qui se distingue à la fois par son col tronconique et un engobe tacheté, est inconnu sur cet atelier. Quelques formes similaires figurent néanmoins dans les collections du musée de Lezoux : elles y sont décrites comme des cruches à engobe blanc « peintes à l’éponge, de couleur orange » et attribuées au ier s. ap. J.‑C. (Bet et al. 1987 : pl. 46/8 à 11).

25314 autres lagènes ont pu être individualisées grâce à des fragments d’anses et de fonds annulaires, qui signalent des vases de taille très variable. Quelles que soient leurs dimensions, les anses sont plates, non rubanées, de section relativement faible, comme pour le mobilier de Saint‑Romain‑en‑Gal.

254Un fragment de panse carénée de grand diamètre a permis d’identifier une dernière lagène que l’on peut sans doute rapprocher, une fois de plus, d’un type présent à Saint‑Romain‑en‑Gal (Desbat, Savay‑Guerraz 1986 : pl. 6/14).

255La céramique engobée de l’horizon 8 semble donc comprendre, au vu des engobes, au moins deux lots distincts. Le premier, en l’occurrence nettement majoritaire, offre d’évidentes similitudes avec les productions de Saint‑Romain‑en‑Gal, mais il est plus probable qu’il soit originaire des ateliers du Centre, qui ont fabriqué des céramiques engobées à pâte non calcaire, comme celles‑ci. Le second, figuré par une seule lagène et quelques tessons informes, représente également une production des ateliers du Centre. La diffusion de la céramique engobée ne semble pas avoir dépassé le milieu du Ier s. De fait, elle n’est représentée, parmi les fosses de l’horizon 8, que dans celles qui se particularisent par des effectifs exceptionnels de terra nigra et de céramique à glaçure plombifère (fosses 32, 33 et 38) (cfsupra § 2.3).

4.8 Céramique peinte à l’éponge

256pl. 93, no 9 ; pl. 99, no 7 ; pl. 100, nos 1‑ 2 ; pl. 115, nos 1‑2

257Cette catégorie apparaît uniquement –et encore avec des effectifs très faibles– dans les fosses datées des horizons 10 (1 ex.), 11 (6 ex.) et 12 (6 ex.) (fig. 43). Les pâtes relativement peu fines, de teinte orangée pour la plupart, présentent parfois d’autres aspects, variables du gris au blanchâtre en passant par le beige. Les vases se singularisent plus sûrement par une peinture rouge à brun orangé appliquée à l’éponge sur la surface préalablement lissée, ou au pinceau, sous forme de rehauts linéaires. Un seul exemplaire, à engobe rouge, mat, et uniforme, ne possède pas de telles particularités. Il s’agit d’une copie conforme du type sigillé Drag. 38 (fosse 46, pl. 99, no 7).

FIG. 43 – Évolution de la fréquence de la céramique peinte à l’éponge en pourcentage du nombre d’individus par horizon.

Horizon 10

258pl. 93, no 9

259Les fosses de l’horizon 10 ont livré un seul vase de cette catégorie. Il s’agit d’une petite coupe à bord haut en bandeau légèrement rentrant, orné d’un décor de bandes peintes de couleur brune ; la pâte est beige clair (fosse 45, pl. 93, no 9).

Horizon 11

260pl. 99, no 7 ; pl. 100, nos 3‑4

261Le mobilier comprend 5 coupes à bandeau du même type dont les moins fragmentées (fosse 46, pl. 100, nos 3‑4) montrent de nettes variations de profil et de dimensions. Les bords sont toujours ornés de bandes peintes au pinceau, tandis que la partie inférieure est peinte à l’éponge. Le seul exemplaire complet (fosse 46, pl. 100, no 4) est une coupe de grand diamètre relativement fine dont le fond annulaire comporte plusieurs moulures.

262Aux côtés de ces formes figure un exemplaire unique à la fois par sa typologie et par son aspect : c’est une coupe à collerette imitant très fidèlement le type Drag. 38 de la terre sigillée, qui se distingue par l’absence de tout décor et un engobe rouge sombre rappelant davantage les céramiques engobées du ier s. (fosse 46, pl. 99, no 7).

Horizon 12

263pl. 115, nos 1‑2

2646 coupes à bandeau composent ce lot, à l’exception de tout autre type. Les bords identifiés confirment le caractère assez diversifié de ce groupe, tant en ce qui concerne les dimensions que le profil et l’épaisseur des lèvres et leur épaisseur (comparer fosse 47, pl. 115, nos 1‑2).

Synthèse

265Les éléments qui ont permis d’isoler cette catégorie peuvent‑ils nous aider à la cerner plus précisément ? Les contextes de découverte (horizons 10 à 12) indiquent un mobilier tardif. Parmi 17 vases recensés, on trouve 16 coupes à bandeau et une seule coupe de type Drag. 38. Il est possible d’établir pour cette dernière un parallèle avec des vases identifiés par F. Oswald et T.D. Pryce à des « imitations » de terre sigillée en « céramique commune à engobe rouge » (Oswald, Pryce 1920 : pl. XII/14, 17).

266En revanche, les coupes à bandeau se rapprochent assez précisément de vases trouvés à Vichy et affiliés par J. Corrocher à la « céramique peinte » produite par les ateliers de Toulon‑sur‑Allier (Corrocher 1981 : 180 et fig. 24/5). Nos vases présentent effectivement des similitudes frappantes, tant morphologiques que décoratives, avec les productions de ces ateliers (Vertet 1959), dont il paraît très probable qu’ils soient issus. Néanmoins, la datation proposée par H. Vertet d’après la découverte de timbres semblables sur des vases en terre sigillée et sur des coupes à bandeau peint (110‑130 ap. J.‑C.), ne correspond pas exactement à celles de nos contextes roannais. Ces derniers indiquent en effet une datation beaucoup plus avancée dans le iie s. L’exemplaire unique de l’horizon 10 ne contredit pas l’hypothèse d’une diffusion essentiellement comprise entre le milieu du iie s. et le début du siècle suivant, et ce, quelle que soit l’origine exacte de nos vases. Encore faut‑il se demander si le terme de « diffusion » convient dans le cas d’une production qui ne représente qu’une part infime du mobilier, pourtant particulièrement riche, des horizons 11 et 12, avec respectivement 0,7 % et 0,6 % des vases dénombrés.

4.9 Céramique peinte

267pl. 12, nos 10‑13 ; pl. 15, no 5 ; pl. 18, no 9 ; pl. 21, no 8 ; pl. 23, nos 7‑10 ; pl. 29, no 25 ; pl. 35, nos 1‑4 ; pl. 44, nos 11.12 ; pl. 46, no 8 ; pl. 48, nos 22‑25 ; pl. 53, nos 1‑8 ; pl. 64, nos 2‑6 ; pl. 72, no 32 ; pl. 76, no 30 ; pl. 79, no 15 ; pl. 82, nos 18‑19 ; pl. 93, no 10 ; pl. 101, nos 1‑3 ; pl. 115, nos 3‑7 ; pl. 122, no 22.

268Cette catégorie de céramique constitue le prolongement d’un artisanat largement répandu dans le monde laténien aux iie et ier s. av. J.‑C. Le nord‑est du Massif central est en effet l’une des régions où elle est particulièrement bien représentée à cette époque, avec un répertoire de formes et de décors exceptionnellement varié (Guichard 1988 ; Guichard et al. 1991). Elle se perpétue donc à l’époque romaine dans la même région, tout particulièrement à Roanne, qui fut, comme on le sait aujourd’hui, un grand centre de fabrication de vases peints au ier s. ap. J.‑C. Une étude récente a fait le point sur les différents types de formes et de décors recensés à Roanne (Grand 1995).

269La céramique peinte est représentée de façon systématique dans les fosses que nous avons étudiées, parfois en grande quantité : jusqu’à 17 % des vases dénombrés (fig. 44). Sa technique de fabrication ne diffère pas de celle des productions gauloises : il s’agit de céramique à pâte non calcaire cuite en mode A ; des bandes unies et alternées de couleur blanche ou rouge, qui peuvent constituer le seul procédé d’ornement du vase, sont appliquées avant cuisson ; le plus souvent, un décor est ensuite tracé après la cuisson avec un pigment brun d’origine végétale.

FIG. 44 – Évolution de la fréquence de la céramique peinte en pourcentage du nombre d’individus par horizon.

270Le classement typologique des 605 vases dénombrés (fig. 45) montre la prédominance écrasante d’une forme, le « bol de Roanne » –type 16 de R. Périchon (1974)–, fabriquée selon des modules très variables : du simple au triple (fig. 46).

FIG. 45 – Répartition typologique des vases peints en nombre d’individus (A) et évolution de la fréquence des différents groupes par horizon (B).

FIG. 46 – Dispersion des diamètres d’ouverture des bols peints de type Roanne des horizons 8 (A) et 9 (B).

Horizon 6

271pl. 12, nos 10‑13 ; pl. 15, no 5 ; pl. 18, no 9 ; pl. 21, no 8

272151 tessons et 30 vases (11,7 %) ont été recensés, parmi lesquels on compte une seule forme haute, figurée par un fragment isolé de type indéterminé. 29 rebords représentent autant de bols, assimilables pour 28 d’entre eux au bol de Roanne. Leur profil est très normalisé : la lèvre en bourrelet se prolonge par une panse arrondie reposant sur un fond ombiliqué. Un seul (fosse 27, pl. 12, no 11) se distingue par une lèvre plus rapprochée de la paroi, formant une embouchure rentrante.

273La seule exception du lot (fosse 27, pl. 12, no 10) est un bol qui possède une lèvre oblique, un col court relié à la panse par une fine cannelure ; le décor se réduit à une large bande rouge sur fond blanc, du moins sur le fragment qui nous est parvenu. Ce type, prédécesseur possible du bol de Roanne, est surtout fréquent à Roanne dans les niveaux d’occupation de la seconde moitié du ier s. av. J.‑C. (Lavendhomme, Guichard 1997 : type 3282).

274Les décors, quand ils sont visibles, se composent de motifs géométriques tracés sur un bandeau blanc, encadrés de bandeaux rouges plus étroits : lignes croisées (fosse 28, pl. 15, no 5), bâtonnets verticaux alignés par groupes (4 ex.), rectangles pleins alternés (1 ex.), parenthèses encadrant des lignes verticales et ondées (fosse 27, pl. 12, no 12), frise de volutes surmontant des lignes verticales et ondées alternées, motifs en escaliers au‑dessus d’un registre de traits interrompus disposés en biais (fosse 27, pl. 12, no 13). La richesse et la diversité des décors peints, déjà perceptibles sur ces quelques exemplaires de l’horizon 6, se manifestent néanmoins davantage sur les séries plus nombreuses des périodes suivantes.

275Cet échantillon de vases peints montre clairement la grande uniformité typologique des productions au début du ier s. ap. J.‑C. La pâte est toujours de teinte beige à ocre clair et finement micacée. Les formes hautes, prépondérantes à l’époque gauloise, n’y figurent pas, ou peu s’en faut, ce qui ne fait que confirmer ce qu’on savait déjà pour Roanne comme pour d’autres sites. Les productions roannaises ont néanmoins pu coexister au ier s. avec des importations de la vallée de l’Allier (Lezoux, Vichy, Saint‑Bonnet, Coulanges), compte tenu de la fréquence apparente des bols peints dans cette région.

276Un seul bol se singularise par une pâte brune, granuleuse, fortement dégraissée de mica ; il pourrait représenter les productions peintes de la vallée du Rhône et en particulier celles de l’atelier augustéen de Saint‑Romain‑en‑Gal, qui se caractérisent par le même type de pâte (Arcelin 1981). Quelques bols peints attribuables à cet atelier ou à un atelier rhodanien sont d’ailleurs attestés dans les niveaux augustéens précoces de Roanne (Lavendhomme, Guichard 1997).

Horizon 7

277pl. 23, nos 7‑10

278L’unique fosse de l’horizon 7 a livré 9 vases peints, qui sont tous des bols de Roanne (7,8 %). Trois profils complets représentent autant de modules qu’on peut rencontrer dans cette série et différents modes décoratifs.

279L’exemplaire le plus petit (fosse 31, pl. 23, no 7) possède, contrairement aux autres, un décor simple de deux bandes rouges encadrant une bande blanche, sans surpeints bruns. Un autre (pl. 23, no 9) dispose d’un décor formé d’échelles inclinées opposées en V et de remplissages d’angles encadrant des traits horizontaux ; ce registre est délimité en haut et en bas par une rangée de bâtonnets verticaux régulièrement disposés. Le dernier (fosse 31, pl. 23, no 10) présente des motifs pleins accolés de traits interrompus disposés en biais et limités en haut et en bas d’une rangée de bâtonnets alignés par groupes. Deux autres décors incomplets sont faits de lignes croisées (fosse 31, pl. 23, no 8) et de bâtonnets (non ill.).

280Ce lot se distingue peu de celui de l’horizon 6, à cela près que la proportion des vases peints sur l’ensemble des vases de l’horizon 7 (8 %) est moins élevée, en raison d’un nombre relativement important de vases entiers ou archéologiquement complets (3 ex. sur 9).

Horizon 8

281pl. 29, no 25 ; pl. 35, nos 1‑4 ; pl. 44, nos 11‑12 ; pl. 46, no 8 ; pl. 48, nos 22‑ 25 ; pl. 53, nos 1‑8 ; pl. 64, nos 2‑6 ; pl. 72, no 32

282La céramique peinte de l’horizon 8 constitue à l’inverse un ensemble particulièrement abondant, avec 375 vases dénombrés pour 2717 tessons, qui représentent 13,8 % du nombre total de vases. Les vases se répartissent en trois grands groupes, comprenant plusieurs types.

Formes hautes

283pl. 44, no 12 ; pl. 53, nos 1‑2 ; pl. 64, nos 1‑2

284Elles sont au nombre de 10. Aucun profil complet n’a pu être reconstitué et 6 formes seulement sont représentées par différents types de bords (fosse 34, pl. 44, no 12 ; fosse 37, pl. 53, nos 1‑2 ; fosse 38, pl. 64, nos 1‑2). 3 autres formes hautes, figurées par un fond de vase balustre et deux fragments isolés (fosse 37, non ill.) restent non identifiées.

285– Vases hauts à bord concave
pl. 53, no 1 ; pl. 64, no 1
3 vases à col tronconique possèdent des bords concaves assimilables au type Périchon 8, défini comme un type éphémère apparaissant vers le milieu du ier s. ap. J.‑C. (Périchon 1974). L’un d’eux (fosse 37, pl. 53, no 1) est orné d’un décor géométrique brun sur fond blanc (deux registres de lignes obliques en V encadrant une rangée de bâtonnets), tandis qu’un autre (fosse 38, pl. 64, no 1) ne porte qu’une bande brun clair sur un fond laissé entièrement blanc. Aucune trace de décor ne subsiste sur les deux autres.

286Ce type de vase haut ne figure pas dans le répertoire régional du ier s. av. J.‑C. Il pourrait donc s’agir d’une forme créée à l’époque gallo‑romaine mais son extrême rareté dans les contextes de Roanne ne permet pas de le préciser davantage.

287– Vases hauts à col lisse et lèvre en bourrelet
pl. 53, no 2 ; pl. 64, no 2
3 vases de grand diamètre se singularisent par une lèvre en bourrelet prolongée par un col lisse et une panse ovoïde (fosse 38, pl. 64, no 2). Ces exemplaires se rapprochent des vases classés à Feurs dans le type 1311. Une autre forme haute de petit diamètre (7,4 cm ; fosse 37, pl. 53, no 2), à lèvre éversée et col lisse, évoque le type 1511 défini à Feurs (Guichard 1988).

288Ce lot très restreint et très fragmenté peut donc être considéré comme résiduel.

Bols

289pl. 29, no 25 ; pl. 35, nos 1‑4 ; pl. 44, no 11 ; pl. 46, no 8 ; pl. 48, nos 22‑25 ; pl. 53, nos 3‑8 ; pl. 64, nos 3‑6 ; pl. 72, no 32

290On compte 359 bols, parmi lesquels 356 sont des bols « type Roanne ». L’examen visuel des pâtes permet de séparer 9 bols provenant probablement des ateliers de Saint‑Romain‑en‑Gal ou au moins d’ateliers rhodaniens. Ces exemplaires se réduisent à des fragments, ce qui semble leur conférer un caractère plus ancien, voire nettement résiduel par rapport à l’ensemble des bols de l’horizon 8. Les productions attribuables aux ateliers du Centre, en premier lieu à Roanne, prédominent de façon évidente : les pâtes sont fines, beige clair à beige rosé, et souvent très légèrement micacées.

29160 % des bols (180 ex. sur 300) présentent des diamètres compris entre 15 et 21 cm (fig. 46A). Ceux de petit module (diamètre inférieur à 10 cm) s’avèrent exceptionnels (2 ex.) ; ceux de diamètre compris entre 12 et 15 cm sont plus nombreux (77 ex., soit 26 %), tandis que ceux de grand diamètre (compris entre 22 et 29 cm) restent nettement minoritaires (41 ex., soit 14 %).

292À côté des 359 bols de facture classique, figurent 3 exemplaires qui correspondent à des bols hauts à lèvre en bourrelet collée à la paroi et formant une embouchure resserrée. Deux d’entre eux sont laissés entièrement blancs (fosse 38, pl. 64, no 3). Cette forme, également représentée par quelques exemplaires sur le site de la nécropole (Déchelette 1903b), est très rare à Roanne (0,8 % des vases peints de l’horizon 8 ; absence totale des autres ensembles étudiés). L’un des exemplaires étudiés (fosse 33, pl. 35, no 1) se singularise encore par son décor, constitué de larges bandes verticales surmontées de deux lignes ondées bordées de volutes.

293Cet ensemble particulièrement riche confirme une fois de plus la prépondérance des bols de Roanne. Les signes d’évolution par rapport au mobilier des horizons 6 et 7 se traduisent principalement en termes de statistiques. La céramique peinte constitue en effet dans cette période comprise entre 30‑40 et 70 ap. J.‑C, 11 % des tessons et 14 % des vases, toutes catégories confondues. À elle seule, elle approche de très près les pourcentages cumulés de la céramique sigillée et des vases à parois fines, qui regroupent 17 % des vases de l’horizon 8.

Horizon 9

294pl. 76, no 30 ; pl. 79, no 15 ; pl. 82, nos 18‑19

295Le répertoire de l’horizon 9 comprend 99 vases peints pour 417 tessons. Les effectifs de céramique peinte passent donc ici à 17,5 % des vases contre 13,8 % dans l’horizon 8. Il s’agit, à deux exceptions près, de bols de Roanne, parmi lesquels on ne trouve pas un seul exemplaire attribuable aux ateliers de la vallée du Rhône.

296Pris globalement, ils ne présentent pas de différences morphologiques notables avec les échantillons des horizons précédents et l’histogramme des diamètres d’ouverture portant sur 84 exemplaires (fig. 46B) révèle la même dispersion, ou peu s’en faut. On peut néanmoins observer que, parmi les trois vases complets, figure un bol (fosse 42, pl. 82, no 18) qui ne se calque pas exactement sur le modèle habituel : la lèvre forme une embouchure plus évasée et la panse présente un profil général moins arrondi que la norme.

297Les décors, visibles sur 6 exemplaires, sont pour deux d’entre eux simplement composés de bandes rouges sur fond blanc (fosse 40, pl. 76, no 30). Les quatre autres sont formés de motifs géométriques (bâtonnets, parenthèses, losanges et rectangles pleins), déjà maintes fois évoqués. Les 2 formes hautes dénombrées sont un vase de forme Périchon 8, déjà attestée dans l’horizon 8 (fosse 42, pl. 82, no 19) et un bord large et évasé évoquant une cruche, qui se particularise par la présence de traces de peinture orangée sur l’extérieur de la lèvre (fosse 41, pl. 79, no 16).

298Les vases peints de l’horizon 9 ne révèlent pas de réel changement par rapport à ceux de l’horizon 8 aux plans typologique et décoratif. En revanche, les données numériques apportent des éléments autrement plus intéressants (fig. 44). En effet, la céramique peinte correspond ici à 10 % des tessons mais surtout à un peu plus de 17 % des vases sur l’ensemble des catégories, chiffre que le mobilier de l’horizon 8 ne parvenait pas à atteindre. Cependant, elle ne concurrence pas, comme dans la période précédente, les vases sigillés et les vases à parois fines qui, rassemblés, constituent 22 % du nombre total de vases de l’horizon 9.

Horizon 10

299pl. 93, no 10

300Les fosses de l’horizon 10 n’ont livré que 62 fragments peints et 15 vases, qui sont tous des bols de Roanne. Ce lot n’appelle pas de commentaire particulier, tant en ce qui concerne la typologie que les décors, au demeurant peu nombreux sur ce matériel très fragmenté.

301Cette période comprise dans les années 120‑150 ap. J.‑C. environ, paraît donc marquer un tournant dans la faveur exceptionnelle qu’ont connue ces productions. C’est du moins ce que suggère la chute brutale des vases peints dans la composition du mobilier : ils se réduisent ici à 17 % des tessons et 3 % des vases (fig. 44), alors que les pourcentages cumulés des vases sigillés et à parois fines restent stables (20 %).

Horizon 11

302pl. 101, nos 1‑3

303La céramique peinte compte 265 fragments et 33 vases, dont 31 bols de Roanne. Cet échantillon présente un intérêt particulier dans la mesure où l’on peut y déceler une évolution typologique : deux bols présentent des bords épais situés dans le prolongement de la paroi (fosse 46, pl. 101, no 2). Mais l’originalité de ce lot est surtout due à l’apparition d’une nouvelle forme basse, figurant ici en deux exemplaires : ce sont des bols de petites dimensions dont les caractères morphologiques (lèvre éversée à face externe oblique, fond plat très épais) s’avèrent très différents de ceux qu’on observe invariablement sur les bols type Roanne. Nos exemplaires ne présentent aucun décor : la panse a été laissée en blanc (fosse 46, pl. 101, no 3).

304L’effectif des vases peints est analogue à celui de l’horizon 10 avec 1,4 % des tessons et 3,6 % des vases. Par ailleurs, les comparaisons établies avec les vases sigillés et à parois fines (pourcentages cumulés de 21 %) révèlent les mêmes disparités.

Horizon 12

305pl. 115, nos 3‑7 ; pl. 122, no 22

306Parmi 44 vases peints, on trouve un vase haut à bord concave et col tronconique de forme Périchon 8 (fosse 47, pl. 115, no 3), ainsi qu’un vase ovoïde à lèvre en bourrelet (fosse 48, pl. 122, no 22). L’essentiel du mobilier se compose de 42 bols dont deux, de petit diamètre, présentent quelques analogies avec les bols apparus dans l’échantillon de l’horizon 11 (fosse 47, pl. 115, no 4‑5). Tous les autres exemplaires possèdent des lèvres en bourrelet et se caractérisent davantage par une finition peu soignée, ainsi que par l’absence quasi totale de décor surpeint.

307La céramique peinte correspond, dans l’horizon 12, à 1,9 % des tessons et 4,6 % des vases.

Synthèse

308Les bols de Roanne représentent une part très importante du répertoire pendant la plus grande partie du ier s. La régression brutale de leur effectif au début du iie s. ne traduit cependant pas l’arrêt définitif de la fabrication de la céramique peinte, comme on a pu l’écrire (Périchon 1974 : 116‑117). De nouvelles variantes morphologiques des bols de Roanne apparaissent au iie s. et de nouveaux types sont créés à la fin du iie s. et dans le courant du iiie s., dont on peut voir 4 témoins dans le mobilier des horizons 11 et 12.

4.10 Plats à engobe interne rouge « pompéien »

309pl. 72, no 33 ; pl. 76, no 31 ; pl. 122, no 23

310Les caractéristiques et la fonction de ces plats et assiettes ont été définies par Lœschke (1909) dans son étude du mobilier du camp de Haltern. L’engobe épais dont l’intérieur des vases est revêtu devait empêcher les préparations diverses qu’on y faisait cuire (galettes, bouillies...) d’attacher aux parois et au fond. Il avait donc un rôle pratique très précis, tenu aujourd’hui par les revêtements anti‑adhérents de nos poêles et marmites.

311Des articles s’intéressant aux origines et à l’évolution de cette catégorie (Goudineau 1970) ainsi qu’aux centres de fabrication (Peacock 1977) ont, depuis, permis de mieux cerner ce type de production.

312Il est tout d’abord frappant de constater l’extrême rareté des vases à engobe rouge pompéien à Roanne. Cette catégorie est en effet la plus faiblement représentée, après la céramique peinte à l’éponge. Elle est en particulier totalement absente dans les fosses des horizons 6, 7 et 10 et ne compte que 0,1 % des vases dans l’horizon 8, 0,5 % dans l’horizon 9, 0,2 % et 0,5 % dans les horizons 11 et 12.

Horizon 8

313pl. 72, no 33

3144 assiettes représentent deux types connus en Gaule à l’époque augustéenne : une assiette à bord épaissi en amande (fosse 39, pl. 72, no 33) et 3 assiettes à bord linéaire simplement arrondi (fosse 38, non ill.). Le premier type est plus ancien que le second, si l’on en juge par sa rareté dans des contextes du début de notre ère à Lyon, sur le site du Verbe Incarné (Genin 1993), où les plats à bord simple prédominent déjà de façon systématique. Il semble intéressant de noter que les pâtes sont toutes dissemblables : elles vont du blanc à l’ocre en passant par le beige, comportent parfois du mica ; ces différences suggèrent des origines distinctes.

Horizon 9

315pl. 76, no 31

3162 des 3 vases sont identifiables. Il s’agit d’une assiette à bord en amande à pâte grise micacée (fosse 40, pl. 76, no 31) et d’une assiette à bord simple et pâte beige (fosse 42, non ill.).

Horizon 11

317Les deux seules assiettes présentent un bord simple et une pâte beige sombre (fosse 46, non ill.).

Horizon 12

318pl. 122, no 23

3193 des 5 vases sont également des assiettes à bords simples ; des fragments de fonds appartiennent à deux autres formes indéterminées. Le seul profil complet montre en l’occurrence des dimensions modestes (diamètre d’ouverture de 24 cm) ; la pâte est orangée, contrairement à ce qu’on observe sur les autres exemplaires, qui possèdent une pâte beige, micacée, assez fine (fosse 48, pl. 122, no 23).

4.11 Terra nigra

320pl. 12, nos 14‑15 ; pl. 18, no 10 ; pl. 21, no 10 ; pl. 24, nos 1‑8 ; pl. 29, nos 28‑31 ; pl. 30, nos 1‑8 ; pl. 35, nos 5‑15 ; pl. 36, nos 1‑21 ; pl. 44, no 14 ; pl. 46, nos 9‑10 ; pl. 48, nos 26‑27 ; pl. 54, nos 1‑5 ; pl. 65, nos 1‑20 ; pl. 72, nos 34‑35

321La terra nigra est l’une des catégories les mieux représentées sur le site de Roanne au ier s. ap. J.‑C.

322Certains auteurs regroupent sous le terme de terra nigra (ou encore « céramique gallo‑belge » ou « céramique enfumée ») des productions diverses dont le dénominateur commun réside dans les caractéristiques techniques (cuisson en mode B) et le traitement des surfaces, grises à noires et soigneusement lissées. Une synthèse récente sur les céramiques enfumées du Bourbonnais (Menez 1989) révèle la diversité des points de vue et des démarches adoptées dans l’étude de ces céramiques grises. La typologie établie par l’auteur rassemble des types de vases et des catégories que, pour notre part, nous avons nettement séparés dans le mobilier roannais : les vases et gobelets à décors de chevrons ou décors guillochés de type Beuvray y coexistent avec des céramiques décorées à pâte grise issues de la tradition indigène (décors ocellés, ondés au peigne, à la molette) et avec des vases de terra nigra au sens où nous entendons ce terme sur le site de Roanne (Genin et al. 1992). Bien qu’il semble tout à fait pertinent de relier certaines de ces catégories, parfois produites dans les mêmes ateliers et notamment dans les ateliers du Centre, on estimera en revanche plus judicieux de ne pas regrouper des séries, voire des productions, que l’on peut distinguer a minima d’après leur morphologie et leur mode de décoration.

323Nous avons donc choisi de garder l’appellation de terra nigra pour des vases non décorés, à pâte kaolinique cuite en mode B. Ces vases se caractérisent par des surfaces grises à noires, de teinte uniforme et soigneusement lustrées (bien que dépourvues d’engobe), mais également par un répertoire de formes que les découvertes de Roanne permettent d’isoler assez précisément. Une première étude de la terra nigra de Roanne (Poncet 1974) avait déjà révélé les principales caractéristiques de ce mobilier ; l’analyse qui suit lui doit beaucoup et confirme la pertinence de ses conclusions.

Définition et typologie

324Les vases produits en terra nigra dénotent une double influence de la tradition indigène et du répertoire des sigillées italiques précoces. On suppose que la vaisselle en bois tourné a joué un rôle dans l’adoption de certains types de vases à fond ombiliqué, mais l’empreinte indigène se signale surtout par le choix de surfaces enfumées, qui est une constante dans la vaisselle de table des iie et ier s. av. J.‑C.

325Le répertoire témoigne davantage d’une volonté d’imitation des productions italiques précoces. Cette propension se manifeste dans la fabrication de plats, assiettes et bols évoquant les profils clairement dérivés du service I mais aussi dans la présence d’anneaux guillochés et de timbres de potiers imprimés sur le fond des vases. Néanmoins, ces timbres reproduisent toujours des noms à consonance et à désinence gauloises, qui soulignent sans ambiguïté le caractère indigène de cette production.

326Les ateliers qui ont approvisionné Roanne en terra nigra se situent selon toute vraisemblance dans la vallée de l’Allier. L’un d’entre eux pourrait être celui de Saint‑Rémy‑en‑Rollat (Vertet 1961) mais il n’est pas interdit de supposer l’existence d’autres centres de production dans la même région.

327L’analyse détaillée des 383 vases de terra nigra présents dans les fosses que nous avons étudiées permet d’établir un classement typologique et de suivre l’évolution de la fréquence des vases de l’horizon 6 à l’horizon 12 (fig. 47).

FIG. 47 – Évolution de la fréquence de la terra nigra en pourcentage du nombre d’individus par horizon.

328Les vases se répartissent entre 4 types (fig. 48) :
– type 1 : plats à lèvre éversée ;
– type 2 : plats et assiettes dérivés du service I ;
– type 3 : bols dérivés du service I ;
– type 4 ; jattes à bord droit et fond ombiliqué.

FIG. 48 – Répertoire typologique de la terra nigra (A) et représentation des 4 types en pourcentage du nombre d’individus des horizons 6 à 8 (B).

329Les types 1 et 2 comprennent des variantes qui affectent principalement le profil des lèvres. La définition de ces variantes a pour but de faciliter l’étude de nos vases en caractérisant de façon schématique les variations les plus évidentes qu’on peut observer sur les profils des vases. Elle ne prétend pas constituer une typologie fine exhaustive, que l’ampleur de la masse documentaire nous aurait, de tout façon, empêchée d’établir.

330Il convient de signaler que les plats à bord oblique et les jattes à bord en gouttière (types 1 et 3 de Poncet 1974) n’ont pas été retenus dans ce classement. Ces deux séries présentent des différences notables d’aspect et de qualité d’exécution et semblent se rattacher davantage à la céramique dite « grise ardoisée » ou « grise fine », catégorie distincte, de création plus ancienne (et infra).

Horizon 6

331pl. 12, nos 14‑15 ; pl. 18, no 10 ; pl. 21, no 10.

332Les fosses de l’horizon 6 ont livré 4 vases de terra nigra. On trouve d’une part 1 plat du type 1 (fosse 27, pl. 12, no 14), d’autre part 3 assiettes du type 2 montrant des différences notables de morphologie (fosse 27, pl. 12, no 15 ; fosse 29, pl. 18, no 10). Cet échantillon bien que restreint, permet donc d’affirmer que la terra nigra apparaît dès l’époque augustéenne à Roanne. Une dizaine de vases attribuables aux ateliers de la vallée de l’Allier et attestés dans un contexte augustéen du Clos du Verbe Incarné, à Lyon, nous avaient déjà conduite à situer le début de cette production sous le règne d’Auguste et plus précisément dans les années 5 av. J.‑C.‑10 ap. J.‑C. (Genin 1993).

333En termes de pourcentages, la terra nigra demeure timidement représentée dans l’horizon 6 avec 3,9 % des vases, ce qui constitue un indice supplémentaire prouvant que l’on se trouve au tout début de cette production.

Horizon 7

334pl. 24, nos 1‑8

335Les 8 vases de l’horizon 7, qui représentent 7 % des vases dénombrés, constituent un échantillon plus diversifié, avec l’apparition du type 4. Le type 1 compte 4 plats qui présentent différents modules. On doit noter le rebord triangulaire d’un grand plat (fosse 31, pl. 24, no 2), beaucoup moins fréquent, mais dont la morphologie d’ensemble ne permet pas de définir une autre variante à proprement parler. Le seul exemplaire complet est un plat de petit diamètre beaucoup plus profond et plus haut que ce qu’on observe habituellement sur les plats du type 1.

336Le type 2 est figuré par 2 assiettes dont le fond est dégagé par un petit pied annulaire (fosse 31, pl. 24, nos 5‑6).

337Les bols du type 3 ne sont représentés que par un exemplaire incomplet à paroi oblique et bord droit formant une embouchure très évasée (fosse 31, pl. 24, no 7).

338Une jatte possédant un profil complet se rattache au type 4, dont la morphologie générale ne varie guère, comme on pourra le constater sur les exemplaires de l’horizon 8 : le bord est droit, terminé par une lèvre fine en bourrelet et divisé à mi‑hauteur par un léger ressaut ou de fines cannelures ; le départ du fond forme un angle arrondi et repose sur un pied annulaire en ombilic (fosse 31, pl. 24, no 8).

Horizon 8

339pl.. 29, nos 28‑31 ; pl. 30, nos 1‑8 ; pl. 35, nos 5‑15 ; pl. 36, nos 1‑21 ; pl. 44, no 14 ; pl. 46, nos 9‑10 ; pl. 48, nos 26‑27 ; pl. 54, nos 1‑5 ; pl. 65,nos 1‑20 ; pl. 72, nos 34‑35

340La terra nigra de l’horizon 8 constitue un ensemble particulièrement riche de 354 vases (13 % de l’effectif), qui proviennent pour 310 d’entre eux des trois plus grandes fosses mises au jour sur le même chantier (site no 65, rue Gilbertès, fosses 32, 33 et 38). C’est d’après le mobilier de deux d’entre elles (fosses 32 et 33 : 206 vases) que la première étude de cette production (Poncet 1974) avait d’ailleurs été effectuée.

341On doit préciser que la fosse 33 se singularise par la présence, au sein d’un lot de 173 exemplaires, de 74 vases à pâte et surfaces claires (beiges, blanches à Jaunes) que nous avons classés en terra nigra mais étudiés parallèlement aux vases gris et noirs afin de tenter de déterminer s’il s’agit ou non d’une production distincte (tabl. xi).

TABL. XI – Répartition de la terra nigra de l’horizon 8 d’après la typologie et l’aspect de la pâte.

Type 1

342Le type 1 prédomine nettement, avec 196 vases dont 166 à surface noire et 30 à surface claire, qui représentent 55 % du nombre total de vases.

343L’analyse typologique fait ressortir 4 variantes dans les profils de lèvres, dont la fréquence est variable du groupe sombre au groupe clair. Les variantes (lèvre concave et lèvre aplatie), largement majoritaires parmi les vases sombres (41 % et 42 %), n’existent pratiquement pas parmi les vases clairs. A l’inverse, on observe que les plats à lèvres courtes, collées à la paroi appartiennent pour la plupart au groupe clair (15 ex. sur 21).

344Les mensurations des 135 exemplaires mesurables des trois fosses du chantier de la rue Gilbertès (fosses 32, 33 et 38) montrent que les vases à pâte claire correspondent à des petits modules (fig. 49). Parmi 30 plats, 22 présentent en effet des diamètres inférieurs à 23 cm ; les autres sont compris entre 23 et 27 cm à une exception près.

FIG. 49 – Dispersion, par type, des diamètres d’ouverture des vases en terra nigra de l’horizon 8.

Type 2

345Le type 2 compte 105 exemplaires (78 sombres et 27 clairs), soit 30 % des vases en terra nigra.

346Contrairement au type 1, les caractères morphologiques des plats et assiettes de ce type varient peu d’un groupe à l’autre, tout comme à l’intérieur de chaque groupe, ce qui n’empêche pas une grande diversité de taille : les diamètres d’ouverture sont en effet variables du simple au quadruple (fig. 49).

347Les plats de grand diamètre (supérieur à 40 cm) ont une morphologie générale et des rapports dimensionnels (hauteur comprise entre 2,6 et 3,5 cm pour des diamètres variant de 40 à 53 cm) qui dénotent une grande homogénéité. Un seul d’entre eux (fosse 33, pl. 35, no 5) s’écarte de ce schéma : il se caractérise par une finesse d’aspect (lèvre, parois, fond) tout à fait inhabituelle sur les exemplaires de grand module.

348Comme pour le type 1, les vases clairs ont plutôt un faible diamètre, généralement Inférieur à 30 cm.

Type 3

349Les bols dérivés du service I s’avèrent beaucoup moins nombreux que les plats et assiettes du type 2 auxquels ils sont associés, comme on a pu l’observer sur d’autres sites, en particulier à Lyon, sur le site du Verbe Incarné. On compte en effet 42 bols du type 3 (25 sombres, 17 clairs), qui représentent 12 % du nombre total de vases.

350Ils possèdent des lèvres rapprochées de la paroi, droites, plus ou moins obliques ou légèrement arrondies et pour la plupart non profilées. Néanmoins, on ne peut guère déceler de variantes bien définies dans l’un et l’autre groupe ou d’un groupe à l’autre.

351Un seul bol (fosse 33, pl. 35, no 10) s’écarte particulièrement des modèles habituels. La lèvre forme une embouchure très évasée, la panse parfaitement oblique est reliée au fond par un angle vif et repose sur un pied annulaire beaucoup plus épais et plus haut que la norme, si l’on en juge par des bols complets trouvés à Lyon (Genin 1993) ou sur la nécropole de Roanne (Guichard, Vaginay en préparation).

Type 4

352Les jattes à fond ombiliqué se trouvent exclusivement dans le groupe sombre. Elles constituent 3 % des vases, avec 11 exemplaires. Elles se caractérisent par un lissage soigné et des surfaces noires parfaitement uniformes.

353Aucun profil complet n’a pu être reconstitué. On peut tout au plus signaler quelques variations dans l’orientation de la lèvre, qui est, soit droite, soit légèrement rentrante, et dans la division de la panse, marquée par un simple ressaut ou par de fines cannelures.

Timbres

354Les 14 timbres recueillis dans les fosses étudiées ont déjà été répertoriés (Poncet 1974). Aussi procédons‑nous à un simple rappel, évitant tout commentaire redondant.

355Ces timbres représentent, semble‑t‑il, six marques différentes :
– AVILLI (?) : 2 ex. sur fragments isolés (1 sombre, 1 clair) ;
– COTOS : 1 ex. (sur plat sombre du type 2) ;
– MAX [I] MO : 1 ex. (sur plat sombre du type 2) ;
– OLICIOS : 2 ex. sur fragments isolés (sombres) ;
– RIMITANUS : 5 ex. sur fragments isolés (1 sombre, 4 clairs) ;
– SUESO AVOTE : 2 ex. (1 sur plat sombre du type 1,1 sur bol clair du type 3).

356Ce qui frappe d’emblée est à la fois la consonance gauloise de ces noms et la très mauvaise qualité des graphies, qui rend parfois la lecture des timbres conjecturale ou impossible. Il est par ailleurs évident que ce groupe de timbres ne représente qu’une partie des marques de terra nigra originaires de Gaule du Centre. L’étude des vases du musée des Antiquités nationales, provenant sans doute de Vichy, suffirait à le prouver (Bémont 1972). On peut signaler la découverte à Lyon (Genin 1993), dans un contexte de datation augustéenne, d’une marque particulièrement rare, reproduisant sur deux lignes le nom VXSASVS, sur un bol complet du type 3. Cette marque n’est pas entièrement inconnue : elle est signalée à Autun (Fontenay 1874 : 399, 434) ainsi que sur la nécropole de Roanne (ex. inédit).

Horizons 9 à 12

357La courbe de fréquence des vases de terra nigra (fig. 47) met en évidence la disparition rapide et brutale de cette catégorie dès l’horizon 9 (0,9 %), voire dès avant la fin de l’horizon 8. La totalité du matériel des horizons 9 à 12 doit donc être considérée comme résiduelle.

Synthèse : problèmes d’interprétation et de datation

358Deux problèmes retiendront successivement notre attention : la signification du groupe de vases à pâte claire du chantier de la rue Gilbertès et la délimitation plus précise de la période de production de la terra nigra de Gaule centrale.

359Le groupe des vases clairs représente‑t‑il une production de terra nigra roannaise ou témoigne‑t‑il d’essais de la part des potiers pour fabriquer de la terra rubra ?

360J. Poncet (1974) suggérait, au vu de la concentration de tessons et de vases dans une fosse (fosse 33) et de la présence de fragments surcuits portant les mêmes estampilles que les vases noirs, qu’un atelier roannais avait pu fabriquer de la terra nigra, peut‑être à proximité de la fouille. Dans ces productions locales, le groupe clair aurait témoigné, soit de vases noirs ratés, soit d’une tentative de fabrication de terra rubra, terme que l’on utilise parfois pour désigner des vases à engobe rouge imitant les formes de la sigillée italique.

361Cette question a été examinée à la lumière d’analyses physico‑chimiques de pâtes, effectuées sur 10 échantillons de la même fosse. Il est avéré que 9 des 10 exemplaires présentent des compositions proches de celles qu’on observe sur les productions de la vallée de l’Allier, attribuables, sous réserve d’autres vérifications, à l’atelier de Saint‑Rémy‑en‑Rollat ou du moins à un atelier voisin (Vichy et al. 1981b).

362Notre étude conduit à un certain nombre d’observations complémentaires. On constate tout d’abord que le mobilier pris globalement (vases sombres et vases clairs) présente beaucoup plus de similitudes que de différences sur le plan typologique. On note ensuite que les vases clairs, en dépit d’un aspect relativement soigné, ne se caractérisent pas comme les vases gris et noirs par une parfaite uniformité dans les teintes et les finitions de surface.

363Des comparaisons établies avec des vases mis au jour dans des tombes à incinération à Roanne et à Feurs (Guichard, Vaginay en préparation) montrent bien que, sous l’effet d’une chaleur intense, la terra nigra subit une réoxydation de la pâte et des surfaces qui lui redonne des teintes claires parfaitement uniformes et tout à fait comparables à celles des exemplaires de Roanne.

364L’hypothèse d’essais ratés de terra rubra paraît bien fragile pour plusieurs raisons. Les vases clairs de Roanne ne présentent en effet aucune trace d’engobe, pas plus que leurs homologues sombres. Ensuite, de nombreux ateliers, en particulier dans le Centre, savaient fabriquer des vases à engobe rouge, imitant ou non les formes précoces de la sigillée italique. On a pu voir, par exemple, au sein des vases à parois fines de la fosse 33, une série d’imitations de gobelets d’Aco à engobe rouge attribuables aux officines de Lezoux. On peut ajouter que ces officines du Centre n’ont pas produit de vases à engobe rouge dont les formes appartiennent au répertoire de la terra nigra. Enfin, un autre argument nous est fourni par l’absence totale, hors de la fosse 33, de « terra nigra claire » ou de vases rouges possédant des profils identiques aux terra nigra grises et noires.

365Si l’on exclut la possibilité de ratés de cuisson d’un atelier local –qui resterait peut‑être à confirmer par des analyses de pâte portant sur un plus grand nombre d’échantillons–, la seule explication possible provient des conditions de dépôt de ces vases. Le remplissage d’un dépotoir comprend par définition différents matériaux, et en particulier des céramiques mélangées à des détritus organiques. On peut envisager, mais cela relève de la pure conjecture, que ces ordures aient été partiellement brûlées de façon délibérée ou accidentelle, sur place ou à proximité.

