Version classiqueVersion mobile

Rodumna (Roanne, Loire), le village gallo-romain

 | 
Martine Genin
, 
Marie-Odile Lavendhomme

Chapitre 3. Le mobilier autre que céramique

Das Fundmaterial, ausgenommen die Keramik

The non ceramics finds

Olivier Blin, Michèl Feugère et Marie‑Odile Lavendhomme

Résumé

Les monnaies provenant des fosses sélectionnées pour l’étude de l’évolution des mobiliers domestiques roannais sont très peu nombreuses : 30, dont 26 ont été déterminées (fig. 25). Elles apportent peu d’indications quant à la chronologie des ensembles de mobilier (fig. 26), car elles sont toutes plus anciennes.

Les statuettes moulées en terre cuite blanche kaolinique occupent une place très marginale au sein du mobilier (fig. 27, tabl. V). Pendant une première période, qui couvre les horizons 8 à 10, la diffusion demeure très faible et réduite à des édicules. Elle ne s’amplifie que pendant les horizons 11 et 12, parallèlement à la diversification du répertoire. Les catégories les plus représentées sont celles des divinités et des quadrupèdes.

L’ensemble des données témoigne d’un artisanat du bronze, dont certains éléments permettent de préciser la nature : les bronziers de Roanne fabriquaient, entre autres choses, des clochettes et sans doute aussi des miroirs. La production est bien attestée dans l’horizon 8 (vers 30‑70) et semble strictement liée à un marché local.

S’il est certain que la romanisation n’a pas pris les mêmes formes, ni la même ampleur à Roanne qu’à Feurs, il ne faut pas tomber pour autant dans le cliché d’une agglomération secondaire demeurée à l’écart des grandes évolutions de la Pax romana. En témoignent des parures variées dont beaucoup doivent avoir été importées, les objets de toilette, les vases en bronze, les indices sur la pratique de l’écriture. Il convient donc de nuancer une opposition trop marquée entre Rodumna et Forum Segusiavorum, capitale de cité.

Les vases en verre sont absents, ou presque, des horizons 6 et 7, pour n’apparaître que très faiblement à l’horizon 8 (fig. 29, 30, tabl. vi). Le taux le plus élevé est atteint à l’horizon 10 avec un peu moins de 5 vases en verre pour 100 vases en céramique. La plupart des formes identifiées correspondent à trois types classiques de tradition gallo‑romaine : la coupe à côtes verticales (horizons 8 et 9) ; les bouteilles à une ou deux anses (sections circulaire, carrée ou hexagonale, horizons 9 et 10) ; les balsamaires.

Texte intégral

3.1 Les monnaies

1m.‑o. lavendhomme

2Les monnaies provenant des fosses sélectionnées pour l’étude de l’évolution des mobiliers domestiques roannais sont très peu nombreuses : 30, dont 26 ont été déterminées (fig. 25). Qui plus est, ces monnaies sont réparties dans six fosses seulement. Le catalogue qui suit reprend les notices de l’inventaire général des monnaies dressé il y a quelques années lors de la fouille du site (Rémy 1985).

FIG. 25 – Évolution de la fréquence des monnaies, en pourcentage du nombre d’individus de céramique par horizon.

3Elles apportent peu d’indications quant à la chronologie des ensembles de mobilier (fig. 26). On peut tout au plus constater que les dates qu’elles fournissent sont compatibles avec celles proposées à partir de l’étude des autres catégories de mobilier, puisque toutes sont plus anciennes que les fourchettes proposées pour les enfouissements.

FIG. 26 – Comparaison entre les datations des horizons (en grisé) et les datations des monnaies retrouvées à l’intérieur des horizons (en noir).

4Les deux horizons où les monnaies sont les « pluse nombreuses (de 1 à 2 % pour les horizons 9 et 12) sont également ceux où le décalage chronologique, entre les datations des monnaies et les datations des horizons, est le plus important. Le problème que pose le mobilier résiduel, surtout pour l’horizon 12, va de nombreuses fois être abordé lors de l’analyse céramologique car il s’est révélé être relativement abondant. Pour les monnaies, les différences de fréquences entre les horizons ne semblent pas être dues à un problème d’échange durant une période précise. Depuis la période augustéenne jusqu’à la fin du iie s. ap. J.‑C., l’ensemble des périodes est représenté, mis à part la seconde moitié du ier s. ap. J.‑C. Le décalage chronologique est probablement dû à une utilisation plus longue des monnaies ainsi qu’à la présence de mobilier résiduel.

Catalogue des monnaies

Horizon 6

Fosse 27

51 Monnaie gauloise. Monnaie de bronze coulé fruste.

Horizon 8

Fosse 39

62 Auguste. As (?) du premier groupe, atelier de Nîmes. 28/27 (?)‑9 av. J.‑C. D/presque fruste.
R/CO [L] N [EM] ; crocodile attaché à un palmier accosté d’une couronne.
Rémy 1985 : no 34.

73 Auguste. As au nom de Tibère, atelier de Lyon (Giard 1983 : no 109 ou 114). 10‑15 ap. J.‑C.
D/[TI CAESAR AVGVST F IMPERAT V ou VII] ; tête laurée de Tibère à droite ; poinçon en contremarque.
R/ROM [ET] A [VG] ; autel de Lyon.
Rémy 1985 : n
o 88.

84 Caligula. As, atelier de Rome (Mattingly, Sydenham 1923 : no 30). 37‑38 ap. J.‑C.
D/[C. CAESAR AVG] GERMANICVS PON M T [R POT] ; tête nue de Caligula à gauche.
R/[VESTA] ; S et C dans le champ ; Vesta voilée assise à gauche, tenant sceptre et patère.
Rémy 1985 : no 112.

Horizon 9

Fosse 40

95 Auguste. As, atelier de Rome. Datation imprécise.
D/fruste.
R/[...]IVS [...] III VIR AAA [FF] ; S C au centre.
Rémy 1985 : no 27.

106 Auguste. As, atelier de Rome (Mattingly, Sydenham 1923 : no 219). 12 ap. J.‑C.
D/[IMP C] AESAR DIVI F AVGVS [TVS IMP XX] ; tête nue d’Auguste à gauche.
R/[PO] NTIF MA [XIM TRI] BVN POT XX [XIIII] ; S C au centre.
Rémy 1985 : no 28.

117 Auguste. As, atelier de Lyon (Giard 1983 : no 73). 10‑7 (?) av. J.‑C.
D/[CAESAR] PONT MAX ; tête laurée d’Auguste à droite.
R/[R] OM ET AVG ; autel de Lyon.
Rémy 1985 : no 66.

128 Auguste. Semis au nom de Tibère, atelier de Lyon (Giard 1983 : no 106). 10 ap. J.‑C.
D/[TI CAESA] R AVGVST [F I] MPERAT [V] ; tête laurée de Tibère à gauche.
R/ROM ET AVG ; autel de Lyon.
Rémy 1985 : n
o 71.

139 Tibère. As posthume d’Auguste, atelier de Rome (Mattingly, Sydenham 1923 : no 1). 14‑15 ap. J.‑C.
D/[DIVVS A] VGVSTV [S PATER] ; tête radiée d’Auguste à gauche.
R/Foudre entre S et C.
Rémy 1985 : n
o 106.

1410 Claude. Dupondius d’Antonia, atelier de Rome (Mattingly, Sydenham 1923 : no 82). 41‑52 ap. J.‑C.
D/ANTONIA AVGVSTA ; buste d’Antonia à droite, avec queue de cheval.
R/TI CLAVDIV [S C] AESAR AVG PM TR P IMP ; S C ; Claude debout, voilé, tenant le simpulum de la main droite.
Rémy 1985 : no 120.

1511 Claude. As d’imitation (Mattingly,
Sydenham 1923 ; no 66). 41‑52 ap. J.‑C.
D/TI CLAVD [IVS CAESAR] AVG PM TR P IMP ; tête nue de Claude à gauche.
R/S C ; Minerve, debout à droite, lançant un javelot de la main droite et tenant un bouclier de la main gauche.
Rémy 1985 : no 129.

Horizon 11

Fosse 46

1612 Trajan. As, atelier de Caesara de Cappadoce (Sydenham 1933 : no 228). 112‑117 ap. J.‑C.
D/[AUT] KAIS NER TRAIANO [SSEB GERM] ; tête radiée de Trajan à droite.
R/DHMARC [EX U] PAT B dans une couronne.
Rémy 1985 : no 151.

1713 Hadrien. Sesterce, atelier de Rome (Mattingly, Sydenham 1926 : no 637). 128 ap. J.‑C.
D/HADRIANVS AVGVST [VS] ; buste lauré d’Hadrien à droite.
R/COS III ; S C ; Équité debout à gauche, tenant balance et perche.
Rémy 1985 : no 154.

Horizon 12

Fosse 47

1814 Nerva. Sesterce, atelier de Rome. 96‑ 98 ap. J.‑C.
D/quasi fruste ; tête laurée de Nerva à droite.
R/fruste.
Rémy 1985 : n
o 146.

1915 Hadrien. Dupondius, atelier de Rome (Mattingly, Sydenham 1926 : no 598c). 119‑121 ap. J.‑C.
D/1MP [CAESAR TRAI] AN HADRI [ANVS AVG PM TR P COS III] ; buste de Trajan radié et drapé, à droite.
R/[F] ELICITAS AVGVSTI ; S C ; Félicité debout à gauche, tenant le caducée et une corne d’abondance.
Rémy 1985 : no 153.

2016 Hadrien. Dupondius, atelier de Rome. 117‑138 ap. J.‑C.
D/[HADRI] AN [VS...] ; tête radiée d’Hadrien à droite.
R/fruste.
Rémy 1985 : n
o 157.

2117 Hadrien. As de Sabine, atelier de Rome (Mattingly, Sydenham 1926 : no 1024). 119‑138 ap. J.‑C.
D/[SABINA AVGVSTA HADRIANI AVG PP] ; buste de Sabine diadémée à droite, avec la coiffure relevée.
R/[S C] ; Vesta assise à gauche, tenant le palladium et le sceptre.
Rémy 1985 : no 158.

2218 Marc Aurèle. Dupondius, atelier de Rome (Mattingly, Sydenham 1930 : no 993). 170‑171 ap. J.‑C.
D/[M ANTONINVS] AVG [TR P] XXV ; tête radiée de Marc Aurèle à droite.
R/[COS III] ; S C dans le champ ; Mars casqué, marchant à droite, tenant une lance transversale de la main droite et un trophée sur l’épaule gauche.
Rémy 1985 : no 165.

2319 Monnaie fruste.

Fosse 48

2420 Domitien. Sesterce, atelier de Rome (Mattingly, Sydenham 1926 : no 256). 85 ap. J.‑C.
D/[IMP CAES DO] MITIAN AVG GERM [COS XI] ; tête laurée de Domitien à droite.
R/[S] C ; Domitien en toge, voilé debout à gauche, sacrifiant au‑dessus d’un autel devant un temple.
Rémy 1985 : no 143.

