Version classiqueVersion mobile

Marseille, les ateliers de potiers du XIIIe s. et le quartier Sainte-Barbe (Ve-XVIIe s.)

 | 
Henri Marchesi
, 
Jacques Thiriot
, 
Lucy Vallauri

Chapire 1. Introduction

Sainte‑Barbe, une fouille de sauvetage

Henri Marchesi, Jacques Thiriot et Lucy Vallauri

Texte intégral

1. 1 La fouille

1.1.1 Organisation du chantier

1h.m., j.t., l.v.

  • 1 – Le site est enregistré dans la carte archéologique de la France sous le numéro 13 201 028. Les co (...)

2Dans le cadre de la zone d’aménagement concerté (Zac) du quartier Sainte‑Barbe, comprise entre la porte d’Aix et le quartier Belsunce, un parking souterrain devait être construit sur un terrain appartenant à la Ville de Marseille1 (fig. 1). Le niveau inférieur du projet, situé à 8,30 m NGF, impliquait un décaissement détruisant tous les remblais anthropiques pour atteindre le sol naturel. La présence de vestiges, subodorée par les opérations archéologiques menées depuis plusieurs années dans des îlots proches, nécessita la mise en place d’une campagne de sondages. Sur cet îlot même, dès 1987, les premiers indices d’un atelier de potiers (rebuts de cuisson, zones rubéfiées et charbonneuses) étaient apparus fortuitement lors de la construction de l’amphithéâtre de la faculté de Sciences économiques Pierre‑Puget dans le jardin de l’ancien hospice des Incurables. Ils renforcèrent la nécessité d’une opération préventive sur le terrain jouxtant cette parcelle (Gantés, Moliner 1988).

FIG. 1 – Situation de la fouille de Sainte‑Barbe dans le centre‑ville de Marseille et emplacement des principales opérations récentes.

fond de plan ICOREM, équipe archéologique municipale ; M. Bouiron/Ville de Marseille

3Le diagnostic archéologique effectué durant l’hiver 1989‑1990 par Francis Cognard (Afan) et Manuel Moliner (équipe archéologique municipale lEAM], Atelier du Patrimoine) mit en évidence une occupation générale du terrain par une nécropole gréco‑romaine et, dans sa moitié est, par des vestiges médiévaux épargnés par les fondations des bâtiments modernes. Parmi ces vestiges, une structure de cuisson semblait correspondre à un four à céramique (Moliner et al. 1990b).

  • 2 Le chantier a été préparé et mis en place d’un commun accord entre la Ville de Marseille et l’État (...)
  • 3 Ce sont : Éric Bertomeu, Jean‑Louis Chariot, Mathilde Coudert, Jean‑Claude Dujardin, Larbi Ait el H (...)

4Ces premiers résultats amenèrent Jean‑Paul Jacob, alors conservateur régional de l’Archéologie, à intervenir auprès de la Ville de Marseille afin qu’une opération préventive soit menée2. La fouille s’est déroulée en 1991 sous la direction de Manuel Moliner, archéologue municipal, qui encadra avec Francis Cognard et Martine Moerman (Afan) l’équipe travaillant sur les niveaux antiques. La responsabilité de la fouille des niveaux médiévaux et modernes fut confiée au laboratoire d’Archéologie médiévale méditerranéenne (LAMM, CNRS, UMR 6572) et en particulier aux auteurs. Douze fouilleurs de l’Afan ont participé pour des durées variées aux travaux de dégagement des vestiges médiévaux, ce qui correspond en moyenne à 6,6 personnes présentes sur le chantier3 (fig. 2).

