Version classiqueVersion mobile

Marseille, les ateliers de potiers du XIIIe s. et le quartier Sainte-Barbe (Ve-XVIIe s.)

 | 
Henri Marchesi
, 
Jacques Thiriot
, 
Lucy Vallauri

Chapitre 4. Les productions céramiques

Lucy Vallauri, Marie Leenhardt, Maurice Picon et Yves Porter

Texte intégral

4.1 Introduction

1l.v., m.l.

2Tributaires de la découverte de sites producteurs, les études de céramiques provenant d’ateliers médiévaux sont encore à ce jour rares et partielles (fig. 154). Dans le midi de la France, les premiers travaux effectués concernent les céramiques communes grises des xiiexiiie s. cuites en réduction et dépourvues de glaçure. Elles proviennent généralement de fours isolés découverts fortuitement ou dans le meilleur des cas d’un atelier rural qui a fait l’objet d’une recherche programmée (Thiriot 1986a). C’est la situation notamment du matériel produit à Mimet dans les Bouches‑du‑Rhône (Pelletier, Vallauri 1992), Bollène et Bonnieux dans le Vaucluse (Thiriot 1987a ; Bonhoure, Marchesi 1993), Cabasse dans le Var (Pelletier, Bérard 1997), Saint‑Gilles‑du‑Gard (Leenhardt, Thiriot 1989) et des céramiques de trois fours de Saint‑Victor‑des‑Oules en Uzège (Bonhoure 1992). Une première méthode d’étude a été élaborée à partir d’un matériel abondant mais difficile à identifier et à recoller en l’absence de décor, de variété des formes et de revêtement (Bonhoure, Leenhardt 1995 : 85‑90). Certaines remarques ont été faites comme l’emploi simultané de plusieurs argiles au sein de l’atelier de Saint‑Gilles (Vendrell et al. 1989 : 104‑106). Il a été aussi constaté que les formes révélées sur un atelier sont plus nombreuses que celles reconnues sur un site de consommation qui ne rend compte que des principaux types. Dans les régions où aucun four n’a été découvert, c’est à partir des sites de consommation que d’autres centres de productions ont été mis en lumière, par exemple l’atelier de la région d’Ollières dans le bassin de Saint‑Maximin, identifié à partir du matériel utilisé sur le castrum de Rougiers (Démians d’Archimbaud 1981a).

FIG. 154 – Ateliers de potiers repérés par l’archéologie et mentionnés dans les textes aux XIIe‑XIVe s.

H.A./CNRS, LV./CNRS, M. Leclerc/LAMM del. d’ap. Amouric et al. 1995b

3Pour l’étude de la céramique glaçurée, la situation est différente car aucun atelier n’a été découvert par l’archéologie de terrain, à l’exception de dépotoirs sondés près du village d’Ollières (Carrazé 1987) et à Saint‑Quentin‑la‑Poterie (Thiriot 1985). On ne dispose pas de modèle d’étude pour cette catégorie de céramiques cuites en atmosphère oxydante et revêtues de glaçure au plomb. Paradoxalement, ces productions qui apparaissent dans les premières décennies du xiiie s. sont bien connues par les sites de consommation. Celles de l’Uzège, de Cabasse et d’Ollières (Démians d’Archimbaud et al. 1985 ; Démians d’Archimbaud, Picon 1986 ; Démians d’Archimbaud, Picon 1987) sont aujourd’hui bien établies. Les typologies qui les caractérisent ont été validées par les analyses géochimiques. On ignore cependant tout de leur mode de fabrication et de cuisson.

4Quant à la connaissance de la faïence, rare en nombre et de technologie plus sophistiquée, elle n’a été acquise qu’à partir des sites consommateurs. Son apparition attestée dans le sud de la France dans la première moitié du xiiie s. n’était pas jusqu’alors confirmée par la découverte de dépotoirs ou d’ateliers. Les principaux groupes identifiés ne reposaient que sur des analyses de pâtes, de formes et de décors, comme les groupes en pâte calcaire avignonnais et languedociens et la série de vases et carreaux en argile kaolinitique produite dans la région de l’Uzège (Vallauri et al. 1980). Ce dernier exemple laissait cependant penser qu’un atelier de céramique spécialisé dans la production de vases culinaires et de table glaçurés avait pu fournir simultanément des céramiques plus luxueuses, décorées sur une glaçure opacifiée à l’étain. L’analyse de la vaisselle calcaire avignonnaise a d’autre part montré la coexistence de plusieurs catégories de vaisselles fabriquées avec une même argile, certaines formes étant traitées soit avec un décor peint vert et brun, soit avec une glaçure monochrome verte ou blanche, d’autres formes restant toujours à l’état de biscuit sans revêtement (Démians d’Archimbaud et al. 1980).

5La découverte à Marseille, sur un même site producteur, de biscuits, de céramiques émaillées monochromes, de majoliques peintes en vert et brun et de vaisselle culinaire glaçurée donne donc l’occasion de conforter ces premières observations. Le matériel abondant et varié, souvent bien conservé et stratifié, permet d’appréhender une production dans son ensemble mais aussi de perfectionner les méthodes de classification en intégrant de nouveaux paramètres.

6Seront présentées ici les méthodes d’étude, puis les principales catégories produites dans cet atelier urbain, les argiles utilisées et les techniques de revêtement et de cuisson. Enfin, la détermination des formes et les typologies périodisées qui en découlent montreront la diversité des productions et leur évolution pendant tout le xiiie s. Ce premier catalogue des productions médiévales marseillaises n’a pas la prétention d’être exhaustif et sera nécessairement complété au fur et à mesure de l’avancement des recherches sur les sites marseillais et provençaux. Son objectif principal est de permettre de contribuer à la datation d’une période mal connue par les stratigraphies et de repérer sur les sites provençaux la diffusion d’une production ancienne jusque‑là inconnue.

4.2 Méthodologie

7l.v., m.l.

4.2.1 Caractérisation et classification

8Le premier tri effectué pour l’analyse stratigraphiquc de la fouille a permis de repérer et séparer rapidement les principales catégories et formes de céramiques produites dans l’atelier des rares céramiques de consommation (cf. supra § 1.2.1). Les quantités de rebuts qui se retrouvent pendant les cinq phases représentent, toutes catégories confondues, 96 % du matériel récolté, soit 377 144 tessons (tabl. xvii a et b). Une évaluation globale fait apparaître que la céramique à pâte calcaire domine très largement puisqu’elle totalise 81,5 % pour 18,5 % de céramique à pâte rouge glaçurée. Ce premier chiffre ne tient cependant compte ni de la périodisation ni de la répartition par espace. En effet, il s’est avéré que la céramique à pâte rouge était quasi absente (0,4 %) des espaces nord occupés pendant le deuxième temps de l’atelier, (phase 2B), présente uniquement dans les niveaux anciens du chemin (22,9 %) et concentrée dans les espaces au sud X, XI, XIV et XVI (76,7 %). Il était donc nécessaire de nuancer ces premières remarques par l’analyse de plusieurs ensembles, destinée à donner une image périodisée des deux principales catégories de productions et une plus juste évaluation quantitative.

TABL. XVIIa Répartition par espace des céramiques de l’Antiquité tardive, du Moyen Âge et de l’Époque moderne en nombre de tessons et en pourcentage ; b place des productions de l’atelier dans l’ensemble des céramiques découvertes.

H.M., M. L, L.V.

9Le tri visuel des tessons s’est effectué après un second lavage en laboratoire en séparant les deux catégories principales d’argiles utilisées. Il a été opéré selon les mêmes critères et par les mêmes personnes afin de réduire les paramètres de subjectivité ou de les répéter de la même façon.

10Chaque catégorie a ensuite été subdivisée par aspect de surface : absence de revêtement (biscuit), glaçure transparente au plomb, glaçure opacifiée à l’étain, monochrome ou peinte, et décors particuliers incisés, imprimés ou rapportés. Un tri par forme a été mené simultanément afin de réduire progressivement le nombre d’ensembles créés. Les panses, qui représentent la plus grande masse, ont été séparées en formes ouvertes ou fermées, avec glaçure intérieure et/ou extérieure. Les fonds, les bords, les becs et les anses –isolés par types– ainsi que les éléments caractéristiques d’une forme comme les boutons de couvercle ou de tirelire constituaient progressivement des sous‑groupes dans lesquels il a été commode d’accéder pour effectuer le collage d’une pièce. À la fin, les tris progressifs conduits à plusieurs niveaux ont déterminé des ensembles de plus en plus réduits, faciles à croiser, et ont abouti au remontage partiel ou total des céramiques. Cette méthode classique employée dans toute étude céramologique a prévalu pendant tout le temps du travail en laboratoire. Le nombre de pièces recollées prouve son efficacité et sur la masse des tessons de départ (souvent plusieurs dizaines de milliers), très peu sont restés non identifiés ou inutilisés. Ce résultat s’explique en partie par la grande variété des formes, facilement repérables grâce à l’expérience et par la qualité des dépotoirs constitués de formes parfois complètes qui s’étaient brisées lors des comblements.

11Cependant, tout au long de cette première étape, de nombreuses difficultés et des limites de classifications sont apparues à cause du mauvais état de conservation des tessons. Les altérations de glaçure, les déformations de profil, les phénomènes de réduction et de sur ou sous‑cuisson perturbent les critères visuels de tris. Par exemple, les céramiques rouges, souvent surcuites et réduites, risquaient d’être confondues avec des céramiques grises régionales lorsqu’elles n’étaient pas revêtues de glaçure. Les céramiques calcaires à glaçure monochrome souvent cloquée, décolorée ou mate, s’avéraient être en fait des majoliques peintes dont le décor avait pratiquement disparu. Il n’a pas été rare de recoller sur un même objet un fragment vert avec un autre totalement blanc. Enfin, le passage d’une pâte à une autre était souvent imperceptible et seule la forme permettait de trancher. Il a donc été nécessaire de revenir sur les sélections, de critiquer constamment les tris et de travailler toutes les catégories au même moment et par forme. Certains tessons sont passés plusieurs fois d’une catégorie à une autre avant de trouver leur place définitive. De nouvelles pâtes minoritaires sont apparues et des groupes intermédiaires ont été créés. Le recours aux analyses géochimiques ou pétrographiques a été indispensable pour valider ou contredire les groupes établis visuellement et ne pas multiplier à l’infini les catégories.

4.2.2 Les pâtes

12Les deux principales catégories de pâtes, rouge siliceuse et calcaire, produites dans l’atelier sont très nettement différentes (fig. 155, nos7‑8). Toutefois, au cours du travail de tri, deux autres groupes fortement minoritaires sont apparus. Ils sont caractérisés par une pâte réfractaire contenant des inclusions.

4.2.2.1 Pâte rouge

13m.l.

14fig. I

15Il s’agit d’une argile siliceuse de couleur rouge caractérisée par la présence de fines inclusions blanches éparses dans la pâte et par une surface généralement très sèche et des cassures anguleuses (fig. 155, nos 1‑2). Dans quelques cas cependant la texture est plus homogène et la surface plus lisse. La couleur varie du rouge au beige, beige rosé et au gris foncé. Ces aspects différents semblent toutefois insuffisants pour être révélateurs de pâtes de compositions différentes et sont plutôt attribués à des variations de températures de cuisson : la sous‑cuisson entraîne la conservation de la couleur rouge ou beige rosé alors que les phénomènes de surcuisson ont fréquemment pour corollaire l’aspect grisâtre de la pâte en même temps que la déformation du pot et son éclatement. La multiplication des analyses effectuées sur les échantillons de pâte choisis en fonction de ces diverses nuances sera seule apte à confirmer ou modifier ces remarques. L’origine de cette pâte rouge demeure encore énigmatique ; les pâtes grises régionales font référence à d’autres composantes et les gisements répertoriés du Bassin marseillais livrent uniquement des argiles calcaires. Cependant, comme les analyses de laboratoire l’ont montré (cf. infra § 4.2.2.4), on ne peut exclure que les potiers se soient approvisionnes pour leur céramique culinaire dans des formations superficielles de ce même bassin, aujourd’hui disparues.

FIG. I – Échantillonnage des céramiques en pâte rouge glaçurée.

cl. Y.R.

FIG. 155 – Macrophotographies des différentes pâtes (agrandissement x 10) : 12 pâte rouge (analyses NMA 454 et 458) ; 34 pâte calcaire (analyses NMA 434 et 438) ; 5 pâte réfractaire (creuset) ; 6 pâte kaolinitique d’01 Hères (alambic, analyse NMA 461) ; 78 mélange de terres rouge et calcaire sur une gazette.

cl. Y.R

4.2.2.2 Pâte calcaire

16l.v.

17fig. j

18Elle caractérise la production marseillaise depuis l’Antiquité et provient des gisements locaux du bassin tertiaire exploités pour la fabrication des amphores et de la vaisselle jusqu’à la fin de l’Antiquité tardive (Bertucchi 1981a ; Bertucchi 1981b ; Congés 1981 ; Conche, Mellinand 1995 : 139 ; Pelletier et al. 1995). C’est une argile fine avec peu d’inclusions, tendre au toucher et qui donne des cassures lisses difficiles à coller. Homogène à première vue, ce large groupe réunit des pâtes de couleurs différentes variant du beige chamois au jaune clair, au rose et jusqu’au rouge brique (fig. 155, nos3, 4). Ces nuances peuvent s’expliquer soit par des compositions de pâtes, soit par des phénomènes de cuisson. Les changements de couleur peuvent être en partie liés à la température de cuisson : les pâtes roses sont souvent insuffisamment cuites et les pâtes jaune clair surcuites, mais le taux de calcaire reste l’élément le plus déterminant. Le choix des échantillons analysés s’est fait à partir de ces observations, mais aussi par phases et comblements de fours afin de déterminer si l’approvisionnement en argile avait varié pendant la durée de l’atelier.

FIG. J – Échantillonnage des biscuits, céramiques monochromes et majoliques à décor peint en pâte calcaire.

cl. Y.R.

4.2.2.3 Pâtes réfractaires

19m.l.

20La première est une argile beige, grossière, caractérisée par d’abondantes inclusions brunes ferrugineuses. Sa surface est rugueuse ou bosselée. Ce groupe très minoritaire est réservé pour des poteries à usage bien spécifique, les alambics (cf. infra § 4.4.5.23). L’allure de la pâte et surtout le type d’inclusions évoquent les pâtes kaolinitiques réfractaires produites dans la région d’Ollières (Var). Les analyses de laboratoire ont confirmé cette hypothèse (fig. 155, no 6). Une autre argile de type kaolinitique, truffée d’inclusions siliceuses blanches, concerne d’autres poteries à usage bien spécifique : les creusets (fig. 155, no 5). La faible quantité d’objets réalisés dans ces deux pâtes laisse subsister un doute quant à leur fabrication sur le site même des ateliers marseillais. Pourtant, la présence de glaçure stannifère sur les alambics plaiderait en faveur de cette hypothèse. Le cas des creusets reste incertain bien que plusieurs soient sans trace d’usage. Les potiers ont pu acquérir de la terre réfractaire ou faire élaborer ces objets dans les ateliers ruraux de l’arrière‑pays.

4.2.2.4 Analyses géochimiques

21m.p.

22fig. 156, tabl. xviii, fig. k

23Les analyses effectuées sur les céramiques des ateliers de Sainte‑Barbe à Marseille avaient plusieurs objectifs. À terme, il s’agissait de pouvoir confirmer l’existence des productions des ateliers marseillais sur des sites de consommation et de déceler la présence éventuelle d’importations dans ces ateliers. Mais il s’agissait aussi de comprendre les choix d’argile qui avaient été faits par les potiers pour chacune des productions des ateliers, et, plus simplement encore, de contribuer à la classification des productions.

24Les analyses ont concerné 62 exemplaires recueillis au cours des fouilles de Sainte‑Barbe auxquels ont été joints 13 exemplaires provenant des découvertes effectuées lors des sondages préliminaires sur le site dit des Incurables, lequel constituait en fait le prolongement du site dégagé. Les exemplaires sont identifiés par leur numéro d’analyse : NMA 403 à 462, NMA 467 à 468 pour Sainte‑Barbe, AMM 251 à 255, AMM 302 à 309 pour les Incurables. Mais, sur les graphiques, seuls les chiffres seront conservés, la suppression des lettres du symbole n’entraînant pas la confusion.

25L’échantillonnage étudié comprend les principales catégories de céramiques en pâte rouge et en pâte calcaire issues des comblements de fours, des dépotoirs des premier et second temps de l’atelier, soit à l’état de biscuits sans revêtement, soit émaillées ou glaçurées, ainsi que du matériel d’enfournement (barres et pernettes).

FIG. 156 – Dendrogramme des céramiques analysées.

M. Picon/CNRS, M. Vichy/CNRS

TABL. XVIIIm moyennes ; s écarts‑types ; n groupes d’effectifs de la fig. 156 ; constituants principaux exprimés en pourcentages d’oxydes, traces en ppm (parties par million) de métal.

M.P.

FIG. K – Les bancs d’argile du bassin de Marseille dans la carrière de Saint‑André.

cl. L.V./CNRS

26Les analyses ont été faites par fluorescence X, 20 constituants étant mesurés sur chaque exemplaire, soit 10 constituants principaux : Na, K, Mg, Ca, Mn, Al, Fe, Si, Ti, P, et 10 traces : Rb, Sr, Ba, Ni, Zn, Cr, Zr, La, Ce, V. Mais seuls 17 d’entre eux seront pris en compte pour la classification, Na, P et La ayant été éliminés pour des raisons de pollution et/ou d’imprécision des mesures.

27La classification des exemplaires étudiés a été faite par analyse de grappes (en affinité moyenne non pondérée, sur variables centrées réduites correspondant aux 17 constituants retenus). Elle se présente sous la forme d’un diagramme arborescent ou dendrogramme qui montre l’existence de 6 principaux groupes de composition, désignés par les lettres de À à F, et de quelques exemplaires isolés (fig. 156). On a exclu de la classification l’alambic dont les compositions, très différentes de toutes les autres, rendaient le diagramme peu lisible. Le cas de cet exemplaire 461 particulier sera discuté plus loin.

28Les compositions moyennes et les écarts‑types des différents groupes sont reportés sur le tableau xviii (les effectifs de quelques‑uns des groupes étant trop faibles évidemment pour que les valeurs correspondantes soient autre chose qu’une simple indication).

29On notera que trois groupes, A, C et D, présentent des pourcentages moyens en chaux supérieurs à 15, alors que les trois autres, B, E et F, ont leurs pourcentages moyens inférieurs à 10. Il s’agit là, manifestement, pour l’atelier de Sainte‑Barbe, d’une coupure technique majeure. On trouve en effet, dans les groupes riches en chaux, la totalité des faïences, mais aucune céramique à usage culinaire (c’est‑à‑dire pouvant servir à la cuisson des aliments). Ces dernières ne se rencontrent que dans les groupes dont le pourcentage moyen en chaux est inférieur à 10.

30Cette opposition s’explique aisément d’un point de vue technologique. On sait que les argiles fortement calcaires, cuites à température élevée, présentent une grande rigidité et un coefficient de dilatation élevé, les rendant particulièrement sensibles aux chocs thermiques qui résulteraient de leur usage culinaire. Mais si les pourcentages de chaux sont inférieurs –ce qui permet de cuire les argiles à des températures un peu moins hautes, et, par conséquent, de diminuer encore la rigidité des pâtes– l’utilisation culinaire des céramiques devient alors possible. Et elle l’est encore plus si un dégraissant relativement abondant existe dans ces pâtes, comme c’est le cas ici.

31La division des deux ensembles susmentionnés –l’ensemble fortement calcaire A, C et D et l’ensemble moyennement ou faiblement calcaire B, E, F– en trois groupes chacun ne paraît avoir aucune signification technique particulière. On se situerait avec ces divisions dans le domaine des hasards de l’approvisionnement en argile des ateliers, dans celui des disponibilités locales ou régionales en argile, et certainement pas dans celui des techniques proprement dites. Même la signification chronologique de ces divisions n’est pas évidente, comme si les différentes variétés d’argile susceptibles d’être exploitées l’avaient été un peu au hasard et en plusieurs occasions, en ne se confortant qu’aux choix techniques majeurs que constitue leur utilisation possible pour la fabrication de céramiques culinaires et de céramiques non culinaires.

32À ce cadre technique général on ajoutera quelques précisions concernant d’abord les groupes fortement calcaires, puis les autres.

Groupes fortement calcaires (A, C, D)

33Les compositions de ces groupes s’apparentent de près aux compositions que l’on connaît à Marseille pour des céramiques d’autres périodes, et notamment de périodes plus anciennes. Les compositions du groupe C en particulier sont très proches de celles de l’atelier antique de la butte des Carmes, qui était situé à quelques centaines de mètres des ateliers de Sainte‑Barbe. Les groupes A et surtout D ont des compositions un peu plus marginales, mais qui demeurent dans les limites des fluctuations que l’on peut observer dans les argiles du bassin de Marseille. C’est sans doute le hasard des approvisionnements en argile qui est à l’origine de ces groupes que ne justifie aucune caractéristique technique particulière.

34Il est normal que toutes les faïences se retrouvent dans ces groupes fortement calcaires, car on admet que l’utilisation de pâtes calcaires est favorable à ce type de production, réduisant notamment les risques de « retirement » de l’émail stannifère. Et, de fait, on observe que la quasi‑totalité des faïences sont en pâte calcaire, quelles qu’en soient l’époque ou l’origine. Les exceptions à cette règle sont fort rares. On peut cependant en signaler une qui concerne les faïences à décor vert et brun de l’Uzège ; elles sont en pâte réfractaire, non calcaire, mais il s’agira d’une production assez éphémère. Il n’existe par contre aucune obligation de pâte pour les glaçures plombifères.

35Sans doute pourrait‑on être surpris d’observer que le matériel d’enfournement, les barres en particulier, sont en pâte fortement calcaire. Mais ce serait oublier que les argiles calcaires ont l’avantage de conserver un faible retrait à l’intérieur d’une plage étendue de températures élevées, alors que le retrait des argiles non calcaires augmenterait régulièrement, voire dramatiquement, dans cette même plage de température.

Groupes moyennement ou faiblement calcaires (B, E, F)

36Ces groupes, appelés pâte rouge, posent à Sainte‑Barbe des problèmes assez difficiles. On remarquera d’abord que les différences de composition qui existent entre ces groupes sont plus marquées (ou du moins plus significatives pour caractériser des origines différentes) que celles qui existent entre les groupes fortement calcaires. Les examens pétrographiques en lame mince semblent d’ailleurs accréditer cette hypothèse pour les groupes E et F (le groupe B n’ayant pas fait l’objet d’examens de ce type). Peut‑être ces origines différentes sont‑elles le reflet de difficultés rencontrées par les potiers pour se fournir en argiles aptes à la fabrication de céramiques culinaires, dans une région où les argiles fortement calcaires semblent exister partout.

37Le fait qu’on ne connaisse pas, dans le bassin de Marseille, d’argiles peu calcaires n’est pas un argument suffisant pour exclure une origine proche des ateliers de Sainte‑Barbe, pour les argiles des groupes B, E et F. Car il n’est pas nécessaire que les gisements soient très grands pour alimenter une production importante. À vrai dire on ne s’est guère intéressé aux formations superficielles, plus ou moins décalcifiées, du bassin de Marseille. Pourtant, de telles formations semblent avoir existé. En témoignerait la découverte ancienne à la Pointe‑Rouge d’un atelier de céramiques qui seraient de type culinaire. L’atelier n’est malheureusement plus observable et le matériel a disparu, mais la description de la couche d’argile, observée à proximité de cet atelier, ferait bien penser à une formation superficielle décalcifiée (Vasseur 1914b : 261‑262 ; Daumas 1936 : 244‑249).

38Quelques observations, peu déterminantes à elles seules, peuvent être invoquées en faveur d’origines qui ne seraient guère éloignées des ateliers de Sainte‑Barbe, pour les argiles des groupes B, E et F, en pâte rouge. Il s’agit d’abord des pourcentages de chaux relativement élevés des céramiques des groupes B et F (respectivement égaux à 9 et 8), pourcentages qu’on observe rarement dans des céramiques culinaires de qualité. On peut penser que les potiers ont utilisé de telles argiles car c’est tout ce dont ils pouvaient disposer dans la région, alors qu’ils auraient sans difficulté pu trouver mieux, s’ils avaient fait venir leurs argiles de plus loin. Cela implique évidemment, au cas où les argiles du groupe E (dont le pourcentage moyen en chaux n’est que de 2) seraient également d’origine locale, qu’elles s’y trouvaient en quantité insuffisante, ou qu’elles présentaient d’autres défauts, dus par exemple à un dégraissant quartzeux beaucoup trop abondant. On peut noter enfin que les caractéristiques pétrographiques des dégraissants de tous les groupes étudiés (que ceux‑ci soient fortement, moyennement ou faiblement calcaires) sont assez semblables, en revanche leur abondance est fort différente selon les groupes. Il est vrai que ces caractéristiques sont assez banales. En tout cas elles ne s’opposent pas à l’hypothèse qui voudrait que ces argiles soient originaires du bassin de Marseille. Mais la vérification d’une telle hypothèse exigerait de longues recherches qui n’ont pu être entreprises jusqu’à présent.

39Cependant il existe au moins un cas d’importation lointaine d’argile dans les ateliers de Sainte‑Barbe ; il est représenté dans les analyses par un unique exemplaire, NMA 461, dont on a souligné la composition très particulière qui l’avait fait retirer de la classification de la figure 156. Cette composition est reportée ci‑dessous :
NMA 461 : en %
K20 : 1,16 ; MgO : 0,70 ; CaO : 2,09 ; MnO : 0,028 ; A1203 : 32,52 ; Fe203 : 11,45 ; Si02 ; 49,09 ; Ti02 : 1,741.
NMA 461 : en ppm
Rb : 29 ; Sr : 123 ; Ba : 137 ; Ni : 187 ; Zn : 85 ; Cr : 232 ; Zr : 594 ; Ce : 287 ; V : 199.

40Pour cet exemplaire, il s’agissait en réalité d’une simple vérification car l’aspect visuel de la pâte suggérait un rapprochement évident avec des productions bien connues du bassin de Saint‑Maximin où elles constituent la catégorie B3 des fouilles de Rougiers, rapprochement que l’analyse confirme. L’importation de ce type d’argile dans l’atelier marseillais se justifie pleinement ici, malgré une distance de près d’une cinquantaine de kilomètres, car il s’agit d’une argile réfractaire de qualité, destinée à la fabrication de céramiques particulières, comme les alambics en pâte émaillée (les glaçures et émaux étant d’ailleurs inconnus sur ce type de pâte grise à Rougiers).

Céramiques étrangères sur l’atelier et diffusion de l’atelier marseillais

41On pouvait supposer que, parmi les exemplaires demeurant isolés sur le diagramme de la figure 156, il devait s’en trouver qui auraient été importés dans les ateliers de Sainte‑Barbe. Ce n’est certainement pas le cas pour l’exemplaire NMA 406, une barre d’enfournement, dont seules les altérations paraissent responsables de son exclusion du groupe A. Ce n’est sans doute pas le cas non plus de l’exemplaire NMA 431 qui présente un pourcentage de chaux particulièrement élevé (égal à 35), mais dont les autres pourcentages sont proches de ceux d’argiles de Marseille et notamment de certaines d’entre elles recueillies à proximité de l’atelier de la butte des Carmes. En revanche on peut considérer que les deux exemplaires NMA 467 et NMA 468, qui se trouvent rejetés à l’extrémité droite du diagramme de la figure 156, sont étrangers à l’atelier, leurs compositions marginales venant s’ajouter à d’autres caractéristiques qui les isolent des productions de Sainte‑Barbe, s’agissant notamment d’exemplaires à pâte grise : un pot de grande taille pour le premier et un pégau pour le second.

42La vérification en laboratoire de l’origine des céramiques recueillies sur des sites de consommation, céramiques à propos desquelles une fabrication marseillaise pouvait être envisagée, était un des objectifs majeurs des analyses entreprises sur le matériel de Sainte‑Barbe. Mais des difficultés instrumentales répétées n’ont pas permis jusqu’à présent de développer cette partie du programme comme on l’avait souhaité. Un seul site a pu faire l’objet de recherches en laboratoire, celui de Gémenos, dont deux exemplaires, NMA 464 et NMA 465, s’intégrent sans problème parmi les références des ateliers de Sainte‑Barbe dans le groupe C, tout comme la coupelle d’Olbia AMA 132 anciennement analysée (cf. infra § 4.5.2.). On souhaite que ces études puissent reprendre bientôt (Picon et al. 1995).

4.2.3 Techniques de fabrication

43l.v.m.l.

44L’ensemble de la production marseillaise est réalisée au tour avec une grande maîtrise, comme en témoignent l’élaboration des formes, la variété du répertoire et la fabrication en série. La technique du modelage, du colombin ou de la plaque est employée exceptionnellement pour de grosses formes épaisses ou pour le façonnage d’anses, becs verseurs ou figurines. Quelques traces concentriques sous les fonds prouvent l’usage du fil pour décoller la pièce de la girelle, mais les marques les plus fréquentes sont faites à la lame (fig. 157, no 1). Beaucoup de bas de panses ou de fonds sont raclés pour les désépaissir ou obtenir un fond lenticulaire. Le tournassage, qui assure une meilleure finition des surfaces, des détails d’ornementation et de l’esthétique de la pièce, est plus évident sur les pâtes calcaires et surtout sur les formes ouvertes ; quelques vases ont leur paroi facettée (fig. 157, no 2). Tous les pieds annulaires des coupes et coupelles de la phase 1 en portent les traces régulières. Plusieurs types de lèvres sont aussi façonnés ou moulurés. Les rainures en creux qui rythment les parois extérieures des vases fermés sont réalisées soit au moment du tournage de la forme soit dans le second temps du tournassage. Un décor plus élaboré est appliqué ou moulé après un temps de séchage, lorsque l’argile atteint la consistance du cuir. C’est le cas des roulettes imprimées, des motifs estampés, des cercles, des ondes ou des lignes incisés ou peignés et des cordons rapportés. La pose des anses et des accessoires (becs, cols, etc.), les découpes et percements des parois et fonds, ainsi que l’assemblage de plusieurs éléments d’une forme complexe sont aussi réalisés dans ce temps afin d’éviter les déformations (fig. 157, nos 3‑9).

FIG. 157 – Techniques de fabrication et décors : 1 traces de la pression des doigts pendant le tournage et raclage à la lame sous le fond d’une chope‑mesure ; 2 petit pot à parois facettées ; 3 décor ondé sur pâte rouge ; 4 cordon rapporté et décor incisé sur pâte intermédiaire ; 5 rosette estampée sur une plaque calcaire ; 6 molette imprimée sur pâte calcaire ; 7 décor gravé à la pointe copiant une molette et décor ocellé sur pâte calcaire ; 8 décor architecturé moulé sur pâte calcaire ; 9 découpes à la pointe sur pâte calcaire.

cl. Y.R.

45Toutes les formes en pâte calcaire, une fois sèches, étaient cuites directement sans revêtement. La catégorie des biscuits réunit en fait deux types d’objets : ceux qui resteront tels quels et ceux destinés à être cuits une deuxième fois après la pose du revêtement. Le tri s’opère facilement grâce à la quantité des pièces dénombrées pour chaque type. Les tirelires, bassins ou chopes‑mesures n’ont jamais été retrouvés avec une glaçure. En revanche, les cruches, pichets et coupes sont par moitié classés dans les catégories de biscuits et céramiques glaçurées et/ou décorées. Ces objets étaient donc destinés à être glaçurés.

46La situation est particulière pour les vases en pâte rouge glaçurée : la quasi‑absence de vases sans revêtement dans les dépotoirs laisse penser qu’ils n’étaient cuits qu’une seule fois après la pose de la glaçure (monocuisson).

4.2.4 Glaçurés et emploi des oxydes

47l.v., m.l.

48L’observation visuelle des revêtements et les connaissances acquises à partir des céramiques médiévales et des modèles produits encore actuellement en Méditerranée ont permis de reconnaître deux principaux types de glaçures.

49La première glaçure est une pellicule transparente plombifère qui recouvre souvent l’intérieur des vases. Ce vernis, qui prend la coloration de la pâte, apparaît rouge, orangé, brun ou verdâtre. Plus rarement, l’adjonction de cuivre ou d’antimoine le colore franchement en vert ou jaune. La glaçure plombifère est liée exclusivement à la vaisselle en pâte rouge dans les premières phases 1 et 2A.

50La seconde glaçure est plus épaisse et opacifiée à l’étain. Elle est soit blanche, mate ou irisée, soit colorée en vert de cuivre ou brun de manganèse et est présente dans les premières phases 1 et 2A. Certains revêtements de couleur miel, jaunâtre ou verdâtre, très abondants dans l’extension du faubourg pendant la phase 2B, sont peut‑être dus à des mélanges ou à l’adjonction de fer. La présence d’une coloration nettement jaune permet aussi de deviner l’emploi de l’antimoine. Ces revêtements sont employés surtout sur les vaisselles de table ou pour assurer l’étanchéité partielle des becs verseurs ou des cols de vases utilitaires.

51Les décors sont peints sur la couverte stannifère blanche, une fois sèche. Ils sont pour la plupart bicolores, en vert et brun. Le manganèse sert à délimiter le motif mais est employé aussi en couche moins opaque pour couvrir des surfaces en alternance avec le vert de cuivre. Si l’emploi du bleu de cobalt n’a jamais été vu sur la céramique marseillaise à l’exception d’un creuset (cf. infra § 4.4.7.3), l’usage du jaune d’antimoine est présent en petite quantité sur les carreaux de pavement et quelques coupes.

52Les techniques de pose des glaçures ne sont pas connues. Mais sur la vaisselle calcaire, les coulures et la bonne couverture intérieure ou extérieure des récipients indiquent un trempage direct de la pièce dans le bain de glaçure ou un remplissage à la louche. En revanche, sur les pots, jattes et marmites en pâte rouge, la glaçure est fréquemment limitée à l’ouverture et au fond des pots, suggérant un remplissage à la louche ou par projection.

53Ces observations sur les glaçures et les oxydes, qui ne reposent que sur des conjectures, ont nécessité un contrôle par des analyses en laboratoire. En France ces dernières sont encore rares, coûteuses, et effectuées sur de petites séries ou sur des pièces exceptionnelles de musée. L’absence d’étalonnage ne permet pas toujours de bien interpréter les chiffres. L’atelier de Marseille n’a pas fait l’objet d’un programme d’étude mais a pu bénéficier de quelques tests de B. Gratuze (centre de recherche Ernest‑Babelon, CNRS, Orléans).

54L’analyse qualitative des glaçures a été effectuée par spectrométrie ICP‑MS couplée à une ablation laser au Service central d’analyse du CNRS, à Solaize. Ces analyses font partie d’une campagne d’essais effectuée à la demande du Centre Ernest‑Babelon pour tester les potentialités de caractérisation des matériaux archéologiques par cette nouvelle méthode d’analyse (Gratuze et al. 1993).

55L’analyse porte sur des micro‑prélèvements obtenus par ablation avec un faisceau laser (les impacts ont un diamètre de 50 à 100 micromètres pour une profondeur de 100 à 200 micromètres). L’aérosol créé est ensuite transporté à l’aide d’un gaz verseur (argon) à l’intérieur d’un plasma d’argon (température d’environ 8 000 oC) où les différents constituants sont atomisés et ionisés. Les ions produits sont alors analysés par spectrométrie de masse (système quadripolaire).

56Le but des analyses était essentiellement de mettre en évidence la présence ou l’absence des éléments suivants : plomb, étain, antimoine, cuivre, fer et manganèse à l’intérieur des glaçures. Pour des raisons pratiques, il n’a pas été possible à l’époque d’obtenir des résultats quantitatifs. Toutefois le rapport entre l’intensité du signal obtenu pour les éléments analysés et celui du silicium, qui peut être considéré comme un élément majeur de la glaçure, renseigne sur l’abondance relative des différents constituants. Une caractérisation des différents types de glaçures peut ainsi être faite.

57Dix échantillons ont été sélectionnés par pâte et revêtement et par phase de production :
– four 107 phase 2A et 478 phase 1–3 pots à anse en pâte rouge glaçurée : les éléments retrouvés sont dans les trois cas le plomb, plus dans deux cas un peu de cuivre et d’antimoine sur deux glaçures colorées en vert et en jaune ;
– four 107 phase 2A – 1 cruche à glaçure verte monochrome : beaucoup de cuivre, étain, plomb ; 1 cruche à glaçure blanche monochrome : un peu de cuivre et du plomb, mais l’étain n’a pas été détecté ; sur 1 coupe à glaçure jaune : beaucoup d’étain, un peu de cuivre, du plomb et de l’antimoine ;
– four 93 phase 2B – 1 carreau de pavement à glaçure monochrome blanche : présence d’étain et de plomb ; 1 carreau à glaçure monochrome brune : étain, plomb et manganèse ;
– four 55 phase 2B – 1 coupelle à glaçure lie‑de‑vin : plomb et fer ;
– chemin 1, 476 phase 2B – 1 lampe à huile à glaçure jaune : étain, plomb et antimoine.

58Ces premiers résultats, qui n’ont valeur que de test mais dont l’étude se poursuit, confirment cependant l’emploi des glaçures plombifères pour la vaisselle en pâte rouge en phase 1 et 2A et des glaçures stannifères pour la vaisselle calcaire, et ce pendant toute la durée de l’atelier. Si l’utilisation du cuivre et du manganèse comme colorant n’est pas surprenante, la présence de l’antimoine dans les glaçures et en colorant, tout comme celle du fer, sont désormais confortées par ces analyses.

4.2.5 La cuisson

59l.v., m.l.

60L’étude de la céramique apporte quelques éléments. Elle est exclusivement oxydante (Mode A, Picon 1973). L’absence quasi totale de biscuits sans revêtement en vaisselle culinaire glaçurée laisse supputer la monocuisson. La double cuisson est de règle pour la vaisselle fine destinée à être émaillée. Mais beaucoup de pièces témoignent des difficultés rencontrées par les potiers : problèmes de températures (sous‑cuisson ou surcuisson), déformations de vases, collages entre les pièces, réduction et carburation des pâtes, problèmes de fusion des glaçures, sèches, cloquées ou absorbées par l’argile (fig. 158, nos 1‑4). Il est clair que dans une même fournée plusieurs catégories de céramiques étaient cuites en même temps. Les traces de collages de becs de pots rouges sur des fonds de cruches émaillées, empilés tête‑bêche, et les coulées de glaçure plombifère ou stannifère sur les biscuits en sont la preuve. L’usage des pernettes était vraisemblablement réservé aux formes ouvertes décorées mais les empreintes tripodes sont rarement visibles sur ce matériel très altéré.

FIG. 158 – Défauts de cuisson : 1 pot rouge surcuit, réduit et déformé ; 2 moutons, ratés de cuisson fondus et collés ; 3 glaçure stannifère cloquée sur une cruche ; 4 assiette dont le décor vert et brun n’est plus lisible.

cl. Y.R., P.F./CCJ, CNRS

61Des expérimentations conduites par Monique et Vincent Buffile, céramistes, en vue de réaliser des copies des carreaux en faïence pour le musée d’Histoire de Marseille ont montré les difficultés d’adéquation entre la terre, la glaçure stannifère et la température auxquelles tout potier se heurte dans une production. Toutefois, la température de cuisson des céramiques à pâte rouge comme celle des céramiques en pâte calcaire restent difficile à apprécier. Seules des séries d’analyses en laboratoire, effectuées aussi bien sur des rebuts d’ateliers que sur des vaisselles diffusées dans la région, permettraient de proposer des fourchettes de températures atteintes durant les diverses séquences chronologiques de l’atelier marseillais.

4.2.6 Les formes

62l.v., m.l.

63D’emblée, les poteries retrouvées dans les sondages de reconnaissance et les premiers pots découverts en fouille sont apparus comme totalement étrangers aux vaisselles régionales en usage à cette époque. L’emploi de la glaçure plombifère et stannifère tout comme la cuisson exclusivement oxydante ont été aussi surprenants.

64Par ailleurs, l’éventail du répertoire des formes a de grandes résonances avec celui du monde méditerranéen, et en particulier de la civilisation Al‑Andalus de mieux en mieux connue par les études espagnoles récentes et systématiques (Rossello‑Bordoy 1978 ; Navarro Palazon 1986b ; Azuar Ruiz 1989 ; Rossello‑Bordoy 1991 ; Gisbert Santonja et al. 1992 ; Castillo Galdeano, Martinez Madrid 1993). En fait, cette ambiance culturelle qui perdure au début de la reconquête (Coll Conesa et al. 1988 ; Amigues, Mesquida Garcia 1993) est présente sur tout le pourtour de la Méditerranée depuis le xe s. et dans le Maghreb, en Algérie (Golvin 1980), en Tunisie (Daoulatli 1980 ; Couleurs de Tunisie 1994) et au Maroc (Grenier de Cardenal 1980 ; Taouchikht 1989). Il en est de même pour la Sicile avec des variantes (Scuto 1990 ; Fiorilla 1991). Cette culture islamique exprimée dans l’art de la terre concerne aussi bien les céramiques de cuisine, les vaisselles de table glaçurées et décorées, que les formes utilitaires. Les typologies publiées surtout en Espagne ont donc servi de premières références pour l’identification des formes marseillaises. D’autres au contraire ont leur équivalent dans le répertoire provençal de l’époque, en céramique commune grise.

65Les vases entiers rejetés dans le comblement des fours ou dans des fosses dépotoirs ont servi de point de départ au catalogue. Ce dernier s’est toutefois avéré très insuffisant car il ne rendait pas compte de la diversité des types réellement produits dans l’atelier. La classification systématique de la céramique de tous les contextes a aidé à vérifier la fiabilité du premier catalogue. Elle a contribué à identifier des types nouveaux plus rares, à dénicher les types exceptionnels, et à assurer les associations de formes par période ou espace. L’élaboration de ce répertoire a d’abord été réalisée au sein de chaque catégorie, pâte rouge et pâte calcaire, puisque dès la fouille une apparente corrélation pâte/formes avait été perçue. Si cette correspondance s’est ensuite vérifiée globalement, l’observation plus poussée a cependant permis de noter quelques dérogations à cette règle. Dans certains cas, en effet, une même forme existe aussi bien en pâte rouge qu’en pâte calcaire : les lampes à huile apodes et à anse en sont un des meilleurs exemples.

66La grande variété des types produits a conduit à une classification à deux niveaux, fondée sur la fonction et la forme.

67Il était tentant d’attribuer une fonction précise à chaque forme, à l’exemple des typologies espagnoles. Mais à l’usage, la présence de formes inconnues ou à fonctions multiples a fait préférer une classification en six registres, dont un très ouvert permet d’inclure des formes pour lesquelles peu de références existent, ou auxquelles trop d’usages peuvent correspondre.

68Le premier niveau renvoie à l’usage des pots : culinaire, vaisselle de table et de service, stockage et transport, luminaire, usages divers et architectural.

69Un deuxième niveau définit plus précisément le répertoire des formes. Chaque type est individualisé par trois ou quatre caractères discriminants choisis parmi les éléments morphologiques et parfois les critères dimensionnels ; ces derniers interviennent uniquement lorsque la taille, grande ou réduite, témoigne d’une fonction particulière.

70Si ces règles simples ont préside au choix des types, les difficultés inhérentes à toute typologie ont été rencontrées pour établir ce catalogue. Comment interpréter certaines variantes observées et fixer la limite entre deux types voisins ? Traduisent‑elles simplement les coups de main spécifiques de deux potiers installés, à une même période, dans deux ateliers juxtaposés ? Ou bien un même potier a‑t‑il, d’une fournée à l’autre, simplement modifié quelques détails d’un type sans vouloir créer deux séries séparées ? Ou encore ces différences constatées par l’archéologue justifient‑elles vraiment l’identification de deux groupes (Arcelin‑Pradelle, Laubenheimer 1985) ?

71Si certains types sont définis avec sécurité par la présence de séries abondantes, d’autres, plus rarement représentés, sont déterminés avec moins de précision. D’autre part, certaines formes n’ont pu être reconnues entièrement et leur usage précis échappe. De même, certains objets inconnus aussi bien dans la civilisation islamique que provençale n’ont pu être affectés aisément à une fonction (chope‑mesure 1 et écuelle basse, par exemple). En dernier lieu, rien n’exclut que la réalité de la vie quotidienne ait entraîné des usages diversifiés pour un même vase : c’est le cas en particulier du grand bassin à fonctions multiples (lavage des vêtements, préparation des pâtes à base de céréales, etc.).

72Après plus de deux années de travail en laboratoire, il est possible de proposer un catalogue des productions marseillaises (fig. 159). Il réunit au total cent types différents. Vingt servent essentiellement à la cuisson, trente‑sept réunissent les formes ouvertes et fermées du service de table, huit concernent le stockage et le transport, quatre l’éclairage ; vingt‑sept formes correspondent à des usages particuliers, inconnus ou multiples. Enfin, quatre types appartiennent à la céramique architecturale. Les types sont présentés dans un ordre qui ne tient compte ni de la datation ni de l’origine présumée de la forme.

FIG. 159 – Catalogue des formes produites dans l’atelier dans les différents types de pâtes.
* pâte rouge, ∆ pâte calcaire, ▲ autre pâte.

F. Gillet/ LAMM del. d’ap. M.L./CNRS, L. V/CNRS

73Leur abondance pourrait surprendre. En fait, ce catalogue réunit les productions de plusieurs artisans œuvrant à une même époque mais aussi pendant toute la durée de vie des ateliers. Cette variété du répertoire renvoie d’autre part aux références fournies par les catalogues espagnols dans lesquels la polyvalence des productions est tout aussi spectaculaire.

4.3 Étude des comblements

74l.v., m.l.

4.3.1 Introduction

75Le choix des ensembles étudiés s’est fait prioritairement en fonction de la périodicité établie par la stratigraphie. Mais il a paru également important de sélectionner des ensembles clos comme les comblements de fours ou de gros dépotoirs dont la masse assurait une meilleure représentativité. Les sols d’occupation qui ont fourni peu de matériel ont été utilisés de façon comparative et complémentaire. Chaque ensemble a fait l’objet d’une étude exhaustive.

76Le but recherché était de déterminer le rapport entre les céramiques à pâtes rouge et calcaire, de le quantifier en tessons puis de faire une deuxième évaluation en nombre minimum d’individus. Chaque ensemble devait aussi fournir une typologie par catégorie de pâte et préciser la présence d’une forme ou son association avec d’autres types dans un moment donné. Mais en second lieu il importait également d’évaluer, autant que faire se peut, la fréquence d’une forme par rapport à la totalité des autres produites. Dans cette perspective au sein d’ensembles clos, fouillés en totalité, chaque type a été quantifié : on a choisi de fournir le nombre minimum d’individus présents (NMI). Pourtant, ces chiffres ne sont évidemment qu’indicatifs d’une réalité difficile à cerner. La valeur significative d’un comblement reste parfois délicate à déterminer : s’agit‑il d’une fournée particulière répondant à une commande spéciale, au contraire d’une production courante du potier, ou encore d’une tentative pour créer et diffuser de nouveaux modèles ? Il n’est pas inutile de rappeler que les comblements de fours ne sont que le reflet d’un instantané de la production, d’une cuisson d’un jour ou d’un artisan. Loin de donner une image fidèle de toute la production d’un atelier, ils n’ont qu’une valeur relative et souvent partielle, car les objets recueillis ne constituent qu’un reliquat de la production originelle. Il est apparu très vite à l’étude que chaque ensemble apportait des renseignements sinon contradictoires du moins différents et que la multiplication des exemples était nécessaire pour une meilleure interprétation globale.

4.3.2 Comblements de la phase 2A

4.3.2.1 Four 107

77fig. 160, fig. D

78Ce four construit dans l’espace XI ouest en phase 1 est comblé en phase 2A. L’origine de son comblement est inconnue. Rien ne permet de dire qu’il provienne d’une charge de ce même four 107. L’absence de cendres en place dans le foyer indique que le four a été vidangé et nettoyé avant de sertir de dépotoir. Le matériel provient sans doute de l’espace, mais tout aussi bien du four 107 ou des fours 12 et 103 voisins et contemporains. Le matériel bien conservé a été rejeté en une seule fois, comme l’ont prouvé les recollages entre les couches de la fosse et du foyer. D’autre part, cet ensemble clos n’a pas été remanié par la construction d’un second four superposé. L’arasement de la superstructure en phase 2B a néanmoins détruit les couches supérieures du comblement qui se retrouvent étalées dans le remblai supérieur 441‑439. De nombreux collages entre ce dernier et les couches à l’intérieur du four en témoignent. Cet ensemble de pièces rejetées presque entières permet une première approche de la production à la fin de la phase 1.

FIG. 160 – Four 107 : répartition des tessons a par catégorie de pâte et b par type de revêtement

M.L./CNRS, L. V/CNRS

FIG. D – Le four 107 et son dépotoir d’abandon.

cl. P.F./ CCJ, CNRS

79Les contextes de comblements ont été sépares à la fouille par strates pour plus de précaution. La fosse d’accès en totalise six, le foyer et le laboratoire quatre différents. L’étude (tri et comptage de tessons) s’est faite dans un premier temps en tenant compte de ces séparations mais très vite l’observation du matériel a montré de nombreux collages verticalement, mais aussi latéralement de la fosse au foyer.

80L’ensemble des contextes réunit 15 482 tessons. La pâte calcaire est proportionnelle à la pâte rouge, soit respectivement 47,1 % pour 52,9 %. Ce chiffre élevé de céramiques en pâte rouge est contrebalancé par les trois sous‑groupes de la céramique calcaire. Au sein de ce large groupe, les biscuits sans revêtement dominent (28,6 %), les tessons émaillés à glaçure monochrome représentent 16,5 % tandis que les fragments décorés en vert et brun n’atteignent que 2 % de l’ensemble.

81En cumulant les couches du remblai supérieur, soit 30 035 tessons, la répartition par catégorie est totalement inversée. Le nombre des tessons en pâte rouge n’est plus que de 6.2 % au profit des céramiques calcaires qui totalisent 93,8 %. La surreprésentation de cette catégorie est due en partie aux biscuits qui triplent leur chiffre (89,1 %). Les céramiques émaillées monochromes et peintes diminuent dans les mêmes proportions (4,3 et 0,4 %).

82En effectuant le total des deux ensembles, le four stricto sensu et son remblai supérieur, les nouveaux pourcentages fournissent une troisième image encore plus nuancée. La céramique rouge reste minoritaire (22,1 %) par rapport à l’ensemble des calcaires (77,9 %) et les proportions de vaisselles émaillées sont en légère augmentation.

83Ce premier exemple détaillé montre l’extrême relativité des comptages d’un ensemble à un autre. Il a donc été choisi de ne considérer que le comblement à l’intérieur du four qui correspond à un temps précis de rejet et de compléter cette première approche par un comptage d’objets identifiés.

84Le nombre minimum d’individus (NMI) s’élève pour 15 282 tessons à 341 objets, toutes catégories confondues. La céramique calcaire compte 206 objets répartis en 25 types de formes différentes. La céramique à pâte rouge réunit 136 objets pour dix types. Ces chiffres diminuent la représentation de la vaisselle culinaire qui n’atteint plus que 40 % alors qu’elle représentait plus de la moitié en comptage de tessons. Mais on est en mesure de dire que les deux catégories sont pratiquement en quantités égales dans le four 107. La céramique calcaire bénéficie d’un plus grand répertoire de formes identifiables, recollables et quantifiables que la vaisselle culinaire dont le nombre réel d’objets est sous‑évalué. La corrélation des comptages en tessons et NMI indique que les objets ont été fragmentés de la même façon et qu’ils ont pu provenir d’une même fournée, comme le suggèrent les collages, les traces d’empilement et les coulures de glaçures plombifère et stannifère retrouvés sur l’ensemble du répertoire.

85Le tableau xix présente les principaux types fabriqués en fin de la phase 1 par catégorie de pâte et revêtement et donne leurs fréquences respectives.

TABL. XIX – Four 107 : types présents dans chaque catégorie de pâte.

M.L., L.V.

86La céramique à pâte rouge comprend essentiellement de la vaisselle culinaire : des pots à une anse, des marmites de trois types différents, des jattes, des pots à tétons. Les formes de vaisselles de table sont absentes à l’exception d’une cruche. Les vases de stockage et d’usages divers sont représentés par une jarre‑marmite et un vase à trous. La forme dominante est le pot à anse puisqu’il correspond à lui seul à 78 % des formes. Les jattes (9,5 %), les marmites (8,8 %) et des types exceptionnels accompagnent cette fabrication en série.

87La céramique calcaire se subdivise en trois sous‑ensembles : les biscuits (126 objets), les céramiques émaillées monochromes (50), et les céramiques émaillées et peintes (29). Les biscuits, qui représentent 61 % de l’ensemble, cumulent les pièces qui resteront sans revêtement et celles cuites une première fois avant d’être émaillées. Les vases de stockage, les chopes‑mesures, passoires, vases à trous et à découpes, vases à anses de panier, tirelires, godets de noria, fourneaux et tuyaux appartiennent à la première série de biscuits qui resteront tels quels. À l’inverse de ces récipients destinés à des usages multiples, les vaisselles de table, coupes, coupelles, cruches et pichets sont présentes dans les mêmes proportions dans les groupes sans revêtement et dans ceux avec émail monochrome. Les décors peints en pourcentage notable (14 %) sont réservés aux formes ouvertes, aux carreaux de pavement et, exceptionnellement, à un couvercle et à deux vases fermés de type particulier : l’aquamanile.

88Vingt‑cinq formes différentes ont été recensées et se retrouvent de façon prédominante dans le service de table, le stockage et les usages multiples. La vaisselle culinaire est quasi absente des pâtes calcaires.

89Les types dominants sont les vases à liquide (74, soit 36 % des objets calcaires) suivis des coupes (42) et des chopes‑mesures (20) tandis les derniers sont présents entre un et dix exemplaires.

90Dans cette première image de la production à la fin de la phase 1 on constate un équilibre entre les céramiques rouges et calcaires. D’autre part, les types sont associés dans des proportions variables. La confrontation avec un lot de même époque mais issu d’un autre espace de travail est indispensable pour valider ces observations ou les relativiser.

4.3.2.2 Fosse dépotoir 436‑602

91fig. 161

92Située dans l’espace X ouest, cette grande fosse a été comblée en phase 2A. La nature du contexte est différente du précédent exemple car les tessons sont plus fragmentés et peuvent appartenir à un dépotoir secondaire.