2521 Trajan. Sesterce, atelier de Rome (Mattingly, Sydenham 1926 : no 451). 103 ap. J.‑C.
D/IMP CAES NERVA TRAIAN AVG GERM DACI [VS] PM ; buste lauré de Trajan à droite, draperie sur l’épaule gauche.
R/TR P VII IM [P IIII CO] S V PP ; S C à l’exergue ; Rome casquée et armée d’une lance, assise à droite sur une cuirasse et recevant de la main droite la Victoire de Trajan, debout devant elle, en toge.
Rémy 1985 : no 147.

2622 Hadrien. Dupondius, atelier de Rome (Mattingly, Sydenham 1926 : no 597b). 119‑121 ap. J.‑C.
D/[IMP CAESAR TRAIAN] HADRI [ANVS AVG PM TR P COS III] ; buste de Trajan, radié et drapé, à droite.
R/AETE [RNIT] S A [VGV] STI ; S C ; Éternité debout de face.
Rémy 1985 : no 152.

2723 Antonin le Pieux. Dupondius, atelier de Rome (Mattingly, Sydenham 1930 : no 754). 144 ap. J.‑C.
D/ANTONINVS AVG PIVS PP TR P COS III ; tête radiée d’Antonin à droite.
R/DES IIII ; S C ; Salut, debout à gauche, nourrissant un serpent enroulé autour d’un autel et tenant un gouvernail sur un globe.
Rémy 1985 : no 159.

2824 Marc Aurèle. Dupondius, atelier de Rome (Mattingly, Sydenham 1930 : no 798 ou 828). 161‑162 ap. J.‑C.
D/[IMP CAE] S M AVREL A [NT] ONINVS A [VG] PM ; tête radiée de Marc Aurèle à droite.
R/CONCORD AVGVSTOR TR P XV [I ?] ; COS III à l’exergue ; S C ; Marc Aurèle et Lucius Verus debout, se donnant la main.
Rémy 1985 : no 162.

2925 Marc Aurèle. Dupondius, atelier de Rome (Mattingly, Sydenham 1930 : no 864). 163‑164 ap. J.‑C.
D/[M AVREL] ANTONINVS AVG AR [MENIACVS PM] ; tête radiée de Marc Aurèle à droite.
R/[TR P] XVIII [IMP II COS III] ; S C ; Mars debout à droite, tenant une lance de la main droite et posant la main gauche sur un bouclier.
Rémy 1985 : no 164.

3026 Marc Aurèle. Dupondius, atelier de Rome (Mattingly, Sydenham 1930 : no 1008). 170‑171 ap. J.‑C.
D/IMP M ANTON [INVS AV] G TR [P X] XV ; tête radiée de Marc Aurèle à droite.
R/PRIMI/DECEN/NALES/COS III/SC dans une couronne.
Rémy 1985 : no 166.

3127 Marc Aurèle. Sesterce de Lucilla, atelier de Rome (Mattingly, Sydenham 1930 : no 864). 164‑180 ap. J.‑C.
D/LVCIL [L] AE AVG ANTONINI AVG F ; buste drapé à droite de Lucilla.
R/IVNONI [LVCINAE] ; S C ; Junon assise à gauche, tenant une fleur et un enfant. Rémy 1985 : no 168.

3228 Commode. Dupondius, atelier de
Rome. 183‑186 ap. J.‑C.
D/légende illisible ; tête radiée à droite de Commode.
R/légende illisible ; S C ; Rome assise à gauche près d’un bouclier, casquée, tenant une Victoire dans la main droite et une lance de la main gauche.
Rémy 1985 : no 170.

3329 Commode. Dupondius, atelier de Rome. 183‑186 ap. J.‑C.
D/légende illisible ; tête radiée à droite de Commode.
R/légende illisible ; S C ; Rome assise à gauche près d’un bouclier, casquée, tenant une Victoire dans la main droite et une lance de la main gauche.
Rémy 1985 : no 171.

3430 Monnaie fruste.

3.2 Les statuettes moulées en terre cuite

35o. blin

36Sur la totalité des ensembles étudiés, 5 fosses seulement ont livré des fragments de statuettes moulées en terre cuite blanche kaolinique (pl. 1), qui occupent une place très marginale au sein du mobilier : au mieux 3 % par rapport au nombre minimum de vases en céramique (fig. 27).

Pl. 1 – Statuettes en argile moulée.
1 édicule (fosse 38, horizon 8, 30-70) ; 2 édicule (fosse 40, horizon 9, 70-110) ; 3 édicule (fosse 45, horizon 10, 110-150) ; 4, 5 Vénus (fosse 47, horizon 12, 190-11 Ie s.) ; 6, 7 Déesses-mères (fosse 47, horizon 12, 190-IIIe s.) ; 8 indéterminé (fosse 47, horizon 12, 190-IIIe s.).

FIG. 27 – Évolution de la fréquence des statuettes moulées, en pourcentage du nombre d’individus de céramique par horizon.

37Les 52 fragments livrés par ces 5 fosses constituent 51 % des fragments découverts sur l’habitat et 17 % du total de ceux récoltés à Roanne, sachant que la majorité provient du site de la nécropole antique. Ils représentent aussi la quasi‑totalité de ceux de l’habitat qui disposent d’un contexte stratigraphique bien défini. Si elles sont attestées à Roanne dès le milieu du ier s., les figurines moulées ne deviennent (relativement) fréquentes que dans la seconde moitié du iie s. et le début du iiie s., pendant les horizons 11 et 12 (fig. 27).

38Elles ont été classées selon la typologie élaborée par M. Rouvier‑Jeanlin (1972) (tabl. v). Les catégories les plus représentées sont celles des divinités (23 des 49 fragments déterminés) et des quadrupèdes (11 fragments), comme on l’observe de façon plus générale sur le site, avec respectivement 36 % et 33 % de l’ensemble des figurines actuellement découvertes. Au sein de chacune, les types les plus fréquents sont respectivement les déesses‑mères (12 fragments) et les chevaux (7 fragments).

TABL. V – Répartition typologique des fragments de statuettes moulées.

39On observe aussi une évolution du répertoire, dans le sens d’une diversification. Les fosses des horizons 8, 9 et 10 n’ont en effet livré que des fragments d’édicules (catégorie 1). Ce type de mobilier demeure donc très marginal, malgré la proximité d’importants centres de production (Bourbon‑Lancy, Lezoux, Vichy) et l’existence d’indices de fabrication sur le site même de Roanne (cfsupra § 1.4.4). On doit enfin souligner, en guise de conclusion, le manque de contextes d’habitat stratifiés pouvant être comparés à ceux de Roanne. Un schéma analogue – présence de statuettes depuis la seconde moitié du ier s. mais fréquence élevée et répertoire diversifié seulement aux iie et iiie s. – semble du moins attesté à Brive (Moser‑Gautrand, Moser 1981).

40L’échantillon de statuettes en terre blanche est faible. Il apporte toutefois des données nouvelles sur leur diffusion, encore largement discutée, mais qui demanderaient à être confortées par des observations effectuées sur une base statistique plus large. Pendant une première période, qui couvre les horizons 8 à 10, la diffusion demeure très faible (5 fragments) et réduite à des édicules. Elle ne s’amplifie que pendant les horizons 11 et 12, parallèlement à la diversification du répertoire.

3.3 Le mobilier métallique et les petits objets

41m. feugère

Approche générale

  • 1 Chantiers de fouilles programmées utilisant des versions personnalisées de SYSLAT : outre Olbia, Ar (...)
  • 2 Ce module est actuellement, à l’intérieur de SYSLAT, l’un des plus évolués : la saisie des fiches i (...)
  • 3 Par exemple Strasbourg, Besançon (J.‑O. Guilhot), Nîmes (M. Monteil). À Bordeaux (D. Barraud), le m (...)

42Les petits objets de Roanne ont été étudiés ici en utilisant le module informatisé de SYSLAT, système mis au point à Lattes (Hérault) par M. Py et son équipe (Py 1990 ; Py et al. 1991 ; Py et al. 1997). Ce système de gestion documentaire et d’exploitation scientifique, conçu à l’origine pour un chantier de fouilles programmées, a été ultérieurement aménagé pour répondre à une demande extérieure de plus en plus nombreuse1. Compte tenu de ses avantages, le module « petits objets » a d’ailleurs joué un rôle important dans la diffusion du système2, désormais utilisé par de grands chantiers de fouilles préventives, notamment en milieu urbain3. Le projet roannais (étude du mobilier d’une sélection de fosses représentatives) se présentait d’emblée comme un cas un peu particulier : seules des fouilles très étendues peuvent désormais livrer des données assez nombreuses, réparties sur un grand nombre d’ensembles stratigraphiques, pour que les petits objets puissent constituer un échantillon représentatif. Il s’agit en effet d’une catégorie de mobilier extrêmement variée, utilisant des techniques diverses et répondant à des fonctions encore plus disparates : la documentation d’un site est rarement assez abondante pour que des aspects particuliers puissent être évoqués de façon complète, et toute sélection diminue fâcheusement la représentativité de l’ensemble,

43À Roanne, la nécessité de regrouper les objets des seules fosses concernées par cet ouvrage nous privait donc, d’emblée, d’un certain nombre d’informations disponibles sur d’autres chantiers du même site. De ce fait, l’essentiel de l’apport des petits objets se limite aux données ponctuelles fournies par les éléments les plus caractéristiques des fosses étudiées : cet apport peut être chronologique, fonctionnel ou sociologique, mais le caractère isolé des informations incite naturellement à la prudence.

44Pour les mêmes raisons, nous n’exploiterons ci‑dessous ni les comptages internes, ni bien sûr les proportions petits objets/céramique, les chiffres disponibles étant trop faibles pour être significatifs. En ce qui concerne les contextes étudiés ici, l’aspect le plus marquant demeure l’activité artisanale mise en évidence sur le chantier de la rue Gilbertès (site no 65).

Éléments de synthèse

Un quartier artisanal

45Plus que d’autres catégories de mobilier, les petits objets permettent de mettre en évidence une activité artisanale amplement documentée, sur le même chantier, par les observations de fouille (site no 65). L’ensemble des données témoigne d’un artisanat du bronze, dont certains témoins permettent de préciser la nature : les bronziers de Roanne fabriquaient, entre autres choses, des clochettes (moules [293], [294], [295‑297], objet [261]) et sans doute aussi des miroirs (manches en boucle du chantier G5). La production est bien attestée dans l’horizon 8 (vers 30‑70), mais il est difficile de dire si les témoins plus tardifs correspondent à une poursuite de l’activité ou à du mobilier résiduel. L’ensemble pourrait n’avoir concerné que des objets de taille réduite, comme l’indiquent les dimensions des creusets. Il ne faut cependant pas sous‑estimer la possibilité de coulées plus importantes, mais moins courantes, dont les vestiges ne seraient pas nécessairement attestés dans notre échantillonnage.

46Cette production roannaise s’inscrit dans un contexte maintenant un peu mieux connu en Gaule romaine : on admet que routes les agglomérations disposaient de nombreux artisans répondant aux besoins locaux en petits objets d’usage courant. Seuls certains de ces ateliers étaient regroupés en zones artisanales, correspondant à une toute autre échelle de production : c’est peut‑être le cas des ateliers lyonnais de la Muette, mais de façon encore plus caractéristique, des quartiers d’artisans d’Alésia et des spectaculaires ensembles récemment explorés à Autun. Rien de tel à Roanne, où l’activité des bronziers semble strictement liée au marché local. En quoi les grands ateliers, dont la production répond à des besoins interrégionaux, se distinguent‑ils de ces petites structures ? S’agit‑il d’une maîtrise technologique plus étendue, d’une organisation plus rationnelle des différentes phases de production ? Comment considérer, dans le cadre de cette problématique, la possibilité d’une production roannaise de miroirs, qui nécessite la mise en œuvre de techniques relativement complexes, comme l’usage d’un tour, le polissage ou l’étamage ? Ou ne fabriquait‑on à Roanne que les manches, fixés sur les miroirs dans d’autres ateliers ?

