Version classiqueVersion mobile

La résidence aristocratique de Montmartin (Oise) du IIIe au IIe s. av. J.-C.

 | 
Jean-Louis Brunaux
, 
Patrice Meniel

Chapitre 5. Synthèse

5 Synthese

5 Synthesis

Jean‑Louis Brunaux

Résumé

Cette partie est consacrée à l’examen de plusieurs problèmes archéologiques et historiques généraux auxquels les découvertes de Montmartin apportent des éléments de réponse. Tout d’abord est posée la question de la nature réelle des fermes dites « indigènes ». Il faut distinguer des sortes de « métairies », les plus courantes, occupées par des clients, caractérisés par leur niveau de vie assez bas, et de véritables villae, demeures des propriétaires fonciers. Le site de La Fosse Muette paraît appartenir à cette seconde catégorie. Le problème de la propriété foncière qui est ainsi abordé débouche sur la question plus générale du type d’économie et de société qui prévalait à La Tène moyenne dans le nord de la Gaule. Les réponses a ces questions font largement appel aux données archéologiques générales et aux sources historiques, notamment césariennes. L’examen de tous ces éléments permet de brosser un tableau de l’occupation du territoire dans le Belgium, ce territoire central des peuples belges, avant la Conquête romaine.

Les éléments cultuels, tout à fait originaux, rencontrés à Montmartin obligent également à reconsidérer notre connaissance sur les aménagements architecturaux et les rites religieux. L’installation cultuelle de Montmartin permet de définir un nouveau type, différent du sanctuaire et propre à ce type particulier d’habitat. Cependant, c’est la double nature de la place fermée qui paraît être la découverte la plus féconde. Son caractère cultuel et public permet de voir en elle une installation politique, de type encore inconnu en Gaule et qui devrait ouvrir la voie à de semblables découvertes. Probablement lieu de rassemblement politique et guerrier, cette place ne s’ouvrait qu’aux équités, décrits par César, ces patriciens qui pouvaient siéger au sénat.

La petite taille de l’habitat de Montmartin, qui ne pouvait guère abriter plus d’une centaine de personnes, et les caractéristiques qui ont été évoquées au cours de l’étude (richesse du matériel, diversité des activités agricoles et artisanales, présence d’armement et de symboles honorifiques) permettent d’avancer l’interprétation d’un domaine aristocratique dont le centre serait l’habitat de La Fosse Muette, une résidence comprenant les maisons patriciennes, celles des clients et des esclaves, les bâtiments agricoles et artisanaux, enfin l’espace politique et cultuel.

Les données archéologiques confrontées aux sources historiques, relativement nombreuses, permettent d’esquisser une histoire de cette résidence aristocratique dans son contexte régional.

Texte intégral

Les pages qui suivent doivent beaucoup aux critiques et aux suggestions que Christian Peyre m’a faites au cours d’entretiens passionnés.

5.1 Les questions

1L’analyse des structures archéologiques puis celle du matériel qui y fut récolté nous amènent naturellement à poser la question fondamentale, mais qui s’avère toujours délicate, celle de l’interprétation du site. Par ses enclos, par sa fosse‑autel, par la nature exceptionnelle de son matériel (os humains, armes, chevaux d’importations, parures), le site de Montmartin se distingue de ceux que l’on considère habituellement comme des établissements ruraux, caractérisés la plupart du temps par la pauvreté du mobilier qu’ils livrent. Pour autant, il ne se range pas d’emblée parmi les habitats de type urbain (oppida notamment) où la voirie est prépondérante. Son caractère clos et sa topographie (en position d’éperon barré) écartent également l’hypothèse du village que l’on dit ouvert ou que l’on décrit comme l’agrégation d’un certain nombre d’exploitations rurales ou artisanales. Ici on se trouve devant un habitat d’une nature particulière qui a des chances de n’être ni unique ni exceptionnel.

2Les questions que l’on peut se poser ne tiennent pas seulement à la nature qu’on peut reconnaître à cet habitat en nous appuyant sur sa seule configuration et le matériel qu’on y a découvert, elles dépendent aussi de la nature des sites de comparaison. Puisqu’on se trouve à l’évidence dans un contexte rural, on doit se demander ce que sont les « établissements ruraux » dont les fouilles se multiplient sans réussir à nous éclairer (Buchsenschutz et al. 1994 ; Méniel 1994) et ce qu’il faut mettre derrière cette appellation volontairement floue. Autrement dit, notre enquête doit reconsidérer la nature et la fonction de tels ensembles. Cela nous amènera forcément à aborder la question de l’occupation du territoire et plus généralement les problèmes de l’économie des populations belges.

5.1.1 Le problème des « fermes indigènes »

3Dans un premier temps, nous examinerons l’ensemble des données archéologiques puis nous les confronterons avec les informations issues des sources littéraires. Les informations d’ordre archéologique sont évidemment toujours moins nombreuses et surtout moins parlantes qu’on le souhaiterait. Cependant si l’on ne se contente pas d’examiner les seuls représentants de l’habitat rural mais que l’on élargit le point de vue à l’ensemble de l’occupation du territoire, toutes catégories de sites confondues, la masse documentaire s’épaissit sensiblement et surtout se structure, elle devient significative.

5.1.1.1 La documentation archéologique

4Dans cette documentation, la part provenant de la prospection aérienne est prépondérante. On a tendance actuellement à la sous‑estimer parce qu’après avoir été longtemps notre seule source, elle est étayée aujourd’hui par des fouilles occasionnées par des travaux publics. En fait, ces fouilles dites de sauvetage au lieu d’ôter de l’intérêt à ces prospections leur rendent toute leur valeur : elles datent des ensembles que la photographie aérienne ne pouvait que classer par type, elles aident à déterminer leur fonction. En Picardie, on le sait, la photographie aérienne livre des résultats remarquables, on aurait tort pour autant de croire que son efficacité est partout égale. Pour ce qui est des structures creuses –ce qui est le cas des vestiges protohistoriques– seuls les terrains possédant un faible couvert limoneux ou dénudés sont susceptibles de révéler des traces. De tels terrains se trouvent essentiellement sur les versants des plateaux. Il n’est donc pas étonnant de rencontrer un grand nombre d’enclos sur les versants des vallées et on aurait tort de vouloir en tirer des conclusions (contra Malrain et al. 1996). D’ailleurs les fouilles de sauvetage en révèlent autant dans les vallées que sur leurs versants ou même sur les plateaux. L’intérêt de la prospection aérienne est donc, dans des zones favorables à cette technique, de donner une idée de la densité des structures qui nous intéressent, de chercher à saisir les relations qu’elles entretiennent les unes avec les autres et celles qu’elles entretiennent avec le paysage.

5Un bon exemple de cette répartition spatiale nous est donné par les prospections réalisées par Roger Agache et Bernard Lambot autour de Montmartin, c’est‑à‑dire dans la haute vallée de l’Aronde. Les versants situés au nord de la vallée et qui sont par conséquent orientés au sud, comme c’est la règle sur le plateau Picard, sont dénudés. Au sud de la vallée, la grande plaine d’Estrées qui prolonge la cuvette du Bassin parisien est très limoneuse et ne se prête pas à la mise en évidence de structures fossoyées, néanmoins les versants de la vallée même sont généralement peu couverts et ont montré plusieurs ensembles intéressants. Sur une surface de 25 km2 nous avons donc une bonne image du potentiel archéologique de cette région. Huit ensembles d’enclos y apparaissent. Parmi eux, deux ne sont sûrement pas protohistoriques, l’un est une ferme de l’époque moderne, l’autre correspond à la clôture d’une grande villa gallo‑romaine. Une portion d’enclos situé sur le versant nord de la vallée de l’Aronde montre un plan quadrangulaire et un double fossé, caractéristiques des enclos gallo‑romains, parfois interprétés comme des camps (Agache 1978 : 207 sq.). Cinq sites seulement peuvent donc être attribués à la fin de l’âge du Fer. Leur distribution spatiale est tout à fait significative : quatre se trouvent sur le versant sud de la vallée de l’Aronde, un seul se trouve sur le plateau. Les quatre enclos alignés le long de la vallée de l’Aronde sont séparés régulièrement les uns des autres de 1,5 1cm à 2 km et sont tous situés à proximité de la rivière. Cette relative densité s’oppose à l’isolement de l’unique ensemble occupant les 20 km2 situés au nord et qui sont les plus favorables à la photographie aérienne. La rareté des enclos y a été confirmée par la surveillance des grands travaux : le passage de la ligne TGV sur un axe nord/sud et la surveillance des stations de contrôle et des gazoducs du stockage souterrain de Gournay n’en a mis en évidence aucun alors qu’ils ont fait apparaître des enclos circulaires qui avaient été vus en photographie aérienne (fig. 3, no 3). Il est bien sûr délicat de généraliser à partir d’une seule micro‑région. Néanmoins, celle‑ci qui a fait l’objet d’une prospection terrestre (J.‑L. Brunaux) et aérienne intense est significative parce qu’elle permet de comparer l’occupation rurale de la fin de l’âge du Fer à celle de l’époque gallo‑romaine ou encore à celle de l’époque médiévale. Ainsi sur les mêmes 25 km2 on a cinq ensembles protohistoriques mais plus de quinze habitats gallo‑romains et cinq établissements ruraux médiévaux s’ajoutant à cinq villages ou hameaux. Plusieurs constats s’imposent. Tout d’abord on n’observe pas de surimposition des domaines ruraux gallo‑romains sur les domaines protohistoriques. Alors que les villae gallo‑romaines occupent régulièrement tout le paysage avec un espacement régulier de moins de 1 km, les enclos gaulois ne se rencontrent que dans des zones privilégiées, vallée de l’Aronde ou vaste cuvette (Fond de Saint‑Maur) sur le plateau. La situation des établissements médiévaux (seigneuriaux ou monastiques) est plus proche de celle des enclos protohistoriques : ils sont pareillement situés dans les vallées et à proximité immédiate de bonnes terres. Le plateau Picard donne l’impression d’avoir été un espace de friches et de pacage non délimité à l’âge du Fer et au début de l’époque médiévale, alors qu’il a été intensément cultivé à l’époque gallo‑romaine. L’hypothèse d’un prolongement à l’époque gallo‑romaine de la structure agricole gauloise est donc loin d’être vérifiée : la présence attestée dans quelques cas seulement de villae gallo‑romaines sur d’anciens enclos gaulois, ou à leur proximité, prouve seulement que des domaines ruraux aristocratiques ont été conservés par‑delà la Conquête, ce qui en soi n’a rien qui doive étonner.

6Cette première image des « établissements ruraux » gaulois issue de l’étude d’une micro‑région est confortée par les résultats des prospections aériennes de Roger Agache sur un territoire équivalent à quatre départements. Ces constructions sont aisées à distinguer de leurs équivalents gallo‑romains ou médiévaux. Pour reprendre l’excellente typologie que ce chercheur avait définie dès 1978 (Agache 1978), trois types sont repérables. Le type III, caractérisé par des plans orthogonaux et des tracés rectilignes, est attribuable à l’époque gallo‑romaine. Les types I et II se distinguent par la présence de tracés curvilignes, mais dans les deux cas on observe des enclos emboîtés. Le type I montre deux enclos entièrement curvilignes, le type II un enclos au tracé régulier entouré d’un vaste enclos très irrégulier, voire sinueux. R. Agache voit entre les deux une différence chronologique. C’est assez juste, comme l’ont montré depuis plusieurs fouilles de sauvetage. Ces subtilités chronologiques mises à part, la « ferme indigène » –pour reprendre l’expression de ce chercheur– apparaît comme une structure exceptionnellement standardisée, au plan répétitif. Il s’agit d’un petit enclos de cinquante à une centaine de mètres de côté, entouré d’un enclos plus vaste, de 100 à 300 m de côté. Dans l’enclos central on distingue assez souvent des traces de constructions (trous de poteaux) et des grandes fosses comblées. Chaque fois que le plan est complet, on remarque un système d’entrée soigné (antennes, portes rentrantes, traces d’un porche). Enfin tous les enclos sont matérialisés par des fossés souvent conséquents qui, lorsqu’ils ont été fouillés ou sondés, révèlent une profondeur pouvant dépasser 2 m. Dans de nombreux cas l’enclos central montre un fossé plus puissant que l’enclos extérieur.

7Les fouilles de sauvetage réalisées sur quelques dizaines de sites similaires dans le nord de la France ne contredisent pas ces interprétations. Une récente publication collective, Les installations agricoles de l’âge du Fer en Île‑de‑France (Buchsenschutz et al. 1994 ; Méniel 1994), nous en donne une bonne présentation. Les enclos décrits par Roger Agache ont été fouillés en Picardie et dans le Nord mais aussi en Champagne, en Île‑de‑France, en Normandie et en Vendée. Ces fouilles, en fait, révèlent deux types d’ensembles, les enclos du type défini par Roger Agache et des agrégats de structures (fosses, trous de poteaux) se développant sur des surfaces plus considérables où l’enclos ne semble pas prédominant. À l’évidence il s’agit de deux types distincts : si le premier nous pose encore des problèmes d’interprétation, le second paraît être un groupement d’habitats, ce qu’on appelle généralement « habitat ouvert », dénomination qui a l’avantage d’éviter les termes de village ou de hameau dont la connotation est trop précise. On ne s’intéressera ici qu’à la première catégorie. Lorsque la fouille a pu être menée à son terme, on constate que le plan général correspond à celui des ensembles vus d’avion. I.a chronologie de Roger Agache est confirmée dans ses grandes lignes : les enclos quadrangulaires sont les plus tardifs mais les enclos centraux quadrangulaires entourés d’un enclos irrégulier (type II) peuvent apparaître dès La Tène C1. Les installations principales se trouvent généralement à l’intérieur de l’enclos central. On y trouve le plus souvent une grande maison entourée de bâtiments moins conséquents, des fosses et des silos. Parfois cet espace intérieur est cloisonné par des petits fossés. Certaines installations annexes ont pu être identifiées : les plus courantes sont de nature artisanale : fours à céramique, forges, saunerie. Le matériel archéologique rencontré est variable par la qualité comme par la quantité. Il est remarquable en tout cas qu’aucun de ces enclos ne se désigne par son matériel comme une installation agricole : les outils liés à l’agriculture ou à l’élevage sont rares. Il est remarquable également qu’il y a une équation assez évidente entre la qualité des installations et celle du matériel qu’on y recueille : les enclos les mieux matérialisés, par le plan (sa cohérence, sa régularité) et l’importance des fossés, livrent le matériel le plus abondant, tels que céramiques, outils, parures, voire armes qui témoignent d’un commerce à plus ou moins longue distance. C’est le cas des ensembles d’Herblay, de Pouillé, Le Grand Paisillier, de Rungis. À l’opposé les ensembles les plus désordonnés présentent un matériel extrêmement pauvre et de fabrication locale, c’est le cas des sites de la vallée de l’Oise.

8On le voit, si ces fouilles permettent de préciser la chronologie, d’identifier certaines installations, elles ne parviennent pas à donner une interprétation d’ordre général à cette forme d’habitat. La fonction agricole qui est suggérée, parfois affirmée, n’est pas plus argumentée par la faune qu’elle ne l’est par l’outillage. La qualification de certains enclos en terme d’aires de pâturage ou de parcellaire est parfaitement gratuite. En revanche, ce qui ressort très nettement de ces travaux c’est une certaine polyvalence de l’enclos : à la fois aire d’habitat, retranchement, lieu artisanal et aire de stockage, où la part agricole n’apparaît pas forcément primordiale. Les faits contredisent les interprétations ou tout au moins le vocabulaire utilisé. Il nous faudra donc nous interroger sur les notions de « fermes », « fermes indigènes », « installations agricoles ».

9Mais avant d’interroger les sources littéraires et pour être complet du point de vue archéologique, il nous reste à évoquer le domaine funéraire dont les liens avec l’habitat ne tiennent pas seulement du hasard. Les sépultures dans le nord de la France à La Tène moyenne et finale se rencontrent dans deux types de situation : soit en groupes petits ou moyens (de 6 ou 7 sépultures à rarement plus de 25) apparemment isolés de tout habitat ou autre construction, soit en groupes plus petits encore (1 à 6 ou 7 sépultures) à l’intérieur même des enclos évoqués plus hauts ou à leur périphérie immédiate. Ces dernières sont considérées comme les sépultures d’habitants de ces enclos, la chronologie justifie une telle hypothèse. Vu le petit nombre de ces sépultures et la durée de l’habitat, généralement de un à deux siècles, la question se pose de savoir qui sont ces habitants. À l’évidence, les sépultures ne correspondent pas à l’ensemble de la population qui, sur une telle durée, s’élevait pour le moins à plusieurs dizaines d’individus. Le mobilier funéraire livre des informations intéressantes mais pas susceptibles de préciser la position sociale des morts. La présence de plusieurs céramiques, généralement d’une fibule, parfois d’un outil (couteau, rasoir, forces) indique qu’il s’agit d’individus situés assez haut sur l’échelle sociale : des hommes libres, possédant un petit avoir, mais que leur viatique ne permet pas de désigner comme les propriétaires ou les maîtres du domaine. Enfin, dans ces sépultures se trouve généralement un nombre important de femmes. L’autre ensemble de sépultures ne se distingue du précédent que par la situation : le mobilier est quasiment le même. Y figure également un nombre important de femmes. Le seul caractère remarquable tient à la topographie : ces sépultures sont assez souvent situées sur des versants, parfois abrupts, et dans des zones défavorables à la culture, Le matériel les caractériserait plutôt comme celles d’éleveurs (présence courante de paires de forces). En tout cas ni les sépultures du premier type ni celles du second ne montrent la présence de guerriers, de chefs ou de grands propriétaires. Il faut attendre la période de la Conquête et plutôt celle qui la suit immédiatement pour qu’apparaissent des sépultures quasi aristocratiques dans les enclos ou à leur proximité.

5.1.1.2 Les sources littéraires

10La consultation des textes antiques nous est ici doublement imposée, parce qu’elle seule nous permet d’aborder les problèmes d’économie et de société, parce que les interprétations données par les archéologues eux‑mêmes des vestiges qu’ils ont fouillés sont largement tributaires de cette lecture. Ces derniers n’utilisent, en réalité, que le Bellum Gallicum dont ils font un usage très particulier puisqu’ils ne s’attachent qu’au vocabulaire. Ce qui est parfaitement résumé dans cette phrase tirée d’un article récent sur le territoire au second âge du Fer (Buchsenschutz et al. 1993 : 247) : « Nous trouvons dans les textes, essentiellement celui de César, des notions simples pour désigner les habitats : aedificium, viens, castellum, oppidum, wbs. »

11Évidemment, dans le cas qui nous intéresse, c’est le mot aedificium qui a retenu l’attention. L’intérêt pour ce mot est récent. Camille Jullian, comme chaque fois qu’il éprouve une difficulté sur un problème, n’évoque pas la question des domaines ruraux et n’analyse pas le mot aedificium alors qu’il aborde à plusieurs reprises le monde agricole. L’un des premiers à identifier ce terme avec des installations agricoles est d’Arbois de Jubainville (Arbois de Jubainville 1890) qui indique que ces édifices jouaient le même rôle que les villae d’Italie et de Gaule gallo‑romaine. Dans ce cas, on peut se demander pourquoi César n’emploie jamais le terme de villa qui conviendrait évidemment mieux que celui d’aedificium qui est un terme très général, sans aucune connotation agricole ni même rurale. C’est la judicieuse question que pose R. Agache (Agache 1978). La réponse qu’il lui apporte est, en revanche, loin d’être satisfaisante : c’est l’aspect barbare des constructions gauloises qui aurait dissuadé l’historien d’utiliser ce terme. D’une part, rien ne prouve que ces constructions n’étaient pas très soignées dans leur apparence, d’autre part, on comprend mal pourquoi le même auteur utilise les termes d’oppidum et d’urbs pour des constructions qui ne devaient pas être moins grossières. Il est plus simple de déduire que César n’a pas retrouvé dans ces « édifices » les caractères propres à la villa italique et qu’il n’a pas voulu induire en erreur son lecteur avec un terme impropre.

12On comprend mal que ce terme serve d’argument majeur, au moins au plan littéraire, dans l’interprétation agricole des enclos isolés. La cause n’en revient pas, contre toute attente, à la traduction très diffusée de L.‑A. Constans. Celui‑ci, face à un mot rétif à la traduction, a fait un véritable effort d’interprétation. Ainsi sur douze occurrences relevées à titre de test, on trouve une fois (VI, 6, 1) « ferme », deux fois « grange », une fois « bâtiment », une fois « demeure » et sept fois « maison ». En fait ce zèle s’est révélé néfaste, le mot le plus souvent employé, « maison », qui aurait peut‑être dû être employé plus systématiquement, a toutes les chances de correspondre le mieux à l’intention de César qui, par ce mot dont la racine désigne le « foyer », évoquait un habitat dispersé sans chercher à en rendre toutes les nuances. La généralisation de la traduction du mot en terme d’installation agricole provient en réalité de la mauvaise lecture du texte précédemment cité de R. Agache qui propose de voir dans les ensembles qu’il a repérés d’avion les aedificia de la Guerre des Gaules (Agache 1978). Comme le même auteur propose d’appeler ces structures des « fermes indigènes », beaucoup de ses lecteurs, certainement imprudents, ont considéré que le nom générique des structures archéologiques est la parfaite traduction du terme latin.

13Comme on l’a suggéré plus haut, c’est accorder certainement trop d’importance au seul vocabulaire alors que le texte et les situations qu’il décrit sont plus enrichissants. Pour l’étude de la société gauloise, le texte de César est souvent plus riche par ses informations indirectes, voire le non‑dit, que par la description pure qui est généralement indigente. L’examen de ce type d’informations nous entraîne tout d’abord à reconsidérer l’ensemble des informations économiques et sociales contenues dans le Bellum Gallicum.

5.1.2 Économie et société

14La première question qui doit nous occuper est celle de la propriété foncière parce qu’elle est directement liée au problème de l’occupation du territoire. Cette importante question a très tôt passionné les premiers historiens des Gaulois, à l’inverse elle est totalement absente des débats actuels où pourtant l’on parle couramment de « ferme », de « production », de « commerce », etc. C’est encore H. d’Arbois de Jubainville qui a le mieux étudié le sujet dans un livre intitulé Recherches sur la propriété foncière et des noms de lieux habités en France (Arbois de Jubainville 1890) où il défend une thèse originale tout en exposant les arguments de ses adversaires, Fustel de Coulanges et Lécrivain. Pour l’auteur, la propriété foncière privée n’existe pas chez les Gaulois, toutes les terres appartiennent à la cité qui en concède la jouissance de façon précaire et en contrepartie d’un uectigal. Nous ne développerons pas l’argumentation brillante qui soutient cette thèse, disons seulement qu’elle repose sur la lecture de César, mais aussi d’auteurs plus anciens dont Polybe et qu’elle s’appuie largement sur les faits historiques tels que migration des Helvètes, destruction de leur propre ville par les Gaulois, etc. Les arguments de la partie adverse n’en sont pas moins forts, on les retrouve bien résumés et développés chez Jullian (Jullian 1920 : I, 71 sq.). Il y en a deux très forts : l’une des fonctions assignées par César (César : VI, 13, 5) aux druides, celle de résoudre les procès de bornage et d’héritage, d’autre part ce que dit le même César des Germains (César : VI, 22, 2) : « Les Germains ne ressemblent en rien aux Gaulois, ils n’occupent pas les terres en propre. » Jullian ajoute des arguments plus ponctuels tirés pour l’essentiel des péripéties de la Guerres des Gaules (réquisition de récolte, adjudication de la ferme des biens publics, etc.) qui ne sont pas moins convaincants.