FIG. 161 – Fosse‑dépotoir 436‑602 : répartition des tessons, a par catégorie de pâte et b par type de revêtement.

M. L/CNRS, L. V/CNRS

93L’étude a été réalisée sur le double de tessons soit 30 269 répartis sur trois strates qui ont présenté des collages entre elles. L’association rouge/calcaire est toujours maintenue mais, cette fois‑ci, les proportions sont modifiées. Les pâtes calcaires dominent (65,3 %), néanmoins les rouges sont encore bien représentées. Les céramiques émaillées monochromes et peintes sont aussi en nombre réduit.

94Malgré le taux de fragmentation, 445 objets ont été reconnus dont 294 calcaires (66 %) et 151 rouges (34 %). Dans ce cas, les deux méthodes de comptage par tessons et NMI donnent un résultat identique. Les principaux types de céramique culinaire sont identiques à ceux du four 107 : pots à anse (70,7 %), marmites (16,7 %) et jattes (4,7 %). À côté de ces types fabriqués en série, il est important de remarquer l’absence de la vaisselle de table, la présence exceptionnelle de vases de stockage et l’apparition de nouvelles formes ouvertes : poêlons, cassoles et plats à tétons de préhension.

95Il en est de même pour la céramique calcaire. Toutes les associations qui caractérisent la production du four 107 se retrouvent dans cette fosse‑dépotoir mais dans des proportions sensiblement différentes. Certains types sont mieux représentés comme les coupes 1 et 2, la coupelle à marli 2 et la chope‑mesure 2. Deux types nouveaux apparaissent : la trompe, la bouteille.

96Globalement l’apport de ce nouveau comblement est loin de contredire le précédent. Il confirme la fabrication simultanée de la vaisselle culinaire en pâte rouge à la fin de la phase 1 dans des proportions qui passent de la moitié à un tiers par rapport à celle en pâte calcaire. Dans les deux ensembles étudiés les types les plus fréquents, pots à anse, cruches, pichets, coupes, chopes‑mesures, se retrouvent suivis par une poussière de formes d’usage divers, couvercles, jattes, marmites, tirelires, vases à trous, pots à anse de panier, lampes, carreaux.

4.3.3 Comblements de la phase 2B

97Si les deux exemples précédents ont été choisis dans le secteur sud, le seul en activité pendant la phase ancienne, les exemples qui illustreront la deuxième période de production seront pris l’un dans le même secteur sud, et l’autre dans la zone d’extension du faubourg au nord.

4.3.3.1 Four 98

98tabl. xx, fig. 162

99Ce four construit en phase 2A est implanté dans l’espace XIV sur la destruction du four 118. Les dix contextes d’abandon qui remplissent la fosse d’accès et le foyer totalisent 43 974 tessons. Le gros remblai supérieur (384) qui couvre le four arasé présentait des productions de même type et a permis de compléter certaines formes comme dans le cas précédent du four 107. L’étude quantitative ne portera que sur le comblement proprement dit, très homogène, qui réunissait des pièces souvent complètes.

TABL. XX – Four 98 : types présents dans chaque catégorie de pâte.

M.L., L.V.

FIG. 162 – Four 98 : répartition des tessons, a par catégorie de pâte, b par type de revêtement et c répartition du nombre minimum d’individus par catégorie.

M.L./CNRS, LV./CNRS

100Le premier tri effectué sur cet ensemble volumineux de tessons fait apparaître une très nette prépondérance des céramiques en pâte calcaire, soit 96,85 % de l’ensemble. À l’intérieur de ce groupe, les biscuits dominent (84,99 %), la part des céramiques à glaçure monochrome est réduite à 11,83 % tandis que la céramique à décor peint n’est pas quantifiable (15 fragments). Les céramiques rouges ont pratiquement disparu (3,15 %). Elles regroupent des pâtes rouges classiques et de nouvelles intermédiaires, apparemment plus proches des pâtes calcaires. Le comptage en NMI nuance sensiblement cette première impression : les formes en pâte calcaire restent majoritaires : 669 soit 84 % de l’ensemble, réparties en 486 biscuits, 178 glaçurées et intermédiaires monochromes et 5 à décor peint ; les formes identifiées en pâte rouge sont plus nombreuses que dans l’évaluation par tessons : 127 pièces assez complètes pour les rattacher au comblement et ne pas les considérer comme un matériel résiduel. Si cette catégorie doit encore être prise en compte dans ce temps de production intermédiaire, il paraît évident qu’elle est minoritaire. D’autres indices le prouvent comme l’évolution de la corrélation formes/catégorie de pâte. La céramique à pâte rouge est toujours présente dans le répertoire culinaire, avec des pots à anse (38,6 %), des marmites (14,17 %), des jattes (10,24 %) et de rares couvercles. Mais on voit apparaître dans cette catégorie un nouveau type de pot à anse non glaçuré et bien représenté (9,4 %). En outre, le groupe des récipients de cuisson englobe cette fois de nouvelles formes en pâte calcaire non glaçurée : pots à anse 4, marmites 4‑5 et six pots à tétons. Le groupe en pâte rouge comprend comme dans les ensembles précédents d’exceptionnelles cruches et vases de stockage mais aussi des lampes.

101Dans la catégorie en pâte calcaire de nouveaux types apparaissent également, aussi bien dans la vaisselle de table monochrome (pichet 2) que dans les vases d’usages divers : chopes‑mesures 3 et petits pots bas. À ces nuances près, le répertoire global reste encore proche de celui de la phase 2A. Les cruches dominent (140) suivies des tirelires (71), pots à anses, pichets, chopes –mesures et vases à deux anses qui sont présents en série (entre 40 et 60). Les coupes, coupelles, bouteilles, tuyaux, bassins, marmites, jarres, petits pots bas forment des séries conséquentes, entre 10 et 25 exemplaires auxquels s’ajoutent quelques lampes, pots à découpes, passoires, aquamaniles.

102L’étude de ce comblement encore dans la tradition des productions des phases 1‑2A montre des innovations dans les formes comme dans l’emploi des pâtes. L’argile rouge glaçurée est en voie de disparition, des interférences se remarquent dans la vaisselle culinaire qui n’est plus réservée à la seule argile rouge. Autre nouveauté et caractéristique de ce comblement : l’apparition des alambics en argile kaolinitique émaillée, inconnue jusqu’ici. L’absence de majoliques est à noter. Est‑ce un simple fait du hasard de cette fournée ou la conséquence d’une absence de production dans ce secteur en phase 2B ?

4.3.3.2 Fosse 106

103l.v.

104fig. 163

105L’absence de four dans la zone fouillée au nord a contraint à utiliser pour seule référence en phase 2B une fosse dépotoir très riche en objets complets, mais dont l’ampleur n’a pas été reconnue. Les comptages sont donc relatifs et difficilement comparables aux précédents. La typologie très spécifique retrouvée dans tout ce secteur, aussi bien dans les niveaux de la rue que dans les espaces III, IV, V et IX, sert d’exemple pour cette période de l’extension du faubourg.

FIG. 163 – Fosse 106 : répartition des tessons, a par catégorie de pâte, b par type de revêtement et c répartition du nombre minimum d’individus par catégorie.

M.L./CNRS, L. V/CNRS

106Parmi les 11 517 tessons récoltés dans cette fosse, 11 462 sont en pâte calcaire, soit à l’état de biscuits (85,32 %), soit glaçurés monochromes (11,39 %) et 2,8 % à décor peint. La céramique à pâte rouge a disparu (55 tessons). Le comptage d’objets s’élève à 341, dont 132 biscuits, 161 glaçurés et 46 peints. Il nuance le premier résultat et majore les catégories revêtues de glaçure. Dans cet ensemble, des formes apparaissent pour la première fois et se substituent totalement aux formes traditionnelles étudiées jusqu’ici. La vaisselle culinaire est absente à l’exception de quelques pots à anse. Dans la vaisselle de table de nouvelles formes de coupes (8 et 9), de coupelles (3 et 4), de pichets (3) et des bols font leur apparition. Le luminaire est très abondant : les 61 lampes sont d’un style nouveau, apode et sans anse (type 1) ou sur pied haut (type 2). Les pots à usages multiples ne comptent plus de chopes‑mesures, mais d’autres séries d’écuelles basses, bassins, tirelires, vases à anse de panier et albarelli.

107La conception des formes et des décors ainsi que la disparition de la vaisselle en pâte rouge caractérisent cette production qui se retrouve dans les niveaux d’abandon des espaces X et XI (comblements des fours 70 et 93).

4.3.4 Conclusion

108l.v., m.l.

109L’analyse de plusieurs comblements provenant d’espaces et de périodes différents a servi à élaborer une typochronologie des productions de l’atelier marseillais. Au total, 1 923 formes archéologiquement complètes ont été utilisées. Les autres formes provenant des contextes qui ne sont pas présentés ici ont complété et conforté les premières analyses.

110Les apports des différents comblements sont multiples. En premier lieu, ils permettent de donner une bonne représentativité des catégories de poteries fabriquées. Dans la première phase de production, deux catégories coexistent en pâte rouge et en pâte calcaire. La seconde devient exclusive en phase 2B dans le secteur nord, et la pâte rouge reste à l’état de souvenir dans le secteur sud. Dans les séries calcaires, la céramique destinée à recevoir une glaçure monochrome est à part égale avec les céramiques sans revêtement. La majolique peinte est toujours représentée en nombre réduit, comprise entre 0,5 et 3 à 4 % de l’ensemble de la production.

111Ces dépotoirs rendent compte des principaux types fabriqués. Les séries rejetées sont souvent conséquentes et contribuent à mieux définir une forme dans ses dimensions, ses variantes de profil et de traitement des surfaces.

112Par ailleurs, certaines formes ont été identifiées grâce à un comblement particulier. C’est le cas des carreaux de pavement monochromes blancs et bruns ou décorés de motifs peints qui se trouvaient dans l’abandon du four 93 de l’espace XI, qui n’a pas été présenté ici, et des alambics dans l’espace XIV. L’identification et le comptage systématique des formes par catégories et périodes ont permis d’autre part de repérer les associations répétitives de matériel. Si les comptages ne sont que relatifs, ils évoquent cependant la fréquence des types fabriqués. Les formes les plus abondantes sont toujours les mêmes, comme les pots à anses en pâte rouge ou les cruches en pâte calcaire glaçurée. D’autres séries de vaisselle de table (coupes, coupelles), de cuisine (jattes, marmites), de stockage (bouteilles, jarres), de luminaires (lampes apodes et lampes sur pied) et d’usages divers (chopes‑mesures, vases à anse de panier et à deux anses, bassins, tirelires, tuyaux), mêmes si elles sont conséquentes, demeurent en petit nombre. Des couvercles, poêlons, braseros, albarelli, aquamaniles, passoires, pots à découpes, cachepots, trompes d’appel sont exceptionnels.

113Enfin, dans cette étude se dessine une géographie des productions par espace ou zone et par période. Elle reflète sans doute une sectorisation du travail, des savoir‑faire d’artisans différents et des évolutions que le catalogue qui suit essaiera de préciser.

4. 4 Typologie

114l.v., m.l.

115fig. 159, fig. l

FIG. L – Les productions en pâtes rouge et calcaire du premier temps de l’atelier.

cl. P.F./CCJ, CNRS

4.4.1 Culinaire

116fig. 164

FIG. 164 – Les productions culinaires en pâte rouge.

cl. P.F./CCJ, CNRS

4.4.1.1 Les pots à une anse

117Au sein de la céramique culinaire, cette série constitue le groupe prépondérant réalisé presque exclusivement en pâte rouge. Elle compte aussi la plus forte proportion de ratés de cuisson, de vases très déformés et de surcuits (fig. 166, no 12). Ces récipients sont répartis en quatre groupes en fonction de leur taille (pots 1 à 3) ou de détails morphologiques particuliers (pot 4).

Les pots à anse 1 rouges

118m. l

119fig. 165 à 167

120Ces pots globulaires tous en pâte rouge et systématiquement glaçurés à l’intérieur sont à peine plus larges que hauts et de taille moyenne. Leurs dimensions sont presque standardisées : leur hauteur varie entre 10 et 12 cm, leur largeur entre 12 et 14 cm, et leur diamètre à l’ouverture oscille entre 9 et 12 cm avec une tendance dominante autour de 10 cm. Leur contenance varie de 0,6 à 1,7 litre. Caractérisés par une anse rubanée dont l’attache supérieure inclut le bord, opposée à un bec pincé, ils ont un fond le plus souvent lenticulaire, parfois plat. Le bord éversé a couramment un profil arrondi (fig. 165, no 1‑9) que peuvent remplacer quelques variantes à gorge interne (fig. 167, nos2, 3, 6) ou à rainure (fig. 167, nos 7‑9) ; plus rarement il devient rectangulaire à gorge supérieure (fig. 167, nos4, 10‑14) ou exceptionnellement en forme de bandeau vertical (fig. 167, no 1). Hormis une rainure située à mi‑hauteur de l’épaulement aucun décor ne figure, ce qui n’a rien d’étonnant pour des récipients à usage culinaire.

FIG. 1651‑9 pots à anse 1 en pâte rouge.

M.L./CNRS, M. Leclerc/LAMM del.

FIG. 1661‑12 pots à anse 1 en pâte rouge.

M.L./CNRS, M. Leclerc/LAMM del.

FIG. 1671‑15 pots à anse 1 en pâte rouge.

M.L./CNRS, F. Parent/Afan del.

121Constituant les formes de loin les mieux représentées dans l’ensemble de la production à pâte rouge, ces pots sont extrêmement abondants dans les phases 1 (niveaux anciens du chemin) et surtout 2A : la fosse d’accès du four 89 et les comblements du four 107 et du four 118 (espaces X, XI et XIV) ont notamment fourni les formes complètes ou les mieux reconstituées. Ils perdurent en phase 2B uniquement dans le remblai couvrant le four 107 et dans le comblement du four 98 (espace XIV).

122L’observation des détails morphologiques suggère quelques remarques supplémentaires : les bords à gorge (fig. 167, nos 2‑3, 6), toujours rares par rapport aux bords ronds, existent dès la phase 2A (four 118) et sont encore attestés plus tard sans changer de proportions, leur présence ne peut donc être mise en rapport avec une quelconque évolution de la production ; les bords ronds à rainure (fig. 167, nos7‑9) demeurent exceptionnels et sont identifiés exclusivement dans le comblement de la fosse 436‑602, ils résultent peut‑être simplement d’un essai fait par un potier lors d’une journée de travail et ne constituent pas un type véritable. Le cas des bords rectangulaires à gorge interne, repérés essentiellement dans le comblement du four 98 (phase 2B) où ils coexistent avec les bords arrondis, est sans doute plus riche de sens. En effet, ces bords sont associés de manière privilégiée à des fonds plats et non plus lenticulaires, et les pots présentant cette typologie sont réalisés dans une pâte blanchâtre apparemment plus proche de la pâte calcaire que de la pâte rouge (pâte intermédiaire ou mélange de pâtes ?). Ici cette corrélation pâte/détails de formes traduit à la fois un savoir‑faire different et un changement de technique marqué par le recours à une pâte nouvelle : ces modifications ne sont observables qu’en phase 2B, c’est‑à‑dire à l’époque d’une nouvelle génération de potiers.

Les pots à anse 2 rouges

123m.l.

124fig. 168 nos1‑7

125Les objets de cette série sont en réalité les répliques miniatures des pots du groupe précédent. Leur contenance reste légèrement inférieure à 0,2 litre. Leurs faibles dimensions permettent de les repérer rapidement au cœur de la masse des pots à anse et de les comptabiliser aisément. Parmi la vingtaine d’objets ainsi identifiés, la plupart correspondent aux phases 1 et 2A et proviennent des espaces X (fosse d’accès du four 89 ; fosse 436‑602), XI (four 107 et four 103) et XIV (sol 510) ; trois seulement sont attribués à la phase 2B (remblai couvrant le four 107 et comblement du four 98). Seuls ces derniers ont des bords à profil rectangulaire (fig. 168, no 5), se distinguant par là du reste de la série. Cette forme est toutefois numériquement trop faible pour qu’il soit possible d’interpréter cette variante typologique. À cause de leur taille restreinte, les pots de ce type sont parfois considérés comme des jouets. En fait il doit plutôt s’agir de petits ustensiles destinés à cuire ou réchauffer des produits rares ou utilisés à petite dose dans la cuisine.

FIG. 168 – Pots à anse 2 : 1‑7 pâte rouge ; 8‑10 pâte calcaire.

M.L./CNRS, L. V./CNRS, M. Leclerc/ LAMM del.

Les pots à anse 2 calcaires

126l.v.

127fig. 168 nos 8‑10

128Ces rares petits pots à anse ne forment pas une série par leur morphologie mais ont comme caractère commun l’absence de glaçure. Les quelques exemplaires proviennent du comblement du foyer du four 103 dans l’espace XI (fig. 168, nos 8‑9). L’un a une lèvre déversée et un bec verseur, l’autre, plus trapu et bas, est sans bec avec une lèvre épaissie. Présents déjà dans la phase 2A des espaces sud, d’autres petits vases se retrouvent en phase 2B dans l’espace VIII, dans le dépotoir 106 et dans l’espace IV (251). De profil plus fin et avec un bec verseur et une lèvre déversée (no 10), ce pot tout comme les autres n’a pas de parenté directe avec des productions régionales. Leur fond plat, leur anse rubanée et l’absence de revêtement les distinguent cependant de productions en pâte rouge.

Les pots à anse 3 rouges

129m.l.

130fig. 169

131Séparés des objets des deux premiers groupes à cause de leur grande taille (diamètre à l’ouverture variant de 12 à 15 cm et largeur maximale de 18 à 22 cm) et de leur contenance importante puisqu’elle atteint 4,4 litres (fig. 169, no 9), ces pots en pâte rouge présentent pour la forme générale et les rapports dimensionnels les mêmes caractères discriminants que les pots à anse 1. Cette série demeure mineure puisqu’à peine plus de vingt objets ont été recensés. Apparemment rares en phase 1 (niveaux anciens du chemin dans l’espace 1 et sol 514 dans l’espace XIV) aussi bien qu’en phase 2A (comblements de la fosse 436‑602 et du four 107 dans les espaces X et XI), ils sont surtout repérables, parce que le mieux conservés, dans le comblement du four 98 (phase 2B) où les bords rectangulaires à gorge coexistent avec les bords arrondis.

FIG. 169 – 1‑9 pots à anse 3 en pâte rouge.

M.L./CNRS del.

Les pots à anse 4 rouges

132m.l.

133fig. 170

134Cette petite série comprend au moins une douzaine de pots tous issus du comblement du four 98 (phase 2B). Ils se distinguent aisément des pots des trois premiers groupes par l’absence de bec et de glaçure comme par le décor de rainures multiples sur l’épaulement ; ce dernier occupe un tiers de la panse. Les bords redressés et épaissis (fig. 170, no 1‑3) ou bien en bandeau (fig. 170, nos5‑7), les fonds plats ainsi que les anses très plates et larges forment d’autres caractères discriminants. Si peu de formes sont complètes, il est certain qu’il existe différentes tailles puisque le diamètre à l’ouverture varie de 10 à 15 cm et celui du fond de 7 à 12 cm. La contenance des plus grands atteint 2 litres (fig. 170, no 1).

135L’absence systématique de revêtement interne, surprenante par comparaison avec les premiers types de pots à anse, traduit un usage particulier ne requérant pas le degré d’étanchéité que seule une glaçure est apte à procurer.

FIG. 1701‑8 pots à anse 4 en pâte rouge.

M.L./CNRS del.

Les pots à anses 4 calcaires

136l.v.

137fig. 171

138Trouvés en nombre conséquent, ces pots calcaires sans bec verseur, à fond plat et sans glaçure, ont été rattachés par ces caractères au groupe 4 en pâte rouge. Ils diffèrent cependant de cette production par des détails de fabrication. La forme globulaire et galbée est de taille constante (hauteur variant de 10,5 à 12 cm et diamètre à l’ouverture compris entre 9 et 12 cm) et d’un volume d’environ 1 litre. L’épaulement situé toujours aux deux tiers de la hauteur est très souvent souligné par plusieurs rainures profondes. Les rebords sont éversés et les lèvres courtes marquées par une gorge interne. Les anses attachées sur le rebord qu’elles incluent sont larges et rubanées. Les formes complètes (fig. 171, nos 1‑8) proviennent du comblement du four 98 de l’espace XIV, qui n’en compte pas moins de 58 exemplaires, et des remblais associés à cette phase d’abandon 2B. D’autres plus fragmentés ont été retrouvés dans l’espace voisin XI, dans le comblement du foyer du four 103, pris dans une couche de cendres et de chaux (phase 2A).

139Cette forme est plus proche du répertoire provençal en céramique grise que de celui en pâte rouge marseillais. Elle s’apparente en particulier au type B produit dans la région d’Ollières dès la fin du xiie s. et qui perdure dans la première moitié du siècle suivant (Démians d’Archimbaud 1981a : 294‑295, fig. 240). Pour preuve, les mêmes pégaus en pâte kaolinitique grise utilisés dans l’atelier (fig. 43, 46, 47) ont pu servir de modèles à ces pots dont l’imitation reste assez fidèle malgré la qualité plus médiocre de la terre et de la fabrication.

FIG. 1711‑8 pots à anse 4 en pâte calcaire.

L.V./CNRS, F. Parent/Afan, M. Leclerc/LAMM del.

Conclusion

140m.l.

141Les pots 1 à 3 diffèrent seulement par leur taille et leur contenance qui reflètent vraisemblablement des fonctions culinaires variées. Ces récipients sont bien représentés dès les phases 1 et 2A, aussi bien dans les niveaux profonds du chemin que dans les comblements des fours anciens. Ils survivent encore dans le comblement du four 98 (phase 2B) mais cette fois leur fréquence a nettement régressé par rapport à l’ensemble de la production, toutes pâtes confondues. D’autre part, dans ce comblement, les pots en véritable pâte rouge et à glaçure brun‑verdâtre coexistent avec d’autres, plus nombreux et mieux conservés, dont la pâte blanchâtre se rapproche davantage des pâtes calcaires et dont la glaçure verte est colorée au cuivre ; les profils des bords reflètent une tendance générale vers la forme rectangulaire, qui était exceptionnelle en phase 2A. Les pots 4 quant à eux apparaissent exclusivement dans le comblement du four 98 et sont les seuls de la série à annoncer quelques similitudes avec les pégaus contemporains des ateliers provençaux. Enfin, ces pots 1 à 4 en pâte rouge sont totalement absents des comblements des fours 70 et 93 et des niveaux d’occupation de l’extension nord du faubourg (phase 2B).

142Contrairement à beaucoup d’autres types fabriqués dans les ateliers de Sainte‑Barbe, les pots à anse 1, 2 et 3 n’ont aucun équivalent dans les typologies d’Espagne ou de Sicile traitant des vaisselles contemporaines de tradition islamique (Mesquida Garcia 1989 ; Fiorilla 1991 ; Rossello‑Bordoy 1991 ; Gisbert Santonja et al 1992 ; Vivir en Al‑Andalus 1993 ; Amigues, Mesquida Garcia 1993). L’unique parallèle possible concerne un pot de Valence mais ne peut être retenu comme modèle de référence car l’objet est attribué au xive s. (Coll Conesa et al. 1988 : 90, no 57).

143Si les renvois à la civilisation islamique font défaut, faut‑il croire qu’en arrivant à Marseille les potiers se sont inspirés des modèles du répertoire provençal de la céramique commune grise du xiiie s.? La comparaison avec les pégaus gris produits dans les ateliers régionaux prouve le contraire car ces derniers, s’ils sont bien caractérisés par des anses rubanées, diffèrent des pots fabriqués à Sainte‑Barbe par l’absence de bec, le fond plat et des bords plus anguleux (Démians d’Archimbaud 1981a : 293, fig. 236‑240). Seuls les pots en pâte intermédiaire et à bord rectangulaire, recueillis uniquement en phase 2B (fig. 167, nos 10‑5), offrent une similitude très relative avec certains pots de type B de la production B3 d’Ollières (Démians d’Archimbaud 1981a : fig. 240, no 30).

144En revanche, une parenté certaine existe entre les pots 1 et quelques pots à anse et bec pincé appartenant à des productions languedociennes : il s’agit d’abord de pots à pâte rouge glaçurée recueillis pour l’un au Caylar (Hérault), (Leenhardt, Raynaud 1995), dans une tombe, et pour les autres à Montpellier dans le comblement d’un puits (Leenhardt 1995a ; Leenhardt 1995c) : les difficultés de datation inhérentes à ce type de comblement entraînent pour ce contexte une datation large xiiie‑début xive s, (Saint‑Jean 1988). Ce type de pot à anse se retrouve encore produit en abondance, mais en pâte grise cette fois, dans l’atelier de Saint‑Gilles‑du‑Gard au tournant du xive s. (Leenhardt, Thiriot 1989 : 82, fig. 5‑6). Par ailleurs, si les grands pots à anse 3, au demeurant très rares, n’ont pas d’équivalent dans les productions provençales en pâte grise, ils ne sont pas sans évoquer, du point de vue des dimensions, les pots sans anse et de grand modèle en pâte brune d’origine régionale et attribuées à la fin du xiie s. et au xiiie s. (fig. 43). Ils renvoient surtout aux plus grands des pots de type A produits à Saint‑Gilles‑du‑Gard au début du xive s. (Leenhardt, Thiriot 1989 : 81, fig. 4, no 1). Sur tous ces sites la rareté des grands pots prouve certainement que les pots de taille moyenne étaient mieux adaptés aux habitudes culinaires dominantes, les premiers ne servant que pour des modes de cuisson exceptionnels. Comme pour les séries précédentes, les pots à anse 4 n’ont pas d’équivalent dans les vaisselles de tradition islamique. En revanche, ces formes présentent une réelle similitude avec les pégaus à bord en bandeau, gris et non glaçurés des ateliers provençaux d’Ollières au xiiie s. (Démians d’Archimbaud 1981a : fig. 238‑239, no 1).

145Il faut enfin noter que ces pots à anse constituent le groupe de loin le plus fréquent au sein de la production en pâte rouge dès le début de l’activité des potiers, c’est‑à‑dire dans la première moitié du xiiie s., puis régressent et disparaissent durant la dernière période de production. Cette observation n’est pas négligeable : elle confirme les remarques déjà effectuées en Provence centrale sur le caractère majoritaire parmi les vaisselles culinaires des pégaus en pâte grise de dimensions analogues (Démians d’Archimbaud 1981a : 292) pendant la même période et sur leur déclin pendant la seconde moitié du même siècle. Elle permet aussi de vérifier qu’en Languedoc l’évolution des habitudes culinaires s’effectue moins rapidement puisque ce type de vaisselle culinaire est encore produit en abondance, dans l’atelier de Saint‑Gilles au moins, au tournant du xive s. De même, cette forme perdure en Catalogne au xive s. (Del rebost a la taula 1994).

4.4.1.2 Les marmites en pâte rouge

146m.l.

147La série des marmites se subdivise en trois groupes différenciés par les types de col et de bords. Dans les trois cas, deux anses courtes étirées en forme de boudin à section ronde ou ovale sont attachées au sommet de l’épaulement et au niveau du diamètre maximal. Les panses sont globulaires, les dimensions à l’ouverture et au fond sensiblement égales. Les bases sont lenticulaires à l’exception de trois exemples à fond rond, malheureusement trop fragmentés pour être associés précisément à l’un des types globaux identifiés. Ces marmites sont toujours glaçurées à l’intérieur. Les surcuits de couleur grisée et les ratés de cuisson existent mais sont beaucoup moins fréquents que dans le groupe des pots à anse.

Les marmites 1

148fig. 172

149Dans ce groupe deux formes entières seulement ont pu être reconstituées (fig, 172, no 1). Il semble cependant possible d’affirmer que ces marmites sont de hauteur et de largeur sensiblement égales. Facilement identifiées par leur col très court et vertical ou faiblement divergent et leur bord droit, elles ont toujours une grande ouverture qui atteint environ les deux tiers de la largeur la plus grande de la panse. Le col très court a une hauteur comprise entre 1/5 et 1/3 du diamètre à l’ouverture. Les variantes dimensionnelles de ce dernier (13 à 18 cm) laissent supposer, de la même manière que pour les ustensiles culinaires d’aujourd’hui, l’existence de séries de tailles diverses, la contenance de ces récipients atteignant jusqu’à 3 litres (fig. 172, no 1). Une glaçure plombifère verdâtre ou brune projetée par l’ouverture de chaque récipient couvre par taches irrégulières la paroi interne du col et du fond ; parfois le même revêtement s’est trouvé appliqué, soit par trempage, soit au pinceau, en une couche régulière sur la surface externe du col. Le décor apparaît une seule fois sous forme de lignes parallèles incisées sur le col d’un objet malheureusement très fragmenté (fig. 172, no 2).

FIG. 1721‑14 marmites 1 en pâte rouge.

M.L./CNRS del.

150Ces marmites sont bien attestées dès la phase 1 (niveaux anciens du chemin ou sols des espaces X et XIV), puis avec des fréquences toujours minimes dans les comblements des fours anciens (phase 2A). Elles sont présentes encore, mais en faible quantité, au début de la phase 2B dans le remblai qui couvre le four 107 et dans le comblement du four 98.

Les marmites 2

151fig. 173

152Le bord épaissi en triangle dont la face supérieure est aplatie, comme si elle devait recevoir un couvercle, et la quasi‑absence de col servent à identifier les objets de cette série, toujours glaçurés à l’intérieur, comme les marmites 1. La présence d’une rainure incisée à mi‑hauteur de l’épaulement est fréquente. Il existe différentes tailles, toutes caractérisées par une ouverture large (diamètre variant de 9 à 15 cm et représentant environ 2/3 de la largeur maximale). Leur contenance varie du simple au double puisqu’elle passe de 1 litre à 2,5 litres pour les plus grandes (fig. 173, nos 1, 2). Ces récipients légèrement trapus (largeur faiblement supérieure à la hauteur) ont une base lenticulaire plus étroite que l’ouverture, à la différence des pots du groupe précédent. Deux exemples d’anses à poucier ou téton sont attribués à cet ensemble (fig. 173, nos 10, 11). Aucun décor n’accompagne ces récipients culinaires, à l’exception d’un cas unique d’empreintes digitées resté très marginal (fig. 173, no 6).

FIG. 1731‑14 marmites 2 en pâte rouge.

M.L./CNRS, M. Leclerc/LAMM del.

Les marmites 3

153fig. 174

154Cette série, très proche de la précédente, s’en différencie pourtant par le profil du bord, devenu ici rectangulaire (fig. 174, no 2) ou exceptionnellement carré (fig. 174, nos 19, 20). Si aucune pièce entière n’a été retrouvée, les variations du diamètre à l’embouchure (entre 12 et 18 cm) suggèrent ici aussi la présence d’objets de modules différents. Comme pour les deux autres groupes de marmites, les anses en boudin plus ou moins aplati (fig. 174, nos 5‑18) sont attachées sur l’épaulement. Ici encore les décors constituent des exceptions : motif incisé ondé (fig. 174, no 2), rainures (fig. 174, nos15, 16) ou encore cordons rapportés et digités (fig. 174, no 17).

FIG. 1741‑20 marmites 3 en pâte rouge.

M.L./CNRS del.

155Ces marmites 2 et 3 sont aussi bien représentées dans les niveaux anciens du chemin (phase 1) qu’en phase 2A, les pièces les mieux conservées (fig. 174, nos 1‑2, 7‑8) provenant surtout des comblements des fours 118, 103 et 107. L’absence de ces formes dans le comblement du four 89 manifeste peut‑être simplement qu’il s’agit là d’une fournée particulière (cf. supra § 4.3). Durant la phase 2B des exemplaires de ce type semblent perdurer encore un peu (remblai couvrant le four 107 et comblement du four 98), mais cette fois seuls des éléments très fragmentaires sont conservés.

Conclusion

156Les marmites 1, 2 et 3 sont associées aux pots à une anse dès le début de l’activité des potiers et subsistent sans évolution des formes ou des techniques, ni de revêtement pendant la phase 2A. Elles continuent à être produites durant la phase suivante mais dans certains secteurs seulement ; elles sont en effet, comme les autres objets en pâte rouge, absentes des nouveaux fours 70 et 93 et surtout de l’extension nord du faubourg. Il faut également noter qu’elles sont beaucoup moins nombreuses que les pots. Est‑ce à dire qu’elles étaient fabriquées en moins grande quantité ou que la maîtrise technique des potiers était supérieure pour ces types, ce que pourrait suggérer la rareté des surcuits et le faible pourcentage de pièces entières rejetées comme déchets ? Il est délicat de privilégier l’une de ces hypothèses : seule la découverte de ces pièces sur les sites consommateurs et leur quantification aiderait à interpréter correctement la fréquence modeste de ces objets.

157L’observation des typologies présentant les vaisselles de la civilisation islamique en Méditerranée occidentale de la fin xiie et du xiiie s. apporte la preuve, sinon de ressemblances exactes avec les marmites 1, au moins d’une ambiance culturelle proche pour les sites espagnols et majorquins (Coll Conesa et al. 1988 : 64, no 10 ; Navarro Palazon 1991 : 10, 33 ; Navarro Palazon 1986b : no 15 ; Rossello‑Bordoy 1991 : 168, nos73‑74 ; Gisbert Santonja et al. 1992 : 163, no 72). En revanche, les vaisselles culinaires des sites maghrébins (Grenier de Cardenal 1980) ou siciliens (Scuto 1990) ne renvoient à rien de semblable. Enfin, un rapprochement peut être fait avec quelques cols de marmites ligures découvertes sur le même site (fig. 59, no 5). Des formes analogues aux marmites 2 et 3 ne sont pas non plus signalées dans les productions des ateliers Valenciens du xiiie s. (Amigues, Mesquida Garcia 1993). Si des marmites à bord triangulaire figurent bien dans l’ensemble de la civilisation Al‑Andalus, elles s’éloignent cependant des prototypes marseillais par leurs dimensions et par les cols très développés (Gisbert Santonja et al. 1992 : 164‑165). Les anses à poucier, exceptionnelles à Marseille, existent dans la tradition islamique mais surtout sur des jarrita, c’est‑à‑dire des vases de service de table (Navarro Palazon 1991 : 44, no 26 ; Rossello‑Bordoy 1991 : 165, no 28).

158Par ailleurs, à l’exception d’une marmite grise à anse quadrangulaire recueillie à Avignon (Cartron, Doray 1992 : 51, fig. 18, no 55), les récipients de ces trois séries n’ont aucun rapport avec les vaisselles produites en Provence à la même époque : certes des marmites sont bien fabriquées en série dès la fin du xiie s. dans les ateliers régionaux, mais par leur forme globale comme par leurs anses horizontales et rubanées et leurs fonds ronds, ces dernières évoquent un monde radicalement différent (Démians d’Archimbaud 1981a : 299 ; Bonhoure, Marchesi 1993 : 104, fig. 5, no 8) et n’ont donc pu servir de modèles pour les marmites de Sainte‑Barbe. Si ces dernières n’ont rien emprunté au répertoire culinaire provençal en céramique grise, elles n’ont visiblement pas davantage influencé les marmites en pâte claire glaçurée produites dans la région au cours de la seconde moitié du xiiie s. et au xive s. (Démians d’Archimbaud 1981a : 329‑333).

159Au contraire, de véritables analogies apparaissent avec le Languedoc méditerranéen, même si trop peu de contextes stratifiés attribuables avec certitude à la première moitié du xiiie s. sont connus dans cette région. Ainsi des rapprochements évidents s’opèrent tant pour la forme globale que pour les types d’anses, les dimensions des pots et même les décors avec des marmites appartenant à d’autres productions en pâte rouge. L’une d’elles fut recueillie à Arles au fond d’une fosse ayant servi de dépotoir à partir de la seconde moitié du xiiies., comme permettent de le proposer les associations de céramiques constatées (Piton et al 1995 ; Leenhardt et al. 1996). Plusieurs autres à fond lenticulaire ou parfois rond proviennent du comblement d’un puits à Montpellier déjà cité (Saint‑Jean 1988 : 21 ; Leenhardt 1995a ; Leenhardt 1995c). De plus, l’examen des marmites grises à anses verticales rubanées fréquentes dans l’Aude et jusque dans la région toulousaine au xive s. (Dauzat 1983 : 30 ; Archéologie et vie quotidienne 1990 : 168) révèle la présence à cette période de formes globales encore définies par des fonds lenticulaires et des panses trapues ; le traitement de surface et les décors se réfèrent cependant à une autre tradition et les anses étirées en boudin sont, sauf exception (Hélas 1979 : 74 ; Leenhardt 1995e : 99, 106, fig. 106), inconnues. Il faut toutefois bien noter que le phénomène de ressemblance avec les poteries languedociennes n’est pas général puisque les marmites à pâte réfractaire claire et glaçurée fabriquées en Uzège à partir de la seconde moitié du xiiie s. s’inspirent manifestement d’autres sources. La proximité immédiate de l’Espagne n’est sans doute pas étrangère à cette survivance plus sensible dans l’Aude et totalement absente plus à l’est vers le Gard.

4.4.1.3 Les marmites en pâte calcaire

160l.v.

Les marmites 4

161fig. 175

162Bien différentes des marmites en pâte rouge, ces formes globulaires en pâte calcaire, à col court et anses verticales rubanées trouvées dans le comblement du four 98 constituent une série homogène à l’exception du no 12 à col haut qui provient du dépotoir 106 et dont le profil est marginal. Mis à part une grande marmite (fig. 175, no 1), elles sont de taille moyenne (diamètre à l’ouverture variant entre 13 et 17 cm), doutes possèdent une lèvre épaissie triangulaire ou rectangulaire et des anses larges et plates attachées soit sous la lèvre (fig. 175, nos 1‑6), soit sur le haut de la panse au niveau de l’épaulement (fig. 175, nos8‑11). Cette production a des caractères assez proches des pots à anses 4. Le façonnage des anses et des bords est identique ainsi que l’absence de glaçure, mais on ne connaît pas leur fond (plat ou globulaire ?). S’il est difficile de les rattacher à des modèles provençaux en pâte grise qui ne comportent jamais d’anses verticales, à fortiori fixées sur l’épaulement, le profil des lèvres rectangulaires et les cols renflés renvoient au type C de Rougiers (Démians d’Archimbaud 1981a : 300‑301, fig. 253‑256). Cette production est en définitive proche de l’ambiance provençale, tout comme le type suivant.

FIG. 1751‑12 marmites 4 en pâte calcaire.

L.V./CNRS, F. Parent/Afan del.

Les marmites 5

163fig. 176, nos 1‑5

164Ce type de marmite globulaire calcaire, d’un volume supérieur à 4 litres, est bien caractérisé par un col court, un bord rectangulaire ou triangulaire, des anses horizontales rubanées attachées sur l’épaulement et l’absence de glaçure à l’exception du fragment no 5. Les lèvres sont de deux types, soit saillantes à l’extérieur (fig. 176, nos 1 et 4), soit plus triangulaires et rentrantes (fig. 176, nos 2‑3). De nombreux fragments de fonds globulaires se rattachent sans hésitation à ce groupe. Dans ce cas, les typologies des marmites grises provençales du xiiie s. fournissent des modèles répétés plus fidèlement. Dans l’atelier de la région d’Ollières, les types B et C (Démians d’Archimbaud 1981a : 299‑302, fig. 252, 253, 255) qui apparaissent dès le début du xiiie s. sont d’un usage très courant dans la seconde moitié du xiiies., et plusieurs exemplaires ont été employés dans l’atelier marseillais (fig. 46, nos 33‑38). Cette forme se retrouve aussi dans les productions contemporaines de l’atelier de Bonnieux (Bonhoure, Marchesi 1993 : 104, 105, fig. 5, 7) ou non identifiées (Cartron, Doray 1992 : 51, fig. 18, no 127) et dans celles, plus tardives, de Saint‑Gilles‑du‑Gard, toujours en pâte grise (Leenhardt, Thiriot 1989 : 86‑87, fig. 9‑ 10). Le type à bord rectangulaire est aussi représenté en pâte claire glaçurée de l’Uzège (Leenhardt et al, 1996 : fig. 13).

FIG. 1761‑5 marmites 5 en pâte calcaire ; 6‑9 marmites 6 en pâte calcaire.

L.V./CNRS, F, Parent/Afan del.

165Les formes les mieux conservées et les plus rigoureusement dessinées proviennent encore du comblement du four 98, mais des rebords comparables ont aussi été retrouvés dans les remblais d’abandon du même espace XIV (355, 382 et 453). Dans l’espace limitrophe XI, un bon nombre se trouvait dans le comblement du four 93 et dans le remblai 441‑439 de la phase 2B.

166Le fragment à glaçure verte et à décor ocellé (no 5) ne se rattache à cette série que par le mode de préhension. Il provient de l’espace VIII, dépotoir 106, et la présence d’une glaçure est étonnante pour ce type de marmite qui n’en comporte jamais.

Les marmites 6

167fig. 176nos 6‑9

168Accompagnant dans le four 98 les pots à anses 4 et les marmites 4 et 5, ce nouveau groupe de marmites calcaires en forme de sac, toujours sans glaçure, ne comporte pas de col. Cette fois les anses horizontales sont attachées sur le bord directement. Les lèvres sont à peine marquées. Quelques fragments de panses décorées à la molette simple ou à la roulette (fig. 176, no 8) ont été rapprochés de ces exemplaires tout comme des fonds globulaires. Mais ils pourraient tout aussi bien appartenir au groupe précédent réalisé dans la fournée. Si ces techniques d’impressions évoquent directement les décors de la céramique grise provençale, la forme n’a pas de répondant précis. Le type d’attache d’anse est connu dans la céramique grise à Apt, dans le Vaucluse, (renseignement A. Kauffmann) mais aussi dans d’autres productions en pâte réfractaire grise utilisées dans l’atelier marseillais (fig. 46, no 32). Dans la seconde moitié du xiiie s. et au début du xive, ce type d’attache est encore présent sur des marmites en pâte claire de l’Uzège, comme en témoignent les exemples du château de Beaucaire (Schneider 1990 ; Leenhardt 1995b : fig. 59), de la fosse des Prêcheurs à Aides (Piton et al 1995 : fig. 52, nos 2, 4 ; Leenhardt et al. 1996 : fig. 11, 12) et de l’atelier de Saint‑Gilles‑du‑Gard en céramique grise (Leenhardt, Thiriot 1989 : 86‑97, fig. 9).

4.4.1.4 Autres types de pots

169m.l.

170fig. 177

171Les quelques bords en pâte rouge regroupés ici ne constituent pas à proprement parler un type. Caractérisés par un bord en bandeau ou carré et une faible ouverture, ils ne s’intègrent ni dans la série des pots à anse ni dans celle des marmites. Leur rareté (quatre exemplaires) et leur profil de rebord exceptionnel les isolent de l’ensemble des produits de l’atelier. Ils peuvent être interprétés comme des tentatives, vite abandonnées, d’un ou plusieurs potiers pour renouveler les formes en s’inspirant peut‑être de modèles provençaux parmi lesquels le bord en bandeau est fréquent (Démians d’Archimbaud 1981a : 293, fig. 238‑239).

FIG. 1771‑4 autres types de pots culinaires en pâte rouge.

M.L./CNRS del.

4.4.1.5 Les pots et plats à tétons

Les pots à tétons 1

172l.v.

173fig. 178nos 1‑4

174Cette forme insolite en pâte calcaire a été identifiée avec difficulté. Dans le four 98, les cols droits avaient été dans un premier temps classés avec ceux des pots à 2 anses de même type et les tétons isolés ainsi que les anses verticales attachées sur l’épaulement. Les fonds lenticulaires et larges qui ne s’appliquaient sur aucune autre forme ont été rapprochés au hasard des essais de collage. Petit à petit, c’est une forme complexe qui est apparue, associant deux types de préhension : deux tétons diamétralement opposés et deux anses verticales en boudin.

175La petite forme galbée sans glaçure, plus large que haute, a été reconnue dix fois dans le comblement du four 98 avec des dimensions constantes (9 cm de diamètre à l’ouverture, 15 cm de diamètre maximal et une hauteur comprise entre 10 et 10,5 cm) et un volume à peine inférieur au litre. Intermédiaire entre les vases à deux anses et les marmites 1 en pâte rouge, elle est totalement extérieure au répertoire provençal. Bien qu’elle diffère par sa finesse d’exécution des marmites espagnoles, son mode de préhension mixte la rapproche du type Ba (Rossello Bordoy 1978a : 194 ; Rossello‑Bordoy 1991 : 168, no 70). Cette marmite en pâte calcaire devait sans doute avoir un usage culinaire, comme l’indique le fond lenticulaire.

Les pots à tétons 2

176m.l.

177fig. 178,  nos 5‑10

178Les seuls critères d’identification des pots de cette série, toujours réalisés en pâte rouge, sont les tétons de préhension figurant sur l’épaulement de panses globulaires ; selon toute vraisemblance d’ailleurs, leur application a fragilisé la panse à cet endroit car la fragmentation s’est toujours opérée à proximité immédiate du téton, rendant les reconstitutions quasi impossibles. Diamétralement opposés sur la panse, étaient‑ils associés à des anses verticales, comme l’exemple des pots à tétons 1 en pâte calcaire pourrait le laisser supposer ? Rien ne permet certes de l’affirmer, toutefois la comparaison avec cette forme comme la présence systématique de glaçure interne suggèrent qu’ils appartiennent vraisemblablement aux marmites 1 précédemment décrites (fig. 172). Par prudence et faute de preuve il a paru préférable de les classer indépendamment. Quelques exemplaires sont agrémentés de trous percés sur le téton destinés à éviter son éclatement en cours de cuisson (fig. 178, nos6‑9).

FIG. 1781‑4 pots à tétons 1 calcaires ; 5‑10 pots à tétons 2 rouges ; 11‑13 plats à tétons rouges.

M.L./CNRS, L. V./CNRS del.

179Cette série n’est pas négligeable puisque le dénombrement des tétons autorise à dire qu’elle totalise une trentaine de pots. Ceux‑ci figurent dans les niveaux profonds du chemin (phase 1), dans les comblements contemporains de la phase 2A (four 107, four et fosse 89) et aussi dans certains contextes correspondant à la phase 2B (remblai couvrant le four 107 et comblement du four 98). Comme les autres vases en pâte rouge, ils sont totalement absents de l’extension nord du faubourg.

180Dans la civilisation Al‑Andalus de tels tétons sont rarement mentionnés. Ils y sont associés soit à des marmites (Rossello Bordoy 1991 : type 70p) soit à des cazuelas, nos casseroles modernes, à la fin du xiie s. et au premier tiers du xiiie s. (Gisbert Santonja et al. 1992 : 154, no 055). Ces tétons présentent beaucoup d’analogies avec ceux des marmites ligures (cf. supra fig. 59). Mais ces appendices de préhension sont inconnus des vaisselles culinaires provençales ou languedociennes contemporaines ou immédiatement postérieures, alors qu’ils peuvent figurer exceptionnellement sur des vases à liquides (fig. 216, nos 11‑12) (Leenhardt, Raynaud 1995).

Les plats à tétons

181m.l.

182fig. 178nos11‑13

183Les doubles tétons de préhension, auxquels il faut certainement adjoindre un élément diamétralement opposé, caractérisent les trois plats en pâte rouge figurés ici et dont l’ouverture avoisine 19 cm. Leur surface interne semble uniformément glaçurée. Deux d’entre eux (fig. 178, nos 11‑12) proviennent du comblement de la fosse 436‑602 pendant la phase 2A ; le troisième, absolument identique, a été recueilli dans l’extension nord du faubourg (IX‑248) où subsistait un lambeau de sol occupé durant la première période d’activité de l’atelier. Ces formes à tétons n’ont pas d’équivalent dans la civilisation Al‑Andalus, en revanche, elles sont les répliques exactes, aux dimensions près, de plats modelés ligures dont les potiers importaient certains exemplaires pour leur consommation (cf. supra fig. 59).

4.4.1.6 Poêlons, pot à queue et cassoles

Les poêlons en pâte rouge

184m.l.

185fig. 179nos1‑6

186Munis d’un manche tubulaire long et implanté obliquement sur le bord, les six poêlons de ce groupe ont une forme cylindrique basse à large ouverture (27 cm environ). Le bord simple est déversé (fig. 179, no 1) ou prolonge la paroi (fig. 179, no 2). Une glaçure interne jaunâtre, mate et mal cuite, couvre la surface interne, Lors de la pose des préhensions ou en cours de cuisson, tous ces pots ont subi d’importantes déformations dont témoignent l’écrasement du manche et sa section ovalisée (fig. 179, nos2‑3). Aucun décor n’est associé à ces formes qui proviennent des sols contemporains du début de l’activité des potiers (espaces XI et XIV) et du comblement de la fosse 436‑602 (espace X).

FIG. 179 – Poêlons et pot à queue : 1‑6 poêlons rouges ; 7‑8 poêlons calcaires ; 9 pot à queue calcaire.

M.L./CNRS, LV./CNRS, M. Leclerc/LAMM del,

187Des objets de ce type sont absents du répertoire des céramiques communes de la civilisation Al‑Andalus contemporaine (Rossello‑Bordoy 1991 ; Navarro Palazon 1991 ; Amigues, Mesquida Garcia 1993).

188En revanche des exemplaires analogues, toujours exceptionnels, figurent dans les productions en céramique grise des ateliers provençaux d’Ollières (Démians d’Archimbaud 1981a : fig. 261, no 4) et de Bonnieux (Bonhoure, Marchesi 1993 : 106, fig. 8.7) au xiiie s. Dans la même région les poêlons restent encore rares dans les productions ultérieures de la catégorie B1 revêtues de glaçure (Démians d’Archimbaud 1981a : 343, fig. 321, nos12, 14).

189En Languedoc des exemples en pâte grise sont mentionnés à partir du xiies. ; l’un d’eux à Narbonne (Leenhardt 1995e : fig. 32) et les autres plus à l’ouest dans le Gers (De Toulouse à Tripoli 1989 : 141). Ce type est surtout attesté à partir des xiiiexive s. dans les productions en pâte rouge glaçurée à Montpellier (Leenhardt 1995c : fig. 35) et en pâte claire glaçurée de l’Uzège (Démians d’Archimbaud et al. 1980 : 124, fig. 52, nos 1‑2 ; Konaté 1980 : pl. 72 ; Richarté 1991 : fig. 20, no 8 ; Keyser 1992 : fig. 76 ; Pisu 1994 : fig. 14, no 1 ; Carru et al. à paraître ; Leenhardt et al. 1996 : fig. 20). Il faut probablement attribuer la rareté de ces poêlons pendant ces périodes aux modes alimentaires qui privilégiaient les bouillies par rapport aux fritures, ou, et à l’existence de vaisselle métallique à côté des récipients en céramique.

Les poêlons calcaires

190l.v.

191fig. 179nos 7‑8

192Différente du manche des poêlons en pâte rouge, la longue queue (fig. 179, no 7) en pâte calcaire grossière sans glaçure est issue de la fosse 436‑602 (phase 2A). Elle est refermée à son extrémité. Sa section est bien circulaire, tout comme celle du fragment plus large (fig. 179, no 8) trouvé dans le comblement du foyer du four 103 de même période. Ces manches, qui n’ont pas été déformés à la pose comme ceux en pâte rouge écrasés sur les bords du récipient, devaient s’appliquer perpendiculairement à la panse sur des poêlons plus gros.

Le pot calcaire à queue

193l.v.

194fig. 179no 9

195L’unique pot à queue complet en pâte calcaire non glaçurée provient encore du four 98. Bien que plus bas et plus trapu, il présente des similitudes avec les pots à anses 4 : le profil supérieur et la lèvre éversée peuvent être confondus. La grande différence réside dans la présence d’un bec verseur placé perpendiculairement au manchon de préhension. Celui‑ci, très court, a pu être prolongé par un manche en bois. D’autres fragments pinces peuvent se rattacher à cette forme de petit volume (0,3 litre) bien que l’on n’ait pas retrouvé d’autres queues.

Les cassoles

196m.l.

197fig. 180

198Ces grandes formes ouvertes (diamètre d’ouverture variant de 21 à 25 cm) en pâte rouge sont plus profondes et plus évasées que les poêlons et systématiquement glaçurées à l’intérieur. Elles sont rares, elles aussi, puisque trois objets seulement issus des phases 2A et 2B sont recensés. De petites anses horizontales courtes appliquées sous le bord facilitent la préhension, comme le montre l’exemple le plus complet issu du dépotoir 106 dans lequel il doit être résiduel (fig. 180, no 1).

199Ce type s’apparente à de rares exemples du répertoire islamique (Navarro Palazon 1991 : type 1.19 ; Vivir en Al‑Andalus 1993 : 42). Il n’a pas d’équivalent dans les vaisselles culinaires régionales contemporaines.

FIG. 1801‑3 cassoles en pâte rouge.

M.L./CNRS del.

4.4.1.7 Les jattes

200m.l.

201fig. 181 à 183

202Ces jattes, ou tians, en pâte rouge, presque toujours glaçurées à l’intérieur, sont des bassins peu profonds de diverses tailles (diamètre à l’ouverture variant de 1 8 à 28 cm), munis de deux anses rubanées implantées à la base du bord et d’un bec verseur pincé ; le bord, qui présente en général une forme en bandeau rentrant et à ressaut bien saillant (fig. 181, nos 1‑6), devient plus rarement redressé et vertical (fig. 183, no 1). Les fonds le plus souvent lenticulaires sont parfois plats.

203Toujours représentées en association avec les pots à anse et les marmites, ces formes apparaissent en série aussi bien dans les niveaux anciens du chemin (phase 1) que dans les sols et les comblements de fours et de fosses de la phase 2A. Les mêmes assemblages figurent encore dans le remblai qui couvre le four 107 et dans le four 98 (phase 2B), alors que, à l’identique des autres pots culinaires en pâte rouge, ces jattes sont absentes des comblements des fours 70 et 93 comme du dépotoir 106 (phase 2B). Les formes les mieux reconstituables sont issues de la fosse 436‑602, des comblements des fours 107, 118 et 98. Si ces jattes restent fabriquées exclusivement en pâte rouge dans les niveaux anciens (phases 1 et 2A), il faut constater une originalité, voire une évolution dans le remblai couvrant le four 107 et surtout dans le comblement du four 98. Dans ces deux ensembles coexistent en effet, avec les jattes en pâte rouge glaçurée, de rares objets en pâte calcaire (fig. 182, no 2) restés à l’état de biscuit (remblai sur le four 107) et des formes en pâte blanchâtre intermédiaire, proche des pâtes calcaires, revêtues d’une glaçure vert franc colorée à l’oxyde de cuivre (comblement du four 98). Ces dernières formes sont à la fois plus lourdes et plus molles que celles en pâte rouge, leur bord est systématiquement redressé verticalement et leurs fonds sont plats (fig. 183, nos2‑5). On constate donc ici une corrélation pâte/forme identique à celle qui avait été observée pour les pots à anse du même comblement : ce changement de pâte doit procéder des mêmes causes. Quant aux modifications des détails de formes, il est possible qu’elles soient dues au savoir‑faire de l’artisan ou bien qu’elles découlent des qualités spécifiques de cette pâte blanchâtre et des contraintes qu’elles imposent.