  • 4 À l’exception d’Augst (Martin 1978).

47Avec de telles interrogations, on retombe dans la difficulté propre à l’étude des structures de ce genre. En dehors des grands ensembles mentionnés ci‑dessus, l’atelier de bronzier n’est le plus souvent repéré que par ses rejets, et rares sont les cas où l’observation des structures a débouché sur une compréhension globale de l’espace artisanal4. On sait néanmoins, par de telles analyses, que des objets qu’on aurait tendance à rattacher à d’autres circuits de production, comme les statuettes en bronze destinées au culte domestique, pouvaient tout à fait être produites dans des ateliers locaux de taille extrêmement modeste.

  • 5 Sur le mobilier en os de Roanne et la possibilité d’une activité de production locale : Béal 1987 ( (...)
  • 6 Par exemple à Lyon, à Autun, à Bordeaux (Grands Hommes), etc.

48Reste le problème de la spécialisation, et donc de l’organisation de la production artisanale. Le ou les bronziers roannais limitaient‑ils leur activité au travail des alliages cuivreux, ou pouvaient‑ils façonner à l’occasion de petites pièces en fer ? Réalisaient‑ils eux‑mêmes les objets en os qui devaient intervenir, par exemple, dans la fabrication d’un meuble5 ? Tout porte à croire, en fait, que les mêmes artisans subvenaient eux‑mêmes, toutes les fois que cela leur était possible, à leurs besoins en pièces manufacturées. Le travail du bronze et celui de l’os sont souvent associés dans les fouilles6, et on a évoqué pour expliquer cette association un rejet, à la périphérie urbaine, des activités dangereuses (arts du feu) et nauséabondes (tabletterie, pelleterie, etc.). Le regroupement des forgerons, bronziers, verriers et céramistes se justifie certainement par une volonté de limiter les risques d’incendies dus à de tels artisanats ; l’association avec la tabletterie, probable à Roanne comme ailleurs, pourrait se justifier par une spécialisation moins affirmée, dans l’Antiquité, que ne nous le suggère notre conception moderne de l’artisanat.

Petits objets, niveau de vie et romanisation

49Il est tentant de vouloir utiliser le petit mobilier, si varié et évocateur dans bien des domaines laissés dans l’ombre par le reste de la documentation archéologique, pour esquisser une approche sociologique de l’habitat gallo‑romain. Tout récemment, les fouilles de Besançon ont donné d’excellents résultats dans ce sens, pour une période à vrai dire légèrement antérieure : la répartition sur le site de certains objets caractéristiques a confirmé et renforcé l’analyse des structures interprétées, dans un cas, comme la maison d’un notable (Feugère 1992 : 132). Rien de tel n’est possible à Roanne, où la fouille n’a jamais pu dégager un secteur assez étendu de l’habitat pour qu’on puisse mettre en évidence un tel type d’organisation interne. Il y a quelques années, j’avais cependant cru pouvoir utiliser le faciès des fibules pour opposer Roanne, village resté toujours attaché à un style de vie indigène, à Feurs, ville élue pour abriter les structures les plus ostentatoires de la romanisation (Feugère 1981). S’il est certain que la romanisation n’a pas pris les mêmes formes, ni la même ampleur sur les deux sites, il ne faut pas tomber pour autant, en ce qui concerne Roanne, dans le cliché d’une agglomération secondaire demeurée à l’écart des grandes évolutions de la pax romand.

50En témoignent de la façon la plus spectaculaire, ici, des parures variées dont beaucoup doivent avoir été importées, quelquefois de fort loin, comme notre fibule [252]. Les objets de toilette, bien représentés sous le Principat, témoignent d’une évolution du mode de vie en rupture très nette avec l’indépendance.

51Certes, Rodumna est encore, autour du changement d’ère et sans doute encore plus tard, une ville très proche de la campagne : quelques outils (fer de bêche [2], serpette ? [722]) l’illustrent ici, mais d’autres objets témoignent au contraire des progrès de la nouveauté romaine : vases en bronze ([37], [385], [495], parfois originaux [5]), indices sur la pratique de l’écriture, moins répandue que dans le chef‑lieu de la cité (Poncet 1987 : 79‑80) (boîte à sceau [258]) et du comptage (jetons, tessère [721]). Peut‑être le recrutement, à Roanne, de quelques auxiliaires de cavalerie (plaques de cingula [259] et [431], boucle [260], éléments de harnais [440‑444]) a‑t‑il aussi favorisé l’ouverture de la ville vers des manières de vivre, une culture, plus proches du modèle romain. La bonne représentation, à Roanne, des objets liés au jeu (dés en os, pions et jetons divers) peut également renvoyer à des habitudes militaires, mais elle est également fréquente sur des sites civils.

52Il convient donc de nuancer une opposition trop marquée entre Rodumna et Forum Segusiavorum : certes, Roanne n’est pas chef‑lieu de cité, mais son activité artisanale et commerciale lui garantit une ouverture sur le monde extérieur que favorise certainement sa position privilégiée sur un nœud de voies commerciales, fluviales et terrestres. La prospérité du site au IIe s., confirmée par les fouilles de ces dernières années, montre que la position de l’agglomération était fortement établie dans le paysage économique du début de notre ère.

53Telles sont quelques‑unes des pistes que l’étude du petit mobilier nous permet de tracer, sans chercher à surexploiter les données d’une documentation encore trop clairsemée.

Catalogue du mobilier métallique et des petits objets

54Les références typologiques non précédées d’un titre d’ouvrage renvoient aux travaux suivants :
– objets en os : Béal 1983 ;
– fibules : Feugère 1985 ;
– harnais : Bishop 1988 ;
– miroirs : Lloyd‑Morgan 1981.

Horizon 6 (‑10/15) (pl. 2)

Domaine personnel

551 : 1 fibule en bronze, variante du type 18a, L. 42,5 mm (fosse 30). Cette fibule, d’un modèle original, se rattache néanmoins au groupe des fibules à arc triangulaire (18a) qui se développe entre les règnes d’Auguste et de Claude (cf. un exemplaire voisin découvert en Haute‑Garonne : Feugère 1985 : no 1226).

Domaine économique

562 : 1 armature en fer d’une bêche en bois, larg. act. 236 mm, ht. 245 mm (fosse 28). Objet en forme de U, dont la base devait à l’origine présenter un tranchant plus rectiligne, arrondi par l’usage. Cette armature était maintenue sur la bêche en bois grâce à la gouttière interne et à deux clous de fixation prévus aux angles supérieurs, une forme effectivement précoce dans la typologie récemment confirmée pour ces objets (Pietsch 1983 : 81). De tels outils sont répandus dans toutes les provinces dont le sol autorise l’emploi d’un tel instrument, soit principalement au nord des Alpes (Pohanka 1986 : 115‑117, avec carte de répartition, fig. 6) jusqu’en Grande‑Bretagne (Corder 1943 ; Manning 1969 ; 1985 ; Rees 1979 : 367), où elles ne semblent pas avoir été introduites avant la conquête claudienne. Sur le continent, les armatures de bêches apparaissent néanmoins dès La Tène finale (Jacobi 1974 : 74) et ont été utilisées sans grande modification morphologique jusqu’au xixe s. ; il faut de ce fait rester prudent sur la datation des objets retrouvés hors contexte ou conservés sans précision dans les musées. En Gaule, des armatures de bêches antiques ont déjà été signalées à Compiègne, Alésia (Champion 1916 : pl. IX) et Sarreinsming (Catalogue 1989 : 313, no 181.1).

Domaine indéterminé

573‑4 : 2 fragments informes en bronze (non ill.) (fosse 30).

Horizon 7 (15‑30) (pl. 2)

Domaine domestique

585 : 1 casserole à bec verseur, en bronze, L. 253 mm, ht. 60,5 mm (fosse 31). D’aspect classique pour le profil de la vasque et le dessin du manche, à extrémité arrondie percée d’un ajour en forme de lunule, cette casserole se distingue de la production de série par trois aménagements particuliers, qui répondent certainement de la part de l’artisan à une demande spécifique : la vasque (intérieur étamé) a été pourvue d’un bec verseur latéral très allongé, qui forme avec le manche un angle un peu inférieur à 90o, et dont l’aspect évoque celui des curieux « sauciers » Boesterd 65‑66 (cf. également Hayes 1984 : 179). Comme ce bec déséquilibre le vase, un petit support articulé sur charnière a été prévu au revers du manche. Le raccord entre le manche et la vasque est de la même façon épaulé par une solide languette soudée. À l’extrémité du manche, 7 rayons terminés par de petites cavités circulaires divergent du point de centrage, accosté de deux globules : ce décor est attesté sur trois casseroles de la Saône (Tassinari 1975 : 3 ; Baratte et al. 1984 : 90‑91) ainsi qu’en Grande‑Bretagne (Eggers 1966 : 9, 29 et 45) et en Germanie (Musée de Bonn, inv. 16605) : il s’agit peut‑être d’un indice de fabrication provinciale. Le fond du vase était normalement protégé par trois petits supports en forme de pelte, dont deux sont encore en place. L’existence de ces supports soudés à l’étain, sur cet exemplaire comme sur toutes les « casseroles » si mal dénommées, interdit de les considérer comme des récipients allant au feu. On les considère plutôt comme des vases à boire ou à manipuler les liquides : cet exemplaire manifesterait dans ce cas le besoin de verser avec plus de précision, dans un contexte inconnu (alimentaire ? artisanal ?).

Domaine immobilier

596‑22 : 17 clous en fer (non ill.) (fosse 31).

Domaine indéterminé

6023 : 1 plaque rectangulaire en fer, fragment de ferrure ? (non ill.) (fosse 31).

Pl. 2 – 1, 2 mobilier métallique de l’horizon 6 (-10/ +15), 5 mobilier métallique de l’horizon 7 (15-30) ; (éch. 1/2, sauf 2 et 5, éch. 1/3).

Horizon 8 (30‑70) (pl. 3 et 4)

Domaine domestique

6124 : 1 petit plateau circulaire en fer, diam. 81 mm, haut de 11 mm et pourvu au centre d’une rondelle plus petite, fixée par une tige brisée (fosse 37). Il pourrait s’agir du plateau d’un petit luminaire, comme on en connaît à la fois en fer et en bronze (dépôt de Welshpool, avec un plateau quadrilobé : Eggers 1966 : 135, fig. 33) ; de tels objets peuvent avoir servi à soutenir une lampe plutôt qu’une chandelle : on s’attendrait alors à trouver une pointe centrale.