15Comme l’indique Albert Bayet (Bayet 1930), l’hypothèse des détracteurs de d’Arbois de Jubainville « est aujourd’hui communément acceptée ». Cependant d’Arbois a un grand mérite, il montre bien que la propriété d’état, ce que les Romains appellent ager publicus, existe bien chez les Gaulois, qu’elle fut certainement longtemps prépondérante et que la ligne de partage entre propriété d’état, propriété familiale et propriété individuelle n’était pas aussi clairement déterminée qu’elle l’était dans le droit romain. Albert Bayet reprenant les arguments historiques de d’Arbois (notamment la description des Cisalpins par Polybe) suggère que cette notion de propriété individuelle a dû se développer dans les deux derniers siècles de l’indépendance. On doit ajouter qu’elle s’est développée de façon très inégale d’une cité à l’autre. Les peuples cisrhénans devaient avoir des conceptions proches de celles qu’attribue César aux Germains. En revanche, un peuple comme celui des Bellovaques, qui possédait un sénat et qui avait des relations d’amitié et d’hospitalité avec les Éduens, avait probablement une notion toute différente de la propriété foncière.

16L’une des questions fondamentales que pose d’Arbois est celle du caractère définitif de la propriété foncière et de son caractère transmissible. On ne saurait lui apporter une réponse tranchée. Rien ne l’indique en fait dans les textes. Le Bellum Gallicum suggère que cette propriété s’était largement généralisée au cours du 1er s. av. J.‑C., mais il s’agit peut‑être d’une évolution récente et inachevée. On peut imaginer que la répartition des terres et le contrôle de leur jouissance furent une prérogative des assemblées de la cité. Historiquement ce le fut à chaque conquête, à chaque extension territoriale. Mais nous ne savons pas si le pouvoir continuait de garder une mainmise, même symbolique.

17Pour mieux comprendre l’intégration de cette propriété individuelle et sa coexistence avec une sorte d’ager publicus, il faut examiner la société à travers sa hiérarchie et le jeu politique. Les données proviennent pour leur plus grande part encore du Bellum Gallicum et ne sont pas nombreuses. Pire, elles paraissent contradictoires.

18Le passage le plus utilisé est issu de ce qu’il est convenu d’appeler l’« excursus ethnologique » du livre VI. Ce texte qui livre une documentation précieuse pour notre connaissance de la religion gauloise et du rôle des druides n’offre pourtant qu’un intérêt médiocre pour la compréhension de la hiérarchie sociale. César retranscrit des informations vagues, schématiques même et qui ne sauraient expliquer le fonctionnement finalement harmonieux de cette société complexe. À l’en croire (VI, 13), en Gaule, il existe deux catégories d’individus qui comptent (doit‑on croire qu’ils sont considérés comme citoyens ?), les druides et un autre ensemble dont on déduit à la suite du texte qu’il s’agit de nobles et que César présente au livre VI, 15 comme des « chevaliers ». Quant au reste de la population, qu’il appelle « plèbe », il indique que son statut n’est guère différent de celui des esclaves. De ces derniers il ne sera plus question dans l’excursus. Quant aux « chevaliers », leur description est réglée en deux phrases, alors que celle des druides prend six fois plus de place. Du fonctionnement politique il n’est pas question, hormis une allusion à l’existence de magistrats.

19Il est entendu par tous désormais que ce texte est la simple copie d’extraits d’un auteur antérieur, probablement du livre XXIII de Posidonius, qui jouait à cette époque pour les voyageurs grecs et romains le rôle de véritable Baedecker de la Gaule. On doit donc penser qu’il décrit une situation qui n’était pas celle de la Gaule au milieu du ier s. mais celle de la fin du iie s. ; les informations sur la religion suggèrent même une datation plus haute (Brunaux 1995). Cependant les éléments que nous venons d’évoquer proviennent probablement d’un autre auteur, il est en effet douteux que Posidonius ait qualifié l’ensemble de la noblesse de « chevaliers ». Cette notion, peut‑être inspirée de l’ordre équestre, est de nature plutôt romaine, on l’imagine assez mal sous la plume d’un philosophe grec, abreuvé de la Politique d’Aristote. Peut‑être les deux phrases qui constituent le paragraphe VI, 15 et qui nous décrivent les « chevaliers » sont‑elles une interpolation.

20Quoi qu’il en soit, les informations nombreuses, mais souvent indirectes, qui émaillent le reste du texte contredisent cette description ou tout au moins ne la prolongent pas. Ainsi il n’est plus jamais question de « chevaliers ». Quant à la plèbe, son rôle au cours des années 58 à 51 est loin d’être négligeable. Il n’est pas possible de reconstituer à partir de ces éléments un tableau de la société et de la vie politique généralisable à toute la Gaule. Celui‑ci n’aurait d’ailleurs pas grand sens, car d’une cité à l’autre les constitutions variaient, les lois n’étaient pas forcément les mêmes, seule la structure sociale dans ses grandes lignes devait être partout assez semblable. On prendra donc en exemple la cité des Bellovaques puisque c’est elle qui nous intéresse ici, sans craindre de puiser les informations manquantes dans celles concernant les autres cités. La cité des Bellovaques est évoquée par César à deux reprises, au cours de l’année 57 (César : II, 13‑15) et en 51 (César : VIII, 6‑ 23). Relativement à ce qui est dit des autres peuples, on dispose donc pour les Bellovaques d’une documentation importante qui par certains aspects intéresse l’ensemble de la société gauloise.

21Il est remarquable qu’à aucun moment César ne parle de « nobles ». Il est question de chefs, de principes mais il n’est pas sûr que tous soient issus de l’aristocratie. Ainsi Corréos est présenté comme le chef qui a les faveurs du peuple, ce qui ne signifie pas qu’il soit lui‑même un plébéien, mais suggère en tout cas qu’il se démarquait de l’aristocratie de type sénatorial. La classe noble existait encore, mais peut‑être affaiblie. C’est elle qu’il faut imaginer derrière l’expression de boni (César : VIII, 22, 2) sur laquelle on reviendra. En revanche, la plèbe est particulièrement présente dans ces textes : c’est elle qui soutient Corréos et c’est à elle que l’on attribuera la responsabilité de la guerre lors de la reddition à César. À aucun moment il n’est question d’esclaves, mais il est vrai que leur mention à propos d’événement belliqueux ne se justifie pas expressément.

22La hiérarchie guerrière est également détaillée. Corréos, juste avant sa mort, est accompagné de 1 000 cavaliers parmi les meilleurs et de 6 000 fantassins recrutés, l’ensemble représentant la part la plus sûre du contingent bellovaque qui, en 58, se composait de 100 000 hommes mobilisables dont 60 000 d’élite. Enfin il est dit que dans le camp des alliés en 51 se trouvent des invalides et des hommes sans armes. On est tenté de voir dans les cavaliers la noblesse, dans les soldats d’élite les citoyens à part entière et dans les mobilisables les sans‑droits et les esclaves.

23Cependant c’est sur le fonctionnement politique que les informations sont les plus précieuses. Hirtius indique l’existence d’un sénat qu’on est tenté d’assimiler aux majores qui en 57 demandent la paix à César. On remarquera à ce propos le nombre d’otages réclamés par le vainqueur, 600, qui curieusement est égal à celui des sénateurs nerviens. Si les Bellovaques possédaient également 600 sénateurs, il n’est pas impossible que César ait réclamé un otage par sénateur. Il n’est nulle part question de royauté ou de principat, comme c’est le cas à propos d’autres cités. En revanche, comme on l’a signalé, la plèbe a du pouvoir contrairement aux affirmations généralisantes de l’excursus du livre VI, même si César feint d’en douter. L’existence d’une puissante armée régulière, la possibilité de mobiliser l’ensemble de la nation, enfin des ressources financières qui permettent d’aider les autres cités belges (César : II, 14, 6) supposent un état fort, bien structuré où les citoyens sont largement impliqués. Le régime en question n’est plus vraiment une aristocratie mais une première forme de démocratie. Cette dernière en est, semble‑t‑il, à ses premiers pas et l’on assiste entre 57 et 51 à une sorte de guerre sociale où l’ancienne aristocratie a joué le rôle d’Optimates (on en revient à l’étrange qualification de boni que leur donne César) face à une plèbe au pouvoir grandissant. Il est remarquable que dans cette région, tout le nord‑ouest de la Gaule, César ne cherche pas à restituer une royauté, probablement parce qu’elle n’existe plus depuis longtemps et parce que l’aristocratie n’a plus assez de pouvoir pour la revendiquer.

24La forme qu’a prise l’État à l’aube de la Guerre des Gaules, avec un Sénat aux mains des majores, une plèbe puissante probablement représentée dans d’autres assemblées, une vie politique agitée où deux partis se disputent le pouvoir et les alliances diplomatiques (les majores et les boni d’un côté, de l’autre des « hommes nouveaux » manipulant la plèbe), tout cela évoque évidemment la situation politique des Éduens dont C. Goudineau (Goudineau, Peyre 1993) a fait un portrait haut en couleur. Cette ressemblance ne doit pas nous étonner. Les Bellovaques, on ne doit pas l’oublier, appartenaient à l’empire éduen. Les relations entre les deux peuples sont précisément indiquées par César dans la formule : « Bellouacos omni tempore in fide atque amicitia ciuitatis Haeduae fuisse » que C. Peyre (Goudineau, Peyre 1993 : 147) traduit de cette manière : « depuis toujours dans l’allégeance et l’amitié éduennes ». L’expression in fide qui est en cause ici a fait l’objet d’une belle étude de Benveniste (Benveniste 1969 : 1, 115 sq.) où il montre que dans ce cas fides signifie « non plus la confiance qu’on éveille chez quelqu’un mais la confiance qu’on place en quelqu’un ». Fides est généralement employé avec dicio et potestas dont il paraît alors le synonyme. Ici l’emploi du mot avec amicitia indique un rapport plus égalitaire (Hellegouarc’h 1963 : 23 sq.), et très certainement des droits et des devoirs partagés entre les deux parties. L’expression omni tempore indique sans ambiguïté qu’il s’agit d’une relation ancienne qui a traversé plusieurs générations.

25Ainsi les Bellovaques avaient des rapports étroits et réguliers avec les Eduens probablement depuis l’installation des peuples belges dans le nord de la Gaule. Ces rapports étaient d’ordre économique –on y reviendra– mais aussi parentaux (la plupart des alliances entre peuples commençaient ou se concrétisaient par des mariages entre familles aristocratiques). On ne doit pas douter qu’ils furent aussi diplomatiques et par voie de conséquence politiques. Il est impossible de dire si les Bellovaques ont cherché à copier le modèle éduen, s’ils élisaient comme eux un vergobret. Il est certain qu’ils furent mutuellement influencés par leurs constitutions respectives. Les aristocraties de ces deux cités, par le jeu des alliances parentales, avaient dû connaître une vie politique plus ou moins parallèle et c’est face à ces ambitions individuelles qu’on avait forgé des lois, institué des assemblées.

26Dans notre enquête sur la vie sociale et sur l’économie des Bellovaques, il n’est pas inutile de chercher les raisons de leur « allégeance » à l’empire éduen. Une simple carte de géographie représentant les limites de cette aire d’influence (Goudineau, Peyre 1993 : carte VIII) nous renseigne immédiatement : les peuples clients rattachent la cité éduenne à la Provincia du côté sud, les peuples alliés (Sénons, Parisii et Bellovaques) à l’Océan et à la Manche. On peut même aller plus loin : les Bellovaques touchaient aux îles Britanniques et permettaient le commerce de ce côté. Strabon (IV, 3, 5), en effet, situe notre peuple sur le bord de la mer, ce qui paraît être une aberration et ne l’est pas ; comme François Lasserre l’a montré (Strabon, trad. Lasserre 1966 : 113), Strabon tient sa source de Pythéas à travers Posidonius et Artémidore. Ainsi à la fin du ive s., le voyageur phocéen aurait appris qu’un peuple se réclamant des Bellovaques vivait au bord de la Manche. Il s’agit probablement d’un peuple ou d’un pagus client qui prit après la Conquête son indépendance et qui doit figurer dans la liste de Pline (Pline l’Ancien : IV, 105‑109) : Oromarsaci, Britanni, Catoslugi ou Bassi. Il est, en effet, peu croyable qu’un peuple si puissant n’ait pas eu de débouché sur la mer. Les Suessiones en avaient un et contrôlaient une partie de l’Angleterre (César : II, 4, 7). Les Bellovaques connaissaient une situation similaire, ils disposaient d’un peuple client sur la côte française et peut‑être de son équivalent sur la côte anglaise. En 57, César n’a pas le temps d’arriver à Bratuspantium que les chefs bellovaques accusés d’avoir poussé à la guerre sont déjà réfugiés dans l’île de Bretagne.

27Les Bellovaques jouaient donc un rôle clé dans le nord de la Gaule : ils donnaient accès à la Manche et à la mer du Nord. Or les Éduens avaient besoin d’aller là pour trouver l’étain nécessaire à leur industrie du bronze et peut‑être l’ambre. Il n’est pas sûr du tout que ce soient là les traces d’un commerce où les Bellovaques auraient joué le rôle d’intermédiaires. Les faits monétaires s’opposent à cette hypothèse. La monnaie apparaît très tardivement dans le pays des Bellovaques, elle est copiée sur des modèles rèmes (Delestrée 1996) et ne s’intègre nullement, comme c’est le cas des monnaies éduennes, à la zone du denier. Les importations méridionales confirment cette vision. Chez les Bellovaques, on ne trouve pas d’amphores avant le début du ier s., pas non plus de céramiques campaniennes, non plus que de vaisselle métallique. Il n’y a donc pas eu de commerce généralisé. Et en ce sens l’archéologie donne raison à César (I, 1, 3) : « minimeque ad eos mercatores saepe commeant ». Pourtant on trouve quelques types d’importations : les chevaux italiques et des métaux précieux qui ne se rencontrent pas dans le nord de la Gaule.

28Ces remarques sont importantes. Elles montrent qu’il n’y avait pas de commerce à proprement parler, c’est‑à‑dire de points de négoce où des marchandises de nature variée pouvaient être échangées, en grande part par l’entremise de l’argent. On ne doit pas non plus parler, comme on le fait trop facilement, d’économie de troc. Les relations économiques qu’entretenaient les Bellovaques avec les Éduens mais certainement aussi avec d’autres peuples (les Rèmes notamment dont ils finiront par copier la monnaie) sont plutôt des relations d’échange, au sens large, celui qu’E. Benveniste définit de cette façon : « l’échange est un circuit de dons plutôt qu’une opération proprement commerciale » (Benveniste 1969 : I, 66). Les Bellovaques qui entretenaient une « amitié » avec les Eduens devaient les laisser traverser leur territoire pour chercher les matières dont ils avaient besoin. Ces passages qui, dans les autres cas, donnaient heu à des droits de douane, étaient ici prétexte à des dons ou à des services. Le troc sous‑entend une conception trop matérialiste de l’échange : on troque un objet contre un autre objet. Il est vraisemblable que l’échange était plus large, qu’il comprenait des services, d’autres autorisations de passage, des « ouvertures » diplomatiques auprès d’autres peuples, etc. Les cadeaux qui accompagnaient les alliances de parenté, des assemblées religieuses communes et probablement de nombreuses manifestations diplomatiques et politiques jouaient dans ces échanges un rôle certainement plus important que les opérations purement comptables. Cela ne signifie pas que ces populations n’achetaient ni ne vendaient, mais qu’il y avait deux sphères d’échange. La première sphère, locale, permettait la circulation de marchandises de base, bétail, céréales contre des produits manufacturés. Elle pouvait se faire par l’intermédiaire du troc mais aussi avec une première forme de monnaie qui a existé dans de nombreuses parties du monde et qui existait encore au début de notre ère en Germanie (Tacite : XV), à savoir la tête de bétail. Polybe (II, 17, 11) nous dit que le bétail, comme l’or, servait aux Gaulois de Cisalpine de richesse transmissible et échangeable. Il est probable que les peuples qui n’utilisaient pas la monnaie en tant que telle se servaient pareillement du bétail. La deuxième sphère d’échange permettait une circulation particulière, souvent à longue distance, de biens de prestige qui faisaient l’objet de cadeaux à la cité, aux magistrats, aux chefs, voire aux chefs des grandes familles aristocratiques. Certainement ces biens luxueux ne restaient pas entièrement aux mains des grands qui les recevaient mais devaient être ensuite redistribués suivant un parcours hiérarchique qui confortait la structure de la société.

29La société des Bellovaques, comme celle de nombreux peuples de la Gaule, présentait donc un curieux mélange d’archaïsme et d’intégration relative à l’économie méditerranéenne qui rend si difficile sa caractérisation. Ce n’est plus une société tribale mais elle en garde des traces encore actives, ce n’est pas une démocratie mais les assemblées y sont puissantes, législatives et les magistrats ont un pouvoir limité. L’économie n’est pas vraiment rurale : une forme de capitalisme s’y développe, pourtant le commerce demeure embryonnaire. Dans ce cadre incertain, il n’est pas inutile de se demander d’où venaient les richesses qui faisaient la puissance de ce peuple, le plus puissant et le plus nombreux des Belges, qui n’avait qu’un territoire d’une superficie très moyenne.

30La civitas Bellovacorum est l’une des rares en Gaule a avoir laissé un héritage historique qui rend aujourd’hui aisément définissable son territoire géographique. Repris intégralement et exclusivement par le diocèse de Beauvais, ce territoire s’est assimilé au Moyen Âge à un pays, le Beauvaisis, qui garda son intégrité jusqu’au xviiie s. Une centaine de cartes conservées de nos jours décrivent ce pays et montrent que les querelles de frontières ne portent guère que sur quelques communes qui ne remettent pas en question l’estimation de sa superficie, soit guère plus de 3 000 km2. L’admirable thèse de Pierre Goubert sur cette région au xviie s. (Goubert 1960) montre qu’à cette époque les habitants avaient une conscience forte de l’identité de ce pays et de son ancienneté que les géographes et juristes déjà faisaient descendre de la cité gauloise. Mais ce travail a surtout le mérite, pour notre propos, d’en avoir étudié scientifiquement la démographie pour l’époque la plus ancienne où un tel travail peut être fait, à partir de 1600. La population pour ces mêmes 3 000 km2 est d’environ 100 000 habitants. Il ne s’agit plus seulement d’une estimation mais de la reconstitution d’un recensement, faite à travers les registres d’état civil par une méthode appelée « la reconstitution des familles » (Henry 1956). Certes ce chiffre doit être replacé dans son contexte, celui d’une crise démographique, précisément étudiée par Goubert. Cependant on ne peut que constater une discordance inexplicable entre les 100 000 mobilisables cités par César, correspondant à une population d’au moins 400 000 personnes (mais qui d’une façon plus raisonnable devrait être de 800 000 si on reprend le ratio habituel d’un guerrier pour huit habitants, tel qu’on l’estimait sous l’Ancien Régime) (Montesquieu 1734) et les 100 000 beauvaisins du xviie s. Ce problème ne peut être résolu que si l’on considère que les contingents attribués aux Bellovaques englobent ceux des pagi ou des peuples clients. N’oublions pas que deux peuples au territoire équivalent par la surface à celui des Bellovaques ne promettent que 15 000 hommes (les Atrébates) ou 10 000 hommes (les Ambiens). Devaient donc être considérés comme « Bellovaques » aux yeux des Rèmes (César : II, 4, 4‑10) des pagi comme celui des Catuslogi ou celui correspondant au pays du Vimeu, qui faisaient dire à Strabon que les Bellovaques se trouvaient sur le bord de la Manche (Strabon : IV, 3, 5). Ces deux ou trois pagi que l’on retrouve dans la célèbre liste de Pline participaient de la puissance des Bellovaques. Cependant la population correspondant au territoire précis de la civitas ne pouvait en aucun cas excéder 300 000 personnes, ce qui donnerait une densité de 100 habitants au km2, ce qui est déjà énorme (la densité actuelle de la population du département de l’Oise est de 125).

31La richesse des Bellovaques ne provenait certainement pas des ressources naturelles. Le seul minerai existant chez eux est le fer, d’ailleurs peu abondant et seulement exploité jusqu’au Moyen Age dans la haute vallée du Thérain. On ne sait s’il a pu suffire aux besoins propres de la cité, il n’est en tout cas pas envisageable qu’il ait été diffusé hors de ses frontières. Les autres matériaux naturels présents n’intéressaient pas les Celtes (pierre de construction notamment) ou n’étaient pas échangeables (argile, sable). Seul le lignite pouvait présenter de l’intérêt mais nous n’avons aucune preuve qu’il fut exploité à l’époque de La Tène. On pourrait penser qu’au contraire l’agriculture y était florissante et pouvait produire des excédents. Il n’en est rien. Le département de l’Oise, et plus spécialement la région attribuée aux Bellovaques, offre des terres de médiocre qualité rendant difficile la culture des céréales avant l’usage massif des engrais et l’emploi d’un outillage agricole puissant (Enquête... 1928). Les argiles du pays de Bray rendaient le labour impossible, le limon décalcifié du plateau Picard nécessitait un marnage régulier. Seuls les versants où la craie est dénudée permettaient la culture de céréales avec un faible rendement. En revanche, l’élevage pouvait s’y développer dans les meilleures conditions : les deux tiers du territoire (pays de Bray, pays de Thelle, Clermontois et une partie du plateau Picard) offrent d’excellents pâturages, on y a pratiqué jusqu’à nos jours un important élevage de bovins et d’ovins.

32Hormis le bétail qu’ils pouvaient échanger dans des quantités raisonnables puisque la densité de la population était très importante (comparable à celle du département de l’Oise de nos jours), les Bellovaques ne disposaient pas de richesses naturelles leur permettant les largesses qui assuraient leur rôle de leader au sein de la confédération belge ou d’allié au sein de l’empire éduen. Leur puissance économique, ils la tiraient d’autres biens qui ne pouvaient être que de nature humaine, les services et le butin. N’étant ni des voyageurs, ni des marins, encore moins des commerçants, les Bellovaques ne connaissaient que le service de la guerre, autrement dit le mercenariat. Ce dernier est clairement attesté par César (César : II, 14, 6) : les Éduens trouvaient chez les Belges –et plus particulièrement chez les Bellovaques dont il est question dans ce passage– des troupes et des ressources en cas de guerre. Le mercenariat était donc très développé en Gaule au début du ier s. et César lui‑même l’utilise pour une part non négligeable. Lors de cette intercession des Éduens auprès de César, il semble d’ailleurs que ce soit le rôle des Bellovaques dans l’empire éduen qui soit évoqué : ils étaient, avec leurs clients ou alliés de la confédération belge, les gendarmes de la Gaule du nord et les lansquenets des Éduens. César ne peut les humilier, il les place infide et se contente de leur demander des otages, ce qui n’est pas une mesure insultante mais la condition de toutes les alliances militaires.