FIG. 1811‑6 jattes en pâte rouge.

M.L./CNRS del.

FIG. 1821‑6 jattes en pâte rouge.

M. L/CNRS del.

FIG. 1831‑14 jattes en pâte rouge.

M.L./CNRS, F. Parent/Afan del.

204Les répertoires de vaisselle culinaire de la civilisation Al‑Andalus ne renvoient à aucun équivalent véritable de ces jattes. Depuis le xie s. et jusqu’au xive s., sur les sites espagnols et au Maghreb, des cazuelas de tailles diverses existent certes, associées aux marmites, mais ces casseroles diffèrent sensiblement des jattes étudiées ici par leurs anses courtes accolées à la paroi et par l’absence de bec (Grenier de Cardenal 1980 : 230, fig. 2b ; Rossello‑Bordoy 1991 : 169, nos82‑89 ; Navarro Palazon 1991 : 1.14,1.18 ; Coll Conesa et al. 1991 : no 60 ; Gisbert Santonja et al. 1992 : 126,009) ; enfin, les sites siciliens occupés aux mêmes périodes ne semblent pas avoir fourni ce type de matériel (Scuto 1990). Rien ne permet donc de supposer que les potiers installés à Marseille se soient inspirés de modèles issus de ces répertoires.

205Ces jattes ne constituent pas davantage des répliques des types provençaux du xiiie s. en pâte grise puis en pâte claire glaçurée. À Rougiers, en effet, parmi les produits de la catégorie B3 les jattes sont absentes et leur apparition survient seulement à partir de l’extrême fin du xiiie s. et surtout pendant la première moitié du xive s., dans les catégories B2a et plus encore B1 (Démians d’Archimbaud 1981a : 326, 339) ; il en est de même sur la côte varoise à Olbia (Parent 1991 : fig. 11, no 6). Ainsi, l’émergence et la généralisation de ce type semblent bien liées en Provence à l’existence de la cuisson oxydante et de la glaçure. En outre, à ces périodes et dans ces productions les détails de formes diffèrent, notamment par les anses qui sont attachées sur le sommet du bord ; ce dernier présente des profils divers et, lorsqu’il s’agit d’un bandeau, celui‑ci est le plus souvent redressé et non pas fortement rentrant comme dans les plus anciennes jattes de Sainte‑Barbe.

206En réalité c’est encore avec des vaisselles languedociennes que les similitudes sont les plus grandes. L’analogie est frappante en effet avec les jattes appartenant, dans cette région, à au moins deux productions à pâte rouge glaçurée et identifiées sur des sites consommateurs au xiiie s. et au début du xive s. à Montpellier (Leenhardt 1995c) ou, plus à l’ouest, à l’abbaye Saint‑Félix‑de‑Montceau pour la première, ou encore à Roujan à la fin du xiiie s. et au début du xive s. (Bismuth et al, 1986) pour la seconde. La même remarque vaut pour les jattes en pâte claire glaçurée fabriquées en série en Uzège. Les plus anciennes ont des bords plus ou moins rentrants et surtout des anses attachées à la base du bord comme à Marseille : il en est ainsi à Beaucaire, dans la seconde moitié du xiiie s. (Schneider 1990 ; Leenhardt 1995b), et ces mêmes profils perdurent parfois pendant la première moitié du xive s. (Leclaire 1992 : fig. 10, no 3 ; Leenhardt et al. 1996 : fig. 20), alors qu’à partir du milieu du xive s. l’anse devient systématiquement attachée au sommet du bord (Pisu 1994 : fig. 12, no 1 ; Démians d’Archimbaud et al. 1980 : fig. 51, nos 8‑12 ; Garni et al. à paraître). Ces comparaisons soulignent la difficulté rencontrée pour cerner l’origine de cette forme et révèlent, de la même manière que l’étude des marmites, l’existence de similitudes plus grandes avec les productions languedociennes qu’avec les céramiques provençales.

4.4.1.8 Les couvercles

Les couvercles plats 1

207m.l.

208fig. 184, nos 1‑4

209Caractérisés par l’absence de glaçure et de décor, ils sont tous larges et plats (diamètre égal à 18 ou 21 cm). La base du couvercle, d’abord plate, s’incurve ensuite en un profil galbé pour former un bouton central creux (fig. 184, nos 1‑2). L’extrémité de cette base discoïde est faiblement redressée et présente un profil effilé ou aplati. Le trou central facilitait certainement l’évacuation des vapeurs pendant la cuisson. Ces couvercles ont des dimensions telles qu’ils s’adaptent presque parfaitement sur les jattes (fig. 185) ; ils leur étaient donc vraisemblablement destinés. Toujours faiblement représentés dans les sols, fosses et comblements de fours des phases 1, 2A et 2B (four 98) et sous forme de tessons autorisant peu la reconstitution de formes complètes, ils sont absents des fours 70 et 93 et du dépotoir 106 contemporains de la fin de l’activité potière.

FIG. 1841‑4 couvercles plats 1 en pâte rouge ; 5‑7 couvercles plats 2 en pâte calcaire.

M.L./CNRS, LV./CNRS, M. Leclerc/LAMM, F. Parent/Afan del.

FIG. 185 – Jatte et couvercle en pâte rouge.

cl. P.F./CCJ, CNRS

210Dans les typologies de la civilisation Al‑Andalus les couvercles sont rapprochés des marmites plus que des cazuelas ; en outre, leurs profils diffèrent de ceux qui sont fabriqués à Sainte‑Barbe. Ces derniers ne renvoient d’ailleurs ni aux modèles provençaux contemporains en pâte grise ni aux types en pâte claire glaçurée de la même région en usage à la fin du xiiie s. et au début du xive s. En revanche, une étroite parenté existe avec des couvercles de forme à peu près identique produits en céramique grise à Saint‑Gilles‑du‑Gard (Leenhardt, Thiriot 1989 : 99, fig. 18, nos 5‑6) au tournant du xive s. et caractérisés eux aussi par un bouton central perforé. Une ressemblance plus lointaine apparaît avec ceux qui proviennent des ateliers de l’Uzège, en Languedoc encore, durant tout ce siècle (Pisu 1994 : fig. 11, no 5 ; Garni et al. à paraître) ; dans les exemples issus de ces officines, le problème de l’évacuation de la vapeur d’eau a été résolu autrement qu’à Marseille, les trous ne figurent plus sur le bouton mais sur le disque du couvercle (Démians d’Archimbaud et al. 1980 : 123, fig. 51, no 5). Ces observations montrent d’ailleurs l’inventivité et l’imagination des potiers capables de trouver, selon les ateliers, des solutions différentes à un même problème.

Les couvercles plats 2

211l.v.

212fig. 184, nos5‑7

213Les rares exemples en pâte calcaire trouvés dans les remblais d’abandon du four 70, dans l’espace X, et dans l’espace XIV (384) en phases 2B et 3 sont de simples disques plats de 18 à 20 cm de diamètre dont la bordure est recourbée vers l’intérieur. Deux boutons de préhension sont refermés, à la différence des boutons en pâte rouge creux. Cette forme peu caractéristique qui s’adaptait sur des marmites est cependant proche de celles en usage en Provence à la même époque (Démians d’Archimbaud 1981a : 306, fig. 265).

4.4.2 Table et service : le règne du calcaire

4.4.2.1 Une exception à la règle

214m.l., l.v.

215En règle générale les potiers ont donné l’exclusivité à la pâte calcaire pour réaliser les différents récipients destinés au service de la table. Toutefois, de rares objets en pâte rouge revêtue d’une belle glaçure plombifère brun‑verdâtre, brillante et homogène, ont été identifiés, surtout durant la phase 1. Leurs formes sont rigoureusement identiques à celles des vaisselles en pâte calcaire destinées au même usage.

216À l’exception d’un fond de coupe (fig. 186, no 1) provenant des niveaux profonds du chemin (phase 1), les formes ouvertes, coupes et coupelles, demeurent inconnues. Parmi les vases à liquides seules les cruches 1 forment une véritable série, même si elles n’ont été retrouvées qu’à l’état très fragmentaire (fig. 186, nos2‑17, 20‑28) et restent fort peu nombreuses par rapport aux récipients culinaires. Aisément identifiables par leur col vertical souligné d’un ou plusieurs bourrelets, ou plus rarement de rainures, elles sont caractérisées par une anse verticale étirée en boudin aplati, attachée sous le bord, et par un bec pincé diamétralement opposé à l’anse. Les profils des bords sont très variables : forme simple, épaissie et arrondie, triangulaire ou rectangulaire. Les fonds sont plats formant un petit pied en disque bien dégagé. Les dimensions à l’ouverture et à la base sont sensiblement égales et varient de 9 à 10,5 cm indiquant que ces vases ont probablement la même structure globale que les cruches en pâte calcaire contemporaines. Hormis le revêtement glaçuré en surface externe, assurant à la fois un aspect esthétique et l’étanchéité du vase, ces cruches ne sont jamais décorées. Elles proviennent essentiellement des niveaux anciens du chemin (phase 1) et sont exceptionnelles (un ou deux exemplaires seulement) dans la fosse 436‑602, les comblements du four 89 et du four 107 (phase 2A), ainsi que dans le comblement du four 98 (phase 2B). Enfin, deux autres types sont représentés par des exemplaires uniques : il s’agit d’un col de pichet (fig. 186, no 19) trouvé dans le contexte 515 (phase 1), réplique exacte des pichets 1 en pâte calcaire (fig. 206), et d’un bord d’aquamanile (fig. 186, no 18) recueilli dans le remblai couvrant le four 107 et bien reconnaissable par son ouverture étroite et son bord rentrant qui renvoient aux exemplaires mieux conservés en pâte calcaire (fig. 212, 213). Ce petit groupe prouve bien, malgré sa faiblesse numérique, l’existence dès le début de l’activité des potiers d’une production de vases à liquides en pâte rouge aux côtés de vases de typologie semblable mais réalisés en pâte calcaire et couverts d’une glaçure stannifère. Rien n’autorise à dire qu’ils étaient réservés à des usages différents. La rareté de ces cruches en pâte rouge dans les comblements des fours anciens pourrait signifier que les potiers ont très vite renoncé à employer cette argile pour les vases à liquides ; parmi les raisons susceptibles d’avoir guidé leur choix peut figurer l’obligation de s’approvisionner à une certaine distance ou dans un gisement qui n’était pas inépuisable, alors que l’argile calcaire, bien suffisante pour des vases non culinaires, était disponible sur place et sans restriction. L’hypothèse d’une inadéquation de l’argile rouge à la fonction de ces cruches doit être exclue : dans le Languedoc voisin, en effet, les potiers d’un autre atelier, dont la localisation fait encore défaut, ont utilisé au xiiie s. une argile rouge d’apparence voisine pour produire en série des vases à liquides aussi bien que des pots culinaires (Saint‑Jean 1988 ; Leenhardt 1995a ; Leenhardt 1995c).

FIG. 1861‑28 vaisselle de table en pâte rouge.

M. L/CNRS del.

217À ces exceptions près, dont l’importance au sein de la production échappe, la suprématie des vaisselles en pâte calcaire est incontestable. C’est dans ce groupe que des styles de fabrication apparaissent le plus nettement. Par leur fonction autant utilitaire que décorative, ces vaisselles fines étaient toutes destinées à être émaillées, soit monochromes comme la plupart des vases à liquides, soit ornées de motifs peints particulièrement bien adaptés aux formes ouvertes. Il a donc été choisi de présenter cette série en regroupant les formes d’inspiration islamique, les séparant du groupe à caractère régional, et de traiter en même temps les décors dont la corrélation avec le type s’est avérée indissociable (fig. 187, 188).

FIG. 187 – Vaisselle en pâte calcaire de tradition islamique au premier temps de l’atelier.

cl. P.F./CCJ, CNRS

FIG. 188 – Vaisselle en pâte calcaire du deuxième temps de l’atelier.

cl. P.F./CCJ, CNRS

4.4.2.2 Les formes ouvertes de tradition islamique

218l.v.

219fig. m

220Elles regroupent huit types de tailles et de profils différents mais dont la filiation avec le monde islamique de Méditerranée occidentale laisse peu de doute.

FIG. M – Coupelles à décor peint vert et brun du premier temps de l’atelier.

cl. Y.R.

Les coupes 1, 2 et 3

221Ces trois types de coupes hémisphériques, associées très souvent dans les contextes anciens, présentent des caractères communs. Elles sont toutes creuses avec un diamètre à l’ouverture égal au double de la hauteur et montées sur un pied annulaire étroit. Retrouvées dans les espaces sud et dans les niveaux profonds du chemin, elles sont totalement inconnues dans les espaces du nord. Elles diffèrent par des détails morphologiques (lèvres et hauts de panse) et des traitements de surfaces. Elles ne sont jamais revêtues à l’extérieur à l’exception d’une ou deux pièces dans le four 107 (fig. 189, no 7). Certaines sont couvertes à l’intérieur d’une glaçure monochrome et d’autres sont décorées en vert et brun. Les trois grands types de coupes creuses renvoient sans équivoque aux séries en usage dans tout le monde méditerranéen occidental depuis le xe s. et qui perdurent avec des variantes de profil jusqu’au xiiie s. Dans la civilisation Al‑Andalus (Rossello‑Bordoy 1991 : 167, nos 50, 53‑54 ; Navarro Palazon 1991 : 156‑165) elles sont classées dans la catégorie ataifor. On les retrouve tout autant et sans grand changement dans le répertoire des formes attribuées à la Tunisie et à la Sicile à la fin du xiie s. et au xiiie s. (Berti 1991 : 99‑114, fig. 12‑22, Tav. III‑V11 ; Fiorilla 1991 : fig. 29, nos 54‑56). Cette forme ne semble pas avoir perduré dans le sud de la France. Dans les productions de majoliques, les coupes creuses ou plates sur pied annulaire sont exceptionnelles. Elles ne sont attestées que dans les productions anciennes en pâte calcaire, soit en Languedoc, soit dans la vallée du Rhône, attribuées à la fin du xiiie s. et au début du xive s. On les retrouve exceptionnellement dans les productions du xive s. de la région avignonnaise. L’une, creuse, au décor de blasons, provient du château de Beaucaire (Schneider 1990 ; Le Vert et le Brun 1995 : no 258) et est par ailleurs striée de traits au manganèse sur le dessus de la lèvre suivant une conception décorative proche de celle des coupes 1 et 2. Une autre, d’origine indéterminée, est ornée d’un motif quadrilobé vert et brun cerné de jaune. Elle a été retrouvée dans l’Hérault, à l’abbaye Saint‑Félix‑de‑Montceau, et semble avoir une chronologie contemporaine (Le Vert et le Brun 1995 : no 248). Dans les productions en pâte kaolinitique, où les pieds annulaires sont mieux représentés et souvent liés à des bols, la fragmentation de la vaisselle ne permet pas de dire si ce type de coupe a été produit.

Les coupes 1

222fig. 189

223Caractérisées par la lèvre en bourrelet arrondie, biseautée et parfois soulignée par une petite gorge externe, ces coupes de service ont un diamètre supérieur compris entre 19,5 et 26 cm pour une hauteur de 7,5 à 10 cm. La base est un simple petit disque creux, de 6 à 7 cm de diamètre, évidé au tournassage et bien dégagé, parfois percé de deux trous de suspension. Plusieurs coupes entières proviennent des comblements de la phase 2A du four 107 (fig. 189, nos 1, 2), du four 118 dans l’espace XIV et de la fosse 436‑602 dans l’espace X. D’autres sont encore présentes dans les remblais supérieurs des mêmes espaces (fig. 189, nos 4, 6, 8) au début de la phase 2B. Cette production est à la fois connue à l’état de biscuits et très souvent décorée en vert et brun avec parfois du jaune. La partie haute est occupée par une bande cernée de brun ou de vert dans laquelle se développe une frise de S emboîtés (fig. 189, no 2) ou d’ondulations (fig. 189, nos 1‑5). L’espace central est réservé pour un large décor comme cet oiseau passant à gauche (fig. 189, no 1). Un autre parti décoratif coexiste dans cette forme : la tranche du rebord est couverte perpendiculairement par des stries brunes serrées qui se répètent à l’horizontale dans la bande supérieure qui délimite le décor central (fig. 189, nos 3, 4). Ce deuxième type de décor est commun aux coupes 2 sans lèvre (fig. 190, nos 11, 12). Les fragments de panse décorés selon ce principe et présentes sur cette même planche peuvent appartenir aussi bien au type 1 qu’au type 2. On retrouve des décors d’oiseaux (fig. 190, nos 13, 15, 16) dont l’un tient dans le bec un motif en jaune. Le second style décoratif est caractérisé par des lignes parallèles rapprochées délimitant des motifs végétaux quadrillés (fig. 190, nos 14, 17). Une autre série importante rejetée dans le four 98, dans l’espace XIV (phase 2B), ne comporte pas de décor peint mais une glaçure verte cloquée. Ces dix‑sept coupes (fig. 189, nos 8‑13) de facture plus grossière montrent des traces de tournassage importantes à l’extérieur (fig. 189, nos 12, 13) qui n’ont pas abouti à la régularisation du profil. Elles constituent les exemples les plus tardifs d’une forme qui a perdu en qualité.

FIG. 1891‑13 coupes 1 en pâte calcaire, monochromes ou à décor peint vert et brun.

LV./CNRS, F. Parent/Afan del.

FIG. 190 – 1‑18 coupes 2 en pâte calcaire, monochromes ou à décor peint vert, brun ou jaune.

L.V./CNRS del.

Les coupes 2

224fig. 190,  nos 1‑12

225Cette variante de coupes creuses, proches en fait des coupes 1, se marque par l’absence de la lèvre qui prolonge la panse. Les premiers bords sont effilés (fig. 190, nos 1‑5) et appartiennent à des coupes au profil élégant. Ils proviennent de la phase 2A, des comblements des fours 107, 89 et des niveaux anciens du chemin. Ces coupes sont décorées de motifs fins, souvent illisibles, où seul le brun subsiste sur le pourtour de la lèvre. Sur l’une d’entre elles (fig. 190, no 3) on peut restituer un motif rayonnant en fuseaux dont le remplissage devait être vert. La seconde série, mieux conservée, a des parois plus épaisses. Ce profil abondant dans la fosse 436‑ 602 et les remblais d’abandon qui couvrent les premiers fours est toujours lié à un tournassage particulier des pieds (fig. 190, nos 6‑7). À la différence des pieds des coupes 1 recreusés jusqu’au milieu, ces pieds ont un anneau en bourrelet dégagé d’une surface centrale plane. Ce détail dû à un coup de main particulier se retrouve sur la belle série de coupelles 2 à marli (fig 198). Plusieurs coupes sont recouvertes d’une glaçure monochrome blanche ou verte. Les décors de stries brunes dans les parties supérieures renvoient à ceux des coupes 1 (fig. 189, nos 3‑4) ; trois grands fonds réalisés suivant la même technique (fig. 192, nos 1‑3) ont un décor végétal de même conception que celui exprimé sur les coupelles à marli 2 dont la forme et le décor évoquent les productions siciliennes.

Les coupes 3

226fig. 191

227Elles ne forment pas une série homogène mais ont pour caractère discriminant un haut de panse redressé formant une carène supérieure.

228Dans ce groupe, plusieurs sont de grande taille, de 30 à 32 cm d’ouverture (fig. 191, nos 1‑3), et ont un profil anguleux bien marqué. Elles rappellent les grands bacini qui décorent les façades des églises (Berti, Tongiorgi 1981). La coupe no 5 à glaçure monochrome jaune issue du four 107 présente un profil moins bien défini mais se rapproche par ses dimensions de ce premier lot sans décor. L’exemplaire no 1, qui provient du remblai 441, est revêtu d’une glaçure monochrome vert‑blanchâtre, tandis que les exemples découverts dans les niveaux profonds du chemin sont à l’état de biscuits ou couverts des deux côtés par une épaisse glaçure verte (fig. 191, nos2‑3). Les coupes plus fines et de taille moyenne (fig. 191, nos 4‑8) ont souvent une lèvre recourbée à l’extérieur proches de celles du type 1 (no 6) mais avec aussi des profils nouveaux (fig. 191, nos7‑8). Bien présentes dans les four 118, 107 et la fosse 436‑602, elles sont soit à l’état de biscuits, soit peintes (fig. 191, nos4, 7). Les autres sont le plus souvent couvertes par une glaçure monochrome jaune (no 6) ou verte (no 8). Cette dernière coupe dont le bord redressé a été soigneusement rainuré provient des niveaux profonds du chemin, tout comme l’exemplaire unique no 9 ouvragé de la même façon mais dont la forme hémisphérique s’apparente plus au type 2.

FIG. 191 – 1‑9 coupes 3 en pâte calcaire, biscuits, monochromes ou à décor peint.

LV./CNRS del.

FIG. 1921‑13 fonds de coupes 1, 2 et 3 et de coupelles 2 à décor peint vert et brun et parfois jaune.

L.V./CNRS del.

Les coupes 4, 5, 6 et 7

229Si les séries précédentes ont été bien définies grâce à leur masse et leur bon état de conservation, ces quatre groupes, pourtant bien caractéristiques, contiennent un matériel peu riche et très fragmenté.

Les coupes 4

230fig. 193 nos1‑3

231Ces coupes à marli, très profondes, ont un grand diamètre atteignant 33 cm, mais on ne connaît pas leur base. En toute logique, elle devait être annulaire, comme la production de coupes contemporaines.

FIG. 193 – Coupes en pâte calcaire (biscuit, monochromes, décor vert et brun) : 1‑3 coupes 4 ; 4‑5 coupes 5 ; 6‑8 coupes 6 ; 9 coupe 7 ; 10‑12 autres coupes.

L.V./CNRS del.

232Les deux premières, trouvées en phases 1 et 2A dans le chemin et la fosse 602‑436, sont couvertes d’une glaçure monochrome verte ou sans revêtement, à l’état de biscuit. Le no 3, qui porte un décor végétal brun, provient du sol d’utilisation du four 93, en activité pendant la phase 2B. Cette forme de coupe à marli, sur pied annulaire, est peu reconnue dans les productions de majoliques du sud de la France. Elle semble pourtant bien présente dans les contextes anciens languedociens. À Gigean, les formes sont fragmentées et jamais associées à des pieds annulaires qui existent en grand nombre (Broecker 1982 : 251, fig. 7‑9). Une belle forme complète a été retrouvée à Agde (Démians d’Archimbaud 1981b : 75, notice 297 ; Le Vert et le Brun 1995 : no 256). L’atelier n’a cependant pas été identifié et la datation est incertaine. Mais c’est dans le château de Beaucaire que les plus beaux exemples existent au début du xive s. avec des décors complexes verts et bruns et à l’extérieur une glaçure monochrome verte ou jaune (Broecker 1982 : 264, fig. 22, no 12 ; Schneider 1990 ; Le Vert et le Brun 1995 : nos 261, 263). Dans les répertoires avignonnais en pâte calcaire du xive s., cette forme peu fréquente, attestée dans les premières productions, était montée sur pied plein comme les autres coupes tronconiques contemporaines (Démians d’Archimbaud 1981a : 369, fig. 354, no 4 ; Cartron, Doray 1992 : 53, fig. 21, no 60 ; Carru 1997 : forme 4). Les formes à marli, plus fréquentes dans les productions de majoliques en pâte kaolinitique, sont également rarement sur pied annulaire (Zérubia 1990 : 49, fig. 17.1 ; Le Vert et le Brun 1995 : no 265)

Les coupes 5

233fig. 193nos 4‑5

234Ce sont des formes plates largement ouvertes (diamètre à l’ouverture 21 cm sur 4 cm de haut) et dont la lèvre est effilée. Elles sont montées sur un pied creux dégagé et très fin. Deux sont complètes et proviennent de l’abandon des fours anciens, du 107 et du four à barres 12. De forme très élégante, la première est décorée au brun de manganèse. Une frise en S emboîtés orne la bordure, encadrant un grand motif central impossible à restituer mais probablement végétal (branches rayonnantes à partir d’une tige évoquant un arbre de vie ?). La seconde n’est qu’à l’état de biscuit. Par leur facture, elles se rapprochent des coupes 1 et 2 et des coupelles à marli 1 issues des comblements des premiers fours. Cette forme très plate ne trouve pas d’équivalent dans les productions régionales languedociennes ou avignonnaises. Les exemples qui s’en rapprochent le plus n’ont en aucun cas cette finesse de facture. Leur lèvre est en bourrelet et le pied est un véritable anneau. Ils proviennent des contextes sans doute anciens de l’abbaye Saint‑Félix‑de‑Montceau (Broecker 1982 : 265, fig. 23, no 28 ; Le Vert et le Brun 1995 : no 245) et de l’abbaye Saint‑Pierre‑de‑l’Almanarre à Hyères (Parent 1991 : fig. 33, no 3).

Les coupes 6

235fig. 193,  nos 6‑8

236Elles sont caractérisées par une aile large et inclinée dont l’extrémité recreusée dans l’épaisseur forme un bandeau. Cette forme évoque les assiettes monochromes vertes maghrébines bien diffusées sur le site même (fig. 53, nos 11‑12). Présentes dans les niveaux anciens, elles sont à l’état de biscuit dans le comblement du four 118. Dans les niveaux anciens du chemin, certaines portent une belle glaçure monochrome verte ou blanche. La surface extérieure du no 6, trouvé dans le sol de la phase 1 du même espace XIV, est scandée par des stries en creux et un bourrelet. On ne sait pas si ces pièces de service, très soignées et bien adaptées à la présentation des mets, comportaient un pied bas ou haut à l’exemple des fragments émaillés (fig. 193, nos 10‑12) qui n’ont été rattachés à aucune forme. Mais ces coupes n’ont jamais été retrouvées peintes en vert et brun. La bordure d’une coupe à glaçure monochrome jaune (fig. 193, no 8), inclinée de la même manière mais non recreusée, est à rapprocher de ce petit lot.

La coupe 7

237fig. 193, no 9

238Cette coupe, qui provient d’un sol de la phase 1 lié à l’activité du four 107 et des remblais qui le recouvraient, est exceptionnelle à plus d’un égard. Montée sur un pied annulaire percé de deux trous de suspension, elle est basse et cylindrique avec une carène très accentuée. Une frise bicolore verte et brune, composée d’une suite de carrés recoupés par les diagonales, orne tout l’extérieur de la paroi. L’épaisseur de la lèvre est soulignée par des taches vertes. D’autres pieds annulaires de taille identique, percés de trous et avec un départ de panse horizontale, ont été retrouvés dans le four 107 et pourraient appartenir à cette forme. Si l’origine de cette coupe n’est pas attestée par un modèle précis, elle survit encore dans le répertoire espagnol en bleu et lustre valencien à la fin du Moyen Age (Gonzalez Marti 1944 : 423‑424, fig. 520 ; Démians d’Archimbaud et al. 1980 : 32, fig. 9, 1‑4).

Les coupes à anse de panier

239fig. 194

240Une dernière forme insolite complète le répertoire ancien des coupes de service et leur façonnage ne manque pas de virtuosité. De dimensions moyennes, ces formes ouvertes découvertes dans le four 107, la fosse 436‑ 602 et les niveaux anciens du chemin ont des profils de lèvre différents et une profondeur et une base inconnues. Elles sont émaillées sur les deux faces (fig. 194, nos2, 5) ou à l’état de biscuit. L’originalité réside dans le système de préhension constitué d’une anse en panier assez surbaissée. Celle‑ci est réalisée par la torsion de trois boudins d’argile qui rappellent la vannerie (fig. 190, nos2, 4). Sur les côtés, deux petites anses vrillées selon le même principe assurent une double préhension. Dans le second cas (fig. 194, no 3) deux anneaux d’argile collés de part et d’autre de l’anse large et moulurée permettent de passer les doigts pour soutenir le vase. Ces pièces de service, très esthétiques, n’étaient pas exceptionnelles, comme le montrent les fragments d’anses ou leurs départs émaillés et torsadés avec quatre ou cinq cordons d’argile.

FIG. 1941‑6 coupes à anse de panier en pâte calcaire.

L.V./CNRS del.

Les coupelles 1 et 2

241Tout comme les coupes, les coupelles creuses à marli et de petites dimensions appartiennent à la production ancienne des espaces sud. Elles sont pour l’essentiel issues des sols de la phase 1, des premiers comblements de la phase 2A et sont encore présentes dans les remblais postérieurs. Mais elles sont totalement absentes dans les espaces nord et dans l’abandon des fours 98, 70 et 93 au sud. Des variantes dans des séries bien constituées permettent de les séparer en deux groupes dont les principaux caractères discriminants sont des détails morphologiques et des conceptions décoratives qui reflètent divers savoir‑faire et/ou des séquences de production. Cette forme est inconnue jusqu’au xiiie s. dans les répertoires espagnols. Les écuelles et petites coupes de Murcie (cuenco et jofaina) ne possèdent jamais de véritables marlis. Par contre, cette forme est plus proche des séries de coupelles originaires du Maghreb, de Sicile et d’Italie du Sud produites à la fin du xiie s. et au xiiie s.

Les coupelles 1

242fig. 195 à 197, figm

243Cette production sérielle est bien connue par plusieurs lots. Vingt‑cinq formes complètes (fig. 196) proviennent du comblement du four 107, à l’état de biscuits ou décorées en vert et brun, et plus rarement monochromes, Leurs dimensions sont bien standardisées à l’exception d’un modèle réduit (fig. 196, no 11). Le diamètre à l’ouverture est compris entre 15 et 16,5 cm, la hauteur voisine de 6 cm et le diamètre du petit pied est égal ou inférieur à 5 cm. La forme globulaire est assez épaisse jusqu’au resserrement qui marque le départ du marli court et légèrement incliné. L’extérieur des parois est strié de cannelures en creux au plus fort de l’épaisseur. Les pieds sont fins, recrcusés et dégagés à la base. Cette production est très abondante et se retrouve avec les mêmes caractères dans la fosse 436‑602 et les niveaux anciens du chemin. Le four 107 fournit tout un répertoire de décors associés à cette forme. Sur le marli d’un biscuit, deux pentogrammes ont été gravés avant la cuisson (fig. 264, nos 1). D’autres coupelles ont une glaçure monochrome blanche ou colorée en brun violacé. Mais la plupart de ces pièces sont émaillées et peintes. Un motif central se déploie sur toute l’ouverture de la coupelle. Trois sont zoomorphes. Si l’on retrouve le thème de l’oiseau (fig. 196, no 3) déjà utilisé sur la coupe 1 du même four, le poisson est aussi présent (fig. 196, no 1) ainsi qu’une curieuse scène d’un animal tenant dans ses pattes la tête d’un homme (?). Malheureusement incomplète, cette représentation n’est pas sans rappeler celle retrouvée dans le sud du Maroc, à Sigilmassa, sur un plat émaillé daté du xiexiiie s. ? (Taouchikht 1989 : pl. XXVI ; Le Vert et le Brun 1995 : no 72). Les autres motifs conservés ou lisibles appartiennent au règne végétal : fleurs (fig. 196, nos 10, 12) ou rosaces à 8 fuseaux rayonnants autour d’un cœur (fig. 196, nos 5, 7, 8). Les frises qui courent sur les ailes des coupelles sont les ondulations brunes ou vertes (fig. 196, nos 1, 7 ; fig. 199, no 1), déjà utilisées sur les coupes 1, ou des triangles bruns ou verts cernés de brun (fig. 196, nos2, 5, 8, 10). D’autres motifs géométriques de lignes croisées ou parallèles sont utilisés (fig. 196, nos 9, 12). Le brun de manganèse passé en aplat domine dans cette production assez lourde tant dans la forme que dans les tracés des décors. Sans être des répliques fidèles, ces coupelles s’apparentent, par leur forme lourde et leur conception décorative, à celles produites à la fin du xiie s. et au xiiie s. au Maghreb, mais qui sont exprimées en bleu et brun. La commercialisation de ces dernières est bien attestée en Italie du Nord et dans le sud de la France (Berti, Tongiorgi 1981 : 208, fig. 115 ; Vallauri 1989 : 85, fig. 58). Le deuxième lot (fig. 197, nos 1‑11), trouvé en abondance aussi bien dans les comblements des fours 107, 89 et 12 que dans les niveaux anciens du chemin et les premiers sols de l’atelier, a des dimensions tout à fait comparables. La seule différence réside dans la finesse de la forme et des motifs décoratifs. Retrouvées la plupart du temps surcuites, ces pièces ont souvent perdu leur revêtement ou s’écaillent et il est difficile de savoir si elles ont comporté un décor peint (fig. 197, no 11). Les motifs ont été dessinés avec rapidité et précision. Les marlis sont couverts de stries obliques faites d’un jet du pinceau avec du vert ou du brun (fig. 197, nos 1‑3, 8), ou de S emboîtés (fig. 197, no 6), ou par divers jeux de triangles hachurés, pointés ou remplis (fig. 197, nos4, 5, 7, 9). À l’intérieur, le seul motif complet est une rosace à huit lobes (fig. 197, no 1). Sur un fragment, deux ou trois fleurs de lys sont visibles (fig. 197, no 2). D’autres coupelles bien conservées et de belle qualité sont franchement blanches ou colorées en vert vif. Les remblais du chemin ont livré des exemplaires bichromes, verts à l’extérieur et blancs à l’intérieur, et d’autres glaçurés en vert sur les deux faces. La couverture extérieure des pièces est extrêmement rare et n’a été rencontrée que dans les niveaux anciens du chemin et de l’espace XIV sur ces coupelles ou, comme on l’a vu plus haut, sur les grandes coupes 2 carénées.

FIG. 195 – Coupelles 1 en pâte calcaire à décor peint vert et brun.

cl. P.F./CCJ, CNRS

FIG. 1961‑12 coupelles 1 en pâte calcaire à décor peint vert et brun et biscuit.

L.V./CNRS del.

FIG. 1971‑11 coupelles 1 en pâte calcaire à décor peint vert et brun et monochromes.

L.V./CNRS del.

Les coupelles 2

244fig. 198

245Un peu plus hautes et larges que les coupelles précédentes, celles‑ci sont très régulières, ont un marli incliné assez large et une rupture bien marquée avec la panse formant parfois un ressaut proéminent (fig. 198, nos2, 4, 5, 7, 13‑16). Elles sont aussi moins arrondies, moins trapues et plus ouvertes. Le pied est tournassé de façon identique à celui des coupes 2 à paroi épaisse. Cet ensemble a été identifié surtout dans la fosse 602‑436, mais aussi dans le comblement de la fosse du four 103, dans les remblais qui recouvraient le four 107 et dans l’espace X. L’originalité de ce groupe réside tant dans la forme que dans le répertoire décoratif dont les références sont plus claires. En effet, si tous les thèmes peints et la conception des décors passés en revue jusqu’ici renvoyaient globalement au monde méditerranéen occidental, ceux reproduits sur ces coupelles sont plus proches des motifs attribués aux officines de la Sicile. Le profil imite lui aussi la forme salsiera du type Gela. Celle‑ci possède un pied tournassé de façon identique et une rupture du marli tout aussi marquée (Berti, Tongiorgi 1981 : fig. 172). La ressemblance des frises sur les marlis est tout aussi évidente : motifs cordiformes emboîtés rehaussés de points jaunes (fig. 198, nos2, 4‑5), motifs quadrillés, simples ou de double tresse entrelacée (fig. 198, nos 6‑10, 14), arceaux, S emboîtés (Ragona 1975 : 29‑31, fig. 9‑2 ; Berti, Tongiorgi 1981 : tav. CLIX, CLXI ; Ragona 1990 : 199, fig. 1‑3 ; Le Vert et le Brun 1995 ; nos 131‑135).

FIG. 1981‑16 coupelles 2 en pâte calcaire à décor peint vert et brun et jaune.

LV./CNRS del.

246Les scènes exprimées sur le centre des vases reprennent les thèmes classiques zoomorphes : décor d’écailles pointées ou remplissages en bandes de corps d’oiseaux ou de poissons (fig. 192, nos 10‑12). Deux décors sont exceptionnels : un nœud de Salomon dont le centre est quadrillé et pointé (fig. 198, no 1) et une fleur de lys (fig. 192, no 13). Les motifs les plus fréquents sont des tiges rayonnantes barrées par des traits bruns à la base de feuilles et fleurs hachurées ou vertes, associées à des boutons jaunes (fig. 192, nos 5‑9). Au centre d’une coupelle (fig. 192, no 4) un bouquet rayonnant de fleurs en boutons est entouré de plusieurs arceaux et globules à l’identique du grand fond de coupe creuse (fig. 192, no 3). Ce dernier motif, bien illustré dans le matériel issu des fouilles siciliennes et conservé au musée de Caltagirone (Ragona 1991 : tav. II, fig. 11), se retrouve aussi dans la production de protomajoliques des Pouilles à Lucera au xiiie s. mais sur des coupes de profil bien différent (Patitucci Uggeri 1990 : 25, fig. 1).

247Ces séries de coupelles ont fait l’objet d’une longue description car elles associaient un décor à une forme ou une facture particulières. D’autres, moins bien calibrées, ont aussi été réalisées dans ce même temps de production. Presque toutes proviennent du four 107 (fig. 199, nos 1‑7) et dénotent des variantes de taille et de profil inhérentes à toute production.

FIG. 1991‑9 coupelles 1 et 2 en pâte calcaire à décor peint vert et brun, biscuits et monochromes.

L.V./CNRS del.

248Deux coupelles sans marli et légèrement carénées (fig. 199, nos 8‑9) sont plus proches des formes de bols fréquentes à Murcie (Navarro Palazon 1991 : 170) ou en Italie du Sud et restent isolées.

249Toutes ces formes ouvertes anciennes héritées de la tradition islamique proviennent des espaces sud X, XI et XIV ou des niveaux profonds de la rue. Si elles perdurent dans les remblais qui recouvrent les premiers fours, elles sont totalement absentes dans l’abandon des derniers fours 70 et 93 implantés dans les mêmes espaces. Dans le secteur nord, elles sont inconnues et remplacées par de nouvelles formes ouvertes d’une tout autre conception.

4.4.2.3 Les formes ouvertes de style régional

250l.v.

251Elles réunissent des formes radicalement différentes des précédentes, tant du point de vue de la forme que du décor : trois types de coupes, deux types de coupelles et des formes nouvelles telles que le bol, le plat et des coupes à collerette ou polylobées. Les rapports avec les productions méditerranéennes d’Espagne, du Maghreb et d’Italie sont difficiles à établir à l’exception d’une ambiance décorative en vert et brun. Les formes n’ont d’équivalent que dans le répertoire du sud‑est de la France des xiiie et xive s. qui a été très développé et enrichi dans les productions avignonnaises à l’époque pontificale et jusqu’au xve s.

Les coupes 8, 9 et 10

252Ces coupes de dimensions moyennes ont pour caractères discriminants la forme tronconiqne évasée et un pied plein dégagé à la base et diffèrent aussi par leur bord et leur haut de panse. Ces séries ne sont connues qu’en phase 2B dans l’extension du faubourg.

Les coupes 8

253fig. 200

254Les formes complètes conservées à l’état de biscuit (fig. 200, nos 1‑2) proviennent du dépotoir 106 dans l’espace VIII. Les coupes fragmentées et décorées étaient concentrées dans les recharges supérieures du chemin (fig. 200, nos 4, 7‑9) et dans les sols ou comblements de fosses de l’atelier V (fig. 200, nos 3, 5). On note deux groupes de tailles différentes. Les plus grandes ont un diamètre supérieur compris entre 25,5 et 29 cm pour une hauteur toujours inferieure au rayon et une base large et stable de 9 à 10,5 cm de diamètre. Les plus petites ne dépassent pas 21,5 cm à l’ouverture. Elles présentent un profil général identique ainsi qu’un pied plat bien dégagé de la panse, percé à la base dans quelques cas par deux trous de suspension. Les lèvres sont dans le prolongement de la panse inclinée à 45o. Elles sont formées d’un simple épaississement (fig. 200, nos3‑5, 7) ou d’un bourrelet bien replié sur l’intérieur formant une petite gorge (fig. 200, nos 1‑2, 6, 8‑9). À Marseille, les coupes tronconiques portent toutes des décors géométriques verts et bruns organisés selon une structure quadrilobée ou en registre et on ne connaît pas d’exemples monochromes comme pour la coupe à carène 9. En Languedoc, les coupes de petites dimensions sont bien représentées. Mais c’est en Provence et dans le Comtat que l’on trouve le plus souvent cette grande forme tronconique dès le début du xive s. et qui domine très largement dans tous les vaisseliers jusqu’au xve s. (Démians d’Archimbaud 1981a : 366‑371, fig. 348‑359 ; Démians d’Archimbaud et al. 1980 : 86‑87, fig. 31‑33 ; Carru 1997 : forme 1). La forme qui a évolué lentement est au départ souvent haute et profonde, comme à Saint‑Pierre‑de‑l’Almanarre, puis devient plus évasée et basse à la fin du Moyen Age. La conception des premiers décors verts et bruns, le plus souvent géométriques, est très stéréotypée. Dans les productions les plus tardives, la fantaisie et la rapidité d’exécution sont de règle dans les productions avignonnaises qui offrent toute une gamme de variations sur un thème géométrique, végétal ou plus libre (Le Vert et le Brun 1995 : nos 283‑286, 290‑292, 302, 309).

FIG. 2001‑9 coupes 8 en pâte calcaire à décor vert et brun et biscuits.

L.V./CNRS del.

Les coupes 9

255fig. 201 nos 1‑9

256Elles sont un peu moins larges que les coupes précédentes car resserrées à l’ouverture par un redressement du bord formant une carène en bandeau très haute et courte. Le profil général est proche de celui des coupes 8 et les dimensions sont en général moyennes (diamètre d’environ 21 à 22 cm pour une hauteur de 9 à 10 cm). Les pieds plats ont un talon bien dégagé à la base et sont parfois percés de trous de suspension selon les mêmes procédés de fabrication. Ces formes proviennent en majorité du dépotoir 106 qui en contenait seize, soit à l’état de biscuit, soit recouvertes par une glaçure monochrome blanchâtre, verdâtre ou jaunâtre (fig. 201, nos 1‑2). Dans quelques cas, les coupes 9 sont décorées de motifs géométriques verts et bruns organisés en registre (fig. 201, nos 3, 5‑9). Plusieurs fragments ont été retrouvés dans les recharges supérieures du chemin (fig. 201, no 6) mais aussi dans la couche d’abandon du four 35 dégagé hors de la zone d’intervention au nord‑est (fig. 201, no 4). Ces formes sont inconnues dans les productions avignonnaises du xive s. à l’exception d’un petit nombre trouvé dans les niveaux du tout début du siècle (Carru 1997 : forme 5a). Elles n’ont de véritable équivalent que dans le répertoire languedocien avec des décors verts et bruns ou avec des revêtements monochromes verts (Broecker 1982 ; Le Vert et le Brun 1995 : ri 251 ; Leenhardt 1995e : fig. 85).

FIG. 2011‑9 coupes 9 en pâte calcaire, biscuits et décor vert et brun ; 10‑12 coupes 10 monochromes et à décor vert et brun.

L.V./CNRS del.

Les coupes 10

257fig. 201 nos 10‑12

258C’est une variante des formes précédentes, de dimensions plus réduites (diamètre inférieur à 20 cm). La lèvre en bandeau est dans le prolongement de la panse. Les trois exemplaires présentés sont issus du comblement d’une fosse de l’espace VII. Ils sont traités dans un cas en vert et brun et dans l’autre cas avec une glaçure monochrome verdâtre ou blanche. On ne connaît pas de référence en pâte calcaire en Provence ou en Languedoc pour cette variante de coupe à carène. Seule une forme produite en pâte kaolinitique avec un décor quadrilobé vert et brun trouvée à Saint‑Symphorien de Buoux, dans un habitat semi‑rupestre du début du xive s., s’y apparente (Guyonnet 1993 : 88, pl. V, no 21 ; Le Vert et le Brun 1995 : no 266).

259L’organisation des décors tout comme le répertoire des‑motifs des coupes 8, 9 et 10 sont d’une conception nouvelle. Seul l’intérieur des coupes est décoré. Les schémas s’organisent en registres concentriques qui encadrent un motif central (fig. 200, nos 4, 8‑9 ; fig. 201, nos 3, 5, 10 ; fig. 202, no 10). Les bandes sont remplies de quadrillages serrés bruns qui alternent avec des cases vides ou pointées de vert donnant un effet de damier. Des triangles hachurés et opposés (fig. 201, no 5 ; fig. 200, no 8) servent aussi de remplissage tout comme les arceaux (fig. 202, no 3), les spirales accolées (fig. 202, no 5) et les chevrons emboîtés (fig. 200, no 9). Les motifs centraux qui accompagnent cette série très géométrique et répétitive sont des rosaces ou quadrilobes peints en brun et parfois doublés d’aplats verts. Le deuxième groupe montre des structures quadrilobées qui partent du centre de la pièce et couvrent toute la panse (fig. 200, no 3). Les quatre fuseaux cernés par des aplats verts sont occupés par une spirale tandis que les écoinçons sont remplis de bandes vertes, hachures et spirales qui ne laissent aucun vide. D’autres décors arborescents (fig. 202, no 11), végétaux (fig. 202, nos 1, 4), en entrelacs (fig. 202, nos 12‑13) ou en damier pointé (fig. 202, no 15) sont également présents. Mais les séries les plus nombreuses et stéréotypées sont constituées par des rosaces à huit branches vertes cernées de brun qui rayonnent à partir du centre. Elles sont soit simples et remontant sur la panse (fig. 202, nos 16, 18), soit doublées par des lobes bruns (fig. 202, nos 19‑20), parfois recoupées par huit à dix traits bruns (fig. 202, nos 21‑22). Ces séries très nombreuses ne sont représentées que par quelques dessins étant donné leur aspect répétitif. Elles peuvent aussi appartenir à des petits fonds de bols ou de coupelles qui constituent les dernières formes ouvertes de ce groupe d’inspiration locale.

FIG. 2021‑22 panses et fonds de coupes 8, 9 et 10 en pâte calcaire peints en vert et brun.

L.V./CNRS del.

Les coupelles 3 et 4 et les bols

260Les coupelles 3 (fig. 203, nos 1, 2) sont les répliques en miniature de la coupe tronconique 8 ; ces petites formes basses et ouvertes, retrouvées dans le dépotoir 106, ne sont pas décorées mais simplement couvertes d’une glaçure monochrome verdâtre ou jaune.

261Les coupelles 4 (fig. 203, nos 3‑5), qui proviennent de l’espace IV et du dépotoir 106, comportent un petit marli et n’ont pas de décor peint.

FIG. 2031‑2 coupelles 3 en pâte calcaire monochromes ; 3‑5 coupelles 4 en pâte calcaire monochromes ; 6‑9 bols en pâte calcaire, monochromes et biscuits ; 10‑18 fonds décorés en vert et brun.

L.V./CNRS del.

262Les bols, associés dans le dépotoir 106 aux formes précédentes, composent de belles séries (fig. 203, nos6‑9). Ils sont de forme hémisphérique, leur taille est constante. Le diamètre à l’ouverture oscille entre 13,5 et 15 cm pour une hauteur égale au rayon. Leur base est toujours constituée par un pied plat dégagé à la base. Les exemplaires dessinés sont des biscuits ou recouverts d’une glaçure monochrome jaunâtre. Mais un bon nombre de fragments de lèvres soulignées d’une bande verte et brune indique qu’ils étaient aussi décorés. La série de petits fonds issue des mêmes contextes pourrait se rattacher à cette forme. D’autres ont été retrouvés dans les espaces X, XI et XIV dans les remblais occupés par les forgerons en phase 3. Le motif central le plus fréquent est une étoile à huit ou dix (ou plus) branches brunes (fig. 203, nos 11‑16) parfois entourée de lobes (fig. 203, no 15). Une rosace verte à quatre branches inscrite dans un quadrilobe (fig. 203, no 10) ou une rosace à fuseaux nervures (fig. 203, no 17) sont plus exceptionnelles. Il en est de même pour une petite croix pattée peinte sur l’intérieur d’un fond annulaire et percé de trous de suspension. Cette forme n’est pas des plus courantes dans les productions de majoliques en pâte calcaire. Mais elle existe dans les productions les plus anciennes et est toujours présente en petite quantité au cours du xives. (Konaté 1980 : pl. 32 ; Démians d’Archimbaud et al. 1980 : fig. 26, nos 1‑7 ; Démians d’Archimbaud 1981a : fig. 357, no 2 ; Pighini 1983 : pl. III, no 7 ; Richarté 1991 : fig. 28 ; Carru 1997 : forme 22). Dans les répertoires languedociens en pâte calcaire (Broecker 1982 ; Vallauri 1995b) cette petite forme individuelle est fréquente et traitée en vert et brun ou avec une glaçure monochrome verte ou blanche. On la retrouve aussi dans les productions en pâte réfractaire.

Les plats, les coupes 11 et les coupes polylobées

263fig. 204

264D’autres formes ouvertes nouvelles apparaissent en petit nombre dans les productions de la deuxième période issues pour la plupart du secteur nord, des recharges supérieures du chemin ou des phases 2B et 3 du secteur sud. Ce sont des plats, des jattes avec ou sans collerette, des coupes et des coupelles polylobées. Autant de formes qui font partie des vaisseliers provençaux et languedociens au xive s.

265Les plats (fig. 204, nos 1‑5) sont caractérisés par leur forme basse et une large ouverture terminée par une aile oblique. Leur taille peut varier du simple au double comme cela a été observé dans toutes les découvertes (Démians d’Archimbaud et al. 1980 : 92‑99, fig. 37‑40 ; Richarté 1991 : fig. 26 ; Carru 1997 : forme 9). Les plus grands aux parois épaisses atteignent jusqu’à 50 cm de diamètre (fig. 204, nos4‑5). Ceux de taille moyenne (25 cm de diamètre) ont une hauteur qui n’excède pas 5 cm. Ces formes n’ont été retrouvées que décorées. Les motifs verts et bruns, qui couvrent les marlis et les panses, sont très altérés. Les motifs centraux ont disparu. On reconnaît des frises de spirales (fig. 204, no 4), d’ondes (fig. 204, no 2), et les larges traits curvilignes (fig. 204, no 5) qui caractériseront les productions avignonnaises ou languedociennes au xive s. (Le Vert et le Brun 1995 : nos 252, 255, 289, 294, 308 ; Leenhardt 1995e : fig. 84).

FIG. 2041‑5 plats en pâte calcaire à décor vert et brun ; 6 jatte en pâte calcaire à décor vert et brun ; 7 coupe 11 en pâte calcaire monochrome ; 8 coupe polylobée en pâte calcaire à décor vert et brun ; 9‑10 coupelles polylobées en pâte calcaire, monochrome et biscuit.

L.V./CNRS del.

266À côté de ces formes plates, une jatte profonde (fig. 204, no 6) ainsi qu’une coupe lia collerette couverte d’une glaçure verte (fig. 204, no 7), très proche des séries avignonnaises ou de Beaucaire en pâte calcaire (Démians d’Archimbaud et al. 1980 : 99, fig. 41 ; Leenhardt 1995e : fig. 88), ne sont pas sans rappeler les jattes produites en pâte kaolinitique (Vallauri et al. 1980 : 27, no 6). Enfin, un fragment de coupe polylobée décoré en vert et brun (fig. 204, no 8) complète ce catalogue de formes ouvertes toujours associées au plus fort de la production avignonnaise (Démians d’Archimbaud et al. 1980 : 91‑93, fig. 34 ; Carru 1997 : forme 6).

267Une dernière forme retrouvée plusieurs fois à l’état de biscuit ou émaillée monochrome blanche (fig. 204, nos9‑10) mérite une attention particulière car elle n’était pas jusque‑là répertoriée dans les collections régionales. Il s’agit d’une coupelle basse à fond plat de 10,5 cm de circonférence dont la lèvre a été pincée de façon à former quatre lobes. Deux petites anses assurent la préhension latérale. Ces petites pièces quadrilobées sont connues dans les productions Valenciennes vertes et brunes du xiiie s. à Paterna, mais toujours sans anse. Cette forme qui en est peut‑être dérivée est mieux connue aujourd’hui par les fouilles de l’Oratoire à Avignon (Boiron et al. 1992). Deux exemplaires du xive s. en pâte kaolinitique de l’Uzège sont l’un couvert d’une glaçure verte, l’autre décoré d’un motif quadrilobé vert et brun (Leenhardt 1995e : fig. 74). Le troisième est en pâte calcaire avec un décor peint vert et brun et s’apparente à la tasse polylobée à une anse identifiée, à Avignon toujours (Carru 1997 : forme 7a).

Conclusion

268L’apparition dans l’atelier marseillais de ces nouvelles formes ouvertes n’est pas sans poser de problèmes. Elles n’ont plus aucun lien avec les formes de Méditerranée occidentale de tradition islamique, pas plus qu’avec la céramique chrétienne de Valence, ou la céramique d’Italie méridionale. Les seules références pour cette époque se situent déjà dans le sud de la France : en Languedoc, dans les productions en pâte calcaire et kaolinitique, et dans les productions calcaires de la vallée du Rhône. Si les coupes tronconiques 8, polylobées, les plats et les jattes à gorge sont les formes privilégiées de la production avignonnaise au xive s, les coupes à carène 9 et les bols sont caractéristiques du répertoire languedocien en pâte calcaire : à Gigean (abbaye Saint‑Félix‑de‑Montceau), Beaucaire (château et abbaye de Saint‑Roman) ou Montpellier (comblement d’un puits). La datation de ces trouvailles anciennes, souvent imprécise, peut être aujourd’hui placée dans la seconde moitié du xiiie s. et au début du xive s. par les nouvelles fouilles effectuées dans le château de Beaucaire (Schneider 1990 ; Schneider 1995 ; Vallauri 1995b). La variété des styles décoratifs et des formes de coupes à pied plein ou annulaire indique, comme l’ont prouvé les analyses géochimiques, divers centres de production dont la localisation et la durée de vie ne sont pas connues (Amouric et al. 1995c).

