Version classiqueVersion mobile

Rodumna (Roanne, Loire), le village gallo-romain

 | 
Martine Genin
, 
Marie-Odile Lavendhomme

Chapitre 2. Objectifs et mise en œuvre de l’étude

Ziele und Durchführung der Forschungen

Objectives and implementation of the study

Martine Genin et Marie‑Odile Lavendhomme

Résumé

L’objectif de cette publication est de donner une vue d’ensemble de l’évolution des mobiliers domestiques qui puisse servir de base à des travaux ultérieurs s’appuyant sur des analyses fines. Le schéma évolutif de ces mobiliers a été établi d’après l’étude céramologique de 22 ensembles clos (tabl. ii) qui s’échelonnent entre la fin du ier s. av. J.– C. et le iiie s. ap. J.‑C. Ces ensembles ont fait l’objet d’un inventaire systématique et d’une étude traitant de toutes les catégories de mobilier représentées, à l’exclusion de la faune (tabl. iii).

Le choix des 22 ensembles se justifie par la richesse et la qualité du mobilier qu’ils ont livré. Pour la céramique, ils constituent une masse documentaire de 6 000 vases pour 60 000 tessons.

La limite basse du champ chronologique a été fixée par la documentation disponible : aucun ensemble clos de mobilier d’habitat n’est sûrement postérieur au premier tiers du iiie s. La fixation d’une limite haute a été en revanche plus délicate à tracer, puisqu’il existe une continuité entre l’occupation gauloise et l’occupation romaine du site. Certaines fosses de l’horizon 6 sont donc étudiées dans le volume consacré à l’agglomération gauloise (Lavendhomme, Guichard 1997).

Les 22 fosses se distribuent entre 7 horizons chronologiques (tabl. iv), créés à partir de l’étude céramique. Les datations proposées se fondent en priorité sur la chronologie d’apparition et de disparition généralement admise des principales productions de céramique sigillée.

Texte intégral

2.1 Introduction

1m. genin

2L’objectif de cette publication est de donner une vue d’ensemble de l’évolution des mobiliers domestiques qui puisse servir de base à des travaux ultérieurs s’appuyant sur des analyses fines. Le schéma évolutif de ces mobiliers a été établi d’après l’étude céramologique de 22 ensembles clos (tabl. ii) qui s’échelonnent entre la fin du ier s. av. J.‑C. et le iiie s. ap. J.‑C. Ces ensembles ont fait l’objet d’un inventaire systématique et d’une étude traitant de toutes les catégories de mobilier représentées, à l’exclusion de la faune (tabl. iii). Pour cette dernière catégorie, un inventaire a été réalisé par P. Méniel pour quelques fosses. Il est publié dans l’ouvrage traitant de la période gauloise (Lavendhomme, Guichard 1997).

TABL. II – Identification des ensembles clos de référence.

TABL. III – Représentation des différentes catégories de mobiliers dans les ensembles de référence.

2.2 Les ensembles archéologiques pris en compte

3m.‑o. lavendhomme

4Les fosses présentées ici proviennent de fouilles de ces trente dernières années : place de‑Lattre‑de‑Tassigny, École de musique (site no 57), rue Gilbertès, G1 à G5 (site no 65), rue de Charlieu, Hôpital (site no 77), rue Gilbertès, Saint‑Paul (site no 86) et rue Albert‑Thomas, Tissages roannais (site no 88).

  • 1 Les principales études ont été consacrées aux fosses 32 et 33 (Feugère et al. 1977), 40 (Poncet et (...)

5Leur choix se justifie par la richesse et la qualité du mobilier qu’elles ont livré. Pour cette raison, certaines d’entre elles avaient déjà fait l’objet d’études1, publiées ou non, qu’il importait de reprendre afin de disposer de données homogènes sur l’ensemble. Elles constituent une masse documentaire de 6 000 vases pour 60 000 tessons.

6Chacune fait l’objet d’une description sommaire de sa forme, de son remplissage et de sa position stratigraphique si elle est connue. Pour les fouilles anciennes, les objets ont été prélevés par passes mécaniques arbitraires. Mais les fouilleurs sont très explicites : chaque fois qu’une différence apparaît dans le mobilier, ils ont créé une seconde couche. Lorsqu’un doute subsistait on a éliminé la fosse de cette étude. Les ensembles clos sont donc homogènes, mais on a préservé cette séparation pour une fosse (nos 34, 35 et 41) qui avait été fouillée en trois couches.