33Ce rôle militaire des Bellovaques explique les événements curieux de l’année 57. Pourquoi César demande‑t‑il à Diviciac d’aller avec les Eduens piller le pays des Bellovaques qui sont aux côtés des autres Belges dans le pays des Rèmes (César : II, 5, 3) ? Pourquoi ensuite les Bellovaques se rendent‑ils si facilement à César ? Cela est assez compréhensible. Les Éduens ont feint d’envahir le territoire bellovaque et se sont chargés d’une manœuvre diplomatique : ils ont convaincu ceux qui étaient partis de revenir, mais surtout, ceux qui n’avaient pas encore rejoint la confédération de rester. César fait connaître à Diviciac « combien il importe à la République et à la sûreté commune de diviser les forces de l’ennemi pour n’avoir pas à combattre en une fois une telle multitude ». Grâce à la ruse de Diviciac, les Bellovaques ne perdent pas la face auprès de leurs alliés. Le traitement qu’inflige à ces derniers César après sa victoire montre bien que les Éduens ont négocié pour eux. Il y avait certainement des accords secrets entre César, les Éduens et les Bellovaques qui expliquent que les Belges se tinrent cois jusqu’en 51 et qu’ils avaient intérêt à demeurer dans l’alliance avec Rome, comme dans celle qu’ils avaient avec les Éduens. Les Bellovaques restent très fidèles à ces derniers : en 52, lorsque les Éduens abandonnent la cause de Rome, immédiatement les Bellovaques mobilisent (César : VII, 49, 2).

34Les Bellovaques représentaient de très loin la plus grande force armée du nord de la Gaule, autant que les Suessions et les Nerviens réunis. Et ce que l’auteur du Bellum Gallicum nous dit d’eux à plusieurs reprises n’est ni un cliché ni une exagération destinée à grandir encore ses succès : au livre II (César : II, 4, 5), ils sont présentés comme les plus puissants (uirtute et autorictate) des Belges, au livre VIII (César : VIII, 6, 2), à l’issue de la Guerre des Gaules, Hirtius dit à leur propos qu’ils dépassent par la gloire militaire tous les Belges et tous les Gaulois. Mais plus significatif encore est leur attitude face à l’armée de secours pour la défense d’Alésia, où ils refusent d’envoyer le contingent qu’on exige d’eux parce qu’« ils disaient vouloir faire la guerre contre les Romains en leur nom et à leur façon et sans avoir à obéir à personne » (VII, 75, 5). Une telle gloire militaire reposait nécessairement sur des faits tangibles. César nous en indique au moins un : les Belges avaient su arrêter les Cimbres et les Teutons, ils en tiraient la plus grande fierté et le plus grand orgueil dans l’art militaire (César : II, 4, 3). Au début de son récit, cet auteur avait indiqué également que les Belges étaient continuellement en guerre avec les Germains (César : I, 1, 3), ce qui est confirmé par les renseignements donnés sur les Atuatuques (César : II, 29, 5) : ces derniers descendants des Cimbres et des Teutons avaient dû batailler longtemps avec les peuples voisins (Belges et Germains) avant qu’on leur attribue un territoire, probablement peu de temps avant l’arrivée de César.

35Les Bellovaques guerroyaient donc pour leur propre compte dans le nord de la Gaule et chez les Germains, et pour le compte des Éduens en Celtique. Ces deux activités militaires produisaient des ressources différentes : butin dans le premier cas, paiement, solde ou part du butin dans le second. On l’oublie peut‑être, ces expéditions militaires permettaient l’acquisition de biens considérables que César lui‑même ne dédaignait pas (Suétone : 26, 28 ; Plutarque : César, 29). Il s’agissait de biens variés, hommes ou servants d’armes qu’on faisait prisonniers, bétail, armes et chariots mais aussi terres. À date ancienne, des ennemis capturés on faisait des esclaves et les terres étaient annexées quand cela était possible, autrement dit quand elles n’étaient pas trop éloignées. Mais dans les deux derniers siècles de l’indépendance, le tribut s’était généralisé et même le Germain Arioviste en usait plus que de raison (César : I, 36, 3). Pour s’assurer du paiement régulier de cet impôt de la guerre, il suffisait de prendre des otages.

36L’aire d’influence du peuple bellovaque, qui était leader de la confédération du Belgium à une époque où celle‑ci cherchait à établir son hégémonie sur tout le nord de la Gaule et qui était l’allié militaire des Éduens et de ses clients, l’obligeait à une activité militaire constante. Depuis le milieu du iie s., la Gaule avait à subir des invasions germaines répétées, les mieux connues sont celles qui touchaient l’est de la France, avec à leur tête Arioviste, mais beaucoup devaient concerner les peuples cisrhénans qui faisaient partie de l’orbite belge. Les Bellovaques mettaient à disposition de ces peuples une véritable armée de métier, puissante, immédiatement mobilisable, les 60 000 d’« élite » qu’ils promettent en 57. Un tel nombre de guerriers « choisis », c’est‑à‑dire armés et entraînés, indique bien qu’on n’a pas affaire ici à une improvisation, la preuve en est que 40 000 autres hommes demeurent en réserve.

37L’entretien de telles armées (puisqu’il s’agit selon toute vraisemblance et suivant la coutume gauloise des armées des pagi) nécessitait une économie en grande partie tournée vers la guerre. Il fallait procurer des armes à ces guerriers, les nourrir en temps de guerre comme en temps de paix. Les profits de guerre ou de mercenariat mais aussi les tributs des peuples vaincus et les contributions des clients ou alliés subvenaient à ces besoins. Ainsi le butin participait largement au fonctionnement économique de la cité. Depuis longtemps, chez les Gaulois du nord, le trophée n’était plus une affaire individuelle. Diodore de Sicile (V, 29), reprenant certainement un texte de Posidonius, nous montre le Gaulois vainqueur coupant la tête de son ennemi et remettant le cadavre ensanglanté avec ses armes aux servants d’armes. Rapprochant ce texte du gisement appelé « charnier » à Ribemont‑sur‑Ancre, j’ai suggéré (Brunaux 1995) de voir dans cette opération le premier acte de la constitution du butin collectif dont une part revenait aux divinités résidant dans leur sanctuaire confédéral : corps et armes des ennemis. La prise de la tête dont le caractère symbolique est indéniable revenait de plein droit au guerrier « tueur », On a du mal à croire qu’elle n’ait constitué que sa seule part. Il est probable qu’en plus de sa valeur honorifique, la tête ait joué le rôle de témoin et d’unité de compte pour le partage du butin. Ainsi les Gaulois qui combattaient Hannibal comme alliés des Romains, quand ils changent de camp, apportent les têtes coupées des Romains qu’ils ont tués et Hannibal leur donne une récompense (Polybe : III, 67). Chez les « Celtes d’en haut » pour reprendre l’expression de Diodore de Sicile (V, 27, 4), il en allait certainement ainsi : le guerrier et les dieux étaient les premiers servis. Le reste était affaire d’état pour de simples raisons : il fallait réglementer l’enrichissement personnel et des conduites guerrières trop individualistes qui auraient favorisé l’émergence de petites tyrannies locales.

38Cela ne veut pas dire pour autant que les guerriers étaient considérés à part égale dans cette redistribution. À Rome, un cavalier valait généralement trois fantassins (Nicolet 1976 : 163). Quant au chef qui venait avec sa troupe, il devait recevoir en proportion du nombre de cavaliers, de fantassins, de servants d’armes, mais aussi d’autres moyens tactiques qu’il avait apportés. Tout cela devait donner lieu à des comptes certainement très codifiés, puisque le système dans la première moitié du ier s. fonctionnait parfaitement. Notre difficulté à comprendre cette structure tient à la méconnaissance de la part de l’État et de celle des nobles autonomes. L’équation que semble faire César au livre VI, 15 entre noble et eques semble indiquer que la cavalerie est le privilège de la noblesse, élargie certainement aux nouveaux aristocrates. Nous savons que les chevaux était, pour reprendre les termes de César, « la grande passion des Gaulois et ils les acquièrent à n’importe quel prix ». Le Paradoxographe dit du Vatican (441) nous apprend qu’un criminel pouvait racheter sa peine en donnant un cheval. Mais plus évocateurs sont les décomptes de la cavalerie que nous donne le Bellum Gallicum. Commios avait accompagné César chez les Bretons avec seulement 30 cavaliers (César : IV, 35, 1). Lors de la deuxième expédition chez ces peuples César avait réquisitionné des contingents de cavalerie dans toute la Gaule, leur nombre s’élevait à 4000 (César : V, 5, 3). Vercingétorix, au plus fort de la mobilisation, avait réussi à réunir 15 000 cavaliers (César : VII, 64, 1), ce qui est considéré comme une « cavalerie très nombreuse ». Le détachement qu’il envoie attaquer les Allobroges comprend 10 000 fantassins et 800 cavaliers, ce qui doit être un ratio habituel. Pour les Bellovaques, les seuls chiffres dont on dispose concernent la coalition de l’année 51 où Corréos s’entoure de 6000 fantassins et de 1 000 cavaliers. Si on synthétise ces ratios avec les chiffres de 57, on peut estimer que sur les 60 000 hommes d’élite bellovaques figuraient au maximum 5 000 cavaliers.

39Il est probable que ces cavaliers correspondaient aux nobles ou plus précisément aux aristocrates, c’est‑à‑dire tous ceux que leur fortune rendait capables d’acquérir montures et valets. Les quelques lignes que leur consacre César sont loin d’être sans intérêt. Elles nous indiquent que c’est pour eux une obligation de participer à toutes les guerres, que leur situation est définie soit par la naissance genere (noblesse), soit par la richesse copiisque amplissimus (les riches) et que selon sa situation l’eques s’entoure d’une troupe d’ambacts et de clients plus ou moins importante. Si l’on dépouille le passage de son allure ethnographique, voire folklorique, on découvre un état de la société où la notion de citoyenneté se crée, où le cens est embryonnaire, où l’aristocratie par enrichissement prend place auprès de la noblesse de filiation. Cette situation est applicable aux Bellovaques qui possèdent un sénat, c’est‑à‑dire une forme d’assemblée qui n’est plus l’assemblée des chefs traditionnels mais un espace de pouvoir qui s’ouvre aux riches, les premiers et les seconds constituant les gens de biens, boni. Le sénat suppose le cens, procédure de recensement et d’estimation des fortunes, qui seul permet l’accès à l’assemblée. Très tôt, ou peut‑être en même temps, ce calcul s’est doublé d’un autre qui consistait à définir la contribution demandée à chacun pour la cause publique. L’existence d’une plèbe agissante chez, les Bellovaques supposait, comme on l’a dit, probablement une ou plusieurs autres assemblées, mais surtout que la citoyenneté s’était élargie aux membres de cette plèbe à qui on demandait essentiellement de contribuer aux efforts de guerre et à l’entretien des structures de l’Etat et des installations publiques (voies de communication, sanctuaires, lieux d’assemblée, etc.).

40Chez les Belges dont l’activité militaire dépassait celle de tout autre peuple celte, le citoyen était avant tout un soldat. L’économie dépendait encore largement de ce régime démocratico‑guerrier quand César entreprit de conquérir la Gaule. Autrement dit, la guerre n’était pas une activité ludique ou prestigieuse mais une nécessité politique et économique et les autres activités (agriculture, élevage, artisanat) s’articulaient autour d’elle. Aucune ne pouvait prendre le pas sur cette nécessité militaire. En conséquence le citoyen était autant un soldat qu’un artisan ou un éleveur, il devait pouvoir cesser son activité civile à tout moment et certainement pendant des périodes régulières d’exercice. On aurait tort de concevoir des paysans ou des artisans se consacrant entièrement à leur métier et gagnant leur vie de cette activité. Les propriétaires étaient par essence des guerriers. Leur clientèle était également mobilisable. Seuls les esclaves restaient attachés à la terre ou à un travail artisanal. L’organisation du travail s’en ressentait : le travailleur indépendant travaillant seul et pour son compte n’existait pas. L’unité de production était collective, elle comprenait le propriétaire et sa famille, ses clients, des hommes libres qui travaillaient pour son compte mais étaient généralement exempts du service militaire, des esclaves dont quelques‑uns pouvaient être affectés à la garde personnelle (« ambacts »). C’était probablement la situation la plus habituelle. Mais les plus riches, par le jeu des alliances parentales et les attributions provenant du partage des prises de guerre pouvaient posséder plusieurs domaines. Dans ce cas, le ou les domaines secondaires étaient affermés à des clients de condition plus ou moins modeste.

41L’apparition des oppida dans le courant du iie s. n’a pas fondamentalement changé cette structure. L’État pouvait être propriétaire de ces ensembles dits « proto‑urbains » mais il arrivait assez souvent que de grands aristocrates fussent propriétaires de villes entières (Uxellodunum par exemple [César : VIII, 32, 2]). Les artisans qui travaillaient dans ces centres avaient un statut proche des fermiers, ils avaient les mêmes devoirs envers le propriétaire et envers l’État. Cependant, l’éloignement de leurs maîtres et leur concentration sur leur lieu de travail et d’habitat les amena rapidement à se reconnaître comme une force sociale et politique, certainement la part la plus active de la plèbe.

5.1.3 L’occupation du territoire

42Il est temps désormais de faire la synthèse de toutes ces données dont l’ordre peut paraître confus, afin d’examiner ce qu’elles peuvent nous apporter dans la connaissance de l’occupation du territoire.

43Il est clair désormais que la campagne bellovaque n’avait pas grand chose à voir avec la campagne actuelle, à savoir un territoire mis en culture sur environ 70 % de sa superficie, le reste étant occupé par la forêt, les marécages et des bois épars, Si à la fin de l’âge du Fer, la surface boisée était en gros équivalente de ce qu’elle est de nos jours (Munaut 1989), les terres défrichées ne présentaient pas le même aspect. Les friches y étaient plus vastes que les terres labourables, entre les deux s’intercalaient de bons pâturages. Les premières cependant pouvaient être utilisées pour des troupeaux itinérants ou saisonniers (les pâtis), comme elles le furent jusqu’à la Révolution française. Dans ce paysage beaucoup plus diversifié qu’il ne l’est aujourd’hui, les domaines labourables apparaissaient comme des îlots, plus ou moins éloignés des autres suivant le type de terrain : plus nombreux dans le centre et le centre‑est (région de Montmartin) du territoire bellovaque que dans l’ouest et le nord. C’est ce qui ressort aussi de la lecture d’Hirtius quand il évoque les difficultés de ravitaillement de l’armée romaine en 51, l’éloignement et la dispersion des granges (César : VIII, 10, 3). Les analyses palynologiques réalisées sur les sites de La Tène en Picardie révèlent toutes un déboisement très prononcé, la présence de pâturages plus ou moins proches et la quasi absence des céréales. Rien ne permet donc actuellement de postuler que les habitats étudiés (de type « village » ou de type « ferme ») aient été immédiatement entourés de champs labourés. Dans la plupart des cas les maisons paraissent se trouver au milieu de prairies ou de friches, les champs ensemencés les plus proches se trouvant souvent à plusieurs centaines de mètres de la structure qui a piégé les pollens.

44Imaginer que les enclos fouillés ces dernières années correspondent à des fermes situées au centre de leur terroir labourable, fermes cultivées par de paisibles agriculteurs indépendants, est donc probablement une erreur. L’erreur se situe à plusieurs niveaux. Nous venons de voir celui de l’environnement végétal. Il est confirmé par l’archéologie et par l’étude des restes de la faune. Aucun de ces sites ne révèle des installations, un outillage, des déchets osseux qui évoquent une activité spécifiquement agricole. Enfin l’analyse sociologique tentée à partir des témoignages littéraires ne fait nulle part apparaître une classe de paysans, attachés à une terre, montrant une quelconque indépendance économique. C’est tout le contraire : le sentiment se dégage que l’aristocratie est souvent terrienne, que sa principale occupation est d’ordre militaire et politique et qu’elle vit en osmose avec une plèbe ni asservie, ni agricole mais qui joue également son rôle, certes limité, sur le terrain militaire (valets d’armes, fantassins équipés par un chef ou par l’État) mais aussi sur celui de la politique (participation à des élections, à des procès mais probablement pas à l’administration).

45L’image d’unités agricoles, bien délimitées et juxtaposées sur l’ensemble du territoire, est probablement à revoir. On doit lui substituer l’alliance subtile de grandes propriétés, déjà très parcellisées, avec des terrains appartenant à l’État (peut‑être une partie des innombrables prairies) et des lopins de terre aux mains de ces citoyens endettés qui « louent » leurs services à des patrons, à des affranchis peut‑être. L’image de ce territoire à l’époque de l’indépendance devait être assez proche de ce qu’elle était au Haut Moyen Âge : grands domaines dont une partie du territoire pouvait être éclatée et dispersée sur de grandes distances (sur d’autres pagi et d’autres civitates), grands espaces indivis appartenant à des communautés dont une part pouvait être exploitée de façon communautaire, l’autre part étant affermée soit par des individus soit par des grands propriétaires terriens, enfin une multitude de petites terres aux mains de la plèbe.

46Les constructions à usage d’habitation occupant ces terrains devaient être pareillement variées. Sur les propriétés de la cite ou d’autres institutions publiques (pagus peut‑être) coexistaient des habitats collectifs (villages) et des demeures individuelles (constructions provisoires sans notion de propriété). Sur les grands domaines, qui devaient être majoritaires, la forme d’habitation était mixte, à la fois individuelle pour ce qui est du siège du maître et de sa famille, et collective pour sa domesticité.

47Il me semble que bien de ces enclos isolés dans la campagne, comprenant généralement plusieurs bâtiments, appartiennent à cette troisième forme. De rares villages nous sont connus dans le nord de la France (Acy‑Romance, Bouchon). Quant aux cabanes des hommes libres dispersés dans la campagne et cultivant de petites terres héritées ou reçues en partage, elles n’ont certainement dans la plupart des cas laissé que peu de traces susceptibles d’être remarquées par l’archéologue. On le voit bien pour l’époque médiévale où les seules installations rurales visibles d’avion ou observables en fouille de sauvetage correspondent aux plus grands domaines, qu’ils soient seigneuriaux ou monacaux. Ainsi que l’archéologie des sanctuaires celtiques l’a montré, ce qui se révèle en premier ce sont les représentants les plus exceptionnels du type de structure que l’on met en évidence, viennent ensuite des exemplaires de second rang, mais les lieux de culte les plus courants, ceux des communautés les plus étroites (famille, grand domaine, village) sont rarement observables. Aussi doit‑on croire que les exemplaires les plus remarquables (par le plan, l’importance des fossés et des constructions) de ces enclos sont vraisemblablement les sièges des domaines les plus importants, ceux de l’aristocratie.

5.2 Les réponses apportées par le site

48Après avoir posé ces questions et brossé le tableau de l’environnement rural, social et économique, il est temps d’examiner les éléments objectifs sur la nature de l’habitat et de l’occupation humaine que nous a apportés le site de Montmartin. Nous serons donc amené à faire la synthèse sur le problème des installations cultuelles, de l’enclos 56, de la nature de l’habitat et des installations annexes, avant de proposer une interprétation d’ensemble pour le site.

5.2.1 L’installation cultuelle

49Comme il a été montré dans la cinquième partie de cette étude, l’enclos 56 a pour le moins deux fonctions qu’indiquent sa superficie, son type de clôture, les installations qu’il renferme et le matériel qui y a été recueilli. La première est d’ordre cultuel, c’est celle que nous réexaminerons ici. La seconde, plus difficile à saisir parce qu’elle est probablement multiple, sera abordée dans un second temps.

50L’expression « installation cultuelle » nous semble préférable à d’autres, telles que « sanctuaire », « lieu de culte » qui laisseraient entendre que le site avait une vocation religieuse prédominante sur toute autre fonction. Ici les éléments architecturaux cultuels sont intégrés à une installation plus vaste, d’une autre nature. C’est d’ailleurs cet aspect particulier qui méritera d’être développé. Cette installation cultuelle participe d’un ensemble et il est clair que la compréhension de sa nature exacte aidera à de celle de l’ensemble.

51L’aménagement cultuel ne comprend que deux éléments, un enclos et un autel, mais ce sont deux éléments essentiels des sanctuaires, voire deux éléments primordiaux des représentants les plus anciens, au début du iiie s. Cependant, seul l’autel est une construction spécifiquement cultuelle. L’enclos –ce sera le sujet du chapitre suivant– paraît répondre à d’autres exigences. Le rôle qu’il a pu jouer dans le culte est soit secondaire soit directement attaché à une autre fonction, d’ordre politique. On pourrait donc douter du caractère religieux des installations.

52L’examen (cf. supra § 3.4) du seul ensemble architectural de l’enclos, les fosses 57‑99 et les trous de poteaux qui l’entourent, nous dissuadera d’en douter. La double fosse cylindrique et la construction qui l’abrite dans un second temps n’ont évidemment rien d’une habitation ni d’un atelier, elles trouvent les meilleures comparaisons dans l’autel creux de Gournay et dans le temple qui s’établit également au‑dessus de lui dans un second temps. Le plan, les matériaux de construction, la décoration sont parfaitement similaires. La seule différence tient à l’échelle : l’installation de Montmartin est sensiblement plus petite que celle de Gournay, La situation de la construction de Montmartin, sur l’axe de symétrie de l’espace intérieur de l’enclos, en position dominante et son isolement sont également des arguments majeurs dans l’interprétation religieuse de cet édifice.

53La question de la nature de cette installation cultuelle doit donc être posée dans des termes différents. On doit, à mon avis, se demander si l’activité cultuelle en ce lieu a pu être autonome ou si elle fut obligatoirement liée à d’autres pratiques sociales. Il s’agit d’une question difficile qui nécessite non seulement l’examen des éléments objectifs fournis par le site de Montmartin mais aussi celui de questions plus larges, telles que le rapport entre Montmartin et Gournay, l’existence de prêtres et celle de leurs conditions de vie.

54Si l’on postule que l’enclos 56 a connu des activités non seulement religieuses mais aussi d’ordre politique (donc de prestige) et que le fossé de cet enclos est comblé par un remplissage dont l’origine est pour une grande part extérieure à l’enclos, il convient dans un premier temps de ne pas prendre en compte les éléments matériels issus de celui‑ci. On ne retiendra que les ossements animaux issus des fosses cylindriques (autel) et des trous de poteaux qui l’environnent. L’analyse zoologique est parfaitement claire : les os issus de ce secteur ne sont en rien comparables à ceux du sanctuaire de Gournay où domine le bœuf qui ne présente pas de traces de découpe, pas plus que le cheval. Ici les os de porc sont les plus nombreux et sont des résidus de consommation. Cette prédominance du porc est confirmée par sa présence remarquable dans la section du fossé de clôture située juste 4 m en arrière de l’autel. La proportion de ces restes par rapport à ceux des autres animaux est comparable à ce qu’elle est sur les sanctuaires de Ribemont et Bennecourt où le sacrifice animal apparaît surtout de nature alimentaire. Sur ces deux sites, les restes de porc montrent deux particularités, surreprésentation de la tête et absence du pied (Méniel 1991 : 264), qui ne se retrouvent pas à Montmartin.