366La répartition numérique de la terra nigra dans les fosses de l’horizon 8, daté entre 30‑40 et 70 ap. J.‑C. à partir des céramiques sigillées, révèle aussi des disparités surprenantes. Si l’on écarte les trois fosses de la rue Gilbertès (fosses 32, 33 et 38), dans lesquelles elle atteint une fréquence extrêmement élevée, on constate qu’elle ne représente en comparaison, qu’une part très restreinte du mobilier céramique des cinq autres fosses.

367Tout se passe comme si cette production correspondait à un phénomène éphémère circonscrit dans une période très courte, réduite à une partie de l’horizon 8. L’évolution des données numériques de la terra nigra pourrait donc nous aider à préciser la datation de cet horizon, plus précisément à distinguer deux étapes, qui correspondraient d’une part aux années 30‑50 ap. J.‑C., d’autre part à une période charnière comprise entre le milieu du ier s. et l’époque flavienne.

368Les variations illustrées par les courbes de fréquence de la terra nigra, en nombre de tessons comme en nombre de vases, suggèrent que cette production pourrait jouer un rôle beaucoup plus important qu’on ne le pensait jusqu’alors dans l’établissement de datations fines.

4.12 Céramique grise fine

369pl. 12, nos 16‑26 ; pl. 13, nos 1‑7 ; pl. 15, nos 6‑8 ; pl. 18, nos 11‑17 ; pl. 21, nos 11‑15 ; pl. 25, nos 1‑13 ; pl. 30, nos 11‑16 ; pl. 37, nos 1‑15 et pl. 38, nos 1‑8 ; pl. 44, nos 15‑19 ; pl. 46, nos 11‑12 ; pl. 49, nos 2‑9 ; pl. 54, nos 6‑21 ; pl. 66, nos 1‑32 ; pl. 73, nos 1‑16 ; pl. 77, nos 1‑15 ; pl. 79, no 27 ; pl. 83, nos 1‑2 ; pl. 85, nos 14‑20 ; pl. 93, no 11 ; pl. 101, nos 11‑16 ; pl. 102, nos 1‑8 ; pl. 115, nos 12‑24 ; pl. 122, nos 24‑29

370La céramique grise fine est une production qui apparaît au cours de l’horizon 4, c’est‑à‑dire dans la première moitié du ier s. av. J.‑C., avec initialement un répertoire peu différencié de celui de la céramique enfumée cuite en mode A (Genin et al. 1992 ; Lavendhomme, Guichard 1997).

371La pâte de ces vases cuits en mode B est de teinte blanchâtre à gris clair, avec une surface grise à noire et lissée au brunissoir. Certains types sont pourvus de décor à la molette, ondé incisé au peigne ou plus simplement de lignes lissées (verticales, horizontales ou ondées). À la fin du ier s. av. J.‑C. apparaît une nouvelle catégorie de mobilier, la céramique grise ardoisée (Genin et al. 1992), réalisant la transition entre la céramique grise fine et la terra nigra.

372Cette catégorie est systématiquement représentée dans le mobilier des horizons 6 à 12 (fig. 50). Elle constitue un ensemble de 496 vases, que l’étude permet de répartir entre huit groupes morphologiques (fig. 51) ;
– groupe 1 : cruches ;
– groupe 2 : pichets à col tronconique ;
– groupe 3 : vases à panse ovoïde ;
– groupe 4 : jattes ;
– groupe 5 : bols et coupes ;
– groupe 6 : écuelles ;
– groupe 7 : assiettes et plats ;
– groupe 8 : couvercles.

FIG. 50 – Évolution de la fréquence de la céramique grise fine, en pourcentage du nombre d’individus par horizon.

FIG. 51 – Répartition morphologique des vases en céramique grise fine en nombre d’individus par horizon (A), évolution des différents groupes en pourcentage du nombre d’individus par horizon (B).

373L’étude des formes fait ressortir, dans la plupart des cas, l’existence de nombreuses variantes, dont les principales font l’objet d’un classement à l’intérieur de chaque groupe.

Horizon 6

374pl. 12, nos 16‑26 ; pl. 13, nos 1‑7 ; pl. 15, nos 6‑8 ; pl. 18, nos 11‑17 ; pl. 21, nos 11 15

375La céramique grise fine occupe une place importante dans le mobilier de l’horizon 6, avec 8 % des tessons et 24 % des vases dénombrés. Elle est la mieux représentée, à part égale avec la céramique commune sombre. Le répertoire comprend 207 tessons et 62 vases.

Groupe 2

376Les pichets à col tronconique sont au nombre de 8 (soit 13 % de la céramique grise), représentés ici par les exemplaires les mieux conservés (fosse 27, pl. 12, nos 17‑19), ils montrent diverses combinaisons de décors lissés, systématiques dans cette série : lignes horizontales à mi‑panse (fosse 27, pl. 12, no 19), lignes verticales ou en biais associées à des lignes ondées (fosse 27, pl. 12, nos 17‑18). Ces pichets constituent un groupe relativement homogène sur le plan morphologique. Ils définissent un type isolé, très fréquemment attesté en Gaule et en particulier à Lyon (Clos du Verbe Incarné, rue des Farges) dans des contextes de datation augustéenne (Desbat et al. 1979 ; Genin 1993).

Groupe 3

377Parmi les 9 vases à panse ovoïde, qui représentent 14,5 % des vases gris, on relève la présence de trois variantes de lèvres :
– 1, lèvre en bourrelet, éversée, non profilée (6 ex.) ; fosse 27, pl. 12, no 22 ;
– 2, lèvre en bourrelet rainuré (1 ex.) ; fosse 27, pl. 12, no 20 ;
– 3, lèvre incurvée en gouttière (2 ex.) ; fosse 27, pl. 12, nos 24‑25.

378Les panses peuvent être lisses (5 ex.) ou cannelées (4 ex.).

379Un seul vase possède un décor ondé au peigne (fosse 28, pl. 15, no 6), type de décor extrêmement abondant au ier s. av. J.‑C, dont on note la raréfaction au début du règne d’Auguste. Ce vase, ainsi que plusieurs autres fragments à décor ondé, qui représentent 3 vases de type indéterminé, sont donc à considérer comme des éléments résiduels.

Groupe 4

380Les 11 jattes dénombrées (18 % des vases gris), à lèvre incurvée en gouttière, ont une morphologie peu variable (Lavendhomme, Guichard 1997 ; type 3263). La lèvre peut être plus ou moins éversée ou arrondie et la panse lisse (7 ex.) ou cannelée (4 ex.). L’une d’elles (fosse 29, pl. 18, no 11) présente cependant une lèvre soulignée à la jonction interne avec le col par des sillons fins et réguliers, dénotant sans doute une évolution morphologique par rapport aux jattes mises au jour dans les niveaux augustéens précoces.

Groupe 5

381Dans le groupe 5, on trouve 4 vases très différents, 2 bols et 2 coupes. Le premier (fosse 28, pl. 15, no 7) est un bol de grand diamètre à lèvre en bourrelet simple, panse arrondie ornée d’un décor à la molette. Ce type, qui apparaît au début de la production de grise fine (Lavendhomme, Guichard 1997 : type 3282, horizon 4), est abondant jusqu’au début de l’époque augustéenne et disparaît ensuite progressivement à la fin du ier s. ap. J.‑C. Son caractère unique dans le mobilier de l’horizon 6 tend à confirmer qu’il s’agit d’un élément résiduel.

382Le deuxième (fosse 27, pl. 12, no 26) peut être défini comme un bol caréné à paroi oblique ornée de baguettes ; le bord en bourrelet aplati forme une embouchure évasée. Cette forme n’est pas issue du répertoire indigène d’époque gauloise ; elle rappelle, de façon lointaine, un bol cylindrique à fond annulaire présent dans le mobilier d’une fosse du début de l’horizon 6 (fosse 24, type 4221, Lavendhomme, Guichard 1997). Les parallèles que l’on peut établir avec les « vases bobinese du sud‑ouest (Santrot 1979 : forme 175) ne s’avèrent pas satisfaisants : ces derniers présentent en effet une panse concave reposant sur un fond ombiliqué, nettement différent de notre exemplaire. En revanche certaines similitudes d’aspect (surface noire soigneusement lustrée, décor de baguettes, gabarit des vases) indiquent bel et bien que ces vases se rattachent à un même courant ou à une même mode dont les origines restent problématiques et les datations imprécises.

383La première coupe (fosse 28, pl. 15, no 8), qui se caractérise par une lèvre débordante formant une embouchure évasée, est clairement dérivée des types 17 et 19 définis par Lamboglia en céramique campanienne C. Ce type (Lavendhomme, Guichard 1997 : type 5311) apparu pendant l’horizon 5 semble déjà résiduel dans l’horizon 6.

384La seconde coupe (fosse 27, pl. 13, no 3) se situe à mi‑chemin du groupe 5 et du groupe 7 (assiettes et plats). Le bord oblique non divisé rappelle en effet les plats à bord oblique du groupe 7 mais le rapport (hauteur/diamètre d’ouverture) ainsi que la forme du fond, dépourvu de pied annulaire et légèrement bombé, en font un exemplaire isolé plus proche des coupes que des assiettes proprement dites.

Groupe 6

385On compte une seule écuelle. Encore faut‑il préciser qu’elle n’est représentée que par un fragment de panse à lissage interne de lignes ondées. L’absence quasi totale des écuelles à bord rentrant à l’époque augustéenne est peut‑être la conséquence du succès rencontré à la même époque par les plats à bord oblique, dont on a tout lieu de penser qu’ils constituent une évolution typo‑chronologique des écuelles à bord rentrant laténien.

Groupe 7

386Les assiettes et plats comprennent une série de plats à bord oblique et deux formes isolées.

387Les 8 plats à bord oblique (13 % des vases gris) constituent un échantillon typologique assez diversifié. Un vase (fosse 27, pl. 13, no 2) apparaît comme significatif d’une transition entre l’écuelle à bord rentrant proprement dite et l’assiette à bord oblique dérivée de la forme Lamboglia 5/7 (Lavendhomme, Guichard 1997 : type 5221). Trois autres vases (fosse 29, pl. 18, nos 13‑14 ; fosse 30, pl. 21, no 12) montrent autant de variantes se rattachant à la même série. Deux plats (fosse 27, pl. 13, nos 5‑6) correspondent enfin de façon plus exacte au type Lamboglia 5/7, réalisé en grise ardoisée (Genin et al. 1992).

388Les formes isolées correspondent à deux types qui représentent des types de création gallo‑romaine. La première est un plat (fosse 27, pl. 13, no 1) qui possède une lèvre triangulaire que l’on retrouve au ier s. dans le répertoire de la terra nigra et de la céramique commune. L’autre est une assiette (fosse 27, pl. 13, no 4) qui présente une lèvre en bourrelet prolongée par une paroi légèrement arrondie et reposant sur un fond concave. Ce type de profil évoque également des formes de terra nigra.

Groupe 8

389Les couvercles sont seulement au nombre de 3, dont 2 possèdent une lèvre à face externe oblique située dans le prolongement de la paroi (fosse 29, pl. 18, no 15). Un troisième se distingue par une lèvre en bourrelet simple (fosse 30, pl. 21. no 15).

390On compte enfin une quinzaine de vases figurés par des fragments à décor caractéristique.

Horizon 7

391pl. 25, nos 1‑13

392On observe un fléchissement de l’effectif de la céramique grise fine qui, avec 119 tessons et 19 vases, représente seulement 16,5 % du répertoire. Le groupe 5 ne figure pas dans l’échantillon.

Groupe 1

393Totalement absentes de l’horizon précédent, les cruches sont ici au nombre de 4, toutes à bec tréflé, et se rattachent au moins à deux productions distinctes.

394Deux exemplaires (fosse 31, pl. 25, no 1) présentent les caractéristiques techniques et typologiques des cruches produites à Vaison‑la‑Romaine (Drôme) (Goudineau 1977) ; pâte blanchâtre (kaolinique), surfaces partiellement lissées, d’une couleur gris ardoisé ou gris anthracite uniforme, panse carénée, fond plat et anse rubanée prenant naissance sous la lèvre. Le début de leur production est situé à Vaison‑la‑Romaine avant les années 10‑20 ap. J.‑C. Des récipients tout à fait similaires figurent aussi dans des contextes de la même époque mis au jour sur le site du Verbe Incarné à Lyon (Genin 1993).

395Deux autres cruches, à pâte ocre et surfaces gris sombre à noir, témoignent d’une production différente, peut‑être locale ou régionale.

396Les cruches à bec tréflé sont donc relativement nombreuses dans l’horizon 7 (4 vases sur 14), mais on peut supposer, étant donnée leur extrême rareté dans les contextes plus récents, en particulier dans ceux de l’horizon 8, qu’elles représentent des éléments anecdotiques et isolés sur le site de Roanne. Néanmoins, la même forme apparaît encore épisodiquement par la suite, principalement au iie s., dans le répertoire de la céramique commune à couverte micacée.

Groupe 2

397Les pichets tronconiques sont au nombre de 3, dont 2 identifiés grâce à des fragments de rebords (fosse 31, pl. 25, nos 3‑4).

Groupe 3

398Le seul vase assimilable au groupe des vases ovoïdes présente des traits morphologiques inhabituels (fosse 31, pl. 25, no 2). La lèvre est linéaire et allongée, très évasée, directement raccordée à la panse par un resserrement très marqué. Le profil de la panse, très ouvert, indique un vase de grandes dimensions. Le seul élément décoratif est constitué par une série de fines cannelures située 5 cm au‑dessous du rebord.

Groupe 4

399Les jattes à lèvre en gouttière figurent ici en un seul exemplaire (fosse 31, pl. 25, no 6), qui a subi un lissage horizontal externe et interne particulièrement soigné.

Groupe 6

400Deux écuelles complètes représentent deux variantes de l’évolution que connaît dans le courant du ier s. le type laténien des écuelles à bord rentrant. La première (fosse 31, pl. 25, no 9) ressemble de façon évidente au type 5113 (Lavendhomme, Guichard 1997) dont elle diffère cependant par un bord haut tendant à la verticale et une paroi rectiligne.

401La seconde (fosse 31, pl. 25, no 8) s’en écarte davantage ; elle se singularise par un bord haut et fin légèrement incurvé et une paroi à tendance concave reposant sur un fond plat.

402De telles variantes pourraient bien rendre compte d’une résurgence d’une forme indigène peu prisée à l’époque augustéenne, où elle était pratiquement remplacée par les plats Lamboglia 5/7. À leurs côtés figure une écuelle ou marmite à bord en bandeau représentant un type rare, si l’on en juge par le mobilier des horizons suivants (fosse 31, pl. 25, no 7).

Groupe 7

403On trouve en dernier lieu un seul plat à bord oblique (fosse 31, pl. 25, no 10), ainsi que 3 assiettes à bord en amande et à fond plat (fosse 31, pl. 25, nos 11‑13). qui représentent les céramiques grises ardoisées, déjà résiduelles au début du règne de Tibère (Genin et al. 1992).

404Des fragments isolés, décorés ou non décorés, attestent la présence de 4 autres vases de types indéterminés.

405Cet échantillon de céramique grise fine, bien que très restreint, révèle principalement la création de nouvelles variantes d’écuelles à bord rentrant, selon un mouvement de retour vers des formes extrêmement répandues au ier s. av. J.‑C., et l’apparition de cruches à bec tréflé.

Horizon 8

406pl. 30, nos 11‑16 ; pl. 37, nos 1‑15 et pl. 38, nos 1‑8 ; pl. 44, nos 15‑19 ; pl. 46, nos 11‑12 ; pl. 49, nos 2‑9 ; pl. 54, nos 6‑21 ; pl. 66, nos 1‑32 ; pl. 73, nos 1‑16

407La raréfaction de la céramique grise fine observée pendant l’horizon 7 s’accentue encore, puisque cette catégorie ne représente plus que 8 % du répertoire. Elle comprend néanmoins un ensemble très diversifié de 221 vases (pour 1857 tessons) qui se prête plus facilement à une étude typologique détaillée.

Groupe 1

408Deux types se répartissent les 7 cruches dénombrées, qui forment 3 % du répertoire de la catégorie.

409Les cruches à bec tréflé figurent en 2 exemplaires à pâte ocre et surfaces grises, peut‑être d’origine locale ou régionale (fosse 33, pl. 37, no 1).

410À leurs côtés, apparaît un nouveau type qui se caractérise par un bord haut, droit et épais, un col étroit et une panse globulaire reposant sur un fond légèrement concave (2 exemplaires : fosse 34, pl. 44, no 15 et fosse 38, pl. 66, no 1). Leur profil restitué indique des cruches de petit module. D’autres fragments de col, également de petit diamètre, attestent probablement deux autres cruches du même type. Ces 4 vases présentent tous une pâte blanchâtre fine, une surface de couleur gris ardoisé uniforme et une bonne qualité d’exécution.

411Un dernier fragment à double carène (fosse 39, pl. 73, no 8) représente probablement une cruche dont nous n’avons pu identifier le type.

Groupe 2

412Les pichets tronconiques forment une série nombreuse (34 ex., soit 15 % de la céramique grise fine de l’horizon 8) et assez homogène (fosse 33, pl. 37, nos 2‑4 ; fosse 34, pl. 44, no 23 ; fosse 38, pl. 66, no 3), en dépit du module anormalement élevé d’au moins trois d’entre eux (fosse 33, pl. 37, nos 5‑6 ; fosse 37, pl. 54, no 8). Les décors lissés (lignes horizontales, verticales et ondées) ornent cols et panses selon des dispositions peu variables. Les profils de lèvres montrent une grande similitude (lèvres éversées, en bourrelet plus ou moins épais), si l’on excepte un seul exemplaire (fosse 37, pl. 54, no 10) qui présente une lèvre peu éversée de section ovale et des parois beaucoup plus fines que la normale.

Groupe 3

413Les vases ovoïdes forment une série aussi nombreuse (34 ex.). On peut y distinguer quatre variantes d’après le profil des lèvres et des cols :
– 1, lèvre éversée en bourrelet, col court et droit ou légèrement oblique (17 ex. : fosse 32, pl. 30, no 11 ; fosse 33, pl. 37, no 7 ; fosse 36, pl. 49, nos 4‑6 ; fosse 37, pl. 54, no 9 ; fosse 38, pl. 66, no 4) ;
– 2, lèvre éversée en bourrelet et col caréné (9 ex. : fosse 39, pl. 73, nos 2, 4, 5) ;
– 3, lèvre éversée en bourrelet directement reliée à la panse (3 ex. : fosse 33, pl. 37, no 8 ; fosse 39, pl. 73, no 1) ;
– 4, lèvre incurvée en gouttière directement reliée à la panse (5 ex. : fosse 33, pl. 37, no 9 ; fosse 39, pl. 73, no 3).

414Les décors, peu nombreux, se trouvent presque exclusivement sur des vases de la variante 1 : simple lissage de bandes horizontales sur le col et la panse (fosse 36, pl. 49, no 4 ; fosse 38, pl. 66, no 4), décor ondé au peigne (fosse 36, non ill.), décor à la molette (fosse 32, pl. 30, no 11 ; fosse 33, pl. 37, no 7). Un seul exemplaire de la variante 4 (fosse 33, pl. 37, no 9) présente un lissage en bandes horizontales sur la panse.

415Cet échantillon confirme nettement que les décors ondés au peigne et à la molette se raréfient dans le courant de la première moitié du ier s. ap. J.‑C. Ils sont déjà pratiquement tombés en désuétude au milieu du siècle.

Groupe 4

416Les jattes, au nombre de 17 (8 % des vases en céramique grise fine) sont encore en grande majorité des jattes à bord en gouttière, à panse cannelée (fosse 33. pl. 37, no 12 ; fosse 37, pl. 54, nos 12‑13 ; fosse 38, pl. 66, nos 5‑6) ou, plus rarement, lisse (fosse 33, pl. 37, no 11 ; fosse 38, pl. 66, no 7). Un seul exemplaire se distingue par une lèvre ne présentant aucune concavité, mais cette caractéristique ne constitue pas un indice d’évolution typologique, puisqu’on la trouve sur quelques jattes d’époque augustéenne précoce (fosse 38, pl. 66, no 5).

Groupe 5

417Seulement 3 vases se rattachent au groupe des bols et coupes. Un profil complet a pu être reconstitué. C’est une coupe à bord oblique, évasé et fond épais à pied annulaire (fosse 37, pl. 54, no 19) à laquelle s’ajoutent deux autres rebords sans doute du même type (fosse 38, pl. 66, nos 11‑12). Ces coupes évoquent une forme qui apparaît pendant l’horizon 5 (Lavendhomme, Guichard 1997 : type 5312).

Groupe 6

418Avec 31 vases (14 % de l’effectif de la céramique grise fine), les écuelles à bord rentrant forment un lot nettement plus important que pendant les horizons 6 et 7, qui montre le retour vers un répertoire ancien.

41916 exemplaires se rattachent au type ancien à lèvre courte, arrondie et rentrante. 10 vases se répartissent ensuite entre trois variantes :
– la variante 1 (6 ex.) se caractérise par un bord haut tendant à la verticale (4 ex.) ou encore légèrement rentrant (fosse 37, pl. 54, no 18 ; fosse 38, pl. 66, nos 19‑20) ;
– la variante 2 (2 ex.) se singularise par une lèvre très courte de section rectangulaire et légèrement rentrante (fosse 37, pl. 54, no 16 ; fosse 38, pl. 66, no 18) ;
– la variante 3 (2 ex.) présente un bord fin mouluré (fosse 38, pl. 66, no 14) ou simplement incurvé (fosse 33, pl. 37, no 14), à rapprocher d’une écuelle attestée dans le mobilier de l’horizon 7 (cf. fosse 31, pl. 25, no 8).

420Quatre exemplaires supplémentaires représentent autant de variantes de l’évolution des écuelles à bord rentrant vers les assiettes et plats à bord oblique et ne forment pas, pour cette raison, une série véritablement homogène (fosse 36, pl. 49, no 9 ; fosse 37, pl. 54, no 15 ; fosse 38, pl. 66, no 21 ; fosse 39, pl. 73, no 11). Il faut enfin signaler une écuelle fine de petit diamètre à bord mouluré qui reste unique dans le mobilier de l’horizon 8 comme dans celui des horizons 9 à 12 (fosse 38, pl. 66, no 13).

421Les écuelles de l’horizon 8 possèdent un intérêt particulier. Elles mettent en effet en évidence un processus de diversification du répertoire à partir d’un type ancien, qui produit un chapelet de variantes morphologiques. On a tout lieu de penser que ces variantes ont été fabriquées à la même époque, mais le mobilier des horizons suivants révèle que certaines, notamment la variante 1, ont connu davantage de succès : on en retrouve quelques témoins, parfois fabriqués selon des techniques différentes (en céramique commune claire micacée ou sombre rouge), dans le répertoire des horizons 9 à 12.

Groupe 7

422Les assiettes et les plats prédominent de façon évidente avec 58 exemplaires (26 % de la céramique grise fine) qui se rattachent pour 53 d’entre eux à quatre variantes principales :
– 1, assiettes et plats à bord oblique (39 ex. : fosse 33, pl. 38, nos 3‑4 ; fosse 34, pl. 44, no 18 ; fosse 35, pl. 46, no 11 ; fosse 38, pl. 66, nos 22‑24) ;
– 2, assiettes à bord haut, oblique (9 ex. : fosse 34, pl. 44, no 19 ; fosse 38, pl. 66, nos 26‑28 ; fosse 39, pl. 73, no 12) ;
– 3, assiettes à bord arrondi (2 ex. : fosse 33, pl. 38, no 1 ; fosse 38, pl. 66, no 25) ;
– 4. plats à bord éversé, droit ou pendant (3 ex. : fosse 33, pl. 38, no 6 ; fosse 34, pl. 44, no 17).

423La variante 1 est très nettement prédominante, avec 40 exemplaires, soit 75 % du groupe et 18 % de l’ensemble des vases gris. Elle est fabriquée soit en grise fine, soit en grise ardoisée (Genin et al. 1992). On peut du moins relever que 3 des 40 exemplaires présentent une lèvre beaucoup plus courte et épaisse (fosse 34, pl. 44, no 18).

424Les assiettes se rattachant à la variante 2 forment un groupe moins homogène. Seules la morphologie d’ensemble et les dimensions sont peu variables (diamètres d’ouverture compris entre 13,5 et 19 cm). Pour le reste, on note des différences évidentes dans les profils des lèvres : bord oblique simple (3 ex. : fosse 34, pl. 44, no 19 ; fosse 38, pl. 66, no 26 ; fosse 39, pl. 73, no 12), bord oblique en bourrelet (1 ex. : fosse 37, pl. 54, no 20), bord oblique divisé par un ressaut externe (fosse 38, pl. 66, no 28), paroi oblique et bord éversé en bourrelet épaissi (fosse 38, pl. 66, no 27). Ces formes de création gallo‑romaine apparaissent logiquement en nombre plus conséquent dans l’horizon 8. Elles correspondent à des types fréquents au Ier s. sur d’autres sites, comme Lyon, où on les connaît fabriquées en céramique commune sombre à pâte noire et à pâte rouge.

425La variante 3 comprend deux petites assiettes à bord arrondi et fond plat ou légèrement concave, également de création gallo‑romaine (fosse 33, pl. 38, no 1 ; fosse 38, pl. 66, no 25). Elle préfigure un type fréquent à la fin du ier s. et au iie s. ap. J.‑C. dans diverses catégories de céramique, mais comprenant la plupart du temps des plats de grand diamètre.

426À la variante 4 se rattachent deux plats très bas, à lèvre épaisse et débordante, horizontale (fosse 34, pl. 44, no 17) ou pendante (fosse 33, pl. 38, no 6).

427Parmi les plats, figurent également 5 exemplaires isolés en grise ardoisée qui se rapportent à des types apparus à Roanne pendant l’horizon 5 et dont l’évolution aboutit à la terra nigra proprement dite (Genin et al. 1992). Ils présentent une lèvre à face externe oblique, légèrement rentrante, dégagée à l’intérieur par une gorge peu prononcée, qui évoque le service IB (fosse 32, pl. 30, no 12‑13 ; fosse 33, pl. 38, no 5 ; fosse 35, pl. 46, no 12).

Groupe 8

428Les couvercles sont au nombre de 15 ; 5 possèdent un bord simple, non profilé, proche de celui des couvercles attestés dans l’horizon 6 (cf. fosse 29, pl. 18, no 15 et fosse 30, pl. 21, no 15). Les 11 autres se distinguent par un ressaut interne simple ou double et montrent différents profils très communs sur les couvercles gallo‑romains : bord à face externe verticale (1 ex. : fosse 37, pl. 54, no 21), bord triangulaire (6 ex. : fosse 33, pl. 38, no 7 ; fosse 39, pl. 73, no 13), bord en bourrelet arrondi (4 ex., non ill.).

429Le seul couvercle complet est un exemplaire de grand diamètre muni d’un bouton large, épais et concave (fosse 37, pl. 54, no 21).

Formes particulières

430On compte enfin 2 vases ne s’intégrant pas dans les différents groupes. Le premier (fosse 37, pl. 54, no 6) est un gobelet tronconique de petit diamètre, à bord fin et mouluré, le second une petite coupe à lèvre éversée et paroi arrondie (fosse 37, pl. 54, no 14). 20 autres vases, inclassables, sont représentés par des fragments caractéristiques (fonds, anses, parois à décor ondé, à damier...).

431La céramique grise fine de l’horizon 8 se caractérise par sa diversité typologique. Les groupes 2 à 5 restent relativement homogènes, contrairement aux groupes 6 et 7, majoritaires, dans lesquels on rencontre un grand nombre de variantes des anciennes écuelles à bord rentrant et des plats Lamboglia 5/7. Cette diversification correspond à une évolution qui se traduit par un retour au répertoire ancien : les écuelles à bord rentrant, absentes ou très peu nombreuses au début du ier s. ap. J.‑C, semblent connaître un regain de faveur.

432Malgré cela, sa position devient plus modeste au sein du répertoire de la vaisselle céramique (8 %). On peut donc se demander si cette régression doit être mise en rapport avec l’irruption massive de la terra nigra. Cette catégorie constitue en effet plus de 13 % des vases de l’horizon 8. Ces données, comparées à celles que fournit le mobilier de l’horizon 6 (4 % pour la terra nigra et 22 % pour la céramique grise fine), tendraient à indiquer une concurrence entre les deux catégories. Nous avons donc voulu aller plus loin en séparant, comme pour la terra nigra, les 8 fosses représentatives de l’horizon 8 en deux groupes. En fait, l’effectif de la céramique grise fine ne révèle pas un décalage aussi important que pour la terra nigra (fig. 52) : sa meilleure représentation dans les 5 fosses récentes (11 %, contre 6 % dans les 3 fosses anciennes) est loin de compenser la chute de la fréquence de la terra nigra (de 15 % à 4 % des vases). De telles données n’indiquent donc pas un renversement total entre ces deux catégories, mais semblent étayer l’existence d’un décalage chronologique entre les deux groupes de fosses de l’horizon 8.

FIG. 52 – Évolution de la fréquence de la terra nigra et de la céramique grise fine au sein des ensembles rattachés à l’horizon 8.

Horizon 9

433pl. 77, nos 1‑15 ; pi. 79, no 27 ; pi. 83, nos 1‑2

434La céramique grise fine comprend 336 tessons et 48 vases, soit un effectif stable par comparaison avec l’horizon 8 (8 %). Seul le groupe 4 n’est pas représenté.

Groupes 1 et 2

435Une seule cruche à bec tréflé (type de Vaison‑la‑Romaine) est représentée (fosse 41, pl. 79, no 24). Il en va de même pour les pichets tronconiques, réduits à un seul exemplaire décoré de lignes lissées ondées sur le col (non ill.).

Groupe 3

436Les vases ovoïdes sont en revanche un peu plus nombreux, avec 9 exemplaires.

4377 d’entre eux, possèdent une lèvre en bourrelet et une panse lisse (2 ex.) ou cannelée (5 ex.) (fosse 41, pl. 77, nos 3‑4 ; fosse 42, pl. 83, no 1).

438Les vases à lèvre en gouttière sont représentés en un seul exemplaire (non ill.). On trouve également trois vases carénés à col tronconique, dont un seul a pu être reconstitué (fosse 40, pl. 77, no 1) : la lèvre est fine, à peine éversée, la liaison col/panse soulignée par 2 larges moulures, le fond plat et peu épais. Ce type de vase apparaît exclusivement dans le mobilier de l’horizon 9.

Groupe 5

439On compte 4 coupes à lèvre en bourrelet mouluré et paroi arrondie, dont une présente un décor croisé à la molette presque totalement effacé (fosse 40, pl. 77, nos 5‑6). À leurs côtés, figure un bol à collerette (fosse 42, pl. 83, no 2) dérivé des bols en terre sigillée Ritt. 12, produits en Gaule du Sud au ier s. ap. J.‑C. Cette forme, unique dans le mobilier roannais que nous avons étudié, est attestée dans d’autres régions dans des contextes compris entre 30 et 70 ap. J.‑C. (Menez 1989 : 127 et 160, no 69 a, b, c).

Groupe 6

440Les écuelles sont au nombre de 5. La variante 1 est représentée par 4 vases possédant tous une lèvre haute, épaisse, peu rentrante et reliée à la panse par une large moulure (fosse 41, pl. 79, no 25). Un dernier vase correspond à une version miniature des écuelles de la variante 2 : bord épais et très court, de section rectangulaire (fosse 40, pl. 79, no 10).

Groupe 7

441Les assiettes et plats constituent un échantillon plus diversifié que celui de l’horizon 8. Les plats à bord oblique dérivés de la forme Lamboglia 5/7 ne comptent plus que 2 exemplaires, mais on peut y ajouter un plat de petit diamètre (20 cm) à bord fin non profilé et tendant à la verticale qui représente une variante absente du mobilier de l’horizon 8 (fosse 40, pl. 77, no 11).

442Huit autres plats se rattachent à 2 types différents : 5 exemplaires présentent une lèvre oblique et pendante et une paroi légèrement arrondie (fosse 41, pl. 79, no 26), 3 autres, qui comprennent un profil complet (fosse 40, pl. 77, no 12), sont des plats à bord arrondi, haut, non profilé, et fond à peine concave dégagé par un pied annulaire.

Groupe 8

443Les couvercles se ramènent à 2 exemplaires dont un à bord simple (non ill.) et un à bord en bourrelet (fosse 40, pl. 77, no 13), tous deux sans ressaut interne.

444On compte enfin 9 fragments décorés et 5 fonds inclassables.

445L’évolution du mobilier se traduit tout d’abord par la quasi‑disparition des pichets tronconiques (groupe 2) et l’absence totale des jattes à lèvre en gouttière (groupe 4). Ces types sont, à la fin du ier s. ap. J.‑C., définitivement tombés en désuétude. On relève ensuite que, parmi les écuelles à bord rentrant, ne subsiste plus que la variante 1, déjà attestée, mais en moindre proportion, dans le mobilier de l’horizon 8. La rareté des plats à bord oblique constitue un autre indice de cette évolution, également perceptible avec l’émergence de nouveaux types de plats, et notamment des plats à bord arrondi.

Horizon 10

446pl. 85, nos 14‑20 ; pl. 93, no 11

447Les fosses de l’horizon 10 ont livré 20 vases (pour 69 tessons), qui ne représentent plus que 4 % du répertoire. Les groupes 1, 2 et 4 ne sont pas représentés.

Groupe 3

44812 vases ovoïdes se répartissent entre les 4 séries morphologiques déjà définies.

449Les vases se rattachant à la variante 1 sont au nombre de 2 (fosse 43, pl. 85, no 18 ; fosse 44, pl. 88, no 4). À leurs côtés, on trouve 7 exemplaires eux aussi assimilables à la variante 1, mais qui se distinguent par une panse ondulée ornée d’un décor à la molette disposé sur un ou plusieurs registres. Un seul profil complet a pu être reconstitué (fosse 45, pl. 93, no 11) ; il s’agit en l’occurrence d’un vase de grande taille à lèvre en bourrelet, col court et lisse, panse allongée reposant sur un fond concave ; le décor est maladroitement exécuté : les impressions, en forme de bâtonnets serrés rectangulaires, sont irrégulières. Cette série correspond à une production attestée à Roanne même grâce à la découverte de fours de potiers (cf. supra fig. 10, no 7). La datation initialement proposée pour son apparition (fin du ier s. ap. J.‑C ; Poncet 1967) se trouve apparemment contredite par son absence dans les trois fosses de l’horizon 9.

450Quoi qu’il en soit, ces vases gris rendent compte d’un retour au répertoire du ier s. av. J.‑C. : les profils ondulés et les décors à la molette ou ondés au peigne resurgissent, quelque peu modifiés, dans les productions locales après plus d’un siècle d’oubli.

451Les autres vases ovoïdes se réduisent à 3 exemplaires : un vase à lèvre en gouttière (fosse 43, pl. 85, no 16), un vase à col haut, incurvé et lèvre éversée finement moulurée (fosse 43, pl. 85, no 14) et un gobelet fusiforme à bord haut (fosse 43, pl. 85, no 15).

Groupe 5

452Ce groupe comprend tout d’abord une coupe de petit diamètre à lèvre en bourrelet, très proche des exemplaires présents dans le mobilier de l’horizon 9 (fosse 43, pl. 85, no 17 ; fosse 40, pl. 77, nos 5‑6).

453Un autre type est figuré par une coupe à paroi oblique très évasée, se terminant par une lèvre éversée de section triangulaire (fosse 43, pl. 85, no 19).

Groupe 6

454Une seule écuelle est identifiable, à bord haut et lisse, rattaché à la panse par un ressaut très marqué (fosse 43, pl. 85, no 20).

Groupe 8

455Les couvercles sont représentés par 2 rebords en bourrelet arrondi, sans ressaut interne (fosse 44, non ill.).

456On compte encore 3 vases représentés par un fond ombiliqué, un fond annulaire de petit diamètre et un fragment à décor ondé (fosse 45, non ill.).

457La céramique grise fine de l’horizon 10 entérine un processus d’évolution déjà largement amorcé par le matériel de l’horizon précédent : disparition totale des pichets tronconiques, des jattes à bord en gouttière, mais aussi et surtout des plats à bord oblique. On assiste en revanche à l’apparition d’une nouvelle catégorie de vases décorés à la molette, fabriqués à Roanne dès les années 120 ap. J.‑C et qui témoignent d’un retour au répertoire traditionnel. Néanmoins, ce regain de faveur n’empêche pas une baisse de fréquence importante de la céramique grise fine.

Horizon 11

458pl. 101, nos 11‑16 ; pl. 102, nos 1‑8

459On dénombre 574 tessons et 35 vases en céramique grise fine (3,8 % de l’effectif). Seuls les groupes 3, 5 et 6 sont représentés.

Groupe 3

460Si l’on excepte 3 vases à épaule carénée (non ill.), ce groupe ne comprend que des vases décorés à la molette (17 ex.), qui présentent deux variantes dans le profil des lèvres. 12 possèdent une lèvre épaisse en bourrelet et un col court et lisse, à l’image des exemplaires de l’horizon 10 (fosse 46, pl. 101, nos 11‑14), et 4 une lèvre fine simplement éversée et reliée sans col à la panse (fosse 46, pl. 102, nos 4‑5). 6 autres vases de la même série ont pu être dénombrés grâce à des fragments de fonds et de panses, ainsi que 5 vases de type indéterminé représentés par des fragments à décors guillochés en amande.

Groupe 5

4612 vases sont rangés dans ce groupe. Le premier est un petit bol à bord en bourrelet et décor lissé de lignes en biais, probablement résiduel (non ill.). Le second se réduit à une panse incurvée à double carène (fosse 46, pl. 102, no 7).

Groupe 6

462On dénombre une seule écuelle, à bord haut et lisse, légèrement rentrant (fosse 46, pl. 102, no 6).

463L’originalité de ce lot réside en grande partie dans la présence d’un vase dont les caractéristiques morphologiques et décoratives sont totalement uniques (fosse 46, pl. 102, no 8). Il s’agit d’une forme basse, fermée, à bord court et fin peu éversé, prolongé par une panse divisée en trois parties inégales et reposant sur un fond annulaire. Une collerette, malheureusement incomplète, est située à mi‑hauteur de la panse. La partie supérieure de la panse présente de nombreuses perforations effectuées avant cuisson. Si l’usage de ce vase comme brûle‑parfum semble une hypothèse plausible (les perforations servant à évacuer une partie de la fumée), la disposition de ces dernières reste problématique : elle pourrait en effet suggérer le tracé d’une inscription ayant une signification précise. Néanmoins, tout déchiffrement s’étant révélé impossible, la cohérence de l’agencement des perforations n’est peut‑être qu’apparente.

464L’échantillon de la céramique grise fine de l’horizon 11 indique, en dépit de sa faiblesse quantitative, analogue à celle de l’horizon 10, que les productions roannaises de vases décorés à la molette se sont développées au cours du iie s., jusqu’à représenter dans l’horizon 11, plus des trois quarts de la catégorie. Mais il faut sans doute nuancer le propos en rappelant qu’une seule fosse se rattache à l’horizon 11 et que seule l’étude de plusieurs ensembles contemporains permettrait d’évaluer avec une plus grande sûreté la part de ces productions locales.

Horizon 12

465pl. 115, nos 12‑24 ; pl. 122, nos 24‑29

466Les fosses de l’horizon 12 ont livré 446 tessons et 60 vases en céramique grise fine, dont l’étude montre tout d’abord l’importance du matériel résiduel (18 vases). On trouve en effet 4 pichets tronconiques (fosse 47, pl. 115, no 12), une jatte à lèvre en gouttière (fosse 47, pl. 115, no 19), 2 vases non identifiés à décor ondé lissé et incisé (fosse 47, non ill.), 6 écuelles à bord rentrant de type ancien (fosse 47, pl. 115, no 21 et fosse 48, pl. 122, no 26) et 5 plats à bord oblique identiques aux imitations de la forme Lamboglia 5/7 d’époque augustéenne précoce (fosse 48, pl. 122, os 27‑29). 4 fragments isolés à décor ondé s’ajoutent encore à ce lot de vases résiduels.

Groupe 3

46725 des 30 vases ovoïdes recensés sont des vases à panse ondulée et décors à la molette, déjà prédominants dans le mobilier de l’horizon 11 (fosse 47, pl. 115, nos 15‑18 ; fosse 48, pl. 122, no 24). Trois autres exemplaires sont des vases non décorés à épaule carénée (fosse 47, pl. 115, nos 13‑14).

Groupe 4

468Au groupe 4 se rattache une seule jatte carénée à bord fin, nettement éversé, peut‑être dérivée des anciennes jattes à lèvre en gouttière (fosse 47, pl. 115, no 20).

Groupe 5

469Le groupe 5 compte un bol de grand diamètre à bord en bourrelet (fosse 47, pl. 115, no 22) et 2 coupes évasées à paroi oblique et lèvre en bourrelet moulurée (non ill.) ;

Groupe 7

470Une seule assiette est attestée, à bord haut et fin, légèrement incurvé (fosse 47, pl. 115, no 23).

Groupe 8

471On compte 3 couvercles, dont un à bord en bourrelet et deux à bord simple sans ressaut interne (fosse 47, pl. 115, no 24).

472La part importante de vases résiduels (18 vases sur 60) confère à l’échantillon un aspect hétéroclite qui contraste avec l’homogénéité du mobilier des horizons 10 et 11 et ne facilite pas son interprétation. On peut du moins mettre l’accent sur la prépondérance des vases ovoïdes décorés à la molette, qui constituent à eux seuls plus de 40 % de l’effectif. En revanche, les comptages de fragments (6 %) et d’individus (6 %) ne peuvent être comparés tels quels avec les données fournies par le mobilier de l’horizon 11, où la céramique grise fine représentait 3 % des tessons et 4 % des vases.

4.13 Céramique commune claire

473pl. 13, nos 8‑13 ; pl. 15, nos 10‑11 ; pl. 18, no 18 ; pl. 21, no 16 ; pl. 26, nos 1‑15 ; pl. 30, nos 17‑21 ; pl. 38, nos 9‑25 et pl. 39, nos 1‑19 ; pl. 44, nos 20‑24 et pl. 45, no 1 ; pl. 46, nos 14‑15 ; pl. 49, nos 10‑13 ; pl. 55, nos 1‑18 et pl. 56, nos 1‑5 ; pl. 67, nos 1‑29 ; pl. 73, nos 17‑28 et pl. 74, nos 1‑2 ; pl. 77, nos 16‑26 ; pl. 80, nos 1‑13 ; pl. 83, nos 3‑14 ; pl. 85, nos 21‑29 ; pl. 88, nos 6‑14 ; pl. 93, nos 12‑20 et pl. 94, nos 1‑4 ; pl. 102, nos 10‑12 ; pl. 103, nos 1‑29 ; pl. 104, nos 1‑24 ; pl. 105, nos 1‑20 ; pl. 116, nos 1‑17 ; pl. 117, nos 1‑17 ; pl. 118, nos 1‑4 ; pl. 122, nos 30‑42

474La céramique commune représente une part considérable du mobilier. Elle comprend, tous horizons confondus, 37 231 tessons, soit 61 % du total, et 2 803 vases, soit 47 % du répertoire. Le classement utilisé pour la période gauloise (Vaginay, Guichard 1988 ; Lavendhomme, Guichard 1997), n’a pas été retenu pour l’étude de la céramique commune d’époque romaine (cf. supra Avertissement) ; le mobilier des 22 fosses prises en compte comprend en effet un effectif quasiment nul de céramiques indigènes modelées qui ne justifiait donc pas l’adjonction d’une « catégorie » supplémentaire proprement dite.