FIG. 2 – Le faubourg des potiers au début de la fouille ; vue vers le nord avec, au fond, la porte d’Aix.

cl. P.F./CCJ, CNRS

5Marie‑Christine Bailly‑Maître a collaboré à la fouille d’une installation de forgerons et a interprété ces vestiges. Le chantier a bénéficié d’autre part de l’aide de Jean‑Pierre Pelletier pour les premiers relevés, du service EGT de la Ville de Marseille et de Marc Bouiron (EAM) pour la mise en place d’un plan général des structures médiévales, du service photographique du centre Camille‑Jullian et recherches d’Antiquités africaines (CCJ, CNRS ; UMR 6573), Philippe Foliot et Antoine Chéné s’étant régulièrement déplacés pour assurer la couverture photographique. François Guibal (laboratoire de Chrono‑écologie de Besançon, CNRS, ERA 35) a également apporté son aide pour les prélèvements des bois, ainsi que Maurice Jorda et Mireille Provansal (institut de Géographie, université de Provence) pour l’observation sédimentologique.

6Pendant les huit mois de fouille, le chantier a été ouvert à de nombreux chercheurs médiévistes et spécialistes français et étrangers en céramologie et recherches sur les ateliers. Nous sommes particulièrement redevables à Gabrielle Démians d’Archimbaud, professeur à l’université de Provence et responsable à cette période du GDR 94 du CNRS, à Michel Fixot, directeur du LAMM, et à Maurice Picon, directeur du laboratoire de Céramologie de Lyon (maison de l’Orient, CNRS, UPR A7524) qui par leur amitié et leurs conseils ont régulièrement guidé l’équipe.

1.1.2 Méthodes de fouille

7h.m., l.v., j.t.

8fig. 3

9Les sondages antérieurs avaient déjà montré que la moitié nord du site était vide de vestiges, les constructions modernes les ayant détruits. La fouille ne concerna donc que la partie sud du futur parking souterrain qui s’inscrivait dans un trapèze rectangle d’environ 35 m de large sur 60 m de long, soit environ 2 000 m2 (fig. 4). Ce terrain présentait, après des décapages préliminaires consécutifs à la destruction de bâtiments vétustes et à la préparation du chantier de construction, deux niveaux altimétriques de 13 et 16 m NGF. Des pieux métalliques de fondation de la paroi de béton dite « berlinoise » furent implantés à partir de ces niveaux et formèrent la limite du chantier de fouille à l’est et à l’ouest. À la suite des sondages de l’hiver 1989‑1990, le chantier fut divisé en deux zones archéologiques distinctes ayant la forme approximative de deux rectangles nord‑sud. La zone 1 à l’ouest renfermait, sous des caves modernes, des niveaux antiques susceptibles de s’étendre vers l’est ainsi que quelques éléments de l’Antiquité tardive. La zone 2 à l’est contenait à l’intérieur d’un espace non bâti à l’Époque moderne (le jardin de l’hospice des Incurables) des vestiges médiévaux et de l’Antiquité tardive. Les couches archéologiques furent fouillées par deux équipes, l’une traitant les niveaux antiques et l’autre les occupations médiévales et modernes. Ces dernières s’étendaient sur une superficie estimée en début de chantier à environ 800 m2. Lors du commencement de la fouille en février 1991, les constructions qui occupaient cet emplacement avaient déjà été rasées et le terrain nivelé, probablement en enlevant la partie supérieure d’un remblai du xviie s. mis en place lors de la construction de l’îlot.

FIG. 3 – Le faubourg vu du nord.

cl. H.M./MC

FIG. 4 – L’îlot Sainte‑Barbe d’après le cadastre de 1820 (section des Grands Carmes) : 1 hospice des Incurables ; 2 emprise des vestiges médiévaux dans le jardin de l’hospice.

L.V./CNRS del.