55Dans l’enceinte de Montmartin on ne procédait donc pas à des sacrifices chthoniens tels que ceux qui caractérisent le sanctuaire de Gournay. Le sacrifice animal semble plutôt s’inscrire là dans une ambiance de commensalité où la part divine était réduite. Il est certain que ces sacrifices accompagnaient toutes les manifestations qui se déroulaient dans cet enclos, qu’elles fussent strictement politiques ou qu’elles aient eu une efficience sociale plus large (assemblées familiales, festives, etc.). Ce domaine, parce qu’il était marqué par la présence de l’autel où étaient célébrés les sacrifices qui les accompagnaient, était pour une part celui des dieux : rien ne pouvait se faire là sans leur assentiment et leur participation. Mais y avait‑il une activité religieuse propre et régulière, qui ne fût pas seulement la consécration d’assemblées humaines ?

56Une telle question n’appelle une réponse ni immédiate ni assurée. Il nous faut nous tourner vers le sanctuaire de Gournay, éloigné de seulement 3 km, rappelons‑le. Il nous faut aussi interroger ce que l’on sait de la vie religieuse des Gaulois.

57Le sanctuaire de Gournay, contrairement à ce qu’on en a déduit à l’issue de sa fouille (Brunaux et al. 1985a), à une époque où la recherche sur les lieux de culte des Gaulois en était à ses balbutiements, est un lieu très particulier dont les caractères nous apparaissent avec beaucoup plus d’évidence maintenant que l’on dispose de l’éclairage donné par le sanctuaire de Ribemont. Il s’agit pour l’essentiel –si ce n’est exclusivement– d’un lieu de culte guerrier. En cela il est comparable à celui de Ribemont où les armes sont tout autant omniprésentes. Il s’en distingue cependant considérablement. Alors qu’à Ribemont l’essentiel du matériel archéologique est composé d’éléments de butin de guerre, ramassage de champ de bataille en quelque sorte, les armes de Gournay se présentent comme des dons réguliers dans leur nombre et leur fréquence, sorte de dîme attribuée à la divinité guerrière plutôt qu’une part du butin lui revenant. Les deux autres catégories de restes présentent les mêmes caractères, les bovidés sacrifiés et donnés en entier à la divinité et les crânes humains de Gournay s’opposent aux cadavres décapités et aux chevaux de Ribemont. Ni ces bovidés ni ces crânes humains ne paraissent provenir directement du champ de bataille. La régularité du sacrifice des bœufs reproduit celle du don des armes. L’impression se dégage qu’on a affaire ici à une sorte d’impôt divin qui, au lieu de faire suite à des combats gagnés, semble plutôt les avoir méthodiquement achetés par avance. Ces objets évoquent évidemment la guerre, ils proviennent peut‑être pour une part de l’armement ennemi mais pas directement du champ de bataille : on les a triés, conservés, on les a choisis pour reconstituer des panoplies complètes (épée dans son fourreau avec sa chaîne de ceinture, bouclier, fers de lance). Ils ont été offerts par petites quantités à des dates fixes revenant à l’issue de périodes fixes. Par là, les amies de Gournay sont plus proches des anathemata grecs (Rudhardt 1992 : 214 sq.) que du trophée. Ce sont des dons qui s’adressent à une divinité particulière et leur nature évoque cette divinité. C’est en ce sens qu’il faut comprendre la présence de crânes humains qui sont habituellement le trophée du guerrier. Le fait qu’ils ont été préparés sur place suggère soit un sacrifice préalable, soit un rite d’héroïsation sur des individus tout juste décédés. Les bovidés abusivement âgés n’évoquent plus guère le champ de bataille, ce sont des bêtes de somme qu’on a entretenues jusqu’au jour de leur sacrifice. Peut‑être symbolisent‑elles ces compagnons indispensables des troupes gauloises : « l’usage des Gaulois est de se faire suivre d’une multitude de chariots même dans leurs expéditions » (César : VIII, 14, 2). En résumé, si le sanctuaire de Ribemont se caractérise, par ses innombrables trophées d’hommes, d’armes et de chevaux, comme un monument religieux édifié à la gloire de la confédération à travers une ou plusieurs divinités incarnant cette dernière, le sanctuaire de Gournay apparaît plutôt aujourd’hui comme un lieu de culte entièrement dédié à un dieu guerrier qui devait s’alimenter lui‑même des moyens techniques nécessaires à la guerre.

58Contrairement encore à celui de Ribemont jouxtant un habitat, le sanctuaire de Gournay est parfaitement isolé dans la campagne : à La Tène moyenne et au début de La Tène finale aucune construction ne l’entoure. On doit donc se demander qui l’entretenait mais aussi qui fournissait la matière des offrandes et des sacrifices. Selon toute vraisemblance, cc sont les communautés qui dépendaient de l’aire qu’il était censé protéger. La communauté humaine de Montmartin devait être l’une des plus proches mais aussi des plus importantes, elle donnait ses quotas de bovidés mais aussi d’armes. Il est, en effet, remarquable que lorsque le fonctionnement des dons d’armes cesse à Gournay, il se poursuit à Montmartin.

59À l’évidence, les pratiques cultuelles étaient très diversifiées et partagées entre plusieurs lieux de culte qui avaient chacun leur propre efficience. À Gournay, l’activité religieuse se cantonnait presque entièrement dans le don des panoplies guerrières et dans le sacrifice chthonien des bovidés. Les sacrifices de commensalité ne concernaient que les agneaux et les porcelets. Il n’est pas sûr que ce lieu ait connu de grandes assemblées comme celles que permettaient les immenses enclos de Ribemont‑sur‑Ancre. Il ne devait s’y dérouler que les assemblées militaires qui rythmaient la saison guerrière. Rien ne permet d’imaginer à Gournay l’existence d’une communauté religieuse qui aurait entretenu l’édifice et qui aurait vécu dans son aura. La spécialité guerrière du lieu, l’absence de toute habitation ou autre installation à proximité s’opposent à cette hypothèse. Les druides ou les prêtres qui officiaient à Gournay n’y demeuraient probablement pas.

60Pour comprendre la nature et l’utilisation d’une installation cultuelle comme celle de Montmartin, on doit s’interroger, en effet, sur l’identité des officiants, leur mode de recrutement, leurs conditions de vie. On se doute qu’en ce domaine les éléments sur lesquels réfléchir sont rares, néanmoins ils permettent de formuler quelques hypothèses. Il faut se reporter une fois encore au livre VI (César : livre VI, 13 et 14 essentiellement) du Bellum Gallicum où l’auteur nous donne les informations les plus substantielles sur les druides. On ne saurait ici commenter ce texte qui a suscité lui‑même d’innombrables exégèses. Rappelons seulement que la description de ces prêtres donne le sentiment d’une sorte de caste, une confrérie sacerdotale en quelque sorte mais rendant de nombreux services à la cité, d’ordre religieux évidemment, mais aussi judiciaire, politique, diplomatique et pédagogique. Comment vivaient ces prêtres ? Dans quel type d’habitat ? Sur ces points qui nous seraient de la plus grande aide, le texte de César n’apporte aucun début de réponse. Les druides ne paient pas d’impôt et ne sont pas mobilisables, ils n’en paraissent pas pour autant coupés de la vie de la cité, ni du reste de la population, ils en constituent même les rouages essentiels. La comparaison avec le monde médiéval et les informations un peu disparates de César sont certainement la cause de l’image d’un corps sacerdotal fermé, secret même et qui aurait dirigé la vie des cités gauloises en sous‑main, image qui a eu un grand succès chez nos collègues britanniques (Piggott 1968). En réalité, le texte de César ne permet pas de soutenir une telle conception qui surtout est contestée par le témoignage de Cicéron à propos de Diviciac (Cicéron b : I, 89). Diviciac est désigné par l’orateur célèbre comme un druide qui lui a affirmé avoir des connaissances sur la nature de l’univers et qui connaît l’art des augures. Ce personnage extrêmement important a rencontré Cicéron à Rome même où il était venu devant le sénat solliciter l’aide des Romains en 61. Un auteur du ive s. ap. J.‑C. a rapporté cette entrevue et signale que Diviciac « a plaidé sa cause debout appuyé sur son bouclier » (Panégyriques latins : VIII [5], 3, 2). Il était alors le plus haut magistrat de la cité éduenne. On le retrouve en 57 aux côtés de César, à la tête des troupes éduennes, feignant, comme on l’a dit, d’aller envahir le territoire bellovaque. Force est de constater qu’on est bien loin de l’image stéréotypée du vénérable prêtre ne s’occupant que de philosophie, vacant à quelque cueillette sacrée.

61Ces deux témoignages fondamentaux sont‑ils compatibles ? Oui, si l’on considère que l’excursus de César est la simple copie d’un texte plus ancien. Dans ce cas la différence chronologique pourrait expliquer une partie de la dissonance. On pourrait ainsi alléguer qu’entre la fin du iie s. et le milieu du ier s. av. J.‑C., la situation de ces druides s’est profondément transformée. Néanmoins on n’expliquerait pas tout, car à l’évidence en moins d’un siècle des institutions aussi rigides que celles qui touchent au pouvoir sacré n’ont pu évoluer aussi rapidement. Il faut imaginer deux autres explications, l’une d’ordre géographique, l’autre forcément d’ordre idéologique. Il est certain que les druides décrits ne sont pas éduens, l’état de la société telle qu’elle apparaît dans ce contexte semble trop archaïque même si on le rapporte au iie s. La mention des fameuses assises chez les Carnutes laisse penser que les druides décrits pourraient être carnutes ou plus vraisemblablement encore ceux d’un peuple client ou tout au moins appartenant à leur confédération religieuse. La plupart des auteurs antiques –et César lui‑même s’en rend assez souvent coupable– ont une tendance naturelle à généraliser ce qu’ils voient chez un peuple à l’ensemble des Gaulois, et ce qu’ils voient chez les Gaulois à l’ensemble des Celtes. On peut difficilement croire que les Éduens ou même les belliqueux Belges aient fait dépendre une part de leur vie politique et diplomatique d’une assemblée se tenant chez les Carnutes. L’explication idéologique ne doit pas non plus être sous‑estimée. Si, comme il est vraisemblable, l’auteur du texte copié est Posidonius, un texte écrit par ce philosophe sur la religion et sur l’exercice du culte doit non pas être suspecté de contre‑vérité mais certainement d’un délire syncrétiste qui est propre aux pythagoriciens dont il n’était pas un des moindres représentants (Carcopino 1927 : 188 sq.). Les druides gaulois devaient, en effet, se prêter à l’allégorie d’une cité idéale où les prêtres auraient eu entre les mains les fonctions les plus nobles, celle de la philosophie, de l’astrologie, de la morale, de la justice et de l’éducation. Le même pythagoricien croyait reconnaître également dans ces Gaulois, qu’une tradition hellénistique considérait comme les fondateurs de la philosophie (Clément : I, 15, 70, 1), une secte comme celles qui se répandaient à la fin du dernier millénaire av. J.‑C. Mais comme le font remarquer L. Gernet et A. Boulanger (Gernet, Boulanger 1932 : 508), chez Posidonius, la « science n’était la servante que de sa philosophie ». Peut‑être a‑t‑il eu le loisir d’observer un cas exceptionnel de confrérie druidique qui répondait à son idéal platonicien et qui lui permit de faire une telle description. Mais il est plus vraisemblable que lui‑même, dans les années 100, ait procédé à cette construction ethnologique à partir d’informations diverses et peut‑être incomprises par ses propres informateurs. On aurait donc tort de considérer le texte du livre VI comme une Bible de notre connaissance des druides. Il est à cet égard remarquable que nulle part ailleurs César ne parle de druide et qu’il ne caractérise pas Diviciac de cette manière. Or sa propre connaissance en matière religieuse et l’intimité qu’il avait avec ce personnage ne pouvaient lui laisser ignorer qu’il avait à ses côtés non seulement un vergobret mais aussi un druide. La seule signification qu’on doive y voir c’est qu’au milieu du ier s. les druides n’étaient pas seulement des prêtres, ils pouvaient être magistrats, chefs de guerre, en tout état de cause des acteurs laïques de la vie politique.

62En effet, le tableau du livre VI, où les druides apparaissent omnipotents en même temps que relativement coupés du monde civil, semble peu compatible avec la vie politique qui nous est décrite pour les Éduens et qui est en partie vraie pour les Bellovaques. D’ailleurs, les druides ne figurent pas comme une entité propre dans la description des forces politiques qui s’affrontent chez les Bellovaques, au livre II par exemple. Comme on l’a exposé plus haut, le pouvoir est aux mains de l’aristocratie (nobles et riches confondus) représentée par le sénat, mais il est disputé par une plèbe, terme vague qui recouvre certainement l’ensemble des citoyens non fortunés et manipulés par des hommes qui se veulent providentiels. À l’évidence, les druides se trouvent dans la première catégorie. Si l’on en croit les témoignages croisés de Cicéron et de César, ils peuvent accéder à la magistrature. Dès lors, on peut se demander si la fonction sacerdotale n’est pas elle‑même considérée corne une magistrature religieuse. On pourrait ainsi imaginer que le magistrat civil et le druide sont les produits, les héritiers de l’ancien « rix », ce chef qui avait autant de pouvoirs spirituels que régaliens. Ainsi pourrait s’expliquer l’aversion de certaines cités gauloises à l’idée de voir renaître les anciennes royautés (cf. l’exemple de Celtill [César : VII, 4, 1]). On avait morcelé le pouvoir royal en distinguant les fonctions militaire, administrative et religieuse. Celles‑ci avaient par ailleurs été limitées dans le temps, généralement à un an. Il était donc intolérable d’accepter qu’un seul homme s’attribue tout ces pouvoirs pour une durée illimitée.

63À partir de témoignages aussi peu nombreux, il est difficile de généraliser, de tirer des conclusions qui soient valables pour toute la Gaule. Les corps sacerdotaux, qui sont bien place au moins dès le début du iiie s., ont certainement des origines diverses, ils connaissent également des évolutions différentes desquelles nous ne savons pratiquement rien. Chez les peuples dont la constitution politique est la plus avancée, la fonction sacerdotale semble se calquer sur les magistratures laïques. Elle est le privilège d’aristocrates qui ne sont pas forcément des nobles. L’exemple de Diviciac nous apprend que chez les Éduens, cette fonction est compatible avec des mandats politiques, qu’elle n’exclut pas une vie de famille (cf. également Ausone : IV, 5). S’il est loisible d’imaginer que, chez certains peuples, la prêtrise fut exclusivement une vocation qui aboutit à des confréries fermées, on peut également penser qu’une hiérarchie complexe ordonnait des situations extrêmement différentes. Strabon nous le suggère quand il mentionne à côté des druides, les bardes et les vates (Strabon : IV, 4, 4).

64Si quelques prêtres pouvaient demeurer reclus auprès de grands sanctuaires conçus pour les y retenir (un lieu comme celui de Ribemont), beaucoup d’autres vivaient dans le monde. En ce cas, un habitat tel que Montmartin comprenant demeures aristocratiques et lieu de culte se prêtait particulièrement à en accueillir quelques‑uns. Tous les témoignages antiques affirment que tous les sacrifices (publics ou privés) devaient se faire en présence de druides. À Montmartin, où cette pratique devait être régulière, on peut penser que les ministres du culte habitaient sur place avec leur famille. Parmi eux probablement se recrutaient quelques‑uns des officiants qui pratiquaient le culte ou simplement qui assuraient l’entretien sur le sanctuaire de Gournay. Les druides, comme les vates et les bardes dont nous parle Strabon, faisaient partie de ces familiae qui entouraient les grands chefs que le Bellum Gallicum a fait sortir de l’anonymat. Ces familiae, on aura l’occasion d’y revenir, comprenaient, outre la parenté, les clients et la domesticité de la famille (César : 1, 4, 2). Ces dynasties aristocratiques les plus importantes par le nombre de membres comme par la richesse (qui allaient de pair) comptaient plus ou moins de ces prêtres, de ces philosophes et poètes. Leur appartenance à ces petits groupes humains trouve une confirmation sur les sites funéraires. Dans plusieurs cas (la proportion est même assez grande vu le faible nombre de nécropoles connues), une sépulture parmi un groupe de quelques unités montre un matériel évocateur, un seau, un grand couteau de fer ou un bassin. L’exemple le plus remarquable se trouve à Tartigny dans l’Oise (Rapin 1986) où la tombe 3 a révélé les trois types d’objets réunis, un grand coutelas en fer, un remarquable seau ouvragé et un bassin de bronze. À l’évidence il s’agit d’un matériel cultuel d’une richesse exceptionnelle qui dénote soit un statut religieux élevé, soit une fortune personnelle. Dans d’autres cas, on ne trouve généralement qu’un de ces objets, le grand couteau de fer (Breuil‑le‑Sec, Allonville), un seau (Canly). Ces sépultures se trouvent au milieu de quelques autres recélant un matériel d’une autre nature (céramiques et fibules surtout) plaçant les défunts parmi les possédants, membres de la famille proche, à l’exclusion des guerriers.

65L’activité cultuelle à Montmartin ne devait pas se limiter à la consécration d’assemblées publiques dont nous parlerons dans le paragraphe suivant (cf. infra 5.2.2). Il y avait des sacrifices privés qui appartenaient au culte familial, ou individuels, essentiellement dans le but d’obtenir une guérison, si l’on en croit encore excursus de César. Ces sacrifices, hormis ceux à caractère funéraire pour lesquels nous disposons de nombreux arguments pour affirmer qu’ils se pratiquaient à côté des lieux de sépulture, se déroulaient, selon toute vraisemblance, en des lieux consacrés et fixes, des autels, des temples, le plus souvent à l’intérieur d’une enceinte. La religion celtique, qui par ailleurs montre beaucoup de convergences avec la religion védique, en diffère totalement sur ce point : l’autel sacrificiel n’avait pas ce caractère temporaire qui est si remarquable dans le culte de l’Inde ancienne. Chez les Gaulois, l’emplacement de l’autel une fois défini –et encore l’était‑il le plus souvent pour des raisons mythologiques–, il n’était plus possible de le déplacer, ne serait‑ce que de quelques mètres. Les sanctuaires fouillés récemment sont à cet égard parfaitement évocateurs. Ainsi l’autel apparaît‑il comme le lieu de communication obligé entre les hommes et les dieux.

66À Montmartin, la présence d’espèces variées d’animaux, ainsi qu’une représentation plus large des parties anatomiques que celle observée sur les sanctuaires trahissent peut‑être une plus grande variété de ces sacrifices. Enfin les pieds de porcs, qu’on ne rencontre jamais sur ces mêmes lieux de culte alors que l’animal y a été consommé en grande quantité, indiquent que cet animal était abattu à proximité immédiate, ce qui n’était pas forcément le cas de ses congénères offerts sur les lieux de culte isolés. L’installation cultuelle de l’enclos 56 jouait peut‑être le rôle de boucherie sacrée, si les Gaulois avaient une conception similaire à celle des Grecs de la consommation de la viande (Detienne, Vernant 1979).

67En revanche –et cela ne doit pas étonner– l’installation cultuelle n’a pas connu d’autres activités rituelles, de nature votive par exemple. De telles pratiques jusqu’à présent n’ont pas été mises en évidence sur les sanctuaires picards où dominent le sacrifice animal et l’offrande d’armes. Il est certainement prématuré d’en conclure qu’elles n’existaient pas chez les Gaulois avant la Gonquête. Il est seulement certain qu’elles ne concernaient pas les divinités tutélaires des grands sanctuaires ni celles des lieux de culte d’habitat. À Acy‑Romance, pas plus qu’à Montmartin, n’ont été rencontrés d’ex‑votos ou de céramiques à usage spécifiquement religieux.

5.2.2 Montmartin : ni agora ni acropole

68Il est temps désormais d’étudier les autres fonctions de la grande place de Montmartin.

69Qu’elle ne fut pas seulement une enceinte cultuelle nous est indiqué essentiellement par le caractère défensif de sa clôture. La puissance du mur occupant le fossé 56, le rempart couronnant le versant nord de la vallée de l’Aronde ne peuvent être expliqués seulement par des raisons cultuelles. La preuve en est qu’aucun autre lieu de culte n’a montré pareil amenagement, même celui de Ribemont dont les dimensions de l’enclos, l’importance du fossé sortent largement des normes. On a affaire là à une redoute dont l’efficacité est démontrée par les moyens mis en œuvre pour la détruire (cf. supra § 4.3.2).

70Pour autant, ses faibles dimensions n’autorisent pas à voir en cet enclos une véritable fortification, même sous une forme réduite, telle qu’un castellum. La topographie se prêtait pourtant à un tel aménagement : la vallée de l’Aronde et celle du Fond de Lagny forment un éperon qu’il était aisé de « barrer » à l’aide d’un rempart de 350 m de longueur pour enclore une surface de 4 ha. Or les occupants se sont contentés d’une fortification légère sur une surface sensiblement moindre et ils ont mis le plus grand soin dans l’édification de cette enceinte intérieure. On pourrait être tenté d’imaginer une sorte de manoir fortifié qui verrait une confirmation dans la configuration des enclos : le mieux fortifié serait celui de la résidence seigneuriale, il serait entouré d’une enceinte beaucoup plus vaste, sorte de basse‑cour. À cette interprétation séduisante manque une pièce essentielle, la demeure aristocratique qui, si l’on en croit la monumentalité des aménagements extérieurs, devrait être elle‑même particulièrement remarquable. Or, à l’exception de l’installation cultuelle, nous n’avons trouvé dans l’enceinte aucune trace de construction. Il est vrai que toute la surface n’a pu être observée et qu’une bande d’une dizaine de mètres le long du talus bordant le Fond de Lagny a échappé à nos investigations. Il est fort peu probable que si une importante maison se trouvait sur cette bande nous n’en ayons vu au moins quelques éléments périphériques, fosses ou poteaux. Si c’était le cas, on devrait s’interroger sur une position excentrée et le problème de l’absence d’installation sur l’ensemble de la surface enclose demeurerait quasi entier.

71Les comparaisons archéologiques sont peu nombreuses. À Acy‑Romance (Lambot, Méniel 1992 : 108), une enceinte de dimensions assez comparables a une forme sensiblement différente, en « quartier d’orange ». À part quelques paires de poteaux ne pouvant participer d’aucune construction, cet espace ne montre aucun aménagement. En revanche sa périphérie externe est densément occupée par des bâtiments considérés comme cultuels et des maisons. Sur l’oppidum du Titelberg, un enclos beaucoup plus vaste se caractérise également par sa vacuité (Metzler 1991). Sur l’oppidum d’Otzenhausen (Allemagne, également chez les Trévires) un enclos de plusieurs hectares de superficie occupe le centre, un temple gallo‑romain y a été fouillé anciennement et avait livré du matériel laténicn qui trahit une installation cultuelle beaucoup plus ancienne (Metzler 1991 : 33 sq.). Enfin il faut citer sur l’oppidum du Mont‑Beuvray la célèbre enceinte appelée La Terrasse, de forme rectangulaire et d’environ 1 ha de superficie (Goudineau, Peyre 1993 : 90 sq.) qui se signale également par l’absence de toute construction intérieure.

72Ces exemples ont tous en commun un espace intérieur plus ou moins vaste (de 40 a à 2 ou 3 ha) généralement vide. La seule construction qu’on y trouve est d’ordre cultuel mais elle est impuissante à expliquer l’importance de l’enceinte et l’absence d’autres aménagements. Comme l’enclos 56 de Montmartin, certaines de ces enceintes présentent une clôture à l’allure monumentale, c’est le cas du Titelberg et de La Terrasse du Mont‑Beuvray. Sur ces lieux, d’autres fonctions que celle liée au culte semblent donc avoir justifié la construction de l’enceinte et sa monumentalité.