475L’ensemble de la céramique commune gallo‑romaine peut être scindé en deux groupes principaux : la céramique fine cuite en mode A, ou céramique « commune claire », et la céramique demi‑fine ou grossière, cuite en mode A ou en mode B, ou céramique « commune sombre ». Cette distinction, communément utilisée pour le classement des céramiques antiques de la moyenne vallée du Rhône, repose dans cette région sur un critère technique très facilement discernable : les céramiques communes claires disposent d’une pâte calcaire, à l’inverse des céramiques communes sombres (Desbat et al. 1979). Dans le cas du mobilier roannais, ce critère n’est plus applicable, puisque toutes les céramiques de fabrication régionale présentent une argile non calcaire. La partition entre les deux catégories est néanmoins toujours possible. Elle repose à la fois sur la finesse des pâtes utilisées, sur le mode de cuisson et sur la forme des récipients. Il est en effet très visible que le répertoire de la céramique commune claire roannaise est largement issu de celui des céramiques à pâte calcaire des régions méditerranéennes et de la vallée du Rhône. Comme celui‑ci, il comprend seulement, au moins dans les premiers horizons gallo‑romains, des formes qui ne sont pas destinées à passer au feu, essentiellement des cruches et des mortiers et, dans une moindre mesure, des formes de vaisselle de table, tandis que le répertoire de la céramique commune sombre englobe la totalité des vases à cuire (marmites, pots à cuire, bouilloires...) et les vases de stockage. Toutefois ce schéma ne fonctionne pas de façon systématique à toutes les époques, comme on le verra notamment pour les horizons les plus récents.

476La céramique commune claire occupe une place toujours un peu plus faible que la céramique commune sombre, mais en progression au iie s. (fig. 53). Son étude permet de répartir les vases entre 7 groupes morphologiques (fig. 54) :
– groupe 1 : cruches ;
– groupe 2 : vases ovoïdes ;
– groupe 3 : marmites et formes basses diverses ;
– groupe 4 : écuelles et mortiers ;
– groupe 5 : assiettes ;
– groupe 6 : couvercles.

FIG. 53 – Évolution de la fréquence de la céramique commune claire, en pourcentage du nombre d’individus par horizon.

FIG. 54 – Répartition morphologique des vases en céramique commune claire en nombre d’individus par horizon (A) et évolution des différents groupes en pourcentage du nombre d’individus par horizon (B).

Horizon 6

477pl. 13, nos 8‑13 ; pl. 15, nos 10‑11 ; pi. 18, no 18 ; pl. 21, no 16

478La céramique commune claire comprend 28 vases (11 % de l’effectif), très inégalement répartis entre 4 des 6 groupes morphologiques.

Groupe 1

479Les cruches, au nombre de 18, ont pu être individualisées pour 16 d’entre elles grâce à des fragments de fonds et d’anses rubanées. Deux seulement sont à col large : la première (fosse 27, pl. 13, no 8) présente un diamètre d’ouverture (environ 15 cm) et des traits morphologiques (bord haut, mouluré, très évasé) inhabituels dans cette série : la pâte est beige, micacée et les surfaces orange clair. La seconde (fosse 27, pl. 13, no 9), restituée jusqu’au départ de l’anse, possède une panse piriforme et un fond à peine concave ; la pâte est beige et les surfaces ocre clair, lissées.

Groupe 2

480Les vases à panse ovoïde sont au nombre de 5, parmi lesquels deux exemplaires de type indéterminé (fragments de fonds), un petit vase à lèvre en bourrelet et col lisse (fosse 30, pl. 21, no 16) et un de grand module à lèvre éversée et col mouluré (fosse 27, pl. 13, no 10). Ces 4 exemplaires présentent une pâte fine, beige à rose, et des traces d’engobe micacé sur la lèvre et le col (fosse 27, pl. 13, no 10) ainsi que sur la panse (fosse 30, pl. 21, no 16).

481Un dernier vase se distingue du lot par son profil rappelant les « pots à miel » fréquents à l’époque augustéenne, tant sur le limes germanique (type Haltern 62) qu’à Lyon, et dont on connaît nombre de variantes (fosse 29, pl. 18, no 18).

Groupe 3

482Les formes ouvertes sont représentées par 2 passoires complètes (fosse 27, pl. 13, nos 12‑13) à lèvre moulurée, col lisse droit ou rentrant, prolongé par une carène arrondie ornée de cannelures. Les anses rubanées prennent naissance immédiatement sous la lèvre et dessinent un arc de cercle. Les pâtes sont fines et les surfaces jaunes, avec des traces d’enduit de mica.

Groupe 4

483Les mortiers se ramènent à deux exemplaires, dont un de type indéterminé (fragment de fond) et un profil complet à bord en bandeau de type Haltern 59 (fosse 28, pl. 15, no 11). Ce type est extrêmement abondant en Gaule à l’époque augustéenne : on le trouve, en particulier à Lyon (Clos du Verbe Incarné, rue des Farges) et à Roanne (Lavendhomme, Guichard 1997), dans des contextes datés entre 40 av. J.‑C. et 10‑15 ap. J.‑C., mais également dans la première moitié du ier s., où il continue d’être le seul type de mortier couramment utilisé.

484Ce premier échantillon de céramique commune claire s’avère difficile à exploiter sur le plan typologique. Les principales caractéristiques sont la prédominance des cruches (18 vases sur 28) et la présence de vases à surfaces micacées, ici 4 vases ovoïdes et 2 passoires.

Horizon 7

485pl. 26, nos 1‑15

48616 vases ont été dénombrés ; ils représentent 14 % du mobilier de l’horizon 7.

Groupe 1

487Les cruches se répartissent entre 4 types différents. Les cruches à col étroit et lèvre striée comptent 5 exemplaires (fosse 31, pl. 26, nos 1‑2) montrant des profils extrêmement proches.

488Les cruches à col large et lèvre en bourrelet figurent en un seul exemplaire (fosse 31, pl. 26, no 3). Il s’agit de formes très fréquemment attestées sous Auguste, en particulier parmi le mobilier des camps du limes (types Haltern 50 et 53). Elles sont également très abondantes dans les habitats augustéens et notamment les habitats lyonnais de la rue des Farges (Desbat et al. 1979) et du Clos du Verbe Incarné (Genin 1993).

489À leurs côtés, figurent deux formes isolées : une cruche à col étroit et lèvre évasée en bandeau concave (fosse 31, pl. 26, no 5) dont la pâte est beige sombre, peu fine, et les surfaces non lissées, et une cruche à bec tréflé et pâte beige calcaire, qui constitue une aberration en céramique commune claire (fosse 31, pl. 26, no 4). On sait en effet que les cruches à bec tréflé du ier s. sont toujours fabriquées en céramique grise à pâte kaolinitique (Goudineau 1977) ou en céramique commune sombre, ce qui correspond probablement à un usage spécifique (bouilloire). S’agit‑il ici d’une fantaisie de potier, d’un essai raté ou plus simplement d’une erreur de fabrication ? Le caractère unique de cet exemplaire à pâte calcaire, tendrait de toute façon à suggérer qu’il s’agit d’un élément anecdotique, importé, ne rendant pas compte d’une production spécifique.

Groupe 2

490Parmi 4 vases à panse ovoïde, on trouve tout d’abord 3 exemplaires à pâte non calcaire et surfaces micacées, de divers profils : lèvre éversée sans col (fosse 31, pl. 26, no 9), lèvre en bourrelet et col tronconique côtelé (fosse 31, pl. 26, no 11). Le seul vase complet (fosse 31, pl. 26, no 12) possède une lèvre en bourrelet, un col haut et côtelé prolongé par une panse globulaire reposant sur un fond épais, à peine soulevé ; les parois sont de teinte orange vif et fortement micacées.

491À leurs côtés, figure un pot ovoïde à deux anses, à rapprocher des pots à miel précédemment évoqués (fosse 31, pl. 26, no 8) et dont la pâte calcaire suggère qu’il s’agit d’une importation de la vallée du Rhône : des formes similaires à pâte calcaire sont en effet relativement fréquentes à Lyon et à Vienne au cours du ier s. ap. J.‑C. (Desbat et al. 1979).

Groupe 3

492Le répertoire des formes basses comprend 2 jattes à lèvre éversée et panse tronconique (fosse 31, pl. 26, no 10) ou oblique (fosse 31, pl. 26, no 13), dans les deux cas ornées de cannelures. Un rebord (fosse 31, pl. 26, no 13) porte des traces d’engobe micacé, mais l’absence d’autres fragments appartenant aux mêmes vases empêche de savoir s’il s’agit de passoires ou faisselles proches des deux exemplaires de l’horizon 6.

Groupe 4

493On dénombre 2 mortiers à bord en bandeau de type Haltern 59, déjà attesté dans le mobilier de l’horizon 6 et qui comprend, comme le suggèrent ces exemplaires, nombre de variantes affectant principalement le profil des lèvres (fosse 31, pl. 26, nos 14‑15).

494Ce lot plus restreint mais moins fragmenté que le précédent, permet de reconnaître quelques‑uns des types les plus fréquents de la céramique commune claire sous Auguste et dans le premier tiers du ier s. : cruches à lèvre striée (type Haltern 45), cruches à lèvre en bourrelet et col large (type Haltern 50), pots à miel (type Haltern 62) et mortiers à bord en bandeau (type Haltern 59). Par ailleurs, la céramique à enduit micacé est représentée comme dans l’horizon 6, par des vases ovoïdes et des formes ouvertes. Cela dit, le faible effectif de la céramique commune claire dans les horizons 6 et 7 nous a conduite à réunir les deux échantillons, afin d’établir une base de comparaison plus large en vue de l’étude des horizons suivants. Les cruches prédominent nettement au sein de l’ensemble, avec 26 exemplaires sur 44. Vient ensuite le groupe des vases ovoïdes (8 ex.), les groupes 3 et 4 ne comprenant chacun que 4 vases.

Horizon 8

495pl. 30, nos 17‑21 ; pl. 38,nos 9‑25 et pl. 39, nos 1‑19 ; pl. 44, nos 20‑24 et pl. 45, no 1 ; pl. 46, nos 14‑15 ; pl. 49, nos 10‑13 ; pl. 55, nos 1‑18 et pl. 56, nos 1‑5 ; pl. 67, nos 1‑29 ; pl. 73, nos 17‑28 et pl. 74, nos 1‑2

496Les fosses de l’horizon 8 ont en revanche livré un ensemble particulièrement riche, avec 303 vases (11,2 % de l’effectif).

Groupe 1

497Le groupe 1 comprend 125 cruches dont 113 typologiquement identifiables parmi lesquelles 87 à col étroit, et 26 à col large. 67 exemplaires à col étroit se répartissent entre 2 types voisins, à lèvre striée (38 ex.) ou moulurée (29 ex.). Ces dernières s’inscrivent dans un processus d’évolution des lèvres striées qui tendent à se raréfier dans le courant du ier s. ap. J.‑C. Attesté, mais en faible nombre, sous Auguste (type Haltern 46), l’effectif des cruches à lèvre moulurée augmente très sensiblement dans les premières décennies du ier s. Elles montrent une assez grande homogénéité typologique (fosse 34, pl. 44, no 20 ; fosse 37, pl. 55, no 3), à l’exception de quelques rebords isolés représentant autant de variantes (fosse 32, pl. 30, no 18 ; fosse 33, pl. 38, no 11 ; fosse 37, pl. 55, no 8).

498Un autre exemplaire (fosse 38, pl. 67, no 9) s’écarte plus nettement de ce type par sa finesse d’exécution et la présence de stries au milieu du col ainsi qu’à la liaison col/panse ; cet exemplaire étant brûlé et déformé, il est impossible de voir si ses caractéristiques techniques (pâte, surfaces...) différent de ce qu’on observe sur l’ensemble des cruches, à savoir une pâte non calcaire, beige à orange clair et des surfaces de teinte analogue, la plupart du temps lissées.

499On doit également noter que 5 cruches possèdent une lèvre évasée à face externe non moulurée (fosse 37, pl. 55, no 1 ; fosse 38, pl. 67. no 4).

500Parmi 15 autres cruches à col étroit, figure enfin une série de 6 exemplaires à lèvre en bandeau incurvé, moins homogène que les séries précédentes (fosse 33, pl. 38, no 13 ; fosse 37, pl. 55, no 10 ; fosse 38, pl. 67, nos 5 à 8) ainsi que 9 profils isolés : lèvre striée, épaisse formant une embouchure très évasée, lèvre éversée en bourrelet (fosse 38, pl. 67, no 11), lèvre oblique (fosse 39, pl. 73, no 18 ; 5 ex. proches), lèvre verticale à face interne concave (fosse 37, pl. 55, no 9), lèvre arrondie à face interne concave (fosse 33, pl. 38, no 12).

50119 des cruches à col large s’apparentent au type Haltern 50 : elles présentent une lèvre en bourrelet simplement arrondi (10 ex. ; fosse 33, pl. 38, no 16 ; fosse 37, pl. 55, no 11), concave (3 ex. ; fosse 37, pl. 55, no 12 ; fosse 39, pl. 73, no 19), ou bien une lèvre fine de profil oblique (5 ex. ; fosse 33, pl. 38, no 17) ou simplement éversée (fosse 37, pl. 55, no 14).

5027 cruches se distinguent enfin par une pâte moins fine et des surfaces micacées. 3 possèdent une lèvre en bourrelet, de profil variable (fosse 33, pl. 38, no 19 ; fosse 39, pl 73, no 20), prolongée dans deux cas par un col mouluré. 3 autres, à large embouchure (diamètres compris entre 10 et 12 cm), se singularisent par un bord haut, épais et évasé, formé de larges moulures (fosse 33, pl. 38, nos 20‑21 ; fosse 34, pl. 44, no 21). Une autre cruche (fosse 33, pl. 38, no 22), qui porte un décor en relief à la liaison col/panse, appartient peut‑être à la même série.

Groupe 2

503Les vases ovoïdes sont au nombre de 146, dont 65 à enduit micacé. Ces derniers présentent divers profils :
– lèvre éversée et col mouluré ou strié (22 ex. ; fosse 33, pl. 39, nos 7‑10 ; fosse 37, pl. 55, no 18 et pl. 56, nos 3‑4 ; fosse 38, pl. 67, nos 21‑23) ;
– lèvre éversée et col lisse (18 ex. ; fosse 33, pl. 38, no 23) ;
– lèvre éversée et col caréné (5 ex. ; fosse 33, pl. 39, no 6) ;
– lèvre éversée sans col (2 ex. ; fosse 37, pl. 56, no 2 ; fosse 39, pl. 73, no 25) ;
– lèvre concave (4 ex. ; fosse 37, pl. 55, no 16 ; fosse 39, pl. 73, no 23).

50411 vases très fragmentés présentent une lèvre en bourrelet pouvant se rattacher à l’une ou l’autre des 4 premières séries. 3exemplaires possèdent une lèvre moulurée à rapprocher de celle des vases ovoïdes à lèvre moulurée produits en céramique commune sombre.

505On retrouve les mêmes types, attestés dans les mêmes proportions, parmi les 81 vases non micacés :
– lèvre éversée et col mouluré ou strié (fosse 33, pl. 38, no 24 ; fosse 37, pl. 55, no 17) ; cette série comprend un exemplaire à col droit et panse tronconique, unique dans le mobilier de l’horizon 8 (fosse 38, pl. 67, no 14) ;
– lèvre éversée et col lisse (fosse 33, pl. 38, no 23 ; fosse 36, pl. 50, no 2 ; fosse 38, pl. 67, no 19) ;
– lèvre éversée et col caréné (fosse 33, pl. 38, no 27 ; fosse 35, pl. 46, no 14 ; fosse 38, pl. 67, no 18) ;
– lèvre éversée sans col (fosse 36, pl. 50, no 1) ;
– lèvre concave (fosse 37, pl. 55, no 16 ; fosse 39, pl. 73, no 23) ;
– lèvre moulurée (3 ex., non ill.).

506S’y ajoutent également d’autres types : 4 vases à lèvre éversée et à 2 anses, dont un exemplaire avec profil complet (fosse 33, pl. 39, nos 4‑5 ; fosse 39, pl. 73, no 21) ; 2 vases à lèvre en bourrelet et col caréné mouluré à la liaison avec la panse (fosse 34, pl. 44, no 22 ; fosse 38, pl. 67, no 16) se rapportent à un type attesté à Roanne dans un four datable du milieu du ier s. ap. J.‑C. (cf. supra fig. 10, no 4).

507Divers profils Isolés correspondent à autant de variantes (fosse 36, pl. 50, no 3 ; fosse 39, pl. 73, no 24).

508On a enfin illustré 3 fragments non comptés comme individus : une paroi finement côtelée (fosse 33, pl. 39, no 1), un départ d’anse à poucier (fosse 33, pl. 39, no 2) et un fragment de panse portant un graffiti (fosse 33, pl. 39, no 3).

Groupe 3

509On compte 6 vases : 2 jattes à lèvre éversée et panse arrondie (fosse 38, pl. 67, no 26) ou oblique (fosse 38, pl. 67, no 27), un rebord en poulie (fosse 33, pl. 39, no 14), un rebord oblique rentrant de type indéterminé (fosse 39, pl. 73, no 26), ainsi qu’un bol de grand diamètre à lèvre en bourrelet et panse moulurée (fosse 39, pl. 73, no 27).

Groupe 4

510Dans ce groupe, figurent 3 écuelles, à bord arrondi (fosse 33, pl. 39, no 15) ou mouluré (fosse 33, pl. 39, no 16), et 13 mortiers.

511Les mortiers de type Haltern 59 (2 ex. ; fosse 39, pl. 74, no 1) coexistent ici avec 11 mortiers à lèvre pendante, qui représentent un type qui va définitivement supplanter les premiers au ier s. ap. J.‑C. (fosse 34, pl. 44, no 24 ; fosse 36, pl. 50, no 8 ; fosse 37, pl. 56, no 5 ; fosse 38, pl. 67, no 29 ; fosse 39, pl. 74, no 2).

Groupe 6

512Les couvercles, absents du mobilier des horizons 6 et 7, rassemblent ici 7 exemplaires à pâte fine, légèrement micacée (fosse 33, pl. 39, no 17 ; fosse 39, pl. 73, no 28).

5133 derniers vases, provenant de la fosse 33, ne s’intègrent dans aucun des groupes morphologiques. Il s’agit tout d’abord d’une forme haute, dont le col haut et très incurvé se rattache à la panse par une carène vive (fosse 33, pl. 39, no 13), ensuite de 2 vases à bord évasé dont la morphologie suggère des entonnoirs (fosse 33, pl. 39, no 18‑19). Ces 3 formes possèdent une pâte fine et des surfaces lissées, légèrement micacées.

514La répartition des vases dans les différents groupes montre tout d’abord que les cruches, largement majoritaires dans les horizons 6 et 7, cèdent le pas aux vases ovoïdes, qui représentent ici 48 % du lot. Dans ce groupe. 44 % des vases possèdent une surface finement micacée et la plupart du temps lissée. Le type prédominant (lèvre éversée et col mouluré) révèle l’existence de nombreuses variantes vouant à l’échec un classement typologique fin.

515Parmi les cruches, près de 60 % se rattachent à 2 types voisins, à lèvre striée ou moulurée, également majoritaires au milieu du Ier s. de notre ère sur d’autres sites tels que Lyon (Desbat et al. 1979).

516L’étude des mortiers met en évidence l’apparition des mortiers à lèvre pendante (11 ex. sur 13), qui remplacent progressivement ceux de forme Haltern 59. La répartition des formes basses révèle d’une part l’émergence d’un nouveau groupe (les couvercles), d’autre part la présence de quelques écuelles et peut‑être d’une marmite, se rattachant à des types fréquents en céramique commune sombre.

Horizon 9

517pl. 77, nos 16‑26 ; pl. 80, nos 1‑13 ; pl. 83, nos 3‑14

518On compte 78 vases en céramique commune claire, soit 13,7 % du total.

Groupe 1

519Les cruches, au nombre de 33, comprennent 29 exemplaires à col étroit.

520Les cruches à lèvre striée (10 ex.) représentent encore près du tiers du groupe 1 ; cinq d’entre elles se distinguent des profils habituels (fosse 41, pl. 80, nos 1‑2).

521Les cruches à lèvre moulurée (7 ex.) comprennent aussi quelques variantes de lèvre et de col peu fréquentes dans la première moitié du ier s. Les cols, en particulier, prennent de plus en plus souvent un profil bombé qu’on retrouve sur plusieurs types du iie s.

5222 rebords (fosse 41, pl. 80, nos 5‑6) rappellent des formes présentes dans l’horizon 8 mais toujours en faibles proportions (fosse 38, pl. 67, no 7). Un autre fragment (fosse 40, pl. 77, no 18) se rattache à des cruches à lèvre en corolle, connues à la fin du ier s. à Lyon, Vienne et Alésia.

523Parmi les cruches à col étroit, figurent également une forme unique à parois minces et lèvre oblique triangulaire (fosse 42, pl. 83, no 6) et 5 cruches à lèvre en bourrelet et col bombé, représentant un type nouveau qui devient extrêmement abondant à Roanne pendant l’horizon 10 (fosse 42, pl. 83, no 5). Les exemplaires de grand module appartiennent à d’autres nouveaux types préfigurant le répertoire du iie s. : lèvre oblique, arrondie et légèrement pendante (fosse 42, pl. 83, no 7), lèvre en bourrelet épais (fosse 42, pl. 83, no 8).

524On trouve enfin seulement 4 cruches à col large, 2 proches du type Haltern 50 (cf. fosse 41, pl. 80, no 7) et un fragment de type indéterminé. Un autre col (fosse 42, pl. 83, no 9) est divisé par des baguettes elles‑mêmes ornées d’un décor à la molette. Ce profil et ce décor constituent des éléments originaux dans cette catégorie, qu’il s’agisse d’une cruche proprement dite ou d’un pichet, comme le suggère M. Vaginay (1981a : 57).

Groupe 2

525Parmi les vases ovoïdes (21 ex.), ceux à lèvre en bourrelet ou éversée et col mouluré (9 ex. ; fosse 40, pl. 77, no 19 ; fosse 41, pl. 80, nos 8‑9), lisse (4 ex. ; fosse 41, pl. 80, no 12) ou caréné (2 ex. ; fosse 42, pl. 83, no 11), présentent des profils tout à fait similaires à ceux observés dans l’horizon 8. Les vases à bord concave se réduisent à 2 exemplaires dissemblables (fosse 40, pl. 77, no 20 ; fosse 41, pl. 80, no 11). Les vases à carène moulurée d’origine roannaise apparus dans l’horizon 8 (fosse 34, pl. 44, no 22 ; fosse 38, pl. 67, no 16) figurent ici en 3 exemplaires seulement (fosse 41, pl. 80. no 10).

526Dans ce lot, on note que 5 exemplaires, pourvus de différents profils, ont une surface micacée, soigneusement lissée.

527À leurs côtés, un profil complet (fosse 42, pl. 83, no 10) représente un type de vase ovoïde à deux anses et lèvre concave très rare à Roanne, en revanche fréquent à Lyon dans des contextes de la fin du ier s. (Desbat et al. 1979) ; notre exemplaire se caractérise aussi par une pâte rose, fine très homogène et calcaire, qui diffère nettement de la norme roannaise.

Groupe 3

528On compte une seule jatte à lèvre éversée et panse verticale moulurée (fosse 42, pl. 83, no 12).

Groupe 4

529Le groupe 4 comprend 3 écuelles à bord rentrant (fosse 40, pl. 77, nos 23‑25) et 18 mortiers à lèvre pendante, dont un porte un timbre de REGENUS (fosse 40, pl. 77, no 26 ; fosse 41, pl. 80, no 13 ; fosse 42, pl. 83, no 14). Cette marque est connue sous la même graphie en divers points de la Gaule (CIL XIII, 3/1, no 72), notamment dans le Centre, à Vichy et Autun ; il s’agit d’un potier de « Mortillon » (commune de Coulanges, Allier).

530En dépit de son faible effectif, la céramique commune claire de l’horizon 9 révèle l’apparition de nouveaux types de cruches, en particulier de cruches à lèvre en bourrelet et col bombé qui connaîtront une grande faveur au iie s. L’autre élément à retenir est la présence exclusive des mortiers à lèvre pendante, qui entérine le processus de disparition des formes Haltern 59.

Horizon 10

531pl. 85, nos 21‑29 ; pl. 88, nos 6‑14 ; pl. 93, nos 12‑20 et pl. 94, nos 1‑4.

532Les fosses de l’horizon 10 ont livré 137 vases de céramique commune claire, soit 30 % du mobilier contre 13,8 % dans l’horizon 9.

Groupe 1

53345 des 64 cruches dénombrées ont pu être typologiquement identifiées. Les cruches à lèvre striée et à lèvre moulurée (5 et 7 ex.) ne représentent plus que 19 % de ce groupe, contre encore 51 % dans l’horizon 9 (fosse 43, pl. 85, nos 21‑22 ; fosse 44, pl. 88, nos 6‑8 ; fosse 45, pl. 93, no 12).

534Les cruches à lèvre en bourrelet et col bombé, apparues dans le mobilier de l’horizon précédent, constituent en revanche à elles seules 28 % du total, avec 18 exemplaires. 7 profils complets montrent différents calibres et quelques variantes de lèvres, notamment des lèvres plus hautes à embouchure évasée (cf. en particulier fosse 44, pl. 88, nos 12‑14 et pl. 89, nos 1‑4). Les surfaces sont la plupart du temps simplement lissées, mais quelques cruches présentent des bandes horizontales lissées faisant office de décor (fosse 44, pl. 88, no 12).

53515 cruches forment ensuite un échantillon plus disparate. 3 exemplaires possèdent une lèvre en bourrelet rapprochée du col (fosse 45, pl. 93, no 18) ou linéaire et simplement éversée (fosse 44, pl. 88, no 10 ; fosse 45, pl. 93, no 15). 2 rebords courts et de profil oblique appartiennent à des petits flacons piriformes (fosse 45, pl. 93, no 13). On trouve également 3 cruches à col large dont une de type Haltern 50 (fosse 43, non ill.) et 2 à bord oblique (fosse 43, non ill.). 7 exemplaires correspondent enfin à des types rares ou absents au ier s. : 3 présentent un bord en bandeau lisse et rentrant (fosse 43, pl. 85, no 24 ; fosse 44, pl. 88, no 11) ou incurvé (fosse 43, pl. 85, no 23) et 3 autres, divers profils de bords moulurés qui rappellent certains types produits en céramique commune sombre mode A au iie s., mais qui se rapprochent davantage encore du répertoire des cruches caractéristique de l’horizon 11 (fosse 44, pl. 88, no 9 ; fosse 45, pl. 93, nos 19‑20).

Groupe 2

536On dénombre 44 vases ovoïdes, dont un seul à pâte calcaire. Il s’agit d’un pot à deux anses et lèvre concave (fosse 44, pl. 89, no 5), proche d’un exemplaire complet présent dans l’horizon 9 (fosse 42, pl. 83, no 10) et des vases lyonnais de même type attestés à Lyon à la fin du ier s. ap. J.‑C. ; l’inscription peinte en noir sur le col à hauteur des anses ne semble pas indiquer un nom de fabrique ou de personne mais une contenance ou un contenu (?).

537On trouve ensuite 21 vases non micacés et 22 micacés. Les premiers reproduisent les types attestés dans les horizons précédents : lèvre en bourrelet ou simplement éversée, associée à un col mouluré (8 ex., fosse 43, pl. 85, no 26), lisse (4 ex., fosse 43, pl. 85, no 28) ou caréné (6 ex., fosse 43, pl. 85, no 27) ; lèvre concave (1 ex., fosse 44, pl. 90, no 1) ou moulurée (2 ex., non ill.).

538Un seul vase possède un bord oblique prolongé par un col lisse très incurvé (fosse 43, pl. 85, no 28), proche de ce qu’on observe sur quelques exemplaires à surface micacée.

539Les pots ovoïdes micacés révèlent une diversité typologique dénotant une évolution très nette du répertoire. On peut y distinguer plusieurs séries, parmi lesquelles aucune ne prédomine de façon évidente :
– lèvre en bourrelet et panse globulaire (3 ex. ; fosse 44, pl. 90, no 4 ; fosse 45, pl. 95, no 6) ;
– lèvre en bourrelet ou éversée, col lisse et panse ovoïde (4 ex. ; fosse 45, pl. 95, nos 3‑5) ;
– lèvre oblique simple ou concave, col court et lisse, fond étroit et épais (5 ex. ; fosse 44, pl. 90, nos 5‑7 : fosse 45, pl. 95, no 13) ;
– lèvre en bourrelet simple ou rainure, col caréné mouluré (5 ex. ; fosse 44, pl. 90. no 8 ; fosse 45, pl. 95, nos 9‑12) ;
– lèvre en bourrelet de profil dentelé, col court et lisse (3 ex. ; fosse 45, pl. 95, no 14).

540Deux autres types sont attestés par des profils complets : un vase à dépressions, lèvre allongée peu éversée, col mouluré et fond en couronne (fosse 45, pl. 95, no 8) et une forme haute à lèvre en bourrelet rentrant, col mouluré et panse allongée (fosse 45, pl. 95, no 15).

541Cet échantillon de vases ovoïdes micacés révèle l’apparition de séries typologiques relativement homogènes mais se caractérise aussi par une finesse et une qualité d’exécution qui évoquent plus les céramiques fines que les céramiques communes proprement dites.

Groupe 3

542On ne compte que 6 formes ouvertes, à surface jaune clair et micacée pour la plupart. 4 coupes à marli représentent un type absent du mobilier des horizons précédents (fosse 44, pl. 90, no 9 ; fosse 45, pl. 95, nos 16‑17). On connaît de nombreuses variantes de cette forme, notamment dans l’ouest de la Gaule, où elle est fabriquée le plus souvent en mode B (Santrot, Santrot 1979). À Lyon, elle apparaît comme à Roanne en céramique claire micacée dès la fin du ier s. mais aussi et surtout au cours du iie s.

543On trouve ensuite 2 marmites, dont une à bord en poulie (fosse 44, pl. 90, no 12 ; fosse 45, pl. 95, no 19), et un bord en bourrelet prolongé par une panse arrondie de type indéterminé, à surfaces orange clair non micacées (fosse 45, pl. 95, no 20).

Groupe 4

544Dans ce groupe figurent d’abord 2 mortiers à bord en bandeau, 6 à lèvre pendante et un exemplaire unique de petit diamètre, caractérisé par un bord en poulie et des parois côtelées très évasées (fosse 45, pl. 94, nos 16‑17). On y trouve également 8 écuelles, dont 3 possèdent une pâte grossière. Parmi ces dernières, une écuelle de grand diamètre est munie d’une anse pincée.

545Une dernière forme est pour le moins difficile à classer (fosse 45, pl. 94, no 1) : il s’agit d’un grand vase tripode à bord en poulie et à pâte blanchâtre, grossière, qui s’apparenterait davantage par son aspect au groupe des mortiers. Cette forme, par ses dimensions, son profil et son aspect grossier, reste unique dans le mobilier des horizons gallo‑romains de Roanne.

546Aucune de ces formes ne montre la qualité d’exécution et le lissage observés sur les vases de petit module. Il s’agit en fait vraisemblablement de vaisselle de cuisine plutôt que de vases destinés au service de la table.

Groupe 5

547Le groupe des plats et assiettes apparaît à l’horizon 10, avec des assiettes tripodes à bord arrondi, très évasé (2 ex., fosse 44, pl. 90, no 10) et des petits plats à bord oblique et fond légèrement concave (3 ex., fosse 44, pl. 90, no 13).

548L’étude de la céramique commune claire de l’horizon 10 montre une fois de plus que cette période peut être considérée comme une période de transition, puisqu’on y voit la confirmation de certaines tendances amorcées au cours de l’horizon 9 et dans le même temps une préfiguration de ce que deviendra le répertoire des formes plus avant dans le iie s. La composition des groupes 1 et 2 l’illustre en grande partie. Les cruches à lèvre en bourrelet et col bombé apparues en quelques exemplaires dans le mobilier de l’horizon 9 constituent désormais à elles seules plus de 28 % du groupe 1. Parallèlement, quelques types, rarissimes ou absents à la fin du Ier s., notamment des cruches à bord en bandeau, entrent en usage.

549En ce qui concerne le groupe 2, la série des vases micacés comprend quelques types dont la fréquence ne cesse d’augmenter dans le courant du iie s., en particulier des vases à bord oblique simple ou concave ou à bord de profil dentelé, caractérisés par une grande qualité d’exécution.

550Il convient enfin de souligner l’émergence au sein du groupe 3, de nouvelles coupes à marli et, de façon plus globale, l’apparition des plats et assiettes, encore timidement attestés avec 5 exemplaires.

Horizon 11

551pl. 102, nos 10‑12 ; pl. 103, nos 1‑29 ; pl. 104, nos 1‑24 ; pl. 105, nos 1‑17

552La céramique commune claire comprend 234 vases, dont le pourcentage sur l’ensemble (26 %) reste proche de celui qu’on a pu observer dans l’horizon 10.

Groupe 1

553Le groupe des cruches comprend 86 individus non micacés et 20 individus micacés.

554Les cruches à lèvre en bourrelet et col bombé ne représentent plus que 11 % du groupe, avec 12 exemplaires, contre 28 % dans l’horizon 10 (fosse 46, pl. 102, no 12).

555Le type prédominant rassemble 37 cruches (35 %), qui se caractérisent globalement par un bord haut, évasé et mouluré, et une anse rubanée courte à cannelure centrale. Les 12 exemplaires illustrés (fosse 46, pl. 103, nos 6‑18) donnent une idée du nombre de variantes se rattachant au même type. Les moulures sont en effet plus ou moins espacées, plus ou moins larges et forment parfois des arêtes vives. Ce type était, semble‑t‑il, annoncé par une cruche isolée dans le mobilier de l’horizon 10 (fosse 45, pl. 93, no 20), qui présentait un profil similaire.

556On trouve également 3 bords en bandeau non moulurés (fosse 46, pl. 103, nos 5 et 21), 2 bords striés, droit (fosse 46, pl. 103, no 19) ou rentrant (fosse 46, pl. 103, no 20), qui rappellent les cruches à lèvre striée du ier s.

557Une troisième série comprend 12 cruches, pour la plupart de grande taille, se distinguant par un bord en bandeau, soit incurvé et légèrement rentrant (fosse 46, pl. 103, nos 22‑26), soit lisse, à peine arrondi et rentrant (fosse 46, pl. 103, nos 28‑29). Ces exemplaires se rapprochent de quelques cruches présentes dans le mobilier de l’horizon 10 (fosse 43, pl. 85, nos 23‑24 ; fosse 44, pl. 88, nos 9, 11).

558Une quatrième série de 4 cruches se caractérise par un bord oblique, épais et légèrement pendant (fosse 46, pl. 103, no 27), semblable à un exemplaire signalé dans l’horizon 9 (cf. fosse 42, pl. 83, no 7).

559Parmi 16 autres cruches non micacées, figurent tout d’abord deux types rares représentés par des profils complets (2 ex. ; fosse 46, pl. 102, no 11 et pl. 103, no 1). Le premier possède une lèvre courte, à peine arrondie, un col très évasé et une panse globulaire (fosse 46, pl. 103, no 1). Le second évoque quelque peu les anciennes cruches à lèvre moulurée par un bord évasé à face externe concave se prolongeant par un col droit et une panse ovoïde (fosse 46, pl. 102, no 11).

5606 rebords très fragmentés attestent 4 cruches à lèvre en bourrelet et col étroit (fosse 46, pl. 103, no 2) et 2 cruches de petit diamètre à bord fin de section oblique (fosse 46, pl. 102, no 10). En dernier lieu, 6 cruches de type indéterminé ont pu être individualisées grâce à des fragments de fonds annulaires.

561Seize des 20 cruches micacées possèdent un bec tréflé (fosse 46, pl. 104, nos 6‑7) ; les pâtes en sont fines, beiges à orangées, et les surfaces, inégalement brunies, ont reçu un enduit micacé soigneusement lissé.

562À leurs côtés, figurent d’une part 3 cruches à col large et bord en bourrelet simple (fosse 46, pl. 104, no 11) ou rainure (fosse 46, pl. 104, nos 8‑10), d’autre part une anse de section ronde à surface jaune paille micacée, munie d’une charnière destinée à actionner un petit couvercle (fosse 46, pl. 102, no 9). Cette anse imite de façon évidente les anses à poucier des œnochoés et pichets métalliques. Quelques exemplaires des couvercles fonctionnant avec ce type d’anse sont d’ailleurs attestés parmi le mobilier de l’horizon 12 (fosse 47, pl. 122, no 34).

Groupe 2

563Le groupe 2 rassemble 99 vases ovoïdes présentant pour 95 d’entre eux un enduit micacé sur le col et le retour interne de la lèvre.

564Les exceptions se réduisent à un vase ovoïde à lèvre en bourrelet et col mouluré (fosse 46, pl. 104, no 15) et à 2 vases munis d’une anse, représentant des types différents : un vase à lèvre éversée et col caréné sur lequel s’attache un goulot verseur (fosse 46, pl. 105, no 14) et un vase à lèvre en bourrelet, col haut et côtelé, fond plat et anse à cannelure médiane (fosse 46, pl. 104, no 5). On note enfin un fond appartenant sans doute à un pot ovoïde, sur lequel apparaissent des chiffres incisés dans la pâte avant cuisson (fosse 46, pl. 105, no 12).

565L’essentiel du lot se compose donc de 95 vases micacés à parois minces, qui se répartissent inégalement entre plusieurs séries déjà attestées, mais dans des proportions différentes, dans le mobilier de l’horizon 10 :
– lèvre oblique simple (8 ex.) ou concave (25 ex.) et col court et lisse (fosse 46, pl. 104, nos 19‑24) ;
– lèvre en bourrelet rainuré et carène moulurée (12 ex., fosse 46, pl. 104, no 16) ;
– lèvre en bourrelet de profil dentelé et carène lisse ou moulurée (31 ex., fosse 46, pl. 105, nos 1‑3) ;
– lèvre en bourrelet ou simplement éversée et col lisse (8 ex., fosse 46, pl. 104, no 18) ou caréné évasé (fosse 46, pl. 104, no 15).

566D’autres séries, moins bien représentées, comprennent des vases à bord court et lisse, à peine éversé, et col caréné (5 ex., fosse 46, pl. 104, nos 12‑14), ainsi que des vases à bord en bourrelet et col côtelé (5 ex., fosse 46, pl. 104, no 9).

567Ces profils de vases micacés, et en particulier ceux des 3 premières séries, constituaient déjà, dans l’horizon 10, 27 % du groupe 2 ; ils représentent ici 77 % des vases ovoïdes. Parmi l’ensemble, les bords de profil dentelé forment à eux seuls 31 % de l’échantillon.

Groupe 3

568Au groupe 3 se rattachent 8 vases. Il s’agit d’abord de 4 coupes à marli, dont 2 complètes (fosse 46, pl. 105, nos 7‑8), et de 3 marmites de petit diamètre représentant 2 types distincts : lèvre éversée rectangulaire et parois verticales (2 ex. ; fosse 46, pl. 105, no 4), lèvre oblique à face externe et interne incurvée et paroi arrondie (fosse 46, pl. 105, no 5). On trouve enfin une forme ouverte indéterminée se caractérisant par la présence d’un décor guilloché maladroitement exécuté (fosse 46, pl. 105, no 9).

Groupe 4

569Le groupe 4 compte 14 mortiers, qui sont tous à lèvre pendante (fosse 46, pl. 105, no 17) et une écuelle à bord arrondi et panse très évasée (fosse 46, pl. 105, no 6).

Groupe 5

570Le groupe 5 se réduit à une seule assiette de petit diamètre à surfaces micacées, bord oblique et fond plat (fosse 46, pl. 105, no 13).

571En dernier lieu, un fragment de bord (fosse 46, pl. 105, no 16) appartient soit à une forme ouverte, soit à un couvercle de grand diamètre ; il possède une pâte fine et une surface orange clair non micacée. Deux fragments à surface jaune micacée attestent deux vases de type indéterminé, mais sans doute de dimensions modestes : le premier (fosse 46, pl. 105, no 10) est un vase globulaire à décor de rosettes et le second un gobelet ou un pot ovoïde à dépressions et décor guilloché (fosse 46, pl. 105, no 11).

572La céramique commune claire de l’horizon 11 révèle des changements très importants dans la composition typologique du répertoire. Cette évolution, dont on pouvait voir les prémices dans les horizons précédents, est ici pleinement confirmée, sur la base d’un échantillon statistique plus probant.

573Les cruches à lèvre en bourrelet et col bombé, apparues dans l’horizon 9 puis nettement plus nombreuses dans l’horizon 10 où elles constituaient 28 % du groupe 1, ne représentent plus que 11 % du même groupe. Dans le même temps, on assiste à la création de nouvelles formes à col étroit, bord évasé et mouluré, qui, d’emblée, rassemblent 35 % des cruches. À leurs côtés, figurent une douzaine de grandes cruches à bord en bandeau, à rapprocher des productions roannaises de la place de‑Lattre‑de‑Tassigny (cf. supra fig. 10, no 9). Par ailleurs, les cruches à bec tréflé et engobe micacé, rarissimes au ier s. et au début du iie s., voient leur fréquence augmenter très nettement,

574Le groupe 2 traduit également, par le biais des vases micacés, des changements notables. Quelques types apparus dans l’horizon 10 tiennent maintenant une place prépondérante, puisqu’ils représentent 77 % du groupe.

575Il importe enfin de souligner que les vases non micacés se réduisent à 4 exemplaires, soit 4 % des pots ovoïdes.

Horizon 12

576pl. 116, nos 1‑17 ; pl. 117, nos 1‑17 ; pl. 118, nos 1‑4 ; pl. 122, nos 30‑42

577On a pu dénombrer 168 vases en céramique commune claire. Cette catégorie accuse une baisse sensible avec 17,5 % des vases contre 30 % et 26 % dans les horizons 10 et 11.

Groupe 1

578Les cruches forment un échantillon très disparate, dans lequel on retrouve les anciennes cruches à lèvre striée ou moulurée (5 ex., fosse 47, pl. 116, no 1) et les cruches à lèvre en bourrelet et col bombé (2 ex., fosse 47, pl. 116, no 2).

579Une dizaine d’exemplaires dissemblables rappellent quelque peu les cruches à bord évasé lisse ou mouluré de l’horizon 11 (fosse 47, pl. 116, nos 3‑7. On relève néanmoins que les cruches à lèvre évasée en corolle, très rares dans le mobilier des horizons précédents, sont ici nettement plus abondantes, avec 14 exemplaires dont un profil complet (fosse 47, pl. 116, no 8), qui se rapproche d’un type produit à Roanne (cf. supra fig. 10, no 10)

580Les cruches à col large, quasiment absentes de l’horizon 11, sont au nombre de 15 : une première série (4 ex.) se distingue par une lèvre très épaisse en bourrelet et un col mouluré (fosse 48, pl. 122, nos 31‑33) ou lisse ; une seconde série (11 ex.) comprend des formes à parois plus fines dérivées du type Haltern 50 (fosse 47, pl. 116, nos 11‑12).

581Les cruches micacées sont représentées comme précédemment par 6 becs tréflés, de profil variable : bord oblique (fosse 47, pl. 116, no 14), bord simple (fosse 47, pl. 116, no 13), bord rainuré (non ill.).

5824 petits couvercles munis de charnières et à surface jaune micacée (fosse 47, pl. 116, nos 15‑16 ; fosse 48, pl. 122, no 34) sont à rapprocher de l’anse à poucier attestée dans l’horizon 11 : ils représentent 4 autres individus, peut‑être également à bec tréflé. Un fond à pied vertical appartient également à une cruche imitant les modèles métalliques (fosse 47, pl. 116, no 17). Ce type d’imitations est également attesté sur les sites de Saint‑Romain‑en‑Gal (Rhône) et Vienne (Isère) (Godard, Leblanc 1996).

Groupe 2

583Les vases ovoïdes sont au nombre de 49. À l’instar des cruches, ils constituent un groupe beaucoup moins homogène que celui de l’horizon 11.

584Deux grands pichets à panse ovoïde et fond plat, anse unique (fosse 47, pl. 118, no 1) ou deux anses (fosse 47, pl. 118, no 2) ont été classés, faute de mieux, dans ce groupe, leurs dimensions et leur aspect les apparentant en effet davantage à des amphorettes ou à des petits vases de stockage.

