Version classiqueVersion mobile

Marseille, les ateliers de potiers du XIIIe s. et le quartier Sainte-Barbe (Ve-XVIIe s.)

 | 
Henri Marchesi
, 
Jacques Thiriot
, 
Lucy Vallauri

Chapitre 3. Le faubourg des olliers au xiiie s

Henri Marchesi, Jacques Thiriot et Lucy Vallauri

Texte intégral

3.1 Introduction

1h.m., l.v.

2La création et l’évolution du faubourg des olliers ont été présentées plus haut (cf. supra § 2.3) lors de l’analyse de la stratigraphie et resituées dans l’histoire générale du quartier Sainte‑Barbe depuis l’Antiquité jusqu’à l’Époque moderne. Sans revenir sur le détail des arguments chronologiques, les deux grandes phases établies seront rappelées brièvement. La phase 1, correspondant aux premières constructions du sud‑ouest et à l’activité des premiers artisans, est datée à partir de la fin du xiie‑début du xiiie s. jusque vers 1240. La seconde phase, concrétisée dans cette même zone par des modifications du parcellaire initial et des restructurations à l’intérieur des maisons, est marquée aussi par une extension du quartier au nord‑est. La durée de cette deuxième période d’activité couvre la seconde moitié du xiiie s., voire les premières décennies du xive s.

3Dans un premier temps, l’organisation spatiale du faubourg et l’analyse architecturale des bâtiments seront présentées. La seconde partie sera consacrée aux structures de productions artisanales retrouvées : les installations légères (fosses, bassins) et les fours pour la cuisson des céramiques et la préparation des glaçures.

3.2 Géographie d’un faubourg

4h.m., l.v.

3.2.1 L’extension du faubourg

5fig. 1 et 6

6Les vestiges conservés sur une petite surface permettent d’appréhender l’organisation spatiale du bourg, sans toutefois pouvoir définir avec précision la fonction ou la propriété des parcelles en l’absence des textes ou de règlement d’urbanisme. On se bornera donc à décrire les découpages observés qui fournissent pour la première fois à Marseille un exemple archéologique de parcellaire médiéval. Cette recherche, aussi lacunaire soit‑elle, n’est pas à négliger car, contrairement à d’autres villes du Midi comme Avignon ou Montpellier (Carru et al. à paraître ; Boiron et al. 1992 ; Sournia, Vayssettes 1991), l’architecture médiévale à Marseille a été complètement détruite au cours des temps et est encore très peu connue par les fouilles archéologiques. La découverte récente d’un second faubourg extra muros près de la corne du port autorise cependant des comparaisons et permet de fixer quelques constantes de l’urbanisation au xiiie s.

7Le faubourg des potiers a été exploré sur 600 m2 et sa superficie et ses limites sont inconnues. Cependant, l’extension dans le secteur nord, très nivelé à l’Époque moderne, est attestée grâce à un décapage réalisé par une entreprise de terrassement en mars 1991 à une cinquantaine de mètres au nord‑est de la zone d’intervention. Sous les vestiges d’une maison du xviie s. détruite, les restes d’un four (35) et de dépotoirs prouvent que le quartier se développait sur le haut de la colline Saint‑Charles. Au sud, à 75 m environ de l’îlot Sainte‑Barbe, dans le vallon Saint‑Martin, la fouille de l’îlot Puget III, qui avait mis en évidence un tronçon du rempart du xiiie s., n’a révélé aucune trace d’urbanisation mais une nécropole des xiiie et xive s. et le témoignage d’un artisanat du cuir antérieur à l’érection du rempart (Gantés et al. 1990 : 53‑58). Dans ce secteur le faubourg ne touchait donc pas le rempart et sa limite se situerait entre cet îlot et celui de Sainte‑Barbe. Au sud‑est, les sondages récents effectués près de la halle Puget (Fournier 1994) n’ont livré aucun renseignement pour cette période et les limites à l’est sous l’actuelle rue d’Aix et au‑delà sont totalement inconnues. À l’ouest, le rempart, restitué le long de la falaise des Présentines à l’emplacement de l’actuelle rue de l’Échelle, est distant d’environ 100 m des maisons fouillées. Il est probable que le faubourg s’étendait à proximité de cette rupture naturelle et près du fond du vallon où coulait le ruisseau de la Frache et qui servait d’axe de circulation. Cette voie pourrait correspondre au chemin d’Aix, qui descend depuis le nord et passe sous l’aqueduc, mentionné dans les textes (cf. supra § 2.7) et qui est encore représenté parallèle aux murs de clôture des jardins du xvie s. sur les vues cavalières de la ville à cette époque (fig. 8).

3.2.2 Organisation spatiale et évolution

8fig. 23, 24 et 30

9Les nombreuses modifications que connaît le faubourg des potiers durant son existence sont difficiles à suivre par l’approche stratigraphique et l’analyse du bâti car, même si les couches archéologiques présentent une belle ampleur, il est souvent impossible de déterminer à quelle durée correspond un remblai, une succession de sols ou des reprises dans un mur. Cette difficulté est encore augmentée par la vie relativement brève du faubourg qui ne permet pas toujours de différencier les remodelages incessants qui ont dû affecter les propriétés au moment des successions ou lors du développement des intérêts privés.

10Cependant on peut constater que la création du faubourg s’est faite selon un découpage régulier du sol. Le terrain qui présente jusque‑là un profil similaire à ce qu’il était à la fin de l’Antiquité, bien que quelque peu surélevé par l’apport naturel de remblais, est aménagé en terrasses afin d’obtenir des surfaces plus favorables à l’implantation des bâtiments. Elles s’étagent régulièrement de 14 m à 10 m NGF du nord au sud suivant trois paliers observés dans l’emprise de la fouille. Un quatrième palier au nord peut être restitué vers 14,50 m NGF où les terrains médiévaux ont disparu après les nivellements modernes, laissant affleurer la nécropole antique.

11Les plans des parcelles conservées montrent une organisation en lanières étroites et profondes, bâties ou non sur toute la longueur, qui ont une largeur constante avoisinant 6 m. Celles‑ci se répartissent, du moins pour la seconde phase, de part et d’autre d’un chemin, constituant ainsi un maillage régulier. Elles sont toutes orientées est‑ouest et sont globalement perpendiculaires à l’axe du rempart dans ce secteur de la ville.

12Ce dispositif, assez classique pour le Moyen Âge (Garrigou Grandchamp 1992 : 16‑23) et qui se retrouve dans le faubourg dégagé sur une plus grande surface au plan Fourmiguier (Bouiron 1994), permet ainsi à chaque parcelle d’avoir un accès sur des rues publiques ou des traverses, comme le signalent clairement les textes (cf. supra § 2.7).

3.2.2.1 La création (phase 1)

13fig. 23

14L’étude du premier noyau bâti au sud est d’autant plus intéressante que c’est le mieux conservé du site. Les deux maisons X et XI séparées par un mur mitoyen Rirent construites en même temps et appartiennent en fait à un même grand bâtiment dont les murs latéraux nord et sud (10 et 97) servent au soutènement des terres entre le premier et le troisième palier. Le mur arrière (21‑23) est profondément encaissé et retient les terres à l’est. La longueur de cette bâtisse n’est connue que sur 14 m. Elle devait se poursuivre, comme le suggère le départ de deux autres pièces à l’extrémité ouest, mais rien ne permet de dire que la façade occidentale était alignée. L’organisation interne des maisons X et XI est sensiblement la même, du moins dans les parties est. De même, l’implantation et l’orientation des fours à céramiques montrent une certaine symétrie. Les premiers sont construits suivant une orientation nord‑sud ou est‑ouest, tandis que les derniers en activité sont orientés inversement. S’il est difficile d’interpréter ces ressemblances comme une marque de propriété, l’histoire de ces deux parcelles semble avoir été liée dans le temps (fig. 71).

FIG. 71 – Les maisons X, XI et XIV en cours de fouille vues du sud.

cl. P.F./CCJ, CNRS

15Ces maisons sont limitées à l’est par un terrain libre rapidement occupé par un chemin, au nord par une parcelle laissée libre de construction et au sud par un autre bâtiment.

16La maison X a une largeur moyenne de 6,30 m (entraxes des murs) pour une longueur de 13,70 m. Elle est subdivisée en deux pièces par un mur de refend. Celle de l’est mesure 41 m2, alors que la pièce centrale, plus petite, mesure 24,75 m2. Elle s’ouvre à l’ouest sur un autre espace bâti ou libre (XVII) presque entièrement détruit par les constructions modernes (conservé sur 0,30 m de large contre le mur 87). L’ouverture de la maison sur le chemin se fait par une porte à un battant d’1 m de large percée dans l’extrémité sud du mur 21, mais la largeur primitive de cette ouverture est incertaine car elle a été fortement remaniée au siècle suivant par les forgerons. La communication avec l’espace XVII est assurée par une autre porte à double battant large de 1,62 m placée au centre du mur 87. Le mur de refend 11 devait comporter un passage qui n’a pas été conservé, mais, compte tenu de la position des fours à céramiques, il devait se trouver face à la porte du mur 21.

17La maison XI, légèrement plus petite, a une largeur moyenne de 5,10 m et 11,25 m de long. Elle est aussi subdivisée en trois pièces. Les deux premières ont, dans le même ordre, une surface de 31,5 m2 et 14,25 m2. La dernière (XVI), à l’ouest, n’est conservée que sur 11 m2. L’emplacement des ouvertures varie quelque peu par rapport à la maison X. Elle communique avec le chemin par une porte à double battants large de 1,60 m percée dans l’angle nord‑est du mur 23. Les deux autres passages sont dans l’alignement de celui‑ci. Une ouverture d’environ 1 m de large dans le mur 85 relie les deux pièces. Une porte percée dans le mur 86 large de 1,10 m, probablement à double battant, fait communiquer la pièce centrale avec la pièce XVI. Cette disposition d’un axe rectiligne de circulation contre le mur nord de la maison permet de maintenir libre la surface maximale pour l’utilisation des fours à céramiques.

18La maison XIV, mitoyenne de la maison XI au sud et située en limite du chantier, a été dégagée sur une largeur variant de 2,50 à 4 m, mais elle devait avoir des dimensions proches de celles des bâtiments précédents. Son organisation interne est pour la même raison difficilement restituable. Aucun mur de refend n’a été dégagé sur 13,50 m de long. Une importante reprise du bâti observée dans l’angle nord‑est du mur 109 est sans doute le souvenir d’une porte cochère ouvrant sur le chemin quand le four 118 fonctionnait.

19L’espace XV a été construit au nord‑est de l’espace X ; son mur le plus occidental 95, conservé sur 5 m de long, est aligné sur les murs orientaux des maisons précédemment décrites. Le mur est‑ouest 94, observé sur 2,50 m de long, conserve une pierre de seuil, probablement remaniée mais qui indique peut‑être l’emplacement d’une ouverture vers le sud. Cette construction devait s’étendre vers l’est, hors de l’emprise du chantier, selon un axe identique à celui des maisons X et XI. On ne connaît ni sa surface (le mur septentrional a disparu probablement lors de l’agrandissement du quartier) ni sa fonction. A‑t‑elle réellement servi ou bien a‑t‑elle été rapidement arasée ? La fouille dans l’espace I sud a révélé à 0,80 m du mur 94 une tranchée (de fondation ?) parallèle et de 0,60 m de large qui pourrait correspondre à un tracé primitif abandonné.

20L’espace IX au nord de la maison X, conserve sur 6 m de long est‑ouest et 5,50 m de large, est apparemment laissé libre de tout aménagement. Il est relié au sud par un passage en chicane de 0,80 m de large à l’angle des constructions X et XV et isole ainsi des autres bâtiments un nouvel espace construit plus au nord. Cet espace VIII est conservé sur près de 6 m dans le sens est‑ouest pour une largeur moyenne de 5,80 m. Il est limité sur les trois côtés par des murs. Le mur est 24 a une orientation légèrement décalée vers l’ouest par rapport à l’alignement général. Un puits bien centré dans la largeur de l’espace indique une cour située à l’arrière d’un bâtiment disparu.

21Au nord de cet ensemble, un autre grand espace reste libre de toute construction. Tous ces terrains vagues en lisière du bâti servent de lieux de dépotoir, comme en témoignent les épandages de mobiliers retrouvés : céramiques de consommation, productions des ateliers, déchets culinaires.

3.2.2.2 Agrandissement et modifications (phase 2A)

22fig. 30

23Dans la seconde phase, le quartier se transforme et s’agrandit. Un véritable chemin (I) est ouvert par l’arasement de la construction XV. Dégagé sur plus de 27 m de long jusqu’à la limite nord du chantier, il se poursuit encore dans la même direction. C’est un chemin de terre de 3,20 m de large qui est localement empierré de galets posés sans grand ordre afin de combler des nids de poules. Il est aussi régulièrement rechargé par des déchets de production des ateliers de potiers et des déchets domestiques (essentiellement de la faune et de la céramique de consommation). Il sert donc, comme cela est courant au Moyen Âge, de dépotoir et de ce fait a livré une grande quantité de mobiliers divers, riches en enseignement sur les activités du quartier. Quelques traces d’ornières et les nombreux restes d’ossements d’équidés retrouvés dans cette zone témoignent sans doute du transport des poteries produites (cf. supra § 2.6.8). Le chemin met en relation l’espace libre à l’est des maisons X, XI et XLV avec les nouvelles constructions qui apparaissent au nord‑est des premières.

Les nouvelles maisons du nord‑est (espaces III, IV, V, XII)

24Du sud vers le nord, quatre maisons, dont il ne subsiste que les extrémités ouest, sont bâties côte à côte. La maison III n’est connue que par son mur de façade 82, donnant sur le chemin et situé à l’aplomb de la berme du chantier. La limite septentrionale est marquée par le départ du mur est‑ouest 81 dégagé en sape sur quelques dizaines de centimètres dans cette berme et qui est mitoyen de la maison IV.

25Les maisons IV et V fouillées sur 3 m se poursuivent sous la berme du chantier. Elles ont respectivement 5,75 m et 5,35 m de large entre les axes des murs, soit des largeurs internes correspondant au module déjà observé pour les maisons de la première phase. On ne sait si elles comportaient un mur de refend à l’exemple des maisons plus anciennes. Un seuil ouvrant sur le chemin et remanié à l’époque des forgerons est situé dans l’angle formé par les murs 45 et 81. L’espace XII, presque entièrement arasé par les constructions modernes, est limité par les murs 51 et 52. Ces quatre nouvelles constructions ont, malgré leur petite surface fouillée, conservé des traces d’occupation bien lisibles.

La grande cour (espaces VII, VIII et IX)

26fig. 72

27Le mur 92, qui limitait vers le sud la cour VIII, est détruit et récupéré jusqu’à ses assises de fondation. Un mur 22 est construit dans le prolongement de 24 jusqu’à l’angle nord‑est de la maison X. Il annule l’angle du premier espace VIII, et s’appuie à cheval sur l’arase du mur 95 de l’espace XV. Ainsi, une grande cour, unifiant les espaces VIII et IX est créée et séparée du chemin. Un passage de 1,85 m de large est ouvert contre la maison X, reliant la cour à celui‑ci. La cour est toujours limitée au nord par le mur 69 qui est alors partiellement détruit à l’ouest, alors qu’à l’est sa chaîne d’angle est toujours en élévation. Ceci permet probablement un accès direct à l’espace VII Dans la cour, le puits est toujours en usage et plusieurs fosses, dont la fonction primitive n’est pas connue, sont creusées dans le sol de terre puis comblées de déchets de production.

FIG. 72 – La grande cour et le puits vus de l’est.

cl. H.M./ MC

Les maisons X, XI et XIV

28L’organisation interne des maisons X, XI et XIV est modifiée. Il est difficile de déterminer si ces transformations sont strictement contemporaines de l’ouverture du chemin et des constructions du nord‑est, ou bien si elles sont antérieures ou postérieures de quelques années. Les premiers fours à céramiques sont arasés et comblés, et, dans chaque maison, un nouveau four orienté est‑ouest avec sa porte à l’ouest est construit (fig. 73).

FIG. 73 – Les maisons X, XI et XIV dans la phase 2A.

cl. P.F./CCJ, CNRS

29Dans la maison XIV, l’implantation des fours est aussi inversée de la même façon. La maçonnerie 100 construite perpendiculairement au mur 97 pourrait correspondre à la base d’un arc diaphragme qui séparerait les deux nouveaux fours à oxydes implantés en quinconce.

3.2.3 Conclusion

30Le parcellaire fixé au départ est ainsi rapidement modifié. S’il est impossible d’interpréter ces modifications, dues peut‑être à des changements de propriété ou des rachats de parcelles, l’extension notée indique l’accroissement du faubourg des olliers pendant cette seconde moitié du xiiie s. et l’arrivée de nouveaux artisans. Le même accroissement progressif des îlots est aussi perceptible dans la fouille de la place du Général‑de‑Gaulle et témoigne de la vitalité qui remodèle le tissu urbain sous le règne de la première maison d’Anjou.

3.3 Le bâti

31h.m., l.v.

32Le fort arasement du burgus oleriorum ainsi que la récupération systématique des matériaux de construction dès la fin du xive s. limitent la connaissance des murs, des ouvertures et a fortiori des toitures. Cependant, plusieurs murs conservés en fondations et en élévations sur plus d’1 m de haut permettent de juger de la qualité de cette construction assez surprenante à première vue pour un lotissement à vocation artisanale.

3.3.1 Nature et origine des matériaux

33La rapidité d’exécution de la fouille n’a pas laissé de place pour une véritable étude pétrographique. Toutefois, une observation sommaire a permis de reconnaître les principales roches utilisées comme matériaux de construction. Elles sont toutes d’origine locale plus ou moins proche et extraites sur le territoire de la cité.

34Le calcaire blanc et le calcaire jaune dominent largement. Ils proviennent probablement des carrières de la colline Saint‑Victor et de ses abords. Les autres roches, beaucoup plus rarement employées, ne sont représentées que par quelques exemplaires dans chaque mur. Le calcaire urgonien (pierre froide) pourrait provenir de la colline de Notre‑Dame de la Garde ou de plus loin (Cassis notamment) et le calcaire rose de la carrière de la Couronne. Le travertin pourrait avoir été extrait des bancs de Saint‑André ou de Saint‑Henri à Marseille. Le poudingue provient de Marseille même et le grès oligocène est originaire du bassin de Marseille. Les quelques galets employés sont issus des mêmes formations calcaires. Signalons encore quelques remplois, comme des fragments de tegulae ou d’urnes en pierre calcaire issus de la nécropole antique.

35Cette belle architecture en pierres calcaires qui caractérise Marseille au xiiie s. est bien décrite dans les Statuts municipaux (Pernoud 1949 : livre VI chap. 66, 63, livre III, chap. 18) qui précisent de façon très détaillée les normes de la taille et les dimensions des pierres utilisées.

3.3.2 Techniques de construction

3.3.2.1 Architecture de pierre

36Il est difficile de séparer les techniques employées pendant les deux phases de construction. Les murs de la seconde phase sont très arasés et de ce fait difficilement comparables. Ce sont les murs de la première phase qui seront souvent pris en exemple car ils sont bien conservés et souvent mieux bâtis parce que encaissés et servant de murs de soutènement. Tous présentent une relative homogénéité et sont fondés avec soin en fonction de la pente du terrain. Les murs 10, 21 et 23 montrent des fondations profondes de sept à huit assises de moellons irréguliers de calcaire blanc ou jaune dans lesquels s’intercalent parfois des fragments de tegulae et quelques galets (fig. 74). Les pierres sont posées de chant, de biais ou à plat, en lits plus ou moins réguliers sur le parement extérieur, alors que le parement intérieur est plus soigné par le choix de moellons mieux calibrés. Dans de nombreux cas, des assises de régularisation rythment l’élévation (fig. 75). Un bel exemple d’appareil en arête de poisson est fourni par la fondation des murs 47 et 82 (fig. 76).

FIG. 74 – Murs en fondation et en élévation dans les maisons X (au second plan) et XI (au premier plan).

cl. P.F./CCJ, CNRS

FIG. 75 – Assises de régulation dans la fondation du mur 82, de l’espace III.

cl. H.M./MC

FIG. 76 – Appareil en arête de poisson à la base du mur de façade 47 de la maison V.

cl. H.M./MC

37Les murs sont plus larges à la base, qui est de 0,80 m, et se réduisent progressivement à 0,60 m. Cette largeur est constante pendant les deux phases. Ils sont aussi toujours parementés et parfois comblés par un bourrage interne de petites pierres et de terre. Dans certaines reprises de murs effectuées pendant la seconde phase (86 et 47) il n’est pas rare de retrouver dans ces bourrages des rebuts de l’atelier et des céramiques de consommation piochées dans les dépotoirs environnants.

38Les élévations qui ont pu être observées dans le meilleur des cas sur huit assises offrent le même aspect à l’extérieur que dans les fondations avec toutefois des lits plus réguliers, alors que les parements internes sont beaucoup plus soignés. L’appareil assisé est en moellons équarris (24 à 40 cm de long sur 12 à 16 cm de haut), plus rarement en pierres de taille ou encore en dalles, les maçons disposant les pierres opportunément selon leurs tailles et leurs formes en les liant à la terre et/ou au mortier maigre de chaux. Les joints sont creux.

39Des restes de mortier de chaux indiquent que les deux parements étaient le plus souvent enduits en particulier dans les maisons X, XI et XIV. Dans les maisons du nord‑est aucune trace d’enduit n’a été retrouvée.

40Les chaînes d’angles sont en pierres bien taillées de 8 à 10 cm d’épaisseur et 20 à 45 cm de longueur pour une vingtaine de centimètres de large comme celles bien conservées de l’espace VIII qui relient le mur 24 aux murs 69 et 92.

41Dans l’espace XIV dans lequel aucun mur de refend n’a été retrouvé, on peut restituer un arc diaphragme élevé pendant la seconde phase de construction. La maçonnerie 100 de 0,70 m de long sur 0,52 m de large, faite de deux assises de pierres taillées de travertin, de pierres calcaires et d’un bloc de poudingue liés au mortier gris, repose sans fondation sur un sol de terre argileuse (510). Placée perpendiculairement au mur 97 contre lequel elle s’appuie, elle sépare les deux fours à oxydes et a pu servir de base à un arc.

3.3.2.2 Architecture de terre

42La prédominance de cette architecture de pierre, qui a été retrouvée dans toutes les fondations des murs, est en fait nuancée par la découverte d’une élévation en terre conservée sur 30 cm au‑dessus des cinq assises de fondations du mur de refend 85 dans la maison XI (fig. 77). Sur cette base de pierres large de 0,60 m, est bâtie une élévation constituée en alternance de trois lits de terre de 8 cm d’épaisseur séparés par du mortier pauvre ou du sable jaune (fig. 78). Les côtés sont lissés avec le même matériau. Au démontage, on a retrouvé dans les lits de terre de la céramique de l’Antiquité tardive indiquant l’origine du matériau issu des couches encaissantes environnantes ainsi que de nombreux cailloux et galets de quelques centimètres. La conservation exceptionnelle de ce mur de technique mixte pose le problème de la restitution des élévations et incite à la prudence. Rien ne permet de dire si tous les murs de refend sont bâtis selon cette technique et si les élévations sont en pierres ou en terre.

FIG. 77 – Mur de refend 85 dans la maison XI dont l’élévation en terre repose sur une fondation en pierre perçée de deux trous pour l’évacuation des eaux.

cl. H.M./MC

FIG. 78 – Détail de l’élévation du mur 85 avec alternance de lits de terre séparés par un mortier jaune.

cl. H.M./MC

3.3.3 Le puits

43Il fournit un bel exemple d’architecture, tant par ses dimensions que par la qualité de sa construction (fig. 29, 79). Le puits 3, dont l’élévation et la margelle n’ont pas été conservées, est centré dans la cour VIII à 1,50 m des deux murs nord et sud. Il est d’une belle taille et mesure 1,60 m de diamètre intérieur. La paroi, d’une largeur de 0,50 m, est construite en petit appareil réglé de pierres de taille de calcaire jaune, posées en lits de 10 à 18 cm d’épaisseur. Le puits a été dégagé sur 4,50 m de profondeur sans que l’on puisse atteindre le fond. À l’intérieur, sur trois niveaux séparés par dix assises, on observe quatre trous de boulin espacés régulièrement sur la circonférence. Cette technique de construction est la même que celle observée sur un puits de diamètre inférieur (1 m) dégagé à Marseille intra muros dans le quartier du Panier, et daté aussi du xiiie s. (Moliner 1991 : 79). Ce grand puits, dont l’usage était sans doute réservé aux potiers, devait être muni d’une poulie sur une potence en bois comme on peut le voir sur l’iconographie médiévale (Alexandre‑Bidon 1992 : 519‑543) à moins que l’eau ait été puisée à la seule force des bras.

FIG. 79 – Parement interne assisé du puits.

cl. H.M./MC

3.3.4 Les ouvertures et seuils

44L’arasement et l’épierrement du site n’ont laissé que peu d’éléments des portes et fenêtres. Celles‑ci ont totalement disparu en élévation. Seuls un chapiteau à crochet en marbre (Gantes, Moliner 1988 : 5, pl. 7, no 8) et une base de colonnette en calcaire ont été trouvés hors stratigraphie, mais il n’est pas certain qu’ils appartiennent aux bâtiments fouillés. À l’exception d’un fragment de pierre calcaire orné d’une rosace en creux pouvant provenir d’un linteau, les portes ne sont connues que par les seuils et plus rarement la première assise des piédroits qui ont échappé aux récupérateurs de matériaux parce qu’elles ont été bouchées par des maçonneries à l’époque des forgerons.

