Version classiqueVersion mobile

La résidence aristocratique de Montmartin (Oise) du IIIe au IIe s. av. J.-C.

 | 
Jean-Louis Brunaux
, 
Patrice Meniel

Chapitre 4. Interprétation

4 Deutung

4 Interprétation

Bruno Boulestin, Jean‑Louis Brunaux, Henri Duday, Thierry Lejars et Patrice Méniel

Résumé

Les restes animaux découverts sur l’ensemble de l’habitat montrent que les habitants se livraient à un élevage plus diversifié que sur les autres sites agricoles connus et surtout de meilleure qualité. Une partie de la population devait être entièrement occupée à des activités artisanales qui ne sont pas seulement liées à une économie rurale. Le travail du fer était très développé et la chaîne opératoire commençait avec le traitement du minerai. D’une manière générale, les vestiges matériels révèlent un haut niveau de vie qui est encore confirmé par des traces d’activité cultuelle sur l’habitat.

L’enclos 56 doit être interprété comme une place connaissant deux fonctions, l’une publique ou de rassemblement et l’autre cultuelle. Le petit temple situé sur le point le plus haut et en position excentrée permettait la réalisation de pratiques cultuelles dont les os animaux témoignent. Mais surtout il accordait une autorité divine à des réunions dont les caractères aristocratique et politique sont trahis par la présence d’armes et de crânes humains qui, initialement, devaient être suspendus au mur d’enceinte.

Le complexe 57‑99, qui montre une évolution quasi linéaire pendant près de deux siècles, permet de mieux comprendre la nature et l’évolution des aménagements cultuels jusqu’à présent documentés essentiellement par le site de Gournay.

L’ensemble du matériel archéologique et ces structures autorisent un positionnement chronologique assez précis. L’habitat a été aménagé dès la fin de La Tène B2, en même temps que le sanctuaire de Gournay. Sa destruction, probablement totale et violente, s’est produite à la fin de la première moitié de La Tène D1, soit dans les années 100. Il est possible de la mettre en relation avec les événements relatifs à l’invasion des Cimbres et des Teutons, et plus précisément à leur retour en 103. Tite‑Live nous apprend, en effet, que les deux branches de cette invasion se sont réunies sur le territoire des Véliocasses, soit à proximité de Montmartin. La nature de l’incendie qui a détruit le mur de l’enclos 56 indique un acte volontaire et entretenu par l’homme, probablement pendant plusieurs jours.

Texte intégral

4.1 Nature de l’habitat et de l’artisanat

4.1.1 Économie de l’élevage

1p. méniel

2Le site de Montmartin présente un certain nombre de particularités qui le distinguent des autres habitats gaulois de la région. Dans ces conditions il n’est pas inutile d’essayer de préciser la nature de ce site à travers les activités dont témoignent les vestiges animaux. En effet, ces derniers permettent de distinguer assez nettement les dépotoirs des fermes et des bourgades de Picardie (Méniel 1994), les premiers sont plus riches en caprines que les secondes, où ce sont habituellement les porcs qui dominent. Ces différences renvoient évidemment à la pratique de l’élevage, soumis à un certain nombre de contraintes écologiques et économiques.

3La mise en évidence de ces tendances nécessite la prise en compte de diverses causes de distorsions, comme les modalités de dépôts, la présence de zones d’activités spécialisées (boucherie, artisanat, consommation), ou des différences sociales entre les habitants (Besançon : Méniel 1992a). Afin d’en réduire les effets, il convient de ne considérer que des données fondées sur des séries homogènes, en l’occurrence les déchets culinaires provenant des fosses dépotoirs, seules structures communes à tous ces sites d’habitat.

4La diversité des échantillons du site de Montmartin ne se réduit pas à une simple opposition entre fosses et fossés, telle qu’elle apparaît sur les fermes gauloises de la région. Seul le fossé extérieur (337) se distingue des autres structures par une fragmentation moindre des os.

5La composition de ces échantillons permet de distinguer le secteur occidental (F337, F8 et fl2) du secteur oriental (F56, f57) ; la fosse 50 occupant une place à part. Le fossé 56 est caractérisé par des dépôts assez différents d’un tronçon à l’autre, mais l’impossibilité de distinguer ce qui provient de l’habitat et de l’enceinte nous prive évidemment d’une donnée capitale pour l’interprétation. La fréquence élevée du porc sur la branche septentrionale de ce fossé permet des rapprochements avec les dépôts d’animaux consommés de certains sanctuaires, alors que quelques rebuts (cornes de bœufs sciées, plaquette perforée, os d’animaux à fourrure), localisés surtout sur l’autre branche du fossé, témoignent d’activités artisanales. Ce fossé, malgré sa richesse, n’est donc pas le lieu où rechercher une image représentative des déchets domestiques de l’habitat.

6Seule la fosse 50 présente toutes les caractéristiques des dépotoirs domestiques susceptibles d’être utilisés pour des comparaisons avec les autres sites d’habitat (fig. 81). Pour ces derniers, on peut distinguer les fermes, riches en caprinés, des bourgs, riches en porcs ; ni les taux de chasse, toujours très faibles, ni les fréquences des chiens et des chevaux ne contribuent à cette distinction. La fosse 50 de Montmartin, quant à elle, présente une composition tout à fait intermédiaire entre ces deux pôles. Ce critère met en évidence l’originalité de ce site qui n’est ni une ferme, ni un bourg.

7La présence, en quantité non négligeable, de chevaux importés constitue une autre particularité de ce site et témoigne d’échanges avec le monde romain, aucune forme sauvage ne permettant d’amélioration locale de cet animal (rôle que pourrait jouer l’aurochs pour le bœuf, ou le sanglier pour le porc). Sur les sites gaulois les restes de chevaux sont parfois très rares dans les déchets culinaires, et on ne peut donc en préciser la nature ; cette absence est probablement une autre illustration de l’influence du monde romain, où l’hippophagie est exclue, comme elle le sera en Gaule après la Conquête. En fait elle l’est déjà dès La Tène finale sur certains sites, comme Roanne ou le Titelberg. Sur les autres, là où la proportion de cheval est parfois importante, les sujets importés sont soit absents (Épiais‑Rhus et Variscourt) soit rares (Acy‑Romance et Beauvais). Les restes, assez nombreux, de grands chevaux dans les niveaux supérieurs du fossé 56, datés du début du premier siècle de notre ère, témoignent de relations précoces avec le monde romain, relations qui n’apparaissent pas dans des sites contemporains ou plus tardifs de la région.

8Les ossements animaux provenant des dépotoirs d’habitats gaulois permettent également d’étudier l’alimentation carnée et la composition des cheptels de manière relative. En effet, les comparaisons permettent de contourner les biais dus à la préservation et la conservation des ossements qui s’opposent à la restitution des données absolues, que ce soit en matière d’alimentation carnée ou de composition de cheptels.

9Les structures ont livré des quantités de vestiges assez différentes : le matériel issu du fossé 56, soit 5 359 ossements, représente près des deux tiers de la totalité. La deuxième, par la quantité, est la fosse de l’habitat semi‑enterré (50) : 1 385 ossements en proviennent. Le fossé 337 est moins riche (1 416 restes), cela résulte de l’érosion, mais aussi de sondages limités. Le dernier échantillon assez important est celui de la citerne 12 : 433 restes.

10Les fréquences des espèces, l’âge des animaux, l’inventaire des parties consommées sont les principaux paramètres à notre disposition pour rendre compte des pratiques alimentaires. En effet, la caractérisation de l’alimentation carnée des Gaulois de nos régions repose sur quelques critères principaux, parmi lesquels la fréquence des bœufs, porcs et moutons, les âges auxquels ces animaux ont été consommés, l’importance de l’hippophagie sont les plus efficaces pour établir des distinctions entre sites.

11Mais il convient tout d’abord de juger des différences que l’on peut observer sur le site entre les secteurs. En effet, il apparaît que sur certains sites (Variscourt, Villeneuve‑Saint‑Germain) l’alimentation carnée est assez homogène, alors qu’elle est plus diversifiée sur d’autres (Acy‑Romance, Besançon). La mesure de cette diversité, en faisant la part de ce qui est dû aux effets parasites, est donc particulièrement riche en enseignement sur l’organisation du site.

12Les fréquences des principales espèces (bœufs, porcs et moutons) permettent de distinguer un certain nombre d’ensembles et d’établir des rapprochements (fig. 79) :
– le fossé 56 et les fosses de l’enceinte, riches en porcs (52 %) mais relativement pauvres en caprines (moins de 15 %) ;
– le fossé 337 et la fosse 12, avec beaucoup de bœufs (30 à 48 %) mais peu de porcs (21 à 35 %) ;
– la maison 50, riche en caprinés (27 %) et en chiens (12 %), mais pauvre en restes de bœufs (18 %).

13L’inventaire des parties anatomiques révèle un certain nombre d’analogies entre les dépôts les plus riches.

14Ceux composés de porcs sont les plus homogènes (fig. 180) : riches en os de têtes et de membres, ils témoignent d’un mode de traitement, le même pour tout le site, d’un animal de boucherie pour lequel il n’est pas possible de distinguer les lieux de découpe et les lieux de consommation, sans doute parce qu’ils étaient les mêmes.

FIG. 180 – Distribution anatomique des restes des mammifères domestiques par structure. Quatre réglons anatomiques ont été retenues : tête (crâne, mandibule et dents) ; rachis (vertèbres et côtes) ; membre (ceinture, os longs) ; pieds (carpes, tarses, métapodes, phalanges).

P.M./CNRS

15Par contre, les dépôts d’os de bœufs sont différents selon les secteurs. Dans la partie occidentale du site (St 337, 8 et 12), les dépôts sont riches en têtes, parties peu charnues sans doute éliminées assez tôt lors de la découpe, alors que dans la partie orientale (56 et 50) ils sont riches en côtes et en vertèbres, os porteurs de viande éliminés plus tard lors de la préparation de la viande, s’il ne s’agit pas de reliefs de repas ; quoi qu’il en soit, ce sont divers moments d’une chaîne opératoire, découpe et consommation, qui sont illustrés dans ces divers secteurs, les lieux de consommation semblant plutôt localisés dans la partie orientale du site.

16Les petits animaux (mouton, chèvre et chien), plus rares et aux os plus fragiles et plus sensibles aux destructions, sont beaucoup moins favorables à de telles approches. Toutefois, des analogies encre les dépôts de chiens de la fosse 12 et du fossé 8, d’une part, et de l’habitat 50 et du fossé 56, d’autre part, rappellent la dualité observée pour le bœuf. La consommation du chien est tout à fait habituelle dans les habitats gaulois, et on trouve aussi des restes de cet animal dans les fossés de sanctuaire, ainsi que dans les offrandes funéraires. La manducation de sa chair n’a donc rien de dévalorisant, ce qui n’est pas le cas du cheval qui, s’il est régulièrement consommé sur certains sites (Acy‑Romance, Variscourt), ne l’est pas sur d’autres (Titelberg, Villeneuve‑Saint‑Germain), et jamais, ni dans les nécropoles, ni dans les sanctuaires.

17À Montmartin, la fréquence du cheval est de 2 à 4 % des restes déterminés dans l’ensemble des structures, sauf au milieu de la branche est du fossé 56 où elle atteint 9 %, dans ce qui apparaît comme une zone de dépôt privilégiée. Les dépôts de chevaux sont particulièrement pauvres en côtes et vertèbres, certains en sont même totalement dépourvus, au profit d’os de membres et de pieds ; le fossé 56 se distingue par l’abondance de restes de têtes, notamment vers l’entrée présumée de l’enclos. Sauf dans ce secteur particulier d’un fossé qui ne l’est pas moins, il s’agit de déchets culinaires, ce qui place Montmartin au niveau d’autres sites contemporains où le cheval contribue de manière non négligeable à la fourniture de viande à l’alimentation. En effet, il faut rappeler que cet animal, peu nombreux, livre par individu une masse de viande bien supérieure à celle de petits animaux, porc, mouton ou chien, trouvés en plus grand nombre.

18L’âge d’abattage constitue une autre caractéristique importante de la qualité de la viande consommée en permettant de distinguer une bête de boucherie, sacrifiée assez jeune, d’un animal réformé après une vie de labeur (bœuf de trait, vache laitière). À Montmartin, la tendance est nette car les animaux réformés sont assez fréquents, ce qui n’est pas le signe d’une alimentation particulièrement privilégiée.

19Tous ces critères montrent que l’alimentation carnée des habitants de Montmartin ne présente guère de signes d’un statut particulièrement privilégié. Parmi les signes de cette alimentation assez commune, on retiendra la consommation du cheval et d’animaux réformés, notamment des bœufs et des caprinés.

4 .1.2 Quels artisans ?

20j.‑l. brunaux

21L’une des caractéristiques majeures du site de Montmartin tient à la présence importante, et tout à fait inhabituelle, de restes d’activité métallurgique. Ceux‑ci ont pu être bien observés lors de la fouille du fossé 56. Mais on sait que leur quantité était beaucoup plus grande (les fouilleurs contractuels n’ont pas récolté ce type de vestige) et que leur répartition spatiale était plus étendue. Dans le secteur A, sur le bord du plateau dominant la vallée de l’Aronde, plusieurs fosses dont une d’assez grandes dimensions montraient des traces évidentes de travail du fer et du cuivre. Visibles lors du décapage initial sur l’emplacement de la voie de chemin de fer, elles ne purent être fouillées. Dans le secteur B, par ailleurs, l’érosion a dû faire disparaître d’autres témoins qui se situaient dans la proximité de la citerne 12, on y reviendra.

22Ces restes sont essentiellement des scories mêlées à de la cendre. Parmi elles, une part certainement importante provient du forgeage, c’est‑à‑dire de la mise en forme du métal, comme c’est le cas sur beaucoup de sites d’habitat. Mais on a aussi des scories provenant de la réduction du minerai, comme l’indique sans conteste la présence de loupes et de scories encore agrégées à des parois de four. Il a même été retrouvé –ce qui est beaucoup plus rare– des fragments d’une roche contenant du minerai de fer. Ce minerai provient de formations récentes que l’on trouve dans la région mais qui n’existent pas sur le site lui‑même. Sa présence ne peut donc être duc au hasard, d’autant que ce sont les mêmes couches qui ont livré des témoins de réduction du minerai.

23L’érosion du sol ancien n’a laissé aucune chance de retrouver ces fours à bas foyer. Mais la répartition des restes qui viennent d’être évoqués (fig. 86) donne de bonnes indications sur leur localisation. On entrevoit clairement deux emplacements. L’un est probablement situé au sud du fossé 56 et à proximité immédiate des mètres 40‑50E, section du fossé où ces restes mêlés à de la cendre et de l’argile brûlée ont été ramassés par dizaines de kilos. L’emplacement topographique se prêtait particulièrement à de telles installations : à la périphérie de l’habitat, dans un endroit bien exposé et à l’abri du vent dominant mais surtout à proximité immédiate de l’eau. L’autre lieu nous est donné par des restes découverts dans le remplissage de la citerne 12 (loupe, fragments de creuset), il s’agissait plus probablement d’une forge.

24À ce propos, un certain nombre d’outils (burins, tas, tôles découpées, etc. [fig. 121 et 122]) sont certainement à mettre en rapport avec le forgeage et la mise en forme, mais comme toujours, il s’agit de pièces pour lesquelles il est difficile d’attribuer une fonction précise.

25Le travail du bronze dont on conçoit mal qu’il n’ait pas existé sur un tel site (il n’exige pas de moyens lourds ni spécifiques) n’a pas laissé de vestiges typiques, tels que moules ou coulées de fonte. Mais plusieurs petits creusets semblent bien à porter au compte de ce travail.

26Les traces d’une activité de tissage sont évidemment plus habituelles : on en rencontre sur la plupart des sites d’habitat de quelque nature qu’ils soient (mêmes ruraux). Curieusement, à Montmartin, ils ne sont pas très nombreux mais surtout ils montrent une répartition spatiale curieuse (fig. 85). Ils ne se distribuent pas sur l’ensemble du site mais n’existent que dans deux structures, le fossé 56 où se trouvaient dix fusaïoles et la maison 50 où furent récoltés deux fusaïoles et un poids de métier à tisser. Deux explications peuvent être proposées. Ou bien cette activité ne se déroulait que dans l’espace compris entre l’enclos 56 et les habitats semi‑enterrés. Ou bien elle ne s’est développée que tardivement et l’on en retrouve forcément les témoignages dans les structures les plus récentes. Parmi les représentants de cette activité, on doit noter la présence de fusaïoles en craie, matériau local mais fragile, ce qui explique peut‑être le nombre relativement peu élevé de ces objets.

27L’existence d’une zone réservée au travail artisanal est clairement attestée par la nature et la quantité de déchets de forge rencontrés dans la partie la plus orientale du fossé 56. La présence de ces déchets n’a rien de fortuit. Sur le reste du site, les scories et le mâchefer résiduels rencontrés dans les structures creuses ne permettent pas d’évoquer la proximité d’éventuels ateliers. Il en va tout autrement avec le fossé 56 dont la branche méridionale, à partir de son milieu, montre une concentration de plus en plus importante de ce type de déchets au fur et à mesure qu’on approche du versant de la vallée du Fond de Lagny. De toute évidence, il apparaît que le foyer producteur de ces vestiges d’activité métallurgique se trouvait en bordure du talus surplombant le fond de vallée, à quelques mètres seulement de l’enceinte cultuelle. Les contraintes de temps et de finance n’ont malheureusement pas permis de rechercher les ateliers liés à cette activité métallurgique.

28Un tel emplacement correspond à une certaine logique, à proximité des points d’eau naturels au seul endroit où ils sont facilement accessibles (le versant de l’Aronde ne permet pas le transport d’eau et oblige à placer les ateliers hors de l’enceinte). On peut, en revanche, s’étonner de la proximité de l’enceinte cultuelle. Mais on doit garder à l’esprit que la séparation entre les deux espaces était puissante, un mur haut et épais ne permettait aucune communication. Par ailleurs, on connaît une telle juxtaposition sur un site similaire au Titelberg (Metzler 1991).