7Fosse 27
Site no 88, RTR88 ; US : 415 (fig. 5).
Diamètre : 2,4 m ; profondeur : 0,9 m ; forme : circulaire (?) ; profil : en cuvette.
Le remplissage de terre limoneuse gris‑jaune est homogène.

8Fosse 28
Site no 86, SP 15 ; US : 22047, 22048 (fig. 20).
Longueur : 1,7 m ; largeur : 1,2 m ; profondeur : 1,6 m ; forme : ovale ; profil : en U à parois verticales, surcreusées au centre.
Il s’agit d’une fosse aménagée : des pierres sont posées en demi‑cercle au fond, au niveau d’une marche ; sur le côté est, un muret de tuiles appartient peut‑être à ces aménagements. Le remplissage secondaire se compose d’abord d’une terre meuble, hétérogène, de couleur marron, et ensuite de gravier jaune très meuble mélangé à du sable.
Cette fosse est recouverte par un remblai qui est recoupé par la fosse 45.

9Fosse 29
Site no 86, SP 27 ; US : 12082, 12103 et 12104 (fig. 20).
Longueur : 1,2 m ; largeur : 0,9 m ; profondeur : 0,8 m ; forme : ovale ; profil : en U anguleux, à parois verticales.
Fosse aménagée : cette fosse servait de réceptacle à un cuvelage cylindrique en bois (tonneau ?), d’un diamètre de 0,7 m et d’une hauteur d’au moins 0,5 m (Lavendhomme, Guichard 1997). Il reposait sur un radier de gros blocs de pierre et était maintenu vertical par un calage de pierres plus petites, de fragments de plaques de foyer et surtout de tessons appartenant à un grand vase de stockage, entièrement reconstituable. Le cuvelage s’était putréfié en place, ne demeurant discernable que par son empreinte et par de nombreux clous portant des traces ligneuses. Son comblement contenait encore un petit vase à puiser, intact.

10Fosse 30
Site no 86, SP US 13065 (fig. 20).
Longueur : 0,3 m ; largeur : 1,0 m ; profondeur : 1,8 m ; forme : rectangulaire ; profil : en U arrondi, à parois verticales.
Fosse très profonde probablement creusée en vue d’extraire du gravier. Son remplissage secondaire est homogène (terre brune avec quelques inclusions de mortier et de charbons).
Cette fosse recoupe un niveau de sol qui recouvre la fosse SP 44 (horizon 5) et est recoupée par une tranchée d’arrachement d’un mur orienté nord‑sud.

11Fosse 31
Site no 86, SP US 22001 (fig. 20).
Longueur : 2,5 m ; largeur : 2,1 m ; profondeur : 1,5 m ; forme : rectangulaire ; profil : en U anguleux, à parois verticales.
La forme générale de cette fosse rappelle celle de la cave SP 23 (horizon 6 ; Lavendhomme, Guichard 1997). Son remplissage est composé de trois couches principales : tout d’abord une couche homogène de terre brune, ensuite une couche contenant beaucoup de matériaux de construction et enfin une terre argileuse avec quelques inclusions de mortier.
Cette fosse recoupe probablement le sol en terrazzo d’une habitation.

12Fosse 32
Site no 65, G4US 1 (fig. 16).
Fosse repérée dans une tranchée de sondage et non relevée.

13Fosse 33
Site no 65, G4 US 3 (fig. 16).
Fosse repérée dans une tranchée de sondage et non relevée.

14Fosse 34
Site no 57, EM US 5 (fig. 14).
Deuxième couche de la fosse 41.

15Fosse 35
Site no 57, EM US 6 (fig. 14).
Troisième couche de la fosse 41.

16Fosse 36
Site no 86, SP 26 ; US 12041, 12043, 12044, 12045 et 12088 (fig. 20).
Longueur : 1,9 m ; largeur : 0,8 m ; profondeur : 2,1 m ; forme : rectangulaire ; profil : en U arrondi, à parois verticales.
Fosse très profonde, probablement creusée en vue d’extraire du gravier. Le remplissage secondaire est constitué de trois couches différentes : une couche sableuse, une couche très grasse et charbonneuse et une couche argileuse jaune mélangée à des pierres.
Cette fosse recoupe un remblai qui recouvre peut‑être la fosse 37.