45Plusieurs seuils de pierre sont conservés en place dans les murs 23 et 86 de la maison XI et dans le mur 87 de la maison X (fig. 80‑82). D’autres ont été déplacés probablement lors de la réoccupation des forgerons, comme les seuils des murs 21 du même espace, et ceux des murs 22 de l’espace VII, 94 de l’espace XV et 45 de la maison IV. Plusieurs dalles de seuils sont utilisées en remploi dans la construction du bassin de l’espace VIII daté du milieu du xiv s. Elles ont été récupérées vraisemblablement sur le site ou dans son environnement immédiat.

FIG. 80 – Seuil du mur 23 de la maison XI vu de l’extérieur.

cl. H.M./MC

FIG. 81 – Seuil du mur 86 de la maison XI vu de l’extérieur.

cl. H.M./MC

FIG. 82 – Seuil du mur 87 de la maison X vu de l’extérieur.

cl. H.M./MC

46Les seuils sont tous construits à partir de dalles taillées en calcaire blanc selon un principe répétitif qui ne varie que dans la dimension des dalles employées et la largeur des ouvertures, selon qu’il s’agit de portes à double ou simple battant. Celles‑ci s’ouvrent toujours vers l’intérieur.

47De part et d’autre du seuil, une dalle parallélépipédique parfaitement taillée est engagée sous la base du piédroit afin d’assurer sa liaison avec le mur. À l’extérieur, les pierres de seuil forment une marche de la hauteur de la dalle et dont la largeur, avoisinant 20 cm, varie selon les exemplaires. En pénétrant dans la maison, il faut descendre une première « marche » de 4 cm de haut en moyenne constituée par la partie intérieure de la dalle de seuil qui a une quarantaine de centimètres de large. La contremarche ainsi formée, qui s’apparente plus à une feuillure, sert de butoir aux battants de la porte. Celle‑ci se retrouve sur le côté transversal de la dalle en limite de la partie engagée sous le piédroit. Dans l’angle ainsi formé, certaines dalles portent une crapaudine de 6 cm de diamètre et 2 cm de profondeur permettant la mise en place de l’axe de rotation du battant. Entre ces dalles, une ou plusieurs autres dalles de même profil transversal sont mises en place selon la largeur voulue de la porte. Les piédroits présentent tous une feuillure identique à celle du seuil qui sert aussi de butoir aux battants. Les seuils forment une marche pour accéder à l’intérieur. Dans les maisons X et XI, les portes côté chemin sont surélevées de 0,70 à 0,40 m par rapport au sol, sans doute pour des problèmes d’humidité et d’hygiène. Les seuils sont aussi à 1 m au‑dessus des sols de ces maisons fortement encaissées. Il faut donc restituer dans ces deux cas des escaliers ou des échelles en bois afin de descendre vers les fours.

48La hauteur de ces ouvertures n’est pas connue mais devait probablement avoisiner 1,80 m ou 2 m.

49Des communications plus sommaires ont pu également exister comme celle dans le mur de terre 85, où le seuil non bâti est fortement usé par les passages.

3.3.5 Les sols

50Tous les sols intérieurs sont des sols de terre dont l’aspect et la nature varient selon les activités pratiquées, mais en règle générale, ils sont propres et ont dû être souvent nettoyés. Ils ont déjà été décrits plus haut pour ce qu’ils apportent dans la compréhension de la stratigraphie et de la chronologie (cf. supra chap. 2). Dans les pièces des maisons X et XI où sont implantés les fours à céramique, des surfaces très dures et piétinées épousent la pente naturelle est‑ouest du terrain. Elles s’appuient sur des remblais antérieurs mélangés à des déchets des ateliers. Dans les espaces où un travail plus minutieux est réalisé (IV et V, et premiers sols des parties ouest des espaces XI, XVI et XIV), les sols sont horizontaux (fig. 145). Ils sont constitués de recharges de terre battue argileuse rouge de quelques centimètres d’épaisseur. Le sol de la pièce centrale de la maison X est constitué par des pellicules successives d’argile du substrat. Dans les espaces non bâtis, les sols sont de simples remblais argileux des niveaux antérieurs ou le résultat de l’épandage des dépotoirs de l’atelier.

3.3.6 Les foyers

51Dans ces espaces à fonction artisanale, les foyers sont rares et non bâtis. Le seul foyer connu appartenant à la première phase d’activité est situé dans la pièce centrale de la maison X, contre le mur 87 et près de la porte. C’est une simple plaque argileuse surélevée et rubéfiée de 0,40 m de côté. Les pots culinaires en céramique grise écrasés sur la plaque et aux alentours témoignent de la vie quotidienne des artisans.

52Dans la maison IV, après le comblement de la fosse pour l’argile 246 (cf. supra § 2.3.4), un foyer en cuvette 235 occupe le même emplacement contre le mur 45. De mêmes dimensions que la fosse encaissante (1,25 x 1 m) pour une profondeur de 0,10 m, il présente des parois rubéfiées au profil concave. Un petit foyer à plat 195 se juxtapose peu après (fig. 31). Dans la maison V le phénomène est identique : la fosse 199 est également comblée et un foyer 191 légèrement en creux se superpose exactement à elle contre le mur 47. À 1 m au nord de celui‑ci, un petit foyer à plat 174 occupe l’angle des murs 51 et 49. Ces foyers et les sols qui leur sont associés montrent un changement de fonction des maisons IV et V par le passage du travail de la terre à des activités liées plutôt à la vie domestique dans ce dernier temps des ateliers.

3.3.7 Les toitures et la circulation de Veau

53L’implantation du faubourg sur un terrain en pente et argileux pose le problème de l’évacuation des eaux de ruissellement. Des aménagements dans les murs sont réalisés dès la construction pour éviter la rétention de l’eau. Dans l’assise supérieure en pierre du mur en élévation de terre 85, deux trous rectangulaires d’une dizaine de centimètres de large, distants de 1,60 m, assurent au niveau du sol une évacuation des eaux venues de l’est qui sont ensuite retenues par une petite murette en argile (620) pour protéger le four 107. Dans le mur 37 perpendiculaire au mur 85, dans la dernière assise de fondation, un autre trou triangulaire permet un drainage du nord au sud entre les espaces X et XI ouest (fig. 83).

FIG. 83 – Trou de drainage dans l’assise supérieure de la fondation du mur 37, mitoyen des maisons X et XI.

cl. H.M./MC

54Des canalisations en terre cuite de 0,45 m de long assuraient aussi l’évacuation et la récupération des eaux, comme celles retrouvées encore emboîtées dans le chemin (497) et qui passent par un trou aménagé dans le mur 23 pour rejoindre une rigole le long du mur 97 à l’intérieur de l’espace XI (fig. 84). Dans cette partie, la canalisation a disparu dans le second temps de l’atelier. La tranchée de récupération a cassé le bord du four 103 et l’extrémité du mur 85. Mais un tuyau subsistait encore à l’extrémité ouest près du four 107. L’eau était peut‑être à cet endroit récoltée dans un baquet pour l’usage des artisans. Une autre tranchée parallèle au mur 37 et qui se suit sur 3 m dans l’espace X remplissait sans doute la même fonction.

FIG. 84 – Tuyaux de canalisation encore en place dans le chemin et amenant l’eau dans la maison XI par une cavité pratiquée dans le mur 23.

cl. H.M./MC

55Les règlements concernant l’écoulement des eaux stipulés dans les Statuts municipaux (Pernoud 1949 : livre III, chap. 3) sont confirmés par la quantité importante de tuyaux produits dans les ateliers de potiers pendant les deux phases d’activité.

56Les toitures, qui devaient être également munies de gouttières selon les mêmes règlements, ont été restituées avec une double pente est‑ouest et des ouvertures au faîte des murs de refend permettant l’évacuation des fumées des‑fours. Des quantités de tuiles brisées présentes dans les remblais indiquent que ce matériel en terre cuite produit dans les environs et amené par cabotage proche couvrait les ateliers.

57Le bois de charpente a totalement disparu. La largeur systématique des lanières est sans aucun doute en rapport avec la contrainte technique imposée par la longueur des poutres. Il est tentant de restituer sinon un étage du moins des mezzanines dans les parties hautes des maisons, indispensables au stockage des matériaux et artifices de potiers. Des traces de canisses sur les blocs de mortier effondrés en sont peut‑être le souvenir, tout comme un carreau de terre cuite et une pierre posés dans le sol d’utilisation qui ont pu servir de support à un poteau portant un plancher.

3.3.8 Conclusion

58Malgré le mauvais état de conservation des architectures, quelques enseignements peuvent être tirés sur les techniques de construction du burgus oleriorum. Les murs de pierre sont solidement bâtis, bien parementés et assisés. La chaux est peu utilisée comme liant, on lui préfère la terre, probablement plus économique. Les murs de la première phase sont enduits au mortier pauvre de chaux. La découverte de l’élévation de terre du mur de refend 85 est importante, c’est la seconde faite dans la ville de Marseille. Lors de la fouille de l’îlot 61N dans le quartier intra muros du Panier (Reynaud 1990), les murs d’une maison du xive s. construite partiellement en pisé avaient été mis en évidence. L’existence d’élévations en terre à Marseille est donc maintenant bien attestée, ce qui autorise à en restituer dans le faubourg des olliers. Il est plus difficile de déterminer quelle était la nature de chacune d’elles. En évitant d’interpréter de façon abusive les données en notre possession, il est probable que les murs de soutènement soient entièrement construits en pierre ainsi que les murs extérieurs de la bâtisse formant les maisons X et XI. L’exemple de 85 pousse à reconstituer les murs de refend avec des élévations de terre, Les murs des maisons du nord‑est appartenant à la seconde phase ne sont jamais enduits. Il est tentant de restituer ici des murs de terre car ceci expliquerait la masse importante d’argile trouvée dans le remblai qui scellait ces maisons.

3.4 Les structures et le matériel de production

59j.t.

3.4.1 Les installations légères

60Il s’agit principalement de structures en creux parvenues jusqu’à nous après qu’elles eurent été remployées comme fosses‑dépotoirs comblées par des déchets de production des ateliers. Les remplissages observés ne correspondent donc pas à leur fonction primitive.

3.4.1.1 Les bassins

61fig. 31, 85 à 87

62Dans la maison V, trois fosses sont creusées à partir du sol 193. Une fosse (200) est de plan rectangulaire (1,28 x 0,78 x 0,42 m). Le creusement et le revêtement de carreaux liés à l’argile verte, dont on a trouvé les empreintes à la fouille, sont mis en place dans un premier temps correspondant à l’utilisation du sol le plus ancien. Rapidement la longueur de la fosse est réduite par un placage formé de pierres et d’argile contenant neuf fragments d’une jarre islamique estampée (fig. 54, no 5) et cinq fragments de carreaux (229). Puis la fosse est comblée (199) par de la terre argileuse et de la céramique (dont une bassine entière à petit marli, remplie d’argile épurée, fig. 253, no 2) pour la mise en place d’un foyer 191 qui se superpose exactement à elle. La fosse carrelée a pu servir pour la conservation immédiate de l’argile prête à tourner, dose « journalière ». Ce type de fosse est illustré dans plusieurs ateliers anciens comme par exemple en Espagne, au Testar del Moli à Paterna. Faut‑il voir dans l’argile contenue dans une bassine de terre cuite trouvée dans la fosse 200 une préparation spéciale pour réaliser un type particulier de poterie ? Le soin apporté à la construction de cette fosse et à son étanchéité permet de penser qu’elle pouvait aussi contenir des préparations liquides « précieuses » (matière première pour les revêtements des pots, argile décantée ?). Reste inexpliqué le rétrécissement obtenu par l’empierrement 229 qui recouvre en partie le fond carrelé mais qui n’indique pas forcément une fonction ultérieure différente.

FIG. 85 – Fosse carrelée abandonnée avec une bassine remplie d’argile et fosse oblongue comblée de rebuts.

cl. H.M./MC

63Une petite fosse rectangulaire (204), aux parois concaves, orientée nord‑sud, (1,34 x 0,32 x 0,12 m) a été comblée par un dépotoir de céramiques (202) (fig. 85). Sa longueur et son étroitesse indiquent une fonction spécifique (bassin ?) qu’il est bien difficile de définir en l’absence de toute comparaison archéologique ou ethnologique. Elle est, comme la fosse carrelée 200, parallèle au mur 47, et toutes deux paraissent avoir été aménagées dans un même temps.

64La fosse 249 prise dans la berme de l’espace IV ne peut être interprétée. En revanche, dans la même maison, la fosse 246 présente des dimensions assez proches de celles de la fosse carrelée 200. Taillée directement dans le sol sans aménagement particulier, cette dernière a pu avoir la même destination. Dans la maison IV, la fosse 246 (1,30 x 0,84 x 0,44 m), comblée par un remblai 251 pour la mise en place d’un foyer en cuvette 235, se trouve dans la même situation et, bien que plus petite, pourrait avoir eu la même fonction.

FIG. 86 – Fosse carrelée avec murette de rétrécissement.

cl. H.M./MC

FIG. 87 – Empreinte des carreaux de revêtement de la fosse 200.

cl. H.M./MC

FIG. 88 – Installation de séchage dans l’atelier Robin du Poët‑Laval.

cl. F. Morin

65Deux fosses arasées dans l’espace VII sont creusées dans le remblai sous‑jacent. L’une (277) occupe l’angle des murs 80 et 69. Elle mesure 1 x 0,80 x 0,70 m. L’autre (236), allongée et orientée est‑ouest (2,20 x 1,20 x 0,28 m), est aménagée dans un remblai argileux (149). Bien que l’arasement de ces structures ne permette pas d’en connaître la profondeur primitive, leurs formes ainsi que leur isolement empêchent de proposer une interprétation fonctionnelle.

66Dans la cour VIII‑IX, plusieurs fosses ont été creusées lors de la phase 2B. La plus importante (106) mesure 2 m de large pour une longueur conservée de 3,30 m et une profondeur de 0,60 m. La fosse 299 incomplète est conservée sur 3 x 1,50 x 0,30 m. La fosse 327 mesure 2 x 0,90 x 0,40 m. Leurs remplissages sont issus de dépotoirs contemporains. Ici aussi l’interprétation fonctionnelle est délicate. La cuvette 327 ne peut être attribuée à une activité particulière, mais il est probable que la fosse 106 ait servi à récupérer les pierres du mur 92. La fosse 299 est peut‑être une fosse de prélèvement d’argile pour tourner, ou tout au moins, de matériaux de construction pour les murs en terre. Cette fosse est à rapprocher de la grande excavation 602 percée en phase 2A dans le sol de la pièce ouest de l’espace X.

67L’absence de grand bassin de décantation est à souligner. Outre le fait que ces installations ont pu exister à l’ouest des ateliers conservés au sud, leur existence n’est toutefois pas indispensable. L’argile calcaire employée de façon privilégiée semble, et l’expérimentation par les potiers pour les reconstitutions présentées au musée d’Histoire de Marseille l’a confirmé, utilisable telle quelle. Un simple concassage à sec suivi d’un mouillage permet une préparation adéquate après un long pétrissage sur le sol même de l’atelier comme on peut le voir dans de nombreux ateliers traditionnels (au Maroc par exemple). Un dernier malaxage à la main de la balle d’argile avant tournage achève cette préparation rudimentaire mais suffisante grâce à la pureté des argiles utilisées. Toutefois, l’emploi de plusieurs types d’argiles pour la gamme étendue de poteries produites dans ces ateliers, et peut‑être des combinaisons de plusieurs terres, rend probablement obligatoire l’emploi de bassins de décantation. Dans ce cas, il semble logique de les rechercher dans la partie occidentale détruite des ateliers du sud.

3.4.1.2 Les aires de séchage

68Ces étendues indispensables aux potiers ne laissent généralement pas de traces spécifiques, excepté les étendoirs surélevés tels que l’on peut encore les voir à Dieulefit et Le Poët‑Laval (atelier Robin, fig. 88). Des rangées de pierres dressées portent des troncs parallèles sur lesquels reposent les ais, planches couvertes de pots que l’on sort ou rentre suivant les nécessités. Ici, de telles surfaces ont nécessairement existé, mais il est bien difficile de les situer à cause de la destruction partielle des ateliers à l’ouest. Les aires étaient‑elles à proximité des zones de tournage ? Les espaces VIII et IX, proches du puits, ont pu servir à cette fin telle que cette hypothèse est restituée sur la maquette (fig. 5). Toutefois les aires de séchage les plus communes sont totalement dépourvues d’aménagement (fig. 89). Ce sont des surfaces tenues spécialement propres afin d’y déposer directement les ébauches ou les pots achevés pour qu’ils sèchent avant la cuisson.

FIG. 89 – Aire de séchage sans aménagement à Fustat.

cl. J.T./CNRS

3.4.1.3 Les fosses de tournage

69Dans la maison V une fosse ovale (218), orientée est‑ouest, est située dans l’angle sud‑ouest de l’espace, pratiquement au contact des murs 46 et 47 (2,34 x 1,63 x 0,44 m) (fig. 90). Elle ne présente ni aménagement particulier ni trace d’argile à tourner sur le fond ou les parois qui sont concaves. On pourrait être tenté de l’interpréter comme le témoin de l’implantation d’un tour, bien qu’aucune encoche pour une structure bâtie ne soit visible et surtout qu’aucun mode de fixation de l’axe n’apparaisse. Mais sa taille serait conforme à une telle installation en fosse comme il en existe encore de nos jours au Maroc (fig. 91). Toutefois, l’hypothèse de tours sur bâti ne peut être exclue, tels qu’ils sont représentés dans le traité de Piccolpasso au xvie s. (fig. 92). La fosse 676, plus ancienne et qui présente à peu près les mêmes caractéristiques, a été mise au jour dans la même situation dans l’angle sud‑ouest de l’espace X.

FIG. 90 – Fosse de tour (?) dans l’espace V.

cl. H.M./MC

FIG. 91 – Tour enterré marocain à Tamesloht, près de Marrakech.

cl. J.T./CNRS

FIG. 92 – Tour sur bâti (Picoolpasso, Popelyn 1860 : 83).

3.4.1.4 Les outils

70Plusieurs phases du travail des potiers peuvent être illustrées par leurs outils. Nous ignorons tout des outils d’extraction des matières premières et de leur préparation : on peut penser que le potier utilisait essentiellement la houe, ou le pic, tel celui à deux têtes retrouvé (fig. 41, no 1), et peut‑être un tamis pour filtrer la boue argileuse destinée à la décantation, si cette technique de préparation a été employée. Une fourche à deux dents, qui provient tout comme le pic de la destruction du four 98, a pu servir à manipuler les fagots nécessaires à la cuisson (fig. 41, no 2). Quelques vestiges concernant le façonnage sont conservés. Les fosses trouvées dans les ateliers ne portent malheureusement pas les traces caractéristiques pour définir le type exact des tours employés : tour à bâton ou tour à pied. Ils se différencient par leur axe fixe fiché dans le sol ou mobile tournant sur une crapaudine. Ce qui n’exclut pas l’existence du tour à pied monté dans un bâti au‑dessus du sol, à l’image de ceux présentés par Piccolpasso. Les fosses susceptibles d’avoir accueilli un tour (fosse 621 de l’espace V et fosse 676 de l’espace X) ne présentent aucun aménagement apparent ni de dépôt d’argile à tourner. L’absence de trou profond dans l’axe pourrait suggérer ici l’existence de tours à pied ; toutefois, il convient de rester très prudent à ce propos. Il ne reste rien des outils de façonnage, traditionnellement en matériaux périssables, sauf le fil de cuivre aux extrémités nouées sur un chiffon ou sur un petit bout de bois et utilisé pour décoller la pièce terminée de la girelle du tour (fig. 93). Les potiers de Marseille ont beaucoup utilisé des lames de métal (dont peu de fragments subsistent) pour racler, enlever de la matière sur le bas de la panse ou sur le fond, et aussi des pointes pour percer ou découper les parois ou fonds. On ne trouve pas non plus de rondeau, disque de terre cuite posé entre la pièce à tourner et la girelle pour faciliter le façonnage en plusieurs étapes comme il est très courant de le faire dans les ateliers comparables de la péninsule Ibérique (rodells de Paterna ; Amigues, Mesquida Garcia 1987 : fig. 38e). Un fragment de plaque de terre cuite d’un diamètre assez faible (20 cm) pour une épaisseur assez importante (2,7 cm) semble difficilement identifiable à un rondeau. Pour le décor estampé ou moulé, essentiellement réalisé sur les pièces non glaçurées, les potiers ont utilisé la panoplie classique des molettes, poinçons et moules. À partir des quelques rares tessons où ces décors ont été relevés, il est possible de restituer –en dehors des ustensiles plus rudimentaires (simples bouts de bois taillés au couteau) servant à tracer des ondes, des décors peignés ou des oculi– certaines molettes probablement en bois ou l’emploi de moules ou de poinçons : différents types de bandeaux de décors par impression, masque en applique sur un bassin à deux anses, décor d’arcades sur un tesson, crosses et croix imprimées sur les mesures. Le seul moule découvert lors de la fouille a été façonné dans une plaque d’argile par surmoulage sans doute sur un objet métallique (la finesse du dessin le laisse penser). Il était muni d’un petit téton de préhension à l’arrière dont l’arrachement est visible. Son décor représente une fine palmette bordée de denticules (fig. 94).

FIG. 93 – Fils de cuivre pour décoller les pièces de la girelle.

cl. P.F./CCJ, CNRS

FIG. 94 – Moule en forme de palmette.

cl. Y.R.

71Pour le décor peint et la glaçure au plomb ou stannifère, l’emploi de bassins pour le trempage des pièces était sans doute la règle mais ne peut être illustré avec certitude du fait que le potier se servait toujours des poteries de fabrication courante pour cette utilisation particulière. Certains récipients en ont conservé des traces. Les pinceaux pour le décor peint n’ont pas laissé de souvenir, ce qui ne saurait étonner personne ; néanmoins des coquilles ont pu servir de récipient, comme il était de coutume à cette époque dans les ateliers de peinture et comme l’atteste l’exemplaire contenant encore du vermillon (cf. supra § 2.6.3).

3.4.1.5 Le matériel pour la préparation des glaçures

72Pour la préparation des glaçures, exceptionnellement représentée dans cet atelier, les potiers ont utilisé des récipients courants ou des pièces confectionnées spécialement. Des fragments de pégaus portant des traces d’oxyde de cuivre (cf. supra § 2.6.5.3) sont comparables aux pégaus courants d’Ollières (fig. 47, nos 43‑46) ayant environ 12 à 13 cm de diamètre et 11 à 12 cm de hauteur. Ce type de poterie culinaire réfractaire d’usage très répandu dans la région semble avoir été utilisé par les potiers pour la préparation des glaçures, plus précisément pour l’oxydation du cuivre. L’emploi de ce type de vase est connu sur plusieurs sites espagnols, Murcia ou Paterna essentiellement, pour la préparation de la fritte. Une forme particulière, un poêlon (fig. 49, no 63) présentant des dépôts noirs (oxyde de plomb et/ou oxyde de cuivre ?) mêlés à des traces rouges (réduction du cuivre), pourrait avoir eu le même usage que les pégaus mentionnés précédemment. Les alambics (fig. 266) trouvés surtout dans l’espace XIV sont‑ils liés à ces travaux préparatoires ? Par contre, les nombreux creusets de différents modules ont été employés par les potiers. Certains, à large ouverture, ont pu servir à l’oxydation des métaux entrant dans la composition des glaçures : plomb, cuivre et étain. Malheureusement le récipient extra‑plat (fig. 268, no 29 : diamètre 15 cm pour 1,9 cm de hauteur) ne présente aucune trace d’utilisation (sa faible contenance supposerait alors la pratique d’essais). Deux grands bassins réfractaires aux parois épaisses (fig. 269, nos 1‑2 : diamètre à l’ouverture de 37 cm pour l’un, diamètre interne du fond très épais d’environ 60 cm pour l’autre) semblent en rapport plus étroit avec le four 99.

73Les matériaux préparés doivent nécessairement être concassés et réduits en poudre fine à l’aide de meules souvent de petite taille. Les moulins mus à la main et fonctionnant en voie humide équipent des ateliers où l’on pratique la glaçure (Espagne et Maroc) (Amouric et al. 1995a : 200, 201 ; Amouric, Thiriot à paraître). La fouille n’a pas révélé le moindre fragment de meule, ce qui n’implique pas que cet instrument soit absent des ateliers du quartier Sainte‑Barbe. Cet outil précieux fait partie des choses récupérées lorsqu’on abandonne une place et, bien souvent, cela ne laisse aucune trace au sol.

3.4.1.6 Le matériel d enfournement

74Pour enfourner les poteries et isoler les pièces émaillées ou glaçurées entre elles, les potiers ont employé plusieurs techniques.

75Les barres d’enfournement (fig. 95) sont employées dans un four de technologie très particulière (four 12) ; elles ont toutefois pu être réutilisées après l’abandon de celui‑ci pour monter la charge à cuire dans d’autres fours, suivant la technique de l’échappade comme cela était encore pratiqué récemment à Teruel (cf. infra annexe). Toutefois, la répartition géographique des barres sur le site montre une très forte densité dans l’espace X, surtout pendant les phases d’utilisation du four 12 puis dans les niveaux d’abandon (463 fragments sur les 524 recueillis, dont 140 pour le four lui‑même). Leur découverte dans la rue également et, dans une moindre mesure, dans l’espace XI, montre bien que les barres sont étroitement liées à l’utilisation du four 12. Au nombre de 50 à 100 au minimum, les barres retrouvées sont peu de chose par rapport à la quantité nécessaire pour équiper le four de façon permanente. Leur morphologie est à peu près homogène (fig. 96) : long fuseau modelé dont l’extrémité la plus épaisse est fichée dans la paroi et dont l’extrémité effilée présente parfois une digitation (fig. 96, nos 3‑5) ou un pincement (fig. 96, nos 6‑7). Un seul fragment semble porter des pincements sur toute la longueur (fig. 96, no 9). Les barres recueillies sont à peu près rectilignes, à l’exception d’un seul fragment d’extrémité recourbée (fig. 96, no 8) proche de nombreux exemplaires trouvés en Espagne. Quelques barres portent des traces de collage de pièces couvertes de glaçure, essentiellement stannifère (fig. 96, nos 1‑2).