6225 : 1 fourchette à chaudron en fer, conservée en deux fragments non jointifs, L. act. 375 et 128 mm (fosse 37). Il s’agit d’un objet adapté à la manipulation des morceaux de viande dans des chaudrons aux fragiles parois en tôle : ces ustensiles, surtout abondants en milieu celtique aux IIe‑Ier s. avant notre ère (en dernier lieu : Perrin 1990 : 63‑69), sont encore en usage, à l’époque romaine et plus tard, partout où l’on connaît de tels récipients. À partir de l’époque augustéenne, les fourchettes à chaudron sont normalement associées à une louche, placée à l’autre extrémité du même manche (Feugère 1986) ; il s’agit donc probablement, ici, d’un objet ancien demeuré en usage jusqu’à l’époque de Tibère ou de Claude.

6326 : 1 lot de 4 chaînettes tressées en fil de bronze, encore suspendues à un anneau filiforme, d’un diamètre de 14 à 25 mm ; autre fragment de chaînette, non jointif, L. act. 67 mm (fosse 39).

6427 : 1 lame de couteau (?) en fer (non ill.) (fosse 37).

6528‑29 : 2 fragments de lames en fer, peut‑être d’un couteau (non ill.) (fosse 36).

6630 : 1 clé en fer, L. 82 mm (fosse 37). Clé à panneton en T, sommet en demi‑cercle percé d’un trou de suspension (Masurel 1979 : types 2.1, 3.2 et 4.2 ; Manning 1985 : type 1). Ce modèle relativement primitif dans son fonctionnement (simple mouvement latéral) apparaît au début du principat et semble utilisé sans évolution notable du ier au ve s. au moins (Feugère et al. 1992 : 5‑6).

6731 : 1 clou décoratif en bronze, corrodé, diam. 14 mm (fosse 37).

6832 : 1 clou décoratif en tôle de bronze (non ill.) (fosse 36).

6933 : 1 cabochon ou clou décoratif en tôle de bronze, diam. 11 mm (fosse 36). Décor de simples cercles concentriques estampés.

7034 : 1 fragment de penture en fer (non ill.) (fosse 36).

7135‑36 : 2 plaques rectangulaires en fer, l’une d’elles pliée à angle droit (non ill.) (fosse 37). Renforts de meuble ou pentures.

7237 : 1 anse en bronze avec ses appliques, larg. 63 mm (non ill.) (fosse 37) . Anse plate, en queue d’aronde, avec laquelle sont conservées deux plaques montrant le départ d’un anneau : il s’agit probablement d’appliques soudées sur un support métallique (bassin ?) et sur lesquelles s’articulaient les extrémités de l’anse. Objet très corrodé.

7338 : 1 cochlear en os, type Béal A. XXV.1, diam. 23 mm, L. totale 125 mm (fosse 37).

Domaine immobilier

7439‑245 : 207 clous en fer (non ill.) (fosse 36 : 87 ; fosse 37 : 120).

Domaine personnel

75246 : 1 épingle ou petite clavette en bronze, L. 28 mm (fosse 39). Tête globulaire en bronze, rapportée par, coulée sur la tige également en bronze. Le type correspondant à celui d’épingles modernes (xviexixe s.), fréquemment infiltrées dans des niveaux antérieurs, il peut s’agir d’une intrusion.

76247 : 1 anneau en bronze, diam. 21,5 mm (fosse 39).

77248 : 1 anneau en plomb, argent ou étain, diam. 15 à 18 mm (fosse 37). Brut de coulée, il comporte encore, diamétralement opposés, deux jets de fonte ; coulé dans un moule à valve unique, il n’a pas encore été ébarbé.

78249 : 1 anneau filiforme en bronze, diam. 20 mm (non ill.) (fosse 38).

79250 : 1 fragment d’anneau plat en argent, L. 27 mm (fosse 37). Fonction indéterminée.

80251 : 1 fibule en bronze, type 14b3, L. act. 32 mm (fosse 39).

81252 : 1 fibule en bronze, type 19b2, L. 78 mm (fosse 37). Particulièrement fréquentes dans les nécropoles gauloises de l’époque de Claude‑Néron, ces fibules représentent l’aboutissement esthétique d’une évolution commencée à LT D2 : le décor est ici envahissant, qu’il s’agisse des cannelures de l’arc et du pied, de la gravure du couvre‑ressort ou des ajours de la collerette rapportée. La multiplication de ces ajours, sur les exemplaires de grande taille, caractérise le type 19b dont cette fibule est à ce jour l’exemplaire le plus méridional que l’on connaisse en Gaule (Feugère 1985 : 290). Cette variante fabriquée en Gaule de l’Est ou en Rhénanie témoigne donc de rapports existant à l’époque entre le pays ségusiave et ces régions.

82253 : 1 fibule en bronze, type 22b1, L. env. 50 mm (non ill.) (fosse 37). Il s’agit d’un modèle précoce, fabriqué à l’époque d’Auguste et de Tibère, remplacé dès le début du Ier s. par le modèle classique d’Aucissa, 22b2. Objet très corrodé.

83254 : 1 fibule en bronze, type 23d3, L. 58 mm (fosse 38).

84255 : 1 fibule en bronze, type 3b1b, L. act. 63 mm (fosse 39).

85256 : 1 fragment de fibule à charnière en bronze, corrodé, type 22 ou 23, L. act. 24,5 mm (non ill.) (fosse 37).

86257 : 1 fragment de fibule en bronze, type 23d1, L. act. 15,5 mm, larg. 24 mm (fosse 37). Seule subsiste, très corrodée, la partie médiane de l’arc avec les protubérances latérales caractéristiques ; restes d’étamage.

Activités sociales

87258 : 1 couvercle de boîte à sceau en bronze, L. 29 mm (fosse 36). En forme de goutte d’eau, il est malheureusement trop corrodé pour qu’on puisse distinguer un décor éventuel. On connaît un certain nombre d’exemplaires de même forme, à couvercle entièrement lisse : à Autun (au musée, sans no), Augst (61‑1970), Vechten (Musée de Leyde, inv. VE 930)..., mais cette particularité semble assez rare. La plupart du temps, les couvercles plats reçoivent au centre un décor incisé ou émaillé.

88259 : 1 plaque de cingulum en bronze, larg. 29,5 mm, L. act. 32 mm (fosse 36). Il s’agit d’une plaque en tôle découpée, dont les deux parties ont été séparées à la cisaille et aplaties par martelage, probablement en vue d’une refonte ; elles sont néanmoins fixées l’une sur l’autre par la corrosion, en position décalée. À l’opposé de la boucle, 3 gros trous servaient au passage du cuir, 3 rivets plus petits assurant, près de l’axe, la cohésion de l’ensemble. Sur la plaque ainsi constituée devait s’articuler une boucle coulée, sur axe, non conservée. Surtout attesté en Gaule septentrionale dans des milieux de la seconde moitié du IVe s. (Böhme 1974 : pi. 20, 9 ; 59, 6 ; 78, 27 ; 99, 23), ce type de boucle n’en est pas moins connu dans des contextes militaires du début du Principat (Fischer 1973 : fig. 20, 12).

89260 : 1 petite boucle en bronze, L. act. 22 mm (fosse 36). La boucle est fixée par la corrosion en position repliée, mais cet objet n’en correspond pas moins à un type fréquemment attesté sur les sites à caractère militaire : citons ici des parallèles d’Aislingen et Burghöfe (Ulbert 1959 : pl. 17, 8‑26 ; pl. 61, 4‑14), de Pfünz (Oldenstein 1976 : no 993). On connaît également des objets de ce type sur divers gisements civils de Gaule romaine, par exemple sur le Cayla de Mailhac (musée de Mailhac).

90261 : 1 clochette en bronze, ornée de sillons gravés au tour, ht. 24 mm (fosse 36). Battant en fer.

Domaine économique

91262 : 1 tige d’outil en fer, L. act. 71 mm (non ill.) (fosse 36).

92263 : 1 virole en fer, diam. env. 25 mm (non ill.) (fosse 37).

93264 : 1 creuset en argile, ht. act. 40 mm (fosse 38). Petit creuset à col resserré, bord aminci soigneusement lissé, abondante vitrification sur les parois externes mais aucune trace à l’intérieur. Vers les trois cinquièmes de la hauteur, à la base du col, perforation habituelle, effectuée avant cuisson en direction du fond du creuset, qui pouvait servir à manipuler le creuset dans le foyer à l’aide d’une tige en fer par exemple.

94265 : 1 fond de creuset en terre grise, L. act. 38 mm (fosse 37). Peu de traces visibles à l’intérieur, à part une cupule vitrifiée au fond ; à l’extérieur en revanche, couche vitrifiée brun‑jaune, taches rouges par endroit.

95266 : 1 fragment de creuset en argile grise, ht. act. 48 mm (fosse 38). Profil complet d’un petit creuset ovoïde, à col resserré vers le haut, soigneusement fabriqué en deux couches destinées à amortir les chocs thermiques ; la paroi montre à mi‑hauteur l’orifice caractéristique (Ø 4,5 mm). Malgré la vitrification partielle de la paroi externe, ce creuset pourrait avoir été abandonné en cours de cuisson, car on n’observe aucune trace à l’intérieur.

96267 : 1 fragment de creuset en argile, ht. act. 48,5 mm (fosse 38). Profil presque complet d’un petit creuset à col étranglé, dont manque le col déversé ; extérieur vitrifié, aspect en « peau de crapaud ». La paroi est percée, à la base du col, d’un orifice circulaire de 6 mm de diamètre pratiqué obliquement, vers l’intérieur, avant cuisson.

97268 : 1 fragment de creuset en argile, ht. act. 53 mm (non ill.) (fosse 38). Il s’agit du bec verseur, soigneusement déjeté latéralement, d’un creuset dont il n’est pas sûr qu’il appartienne au type ovoïde, le mieux représenté ici ; les exemplaires complets en sont apparemment dépourvus. Il s’agirait plutôt d’un creuset ouvert, en simple calotte, comme en ont livré les fouilles anciennes de Saint‑Joseph et divers sites de l’âge du Fer.

98269 : 1 fragment de creuset en argile, L. act. 29 mm (non ill.) (fosse 38). Il comporte l’orifice caractéristique, ici de 6,5 mm de diamètre, perforé obliquement, avant séchage, vers le fond du creuset.

99270‑292 : 23 fragments de moules ou de creusets en argile, L. max. 44 mm (non ill.) (fosse 38). Fragments sans caractéristique particulière, à paroi externe fréquemment vitrifiée.

100293 : 1 moule en argile, pour clochette en bronze, L. act. 44 mm (fosse 38). Les 2 fragments conservés correspondent à la partie supérieure d’un moule en argile, destiné à la fonte d’une clochette en bronze ; il comporte un entonnoir de coulée prolongé par un canal vertical, destiné à amortir le tassement du métal au moment de la coulée. À 6 mm seulement sous la base de l’entonnoir de coulée commence l’objet proprement dit : anneau de suspension aux côtés légèrement facettés, départ des parois obliques de la clochette. Ce moule à cire perdue, qui a été utilisé et donc brisé après refroidissement du métal, doit sa conservation à une préparation particulièrement soignée ainsi qu’à une série de heureux hasards : cuisson effective des parois, fragmentation limitée au moment du démoulage. Une argile très fine a été utilisée pour la partie du moule en contact avec le métal ; un mélange plus grossier, dans lequel apparaissent quelques empreintes végétales, a servi à l’enrobage de cette première empreinte.