73Pour mettre en évidence celles‑ci, l’archéologie manque de moyens : les rassemblements humains, s’ils ne s’accompagnent pas de constructions spécifiques ou d’activités particulières, ne laissent guère de trace. Il nous faut donc une fois encore faire appel aux textes. Comme on l’a évoqué à de multiples reprises plus haut, les Gaulois et chez les Belges plus particulièrement les Bellovaques connaissaient une vie politique intense qui se matérialisait dans au moins trois types de réunions, élections pour constituer les assemblées, séances de ces assemblées enfin conseils militaires. Ces dernières se distribuaient sur différents niveaux de la géographie politique, au niveau de la familia, à celui du pagus, enfin dans un certain nombre de cas au niveau de la civitas et parfois de la confédération. Comme on l’examinera plus bas, l’habitat de Montmartin ne paraît pas devoir être assimilé à un siège de pagus, il n’en a ni la situation géographique ni l’importance humaine. En revanche il a pu être le pôle d’une des unités constituantes du pagus, unités sur lesquelles nous n’avons guère d’informations concrètes mais que l’on peut comparer au viens romain, soit entité d’habitat, soit entité de territoire. Enfin il nous semble à peu près certain que Montmartin était au moins le siège d’une familia, ensemble humain groupé autour d’une famille aristocratique et comprenant sa clientèle et sa domesticité, groupe pouvant comprendre de quelques dizaines à quelques centaines ou dans des cas extrêmes, plusieurs milliers d’individus.

74Dans ces deux derniers cas, ces entités administratives et politiques avaient leur vie politique, judiciaire et religieuse propre. Comme le laisse comprendre l’importance du pagus même à l’intérieur des grandes civitates, la représentation parlementaire semble avoir été de construction pyramidale. L’unité politique de base jusqu’au milieu du ier s. fut la famille élargie qui devait avoir quelque ressemblance avec la gens romaine. Il est possible, comme une théorie ancienne l’avait proposé pour le sénat romain (Bloch 1883), que ces familles (patriciennes) aient été à l’origine du sénat, tandis que leurs clients devaient constituer la plèbe. Ce qui paraît quelque peu caricatural pour les institutions romaines, forgées dans des lois d’airain et prolongées par des pratiques rituelles non moins rigides, a des chances d’être plus vrai encore pour la société gauloise qui n’avait pas le pragmatisme de sa sœur italique. Quels étaient en revanche les rouages ou les relais entre cette unité minimale et l’état constitué au niveau du peuple, c’est une question infiniment complexe qui sera abordée dans le dernier chapitre de cette étude.

75Il importe seulement de savoir que la politique, la justice, la religion mais aussi l’éducation et probablement la philosophie au sens large se pratiquaient à l’échelle de cette « maison », siège de la familia. Ces activités collectives nécessitaient des lieux adaptés, autrement dit des places publiques pouvant accueillir plusieurs dizaines ou plusieurs centaines de personnes. Comme on l’a exposé plus haut, de telles places, sans être courantes sur les sites archéologiques parce que leur reconnaissance sur le terrain n’est guère aisée, existent et les fouilles devraient en révéler de nouvelles. En revanche, celles‑ci sont relativement absentes des textes. La seule mention qu’on en ait chez César se trouve au livre VII (César : 28, 1). Il y est question d’Avaricum. César nous dit que les Gaulois se rassemblent « in foro ac locis patentioribus ». Cette ville que les Bituriges considéraient comme la plus belle de toute la Gaule (César : VII, 15, 4) possédait donc plusieurs places, peut‑être de dimensions réduites (locis patentioribus), et une plus importante qui est appelée forum. Il s’agit probablement d’un cas exceptionnel qu’expliquent l’importance de la ville et la présence d’une colonie de marchands. On aurait tort de généraliser cette description à toutes les agglomérations.

76Néanmoins, ce texte et les découvertes archéologiques laissent penser que des places ouvertes dans le tissu urbain se rencontraient sur la plupart des types d’habitat. Ceci correspond bien à l’image générale qu’on a de ces mêmes habitats et des oppida en particulier, avec des quartiers d’habitation souvent limités et de grands espaces dégagés dont la fonction est souvent incertaine. En cela la Belgique et la Celtique se distinguent de la Narbonnaise, où sur les habitats, les installations publiques (places, lieux de culte présumés, etc.) sont de dimensions très réduites et intégrées au tissu urbain (Garcia 1992). Là, l’exiguïté des places et bâtiments publics suppose d’autres formes de réunions (évidemment plus élitistes) mais aussi d’autres pratiques cultuelles concernant des petits‑groupes humains ou s’adressant à la piété individuelle.

77En Gaule celtique et belgique, les assemblées paraissent plus populaires, plus conviviales, elles rapprochent dans de multiples occasions des hommes que leur habitat ne rendait pas aussi solidaires que celui du sud de la Gaule. Le Bellum Gallicum multiplie les descriptions de ces foules qui se pressent auprès de voyageurs, écoutant un orateur, promptes à diffuser des nouvelles, s’enflammant pour de nouvelles causes ou de nouvelles guerres. Ces assemblées qui touchent à tous les aspects de la vie collective, comme on l’a vu plus haut –politique, justice, religion, guerre, éducation, commerce– en sont véritablement le moteur. Si le commandement et la hiérarchie sont réglés par des conseils restreints, le pouvoir d’initiative leur revient. L’un des buts des nouvelles constitutions dut être de canaliser cette puissance populaire, elle n’y parvint qu’en intégrant la plèbe dans des assemblées régulières.

78Aussi est‑il compréhensible que sur des habitats de nature aussi diverse que Montmartin, Acy‑Romance, le Titelberg ou Manching (Sievers 1991) de telles places soient en position centrale. Les quartiers artisanaux et d’habitation s’ordonnent autour d’elles. Elles constituent le premier aménagement public, souvent bien antérieur à la construction d’une fortification. Elles minimisent le rôle des rues en tant que lieu de rencontre et de convivialité, elles freinent le développement de l’urbanisme qui, sur les bords de la Méditerranée, se traduit par le plan orthogonal des rues délimitant des insulae, véritables quartiers qui deviennent le siège de groupes communautaires. En Gaule, la vie collective demeure extraordinairement centralisée à l’échelle des habitats, c’est probablement ce qui explique une unité et une harmonie relatives dans une société marquée pourtant par les inégalités sociales.

79Nous venons de voir la diversité extrême des fonctions que pouvaient avoir de tels lieux. À l’évidence ceux‑ci étaient polyvalents : s’ils ne regroupaient pas toutes les fonctions, ils en associaient plusieurs. Les assemblées politiques, religieuses et militaires n’étaient pas incompatibles. Mais quelles étaient celles qu’accueillait la place de Montmartin ? Les seuls éléments archéologiques capables de nous apporter une réponse se trouvent dans le remplissage du fossé 56.

80Leur utilisation, on l’a vu, est délicate car ce matériel riche provient autant de l’extérieur de l’enclos que de l’intérieur. Une preuve nous en est donnée par les éléments métallurgiques trouvés en grande quantité dans la branche est : il s’agit de déblais provenant de forges et même de bas‑fourneaux, or aucune de ces installations qui s’accompagnent généralement de structures creuses n’a été observée dans l’enclos. Les restes de squelettes d’animaux posent également ce problème, une part provient assurément de l’extérieur. Cependant la carte de répartition des espèces sur l’ensemble du fossé (fig. 158) montre des anomalies susceptibles d’interprétation. Ainsi la surreprésentation du porc dans la branche nord, en face de la fosse‑autel, doit être mise en relation avec les os du même animal trouvés dans cette structure. On peut imaginer un sacrifice préférentiel du porc avec consommation dans l’enceinte et rejet d’une partie des restes à l’extérieur. Il paraît cependant difficile d’aller plus loin.

81Les armes et les crânes humains rencontrés dans ce même fossé ne présentent pas les caractères détritiques qui viennent d’être évoqués. Ils ont été volontairement déposés parmi les ruines du mur incendié, après avoir été détruits rituellement. On a donc d’excellentes raisons de penser que ces rites finaux, parfaitement similaires à ceux observes à Gournay, ne faisaient que clore un rituel également parallèle : ces objets étaient probablement exposés initialement soit à l’intérieur de l’enclos, soit sur le mur lui‑même. Ils participaient donc soit de rites concernant l’enclos, soit de sa décoration. Ils sont donc susceptibles de nous apporter des informations sur les fonctions que nous recherchons.

82Les crânes humains et les armes présentent, malgré une quantité beaucoup moindre, les plus grandes analogies avec le matériel récolté à Gournay. La partie crânienne du squelette humain y est également prédominante. Mais surtout les armes montrent un échantillon quasi superposable à celui de Gournay : fourreaux et épées en majorité, faible représentation des restes de lances. Cet échantillon, comme celui de Gournay, est inverse de celui que nous donne le sanctuaire de Ribemont dont on présume qu’il est constitué de dépouilles issues du champ de bataille. La principale différence entre les armes de Gournay et celles de Montmartin est d’ordre chronologique : les dernières font suite aux premières, mais il n’y a pas chevauchement des deux ensembles. À l’évidence à la fin de La Tène C2, aux environs de 120 av. J.‑C., un ensemble de pratiques rituelles concernant les armes, les corps humains, le sacrifice des bovidés cesse à Gournay. Il paraît se poursuivre au moins en partie à Montmartin. On ne doit pas pour autant en conclure que l’installation cultuelle de Montmartin a remplacé celle de Gournay, nous avons vu, avec suffisamment d’arguments, que leur nature est foncièrement différente. L’interprétation proposée dans la publication Gournay I (Brunaux et al. 1985a), celle d’un déplacement du lieu de culte peut‑être comme conséquence de modifications dans la géographie politique, est plus convaincante. On pourrait croire alors que les participants du culte, à la suite de ce déplacement, aient réparti leurs offrandes : une part pour le nouveau sanctuaire qui se trouvait peut‑être plus éloigné et une part, peut‑être symbolique, pour leur lieu de culte le plus proche, soit celui de l’habitat. Il est, en effet, très révélateur qu’on ne trouve à Montmartin aucune trace d’offrandes de La Tène C2, c’est‑à‑dire du temps où le sanctuaire de Gournay était encore en fonction.

83Ces objets révèlent donc avant tout un caractère votif, ils sont, comme on l’a écrit plus haut, une dîme sacrée soit sur un matériel pris à l’ennemi, soit sur l’équipement même des guerriers de la cité. Dans ce cas se repose tout entier le problème des crânes humains que nous avons déjà examiné dans la quatrième partie : s’agit‑il des crânes d’illustres défunts de la cité, sortes de reliques comme tendent à le penser les archéologues du sud de la Gaule (Garcia 1992) ? S’agit‑il au contraire de crânes prélevés sur les ennemis ou de ceux de personnes sacrifiées qui peuvent être des ennemis faits prisonniers ? Les lectures croisées des vestiges rencontrés à Ribemont et à Gournay ne nous laissent pas impuissants devant un problème aussi délicat. Ce qui faisait difficulté pour l’interprétation des restes humains de Gournay, c’était la possibilité d’une hypothèse guerrière, d’ailleurs sérieusement mise en doute par l’analyse anthropologique (Brunaux et al. 1985a : 162 sq.) : la décapitation, le dépeçage du corps et la préparation de la tête sur place tous actes méticuleusement démontrés dans l’analyse brillante de François Poplin – pouvaient s’appliquer à des corps d’ennemis tués sur un champ de bataille. La seule contradiction qu’on pouvait apporter à une telle hypothèse était celle des textes qui mentionnent à de multiples reprises que le prélèvement du crâne de l’ennemi tué se fait sur le champ de bataille. En 1985 quand parut Gournay I, (Brunaux et al. 1985a) nous n’avions aucun moyen de vérifier l’exactitude de ce témoignage antique. Les fouilles de Ribemont, et plus précisément celle du secteur appelé « charnier » ont depuis totalement bouleversé ce contexte interprétatif. Nous savons que les Ambiens et certainement les peuples qui appartenaient à la même confédération appliquaient à la lettre cette décapitation sur le champ de bataille, qu’ils rapportaient des cadavres sans tête au sanctuaire et que ces corps étaient exclusivement ceux d’hommes matures ou d’adolescents, mais en âge de porter les armes. Le même sanctuaire de Ribemont nous a appris que le matériel rapporté du champ de bataille montrait une composition tout à fait différente de celle qui a été observée à Gournay. En conséquence, l’ensemble du matériel osseux et métallique de Gournay ne peut plus être considéré comme le produit du ramassage de champs de bataille, et les hommes et les femmes découpés de la tête aux pieds dans l’enceinte sacrée ne peuvent être assimilés à des guerriers. On voit aussi les conséquences importantes pour la compréhension du cuite qu’induit cette lecture parallèle des deux sites : l’hypothèse de sacrifices humains à Gournay n’a plus aucune raison objective d’être rejetée.

84On doit même l’examiner ici avec attention parce qu’elle concerne aussi le matériel de Montmartin. Reprenons les données du problème telles qu’elles se présentent à Gournay. Au moins une douzaine d’individus ont livré des ossements. L’étude métrique des fémurs permet de distinguer deux groupes : cinq individus de taille moyenne ou assez grande et sept autres de très petite taille. Ce second groupe n’est interprétable qu’en termes de sujets féminins. Tous ces individus sont arrivés entiers, par là on entend qu’ils n’étaient pas décapités (le nombre minimal est d’ailleurs donné par les axis). La décollation s’est faite sur place, ainsi que le dépeçage du corps. Il apparaît, en effet, hautement improbable qu’on ait apporté dans l’enceinte sacrée des têtes et des membres fraîchement coupés. Les têtes ont été préparées sur le lieu même de leur future exposition, c’est‑à‑dire dans le porche d’entrée. Les membres mais très certainement aussi les restes des corps ont séjourné à l’intérieur de l’enceinte avant que les os les plus volumineux ne parviennent dans le fossé de clôture. S’il s’agissait exclusivement d’individus masculins et plus particulièrement d’adultes, deux autres hypothèses pourraient être proposées. Les corps pourraient être ceux d’ennemis morts sur le champ de bataille et rapportés. On pourrait imaginer également un traitement funéraire très particulier, visant à une sorte d’« héroïsation ». La présence de femmes exclut la première comme la seconde hypothèse, celle d’au moins un adolescent s’oppose également à la seconde. S’il s’agissait d’un traitement funéraire, il faudrait en conclure qu’il concernait hommes, femmes et adolescents, qu’il se déroulait dans un sanctuaire et que tous les crânes finissaient comme décoration du porche d’entrée. Cette interprétation est difficilement soutenable parce que –on l’a vu plus haut– le sanctuaire de Gournay se présente avant tout comme un lieu dédié à un dieu de la guerre et qu’il ne paraît pas polyvalent. Rien dans les structures ou les vestiges n’indique qu’il ait connu une fonction funéraire. Par ailleurs, on imagine difficilement que le porche d’entrée, véritables propylées (Brunaux 1995), ait été orné d’insignes guerriers côtoyant les crânes d’individus dont plus de la moitié n’étaient pas des guerriers.

85La fouille de Ribemont‑sur‑Ancre avec l’exemple du « charnier » nous montre ce qu’est un ramassage de champ de bataille comprenant des ennemis morts, elle nous montre aussi ce qu’est un traitement quasi funéraire à l’intérieur d’un sanctuaire avec l’exemple des « ossuaires » (Brunaux 1995b). Ces deux gisements diffèrent totalement de celui de Gournay ; ils s’opposent même car comme l’écrit Henri Duday (Brunaux et al. 1996 ; CD‑Rom), si à Gournay et à Montmartin on a le squelette crânien, à Ribemont n’a été découvert que du squelette post‑crânien dans des quantités défiant l’imagination. Il est donc logique de postuler que des gisements de nature aussi différente témoignent de pratiques tout aussi différentes.

86Enfin il convient, même de façon allusive parce que ce n’est pas le lieu ici de débattre à fond de ce problème complexe, de rappeler le témoignage des textes. La mention de sacrifices humains y est aussi courante que celle de la décollation de l’ennemi tué. On a vu combien cette seconde information se trouve précisément confirmée et sur près d’une soixantaine d’individus à Ribemont. On manquerait de logique et d’esprit historique si on ne considérait pas la première information avec autant de respect qu’on en a témoigné pour la seconde. Le dossier est immense et son examen critique exigerait l’espace d’un volume. On sait que parmi les textes, nombreux, certains sont très généralisants, d’autres entachés d’un parti pris de circonstance (Pro Fonteio), d’autres tiennent tout simplement de la propagande ou d’un mythe largement répandu. Trier parmi eux le bon grain de l’ivraie est certainement possible, pour une part au moins. Mais l’exercice est hors de notre portée. Disons simplement, comme le dit le bon sens populaire, qu’il n’y a pas de fumée sans feu, qu’un tel lieu commun ne peut s’établir que sur un fond de vérité. Pour respecter notre ligne directrice, ne retenons donc ici que le texte qui nous a déjà beaucoup servi, le livre VI du Bellum Gallicum de 13 à 20 dont on présume, rappelons‑le, qu’il est la copie d’un texte plus ancien, dû certainement à Posidonius. Le passage qui nous intéresse plus particulièrement est fort célèbre (César : 16, 2 à 5) : ceux qui sont gravement malades ou qui risquent leur vie dans des combats recourent par l’intermédiaire des druides à des sacrifices humains, parce qu’ils pensent que seule une vie humaine peut racheter une autre vie humaine et que les dieux ne peuvent être apaisés que par ce moyen ; ils ont même fait de ce type de sacrifice une institution publique. Enfin, ajoute le texte, ce sont des condamnés que l’on sacrifie. En résumé, on en conclut qu’il y a deux types de sacrifices humains, des sacrifices privés réservés de toute évidence aux plus riches et des sacrifices publics. Ces derniers paraissent liés à la guerre. Strabon (IV, 4, 5) reprenant la même source, le confirme : le sacrifice humain qu’il décrit le mieux est un sacrifice divinatoire, également présent dans la troisième copie du texte initial, chez Diodore de Sicile (V, 31,7) qui ajoute que la victime est frappée « dans la région située au‑dessus du diaphragme » avec une épée. On imagine donc aisément le type de présage qui est recherché de cette sorte. Justin, d’après Trogue Pompée (XXVI, 2, 2), nous l’indique à propos des Gaulois en Macédoine dans un texte intéressant : avant la bataille, ils immolent des victimes et consultent leurs entrailles mais y trouvant le présage d’une défaite totale, ils cherchent à apaiser les dieux en égorgeant leurs femmes et leurs enfants.

87Le sacrifice humain apparaît donc avant tout comme une affaire guerrière. Il faut connaître l’avis des dieux sur l’issue de la bataille et si celle‑ci n’est pas assurée on cherche à apaiser leur soif meurtrière en substituant des victimes civiles aux guerriers dont la mort est prévisible. À Gournay, dans un lieu de culte qui se présente comme le sanctuaire même de la guerre, où les humains ne possèdent pas les caractères physiques de guerriers, où aucune partie du corps n’a subi une crémation même légère, où les os sont demeurés sur place, soit exposés sur des bâtiments, soit resserrés dans un lieu quelconque de l’enceinte, force est de se rendre à cette évidence, le sacrifice humain à but divinatoire ou propitiatoire demeure l’interprétation la plus plausible. À Montmartin, si on passe les vestiges humains au même crible, on arrive quasiment aux mêmes conclusions : nous avons plus de raisons de penser que les corps ont été décapités sur place qu’en un autre lieu, nous pouvons également soupçonner que certains corps aient pu être dépecés sur place. La nature non spécifiquement guerrière de la population représentée par ces os est également avérée. Enfin deux os longs présentent des traces de décarnisation, opération qui n’a pas été mise en évidence à Gournay.

88Les observations effectuées par les anthropologues permettent de restituer les actions suivantes : des individus morts depuis peu ont la tête séparée du tronc ; cette tête est débarrassée de la peau et des muscles ; la langue est soigneusement prélevée ; la mandibule est arrachée ; le crâne ainsi préparé est ouvert soit à partir du foramen magnum, soit par séparation de la face du reste de la boîte crânienne ; la masse cérébrale est alors prélevée ; le reste du corps est peut‑être dépecé, certains membres sont dépouillés de leur masse musculaire ; enfin les os obtenus sont séparés en deux groupes : les os du crâne sont déposés dans un lieu qui les protège, tandis que le reste du squelette est soumis aux intempéries. Le moins que l’on puisse dire est qu’il est difficile de voir dans ces gestes les éléments d’un traitement funéraire qui privilégierait l’obtention de la langue et du cerveau, qui ferait quelque cas de la boîte crânienne et délaisserait le reste de la charpente osseuse. La probabilité de gestes purement rituels, peut‑être à connotation mantique, est plus forte, Cette interprétation sacrificielle et divinatoire s’accorde également mieux avec les restes humains découverts à Estrées‑Saint‑Denis dont on reparlera plus bas.

89Dans ce cadre interprétatif qui juxtapose ou oppose les découvertes de Gournay, Ribemont et Montmartin, que nous apportent les armes de Montmartin ? Nous avons déjà vu que la composition de leur échantillon les rapproche de celles de Gournay. Les traces de coups qu’elles portent confirment particulièrement cette comparaison. Les fourreaux, libérés des épées qui auraient pu les préserver, ont été tordus et brisés en multiples morceaux. Les lames d’épées ont été ployées intentionnellement et leur tranchant a été cisaillé au point que l’une d’entre elles pourrait faire croire à une scie, comme ce fut le cas d’une épée de Sanzeno (Nothdurfer 1979). Un umbo de bouclier, après avoir été désolidarisé du bois sur lequel il était fixé, a été martelé de coups d’épée ou de hache. Ce sont là des objets auxquels le site de Gournay nous a bien habitués puisqu’on trouve les mêmes par centaines. Au contraire, des armes aussi spectaculairement détruites à Ribemont sont rares voire absentes. Encore une fois, et quel qu’ait été le sens de ces destructions, il apparaît clairement que ces pièces tiennent plus du sacrificiel que du simple trophée.

90On a déjà évoqué le possible intérêt décoratif que pourrait justifier leur position dans le fossé 56 sur la branche est et de part et d’autre de l’entrée. Cette distribution n’est pas hasardeuse en effet : les armes et les crânes humains ont été découverts sur un tiers seulement de la longueur du fossé de l’enclos, à l’exclusion de toute autre trouvaille sur les deux tiers restants, notamment à proximité de la fosse‑autel. Une telle répartition suppose –puisque l’hypothèse de leur présence sur le mur au moment de l’incendie a été écartée– un enfouissement volontaire dans cette zone, selon toute probabilité en liaison avec leur précédent heu de stockage. Encore une fois, la comparaison avec le matériel de Gournay est étonnante : armes, crânes de bovidés, crânes humains devaient être exposés sur le porche d’entrée, les crânes humains ont été récupérés mais le reste de cette décoration a été enfoui dans le fossé de clôture, également sur une trentaine de mètres de chaque côté de l’entrée. À Gournay non plus il n’a pas été retrouvé un tel matériel dans la proximité de l’autel.