29Cette zone n’était consacrée qu’au travail du métal et plus particulièrement du fer. Le matériel qui en témoigne (scories, parois de four, tuyères, creusets, loupes) indique que la chaîne opératoire ne se limitait pas à la réfection d’outils mais comprenait aussi leur mise en forme.

4.1.3 Niveau de vie des habitants

30t. lejars

31Sur la totalité des structures fouillées, neuf seulement ont livré des objets métalliques. Ce chiffre est bien faible comparé au nombre d’ensembles qui ont fourni uniquement des vestiges osseux et céramiques (fig. 181). La répartition des pièces métalliques est loin d’être homogène. Si le fossé 56 se distingue par son contenu des structures d’habitat, des différences non négligeables sont également perceptibles au sein même de l’habitat (tabl. xv). Seules les structures de grandes dimensions, longtemps restées ouvertes (12, 50, 56 et 8‑337‑338) ont livré un nombre significatif d’objets. Certains ensembles comme les fossés 8‑337‑338 et 56 ont même connu plusieurs phases d’utilisation. Dans les structures rapidement comblées comme les trous de poteaux, le mobilier est rare (St. 26, 49, 58 et 60). De façon générale, la distribution des objets métalliques n’est guère différente, toute proportion gardée, de celle des autres mobiliers, céramiques et osseux. Là où le métal est rare, la céramique n’est représentée le plus souvent que par quelques formes.

FIG. 181 – Distribution des objets métalliques par structure.

T.L./CNRS

32Le nombre d’objets n’est pas uniquement lié à la taille de la structure, ni même au volume de terre fouillée. La comparaison avec le matériel céramique (les formes identifiées et dessinées, cf. supra § 2.3.1.2 et 2.2.1.3) apporte un complément d’information qui justifie la distinction faite entre le mobilier du fossé 56 et celui trouvé dans les autres structures. Lorsque l’on dispose d’un nombre d’objets significatif, on remarque que l’importance relative du matériel métallique plafonne à 12 % (tabl. xvi). Ce chiffre ne varie guère qu’il s’agisse de l’enclos 8‑337‑338, de la grande fosse 12 ou de la maison 50. Si l’on considère maintenant le fossé 56, la situation est nettement différente. Dans ce cas précis, le nombre d’objets en fer représente un peu plus de 36 % de l’ensemble métal/céramique. Le chiffre est encore plus élevé si l’on prend uniquement en compte la couche supérieure du remplissage du fossé. Cette disparité n’est pas uniquement due au hasard, elle traduit d’une certaine manière la spécificité et le caractère original de l’enclos 56 par rapport à l’habitat proprement dit.

33Par le nombre d’objets métalliques et l’importance des restes d’activité métallurgique, le site de Montmartin se distingue très nettement des établissements agricoles, fermes et hameaux, fouillés dans la région. Avec cet ensemble, nous voyons s’organiser une forme intermédiaire entre les petits établissements ruraux et les grandes agglomérations. Certaines structures (8‑337‑338, 12 et 50) évoquent les aménagements d’habitats groupés avec leurs zones artisanales. Ces structures de nature différentes offrent le même pourcentage d’objets en métal (environ 12 %).

34Le mobilier comprend un grand nombre d’objets en fer, beaucoup étant hors d’usage (usure). Le matériel en bronze se limite à quelques pièces dont un torque, brisé mais complet, et les restes d’un récipient métallique. On notera l’absence d’objets restés inachevés ou tout juste ébauchés ; les fragments de tôle, qu’il s’agisse de fer ou de bronze, sont à peine plus nombreux. De même, contrairement à ce que l’on observe sur de nombreux habitats contemporains, les outils sont rares. Pourtant, il ne fait guère de doute que l’on travaillait ici le métal comme l’indiquent les nombreux résidus (parois de four, loupes de fer et scories) trouvés ici et là, près du fossé 56 mais aussi aux abords du fossé 337 et de la grande fosse cylindrique 12. Dans ce lieu où l’on ne jetait que des pièces hors d’usage, il est probable que l’on a cherché à récupérer tout ce qui pouvait encore servir sous une forme ou une autre. Dans le cas du fragment de bandage de roue trouvé dans le fossé 338, on peut se demander si cette pièce n’est pas tout ce qui reste d’un bandage récupéré et réutilisé comme matière première. La rareté de ce type d’objet dans les régions du nord‑ouest est directement liée à l’absence de tombes à char, les plus proches étant localisées dans le secteur de Soissons. Ailleurs, c’est très certainement dans le matériel des fouilles d’habitat qu’il faudra en rechercher la trace. C’est ce que suggère notamment la présence d’une pince de jante trouvée à Daours dans la Somme, dans un contexte daté du ve s. av. J.‑C. (information et fouille de P. Paris).

35Les outils sont peu nombreux et il s’agit surtout de petites pièces (alêne, ciseau, burin, pinces) utilisées pour le travail du cuir, du bois et du métal. Contrairement à un site comme Acy‑Romance, on ne trouve aucune trace d’outillage agricole. À Feurs, ce matériel est tout aussi rare (Vaginay, Guichard 1988). Il est en revanche parfaitement attesté à Gournay‑sur‑Aronde (Brunaux et al. 1985a). Parmi la niasse considérable d’objets métalliques, la fouille du sanctuaire a livré une faux, deux faucilles, deux haches, un marteau et une dizaine de contres. Ces données permettent de relativiser le fait qu’on ne trouve aucune trace tangible de ces mobiliers sur le site même de Montmartin.

Structures

Nombre

8/337‑8

22

12

3

25

1

26

1

49

1

50

21

56

106

58

1

60

1

TABL. XV – Nombre d’objets métalliques par structures.

T.L./CNRS

TABL. XVI – Importance relative des objets métalliques et des formes céramiques.

T.L./CNRS

36Les pièces d’assemblage, agrafes et clous, sont plus nombreuses. Leur structure relativement simple permet juste d’affirmer qu’elles ont été utilisées pour l’assemblage de pièces de bois de différentes épaisseurs. La plupart de ces pièces n’ont probablement servi, compte tenu de leur taille, qu’à la confection de meubles (des coffres par exemple). Le fer ne devait entrer que dans une très faible part dans la construction des édifices. La plupart des agrafes ont été trouvées dans le fossé 56 (branche est). Une seule vient de la maison 50 ; la dernière provient quant à elle du remplissage d’un des trous de poteaux de la construction protégeant l’autel.

37La parure n’est pas seulement un instrument de datation, c’est aussi et surtout l’unique moyen pour nous d’appréhender l’individu, sa façon d’être et son costume. Si les découvertes d’habitat sont trop lacunaires pour permettre des restitutions précises, nous constatons que les habitants de la maison 50 disposaient de moyens non négligeables (voir l’étude consacrée au matériel céramique). Hormis les fibules, on notera la présence d’un torque complet qui n’a pu être porté, compte tenu de ses dimensions, que par un individu assez jeune. Le port du torque indique non seulement l’importance du destinataire, mais également celle des membres de la maison toute entière. Cette impression paraît confirmée par les trouvailles de menus fragments d’armes, dans la maison 50 et divers autres endroits de l’habitat.

38Les ustensiles liés à la cuisine et les instruments de toilette ont été rencontrés en différents endroits, dans la maison 50 comme il se doit, mais aussi dans les fossés 8‑337 et 56. Ils nous renseignent de manière indirecte sur l’existence d’habitations que l’érosion et les conditions de fouille n’ont pas permis d’observer. La plupart de ces objets sont bien connus dans nos régions, mais il convient de souligner la présence exceptionnelle parmi eux d’un croc à viande. Cet ustensile lié à la consommation de viandes bouillies est connu de longue date dans les domaines nord‑alpin et atlantique. Des broches et des crocs à viande figurent déjà dans les sépultures et les dépôts de la fin de l’âge du Bronze (Gomez de Soto, Pautreau 1988 ; Gomez de Soto 1993) mais il faut attendre La Tène finale pour voir se multiplier les découvertes de ce type (Déchelette 1914). C’est sur les grands oppida, comme Manching, ou les sites proches du domaine méditerranéen (Vienne, Larina par exemple ; Chapotat 1970 ; Perrin 1990) que ces objets sont les plus fréquents. Sa présence dans le fossé 56 n’est peut‑être pas fortuite, et ce d’autant plus que pour le moment les comparaisons sont rares dans le nord de la Gaule. La découverte d’une pièce similaire dans l’un des puits de l’enceinte quadrangulaire d’Holzhausen (Schwartz 1975) pourrait indiquer un usage qui dépasse largement le simple cadre des activités domestiques. Peut‑être faut‑il voir dans ces ustensiles, le chaudron et le croc à viande, des instruments liés à certaines formes de repas collectifs, une pratique bien connue dans le monde classique et dont Posidonios se fait l’écho pour les Celtes (Bats 1988).

4.1.4 Les vestiges cultuels dans l’habitat

39j.‑l. brunaux

40Nous avons vu que l’ensemble des crânes humains découverts sur le site se décompose en deux sous‑ensembles, l’un, le plus important, est en rapport avec une construction bien particulière (l’enclos 56), l’autre, relativement faible par le nombre, se cantonne à deux emplacements dans l’habitat proprement dit.

41Sur la première trouvaille (crâne no 4), une partie postérieure de calvarium découverte non loin de l’angle occidental du fossé 337, il n’y a guère à ajouter à ce qui a été dit plus haut : la forte présomption d’un rapport avec le dépôt très particulier de trois crânes de bovidés complets et de six coupes de terre cuite sur le segment 9‑11 E (cf. supra § 2.1.3). La présence dans la même couche, à seulement 2 m du seul élément humain qui précisément est un morceau de calotte crânienne, ne peut être totalement fortuite. On ne doit pas en inférer pour autant que le traitement du crâne tel qu’il a été décrit par les anthropologues a été pratiqué dans le but de ce dépôt. Il peut s’agir d’une utilisation secondaire, voire terminale, d’un morceau de calotte dont la forme particulière –celle d’une coupe–, forme peut‑être tout à fait accidentelle, a suggéré l’utilisation.

42La présence d’un élément osseux dans cet ensemble ne change rien à l’interprétation ni aux difficultés d’interprétation qui ont été exposées plus haut (cf. supra § 2.1.3). Les comparaisons restent, en effet, très limitées. À Manching, des crânes ont été retrouvés en association avec d’autres objets (céramiques notamment et dans un cas au moins avec un crâne de cheval) (Lange 1983) ; malheureusement ces restes à Manching, comme la plupart du mobilier rencontré sur ce site, se trouvent en situation de dépotoir et de ce fait offrent peu d’éléments pour une interprétation. Plus intéressante est une découverte ancienne : à Besaure près d’Apt, un ex‑voto dédié à Mars très certainement par un aristocrate qui avait gardé son patronyme gaulois, Vectirix, fils de Reppavos, se trouvait enterré avec plusieurs crânes humains (CIL, XII, 1077). Le sens d’un tel dépôt est assez clair : les crânes humains, probablement de vieux trophées appartenant aux ancêtres du dédicant (ces pratiques n’existaient évidemment plus au début de notre ère, par ailleurs le dédicant trouve nécessaire de mentionner le début de sa généalogie), sont donnés au même titre que l’ex‑voto à la divinité dont les faveurs sont requises.

43À Montmartin la signification de la présence de ce crâne humain est moins évidente. L’association avec les crânes de bœufs, avec des coupes qui ont pu contenir du liquide ou des aliments ne désigne pas clairement une entité divine ni l’efficace d’une telle consécration. La personnalité de celui qui a accompli ce dépôt ne nous est pas non plus accessible : l’importance du don (les trois crânes de bovidés notamment) suggère cependant qu’il s’agit d’une communauté ou d’une corporation plutôt que d’un individu. Dans ce contexte qui semble plus agricole ou artisanal (les bovidés, la céramique, peut‑être des éléments végétaux ou alimentaires), il est probable que le crâne a été utilisé en tant que calotte dans une situation secondaire et qu’il a servi de récipient.

44Le second sous‑ensemble qui se trouve dans la maison 50 cause moins de difficultés. Les éléments crâniens proviennent des remblais d’une maison semi‑enterrée qui fut détruite dans sa dernière phase, probablement par le même incendie qui ravagea l’enclos 56. Les restes de cette destruction ainsi que le remblai de comblement comme dépotoir du premier état de cette maison ont livré un mobilier très abondant (les 15 m3 exhumés ont livré presque autant de matériel que le fossé de l’enclos 56) et très luxueux (fibules, parures et céramiques importées). On a pu en conclure qu’il s’agit de la demeure d’une famille très aisée, appartenant probablement à l’aristocratie. Aussi ne faut‑il guère s’étonner de trouver parmi les biens de cette maison des crânes humains. On a tous, en effet, en mémoire le passage de Strabon (livre IV, 4, 5) où celui‑ci recopie un passage de Posidonios, écrit au tout début du ier s. : « Les Gaulois exhibent aux étrangers les têtes des hommes les plus célèbres qu’ils ont enduites d’huile de cèdre et ils refusent de les délivrer moyennant rançon même pour leur poids équivalent en or ». Le même passage est recopié plus fidèlement par Diodore de Sicile (livre V, 29, 4‑5) : « Les têtes des ennemis les plus illustres enduites d’huile de cèdre ils les conservent avec grand soin dans un coffre et les montrent aux étrangers, se vantant que pour telle de ces têtes leur père ou un de leurs ancêtres a refusé une grosse somme d’argent ». Ces crânes précieusement conservés d’une génération à l’autre faisaient partie du trésor familial dont nous savons, grâce à Diodore de Sicile, qu’on les rangeait dans un coffre, de la même manière que la vaisselle précieuse. Il est, à cet égard, particulièrement remarquable que dans la même maison 50 à Montmartin nous ayons trouvé un torque, attribut spécifiquement masculin porté au cou et très peu courant à cette période (fig. 63 et 64).

45La précision apportée par Diodore de Sicile (la conservation dans les coffres), qui ne figure pas chez Strabon, confirme par ailleurs la nouvelle traduction que nous donnons de la phrase précédente de Strabon (livre IV, 3‑5) qui a été source de confusion. Strabon écrit que les guerriers coupeurs de tête, à leur retour chez eux, vont accrocher ces mêmes têtes « tois propylaiois ». Ce terme a été couramment traduit dans les dernières éditions françaises par « aux portes de leur maison ». Et on pourrait croire dans le cas de Montmartin que les crânes découverts aient pu être à un moment fixés sur les murs de l’habitation. Or une telle traduction ne nous semble pas possible : « ta propylaia » désigne non la porte mais le porche qui est devant cette porte et n’est guère employé que pour désigner un édifice monumental généralement de nature religieuse (propylée en français) ou à la rigueur publique. De tels bâtiments ont été rencontrés sur les sanctuaires celtiques, à Gournay (Lejars 1994) et à Ribemont notamment (Brunaux 1994). Dans le cas de Gournay nous avons d’ailleurs découvert des éléments crâniens à l’emplacement de ce porche (Brunaux et al. 1985a : 147 sq.).

46Les crânes de la maison 50 sont donc jusqu’à présent l’un des rares exemples de ces têtes soigneusement préparées et conservées avec la plus grande vigilance par leur propriétaire, découverts dans une habitation celtique, c’est‑à‑dire en situation partiellement secondaire pour reprendre la typologie des dépôts définie dans Gournay II (Brunaux, Rapin 1988 : 146).

4.2 Nature de l’enclos 56

47La nature et les fonctions de l’enclos 56 doivent être appréhendées à travers les différents types de matériel rencontrés dans le fossé 56 : os animaux, crânes humains et armes, et à travers l’unique ensemble de structures archéologiques mis au jour dans l’espace intérieur, le complexe 57‑99.

4.2.1 Les animaux et les activités cultuelles

48p. méniel

49La présence d’ossements humains et d’armes en fer amène évidemment à s’interroger sur la nature des restes animaux déposés dans ce fossé, et sur leur capacité à révéler des activités cultuelles, telles qu’elles ont pu être décelées à Gournay‑sur‑Aronde notamment. D’autre part ces vestiges sont dans une situation qui rappelle beaucoup celle du fossé de l’enceinte cultuelle de l’oppidum du Titelberg (Metzler 1991). L’analyse de ces derniers (en cours) ne permet pas de mettre en évidence de pratiques sacrificielles, mais il est vrai que le secteur fouillé est assez éloigné de la zone des sanctuaires découverts depuis. En fait il s’agit là de déchets culinaires dont on ne peut préciser l’origine, domestique ou autre, auxquels sont mêlés des déchets d’activités artisanales, dont de nombreux amas d’éclats d’os de pieds de bœufs résultant sans doute de la récupération de matière première (huile de pieds ?).

50Les ossements de bœufs de Gournay qui ont permis de reconstituer leur parcours dans le sanctuaire, depuis leur mise à mort jusqu’au dépôt dans le fossé d’une partie de leurs ossements, conservent encore leur caractère original : les sanctuaires fouillés depuis ont surtout livré des ossements, peu spectaculaires, d’animaux consommés au cours de sacrifices dont l’essentiel du déroulement nous échappe (Méniel 1991). Toutefois, comme à Bennecourt, dans les Yvelines et à Ribemont‑sur‑Ancre, dans la Somme, l’analyse met en évidence des règles de sélection des animaux (le porc y occupe une place de choix) et des quartiers de viande (beaucoup de têtes de porcs, des côtes de bœufs, mais pas de pieds...) qui distinguent nettement ces pratiques de celles relevant de l’économie domestique.

51Le fossé 56 de Montmartin contient diverses catégories de vestiges. Le fond, très partiellement exploré, a livré des squelettes de chiots, d’un chaton et d’un cheval, ainsi que quelques rares os épars, alors que la partie supérieure est riche en déchets culinaires, similaires à ceux découverts ailleurs dans le site. Dans ce premier niveau apparaissent des zones de dépôts privilégiées, avec notamment une zone riche en restes de chevaux au voisinage de l’entrée, et une autre, sur l’extrémité du côté nord, où le porc est plus abondant qu’ailleurs (fig. 182).