FIG. 95 – Barres d’enfournement supportant un pot.

cl. Y.R.

FIG. 96 – Barres d’enfournement : 1‑2 avec trace de collage à la cuisson ; 3‑7 avec digitation au bout ; 8 extrémité recourbée ; 9 barre pincée ; 10‑11 barre complète.

M. Leclerc/LAMM del.

76Les pernettes, ou trépieds, semblent d’un emploi plus généralisé (fig. 97). Environ 600 fragments ont été recueillis sur le site. Réalisées par modelage dans une pâte calcaire cuite beige ou beige rouge, elles sont généralement de facture classique à trois branches, à l’exception de quelques rares exemples en forme de plaque triangulaire (fig. 98, nos 1‑6). Leur modelage est souvent rudimentaire (branche à section quelconque « Q »), parfois plus soigné (branches à section carrée « C », rarement ronde « R ») ; elles peuvent même être taillées au couteau (fig. 98, nos 25‑26) ou, plus rarement, agrémentées d’un décor incisé (fig. 98no 27). Les pointes plus ou moins développées présentent parfois des traces de glaçure, surtout stannifère ; on note toutefois des traces moins courantes de brun ou de vert (fig. 98, nos9, 14, 19 par exemple). Leur répartition dans l’espace et suivant les phases d’évolution du site montre quelques particularités qui semblent en parfait accord avec l’étude des productions, en particulier des maj cliques à décor vert et brun (formes ouvertes). Dans le chemin, les pernettes se retrouvent dans les niveaux profonds du premier temps des potiers : leur facture ne présente pas de particularité (tabl. xii : nombre à peu près égal de pernettes dont les sections de branches sont quelconques ou carrées). Cette remarque est en accord avec les niveaux de même époque des espaces X, XIV et XVI où elles sont toutefois présentes en assez faible nombre. La quasi‑absence de pernettes dans l’extension des ateliers au nord‑est (4 fragments) corrobore l’absence remarquée des premières majoliques impliquant l’inexistence d’atelier à cet endroit en période ancienne. Il n’y a eu aucune découverte de four dans cette zone (ils sont sans doute implantés plus à l’est) et les fosses dans la partie fouillée de l’espace IV sont dépourvues de matériel d’enfournement. 145 fragments proviennent de l’espace X, dont près de 90 pour les phases 2 : leur facture est courante. Quelques dizaines de pernettes proviennent du remplissage des fours 89 et 12 mais ne présentent aucune particularité par rapport à l’ensemble. Par‑contre, elles sont totalement absentes du remplissage du four 70. C’est dans l’espace XI voisin qu’une plus grande densité de pernettes est à remarquer. Sur les 332 fragments, 209 correspondent à la phase 2A et 49 à la phase 2B (tabl. xiii). La typologie des pernettes, et plus exactement leur qualité, varie suivant les périodes 2A et 2B et les différents fours de cet espace. Les pernettes correspondant à la phase 2A sont de loin les plus nombreuses et de qualité très soignée (tabl. xii : grande majorité de branches à section carrée par rapport aux branches « quelconques »). La tendance déjà amorcée dans la première phase de cet espace est confirmée pour les fours 103 (rapport double carré/quelconque) et surtout pour le four 107 dont le comblement renferme la majorité des pernettes de cette phase (178/258) ; leur qualité est très soignée. Le four 93 enfin, ne renfermant que deux pernettes dans son comblement, semble faire exception : est‑ce lié à sa production particulière de carreaux ? Les pernettes sont assez peu nombreuses dans l’espace XIV (47 fragments dont 34 pour les phases 2 et 26 pour le four 98). Ce petit nombre est en rapport avec la quasi‑absence de majolique dans cet espace. Enfin, quelques rares pernettes ont été recueillies dans les sols anciens de l’espace XVI près du four « à plomb » 116.

FIG. 97 – Pernettes.

cl. P. F. CCJ/CNRS

FIG. 98 – Pernettes : 1‑6 pernettes en plaque ; 7‑24 per ettes de différents modules (traces de glaçure) ; 25‑26 pernettes taillées ; 27 pernette gravée de traits.

M. Leclerc/LAMM del.

TABL. XII – Typologie des pernettes : t taillée ; Q quelconque ; C carrée ; R ronde.

J.T.

TABL. XIII – Répartition des pernettes par espace et par phase.

J.T.

77L’étude dimensionnelle des pernettes ne semble pas apporter d’information particulière. L’épaisseur des plaques ou des branches varie de 7 à 22 mm, la longueur des branches (rayon de la pernette) de 24 à 70 mm et la hauteur des pointes de 12 à 40 mm, sans que des groupes puissent être distingués nettement. Leur taille est simplement fonction de la grandeur des pièces à cuire. La répartition des différents types par espace, phase et four ne diffère pas beaucoup, à part une dispersion plus ou moins grande.

78La corrélation entre pernettes et céramiques peintes déjà signalée semble essentielle en dehors de la qualité d’exécution des pernettes qui varie suivant les espaces et surtout certaines phases, les plus soignées étant dans les espaces XI (phases 1 et 2A) et XIV. On peut à juste titre penser que les pernettes sont employées de façon préférentielle pour les formes ouvertes décorées (les formes fermées étant empilées directement). Le chargement des pièces monochromes, dont l’étude typologique montre qu’il y a une forte proportion de formes fermées, est sans doute réalisé de la même manière.

79Les potiers ont également utilisé, outre les petites boules d’argile pour le calage (fig. 99, no 1), des fragments de carreaux, de tuiles (fig. 99, no 2) et de tuyaux (fig. 99, no 3) toujours posés le côté bombé en haut ; offrant un contact réduit, la tuile ou le tesson servant de cale retient la cendre soulevée par le flux de chaleur, l’empêchant de salir la glaçure, Un fragment de gazette (?) porte la trace complète d’une poterie culinaire glaçurée au plomb posée sur l’ouverture (fig. 99, no 4). Des plaques ont pu être fabriquées spécialement pour monter la charge comme on en signale à Paterna (Amigues, Mesquida Garcia 1987 : fig. 36, nos70‑ 71). Doit‑on interpréter de cette façon une plaque tournée (fig. 99, no 5) avec des côtes en relief portant des traces de glaçure verte ? Des plaques peu épaisses, réalisées par modelage et perforées de rangées de gros trous, ont été découvertes dans le remplissage du four 12, dans les remblais du four 107 et à proximité du four « à plomb » 116 (fig. 100) : ont‑elles également servi à l’enfournement malgré l’absence de trace de collage à la cuisson ? On peut supposer que pour des ouvrages nécessitant plus de précautions, les artisans ont utilisé des caissons ou gazettes (fig. 99, no 6). Les quelques fragments recueillis dans le remplissage du four 107 sont fabriqués par assemblage de plaques en terre calcaire mêlée (claire et rouge) avec parfois des coulées de glaçure ; ils ont une hauteur réduite à 6 cm (fig. B). Un fragment d’argile informe percé d’un trou et apparemment surcuit a pu servir de montre pour vérifier la température de cuisson. Le manque de comparaison pour ces témoins empiriques et assez rares ne permet pas d’affirmer catégoriquement la pratique généralisée de ces techniques particulières de cuisson en gazette et avec montre.

FIG. 991 boule d’argile portant l’empreinte d’une main de potier ; 2 fragment de tuile ayant servi de cale d’enfournement ; 3 fragment de tuyau ayant servi de cale d’enfournement ; 4 fragment de gazette avec empreinte de cruche laissée à la cuisson ; 5 plaque tournée avec trace de collage à la cuisson ; 6 fragment de gazette ; échelle ½

cl. Y.R.

FIG. 100 – Plaques perforées.

cl. Y.R.

FIG. B – Mélanges de terres rouge et claire sur une gazette de l’atelier.

cl. Y.R.

3.4.2 Les fours à céramiques

80Les fours pour la cuisson des céramiques sont de types nouveaux, inconnus jusqu’ici en Provence. Depuis la fin de l’Antiquité dans le midi de la France, presque tous les fours connus ayant produit essentiellement de la poterie grise en cuisson réductrice sont des fours circulaires à tirage vertical, de dimensions variables, creusés dans le substrat. Le foyer et la fosse d’accès ainsi que la sole sont taillés initialement dans les couches géologiques. Soumise à de fortes contraintes, la sole est souvent l’objet de réparations effectuées par ajout d’épaisses couches d’argile. Les parties hautes de ces structures (chambres de cuisson) sont mal connues car elles ont laissé peu de traces. Toutefois, on peut imaginer une construction hors du sol s’élevant au moins à 1,50 m de hauteur, certainement plus, de volume grossièrement cylindrique avec, sans doute, une porte de chargement. Cette salle, traditionnellement restituée avec un voûtement permanent, peut, en fait, être indifféremment voûtée ou non. Aucun argument ne peut actuellement être avancé en faveur d’une hypothèse ou d’une autre. Quelques fours, bien rares pour le moment, diffèrent de ce modèle perpétué jusqu’au xxe s. en Uzège. Un four du xiiie s. à Saint‑Gilles‑du‑Gard est conçu sur le même principe mais avec une sole réalisée avec des blocs d’argile crue et constituée de trois arcs parallèles consolidés par un pilier central. Un autre four découvert récemment à Béziers (S 63 du Garissou, Lécuyer 1992 : 182‑185), four classique, a ensuite été transformé par l’édification dans le foyer d’un important pilier en tuiles de réemploi afin de supporter la nouvelle sole. Un type de four totalement différent, à tirage semi‑vertical, plan quadrangulaire et sole en languette, a été trouvé à Bollène, à Bonnieux (Marchesi 1990) et à Saint‑Gilles‑du‑Gard mais aussi à Béziers (four S 67 du Garissou, I.écuyer 1992 : 189).

81Au quartier Sainte‑Barbe, les fours sont surtout circulaires, à pilier central et arcs rayonnants portant la sole, et sont réalisés dans des matériaux évoluant dans le temps : en pierre ou en terre puis en brique. Un four particulier, d’influence islamique, a vite été transforme en four à sole portée par des arcs parallèles. Enfin, reconnues pour la première fois, plusieurs petites structures ont servi à la préparation des glaçures. À l’exception d’un four ayant subi des températures intenses (four 99 pour la préparation des glaçures), l’ensemble des structures de cuisson présentent des parois d’argile assez peu cuites en profondeur qui attestent des températures de cuisson assez peu élevées des céramiques vers 800 °C, comme l’ont suggéré les expérimentations.

82Pour les fours destinés à cuire la céramique, l’analyse des structures, leur chronologie relative issue de la stratigraphie et leur orientation montrent une certaine évolution qu’il est possible de résumer ainsi (fig. 101) : les premiers fours sont orientés nord‑sud (four 12) ou sud‑nord (fours 107 et 118). Ils sont taillés dans le sol. Seul le four 118 est construit en pierre. Lorsqu’ils existent, les arcs portant la sole (seul exemple : premier état du four 107) semblent construits avec des briques cuites (de réemploi ?) au moins pour les sommiers. Le four 107, cas particulier en fait, a subi une reconstruction importante au cours de laquelle les arcs sont rebâtis en briques crues, technique non sans analogie avec celle des fours de la dernière période.

FIG. 101 – Schéma d’implantation des fours et des différentes aires d’activité.

F. Gillet/LAMM del. d’ap. J.T./CNRS

83Dans un laps de temps sans doute très proche du précédent et appartenant toujours à la phase 1, deux nouveaux fours sont construits avec une orientation différente, ouest‑est (fours 89 et 103). Ils sont creusés dans le sol, construits en terre et réparés à l’aide de matériaux composites où la pierre domine. Ils remplacent ou, plus souvent, viennent en complément des fours construits précédemment. Le cas du four 98, de technique similaire mais d’orientation est‑ouest, est sans doute à placer dans une chronologie intermédiaire proche du troisième temps.

84Enfin, dans un derniers temps (phase 2A), les fours sont bâtis en briques crues avec une orientation est‑ouest (fours 70 et 93) opposée aux précédents qu’ils remplacent,

85Conservé sur trop peu de hauteur, le four 35, hors de la zone de fouille et orienté ouest‑est, pourrait, compte tenu du matériel associé dans le comblement, appartenir à cette phase 2A.

86L’examen de la stratigraphie d’ensemble, l’étude du mobilier inclus dans ces fours (rarement en phase de production, surtout en abandon) et la datation par l’archéomagnétisme effectuée par I. Bucur du laboratoire de géomagnétisme de Saint‑Maur‑des‑Fossés confirment globalement ces hypothèses.

3.4.2.1 Le four à barres

87Repéré lors des sondages de reconnaissance en 1989, le four 12 (espace X) a été endommagé par les constructions du xviie s. (mur de soutènement de la partie surélevée du jardin des Incurables à l’est). L’aménagement de l’espace au xiiie s. pour la mise en place du nouveau four 70 à l’est avait déjà détruit cette structure et le four voisin 89 (fosses 331 et 409). L’installation de forgerons dans ce quartier après l’abandon des potiers a d’autre part entraîné la destruction des superstructures jusqu’au niveau du sol. Néanmoins, il reste encore suffisamment de vestiges (sur une hauteur de 0,90 m) pour définir ce four et son évolution.

Le four primitif ou four à barres d’enfournement

88fig. 102 à 104

89Bien centrée sur les murs 10 et 11 et s’appuyant sur eux, la fosse de fondation du four initial, d’un diamètre approximatif de 2,50 m, est taillée dans les terrains antérieurs compacts correspondant à l’occupation du haut Moyen Âge. La paroi verticale de cette fosse est recouverte d’une couche d’argile (342) de plus de 20 cm d’épaisseur qui constitue la paroi du four. Celle‑ci est cuite sur environ 2 cm d’épaisseur, avec en arrière une frange noire due peut‑être à un dégraissant végétal ajouté à l’argile ou à la lignite présente naturellement dans les niveaux argileux locaux sous‑jacents d’où les matériaux de construction ont pu être extraits.

FIG. 102 – Plan et coupes du four 12 à barres d’enfournement.

M. Rodot del. d’ap. H.M./MC, J.T./CNRS, L. V./CNRS

FIG. 103a‑b la paroi du four 12 percée de traits de barres conservés sur deux rangs.

cl. H.M./MC

FIG. 104 – Axonométrie des fours 12 et 89.

M. Rodot del, d’ap. J.T./CNRS

90À l’est et au sud, la structure a été détruite par des fosses ultérieures. La frange de terrain préservée au nord‑est ne présente aucune trace d’une éventuelle enveloppe de ce four destinée à consolider la paroi en élévation de la chambre de cuisson. Pour la partie à l’est, il faut sans doute envisager l’existence d’un autre four (89) pratiquement contemporain venant contrebuter le four 12 (fig. 104) et peut‑être d’un escalier rudimentaire pour faciliter leur chargement. Quant au sud, toute trace de la façade a totalement disparu lors des terrassements liés à la construction du four 70.

91Le fond est en forme de cuvette assez peu marquée (fig. 102). La forme initiale peut être restituée grâce au nivellement précis qui, comparé aux profils relevés, permet de conclure, comme les traces de taille d’outils bordant la pseudo‑marche latérale le montrent, que la cuvette n’a pas existé dans un premier temps (sa largeur correspond, en outre, à l’emprise des bases des arcs du second temps : la marche et les arcs semblent donc bien associés). Le nivellement du fond du foyer et sa conservation partielle permettent de situer l’emplacement de la porte du foyer au sud/sud‑est. Le creusement, postérieur à l’abandon de ce four, de deux fosses dans cette zone a fait disparaître totalement la structure à cet endroit.

92La paroi interne verticale (légèrement subverticale, sans doute en raison des recharges successives), d’un diamètre d’environ 1,80 à 2 m, présente de nombreuses reprises et plusieurs rangées de trous régulièrement répartis destinés à recevoir des barres de terre cuite (fig. 103). La profondeur de ces trous est assez faible, de l’ordre de 5 à 6 cm. Le comblement en argile du four a rendu leur dégagement très difficile. Par ailleurs, un mouvement de l’argile non cuite de la paroi semble possible ; il peut avoir en partie obturé les trous. Toutefois, la marque conservée sur les barres indique un emmanchement de 6 à 7 cm, presque identique à la profondeur des trous. L’entraxe séparant deux barres est de 12 à 14 cm. L’examen montre que la paroi du four a été faite par petites plaques se chevauchant partiellement. Une première passe en bas, au contact du fond sur environ 15 cm de haut ; une seconde englobe la première rangée de trous de barres visible sur la moitié ouest de la paroi (première paroi). Des traits, lissés au doigt, préparent l’implantation des trous qui sont situés dans un plan oblique. Pratiquement toute la moitié est doit correspondre au rechemisage avec une rangée de trous aux bords lissés et une traînée linéaire, à peu près à la même hauteur que les précédents mais sur un plan parfaitement horizontal. Enfin, lors d’une troisième étape est effectué le rechemisage au nord, recouvrant les parois précédentes. Partiellement conservé sur le haut de l’élévation, il laisse apparaître en dessous les trous de la première paroi. Les nouveaux trous de barres y sont nettement plus hauts. La paroi présente donc des traces de recharges successives avec déplacement, pour des raisons ignorées, des rangées de trous de barres.

93Ces différents alignements de trous sont destinés à recevoir des barres d’environ 45 cm de long pour un diamètre maximal d’environ 5 cm (fig. 104). Ces barres effilées sont fixées dans la paroi par leur plus grosse extrémité et forment des sortes d’étagères rayonnantes pour porter les poteries à cuire. Les deux rangées, dont on a conservé les témoins partiels, si elles sont réellement contemporaines, sont espacées d’environ 30 cm. Est‑ce là l’espacement respecté pour les rangées de barres qui devaient couvrir l’élévation du four ? L’espace central du four est donc dépourvu de tout support sur un diamètre d’environ 1,20 m. Réalisées uniquement en argile calcaire, les barres d’enfournement sont des boudins roulés sur une planche (cassures souvent en hélice ou axiales rayonnantes, traces de la planche) et comportent une extrémité arrondie de gros diamètre correspondant à la partie fichée dans la paroi du four ; l’autre extrémité est effilée avec parfois une impression du pouce ou un pincement. La variation du plus gros diamètre (43 barres mesurées : dispersion de 3,7 à 4,7 cm de diamètre avec deux concentrations à 4,1 et 4,3/4,5 cm) ne semble pas influer sur la longueur apparemment constante de 45 cm environ (les deux seules barres reconstituées en entier ont 42,8 et 43,4 cm de longueur). La barre, très légèrement courbe, présente une face un peu aplatie, généralement placée sur le dessus. De nombreuses barres portent des traces de glaçure stannifère blanche (verte dans un seul cas) sur la surface plane, dues au collage des pièces lors de la cuisson. De très rares cas de taches, diamétralement opposées, montrent que les barres ont parfois changé de position dans le four ; mais en général, elles sont fichées à demeure et inamovibles. Les fragments de barres recueillis (50 à 100 barres environ) représentent une très faible partie des barres en service (au minimum 300, cf. § suivant).

Comparaison avec des structures connues et reconstitution

94L’enquête sur les fours à barres d’enfournement dans le bassin méditerranéen, et bien au‑delà vers l’Orient, apporte de nombreux éléments de comparaison au four de Marseille (Thiriot 1994 ; Thiriot 1995b : 18‑39). La confrontation avec les structures bien conservées en Espagne semble toutefois suffisante pour tenter une reconstitution. En fait, les sites où des barres ont été trouvées sont très nombreux, mais on ne connaît pas toujours leur emploi exact lorsque aucun four ne leur est associé. Le four de Balaguer, daté du xie s., présente une forme et des matériaux pratiquement identiques si ce n’est, à Marseille, l’absence de marche à la base de la paroi. Les fours de Zaragoza sont du même type que Balaguer mais plus grands et construits en briques. Ils ont l’avantage d’être pratiquement conservés sur toute leur hauteur (surtout celui de la Galle San Pablo daté du xie s.). Sur ces deux sites coexistent plusieurs types : four à barres et four à sole ou four à arcs transversaux. Les découvertes récentes à Murcia (Galle Ceferino, fin xexies.) et à Priego de Córdoba (fin xiie‑début xiiie s.) apportent un élément supplémentaire important : la présence du foyer, en avant du four cylindrique, alimenté par une porte détachée du corps principal du four, verticale, horizontale ou oblique. Tous ces témoins permettent de restituer le four de Marseille qui est donc l’exemplaire le plus septentrional de la série. Ils semblent assez étroitement liés à des artisans arabes dont la tradition proche‑orientale est évidente. Ceci est important pour Marseille au xiiie s. car, paradoxalement, les seuls vestiges espagnols retrouvés sont datés à partir du xie s., à l’exception des barres lisses de Paterna plus‑tardives mais non liées à un four.

95Malgré sa faible hauteur de conservation, le four de Marseille peut être reconstitué sans trop de difficultés. Le diamètre du four est compris entre 1,80 et 2 m ; on retiendra cette dernière valeur. Le nivellement du fond permet de situer la porte du foyer. Pour déterminer les dimensions possibles de cette porte, il est nécessaire de comparer des structures anciennes et récentes : four à barres de Selitrennœ en Crimée, de Murcia et Zaragoza en Espagne, fours de Marseille, fours actuels de Fustat en Égypte. On peut en dégager plusieurs informations. Les fours de Fustat retenus pour la comparaison (fours de capacité moyenne) ont une largeur moyenne de porte de 63 cm pour une hauteur de 1,50 à 1,60 m au minimum. La largeur des portes de foyer à Marseille est variable suivant les époques de construction ; on peut retenir une largeur de 60 cm pour le four 12, ce qui correspond au tracé hypothétique à partir du nivellement du fond de foyer. Les fours de Zaragoza semblent équipés d’une seule porte destinée au chargement du four et à l’alimentation du foyer après fermeture partielle. Leur hauteur est d’environ 1,80 m. Pour le four 12, de moindre diamètre (ceux de Zaragoza ont 2,60 m de diamètre), il semble possible de restituer une seule porte d’une hauteur de 1,60 m, ce qui semble un minimum. Le foyer devait faire une légère avancée comme à Priego de Córdoba. L’estimation du nombre de barres par niveau, calculé à partir d’un entraxe variant de 12 à 14 cm sur la portion conservée (environ les 2/3 d’une circonférence), est de 48 en moyenne pour la circonférence totale et de 44 au niveau de la porte. L’adaptation du relevé sur le four à un cercle de 2 m avec les écarts réels permet de restituer 44 barres au niveau de la porte. Le nombre moyen calculé est donc vraisemblable. D’après les relevés, le premier niveau de barres est à 12,68 m d’altitude (le fond du four étant à 12,10 m et le seuil de la porte à 12,30 m). Le second niveau est placé 0,30 m environ plus haut ; on admettra que les rangées sont équidistantes. Le calcul de la hauteur minimale « raisonnable » du four nécessite la reconstitution du mode de chargement. Les fours de Zaragoza, conservés sur environ 3 m de haut, avaient une élévation sensiblement plus importante. Aucune comparaison n’est connue actuellement, sauf peut‑être des ateliers actuels en Iran (Centlivres‑Demont 1971) ou ceux de la région de Samarcande. À Meybod (Iran) les fours à barres ont des dimensions très variables si on se réfère au nombre de barres (70 à 200). À titre indicatif, le relevé sommaire suggère une chambre de cuisson d’environ 2,50 m de diamètre pour 2 m de hauteur au‑dessus d’un foyer de 0,50 m de haut. Pour Marseille, le calcul de la hauteur minimale est réalisé en considérant que le potier dans le four peut placer les poteries jusqu’à une hauteur de 1,80 à 2 m sans l’aide d’échelle. Placé ensuite au sommet du four sur une planche ou arc‑bouté dans l’ouverture (comme on le pratiquait encore à Teruel récemment), il peut finir de charger sur environ 0,60 à 0,70 m, soit une hauteur totale du four de 2,40 à 2,70 m. Si on calcule cette hauteur à partir de l’écartement entre deux rangs de barres (un peu plus de 0,30 m) et de l’altitude du premier rang (environ 0,60 m au‑dessus du fond), sept rangs de barres peuvent être restitués (0,60 + 0,33 x 7 = 2,90 m de hauteur pour le four). Cette hauteur semble minimale. Pour les parties hautes, on a suivi le dessin de O. Reuter donné par Sauvaget et le profil des fours trouvés à Zaragoza. Le diamètre supérieur y est moindre sur une faible hauteur donnant au four un profil de bouteille à large col. L’éventuel voûtement total, avec cheminées, du four de Priego de Córdoba n’a pas été suivi ici. L’épaisseur de l’enveloppe réalisée en terre semble assez large pour contenir les poussées. À l’intérieur, un minimum de 300 barres ont été fichées dans la paroi cylindrique et le rétrécissement supérieur afin de former sept étagères de 40 cm de large.