101294 : 1 fragment de moule en argile, pour clochette en bronze, L. act. 35.5 mm (non ill.) (fosse 38). La partie conservée concerne également le sommet d’une clochette, de taille légèrement supérieure à la précédente (anneau de suspension également facetté), avec le départ de la paroi oblique.

102295‑297 : 3 moules en argile, peut‑être pour clochettes en bronze, L. act. 47, 42,5 et 38 mm (non ill.) (fosse 38). Ces trois fragments de moules recollent.

103298‑329 : 32 fragments de moules en argile, de 10 à 55 mm (non ill.) (fosse 38). Fragments d’argile brun clair, plus souvent grise à noirâtre, présentant une empreinte fine à l’intérieur et un lissage plus grossier, parfois recouvert de vitrifications, à l’extérieur. Leur état de fragmentation ne permet pas de déterminer quel type d’objet ils servaient à fabriquer ; il s’agit cependant indubitablement de moules à cire perdue, utilisés par les bronziers locaux pour produire de petits objets (quelques segments de plans courbes, parois cylindriques, apparaissent çà et là). Tous n’ont probablement pas servi à fabriquer des clochettes, qui sont néanmoins les seuls objets dûment identifiés sur cet atelier.

104330‑336 : 7 fragments de moules en argile, L. max. 43 mm (non ill.) (fosse 38). Les profils des parois internes interdisent de voir ici des creusets, mais le type d’objet à la fabrication duquel ces moules étaient destinés n’en est pas pour autant identifiable.

105337 : 1 polissoir en pierre, dim. 107 x 33 mm (fosse 32).

106338‑345 : 8 scories, plus ou moins vitrifiées, résultant des diverses opérations de chauffe liées au travail du bronze (non ill.) (fosse 38).

Domaine indéterminé

107346 : 1 fragment de bronze corrodé, en forme de cupule, L. act. 21 mm (non ill.) (fosse 37).

108347 : 1 fragment de tôle épaisse en bronze, surface brute de fonte, L. act. 30 mm (non ill.) (fosse 36).

109348 : 1 plaque quadrangulaire en bronze, corrodée, dim. 17 x 21 mm (non ill.) (fosse 37).

110349 : 1 plaque quadrangulaire en bronze, dim. 15 x 38 mm (fosse 37). Les petits côtés sont bordés d’une cannelure, précédée de chaque côté d’un trou sans doute destiné à la fixation.

111350 : 1 plaque rectangulaire en fer (non ill.) (fosse 37).

112351 : 1 bande de tôle de bronze, en forme de gouttière et repliée sur elle‑même, L. act. 42,5 mm (non ill.) (fosse 37).

113352 : 1 fragment de tôle de bronze, comportant un rivet en bronze sous lequel subsistent des traces de fer, L. act. 17 mm (fosse 37).

114353 : 1 plaque quadrangulaire en tôle de bronze, percée de 2 trous sur un petit côté, dim. 18 x 25 mm (fosse 37).

115354 : 1 fragment de tôle de plomb, L. 52 mm (non ill.) (fosse 39). Traces de découpe.

Pl. 3 – Mobilier métallique de l’horizon 8 (30-70) ; (éch. 1/2, sauf 25, éch. 1/3).

Pl. 4 – Mobilier métallique et petits objets de l’horizon 8 (30-70) ; (éch. 1/2).

Horizon 9 (70‑110) (pl. 5 et 6)

Domaine domestique

116355 : 1 anneau en fil de bronze, diam. act. 21‑30 mm (fosse 40). Formé d’un fil de bronze aux extrémités nouées, cet anneau ressemble à ceux qui relient par exemple les chaînettes de suspension d’une lampe ou de tout autre ustensile de petite taille (lanterne, balance, etc.).

117356 : 1 charnière en os, type Béal A. XI.1b, L. 110 mm, diam. 23 mm (fosse 40).

118357 : 1 clou de fixation de coffret, L. 16 mm (non ill.) (fosse 40). De tels clous peuvent servir au montage de petites boîtes en bois ou en os, voire à la fixation d’éléments rapportés comme une plaque de serrure.

119358 : 1 clou décoratif en bronze, tête lisse arrondie, diam. 17 mm (fosse 40).

120359‑360 : 2 clous décoratifs en bronze, diam. 15,5 et 18 mm (fosse 40). Bordure festonnée et décor rayonnant finement incisé, évoquant un motif floral.

121361‑362 : 2 couronnes de petits clous décoratifs en bronze, diam. 8 mm (no 362 non ill.) (fosse 40).

122363‑364 : 2 têtes de clou décoratif en bronze, lisses et bombées, diam. 26,5 mm et (act.) 25 mm (fosse 40).

123365‑367 : 3 clous décoratifs en bronze, tête lisse et bombée, diam. 20, 12 et 11 mm (fosse 40). La tête est d’autant plus bombée que le diamètre est réduit.

124368‑372 : 5 clous décoratifs en bronze, tête lisse et plate, diam. 19, 17,5, 14, 13 et 11 mm (fosse 40). La variété de tous ces objets évoque une série de récupération beaucoup plus qu’une production locale.

125373‑378 : 6 clous décoratifs en bronze, tête moulurée, diam. 13, 11, 11 et 6 mm pour les mieux conservés (nos 373, 375‑378 non ill.) (fosse 40). Tête en tôle, motif estampé de cercles concentriques cherchant à donner une impression de volume.

126379 : 1 plaque en bronze, L. 35 mm (fosse 40). Plaque de facture soignée : les deux extrémités sont soulignées d’un filet gravé, l’une d’elles est biseautée et la plaque est percée de 2 petits trous de fixation. Elle faisait donc partie du décor d’un objet parallélépipédique en bois, sans doute une petite boîte ou un coffret.

127380‑384 : 5 cochiearia en os, type Béal A. XXV.l, L. 112 et 124 mm, L. act. 95, 58 et 53 mm (fosse 40).

128385 : 1 couvercle en bronze de cruche à poucier, L. 51 mm (fosse 40). Ce type de couvercle équipe des cruches piriformes à bec trilobé, en tôle de bronze, dont le col et l’anse sont fréquemment coulés ensemble (fig. 28). Ces Blechkannen, dérivant de prototypes italiques de la fin de l’époque républicaine (Raev 1976), connaissent une grande faveur de la fin du ier au iiie s. (voir, par exemple, les exemplaires du « trésor d’Apt » : Cavalier 1988 : no 6‑17), mais elles sont également fabriquées durant l’Antiquité tardive et même après (Bol la 1979 ; 1989).

FIG. 28 – Cruche en tôle munie d’une anse coulée à couvercle articulé (comme notre no 385) : dépôt d’Apt.

129386 : 1 fragment épais en bronze coulé, peut‑être un bord de vase partiellement fondu, L. act. 30 mm (non ill.) (fosse 40). Probable rebut destiné à la refonte.

Domaine immobilier

130387‑409 : 23 clous en fer (non ill.) (fosse 40 : 20 ; fosse 42 : 3).

Domaine personnel

131410 : 1 nodule de pigment bleu siliceux (non ill.) (fosse 40).

132411‑412 : 2 petits nodules de pigment bleu, diam. 10‑15 et 8‑10 mm (fosse 40). Couleur à fard (Riha 1986 : 97‑100).

133413 : 1 épingle en os de type Béal A. XX.8, L. act. 57 mm (non ill.) (fosse 40).

134414 : 1 bouton décoratif en tôle de bronze, diam. 13 mm (fosse 40). Décor de simples cercles concentriques près du bord retourné ; la pointe courte et repliée indique peut‑être un support en cuir.

135415 : 1 fibule en bronze, de type 23d1, L. 35,5 mm (fosse 40),

136416 : 1 fibule en bronze, de type 24b2, L. 38 mm (fosse 40). Couronne de grènetis au centre, petits cercles estampés aux extrémités des fleurons.

137417 : 1 fibule en bronze, de type 3blc, L. act. 52,5 mm (fosse 40). La bague à décor pastillé, qui détermine la variante 3b1c des fibules « pseudo La Tène II », permet de caractériser la production d’un atelier probablement régional qui a dû fonctionner dans la seconde moitié du Ier s. de notre ère. Des exemplaires du type 3b1c ont en effet été découverts, outre Roanne, au Mont‑d’Uzore, à Lyon ainsi qu’à Briord, dans l’Ain (Corna et al. 1990 : carte fig. 6), mais également jusqu’en Rhétie, à Schwabmünchen (Mackensen 1987 : fig. 59, 4).

138418 : 1 fibule en bronze, type 14b1b, L. act. 49 mm (fosse 40). Cet objet détérioré, non réparable (porte‑ardillon brisé), peut avoir été récupéré en vue d’une refonte.

139419 : 1 fibule en bronze, var. type 23a, L. 28,5 mm (fosse 40).

140420‑421 : 2 fibules en bronze, de type 23d1, L. 30 et 31 mm (fosse 40).

141422 : 1 fragment de perle en fritte bleue, ht. act. 16,5 mm (fosse 41). Traces cannelées (moule) à l’intérieur.

142423‑429 : 7 fragments de miroirs en bronze, gr. Lloyd‑Morgan F ; L. du plus grand fragment 55 mm (non ill.) (fosse 40). Ce type de miroir, très simple, généralement utilisé avec un manche en boucle, a été produit en Gaule entre les règnes d’Auguste et de Claude.

143430 : 1 manche de spatule ou curette en bronze, L. act. 78 mm (fosse 40). Les deux extrémités sont brisées, le manche renflé est de section octogonale. Cet objet, de facture soignée, devait comporter d’un côté une sonde ou une spatule, de l’autre une palette inclinée formant cure‑oreille (Riha 1986 : nos 259, 260, 427‑459, 586‑594).

Activités sociales

144431 : 1 fragment de plaque de cingulum en bronze, L. act. 27,5 mm, larg. 21 mm (fosse 40). Objet non décoré, mais dont subsistent au revers 2 rivets de fixation écrasés (Ulbert 1959 : pl. 61, 29‑34 ; Oldenstein 1976 : no 745‑746). Cet objet usagé a pu être conservé en prévision d’une récupération.

145432 : 1 demi‑jeton en os de type Béal A. XXIII.3, diam. 17, ép. 3,7 mm (fosse 40).

146433 : 1 jeton en pierre blanche (galet naturel), dim. 13 x 15 mm (fosse 40). Des jetons de ce type se rencontrent sur plusieurs sites gallo‑romains, mais il n’est pas toujours facile de dire si leur présence résulte d’un choix antique délibéré.

147434 : 1 pion de jeu en verre jaune clair opaque, diam. 12,5 à 14 mm, ép. 5,5 mm (fosse 41).

Domaine économique

148435 : 1 fragment d’outil en fer, L. act. 258 mm (fosse 40). Il s’agit de la base d’un outil dont seuls sont conservés une douille très allongée (env. 20 cm) et le départ d’une lame légèrement arquée. Il pouvait donc s’agir d’une serpe à long manche, comme on en utilise encore pour couper de petites branches, éclaircir un taillis, supprimer les rejets d’un arbuste, etc.

149436 : 1 fragment de pierre volcanique, L. max. 110 mm (non ill.) (fosse 40). Il peut s’agir d’un fragment de meule, ou plutôt d’une pierre utilisée comme abrasif.