91À l’issue de cet examen, il paraît maintenant évident que la place de Montmartin connaissait une activité sacrificielle qui s’exerçait sur les animaux domestiques, l’armement et, selon toute vraisemblance, sur quelques humains. On ne peut être sûr, en comparant la petite taille de l’installation proprement cultuelle à celle de l’enclos, en examinant la position excentrée de celle‑là dans celui‑ci, enfin en mesurant la part réduite du matériel proprement cultuel, que l’activité religieuse y fut prioritaire. En revanche on peut être persuadé que l’enclos était considéré comme sacré et par conséquent que toutes les activités qui s’y déroulaient étaient liées de quelque façon aux choses de la religion. Autrement dit il ne s’agissait pas de réunions profanes mais des seules assemblées qui devaient être assistées de prêtres ou recevoir un assentiment religieux : conseils guerriers, élections de magistrats, jugements...

92Il demeure un dernier problème : pourquoi cette enceinte était‑elle fortifiée ? La comparaison avec les sanctuaires s’impose. Les plus anciens sont, en effet, puissamment enclos et celui de Ribemont, avec son fossé de 4 m de profondeur et de largeur, présente aussi d’indéniables caractères défensifs. Dans de tels cas la monumentalité de la clôture ne peut avoir qu’une valeur symbolique qui renforce la vertu apotropaïque des offrandes exposées. Le sanctuaire se présente comme une forteresse magique. Néanmoins une telle construction présente des côtés fonctionnels : c’est un lieu interdit et dérobé à la vue. Les pratiques qui l’animaient justifient pleinement un tel mystère. Les deux nécessités existaient à Montmartin, elles étaient peut‑être renforcées par des réunions politiques, diplomatiques ou guerrières qui n’admettaient pas les oreilles indiscrètes. César mentionne à plusieurs reprises des paniques occasionnées par de fausses nouvelles. Il indique même que certains peuples ont légiféré sur cette question (César : VI, 20).

93Néanmoins ici on ne peut écarter l’hypothèse d’une réelle fonction défensive. La place permettait, en effet, d’abriter plusieurs centaines d’individus et sa destruction suggère qu’elle a connu au moins une fois cet usage. Toutes les raisons qu’on vient d’évoquer ont leur part de vérité et il serait vain de chercher celle qui dominait les autres. Certaines acropoles grecques, Athènes, Corinthe, ont une position et un aménagement défensifs qui ne font pas de doute. On ignore pourtant jusqu’à quel point cette fonction était reconnue par les utilisateurs eux‑mêmes. Plus près du territoire gaulois, l’acropole de Zavist, d’une surface intérieure égale à l’enceinte de Montmartin, en grande partie encombrée par des édifices cultuels, présente un rempart comparable (Drda, Rybova 1995 : 77 sq). Peut‑être ces fieux pour exhaler leurs vertus guerrière et protectrice avaient‑ils besoin d’un aménagement qui ne fût pas seulement symbolique ?

5.3 L’hypothèse : un domaine aristocratique

94Maintenant que nous avons examiné dans leurs moindres détails les aspects de la construction la plus spectaculaire du site de Montmartin, il nous reste à tenter de répondre à la question fondamentale que l’on doit se poser ; quelle est la nature de l’habitat ? Nous avons déjà écarté un certain nombre d’hypothèses, celle de l’oppidum, celle d’un habitat pré‑urbain, enfin celle de l’établissement agricole. Si on se place dans le schéma de pensée habituel aux protohistoriens contemporains, une dernière hypothèse se présente, celle d’un petit habitat groupé qu’on pourrait qualifier de village ou de bourgade. Ce schéma –nous l’avons vu avec la question des « fermes indigènes »– est artificiel et nous avons toutes les raisons de croire qu’il reflète mal une réalité plus complexe. Il est la transposition sur le mode archéologique de la fameuse description de l’habitat des Helvètes (César : I, 5, 2) : « oppida sua omnia, numéro ad duodecim, vicos ad quadringentos, reliqua privata aedificia ». Que désignent les reliqua privata aedificia ? Nous avons eu l’occasion d’y réfléchir et nous devrons encore le faire. On sait à peu près ce que César pouvait entendre par oppidum. En revanche les vici soulèvent les mêmes incertitudes que les aedificia. S’agit‑il comme en Italie d’unités administratives, de villages de toutes tailles, d’agglomérations ouvertes plus ou moins étendues ? Le reste du texte de César ne permet pas de le dire. Quant à l’archéologie, elle demeure encore peu loquace sur le sujet. Ce qui est considéré généralement comme village laténien est un ensemble souvent vaste de constructions de natures diverses (habitations, bâtiments annexes souvent non identifiés, silos, fosses de toutes natures et ateliers), caractérisé avant tout par un manque apparent d’organisation de l’espace. À l’opposé, des habitats aussi vastes mais structurés par des rues sont interprétés comme des oppida ouverts ou fermés. On ne discutera pas ici du bien‑fondé de cette classification.

95À l’évidence, le site de Montmartin n’entre pas dans ces deux catégories, celle du village ou celle de l’oppidum ouvert, qui se caractérisent par l’abondance et la densité des structures archéologiques, pour l’essentiel trous de poteaux et fosses dont la distribution paraît anarchique. À Montmartin, des enclos cloisonnent l’espace en secteurs concentriques qui paraissent hiérarchisés. L’enclos central 56 a l’allure la plus soignée, il renferme une structure cultuelle et son fossé comprend le matériel le plus précieux. Autour, l’enclos 337‑8 enferme des unités d’habitation et des ateliers. Enfin, l’enclos le plus excentrique contient très peu de structures archéologiques, bien qu’il soit le plus vaste. On est tenté de voir en lui un espace réservé aux animaux et peut‑être à la culture ou au jardinage.

96D’une manière générale, le site, bien qu’occupé pendant près d’un siècle et demi, donne l’impression d’un aménagement aéré et harmonieux. Nul secteur ne présente en plan un « nuage » confus de structures archéologiques, si courant sur les habitats groupés laténiens. Au contraire, les constructions sont réparties spatialement suivant leur fonction : à l’extrémité est la place 56, au sud, sur le versant du ruisseau du Fond de Lagny les habitations semi‑enterrées, sur le versant de la vallée de l’Aronde et à proximité de la rivière les ateliers métallurgiques, sur le haut du plateau un grand espace réservé au stockage des denrées. Cela signifie que les utilisateurs du lieu n’étaient pas limités dans leur jouissance du terrain. Tout l’angle du plateau délimité par la vallée de l’Aronde et le ruisseau confluent leur appartenait. Ils l’utilisèrent selon leur bon vouloir. Et toute modification des aménagements au cours du temps s’est traduite par une extension de l’espace occupé, alors que sur les habitats groupés, les maisons se resserrent, empiètent sur les rues, les rues elles‑mêmes chevauchant d’anciennes fosses à détritus.

97Le schéma de classification que nous a légué César à propos de l’habitat des Helvètes, pour simplificateur qu’il soit, a au moins un grand mérite : il introduit un autre classement auquel on n’a guère prêté attention. Il distingue soigneusement oppida et vici qui sont du domaine public des autres formes d’habitation qu’il désigne par une expression qui ne suscite aucune difficulté d’interprétation, reliqua privata aedificia, qu’on peut traduire par « toutes autres formes de constructions privées ». Cette précision nous ramène à un problème que nous avons déjà abordé, celui de la propriété du sol. Dans les deux premiers cas (habitat groupé) la terre appartient à la cité – même si les redevances ont pu être affermées. Dans le troisième cas, il s’agit d’une propriété individuelle qui peut être très vaste, comme on le verra plus loin.

98Ces deux types de propriété peuvent expliquer les différences d’organisation spatiale ainsi que les différences de densité des constructions. Sur les habitats groupés, que la propriété du sol soit collective ou qu’elle soit individuelle, les lots sont limités dans l’espace et lorsqu’ils ne sont pas jointifs, leur extension possible est évidemment limitée. La conséquence immanquable est un resserrement des constructions par le jeu des agrandissements ou des reconstructions. Ces lots s’alignent sur une voirie commune qui est respectée dans le temps, ainsi à Acy‑Romance (Lambot, Méniel 1992).

99À Montmartin, l’occupation du sol montre une image inverse. Les constructions sont espacées. Il n’y a pas de voirie. Et, comme on l’a indiqué plus haut, c’est l’ensemble du site qui est divisé fonctionnellement : espace public, espace résidentiel, zone d’ateliers, espace réservé au stockage ou aux habitations modestes. Ici il est impossible de parler d’unités agglomérées. Si l’on devait parler en de tels termes, on n’en définirait qu’une seule occupant tout l’espace à loisir, élisant des lieux en fonction des activités qu’elle souhaite y développer, sans souci de place, en gros sans limite. La clôture, à sa façon, montre la liberté qu’on a prise de l’utilisation de l’espace. Elle est doublée puis triplée, suivant la fonction qu’elle prend : d’allure fortifiée autour de l’espace central, palissadée et doublée d’un fossé autour de l’habitat, elle devient un enclos rural dans son extension maximale. La dispersion des différents aménagements en même temps que le plan concentrique du site renforcent cette impression d’une unité autonome gérant l’espace.

100Il importe donc à présent de chercher à identifier cette entité qui s’est appropriée le sol, qui l’a aménagé et en a joui pendant plus d’un siècle. Il s’agit évidemment d’un groupe humain dont on doit déterminer la taille et la nature, autrement dit sa place dans la société et le type de liens qui l’unissent. Son importance nous est indiquée par la taille du site. Des clôtures comme celle de l’enclos 26‑30 ou le mur de la place publique n’ont pu être édifiées que par plusieurs dizaines d’individus. De la même manière, c’est par dizaines qu’il faut compter les personnes que pouvait accueillir l’enclos 56 et plus vraisemblablement par centaines. Cependant une objection se présente : les constructeurs ou les utilisateurs de la place ne sont pas nécessairement les résidents, ils ont pu contribuer à ses réalisations, voire les utiliser épisodiquement, tout en habitant à l’extérieur. Malheureusement, si l’on veut questionner l’habitat, les vestiges archéologiques ne sont pas vraiment fiables, ceux qui ont été mis en évidence ne représentent qu’une part d’une réalité difficilement cernable. Néanmoins trois habitations luxueuses ont été reconnues. L’une a été fouillée dans son intégralité, elle montre deux états de construction et une utilisation assez longue, peut‑être d’un siècle. Les deux autres maisons paraissent contemporaines. Il est d’ailleurs remarquable que, bien que proches les unes des autres, elles ne se touchent ni ne se recoupent. On peut donc postuler qu’elles furent contemporaines et qu’elles abritaient au moins une vingtaine de personnes dont le statut social était suffisamment élevé pour que celles‑ci pussent habiter ce genre de demeure et utiliser un matériel tel que celui qui a été découvert dans la maison 50.

101On ne peut également exclure l’existence d’un habitat plus modeste dans l’enclos 337‑8. Celui‑ci pourrait être matérialisé par les groupes de quatre poteaux qui ne seraient dans ce cas pas des greniers. La ou les maisons pourraient aussi avoir été bâties sur sablières qui n’auraient pas laissé de trace à cause de l’érosion très forte. Cet habitat doit en tout cas être supposé à cause de la nature des activités dont témoignent les structures et le matériel découverts (artisanat, élevage), activités dont on présume (hormis peut‑être pour l’art du métal) qu’elles sont le fait de la classe moyenne, voire asservie. En résumé, nous avons la preuve de la présence constante sur ce lieu de quelques dizaines d’individus, au moins une trentaine. Mais rien n’autorise à exclure une population plus importante, de l’ordre d’une centaine ou plus.

102Si les structures archéologiques et le matériel ne peuvent nous renseigner davantage sur l’importance de la population, ils peuvent contribuer à mieux définir la qualité de celle‑ci et sa situation dans la société. Nous venons de voir qu’il ne fallait pas réfléchir en termes d’unités distinctes disséminées sur le site en quelque sorte, mais plutôt concevoir la population comme un groupe humain soudé et certainement hiérarchisé. C’est à ce groupe dans sa totalité qu’il faut attribuer les différentes caractéristiques qui nous intéressent. Ce groupe possédait du bétail dans des quantités difficilement appréciables mais suffisantes, semble‑t‑il, pour permettre une activité sacrificielle régulière. Les troupeaux étaient composés de bovidés et de moutons. Sur l’habitat même se trouvait un élevage de porcs. Les chiens, qui vivaient dans la même dépendance de l’homme que les précédents animaux, étaient assez nombreux pour être consommés dans des proportions non négligeables. La pratique de l’agriculture n’est pas directement attestée mais il faut dire qu’elle l’est très rarement en archéologie. On doit la présumer pour deux raisons majeures, la présence d’animaux de trait et un artisanat du fer qui permettait une indépendance technologique. L’artisanat très présent est peu varié : si l’on exclut le tissage qu’il faut plutôt considérer comme une activité domestique –tout au moins à l’échelle où il est mis en évidence– seul le travail du métal (fer et bronze) est représenté. En résumé, la population de Montmartin se livrait à trois types de travaux : l’élevage, l’agriculture et le travail du métal.

103Les vestiges laissés par les constructions et les objets nous font entrevoir d’autres activités qui ne sont plus à proprement parler du domaine du travail. Les plus remarquables sont la chasse et dans une moindre mesure la pêche. On ne peut, en effet, voir seulement en elles une source d’alimentation carnée. La chasse des grands mammifères, sangliers et cerfs, paraît avoir été réservée à l’élite pour laquelle elle était autant un loisir prestigieux qu’une forme d’entraînement à la guerre ou une pratique d’initiation pour les jeunes nobles. Pour la pêche, attestée en faible quantité à Montmartin –mais il faut dire généralement non représentée sur la plupart des sites laténiens– rien ne dit qu’elle était une pratique banale permettant un complément nutritionnel. L’utilisation de la rivière et à plus forte raison des eaux dormantes, domaine plus divin qu’humain, devait être réglementée et réservée à des groupes humains déterminés.

104Aux confins de l’activité professionnelle et des loisirs de prestige, la guerre est à Montmartin particulièrement bien représentée. Les témoins les plus évidents sont les armes découvertes en nombre important dans le fossé de l’enclos 56, en petite quantité dans la maison 50, dans la fosse cylindrique no 25, dans le fossé 338, c’est‑à‑dire sur l’ensemble du site. Rares et surtout absentes sur la plupart des sites d’habitat, leur présence à Montmartin paraît encore plus surprenante du fait de l’existence d’ateliers métallurgiques qui devaient continuellement recycler le matériel usagé. On doit donc penser que c’est une masse relativement importante qui a séjourné ou transité sur le site. Les armes ne sont pas les seuls témoignages de l’activité guerrière. La présence de grands chevaux importés dont un nombre minimal de quatre individus a été reconnu, révèle l’existence d’une écurie spécialisée dans la cavalerie militaire souvent mentionnée par César. Enfin les crânes humains sont peut‑être à porter au compte de la guerre, soit parce qu’ils sont des trophées, soit qu’ils s’adressent à une divinité guerrière.

105Mais les deux activités les plus marquées par les structures archéologiques, par leur plan d’ensemble et le matériel découvert sont évidemment celles qui nous ont déjà beaucoup occupé, ce sont la politique et la religion. On ne les réexaminera pas ici. Notons seulement que la place centrale de l’enclos 56 indique à elle seule que ces deux occupations n’ont rien de secondaire ou d’épisodique. Elles paraissent au contraire avoir réglé la vie sur le site.

106Enfin pour être complet, il nous reste à analyser le niveau de vie des habitants. Celui‑ci a bien sûr été déjà précisé par les activités qu’on vient de reconnaître, par les conditions de vie, la protection de l’habitat, l’usage d’aménagements collectifs, la qualité de l’alimentation. On le déterminera mieux encore avec deux séries d’objets. La première est la vaisselle rencontrée dans la maison 50, c’est une vaisselle de luxe dont un certain nombre de pièces ont été importées d’autres régions du monde celtique. L’autre série, plus étonnante encore dans un habitat, est la parure. Torques, bracelets, cabochons, fibules, accessoires de toilette témoignent, de la même manière que les armes, d’une quantité initiale assez importante de ces objets. Ces pièces, lorsqu’elles sont découvertes dans des sépultures, sont interprétées comme désignant des personnages aisées. On notera l’absence de bijoux exceptionnels ou en métal précieux. Mais cette absence n’a qu’un sens très relatif.

107En résumé, la population de Montmartin à La Tène C2 et au début de La Tène D1 nous apparaît de la façon suivante. Une vingtaine ou plus de personnes ont un haut niveau social et économique. Il n’est pas sûr que ces individus participent aux tâches domestiques car leurs autres activités (guerrière, religieuse, politique, cynégétique...) ont dû être très prenantes. Néanmoins ils vivent sur un habitat où les travaux agricoles et métallurgiques liés directement à leurs occupations de prestige ont laissé des traces nombreuses. Il faut donc penser que ce groupe de personnes privilégiées était entouré d’un groupe au moins aussi important de travailleurs qui veillaient à l’entretien des biens et des personnes. L’ensemble de la population pouvait comprendre au moins une soixantaine de personnes.

108Le moins que l’on puisse dire est qu’une telle population n’est pas celle que l’on attendrait d’un village ou d’un simple établissement agricole qui l’un et l’autre révéleraient un niveau de vie moins élevé et des activités seulement domestiques. L’image qui nous apparaît de plus en plus distinctement est celle d’une ou plusieurs familles aristocratiques accompagnées de leur domesticité. Nous devons donc maintenant chercher dans la littérature concernant les Gaulois si des groupes présentant ces caractéristiques sont décrits et, si c’est le cas, quelle est la forme de leur habitat.

109De tels témoignages littéraires sont assez rares et ceux qui nous sont parvenus sont flous, d’une part parce que les relations entre les individus n’offraient pas d’intérêt particulier à l’observateur (il pouvait reconnaître ou croire reconnaître ce qu’il connaissait dans sa propre civilisation), d’autre part parce que ce même observateur ne bénéficiait pas des outils scientifiques pour décrire les relations de parenté, par exemple, que nous‑mêmes n’avons acquis que fort tard. Néanmoins les informations dues à César que l’on peut placer dans le temps et situer par rapport à la civilisation romaine et la connaissance maintenant développée que nous avons des relations parentales et sociales chez les Indo‑Européens permettent d’y voir un peu plus clair.

110Des groupes comprenant des membres appartenant à la nobilitas ou des individus désignés comme des aristocrates (équités) sont décrits dans quelques textes, soit anecdotiques, soit plus descriptifs (l’excursus in César : livre VI, par exemple). Chaque fois les individus paraissent liés par deux types de relation, relation familiale ou relation de clientèle. Examinons la première. Chez César, et notamment au livre VI, la famille présente deux formes nullement contradictoires mais qui s’assemblent. On a, au niveau supérieur, la « grande famille » que l’on considère comme l’unité de base des Indo‑Européens (Delbrück 1889) et qui est indiquée au début de (excursus (César : VI, 11, 2) par le mot domus dans la phrase célèbre : « In Gallia non solum in omnibus civitatibus atque in omnibus pagis partibusqite, sed paene etiam in singulis domibus factiones sunt. » Le mot et son contexte indiquent sans difficulté qu’on parle ici de la grande famille, celle où des frères, tels que Dumnorix et Diviciac, déjà mariés et ayant leur propre descendance s’affrontent. Il est évident qu’il s’agit là de la famille noble ou aristocratique dont la « maison est le symbole » comme l’écrivent Ernout et Meillet (Ernout, Meillet 1939 : 281). Ce premier élément de l’excursus, contrairement à la suite, n’est peut‑être pas dû à Posidonius, il pourrait être de la plume de César et servirait à donner un élément de compréhension à sa pratique diplomatique, en grande partie fondée sur l’utilisation des relations familiales concernant les principaux personnages politiques gaulois. L’autre forme, la famille restreinte, est décrite à propos des relations entre époux. Mais on n’a aucune idée de son intégration à l’intérieur de la grande famille. De la même manière –mais il est vrai que c’est une préoccupation d’ethnologue– nous n’avons aucune information sur le devenir de la grande famille, sa reproduction, son éclatement potentiel. Nous savons seulement que dans la première moitié du ier s., cette entité familiale est encore très représentée et qu’elle a pu être désignée par le terme latin de domus qui est certainement la transposition du mot gaulois « maison » utilisé également avec un sens symbolique.

111Existait‑il encore à cette époque de véritables « maisons », sièges de la grande famille ? Probablement. Deux passages de la Guerre des Gaules semblent l’indiquer. Le premier (César : I, 4, 2) concerne l’affaire Orgetorix : celui‑ci arrive au tribunal avec « omnem suam familiam », soit 10 000 personnes qui viennent « undique ». Le mot familia désigne non pas la famille mais l’ensemble des serviteurs et esclaves attachés à une famille. Le mot undique indique que cet ensemble est réparti sur plusieurs domaines, ce qui est compréhensible vu la puissance d’Orgétorix, présenté comme le chef de la famille noble la plus illustre. L’autre passage (César : VI, 30, 2 et 3), plus intéressant encore, décrit l’habitat d’Ambiorix où celui‑ci se trouve réfugié avec ses « comités familiaresqsie », ses « compagnons et ses serviteurs ». Ceux‑ci forment une petite troupe autour de lui et parmi eux se trouvent « quelques cavaliers ». Cette garde personnelle d’Ambiorix réussit à tenir tête à la cavalerie romaine dirigée par Basilus, grâce à un dispositif fortifié autour de la demeure (engusto in loco). De la description de César il ressort que ce domicilium, « siège de la domus » (Benveniste 1969 : 1, 300) est fortifié légèrement, entouré de bois et probablement muni d’un système d’entrée également fortifié. Exceptionnellement l’auteur nous livre des précisions sur le paysage environnant, « au milieu de bois » et certainement à proximité d’une rivière. Des données implicites nous permettent d’apprécier la taille de la demeure : elle abritait une troupe mais aussi les membres de la famille et la domesticité, ainsi que l’écurie et la chatterie d’Ambiorix, au total au moins une centaine de personnes, auxquelles s’ajoutaient le bétail, les chevaux, l’armement et un matériel certainement considérable. L’aedificium devait donc avoir l’allure d’un manoir fortifié comprenant des dépendances importantes ; on est bien loin de la grange ou de la modeste ferme que peut également désigner ce mot.

112Ce qui est remarquable dans les deux passages mais qui apparaît –certes de manière sous‑entendue– dans d’autres textes, récits de batailles notamment, c’est la convivialité entre membres de la famille et clients. Ils habitent sous le même toit et bénéficient probablement des mêmes conditions de vie. Ces clients, on les retrouve dans toutes les familles aristocratiques. Une de leurs fonctions est guerrière, César le spécifie clairement au livre VI (15, 2) : la noblesse ou la richesse d’un eques se mesure au nombre de clients qu’il a autour de lui. Mais en temps de paix ces clients avaient certainement d’autres occupations. Ils contribuaient au bon fonctionnement du domaine.