Chargement et fonctionnement

96Le four présente des sortes d’étagères qui permettent de charger les poteries à cuire, séparées par des pernettes, sur la quasi‑totalité de sa hauteur et un peu moins de 0,40 m de large sur tout le pourtour. Il reste donc un espace central « libre » d’environ 1,20 m de diamètre. Si on envisage un tel chargement, ainsi qu’il est décrit pour les fours actuels de Meybod (Iran), on peut sans trop d’erreur penser que le four fonctionne comme une vaste cheminée avec un fort conduit de tirage induisant une perte très importante de chaleur (et de combustible) pour une efficacité de cuisson moindre. Il semble qu’on soit amené à envisager une autre hypothèse de chargement qui permette de pallier cet inconvénient majeur. Malheureusement, la comparaison avec un artisanat contemporain fait défaut actuellement. Cela nécessiterait un déplacement en Iran et en Ouzbékistan où des fours de ce type semblent encore fonctionner. Leur examen serait très utile à condition que cet artisanat soit encore très performant, car nous avons pu constater qu’une étude ethnoarchéologique menée sur des ateliers en voie de disparition n’est pas le reflet exact de l’activité à plein régime, d’où certaines dégénérescences dans les pratiques. Il semble qu’on puisse considérer l’espace central comme un four sans sole qui peut très bien être chargé à partir du fond avec des poteries plus grossières, poteries communes, glaçurées ou non, sans ménager à la base un espace pour l’extension du foyer puisque ce dernier semble toujours installé au‑delà de la porte. Pour cela, les potiers traditionnels ont l’habitude de monter de grandes pièces aux parois épaisses, (souvent aussi des ratés de cuisson pour commencer) appuyées les unes sur les autres en occupant tout l’espace. Cette charge, maintenue latéralement par l’extrémité des barres, permet alors de disposer au‑dessus les pièces grossières, puis celles plus fines. Le potier, d’abord debout dans le four puis dans l’embrasure de la porte, peut donc effectuer facilement cette charge centrale jusqu’à environ 1,80 m/2 m de hauteur après avoir disposé les pièces sans doute plus fragiles et glaçurées sur les étagères (emploi possible de gazettes pour les pièces exceptionnelles ?). L’opération peut être ensuite achevée par le haut avant fermeture de l’ouverture à l’aide d’un amoncellement de tessons qui réduit le tirage et les pertes de chaleur (gf la pratique actuelle à Teruel ; Almagro Basch, Llubiá Munné 1962 : 37‑38). La porte du foyer est ensuite obturée en ménageant une porte basse qui sert à l’alimentation du feu. La flamme trouvant une certaine difficulté à passer au centre se débarrasse des cendres soulevées par le tirage. Elle doit ensuite se répartir sur les côtés et cuire correctement les majoliques ou autres poteries fines qui y sont disposées. Le tirage latéral est plus fort grâce à la charge moins resserrée qu’au centre.

Transformation du four à barres en four à arceaux

97fig. 105 et 106

98Le four initial a été transformé en un four classique à une date difficile à préciser mais sans doute très précoce. À la base de la paroi épargnée, le fond du foyer a été entaillé pour recevoir le départ de quatre arcs de briques crues enjambant le foyer sans pilier central. Ils s’appuient sur la paroi cylindrique du four sans aménagement particulier. Leur orientation, perpendiculaire à l’axe du four, confirme la position de la porte qui reste au même emplacement. Les courbes de niveau du fond du foyer suggèrent un prolongement dans l’axe de la porte (l’idée d’un foyer avancé semble être confirmée ici). Ces quatre arcs ont porté la nouvelle sole dont aucun témoin n’a été conservé. Les arcs sont composés de briques crues et de véritables claveaux également crus. Les écoinçons sont comblés avec un abondant mortier d’argile liant des fragments de barres en réemploi, des fragments de tuiles canal ou de tegulae afin de constituer une surface de sole à peu près horizontale. Leur cuisson n’est effective que sur environ 2 cm de profondeur. À cœur, les arcs n’ont pas subi la cuisson et l’argile a une couleur noire comme à l’arrière de la paroi cylindrique. les faces latérales des arcs sont enduites d’argile lissée grossièrement avec les doigts et de quelques fragments de tuiles et de tessons. À la base de la paroi verticale, le fond du foyer est retaillé pour constituer une légère marche irrégulière correspondant à la retombée des arcs. Ce creusement peut avoir été réalisé afin de donner un peu de hauteur à ce foyer. La position exacte de la sole n’est pas connue. Toutefois la restitution des différents arcs indique un niveau fort comparable qui permet de définir une situation approximative par rapport à la dernière. La conservation à un niveau assez bas des arcs ne permet pas de restituer les subdivisions qui devaient exister entre les quatre arcs portant la sole. Les matériaux de comblement provenant de la chute de ces derniers n’apportent pas d’élément supplémentaire. Au‑dessus du niveau probable de la sole, la paroi n’est pas suffisamment conservée pour indiquer si ce deuxième état du four a fonctionné avec ou sans barres. Le réemploi massif de ces éléments dans la construction des arcs semble toutefois montrer qu’on a abandonné totalement ce mode d’enfournement. La dernière recharge de la paroi du four à barres (et ses trous approximativement au niveau de la sole du four à arceaux) n’a pu être mise en place qu’avant la construction des arcs, La transformation apparemment rapide du four à barres en four classique est étonnante et peut suggérer certaines difficultés d’adaptation des potiers étrangers dans un milieu où une autre technologie est employée avec succès depuis longtemps pour la cuisson de pots sans glaçure en atmosphère réduite. Mais on ne connaît pas d’exemples de fours utilisés par les potiers du sud de la France au début du xiiie s., pour des productions glaçurées et cuites en atmosphère oxydante. Cet abandon, supposé rapide, du four à barres est peut‑être à mettre en rapport avec une certaine dégénérescence de cette technique dans le pays d’origine de ces potiers venus à Marseille. Faut‑il envisager une perte de conscience de l’utilité d’un tel dispositif de cuisson par des potiers transplantés dans un milieu qui ignore ce procédé ? La question reste posée en l’absence d’éléments de comparaison.

FIG. 105 – Plan et coupes du four 12 à arceaux.

M. Rodot del. d’ap. J.T./CNRS

FIG. 106 – Vues du four 12 à arceaux a en cours de fouille et b dégagé.

cl. H.M./MC

Datation

99Les données de fouille confirment la datation haute proposée à partir de la position dans l’espace, de l’orientation de la porte au sud et des matériaux de construction. Le four à barres doit faire partie des premiers fours implantés au quartier Sainte‑Barbe. On lui adjoint rapidement un deuxième four (89) de conception et d’orientation différentes. À quel moment a lieu la transformation du four initial en four à arcs ? Aucune date ne peut être avancée avec certitude. On peut seulement souligner que ce changement intervient rapidement. Ces deux fours sont détruits lors de la construction du nouveau four 70 et laissent place à une vaste aire d’accès à ce dernier.

100Plus de 40 prélèvements pour la datation par l’archéomagnétisme ont été réalisés sur cette structure : 13 briques des arcs, 24 barres et 4 fragments à la base des parois recouvertes par les arcs. Sur le chantier, il avait semblé possible d’en déduire d’une part la date de transformation, c’est‑à‑dire la dernière cuisson dans le four à barres grâce à la mesure du champ magnétique des matériaux déplacés que sont les barres dans les arcs et sur les parties de parois n’ayant pas subi les cuissons du nouveau four, et d’autre part la date d’abandon du four à arceaux grâce aux briques des arcs et des extrémités des barres en réemploi dans les arcs (ayant subi les chauffes dans le four à arceaux). La mesure des briques seules et des parois a malheureusement mis en évidence un phénomène d’anisotropie qu’il faudra corriger pour obtenir la date d’abandon du four dans son dernier état. La faible variation du champ rend assez aléatoire la datation de la transformation du four initial.

3.4.2.2 Les fours en terre

101fig. 107 à 118

102Hormis le four à barres avec ses deux états appartenant à la première phase de l’atelier, cinq des dix fours à céramique appartiennent à ce type. Sans préjuger de leur datation, ils présentent les mêmes caractéristiques techniques et sont, de ce fait, examinés ici ensemble (tabl. xiv). Ils sont taillés (quelques traces d’outil à tranchant rectiligne ont été observées sur le fond du four 89) dans les couches d’occupations antérieures très compactes de la nécropole antique et des remblais du haut Moyen Age. Les potiers semblent avoir recherché le contact des couches argileuses vertes pour implanter les fours. Ils sont construits en terre (fours 89, 98, 103, 107) et parfois chemisés de pierres calcaires (four 118, fig. 118). Ces structures sont essentiellement de dimensions modestes puisque leur diamètre interne est le plus souvent proche de 1,60 à 1,90 m (exception faite du four 107 qui a un diamètre de 1,40 m). Ces fours, généralement construits les premiers sur le site (mis à part le four 98), ont été assez largement détruits lors de la construction des fours postérieurs. Ils sont de ce fait assez mal définis, à l’exception du four 98 qui n’a pas eu de successeur dans l’espace XIV et pourrait avoir une période de fonctionnement tardive dans l’atelier, Les vestiges de ces structures de cuisson permettent toutefois une bonne reconstitution. Elles sont implantées dans les espaces avec une certaine logique mais sans rigueur. Toujours concentrés dans une zone bien précise, à l’est des ateliers, les fours sont installés contre les murs des ateliers (souvent dans un angle) afin de conforter leurs maçonneries soumises aux fortes contraintes des chauffes successives et de laisser libre une zone de passage souvent figée lors des remaniements d’importance (sauf dans l’espace XIV où cette zone libre, d’abord au nord du four 118, passe ensuite au sud du four 98 nouvellement construit). Curieusement, l’orientation des fours n’est pas pour autant rigoureusement alignée sur celle des murs de l’atelier (fig. 111).

TABL. XIV – Caractérisation des fours en terre.

J.T.

FIG. 107 – Plans et coupes du four 103.

M. Rodot del, d’ap. H.M./MC, JJ./ CNRS, L. V./CNRS

FIG. 108 – Dernier comblement du four 103.

cl. H.M./MC

FIG. 109 – Premier état du four 103.

cl. H.M./MC

FIG. 110 – Coupe restituée du four 103.

M. Rodot del, d’ap. J.T./CNRS.

FIG. 111 – Plan et coupes du four 89.

M. Rodot del. d’ap. H.M./MC, J. T./CNRS, L. V./CNRS

FIG. 112 – Four 89 et son accès vus du nord.

cl. H.M./ MC

FIG. 113 – Plan et coupes du four 98.

M. Rodot del, d’ap. H.M./MC, J. T./ CNRS, L. V./CNRS

FIG. 114 – Four 98 et son accès.

cl. H.M./MC

FIG. 115 – Porte du foyer du four 98.

cl. H.M./MC

FIG. 116 – Coupe restituée du four 98.

M. Rodot del. d’ap. J.T./CNRS

103Le four 118, malheureusement très dégradé par les travaux de construction récents au sud de la zone fouillée, semble avoir été construit dès l’origine, en pierres calcaires liées à l’argile, dans une profonde excavation préalable (fig. 117, 118). Peut‑on envisager pour ce four un état primitif comparable aux fours précédents ? Les parois conservées ne semblent pas se superposer à des parois antérieures en terre rubéfiée. Toutefois, la fouille réalisée dans des conditions assez périlleuses en fin de chantier n’a pas permis un examen suffisant au moment du démontage de la paroi de pierres pour en être totalement sûr. Le pilier de ce four est également construit en pierre, comme la reconstruction du pilier du four 103.

FIG. 117 – Plan du four 118.

M. Rodot cte/. d’ap. H.M./MC, J.T./CNRS, L. V./CNRS

FIG. 118 – Four 118 coupé par la construction de l’amphithéâtre de la faculté des Sciences économiques.

cl. H.M./MC

104Ces fours circulaires à tirage vertical sont à demi enterrés, plus ou moins jusqu’à la sole (le four 98 et peut‑être le 118 sont installés plus profondément dans l’espace XIV, fig. 114). Le foyer est à fond plat légèrement en pente vers la porte, parfois un peu surélevé en arrière du pilier central (fours 89 et 98, fig. 111, 113) : les nettoyages fréquents des foyers sont peut‑être à l’origine de ces dénivellations. Le pilier axial est construit approximativement au centre avec des matériaux composites, et souvent restauré. La paroi brute de creusement peut avoir reçu un mince revêtement d’argile, proche de celle du substrat, cuit sur quelques centimètres d’épaisseur (four 89, et peut‑être 98). Le feu est fait dans une partie légèrement en avancée, sorte d’alandier court précédant légèrement la porte du foyer du centre du four. Cet allongement de la structure en partie basse permet de suggérer une restitution particulière des superstructures (fig. 110, 104). La porte du foyer, creusée dans le substrat, est ensuite maçonnée en pierres et souvent reprise dans les remaniements successifs. Parfois un seuil de pierres liées à l’argile y est ajouté (fig. 107, 109). Pour le four 107, la porte du foyer se trouve en retrait par rapport à l’emprise normale de l’enveloppe : à cet endroit, la paroi doit être plus mince et insérée sous un arc de décharge (arc en brique, ou linteau de bois ?) (fig. 119). La fosse d’accès en avant ou de côté, aux bords plus ou moins abrupts, offre un dégagement assez important pour permettre l’alimentation en combustible au moment de la « cuite » tout en laissant libre les zones de circulation dans les espaces. Dans un seul cas, celui du four 89, la fosse d’accès investit tout l’angle nord‑est de l’espace X en changeant de direction (fig. 111, 112). Certaines fosses (celles des fours 107 et 12) ont une très faible extension (fig. 119) en raison de leur orientation perpendiculaire à l’axe des ateliers et surtout de la nécessité de préserver la zone de circulation ; dans ce cas, le dégagement nécessaire est sans doute latéral au niveau du sol d’occupation de l’atelier.

FIG. 119 – Plan et coupes du four 107.

M. Rodot del. d’ap. H.M./MC, J. T./ CNRS, L. V./CNRS

105La sole est portée par des arcs rayonnants reposant sur un pilier central (fig. 121‑123). Arcs et piliers sont élevés à l’aide de briques cuites et de tuiles de réemploi (cf. départs des arcs dans le four 107, fig. 122). A‑t‑on employé à ce moment des briques d’argile crue mises en œuvre avant séchage total, comme pour les arcs des fours de seconde génération construits intégralement en briques ? Toutefois les matériaux peuvent varier au gré des réparations : briques crues ou cuites, tegulae, masses d’argile plastique, pierres calcaires, grès ou travertin, briques provenant d’autres fours. La sole proprement dite, surface approximativement horizontale sur laquelle la charge à cuire est installée, a la forme d’une grille dont les trous de chauffe de dimensions variables sont disposés assez irrégulièrement de façon rayonnante (voir le cas du four 107, fig. 119, 113). Dans plusieurs cas, le départ des arcs a permis de conserver le niveau de la sole qui est en fait assez bas : 0,80 à 0,85 m au‑dessus du fond du four (fig. 111, 113, 119).

106La chambre de cuisson n’est jamais conservée au‑delà de quelques centimètres de hauteur à l’exception du four 98 (fig. 113, 114). Son élévation a dû être assez importante. En dehors de tout indice archéologique, ici comme sur les autres sites d’ateliers médiévaux connus, l’ethnoarchéologie de l’artisanat traditionnel hispanique mais surtout proche‑oriental fournit quelques données permettant une restitution raisonnable. Les proportions couramment admises pour la hauteur de la chambre de cuisson sont de l’ordre d’une fois et demie le diamètre. Elle est voûtée ou non, mais nous n’avons aucun indice pour la restitution des parties hautes (fig. 110, 116). L’enveloppe de ces premiers fours dans leurs parties en éléva tion n’a laissé aucune trace dans le sol d’occupation : faut‑il voir là l’indice d’une simple élévation en terre autour du four ? Dans les restitutions, nous avons pris le parti de fours ouverts, où l’obturation s. effectue à l’aide de gros fragments de pièces défectueuses. C’est encore la coutume dans de nombreux ateliers traditionnels. La hauteur retenue est de l’ordre de 1,3 à 1,4 fois le diamètre (fig. 110, 104, 116). En l’absence de données archéologiques, l’épaisseur de la paroi en terre, 50 à 60 cm, avec un léger fruit, a été volontairement exagérée, par opposition aux parois plus minces des fours en briques. Ni la porte ni l’accès à l’étage ne sont conservés. Toutefois, la position plus ou moins avancée de la porte du foyer autorise, en comparaison avec les ateliers actuels de Fustat (Égypte) par exemple, une restitution de la porte située au‑dessus de celle du foyer ou sur le côté. Lorsque la porte du foyer est suffisamment avancée (fours 98 et 103, fig. 116, 107‑109 et C), un passage peut être aménagé au‑dessus de ce court alandier pour accéder à la porte de chargement du four. Si ce n’est pas le cas (fours 89 et 107, fig. 104, 124), la porte doit être restituée à 90° latéralement. Le seuil de cette porte haute, jamais observé sur le site, doit se situer approximativement au niveau du sol d’occupation sauf pour le four 98 où un dénivelé d’au moins 60 cm existe au‑dessus de la sole.

FIG. 120 – Porte du foyer du four 107.

cl. H.M./MC

FIG. 121 – Pilier, support de la sole du four 107.

cl. H.M./ MC

FIG. 122 – Détail de la paroi cannelée et des départs d’arcs de la sole du four 107.

cl. H.M./MC

FIG. C – La porte du four 98.

cl. H.M./MC

Le four 103

107Ce four très endommagé par l’implantation du four 93 a également été fort perturbé tout au long de son utilisation au point de faire disparaître en très grande partie la structure d’origine (fig. 107‑109).

108Comme toujours sur ce site, la fosse de fondation a été creusée dans les niveaux compacts des occupations antérieures. L’excavation circulaire au fond pratiquement horizontal, de 2 à 2,20 m de diamètre pour une profondeur d’environ 0,70 à 0,80 m, est centrée dans l’angle des murs 85 et 97 au sud‑ouest de la pièce. Un petit couloir prolonge de 1 m à l’est cette fosse pour constituer le foyer proprement dit. Son orientation est légèrement oblique par rapport au bâti. Ce four débouchait dans une fosse d’accès dont on a conservé de très rares témoins (à cause de la mise en place du four 93 à cet endroit) : un petit lambeau de sol en avant de la porte et une trace de fosse à l’est du four 93 ultérieur. L’ensemble est disposé dans la partie sud de l’espace X laissant une zone de passage au nord.

109Aucune trace des élévations de ce four n’est conservée à l’exception de la paroi 431 de la chambre de chauffe à l’ouest et au nord (la paroi sud a été détruite par le creusement d’une tranchée). Elle est constituée de terre argileuse avec tessons et petites pierres des niveaux antérieurs, apparemment sans aucun aménagement de la surface par lutage d’argile. Au nord, cette paroi est très incurvée avec un léger surplomb ; elle a gardé la trace (arrachement) de la retombée d’un arc de la sole dont il ne subsiste, malheureusement, que la partie basse. À l’ouest, la paroi est très évasée ; la retombée d’un arc de la sole est conservée sur près de 0,50 m de hauteur. Ces deux traces particulières sont les seules visibles, ce qui fait penser à des aménagements ultérieurs. Les arcs d’origine n’ont pas laissé de trace apparente sur la paroi fortement dégradée par les multiples cuissons et surtout parles rechemisages.

110Au démontage du pilier de la deuxième période est apparue la trace très ténue du premier pilier. Le fond du four apparaît cuit gris‑vert en réduction, La partie centrale du pilier arraché est rubéfiée. La limite du pilier d’origine correspond à la limite du cuit gris‑vert (fig. 107).

111Cette structure initiale a été entièrement rechemisée sans doute à plusieurs reprises. La paroi initiale 431 de la chambre de chauffe a été entaillée par endroits pour pouvoir asseoir la réparation 570 liée à l’aide de terre et d’argile bariolée légèrement rubéfiée. On a utilisé des matériaux de réemploi : tegulae, beaucoup de tuiles rondes, blocs d’argile bariolée, calcaire, cols de jarre, amphores, grès, peu de briques de différents modules dont la plupart ont 6 cm d’épaisseur.

112Le couloir du foyer et la porte de ce dernier ont ensuite été transformés. Une couche de cendres de très faible épaisseur contenant de très rares tessons est présente surtout sous les pierres du seuil, pratiquement inexistante dans la partie en avant du pilier central, et totalement absente dans la partie ouest. Au‑dessus, une fine couche (2 cm) d’argile bariolée rubéfiée (correspondant à 552) sert de base à trois blocs de pierre calcaire (et un fragment de mortier) qui constituent le nouveau seuil 569. Ces pierres sont posées à l’intérieur de la structure antérieure 431. La terre cendreuse de liaison des pierres comporte quelques rares tessons. Le couloir initial est fortement réduit en largeur (ramené à 30/35 cm de largeur) par deux murs latéraux. Au nord, la nouvelle paroi 571 est construite à cheval sur la précédente à l’aide de pierres très irrégulières (calcaire dur ou tendre, calcaire gréseux), un fond de poterie, briques de 11,5 cm et de 6 cm d’épaisseur. Ces matériaux de réemploi sont liés avec de l’argile bariolée rubéfiée, contenant quelques tessons, sur toute la hauteur ; cette dernière est cuite seulement sur la demi‑hauteur supérieure. En bas, les pierres sont cuites en parement alors que les joints d’argile sont seulement rubéfiés. Au sud, la mise en place de la nouvelle paroi 572 particulièrement large a entaillé partiellement la paroi initiale 431. La tranchée de fondation est visible sur la coupe au sud de 572 : la nouvelle façade du four a donc largement chevauché la paroi 431, au sud alors qu’une seule largeur d’assise est constatée au nord. Pour cette construction, reposant comme le seuil ou la paroi 571 sur une très mince couche de cendres grises, on a utilisé le même type de matériaux qu’au nord (blocs de travertin et silex, fragments de mortier, pierres brûlées en plus). Cette reprise repose sur deux assises de pierre de la réparation 570 dans la zone de contact entre foyer et chambre de chauffe, et sur le seuil 569. Beaucoup de tessons ont été trouvés en arrière de la paroi de pierre qui constitue 572. Les mêmes particularités de cuisson sont observées ici. En plus, dans la moitié supérieure, on a conservé la trace du lutage d’argile cuite en réduction. Les particularités de cuisson partielle des deux parois sont liées, semble‑t‑il, à la mise en place d’un remblai dans le fond du foyer 556 (couche d’argile crue 552 recouverte par une couche 544) jusqu’au niveau du seuil 559. Le nouveau foyer a donc fonctionné sur le sommet de ce remblai,

113Dans l’angle nord‑est de la chambre de chauffe, la paroi a subi une nouvelle et dernière réparation à l’aide de pierres en calcaire fin calciné, liées à la terre brune avec des cendres grises, de tegulae, creuset et silex. Là aussi une fine couche de cendres grises existe à la base.

114Le pilier, plus largement fondé vers l’est et le sud, est construit sur l’arrachement du précédent (une très mince couche de cendres recouvre ce dernier) à l’aide de différents matériaux : pierres calcaires (irrégulières et pierres de taille), de calcaire gréseux surtout, certaines ayant déjà brûlé (surface gris blanc à l’intérieur‑ de l’argile de liaison non rubéfiée), d’un fragment de brique épaisse de 4 cm, de grès et de poudingue. Une argile bariolée vert foncé sert de liaison aux pierres du nouveau pilier. Celui‑ci est à peu près au milieu de la nouvelle chambre de chauffe dont le diamètre à la base est ramené à un peu plus de 1,40 m (1,60 m à environ 15 cm de hauteur).

115Avant son abandon définitif, le four semble avoir servi de structure pour calciner le calcaire. Les parties non comblées ont alors subi une dégradation importante : les pierres calcaires des rechemisages ayant été transformées en chaux.

Le cas particulier du four 107 à paroi ondulée

116Ce four est exceptionnellement bien conservé jusqu’à une hauteur d’environ 20 cm au‑dessus des témoins de la sole (fig. 119‑124 et D). Dans les couches d’abandon, de nombreux fragments de parois et la presque totalité des éléments de la sole et des arcs rayonnants prélevés par quart permettent une étude de la structure tout en autorisant la reconstitution des arcs (fig. 123) et, en grande partie, la restitution de l’organisation de la sole.

FIG. 123 – Arcs reconstitués du four 107.

cl. P.F./CCJ, CNRS

FIG. 124 – Seuil et piédroit de la porte de la chambre de cuisson reconstitués.

cl. P.F./CCJ, CNRS

FIG. D – Le four 107 et son dépotoir d’abandon.

cl. P.F./ CCJ, CNRS

117Les parties inférieures correspondant au foyer sont identiques au premier type, dit primitif, taillé directement dans le terrain (fig. 119). Le foyer circulaire à fond plat d’environ 1,50 m de diamètre et 1 m de profondeur forme une petite avancée au nord, à l’emplacement de la porte. La paroi, à peu près verticale, se referme légèrement à la hauteur de la sole. Les remblais antérieurs ont été entaillés et semblent avoir été utilisés sans aménagement particulier dans un premier temps. Localement, au nord‑ouest et à l’ouest, la paroi a reçu plusieurs surcharges présentant toutes les traces de rubéfaction des cuissons successives. Au milieu et dans l’axe du foyer est élevé un pilier qui sert d’appui aux arcs rayonnants montés en briques cuites et en tuiles dans un premier temps (fig. 121). En arrière et dans l’axe de ce pilier, le fond du four remonte parfois sensiblement, comme pour le four 89.

118Le foyer s’ouvre au nord sur une fosse oblongue de moindre profondeur servant d’accès à la porte du foyer. Cette fosse est de surface restreinte, étroite et peu allongée, avec des parois latérales presque verticales qui présentent une rubéfaction uniforme à proximité de la porte. La porte initiale devait être plus haute comme en témoignent les rubéfactions latérales en arrière de la réparation de pierre (fig. 119‑120). Elle devait être taillée directement dans le terrain sans aménagement particulier, comme pour le four 98 (fig. 115).

119Sans doute après avoir servi pendant quelque temps, l’ensemble des parties supérieures et la totalité de la chambre de cuisson ont été restaurés ; la sole a fait l’objet d’une reconstruction totale s’appuyant sur de nouveaux arcs et sur la reprise de la porte du foyer (fig. 119).