269Il est certain que les coupes tronconiques 8 et à carène 9 rappellent le répertoire languedocien encore utilisé dans la verrerie de la Seube au premier quart du xive s. Le répertoire des décors est aussi proche et participe d’une même ambiance culturelle. Les décors en registre de damiers et triangles hachurés ainsi que les décors rayonnants ou entrelacés abondent sur les formes à carène repérées jusqu’à ce jour principalement en Languedoc. Le traitement des coupes et bols avec des glaçures monochromes vertes ou blanches renforce ces similitudes qui, en l’absence de découverte d’atelier en Languedoc et de datation plus précise du matériel, ne doivent pas être surinterprétées. En Provence, sur le site de Rougiers, quelques formes de coupes à carène ou tronconiques de petites dimensions, ainsi que des bols trouvés dans des contextes anciens antérieurs au xive s. (Démians d’Archimbaud 1981a : 365 : fig. 347), considérés à l’époque comme des types rares de production régionale inconnue, s’avèrent bien être aujourd’hui les productions de l’atelier de Sainte‑Barbe. G. d’Archimbaud n’avait pas manqué déjà de signaler les rapprochements avec le matériel découvert à l’ouest du Rhône.

4.4.2.4 Les minicoupelles 1, 2 et 3

270l.v.

271fig. 205

272Cette forme miniature se retrouve en permanence dans les productions de l’atelier. Les coupelles ont toutes de petites dimensions qui n’excèdent pas 12 à 13 cm d’ouverture pour une hauteur de 4,5 cm. Elles se subdivisent en trois types principaux. Les premières (fig. 205, nos 1‑3, 5‑7) sont basses et largement ouvertes avec un fond plat ou légèrement dégagé. Dans les niveaux les plus anciens (fig. 205, no 1), elles ont des parois très fines, un fond plat large et ne comportent jamais de revêtement. Elles sont bien représentées dans le four 107, la fosse 436‑602 et les niveaux profonds du chemin. Cette forme qui perdure est présente en série dans le comblement du four 98 (fig. 205, nos2‑4). Mais elle existe aussi sans glaçure, avec des formes plus lourdes et moins standardisées, dont certaines sont plus profondes (fig. 205, no 4). Dans les contextes les plus tardifs, et en particulier le dépotoir 106 (fig. 205, nos 5‑7), cette forme a évolué et comporte un petit pied dégagé, des parois plus rectilignes et une lèvre biseautée. En outre, elle est alors glaçurée en jaune ou jaune‑vert moucheté.

FIG. 205 – Minicoupelles en pâte calcaire, monochromes, biscuits ou à décor vert et brun : 1‑7 minicoupelles 1 ; 8‑11 minicoupelles 2 ; 12‑19 minicoupelles 3.

L.V./CNRS, F. Parent/ Afan del.

273La deuxième série provient uniquement du quartier nord et réunit des formes plus hémisphériques (fig. 205, nos8‑11) qui se referment davantage à l’ouverture. Les fonds sont larges et plats, dans un cas dégagé à la base. Comme précédemment à cette période de production, elles sont toujours recouvertes par une glaçure jaune‑verdâtre souvent mouchetée.

274Le dernier type est plus profond et caractérisé par un marli et un pied plus étroit (fig. 205, nos 12‑19). Cette forme apparaît, avec une aile de marli large, dès les niveaux anciens dans les espaces sud et le chemin (fig. 205, nos 15‑18). Certaines coupelles sont en biscuit, mais la plupart sont revêtues d’une belle glaçure monochrome vert vif (fig. 205, no 16). Une seule pièce est ornée en vert et brun avec une frise de S emboîtés (fig. 205, no 15). Les plus récentes (fig. 205, nos 12‑14, 19), dont une provient de l’abandon du four 70 (no 12), ont un marli plus court et sont presque toujours glaçurées en jaune ou blanc.

275Ces cupules particulièrement bien adaptées pour contenir de petits volumes ont pu servir à présenter sur les tables des épices ou des produits d’accompagnement. On ne dispose pas de référence dans le répertoire méditerranéen pour ces formes simples de dimensions réduites, mais leur usage est bien attesté en Languedoc au début du xive s. à Gigean avec une glaçure verte (Broecker 1982 : 266, fig. 24). En Provence à la fin du xive s., de belles séries sans revêtement ou avec glaçure monochrome verte ou blanche font partie des vaisseliers avignonnais (Démians d’Archimbaud et al. 1980 : 69, 70, fig. 26, nos8‑26 ; Carru 1997 : formes 10 et 11). Les minicoupelles décorées à large marli sont aussi présentes en petit nombre dans le répertoire languedocien et provençal dès la fin du xiiie s., avec toujours de beaux décors sur l’aile (Broecker 1982 : fig. 4, no 14 ; fig. 8, nos 13‑17 ; fig. 22, nos 10‑11 ; Saint‑Jean 1988 ; Parent 1991 : fig. 32, no 8 ; Carru 1997 : forme 12 ; Vallauri 1995b ; Le Vert et le Brun 1995 : no 264).

4.4.2.5 Les vases à liquides

276l.v.

277Globalement, on constate dans le répertoire des formes fermées les mêmes schémas d’évolution que ceux exposés pour la vaisselle ouverte. Si les formes les plus anciennes évoquent sans aucun doute une tradition islamique, les changements morphologiques qui s’effectuent au cours de la vie de l’atelier sont moins marqués pour les pichets et les cruches. L’évolution paraît plus progressive et l’absence de décor peint dans la plupart des pièces de ce répertoire atténue d’autre part les différences apparentes.

Les pichets 1

278fig. 206 et 207

279Cette forme est abondamment représentée dans les productions anciennes et bien connue par des lots de formes complètes retrouvées dans un sol de l’espace XIV de la phase 1 (fig. 206, no 1), les comblements de la phase 2A des fours 118 (fig. 206, nos2‑7, 9), 107 (fig. 206, no 8) et de la fosse 436‑602. La panse globulaire est surmontée d’un goulot étroit plus ou moins haut et bagué dont l’ouverture est à peine pincée. Une anse en boudin souvent arrondi est fixée au milieu du col sur le renflement. Après avoir effectué un coude presque fermé, elle est rattachée sur le point du plus grand diamètre de la panse. Cette forme très élégante est héritée des modèles anciens islamiques dont les goulots sont encore plus étirés. C’est la redoma, dans la civilisation Al‑Andalus (Rossello‑Bordoy 1991 : 166, nos 40‑42), que l’on retrouve en Sicile dans les dépotoirs des fours d’Agrigente (Ragona 1966 : 10, nos 2, 13, 21 ; Scuto 1990 : 29, nos 13, 45, 108), au Maghreb (Grenier de Cardenal 1980 : 231, 235, planches II, III, fig. 5). Les tailles varient peu, de 15 à 19 cm de hauteur, pour une largeur maximale de 10,5 à 13 cm. Le corps du pichet est, soit globulaire, avec un resserrement au départ du col nettement marqué (fig. 206, nos 1‑6), soit plus piriforme avec un col moins haut (fig. 206, nos7‑9). Les deux types coexistent dans les comblements et leur contenance qui varie entre 0,6 litre et 0,7 litre est sensiblement la même. Les pichets sont souvent encore à l’état de biscuit ou recouverts, à l’extérieur seulement, par une glaçure monochrome blanche épaisse, parfois jaune‑verte (fig. 206, no 9), mais ne sont jamais décorés de motifs peints verts et bruns. Seules des rainures en creux rythment l’extérieur au niveau de l’étranglement du col ou sur l’épaulement. Cette forme est inconnue dans les autres productions du midi de la France, à l’exception de trois exemplaires retrouvés dans le puits de Montpellier du xiiie s. en association avec des cruches de type 1. L’un est en pâte calcaire émaillée monochrome et très comparable aux pichets marseillais, les deux autres sont en pâte rouge glaçurée (Leenhardt 1995a : fig. 35).

FIG. 2061‑9 pichets 1 en pâte calcaire, monochromes et biscuits.

L.V./CNRS, M. Leclerc/LAMM del.

FIG. 207 – Pichets 1 en pâte calcaire, monochromes et biscuits.

cl. P.F./CCJ, CNRS

Les pichets 2

280fig. 208, nos1‑7

281Ils proviennent tous du comblement du four 98 qui n’en contenait pas moins de 56, dont 30 en biscuit et 26 recouverts d’une très épaisse glaçure monochrome blanc bleuté, parfois franchement verte ou qui a viré au rouge lie‑de‑vin. À l’opposé du groupe précédent, ces pichets fabriqués en série ont des parois très épaisses, un profil lourd nettement piriforme. Le col n’est plus cylindrique mais évasé, à peine resserré, plus court et terminé par un pincement. Les anses sont faites de boudins assez larges et bien galbés. On note aussi sur cet ensemble l’absence de renflement dans la partie supérieure. L’extérieur de la panse est en revanche systématiquement couvert de rainures régulières en creux qui constituent un parti ornemental.

FIG. 2081‑7 pichets 2 en pâte calcaire, monochromes ; 8‑10 pichets 3 en pâte calcaire, monochromes et biscuits.

L.V./CNRS, F. Parent/Afan, M. Leclerc/LAMM del.

282Ces pichets, plus hauts, atteignent 21 cm et sont plus étroits sur de petits pieds. Ils sont de facture identique à l’exception du no 7 de taille réduite. Cette forme de transition, produite dans la seconde phase de l’espace XIV, reste dans la tradition islamique mais est dégénérée. Cette constatation avait déjà été faite à propos des coupes 1 issues de ce comblement. Par le traitement de leur surface cannelée, les pichets 2 sont proches de ceux, glaçurés, produits dans la première époque de l’atelier Valencien qui débute après 1238 et se poursuit jusqu’aux premières années du xive s. (Amigues, Mesquida Garcia 1993 : 21, nos 1, 2, 67).

Les pichets 3

283fig. 208, nos8‑10

284Ils constituent le terme de l’évolution du pichet 1. Cette fois, la forme est plus courte et ramassée. La hauteur ne dépasse pas 15 cm pour une largeur maximale de 10,5 cm. Le col terminé par un fort pincement s’ouvre en éventail directement après le resserrement avec la panse. Les anses nettement rubanées et larges sont courtes. Les glaçurés qui les recouvrent sont souvent jaune moucheté. L’exemplaire miniature no 10 est blanc.

285Ces pichets ne proviennent que des espaces nord, des recharges supérieures du chemin et du dépotoir 106. Tout comme les pichets précédents, ils ne sont jamais décorés de motifs peints. Cette forme n’a pas de réplique fidèle dans le répertoire provençal ou languedocien. On peut tout au plus la rapprocher de certains pichets en pâte claire glaçurée produits en Uzège au xive s. (Démians d’Archimbaud et al, 1980 : 126, fig. 52, no 6).

Les pichets 4

286fig. 209

287Dans ce groupe, mal déterminé compte tenu de la fragmentation des objets, sont regroupés tous les éléments de vases à liquides ayant un bec verseur tubulaire. Ils se retrouvent autant dans les productions anciennes que dans la seconde époque de l’atelier. Les plus anciens (fig. 209, nos 1‑4) sont souvent longs et redressés par rapport à la panse globulaire (no 1) mais n’ont jamais été rattachés à une forme précise. Dans un cas, une cruche émaillée blanche provenant du four 118, dont l’anse est munie d’un poucier en pastille, comporte sur la panse, ornée de pastilles identiques, un trou pour un verseur (no 3). Un second exemple encore plus insolite est fourni par le no 4 trouvé dans la fosse 436‑602. Émaillé sur les deux faces, ce vase fragmenté est percé de deux trous pour des becs verseurs placés à 90o. La fonction précise de ce pichet très soigné est énigmatique, mais il pouvait tout comme les autres servir à boire à la régalade comme il est encore de tradition en Espagne.

FIG. 2091‑8 pichets 4 en pâte calcaire, biscuits, monochromes ou à décor vert et brun.

L.V./CNRS, F. Parent/Afan del.

288Les autres proviennent soit du comblement du four 98 (no 5) soit du secteur nord. Moins étirés, ils sont souvent glaçurés en jaune miel et associés à de petites formes de pichets (no 7) et dans un seul cas décoré en vert et brun (no 8). Dans le répertoire provençal et languedocien ces pichets existent au xive s. aussi bien dans les productions glaçurées d’Ollières et de Cabasse (Démians d’Archimbaud 1981a : 321, fig. 280 ; 337, fig. 312), qu’en pâte claire glaçurée de l’Uzège (Démians d’Archimbaud et al. 1980 : 126, fig. 52). Les becs tubulaires, peu fréquents dans le répertoire des majcliques calcaires de la région avignonnaise, caractérisent les chevrettes monochromes parfois décorées (Démians d’Archimbaud 1981a : fig. 28, nos 13‑14 ; Konaté 1980 : pl. 43, no 2 ; Garni 1997 : forme 20). Ils sont par contre plus fréquents sur les majoliques en pâte kaolinitique (Broecker 1982 : 247, fig. 3).

Les aiguières et Mitres petits vases à liquides

289fig. 210

290Cette forme à long col sans bec pouvait, elle aussi, comporter un verseur sur la panse. Retrouvée dans le comblement du four 89, elle a été rattachée à la forme de l’aiguière de tradition islamique. Le col cylindrique et bagué qui s’ouvre en collerette devait être fermé par un petit couvercle. Certains, de petite taille, s’y adaptent parfaitement (fig. 210, no 1 et fig. 218, no 1). Le tube a été façonné dans un premier temps puis assemblé sur la panse globulaire avec des traces de collages bien visibles. D’une très grande élégance, ce pichet décoré de stries verticales et obliques et d’ondes brunes et vertes fait partie des rares exemples de vases à liquides peints dans la production ancienne. Il devait avoir une fonction particulière, tout comme les aquamaniles ou les fragments de petits vases globulaires décorés également à l’extérieur et difficiles à rattacher à une forme précise (fig. 210, nos 3‑9).

FIG. 210 – Vases à liquides en pâte calcaire (biscuits, monochromes, décor vert et brun) : 1‑2 aiguières ; 3‑7 vases et autres formes ; 8‑9 pots globulaires.

L.V./CNRS del.

Les aquamaniles

291fig. 211 à 213, fig. N

292Quinze becs verseurs à embouchure zoomorphe ont été, dès la fouille, isolés pour leur caractère exceptionnel. Huit proviennent du four 107, de la fosse 436‑602 et des niveaux anciens du chemin. Mais leur présence est encore attestée dans le four 98 en phase 2B dans l’espace XIV, ainsi que dans le dépotoir 106 et dans les recharges du chemin où ont été rejetées les productions du quartier nord. Ce façonnage particulier a donc été conservé pendant toute la durée de l’atelier, mais avec des variantes. Si la plupart sont conservés à l’état de biscuit, trois exemplaires sont émaillés et décorés en vert et brun (fig. 212, nos 1‑2 ; fig. 213, no 7). Facilement repérables au départ, les petites têtes modelées ont pu être progressivement rattachées dans quatre cas à un col de cruche. Les vases reconstitués dans le four 107 et la fosse 436‑602 (fig. 213, nos 1, 5) ont une hauteur de 21,6 cm. Le corps globulaire repose sur un petit pied (diamètre 7,5 cm) et est surmonté par un haut col cylindrique dont la lèvre en bandeau est rabattue vers l’intérieur de l’ouverture. Ce dispositif très soigné évitait la sortie de l’eau par la partie supérieure du vase. En outre, il permettait d’emboîter dans ce resserrement un petit couvercle tronconique afin d’assurer une parfaite étanchéité. Les couvercles issus des mêmes contextes (fig. 218, nos 3‑4) et décorés aussi en vert et brun conviendraient parfaitement, vu leur diamètre, à cette forme rare et sophistiquée. La préhension est assurée par une anse boudinée attachée sous la lèvre et reliée au point de largeur maximale de la panse. La sortie de l’eau s’effectue à l’opposé. Sur la panse percée, un bec verseur de 7,5 à 10 cm de longueur est applique obliquement et retenu au col par une barrette de terre. L’extrémité du tube tourné est formée par une petite tête modelée d’animal à long museau (cerf ?) dont la gueule sert de déversoir. La figuration assez simple se résume à deux oreilles et deux yeux globulaires en pastilles appliquées sur des orbites enfoncées. Les exemplaires les plus anciens ont une facture très proche (fig. 212, nos 1‑2 ; fig. 213, nos2, 4, 5). Ceux en biscuit, inachevés, restent vides d’expression, mais les deux exemplaires peints au brun de manganèse qui dessine les pupilles, souligne les arcades sourcilières et le museau, donnent une bonne image de ce que devait être l’aspect final de ces objets luxueux. Les anses associées à ce groupe sont aussi traitées de façon particulière, parfois godronnées et incisées (fig. 212, no 1 ; fig. 213, no 3) et soulignées par des traits de peinture brune (fig. 212, nos1‑2). Sur les deux vases retrouvés peints, le parti décoratif est le même. Le col est couvert d’une résille pointée de vert selon un procédé fréquent sur des cols languedociens (Broecker 1982 : 255, fig. 11 ; Vallauri 1995b). Sur la panse se développe un décor végétal malheureusement très incomplet. Dans les contextes plus récents, les formes générales n’ont pas pu être reconstituées. Cependant on peut percevoir une évolution dans le façonnage des becs zoomorphes. Celui issu du four 98 est encore proche des précédents (fig. 213, no 7), mais il est plus anguleux et les yeux très globuleux sont doublés par un petit boudin de terre serpentant sur les côtes. Il est revêtu d’un émail monochrome blanc sans adjonction de couleur. Les plus tardifs ont un museau plus long. Le profil est moins bien défini et dans trois cas les yeux n’ont pas été figurés dans le modelage primitif (fig. 213, nos8‑13). Il n’est cependant pas impossible que les détails aient été réalisés au pinceau avec des oxydes verts et bruns.

FIG. 211 – Becs verseurs zoomorphes d’aquamaniles en pâte calcaire, biscuits et à décor vert et brun.

cl. P.F./CCJ, CNRS

FIG. 2121‑2 aquamaniles en pâte calcaire à décor vert et brun.

LV./CNRS del.

FIG. 213 – 1‑13 aquamaniles en pâte calcaire, biscuits et monochromes.

LV./CNRS del.

FIG. N – Biscuit d’aquamanile à bec verseur zoomorphe, en pâte calcaire.

cl. P.F./CCJ, CNRS

293Ces vases à liquides zoomorphes ont une origine très lointaine. En Asie centrale la forme préislamique, où la gueule fait office de gargoulette, est connue dès le deuxième millénaire et son usage est lié au rituel mithraïque du sacrifice du taureau sous la forme du sacrifice du vin (Melikian‑Chirvani 1992). Au Moyen Âge cette forme perdure sous le nom d’aiguière, généralement avec des têtes de taureau mais aussi avec des têtes de coq (Terres secrètes... 1992 : 107, no 237).

294Ces vases en terre sont souvent des répliques de pièces plus prestigieuses en bronze bien connues dans les collections nationales et internationales. En Méditerranée occidentale les plus beaux exemples d’aquamaniles en bronze en forme de cerf, d’oiseau, de paon, de griffon, ou à bec de coq sont attribués aux ateliers de l’Espagne andalouse des xexiie s. (Dodds 1992 : 214, 215, no 14 ; Eredità dell’ Islam 1993 : 125‑126, nos 42‑43). Mais les formes zoomorphes complètes en terre sont à notre connaissance très peu nombreuses. Un petit vase proche du dromadaire et interprété comme remplisseur de lampe a été reconnu en Provence orientale sur l’épave du Bataiguier datée du milieu du xe s. (Vindry 1980c : 225 ; Vindry 1985 : 113, no 497). Il a été comparé à deux autres trouvés à Majorque et à Almeria (Llubia 1967 ; Rossello‑Bordoy 1976 ; Duda 1970 : Tafel 11 et 12). Pour la même époque, un petit bec zoomorphe d’aquamanile en tête de coq est signalé au Portugal sur le site de Cerro da Vila (Matos 1991 : 435, 436, 449). Les figures expressives modelées et traitées en vert et brun, présentes dans les fouilles de Murcie, Dénia et Cadix au xiie s. et au début du xiiie, fournissent les plus proches comparaisons pour les modèles exécutés à la même époque à Marseille (Navarro Palazon 1986a : 247, 290, 291, nos534, 623, 624, 625 ; Navarro‑Palazon 1991 : 253, no 361 ; Gisbert Santonja et al. 1992 : 180, no 101 ; Cavilla Sanchez‑ Molero 1992 : 80, 163). En Italie du Sud, un seul bec zoomorphe est signalé dans la proto‑majolique d’Apulie (Whitehouse 1988 : 303, no 96, fig. 62‑65). Cette mode se prolongera au xive s. en Espagne chrétienne, en particulier dans les productions catalanes de Manresa ou Barcelone. Sur ces pièces le bec verseur n’est plus détaché de la panse mais soudé par un boudin de terre autour du cou, et la tête est reliée au col par les oreilles (Olivar 1952 : 89 ; Mediterraneum 1992 : 110, 117, no 52). Dans les collections languedociennes, un petit bec zoomorphe en pâte calcaire émaillée vert monochrome vient d’être retrouvé dans le lot attribué à l’abbaye Saint‑Félix‑de‑Montceau (Vallauri 1995b ; Le Vert et le Brun 1995 : no 254).

295Dans les productions de majoliques provençales, un seul exemple de bec verseur zoomorphe avait été signalé jusque‑là, à Avignon datant du xive s. (Démians d’Archimbaud et al. 1980 : 71, fig. 28, 18). Aujourd’hui, d’autres fragments en pâte calcaire peinte en vert et brun ont été reconnus à Fontvieille sur le castrum du Mont‑Paon (collection Delaire). Dans les récentes fouilles d’Avignon, des têtes zoomorphes non percées sont en pâte kaolinitique glaçuréc en vert (Boiron et al. 1992 ; Le Vert et le Brun 1995 : no 275 ; Leenhardt 1995e : fig. 70).

296Si l’origine de ces formes d’aiguières et d’aquamaniles se situe en Orient et remonte à la nuit des temps, leur succès et leur développement atteindront toute l’Europe du Nord du xiiie s. au xve s., dans les Flandres, à Paris, à Rouen, en Angleterre, en Allemagne et en Scandinavie. Les aquamaniles zoomorphes en terre et en bronze restent des objets rares, utilisés pour le lavage des mains dans les cérémonies aussi bien profanes que liturgiques (Verhaeghe 1991). Un exemple de vase à trous très décoré, peint en vert et brun, muni d’un bec verseur zoomorphe découvert à Exeter en Angleterre, est attribué aux fabriques médiévales de Saintes en Charente (Singer et al. 1956 : 293, fig. 276). Mais par sa forme très sophistiquée, il est isolé des modèles en usage. On ne peut que constater la permanence d’une forme où la symbolique des animaux correspond au départ à un usage bien spécifique mais dont le sens s’est perdu progressivement.

Les cruches 1

297fig. 214

298Ces vases à liquides à gros corps et large ouverture font partie des séries les plus nombreuses produites dans les espaces sud. Facilement quantifiables soit à partir du pied, soit par le départ de l’anse, les cruches sont présentes dans tous les comblements par groupes de 60 à 140 individus, soit à l’état de biscuit, soit couvertes, à l’extérieur seulement, par une glaçure monochrome blanche ou verte. Dans tous les cas, ces cruches, tout comme les pichets, ne sont jamais décorées de motifs verts et bruns.

299Dans les comblements anciens de la phase 2A et dans le comblement du four 98, leur taille varie peu et leur contenance se situe entre 1,5 et 1,6 litre. La hauteur est comprise entre 20 et 22 cm pour un diamètre du pied de 9 à 10 cm. La panse globulaire a un diamètre maximal de 15 cm. Elle est resserrée à l’épaulement et prolongée par un col haut cylindrique qui représente un tiers de la hauteur totale et dont l’ouverture est pincée. Sur les exemplaires les plus anciens (fig. 214, nos 1‑4), l’anse faite d’un boudin épais est attachée perpendiculairement au col, sous le bord souvent mouluré ou en bandeau. Un fragment provenant du four 118 (fig. 214, no 2) comporte, en plus des moulurations, un décor de stries qui encadrent une onde, réalisé au peigne.

FIG. 2141‑9 cruches 1 en pâte calcaire, monochromes.

L.V./CNRS, M. Leclerc/LAMM del.

300Sur les formes issues du four 98, souvent surcuites et déformées, (fig. 214, nos5‑9) la seule différence qui se marque est dans l’anse plus large et proche du ruban.

Les cruches 2

301fig. 215

302Les grandes formes étaient associées à quelques exemplaires de taille réduite, d’une hauteur de 12,5 à 15 cm avec de petits pieds de 4,5 à 6 cm de diamètre. Ces petites cruches souvent très déformées n’ont pas de caractères particuliers. Certaines pièces émaillées monochromes ont des panses cannelées qui rappellent les surfaces des pichets 2 (fig. 215, nos 3, 6). Plusieurs, en biscuit, ont l’épaulement souligné par une ou deux rainures (fig. 215, nos 1, 2, 4, 5).

FIG. 2151‑6 cruches 2 en pâte calcaire, monochromes et biscuits.

L.V./CNRS, F. Parent/Afan, M. Leclerc/LAMM del.

Conclusion

303Les cruches globulaires à col large n’ont pas de véritable équivalent dans le répertoire islamique ancien ou dans les productions Valenciennes du xiiie s. Ces dernières ont des profils très rigides, un col haut terminé par un bec rapporté triangulaire et des pieds annulaires. La forme élaborée dans l’atelier de Sainte‑Barbe est aussi originale pour la Provence qui n’en a pas produit en céramique grise. Mais on peut la rapprocher d’exemplaires arlésiens et languedociens qui sont traités en monochrome au xiiie s. (Saint‑Jean 1988 : 22‑25, fig. 40 ; Leenhardt 1995e : fig. 35, 39, 46, 53, 111) et au xive s. à Carcassone (Hélas 1979 : 74). Il est cependant difficile d’affirmer que la cruche 1 est le prototype de la cruche 3 produite à Marseille et qui caractérisera toutes les productions régionales du bas Moyen Âge.

Les cruches 3

304fig. 216

305Elles proviennent des niveaux les plus tardifs de l’atelier, soit des recharges du chemin, soit des espaces nord. La forme entière (fig. 216, no 1) a été retrouvée en phase 3 sur le sol qui recouvrait le four 70 dans l’espace X. La forme générale a peu évolué, mais elle est moins rigide et est tournée avec moins de soin. Les cruches globulaires ont des dimensions et proportions comparables à celles des cruches 1. Les détails de fabrication sont cependant différents. Le pied est plus dégagé à la base et le bas de la panse plus oblique est prolongé par l’anse large et rubanée. Celle‑ci est collée au corps de l’objet comme précédemment, mais est vrillée latéralement de façon sensible au moment de la pose. Les cols sont plus ouverts et le bord est terminé par un simple bourrelet. Une grande quantité de cruches ne sont recouvertes que par des glaçures monochromes jaunes ou vertes (fig. 216, nos 10‑12) comme la belle série découverte dans un puits sur la fouille de la place Jules‑Verne (fig. 277). Dans quelques cas, les panses sont ornées de petits tétons (fig. 216, nos 11‑12). Ce procédé décoratif est fréquent aussi au début du xive s. dans les plus anciennes productions de majoliques en pâte calcaire de la vallée du Rhône ainsi que dans celles en pâte kaolinitique. D’ailleurs, dans la ville même de Marseille un exemplaire original issu des ateliers de Sainte‑Barbe vient d’être découvert dans le comblement d’un puits (Le Vert et le Brun 1995 : no 237). De nombreux fragments sont aussi décorés en vert et brun à l’extérieur (fig. 216, nos 1‑9) avec une glaçure interne colorée fréquemment en jaune. Ces décors très nouveaux sur les cruches sont à l’évidence les mêmes que ceux qui sont produits à Avignon au plus fort de la production de majoliques. La cruche no 1 en est le meilleur exemple. On retrouve le schéma structural qui sera répété indéfiniment pendant tout le xive s. : le cercle vert et brun entourant l’anse, les motifs de spirales séparées par des coups de pinceau verts et la frise en larges S sur le col (Démians d’Archimbaud 1981a : 372‑375, fig. 363‑366 ; Démians d’Archimbaud et al. 1980 : 76‑78, fig. 27, 28, 29 ; Carru 1997 : forme 19). Les fragments montrent d’autres motifs en losanges quadrillés (fig. 216, no 8) ou plus complexes (fig. 216, nos4, 7). Ce nouveau style décoratif avait déjà été évoqué dans l’étude des coupes tronconiques 8, 9 et 10. Un fragment d’anse (fig. 216, no 3) décoré de chevrons emboîtés verts et bruns peut aussi bien appartenir à une autre forme de cruche produite à cette époque et dont la morphologie est plus surprenante.

FIG. 2161‑10 cruches 3 en pâte calcaire, monochromes et à décor vert et brun.

LV./CNRS, M. Leclerc/ LAMM del.

Les cruches 4

306fig. 217nos1‑2

307Dans les dépotoirs tardifs du chemin, un bec vertical en gouttière fait à partir d’une plaque repliée en demi‑cercle et collée sur la lèvre d’un vase de petit diamètre avait dans un premier temps été considéré comme une fantaisie de potier. L’étude menée conjointement sur le matériel issu du puits de la place Jules‑Verne, près du Vieux‑Port, a permis d’identifier cette forme à partir de plusieurs exemples, dont un complet (fig. 278, nos3‑4). Cet étrange bec s’adaptait sur une forme haute et tronconique, à la base large et plate (hauteur : 18 cm et diamètre du fond : 10,5 cm). L’élément retrouve sur l’atelier n’est qu’un biscuit, mais cette forme pouvait être soit monochrome verte soit décorée en vert et brun. Le corps de la cruche du chantier de la place Jules‑Verne est couvert d’arceaux imbriqués les uns sur les autres et l’anse rubanée est décorée de chevrons emboîtés comme sur le fragment de Sainte‑Barbe (fig. 216, no 3).

308La confection de l’ouverture de ces cruches est plus proche des techniques utilisées pour les vases en métal. Mais ce n’est pas la première fois qu’une forme en bronze est retranscrite en terre (Terres secrètes... 1992 : 50, 83, no 73). Si le bec est exceptionnel, la forme tronconique trouve de nombreuses références en Espagne, notamment à Teruel, au xive s. En Languedoc, elle est attestée en pâte kaolinitique glaçurée ou peinte à Viviers et Nîmes (Leenhardt, Vallauri 1988 : 92‑93, nos 15‑16 ; Banquier 1940 : 13, fig. F ; Le Vert et le Brun 1995 : nos 257, 267). On la retrouve à Mèze en pâte calcaire avec un décor de spirales ou à Montpellier avec un décor de damiers (Leenhardt 1995a ; Vallauri 1995b : fig, 83). Les becs verseurs sont la plupart du temps de simples pincements. Mais dans un cas c’est un bec tubulaire à figuration animale qui décore une cruche en pâte kaolinitique et à décor de damiers découverte à Avignon (Le Vert et le Brun 1995 : no 280).

309Un autre bec, toujours en gouttière mais plus épais et retaillé dans un triangle de pâte (fig. 217, no 2), est collé sur le bord d’un vase dont la forme est inconnue. Il provient des remblais qui recouvraient le four 107, comme les becs pontés qui suivent.

FIG. 2171‑2 cruches 4 en pâte calcaire, biscuits ; 3‑4 cruches 5 en pâte calcaire, monochromes et biscuit.

L.V./CNRS del.

Les cruches 5

310fig. 217nos 3‑4

311La présence de becs pontés est tout aussi insolite dans cette production. L’un est conservé à l’état de biscuit (fig. 217, no 3). Le second (fig. 217, no 4) a été appliqué sur une forme complexe, couverte par une épaisse glaçure blanche. Cette cruche cylindrique a une hauteur proche de 20 cm et repose sur un pied en disque. L’anse rubanée englobe la lèvre déversée. Quatre cordons digités répartis de part et d’autre de l’anse et du bec descendent sur la partie supérieure de la cruche. Cette forme haute pontée pourrait rappeler les productions de la vallée du Rhône en pâte grise des xie‑xiiie s. (Gagnière 1965 : fig. 37) mais aussi les cruches de l’Italie du Sud et du Latium (Mazzucato 1980 : 155‑165 ; Molinari 1990 : fig. 137‑139).

Les couvercles creux 1 et 2

312fig. 218

313Les petits couvercles creux 1 de forme conique (fig. 218, nos 1, 3‑4) ont été, en raison de leur taille, rattachés à des vases à liquides de type aiguière et aquamanile (cf. supra § Les aquamaniles et fig. 211213). Ils proviennent tous des niveaux anciens et en particulier du four 107 où se trouvaient ces formes exceptionnelles. Deux sont à l’état de biscuit (fig. 218, nos 1, 3) et la présence d’un exemplaire peint en manganèse (fig. 218, no 4) renforce cette hypothèse. En effet, dans les productions anciennes, ces vases à liquides sont les seuls décorés et, de plus, ils sont aussi rares que les couvercles. Le plus petit a un diamètre interne inférieur à 3 cm et pourrait appartenir à une aiguière, tandis que les deux autres s’adaptent parfaitement aux cols des aquamaniles dont le diamètre de l’ouverture est compris entre 6 et 7 cm. Ils sont tous terminés par un petit bouton de préhension et caractérisés par une ample collerette. Un seul exemplaire (fig. 218, no 3) est muni de deux ergots qui assurent une meilleure fixation. Dans ce premier groupe, un tout petit objet miniaturisé et plat fait exception (fig. 218, no 2). Il provient de la phase 3 de l’espace X et serait plutôt à rapprocher des petits godets (fig. 248, nos 3‑10).

FIG. 218 – 1‑4 couvercles 1 en pâte calcaire, biscuits et à décor vert et brun ; 5‑12 couvercles 2 en pâte calcaire, biscuits, monochromes et à décor vert et brun.

L.V./CNRS, M. Leclerc/LAMM del.

314Cette forme haute n’a pas été retrouvée dans les productions de la phase 2. Elle est cependant présente dans un groupe en pâte blanche et glaçure verte utilisé à la même période (fig. 50, no 1). Elle se retrouve aussi dans le répertoire de majoliques et de céramiques communes en pâte kaolinitique à Avignon (Konaté 1980 : pl. 11, no 2 ; Pisu 1994 : pl 15, no 4 ; Carru et al. à paraître ; Le Vert et le Brun 1995 : no 270).

315Le second groupe de couvercles creux (fig. 218, nos 5‑12), d’un plus grand diamètre, ne peut correspondre qu’à des formes ouvertes de type coupes. Ils ont tous une forme tronconique, une collerette et se retrouvent dans l’ensemble de la production avec des variantes. Les plus anciens (fig. 218no 5), surbaissés, ont un profil très fin et une amplitude de collerette égale à la hauteur de l’emboîtement. Le système de préhension est inconnu mais on serait tenté d’associer des petits pieds annulaires de même type que ceux des coupes 1 et 2, très nombreux dans ces contextes anciens. La forme générale serait alors très proche des tapadera andalous (Rossello‑Bordoy 1978 : nos 108‑109). Dans les remblais postérieurs au four 107, un exemplaire plus globulaire et soigneusement rainuré à l’extérieur (fig. 218, no 6) est recouvert de glaçure verte sur les deux faces. La hauteur de l’emboîtement est plus développée mais on ne connaît toujours pas la préhension. Il est proche d’un couvercle en pâte calcaire d’origine régionale (?) indéterminée, découvert à Saint‑Pierre de l’Almanarre. Un décor de damiers se développe sur l’extérieur tandis que l’intérieur est couvert d’une glaçure verte (Parent 1991 : fig. 32, no 10). La forme à collerette qui provient du four 98 (fig. 218, no 7), très épaisse et refermée par une base large de 10,5 cm, est marginale. Ce couvercle pourrait aussi bien être inversé en coupe, tout comme les exemplaires suivants. Les derniers (fig. 218, nos 8‑12) sont tous issus des niveaux de production de la phase 2B. La forme a sensiblement évolué. La collerette est atrophiée et la surface de l’emboîtement est devenue plus verticale et haute. Cette forme, lorsqu’elle est décorée en vert et brun, n’est pas sans rappeler les jattes à gorges produites dans la région avignonnaise au xive s. (Démians d’Archimbaud et al. 1980 : 99, fig. 41 ; Leenhardt 1995e : fig. 88).

4.4.3 Stockage et transport

4.4.3.1 Les bouteilles‑bonbonnes

316l.v.

317fig. 219

318La présence de grands récipients piriformes, à goulot en forme de bulbe, sans anse ni bec, est bien attestée à toutes les époques de la production mais les profils diffèrent suivant les périodes. Le plus ancien, issu du four 118, est émaillé en blanc et possède un goulot bagué anguleux (fig. 219, no 1), sa lèvre est légèrement déversée vers l’extérieur. Les cols courts et resserrés vers l’intérieur (fig. 219, nos 2‑4) proviennent des fours 103 et 98 en période 2B. Aucun n’est glaçuré. La panse piriforme part immédiatement sous l’étranglement qui détermine un bandeau. La hauteur de ces objets est inconnue en raison de l’absence de base. Mais cette forme est proche de la limeta de la civilisation Al‑Andalus (Rossello‑Bordoy 1978 : no 44 ; Dodds 1992 : 233, no 26). Dans les derniers niveaux de production issus des dépotoirs de la rue ou de la fosse dépotoir 106 (fig. 219, nos5‑6), le col s’est allongé avec un renflement très marqué et l’ouverture est plus étroite (fig. 220). La bonbonne presque complète a une hauteur minimale de 33 cm pour une largeur maximale de 22,5 cm. La base était probablement plate. D’une grande capacité de volume pour des liquides (8 litres) cette forme est fréquemment glaçurée en jaune à l’intérieur et à l’extérieur du goulot afin d’assurer l’étanchéité jusqu’au départ de l’épaulement. Une variante avec un ressaut au départ de la panse est à signaler dans les mêmes contextes (fig. 219, nos7‑8). Cette forme peu représentée dans les répertoires islamiques a été utilisée en céramique grise locale au sein même de l’atelier (cf. supra §2.6.5.2 fig. 49, no 67).

FIG. 2191‑8 bouteilles‑bonbonnes en pâte calcaire, monochromes et biscuits.

L.V./CNRS, M. Leclerc/LAMM del.

FIG. 220 – Productions en pâte calcaire du second temps de l’atelier : bouteille‑bonbonne, coupes 8, pichets 3 et bassin.

cl. P.F./CCJ, CNRS

4.4.3.2 Les jarres à goulot

319l.v.

320fig. 221 et 222

321Ces grosses jarres de stockage pour les liquides, d’un volume supérieur aux bonbonnes (entre 11 et 16 litres), sont bien connues par plusieurs exemplaires quasi complets. Dans le four 107 (fig. 221, 223) et dans l’abandon de l’espace X (fig. 222, no 11) leur présence est attestée pendant toute la durée de vie de l’atelier sans grande évolution mais avec des variantes de lèvres ou de détails. D’une façon générale, elles sont définies par un gros corps globulaire et un fond plat, deux anses larges attachées sous la lèvre et sur le point de diamètre maximal de la panse. L’ouverture de 27 à 36 cm de diamètre permet un remplissage aisé, tandis qu’un goulot situé entre les deux anses et immédiatement sous le bord assure le déversement des liquides. Globalement, ces jarres renvoient aux modèles produits en céramique grise aux xiie‑xiiies. en Provence dans les ateliers de l’arrière‑pays (Démians d’Archimbaud 1981a : 304, fig. 261 ; Fixot el al. 1989 : 57, fig. 31 ; Pelletier, Vallauri 1992 : 235, fig. 6). Les jarres ne sont jamais glaçurées. Les lèvres sont à l’origine courtes et recourbées vers l’extérieur (fig. 221). Dans le four 98, elles s’épaississent (fig. 222, nos 1‑3). Dans le four 103 et les dernières productions, la lèvre peut s’étirer vers l’intérieur (fig. 222, no 4), en formant un bandeau presque horizontal, ou se redresser verticalement (fig. 221, no 11). Les goulots sont courts, cylindriques ou évasés, parfois pincés (fig. 221, nos6‑10). Des cordons verticaux pincés ou lisses rigidifient les parois jusqu’au bas de la panse, ainsi qu’en témoignent de nombreux fragments (fig. 221, nos 1‑2). Dans un cas on a pu noter à la base de la panse un trou et la trace d’un collage qui indique soit un écoulement par le bas, soit un système de vidange pour éliminer les dépôts (fig. 221, nos 5).

FIG. 221 – Jarres à goulot en pâte calcaire sans revêtement.

L.V./CNRS, M. Leclerc/LAMM del.

FIG. 2221‑11 Jarres à goulot en pâte calcaire sans revêtement.

L.V./CNRS, F. Parent/Afan, M. Leclerc/LAMM del.

FIG. 223 – Productions en pâte calcaire du premier temps de l’atelier : jarre à goulot, grande cruche, couvercle 1, chope‑mesure 2, coupelle 1 et vase à anse de panier.

cl. P.F./CCJ, CNRS

4.4.3.3 Les jarres‑marmites

322m.l.

323fig. 224 et 225

324Moins de dix objets en pâte rouge figurent dans ce groupe. Ils sont issus du sol 612 contemporain du début de l’activité potière, des comblements des fours 89 et 107, de la fosse 436‑602 et plus rarement du four 98 et du remblai couvrant le four 107. Par la structure générale de leur forme ils évoquent les marmites de type 3, mais leur taille et l’épaisseur de leur paroi (de 7 à 9 mm) les apparentent clairement aux jarres, d’où ce nom de jarre‑marmite. De forme ovoïde et trapue (fig. 224, nos 1, 2), à large ouverture (environ 21 cm), elles avaient probablement un fond lenticulaire ; deux anses symétriques en boudin aplati sont fixées sur le haut de l’épaulement et juste au‑dessus du diamètre maximal de la panse. À une exception près (fig. 224, no 1), leur surface interne est systématiquement glaçurée, tandis que des bandes rapportées digitées, verticales (fig. 224, nos 1, 2) ou exceptionnellement obliques (fig. 225, no 5), décorent la surface externe et surtout apportent plus de solidité à ces gros récipients. La taille et la capacité de ces pots (7 l environ) (fig. 224, no 1), l’absence de bec, l’ouverture très large facilitant le remplissage et l’épaisseur de la paroi démontrent leur fonction de vase de stockage pour des denrées solides telles que des grains. De grands pots à réserve de formes variables figurent, toujours en faible nombre, parmi les céramiques grises provençales et languedociennes aussi bien sur les sites producteurs que sur les sites consommateurs dès le xiiie s. et au début du xive s. C’est avec ceux de Saint‑Gilles‑du‑Gard (Leenhardt, Thiriot 1989 : fig. 12, nos 11, 13) et de la verrerie de La Seube (Lambert 1982‑1983 : 202, fig. 30 ; Leenhardt 1995e : fig. 100) que la parenté des jarres‑marmites de Sainte‑Barbe est la plus nette.

FIG. 2241‑2 jarres‑marmites en pâte rouge.

M.L./CNRS del.

FIG. 2251‑5 jarres‑marmites en pâte rouge.

M.L./CNRS del.

4.4.3.4 Les autres jarres et vases de stockage

325m.l., l.v.

326fig. 226

327Cette dernière série réunit divers bords et fonds de gros vases de stockage non glaçurés en pâte calcaire (fig. 226, nos 1, 2, 8) et en pâte rouge (fig. 226, nos 3‑7). Très fragmentés, certains rebords sont particulièrement rentrants (fig. 226, nos 1, 2, 5) avec dans un cas un départ de préhension. Les autres bords sont plus ou moins arrondis (diamètre à l’ouverture : 21 à 24 cm). Le départ des panses quasiment horizontal et le changement brutal de courbe suggèrent une forme trapue et surbaissée. Les fonds très larges et lenticulaires pourraient leur être associés. Ils proviennent tous de contextes anciens, à l’exception du fond trouvé dans le four 98 (fig. 226, no 8) et des bords issus des remblais recouvrant le four 107 (fig. 226, nos4‑5). Ce type de bords est présent dans les productions grises provençales et languedociennes des xiiexiiie s. (Démians d’Archimbaud 1981a : 304, fig. 261 ; Thiriot 1986a : 138, fig. 32 ; Leenhardt, Thiriot 1989 : 91, fig. 13, nos 1‑11 ; Bonhoure, Marchesi 1993 : fig. 8). Mais une forme complète plus écrasée en pâte claire non glaçurée provient des ateliers de l’Uzège de la fin du Moyen Age (Démians d’Archimbaud et al. 1980 : 140, fig. 56, no 6). Ces grosses formes ovoïdes, sans bec ni préhension, conviendraient bien pour le stockage de denrées solides comme les grains ou la fermentation de pâtes.

FIG. 2261, 2, 8 autres jarres et vases de stockage en pâte calcaire et 3‑7 en pâte rouge.

M.L./CNRS, L.V./CNRS del.

4.4.3.5 La jarre à. aileron

328l.v.

329fig. 227 et 228

330Une grande pièce unique à col haut et départ de panse globulaire, découverte dans le comblement du four 98, est sans équivoque la réplique grossière des célèbres jarres de l’Alhambra, dont plusieurs exemples sont conservés dans le Palais même ou dans les musées européens (Llubia 1967 ; Dodds 1992 : 355‑359, nos 110‑112). Ces dernières, datées entre le xiiie et le xve s., sont décorées très luxueusement au lustre métallique et au bleu de cobalt. La jarre marseillaise est à l’état de biscuit. La facture est maladroite et simplifiée, mais la présence de deux ailerons plats comportant une petite mouluration sur le pourtour ainsi qu’une échancrure fait de cet objet insolite une mauvaise copie ou une réminiscence de ces vases andalous plus prestigieux qu’utilitaires.

FIG. 227 – Jarre à ailerons en pâte calcaire, biscuit.

M. Leclerc/LAMM del.

FIG. 228 – Jarre à ailerons.

cl. P.F./CCJ, CNRS

4.4.3.6 Les cruches à anneau

331l.v.

332fig. 229nos 1‑3

333Tout comme les récipients précédents, cette forme globulaire refermée au sommet par un anneau de préhension est connue dans le répertoire provençal et languedocien en céramique grise (Démians d’Archimbaud 1981a : 304, fig. 261 ; Leenhardt, Thiriot 1989 : 94, 97, fig. 15, nos 13‑15 ; Pelletier, Vallauri 1992 : 237, fig. 8, no 5). Les exemplaires les plus anciens, très incomplets, ne sont identifiés que par leurs anneaux bien ouvragés qui présentent souvent un profil en U rainuré (fig. 229, nos 1‑2). La forme tardive la mieux conservée, issue du dépotoir 106, a révélé deux becs verseurs symétriques, situés de part et d’autre de l’anneau dont la section est rubanée. Ces ouvertures latérales jouent un double rôle pour remplir et verser. Toute la partie supérieure de ce vase est recouverte de glaçure à l’intérieur comme à l’extérieur ainsi que l’anse. Sans doute réservées au stockage de l’eau, ces cruches‑gargoulettes très méditerranéennes et abondamment utilisées en Provence comme en Espagne, une fois suspendues, étaient d’excellents rafraichissoirs. Cette forme sera particulièrement développée dans les ateliers de l’Uzège du xive au xviie s., en céramique commune glaçurée et traitée de façon parfois fantaisiste avec des écailles et pétales rapportés (Démians d’Archimbaud et al. 1980 : 128, fig. 52, 8, 53 ; Garni 1989 : 209, fig. 12, no 2 ; Leenhardt et al. 1996 : fig. 10, no 2). Un bel exemple en majolique réfractaire verte et brune a été retrouvé dans les fouilles de la Vice‑Gérence, à Avignon, dans un niveau du début du xive s. (Keyser 1992 : 37, 38, fig. 81 ab ; Vallauri 1995b.‑fig. 95).

FIG. 229 – Cruches en pâte calcaire sans revêtement ou monochromes : 1‑3 à anneau ; 4‑5 à anse de panier ; 6 fond de grand vase ; 7 grande cruche.

L.V./CNRS, M. Leclerc/LAMM del.

4.4.3.7 Les cruches à anse de panier

334l.v.

335fig. 229nos4‑5

336Elles n’apparaissent que dans les productions tardives de l’atelier, dans le dépotoir d’abandon du four 70, le dépotoir 106 et les dernières recharges du chemin. Toutes ces formes surmontées d’une large anse rubanée et surbaissée ne sont jamais glaçurées. Le col cylindrique est très court avec des lèvres variées, rectangulaires ou arrondies, et toujours englobées par l’attache de l’anse. La forme complète est connue par des exemplaires retrouvés à Marseille dans le puits de la place Jules‑Verne (fig. 276, no 1). Le corps de la cruche est globulaire avec un goulot verseur situé sous le col. La base est plate et large. Pour une hauteur de 20 cm, la contenance est estimée à près de 3 litres. Cette forme très commode pour puiser l’eau et la transporter est connue dans les productions en céramique grise de Cabasse, dans le Var, dès le xiiexiiie s. (Pelletier, Bérard 1997) mais avec un bec verseur ponté comme en Languedoc à Saint‑Gilles‑du‑Gard, à Lunel‑Viel au xive s. et dans tout le sud‑ouest toulousain (Leenhardt, Thiriot 1989 : fig. 15, nos2, 4 ; Archéologie et vie quotidienne 1990 : 177‑178 ; Leenhardt, Raynaud 1995 : fig. 50). La réplique de la forme marseillaise avec un goulot est attestée dans les productions en pâte claire réfractaire de l’Uzège sans glaçure à Arles au début du xive s. (Piton et al. 1995 ; Leenhardt et al. 1996 : fig. 10, no 1) ainsi qu’en pâte calcaire à Beaucaire (Schneider 1995) et Arles. Dans le Midi, les cruches à anse de panier (dourgue) seront fabriquées de façon permanente à l’Époque moderne aussi bien dans le Comtat que dans les ateliers de Fréjus, de l’arrière‑pays varois ou de la vallée de l’Huveaune jusqu’au début du siècle.

4.4.3.8 La grande cruche

337l.v.

338fig. 223 et 229, no 7

339Dans les niveaux anciens, une cruche devait aussi servir au transport de l’eau. Elle provient du four 107 et reste exceptionnelle. Ce gros récipient sans glaçure au profil mou et épais ne ressemble pas aux cruches 1 plus petites. Sa base sans pied marqué est lenticulaire. Le col n’est pas droit mais court et légèrement évasé. L’anse large et rubanée est appliquée sur la lèvre en bandeau (munie d’un bec ?). D’une hauteur de 23 cm pour un diamètre maximal de 19 cm, cette forme peut contenir près de 3 litres. Un grand fond annulaire issu du comblement du four 118 (fig. 229, no 6) est sans doute la base d’un autre gros vase de stockage.

4.4.4 Luminaire

340Il est présent pendant toute la période de production, mais en faible quantité, et réunit deux formes différentes de lampes à huile : l’une basse sans pied et l’autre haute à deux coupelles. Dans les productions anciennes, ces deux formes coexistent en pâte rouge et en pâte calcaire glaçurées.

4.4.4.1 Les lampes apodes 1

341m.l., l.v.

342fig. 230nos1‑8

343Ce premier type est une simple coupelle apode basse dont la lèvre a été pincée pour recevoir la mèche. La préhension est assurée par une petite anse boudinée complètement collée contre la panse à l’opposé du bec et retombant à l’intérieur de la coupelle. En réalité, il s’agit plus d’un tenon que d’une anse sous laquelle pourrait passer un doigt. Leur taille paraît standardisée, le diamètre varie de 6 à 7 cm pour une hauteur inférieure à 2 cm. Dans tous les cas ces petits godets étaient glaçurés. Ceux en pâte rouge (fig. 230, nos 1‑6) sont systématiquement revêtus d’une glaçure plombifere parfois opacifiée à l’étain. Les lampes en pâte calcaire (fig. 230, nos 7‑8), moins nombreuses, sont couvertes d’un émail blanc verdâtre. Ce premier type existe uniquement dans les niveaux anciens : les sols et les recharges de chemin de la phase 1 et les premiers comblements des fours 107, 89 et 118. La lampe apode ouverte très simple avec ou sans anse est bien attestée en Orient dès le ixes. (Terres secrètes... 1992 : 113, nos 280‑ 281). En Méditerranée occidentale c’est autour de 1200 qu’elle remplace la lampe à long canal (Azuar Ruiz 1989 : 291, fig. 164). On la retrouve dans toute la civilisation andalouse à partir de cette date (Rossello‑Bordoy 1991 : 174, no 138 ; Navarro Palazon 1991 : 232‑233, nos314‑ 318 ; Gisbert Santonja et al. 1992 : 156, no 058). En Sicile, elles sont attestées dès la fin du xiie s. à Agrigente et dans les collections du musée de Caltagirone (Scuto 1990 : 31, nos 24‑25 ; Serena Rizzo 1990 : 214, nos 23‑28). Si les lampes produites dans l’atelier marseillais présentent des similitudes évidentes avec les types islamiques, des détails de fabrication les en distinguent. La forme plus basse et plus arrondie est également moins déformée par le pincement du bec. À l’inverse, les formes islamiques sont plus rigides et coudées et l’anse détachée de la panse ne déborde pas à l’intérieur de la coupelle.

344Dans le sud‑est de la France cette forme est jusqu’à maintenant peu connue. Un exemplaire en pâte rouge glaçurée provient du comblement d’un puits à Montpellier daté de la fin du xiiie s. (Leenhardt 1995a ; Leenhardt 1995c). Dans les productions en pâte réfractaire de l’Uzège, ce modèle n’est pas connu, contrairement au type suivant sans anse.

FIG. 2301‑6 lampes apodes 1 en pâte rouge glaçurée ; 7‑8 en pâte calcaire, monochromes ; 10‑18 lampes apodes 2 en pâte calcaire, monochromes et biscuits ; 9 autre type monochrome.

M.L./CNRS, L. V./CNRS, M. Leclerc/LAMM del.

4.4.4.2 Les lampes apodes 2

345l.v.