17Fosse 37
Site no 86, SP 49 ; US 11026, 11040, 11041, 11042 et 11044 (fig. 20).
Diamètre : 2,6 m au sommet, 1,2 m au fond ; profondeur : 2,9 m ; forme : circulaire ; profil : en U relativement arrondi, à parois verticales en dessous du cône d’effondrement.
Fosse très profonde dont la destination est inconnue, mais dont la forme générale est celle d’un puits, bien qu’elle n’ait pas atteint pas la nappe phréatique. Le remplissage secondaire est constitué par une couche de terre argilo‑sableuse relativement meuble, contenant beaucoup d’inclusions. Dans un deuxième temps, après tassement de ce remplissage, le cône d’effondrement a été comblé par des couches alternativement sableuses, gravillonneuses et argileuses.

18Fosse 38
Site no 65, G2 US 1 (fig. 16).
Fosse repérée dans une tranchée de sondage et non relevée.

19Fosse 39
Site no 65, G1 us 13 (fig. 16).
Longueur : environ 6 m ; largeur : ? ; profondeur : 1,4 m ; forme : ovale ? ; profil : en cuvette.
Le remplissage de la fosse est probablement de nature sableuse. Elle est recoupée par la fosse 47 (fig. 24).

20Fosse 40
Site no 65, G1 US 1 (fig. 16).
Diamètre : 2,0 m ; profondeur : 0,7 m ; forme : circulaire ; profil : ?
Le remplissage de terre sableuse brune est relativement homogène. Cette fosse recoupe un fossé nord‑sud augustéen (horizon 5).

21Fosse 41
Site no 57, EM US 4 (fig. 14).
Diamètre : 3,8 m ; profondeur : 1,4 m ; forme : circulaire ; profil : ?
Fosse dont trois couches très distinctes (issues peut‑être de recreusements successifs) ont été bien observées à la fouille, mais non décrites. Pour l’étude du mobilier, elles ont été considérées comme trois entités différentes (fosses 34, 35 et 41).

22Fosse 42
Site no 77, Hop US 4 (fig. 5).
Diamètre : environ 5 m ; profondeur : ? ; forme : circulaire ? ; profil : ?
Fosse repérée dans la coupe d’une tranchée de fondation moderne. Le remplissage n’a pas été décrit.

23Fosse 43
Site no 57, EM US 3 (fig. 14).
Diamètre : 2,5 m ; profondeur : 1,0 m ; forme : circulaire ? ; profil : ?
Le remplissage de la fosse n’est pas connu.

24Fosse 44
Site no 86, SP 13 ; US 22028, 22038 (fig. 20).
Longueur : 1,4 m ; profondeur : 2,3 m ; forme : carrée au fond, circulaire au sommet ; profil : en U anguleux, à parois verticales en dessous du cône d’effondrement.
Les parois de cette fosse très profonde étaient recouvertes de planches de bois verticales assemblées à l’aide de clous, retrouvés à la base des parois. Cet aménagement, tout comme les parois verticales, incitent à y voir le sommet du creusement, interrompu, d’un puits.

25Fosse 45
Site no 86, SP 14 ; US 16055, 22042 (fig. 20).
Longueur : 1,7 m ; profondeur : 1,3 m ; forme : carrée ; profil : en U surcreusé au centre, à parois verticales.
Fosse aménagée du même type que la fosse 28 : grosses pierres posées en carré au fond, à l’emplacement d’une marche ; tout autour, un coffrage de planches en bois, assemblées à l’aide de clous, réduisait l’espace de la fosse au niveau de ces pierres, maintenues en place grâce à un calage de tuiles, de pierres plus petites et de‑quarts de colonnettes. Le côté ouest de la fosse butte sur un muret de tuiles ; appartenant peut‑être à son aménagement. Entre les fosses 28 et 45, une autre fosse a été creusée, appartenant probablement au même ensemble. La fosse 45 a peut‑être continué d’exister, tout en étant régulièrement curée, jusqu’au IIe s. ap. J.‑C. (horizon 10), alors que sa structure aurait été construite au début du Ier s. (horizon 6), la fosse 28 étant oubliée et recouverte par un remblai.

26Fosse 46
Site no 77, Hop us 2 (fig. 5).
Diamètre : environ 3 m ; profondeur : ? ; forme : circulaire ; profil : ?
Le remplissage de la fosse n’est pas connu.