120Celle‑ci, dans son dernier état, est construite à l’aide de différentes briques d’argile crue et de pierres calcaires liées dans un abondant mortier d’argile grise ayant cuit partiellement (largeur de l’ouverture : environ 30 cm ; hauteur d’ouverture dans la fosse d’accès : 35 cm ; hauteur de la porte jusqu’au fond du foyer : 56 cm). Elle a été construite, avec un léger décalage vers l’est, plus bas que la précédente (fig. 119‑120), ce qui entraîne le creusement à ses pieds d’une petite extension du foyer et une faible inflexion du sol de l’accès à proximité de la porte (est‑ce la marque également de l’abaissement du niveau de la sole ?),

121Légèrement déporté vers l’est et vers la porte, le pilier axial très étroit et allongé (50 cm de long, 20 cm de large) est posé sur le fond plat du foyer. La construction hétérogène est largement enduite d’argile de couleur beige, avec des traces de lissage. L’examen n’apporte aucun indice pour définir si le pilier étudié est d’origine ou s’il a été repris lors du rechemisage.

122Dans le dernier état, la sole est portée par une série d’arcs rayonnants, reposant sur un pilier particulièrement étroit, d’inégale importance, que les remontages possibles permettent de reconstituer (fig. 123‑124). Des arcs dits primaires, accrochés dans une profonde entaille dans la paroi du four, s’appuient sur les quelques briques cuites restées en place du premier état. Des briques crues, tout juste sorties du moule, sont déformées à la demande pour constituer l’arc et mises en œuvre avec peu de liant (fig. 123). L’extrados est surchargé par une grande masse d’argile pour constituer la sole. Les faces latérales présentent la trace de trous de chauffe ; certains trous ont été aménagés en taillant au couteau l’extrémité des briques (fig. 122, 124). La face supérieure, assez dégradée, a une largeur de 11 à 14 cm. En alternance, de plus petits arcs reposant au centre du four sur les arcs primaires semblent avoir une structure plus légère. Ces derniers subdivisent donc les espaces entre les arcs principaux. D’autres divisions, constituées essentiellement de masses d’argile (sans brique), forment les parois des trous de chauffe. Les traces de ces arcs dans la paroi ondulée montrent que la sole est approximativement horizontale à environ 0,85 m au‑dessus de la base du foyer. Les points d’ancrage de cette sole sur la paroi cylindrique témoignent de transformations mineures en cours d’utilisation.

123Conservée sur environ 20 à 30 cm de hauteur, la paroi verticale de la chambre de cuisson est faite d’une couche d’argile fine, d’une épaisseur variant de 8 à 15 cm, dont la surface interne est lissée et très régulièrement cannelée jusqu’à la surface de la sole (fig. 122). Ces rainures semi‑circulaires verticales, larges de 2 à 2,5 cm et profondes de 1 cm, soigneusement lissées au pouce, disparaissent de façon progressive à la hauteur de la sole. L’utilité d’un tel dispositif nous échappe. À notre connaissance, il n’existe pas de point de comparaison. Cette paroi présente des traces de glaçure au plomb. Elle se substitue à la paroi d’origine totalement détruite. Sous le niveau de la sole, le chemisage devait recouvrir une partie de la paroi du foyer. Cet important aménagement prend appui sur la porte réparée.

124Aucune trace de l’enveloppe n’a été relevée sur le sol environnant : faut‑il conclure que ce four est construit en terre et non en pierre ? Les remontages des éléments effondrés ont permis de localiser une porte de chargement de la chambre de cuisson à l’est ou au nord‑est ; une partie de seuil et de piédroit interrompant les cannelures présente des traces de cuisson plus faibles que la paroi du four (fig. 124). Correspondant à cette dernière période, une brique carrée, et peut‑être une vague murette, sont les témoins d’un aménagement de cet espace en avant du four, peut‑être avec une mezzanine comme c’est le cas sans doute dans la partie orientale de cet espace XI.

Arcs, pilier et porte du four 107

125Le quart supérieur de la paroi conservée a fait l’objet d’un rechemisage complet. À la limite du rechemisage, des pierres calcaires sont prises dans la paroi primitive : ajout ou présence dans les couches antérieures ? Les départs d’arcs rayonnants qui chevauchent cette zone présentent également des traces de reprise. Plusieurs coupes taillées dans cette paroi montrent que l’argile constituant cette nouvelle paroi se substitue à la paroi d’origine totalement détruite : l’excavation descend sur toute l’épaisseur de la sole. C’est à partir de ce niveau que sont réalisées les saignées verticales pour asseoir les nouveaux arcs. Sous le niveau de la sole, le chemisage devait recouvrir une partie de la paroi du foyer. Cette importante réparation prend appui sur la porte réparée.

Arc primaire 629

126Au sommet de l’arc de la porte et dans l’axe du pilier subsiste sa trace matérialisée par un léger départ de collage à l’est et surtout un manque de cuisson au centre de la trace sur le chemisage. Les dimensions de l’attache sur la paroi ne peuvent être définies.

Encoche 630

127Taillée au couteau dans la paroi rechemisée sur une longueur de 10 cm, une hauteur de 4,5 cm et environ 2 à 3 cm de profondeur, une entaille rectangulaire a dû servir d’ancrage à une brique de liaison entre la paroi et l’arc secondaire recoupant l’espace entre les arcs primaires 629 et 631 (deux entailles verticales à l’est correspondent à un tracé préliminaire). Un léger départ de collage de l’arc au‑dessus et à l’ouest subsiste sur une surface déjà cuite ; l’arc a‑t‑il été ajouté après une première cuisson ou bien s’agit‑il d’un écroulement d’une partie de l’arc suivi d’une nouvelle cuisson ? Niveau approximatif du sommet de l’attache d’arc : 11,91 m. Niveau approximatif de la base de l’entaille : 11,81 m.

Arc primaire 631

128Prises dans une entaille profonde de la paroi d’origine, quatre briques crues (argile bariolée, 12,5/13 cm au carré, épaisseur 5 cm), rayonnantes, sont montées avec un abondant liant d’argile lissé en même temps que le chemisage auquel l’arc semble lié. Au‑dessus, un fragment de brique cuite (argile grossière, largeur 11,5 cm, épaisseur 6 cm, longueur fragmentaire 18,5 cm) posé en oblique sert de base à une maçonnerie d’argile grossière, contenant quelques tessons de biscuit, dont le sommet approximativement horizontal sert de sole. Le fragment de sole conservé, reconstitué sur 20 cm de long et 11 à 12 cm de large, présente des traces de collages latéraux matérialisant plusieurs trous de chauffe (dans l’état actuel des recollages, deux trous entre cet arc et le précédent, 630, et un de l’autre côté sont reconstitués). La surface supérieure à peu près plane garde la trace sableuse de collages de poteries maintes fois recuites. Les faces latérales de la partie basse de l’arc montrent que le rechemisage de la paroi du four devait descendre plus bas dans cette zone. Niveau approximatif du sommet de l’attache d’arc (sole) : 11,91 m. Niveau approximatif de la base de l’arc : 11,50 m.

Arc secondaire 632

129Pris dans le chemisage de la paroi, l’arrachement a conservé ses limites sauf en bas. Au centre, la zone couverte n’est pas cuite. L’arc, d’une largeur de 10,5 cm, semble avoir été constitué uniquement d’une argile identique à celle du chemisage réalisé en même temps. Niveau du sommet de l’arc : 11,93 m.

Arc primaire 633

130Il a fait l’objet d’un remontage partiel depuis la fouille. Il est constitué seulement de briques crues rayonnantes (sept sont conservées : argile bariolée, 12,5/13/14,5 cm de largeur, épaisseur 4,5/6 cm). Les trois premières semblent prises dans l’encoche réalisée dans la paroi d’origine. Leur longueur, non mesurée, pourrait correspondre à leur largeur ; elles seraient donc carrées. Les deux suivantes ont été coupées à la demande (largeur variant entre 7,5 et 9,5 cm) et déformées par pression pour former des claveaux (épaisseur moindre à l’intérieur de l’arc). Les deux dernières sont sous forme de brique et non de claveau. La position approximative des briques laisse penser que leur assemblage a été réalisé rapidement, avec un liant argileux beige peu abondant lissé au doigt. Les briques d’argile crue ne nécessitent pratiquement pas de liant si elles sont utilisées immédiatement après moulage. La partie supérieure de l’arc est constituée d’une masse d’argile aplanie d’environ 12 cm de large, reconstituée sur 24 cm de long. Les faces latérales gardent la trace, très partielle, de deux trous de chauffe. La face supérieure de la sole porte la trace de coulées de glaçure maintes fois recuites. Niveau du sommet de l’attache d’arc : 11,91 m. Niveau de la base de l’arc : 11,57 m.

Arc primaire 635

131Une seule brique cuite reste prise dans la paroi d’origine (14 cm de largeur et 4 cm d’épaisseur). Ses lignes sont très arrondies ; elle est cuite de façon différente des précédentes et doit correspondre à un arc de la première structure. La trace de l’arc est conservée sur trois côtés dans le chemisage (largeur de l’arc : 11 cm) ; elle correspond à l’arc de la deuxième structure,

132Les remontages effectués à partir des matériaux tombés dans le foyer ont permis, pour l’instant, la reconstitution presque complète de cet arc dont l’orientation en plan ne peut être définie avec précision (fig. 123). À partir de la brique cuite, souvenir de l’arc primitif, deux briques crues rayonnantes ont pris place dans l’entaille de la paroi d’origine (argile bariolée et liaison d’argile beige, brique de plan carré, 14/14,5 cm, épaisseur 5 cm). Viennent ensuite deux autres briques dont la face interne a été martelée pour former un arrondi (13/13,5 x 8/9 x 5/5,5 cm). Trois briques (12,5/13 x 8/9 x 5/5,5 cm) précèdent un claveau (12,5 x 8,5 x 4,5/6 cm) qui constitue le sommet de l’arc. Trois autres briques (12,5/13,5 x 8/8,5 x 4,5/5,5 cm) terminent incomplètement l’arc vers le centre du four. Toutes ces briques ont été posées après démoulage, sans séchage, et surchargées d’une grande masse d’argile pour constituer la sole. Les faces latérales présentent la trace de quatre trous de chauffe au nord et trois au sud. Certains trous ont été aménagés en taillant au couteau l’extrémité des briques. La surface supérieure assez dégradée a une largeur de 11 à

13314 cm pour une longueur reconstituée de 45 cm (environ 55 cm sont nécessaires pour que cet arc repose sur le pilier central). Niveau du sommet de l’attache d’arc : 11,90 m. Niveau de la base de l’arc : 11,56 m.

Arc secondaire 636

134Les limites d’arrachement dans le chemisage de la paroi sont assez floues ; la zone centrale n’est pas cuite. L’arc a 10 cm de large au maximum. Niveau du sommet de l’arrachement : 11,89 m.

Arc primaire 637

135Les traces conservées sont comparables à celles de l’arc 635, mais il n’a pas encore fait l’objet d’un remontage. À la base, trois fragments de tuiles cuites conservées formaient la base de l’arc de la première structure. Au‑dessus apparaît une brique crue, point de départ de l’arc de deuxième structure. L’arrachement dans le chemisage, partiellement conservé seulement au nord, ne permet, pour l’instant aucune restitution. Niveau du sommet de l’arrachement de l’arc : 11,90 m. Niveau de la base de l’arc : 11,56 m.

Arc secondaire 638

136La nouvelle paroi présente la trace d’arrachement d’un arc construit en même temps que le rechemisage et s’appuyant sur un fragment de brique très cuite (encoche triangulaire). Le tracé horizontal (entaille au couteau) est conservé à l’ouest du sommet de l’arrachement. L’arc pouvait avoir une largeur de 10 cm pour une épaisseur de 6,5 cm. Une partie (en bas à l’est) est cuite sans doute après écroulement partie] de la base de cet arc. Niveau du sommet de l’arrachement de l’arc : 11,92 m.

Arc primaire 639

137La partie basse de l’arc est constituée de cinq briques cuites (épaisseur : 3 cm), liées et lutées à l’argile sur une largeur de 22 cm environ (sur la coupe axiale, seule la première brique cuite est dessinée en entier). Au‑dessus, une brique crue (12,5 x 6 cm), début de l’arc, porte le départ de la partie horizontale de l’arc en argile grise. La partie basse en briques cuites correspond à la première structure, et la brique crue au‑dessus à l’arc de deuxième structure. Les bords arrondis de la sole près de la paroi (largeur 14 cm) correspondent à des trous de chauffe latéraux. Cet arc correspond à l’arc 649 du pilier central. Niveau du sommet attache arc : 11,93 m. Niveau de la base de l’arc : 11,55 m.

Arc secondaire 640

138Sa trace est du même type que celle de l’arc 638 : empreinte d’une brique armant l’arc d’argile. Les arrachements sont conservés sur les quatre faces et permettent de restituer ici une sole de 11 cm de large pour une épaisseur de 9 cm. Une partie de l’arc (le bas et la partie est) a dû s’écrouler et subir une cuisson après. Niveau du sommet de l’arrachement : 11,93 m.

Arc primaire 641

139Trois briques crues conservées (argile bariolée, 13/13,5 cm, épaisseur 5/5,5 cm) portent la partie supérieure de l’arc. La face latérale, à l’est, est taillée en arrondi, trace d’un trou de chauffe (cf. arc 639). La sole à cet endroit a 16 cm de largeur. Niveau du sommet : 11,93 m. Niveau de la base : 11,60 m.

Arc secondaire 642

140Même type que 640 : empreinte d’une brique carrée au centre. La trace de cet arc (largeur 10 cm pour 9 cm d’épaisseur) a cuit après son écroulement. Niveau du sommet : 11,95 m.

Arc primaire 643

141Seul subsiste, très érodé, l’empilement de briques à l’horizontale et cuites (épaisseurs 1,5, 3,5 à 4,5 cm). Il n’y a pas de trace de la partie supérieure apparemment en briques crues d’argile grise. L’arrachement de la partie supérieure gardée uniquement dans les angles permet de restituer ici une sole large de 16 cm. Niveau du sommet de l’arrachement : 11,94 m. Niveau de la base de l’arc : 11,47 m.

Arc secondaire 644

142Même type que 632. La largeur de la sole est de 11 cm au‑dessus de cet arc. Niveau du sommer : 11,95 m.

Arc primaire 645

143Deux briques crues (argile bariolée, 13 à 13,5 cm, épaisseur 4,5 à 5 cm) sont posées légèrement en oblique et semblent avoir porté une troisième brique ainsi que, au sommet, une masse d’argile grise conservée dans le rechemisage. La sole, au sommet de cet arc, fait 14,5 cm de large. Niveau du sommet de l’arrachement : 11,95 m. Niveau de la base de l’arc : 11,61 m.

Arc secondaire 646

144Trace identique à 642. La largeur du sommet de cet arc est de 12 cm. Niveau du sommet de l’arrachement : 11,93 m.

Arc primaire 647

145Il subsiste la trace de deux briques crues rouges avec liant d’argile grise portant à leur sommet une masse d’argile grise constituant la sole. La trace d’arrachement permet de situer la sole dont la largeur à cet endroit est de 13 cm. Niveau du sommet de l’arrachement : 11,91 m. Niveau de la base de l’arc : 11,66 m.

Arc secondaire 648

146Seule subsiste l’encoche approximativement rectangulaire (environ 8 cm de large et 3 cm de haut). La surface d’arrachement a cuit après l’écroulement de l’arc. Niveau de base de l’encoche : 11,86 m.

Arc primaire 649

147Sur la face sud du pilier 114 et à mi‑hauteur, trois briques (cuites ?) forment le départ de l’arc qui retombe sur l’arc 639 : un claveau (largeur 13 cm) puis une brique (13 x 9 cm, épaisseur 4,5 cm) et enfin un bloc d’argile grossière avec petits galets (largeur 12,5 cm, épaisseur 9 cm).

Pilier central 114

148Des matériaux très divers ont été utilisés pour l’édifier : briques de différents modules en argile (cuite ?), plus ou moins grossières (14 x 9,5 x épaisseur 4,5 ; fragmentaire 13 x 12 x épaisseur 6,5 cm), blocs d’argile grossière (18 x 13 x épaisseur 10,5 cm ; 16 x épaisseur 10 cm ; 12,5 x épaisseur 9 cm), un claveau sur la face sud comme sommier de l’arc 649, pierres calcaires, tuiles. Aucun témoin d’aménagement particulier n’apparaît, mis à part le départ d’arc 649 au sud.

Porte du foyer

149La rubéfaction ne touche qu’une partie des pierres et briques de la porte, dans son dernier état, et les parois proches de la fosse d’accès. La rubéfaction de la fosse pourrait provenir également de l’utilisation de la porte précédente. Les parois apparaissent rubéfiées surtout à l’ouest et en avant (au nord) de la porte. À l’est, la rubéfaction a disparu au nord de la porte lorsqu’on a reconstruit la nouvelle : léger décalage de la porte vers l’est.

Piédroit est

150Trois fragments de briques (crues ?, longueur fragmentaire 18 cm, épaisseur 5,5 cm) forment la base de la construction de ce côté (plus basse qu’à l’ouest). Un bloc d’argile grossière (longueur fragmentaire 19 cm, épaisseur 10 cm) sert ensuite de support à une pierre puis une brique (épaisseur 3 cm) sur laquelle reposent les claveaux de pierre de l’arc (liant d’argile grise non cuite). L’ensemble est lié au rechemisage d’argile de la chambre de cuisson : à cet endroit du foyer, entre la porte et l’arc 631, la paroi initiale est rechemisée intégralement.

Piédroit ouest

151La construction est faite dans le même esprit. Sur trois briques (environ 18 cm de longueur, 5,5 cm d’épaisseur) dont les joints d’argile sont cuits repose un bloc d’argile (longueur 21 cm, épaisseur 10,5 cm) qui sert de base aux claveaux en pierre de l’arc. Ici aussi la construction est liée au reste du rechemisage partiel du foyer.

152Au‑dessus de l’arc, plusieurs lits de pierres calcaires liées à l’argile grise non cuite forment la façade du four jusqu’au niveau du sol. Au démontage de la porte, sont apparues de part et d’autre des traces de rubéfaction sur le terrain encaissant dans lequel a été implanté le four : elles matérialisent la position de la première porte. Sa position d’origine semble avoir été plus haute que dans le dernier état.

153La porte construite en briques crues et pierres calcaires semble bien être un deuxième état d’une porte qui devait au départ être percée dans le substrat de couches archéologiques antérieures. Cette dernière a été construite plus bas que la précédente, obligeant à creuser une extension du foyer et à descendre légèrement le sol de la fosse d’accès à proximité. Est‑ce la marque également de l’abaissement du niveau de la sole ?

Les réparations

154Tous ces fours présentent des réparations assez importantes qui supposent qu’on a au moins procédé à la réfection totale de la sole. Dans le cas du four 107, la reprise semble plus importante ; le diamètre réduit du four au départ n’a pas permis la reconstruction à partir d’une murette latérale placée en avant des parois du foyer, comme c’est le cas pour tous les autres, d’où cette solution originale des arcs remontés sans doute plus bas pour avoir plus d’assise dans le substrat.

155Les parois du foyer et le pilier central sont donc souvent repris plus ou moins complètement pour supporter la réfection de la sole (fig. 107, 108, 112). On emploie pour cela n’importe quels matériaux, souvent de la pierre calcaire liée à l’argile mais aussi du travertin, des briques, des tuiles canal et des tegulae. Le four 89 a subi un rechemisage uniquement au sud, le pilier étant reconstruit avec une orientation légèrement différente pour rééquilibrer à peu près le foyer (fig. 111‑112). Le four 103 a été repris intégralement en pierres liées à l’argile en plusieurs étapes (parois du foyer et pilier, conduit de la porte du foyer rendu très étroit, fig. 107) ; un seuil de pierre est installé dans l’ancienne porte du foyer. Après la réparation des parois puis l’utilisation pendant une durée indéterminée, ce four est abandonné. Les parties basses, dont les parois en moellons calcaires présentent un état de calcination avancé, semblent avoir servi de four à chaux (fig. 108). Le four 98, vu l’état de désagrégation de ses matériaux de construction dû aux chauffes répétées, semble avoir fonctionné longtemps. Il présente des traces de reprise des parois nord et sud du foyer et du pilier à l’aide de matériaux composites (dont des briques noires semblant provenir du four 99 proche) qui supposent la reconstruction totale de la sole.

Datations

156Les fours en terre sont généralement les premiers installés dans le bâti. D’abord orientés nord‑sud ou sud‑nord (fours 12, 107 et 118), deux nouveaux fours (89 et 103) sont implantés avec une orientation ouest‑est dans les espaces X et XI. Le cas du four 89 est assez singulier car il semble construit assez rapidement contre le four 12 encore en fonctionnement, leurs enveloppes se contrebutant. Dans l’espace XIV, il faut peut‑être en ajouter un dont on a gardé la fosse d’accès au sud des fours 99 et 110 venant en complément de 118. Ce dernier est abandonné au profit du four 98 qui est implanté, peut‑être assez tardivement (avant les fours 70 et 93), à l’emplacement de la fosse d’accès de 118, sans doute remblayée, d’où une certaine faiblesse de sa paroi sud. Dans cet espace, la zone de circulation s’inverse, passant du nord au sud.

157Le premier état du four 107 est à assimiler aux autres fours taillés dans le substrat sans construction maçonnée des parois.

158Quelques éléments particuliers de datation sont à rappeler ici. Dans le four 98, une monnaie de Charles Ier d’Anjou datée de la fin du xiiie s. à 1301 a été incluse dans la réparation de la paroi du foyer probablement au moment d’une reconstruction totale de la sole. Ce four, sans doute fortement repris à la fin du xiiie s., peut donc avoir encore fonctionné au début du xive s. D’autre part, la présence de briques semblables à celles du four voisin 99 dans ses réparations semble bien montrer que ce four à oxydes était abandonné au moment de la transformation du four 98. La présence dans les parties hautes de matériaux très dégradés sans doute par une trop longue exposition aux chauffes montre que ce four a sans doute fonctionné très longtemps.

159Si la datation par l’archéomagnétisme ne peut définir le point de départ de ces structures, elle peut en revanche préciser leur abandon, parfois fixer la date des grandes réparations ou tout au moins donner l’ordre de la chronologie d’abandon. Les mesures sur les multiples échantillons prélevés sur les parois initiales ou réparées des foyers confirment leur presque contemporanéité qu’une marge d’erreur assez importante ne permet pas de dater de façon précise (tabl. xv). Pour certains fours, des corrections de l’anisotropie semblent nécessaires afin de mieux rendre compte de l’ATR fossilisé dans les échantillons. Cette correction devra être effectuée ultérieurement au laboratoire d’Archéométrie de Rennes. La chronologie relative proposée par I. Bucur présente quelques rapports avec l’analyse structurelle des fours, sans parler de la stratigraphie ou de la typologie de remplissage envisagées par ailleurs. Du plus ancien au plus récent, nous aurions donc : 107 (fig. E), puis 89 et 103, enfin 98. La datation absolue avancée s’avère nettement moins intéressante à cause des marges d’erreur importantes (les possibilités de datation aux xve et xvie s., formellement exclues par les données archéologiques, ne sont pas retenues ici). Four 107 : milieu du xiie à fin du xiiie s. ; fours 89 et 103 : xiiie s. ; four 98 : fin du xiiie à milieu du xive s.

FIG. E – Le four 107 en cours de prélèvement pour la datation par l’archéomagnétisme

cl. J.T./ CNRS

TABL. XV – Résultats des études archéomagnétiques : I Paris inclinaison moyenne réduite à la latitude de Paris, i. e. corrigée de la différence de latitude entre le site (Marseille) et la station de référence des courbes archéomagnétiques de la France (Paris) ; D déclinaison moyenne ; k facteur de précision de la statistique de Fisher ; N nombre d’échantillons pris en compte ; DM/2M coefficient de traînage moyen.

I. Bucur, J.T.

Comparaison avec d’autres sites

160Les fours à sole posée sur des arcs rayonnants s’appuyant sur un pilier central sont de type classique. Curieusement, aucun point de comparaison n’est connu en Espagne où ils sont démunis de support. En France, un des fours à poterie grise du xiiie s. de Saint‑Gilles‑du‑Gard présente une structure proche : un pilier porte l’un des trois arcs transversaux (Thiriot 1975b). À Balaguer, l’un des trois fours (four I) daté du milieu du xie s. possède un pilier portant une sole perforée (Giralt Balaguero 1994 : 243). Découvert plus récemment, l’un des fours à poterie grise de Béziers (Lécuyer 1992) est transformé par la construction d’un imposant pilier cylindrique destiné à porter la sole réparée. Dans les trois cas, ces structures sont assez loin de la conception aboutie des fours marseillais.

3.4.2.3 Les fours en briques

161Il s’agit ici des fours construits en briques d’argile par opposition aux fours primitifs, taillés dans le substrat pour leurs parties basses, auxquels ils succèdent (fig. 125‑126). Les deux fours 70 et 93 sont de ce type et remplacent respectivement les fours 89 et 103 (fig. 127‑133, tabl. xvi). L’un des fours (93) a produit des carreaux de pavement à décor vert et brun sur fond blanc stannifère, lesquels ont aussi été réutilisés pour la consolidation du pilier et des parois. Mais cela ne permet pas de conclure à une spécialisation des structures de cuisson. Il suffit d’examiner la composition des remplissages et des associations de matériel pour le vérifier (cf. infra chap. 4).

FIG. 125 – Espaces XI et XIV : le four 93 remplaçant le four 103 au nord, les fours 98 et 99 au sud.

cl. H.M./MC

FIG. 126 – Four 93 se superposant au four 103 abandonné.

cl. H.M./MC

TABL. XVI – Caractérisation des fours en brique.