150437 : 1 lot d’une vingtaine de masses gris clair, matière siliceuse pulvérulente (non ill.) (fosse 40). S’il s’agit bien de roche et non de sédiment brûlé, ces échantillons peuvent avoir été sélectionnés pour servir d’abrasif léger, utile par exemple pour polir la surface d’une tôle de bronze.

151438 : 1 lot de 26 scories grises, très légères, d’aspect siliceux : matière utilisée comme abrasif ? (non ill.) (fosse 40).

152439 : 1 virole en fer, diam. 42 mm (non ill.) (fosse 40).

153440 : 1 bélière en bronze, L. act. 17 mm (fosse 40). Bélière quadrangulaire prolongée par une tige latérale, brisée (Feugère 1983 : fig. 32, no 70). Ce type de bélière peut équiper le revers d’une phalère de harnais, ou une agrafe assurant la liaison entre deux sangles. Elle provient de toutes manières d’un objet de harnachement.

154441 : 1 crochet en bronze, en forme de tête de canidé, L. act. 20 mm (fosse 40). Cette extrémité recourbée pourrait théoriquement appartenir soit à un manche de simpulum, soit à un pendant de harnais (Castoldi, Feugère 1991 : 88). Le contexte général, la taille de la tête animale, son style et la courbure prononcée de la tige permettent de préférer la seconde hypothèse. Même si les têtes de canidés sont beaucoup moins fréquentes que les têtes d’oiseaux aquatiques sur les pendants de harnais, on notera ici qu’un des exemplaires les plus remarquables de cette série a déjà été recueilli à Roanne (Feugère 1983 : no 58).

155442 : 1 extrémité de pendant en bronze, L, act. 28 mm (fosse 40). Base d’un pendant foliacé, aux bords festonnés, avec un petit bouton mouluré formant lest. La taille réduite convient soit à un pendant de harnais, soit à un pendant de ceinture militaire (Oldenstein 1976 : nos 206‑208).

156443 : 1 bulbe en bronze en forme d’oignon, L. act. 18 mm (non ill.) (fosse 40). Il doit s’agir de l’extrémité coulée, formant lest, des pendants de harnais du modèle à crochet (Feugère 1983 : fig. 25).

157444 : 1 pendant de harnais en bronze, type Bishop 3b, larg. 26 mm, L. 45 mm (fosse 40). Modèle peu courant, dont un inventaire récent (Bishop 1988) permet de citer des parallèles à Newstead et Hüfingen.

158445 : 1 bord rectiligne de tôle coulée en bronze, dim. 22 x 28 mm (non ill.) (fosse 40). Faces brutes de coulée.

159446 : 1 fragment de cylindre (?) en bronze, épais, brut de fonte, 25 x 17 mm (non ill.) (fosse 40). Conservé pour la refonte.

160447 : 1 ruban de tôle de bronze replié sur lui‑même, dim. 28 x 25 mm (non ill.) (fosse 40). L’enroulement de ce débris est probablement prévu pour une refonte : objet de récupération.

161448‑459 : 12 fragments (env.) de bronze informes, probables rebuts de récupération (non ill.) (fosse 40).

162460‑480 : 21 fragments de tôle de bronze, dim. max. du plus gros objet 56 mm (non ill.) (fosse 40). Les fragments les plus importants sont clairement des chutes de cisaille, les autres sont brisés ; tous ces objets représentent des déchets de fabrication artisanale.

163481‑483 : 3 coulures de bronze fondu (non ill.) (fosse 40). Rebuts de fabrication.

164484 : 1 coulure de bronze, L. 46 mm (non ill.) (fosse 40). Rebut de fabrication.

165485 : 1 polissoir en pierre, L. 93 x 30 mm (fosse 40).

166486 : 1 fragment de scorie en calotte résultant d’une activité de forge, dim. 105 x 77 mm, ép. 60 mm (non ill.) (fosse 40).

Domaine indéterminé

167487 : 1 fragment d’objet plat, L. act. 16 mm (non ill.) (fosse 40). L’élément subsistant, en forme de T, est à l’intersection d’un disque plat d’où émerge un appendice perpendiculaire : fonction indéterminée.

168488 : 1 manchon hémicylindrique en bronze, mouluré transversalement, dim. 10 x 12 x 7 mm (fosse 40). Il ne peut s’agir de la virole d’un petit manche, la section étant d’origine en demi‑cercle ; peut‑être cette bague faisait‑elle partie, en assurant la jonction entre deux éléments distincts, d’un décor de meuble utilisant des baguettes demi‑rondes, en os par exemple ?

169489 : 1 ruban de plomb, à décor moulé, L. act. 72 mm (fosse 40). Ruban torsadé, large de 4 à 5 mm, comportant sur une face un décor moulé : ligne de globules entre deux filets latéraux. Probable décor prévu pour un montage en plomb, cadre ou objet votif (cf. par exemple Berti 1990 : 70‑72).

170490‑491 : 2 fragments informes en bronze (non ill.) (fosse 40).

171492. : 1 fragment de tôle de bronze, orné d’une côte médiane, larg. 15,5 mm (non ill.) (fosse 40).

Pl. 5 – Mobilier métallique et petits objets de l’horizon 9 (70-110) ; (éch. 1/2).

Pl. 6 – Mobilier métallique et petits objets de l’horizon 9 (70-110) ; (éch. 1/2, sauf 435, éch. 1/3)

Horizon 10 (110‑150) (pl. 7)

Domaine domestique

172493 : 1 lot de maillons d’une chaînette tressée en fil de bronze (non ill.) (fosse 45).

173494 : 1 lot d’une vingtaine de fragments, très dégradés, appartenant à un récipient en pierre (?) épais de 4 à 6 mm (non ill.) (fosse 45). L’objet semble avoir brûlé, et se présente sous la forme de fragments non jointifs, déformés, dont l’épaisseur varie de 2,5 à 5,5 mm. La structure interne est craquelée et fortement fractionnée en particules brun clair à l’extérieur, blanc pailleté à l’intérieur. L’aspect des cassures, cristallisé, ne pouvant correspondre à du verre, même très dégradé, il semble bien que l’on soit en présence des restes brûlés d’un petit vase en pierre semi‑précieuse, par exemple de l’albâtre, comme on en connaît un certain nombre dans l’Antiquité (Bühler 1973) et notamment en Gaule méridionale (ciste, alabastres...).

174495 : 1 amphore en bronze, ht. 203 mm, diam. max. 128 mm, à l’ouverture 67 mm ; diam. du fond 60 mm (fosse 44). Amphore martelée à partir d’une ébauche coulée (cannelures au fond), col massif pourvu d’un léger redan à l’intérieur ; deux anses soudées épaissies vers la base (l’état de conservation rend la restitution graphique approximative). La comparaison avec des vases de meilleure qualité montre que le modèle de ces anses représentait le corps de deux dauphins (Brescak 1982, 107), à peine reconnaissables ici. Des amphores de profil similaire se rencontrent sous de nombreuses variantes (Boesterd 1956, 260). Les objets datés se trouvent dans des contextes du troisième quart du Ier s. (Pompei : De Ridder 1915 : 2643 ; Boscoreale : Pernice 1900 : 184, fig. 10 ; Doorwerth, c. 70 : Holwerda 1931 : 19, fig. 12) au milieu du iie s. de notre ère (Eggers 1951 : 129).

Domaine immobilier

175496‑528 : 33 clous en fer (non ill.) (fosse 44 : 9 ; fosse 45 : 24).

Domaine indéterminé

176529‑530 : 2 fragments de tôle de bronze, informes (non ill.) (fosse 45).

Horizon 11 (150‑180) (pl. 7)

Domaine domestique

177531‑532 : 2 fragments de lames allongées en fer, peut‑être des couteaux (non ill.) (fosse 46).

178533 : 1 élément de charnière en os, type Béal A. XI.2, L. 28, diam. 27 mm (fosse 46).

Domaine immobilier

179534‑633 : 100 clous en fer (non ill.) (fosse 46).

Domaine personnel

180634 : 1 bague en os, ht. 24 mm (fosse 46). Sur le chaton ovale, inscription gravée : VII (Béal 1987 : no B1). Des bagues portant d’autres nombres ont été signalées en Rhénanie et à Rome (Henkel 1913 : no 899 : XXVI ; no 900 : XXXII), d’autres à Nîmes : XXXX (phase 4c, vers 70‑180) et XXXXVIII (phase 5, vers 250‑400) (Feugère, Manniez 1993 : nos 100 et 305). La signification de ces indications numériques demeure obscure.

181635‑636 : 2 fragments de semelle(s) de chaussure(s) cloutées (non ill.) (fosse 46).

182637 : 1 fibule émaillée en bronze, type 26b2, L. act. 32 mm (fosse 46). Sur l’arc losangique, 4 carrés d’émail rouge.

183638 : 1 fibule émaillée en bronze, type 26b2, L. act. 39 mm (fosse 46). Carré central émaillé en rouge, entouré d’émail vert clair (décoloré) ; au centre et tout autour, globules de verre inclus dans l’émail.

184639‑640 : 2 fibules émaillées en bronze, type 26b1, L. 37 mm (no 640 non ill.) (fosse 46). Décor de 4 triangles d’émaii rouge.

Domaine économique

185641 : 1 aiguille à coudre en os, type Béal A. XIX.2, L. 88 mm (fosse 46).

Pl. 7 – Mobilier métallique et petits objets de l’horizon 10 (110-150) (495), et de l’horizon 11 (150- 180) ; (éch. 1/2, sauf 495, éch. 1/3).

Horizon 12 (190‑iiie s.) (pl. 8)

Domaine domestique

186642 : 1 clavette en bronze, L. act. 85 mm (fosse 47). Tige de section circulaire, terminée par un bouton conique : elle a pu servir à divers usages. Des tiges analogues entrent par exemple dans le montage des lanternes en bronze, reliant les deux fléaux de suspension du corps et du couvercle (Bémont, Beck 1989 : fig. 2).

187643 : 1 fragment d’anneau en fer, diam. env. 30 mm (non ill.) (fosse 47).

188644 : 1 applique en bronze, en forme de lunule, larg. 43 mm (fosse 48). Au revers, tige de fixation brisée.

189645 : 1 renfort d’angle de coffret en bronze, dim. 45 x 48 mm (fosse 47). Extrémités lancéolées, encore pourvues de deux clous de fixation.

190646 : 1 cochlear en os, type Béal A. XXV.l, L. 139 mm (fosse 48).

Domaine immobilier

191647‑711 : 65 clous en fer (non ill.) (fosse 47 : 15 ; fosse 48 : 50).

Domaine personnel

192712 : 1 nodule de pigment bleu, siliceux (non ill.) (fosse 47).

193713 : 1 épingle en os, type Béal A. XX.7, L. 90 mm (fosse 48).

194714 : 1 épingle en os, type Béal A. XX.8, L. 92 mm (fosse 48).

195715 : 1 bague en fer, diam. ext. 31,5 x 27 mm, diam. int. 22 x 20 mm (fosse 48). Il s’agit clairement, par ses dimensions, d’une bague masculine ; elle a conservé son intaille en verre, où l’on reconnaît malgré la corrosion, un oiseau (aigle ?) à gauche sur l’intaille, la tête retournée en arrière.