10Il eut été préférable de fouiller le site en extension en retirant les couches archéologiques sur l’ensemble de la surface traitée selon l’ordre stratigraphique. Mais, l’opération préventive se déroulant en même temps que la construction du parking souterrain, il fallait, en respectant un planning serré imposé par le constructeur, libérer progressivement le terrain du nord vers le sud afin que l’équipe de fouille des niveaux antiques puisse intervenir avant de livrer le terrain à la pelle mécanique des terrassiers. Par ailleurs, la fouille d’une bande de 5 m de large en limite est de la zone médiévale a dû être interrompue pendant un mois pour permettre la poursuite de la construction de la paroi en béton du parking, ce qui provoqua des infiltrations de béton dans un four à céramique en cours de dégagement. Ces contraintes ont empêché d’avoir une vision globale du site pendant le déroulement de l’opération puisque la zone médiévale se réduisait comme une « peau de chagrin » à mesure de l’avancement du chantier. Elles ont rendu le travail souvent pénible physiquement en imposant des rythmes extrêmement rapides et une progression « hachée ».

11La surface effectivement fouillée est de 600 m2 puisque à l’extrémité nord du chantier les vestiges médiévaux étaient totalement détruits. La puissance des couches variant du nord au sud de 1 à 5,50 m, le volume de terre étudié peut être estimé à un minimum de 1 800 m3. Un décapage mécanique a été réalisé en enlevant des remblais des xviie et xvie s., tout en prélevant le matériel, pour atteindre les premières couches archéologiques en liaison avec une occupation. La fouille a ensuite été conduite en procédant à une succession de décapages à plat par espace (chaque espace étant limité par des murs ou les bennes du chantier). Une mini‑pelle mécanique a été mise à disposition pendant environ trois mois et demi par le service régional de l’Archéologie pour fouiller les niveaux de démolitions et effectuer une série de sondages stratigraphiques dans le remplissage du chemin. Certaines couches retirées rapidement ont été tamisées mécaniquement, permettant de retrouver de nombreuses monnaies. Les niveaux de l’Antiquité tardive ont été dégagés le plus souvent à la pelle mécanique afin de respecter le planning du chantier.

12Le matériel céramique a commencé à être lavé et classé en dépôt de fouille les jours d’intempérie. De même, l’enregistrement des clichés photographiques était réalisé à l’Atelier du Patrimoine de la Ville de Marseille. Pendant les cinq derniers mois de la fouille, une à trois personnes se relayaient pour laver sur le chantier le matériel au jet d’eau.

13Les vestiges mis au jour ont été relevés à l’échelle 1/20, à l’exception de structures particulières (quelques fosses et certains fours) qui ont été relevées au 1/10. Des coupes stratigraphiques au 1/20 nord‑sud et est‑ouest ont été dressées en cours de fouille systématiquement sur tous les espaces. Au total les minutes de chantier représentent 41 plans partiels et 52 coupes. L’enregistrement des données a été réalisé en numérotation continue et sur les fiches types mises au point par les archéologues municipaux. Ces fiches de contextes étaient complétées par des fiches spécifiques pour décrire les murs et les diverses structures individualisées. Elles ont été doublées du traditionnel carnet de fouille qui permettait de noter les observations plus générales et les premières réflexions.

14Les méthodes de dégagement et d’étude des ateliers de potiers médiévaux, et plus particulièrement des fours, ont été mises au point progressivement depuis 1972, à partir des fouilles réalisées en Uzège et dans le bas Rhône jusqu’en 1981 (Thiriot 1985 ; Thiriot 1986a). La plupart de ces fouilles programmées concernaient uniquement les fours repérés en prospection magnétique après localisation par découverte fortuite souvent ancienne. Seul le site de Saint‑Victor‑des‑Oules (Gard) laissa reconnaître les structures d’un atelier du xiie s. dégagé pendant plusieurs années sans contrainte de temps. L’expérience complémentaire d’une fouille de sauvetage dans l’Euphrate syrien en 1973 et 1974 permit de découvrir des ateliers et 19 fours après prospection magnétique de plusieurs hectares de terrasse désertique. L’étude systématique développée en Uzège et dans le bas Rhône bénéficia de cet acquis. Les méthodes d’investigation sur les fours ont été confrontées plus tard à celles employées en Espagne. À cette occasion, une réflexion générale fit le point sur les méthodes d’interprétation en tenant compte des expériences espagnoles. Toutefois, l’objectif restait essentiellement la fouille programmée même si bon nombre d’opérations espagnoles concernaient le sauvetage. Le chantier de Sainte‑Barbe a donc servi de lieu d’expérimentation et d’adaptation des méthodes aux contraintes de l’archéologie d’urgence. Un programme de collaboration informel depuis 1986 en Espagne, et appuyé par le ministère des Affaires étrangères depuis 1994, facilite la rencontre permanente des expériences, des méthodes de terrain, de l’interprétation des vestiges et de leur datation en laboratoire (Thiriot 1990).