FIG. 182 – Distribution des restes de chevaux et de porcs dans le fossé 56 (plus de 7,5 % du nombre de restes pour le cheval, plus de 60 % pour le porc).

P.M./CNRS

52Les ensembles anatomiques du fond du fossé, carcasse de cheval, parties de squelettes de chiots, grands corbeaux et chaton, témoignent de traitements différents de ceux relevant de la boucherie domestique, sans permettre d’attester des pratiques sacrificielles, car ces dépôts ne trouvent guère de comparaison sur d’autres sites cultuels. Dans les habitats, il arrive de découvrir de tels ensembles anatomiques pouvant relever de pratiques très variées (rejet d’un cadavre, inhumation d’un animal familier...) mais dont le point commun est qu’elles sont difficiles à interpréter de manière sûre.

53Restent les déchets culinaires pour lesquels on peut se demander s’ils sont tout à fait identiques à ceux découverts dans des dépotoirs d’habitats, ou s’ils présentent des similitudes avec ceux des autres sanctuaires de la région. La réponse est claire, aucune des principales caractéristiques des dépôts des sanctuaires de Gournay, Bennecourt et Ribemont, comme l’absence d’os de chevaux découpés, la sélection rigoureuse des quartiers de viande (prédominance de la tête de porc, des côtes de bœufs, absence de pieds) et l’abondance du porc ou du mouton ne s’appliquent aux vestiges animaux découverts dans ce fossé. En effet, la zone relativement riche en restes de porcs sur le côté nord a livré des os de pieds, alors qu’ils sont systématiquement absents des dépôts de sanctuaires, et les restes de chevaux de l’entrée ont été découpés à des fins bouchères, contrairement à ceux de Gournay‑sur‑Aronde, Ribemont‑sur‑Ancre et Saint‑Just-en‑Chaussée.

54En fait, il faut tenir compte du fait que ce fossé, comme celui de l’enceinte du Titelberg, a pu recevoir des vestiges provenant aussi bien de l’habitat extérieur, comme le montrent notamment les déchets artisanaux (ceux de la découpe de cornes de bœuf) que de l’enceinte cultuelle elle‑même. Il suffit que les premiers aient été les plus nombreux pour qu’il ne soit plus possible de déceler les seconds. En effet, le témoignage des ossements sur des pratiques sacrificielles au cours desquelles les animaux sont consommés est assez fragile et sensible à un certain nombre de perturbations, l’apport de rejets domestiques étant sans doute l’une des pires en la matière.

55Seuls les restes découverts dans les structures internes de l’enceinte sont susceptibles d’avoir échappé à une telle pollution, mais leur effectif est bien trop insuffisant, (tabl. xiv) et malgré leur position privilégiée au sein de l’enceinte cultuelle, à une certaine distance de l’habitat, ni les grandes fosses ni les trous de poteaux n’ont livré de vestiges permettant d’évoquer les pratiques rituelles concernant les animaux que l’on connaît par ailleurs.

4.2.2 Les restes humains

4.2.2.1 Les traces relevées sur les os humains

56b. boulestin, h. duday

Les crânes

Fracturation

57Bien que très vraisemblables, les stigmates de fracturation que nous avons pu évoquer ne sont pas tous absolument probants. Ils concernent les frontaux no 1 et no 8, le calvarium no 9 et la calva no 13. Il existe de plus un signe indirect important qui témoigne de « l’ouverture » des crânes, la présence de marques de découpe sur la face endocrânienne. À moins d’imaginer l’utilisation d’instruments au profil torturé ou une reprise des os tardive après fracturation naturelle, il faut bien admettre que ces marques n’ont pu être réalisées que sur une tête osseuse préalablement cassée. La fracturation du crâne est également attestée à Mancbing où Lange y voit une destruction intentionnelle avant enfouissement (Lange 1983 : 23).

58Bien que nous n’ayons trouvé aucune trace sur l’occipital no 12, il est très tentant de le rapprocher des six pièces analogues (pourtour du foramen magnum) découvertes à Gournay et qui elles relèvent sûrement d’une opération intentionnelle. L’existence de cette pratique à Montmartin pourrait être corroborée par l’étonnante répétition et l’originalité du schéma de fracture des temporaux (séparation entre le pétreux et l’écaille passant par la fissure pétro‑tympanique, l’épine supra‑méatique et remontant en avant de l’incisure pariétale).

59Enfin, une place à part doit être faite pour les « masques osseux » qui comme le no 6 comprennent la face et le frontal. Tous ceux qui ont l’habitude de manipuler des ossements humains savent bien qu’il s’agit là d’une configuration qui est très rare, pour ne pas dire exceptionnelle. Lorsque les pièces crâniennes se désengrènent sans se casser, la face se sépare généralement du crâne cérébral. Or la découverte de tels ensembles est particulièrement fréquente dans les sanctuaires gaulois : à Gournay, l’une des rares pièces crâniennes est un « masque » (Poplin 1985 : 148) ; à Manching, on n’en compte pas moins de huit, trois détachés à la suture coronale, cinq en avant ou en arrière d’elle (Lange 1983). À Montmartin, la séparation entre le masque et l’arrière crâne s’est faite au niveau de la suture. Il semble (?) que la meilleure méthode pour obtenir de telles pièces soit tout simplement d’asséner un coup dans la région bregmatique avec un instrument contondant : si la suture coronale est libre, son faible engrènement notamment dans les pars bregmatica et pterica et la résistance importante de l’os frais permettent la séparation entre le frontal et les pariétaux, séparation qui se substitue à la fracturation. Plus bas, la dissociation intéresse la suture sphéno‑temporale et la jonction sphéno‑basilaire ; seules les arcades zygomatiques rattachent alors encore les deux parties. Il suffit donc de les briser, ce qui a été fait à Montmartin, comme en atteste la lésion décrite sur le zygomatique droit du calvarium no 6.

Écorchement

60L’ensemble des stries mises en évidence sur les crânes (à l’exception de celles du frontal no 8) a été reporté sur la figure 183. L’étude topographique de ces traces nous permet de faire diverses constatations. Les occipitaux se singularisent par leur pauvreté en artefacts : une seule strie a pu y être repérée. Pour les pariétaux, nous rappellerons ici les commentaires que nous avons faits à propos de la calva no 4 : les stries se concentrent au‑dessous des lignes temporales supérieures, dans la zone d’insertion du muscle temporal. Elles sont toutes orientées frontalement. Les stries sagittales sont toutes situées, sauf une, près de la ligne médiane. Sur les frontaux, nous retrouvons la même distribution générale : grandes stries sagittales médianes et paramédianes, stries plus petites, de direction variable, en situation plus latérale.

FIG. 183 – Répartition de l’ensemble des stries relevées sur les crânes humains (à l’exception du no 8) : 1 coupe ; 2 raclage.

B.B. del.

61Cette configuration rappelle beaucoup les traces d’écorchement décrites à plusieurs reprises à Fontbrégoua (Villa et al. 1986) et à Agris (inédit) dans des contextes néolithiques, ou à Mancos pour la culture Pueblo Anasazi (White 1992). Quant aux marques endocrâniennes, même si elles sont beaucoup plus rares, elles prouvent indubitablement que l’opération a également concerné les méninges, et donc au préalable la masse cérébrale.

62Le traitement des extrémités céphaliques peut donc être envisagé selon le schéma général suivant : après une probable décollation (voir à ce propos la discussion concernant les mandibules), la tête a vraisemblablement été décarnisée, ce que traduisent les traces d’écorchement ; même s’il n’en existe pas de témoignage direct, nous pouvons supposer que la face a également été concernée. Une fois la tête débarrassée de ses chairs, l’os a été fracturé et la masse cérébrale a été réséquée. Cette fracturation a pu être partielle, intéressant la seule base du crâne comme à Gournay, de manière à préserver la boîte osseuse au maximum ; elle a également pu être plus étendue, l’ouverture du crâne privilégiant seulement la partie antérieure.

Les mandibules

63Les mandibules sont les pièces qui présentent les traces les plus polymorphes. Afin d’en effectuer plus facilement la synthèse, nous avons comme pour les crânes regroupé sur un même schéma (fig. 184) les marques observées sur différents os (tabl. xvii).

FIG. 184 – Répartition de l’ensemble des stries relevées sur les mandibules humaines : 1 écrasement ; 2 coup ; 3 coupe ; 4 entaille ; 5 raclage.

B.B. del.

TABL. XVII – Fréquences topographiques des différentes marques sur les mandibules. Les lésions d’écrasement n’ont pas été prises en compte. Les côtés droit et gauche ne présentent pas de différence significative et n’ont donc pas été séparés.
Ext. et int. représentent les faces externe et interne, B. les bords, respectivement inférieur et postérieur pour le corps et la branche. Obs. est le nombre de régions concernées observables (et non pas le nombre d’os observables), soit deux branches et deux hémi‑corps pour une mandibule complète. Les fractions indiquent au numérateur le nombre de marques, au dénominateur le nombre de régions concernées qui portent ces marques (même remarque que précédemment).

B.B. ; H.D./CNRS

64Les traces d’écrasement touchent uniquement les processus condylaires ; il est vrai que la nature du tissu osseux à ce niveau facilite leur formation. On en compte trois pour neuf condyles observables, dont deux symétriques sur le même os. Elles traduisent toutes un coup porté d’arrière en avant, geste qui n’a pu être effectué que sur l’os isolé, détaché du calvarium.

65Les coups tranchants sont également peu nombreux, au nombre de quatre et sur seulement deux mandibules ; sur la pièce no 24, il faut d’ailleurs probablement rattacher les deux lésions à un même geste qui aurait certainement été très difficile à réaliser sur une tête en place : l’os était peut‑être déjà isolé ou du moins la tête était‑elle sans doute déjà coupée. On peut peut‑être en rapprocher le coup de progression caudo‑crâniale constaté sur l’ensemble cervical 357 de Gournay (Poplin 1985 : 151), mais dans un cas comme dans l’autre la justification d’une telle action est difficilement explicable. Le coup sur le corps de la mandibule no 21 ne l’est pas plus, sauf s’il s’agit d’une lésion survenue au combat, ce qui reste à démontrer. En revanche, celui que nous avons observé sur la branche de la même mandibule est très comparable dans sa direction aux enlèvements observés sur la pièce no 24.

66On peut d’ailleurs envisager une relation entre ces coups violemment portés de bas en haut, en arrière des branches mandibulaires d’une part, l’écrasement des processus condylaires et la fracture si particulière des temporaux d’autre part : ces deux derniers signes ne seraient que la conséquence indirecte du choc assené à la mandibule. On comprendrait alors pourquoi nous avons pu relever un enlèvement « à l’emporte‑pièce » tout autour du foramen magnum et une cassure du temporal gauche sur un calvarium demeuré complet : le but réel n’aurait pas été dans ce cas de ménager un vaste orifice à la base du crâne, mais simplement de séparer la mandibule.

67Les entailles posent également un problème. Sur un total de treize, onze se situent sur un bord, dont neuf sur le bord inférieur de la même mandibule. Une telle répétition élimine formellement des lésions de combat et ne peut être non plus accidentelle, d’autant plus que l’orientation des traces est constante par rapport aux axes des différentes branches de l’os. Que nous reste‑t‑il ? Un coup porté sous‑entend une action sécante. Mais encore faut‑il qu’il y ait quelque chose à couper, ce qui justement fait ici défaut : le seul candidat potentiel à ce niveau est le peaucier du cou (m. cutaneus colli) qui, par son extrême minceur, ne paraît pas devoir mériter tant d’attention. En outre, les entailles ont la même direction que les fibres de ce muscle, de sorte que si elles résultaient de coups sécants portés, ceux‑ci ne devaient pas être très efficaces...

68Peu nombreuses à la face externe des os, les stries de coupe se concentrent à la face interne dans la région symphysaire et près des bords inférieurs où nous en trouvons onze, réparties sur six branches parmi les douze observables. Sur ces onze, sept se situent du côté externe et ont pour caractéristique commune d’être de direction verticale ou postéro‑supérieure. Cette observation s’applique également aux entailles des bords inférieurs dont nous avons montré qu’elles ne pouvaient correspondre à des coups portés ; nous devons donc les considérer comme des marques appuyées de coupe au posé, de sorte qu’au total, nous trouvons seize traces de même localisation et de même orientation, qui affectent huit bords sur douze observables.

69Nous avons précédemment évoqué la concentration des traces de coupe sur la face interne de la région symphysaire. Ces traces, qui concernent essentiellement deux mandibules, sont dans l’ensemble verticales ou sub‑verticales. Elles indiquent manifestement la résection des muscles sous‑ et sub‑hyoïdiens.

70Sur les autres faces de la mandibule, les stries de coupe sont à peu près également réparties sans que l’on puisse déceler de localisation préférentielle. Elles sont plus souvent horizontales sur les faces externes et verticales sur les faces internes. Elles signent l’ablation de divers éléments, sans qu’il soit possible de préciser davantage.

71Enfin, les traces de raclage prédominent sur les faces internes des branches horizontales. Deux groupes situés près du bord alvéolaire correspondent très certainement au décollement des gencives ; de fait, toutes indiquent que l’on a cherché à enlever les parties charnues qui adhéraient à l’os après ablation des principales masses carnées.

72Pour conclure en ce qui concerne les mandibules, nous tenterons de restituer les grandes lignes de la découpe sur cet os. Aucun élément ne nous permet malheureusement de préciser la chronologie relative des différentes marques et il est bien difficile de dire si les coups sont survenus avant ou après la décarnisation. Mais il est sûr que ces coups n’ont pu être portés qu’après séparation de l’extrémité céphalique et du tronc ; l’écrasement des condyles n’a pu survenir que sur la mandibule isolée, à moins qu’il ne soit que la conséquence indirecte des coups portés sur la mandibule, au même titre que les fractures si inhabituelles des temporaux. Il est bien difficile de situer les autres opérations : ablation des masses musculaires externes, avec en particulier la résection du peaucier du cou ; nettoyage de la face interne, avec l’ablation du plancher de la bouche et notamment des muscles hyoïdiens, enfin exérèse des parties adhérentes. La séparation entre tête et mandibule a pu être réalisée ultérieurement, mais nous n’en savons rien. Il semble en tout cas que l’on n’ait pas ici cherché à conserver l’ensemble calvarium‑mandibule ; à Manching, les mandibules auraient de même été arrachées du crâne (Lange 1983 : 23). On notera par ailleurs qu’en Belgique, le Trou de Han a livré sept mandibules isolées dont certaines présentaient des lésions de coupe (Mariën 1970 : 246 sq.).

73L’analyse des stries de décarnisation nous conduit à rattacher les marques symphysaires et celles observées sur le bord inférieur des corps à une même action : l’enlèvement de la langue. Des marques tout à fait comparables ont été relevées à Crow Creek, dans le Sud Dakota, sur les ossements d’indiens Arikara massacrés au xive s. (Willey 1990 : 119). L’auteur fonde son interprétation sur une comparaison avec les techniques de la boucherie du bison ; selon J. Wheat, les traces de découpe sur les bords inférieurs des mandibules animales traduiraient la séquence suivante : incision pratiquée entre les angles mandibulaires, traction puis découpe de la langue par l’ouverture ainsi pratiquée (Willey 1990). Ce schéma correspond tout à fait à l’image donnée par les os de Montmartin : la langue était enlevée à partir de la gorge tranchée et non par la voie naturelle de la bouche.

La colonne vertébrale

74Les vertèbres lombaires sont exemptes de traces visibles, et celle que nous avons mise en évidence sur le sacrum est très douteuse. L’axis présente à la fois les stigmates d’un coup porté dans le sens dorso‑ventral et de raclage sur la face crâniale. Ces observations trouvent leurs parallèles exacts sur les vertèbres de Gournay, en particulier sur les axis 2298 et surtout 1 129 (Poplin 1985 : 153, 154). Nous nous rallierons donc à l’interprétation de F. Poplin, évoquant comme lui une décollation avec section du cou entre C2 et C3. Cette conclusion va dans le sens de la discussion que nous avons développée à propos des mandibules.

Le squelette appendiculaire

75Les os des membres sont à la fois peu nombreux et très altérés sur le site de Montmartin, ce qui limite d’autant la portée des observations. Si l’on fait abstraction des traces sporadiques ou douteuses que nous avons relevées sur quelques os, il ne reste que le radius no 37 et le tibia no 40. Sur ces deux os, les stries sont réparties sur toute la longueur de la diaphyse, sans localisation préférentielle à proximité des extrémités, ce qui les différencie des observations effectuées à Gournay (Poplin 1985 : 156‑158) et à Ribemont (Cadoux, Lancelin 1987), où la topographie juxta‑articulaire des traces plaiderait en faveur de démembrements et de désarticulations. Il semblerait ici que les opérations aient franchi une étape supplémentaire et que nous ayons affaire à une décarnisation très poussée, avec ablation des parties molles des membres. Le faible nombre d’os et le caractère incertain des traces incitent cependant à une certaine prudence ; mais sur l’oppidum de Manching, Lange (1983 : 24 sq.) a mis en évidence de nombreuses traces de découpe qu’il rattache tout autant à de la décarnisation qu’à de la désarticulation.

4.2.2.2 Interprétation et comparaisons

76j.‑l. brunaux

77L’étude anthropologique des crânes de Montmartin met en évidence un méticuleux travail sur l’os qui a consisté à écorcher, à retirer les chairs et l’encéphale, enfin à gratter ou racler tout ce qui n’est pas osseux. Le caractère systématique, la répétition de ces manipulations écartent toute interprétation qui ferait intervenir ou le hasard ou l’exception. Tout témoigne au contraire d’un soin attentif dans un travail qui évoque surtout le nettoyage voire la préparation de l’os. De telles observations recoupent les témoignages antiques. Elles s’ajoutent aussi aux observations effectuées sur des pièces comparables et contemporaines.