27Fosse 47
Site no 65, G1 us 15 (fig. 16).
Longueur : 5,2 m ; largeur : 3,3 m ; profondeur : 1,8 m ; forme : plus ou moins ovale ; profil : en cuvette.
Des couches contenant des matériaux de destruction alternent avec des couches sableuses.
Cette fosse recoupe la fosse 39 (fig. 24).

28Fosse 48
Site no 65, G1 us. 7 (fig. 16).
Longueur : 2,0 m ; largeur : 1,5 m ; profondeur : 1,0 m ; forme : ovale ; profil ; ?
Le remplissage de la fosse n’est pas connu.

FIG. 24 – Coupes stratigraphiques N./S. et E./O. à travers les fosses 39 et 47 (localisées sur la fig. 16).

2.3 Le cadre chronologique

29m. genin

2.3.1 Les limites chronologiques

30La limite basse du champ chronologique couvert par l’étude a été fixée par la documentation disponible : on ne dispose sur le site de Roanne d’aucun ensemble clos de mobilier d’habitat sûrement postérieur au premier tiers du iiie s. La fixation d’une limite haute a été en revanche plus délicate à tracer, puisqu’il n’existe pas de solution de continuité entre l’occupation gauloise et l’occupation romaine du site. De fait, les fosses que nous réunissons dans l’horizon 6 se trouvent scindées en deux groupes, l’un présenté dans le volume consacré aux niveaux d’occupation gaulois –auxquels se rapportent entièrement les horizons 1 à 5–, l’autre dans celui consacré aux niveaux d’occupation romains. Le mobilier de cet horizon 6 se caractérise en particulier par l’apparition de la céramique sigillée. Le premier groupe de fosses correspond à celles où ne sont attestées que des formes du service I et où, parallèlement, la céramique modelée représente encore une part appréciable du mobilier (toujours plus de 20 % des fragments). Le second groupe, qui voit simultanément l’apparition du service II et la chute de l’effectif de la céramique modelée, est donc probablement dans son ensemble légèrement plus récent.

2.3.2 Formation et présentation des horizons

31L’exploitation des données fournies par chaque ensemble a permis de procéder à un premier classement et d’établir une chronologie relative entre ceux‑ci. Ce classement repose uniquement sur l’étude des mobiliers céramiques, les autres catégories (monnaies, mobilier métallique et verrerie) n’apportant aucune indication précise pour son établissement. De même la stratigraphie n’apporte aucune information complémentaire quant à la succession des ensembles retenus.

32On regroupe des fosses datées de façon équivalente au sein de différents horizons céramiques et chronologiques. Seuls les horizons 7 (15‑30 ap. J.‑C.) et 11 (150‑180 ap. J.‑C.) sont respectivement représentés par une seule fosse. Pour le reste, l’étude présentée ici est le résultat de ces regroupements. Le classement des fosses à l’intérieur des différents horizons a été établi autant que possible d’après la chronologie interne de chaque fosse. L’apparition et (ou) la fréquence relative de tel ou tel type de vase d’une catégorie donnée (et en particulier les céramiques fines importées ou locales), la reconnaissance d’associations et les comparaisons entre fosses ont permis d’agencer les horizons 9, 10 et 12 de façon relativement fiable. Sont prises en compte non seulement les identifications typologiques mais également les variations numériques des catégories elles‑mêmes et des types identifiés. Il ne s’agit pas cependant d’un agencement mathématique fonctionnant sur tous les ensembles dans la mesure où il s’est avéré difficile, voire impossible de dégager une chronologie relative fine entre certaines fosses, et notamment pour les horizons 6 et 8.

33Les datations proposées se fondent en priorité sur la chronologie d’apparition et de disparition généralement admise des principales productions de céramique sigillée et, à ce niveau d’analyse, les fosses se caractérisent par la présence ou l’absence de ces productions :
– horizon 6 : présence exclusive de sigillée italique et (ou) lyonnaise ;
– horizon 7 : apparition des sigillées de Gaule du Sud et de Gaule du Centre (non grésées) ;
– horizon 8 : prédominance des sigillées de Gaule du Sud ;
– horizon 9 : apparition des sigillées grésées de Gaule du Centre ;
– horizons 10 à 12 : prédominance des sigillées grésées de Gaule du Centre.