J.T.

162Lors de l’abandon suivi sans doute de la destruction immédiate des fours en terre de la génération précédente, exception faite du four 98 construit tardivement, le terrain environnant n’est pas remblayé avant la mise en place des nouvelles structures. Une coupe stratigraphique implantée au sud du four 93, perpendiculairement au mur 97 (fig. 24), montre que la chemise de briques est construite directement, sans tranchée de fondation, dans un remblai dont la surface sert de sol. Il est improbable que les nouveaux fours aient été construits après remblaiement total des fours antérieurs et de leur fosse d’accès. Il semble plus logique de penser qu’on a creusé une fosse circulaire d’environ 2,10 m de diamètre dans l’ancienne fosse d’accès et les niveaux d’occupations antérieurs, avec une extension à l’ouest à cheval sur le four abandonné. Les fosses d’accès des nouveaux fours se développent largement à l’ouest en pente douce et à l’emplacement des fours antérieurs profondément rasés (fig. 127, 133). Les foyers avancés, larges d’environ 0,60 m pour 1 m de long, s’ouvrent légèrement vers l’extérieur et sont en pente vers l’est après une marche en pierre de 25 cm de haut qui sert de seuil à la porte ; un lit d’argile ou une maçonnerie de pierre et d’argile sert de fondation à cette partie. Le fond du foyer est en pente vers l’ouest (déclivité d’environ 45 cm pour le four 93) avec une surélévation dans l’axe et à l’arrière du pilier central.

FIG. 127 – Plan et coupes du four 93.

M. Rodot del. d’ap. H.M./MC, J. T./ CNRS, L. V./CNRS

FIG. 128 – Four 93 avec pilier et deux arcs conservés en place.

cl. H.M./MC

FIG. 129 – Restitution axonométrique du four 93.

M. Rodot del. d’ap. J.T./CNRS

FIG. 130 – Maquette du four 93.

P. Vallauri) (cl. P.F./CCJ, CNRS

FIG. 131 – Four 70 vu de l’ouest : accès et porte du foyer, pilier.

cl. H.M./MC

FIG. 132 – Four 70 se substituant au four 89 abandonné.

cl. H.M./MC

163Dans cette fosse est construite la chemise cylindrique du four à l’aide de briques crues moulées : trace du bourrelet de moulage et fabrication rapide car l’argile ne remplit pas complètement le moule. Les dimensions sont assez variables. Pour le four 70 (fig. 133 et F), les briques de 30 x 5 x 6,5 à 7 cm sont posées surtout de chant avec peu de mortier d’argile (un lit de chaînage est fait de briques posées en long). Pour le four 93, les longueurs sont plus diverses : surtout 13 à 14 cm, 16, 17 et parfois 18 ou 24 cm pour une épaisseur de 4 cm environ (leur largeur n’a pas été mesurée). Les foyers avancés ont subi beaucoup de dégradations suivies de réparations multiples avec des matériaux très divers maçonnés à l’argile. Ils s’ouvrent sur le four proprement dit par un arc de briques, haut d’environ 1 m, dont on a conservé la trace dans le four 93.

FIG. 133 – Plan et coupes du four 70.

M. Rodot del. d’ap. J.T./CNRS

FIG. F – Le four 70 implanté sur l’arasement du four 89.

cl. H. M/MC

164Au centre du foyer et sur un léger promontoire accentué par les raclages de nettoyage, le pilier axial au plan grossièrement rectangulaire a été construit en briques crues ou dégourdies. Les matériaux employés sont de dimensions très variables et souvent recouverts d’un mortier d’argile abondant. Dans les parties peu attaquées par le feu, le pilier du four 70 est construit en longues briques de 32 x 16 x 6,5 cm utilisées entières ou coupées en deux. Quelques briques ont été mesurées sur le pilier du four 93 : il semble qu’on ait utilisé de grandes pièces rectangulaires retaillées à la demande. L’examen des faces latérales montre de nombreuses reprises. Au sommet, des briques et peut‑être des carreaux (13,5 x 11,5 ; épaisseur 2,5 ; 14 x 13) sont posés à la verticale ou légèrement en oblique pour constituer les départs des arcs latéraux ; plusieurs fragments d’arcs, sauf les deux restés en place, ont été trouvés sur la surface d’une couche de comblement et prélevés en blocs ; l’urgence de la fouille n’a pas permis de les étudier en place. Les arcs, partant en oblique du sommet du pilier, s’appuient sur la paroi sans aucun aménagement. Ce phénomène est à rapprocher de la pratique constatée à Teruel, par exemple, encore récemment. Pour les petits ponts entre les arcs principaux (20 à 30 cm de long), le potier assemble des briques avec un mortier d’inégale épaisseur afin de constituer l’arc verticalement hors du four. Puis il prend l’ensemble et le scelle à l’emplacement désiré avec de l’argile. Dans les fours traditionnels de Teruel, ce type de construction dure en moyenne dix à quinze cuissons. L’un des deux arcs conservés dans le four 93, entièrement couvert d’argile, est constitué de petites briques (épaisseur : 2,5 à 3 cm) posées de chant et abondamment liées à l’argile (fig. 128). Cet arc plat a été attaqué par la chaleur : sa face inférieure est en partie fondue et présente de nombreux manques dus aux effondrements successifs. La surface supérieure servant de sole est très irrégulière et recouverte d’argile de lutage englobant de nombreux tessons (fig. 128).

165Sur la paroi, conservée sur plus de 1 m de hauteur et à proximité des arcs, des coulées gris foncé de matériau liquéfié (glaçure) prennent naissance à la surface de la sole et matérialisent l’emplacement de trous de chauffe. La sole est donc constituée de façon traditionnelle ici à l’aide d’arcs dont les intervalles sont recoupés régulièrement pour constituer les trous de chauffe (fig. 129). La surface de cette sole, apparemment horizontale, présente de nombreuses coulures de glaçures recuites maintes fois en collant des tessons. Son aspect granuleux montre que l’on a sans doute rechargé régulièrement cette surface à l’aide d’un mortier d’argile pauvre.

166La paroi de la chambre de cuisson est conservée sur près de 40 cm dans le four 93. Au‑delà, aucun élément n’a été trouvé en fouille pour assurer la reconstitution, mais on peut imaginer une hauteur de l’ordre de 2,30 m sous voûte. La présence dans le remplissage d’abandon du four 70 (couche 296) de deux éléments particuliers constitue le seul indice ténu pour restituer un voûtement sur ce type de four (fig. 129‑130). Un fragment de petit claveau (deux faces obliques) et une clef de voûte (quatre faces obliques) ont été taillés au couteau dans une brique encore crue. La clef, présentant des traces de cuisson sur la petite face, peut avoir servi pour la construction d’une voûte. Avec seulement deux éléments d’un éventuel voûtement (les superstructures des fours ont pu être détruites alors que le foyer était déjà comblé et les matériaux de démolition dispersés ailleurs), l’argument est assez léger, bien évidemment, et l’hypothèse de restitution reste toute théorique. Une coupole de briques taillées en coin et/ou en claveaux, percée de cheminées, pouvait fermer la chambre de cuisson à laquelle on accédait, au niveau du sol, par une porte haute sans doute dans l’axe du four, au droit de la porte du foyer (passage d’accès au‑dessus du court alandier).

167Sur le sol d’occupation, aucune trace de l’enveloppe de pierre qui devait consolider la paroi à l’extérieur ne subsiste. Cette enveloppe, à l’image de celle conservée pour le four 70, devait entourer le four et rejoindre en façade la construction dont on a conservé quelques témoins autour de la porte du foyer (fig. 133). À cet endroit, des pierres calcaires très irrégulières sont maçonnées à l’argile sur près de 60 cm. Il est possible de restituer cette maçonnerie de pierre et d’argile avec un léger fruit sur environ 1,50 m de hauteur.

Le four 93

168Plusieurs fragments d’arcs ont été trouvés sur la surface d’une couche de comblement. L’urgence de la fouille n’a pas permis de rechercher leur recollage avec les départs d’arc conservés.

fig. G

fig. G

FIG. G – Le four 93 et deux arcs conservés de la sole s’appuyant sur le pilier central.

cl. H.M./MC

169Le four 103, situé dans l’angle sud‑ouest de la pièce (l’accès au foyer se développant dans l’angle sud‑est), fut abandonné après une hypothétique réutilisation comme four à chaux. À partir de la surface d’abandon du four 103 utilisée comme accès au nouveau four, on a creusé une fosse circulaire d’environ 2,10 m de diamètre à cheval sur l’ancienne fosse d’accès du four 103 et dans les niveaux antérieurs. La murette nord de réparation du foyer du four 103 a été utilisée comme limite sud du foyer du nouveau four. Un court espace étroit, aux faces parallèles ou s’ouvrant légèrement vers l’extérieur, est en pente vers l’est. Une marche d’environ 25 cm précède le fond du foyer qui est en pente vers l’ouest (différence de niveau d’environ 45 cm) avec une surélévation dans l’axe et à l’arrière du pilier central.

170Dans cette fosse, est construite la chemise cylindrique du four à l’aide de briques crues moulées dont les dimensions sont assez variables : surtout 13 à 14 x 4 cm, 16 x 4.5 cm, 17 x 4 cm, 18 cm, 24 cm (la largeur n’a pas été mesurée). La coupe nord‑sud à proximité de la porte montre qu’aucune tranchée de fondation n’y apparaît, ce qui pourrait confirmer qu’à cet endroit on a construit directement la paroi du nouveau four et remblayé l’arrière ensuite (la paroi de briques est nettement éversée au sud à cet emplacement). Sur le sol d’occupation ne subsiste aucune trace de l’enveloppe de pierre qui devait consolider la paroi à l’extérieur (arasement sans doute important de cette partie haute de la salle à la venue des forgerons). Près de la porte du foyer, les pierres calcaires très irrégulières sont maçonnées à l’argile sur près de 60 cm en avant de l’arc de briques qui s’ouvrait dans‑la chemise du four. Il n’en subsiste que quelques briques témoins posées en oblique au nord. Un seuil de grosses pierres calcaires (422), en avant de cette construction, repose sur une couche de terre argileuse cuite superposée aux niveaux d’abandon du four 103.

Le pilier

171Au centre du foyer et sur un léger promontoire réservé lors du creusement de la fosse, le pilier axial a été construit en brique. Sa surface supérieure, servant de sole, est très irrégulière et recouverte d’argile de lutage englobant de nombreux tessons. L’examen de ses faces latérales montre de nombreuses reprises et surtout la trace de tous les arcs constituant le support de la sole ; deux seulement ont été conservés en place.

172Pour la face sud, un tiers de la maçonnerie à sa base est recouverte d’un mortier d’argile abondant qui interdit toute étude précise des dimensions des briques utilisées. Quelques unes sont toutefois mesurables : longueur très variable entre 15, 23 et 27 cm, pour une épaisseur de 5 cm. Il semble que l’on ait utilisé de grandes briques rectangulaires retaillées à la demande (crues ou dégourdies ?). Dans la partie est de cette face et dans le tiers supérieur apparaît une reprise non liée (coup de sabre) de la face orientale du pilier. Au sommet, quatre briques (13,5 x 11,5 x 2,5, 14 x 13) sont posées à la verticale ou légèrement en oblique ; elles constituent les départs de quatre arcs latéraux.

173La face ouest, entièrement reprise, est relutée en arrondi. Une grosse réparation dans l’angle nord est réalisée avec des fragments de tuiles posés à plat ou en boutisse entre des lits de carreaux épais (12/12,5 cm, épaisseur 2,5 cm) ou de carreaux fins (16 cm, épaisseur 1,5 cm) avec glaçure brune. De nombreux tessons sont pris dans ce lutage. Deux arcs partaient en oblique du sommet de cette face pour s’appuyer sur la paroi de part et d’autre de la porte du foyer. Un seul arc, celui du nord, est conservé (373). Entièrement couvert d’argile, il est constitué de petites briques de 2,5 à 3 cm d’épaisseur, posées à la verticale avec un abondant liant d’argile. Sa face inférieure est en partie fondue et présente de nombreux manques dus aux effondrements successifs.

174La face nord du pilier y apparaît construite en grandes briques (24,5 cm, épaisseur 5 cm ; 13,5 cm, épaisseur 5 cm ; 22.5 cm, épaisseur 5,5 cm ; 13,5 cm, épaisseur 5 cm). La partie inférieure est entièrement rechargée avec des tuiles, des briques épaisses de 3 cm avec un abondant liant d’argile recouvrant la réparation de l’angle à l’ouest. À cet endroit alternent tuiles à plat, lit de tuiles posées en boutisse avec des fragments de carreaux (épaisseur 2,5 cm), lit horizontal avec carreaux épais (2,5 cm) et fins (1,5 cm), tuiles jusqu’à la base de l’arc dans l’angle nord‑ouest. Au sommet de cette face sont conservées en place les briques (14,5 fragmentaire x 13.5 x 2 cm ; 15 fragmentaire x 13,5 x 3 cm ; 13 x 13,5 cm ; 12 x 2,5 cm) servant d’appui presque vertical aux 4 arcs latéraux dont subsiste le départ de celui de l’ouest prenant appui en partie sur l’arc précédent (373).

175La face est est entièrement lutée d’argile rechaussant la partie inférieure. Au sommet, deux arcs obliques complétaient le système de soutènement de la sole (trace des sommiers très légèrement obliques). Celui du nord est conservé (368). Il est constitué de briques à la verticale (13/13,5 x 13,5 cm, épaisseur 2,5 cm) liées dans un abondant mortier et entièrement recouvertes d’argile. Il présente les mêmes dégradations que l’arc 373.

La paroi cylindrique

176Conservée sur plus de un mètre de hauteur, la paroi ne présente aucun aménagement particulier pour la retombée des arcs de la sole ; aucune trace de leur présence passée n’a été décelée. Légèrement au sud de l’arc 368, une coulée gris foncé de matériau liquéfié, prenant naissance à la surface de la sole, matérialise l’emplacement d’un trou de chauffe : glaçure ou matériau fondu ? Le même phénomène est observable également au nord de cet arc : deux traces au nord‑est de la paroi et une au nord. Sur toute la circonférence, le bas de la paroi, lutée avec une argile abondante lissée à la main (surtout dans la partie ouest), est déchaussé sur plus de 20 cm d’épaisseur et comblé à l’emplacement des réparations au sud. L’observation de la paroi permet de localiser ici aussi des traces de réparations plus ou moins importantes surtout dans les parties basses et près de la porte en contact avec le feu le plus intense. De construction homogène, la paroi sud a fait l’objet de deux réparations importantes :
– au sud‑ouest, la moitié inférieure de la paroi est reprise avec un fruit important à l’aide de briques (13 x 2,5 cm ; 13,5 x 3/3,5 cm ; 19 cm ; 17 cm ; longueur variable) ; quelques éléments argileux y apparaissent fondus par endroit ;
– au sud, la paroi en dessous des arceaux est reprise dans un second temps par un rechemisage à l’aide de briques et de carreaux (?) dans un abondant mortier d’argile.

Les réparations

177Les parois et les piliers portent la trace de réparations constantes dues aux assauts répétés de la flamme et des outils nécessaires à l’enfournement du combustible ou à l’enlèvement des cendres. Comme dans les fours précédents, ils n’ont pas été portés à des températures excessives mais répétées qui ont toutefois, sous l’action conjuguée des cendres jouant un rôle de fondant, entraîné un début de fusion de l’argile des arcs de la sole. Ces derniers subissent plus encore les effets de ces chauffes alternées qui disloquent inévitablement ces parties fragiles rendant assez peu utile, en fin de compte, l’ancrage dans les parois.

178Les coups de ringard donnés pendant l’alimentation du feu ou les opérations de nettoyage ont très largement contribué à éroder les parties basses. Des réparations courantes ont été effectuées en maçonnant dans un abondant mortier d’argile des briques et carreaux divers. Pour la porte et le foyer avancé du four 70, des briques de 13 à 14 cm, peu épaisses, sont employées du côté sud, des briques de 30 x 15,5 x 6 à 6,5 cm, en boutisse ou coupées en deux, sont utilisées au nord en avant de la construction d’origine en pierres calcaires transformées en chaux portant des traces d’usure. Le bas du four 93, luté avec une argile abondante lissée à la main, surtout à l’ouest, est déchaussé sur plus de 20 cm d’épaisseur et comblé à l’emplacement des réparations. Ici aussi, des réfections plus ou moins importantes ont été réalisées surtout dans les parties basses et près de la porte en contact avec le feu le plus intense. Au sud‑ouest, la moitié inférieure de la paroi est reprise avec un fruit important à l’aide de briques de longueurs variables (largeurs et épaisseurs : 13 x 2,5 cm ; 13,5 x 3 à 3,5 cm ; 19 cm ; 17 cm). Quelques éléments argileux apparaissent fondus par endroits. Au sud, la paroi en dessous des arceaux est reprise dans un second temps : rechemisage à l’aide de briques et de carreaux dans un abondant mortier d’argile.

179Les piliers, plus soumis à la chaleur, ont été souvent réparés. Pour le four 70, plusieurs coups de sabre matérialisent des reprises plus ou moins importantes, sans liaison avec les parties d’origine, avec des briques de même module que celles de la construction, des tessons ou des carreaux (13 x 2,5 cm) maçonnés en épi ou en lits horizontaux souvent très fortement lûtes d’argile protectrice. De grands pans du pilier sont reconstruits dans le four 93, sans doute régulièrement, sans liaison avec la partie conservée : des coups de sabre isolent les nouvelles maçonneries hétérogènes par leurs matériaux et leur mise en œuvre. Par exemple, dans le four 93, la face ouest du pilier, entièrement reprise, est relutée en arrondi. Une grosse réparation dans l’angle nord est réalisée avec des fragments de tuile posés à plat ou de chant entre des lits de carreaux épais (12/12,5 x 2,5 cm) ou de carreaux fins (16 x 1,5 cm) avec glaçure brune. De nombreux tessons sont pris dans ce lutage. La face nord de ce pilier, en grandes briques larges de 13 ou 22,5 à 24,5 cm pour 5 cm d’épaisseur, est entièrement rechargée à la base avec des tuiles, des briques (épaisseur : 3 cm) avec un abondant liant d’argile recouvrant la réparation de l’angle à l’ouest. À cet endroit alternent tuiles à plat, lit de tuiles posées de chant avec des fragments de carreaux (épaisseur : 2,5 cm), lit horizontal avec carreaux épais (2,5 cm) ou fins (1,5 cm), et tuiles jusqu’à la base de l’arc conservé dans l’angle nord‑ouest.

Datation

180Ces fours 70 et 93 sont les derniers implantes dans les ateliers X et XI. Au point de vue typologique, ils se distinguent nettement des fours précédents, bien que le four 98 soit construit tardivement selon un schéma antérieur. Peu d’éléments précis subsistent pour fixer leur mise en place. Une monnaie (no 594) provient du massif grossièrement construit (474) sur l’arasement du pilier (459) du four précédent 89 pour servir de base au seuil de la porte du foyer du four 70. Ce denier de Charles 1er d’Anjou, frappé à la fin xiiie ou au début du xive s., permet de placer la construction de ce four à partir de cette période assez tardive. Le four 103 étant abandonné après une hypothétique réutilisation comme four à chaux, un moment, peut‑être très court, a pu précéder la construction du four 93 qui lui a succédé.

181Comme tous les fours en général, ceux du quartier Sainte‑Barbe, et en particulier les deux fours 70 et 93, ont subi de fortes réparations qui ne permettent pas de préciser davantage leur durée de fonctionnement. Ici, l’archéomagnétisme fixe la chronologie relative d’abandon : d’après les travaux de laboratoire, le four 70 s’est éteint en même temps que le four 98 mais avant le four 93. Il est malheureusement impossible de mesurer le laps de temps qui sépare leur extinction ni la période exacte de leur abandon fixée par I. Bucur entre la fin du xiiie s. et le milieu du xive s. (tabl. xv). L’étude archéologique est ici nettement plus performante, hormis la chronologie relative d’abandon, puisque l’arrêt des productions peut être placé au début du xive s. sans toutefois pouvoir dépasser 1330 environ.

3.4.3 Les fours à glaçures et oxydes

182Faire des poteries couvertes de glaçure plombifère ou d’émail peint nécessite des matériaux élaborés qui sont généralement fabriqués dans l’atelier afin d’être mieux maîtrisés par les artisans. Cela suppose un savoir‑faire particulier connu d’eux seuls, décrit dans les traités mais rarement illustré par la fouille. La connaissance des maîtres est souvent monnayée : c’est, par exemple, le cas de François Boesina qui, de passage en Languedoc en 1614‑1615, enseigne l’art des couleurs (Vayssettes 1987 : 266 ; Amouric, Vayssettes 1995). Les traités, anciens ou récents, concernant l’art du potier ou des arts plus lointains, telle l’alchimie, abordent ces pratiques plus ou moins précisément. Même les études ethnographiques, si elle décrivent bien ces opérations de préparation, précisent assez peu les structures employées. Toutefois, en rassemblant la documentation disponible, il est possible de se faire une idée des pratiques et des installations nécessaires (Thiriot 1995a).

183Peu de fouilles archéologiques ont livré des fours pour la préparation des oxydes identifiés en tant que tels. Au quartier Sainte‑Barbe, trois fours très différents dans leur conception semblent avoir été plus ou moins étroitement fiés à la production des matériaux nécessaires au décor des majoliques. Nous ne connaissons aucun point de comparaison pour deux d’entre eux permettant d’éclairer leur utilisation et, a fortiori, leur reconstitution.

3.4.3.1 De la fabrication des matières nécessaires et des fours

184Abu’l Qasim, à Kashan en 1301, ou Piccolpasso, à Urbino en 1555‑1556, indiquent « leur » méthode des couleurs en définissant les matériaux employés, leur provenance, leur nécessaire transformation et les proportions à respecter. Si le premier précise seulement qu’un four particulier est employé pour cela, le second décrit avec une grande précision le « fournel à resverbère ». Suivons les grandes lignes des pratiques de l’Italie du Nord au xvie s.

185Sur une base en briques de 3 pieds sur 5 de long (maçonnées avec une terre appelée sablon et non à la chaux ou au plâtre mêlé de cendres et « crottin d’asne et de bourre »), creuser deux pieds en terre sur un de large pour le foyer. Un pied plus haut et à côté est construit le vase (en tuf ou en brique) large de 2 palmes où se tient l’étain (Piccolpasso, Popelyn 1860 : fig. 49, 50, 51). Une voûte commune recouvre l’ensemble afin que, par réverbération, la flamme vienne lécher l’étain. Les deux portes sont côte à côte, celle du feu étant un pied plus basse que celle de l’étain (fig. 134). Dans le vase sont déposés étain et plomb accordés sous forme de récupération (1/4, 1/6, 1/7 suivant la qualité de l’étain). Le feu, pas trop fort, fait fondre l’ensemble sur lequel fleurit la « peau » oxydée qui est repoussée vers le fond avec le « traisnoir de l’estaim », outil en fer (Piccolpasso, Popelyn 1860 : fig. 53). Ainsi, on calcine facilement 100 et 200 livres de métal et la fleur se transforme en cendres très blanches ou légèrement jaunes dans le fond puis est recueillie dans un chaudron de cuivre bien propre. On calcine de la même façon le plomb qui se transforme en cendres rougeâtres mais jamais l’étain seul. Pour le blanc laiteux, on utilise des plombs de meilleure qualité et des étains flamands dans des accords variables (35/100, 40/100) suivant la qualité ou les pratiques locales qui s’accommodent à l’usage en compensant le manque d’étain dans la « couleur » en augmentant l’étain dans le marzacot au moulin. Tout cela s’accorde aussi avec la qualité des matériaux utilisés.

FIG. 134 – « Fournel à resverbère » (Piccolpasso, Popelyn 1860 : fig. 52).

186Le four à cuire le biscuit permet de préparer « marzacot » (fritte) et autres couleurs. Construit en briques crues, le foyer est creusé à 1,5 pied dans le sol. Ce type de four existe dans des dimensions très variables pour d’autres usages. Ici ils ont 5 pieds de large, 6 de long et de haut et 4 pieds « sous les arcades » soit 10 pieds de haut. Quatre arcs (Piccolpasso, Popclyn 1860 : fig. 55, 56) portent la sole constituée de briques échancrées (Piccolpasso, Popelyn 1860 : fig. 57, 58). La salle de cuisson assez haute est munie de 4 évents latéraux et 9 cheminées dans la voûte (fig. 135). L’enfournement des pièces à cuire se fait dans la chambre de cuisson suivant un ordre précis qui importe peu ici. Avant d’allumer le feu et de mener la cuisson, on empile les vases emplis de sable et de lie contre le mur du fond du foyer. Piccolpasso parle ensuite des meules (Amouric, Thiriot à paraître) pour arriver à la façon d’accommoder les couleurs et, avant tout, mettre en œuvre les matériaux semi‑finis vus précédemment. Le fondant issu du four à biscuit est extrait des vases que l’on casse. Les tessons enlevés, on pile le mélange dans un grand mortier de bois ou de pierre et on passe la poudre dans un crible. Ce fondant ou « marzacot », pesé et lavé, est mêlé à l’« étain accordé » suivant des proportions variables permettant d’obtenir différents blancs de divers lieux et même les couleurs si on y ajoute des oxydes. Piccolpasso analyse les recettes de « marzacot », d’étain accorde, de couleur et de couverte pour plusieurs grands centres italiens.

FIG. 135 – Four à cuire le biscuit (Piccolpasso, Popelyn 1860 : fig. 60).