78Le nettoyage proprement dit est attesté dans la littérature grecque et romaine dans de rares cas, mais chaque fois avec une précision qui ne laisse aucun doute sur la véracité des faits relatés. Le meilleur informateur en ce domaine est Hérodote. Certes il s’agit des Scythes et non des Celtes mais le témoignage garde toute sa valeur, d’une part parce qu’il s’agit là de mœurs propres au monde altaïque au sens large (Roux 1963) dont les Celtes dépendent dans une large mesure, d’autre part parce que les Celtes ont eu des contacts étroits avec les Scythes et avec les populations des bords de la mer Noire (Brunaux, Rapin 1988). Au livre IV, 26, 3 de ses Histoires, Hérodote indique que « la tête du défunt est épilée et nettoyée à fond ». Il emploie pour la deuxième action le verbe ekkathairein qui signifie bien « nettoyer, purifier » avec un sens supplémentaire indiquant le mouvement d’extraction (ek). Plus loin (Hérodote : IV, 64), il explique très précisément comment le guerrier prélève le scalp de son ennemi mort : « il écorche cette tête de la façon suivante : après avoir effectué une incision circulaire autour des oreilles, il arrache la peau de la tête en tirant par à‑coups ». Dans les deux cas on retrouve bien les gestes qui ont produit les traces si significatives sur les crânes de Montmartin : prélèvement des morceaux de chair, raclage et incisions sur le temporal autour de l’oreille. Il est probable que si Hérodote avait eu à décrire le traitement des têtes à Montmartin, il aurait usé des mêmes termes.

79À propos des Celtes nous ne disposons que d’un seul exemple de cette qualité descriptive. Il s’agit du célèbre récit par Tite‑Live (Tite‑Live a : XXIII, 24, 12) du guet‑apens tendu par les Boïens au général Postumius dans la Silva Litana. La tête coupée et la dépouille du général sont emportées dans le plus important sanctuaire des Boïens. Là le crâne est nettoyé, transformé en coupe et serti d’or. Il servira de vaisselle sacrée aux prêtres. Le terme employé pour désigner l’action du nettoyage ne laisse aucun doute : purgato capite.

80La transformation du crâne en coupe, attestée par les témoignages historiques autant chez les Celtes (Tite‑Live a : XXIII, 24, 12 ; Silius Italiens) que chez les Scythes et d’une manière générale dans tout le monde altaïque (Roux 1963), n’est pas représentée à Montmartin, tout au moins de façon évidente. Elle l’est dans un seul cas (Maier et al. 1992 : 220) à Manching où les crânes sont également nombreux (Lange 1983) : un fragment de calotte porte la marque évidente du sciage du crâne. En revanche, clic l’est sur des sites plus anciens (Paléolithique, Néolithique) ou beaucoup plus récents (période médiévale) (Koenigswald 1978).

81Le nettoyage du crâne implique le prélèvement de l’encéphale. Cette opération nécessite l’aménagement d’un accès à l’intérieur de la boîte crânienne. Deux possibilités s’offrent : ou casser cette boîte mais c’est altérer l’intégrité de celle‑ci ou agrandir le trou existant au niveau du foramen magnum. La première solution a peu de chance d’être la bonne, sauf si le crâne devait être ensuite transformé en masque. La deuxième hypothèse est plus séduisante. Elle est amplement confirmée par les découvertes de Gournay où six crânes ont ainsi vu leur basioccipital découpé (Brunaux et al. 1985a : 149). Une pièce semblable a été découverte à Montmartin (no 12), elle a toutes les chances de témoigner d’une semblable opération.

82La finalité de ces opérations pose problème. On pourrait penser qu’on a cherché à obtenir un os propre, un vestige qui évoque déjà la matière minérale, déjà une relique. Mais une telle interprétation n’est‑elle pas un anachronisme inspiré par notre propre culture judéo‑chrétienne ? Elle semble en tout cas contredite par le témoignage déjà évoqué de Posidonios qui parle de crânes « kedroimtes » (Strabon : IV, 4, 5) ou « kedrosantes » (Diodore de Sicile : V, 29, 5), c’est‑à‑dire enduits d’huile de cèdre, ce qui paraît avoir été une forme d’embaumement. Il pourrait s’agir d’une forme minimale d’embaumement ne concernant finalement que les os et la peau, toute la matière susceptible de putréfaction étant pour cela retirée. L’archéologie ne peut guère apporter d’argument fiable en ce domaine. On a objecté que le terme utilisé par Posidonios est probablement erroné, le cèdre ne se rencontrant pas dans les régions occupées par les Celtes, il s’agirait plutôt du cade (Cotte, Saurin 1922). L’argument paraît un peu faible : ce bois et ses dérivés étaient très utilisés sur tout le pourtour de la Méditerranée et on ne voit pas pourquoi les Celtes n’en auraient pas fait commerce comme d’une matière précieuse. Ceci étant, il paraît difficile de prouver que la peau prélevée au cours les opérations qui ont été exposées plus haut ait pu ensuite être redéposée sur le crâne nettoyé : si les premiers gestes ont laissé des traces, le dernier n’en laisse probablement aucune. On doit donc se contenter de la description très précise de Posidonios et de la coutume largement répandue chez les peuples qui procèdent à de tels prélèvements de crânes, coutume qui consiste à redonner à ce crâne la forme la plus proche du visage de l’individu grâce à la décoration, au maquillage, au surmodelage.

83Le surmodelage est une pratique qu’on ne peut écarter à Montmartin. Elle a déjà été évoquée chez les Celtes les plus anciens, à l’époque de Hallstatt en Tchécoslovaquie, notamment dans la grotte de Hraska (Vlcek, Kukla 1959). Des masques osseux humains trouvés avec des artefacts similaires fabriqués sur des crânes de cervidés ne laissent aucun doute sur la finalité de la découpe crânienne. Quant à la fonction de ces masques découverts en grotte, l’hypothèse magico‑religieuse est évidemment fort plausible. L’association de plusieurs masques crâniens avec leurs mandibules a fait envisager aux anthropologues l’hypothèse d’un surmodelage qui peut effectivement expliquer le maintien de la relation entre la boîte crânienne découpée et la mandibule. Un certain nombre de masques surmodelés provenant de Polynésie montrent, grâce à la radiographie, que le surmodelage a été appliqué sur un masque complet comprenant toute la face antérieure de la tête. Une telle pratique, largement répandue dans cette région du monde, était également connue dans l’Antiquité. Chez les Celtes, hormis les trouvailles de la grotte d’Hraska, il n’existe guère d’autre mention d’une telle coutume, que ce soit dans le domaine archéologique ou dans celui de l’historiographie gréco‑romaine. On doit cependant relater une très curieuse représentation provenant d’Alésia. Il s’agit de trois têtes sculptées en haut‑relief provenant d’un même linteau qui devait lui‑même se trouver sous une corniche à une hauteur appréciable. Deux de ces têtes sont connues depuis le début du siècle sous l’appellation « têtes négroïdes » parce que la représentation est assez grossière avec des traits soulignés (yeux globuleux et surtout nez épaté). Une troisième tête vient d’être rattachée à cet ensemble (Olivier 1980) et l’étude qui lui a été consacrée enlève bien des zones d’ombre à ces sculptures : l’auteur démontre qu’il s’agit d’un même ensemble disposé comme on vient de le décrire, il montre de plus que les traces de scellement métallique qui perforent les visages sculptés ne correspondent pas à un mode de fixation des blocs mais qu’il s’agit, de toute évidence, du scellement d’armes de jet représentées en fer et s’ancrant dans ces visages meurtris. Ce qui nous intéressera ici c’est une particularité du dernier crâne. Il présente une blessure tout à fait spectaculaire qui a littéralement entaillé le frontal. De façon fort curieuse, la représentation de la blessure montre une double entaille ou un double bourrelet : l’une, supérieure, correspondant à la peau et au cuir chevelu largement entaillés, l’autre, inférieure, étant celle de l’os. Le ressaut très important entre l’os et la peau apparaissant comme une véritable marche fait évidemment penser à un surmodelage, surmodelage qui pourrait expliquer les traits outrés de ces sculptures. Sous une forme lapidaire, on pourrait avoir ici la représentation tardive de crânes surmodelés.

84Dans le domaine scythe, le surmodelage est également connu. On le rencontre en Sibérie du Sud, chez les Tagares (Kouzmine 1994). Le crâne avec sa mandibule est enduit de plâtre après avoir été trépané pour accélérer le pourrissement du cerveau. Ce surmodelage s’inscrit dans un ensemble de pratiques destinées à redonner une allure humaine au squelette : prélèvement des os labiles, renforcement de la charpente du squelette à l’aide de baguettes de bois, remplacement des chairs par des végétaux, habillement, peinture du surmodelage. Ces pratiques spécifiques une fois de plus ne sont pas sans rappeler les techniques de momification naturelles qu’on entrevoit chez les peuples belges (Brunaux 1993a).

85D’une manière générale, les os de Montmartin, comme ceux de Gournay et probablement comme ceux de Ribemont‑sur‑Ancre (Brunaux 1994), nous étonnent, essentiellement à cause de ce qu’on appelle un travail sur l’os mais qui fut avant tout un travail sur le cadavre ou sur des parties de cadavre. On est amené à penser que les Celtes ou tout au moins les Belges de la Celtique septentrionale pratiquaient très largement de telles opérations qui nous semblent peu ragoûtantes et qui étaient peut‑être l’un de leurs traits culturels. Il faut se demander, en effet, si ces pratiques ne s’étendaient pas également au domaine funéraire. Le mode de sépulture des peuples belges présente des particularités qui jusqu’à présent demeurent assez inexpliquées. À partir du iiie s. se généralise l’incinération. Cependant jusqu’à la fin du ier s., les nécropoles se révèlent peu nombreuses et surtout très petites (entre 2 et 15 fosses), laissant supposer un déséquilibre considérable entre la population funéraire et celle que laissent imaginer la densité de l’habitat, la richesse des sanctuaires et surtout les indications démographiques relativement précises de César. Une étude anthropologique récente menée sur l’une de ces nécropoles à Allonne dans l’Oise (Paris 1996) accentue encore ce particularisme : ce sont des os secs qui ont été incinérés et, dans plusieurs cas, le paquet de cendres déposé dans une fosse est attribuable à plusieurs individus. Il est bien sûr trop tôt pour généraliser ces précisions qui peuvent être un début d’explication au déficit de morts évoqué plus haut. À Allonne, avant la mise en terre dans le cadre d’une sépulture secondaire ou différée, il faut imaginer un premier temps qui fut celui du décharnement. On aurait tort de n’imaginer celui‑ci que sous le mode de l’exposition, hypothèse qui s’appuierait sur nos connaissances des sanctuaires. Probablement le statut des guerriers qui venaient prendre place dans les enceintes sacrées différait sensiblement de celui de la population travailleuse attachée à l’habitat, et l’on imagine sans mal que les pratiques funéraires reflétaient ces différences. Par ailleurs, encore une fois, la comparaison avec le monde altaïque nous montre que les chemins menant au décharnement et, en fin de compte, aux os blancs et secs que l’on brûle, sont divers : exposition sur des arbres ou des estrades (Nachtigall 1953), abandon du cadavre aux bêtes sauvages (encore pratiqué au Tibet, et mentionné pour les Galates [Pausanias : X, 21, 6] et les Celtes [Silius Italicus : III]), enfin dépouillement des chairs (Roux 1963), les trois modes pouvant eux‑mêmes s’associer dans le temps.

86C’est dans le contexte d’un travail large sur le cadavre, regroupant les sphères cultuelle, funéraire, magico‑religieuse (cet adjectif sous‑entendant autant la confection de reliques, de pièces‑trophées que les pratiques visant à l’héroïsation du défunt) qu’il faut replacer les deux os appendiculaires nos 37 et 40 de Montmartin : un tibia et un radius portant les traces très nettes d’une découpe de décarnisation qui s’est traduite par l’ablation des chairs. Rien ne prouve en effet que ces os de membres aient un lien direct avec les crânes évoqués plus haut. Si c’était le cas, il faudrait imaginer que les individus dont on a prélevé le crâne ont été dépecés sur place puis écorchés. L’hypothèse est vraisemblable : à Gournay les crânes exposés sur le porche avaient été préparés sur le lieu même de l’exposition. Mais, encore une fois, il s’agit d’un exemple qui concerne le sanctuaire et qui doit être appliqué mutatis mutandis à l’enceinte de Montmartin. Dans l’état actuel de nos connaissances, on doit encore garder une place à une autre hypothèse, celle du décharnement des cadavres à l’intérieur même de l’habitat avant la mise en sépulture.

4.2.2.3 Valeur supérieure du crâne

87j.‑l. brunaux

88On a évoqué à plusieurs reprises les fonctions de la tête coupée, ce qu’elle représente pour le guerrier qui la prélève ainsi que la valeur qu’elle conserve pour celui qui la possède, même si ce dernier tient ce trophée de l’un de ces ancêtres. Il reste à examiner –et pour limiter l’analyse au sein de la question des têtes coupées– le sens de ces crânes décorant l’enceinte.

89Une telle recherche supposerait que l’on connaisse la conception celtique du crâne, c’est‑à‑dire, d’une manière plus large, de l’âme et de sa situation dans le corps. Ce n’est évidemment pas le cas. Tout au moins nous n’avons pas de source directe. Deux pistes d’investigation se dégagent néanmoins : la première concerne la conception gauloise de l’âme, la deuxième le rôle mythique du crâne à Rome.

90Tout ce que l’on sait sur l’idée que se faisaient les Gaulois de l’âme tient encore à un passage probablement issu de Posidonios recopié par César (VI, XIV, 5) et par Timagène (XV, 9, 8) et, à la suite de celui‑ci, probablement recopié encore par Strabon (IV, 4, 4) et par Diodore de Sicile (V, 28, 6). Les Gaulois croyaient que l’âme est immortelle et qu’elle revit chaque fois dans une nouvelle vie en un cycle perpétuel. Ce sont là les idées de Pythagore qui prévalaient chez les Gaulois, nous dit Diodore de Sicile. Alexandre Polyhistôr (I, 15, 70) n’hésitait pas à faire de Pythagore le disciple des druides. Ce n’est pas le lieu de discuter les sources de ce philosophe à la figure mythique. E. Rohde (Rohde 1928) pense que de telles croyances ont pu apparaître spontanément et simultanément dans des régions très éloignées. A. Momigliano (Momigliano 1979) pense, au contraire, que cette théorie grecque a pu transiter par Marseille mais aussi que les croyances gauloises ont pu être quasi inconsciemment traduites en termes pythagoriciens par Posidonios lui‑même, stoïcien qui se comportait comme un lointain disciple du présocratique. Quoi qu’il en soit, un fait est établi : les Gaulois qui forment le terrain ethnologique de Posidonios, et parmi eux les Belges de la « Celtique du Nord », croyaient en une forme de métempsycose. Ce dogme qui était l’un des noyaux de l’enseignement des druides avait évidemment des conséquences sur toute la sphère religieuse et funéraire.

91Quel est le rapport entre ces bribes de la philosophie à son aurore et la boîte crânienne ? C’est un rapport simple qui tient à la localisation de Pâme. Pour les peuples de l’Antiquité, comme pour beaucoup de peuples indigènes, il est fondamental de pouvoir attribuer une place à l’âme ou aux différentes âmes que possède un individu, de même il est important de pouvoir les guider au moment de la mort, Les Grecs n’échappaient pas à cette règle et Platon, dans son Timée, nous en donne une bonne illustration. Il distingue l’âme immortelle de l’âme mortelle, la première il la situe dans la tête, la seconde sous le cou. Celle‑ci comprend plusieurs parties, notamment l’âme guerrière qui se trouve entre le diaphragme et le cou, au plus près de la raison qui fait corps avec l’âme immortelle. Les Celtes avaient probablement des idées semblables au moins sur la localisation de l’âme immortelle. La boîte crânienne, os sphérique parfaitement fermé, est toujours apparue aux hommes comme un réceptacle naturel et c’est cette particularité qui est la raison essentielle du culte du crâne. Mais les ressemblances avec les conceptions grecques allaient peut‑être plus loin. Diodore de Sicile (V, 31) décrit un curieux sacrifice humain, sacrifice divinatoire probablement avant une guerre : « Un homme qui a été consacré est frappé avec une épée dans la région qui se situe juste au‑dessus du diaphragme ; on devine l’avenir suivant la manière dont l’homme tombe, suivant l’agitation de ses membres et l’écoulement du sang. » Cette étrange pratique ne trouve sa raison que si les Celtes concevaient une âme située entre l’âme immortelle et l’âme mortelle et contenue par le diaphragme.

92Il faut croire que les Celtes, comme un grand nombre de peuples, situaient l’âme impérissable dans la boîte crânienne. Celle‑ci, par‑delà la mort, était censée garder les vertus de cette âme que son précédent propriétaire avait enrichie. Ce sont ces éléments de l’âme immortelle qui faisaient la valeur des têtes ennemies qui n’étaient pas seulement conservées comme des trophées mais bien comme des talismans. Dans le cas d’ennemis à la personnalité hors du commun exceptionnelle, on conçoit que la tête échappait à une propriété individuelle pour tomber dans le domaine collectif, comme il en allait à Rome avec les spolia opima.

93Rome justement nous donne une idée de la conception symbolique de la tête humaine appliquée au domaine religieux et politique. Dans sa Religion romaine archaïque (Dumézil 1974 : 465 sq.), G. Dumézil esquisse une trilogie fonctionnelle des têtes découvertes au hasard lors de terrassement. Une tête bovine donne à Carthage la prospérité et la fertilité, une tête équine assure à la même cité la puissance militaire, mais c’est à Rome que revient, à travers la découverte de Tarquin lors des terrassements du temple de Jupiter O.M., la tête humaine où l’on voit le présage que Rome sera la tête d’un empire. Ce n’est certainement pas un hasard que ce symbole de souveraineté ait été découvert lors de la création d’un temple dédié à Jupiter, divinité de la première fonction. Or on retrouve la même alliance tête humaine‑Jupiter en domaine celtique. Les célèbres scholies bernoises à la Pharsale de Lucain (I, v. 443‑446) indiquent que « jadis on honorait Jupiter Taranis en lui offrant des têtes humaines ». On a donc une fois encore une indication précise sur la proximité des conceptions mythologiques des Celtes et des Romains.