34L’étude typologique a ensuite permis de circonscrire plus précisément la durée de certains horizons. Les points de repère chronologiques fournis par la céramique sigillée et utilisés dans l’élaboration du cadre évolutif des mobiliers roannais ne constituent pas des données figées et définitivement établies.

35Les 22 fosses étudiées se distribuent par conséquent entre 7 grandes périodes ou horizons chronologiques (tabl. iv).

TABL. IV – Proposition de datation des horizons déterminés par la sériation d’ensembles de mobilier.

Horizon 6 (10 av. J.‑C.‑15 ap. J.‑C.)

36Fosses 27, 28, 29, 30

37L’échantillon, bien que restreint, comprend 6 formes du service II pour 5 du service I (cf. infra fig. 31 et tabl. ix). La présence d’assiettes et de bols du service II fixe un premier terminus post quem de 15‑10 av. J.‑C., si l’on se réfère aux datations fournies par le matériel des camps augustéens du limes et notamment par ceux de Dangstetten (15‑9 av. J.‑C.) et de Haltern (environ 7 av. J.‑C.‑9 ap. J.‑C.) (Fingerlin 1986 ; Schnurbein 1982). Si l’étude du mobilier indique une datation légèrement plus ancienne pour la fosse 27 (première fosse de l’horizon 6), elle n’autorise pas en revanche à distinguer nettement les fosses 28, 29 et 30 qui définissent la suite de cet horizon augustéen.

38L’abondance relative du service II dans les premières fosses permet de situer l’horizon 6 dans la dernière décennie du ier s. av. J.‑C. au plus tôt. Le matériel sigillé ne fournit pas d’autres éléments susceptibles de fixer un terminus ante quem plus précis dans l’époque augustéenne.

Horizon 7 (15‑30 ap. J.‑C)

39Fosse 31

40L’évolution des céramiques sigillées entre les horizons 6 et 7 est matérialisée par la présence de 4 vases dont 3 complets, provenant d’une part des officines sud‑gauloises, d’autre part des ateliers du Centre (cf. infra fig. 31 et tabl. ix). Il s’agit, en ce qui concerne le Drag. 11 et les 2 imitations de Drag. 29, de formes reprises ou créées dès le début de l’activité de ces ateliers gaulois : les dates d’apparition de ces deux types de vases décorés proposées par A. Verhnet sur le site de La Graufesenque se situent autour des années 15‑25 ap. J.‑C. soit au début du règne de Tibère (Vernhet 1976 ; Vernhet, Balsan 1975).

41Cette datation s’accorde avec celle fournie par le plat no 1 pour lequel on trouve des parallèles d’époque tibérienne sur le site du Magdalensberg (cf. infra in § 4.2, Horizon 7).

42L’abondance des formes lisses du répertoire augustéen ne constitue pas un argument contradictoire. On a en effet tout lieu de penser que l’on se trouve ici à une période charnière où les productions augustéennes tiennent encore une large place.

Horizon 8 (30‑70 ap. J.‑C.)

43Fosses 32, 33, 34, 35, 36, 37, 38, 39

44L’évolution du mobilier par rapport à l’horizon 7 se traduit tout d’abord par la prédominance absolue des sigillées sud‑gauloises qui a pour corollaire une chute brutale des productions augustéennes d’origine italique ou lyonnaise. Les histogrammes comparés des horizons 6 et 7 illustrent bien ce renversement (cf. infra fig. 31 et 32). Les sigillées non grésées du Centre sont présentes comme dans l’horizon précédent mais avec un échantillon de formes un peu plus conséquent.

45L’horizon 8 s’inscrit dans la période d’expansion majeure des ateliers de Gaule du Sud, définie par une production massive et une standardisation très poussée du répertoire des formes. Ce phénomène bien connu se traduit à Roanne comme ailleurs par la suprématie numérique de quelques types bien définis, créés dans les années 15‑30 ap. J.‑C. Il n’oblitère pas cependant le reste du matériel dont les éléments les plus récents (Ritt. 12, Drag. 4/22, Drag. 16, Drag. 33) permettent de resserrer la datation de l’horizon 8 au milieu du ier s., vers 40‑60 ap. J.‑C. Par ailleurs, l’absence totale des formes de création flavienne et en particulier des tasses et assiettes Drag. 35/36, fournit un terminus a quo de 70 ap. J.‑C. au plus tôt. L’horizon 8 est donc compris, selon toute vraisemblance, entre 30‑40 et 70 ap. J.‑C.