15Le chantier de Sainte‑Barbe comportait un certain nombre de contraintes : délais impartis et travail en phase avec le constructeur, crédits assez peu extensibles limitant le nombre des acteurs et les interventions exceptionnelles liées aux découvertes imprévues effectuées en cours d’opération. Le caractère urbain de cet atelier, en zone construite depuis le xviie s., laissait supposer de larges remaniements du terrain difficiles à estimer au préalable. Toutefois, les sondages de reconnaissance réalisés laissaient attendre de façon assez certaine un type particulier de structure de four (four à barres d’enfournement) dont une fouille à Zaragoza avait mis au jour un exemplaire. Une visite préalable sur ce site permit de rencontrer sur place les responsables de fouilles à Balaguer et Zaragoza où des fours de ce type étaient encore visibles bien que les ateliers aient été très arasés. Le risque d’une stratigraphie urbaine complexe a fait préférer une direction partagée.

16La priorité fut donnée surtout aux sols et à leurs aménagements. Les remblais furent traités plus rapidement sans négliger le mobilier (tamis mécanique) par rapport à des couches moins bien définies ou aux sols. Ceux‑ci, souvent difficiles à discerner à cause des remaniements postérieurs, ont fait l’objet d’un décapage plus minutieux afin d’observer la présence de traces spécifiques à chaque phase de la chaîne de production. L’utilisation des observations réalisées dans les ateliers traditionnels contemporains a été difficile du fait du caractère ténu des indices. Ces recherches, développées surtout dans la maison X, ont révélé un sol d’argile rouge correspondant à un lieu de préparation de l’argile et de tournage.

17Les vestiges conservés ont fait l’objet d’études modulées en fonction de leur nouveauté : la première fosse présentant la trace d’un ancien revêtement de carreaux a été fouillée avec beaucoup de minutie, et le premier four fut dégagé assez lentement. Les suivants furent fouillés plus rapidement lorsque aucun caractère particulier n’apparaissait. Les stratigraphies de remplissage furent examinées avec attention pour détecter d’éventuelles couches de cendres en place liées aux temps de productions. L’inexistence de telles couches, ou leur trop faible volume, a permis une fouille assez rapide du remplissage qui correspondait à une seule phase d’abandon. Tout au long de ces dégagements les éléments de terre cuite même informes ont été conservés ainsi que les matériaux de construction des fours éparpillés dans les remblais. Ils ont ensuite été mis en rapport avec les fours et éventuellement été utilisés pour restituer les parties détruites. Lorsque cela était possible, l’ensemble des parties écroulées a été prélevé afin de tenter une reconstitution. C’est le cas du four 107 : une partie des arcs et de la sole a pu être remontée donnant des indications sur la conception et la technique de construction. Les structures dégagées ont été étudiées pour retrouver leur mode de construction et les différentes transformations ou réparations effectuées. Des dessins de détails complétaient les relevés en plan et coupe axiale. Les prélèvements nécessaires à l’étude des matériaux de construction et aux datations par archéomagnétisme furent systématiquement réalisés.