94C’est dans ce cadre conceptuel très large, qui nous semble encore un peu confus mais où se dessinent nettement des voies de recherche, qu’il faut replacer les exceptionnelles pièces osseuses de Montmartin.

4.2.3 Les armes

95t. lejars

96L’habitat de Montmartin se distingue non seulement de la plupart des sites d’habitat contemporains (essentiellement des établissements ruraux à vocation agricole) par la richesse et la variété de ses mobiliers, mais aussi et surtout par son organisation spatiale et la place centrale et primordiale de l’enclos 56. L’originalité de cette enceinte tient également à la présence d’un mobilier particulièrement abondant.

97Si un certain nombre d’objets évoquent divers aspects de la vie quotidienne (métallurgie du fer et diverses activités artisanales) il en va tout autrement du petit groupe d’armes découvert dans le comblement supérieur du fossé 56. La plupart des pièces ont été trouvées, comme on l’a vu, dans la branche est, disséminées entre les mètres 27/38 et 47/50, avec une concentration à peine marquée dans le secteur des 27/32 mètres. Aucune arme n’est intacte. À l’exception d’une épée et de l’umbo, toutes les pièces ont été brisées. Certaines portent des traces de coups, d’autres de profondes entailles. Les coups portés sur les épées et les fourreaux n’ont pu être fait que sur des pièces déjà séparées, c’est le cas notamment de l’extrémité de fourreau no 8 (fig. 117). Mais de tous les objets, c’est l’umbo de bouclier qui, incontestablement, livre les renseignements les plus intéressants pour comprendre la signification exacte de ce dépôt. Le bouclier est un objet composite dans lequel le bois et le cuir entrent pour une très large part. Or, comme pour les poignées d’épées et les lances, les matériaux organiques ont entièrement disparu. C’est parce qu’il n’y avait plus de bois pour les retenir que pas un seul des quatre rivets n’a été conservé et retrouvé en place. Si le bois avait été en parfait état, l’écrasement n’aurait pas entraîné comme dans le cas présent un écartement des bords latéraux de la coque, mais se serait traduit par un simple affaissement de cette dernière. De même, les deux entailles visibles sur l’une des ailettes n’ont pu être réalisées qu’une fois le support en bois disparu. Enfin, le coup de grâce porté sur la lace interne par un instrument conique (un talon de lance ?) indique que le bois de la spina, déjà fortement dégradé, n’offrait plus alors aucune résistance. La disparition des parties organiques au moment de la destruction finale conduit à envisager l’hypothèse d’une phase de décomposition préalable, à l’air libre, des matériaux périssables. L’analyse du matériel des sanctuaires a montré que ce processus de dégradation résultait d’une exposition prolongée des armes, le bris n’intervenant qu’au terme de cette phase dont il est difficile d’apprécier la durée. Enfin, on peut se demander dans quelle mesure certains impacts ponctuels, visibles sur le sommet de la coque, ne sont pas le résultat de chocs antérieurs comme peuvent en produire notamment des actes de combat. En fait, avec cette pièce nous n’avons pas tant affaire à un bouclier qu’à un résidu de bouclier.

98Cette manière de procéder n’est guère différente de celle mise en oeuvre dans le sanctuaire de Gournay. Cette similitude de traitement transparaît non seulement dans la façon de détruire, mais aussi dans l’utilisation qui était faite des armes. Le pourrissement des bois ne se justifie que si on envisage une phase d’exposition préalable. Le petit nombre de pièces et leur caractère détritique ne permettent pas d’être plus précis. C’est aussi pour ces raisons que nombre d’objets, parmi lesquels les éléments de ceinturons, ont disparu. Malgré cela, les armes de Montmartin n’en délivrent pas moins de précieuses indications. Nous avons vu que les objets jetés dans le fossé ne représentent en fait qu’une partie d’un ensemble plus important, mais comme pour Gournay impossible à évaluer. Nous savons aussi que ces armes se rapportent pour la plupart à la dernière phase d’activité du site (épées, fourreaux et umbo de la fin de La Tène C2 et du début de La Tène D1) (tabl. xviii). Pour les phases antérieures, nos données, réduites à de menus fragments, sont trop insuffisantes pour conclure à l’existence de trophées dès cette époque. De ce point de vue, le décalage est complet entre Montmartin et Gournay. Contrairement à ce que l’on constate pour l’habitat, le site de Gournay n’a livré aucune arme attribuable à La Tène finale. Cela ne signifie pas pour autant une désaffection du sanctuaire, bien au contraire (cf. supra § 3.4.1). Ces transformations perceptibles dans le rituel se traduisent également par une rénovation complète du sanctuaire. Tout se passe donc comme si on avait transféré à Montmartin des mobiliers qui étaient initialement réservés au grand sanctuaire voisin. Reste à savoir maintenant si ces changements sont liés à une évolution politique et sociale qui toucherait l’ensemble de la société. Quoi qu’il en soit, tous les sanctuaires ne connaissent pas, loin s’en faut, la même évolution que Gournay, c’est le cas en particulier de sites comme Ribemont‑sur‑Ancre et Nanteuil‑sur‑Aisne qui ont livré chacun un certain nombre d’armes attribuables à La Tène D1 et D2 (Lambot 1989c).

TABL. XVIII – Répartition chronologique des mobiliers métalliques, armes et fibules, dans la couche supérieure du comblement du fossé 56.

T.L. /CNRS

4.2.4 Les armes et les crânes humains

99j.‑l. brunaux

100Vingt‑trois éléments crâniens et quinze éléments post‑crâniens proviennent du fossé de l’enclos 56. Nous avons vu plus haut par l’étude de l’ensemble du mobilier de ce fossé et des éléments architecturaux issus de la destruction du mur qu’il fallait distinguer trois ensembles :
– 1 : les objets venant de l’extérieur de l’enclos se trouvant dans le fossé comme dans un dépotoir courant ;
– 2 : les objets et les matériaux de construction provenant du mur implanté sur l’arrière de ce fossé ;
– 3 : enfin éventuellement les objets se trouvant sur la levée de terre à l’intérieur de l’enclos et parvenus dans le fossé en même temps que les éléments du mur au moment de sa destruction.

101Toute la question est donc pour nous de savoir si ces os sont en situation de dépotoir ou s’ils sont arrivés dans le fossé en même temps que le mur qui pouvait les supporter, auquel cas on aurait toute raison de penser qu’ils étaient exposés.

102Des éléments de réflexion précieux nous ont été livrés par l’analyse anthropologique. La distinction entre pièces crâniennes et os post‑crâniens a été encore renforcée par la différence de traitement ainsi que par celle de la corrosion corticale. Les derniers paraissent avoir séjourné moins longtemps à l’air libre que les premières. On serait tenté d’y voir un argument décisif plaidant en faveur d’une exposition du crâne sur le mur lui‑même. Cependant une autre observation anthropologique semble contredire cette thèse : dans deux cas un recollage entre fragments de crâne concerne des pièces qui étaient éloignés de 6 et 8 m. Une telle distance exclut que les crânes soient tombés de leur support accidentellement pour se retrouver brisés dans le fossé, éclatés en quelque sorte sur une si grande longueur. Il est plus vraisemblable d’y voir une intervention de l’homme, volontaire ou non (jet ou dépôt, pièces entraînées par le piétinement), ce qui exclut quoi qu’il en soit l’exposition des crânes immédiatement avant leur arrivée dans le fossé.

103On le voit, les os à eux seuls ne permettent pas de proposer une interprétation satisfaisante. Heureusement ce matériel n’est pas le seul à se trouver dans cette situation, il est accompagné d’armes qui présentent les mêmes caractères. Il est en effet aussi exceptionnel de rencontrer tant d’armes dans un fossé de clôture sur un habitat. Celles‑ci ont l’intérêt supplémentaire de montrer des traces de manipulation dont on connaît bien maintenant l’historique grâce à l’étude d’objets similaires à Gournay (Brunaux, Rapin 1988). Toutes les armes, qu’il s’agisse des fourreaux, des épées, de l’umbo de bouclier ou du fer de lance (fig. 117 à 119) portent des traces de destruction violente, exactement du même type que les traces observées sur les armes de Gournay. Très destructeurs, les coups qui ont produit ces marques l’ont été sur des objets dont le fer était déjà très corrodé et dont les parties périssables (bois et cuir notamment) étaient pour leur plus grande part corrompues. À Gournay, cette action mutilatrice a été appelée « bris inhumatoire » (Brunaux, Rapin 1988 : 158) de façon, d’une part, à la différencier nettement du sacrifice, d’autre part pour indiquer qu’il s’agit d’un rite final précédant la mise au rebut définitive de l’objet. Les armes de Montmartin, à cet égard, ne présentent aucune différence avec celles de Gournay : les violences se sont exercées sur des objets qui avaient été longuement exposés et juste avant leur rejet dans le fossé.

104Ces armes délivrent un message très clair : elles ont été exposées longtemps mais rien ne prouve qu’elles l’aient été sur le mur de l’enclos 56, par ailleurs elles se trouvent dans le fossé en situation de rejet, elles n’ont pas chu accidentellement du mur, leur position dans le fossé est due à une intervention humaine. Il est à cet égard remarquable que leur distribution spatiale corresponde parfaitement à celle des crânes (fig. 156) : aucun représentant sur la branche nord, distribution limitée sur la longueur comprise entre 20 et 51E.

105Parvenus à ce point de notre réflexion, nous savons que les armes sont des objets d’exposition mais qu’elles ne figuraient pas sur le mur au moment de sa destruction, elles avaient déjà été rejetées dans le fossé par leurs utilisateurs. Il faut donc se demander maintenant s’il s’agit là de rebuts dans le fossé de clôture considéré comme un simple dépotoir. Les stigmates que portent les armes indiquent clairement qu’il s’agit d’objets qui furent à un moment sacrés mais qui ont été désacralisés en quelque sorte. L’exemple du fossé du sanctuaire de Gournay nous livre deux enseignements utilisables ici. D’une part, si le fossé a servi de dépotoir, ce dépotoir reste sacré au même titre que les favissae du monde gréco‑romain. D’autre part, dans tous les cas on constate que le lieu de rebut est toujours au plus près du lieu d’exposition qui est aussi celui de la préparation des trophées. On a donc de bonnes raisons de croire que les armes du fossé 56 furent précédemment exposées sur le mur de cet enclos.

106Réexaminons maintenant les crânes. Comme les armes, ils ne figuraient plus sur le mur quand celui‑ci fut détruit. On a vu quelle fut la violence de l’incendie qui fut la cause de la destruction. Les crânes exposés sur la paroi de torchis auraient dû subir l’action du feu. Or ils n’en portent aucune trace. Comme les armes, ils ne se trouvaient donc plus sur le mur.

107Il demeure extrêmement curieux que les armes comme les pièces crâniennes aient été découvertes exclusivement dans la couche C.01, c’est‑à‑dire dans la dernière couche de remplissage du fossé, celle qui fut au contact de l’éboulis du mur. Il faut en déduire que tous ces objets se trouvaient sur le sommet du remplissage et qu’ils n’étaient pas vraiment enfouis. Il faut également s’étonner qu’on n’en ait pas retrouvé dans les couches inférieures.

108Cet ensemble (armes et crânes) correspond à la plus ancienne exposition connue sur le mur de l’enclos 56. Les armes montrent que cette exposition dura plusieurs décennies, la fixation sur le mur doit donc remonter au début de la seconde moitié du iie s., c’est‑à‑dire très précisément au moment où est fermé le sanctuaire de Gournay (Lejars 1994). Probablement n’y avait‑il donc pas à Montmartin, avant l’extinction du sanctuaire de Gournay, de tradition de trophées ou d’éléments de trophées, la pratique en étant peut‑être exclusivement réservée au sanctuaire fédéral. Au moment où le grand habitat de Montmartin se fortifie et se replie sur lui‑même, on peut concevoir qu’une partie de l’apparat communautaire ait été transféré de cette façon sur une structure dont la fonction pouvait être double, politique et cultuelle.

109La destruction de ces trophées est intervenue peu de temps avant la destruction du mur et peut‑être même en liaison avec les événements qui l’ont occasionnée. La plupart des objets n’ont pas eu le temps d’être recouverts par les sédiments et se sont, de ce fait, trouvés directement mêlés aux vestiges de la construction sans qu’il soit possible de les différencier stratigraphiquement. Qu’on ait éprouvé le besoin de décrocher ces anathémata, si on garde l’hypothèse que le démontage se fit juste avant les événements guerriers, ou qu’on n’ait pas senti la nécessité d’en refixer d’autres, si ce démontage se fit à la faveur d’un calendrier rituel un peu plus longtemps avant, tout cela s’explique fort bien. Il ne fallait pas laisser des objets sacrés au contact de l’ennemi en revanche des objets désacralisés pouvaient l’être.

110Le relatif petit nombre de ces trophées va bien dans le sens d’une telle hypothèse. Si tous ces objets se trouvaient dans leur position fonctionnelle de trophée sur le mur, on en aurait retrouvé beaucoup plus et les recollages seraient fréquents (il n’en existe aucun pour les armes). On a plutôt le sentiment qu’un certain nombre d’armes furent récupérées, si ce n’est par leurs propriétaires, elles le furent peut‑être par les ennemis : même pliés et cisaillés, les épées et fers de lance pouvaient facilement être réutilisés.

111Par conséquent, si les crânes ont été trouvés dans une position qu’on peut caractériser de « tertiaire positive », nous pouvons connaître leur situation « secondaire positive », celle d’anathémata fixés au mur de clôture. Sans être très courantes, de telles découvertes sont bien connues dans la littérature archéologique pour la période de La Tène. Les exemples les plus célèbres sont les crânes encloués découverts à Puig Castellar en Espagne (Déchelette 1914 : 946) et sur l’oppidum de La Cloche près de Marseille (Salviat 1972 : 519). Le fait que ces derniers aient été encore munis de leurs pièces de fixation et furent découverts au pied de murailles ne laisse aucun doute sur leur position originelle. D’une manière générale, ces crânes étaient exposés soit près des entrées, soit sur des éléments remarquables de la fortification. La découverte des crânes à Montmartin dans le fossé 56 s’inscrit parfaitement dans cette série de trouvailles. Quant au sens qu’il faut donner à de telles présentations nous aurons l’occasion de l’examiner plus bas.

4.2.5 L’espace enclos

112j.‑l. brunaux

4.2.5.1 Évolution de la structure cultuelle

113Il est temps de résumer les principales phases de l’évolution de l’autel souterrain, évolution relativement complexe qui ne tient qu’à la seule longévité de la structure. Des constantes demeurent : autel souterrain, orientation, puis couverture et protection partielle contre les intempéries. La plupart des modifications se font par déplacement : celui des fosses et celui des trous de poteaux.

114Cette évolution se traduit par cinq phases architecturalement distinctes (fig. 185). La première est marquée par le creusement de l’autel souterrain, sous une forme cylindrique, non protégé par un bâtiment. La deuxième phase voit le creusement d’un nouvel autel souterrain de même forme et de même profondeur quasiment que le précédent et la construction d’une toiture reposant sur quatre poteaux. Le précédent autel est presque entièrement comblé mais il demeure une dépression centrale qui a pu servir de marche enfoncée pour accéder à la nouvelle fosse. La troisième phase correspond à un nouveau bâtiment de même plan que le précédent mais de dimensions sensiblement plus petites. Cette nouvelle couverture plus petite doit certainement être mise en relation avec le recreusement de l’autel souterrain, également de plus petites dimensions. La quatrième phase voit encore une réduction de l’autel ainsi que de sa couverture. Deux éléments font cependant leur apparition : un prolongement de la toiture devant l’autel vers l’est et une meilleure protection de ce dernier sous forme de trois murs, au sud, à l’ouest et au nord. La dernière phase est matérialisée par la disparition de cette sorte de pronaos, compensée par une réduction encore de l’autel et des trois murs, l’activité rituelle pouvant se dérouler à l’abri de la couverture.

FIG. 185 – Schéma représentant l’évolution de l’autel en phases.

J.‑L.B./CNRS del.

115L’appréciation chronologique de ces phases est moins aisée que leur détermination. Cette structure creuse, comme toutes celles qui sont rencontrées sur les sanctuaires a, en effet, livré fort peu de matériel et encore moins de matériel datable. Les quelques céramiques rencontrées ont livré des formes plutôt anciennes (fig. 174) dont certaines doivent être attribuées à La Tène C1, voire à son tout début. Les dernières couches ne sont pas datées par le matériel. Mais il est évident que la dernière couche de destruction est de même nature que celle du fossé 56. La fin de cette installation cultuelle s’est produite au même moment que celle de son enceinte, ce qui semble assez logique. D’une façon plus large, on est tenté de mettre en relation la construction et la destruction des deux dernières palissades de clôture d’un côté, des deux derniers bâtiments de l’autel de l’autre.

116La durée de l’utilisation de l’autel correspond en gros à celle du site. Le début est à situer au tout début de La Tène C1, aux environs donc de 250. La fin serait à placer dans le début de La Tène Dl, soit aux environs de 100. On aurait ainsi une période d’un siècle et demi au maximum. Celle‑ci peut sembler courte si on lui oppose le nombre de phases. Cependant deux raisons peuvent expliquer le nombre de ces modifications. D’une part, les deux dernières constructions, détruites violemment, sont très rapprochées dans le temps et la dernière construction n’a peut‑être été utilisée que quelques années. Par ailleurs, d’une manière plus générale, les modifications apportées au bâtiment ne sont certainement pas dues à son vieillissement mais aux contraintes d’espace imposées par l’activité cultuelle et l’état de comblement de l’autel.