346fig. 230nos 10‑18, fig. 231

347Elles ont été recensées uniquement dans les productions tardives, en particulier dans les dépotoirs 106, 299, les recharges supérieures du chemin, dans les niveaux de fonctionnement des maisons du nord et dans l’abandon du four 70. Cette forme n’a été produite qu’en pâte calcaire. Elle est toujours très basse et a peu évolué. Le diamètre est sensiblement le même avec parfois un allongement du bec (fig. 230, nos 15‑18). La grande différence se marque dans l’absence d’élément de préhension. Les biscuits sont aussi nombreux que les formes glaçurées qui sont rarement blanches et plus systématiquement jaunes ou verdâtres. Ce modèle n’a pas de références dans le monde islamique et se retrouve par contre dans les répertoires languedociens de la fin du xiiie s. et du xive s. À Beaucaire, les fouilles du château ont révélé, dans un remblai du milieu du xive s., une lampe apode décorée d’une fleur de lys verte et brune ainsi que deux autres, monochromes (Le Vert et le Brun 1995 : no 259 ; Schneider 1995). C’est le premier exemple de lampe calcaire en majolique peinte. Deux autres exemples sont connus à Montpellier et à Arles, en pâte calcaire glaçurée (Saint‑Jean 1988 : 25, no 49 ; Leenhardt 1995a).

348En outre, les lampes en pâte claire glaçurée de l’Uzège sont plus fréquentes dans les collections avignonnaises (Démians d’Archimbaud et al. 1980 : 128, 129, fig. 52, no 10 ; Carru et al. à paraître ; Leenhardt 1995e : fig. 74 ; Alonso, Thiriot 1995a).

4.4.4.3 Les lampes sur pied 1

349l.v., m.l.

350fig. 231 et 232nœl‑4

351Ce modèle plus élaboré existe surtout en pâte calcaire (fig. 232, nos 1‑3) mais également en pâte rouge glaçurée (fig. 232, no 4), aussi bien dans les niveaux anciens (fours 107, 11 8, chemin et remblai 514) que dans le comblement du four 98. En revanche, il est totalement absent des productions tardives du quartier nord. La forme est composée de deux coupelles reliées par une tige cylindrique courte. Une anse verticale en boudin est accrochée aux deux coupelles. Bien développée, elle facilite la préhension. L’exemplaire le plus ancien (fig. 232, no 2) est particulièrement ouvragé ; la tige évidée presque jusqu’au sommet est baguée ainsi que la coupelle inférieure moulurée. Les autres, plus trapues et lourdes, sont moins bien finies mais toujours couvertes par une glaçure épaisse blanche, verte ou brun verdâtre. Comme pour la lampe apode 1, l’origine islamique est évidente. En Orient, cette forme simplement pincée coexiste dès le xie s. avec le type à long bec (Terres secrètes... 1992 : 110, 114, nos 267, 292, 293). En Méditerranée occidentale c’est la forme privilégiée au tournant du xiie s. (Grenier de Cardenal 1980 : 241, fig. 10 ; Rossello‑Bordoy 1991 : 174, no 137 ; Navarro Palazon 1991 : 233‑235, nos 317‑329 ; Gisbert Santonja et al. 1992 : 155, fig. 057). Son succès a été particulièrement important en Espagne aux xiiie et xive s. dans les ateliers de Malaga (Démians d’Archimbaud, Lemoine 1980 : 364, pl. IV, no 19) et à Paterna (Mesquida Garcia 1990) où la forme décorée au lustre métallique et/ou au bleu de cobalt tend à s’allonger. Ce modèle est encore fabriqué de nos jours dans les ateliers tunisiens de Nabeul et Djerba (Rossello‑Bordoy 1991 : 117). La réplique exacte de cette forme est peu attestée dans les productions provençales et languedociennes, contrairement au type suivant. Un seul exemplaire est signalé en pâte claire glaçurée dans un niveau du xiiie s. à Aix‑en‑Provence (Bérard et al. à paraître) et un autre en pâte rouge à Saint‑Félix‑de‑Montceau (Gigean).

FIG. 231 – Lampes apodes 2 et lampes sur pied 1 en pâte calcaire.

cl. P.F./CCJ, CNRS

FIG. 2321‑3 lampes sur pied 1 en pâte calcaire, monochromes et biscuit ; 4 en pâte rouge monochrome ; 5‑10 lampes sur pied 2 en pâte calcaire, biscuit et monochromes.

M.L./CNRS, M. Leclerc/LAMM del.

4.4.4.4 Les lampes sur pied 2

352l.v.

353fig. 232nos 5‑10

354Comme les lampes apodes 2, ce type n’existe qu’en pâte calcaire et provient des niveaux tardifs de l’atelier. La forme est modifiée et la hauteur s’est considérablement accrue (16 à 17 cm). La coupelle supérieure est d’un diamètre réduit (6 cm) et la coupelle inférieure forme un véritable pied stable. Le départ de la tige large et évidée forme un tronc de cône. L’anse verticale et rubanée est attachée cette fois à la base du godet supérieur et raccordée sur la tige au‑dessus de la coupelle inférieure. Cette attache plus rapprochée du corps de l’objet que la précédente lui assure cependant une bonne préhension. Cette forme n’est pas connue à ce jour dans les productions avignonnaises en pâte calcaire. Les quelques exemplaires retrouvés à Saint‑Pierre de l’Almanarre, à Hyères, ou à Aix‑en‑Provence, non identifiés à l’époque, seraient en fait des productions de l’atelier marseillais (cf. infra § 4.5.2). En Languedoc, à Gigean, un seul exemplaire existe en pâte calcaire et glaçure verte (Broecker 1982 : 236, fig. 24, no 29). En revanche, les lampes de ce type sont plus nombreuses au xive s. en pâte réfractaire glaçurée de l’Uzège (Démians d’Archimbaud et al. 1980 : 128, fig. 52, no 9 ; Démians d’Archimbaud 1981b : 32, nos 80 ; Leclaire 1992 : 48, fig. 8, no 25 ; Carru et al. à paraître).

355Une forme exceptionnelle évasée sur petit pied (fig. 230, no 9) mérite d’être signalée bien que trouvée hors stratigraphie et incomplète. Elle est couverte d’une épaisse glaçure monochrome blanche et est munie d’une anse attachée sur la base du pied et le haut de la panse. Elle évoque les tasses polylobées très fréquentes dans les ensembles mobiliers du nord et de l’ouest de la France qui pourraient être interprétées comme des lampes (Foy, Sennequier 1989 : 166, 167, no 91).

4.4.5 Usages multiples

4.4.5.1 Les albarelli

356l.v.

357fig. 188 et 233

358Les pots cylindriques ont été identifiés en très petit nombre (une dizaine d’individus) et uniquement dans les productions tardives de l’atelier. Deux proviennent du dépotoir 106 (fig. 233, nos 1, 8). Les autres fragments sont issus des recharges supérieures du chemin ou des contextes des phases 2B et 3 du secteur nord. La forme complète donne une bonne image de ce que devaient être ces vases à usage bien spécifique, d’un volume d’environ 3 litres. D’une hauteur de 30 cm, ce haut cylindre sur pied plat dégagé a un diamètre presque constant de 12 cm et s’évase dans la partie supérieure marquée par une carène sous le col. Tous les exemplaires sont totalement glaçurés en blanc, jaune ou vert à l’intérieur et peints en vert et brun à l’extérieur, à l’exception du no 4, à l’état de biscuit et dont le col est plus allongé. Les décors rigides de triangles opposés et disposés en jeu de damiers sur quatre registres (fig. 233, nos 1‑2) coexistent avec des motifs géométriques plus complexes (fig. 233, nos3, 5), des motifs en écailles de poissons pointées (fig. 233, no 6) ou des dessins végétaux d’une plus grande liberté (fig. 233, nos7‑8). Cette forme rare –destinée à contenir des produits précieux d’apothicairerie (?)– trouve encore son origine en Orient (Soustiel 1985 : 135, no 159 ; Terres secrètes... 1992 : 91, 103, 104, nos 133, 214 ; La Médecine... 1996 : 146‑155). Un albarello en pâte siliceuse richement décorée, attribué aux fabriques syriennes de la fin du xive s. ou début du xve s., porte une inscription relative aux vertus énigmatiques du contenant (Soustiel 1985 : 228‑229, no 257). Par ailleurs, quelques exemplaires de ces productions du Proche‑Orient arrivent dans le midi de la France (Thiriot 1991 ; Thiriot 1995a) pendant tout le Moyen Âge, mais ces pots ne sont pas mentionnés en tant que tels dans les inventaires ou tarifs de péage. Dans le répertoire de Al‑Andalus cette forme n’est à notre connaissance pas représentée, mais elle sera reproduite au xive s. en Espagne dans les ateliers de majoliques de Barcelone‑Manresa et de Paterna (Mediterraneum 1992 : 40, nos9‑10 ; 112, 117, 118, nos54, 55, 56) et, plus rarement, à la même époque en Italie à Faenza (Gelichi 1992 : 106, nos 50, 51 ; fig. 59, nos 5, 6). Mais c’est à la fin du Moyen Age et pendant toute la Renaissance que ces pots à pharmacie trouveront leur plus belle expression dans les grands centres de production Valenciens et italiens (Mediterraneum 1992 : 51, 65, no 28, 55‑67, no 36). Leur développement n’aura de cesse pendant toute l’Époque moderne dans les faïenceries françaises.

FIG. 2331‑8 albarelli en pâte calcaire à décor peint vert et brun et biscuit.

L.V./CNRS del.

359Dans les collections archéologiques les exemples sont rares au Moyen Âge, voire exceptionnels. Deux ou trois sont actuellement recensés à Avignon, en pâte kaolinitique de l’Uzège avec de beaux décors, dont un d’inspiration épigraphique, et des glaçures plombifères jaunes à l’intérieur (Démians d’Archimbaud et al. 1980 : 106‑107, fig. 44, 1 et 45 ; Pighini 1983 : 27‑28, pl. IV, no 6). Sur les quelques exemplaires avignonnais en pâte calcaire de la fin du xive‑début du xve s., le motif dominant est organisé en jeu de damiers selon une conception proche du vase marseillais (Démians d’Archimbaud et al. 1980 : 79, 81, fig. 28, 16, 17 ; Le Vert et le Brun 1995 : no 305). Des décors plus complexes de fleur de lys cernée de quadrillages et de médaillons dans lesquels sont inscrits des losanges croisés se trouvent sur trois albarelli du puits de Montpellier datés de la fin xiiie s. ou du début du xive (Leenhardt 1995a : fig. 41, 80 ; Le Vert et le Brun 1995 : no 241). Un dernier, à décor de palmette encadrée de spirales, retrouvé à Jouques près d’Aix‑en‑Provence dans le comblement d’un silo, est rattaché à la production marseillaise par sa pâte, sa belle glaçure intérieure et son défaut de fabrication, ainsi qu’un autre trouvé à Aix‑en‑Provence dans les fosses dépotoirs de Mignet (fig. 275, no 6).

4.4.5.2 Les chopes‑mesures

360l.v.

361Sous ce double terme ont été regroupées plusieurs séries de petits vases de différentes formes, relativement standardisées, de taille décroissante et munis d’une anse, qui pourraient correspondre à des mesures de capacité pour des produits liquides ou secs de type grains ou épices. Cette hypothèse est renforcée par la présence d’une estampille sur quelques pots.

Les chopes‑mesures 1

362fig. 234 et 235

363Retrouvées en grand nombre dans les comblements anciens des fours 107, 118, dans la fosse 436‑602 et les sols de la phase 1 des espaces XIV et XVI, ces petites formes hautes et évasées munies d’un bec verseur pincé sont bien caractérisées par leur morphologie et par l’absence de revêtement (fig. 235). Elles reposent sur un fond plat. Leur forme cylindrique et étroite à la base se poursuit sur près de la moitié de la hauteur pour s’évaser largement à l’ouverture. Une anse rubanée fixée sur le bord droit est rattachée dans le tiers supérieur de l’objet. Elle permet bien la préhension pour verser, mais l’objet pouvait être aussi saisi dans la main par le bas. Cette forme se subdivise en deux séries de tailles différentes. La première (fig. 234, nos 1‑3) regroupe les chopes dont la hauteur est comprise entre 13 et 15,5 cm pour un diamètre à l’ouverture de 12 cm. Celui du pied est sensiblement égal à 6 cm. Leur capacité est respectivement de 0,47, 0,53 et 0,49 litre. La seconde série (fig. 234, nos4‑6) réunit les formes inférieures à 10 cm de hauteur pour une ouverture de 6 à 9 cm et une petite base avoisinant 4 cm. Leur capacité plus hétérogène varie du simple au double, de 0,16, 0,088 et 0,059 litre.

364En Provence, on ne connaît pas d’équivalent à cette forme, dont l’usage reste incertain, à l’exception d’un exemplaire en céramique grise à bec ponté (musée de l’Arles antique, rens. J. Piton). La présence d’un bec verseur laisse penser à une mesure utilisée pour recueillir un liquide ou un produit à grains très fins et le reverser. Mais le rapport important base/hauteur provoquant une certaine instabilité de l’objet reste inexpliqué. Une forme conique, mais sans anse ni bec, découverte en Espagne à Médina al‑Zahra à l’époque califale est regroupée dans les typologies du luminaire (Rossello‑Bordoy 1991 : 174, nos 132‑133, 211). Elle est interprétée comme un des réceptacles composant les luminaires à plusieurs sources. L’absence de glaçure dans notre cas permet difficilement de retenir cette hypothèse, bien que la forme générale haute se rapproche de certaines lampes en verre en usage en Provence à la même époque. Rien n’exclut cependant que ces sortes de burettes aient été utilisées pour l’huile et de ce fait aient été liées directement ou indirectement au luminaire.

FIG. 2341‑6 chopes‑mesures 1 en pâte calcaire sans revêtement.

L.V./CNRS, M. Leclerc/LAMM del.

FIG. 235 – Chopes‑mesures 1 en pâte calcaire.

cl. P.F./ CCJ, CNRS

Les chopes‑mesures 2

365fig. 236nos1‑5, fig. 237

366Associées au précédent type, ces chopes cylindriques sans bec ont la particularité de présenter une estampille imprimée à l’opposé de l’anse sur le devant de l’objet. La plus fréquente est en forme de crosse, mais on trouve aussi une croix entourée d’un motif rayonnant bouleté ou d’un cercle de globules (fig. 237). La crosse haute de 4 cm est liée uniquement à la forme de chope. L’autre motif appliqué par un tampon carré de 3,5 cm est présent sur d’autres formes globulaires (fig. 263, no 17). Pas moins de 26 exemplaires facilement identifiables par ces marques ont été retrouvés uniquement dans les niveaux anciens des espaces XI et XIV. Deux chopes sans estampilles mais issues du même four sont par leur forme indissociables de cette série ancienne. Les exemplaires complets proviennent du comblement du four 118 et ont permis d’effectuer quelques mesures. Dans ce groupe, une seule taille semble exister avec quelques variantes de détails. La forme générale légèrement tronconique avoisine 12 à 12,8 cm de haut. Elle est inférieure (10,8 cm) dans un seul cas (fig. 236, no 5). Les bases larges ont un diamètre de 7,5 à 8 cm. L’ouverture plus ou moins évasée est comprise entre 7,5 et 9 cm. Les bords sont droits, (fig. 236, no 2) éversés (fig. 236, nos 1, 4‑5) ou plus ouvragés (fig. 236, no 3). Des rainures en creux soulignent la lèvre et marquent le tiers supérieur de la chope. Les mesures de capacité effectuées sur les quatre premiers exemplaires donnent un résultat approximativement identique, légèrement supérieur au demi‑litre soit respectivement 0,57, 0,60, 0,56 et 0,64 litre. Ces variations de contenance s’expliquent aisément du fait de ce matériau de terre qui connaît un retrait au séchage difficile à estimer et à maîtriser. Pour cette période du Moyen Âge, la métrologie des petites mesures de capacité n’est pas connue. Il est difficile de savoir à quelles unités ou à quels sous‑multiples elles correspondaient. Les seules comparaisons archéologiques sont fournies par quatre petites mesures de deux tailles différentes qui proviennent du puits de Montpellier (Saint‑Jean 1991 ; Leenhardt 1995e : fig. 40). Elles diffèrent des fabrications marseillaises par la présence d’une glaçure jaune verdâtre, leur forme plus globulaire et un fond plus étroit et instable. De plus, trois d’entre elles présentent deux encoches rectangulaires sur le bord, destinées à recevoir une planchette pour niveler le produit à mesurer. Chacune possède en outre une estampille aux armes des Guilhem de Montpellier dont trois sont accompagnées de Vécu d’Aragon‑Majorque qui permet de situer leur utilisation entre 1204 et 1349. Les contenances des deux plus petites sont de 0,2 et 0,32 litre, tandis que les plus grandes ont une capacité de 1,15 litre environ. Si l’auteur de cette découverte n’a pas réussi à en élucider la métrologie, il pense que ces petites mesures officielles servaient à calibrer des produits secs et solides du type grains, sel, sucre et épices. Telle pourrait être la fonction des chopes‑mesures marseillaises marquées d’une crosse ou d’une croix dont les signes pourraient évoquer un contrôle de l’évêque de Marseille qui conserve encore des droits seigneuriaux sur la ville haute jusqu’au milieu du xiiie s. Cette hypothèse est renforcée par la présence de deux textes au moins qui indiquent que le bourg des olliers relevait de la juridiction de la ville haute (cf. supra § 2.7).

FIG. 236 – 1‑5 chopes‑mesures 2 en pâte calcaire sans revêtement ; 6‑16 chopes‑mesures 3 en pâte calcaire sans revêtement.

L.V./CNRS, M. Leclerc/LAMM del.

FIG. 237 – Chopes‑mesures 2 à décor de poinçon en crosse.

cl. P.F./CCJ CNRS

367Pour une période plus tardive à la fin du xive‑début du xve s., on connaît d’autres exemples de chopes en pâte calcaire et glaçure monochrome, exceptionnellement peinte en vert et brun, dont certaines ont l’anse sertie d’un petit blason d’étain aux armes pontificales (Démians d’Archimbaud et al. 1980 : 49‑55, fig. 14, 16 ; Keyser 1992 : pl. 62 ; Garni et al. à paraître). Cette production de majoliques « étalonnées » de la région avignonnaise, dont on ne connaît pas l’usage précis, a pu être rapprochée d’un texte mentionnant la fabrication contrôlée de pichets à Tarascon dès la fin du xive s. (Amouric et al. 1995a : 141 ; Amouric et al. 1995b).

Les chopes‑mesures 3

368fig. 236nos6‑16, fig. 238

369Cette série sans marque et globalement de plus petite taille est très abondamment représentée dans les dernières productions de l’espace XIV et XI. La plupart des exemplaires proviennent des couches d’abandon des petits fours à oxydes 110 et 99, du four 98 qui n’en comptait pas moins d’une cinquantaine, du comblement du foyer du four 103 et de la couche de cendres du four 93. Un grand modèle (fig. 236, no 7) d’une hauteur de 12 cm, trouvé dans le four 98, est encore dans la tradition du type précédent avec la même rainure dans le tiers supérieur. Le fond a été raclé pour le désépaissir. Le numéro 6, trouvé hors stratigraphie lors des travaux préliminaires (Moliner 1987 : fig. inv. 1), présente un profil et une lèvre identiques. Toutes les petites chopes ont des tailles hétérogènes mais un profil plus cylindrique très souvent marqué par de nombreuses raies de tournage à l’intérieur et à l’extérieur. Les hauteurs varient entre 7 et 11 cm. Les bases sont aussi larges que l’ouverture comprise entre 5,5 et 6,5 cm. Les mesures effectuées sur plusieurs chopes reflètent les mêmes variations : 0,39, 0,31, 0,29, 0,26 et 0,14 litre pour la plus petite. La seule pièce comparable sans glaçure provient du cimetière canonial de Viviers du xive s. C’est une petite chope en pâte fine dont la paroi extérieure est scandée par de larges incisions verticales (Leenhardt, Vallauri 1988 : fig. 67, no 15). Dans le répertoire avignonnais de la seconde moitié du xive s., les petites formes cylindriques émaillées monochromes qui accompagnent les séries précédemment citées avec monogrammes peints ou blasons d’étain ne sont pas vraiment comparables, car elles ont non seulement un revêtement mais aussi un bec verseur. Sur les exemplaires marseillais, l’absence de glaçure exclut a priori l’hypothèse d’un vase à boire destiné au service de table qui regroupe des pichets ou cruches toujours glaçurés. Mais rien ne s’oppose à ce qu’ils aient servi de petits gobelets pour boire près d’un puits ou d’une fontaine, comme il est encore d’usage fréquent en Méditerranée ou en Turquie. La fréquence de cette forme peu standardisée dans ses dimensions est sans doute liée à un usage ou des usages des plus communs, soit pour prélever des liquides, soit pour prendre des petits volumes de céréales ou de légumineuses sur les étals des marchés.

FIG. 238 – Chopes‑mesures 3 en pâte calcaire.

cl. P.F./ CCJ, CNRS

4.4.5.3 Les passoires‑filtres

370l.v.

371fig. 239 et 240nos 1‑2

372La fonction d’une vingtaine de fonds percés de tout petits trous, retrouvés pendant toute la durée de production de l’atelier, est apparemment plus évidente. La forme complète de ces récipients sans revêtement est cependant inconnue, mais le départ de la panse suggère un vase globulaire ou tronconique de moyennes dimensions. Les diamètres des fonds sont compris généralement entre 11 et 13,5 cm, à l’exception d’un, plus grand (fig. 239, no 3). Sur l’exemplaire le plus ancien (fig. 239, no 1), les trous extrêmement rapprochés sur près de huit rangs ont été percés avec une aiguille fine de l’extérieur vers l’intérieur (fig. 240, nos 1‑2). Comme pour les autres, ce coup de main indique que le pot devait être profond ou se refermer dans la partie supérieure et qu’il était plus aisé de le percer une fois sec et renversé. Des petites traces curvilignes soulignant la base des trous sont interprétées comme des empreintes d’ongles du potier qui maintenait d’une main le fond au moment de la perforation. La finesse de l’ouvrage permet de penser qu’il s’agit de vases pour filtrer des liquides ou pour égoutter un produit. Le fond plat reste étonnant, car il indique plutôt que le vase reposait sur une surface plane et non sur un autre pot globulaire destiné à recueillir le liquide filtré. Les récentes fouilles du château de Bcaucaire ont permis d’identifier dans des niveaux de la fin du xiiie et du début du xive s. trois vases comparables en pâte calcaire, mais dont la partie supérieure manque aussi. Leur taille et la finesse des trous sont comparables, mais l’extérieur de la panse est couvert de glaçure monochrome verte ou blanche. Enfin, signalons à Ollières (Var), dans un dépotoir d’atelier daté de la première moitié du xive s., un exemplaire en pâte rouge kaolinitique (Carrazé 1987 ; L. Argeyrolles, étude en cours). En définitive, la fonction précise de cet objet est difficile à cerner, mais on peut aussi émettre une nouvelle hypothèse : il pourrait s’agir d’un simple arrosoir (Viollet‑le‑Duc 1875 : 16‑17).

FIG. 2391‑6 passoires‑filtres en pâte calcaire sans revêtement.

L.V./CNRS del.

4.4.5.4 Les fonds à trous moyens

373m.l., l.v.

374fig. 240, no 3, fig. 241

375Une quinzaine de fonds assez épais et perforés, de l’extérieur vers l’intérieur, de trous de plus grand diamètre (6 à 12 mm) posent le même problème d’interprétation. Ils sont fabriqués en pâte rouge non glaçurée (fig. 240, no 3), à l’exception de deux qui sont en pâte calcaire (fig. 241, nos 1‑2), l’un d’eux n’est perforé qu’à la liaison de la panse et du fond. Sur tous les autres exemplaires, les trous organisés en trois à quatre cercles concentriques occupent tout l’espace plan, mais la forme globale n’est pas reconnaissable sauf pour deux objets provenant du comblement du four 107 (fig. 241, nos 1, 9). Le premier a sans doute une forme globulaire, comme l’indique le départ de la panse, le profil du second est complet : c’est un récipient bas et large (4 cm de haut et 21 cm de large) sans lèvre marquée. Les dimensions des trous sont telles que l’usage comme filtre doit être éliminé. En revanche, ces objets ont pu servir soit à égoutter une préparation alimentaire, soit à laisser passer la vapeur pour la cuisson, il s’agirait alors de vases de type couscoussier (Rossello‑Bordoy 1991 : 170, nos 101‑102). La prédominance des fonds en pâte rouge plaiderait d’ailleurs en faveur d’un usage culinaire. La seule comparaison connue à ce jour est en pâte rouge et provient encore une fois du puits de Montpellier.

FIG. 240 – Passoires‑filtres et fond à trous en pâtes calcaire et rouge.

cl. Y.R.

FIG. 2411‑2 fonds à trous moyens en pâte calcaire, 3‑9 en pâte rouge, sans revêtement.

M.L./CNRS, L. V./CNRS del.

4.4.5.5 Les pots à découpes

376l.v.

377fig. 242

378Ces vases non glaçurés dont la paroi a été en de nombreux points évidée ont été très difficiles à reconstituer. Les ruptures se sont provoquées aux points les plus affaiblis correspondant souvent aux carènes qui permettent de faire la liaison avec le fond. Ainsi s’explique la fragmentation excessive de cet ensemble, bien rendue dans l’illustration. Pourtant cette forme est assez fréquente dans les comblements des fours, en particulier ceux de la phase 2B. Les éléments découpés en phase 2A ne sont attestés que dans deux cas, dans le four 107 (fig. 242, no 18) et dans la fosse 436‑ 602. Les grandes séries proviennent des espaces X, XI et XIV. Le four 98 en a livré plus d’une centaine de fragments. Mais on les retrouve aussi dans le dépotoir 106 du quartier nord. L’exemplaire le mieux conservé provient du four 70 (fig. 242, no 2) et a servi de modèle pour appréhender cette forme complexe. À partir du fond large percé au centre (diamètre 14 cm) la panse s’évase sur 7 à 8 cm de haut et se referme à partir d’une carène bien accentuée. À ce niveau et sous le col, de larges fenêtres triangulaires ou circulaires ont été découpées sur deux registres. Les ouvertures arrondies alternent avec d’autres nettement triangulaires et sont organisées en quinconce (fig. 242, nos 1‑2). L’ouverture dans ce cas est évasée, mais d’autres rebords plus refermés indiquent des formes peut‑être plus globulaires (fig. 242, nos 5‑13). Les rebords sont très variés, simplement arrondis, triangulaires ou avec une gorge interne (fig. 157, no 9). Les découpes sont toujours situées dans la partie supérieure du vase et ont été effectuées à l’aide d’une aiguille ou d’une lame dont bon nombre de traces subsistent. Sur ces pots, les fenêtres sont très rapprochées lorsqu’elles sont circulaires (fig. 242, nos 12‑13) et tête‑bêche dans le cas de triangles (fig. 242, nos 5, 6, 8, 15). Si ces pièces ne sont jamais glaçurées, on observe dans un cas un décor onde (fig. 242, no 14) sous la carène, et sur le bord d’un pot (fig. 242, no 6) des découpes triangulaires et des incisions. Des formes plus étroites à la base (fig. 242, nos 10‑11) montrent la diversité de cette production de vases à fleurs. Les découpes pouvaient servir à la germination de bulbes ou divers oignons. Cette forme dont l’origine nous échappe est bien connue dans les productions avignonnaises tardives en pâte calcaire monochromes vertes et blanches (Démians d’Archimbaud et al. 1980 : 64‑67, fig. 22, nos 1‑8 ; Schneider 1990 ; Carru et al. à paraître). Dans cette production certains objets sont sur pied, comme l’exemplaire en pâte kaolinitique plus décoratif que fonctionnel (Démians d’Archimbaud et al. 1980 : 111, 112, fig. 44, no 12, fig. 46). Un pot à bulbe provenant d’un contexte avignonnais des premières décennies du xive s. est actuellement le seul connu décoré en vert et brun (Pisu 1994 : 95, fig. 21, no 5). Un exemplaire plus ancien et sans glaçure, très comparable par l’aspect aux séries marseillaises, retrouvé dans les fosses dépotoirs d’Aix‑en‑Provence (Richarté 1991 : fig. 24, no 30) est rattaché avec peu de doute aux productions tardives de l’atelier (cf. infra § 4.5.2). La fonction de petits vases plus étroits perforés simultanément de trous circulaires et de découpes triangulaires est plus incertaine (fig. 242, nos 16‑17). Comme les traditions et l’ethnoarchéologie le suggèrent, les vases perforés peuvent avoir des usages très variés : la conservation des oignons ou de l’ail, l’émanation de plantes odoriférantes sèches, le brûlage de substances résineuses aromatiques de type encens, etc., sans oublier des fonctions plus insolites comme le jeûne des escargots ou les abreuvoirs pour les volailles et les oiseaux ! Les formes qui suivent rentrent dans ce large éventail d’usages qu’il serait imprudent d’ignorer ou de limiter.

FIG. 2421‑18 pots à découpes en pâte calcaire sans revêtement.

L.V./CNRS del.

4.4.5.6 Les pots à trous sur la panse

379m.l., l.v.

380fig. 243

381Majoritairement fabriqués en pâte rouge (fig. 243, nos 1, 3‑11), exceptionnellement en pâte calcaire (fig. 243, nos2, 12), les objets de cette série, retrouvés dans les niveaux anciens, forment un groupe hétérogène. Les trous percés sur la panse constituent leur seul point commun. L’extrême fragmentation rend l’identification des formes très aléatoire ; certaines sont nettement globulaires (fig. 243, nos 8, 12), d’autres plus cylindriques, avec dans plusieurs cas une carène sur la partie supérieure (fig. 243, nos 1‑7). La forme globulaire réalisée en pâte rouge glaçurée à l’intérieur (fig. 243, no 8) est étonnante à plus d’un titre : sa morphologie la rapproche de la série des pots à une anse, mais la présence sur la panse de trous et perforations multiples l’en sépare et indique un usage particulier. L’agencement de ces trous est savant. Sous le bord ils figurent en rangée horizontale ; sur la panse ils sont organisés en motifs floraux formes d’un large trou central entouré d’une couronne de dix petits trous ; s’ajoutent à cela plusieurs amorces de découpes laissant deviner la complexité de l’objet. Le pot en pâte calcaire à col et lèvre aplatie est tout aussi exceptionnel (fig. 243, no 12). Il porte un décor ondé qui couvre toute la partie supérieure, régulièrement percée de trous. Cet objet ne renvoie à aucune des formes en pâte calcaire produites pendant la première phase de l’atelier. Les objets à panse cylindrique, plus étroits et non glaçurés, sont percés de trous sur la collerette qui marque la partie supérieure du vase au‑dessus de la carène (fig. 243, nos 1‑4), tandis que d’autres trous et découpes plus importantes sont situés latéralement sur la panse (fig. 243, nos 5‑7). Dans un seul cas le col est conservé et les découpes envahissent le bord lui‑même (fig, 243, no 11). Cette profusion de trous et découpes sur la panse et jusque dans les parties hautes des vases dénote l’intention de faciliter la circulation de l’air et suggère l’usage de ces pots pour faire brûler toutes sortes de substances odoriférantes. Ces formes déjà connues dans la civilisation islamique (Rossello‑Bordoy 1991 : 171, no 120 ; Castillo Galdeano, Martinez Madrid 1993 : 105, Lam. XV) perdurent encore au xive s. dans les productions languedociennes à pâte kaolinitique glaçurée de l’Uzège retrouvées aussi bien à Beaucaire qu’à Pont‑Saint‑Esprit (Schneider 1990 ; Leclaire 1992 : 51, fig. 10, no 17).

FIG. 2431, 3‑11 pots en pâte rouge, sans revêtement ou glaçure et monochromes ; 212 pots à trous en pâte calcaire sans revêtement ou monochromes.

L.V./CNRS, M. L./CNRS del.

4.4.5.7 Les braseros

382m.l., l.v.

383fig. 244

384Moins d’une dizaine d’objets, équitablement répartis entre la pâte rouge (fig. 244, nos 1, 3‑5) et la pâte calcaire (fig. 244, nos2, 6‑9), figurent dans ce groupe. L’extrême fragmentation interdit la restitution de la moindre forme complète. Mais le profil de la panse et des découpes (fig. 244, nos 1‑2), l’épaisseur des parois et la forme des bords (fig. 244, nos 3‑5) aussi bien que les traces d’arrachement de tenons sur la paroi interne (fig. 244, nos 6‑7) ne laissent guère de doute sur la destination de ces objets aux formes complexes. Directement comparables à l’anafe ou au fogo de la civilisation Al‑Andalus (Rossello‑Bordoy 1991 : 171, nos 111‑119), ils sont interprétés comme des braseros aux fonctions culinaires et domestiques multiples. Un réchaud de ce type était produit en Uzège à la fin du Moyen Âge (Leenhardt 1995e : 60, fig. 67). Des exemples très nordiques de ce modèle de fourneau ont été recueillis l’un à Paris les autres à Besançon avec le mobilier d’ateliers de distillation datés du xive et du xve s. (Rouaze 1989 : 236, pl. 25 ; Goy 1995 : 82) ; cela prouve bien les destinations diversifiées que pouvait avoir l’usage de cette sorte d’objet. Sur deux exemplaires en pâte calcaire des languettes triangulaires collées sur la lèvre devaient servir à supporter les plats à réchauffer, comme les exemplaires bien connus des productions de l’Uzège depuis la fin du Moyen Âge (Aspects... 1983 : 22, no 68).

FIG. 2441, 3‑5 braseros en pâte rouge ; 26‑9 en pâte calcaire sans revêtement.

M. L/CNRS, L.V./CNRS del.

4.4.5.8 Les autres pièces perforées ou découpées

385l.v.

386fig. 245

387Ces objets ne rentrent pas dans des ensembles. Le fond percé d’un vase cylindrique (fig. 245, no 1) pourrait tout aussi bien servir à contenir une plante qu’à attraper des poulpes suivant des emplois encore en cours au Portugal ou en Tunisie. Le no 2, glaçuré et plus proche d’une forme de coupe ou de bol, pouvait être utilisé en cuisine comme entonnoir ou égouttoir. Les formes plus anciennes (fig. 245, nos 3‑5), perforées et découpées dans un cas de fenêtres verticales sur une double paroi, seraient à rapprocher de certains braseros andalous dont la fantaisie décorative peut surprendre (Coll Conesa et al. 1988 : 78, no 35).

FIG. 2451‑9 autres pièces perforées et découpées en pâte calcaire sans revêtement.

L.V./CNRS del.

388Par contre, les plaques de 6 à 8 mm d’épaisseur percées par des rangées de trous espacés régulièrement avaient une fonction précise qui nous échappe (fig. 245, nos7‑9). Plusieurs hypothèses peuvent être émises. Soit il s’agit d’artifices de potiers pour laisser passer la chaleur pendant la cuisson dans un four, mais il ne reste aucune trace de glaçure ou de collage sur ces plaques sans revêtement trouvées dans les contextes anciens des espaces X, XI et XV ; soit il s’agit de grilles à fonction culinaire, mais elles seraient alors peu résistantes car en pâte calcaire ; soit elles pouvaient être utilisées pour les préparations en alchimie à l’exemple de plaques circulaires du xive s. retrouvées à Paris (Rouaze 1989 : 232‑233,256, pl. 13).

4.4.5.9 Les vases à deux anses

389l.v.

390fig. 187 et 246

391Ces vases de petites dimensions (hauteur comprise entre 12 et 15 cm), très pansus, sont montés sur un pied plat étroit et bien dégagé à la base (6,5 cm de diamètre). Les deux anses partent du col haut et cylindrique qui referme la forme et sont rattachées sur le point de diamètre maximal de la panse. Ils ne sont jamais revêtus de glaçure. La forme générale renvoie à la jarrita d’origine islamique (Rossello‑Bordoy 1991 : 165) qui est souvent richement décorée. Les exemplaires marseillais au profil lourd sont assez proches des jarritas de Murcie du xiiie s. décorées simplement de taches manganèse sur le biscuit (Navarro Palazon 1991 : 196‑198).

392Peu fréquentes mais d’une facture plus soignée, dans les contextes anciens (fig. 246, no 1), les petites jarres sont particulièrement abondantes dans le four 98. Leur usage reste encore certainement lié à l’eau, comme en témoigne à l’origine, dans le monde islamique, la présence de filtres au niveau du col. Dans les productions médiévales du sud de la France, cette forme est totalement inconnue.

FIG. 2461‑6 vases à deux anses en pâte calcaire sans revêtement.

L.V./CNRS, M. Leclerc/LMM del.

4.4.5.10 Les vases à anses de panier

393l.v.

394fig. 247

395Destinés sans doute à puiser de l’eau ou à transporter de petites quantités de liquide, ces petits vases de 10 à 15 cm de haut et d’un volume variant entre 0,4 et 0,6 litre sont présents dans les premières phases de l’atelier (fig. 223) mais aussi dans le four 98 et le dépotoir 106. L’anse de panier assez surbaissée est le plus souvent en boudin. Les exemplaires les plus anciens, issus des fours 118, 107 et du sol 606, ont soit un col droit et un fond plat (fig. 247, nos 1‑3), soit une base étroite et un col court (fig. 247, no 4). L’un d’eux, très grossièrement exécuté, porte un graffiti sur la panse qui n’est pas sans rappeler la crosse imprimée sur les chopes‑mesures 1 contemporaines. Les plus tardifs ont un pied systématiquement plus étroit et nettement dégagé à la base, une ouverture plus large et un col évasé court (fig. 247, nos 5‑6). Deux petits pots à anses de panier retrouvés dans la nécropole de Viviers du xives., en Ardèche, et un autre à Luncl‑Viel sont les seuls exemples proches de cette forme. L’un est en pâte blanche kaolinitique avec une glaçure verte et les deux autres en pâte calcaire avec ou sans revêtement (Leenhardt, Vallauri 1988 : 87, fig. 13‑14 ; Leenhardt, Raynaud 1995 : fig. 50). Un autre exemplaire vient d’être retrouvé à Avignon dans la fouille de l’Oratoire (rens. R. Boiron), et un dernier, en pâte grise, a été répertorié à Arles dans un niveau du xiiie s. (Leenhardt et al. 1996 : fig. 8, no 8).

FIG. 2471‑6 vases à anses de panier en pâte calcaire sans revêtement.

L.V./CNRS. M. Leclerc/LAMM del,

4.4.5.11 Les petits pots

396l.v.

397fig. 248

398Trois séries de pots de petites dimensions ont été identifiées. Les premiers sont bas et globulaires avec un petit col court et une ouverture comprise entre 3 et 3,6 cm (fig. 248, nos 1‑2). Cette forme sans revêtement est globalement très proche de celle des tirelires. Le fond est inconnu mais sans doute de même type. Les parois sont cependant souvent marquées par des raies de tournage qui ne se retrouvent pas sur les petits récipients percés d’une fente. Cette série provient uniquement de la phase 2B, dans les fours 98 et 93. La forme bien normalisée indique un usage précis qui nous échappe. Destinés à recevoir une petite quantité de liquide, ces petits pots sphériques bas ont pu servir tout aussi bien dans l’apothicairerie que comme godets pour la distillation. Des exemplaires proches, mais dont la fonction reste imprécise, sont présents en grand nombre dans les rebuts d’un atelier d’alchimie parisien du xive s. (Rouaze 1989 : 62‑64, planches XIX à XXI, nos 17‑25).

FIG. 2481‑2 pots bas en pâte calcaire sans revêtement ; 3‑10 petits godets en pâte calcaire sans revêtement ; 11 petit vase galbé en pâte calcaire monochrome ; 12‑15 pots carénés facettés sans revêtement ou monochromes.

LV./CNRS, M. Leclerc/LAMM del.

399Aussi imprécise est la fonction des petits godets cylindriques à fond plat large (fig. 248, no 3‑6) ou resserré (fig. 248, nos7‑10). Tous proviennent de la phase 2B, soit du four 70, soit du remblai qui recouvrait le four 107. Si les profils varient quelque peu, la taille est constante : l’ouverture est de 3 à 4 cm de diamètre pour une hauteur de 4 à 5 cm. Ils ne sont jamais glaçurés (fig. 249). Leur très petite capacité laisse supposer qu’ils étaient destinés à contenir soit des produits précieux, soit des préparations médicinales ou des onguents. Certains étaient peut‑être aussi utilisés pour l’encre, à l’exemple des petits encriers orientaux (Rossello‑Bordoy 1978 : 73, fig. 17A ; Terres secrètes... 1992 : 112, nos 275‑276). Des formes identiques sont aussi interprétées en Espagne comme étant des jouets ou des salières (Coll Conesa et al. 1988 : 81, no 40 ; Vivir en Al‑Andalus 1993 : 230).

FIG. 249 – Petits pots en pâte calcaire, godets, perles et creusets miniatures.

cl. P.F./CCJ, CNRS

400Les derniers, plus élaborés dans leur forme, proviennent de la phase 2A (fig. 248, nos 11‑15). Celui retrouvé dans le four 118 est couvert d’émail monochrome blanc. C’est un petit vase galbé à col. Les autres ont des contours tout aussi harmonieux avec une carène basse et une panse retaillée en facettes (fig. 248, nos 12‑14). Le fond no 15 recouvert de glaçure s’apparente à celui d’un albarello miniature. Ces divers flacons élégants pouvaient être destinés à des parfums ou autres substances rares.

4.4.5.12 Les tirelires

401l.v.

402fig. 250 et 251

403La fonction de ces petits pots sphériques fermés et coupés par une fente horizontale sous le bouton sommital est sans équivoque (fig. 250). Elle perdure dans le monde entier jusqu’à nos jours sous cette forme de mamelon caractéristique qu’il fallait casser nécessairement après la thésaurisation. Indispensables à l’économie des familles, les tirelires ont été produites pendant toute la durée de vie de l’atelier. La forme a peu évolué et n’est jamais glaçurée. Les plus anciennes, qui proviennent des fours 107 et 98, sont en boule avec un bouton bombé bien façonné (fig. 251, no 1). Dans le four 98, la forme est plus écrasée et le bouton parfois aplati (fig. 251, nos2‑6). Beaucoup ont éclaté ou se sont fissurées au niveau de la fente. L’une, dont on a oublié de faire la découpe, est soudée au fond à un gros résidu terreux (fig. 251, no 5). Celles produites pendant la même phase 2B mais dans le faubourg nord sont sensiblement différentes (fig. 251, nos7‑10). Elles sont plus petites, nettement globulaires ou plus piriformes. Le sommet des boutons est aplati mais la fente reste large et horizontale. La forme de l’alcancia est peu fréquente dans les répertoires andalous (Rossello‑Bordoy 1991 : 173, no 129). Connue et datée par une pièce de musée ayant conservé une monnaie, elle est globulaire avec une fente horizontale et proche de celles retrouvées à Marseille. Dans les productions en pâte grise régionale, les tirelires sont rares (Démians d’Archimbaud 1981b : 82, no 325 ; Bérard et al. à paraître). Leur fabrication et leur utilisation au début du xive s. sont attestées dans l’atelier de Saint‑Gilles‑du‑Gard (Leenhardt, Thiriot 1989 : 98, fig. 18, nos 16‑17) et à Arles (musée de l’Arles antique) (Piton et al. 1995) avec une forme globulaire, un bouton et une fente horizontale bien comparables. Des formes identiques se retrouvent à la même époque en pâtes rouge ou calcaire dans le puits de Montpellier et perdurent au xive s. à Toulouse (Archéologie et vie quotidienne 1990 : 321, 322, nos 670, 673 ; Leenhardt 1995a : fig. 35). En revanche, les tirelires en pâte kaolinitique de l’Uzège sont glaçurées, piriformes et plus hautes, tout comme celles en pâte calcaire non glaçurée produites à la fin du xive s. dans la région avignonnaise (Démians d’Archimbaud et al. 1980 : 70, fig. 26‑29, note 101 ; Démians d’Archimbaud 1981b : 82, no 324 ; Cartron, Doray 1992 : 55, fig. 23 ; Pisu 1994 : fig. 23, no 3 ; Garni et al. à paraître). À la différence des précédentes, elles ont toutes une fente verticale adaptée à la forme haute. Enfin, deux fragments, l’un en pâte grise, l’autre en pâte rouge d’Ollières, retrouvés à Aix‑en‑Provence et sur le site de Cadrix dans le Var (Gaï 1988 : no 169 ; Bérard et al. à paraître) confirment la production dans d’autres ateliers de cet objet fort utile, qu’il n’est pas étonnant de retrouver en plus grand nombre dans un milieu urbain.

FIG. 250 – Tirelires en pâte calcaire.

cl. P.F./CCJ, CNRS

FIG. 2511‑10 tirelires en pâte calcaire sans revêtement.

L.V./CNRS, M. Leclerc/LAMM del.

4.4.5.13 Les bassins

404l.v.

405fig. 252 et 253nos 1‑11

406La fabrication de grands bassins non glaçurés, bas et largement ouverts, est attestée pendant toute la durée de l’atelier. Indispensables aux besoins de la vie quotidienne et aux tâches ménagères, leur usage est multiple et très comparable à celui des bassines en plastique d’aujourd’hui. Ils pouvaient servir aux préparations alimentaires, en particulier pour la fabrication des pâtes et du pain, et être aussi utilisés à des fins hygiéniques ou pour laver les vêtements. Sur le site de production, ils ont aussi servi de récipients pour les préparations des glaçurés. L’exemplaire ancien de 6 litres de contenance était encore enfoncé dans le sol de l’espace XIV (fig. 252, no 1), près du petit four à plomb 116, et rempli de résidus d’oxyde. Le second, plus récent et d’un volume plus réduit (fig. 253, no 2), provient de l’abandon de la fosse à préparer l’argile. Il a pu servir tout autant de récipient pour l’eau dans cet espace de tournage. Les formes sont relativement normalisées, mais les tailles peuvent varier entre 27 et 40 cm de diamètre. Les hauteurs sont généralement de dimensions inférieures à celle du rayon. Dans tous les cas les bords ont été déversés pour former un marli dont certains sont décorés d’ondes parfois associées à de petits cercles (fig. 252, nos 2‑4, 7 et fig. 253, nos3, 6). Les bandes ondées se poursuivent dans quelques cas à l’intérieur. Un décor plus géométrique est également gravé (fig. 253, no 4). Souvent très fragmentées, ces grandes formes sont difficiles à classer. Il semble cependant que les plus épaisses proviennent des niveaux anciens, comme celles du four 107 (fig. 252, no 2 ; fig. 253, no 1) ou des niveaux anciens du chemin (fig. 253, no 6 ; fig. 252, no 7). Souvent proches des pâtes rouges intermédiaires, ces bassins aux parois épaisses ont des lèvres très diverses. Le plus hémisphérique, retrouvé dans le four 118, n’a pas de véritable marli mais une lèvre rectangulaire épaissie (fig. 253, no 11). Les formes plus récentes sont encore quelquefois lourdes (fig. 252, nos 5, 8) avec des bords recourbés et épais. Mais dans l’ensemble, la forme devient plus haute et profonde et tend à s’affiner. Le fond est également plus étroit. Quelques bords issus du four 98 sont inclassables (fig. 253, nos 8‑10). Ces divers bassins, dénommés lebrillo ou alcadafe, se retrouvent sans grande variante dans tous les répertoires andalous (Rossello‑Bordoy 1991 : 169, nos 92, 95 ; Navarro Palazon 1991 : 207‑209). Les bassins glaçurés de la région de Barcelone, au profil encore plus lourd et à la lèvre arrondie, sont particulièrement diffusés dans le midi de la France à la fin du xiiie s. et au xive s. (cf. supra § 2.6.7.5). Dans les productions régionales en pâte grise, cette forme est inconnue. Les bassins en pâte claire glaçurée qui apparaissent à partir de la fin du xive s. proviennent des ateliers de l’Uzège et portent également un décor d’onde sur le marli. De beaux exemples ont été retrouvés sur les fouilles avignonnaises (Boiron et al. 1992 ; Pisu 1994 : fig. 13, nos 8‑10). Quelques bassins sont aussi à noter dans la production contemporaine en pâte calcaire monochrome blanche ou verte, plus rarement avec des décors peints (Démians d’Archimbaud et al. 1980 : 68, fig. 23, nos 1‑4 ; Garni 1997).

FIG. 2521‑5, 7‑8 bassins en pâte calcaire, sans revêtement ; 6 bassin en pâte rouge.

LV./CNRS, M. Leclerc/ LAMM del.

FIG. 2531‑11 bassins ; 12‑14 écuelles basses en pâte calcaire sans revêtement.

L.V./CNRS, M. Leclerc/ LAMM, F. Parent/Afan del.

4.4.5.14 Les écuelles basses

407l.v.

408fig. 253nos 12‑14

409Dans les dernières productions, de petites écuelles basses sans glaçure ont été retrouvées en série dans le dépotoir 106 et le four 70. Leur fabrication n’est pas soignée mais assez normalisée. Ces cuvettes de petite taille (diamètre entre 16 et 18 cm pour une hauteur de 4,5 à 5 cm) ont une paroi droite et la lèvre parfois soulignée par une gorge (fig. 254). On ne dispose d’aucune référence pour ce récipient pourtant abondant et standardisé. Mais il a pu servir à de multiples usages aussi bien pour la vie courante des hommes que pour l’alimentation des volatiles.

FIG. 254 – Coupelles 3 et 4, écuelles basses et minicoupelles.

cl. P.F./CCJ, CNRS

4.4.5.15 Les bassins cylindriques

410l.v.

411fig. 255

412Ces gros pots cylindriques de 26 à 30 cm de diamètre, aux rebords variés, sont peu abondants mais bien représentés dans les contextes anciens. Leur hauteur est inconnue. La paroi extérieure, avec (fig. 255, no 2) ou sans glaçure, est systématiquement couverte de lignes, ou de rainures qui encadrent des ondes incisées avec une pointe ou au peigne. Dans un cas, un cordon en relief pincé souligne le bord (fig. 255, no 1). Certains possèdent un petit marli ainsi que des moulurations. Tout comme le dessus des marlis, une lèvre en bandeau bien ouvragée est ornée d’une ondulation qui court (fig. 255, no 5). Un dernier rebord a été soigneusement dentelé sur toute la circonférence (fig. 255, no 7). Ces bassins ont pu avoir des usages multiples et sont proches de ceux de Murcie ou de Valence du xiiie s. décorés selon la même conception (Coll Conesa et al. 1988 : 77, no 34 ; Navarro Palazon 1991 : 207‑209). La présence d’un décor, aussi simple soit‑il, plaiderait en faveur d’une fonction ornementale pour des bassins considérés en Espagne comme ayant un usage domestique ou hygiénique. Celle de cache‑pot pour des plantes peut être aussi émise. La permanence de cette forme décorée d’ondes à l’extérieur et au rebord ondulé est attestée encore de nos jours dans toute la Méditerranée.

FIG. 2551‑7 bassins cylindriques en pâte calcaire sans revêtement ou monochromes.

LV./CNRS del.

4.4.5.16 Les bassins à anses

413l.v.

414fig. 256 et 257

415Une forme tronconique munie de deux anses verticales se singularise par un décor exceptionnel. Découverte dans le dépotoir tardif de la zone nord (106), comme les deux autres fragments glaçurés de fond plat et bord de même type, cette pièce sans revêtement, d’une hauteur de 10,5 cm, est largement ouverte (28,5 cm). La lèvre triangulaire est soulignée par un cordon en fort relief. Sur tout le pourtour du vase, douze médaillons estampés d’une figure humaine barbue (fig. O) sont appliqués et collés sur la lèvre et le bandeau. Ce beau vase décoratif, dont la symbolique nous échappe, pouvait également servir à contenir des plantes comme le basilic (albahaca). La présence de cette plante odoriférante dans les entrées de maisons est encore signalée à Barcelone en 1333 (Amigues, Mesquida Garcia 1993 : 68). Cet alfabeguer, dont la matrice ayant servi à reproduire les masques n’a pas été retrouvée, est unique en son genre. Le seul rapprochement qui puisse être fait pour cette forme à décor extravagant est situé dans l’ouest de la France. En Mayenne, à Laval, à la fin du xiiie s. et au xive s. des mortiers ou bassins à anses et bec verseur sont décorés selon une technique proche de masques en relief (Bucur et al. 1984 : 208‑209, fig. 10‑11). Cette production très décorée associe en fait d’autres décors d’incisions et pastilles et appartient à une autre aire culturelle. Le même procédé ornemental Se retrouve sur les cruches de Saintonge (Archéologie et vie quotidienne 1990 : 342, nos 707‑709) ainsi que dans les productions de l’atelier de Marmande en Aquitaine (Fabre‑Dupont, Regaldo‑Saint‑Blancard 1991 : 155‑162). Ce rapprochement, aussi surprenant soit‑il, est à signaler. En Provence, le décor anthropomorphe est rare. Dans les productions de céramiques grises régionales, on ne connaît dans des niveaux du xiiie s. que deux petits masques modelés en fort relief. L’un provient de Rougiers et l’autre d’un site voisin varois, mais les formes sur lesquelles ils étaient appliqués sont inconnues (Démians d’Archimbaud 1981a : 317, 318, fig. 274).

FIG. O – Masque moulé et appliqué sur un bassin en pâte calcaire.

cl. Y.R.

FIG. 2561‑3 bassins à deux anses en pâte calcaire sans revêtement ou monochromes.

L.V./CNRS del.

416Quant à la forme générale, on la retrouve dans les productions tardives monochromes de la région avignonnaise. Les bassins plus larges et bas, mais toujours munis de deux anses et dont le fond est systématiquement percé, sont, sans équivoque des vasques destinées aux plantes (Démians d’Archimbaud et al. 1980 : 67 : fig. 23, 25).

FIG. 257 – Bassin à deux anses décoré de masques.

cl. P.F./CCJ, CNRS

4.4.5.17 Les moules, mortiers et diverses formes

417l.v.