18La découverte d’un atelier de potier urbain de tradition islamique, la première pour le midi de la France, nécessita un traitement particulier des vestiges voués à la destruction. L’instabilité des matériaux et des structures obligea leur consolidation en cours de dégagement à l’aide de paraloïde et de bande plâtrée. La conservation des différents types de fours présents a paru indispensable pour garder une mémoire plus accessible au public que les relevés et photographies. Grâce à la compréhension de la Ville de Marseille et des différents intervenants, il a été possible d’en effectuer des moulages au risque de ralentir la fouille. Les méthodes de moulage ont été adaptées afin de préserver la position de cuisson des parois de fours destinées au prélèvement pour datation par l’archéomagnétisme : utilisation des silicones, fragmentation des chapes de plâtre, démoulage lent et minutieux. Apparue souvent comme excessive pendant la fouille, cette perte de temps reste en fin de compte dérisoire par rapport aux résultats présentés au musée d’Histoire de la Ville.

1. 2 Le temps des études

1.2.1 Gestion d’une masse documentaire

19h.m., l.v.

20Dès l’arrêt des travaux sur le terrain, le traitement des informations, qui faute de moyens n’avait pas débuté sur le chantier, a commencé par la création de fichiers informatisés. Les fiches des 592 contextes enregistrés de façon continue au moment de la fouille et qui rassemblaient les unités stratigraphiques et les 117 structures découvertes (murs, fours, fosses et puits) ont été saisies sur une base de données informatisée ainsi que la documentation photographique (2 650 clichés noir et blanc et diapositives). Les fiches décrivent la position stratigraphique du contexte et sa nature, la documentation graphique (numéros de plans et coupes), la présence de monnaies, de faune, de scories, de briques de fours et les objets en métal, verre et pierre ainsi que leur numéro d’inventaire. Parmi les 1 128 objets sélectionnés se trouvaient 134 monnaies et des objets caractéristiques de certains niveaux : les outils de potiers (pernettes et barres en céramique) et, dans les niveaux de forgerons, des pierres à aiguiser et des déchets de corail. 505 céramiques ont été isolées dès la fouille en fonction de leur exceptionnelle qualité de conservation, de décor ou pour leur rareté. Le matériel céramique, du fait de son abondance, a fait l’objet d’un travail particulier dont le détail de traitement sera développé plus longuement ci‑dessous.

21La masse documentaire récoltée (393 500 tessons) inhérente à toute fouille d’atelier de potier a été totalement prise en compte, Il avait été choisi de n’opérer sur la fouille aucune sélection ou échantillonnage et même de procéder à un tamisage mécanique afin de gagner du temps et de ne pas laisser passer les plus petits fragments. Cette exigence s’est poursuivie pour l’analyse du matériel recueilli, Toute la céramique de chaque contexte a été triée, identifiée et quantifiée pendant 8 mois à deux personnes et avec l’aide d’un vacataire dans un dépôt de fouille mis à la disposition par le service régional de l’Archéologie et l’Atelier du Patrimoine de la Ville de Marseille. Cette volonté de tout collecter et de tout étudier permet de donner la même représentativité à chaque contexte, et autorise des comparaisons les plus fiables possibles. Il s’est avéré aussi important de déceler la présence de céramiques importées peu nombreuses mais non exceptionnelles dans un atelier en milieu urbain. Leur présence contribue à affiner les datations. Dans un même temps on a donc pu établir une chronologie par espace et donner une première image périodisée des productions de l’atelier en opérant simultanément un tri par pâte, revêtement et forme.