46Les huit fosses de l’horizon ont résisté à un classement chronologique fin : l’analyse détaillée du matériel et les tendances qui en ressortent mettent en évidence un très fort degré de standardisation dans la plupart des catégories (importations et productions locales ou régionales), et au premier chef au sein des céramiques sigillées et des vases à parois fines qui servent de principaux fossiles directeurs dans l’établissement des datations. Trois des fosses cependant (32, 33 et 38 mises au jour sur le site no 65 de la rue Gilbertès), se distinguent par des effectifs exceptionnellement élevés dans les catégories suivantes : terra nigra, céramique à glaçure plombifère, céramique à engobe rouge (cf. infra in § 4.5, Horizon 8 ; in § 4.7, Horizon 8 ; et in § 4.11, Horizon 8). De telles circonstances posent le problème de la nature de ces dépôts : s’agit‑il de dépotoirs domestiques, auquel cas, comment interpréter en particulier les pourcentages aberrants de terra nigra, ou bien avons‑nous affaire à des fosses témoignant d’une activité commerciale ? On peut ensuite déplacer le problème sur un autre plan et se demander si ces disparités pourraient traduire l’existence de deux « phases » ou périodes successives que l’étude des sigillées et des parois fines ne permettent pas à ce jour de distinguer en raison de la très forte normalisation du mobilier qui caractérise, à Roanne comme sur d’autres sites, les années 30‑70 ap. J.‑C. Nous ne disposons d’aucun élément interne susceptible de nous aider à répondre de façon exacte et rigoureuse aux problèmes posés par ces trois fosses, qu’il s’agisse de leur nature même ou de leur chronologie. Seules des comparaisons extérieures que l’on peut établir avec quelques contextes lyonnais semblent indiquer que l’irruption de la terra nigra de l’Allier dans le vaisselier du Haut‑Empire correspond à un phénomène très limité dans le temps et vraisemblablement circonscrit dans les années 30‑50 ap. J.‑C. ; cela ne constitue pas cependant un argument suffisant pour subdiviser l’horizon 8 en deux horizons distincts. Aussi avons‑nous choisi de ne pas procéder à cette coupure mais, dans le même temps d’exposer clairement au cours de l’étude les particularismes des trois fosses de Gilbertès et de rappeler à chaque fois l’hypothèse de l’existence de deux phases pour cette période de 30‑70 ap. J.‑C.

Horizon 9 (70‑110 ap. J.‑C.)

47Fosses 40, 41, 42

48Trois paramètres permettent de circonscrire l’horizon 9 (cf. infra fig. 31 et 33) :
– apparition des formes flaviennes des ateliers du Sud ;
– apparition d’un nouveau type moulé, le bol Drag. 37 ;
– apparition des sigillées grésées du centre de la Gaule.

49Les transformations techniques observées sur les productions des ateliers du Centre interviennent à une date qui reste à préciser, mais que l’on situe du moins vers la fin du ier s. ou vers le début du iie s. (Picon 1989). L’ensemble de ces données conduisent logiquement à placer l’horizon 9 entre 70‑80 ap. J.‑C. et le début du iie s. au plus tard.

Horizon 10 (110‑150 ap. J.‑C.)

50Fosses 43, 44, 45

51L’horizon 10 se définit par plusieurs faits déterminants en termes de statistiques (cf. infra fig. 31 et 34). Les productions augustéennes, évidemment résiduelles, ont pratiquement disparu. L’écart entre les sigillées de Gaule du Sud et du Centre se réduit de façon notable en nombre de tessons comme en nombre de vases : le Sud ne compte plus que 52 % des fragments et 47 % des vases contre 72 % et 74 % dans l’horizon 9. Parallèlement, les productions grésées de Gaule du Centre (« productions non identifiées » [PNI] comprises) représentent désormais 41 % des tessons et 50 % des vases contre 6 % et 7 % dans l’horizon 9.

52Les éléments chronologiques fournis par les sigillées du Centre s’accordent pour placer le début de l’horizon 10 dans les années 120 ap. J.‑C. Un terminus dans le iie s. ne peut se justifier que par des arguments a silentio, notamment l’absence de quelques types caractéristiques de la seconde moitié du iie s., Walters 79‑80 ou Curie 21.