418fig. 258

419Une forme tronconique sans revêtement (fig. 258, no 1), présente à plusieurs reprises dans les niveaux les plus anciens de l’atelier (chemin, four 89 et fosse 436‑602), est étonnante. Son diamètre à l’ouverture est compris entre 20 et 25 cm et le bord épaissi prolonge la panse. L’extrémité resserrée de la forme est raclée à la lame en larges bandes. Le fond qui s’amorce est nécessairement très étroit et bombé. Dans les mêmes contextes, des fonds facettés selon un procédé identique (fig. 258, nos 2‑4) sont percés d’un trou central, de l’intérieur vers l’extérieur, et il est tentant de les rapprocher. Cette forme, dont la hauteur serait d’environ 25,5 cm, pourrait alors être interprétée comme un moule, à l’exemple des formes à sucre identifiées en Espagne (Amigues, Mesquida Garcia 1987 ; Coll Conesa et al. 1988 : 108, no 93 ; Rossello‑Bordoy 1991 : 173, no 130). Un gros récipient à fond bombé modelé et à bec verseur (fig. 258, no 5) a des parois très épaisses. Cet objet unique, issu du four 98, est par sa morphologie proche d’un creuset ou mortier pour piler divers matériaux. Cette dernière hypothèse semble la plus plausible au vu de la pâte qui est calcaire et peu résistante aux chocs thermiques. Une écuclle de grand diamètre (fig. 258, no 6), façonnée de façon grossière comme lui, a également pu servir aux artisans pour le travail dans l’atelier. Les derniers objets sont encore plus énigmatiques : petit godet à base rectangulaire réalisé à la plaque (fig. 258, no 7), manchon creux appliqué sur un tube étroit (fig. 258, no 8) et fragment d’un vase à double godet relié par un pont (fig. 258, no 9).

FIG. 2581‑9 moules, mortiers et diverses formes en pâte calcaire sans revêtement.

L.V./CNRS, M. Leclerc/LAMM del.

4.4.5.18 Trompes d’appel, tambour, perles, fusaïoles, billes et statuettes

420l.v.

421fig. 259

422Une quarantaine de fragments de tubes cylindriques proviennent des niveaux anciens du chemin, du four 107 et d’un sol attenant (fig. 259, nos 1‑2, 4) ainsi que des contextes postérieurs à la phase 2A (fig. 259, nos 3, 5). Ces éléments d’embouchure, de pavillon et les tenons de suspension bien identifiables appartiennent à des trompes d’appel. Bien que sans glaçure, ils sont tous caractérisés par un traitement de surface particulier. Le tube, une fois tourné et partiellement séché, a été courbé et façonné sans doute en dehors du tour. La forme a été remplie à l’intérieur par un bourrelet de matière souple mais compacte (paille, tissu ?) pour la maintenir et empêcher les déformations, comme en témoignent les traces qui ont effacé toutes les raies de tournage. La surface extérieure est lissée après l’embouchure. Les côtes bien serrées au départ s’élargissent vers le pavillon. L’embouchure la plus ancienne est tronconique et baguée tandis que la plus récente, cylindrique, est à peine resserrée et couverte d’une bande d’ocre. Deux tenons retaillés et percés sont fixés à chaque extrémité pour permettre la suspension de cet instrument lourd. La forme restituée pouvait atteindre plus de 60 cm de long. Cet instrument puissant destiné à donner l’alerte ou à appeler est bien connu dans le répertoire provençal et languedocien depuis le haut Moyen Âge (Démians d’Archimbaud 1981a : 308‑310). On le retrouve en céramique grise sur toutes les fortifications primitives et les mottes du Vaucluse et des Alpes‑de‑Haute‑Provence, mais avec de plus petites dimensions. À Rougiers au xiiie s., la forme s’est agrandie et est très proche des modèles élaborés à Marseille en pâte calcaire. Des détails de fabrication dans les tenons et les embouchures les distinguent, mais le lissage est identique et forme de véritables côtes. Les trompes sont peu connues au siècle suivant. Certaines ont été réalisées dans les ateliers de l’Uzège, en pâte claire glaçurée ou sans revêtement avec un décor à l’ocre (Leenhardt 1995e : fig. 75). Un exemplaire en pâte calcaire et glaçure verte est aussi présent en Languedoc et dans les Alpes (Broecker 1982 : 236, fig. 24‑28 ; Ganet, Pelletier 1995 : fig. 114). Ces instruments de taille plus réduite ont sans doute perdu progressivement leur fonction primitive et servaient pour des fêtes religieuses et aux marchands ambulants, suivant un usage attesté jusqu’à l’Époque moderne ; ils sont encore vendus à Marseille lors de la foire de l’ail sous le nom de « trompettes de la Saint‑Jean ».

FIG. 2591‑5 trompes ; 6‑7 tambours (?) ; 8‑15 perles, fusaïoles et billes ; 16‑18 statuettes en pâte calcaire.

LV./CNRS del.

423Plusieurs petits rebords recourbés vers l’intérieur et trouvés dans l’espace XIV en phase 2B (fig. 259, nos 6‑7) sont proposés, sous toute réserve, comme étant des ouvertures de tambour sur pied cylindrique (Escribà 1990 : 113, 114 ; Rossello‑Bordoy 1991 : 177, no 156). La courbure du rebord rentrant serait bien adaptée à la pose d’une peau tendue, comme il est encore d’usage dans le Maghreb.

424Dans un registre proche, treize petits disques de terre de 2 cm de diamètre, à surface plane (fig. 259, nos 8‑9) ou bitronconiques (fig. 259, nos 10‑12), peuvent être interprétés comme de grosses perles (fig. 249) ou comme des fusaïoles (Vivir en Al‑Andalus 1993 : 150). Ces derniers objets habituellement en terre cuite ou en pierre ont aussi été souvent retaillés dans des céramiques brisées et sont d’un usage très fréquent au Moyen Âge (Démians d’Archimbaud 1981a : 401, 422, 425, fig. 399, 409, 410). Ils proviennent pour la plupart du four 93 et portent dans deux cas de la glaçure. Quatre boules (fig. 259, nos 1315) sont soit des ébauches des mêmes objets, soit des billes fabriquées à une fin ludique.

425Enfin, des plaques avec des restes de sabots ou de pieds et un départ de pattes ainsi qu’une petite botte émaillée (fig. 259, nos 16‑18), issus de contextes anciens, sont peut‑être des bases de petites statuettes équestres, comme il est fréquent d’en retrouver en petit nombre au xive s. dans les productions en pâte calcaire et réfractaire (Thiriot 1986). Une plaque en pâte calcaire émaillée tout à fait comparable provient du puits de Montpellier (Leenhardt 1995a).

4.4.5.19 Les types exceptionnels

426m.l.

427fig. 260

428Les cinq objets en pâte rouge rassemblés ici constituent un groupe hétéroclite. Représentée par un exemplaire unique, chacune de ces formes ne doit donc pas être définie comme un véritable type mais comme une des raretés fabriquées par l’un des potiers pour répondre à une commande occasionnelle ou en fonction de ses besoins.

429Le tuyau étroit et coudé du premier objet (fig. 260, no 1 ; fig. 261) n’est pas sans évoquer quelque peu les pipes recensées dans le monde islamique (Gisbert Santonja et al. 1992 : 177 ; Vivir en Al‑Andalus 1993 : 272‑273). Cependant, les trois tenons prouvant l’accrochage de ce tuyau sur un autre élément interdisent une telle identification. Totalement insolite, cet objet recueilli dans le gros remblai couvrant le four 107 doit plutôt être lié à un appareillage particulier pour le travail de certains produits ét s’apparenter à des tuyauteries d’évacuation de vapeurs.

430L’objet caractérisé par une forme cylindrique à collerette (diamètre à l’ouverture : 9 cm) et couvert à l’intérieur et à l’extérieur d’une glaçure plombifère verdâtre provient des niveaux anciens du chemin (fig. 260, no 2). Par sa forme, il s’apparente aux grands tuyaux en pâte calcaire, mais ces derniers sont toujours sans revêtement et de grande taille (fig. 270, nos 1‑3). Le pied en disque épais et glaçuré à l’extérieur (fig. 260, no 3) ne peut être rapproché d’aucun type fonctionnel connu mais s’apparenterait plutôt aux productions de Méditerranée orientale (cf. supra § 2.6.7.1). Enfin, deux petits godets non glaçurés (fig. 260, nos 4‑5), réalisés dans une pâte à grain compact apparemment intermédiaire entre pâte calcaire et pâte rouge, proviennent de l’environnement des fours à oxydes. Leur petite taille et les traces rougeâtres qui couvrent la paroi interne du premier indiquent qu’ils étaient vraisemblablement destinés à recueillir quelque produit rare utilisé par les potiers. En définitive, tous ces objets insolites renvoient certainement à des usages spécifiques.

FIG. 260 – Types exceptionnels en pâte rouge 1, 4, 5 ; sans revêtement ou glaçurée 23.

M.L./CNRS del.

FIG. 261 – Tuyau coudé.

cl. Y.R.

4.4.6 Les décors

4.4.6.1 Les décors sur pâte rouge

431m.l.

432fig. 262

433Il a déjà été observé que les décors sont tout à fait exceptionnels sur les pots culinaires en pâte rouge. Seuls ont été signalés et figurés des cas isolés de décors ondés ou de traits incisés, de bandes rapportées sur des marmites (fig. 172, no 2 ; fig. 174, nos 2, 17) ou sur une cassole (fig. 180, no 2), sur des jarres‑marmites (fig. 224, nos 1, 2 ; fig. 225, no 4) ou des jattes (fig. 182, nos 5‑6). S’ajoutent à ces quelques cas treize tessons qui proviennent tous des premiers temps de l’activité potière (niveaux anciens du chemin, comblement du four 107, du four 118 et fosse 436‑602). Remarquables par leur décor, ils n’ont pu être mis en relation avec l’un des types identifiés plus haut et sont donc regroupés ici. Figurent en premier lieu trois tessons non glaçurés provenant des niveaux anciens et ornés sur l’épaulement d’un bandeau horizontal imprimé à la molette : les motifs géométriques de ces molettes sont simples, losanges ou triangles (fig. 262, nos 1‑3) ; si la technique d’impression à la molette était largement usitée en Provence, les motifs décoratifs ne se réfèrent pas à ceux qui figuraient sur les poteries produites à Ollières à la même époque (cf. supra § 2.6.5.2). Il n’est donc pas question d’interpréter leur présence ici comme une imitation des modèles provençaux. En revanche, ils évoquent le décor d’un pot en pâte rouge glaçurée de la fin du xiiie s. déposé dans une tombe en bordure du Larzac (Leenhardt, Raynaud 1995 : fig. 49). Une pastille appliquée puis décorée de fines entailles multiples (fig. 262, no 4) est attestée une seule fois, sur un tesson particulièrement fragmenté, et n’a aucun équivalent régional. Les décors ondés incisés mieux représentés figurent aussi bien sur l’épaulement de panses globulaires (fig. 262, nos 5‑7 ; fig. 157, no 3) que sur un bord de pot dont la surface interne est revêtue d’une glaçure jaune et mate (fig. 262, no 8) ; ce dernier est apparenté aux bassins cylindriques produits en pâte calcaire. Il a paru utile de rapprocher de ces exemples deux fragments d’un même vase (fig. 262, no 9) portant aussi ce décor onde mais réalisé cette fois en pâte à inclusions ferrugineuses identique à celle des alambics. La glaçure plombifère qui couvre sa surface interne suggère qu’il a dû être fabriqué dans l’atelier. Plus originaux sont les deux tessons non glaçurés ornés d’un décor à ondes interrompues ou en spirale, agencé en zones horizontales et associé à des bandes verticales rapportées et digitées (fig. 262, nos 10, 11 ; fig. 157, no 4) ; ils diffèrent d’ailleurs des précédents par leur pâte claire à grain compact, intermédiaire entre les pâtes rouge et calcaire. Ne figurent pas ici deux tessons qui, en raison de la technique décorative employée, sont intégrés avec les décors identiques sur pâte calcaire (fig. 263, nos7‑15). Enfin deux exemplaires en pâte calcaire complètent la série (fig. 262, nos 12, 13) : il s’agit de cordons horizontaux obtenus par pincement de la paroi, l’un est ensuite imprimé d’un motif en godrons, l’autre simplement digité.

434La rareté des récipients en pâte rouge caractérisés par un décor s’accorde bien avec la fonction essentiellement culinaire de ces pots et fait contraste avec la complexité et la diversité des décors de la vaisselle de table en pâte calcaire. Les quelques exemplaires recensés indiquent cependant que tel ou tel potier de l’atelier a parfois laissé libre cours à sa fantaisie et voulu employer toutes sortes de techniques décoratives, mais qu’après ces essais il a très vite renoncé.

FIG. 2621‑11 décors (molette, incisé, rapporté) sur pâte rouge ; 12, 13 sur pâte calcaire 

1-11 M.L./CNRS del. 12, 13 L.V./CNRS del.

4.4.6.2 Les décors imprimés, incisés et estampés

435l.v., m.l.

436fig. 157,  nos 1‑2, 5‑8 et fig. 263

437Les rares décors imprimés ou incisés ont été réalisés sur des pièces sans revêtement, à une exception près. Ils ont été présentés dans la mesure du possible dans le répertoire détaillé par forme. C’est le cas des décors les plus fréquents et simples d’exécution comme les ondes ou les décors peignés. On rappellera simplement qu’ils sont liés à certaines formes comme les bassins tronconiques et cylindriques ou les pots à découpes ou à trous (fig. 242‑243 ; fig. 253 ; fig. 255‑256). Les décors réalisés avec des molettes simples ou des roulettes sont encore plus exceptionnels. Une tentative a pu être observée sur des marmites. La molette est une simple succession de petites incisions parallèles (fig. 176, no 8). Cependant, deux roulettes plus complexes ont été utilisées dans le premier temps de l’atelier sur des formes qui ne rentrent pas dans le catalogue (fig. 263, nos 1‑12). Au total, une trentaine de fragments ont été retrouvés. Ils sont tous en pâte calcaire sans revêtement, à l’exception d’un rebord également non glaçuré en pâte rouge (fig. 263, no 7). La plupart sont issus de la phase 1 des niveaux anciens du chemin (fig. 263, nos 1, 2, 6‑7, 11, 13, 15‑16, 18) ou des sols de l’espace XIV (fig. 263, nos 5, 10, 17). Les autres proviennent des phases 2B ou 3 dans les espaces IX, X et XIV. Mais la concentration dans les niveaux anciens et l’emploi simultané d’un même motif sur les pâtes calcaires et rouges prouvent l’ancienneté de ces outils. Les frises très élégantes qui se développent sur les deux roulettes sont proches. C’est une suite de rinceaux disposés en enroulement sur une tige. La première, large d’ 1 cm, est la plus simple et rehaussée de quelques feuilles ovales (fig, 157, no 6). La seconde, plus inextricable, intègre des petites palmettes et des feuilles dentelées. Le motif en rinceaux occupe une largeur identique, mais il est finalement plus ample (1,7 cm) car souligne de part et d’autre par des tirets de 2 à 3 mm espacés régulièrement (fig. 263, nos 10‑12). Ce dernier semble avoir été utilisé plus longtemps en phase 2B dans l’espace XIV. La première suite de rinceaux est appliquée souvent en plusieurs bandes sur des formes diverses : sur des petits disques plans qui sont peut‑être des couvercles (fig. 263, nos 1‑3), mais aussi sur une paroi épaisse horizontale (fig. 263, no 4). On la retrouve sur un col à lèvre rectangulaire d’une typologie inconnue (fig. 263, no 8) et sur la panse de vases globulaires dont l’un a un départ d’anse (fig. 263, nos 5, 9). Elle a été appliquée sur la tranche d’un petit objet façonné (fig. 263, no 6) et sur le bord d’une jatte (?) en pâte rouge (fig. 263, no 7). La seconde décore uniquement des formes fermées : un col large à lèvre épaisse (fig. 263, no 10), des rebords plus fins et pinces et des panses globulaires de vases à liquides (fig. 263, nos 11‑12). Ce motif de rinceaux a été imprimé surdes objets particuliers. Mais il a également été, à la même période, incisé à la pointe manuellement sur le marli d’une grande coupe ou bassin, dont le profil de la lèvre est non moins exceptionnel (fig. 263, no 13). La pièce est striée de rainures, à l’intérieur comme à l’extérieur, et parsemée de cercles effectués avec le bout d’une tige creuse. Si ces rinceaux sont fréquents dans l’ornementation médiévale (peinture, vitrail), ils demeurent inconnus sur les vaisselles de terre régionales. Le seul élément de comparaison est un vase gris récemment découvert à Ampurias, en Catalogne, dans un contexte du xiiies. (renseignement A.M. Puig).

FIG. 263 – Molettes 1‑6, 8‑12 sur pâte calcaire et 7 sur pâte rouge sans revêtement ; 13 motif identique incisé ; 14,15 rosettes et 16 croix estampées sur pâtes calcaire et rouge ; 17‑18 décor architecture en relief sur pâte calcaire.

L.V./CNRS, M. L./ CNRS del.

438Une rosette à sept lobes est aussi présente sur une plaque moulurée et sur la panse d’un vase en pâte rouge de la phase 1 (fig. 263, nos 14‑15). Comme il a été vu précédemment, un motif en crosse est seulement lié à la chope‑mesure 2. Mais celui représentant une croix entourée de globules, lié à ce même type de vaisselle, décore aussi des panses de vases globulaires (fig. 263, no 16). Enfin, les décors estampés en fort relief et réalisés en phase 2B avec des moules plus complexes sont uniques, il s’agit des masques du vase floral (fig. 256) et des motifs architectures d’arcs et de colonnettes qui devaient orner de grands vases prestigieux (fig. 263, nos 17‑18). La découverte d’un moule finement ciselé de palmettes (fig. 94) témoigne de la créativité des artisans dont peu d’œuvres subsistent.

4.4.6.3 Les graffitis

439l.v.

440fig. 264

441Les petites marques, signes ou motifs plus élaborés n’ont qu’une valeur anecdotique. Gravés ou dessinés sur la pâte nue avant la première cuisson, ils sont présents en phases 1 et 2A (fig. 264, nos 1, 5, 10, 12) et, dans la phase postérieure, sur des céramiques calcaires et une seule fois sur un vase en pâte rouge (fig. 264, no 12). On les retrouve sur trois formes ouvertes : pentogrammes sur le marli d’une coupelle 1, onde et croix sur un bassin tronconique (fig. 264, nos 1, 8‑9). La troisième forme ouverte sur fond plat provient du comblement du foyer du four 103 et comporte une véritable scène figurée dont le tracé est d’une grande naïveté (fig. 264, no 2 et fig. P). Elle est malheureusement incomplète, mais on peut reconnaître un personnage à la tête couronnée ou chevelue dont les yeux occupent un grand volume. Le corps est matérialisé par des lignes entrecroisées (vêtement ou armure ?). Il se tient près d’un arbre dont les racines sont visibles. Celui‑ci s’épanouit en sept branches symétriques par rapport à un axe central et à l’extrémité de chacune desquelles se trouvent une feuille ou un fruit. La symbolique précise de cette scène est inconnue mais peut évoquer l’arbre de vie. Deux autres dessins plus élaborés et maîtrisés ont été gravés sous deux petits fonds de vase (fig. 264, nos 3‑4) : un animal à queue en panache passant à gauche et un oiseau à bec crochu (faucon ou aigle), ailes repliées, orienté également à senestre. Les derniers fonds sont marqués par des signes ou par huit diamètres qui se recoupent (fig. 264, nos5‑7). D’autres graffitis sont présents sur des panses de gros vases ou de cruches (fig. 264, nos 10‑14) ; l’un en marelle couvre l’extérieur d’une jarre. Si de nombreux signes d’appropriation (?) sont gravés après cuisson sur des vaisselles en usage au Moyen Âge, les marques réalisées avant cuisson dans les ateliers sont rares. Un personnage ou animal mal lisible a été peint au brun de manganèse sous le pied d’une cruche à décor vert et brun retrouvée à Avignon. Cette pièce, qui contenait un petit trésor monétaire du second semestre de 1309 ou en 1310, confirme les débuts de la production de faïences régionales dans le bas Rhône dès la première décennie du xive s. (Vallauri, Charlet 1987).

FIG. 2641‑11, 13‑14 graffitis sur pâte calcaire ; 12 sur pâte rouge sans revêtement.

L.V./CNRS del.

FIG. P – Personnage auprès d’un arbre, gravé sur une coupelle en pâte calcaire.

cl. Y.R.

4.4.7 Céramique, métal et alchimie

4.4.7.1 Les alambics

442m.l.

443fig. 265 à 267

444Dans cette série exceptionnelle sont regroupés des objets destinés à servir aux opérations de distillation par lesquelles un produit est séparé en ses divers constituants. Pour y parvenir, ce dernier, placé dans un récipient nommé cucurbite, est fortement chauffé : ceci entraîne l’évaporation de ses parties volatiles qui s’élèvent dans un autre objet appelé chapiteau et se condensent contre sa paroi où elles se refroidissent ; le liquide qui en résulte s’écoule ensuite par un bec pour être recueilli dans un réceptacle extérieur. L’ensemble formé par la cucurbite et le chapiteau se nomme alambic, mot d’origine arabe.

445Ce groupe comprend huit objets exclusivement issus du comblement du four 98 et de l’environnement du four à oxydes 110. Ils furent d’abord identifiés par les bords en gouttière munis d’un long bec tubulaire (fig. 265, no 2) et caractérisés, à une exception près, par une pâte rouge à grosses inclusions ferrugineuses, distincte de la pâte rouge couramment utilisée dans l’atelier et renvoyant manifestement ; i l’argile réfractaire de la région d’Ollières (Var) ; les analyses de laboratoire ont permis de vérifier qu’il s’agit bien de l’argile de la catégorie B3 ayant cette fois subi une cuisson oxydante (cf. supra § 4.2.2.4). Un seul bord était en pâte calcaire (fig. 266, no 9). Tous étaient revêtus en surface interne d’une glaçure stannifère de coloration jaune pâle, identique à celle des vaisselles de table fabriquées dans l’atelier, et d’aspect mat et cloqué. Ces diverses observations entraînèrent un second tri systématique et obstiné parmi la totalité des tessons de ce comblement en vue de recenser tous les fragments de panses et de fonds ronds attribuables à ces objets. Cette recherche s’avéra fructueuse et permit de rapprocher de ces becs d’autres formes à bord droit simple (fig. 266, nos 1‑8), toujours en pâte calcaire, et de proposer une restitution de la forme complète de l’alambic (fig. 265, no 1).

FIG. 265 – Alambics : 1 restitution d’un alambic, cucurbite à bec en pâte d’Ollières et chapiteau en pâte calcaire ; 2‑5 cucurbites à bec en pâte d’Ollières.

M. L/CNRS del.

FIG. 266 – Alambics : 1‑8, 10 chapiteaux d’alambics ; 9 cucurbite à bec en pâte calcaire ; 11‑13 becs de cucurbites en pâte d’OIlières ; 14‑15 objets en pâte d’OIlières liés à la distillation.

M. L/CNRS del.

FIG. 267 – Becs d’alambics.

cl. Y.R.

446Chacun de ces appareils à distiller comprend deux éléments distincts, tous deux piriformes à fond rond et sensiblement de même taille (hauteur variant de 15 à 18 cm). La cucurbite a un bord creusé en gouttière sur lequel est appliqué un long bec tubulaire, oblique vers le bas et communiquant avec le récipient lui‑même par un trou circulaire creusé dans la gouttière après la fixation du bec. Le chapiteau a la même forme et les mêmes dimensions (diamètre à l’ouverture égal à 9 ou 10 cm). Caractérisé par l’absence de bec et par un bord sans épaississement prolongeant simplement la panse, en cours de fonctionnement il était superposé à la cucurbite, et son embouchure s’emboîtait sur la gouttière. Cette dernière devait recueillir le liquide descendant du chapiteau et le laisser s’écouler par l’intermédiaire du bec dans un réceptacle extérieur. L’identification de ce troisième objet s’est avérée plus délicate que celle de la cucurbite et du chapiteau. Il est cependant possible que les petits pots bas en pâte calcaire non glaçurée (fig. 248, nos 1‑2), recueillis dans le même comblement de four et aussi dans celui du four 93, aient été fabriqués pour cet usage : en effet, le bec de la cucurbite s’adapte sur leur ouverture étroite (3 à 4 cm) et la faible contenance de ces pots (environ 7 cm de hauteur) semble bien adaptée à la modeste quantité de produit distillé que ces alambics de petite taille étaient susceptibles de fournir.

447Pendant toute la durée de l’opération de distillation la zone de contact entre la cucurbite et le chapiteau devait être hermétiquement lutée à l’argile. Aucune trace de ces obturations n’est décelable sur les fragments d’alambics retrouvés dans le four 98 : ce n’est pas surprenant puisqu’il s’agit à priori, comme pour les autres pots, de déchets rejetés à cause de leurs défauts de fabrication ou de cuisson, comme le montre ici l’aspect de la glaçure mate et mal cuite, souvent craquelée et cloquée. Il faut toutefois signaler le problème posé par la présence sur la paroi interne d’une série de petits fragments de panses et de fonds en pâte calcaire comme en pâte d’Ollières, de traces noircies voire brûlées. En contexte de consommation elles auraient été sans hésitation interprétées comme les résidus des produits distillés. L’hypothèse est séduisante et signifierait que ces alambics ont servi dans l’atelier, plus précisément dans l’environnement des fours à oxydes, avant d’être rejetés comme les autres déchets. L’interprétation du petit four 110 comme fourneau à distillation a d’ailleurs été émise (cf. supra § 3.4.3). Mais la justesse de cette assertion n’est pas certaine : en effet le fonctionnement de la cucurbite aurait inévitablement laissé en surface externe des traces d’usage, de coups de feu ou de noircissement des fonds, or, à l’exception d’un minime fragment de fond, rien de tel n’a été observé.

448Enfin deux objets dont la fonction exacte demeure encore indéterminée et provenant tous deux du remblai d’abandon du four 70 ont été répertoriés à côté de ces alambics. Ils sont en effet fabriqués eux aussi avec l’argile d’Ollières et leurs formes suggèrent une utilisation dans le cadre des mêmes activités (fig. 266, nos 14‑15). L’un est un minuscule godet globulaire (4 x 4 cm) dont l’ouverture sommitale est réduite à un orifice de 4 mm, il pourrait s’agir d’un réceptacle pour un produit particulièrement précieux. L’autre, à ouverture large (15 cm), est caractérisé par une forme tronconique en entonnoir et par un bord en gouttière. Sa fonction exacte reste indéterminée. Peut‑être pourrait‑il s’agir d’un grand creuset utilisé, selon Biringuccio, pour la distillation du mercure (Biringuccio 1977 : 25).

449Pourquoi les potiers ont‑ils choisi d’employer la pâte kaolinitique réfractaire produite dans la région d’Ollières pour fabriquer ces alambics ? Diverses raisons expliquent probablement ce choix. Disposant pour leur propre consommation de marmites fabriquées dans cette officine (cf. supra. § 2.6.5.3) ils avaient pu repérer les qualités particulières de cette pâte et tenter de s’en procurer pour un usage bien précis. Par ailleurs, à l’époque où fonctionne le four 98 les potiers avaient, pour la vaisselle culinaire, considérablement restreint l’usage de la pâte rouge et introduit une pâte intermédiaire apparemment plus proche de la pâte calcaire, sans doute parce qu’ils étaient déjà confrontés à des difficultés d’approvisionnement. Le choix de cette nouvelle argile constituait peut‑être une réponse à cette situation délicate : le problème du transport depuis la région d’Ollières n’était pas insurmontable, l’éloignement n’étant que relatif et surtout la quantité d’argile exigée demeurant faible puisqu’il ne s’agissait apparemment pas d’une fabrication en série (huit alambics retrouvés, tous de petite taille). Enfin une autre constatation révèle l’imagination des potiers pour acquérir l’argile la plus appropriée à leurs besoins tout en évitant d’importants transports de matière première : aucun chapiteau d’alambic n’existe en pâte d’Ollières, tous sont en pâte calcaire. Ceci s’explique bien : si le recours à une argile réfractaire s’avérait indispensable pour la cucurbite soumise à un fort échauffement, rien ne l’imposait pour le chapiteau qui devait seulement recevoir les éléments volatils et rester froid pour provoquer la condensation. L’emploi de la pâte calcaire dans ce cas permettait donc d’économiser notablement l’argile d’Ollières.

450La technique de la distillation était pratiquée couramment par les Arabes dès le ixe s. ; ils l’avaient héritée des connaissances hellénistiques (Holmyard 1956‑1957 : 732‑734) et l’utilisaient pour toutes les préparations pharmaceutiques mais aussi pour obtenir l’eau de rose et les huiles essentielles indispensables, comme en témoignent les textes, pour la toilette et les rites d’accueil des étrangers. De nombreux traités mentionnent cette technique et parfois décrivent sommairement les ustensiles employés, qu’ils soient en verre ou en céramique et de formes variées et complexes. Les plus connus sont les nombreux écrits attribués à Geber, alchimiste et médecin habitant sur l’Euphrate à la fin du viiie s. (Van Lennep 1984 : 14) et le Livre des secrets de al‑Râzi, médecin alchimiste arabe dux’s. (Holmyard 1956‑1957 : 736‑739 ; cf. infra § 4.4.7.2). Dès le xiie s., avec le développement de l’alchimie en Occident, ces textes furent traduits en latin et avec eux la pratique opérationnelle elle‑même fut introduite par l’Espagne et le sud de l’Italie (Van Lennep 1984 : 14‑15 ; Rouaze 1989 : 163). Des artisans très divers l’utilisaient : les alchimistes dans leurs recherches sur la transmutation des métaux en or, les apothicaires pour la préparation de leurs potions et pommades, les métallurgistes et les orfèvres mais aussi les marchands-parfumeurs (Vindry 1980b : 98). D’autres indications sur les modes opératoires, les outils et les possibilités offertes par la distillation furent fournies par des textes plus tardifs de la Renaissance (Agricola 1950 ; Biringuccio 1977) ; malheureusement les illustrations restent souvent très synthétiques, ainsi que celles qui figurent dans les manuscrits médiévaux, et les dimensions font défaut (Van Lennep 1984 : 9‑15 ; Biringuccio 1977 ; 126‑128). Ainsi en Languedoc, à la fin du xiiie s., le manuscrit 872 de la bibliothèque municipale de Toulouse donne une recette de distillation du vin rouge pour obtenir de « l’eau ardente » et décrit sommairement l’alambic utilisé : « prends une marmite pansue au milieu avec un col un peu long et ample, qui ait un couvercle large à la partie inférieure et étroit à la partie supérieure, un bec long, courbe et creux... » (Duvernoy 1986 : 47‑53).

451D’autre part, l’archéologie a livré de très nombreux alambics en verre, de tailles et de formes variées, surtout en Égypte et dans tout l’Orient depuis le ixe s. Des exemples occidentaux en sont connus jusqu’à des époques tardives (Moorhouse 1985 : 363‑365 ; Foy, Sennequier 1989 : 329‑330, 337 ; Rouaze 1989 : 191‑208). Les alambics en céramique, eux, semblent plus rares. Dans la civilisation Al‑Andalus les exemples publiés sont exceptionnels et celui du musée de Cordoue (Rossello‑Bordoy 1991 : 172, no 126) a un bec fixé sur le chapiteau et non sur la cucurbite. Il faut aussi mentionner 1a récente découverte à Marseille même, dans le comblement d’un puits situé dans un autre faubourg de la ville, d’une boîte à cémenter, fabriquée en argile kaolinitique ferrugineuse et révélatrice d’une activité de distillation liée à la métallurgie au début du xive s. (Richarté 1994 : 324‑325). Remarquables également parce que témoignant d’activités analogues, les petits objets en pâte réfractaire qui figurent dans les collections de la Société archéologique de Beaucaire (Gard) et qui proviennent de l’abbaye Saint‑Roman‑de‑l’Aiguille (Leenhardt 1995d : fig. 77). Ils ont malheureusement été recueillis hors de tout contexte stratigraphique. Il s’agit de deux petits récipients à bord en gouttière qu’il faut à coup sûr identifier comme des cucurbites (hauteur 5,5 cm, diamètre de l’ouverture 9 cm) et de quatre petits objets en pâte réfractaire que leur forme tronconique, laissant au sommet un orifice étroit, et leur diamètre d’ouverture à la base (6 cm), s’adaptant exactement sur le fond de la gouttière de la cucurbite désignent comme des aludels, autres objets caractéristiques des travaux de distillation liés à l’alchimie et la métallurgie (Rouaze 1989 : 219). L’un, en pâte de l’Uzège, est revêtu à l’extérieur et à l’intérieur d’une glaçure vert‑jaune (Leenhardt 1995e : fig. 78), un autre très fragmenté est couvert à l’extérieur d’une glaçure vert pâle opacifiée à l’étain : la qualité de ces revêtements plaide en faveur d’une datation du début du xive s. Les alambics de Marseille offrent enfin beaucoup d’analogies avec l’un de ceux découverts à Paris lors des fouilles du Grand Louvre (Rouaze 1989 : 249, pl. 6) et daté du xive s., même si sa taille est légèrement inférieure et si son fond est plus étroit ; la parenté est d’autant plus grande que tous ont cette fois leur bec fixé sur la cucurbite et que l’ensemble de la forme renvoie à la représentation figurée sur le manuscrit d’Artefius, Trinity collège, du xive s. (Rouaze 1989 : 215, fig. 37). Des exemples plus septentrionaux existent à Besançon à la fin du xive s. et au début du xve s. et à Strasbourg au xvie s. (Goy 1995), ou encore en Angleterre au xve s. (Moorhouse 1972 : 108, fig. 31), mais leur forme est plus éloignée et, comme pour le modèle espagnol, ils diffèrent des objets marseillais et parisiens par l’emplacement du bec, toujours situé sur le chapiteau. Reste encore à chercher à qui étaient destinés les alambics découverts à Sainte‑Barbe et pour quel usage. Leur présence, uniquement dans le four 98, résulte‑t‑elle d’une commande spéciale faite aux potiers de ce secteur par un artisan voisin ? La taille assez restreinte de ces alambics et leur capacité (1,7 litre) suggèrent‑elles leur fonction ? Selon le Livre des secrets de al‑Râzi il y aurait eu quatre sortes d’alambics de tailles et formes variables selon l’usage (cf. infra § 4.4.7.2). Le deuxième type, moyennement large à la base, aurait été destiné à la distillation des essences et des teintures (Rouaze 1989 : 214). Faut‑il croire que les alambics à panse piriforme de Marseille se rangent dans la catégorie ainsi décrite ? Sans illustration associée à ce texte l’assimilation absolue paraît hasardeuse, mais l’hypothèse est séduisante. Ces alambics pouvaient servir pour la préparation de l’eau de rose, si prisée pour la toilette et la parfumerie et qui devait représenter le parfum le plus simple et le plus couramment utilisé. Si comme l’écrit G. Vindry (Vindry 1980 : 68‑70) la parfumerie dut vraisemblablement son essor au rapide développement urbain, facteur de besoins nouveaux ; la fabrication d’eau de rose à Marseille n’a rien de surprenant. Mais une autre sorte d’utilisation est aussi plausible : les potiers eux‑mêmes employaient sans doute ces alambics pour‑certains de leurs travaux, comme les traces noircies observées à l’intérieur de certains fragments pourraient le suggérer. Il ne faut pas oublier en effet que le four 98 côtoie justement le petit four 110 dans lequel les potiers faisaient vraisemblablement leurs essais pour les glaçures et couleurs (cf. supra §3.4.3.2).

452Quelle que soit leur destination exacte, les alambics fabriqués à Sainte‑Barbe constituent donc dans l’état actuel des connaissances les plus anciens ustensiles de distillation en céramique connus et produits en France. Comme les autres récipients découverts par l’archéologie auxquels ils viennent d’être comparés, et comme les creusets qui leur sont souvent associés, ils montrent que les ateliers de distillation ont laissé des traces essentiellement en milieu urbain ou monastique, lieux privilégiés pour l’innovation et la diffusion des nouvelles techniques. D’ailleurs, les sources écrites mentionnent aux xive et xve s. dans les inventaires après décès des villes d’Aix‑en‑Provence (Coulet 1991 : 16‑17) ou de Marseille (Barnel 1989 : 149) de tels outils de distillation. Si les précisions sur le matériau qui les constitue sont peu fréquentes, le plomb est plus souvent mentionné que le verre et la terre cuite. À Aix l’usage des alambics pour la production d’eau de rose est cité au milieu du xive s. tandis que la distillation pour fabriquer de l’eau‑de‑vie ne s’ajoute qu’au début du xve s. (Coulet 1991 : 16) : durant cette période les apothicaires ne sont pas les seuls à posséder des alambics et ces derniers semblent représenter un équipement plus domestique qu’artisanal.

4.4.7.2 L’utilisation des alambics d’après les auteurs arabo‑persans

453y.p.

454C’est sans doute à propos de la distillation de l’eau de rose que l’on possède le plus de renseignements. Ainsi un manuscrit copié à Damas au xiiie s. représente une installation industrielle pour la distillation des roses (reproduit dans al‑Hassan 1982 et La Médecine... 1996 : 196, no 112). Très schématique, le croquis montre néanmoins qu’il s’agit d’une véritable chaîne d’alambics montés sur des tubes. Ibn al‑’Awwân de Séville décrit l’alambic pour préparer l’eau de rose et dit qu’il se compose de trois parties : qar’a, ’anbiq ou ra s, et qâbila (littéralement « la calebasse/ cucurbite », « le chapeau » et « le récipient »). L’évolution de l’appareil tendra à réunir les deux premières parties en une (Vernet 1978 : 222).

455Autre « poncif » de l’alambic : l’alchimie. Mais alors que les recettes d’extraits de fleurs semblent d’une simplicité enfantine, les opérations alchimiques en revanche sont souvent d’une interprétation épineuse. Al‑Khwârasmi (xe s.) dans son Mafâtih al‑’olum décrit les instruments des alchimistes, et parmi ceux‑ci, l’alambic : « Parmi leurs instruments il y a le qar’ (cucurbite) et le anbiq (l’alambic), les deux instruments dont se servent les fabricants d’eau de rose. La partie inférieure est la cucurbite, et la supérieure, qui a la forme d’une ventouse, est l’alambic. L’alambic aveugle est celui qui n’a pas de tuyau. L’aludel est également de leurs instruments, fait de verre ou de terre ; il a la forme d’un plat couvert, avec une lèvre. Il sert à la « sublimation ». » (Stapleton et al. 1927 : 362‑363). La remarque de al‑Khwârazmi sur la forme de l’alambic « qui a la forme d’une ventouse » est significative puisqu’on a trouvé de tels objets en verre dont l’utilisation est donnée aussi bien comme ventouse que comme alambic. Ainsi dans un catalogue de vente trouve‑t‑on une petite coupelle en verre bleuté (hauteur 5,2 cm) de forme semi‑ovale à lèvre ourlée, munie d’un tube incurvé vers le bas (Kevorkian 1985 : no 561). Cet objet appelé alambic est daté des viieixe s. et situé au Proche‑Orient. Parallèlement dans une autre publication, un objet semblable est catalogué comme étant une ventouse ; il s’agit là encore d’une coupelle en verre bleuté, d’une hauteur de 5,7 cm et munie d’un tube incurvé vers le bas (Hasson 1979 : 4). L’objet est daté des ixexe s. et situé en Iran, à Nishapur. Afin d’appuyer la thèse suivant laquelle cet objet serait une ventouse et non un alambic, l’auteur du catalogue a joint une illustration représentant une saignée, tirée des Maqâmat de Hariri (copie de Saint‑Pétersbourg, Bagdad 1225‑1235). On peut remarquer que pour ces deux objets le bec incurvé vers le haut serait surprenant dans le cas d’une utilisation comme alambic (Foy, Sennequier 1989 : nos 381‑382). D’autres exemples d’alambics et de ventouses en verre ont été récemment présentés à Paris (La Médecine... 1996 : nos 57, 105‑107). Par ailleurs al‑Râzi décrit quatre sortes d’alambics utilisés en alchimie ; classés par taille, ils correspondent chacun à un stade de l’élaboration de la « Pierre » : de grande taille, destiné à la calcination et à la volatilisation (sel‑ammoniaque) ; moins grand, destiné à la distillation des « Esprits » et des « Teintures » ; de taille moyenne, pour la distillation de la « Pierre », au début de l’Œuvre ; de petite taille, pour la distillation de l’eau et sa purification (Stapleton et al. 1927 : 381). Plus loin, al‑Râzi décrit des formules moins mystérieuses, comme la manière de faire du chlorure d’ammonium en distillant des cheveux, la distillation d’huile d’olive pour faire de la glycérine ou la distillation de l’alun qui devrait donner quelque chose d’approchant de l’acide sulfurique (Stapleton et al. 1927 : 390‑393). Stapleton signale en note « it is extremely curious to see how close al‑Râzi came to the discovery of Sulphuric acid, without actually recognising the powerfull solvent properties of the distillate of vitriols and alum. This is all the more surprising, as he fully realised the reactive powers of both Arsenic sulphide and Sal‑ammoniac, the “Spirits” with which he must have associated the distillate from alum » (Stapleton et al. 1927 : 393, note 1).

456Dans le domaine de la technologie des pigments, plusieurs utilisations des alambics peuvent être relevées. À titre d’exemple, plusieurs recettes pour faire le vert‑de‑gris (acétate de cuivre) signalent l’utilisation de vinaigre distillé (Majmu’atal‑sanaye). L’ammoniaque, préparé avec des cheveux distillés comme le décrit al‑Râzi, entre également dans la préparation du vert‑de‑gris (Porter 1992 : 86). Dans ce même texte (Majmu ’at al‑sanaye’) on trouve une formule pour faire le qalqatar ou « vitriol jaune » (il s’agirait d’un sulfate basique de fer). Celui‑ci est obtenu en mélangeant de l’alun (sulfate d’alumine) dissous et purifié à du jaune d’œuf distillé (le jaune d’œuf contient des protéines riches en fer). Aucune utilisation de ce « vitriol jaune » n’est proposée dans le texte. Ce composé avait‑il un débouché dans la céramique ? Il est curieux de remarquer en effet que Abu al‑Qâsem mentionne également le « vitriol jaune » comme l’une des matières pour faire le jaune des céramiques lustrées (Allan 1973 : 112, 114 ; Porter à paraître).

457L’hypothèse de la fabrication de l’eau de rose semble à priori la plus simple utilisation des alambics. Cependant, lorsqu’on observe la variété de produits susceptibles d’être distillés, il semble étonnant que l’utilisation des alambics se soit cantonnée au domaine des parfums. D’ailleurs ces exemples de la littérature arabo‑persane montrent bien les divers usages possibles de ce type d’objet.

4.4.7.3 Les creusets

458m.l.

459fig. 268 et 269

460Une trentaine de creusets de différentes tailles forment cette série. Réalisés dans une argile de type kaolinitiquc truffée d’inclusions siliceuses blanches, choisie en raison de cet usage bien spécifique, ils sont egalement identifiables par leur forme très légèrement tronconique, l’étirement du bord formant un petit bec pincé (fig. 268, nos 1, 15), et leur fond plat. Sauf un exemplaire contemporain de la phase 2A (fig. 268, nos 16), ils sont issus des niveaux de la phase 2B. C’est dans l’espace XIV qu’ils sont le plus fréquents (comblement du four à céramique 98 et du four à oxydes 110) ainsi que de leur environnement ; quelques‑uns proviennent aussi des espaces X (four 70) et XI (four 93). Les objets les plus petits (fig. 268, nos 1‑2) ont une hauteur ne dépassant pas 2 cm. Les autres, plus fréquents, restent toujours plus larges que hauts et se répartissent en deux groupes. Dans le premier (fig. 268, nos9‑12), hauteur et largeur sont proches de 4 et 6 cm. Dans le second (fig. 268, nos 15‑28, 31), ces dimensions varient davantage (de 6 à 7,5 cm pour la hauteur et de 9 à 12 cm pour la largeur). La forme est généralement tronconique et le bord prolonge simplement la paroi ; parfois cependant la panse devient presque hémisphérique en se refermant légèrement vers le haut (fig. 268, nos21, 25). Deux creusets se distinguent de l’ensemble du lot, l’un à cause du téton de préhension collé contre le bord (fig. 268, no 8), l’autre en raison de son fond exceptionnellement rond (fig. 268, no 27). Enfin un objet dont seul le fond subsiste et qui n’a jamais servi occupe une place particulière, le fond étant percé d’un trou central (fig. 268, no 30). Certains creusets sont couverts, à l’extérieur, d’une pellicule vitrifiée de couleur bleutée (cobalt dans un cas, analyse B. Gratuze), ou bien leur pâte porte des traces de surcuisson, d’autres contiennent encore un résidu, du cuivre (fig. 268, nos9‑11) ou du plomb (fig. 268, no 13) ; tout ceci prouve qu’ils ont indéniablement été utilisés par les potiers. D’autres n’ont aucune trace d’usage, n’ayant visiblement pas encore servi. Il est difficile d’apprécier si tous ces creusets ont été fabriqués dans l’atelier avec cette terre réfractaire spécialement acquise pour ce type d’objet, comme cela semble avoir été le cas pour les alambics. Toutefois une autre hypothèse ne peut être complètement évacuée : elle supposerait que les artisans ayant fait une commande spécifique à un centre producteur voisin disposaient encore, au moment de l’abandon de l’atelier, d’une réserve de quelques creusets neufs, prêts à servir. En tout cas, il n’est pas surprenant de découvrir ce type d’objet à proximité des fours destinés à la fabrication des oxydes, ces outils témoignent à l’évidence de travaux spécifiques dans ce secteur. Les tailles diverses suggèrent des fonctions différenciées. Ainsi la taille et la contenance restreinte des plus petits évoquent plus précisément le travail des métaux précieux.

FIG. 2681‑31 creusets en pâte réfractaire.

M.L./CNRS del.

461Il faut encore mentionner la présence exceptionnelle, à côté de ces creusets et réalisé dans la même pâte qu’eux, d’un récipient extra‑plat et non glaçuré (fig. 268, no 29) dont la fonction demeure indéterminée : sa forme (largeur 15 cm ; hauteur 1,9 cm) et son association avec les creusets dans la zone des fours à oxydes suggèrent une utilisation pour la transformation des métaux en oxydes. Sa faible profondeur permettait en effet d’y placer aisément une feuille de métal. Sa découverte dans les couches de démolition du four 99, dans lequel justement les potiers préparaient leurs oxydes pour réaliser les glaçures et couleurs, tendrait à conforter cette interprétation. Des boîtes à cémenter plus profondes et munies de couvercles, destinées elles aussi au travail du métal, ont d’ailleurs été retrouvées sur un autre site marseillais et à Paris (Rouaze 1989 : 218 ; Richarté 1994 : 324). Remarquables par leurs dimensions (environ 37 cm à l’ouverture), l’épaisseur de leur paroi (1 cm), leur bord semblable à celui des mortiers et leur forme surbaissée, les fragments de deux autres creusets (fig. 269) occupent une place particulière. Recueillis dans la démolition du four 93 ils sont revêtus à l’intérieur d’une épaisse pellicule verdâtre vitrifiée et leur pâte, fortement surcuite, est grésée dans un cas, rose et friable dans l’autre. Leur forme, leurs dimensions, leur surcuisson indiquent qu’ils ont dû servir dans les fours à oxydes pour la préparation de ces derniers.

FIG. 2691, 2 gros creusets en pâte réfractaire.

M.L./CNRS del.

462Les nouvelles données fournies par l’archéologie ces dernières années ont prouvé que les creusets de céramique étaient utilisés non loin de Marseille, à Gardanne, dès l’Antiquité tardive pour le travail du métal (Pelletier et al. 1991 : 329‑331, fig. 65, nos 1‑10). L’existence d’artisans bronziers et orfèvres à Marseille même dans un autre faubourg au xive s. a été révélée tout récemment (Richarté 1994 : 325) et prouvée par les analyses des traces d’argent et d’or contenus dans les creusets ainsi découverts (travaux de J.N. Barandon). En Provence et Languedoc c’est en contexte urbain que les preuves de ce type d’artisanat ont le mieux subsisté pour les xiiie et xive s. Il s’agit parfois de trouvailles isolées sur plusieurs sites avignonnais (Pisu 1994 : 81, fig. 14, no 7 ; Carru et al. à paraître), à Montpellier (Leenhardt 1995a), à Pont‑Saint‑Esprit (Leclaire 1992 : 52, fig. 11, no 18). Plus remarquable est la présence sérielle de quatorze creusets sur le site de l’Oratoire à Avignon (renseignement R. Boiron) ; ils attestent cette fois non plus d’un travail occasionnel mais d’une véritable petite industrie. Celle‑ci n’était pas exclusivement réservée aux sites urbains puisque des découvertes fortuites ont permis de recenser deux sortes de creusets sur le site de l’abbaye Saint‑Roman‑de‑l’Aiguille près de Beaucaire (Leenhardt 1995d : fig. 76, 77). Il s’agit d’abord de quatre petits creusets tronconiques semblables à ceux de Sainte‑Barbe et contenant des résidus de fer ou de cuivre. Comme dans l’exemple des fouilles urbaines parisiennes (Rouaze 1989 : 229, fig. 53) ces creusets sont associés à des éléments d’alambics et révèlent donc le développement de la distillation en corrélation avec le travail du métal au xive s. Les objets de Sainte‑Barbe, contemporains de la deuxième période d’activité de l’atelier, prouvent même que ce phénomène à pu débuter un peu plus tôt, à la fin du xiiie s. Le deuxième groupe rassemble trois creusets plus hauts, presque cylindriques, exempts de tout résidu métallique mais caractérisés par la présence, sous le bec pincé, d’une estampille en forme de fleur de lys renvoyant clairement à un artisanat très officiel, et même peut‑être royal, que les recherches textuelles seraient seules à même d’identifier. Cet outillage en pâte kaolinitique réfractaire pourrait vraisemblablement être issu des ateliers de l’Uzège où un fabricant spécialisé, crusolerius, est signalé en 1347‑1348 (Amouric 1995b). Ces trois objets sont rigoureusement semblables à un creuset estampillé d’une fleur de lys découvert à Avignon dans un dépotoir d’un atelier de potier ayant produit des carreaux de pavements monochromes au début du xve s. (Carru et al. 1997). Ce creuset avignonnais conserve encore des dépôts vitrifiés et des traces d’oxyde de cuivre. Outre la ressemblance avec les creusets de Saint‑Roman‑de‑l’Aiguille, cet objet témoigne une nouvelle fois de l’existence du travail du métal pour préparer les oxydes dans un atelier, comme les artisans de Sainte‑Barbe ont dû le faire dès le xiiie s.

4.4.8 Céramiques architecturales

463l.v.

4.4.8.1 Les tuyaux de canalisation

464fig. 270nos1‑3

465Produits en grande quantité pendant les deux phases de l’atelier, ces grands tubes cylindriques sans glaçure et aux parois épaisses sont souvent très fragmentés mais facilement identifiables. Leurs dimensions sont connues par quatre d’entre eux en usage dans le faubourg et encore en place dans le premier niveau du chemin (fig. 270, no 1). Ces tuyaux anciens ont près de 45 cm de long et un diamètre de 10,5 cm. L’extrémité supérieure se termine par un bord rentrant et une collerette qui permet d’emboîter les tubes les uns dans les autres. À l’autre extrémité, le tube coupé nettement au fil ou à la lame s’évase légèrement. Un second modèle est fourni par les exemplaires plus récents retrouvés dans le four 98 (fig. 270, no 2) et dans la tranchée de canalisation de la maison XI. La forme a peu évolué mais elle est souvent plus épaisse et tournée de façon grossière. Les raies de tournage très accentuées à l’intérieur indiquent les difficultés rencontrées par le potier qui devait enfiler son bras rapidement dans le tube étroit pour étirer la forme. L’extrémité coupée comme précédemment est dans presque tous les cas raclée à la lame et facettée suivant une technique souvent utilisée dans l’atelier et que l’on retrouve sur le fond d’autres objets. La longueur du tube est réduite à 40 cm, le diamètre un peu plus large (13,5 cm) et le bord moins rentrant. Il serait nécessaire de réaliser d’autres mesures pour savoir si cette production de conduites d’eau était normalisée. Mais l’ensemble des fragments montre une production très peu calibrée avec de grandes variantes dans les diamètres comme dans les longueurs. Celui retrouvé dans le four 93 a un bord à collerette très rectiligne. Cette forme de céramique architecturale est connue sans grand changement en Espagne andalouse et à Valence (Amigues, Mesquida Garcia 1987 : 71, fig. 36, nos 59‑60 ; Rosscllo‑Bordoy 1991 : 176, no 152). Dans le midi de la France on en connaît deux exemplaires seulement. L’un, en pâte calcaire, provient du puits de Montpellier (Leenhardt 1995a), l’autre a été fabriqué dans les officines d’Ollières au xive s. en pâte rouge kaolinitique (Carrazé 1987). S’il n’est pas étonnant d’en retrouver si peu dans l’arrière‑pays, la fabrication de ces tuyaux à Marseille aux xiiie et xive s. est une réponse à des réglementations bien consignées dans le Livre des Statuts.

4.4.8.2 Les godets de noria

466fig. 270nos 4‑5

467Deux formes cylindriques mais plus globulaires sont peut‑être aussi à rattacher à l’eau. L’une, munie d’une anse, n’est pas sans rappeler des godets de noria trouvés à Toulouse (Démians d’Archimbaud 1981b : 4.3, no 119). Ces formes à fond bombé ou en pointe en usage en Espagne sont généralement sans anse (Rossello‑Bordoy 1991 : 174, nos 143‑145), comme celles produites en céramique grise dans l’atelier de Saint‑Gilles‑du‑Gard (Leenhardt, Thiriot 1989 : 99, fig. 18, nos 14‑15). Cependant les godets en pâte grise et à fond en pointe retrouvés à Aix‑en‑Provence dans une noria médiévale encore en place en comportent deux, mais coexistent avec une autre série à fond plat, sans préhension, dont le corps cylindrique est recreusé par une simple gorge (Nicolaïdes 1993 : 106, fig. 47 ; Nin 1996 : fig. 56).

FIG. 270 – Pâte calcaire et sans revêtement : 1‑3 tuyaux de canalisation ; 4‑5 godets de noria.

L.V./CNRS, F. Parent/Afan del.