22L’élaboration d’une grille de comptage devait prendre en compte de nombreuses catégories (tabl. i). Elle a bénéficié des précédentes expériences effectuées au LAMM pour le Moyen Âge (Démians d’Archimbaud 1981a) et l’Époque moderne et plus récemment par le groupe de recherche CATHMA pour l’Antiquité tardive (CATHMA 1986). Elle a ensuite été adaptée à la nature propre de la fouille de l’atelier de Marseille. Sur un total de 30 catégories, 6 sont consacrées au matériel résiduel antique provenant de la nécropole et des niveaux de l’Antiquité tardive et 5 à la céramique des niveaux modernes. L’essentiel de la grille concerne les xiiie et xive s. et totalise 3 groupes. Le premier se subdivise en 5 catégories réunissant les différentes classes de poteries produites dans l’atelier : les céramiques à pâte calcaire sans revêtement, glaçurées monochromes, décorées en vert et brun, les décors gravés, imprimés ou en relief et la production de céramique en pâte rouge glaçurée. Les deuxième et troisième groupes contiennent les céramiques communes et fines de consommation soit d’origine provençale (ateliers d’Ollières, d’Avignon) ou languedocienne (ateliers de la région d’Uzès), soit d’origine italique (Ligurie, Pise, Italie du Sud, Sicile) ou hispanique (Catalogne, Aragon, Espagne du Sud). Une attention toute particulière a été portée aux importations rares originaires du Maghreb, du Proche‑Orient et de la Méditerranée orientale ainsi qu’à de nouveaux types encore indéterminés mais spécifiques aux contextes marseillais du Moyen Âge.

TABL. I – Modèle de grille de comptage des céramiques par période, catégorie et contexte.

H.M., M.L., L.V.

23Restait à définir le choix du comptage. La fragmentation assez homogène de la céramique a fait préférer le comptage par tessons à la méthode de pesage. Un test a cependant révélé une équivalence avec cette dernière technique. Le comptage manuel bien que fastidieux oblige à une plus grande observation des tessons et à plus de rigueur. Dans de nombreux cas la double manipulation a isolé des fragments décorés ou insolites qui auraient échappé lors d’un pesage où chaque tesson n’est pas manipulé individuellement. Ces premiers chiffres ont ensuite été révisés après un second lavage au cours de l’étude en laboratoire. Traités sur une base de données et confrontés aux données stratigraphiques, numismatiques, ainsi qu’aux datations archéomagnctiques, ils contribuent à l’établissement des diagrammes stratigraphiques, à la corrélation des couches entre chaque espace et à l’interprétation globale du site.

1.2.2 Premières publications

24h.m., j.t., l.v.

25Outre le rapport préliminaire de la fouille remis en avril 1992 (Marchesi et al. 1992a), plusieurs publications partielles ont précédé cet ouvrage. Dès l’achèvement de l’opération les premiers résultats ont été présentés à la communauté scientifique au cours de séminaires et de colloques internationaux : à l’université d’été d’archéologie d’Andorre (Marchesi et al. 1995a), à Rabat au Ve colloque international de céramique en Méditerranée (Marchesi et al. 1995b), à York au colloque Technology and Innovation in Medieval Europe (Marchesi et al. 1992b).

26Deux articles illustrés dans la revue Archéologia (Marchesi et al. 1993a) et dans le catalogue qui accompagne l’exposition permanente du musée d’Histoire de Marseille (Marchesi et al. 1993b) ont diffusé auprès d’un large public les premiers résultats. Dans l’exposition Petits Carrés d’Histoire, les carrelages marseillais ont été resitués dans l’histoire de la céramique architecturale provençale (Vallauri 1995d). Enfin, dans l’exposition internationale Le Vert et le Brun, l’atelier de Sainte‑Barbe et ses faïences ont pris place parmi les centres de production du bassin Méditerranéen (Marchesi et al. 1995c ; Amouric et al. 1995c ; Picon et al. 1995). S’il paraît nécessaire d’insister sur cette diffusion, réalisée grâce à la bonne volonté des différents partenaires de la Ville et de l’État, c’est qu’il est souvent reproché aux opérations préventives de n’apporter que peu de chose au grand public et à la recherche scientifique. Notre équipe a voulu, dès les travaux engagés sur le terrain, travailler avec le souci constant de mener la publication à son terme et dans des délais raisonnables. Ceci n’a été possible que par la collaboration constante de chercheurs issus de plusieurs organismes intervenant en archéologie –Afan, CNRS, service régional de l’Archéologie et Université–, que l’on a trop tendance aujourd’hui à opposer.

1.2.3 L’expérience muséographique

27h.m., j.t., l.v.