58547 autres individus se répartissent presque à part égale entre vases micacés (22 ex.) et vases non micacés (24 ex.). Ils présentent les profils habituels : lèvre éversée allongée ou en bourrelet (10 ex., dont 4 micacés), lèvre en bourrelet et col lisse (25 ex., dont 17 micacés ; fosse 47, pl. 117, nos 1‑2 ; fosse 48, pl. 122, nos 35‑36), lèvre moulurée (3 ex. dont 1 micacé ; non ill.), lèvre en bourrelet et col strié (5 ex. micacés ; fosse 47, pl. 117, nos 3‑4), lèvre oblique à face interne concave (3 ex. micacés, non ill.).

Groupe 3

586Le groupe 3 comprend 11 coupes à marli similaires à celles de l’horizon 11 (fosse 47, pl. 117, no 11 ; fosse 48, pl. 122, no 41). S’ajoutent à cette série 3 vases (fosse 47, pl. 117, no 8) présentant un bord arrondi séparé de la panse par un ressaut très marqué.

587Un bol (fosse 47, pl. 117, no 9) reproduit quant à lui le profil d’un bol peint, tout en possédant comme les formes précédentes une pâte et des surfaces micacées.

588On trouve enfin dans ce groupe deux marmites à bord oblique simple (fosse 48, pl. 122, no 38) ou légèrement incurvé (fosse 48, pl. 122, no 39).

Groupe 4

589On compte deux mortiers de type Haltern 59 (fosse 47, pl. 118, no 3), 17 mortiers à lèvre pendante (fosse 47, pl. 118, no 4), aux côtés desquels 4 écuelles ou mortiers proprement dits à bord rond et paroi interne sablée. On recense également 9 écuelles, dont 1 à bord de profil dentelé (non ill.), 1 à bord rainuré et pendant (fosse 47, pl. 117, no 10), 2 à bord oblique (fosse 47, pl. 117, nos 12‑13) et 5 à bord simplement arrondi (fosse 47, pl. 117, no 14). Un rebord de grand diamètre figurant une forme ouverte très évasée s’ajoute enfin à ce groupe (fosse 47, pl. 117, no 6).

Groupe 5

590Nous avons classé dans le groupe 5 des vases micacés (8 ex.) à bord simple ou rainuré, très proches par leur profil et leur aspect d’autres assiettes et plats à bord arrondi et à pâte ocre peu fine, présentes en céramique commune sombre. Cette difficulté à séparer les deux catégories illustre en partie les limites de la démarche typo‑chronologique, mais rend également compte de l’évolution des productions de céramique commune. Au iie s. ap. J.‑C., en effet, la distinction entre céramique commune claire et céramique commune sombre devient de plus en plus difficile : on ne peut plus déterminer aussi rapidement d’après un simple examen visuel des pâtes le type de production et certaines formes paraissent fabriquées dans les deux catégories selon des procédés assez proches.

Groupe 6

591Un seul couvercle ou « plat‑couvercle » est attesté, de grand diamètre et à bord en bourrelet et surfaces non micacées (fosse 47, pl. 117, no 15).

592Trois formes uniques ne s’intégrent pas dans les différents groupes : un vase bas, ouvert, de grand diamètre à bord épais estampé et surface micacée (fosse 47, pl. 117, no 16), un pot à paroi épaisse et ouverture resserrée (fosse 47, pl. 117, no 7, non micacé) ainsi qu’une forme haute probable à lèvre en bourrelet, col haut et incurvé, micacé (fosse 47, pl. 117, no 5).

4.14 Céramique commune sombre

593pl. 14, nos 1‑14 ; pl. 15, nos 12‑20 ; pl. 18, nos 19‑24 ; pl. 21, nos 16‑20 ; pl. 27, nos 1‑9 ; pl. 28, nos 1‑6 ; pl. 31, nos 1‑12 ; pl. 40, nos 1‑23 ; pl. 41, nos 1‑16 ; pl. 42, nos 1‑20 ; pl. 45, nos 2‑5 ; pl. 46, nos 16‑22 ; pl. 47, no 1 ; pl. 50, nos 9‑18 ; pl. 51, nos 1‑7 ; pl. 56, nos 6‑15 ; pl. 57, nos 1‑9 ; pl. 58, nos 1‑15 ; pl. 59, nos 1‑7 ; pl. 60, nos 1‑12 ; pl. 61, no 1 ; pl. 68, nos 1‑18 ; pl. 69, nos 1‑15 ; pl. 70, nos 1‑23 ; pl. 74, nos 3‑17 ; pl. 78, nos 1‑12 ; pl. 80, nos 14‑22 ; pl. 81, nos 1‑2 ; pl. 81, nos 4‑6 ; pl. 84, nos 1‑12 ; pl. 86, nos 1‑7 ; pl. 91, nos 1‑4 ; pl. 96, nos 1‑13 ; pl. 97, nos 1‑3 ; pl. 106, nos 1‑13 ; pl. 107, nos 1‑15 ; pl. 108, nos 1‑18 ; pl. 109, nos 1‑21 ; pl. 110, nos 1‑9 ; pl. 118, nos 5‑7 ; pl. 119, nos 1‑16 ; pl. 120, nos 1‑15 ; pl. 123, nos 1‑9

594La céramique commune sombre est un peu plus fréquente que la céramique commune claire (fig. 55). Son répertoire est également très différent, avec une représentation majoritaire des pots ovoïdes (fig. 56). Cette catégorie comprend des céramiques modelées, des céramiques tournées et des vases de type « Besançone (Lavendhomme, Guichard 1997).

FIG. 55 – Évolution de la fréquence de la céramique commune sombre cuite en mode réducteur‑oxydant (A) et en mode réducteur (B), en pourcentage du nombre d’individus par horizon.

FIG. 56 – Tableau de répartition morphologique des vases en céramique commune sombre en nombre d’individus par horizon (A) (chiffres entre parenthèses : nombre d’individus cuits en mode réducteur) et évolution des différents groupes en pourcentages du nombre d’individus par horizon (B).

Horizon 6

595pl 14, nos 1‑14 ; pl. 15, nos 12‑20 ; pl. 18, nos 19‑24 ; pl. 21, nos 16‑20

596La céramique commune sombre comprend 62 vases. 19 vases modelés constituent 31 % de l’échantillon. 10 d’entre eux sont des pots ovoïdes à lèvre moulurée et micacée qui se rattachent au groupe des vases de type Besançon (fosse 27, pl. 14, nos 1‑6 ; fosse 29, pl. 18, no 22 ; fosse 30 : pl. 21 no 17), très abondamment représenté à Roanne dans les contextes du ier s. av. J.‑C. (jusqu’à 10 % du répertoire). Les 5 autres vases comprennent 3 écuelles à bord rentrant, dont une à décor digité (non ill.), et 2 pots ovoïdes à bord en bourrelet simple ; 3 présentent des incisions au poinçon sur la partie supérieure de la panse (fosse 28, pl. 15, nos 12‑14).

597Les 43 autres vases se rattachent à 4 des 6 groupes morphologiques précédemment énumérés et correspondent à 16,7 % de l’effectif.

Groupe 2

59814 des vases du groupe 2 sont des pots à lèvre moulurée qui correspondent au type de vase ovoïde le plus fréquent à Roanne à l’époque gallo‑romaine. Ces profils sont propres au faciès roannais, totalement inconnus dans d’autres régions et notamment dans la région lyonnaise. Les exemplaires illustrés rendent compte de la grande diversité des profils de lèvre, qui peuvent être dotées de moulures simple, double ou triple, plus ou moins fines, rapprochées du col ou nettement éversées (fosse 27, pl. 14, nos 7‑8 ; fosse 28, pl. 15, nos 17‑19 ; fosse 29, pl. 18, nos 23‑24 ; fosse 30, pl. 21, nos 17‑19).

599On trouve également 5 vases à bord en bourrelet, épais et non mouluré (fosse 27, pl. 14, no 9), un pot ovoïde caréné (fosse 27, pl. 14, no 10) et deux vases de type indéterminé. On note enfin la présence d’un fond plat percé au centre d’un trou parfaitement circulaire fait avant cuisson (fosse 28, non ill.). Des fragments de bords difficiles à identifier de façon plus précise représentent 4 derniers pots ovoïdes.

Groupe 3

6006 marmites se répartissent entre 2 types. Le premier type, à lèvre en poulie, compte 3 exemplaires (fosse 27, pl. 14, no 13), dont un seul tripode (fosse 28, pl. 15, no 20). Le deuxième type, à lèvre éversée horizontale moulurée, est représenté par 3 marmites dont la seule complète possède un fond plat (fosse 27, pl. 14, nos 11‑12) mais des fragments de pieds attestent la présence de 9 autres formes tripodes.

Groupe 4

601Le groupe 4 se réduit à une seule écuelle à bord arrondi légèrement rentrant (fosse 28, pl. 15, no 15).

Groupe 6

602On dénombre 5 couvercles à bord simple (fosse 30, pl. 21, no 20) et 2 couvercles à bord mouluré (non ill.).

603Ce premier échantillon de céramique commune sombre, bien que restreint, se caractérise tout d’abord par une proportion importante de céramique modelée. Il est néanmoins probable, compte tenu des datations attribuées à l’horizon 6, qu’une grande partie de ces vases soit à considérer comme résiduelle.

604Dans le même temps, on voit nettement que la plupart des types représentés en céramique tournée (groupe 2, 3 et 4 essentiellement) trouvent leurs origines dans le répertoire indigène. Les vases ovoïdes à lèvre moulurée évoquent certaines formes anciennes (cf. en particulier Vaginay, Guichard 1988 : type 1232), les marmites à lèvre éversée et moulurée rappellent les types 3111 à 3114 et le type 3121, et les écuelles à bord rentrant paraissent clairement issues des types 5111 à 5113. Si l’on excepte les couvercles, dont le profil ne donne presque Jamais d’indices précis sur le plan typo‑chronologique, les types de création récente semblent davantage représentés par les marmites à bord en poulie, dont le succès ira croissant au Ier s. ap. J.‑C. et ne se démentira pas au iie s. Apparemment absent dans certaines régions, comme l’ouest de la Gaule (Santrot, Santrot 1979), ou rare dans la vallée du Rhône, ce type est connu à Roanne dès les niveaux augustéens précoces.

605Il faut enfin signaler que les deux modes de cuisson (A et B) sont représentés dans tous les groupes morphologiques.

Horizon 7

606pl. 27, nos 1‑9 ; pl. 28, nos 1‑6

607La céramique commune sombre est à la fois peu abondante (22 vases) et particulièrement homogène, puisque 6 d’entre eux sont entiers ou archéologiquement complets.

6085 vases sont modelés. Il s’agit d’un vase de type Besançon (fosse 31, pl. 28, no 3), de deux écuelles à bord rentrant (fosse 31, pl. 28, no 5), et de 2 pots ovoïdes à pâte grossière, dont un porte un décor incisé sur la panse (non ill.). Les 17 autres vases se répartissent très inégalement entre 4 groupes.

Groupe 1

609Le groupe 1, absent de l’horizon précédent, apparaît ici avec une cruche à col large de type indéterminé, se caractérisant par une pâte ocre à nodules rouges et des surfaces brunes non lissées (fosse 31, pl. 27, no 9). Cet exemplaire constitue une forme unique parmi le mobilier gallo‑romain de Roanne.

Groupe 2

610Le groupe 2 comprend 14 vases, dont 5 à lèvre moulurée (fosse 31, pl. 27, nos 2, 3, 6), 7 à lèvre en bourrelet, dont 4 à col lisse (fosse 31, pl. 27, no 8), 1 à col strié (fosse 31, pl. 27, no 7) et 2 dépourvus de col (fosse 31, pl. 27, nos 1, 4). 2 exemplaires se distinguent du lot par une panse globulaire et un bord fin légèrement arrondi formant une embouchure resserrée. Le premier (fosse 31, pl. 28, no 1) présente une pâte grise relativement fine et le second (fosse 31, pl. 28, no 2) une pâte ocre, granuleuse. Ces deux vases se rattachent à un type homogène mais très éphémère, produit à Roanne (cf. supra fig. 10. no 3).

Groupe 4

611Le groupe 4 est figuré par une petite écuelle à bord épais, légèrement arrondi et rainuré (fosse 31, pl. 28, no 4).

Groupe 6

612Au groupe 6 se rattache sans doute un fond en couronne (fosse 31, pl. 28, no 6), qui représenterait un couvercle ou un plat‑couvercle de grand diamètre.

613Ce lot ne fournit guère d’indices d’évolution par rapport au matériel de l’horizon 6. La céramique modelée est encore bien représentée, mais cette donnée ne peut être appréciée à sa juste réalité sur un échantillon aussi faible. De même il n’a plus qu’un vase de type Besançon. On note néanmoins l’apparition d’un nouveau type de pot ovoïde à parois minces et embouchure resserrée, dont on retrouvera d’autres témoins dans le mobilier de l’horizon 8.

Horizon 8

614pl. 31, nos 1‑12 ; pl. 40, nos 1‑23 ; pl. 41, nos 1‑16 ; pl. 42, nos 1‑20 ; pl. 45, nos 2‑5 ; pl. 46, nos 16‑22 ; pl. 47, no 1 ; pl. 50, nos 9‑18 ; pl. 51, nos 1‑7 ; pl. 56, nos 6‑15 ; pl. 57, nos 1‑9 ; pl. 58, nos 1‑15 ; pl. 59, nos 1‑7 ; pl. 60, nos 1‑12 ; pl. 61, no 1 ; pl. 68, nos 1‑18 ; pl. 69, nos 1‑15 ; pl. 70, nos 1‑23 ; pl. 74, nos 3‑17

615La céramique commune sombre est, comme les autres catégories, particulièrement abondante dans l’échantillon de l’horizon 8. On a pu en effet dénombrer 722 vases (26,6 %) dont 674 vases tournés (24,8 %), au sein desquels tous les groupes morphologiques sont représentés, à l’exception des cruches et des assiettes. Dès cet horizon les vases de Besançon sont totalement absents du répertoire.

Groupe 2

616pl. 31, nos 1‑4 ; pl. 40, nos 1‑21 ; pl. 45, nos 2‑4 ; pl. 46, nos 16‑21 ; pl. 50, nos 9‑14 ; pl. 56, nos 6‑15 ; pl. 57, nos 1‑10 ; pl. 68, nos 1‑18 ; pl. 74, nos 3‑7

617Sur l’ensemble du groupe, on compte 229 vases à cuisson oxydante et 106 vases à cuisson réductrice. Les pots ovoïdes à lèvre moulurée prédominent très nettement avec 234 exemplaires, qui représentent à eux seuls près de 70 % du groupe et 32 % du nombre total de vases classés dans cette catégorie pour l’horizon 8 (fosse 32, pl. 31, nos 2‑4 fosse 33, pl. 40, nos 2, 4‑8, 14‑21 ; fosse 34, pl. 45, no 2 ; fosse 35, pl. 46, nos 20‑21 ; fosse 36, pl. 50, nos 13‑14 ; fosse 37, pl. 56, nos 12‑15 et pl. 57, nos 4‑9 ; fosse 38, pl. 68, nos 2, 9‑16 ; fosse 39, pl. 74, nos 3‑5)

618Cette série est très homogène. On observe tout au plus quelques variations de détail dans les profils de lèvres. Les diamètres sont compris entre 11 et 18 cm, mais la majorité se regroupe autour de 13‑14 cm. On notera cependant la présence de 33 vases de grandes dimensions (diamètre supérieur à 20 cm), qui s’apparentent plutôt à des petits vases de stockage et qui sont en l’occurrence presque systématiquement fabriqués en mode A.

619Les pots globulaires à ouverture resserrée apparus dans le mobilier de l’horizon 7 sont ici au nombre de 27, tous à cuisson oxydante ; ils forment donc plus de 8 % du groupe (fosse 32, pl. 31, no 1 ; fosse 33, pl. 40, no 9 ; fosse 35, pl. 46, no 16 ; fosse 36, pl. 50, no 10 ; fosse 37, pl. 57, nos 1‑2 ; fosse 38, pl. 68, no 4).

62074 autres vases se rattachent à 6 séries distinctes :
– vases à épaule carénée, (16 ex. : fosse 33, pl. 40, no 1 ; fosse 35, pl. 46, no 17 ; fosse 37, pl. 56, no 6 ; fosse 39, pl. 74, no 7) ;
– vases à lèvre éversée sans col (12 ex. : fosse 37, pl. 56, no 7) ;
– vases à lèvre éversée et col lisse ou strié (21 ex. : fosse 38, pl. 68, no 6) ;
– vases à lèvre à face interne concave (8 ex. : fosse 33, pl. 40, no 3 ; fosse 37, pl. 56, no 9 ; fosse 38, pl. 68, nos 9‑10).

Groupe 3

621pl 31, nos 5‑8 ; pl. 40, nos 22‑23 et pl. 41, nos 1‑15 ; pl. 45, no 6 ; pl. 46, no 22 ; pl. 50, nos 15‑17 ; pl. 58, nos 1‑15 ; pl. 59, nos 1‑7 ; pl. 68, nos 17‑18 et pl. 69, nos 1‑15 ; pl. 74, nos 8‑11

622Les marmites constituent 16 % des vases dénombrés en céramique commune sombre (116 ex.). 70 sont cuites en mode A et 46 en mode B. 116 d’entre elles représentent 3 types différents.

623Les marmites à lèvre en poulie, attestées dès l’horizon 6, sont ici au nombre de 50, soit 43 % du groupe. 4 profils complets présentent différentes variantes de fonds : plat (fosse 33, pl. 41, no 6), bombé (fosse 37, pl. 58, no 2) ou tripode (fosse 37, pl. 58, nos 3‑4 ; fosse 39, pl. 74, no 10). Une dizaine de marmites possèdent une panse moulurée (fosse 37, pl. 58, nos 7, 11 ; fosse 38, pl. 69, nos 14‑15).

624Quelques exemplaires à lèvre oblique montrent autant de variantes (fosse 35, pl. 46, no 19 ; fosse 37, pl. 58, nos 8‑9). Les marmites à lèvre éversée forment 53 % du groupe (62 ex.) et comprennent, comme celles à lèvre en poulie, des exemplaires à fond plat, bombé ou tripode. Elles se subdivisent en deux groupes distincts au vu de leurs dimensions ;
– 33 de grand module (diamètre compris en majorité entre 30 et 48 cm) possèdent une lèvre à méplat lisse ou mouluré et une pâte ocre à cœur gris, c’est‑à‑dire des caractéristiques proches de celles des vases de stockage ;
– 29 marmites à lèvre moulurée, dont les diamètres sont similaires à ceux observés sur les formes à lèvre en poulie, constituent une série moins homogène (fosse 32, pl. 31, nos5‑6 ; fosse 33, pl. 41, no 4 ; fosse 35, pl. 46, no 22 ; fosse 37, pl. 58, no 12).

625En dehors de ces deux types, on trouve 4 exemplaires isolés représentés pour 3 d’entre eux par des profils complets : 2 marmites à parois épaisses, lèvre en bourrelet et fond plat (fosse 33, pl. 41, nos 6‑7) et 2 petits vases tripodes à lèvre fine en bourrelet, peu éversée (fosse 36, pl. 50, no 15).

626On note que le type à lèvre moulurée comporte une forte majorité de vases à cuisson oxydante (49 ex.) alors que l’écart reste moins important pour le type à lèvre en poulie (21 mode A pour 29 mode B).

Groupe 4

627pl. 31, no 9 ; pl. 41. no 16 et pl. 42, nos 1‑16 ; pl. 45, no 7 ; pl. 47, no 1 ; pl. 50, no 18 ; pl. 51, nos 1‑4 ; pl. 60, nos 1‑4 ; pl. 70, nos 1‑16 ; pl. 74, no 12

628Les écuelles (99 ex.) se répartissent entre 62 vases à cuisson oxydante et 37 à cuisson réductrice. Elles montrent beaucoup moins d’homogénéité morphologique. Néanmoins, elles présentent toutes un bord arrondi, plus ou moins rentrant : lisse (34 ex. ; fosse 33, pl. 42, no 17 ; fosse 35, pl. 47, no 1), rainuré ou de profil dentelé (59 ex. ; fosse 33, pl. 41, nos 13‑16 et pl. 42, nos 1‑8), ou encore oblique (6 ex. ; fosse 39, pl. 70, nos 2‑3).

629On note la présence de 2 exemplaires de grand module à pâte grossière, bord de profil dentelé et fond plat (fosse 37, pl. 60, no 3) ou légèrement bombé (fosse 37, pl. 60, no 4), à rapprocher de formes produites à Roanne.

630Deux autres exemplaires figurés par un profil complet (fosse 39, pl. 70, no 13 ; mode A) se rattachent à une variante des anciennes écuelles à bord rentrant, déjà attestée, comme on a pu le voir, en céramique grise fine dans l’horizon 8 (fosse 38, pl. 66, no 20).

Groupe 6

631pl. 31, nos 10‑12 ; pl. 42, nos 18‑20 ; pl. 45, no 5 ; pl. 51, nos 5‑7 ; pl. 60, nos 5‑12 ; pl. 61, no 1 ; pl. 70, nos 18‑23

632Les couvercles représentent 17 % des vases, avec 124 exemplaires dénombrés, dont 44 cuits en mode B et 80 en mode A. Ils offrent des profils qu’on peut classer sommairement de la façon suivante :
– bord simple (42 ex. : fosse 33, pl. 42, no 18 ; fosse 36, pl. 51, no 5 ; fosse 37, pl. 60, no 5 ; fosse 38, pl. 70, nos 18, 22) ;
– bord arrondi retroussé (44 ex. : fosse 32, pl. 31, nos 11‑12 ; fosse 36, pl. 51, no 6 ; fosse 37, pl. 60, nos 6‑12 ; fosse 38, pl. 70, no 19‑20) ;
– bord arrondi rentrant (12 ex. : fosse 33, pl. 42, nos 19‑20 ; fosse 37, pl. 60, no 10 et pl. 61, no 1) ;
– bord arrondi à face externe moulurée (9 ex. : fosse 37, pl. 60, nos 8‑9 ; fosse 38, pl. 70, no 23) ;
– bord oblique rentrant (7 ex. : fosse 38, pl. 70, no 21) ;
– bord oblique saillant (3 ex.) ;
– bord triangulaire simple ou mouluré (4 ex. : fosse 37, pl. 60, no 11).

633Deux couvercles présentent une paroi en cloche terminée par un bord non marqué (fosse 39, pl. 74, no 14) et un autre se singularise par une lèvre très retroussée à large surface de pose (fosse 34, pl. 45, no 5). On note enfin que 5 couvercles dispersés dans les différentes séries possèdent un bord noirci.

634Cet ensemble, par son abondance et sa diversité, constitue une base de référence typo‑chronologique particulièrement précieuse. Les pots ovoïdes à bord mouluré prédominent de façon évidente au sein du groupe 2, avec près de 70 % de l’échantillon. Les 30 % restants se partagent entre 7 séries, parmi lesquelles les pots globulaires à ouverture resserrée occupent une place relativement importante avec 27 exemplaires. Cette forme, attestée depuis l’horizon 7 et vraisemblablement de production locale, se développe au milieu du Ier s. pour disparaître totalement par la suite ; on n’en retrouvera plus un seul exemplaire dans le mobilier des horizons suivants.

635La composition du groupe des marmites révèle que les types à lèvre en poulie et à lèvre éversée moulurée, attestés dès l’horizon 6, sont exclusivement représentés (50 et 62 ex., soit 96 % du groupe), à l’exception de quatre exemplaires isolés se rattachant à deux types distincts.

636Les écuelles constituent un chapelet de variantes dont le dénominateur commun est un bord arrondi plus ou moins rentrant, lisse ou mouluré. Des formes comparables sont attestées parmi les productions des fours roannais, mais seule une étude spécifique des pâtes permettrait de faire la part entre productions roannaises au sens strict et productions locales ou régionales.

Horizon 9

637pl. 78, nos 1‑12 ; pl. 80, nos 14‑22 ; pl. 81, nos 1‑2 ; pl. 81, nos 4‑6 ; pl. 84, nos 1‑12

638La céramique commune sombre comprend 167 vases (29,5 % de l’effectif) parmi lesquels 3 modelés (0,5 %) et 164 tournés (29 %).

Groupe 2

639pl. 78, nos 1‑4 ; pl. 80, nos 15‑16 ; pl. 84, nos 1‑6

640Les pots ovoïdes à lèvre moulurée prédominent encore, avec 64 exemplaires sur 76, c’est à dire 84 % du groupe. 11 vases présentent une lèvre en bourrelet simplement arrondi (5 ex. ; fosse 42, pl. 84, nos 5‑6), éversée à col lisse (4 ex. ; fosse 40, pl. 78, no 1 ; fosse 42, pl. 84, no 5) ou dépourvue de col (2 ex. ; fosse 41, pl. 80, no 16).

641Un seul rebord ne se rattache pas aux profils habituels (fosse 40, pl. 78, no 4 ; mode A) : la lèvre forme une embouchure resserrée et se prolonge par un col tronconique orné de fines moulures.

Groupe 3

642pl. 78, no 5 ; pl. 80, nos 17‑19 ; pl. 84, nos 7‑8

643Les marmites sont au nombre de 36. 14 appartiennent au type à lèvre en poulie et 16 au type à lèvre éversée moulurée. Parmi ces dernières, 9 exemplaires sont de grand module (fosse 41, pl. 81, no 2). On trouve aussi quelques profils à bord lisse ou mouluré (fosse 41, pl. 80, nos 18‑19 ; fosse 42, pl. 84, no 8) et une petite marmite tripode à lèvre oblique cuite en mode B (fosse 40, pl. 78, no 5).

Groupe 4

644pl. 78, nos 6‑10 ; pl. 80, nos 20‑22 ; pl. 84, nos 9‑10

645Les écuelles, moins nombreuses que dans l’horizon 8 (20 ex.), offrent un faciès typologique proche. Elles présentent des bords arrondis simplement rentrants ou épaissis en bourrelet (12 ex.) (fosse 40, pl. 78, no 6 ; fosse 41, pl. 80, no 20 ; fosse 42, pl. 84, no 10), rainurés ou de profil dentelé (4 ex.). On trouve encore une variante attestée dans le mobilier de l’horizon 8 en céramique grise fine et en céramique commune sombre (fosse 40, pl. 78, no 7). Deux exemplaires se distinguent par une panse beaucoup moins évasée, suggérant des récipients nettement plus profonds (fosse 40, pl. 78, no 9 ; fosse 41, pl. 80, no 22). Une dernière écuelle possède un bord haut, peu évasé, à face externe creusée de larges moulures (fosse 41, pl. 80, no 21).

Groupe 5

646pl. 81, no 4 ; pl. 84, no 11 Les assiettes, totalement absentes des horizons 6 à 8, apparaissent ici avec 2 formes complètes représentant 2 types différents. La première possède un bord oblique non profilé et un fond plat (fosse 41, pl. 81, no 4), la seconde un bord oblique et une panse légèrement arrondie reposant sur un fond à peine concave (fosse 42, pl. 84, no 11).

Groupe 6

647pl. 78, nos 11‑12 ; pl. 81, nos 5‑6 ; pl. 84, no 12

648Les couvercles restent toujours relativement abondants, avec 30 exemplaires dont les différents profils ne varient guère par rapport à ceux des horizons précédents. Ils présentent des bords simples (15 ex.), retroussés (7 ex.) ou obliques (8 ex.), avec ou sans ressaut interne. Un seul couvercle, complet en l’occurrence, se distingue par la finesse de ses parois et le profil en couronne du bouton de préhension (fosse 40, pl. 78, no 12).

649La céramique commune sombre de l’horizon 9, prise globalement, ne se distingue guère de celle de l’horizon 8, si l’on excepte quelques exemplaires isolés, en particulier dans le groupe 4, montrant des variantes dont la valeur d’indice typo‑chronologique est difficile à apprécier. Le principal intérêt de ce lot réside dans l’émergence du groupe 6 (assiettes) qui, en dépit de sa faiblesse numérique, dénote une évolution dans le répertoire de la céramique commune. En effet, au cours du ier s. ap. J.C., les assiettes et les plats sont essentiellement fabriqués en terra nigra et en céramique grise fine. Il paraît donc logique de les retrouver en céramique commune à une époque où la terra nigra a disparu depuis plusieurs décennies et où la céramique grise fine n’est pas loin de tomber en désuétude.

Horizon 10

650pl. 86, nos 1‑9 ; pl. 91, nos 1‑4 ; pl. 96, nos 1‑13 ; pl. 97, nos 1‑3

651On a pu identifier 130 vases en céramique commune sombre (28,5 %). 6 d’entre eux sont modelés (1,3 %) ; les 124 autres se répartissent entre les 6 groupes morphologiques et comptent donc plus de 27 % du mobilier de l’horizon 10.

Groupe 1

652pl. 86, nos 1‑2

653Le groupe 1 est représenté par deux grandes cruches qui s’apparentent à des amphorettes (fosse 43, pl. 86, nos 1‑2). Elles possèdent une pâte ocre, peu fine, très proche de celle qu’on observe sur les marmites à lèvre moulurée, les vases de stockage et les amphores fabriqués à Roanne. Elles montrent des profils très différents. La première (fosse 43, pl. 86, no 1) présente un bord épais en poulie très évasé et un col côtelé, la seconde (fosse 43, pl. 86, no 2) un bord oblique simple également très évasé mais prolongé par un col lisse. Leurs diamètres d’ouverture respectifs (10 et 12 cm) et l’épaisseur des parois indiquent des récipients intermédiaires entre les cruches et les amphores. On peut rapprocher la seconde cruche de quelques rebords mis au jour dans un four de la place de‑Lattre‑dе‑Таssіgnу (сf. Supra fig. 10, no 17), néanmoins l’attribution de ces deux exemplaires aux productions roannaises se fonde davantage sur les caractéristiques visuelles des pâtes et sur des similitudes évidentes avec des cruches à pâte rouge présentes dans le mobilier de l’horizon 11.

Groupe 2

654pl. 86, nos 3‑4 ; pl. 91, nos 1‑3 ; pl. 96, nos 1‑5

655Le groupe des vases ovoïdes comprend 65 vases. 51 d’entre eux présentent une lèvre moulurée. Un exemplaire de cette série, de grand diamètre (25 cm), est orné sur la panse de stries horizontales fines, serrées et très régulières (fosse 43, pl. 86, no 3).

656Les 14 autres possèdent une lèvre en bourrelet et un col lisse ou une lèvre éversée, proche de ce qu’on a pu observer dans les horizons précédents (fosse 44, pl. 91, no 1). 2 vases se singularisent cependant, l’un par la présence de fines bandes peintes sur la partie supérieure de la panse (fosse 45, pl. 96, no 1), l’autre par le profil oblique de la lèvre (fosse 44, pl. 91, no 3).

Groupe 3

657pl. 86, no 5 ; pl. 96, nos 6‑11

658Parmi les 29 marmites, le type à lèvre en poulie compte 13 exemplaires (fosse 45, pl. 96, nos 9‑11) et le type à lèvre moulurée 10 exemplaires (fosse 45, pl. 96, nos 6‑7), dont 2 de grand module, identiques à des vases attestés dans l’horizon 8 (non ill.).

6594 autres profils représentent des variantes des types à lèvre en poulie (2 ex. ; fosse 45, pl. 96, no 8) et à lèvre moulurée (2 ex. ; fosse 43, pl. 86, no 5).

Groupe 4

660pl. 86, nos 6‑9 ; pl. 91, no 4 ; pl. 96, nos 12‑13

66113 écuelles forment un échantillon plus disparate, dans lequel on retrouve les écuelles à bord arrondi (4 ex.), rainuré ou de profil dentelé (4 ex. ; fosse 43, pl. 86, nos 5‑6).

662Un exemplaire (fosse 43, pl. 86, no 9) se singularise par l’aspect de la pâte, ocre à cœur gris, comme celle des vases de stockage, par son diamètre (48 cm), ainsi que par la présence d’un décor digité en relief sur le rebord et de stries sur la panse.

663À cette première série s’ajoute une écuelle à bord biseauté et pendant, qui correspond peut‑être à une nouvelle variante (fosse 45, pl. 96, no 12).

664Deux écuelles à bord haut (fosse 44, pl. 91, no 4) se rattachent à une variante signalée à plusieurs reprises en céramique grise fine et en céramique commune dans le mobilier des horizons 8 et 9 ; l’une, à rebord orné de larges moulures, évoque également une forme isolée de l’horizon 9 (fosse 41, pl. 80, no 21).

665Une dernière écuelle (fosse 43, pl. 86, no 6) possède un bord de section oblique à face externe moulurée nettement détaché de la paroi. Cette forme est connue sur un site de la région de Roanne dans un contexte daté de la fin du iie s. et du début du iiie s., mais reste beaucoup plus rare que les autres formes d’écuelles (Vaginay 1981b : pl. 4/15).

Groupe 5

666pl. 97, no 1

667On compte 3 plats, à bord arrondi, lisse (2 ex. ; fosse 45, pl. 97, no 1) ou rainuré (1 ex.). Ce type va connaître un succès croissant au iie s. à Roanne comme sur d’autres sites, tels que Lyon, où il est fréquemment attesté à cette époque.

Groupe 6

668pl. 97, no 2‑3

669Les couvercles sont au nombre de 12. 4 présentent un bord retroussé plus ou moins arrondi (fosse 45, pl. 97, no 3), 8 un bord oblique (fosse 45, pl. 97, no 2).

670La proportion des différents groupes morphologiques ne varie guère par rapport à celui de l’horizon 9. La fréquence des types à l’intérieur de chaque groupe ne subit pas non plus de changements importants, bien que l’on observe l’émergence d’un plus grand nombre de variantes, en particulier dans le groupe des écuelles. Les innovations principales sont l’apparition de plats à bord arrondi et surtout des cruches à pâte rouge probablement d’origine roannaise, qu’on retrouvera en nombre plus significatif dans le mobilier de l’horizon 11.

671L’étude de la céramique commune sombre de l’horizon 10 permet de mettre en évidence, comme pour la plupart des autres catégories, des signes de rupture avec la céramique de la fin du Ier s. et les prémices d’une mutation, dont la cohérence et la signification apparaissent tout à fait clairement à l’examen du matériel des horizons 11 et 12.

Horizon 11

672pl. 106, nos 1‑13 ; pl. 107, nos 1‑15 ; pl. 108, nos 1‑18 ; pl. 109, nos 1‑21 ; pl. 110, nos 1‑9

673La céramique commune sombre comprend 350 vases qui se répartissent dans les 6 groupes morphologiques et représentent près de 39 % du répertoire, ce qui traduit une hausse sensible en regard des 28 % de l’horizon 10. Il n’y a plus de céramiques modelées.

Groupe 1

674pl. 110, nos 1‑9

675Les cruches à pâte rouge apparues dans le mobilier de l’horizon 10 sont ici nettement plus nombreuses avec 18 exem plaires, dont 16 à col large et 2 à col étroit.

676Les 16 cruches correspondent à 5 types bien distincts :
– 1, bord oblique, évasé, rectiligne ou incurvé (12 ex. ; fosse 46, pl. 110, nos 1‑4) ;
– 2, bord épais en poulie et col lisse (1 ex. à col étroit) ou mouluré (1 ex. à col large) (fosse 46, pl. 110, nos 6‑7) ;
– 3, bord évasé en bandeau, à col étroit (fosse 46, pl. 110, no 5) ou large (fosse 46, profil identique non ill.).
– 4, bord biseauté à face interne concave (fosse 46, pl. 110, no 8) ;
– 5, bord arrondi en bourrelet, nettement éversé (fosse 46, pl. 110, no 9).

677Le type 1 comprend des profils semblables à ceux de quelques cruches attestées dans les productions roannaises (cf. supra fig. 10, no 17).

678Toutes ces cruches étaient probablement munies de deux anses, à l’image des amphores, mais un seul col, moins fragmenté que les autres, montre des traces d’arrachement en deux endroits (fosse 46, pl. 110, no 9).

679Par ailleurs, on ne connaît pas la morphologie exacte de ces récipients, même si les diamètres d’ouverture (tous compris entre 10 et 15 cm pour les cruches à col large) et l’épaisseur des parois indiquent des vases de très grande taille.

Groupe 2

680pl. 106, nos 1‑13 ; pl. 107, nos 1‑9

681Le groupe 2 comprend 116 vases, parmi lesquels les pots à lèvre moulurée restent largement majoritaires avec 85 exemplaires. À leurs côtés, une vingtaine de formes représentent des types attestés dans les horizons précédents : lèvre en bourrelet (6 ex.), lèvre éversée et col lisse (10 ex.), lèvre concave (4 ex.). On note aussi la présence de 2 vases de grand module (fosse 46, pl. 107, nos 1‑2) à lèvre éversée de section rectangulaire, dont les cols sont ornés de bandes peintes ne subsistant qu’à l’état de traces.

682Seuls les vases à col côtelé (9 ex.) ne faisaient pas partie des échantillons précédents : ils possèdent une pâte assez fine, cuite en mode A, et un aspect de surface plus soigné, le col ayant subi un lissage lui donnant des reflets micacés (fosse 46, pl. 106, nos 1‑3). Deux d’entre eux sont munis d’une anse prenant naissance au‑dessus de la lèvre. Ce type de vase ovoïde, peu fréquent dans la céramique commune sombre de Roanne, est connu dès l’époque augustéenne à Lyon en céramique à cuisson réductrice.

683Il faut enfin signaler un fragment de panse qui présente un graffiti profondément incisé après cuisson : QVAR.

Groupe 3

684pl. 107. nos 10‑15 ; pl. 108, nos 1‑18

685Les marmites à lèvre en poulie constituent à elles seules plus des deux tiers de l’échantillon, avec 51 exemplaires (fosse 46, pl. 108, nos 2, 4, 6‑7, 10‑12) sur 72. Le type à lèvre éversée moulurée accuse parallèlement une nette diminution, avec seulement 5 vases (fosse 46, pl. 107, nos 11, 13). 6 autres marmites présentent divers profils de lèvres obliques incurvées, qui apparaissent comme des variantes dérivées du type à lèvre en poulie (fosse 46, pl. 108, nos 11, 13, 14).

686On voit enfin apparaître un nouveau type attesté à Roanne dans les fours de la place de‑Lattre‑de‑Tassigny (Poncet 1967 : pl. 6/c) ; Il s’agit de vases tripodes à lèvre oblique, lisse, légèrement pendante : la pâte est fine, cuite en mode A et les surfaces brunes à noires, micacées. Ces teintes sombres et plus ou moins uniformes attestent leur fonction culinaire. Ce type comprend ici 7 exemplaires de petit diamètre (12 à 18 cm), dont deux profils complets (fosse 46, pl. 108, nos 15,17). Une marmite de plus grand diamètre (fosse 46, pl. 108, no 18) possède un bord oblique pendant et nettement détaché de la paroi.

687On trouve encore des formes figurées en un seul exemplaire : une marmite tripode à bord en bourrelet, col haut et lisse, carène arrondie (fosse 46, pl. 108, no 1), des rebords très éversés de section rectangulaire à face interne concave (fosse 46, pl. 107, no 12) ou à méplat creusé d’une gorge (fosse 46, pl. 107, no 10), ainsi qu’un bord épais, rainuré (fosse 46, pl. 107, no 15).

Groupe 4

688pl. 109, nos 81

689On compte 39 écuelles. 13 d’entre elles (fosse 46, pl. 109, nos 1‑5) possèdent un bord arrondi légèrement rentrant et des parois lisses, plus rarement côtelées (2 ex. ; fosse 46, pl. 109, no 2) ; 11 autres ne se distinguent que par une rainure au sommet de la lèvre (fosse 46, pl. 109, no 4). Ces profils sont à rapprocher des productions des fours de la place de‑Lattre‑de‑Tassigny (cf. supra fig. 10, no 14).

690On trouve également 7 écuelles à bord de profil dentelé, oblique (1 ex. ; fosse 46, pl. 109, no 6) et 6 à bord arrondi et rentrant (fosse 46, pl. 109, nos 7‑8).

Groupe 5

691pl. 109, nos 9‑11

692Le groupe des assiettes est très homogène et bien mieux représenté (10 % de la céramique commune sombre). Les 34 exemplaires présentent un bord arrondi, soit lisse (9 ex.) soit orné d’un ou plusieurs sillons (25 ex.). Une seule forme tripode est attestée de manière sûre (fosse 46, pl. 109, no 9) ; on peut la rapprocher de productions roannaises (cf. supra fig. 10, no 13). Les assiettes à fond plat (fosse 46, pl. 109, no 11) seraient probablement plus nombreuses, au vu des fragments qui nous sont parvenus. Ces assiettes ont, pour la plupart, été cuites en mode A ; la paroi interne a dans tous les cas subi un finissage soigné et présente un aspect lissé micacé sans doute destiné à empêcher que les aliments qu’on y faisait cuire s’y attachent.

Groupe 6

693pl. 109, nos 12‑21

694Les couvercles, au nombre de 71, montrent une variété de profils similaire à celle reconnue précédemment :
– a, bord simple (3 ex. : fosse 46, pl. 109, no 14) ;
– b, bord arrondi (37 ex. : fosse 46, pl. 109, nos 17‑18, 21) ;
– c, bord arrondi à face externe bipartite (2 ex. : pl. 109, no 16) ;
– d, bord oblique rentrant (11 ex. : fosse 46, pl. 109, no 19) ;
– e, bord oblique saillant (5 ex. : fosse 46, pl. 109, no 13) ;
– f, bord triangulaire simple ou mouluré (7 ex. : fosse 46, pl. 109, no 15).

6959 couvercles de la série b possèdent des bords noircis ; 4 rebords fins de petit diamètre (8 à 12 cm) présentent des pâtes orange, savonneuses et appartiennent soit à des couvercles proprement dits, soit à des opercules d’amphores. En dernier lieu, 2 exemplaires de grand module (fosse 46, pl. 109, no 20) possèdent un bord épais en poulie, tout à fait inhabituel dans ce groupe.

696La représentation des différents groupes morphologiques de céramique commune sombre montre des changements réels (fig. 56).

697Le groupe 2 ne représente plus que 33 % des vases, pourcentage qui, par comparaison avec les chiffres atteints à la fin du ier s. (horizon 9) et dans la première moitié du iie s. (horizon 10) marque un recul assez net. Le groupe 4 garde en revanche une place équivalente avec 11 % des vases, contre 12 % et 10 % pour les horizons 9 et 10.

698Parallèlement, on observe une augmentation notable de la fréquence des cruches à pâte rouge et des assiettes, deux groupes qui, apparus dans l’horizon 10 en très faibles proportions (1 % et 2 % des vases), forment ici 5 % et 10 % des vases classés en céramique commune sombre.

699Les marmites du type à lèvre en poulie, assorti de quelques variantes, restent de loin les plus nombreuses, avec 51 exemplaires (71 % des marmites). À l’inverse, le type à lèvre moulurée, déjà en baisse sensible dans l’horizon 10, tend à disparaître puisqu’il ne constitue plus que 7 % des marmites contre 34 % dans l’horizon 10. Dans le même temps apparaît un nouveau type de marmites tripodes à bord oblique et paroi arrondie qui, avec 7 exemplaires, forme d’emblée 10 % du groupe 3.

700En fait, les types nouveaux ou connaissant une progression numérique très nette se retrouvent tous parmi le mobilier des fours de la place de Lattre‑de‑Tassigny et permettent donc d’assurer que cet atelier a fonctionné dans la seconde moitié du iie s. ap. J.‑C., comme on le pressentait jusqu’alors (Poncet 1967).

Horizon 12

701pl. 118, nos 5‑7 ; pl. 119, nos 1‑16 ; pl. 120, nos 1‑15 ; pl. 123, nos 1‑9

702On a pu identifier 386 vases, soit 40,5 % du répertoire, chiffre qui entérine la progression de cette catégorie. La répartition des vases révèle néanmoins de nouveaux changements.

Groupe 1

703pl. 118, nos 5‑7 ; pl. 119, no 1

704Les cruches sont au nombre de 8. 6 d’entre elles, à pâte rouge, sont certainement d’origine roannaise et de profil généralement analogue aux exemplaires de l’horizon 11. Elles présentent un bord oblique évasé (fosse 47, pl. 118, nos 5‑6) ou en poulie, à col large (1 ex.) ou étroit (fosse 47, pl. 118, no 7). En revanche, l’une d’elles possède un bord en bandeau haut et lisse, légèrement rentrant, comparable à certains rebords de cruches attestées en céramique commune claire.