4.4.8.3 Les carreaux de pavement

468fig. 271 à 274 et fig. Q

469Les carreaux multicolores en terre cuite glaçurée destinés à orner les sols des édifices laïques ou religieux apparaissent au xiie s. en Europe du Nord‑Ouest. Ces copies en terre remplacent les pavements mosaïqués en pierre et marbre qui forment à l’origine des tapis purement géométriques. Réservés au départ aux églises collégiales et abbatiales, leur usage s’étend au xiiie s. et au xive s. aux bâtiments conventuels et aux édifices civils comme les châteaux ou résidences. Plusieurs techniques se sont développées, dont un décor estampé rempli d’engobe puis glaçuré, qui permettaient d’obtenir une bichromie. Les carreaux historiés en faïence sont en revanche extrêmement rares dans l’aire septentrionale et souvent englobes dans des pavements de technique mixte (Carrette, Derœux 1985 ; Bon 1992). Les plus précoces, datés par la construction des édifices de l’extrême fin du xiiie s., sont représentés par quelques exemplaires dans le Sud‑Ouest, en particulier à l’abbaye de Lagrasse près de Narbonne et au couvent des Jacobins à Toulouse (Norton 1984b : 73 ; Prin 1985 ; Amouric, Vallauri 1995). Leur développement est ensuite très bien attesté au xive s. dans la cité pontificale et les terres avoisinantes jusqu’à Narbonne. Mais ils sont destinés à des sols d’une tout autre conception technique, entièrement glaçurés et émaillés. Les deux grands foyers de production de carrelages connus vont de pair avec les grands centres producteurs de vaisselle en pâte kaolinitique et calcaire identifiés à ce jour. Ils étaient vraisemblablement implantés à l’ouest du Rhône, en Uzège, et dans la basse vallée du Rhône, à proximité d’Avignon. Les commandes de carreaux passées par la Chambre apostolique en fournissent la preuve dès 1318 et pendant toute la première moitié du xive s. (Démians d’Archimbaud, Picon 1980 : 25, planche III ; Gagnière, Thiriot 1986a ; Amouric 1995a).

470Les carreaux en faïence produits dans l’atelier de Marseille introduisent de nouvelles données pour l’histoire de cet art industriel. Leur fabrication est attestée pendant les deux phases de l’atelier par deux séries bien différenciées. Sans lien direct avec des modèles espagnols ou italiens quasi absents à cette époque, ils fournissent des exemples anciens et d’un style nouveau pour l’histoire de ces céramiques architecturales luxueuses réalisées sans doute sur commande,

Les carreaux 1

471fig. 271 et fig. q 

472Les plus anciens sont connus par une dizaine de pièces et une vingtaine de fragments de même module (12 cm de côté), d’une épaisseur presque constante (1,1 à 1.3 cm), et sur lesquels se répète un motif unique. Ils ont été fabriqués en série à l’aide d’un moule en bois sans fond et découpés une fois secs avec une lame. Leur chant est sensiblement biseauté, afin de faciliter leur démoulage et favoriser leur pose. Ils proviennent du comblement du four 107 et du remblai qui le recouvre, des niveaux anciens du chemin et de l’espace XIV ainsi que de la fosse 436‑602. L’un porte sur l’avers une trace de collage d’un pot à pâte rouge et a été soit cuit en même temps que la vaisselle culinaire soit réutilisé comme support ou cale pour une autre cuisson. Le décor tracé avec l’oxyde de manganèse brun est rempli d’aplats verts. Un motif en croix occupe tout l’espace. Il est formé de quatre lobes qui partent d’un cœur et entre lesquels s’intercale sur chaque côté un fleuron. Le décor géométrique ouvert laisse penser que les carreaux étaient accolés en tapis et liés par le motif d’entrecroisement qui forme alors un quadrilobe. Interprété en faïence, ce dessin est proche des modèles plus rigides connus sur les pavements engobés du nord de la France aux xiiie et xive s. (Carette, Derœux 1985 : 79, planche X, DC 1a, 1b, 1c). On le retrouve transformé en motif fermé et sans fleuron d’entrecroisement sur les plus anciens pavements faïencés en pâte réfractaire de la première moitié du xive s. à Châteauneuf‑du‑Pape (Gagnière et al. 1973‑1974 : 55, fig. 7, B1, C1 ; Gagnière, Démians d’Archimbaud 1995). Sur ces sols, le mode en tapis n’est pas connu. Les carreaux historiés ne sont jamais employés seuls mais associés à des séries monochromes suivant différentes combinaisons. Ce dispositif sera de règle pour les productions languedociennes en pâte réfractaire et avignonnaises en pâte calcaire pendant tout le xive s., comme l’attestent les découvertes de carrelages in situ dans la cité pontificale ou à l’abbaye Saint‑Roman‑de‑l’Aiguille près de Beaucaire (Gagnière, Granier 1963 ; Gagnière et al. 1964 ; Ginouvez 1995 ; Vallauri 1995c ; Démians d’Archimbaud et al. 1995b). La seconde série de carreaux fabriquée à Marseille dans la dernière phase de l’atelier répond à ce même schéma de composition.

FIG. 271 – Carreaux 1 en pâte calcaire à décor vert et brun.

L.V./CNRS del.

FIG. Q – Carreaux de pavements du four 93 (a-l) et du four 107 (m-n).

cl. Y.R., P.F./CNRS

Les carreaux 2

473fig. 272 à 274 et figq (a‑l)

474Ils constituent un lot bien plus abondant et sont d’une toute autre conception. D’une part, le module est plus grand (15 cm de côté, épaisseur 1,7 cm). D’autre part, certains sont historiés et les couleurs employées sont le vert et le brun avec parfois l’adjonction de jaune. Ils étaient associés à un ensemble de carreaux monochromes blancs ou bruns et dans un cas vert. Tous proviennent du comblement d’abandon du four 93 dans l’espace XI à l’exception d’un, issu d’un remblai contemporain de l’espace XVI, qui a par ailleurs un motif particulier (fig. 272, no 9). Certains ont aussi été réutilisés dans la réfection du pilier du four et confirment l’origine et une certaine permanence de la production de carreaux dans l’espace XI.

475Ils sont tous fabriqués au moule comme précédemment mais avec un chant encore plus en biais et nettement taillé à la lame. Le gabarit qui servait à les retailler était certainement en tronc de pyramide comme ceux encore utilisés au Maghreb. L’un, monochrome, porte l’empreinte d’une patte de chat imprimée malencontreusement au moment du séchage. Compte tenu de leur épaisseur, ils présentent beaucoup de défauts dus à un séchage trop rapide : ils sont souvent vrillés, déformés mais ils ont également éclaté à la cuisson. Dans bien des cas les couleurs ont disparu ou, dans le cas des carreaux peints, elles ont coulé et se sont mélangées. Les carreaux ont été cuits empilés et superposés, comme le prouvent les collages des tranches sur certaines faces. Ce mode d’enfournement en accordéon et en château de cartes suivant un équilibre précaire est encore en usage de nos jours à Fès au Maroc (Golvin 1985 : 104‑107 ; Amouric, Thiriot 1995a). Malgré tous ces défauts, il a été cependant possible de décrypter leur décoration et de recomposer leur structure ornementale.

476Les carreaux monochromes sont très nombreux et se comptent par deux centaines de fragments répartis dans les deux couleurs principales. Les blancs sont parfois colorés de cuivre par accident ou pollution de bain. Ceux qui ont été colorés avec du brun de manganèse sont particulièrement denses et foncés. Ces couleurs très tranchées et sévères sont extrêmement rares dans les répertoires provençaux et languedociens du xive s. où l’on a préféré utiliser le jaune et le vert, plus lumineux. Quelques fragments brun‑noir et blancs sont comptabilisés dans les carrelages réfractaires de Châteuneuf‑du‑Pape et d’Avignon. Au Palais des Papes, les blancs en pâte calcaire associés à des verts et de rares bruns ou jaunes accompagnaient vraisemblablement les carreaux historiés de la seconde moitié du xive s.

477Au total, une quarantaine de carreaux historiés permettent d’appréhender la variété des motifs et d’imaginer l’aspect final de la surface obtenue. En règle générale le motif occupe le centre du carreau et est cerné par une large bordure de 2 à 3,5 cm faite d’une alternance soit de deux bandes vertes, soit d’une verte et d’une brune. Plus rarement, la bordure est réduite à un seul bandeau ou à un trait. La fantaisie est de règle et un type de bordure n’est pas lié vraiment à un dessin, bien que certaines constantes se remarquent. Chaque motif est unique mais se rattache aux quatre grands domaines conventionnels connus dans les répertoires de carrelages contemporains : le bestiaire, les motifs héraldiques, les personnages et les motifs végétaux et géométriques.

Le bestiaire

478fig. 272,  nos 3, 6‑7

479Il réunit des représentations naturelles et fantastiques. Les deux oiseaux sont de profil, l’un à destre, l’autre à senestre. Dans les deux cas ils tiennent dans le bec une palmette, un rameau ou un ver suivant une conception fréquente sur les céramiques orientales et méditerranéennes. Le bestiaire fantastique est représenté par une chimère ailée à queue de lion rampant à destre.

Les motifs héraldiques

480fig. 272nos 1‑2, 4‑5, 10‑11

481L’aigle, thème héraldique universel, est représenté deux fois à destre avec des ailes à longues pennes éployées de façon symétrique et des pattes situées de part et d’autre de la queue en éventail (fig. 272, nos4‑5). Le corps de l’un, rempli de manganèse violacé très dilué, est couvert d’écailles pointées brun foncé. Ce procédé permet de dessiner des détails dans un remplissage. Deux autres aigles, toujours à destre, sont représentés de façon moins hiératique (fig. 272, nos 1‑2). Leurs ailes fermées et la posture des pattes campées d’un seul côté les apparentent plus à un oiseau prenant son envol. La fleur de lys est présente deux fois, disposée verticalement. L’une, cernée de brun et remplie de vert, est cantonnée dans la partie supérieure conservée de deux rosettes jaunes (fig. 272, nos 10‑11).

FIG. 272 – Carreaux 2 en pâte calcaire à décor vert et brun (et Jaune 8 et 10) : 1‑7 bestiaire ; 8 rinceaux ; 9 personnage ; 10‑11 fleur de lys.

LV./CNRS del.

Buste de personnage

482fig. 272no 9

483Un cou et des cheveux ondulés, inscrits dans un médaillon dont le tour est perlé, appartiennent sans doute à un personnage masculin à destre. La structure circulaire de ce carreau tout comme le sujet le distinguent de la série du four 93.

Frise végétale

484fig. 272, no 8

485Un fragment couvert de rinceaux aux multiples enroulements est proche des frises qui courent sur des carreaux engobés à Saint‑Omer (Carette, Derœux 1985 : pl. XI, DC XIa et b).

Les décors géométriques

486fig. 273 et 274

487Ils représentent plus de la moitié des carreaux identifiés et se classent selon différents schémas structurels. Tous les modèles sont en fait différents et peints avec fantaisie et des variantes dans les tracés ou le choix des couleurs.

488Les plus simples sont des rosaces dont les éléments rayonnent autour d’un cœur et occupent une grande surface du carreau toujours cerné par une large bordure (fig. 273, nos 1‑3). L’une a seize lobes qui alternent en vert et brun, dix dans un autre cas. La dernière est formée de huit lobes dans lesquels s’inscrivent des tiges terminées par un bouton fleuri. Elle se détache en négatif sur un fond coloré en jaune.

489D’autres motifs rayonnants sont cantonnés de fleurons inscrits chacun dans un quart de cercle peu incurvé (fig. 273, nos4‑7). Ce groupe compte sept carreaux tous différents. Le peintre a joué à partir d’un dessin soit en simplifiant les lobes de la rosace réduite alors à des traits fins, soit en rajou tant des points à quatre extrémités (croix bouletée). Par deux fois, plusieurs lignes doublent les arcs de cercles. Le jaune est particulièrement utilisé dans ces compositions fantaisistes.

FIG. 273 – Carreaux 2 en pâte calcaire, à décor géométrique : 1‑2 vert et brun, 3‑12 vert, brun et jaune.

L.V./CNRS del.

490Certains sont nettement plus géométriques. Le carreau est recoupé par deux diagonales qui avec les arcs de cercles déterminent des champs remplis soit de triangles et de losanges croisés, soit de gros pois jaunes ou verts (fig. 273, nos 8‑9). Une grosse rosace à quatre lobes est cantonnée de triangles et losanges (fig. 273, no 10). L’un, couvert de mortier au revers et qui a été utilisé postérieurement par les artisans forgerons, est peint d’une croix aux extrémités en trèfle séparée par des fleurons jaunes et cantonnée par quatre autres trèfles (fig. 273, no 11).

491Une dernière série s’organise en quatre fuseaux rayonnants autour d’un cœur (fig. 273, no 12 ; fig. 274, nos 1‑5). Certains fuseaux sont découpés et cantonnés d’un motif en T jaune, d’autres foliacés et nervurés. L’un est rempli de cercles. Dans deux cas, les fuseaux ressortent sur un aplat de brun‑violet très dilué (fig. 274, nos4‑5).

492Quelques fragments montrent divers motifs géométriques difficilement reconstituables (fig. 274, nos6‑11). Un angle couvert par deux larges bandes brunes peut être interprété comme une bordure (fig. 274, no 11). On ne connaît pas l’agencement de ces différents carreaux monochromes et historiés, mais on est tenté de restituer une organisation en diagonale où alternent en bandes les carreaux décorés séparés par deux ou trois rangées de carreaux blancs et bruns, selon les modèles encore en place dans le Studium de Benoît XII au Palais des Papes ou celui d’Urbain V (?) à l’abbaye Saint‑Roman‑de‑1’Aiguille près de Beaucaire.

FIG. 274 – Carreaux 2 en pâte calcaire à décors géométriques : 269‑11 vert et brun ; 1, 3‑5, 7‑8 vert, brun et jaune.

L.V./CNRS del.

493En conclusion, les carreaux découverts dans l’atelier marseillais soulèvent de nombreuses questions. Leur style et leur module diffèrent d’une phase à l’autre. Le « pan carré » devait correspondre à des normes à priori définies par la ville (Amouric 1989 : 21), mais qui ont été modifiées pour des raisons inconnues. Ces carreaux sont très nettement différents de ceux en usage dans les régions avignonnaise et languedocienne au xive s.

494Les plus anciens, géométriques et d’un modèle unique, destinés à être posés en tapis, ont une conception décorative sans équivalent en faïence. Ils sont plus proches par leur motif géométrique ouvert et leurs petites dimensions des carreaux engobés du Sud‑Ouest ou du Nord. Leur datation est forcément haute, car ils proviennent d’un des premiers fours abandonnés (phase 2A). Ils constituent les plus anciens exemples de carreaux faïencés du midi de la France. Mais ce principe décoratif disparaît totalement dans les productions régionales du xive s.

495À l’inverse, la plus importante série provient d’un four qui, d’après les datations archéomagnétiques actuelles, serait le dernier abandonné (phase 2B). Ils ne peuvent être datés trop tôt et sont peut‑être déjà contemporains des premières productions régionales. Or ils sont totalement étrangers à l’ambiance stylistique des carreaux de Châteauneuf‑du‑Pape datés du premier tiers du xive s. Leur module est aussi plus grand que celui des carreaux en pâte réfractaire et en pâte calcaire qui n’excède jamais 13 cm et se réduira à 11‑12 cm dans la seconde moitié du xiv s. D’autre part, l’ensemble du pavement est, par ses couleurs brunes et blanches, des plus sévères et sans comparaison avec les couleurs chaudes employées dans le château de Jean XXII. La dernière production marseillaise est caractérisée par les larges bordures qui ne se retrouvent ni dans la production réfractaire ni dans la production calcaire. Sur les carreaux réfractaires de Châteauneuf les bordures sont presque inexistantes et réduites à un ou deux traits bruns. Les bandes vertes et brunes, fréquemment associées aux décors géométriques les plus tardifs sur les carreaux en pâte calcaire, n’ont jamais une ampleur comparable à celle des bandes des carreaux marseillais. Quant aux motifs historiés et géométriques, ils renvoient globalement à toute une iconographie médiévale en usage dans l’Europe du Nord‑Ouest. Celle‑ci se retrouve pendant le xive s. sur les pavements du Sud‑Est, mais les décors sont plus fantaisistes et s’éloignent considérablement des modèles conventionnels. Par exemple, le bestiaire héraldique est peu fréquent. Dans les productions régionales les plus précoces en pâte réfractaire, l’aigle impériale est seulement connue deux fois au Palais des Papes (Carru 1995c : nos 212‑214). Cette figure est représentée sur un carreau plus tardif en pâte calcaire, au château de l’Empéri à Salon, dans un blason aux armoiries du Saint‑Empire (vers 1370) (Démians d’Archimbaud, Vallauri 1995a : no 267). Le bestiaire naturaliste est par contre plus comparable à cette époque, en particulier pour les oiseaux tenant un ver dans le bec. Les comparaisons avec le Sud‑Ouest n’apportent pas plus de réponses. Ceux par exemple de l’abbaye de Lagrasse, datés à partir de 1296, à l’iconographie bien particulière (personnage sonnant du cor, cerf, sagittaires, forme hybride...) sont inclus d’autre part dans des tapis composites d’un tout autre style (Amouric, Vallauri 1995).

496Il est cependant certain que les carreaux de Marseille sont l’œuvre de peintres qui n’ont pas été influencés par les décors réalisés sur la vaisselle décorée produite simultanément dans les ateliers de Sainte‑Barbe, comme cela a été constaté dans les productions tardives en pâte calcaire. Cette production singulière est peut‑être une réponse à une commande particulière, qui inclut une part de liberté de l’artiste, une reprise de modèles nordiques, mais qui dans tous les cas a su s’adapter à une technique nouvelle en pratique dans l’officine.

4.5 Diffusion des productions de l’atelier

4.5.1 Céramiques en pâte rouge

497m.l.

498Antérieurement à la découverte du faubourg des olliers à Marseille, aucune poterie réalisée dans cette pâte rouge siliceuse revêtue d’une glaçure plombifère n’avait été identifiée ou mentionnée, tant à Marseille même, que sur les sites côtiers voisins ou dans l’arrière‑pays. L’existence de cette production, à usage essentiellement culinaire, pendant la première phase d’activité de l’atelier, sa disparition totale ensuite, jointe à la rareté des sites régionaux occupés pendant la première moitié du xiiie s. a semblé suffire à expliquer ces absences.

499L’importance numérique de cette production exigea cependant une recherche pour tenter de déceler sur les sites voisins, notamment parmi la documentation recueillie lors des fouilles urbaines de ces dernières années, des traces de la diffusion de ces produits.

500À Marseille même, dans un faubourg contemporain du bourg des olliers mais situé plus près du port, quelques fragments de pots et surtout de jattes et cassoles (Richarté 1994 : 310, fig. 124) furent recueillis, associés à des céramiques à pâte calcaire de l’atelier mais aussi à des poteries à pâte grise, à de rares céramiques glaçurées de l’Uzège et à des importations, sgraffito ligure et bassins glaçurés catalans. En outre, quelques rares tessons appartenant aussi à ce groupe ont été identifiés parmi les fragments recueillis sur deux sites d’Aix‑en‑Provence : les fouilles de l’Archevêché (Fixot et al. 1986) et celles de maisons médiévales de la rue des Magnans (Bérard et al. à paraître) ont ainsi livré deux cols de marmites ainsi qu’un fragment de plat muni d’un téton percé de trous dans des niveaux attribués au xiiie s. par les associations de céramiques régionales et importées.

501Par ailleurs, l’absence des céramiques à pâte rouge siliceuse et, inversement, le recensement fréquent des céramiques à pâte calcaire (cf. supra § 4.2.1) sur les sites contemporains de la phase 2B de l’atelier confirment l’observation faite dans cette étude, à savoir l’arrêt très rapide de cette production culinaire. Ces découvertes, trop sporadiques encore, prouvent la diffusion dans l’arrière‑pays marseillais des produits de Sainte‑Barbe en pâte rouge siliceuse durant le xiiie s. Seule la découverte de sites consommateurs occupés dans la première moitié du xiiie s. permettra d’apporter des précisions sur faire de diffusion réelle de ce groupe et d’en mesurer l’importance.

4.5.2 Céramiques en pâte calcaire

502l.v.

503La diffusion des productions de l’atelier de Sainte‑Barbe est encore difficile à appréhender pour plusieurs raisons. En premier lieu, les différentes productions marseillaises n’ont jamais été identifiées en tant que telles dans les fouilles anciennes. En conséquence, la première difficulté consiste à les retrouver dans la documentation publiée souvent partiellement ou encore enfouie dans des dépôts difficilement accessibles. Les majoliques les plus récentes en pâte calcaire décorée ont pu être confondues avec les productions avignonnaises réalisées dans une argile proche visuellement et dont les formes et le répertoire décoratif diffèrent peu. Les fragments sans revêtement ont facilement glissé dans les lots de céramiques résiduelles antiques. D’autre part, les plus anciennes productions en pâte calcaire et en pâte rouge siliceuse appartiennent à des séquences stratigraphiques très limitées dans le temps, dont on ne connaît que peu d’exemples en Provence. Dans la ville de Marseille, les niveaux du xiiie s. étaient encore récemment inconnus, mais les grands chantiers de sauvetage viennent de combler ce vide documentaire. Les délais impartis n’ont cependant pas permis d’intégrer toutes ces nouvelles données encore en cours d’étude, ni de faire une relecture de toute la documentation ancienne. De plus, le programme d’analyses géochimiques prévu a été réduit à quelques échantillons seulement et fera l’objet d’un travail ultérieur. On a cependant pu réutiliser des analyses anciennes d’échantillons qui avaient attiré l’attention par leur nouveauté. Ces premiers résultats ne sont qu’indicatifs et forcément incomplets. L’enquête a été faite essentiellement à partir d’observations visuelles des pâtes et de rapprochements stylistiques et typologiques. Elle a porté sur une aire géographique restreinte et sur les principaux sites sur lesquels il était probable, par leur proximité et leur datation, de retrouver des productions de l’atelier marseillais. Mais c’est évidemment dans la ville même que ces productions sont apparues en plus grand nombre.

504Dès les premières recherches céramologiques menées par G. Démians d’Archimbaud sur le castrum de Rougiers, une production régionale de majoliques, antérieure et différente de celle attribuée à la région avignonnaise, a été identifiée. Un petit lot de vaisselle en pâte calcaire décorée en vert et brun a été bien individualisé et a retenu l’attention compte tenu de son ancienneté. D’autres céramiques d’une typologie inconnue ont aussi été à la même époque isolées sur le site de l’abbaye Saint‑Pierre‑de‑l’Almanarre à Hyères. Certaines pièces ont fait l’objet d’analyses géochimiques mais l’attribution à la région marseillaise n’avait alors jamais été envisagée. La diffusion de l’atelier est abordée à partir du bassin de Saint‑Maximin où les premières productions marseillaises ont été reconnues.

Rougiers (Var)

505Les céramiques identifiées proviennent de niveaux de la seconde moitié du xiiie s. Les formes ouvertes sont des coupes 8 et 9 de petites dimensions, ainsi que des bols et coupelles 3 à décor géométrique ou floral très fin. Parmi les formes fermées très fragmentées, l’attribution à un type précis est plus difficile à faire. On reconnaît des cruches à parois fines ornées de motifs en spirales, d’une fleur de lys, l’une avec téton, ainsi que la base d’un vase orné d’un volatile (Démians d’Archimbaud 1981a : 65, fig. 347, 372, 373, fig. 362). Cette dernière céramique, dont l’émail jaune a tressaillé, provient d’un foyer daté du milieu du xiiie s. et appartient peut‑être à la première phase de production dont il n’y a pas d’autres témoins, par ailleurs, sur le castrum. L’ensemble des céramiques se rattache à la production de la phase 2B.

Saint‑Maximin‑la‑Sainte‑Baume (Var)

506Les récentes fouilles effectuées autour de la basilique (Guyon et al. 1994) ont permis de confirmer la diffusion des productions tardives de l’atelier dans des niveaux de la fin du xiiie s. (quelques cruches à glaçure monochrome et à décor vert et brun ainsi qu’un fond de coupe). Ces découvertes dans la zone de production d’Ollières confirment les échanges déjà constatés dans l’atelier de Sainte‑Barbe.

Saint‑Pons‑de‑Gémenos (Bouches‑du‑Rhône)

507Les fouilles réalisées en 1979 par G. Démians d’Archimbaud dans l’abbaye ont livré de nombreuses céramiques en pâte calcaire à glaçure monochrome et à décor vert et brun, dont plusieurs se rattachent par les analyses aux argiles marseillaises : coupes 8 et 9 à l’émail souvent très altéré parfois jaunâtre (cf. supra § 4.2.2.4 NMA 464 et 465). Les décors fins de croix dans un quadrilobe et d’une chimère sont probablement issus des ateliers de la phase 2B tout comme le bol à décor polylobé central (fig. 275, nos 1‑5). La diffusion par la vallée de l’Huveaune est confortée par les fouilles récentes effectuées sur le même site (Démians d’Archimbaud et al. à paraître) : une perle‑fusaïole et trois billes ainsi qu’un bassin tronconique sans revêtement, une lampe sur pied 2 à glaçure monochrome verte, des fragments de cruches 2 associés à des importations Valenciennes vertes et brunes anciennes et à une monnaie de Charles Ier d’Anjou de la fin du règne.

Saint‑Pierre‑de‑l’Almanarre (Hyères‑Olbia, Var)

508Parmi le riche matériel médiéval non stratifié provenant des fouilles anciennes effectuées par M. Coupry dans l’église du monastère, plusieurs céramiques émaillées sont des productions marseillaises. Deux coupelles appartiennent à la production ancienne de l’atelier : une coupelle 1 à glaçure monochrome blanche et une coupelle 2 à glaçure monochrome blanche mêlée de coulées vertes (fig. 275, nos8‑9). Cette dernière, qui avait été séparée par analyse du lot principal attribué aux ateliers de la basse vallée du Rhône, est, à la relecture de la composition de la pâte, attribuée avec certitude à Marseille (M. Picon AMA 481). Une minicoupelle à large aile décorée en vert et brun est peut‑être aussi une pièce ancienne marseillaise de type 3 (Parent 1991 : 41‑44, fig 32, no 8). Les productions de la phase 2B sont représentées par trois lampes sur pied (type 2) à glaçure monochrome blanche et verte (fig. 275, nos 10‑12). D’autres céramiques très particulières de ce site sont plus difficiles à imputer aux ateliers marseillais en l’absence d’analyses, tout comme celles provenant des récentes fouilles de l’église Saint‑Pierre d’Hyères qu’il conviendrait de revoir en détail (Brien‑Poitevin et al. 1992).

FIG. 275 – Céramiques marseillaises en pâte calcaire monochrome et à décor vert et brun identifiées à Saint‑Pons‑de‑Gémenos 1‑5, Jouques 6‑7, Hyères Olbia 8‑12.

L.V./CNRS del.

Aix‑en‑Provence (Bouches‑du‑Rhône)

509La diffusion vers le nord est attestée sur cinq sites de cette ville. Dans les comblements des silos de la cour de l’Archevêché effectués dans le courant du xiiie s. (Fixot et al. 1986 : 241‑248) une seule cruche monochrome 1 est reconnue comme production de la phase 2A. Les cruches 2 à glaçure monochrome jaune ou verte sont par contre plus abondantes dans des niveaux chronologiquement proches.

510Quelques fragments de même type sont aussi présents dans l’enclos de Notre‑Dame‑de‑la‑Seds, dans des niveaux du xiiie s. correspondant au démontage des édifices antiques (Fixot et al. 1990 : 72, matériel non publié).

511La fouille de l’établissement thermal a aussi livré des fragments de cruches et coupes monochromes et à décor vert et brun dans des contextes contemporains (Nin 1993, matériel non publié).

512Sur des sols et dans des fosses d’un habitat médiéval rue des Magnans (Bérard et al. à paraître), plusieurs céramiques de Marseille sont attestées dans des niveaux de la fin du xiiie s. : lampe sur pied 2, albarello à décor vert et brun, trois tirelires et un vase à décor ondé. Les productions marseillaises les plus anciennes ne sont présentes que deux fois : une cruche 1 à émail monochrome blanc ainsi qu’un petit pot à décor d’écailles trouvé avec un pégau en céramique grise à décor à la roulette.

513Des productions de la fin de la phase 2B ont pu être reconnues dans les fosses dépotoirs d’un couvent situé à l’extérieur des murs (fouille du lycée Mignet) (Richarté 1991 : 30‑31, fig. 24, 25, 30 ; Démians d’Archimbaud, Vallauri à paraître : fig. 49, 1‑7). L’ensemble du riche matériel est plus tardif et daté par les associations de céramiques régionales et importées du premier quart du xive s. D’après la typologie, on identifie un bassin tronconique sans revêtement, un vase, des coupes 8 et 9 et des coupelles 3 à glaçure monochrome, quelques cruches monochromes ou à décor peint, un petit pot à anse glaçuré et un pot caréné à découpes circulaires. Trois lampes sur pied à glaçure monochrome jaunâtre, de deux tailles différentes et à attaches de l’anse sur les coupelles ou sur le pied, sont attribuées aux types 1 et 2 de Marseille. Une étrange applique de vase modelée en forme de tête de mouflon aux cornes recourbées en volutes est peut‑être issue des ateliers marseillais, Elle est émaillée et peinte avec du brun de manganèse (Le Vert et le Brun 1995 : no 239). Il est plus difficile de dire de quel atelier proviennent les coupes tronconiques, bols et plats à marli à décor vert et brun. Le style des décors et les formes ne les distinguent guère des premières productions de la région avignonnaise déjà diffusées à cette période en Provence. Les analyses de pâte effectuées sur cinq échantillons verts et bruns (plats à marli et coupes) et quatre cruches à glaçure monochrome confirment un approvisionnement diversifié de ce site à la même époque. Les majoliques s’intègrent dans le groupe de production « avignonnais » alors que les cruches à glaçure monochrome sont rejetées dans un groupe marginal (Garni et al. 1995 : fig. 1,9). Pourtant, certaines majoliques ont une pâte plus rouge ou des nodules de chamotte, un émail terne ainsi que de nombreux défauts qui les apparentent directement aux productions tardives de l’atelier marseillais. C’est le cas en particulier d’un albarello à glaçure interne jaune.

Jouques (Bouches‑du‑Rhône)

514La pénétration des produits marseillais est peut‑être aussi attestée plus au nord vers l’axe de la Durance. Dans des silos comblés à la fin du xiiie s. et au début du xive s. (Meyer 1987 : matériel non publié), on retrouve, comme dans la ville d’Aix, de nombreuses cruches et des bols à glaçure monochrome jaune et verte, une coupe à décor de blason et un albarello à décor vert et brun, vendu avec une fissure bouchée par la glaçure jaune interne. Bien que l’on ne dispose pas d’analyses pour ce groupe, il est tentant d’attribuer à Marseille ces majoliques qui n’ont rien de commun avec les productions de la région avignonnaise (fig. 275, no 6‑7).

La consommation à Marseille

515Les productions de l’atelier de Sainte‑Barbe sont désormais reconnues sur tous les chantiers qui n’ont cessé de se succéder ces dernières années dans la cité. On se limite aux découvertes les plus récentes issues de contextes bien stratifiés, mais une recherche est à faire sur l’ensemble du matériel marseillais.

516Un premier lot a été identifié dans un puits, rue de la Cathédrale, comblé dans la seconde moitié du xiiie s. (Moliner 1990 ; Moliner 1993b). Les tirelires, bassins tronconiques et fonds de vases sans revêtement sont en fait très minoritaires dans ce bel ensemble de céramiques importées d’Italie méridionale, de Ligurie, du Maghreb, de Sicile et de Catalogne, dont la datation est confortée par des monnaies de Charles Ier d’Anjou.

517Un deuxième ensemble provient de niveaux d’occupation dans un faubourg contemporain de celui des olliers, situé près du port, place du Général‑de‑Gaulle (Richarté 1994 : 309, 314, fig. 127). Dans les phases de la seconde moitié du xiiie s. on retrouve déjà tout le répertoire de la phase 2B comme les pots à anses de panier, bassins, tuyaux, tirelires, chopes‑mesures 3 à bec (?), cruches, pichets, bouteilles, lampes apodes et sur pied 2 et bols à décor de rosace vert et brun. Les niveaux les plus anciens, très pauvres, n’ont livré que quelques fragments de cruche monochrome blanche 1 attribuables à la phase 2A, mais l’étude du matériel en cours de publication permettra de nuancer ces premières observations. À signaler aussi la présence plus insolite d’un carreau découpé en étoile à huit branches, émaillé et orné d’un motif rayonnant brun. Ce zélige d’une conception bien islamique pourrait être issu des ateliers de Sainte‑Barbe, tout comme l’exemplaire monochrome découvert au futur musée César (Le Vert et le Brun 1995 : no 238).

518Le dernier lot est homogène et provient des comblements d’un puits et d’une fontaine dégagés lors de la fouille de la place Jules‑Verne sur la rive nord du bassin du Lacydon (Hesnard 1994 ; Hesnard et al. 1993 : 19‑20). Le matériel très bien conservé et souvent entier permet de restituer tout un répertoire de vases à liquides qui ont servi à puiser l’eau dans la première moitié du xive s. (fig. 276‑278 et fig. R). Plus de vingt récipients marseillais étaient accompagnés de cruches décorées originaires de Lise, de Valence, de Catalogne et du Latium. Tous appartiennent aux productions de la phase 2B, à l’exception de deux cruches de type 1 à glaçure monochrome très altérée (fig. 276, no 4‑5).

FIG. 2761‑5 céramiques marseillaises en pâte calcaire monochrome, biscuit identifiées à Marseille Jules‑Verne.

LV./CNRS del.

FIG. 2771‑5 céramiques marseillaises en pâte calcaire, monochromes et biscuits identifiées à Marseille Jules‑Verne.

L.V./CNRS, M. Leclerc/LAMM del.

FIG. 278 – Céramiques marseillaises en pâte calcaire, 4 monochrome, 1‑35 à décor peint, identifiées à Marseille Jules‑Verne.

L.V./CNRS del.

FIG. R – Cruches à décor peint vert et brun du second temps de l’atelier retrouvées dans les puits de la place Jules-Verne.

cl. Y.R., P.F./CCJ, CNRS

519Les formes sans revêtement sont représentées par un bassin haut à petit marli, une cruche à anse de panier et goulot et un grand vase à anse de panier d’un type inconnu dans l’atelier (fig. 276, nos 1‑3). La série la mieux représentée est composée de cruches 3 de taille moyenne (22 à 24 cm) et d’une plus grosse de 28 cm de haut (fig. 277, nos 1‑5). Leur facture est souvent grossière et dans plusieurs cas les formes sont affaissées et déformées. Le col de l’une d’entre elles, cassé au cours de la cuisson, s’est collé à l’intérieur du fond ! Cette production ordinaire et de deuxième choix est simplement recouverte de glaçure jaune ou verte à l’extérieur et parfois à l’intérieur. Elle contraste avec les quatre cruches à décor peint vert et brun produites dans une argile comparable (Le Vert et le Brun 1995 : 231‑234).

520Deux vases globulaires ont une glaçure jaune ou verte à l’intérieur (fig. 278, nos 1‑2) et des anses décorées d’ondes ou de chevrons bruns. Les motifs qui se développent sur la large panse sont soit trois médaillons quadrillés ou remplis de spirales mais disposés sans symétrie, soit des blasons. On remarque une même dissymétrie dans la composition ornementale du col de la cruche aux blasons où alternent, dans le désordre, des bandes verticales de losanges entrelacés avec une vague ondulation. Mais, en l’absence d’analyses, rien ne permet d’affirmer que ces formes sont locales, bien que la facture et la fantaisie des décors le suggèrent. Le motif de blasons est peu fréquent dans les répertoires avignonnais. On le retrouve sur deux cruches rejetées dans un dépotoir du palais épiscopal de Fréjus daté du premier tiers du xive s. (Michel 1989 : 87‑88), sur une forme exceptionnelle de coupelle plate à pied annulaire d’origine indéterminée trouvée à Saint‑Pierre‑de‑l’Almanarre (Parent 1991 : 34, fig. no 3 ; M. Picon, AMA 132) et sur la coupe tronconique de Jouques précédemment citée. Ce motif est aussi présent sur deux coupes trouvées en Languedoc à l’abbaye Saint‑Félix‑de‑Montceau et à Beaucaire (Le Vert et le Brun 1995 : no 258). Les cruches 4 à bec en gouttière sont imputées avec plus de certitude à l’atelier, car le même verseur est présent en biscuit dans les dépotoirs de la phase 2B (fig. 217, no 1). La pièce complète trouvée dans la fontaine fournit une belle image de cette forme originale de petites dimensions (18,5 cm de haut). Tout le corps tronconique de l’objet est couvert d’arceaux verts et bruns emboîtés les uns sur les autres. Des chevrons bruns sont peints sur l’anse. Le second exemplaire de col muni d’un bec vertical provient du puits principal et est recouvert d’une glaçure monochrome verte. La dernière cruche est unique en son genre (fig. 278, no 5). La forme est inconnue tout autant dans l’atelier de Sainte‑Barbe que dans les productions provençales et languedociennes. Elle repose sur un petit pied haut et dégagé qui se resserre à la base de la panse en ballon. Le col est étroit et d’une hauteur indéterminée. Trois médaillons remplis de spirales ainsi que des séries de spirales dans les écoinçons couvrent le corps de la cruche. Bien que la forme de cette cruche renvoie au répertoire toscan de la fin du xiiie s. et de la première moitié du xive s. (Berti et al. 1986 : 486, tav. 1, fig. 1.1), son attribution aux officines de Marseille demeure probable, au vu de la pâte et du style décoratif. Enfin, signalons une cruche à décor de gros tétons découverte dans un autre puits. Elle reflète bien la créativité des artisans de Sainte‑Barbe (Le Vert et le Brun 1995 : no 237).

Conclusion

521Il est difficile de conclure sur l’importance de la diffusion de l’atelier marseillais ou sur l’aire réelle de cette diffusion à partir de données aussi partielles et parfois sujettes à caution ! Néanmoins, on peut constater que la pénétration dans l’arrière‑pays est réelle et se fait par les voies d’accès naturelles et les grands axes de circulation (fig. 279). Il reste à définir les limites de cette diffusion repérée sur un rayon de 60 à 100 km environ. Les seules comparaisons sont fournies par les ateliers varois contemporains de Cabasse et d’Ollières (Démians d’Archimbaud et al. 1985 : 144, fig. 3) qui, d’après l’enquête, ont eu un rayonnement d’une ampleur comparable. Le cas du gros atelier de l’Uzège est différent. Son aire de diffusion est plus large et s’étend de part et d’autre du Rhône, jusque dans les Alpes. Il est intéressant de noter le croisement des aires de diffusion de Marseille et d’Ollières qui s’interpénètrent. On constate que l’atelier de Marseille, qui a commercialisé ses produits en dehors de la ville, n’est jamais dominant même sur son propre terroir. Dans la ville, les contextes clos comme les comblements de puits de la seconde moitié du xiiie s. et de la première moitié du xive s. montrent bien les diverses sources d’approvisionnement. La consommation de vaisselles venues de l’arrière‑pays et de toute la Méditerranée est souvent majoritaire. Elle ne se limite pas aux faïences ou autres pièces décorées, les céramiques culinaires ligures ou catalanes en sont la preuve.

FIG. 279 – La diffusion des produits de l’atelier de Marseille en Provence.

LV./CNRS, M. Leclerc/ LAMM del.

522On peut également remarquer que toutes les catégories de vaisselles en pâte calcaire de l’atelier ont été commercialisées : les biscuits sans revêtement (bassins, tirelires, vases pour le transport), tout comme les céramiques à glaçure monochrome qui représentent la catégorie la mieux quantifiée (lampes, cruches et bols). Quant aux majoliques, elles sont rares mais attestées par quelques cruches, albarelli, coupes et bols.

523Globalement, l’étude de la diffusion permet de conforter la chronologie des productions proposée par la fouille de Sainte‑Barbe. Elle élargit aussi et nuance le répertoire des formes à partir des sites de consommation. La diffusion des productions de la phase 2B est la mieux identifiée. Elle apparaît dans des niveaux datés de la seconde moitié à la fin du xiiie s. par le monnayage de Charles Ier d’Anjou. Mais elle se retrouve encore dans des dépotoirs et comblements du premier quart ou de la première moitié du xive s. et il serait difficile de penser qu’elle est totalement résiduelle. Ensuite, elle disparaît totalement. La diffusion des productions des phases 1 et 2A est plus difficile à cerner. Elle est authentifiée par quelques rares cruches et coupelles monochromes exhumées soit dans des contextes non datés, comme à Hyères, soit dans des niveaux souvent anciens mais difficiles à dater précisément dans la première moitié du xiiie s., comme à Marseille et Aix. Il ne faut pas en conclure pour autant que la commercialisation des premières formes en pâte calcaire sans revêtement, des vases monochromes ou des protomajoliques n’a pas existé. L’absence de documentation de la première moitié du xiiie s. en est une des principales causes et les recherches ultérieures dans la ville permettront peut‑être de mieux reconnaître ces stratigraphies anciennes. Les observations faites à partir de la céramique calcaire sont confortées par l’enquête menée parallèlement sur la céramique à pâte rouge.

4.6 Les productions marseillaises dans l’espace méditerranéen

524fig. 280 à 289

4.6.1 Céramiques à pâte rouge

525m.l.

526C’est dans la première période d’activité de l’atelier (niveaux anciens du chemin, phase 1) que la céramique à pâte rouge glaçurée est le mieux attestée, puisqu’elle figure à égalité avec le groupe à pâte calcaire (fig. 280a). Dès la phase 2A les proportions ont change et la fréquence de la pâte rouge est déjà descendue à 33 % (fig. 280b). Il faut d’ailleurs signaler que si les comblements des fours anciens (89, 107 et 118) et de la fosse 436‑602 appartiennent à cette phase, leur contenu normalement classé ici est en réalité antérieur et originaire, au moins partiellement, de la première période d’activité. C’est dire que la proportion des céramiques à pâte rouge faisant partie de la phase 2A stricto sensu doit être inférieure à ce chiffre de 33 %. Mais c’est surtout en phase 2B qu’une profonde transformation des productions devient manifeste puisque la pâte rouge est devenue rare, près de 3 % seulement (fig. 280c). Elle est d’ailleurs présente dans un seul secteur de l’atelier (four 98 et remblai couvrant le four 107) où elle figure presque comme une survivance. Les données de la stratigraphie et la quantification des céramiques s’accordent donc pour démontrer que la vaisselle à pâte rouge correspond presque exclusivement aux phases 1 et 2A et caractérise surtout le début de l’activité des potiers dès la première moitié du xiiie s. Mais la date exacte de l’abandon de cette fabrication reste difficile à cerner. On peut seulement souligner que cette catégorie est rare, voire exceptionnelle, dans le four 98 dont les données de l’archéomagnétisme et la présence d’une monnaie dans les témoins de la réparation du four attestent qu’il était encore en fonctionnement au tournant du xive s. Il n’est pas impossible d’ailleurs qu’un potier utilisant ce four ait voulu poursuivre la production à pâte rouge, alors que cette dernière était pourtant abandonnée par les autres artisans qui utilisaient pendant la même phase les fours 70 et 93.

FIG. 280 – Répartition des productions par phases et catégories de pâtes : a phase 1 ; b phase 2A ; c phase 2B.

L.V./CNRS, M. L./CNRS

527L’observation des céramiques de consommation du site au moment de la pleine expansion de la production à pâte rouge (phase 1) a par ailleurs révélé la coexistence de ces poteries à pâte rouge avec des céramiques grises régionales, des vaisselles culinaires importées de Catalogne ou de Ligurie, de rares céramiques à pâte kaolinitique très blanche et glaçure vert moucheté et la quasi‑absence de poteries à pâte claire glaçurée de l’Uzège. Inversement, quand la pâte rouge régresse, puis disparaît (phases 2A et 2B), les poteries grises régionales deviennent moins fréquentes et la diffusion des céramiques de l’Uzège apparaît (cf. supra § 2.6.4 ; tabl. vi). Ces remarques confortent la chronologie haute de la production à pâte rouge. En outre, la comparaison avec le Languedoc a montré l’existence sur plusieurs sites de cette région d’un autre groupe à pâte rouge glaçurée attesté au xiiie s. (Leenhardt 1995c). Pour approcher la chronologie précise de cette catégorie, des indices sont surtout fournis par les résultats de recherches archéologiques au château de Beaucaire (Schneider 1990 ; Schneider 1995). Dans un contexte daté du milieu du xiiie s. par une monnaie de Raymond VII, un seul objet de ce groupe est associé à de la céramique commune grise prédominante et on constate la quasi‑absence des pâtes claires glaçurées de l’Uzège. Ces dernières n’apparaissent vraiment que dans les niveaux immédiatement postérieurs attribuables à la seconde moitié du xiiie s. et coexistent alors avec de rares pots à pâte rouge glaçurée, des céramiques grises et des vases à pâte calcaire et glaçure monochrome verte. Sur ce même site, au début du xive s., la céramique rouge glaçurée a disparu. Cet exemple indique en Languedoc une antériorité de la production rouge glaçurée sur celle à pâte claire glaçurée de l’Uzège. Diverses observations faites en milieu urbain, à Arles (Piton et al. 1995) et Montpellier (Leenhardt 1995a ; Leenhardt 1995c), confirment cette assertion, même si les indices de datation sont moins précis pour quelques autres lieux languedociens (Gigean, Le Caylar). Enfin, le déclin rapide puis l’abandon de cette production sont manifestes : sur divers sites de la même aire montpelliéraine occupés dans la première moitié du xive s., ces poteries rouges glaçurées sont absentes alors que les céramiques glaçurées de l’Uzège deviennent fréquentes.

528Les observations qui précèdent constituent de précieux jalons pour approcher les modalités des grandes transformations technologiques, modes de cuisson et imperméabilisation des vases en Provence. Les recherches de G. Démians d’Archimbaud avaient constaté l’absence des céramiques à revêtement glaçuré dans les niveaux bien stratifiés du début du xiiie s. sur le site de Rougiers. Elles avaient aussi démontré que la production de vaisselles communes à pâte claire glaçurée dans les ateliers de Cabasse, vers le milieu du xiiie s., était antérieure à l’apparition des glaçures sur pâte rouge de la région d’Ollières. Les nouvelles observations résultant de cette étude autorisent donc à dire que la glaçure plombifère semble bien avoir été introduite en Provence par les potiers de Sainte‑Barbe riches de leur savoir‑faire hérité de la tradition islamique. Elles indiquent également que la production de pâte rouge glaçurée paraît succéder aux céramiques communes grises non glaçurées et précéder les glaçures sur pâte réfractaire, en Provence comme en Languedoc (Vallauri, Leenhardt 1997).

529Une question demeure. Pour quelle raison ces vases en pâte rouge, qui constituent le premier exemple connu à ce jour d’une production marseillaise résistant au feu, ont‑ils brusquement disparu (à part le cas particulier du four 98) dès le deuxième temps d’activité de l’atelier ? L’abandon de cette fabrication est évident, mais il surprend compte tenu de l’innovation que représentait ce revêtement glaçuré et la qualité des produits obtenus. Il étonne aussi car la création, à Marseille même, de vaisselles culinaires devait être appréciée par les populations de la ville, pour qui jusque‑là l’importation des ustensiles destinés à la cuisson était indispensable. Il fallait donc de sérieuses raisons pour justifier cet abandon.

530L’épuisement des filons du gisement d’argile rouge pourrait représenter une première explication : l’étude en laboratoire de la composition de ces argiles (cf. supra § 4.2.2.4) conforterait cette hypothèse. En outre, l’exemple du four 98 où coexistent, pour les vaisselles culinaires, pâtes rouges et pâtes à dominante apparemment calcaire, pourrait suggérer une tentative du potier pour continuer malgré tout la production de récipients culinaires inaugurée par ses prédécesseurs. La rareté des pâtes rouges en phase 2B signifie‑t‑elle que les potiers de cette deuxième génération ignoraient désormais où se procurer l’argile rouge utilisée peu auparavant par leurs voisins de la maison XI, la tradition sur les lieux d’approvisionnement possible étant déjà perdue ? Ou encore cette argile a‑t‑elle été abandonnée par les potiers des fours 70 et 93, moins vite par celui du four 98, en raison d’une difficulté à maîtriser les conditions techniques de cuisson de cette argile ? Les innombrables surcuits des pots à anse pourraient laisser envisager cette hypothèse.

531Il ne faut pas exclure non plus l’éventualité d’une concurrence entre ateliers. D’autres officines n’ayant pas les problèmes d’approvisionnement des potiers marseillais –celle de Cabasse dans l’arrière‑pays vers le milieu du xiiie s. d’abord, puis celle d’Ollières au début du xive s. ou, dans la région voisine, celles de l’Uzège à partir de la seconde moitié du xiiie s.– produisaient des vaisselles glaçurées à pâte réfractaire très appréciées sur les marchés régionaux. Or la pâte rouge siliceuse résistait sans doute moins bien au feu que ces pâtes réfractaires. En outre, les potiers de la deuxième génération appartiennent à une population nouvelle, des provençaux peut‑être, en tout cas issus d’une autre tradition, comme pourrait le laisser supposer l’abandon de certains types en pâte calcaire et la création de nouveaux types, ainsi que de décors d’un autre style. Dans ce cas il est possible qu’ils soient bien au fait de la concurrence que peuvent représenter pour eux les produits des autres centres régionaux qui, dans la seconde moitié du xiiis. et au xive s., sont performants pour la poterie culinaire (Cabasse et Ollières). Pour ne pas risquer de subir cette concurrence, ils ont pu décider de se spécialiser uniquement dans la vaisselle en pâte calcaire, les majoliques notamment, pour laquelle ils n’ont aucune concurrence régionale et qui ne leur pose pas de problème d’approvisionnement.

532Ces questions posent inévitablement le problème des recoupements entre les aires d’influence et/ou de diffusion des ateliers. Il faudrait aussi savoir pour qui les potiers de Sainte‑Barbe produisaient, afin d’estimer quel était le risque de concurrence. La production de la poterie culinaire rouge était‑elle destinée aux seuls besoins locaux ou à une aire de diffusion plus large ? Sa présence sur les sites aixois montre qu’elle a été diffusée au moins dans un rayon de 30 km. Pour aller au‑delà de ces conjectures il faudrait découvrir de plus nombreux sites occupés au xiiie s. et particulièrement dans le début de la période. Ce serait le seul moyen de mieux s’acheminer vers les réponses à ces questions.

533Le répertoire des formes montre bien que les potiers ont presque exclusivement réservé cette pâte rouge siliceuse pour les récipients à usage culinaire. La prédominance des pots à anse est flagrante. Viennent loin derrière les marmites à anse en boudin et les jattes, représentées dans des proportions analogues. En dehors de ces trois séries figurent d’autres types, rares ou exceptionnels, pots à tétons, poêles et cassoles. Parfois les potiers se sont risqués à employer cette argile pour quelques vaisselles de table, ou plus rarement des vases de stockage, des bassins, des braseros, ou des lampes. S’agissait‑il alors de commandes spécifiques, occasionnelles, ou d’essais tentés par les potiers pour varier leurs expériences en testant toutes les possibilités de leurs pâtes ? Les éléments manquent pour privilégier l’une de ces interprétations.

534La confrontation entre ces récipients et les vaisselles couramment utilisées dans la civilisation islamique et en Ligurie a fait apparaître pour certains des pots culinaires, les marmites surtout, une parenté avec les modèles de ces deux aires culturelles, sans que l’on puisse parler de véritables équivalents mais plutôt d’une ambiance semblable. Pour les pots et les jattes, en revanche, l’inspiration doit être cherchée ailleurs. Il faut signaler dans la proche Catalogne, à Tarragone, un modèle de jatte à bord à carène et à glaçure miel attribué au tournant des xiiiexive s. (Aquilué 1993). Il n’existe cependant pas de similitude avec les catalogues des formes courantes en Provence au xiiie s.

535C’est à vrai dire avec plusieurs productions languedociennes de céramique commune que les rapprochements semblent les plus probants. Les parallèles les plus nets et valables pour de nombreux types –marmites, pots à anse et jattes, mais aussi cruches– concernent la production à pâte rouge glaçurée de la région montpelliéraine au xiiie s. Certes les ateliers ne sont pas encore localisés, mais les vaisselles de ce groupe sont recensées sur divers sites consommateurs de la région, autorisant à proposer une première image de l’aire de diffusion de ces produits (Leenhardt 1995c). De même, les formes des divers pots à anse ou celles des couvercles plats à bouchon central perforé évoquent manifestement les types correspondants de l’atelier de Saint‑Gilles‑du‑Gard au tournant du xive s. D’un autre côté, la comparaison avec les poteries à pâte claire glaçurée de l’Uzège ne vaut que pour certaines pièces du répertoire. En effet, si pour les jattes l’équivalence est absolue, surtout pour la seconde moitié du xiiie s., pour les couvercles la ressemblance reste plus lointaine ; mais il faut constater que les marmites de ces ateliers se réfèrent à une tout autre tradition. Malheureusement, de la même manière que pour préciser la datation de l’apparition des glaçures, on se heurte au problème que pose la rareté des contextes attribués à la première moitié du xiiie s. dans cette région. De même les analogies les plus grandes s’opèrent souvent avec des céramiques recueillies dans des comblements de puits dont la datation reste parfois floue (xiiie‑début du xive s.). Pour ces différentes raisons il est difficile d’apprécier avec certitude la signification de ces grandes similitudes de formes. Certes, les recherches conduites à Beaucaire fournissent, on l’a vu, un point d’ancrage pour le milieu du xiiie s., mais ce dernier gagnerait à être conforté par des observations identiques sur d’autres sites. Du coup l’interprétation des ressemblances constatées est bien délicate. Le répertoire de Sainte‑Barbe a‑t‑il servi de modèles aux potiers languedociens et faut‑il parler de filiation ? Ou bien ces divers ateliers fonctionnaient‑ils simultanément dans le courant du xiiie s. et créaient‑ils des types similaires en fonction des goûts et des modes du moment, susceptibles de circuler dans d’assez vastes aires géographiques ? Ou encore les uns et les autres empruntaient‑ils des détails morphologiques ou des types globaux à des sources multiples ? De toute manière les liens commerciaux entre Marseille et le Languedoc, particulièrement Beaucaire et Montpellier, étaient bien attestés au xiiie s. (Busquet, Pernoud 1949), ce qui favorisait certainement aussi la circulation des idées et des modèles entre les officines sans qu’il s’agisse obligatoirement de l’arrivée de nouveaux potiers.

536Seules les études à venir, fournissant une documentation plus abondante et issue de sites consommateurs datés avec précision de la première moitié du xiiie s., ainsi que la localisation des ateliers languedociens seront aptes à favoriser le choix entre ces différentes pistes, les unes et les autres pouvant d’ailleurs se conjuguer. Il faut tout de même noter que la comparaison avec la « rouge de Montpellier » fournit de vraies similitudes, alors que pour l’Uzège les ressemblances sont parfaites pour certains types et impossibles pour d’autres qui sont pourtant contemporains, ce qui plaiderait dans ce cas pour la juxtaposition d’influences différentes.