187À Nabeul, au début du xxe s., les potiers obtiennent l’oxyde de plomb par grillage de grosses quantités (500 kg) de déchets et de vieux tuyaux (Lisse, Louis 1954‑1955 : 242‑ 245). Le four est composé d’un foyer et d’un creuset réunis entre eux par un conduit horizontal qui permet à la flamme de se renverser sur le métal (fig. 136, 137). Préalablement chauffé, le creuset reçoit de 20 à 30 kg de déchets à la fois. « Un ouvrier alimente le feu avec du romarin ; l’autre brasse le métal en fusion avec 2 ringards. Le premier outil, suspendu, sert au brassage en va et vient continu et à tirer la croûte jaunâtre d’oxyde qui se forme à la surface. Lorsqu’il n’y a plus de plomb liquide, le deuxième ringard, plus lourd, est utilisé pour brasser plus fortement le plomb non oxydé. Afin de vérifier si l’oxyde est à point, on prend un petit morceau avec lequel on trace un trait : si le trait ne marque pas, l’oxyde est « cuit » ; s’il marque noir, il faut continuer le brassage. » Ce travail est dur (les outils sont lourds) et dangereux (vapeurs toxiques), « mais la bonne odeur du romarin, et surtout l’âpre parfum du thé qui bouillonne dans l’inséparable berrâda, aident cuiseur et chauffeur à tenir durant l’oxydation » (!). L’oxyde de cuivre est obtenu par grillage du cuivre placé au préalable dans des poteries posées dans le four, lors de la cuisson des terres crues, puis martelé ; l’opération est ensuite répétée lors d’une prochaine cuisson. L’antimoine provient des caractères d’imprimerie au rebut ; il est acheté sous forme d’oxyde. Le broyage est ensuite réalisé dans un bassin particulier à l’aide d’un silex à sec puis par voie humide. On pourrait multiplier les exemples contemporains, parler de la pratique à Teruel, par exemple, qui diffère quelque peu, mais cela n’est pas ici fondamental (Amouric, Thiriot à paraître).

FIG. 136 – Four à réverbère pour l’oxydation du plomb à Nabeul (Lisse, Louis 1955 : fig. 9).

FIG. 137 – Le grillage du plomb à Nabeul, en Tunisie (Lisse, Louis 1955 : fig, 10).

188Dans l’Iran contemporain, à Kashan et Isfahan, ces opérations sont réalisées dans des fours un peu différents (Wulff 1966 : 160‑163). Les potiers préparent leur propre verre de façon commune. La fritte est une sorte de verre alcalin composé de quartz, de silex et de potasse. Wulff indique comment les gens de Qom préparent la potasse, comment les matériaux sont choisis en fonction de la qualité du produit à obtenir. Le mélange pulvérisé est placé dans un four spécial à fritte et chauffé pendant huit heures en remuant constamment. Quand l’ensemble est fondu, transparent et sans bulle, il est puisé à l’aide de la louche et versé dans une fosse remplie d’eau près du four, ce brusque refroidissement brise le verre qui est ensuite réduit en poudre et tamisé pour être employé.

189Wulff indique que le plomb provenant des vieilles batteries de voitures est traité dans des fours spéciaux (fig. 138) qui semblent plus proches du four 99 de Marseille. Au‑dessus du foyer, un creuset plat sert à fondre le plomb presque chauffé au rouge. Au‑dessus, existe un trou qui laisse entrer l’air frais qui atteint le métal durant le processus d’oxydation. L’oxyde qui se forme est constamment écumé avec un outil jusqu’à épuisement du métal. Pour la fabrication de l’émail, le plomb et l’étain sont préparés de la même manière. On fait déjà fondre à feu doux trois parts de plomb, puis on ajoute une à deux parts d’étain. Quand tout est fondu, la chaleur est montée et l’oxydation réalisée comme pour le plomb. Pour le cuivre, l’oxydation a lieu dans un autre four (Wulff 1966 : 162, fig. 242) : celui‑ci est chargé d’un quintal de limures de cuivre ou de battitures des dinandiers (l’auteur ne décrit pas la structure du four). Le feu, au‑dessous, porte le cuivre au rouge et l’air qui passe par le trou supérieur du four le transforme graduellement en oxyde, en huit heures. Malheureusement, Wulff ne décrit pas précisément ces deux fours, ce qui nous interdit une comparaison étroite avec Marseille.

FIG. 138 – Four à oxydation du plomb et de l’étain en Iran (Wulff 1966 : 162, fig. 241).

190Wulff signale également l’emploi de véritables alambics, « dernier reste de l’alchimie médiévale » (fig. 139), utilisés par les potiers iraniens contemporains pour la préparation de l’eau régale nécessaire à la dissolution de l’or entrant dans la préparation des fameux reflets métalliques dorés. Dans la cornue est distillé un mélange d’acide nitrique, sulfurique et chlorhydrique avec du sel et du salpêtre. De la cornue, protégée du feu par une gangue de terre, s’échappent des vapeurs qui sont condensées dans le réceptacle supérieur...

FIG. 139 – Alambic dans un atelier de potier iranien (Wulff 1966 : fig. 243).

191La consultation des ouvrages classiques (l’Encyclopédie de d’Alembert et Diderot ou le Traité de Brongniart) ou d’ouvrages plus confidentiels (tels les Carnets de Caussy à Rouen) peuvent apporter leur lot d’indications nouvelles. Toutefois, l’artisanat, résolument moderne et idéalisé, qui y est présenté semble s’éloigner beaucoup de l’esprit de recherche et des arcanes des potiers anciens.

3.4.3.2 De l’alchimie

192Outre la recherche fondamentale de la transmutation des métaux en or et la recherche de l’élixir de longue vie, cette pratique héritée des temps anciens s’intéresse à la transformation des métaux dans leur état solide, liquide ou gazeux. Même si cela peut paraître étrange ici, parcourir la partie consacrée à l’alchimie dans l’Histoire des techniques dirigée par Singer est riche d’enseignements. Holmyard y présente tous les types d’alambics connus dans les traités anciens, alambics dont l’emploi est à la base de tous ces travaux de transformation de la matière. L’auteur décrit, d’après l’ouvrage de Geber, les sept types de fours utilisés pour chauffer les éléments et les transformer par calcination, sublimation, distillation, fusion, cristallisation, etc. Le four pour la calcination (fig. 140) est une structure de 4 pieds de long pour 3 de large et 4 de haut dans laquelle on place des récipients bas remplis des substances à transformer. Le four pour la sublimation est identique à celui pour la distillation, mis à part la température atteinte et les appareils différents qu’on y place (Singer et al. 1956‑1957 : fig. 664, 672). Les ouvrages bien connus d’Agricola (De Re Metallica) ou de Biringuccio (De la Pirotechnia), tous deux du milieu du xvie s., présentent des structures de cuisson encore plus intéressantes. Agricola décrit trois sortes de creusets (fig. 141) : des petits pour l’or et l’argent, des plus grands à ouverture triangulaire pour fondre le cuivre et des coupelles plates pour séparer l’argent du plomb et pour les essais (il existe plusieurs grosseurs de ce dernier modèle). Les fours présentés par cet auteur semblent s’inspirer de ceux de Biringuccio, légèrement antérieurs.

FIG. 140 – Reconstitution du four à calcination d’après Geber (Singer et al. 1956‑1957 : 742, fig. 669).

FIG. 141 – Différents creusets (Agricola 1950 : 229).

193Biringuccio décrit le travail des métaux en illustrant son propos à l’aide de dessins de divers fours dont il dit malheureusement très peu de choses. Il décrit, à propos des transformations du mercure par exemple, un four à plusieurs foyers semble‑t‑il (Biringuccio 1977 : f. 24 v.). Un autre four, plus long que large et enterré à mi‑corps, possède une ouverture à chaque extrémité et une voûte basse dans laquelle trois ouvertures sont percées pour poser des creusets servant à fondre des métaux et à faire des essais (Biringuccio 1977 : f. 21 v.). Le four à distillation (fig. 142, 143) est une structure basse possédant apparemment un cendrier en dessous du foyer. On y chauffe plusieurs récipients protégés d’argile (d’où le manque de traces d’utilisation) et posés dans des trous où du sable ou des cendres ont été tamisés pour répartir la chaleur et bien caler les culs des alambics (Biringuccio 1977 : f. 25 v. et f. 126 v. en bas). Ce type de four est repris par Agricola de façon plus précise apparemment (Biringuccio 1977 : fig. 1, 5) : le cendrier et le foyer sont nettement définis sur l’écorché (fig. 144). Biringuccio décrit la construction d’un autre four présentant trois récipients (fig. 142). Un petit fourneau construit pour les essais, surtout d’argent et d’or, a la forme d’une tour carrée d’un pan, d’un peu plus d’un bras et demi de haut au‑dessus de la terre. Les pieds forment une ouverture d’une petite bouche carrée par laquelle on donne le vent. On fait le feu depuis le haut où il y a un vide d’un quart de bras. Au fond, une petite fenêtre carrée de quatre doigts est visible et un doigt plus bas se trouve une grille en fer sur laquelle est posé un carreau taillé (un pan est sensiblement égal à 22 cm).

194D’autres fours, plus intéressants les uns que les autres, sont décrits rapidement ou tout au moins illustrés. La lecture de cet ouvrage ne peut être que bénéfique à qui est doté d’une assez grande imagination.

FIG. 142 – Construction du four à distiller (Biringuccio 1977 : f. 64 r).

FIG. 143 – Four à distiller (Biringuccio 1977 : f. 126 r., fig. du bas).

FIG. 144 – Four à distiller (Agricola 1950 : 346 s’inspirant de Biringuccio f. 25 r.).

3.4.3.3 Fours, moules, creusets et alambics

195Ces structures d’époques différentes sont malheureusement très arasées et rendent toute restitution bien aléatoire. Malgré le ramassage des matériaux de destruction de ces structures trouvés à proximité, ou de façon plus lointaine pour le four 99 très particulier, il n’a pas été possible d’étayer nos hypothèses. À partir des vestiges conservés et du contexte, de la comparaison avec les données, exposées plus haut, émanant des traités sur la poterie ou l’alchimie, une série d’hypothèses est avancée entre lesquelles il est difficile de trancher pour le moment. Le premier ensemble situé dans l’espace XVI semble à peu près complet. Les deux autres fours, 99 et 110 dans l’espace XIV, sont séparés par la retombée 100 d’un arc diaphragme ; ils semblent approximativement contemporains, le four 110 ayant fonctionné plus longtemps si l’on en croit l’archéomagnétisme.

L’ensemble de l’espace XVI

196L’espace XVI est malheureusement très mutilé par les caves du xviie s. Toutefois, il est possible d’y restituer une installation complète (fig. 145) de préparation des oxydes de plomb et peut‑être de cuivre qui a fonctionné dans la première moitié du xiiie s. Ici tout est en miniature. Le four est un simple trou dans le sol d’environ 30 cm de diamètre débouchant sur une porte de foyer creusée dans le sol (fig. 146). Les parties hautes ne sont malheureusement pas restituables. Il semble toutefois qu’un manchon de terre cuite ait servi de support à un creuset, mais aucune trace d’aménagement particulier n’apparaît sur les fragments de terre cuite appartenant à la superstructure. Ce type de four est à rapprocher des petits fours de bronziers africains actuels (fig. 147) utilisés pour la fonderie à cire perdue de statuettes (Bohicon près d’Abomey, Bénin). Par sa taille, on peut le rapprocher d’une découverte en Espagne. À Dénia, C. Teulada, un creuset (U.E. 89) aménagé directement dans le sol géologique (diamètre : 30 cm ; profondeur : 12 cm) porte des traces de feu et une croûte avec une gangue métallique provenant sans doute de la chauffe et de la fusion de différents oxydes métalliques selon J. Gisbert. À Priego de Cordoba (Carmona 1994b : 80, 86), une fosse, plus grande (diamètre : 65 cm ; profondeur : 63 cm), excavée dans le sol et revêtue d’argile, est interprétée comme un crisol ayant pu servir à la préparation des oxydes pour les glaçures. À proximité du four 116, une fosse semble avoir reçu un récipient d’eau disparu, de même type que le bassin en terre cuite 668 enterré jusqu’au marli et scellé dans le sol d’argile rouge (fig. 148). Son fond a été recouvert d’une masse d’argile sur laquelle on déversait l’écrémage du métal oxydé. On y a découvert, en présence de charbons de bois dont le rôle serait à définir (par suite de l’oxydation ?), un abondant dépôt de granulat d’oxyde de plomb surtout, et aussi de cuivre. Les premières analyses de B. Gratuze ont montré une forte présence de plomb de l’ordre de 70 % auquel s’ajoutent un tout petit peu de cuivre et très peu d’étain. Cette analyse est à comparer aux autres réalisées sur les résidus prélevés surtout dans le four 99. La bassine a éclaté sous l’effet de la chaleur, et du plomb non encore transformé en oxyde s’est infiltré entre la fosse et le bassin ; selon B. Gratuze, la composition est la même que dans le bassin. Son abandon correspond à l’arrêt du four 107 voisin dans l’espace XI.

FIG. 145 – L’atelier d’oxydation du plomb de l’espace XVI.

cl. H.M./MC

FIG. 146 – Four 116.

cl. H.M./MC

FIG. 147 – Four de bronzier au Bénin.

cl. LV./CNRS

FIG. 148 – Bassin de terre pour recueillir l’oxyde de plomb.

cl. H.M./MC

Un four très particulier : le petit four à arceaux 110

197Ce petit four (longueur 1,40 m pour 0,90 m de largeur) est conservé sur trois lits de briques cuites de réemploi et de briques crues liées à l’argile verte (fig. 149 et H). Il est contrebuté par une maçonnerie d’argile, de tessons et de pierres comblant au nord et à l’est l’espace en avant de deux murs. À l’ouest, une grosse masse de mortier de chaux et de pierres consolide le four dans un dernier temps. Les trois arcs transversaux sont constitués de briques disposées à plat. Le four a été installé directement sur le sol d’occupation de la première phase et ce n’est qu’à l’usage que le foyer a été creusé lors des nettoyages successifs.

FIG. 149 – Plan et coupes du four 110.

M. Rodot del. d’ap. H.M./MC, J. T./ CNRS, L. V./CNRS

FIG. H – Le four 110 pour la préparation des oxydes.

cl. H.M./MC

198La porte du foyer au sud, assez étroite et soulignée par quelques pierres, a fait l’objet de réparations. Dans l’angle nord‑ouest, une porte latérale ménagée dans la structure d’origine a pu servir pour un contre‑foyer ou comme point de tirage. Cet orifice a ensuite été bouché sommairement (fig. 150). Aucun indice ne permet actuellement de restituer avec certitude les parties hautes de ce four.

FIG. 150 – Détail de la porte arrière du four 110.

cl. H.M./ MC

199Enfin, de nombreuses briques moulées et cuites avant emploi ont été découvertes à proximité. Elles ont un module très particulier (21 x 4,2 x 2,2 cm) et leur longueur correspond à l’écartement des arcs du four 110. Ces briques très cuites peuvent être comparées à celles qui constituent la sole du four décrit par Piccolpasso (pour ce dernier, les briques découpées sont posées sur les arcs).

200Les découvertes sur les quelques centimètres de cendres de quelques poteries (chopes‑mesures) ou dans les niveaux de sol et de remblais de la fosse d’accès de nombreux creusets et de déchets de transformation du cuivre ne permettent pas de conclure définitivement sur l’utilisation de cette structure unique, exceptionnellement petite et peu cuite, dont on ne trouve que des points de comparaison imparfaits : dimensions très différentes ou absence de porte latérale au niveau du foyer. Une seule structure comparable de dimensions proches est à signaler à Dénia (Espagne), mais sans orifice au fond, dont l’interprétation comme séchoir ou four à essais pour les poteries est certainement erronée. Toutefois, sa présence dans un espace lié au travail du métal permet peut‑être de le rattacher à cette activité.

201Ce véritable modèle réduit des fours à arceaux parallèles classiques est très comparable au four beaucoup plus grand décrit par Picolpasso pour la cuisson des biscuits et de la fritte. La découverte à Murcia, par J. Navarro Palazon, et à Paterna, par M. Mesquida Garcia, de poteries remplies de fritte pour la préparation de la glaçure pourrait être un argument en faveur d’une telle interprétation.

202Cependant, plusieurs objections sont à avancer pour une comparaison étroite avec le modèle de Piccolpasso : le four 110 est de très petite taille, la partie basse conservée n’a pas beaucoup chauffé, les parois ne présentent pas de trace de vitrification, même si on envisage la production de fritte dans des pots, et aucun pégau ne comporte de trace manifeste d’un contenu vitrifié. Les parois ou les briques de la sole ne présentent aucune trace de métal ; les analyses faites par B. Gratuze n’ont détecté ni plomb, ni étain, ni cuivre. L’environnement de ce four comportait de nombreux creusets, des éléments de moules ; ces derniers, selon les observations de R. Boyer (laboratoire de Conservation, Restauration et Recherche de Draguignan), sont en argile mêlée à des éléments végétaux et « armés » de ficelle avec des traces de cuivre en surface. On a aussi trouvé des pégaus portant des traces de cuivre (fig. 47, no 39), peut‑être utilisés pour l’oxydation du métal. Leur rapport avec le four 110 semble difficile à établir. A‑t‑on affaire à une activité parallèle ou occasionnelle de petite métallurgie du cuivre ? Faut‑il recon naître ici l’oxydation sous forme de rognures ou de battitures déposées dans des creusets, ou des pégaus en terre réfractaire ? L’emploi de creusets plats (fig. 268, no 29) semble bien se rapporter à ce type d’opération.

203Le four 110 apparaît assez étranger à cette préparation de la fritte ou à cette transformation du cuivre dans cette zone, la structure de chauffe pour cette dernière fonction n’est pas connue. Toutefois, à partir des arguments avancés précédemment, il semble possible d’émettre une autre hypothèse, sans doute risquée, qui semble plus en accord avec les caractères particuliers relevés sur les vestiges de ce four.

204En considérant le bas d’un fourneau à distillation (fig. 144), on peut penser que le cendrier ne reçoit que peu de chaleur ; ceci expliquerait la faible cuisson de la structure 110 dans ses parties basses. En l’absence de découvertes, on ignore si les fourneaux d’alchimiste au Moyen Âge possédaient un cendrier. La sole, ou plutôt la grille, qui sert à porter le feu, constituée d’une série de briques posées sur les arcs, accuse une forte chaleur. Les produits à chauffer sont placés dans des récipients fermés dans la partie supérieure ; une dizaine d’alambics en pâte d’Ollières, dont certains seulement peuvent avoir servi, ont été trouvés dans cet espace XIV, exceptionnel à bien des égards. Les godets dans lesquels on recueille le distillat pouvaient être posés sur un « banc » (fig. 144) qui pourrait correspondre au massif maçonné à l’ouest du four (fig. 149). En l’absence d’analyse des dépôts intérieurs, il est difficile de conclure sur leur emploi ici. Si des métaux sont en jeu, il apparaît qu’ils ne sont alors jamais au contact de la structure du four (ce qui expliquerait leur absence dans les analyses des parois du four 110). Même si l’argumentation reste hypothétique, elle est séduisante. Ce que l’on sait des pratiques des potiers iraniens du xive s., corroboré par les études ethnographiques récentes, montre que cet esprit de recherche semble bien conforme à celui des potiers pratiquant l’art savant de la glaçure. Il n’en demeure pas moins que l’emploi du four 110 reste problématique et seule la découverte de structures de même type permettrait une meilleure interprétation. S’agissant des pratiques d’« alchimie » dans l’atelier, pratique naturelle semble‑t‑il, s’entourer d’un large faisceau de preuves semble indispensable même si ce type d’activité, à destination très utilitaire, reste mystérieux par essence.

Le four 99

205De conception rare, ce curieux petit four pourrait se rapprocher de ceux destinés à préparer les oxydes métalliques illustrés dans les encyclopédies, les traités de céramique ou connus dans l’artisanat traditionnel maghrébin, espagnol ou iranien. À ce jour, aucune découverte en fouille, même au Proche‑Orient, ne permet de comparaison directe. Il est donc impossible pour l’instant de reconstruire ce four malgré l’examen des fragments recueillis. Servait‑il à la fabrication de fritte (mélange semi‑fini d’oxydes et de silice) ou d’oxydes ? Pour l’instant, en l’absence d’analyses, il est difficile de conclure.

206Ce four à tirage semi‑vertical est appuyé contre le mur 97 et donc accessible sur trois côtés. Dans son état actuel, il est composé de deux parties bien distinctes (fig. 151). Un foyer est creusé à l’est dans les sols antérieurs sans aménagement apparent des parois (fig. 152). L’accès à ce foyer est réalisé à partir de la fosse du four de potier 98 voisin et contemporain. Le foyer débouche par l’intermédiaire d’un orifice décentré dans une chambre de chauffe.

FIG. 151 – Plan et coupes du four 99.

M. Rodot del. d’ap. H.M./MC, J . T./ CNRS, LV./CNRS

FIG. 152 – Vue du four 99 en cours de fouille.

cl. H.M./ MC

207Cette partie rectangulaire est construite sur le sol d’occupation à l’aide de briques exceptionnellement sableuses et très cuites. Les seules briques cuites avant leur utilisation retrouvées dans l’atelier sont posées en encorbellement créant ainsi une voûte en forme de pyramide (fig. 153). Les parois internes ont été recouvertes d’argile. Elles sont conservées sur trois lits de briques. Les empreintes sur le lit supérieur permettent la reconstitution d’un quatrième lit. À l’extrémité de cette chambre, une porte axiale semble avoir servi pour un contre‑foyer ou pour le tirage. Les cendres retrouvées dans cette partie contiennent des oxydes de plomb, en forte proportion, et de cuivre dont les compositions sont comparables à celles du bassin de l’espace XVI (cf. infra analyses de B. Gratuze § 4.2.4). De nombreux fragments provenant de la destruction de ce four ont été recueillis. Malgré de longues recherches de collages, il n’est guère possible d’avancer des hypothèses pour la reconstitution des parties hautes. En tout cas, la forte température mise en œuvre a fondu une bonne partie des superstructures. L’intérieur du four présente également des masses importantes de matières vitreuses et parfois des fragments de gros creusets à pâte sableuse rose assez proches du grand bassin de la figure 269 (no 2). L’étude approfondie des nombreux éléments informes n’a pas permis de les situer (parties d’un cylindre plein et d’un plateau) dans l’hypothétique structure ni de définir leur position verticale ou horizontale. Ces matériaux témoignent également de nombreuses reprises de cette partie par rechemisage d’argile lissé à la main.

FIG. 153 – Vestiges du four 99 en fin de fouille.

cl. H.M./ MC

208Proposition pour une restitution : les parties hautes de la chambre de chauffe peuvent avoir porté une sole de dimension réduite, percée d’un seul (?) trou de chauffe, sur laquelle était disposé un creuset (fig. 269, nos 1‑2). Dans la chambre supérieure entièrement voûtée (four réverbère ?) était aménagée une porte latérale au sud pour les opérations d’écrémage de la surface oxydée du métal en fusion (s’il s’agit d’un four à oxydes) ou pour agiter le verre en fusion (s’il s’agit d’un four à fritte). Dans l’Encyclopédie de Diderot ou les traités de céramique antérieurs comme celui de Piccolpasso, les fours à préparer les oxydes sont présentés comme des fours réverbères, c’est‑à‑dire des fours dont le foyer est disposé à côté et en contrebas d’une cuvette peu profonde, l’ensemble étant recouvert par une seule voûte (réverbère) ; la porte du foyer est alors du même côté que celle du laboratoire. La tradition maghrébine récente montre le même schéma. À l’évidence, ce dispositif est assez éloigné de celui découvert. L’agencement est différent, sans cuvette, mais on emploie aussi des creusets. La structure présentée par Wulff en Iran pour l’oxydation du plomb et de l’étain (fig. 138) reste une comparaison possible. Bien qu’incertaine, la fonction de ce four à oxydes ou à fritte reste à définir.

209Cet ensemble est actuellement sans point de comparaison connu. Même très dégradés, ces vestiges permettent d’avancer quelques hypothèses sur la technologie de fabrication des matériaux nécessaires aux glaçures et à leurs colorants. Ils attestent un état d’esprit nouveau pour nos régions à cette époque, une activité de recherche à côté de la production en masse des poteries de tous types dans ces ateliers. La spécificité de ces installations dans l’espace XIV en fait un atelier particulier qui a dû avoir un rôle spécial dans ce quartier de potiers. A‑t‑il eu en charge la production des matériaux nécessaires aux glaçures pour l’ensemble ? A‑t‑il été le lieu d’exercice privilégié d’un spécialiste de la céramique glaçurée ou d’un maître, qui maintenait localement cette technique venue d’ailleurs ?

3.4.4 Innovations techniques et organisation du travail

210Cette abondante et nouvelle documentation, exploitée de façon exhaustive, constitue en elle‑même un apport scientifique indéniable. Cependant, son interprétation reste limitée et, comme on a pu le voir, souvent hypothétique. Les conditions de fouille n’ont pas permis de faire tous les prélèvements indispensables, et l’échantillonnage limité des charbons de bois et des oxydes analysés n’est pas tout à fait représentatif. Les diverses études en laboratoire, expérimentales dans bien des cas (et qui sont actuellement poursuivies dans le cadre du GDR 1033 du CNRS), ne fournissent que des pistes préliminaires dont l’exploitation est délicate. La datation par l’archéomagnétisme n’a pas donné les résultats escomptés et ceux‑ci doivent être corrigés ultérieurement.