28Les résultats ont été très rapidement diffusés auprès d’un large public à Marseille par une présentation muséographique rendue possible par la volonté commune des archéologues, de M. le Maire, de Daniel Drocourt, directeur de l’Atelier du Patrimoine, et de Myriame Morel‑Deledalle, conservateur du musée d’Histoire de Marseille. C’est dans ce but que, pendant la fouille, cinq fours représentatifs des différents modèles présents sur le site et une fosse carrelée ont été moulés afin d’être restitués dans de nouvelles salles du musée d’Histoire. Ces moulages cofinancés par l’aménageur, l’Atelier du Patrimoine de la Ville de Marseille et le musée d’Histoire ont été réalisés par une entreprise spécialisée, l’Atelier Mérindol d’Avignon. Ce souci de conservation a permis une présentation de vestiges difficiles à sauvegarder in situ. La réalisation en décembre 1993 d’une exposition permanente, accompagnée d’un catalogue, a été conduite sous la direction de Myriame Morel‑Deledalle. Plus d’une centaine de vases typiques des productions des potiers sont présentés dans un environnement de fours et de restitutions des ateliers. Une maquette à l’échelle 1/20, créée par Pierre Vallauri, donne une image vivante du faubourg industrieux au xiiie s. avec ses maisons, le chemin et les diverses installations spécialisées (fig. 5). Un four en brique avec son élévation et sa charge de poteries, le four à barres et le four à oxydes ont été reconstitués au 1/10 et au 1/5. La réalisation de ces ouvrages au rôle pédagogique évident fut aussi une aide inattendue pour les auteurs ! Par le dialogue qu’elle a suscité avec l’artiste, elle a favorisé la compréhension synthétique du site et permis de résoudre certains problèmes d’interprétation. Vincent et Monique Buffile et Caroline Chevallier, céramistes, effectuèrent une reproduction de carrelages peints et de céramiques. L’expérimentation, faite à partir des argiles locales et des recettes traditionnelles de glaçures, donna l’occasion de mieux appréhender les problèmes de techniques de fabrication : plasticité des terres, compositions des vernis, température de cuisson..., autant de problèmes auxquels les potiers médiévaux se sont sans doute aussi heurtés.

FIG. 5 – Restitution du faubourg, maquette de P. Vallauri.

cl. P.F./CCJ, CNRS

29Cette présentation d’une opération préventive destinée en priorité au grand public et aux scolaires a été accompagnée de séries de conférences et visites guidées. La mise à disposition rapide de la documentation qui s’adresse autant aux étudiants qu’à l’ensemble de la communauté scientifique répond à l’un des objectifs prioritaires de tout chercheur : la diffusion de la recherche.

Remerciements

  • 4 Le traitement du matériel a été effectué avec l’aide de Laurent Soula et Edmond Grégorzlck ; Floren (...)
  • 5 Nadine Scherrer (Afan) a introduit les corrections lors de la préparation du manuscrit.

30Les études n’ont été rendues possibles que grâce à l’obtention de crédits de postfouille émanant de plusieurs sources : le service régional de l’Archéologie et la direction scientifique du département des Sciences humaines et sociales du CNRS4. Des crédits complémentaires du Conseil supérieur de la recherche archéologique ont servi à effectuer des analyses de céramiques et de métal en laboratoire et des datations archéomagnétiques. Un crédit d’aide à la publication alloué pal’ la sous‑direction de l’Archéologie à l’Afan rendit possible la mise en forme définitive de cet ouvrage5. L’Atelier du Patrimoine de la Ville de Marseille a accepté de financer le cahier couleur de cet ouvrage. Enfin, cette publication a bénéficié de l’aide de plusieurs services et du dévouement fidèle et amical de nombreuses personnes :

31Jean Prodhomme, Christian Hussy, Michel Olive (laboratoire de Reprographie et d’Arts plastiques du service régional de l’Archéologie de PACA) ;

32Philippe Foliot et Antoine Chéné (service photographique du centre Camille‑Jullian et recherches d’Antiquités africaines) ;