537Enfin, si certains types, les jattes surtout, perdurent avec bonheur et abondance dans les productions languedociennes et provençales du xive s., les marmites à anses en boudin n’apparaissent jamais parmi les produits des ateliers de l’Uzège et ne figurent qu’occasionnellement au xive s. parmi les vases culinaires en pâte grise des sites consommateurs audois. Ces exemples rendent manifeste la disparition des types issus du répertoire islamique et, inversement, la permanence et le développement dans le courant du xive s. des modèles qui n’empruntaient rien à cette tradition.

4.6.2 Céramique à pâte calcaire

538l.v.

4.6.2.1 Renaissance de la production en pâte calcaire

539La céramique élaborée dans l’argile calcaire locale est la production permanente de l’atelier pendant ses deux grands temps d’activité. Cette dominance s’explique tout naturellement par la proximité des gisements et une tradition dans la cité de fabrication de vaisselle en pâte calcaire depuis la plus Haute Antiquité. Malgré des phénomènes de discontinuité, en particulier pendant le haut Moyen Âge, la production calcaire, dont le dernier témoignage est la vaisselle sigillée paléochrétienne grise (DSP), ne pouvait manquer de renaître au tournant du xiiie s. dans un contexte d’expansion économique et de marché potentiel. Cette renaissance de la pâte calcaire en cuisson oxydante n’était jusque‑là connue que par les productions de majoliques régionales. À Marseille, elle s’étend à tout un ensemble de formes usuelles avec ou sans revêtement et bien entendu aux faïences. Rappelons que, depuis le haut Moyen Âge en Provence, l’emploi des pâtes calcaires, bien attesté pendant toute l’Antiquité, a disparu. Elles ont été remplacées pour des raisons difficilement explicables par des pâtes siliceuses et kaolinitiques très variées et dans lesquelles les céramiques communes, et surtout culinaires, ont été réalisées de façon indifférenciée. Jusqu’au milieu du xiiie s. les productions d’Ollières et de Cabasse, qui représentent les gros ateliers de l’arrière‑pays, sont en pâte kaolinitique et encore réalisées en cuisson réductrice. On ne connaît que quelques exemples de pégaus et marmites en pâte calcaire micacée dans le bassin de Saint‑Maximin et en Provence orientale, mais ils sont extrêmement faibles et de l’ordre de l’unité (Démians d’Archimbaud et al. 1985 : 143‑146, fig. 2). La nouveauté dans l’atelier de Marseille est donc la séparation des productions par pâte. Au début de l’activité des officines marseillaises, la céramique calcaire est accompagnée par une autre production en pâte rouge siliceuse qui ne la concurrence pas mais lui est complémentaire. Dans les phases 1 et 2A, l’étude des comblements permet de nuancer leur importance relative mais on peut dire que globalement elles sont en quantité égale. Dans un cas, la proportion de céramique à pâte calcaire est identique à celle de céramique en pâte rouge siliceuse (four 107). Dans les niveaux anciens du chemin, elle est en quantité légèrement inférieure, mais, à l’inverse, elle est supérieure dans la fosse 436‑602. À partir de la phase 2B, la céramique calcaire devient quasi exclusive. Dans l’espace XIV, elle est encore contrebalancée par un petit lot de productions en pâte rouge (four 98). Dans les autres espaces du sud, il n’est pas rare de la trouver en compagnie de quelques tessons rouges qui subsistent en résidus dans les remblais et dépotoirs environnants. Mais dans tous les autres comblements, elle règne en maître, en particulier dans le secteur nord‑est nouvellement construit (dépotoirs 106 et 299).

4.6.2.2 La multiplicité des formes

540La première constatation est la profusion des formes élaborées en pâte calcaire pendant toute la période d’activité de l’atelier. Leur fabrication répond aux besoins quotidiens d’une population urbaine, aussi bien pour le service de table que pour la conservation des liquides, des denrées et leur transport. L’éclairage est bien pourvu par divers modèles de lampes. Toute une panoplie de vases à usages multiples est aussi présente tant pour le lavage, la préparation des aliments, le filtrage ou l’égouttage, le réchauffement des plats. Le catalogue satisfait également au jardinage, à la culture des fleurs, à l’élevage, au calibrage de grains ou de liquides, à la rétention des économies, ainsi qu’aux besoins architecturaux pour l’évacuation des eaux et le revêtement des sols. Plusieurs formes ne sont pas affectées à une fonction et demeurent énigmatiques (petit pot bas, écuelle basse, moule) mais leur fabrication en série suggère un emploi bien précis. Une petite « quincaillerie » en terre pour le jeu, le filage des fibres, la musique ou la toilette complète ce répertoire. Cette profusion de formes est aussi importante pendant les deux périodes d’activité. On ne constate pas de réduction du répertoire, certaines formes disparaissent et de nouveaux modèles apparaissent. La variété des formes n’a d’équivalent à cette époque que dans le monde méditerranéen, dans une aire culturelle différente marquée par la tradition islamique. Les nombreuses études menées en Espagne sur toutes les catégories de productions calcaires montrent des associations de formes comparables. On note également une nette séparation entre les vases destinés à la cuisson, qui sont en pâte rouge grossière, et le répertoire en pâte calcaire. Dans tous les ateliers ou sur les sites de consommation, celui‑ci inclut des vaisselles de table, des récipients domestiques très variés. À l’inverse, en Provence, dans les petits ateliers de l’arrière‑pays d’Ollières et de Cabasse, la pâte kaolinitique est polyvalente et sert indifféremment au façonnage de la vaisselle culinaire et des vases à liquides. Au xiiie s. le répertoire des formes en céramique est encore très restreint et les vaisselles ouvertes sont absentes des répertoires car sans doute en bois. Les formes usuelles à usage domestique sont inexistantes, excepté une ou deux lampes, tirelires, tuyaux de canalisation ou godets de noria parfois signalés.

541À Marseille, la pâte calcaire a donc servi à tout faire, à l’exception des récipients proprement culinaires qui devaient résister aux chocs thermiques. Rien d’étonnant à cela, car l’argile ne s’y prêtait pas et les potiers avaient, dès la première phase de production, pallié cette inadéquation en trouvant une autre argile plus résistante pour la confection des pots à anses, marmites et poêlons glaçurés. Mais dans la seconde phase, cette production ayant pratiquement disparu, des formes de marmites et de pots ont été tentées. Elles sont cependant d’une qualité médiocre et la plupart du temps sans glaçure. Cet essai, qui reste très marginal, tendrait à prouver que les potiers ont cherché à combler ce manque et ont essayé de satisfaire une clientèle locale par des sous‑produits qui n’avaient rien de comparable avec l’ancienne poterie culinaire à pâte rouge. Cette pseudo‑culinaire en pâte calcaire se limite aux pots à anses, marmites, couvercles et pots à tétons. Elle se distingue très nettement par les typologies et l’absence de revêtement des productions en pâte rouge des phases 1 et 2A. Si quelques exemples apparaissent dès la phase 2A (comblement du foyer du four 103), la majorité provient de la phase 2B dans les espaces XI et XIV et plus spécialement du four 98. La céramique culinaire est pratiquement absente dans le secteur nord. L’usage de ces formes, qui sont sans équivoque destinées à la cuisson, est étonnant puisqu’elles ne comportent pas de revêtement pour les imperméabiliser et qu’elles ne sont pas cuites en réduction, à l’exemple des productions régionales. Si quelques formes originales n’ont pas de répliques connues (pots à tétons et marmites 6), l’ensemble du répertoire a des résonances indéniables avec le monde provençal, et en particulier avec l’atelier de la région d’Ollières qui diffuse ses produits largement jusque dans la cité phocéenne. Il est cependant très éloigné des productions de l’Uzège en pâte réfractaire kaolinitique de bonne qualité. Doit‑on en conclure que ce sont des imitations réalisées par les artisans marseillais ou des essais maladroits qui n’ont pas eu de suite ? De toute façon, cette tentative de production en pâte calcaire, peu apte à résister au feu, n’a pas su remplacer dans la phase 2B les céramiques rouges glaçurées, aux qualités techniques indéniables, qui ont alors disparu. Elle manifeste néanmoins des imprégnations culturelles, des liens avec les potiers de l’arrière‑pays ou la présence de nouveaux ouvriers pendant la durée de fonctionnement de l’atelier.

4.6.2.3 Filiation, transmission des modèles

542La recherche systématique de l’origine de chaque forme, tant dans le répertoire contemporain des productions régionales grises que dans le riche univers des formes en usage dans tout le bassin Méditerranéen depuis le xe s., fait apparaître divers courants d’influences.

543Pour la période la plus ancienne, certaines formes sont indubitablement liées au monde méditerranéen de tradition islamique. C’est le cas dans la vaisselle de table des coupes 1 à 3, des coupelles 1 à 3, des pichets 1, des aquamaniles et aiguières et des formes du luminaire (fig. 284, 286, 287, 289). Mais l’étude conjointe des décors permet de rattacher plus directement certaines formes au Maghreb (coupelle 1), d’autres à la Sicile (coupelle 2) ou à l’Espagne andalouse (aquamanile). On peut affecter une même filiation à des formes plus communes comme les bassins tronconiques et cylindriques, les vases à deux anses, les filtres, les encriers, les moules, les braseros et les tuyaux.

544D’autres au contraire sont des répliques de formes produites dans les ateliers de l’arrière‑pays (jarres de stockage, cruches à anneau, trompes d’appel). Certaines sans répondant direct comme les minicoupelles, les petits vases à anse de panier, les chopes‑mesures 1 et 2 n’ont pas été répertoriées dans les typologies espagnoles ou provençales, mais rien ne dit qu’elles n’ont pas été produites dans d’autres ateliers dont l’étude reste à faire.

545En dernier lieu, c’est avec le proche Languedoc que des comparaisons se sont imposées. Les cruches et pichets 1 monochromes, les tirelires sont très comparables, mais on ignore, faute de datation précise, si les contextes dans lesquels ils se trouvaient sont contemporains ou postérieurs aux productions marseillaises. Il est nécessaire de rappeler que les comparaisons avec le monde culturel islamique sont essentiellement basées sur l’abondante documentation espagnole. Il ne faut pas pour autant en conclure que telle forme n’existe pas à cette époque dans les terres siciliennes ou maghrébines où peu d’études sont consacrées à la céramique commune. Il en est de même pour les comparaisons avec le Languedoc encore peu étudié. Les références qui ont servi sont souvent d’une chronologie incertaine, soit parce qu’il s’agit de fouilles anciennes ou de comblements étalés dans le temps, soit parce que les niveaux stratifiés contiennent peu de matériel pour les périodes anciennes. On s’est donc limité à constater des similitudes sans en tirer conclusion.

546Il est apparu important de voir si les formes connues dans cette première phase se retrouvaient par la suite dans les productions provençales et languedociennes en pâte réfractaire et calcaire. En général, les formes de tradition islamique, et. ceci est valable surtout pour la vaisselle de table, disparaissent totalement, comme les coupes creuses sur pied annulaire, les coupelles à marli et les pichets. Quelques réminiscences peuvent être établies avec les vaisselles de l’Uzège (pichets, couvercles creux) ou avec celles en pâte calcaire produites au tournant du xive s., soit en Languedoc autour de Montpellier, soit dans la région de Beaucaire‑Tarascon (coupes creuses). Mais on ne les constate en aucun cas dans le répertoire en pâte calcaire tardif de la vallée du Rhône, bien connu par le grand site de consommation avignonnais.

547Pour le second temps, au sein même de l’atelier, certaines formes des phases 1 et 2A disparaissent totalement, comme les coupes 2, 5, 6, les coupes à anse de panier, les coupelles 1 et 2, les chopes‑mesures 1 et 2, les lampes apodes 1 et les moules. D’autres se retrouvent sans grand changement mais avec des évolutions de détails. C’est le cas des coupes 1 ou des lampes sur pied 1 et des pichets 2 retrouvés dans le four 98. Les vases communs servant à des usages multiples ou au stockage (bassins, pots à anse de panier, filtres, jarres) demeurent. D’autres formes apparaissent, comme les pots à découpes dont le modèle échappe. Par contre, les marmites 4‑6 évoquent plus des productions régionales grises contemporaines. Dans le secteur nord nouvellement bâti, le problème est encore plus complexe car on assiste à une génération spontanée de formes. Les nouveaux profils des vaisselles de table (coupes 8 et 9, bols, albarellî) (fig. 285, 286) n’ont d’équivalent qu’en Languedoc à la même époque. L’évolution de la forme des lampes sur pied 2 n’a pas de références précises, de même que l’apparition des écuelles basses. Mais la plupart des formes produites dans cette phase 2B trouveront des prolongements dans les productions du xive s. Certaines, comme les coupes 8, coupes polylobées, plats à marli, cruches 2, sont identiques à celles produites pendant tout le xive s. dans les ateliers de la région avignonnaise. En revanche, les lampes apodes ou sur pied 2 ne se retrouvent que dans les productions en pâte kaolinitique de l’Uzège. D’autres à l’inverse sont dans les deux productions, avec des évolutions de forme : chopes, pots à découpes, bassins, tirelires, albarelli, etc,

548L’étude en détail des formes élaborées dans l’atelier marseillais pendant plus d’un siècle offre une situation confuse ! Cet imbroglio difficile à dénouer peut cependant correspondre à des départs ou des arrivées d’artisans. Ainsi s’expliqueraient l’abandon d’une partie du répertoire et l’apparition de nouveaux modèles. Le syncrétisme constaté ne peut que résulter d’échanges directs ou indirects : circulation des hommes et des produits attestée par les contrats de commerce ou par les liens historiques entre la Provence et le Languedoc et avec les terres étrangères d’Espagne et de la Barbarie. Les liens avec la Sicile sont à l’évidence plus clairs sous le règne de Charles Ier d’Anjou. Si Marseille est un port ouvert sur la Méditerranée, elle n’en demeure pas moins tournée vers son arrière‑pays, et les contacts avec la région d’Ollières en sont la meilleure illustration. L’observation des revêtements et des décors conduit sur cette même voie.

FIG. 281 – Typologie périodisée des pots à anse 1‑4 en pâte rouge et pâte calcaire. Fig. 281 à 289 : Δ pâte calcaire, * pâte rouge.

M.L./CNRS, L.V./CNRS del.

FIG. 282 – Typologie périodisée des marmites 1‑3 en pâte rouge.

M.L./CNRS del.

FIG. 283 – Typologie périodisée des jatte, poêlon, pot à queue et cassole en pâte rouge et calcaire.

M.L./CNRS, L. V./CNRS del.

FIG. 284 – Typologie périodisée des coupes 1‑4 en pâte calcaire.

L.V./CNRS del.

FIG. 285 – Typologie périodisée des coupes 8‑11, polylobée, plat et coupelle polylobée en pâte calcaire.

L.V./CNRS del.

FIG. 286 – Typologie périodisée des coupelles 1‑4, bol, minicoupelles 1‑3 en pâte calcaire.

L.V./CNRS del.

FIG. 287 – Typologie périodisée des pichets 1‑3 en pâte rouge et calcaire.

L.V./CNRS, M. L./CNRS

FIG. 288 – Typologie périodisée des cruches 1‑3 en pâte rouge et calcaire.

L.V./CNRS, M. L./CNRS

FIG. 289 – Typologie périodisée des lampes apodes 1‑2 et sur pied 1‑2 en pâte rouge et calcaire.

LV./CNRS, M. L./CNRS

4.6.2.4 Redécouverte du mode de cuisson oxydant et apparition de l’émail

549Ces deux phénomènes sont certainement liés car le changement observé dans la coloration de la surface des vases coïncide avec l’introduction de nouvelles techniques et en particulier des glaçures à l’étain. Ce nouveau procédé d’imperméabilisation qui remplace le dépôt de carbone n’est pas le même que celui adopté par les potiers locaux de l’arrière‑pays ou de la région d’Uzès. Sur les pâtes kaolinitiques, les premiers essais de glaçure sont uniquement au plomb. À Marseille, si les artisans ont utilisé la glaçure au plomb, c’est uniquement sur la vaisselle à usage culinaire. Il n’en est pas de même pour la céramique calcaire dont l’étanchéité est assurée par une glaçure monochrome opacifiée à l’étain. Tout comme la corrélation pâte/usage a été remarquée, on constate une évidente dépendance entre la pâte calcaire et la glaçure stannifère. De toute façon, même quand les potiers n’ont pas mis de revêtement aux vases utilitaires, ils ont toujours conservé le mode de cuisson oxydant. L’usage de ce mode, qui correspond à un changement dans les goûts et les habitudes, se généralise au cours du xiiie s. dans toute la Provence. Mais on est en mesure d’affirmer que la glaçure à l’étain est en usage à Marseille dès la première moitié du xiiie s. (Vallauri, Leenhardt 1997).

550Comme il a été souvent dit au cours de cette étude, la céramique en pâte calcaire est présente sous trois formes. Lorsqu’elle est sans revêtement, elle est dénommée biscuit. Mais ce terme réunit aussi bien les formes cuites une première fois et destinées à être couvertes de glaçure puis recuites, que les formes qui restent telles quelles. Les biscuits du premier type sont souvent des formes du service de table ouvertes et fermées –coupes, coupelles, cruches et pichets– mais aussi des récipients pour le transport ou le stockage, l’ensemble du luminaire et quelques formes exceptionnelles comme les aquamaniles et alharelli. Les biscuits du second type concernent toute une panoplie de formes utilitaires à usage spécifique ou multiple : les bassins, tirelires, chopes‑mesures, pots à anse de panier, pots pour les fleurs et bulbes, vases à deux anses, passoires, braseros, tuyaux de canalisation, cornes d’appel, etc. Ce large éventail de formes n’est en aucun cas glaçuré et représente la production ordinaire de cet atelier urbain. Cette catégorie de céramique commune en pâte calcaire avait rarement été mise en évidence dans les productions régionales de la vallée du Rhône contemporaines ou postérieures. On connaissait seulement des tirelires, des coupelles, surtout à Avignon, des dourques à anneau ou à anse de panier et des coupes à Beaucaire et Arles.

551Les céramiques glaçurées sont revêtues différemment suivant les deux temps de production et suivant le secteur où elles ont été produites. Les vases à liquides et coupes des phases 1 et 2A, produits dans le secteur sud, sont couverts d’une glaçure souvent blanche, blanc bleuté et irisée, et bien opacifiée à l’étain. Dans quelques cas elle est colorée d’un beau vert vif dû à l’adjonction de cuivre, plus exceptionnellement en jaune, avec de l’antimoine. On retrouve cette qualité de glaçure encore dans les dernières productions de l’espace XIV (four 98). Pendant la phase 2B, dans les espaces nord, cette couverte lumineuse est plus rare voire exceptionnelle. Elle est la plupart du temps verdâtre ou jaunâtre et prend un aspect moucheté. Cependant, les tests effectués en laboratoire ont montré la présence d’étain, mais le mélange ou les proportions des différents éléments qui rentrent dans la composition ne sont, à l’évidence, pas les mêmes que pendant le premier temps de production. Ces variations d’aspect traduisent cependant des savoir‑faire différents, des changements dans les recettes, un appauvrissement de qualité qui vont de pair avec l’évolution de répertoire et la perte des modèles les plus islamisants. L’importance de la production de céramiques à glaçure monochrome est en fait réelle si on cumule les biscuits et les objets finis. Parmi les produits commercialisés, c’est la catégorie la mieux représentée pendant les deux temps et surtout en phase 2B. Cette seconde catégorie était jusque‑là rarement signalée. La vaisselle calcaire monochrome pourrait cependant bien caractériser les contextes du xiiie s. Dans les stratigraphies anciennes aussi bien en Languedoc que dans la vallée du Rhône (Montpellier, Beaucaire, Arles), il n’est plus rare de la repérer surtout pour les vases à liquides. Elle correspond déjà à une production de luxe par rapport aux biscuits, mais devait sans doute être d’un coût inférieur aux productions peintes dont le nombre est infiniment réduit, Il est intéressant de remarquer que par la suite, au xive s., la quantité de vaisselle monochrome diminue au dépend des vaisselles peintes vertes et brunes de la région avignonnaise. Ces dernières, après avoir connu un développement massif, régressent à la fin du xive s. laissant à nouveau la priorité aux vases monochromes. Il est difficile de conclure sur ce mouvement pendulaire qui reflète sans doute des réalités économiques et techniques.

4.6.2.5 La majolique décorée : une production de luxe

552La vaisselle peinte avec des oxydes de cuivre et de manganèse reste très minoritaire et ne dépasse jamais 3 % de l’ensemble de la production. Dans la phase 2A, elle varie entre 0,3 et 2 % suivant les comblements. Dans la phase 2B, elle est quasi absente dans le comblement du four 98 mais atteint 2,8 % dans le dépotoir 106. On peut donc affirmer que la production de majolique est rare, voire exceptionnelle. Mais cette constatation n’a rien d’étonnant lorsqu’on compare le pourcentage de majoliques produites dans un atelier espagnol. Dans l’atelier de Denia, où une quantification a été réalisée, cette catégorie n’atteint pas 1 %. On ne dispose pas d’autres éléments de comparaison hormis sur les sites de consommation qui font aussi apparaître des chiffres souvent très réduits. Les deux couleurs verte et brune constituent la bichromie de base pendant les deux temps de production. Cependant, le jaune antimoine a été utilisé de façon complémentaire : sur les coupes 1, coupelles 2 et sur les carreaux de pavement les plus tardifs trouvés dans le four 93. Dans le premier temps de production, ce procédé décoratif est réservé principalement aux vaisselles ouvertes, aux coupes et aux coupelles. Les seuls vases à liquides peints sont soit des aquamaniles, soit des aiguières ou autres pots exceptionnels. Dans la phase 2B, cette mode s’étend tout autant aux formes ouvertes qu’aux cruches. La conception décorative change radicalement d’une période à l’autre. Les motifs les plus anciens, zoomorphes, végétaux et géométriques ont un style qui renvoie globalement au monde méditerranéen, tant maghrébin que sicilien, mais les rapprochements avec l’Espagne andalouse sont difficiles à établir. Les motifs qui se développent sur les nouvelles formes ouvertes et les cruches appartiennent à toute une ambiance décorative stéréotypée qui se retrouve aussi bien en Languedoc qu’en Provence et dans la vallée du Rhône dès la fin du xiiie s. L’origine de ce nouveau style à tendance géométrique, organisé en registres ou en compositions quadrilobées, est inconnue. Les motifs les plus fréquents sont des quadrillages ou remplissages de spirales, plus rarement des compositions ouvertes et plus libres. Il est difficile de l’affilier directement à la Catalogne ou à l’Aragon et encore moins à la Toscane. C’est une production qui résulte certainement de la circulation de modèles venus d’ailleurs, mais où la part de liberté des artistes languedociens et provençaux a dû jouer (Amouric, Foy 1986 ; Amouric et al. 1995c). Mais c’est le style qui caractérise les diverses productions du sud‑est de la France pendant près de deux siècles. Le cas des décors des carreaux de pavement est encore plus complexe. Pour les deux périodes, ils renvoient plutôt à des modèles conventionnels reproduits dans toute l’Europe du Nord mais réinterprétés en faïence suivant une technique bien maîtrisée par les artisans marseillais.

4.6.2.6 La place de l’atelier marseillais dans l’histoire des productions de faïences régionales

553Il est difficile de resituer l’atelier de Sainte‑Barbe dans l’histoire des majoliques provençales et languedociennes. La comparaison d’un atelier producteur sans équivalent avec des produits consommés reconnus seulement par des typologies ou des analyses de laboratoire ne permet en aucun cas de tirer des conclusions. L’atelier marseillais est unique car c’est le seul centre producteur de céramiques calcaires connu par l’archéologie. On a pu constater sa polyvalence, puisque plusieurs catégories coexistent, au sein de cette pâte : la vaisselle commune sans revêtement, les faïences monochromes et un petit lot de vaisselles peintes. Or au xiiie s., dans cette période de transition et de mutations technologiques, les seules comparaisons proviennent de sites d’habitat sur lesquels on ne retrouve que de la céramique commune en pâte kaolinitique, pour une part infinitésimale de faïence. Les ateliers varois qui ont produit des vaisselles culinaires à partir du milieu du xiiie s. changent de technique et abandonnent la cuisson réductrice pour la cuisson oxydante et l’emploi de la glaçure plombifère. À cette époque, le répertoire des formes se diversifie. Les mêmes argiles sont employées pour réaliser des cruches, ou pichets, mais les formes ouvertes pour la table sont quasiment absentes. Ces ateliers ne semblent pas avoir connu l’usage de la glaçure stannifère. Cependant, récemment, dans les fouilles de l’abbaye de Saint‑Maximin‑la‑Sainte‑Baume (Guyon et al. 1994), on a pu identifier dans des remblais anciens de la fin du xiiie s (?) une cruche en pâte kaolinitique ferrugineuse recouverte par une glaçure opaque blanche. Il pourrait s’agir d’un essai qui résulterait peut‑être de contacts avec les potiers de Sainte‑Barbe. La présence d’alambics émaillés en pâte réfractaire d’Ollières (catégorie B3), employée pour la céramique grise, soulevait déjà ce problème. Dans les grands ateliers de l’Uzège, la situation est différente. L’apparition de la glaçure plombifère se situe aussi dans la seconde moitié du xiiie s. Les formes culinaires réalisées dans cette belle argile kaolinitique blanche sont prédominantes mais accompagnées aussi par des cruches et pichets et diverses formes de vaisselle commune (tirelires, bassins, etc.). En revanche, il est assuré que des formes ouvertes et fermées ainsi que des carreaux ont été produits dans la même argile (sinon dans les mêmes ateliers) dès la seconde décennie du xive s. Les analyses de laboratoire le confirment mais montrent aussi, à partir du matériel de Gigean et de Beaucaire, l’existence d’autres groupes en pâte kaolinitique, en Languedoc.

554Pour les majoliques en pâte calcaire la situation est encore plus complexe. Les analyses effectuées sur du matériel languedocien et provençal de chronologie ancienne, mal cernée mais qui se situerait au tournant du xive s., séparent plusieurs groupes de styles différents. Le décor des faïences de Beaucaire est particulièrement serré et le revers des pièces est souvent recouvert par des glaçures vertes ou jaunes. Celles trouvées à Gigean ou Montpellier, d’un style précis et tout aussi soigné, ont des formes et décors incomparables, tout comme, des coupes et couvercles trouvés à Hyères. Leur composition hétérogène reflète plusieurs ateliers dont la localisation est inconnue mais qui gravitent toujours, soit autour de Montpellier soit dans la basse vallée du Rhône, dans la zone Beaucaire‑Tarascon. À partir du premier quart du xive s. la production massive de faïences qui se développe dans la mouvance d’Avignon n’est pas plus localisée, mais elle est bien caractérisée. Les dernières confrontations faites à partir des textes et des analyses de matériel, incluant des rebuts de production d’Époque moderne trouvés dans la ville pontificale, n’éclairent pas davantage le problème de localisation. Cette concentration de production du bas Moyen Âge pourrait tout aussi bien se situer encore dans la basse vallée du Rhône : soit dans la ville, mais on en a aucune preuve malgré la présence de dépotoirs modernes (Carru 1995d ; Bérard, Landuré 1995 ; Carru et al. 1997), soit dans ses environs immédiats autour de Beaucaire‑Tarascon dont les potiers et produits sont signalés par les textes dès le début du xive s. et jusqu’au xve (Amouric et al. 1995a ; Amouric et al. 1995b ; Amouric et al. 1995c).

555Les vaisselles marseillaises de la première génération n’ont de toute façon aucun rapport avec toutes les productions énumérées. Ces ouvrages de tradition islamique ne se retrouvent pas dans les séries précoces de la basse vallée du Rhône. Mais cette constatation, fondée sur la documentation disponible à ce jour, ne permet pourtant pas d’exclure en Languedoc une production analogue dans des contextes plus anciens, comme en témoignent de rares exemples à Montpellier. Pour la céramique décorée de la phase suivante, des comparaisons peuvent être établies, en particulier en Languedoc avec les majoliques retrouvées à Gigean. Mais faute de chronologie précise, il est difficile de savoir si ces productions sont antérieures, contemporaines ou postérieures à celles de Marseille de la phase 2B. En conclure une filiation serait hasardeux. Tout au plus pouvons‑nous constater des ressemblances qui peuvent traduire une même ambiance culturelle de part et d’autre du Rhône. À cette seconde période de production, les rapports s’établissent bien naturellement avec les majoliques de la région avignonnaise.

556Le problème de chronologie est aussi délicat à trancher. Les dernières vaisselles de l’atelier débordent dans le xive s., date à laquelle celles de la vallée du Rhône sont censées commencer. En tout état de cause, les ressemblances dans les décors et les formes sont frappantes et compliquent l’identification des céramiques sur les sites de consommation des premières décennies du xive s. à Marseille et dans ses environs immédiats. L’arrêt de la production à Marseille pourrait expliquer le transfert d’une partie des artisans vers ce nouveau pôle de production, capable d’attirer des hommes à la recherche de travail. Dans la seconde moitié du xive s., le grand centre producteur dans la mouvance avignonnaise paraît n’être plus que le seul à fabriquer en quantité de la faïence. Les petits ateliers dont on pressent encore l’existence au début du xive s. semblent avoir totalement disparu à la fin du Moyen Âge, au profit d’un grand centre qui a le monopole de la production. En conclusion, on peut dire que si Marseille est le plus ancien centre de faïence attesté dans le Midi, il n’est pas pour autant important ni spécialisé. Il correspond sans doute à un système d’économie plus restreinte où la polyvalence des productions est encore de règle.

557On peut constater le même phénomène en Italie septentrionale et en Espagne. Le développement et la multiplicité des grandes officines de majoliques à Valence, Barcelone ou Pise ne sont bien attestés qu’à partir de la fin du xiiie s. Dans la péninsule Italique, elles succèdent aux petits centres de protomajoliques d’Italie méridionale et centrale dont on ne connaît qu’un seul exemple plus au nord. En Ligurie, la découverte récente d’une production de protomajoliques dans la région de Savone, assez comparable à celle de Marseille, permet d’établir un parallèle (Milanese 1982 ; Gardini 1990 ; Berti, Gelichi 1995). Très proche des formes et décors élaborés en Sicile ou dans l’Italie du Sud, cette série mise en lumière sur les sites ligures au début du xiiie s. ne connaît pas de prolongement dans les productions toscanes. Elle témoigne cependant de la transmission d’un savoir‑faire ou d’un déplacement d’artisans, tout comme on le suppose à Marseille pour le premier temps de l’atelier où les modèles n’ont pas survécu par la suite.

Table des illustrations

Légende FIG. 154 – Ateliers de potiers repérés par l’archéologie et mentionnés dans les textes aux XIIe‑XIVe s.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende TABL. XVIIa Répartition par espace des céramiques de l’Antiquité tardive, du Moyen Âge et de l’Époque moderne en nombre de tessons et en pourcentage ; b place des productions de l’atelier dans l’ensemble des céramiques découvertes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Légende FIG. I – Échantillonnage des céramiques en pâte rouge glaçurée.
Crédits cl. Y.R.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende FIG. 155 – Macrophotographies des différentes pâtes (agrandissement x 10) : 12 pâte rouge (analyses NMA 454 et 458) ; 34 pâte calcaire (analyses NMA 434 et 438) ; 5 pâte réfractaire (creuset) ; 6 pâte kaolinitique d’01 Hères (alambic, analyse NMA 461) ; 78 mélange de terres rouge et calcaire sur une gazette.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 358k
Légende FIG. J – Échantillonnage des biscuits, céramiques monochromes et majoliques à décor peint en pâte calcaire.
Crédits cl. Y.R.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende FIG. 156 – Dendrogramme des céramiques analysées.
Crédits M. Picon/CNRS, M. Vichy/CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende TABL. XVIIIm moyennes ; s écarts‑types ; n groupes d’effectifs de la fig. 156 ; constituants principaux exprimés en pourcentages d’oxydes, traces en ppm (parties par million) de métal.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende FIG. K – Les bancs d’argile du bassin de Marseille dans la carrière de Saint‑André.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende FIG. 157 – Techniques de fabrication et décors : 1 traces de la pression des doigts pendant le tournage et raclage à la lame sous le fond d’une chope‑mesure ; 2 petit pot à parois facettées ; 3 décor ondé sur pâte rouge ; 4 cordon rapporté et décor incisé sur pâte intermédiaire ; 5 rosette estampée sur une plaque calcaire ; 6 molette imprimée sur pâte calcaire ; 7 décor gravé à la pointe copiant une molette et décor ocellé sur pâte calcaire ; 8 décor architecturé moulé sur pâte calcaire ; 9 découpes à la pointe sur pâte calcaire.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende FIG. 158 – Défauts de cuisson : 1 pot rouge surcuit, réduit et déformé ; 2 moutons, ratés de cuisson fondus et collés ; 3 glaçure stannifère cloquée sur une cruche ; 4 assiette dont le décor vert et brun n’est plus lisible.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende FIG. 159 – Catalogue des formes produites dans l’atelier dans les différents types de pâtes. * pâte rouge, ∆ pâte calcaire, ▲ autre pâte.
Crédits F. Gillet/ LAMM del. d’ap. M.L./CNRS, L. V/CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende FIG. 160 – Four 107 : répartition des tessons a par catégorie de pâte et b par type de revêtement
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende FIG. D – Le four 107 et son dépotoir d’abandon.
Crédits cl. P.F./ CCJ, CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende TABL. XIX – Four 107 : types présents dans chaque catégorie de pâte.
Crédits M.L., L.V.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende FIG. 161 – Fosse‑dépotoir 436‑602 : répartition des tessons, a par catégorie de pâte et b par type de revêtement.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende TABL. XX – Four 98 : types présents dans chaque catégorie de pâte.
Crédits M.L., L.V.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Légende FIG. 162 – Four 98 : répartition des tessons, a par catégorie de pâte, b par type de revêtement et c répartition du nombre minimum d’individus par catégorie.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 163 – Fosse 106 : répartition des tessons, a par catégorie de pâte, b par type de revêtement et c répartition du nombre minimum d’individus par catégorie.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende FIG. L – Les productions en pâtes rouge et calcaire du premier temps de l’atelier.
Crédits cl. P.F./CCJ, CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende FIG. 164 – Les productions culinaires en pâte rouge.
Crédits cl. P.F./CCJ, CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende FIG. 1651‑9 pots à anse 1 en pâte rouge.
Crédits M.L./CNRS, M. Leclerc/LAMM del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 359k
Légende FIG. 1661‑12 pots à anse 1 en pâte rouge.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende FIG. 1671‑15 pots à anse 1 en pâte rouge.
Crédits M.L./CNRS, F. Parent/Afan del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende FIG. 168 – Pots à anse 2 : 1‑7 pâte rouge ; 8‑10 pâte calcaire.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende FIG. 169 – 1‑9 pots à anse 3 en pâte rouge.
Crédits M.L./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende FIG. 1701‑8 pots à anse 4 en pâte rouge.
Crédits M.L./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende FIG. 1711‑8 pots à anse 4 en pâte calcaire.
Crédits L.V./CNRS, F. Parent/Afan, M. Leclerc/LAMM del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende FIG. 1721‑14 marmites 1 en pâte rouge.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende FIG. 1731‑14 marmites 2 en pâte rouge.
Crédits M.L./CNRS, M. Leclerc/LAMM del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende FIG. 1741‑20 marmites 3 en pâte rouge.
Crédits M.L./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende FIG. 1751‑12 marmites 4 en pâte calcaire.
Crédits L.V./CNRS, F. Parent/Afan del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende FIG. 1761‑5 marmites 5 en pâte calcaire ; 6‑9 marmites 6 en pâte calcaire.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende FIG. 1771‑4 autres types de pots culinaires en pâte rouge.
Crédits M.L./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende FIG. 1781‑4 pots à tétons 1 calcaires ; 5‑10 pots à tétons 2 rouges ; 11‑13 plats à tétons rouges.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende FIG. 179 – Poêlons et pot à queue : 1‑6 poêlons rouges ; 7‑8 poêlons calcaires ; 9 pot à queue calcaire.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende FIG. 1801‑3 cassoles en pâte rouge.
Crédits M.L./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende FIG. 1811‑6 jattes en pâte rouge.
Crédits M.L./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende FIG. 1821‑6 jattes en pâte rouge.
Crédits M. L/CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende FIG. 1831‑14 jattes en pâte rouge.
Crédits M.L./CNRS, F. Parent/Afan del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende FIG. 1841‑4 couvercles plats 1 en pâte rouge ; 5‑7 couvercles plats 2 en pâte calcaire.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende FIG. 185 – Jatte et couvercle en pâte rouge.
Crédits cl. P.F./CCJ, CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Légende FIG. 1861‑28 vaisselle de table en pâte rouge.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende FIG. 187 – Vaisselle en pâte calcaire de tradition islamique au premier temps de l’atelier.
Crédits cl. P.F./CCJ, CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende FIG. 188 – Vaisselle en pâte calcaire du deuxième temps de l’atelier.
Crédits cl. P.F./CCJ, CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. M – Coupelles à décor peint vert et brun du premier temps de l’atelier.
Crédits cl. Y.R.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Légende FIG. 1891‑13 coupes 1 en pâte calcaire, monochromes ou à décor peint vert et brun.
Crédits LV./CNRS, F. Parent/Afan del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Légende FIG. 190 – 1‑18 coupes 2 en pâte calcaire, monochromes ou à décor peint vert, brun ou jaune.
Crédits L.V./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende FIG. 191 – 1‑9 coupes 3 en pâte calcaire, biscuits, monochromes ou à décor peint.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende FIG. 1921‑13 fonds de coupes 1, 2 et 3 et de coupelles 2 à décor peint vert et brun et parfois jaune.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende FIG. 193 – Coupes en pâte calcaire (biscuit, monochromes, décor vert et brun) : 1‑3 coupes 4 ; 4‑5 coupes 5 ; 6‑8 coupes 6 ; 9 coupe 7 ; 10‑12 autres coupes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende FIG. 1941‑6 coupes à anse de panier en pâte calcaire.
Crédits L.V./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende FIG. 195 – Coupelles 1 en pâte calcaire à décor peint vert et brun.
Crédits cl. P.F./CCJ, CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. 1961‑12 coupelles 1 en pâte calcaire à décor peint vert et brun et biscuit.
Crédits L.V./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Légende FIG. 1971‑11 coupelles 1 en pâte calcaire à décor peint vert et brun et monochromes.
Crédits L.V./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende FIG. 1981‑16 coupelles 2 en pâte calcaire à décor peint vert et brun et jaune.
Crédits LV./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Légende FIG. 1991‑9 coupelles 1 et 2 en pâte calcaire à décor peint vert et brun, biscuits et monochromes.
Crédits L.V./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Légende FIG. 2001‑9 coupes 8 en pâte calcaire à décor vert et brun et biscuits.
Crédits L.V./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende FIG. 2011‑9 coupes 9 en pâte calcaire, biscuits et décor vert et brun ; 10‑12 coupes 10 monochromes et à décor vert et brun.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Légende FIG. 2021‑22 panses et fonds de coupes 8, 9 et 10 en pâte calcaire peints en vert et brun.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende FIG. 2031‑2 coupelles 3 en pâte calcaire monochromes ; 3‑5 coupelles 4 en pâte calcaire monochromes ; 6‑9 bols en pâte calcaire, monochromes et biscuits ; 10‑18 fonds décorés en vert et brun.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende FIG. 2041‑5 plats en pâte calcaire à décor vert et brun ; 6 jatte en pâte calcaire à décor vert et brun ; 7 coupe 11 en pâte calcaire monochrome ; 8 coupe polylobée en pâte calcaire à décor vert et brun ; 9‑10 coupelles polylobées en pâte calcaire, monochrome et biscuit.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende FIG. 205 – Minicoupelles en pâte calcaire, monochromes, biscuits ou à décor vert et brun : 1‑7 minicoupelles 1 ; 8‑11 minicoupelles 2 ; 12‑19 minicoupelles 3.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende FIG. 2061‑9 pichets 1 en pâte calcaire, monochromes et biscuits.
Crédits L.V./CNRS, M. Leclerc/LAMM del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende FIG. 207 – Pichets 1 en pâte calcaire, monochromes et biscuits.
Crédits cl. P.F./CCJ, CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende FIG. 2081‑7 pichets 2 en pâte calcaire, monochromes ; 8‑10 pichets 3 en pâte calcaire, monochromes et biscuits.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende FIG. 2091‑8 pichets 4 en pâte calcaire, biscuits, monochromes ou à décor vert et brun.
Crédits L.V./CNRS, F. Parent/Afan del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende FIG. 210 – Vases à liquides en pâte calcaire (biscuits, monochromes, décor vert et brun) : 1‑2 aiguières ; 3‑7 vases et autres formes ; 8‑9 pots globulaires.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Légende FIG. 211 – Becs verseurs zoomorphes d’aquamaniles en pâte calcaire, biscuits et à décor vert et brun.
Crédits cl. P.F./CCJ, CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende FIG. 2121‑2 aquamaniles en pâte calcaire à décor vert et brun.
Crédits LV./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende FIG. 213 – 1‑13 aquamaniles en pâte calcaire, biscuits et monochromes.
Crédits LV./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende FIG. N – Biscuit d’aquamanile à bec verseur zoomorphe, en pâte calcaire.
Crédits cl. P.F./CCJ, CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende FIG. 2141‑9 cruches 1 en pâte calcaire, monochromes.
Crédits L.V./CNRS, M. Leclerc/LAMM del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende FIG. 2151‑6 cruches 2 en pâte calcaire, monochromes et biscuits.
Crédits L.V./CNRS, F. Parent/Afan, M. Leclerc/LAMM del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende FIG. 2161‑10 cruches 3 en pâte calcaire, monochromes et à décor vert et brun.
Crédits LV./CNRS, M. Leclerc/ LAMM del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Légende FIG. 2171‑2 cruches 4 en pâte calcaire, biscuits ; 3‑4 cruches 5 en pâte calcaire, monochromes et biscuit.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende FIG. 218 – 1‑4 couvercles 1 en pâte calcaire, biscuits et à décor vert et brun ; 5‑12 couvercles 2 en pâte calcaire, biscuits, monochromes et à décor vert et brun.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende FIG. 2191‑8 bouteilles‑bonbonnes en pâte calcaire, monochromes et biscuits.
Crédits L.V./CNRS, M. Leclerc/LAMM del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende FIG. 220 – Productions en pâte calcaire du second temps de l’atelier : bouteille‑bonbonne, coupes 8, pichets 3 et bassin.
Crédits cl. P.F./CCJ, CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende FIG. 221 – Jarres à goulot en pâte calcaire sans revêtement.
Crédits L.V./CNRS, M. Leclerc/LAMM del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende FIG. 2221‑11 Jarres à goulot en pâte calcaire sans revêtement.
Crédits L.V./CNRS, F. Parent/Afan, M. Leclerc/LAMM del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende FIG. 223 – Productions en pâte calcaire du premier temps de l’atelier : jarre à goulot, grande cruche, couvercle 1, chope‑mesure 2, coupelle 1 et vase à anse de panier.
Crédits cl. P.F./CCJ, CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Légende FIG. 2241‑2 jarres‑marmites en pâte rouge.
Crédits M.L./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende FIG. 2251‑5 jarres‑marmites en pâte rouge.
Crédits M.L./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-88.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende FIG. 2261, 2, 8 autres jarres et vases de stockage en pâte calcaire et 3‑7 en pâte rouge.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-89.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende FIG. 227 – Jarre à ailerons en pâte calcaire, biscuit.
Crédits M. Leclerc/LAMM del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-90.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende FIG. 228 – Jarre à ailerons.
Crédits cl. P.F./CCJ, CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-91.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende FIG. 229 – Cruches en pâte calcaire sans revêtement ou monochromes : 1‑3 à anneau ; 4‑5 à anse de panier ; 6 fond de grand vase ; 7 grande cruche.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-92.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende FIG. 2301‑6 lampes apodes 1 en pâte rouge glaçurée ; 7‑8 en pâte calcaire, monochromes ; 10‑18 lampes apodes 2 en pâte calcaire, monochromes et biscuits ; 9 autre type monochrome.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-93.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende FIG. 231 – Lampes apodes 2 et lampes sur pied 1 en pâte calcaire.
Crédits cl. P.F./CCJ, CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-94.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 2321‑3 lampes sur pied 1 en pâte calcaire, monochromes et biscuit ; 4 en pâte rouge monochrome ; 5‑10 lampes sur pied 2 en pâte calcaire, biscuit et monochromes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-95.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende FIG. 2331‑8 albarelli en pâte calcaire à décor peint vert et brun et biscuit.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-96.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende FIG. 2341‑6 chopes‑mesures 1 en pâte calcaire sans revêtement.
Crédits L.V./CNRS, M. Leclerc/LAMM del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-97.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende FIG. 235 – Chopes‑mesures 1 en pâte calcaire.
Crédits cl. P.F./ CCJ, CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-98.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende FIG. 236 – 1‑5 chopes‑mesures 2 en pâte calcaire sans revêtement ; 6‑16 chopes‑mesures 3 en pâte calcaire sans revêtement.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-99.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende FIG. 237 – Chopes‑mesures 2 à décor de poinçon en crosse.
Crédits cl. P.F./CCJ CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-100.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende FIG. 238 – Chopes‑mesures 3 en pâte calcaire.
Crédits cl. P.F./ CCJ, CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-101.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende FIG. 2391‑6 passoires‑filtres en pâte calcaire sans revêtement.
Crédits L.V./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-102.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende FIG. 240 – Passoires‑filtres et fond à trous en pâtes calcaire et rouge.
Crédits cl. Y.R.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-103.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende FIG. 2411‑2 fonds à trous moyens en pâte calcaire, 3‑9 en pâte rouge, sans revêtement.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-104.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende FIG. 2421‑18 pots à découpes en pâte calcaire sans revêtement.
Crédits L.V./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-105.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende FIG. 2431, 3‑11 pots en pâte rouge, sans revêtement ou glaçure et monochromes ; 212 pots à trous en pâte calcaire sans revêtement ou monochromes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-106.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende FIG. 2441, 3‑5 braseros en pâte rouge ; 26‑9 en pâte calcaire sans revêtement.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-107.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende FIG. 2451‑9 autres pièces perforées et découpées en pâte calcaire sans revêtement.
Crédits L.V./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-108.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Légende FIG. 2461‑6 vases à deux anses en pâte calcaire sans revêtement.
Crédits L.V./CNRS, M. Leclerc/LMM del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-109.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende FIG. 2471‑6 vases à anses de panier en pâte calcaire sans revêtement.
Crédits L.V./CNRS. M. Leclerc/LAMM del,
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-110.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende FIG. 2481‑2 pots bas en pâte calcaire sans revêtement ; 3‑10 petits godets en pâte calcaire sans revêtement ; 11 petit vase galbé en pâte calcaire monochrome ; 12‑15 pots carénés facettés sans revêtement ou monochromes.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-111.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende FIG. 249 – Petits pots en pâte calcaire, godets, perles et creusets miniatures.
Crédits cl. P.F./CCJ, CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-112.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende FIG. 250 – Tirelires en pâte calcaire.
Crédits cl. P.F./CCJ, CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-113.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 2511‑10 tirelires en pâte calcaire sans revêtement.
Crédits L.V./CNRS, M. Leclerc/LAMM del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-114.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende FIG. 2521‑5, 7‑8 bassins en pâte calcaire, sans revêtement ; 6 bassin en pâte rouge.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-115.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende FIG. 2531‑11 bassins ; 12‑14 écuelles basses en pâte calcaire sans revêtement.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-116.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende FIG. 254 – Coupelles 3 et 4, écuelles basses et minicoupelles.
Crédits cl. P.F./CCJ, CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-117.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende FIG. 2551‑7 bassins cylindriques en pâte calcaire sans revêtement ou monochromes.
Crédits LV./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-118.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende FIG. O – Masque moulé et appliqué sur un bassin en pâte calcaire.
Crédits cl. Y.R.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-119.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende FIG. 2561‑3 bassins à deux anses en pâte calcaire sans revêtement ou monochromes.
Crédits L.V./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-120.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende FIG. 257 – Bassin à deux anses décoré de masques.
Crédits cl. P.F./CCJ, CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-121.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. 2581‑9 moules, mortiers et diverses formes en pâte calcaire sans revêtement.
Crédits L.V./CNRS, M. Leclerc/LAMM del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-122.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Légende FIG. 2591‑5 trompes ; 6‑7 tambours (?) ; 8‑15 perles, fusaïoles et billes ; 16‑18 statuettes en pâte calcaire.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-123.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende FIG. 260 – Types exceptionnels en pâte rouge 1, 4, 5 ; sans revêtement ou glaçurée 23.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-124.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende FIG. 261 – Tuyau coudé.
Crédits cl. Y.R.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-125.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 2621‑11 décors (molette, incisé, rapporté) sur pâte rouge ; 12, 13 sur pâte calcaire 
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-126.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende FIG. 263 – Molettes 1‑6, 8‑12 sur pâte calcaire et 7 sur pâte rouge sans revêtement ; 13 motif identique incisé ; 14,15 rosettes et 16 croix estampées sur pâtes calcaire et rouge ; 17‑18 décor architecture en relief sur pâte calcaire.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-127.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende FIG. 2641‑11, 13‑14 graffitis sur pâte calcaire ; 12 sur pâte rouge sans revêtement.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-128.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende FIG. P – Personnage auprès d’un arbre, gravé sur une coupelle en pâte calcaire.
Crédits cl. Y.R.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-129.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende FIG. 265 – Alambics : 1 restitution d’un alambic, cucurbite à bec en pâte d’Ollières et chapiteau en pâte calcaire ; 2‑5 cucurbites à bec en pâte d’Ollières.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-130.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende FIG. 266 – Alambics : 1‑8, 10 chapiteaux d’alambics ; 9 cucurbite à bec en pâte calcaire ; 11‑13 becs de cucurbites en pâte d’OIlières ; 14‑15 objets en pâte d’OIlières liés à la distillation.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-131.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende FIG. 267 – Becs d’alambics.
Crédits cl. Y.R.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-132.jpg
Fichier image/jpeg, 10k
Légende FIG. 2681‑31 creusets en pâte réfractaire.
Crédits M.L./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-133.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende FIG. 2691, 2 gros creusets en pâte réfractaire.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-134.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende FIG. 270 – Pâte calcaire et sans revêtement : 1‑3 tuyaux de canalisation ; 4‑5 godets de noria.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-135.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende FIG. 271 – Carreaux 1 en pâte calcaire à décor vert et brun.
Crédits L.V./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-136.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-137.jpg
Fichier image/jpeg, 683k
Légende FIG. Q – Carreaux de pavements du four 93 (a-l) et du four 107 (m-n).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-138.jpg
Fichier image/jpeg, 657k
Légende FIG. 272 – Carreaux 2 en pâte calcaire à décor vert et brun (et Jaune 8 et 10) : 1‑7 bestiaire ; 8 rinceaux ; 9 personnage ; 10‑11 fleur de lys.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-139.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Légende FIG. 273 – Carreaux 2 en pâte calcaire, à décor géométrique : 1‑2 vert et brun, 3‑12 vert, brun et jaune.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-140.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Légende FIG. 274 – Carreaux 2 en pâte calcaire à décors géométriques : 269‑11 vert et brun ; 1, 3‑5, 7‑8 vert, brun et jaune.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-141.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende FIG. 275 – Céramiques marseillaises en pâte calcaire monochrome et à décor vert et brun identifiées à Saint‑Pons‑de‑Gémenos 1‑5, Jouques 6‑7, Hyères Olbia 8‑12.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-142.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende FIG. 2761‑5 céramiques marseillaises en pâte calcaire monochrome, biscuit identifiées à Marseille Jules‑Verne.
Crédits LV./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-143.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende FIG. 2771‑5 céramiques marseillaises en pâte calcaire, monochromes et biscuits identifiées à Marseille Jules‑Verne.
Crédits L.V./CNRS, M. Leclerc/LAMM del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-144.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende FIG. 278 – Céramiques marseillaises en pâte calcaire, 4 monochrome, 1‑35 à décor peint, identifiées à Marseille Jules‑Verne.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-145.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Légende FIG. R – Cruches à décor peint vert et brun du second temps de l’atelier retrouvées dans les puits de la place Jules-Verne.
Crédits cl. Y.R., P.F./CCJ, CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-146.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende FIG. 279 – La diffusion des produits de l’atelier de Marseille en Provence.
Crédits LV./CNRS, M. Leclerc/ LAMM del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-147.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende FIG. 280 – Répartition des productions par phases et catégories de pâtes : a phase 1 ; b phase 2A ; c phase 2B.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-148.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende FIG. 281 – Typologie périodisée des pots à anse 1‑4 en pâte rouge et pâte calcaire. Fig. 281 à 289 : Δ pâte calcaire, * pâte rouge.
Crédits M.L./CNRS, L.V./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-149.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende FIG. 282 – Typologie périodisée des marmites 1‑3 en pâte rouge.
Crédits M.L./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-150.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende FIG. 283 – Typologie périodisée des jatte, poêlon, pot à queue et cassole en pâte rouge et calcaire.
Crédits M.L./CNRS, L. V./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-151.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende FIG. 284 – Typologie périodisée des coupes 1‑4 en pâte calcaire.
Crédits L.V./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-152.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende FIG. 285 – Typologie périodisée des coupes 8‑11, polylobée, plat et coupelle polylobée en pâte calcaire.
Crédits L.V./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-153.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende FIG. 286 – Typologie périodisée des coupelles 1‑4, bol, minicoupelles 1‑3 en pâte calcaire.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-154.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende FIG. 287 – Typologie périodisée des pichets 1‑3 en pâte rouge et calcaire.
Crédits L.V./CNRS, M. L./CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-155.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende FIG. 288 – Typologie périodisée des cruches 1‑3 en pâte rouge et calcaire.
Crédits L.V./CNRS, M. L./CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-156.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende FIG. 289 – Typologie périodisée des lampes apodes 1‑2 et sur pied 1‑2 en pâte rouge et calcaire.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43805/img-157.jpg
Fichier image/jpeg, 40k

Auteurs

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search