113Nous voyons maintenant se dessiner les différentes composantes des résidents de la domus. Ce sont, par ordre hiérarchique, les membres de la grande famille, les clients, les serviteurs et les esclaves. À l’intérieur de ce groupe humain, une entité guerrière se dessine qui franchit les clivages sociaux : quelques cavaliers (les membres masculins de la famille et pourquoi pas des clients d’extraction noble), de quelques unités à une ou deux dizaines, des fantassins (les clients et des affranchis peut‑être), enfin les valets (des serviteurs et peut‑être des esclaves), au total plusieurs dizaines d’individus. La domus de la noblesse en Gaule chevelue, celle qui ne subissait pas l’influence directe de la Méditerranée, et plus particulièrement chez les Belges empreints des valeurs les plus archaïques, était donc fondamentalement tournée vers la guerre. Toute son économie était imprégnée de cette activité. Le domaine avec son bétail et ses champs n’avait d’autre finalité que l’entretien de la famille et de sa petite garnison. Hormis sa participation à titre d’impôt au fonctionnement de l’État, elle ne cherchait pas à produire un surplus qu’elle eût pu commercer. Sa richesse était celle de la famille que les butins de guerre ou le profit du mercenariat accroissaient.

114Le site de La Fosse Muette à Montmartin avec ses riches demeures, son lieu de rassemblement, sa propre installation cultuelle à l’intérieur d’enceintes concentriques légèrement fortifiées, entourant également des ateliers métallurgiques, des réserves de grains et de fourrage et probablement des parcs à bestiaux, nous donne une image archéologique de ce que pouvait être la résidence d’Ambiorix, un fieu protégé naturellement par les bois et des eaux, fortifié aussi, où il vivait avec toute sa maisonnée, avec sa cavalerie et où il a pu tenir tête à la cavalerie romaine.

115Montmartin, au terme de cette étude, se révèle donc comme le modèle même de ces résidences aristocratiques de la fin de l’âge du Fer, résidences dont le fonctionnement économique peut être désigné, à la suite de Weber (Weber 1971 : 406) reprenant lui‑même une thèse de Rodbertus, par le terme d’oïkos. On ne saurait mieux décrire cette forme de structure économique que ne l’a fait le sociologue allemand : « Un oïkos est un “grand ménage” de prince, de seigneur foncier ou de patricien qui est dirigé d’une manière autoritaire et dont le principe directeur fondamental n’est pas le profit capitaliste, mais la satisfaction organisée des besoins du maître selon un processus naturel. Pour cela il peut se servir à la plus grande échelle de tous les moyens possibles, y compris l’échange avec l’extérieur. Mais le caractère propre de l’oïkos, le principe qui lui donne sa forme, c’est qu’il jouit d’une fortune, au lieu de mettre en valeur un capital. Par essence, il est une organisation destinée à couvrir des besoins, même si, à cet effet, l’une ou l’autre entreprise de profit lui est attachée. »

116Dans le cas de grands aristocrates, tels qu’Orgétorix, Ambiorix ou Comm, le besoin auquel l’oïkos, étendu à l’échelle de la civitas, doit subvenir est le pouvoir suprême, une certaine forme de tyrannie. Mais dans les cas les plus habituels, le besoin des nobles gaulois se nourrit de la guerre et du prestige qui en découle, avec sa traduction politique (siège aux assemblées, magistratures civile et militaire). L’enrichissement commercial ou usuraire est rarement une fin en soi, ce n’est que le moyen de paraître sur un pied d’égalité avec les aristocrates et les nobles issus de vieilles familles. La tradition des valeurs aristocratiques qui marquent la civilisation hallstattienne a dû jouer un grand rôle dans cet archaïsme de la société gauloise. Il conviendra d’en étudier la filiation.

117Le site de Montmartin n’est pas la seule résidence aristocratique que l’archéologie a mise en évidence. Cependant, par le plan de ses structures, par la richesse et la nature de son matériel (armes, parures, vaisselle, chevaux, bétail), il en est l’exemple type qui permet désormais de caractériser de cette manière des sites dont la lecture est un peu moins évidente, tels Arras/Les Bonnettes (Jacques, Rossignol 1996), Herblay (Valais 1994), Pouillé/Le Grand Paisillier (Nillesse 1994) par exemple. Ce type d’aedificium est bien celui dont Roger Agache avait présumé l’existence dès 1978 quand il parlait des « aedificia de la noblesse gauloise » (Agache 1978 : 155 sq.). Il n’est cependant que le type le plus remarquable parmi d’autres de ces « édifices » que César rencontra dans la campagne gauloise.

5.4 L’histoire de la résidence de La Fosse Muette

118L’examen du matériel archéologique et l’interprétation des structures permettent maintenant d’aborder l’habitat de La Fosse Muette sous l’angle historique (tabl. xix) et dans ce cadre d’étudier les relations du site avec celui du Parc à Gournay. On n’examinera ici que les problèmes directement liés à ces deux objectifs.

TABL. XIX – Grands événements historiques.

J.‑L.B./CNRS

119Le premier de ces problèmes est celui des origines. Nous avons vu que la période de La Tène C1 est suffisamment représentée par le matériel pour caractériser une première phase d’occupation (fig. 187). Parmi ce matériel se trouvent quelques pièces (une fibule et quelques éléments de céramiques) de la fin de La Tène ancienne, pas suffisamment nombreuses pour désigner une phase plus ancienne mais significatives néanmoins d’une origine remontant au tout début de La Tène C1. On a donc là une datation qui correspond parfaitement à celle proposée pour le sanctuaire de Gournay. Tout porte donc à croire que les premiers habitants du site de La Fosse Muette comptèrent parmi les utilisateurs du sanctuaire, puisque, on l’a vu, la céramique, les parures et l’armement sont identiques sur les deux lieux.

120Se repose entière la question de l’identité des populations belges et de la date de leur première installation. Le problème est complexe et nécessite l’examen de données multiples ; il paraît largement sortir du cadre de cette étude. On considérera donc comme postulat l’hypothèse qui prévaut aujourd’hui : elle veut que les Belges du Belgium se soient installés en Picardie à la fin du ive s. (Brunaux 1995). Cette dernière vague d’immigration celtique dans le nord de la Gaule n’est pas venue recouvrir un pays inhabité et inculte. Depuis la plus lointaine préhistoire, les fonds des grandes vallées étaient occupés ainsi que les versants et les plateaux attenants. Dans le pays qui nous intéresse, la vallée de l’Oise était habitée ainsi que celles de ses principaux affluents, le Thérain notamment. La vallée de l’Aronde participait de ce territoire humanisé mais probablement de façon lâche. En effet, le Parc à Gournay est le site de La Tène ancienne placé le plus en amont sur cette vallée. Les défrichements néolithiques avaient néanmoins fait disparaître presque partout la forêt à laquelle avaient succédé d’immenses espaces de friches ou de pacage ponctués de bosquets, de haies et de taillis.

121En direction du plateau Picard, le site du Parc constituait à La Tène ancienne une sorte d’îlot d’habitat. Son emplacement se justifiait par l’existence d’une vallée dans la zone même où elle commence à s’élargir sensiblement et par celle d’un gué utilisant un phénomène géologique, un éboulis ordonné barrant la vallée extrêmement tourbeuse (Compiègne 1971). Par ce gué passait l’un des principaux chemins reliant le Bassin parisien à la Manche par les basses vallées de l’Oise et de la Somme. Une petite fortification était installée au débouché de ce gué en direction de la plaine d’Estrées‑Saint‑Denis, probablement créée à l’âge du Bronze, elle fut réoccupée à La Tène ancienne (Brunaux et al. 1985a : 24 sq.). À proximité et dominant les marécages se trouvait une petite place cultuelle qui a livré des céramiques de La Tène B1 (Brunaux et al. 1985a : 53‑59).

122Cet ensemble, probablement encore occupé par un groupe humain de La Tène ancienne, dut être immédiatement mis à profit par les nouveaux arrivants ; on trouve, en effet, quelques éléments céramiques de La Tène ancienne dans le fossé de clôture du nouveau sanctuaire. Nous ne savons pas si la petite fortification (enceinte A) du Parc fut mise à profit, même provisoirement. Elle n’a en tout cas livré aucun matériel de La Tène moyenne. Aucun habitat ne s’installa non plus dans la périphérie ; les fouilles y ont été nombreuses et elles n’auraient pas manqué de livrer un matériel caractéristique. Seul le grand sanctuaire de Gournay a été édifié au tout début du iiie s. comme une sentinelle symbolique auprès du gué.

123L’absence à Gournay d’un habitat contemporain du sanctuaire n’est pas sans signification, d’autant qu’elle s’oppose à la présence d’un habitat comme celui de la Fosse Muette qui lui est parfaitement synchrone. On peut donc conclure que dès le début du iiie s., c’est‑à‑dire probablement dès leur arrivée, les Bellovaques ont structuré l’occupation du territoire. L’emplacement du lieu de culte a été choisi pour des raisons stratégique et mythologique (le lieu de culte antérieur désignait la résidence d’une divinité). L’établissement de l’habitat répondait à d’autres impératifs.

124La Fosse Muette à Montmartin nous donne une bonne image de ces sites d’habitat de La Tène moyenne. Comme on vient de le voir dans le chapitre précédent, il s’agit d’une résidence aristocratique, cas particulier mais qui ne manque pas d’intérêt. On se rend compte à la lecture d’une carte, telle que celle de l’IGN au 1/25 000e (2 411 ouest et est) que le site est l’un des mieux choisis sur le tracé de la vallée de l’Aronde : confluent de deux rivières formant un éperon naturel facile à barrer, inclinaison du versant au sud‑est. Deux lieux seulement répondent à ces critères : le village actuel de Moyenneville et La Fosse Muette. Les familles aristocratiques se sont donc réservé les meilleures terres, non pour y établir des villages ou des camps fortifiés mais leur propre résidence au milieu de leurs terres. Le matériel archéologique de Montmartin indique que l’installation de ces sortes de villae s’est produite dès l’arrivée des nouveaux habitants. Les agglomérations (hameaux, villages, etc.), dans l’état faible, il est vrai, de nos connaissances, paraissent quelque peu postérieures.

FIG. 187 – Le site de La Fosse Muette. En noir : vestiges de La Tène C1 ; en hachures : vestiges de la fin de La Tène ancienne.

J.‑L.B./CNRS del.

125Il s’agit d’une forme de peuplement particulière que la région ne connaîtra plus par la suite : l’installation d’une population nouvelle dans un pays où seules les grandes vallées sont occupées. Dans ce cadre, sanctuaires et résidences aristocratiques paraissent des éléments clefs dans l’occupation du sol. Ceux‑ci, on l’a vu, donnent forme à la structure politique. C’est ainsi qu’il faut comprendre le rôle du sanctuaire de Gournay dont le contexte humain jusqu’à la fouille de Montmartin paraissait flou. Le matériel en provenant, comparé à celui de l’enclos 56 et à celui d’un sanctuaire d’un autre type, tel Ribemont, a permis de distinguer les traits de la divinité qu’on y honorait, les sacrifices et les offrandes qu’on lui rendait ainsi que le groupe humain qu’elle était censée protéger. Cette divinité avait les deux caractères qu’on lui reconnaissait dès 1985, guerrière et poliade. L’activité sacrée, comme on l’a rappelé plus haut, peu diversifiée, concernait essentiellement le monde de la guerre, offrande de panoplies d’armes, sacrifices humains peut‑être. Le sacrifice de type chthonien des bovidés pose, en revanche, plus de problèmes. Doit‑il être rattaché à la fonction tutélaire d’une divinité, désignée pour la protection d’un territoire en ce cas représenté par un animal évoquant les troupeaux les plus précieux ? Ce qui est sûr, c’est que ce sacrifice, comme l’offrande d’armes, obéissait à une périodicité qui fut respectée pendant près d’un siècle et demi. L’aire d’influence de ce lieu de culte régional n’est pas non plus aisée à définir. La comparaison avec Ribemont confirme que cette aire ne s’étendait pas à une confédération de peuples, probablement pas non plus à la puissante civitas des Bellovaques qui devait regorger d’armes et de trophées. Il pouvait s’agir d’un pagus ou de l’une de ces fractions de pagus que mentionne César au livre VI (11, 2). Entre les deux il est difficile de trancher mais on réexaminera ce problème plus bas. Disons pour l’heure que le lieu sacré de Gournay était le cœur symbolique d’un territoire d’au moins une centaine de kilomètres carrés (tabl. xx).

TABL. XX – Habitats et sanctuaires de la plaine d’Estrées‑Saint‑Denis.

J.‑L.B./CNRS

126Comment fonctionnait matériellement un tel lieu ? Il est difficile de répondre en l’absence de documents épigraphiques comme il en existe pour quelques sanctuaires romains ou grecs. Cette question est encore rendue plus complexe pour l’époque qui nous concerne, où se produit très vraisemblablement un transfert des responsabilités religieuses vers l’autorité publique. Nous devons donc nous satisfaire de données d’ordre très général mais qu’il est bon cependant de rappeler. Un tel lieu concernait l’ensemble de la population, à l’exception de ceux qui étaient interdits d’activité civique ou religieuse. La cohésion de la société gauloise, la puissance militaire de certains peuples, malgré des inégalités évidentes au niveau des richesses ou de la propriété foncière, ne peuvent s’expliquer que par un fonctionnement social relativement harmonieux où la religion jouait le plus grand rôle. L’ensemble de la population devait avoir droit à un minimum d’activité cultuelle sur un lieu commun au groupe, soit dans un cadre privé, soit dans celui d’associations religieuses et à coup sûr dans le cadre de grandes manifestations publiques. Néanmoins un sanctuaire alimenté par plusieurs milliers de panoplies d’armes et par des centaines de bovidés ne pouvait se trouver qu’aux mains de l’aristocratie. Car c’est elle qui livrait à la communauté les guerriers les plus prestigieux, ceux qui pourraient offrir des armes, qui sacrifiait une partie de son bétail et qui déléguait une partie des siens, les druides, pour vaquer aux choses sacrées.

127Si en quelque cérémonie le lieu de culte s’ouvrait à l’ensemble des guerriers, il est probable que sa gestion n’appartenait qu’à quelques nobles qui s’en répartissaient les dépenses. Peut‑être ces derniers y honoraient‑ils un ancêtre commun dans l’équivalent d’une phratrie ? Ou bien étaient‑ils les propriétaires de quelques sacra à l’origine lointaine et déposés par eux dans l’enceinte sacrée ? Les textes antiques ne nous donnent aucune précision mais il faut imaginer une telle activité cultuelle directe qui, en plus des liens politiques, scellait l’alliance si forte des nobles à l’intérieur du pagus. Le sanctuaire commun aux nobles guerriers avait une vie intense, il marquait toutes les étapes de l’existence du guerrier (initiation, lustration, consécration des armes et des dépouilles, rituel funéraire) comme celle de la communauté guerrière. Non seulement on y honorait la divinité mais on lui demandait conseil par des pratiques divinatoires et on s’assemblait autour d’elle pour prendre toutes les décisions de nature belliqueuse. On sait, en effet, par César que le pagus possédait une autonomie militaire qui ne s’effaçait jamais même à l’intérieur des grandes confédérations.

128Il est temps désormais de reprendre la question que nous avions laissée en suspens, celle de Faire d’influence du sanctuaire de Gournay ; elle n’est pas sans intérêt pour la compréhension du site de Montmartin et de sa place dans la géographie politique et religieuse. Nous avons vu que la divinité célébrée dans l’enceinte du Parc avait une fonction qu’en Grèce l’on dirait poliade, c’est‑à‑dire protégeant la communauté humaine et son territoire. Chez les Celtes, cette figure divine est la mieux individualisée, c’est celle que Lucain (I, v. 444) désigne par Teutatès et que l’on retrouve chez César (VI, 17, 2) sous la traduction de Mars. Joseph Vendryes a montré depuis longtemps (Vendryes 1948 : 265) que ce mot Teutates « n’était en somme qu’un adjectif désignant le dieu de la Tribu sans qu’il fut nommé autrement », le « Tribal » en quelque sorte pour reprendre l’adaptation en français qu’en a faite Paul‑Marie Duval (Duval 1976 : 31). Ce dieu qui existait dans tout le monde celtique pouvait prendre des formes différentes, adopter un nom particulier. Il était polyvalent mais deux fonctions demeuraient attachées à sa personne, celle de personnifier le groupe humain, celle d’assurer sa défense de façon guerrière. Par là, il représentait aussi le territoire occupé par le groupe humain. Notre problème est de déterminer si ce territoire correspond au pagus ou à l’une de ces fractions. Par contre on ne cherchera pas à savoir quelle est la nature du groupe humain qui occupe le pagus ou la fraction de pagus.

129Nous l’avons vu, la civitas Bellovacorum occupait un espace qui est assez précisément celui du diocèse de Beauvais ou celui du pays appelé à l’époque moderne Beauvaisis. Autant les limites de cette entité géographique sont stables au cours de l’histoire et paraissent remonter à l’antiquité gauloise, autant celles des pagi qui la constituèrent paraissent floues et durent être fragiles. Dans le territoire correspondant à la cité des Bellovaques, quatre pagi sont mentionnés à l’époque mérovingienne de façon tout à fait éphémère, le pagus belvacensis, le pagus vindolimsis, le pagus rossontensis et le pagus camliacensis. Les deux premiers noms peuvent avoir une origine gauloise. Les deux derniers sont formés sur le nom d’un lieu qui deviendra par la suite chef‑lieu de doyenné (Ressorts), de doyenné et de comté (Chambly). Même à l’époque mérovingienne, clans les testaments ou les confirmations de biens (Roblin 1978), les lieux sont désignés indifféremment (par les deux formules, soit celle générale « in pago belvacinse », soit celle plus précise désignant l’un des trois autres pagi), montrant par là que le pagus bellovaque, futur Beauvaisis, n’a jamais cessé de désigner une entité géographique plus large, regroupant tous les pagi. On serait donc en droit de douter de l’origine gauloise de ces pays. Cependant plusieurs faits incitent à pondérer un jugement aussi expéditif. Il est remarquable tout d’abord que les quatre pagi se situent très exactement à l’intérieur de ce que l’on considère comme la civitas Bellovacorum. Si les appellations sont récentes (mérovingiennes), il ne s’agit pas de création d’entités géographiques nouvelles, mais bien de la reprise d’anciens territoires. Un second fait suscite réflexion, c’est le nom Vindoliensis. Il ne s’agit pas du nom d’un chef‑lieu mérovingien, siège par la suite d’un doyenné, d’un archidiaconé ou d’un comté. Le village de Vendeuil‑Caply n’apparaît qu’au xie s. Or c’est dans cette commune aux lieux‑dits Les Châtelets et le Val‑Saint‑Denis que se trouvait une importante agglomération gallo‑romaine sur l’emplacement d’un sanctuaire et d’un habitat gaulois. Il y a donc de fortes chances que le mot Vendeuil, « la clairière blanche » (Dauzat 1944 : 100) d’origine gauloise ait désigné cette localité bien avant la disparition de l’Empire romain.

130De fait, la réalité médiévale et moderne semble bien refléter une situation ancienne que l’on perçoit à travers le récit de César et à travers les aménagements politiques et administratifs de l’Empire romain. Nous avons déjà eu l’occasion de le dire, au début du ier s. av. J.‑C., la civitas Bellovacorum apparaît comme un peuple puissant, bien structuré dont le territoire possède déjà les limites qui lui seront reconnues sous l’Empire, ce qui n’est le cas ni des Ambiens, ni des Viromanduens, ni des Suessions qui, les uns et les autres, verront certains de leurs pagi détachés, voire constituer de nouvelles civitates (les Silvanectes par exemple). On a le sentiment que, s’il y avait plusieurs pagi (et il dut y en avoir au moins primitivement), ceux‑ci étaient parfaitement intégrés à la civitas. Cette unité de la nation n’est certainement pas sans rapport avec la présence d’un sénat qui se présentait comme une instance supérieure et centralisatrice. À l’époque de César, ces pagi avaient peut‑être perdu déjà une partie de leur pouvoir.

131Nous admettrons donc comme postulat, et en l’absence d’autres informations que celles évoquées plus haut, que le territoire des Bellovaques était constitué de quatre subdivisions, correspondant approximativement aux pagi mérovingiens. Les sites de Montmartin et de Gournay se trouvent sans aucun doute à l’intérieur du pagus Rossontensis. Ses limites, contrairement à celles des autres pagi, sont aisées à retracer. Il s’agit, en effet, d’une région naturelle (fig. 188), la plaine d’Estrées‑Saint‑Denis, vaste plaine limoneuse s’inclinant sensiblement vers le sud‑est, de forme grossièrement circulaire et d’un diamètre régulier d’une trentaine de kilomètres. La superficie est d’un peu moins de 90 000 ha, soit pratiquement la superficie moyenne indiquée par Camille Jullian (Jullian 1920 : 16). Cette région correspondant à une entité géologique a également des limites naturelles fortement marquées ; vallée de l’Oise au sud‑est, buttes tertiaires du Clermontois et lac de Sacy‑le‑Grand au sud et sud‑ouest, vallée de l’Arré à l’ouest, forêt de La Herelle et massif tertiaire du Noyonnais au nord et nord‑est. Le centre de ce pays en est l’agglomération actuelle d’Estrées‑Saint‑Denis où fut découvert et fouillé dans les années 1980 (Woimant 1991) un site important de La Tène moyenne au Haut‑Empire, lieu de culte au milieu d’un habitat. Gournay et Montmartin, sans être en position de limite puisque celle‑ci est matérialisée par la rivière au nom évocateur de Matz avec le village au nom non moins significatif de Marquéglise, se trouvent plutôt en bordure de la marche septentrionale.

FIG. 188 – Le pagus Rossontensis.

J.‑L.B./CNRS del.

132Si l’on reprend notre question initiale, celle de faire d’influence du sanctuaire de Gournay, on doit faire remarquer que sa position excentrée, voire quasi en limite, ne s’oppose pas à une vocation de sanctuaire de pagus. Au contraire, sa situation sur cette marche qui est aussi celle de la limite avec deux autres peuples, Ambiens au nord‑ouest et Viromanduens au nord‑est, est naturelle pour le siège d’une divinité guerrière. Ainsi à Rome, Mars avait un sanctuaire à l’extérieur de la porte Capène auprès duquel devaient se rassembler les armées qui partaient vers le sud (Tite‑Live a : VII, 23, 3). En Grèce de nombreux sanctuaires extra‑urbains sont également placés aux limites des cités (Polignac 1984 : 42). Le lieu de culte de Gournay, dédié à une divinité guerrière et tribale, faisait office de sentinelle sur le chemin du nord, au gué le plus important de l’Aronde, à l’orée de la marche dessinée par les deux cours d’eau parallèles de l’Aronde et du Matz, et au débouché de la haute forêt séparant le plateau Picard de la plaine d’Estrées.

133La quantité mais aussi la qualité des offrandes qu’il a abritées (un nombre minimal de 220 panoplies pouvant correspondre à un nombre initial de plusieurs centaines voire de plusieurs milliers) sont sans commune mesure avec le mobilier recueilli à Montmartin mais surtout avec celui d’Estrées‑Saint‑Denis, site dont on verra l’importance topographique et politique plus loin. La seule comparaison qu’on puisse opposer à la collection de Gournay est celle provenant du sanctuaire de Ribcmont dont on pense qu’il est de nature confédérale (Brunaux 1995). Enfin, si l’on sort du monde celtique on dispose d’une comparaison intéressante puisqu’elle est issue de fouilles archéologiques et correspond à une période d’égale durée : à Olympie, dans le sanctuaire le plus prolifique en armes pour la période allant de 650 à 500, il a été découvert moins de 200 boucliers d’hoplites (Snodgrass 1986 : 88). L’enceinte de Gournay a donc servi de réceptacle aux offrandes d’une communauté importante. Nous avons vu que cette communauté n’est probablement pas celle de la civitas, dans ce cas l’enceinte sacrée et ses annexes seraient beaucoup plus vastes, mais c’est vraisemblablement celle qui se situe à l’échelon inférieur, autrement dit le pagus.