53L’horizon 10 pourrait donc, au vu de cet ensemble d’indices, se situer dans une période comprise entre les années 110 et 140‑150 ap. J.‑C.

Horizon 11 (150‑180 ap. J.‑C.)

54Fosse 46

55La composition typologique de ce lot définit sans ambiguïté un horizon chronologique de la seconde moitié du iie s. Les types apparus dans les horizons 9 et 10 en nombre très restreint (Drag. 37, Drag. 42, Bet 42) sont maintenant majoritaires (cf. infra fig. 35). À leurs côtés, se détachent des formes nouvelles (Drag. 38, Walt. 79/80, Déch. 72) dont les études les plus récentes situent l’apparition au milieu du iie s. et la période de production majeure dans la seconde moitié du siècle (Bet et al. 1989).

56Les comparaisons statistiques que l’on peut établir avec la sigillée de l’horizon 10 vont dans le même sens (cf infra fig. 31) :
– les productions augustéennes d’origine italique et lyonnaise ont totalement disparu ;
– la sigillée du Centre à vernis non grésé est aussi peu représentée que dans l’horizon 10 (2 tessons, 0,2 %, et 2 vases, 1,8 %) ;
– les ateliers du Sud se réduisent à 22 tessons (2,4 %) et 21 vases (19 %) ;
– l’ensemble est donc définitivement dominé par les sigillées grésées du Centre et apparentées qui rassemblent 97 % des fragments et 79 % des vases contre 41 % et 50 % dans l’horizon 10.

57Il est plus délicat de fixer une limite chronologique basse dans le iie s., puisque le mobilier roannais ne comprend pas de céramiques sigillées claires rhodaniennes ou africaines qui permettent, dans d’autres régions, de poser des jalons plus précis pour les périodes tardives.

58L’étude du mobilier des horizons 11 et 12 doit donc, à ce stade, prendre en compte d’autres céramiques fines non sigillées, et en particulier la céramique métallescente. Si l’absence totale de cette catégorie dans l’horizon 11 ne fournit pas d’emblée un terminus très précis, elle nous interdit néanmoins d’aller jusqu’à la fin du iie s. et suggère de replacer le mobilier de cet horizon dans une période vraisemblablement comprise entre les années 150 et 180 ap. J.‑C.

Horizon 12 (190‑iiie s. ap. J.‑C.)

59Fosses 47, 48

60En termes statistiques, le matériel ne présente pas de différences importantes avec celui de l’horizon 11, à cela près qu’il comprend davantage de formes résiduelles (la fosse 47 recoupe la fosse 39 de l’horizon 8, une « pollution » est donc possible) (cf. infra fig. 31 et 36). Cela explique les pourcentages des sigillées du Sud en tessons comme en vases (5 % et 21,5 % contre 2,4 % et 19 % dans l’horizon 11) ainsi que la diminution relative des ateliers du Centre (94 % et 75 % contre 97 % et 79 % dans l’horizon 11).

61L’échantillon des formes du Centre est également comparable. Seuls les mortiers Curie 21 et les assiettes Bet 29 semblent d’apparition légèrement plus récente que les types identifiés dans l’horizon 11 (exception faite des Déch. 72) mais ils ne permettent pas de prouver qu’il existe un décalage chronologique vraiment significatif entre les horizons 11 et 12.

62En fait, l’évolution chronologique est plus sûrement attestée par l’apparition de la céramique métallescente dans le mobilier de l’horizon 12. Cette catégorie, d’ailleurs inégalement représentée dans les deux contextes, nous permet de situer le dernier horizon au début du iiie s. ap. J.‑C.

Notes

1 Les principales études ont été consacrées aux fosses 32 et 33 (Feugère et al. 1977), 40 (Poncet et al. 1977), 42 (Vaginay 1981a) et 48 (Vernat, Poncet 1969).

Table des illustrations

Légende TABL. II – Identification des ensembles clos de référence.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43913/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende TABL. III – Représentation des différentes catégories de mobiliers dans les ensembles de référence.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43913/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende FIG. 24 – Coupes stratigraphiques N./S. et E./O. à travers les fosses 39 et 47 (localisées sur la fig. 16).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43913/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende TABL. IV – Proposition de datation des horizons déterminés par la sériation d’ensembles de mobilier.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43913/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 12k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search