117Ce complexe cultuel dans son évolution ressemble étonnamment à celui de Gournay. Sur le sanctuaire, on a affaire également à l’évolution d’un autel souterrain de forme cylindrique et de sa couverture. On observe également la même persistance du plan carré. Les deux plans de bâtiments des phases IV et V (Brunaux et al. 1985a : 75‑84) présentent de grandes similitudes : plan carré au‑dessus de l’autel, large ouverture à l’est et fermeture complète ou partielle des autres côtés. Cependant, le temple III à Gournay avec ses fondations en forme de solins de pierres sèches et son autel‑foyer est de toute évidence plus récent que la dernière construction de Montmartin. Le temple II avec ses parois de torchis, son autel ovale avec sa fosse perpendiculaire trouve des affinités dans les plans des phases II et III de Montmartin. Ces comparaisons fondées sur des données architecturales et fonctionnelles sont précieuses. Elles le sont plus encore pour la compréhension du sanctuaire de Gournay. On y reviendra plus bas. Indiquons dès à présent les incidences chronologiques : les constructions de Montmartin permettent de « caler » dans le temps celles de Gournay : le temple II de Gournay paraît contemporain des phases II et III de Montmartin, ce qui le situe dans la première moitié du iie s. av. J.‑C. au plus tard.

4.2.5.2 Les bâtiments cultuels de La Tène moyenne

118Avec son plan relativement clair, son évolution linéaire sur une période aisément déterminable qui correspond pratiquement à l’ensemble de la période de La Tène moyenne, l’autel de Montmartin et ses bâtiments de couverture livrent des informations majeures sur les bâtiments cultuels de cette époque. Les conclusions que cet exemple autorise pouvaient déjà être déduites d’autres sites, notamment de ceux qui figurent dans l’illustration 186. Mais ici l’évolution des constructions confirme bien ce qui pouvait paraître comme une simple tendance et surtout elle en synthétise les caractères essentiels.

119Il apparaît ainsi de façon indéniable que le bâtiment qui recouvre ces autels n’est pas établi dès l’origine mais qu’il est toujours précédé par une phase où l’autel creux est ouvert et isolé. Néanmoins la première construction est mise en place beaucoup plus vite qu’on le pensait au vu de l’exemple de Gournay. D’ailleurs Montmartin doit permettre de corriger les datations proposées pour Gournay. Si l’on admet que l’ensemble du site de Montmartin fut détruit au début du ier s. av. J.‑C., les quatre constructions cultuelles qui se succèdent suggèrent que la première de celles‑ci a au moins été construite dans le début du iie s., ce qui impliquerait une durée de vie moyenne pour chaque bâtiment de 25 ans. On doit raisonnablement placer la première construction à Montmartin aux alentours de 200. La même datation doit être proposée pour le premier bâtiment carré à Gournay (fig. 186, no 1) qui fut détruit avec l’ensemble du sanctuaire avant la fin du iie s. av. J.‑C. Il n’existe malheureusement pas d’autres exemples de datation de ces plus anciennes constructions,

120Deuxième acquis d’importance que l’on doit à Montmartin, c’est la fonction de couverture des bâtiments. À travers les quatre constructions qui se succèdent, il paraît évident pour des raisons d’espace que leur seule fonction fut de protéger l’autel souterrain, de le couvrir. Hormis un accès à la fosse, la construction très petite et centrée ne permettait pas d’autres activités. On le voit bien à Gournay (fig. 186, no 1), à Vendeuil‑Caply (fig. 186, no 5), à Limetz‑Benne‑court (fig. 186, no 2) (Bourgeois et al. 1986) ou encore à Bâle‑Münster Hügel (fig. 186, nos 3 et 4) (Furger‑Gunti 1979). Une conclusion majeure s’impose donc : ces constructions ne sont pas à proprement parler des temples, au sens où on entend par là l’abri d’une statue enfermée dans le saint des saints. Même si la problématique sur les temples a beaucoup évolué et si l’on sait maintenant qu’il existe dans les civilisations antiques de multiples fonctions du temple, même en Grèce où il apparaît sous sa forme la plus pure (Roux 1984 : 153‑171), il semble pour ces constructions cultuelles de La Tène moyenne préférable de parler d’autels couverts. Cette fonction paraît encore exister au début de La Tène finale, mais les données ne sont pas assez nombreuses pour affirmer que ce fut le cas jusqu’à la période de la Conquête.

FIG. 186 – Plans comparés des différents bâtiments cultuels de La Tène moyenne et finale.

J.‑L.B./CNRS del.

121Ces problèmes de fonction et de datation débouchent sur une autre question qui n’est pas sans importance, celle de la filiation entre ces constructions cultuelles et les fana qu’on dit d’origine celtique. De toute évidence, celle‑ci n’est pas aussi assurée ou tout au moins pas aussi simple qu’on a voulu le dire (Fauduet 1993). Elle supposerait un traitement similaire de l’espace et de la circulation, c’est‑à‑dire en définitive une utilisation comparable. Or des différences fondamentales existent entre les deux groupes qui tiennent à la présence d’un autel souterrain et à celle d’une large ouverture de la cella. De même, le rite de la circumambulation qui justifierait l’existence de la galerie du fanum et dont on suppose qu’il se faisait en plein air autour du temple celtique n’est nulle part attesté sur les sanctuaires celtiques. Il semble plutôt remis en cause par les fouilles actuelles de Ribemont‑sur‑Ancre où c’est la bordure extérieure du temenos qui paraît avoir connu une circulation intense, alors que le centre de celui‑ci comme dans tous les sanctuaires celtiques semble n’avoir été ouvert qu’à un nombre très restreint d’individus (Brunaux 1994). Un, voire plusieurs maillons manquent pour comprendre cette descendance. L’un qui succéderait à l’autel couvert que nous venons de décrire est suggéré par le temple III de Gournay : une colonnade périptère entoure le bâtiment mais l’espace entre les poteaux de bois et les murs de la cella ne permet pas d’y voir une galerie au sens plein du terme et l’autel souterrain est remplacé par un foyer. Un foyer semblable se retrouve sur le sanctuaire de Flavier (Tisserand 1981 : 377‑384) et sur celui de Limetz‑Bennecourt, à la phase II, datés de Tibère. Ces deux exemples paraissent tardifs par rapport à celui de Gournay qui est datable de l’immédiat après‑Conquête ou de son correspondant à Montmartin qu’on est tenté de voir dans la dernière construction (fig. 185, V). Ce nouveau maillon, avec un plan de bâtiment sacré montrant une sorte de cella à trois côtés renfermant en son centre un foyer, nous paraît encore loin du plan du fanum. Pour comprendre l’apparition du fanum avec cella fermée et entourée de tous côtés par une galerie, qui est l’exemple même du plan normalisé, il faut comprendre la fonction de la cella (est‑il sûr qu’elle renferme l’autel principal ?) et celle de la galerie (le rite circumambulatoire est‑il aussi évident qu’on l’a dit, notamment lorsque le temple est établi sur un podium ?).

122Quelles informations supplémentaires en matière de restitution les constructions de Montmartin livrent‑elles ? En fait, hormis la décoration des murs qu’elles permettent d’imaginer, ces constructions ne font que confirmer ce qui avait été observé à travers les trois temples protohistoriques de Gournay. Dans un premier temps, phases II et III, les bâtiments consistent en de simples couvertures reposant sur quatre poteaux. Il n’existe pas de murs proprement dit. L’accès à l’autel souterrain se fait par une fosse‑marche creusée du côté sud, à Montmartin comme à Gournay. Les parois, qui apparaissent dans le courant du iie s., semblent liées à l’usage du feu. Elles évitaient des appels d’air qui auraient pu provoquer l’incendie du bâtiment et elles protégeaient directement celui‑ci grâce à un enduit à la chaux. La présence du foyer en position centrale nécessitait une ouverture sur un côté pour un simple problème d’évacuation de fumée, cette ouverture était justifiée également pour des raisons scéniques en quelque sorte : l’activité sacrificielle qui se déroulait auprès du foyer devait pouvoir être observée de l’extérieur du bâtiment.

123Pour ce qui est de la couverture, le bâtiment de la phase IV apporte un élément essentiel : le plan rectangulaire avec son avancée de type pronaos suggère l’existence de formes perpendiculaires à l’axe longitudinal et par conséquent celle d’un toit à double pente avec ou sans croupe, qu’elle soit plate ou à abside. Ce plan relativement spécifique est le seul qui autorise une restitution (fig. 179). L’exercice suppose évidemment des partis pris. On présume que la façade avec ses deux poteaux en forme de colonne et le pignon du toit à double pente présentait une ressemblance certaine avec les temples grecs ou mieux avec les temples étrusques à une seule cella et pronaos (ainsi les urnes de terre cuite représentant de tels temples [Étrusques et l’Europe 1992]). Étant donné la chronologie (fin du iie s. av. J.‑C.) et les relations de cette population avec la Méditerranée, ce présupposé ne paraît guère aventureux. C’est d’ailleurs ce même présupposé sur lequel s’appuient peut‑être inconsciemment les auteurs des restitutions des portes d’oppida : ainsi à Manching pour la porte est, on constate que la toiture à double pente reposant sur deux pignons n’est guère éloignée de celle des temples méditerranéens (Van Endert 1987). La charpente pose plus de problèmes : le plan simple et les dimensions relativement petites autorisent plusieurs systèmes de formes. On a choisi un type classique avec grand entrait (poutre de 5 m de long sur une section de 35 à 40 cm) rappelant un entablement architravé, sur lequel repose un poinçon et deux arbalétriers reportant directement les forces sur les poteaux verticaux. Les deux ou trois formes (suivant qu’on imagine ou non une croupe) supportent cinq pannes (deux sablières, deux filières et une faîtière) sur lesquelles sont fixés des chevrons et une toiture légère (bardeaux ou chaume). Ce type de charpente n’induit aucun assemblage complexe, seulement des entures à mi‑bois, des queues d’aronde ou des croix à mi‑bois. De solides agrafes métalliques (en allemand Klammerri) retrouvées sur le site (fig. 122) ont pu jouer le rôle qui est traditionnellement rempli par les chevilles.

124L’autel couvert de Montmartin nous offre donc une illustration remarquable de l’origine et de l’évolution des bâtiments cultuels de La Tène moyenne et finale. Mieux qu’à Gournay, parce que la structure, par ses fonctions moins diversifiées, est plus simple, ici nous voyons comment un autel souterrain, lié très certainement dès l’origine à un foyer, doit être couvert, comment cette couverture devient un bâtiment propre, comment ce bâtiment finit par englober le foyer, ceci progressivement au détriment de l’autel creux, sans jamais que ces constructions se présentent comme la demeure d’un dieu à l’abri de sa cella, autrement dit comme un temple authentique.

4.2.5.3 Foyer et autel creux, la nature du lieu de culte gaulois

125La mise en évidence à Montmartin d’un foyer situé près de l’autel creux permet de revoir l’un des problèmes les plus épineux que présente l’évolution du sanctuaire de Gournay où l’autel creux se trouve soudainement remplacé par un grand foyer au début de La Tène D2. Au‑delà, il est possible de s’interroger sur la nature des sacrifices sanglants accomplis sur ces lieux et, plus généralement, sur la nature de ces derniers.

126La présence d’un foyer sur le devant du bâtiment couvrant l’autel creux est trahie, rappelons‑le, par la structure 57.02, évolution ultime de la fosse, et qui a servi de réceptacle au produit de vidanges de foyers. Cette fosse a été plusieurs fois recreusée, ce qui suggère une certaine longévité et du même coup une longévité correspondante du foyer. Plus généralement, on peut observer, notamment dans les stratigraphies (fig. 169 et 172) que près de la moitié supérieure du remplissage des fosses 57 et 99 est marquée par la présence de ces restes (foyers à même le sol ou sur une plaque de terre cuite) qui donnent généralement une couleur marron‑noir au sédiment, due à la présence de terre brûlée, d’argile cuite, de charbons de bois et de cendres.

127Le foyer à Montmartin n’est donc pas un aménagement tardif, de même il ne remplace pas l’autel creux. De toute évidence, les deux structures coexistent, peut‑être depuis l’origine. En revanche, il est impossible d’affirmer qu’elles sont liées cultuellement, avant que, cette fois tardivement, l’une seive de poubelle à l’autre.

128La comparaison avec le sanctuaire de Gournay s’impose. On y trouve, en effet, un autel creux qui dans sa dernière phase est entièrement recouvert par un foyer aménagé : une épaisse plaque de terre cuite (Brunaux et al. 1985a : 78). Même la stratigraphie de la fosse présente les particularités observées à Montmartin : toutes les couches de la moitié supérieure sont composées de vidanges de foyer. L’examen plus critique de cette stratigraphie et surtout l’exemple de Montmartin obligent donc à revoir complètement l’interprétation qu’on croyait pouvoir tirer de ces phénomènes, à savoir un changement important du culte avec la Conquête, l’abandon de l’autel creux et son remplacement par un foyer, autrement dit une transformation radicale des pratiques sacrificielles. On a, à Gournay, avec les aménagements de la phase V du sanctuaire (Brunaux et al. 1985a : 112), l’aboutissement de l’évolution de structures correspondant à l’évolution parallèle de pratiques sacrificielles. Le foyer existe bien avant qu’il ne laisse des vestiges archéologiques directement interprétables comme tels. Les preuves tangibles qu’on en a à Gournay sont postérieures à celles que l’on a mises en évidence à Montmartin.

129Si l’on croise les données issues des deux sites, on obtient une image plus précise de cette évolution. Les deux périodes considérées sont très similaires : à Gournay elle va du tout début de La Tène C1 au début de La Tène D2 mais avec une phase La Tène D1 mal documentée ; à Montmartin la période se situe entre le courant de La Tène C1 et le début de La Tène D1. Les deux sites offrent donc une documentation complémentaire. À l’origine, dans les deux cas, on a une fosse cylindrique non couverte, Elle est probablement accompagnée immédiatement d’un foyer mais sur les deux sites ce foyer primitif n’a laissé aucune trace. Très vite les deux autels creux sont protégés par un bâtiment très simple de plan carré. Le foyer doit se trouver au seuil, peut‑être même sensiblement en avant du bâtiment pour éviter les incendies. Dans le courant de La Tène C2 sur les deux sites, l’autel creux voit progressivement abandonnée une de ses utilisations spécifiques, celle de réceptacle de dépouilles animales entières. L’autel creux, se comblant progressivement, a un rôle essentiellement symbolique, sa seule fonctionnalité au début de La Tène D1 est de recevoir la vidange du foyer. Ce n’est qu’à La Tène D2 avec l’emploi de nouvelles techniques de construction (solins de pierres sèches protégeant plus efficacement de l’incendie) que le foyer désormais employé exclusivement peut prendre place sous le bâtiment à l’emplacement de la fosse.

130Dans un premier temps, on peut simplement conclure que ces deux aménagements (autel creux et foyer) correspondent à deux modes de traitement de la victime animale ou des autres offrandes. À Montmartin, les restes osseux animaux ne permettent pas de confirmer cette différence de traitement. À Gournay, en revanche, on a affaire à une série d’ossements de bœufs unique actuellement dans les sanctuaires celtiques, et qui est attribuable à un sacrifice de type chthonien, où la victime (bovidé ou cheval) n’est pas consommée mais déposée entière dans l’autel creux. À côté de cette série se trouve un ensemble beaucoup plus diversifié, comprenant pour l’essentiel des os de porc, d’agneau, de bœuf encore et quelques‑uns de chiens ; ces os, par leur appartenance anatomique et les traces de découpe qu’ils portent, montrent que les animaux ont été consommés.

131Ces deux modes de traitement du cadavre de la victime sacrifiée ne permettent pas de définir deux types de sacrifice, l’un qui serait chthonien, l’autre ouranien. L’absence de distinction spatiale entre les deux structures et la présence conjointe sur faire sacrée des deux types de restes n’autorisent pas une telle conclusion qui n’aurait de fondement qu’archéologique. Le recours à l’histoire de la religion grecque, où le culte chthonien semble le mieux connu, n’est pas d’un grand secours. Une telle séparation, entre le chthonien et f ouranien ou olympien, paraît tardive dans la mentalité religieuse grecque, c’est d’ailleurs surtout le fait d’esprits « réformateurs » (Platon a : 828 c ou Isocrate : 117) comme l’indique J. Rudhardt (Rudhardt 1992 : 252).

132En réalité, l’analyse de la documentation littéraire et l’étude sémantique montrent que ces notions sont infiniment complexes et Rudhardt arrive à cette conclusion : « Non seulement le Grec possède des mots nombreux pour désigner les rites sacrificiels, non seulement les êtres en l’honneur desquels ces rites semblent accomplis appartiennent à des catégories inégales, non seulement on consacre tantôt des offrandes végétales, tantôt des victimes animales, selon des modes divers d’immolation, de crémation ou de partage, mais surtout il n’y a aucune correspondance systématique entre toutes ces variations » (Rudhardt 1992 : 253). Il ne fait nul doute que les conceptions religieuses des Celtes étaient aussi complexes, d’autant qu’elles n’avaient pas été l’objet de tentatives de systématisation.

133Même à l’intérieur d’un corps de pratiques rituelles aussi homogène que celui qui concerne le bœuf à Gournay, les variations rituelles étaient importantes puisque des bovidés qui connaissaient un même itinéraire rituel sur faire sacrée pouvaient être soit des bœufs, soit des vaches, soit des taureaux et être mis à mort d’au moins deux façons différentes (Brunaux et al. 1985a).