134Les habitants de Montmartin n’étaient donc pas les seuls utilisateurs de ce sanctuaire mais ils en étaient probablement des acteurs importants avec les autres familles aristocratiques du pagus. Leur contribution à son fonctionnement ne représente qu’une part minime, de l’ordre du centième. Cette estimation peut être calculée de deux façons. D’une part, si l’on considère que les Bellovaques à l’instar des Nerviens possédaient 600 sénateurs, on peut estimer que chacun des trois petits pagi fournissait une centaine de sénateurs, tandis que le pagus principal de loin le plus étendu et probablement le plus peuplé pouvait se réserver la moitié des sièges. On aurait donc pour le Pagus Rossontensis une centaine de familles nobles représentées. D’autre part, si l’on considère le nombre des guerriers d’« élite » indiqué par les Rèmes pour les Bellovaques (César : II, 4, 5), à savoir 60 000, on peut estimer que le pagus pouvait en constituer le sixième, soit 10 000. Si l’on reprend l’hypothèse intéressante de Jullian (Jullian 1920 : II, 50) selon laquelle les magistrats pourraient correspondre aux « centeniers » des Francs, il faut imaginer une centaine de formations d’une centaine de guerriers dirigées par 100 « centeniers ». La résidence de Montmartin présente tous les caractères du domicile d’un tel magistrat militaire qui siégeait probablement aussi au sénat. La familia de cet aristocrate rendait les honneurs à la divinité guerrière. Elle honorait aussi sur son propre domaine la divinité qui veillait sur la famille. Mais probablement elle participait à d’autres cultes en d’autres lieux.

135Parmi ces lieux qui connurent une activité cultuelle importante et concernèrent directement les habitants de Montmartin, il faut citer l’agglomération d’Estrées‑Saint‑Denis dont on a vu qu’elle est précisément au centre du pagus, à une distance de 6 km de La Fosse Muette. Il s’agit d’un habitat matérialisé par de nombreuses structures archéologiques réparties densément. Sur cet habitat se trouve une zone cultuelle qui a laissé place à l’époque gallo‑romaine à un important sanctuaire. Le plan (Woimant 1991) est d’une lecture malaisée qui ne permet pas de reconnaître la nature exacte de l’habitat (village, agglomération de type urbain) ni les limites de la zone cultuelle. Ce site a été contemporain de ceux de Gournay et de Montmartin. Cependant le début de son occupation est sensiblement plus tardif : les objets les plus anciens sont des armes de La Tène C2. Son activité la plus intense concerne la période qui englobe la Conquête.

136L’habitat d’Estrées‑Saint‑Denis, parce qu’il est au centre du pagus, parce qu’il semble en être actuellement le seul habitat groupé important (tabl. xix), a dû jouer un rôle politique et économique important entre 150 av. J.‑C. et le début de notre ère. Le lieu de culte était d’une autre nature que celui de Gournay. Les offrandes sont tout autres : si les armes sont peu abondantes (elles ne sont représentées en fait que par le lot ancien de La Tène C2 qui pourrait correspondre à un dépôt de fondation), les monnaies au contraire sont nombreuses, les parures sont également courantes alors qu’elles sont quasiment absentes à Gournay. Le site, d’une manière générale, est intriguant parce qu’on ne comprend pas pourquoi sa fondation n’est pas plus ancienne. Sa nature et sa position géographique justifieraient plutôt qu’il soit strictement contemporain des autres sites. Cependant la fouille, qui nulle part n’a montré de limite à la zone occupée, ne permet pas d’écarter l’hypothèse d’un déplacement du site avec une zone plus ancienne qui n’aurait pas été observée. La succession chronologique entre la première occupation du sanctuaire de Gournay du début du iiie s. aux environs de 125 et celle d’Estrées‑Saint‑Denis à partir de 150 av. J.‑C. environ n’est peut‑être qu’illusoire. Il est clair en tout cas que ce second lieu de culte n’a pu assumer les fonctions du premier.

137C’est pourquoi l’on doit croire que les habitants de Montmartin ont dû également fréquenter le site des Sablons à Estrées‑Saint‑Denis dont le rôle premier pouvait être d’ordre économique. Aucœur du pays, sur le chemin important qui emprunte le gué de Gournay, dans une légère dépression de la plaine l’abritant des vents dominants, ce site avait une vocation naturelle de marché, ce qu’il est devenu (ou à nouveau devenu) depuis l’époque moderne. À l’époque protohistorique, la cuvette d’Estrées‑Saint‑Denis présentait deux avantages remarquables qui rendaient le site unique. Dans cette plaine, l’eau de la nappe phréatique issue de la craie est généralement profonde (jusqu’à 120 m) et de faible débit (Compiègne 1971) ; elle a toujours posé des problèmes aux habitants (le nom du village de Bailleul‑le‑Soc en a gardé témoignage). Près du site des Sablons, sur les rebords de la butte tertiaire de Moyvillers, l’eau sourd naturellement et avec abondance en de nombreux points. D’autre part cette même butte tertiaire fournissait deux matériaux intéressants pour la fabrication de métaux et de parures, du sable et du lignite. Ce rôle économique s’est certainement accompagné d’une fonction politique de nature centralisatrise, mais sur laquelle les fouilles trop partielles n’apportent aucun élément.

138On voit donc dans quel réseau de relations à la fois cultuelles, économiques et politiques se sont insérés les habitants de Montmartin aux iiie et iie s. Contrairement aux agriculteurs des petits établissements ruraux de la vallée de l’Oise dont le mobilier fruste et atypique donne le sentiment qu’ils vécurent en quasi autarcie, ils se déplaçaient couramment à l’intérieur du pagus, souvent à l’intérieur de la civitas pour des raisons politiques et parfois bien au‑delà lors des expéditions guerrières ou des missions diplomatiques.

139Hormis l’arrivée des peuples belges sur leurs terres d’élection mentionnée sans grande précision de date (antiquitus) par César, problème sur lequel nous avons décidé de ne pas revenir, seuls deux grands événements historiques concernent le peuple indépendant des Bellovaques : l’invasion des Cimbres et des Teutons et la Conquête romaine. Les habitants de Montmartin n’ont connu que le premier de ces grands événements, mais de façon directe, au même titre que l’ensemble des Bellovaques. Sur ces événements le témoignage de César est, en effet, précieux. Il rapporte (toujours d’après les indications des Rèmes) que les Belges étaient les « seuls qui avaient su interdire l’accès de leur territoire aux Cimbres et aux Teutons, alors que toute la Gaule était sous leur joug ». Les renseignements suivants permettent de préciser le rôle de chacun. « Le souvenir de ces exploits leur inspirait une haute opinion de leur valeur et de leur habileté dans l’art militaire », et plus loin : « les premiers parmi eux étaient les Bellovaques par leur courage, leur autorité et le nombre, ... ils demandaient le commandement général ». Il paraît donc clair que les Bellovaques avaient joué le plus grand rôle dans la guerre contre les Cimbres et les Teutons.

140Cette invasion, rappelons‑le, prit des proportions à peine imaginables, comme le rapporte avec émotion Plutarque dans son histoire de Marins qu’il écrivit d’après un récit des événements qu’avait fait Posidonius, en appliquant la méthode de Polybe, consistant à se rendre sur les lieux quelques années plus tard et à y rencontrer des témoins. Les Cimbres et les Teutons, d’après ce témoignage (Plutarque : Marins 17), disposaient de 300 000 guerriers, auxquels s’ajoutaient femmes, enfants et vieillards. Il faut s’imaginer un flot de plus d’un million d’individus, accompagnés de leurs chariots et de leur bétail, traversant le nord de la Gaule, pillant les récoltes et les habitations pour se nourrir. Or le chiffre de 300 000 guerriers est justement celui de la confédération belge en 57. On doit donc imaginer que tous ces peuples, face à une agression sans commune mesure avec celle de Rome, avaient jeté toutes leurs forces dans la bataille et particulièrement les Bellovaques qui avaient dû réquisitionner leurs 100 000 hommes mobilisables.

141À quel moment exact les envahisseurs heurtèrent‑ils les Belges et dans quelle région précisément ? On ne le sait pas. Mais on peut conjecturer qu’ils le firent tôt, avant d’apparaître dans l’annalistique romaine, c’est‑à‑dire avant 113, moment où les Cimbres sont signalés en Norique. La route qu’ils empruntent et que Piganiol qualifie de « singulière » (Piganiol 1967 : 383) les fait aller du Jutland chez les Boïens de Bohême, puis chez les Scordisques, la Norique pour les amener enfin chez les Séquanes en 109, après avoir traversé le territoire des Helvètes. Cet immense détour semble confirmer l’indication de César : ils ne purent passer par le nord de la France, qui est la route habituelle de toutes les invasions germaines. Cette hypothèse suppose que l’affrontement s’est déroulé sur le territoire belge le plus septentrional, chez les Nerviens ou à proximité.

142On doit penser que lecœur du Belgium ne fut pas directement menacé lors de la descente de ces envahisseurs. Il le fut au contraire lors de leur remontée en 103. Tite‑Live ou celui qui a résumé son œuvre nous apprend (Tite‑Live b : livre LXVII) que les Cimbres et les Teutons firent leur jonction « in bellicosis ». Ce nom de peuple mystérieux, en tout cas inconnu de toutes les listes postérieures, a été lu « in l’ellocasis » par Mommsen, « in Bellovacis » par Müllenhoff, enfin Jullian (Jullian 1920 : III, 77, note 1) proposa « in Belgica ». On peut aussi en faisant la synthèse de ces différentes propositions imaginer une confusion de l’auteur entre « in Belgis » et « in Bellovacis ». Quoi qu’il en soit de l’identification précise du peuple, il est clair que l’événement s’est déroulé chez les Belges, plus vraisemblablement chez un peuple du sud du Belgium, ce qui obéit à la logique puisque les Cimbres remontaient du sud et que les Teutons étaient stationnés dans la région de Cologne.

143Ce rassemblement des troupes cimbres et teutonnes s’est‑il produit dans le cadre des accords passés entre eux et les Belges dont César suggère l’existence à propos de l’oppidum des Aduatuques, concession que les Belges auraient faite aux envahisseurs afin qu’ils y laissent des bagages (César : II, 29, 4) ? Constitue‑t‑il, au contraire, un débordement que les pérégrinations de ces populations, les contraintes que leur a imposées la résistance romaine pourraient justifier ? Il est difficile de le dire. Mais on peut penser que l’arrivée de plusieurs centaines de milliers de guerriers, qui ne devaient plus avoir de vivres et de forces arrière, eut de lourdes conséquences pour le peuple qui les reçut volontairement ou involontairement.

144La destruction de l’habitat de Montmartin peut être mise en parallèle avec ces événements. Trois faits nous autorisent à le penser. Le violent incendie qui a détruit au moins la partie centrale de l’habitat, sinon sa totalité, n’est pas accidentel mais il a été provoqué et entretenu. Les habitations n’ont pas été reconstruites, ce qui signifie soit que les habitants ont alors été décimés, soit qu’ils ont abandonné leur propriété. La chronologie enfin est compatible avec des événements historiques qui se sont déroulés aux environs de 100.

145Rappelons brièvement les principaux éléments qui datent l’abandon du site de Montmartin. Ce sont tout d’abord les caractères du faciès du dernier horizon de Montmartin qui trouve ses meilleures comparaisons avec celui de la phase 3 de Feurs (Vaginay, Guichard 1988) et celui de la phase finale de l’habitat d’Acy‑Romance (Lambot, Méniel 1992), l’un et l’autre datés des environs de 100. Plusieurs éléments : l’apparition à Montmartin des premières fibules Nauheim, encore en association avec des fibules en fer de La Tène moyenne (une telle association à Besançon est datée par la dendrochronologie de 109 av. J.‑C. [Guilhot, Coy 1992]) ; les perles de verre plutôt représentatives de La Tène C2 ; la présence de rares amphores (deux fragments seulement, l’un de type gréco‑italique et l’autre du type Dressel la) ; enfin l’absence de monnaies de potin diffusées largement dans le premier quart du ier s. et un lot d’armes qui trouve ses meilleures comparaisons à Wederath où ces objets sont datés du dernier quart du iie s., tout cela indique un horizon de La Tène D1 qu’il faut situer entre 125 et 100. La présence de quelques importations du monde romain (grands chevaux et amphores) incite à placer la destruction du site vers le bas de cette fourchette chronologique, soit dans les années 100. Il est en tout cas inconcevable d’attribuer une datation plus récente. On aurait alors d’autres types de fibules représentatifs de La Tène finale, bien diffusés régionalement, les « Almgren 65 » et les « Schüsselfibeln ». On aurait à coup sûr des potins LT 8124 qui se sont répandus largement chez les Bellovaques dans les années 80.

146Sur la voie de l’interprétation, l’archéologie ne permet guère d’aller plus loin. On peut imaginer aussi un conflit intérieur, voire un affrontement avec un autre peuple belge. L’hypothèse d’un événement lié aux premières invasions germaines nous semble actuellement la plus vraisemblable.

147Mais une telle interprétation suppose que le sanctuaire de Gournay a eu aussi à souffrir de ces tragiques événements. Depuis la publication du premier volume des fouilles (Brunaux et al. 1985a), l’analyse des différentes séries de matériel a permis de préciser la chronologie et de revoir certains points obscurs ou incompris de l’histoire du sanctuaire, comme le montre l’étude des fourreaux d’épées (Lejars 1994). Il paraît clair désormais que les dernières offrandes d’armes ont été faites au cours de la première moitié du iie s., au moment d’un réaménagement général du sanctuaire (phase IV), marqué par la construction du temple II, de plan carré, l’élargissement de l’entrée et la construction d’un porche monumental. Ces offrandes semblent n’avoir pas atteint le deuxième quart du iie s. (Lejars 1994 : 62). Il n’est pas sûr du tout que la fermeture du sanctuaire ait correspondu à la disparition de ces offrandes d’armes. La présence à la surface du fossé de clôture d’une céramique parfaitement identique à celle de la couche C.01 de Montmartin (Brunaux et al. 1985a : 104 sq.) et d’une fibule de Nauheim incitent plutôt à abaisser cette datation et à la rendre proche de celle de l’abandon de Montmartin.

148La fermeture du sanctuaire de Gournay a fait l’objet d’une étude détaillée dans le premier volume de la publication du site (Brunaux et al. 1985a : 104 sq.). Cette hypothèse avait été émise sur la foi de deux observations : d’une part le fossé de clôture montrait qu’il avait été volontairement comblé ; d’autre part les vestiges de constructions (temple, porche d’entrée et palissade) indiquaient que leur bois avait brûlé. Aujourd’hui la contemporanéité entre les deux faits (rebouchage du fossé et incendie) ne nous paraît plus aussi évidente. Le sanctuaire de Ribemont montre, en effet, que le rebouchage systématique de toutes les cavités produites accidentellement (par arrachage des poteaux notamment) est une façon de faire courante qui ne signifie pas pour autant un abandon du site. Il paraît plus logique de mettre le rebouchage du fossé qui se trouvait à l’intérieur de l’enclos en rapport avec le réaménagement du sanctuaire mentionné plus haut. Ce rebouchage est marqué par une couche épaisse de terre ocre marbré, généralement quasi stérile, qu’il faut distinguer de la couche supérieure gris noirâtre contenant un abondant matériel détritique (os animaux consommés et céramiques) qui, de toute évidence (et grâce à l’expérience que nous a donnée la fouille du sanctuaire de Ribemont), doit être considérée comme le sol du sanctuaire, piégé à l’emplacement de la structure creuse dont le remplissage inférieur s’est tassé (Brunaux et al. 1985a : fig. 39 et 40).

149Cette nouvelle analyse des stratigraphies et du matériel de Gournay apporte trois éléments nouveaux à la lecture parallèle que l’on peut faire des sites du Parc et de La Fosse Muette. Tout d’abord il se confirme qu’il y a eu une modification importante dans le culte à Gournay au milieu du iie s. : on a cessé d’offrir des armes alors qu’on diversifiait les victimes animales (mouton et chien en plus) que l’on consommait et qu’on a utilisé la céramique dans de grandes quantités. Ce changement brutal et bien situé dans le temps ne peut qu’être mis en rapport avec un phénomène que l’on observe à Montmartin, l’apparition des premières offrandes d’armes. Il est, en effet, tout à fait surprenant qu’on rencontre dans le fossé 56 les armes de la fin de La Tène moyenne et du début de La Tène finale qu’on s’attendrait à voir figurer dans la couche supérieure du fossé de Gournay aux côtés de la céramique. Entre 150 et 125 av. J.‑C. les habitants n’ont plus fait d’offrandes de panoplies d’armes dans le sanctuaire du pagus mais ils ont commencé à en consacrer quelques‑unes dans leurs lieux de culte domestiques. Est‑ce parce qu’à partir de cette époque le sanctuaire de Gournay ne jouait plus pleinement son rôle et qu’il avait perdu sa fonction fédératrice au profit d’un lieu à l’échelle de la cité ? Il est clair en tout cas que c’est à cette époque que le grand sanctuaire de Gournay prend l’allure d’un modeste temple local. C’est dans cet esprit d’ailleurs qu’il est réédifié à l’époque augustéenne.

150L’autre conséquence est la mise en évidence d’une destruction parfaitement similaire des deux sites à une époque contemporaine. Les installations cultuelles du Parc ont été anéanties par un feu nourri qui n’a laissé en place aucun élément boisé. Et nous n’avons pas de raison à priori de distinguer, par les moyens mis en œuvre, la destruction du sanctuaire de Gournay de celle de l’enclos 56 de Montmartin. Que deux constructions monumentales situées à 3 km l’une de l’autre soient totalement ravagées par le feu est une coïncidence suggestive.

151L’abandon du domaine de La Fosse Muette pose un problème qui paraît plus complexe encore. On s’interroge sur le fait qu’un habitat qui couvrait plusieurs hectares, qui était admirablement situé n’ait pas été réoccupé à la fin de La Tène finale ou à l’époque augustéenne, comme le sont la plupart des établissements ruraux. Ce domaine appartenait à une famille aristocratique qui n’a probablement pas été totalement décimée et n’a pas renoncé à sa propriété. On doit donc croire qu’elle a volontairement quitté son lieu de résidence.

152Il faut imaginer que les invasions germaines de la fin du iie s. ont, selon tout vraisemblance, déstabilisé les institutions belges qu’elles frissent politiques, cultuelles ou économiques. La raréfaction des offrandes d’armes trahit le trouble des mentalités, sinon la crainte, en tout cas un pragmatisme qui prévaut sur la foi. Les convictions religieuses des peuples du Belgium reposant pour l’essentiel sur les vertus guerrières ont dû être profondément ébranlées par le raz‑de‑marée de l’invasion cimbrique. Aux iiie et iie s., les territoires belges apparaissent comme des plaines ouvertes, sans fortifications, où la renommée guerrière entretenue par des temples couverts de trophées tient lieu de défense. Or tout à coup cet ordre est remis en cause. Les lieux sacrés sont saccagés. Les domaines les plus riches sont pillés. Et la population entière doit se réfugier dans des lieux défendus naturellement. Il apparaît que le sort du peuple ne dépend plus seulement de nobles guerriers.

153C’est probablement l’époque où le besoin de fortification se fait ressentir chez les Belges de l’ouest, où la conception de l’oppidum fait son chemin. L’état de conservation du site du Parc à Gournay ne permet malheureusement pas de définir avec suffisamment de précision si c’est à la même époque qu’il faut situer les premières fortifications. Le murus gallicus découvert sur l’enceinte A du Parc (Brunaux 1994) est postérieur à la Conquête mais il fait suite à un premier état qui n’a pu être daté. D’autre part à l’extérieur de l’enceinte fortifiée A mais à l’intérieur de la grande enceinte B et à proximité du sanctuaire a été mise en évidence une zone artisanale qui s’est développée vers la fin de La Tène D1 et au cours de La Tène D2. La fortification de l’enceinte B n’est malheureusement pas datée. On peut donc seulement affirmer qu’avant la Conquête des ateliers de fondeurs de potins étaient installés à proximité du temple et que le lieu était fortifié au milieu du ier s. av. J.‑C.

154Il n’est pas anodin qu’à ce moment apparaissent les premières monnaies dont certaines ont pu être fabriquées sur place. Ces vestiges ajoutés à ceux de la fortification et du temple indiquent la présence d’une nouvelle forme de pouvoir, centralisé en quelque sorte, si l’on considère que le pouvoir de battre monnaie était du ressort du pagus ou de la subdivision de pagus.

155Le site du Parc à Gournay, s’il est sensiblement plus vaste que celui de La Fosse Muette (16 ha), présente cependant un plan étonnamment similaire : une enceinte mieux fortifiée se trouve dans l’angle intérieur d’une enceinte quatre fois plus vaste. Comme à Montmartin, c’est dans ce second enclos que se rencontrent des ateliers. La population du Parc ne présente pas les mêmes caractères que celle de La Fosse Muette, elle est plus importante et plus diversifiée, comme l’indiquent les surfaces encloses et la variété des activités artisanales. On peut supposer, entre autres, une vocation commerciale découlant naturellement de la position de l’habitat le long de la voie nord‑sud décrite plus haut et peut‑être même l’existence d’un péage (sur le site même se trouve le lieu‑dit Le Guidon qui témoigne d’un droit de passage médiéval). Rien n’autorise cependant à croire que les familles aristocratiques ne trouvaient pas leur place sur un tel habitat. Au contraire la partition interne de l’enceinte avec un espace plus petit qui a fait au moins à deux reprises l’objet d’un aménagement prestigieux (un murus gallicus) peut s’expliquer par sa présence.

156La constitution de cet oppidum dans la première moitié du ier s. av. J.‑C. n’a pu se faire que sous l’impulsion de l’aristocratie, même si une telle conception de l’habitat suppose une large participation du peuple à la construction, à son entretien mais aussi aux avantages qu’il procurait. À la veille de la Guerre des Gaules, les aristocrates bellovaques jouissaient encore d’un large pouvoir politique et économique. Ils avaient la mainmise sur la plus grande partie des terres, les fermes des voies de communication, propriétés et privilèges nécessaires à la création d’un oppidum. La famille aristocratique de Montmartin pouvait être de ceux‑là.

Table des illustrations

Légende TABL. XIX – Grands événements historiques.
Crédits J.‑L.B./CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43638/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende FIG. 187 – Le site de La Fosse Muette. En noir : vestiges de La Tène C1 ; en hachures : vestiges de la fin de La Tène ancienne.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43638/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 29k
Légende TABL. XX – Habitats et sanctuaires de la plaine d’Estrées‑Saint‑Denis.
Crédits J.‑L.B./CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43638/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Légende FIG. 188 – Le pagus Rossontensis.
Crédits J.‑L.B./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43638/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 213k

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search