33Yves Rigoir, Martine Leclerc, Frédérique Gillet et Martine Rodot, Danièle Rouvier (LAMM) nous ont assistés en de nombreuses occasions ainsi que Yves Esquieu, professeur à l’université de Provence ; dans le cadre d’un stage de formation au laboratoire, Isabelle Rémy (MST, Lyon) et Philippe Husi (CNAU, Tours) ont collaboré activement à l’étude du matériel ;

34la diffusion des productions de l’atelier a pu être repérée sur les chantiers régionaux grâce à la collaboration de Agnès Bergeret, Marc Bouiron, Gabrielle Démians d’Archimbaud, Michel Eixot, Lucien‑François Gantés, Antoinette Hesnard, Corinne Landuré, Yves Meyer, Manuel Moliner, Nuria Nin, Florence Parent, Jean‑Pierre Pelletier, Catherine Richarté qui ont accepté de mettre leur matériel à notre disposition.

35Que tous trouvent ici l’expression de notre sincère gratitude, tout particulièrement Jacqueline et Yves Rigoir qui nous ont soutenus tout au long de cette étude.

Notes

1 – Le site est enregistré dans la carte archéologique de la France sous le numéro 13 201 028. Les coordonnées Lambert III sont, pour les deux points extrêmes : au nord – x : 846,480 ; au sud – x : 845,460 ; y : 3115, 690.

2 Le chantier a été préparé et mis en place d’un commun accord entre la Ville de Marseille et l’État (ministère de la Culture, sous‑direction de l’Archéologie). Marseille Aménagement, société d’économie mixte, concessionnaire de la Zac, prit en charge le financement et l’Afan fut chargée du recrutement des équipes de fouille et de la gestion de l’opération. Les Nouveaux Constructeurs, promoteur du terrain et maître d’œuvre des travaux, mirent à disposition les moyens de terrassement lourds (Moliner 1993a).

3 Ce sont : Éric Bertomeu, Jean‑Louis Chariot, Mathilde Coudert, Jean‑Claude Dujardin, Larbi Ait el Halim, Odile Maufras, Denis Michel, Jean‑Luc Pinéro, Bertrand Renault, Bernard Sillano et Éric Yebdri. Cette équipe a été renforcée par des bénévoles, dont des étudiants espagnols et portugais déjà formés aux recherches sur les ateliers de potiers en Catalogne (Susana Gomez Martinez, Joan Cerda, Angelo Punzon, Helder Chilra Abraços, Maria Ramalho, Serge Mathis).

4 Le traitement du matériel a été effectué avec l’aide de Laurent Soula et Edmond Grégorzlck ; Florence Parent a réalisé des dessins de céramiques.

5 Nadine Scherrer (Afan) a introduit les corrections lors de la préparation du manuscrit.

Table des illustrations

Légende FIG. 1 – Situation de la fouille de Sainte‑Barbe dans le centre‑ville de Marseille et emplacement des principales opérations récentes.
Crédits fond de plan ICOREM, équipe archéologique municipale ; M. Bouiron/Ville de Marseille
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43785/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende FIG. 2 – Le faubourg des potiers au début de la fouille ; vue vers le nord avec, au fond, la porte d’Aix.
Crédits cl. P.F./CCJ, CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43785/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Légende FIG. 3 – Le faubourg vu du nord.
Crédits cl. H.M./MC
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43785/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende FIG. 4 – L’îlot Sainte‑Barbe d’après le cadastre de 1820 (section des Grands Carmes) : 1 hospice des Incurables ; 2 emprise des vestiges médiévaux dans le jardin de l’hospice.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43785/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende TABL. I – Modèle de grille de comptage des céramiques par période, catégorie et contexte.
Crédits H.M., M.L., L.V.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43785/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende FIG. 5 – Restitution du faubourg, maquette de P. Vallauri.
Crédits cl. P.F./CCJ, CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43785/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 38k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search