705À côté de cette première série, on trouve deux cruches à bec tréflé similaires à des exemplaires connus en céramique commune claire, mais qui s’en distinguent par une pâte peu fine de teinte brune. Néanmoins, elles présentent des surfaces micacées comme leurs homologues à pâte claire (fosse 47, pl. 119, no 1).

Groupe 2

706pl. 119, nos 2‑16 ; pl. 122, nos 1‑3

707Le groupe 2, pris globalement, constitue 31 % de la céramique commune sombre, avec 121 vases, pourcentage équivalent à celui de l’horizon 11. À l’intérieur du groupe, les pots ovoïdes à lèvre moulurée ne comptent plus que 56 exemplaires sur 121 (46 %). De plus, certains profils se distinguent des modèles habituels (fosse 47, pl. 119, no 15) et les vases de grand module sont plus nombreux (fosse 47, pl. 119, no 16).

70865 vases ovoïdes se rattachent à d’autres types :
– lèvre en bourrelet à col lisse (34 ex. : fosse 47, pl. 119, nos 4‑6, 11 ; fosse 48, pl. 123, no 2) ;
– lèvre en bourrelet et col caréné (fosse 47, pl. 119, no 9) ;
– lèvre allongée très éversée (12 ex. : fosse 47, pl. 119, nos 5, 7‑8 ; fosse 48, pl. 123, no 1) ;
– lèvre concave (6 ex., non ill.) ;
– lèvre en bourrelet et col strié (10 ex. : fosse 47, pl. 119, no 2).

709En dernier lieu, deux vases à col haut et anse unique (fosse 47, pl. 119, nos 3, 14) rappellent quelques exemplaires déjà présents dans l’horizon 11.

Groupe 3

710pl. 120, nos 1‑5 et 9‑10 ; pl. 123, nos 4‑6

711Dans le groupe 3 (99 ex.), le type à lèvre en poulie ne compte que 24 marmites, parmi lesquelles on relève comme précédemment la présence de variantes vraisemblablement dérivées du type classique. Elles sont figurées par un profil complet (fosse 47, pl. 120, no 1), par des rebords épais à col mouluré (non ill.), ainsi que par une marmite à col lisse et panse arrondie (fosse 48, pl. 123, no 4).

712Le type à lèvre moulurée, qui avait pratiquement disparu, comprend 13 marmites de grand diamètre, de pâte identique à celle des vases de stockage, qui correspondent sans doute à des tessons résiduels. D’autres formes, rares, ou absentes des échantillons précédents, paraissent en revanche clairement issues de ce type. Les premières (14 ex. ; fosse 47, pl. 120, no 2) se caractérisent par un bord épais simplement rainuré, un col très court et des pieds de section rectangulaire. Les suivantes (8 ex. ; fosse 47, pl. 120, no 3) présentent un col haut légèrement évasé, prolongé par une panse à carène arrondie reposant sur des pieds coniques. Ces 2 variantes constituent 22 % du groupe 3.

713Le type à lèvre oblique pendante, apparu dans l’horizon 11, prédomine, avec 36 ex., dont 2 profils complets (fosse 47, pl. 120, nos 4‑5), qui montrent une grande homogénéité morphologique.

714En dernier lieu figurent 3 formes isolées à bord triangulaire lisse (non ill.) ou éversé, à face externe moulurée (non ill.).

Groupe 4

715pl. 120, nos 6‑8 ; pl. 123, no 7

716Les écuelles sont plus nombreuses, avec 61 individus. 40 se rattachent à un type déjà très fréquent dans le mobilier de l’horizon 11 : bord arrondi légèrement rentrant, muni ou non d’un ressaut interne (fosse 47, pl. 120, no 8).

717On compte ensuite 6 écuelles à bord de profil dentelé (fosse 47, pl. 120, no 7), 2 à bord oblique de grand diamètre (fosse 47, pl. 120, no 6), 5 à bord mouluré et rentrant, également de grand diamètre. 3 formes représentent une variante des anciennes écuelles à bord rentrant : le bord est haut, divisé par un large sillon, les surfaces brunies et micacées. Enfin, 5 autres, très fragmentaires, possèdent un bord arrondi, rainuré et rentrant (4 ex., non ill.) ou vertical et orné de larges moulures (1 ex., non ill.).

Groupe 5

718pl. 120, nos 11‑12

719Les assiettes (36 ex.) forment un échantillon très homogène dans lequel on retrouve surtout le type à bord arrondi apparu dans l’horizon 10 et en augmentation notable dans l’horizon 11. 25 exemplaires présentent un bord simplement arrondi et un fond plat (fosse 48, pl. 122, no 40), 11, dont 3 tripodes (fosse 47, pl. 120, nos 11‑12), un bord arrondi rainuré.

Groupe 6

720pl. 120, nos 13‑15 ; pl. 123, no 8

721Le groupe des couvercles (61 ex.) présente également un faciès comparable à celui de l’horizon 11 :
– bord simple (10 ex. ; non ill.) ;
– bord arrondi (28 ex. ; non ill.) ;
– bord arrondi à face externe bipartite (2 ex., fosse 48, pl. 123, no 8) ;
– bord oblique rentrant (13 ex. ; fosse 47, pl. 120, nos 14‑15) ;
– bord oblique saillant (3 ex. ; non ill.) ;
– bord triangulaire simple ou mouluré (3 ex.).

722Deux profils seulement s’écartent des types les plus fréquents (fosse 47, pl. 120, no 13).

723La représentation des différents groupes ne se distingue guère de celle de l’horizon 11 (fig. 56). On relève néanmoins quelques indices d’évolution significatifs à l’intérieur des groupes 2 et 3 : les pots ovoïdes à lèvre moulurée connaissent une régression sensible, puisqu’ils ne représentent plus que la moitié du groupe 2. Les marmites à lèvre en poulie, encore largement majoritaires dans l’horizon 11, où elles formaient 71 % du groupe 3, se réduisent ici à 24 %. À l’inverse, les marmites à lèvre oblique sont en augmentation, avec 36 % du groupe 3 contre 10 % dans l’horizon précédent. L’évolution du groupe 5 se traduit par une hausse régulière de la fréquence d’un type, dans ses versions tripode et apode. Ce type, noté pour la première fois parmi le mobilier de l’horizon 10 en quelques exemplaires, augmente de façon manifeste au cours de la seconde moitié du iie s., jusqu’à représenter près de 10 % de la céramique commune sombre.

4.15 Vases de stockage

724pl. 19, nos 1‑3 ; pl. 21, no 21 ; pl. 28, no 7 ; pl. 43, nos 1‑3 ; pl. 45, nos 6‑7 ; pl. 47, no 2 ; pl. 51, nos 8‑11 ; pl. 61, no 2 ; pl. 81, no 3 ; pl. 84, no 13 ; pl. 86, nos 10‑12 ; pl. 97, no 4 ; pl. 123, no 9

725Les vases de stockage sont systématiquement représentés dans les fosses gallo‑romaines de Roanne (fig. 57). Ils possèdent presque tous une pâte ocre à brune, granuleuse, à zonage gris, qui semble caractériser les productions roannaises. Ils offrent une image typologique uniforme, puisqu’on rencontre essentiellement deux types, déterminés d’après les profils des lèvres : lèvre débordante à méplat large et lisse (type 1) ou lèvre moulurée (type 2). La forme générale correspond soit à des formes hautes à panse ovoïde, soit à des formes basses. Leurs indices de fréquence restent extrêmement faibles tout au long de la période gallo‑romaine : 2 % et 3,5 % dans les horizons 6‑7, puis 2,4 % dans le mobilier pourtant très riche de l’horizon 8, 1,2 % et 4 % dans les horizons 9 et 10, pour enfin se réduire à néant ou peu s’en faut dans les effectifs des horizons 11 (0,1 %) et 12 (1,2 %).

FIG. 57 – Évolution de la fréquence des vases de stockage, en pourcentage du nombre d’individus par horizon.

Horizon 6

726pl. 19, nos 1‑3 ; pl. 21, no 21

727Les fosses de l’horizon 6 ont livré seulement 5 vases de stockage pour 824 fragments. Ce décalage s’explique par le fait qu’on a pu reconstituer deux profils complets rassemblant à eux seuls l’essentiel des tessons. Ils présentent une morphologie proche : fond plat, panse ovoïde et col lisse se terminant par une lèvre débordante à méplat mouluré (type 2 ; fosse 29, pl. 19, no 1) ou par une lèvre à méplat lisse comportant un ressaut sur sa face interne (type 1 ; fosse 29, pl. 19, no 2). Le type 1 est également représenté par deux vases à col lisse dont le retour interne de la lèvre est comme sur le premier exemplaire marqué par un ressaut (fosse 29, pl. 19, no 3 ; fosse 30, pl. 21, no 21). Un dernier exemplaire a pu être identifié d’après des fragments de panse moulurée (non ill.).

Horizon 7

728pl. 28, no 7

729On compte 4 vases dont un seul appartient au type 1 (fosse 31, pl. 28, no 7). Un autre exemplaire présente un bord épais en bourrelet, peu éversé, plus rare dans cette catégorie. Deux fonds plats figurent deux autres vases de type indéterminé.

Horizon 8

730pl. 43, nos 1‑3 ; pl. 45, nos 6‑7 ; pl. 47, no 2 ; pl. 51, nos 8‑11 ; pl. 61, nos 2‑3

731L’échantillon est un peu plus conséquent, avec 66 individus qui se répartissent pour 45 d’entre eux entre le type 1 (31 ex.) et le type 2 (14 ex.).

732Dans le type 1, les cols sont lisses pour la plupart, plus rarement moulurés (fosse 34, pl. 45, no 6 ; fosse 37, pl. 61, no 2).

733Neuf vases ne s’intégrent pas dans ces 2 types. Un exemplaire possède une lèvre éversée en pointe de section très épaisse. 4 présentent un bord de profil dentelé court et très épais (fosse 37, pl. 61, no 3), 3 autres un bord arrondi en bourrelet, peu éversé (fosse 39, non ill). Un dernier exemplaire se distingue radicalement dans ce lot par un bord droit à ressaut externe qui évoque un profil cylindrique (fosse 34, pl. 45, no 7).

734En dernier lieu, 12 récipients ont pu être individualisés d’après divers fragments de fonds (fosse 36, non ill.).

735Un examen rapide des pâtes montre de nombreux points communs entre tous les exemplaires. On peut néanmoins séparer les pâtes ocres à cœur gris (19 ex.) des pâtes à dégraissant (mica, nodules blancs) visible à l’œil nu (4 ex.) ou simplement granuleuses, sans dégraissant apparent (14 ex.). On note également que les pâtes sont en grande majorité de teinte ocre à brune, mais qu’elles offrent parfois des teintes grises, en particulier dans le petit groupe des pâtes à points blancs.

Horizon 9

736pl. 81, no 3 ; pl. 84, no 13

737Les vases de stockage sont au nombre de 7. Ils appartiennent tous au type 1 (fosse 41, pl. 81, nos 1 à 3 ; fosse 42, pl. 84, no 13).

Horizon 10

738pl. 86, nos 10‑12 ; pl. 97, no 4

73912 des 18 vases se rattachent au type 1 (8 ex. ; fosse 43. pl. 86, no 11) ou au type 2 (4 ex. ; fosse 43, pl. 86, no 12). Deux exemplaires possèdent un bord épais, de profil dentelé, raccordé sans col à la panse (fosse 43, pl. 86, no 10 ; fosse 45, pl. 97, no 4), dont un se particularise par une pâte claire très grossière. 5 autres sont représentés par des fonds plats (non ill.). Les pâtes ocres unies (7 ex.) ou ocres à cœur gris (4 ex.) prédominent.

Horizon 11

740Cette catégorie comprend un seul vase de type indéterminé (non ill.).

Horizon 12

741pl. 123, no 9

742On compte 12 vases parmi lesquels 4 du type 1 et un seul du type 2. 4 exemplaires sont ensuite figurés par des panses et 3, ce qui est plus rare, par des fragments d’anses larges et minces, rainurées au centre (fosse 48, pl. 123, no 9), possédant une pâte ocre habituelle.

4.16 Amphores

743pl. 16, nos 1‑10 ; pl. 17, no 1 ; pl. 20, nos 1‑6 ; pl. 28, nos 8‑13 ; pl. 43, nos 4‑5 ; pl. 45, no 8 ; pl. 47, no 3 ; pl. 51, nos 12‑13 ; pl. 61, nos 3‑9 ; pl. 71, nos 1‑14 ; pl. 75, nos 1‑7 ; pl. 78, nos 13‑20 ; pl. 81, nos 7‑11 ; pl. 86, nos 13‑14 ; pl. 91, nos 6‑10 ; pl. 97, nos 4‑14 ; pl. 110, nos 12‑17 ; pl. 111, nos 1‑2 ; pl. 112, nos 1‑10 ; pl. 121, nos 1‑13 ; pl. 123, nos 10‑11

744Les amphores sont peu abondantes dans les fosses gallo‑romaines étudiées. On compte en effet seulement 218 individus. Ce dénombrement n’a pas seulement pris en compte les rebords et les fonds. À maintes reprises, le nombre minimum s’est vu pondéré par des fragments d’anses et des parois sans forme, ce qui a indirectement conduit à la majoration du pourcentage d’amphores non identifiées. La connaissance du contenu restant la plupart du temps intimement liée à l’identification typologique, on trouvera également pour chaque horizon un décompte des amphores à contenu indéterminé.

745Les amphores ont été classées par type de contenu (fig. 59) (vin, huile, saumures, indéterminé) et par origine (fig. 60) (Italie. Espagne, Gaule, Orient, Afrique, indéterminée). Ces deux séries de données font avant tout ressortir la pauvreté numérique du matériel et l’impossibilité d’en étudier l’évolution horizon par horizon sur des bases quantitatives fiables. On a donc choisi de les présenter en réunissant les horizons 6 à 11 deux par deux (fig. 58, tabl. xii) :
– horizons 6‑7 : 43 ex. (11,5 % du mobilier des 2 horizons) ;
– horizons 8‑9 : 81 ex. (2,5 % du mobilier des 2 horizons) ;
– horizons 10‑11 : 58 ex. (4,2 % du mobilier des 2 horizons) ;
– horizon 12 : 36 ex. (3,8 % du mobilier de l’horizon 12).

TABL. XII – Répartition des amphores par origine et par type.

FIG. 58 – Évolution de la fréquence des amphores, en pourcentage du nombre d’individus par horizons groupés : horizons 6‑7, 8‑9, 10‑11 et 12.

FIG. 59 – Évolution de la fréquence des amphores classées par type de contenu.

FIG. 60 – Évolution de la fréquence des amphores classées par région de provenance.

Horizon 6 et 7

746pl. 16, nos 1‑10 ; pl. 17, no 1 ; pl. 20, nos 1‑6 ; pl. 28, nos 8‑13

Amphores à vin (30 ex.)

747– Italie
Les importations de vin italien sont représentées par 18 amphores, dont 14 Dressel 1, 2 Dressel 2/4 et un rebord assimilable au type Lamboglia 2.
Une telle proportion d’amphores Dressel 1 ne constitue pas un phénomène propre aux horizons 6 et 7. Au contraire, ces amphores, massivement importées à Roanne aux iie et ier s. av. J.C., font systématiquement partie du matériel résiduel jusqu’au début du iie s. ap. J.‑C. L’une d’entre elles présente un bord oblique, peu haut (37 mm), sur lequel figure un timbre représentant un motif en forme de fourche à deux dents (Aulas 1981 : no 23), inédit en dehors de Roanne (fosse 28, pl. 16, nos 1‑3).
Les 2 amphores Dressel 2/4 possèdent les caractéristiques morphologiques et techniques des productions campaniennes : lèvre fine en bourrelet, anses bifides et pâte de type Eumachi (Tchernia, Zevi 1972) (fosse 29, pl. 20, nos 1‑3 ; fosse 31, pl. 28, no 9).
La dernière amphore italique est figurée par un fragment de rebord qu’on peut attribuer au type Lamboglia 2 (fosse 28, pl. 16, no 5), type relativement rare en Gaule, sans doute produit sur la côte adriatique de l’Italie pour le transport du vin (Condamin, Formenti 1976).
Les amphores vinaires italiques Dressel 2/4 et Lamboglia 2 sont attestées à Lyon dans des contextes datés des années 5 av. J.‑C.‑10 ap. J.‑C., notamment au Clos du Verbe Incarné (Genin 1993) et dans le dépôt de La Favorite (Becker et al. 1986), mais toujours semble‑t‑il en nombre restreint.

748– Espagne
9 amphores sont originaires d’Espagne. On trouve d’une part 5 amphores Pascual 1 (fosse 28, pl. 16, no 6 ; fosse 29, pl. 20, no 4 ; fosse 31, pl. 28, no 10) à pâte rouge brique de Tarraconaise (Tchernia, Zevi 1972), d’autre part 4 amphores Haltern 70 (fosse 28, pl. 17, no 1 ; fosse 31, pl. 28, no 11) à pâte grise feuilletée, caractéristique des productions de Bétique : l’une d’entre elles presque complète (seul le fond manque) présente la même morphologie que les amphores de l’épave Port‑Vendres il (Colis et al. 1977).

749– Gaule
La Gaule est représentée par 2 individus seulement : une amphore Dressel 2/4 à pâte beige peu fine à inclusions de nodules blancs et de quartz, peut‑être d’origine régionale (fosse 31, pl. 28, no 8), et un fragment sans forme dont la pâte de teinte jaune très micacée évoque celle des amphores à fond plat fabriquées dans la région de Marseille depuis la fin du ier s. av. J.‑C. (Bertucchi 1982), comme le confirment aussi les découvertes de Lyon et Vienne.

750– Origine indéterminée
2amphores ne peuvent être rattachées à une aire de production donnée : une amphore Pascual 1 à pâte fine de couleur beige‑rosé (fosse 29, pl. 20, no 5), et une amphore Dressel 2/4 à pâte beige clair (fosse 28, pl. 16, no 4). Ces types ont en effet été largement imités par des ateliers gaulois, dont le nombre et la dispersion empêchent toute identification sérieuse en l’absence d’analyses physico‑chimiques.

Amphores à huile (4 ex.)

751Les amphores Dressel 20 (fosse 28, pl. 16, no 7 ; fosse 31, pl. 28, no 12) possèdent une pâte comparable à celle observée sur les amphores Haltern 70 de Bétique. L’évolution que connaissent ces amphores sphériques sur plus de deux siècles montre que les lèvres peu profilées en bourrelet ovale caractérisent les productions précoces : elles se retrouvent en abondance sur de nombreux sites augustéens mais elles continuent également d’apparaître sous cette forme au ier s. ap. J.‑C., au moins jusqu’à l’époque flavienne (Tchernia 1967).

Amphores à saumures et à conserves de poisson (6 ex.)

752Les amphores à saumures représentent autant de variantes de la série Dressel 7/11. La fragmentation du matériel interdit en effet de les attribuer plus précisément à l’un ou l’autre type de cette série, comme on pourrait le faire avec des formes complètes. Les pâtes, le plus souvent à dominante jaune et granuleuse, révèlent néanmoins qu’elles proviennent toutes d’Espagne, et en particulier de Bétique comme l’a montré F. Zevi (1966) (fosse 28, pl. 16, nos 8‑10 : fosse 31, pl. 28, no 13).

Amphores de contenu indéterminé (3 ex.)

753Il s’agit d’amphores représentées par des fragments atypiques de pâtes non caractéristiques.

Horizons 8 et 9

754pl. 43,nos 4‑5 ; pl. 45, no 8 ; pl. 47, no 3 ; pl. 51, nos 12‑13 ; pl. 61, nos 3‑9 : pl. 71, nos 1‑14 ; pl. 75, nos 1‑7 ; pl. 78, nos 13‑20 ; pl. 81, nos 7‑11

Amphores à vin (36 ex.)

755– Italie
Ce lot comprend 23 amphores, dont 22 appartiennent encore au type Dressel 1. À leurs côtés, on trouve une seule amphore Dressel 2/4 campanienne (paroi non ill.).

756– Espagne
On compte une seule amphore Pascual 1 de Tarraconaise, représentée par un pilon.

757– Gaule
Deux rebords d’amphores Dressel 2/4 pourraient être d’origine gauloise, voire régionale (fosse 39, pl. 75, no 2). Les amphores à fond plat sont figurées par une de type Gauloise 4 (fosse 38, pl. 71, no 6) et une autre de type Gauloise 5 (non ill.).

758On note également la présence d’une amphore à rapprocher du type Gauloise 3 de l’atelier de Corneilhan (Hérault) et plus précisément de la variante 2, définie par une lèvre en bandeau à double inflexion externe (fosse 37, pl. 61, no 3) (Laubenheimer 1985). Ces amphores à lèvre en bandeau ont été essentiellement fabriquées dans la première moitié du ier s. (Laubenheimer 1985).

759– Orient
5 amphores de type Dressel 2/4 sont d’origine orientale. Deux seulement sont représentées par des fragments de bords. La première (fosse 39, pl. 75, no 1) présente une lèvre fine en bourrelet et un col droit relié à la panse par un ressaut, noté comme caractéristique des productions de Chios (Grace 1979). La seconde (fosse 40, pl. 78, no 13) n’est pas exactement identique : la lèvre forme un bourrelet plus allongé, rentrant et prolongé par un col tronconique. En l’absence d’analyses physico‑chimiques, il s’avère impossible d’attribuer ces amphores à une aire de production précise, Chios ou Rhodes notamment. Les pâtes sont dans tous les cas assez fines et varient du beige à l’orange en passant par des teintes jaune ou beige‑rosé.
Ces amphores sont régulièrement attestées sur les sites augustéens de Gaule, tels le camp de Haltern ou les habitats de Lyon et de Vienne (Desbat, Martin Kilcher 1986).

760– Origine indéterminée
Il s’agit en l’occurrence de deux rebords d’amphores Dressel 2/4 à pâte fine beige et beige‑rosé (fosse 39, pl. 75, nos 3‑4).

Amphores à huile (14 ex.)

761Les amphores Dressel 20 ont été identifiées pour une dizaine d’entre elles, grâce à des fragments d’anses (fosse 34, pl. 45, no 8 ; fosse 38. pl. 71, no 3 ; fosse 39, pl. 75, no 7), de fonds (fosse 37, pl. 61, nos 8‑9) ou de parois (fragment incisé, fosse 38, pl. 71, no 11) et 4 seulement grâce à des lèvres. Une seule de ces 4 lèvres s’apparente aux productions précoces du type (fosse 35, pl. 47, no 3) ; les autres profils révèlent déjà l’évolution décrite par A. Tchernia vers des lèvres en bourrelet aplati, c’est‑à‑dire plus courtes et plus épaisses. Cette particularité apparaît pour la première fois dans deux fosses de l’horizon 8 (fosse 37, pl. 61, no 7 ; fosse 38, pl. 71, no 2).

762Il faut également signaler la présence d’un timbre PHILO sur une anse isolée (fosse 40, pl. 78, no 16) (Aulas 1981 : no 6) pour lequel on dispose de nombreux parallèles exacts, en particulier dans le matériel de l’épave Port – Vendres II, datée des années 40‑60 ap. J.‑C. (Colis et al. 1977).

Amphores à saumures et à conserves de poisson (12 ex.)

763Il s’agit d’amphores Dressel 7/11, vraisemblablement toutes d’origine espagnole (fosse 36, pl. 51, no 13 ; fosse 37, pl. 61, nos 4‑6 ; fosse 39, pl. 75, no 5).

Amphores de contenu indéterminé (1 ex. ; fosse 41, pl. 81, no 9)

764Il s’agit d’une amphore d’un type moins répandu, et à ce titre, particulièrement intéressant, dénommé Richborough 527 d’après le site de découverte. D’après une étude récente qui leur a été consacrée (Arthur 1989), ces amphores pourraient être originaires de Pouzzoles et auraient pu servir au transport de fruits (figues, raisins, noix ou dattes), sans exclure leur usage pour le transport du vin. La chronologie de leur diffusion semble, enfin, plus facile à cerner. Ces amphores présentent de nombreuses variantes qui rendent probablement compte d’une évolution. P. Arthur rappelle qu’elles sont attestées en Gaule et en Angleterre dès la fin du ier s. av. J.‑C. et que leur production continue aux ier et iie s. ap. J.‑C.

Amphores de type indéterminé (18 ex.)

765Deux groupes composent ce lot : le premier est un conglomérat de 11 exemplaires dénombrés pour la plupart d’après des fragments isolés, en particulier :
– un bord oblique court, divisé par un large sillon, à pâte grise à points blancs (fosse 33, pl. 43, no 4) ;
– un fond en pilon, côtelé, à pâte fine orange et surface beige (fosse 40, pl. 78, no 14) ;
– un fond en pilon creux, pâte beige‑jaune comportant des nodules de quartz (fosse 41, pl. 81, no 8) ;
– un fragment côtelé, à pâte beige granuleuse et surface ocre (fosse 33, pl. 43, no 5) ;
– un fond plat à pied annulaire, pâte brune à noire et traces d’engobe beige très érodé (fosse 38, pl. 71, no 5), peut‑être à rapprocher d’un exemplaire de La Favorite d’origine inconnue (Becker et al. 1986 : fig. 13/7) ;
– une lèvre en bandeau à inflexion interne et externe (fosse 38, pl. 71, no 7) ;
– une lèvre en bourrelet sortant, bandeau à face externe concave, pâte brune à points blancs, surface brune (fosse 36, pl. 51, no 12) ;
– anse à double section, pâte et surfaces brunes légèrement micacées (fosse 38, pl. 71, no 12) ;
– anse à triple section, pâte et surfaces brunes (fosse 38, pl. 71, no 13) ;
– anse plate, pâte ocre et surfaces brunes (fosse 38, pl. 71, no 14) ;

766D’autres fragments non comptés comme formes ont été illustrés :
– anse, pâte rouge sans dégraissants apparents (fosse 39, pl. 75, no 6) ;
– anse, pâte jaune à gros dégraissants (fosse 40, pl. 78, no 17) ;
– anse, pâte beige‑jaune (fosse 40, pl. 78, no 18) ;
– anse, pâte beige à gros dégraissants (fosse 40, pl. 78, no 19) ;
– anse, pâte rouge, engobe beige (fosse 41, pl. 81, no 10) ;
– anse, pâte orangée à zonage beige (fosse 41, pl. 81, no 11).

767Le second groupe, plus homogène, rassemble 7 vases, assimilables par leurs dimensions supposées et certains de leurs traits morphologiques au matériel amphorique (fosse 38, pl. 71, nos 8‑10), si l’on excepte un bord en bandeau de moindre diamètre dont la pâte est pourtant identique (fosse 41, pl. 81, no 7). Les pâtes en sont ocres ou brunes à zonage gris, dans tous les cas extrêmement proches voire semblables à celles qui caractérisent les productions locales de marmites et de vases de stockage. Cinq de ces récipients possèdent des lèvres débordantes non profilées, semblables aussi en cela à certains rebords de vases de stockage ; les lèvres sont prolongées par un col large muni d’anses concaves ou rubanées selon les cas. Les 3 diamètres d’ouverture déterminés (entre 15,5 et 19 cm) montrent qu’il ne s’agit pas de vases de stockage et, par ailleurs, l’épaisseur des parois ainsi que les traits morphologiques évoquent plus des amphores que de la céramique commune proprement dite.

Horizons 10 et 11

768pl. 86, nos 13‑14 ; pl. 91, nos 6‑10 ; pl. 97, nos 4‑14 ; pl. 110, nos 12‑17 ; pl. 111, nos 1‑2 ; pl. 112, nos 1‑10

Amphores à vin (20 ex.)

769– Italie
On compte 8 amphores italiques, exclusivement du type Dressel 1.

770– Espagne
Les importations de vin espagnol ne sont plus représentées que par une amphore Pascual 1 de Tarraconaise et 2 amphores Haltern 70 de Bétique, que l’on peut considérer comme résiduelles.

771– Gaule
Ce groupe comprend une amphore Dressel 2/4 à pâte beige (fosse 45, pl. 97, no 5), 7 amphores à fond plat, dont 4 de forme indéterminée et 3 de forme Gauloise 4. Celles‑ci possèdent des morphologies légèrement variables ; l’une est une amphore de petit module à col étroit et élancé et lèvre en bourrelet oblique (fosse 46, pl. 110, no 11), qui correspond à une variante du type dominant évoqué par un autre col (fosse 46, pl. 110, no 12) : lèvre épaisse en bourrelet simple, col plus large, anses en arc de cercle à cannelure médiane. Les comparaisons que l’on peut établir avec les amphores du dépotoir flavien du Bas Loyasse à Lyon tendent à montrer que nos exemplaires se rattachent davantage au ier s. (Dangréaux, Desbat 1988). Néanmoins, ces amphores ont été produites dans de nombreux ateliers gaulois du ier au iiie s. (Laubenheimer 1985). Il est donc hasardeux d’attribuer ces quelques exemplaires de Roanne à un atelier précis, ou plus encore de les replacer à un stade précis de l’évolution morphologique du type.

772– Orient
On compte une seule amphore Dressel 2/4 d’origine orientale (fosse 45, pl. 97, no 6).

Amphores à huile (11 ex.)

773Les amphores Dressel 20 de ce lot s’avèrent particulièrement intéressantes, car elles s’inscrivent parfaitement dans le processus d’évolution typo‑chronologique décrit par A. Tchernia.

7747 des 11 exemplaires ont pu être identifiés par des fragments de rebords. Un seul exemplaire présente une lèvre arrondie de type déjà ancien (fosse 43, pl. 86, no 14), 2 possèdent une lèvre ronde en bourrelet aplati, légèrement rentrant, à l’instar de quelques exemplaires notés pour la première fois dans les horizons 8 et 9 et caractéristiques de la seconde moitié du Ier s. 4 autres amphores représentent la suite de cette évolution morphologique : les lèvres s’aplatissent et s’inclinent davantage, formant un angle saillant de section triangulaire. Ces particularités apparaissent selon toute vraisemblance dans les premières décennies du iie s., ce que confirme, une fois encore, leur apparition dans les horizons 10 et 11 (fosse 46, pl. 111, no 2 et pl. 112, no 2).

775En dernier lieu, il faut signaler la présence, sur un fond isolé, de l’inscription incisée avant cuisson QUIETI CAPRARI, que Chr. Aulas (1981 : no 36) a reliée, faute de mieux, au nom de mercator TITI CAPRARI attesté sur une amphore Dressel 20 de l’épave Port‑Vendres II (Colls et al. 1977), tout en insistant sur le décalage chronologique qui sépare cette épave (40‑60 ap. J.‑C.) du contexte de découverte roannais (150‑180 ap. J.‑C. environ) (fosse 46, pl. 112, no 3)

Amphores à saumures et à conserves de poisson (11 ex.)

776Les amphores à saumures déterminent au moins deux grandes zones de production (Espagne et Gaule) et trois groupes typologiques (Dressel 7/11, Dressel 9 similis, Beltran‑Lloris IIa).

777– Espagne
Les amphores espagnoles figurent en 8exemplaires, soit 3 de type Dressel 7/11, qui n’appellent pas de commentaire particulier, et 5 de type Beltran‑Lloris lia, dérivé du type Dressel 7/11 et absent des horizons précédents : la lèvre de section oblique peut être débordante (fosse 45, pl. 97, no 8) ou rapprochée du col (fosse 46, pl. 110, no 14 et pl. 111, no 1) et forme une embouchure de grand diamètre ; les anses, longilignes, prennent naissance immédiatement sous la lèvre et restent parallèles au col ; la pâte est jaune, granuleuse, très proche de celle qui caractérise le type Dressel 7/11 de Bétique. Ces amphores ont en effet été fabriquées dans le sud de l’Espagne et exportées dès l’époque flavienne pour le transport des saumures (Beltran‑Lloris 1970).

778– Gaule
Les amphores des horizons 10 et 11 se singularisent également grâce à la présence de trois « imitationse d’amphores Dressel 9. Ces fragments (2 rebords, 1 fond) présentent des pâtes très légèrement distinctes à l’œil nu : beige‑jaune comportant quelques nodules blancs (fosse 44, pl. 91, no 4), beige clair à cœur rose (fosse 44, pl. 91, no 5) ou beige clair (fosse 44, pl. 91, no 6). Les lèvres, débordantes et à haut bandeau, forment une embouchure très évasée et semblent se rattacher à une variante attestée dans le dépotoir flavien du Bas‑Loyasse à Lyon (Dangréaux, Desbat 1988 : fig. 18). Un fond en pilon creux (fosse 44, pl. 91, no 7) appartient sans doute au même groupe.

779S’il nous est difficile de prouver de façon rigoureuse l’origine de nos exemplaires, on peut au moins noter que des ateliers lyonnais ont produit et diffusé ce type d’amphores, et ce probablement dans la seconde moitié du ier s. Cependant, leur abondance dans différents contextes évoqués par B. Dangréaux et A. Desbat laisse supposer que d’autres ateliers gaulois en ont également fabriqué. La question est enfin de savoir, comme le soulignent les auteurs, d’où viennent les saumures qu’elles étaient censées transporter ou, mieux, si elles ont réellement servi au transport de saumures.

Amphores de contenu indéterminé (4 ex.)

780On compte 4 amphores Richborough 527 dans le mobilier des horizons 10 et 11. Une seule (fosse 46, pl. 112, no 7) est figurée par un rebord en bourrelet allongé de section ovale, les autres ayant été identifiées d’après des fragments isolés (fosse 46, pl. 112, no 8). Le fait qu’on retrouve ces amphores en nombre un peu plus significatif dans les horizons 10 et 11 pourrait constituer un nouvel indice confirmant leur pérennité au iie s. ap. J.‑C.

Amphores de type indéterminé (12 ex.)

781Elles se scindent comme dans les horizons 8 et 9 en deux groupes. Le premier comporte 7 fragments isolés, dont :
– 1 fragment de col à pâte beige (fosse 45, pl. 97, no 13) ;
– 1 rebord en bourrelet (de Dressel 2/4 ?) à pâte fine, beige‑rosé (fosse 46, pl. 112, no 6) ;
– 1 col non caréné de petit module, rebord manquant, pâte beige clair, granuleuse (fosse 46, pl. 112, no 9) ;
– 1 bord en bandeau incurvé à pâte brune (fosse 43, pl. 86, no 13).

782Le second rassemble 5 amphores à pâte de vases de stockage, qui se rapportent à une série peut‑être d’origine roannaise déjà évoquée à propos du matériel des horizons 8 et 9. Le seul rebord du lot est un rebord de type vase de stockage (fosse 46, pl. 110, no 10), semblable aux modèles précédents. On dispose également d’un fond en pilon (fosse 45, pl. 97, no 10), ainsi que de 3 fragments d’anses (fosse 45, pl. 97, nos 11‑12).

Horizon 12

783pl. 121, nos 1‑13 ; pl. 123, nos 10‑11

784Ce lot de 36 exemplaires pose de sérieux problèmes d’identification de pâte, de type et, par conséquent, de contenu, qui nous amène à modifier légèrement le mode de présentation. Les amphores dont les types, les origines et le contenu ont pu être identifiés sont relativement peu nombreuses et nous nous sommes attachée à décrire cas par cas celles qui, pour diverses raisons, (fragmentation, absence ou quasi‑absence de références) sont venues étoffer le groupe des amphores indéterminées. Procéder différemment reviendrait à occulter une grande partie de ce matériel amphorique et à empêcher dans le futur toute comparaison ou tout rapprochement avec d’autres amphores issues d’autres sites.

Amphores à vin (9 ex.)

785Si l’on excepte un fragment résiduel d’amphore Dressel 1 italique, les amphores à vin sont représentées par 6 exemplaires de type Dressel 2/4, 4 orientales (fosse 47, pl. 121, nos 1‑4) et 2 sans origine déterminée, et par 2 amphores gauloises de type indéterminé.

Amphores à huile (5 ex.)

786On compte 4 amphores Dressel 20 originaires de Bétique, dont trois possèdent des bords triangulaires caractéristiques des productions tardives du type (fosse 47, pl. 121, nos 5‑7).

787Une autre amphore, qui pourrait être d’origine africaine (info. orale A. Desbat) s’ajoute à ce groupe (fosse 48, pl. 123, no 11). Elle présente une lèvre en bourrelet ovale allongé, divisé par un ressaut externe. Pâte et surface interne sont de la même teinte orange, tandis que la surface externe est beige. Elle présente effectivement des similitudes avec des formes d’amphores africaines (amphore africaine IIA con gradino ; bord de type 5 de Keay 1984), dont l’origine (Byzacène) et l’utilisation pour le transport de l’huile d’olive sont suggérées mais non encore certifiées par différentes découvertes. Ce type d’amphores est attesté à Ostie à partir de la fin du iie s. ap. J.‑C. ; il est aussi présent dans la cargaison d’une épave de la côte gauloise : l’épave A de Monaco (Mouchot 1970). La présence de quelques fragments similaires au Monte Testaccio suggère le milieu du iiie s. ap. J.‑C. comme limite chronologique basse de sa diffusion.

Amphores de contenu indéterminé (12 ex.)

788Elles se répartissent dans 5 séries distinctes correspondant à autant de groupes de pâtes.

789– Italie
L’Italie est représentée par deux amphores Richborough 527 (fosse 47, pl. 121, no 10).

790– Gaule
On a pu individualiser quatre exemplaires des productions attribuées à Roanne (fosse 47, pl. 121, no 12), grâce à des fragments de cols et d’anses.

791– Orient
Deux des trois amphores d’origine orientale (pâte et surfaces ocres, granuleuses) sont figurées par des éléments de bords et de cols. La première (fosse 47, pl. 121, no 11) possède un col tronconique côtelé qui se termine par une lèvre en bourrelet peu marqué ; les anses, en demi‑cercles, prennent naissance immédiatement sous la lèvre. On peut établir un parallèle avec une amphore, malheureusement incomplète, mise au jour à Bérénice (Riley 1979 : fig. 82/220) dans des niveaux du iiie s. ap. J.‑C., mais dont l’origine orientale reste une hypothèse et le contenu indéterminé (Riley 1979 : 117).

792Une autre amphore (fosse 47, pl. 121, no 8) se singularise par une lèvre haute, moulurée et arrondie, un col cannelé et des anses de section ovale munies de 3 cannelures. Un nouveau rapprochement avec le matériel de Bérénice est possible, avec une amphore à bord similaire mais non mouluré et à col cannelé, également de petite taille (Riley 1979 : fig. 96/404).

793– Afrique
Trois amphores se caractérisent par une pâte rouge à points jaunes ; deux d’entre elles possèdent une lèvre courte de profil oblique (fosse 47, pl. 121, no 9) tandis que la dernière, cassée, révèle un profil inconnu (lèvre pendante très incurvée, nettement détachée du col) (fosse 47, non ill.).

Amphores de type indéterminé (10 ex.)

794On observe en particulier :
– un fond en bouton, à pâte rouge et engobe beige (fosse 47, pl. 121, no 13) ;
– un fond en pilon à pâte et surfaces rouge‑orangé (fosse 47, non ill.) ;
– une anse ovale à pâte rouge et engobe blanc‑jaune (fosse 47, non ill.) ;
– une anse ronde à pâte beige‑rosé et engobe jaune clair (fosse 47, non ill.) ;
– une paroi côtelée à pâte brune et surface externe beige‑orangé (fosse 47, non ill.).

Évolution des approvisionnements

795Les données exposées pour chaque séquence chronologique permettent d’esquisser l’histoire des approvisionnements en amphores du site de Roanne à l’époque gallo‑romaine (fig. 59, 60).

Le vin

796On doit tout d’abord constater que les pourcentages d’importations de vin italien sont systématiquement exagérés par la présence de nombreuses amphores Dressel 1 résiduelles, qui s’explique par l’existence de niveaux d’occupation du ier s. av. J.‑C. à l’emplacement de la plupart des fosses étudiées. Si on les écarte des statistiques, il devient évident que le vin italien ne représente qu’une réalité négligeable, voire presque inexistante, avec seulement quelques amphores Dressel 2/4 campaniennes. Mais il faut préciser que la rareté de ces amphores Dressel 2/4 est un phénomène récurrent sur de nombreux sites gaulois, sans doute à mettre en relation avec le coût élevé de ces vins campaniens, réputés pour être de grands crus (Tchernia 1986).

797Les importations de vin hispanique figurent essentiellement dans les horizons 6 et 7, avec deux types principaux, les amphores Pascual 1 de Tarraconaise et les amphores Haltern 70 de Bétique. Les dates de disparition respectives de ces amphores se placent en effet au début du ier s. ap. J.‑C. et vers le milieu du même siècle, ces données étant une nouvelle fois confirmées par leur déclin progressif dans le mobilier roannais de la seconde moitié du ier s.

798De fait, les vins produits en Gaule, timidement représentés dans les horizons 6 et 7, observent une progression régulière dans les horizons 8 à 11, sans pour cela éliminer totalement le vin italien transporté dans des amphores Dressel 2/4, dont des recherches récentes révèlent la pérennité bien au‑delà du ier s. (Desbat, Savay‑Guerraz 1990).

799Les importations de vin oriental apparaissent dans les horizons 8 et 9, mais leur absence des contextes augusto‑tibériens est peut‑être simplement due à la faiblesse de l’échantillon (15 amphores vinaires dénombrées pour la période comprise entre 5 av. J.‑C. et 20‑25 ap. J.‑C.). L’évolution de leur fréquence ne suit pas une courbe régulière : quasi absentes dans les horizons 10 et 11, elles resurgissent dans l’horizon 12. Elles sont, semble‑t‑il, exclusivement représentées par des amphores Dressel 2/4.

L’huile

800Les amphores Dressel 20 de Bétique apparaissent de façon systématique, de l’horizon 6 à l’horizon 12. Elles constituent 9 % des amphores des horizons 6 et 7, 17 % de celles des horizons 8 et 9, 18 % de celles des horizons 10 et 11, enfin 13 % de celles de l’horizon 12. L’étude des lèvres illustre les grandes étapes de leur évolution typologique : la lèvre en bourrelet de section ovale, caractéristique des productions précoces, s’aplatit et s’épaissit dans la seconde moitié du ier s., pour s’incliner et devenir de plus en plus triangulaire sur les exemplaires du iie s.

801Une seule amphore, d’origine africaine, assimilable au type Keay 5, pourrait également avoir été utilisée pour le transport d’huile d’olive. Cet exemplaire, unique dans le matériel amphorique de Roanne, appartient à l’horizon 12.

Les saumures et les conserves de poisson

802Les amphores Dressel 7/11 de Bétique sont les seules amphores à saumures dans les horizons 6 à 9 où elles constituent entre 12 et 14 % du nombre total d’amphores. Le type Beltran‑Lloris IIa, dérivé du premier, apparaît dans les horizons 10 et 11.

803Au iie s., elles coexistent encore avec des amphores Dressel 9 similis lyonnaises, ou du moins rhodaniennes. Les amphores à garum représentent alors 18 % du matériel.

804En revanche, les fosses de l’horizon 12 n’en ont pas livré un seul exemplaire, ce qui n’a rien de surprenant.

Les amphores de contenu indéterminé

805– Italie
Des amphores de type Richborough 527 ont été importées à Roanne, comme le prouve la présence de plusieurs exemplaires bien identifiables. Elles apparaissent dans l’horizon 9 en un seul exemplaire et sont ensuite attestées dans les horizons 10 et 11 (4 ex.) comme dans l’horizon 12 (2 ex.). Ces découvertes permettent de poser de nouveaux Jalons chronologiques pour ce type d’amphores sur lequel P. Arthur (1989) a su attirer l’attention.

806– Gaule
L’étude révèle l’existence d’une série de « grands récipients », dont la morphologie et les dimensions s’apparentent à celles des amphores. Par assimilation aux vases de stockage fabriqués à Roanne, qui présentent presque invariablement des pâtes brun‑rouge à cœur gris, on peut émettre l’hypothèse d’une production locale d’amphores, qui aurait servi à stocker sur place certaines denrées périssables, et pourquoi pas du vin. Cette hypothèse, que nous formulons avec la plus grande prudence, demanderait bien sûr à être étayée ou infirmée par des études fines portant sur des ensembles numériquement plus importants et notamment assortie d’analyses physico‑chimiques de pâtes.
Pour le moment, on retiendra que ces vases ou amphores apparaissent dans l’horizon 8 (5 ex.) et qu’ils sont ensuite attestés jusqu’à l’horizon 12. Ils représentent néanmoins une part restreinte du matériel.