134Ces difficultés pourraient être levées en partie, si l’on connaissait le fonctionnement des installations cultuelles considérées comme chthoniennes en Grèce ou Grande Grèce. Or il n’en est rien, les rares études consacrées à ce problème (Robert 1939 ; Le Dinahet 1984) ne portent que sur des autels creux mais construits en dur, les fosses creusées à même le sol, les foyers posés directement sur ce même sol ayant échappé à l’attention des archéologues. Seul le sanctuaire de Santa Anna près d’Agrigente (Fiorentini 1969), fouillé récemment, indique un lien entre deux grandes fosses cylindriques et un foyer qui n’a pas non plus été retrouve mais qui est trahi par des ossements animaux brûlés enfouis dans les fosses. Probablement ne s’agit‑il pas d’un cas isolé : nous savons que par le passé ces fosses présentant l’aspect de dépotoir furent très mal fouillées voire délaissées par les archéologues. Ce double aspect du rituel sacrificiel (feu et enfouissement) devrait être plus largement mis en évidence dans des fouilles futures, menées plus scientifiquement. Ainsi il faut reconnaître qu’en 1991 encore à Montmartin, le contenu de l’autel creux n’a pas été tamisé, alors que seule cette opération aurait permis de trier d’éventuels os brûlés de la pierraille crayeuse.

135Il nous faut donc une nouvelle fois revenir à l’étude sémantique du vocabulaire religieux grec qui montre bien cette dualité du rituel et des structures qui lui sont associées. Le mot escbara appliqué à l’autel creux spécifique du rituel chthonien désigne un foyer. De la même manière, le verbe propre au type de sacrifice effectué dans l’eschara, le verbe enagizein, comme l’indique encore J. Rudhardt (Rudhardt 1992 : 239) « devrait, au sens strict du mot, signifier une crémation ». Pourtant à l’époque classique, ces deux sens n’apparaissent déjà plus aussi clairement. Il semble que ces notions héritées du plus lointain passé de la religion grecque aient perdu progressivement leur spécificité parce que les pratiques auxquelles elles étaient adaptées n’étaient déjà plus en usage, ainsi le sacrifice animal sur les tombeaux et la plupart des sacrifices accomplis dans les escharaï.

136Une telle évolution des pratiques sacrificielles transparaît dans les quelques exemples de structures significatives dont nous disposons dans le monde celtique. Ainsi il est remarquable que les sites cultuels présentant les traces les plus tangibles de crémation dans, ou autour, de l’autel creux soient les plus anciens. À Libenice (Rybova, Soudsky 1962 : 321) la grande structure souterraine, datée du début du iiie s., présentait un foyer aménagé dans une fosse (fosse G). À Palarikovo (Paulik, Zachar 1975), le tumulus II, transformé à la fin du ive‑début du iiie s. en lieu de culte, présentait un grand autel creux dont le remplissage contenait une masse importante d’os brûlés et de cendres. L’autel légèrement décentré par rapport au sommet du tumulus suggère l’emplacement de ce foyer. À Vendeuil‑Caply (Piton, Dilly 1985), le niveau le plus ancien du lieu de culte est une très épaisse couche de crémation située autour de la fosse centrale, ce niveau pourrait correspondre aux plus anciens objets, attribuables au début de La Tène CL Ces trois ensembles, malgré les efforts de leurs inventeurs, ne permettent cependant pas de comprendre les mécanismes complexes des sacrifices animaux ni surtout le rôle des deux structures : la fosse était‑elle systématiquement utilisée ? Le corps d’un même animal pouvait‑il connaître deux types de destruction, l’une par le feu, l’autre par la décomposition ? On a méconnu avant la fouille de Gournay l’importance du pourrissement en fosse, on néglige encore trop les restes incinérés.

137L’autel creux de Gournay est un peu plus récent que les exemples qui viennent d’être cités, sa fonction de réceptacle des dépouilles de bovidés commence dans le deuxième quart du iiie s. et ne se poursuit pas au‑delà du dernier quart. À Montmartin, l’autel creux a pu jouer un rôle similaire, mais seulement au cours des deux premières phases, autrement dit avant le début du iie s. Il apparaît ainsi nettement que l’utilisation de l’autel creux pour l’installation d’un foyer ou comme lieu de dépôt des victimes entières est ancienne, on ne la connaît bien pour l’instant qu’entre la deuxième moitié du ive s. et la fin du iiie s. Il faut donc imaginer qu’au‑delà les pratiques rituelles se sont suffisamment transformées pour ne plus nécessiter un tel usage de ces fosses.

138Néanmoins, si ces autels creux, comme l’indiquent avec la plus grande évidence les stratigraphies réalisées à Gournay comme à Montmartin, ne sont plus utilisés de la même manière –leur volume et leur profondeur diminuent sensiblement au point de ne plus permettre ni à un homme de descendre dans la fosse et de s’y livrer à des pratiques rituelles, ni d’y faire séjourner des dépouilles entières de mammifères–, la place de ces autels au sein du lieu de culte reste prépondérante jusqu’à La Tène D2. L’exemple de Montmartin nous donne une idée de l’une des fonctions de l’avatar de ces autels creux au cours des iie et ier s. (vidange probablement sacrée du foyer lui‑même sacré) mais il paraît clair que ces installations étaient utilisées désormais sur un mode avant tout symbolique où l’aspect chthonien, comme c’était le cas en Grèce classique, avait perdu toute matérialité mais non pas toute présence,

4.2.5.4 L’espace intérieur

139On a abordé dans le détail les questions liées à la seule structure architecturale de l’enclos 56, son autel. Celui‑ci n’occupe qu’une superficie de moins de 30 m2 sur un espace 250 fois plus vaste. La vacuité de ce dernier en vestige n’est pas à mettre au compte, comme nous l’avons vu, de l’érosion qui a exercé ses ravages sur d’autres secteurs du site.

140Il convient donc de s’interroger sur la nécessité d’un tel aménagement de l’espace, délimité par une clôture puissante et qui créait une vaste place vide, correspondant au quart du terrain habité. Cette interrogation doit être mise en rapport avec celle qui concerne l’emplacement de l’autel, décentré dans l’enclos et situé sur le point le plus élevé de la pente.

141Nous tenterons d’apporter des réponses à ces questions majeures dans la synthèse de cet ouvrage.

4.3 Évolution du site et chronologie

4.3.1 Chronologie du mobilier métallique

142t. lejars

143L’examen du matériel métallique a permis de préciser la nature et la situation des différents ensembles dans l’organisation générale de l’habitat. Il nous faut maintenant revenir sur des considérations d’ordre chronologique afin de bien comprendre leur articulation dans le temps. Parmi les différentes catégories d’objets présentes sur le site de Montmartin, les fibules et les armes sont de loin les plus pertinentes en matière de chronologie. La relative uniformité de ces mobiliers autorise des comparaisons avec le matériel de régions parfois lointaines, ce qui n’est guère possible pour la céramique qui connaît une diffusion beaucoup plus limitée. La possibilité de se référer à des ensembles extra‑régionaux parfaitement datés présente l’avantage, pour un site comme Montmartin où les éléments de datation locaux sont encore peu nombreux, de se positionner dans une perspective générale qui dépasse largement le cadre étroit de la micro‑région. Si les habitats régionaux datés de l’époque gauloise ont livré très peu d’objets métalliques, il en va en revanche tout autrement des sanctuaires et de leurs abondants dépôts.

144Comparé au corpus céramique, le matériel métallique paraît limité. Il l’est d’autant plus que ces objets ne concernent qu’une petite dizaine de structures. Il conviendra donc d’être prudent dans l’interprétation des résultats. Par ailleurs, comme pour beaucoup de sites à occupation longue, on remarque que la plupart des éléments datés se rapportent à la dernière phase d’utilisation du site. À cela s’ajoute le fait qu’ils proviennent presque tous d’une seule structure, le fossé 56. Cette situation s’explique en grande partie par la manière dont a été réalisé le comblement final du fossé 56, au moment de l’abandon du site.

145Pour déterminer l’importance et la durée de l’occupation du site, il nous faut revenir sur la datation des armes et des fibules.

146Concernant les premières, nous avons vu qu’elles pouvaient se répartir en trois grands groupes typologiques distincts. Le premier comprend deux fragments de bouterolles et un fer de lance. Il est daté de La Tène C1. Le second qui se compose d’une épée et des restes de deux fourreaux caractérise une phase correspondant à la fin de La Tène C2. Le dernier groupe, daté du début de La Tène Dl, comprend les restes de trois épées, de deux fourreaux et un umbo de bouclier. À l’exception d’une des bouterolles du premier groupe, tous ces objets ont été trouvés dans le fossé 56. Il serait en revanche hasardeux de proposer une datation pour la pointe d’épée et la croisière trouvées dans la maison 50. Il en va de même du fragment de lame trouvé dans le fossé 338.

147Les fibules sont plus nombreuses et présentent un échantillonnage de formes qui n’a jusqu’ici jamais été rencontré dans la région en dehors des sanctuaires. Il importe donc de revenir sur les différents types, de préciser leur datation et de voir comment ils se distribuent sur l’ensemble de l’habitat.

1481 – Les fibules à pied libre de forme allongée caractérisent la fin de La Tène ancienne. Elles ne disparaissent pas complètement avec le passage à La Tène moyenne. Il n’est pas rare d’en rencontrer dans des contextes datés du début de La Tène C1. Ainsi, dans les sépultures de guerriers, nous avons pu constater que ces objets étaient souvent associés à des armes datées du début de cette période (c’est le cas par exemple des tombes 20 d’Aure en Champagne et 163 d’Ensérune en Languedoc [Lejars 1994]). Une fibule de ce type a été trouvée à Gournay‑sur‑Aronde (Brunaux et al. 1985a). Sur ce site, le matériel daté de La Tène ancienne étant rare, on ne peut donc exclure à priori une attribution correspondant au début de La Tène moyenne.

1492 – La fibule découverte à Montmartin appartient à un type encore mal connu dans la région. En Suisse et en Allemagne, des exemplaires de ce type, mais de plus grand module, ont été trouvés dans des contextes datés de La Tène Cl (Vouga 1923 ; Krämer 1985 ; Gebhard 1991).

1503 – La forme avec arc en segment de cercle et perle sur le pied est bien connue localement grâce au mobilier des ensembles funéraires. Ce type, attesté à Allonne, caractérise un horizon relativement ancien de La Tène C1 (Paris 1996). On le rencontre aussi à Épiais‑Rhus, mais le contexte n’est pas précisé (Lardy et al. 1987). R. Gebhard situe l’apparition de ce type dès la fin de La Tène B2 (Gebhard 1991).

1514 – Le type à arc rectiligne et perle sur le pied est, selon R. Gebhard, une des principales formes de La Tène C1. En réalité, c’est dans la seconde partie de cette période qu’on la rencontre le plus fréquemment. À Allonne où l’on a un groupe de tombes homogène, ce type de fibule n’est pas représenté ; c’est le type 3 qui domine. Ce type est également bien attesté à Épiais‑Rhus (Lardy et al. 1987).

1525 – La variante en fer de la fibule de Mötschwil peut être considérée comme un des marqueurs les plus sûrs pour définir La Tène C2. Cette forme est bien connue en Suisse et dans le sud de l’Allemagne (Stôckli 1974 ; Kramer 1985 ; Gebhard 1991). Elle est maintenant aussi attestée dans les régions plus occidentales comme à Acy‑Romance (Lambot, Méniel 1992) et à Saint‑Maur dans l’Oise (fouille J.‑L. Brunaux, B. Lambot, inédit). Son absence à Feurs a conduit V. Guichard à douter de l’existence d’une véritable phase C2 en Gaule centrale (Vaginay, Guichard 1988). Cette absence n’a rien d’étonnant puisque les formes les plus anciennes (fibules avec ressort en arbalète) découvertes sur ce site datent au plus tôt de la fin de La Tène C2. Les recherches menées dans le nord de la Gaule ne laissent aucun doute sur la réalité de cette phase chronologique, caractérisée par un armement abondant et des fibules de types 5 et 6 (Brunaux, Rapin 1988 ; Lambot, Méniel 1992 ; Lejars 1994). À côté des exemplaires en fer, souvent de grande taille, on trouve ici et là, comme à Vendeuil‑Caply et Levroux, des spécimens en bronze de petit module proches par leur morphologie du type éponyme (Piton et al. 1992‑1993 ; Buchsenschutz et al. 1994).

1536 – La forme à arc arrondi et ressort à deux fois quatre spires et corde extérieure est attestée à Acy‑Romance (Lambot, Méniel 1992, silo 340) et à Épiais‑Rhus. L’augmentation du nombre de spires est une tendance qui caractérise plus spécialement les fibules de la fin de La Tène C1 et de la période suivante.

1547 – Les fibules avec ressort en arbalète sont maintenant bien connues dans le nord de la Gaule. Localement, ce type a été identifié à Gournay‑sur‑Aronde et à Canly. Dans les tombes à incinération de cette petite nécropole, datée du début de La Tène D1, les formes avec pied rattaché sur l’arc et pied simplement ajouré sont présentes dans les même ensembles (Gaudefroy 1991). Ces fibules sont également attestées à Vendeuil‑Caply, Acy‑Romance et à Épiais‑Rhus. Elles sont en revanche absentes sur un site comme Condé‑sur‑Suippe qui caractérise, avec l’omniprésence de la fibule de Nauheim, la phase la plus classique de l’horizon D1.

1558 – Les fibules avec pied triangulaire et ressort à deux fois trois spires et corde extérieure sont surtout connues par le mobilier funéraire découvert à Hauviné/La Poterie dans les Ardennes (Art celtique en Gaule 1983, no 159). Ce type, encore mal connu dans la moyenne vallée de l’Oise, est attesté à Acy‑Romance (Lambot, Méniel 1992, st. 710). Cette forme présente à Feurs caractérise, selon V. Guichard, un horizon précoce de La Tène D1 (Vaginay, Guichard 1988).

1569 – Les fibules à arc filiforme tendu et ressort à deux fois deux spires et corde interne sont attestées sur de nombreux sites : à Vendeuil‑Caply, à Acy‑Romance, Condé‑sur‑Suippe, Villencuve‑Saint‑Germain, etc. À Gournay‑sur‑Aronde, ce type est rare. Cette forme fréquemment associée à la fibule de Nauheim est l’un des fossiles directeurs utilisés pour définir La Tène D1.

15710 – La fibule de Nauheim est un des principaux fossiles directeurs utilisés pour définir l’horizon le plus classique de La Tène Dl (Krämer 1962 ; Polenz 1971 ; Haffner 1974b ; Feugère 1985 ; Vaginay, Guichard 1988 ; Colin 1990 ; Gebhard 1991 ; Guichard et al. 1993). La série découverte dans le fossé 56 est parfaitement homogène ; leur longueur n’excède pas 41 mm. Ce type est connu par de nombreux exemplaires à Acy‑Romance, Condé‑sur‑Suippe et Villeneuve‑Saint‑Germain, il est en revanche absent à Gournay‑sur‑Aronde. Localement, cette forme est connue par quelques ensembles au contexte incertain (forêt de Compiègne, Béthisy‑Saint‑Martin). Cette phase définie par la diffusion des fibules de Nauheim correspond à l’horizon 1 de Bâle (Gasfabrik), à la phase 3 de Feurs ou encore à la fin de la première phase de Roanne et à la première occupation du site de Besançon (Furger‑Gunti 1979 ; Furger‑Gunti, Berger 1980 ; Vaginay, Guichard 1988 ; Guilhot et al. 1992). La datation de cet horizon a pu être précisée grâce aux acquis récents de la dendrochronologie (Kaenel 1990a). La fosse 4 947 de Besançon a livré deux fibules de ce type associées à une fibule filiforme et deux exemplaires de type La Tène C2 ; un bois enfoui avec le reste du mobilier a été daté de 109 av. J.‑C. (Guilhot et al. 1992). Cette phase, d’abord datée entre 120‑100 et 80‑70 av. J.‑C., pourrait être vieillie selon V. Guichard d’une vingtaine d’années (Vaginay, Guichard 1988 ; Guichard et al. 1993). Si les recherches sont encore peu avancées pour l’étude de cette période dans la partie occidentale de la Gaule Belgique, l’étude des sites d’Acy‑Romance et de Condé‑sur‑Suippe a clairement montré l’importance de cette phase chronologique, pour cette partie de la Gaule du Nord tout du moins (Guichard et al. 1993 ; Lambot, Méniel 1992 ; Lambot et al. 1994).

158L’examen chronologique des types de fibules présents à Montmartin indique une occupation continue sur près de deux siècles. Elle couvre l’ensemble de La Tène moyenne et une bonne partie de la période suivante. Les séries les plus tardives (Nauheim et filiformes) nous renseignent de façon précise sur la dernière phase d’occupation du site. Aucune ne peut être attribuée au début de La Tène D2 (fibule à coquille, fibule à arc cambré ou fibule Almgren 65). Sur les 22 fibules parfaitement identifiées (tabl. xii), 7 sont datées de la fin La Tène ancienne/début La Tène moyenne (La Tène B2/La Tène C1), 7 de la fin La Tène moyenne (La Tène C2) et 8 de La Tène finale (La Tène D1). En dépit du petit nombre de fibules, en comparaison avec les grandes collections de Gournay‑sur‑Aronde, d’Épiais‑Rhus, ou de Condé‑sur‑Suippe qui atteignent ou dépassent même la centaine d’exemplaires, nous constatons que la plupart des formes de La Tène moyenne et du début de La Tène finale sont parfaitement représentées. Trois à quatre formes sont distinguées pour chacune des phases. Cet échantillonnage donne finalement une vision relativement claire et complète de l’occupation du site, même si aucune structure ne peut être attribuée à la phase initiale sur la base de ce seul mobilier.

159Ecrire l’histoire d’un site d’habitat comme Montmartin revient à s’interroger sur les indices matériels qui nous renseignent sur la nature et la durée d’occupation. Si nous disposons de suffisamment d’éléments pour dater, en chronologie relative, la phase d’abandon, les données concernant la période d’installation sont, comme on l’a vu, beaucoup plus ténues.