196716 : 1 fragment de bracelet en bronze, L. act. 45 mm (non ill.) (fosse 48).

197717 : 1 perle côtelée en fritte bleu‑vert, diam. 11,5 mm, ht. 9,5 mm (fosse 48).

198718 : 1 cure‑oreille en bronze, L. act. 83 mm (fosse 48).

Activités sociales

199719 : 1 dé à jouer en os, dim. 11 x 8 x 10 mm (fosse 48). Marquage en doubles cercles pointés.

200720 : 1 pion de jeu en verre sombre opaque, diam. 15 mm, ép. 7 mm (fosse 47).

201721 : 1 tessère circulaire en plomb, diam. 21 mm (fosse 47). Rondelle soigneusement façonnée en plomb, épaisse de 2 mm environ, percée de 2 trous ; l’un, au centre, a servi d’axe de rotation à l’objet et en conserve les traces caractéristiques. L’autre, près du bord, a servi à assujettir un filin de suspension. Cette tessère porte, sur une face, une inscription gravée à la pointe sèche (l’autre face est lisse), longeant le pourtour vers la droite en partant du trou de suspension : XVIIII s 0. Le premier groupe de signes, qui correspond très clairement à un nombre, ne pose pas de problème de lecture à part la dernière haste, en bonne partie dégradée par la corrosion. Un large espace et deux barres obliques, qui peuvent être des points, séparent ce premier groupe du dernier signe. Celui‑ci est formé de 4 traits dont le dernier, qui a glissé, se prolonge sur toute la largeur de la rondelle. Ce peut être la lettre 0, ou éventuellement D qui correspondrait alors à denarii. Des indications de valeur se rencontrent quelquefois sur les jetons en os, sans qu’on puisse toujours déterminer s’il s’agit de l’indication d’un lot ou directement d’une somme d’argent (Béal 1983 : 284). Si on veut bien accepter qu’il y a ici une mention monétaire, la tessère de Roanne serait alors à rapprocher des quelques Jetons sur lesquels on a reconnu de telles mentions, par exemple à Vienne (Béal 1983).

Domaine économique

202722 : 1 serpette ou tranchoir en fer, avec son manche en bois de cerf, L. 233 mm (fosse 48). La bonne conservation du manche permet ici d’observer comment de simples tubes en bois de cerf, grossièrement équarris, peuvent fournir un manche d’outil tout à fait convenable. Ce type d’outil, adapté (entre autres) à la taille des petits rameaux, est assez couramment représenté sur les sites gallo‑romains (Pietsch 1983 : 75‑77).

203723 : 1 manche de petit instrument en fer, tige plate terminée par un anneau (non ill.) (fosse 48).

204724 : 1 virole en bronze, diam. 20‑ 22,5 mm, ht. 12 mm (non ill.) (fosse 47). Elle a été violemment martelée d’un côté, probablement pour assurer la fixation sur le manche.

205725 : 1 aiguille à coudre, en os, type Béal A. XIX.5, L. act. 75 mm (fosse 48).

206726‑727 : 2 fragments de tôle de bronze repliés et écrasés, dim. 32 et 26 mm (non ill.) (fosse 48).

207728 : 1 bord de creuset en terre grise, ht. act. 35 mm (fosse 47). Vitrification rouge à l’intérieur, brun jaune à l’extérieur.

208729 : 1 fond de creuset en argile, avec une coulée de bronze, L. act. 59 mm (non ill.) (fosse 47). Le fragment, très épais (32 mm), est recouvert à l’extérieur d’une épaisse masse de résidus spongieux, vitrifiés en surface ; la paroi externe originelle est cependant visible, ainsi que la paroi interne. Entre les deux niveaux, distants de 22 mm, s’est insérée une coulée de bronze dont l’échappement n’a pas manqué d’interrompre la fusion en cours. Cet objet témoigne donc des aléas de la coulée du bronze, toujours à la merci d’un éclatement du creuset, voire, comme ici, d’une simple fissure.

209730 : 1 fragment de lingot de bronze, en forme de calotte, dim. 28 x 24 mm, ép. 12 mm (fosse 48).

210731 : 1 tige en plomb, L. act. 32 mm (non ill.) (fosse 47). De section carrée, partiellement martelée d’un côté.

Domaine indéterminé

211732 : 1 fragment de fût d’épingle ou d’aiguille en os, L. act. 54 mm (fosse 47).

212733 : 1 angle de tôle de bronze, rivetée sur un support métallique disparu, dim. 25 x 24 mm (non ill.) (fosse 47).

213734 : 1 fragment de bronze bombé, dim. 38 mm (non ill.) (fosse 47).

214735 : 1 fragment de tube en bronze, corrodé, L. act. 33,5 mm (non ill.) (fosse 47).

215736 : 1 fragment de tôle de bronze ornée de cercles concentriques, dim. 13 x 29 mm (non ill.) (fosse 48).

216737 : 1 fragment de tôle de bronze rivetée, L. act. 20 mm (non ill.) (fosse 48).

217738 : 1 ruban découpé en tôle de bronze, L. act. 37 mm (non ill.) (fosse 47).

Pl. 8  – Mobilier métallique et petits objets de l’horizon 12 (190-iiie s.) ; (éch. 1/2, sauf 722, éch. 1/3).

3.4 Les récipients en verre

218m.‑o. lavendhomme

Approche générale

219Les récipients en verre, peu nombreux (474 tessons et 73 formes ; tabl. vi), font l’objet d’un inventaire systématique par horizons et fosses mentionnant la couleur du verre et la forme générale, se référant aux typologies d’Isings et de Rütti à Augst.

TABL. VI – Répartition de la vaisselle en verre dans les ensembles étudiés. A en nombre de fragments ; B en nombre d’individus. Les chiffres en italique correspondent à des fosses où le verre a probablement été égaré.

220Tout comme pour les petits objets, l’étude de quelques ensembles ne permet pas une analyse spatiale ou sociale, ni même économique.

Éléments de synthèse

221Proportionnellement aux vases en céramique, les vases en verre sont très peu représentés (fig. 29). Ils sont absents, ou presque, des horizons 6 et 7, pour n’apparaître que très faiblement à l’horizon 8. Le taux le plus élevé est atteint à l’horizon 10 avec un peu moins de 5 vases en verre pour 100 vases en céramique. Malheureusement, il paraît évident que la courbe de représentativité est biaisée par l’absence de verre dans plusieurs fosses, due probablement à une perte du matériel depuis la fouille, notamment pour les fosses 34, 35, 41, 42 et 46.

FIG. 29 – Évolution de la fréquence de la vaisselle en verre, en nombre de vases en verre pour 100 vases en céramique par horizon.

222Un peu moins de la moitié des tessons en verre (42 %) sont vert‑bleu clair, à savoir naturel ; un tiers est incolore (30 %) ; le reste est monochrome (vert, bleu, ambré, brun, lie‑de‑vin) (26 %) et très rarement en millefiori (2 %). Aux horizons 8 et 9 les couleurs sont très diversifiées et vives alors, qu’inversement, l’horizon 10 est caractérisé par l’absence d’originalité (presque exclusivement des verres naturels et incolores).

223La plupart des formes identifiées correspondent à trois types classiques de tradition gallo‑romaine :
– la coupe moulée à côtes verticales, Isings 3, qui figure en 13 exemplaires, est surtout fréquente dans les fosses des horizons 8 et 9, ce qui concorde avec les données de Augst (Rütti 1991 : 31) et de Lyon (Leyge 1983) ;
– les bouteilles, en verre soufflé en forme, à une ou deux anses (sections circulaire, carrée ou hexagonale), sont représentées par 10 exemplaires, principalement aux horizons 9 et 10. Cette datation n’est pas démentie par les données de Augst (Rütti 1991 : 37) et de Lyon (Leyge 1983), ces formes sont considérées comme légèrement postérieures à la coupe à côtes verticales ;
– les balsamaires, en verre soufflé, qui n’ont pu être identifiés à l’un ou l’autre type, les 8 exemplaires étant présents régulièrement.

Catalogue du mobilier en verre

224Les références typologiques renvoient uniquement aux travaux d’Isings 1957 et de Rütti 1991 (mentionné AR suivi du numéro dans le catalogue). Sauf mention contraire, les dimensions mentionnées sont les diamètres d’ouverture des vases.

Horizon 6 (‑10/15)

Fosse 30

225Vert‑jaune clair (1 tesson)
Il n’y a pas de forme répertoriée.

Horizon 7 (1530)

226Il n’y a pas de récipient en verre répertorié dans cet horizon.

Horizon 8 (30‑70) (pl. 9)

Fosse 36

227Vert‑bleu clair (10 tessons)
– panse à côtes verticales (Isings 3 ?) ;
– panse à côtes verticales (Isings 3 ?) ;
– fond annulaire.

228Vert foncé (2 tessons)
– lèvre ourlée vers l’extérieur d’un pot ovoïde, diamètre 6 cm (Isings 67b ?, AR 118.1 ?) (pl. 9, no 1).

229Bleu foncé (10 tessons)
– lèvre ourlée vers l’extérieur d’une coupe (?), diamètre 21 cm (Isings 44/115 ?, AR 109.1 ?) (pl. 9, no 2).

230Ambré (5 tessons)
– lèvre rentrante de balsamaire (?), diamètre 3,5 cm (pl. 9, no 3)
– départ d’anse.

231Incolore (1 tesson)
Il n’y a pas de forme répertoriée.

232Millefiori (1 tesson)
– panse à côtes verticales (Isings 3 ?).

Fosse 37

233Vert‑bleu clair (6 tessons)
– panse à côtes verticales (Isings 3 ?).

234Vert foncé (5 tessons)
Il n’y a pas de forme répertoriée.

235Bleu foncé (2 tessons)
– panse à côtes verticales (Isings 3 ?).

236Lie‑de‑vin (3 tessons)
Il n’y a pas de forme répertoriée.

237Rose clair (1 tesson)
– panse avec de fines lignes blanches horizontales.

Fosse 38

238Vert‑bleu clair (7 tessons)
– fond annulaire, diamètre du fond 4.5cm (pl. 9, no 4) ;
– fond annulaire, diamètre du fond 5,5 cm (pl. 9, no 5).

239Bleu foncé (1 tesson) 
– anse cannelée.

240Ambré (1 tesson)
Il n’y a pas de forme répertoriée.

241Incolore (7 tessons)
– fond plat d’une bouteille (?).

Fosse 39

242Vert‑bleu clair (1 tesson)
Il n’y a pas de forme répertoriée.

243Ambré (1 tesson)
– fond annulaire, diamètre du fond 3,5 cm (pl. 9, no 6).

Horizon 9 (70‑110) (pl. 9)

Fosse 40

244Vert‑bleu clair (67 tessons)
– lèvre ourlée vers l’intérieur d’une bouteille, diamètre 3,5 cm (Isings 50 ou 51) (pl. 9, no 7) ;
– lèvre ourlée vers l’intérieur et anse en ruban d’une bouteille, diamètre 3 cm (Isings 50 ou 51) (pl. 9, no 8) ;
– lèvre ourlée vers l’intérieur et anse en ruban d’une bouteille, diamètre 2,5 cm (Isings 50 ou 51) (pl. 9, no 9) ;
– balsamaire, diamètre 2,5 cm (pl. 9, no 10)
– lèvre évasée d’un pot ovoïde ou d’une coupe, diamètre 10,5 cm (Isings 69 a ?) (pl. 9, no 11) ;
– coupe à côtes verticales sur la panse (Isings 3) (pl. 9, no 12) ;
– coupe à côtes verticales sur la panse (Isings 3) (pl. 9, no 13) ;
– gobelet ou bol à panse verticale (Isings 12ou 29, AR 34 ou 35) (pl. 9, no 14) ;
– panse carénée avec cannelures épaisses verticales (pl. 9, no 15) ;
– 2 fonds plats (pl. 9, nos 16 et 17).