807– Orient
Dans ce groupe, figurent 3 amphores de l’horizon 12, dont deux représentées par des fragments de lèvres et de cols (fosse 47, pl. 121, no 8, 11), de morphologies très différentes. Les seuls parallèles que nous avons pu établir nous ramènent à des amphores découvertes à Bérénice, mais encore faut‑il préciser que ces rapprochements demeurent des hypothèses. Il est en effet très aléatoire, en particulier dans le domaine des amphores, de rattacher des fragments de lèvres à des types ou des exemplaires isolés d’autres sites et eux‑mêmes souvent incomplets.

808– Afrique
Il s’agit également de 3 amphores de l’horizon 12 dont la fragmentation (deux rebords de profil oblique et un col incomplet) interdit toute identification.

Opercules d’amphores

809Horizon 6 : pl. 16, no 11 ; horizon 7 : pl. 28, no 14 ; horizon 10 : pl. 97, no 14 ; horizon 11 : pl. 112, nos 10‑11 ; Horizon 12 : pl. 121, no 15.

810Les opercules d’amphores sont au nombre de 16 sur l’ensemble du matériel. Ils sont très inégalement représentés selon les horizons. Les fosses des horizons 8 et 9, en particulier, n’en ont livré aucun exemplaire.

811Ils se répartissent entre les deux types connus à l’époque romaine : disques minces de petit diamètre et bouchons piriformes à parois épaisses.

812Dans le mobilier des horizons 6 et 7, on trouve exclusivement des disques (fosse 28, pl. 16, no 11, fosse 31, pl. 28, no 14). Ils sont attestés dès l’époque augustéenne à Haltern et sur bien d’autres sites, tels Rödgen ou Bâle. Signalons également que le choix du système de fermeture ne semble pas lié à des types d’amphores précis ou à la nature des contenus, si l’on en juge par la découverte de tels opercules en place sur des amphores à huile de type Dressel 20 comme sur des amphores à vin Haltern 70 dans la cargaison de l’épave Port‑Vendres II (Colls et al. 1977). Les 8 exemplaires des horizons 11 et 12 offrent une morphologie comparable et indiquent que ces objets n’ont pas connu d’évolution typologique entre le début du ier s. et la seconde moitié du iie s. (fosse 46, pl. 112, no 11 ; fosse 47, pl. 121, no 15).

813Les bouchons piriformes apparaissent, en un seul exemplaire, dans le mobilier de l’horizon 10 (fosse 45, pl. 97, no 14). Celui‑ci, pas plus que les suivants (horizon 11 : 3 exemplaires, fosse 46, pl. 112, no 10 et horizon 12 : 1 ex. non ill.), ne présente de profil complet. Ces bouchons restent cependant facilement identifiables. Attesté dès la fin du ier s. av. J.‑C. à Haltern, ce système de fermeture ne devient d’usage fréquent qu’au cours des ier et iie s. ap. J.‑C.

4.17 Lampes

814L’étude des lampes est limitée par leur très faible nombre (70 ex. au total, soit 1,2 % de l’ensemble) et leur fragmentation. L’état de conservation du matériel interdisant dans de nombreux cas toute identification précise, la principale donnée dont on dispose est le nombre minimum d’individus par ensemble.

Horizon 6

815Les fosses de l’horizon 6 ont livré 4 lampes (1,5 % des vases). 3 d’entre elles, figurées par un disque à décor de rosace (fosse 30, non ill.) et deux bords striés (non ill.) pourraient être des lampes à bec triangulaire du type Lœschke I. Un dernier exemplaire, de type indéterminé, se réduit à un fragment de médaillon (fosse 27, non ill.).

Horizon 7

816C’est dans le mobilier de l’horizon 7 que les lampes sont les plus nombreuses en données relatives : 6 exemplaires constituent en effet 5 % des vases recensés. Aucune n’a pu être identifiée de manière sûre. 4 sont probablement des lampes à bec triangulaire ou à bec rond et volutes simples : rebord à décor de perles simplement alignées (fosse 31, non ill.) ou enchâssées dans des oves (fosse 31, non ill.) ; rebord de disque à rosace (fosse 31, non ill.), fragment de volutes (fosse 31, non ill.). Deux anses rondes rubanées représentent deux autres lampes dont l’engobe rouge sombre diffère nettement des engobes clairs (jaune, orange, brun clair) visibles sur les quatre premières.

Horizon 8

817Parmi 34 lampes (1,2 % du mobilier), on trouve 9 lampes à bec triangulaire, dont la seule complète offre un décor figuré, peut‑être une tête de silène (fosse 37, non ill.). Les lampes à bec rond (type Lœschke V‑VI) sont attestées pour la première fois par 3 fragments de becs (fosse 38, non ill.). On compte enfin 8 lampes à volutes de type indéterminé et 14 exemplaires inclassables (bords, fonds, anses, médaillons).

Horizon 9

818Les 8 lampes de l’horizon 9 (1,4 % du mobilier), qui proviennent toutes de la même fosse (fosse 40), comprennent seulement 2 exemplaires déterminables : une lampe du type I (fragment de bec, non ill.) et une lampe du type V‑VI à décor de rosace (fosse 40, pl. 78, no 22).

Horizon 10

819Les lampes se réduisent à deux fragments de disque ne permettant aucune identification.

Horizon 11

820Ce lot, bien que restreint (à peine 1 % du mobilier), révèle l’apparition des lampes de firme (4 ex. ; fosse 46, pl. 112, nos 12, 15) à côté des lampes à bec triangulaire (1 ex. ; fosse 46, pl. 112, no 13) et à bec rond (1 ex., non ill.). Deux fragments montrant un décor figuré (fosse 46, pl. 112, no 14 : tête de Bacchus ?) appartiennent à deux autres exemplaires indéterminés.

Horizon 12

821On compte 5 lampes à volutes de type indéterminé deux bords striés et une seule lampe à bec rond (fosse 47, non ill).

822L’étude de ce matériel particulièrement fragmenté (21 des 70 lampes seulement sont typologiquement identifiables) n’apporte pas d’éléments nouveaux dans la connaissance de ces objets et n’est d’aucune utilité au plan chronologique.

4.18 Synthèse

823Les 7 horizons céramiques sont illustrés par les figures 61 à 67 qui rassemblent les principaux types de vases rencontrés dans les différentes catégories, les types les plus fréquents ou les types dont l’apparition caractérise telle ou telle époque. Elles n’ont pas pour but d’être exhaustives, mais elles permettent d’une part de visualiser chaque horizon d’un seul coup d’œil, d’autre part de suivre, de façon immédiate et rapide, les grandes tendances de l’évolution du mobilier. Le lecteur pourra donc reconstituer les associations visuellement car elles n’ont volontairement pas été traitées dans le texte.

FIG. 61 – Sélection de types de mobiliers céramiques représentatifs de l’horizon 6 : 1, 2 sigillée de type Italique ; 3 céramique à parois fines ; 4 céramique peinte ; 5, 6 terra nigra ; 7‑9 céramique grise fine ; 10‑12 céramique commune claire ; 13‑15 céramique commune sombre ; 16‑22 amphores.

FIG. 62 – Sélection de types de mobiliers céramiques représentatifs de l’horizon 7 : 1, 2 sigillée de type italique, 3 Gaule du Sud, 4 Gaule du Centre à vernis non grésé ; 5, 6 céramique à parois fines ; 7 céramique peinte ; 8‑11 terra nigra ; 12‑15 céramique grise fine ; 16, 17 céramique commune claire ; 18, 19 céramique commune sombre ; 20‑26 amphores.

FIG. 63 – Sélection de types de mobiliers céramiques représentatifs de l’horizon 8 : 1‑4 sigillée de Gaule du Sud et du Centre à vernis non grésé ; 5‑7 céramique à parois fines ; 8‑10 céramique à glaçure plombifère ; 11 céramique peinte ; 12‑15 terra nigra ; 16‑19 céramique grise fine ; 2021 céramique commune claire ; 22‑29 céramique commune sombre ; 30‑40 amphores.

FIG. 64 – Sélection de types de mobiliers céramiques représentatifs de l’horizon 9 : 1‑4 sigillée de Gaule du Sud et du Centre ; 5‑7 céramique à parois fines ; 8 céramique peinte ; 9, 10 céramique grise fine ; 11‑14 céramique commune claire ; 15‑21 céramique commune sombre ; 22‑32 amphores.

FIG. 65 – Sélection de types de mobiliers céramiques représentatifs de l’horizon 10 : 1‑10 sigillée de Gaule du Sud et du Centre ; 11 céramique à parois fines ; 12 céramique peinte ; 13 céramique grise fine ; 14‑23 céramique commune claire ; 24‑30 céramique commune sombre ; 31‑39 amphores.

FIG. 66 – Sélection de types de mobiliers céramiques représentatifs de l’horizon 11 : 1‑8 sigillée de Gaule du Centre ; 9 céramique à parois fines ; 10, 11 céramique peinte ; 12 céramique engobée peinte ; 13 céramique grise fine ; 14‑23 céramique commune claire ; 24‑34 céramique commune sombre ; 35‑43 amphores.

FIG. 67 – Sélection de types de mobiliers céramiques représentatifs de l’horizon 12 : 1‑7 sigillée de Gaule du Sud et du Centre ; 8 céramique à parois fines ; 9, 10 céramique métallescente ; 11, 12 céramique peinte ; 13 céramique grise fine ; 14‑16 céramique commune claire ; 17‑22 céramique commune sombre ; 23‑29 amphores.

4.18.1 Terre sigillée

824fig. 31, 68

825L’étude des vases sigillés fait nettement ressortir plusieurs étapes d’évolution, tant en ce qui concerne le développement et les fréquences respectives des différents groupes que la typologie proprement dite.

Évolution quantitative des différents groupes

826Les productions italiques et lyonnaises qui définissent l’horizon 6, coexistent dans l’horizon 7 avec quelques vases sigillés de Gaule du Sud et du Centre. Les horizons 8 et 9 sont marqués par la prédominance absolue des sigillées sud‑gauloises (respectivement 83 % et 74 %) dont les effectifs ne commencent réellement à baisser qu’au cours de l’horizon 10 (46 %) au profit des sigillées grésées du Centre (35 %). Il convient de souligner que les vases non grésés du Centre restent, sur le site de Roanne comme sur d’autres sites, un groupe largement minoritaire dans le courant du ier s. On peut enfin noter que la céramique sigillée, prise globalement en terme de « catégorie », est relativement peu abondante au sein du mobilier de l’horizon 6 (4,7 % des vases), mais qu’elle augmente nettement dès les horizons 7 et 8 (11,3 %), phénomène qui ne se dément pas dans les horizons suivants où elle se maintient entre 12 et 16,5 % des vases dénombrés dans toutes les catégories.

Horizon 6

827L’horizon 6 se caractérise par la présence exclusive des productions attribuables aux ateliers italiques et lyonnais. Le répertoire des formes est peu diversifié, c’est‑à‑dire limité aux 2 séries majoritaires sous Auguste, le service I et le service II.

Horizon 7

828L’horizon 7 correspond à une époque charnière, pendant laquelle apparaissent, bien que timidement, les premières productions de Gaule du Sud (un calice Drag. 11) et de Gaule du Centre (2 bols Drag. 29 à vernis non grésé), au sein d’un échantillon encore très largement dominé par les sigillées italiques et lyonnaises.

Horizon 8

829Le mobilier de l’horizon 8 renverse totalement ce schéma : l’accroissement rapide et massif des sigillées sud‑gauloises (83 % des vases) s’accompagne logiquement d’un recul brutal des productions italiques et lyonnaises, qui ne représentent plus que 7 % de l’échantillon. Par ailleurs, les sigillées à vernis non grésé du Centre sont toujours présentes, mais en moindre proportion (10 %). Le répertoire des formes sud‑gauloises se caractérise à Roanne comme sur d’autres sites, et notamment le site de Lyon, par une très forte normalisation : 4 types seulement (Drag. 24/25, Drag. 27, Drag. 15/17 et Drag. 18) rassemblent 153 exemplaires, qui représentent 60 % des vases sigillés de l’horizon 8.

Horizon 9

830Les statistiques de l’horizon 9 montrent que les céramiques sigillées sud‑gauloises occupent toujours une place prépondérante, avec 74 % des vases. Les faits marquants à rappeler pour cette période sont :
– l’apparition des formes flaviennes de Gaule du Sud ;
– l’apparition d’un nouveau type moulé, le bol Drag. 37 ;
– l’apparition des sigillées grésées du Centre, qui ne représentent encore toutefois que 4 % des vases.

Horizon 10

831La composition du répertoire des céramiques sigillées de l’horizon 10 illustre, en les amplifiant, les tendances observées précédemment. Les productions du Centre (35 %), auxquelles il faut probablement rattacher la plupart de celles classées comme « productions non identifiées » (PNI) (15 %), connaissent une très nette augmentation. Dans ces deux groupes, prédominent les formes créées à La Graufesenque sous les Flaviens et reprises au IIe s. par les potiers du Centre (types Bet 42 à 45). Mais il faut également signaler quelques bols carénés à marli plat, apparemment dérivés des services flaviens et sans doute à rapprocher des types tardifs Bet 47‑48 de Lezoux.

Horizon 11

832Le mobilier de l’horizon 11 révèle ensuite de nouveaux indices d’évolution. Sur le plan numérique, l’ensemble est définitivement dominé par les sigillées du Centre, qui constituent 79 % des vases identifiés. Quelques formes héritées des services flaviens sud‑gaulois, et en particulier les types Drag. 42 et Bet 42, restent encore très bien représentés, avec une trentaine de vases. Le fait le plus marquant est la fréquence accrue des bols Drag. 37, qui rassemblent à eux seuls 29 % des vases, contre 12 % dans l’horizon 10 et 3 % dans l’horizon 9. Il semble tout à fait intéressant de rappeler ces chiffres concernant un type dont la date d’apparition est traditionnellement située vers 60 ap. J.‑C. et que l’on pourrait s’attendre à voir plus massivement représenté dans les contextes de la fin du ier s. et du début du iie s. Les données roannaises s’accordent néanmoins avec ce qu’on observe dans le mobilier de quelques camps romains de Germanie, où cette forme, très rare à la fin du Ier s., ne connaît un réel essor que dans le courant du iie s. (Pferdehirt 1986). Des constatations identiques ont pu être effectuées dans la région lyonnaise, sur le site de Saint‑Romain‑en‑Gal (Desbat 1991). L’ensemble constitue autant d’indices pour reconsidérer la chronologie de la diffusion du type. Rappelons enfin l’apparition dans le mobilier de l’horizon 11 de nouveaux types totalement absents de l’échantillon précédent (Drag. 38, Walt. 79/80, Déch. 72).

FIG. 68 – Évolution de la représentation en pourcentages des principaux types de terre sigillée gauloise.

Horizon 12

833Prise globalement, la céramique sigillée de l’horizon 12 ne se distingue guère de celle de l’horizon 11. Les sigillées grésées du Centre et apparentées gardent en effet une place équivalente. Seule la répartition typologique des vases montre d’autres signes d’évolution. En premier lieu, les bols Drag. 37 voient leur fréquence encore augmenter, puisqu’ils représentent dans le seul groupe du Centre près de 40 % des vases et sur l’ensemble (Gaule du Sud comprise) 30 % des vases sigillés dénombrés. En second lieu, deux types sont attestés ici pour la première fois : il s’agit de mortiers Curie 21 et d’assiettes à marli plat et lèvre montante qui correspondent à la forme Ludowici TG/Bet 29.

834Il faut, en dernier lieu revenir sur le problème des bols Drag. 33, que l’on voit seulement apparaître en nombre significatif dans le mobilier de l’horizon 12. Ce type d’origine sud‑gauloise, dont on situe l’apparition dans le premier tiers du ier s., se révèle rarissime dans le matériel de l’horizon 8 (2 ex. pour 285 vases sigillés), absent dans l’horizon 9, très faiblement représenté dans l’horizon 10 (2 ex. pour 68 vases). On en compte ensuite 5 exemplaires dans l’horizon 11 (4,5 % des vases) mais il n’augmente de façon notable que dans l’horizon 12 où il correspond, avec 12 exemplaires, à 9 % de l’échantillon. Cette courbe de fréquence tend à remettre en cause la chronologie de la diffusion du type, tout en rejoignant certaines observations faites sur le mobilier des sites du Clos du Verbe Incarné à Lyon (documentation inédite) et de Saint‑Romain‑en‑Gal (Desbat 1991).

4.18.2 Céramique à parois fines

835Cette catégorie recouvre un éventail très large de productions différentes, dont l’évolution est marquée par plusieurs grandes étapes.

Évolution quantitative

836Si l’on excepte les horizons 7 et 11 où la céramique à parois fines correspond respectivement à 2,6 % et 9 % des vases, on observe que cette catégorie garde une représentation quasiment inchangée dans les horizons matérialisés par plusieurs fosses : 5,8 % dans l’horizon 6, puis 5,9 et 5,8 % dans les horizons 8 et 9, pour se maintenir à 5,7 et 6 % dans les horizons 10 et 12 (fig. 39A). Ces effectifs très réguliers s’accompagnent d’un renouvellement constant du répertoire des formes tout au long de la période gallo‑romaine.

Évolution des productions et des types

Horizon 6

837L’horizon 6, en dépit d’un échantillon numérique faible (15 vases), se caractérise principalement par la présence de deux groupes qui correspondent à deux productions distinctes (fig. 39B). Le premier comprend des gobelets à pâte siliceuse, dont deux de type Aco, très proches des vases produits sous Auguste par l’atelier lyonnais de La Muette, mais pour lesquels on ne saurait exclure une origine italique. Le second groupe rassemble des vases décorés de type Beuvray, se répartissant entre deux formes : des gobelets et des pots ovoïdes. On peut établir des comparaisons plus précises pour les décors (chevrons, guillochis) que pour les formes. Seuls les gobelets rappellent des vases également décorés fabriqués à Saint‑Romain‑en‑Gal sous Auguste. Les pots ovoïdes, absents des productions rhodaniennes, sont de façon générale beaucoup plus rares : on peut au moins signaler un vase pratiquement identique aux exemplaires roannais dans un dépotoir augustéen d’Argenton‑sur‑Creuse. La majorité de ce groupe correspond sans doute à une production roannaise.

Horizon 7

838Deux des trois vases à parois fines de l’horizon 7 sont des vases de type Beuvray, qui confirment une datation précoce pour cette production, qu’elle soit ou non roannaise.

Horizon 8

839La céramique à parois fines de l’horizon 8 constitue un ensemble particulièrement riche de 159 vases, avec la concurrence de deux séries. Les vases de type Beuvray, qui regroupent 32 % du répertoire, sont au maximum de leur diffusion.

840Les vases décorés à pâte calcaire, absents de l’horizon précédent, forment d’emblée 41 % de l’échantillon de l’horizon 8. Dans ce groupe, les bols et pots ovoïdes à décor sablé l’emportent de loin ; d’autres décors (pastilles, écailles, épines) apparaissent sur quelques bols. L’importance numérique de ce groupe s’inscrit parfaitement dans l’horizon 8. Fabriqués notamment à Lyon (atelier de La Butte), ces vases à parois fines sont caractéristiques des années 30‑70 ap. J.‑C. D’autres ateliers gaulois, en particulier ceux de La Graufesenque et de Lezoux, ont également repris et diffusé ce type de production.

Horizon 9

841La représentation des deux groupes majoritaires de l’horizon 8 évolue de façon différente à la fin du ier s. Les vases de type Beuvray accusent une baisse sensible, qui présage une désaffection prochaine, contrairement aux vases à décor sablé, qui restent en nombre important.

842Mais l’évolution du mobilier est plus clairement traduite par l’apparition de types traditionnellement attribués aux ateliers du Centre : il s’agit tout d’abord de pots ovoïdes à décor d’épingles, dont la production commencerait dans les années 70‑80 ap. J.‑C., aux côtés desquels on trouve aussi quelques vases à décor guilloché, dont la finesse et la qualité d’exécution se retrouveront de plus en plus souvent sur différentes productions du iie s.

Horizon 10

843L’horizon 10 montre la disparition quasi totale des vases de type Beuvray et, parallèlement, un très net fléchissement des vases sablés. Les groupes apparus dans l’horizon 9 (gobelets à décor d’épingles ou guillochés, gobelets lisses) occupent maintenant une place prépondérante.

Horizon 11

844Les vases ovoïdes à décors d’épingles amorcent un net recul. Près de la moitié de l’échantillon se compose désormais de vases à décor guilloché et incisé, ou parfois non décorés. D’autres séries, vases à décor moulé et vases à engobe gris, témoignent d’une diversification, sans doute à mettre au compte d’un nombre croissant d’ateliers.

Horizon 12

845Les vases lisses ou décorés à reflets métallisés forment l’essentiel du mobilier de l’horizon 12. Ils évoquent de façon de plus en plus précise, avec quelques vases à décors moulés, la céramique métallescente proprement dite. Ils se singularisent paradoxalement par d’évidentes similitudes d’aspect et par une grande diversité de détails dans les profils de lèvres, la nature et l’agencement des décors, qui confirment l’absence de normalisation stricto sensu dans le répertoire de la fin du iie s. et du début du iiie s.

4.18.3 Céramique métallescente

846Cette catégorie n’est représentée que dans l’horizon 12. Elle comprend des formes lisses et décorées inscrites aux répertoires de plusieurs ateliers du Centre (Gueugnon, Lezoux) et du Centre‑Est (Jaulges‑Villiers‑Vineux).

847Il convient de rappeler que la présence de céramique métallescente a joué un rôle dans la mise en place du cadre chronologique des horizons 11 et 12, puisque la typologie des vases sigillés ne permettait pas de prouver un réel décalage chronologique entre les fosses concernées.

4.18 .4 Céramique peinte

848La céramique peinte apparaît de façon systématique dans les 22 fosses étudiées. Son abondance permet d’établir des comparaisons entre les différents horizons et de suivre très précisément son évolution pendant plus de deux siècles.

Évolution quantitative

849fig. 44

850Déjà fortement représentée dans les horizons 6 et 7, où elle constitue 12 % et 8 % des vases, son effectif augmente encore au cours de l’horizon 8 jusqu’à 14 %, pour culminer à 17 % dans l’horizon 9. La rupture se situe à l’horizon 10, où elle ne représente plus que 3 % du répertoire. Cette cassure dans la courbe de fréquence n’est pas suivie d’une baisse régulière dans les horizons 11 et 12, puisqu’elle s’y maintient à un niveau équivalent.

Évolution typologique

851fig. 45

852Les formes hautes du répertoire ancien (vases balustres essentiellement) ont déjà pratiquement disparu dès l’horizon 6 et ne figurent plus dans le mobilier de l’horizon 7. On en retrouve néanmoins 7 exemplaires dans l’ensemble particulièrement riche de l’horizon 8, sans doute à considérer comme résiduels.

853Quelques vases à bord concave ont pu être identifiés au sein de cet ensemble. Il s’agit d’un type apparaissant vers le milieu du Ier s., de brève durée de vie.

854Des formes intermédiaires entre les vases hauts et les bols présentent une lèvre en bourrelet prolongée par une panse globulaire ; ce type est exclusivement attesté dans deux fosses de l’horizon 8, par 2 exemplaires.

855Les bols de Roanne composent l’essentiel du répertoire des vases peints. Tout au long du ier s., ils présentent à la fois une morphologie stable et une grande variété de décors géométriques. On note quelques changements, à l’horizon 9, sur une forme complète : la lèvre forme une embouchure plus évasée, elle tend à s’allonger et à s’épaissir sur le retour interne ; la panse adopte un profil moins arrondi que la norme. Ces traits d’évolution apparaissent de plus en plus fréquemment par la suite, et en particulier dans le mobilier de l’horizon 11. Mais l’évolution du répertoire semble plus précisément matérialisée par l’apparition de bols de petit module, dont les principaux traits morphologiques contrastent très nettement avec la forme générale des bols du Ier s. : les lèvres sont éversées, à face externe oblique ou simplement arrondie et les fonds plats, très épais.

Décors

856Les décors, extrêmement nombreux et diversifiés au ier s., tendent ensuite à se simplifier, voire à disparaître. Quelques vases des horizons 11 et 12 sont laissés en blanc, et notamment les formes basses de petit diamètre dérivées des bols de Roanne proprement dits.

4.18.5 Terra nigra

857La terra nigra mise au jour à Roanne représente l’un des points les plus intéressants de cette étude. Elle constitue un ensemble exceptionnellement riche dont la répartition permet d’asseoir la chronologie de son apparition et de sa diffusion.

858Cette production des ateliers de la vallée de l’Allier est attestée dès l’horizon 6 et connaît ensuite une très forte progression jusqu’au milieu du ier s. ap. J.‑C., où elle culmine à 13 % des vases. Elle disparaît brutalement dès l’horizon 9, époque à laquelle elle se réduit à moins de 1 % du répertoire. Ce schéma confirme, d’une part, que la terra nigra apparaît avant la fin du règne d’Auguste, hypothèse que nous avions déjà formulée d’après l’étude de deux ensembles de mobilier augustéens du site du Clos du Verbe Incarné (Genin 1993), d’autre part qu’il s’agit d’une production strictement limitée à la première moitié du ier s. ap. J.‑C. (fig. 47).

859À cela il faut ajouter que la confrontation des statistiques des huit fosses de l’horizon 8 révèle des disparités surprenantes. L’essentiel de l’échantillon se trouve en fait concentré dans 3 fosses du chantier de la rue Gilbertès, qui rassemblent à elles seules 87 % des vases de terra nigra de l’horizon 8 (309 ex. sur un total de 354). De telles circonstances font naître deux hypothèses.

860Selon la première, les pourcentages très élevés de ces trois fosses rendent compte d’un mode de comblement spécifique lié à leur nature. On peut en effet supposer la présence à proximité d’un dépôt de vases destiné à la vente, entrepôt ou boutique, qui expliquerait la surabondance de ces vases dans le même secteur. Le fait qu’une partie de ces vases ait brûlé indiquerait alors un rejet en vrac de matériel inutilisable.

861Selon la seconde, les repères chronologiques de l’horizon 8, c’est‑à‑dire les années 30‑40/70 ap. J.‑C., fournissent un cadre très large que la très forte normalisation des céramiques sigillées ne permet pas d’affiner. Les variations de fréquence de la terra nigra entre deux groupes de fosses pourraient permettre en revanche de distinguer dans cet horizon deux étapes correspondant, d’une part aux années 30‑50 ap. J.‑C., d’autre part à la période charnière de 50‑70 ap. J.‑C., sommairement caractérisée par l’absence des formes flaviennes en céramique sigillée. D’autres disparités notées à propos de quelques productions annexes, vases à vernis plombifère ou à engobe rouge notamment, semblent arguer en faveur de cette seconde hypothèse : les trois fosses de Gilbertès (32, 33 et 38) ont en effet livré la majeure partie de ces échantillons restreints, au sein desquels pas un seul vase n’avait subi l’action du feu.

Répartition numérique des 4 types de terra nigra

862fig. 48, tabl. xi

863Cette répartition observée sur les effectifs des horizons 6 à 8 (366 vases dont 354 pour le seul horizon 8) fait ressortir une très nette prédominance du type 1 (55 %) et du type 2 (30 %) sur les types 3 et 4 qui se réduisent respectivement à 12 % et 3 % des vases. La notion de « service » qui a longtemps prévalu pour les sigillées de type italique et qui est aujourd’hui largement remise en question n’existe pas non plus dans le groupe des productions des terra nigra de l’Allier.

4.18.6 Céramique grise fine

864Cette catégorie, qui se développe à Roanne avant le milieu du ier s. av. J.‑C., est systématiquement représentée dans le mobilier gallo‑romain (496 vases) et détermine 8 groupes morphologiques.

Évolution quantitative

865fig. 50

866La céramique grise rassemble 24 % des vases de l’horizon 6 ; son effectif baisse régulièrement dans les horizons 7 et 8, à 16,5 % puis 8 %. Elle semble donc marquer le pas dès l’époque où la terra nigra commence réellement à envahir le marché roannais. La juxtaposition des deux groupes de fosses de l’horizon 8 effectuée pour les céramiques grises, à l’image de ce que nous avons fait pour les terra nigra, montre cependant qu’on n’assiste pas à un renversement total entre les deux catégories, ce qui semble logique, étant donné l’éventail beaucoup plus large du répertoire des vases gris (cf. supra fig. 52).

867La céramique grise garde d’ailleurs à la fin du Ier s. une place équivalente (8 %) à celle qu’elle occupait au milieu du siècle. Le schéma se modifie seulement à partir de l’horizon 10, où elle se réduit désormais à 4 % des vases. Le fait est paradoxal à une époque où de nouvelles formes de vases ovoïdes à panse ondulée et décor à la molette traduisent un regain de faveur pour un répertoire traditionnel abandonné depuis plus d’un siècle. Le mobilier de l’horizon 11 fournit ensuite des chiffres similaires, mais celui de l’horizon 12, pollué par des éléments résiduels, ne permet pas de parfaire l’image de cette évolution quantitative.

Évolution typologique

868fig. 51

Cruches

869Les cruches sont très faiblement représentées sur l’ensemble des vases. 11 exemplaires seulement se répartissent de façon inégale entre les horizons 7 à 9 : les cruches à bec tréflé sont attestées dans chaque horizon, notamment dans les horizons 7 et 9, par des vases à pâte kaolinique de type Vaison‑la‑Romaine, rarissimes à Roanne. On note aussi dans l’horizon 8 quelques cruches de petite taille à panse globulaire.

Pichets

870Les pichets sont relativement abondants dès l’horizon 6 ; les exemplaires les mieux conservés montrent diverses combinaisons de décors lissés. Assez homogènes sur le plan typologique, ils subissent peu de modifications par la suite. Ils font partie des groupes majoritaires dans l’horizon 8 (15 % des vases gris) et disparaissent ensuite presque totalement au cours de l’horizon 9.

Pots ovoïdes

871Les pots ovoïdes sont également présents dès l’horizon 6. L’échantillon plus conséquent de l’horizon 8 (15 % des vases gris) offre logiquement une plus grande diversité de profils et montre aussi quelques vases à décor à la molette de finition soignée. On observe peu de différences dans l’horizon 9, si l’on excepte trois vases carénés identiques, attestés exclusivement à cette époque. Des signes d’évolution plus nette se manifestent dans l’horizon 10 avec l’apparition de grands vases à col lisse et panse ondulée, divisée en plusieurs registres ornés à la molette. Ces vases correspondent à une production attestée à Roanne même et rendent compte d’un retour au répertoire traditionnel agrémenté de quelques aménagements. Dans les horizons 11 et 12, ils composent l’essentiel des échantillons du groupe des vases ovoïdes en céramique grise fine.

Jattes

872Le répertoire des jattes est essentiellement composé d’un type à bord en gouttière dérivé d’une forme apparue dans la seconde moitié du ier s. av. J.‑C. Relativement abondant dans l’horizon 6, il disparaît peu à peu au cours du ier s. En effet, si elles représentent encore 8 % des vases gris dans l’horizon 8, les jattes ne figurent plus dans le mobilier des périodes suivantes.

Bols et coupes

873Les bols et coupes forment un échantillon disparate qui rassemble différentes formes ouvertes peu fréquentes et qui, de ce fait, ne présente pas un intérêt majeur sur le plan typo‑chronologique. On peut au moins signaler que la majeure partie des vases semble se rapporter à des formes créées au ier s. av. J.‑C. et reprises avec quelques changements en céramique grise : notons en particulier trois coupes à bord oblique de l’horizon 8 qui évoquent le type 5312 plus ancien. Contredisant ce schéma, un exemplaire isolé de l’horizon 9 reproduit le type Ritt. 12 fabriqué en terre sigillée par les ateliers sud‑gaulois, mais il s’agit là d’une exception. Le groupe des bols et coupes est ensuite faiblement représenté dans les horizons 10 à 12 par des formes isolées ne s’intégrant pas dans des types bien définis.

Écuelles

874Le groupe des écuelles comprend tout d’abord 2 exemplaires de l’horizon 6 qui offrent un intérêt spécifique dans la mesure où ils figurent deux variantes dérivées du type ancien des écuelles à bord rentrant, très abondant au ier s. av. J.‑C. Ces variantes traduisent un retour vers ces formes traditionnelles en partie écartées sous Auguste par les plats à bord oblique imitant la forme Lamboglia 5/7. Le mobilier de l’horizon 8 montre en effet, à côté d’écuelles à bord court de type ancien, l’éclosion d’un grand nombre de formes rarement semblables de l’une à l’autre mais dont les origines communes ne font aucun doute. On retrouve d’ailleurs la première variante fabriquée selon des techniques différentes (commune claire micacée, commune sombre rouge) dans le mobilier des horizons 9 à 12. Le groupe des écuelles constitue 14 % des vases gris de l’horizon 8, chiffre qui, comparé aux données quasiment nulles des horizons 6 et 7, entérine bel et bien ce retour au répertoire ancien. Dans l’horizon 9, il comprend 5 vases, dont 4 se rattachent à la même première variante, et n’est ensuite plus représenté dans l’horizon 11 qu’en un seul exemplaire. Il ne figure plus au répertoire de l’horizon 12.

Plats et assiettes

875Les plats et assiettes se répartissent entre 2 séries inégalement représentées, qui rassemblent d’une part les plats à bord oblique dérivés de la forme Lamboglia 5/7, d’autre part des formes isolées de création gallo‑romaine. Le mobilier de l’horizon 6 comporte 8 plats à bord oblique dont plusieurs variantes illustrent des phénomènes d’interaction entre les écuelles à bord rentrant et les imitations de Lamboglia 5/7 proprement dites. Tout se passe comme si cette évolution, qui est intervenue au cours du ier s. av. J.‑C. (Lavendhomme, Guichard 1997) et qui est logiquement achevée au début de notre ère, donnait de nouveau lieu à des formes intermédiaires. Il semble qu’on assiste, une fois de plus, au même retour à des formes anciennes. Cette série, coïncidant avec une des formes de « grises ardoisées » (Genin et al. 1992), correspond en effet à plus de 13 % des vases gris de l’horizon 6. De fait, on observe dans l’horizon 8 un foisonnement de variantes (18 % des vases gris) dont le point commun est ce type de bord oblique, plus ou moins court, plus ou moins épais, formant ou non une embouchure très évasée. À leurs côtés, des formes de création récente offrent divers profils plus banals, connus notamment à Lyon dans le répertoire de la céramique commune. On retiendra enfin quelques exemplaires isolés, reproduisant des bords clairement dérivés du service I de la terre sigillée et caractéristiques à Roanne d’une étape de l’évolution des céramiques grises au cours des deux dernières décennies du ier s. av. J.‑C. (Genin et al. 1992), à savoir la « grise ardoisée ». Des changements interviennent dans l’horizon 9, où les plats à bord oblique se réduisent désormais à 4 % de l’échantillon. Ils y sont remplacés par des plats à lèvre oblique ou à bord haut et arrondi ; ces derniers seront d’ailleurs fabriqués en céramique commune au iie s. Les plats disparaissent ensuite presque complètement du mobilier des horizons 11 et 12.

4.18.7 Autres productions particulières

Céramique à glaçure plombifère

876fig. 40

877Cette catégorie particulièrement peu abondante de manière générale, comme ici (66 vases sur l’ensemble), est, de surcroît, essentiellement concentrée dans les fosses de l’horizon 8. Elle y est représentée par des vases attribuables aux ateliers de Gaule du centre, ceux de Lezoux, Saint‑Rémy‑en‑Rollat, Toulon‑sur‑Allier et Vichy étant les mieux connus. Il faut enfin rappeler que les trois fosses du chantier de la rue Gilbertès (32, 33 et 38), qui se distinguent par une surabondance de terra nigra, ont livré 55 des 66 vases à glaçure plombifère, donnée qui semble arguer une nouvelle fois en faveur d’un décalage chronologique au sein de cet horizon.

Céramique à engobe rouge

878fig. 42

879Elle comprend seulement une vingtaine de vases, regroupés pour la plupart dans les trois mêmes fosses du chantier de la rue Gilbertès. L’essentiel semble correspondre à des productions du Centre.

Céramique à engobe blanc

880fig. 41

881Cette catégorie est présente dès l’horizon 6, mais elle montre un échantillon plus diversifié dans les horizons 8 et 9, qui ont livré 25 formes, essentiellement des cruches. Ces formes paraissent également issues des ateliers du Centre si l’on en juge par les comparaisons que l’on peut établir avec les productions de Vichy et les collections du musée de Lezoux. Il reste difficile d’affirmer les mêmes origines pour les types des horizons 10 à 12, pour lesquels on dispose de peu de séries de comparaison publiées.

Céramique et engobe interne rouge « pompéien »

882Les plats à engobe pompéien sont absents des horizons 6 et 7, rarissimes aux périodes suivantes. L’examen visuel des pâtes indique des origines différentes, mais impossibles à déterminer de façon précise ; on peut au moins noter que les éléments volcaniques considérés comme caractéristiques des productions italiques n’y apparaissent jamais. L’extrême rareté de cette catégorie à Roanne laisse penser que l’usage auquel ils étaient normalement destinés (cuisson à petit feu de longue durée) était assuré par des plats et assiettes à fond lustré, produits dans d’autres catégories, en céramique grise fine ou commune sombre.

Céramique et décor peint à l’éponge

883fig. 43

884Cette catégorie se rencontre exclusivement dans le mobilier des horizons 10 à 12. La seule forme représentée est un type de bol ou de grande coupe à bord en bandeau et à fond plat ou légèrement concave. Il s’agit de céramiques extrêmement peu fréquentes de manière générale, dont la production est attestée dans le Centre, à Toulon‑sur‑Allier, et rattachée par H. Vertet au premier tiers du iie s. Le mobilier de Roanne montre en fait que ce groupe original, qui figure en un seul exemplaire dans l’horizon 10 et qui s’avère relativement plus fréquent dans les horizons 11 et 12, a continué d’être produit et diffusé à la fin du iie s. ap. J.‑C. et au début du iiie s.

Lampes

885L’étude des lampes s’est heurtée à des problèmes d’identification liés à leur fragmentation : seulement 21 des 70 lampes dénombrées sont typologiquement identifiables. Il va de soi qu’on ne peut, sur la base d’un échantillon aussi maigre, proposer une image fiable et précise de leur évolution. Les lampes mises au jour sur la nécropole de Roanne, en nombre beaucoup plus conséquent, devraient permettre de combler le vide laissé par les contextes d’habitat (Guichard, Vaginay à paraître).

4.18.8 Céramique commune

886fig. 53 à 56

887La céramique commune a fait l’objet d’une analyse détaillée dont nous ne rappellerons ici que les principaux résultats.

Évolution quantitative globale

888fig. 53 et 55

889Tous horizons confondus, la céramique commune représente 47 % des vases dénombrés dans toutes les catégories. Que l’on prenne ou non en compte pour les horizons 6 à 8 les effectifs résiduels de vases modelés, on observe qu’elle ne cesse d’augmenter de l’horizon 6 à l’horizon 12. Elle se maintient en moyenne à 30 % dans les horizons 6 et 7 puis à 43 % dans l’horizon 9 et représente enfin plus de la moitié des vases des horizons 10 à 12 (57 %, 64,5 %, 58 %).

Évolution quantitative comparée des céramiques communes

890Relativement peu abondante dans les horizons 6 à 9 (entre 11 % et 14 % des vases), la céramique commune claire augmente jusqu’à 30 % et 26 % dans les horizons 10 et 11 pour n’atteindre enfin que 17,5 % des vases dans l’horizon 12. La juxtaposition de ces données avec celles fournies par la céramique commune sombre montre que pratiquement à toutes les époques les vases culinaires l’emportent très nettement sur ceux davantage destinés au service de la table (fig. 53 et 55). De l’horizon 8 à l’horizon 10, cette catégorie rassemble 25 à 30 % des vases contre 16 et 14 % dans les horizons 6 et 7 ; cette tendance à la hausse s’accentue brutalement dans les horizons 11 et 12 dont 40 % des vases se rattachent à cette catégorie (fig. 53).

Répartition morphologique des vases

891fig. 54 et 56

892Parmi les différents groupes de vases réalisés en céramique commune claire, le groupe 1 (cruches) domine de façon évidente à toutes les époques, remarque à nuancer pour l’horizon 8 où le groupe 2 (pots ovoïdes) arrive légèrement en tête. En tout état de cause, ces deux groupes restent majoritaires de l’horizon 6 à l’horizon 12 (fig. 54). En céramique commune sombre, les pots ovoïdes (groupe 2) sont les formes les plus nombreuses à toutes les époques (fig. 56). Les cruches (groupe 1) apparaissent seulement dans l’horizon 10 et restent par la suite en proportions toujours modestes (5 % puis 2 % dans les horizons 11 et 12). Les plats et assiettes (groupe 5), absents des horizons 6 à 8 se comptent en quelques exemplaires seulement dans les horizons 9 et 10 et ne connaissent une hausse sensible que dans les horizons 11 et 12 avec plus de 9 % des vases dans les deux cas. Les marmites et écuelles (groupes 3 et 4), ainsi que les couvercles (groupe 6) sont, quant à eux attestés tout au long de la période gallo‑romaine.

Céramique commune claire

Horizons 6 et 7

893Dans les échantillons numériquement faibles des horizons 6 et 7, les cruches prédominent très nettement, sans présenter toutefois une image typologique stable ou homogène. Des types répertoriés à Haltern et très fréquents au début du ier s. (cruches à lèvre striée ou cruches à col large et lèvre en bourrelet) y sont attestés en quelques exemplaires. On retiendra également que la céramique à couverte micacée est représentée dès l’horizon 6 et ce, parmi le répertoire des pots ovoïdes et des coupes. Les mortiers se ramènent à quelques exemplaires à lèvre en bandeau de type Haltern 59, déjà présent à Roanne depuis l’horizon 5.

Horizon 8

894Le rapport numérique entre les cruches et les vases ovoïdes tend à s’inverser dans l’horizon 8. Les cruches à lèvre striée et à lèvre moulurée constituent à elles seules 59 % de leur groupe. Les vases ovoïdes comprennent une part importante d’individus à enduit micacé. On remarque dans la première des pots à lèvre en bourrelet, col caréné et mouluré, certainement produits à Roanne.

895On retient aussi l’apparition des mortiers à lèvre pendante qui l’emportent désormais sur les mortiers augustéens de type Haltern 59.

Horizon 9

896La céramique commune claire de l’horizon 9, relativement peu abondante, révèle néanmoins l’apparition d’un nouveau type de cruches à lèvre en bourrelet et col bombé qui connaîtra une faveur croissante au iie s. L’autre élément à souligner est la disparition des mortiers Haltern 59, définitivement supplantés par les mortiers à lèvre pendante.

Horizon 10

897Le mobilier de l’horizon 10 se compose toujours pour l’essentiel de cruches et de pots ovoïdes.

898Dans le groupe des cruches, celles à col bombé apparues au cours de l’horizon 9 connaissent une nette faveur, au détriment des anciens types à lèvre striée ou moulurée, qui accusent une baisse importante. 7 cruches méritent un intérêt particulier dans la mesure où elles présentent différents profils (bords en bandeau lisse ou rentrant, bords moulurés) annonçant quelques formes caractéristiques de l’horizon 11, également produites en céramique commune sombre rouge au iie s.

899La moitié des vases ovoïdes possèdent un enduit de mica sur le col. Ils offrent des particularités dénotant une évolution très sensible, avec l’apparition de séries encore peu abondantes mais possédant une homogénéité typologique et une qualité d’exécution que l’on retrouvera sur des lots beaucoup plus conséquents de l’horizon 11.

900On note, parmi les bols et coupes, l’apparition d’un nouveau type de céramique micacée représenté par 4 coupes à marli pour lesquelles on peut établir des comparaisons avec les coupes à bandeau et décor peint du iie s. et plus simplement encore avec des formes semblables connues à Lyon en céramique micacée ou dans l’ouest de la Gaule en céramique commune sombre.

901Il convient enfin de souligner l’apparition des plats et assiettes avec deux types, l’un apode, l’autre tripode.