160Les objets les plus anciens, le fragment de bandage de roue excepté, se rattachent tous à un horizon correspondant à La Tène C1. Cette phase est représentée par les restes de trois ou quatre armes et une demi-douzaine de fibules dont deux attribuables au tout début de La Tène moyenne. L’essentiel du mobilier appartient à la phase moyenne et récente de cet horizon chronologique. Malheureusement, aucun d’eux ne peut être directement associé à une structure datée de cette période, à l’exception peut‑être de la grande fosse 25 qui a livré les restes d’une bouterolle. Dans la plupart des structures, le matériel en fer ancien est mêlé aux mobiliers récents. Cela n’a rien d’étonnant puisque la plupart des pièces métalliques proviennent de structures qui ont connu plusieurs phases d’utilisation. L’érosion des sols de l’habitat aura eu tôt fait de détruire toutes traces des constructions les plus anciennes. Dans ce domaine l’apport du matériel céramique paraît plus décisif. C’est ce que suggère également les structures condamnées à la fin de La Tène moyenne ou au tout début de la période suivante comme la grande fosse 12 et la maison 50. Leur fonction interdit un comblement rapide. De même, il y a de fortes chances pour que le creusement du fossé 56 appartienne à une phase relativement ancienne de l’occupation du site. Si aucune pièce de métal n’a été retrouvée dans les niveaux inférieurs, l’analyse de la stratigraphie a montré que le fossé, après avoir été ouvert, a servi de fondation à un mur de torchis pour lequel on a pu restituer au moins quatre états.

161Pour la période suivante, nous ne sommes guère mieux renseignés. Nous pouvons seulement affirmer que certaines structures, au nombre desquelles figurent la grande fosse cylindrique 12 et la maison 50, sont alors abandonnées. Le comblement de la maison 50 n’intervient pas, selon toute vraisemblance, avant l’extrême fin de La Tène moyenne comme le suggèrent les trois ressorts de fibules en arbalète. On ne peut cependant exclure une datation légèrement plus récente pour le comblement de cette construction en raison des incertitudes quant à la forme du pied des fibules. R. Gebhard a établi une distinction claire entre son type 17 (avec le pied rattaché sur l’arc) daté de La Tène C2 et le type 22 (schéma La Tène finale) qu’il attribue à la période de transition La Tène C2/La Tène D1. La constitution de la couche 02 du fossé 56 pourrait également dater de cette période.

162La dernière phase, datée de La Tène D1, marque la fermeture et l’abandon définitif du site. Cette phase se distingue de la précédente par l’apparition de nouveaux types d’arme (l’umbo à rebord de coque saillant et les épées longues et effilées) et de parure (fibules filiformes et Nauheim). C’est à ce moment que sont définitivement comblés les fossés 337 et 56.

163Les deux principales phases de comblement identifiées d’après l’examen des fibules coïncident en partie seulement avec les subdivisions proposées pour les habitats stratifiés de Gaule centrale (Vaginay, Guichard 1988 ; Colin 1990). Si la structure 50 et la couche 02 du fossé 56 correspondent aux deux premières phases de l’habitat de Feurs, ou encore aux étapes 1 et 2 des sites de la vallée de l’Aisne (Guichard et al. 1993), le comblement de la grande fosse 12 pourrait être, en revanche, comme nous l’avons déjà indiqué, légèrement plus ancien. C’est à cette phase qu’appartiennent également la ferme de Jaux et sa petite nécropole, ainsi que celle de Canly, deux sites distants d’une dizaine de kilomètres seulement de Montmartin (Malrain et al. 1996). La seconde phase de comblement, illustrée par le mobilier du remplissage supérieur des fossés 56 et 337, correspond quant à elle à l’étape 3 définie par P. Pion pour les sites de la vallée de l’Aisne, ainsi qu’à la phase 3 de Feurs (Guichard et al. 1993).

164Les datations données par l’étude du matériel métallique suggèrent une durée d’occupation relativement longue couvrant la plus grande partie de La Tène moyenne et le début de La Tène finale. Cette fourchette chronologique, malgré les incertitudes concernant la période initiale, est tout à fait conforme à celle du sanctuaire de Gournay‑sur‑Aronde. La proximité des deux sites, la contemporanéité des installations et les similitudes de traitement observées pour les armes et les restes humains nous amènent tout naturellement à envisager, pour conclure, l’histoire comparée des deux sites.

165Le sanctuaire de Gournay‑sur‑Aronde a livré un mobilier particulièrement riche et varié. Ce sont pas moins de 2 500 objets en fer, des armes principalement, qui ont été rejetés dans le fossé de clôture. Les aimes les plus anciennes datent du début de La Tène moyenne. C’est à cette époque que le sanctuaire prend son essor. Durant un peu plus d’un siècle, des armes sont introduites de façon régulière dans le sanctuaire et présentées sous forme de trophées. Les armes les plus récentes appartiennent aux dernières productions de La Tène moyenne. L’espace cultuel est ensuite remanié de façon radicale, le temple est reconstruit sur un plan carré, l’entrée primitive élargie, la palissade modifiée et le fossé périphérique recreusé. À ces transformations tardives que l’on peut situer au tout début de La Tène D1 correspondent très certainement des changements d’ordre rituel, À partir de ce moment plus aucune arme n’est volontairement ou accidentellement abandonnée dans le fossé. Même si le sanctuaire est toujours fréquenté, l’activité est désormais réduite et nettement moins spectaculaire qu’auparavant. C’est un peu plus tard, dans le courant de La Tène D1, que le sanctuaire est finalement abandonné et volontairement fermé. Il faudra ensuite attendre l’époque augustéenne pour qu’un nouvel édifice soit reconstruit sur le lieu même.

166Au‑delà des seules données chronologiques, nous aimerions savoir de quelle manière l’histoire des deux sites est liée. S’il n’est pas possible de certifier que les deux sites ont été fondés en même temps, il nous importe de savoir dans quelle mesure l’abandon du sanctuaire est lié à celui de l’habitat. Pour cela, il nous faut revenir sur la datation des mobiliers trouvés dans la couche d’abandon du sanctuaire. La céramique associée à la couche de destruction n’est pas très différente de celle des habitats de la vallée de l’Aisne, comme Condé‑sur‑Suippe/Variscourt, même si un certain nombre de formes sont incontestablement plus anciennes (Brunaux et al. 1985a). P. Pion a tout d’abord proposé pour l’occupation de ce site, qui a livré principalement des fibules filiformes et de Nauheim, une datation comprise entre 100‑90 et 60 av. J.‑C. (Pion 1990). Plus récemment, à l’occasion d’une importante contribution consacrée au problème de la circulation monétaire, V. Guichard, P. Pion, F. Malacher et J. Collis ont proposé de vieillir d’une vingtaine d’années cette datation, faisant ainsi remonter la fin de La Tène D1 au début du ier s. av. J.‑C. (Guichard et al. 1993). J. Metzler, dans son importante étude consacrée à l’oppidum trévire du Titelberg, en arrive à des conclusions identiques et situe le changement entre La Tène D1 et D2 autour des années 80 (Metzler 1995).

167Le mobilier métallique correspondant à la phase de fermeture du sanctuaire est peu abondant mais suffisamment caractéristique pour établir une confrontation directe avec le matériel de Montmartin et les différents sites de référence. Cette série est uniquement composée de fibules. On dénombre ainsi deux ressorts en arbalète, deux fibules filiformes complètes de schéma La Tène III, dont une en bronze et une fibule en fer du type de Nauheim (également complète). Elles proviennent toutes du fossé extérieur et des abords immédiats de l’entrée. La datation basse (autour de 60 av. J.‑C.) initialement retenue pour la fermeture du sanctuaire reposait principalement sur celles des mobiliers céramiques des grands habitats voisins de Condé‑sur‑Suippe, Villeneuve‑Saint‑Germain et Beauvais, mais aussi sur le fait que la fibule de Nauheim (l’exemplaire en fer, non reconnu au moment de la fouille, n’a été identifié que très récemment à l’occasion de sa restauration) serait apparue tardivement dans le nord de la France. J.‑J. Hatt et P. Roualet situaient alors son apparition en Champagne vers 80 av. J.‑C. (Hatt, Roualet 1977). Les travaux réalisés depuis dans le nord de la Gaule, dans la vallée de l’Aisne en particulier, ont montré qu’il n’en était rien et ont eu pour conséquence de déployer vers le haut une chronologie trop ramassée (Celtes en Champagne 1991 ; Guichard et al. 1993 ; Metzler 1995). La date basse d’abord retenue pour la fermeture du sanctuaire ne se justifie plus, une datation dans les années 100‑80 av. J.‑C. paraît plus vraisemblable. Cette date trouve une confirmation supplémentaire dans les données numismatiques. La fouille de la fosse centrale a livré huit monnaies dont sept potins du type LT 8124 et un quinaire en argent de la République romaine frappé en 99 av. J.‑C. à la légende P. Sabin (Brunaux 1987). Cette monnaie signalée par une double contremarque a dû circuler un certain temps, bien difficile à évaluer, avant d’être abandonnée. Pour les potins du type LT 7405 et 8 124, B. Lambot et L.‑P. Delestrée ont récemment proposé de dater leur apparition, à partir d’ensembles clos fouillés à Acy‑Romance, vers 130‑120 av. J.‑C. (Lambot, Delestrée 1991 ; Lambot, Méniel 1992). Dans les ensembles funéraires avec monnaie, les potins LT 8 124 sont toujours associés à des mobiliers caractéristiques de La Tène D1 (fibules de Nauheim et filiformes [Lambot et al. 1994]). À Gournay‑sur‑Aronde comme à Montmartin, nous trouvons dans les niveaux de comblement associés à la phase de fermeture et d’abandon les mêmes types de fibules. Il n’y a donc aucune raison pour ne pas envisager une clôture quasi simultanée des deux sites.

4.3.2 La couche C. 01 et la destruction du village laténien

168j.‑l. brunaux

169On l’a dit à plusieurs reprises, la couche C.01 est une couche de destruction. Deux éléments permetteni d’assurer cette interprétation. C’est tout d’abord l’omniprésence, là où cette couche est conservée, de morceaux de torchis brûlés. Sur les sections fouillées, le torchis exhumé représente plus de 400 kg. Le deuxième élément est la présence, associée à celle du torchis, de cendres et de charbons de bois. Dans les zones les mieux conservées, ce charbon de bois indiquait encore très nettement les sections des poteaux et des branchages brûlés sur place (fig. 100). On se trouve devant les vestiges d’une destruction qui a affecté les matières végétales et minérales de la construction. L’origine de cette destruction ne fait pas de doute, c’est un incendie. Sur la nature de celui‑ci, les éléments évoqués et leur position spatiale et stratigraphique nous renseignent précisément. Des blocs de torchis de 15 à 20 cm de longueur et de plusieurs centimètres d’épaisseur sont parfaitement cuits et présentent généralement une couleur rouge. Leur cuisson est tout à fait comparable à celle de la poterie, il faut exercer la même force pour les briser. On doit donc en conclure que la chaleur était bien supérieure à 400 oC. Les branchages qui se trouvaient à l’intérieur du mur ont évidemment été consumés. Mais il n’est pas sûr que les parois externe et interne du torchis aient entièrement brûlé : dans les secteurs fouillés, on en a retrouvé 400 kg sur un volume qu’on peut estimer à 15 m3 : tout le torchis n’a donc peut‑être pas brûlé, une partie a pu s’écrouler sur place et se dissoudre sous l’action des intempéries. Néanmoins une des deux parois a forcément brûlé sur toute sa hauteur puisque les poteaux se sont consumés jusqu’à leur base au fond du fossé.

170On peut donc s’interroger sur l’origine du sinistre puisqu’on sait maintenant que la température fut très élevée et que le feu a dû couver pendant plusieurs jours, ce qui seul peut expliquer la destruction totale des poteaux. Le principal problème tient à la matière combustible. Elle ne venait pas, au moins dans un premier temps, du mur lui‑même, mur de clôture isolé sans construction attenante. La matière boisée qu’il contient était essentiellement interne, les parties visibles (chaperon de planches peut‑être et partie apparente ou faiblement recouverte des poteaux) sont difficilement inflammables, pas suffisamment en tout cas pour que le noyau interne de bois pris dans la gangue de torchis puisse à son tour s’enflammer. Il a donc fallu une masse importante de combustible rapportée contre celui‑ci pour qu’il cuise un peu comme dans un four ou mieux comme dans une meule. On doit donc imaginer que fut amassée contre le mur, ou des deux côtés ou d’un seul, une masse certainement considérable de fourrage ou de branchage, susceptible de brûler violemment pendant plusieurs heures. Pour estimer celle‑ci, il faudrait faire appel à l’archéologie expérimentale mais le simple bon sens fait envisager un tas de combustible aussi haut que le mur lui-même et large de 2 à 3 m, sur toute la longueur du mur. C’est dire assez qu’il s’agit d’un incendie volontaire, bien préparé et surveillé attentivement car il a fallu conserver une même température pendant plusieurs heures. Une ventilation importante était également nécessaire, mais elle a pu être naturelle : le confluent des deux vallées est favorable à une circulation d’air non négligeable.

171Cet incendie ne s’est pas limité aux seuls côtés ouest et sud de la clôture de l’enclos 56, il a touché le Pfostenschlitzmauer nord et notamment les poteaux nos 75, 76, 83, 84, 86, 87, 88 et 90, ainsi que l’autel couvert 57 99.

172Au‑delà de l’enclos 56, les maisons semi‑enterrées ont pu être concernées par le même incendie : elles présentent les mêmes traces de destruction violente mais on n’a pas retrouvé un matériel aussi récent que dans la couche C.01 (quoique celui‑ci ne soit signalé que par les fibules de Nauheim, indice ténu donc). Il est remarquable en tout cas que la structure 50, de la même manière que le fossé 56, présente deux niveaux de comblement marqués par l’action du feu. Les autres grandes structures plus éloignées de l’enclos 56, comme le fossé 337‑8, ne présentent pas ce niveau de destruction, ce qui semble normal puisque leur remplissage est sensiblement antérieur chronologiquement à la construction de la dernière palissade de l’enclos 56. Quant aux structures d’habitat proprement dit, leur érosion complète ne permet pas de savoir si elles ont été détruites de la même manière.

173En conclusion, l’incendie qui est à l’origine de la couche C.01 de la structure 56 s’est au moins étendu à l’ensemble de cet enclos et, avec beaucoup de vraisemblance, aux habitats semi‑enterrés situés au sud. Nous n’avons pas de preuve directe qu’il se soit propagé plus loin. On constate seulement que dans la partie orientale du site, la mieux conservée, il n’y a pas de trace d’occupation qui soit postérieure à cette couche de destruction. La couche C.00, qui semble être venue combler des dépressions subsistant dans le fossé 56, paraît avoir une origine naturelle. Sur le reste du site, aucune couche, aucune structure n’est contemporaine et encore moins postérieure à la couche C.01. On doit donc en déduire que même si la destruction n’a pas été totale, elle a été suivie d’un abandon du site. Cet abandon a été immédiat ; on en a plusieurs preuves. Ni les crânes humains ni le fer réutilisable qui se trouvaient à la surface du sol n’ont été ramassés. L’incendie n’a pas été éteint, il a couvé suffisamment longtemps pour consumer jusqu’à leur base les poteaux et cuire comme dans un four les blocs de torchis.

174On a du mal à penser que cette destruction, étendue à une grande partie du site et qui a laissé sur place des matériaux et des objets récupérables, ait été le fait des habitants eux‑mêmes, à moins que ce fut dans l’intention quasi religieuse d’abandonner leur habitat après sa destruction purificatrice par le feu. Une telle coutume, envisageable au demeurant, n’est pas signalée par les auteurs anciens pour des peuples celtiques. En revanche, l’usage du feu lors des sièges fut une pratique généralisée dans l’Antiquité et probablement celle qui était la plus efficace (Garlan 1972 : 122).

Table des illustrations

Légende FIG. 180 – Distribution anatomique des restes des mammifères domestiques par structure. Quatre réglons anatomiques ont été retenues : tête (crâne, mandibule et dents) ; rachis (vertèbres et côtes) ; membre (ceinture, os longs) ; pieds (carpes, tarses, métapodes, phalanges).
Crédits P.M./CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43633/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende FIG. 181 – Distribution des objets métalliques par structure.
Crédits T.L./CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43633/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende TABL. XVI – Importance relative des objets métalliques et des formes céramiques.
Crédits T.L./CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43633/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende FIG. 182 – Distribution des restes de chevaux et de porcs dans le fossé 56 (plus de 7,5 % du nombre de restes pour le cheval, plus de 60 % pour le porc).
Crédits P.M./CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43633/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 22k
Légende FIG. 183 – Répartition de l’ensemble des stries relevées sur les crânes humains (à l’exception du no 8) : 1 coupe ; 2 raclage.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43633/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Légende FIG. 184 – Répartition de l’ensemble des stries relevées sur les mandibules humaines : 1 écrasement ; 2 coup ; 3 coupe ; 4 entaille ; 5 raclage.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43633/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende TABL. XVII – Fréquences topographiques des différentes marques sur les mandibules. Les lésions d’écrasement n’ont pas été prises en compte. Les côtés droit et gauche ne présentent pas de différence significative et n’ont donc pas été séparés. Ext. et int. représentent les faces externe et interne, B. les bords, respectivement inférieur et postérieur pour le corps et la branche. Obs. est le nombre de régions concernées observables (et non pas le nombre d’os observables), soit deux branches et deux hémi‑corps pour une mandibule complète. Les fractions indiquent au numérateur le nombre de marques, au dénominateur le nombre de régions concernées qui portent ces marques (même remarque que précédemment).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43633/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Légende TABL. XVIII – Répartition chronologique des mobiliers métalliques, armes et fibules, dans la couche supérieure du comblement du fossé 56.
Crédits T.L. /CNRS
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43633/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 7,8k
Légende FIG. 185 – Schéma représentant l’évolution de l’autel en phases.
Crédits J.‑L.B./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43633/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Légende FIG. 186 – Plans comparés des différents bâtiments cultuels de La Tène moyenne et finale.
Crédits J.‑L.B./CNRS del.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/43633/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 42k

Auteurs

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Lire

Open access

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search