245Vert‑jaune clair (8 tessons)
– col de balsamaire ;
– lèvre ourlée vers l’extérieur d’un pot ovoïde, diamètre 4,5 cm (pl. 9, no 18) ;
– lèvre horizontale et panse cannelée d’une coupe, diamètre 11 cm (Isings 87 ?) (pl. 9, no 19) ;
– fond annulaire, diamètre du fond 6 cm (pl. 9, no 20).

246Vert foncé (7 tessons)
Il n’y a pas de forme répertoriée.

247Vert‑bleu foncé (2 tessons)
Il n’y a pas de forme répertoriée.

248Bleu foncé (19 tessons)
– une lèvre ourlée vers l’extérieur d’un pot ovoïde, diamètre 6 cm (pl. 9, no 21) ;
– une lèvre évasée (pl. 9, no 22) ;
– anse très fine à section circulaire (pl. 9, no 23).

249Brun (9 tessons)
Il n’y a pas de forme répertoriée.

250Lie‑de‑vin (2 tessons)
Il n’y a pas de forme répertoriée.

251Incolore (23 tessons)
– balsamaire, diamètre 2 cm (Isings 28) (pl. 9, no 24) ;
– coupe à panse verticale (AR 77) (pl. 9, no 25) ;
– couvercle à lèvre horizontale (pl. 9, no 26) ;
– panse avec de fines lignes horizontales blanches (pl. 9, no 27).

252Millefiori (7 tessons)
– coupe à côtes verticales sur la panse (Isings 3) (pl. 9, no 28).

Pl. 9 – Récipients en verre des horizons 8 (30-70) et 9 (70-110) ; (éch. 1/2).

Horizon 10 (110‑150) (pl. 10)

Fosse 43

253Vert‑bleu clair (2 tessons)
– coupe à côtes verticales sur la panse (Isings 3) (pl. 10, no 1).

254Bleu clair (1 tesson) 
– col et épaule d’un balsamaire (?).

Fosse 45

255Vert‑bleu clair (5 tessons)
– lèvre évasée et corps cylindrique d’une coupe, diamètre 8 cm (Isings 41 a ou b) (?) (pl. 10, no 2) ;
– fond à cannelures concentriques de bouteille carrée (pl. 10, no 3) ;
– fond annulaire d’une bouteille (?) cylindrique (pl. 10, no 4) ;
– départ d’anse.

256Vert‑jaune clair (3 tessons)
– anse avec décoration horizontale (pl. 10, no 5) ;
– anse en ruban.

257Incolore (3 tessons)
Il n’y a pas de forme répertoriée.

Fosse 44

258Vert‑bleu clair (62 tessons)
– lèvre ourlée vers l’intérieur de bouteille cylindrique à anse en ruban, diamètre 3,5 cm (Isings 51, AR 160) (pl. 10, no 6) ;
– lèvre ourlée vers l’intérieur de bouteille cylindrique à anse en ruban, diamètre 3.5 cm (Isings 51, AR 160) (pl. 10, no 7) ;
– lèvre ourlée vers l’intérieur de bouteille hexagonale à deux anses en ruban, diamètre 3,5 cm (Isings 58) (pl. 10, no 8) ;
– lèvre ourlée vers l’intérieur d’un balsamaire, diamètre 4 cm (pl. 10, no 9) ;
– lèvre ourlée vers l’extérieur et fond annulaire d’une coupe, diamètre 13,5 cm (Isings 44 a ?) (pl. 10, no 10) ;
– panse de bouteille cylindrique aux parois très minces ;
– panse globulaire avec de fins filets horizontaux ;
– fond plat avec des cannelures concentriques d’une bouteille hexagonale, diamètre du fond 5 cm (pl. 10, no 11).

259Incolore (86 tessons)
– col de balsamaire ;
– cruche à panse piriforme, au col long et étroit, à la lèvre évasée, à anse en ruban, diamètre 4,5 cm, diamètre maximum de la panse 15 cm, hauteur 27 cm (Isings 52c) (pl. 10, no 12) ;
– gobelet ou bol à paroi cintrée, diamètre 6 ; 5cm (pl. 10, no 13) ;
– lèvre arrondie (pl. 10, no 14) ;
– fond annulaire ombiliqué.

Pl. 10 – Récipients en verre de l’horizon 10 (110-150) ; (éch. 1/2).

Horizon 11 (150‑180)

260Il n’y a pas de récipient en verre répertorié dans cet horizon.

Horizon 12 (190‑iiie s.) (pl. 11)

Fosse 48

261Vert‑bleu clair (6 tessons)
Il n’y a pas de forme répertoriée.

262Incolore (11 tessons)
– lèvre arrondie d’une coupe (pl. 11, no 1) ;
– fond annulaire.

Fosse 47

263Vert‑bleu clair (33 tessons)
– coupe à côtes verticales sur la panse, diamètre 20 cm (Isings 3) (pl. 11, no 2) ;
– coupe à côtes verticales sur la panse (Isings 3) (pl. 11, no 3) ;
– coupe avec probablement des côtes verticales sur la panse (Isings 3 ?) ;
– fond plat d’une bouteille carrée ;
– panse avec une applique en forme de T (pl. 11, no 4) ;
– agitateur à section circulaire (pl. 11, no 5).

264Vert‑jaune clair (7 tessons)
– anse de cruche, décorée par une série de ressauts horizontaux (pl. 11, no 6) ;
– anse de cruche, décorée par une série de ressauts horizontaux (pl. 11, no 7) ;
– fond annulaire (pl. 11, no 8) ;
– panse avec de fins filets horizontaux (pl. 11, no 9).

265Bleu clair (3 tessons)
Il n’y a pas de forme répertoriée.

266Bleu foncé (5 tessons)
Il n’y a pas de forme répertoriée.

267Ambré (8 tessons) 
– couvercle (pl. 11, no 10).

268Brun (10 tessons) 
– panse à côtes verticales (Isings 3 ?).

269Incolore (12 tessons)
– gobelet ou bol cylindrique à lèvre évasée, diamètre 7 cm (pl. 11, no 11) ;
– fond de bouteille de section carrée ;
– panse de balsamaire (?).

Pl. 11  – Récipients en verre de l’horizon 12 (190-IIIe s.) ; (éch. 1/2)

Notes

1 Chantiers de fouilles programmées utilisant des versions personnalisées de SYSLAT : outre Olbia, Arles, Ampurias, Ullastret et Arbeca (Py et al. 1991 : 197‑207), Loupian, Agde, Athènes et Thasos.

2 Ce module est actuellement, à l’intérieur de SYSLAT, l’un des plus évolués : la saisie des fiches individuelles, connectées au fichier d’unités stratigraphiques, débouche directement sur l’édition d’un catalogue organisé selon les paramètres sélectionnés (en général, phases et catégories fonctionnelles) ; les données du fichier permettent ensuite toutes les manipulations statistiques, en données absolues ou pondérées.

3 Par exemple Strasbourg, Besançon (J.‑O. Guilhot), Nîmes (M. Monteil). À Bordeaux (D. Barraud), le module « petits objets » a pu être utilisé, de façon tout à fait satisfaisante, dans le cadre d’un autre système de gestion informatisé.

4 À l’exception d’Augst (Martin 1978).

5 Sur le mobilier en os de Roanne et la possibilité d’une activité de production locale : Béal 1987 (voir la charnière non percée [744] et les 5 cochlearia identiques [380‑384]).

6 Par exemple à Lyon, à Autun, à Bordeaux (Grands Hommes), etc.

Table des illustrations

Légende FIG. 25 – Évolution de la fréquence des monnaies, en pourcentage du nombre d’individus de céramique par horizon.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43918/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 6,8k
Légende FIG. 26 – Comparaison entre les datations des horizons (en grisé) et les datations des monnaies retrouvées à l’intérieur des horizons (en noir).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43918/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende Pl. 1 – Statuettes en argile moulée. 1 édicule (fosse 38, horizon 8, 30-70) ; 2 édicule (fosse 40, horizon 9, 70-110) ; 3 édicule (fosse 45, horizon 10, 110-150) ; 4, 5 Vénus (fosse 47, horizon 12, 190-11 Ie s.) ; 6, 7 Déesses-mères (fosse 47, horizon 12, 190-IIIe s.) ; 8 indéterminé (fosse 47, horizon 12, 190-IIIe s.).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43918/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende FIG. 27 – Évolution de la fréquence des statuettes moulées, en pourcentage du nombre d’individus de céramique par horizon.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43918/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 6,7k
Légende TABL. V – Répartition typologique des fragments de statuettes moulées.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43918/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende Pl. 2 – 1, 2 mobilier métallique de l’horizon 6 (-10/ +15), 5 mobilier métallique de l’horizon 7 (15-30) ; (éch. 1/2, sauf 2 et 5, éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43918/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 389k
Légende Pl. 3 – Mobilier métallique de l’horizon 8 (30-70) ; (éch. 1/2, sauf 25, éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43918/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Pl. 4 – Mobilier métallique et petits objets de l’horizon 8 (30-70) ; (éch. 1/2).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43918/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende FIG. 28 – Cruche en tôle munie d’une anse coulée à couvercle articulé (comme notre no 385) : dépôt d’Apt.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43918/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende Pl. 5 – Mobilier métallique et petits objets de l’horizon 9 (70-110) ; (éch. 1/2).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43918/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Pl. 6 – Mobilier métallique et petits objets de l’horizon 9 (70-110) ; (éch. 1/2, sauf 435, éch. 1/3)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43918/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 330k
Légende Pl. 7 – Mobilier métallique et petits objets de l’horizon 10 (110-150) (495), et de l’horizon 11 (150- 180) ; (éch. 1/2, sauf 495, éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43918/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Pl. 8  – Mobilier métallique et petits objets de l’horizon 12 (190-iiie s.) ; (éch. 1/2, sauf 722, éch. 1/3).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43918/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende TABL. VI – Répartition de la vaisselle en verre dans les ensembles étudiés. A en nombre de fragments ; B en nombre d’individus. Les chiffres en italique correspondent à des fosses où le verre a probablement été égaré.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43918/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende FIG. 29 – Évolution de la fréquence de la vaisselle en verre, en nombre de vases en verre pour 100 vases en céramique par horizon.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43918/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 6,9k
Légende Pl. 9 – Récipients en verre des horizons 8 (30-70) et 9 (70-110) ; (éch. 1/2).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43918/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Pl. 10 – Récipients en verre de l’horizon 10 (110-150) ; (éch. 1/2).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43918/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende Pl. 11  – Récipients en verre de l’horizon 12 (190-IIIe s.) ; (éch. 1/2)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43918/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 53k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search