Horizon 11

902La céramique commune claire de l’horizon 11 constitue un ensemble particulièrement riche et homogène sur le plan typologique.

903Le répertoire des cruches est modifié par l’apparition d’exemplaires micacés, le plus souvent à bec tréflé. On relève la présence d’une anse à charnière destinée à actionner un petit couvercle, à l’image des anses à poucier des œnochoés et pichets métalliques. Ces imitations sont attestées à Lyon dans des contextes du milieu et de la fin du iie s. Parmi les cruches non micacées, prédomine un groupe qui se caractérise globalement par un bord haut, évasé et mouluré et des anses courtes rubanées. On retiendra enfin une série de cruches de grande taille à bord en bandeau droit ou incurvé et légèrement rentrant, annoncée par quelques exemplaires de l’horizon 10.

904L’évolution du groupe des vases ovoïdes, préfigurée par les vases micacés de l’horizon 10, est ici confirmée par un lot de vases se rapportant à des types homogènes et constituant 96 % du groupe. Signalons en dernier lieu quelques fragments micacés à décor estampé ou guilloché, représentant des vases fins de forme indéterminée.

Horizon 12

905Le mobilier de l’horizon 12, moins homogène, est par conséquent moins facile à caractériser. Il fournit néanmoins quelques indices d’évolution : plus forte fréquence des cruches micacées imitant, pour quelques unes, des modèles métalliques, apparition de coupes micacées à marli et d’assiettes, également micacées, à bord arrondi.

Céramique commune sombre

906Les vases de type Besançon sont encore présents durant l’horizon 6, pour disparaître durant l’horizon 7 (1 seul ex.). Durant la période laténienne (depuis le iie s. av.J.-C.) ils étaient relativement fréquents sur le site de Roanne (Lavendhomme, Guichard 1997). Le courant commercial semble donc se tarir au début du ier s. ap. J.‑C.

907La céramique modelée de tradition indigène est encore relativement bien représentée dans les horizons 6 et 7, où elle constitue respectivement 31 % et 27 % des vases dénombrés en céramique commune sombre. Ces chiffres apparemment élevés sont cependant dus pour une bonne part à une forte proportion de mobilier résiduel. Les décomptes effectués sur les nombres de tessons corrigent en effet largement ces statistiques à la baisse et confirment la désaffection pour cette catégorie, déjà presque totale dans les dernières décennies du ier s. av. J.‑C. (environ 10 % du nombre total de fragments). La chute de leur fréquence dans l’horizon 8 (7 % des vases en céramique commune sombre) marque un point d’arrêt correspondant à une désaffection quasi totale.

908La céramique tournée détermine 6 groupes morphologiques qui se subdivisent eux‑mêmes en types dont on peut suivre l’évolution à l’époque gallo‑romaine.

Cruches

909Ce groupe ne figure pas dans le mobilier des horizons 6 à 9, si l’on excepte une cruche à col large et parois minces, isolée dans l’échantillon de l’horizon 7.

910Les deux cruches attestées dans l’horizon 10, bien que dissemblables, possèdent des points communs intéressants à plusieurs égards : il s’agit de vases de grand module à col large et parois épaisses qui s’apparentent plutôt à des amphorettes et dont la pâte ocre grossière, évoque celle des marmites, vases de stockage et amphores produits à Roanne. L’une de ces cruches rappelle d’ailleurs quelques rebords mis au jour dans le four no 2 de la place de‑Lattre‑de‑Tassigny (Poncet 1967 : pl. 5/a).

911Ce groupe connaît ensuite une progression notable dans l’horizon 11, avec 18 exemplaires déterminant cinq types de bords différents mais qui offrent tous les mêmes caractéristiques visuelles de pâte. Leur progression s’arrête dans l’horizon 12, où apparaissent néanmoins quelques individus à bec tréflé et surfaces micacées dont l’origine roannaise ne peut être certifiée.

Vases ovoïdes

912Dès l’horizon 6, prédominent dans ce groupe les vases à lèvre moulurée, qui correspondent au type le plus fréquent à Roanne pendant toute la période gallo‑romaine. On doit du moins signaler un léger fléchissement de leur effectif dans l’horizon 12 au profit d’autres types, et en particulier des pots à lèvre en bourrelet et col lisse.

913On retient également la présence dans ce groupe, dès l’horizon 7, d’un type de pots globulaires à parois minces et embouchure resserrée dont la production est attestée à Roanne. Ils forment plus de 8 % du groupe dans l’horizon 8, pour disparaître ensuite totalement.

Marmites

914Les deux types de marmites les plus couramment utilisées tout au long du Ier s. et pendant une grande partie du iie s. ap. J.‑C., l’un (type 1) à lèvre en poulie, l’autre (type 2) à lèvre éversée à méplat, sont majoritaires dès l’horizon 6.

915Si l’on excepte le mobilier particulièrement pauvre de l’horizon 7 où elles ne figurent pas, on peut suivre la progression constante de leur fréquence au cours des horizons 8 à 10. Quelques changements interviennent dans l’horizon 11 où le premier type prend le pas sur le deuxième et où apparaît une nouvelle forme de marmite (type 3), totalement absente des horizons précédents. Il s’agit de petites marmites tripodes à lèvre oblique, légèrement pendante, dont les surfaces, brunes à noires, sont toujours soigneusement lissées et finement micacées ; elles représentent près de 10 % des marmites de l’horizon 11. Ce type est attesté à Roanne dans les fours de la place de‑Lattre‑de‑Tassigny et sa présence, ici, permet d’assurer que cet atelier fonctionnait encore dans la seconde moitié du iie s. Elles continuent de progresser au cours de l’horizon 12, jusqu’à rassembler 36 % des vases du groupe. Parallèlement, le profil des types 1 et 2 subit des modifications, donnant lieu à de nouvelles variantes. Ces modifications, qui n’interviennent qu’après deux siècles d’usage, témoignent d’une stabilité remarquable.

Écuelles

916Le groupe des écuelles commence, dès les horizons 6 et 7, à se singulariser par sa rareté : 1 vase sur 43 dans l’horizon 6, 1 vase sur 17 dans l’horizon 7. Il s’agit dans l’un et l’autre cas d’écuelles à bord rentrant.

917Beaucoup mieux représenté dans l’horizon 8, ce groupe cependant peu facile à cerner sur le plan typologique. Toutes les écuelles possèdent un bord arrondi plus ou moins rentrant mais aucune série vraiment cohérente ou type homogène ne s’en dégage de façon très nette. On peut faire les mêmes remarques pour les échantillons des horizons 9 et 10.

918Le répertoire de l’horizon 11 comprend en revanche plusieurs exemplaires d’un type attesté parmi les productions roannaises et caractérisé par un bord épais, de section arrondie, rainuré ou non à son sommet. Ce type connaît une forte progression dans l’horizon 12 où il rassemble 40 des 61 vases du groupe 4.

Assiettes

919Les assiettes n’apparaissent qu’à partir de l’horizon 9, en deux exemplaires seulement au sein d’un ensemble de 164 vases. Ces deux exemplaires déterminent deux types complètement différents et de plus isolés, si l’on en juge par leur absence dans le mobilier des périodes suivantes.

920Dans l’horizon 10, ce groupe, en dépit de sa faiblesse numérique (3 vases sur 124), montre l’émergence d’un nouveau type à bord arrondi dont le succès ira croissant au iie s., comme le prouve l’échantillon de l’horizon 11 qui comprend 34 assiettes, toutes de profil semblable. Attestées comme les marmites du type 3 parmi les productions roannaises, elles présentent, elles aussi, des surfaces lissées et finement micacées. Quelques exemplaires composent une variante tripode. La progression numérique du groupe se confirme dans l’horizon 12, où il constitue comme précédemment entre 9 et 10 % des vases : les 36 exemplaires identifiés se rattachent tous au même type, dans les versions apode et tripode.

Couvercles

921L’étude des couvercles se limite à un constat de présence, puisque ce groupe ne connaît pas de signes d’évolution très nets en termes typologiques et en termes numériques. La fonction de ces objets explique d’ailleurs sans doute le caractère uniforme du répertoire.

4.18.9 Amphores

Le vin

922L’image des importations de vin est systématiquement faussée par des pourcentages aberrants d’amphores Dressel 1 italiques. Si l’on écarte ce matériel résiduel des comptages, on s’aperçoit que les amphores vinaires sont particulièrement peu abondantes à toutes les époques : quelques importations hispaniques dans les horizons 6 et 7 (Pascual 1 de Tarraconaise, Haltern 70 de Bétique), ou orientales dans les horizons 8 à 12 (Dressel 2/4). Il est difficile d’en conclure que les habitants de Roanne ne buvaient pas de vin et il faut sans doute supposer l’utilisation d’un autre mode de stockage.

L’huile

923Les importations d’huile de Bétique sont représentées sur toute la durée de la période gallo‑romaine par des amphores de type Dressel 20, dont l’évolution morphologique est marquée par plusieurs grandes étapes.

924On note enfin qu’une amphore africaine proche du type Keay 5 peut également avoir servi au transport d’huile d’olive ; il s’agit d’un exemplaire unique attesté dans l’horizon 12.

Les saumures ou conserves de poisson

925Les amphores à saumures ou conserves de poisson sont tout d’abord figurées dans les horizons 6 à 9 par des exemplaires de type Dressel 7/11 originaires de Bétique, auxquels s’ajoutent, dès l’horizon 10, des amphores Beltran‑Lloris IIa de même origine. C’est également dans les horizons 10 et 11 qu’apparaissent quelques amphores Dressel 9 similis de production lyonnaise ou rhodanienne.

926La fréquence des amphores à saumures est à la fois conséquente et régulière du début du ier s. ap. J.‑C. jusqu’à la fin du iie s. ; elle se réduit en revanche à néant au iiie s., élément peut‑être imputable au faible effectif du matériel de l’horizon 12.

Contenus indéterminés

927L’étude détaillée des amphores a fait ressortir, pour chaque horizon, la présence d’exemplaires dont le contenu ou le type n’ont pu être déterminés. Parmi ces amphores figurent deux groupes présentant un intérêt particulier.

928Au premier groupe se rapportent des exemplaires de type Richborough 527, au contenu indéterminé, mais pour lesquels on propose une origine italique. Ces amphores apparaissent à Roanne dans l’horizon 9 et sont par la suite attestées jusqu’à l’horizon 12. Leur présence à Roanne dans des contextes datés permet à la fois d’ajouter un nouveau point de découverte sur la carte de répartition et de poser quelques jalons chronologiques précis pour ce type encore peu connu.

929Le second groupe comprend des récipients à deux anses dont les profils, les dimensions et l’épaisseur des parois suggèrent des vases assimilables aux amphores proprement dites. Ils se caractérisent également par une pâte extrêmement proche de celle des vases de stockage roannais et semblent de ce fait représenter une production locale. Les premiers témoins apparaissent dans l’horizon 8 ; on en rencontre d’autres exemplaires dans les horizons suivants, mais toujours en proportion restreinte.

Pl. 12 – Fosse 27 (horizon 6, -10/+15). Sigillée type italique :
1 assiette du service IC, 2, 3 assiettes du service II, 4 bol du service II ; céramique à parois fines : 5 fragment à décor incisé, pâte siliceuse, 6 fragment à décor cordé, 7 gobelet d’Aco, 8 vase de type Beuvray, 9 gobelet tronconique à anse type Muette ; céramique peinte : 10-13 bols ; terra nigra : 14 type 1,15 type II ; céramique grise fine : 16 bol caréné à lèvre éversée, 17, 19 pichets tronconlques, 20-22 vases ovoïdes, 23-25 jattes à lèvre convexe, 26 « vase bobine » ; (éch. 1/3).

Pl. 13 – Fosse 27 (horizon 6, -10/+15). Céramique grise fine :
1 plat à lèvre oblique, 2, 3 plats à bord oblique, 4 assiette à lèvre en amande, 5, 6 Lamboglia 5/7, 7 plat dérivé du service I ; céramique commune claire : 8 cruche à col large et lèvre cannelée, 9 cruche NI à col étroit, 10 vase ovoïde, 11, 12 faisselles ; (éch. 1/3).

Pl. 14 – Fosse 27 (horizon 6, -10/+15). Céramique commune sombre :
1-6 vases de type Besançon, 7-10 vases ovoïdes, 11, 12 marmites à bord éversé type II, 13, 14 marmites à bord en poulie type I ; 15 lampe médaillon à décor de rosaces ; (éch. 1/3).

Pl. 15 – Fosse 28 (horizon 6, -10/+15). Sigillée type italique :
1 plat, 2 assiette du service II ; céramique à parois fines : 3 coupe carénée à lèvre éversée ; céramique peinte : 4 bol ; céramique grise fine : 5 pichet ou vase ovoïde, 6 vase ovoïde à décor ondé, 7 bol à lèvre éversée décor à la molette, 8 grande coupe à lèvre débordante ; céramique commune claire : 9, 10 fonds de vases ovoïdes, 11 mortier Ha. 59 ; céramique commune sombre modelée : 12 vase ovoïde, 13, 14 jattes à décor incisé, 15, 16 écuelles ; céramique commune sombre tournée : 17-19 vases ovoïdes, 20 marmite tripode à bord en poulie ; (éch. 1/3).

Pl. 16 – Fosse 28 (horizon 6, -10/+15). Amphores :
1-3 Dressel 1 italiques, 4 (origine indéterminée) Dressel 2/4, 5 (Italie) Lamboglia 2, 6 (Tarraconaise) Pascual 1, 7 Dressel 20, 8-10 Dressel 7/11, 11 opercule ; (éch. 1/3)

Pl. 17  Fosse 28 (horizon 6, -10/+15). Amphore : Haltern 70 ; (éch. 1/3)

Pl. 18 – Fosse 29 (horizon 6, -10/15). Sigillée type italique :
1 bol du service IB, 2 assiette du service II ; céramique à parois fines : 3 gobelet à pâte siliceuse type Muette, 4 fond concave à pâte calcaire type NI, 5-7 vases de type Beuvray, 8 FNI décorée pâte siliceuse ; céramique peinte : 9 bol ; céramique grise fine : 10 assiette dérivée du service I, 11 jatte à lèvre convexe, 12 ovoïde ou jatte à lèvre convexe, 13, 14 Lamboglia 5/7, 15 couvercle, 16 fond d’écuelle, 17 fond de coupe ; céramique commune claire : 18 vase ovoïde à lèvre en bourrelet et à deux anses ; céramique commune sombre modelée : 19, 20 marmites à lèvre éversée ; céramique commune sombre tournée : 21, 23, 24 vases ovoïdes, 22 vase de type Besançon ; (éch. 1/3).

Pl. 19  – Fosse 29 (horizon 6, -10/+15).
1-3 vases de stockage ; (éch. 1/6).

Pl. 20 – Fosse 29 (horizon 6, -10/+15). Amphores :
1-3 Dressel 2/4 italiques, 4 (Tarraconaise), 5, 6 (origine indéterminée) Pascual 1 ; (éch. 1/3).

Pl. 21 – Fosse 30 (horizon 6, -10/+15). Sigillée type italique :
1 assiette du service IB. 2, 3 assiettes du service IC, 4 bol du service II ; céramique à parois fines : 5 vase de type Beuvray, 6 gobelet à pâte siliceuse décor de semis d’épines, 7 fragment à pâte siliceuse décor incisé ; céramique peinte : 8 bol ; céramique à engobe rouge : 9 petite coupe à lèvre convexe et fond concave ; céramique grise fine : 10 plat dérivé du service 1, 11 vase ovoïde, 12 assiette à bord oblique, 13 jatte à lèvre convexe, 14 fragment à décor ondé, 15 couvercle ; céramique commune claire : 16 vase ovoïde ; céramique commune sombre tournée : 17 vase de type Besançon, 18, 19 vases ovoïdes, 20 couvercle ; 21 vase de stockage ; (éch. 1/3).

Pl. 22 – Fosse 31 (horizon 7, 15-30). Sigillée type italique :
1-5 plats, 6-9 bols du service II, 10 assiette signée ; sigillée non grésée du Centre : 12 bol signé ; sigillée sud-gauloise : 11 Drag. 11 ; (éch. 1/3).

Pl. 23 – Fosse 31 (horizon 7, 15-30). Sigillée non grésée du Centre :
1, 2 Drag. 29 ; céramique à parois fines : 3, 5 vases de type Beuvray, 4 cruche engobée de type rare ; céramique à glaçure plombifère : 6 fragment à décor végétal ; céramique peinte : 7‑10 bols ; (éch. 1/3).

Pl. 24 – Fosse 31 (horizon 7,15-30). Terra nigra :
1-4 type I, 5, 6 type II, 7 type III, 8 type IV ; (éch. 1/3).

Pl. 25 – Fosse 31 (horizon 7, 15-30). Céramique grise fine :
1 cruche à bec tréflé, 2‑4 pichets, 5 jatte carénée. 6 jatte à lèvre convexe, 7 jatte à bord en bandeau, 8, 9 écuelles, 10 Lamboglia 5/7, 11-13 assiettes à bord en amande ; (éch. 1/3)

Pl. 26 – Fosse 31 (horizon 7,15-30). Céramique commune claire :
1, 2 cruches à col étroit et lèvre striée, 3 cruche à col large et lèvre en bourrelet, 4 cruche à bec tréflé, cruche à lèvre évasée en bandeau, 6, 7 fonds de cruches, vases ovoïdes : 8 lèvre en bourrelet et deux anses type Ha. 62, 9 lèvre éversée sans col, 10-12 col et panse striés, 13 jatte à lèvre éversée, 14, 15 mortiers Haltern 59 ; (éch. 1/3).

Pl. 27 – Fosse 31 (horizon 7,15-30). Céramique commune sombre tournée :
1-8 vases ovoïdes, 9 cruche à col large de type indéterminé ; (éch. 1/3).

Pl. 28 – Fosse 31 (horizon 7, 15-30). Céramique commune sombre modelée :
3 vase de type Besançon, 4-6 écuelles : commune sombre tournée : 1, 2 vases à embouchure resserrée ; 7 vase de stockage ; amphores : 8 (gauloise), 9 (italique) Dressel 2/4, 10 (Tarraconaise) Pascual 1, 11 Haltern 70, 12 Dressel 20, 13 Dressel 7/11, 14 opercule ; (éch. 1/3).

Pl. 29 – Fosse 32 (horizon 8, 30-70). Sigillée type italique :
1 assiette Ha. 2  sigillée sud-gauloise : 2 Drag. 15/17, 3 Drag. 27, 4 Drag. 24/25, 5 Ritt. 8, 6 Ritt. 1, 7-9 Drag. 18, 10 Ritt. 12, 11, 12 bols signés, 13 Drag. 29 ; sigillée non grésée du Centre : 14 Drag. 15/17, 15 Ritt. 5 ? ; céramique à parois fines : 16, 17 vases de type Beuvray ; céramique à glaçure plombifère : 18, 19, 24 fragments décorés, 20-23 tasses ; céramique peinte : 25 bol ; céramique à engobe rouge : 26, 27 cruches ; terra nigra : 28-31 type II ; (éch. 1/3).

Pl. 30 – Fosse 32 (horizon 8. 30-70). Terra nigra :
1-4 type II, 5 type III, 6-8, 10 type I, 9 type IV ; céramique grise fine : 11 vase ovoïde à décor à la molette, 12, 13 plats dérivés du service I, 14 écuelle, 15, 16 jattes ; céramique commune claire : 17 cruche à col étroit et lèvre striée, 18 lèvre moulurée, 19 lèvre oblique, 20 cruches à col large et lèvre en bourrelet, 21 lèvre oblique ; (éch. 1/3).

Pl. 31 – Fosse 32 (horizon 8, 30-70). Céramique commune sombre tournée :
1 vase ovoïde à embouchure resserrée, 2-4 vases ovoïdes à bord mouluré, 5-8 marmites à lèvre éversée type II. 9 écuelle à bord strié, 10-12 couvercles ; (éch. 1/3).

Pl. 32 – Fosse 33 (horizon 8, 30-70). Sigillée type italique :
1 assiette IB, 2 assiette IC, 3 bol IC, 4, 5 bols Haltern 8 ; sigillée sud-gauloise : 6-12 Drag. 24/25,13-15 Drag. 27, 16 Drag. 17. 17, 18 Drag. 15/17, 19 tasse Haltern 14, 20 Ritt. 8, 21 Ritt. 9, 22 Drag. 18, 23 Drag. 42, 24 Drag. 11, 25 graffiti sur fond d’assiette, 26, 27 Drag. 29 ; sigillée non grésée du Centre : 28 service I, 29-31 FNI, 32 bol hémisphérique ; céramique à vernis argileux non grésé : 33, 34 couvercles ; (éch. 1/3).

Pl. 33 – Fosse 33 (horizon 8, 30-70). Céramique à parois fines :
1-4 formes rares, 5‑14 imitations de gobelets d’Aco, 15-22 vases de type Beuvray, 23, 25 vases décorés de type lyonnais, 24 bol gris, 26-28 types indéterminés, 29 couvercle ; (éch. 1/3)

Pl. 34 – Fosse 33 (horizon 8, 30-70). Céramique à glaçure plombifère :
1-6 cruches, 7‑10 gobelets, 11-15 coupes, 16-24 fragments décorés ; (éch. 1/3).

Pl. 35 – Fosse 33 (horizon 8, 30-70). Céramique peinte :
1-4 bols ; terra nigra : 5-9 type II, 10-13 type III, 14-15 type I ; (éch. 1/3).

Pl. 36  Fosse 33 (horizon 8, 30-70). Terra nigra :
1-5 type I, 6, 7 type IV, 8 type II, 9‑11 type III. 12-21 type I ; (éch. 1/3).

Pl. 37 – Fosse 33 (horizon 8, 30-70). Céramique grise fine :
1 cruche à bec tréflé, 2‑6 pichets, vases ovoïdes : 7 décor à la molette ; 8, 9 divers, 10‑12 jattes à lèvre convexe, 13‑15 écuelles ; (éch. 1/3).

Pl. 38 – Fosse 33 (horizon 8, 30-70). Céramique grise fine :
1, 2 bols, 3, 4 plats Lamb. 5/7, 56 plats dérivés du service I, 7 couvercle, 8 fond estampé ; céramique commune claire : cruches à col étroit 9-13 ou à col large 14-22, 23-27 vases ovoïdes ; (éch. 1/3).

Pl. 39 – Fosse 33 (horizon 8, 30-70). Céramique commune claire :
1 FNI panse striée, 2 anse à poucier, 3 graffiti incisé sur fragment isolé, 4 FNI anse en boucle, 5 ovoïde à deux anses ; commune claire micacée : 6-13 vases ovoïdes ; divers : 14-16 écuelles, 17 couvercle, 18-19 entonnoirs ; (éch. 1/3).

Pl. 40 – Fosse 33 (horizon 8, 30-70). Céramique commune sombre :
1-21 vases ovoïdes, 22, 23 marmites à lèvre éversée type II ; (éch. 1/3).

Pl. 41 – Fosse 33 (horizon 8, 30-70). Céramique commune sombre : marmites à lèvre éversée type II :
1-5, à lèvre en bourrelet 6, 7, 11, à lèvre en poulie type I 8-10, 12, 13 ; 14-16 écuelles à bord rainuré ; (éch. 1/3)

Pl. 42 – Fosse 33 (horizon 8, 30-70). Céramique commune sombre : écuelles à bord rainuré :
1-8, à bord arrondi 9-13, à bord rentrant 14-17 ; 18-20 couvercles ; (éch. 1/3).

Pl. 43  – Fosse 33 (horizon 8, 30-70) :
1-3 vases de stockage ; amphores : 4, 5 types indéterminés ; (éch. 1/3)

Pl. 44 – Fosse 34 (horizon 8, 30-70). Sigillée sud-gauloise :
1 Drag. 24/25, 2 Drag. 15/17, 3 Ritt. 8, 4 Drag. 16, 5 Drag. 18, 6 Ritt. 12 ; céramique à parois fines : 7 vases de type Beuvray, 8, 9 vases de type lyonnais, 10 vase lisse ; céramique peinte : 11 bol, 12 vase à lèvre concave ; céramique à engobe blanc : 13 anse ; terra nigra : 14 type I ; céramique grise fine : 15 cruche, 16, 17 plats à lèvre éversée, 18 dérivé Lamboglia 5/7,19 à bord simple ; céramique commune claire : 20 cruches à col étroit et lèvre striée, 21 à col large et bord haut cannelé, 22, 23 vases ovoïdes, 24 mortier à lèvre pendante ; (éch. 1/3).

Pl. 45 – Fosse 34 (horizon 8, 30-70). Céramique commune claire :
1 cruche à lèvre moulurée ; céramique commune sombre : 2-4 vases ovoïdes, 5 couvercle ; 6, 7 vases de stockage ; amphore : 8 Dressel ; (éch. 1/3).

Pl. 46 – Fosse 35 (horizon 8, 30-70).Sigillée de type italique :
1 bol Ha. 8 ; sigillée sud-gauloise : 2 Drag. 15/17 ; céramique à parois fines : 3 vase ovoïde de type lyonnais, 4, 6, 7 vases de type Beuvray ; céramique à engobe blanc : 5 fond de cruche ; céramique peinte : 8 bol ; terra nigra : 9 type II, 10 type I ; céramique grise fine : 11 Lamb. 5/7,12 plat dérivé du service I ; céramique commune claire : 13 pichet, 14-15 vases ovoïdes ; céramique commune sombre, 16 vase à embouchure resserrée, 17, 18, 20, 21 vases ovoïdes, 19 écuelle à lèvre oblique, 22 marmite à lèvre éversée type II ; (éch. 1/3).

Pl. 47 – Fosse 35 (horizon 8, 30-70). Céramique commune sombre :
1 écuelle à bord en bourrelet rentrant, 2 vase de stockage ; amphore, 3 Dressel 20 ; (éch. 1/3).

Pl. 48 – Fosse 36 (horizon 8, 30-70). Sigillée de type italique :
1 bol du service IB, 2 plat du service IC, 3 bol signé ; sigillée sud-gauloise, 4 Drag. 27, 5, 7 Drag. 15/17, 6 Drag. 16, 8, 9 Drag. 18,10 Ritt. 12, 11 Drag. 29, 12 fond signé, 13 Ha. 14 céramique à parois fines, 14-16 vases de type Beuvray, 17-19 vases de type lyonnais, 20, 21 céramique à glaçure plombifère ; céramique peinte, 22-25 bols ; terra nigra : 26, 27 type I ; (éch. 1/3).

Pl. 49 – Fosse 36 (horizon 8, 30-70). Céramique à engobe blanc :
1 cruche ; céramique grise fine : 2-6 gobelets et vases ovoïdes, 7 pichet, 8, 9 écuelles ; céramique commune claire : 10, 11 cruches à col étroit et lèvre moulurée, 12 lèvre striée, 13 à col large et lèvre en bourrelet ; (éch. 1/3).

Pl. 50 – Fosse 36 (horizon 8, 30-70). Céramique commune claire :
1-7 vases ovoïdes, 8 mortier à lèvre pendante ; céramique commune sombre : 9 14 vases ovoïdes, marmites à bord en bourrelet éversé 15, à lèvre en poulie type I 16, à lèvre éversée type II 17‑ 19 écuelle ; (éch. 1/3).

Pl. 51 – Fosse 36 (horizon 8, 30-70). Céramique commune sombre :
1-4 écuelles, 5‑7 couvercles ; 8-10 vases de stockage ; amphores : 11 type indéterminé, 12 Dressel 7/11 ; (éch. 1/3).

Pl. 52 – Fosse 37 (horizon 8, 30-70). Sigillée de type italique :
1 bol Ha. 8 ; sigillée sud-gauloise : 2 Drag. 24/25, 3 Ritt. 8, 4 Drag. 27, 5 Ritt. 9, 6, 7 Drag. 15/17, 8 Drag. 16, 9 Ritt. 1,10, 11 Drag. 18,12 forme rare, 13 Ritt. 14, 14 Ritt. 12, 15 timbre et graffiti sur fond NI, 16, 17 Drag. 29 ; sigillée non grésée du Centre : 18 assiette service II, 19 Drag. 24/25, 20 Drag. 33 ? ; céramique à parois fines : 21 imitation de gobelets d’Aco, 22, 23 vases de type Beuvray, 24-27 vases de type lyonnais ; céramique à glaçure plomblfère : 28, 29 cruches ; (éch. 1/3).

Pl. 53 – Fosse 37 (horizon 8, 30-70). Céramique peinte :
1, 2 formes hautes, 3-8 bols ; (éch. 1/3).

Pl. 54 – Fosse 37 (horizon 8, 30-70). Terra nigra :
1 type II (no 1), 2-5 type I ; céramique grise fine : 6 gobelet, 7, 8 pichets, 9, 10 vases ovoïdes, 11 fragment décoré, 12, 13 jattes, 14 bol, 15-18 écuelles, 19 coupe, 20 assiette, 21 couvercle ; (éch. 1/3)

Pl. 55  – Fosse 37 (horizon 8, 30-70). Céramique commune claire : cruches à col étroit et lèvre moulurée :
1-8 lèvre droite à face interne concave, 9 lèvre éversée en pointe, 10 col large et lèvre en bourrelet éversé, 11-15 ou lèvre épaisse légèrement incurvée, 16, 17, 18 vases ovoïdes ; (éch. 1/3).

Pl. 56  – Fosse 37 (horizon 8, 30-70). Céramique commune claire : 1-4 vases ovoïdes, 5 mortier à lèvre pendante ; céramique commune sombre : 6‑15 vases ovoïdes ; (éch. 1/3).

Pl. 57 – Fosse 37 (horizon 8, 30-70). Céramique commune sombre :
1, 2 vases à embouchure resserrée, 3-9 vases ovoïdes ; (éch. 1/3).

Pl. 58 – Fosse 37 (horizon 8, 30-70). Céramique commune sombre : marmites à lèvre en poulie type I 2-13, à lèvre éversée type II, 1, 15, à lèvre en bourrelet 14 ; (éch. 1/3).

Pl. 59  – Fosse 37 (horizon 8, 30-70). Céramique commune sombre : marmites à lèvre en poulie type I : 2-3 à lèvre éversée type II, 1, 4-7 ; (éch. 1/3).

Pl. 60 – Fosse 37 (horizon 8, 30-70). Céramique commune sombre :
1-4 écuelles, 5‑12 couvercles ; (éch. 1/3).

Pl. 61 – Fosse 37 (horizon 8, 30-70). Céramique commune sombre :
1 couvercle ; 2, 3 vases de stockage ; amphores : 4 Gauloise 3, 5-7 Dressel 7/11, 8-10 Dressel 20 ; (éch. 1/3)

Pl. 62 – Fosse 38 (horizon 8, 30-70). Sigillée de type italique :
1 bol à bord oblique, 2 plat IA, 3 plat IB, 4 bol IC ; sigillée sud-gauloise : 5-7 Drag. 24/25, 8-11 Drag. 27, 12 Drag. 15/17, 13 Drag. 18, 14 Ritt. 8, 15 Ritt. 9, 16, 17 Ritt. 12, 18 Drag. 4/22, 19, 20 Déch. 67, 21 anse Isolée ; sigillée non grésée du Centre : 22 assiette, 23 Drag. 27, 24 Drag. 24/25, 25 Ritt. 12. 26, 27 Drag. 27 signés, 28-30 fonds signés, 31, 32 Drag. 29 ; (éch. 1/3).

Pl. 63  Fosse 38 (horizon 8, 30-70). Céramique à parois fines :
1-6 vases de type Beuvray, 7 imitation de gobelets d’Aco, 8, 9 fragments décorés, 10-17 vases de type lyonnais, 18 vase engobé à pâte calcaire, 19 bol hémisphérique, 20 balsamaire, 21 couvercle ; céramique à glaçure plombifère : 22-25 cruches, 26, 27 vases ovoïdes, 2829 coupes, 30, 31 fragments décorés ; (éch. 1/3).

Pl. 64 – Fosse 38 (horizon 8, 30-70). Céramique peinte :
1, 2 formes hautes, 3-6 bols ; céramique à engobe rouge : 7 flacon piriforme ; céramique à engobe blanc : 8 biberon, 11 flacon piriforme, 9-13 types NI, 14 cruche ; (éch. 1/3).

Pl. 65 – Fosse 38 (horizon 8, 30-70). Terra nigra :
1-6 type II, 7-9 type III, 10-15, 17‑20 type I, 16 type IV ; (éch. 1/3).

Pl. 66 – Fosse 38 (horizon 8, 30-70). Céramique grise fine :
1, 2 cruches, 3 pichet, 4 vase ovoïde, 5-7 jattes, 8-10 fragments décorés, 11-13 coupes, 14-21 écuelles, 22‑24 Lamboglia 5/7, 25-28 assiettes, 29-32 fonds de bols et d’écuelles ; (éch. 1/3).

Pl. 67  – Fosse 38 (horizon 8, 30-70). Céramique commune claire :
1-12 cruches, 13‑25 vases ovoïdes, 26, 27 bols, 28 ovoïde ansé, 29 mortier à lèvre pendante : (éch. 1/3).

Pl. 68 Fosse 38 (horizon 8, 30-70). Céramique commune sombre :
1-16 vases ovoïdes, 17, 18 marmites à lèvre éversée type II ; (éch. 1/3)

Pl. 69  – Fosse 38 (horizon 8, 30-70). Céramique commune sombre : marmites à lèvre éversée type II :
1-8
 à lèvre en poulie type I 9‑15 ; (éch. 1/3).

Pl. 70 – Fosse 38 (horizon 8, 30-70). Céramique commune sombre :
1-16 écuelles, 17 plat, 18-23 couvercles ; (éch. 1/3).

Pl. 71 – Fosse 38 (horizon 8, 30-70). Amphores :
1 Dressel 1, 2-4, 11 Dressel 20, 5, 6 Gauloises, 7 bord de type indéterminé, 8-10 productions roannaises, 12-14 anses de type indéterminé ; (éch. 1/3).

Pl. 72 – Fosse 39 (horizon 8, 30-70). Sigillée de type italique :
1 assiette Ha. 2 ; sigillée sud-gauloise ; 3 Drag. 24/25, 2, 5, 6 Drag. 15/17, 4 Drag. 27, 7 Drag. 18. 8 Ritt. 8, 9 Ritt. 9, 10 Ritt. 12, 11 Ritt. 1, 12 Drag. 33, 13 Drag. 42/Ritt, 14, 14 Déch. 67.15-18 fonds signés, 19 Drag. 29 ; céramique à parois fines : 20-22 vases de type Beuvray, 23, 24 vases de type lyonnais, 25 balsamaire, 26 gobelet lisse ; céramique à engobe rouge : 27 flacon à anse unique ; céramique à engobe blanc : 28, 29, 31 cruches, 30 fond NI ; céramique peinte : 32 bol ; engobe rouge « pompéien »: 33 plat à bord en amande ; terra nigra : 34, 35 type I, 36 type IV ; (éch. 1/3).

Pl. 73 – Fosse 39 (horizon 8 ; 30-70). Céramique grise fine :
1-7 vases ovoïdes, 8 cruche à panse carénée, 9-11 écuelles, 12 assiette, 13 couvercle, 14-16 fonds ; céramique commune claire : 17-20 cruches, 21‑25 vases ovoïdes, 26 bol NI, 27 bol à bord rentrant, 28 couvercle ; (éch. 1/3).

Pl. 74 – Fosse 39 (horizon 8, 30-70). Céramique commune claire :
1, 2 mortiers ; céramique commune sombre : 3-7 vases ovoïdes, 8-10 marmites à lèvre en poulie type I, 11, 12 écuelles, 13, 14 couvercles, 15-17 fonds divers ; (éch. 1/3).

Pl. 75 – Fosse 39 (horizon 8, 30-70). Amphores :
Dressel 2/4 (1 orientale, 2 gauloise, 3, 4 origines indéterminées), 5 Dressel 7/11, 6 type indéterminé, 7 Dressel 20 ; (éch. 1/3).

Pl. 76  – Fosse 40 (horizon 9, 70-110). Sigillée de type italique :
1 assiette du service I, 2, 3 bols du service II ; sigillée sud-gauloise : 4 Drag. 18 ?, 5 Drag. 35/36, 6 Ritt. 9, 7 FNI, 8 fond signé, 9 Drag. 24/25, 13 Ritt. 8 ; sigillée du Centre : 10-12 Drag. 27, 14-16 Ritt. 8, 17 Drag. 18, 18 couvercle, 19 fond de bol Drag. 27 signé ; céramique à parois fines : 20 gobelet cylindrique type Muette, 21 imitation de gobelets d’Aco, 22 vase de type lyonnais, 23 vase à décor d’épingles ; céramique à glaçure plombifère : 24, 25 FNI, 26, 27 vases ovoïdes, 28 fragment décoré, 29 anse ; céramique peinte : 30 bol ; engobe rouge « pompéien » : 31 plat à bord en amande ; terra nigra : 32 type I ; (éch. 1/3)

Pl. 77 – Fosse 40 (horizon 9. 70-110). Céramique grise fine :
1, 2 vases tronconiques, 3, 4 vases ovoïdes, 5, 6 bols, 7-9 fragments décorés, 10‑12 plats, 13 couvercle, 14. 15 fonds divers ; céramique commune claire : cruches à lèvre striée 16, 17, à lèvre en bourrelet 18, 19 vase ovoïde, 20 vase tronconique à lèvre convexe, 21, 22 fonds de cruches, 23-25 plats ou écuelles à bord rond. 26 mortier à lèvre pendante timbre de REGENVS ; (éch. 1/3).

PL. 78  – Fosse 40 (horizon 9, 70-110). Céramique commune sombre :
1-4 vases ovoïdes, 5 marmite à bord oblique type III, 6-10 écuelles, 11, 12 couvercles ; amphores : 13. 15 Dressel 2/4 orientales, 16 Dressel 20 timbre PHILO, 14, 17-20 types indéterminés ; lampe : 21-25 fragments de disques ; (éch. 1/3).

Pl. 79  – Fosse 41 (horizon 9, 70-110). Sigillée sud-gauloise :
1 Drag. 15/17, 2 Drag. 16, 3 Drag. 18, 4 Drag. 27, 5 Drag. 2/21, 6 Ritt. 12, 7 Drag. 35/36, 8 Curie 15/Bet 45, 9 Drag. 46/Bet 42 ; sigillée grésée du Centre : 10 Drag. 37 ; céramique à parois fines : 11 vase de type Beuvray, 12 bol de type lyonnais, 13, 14 vases à décor d’épingles ; céramique peinte : 15 bol ; céramique à engobe blanc : 16-19 cruches ; terra nigra : 20 type II, 21 type IV, 22 type I ; céramique grise fine : 23 fragment décoré, 24 cruche à bec tréflé, 25 écuelle, 26, 27 plats ; (éch. 1/3).

Pl. 80  – Fosse 41 (horizon 9, 70-110). Céramique commune claire :
1-7 cruches, 8‑12 vases ovoïdes, 13 mortier à lèvre pendante ; céramique commune sombre : 14 cruche, 15, 16 vases ovoïdes, marmites à lèvre en poulie type I 17, à lèvre éversée lisse 18 ou moulurée 19, 20-22 écuelles ; (éch. 1/3).

Pl. 81  – Fosse 41 (horizon 9, 70-110). Céramique commune sombre :
1-3 marmites à lèvre éversée type II, 4 assiette, 5, 6 couvercles ; amphores : 7, 8, 10, 11 types Indéterminés, 9 Richborough 527 ; (éch. 1/3).

Pl. 82 – Fosse 42 (horizon 9, 70-110). Sigillée sud-gauloise :
1 Drag. 4/22, 2 Drag. 35/36, 3 Drag. 46, 4-5 Curie 15, 6 Curie 11 ; sigillée du Centre : 7-9 Drag. 37 ; céramique à parois fines : 10-12 vases de type lyonnais, 13, 14, 17 vases à décor d’épingles, 15, 16 vases à décor guilloché ; céramique peinte : 18 bol : 19 vase à bord concave ; PNI engobée : 20-22 couvercles ; (éch. 1/3).

Pl. 83 – Fosse 42 (horizon 9, 70-110). Céramique grise fine :
1 vase ovoïde, 2 bol à marli ; céramique commune claire : 3-9 cruches, vases ovoïdes à deux anses 10 et à col caréné 11, 12 jatte à panse cannelée, 13 bol ou plat à bord rond, 14 mortier à lèvre pendante ; (éch. 1/3).

Pl. 84 – Fosse 42 (horizon 9, 70-110). Céramique commune sombre :
1-6 vases ovoïdes, 7-8 marmites à lèvre en poulie type I, 9, 10 écuelles, 11 assiette à bord en amande, 12 couvercle, 13 vase de stockage ; (éch. 1/3).

Pl. 85 – Fosse 43 (horizon 10,110-150). Sigillée gauloise :
1 Drag. 15/17, 2 Drag. 16, 3 Drag. 18, 4 Drag. 33, 5 Ritt. 1, 6 Curie 11, 7, 8 Curie 15/Bet 44-45, 9 Drag. 46/Bet 42‑43. 10 Drag. 37 ; céramique à parois fines : 11, 12 vases à décor d’épingles ; terra nigra. 13 type I ; céramique grise fine : 14, 16, 18 vases ovoïdes, 15 gobelet, 17 bol, 19 plat, 20 écuelle ; céramique commune claire : 21-25 cruches, 26‑28 vases ovoïdes, 29 mortier à lèvre pendante ; (éch. 1/3).

Pl. 86  – Fosse 43 (horizon 10,110-150). Céramique commune sombre :
1, 2 cruches, 3, 4 vases ovoïdes, 5 marmite à lèvre éversée type II, 6-9 écuelles ; 10‑12 vases de stockage ; amphores : 13 type indéterminé, 14 Dressel 20 ; (éch. 1/3)

Pl. 87  – Fosse 44 (horizon 10,110-150). Sigillée de type italique :
1 bol du service I, timbre XANTHI ; sigillée gauloise : 2 Ritt. 9, 3 Drag. 27, 4 Drag. 18, 5 Drag. 35/36, 6 Curie 15/Bet 45, 7 Drag. 46/Bet 42, 8, 18 Ritt. 14, 9, 10, 17 Hermet 28, 11 Drag. 42/Bet 24, 12, 13 Drag. 46/Bet 42, 14-16 Curie 15/Bet 44, 19 Curie 11, 20 Déch. 72, 21 Déch. 64 à vernis noir ; (éch. 1/3).

Pl. 88  Fosse 44 (horizon 10,110-150). Céramique à parois fines :
12 vases à décor d’épingles, 3 vase décoré à col haut, 4 vase lisse ; céramique à engobe blanc : 5 cruche ; céramique commune claire : cruches à col étroit et lèvre striée 6, lèvre moulurée 7-9, lèvre en corolle 10, bord haut et oblique 11, col bombé 12 14 ; (éch. 1/3).

Pl. 89 – Fosse 44 (horizon 10,110-150). Céramique commune claire :
1-4 cruches à col bombé, 5 vase ovoïde à deux anses, inscription peinte sur la panse, 6 mortier à lèvre pendante ; (éch. 1/3).

Pl. 90  – Fosse 44 (horizon 10,110-150). Céramique commune claire :
1-8 vases ovoïdes, 9 coupe à marli, 10 assiette tripode, 11 écuelle, 12 marmite à lèvre en poulie type I, 13 assiette à bord simple, 14 cruche à bec tréflé ; (éch. 1/3).

Pl. 91  – Fosse 44 (horizon 10,110-150). Céramique commune sombre :
1-3 vases ovoïdes, 4 écuelle ; amphores : 5-7 Dressel 9 similis, 8 Dressel 20, 9 type indéterminé ; (éch. 1/3).

Pl. 92 – Fosse 45 (horizon 10,110-150). Sigillée gauloise :
1 Drag. 18/31, 2 Drag. 33, 3 Herm. 28, 4-6 Drag. 46/Bet 42-43, 7, 8 Curie 15/Bet 45, 9 Curie 21.10 gobelet, 11 Déch. 72, 12 fond signé, 13-16 Drag. 37 ; (éch. 1/3).