211L’ampleur du faubourg demeure inconnue. Les installations, exceptionnellement conservées, restent donc fragmentaires mais forment cependant un ensemble cohérent. La lecture des séquences est parfois brouillée par les remaniements successifs effectués par les potiers. Le souvenir des premiers fours a été altéré par la reconstruction des nouveaux, et dans bien des cas, il est difficile d’attribuer telle réparation ou modification à une des phases principales ou à une phase intermédiaire. Un atelier artisanal est un lieu sans cesse réaménagé, comme on peut le constater dans ceux encore en activité. Les schémas évolutifs en phases proposés ne devraient pas être aussi rigoureusement figés. En l’absence de textes, seuls aptes à éclairer l’histoire économique et sociale, beaucoup d’inconnues demeurent. La première concerne les conditions d’installation des artisans dans cette zone vallonnée à l’angle du rempart de la ville, près de la porte de la Frache, où le parcellaire semble créé ex nihilo. Les lacunes des sources écrites nous réduisent aux hypothèses et surtout aux questions. Quel fut le rôle de la commune ? Qui fut le commanditaire, et s’il y en a eu un, quels étaient ses rapports avec les artisans ? Les potiers étaient‑ils gérants, locataires des lieux comme actuellement à Fustat en Égypte ?

212La seule chose à peu près certaine est la mise en place progressive à partir du sud d’un quartier, réalisé suivant un parcellaire régulier avec des axes de circulation où le pouvoir local a dû jouer un rôle dominant. Ce phénomène est d’autant plus remarquable qu’il concerne des potiers ; en effet, les groupements d’ateliers connus actuellement sont assez anarchiques dans leur organisation globale. L’analyse du bâti a démontré que les artisans s’installent directement dans des bâtiments bien construits en pierre et terre, et qui apparemment ne diffèrent en rien des habitats contemporains reconnus à Marseille ou Avignon. L’unité relative des modes de construction et du découpage des espaces en lanières semble attester une entreprise réfléchie, peut‑être même en collaboration avec un maître dans l’art de la poterie. Une lanière correspond‑elle à une unité de production dans laquelle chaque maillon de la chaîne opératoire est présent ? On serait tenté d’évoquer une organisation d’aval en amont en juxtaposant les informations fournies sur l’ensemble du terrain. La création d’un puits d’une belle ampleur semble répondre aux besoins en eau qu’on ne saurait sous‑estimer pour l’artisanat de la terre.

213Sans revenir sur l’évolution des espaces fouillés, on se doit d’insister sur l’importance de la concentration et de se questionner sur le nombre des unités d’ateliers qu’elle regroupait. Il paraît assuré que pendant la phase 2B, le faubourg s’est beaucoup développé vers le nord (et sans doute vers l’est) comme en témoigne le four découvert hors de l’emprise du chantier. À l’ouest comme vers le sud, son extension est peu probable compte tenu de la topographie du vallon, de la présence du ruisseau et de la proximité du rempart et d’un chemin donnant accès à la porte de la Frache. L’atelier est‑il aussi un lieu de vie, comme le suggèrent la céramique de consommation (régionale ou d’importation), quelques objets du quotidien et l’étude de la faune ? L’habitat est‑il intimement imbriqué avec les structures artisanales ou juxtaposé ? La zone étudiée est trop partielle et les traces trop ténues (quelques foyers) pour répondre de façon certaine à ces questions importantes concernant l’organisation des potiers du quartier de Sainte‑Barbe.

214Une autre question à soulever est l’indépendance des unités les unes par rapport aux autres. L’évolution de ces espaces entraîne rapidement des différences au cours de l’existence de chaque atelier qui occupe une ou, plus rarement, deux lanières. Elle suggère de ce fait une certaine indépendance des unités par rapport à l’ensemble qui reste lié à une production à peu près homogène, même si celle‑ci varie par endroit ou se transforme dans le temps. Les lanières, perpendiculaires au vallon, sont partiellement encaissées au sud‑est et sans doute couvertes par une succession d’espaces libres et de constructions. Des axes de circulation, matérialisés par des zones libres en rapport avec les portes du bâti, avec parfois un certain dénivelé compensé par quelques marches en bois sans doute, y sont souvent figés ; ils définissent la position et l’extension des installations lourdes. Les transformations internes du bâti semblent avoir un impact assez important sur le terrain dans lequel, pour extraire la terre et édifier ou transformer les murs, on creuse des fosses qui sont ensuite comblées avec les rebuts des potiers. Leur emprise perturbe beaucoup les traces d’occupation antérieure, d’où la difficulté d’interprétation de ces zones. Après les destructions du xviie s., les portions occidentales des lanières ont disparu, comme peut‑être les installations de préparation des argiles et les surfaces de séchage. La qualité des argiles locales a facilité les diverses préparations en rapport avec l’éventail des productions ; différentes techniques ont donc pu être mises en œuvre nécessitant ou non des installations importantes, bassins de décantation ou surfaces de travail.

215Mis à part les aires polyvalentes présentes dans les ateliers en lanières, des cours existent à proximité : zones collectives proches du puits, ou dégagement à l’est des ateliers du sud devenant rapidement un chemin. Toutes ces surfaces peuvent être employées pour le séchage, avec ou sans aménagement particulier, mais aussi pour le stockage des argiles issues de carrières, des combustibles ou des produits finis. En effet, l’espace assez peu extensible des lanières nécessite cette colonisation des abords. Si on réserve leur partie occidentale dans le secteur sud pour la préparation des argiles, les tas de terre doivent être constitués à proximité, tout comme le stockage temporaire du combustible amoncelé là peu de temps avant la cuisson sous forme de grosses meules souvent impressionnantes. Les exemples actuels montrent que, pour des raisons de place et surtout à cause des risques d’incendie, le combustible n’est rentré dans les bâtiments qu’au fur et à mesure de son utilisation. L’étude anthracologique de F. Guibal indique que les bois, essentiellement du chêne vert, du chêne à feuilles caduques et du pin d’Alep, sous forme de branchages, sont récoltés à n’importe quelle saison. Correspondant à un « environnement immédiat caractérisé par un couvert forestier largement ouvert par les pratiques pastorales », ces combustibles « tout venant » ont peu évolué dans le temps, même à la période des forgerons pendant laquelle le pin d’Alep est toutefois absent. De même, les pots défournés sont empilés contre les murs un peu partout en attendant les livraisons à dos de chevaux, de mulets ou d’ânes, comme le prouve l’étude de la faune.

216Que dire des boutiques de tournage et façonnage puisque leurs traces spécifiques sont assez ténues ? Définir dans ces conditions l’outil primordial du potier qu’est le tour reste sujet à caution. A‑t‑on employé le tour à bâton, le tour à pied en fosse ou sur bâti ? Peut‑être les deux derniers mais l’absence de traces n’est pas une preuve d’inexistence.

217Les fours à cuire la poterie sont le plus souvent au bout de la chaîne, à l’extrémité orientale des lanières et sous couvert. La plupart sont à pilier central portant la sole et construits à même le terrain ou revêtus de briques. Dans les découvertes concernant le Moyen Âge, ils sont pour le moment assez peu fréquents mais leur technologie n’est pas complexe. L’origine de ces fours est difficile à définir. Malgré les importantes découvertes ibériques et quelques fouilles anciennes en Sicile, les installations artisanales restent très largement méconnues en Méditerranée médiévale, même si les productions sont mieux perçues. En revanche, l’importation d’un modèle bien spécifique issu de toute une lignée connue au‑delà du Proche‑orient, via le Maghreb sans doute, l’Espagne et peut‑être la Sicile, apparaît étrange au premier abord. Le four à barres d’enfournement construit à Marseille au début du xiiie s. force l’étonnement. D’autres exemplaires ont pu exister dans le midi de la France, les zones proches en Espagne ou en Italie. La présence d’un tel four à Marseille confirme, si besoin est, le caractère particulier de ces ateliers, la formation technique et surtout l’origine étrangère des artisans venus s’installer ici.

218Les productions réalisées et leur évolution montrent que ces hommes n’ont pas été isolés des autres potiers provençaux et languedociens. Leur implantation, dans une région dont ils ne connaissaient pas les ressources géologiques, a sans doute nécessité pour eux un temps d’adaptation à des matériaux disponibles et à des structures de production. Ceci expliquerait l’abandon apparemment rapide des barres d’enfournement, technique peut‑être trop « exotique », et la transformation du four initial en un four à sole. Pourquoi alors constater des changements importants dans l’orientation, les matériaux de construction et la répartition des fours ? Le changement de structure pour les parties hautes (four ouvert ou voûté) reste surtout une hypothèse d’école. Ces modifications sont‑elles dues à d’autres hommes ou à la durée de vie assez courte des premiers fours ? Soumis à des contraintes importantes mais réparés régulièrement, les fours ont en fait une durée d’utilisation très variable impossible à estimer. L’évolution de leur orientation est peut‑être liée à une plus grande commodité de circulation dans ces espaces en lanières. Leur multiplication dans les espaces fouillés au sud relève surtout de la productivité des ateliers ; ceux‑ci ont d’abord un four auquel un second est adjoint, peut‑être rapidement. La transformation des axes de circulation dans l’espace XIV sans changer de type de four ou celle plus radicale des espaces X et XI, où les anciens fours laissent la place à un seul construit cette fois en briques, est difficilement justifiable. Les raisons d’une telle évolution, radicale, avec la destruction totale des anciens fours, nous échappent ; elle est aussi liée à un changement net des formes produites. Est‑on dans une phase où le relais est pris, sans parler des hommes (nouvelle génération ?), par des ateliers plus au nord du quartier incitant à une modernisation des vieilles installations ?

219L’essai de synthèse fige nécessairement la typologie des ateliers et des fours. La chronologie de ces derniers est à nuancer car les ateliers du sud n’ont certainement pas fonctionné tous au même rythme ni utilisé au même moment les mêmes techniques de fabrication. De nombreux facteurs qu’il est difficile d’énumérer peuvent intervenir : problèmes de personnes (artisan « propriétaire » de l’atelier, potiers itinérants) ou de marchés. L’espace XIV est à ce titre un bel exemple de ces évolutions différentes. L’implantation et l’abandon des fours étudiés ont des datations variables. La mise en place des structures est difficile à situer, mais leur classification permet d’émettre une hypothèse à partir de la fouille et de l’étude des productions de céramiques. La plupart ont été découverts vides de leurs traces de production. La très faible couche de cendres encore en place au fond du foyer du four 93 est une des rares exceptions ; si les nombreux carreaux de pavements émaillés et décorés en vert et brun qui s’y trouvent revêtent une importance exceptionnelle, il ne faut pas oublier qu’on a sans doute cuit de multiples objets dans cette structure. Les fours n’ont pas été destinés à un seul type de production, comme le confirme l’étude de la céramique.

220Dès le premier temps des potiers, une installation, rudimentaire certes, fonctionne (espace XVI) pour préparer l’oxyde de plomb nécessaire à la glaçure. Unique représentation d’une activité sans doute courante partout, cet « atelier » particulier est remarquable de simplicité. Ce n’est pas le cas des installations de l’espace XIV qui vont suivre lors de la deuxième phase. Produire des poteries émaillées et parfois peintes en vert et en brun est alors pratique répandue sur le pourtour du bassin Méditerranéen. À Marseille, au xiiie s, de surcroît, cela est tout à fait nouveau. Mais retrouver deux fours destinés à la préparation des matériaux nécessaires à cette pratique est exceptionnel puisqu’aucun atelier fouillé en Méditerranée n’a fourni de tels vestiges. Même les traités anciens ou les ateliers récents n’apportent pas de point de comparaison suffisamment convaincants pour les restituer. Des hypothèses sont avancées pour leur fonctionnement et surtout leur destination : production d’oxydes pour les « couleurs » ou de fritte ? La question reste ouverte. Cette investigation dans les ateliers‑laboratoires et la pratique de recherches savantes sur la transformation des métaux ou « alchimie » peuvent laisser, à juste titre, perplexe. L’essentiel est de forcer la réflexion afin de mieux aborder les découvertes à venir dans le domaine. Ce qui apparaît sans conteste comme une innovation technologique majeure à Marseille au xiiie s., innovation constatée par G. Démians d’Archimbaud depuis longtemps sur les produits en circulation dans le midi de la France, provient de contrées où l’art céramique est nettement plus avancé à cette époque. On fera référence au monde islamique dont les manifestations sont présentes en Méditerranée occidentale dès les ixe ou xe s. au Maghreb, ou en Espagne et Sicile sous domination arabe. L’étude des productions dans la troisième partie de cet ouvrage précise davantage ces influences étrangères.

221Ces interprétations ont peut‑être assez peu de rapport avec la pratique journalière des potiers. Mais a‑t‑on affaire à des potiers de ce type lorsqu’on examine les installations de l’espace XIV ? Est‑on ici en présence de ce maître qui possède la science et fait des recherches pour améliorer son savoir et trouver des façons nouvelles pour son ouvrage ? Chercher une logique dans les traces des gestes de potiers est une utopie, mais cette démarche reste toutefois indispensable à condition d’ouvrir de multiples voies et d’en relativiser la portée. C’est ce que l’on a tenté de faire ici tout en ayant conscience que la « tradition » a un grand poids qu’il est assez difficile d’estimer. Le caractère quelque peu stéréotypé de l’organisation spatiale des ateliers de ce quartier Sainte‑Barbe reste étonnant. Révèle‑t‑il une volonté « supérieure » d’organiser ces ateliers selon les règles édictées par un maître qui apporte avec lui un savoir étranger à la région ? Cette conception semble appliquée systématiquement dans les espaces dégagés. Alors, est‑on en présence d’un exemple, le plus ancien connu, d’investissement de type « capitaliste » où l’outil de travail, l’atelier, est mis à disposition des potiers ? Est‑on en présence d’un groupe d’artisans ou d’ouvriers venus d’ailleurs, accueillis ici pour appliquer de nouvelles techniques inconnues en Provence et produire des formes que les potiers locaux ignorent ? Ces derniers semblent avoir été très tôt associés à ces étrangers dans les mêmes structures de production. Apparemment la population ouvrière évolue rapidement au rythme de la transformation des structures, le marché ayant eu sans doute ses exigences.

Table des illustrations

Légende FIG. 71 – Les maisons X, XI et XIV en cours de fouille vues du sud.
Crédits cl. P.F./CCJ, CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende FIG. 72 – La grande cour et le puits vus de l’est.
Crédits cl. H.M./ MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende FIG. 73 – Les maisons X, XI et XIV dans la phase 2A.
Crédits cl. P.F./CCJ, CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende FIG. 74 – Murs en fondation et en élévation dans les maisons X (au second plan) et XI (au premier plan).
Crédits cl. P.F./CCJ, CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende FIG. 75 – Assises de régulation dans la fondation du mur 82, de l’espace III.
Crédits cl. H.M./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende FIG. 76 – Appareil en arête de poisson à la base du mur de façade 47 de la maison V.
Crédits cl. H.M./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende FIG. 77 – Mur de refend 85 dans la maison XI dont l’élévation en terre repose sur une fondation en pierre perçée de deux trous pour l’évacuation des eaux.
Crédits cl. H.M./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende FIG. 78 – Détail de l’élévation du mur 85 avec alternance de lits de terre séparés par un mortier jaune.
Crédits cl. H.M./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende FIG. 79 – Parement interne assisé du puits.
Crédits cl. H.M./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende FIG. 80 – Seuil du mur 23 de la maison XI vu de l’extérieur.
Crédits cl. H.M./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende FIG. 81 – Seuil du mur 86 de la maison XI vu de l’extérieur.
Crédits cl. H.M./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende FIG. 82 – Seuil du mur 87 de la maison X vu de l’extérieur.
Crédits cl. H.M./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende FIG. 83 – Trou de drainage dans l’assise supérieure de la fondation du mur 37, mitoyen des maisons X et XI.
Crédits cl. H.M./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende FIG. 84 – Tuyaux de canalisation encore en place dans le chemin et amenant l’eau dans la maison XI par une cavité pratiquée dans le mur 23.
Crédits cl. H.M./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 776k
Légende FIG. 85 – Fosse carrelée abandonnée avec une bassine remplie d’argile et fosse oblongue comblée de rebuts.
Crédits cl. H.M./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende FIG. 86 – Fosse carrelée avec murette de rétrécissement.
Crédits cl. H.M./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende FIG. 87 – Empreinte des carreaux de revêtement de la fosse 200.
Crédits cl. H.M./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende FIG. 88 – Installation de séchage dans l’atelier Robin du Poët‑Laval.
Crédits cl. F. Morin
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende FIG. 89 – Aire de séchage sans aménagement à Fustat.
Crédits cl. J.T./CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende FIG. 90 – Fosse de tour (?) dans l’espace V.
Crédits cl. H.M./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende FIG. 91 – Tour enterré marocain à Tamesloht, près de Marrakech.
Crédits cl. J.T./CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende FIG. 92 – Tour sur bâti (Picoolpasso, Popelyn 1860 : 83).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende FIG. 93 – Fils de cuivre pour décoller les pièces de la girelle.
Crédits cl. P.F./CCJ, CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 11k
Légende FIG. 94 – Moule en forme de palmette.
Crédits cl. Y.R.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 95 – Barres d’enfournement supportant un pot.
Crédits cl. Y.R.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Légende FIG. 96 – Barres d’enfournement : 1‑2 avec trace de collage à la cuisson ; 3‑7 avec digitation au bout ; 8 extrémité recourbée ; 9 barre pincée ; 10‑11 barre complète.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende FIG. 97 – Pernettes.
Crédits cl. P. F. CCJ/CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende FIG. 98 – Pernettes : 1‑6 pernettes en plaque ; 7‑24 per ettes de différents modules (traces de glaçure) ; 25‑26 pernettes taillées ; 27 pernette gravée de traits.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Légende TABL. XII – Typologie des pernettes : t taillée ; Q quelconque ; C carrée ; R ronde.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende TABL. XIII – Répartition des pernettes par espace et par phase.
Crédits J.T.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende FIG. 991 boule d’argile portant l’empreinte d’une main de potier ; 2 fragment de tuile ayant servi de cale d’enfournement ; 3 fragment de tuyau ayant servi de cale d’enfournement ; 4 fragment de gazette avec empreinte de cruche laissée à la cuisson ; 5 plaque tournée avec trace de collage à la cuisson ; 6 fragment de gazette ; échelle ½
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Légende FIG. 100 – Plaques perforées.
Crédits cl. Y.R.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende FIG. B – Mélanges de terres rouge et claire sur une gazette de l’atelier.
Crédits cl. Y.R.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende FIG. 101 – Schéma d’implantation des fours et des différentes aires d’activité.
Crédits F. Gillet/LAMM del. d’ap. J.T./CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende FIG. 102 – Plan et coupes du four 12 à barres d’enfournement.
Crédits M. Rodot del. d’ap. H.M./MC, J.T./CNRS, L. V./CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Légende FIG. 103a‑b la paroi du four 12 percée de traits de barres conservés sur deux rangs.
Crédits cl. H.M./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende FIG. 104 – Axonométrie des fours 12 et 89.
Crédits M. Rodot del, d’ap. J.T./CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Légende FIG. 105 – Plan et coupes du four 12 à arceaux.
Crédits M. Rodot del. d’ap. J.T./CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende FIG. 106 – Vues du four 12 à arceaux a en cours de fouille et b dégagé.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Légende TABL. XIV – Caractérisation des fours en terre.
Crédits J.T.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende FIG. 107 – Plans et coupes du four 103.
Crédits M. Rodot del, d’ap. H.M./MC, JJ./ CNRS, L. V./CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende FIG. 108 – Dernier comblement du four 103.
Crédits cl. H.M./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende FIG. 109 – Premier état du four 103.
Crédits cl. H.M./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 812k
Légende FIG. 110 – Coupe restituée du four 103.
Crédits M. Rodot del, d’ap. J.T./CNRS.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Légende FIG. 111 – Plan et coupes du four 89.
Crédits M. Rodot del. d’ap. H.M./MC, J. T./CNRS, L. V./CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende FIG. 112 – Four 89 et son accès vus du nord.
Crédits cl. H.M./ MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende FIG. 113 – Plan et coupes du four 98.
Crédits M. Rodot del, d’ap. H.M./MC, J. T./ CNRS, L. V./CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende FIG. 114 – Four 98 et son accès.
Crédits cl. H.M./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende FIG. 115 – Porte du foyer du four 98.
Crédits cl. H.M./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende FIG. 116 – Coupe restituée du four 98.
Crédits M. Rodot del. d’ap. J.T./CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 117 – Plan du four 118.
Crédits M. Rodot cte/. d’ap. H.M./MC, J.T./CNRS, L. V./CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 13k
Légende FIG. 118 – Four 118 coupé par la construction de l’amphithéâtre de la faculté des Sciences économiques.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende FIG. 119 – Plan et coupes du four 107.
Crédits M. Rodot del. d’ap. H.M./MC, J. T./ CNRS, L. V./CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende FIG. 120 – Porte du foyer du four 107.
Crédits cl. H.M./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende FIG. 121 – Pilier, support de la sole du four 107.
Crédits cl. H.M./ MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende FIG. 122 – Détail de la paroi cannelée et des départs d’arcs de la sole du four 107.
Crédits cl. H.M./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende FIG. C – La porte du four 98.
Crédits cl. H.M./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende FIG. 123 – Arcs reconstitués du four 107.
Crédits cl. P.F./CCJ, CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende FIG. 124 – Seuil et piédroit de la porte de la chambre de cuisson reconstitués.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 21k
Légende FIG. D – Le four 107 et son dépotoir d’abandon.
Crédits cl. P.F./ CCJ, CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende FIG. E – Le four 107 en cours de prélèvement pour la datation par l’archéomagnétisme
Crédits cl. J.T./ CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende TABL. XV – Résultats des études archéomagnétiques : I Paris inclinaison moyenne réduite à la latitude de Paris, i. e. corrigée de la différence de latitude entre le site (Marseille) et la station de référence des courbes archéomagnétiques de la France (Paris) ; D déclinaison moyenne ; k facteur de précision de la statistique de Fisher ; N nombre d’échantillons pris en compte ; DM/2M coefficient de traînage moyen.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. 125 – Espaces XI et XIV : le four 93 remplaçant le four 103 au nord, les fours 98 et 99 au sud.
Crédits cl. H.M./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende FIG. 126 – Four 93 se superposant au four 103 abandonné.
Crédits cl. H.M./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende TABL. XVI – Caractérisation des fours en brique.
Crédits J.T.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende FIG. 127 – Plan et coupes du four 93.
Crédits M. Rodot del. d’ap. H.M./MC, J. T./ CNRS, L. V./CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende FIG. 128 – Four 93 avec pilier et deux arcs conservés en place.
Crédits cl. H.M./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende FIG. 129 – Restitution axonométrique du four 93.
Crédits M. Rodot del. d’ap. J.T./CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende FIG. 130 – Maquette du four 93.
Crédits P. Vallauri) (cl. P.F./CCJ, CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende FIG. 131 – Four 70 vu de l’ouest : accès et porte du foyer, pilier.
Crédits cl. H.M./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende FIG. 132 – Four 70 se substituant au four 89 abandonné.
Crédits cl. H.M./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende FIG. 133 – Plan et coupes du four 70.
Crédits M. Rodot del. d’ap. J.T./CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Légende FIG. F – Le four 70 implanté sur l’arasement du four 89.
Crédits cl. H. M/MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre fig. G
Légende FIG. G – Le four 93 et deux arcs conservés de la sole s’appuyant sur le pilier central.
Crédits cl. H.M./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende FIG. 134 – « Fournel à resverbère » (Piccolpasso, Popelyn 1860 : fig. 52).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. 135 – Four à cuire le biscuit (Piccolpasso, Popelyn 1860 : fig. 60).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende FIG. 136 – Four à réverbère pour l’oxydation du plomb à Nabeul (Lisse, Louis 1955 : fig. 9).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende FIG. 137 – Le grillage du plomb à Nabeul, en Tunisie (Lisse, Louis 1955 : fig, 10).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende FIG. 138 – Four à oxydation du plomb et de l’étain en Iran (Wulff 1966 : 162, fig. 241).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 473k
Légende FIG. 139 – Alambic dans un atelier de potier iranien (Wulff 1966 : fig. 243).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende FIG. 140 – Reconstitution du four à calcination d’après Geber (Singer et al. 1956‑1957 : 742, fig. 669).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 141 – Différents creusets (Agricola 1950 : 229).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende FIG. 142 – Construction du four à distiller (Biringuccio 1977 : f. 64 r).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende FIG. 143 – Four à distiller (Biringuccio 1977 : f. 126 r., fig. du bas).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 33k
Légende FIG. 144 – Four à distiller (Agricola 1950 : 346 s’inspirant de Biringuccio f. 25 r.).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende FIG. 145 – L’atelier d’oxydation du plomb de l’espace XVI.
Crédits cl. H.M./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Légende FIG. 146 – Four 116.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende FIG. 147 – Four de bronzier au Bénin.
Crédits cl. LV./CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-88.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende FIG. 148 – Bassin de terre pour recueillir l’oxyde de plomb.
Crédits cl. H.M./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-89.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Légende FIG. 149 – Plan et coupes du four 110.
Crédits M. Rodot del. d’ap. H.M./MC, J. T./ CNRS, L. V./CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-90.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende FIG. H – Le four 110 pour la préparation des oxydes.
Crédits cl. H.M./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-91.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende FIG. 150 – Détail de la porte arrière du four 110.
Crédits cl. H.M./ MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-92.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende FIG. 151 – Plan et coupes du four 99.
Crédits M. Rodot del. d’ap. H.M./MC, J . T./ CNRS, LV./CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-93.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende FIG. 152 – Vue du four 99 en cours de fouille.
Crédits cl. H.M./ MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-94.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Légende FIG. 153 – Vestiges du four 99 en fin de fouille.
Crédits cl. H.M./ MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43800/img-95.jpg
Fichier image/jpeg, 47k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search