Pl. 93  – Fosse 45 (horizon 10,110-150). Céramique à parois fines :
1, 2 vases à lèvre éversée, 3, 4 vases à décor d’épingles, 5 vase gris à décor double (incisions et épingles), 6 gobelet, 7 FNI, 8 fragment à décor guilloché ; céramique peinte à l’éponge : 9 bol ; céramique peinte : 10 bol ; céramique grise fine : 11 vase ovoïde à panse ondulée et décor guilloché ; céramique commune claire : cruches à lèvre moulurée 12, flacon piliforme 13, lèvre oblique éversée 14, lèvre en bourrelet éversée 15, 16, lèvre en corolle 17, 18, lèvre en bandeau mouluré droit ou oblique 19, 20 ; (éch. 1/3).

Pl. 94 – Fosse 45 (horizon 10,110-150). Céramique commune claire :
1 marmite tripode à lèvre en poulie, 2, 3 écuelles, 4 mortier à lèvre pendante ; (éch. 1/3)

Pl. 95  – Fosse 45 (horizon 10, 110-150). Céramique commune claire :
1-5 vases ovoïdes non micacés, 6-15 vases ovoïdes micacés, 16, 17 coupes à marli micacées, 18, 19 écuelle et plat micacés, 20 plat à lèvre en bourrelet, non micacé ; (éch. 1/3).

Pl. 96  – Fosse 45 (horizon 10, 110-150). Céramique commune sombre :
1-5 vases ovoïdes, marmites à lèvre éversée type II 6, 7, à lèvre en poulie type I 8-13 ; (éch. 1/3).

Pl. 97  Fosse 45 (horizon 10,110-150). Céramique commune sombre :
1 plat à bord rond, 2, 3 couvercles ; 4 vase de stockage ; amphores : Dressel 2/4, 5 (gauloise), 6 (orientale), 7 Dressel 7/11, 8, 9 Beltran-Lloris IIA, 10‑12 productions roannaises, 13 type indéterminé, 14 bouchon piriforme ; (éch. 1/3).

Pl. 98 – Fosse 46 (horizon 11,150-180). Sigillée gauloise :
1 Drag. 18/31, 2 Drag. 35/36, 3-4 fonds signés, 5 Walt. 79/80, 6, 12 Drag. 33, 7-9 Drag. 42/Bet 24-25, 10, 11 Drag. 38, 13 Curie 11, 14, 15, 17, 18 Drag. 46/Bet 42, 16, 19, 20, 22 Curie 15/Bet 44-45, 21 bol à marli, 23, 24 fonds signés, 25 vase ovoïde ; (éch. 1/3).

Pl. 99  – Fosse 46 (horizon 11, 150-180). Sigillée gauloise : 1 bol hémisphérique, 2‑5 Drag. 37, 6 Déch. 72 à décor excisé, 7 Drag. 38 à vernis rouge non grésé ; (éch. 1/3).

Pl. 100  – Fosse 46 (horizon 11, 150-180). Sigillée gauloise :
1 Déch. 67 à vernis noir, 2 fragment décoré à vernis noir ; céramique peinte à l’éponge : 3, 4 bols à marli ; céramique à parois fines : 5 vase à décor d’épingles, 6-11 vases à décors guillochés, 12 vase lisse, 13 coupe à bord rentrant, 14-16 fonds divers, 17, 18 fragments décorés ; (éch. 1/3).

Pl. 101  – Fosse 46 (horizon 11, 150-180). Céramique peinte :
1-3 bols ; céramique à engobe blanc : 4 bol ou assiette, 5 cruche, 6, 7 bols, 8-10 fonds divers ; céramique grise fine : 11-16 vases à panse ondulée et décor guilloché ; (éch. 1/3).

Pl. 102  – Fosse 46 (horizon 11, 150-180). Céramique grise fine :
1-5 vases ovoïdes, 6 écuelle, 7 jatte carénée, 8 brûle-parfum ;
céramique commune claire : 9 anse de cruche micacée, cruches à lèvre oblique rentrante 10, lèvre éversée à face externe incurvée 11, col bombé 12 ; (éch. 1/3)

Pl. 103  – Fosse 46 (horizon 11, 150-180). Céramique commune claire :
1-29 cruches ; (éch. 1/3).

Pl. 104 – Fosse 46 (horizon 11,150-180). Céramique commune claire :
1 vase ovoïde à col côtelé et anse unique, 2-4 cruches à bec tréflé, 5-20 vases ovoïdes ; (éch. 1/3)

Pl. 105 – Fosse 46 (horizon 11, 150-180). Céramique commune claire :
1-3 vases ovoïdes, 4, 5 marmites, 6 écuelle, 7, 8 coupes à marli, 9 FNI décor guilloché, 10, 11 fragments décorés, 12 graffiti incisé sur fond d’ovoïde, 13 assiette, 14 vase ovoïde à bec verseur, 15 vase tronconique, 16 plat-couvercle, 17 mortier à lèvre pendante ; (éch. 1/3).

Pl. 106 – Fosse 46 (horizon 11,150-180). Céramique commune sombre :
1-3 vases ovoïdes à col côtelé, 4 graffiti incisé sur panse, 5-13 vases ovoïdes ; (éch. 1/3).

Pl. 107 – Fosse 46 (horizon 11, 150-180). Céramique commune sombre :
1-9 vases ovoïdes, marmites à lèvre éversée type II 10-13, à lèvre arrondie 14, à lèvre épaisse débordante 15 ; (éch. 1/3).

Pl. 108 – Fosse 46 (horizon 11, 150-180). Céramique commune sombre : marmites à lèvre en bourrelet col haut et incurvé 1, à lèvre en poulie type I 2-14, à lèvre oblique type III 15 18 ; (éch. 1/3).

Pl. 109  – Fosse 46 (horizon 11, 150-180). Céramique commune sombre :
1-8 écuelles à bord rond lisse ou dentelé, 9-11 plats, 12-21 couvercles ; (éch. 1/3).

Pl. 110 – Fosse 46 (horizon 11, 150-180). Céramique commune sombre : 1-9 cruches « amphorettes » de production locale ; amphores : 10 production roannaise, 11‑13 Gauloises 4, 14 Beltran-Lloris IIA, 15, 16 Dressel 7/11 ; (éch. 1/3).

Pl. 111 – Fosse 46 (horizon 11, 150-180). Amphores : 1 Beltran Lloris IIA, 2 Dressel 20 ; (éch. 1/3).

Pl. 112 – Fosse 46 (horizon II, 150-180). Amphores :
1 Beltran Lloris IIA, 2-4 Dressel 20, 5 type indéterminé, 6 Dressel 2/4 (origine indéterminée), 7, 8 Richborough 527, 9 type indéterminé ; 10 bouchon piriforme, 11 opercule ; lampe : 12, 15 firmalampen, 13 bec triangulaire, 14 fragment de médaillon ; (éch. 1/3).

Pl. 113  Fosse 47 (horizon 12, 190-IIIe s.). Sigillée gauloise :
1-3 fonds signés, 4 Drag. 15/17, 5, 7 Walters 79/80, 6 Drag. 42/Bet 24-25, 8, 9 Lud. TG/Bet 29, 10-12 Drag. 46/Bet 42-43, 1314 Curie 15/Bet 44-45, 15 bol à marli mouluré, 16 Curie 21, 17 gobelet cylindrique, 18 Drag. 38, 19-21 Drag. 37 ; (éch. 1/3).

Pl. 114  Fosse 47 (horizon 12, 190-11 Ier s.). Céramique à parois fines :
1 gobelet à dépressions, 2 vase lisse à lèvre en amande, 3, 4, 8 vases à décor guilloché, 5 vase à col haut et double décor, 6, 7 vases lisses à lèvre en bourrelet, 9 vase à décor d’applique, 10, 11 gobelets tronconiques à décor d’écailles, 12-13 fragments à décors de feuilles stylisées, 14 fond de vase caliciforme, 15 balsamalre, 16 type indéterminé, 17 coupe tripode, 18 gobelet lisse, 19, 20 couvercles ; céramique métallescente : 21 gobelet tronconique, 22, 25 fragments décorés, 23, 24 fonds de gobelets ; (éch. 1/3).

Pl. 115 – Fosse 47 (horizon 12, 190-IIIe s.). Céramique peinte à l’éponge : 1, 2 coupes à marli ; céramique peinte : 3 vase balustre, 4-7 bols ; céramique à engobe blanc : 8, 9 cruches, 10 coupe à bord évasé, 11 bol à lèvre oblique ; céramique grise fine : 12 pichet tronconique, 13, 14 vases ovoïdes lisses, 15-18 vases ovoïdes à panse ondulée et décor à la molette, 19 jatte à lèvre en gouttière, 20 jatte carénée, 21 écuelle à bord rentrant, 22 bol, 23 assiette, 24 couvercle ; (éch. 1/3).

Pl. 116  Fosse 47 (horizon 12, 190-IIIe s.). Céramique commune claire :
1-12 cruches ; commune claire micacée : 13, 14 cruches à bec tréflé, 15, 16 couvercles de cruches, 17 fond ; (éch. 1/3).

Pl. 117 Fosse 47 (horizon 12, 190-IIIe s.). Céramique commune claire micacée :
1-4 vases ovoïdes, 5 jatte à col haut et incurvé, 6 cruche à col large ?, 8, 9 bols, 11 coupe à marli, 16 FNI bord estampé, 17 plat à bord rond ; commune claire non micacée : 7 vase ovoïde à bord rentrant, 10, 12-14 écuelles, 15 plat-couvercle ; (éch. 1/3).

Pl. 118  Fosse 47 (horizon 12, 190 - IIIe s.). Céramique commune claire non micacée : 1, 2 grands pichets à panse ovoïde, 3, 4 mortiers ; céramique commune sombre : 5‑7 cruches à col large de production locale ; (éch. 1/3).

Pl. 119  Fosse 47 (horizon 12, 1901 - IIIe s.). Céramique commune sombre :
1 cruche à bec tréflé, 2, 3, 14 vases ovoïdes à col côtelé, 4-13, 15, 16 vases ovoïdes ; (éch. 1/3).

Pl. 120 Fosse 47 (horizon 12, 190 - IIIe s.). Céramique commune sombre : marmites à lèvre en poulie type I1, à lèvre éversée type II 2, 3, 9, 10, à lèvre oblique type III 4, 5, 6-8 écuelles, 11-12 plats tripodes, 13-15 couvercles ; (éch. 1/3).

Pl. 121  Fosse 47 (horizon 12, 190 - IIIe s.). Amphores : 1-4 Dressel 2/4 (orientales), 5‑ 7 Dressel 20, 9 amphore africaine, 10 Rlchborough 527, 8, 11 amphores orientales de contenu indéterminé, 12 amphore de production roannaise, 13 type indéterminé, 14 opercule ; (éch. 1/3)

Pl. 122 – Fosse 48 (horizon 12,190-IIIe s.). Sigillée gauloise :
1 Drag. 18/31, 2 Drag. 40/Bet 3, 3 Drag. 33, 4, 6 Déch. 72, 5 Curie 15/Bet 44-45, 7 Drag. 37 ; céramique à parois fines : 8 vase ovoïde, 9-12 fragments à décor guilloché, 13-15 fragments à décor végétal, 16 médaillon, 17, 18 fonds ; céramique métallescente : 19, 20 gobelets tronconiques, 21 bol à bord simple ; céramique peinte : 22 vase à lèvre en bourrelet ; 23 engobe rouge pompéien ; céramique grise fine : 24 vase ovoïde, 25, 26 écuelles, 27-29 Lamboglia 5/7 ; céramique commune claire : 30-34 cruches, 35‑37 vases ovoïdes, 38 marmites à lèvre en poulie type I, 39 à lèvre oblique type III, 40, 41 plats, 42 mortier à lèvre pendante ; (éch. 1/3).

PL. 123  Fosse 48 (horizon 12, 190 - IIIe s.). Céramique commune sombre :
1-3 vases ovoïdes, 4 jatte, 5, 6 marmites, 7 écuelle, 8 couvercle ; vase de stockage : 9 anse à pâte rouge, production roannaise probable : amphores : 10 Dressel 2/4, 11 Africaine IIA, (éch. 1/3).

Notes

1 La terminologie utilisée ici ne recouvre pas exactement celle mise en place pour la description de la céramique gauloise du site (Lavendhomme, Guichard 1997) et Supra Avertissement.

Table des illustrations

Légende TABL. VII – Répartition de la vaisselle céramique dans les ensembles étudiés, en nombre de fragments (A), en nombre d’individus (B).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Légende TABL. VIII – Répartition de la vaisselle céramique par horizon, en nombre de fragments (A), en nombre d’individus (B).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Légende FIG. 30 – Répartition de la vaisselle céramique par horizon, en pourcentage du nombre d’individus.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 8,6k
Légende FIG. 31 – Évolution de la fréquence de la terre sigillée, en pourcentage du nombre d’individus par horizon (A), des différents groupes de terre sigillée (B).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende FIG. 32 – Répartition typologique des vases en terre sigillée de l’horizon 8 (A) et représentation en pourcentage des 4 types majoritaires (B).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende FIG. 33 – Répartition typologique des vases en terre sigillée de l’horizon 9 (A) et représentation en pourcentage des 4 types majoritaires (B).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende FIG. 34 – Répartition typologique des vases en terre sigillée de l’horizon 10 (A) et représentation en pourcentage des 4 types majoritaires (B).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende FIG. 35 – Répartition typologique des vases en terre sigillée de l’horizon 11 (A) et représentation en pourcentage des 4 types majoritaires (B).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende FIG. 36 – Répartition typologique des vases en terre sigillée de l’horizon 12 (A) et représentation en pourcentage des 4 types majoritaires (B).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende TABL. X – Catalogue des timbres sur vases en terre sigillée, classés par horizon et par ordre alphabétique.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende FIG. 37 – Relevé des timbres sur vases en terre sigillée, horizons 7 et 8 ; (éch. 1/1).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende FIG. 38 – Relevé des timbres sur vases en terre sigillée, horizons 9 à 12 ; (éch. 1/1).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende FIG. 39 – Évolution de la fréquence des céramiques à parois fines en pourcentage du nombre d’individus par horizon (A), évolution du nombre d’individus des différents groupes de vases à parois fines par horizon (B).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende FIG. 40 – Évolution de la fréquence de la céramique à glaçure plombifère en pourcentage du nombre d’individus par horizon.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 6,6k
Légende FIG. 41 – Évolution de la fréquence de la céramique à engobe blanc en pourcentage du nombre d’individus par horizon.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 10,0k
Légende FIG. 42 – Évolution de la fréquence de la céramique à engobe rouge en pourcentage du nombre d’individus par horizon.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 6,1k
Légende FIG. 43 – Évolution de la fréquence de la céramique peinte à l’éponge en pourcentage du nombre d’individus par horizon.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 6,9k
Légende FIG. 44 – Évolution de la fréquence de la céramique peinte en pourcentage du nombre d’individus par horizon.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 9,5k
Légende FIG. 45 – Répartition typologique des vases peints en nombre d’individus (A) et évolution de la fréquence des différents groupes par horizon (B).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende FIG. 46 – Dispersion des diamètres d’ouverture des bols peints de type Roanne des horizons 8 (A) et 9 (B).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende FIG. 47 – Évolution de la fréquence de la terra nigra en pourcentage du nombre d’individus par horizon.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 7,1k
Légende FIG. 48 – Répertoire typologique de la terra nigra (A) et représentation des 4 types en pourcentage du nombre d’individus des horizons 6 à 8 (B).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende TABL. XI – Répartition de la terra nigra de l’horizon 8 d’après la typologie et l’aspect de la pâte.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende FIG. 49 – Dispersion, par type, des diamètres d’ouverture des vases en terra nigra de l’horizon 8.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende FIG. 50 – Évolution de la fréquence de la céramique grise fine, en pourcentage du nombre d’individus par horizon.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 9,1k
Légende FIG. 51 – Répartition morphologique des vases en céramique grise fine en nombre d’individus par horizon (A), évolution des différents groupes en pourcentage du nombre d’individus par horizon (B).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende FIG. 52 – Évolution de la fréquence de la terra nigra et de la céramique grise fine au sein des ensembles rattachés à l’horizon 8.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 9,9k
Légende FIG. 53 – Évolution de la fréquence de la céramique commune claire, en pourcentage du nombre d’individus par horizon.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Légende FIG. 54 – Répartition morphologique des vases en céramique commune claire en nombre d’individus par horizon (A) et évolution des différents groupes en pourcentage du nombre d’individus par horizon (B).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende FIG. 55 – Évolution de la fréquence de la céramique commune sombre cuite en mode réducteur‑oxydant (A) et en mode réducteur (B), en pourcentage du nombre d’individus par horizon.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 8,3k
Légende FIG. 56 – Tableau de répartition morphologique des vases en céramique commune sombre en nombre d’individus par horizon (A) (chiffres entre parenthèses : nombre d’individus cuits en mode réducteur) et évolution des différents groupes en pourcentages du nombre d’individus par horizon (B).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende FIG. 57 – Évolution de la fréquence des vases de stockage, en pourcentage du nombre d’individus par horizon.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 9,5k
Légende TABL. XII – Répartition des amphores par origine et par type.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende FIG. 58 – Évolution de la fréquence des amphores, en pourcentage du nombre d’individus par horizons groupés : horizons 6‑7, 8‑9, 10‑11 et 12.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 6,7k
Légende FIG. 59 – Évolution de la fréquence des amphores classées par type de contenu.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende FIG. 60 – Évolution de la fréquence des amphores classées par région de provenance.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende FIG. 61 – Sélection de types de mobiliers céramiques représentatifs de l’horizon 6 : 1, 2 sigillée de type Italique ; 3 céramique à parois fines ; 4 céramique peinte ; 5, 6 terra nigra ; 7‑9 céramique grise fine ; 10‑12 céramique commune claire ; 13‑15 céramique commune sombre ; 16‑22 amphores.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende FIG. 62 – Sélection de types de mobiliers céramiques représentatifs de l’horizon 7 : 1, 2 sigillée de type italique, 3 Gaule du Sud, 4 Gaule du Centre à vernis non grésé ; 5, 6 céramique à parois fines ; 7 céramique peinte ; 8‑11 terra nigra ; 12‑15 céramique grise fine ; 16, 17 céramique commune claire ; 18, 19 céramique commune sombre ; 20‑26 amphores.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende FIG. 63 – Sélection de types de mobiliers céramiques représentatifs de l’horizon 8 : 1‑4 sigillée de Gaule du Sud et du Centre à vernis non grésé ; 5‑7 céramique à parois fines ; 8‑10 céramique à glaçure plombifère ; 11 céramique peinte ; 12‑15 terra nigra ; 16‑19 céramique grise fine ; 2021 céramique commune claire ; 22‑29 céramique commune sombre ; 30‑40 amphores.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende FIG. 64 – Sélection de types de mobiliers céramiques représentatifs de l’horizon 9 : 1‑4 sigillée de Gaule du Sud et du Centre ; 5‑7 céramique à parois fines ; 8 céramique peinte ; 9, 10 céramique grise fine ; 11‑14 céramique commune claire ; 15‑21 céramique commune sombre ; 22‑32 amphores.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende FIG. 65 – Sélection de types de mobiliers céramiques représentatifs de l’horizon 10 : 1‑10 sigillée de Gaule du Sud et du Centre ; 11 céramique à parois fines ; 12 céramique peinte ; 13 céramique grise fine ; 14‑23 céramique commune claire ; 24‑30 céramique commune sombre ; 31‑39 amphores.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende FIG. 66 – Sélection de types de mobiliers céramiques représentatifs de l’horizon 11 : 1‑8 sigillée de Gaule du Centre ; 9 céramique à parois fines ; 10, 11 céramique peinte ; 12 céramique engobée peinte ; 13 céramique grise fine ; 14‑23 céramique commune claire ; 24‑34 céramique commune sombre ; 35‑43 amphores.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Légende FIG. 67 – Sélection de types de mobiliers céramiques représentatifs de l’horizon 12 : 1‑7 sigillée de Gaule du Sud et du Centre ; 8 céramique à parois fines ; 9, 10 céramique métallescente ; 11, 12 céramique peinte ; 13 céramique grise fine ; 14‑16 céramique commune claire ; 17‑22 céramique commune sombre ; 23‑29 amphores.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende FIG. 68 – Évolution de la représentation en pourcentages des principaux types de terre sigillée gauloise.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Pl. 12 – Fosse 27 (horizon 6, -10/+15). Sigillée type italique : 1 assiette du service IC, 2, 3 assiettes du service II, 4 bol du service II ; céramique à parois fines : 5 fragment à décor incisé, pâte siliceuse, 6 fragment à décor cordé, 7 gobelet d’Aco, 8 vase de type Beuvray, 9 gobelet tronconique à anse type Muette ; céramique peinte : 10-13 bols ; terra nigra : 14 type 1,15 type II ; céramique grise fine : 16 bol caréné à lèvre éversée, 17, 19 pichets tronconlques, 20-22 vases ovoïdes, 23-25 jattes à lèvre convexe, 26 « vase bobine » ; (éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Légende Pl. 13 – Fosse 27 (horizon 6, -10/+15). Céramique grise fine : 1 plat à lèvre oblique, 2, 3 plats à bord oblique, 4 assiette à lèvre en amande, 5, 6 Lamboglia 5/7, 7 plat dérivé du service I ; céramique commune claire : 8 cruche à col large et lèvre cannelée, 9 cruche NI à col étroit, 10 vase ovoïde, 11, 12 faisselles ; (éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende Pl. 14 – Fosse 27 (horizon 6, -10/+15). Céramique commune sombre : 1-6 vases de type Besançon, 7-10 vases ovoïdes, 11, 12 marmites à bord éversé type II, 13, 14 marmites à bord en poulie type I ; 15 lampe médaillon à décor de rosaces ; (éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Pl. 15 – Fosse 28 (horizon 6, -10/+15). Sigillée type italique : 1 plat, 2 assiette du service II ; céramique à parois fines : 3 coupe carénée à lèvre éversée ; céramique peinte : 4 bol ; céramique grise fine : 5 pichet ou vase ovoïde, 6 vase ovoïde à décor ondé, 7 bol à lèvre éversée décor à la molette, 8 grande coupe à lèvre débordante ; céramique commune claire : 9, 10 fonds de vases ovoïdes, 11 mortier Ha. 59 ; céramique commune sombre modelée : 12 vase ovoïde, 13, 14 jattes à décor incisé, 15, 16 écuelles ; céramique commune sombre tournée : 17-19 vases ovoïdes, 20 marmite tripode à bord en poulie ; (éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende Pl. 16 – Fosse 28 (horizon 6, -10/+15). Amphores : 1-3 Dressel 1 italiques, 4 (origine indéterminée) Dressel 2/4, 5 (Italie) Lamboglia 2, 6 (Tarraconaise) Pascual 1, 7 Dressel 20, 8-10 Dressel 7/11, 11 opercule ; (éch. 1/3)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende Pl. 17  Fosse 28 (horizon 6, -10/+15). Amphore : Haltern 70 ; (éch. 1/3)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Pl. 18 – Fosse 29 (horizon 6, -10/15). Sigillée type italique : 1 bol du service IB, 2 assiette du service II ; céramique à parois fines : 3 gobelet à pâte siliceuse type Muette, 4 fond concave à pâte calcaire type NI, 5-7 vases de type Beuvray, 8 FNI décorée pâte siliceuse ; céramique peinte : 9 bol ; céramique grise fine : 10 assiette dérivée du service I, 11 jatte à lèvre convexe, 12 ovoïde ou jatte à lèvre convexe, 13, 14 Lamboglia 5/7, 15 couvercle, 16 fond d’écuelle, 17 fond de coupe ; céramique commune claire : 18 vase ovoïde à lèvre en bourrelet et à deux anses ; céramique commune sombre modelée : 19, 20 marmites à lèvre éversée ; céramique commune sombre tournée : 21, 23, 24 vases ovoïdes, 22 vase de type Besançon ; (éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende Pl. 19  – Fosse 29 (horizon 6, -10/+15). 1-3 vases de stockage ; (éch. 1/6).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Pl. 20 – Fosse 29 (horizon 6, -10/+15). Amphores : 1-3 Dressel 2/4 italiques, 4 (Tarraconaise), 5, 6 (origine indéterminée) Pascual 1 ; (éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Pl. 21 – Fosse 30 (horizon 6, -10/+15). Sigillée type italique : 1 assiette du service IB. 2, 3 assiettes du service IC, 4 bol du service II ; céramique à parois fines : 5 vase de type Beuvray, 6 gobelet à pâte siliceuse décor de semis d’épines, 7 fragment à pâte siliceuse décor incisé ; céramique peinte : 8 bol ; céramique à engobe rouge : 9 petite coupe à lèvre convexe et fond concave ; céramique grise fine : 10 plat dérivé du service 1, 11 vase ovoïde, 12 assiette à bord oblique, 13 jatte à lèvre convexe, 14 fragment à décor ondé, 15 couvercle ; céramique commune claire : 16 vase ovoïde ; céramique commune sombre tournée : 17 vase de type Besançon, 18, 19 vases ovoïdes, 20 couvercle ; 21 vase de stockage ; (éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende Pl. 22 – Fosse 31 (horizon 7, 15-30). Sigillée type italique : 1-5 plats, 6-9 bols du service II, 10 assiette signée ; sigillée non grésée du Centre : 12 bol signé ; sigillée sud-gauloise : 11 Drag. 11 ; (éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Légende Pl. 23 – Fosse 31 (horizon 7, 15-30). Sigillée non grésée du Centre : 1, 2 Drag. 29 ; céramique à parois fines : 3, 5 vases de type Beuvray, 4 cruche engobée de type rare ; céramique à glaçure plombifère : 6 fragment à décor végétal ; céramique peinte : 7‑10 bols ; (éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Pl. 24 – Fosse 31 (horizon 7,15-30). Terra nigra : 1-4 type I, 5, 6 type II, 7 type III, 8 type IV ; (éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende Pl. 25 – Fosse 31 (horizon 7, 15-30). Céramique grise fine : 1 cruche à bec tréflé, 2‑4 pichets, 5 jatte carénée. 6 jatte à lèvre convexe, 7 jatte à bord en bandeau, 8, 9 écuelles, 10 Lamboglia 5/7, 11-13 assiettes à bord en amande ; (éch. 1/3)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende Pl. 26 – Fosse 31 (horizon 7,15-30). Céramique commune claire : 1, 2 cruches à col étroit et lèvre striée, 3 cruche à col large et lèvre en bourrelet, 4 cruche à bec tréflé, cruche à lèvre évasée en bandeau, 6, 7 fonds de cruches, vases ovoïdes : 8 lèvre en bourrelet et deux anses type Ha. 62, 9 lèvre éversée sans col, 10-12 col et panse striés, 13 jatte à lèvre éversée, 14, 15 mortiers Haltern 59 ; (éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende Pl. 27 – Fosse 31 (horizon 7,15-30). Céramique commune sombre tournée : 1-8 vases ovoïdes, 9 cruche à col large de type indéterminé ; (éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende Pl. 28 – Fosse 31 (horizon 7, 15-30). Céramique commune sombre modelée : 3 vase de type Besançon, 4-6 écuelles : commune sombre tournée : 1, 2 vases à embouchure resserrée ; 7 vase de stockage ; amphores : 8 (gauloise), 9 (italique) Dressel 2/4, 10 (Tarraconaise) Pascual 1, 11 Haltern 70, 12 Dressel 20, 13 Dressel 7/11, 14 opercule ; (éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Légende Pl. 29 – Fosse 32 (horizon 8, 30-70). Sigillée type italique : 1 assiette Ha. 2  sigillée sud-gauloise : 2 Drag. 15/17, 3 Drag. 27, 4 Drag. 24/25, 5 Ritt. 8, 6 Ritt. 1, 7-9 Drag. 18, 10 Ritt. 12, 11, 12 bols signés, 13 Drag. 29 ; sigillée non grésée du Centre : 14 Drag. 15/17, 15 Ritt. 5 ? ; céramique à parois fines : 16, 17 vases de type Beuvray ; céramique à glaçure plombifère : 18, 19, 24 fragments décorés, 20-23 tasses ; céramique peinte : 25 bol ; céramique à engobe rouge : 26, 27 cruches ; terra nigra : 28-31 type II ; (éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende Pl. 30 – Fosse 32 (horizon 8. 30-70). Terra nigra : 1-4 type II, 5 type III, 6-8, 10 type I, 9 type IV ; céramique grise fine : 11 vase ovoïde à décor à la molette, 12, 13 plats dérivés du service I, 14 écuelle, 15, 16 jattes ; céramique commune claire : 17 cruche à col étroit et lèvre striée, 18 lèvre moulurée, 19 lèvre oblique, 20 cruches à col large et lèvre en bourrelet, 21 lèvre oblique ; (éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende Pl. 31 – Fosse 32 (horizon 8, 30-70). Céramique commune sombre tournée : 1 vase ovoïde à embouchure resserrée, 2-4 vases ovoïdes à bord mouluré, 5-8 marmites à lèvre éversée type II. 9 écuelle à bord strié, 10-12 couvercles ; (éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende Pl. 32 – Fosse 33 (horizon 8, 30-70). Sigillée type italique : 1 assiette IB, 2 assiette IC, 3 bol IC, 4, 5 bols Haltern 8 ; sigillée sud-gauloise : 6-12 Drag. 24/25,13-15 Drag. 27, 16 Drag. 17. 17, 18 Drag. 15/17, 19 tasse Haltern 14, 20 Ritt. 8, 21 Ritt. 9, 22 Drag. 18, 23 Drag. 42, 24 Drag. 11, 25 graffiti sur fond d’assiette, 26, 27 Drag. 29 ; sigillée non grésée du Centre : 28 service I, 29-31 FNI, 32 bol hémisphérique ; céramique à vernis argileux non grésé : 33, 34 couvercles ; (éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende Pl. 33 – Fosse 33 (horizon 8, 30-70). Céramique à parois fines : 1-4 formes rares, 5‑14 imitations de gobelets d’Aco, 15-22 vases de type Beuvray, 23, 25 vases décorés de type lyonnais, 24 bol gris, 26-28 types indéterminés, 29 couvercle ; (éch. 1/3)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende Pl. 34 – Fosse 33 (horizon 8, 30-70). Céramique à glaçure plombifère : 1-6 cruches, 7‑10 gobelets, 11-15 coupes, 16-24 fragments décorés ; (éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende Pl. 35 – Fosse 33 (horizon 8, 30-70). Céramique peinte : 1-4 bols ; terra nigra : 5-9 type II, 10-13 type III, 14-15 type I ; (éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Pl. 36 – Fosse 33 (horizon 8, 30-70). Terra nigra : 1-5 type I, 6, 7 type IV, 8 type II, 9‑11 type III. 12-21 type I ; (éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Légende Pl. 37 – Fosse 33 (horizon 8, 30-70). Céramique grise fine : 1 cruche à bec tréflé, 2‑6 pichets, vases ovoïdes : 7 décor à la molette ; 8, 9 divers, 10‑12 jattes à lèvre convexe, 13‑15 écuelles ; (éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende Pl. 38 – Fosse 33 (horizon 8, 30-70). Céramique grise fine : 1, 2 bols, 3, 4 plats Lamb. 5/7, 56 plats dérivés du service I, 7 couvercle, 8 fond estampé ; céramique commune claire : cruches à col étroit 9-13 ou à col large 14-22, 23-27 vases ovoïdes ; (éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende Pl. 39 – Fosse 33 (horizon 8, 30-70). Céramique commune claire : 1 FNI panse striée, 2 anse à poucier, 3 graffiti incisé sur fragment isolé, 4 FNI anse en boucle, 5 ovoïde à deux anses ; commune claire micacée : 6-13 vases ovoïdes ; divers : 14-16 écuelles, 17 couvercle, 18-19 entonnoirs ; (éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende Pl. 40 – Fosse 33 (horizon 8, 30-70). Céramique commune sombre : 1-21 vases ovoïdes, 22, 23 marmites à lèvre éversée type II ; (éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Pl. 41 – Fosse 33 (horizon 8, 30-70). Céramique commune sombre : marmites à lèvre éversée type II : 1-5, à lèvre en bourrelet 6, 7, 11, à lèvre en poulie type I 8-10, 12, 13 ; 14-16 écuelles à bord rainuré ; (éch. 1/3)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Pl. 42 – Fosse 33 (horizon 8, 30-70). Céramique commune sombre : écuelles à bord rainuré : 1-8, à bord arrondi 9-13, à bord rentrant 14-17 ; 18-20 couvercles ; (éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Pl. 43  – Fosse 33 (horizon 8, 30-70) : 1-3 vases de stockage ; amphores : 4, 5 types indéterminés ; (éch. 1/3)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Pl. 44 – Fosse 34 (horizon 8, 30-70). Sigillée sud-gauloise : 1 Drag. 24/25, 2 Drag. 15/17, 3 Ritt. 8, 4 Drag. 16, 5 Drag. 18, 6 Ritt. 12 ; céramique à parois fines : 7 vases de type Beuvray, 8, 9 vases de type lyonnais, 10 vase lisse ; céramique peinte : 11 bol, 12 vase à lèvre concave ; céramique à engobe blanc : 13 anse ; terra nigra : 14 type I ; céramique grise fine : 15 cruche, 16, 17 plats à lèvre éversée, 18 dérivé Lamboglia 5/7,19 à bord simple ; céramique commune claire : 20 cruches à col étroit et lèvre striée, 21 à col large et bord haut cannelé, 22, 23 vases ovoïdes, 24 mortier à lèvre pendante ; (éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende Pl. 45 – Fosse 34 (horizon 8, 30-70). Céramique commune claire : 1 cruche à lèvre moulurée ; céramique commune sombre : 2-4 vases ovoïdes, 5 couvercle ; 6, 7 vases de stockage ; amphore : 8 Dressel ; (éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende Pl. 46 – Fosse 35 (horizon 8, 30-70).Sigillée de type italique : 1 bol Ha. 8 ; sigillée sud-gauloise : 2 Drag. 15/17 ; céramique à parois fines : 3 vase ovoïde de type lyonnais, 4, 6, 7 vases de type Beuvray ; céramique à engobe blanc : 5 fond de cruche ; céramique peinte : 8 bol ; terra nigra : 9 type II, 10 type I ; céramique grise fine : 11 Lamb. 5/7,12 plat dérivé du service I ; céramique commune claire : 13 pichet, 14-15 vases ovoïdes ; céramique commune sombre, 16 vase à embouchure resserrée, 17, 18, 20, 21 vases ovoïdes, 19 écuelle à lèvre oblique, 22 marmite à lèvre éversée type II ; (éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Pl. 47 – Fosse 35 (horizon 8, 30-70). Céramique commune sombre : 1 écuelle à bord en bourrelet rentrant, 2 vase de stockage ; amphore, 3 Dressel 20 ; (éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende Pl. 48 – Fosse 36 (horizon 8, 30-70). Sigillée de type italique : 1 bol du service IB, 2 plat du service IC, 3 bol signé ; sigillée sud-gauloise, 4 Drag. 27, 5, 7 Drag. 15/17, 6 Drag. 16, 8, 9 Drag. 18,10 Ritt. 12, 11 Drag. 29, 12 fond signé, 13 Ha. 14 céramique à parois fines, 14-16 vases de type Beuvray, 17-19 vases de type lyonnais, 20, 21 céramique à glaçure plombifère ; céramique peinte, 22-25 bols ; terra nigra : 26, 27 type I ; (éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Pl. 49 – Fosse 36 (horizon 8, 30-70). Céramique à engobe blanc : 1 cruche ; céramique grise fine : 2-6 gobelets et vases ovoïdes, 7 pichet, 8, 9 écuelles ; céramique commune claire : 10, 11 cruches à col étroit et lèvre moulurée, 12 lèvre striée, 13 à col large et lèvre en bourrelet ; (éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende Pl. 50 – Fosse 36 (horizon 8, 30-70). Céramique commune claire : 1-7 vases ovoïdes, 8 mortier à lèvre pendante ; céramique commune sombre : 9 14 vases ovoïdes, marmites à bord en bourrelet éversé 15, à lèvre en poulie type I 16, à lèvre éversée type II 17‑ 19 écuelle ; (éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Pl. 51 – Fosse 36 (horizon 8, 30-70). Céramique commune sombre : 1-4 écuelles, 5‑7 couvercles ; 8-10 vases de stockage ; amphores : 11 type indéterminé, 12 Dressel 7/11 ; (éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Pl. 52 – Fosse 37 (horizon 8, 30-70). Sigillée de type italique : 1 bol Ha. 8 ; sigillée sud-gauloise : 2 Drag. 24/25, 3 Ritt. 8, 4 Drag. 27, 5 Ritt. 9, 6, 7 Drag. 15/17, 8 Drag. 16, 9 Ritt. 1,10, 11 Drag. 18,12 forme rare, 13 Ritt. 14, 14 Ritt. 12, 15 timbre et graffiti sur fond NI, 16, 17 Drag. 29 ; sigillée non grésée du Centre : 18 assiette service II, 19 Drag. 24/25, 20 Drag. 33 ? ; céramique à parois fines : 21 imitation de gobelets d’Aco, 22, 23 vases de type Beuvray, 24-27 vases de type lyonnais ; céramique à glaçure plomblfère : 28, 29 cruches ; (éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende Pl. 53 – Fosse 37 (horizon 8, 30-70). Céramique peinte : 1, 2 formes hautes, 3-8 bols ; (éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Légende Pl. 54 – Fosse 37 (horizon 8, 30-70). Terra nigra : 1 type II (no 1), 2-5 type I ; céramique grise fine : 6 gobelet, 7, 8 pichets, 9, 10 vases ovoïdes, 11 fragment décoré, 12, 13 jattes, 14 bol, 15-18 écuelles, 19 coupe, 20 assiette, 21 couvercle ; (éch. 1/3)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende Pl. 55  – Fosse 37 (horizon 8, 30-70). Céramique commune claire : cruches à col étroit et lèvre moulurée : 1-8 lèvre droite à face interne concave, 9 lèvre éversée en pointe, 10 col large et lèvre en bourrelet éversé, 11-15 ou lèvre épaisse légèrement incurvée, 16, 17, 18 vases ovoïdes ; (éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-88.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende Pl. 56  – Fosse 37 (horizon 8, 30-70). Céramique commune claire : 1-4 vases ovoïdes, 5 mortier à lèvre pendante ; céramique commune sombre : 6‑15 vases ovoïdes ; (éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-89.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Pl. 57 – Fosse 37 (horizon 8, 30-70). Céramique commune sombre : 1, 2 vases à embouchure resserrée, 3-9 vases ovoïdes ; (éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-90.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Pl. 58 – Fosse 37 (horizon 8, 30-70). Céramique commune sombre : marmites à lèvre en poulie type I 2-13, à lèvre éversée type II, 1, 15, à lèvre en bourrelet 14 ; (éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-91.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende Pl. 59  – Fosse 37 (horizon 8, 30-70). Céramique commune sombre : marmites à lèvre en poulie type I : 2-3 à lèvre éversée type II, 1, 4-7 ; (éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-92.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Pl. 60 – Fosse 37 (horizon 8, 30-70). Céramique commune sombre : 1-4 écuelles, 5‑12 couvercles ; (éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-93.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Pl. 61 – Fosse 37 (horizon 8, 30-70). Céramique commune sombre : 1 couvercle ; 2, 3 vases de stockage ; amphores : 4 Gauloise 3, 5-7 Dressel 7/11, 8-10 Dressel 20 ; (éch. 1/3)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-94.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Pl. 62 – Fosse 38 (horizon 8, 30-70). Sigillée de type italique : 1 bol à bord oblique, 2 plat IA, 3 plat IB, 4 bol IC ; sigillée sud-gauloise : 5-7 Drag. 24/25, 8-11 Drag. 27, 12 Drag. 15/17, 13 Drag. 18, 14 Ritt. 8, 15 Ritt. 9, 16, 17 Ritt. 12, 18 Drag. 4/22, 19, 20 Déch. 67, 21 anse Isolée ; sigillée non grésée du Centre : 22 assiette, 23 Drag. 27, 24 Drag. 24/25, 25 Ritt. 12. 26, 27 Drag. 27 signés, 28-30 fonds signés, 31, 32 Drag. 29 ; (éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-95.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende Pl. 63  Fosse 38 (horizon 8, 30-70). Céramique à parois fines : 1-6 vases de type Beuvray, 7 imitation de gobelets d’Aco, 8, 9 fragments décorés, 10-17 vases de type lyonnais, 18 vase engobé à pâte calcaire, 19 bol hémisphérique, 20 balsamaire, 21 couvercle ; céramique à glaçure plombifère : 22-25 cruches, 26, 27 vases ovoïdes, 2829 coupes, 30, 31 fragments décorés ; (éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-96.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende Pl. 64 – Fosse 38 (horizon 8, 30-70). Céramique peinte : 1, 2 formes hautes, 3-6 bols ; céramique à engobe rouge : 7 flacon piriforme ; céramique à engobe blanc : 8 biberon, 11 flacon piriforme, 9-13 types NI, 14 cruche ; (éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-97.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Pl. 65 – Fosse 38 (horizon 8, 30-70). Terra nigra : 1-6 type II, 7-9 type III, 10-15, 17‑20 type I, 16 type IV ; (éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-98.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende Pl. 66 – Fosse 38 (horizon 8, 30-70). Céramique grise fine : 1, 2 cruches, 3 pichet, 4 vase ovoïde, 5-7 jattes, 8-10 fragments décorés, 11-13 coupes, 14-21 écuelles, 22‑24 Lamboglia 5/7, 25-28 assiettes, 29-32 fonds de bols et d’écuelles ; (éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-99.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Légende Pl. 67  – Fosse 38 (horizon 8, 30-70). Céramique commune claire : 1-12 cruches, 13‑25 vases ovoïdes, 26, 27 bols, 28 ovoïde ansé, 29 mortier à lèvre pendante : (éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-100.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Pl. 68 Fosse 38 (horizon 8, 30-70). Céramique commune sombre : 1-16 vases ovoïdes, 17, 18 marmites à lèvre éversée type II ; (éch. 1/3)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-101.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende Pl. 69  – Fosse 38 (horizon 8, 30-70). Céramique commune sombre : marmites à lèvre éversée type II : 1-8 à lèvre en poulie type I 9‑15 ; (éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-102.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende Pl. 70 – Fosse 38 (horizon 8, 30-70). Céramique commune sombre : 1-16 écuelles, 17 plat, 18-23 couvercles ; (éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-103.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Légende Pl. 71 – Fosse 38 (horizon 8, 30-70). Amphores : 1 Dressel 1, 2-4, 11 Dressel 20, 5, 6 Gauloises, 7 bord de type indéterminé, 8-10 productions roannaises, 12-14 anses de type indéterminé ; (éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-104.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende Pl. 72 – Fosse 39 (horizon 8, 30-70). Sigillée de type italique : 1 assiette Ha. 2 ; sigillée sud-gauloise ; 3 Drag. 24/25, 2, 5, 6 Drag. 15/17, 4 Drag. 27, 7 Drag. 18. 8 Ritt. 8, 9 Ritt. 9, 10 Ritt. 12, 11 Ritt. 1, 12 Drag. 33, 13 Drag. 42/Ritt, 14, 14 Déch. 67.15-18 fonds signés, 19 Drag. 29 ; céramique à parois fines : 20-22 vases de type Beuvray, 23, 24 vases de type lyonnais, 25 balsamaire, 26 gobelet lisse ; céramique à engobe rouge : 27 flacon à anse unique ; céramique à engobe blanc : 28, 29, 31 cruches, 30 fond NI ; céramique peinte : 32 bol ; engobe rouge « pompéien »: 33 plat à bord en amande ; terra nigra : 34, 35 type I, 36 type IV ; (éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-105.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Légende Pl. 73 – Fosse 39 (horizon 8 ; 30-70). Céramique grise fine : 1-7 vases ovoïdes, 8 cruche à panse carénée, 9-11 écuelles, 12 assiette, 13 couvercle, 14-16 fonds ; céramique commune claire : 17-20 cruches, 21‑25 vases ovoïdes, 26 bol NI, 27 bol à bord rentrant, 28 couvercle ; (éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43928/img-106.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
L